Droit et Liberté n°203 - novembre 1961

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°203 du 15 Novembre 1961
    • Pas de ça chez nous! Vague de protestation contre le racisme après les discriminations et les odieuses violences déchainées contre les musulmans -page1
    • A l'appel du MRAP: Ardent meeting d'union, salle Lancry; Nombreux témoignages de solidarité avec les victimes; émouvante manifestation de fraternité le 11 Novembre à la Bastille -page1
    • Dimanche 19 Novembre: tous à Pleyel pour le grand gala antiraciste organisé par le MRAP -page1
    • Le prix Nobel attribué au leader sud-africain Albert Lutuli -page1
    • Le racisme est indivisible: Menaces et attentats antijuifs -page1
    • Le 18 Octobre, le Mrap a proposé à la L.I.C.A. d'organiser une manifestation commune: La L.I.C.A. refuse de prendre part au grand courant d'union contre le racisme qui s'affirme dans le pays (par Charles Palant) -page2
    • Contre l'Apartheid par Albert J. Lutili, prix Nobel -page3
    • Un ancien S.A. chef de la diplomatie de Bonn -page4
    • Le 11 Novembre à l'appel du MRAP: Hommage aux Nord-Africains et aux français tombés ensemble pour libérer Paris -page4
    • En feuilletant les livres scolaires de la R.D.A. (reconnaissance et dénonciation du nazisme ) -page4
    • Réactions au 17 Octobre -page6 et 7
      • Sur l'Algérien abattu l'autre soir (Pierre Gascar)
      • L'abjection du racisme (J. Fonlupt-Esperaber)
      • Combattre les causes (J. Duclos)
      • Il n'y a pas de racisme propre (Pasteur Henri Roser)
      • Au milieu de tant de honte (J. Pierre-Bloch)
      • Ce que nous avions connu (M.E. Nordmann-Cohen Présidente de l'Amicale des Déportés d'Auschwitz)
      • Seule la fin de la guerre d'Algérie (Marc Barbut; S.G.E.N.)
    • La bête hideuse du racisme est lâchée -page8
    • Des témoignages bouleversants -page8
    • Un sourire fraternel par Roger Maria -page9
    • Deux déclarations de notre mouvement -page9Walter Lowenfels)-page10
    • Picasso: le peintre et l'homme par Chil Aronson -page11
    • Un poéte soviétique flétrit l'antisémitisme: Baby Yar par E. Evtouchenko) -page11


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

TOUS A PLEYEL 15 NOVEMBRE - 15 DECEMBRE 1961 0,75 NF N° 203 Pas de ca chez nous! ~ VAGUE DE :PROTESTATION CONTRE LE RA'CISME 1 • après les discriminations et:-1/les odieuses violences ëléé'haÎnées contre les musulmans LE 5 octobre, des textes préfectoraux instituaient officiellement la discrimination raciale en France : les Algériens musulmans de la région parisienne étaient invités à ne pas sortir après 20 h. 30, à ne pas circuler en groupes, et les cafés et restaurants qu'ils fréquentent étaient tenus de fermer à 19 heures. Le 17 octobre et les jours suivants, pour protester contre ce couvre-feu, contre ces brimades généralisées, des milliers d'Algériens, quittanl les bidonvilles et les quartiers où ils sont groupés, ont défilé pacifiquement, dignement dans les rues de Paris et de la banlieue, avec leurs femmes et leurs enfants. Contre ces manifestants, dont toute la presse a reconnu qu'aucun n'était armé, les pouvoirs publics ont réagi avec une violence inouïe. On a annoncé deux morts. Mais de multiples témoignages il ressort que le nombre en est .eaucoup plus élevé; plus de 60 cadavres ont été repêché s dans la Seine, et l'on compte les disparus par centaines. Si d'aucuns, pour expliquer - sans la justifier - cette sanglante répression peuvent arguer que les manifesta· tions, par leur ampleur, ont fait perdre leur sang-froid aux autorités, il faut bien constater que rien - sinon le déchaînement le plus brutal de la haine raciste - ne permet d'expliquer les A l'appel du M.R.A.P. • Ardent meeting d'union, salle Lancry • Nombreux témoi. gnages de solidarité avec les victimes • Emouvante manifestation de fraternité le 11 Novembre, à la Bastille. (Voir en pages S, 6,7,8 et 9) Le Prix Nobel attribué au leader sud-africain Albert LUTULI violences exercées ensuite, de sang-froid, par des policiers, contre des milliers d'innocents. Tristes journées ! L'opinion ne s'y est pas trompée. De toutes parts s'exp'riment la stupeur et la colère, les voix les plus diverses et les plus autopour le GRAND GALA AnTIRACISTE organisé par le M.R.A.P. Un programme 8blouissant presente par Suzanne GABRIELLO avec Frida BOCCARA CARMELA Rosalie DUBOIS les Frères Ennemis Alexandre IVANOVITCH et son ours Magaret William MARSHAll Sa va NEAGU et son orchestre Henri TISOT et Georges UlMER (Voir en dernière page.) On lira en page 3 un article du lauréat, qui est le premier Africain à recevoir cette haute récC?mpense. A la mémoire des Nord-Africains et des Français tombés pour la Libération de Paris. 11 novembre à la Bastille Albért John Lutuli nsees s'élèvent pour dénoncer le racisme, et souligner les danger:.; que de telles moeurs font peser sur notre pays. Devant l'indignation générale, une information a dû être ouverte, et une commission parlementaire d'enquête a été désignée. La comparaison s'est imposée ~ tous les esprits entre ces événements et les persécutions antijuives pratiquées sous l'occupation. C'est jusque dans les détails que se dessine le parallèle : institution d'un couvre-feu, rafles « au faciès ", transport des femmes et des enfants dans les autobus parisiens, internement au Palais des Sports et à Vincennes, remplaçant le Vel' d'Hiv' et Drancy, sans parler des po· gromes impunément organisés de Metz à Oran, de Nancy à Alger. ALBERT LEVY. (Suite en page 3' Menaces et attentots ontijuifs T E 31 octobre, Mme Madeleine JaL cob, journaliste à « Libération », recevait sous enveloppe une coupure de l'un de ses récents articles, sur laquelle avait été écrit ceci : « On vous crèvera tous. Vieille salope, on a ton adresse personnelle. Si tu continues à écrire des « conneries » comme Delle-là, on te fait la peall et ça sera vite fait. Sale fuive , fais attention à toi, compris! L'O. A.S. et les flics, ils vous emme'ydent t01lS. » Dans la nuit du 8 au 9 novembre, une charge importante de plastic explosait au domicile de Madeleine Jacob, causant de graves dégâts. D'AUTRES LETTRES Ces faits peuvent être rapprochés de divers autres. Au début d'octobre, un professeur de mathélllatiques du lycée La Fontaine, à Paris, Mlle Denise Weil, ,recevait une lettre de même inspiration. « Les .ilûfs sont des être's pltants, des races impuy,es, indignes d'être considérés comme des humains », affirmait le correspondant anonyme, d'une écriture grossière, criblée de fautes d'orthographe. Et il concluait : « ... Il faut des (Suite page 4) -_._---- 2 JUSTICE • Un nouveau renvoI L'affaire des harkis de la rue FrançoisMiron n'a occupé que pendant quelques minutes l'audience du 19 octobre, à la 24' Chambre du Tribunal de Grande Instance. Des deux accusés, Chebab et Barkat, qui s'étaient livrés en juillet 1960, à un raid antisémite dans un café fréquenté par des Juifs, seul ce dernier était présent. L'autre, Chebab, qui avait assisté à l'audience du 17 août se trouve, dit-on en Algérie. Ayant été placé - on se de· mande pourquoi - en liberté provisoire, il avait pourtant juré sur l'honneur d'être présent le 19 octobre. Mais, chose étrange, alors qu'il avait laissé au Tribunal sa nouvelle adresse, la citation lui fut envoyée à Romainville, à son ancien cantonnement. Elle est reve· nue sans l'avoir touché, Les avocats qui assurent la défense des victimes, Maîtres Manville, Dymenstajn, Badinter et Rosenthal, s'étonnent de la facilité avec laquelle on a laissé l'un des coupables se soustraire à la Justice. Ils doutent qu'il se présente à une prochaine audience. Et Maître Manville suggère lu'un mandat d'amener soit lancé. Mois le Substitut et le Président préfèrent envoyer une nouvelle citation, à l'adresse indiquée par Chebab, en Algé· rie. L'affaire est renvoyée ou 18 janvier 1962. Et les victimes - M. Emile Dana, qui, blessé au ventre a fait de longues semai · nes d'hôpital ; M. Nabets, le patron du café ; les consommateurs blessés ; le chauffeur du taxi dans lequel les criminels tentèrent de s'enfuir - n'ont plus qu'à attendre encore que justice leur soit rendue, • Lui ou un autre ... Seize ans après le crime pour lequel il avait été condamné aux travaux forcés à perpétuité, un Espagnol, M. Tercero Soient, a été réhabilité par la Cour d'Assises, au Mans. Cette affaire ne relèverait que de la chronique judiciaire, si le procureur général, M. Joppé, n'avait éclairé un des aspects de !'affai re, montrant le rôle de la xénophobie dans cettc dramatique erî~ ur judiciaire. Divers témoins avaicnt 1llenti pour faire condamner Solera. « Quand lai découvert ces mensonges, a déclaré le procureur général J oppé, lai V01Ûl( en comtaÎtre les misons. « J'ai interrogé ceux qtÛ l,es avaient faits et à mon arrivée ils se sont récriés

« Vous comprene:::, -nit Espagnol ...

» lui 0/1 1111 autre, c'était biell pareil. » Car. lIIessieurs les jurés, ce fut cela : dlt moment que ce n'était pas quelqu'lw du patelill, que c'était /II! étranger, cela n'mlait pas d'importance. VOl/S vo,,'e::: dans ces conditions l'état d' e'SPI'it des té- 1n01ns ... » « Lui ou un autre ... » « Ils sont tous comme ça... » Tels sont les mots-clés qui expriment les lwé iugés contre tout un groupe. On voit. une fois de plus. où cela peut mener. U.R.S.S. • Trois condamna ... tions et une cam .. pagne Sur la foi de dépêches venues de New York, divers journaux parisiens ont fait état, ces derniers jours, de « persécutions antisémites en U.R.S.S. ». Des informations viennent d'être pu· bliées par « La Pravda » de Léningrad au sujet de l'affa:ire qui sert de point de départ à cette campagne : l'arrestation d'un dirigeant de la communauté juive de Léningrad. Trois personnes, indique le journal ' soviétique, ont été reconnues coupables de crimes prévus aux articles 64 et 70 du Code criminel : G. Petcherski, E. Dynkine et N. Kaganov, condamnés respectivement à douze, sept et quaotre années de privation de liberté. Les inculpés étaient accusés de collaboration avec une ambassade étrangère dans des buts antisoviétiques. L'enquête a établi, indique le journal, --'--_. . .. -- QUE SE que pendant plusieurs années, ces trois personnes ont entretenu des relllotions qui tombent sous le coup de la loi criminelle, avec les collaborateurs d'une ambassade d'un pays capitaliste à Moscou. Les collaborateurs de cette ambassade se sont rendus à plusieurs reprises à Léningrad pour établir ces liaisons. Les accusés leur transmettaient systématiquement des informations destinées à être utilisées '\ l'étranger contre l'Union Soviétique. Les accusés recevaient pour leur part des textes de propagande antisoviétique qu'ils se chargeaient de diffuser. Sur la base de ces données - les seules que l'on possède - il apparaîtra abusif de conclure à des persécutions antisémites, dans la mesure où la loi soviétique. valable pour tous, a été appliqUée à des citoyens israélites. HIER et AUJOURD'HUI • Le souvenir du g heUo de Va rsovie Du 7 novembre au 7 décembre, se tient à Paris, au Mémorial du Martyr Juif, une importante exposition sur l'histoire tra~ique et g'loriet' se du g-hetto de VarsovIe. Cette exposition s'attache à montrer tous les aspects de la vie à l'intérieur de cette enceinte où les nazis avaient enfermé les juifs; elle évoque aussi les déportations et les massacres, et enfin les combats de l'insurrection. Les llocUlllcnts qui ont sen 'i à la réaliser provi enn ent de Pologne, d'Israël, d'Union Soviétique, de Hong-rie et de Roumanie. ._,-- - - _._-- PASSE.T.IL? • Une rue P .... Masse Le II octobre dernier a été inaugurée ~l Paris, dans le 14' arrondissement, une nouvelle rue, dédiée à Pierre Masse, avocat au Barreau de Paris, mort en déportation. Au cours de cette cérémonie, M. Rousselet, Premier Présidellt de la Cour d'Appel de Paris, le Président du Conseil Municipal de Paris et le Président de la Fédération des Réseaux évoquèrent la personnalité de ce grand honnête homme qui sut trouver des termes, à la fois dignes et cinglants, pour dénoncer les mesures alltijuives de Vichy. « Je vous sera.is obligé de me dire, Monsieur le Maréchal, écrivait~i1 à Pétain, lorsque les juifs furent chassés de l'armée, si je dois retire.,. leurs galons à mon frère, sous-lieutenant au ~6' R.f., tué à Doua'umont, en avril 1916; à mon gendre, sous-lietttenant au 14' dra.qons, tué en Bel.qique; à mon neveu, Jean Masse, tué à Rethel et~ mai 1940. Puis. ie laisser à mon frère la médaille militaire qagnée à N eHville-St-Vaast avec laquelle .ie l'ai enseveli? Suis-je, enfin, assuré que l'on ne retù'era pas la médaille de S ainte-H élène à mon arrière-.qrandpère? .. » Arrêté en août 1941, Pierre Masse connut le lamentable périple des victimes du naz isme. Tl adressa alors au Bâtonnier de 1"0rdre des Avocats, une lettre d'une grandeur simple où il disait : « Je mourrai, j,e l'espère, dignement, pour ma Patrie, ma Foi et mon Ordre. Je finirai en soldat de la France et dt~ Droit que lai toujours été. Ie vous recommande mon fils. » Il fut déporté et mourut à Auschwitz. -- • Eichmann: avant le verdict La sentence du tribunal qui a jugé Adolf Eichmann sera prononcée le 15 décembre, annonce la presse israélienne. Une semaine sera consacrée à la lecture des 500 pag-es que comporte le texte des attendus. En attendant, Eichmann. enfermé dans une forteresse, s'emploi e, déclare-t-oll, à ecrire ses mémoires. • Correction réticente En février dernier, la luxueuse revue « Le Monde et la Vie » publiait un arti· cle de M. Robert Aron, sous le titre « Vichy et la question juive », qui tendait à minimiser systématiquement les respon· sabilités de Pétain et de Xavier Vallat dans les persécutiOns antijuives, au temps de l'occupation. Olga Wormser a réfuté vigoureusement dans nos colonnes ces falsifications de l'histoire, et (Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., a écrit aussitôt à la rédaction de la revue pour protester. Cinq mois plus tard, « Le Monde et la Vie » s'est enfin décidé à publier une lettre du Conseil Représentatif des Juifs de France remettant également les choses au point et rappelant de nombreux faits qui contredisent catégoriquement la thèse tendancieuse de M. Robert Aron. Mais il semble que cette revue ne fasse pas pour autant amende honorable. Evi· tant de prendre position quant au fond, elle s'engage à faire parvenir gratuitement à quiconque en fera la demande ... le numéro où a paru l'article de Robert Aron. Le 18 octobre, le M.R.A.P. a proposé à la L.l.C.A. d'organiser une manifestation tommune Le mercredi 18 octobre, le M.R.A.P. a adressé au président de la L.I.C.A. (Ligue Internationale contre le Racisme et l'An· tisémitisme) la lettre suivante, envoyée par pneumatique : Monsieur le Président, La L.I.C.A. est émue comme nous, nous en sommes convaincus, par les manifes· tations racistes qui se multiplient en Al· gérie, et qui, retardant. l'heure de la paix, compromettent 'gravement les relations futures entre juifs, musulmans et Euro· péens sur cette terre trop longtemps en· sanglantée. . A ces « ratonnades » devenues quoti· diennes, et dont les auteurs demeurent pratiquement 'impuni~ .s'ajoutent en France les mesures discriminatoires frap· pant les musulmans et les brutalités com· mises hier soir contre les hommes, fem· mes et enfants, qui protestaient pacifiquement. Notre Bureau National estime, que les circonstances présentes exigent plus que jamais l'action commune de tous les anti· racistes. Nous pensons que c'est un de· voir impérieux, pour nos deux organisa· tions, par delà les divergences qui peuvent les séparer sur d'autres plans, d'interve· nir de façon pressante, ensemble, pour que s'exprime avec force la voix de la conscience française, attachée aux idéaux de fraternité et de démocratie, face au dé· chaînement des passions et des exactions racistes. A cet effet, nous vous proposons qu'une délégation de notre Mouvement rencontre les représentants de la L.I.C.A. pour étudier ensemble les dispositions qu'il con· viendrait de prendre d'un commun accord. Etant donnée la gravité de la situation, nous vous serions obligés de bien vouloir nous faire part de votre réponse - que nous espérons favorable - dans des dé· lais aussi rapprochés que possible. Nous tenant à votre entière disposition pour un prochain rendez-vous, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à nos sentiments les meilleurs. Le Secrétaire Général du M.R.A.P. Charles PALANT. P.S. - La fin de la présente semaine nous paraît particulièrement propice pour la rencontre que nous vous proposons.

    • *

Deux jours plus tard, le 20 octobre, nous recevions de la L.I.C.A. la lettre suivante: En réponse à votre lettre·pneumatique du 18 octobre, nous vous informons que M. Octave Chanlot, secrétaire général de la L.I.C.A. et moi-même, secrétaire gé· La L.I.C.A. refuse de prendre part au grand courant d'union contre le racisme qui s'affirme partout dans le pays néral ,administratif, ttous recevrons vo· lontiers deux de vos représentants le lun· di 23 octobre, à 17 heures précises, au siège de la L.I.C.A. Croyez, Monsieur le secrétaire général, à mes sentiments antiracistes. Georges DELBOS.

    • *

Le 23 octobre, en conséquence, une délégation du M .R.A .P., formée de Charles Palant, Julien Auban et Albert Lévy, I·en· contrait les représentants de la L .I .C.A ., Octave Chanlot et Georges Delbos. La délégation du M.R.A.P. proposa, compte tenu des circonstances, l 'organi· sation en commun d'un grand meeting auquel nous appellerions à prendre la pa· role, les représentants des grandes jor· mations républicaines et syndicales. Les représentants de la L.l.C.A., tout en re· connaissant l 'intérêt d'une telle initiative, indiquèrent que la 'réponse ne pourrait être donnée que le jeudi 26 octobre, après la réunion du Comité Central de leur organisation. A la date indiquée, la réponse donnée fut négative. Le Bureau National du M.R.A.P. a alors décidé d'adresser au Co· mité Central de la L.l.C.A ., la lettre sui· vante: Paris, le 4 novembre 1961 Messieurs, Le Bureau National du M.R.A.P. a pris connaissance avec regret de votre déci· sion négative en réponse à notre proposition d'organiser une manifestation antira· ciste commune à Paris, au lendemain du 17 octobre. Après la répression meurtrière de la manifestation paCifique J:ies musulmans protestant contre le couvre·feu et les bri-' mades discriminatoires dont ils sont l'ob· jet, une grande émotilln s'est créée dans tous les milieux républicains de ce pays, s'exprimant en de multiples résolutions, prises de position de personnalités repré· sentatives de tous les courants de l'opio nion. En joignant nos efforts, nos deux orga· nisations pouvaient contribuer au rappro· chement de tous ces courants antiracistes. C'était là le devoir de la L.I.C.A. et du M.R.A.P., alors que le racisrru~ venait d'en· sanglanter Paris et que les scènes de bru· talités atroces vécues au Palais des Sports remettaient en mémoire, à tous, les tristes jours du Vel' d'Hiv' en 1942. Au lieu de cela, la L.I.C.A. déclare fai· re dépendre son action d'un cartel politi· que auquel elle appartient, et qui d'ail: , leurs n'a pas cru devoir se manifeste: en tant que tel en ces jours graves 01.. l'action doit se développer contre le dan· ger raciste qui pèse sur la France. Les antiracistes jugeront. Et sans nul doute, ils partageront nos regrets devant votre refus, auquel il nous reste à tenter de pallier en multipliant nos propres ef· forts pour l'unité d'action de tous les anti· racistes, si nécessairp. dans les graves ciro constances que nous traversons. Recevez, Messieurs, nos salutati,ms an· tiracistes. Le Secrétaire Général Charles PALANT. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER Un ari : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, B(i du Jardin·Botanique à Bruxelles. Les versements peuvent être effec· tués au C.C.P. 278947, de M. B. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FE. Abonnement de soutien : lM FB. Journal composé et imprImé por des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - ChAteauroux Gérante: S. BIANCm. • grand amour Un hebdomadaire parisien a publié à grand frâcas une série d'articles « historiques » sur « la vie amoureuse d'Hitler ». Le sinistre dictateur avait, parait-il deB complexes, et bien entendu des faibles· ses. Il était « maniaque », « sadique ll, « cynique » dans ses rapports avec les femmes. Mais il fut aussi l'homme d'un grand amour ... Le résultat de ce genre d'articles - car ce n'est pas la première fois que cette veine est exploitée - est double : d'une part, on apitoie le lecteur naïf sur le sort d'un grand criminel, parce qu'il fut capable de « grands sentiments » ; d'autre part, on explique par son caractère « démoniaque » et par ses travers mis à la sauce psychanalytique, son comportement général et ses actes politiques. Ce n'est pas servir l'histoire, et surtout, c'est rendre à l'opinion le mauvais service de masquer autant qu'il se peut les sources réelles du nazisme, et les moyens de s'opposer au retour des mêmes périls. FASCISME • Le ministre de I/Intérieur répond au M.R.A.P. Il Y a quelques mois, alerté par les dirigeants de la communauté juive de Hongrie, le M.R.A.P. attirait l'attention du ministre de l'Intérieur sur la diffusion en France de publications fascistes et antisémites éditées par les émigrés hongrois. Le secrétaire général du M.R.A.P. a reçu la réponse suivante : M ons;eur lc Sccrétaire Général, Vous avez bien V01tlU appeler mon attention sur la diffusion en France ders or.qanes de presse intit'ulés « Hidfo » (Tête de pont), « Hidverok », « Ut » et « Cel », publiés par certains gronpes d'émigrés hon.qrois. J'ai l'honneur de vous faire connaître que i'ai fait procédlM" à une enqILête sILr ces diverses publications. Des renseignements recueillis il 'résulte qu'il s'agit, comme vous l'indîque:::, de publications aj'atlt lm caractère « an!;. lé-mite et fasciste » mais dDnt la diffu. lion sur notre territoir,e est très limit&e. En conséquence, fe ne pense pas qu'il .lait opportun de prendre à leur encontre, dans le cadre des dispositions pré- 7'ues par l'article 14 de la lOi du 29 fuillet 1881, un arrêté d'interdiction qui, paraissant au « Journal Officiel », leur conférerait 1me pltblicité pen souhaitab7e. En revanche, .j'ai donné toutes instrucliol1s aux services char.qés du contrôle, 0.11.1' frontières, des envois de l-ibrairie et de presse en provenance de l'étranger, afin, qu'ils s'opposent, chaque fois qu'ils en auront connaissance. à l'importation des colis contenant lesdites publicat;nll.. Veuillez agréer, M onsie1tr le Secrétaire Général, l'expression de mes sentiments distin.Qués. Pour le Ministre de l'Intérie1t'r : Le Directeur de la Réglementation. qUE SE PJ\SSE-T-IL Le leader sud-africain Albert John Lutuli, à qui le Prix Nobel de la Paix vient d'être attribué pour l'année 1960, est le premier Noir d'Afrique figurant parmi les lauréats de cette haute récompense. Cette décision du jury norvégien a été accueillie avec stupeur par le gouverne1[ lent raciste d'Union Sud-Africaine, qui reçoit ainsi un soufflet retentissant. En effet, Albert Lutuli vit actuellement en résidence forcée en raison de ses activités antiracistes. Il est président du Congrès National Africain, organisation de lutte contre l'apartheid, où se trouvent réunis des courants politiques divers. Arrêté en 1956, avec plusieurs dizaines d'autres dirigeants africains, il fut traduit erz justice pour « haute trahison ». Partisan de la non violence, non par principe philosophique, atfirme-t-il, mais par réalisme politique au stade actuel de la lutte, afin d'éviter d'inutiles effusions de sang, il était à la tête des Africains qui firent brtller leurs laissez-passer en mars 1960. A la suite de cette campagne, qui aboutit aux massacres de Sharpeville, Albert Lutuli fut arrêté et le Congrès National Africain interdit. A la veille des élections législatives du 18 octobre, Albert Lutuli a lancé un appel aux blancs et aux gens de couleur d'Afrique du Sud, dans le courageux journal antiraciste « New Age ». Nous en reproduisons ci-dessous l'essentiel. Au cours des treize dernières an· nées, les Nationalistes ont été plus loin qu'aucun ,gouvernement précédent dans l'opprèssion des non-Européens. ils ont opposé un mur de granit aux démarches les plus limitées vers un adoucissement de cette politique. Ils considèrent les Africains comme un troupeau dont le propriétaire peut disposer. u. S. A. • Nouveaux incidents Atlanta, en Georgie, et Jackson, dans le Mississipi, ont encore été le théâtr~ d'incidents raciaux, au début de novembre. Quatre noirs, dans la première ville, et tlOis, dans l'autre avaient tenté de prendre place dans des autobus « interEtats » réservés aux seuls blancs. La police intervint et, dans les deux cas, les noirs furent emprisonnés. • Les racistes font appel à la sCience Le journal « Montgomery Advertiser )1 a annoncé, le 2 novembre, que le gouver- Pour les Africains, la politique nationaliste a signifié l'humiliation, la dégradation. Elle a déclenché l'amertume dans les relations entre groupes raciaux. Elle a créé une atmosphère tendue dans ce pays. Les leaders populaires ont été bannis, inculpés et poursuiVis ; leurs organisations ont été interdites ; les propar Albert J. LUTULI Prix Nobel testations et les manifestations ont été durement réprimées; les militants ont été massacrés. Le pays a été placé en permanence en état d'urgence. Il règne un grand trouble dans les campagnes. Une situation grave s'est créée dans le Pondoland. La soidisant politique {( de développement )} a été complètement rejetée par le peuple africain. Le gouvernement persiste à ignorer les représentants élus des non-blancs, arguant que les « chefs }) de tribus sont les leaders naturels du peuple. Or, par intimidation ou promesses d'une indemnité relativement élevée, le gouvernement a imposé silence .l bon nombre de nos « chefs ». Le résuHat, c'est ce tragique et impardonnable abandon du peuple par ces « chefs » à un moment crucial de notre histoire. Alors qu'ils étaient des serviteurs du peuple, ils sont devenus des fonctionnaires du gouvernement autocratique - « la voix de leur maître » - et non la voix de leur peuple ... Je tiens à déclarer solennellement que des élections comme celles qui neur de l'Etat d'Alabama avait engagé un juriste, M. Ralph Smith, et un « savant ». le Dr Wesley Criz George, pour démontrer la justesse de la pOlitique raciste . Dans une étude que ces deux personnages sont appelés à écrire, ils feront « la preuve », indique le journal, que « les gens de race blanche sont intellectuellement supérieurs aux noirs ». Selon cet article, M. Smith aurait déclaré

Il Le gouverneur Patterson et

moi-même, comptons explorer toutes les voies possibles dans nos efforts pour préserver la ségrégation raciale. » ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ 1__ ~eOl~ SNo~e~:r~~1 :~ Voir en page 12. ffilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllliliIlllill!lllllllr,j A propos de l'émission « faire face » La première émission d'E. Lalou et 1. Barrère a été considérée à juste titre, par tout le monde, comme une réussite. C'étal! en effet, un cours par l'image simple et très clair ; qui a permis à bien des Français de mettre une étiquette sur ce qu'ils pensaient n'être qu'une simple défiance. Mais définir un phénomène aussi important que le racisme n'est pas suffisant, il fallait aussi l'évaluer, le comprendre, l'expliquer. Et alors, comment procéder, pour le laire d'une façon élégante ? La majorité de l'opinion estime que la deuxième émission, qui tentait cette explication, fut un échec. Il faut comprendre le but même de cette êmission pour juger de son effet et l'estimer réussie. Il s'agissait de Jaire s'exprimer l 'inconscient, (les démons intérieurs) de chacun des éléments du groupe choisi en fonction de leur représentativité .- tel était le but premier simple. Mais dans la mesure où ce groupe était formé d'éléments divers : le bon, le naïf, le calme, le dur, celui qui se croit raciste, celui qui ne le croit pas, c'est un peu l'inconscient de 3 millions de téléspectateurs qui pour la première fois parlait à 3 millions de télé$ pectateurs. Et c'est bien comme cela que cette émission a été ressentie .- les Français oni réagi violemment, car la modération est difficile en matière de racisme ; et les critiques formulées, dans l'ensemble, l'ont Été avec des arguments ni raisonnés, ni valables, mais venus de « derrière la téte ». C'est ce qui explique la hargne de certains critiques, débusqués, malgré eux, de leurs habitudes confortables. Par contre, dèux choses d'ordre divers, sont à reprocher : l'émission a dtl paraître très ennuyeuse à bien des téléspectateurs, non familiers des techniques psychodramatiques

ce qui n'empêche pas

qu'ils aient également participé, s'ils ont eu le courage de regarder jusqu'au bout. D'autre part, l'émission terminée, "les speciateurs sont restés seuls avec leurs pensées, pas très ordonnées et toutes fraîches , personne n'est venu les aider à opérer une synthèse, à faire le point. Le groupe d'expérience, lui, a bénéficié de l'aide de la meneuse de jeu qui a expliqué à chacun ses propres réactions, comme elle l'a fait devant nous au jeune homme juif, à titre d'exemple .- les spectaieurs n'ont pas tous en bloc, l'attitude de ce jeune homme. Et il n'est évidemment pas constructif de détruire l'ordre des esprits, sans leur donner ce dont ils ont besoin pour reconstruire. A quand une émission synthèse, fastidieuse sans doulE DÉBAT (ONTINIJE ..• Dans notre dernier numéro, commentant l'émission « Faire face » consacrée récemment au racisme, à la télévision, nous avons invité nos lecteurs à nous faire connaître leur point de vue sur les problèmes posés non seulement par l'émission elle-même, mais par les divers aspects du racisme et de l'action antiraciste_ Nous publions ici l'une des premières lettres qui nous sont parvenues. te, mais si utile ? L'abcès avait crevé, il ne fallait pas le laisser se refermer, mtlrir de nouveau sous une coque qui risque cette fois de résister aux chocs psychologiques, tant l'inconscient va vite à se dresser de nouvelles défenses bien plus solides celles-là. - Daniel KIPMAN. ont lieu actuellement en Afrique da Sud ne sauraient résoudre les problèmes vitaux du pays. Le corps électoral blanc semble préoccupé uniquement d'assurer le maintien de la domination blanche. Il fuit tête bais& ée devant les réalités pressantes. Ces problèmes ne sauraient être résolus par une politique de temporisation et de complaisance à l'égard des préjugés raciaux et de l'égoïsme. Les problèmes du pays ne peuvent être résolus que par l'élection d'une Assemblée Nationale avec tous pouvoirs pour rédiger une nouvelle Cons · titution fondée sur une démocratie sans discrimination raciale en Afrique du Sud. Aussi, je profite de la période électOl'ale pour lancer cet appel aux électeurs blancs, dans l'honneur et le courage, maintenant, avant qu'il ne soit trop tard : acceptez et préparez la réunion d'une Assemblée Nationale Constituante, seule solution de paix pour éviter une crise. Les électeurs devraient soumettre aux candidats cet. te position vitale à chaque réunion électorale. Aux gens de couleurs, Africains, Indiens et métis, je dis: organisezvous dans l'ensemble des villes et des campag~s comme jamais" vous ne l'avez fait auparavant autour du mot d'ordre : « Une Assemblée Nationale Constitutante », et dressez-vous avec iermeté contre les lois de discrimination raciale qui nous humilient, défendez votre dignité ! • Sur 16 millions d'habitants en Afrique du Sud, il n'y a que 1.800.000 électeurs, tous blancs. Les élections du 18 octobre ont donné une nouvelle fois, comme il fallait s'y attendre la majorité au Par"i Nationaliste, dont le dirigeant, le Dr Verwoerd, reste président du Conseil. • L/ état d/ esprit des barbouilleurs Soixante-seize jeunes gens arrêtés à New-York pour avoir barbouillé des croix: gammées sur les murs, ont fait l'objet d'une enquête psycnologique, réalisée pair le professeur Martin Deutsch, du Collège Médical de New York. L'enquêteur a conclu que les délinquants souffraient « d'un sentiment d'insécurité et d'inadaptation », résultant de l'instabilité de leur vie familiale. La plupart avaient déjà été arrêtés pour d'autres délits et plusieurs étaient alcooliques. Profondément imprégnés de préjugés antisémites, 11s ont aussi exprimés leur hostilité contre les noirs, et étaient persuadés d'être approuvés par l'opinion. « Ils sont cyniques, méfiants, amers et désoeuvrés » a déclaré le Dr Deutsch( qui a ajouté : « Si nous ne modifions pas les conditions qui créent de tels individusil pourrait en résulter un véritable danger_ » SSlWOv" do'UtÛlt .. c'est SlUJOv" tI.ÎtPu, , EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. 4--------- Un ancien S. A. chef de la diPlomatie de BOnn? Le 11 Novembre LE sinistre Hans Globke, ancien rédacteur et commentateur des lois racistes hitlériennes, r estera-t-il ministre dans le nouveau cabinet mis sur pied laborieu· sement par le Dr Adenauer? On l'ignore encore à j'heure où nous mettons sous presse. Ce que l'on sait, par contre, c'est qu'en vertu des accords conclus entre le chancelier et Eric Mende, dirigeant du F.D.P. (parti « libéral »), le poste de ministre des Affaires étrangères sera confié à Schroeder, candidat de Strauss, le ministre de la guerre. Qui est Schroeder? Sous HiLler, il fm membre des S.A. (Sections d'Assaut) , c'est-à-dire l 'une des organisations nazies déclarées criminelles par le Tribunal International de Nuremberg. Allant au de. vant des critiques soulevées par cette nomination, le Bulletin, édité par le parti d'Adenauer, a tenté de blanchir Schroeder. « Comme à de nombreux étudiants, "'!crit l 'organe de la C.D.U., il lui fut .técessaire, au cours de l'hiver 1933-31, d" demander son adhésion à cette organisa tion. » Nécessaire? Seuls les volontaires, pourtant, ét'aient intégrés dans ce « corps d'élite ». Devènu en 1936, professeur à la Faculté de Droit de Berlin, Schroeder enseigna sans aucun doute selon les con· ceptions nazies. De plus, il était membre du Conseil d'administration du trus:; Kliickner, spécialisé dans la fabrication des munitions, exploitant des usines en Tchécoslovaquie, en Roumanie et en France. Après la guerre, Schroeder, qui avait fait ainsi fortune, n 'a pas été inquiété. Depuis plusieurs années, il est ministre de l'Intérieur. C'est lui qui a truffé d'anciens nazis la police et les services adminitra tifs de la RépUblique Fédérale d ' Allemagne. C'est sous sa protection que se sont reconstituées tant de groupement néo-nazis. C'est grâce à sa mansuétude que les barbouilleurs de croix gammées ont pu poursuivre leurs menées, il y :3 deux ans sans être inquiétés. Dans le même temps, Schroeder poursuivait une lutw farouche contre les partisans de la paix, les communistes et les progressistes, les vicoimes du nazisme, interdisant leurs orgarii~àtions, jetant en prison des milliers de militants. Tel est l'homme qui, désormais représentera l'Allemagne de Bonn sur l'arène internationale. C' est tout un programme! à l'appel du M. R. A. P. HOMMAGE aux Nord -Africains i~ el -~ aux Français Menaces et attentats antijuifs Les hé ritiers Une affaire particulièrement significative vient d'éclairer l'état d'esprit qui règne dans les cercles dirigeants de l'Allemagne occidentale. tombés ensemble pour libérer Po ris En ce J J novembre, où les Fronçais unanimes rendent un hommage commun aux morts des deux dernières guerres, en ces heures aussi .où l'on voit le racisme relever si dangereusement la tête, le M.R.A.P. a organisé, pr.?s de la Bastille, une émouvante manifestation. (SUITE DE LA PAGE UNE.) rhâtimen ts dont l',ltnivers frémisse ... Tant pis pottr vous. Il y aura un crime de plus. MéfieZ-VOlis, salle (sic) youpine. » Quelques jours après, une charge de plastic explosait devant le lycée La Fontaine. Sans qu'il soit possible d'établir 'Que celle-ci fut la conséquence de la lettre, cette hypothèse ne saurait être écartée. Les membres du personnel de l'établissement, réunis le 2, octobre, ont adopté une résolution où ils exprimentfeur indignation et rléclarent estimer de leur devoir « d'atti'rer l'attention des po1tvoirs ct de l'opinion f/tblics sur de pareils faits, qui rappellent traqiquement les frocédés da naziS/ile à ses débuts ». YIlIe Denise \Neill a décidé de porter plainte. Autre fait de même nature encore :

\1. Georges Gurvitch, professeur de sociologie

à la Sorbonne, a l'ecu le 6 no vembre une lettre signée « O.A.S. (Section Paris R.G.) où l'on peut lire : « Pour la deuxième fois en q1/.elqnes iours, nou.s trouvotls votre siqna,t1/.re Olt bas d'une adresse concernant les affail-es d'Algérie, à côté de oelles des Schwarf:::, des Sartre' et autres 121 ( ... ). « Nous n'admettons pas que VOUS, -.J """'" "&,. dJ..J..-oI\, Q.w...k ~ ~~ _ vo~ \'~-~ ~,-,-u,...Jr~.ô::.k ~ _~..:.,... .... u' \p,Q, ~ ..-e.?t1-Vt.. _ (VI o~ La lettre reçue par Mlle Weil 110llS vous mêliez de ces questions : « VOUS, Français de FRAICHE DATE (1938, si nous sommes bien infO'rmés) , « en réalité, METEQUE, v·elllt du fin fond de la Mer Noire, « et par-de'ssus le marché, JUIF. «JUIF ERRANT qui a traîné sa besace dans tous les pays d'Europe ( ... ). « La discrétion la plus élémentaire, le tact le moins délicat auraient dû vmts empêcher d'interv,enir dans des q1testions qui ne sont nullement de' votre compétence, métèqu.e, Jnif et fU'Yard!!! et ne regardant que les vrais Français ( ... ). « V01~S n'ave::: par su VOUS TAIRE

votr!' impnd.ence effrontée sera

châtiée'. « L'O.A.S. s'en chargera. » ENCO,RE DES CROIX GAMME.ES Ainsi, il apparaît clairement que l'antisémitisme, lui aussi, fait partie cie l'arsenal cles plastiqueurs. Comment s'en étonner, quand on sait que l'O.A.S. a été créée, lors du putsch d'avril dernier avec le concours cie « Jeune Nation ». du M.P. 1.1, du « Rassemblement National », clu « Front National Français » et d'autres groupes fascistes liés par l'in termédiaire d'Ortiz à l 'internationale nazie. Déjà, il y a quelques mois, un attentat était commis au clomicile du Grand- Rabbin Kaplan, et plus récemment à l'école juive « Beth Rivkah », à Yerres (Seine-et-Oise) . On constate dans les couloirs du métro et sur les murs de Paris, une recrudescence des croix gammées et des graffiti antisémites, tracés par les mêmes mains que le sigle de l'O.A.S. Des croix gammées ont été également barbouillées sur les 111urs cie la synagogue (le la rue Julien-Lacroix, dans le 20· arrondissement, ainsi Que sur des voitures en stationnement, dont certaines ont été gravement endommagées (1). Signalons enfin que, dans la nuit du 23 au 24 octobre, le monument élevé en forêt de Fontainebleau à la mémoire de Georges Mandel, assassiné par la milice pétainiste, a été souillé par les nervis r ar. istes. L'I N EVIT ABLE COROLLAI RE. En Algérie même. l'O.A.S. qui, ces derniers temps, n'hésitait pas à faire appel aux juifs, en excitant au racisme antimusulman, semble avoir renoncé à ses efforts de camouflage. II est notoire qu'elle recrute ses tueurs parmi les éléments fascistes et antisémites, quand ce n'est pas pas parmi les anciens S.S. de la Légion étrangère. L'émotion est vive dans les milieux juifs d'Algérie, après l'assassinat par ces tueurs, le 2 novembre, du Docteur Joseph Cohen, connu pour son attitude humaine, et profondément estimé par les musul" mans. De même, il semble que M. Camille Lévy, président du syndicat des chauffeurs de taxis, tué le 8 novembl'e, soit aussi une victime de l'O.A.S. Ces menaces, ces attentats, ces crimes, qui se multiplient impunément, en même temps que les « ratonnades », confirment une nouvelle fois, pour qui l'ignorerait encore, que l'antisémitisme est l'inévitable corollaire du racisme antimusulman . (1) Les conseillers munICIpaux commu· nistes de Paris ont demandé au Préfet de police, dans une question écrite, {( quelles mesures il compte prendre pour empêcher le renouvellement de ces activités fascistes ». Le 2 novembre, un citoyen yougoslaV1!. M Lazor Vracaric, qui s'était rendu à Munich pour affaires, fut arrêté dans sa chambre d'hôtel. Son crime? Il avait « lâchement assassiné » plusieurs soldats allemands au cours d'une embuscade, dans son pays occupé par les nazis, comme l'a expliqué froidement le procureur Heinrich Gulden. Aussi un mandat d'arrêt avait été lancé contre lui... en 1941. Et c'est cet ordre qu'appliquait, 20 ans après, la police de Schroeder, comme si rien ne s'était passé. l'Allemagne d'Adenauer faisant sien, sans réserves l'héritage de l'hitlérisme. Le ministre des Affaires étrangères. de Bonn consulté (c'était encore von Brentano), déclara qu'il « n'était pas compétent en la matière, s'agissant d'une affaire crimindle )). Il fallut que la YougOSlavie adresse à tous les pays ayant combattu l'Allema· gne hitlérienne, une note attirant leur attention sur ce scandale; il fallut des protestations venues du monde entier pour qu'au bout d'une semaine M. Vra· carir., {( coupable » d'avoir combattu la Wehrmacht et le nazisme, soit libéré. Le ministre fédéral de la Justice a promis, certes, que « cela ne se reprodu irait pas )). Mais il n'a pas été ques-· tion de prendre des sanctions contre les responsables de ce {( regret table incident ». Au J, avenue Daumesnil, se trouve une ploque opposée à la mémoire des Nord-Africains et des François Jombés ensemble dons la lutte contre ~ le nazisme, contre le racisme bar- ~ bore des hitlériens. C'est là que le i M.R.A.P. avait convié ses omis. A 1 6 heures, une foule nombreuse ar riva en cortège, de la Bastille_ Derrière les porteurs de gerbes, on reconnaissait notamment Pierre Paraf et Charles Palant, vice - président et secrétaire général du M.R.A.P., entourés des membres du Bureau National ; le général Paul Tubert, ancien député-moi re d'AL ~ ger; Mme Mathilde' Gabriel Pé ri, ~ André ToUet, président du Comité ~ Parisien de la Libération, secrétaire

général de l'Union des Syndicats (c.

~ G.T.) de la Région Parisienne; Alfred Grant, secrétaire général de l'Union des Sociétés Juives de Fronce

M. LucibelJo, secrétaire général

de l'A.R.A.C. Après le dépôt cles gerbes et des bouquets, qui avaient été apportés en prend nombre, une minute de silence fut observée. 25000 personnes au Monl Valérien 25.000 Parisiens, répondant à un appel du Mouvement de la Paix, se sont rassemblés le dimanche 1,;. novembre au Mémorial du Mont-Valérien, pour honorer la mémoire des milliers de héros tombés là, sous les balles des pelotons d'exécution nazis, Cette manifestation avait le sens d'une protestation contre la renaissance du militarisme allemand et d'un appel à la lutte pour la paix, ainsi que le proclame le serment qui été solennellement appl'o •. vé par l'immense foule. Parmi les nombrt!uses personnalités pP'" sentes, notre secrétaire général, ·Charte. Palant, et Julien Aubart, représentaient le Bureau National du M.R.A.P. En feuil&tant &, ~ ~C~ de . fa fRépuMique 9lélnOCiatiqlu D'UN récent voyage en République Démocratique Allemande, j'ai rapporté des livres d'histoire, utilisés dans les écoles, qui montrent bien l'orientation nouvelle donnée à la jeunesse. En feuilletant ces manuels, on constate que non seulement les crimes de Hitler et les méfaits de l'impérialisme, du militarisme allemands sont rappelés, mais aussi expliqués et condamnés comme une menace contre la paix en Europe et un danger pour le peuple allemand lui-même. Dans le livre de la go klasse der Oberschule (1), la préparation idéologique à la guerre est dénoncée (page 216): « Les fascistes ont déversé un flot de mensonges pour diviser et endormir le peuple. Un des moyens a été l'enseignement du racisme orienté avant tout contre les juih et les peuples slaves ... Cet enseigne .. ment démentiel a été porté à l'état de loi en 1935. )) Les persécutions antijuives sont décrites (page 247) depuis les discriminations et les pogromes de 1933 jusqu'aux déportations. « Les fascistes ont assassiné dans leurs camps d'extermination plus de cinq millions de juifs. » Des photos illustrent les violences falScistes : synagogue incendiée pendant la Nuit de Cristal (figur'~ 112), convoi de juifs pour un camp de concentration (figure 113), etc ... Le livre souligne qu'après les juifS, la haine ra· ciale envers les Slaves justifiait la politique d'espace vital (page 248) et qu'avec le racisme, la lutte contre la culture était un des principes du fascisme. Autre exemple, le livre de 12' classe (2), « Neueste Zeit )). Il revient abondamment aux crimes des fascistes. Il évoque le rôle de la Résistance dans les différents pays occupés. Citons rapidement : Le racisme (page 163) ; Les lois antisémites de Nuremberg (page 164); La Nuit de Cristal et les persécution .. antijuives (page 165) ; La terreur fasciste dans les pays occupés (page 222 et suivantes) ; ,Les massacres de Lidice et d'Oradour 'page 223); Les camps de concentration (page 225 et suivantes); La Résistance en Europe (page 228 et suivantes). On y trouve aussi de nombreux docu· ments: L'Ordre de la Gestapo de détruire les synagogues (page 310); Le rapport de Heydrich à Goering sur la Nuit de Cristal (page 310) ; Le rapport du chef d'une brigade S.S. daté du 31/X/l3 qui donne le bilan de l'action des Einsatz Kommandos avec des détails sur les méthodes employées (r.. sillades, pogromes, etc ... ), (page 319) ; L'anéantissement du ghetto de Var .. vie (page 320); La lettre déchirante d'une jeune eWportée juive de Tarnopol (pages 3:11 et 322) qui sait qu'elle va mourir, etc ... On pourrait multipler les citations ei; les extraits : mais il faudrait traduire toutes les pages concernant la dernière période. Car ces chapitres dénotent la même volonté de dénoncer les crimes fascistes, de dire les responsabilités et le processus historique qui les a rendUi possibles. S'il en était de même à l'Ouest, il n'y aurait pas . de ({ problème allema.nd », ou, pour le moins, il serait sur la voie d'une solution satisfaisante. Malheureu· sement, force nous elit de constater que les manuels d'histoire en usage dans les différents Lander de la République Fédé· raIe ne consacren que quelques lignes aux crimes commis par Hitler. Raph FEIGELSON. (1) Qui correspond à notre 4' de Lycée. (2) Première de Lycée. , PAS DE ÇA CHEZ NOUS! Un ardent meeting IL fallait que certaines choses soient dites. Il fallait qu'après les événements tragiques du 17 octobre et des jours suivants, les antiracistes condamnent publiquement, sans équivoque, les discriminations et les violences pratiquées à l'encontre des,Algériens musulmans. Il tallait qu'on sache que des Français de toutes tendances sont décidés à proclamer bien haut leur inébranlable attachement au respect de la personne humaine, :'t nos traditions de fraternité, d'humanité, de démocratie, et leur volonté de les défendre, unis, quoi qu'il en coûte. Il tallait, en un mot, que malgr l~ les pressions et les dénégations, se fasse entendre la voix de la conscience française. C'est l'honneur du M.R.A.P. de l'ovoir permis en orgonisont la manifestation du 8 novembre. à la sa lle Lancry. Les orateurs qui se sont retrouvés ce so irlà sur la même tribune représentaient des groupements, des courants qui, les jours précédents, avaient pris position contre le racisme par les initiatives les plus diverses. Le fait qu'ils aient affirmé ensemble, 'dons une unanimité impressionnante, la né_ cessité de poursuivre sans désemparer l'action la plus énergique, est lourd de signification. Et puis, ce qu'il faut souligner aussi, c'est l'atmosphère qui régnait dans la salle, faite tour à tour d'émotion, lorsque Charles Palant demanda une minute de silence à la mémoire des victimes de la répression raciste, de colère lorsque furent évoqués certains aspects, particulièrement douloureux, de cette répression, d'enthousiasme chaleureux enfin, chaque fois qu'un orateur appelait à l'union et à la lutte. Un tel meeting ne se raconte pas. Il n'est pas possible de reproduire en quelques colonnes tout ce qui fut dit au cours de cette riche soirée. Ce qui importe, dI'ai lleurs c'est moins les mots différents, la fa_ çon 'différente pour chacun d'aborder les problèmes, que la convergence des volontés si évidente que, parfois, les hommes les' plus opposés par leurs tempéraments ou leurs opinions, en venaient à e~prime~ ave.c des formules identiques leur etat d esprit commun. L'AFFAIRE DE TOUS LES HOMMES Pour marquer dès le début qu'à nos yeux le racisme est indivisible, Albert LEVY au nom du secrétariat du M.R.A.P oro'pose que la présidence soit confiée a Charles PALANT, secrétaire général du M. R.A.P., qui connut les souffrances du camp ~' Auschwitz. LA RESOLUTION « Le racisme, déclare ce dernier, n'est pas seulement la conséquence du fascisme : il est aussi une des composantes du fascisme, un des ·moyens par lesq uels s'insinue l'accoutumonce, le climat propice à l'étronglement des libertés l. .. » « La lutte contre le racisme, est donc l'affaire de tous les hommes, poursuit.il, ct non des seuls hommes que la discrimination raciale expose à la persécut:on. Car la main ~anglante qui déchire la .:hair des malheureux privés de leurs droits d'hommes à part entière ne se fait plus jamais caressante à l'égard des autres hommes. lorsque de prétendus sous-hommes ~ont précipités à la Seine, ceux qui demeurent sur la berge et qui n'entrent pas dans le combat pour la dignité de tous les hommes, en luttant pour la paix, combattre pour la nôtre, pour l'aven ir de notre pays ... » UN TRAGIQUE PARALLELE Président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l' Entr'aide, M' Charles LEDERMAN trace un parallèle - qui s'est imposé à bien des esprits - entre le 16 juillet 1942, où des milliers de juifs furent arrêtés et parqués au Vel' d'Hiv', et les jcurnées d'octobre 1961 « où le racisme s'est manifesté par des méthodes plus terr: b!es encore ». « Il s'est trouvé hélas ! en plein Paris, s'écr ie·t-i l, des Français qui ont voulu ~oufHeter notre pays, au point de le défigure' ·. .. Heureusement, grâce à la prompte réaction qui a suivi, il est permis d'espérer que notre pays va montrer à nouveau ~on vrai visage, exprimant à l'égard de tous les hommes une véritable fraternité. » LE ROLE DE L'UNIVERSITE , l'Univenité est par essence universelle, déclare ensuite M. Alfred KASTLER, profe, seu r à la Faculté des Sciences de Paris; elle refuse le cloisonnement des êtres humains

son rôle est de défendre 'toutes les

valeurs huma ine:. » Et il cite cette circu· A l'issue du meeting, 181 résolution suivante a été adoptée à l 'una· nimité. Une vue de la salle (Photo E. Kagan). Les Parisiens, réunis le 8 novembre 1961 à l'appel du M.R.A.P., après avoir entendu les orateurs représentant les courants ~es pl~; divers de l'opinion françaIse, fie· trissent de toute leur conscience ~e Français et de républic::,ins, les diS· criminations et les VIOlences ra· cistes qui, dans la derI!i~r e pério· de ont frappé les AlgerIens mu· suimans avec unc cruauté sans précédent. .Le couvre·feu imposé à tout un groupe de la population , !es rafles « au faciès· n systématiquement multipliées, les « ratonnades n, d'Alger ou de Metz, d'Oran ?u. d2 Nancy l'internement de mIllIers d'inno~ents et leur brusque trans· port dans les camp~ d' Algérie, ~es sanglantes représaIlles exercees lors des manifestations du 17 octobre et des jours suivants, constituent autant d'atteintes intolérables au respect de la personne humaine, aux principes démocratiques et au renom de la France dans le monde. Les participants à l'assemblée antiraciste du 8 novembre demandent avec force que des sanctions impitoyables soient prises dans les plus brefs délais contre tous· ceux, quels que soient leur grade et leur f?~c: tion, qui portent la responsabIhte de tels actes. Ils demandent que les mesures discriminatoires soient immédiatement rapportécs, et qu'il soit mis fin radicalement à ces moeUl'S qui constituent un immen· se péril pour notre pays. Ils soulignent que la guerre d'AI · gérie, qui entre dans sa huitièmc année, explique, sans d'ailleurs au .. cun1)ment les justifier, l'inquiétante montée des haines et le déchaîne· ment des violences racistes. Pour cn finir avec cette situation mena· çante, il faut que s'ouvre la négo· ciation en vue d'une solution pacifique, dans le respect des droits des peuples et de la dignité de tous les hommes, sans distinction d'origine, de race ou de confession. Les partici!!l\nts à l'Assemblée antiraciste s'engagent à poursuivre ardemment le combat pour que triomphent à nouveau, dans notre pays, les nobles traditions trop longtemps étouffées, de fraternité humaine, de démocratie et de paix. risquent fort d'être les sous-hommes de demain. » Après avoir évoqué ces journées où, se· Ion le cri d'un parlementaire « la bête hideuse du racisme a été lâchée », il de· mande que so ient sanction nés tous les coupables. Et saluant les travaill e urs, les étu. diants, les professeurs, les syndicats, partis et organisations qui se sont dressés contre, le racisme, il appelle en termes chaleureu , à l'union agissante de tous. POUR NOTRE PROPRE DIGNITE « Je n'ai pas le début du commencement d'une ombre de preuve », a dit un mini st re au su jet des violences reprochées aux policiers. André LARQUIER, qui intervient en· suite, voit dans cette parole l'une des plus scanda leuses qui aient été prononcées en cette période. Il souligne que la situation faite aux étudiants algé riens les obi ige à quitter la France, et le fossé risque de se creuser encore davantage, malgré tous les efforts des étudiants fran çais, entre les deux peuples. « Si les Algériens combattent pour leur dignité, conclut-il, nous devons, laire ministérielle du 8 décembre 1904 qui dit que « si parfois, comme naguère, en des temps obscurs, le pays inquiet, ,:herchant le O'roit et la Justice, a besoin de conseils généreux' et désintéressés, il '1rouvera encore, parmi les Maîtres de l'Enseignement Public, des hommes sans haine ni parti, pour défendre la vérité : c'est le plus noble service que l'Université puisse rendre ·iI la démocratie ». C'est dans cet esprit qu'a été organisée la réunion du 21 octobre dans la cour de la Sorbon ne ; que des professeurs ont fait devant leurs étudiants une déclaration condamnant les discriminations et les violen· ces racistes; que la Fédé ration de l' Education Nationale, à son congrès, a invité tous les enseignants à faire une leçon sur le racisme. SE T AI,RE, CE SERAIT ACCE.PTER « Toutes les violences auxquelles nous assistons sont la conséquence de cette 'Jue rre, constate M. Guy GOUYET, porte-parole de l'Union Régionale Parisienne des Syndicats Chrétiens. Mais quand tous les 'travailleurs nord-africains sont visés, en 'tant Suite de l'éditorial Et pour différentes que soient les circonstances, tous les Français ont reconnu ce mépris de toute une catégorie d'hommes, assimilés à de~ hêtes ou à. des objets, cette même négation de la dignité humaine dont le rnL'isme est l'expression odieuse. En fait le racisme est indivisible, quelles qu'en soient les victime ,; quels qu'en soient les auteurs. Ce n'est pas un hasard si, dans le mo· ment même où sévit si cruellement le racisme antimusulman, nou'; voyons le racisme antijuif relever la tête. L'un et l'autre ont aujourd'hu· une source commune : la guerre d'Algérie, qui excite les plus bas instincts, qui favorises les ignoble~ menées des fascistes, aujourd'hui spécialisés dans les plastiquages, h;er mobilisés dans la campagne des croix gammées. Plus que jamais s'impose donc le combat, indivisible lui aussi, que doivent poursuivre et amplifier, unis, tous les républicains dignes de ce nom, contre le racisme et pour la paix. A. L. 5 antiraciste que tels, le problème change. » Evoquant le dossier récemment étob l i par la CFTC sw les brimades et les sévices infl igés systématiquement aux travailleurs algériens, « se taire, dit·i1, ce serait accepter de voir s'étendre de ~ elles méthodes... ». Et il insiste sur la responsabilité qui in_ combe à tous les Français, en particulier aux syndicalistes dans la lutte nécessaire pour arrêter ce terrible engrenage. COMME,NT NE PAS ETRE BOULEVERSES ? ... Nombreux son t aujourd'hui dans le monde les sca ndales qui représentent des at· teintes à la per,onne humaine, sou ligne le rabbin SIRAT. Mais comment ne pas être particuli èrement bouleversé par ce qui vient de se passer à Paris) ... « Les mauvais ( raitements subis par les Algériens m'ont ~ouché personnellement, déclare-t-il. Je ne puis que me souvenir d'il y a 20 ':lns, lorsque tout juif pouvait être emmené dans ,:es hauts-lieux de la civilisation que sont le Vel' .;l'Hiv' et Drancy. » « Il faut faire quelque chose pour que cela ne recommence pas, poursu it.il. ':e que nous faison~ risque d'être tragiquement insuffisant. » Et il appelle à lutter contre toutes les formes du racisme.. à éduquer sens re lâche dans le sens de la fraternité. POUR LE CHATIMENT DES COUPABLES C'est par un témoignage personnel que commence M' Pierre STIBBE, parlant au nom du Parti Socialiste Unifié. Le 17 octob re, à l'Opéra, il a vu les Algériens montant les marches du métro, appréhendés un à un, systématiquement par les policiers auxquel s ils n'opposaient aucune résistance . Lui aussi inc!'ique : « Ce sp·ectacle m'a ramené 18 années en arrière : ce parallèle est inéluctable pour quiconque éta'it':' Paris en 1942 ». « Nous avons répété, poursuit·i l, que le peuple allemand portait collectivement la responsabilité des crimes nazis. Peut-être qu'un certain nombre d'Allemands les ignoraient, et en tout cas, la protestation leur était difficile. Aujourd'hu'i, nul ,Parisien ne peut in garer ce qui s'est passé : Nous devons donc multiplier les protestations, et demander le châtiment des coupables, car ces horreurs persisteront tant que leurs auteurs bénéficieront de l'impunité... }) LE RACISME EST AU MILIEU DE NOUS « Nous voyons, déclare le pasteur LOCHARD, comment le racisme peut entrer à pas feutrés dans la vie d'un peuple. Le racisme est au milieu de nous. Et nous dO:;CGLlvrons les Algériens comme naguère nous (" .,"5 tout ",. coup décou·vert les juifs. » « Nous devons nous unir, dit·il encore, pour lutter contre cette ségrégation. Nous voulons vivre le temps de la fraternité avec un peuple algérien libre ... » Il conclut: « Pour que les jeunes ne disent pas : « Ils ont laissé passer l'heure du courage », pour le « oui .» de la fraternité de demain, nous devons dire « non » aujourd'hlJi » ... (Suite page 9) LES PERSONNALITES ET LES MESSAGES Outre les orateurs, diverses personnalités avaient pris place à la tribune: Mme Suzanne COLLETTE-KAHN, vice-présidente de la Ligue Française et secrét&irp générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme; MM. le pasteur Maurice VOGE, BELS!E, président de la Famille Antillaise, WELLERS, vice-président de l'U.N.A.D.I.F., Clément BAUDOIN, conseiller municipal de Paris ; le Dr Henri ATLAN, président de l'Union des Etudiants Juifs de France. Dans la salle é~ait présent le syndicaliste André IL.LAT, qui, l'an dernier avait été poignardé par des racistes pour [!.voir pris la défense d'un travailleur algérien qu'ils insultaient.

Des messages de solidarité avaient été envoyés par MM. Pierre MENDES-FRANCE, ancien président du Conseil ; Paul ANXIONNAZ et Marcel PAUL, anciens ministres ; Fernand GRENIER, député; Georges MARRANE, sénateur ; Georges LAURE, secrétaire général de la Fédération de l'Education Nationale ; Henri FAURE, président de la Ligue de l'Enseignement; le pasteur André BOEGNER; Augustc GILLOT, maire de Saint·Denis ; le général Ernest PETIT ; Louis TURPIN, conseiller municipal de Paris; Mme Mathilde GA BRIEL-PERI ; le docteur KLOTZ ; le docteur GINS· nOURG ; Adolphe ES PIARD ; le poète GUILLEVIC; le Secours Populaire Français

la Fédération des Etudiants d'AfrIque

Noire en France. .,--- - --~ --- 6 ~IIIIIIII:IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII 1 Sur l'Algérien abattu l'autre sOir.... 1

. . confondus. Cette guerr e ::

ê 1 nialisme et le racisme se s?nt tOUJ,~:~is visage ? Il y a quelques ê ê LE ~o~ elle aujourd'hui mon~rer enf~l S~ll~ de la région parisienne, des ê ~ o.SJ .CharlesIS ' lorsb de la umna nhifoemstmateIO nso duess me~.e fCharlesresc l" un hodem mm~1 l1suatness saurmr lee. ~ ê poliCiers ont ~ ~~tu'tendu les bras en crOlX, ,une Izal~e_ dans un camion. ê

L'homme est 1 es ,e e . ette _ il n'y a pas d a~tre !Ho mais il se trouve ::

ê trottoir, aV~'lt ~'h on ~~ Jles rapproche111ent~ ~yste~llat1qu~shes depuis dix-huit ~ ê Je n,e c ~el c e ~u dans une rue, un Clvtl tue par l' ~ter:nination, par les ~ i~~. jLa n d~~rèl~~f?iS,~ t;'étaitdà GRahvcie~ës:a~lCharles 25 mai 2010 à 13:01 (UTC)àd~or~ait Ul} brassard avec ~ . d m1l10ntes JUives e ad::

n~zl ~, es , , . . t aucune marque e :: ê l'etOlCharlesel'Charles 25 mai 2010 à 13:01 (UTC)·ien. aba!t';l l'aMutr: soi~, 1~ns~1~ ~l~~od~f~~seurs de l'?rdret~i~~ ê

- . .' . ausSI precise. aiS, 0 ' taine tenue vest1men ê chscnmlnatlOn U ertaine couleur de peau, une c~r't . t qu'algérien) : on ::

d.e h,on s yeulxu.s gnu~e rce eFn '1 a nce , d'autrfe sous-' prpo0~1el1 gasn an uS. ::
(Il n y la f p au mie~x, on arrête e~ on rapp~ a t décrit l'arrivée « en vrac» ê
ouvre e eu~ . d in ~ dans les hopltaux, !n on littéralement « mar- 

~ d'ho~l~lse:bl~~tul~11 f~Oi~lc~~n~;:se25 mai 2010 à 13:01 (UTC)i~~b:!~'s~rd cg~~:ant le à cl~~td~ad~e~~hi;~ ~ ê telés ». Nous n ~n son. nt end cependant à « marquer » - ê

comme on le vOlt, on s; e l'oublions ::
moses - ces « gens-la ». . 1 feu à l'occasion, cert:s, noUS ne uerre ::

~ Qu'ils ouvrent, llu:, aCharlesII, n'~st p~s d'humanité pos~lble db~~a~~l( e; enco~ ~ § pas et on n~:t rCharles 25 mai 2010 à 13:01 (UTC)is~lÈniendons-nous : de con:bl~~:~t al~oNberté et nos vio- §

que tout Y p . ï s'acrissait d'une foule rec la France meurt de 

~ r:nCharles Charles 25 mai 2010 à 13:01 (UTC)trdéCharles 25 mai 2010 à 13:01 (UTC){o:el~.'}e rO;n~t e~~iCharlesbl~i!Charlesr~U~ elle meurt dans son ~ ê cette guerre absurde. t ,l, e Pierre GASPAR, ê ê âme. Prix Goncourt. ê ~ 1111111111111111 \1\ \1\1111 \1\11 11111111111 ffi ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 Une nouvelle philosophie TOUT homme de coeur, et soucieux du rayonnement et de l'honneur de son pays, ne peut qu'éprouver honte et douleur devant ce qu'il voit, et aussi pour tout ce qu'il est en droit, hélas, de supposer. Les abstentions de nos représentants à l'O.N.U., lors des divers débats sur le racisme, n'étaient donc pas de pure tactique , elles traduisaient la nouvelle philosophie de nos gouvernants. Qu'en pensent donc ceux qui soutiennent ou ménagent un tel système et qui se disent démocrates ou socialistes ? Paul ANXIONNAZ, Ancien m i ni~tre. Pour tout l'or noir du Sahara ... 1 1 1 D EV ANT les manifestations ra- 1 cistes dont nous sOnlmes les témoins (ainsi que le monde entietr) , comme tm enfant qt~i ne re- 1 connaîtrait plt~s sa mère Sot~s lm masque affreux, j'éprotwe à la fois de l'effroi et de l'horreur. Je me rappelle avec angoisse {{ne phrase d'Hitler : « La FranclJI je la po·urrirai dt~ dedans ... » Tout l'or noir du Sahara ne saurait racheter tant de honte. Marcelle AUCLAIR, Ecrivain. L'homme pour l'homme C'ESl avec une immense tristesse que tous ceux qui, depuis de longues anrées luttent contre les doctrines inhumaines du racisme, et contre les racismes de toutes variétés, qu'ils osent ou n'osent pas dire leur nom, vcient dans le monde contemporain le~ montées et les flambées de racisme, conséquttnce soit de phénomènes politiques comme la décolonisation, soit tout simplement des brusques contacts entre des races que séparaient autrefois la géographie et l'ristoire. Notrl~ pays même, que l'universalisme de sa pensée avait jusqu'à présent préservé du racisme, cède depuis le conflit algérien à des tentations dangereuses et tous les hommes de bonne volonté, tous ceux qui croient que l'Homme est un Homme, avant d'être un noir, un blar.c. ou un jaune, un Arabe, un Berbère ou un Nordique ; tous ceux qui croient que l'Homme incarné et en situation, a droit à ses caractéristiques raciales, ethniques ou nationales

tous ceux qui pensent que les rapporis

humains ne doivent pas ressembler aux luttes des fauves dans la jungle ont le devoir de s'unir par dessus tout ce qui les divise et même les oppose, pour faire barrage aux doctrines et aux pratiques racistes, Une dure expérience montre qu'on ne saurait attendre d'un progrès automatique les nécessaires rJfJports de Justice et d'amitié entre les races et l e~~ péuples. Pour arriver à ce résultat, toujours précaire, toujours remis en question, il faut que les actes libres et courageux des hommes les plus cc nscients, éclairent et entraînent les autres ho..nmes. La lutte contre le racisme où qu'il soit et d'où qu'il vienne, quelles qu'en soient les victimes, est une forme de l'éternel combat de l'Homme pour l'Homme. Joseph FOLLIET, Directeur de la Chronique Sociale de France, 'ft'"_'"t~ __ - ft Une criante injustice LES mesures de discrimination, décrétées récemment, sont d'une rare maladresse et d'une criante injustice. Ces mesures « étant ce qu'elles sont » permettent aux Algériens de constater qu'ils n'ont pas les droits des « Français à part entière ». C'est à juste titre que notre Association s'élève contre elles et qu'elle proteste contre les brutalités de la répression policière. Amiral MUSELIER, Ancien Chef des Forces Françaises Navales Libre~. Faire disparaÎtre cette mentalité ... J E donne ma signature pour protester co nt re les mesures racistes prises contre les NordAfricains sans discrimination. Mais j'enten ds condamner toutes les violences, y compris celles qui ont entraîné la mort de trop d'agents de police. Les violences s'enchaînent, les unes provoquant les autres. Elles peuvent expliquer une mentalité de vengeance et de représailles aveugles mais ne les justifient pas. Un corps organisé pour assurer l'ordre ne doit pas, par des excès dans la répression, être lui-même une cause d'aggravation des désordres. Le premier devoir est de faire disparaître cette mentalité de guerre civile. Marius MOUTET, Ancien Ministre. - -- 1 .. ft -.--- '" L'abjection du racisme LE racisme est une des vieilles hontes de notre humanité, dont la forme, le nom et les victimes n'ont pas toujours été les mêmes. Il était permis de penser qu'après l'expérience qu'elle en fit sous Hitler, l'Europe du moins - et la France notamment - en serait guérie. Hélas ! Au lendemain même de la guerre, en 1947, lors de la discussion générale sur le Statut de l'Algérie, un élu musulman révélait à l'Assemblée Nationale qu' « en Algérie, on va jusqu'à pratiquer la brûlure de la peau, le passage du courant électrique dans les parties génitales » et que « le supplice de l'eau et de la bouteille y sont communs et fréquents ». C'était le racisme en action - ce n'était pas encore le ghetto de Varsovie ; c'était pire cependant que les propos méprisants et insultants, déjà suffisamment odieux. Les déclarations des musulmans soule. vèrent indignation et contestation. Ni le langage des gouvernants, ni celui des élus européens n'y avaient préparé l'As .. semblée. . Et, dès ce moment, une politique se précisa : il fallait nier, mentir au PaiYS, faire croire à l'opinion publique que ceux qui portaient de telles affirmations - qu'ils fussent algériens ou européens - étaient de mauvais citoyens dénigrant leur pays et ses représentants. En fait, les 31Uteurs des sévices étaient alors des policiers indignes qui, issus du r ecrutement local, croyaient, avec une orgueilleuse sottise, à leur supériorité raciale. Vint l'heure où, l'autorité civile s'étant déChargée sur l'armée de ses pouvoirs de police, certains officiers s'abaissèrent aux mêmes moeurs. Leurs propos n 'étaient pas racistes; leurs actes trahissaient leur mépris de l'homme musulman; mépris de l'homme qui finit, il est vrai, par s'étendre à ceux des Européens qu'ils considéraient comme leurs ennemis. De tous ces abus, une grande partie du peuple français - à qui la presse, la radio, et très évidemment les représenwu ...... - tants du pOUVOir n 'apportalient qu'un information fort incomplète - fut longu à s'indigner. Mais, progressivement, le racisme ant musulman s'est étendu à lai métropole à Paris bien plus qu'ailleurs. Une parti notable de la police - dont l'attitude n saurait trouver Sai justlfication dans le attentats criminels dont certains de se membres furent victimes - s'est livré sur les Nord-Africains à des violence. déshonorantes qui, le 18 octobre dernier ont pris une ampleur troublante. Par ce abus, plus que par les manifestation musulmanes, l'ordre pUblic véritable es menaiCé, en même temps que les tradt tions séculaires de notre pays, son sen de la dignité de l'honune et de l'honneur La honte, l'indignation que tout Fran çais digne de ce nom ne peut pas ne pa ressentir devant ces faits, doit aujour d'hui s'exprimer publiquement. Le mu· sulman d'Algérie, matraqué, torturé ou tué pourra cesser d'être notre compal triote ; il reste un homme comme nous égal à nous en dignité et ayant droit au même respect. A quel titre, au nom de quels principes oserons-nous désormais nous élever con tre les abus de la Gestapo et invoque la jurisprudence du tribunal de Nurem berg, si nous nous résignons à l'abjection du racisme? Jacques FON LUPT -ESPERABER Ancien député, Conseiller d'Etat Honoraire, Un clin C'EST bien volontiers que je m'associ vos protestations contre toutes les teintes à la dignité humaine et aux bertés individuelles. Le racisme trouve, n heureusement, une fois de plus, dans guerre qui se prolonge, le climat propicl ses débordements. Plus que jamais, c'est à cette guerre faut s'attaquer et en exigeant que les né ciotions pour la paix en Algérie aboutiss DE TOUS LES Hel Après les violences dont furent victimes les Algériens mus octobre et les jours suivants, nous avons demandé à de s personnalités l'opinion française, de nous faire connaître leur point de vue. Nous ~ rations qui nous sont parvenues. En ces graves circonstances, « DROIT entendre, une fois de plus, la grande voix de la consci ence française, conceptions, l'opposition de notre pe1uple tout entier au racisme, sa vc et la paix. Cette lente asphyxie ... LA Jeunesse Etudiante Chrétienne, conformément à sa nature de Mouvement Catholique Educatif des Jeunes, se doit de s'asfiocier à l'indignation provoquée par la vague de racisme qui, après l'Algérie, s'installe en France même. Les nombreux morts et humiliés des manife5tations musulmanes des 24 et 25 octobre derniers n'en sont que la douloureuse conséquence. Ces événements expriment la dégradation du ({ respect d'autrui li et le mépris croissant « de la dignité de la personne humaine ». Les réperCUSSions sur : une jeunesse , dont nous sommes responsables, ne sont que trop visibles et trop prévisibles. 1 ! • D'o~ O ~ est en est le s On est e prête à ce ;lés aussi, il n'a d' existence. Ainsi a-t-ol tion entre des a algériennes se 1 ces masses ont w_ - Le silence gênant de la presse, manquant à son devoir d'information et surtout d'Analyse, l'inaction des ci- IL N'y A PAS l toyens et des responsables politiques, hésitant, comme dans des temps lointains et en d'autres pays, à s'engager courageusement, ne peuvent que favo- I riser cette lente asphyxie qui menace notre pays. La solution n'est pas de , justifier ou d'excuser le racisme des 1 uns par la violence des autres. Tous 1 deux sont également condamnables et nous ne saurions admettre attentats l et violences quels qu'en soient l'origine et le but. Mais le problème est au- 1 jourd'hui, plus simplement, de ne pas refuser les cruelles évidences. Jean MASTIAS, Secrétoire général de 10 J.E.C. DE RACISME PROPRE VOYAGEANT en Pologne, au temp des Colonels, je me suis entendu dIre par le recteur de l' Université de Lwow : « Tout compte fait, je 1 avoue, ce n'est ni la religion, ni l'his_ toi re, ni l'économie, qui m'ont fait an tisémite. C'est une espèce de peur ota vique que je ne contrôle ni ne m'expli que ». Seule la fin de la guerre d'Algérie ••• Et nous sentons tous rôder autour de nous ces sortes de démons. Des pous sées instinctives s'expriment en haines et violences. Des passions élémentaires défient la raison et la foi. Il n'y a pas de racisme propre. Mois celui qui rampe olentour de nous est particulièrement sale, parce qu'il s'attaque, avec des for mes dérobées même oux corps de l'Eta et, tout à la fois pourvues de sa puis sance et couvertes par elle, à des hom mes et des femmes qui sont au mil ieu de nous sans appui. LA répression policière des manifestations musulmanes du 18 octobre a mis en évidence l 'instauration en France des méthodes que nous 'dénonçons depuis des années en Algérie ; nous savons trop où ces mèthodes nous conduisent. Nous devons maintenant tOUlt. faire pour stopper la progression du fascisme en France, nous ne pouvons plus attendre pour réveiller l'opinion, car cette opinion sait ce qui se passe. Notre riposte doit s'inspirer de trois principes : - Les responsables sont avant tout non la pOlice dans son ensemble, mais ceux dont elle dépend : le Prétet de palice, le gouvernement et le chef de l'Etat, - Mais ils n'ont pu en arriver là que grâce (lU consentement tacite de l 'opinion

si les hommes, les mouvements, les

partis et les syndicats qui proclament leur opposition au racisme et au fascisme ne réussissent pas, dans les jours qui viennent, à alerter le pays, eux aussi porteront une lourde part de la culpabilité, - Seule la fin de la guerre d'Algérie rendra possible le retour à une légalité inspirée par le respect de la personne humaine. Marc BARBUT, Secrétaire académique (Paris) adjoint du S.G.E.N. Honteusement logés, contraints à se terrer dès 10 tombée du jour, violenté dons leur dignité d'hommes, ces Nord Africains, dont une fiction juridique de moins en moins occeptable fait nos cam patriotes, alors qu'on leur dénie la qua lité de frères, en appellent à tout ce qui en nous se refuse à la lâcheté et à la honte. Pasteur Henri ROSER. -- u'" ft ft.-:u _ ---- ft .... L'abjection du racisme l E racisme est une des vieilles hontes de notre humanité, dont la forme, le nom et les victimes n'ont pas toujours été les mêmes. Il était permis de penser qu'après l'expérience qu'elle en fit sous Hitler, l'Europe du moins - et la France notamment - en serait guérie. Hélas ! Au lendemain même de la guerre, en 1947, lors de la discussion générale sur le Statut de l'Algérie, un élu musulman révélait à l'Assemblée Nationale qu' « en Algérie, on va jusqu'à pratiquer la brûlure de la peau, le passage du courant électrique dans les parties génitales » et que « le supplice de l'eau et de la bouteille y sont communs et fréquents ». C'était le racisme en action - ce n'était pas encore le ghetto de Varsovie ; c'était pire cependant que les propos méprisants et insultants, déjà suffisamment odieux. Les déclarations des musulmans soule. ~èrent indignation et contestation. Ni le angage des gouvernants, ni celui des lus européens n'y avaient préparé l'As· emblée. . Et, dès ce moment, une politique se récisa : il fallait nier, mentir au P8lYS, aire croire à l'opinion publique que ceux ui portaient de telles affirmations - u'ils fussent algériens ou européens - ·taient de mauvais citoyens dénigrant eur pays et ses représentants. tants du pouvoir n'apportMent qu'une information fort incomplète - fut longue à s'indigner. Mais, progressivement, le racisme antimusulman s'est étendu à lai métropole, à Paris bien plus qu'ailleurs. Une partie notable de la police - dont l'attitude ne saurait trouver Sai justIfication dans les attentats criminels dont certains de ses membres furent victimes - s'est livrée sur les Nord-Africains à des violences déshonorantes qui, le 18 octobre dernier, ont pris une ampleur troublante. Par ces abus, plus que par les manifestations musulmanes, l'ordre public véritable est menaicé, en même temps que les tradit. ions séculaires de notre pays, son sens de la dignité de l'homme et de l'honneur. La honte, l'indignation que tout Français digne de ce nom ne peut pas ne pas ressentir devant ces faits, doit aujourd'hui s'exprimer publiquement. Le musulman d'Algérie, matraqué, torturé ou tué pourra cesser d'être notre comp81- triote ; il reste un homme comme nous, égal à nous en dignité et ayant droit au même respect. A quel titre, au nom de quels principes . oserons-nous désormais nous élever contre les abus de la Gestapo et invoquer la jurisprudence du tribunal de Nuremberg, si nous nous résignons à l'abjection du racisme? Jacques FONLUPT-ESPERABER Ancien député, Conseiller d'Etat Honoraire. Combattre les causes LES brutalités policières dont sont victimes 1 es travailleurs algériens à Paris et qui ont at· teint une violence inouie les 17, 18 et 19 octobre, font revivre des temps que les démocrates et les patriotes considéraient comme révolus, je veux parler de l'époque où les hitlériens et leurs valets de Vichy régnaien t sur notre sol. Pour ma part, je me suis toujours élevé a vec le Parti Communiste Français contre toutes les discriminations et les violences de caractè re raciste, et naturellement contre celles que je viens d'évoquer et que je me propose de d énoncer à la tribune du Sénat. Les protestations multiples et variées qu i se sont élevées de milieux les plus divers du peuple de France, montrent que les procédés d e caractère fasciste utilisés contre les travailleurs algériens, sont condamnés par l'immens e majorité des Françaises et des Français. Cependant les protestations contre de telles pratiques déshonorantes ne sauraient suffire. Aussi est-il nécessaire d'en combattre les ca uses et tout d'abord d'intensifier l'action pour mettre fin à la guerre d'Algérie. Soyez assuré que demain comme hier et a IJjourd'hui, je ferai avec le Parti Communiste François, tout ce qui sera possible afin que s'unissent et agissent tous les Français opposés aux violences et aux crimes racistes, tous les Français soucieux de sauvegarder l'honneur et le prestige de la France. Jacques DUCLOS, Sénateur. Un seul réconfort ••. C'EST avec un sentiment fait à la fois de honte et d'indignation, que les Français attachés aux plus nobles traditions de leur pays, ont appri~ les mesures d'exception qui viennent de frapper les travailleurs algériens. Atteignant ceux-ci (indistinctement et exclusivement en qualité d'Algériens) elles devaient nécessairement apparaître comme d'humiliantes mesures de discrimination raciale. En fait, les alUteurs des sévices étaient lors des poliCiers indignes qui, issus du ecrutement local, croyaient, avec une rgueilleuse sottise, à leur supériorité aciale. Vint l'heure où, l'autorité civile 'étant déchargée sur l'armée de ses pouairs de police, certains officiers s' abaisèrent aux mêmes moeurs. Leurs propos 'étaient pas racistes; leurs actes trahisaient leur mépris de l'homme musul- Un climat propice Les inqualifiables brutalités de la répression exercée contre ces travailleurs manifestant ·tranqutllement Jet sans armes contre la discrimination dont ils étaient l'objet - en frappant aveuglément innocents aussi bien que présumés coupables - n'ont fait qu'agan

mépris de l'homme qui finit, il est graver la faute initialement commise.

rai, par s'étendre à ceux des Européens u'ils considéraient comme leurs ennei5. De tous ces abus, une grande partie u peuple français - à qui la presse, la adio, et très évidemment les représen- C'EST bien volontiers que je m'associe à vos protestations contre toutes les atteintes à la dignité humaine et aux libertés individuelles. Le racisme trouve, malheureusement, une fois de plus, dans une guerre qui se prolonge, le climat propice à ses débordements. Plus que jamais, c'est à cette guerre qu'il faut s'attaquer et en exigeant que les négociations pour la paix en Algérie aboutissent, nous arriverons à bannir les excès engendrés par la guerre. C'est d'ailleurs l'esprit de la motion votée par les Anciens du camp de Neuengamme qui m'ont choisi comme président de leur Association. M. MERIGON DE, Ancien Député, Conseiller général de l'Oise. DE TOUS LES HORIZONS •.• Après les violences dont furent victimes les Algériens mus'ulmGns de la région parisienne, le 17 octobre et le,s jours suivants, nous avons demandé à de s personnalités représentant différents courants de l'opinion française, de nous faire connaître leur point de vue. Nous reproduisons dans cette page les déclarations qui nous sont parvenues. En ces graves circonstances, « DROIT ET UlERTE » est fier de pouvoir faire entendre, une fois de plus, la gr'llInde voix de la consci ence française, affirmant, par delà la diversité des conceptions, l'opposition de notre pe1uple tout entier a u racisme, sa volonté4le faire triompher la fraternité et la paix. Cette lente asphyxie ... A Jeunesse Etudiante Chrétienne, conformément à sa nature de Mouvement Catholique Educatif des Jeunes, se doit de s'asflocier à l'indignation provoquée par la gue de racisme qui, après l'Algérie, s'installe en France ême. Les nombreux morts et humiliés des manife5tations usulmanes des 24 et 25 octobre derniers n'en sont que la uloureuse conséquence. Ces événements expriment la dé· adation du « respect d'autrui » et le mépris croissant « de dignité de la personne humaine ». Les réperCUSSions sur e jeunesse , dont nous sommes responsables, ne sont que cp visibles et trop prévisibles. - D'abominables souvenirs O ~ est en état de désordre lorsqu'il apparaît que la violence est le seul moyen d'expression d'une opinion quelconque. On est en état d'anarchie lorsque le pouvoir, à son tour, se prête à ce ç1ésordre et montre par son action policière que, lui aussi, il n'a d'autre recours que la violence pour affirmer son existence. Ainsi a-t-on vu, ces jours-ci, la police ne faire aucune distinction entre des auteurs d'attentats criminels et des masses populaires algériennes se livrant à une manifestation pacifique. Qui plus est, _w_c esft m_ asses ont été traitées COmll,le formant une collectivité spéciLe silence gênant de la presse, man· ant à son devoir d'information et rtout d'Analyse, l'inaction des ciyens et des responsables politiques, sîtant, comme dans des temps loinins et en d'autres pays, à s'engager urageusement, ne peuvent que favoer cette lente asphyxie qui menace tre pays. La solution n'est pas de tifier ou d'excuser le racisme des 5 par la violence des autres. Tous ux sont également condamnables et us ne saurions admettre attentats violences quels qu'en soient l'origi· et le but. Mais le problème est au· IL N'y A PAS fique, une catégorie d'hommes située en dehors de l'espèce humaine, ne pouvant plus se réclamer d'aucune loi humaine. Ce procédé constitue donc. non seulement un acte de violence pareil à ceux qui caractérisent l'état de désordre généralisé où nous sommes, mais encore un procédé raciste. Et la sauvagerie avec laquelle on en a usé ne saurait manquer de nous rappeler d'abominables souvenirs. Que ces souvenirs s'imposent à propos d'événements qui se sont produits aujourd'hui, à Paris, est une honte pour la France et qui sera amèrement ressentie par tous les Français qui, dans la Résistance, se sont battus contre le racisme et contre la Gestapo. urd'hui, plus simplement, de ne pas fuser les cruelles évidences. Jean MASTIAS, Secrétaire général de la J.E.C. DE RACISME PROPRE VOYAGEANT en Pologne, au temps des Colonels, je me suis entendu dire par le recteur de l'Université de Lwow : « Tout compte fait, je l'avoue, ce n'est ni la religion, ni l'his_ toire, ni l'économie, qui m'ont fait antisémite. C'est une espèce de peur atavique que je ne contrôle ni ne m'explique ». Je,tln CASSOU, Directeur du Musée d'Art Moderne. Tout Français pour qui la déclaration des Droits de l'Homme n'est pas un vain chiffon de papier, mais l'évan· gile national par excellence, ne se sent pas seulement atteint dans son hon· neur de Français. Il mesure avec stupeur l'immense bêtise qui vient, une fois de plus, d'être commise sur le plan national. Est-ce par de tels gestes que l 'on entend défendre les vrais intérêts de la France, et assurer entre Arabes d'Al· gérie et Français cette coexistence pacifique, et même cette coopération fraternelle auxquelles on se prétend attaché? Mesure-t-on le tort immense fait dans l'opinion internationale, à notre pays, dont - à tort ou à raison - le crédit moral n'a déjà que trop souffert de cette interminable et cruelle guerre d'Algérie? veut-on fournir une impulsion nouvelle à l 'infernale ronde des violences ,déchaînées, alors que tout commande d'y mettre fin au plus tôt? De part et d'autre de la Méditer· ranée, on attend des émules de Michel de l'Hôpital et non des disciples de Hitler et de ses Waffen S.S. Il est temps, grand temps que l'immense majorité de nos compatriotes - certainement en désaccord avec les traitements barbares infligés aux travailleurs algériens - manifeste assez clairement sa désapprobation, pour être entendue des autorités responsables. Le seul réconfort que nous valent ces tristes événements, c'est la constatation que le peuple français, s'éveillant enfin de la longue torpeur, prend conscience du tort immense qui vient , une fois de plus, de lui I:tre fait. Remercions « Droit et Liberté )l de prêter une voix à son émotion ... Madame S. COLLETTE-KAHN. Vice-Présidente de la Ligue Française, Secrétaire Générale de la Fédération Internatïanale des droïts de l'Homme. , . Et nous sentons tous rôder autour de nous ces sortes de démons. Des poussées instinctives s'expriment en haines et violences. Des passions élémentaires défient la raison et la foi. " n'y a pas de racisme propre. Mais celui qui rompe alentour de nous est particulièrement sole, parce qu'il s'attaque, avec des formes dérobées même aux corps de l'Etat et, tout à la fois pourvues de sa puissonce et couvertes par elle, à des hom_ mes et des femmes qui sont ou milieu de nous sons appui. Une douloureuse prise de conscience er.e ••• ent pas, dans les jours qui vien· alerter le pays, eux aussi porte. ne lourde part de la culpabilité, ule la fin de la guerre d'Algérie pOSSible le retour à une légalité par le respect de la personne hu· Marc BARBUT, Secrétaire académique (Parisl adjaint du S.G.E.N. - Honteusement logés, contraints à se terrer dès la tombée du jour, violentés dans leur dignité d'hommes, ces NordAfricains, dont une fiction juridique de moins en moins acceptable fait nos compatriotes, alors qu'on leur dénie la qualité de frères, en appellent à tout ce qui en nous se refuse à la lâcheté et à la honte. Pasteur Henri ROSER. ft wu ...... J L a fallu la défaite de son armée, et l'invasion allemande pour que la France connaisse les horreurs de l'antisémitisme. Il a fallu l'insurrection algérienne pour que la France prenne conscienoe de la gravité du racisme qui a infligé aux rnus1ûrnans d'Algérie les .h,!"miliations et l~s tor/lires qui sont à l'origine d'attentats terroristes. Ceux-ci sacnfwnt, comme d'mlleurs les contreterrorisles, trop de ~)ictimes innocentes. Dans pareil climat toute mesnre de discrimination raciale ne peut qu'aggraver les choses en avivant des haines et en rallumant des colères. Tous ce1~X qui ont le respect dû à la p.ersonne humaine doivent s.'1~nir p0'U:r tenir aux antagonistes le langa.ge de la raison et leur rappeler leurs devmrs de pmx e~ de fraternité. Général Paul TUBERT, Ancien Député-Maire d'Alger. DES HO la salle Lan, co'nnait ici, c RE PARAF, GUY GOUYI ETIENNE Ne LON et AN[ ge 5 le com de li U N~ ~hasse nlsee en ver notre les tueurs, pou pour tous les t mans ow non, les fl'!mmes, le revendiqué ove, gn;té et à la s,.I!I~' cthie au n Disons-le, ce! pelé d'affreuse La 9 C'EST 1 écris, du 23 je travaille, hommes ne venir, ni de la chape c: il y a 20 ar: m'interdisait telle activité d'humiliatiOi Algériens rr. proie. Leur un acte d'u: une décisior de ne pour La répressic l'obj et est, vre-feu qui façable pOUl Il n'est pi idéaux de f paix qui pui fuser son ai E Prof! ( NOUS pro' pouvait familles, à une r ai \ aç:~tCharles

avons \ Id-Jd;~1I111\1111\11\

Combattre les causes LES brutalités pol ic iè res dont sont victimes 1 es trava illeurs algé~iens à Paris et qu i ont atteint une violence inouie les 17, 18 et 1 9 octobre, font revivre des temps que les démocrates et les patriotes consid éraient comme révolus, je veux parler de l'époque où les hitlé riens et leurs valets de Vichy régnaien t sur notre sol. Pour ma part, je me suis toujours élevé a vec le Parti Communiste Français contre toutes les discriminations et les violences de caractè re raciste, et naturellement contre celles que je viens d'évoquer et que je me propose de d énoncer à la tribune du Sénat. Les protestations multiples et variées qu i se sont élevées de milieux les plus divers du peuple de Fronce, montre nt que les procédés d e caractère fasciste utilisés contre les travailleu rs algériens, sont condamnés par l' immens e majorité des Françaises et des Français. Cependant les protestations contre de telles pratiques déshonorantes ne sauraient suffire. Aussi est-il nécessaire d'en combattre les co uses et tout d'abord d'intensifier l'act ion pour mettre fi n à la guerre d'Algérie. Soyez assuré que demain comme hier et a 'Jjourd'hui, je ferai avec le Parti Communiste François, tout ce qui sera possible afin que s 'unissent et agissent tous les Français opposés aux violences et aux crimes racistes, tous les Français soucieux de sauvegarder l'honneur et le prestige de la Fronce. Jacques DUCLOS, Sénateur. Un seul réconfort ••. 'EST avec un sentiment fait à la fois de honte et d'indignation, que les Fran- C çais attachés aux .plus nobles tradi t ions de l eu,r pays, 0T1;t . appri8 les mesures d'exception qui vxennent de frapper les t ravallleur s algenens. A tteignant ceux-ci (indistinctement et exclusivement en qualité d'Algériens) elles devaient nécessairement apparaître comme d'humil iantes mesures de discriminati on r aciale. • propice nous a rriverons à bon nir les excès E"nge nd rés pa r la g uerre. C'est d'a illeurs l'es prit de la motion votée par les Ancie ns d u camp de Neuengamme qui m'ont choisi comme prés ident de leur Association. M. MERIGONDE, Ancien Député, Conseiller général de l'Oise. IZONS ... de la région parisienne, le 17 entant différents courants de isons dans cette page les décla~ RTE » est fier de pouvoir fa ire ant, par delà la diversité des ~e faire triompher la frate rni té inobles souvenirs désordre 100'squ'il apparaît que la violence en d'expression d'une opinion quelconque. ~'anarchie lorsque le pouvoir, à son tour, se t montre par son action policière que, lui ecours que la violence pour affirmer son s jours-ci, la police ne faire aucune distinc' attentats criminels et des masses populaires une manifestation pacifique. Qui plus est, tées comn)e formant une collectivité spécifique, une catégorie d'hommes située en dehors de l'espèce humaine, ne pouvant plus se réclamer d'aucune loi humaine. Ce procédé constitue donc. non seulement un acte de violence pareil à ceux qui caractérisent l'état de désordre généralisé où nous sommes, mais encore un procédé raciste. Et la sauvagerie avec laquelle on en a usé ne saurait manquer de nous rappeler d'abominables souvenirs. Que ces souvenirs s'imposent à propos d'événements qui se sont produits aujourd'hui, à Paris, est une honte pour la France et qui sera amèrement ressentie par tous les Français qui, dans la Résistance, se sont battus contre le racisme et contre la Gestapo. Je.tln CASSOU, Directeur du Musée d'Art Moderne. Les inqualifiables brutalités de la répression exercée cantre ces travai lleurs manifestant -tranqutllement let sans armes contre la discrimination dont i ls étaient l'objet - en frappant aveuglément innocents aussi bien que présumés coupables - n'ont fait qu'aggraver la faute initialement commise . Tout Français pour qui la déclaration des Droits de l 'Homme n'est pas un vain chiffon de papier , mais l'évangile national par excellence, ne se sent pas seulement atteint dans son honneur de Français. Il mesure avec stupeur l'immense bêtise qui vient, une fois de plus, d'être commise sur le plan national . Est-ce par de tels gestes que l'on entend défendre les vrais intérêts de la France, et assurer entre Arabes d'ALgérie et F rançais cette coexistence pacifique, et même cette coopération fraternelle auxquelles on se prétend at· taché ? Mesure-t-on le tOrt immense fait dans l'opinion internationale, à notre pays, dont - à tort ou à raison - le crédit moral n'a déjà que trop souffert de cette interminable et cruelle guerre d'Algérie? veut-on fournir une impulsion nouvelle à l 'infernale ronde des violences ,déchaînées, alors que tout commande d'y mettre fin au plus tôt? De part et d'autre de la Méditerranée, on attend des émules de Michel de l 'H ôpital et non des disciples de Hitler et de ses Waffen S.S. Il est temps, grand temps que l'immense majorité de nos compatriotes - certainement en désaccord avec les traitements barbares infligés aux travailleurs algériens - manifeste assez clairement sa désapprobation, pour être entendue des autorités responsables. Le seul réconfart que nous valent ces tristes événements, c'est la constatation que le peuple français, s'éveillant enfin de la longue torpeur, prend conscience du tort immense qui vient. une fois de plus, de lui litre fait . Remercions « Droit et Liberté » de prêter une voix à son émotion ... Madame S. COLLETTE-KAHN. Vice-Présidente de la Ligue Française, Secrétaire Générale de la Fédération Internatïonole des dro'its de l'Homme. Une douloureuse prise de conscience J I. a falllt la défaite de son année· et l'invasion allemande pour que la France connaisse les horreurs de l'antisémitisme. . Il a fallu l'insurrection algérienne pour que la Franc.e prenne c~",!sc~ence de la gravité du racisme qui a infligé aux 11tltsulm.ans d' Algén~ les .h~tmû1atwns ef, l~s tortures qui sont à l'origine d'attentats terrons tes. Ceux-ct sacnftant, comme d aûleurs les contreterroristes trop de ~!ictir/'les innocentes. Dans pareil climat t;~tte 11!esltre de discrimination raciale ne peut qu'aggraver les choses en avivant des haines et en rall~tmant des colère~. . , . Tous ceux qui ont le respect dû à la p,ersonne humatne dowent s ttmr pour tenit· aux antagonistes le langage de la raison et leur rappeler leurs devoirs de paix e~ de fraternité. Général Paul TUBERT, Ancien Député-Moire d'Alger. DES HORIZONS LES PLUS DIVERS étaient aussi les personnalités réunies à la tribune de la salle Lancry, pour le meeting antiraciste or ganisé le 8 novembre par le M.R.A.P. On reco'nna ît ici, de gauche à droite: Mlle GILSON, MM. PANIGEL, PIERRE STIBBE, BELSIE, PIERRE PARAF, Mme SUZANNE COLLETIE-KAHN, MM. CHARLES PALANT, le pasteur VOGE, GUY GOUYET, ALFRED KASTLER, le rabbin SI RAT, le chanoine CLAVEL, SERGE HUBER, ETIENNE NOUVEAU (debout). Masqués par ce dern ier, le pasteur LOCHARD, PIERRE DELON et ANDRE LARQUIER se trouvaient sur 1 a droite de la tribune. Nous publions en page 5 le compte rendu de cette ardente ma ni festation. (Photo H. Mardyks.) Au milieu de tant de honte UNE chasse honteuse à l'Arabe est organisée en plein Paris. Nous devons é le ver notre protestation indignée. Il y a les tueurs, pour ceux-là pas de pi tié, mais pour tous les tueurs, blancs ou noi rs, musul mans OIJ non, mai ~ les outres, les hommes, les fem mes, les e nfa nts musulmans qui ont rel/e ndiq ué a vec coura ge le urs d roits à la dig n;té et à la liberté, mérite nt not re active S i'I! I ~'cthie au mil ieu dp. tant de honte. Disons- le, ces soirées de Pa ris nous ont ra ppelé d'affreuse mé moire, juillet 1942. J. PIERRE-BLOCH, Ancien Ministre. La gorge serrée ... C'EST la gorge serrée que je vous écris, en réponse à votre appel du 23 octobre. J e vais, je viens, je travaille, et, à côté de moi, d'autres hommes ne sont libres ni d'aller et venir, ni de travailler. Je sens encore la chape de plomb qui m'entourait il y a 20 ans, la barrière invisible qui m'interdisait tel ou tel geste, telle ou telle activité, et j'imagine le sentiment d 'humiliation et de désespoir dont les Algériens musulmans peuvent être la proie. Leur manifestation pacifique est un acte d'un immense courage contre une décision indigne que rien au monde ne pourra jamais rendre légitime La répression sauvage dont ils ont été l'objet est, comme la décision de couvre- feu qui a précédé, une honte ineffaçable pour la France. Il n'est pas un homme attaché aux idéaux de fraternité, de justice et de paix qui puisse rester indifférent et refuser son aide. Evry SCHATZMAN. Professe.ur à .Ia Sorbonne. AVEC VOUS ... LES violences ~o~tre les. ~lgériens de la reglOn pan sIenne sont un attentat contre la liber - té humaine qu'en dehors et a u-dessus des partis il faut défendre avec fe rveur. J e suis avec vous de coeu r et d'esprit. Me Henry TORRES. Ancien Sénateur, L'éminente valeur de la personne humaine LORSQU'ON a tant soit p!!u la notion de la valeur éminente de la personne humaine, on ne pe~tt qu'être attf?tYré d~va"!t. certain,s procédés que ne peut .1ust~f~er la necessité de stopper les menées terroristes. .. . , . Frapper sans discnmmatwn l tnnocent et le coupable; moleste'r - pour employel" une expression très modérée ......:. des personnes, des famiZles, à cause de la couleur de le'ur vlsage; priver de liberté, puis renv~yer en Algérie des travailleurs qu~ ne df!-. màndent qu'à continuer à gq,gner tC~ leur vie e't celle de leltr farmlle; aller plus loin et/core ... , est indigne de la France qui a porté bien haut pourtallt l'idéal de frat,ernùé des hommes. Henri SINJON, Secrétoire général de l' Union Rég'ionole Parisienne des Syndicats Chrétiens la liquidation de nos chances A PRES a voir massacré des Tunisiens, à propos de Bizerte, no us mc:'tra quons et malme nons à Paris des manifestants pacif iq ues, pa rmi lesquels des femmes et. des enJanls, et de surcroît nos hôtes. Ces a ctions, sci issa ntes pour notre hi stoi re, con st it ue~ t u.n signe de pl us d'i llégi tim ité. Le juste degout ou 'elles inspirero nt e n défini tive ou peuple f~o nccis, I~ ~orte ra à d'autres abondons. Et c'est pOl la liquidation de nos propres cha~ ces, les de rn iè res peut-être, que nous acheverons l'outrage infligé à la di g nité de l'Aut re. Jacques BERQUE, Professeur au Collège de France. 11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111~ ~1I1111111111! 1I1111111111111111111 11111111111111111111111. ~ ~ C nOUS aVIons connu-... ~ § e que . ava'lt le premier , § - . ' t " f'ers d'appartem. r au pa)'s qUI , - - . tOUjours e el. _ N QUS avIOns . d l'homme et du cItoyen. d ir qu'en France, on § proclamé les dr.~lts e. ous avions eu hon~e e vo hommes de leurs §

Une pr el11ler e_ fOlS'l ~mains innocent s, separer .d~s de l'appartenance 

§ pouvait maltraitfer t dd'e r!~~S mère, dépo~ter sousl ' le ~ep~ti~~t~~e l'idéologie fascist e §

-:: fan-Il'lles' de.s e'n a n . s fe, n. eu re M• al's c'dalt sous occ F :-:: § à une rac~ juge~ 111 z nou~ par l'occupan_t . . és en France par des ran- §

§ avait été Impor!ee ch~ aitements puissent etre apph qUrappellent tout ce q~e no~S §

Que les memes r f ndément. Ils nous. . mais revOIr apres 

§ çais en 1961 'lnous rq~~l~~e~r~n~ées et q';1e n~us, P:;;~ï~rS Charles 25 mai 2010 à 13:01 (UTC)tre fin à la guerre §

avons connu l '! a . 'tent plus que Jamais a :::

§ la Libér at ion ; 11 noUs 1l1VI • RDMANN-COHEN, § § d'Algérie. M.tlrie-Ehsa NO D' rtés d'Auschwitz. §

. d \' Arnicale des epo :::

§ PréSidente e \111\11\11\1\1\1\1\11111\11\1\1111111111\1111111'~ illllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllili1111111111111111111111111111111111111111111111111111 -.----- 8 --... _ .. ~~La bête hideuse du racisme est lâchée" LES faits sont maintenant connus et incontestables : c'est pour proteste': contre les mesures discriminatoires l'écentes, contre les brimades et les pel'sécutions de toutes sortes qui s'abattent sur eux, systématiquement, avec une brutalité croissante, que les musulmans ont manifesté le 17 octobre à Paris. Dans la période qui a précédé, les rafles « au faciès », les mauvais traitements, les exactions des harkis, les arrestations s'étaient multipliés. C'est la guerre cet·tes. Et il y a eu des attentats contre un certain nombre de policiers - dont le F.L.N. affirme qu'ils s'étaient livrés personnellement à des sévices. Mais ces mesures, ces méthodes tendent à confirmer, s'il en était besoin, que la guerre est dirigée non pas contre une organisation rebelle, dont on' veut « protéger » la masse algérienne, mais contre un peuple tout entier, dont cette organisation exprime les aspirations profondes. Et il est évident qu'en poursuivant dans cette voie, on ne peut que susciter de nouvelles violences, retarder l'heure de la paix. Toujours est-il que les manifestations du 17 octobre avaient été placées par leurs organisateurs sous le signe de la non-vio~ lence. Endimanchés, des femmes et des enfants souvent mêlés aux hommes, les Algériens, en violant délibérément et massivement le couvre-feu tenaient à affirmer leur dignité. Un ~ervice d'ordre remarquablement efficace encadrait les cortèges, rassurant les passants, s'employant à ne pas gêner la circulation. Sur les boulevards, les manifestants s'arrêtaient à chaque feu rouge, et s'ils scandaient de temps en temps des mots d'ordre ( Algérie algérienne! » « A bas le racisme! ») ils se contentaient la plupart du temps de taper des mains. Ajoutons que lorsqu'ils étaient appréhendés ils se laissaient emmener sans opposer aucune résistance. Malgré cette volonté de pacifisme, la répression fut sans équivoque. Une anecdote permet de se rendre compte avec quelle rapidité certains manifestants ont été arrêtés. Place de la Concorde, un certain nombre d'Algériens qui descendaient de taxis furent jetés dans les camions de la police avant Une (( nature morte» qui se passe de commentaire. (Photo E. Kajan). d'avoir pu payer le prix de la course, pour la plus grande colère des chauffeurs de taxis. Cette rapidité d'action du service d'Q.fdre, comparée à la passivité D de la police oranaise devant les ratonna- es q,çs qUQtidiennes, ne laisse pas d'être si- . gnificative. témoignages bau leversa nts Bientôt, c'est en ponctuant leurs ordres de coups de bâton que les policiers dirigeaient les Algériens vers les points où ils devaient être rassemblés. Et puis, ce furent les sanglantes fusillades, notamment boulevard Poissonnière et au Pont de Neuilly, les corps des victimes abandonnés sur les trottoirs, parfois pendant des heures; puis le transport de plus cie lü.OOO personnes au camp de Vincennes, au Palais des Sports, au stade CQubertin ou dans la cour de la Préfecture. Il faut noter que dans les jours qui suivirent, aucun journaliste ne fut autorisé à pénétrer dans l'enceinte du Palais des Sports, où, selon plusieurs témoins, les Algériens internés subirent un traitement des plus cruels. Le 18 octobre, de nouvelles manifestations eurent lieu en banlieue, notamment à Colombes et à Nanterre. Pt'ès de la gare de cette dernière localité, 'deux Algériens au moins ont été tués par balles. Le 20 octobre fut la iournée des femmes, réclamant la libération cie leurs frères, de leurs maris. On assista de nouveau à des scènes particulièrement douloureuses, tandis que les Algériennes et letll·s enfants étaient brutalement embarqués dans les autobus r_équisitionnés à cet effet. Ainsi que l'a déclaré avec force à la tribune de l'Assemblée nationale le député Claudius Petit : « La bête hideuse du racisme était lâchée... » Q UOTIDIENNEMENT, des témoignages nouveaux viennent préciser ce que furent réellemcnt les événements du 17 octobre et des jours suivants. Plusieurs journaux ont contribué à faire connaître la vérité. Il est à craindre toutefois que l'on nc sache jamais le nombre total des victimes. Nous reproduisons ici quelques-unes des informations publiées. parmi les plus significatives. Pendant les manifestations ... « Des patrouilles ratissaient l'avenue de Wagram et « ramassaient » les passants selon la couleur de leur peau... La plupart des Algériens appréhendés n'offraient aucune résistance. Les bras levés, ils allaient se ranger le long des murs ou, place de l'Etoile, dans un parc aménagé près de la sortie du métro » ... «( ;La Croix », 19 octobre.) « A dix, ils sont tombés sur moi. Avant de m'évanouir, j'ai entendu le chef dire .- « Ne tapez pas avec vos crosses, elles vont se casser ». Et ils ont pris des barres de fer de 1 m. 50 ». (Témoignage recueilli par {( France-soir », 27 octobre.) {( Il était 11 heures du soir près du pont du Château (à Nanterre). Une trentaine d'Algériens sont ramassés . Roués de coups, ils sont jetés dans la Seine du haut du pont, par les policiers. Une quinzaine d'entre eux ont coulé .. UNE VAGUE DE PROTESTATIONS C'EST à un véritable sursaut antiraciste que nous avons assisté ces dernières semaines dans toute la France, à la suite des violences qui ont frappé les Algériens dans la région parisienne. La plupart des grands partis ont tenu, même lorsque ce fut, pour certains, tardivement, à se désolidariser sans équivoque, dans ce domaine, de la politique gouvernementale. Les centrales syndicales, les organisations universitaires, les porteparole de tous les cultes, les groupements les plus divers ont fait entendre leur voix, exprimant l'émotion de la nation tout entière. Mais c'est aussi dans la rue qu'a retenti la protestation. Dès le 18 octobre, les ouvriers de Boulogne-Billancourt manifestaient jusqu'à la mairie, porteurs de pétitions demandant la libération de leurs camarades algériens internés. D'aul.res manifestations ont eu lieu à Paris, notamment au Quartier Latin, à Gennevilliers, à Colombes, à Nanterre et dans d'autres villes de banlieue. Dans la cour de la Sorbonne, le 21 octobre, a eu lieu une imposante réunion où professeurs et étudiants ont condamné avec force le racisme. Et le 30 octobre, les Unions départementales de la Seine des syndicats C.G.T., C.F.T.C. et F.O., ainsi que l'U.N.E.F., ont rendu publique une déclaration affirmant que si une semblable répression se reproduisait, elle « déclencherait une réaction immédiate de l'ensemble des travailleurs de la région parisienne ». Il faudrait citer aussi les innombrables initiatives venues du coeur de tout un peuple .- les débrayages dans de nombreuses entreprises ; des professeurs de Lycée faisant circuler des pétitions et collectant des fonds pour l'aide aux victimes

 
les ouvriers raccompagnant chez

eux leurs camarades algériens pour éviter qu'ils ne soient pris dans les rafles ; le personnel de la R.A.T.P. s'élevant contre l'utilisation du matériel au transport des Algériens arrêtés ; les multiples délégations qui se sont rendues pour protester au ministère de l 'Intérieur, à la Préfecture de Palice ou à l'Elysée. Grâce à cette réaction immédiate, grâce aux efforts de tous ceux qui se sont rendus auprès des victimes et de leurs familles, les Algériens ont senti naître et se développer autour d'eux une chaleureuse solidarité. Non, la France n'est pas prête à accepter le racisme « D'autres essayaient de regagner le bord. Mais les agents tiraient dessus. Combien ont pu s'en sortir ? Impossible à dire. Nous sommes restés trois heures dans l'eau. Finalement, une péniche nous a repêchés. }) (Ibid.) « On l'a jetée dans le commissariat du Val de Grâce. Sous ses yeux, sa fille a attrapé une « dégelée » de coups de pieds dans le ventre. Dans la nuit, on l'a jetée sur la chaussée. Elle a réclamé sa tille. Les pOliciers ont levé leurs matraques. Titubant, se traînant, elle se demande comment elle a pu rentrer chez elle. - {( Et votre fille ? - « Elle n'est pas revenue. Y a trois jours, et elle n'est pas revenue . » (Jean Cau, dans « L'Express », 26 octobre.) {( Lui aussi a été arrêté. Il a vu une mère qui portait son bébé dans le dos, « à l'arabe ». Les policiers lui ont « décollé » le bébé du dos. Le bébé est tombé à terre. La femme a crié. Un remous l'a séparée de son enfant qu'une deuxième vague de policiers a piétiné. » (Ibid.) Dans les centres d'internement A VINCENNES. - « C'est épouvantable. J'y ai été. Des centaines et des ('entaines entassés sous un hangar. Quand il n'y a pas assez de lits, ont dort par terre entourés de grillage, comme des bêtes. A l'arrivée, il· y avait des policiers sur deux rangs. Nous autres les mains en l'air, on passait au milieu, et ils nous tapaient dessus à coups de gourdins. » «( France-soir », 27 octobre.) AU STADE DE COUBERTIN. « Deux mille hommes sont restés 24 heures sans boire, sans manger et sans pouvoir s'allonger. Ils étaient tous blessés, et un seul médecin avait été désigné pour les soigner. Un des détenus, devenu fou, s'est jeté sur un garde qui l'a abattu. » (Témoignage rapporté par « Libération », d'après la conférence de presse du Secours Populaire Français.) AU PALAIS DES SPORTS. - « Pendant 24 heures on n'avait donné à ces hommes ni à manger ni à boire. Ceux qui avaient été parqués dans le local où avait eu lieu l'exposition SOViétique ont été découverts par hasard par les médecins, certaient étaient blessés par balle. « La plupart de ces hommes avaient le cuir chevelù fendu et les mains brisées. Quelques-uns avaient les jambes brisées, à la suite de chutes dans les escaliers. Certains sont revenus devant les médecins, ayant été de nouveau frappés après avoir reçu les premiers soins. }) (M. Claudius Petit, à l'Assemblée Nationale, 30 octobre.) « Nous entrons dans le hall d'exposition. Là, nous sommes aux premières loges. Le matraquage continue. Un Algérien descend, il tombe ; on le redresse ci coups de poing, de pied, de crosse. Il avance malgré tout. On le fouille. A l'infirmerie, on devra lui faire des attelles. Il a le tibia et le péroné cassés, le bras cassé. Un vieillard descend, pas de 'l1· t;é pour lui. Un autre tombe devant le car, tous les autres passent sur lui. L'un a une fracture du rocher, il mourra seul dans un coin. L'autre à la joue ' ouverte, on voit ses dents ... Tous débarquent comme le bétail à La Villette. » (Récit d'un militaire du service de Santé, publié dans « Témoignage Chrétien », 27 octobre.) Dans les bidonvilles « La nuit, dit mon guide, les patrouilles rentrent dans les ruelles, arrachent le papier goudronné qui couvre les murs, font basculer les plaques de tôle posées surie toit. Et puis, ils entrent, cassent tout, et emportent l'homme. » «( L'Humanité », 21 octobre.) « C'était le la septembre, donc avant le couvre-feu. Il était 21 heures. Je 'rentrais du travail. Le car s'arrête à mes côtés .- « Allez monte ! » Je monte. Ils ajoutent .- « Tu n'a rien ci craindre. Tu as tes papiers ? On va au commissariat ». Mais on a fait un tour, à travers Nanterre. On a rencontré un autre Algérien. Ils lui ont dit les mêmes choses. Vers minuit, le car s'est retrouvé au pont d'Argenteuil. Ils ont dit à mon compagnon de descendre. Ils étaient deux. Dès que le « frère » est sorti, il a pris un coup de crosse de mitraillette sur la tête. Après ils l'ont attrapé, l'un par les pieds, l'autre par les bras, et ils l'ont jeté à l'eau. J'ai tout vu de la fenêtre. « Puis ça a été mon tour »... «( L'Humanité », 28 octobre.) « Les familles sont réduites au désespoir. Beaucoup estiment que désormais, elles n'ont plus rien à perdre. Les NordAfricains n'osent plus sortir des bidonvilles, de peur d'être arrêtés et malmenés. Ceux qui ont été blessés au cours de la manifestation, ou après, redoutent de faire le trajet jusqu'à l'hôpital ou le dispensaire où ils recevraient des soins. Lorsqu'une femme enceinte est près d'accoucher, il faut l'envoyer un certain temps à l'avance à la maternité .- si les douleurs la prenaient la nuit, personne ne voudrait aller appeler l'ambulance. » (( Le Monde », 27 octobre.) ~,~~""" ""'~" ~ ~ , ~ DES SANCTIONS ~ ~ S'IMPOSENT ~ ~ Le 6 novembre, le Parquet de la ~ ~ Seine a annoncé l'ouverture de 60 ~ , informations judiciaires contre X... ~. , pour rechercher les couses .;le la mort ~ ~ d'Algériens dont les corps ':lnt été ~ ~ r'eetrobu~és S~tit dands la,Se 1 n~, soit dons ~ ~. s 0'5, SOI sur es '.erra.ns vagues. ~ ~ D'autre part, le Sénat, après les ~ ~ interventions de MM. Jacques Duc/os ~. ~ et Deferre, a décidé de «:onstituer une ~ ~ comm'ission d'enquête sur les événe- ~ ~ ments du 17 octobre. ~. '. ~ ~ Les antiracistes souhaitent que ~. ~ toute la lumière soit faite rapidement, ~ , et que les coupables de sévices soient , , impitoyablement sanctionnés. On n'a , ,~ déjà que ~rop i'ardé ! ,~ .""""""",~"""",. r Un sourire fraternel i JE ne comprends pas, monsieur ; mon copain algérien qui était là et qui a v d1l changer de service, sortait de son t ravail, l'agent lui a mis le canon de sa mitraillette sur la poitrine. Mon copain lui a di,t : - Attention, j'ai deux côtes en moins ... L'autre lui a répondu ': ,.-;- Je m'en fou! ! On ' devrait tous vous èrever ! Et la Il lianse » a commencé. .. Pourquoi ? Mais pourquoi ? C'était à l'hôtel Dieu, aux heures de vislt.e, dans une sallle où se trouvaient .,quelques Algériens grièvement blessés lOIS des manifestations des 17 et 18 octobre. Je venais, avec des vivres, accompagnf. de ma femme, pour exprimer l'esprit de fraternité qui anime nos amis du M.R. A.P., particulièrement les ::mtiracistes du V'. Le jeune ' ouvrier français - 17 ans peut-ètre - qui me parle ainsi est accidenté du travail. 'Vlsiblement, il n'a pas de formation politique. Il en a appns - et. compris - des choses, en quelques jours, depuis cette nuit sanglante du 17 ! C'est avec son coeur, en toute spontanéité, qu'il me parle de .tt son copain algérien », marquant par ce mot tout simple qu'il est contre le racisme sans même le sa- voir. Nous sommes autour du lit d'un vieux kabyl~ , le crâne fendu - vieux... enfin, il a une cinquantaine d'années, en parait soixante· dix. Deux très jeunes Algériens qui on~ été blessés lors des manifestations sont avec nous, car ils peuvent se lever. Le plus jeune, presque un enfant, avait reçu deux balles dans le corps. Gn peu plu: loin, un autre travailleur a eu le poignet droit brisé à coup de crosse. Pour lui, c'est une catastrophe : pourra-t-il jamais retrouver l'usage de sa main ? Comment obtenir du travail ? Nous avons passé trois-quarts d'heure avec eux. Une chaude sympathie s'est créée entre nous, après les paroles banales du premier contact. D'autres Algériens, accidentés du travail, nous remercient de notre visite. L'infirmière-chef s'est montrée très accueillante, nous conduisant entre les lits. Plus que les paquets de gâteaux et les jus de fruits que nous distribuons, c'est notre qualité de Français, de Français antiracistes qu'ils reçoivent avec un sourire fraternel. Ce qu'ils ont pu nous dire - litanies de la misère et du mépris de l'homme dont ;Is sont les victimes - vous pouvez l'imaginer. Ce que nous leur avons dit, chaque mois les colonnes de « Droit et Liberté » en sont remplies, c'est la fraternité et l'espoir commun de vivre en paix, les uns et les autres, les uns par les autres. Plusieurs délégations En dehors de celle dont Roger Maria raconte ici la visite, plusieurs délégations du M.R.A.P. se sont rendues dans les hôpitaux parisiens pour exprimer leur solidarité aux travailleurs algériens frappés par la répression. La délégation qui s'est rendue à l'hôpital Lariboisière était conduite par Pierre P ARAF, vice-président du M.R. A.P., qu'accompagnaient Albert LEVY, Marie-Eve BENHAIEM, membres du Bureau National, et Germaine RABINOVITCH, secrétaire de la section du 9'· Ces délégations furent partout accueillies chaleureusement. Notre N'EST Le M.R.A.P. est en deuil. Notre cher ami, notre camarade de lutte, S. :KORNBLUT, n'est plus. L'un des fondateurs de notre Mouv'ement, S. IKornblut avait été pendant de longues années le trésorier du M.R.A.P .. Seule, une grave maladie l'avait amené à réduire ses activités. Mais, dans la mesure où le lui permettait sa santé, il avait aussitôt que possible, t'ecommencé à participer aux réunions de notre Conseil National, et nous avions la joie de le revoir à la p,lupart de nos manifestations. Hélas 1 une embolie l'a brutalement emporté alors qu'il paraissa'it surmonter le mal. Tous nos amis connaissaient et appréciaient son dévouement de tous les instants, son aptitude à résoudre avec brio les grands et les petits problèmes, sa clairvoyance et sa modestie, alliées à une grande culture et à' une profonde humanité. Ceux qui ont collaboré av.ec lui éprouvent soudaïn le sentiment bouleversant d'un grand vide qui, jamais, ne pourra être comblé. NAISSANCE Nous avons le plaisir d'a-nnoncer la naissance de la petite Judith, fille de no- 9 Une délégation du Bureau National du M.R.A.P., comprenant notre secrétaire général, Charles Palant, nos amis Charles Ovezarek ,~t A. Chil, s'est rendue le 11 novembre après-midi auprès de Mme 1(ornblut. Qu'elle trouve ici, ainsi que sa fille, ~on gendre et ses deux petits-enfants, l'expression, en ces heures douloureuses, de notre très affectueuse sympath·ie. tre collaborateur, le photographe Elie KAGAN. Nous exprimons aux heureux parents nos félicitations, et à l'enfant nos meilleurs voeux. MARIAGE Un ardent meeting antiraciste Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de Mlle Lucienne Zederman, fille de notre excellent ami lyonnais J. Zeder_ man, avec M. Michel LATOUR. Nous leur exprimons nos félicitation cordiales (Suite de la page 5) et nos voeux les meilleurs. L'ORIGINE DU MAL .. Les événements montrent à quel po'int le racisme ÇI gagné aujourd'hui des adeptes, notamment dans ce corps de l'Etat qu'est lai police », constote M. Serge HUBER, membre du Comité Central du Parti Communiste Fronçais. « Il ne s'agit pas seulement de quelques excès, poursuit-il. En fait, ell établissant le couvre-feu, en parquant le$ Algériens dans les bidonvilles, le gouvernement a fait lui-même preuve de racïsme : les ultras de la police se sont sentis couverts. » .. En laissant impunies les activités des ubras, dit-il encore, le pouvoir favorise objectivement le racisme, que nourrit la guerre d'Algérie. » .. Pour foire reculer le racisme, conclutil, on ne peut compter que sur l'action des antiracistes, qui sont légion dans notre pays, et qui sont aussi des partisans de la démocratie et de 10 paix. Unis, ils peuvent triompher. » .ENSEIGNANTS ET CITOYENS Mlle GILSON exprime à son tour « la volonté du Syndicat Général de l'Education Nationale de participer à la lutte contre ce fléau qu'est le racisme ». .. Comme enseignants, soul igne-t-elle, nous devons aprpendre aux' jeunes le respect de la dignité humaine. » Et comme citoyens, « nous devons continuer à agir pour ~ue de tels faits ne se renouvellent pas ». DE L'UNANIMITE A LA CONFIANCE Le chanoine CLAVEL, dit quelle est « sa joie de voir ici une réaction unan'ime cont. e les atteintes à la dignité humaine. » « Nous rejoignons, affirme-t-il, le principe même du christianisme : "il n'y a ni Grecs, ni Romains, ni blancs ni noirs ... Je salue en chaque homme un fils de Dieu, quelle que soit son origine ou la couleur de sa peau ». Et il poursuit: « Il faut ';0- luer tous ceux qui travaillent à maïntenir dans la société ces pensées-là. Nous sommes tous des frères quelle que soit notre pensée, notre philosophie, je dirai même notre parti ». Il termine en exprimant la confiance que lui inspire une soirée comme celle-là. NOUS NAVIGUONS DANS L'HORREUR Au nom du Comité Maurice Audin, M. PANIGEL, onan lyse le processus qui du mépris raciste conduit à la torture, quand oyant dit : (c ces gens-là » ... on en vient, par un enchaînement fatal à ravaler des êtres humains ou rang de bêtes. Il cite le rapport Vuillaume, établi en 1955, dons lequel un haut fonctionnaire (toujours en exercice) oyant reconnu la pratique des tortures, estimait que « les musulmans ont une résistance particulière à la douleur », et demandait que ce système d'interrogatoire soit codifié dons des textes officiels. (c Depuis des annéees, s'écrie-t-il, nous naviguons dans l'horreur. » Et il appelle les démocrates à manifester avec résolulut ion, sons craindre de payer de leur personne. NOUS SERONS INVINCIBLES ... « Nous représentons beaucoup de monde », souligne Pierre DELON, membre de la Commission Administrative de la C.G.T., en se fél ici tant « de voir sur cette tribune tant d'hommes divers par leurs opinions et leurs confessions. » Evoquant les horribles sévices dont furent victimes les manifestants algériens, il poursuit : « Beaucoup disent: ce n'est pas possible ! Si, c'est possible. Il ne faut pas se fermer volontairement les yeux. Il faut prendre ses responsabilités. Par delà les divergences secondaires, nous devons poursuivre notre action commune tous les jours, dans toutes les villes, dans tous les villages

Si nous agissons ensemble, nous serons

ïnvincibles ! ;) LE VRAI VISAGE DE LA FRANCE M' Etienne NOUVEAU apporte le témoignage de solidarité de la ligue des Droits d,) l'Homme, dont il est membre du Comité Central. Il souligne ce qu'il y a « de profond, de sincère et de juste » dans la lutte du peuple algérien si langtemps bafoué, qui réclame la liberté et la dignité. Dénonçant dans les récents événements « une grande honte pour le peuple fran! ta'is », il déclare: « Nous sentons venir le danger. Mois nous avons encore la possibilité d'agir. C'est une belle chose, pour le M.R.A.P., d'avoir organisé une telle réunion. Nous devons poursuivre la lutte; dans l'union des coeurs, pour que cesse l'enchaînement des violences, pour que la Fronce retrouve son vrai visage ». UN ENGAGEMENT C'est Pierre PARAF, vice-président du M.R.A.P., qui tire brièvement les conclusians de la soirée. « Nous sommes 0 une heure où la conscience francaise doit s'affirmer devant elle-même et devant le monde, déclare-t-il. Le M.R.A.P. ne pouvait garder le silence. A l'heure du plastic et des « ratonnades », dans le cycle infernal des violences, il follait faire entendre la voix de la sogesse, de la fraternïté, de la pciÎx. » « Une immense honte nous envahit, ditil encore ... La bête humaine n'est jamais endormie chez ceux qui possèdent la force, mois les exécutants, que nous n'assimilons pas à l'ensemble des policiers, ne sont pas les seuls responables, ni les plus responsables. « A ces Nord-Africaïns qui sont nos hôtes, poursuit-i l, nous offrons le témoignage de notre p'résence, de notre active sympathie. Le M.R.A.P. se devait de dire : vaus n'êtes pas seuls ! Et la persécution devrait rapprocher juifs et arabes, les frères séparés. » Soulignant enfin que nous défendans ainsi l'intérêt de la France et que nous oeuvrons à la paix et à l'amitié de demain, il conclut : « La France n'est plus la France sans l'égalité et la fraternité. Plus qu'une espérance, notre réunion de ce soir est un engagement ». Oui, cette soirée exaltante, ce meeting qui ne ressemblait à aucun autre, ten.J en pleine bataille antiraciste, est riche de promesses pour l'avenir. Il contribuera sans aucun doute à amplifier, à renforcer encore l'action qui, dons tout le pays, continue ... NOS DEUILS Nos amis José et Armand DYMENSTAJN ont eu la douleur de perdre leur mère et belle-mère, Mme M. KOROLITSKI. Au nom de notre Mouvement tout entier et de notre journal, nous leur exprimons nos affectueuses condoléances.

Nous avons appris avec une douloureuse émotion le décès, après une longue et pénible maladie de M. SCHUSKIN. ancien préSident de l'Union des Sociétés Juives de France, et qui fut l'un des fondateurs de notre Mouvement. Nous exprimons à sa famille notre tota-le sympathie. DEUX DÉCLARA TIONS DE NOTRE MOUVEMENT Dès que furent annoncées les mesures di scriminatoires frappant les Algériens musulmans de la région parisienne (communiqué préfectoral du 5 octobre), le MRAP les condamna avec vigueur dans une résolution, que le dernier numéro de « Droit et Liberté » a reproduite. Après les événements du 1 7 octobre, notre Mouvement a publié une déclaration dons laquelle il exprimait « son émotion profonde et sa réprobation, à la suite des violences commises pour réprimer la protestation de ceux que frappent ces mesures ». « Alors que des Alg.hiens, hommes, femmes et enfants, défilaient pacifiquement et dignement, souligne cette déclaration, on compte parmi eux des centaines de blessés er des morts, deuïls cruels s'ajoutant aux injustices et aux inégalités qui sont leur lot quotidien. Sans aucun doute, de tels événements, encourageront les ultras d'Algérie qui se livrent avec une impunité quasi totale, depuis un certain temps, à d'odieux pogromes contre les musulmans. » « Le M.R.A.1l'., quï déplore toutes les violences engendrées par la guerre d'Algérie, et auxquelles seule la paix peut mettre fin, s'incline douloureusement devont ces nouvelles victimes et souligne une fois encore la gravité de la situation. La guerre d'Algégérie nourrit le racisme, accumule les ruines et les souffrances, perpétue les méthodes contraires à la démocrafie et, favorisant un climat de pré-facisme, pèse dangereusement sur l'avenir de notre pays luimême. » En conclusion, le M.R.A.P. appelle le peuple français à exprimer « envers ceux qui souffrent l'esprit de compréhension cie fraternité humaine auquel il fut touj~urs si profondément attaché ». .*

  • *

Dans une outre résolution, adoptée le 23 octobre, le Bureau National du M.R.A.P. C( salue les nombreuses prises de position contre le racisme qui se sont affirmées ces jours derniers dans les milieux les plus divers, et les actes émouvants de solidarité qui se sont multipliés en faveur des victimes de la répression. » Il « s'inquiète du sort des détenus transportés en Algérie sans avoir pu revoir leur famille ni prendre aucun bagage, et dont la destination n'a pas été cloirement précisée ». Il « demande que soient immédiatement libérés les 2.800 Algériens encore internés à la Porte de Versailles ; que toutes les victimes, ainsi que leurs fomilles, soient ropidement indemnisées... ; qu'il soit mis fin à toutes les mesures discriminatoïres établies le 5 octobre, ainsi qu'aux brimades et aux persécutions qui placent l'ensemble de la population nord-africaine dans un climat quotidien d'insécurité et favorisent le développement du racisme. JO Enfin, il « souligne une nouvelle fais que, seule, la poix por la négociation peut orrêter le cycle dramatique des violences, qui creusent le fossé entre les peuples de France et d'Algérie, et portent en elles la menace du fascisme. » LU - VU - ENTENDU UN POElE AMERICAIN PARLE DU RACISME Une interview exclusive de Walter LOWENFELS fionale de saut en hauteur, pacifiste COtl,nue, Rosiana Robinson. Les racistes du Maryland (qui n'est cependant pas un Etat du « Deep South ») l'ont emprison- 1lée. Grève de la faim, « boycott » des . qardiens, - même en prison elle n'a pas désanné, s'entraÎtwut mentalement à la lutte comme si, - a-t-elle écrit elle-mêIlle. (et ici la voix de Walter Lowenfe1s se fait plus chaude), elle se préParait à .qagner un championnat. CHEMISE bleue, regard clair, visage buriné, tel Walter Lowenfels nous apparaît Ce grand poète américain (1) est un vieux Parisien. C'est à Paris qu'il a été imprimê pour la premIère fois, et l'un de ses premiers recueils, publié en 1930, s'intitule « Apollinaire ». Un long périple européen ramène - pour quelque" jours - ce New-Yorkais dans notre capitale. - « J (!o me suis marié à Paris - 1JW femme (2) est professeur de français - nos del~X jumeaux (les Lowenfels ont quatre enfants) sont nés à Neuilly, ma fille aînée a fait ses études à l'Ecole rllsacienne - et j'ai habité me DenfertRocherem~ - qltÏ s'appelle maintenant rue Henri Barbusse ... » Sous ces derniers mots, plus que l'orgueil malicieux de « l'étranger-qui-connaît- sa-Vi Ile-Lumière », vibre la fierté du militant. « C'est à la Salle Bullier que (ai assisté à mon premier meeting. Il s'agissait de smwer les noirs de Scottsboro, 9 innocents que l'opinion mondiale a arrachés aux geôles raciste's de l'Alabama ... » Toute sa vie, en effet, Waltet- Lowenfels n'a cessé de lutter contre l'oppression. Sacco et Vanzetti, les Rosenberg, le peintre Siqueiros aujourd'hui emprisonné au Mexique - toutes les nobles causes le requièrent. Le lllaccarthys11Ie ne pouvait mallquer d'empri sonner un tel homme. Aujourd'hui, Walter Lowcnfels est libre. Mais il n'oublie pas. - Ici, à Paris. même lllt Quartier Latin, il .'\1 a peu de lI ègres. J[ais chez '/IOUS, on en voit partout, on vit att beau milie1/. dcs opprimés - et cela peut soit 1fOUS éduquer, soit nous corrompre ... Evoquant les luttes actuelles des noirs de son P'!c.Ys, notre interlocuteur montre ce que, dans ce contexte, peut signifier le mot « éduquer ». - J'ai une omie parllli les « Freedom Riders » - lIne très 1I0bie femme. Une athlète noire de T~ ailS, cha11lpionne na- Je suis mort je suis mort je suis « Une floraison tOltle récente de revues noires (:~) témoigne d'ailkt{rs d'un esprit nOUVeal{. Les noirs, attx EtatsUnis, AFFIKJNTENT 1114intenant la réalité de l'oppression, ce que beaucoup ne faisaient pas a!{paravatlt. Et, de plus en plus, les jeltnes surtmû, ils se battent. Loin de rester Sttr la défensive (lutte ponl' les droits civiques), ils attaquent - sur le plan. par exemple, de t'éducation (fréquentation des mêmes écoZC'S, des mêmes Ul1i.'ersités que les blancs) ou dl{ mort ils m'ont arraché le coeu r à Stanleyville Ils ont abandonné mes poumons à Léopoldville Ils m'ont arraché les yeux dans les mines du Katanga Ils m'ont fait sauter la cervelle au Kasai. Ils ont pris mes forêts, mes montagnes, mes fleuves Il ne me reste rien que toi, Afrique, mon' continent, Et les fragments de moi qui s'assemblent en vous, mes Aux quatre coins du monde. trères, WALTER LOWENFELS. (Tradu it par François TICHYl 10gemeJ/t (abolitioli des « qua t'tie rc\' réservés »). Ce tournant de l'histoire américai ne. \Nalter Lowenfels y insiste, (voir d'autre part le poème inédjt que nous publions) . est lié à la vague libératrice qui secoue l'Afrique : « Et déià le .qo~tvernemeflt Kennedy , plus qlte le· précédent, a été ame1ié à battre en brèche la ségrégation. » - Et les juifs? - Il sont en général moins militants que les noirs, mais dans ce domaine auss'i, on se bat. Ces temps-ci, dans l'Etat de }Il ew-York, ttn scan.dale du lo.qem/!'lf,t a permis de démasquer des individus ~ui « fichaient» tout locataire juif éventr«!l.. . Et Walter Lowenfels conclut : - Noirs ou, blancs, .fuifs ou chrétietfs, les antiracistes savent que la lutte sera longue et dure. Mais il y va dtt sQ"t même des Etats-Unis etl tant que nation. (1) Révélé au public français par des textes d'Aragon, et, ces jours-ci ( Les Lettres Françaises », 6-10-61), une interview du poète par Hubert Juin. Voir aussi « Europe », numéro spécial, « Littérature des Etats-Unis », Février-Mars 1959. Citons parmi les oeuvres de W. Lowenfels

« Elegy for D.H. Lawrence » (Paris,

1932); « The Suicide » (Paris, 1935) : « Sonnets of Love and Liberty» (N.Y, 1955), « American Voices » (N.Y., 1959) ; une pièce de théâtre, « USA with music » (1930), et une remarquable · antbo- . logie, « 'Walt Whitman's Civil War » (N.Y., 1960), rassemblant des textes whltmaniens en prose, inspirés par la Guerre de Sécession. (2) Bravant la maladie, Madame LDwenfels collabore activement aux travaux et aux recherches de son mari. (3) Notamment « Freedom Ways ». [dont le rédacteur en chef est Shirley Graham, femme du grand sociologue noir W.E.B. Du Boisl Le complexe de " CA.JOU " Une interview de Michèle LACROSIL, recueillie par Marie-Magdeleine CARBET SCU LPTURES, drape ries, masques, sagaies ... Michèle La crosil s'est créé un cadre exotique, africa in, assez inattendu dons cet immeuble moderne du XVIe a rrondissement. Elle rit aux larmes en lant. Not re entret ien bien. m'accueils'annonce - Vous avez croisé quelqu'un dans l'entrée ? - Un homme en bourgeron, pourquoi '? - Il sort d'ici. C'est trop drôle ! J'aurais aimé que l'un quelconque de mes cri· Uques ait assisté à la scene. - Je comprends de moins en moins. - Ecoutez, il a sonné ici pour offrir ses services comme carreleur. Je lui ai ouvert moi-même. Il m'a toisée, m'a envoyée chercher « m!l patronne » . .J'ai es· sayé de lui parler, peine perdue. A la fin il insistait en petit·negre. Croyez-vous qu'il ait agit de même chez les voisins ? Quand je pense qu'on m'accuse d'inventer le racisme ! - Vous ? A quel propos ? - De « Sapotille » (1) d'abord, ensuite de mon dernier-né, « Cajou » (2). - Lisez ma critique. Vous serez convaincue. Mon roman est tout simplement le drame de la laideur. Mon héroïne? Une névrosée, malade de se croire absolument

  •  :;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::;:;:;:;:;:;:;:;:;:::;::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::::;:;:;::;:::;:;:;!;:;:;:;:;:;:;:;;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::::;:::;:;:;:::::;:; * LE LIVRE NOIR DE LA FAIM, par

Josué de CASTRO. (Les Editions Ouvrières. Josué de Castro expose dans ce petit mais substantiel volume, un des aspects - le plus tragique - du sous-développement économique de certaines régions du globe : en plein milieu du XX' siècle: « les 2/3 au moins de l'humanité vivent en état de faim chronique n. Abondamment documenté et riche en statistiques, l'actuel ouvrage de Josué de C8iStro ré· sume et met à jour son excellente {( Géopolitique de la faim» pUbliée en 1952. Il convient de préciser que l'auteur ne se borne pas seulement à décrire un état de fait mais propose des exemples de solutions (notamment celle apportée pa, le gouvernement de la Chine Populaire) et des mesures pratiques (Coopération internationale au sein l'un organisme centrÇl. l spécialisé, coordination des progrès industriels et agriCOles dans les pays sous( léveloppés, accords commerciaux internationaux sur les prix des matières premières) dont on s'apercevra- sans mal qu'elles sont conditionnées par la poursuite de la décolonisation et le maintien de la paix dans le monde.

  • ADOLF HITLER, par Pierre et Renée

GOSSET. Tome 1. (Julliard). Le tome premier de la biographie d'Adolf Hitler par Pierre et Renée Gosset, nous conduit de sa naissance à Braunau le 20 avril 1889, à ce fatal 20 janvier 1933, qui vit le Maréchal-président von Hindenburg le nommer très constitutionnellement chancelier du Reich. Une prière d'insérer nous informe que les auteurs ont mis deux ans à rassembler les témoignages publiés ou inédits qui servent de base â leur ouvrage. On regrettera qu'ils n'aient pas cru devoir indiquer en note et bibliographie ces sources, et, surtout qu'ils ne leur aient pas appliqué les règles d'une critique historique un peu sérieuse. Car si elle est vraie dans ses grandes lignes, cette biographie d'Adolf Hitler est malheureusement émaillée d'imprécisions et d'inexactitudes de détail, quand elle ne se fait pas l'écho d'affirmations douteuses ou incontrôlées. Sans doute le point de vue des auteurs est sympathique, leur condamnation du nazisme et du racisme est sans réserves, leur livre est vivant et de lecture facile mais la biographie historique et critique d'Adolf Hitler reste à faire ... Guy BAUDIN. repoussante. Alors, parce que c'est une fille de couleur ... - L'inévitable point de vue du blanc. Impossible de le contester ! Evidemment, chacun réagit à sa façon. Le critique découvre ce qu'il veut. Que vous reprochent les vôtres ? D'aborder le problèmeo racial, en faussant les données. Je manque « de fraîcheur, de réalisme» paraît-il. Pas pensable « qu'une femme de couleur, aim~e d'un blanc, ne parvienne pas à se déga,. ger de SON complexe d'infériorité ». - Aïe ! « SON complexe », ce possessif est-il de vous ? - Pas du tout! Je cite. - Donc, inéluctable, et légitime, ce complexe, dans l'esprit de celui qui par· le ! Rien que ce petit mot-là vous justifierait, Michèle, de vous en prendre encore et toujours au racisme. UNE QUELCONQUE HISTOIRE - Mais je n'en voulais pas au racisme, justement: « VOUS êtes NOIRE. Vous ne pouvez traiter que les questions de cou· leur ». L'ai-je assez entendu, cet avis ! - Ingénu, candide, coudoyant la plus authentique des bonnes fois, mais toujours vivant, toujours présent... Le voici qui montre le nez, le racisme qui s'ignore ! - PourqUOi ne pas me reconnaître le droit d'exposer une quelconque histoire d'amour, d'ambition, ou de désespoir ? - Femmes d'abord, nous sommes. Jaunes, rouges ou noires, seulement en second lieu. - Bien sar. Et s'il me prenait, par ha,. sard, l'envie d'oublier quelle couleur est la mienne ? A qui serait la faute, sinon à ceux qui s'appliquent sans relâche à me la remettre en mémoire ? - Mais votre « Cajou », Michèle ? - persO,nne ne veut voir en elle une victime de la laideur. Même pas d'une réelle laideur, mais de sa conviction parfaitement fausse, d'être une fille affreuse. « Je ne m'aime pas» « Je me fais horreur » chante-t-elle sur tous les tons, comparant son visage à celui de ses amies, de sa mere ... Maladivement. Elle essaie de se fuir, d'être une autre. Sa mère la conduit en effet à un psychiatre dès l'âge le plus tendre. Plus tard Cajou ne parle-t-elle pas du « maléfice qui faisait d'elle une anormale ? ». Elle affirme, aux premieres pages du livre: « mon anxiété était chronique ». Cette anxiété tourne à l'obsession Qui La conduit au suicide. Quoi de plus vraisemblable ? POUR l~UE TOMBENT LES BARRIERES Pouvez-vous cependant affirmer ue la couleur de Cajou n'y est pour rien ? - J'avoue que je ne sais plus dtlfts quelle mesure ... En tout cas, pour très peu de chose ... - Franchement, je vous y attendati, Michèle. Nous avons appris, nous autres, à nos premiers regards, à nos premiers sourires, qu'ils ne peuvent s'égarer. -ai les uns ni les autres, dans certaines directions. Comment faire abstraction de notre épiderme ? Autant vaudrait essayer de nous écorcher vives et de nous séparer de notre peau. Personne d'autre que nous ne peut en prendre nette et pleine de conscience. V06 critiques ont tout de même raison. Force nous est de nous souvenir. Votre Cajou ne peut oublier que dans ses veines le sang mêlé ... - Mais la plupart des lecteurs, ew:, veulent ignorer le côté blanc de son hérédité. Ils ferment les yeux sur la dualité de ses origines. En Cajou ils voient une femme noire, stristement. Exclusivement. Alcrs qu'elle est à La fois métis et détraquée. Ainsi, leur semblent excesstfr et son tourment, et ses reculs invraisemblables, son angoisse et son abdication finales. Incompréhension? Pourtant, il me semble que nous sommes, nous, perméables à toutes les formes de sympathie, accessibles à tous les problemes de tous les êtres humains. Les barrières en tre eux et nous ne tomberont-elles donc jamais ? - Si, Michèle, elles y mettront le temps mais elles tomberont. Elles tomberont devant d'autres « Sapotille E-l, d'autres « Cajou », Elle tomberont grâce à tous les romans qu'écriront les nôtres, grâce, surtout, à ceux qu'ils vivront sous les yeux des autres, parmi eux, avec eux. (1) (2) l( Sapotille et le Serin d'argile 1) (Gallimard) - « Cajou » (Gallimard). LU - VU - ENTENDU 11 IPIICASSO • • A l'âge de 80 ans, la jeunesse d'.: Picasso et son enthousiasme créateur sont ses caractéristiques généralement soulignées. Outre le geme artistique, son oeuvre révèle un profond humanisme. A la lumière · de cette qualité, nous devons chercher l'unité de sa création, à travers toutes les épo· ques et les évolutions, en apparen· ce contradictoires. Il semble que sitôt une conception réalisée, Picasso la rejette violemment, pour passer à une nouvelle vision, tota1ement opposée, comme s'il était luimême tout autre ; c'est pourtant le même Picasso, l'homme inlassable, à la recherche de conquêtes pjcturales et plastiques, encore in· connues. Mo première connaissance de l'oeuvre de Picasso date de cinquante ons, de son époque bleue. J'avoue que j'ai été profondément ému déjà par les reproductions que j'ai pu voir. Je me suis dit alors que seul u" être très généreux, très bon, jusqu'à la révolte, a pu créer ce monde d'affamés, de déshérités ; de mères grelottant de froid ; de clochards et de saltimbanques, n'ayant qu'un ciel triste au-dessus de leurs têtes. Un poète soviétique flétrit l'antisémitisme BABY YAR par Eugène EVTOUCHENKO « Baby Var » est une carrière, près de Kiev, où les occupants nazis m&ssacèrent, pendant la guerre, 130.000 juifs. Ce beau .I?oème d 'Eugène Evtouchenko a paru récemment dans la revue SOVietique « Literatoumaya Gazeta ». Sa traduction en yiddisch figure au som· maire du numéro 2 de la nouvelle revue pUbliée en cette langue à Moscou, « Sovietische Heimland » (Patrie Soviétique). E. Evtouchenko a d'ailleurs traduit en russe plusieurs oeuvres du rédacteur en chef de cette revue, M. Verguelis. Nous remercions M. Gabriel AROUT d'avoir bien voulu traduire « Baby Var » pour notre journal, bien que le peu de temps dont i.l disposait ne lui ait pas permis, estime-t-il, de parfaire son travail comme il l'aurait souhaité. Nous ne doutons pas que nos lecteurs l'apprécieront vivement, malgré tout. A BAB Y Y AR, pas de monumcnts Une falai se abrupte, cummc unc pierre to.mbale J'ai peur. Aujourd'hui je me sens tellement chargé cI 'années Plus vieux que to.ut le peuple juif. Et il me semble que je suis, moi-5nême un juif. C'est moi qui erre clans l'Egypte Ancienne Et me vo.ilà aussi expirant sur la croix Et je sens clans ma chair la trace des clous. Et il me semble fllle c'cst moi, Dreyfus. L-1. les petits bo.urgeoi s, mon délateur, mes juges. Et moi clebout clerrière les barreaux. Pris clans l'étal! Traqué, couvert d'opprobre et cie menso.nges, Des petites dames en co.rsages de dentelles Pointent vers mon visage leurs o.mbrelles. Je suis aussi, ce petit gamin à Bialystok. Le sang co.ule et s'étend sur les planchers. Et les tribuns de brasserie sont déchaînés, To.ut imprégnés d'o.igno.n et de vo.dka. Je suis là, impui ssant, chassé d'un coitp de bo.tte Et je supplie en vain les massacreurs. ""ranclis que retentit le hurlement jo.yeux : « A bas les juifs pour sauver la Russie » Le mastroquet brutalise ma mère. o peuple russe, mo.n peuple, je connais To.n âme fo.ncièrement internationale Mais bien so.uvent, ceux do.nt les ma ins so.nt sales Fo.nt retenir to.n no.m , si pur, pour se couvrir. Mo.i qui co.nnais la bo.nté de ma t erre Te tro.uve lâche, que sans un f rém i ssement Les antisémites se prévalent avec po.mpe Du titre : « Unio.n du peuple l'Usse » ! Et il me semble encore, que c'est mo. i Si transparente Anllc Franck Co.mmc ulle pousse d'avril. Et j e suis to.ut aI1lOl1\'. E t pas beso.in de phrases. Je n'ai beso.in Que d'avo.ir to.n reg-ard. en face du mien. Co.mme c'est peu : vo.ir et ~ ubo.do.rer ! Les feuilles ne so.nt pas pour no.us. 1\1a i s no.us ayons beaucoup po.ur no.us. L e Ciel est interdit. La tench'e étreinte Dans les ténèbres do.uces d'une chambre. On vient ici ? Quel est ce bruit ? - Oh so.i s sans crainte C'est la rumeur hem'euse du printemps Serre-to.i co.ntre moi . Vite, tes lèvres On enfo.nce la po.rte ? Mais non, c'est la déhâcle sur le fleuve ... A Baby Var fri sso.nnent les herbes. Les arhres no.us menacent, raides co.mme la justicc Et le silence hurle ici. Mo.n chapeau à la main .T e sens que do.ucement griso.nnent mes cheveux. Et je ne suis, ici, qu'un cri sans vo.ix Sur ces milliers de co.rps ensevelis Te sùis chacun de ces vieillards criblés de balles. Te suis ici chacun des enfants massacrés. Et rien en mo.i ne po.urra l'o.ublier Que retentisse « L'Internatio.nale » Le jo.ur où le dernier antisémite Disparaîtra enfin de cette terre. Dans mo.n sang- il n'y a pas une go.utte de sangPo. urtant je suis haï d'une fureur obscure Par les antisémites, co.mme un juif Et c'est pourquo.i - je suis, authentiquement, juif un Russe ! \ Puis Picasso a entièrement abandonné cette peinture, dite symbolique et sentimentole. 'Mais lorsqu'il s'engage dans la peinture aux sujets politiques, on y discerne sa révolte contre le monde cruel, bourgeois, et on y retrouve la fraternité humaine de l'époque bleue. Sons doute n'étais-je pas le seul à découvrir la ' poésie poignante et mystérieuse PAR Chil ARONSON de l'époque bleue. Cette poésie qui fait partie intégrante de l'oeuvre de Picasso, a d'ailleurs gardé ses admirateurs fervents. Je ne cesse de suivre l'acheminement de son oeuvre. Dans des expositions, devant des collections privées, je médite sur ses tableaux. Souvent, j'éprouve une sl!btile délectation

ces tableaux éveillent en moi

des enthousiasmes inoubl iables, mais me laissent aussi parfois hésitant, inquiet. D'âpres dis·cussions s'engagent avec des peintres, à propos des différentes époques de la peinture de Picasso. Et je ne connais pas d'autre peintre qui ait une telle emprise sur 10 création des jeunes artistes de notre siècle. Ensuite viennent les dessins, les gravu_ res de Picasso, dont il faut aussi tenir compte pour connaître et comprendre ce créateur de génie. Mais voici l'année 1937. C'est la guerre en Espagne, la montée de la menace fasciste. Au Pavillon d'Espagne à l'Exposition Univer~ elle , je suis bouleversé, à la vue du tableau « Guernica ». La résonance du tableau m'accompagne longtemps encore. C'est plus qu'une condamnation du massa_ cre d'une ville espagnole par les avions nazis; c'est la condomnation la plus absolue des horreurs de la guerre future, un prophétique avertissement contre la guerre atomique. A la dernière exposition rétrospective de Picasso, ou Musée des Arts décoratifs, de jeunes spectateurs français et étrangers restèrent massés des heures, à contempler ce tableau, vision horrifiante de la guerre. suggestive et pénétrante à la fois. Les Horreurs de la Guerre de Goya ont été évoquées à propos de ce tableau de Picasso, mais je trouve très peu de rapport entre « Guernica » et la vision de Goya. Cependant, nous touchons ici à un problème très discuté dans la peinture. Combien de peintres et d'esthéticiens enseignaient catégoriquement que l'actualité ne pouvait être concrétisée dons une peinture authentique. Et pourtant, voici devant nous le tableau « Guern ica », un des sommets de la peinture moderne, où l'horreur de la guerre est rendue d'une manière très concrète, par l'ampleur et la pureté picturales absolues. Picasso a créé d'autres oeuvres, aux sujets politiques, tels « Le Charnier JO, « Massacre en Corée », et un cycle de gravures « Songes et Mensonges de Franco » , Ce sont des tableaux qui attestent de la colère et de la révolte de Picasso, en face des événements politiques de l'époque. Actuellement, Picasso est au centre du Mouvement de la Paix. Après avoir créé ses magnifiques peintures monumentales « La Guerre et la Paix », il a dessiné la Colombe de la Poix, qui vole sur toutes les affiches des congrès pour la paix et qui a rendu le nom de Picasso cher à des millions d'hommes. Des millions d'hommes dans le monde entier, même ceux qui ne connaissent pas l'oeuvre du peintre·, répètent ce nom avec amour et gratitude, cor cette blanche colombe est devenue le symbole d'une lutte sacrée : une lutte qui doit épargner à l'humanité d'indiscriptibles horreurs, et lui ouvrir l'espoir de. lendemains rayonnants. Lydia EW ANDÉ UPourquoi les Noirs ne seraient-ils pas des octeurs il port entière? Il SI l'o.n a souvent désigné Paris com· me la capitale du monde, c'est sur· to.ut vrai en ce qui co.ncerne les arts. Est·ce à dire que to.ut so.it parfait. et facile ? Ce n'est certes pas l'avis des jeu· nes artistes qui viennent ici, armés de leur seul talent et du désir de l'y affir· mer. Une difficulté supplémentaire se présente à ceux qui o.nt une peau brune o.U no.ire. Malgré quelques exceptio.ns (le regretté Habib Benglia en fait fo.i), on a encore trop tendance à canto.nner les artistes noirs dans certains emplo.is. On les lma· gine facilement chanteurs et danseurs, o.n est prêt à les admirer dans des démo.ns· tratio.ns fo.lklo.riques, mais ~n les vo.it mal sortir de leur cadre exo.tique. Et pourtant, il y a parmi eux des co.· médiens de talent qui veulent faire autre chose et qui o.nt prouvé qu'ils le peuvent. Lydia Ewandé est de ceux-là. Venue è Paris du Camero.un, il y a neuf ans, elle n'entend pas reno.ncer à son but : jo.uer, jouer véritablement, sur scène o.U à l'é· cran. Elle n'est plus une inco.nnue po.ur les amateurs de théâtre puisqu'ils l'ont ap· plaudie dans (r les Nègres ll, de Jean Ge· nêt, au théâtre de Lutèce, pièce mise en scène par Ro.ger Blin. Actuellement, elle paraît dans une co.· médie de François Campaux, auteur de « Chérie No.ire ll, « Des enfants de choeur ll, au théâtre des Capucines. Elle y incarne le rôle de la fiancée noire. Au cinéma, Lydia Ewandé a fait une ap· parition dans « Po.t·Bouille » de Julien Duvivier ; et a participé à la synChronisation ct' « Orfeu Negro» et de « Voyage en Afrique », de Maurice Cazeneuve. Il lui a fallu beaucoup lutter po.ur s'im· poser et elle co.nstate : - Le fait d'être noirs limite nos possibilités. Il est pourtant quelques oeuvres classiques où les rôles pourraient être tenus par des noirs, (pour sa part, Lydia Ewandé aimerait jouer Bérénice). Quant aux directeurs et metteurs en scène,. ils pensent que le public serait réticent s'il voyait des noirs dans des rôles habituellement tenus par des blancs. - En est·il de même au cinéma.? Elle réplique : - Le cinéma français ne nous a réservé jusqu'ici qu'une place limitée. On nous offre toujo.urs des rôles secondaires (bon.niches, etc ... ) voire des rôles qui avilissent la l'ace noire. Depuis peu, on a fait certains efforts pour changer cet état de choses ; le suc· cès d'Orfeu Negro y a contribué. Il nous faudrait des sujets adéquats et surtout des prOducteurs courageux. Bien entendu, les chanteurs et danseurs o.nt plus de po.ssibilités, car ils exercent un métier plus indépendant, mais Lydia Ewandé ne se laisse pas détourner de la voie qu'elle a cho.isie. Henry BULA WKO. DIMANCHE 19 novembre Le M. R. A. P. vous invite au SALLE PLEYEL à 20 h. 45 précises GRAND GALA ANTIRACISTE 252, Faubourg Saint-Honoré (Métro Ternes) CARMELA présenté par dans ses danses et,chants d'Espagne La célèbre vedette de la chanson Georges ULMER Suzanne GABRIEllO LES FRERES ENNEMIS dans leur numéro plein de fantaisie ~ Le chanteur noir américâin William MARSHALL accompagné au piano par Philippe HEYRAl Hâtez-vous de louer vos places au M. R.~A. P., 30, rue des Jeûneurs (GUY 09-57) Billeis de li NF , à 10 NF La jelJne révélation Frida BOCCARA 1 L'irrésistible Henri TISOT 1 la populaire chanteuse Rosalie DUBOIS Soya NEAGU et son orchestre tzigane Pour la première fois , sur scene Alexandre IVANOVIYCH ses musiciens ses danseurs et son ourse Margaret ' \

Notes

<references />