Droit et Liberté n°440 441 - juillet-août 1985

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°440-441 de juin-juillet 1985
    • Quoi de neuf? (congrès)
    • Ce qui est ringard c'est le racisme: conclusions de Charles PAlant
    • Le congrès et les médias

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Quoi de neuf? Ce qu'apporte de nouveau le congrès des 8 et 9 juin à Pantin, c'est d'abord sa composition. Sans vouloir établir de discriminations, quelles qu'elles soient, parmi les 300 délégués, il faut bien constater trois faits: la dominante jeune; la diversité d'origines ethniques et sociales, d'opinions et de croyances; enfin le 'poids" de chacun, fait de l'expérience acqUIse dans l'action. Si tous les comités locaux n'avaient pas envoyé des délégués, pour des raisons de distance ou de disponibilité, JamaIS on n'en avait compté autant, et d'aussi dynamiques, dans des assises nationales du MRAP. C'est ce qui explique le sérieux des travaux, dans les cinq commissions et les séances plénières. Le débat, sans doute trop passionné, sur le droit de vote des étrangers - seul retenu par la plupart des médias - témoigne à la fois de la pluralité des approches et de la cohésion du Mouvement, puisque la résolution amendée a été finalement votée dans l'enthousiasme à la quasiunanimité . Outre cette prise de position claire, aboutissement d'une longue réflexion, d'autres décisions et orientations ont été adoptées, qui constituent des . avancées importantes. En premier lieu, il faut souligner l'accent mIS sur la nécessité d'être mieux enracinés dans la vie de la Cité, au plus près des problèmes réels ceux-là mêmes qu'exploite l'idéologie raciste qui leur donne de fausses réponses provocatrices et démagogiques. La campagne de vérité qui s' impose, va de pair avec la lutte sur le terrain contre les tensions racistes. L'objectif est de faire comprendre à tous que leurs difficultés ne proviennent pas des j'immigrés il , comme trop souvent les racistes sont parvenus à le faire crOIre; qu'elles sont en réalité des données de la crise affectant la société tout entière; que les oppositions fondées sur les différences - 1 - droit et, liberte mensuel du mouvement ~ contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples • :, Nu' 440-441, juin-juillet 1985 - 5 F ISSN 0012-6411 d'origines n 'y changeront rIen; malS qu'au contraire, l'essentiel est d'agir ensemble, d'où qu'on vienne et qui que l'on soit, pour défendre les intérêts communs des travailleurs de l'entreprise, des habitants du quartier, des usagers de l'école, etc. en respectant l~s spécificités culturelles qui enrichissent le patrimoine et les potentialités du pays . Le congrès donne ainsi l'élan à un "nouveau civisme", qui peut se définir comme la rencontre et la coopération lucide de toutes les composantes de la population, sans distinctions de "races", d'ethnies, de nationalités, de religions ou de manières d'être, pour découvrir les causes et les solutions des problèmes communs, et intervenir en conséquence, main dans la maIn. C'est mettre en état de fonctionnement normal et fécond la société plurielle dont nous sommes tous parties prenantes, en faisant se manifester la solidarité objective qui nous lie. Autre aspect du congrès: l'affirmation plus nette, plus militante des options du MRAP dans tous les domaines où sa présence est requise. Les militants, les comités sont encouragés à prendre des initiatives plus nombreuses, plus rapides, plus originales pour la défense des droits des immigrés et de toutes les minorités, pour le soutien à tous les peuples dressés contre le raCIsme, particulièrement celui d' Afrique du Sud, en s'appuyant sur des cercles toujours plus larges de gens de bonne volonté . Des campa~nes vont SPECIAL CONGRES 85 Quoi de neuf? sJengager sur les questions du logement, du chômage, de l'école, de l'insécurité, des relations entre administrations et administrés, avec le souci d'impliquer tous les intéressés sans leur demander depuis combien de générations leur famille vit en France. Le MRAP doit faire corps avec tout ce qUI touche à la ·cohabitation, s' attaquer à tout ce qui génère des conflits de caractère raciste, prendre part à tout ce qui se fait pour favoriser les échanges interculture1s. Une volonté d'innovation, d'efficacité, de formation a parcouru ces deux journées, où la présence et l'attention des participants n'a pas faibli un seul instant. Tout cela comportait, bien entendu, l'analyse critique de nos faiblesses, par exemple en matière de communication avec l'opinion publique aznsi qu'à l'intérieur même du Mouvement. Le congrès doit être l'étape décisive d'une réorganisation à base locale et départementale, qui stimulera la créativité, accroîtra les responsabilités de chacun, tout en consolidant l'unité du Mouvement. Des jalons nouveaux ont été posés pour doubler le nombre des adhérents et multiplier les comités dans les villes, les quartiers, les entreprises. Les dé1éeués sont repartis avec le sentiment d'un immense travail à accomplir, malS aussi avec des moyens renforcés. Vérité, solidarité, égalité: les trois mots-clés de l'action proposée peuvent provoquer de profondes mutations dans nos méthodes, et être porteurs de succès inédit"s, dès lors qu'ils s' intègreront au vécu quotidien. On ne saurait aujourd'hui se contenter de proférer des incantations, des dénonciations vengeresses et des slogans, de proclamer des professions de foi généreuses, de prêcher des convaincus. Il faut se colleter résolument avec le raCIsme concret pour l'éliminer concrètement des pratiques et des mentalités. La tâche est ardue, sans doute. Mais, vue la gravité de la contamination, il n'est pas de voie facile pour enfin faire triompher la raison, l'égalité, l'entente, la démocratie, le progrès ... Le congrès PANTIN. Samedi 8 Juin. 9 heures. La salle du gymnase Léo- Lagrange voit converger vers elle un grand nombre de militants du MRAP venus de toute la France: Le Nord, le Sud, l'Est, l'Ouest, sont représentés. 46 comi tés de Paris et de la Région parisienne, 63 comités de provin ce. Plus de 300 délégués, tous mandatés par un ou plusieurs comités locaux. La mise en place se fait len t ement, laborieusement (!) au niveau de la commission de contrôle des mandats qui demande un travail précis et méticuleux. L'attente est longue et stoîque, mais s'opère dans la bonne humeur. Un Congrès c'e st, en effet, l'occasion de rencontres et de retrouvailles entre nouveaux et anciens et la chaleur de l'amitié est un véhicule de patience. A tour de rôle, chacun trouve une place dans l'immense salle des sports remarquablement aménagée pour cette occasion par les employés municipaux de la ville qui ont fait un gros travail matériel pour installer tables, chaises, podium et sonorisation. Au milieu des congressistes se joignent les personnalités et délégations des organisations amies invitées . 10 heures. Le brouhaha s'estompe. La tribune officielle s'est remplie. Une voix s'élève au micro, pleine d'enthousiasme et de jeunesse: c'est celle d'Hélène Rouzier, la jeune présidente du comité local de Pantin qui souhaite "la bienvenue à t.ous et toutes, venus de province, de Paris et de sa banlieue et aux personnalités" exprimant le voeu "d'un IIRAP plus fort à l'issue du Congrès". J acques Isabet, maire de Pantin, qui a favorisé la bonne tenue de ce Congrès en mettant sans réticence à notre disposition nombre d'installations municipales nous accueille à son tour et nous remercie d'avoir choisi sa ville · pour la tenue de cette importante assemblée. "Grande, très grande, est la cause défendue par le IIRAP, dit-il ( ... ) et après avoir souligné que "le racis.e n'était pas dû à la fatalité" il termine en souhai tant "un grand et fructueux Congrès". Albert Lévy lui succède pour présenter le rapport du Bureau National que l'on trouvera dans les pages 4, 5 et 6 de ce numéro. Il heures. Quelque fébrilité à l'entrée de la salle. Comité d'accueil et services de sécurité sont sur le qui-vive. M. Badinter, Garde des Sceaux, fait son entrée, vivement applaudi. Il nous fait l'honneur et l'ami tié de partager un temps de notre matinée. George Pau-Langevin, présidente du MRAP, l' ac c ue i 11 e "elle à qui échoit ce bonheur" et "salue le .ilitant infatigable qu'il a toujours été" (voir page 7). Dans un discours profond et au souffle puissant, notre invité de marque lui répond après avoir affirmé "qu'il a des liens avec le IIRAP depuis bien des années" et "que nous nous so •• es trouvés SPECIAL CONGRES 85 etson déroulement dans bien des co.bats et (que) cela ne cessera ja.ais". Il est interrompu souvent par de vifs applaudissements et il reçoit une longue ovation lorsqu'il termine (voir page 8). 12 heures. Bien ardu est le travail de Marie-Christine Lucas qui a 11 ingrate tâche de lui succéder pour présenter le rapport financier qui est voté à llunanimité. Vers 13 heures, les congressistes mis en appétit par les efforts dl attention du matin se ruent vers le self-service et partagent à la fois le même repas et llamitié que la table fait naître. Ils ont été précédés de peu dans la salle du Conseil Municipal de Pantin où M. le Maire accueillait, au cours d'une réception de grande qualité, nos invités, la direction du MRAP et les représentants des comités locaux. François Grémy y prenait la parole en tant que vice-président pour remercier M. Jacques Isabet et présenter le MRAP en insistant sur son enracinement dans la cité. 14 heures. De longs débats s'instaurent dans les 5 commi ssions-carrefours qui ni ont pas trop des 5 heures qui leur sont imparties pour préparer des propositions concrètes pour une meilleure action du Mouvement (pages 10 à 12). 20h.30. La journée se termine par un concert magistral donné par 11 excellent groupe dl afro-reggae "Apartheid r.ot" qui met une animation "terrible" dans le gymnase transformé pour quelques heures en une vaste piste de danse. Bravo à ces musiciens que nous comptons retrouver bientôt au cours d'une tournée organisée par le MRAP et les comités qui le désireront sur l'ensemble de la France! Dimanche matin. 9 heures: les travaux reprennent en séance plénière pour entendre le compte-rendu des travaux de chacune des commissions de la veille avec discussion générale. Ces travaux sont ponctués par les interventions de C. Cheysson, J. Guiart et F. Asensi (page" 8). La matinée se termine par le rapport de la commission "Nationalité et Citoyenneté" qui va susciter de sérieux remous au sein de llassemblée le dimanche après-midi où vont se poursuivre les débats (!) En effet, dès la reprise à 14 heures, le ton monte sur le thème brûlant du droit de vote des immigrés. La passion et la maladresse sien mêlant, 11 agi tation croît - pas au point où 11 a décrit une certaine presse - et il faut la proposition de la mise sur pied dl une commission de rédaction dl une nouvelle résolution sur ce sujet pour apaiser le tumul te. Mais cela ne montre-t-i l pas la jeunesse du MRAP? Une heure plus tard, dans la sérénité retrouvée, la nouvelle résolution sera approuvée et acclamée, les autres rapports et résolutions adoptés, le nouveau Bureau National élu. Regrettons qulun tel climat niait pas permis d'apprécier à leur juste valeur les interventions de Mgr G. Herbulot, membre du comité d'honneur du MRAP, (page 8), F. Bourdeau, responsable de la commission immigration du P.S., et celle de MM. Aziz Fakhreddine et Abdelaziz Areski, conseillers munlClpauX associés de Mons-en-Baroeul qui ont été chaleureusement applaudi s pour leur récente élection et leur présence parmi nous. 17 heures. Charles Palant tire les conclusions du Congrès avec son talent habituel (p. 15). Disons, en terminant, que même si le dimanche aprè smidi fut agi té, même si les repas ni ont pas été "gastronomiques" (mon palais dl auvergnat en témoi gne), par sa préparation, sa réalisation (700 personnes en 2 jours), ses débats et ses résolutions, le Congrès a été une grande réussite. Le millésime 85 restera un grand cru. 3 - Remerciements à M. le Maire de Pantin, au personnel de sa Mairie, aux e.ployés .unicipaux, aux .ilitants du co.ité local de Pantin actifs et infatigables; à tous les .e.bres de la Co •• ission de Préparation du Congrès qui se sont réunis efficace.ent et très régulière.ent pendant plus de trois .ois, NOS REMERCIEMENTS LES PLUS VIFS ET NOS SINCERES FELICITATIONS POUR LA PART QU 1 ILS ONT PRISE DANS LE SUCCES OU CONGRES 85. Les rapports des commissions du Congrès n'ont pu être présentés "in extenso" dans ce numéro faute de place. Ils seront joints à la prochaine Lettre du Secrétariat. Pour en connaître la teneur intégrale. s'adresser à son comi té local. L'i.portance du rapport financier et l'abondance du rapport de la commission n° 4 du Congrès (Commission Internationa 1 e ) ne nous permettent pas de 1 eur faire une place aujourd'hui. Ils seront présentés dans le numéro de septembre. SPECIAL CONGRES 85 Le MRAP face à la montée du racisme •• Vivre et agir ensemble dans la France plurielle d'auiourd'hui Le ràpport du Bureau National , présenté par Al bert Lévy , secrétaire général du Mouvement, co mporte quatr a pa r ties . Il montre tout d'abord que le racisme est devenu un "enjeu politique". Quelques aspects du racisme en France "Une for.ation, le Front National, a été pro.ue sur la scène politique, avec, pour tout progra •• e, la provocation à la haine contre les populations dites i •• igrées. "En vue de lui disputer son électorat, d'autres n'hésitent pas, lâche.ent, à rivaliser avec elle de dhagogie xénophobe. On nous signale de plus en plus de journaux locaux des partis de droite, à Paris et en province, attribuant aux "i •• igrés" la responsabili té du chô.age, de l' insécuri té, des difficultés scolaires, ainsi que de coûts sociaux excessifs. "Déjà, passant aux actes, la Mairie de Paris prive les fa.illes étrangères de l'allocation pour le 3è.e enfant; celles de Boulogne- sur-Seine et d'Antony agissent dans le .ê.e sens. Le MRAP a porté plainte devant le Tribunal Ad.inistratif contre ces discri.inations illégales". DE L'IDEOLOGIE ~U CRIME Le r app or t sou lign e ensu i te que l' idéologie xéno pho be a ga gn é de larges couches de l 'opinion , bien au-del à de l' él ecto r at du Fro nt National , grâce à l a cautio n donn ée à ses t hèmes par "des ho .. es politiques connus, qui s'affir.ent à toute occasion républi cains", et à l a diffus i on sans cont r eparties du disco ur s de Le Pen à t r avers les grands médias . Rap pel ant que l es crimes r acistes ont fait 50 à 60 mor ts au co ur s des t r ois derniè r es années , il co nstat e: "Dans la plupart des cas, les agressions racistes ne sont pas le fait de groupes organisés, .ais d' indi vidus débordant de haine qui, seuls ou à deux ou trois, traduisent leurs préjugés avec des couteaux ou des' ar.es de di vers calibres: volontaires de la Légion Etrangère dans le train Bordeaux- Vinti. ille, locataires irascibles de HLM, gardiens de grandes surfaces, patrons ou conso .. ateurs de bistrots, et .ê.e, réce •• ent, lycéens ( ••• ). "A force d'entendre répéter que les "i •• igrés" sont la cause de tous nos .aux, que ça irait beaucoup .ieux s'ils n'étaient pas là, il est inévi- 4 table que des excités et des faibles, subissant eux. ê.es le poids de la crise, procèdent à cette "éli.ination" qu'ils croient salutaire". CONTRE TOUS LES RACISMES "Co .. e le racis.e vise .assive.ent les i .. i grés, et par.i eux spéciale.ent les Maghrébins, il arrive que l'on sous - esti.e ses autres aspects", poursuit l e ra ppo r t . "Pourtant, la situation présente éclaire d'une façon qu'on souhaiterait .oins criante, ce que le MRAP n'a ja.ais cessé d'affir.er: à savoir, que le racis.e est un tout ( ... ) . "Après les dra.es quasi si.ultanés de Menton, Paris et Mira.as, ceux qui .éconnaissaient cette réalité ne peuvent plus dire: "Ce sont les autres qu'on frappe, cela ne .e concerne pas!" ••• Ce penda nt , "la dénonciation du racis.e dans son ense.ble n'a pour nous de sens que si, dans le .ê.e te.ps, nous prenons en co.pte les problè.es et la sensibili té propres de chaque groupe, sans les noyer dans un discours hu.aniste aussi généreux que vague". Et d ' ana l yse r en déta il l es donn ées s péc i fiques , di ffé r entes par l eur histoi r e et l eu r s effets , des racis mes vi sant l a pop ul at ion juive , l es Tsiganes et Ge ns du Voyage , l es origin aires des DO M-TOM, l es Asiat i ques, l es travai ll eur s im mig r és et leu r s f amil les. Vérité, solidarité, égalité Abo rdant les moda l ités de l' act i on du MRAP , le ra pp or t déf in it a l or s t r oi s axes : "vérité, solidarité, égalité" . Un e act i on qui doit se s i tuer "dans le concret" , "au plus près du vécu quotidien", "partout où les tensions racistes surgissent ou couvent, partout où quelque chose se fait ou est à faire pour que progressent la co.préhension .utuelle, l'union active entre les groupes que le racis.e tend à diviser et à opposer". UNE GRANDE CAMPAGNE DE VERITE . En pre nant à co nt r e- pi ed la propaga nde me nson gère "qui a conta.iné les .ilieux populaires " , il s'agi t de f ai re savoi r que "les i .. igrés ne sont pas causes de la crise, du chô.age ou de l'insécurité, pas SPECIAL CONGRES 85 davantage des difficultés du loge.ent ou des échecs scolaires, ni des déficits sociaux, ni d'autres .aux, qu'avec une inventi vi té obsessionnelle on explique, cynique.ent ou bête.ent, par leur présence" . Or , si l' on dénonce souvent Le Pen et l e Fr ont Nati onal, l a nécessai r e r épon se à ces mensonges n' intervient pas systé mati qu ement , co mme l' ex i gerai t une information éq uili brée . I l faudrait, pour discuter démocratiq uement des vrais problèmes , démontrer tout d'abord que les immigr és n ' y sont po ur r ie n. Fa ute de quoi , no us so mmes en dr oi t de poser l a ques t ion : "Veut- on vrai.ent que la vérité se sache? Veut- on vrai.ent débattre des problè.es réels?". Le rapport indique: "Dans ce do.aine co •• e dans beaucoup d'autres, nous so •• es confrontés à la nécessité cruciale de dépasser le cercle des gens déjà convaincus, appartenant ou non au MRAP, que l'on rasse.ble dans les • ani f .estations et les réunions pour dénoncer Le Pen et le racis.e ( ... ) Il faut aller plus loin, plus profond. Il ne suffit pas de dé.asquer l' ho •• e, il faut désarticuler l'apparente évidence de son dis cours " . AGIR ENSEMBLE POUR VIVRE MIEUX Mais , par delà les i nformations à di ffuse r , et pour l eur diff usion même , le r ap port in siste , pour convaincre , sur l ' expérience de l a so l idar i té s ur l e te r rai n, entre Français et immigrés , da ns l a défe nse de leurs i ntérêts communs . "La solidarité, observe- t - il, c'est une réalité objective avant d'être un senti.ent". Les travai ll eurs , dans l es entrepr i ses, en pre nn ent co nscience l orsqu'ils défendent leurs revendicatio ns ou luttent contre les licenciements qui l es f r appent que ll e que soit l eur origi ne . Mais le chômeur, iso l é , traumatisé , devient une "proie fragilisée" pou r l a démagog i e raciste . "Sur le lieu d' habi tation, d'autres sources de tensions existent: le bruit, les dégradations, les .odes de vie différents, l'oisiveté forcée des jeunes, avec son cortège de confli ts, de peti te délinquance, d'irritation et de peur. Cette situation n'existe pas à Neuilly ou dans le 16è.e, où pourtant la proportion des étrangers est particulière.ent forte. Il faut donc chercher d'autres causes: la .auvaise qualité de la construction, le .anque d'entretien, l'isole.ent, l'absence d' équipe.ents sociaux, sportifs et culturels, ou si.ple.ent de co •• erçants et de cafés, l' inhu.ani té du cadre de béton et d'autoroutes, la concentration de fa.illes no.breuses sans ressources, sans perspectives pour leurs enfants. "L' opposi tion entre habi tants d'origines différentes ne résoudra rien. Il faut que tous, victi. es de la .ê.e relégation dans ces réservoirs de la ".al vie", se rencontrent, se défendent, agissent ( ... ) . "Prenons un autre exe.ple: retards et les échecs ne tiennent pas des enfants d'origine étrangère. l'école. Les à la présence "Mieux adapter l'Ecole aux besoins de tous ceux qui la fréquentent, co .. e aux réalités de notre société, cela suppose des .oyens appropriés". Le rapport précise encore : "Bien sûr, il n'est pas du ressort du MRAP de résoudre tous les problè.es qui génèrent les tensions et les heurts racistes. "Mais il doit collaborer avec tous, pour contribuer à ce que soient pris en co.pte, dans les débats, les décisions et les luttes, la di.ension antiraciste, le caractère diversifié du tissu social". L'EGALITE DES DROITS Cette solidarité, montre ensuite l e ra pp or t , ne va pas de SOl. Elle suppose un effort , et des Français, et des étrangers. "Les inégalités institutionnelles et pratiques constituent le principal obstacle à une coopération totale.ent dépourvue d' a.bigui tés. Mais, inverse.ent, cette coopération elle. ê.e ne peut qu'aider à réduire les inégalités" . "Il reste, poursuit le rapport, qu'il nous apparaît juste et souhaitable que les étrangers vivant en France depuis un certain no.bre d'années, qui partagent le travail, la vie sociale, les difficultés et les aspirations des Français, qui paient co •• e eux i.pôts, cotisations et taxes, puissent donner légale. ent leur avis sur les problè.es qui les concernent et sur ceux de la société dont ils sont parties prenantes. " Le vote .unicipal, soulignons - le, ne répond pas entière.ent à cette réalité. Car c'est à l'Asse.blée Nationale qu'on débat de l' i .. igration; ce sont les députés, les sénateurs, le gouverne.ent qui adoptent les lois et décrets régissant la situation des i •• igrés. Nous esti.ons donc qu'il faut envisager égale.ent le vote aux élections nationales, sinon pour aujourd' hui, du .oins dans la perspective d'un élargisse.ent de la dé.ocratie correspondant aux données originales de notre société". UN NOUVEAU CIVISME DANS UNE SOCIETE PLURIELLE Observant que le droit de vote aux étrang er s se heurte "à des difficultés de deux sortes: juridiques et politiques", l e rapp or t invi t e à "prendre le problè.e par les deux bouts": d' une pa r t, pour su iv re l'étude des notions de c i toye nneté et de natio nali té "en essayant d'aboutir à des propositions novatrices, en fonction du caractère inédi t de la situation en France"; d'autre part , "développer systé.atique.ent nos explications dans tous les .ilieux et par tous les .oyens " . "Il est certain que c'est dans la reconnaissance des intérêts co •• uns et le vécu de leur défense co •• une que la logique du droit de vote s'i.posera à tous de la façon la plus convaincante". Le rapport explique ensui te l e désa r roi de beaucoup de nos contempora i ns face aux mu tat i ons rapides de l a société et de l eu r pr opr e vi e . Il fa ut l eur fai re comprendre que "de tous te.ps, la France s'est faite d'apports étrangers: ho •• es, peuples, techniques, sciences et cultures, venus parfois de très loin, s' y sont rencontrés, .êlés. Ainsi sont nés le peuple et la culture d' aujourd' hui. L' Histoire de France continue ( .. . J. "Donnons corps à un nouveau CIYls.e: un - 5 - SPECIAL CONGRES 85 ci visle fondé sur notre di versi t é fé conde et sur la prise en Iain cOllune de nos responsabilités locale s , nationales, intern ational es ". Solidarité sans frontières Après avoir noté que 1 985, quarantième anniversaire de la victoire sur le nazisme "est aussi celui de l'ONU, qui en a découlé", et où le MRAP dispose depuis 10 ans du statut consultatif , ce chapitre du rapport évoque les pnnClpaux problemes qUl appellent, en divers points du monde l'intervention du Mouvement: - Les difficù1tés de certains juifs en URSS, et les débordements de prises de positions contre le sionisme, rejoignant parfois l'antisémitisme . En Amérique, le racisme aux Etats-Unis , occulté ici par les médias, et qui frappe durement les Noirs, les Indiens, les Chicanos, les Porto-Ricains; la misère et les crimes qui déciment les Indiens en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Au Proche-Orient, l'injustice faite au peuple palestinien, les massacres visant successivement les diverses communautés du Liban, la nécessité d'une négociation en vue d'assurer l'existence et les droits de tous les peup1es en présence. - En Nouvelle Calédonie, où "les privilégiés du sys tèle co l onial sont prêts à tout pour sauvegarder leur dOl in ation" , le soutien au dro i t du peuple kanak à l'indépendance. Une analyse détaillée est ensuite consacrée au combat contre l'apartheid . Al ors que la répression exercée par le régime raciste fait chaque jour des morts, l a France continue de lui apporter un soutien économique, technologique, financier, politique , et même militaire, contrairement aux recommandations des Nations-Unies. Les déclaratio ns récentes du Premier ministre français sur l'a r rêt éventuel des investissements dans 18 mois ou 2 ans, n'apportent pas de changement réel à cette politique . Le MRAP, un outil de plus en plus efficace C'est par un hommage appuyé aux 250 comités locaux, "fondele nt du MRAP", à leurs animateurs et leurs militants, que débute ce dernier chapitre. LE "PLUS" DU MRAP Analysant l'action quotidienne du Mouvement, le rapport co nstate: "Affirler publiquelent la force des antirac i stes, riposter à toutes les uni festations du raci sle, les dénoncer, et rasselbler pour cela tous les secteurs de l'opin i on, nous le fa i sons et i l faut le faire. Encore devons- nous réfléchir aux léthodes elployées ( ••• ) . "F avori ser la r encontre des cultures, infor- 1er et f aire discuter sur le racisle dans les établisselents sco l aires, les entreprises, les stages, répandre nos idées sur t ous l es Iodes poss i bl es : débats, laté r i els i l pri l és, f i lls, élissions, expos it ions, - 6 fêtes; ou encore veiller avec vigilance à l'appl i cation de la loi contre les racistes - tout cela il faut le faire et nous le faisons. "Aujourd ' hui, le MRAP devrait pouvoir innover, apporter un "plus": l'action antiraciste au ras des problèns vécus par les gens, des confli ts pouvant surgir dans l'habitat, des difficultés à l'école ou ailleurs ( • .• ). "Couper à la racine les causes et les tentations de la di vision et de la di version, discuter franchelent d'un vrai problèle dans le quartier et exaliner sa solution, les dispositions à prendre pour le résoudre avec tous les voisins, sans distinction d'origines, sans lêle peut-être que le lot "racisle" so i t prononcé au départ, grâce à notre coopération avec les associations de t errain: loin des i ncantat i ons et des généralités, nous devrions parvenir a i nsi à bri ser les blocages psychol ogi ques et politiques qu i nous elpêchent trop souvent d ' attei ndre ceux qu'il faudrait précisélent guérir de l' i ntoxicati on rac iste" . JEUNESSE DU MRAP "Nous avons là des possibilités de faire connaître notre Mouvelent dans des lieux et des li lieux directelent sensibles à son action; nous rencontrerons des couches sociales plus populaires, souvent absentes dans nos rangs " . Le rapport souligne l es caractéristiques qui font l'origi nalité du MRAP : la co ntinuité de son effort, son combat cohérent contre tous les racismes, le pluralisme vou l u et recherché de ses adhérents . Il montre l 'i ntér êt des nouve l les formes d'organisation: plus décentralisées, avec la création des fédératio ns départementales, plus militantes avec un Bureau National émanant directement des fédérations . "Après la création de SOS- Racisle, concl util , où nous voyons l'expression positive de la lob i lisation des jeunes, qui considèrent à juste titre le racisle cOlle une vie i llerie à faire disparaître défini t i velent, certains, dans leur fougue ou leur subit engouelent ont cru, trop contents, pouvoir ranger le MRAP lui - Iêle au placard des objets usagés. "Notre Mouvelent a eu 36 ans le 22 lai dernier, et nous n'en avons pas honte. La jeunesse d'une assoc i ati on ne tien t pas au nOlbre d'années de son existence. Ce qui cOlpt e, c'est son aptitude à "coller" à la réalité, sa capacité d'agir efficacelent , son renouvellelent perpétuel, l'attirance qu'elle exerce sur les gens de tous âges, actifs, résolus et luc i des. il Le MRAP n'a jalais été plus jeune qu'aujourd'hui. Et c'est de cette jeunesse perlanente que téloigne , précisélent, sa durée " . Le texte complet du rapport (23 pages) peut être demandé au MRAP, 89 rue Oberkampf , 75011 PARIS . 15 francs. (Fra i s d'envoi inclus) . SPECIAL CONGRES 85 L'adresse de la présidente du MRAP au Garde des Sceaux Notre pré s idente commen ce en rem erci ant M. Badinter d'avoir bien voulu accep t er d'être par mi nous en ce jour. Elle continue ain si: "Celui que nous accueillons en vous. c'est d'abord le lili tant infatigable contre l'arbitraire. l'injustice et le racisle que vous avez toujours été. "Notre ali tié va aussi à l' hOlle attaqué par une certaine presse et certains lilieux d' extrêledroite. non seulelent pour ses engagelents. lais aussi pour ce qu'il est. "Vous trouverez toujours à vos c8tés tous les lilitants du MRAP. toutes tendances confondues face à ces ignobles résurgences de l'antisélitisle. "Toutefois. si nous vous accueillons aujourd' hui. c'est bien sûr essentiellelent en raIson de l'oeuvre que vous avez accolplie depuis 4 ans au service de la justice. Il n'entre pas dans les intentions d'énulérer tous les textes ayant élargi les libertés. ni d'en faire un bilan exhaustif. "Parli toutes les innovations législatives récentes. certaines nous ont été particulièrelent sensibles. je citerai la loi qui a perlis à une association telle que la n8tre d'intervenir en latière de crile contre l'hulanité. qui nous perlet donc d'être présent au procès Barbie. "Je citerai égalelent la loi récente s' attachant à respecter la réalité historique sur le génocide et l'exterlination des juifs durant la dernière guerre en indiquant à l'état-civil la seule lention exacte "Mort en déportation". Après avoir dit quelques mo t s sur l a loi du 1er Juillet 19 72 bien connue des comités lo ca ux du MRAP et popularisée par eu x, George Pau f ait re ssortir quelques di fficul tés dan s son application: "Pourtant. certaines notes discordantes nous préoccupent. Dire que Toulon ne doit pas devenir la poubelle de l'Europe et assililer de la sorte des illigrés à des illondices. ne dépasserait pas les lilites de la polélique adlissible. et en outre les illigr·és en général ne seraient pas des groupes protégés par la législation antiraciste! "Exercer ou lettre en pratique cette loi. au quotidien n'est pas toujours facile et cela vous le savez bien. "De nOlbreuses personnes reçues à la perlanence juridique. sont rebutées par les difficultés afférentes aux téloignages. aux délais de prescription qui rendent extrêlelent aléatoire une plainte silple. "Certaines plaintes déposées au cOllissariat pour injures ou provocation ne sont jalais translises au Parquet sous ce qualificatif. Parfois. il arrive que la plainte ait été déposée dans le délai et que la - 7 prescription se trouve ultérieurelent acquise. Ne conviendrait-il pas de sensibiliser et de forler aux sujétions de cette loi les services de police et tous les Parquets? "Nous sOlles prêts à participer le cas échéant à des sessions de forlation. à des discussions sur ce thèle avec le personnel judiciaire. voire pourquoi pas les .agistrats. "Le nouveau texte voté en janvier 19B5. à votre ini tiati ve. qui élargit notre chalP d'action en nous accordant la possibilité d'intervenir dans les affaires de violences racistes va encore nous solliciter davantage. lais nous pourrons. de la sorte. cOlle nous l'avons si longtelps souhaité. relplir plus efficacelent notre lission aux c8tés des victiles du racisle dans les affaires bénignes. cOlle dans les affaires les plus graves. "Pour les plaintes avec constitution de partie civile. nous nous heurtons à la terrible exigence de consignation dont le lontant souvent exorbitant ponctionne les finances de nos cOli tés locaux. ou cOlporte pour la victile déjà éprouvée par la lanifestation de racisle un ilpact dissuasif ilportant". Pui s, apr ès aVO lr ·so uligné l es progrès accompli s depui s 1981 , ell e int er r oge l e mi ni st r e sur des que s ti ons co nce rn ant les immi gré s : "Pourtant cette garantie d'un procès équitable est- elle bien assurée si la procédure est hâtive. si elle a lieu sans que l'étranger ait eu le loisir de rasselbler les élélents nécessaires à sa défense. si l'exécution provisoire vide de son intérêt l'appel? "Vous savez aussi que nous nous inquiétons du respect des droits fondalentaux des illigrés. s'agissant des centres de rétention. Vous connaissez aussi nos inquiétudes sur le contrôle d'identité et la décision rendue récellent par la Cour de Cassation. pour satisfaisante qu'elle soit. n'est pas de nature à les apaiser totalelent. "Sur un plan plus général. puisque les illigrés. les enfants issus de l'illigration sont alenés. cOlle bien d'autres enfants issus des classes défavorisées à fréquenter la justice. toutes les les ures prises pour aléliorer les droits ou le statut des petits délinquants. ne peuvent être qu'approuvées par nous". Ell e co nclua i t en ces termes: "Par votre action. vous nous avez aidés et vous pouvez encore le faire en prenant en cOlpte nos réserves. nos suggestions et nos critiques. lesquelles sont à la lesure de nos espoirs et de notre attente". SPECIAL CONGRES 85 Les personnalités invitées ... Robert Badinter, Garde des Sceaux, présent le sa.edi .atin, a nota •• ent déclaré: Le quotidien est aujourd'hui le terrain essentiel de la lutte contre le racisme, et je sais que là, vous êtes les premiers militants, les premiers présents, et je tiens à vous en remercier ( • • • ) Il faut constamment expliquer que l' i mmigration n'a jamais été une menace pour notre pays, que ce n'est pas un mal contre lequel il faut lutter, que l'intégration dans le respect des différences est la seule voie pour apaiser les conflits ( ••• ) Ceux qui ont fait leur fonds de commerce politique de l'amalgame monstrueux entre immigration et délinquance sont indignes du droit de jouer un rôle sur la scène publique". "Nous nous trouvons à un moment particulièrement important et difficile de la lutte contre le racisme sous toutes ses formes. Sans doute jamais depuis quarante ans la vigilance, la ferme t é, l'éveil des consciences n ' ont été aussi nécessaires qu' aujourd'hui. On dirait qu'a disparu la censure morale qui s'était imposée depuis la guerre, depuis la prise de conscience, au prix de quelles souffrances et de combien de millions de morts, des véritables implications du racisme ( ••• ) "gr Guy Herbulot, .e.bre du co.ité d'honneur du "RAP, est égale.ent intervenu. Voici des extraits de son discours: "Face à la montée du raClsme, vous proposez de vivre et d'agir ensemble dans la France d' aujourd' hui. Je veux exprimer tout l'intérêt que je porte aux efforts et aux choix actuels du MRAP ( ••• ) L'avenir qui nous lie à des communautés étrangères immigrées ou issues de l'inigration constitue un défi qu'il faut relever, dans un contexte économique, social et culturel difficile. Le progrès de notre marche ne tient pas à la seule force du discours, elle demande des initiatives qui créent entre les populations d'origine et de statut divers un socle d'identi té suffisant pour que les différences légitimes soient non seulement acceptées, mais contribuent au dynamisme social et poli tique de notre pays. Toutes les peurs ne sont pas justifiées, même si elles sont compréhensibles. Ce qui est illégitime, c'est de nourrir ces peurs, de les manipuler à des fins partisanes, sans SOUCl de la paix sociale et des droits des millions d'immigrés qui ont pris racine en France". François Asensi, représentant du Groupe Co •• uniste à l'Asse.blée .ationale, a nota •• ent déclaré: "Débattre de l'immigration, c'est débattre de la société française, de sa composition, de ses difficultés, de son devenir ( ••• ) souvent victimes du sous-développement et de la misère dans leur pays d'origine, ces travailleurs ont contribué et contribuent aujourd'hui au développement et à l'essor de la Nation française et sont au premier rang des victimes d~ la crise ( ••• ) A l'heure actuelle, aborder la question de l'immigration, c'est d'abord rappeler à chacun que la France a des responsabilités à l'égard des étrangers qui vivent et qui travaillent sur notre sol national. Venus en France dans des conditions difficiles. car L'accueil des immigrés, la solidarité nationale à leur endroit ne se paient pas de mots et il est grand temps de passer aux actes. La cOl1ll1lunauté nationale doit reconnaître et s'enrichir de la diversité culturelle des communautés immigrées et réciproquement". Jean Guiart, ethnologue, a entretenu le congrb des di fficul tés actuelles en .ouvelle Calédonie: "ll faut partir des idées qui sont à l'origine des discriminations. Au XIXème siècle, les Canaques étaient considérés comme étant plus proches du singe que nous. La paix blanche apportait la civil i sation. Au XXème siècle, après la suppression de l'esclavage baptisé "code de l' indigénat", la minorité blanche a dû changer de tactique. Les Européens ont glissé vers la ville et seuls 3 % encore dans le se~teur tertiaire; d'entre eux travaillent l' agricul ture locale. Les contacts intercommunautaires se sont effrités, les discriminations les plus choquantes ont été abolies, et la concurrence pour les emplois est née. Les Européens ont voulu alors créer de nouvelles barrières. On a organisé l'immigration à tout va. Le nombre de Canaques dotés d'un emploi a été di visé par deux. C' e st la mi se en place de ces nouvelles discrimina- - 8 - tions qui ont impulsé les premières luttes canaques auxquelles se sont opposés les activistes européens. Pour la première fois, ces derniers temps, certains de ces activistes ont été arrêtés. Du coup, les Canaques commencent à reprendre confiance ( ••• ) Le projet Fabius est une base de travail acceptable, à condi tion que l'on veille à ce que les jeunes Canaques soient régulièrement inscrits sur les listes électorales" et qu'en soient rayés tous les Européens qui vo t ent deux fois". SPECIAL CONGRES 85 Présences et messages Le Congrès a reçu un .essage de sy.pathie des personnalit~s et organisations suivantes: Gaston DEFFERRE, ministre d'Etat, chargé du Plan et de l'Aménagement du Territoire; Huguette BOUCHARDEAU, ministre de l'Environnement; Jean-Pierre CHEVEIEIIEn, ministre de l'Education Nationale; Alain CALIIAT, ministre de la Jeunesse et des Sports; Jean-Luc IIATHIEU, président de l' ANT. Bertrand LABRUSSE, du C.I.E.S. (Centre international des étudiants et stagiaires); Jacques BERQUE, professeur honoraire au Collège de France; Michel LAIGIGIOI, Secrétaire National du Mouvement de la Paix; Jean-Yves IAHIIIAS, délégué général de l'ACAT; Robert KIEFE, avocat; Association BAOBAB; JeanMichel ETIEIIE, directeur général de l'A.N. T.; Laurent GRISIEL, de la CS CV (Confédération Syndicale du Cadre de Vie); Abbé Jean PIHAI, ancien vice-président du MRAP; Georges WOLIISKI, dessinateur; Docteur Paul IIILLIEZ; Vladimir POZIER, écrivain; Gisèle HALIIII, ambassadeur de France auprès de l'UNESCO; Robert CHAIIBEIROI, Secrétaire général de l'Union Progressiste; Pierre TOULAT, de la Commission française de Justice et Paix; Henri AllEG, journaliste; Henri 10GUERES, président d'honneur de la Ligue des Droits de l'Homme; Gilles PERRAULT, écrivain; Claude QUII, président de la RATP; Francine BEST; M. KYIIIOIAK, président de l'Association des progressistes de Turquie en France; Emmanuel IIAIVO, vice-président de l'UTAF (Union des Travailleurs Africains en France); C.F.D.T.; C.G.T. (Jean BELLAIGER, responsable du secteur Travailleurs Immigrés); Lionel JOSPU, Premier Secrétaire du Parti Socialiste; Serge KRIWKOSKI, Secrétaire National de l'Union Progressiste; Michel BORDEREAU, de la FNAFR; Marc WOLF, maire de Mons-en-Baroeul; Patrick BLOCH, Secrétaire de la fédération de Paris du P.S.; Aîsha BERIIER, rédactrice en chef de "Bankalement vôtre"; Eric BEIARD, du collectif Equipes Enseignantes; Philippe SAln-IIARTII, rédacteur en chef de "Plain-Pied"; Jean-Paul BARQUOI, Secrétaire national de l'associati on in ter-nat ional e po ur la défen se de la liberté religieuse; HAIIOUBOUAKKAZ, du GIPPA, Groupe~ent pour une information progressiste des aveugles; Hélène VIKn, du Bureau politique de la L.C.R.; Pierre BAUBY, du secrétariat politique du P.C.M.L.; l'Association des Travailleurs du Kurdistan en France; Marc de IIOIULEIIBERT, Président de la section française d'Amnesty International; Charles STEIIIIAI, secrétaire général de l'U.J.R.E.; Guy LE IEOUAIIIC, Secrétaire national de la FEN; Jean-Pierre GIACOIIO, président de la C.N.L.; Isabelle CERUO et Virgilio FRANCISCO, respectivement présidente nationale de la JOCF et vice-président de la JOC; C. GABRIEL, du Bureau National de l'Association information et soutien aux droits du peuple kanak; le conseil d'administration de la FAEEF, Fédération d'Associations d'Emigrés Espagnols en France; Mahamoud Ahmed WADAAIE, vice-président de l'ASEC, l'association des stagiaires et étudiants des Comores; A.T.D.-QUART IIOIDE; F.S.G.T.; Pierre PERAN, du syndicat national des douanes CFDT; M. BIRSUGER, président de LVJ. De l'étranger, sont arrivés des .essages de sy.pathie des personnalités et organisations suivantes: Moussa YAIIEOGO, secrétaire général du MOBRAP, Mouvement burkinabé contre le racisme, l'apartheid et pour la paix; Cathie LLOYD, rédactrice en chef de "Searchlight; Tony HUQ, président national du BWA, association de travailleurs du Bengladesh au Royaume-Uni: Enrico - 9 - 0001, président du MOLISC; M. ISSEBERE, secrétaire général du MPJ; Horst KlEIISCHIIIDT, directeur de l'IDAF, Internat i onal Defence and Aid Fund for Southern Africa; Iqbal AKHUID, sous-secrétaire général du Centre des Nations-Unies contre l'apartheid; Jean-Paul PITTIOI, du comi té exécutif du Irish Anti-Apartheid Movement; Gabrièle STOGER, secrétaire du Anti-apartheid Bewegung in Osterreich; Dr Anwar Il. BARKAT, directeur de la commission de lutte contre le racisme du Conseil Mondial des Eglises; Horst BRASCH, Secrétaire général de la Ligue de la République Démocratique Allemande pour l'amitié entre les peuples; ANIEFRAIKSTICHTIIG; Pedro PORTUGAL IIOLLEIEDO, directeur du Chitakolla, centre de for~ation et d'investigation sur les cultures indiennes. Ont particip~ aux travaux dl! Co.grès: Claude CHEYSSOI, Commissaire de la C.E.E.; François ASEISI, député, pour le Groupe Communiste à l'Assemblée Nationale; Jean-Louis IIOIS et Marie-Thérèse GOUTIIANI, membres du Comi té Central, pour le P.C.F.; Mouhirdine CHERBIB, pour le CAlF, Conseil des Associations immigrées en France; des représentants de l'UNEF; des représentants des trois sections académiques du SNES de reglon parlSlenne; Mmes HATCHIGIRIAI et CA TAlAS lAI de Solidarité Franco-Arménienne; Satoshi UKAI, de la Maison du Japon; Melle Carrie IIARIAS, de la division des droits de l'holRme de l'UNESCO; Marguerite LAIGIERT, chef du service information de l'ANT; Albert DAUII, secrétaire national du SNES; Jean SURET-CAIALE, historien; Claude IIICHEL, avocat; Evry SCHATZIIAI, président de l'Union Rationaliste; (suite page 15 ) SPECIAL CONGRES 85 Rapport des commissions Action locale l - DEYELOPPER LE NRAP Dével oppe r le MRA P. c'e st dével op per la lutte antira ci s':e de f aç on eff icace . Mais quel MRAP vou- . lons -n ous 7 Une " autori té morale" ? Si notre Mouvement es t bie n i mpl anté dans les "cou ches moyennes ' , un effo rt es t à fai r e pour r ej oindre le monde des ouvriers . des empl oy és, des jeunes. Le MRAP doi t se donner les mo yen s ma t ériels de son efficacité, notammen t finan ci ers. II - LA LUTTE SUR LE TER RA IN - Les Co mi t és Loc a ux sont le fer de lance de l'acti on. Et cette action doit être continue, quotidienne, di versifiée, et s'appuyer sur toutes les compétences . Il f au t motiver les gens, être présent partout et t out e l'a nn ée, tenir des stands, manifester sa présence dans les fêtes de quartier, organiser des fêtes de l'Ami tié. Faire connaître son activi té et ses analyses par l' édi tion d'un bulletin local ou fédéral . Les Comi tés qui pratiquen t cette dynamique ne se posent guère de problèmes financiers, et recueillent de s adhésions toute l'année. - Mais notre rôle doit être un rôle de prévention, et c' est part out où s e posent les problèmes qui engendrent les réactions racistes que nous devons être présents: c ' est dans les écoles, les HLM et les entreprises que nous devons permettre aux gens d'acquérir des comportements différents. Les P. A. E. dans les établissements scolaires, les actions d'accueil des étrangers dan s les services publics contribuent à développer ce " tissu social " . Le racisme quotidien naît des problèmes quotidiens. Le MRAP doit aider à les résoudre en tendant à être reconnu et pris en considération par les intéressés et par les organismes officiels . II l - LE NRAP ET LES AUTRES ASSOCIATIONS OU GROUPE NENTS - L'ac t ion tous azimuts requiert des relations tous azimuts. Notre collaboration ne saurait se réduire aux partis ou syndicats, mais doit être étendue à toutes les associations qui travaillent à résoudre les mêmes problèmes que nous : associations de quartiers, de locataires, de familles immigrées, etc. - Problème des "collectifs". Peuvent être un démultiplicateur des actions, et un excellent moyen de se faire connaître. Mais peuvent aussi être un élément de "dilution", de perte de notre identité si nous n'avons pas ia force de l'affirmer. Nous n'avons pas à rougir du drapeau MRAP et devons nous efforcer d'être les moteur s des actions collectives, et si possible les initiateurs . - Mais l'action "avec les autres" ne saurait se limiter au x "collectifs" . Elle concerne tous ceux, organisés, inorganisés et isolés, qui ont envie de travailler dans la même direction sans pour autant so u ~arter se ranger sous le sigle du MRAP . IV - L'ACTION SPECIFIQUE DU NRAP Notre force dans toutes les formes de collabo ration s réside dans notre spécificité. Le MRAP n'est ni une amicale, ni une ASTI, ni un agglomérat de r eprésentants d'autres associations, ni Ull parti ou une association d'immigrés, n1 un syndicat des victimes du racisme. Son but: prendre en charge la lutte contre TOUS les racismes , en France et dans tous les pays du monde , en démontrant le lien entre tous . Le MRAP fait l'analyse des causes politiq ues , économiques e t psychologiques du racisme . Son action doit être d'abord préventive ; notre présence dans les couches de la population gagnées par la tentation raciste est aussi fondamentale que notre présence aux côtés des victimes du raC1sme (les deux pouvant d'ailleurs se confondre). V - RELATIONS DES CONITES LOCAUX AYEC LES STRUCTURES NATIONALES DU NRAP Deux poin t s essentiels se sont fait jour dans les discussions : 1.- Important besoin de documentation; les C. L. souhaitent disposer: - d'un dossier guide pratique "Action juridique" - d'un dossier guide pratique "Actions quotidien nes sur le terrain". 2.- Besoin d'organisation de campagnes nationales offensives (avec afFiches, tracts , etc . ) sur des thèmes preC1S d'où découleraient des actions s pectaculaires. Et pourquoi pas des actions thématiques annuelles . VI - RELATIONS CONITES LOCAUX - CONNISSIONS NA TIONALES DU NRAP Actuellement très insuffisantes ou inexistantes . Les Commissions réclament des informations locales pour alimenter leur réflexion, et des correspondants locaux pour faire partager aux Comi tés les résultats de leur travail. La Commission Immigration insiste pour que les C.L. s'investissent à fond auprès des jeunes issus de l'immigration . VI l - RELATIONS CONITES LOCAUX AVEC LES NILHUX QUE NOUS TOUCHONS PEU Il est nécessaire de modifier notre langage et notre comportement pour agir dans les milieux dont nous sommes trop loin : - Le milieu ouvrier. Problème de notre implantation sur les lieux de t r avail , où le racisme accompagne facilement les difficultés de l'entreprise . Création de "comités MRAP d'entreprise", pour le moment exclus de nos statuts . 10 - SPECIAL CONGRES 85 - Le mil ieu des chômeurs . Sl nous ne sommes pas à leurs côtés, le terrain sera très facilement occupé par ceux qui développent les idées que nous combattons. - Le milieu des jeunes, méfiant VlS à vis de toutes les organisations structurées. Le montant trop élevé des cotisations n'est pas seul en cause. L'explosion de SOS-Racisme doit nous interroger. Notre action, dans les MJC ou les Lycées, doit impliquer les jeunes, notamment dans des actions ponctuelles, dont ils sont capables d'assumer eux-mêmes l'organisation .. . Il ne faut pas se bloquer il priori sur des questions d'~dhésions, de cotisations, ou d'intégration (questions qui se poseront d'elles-mêmes dans un second temps et peuvent trouver des solutions souples). Attention à ne pas faire d'amalgame: "les jeunes" ne sont pas un milieu homogène. Les lycéens, les étudiants, les jeunes chômeurs, les jeunes issus de l'immigration, ont leurs sensibilités propres et leurs problèmes spécifiques. Expression et communication Une ci nquantai ne de personnes se sont retrouvées à cette Co •• ission. Le débat est part i d'expériences concrè t es basées sur les in t erventions sur les antennes de rad i os et de télévi s i on et/ou sur l a réal i sation d'affiches et l a créat ion de trac t s . Co .. un i cat ion interne. La Lettre du Secrétariat ne donne pas d'informations suffisamment brè ves . Proposition d'en venir à des informations plus condensées , type flashes. Y f~ire figurer des comptes-rendus d'arrêts de jurisprudence et les travaux des commissions nationales . Suggestion de son tirage sur papier blanc avec envoi systématique et gratui t à chaque comité local. Unanimi té en ce qui concerne la nécessité de Dro i t et Liberté , mais souhait d'améliorer son contenu . Trop souvent, les informations sont périmées et certaines ne sont pas diffusées malgré leur importance . Elargir l'équipe de rédaction. En faire un outil efficace pour les mi li tants avec des articles de fond. Avi s partagés à propos de Différences et son contenu. Khaled Debbah, en qualité d'Administrateur, a fai t le point de la situation financière. Après avoir enregistré des pertes comptables importantes en 1981 et en 1982, Différences a enregistré un redressement de sa situation qui se traduit par un résul tat bénéficiaire pour 1983 et 1984 . Un effort important doit être fait pour recueillir sans relâche de nouveaux abonnements : ainsi le passif s'en trouverai t peu à peu résorbé . Le fait que la moi tié des lecteurs ne sont pas des adhérents du MRAP, justifie son existence. De plus, la nature même de ce magazine permet sa diffusion dans les lieux publics (bibliothèques , par exemple) et ainsi, une meilleure connaissance du MRAP . Un effort particulier doit être fai t po ur une r econnaissance de Différences par la presse nationale . Pour une mei lleure circulation de l'information entre l es comités locaux et le National, la mise en pl ace d'un répondeur téléphonique est demandée en dehors des heures d'ouverture du Siège . Co •• unication externe. Constat de di fficul tés d' audience auprès des médias nationaux (répercussion quasi inexistante de nos communiqués et conférences de presse). Les médias véhiculent plus facilement une information lorsqu'elle est évènementielle . En province, cependant, les rapports sont plus faciles et bon nombre de comités locaux interviennent régulièrement sur les ondes des radios locales ou à la télévision régionale. La commission émet le voeu de voir le Mouvement faire appel à un ou une attaché(e) de presse chargé(e) des relations avec les médias, ce qui n'exclut pas que les comités locaux et fédérations se doivent de r enforcer leurs liens avec les méd i as régionaux . 11 - LISTE DES PROPOSITIONS EN VUE D'AMELIORER LA CIRCULATION DE L'INFORMATION ET NOS RELATIONS AVEC LES MEDIAS Engagement d'une personne chargée, à temps partiel ou à temps complet, des r el ations avec les médias. Constitution d'une équipe chargée de la rédaction de Droit et Liberté . Elaboration d'une étude d ' opportunité sur la mise en place d'un centre serveur Minitel. Création d'une audiothèque . Système permettant de communiquer notamment avec les Création d'une videothèque etc. ) . non-voyants. (Jacquard, Guiart, Utilisation des réseaux déjà constitués comme le Centre Régiona l de Documentation Pédagogique et les services audiovisuels dans les mairies. Utilisation des supports gratuits (tickets restaurants par exemple). Plus VIve sollicitation des membres du Comité d'Honneur. Consti tution d'une liste d'artistes prêts à travailler avec le MRAP. Liste pouvant être consultée par les comités locaux . Organisation d'un colloque avec des journalistes pour débattre de la France p lu r ic u ltu~elle. Création et fabrication de- badges pl us appr~priés à une large diffusion, notamment auprès des jeunes. SPECIAL CONGRES 85 Rapport des commissions Culture et rencontres culturelles Après un expose, I. ntro d uc t1·f, 1 a CO •• l· ss1·on, qui co.prenait une cinquantaine de personnes, a consacre, quatre heures a' des débats ani.és, dont se dégagent quatre points principaux. 1. les partenaires en jeu dans la rencontre des cultures. Il faut souli gn er le rôle de l ' école, car ce qui y est ensei gn é acquiert du même coup un e l égi t.i mi té. Il est i mp or ta nt de r evaloriser, aux yeux de tous les élè ve s , l es c ultu r es et le s tr aditio ns des diffé r ents pays d ' où sont or igi naires les enfa nts pr ésents à l'école. Fêtes , musique , CUISIne , fi lm s , occas i ons d' échanges et de pa r tage ont l eur rôle à jouer; mais i l ne les c ultu re s à un f ensi f ; i l ne fa ut c es int er venti on s faut pas réduire "fo l klo r e" inofpas non plu s que cont r ib uent à "m a rgin a l iser" l es enfants d' or igine ét r angè r e : i l conv i ent que les "Fr anç ais de so uche" soie nt pa r tie pren ant e à toutes les ac t i vités i nt er cul t ure ll es; l'o uvert ure vers les "c ul tu re s autres" doit contribuer à not r e propre modernité (cf Rapp or t Ser qu e). Il fa ut éga l eme nt surmonter le f ossé d'i nco mp réh en s i on" qui exist e parfois ent re le s ensei gn ants , " en f ermé s dan s l' éco l e", et le s pare nts , et la vie associati ve , qui doi t co n t r ibue~ à enrichir les apport s pro preme nt scolaires . 2. Un débat s ' est engagé à pr opos du "désengage.ent" apparent de la génération des jeunes d' aujourd'hui, pl us lucides , plus critiq ues à l'égard des idéologies, qu e lles qu ' elles soient , menacés pa r l'éthiq ue de la concu r rence et du "chacun pour soi", mais capab l es aussi de mouve ments profonds de solidarité . Il faut que les mili tants chevronnés sachent les écou ter, et sachent aussi partager avec eux le urs expériences, en ne se montrant "ni crispés, ni moroses" . 3. Un autre dé bat a souligné la co.plé.entarité entre les exigences d'actions i •• édiates de solidarité , que l 'ur gence commande, et la nécessité de débats de fond sur des questions comme celle de "l'identi té natio nale", de la ci toyenneté et des "Droits de l' Hom me" . En outre, nous ne sommes pas seulement pr éoccupés par le cas de ceux qui sont exclus et rejetés, mais aussi par cel ui de ceux qui excl uent et r ejette nt. Nous so mmes unani mes à r ejete r une conception "passéiste" figée, " intég r iste" de "l' identi té française" . La France s'est construi te et contin uera de se cons - truire à partir des apports les plus va r iés de to us ce ux qui vi vent sur son sol; mais l' i nt ercu l t uralité , ce n'est pas simplem e nt la juxtaposition en mosaîque d ' éléme nts empruntés i ci et là, c'est l a re cherche d ' une cohé r ence, le défi d ' inventer le civisme et la laîcité du XXI ème sièc l e, qui seront inte r culturels , ou ne seront pas . Reste à savoir la place que fait l'éco l e à la cul tu r e mus ulmanne, objet du plus grand nom bre de défo r matio ns et de stéréotypes , à l a cu l t ur e des DOM-TOM ca r la l ang ue créo l e co nt in ue à ne pas être recon nu e et l égi ti mée à l' éco l e - co mme aussi aux l ang ues et c ul t ures rég i ona l es , aux t r aditio ns et à l a cult ure ouvrière et paysanne . 4 . La Commission so uhaite qu'un effort particul ier soit fait pour la for.ation initiale et per.anente des enseignants à "l' intercul turalité" et prend acte de la première " Unive r sité d ' Eté" or ganisée , en jui l let 19S5 , pa r l e MRAP avec l' aide du ministère de l'E ducation Nationale sur l e thème "Pour un civisme aujourd'hui : vivre ensemble da ns les étab l isse ments scolaires" . Nationalité et citoyenneté Ce co.pte- rendu dégage les lignes de force du débat qui a pu aboutir à une proposition de résolution. 1. la quasi totalité des interventions a .anifesté une volonté de voir le MRAP prendre une position claire: non pas sur la question des droits civiques, de la citoyenneté et de la nationalité, .ais pour le droit de vote et d'éligibilité des i •• igrés. ~a très grande .ajorité de la Co •• ission de.ande avec insistance au Congrès une prise de position de principe fer.e et claire, sans a.b i guité ni réticences. 2. la .ajorité s'est prononcée pour une prise de position fondée sur une argu.entation si.ple, qUI puisse être .obilisatrice pour les .ilitants. la for.ule retenue a été une affir.ation de principe du droit de vote et d'éligibilité des i •• igrés (c'est- à- dire des étrangers installés depuis un certain te.ps et 1iurable.ent en France) dans le cadre d'une égali té des droits de tous les habitants du pays. 12 - 11\ Malgré quelques avis contraires, ce droit a été affir.é pour toutes les consultations électorales et pas seule.ent pour les élections .unicipales. 3. Un très 1 arge accord a été recueilli sur l'idée que la prise de position de principe en faveur du droit de vote et d'éligibilité des i .. igrés devait être aussitôt acco.pagnée de la décision d' engager une ca.pagne d'explication auprès de l'opinion, et nota .. ent de ce que l'on appelle "la classe politique" et des .édias. SPECIAL CONGRES 85 Le but à atteindre est d' arriver à influencer l'opinion publique dont nous pensons qu'elle est sensible aux argu.ents hostiles au droi t de vote des i •• igrés parce que ce sont les seuls qu'on lui fai t entendre et à engager le Mouve.ent dans une bataille urgente · pour l' égali té des droi ts de tous les résidents, égalité qui i.plique celle des droits civiques. 4. D'assez no.breuses interventions ont insisté sur le fait que la reconnaissance des droits politiques des i •• igrés n'était pas seule.ent un but à atteindre - en vertu d'un principe de justice - .ais aussi un .oyen d'a.plifier et d'élargir notre lutte contre le . racis.e. 5. L'intervention de deux élus i •• igrés du Conseil Municipal de Mons-en-Baroeul et la brève discussion qui a SUIVI ont per.is de .esurer l'espoir que l'initiative de la Municipali té a pu faire naître (85 % de participation au vote! ) en .ë.e te.ps que ses li.ites: il s'agit d'un droit seule.ent consultatif dont on ne sait pas encore s'il conduira à des change.ents significatifs. Mais les élus .onsois ont été clairs: "Si nous voyons que nous ne servons à rien, nous dénoncerons celle expE rience" . 6. En conclusion, la Co •• ission a beaucoup i ns i s té sur 1 e fai t que les proposi tions fai tes au Congrès devraient conduire à - non seule.ent lever un .alai se né de l'i.précision de nos positions antérieures, - .ais beaucoup plus à dyna.i ser notre action et à placer le MRAP sur une position offensive. Une action pour l'égalité des droi ts sera plus .obi 1 isatrice que des prises de position hu.anistes, le plus souvent défensives. Les résolutions votées au congrès Résolution sur les droits civiques des immigrés Plus des trois quarts de ceux qu'on appelle générale.ent et parfois i.propre.ent - "les i .. igrés", sont installés définitive. ent en France; bon no.bre d' entre eux y sont .ê.e nés. Ils partagent depuis longte.ps avec les nationaux les charges de la société, .ais sont pri vés du droit de participer aux décisions qui les concernent autant que les autres. Le MRAP considère que les principes républicains de liberté, d'égalité et de fraternité, i.pliquent que ceux des étrangers qui résident depuis un certain te.ps en France et veulent continuer à y vivre, puissent jouir de leurs droits civiques en .ê.e te.ps qu'ils assu.ent les devoirs des ci toyens, sans être obligés de ro.pre les liens qui les rattachent à leur pays d'origine. Le Congrès du MRAP se prononce donc publique.ent pour le droit de vote et d'éHgibilité des i .. igrés - c'est-à-dire des étrangers installés durable.ent en France - dans les consultations concernant la société où ils vivent. Si l'on peut penser qu'une grande partie de l'opinion publique française n'est pas prête à co.prendre cette position, bien qu'elle découle des principes d'égalité républicaine, ce n'est pas une ~aison - au contraire - pour repousser à plus tard une prise de position claire. Différentes tentatives ont été faites pour associer dans des for.es co.patibles avec la législation actuelle les i •• igrés aux institutions .unicipales ou nationales. Nous appreClons leurs aspects positifs. Il s'agit d'une étape i.portante vers le but à atteindre qui reste et restera de leur accorder la plénitude de leurs droits. Pour cation à le Congrès donner toute sa signifisa prise de position, du MRAP décide d'engager une grande ca.pagne de sensibilisation et d'explication sur les droits civiques des i •• igrés en liaison et en association étroite, chaque fois que cela sera possible, avec les organisations antiracistes, les associations de défense des Droits de l' Ho .. e et les associations d'i •• igrés. Il appartient aux .ilitants du MRAP d'expliquer sans cesse - 13 - les raisons qui justifient ce progrès de la dé.ocratie et d'agir pour que tous les habitants de ce pays, sans distinctions d'ori gines, s'engagent ense.ble dans la défense de leurs intérêts co.. uns. Les Co.ités locaux, les Fédérations et le Mouve.ent orien teront cette action en direction de l'opinion et des .édias. Paral lèle. ent, une interpe llation per . anente des .unicipalités, des autorités départe.entales et régionales, du Parle.ent et du Gouverne . ent sera conduite pour les responsabiliser en la .atière. Dans le but d' ar.er ses .ilitants pour cette bataille en partie nouvelle, le MRAP engagera dès la rentrée un progra •• e de for.ation centré sur le problè. e. Par ailleurs, le MRAP poursuivra au seIn des co •• issions concernées l'étude des solutions juridiques et techniques per.ettant de .ettre en place un nouveau droi t de citoyenneté adapté à la nouvelle configuration de la société française. SPECIAL CONGRES 85 Résolution sur le dialogue et la coopération avec la ieunesse française et issue de l'immigration Considérant qu'aujourd'hui les jeunes des cités populaires, français ou issus de l'i •• igration, sont les pre.ières victi.es d'un cli.at de violence sociale qui engendre l'exclusion, le rejet, la discri.ination et le racis.e dans tous les douines de la vie quotidienne. Pleine.ent conscient que les jeunes doivent devenir acteurs de leur propre vie pour prendre en charge le .onde de de.ain, le Congrès du MRAP, réuni à Pantin les 8 et 9 juin 1985, décide: de de.ander aux co.ités locaux de se .obiliser d'urgence sur deux efforts co.plé.entaires et indissociables, à savoir: 1) donner aux jeunes un rSle actif au sein du Mouve. ent, avec la possibilité de s'y expri.er pleine.ent, afin d'enrichir, rajeunir et préparer le MRAP à affronter les tâches de l'avenir. (Cette action sera unée sous la responsabilité du 8ureau National). 2) ouvrir un dialogue avec les groupes et associations autono.es de jeunes qui s'organisent au plan local pour gérer leur vie quotidienne, dans le but de: - apprendre à .ieux se connaître au - delà d'éventuels ulentendus passés; coopérer, sur une base de respect et de confiance réciproques, à des actions i.pulsées par ces jeunes ou décidées d'un co •• un accord sans que le MRAP Résolution sur la situation au Proche-Orient se départisse ja.ais d'une attitude de co.préhension objective, sereine et lucide, dans les do.aines où ils sont les plus directe.ent affectés, nota •• ent: relations avec la Police et la Justice crl.es racistes et sécuri taires • quotas dans le loge.ent droit de vivre en fa.ille en France • expulsions reconnaissance en tant que partenaires à part entière de la vie locale etc. A cette fin, chaque co.ité local du MRAP désignera un .e.bre volontaire chargé des "Jeunes" et correspondant de la Co .. ission de l' r..igration. Celle-ci sera chargée de la coordination nationale de cette initiative et fera rapport aux instances dirigeantes du MRAP. Réuni en Congrès à Pantin, les 8 et 9 juin 1985, le MRAP expri.e son soutien à la lutte du peuple palestinien pour disposer d'un Etat indépendant, sous la direction de son légiti.e représentant, l'O.L.P. Il expri.e son indignation face aux .assacres perpétrés contre les populations civiles palestinienne et libanaise, la volonté de parcellisation du Liban et la tentative de confiscation de la décision indépendante palestinienne. Il pense que, seule, une solution négociée dans la reconnaissance .utuelle et le respect des droits de chaque peuple, palestinien, israélien et libanais, à vivre en paix dans des frontières sûres et reconnues, garantira la stabilité et évitera de nouveaux .assacres. N.8. Ce texte sera adressé à toutes les parties concernées. Motion sur l'association des familles de victimes de crimes racistes et sécuritaires Le Congrès du MRAP, réuni à Pantin les 8 et 9 juin 1985, expri.e son appui sans réserve aux .ères de fa.ille éprouvées dans leur chair par l'assassinat de leurs enfants. Il soutient l'action qu'elles ont entreprise au sein de l'Association des fa.illes de victi.es de cri.es racistes et sécuritaires, afin de faire aboutir leurs revendications fonda.entales: _ que l'association soit reconnue par le Ministère de la Justice en tant qu'association d'aide aux victi.es, - que l'association bénéficie d'une dérogation au délai de cinq ans pour pouvoir se constituer partie civile dans les cas de cri.es et délits à caractère raciste, - que l'association puisse participer à l'élaboration d'éventuelles .esures, législatives ou autres, destinées à .ettre halte aux violences racistes et sécuritaires, - que l'opinion publique se .obilise à ses cStés pour que de tels cri.es ne puissent plus se produire. Adresse: ASSOCIATION DES FAMILLES DE VICTIMES DE CRIMES RACISTES ET SECURITAIRES, 5bis Che.in des Echar.eaux, 69120 VAULX-EN-VELIN. - 14 - SPECIAL CONGRES 85 « Ce qui est ringard c'est le raci• sme » Conclusions de Char/es Pa/ont Après aVOlr remercié celles et ceux qui ont travaillé à la réussite de ce Congrès, les personnalités et les journalistes qui nous ont fai t l' honneur et l'ami tié d'être des nôtres , Charles PALANT salue les congressistes représentant les 250 co mi tés locaux de notre Mouvement et ajoute: "Pour qui a suivi les débats des cinq Co •• issions dans lesquelles nous avons travaillé hier après - .idi, la grande variété des expériences rapportées, la lucidité des propos échangés, la légi ti.i té des exigences expri.ées l!nvers soi - .ê.e, ou encore à l'égard du MRAP tout entier, y co.pris, bien sûr, de sa direction, sont autant de té.oignages de la 1 vital i té d'un Mouve.ent en pleine expansion, en pleine .utation, .ais dont le rayonne.ent est encore bien (suite de la page 9) M. THOLOMIER, du PCF-Paris ; M. MEGUERNEZ, membre du bu r eau exécuti f de l' Amicale des Algériens en Europe; des représentants de 1 ' ADTT, Association démoc r atique des t r ava i lleu r s de Turquie ; Jean BELLANGER et Jean SALIBA, et Gérard GAUME , pour l a CGT; Michel BOURDEAU, pou r la fédé r at ion de Pa r is du P. S.; Mohamed BOUDAD, de l ' ACTIF, Association c ul t ur e l le de tra va ill e ur s i mmigrés pour l e droit à l a fo rm at i on ; Mme Marie-Fra nce LECUIR, député P. S. du Val d'Oise; un représe nta nt du comité de défense des dr oits démoc r atiques en Turq uie; loin de répondre aux graves nécessi tés de la lutte antiraciste qu'appellent les circonstances présentes et peut -être plus encore, celles qui sont devant nous ( ••• ) Soulignant la jeunesse de la grande majorité des participants du Congrès et le rôle positif joué par la jeunesse de France ces derniers temps, il poursui t: "Quant à nous, nous nous réjouissons de leurs initiatives et les saluons avec un grand espoir de renouvelle.ent du .ouve.ent antiraciste. D'autant plus que nos .ilitants, jeunes et .oins jeunes, se sont généreuse.ent investis dans toutes les .anifestations dont ils ont pour une large part assuré l e succès. A ce propos, on peut peut- être s'interroger à savoir si ceux qui ont, dans la dernière période, braqué les projecteurs sur cer t aines initiat ives spectaculaires - .ê.e s i le spectacle est parfois sy.pathique - n'ont pas surtout cherché à rejeter le MRAP dans l'o.bre ( ••• ) En réponse à la question posée par certains de savoir si le MRAP MM . Abdelaziz ARESKI et . Aziz FAKHREDDINE, conseillers municipaux associés de Mons-en-Baroeul; MM . KITICKI, GUEYE, SAlO, KAN TE CISSE BALEP , de la FETAF; Madeleine LAGANE, Secrétaire nationale du SNES; M. LEBAILLY , de l'Union Pacifiste de France; M. HASSAN , représentant l' ATMF, section de Meurthe-et-Moselle; Patrick TORT , phi losophe; Didier AU ROI , de France- RDA; Père André COSTES , secrétaire de la Commission Episcopale des Migrants . Etaient aussi présents à la réception: Danielle BIDARD, sénateur; Har l em DESIR, de SOS-Racisme; Pasteur André DUMAS; Michel BERTHEROT, représe nta nt Georges VAL BON; Alexandre MOUMBARIS. - 15 - ne serait pas devenu "ringard", il termine en ces termes: "Ce qui est ringard, ce n'est pas le MRAP, c'est le rac i s.e qui renvoie l'hu. ani té aux .oeurs abo.inables des sacri fices huuins. "J'ai tiré parce que je n' ai.e pas les Arabes". "J'ai cogné parce que je n'ai.e pas les nègres" a - t - on entendu dire les auteurs des agressions co •• ises réce •• ent. Et d'al ler poser des bo.bes là où l'on n'ai.e pas les juifs. Ce qui est ringard, c'est l' extrê.e - droi te et ses co.plices honteux! Ce qui est ringard, c'est Le Pen, qui, i l y a 40 ans, jouait les gros bras au Quartier Latin par.i les étudiants fascistes de l'époque. Le r i ngard Le Pen était, vo i là 30 ans, député poujado - rac i ste avant de deven i r officier tortionnaire en Algérie . Ri ngardes, ce sont les forces politiques pactisant avec les ho.. es du racis.e, renouant ainsi avec ceux qui, il y a un de.i - siècle, disaient "plutat Hitler que le Front Populaire". Le tirage des . Bons de Soutien aura lieu le 18 juillet. Les gagnants des premiers prix seront avi sés personne 1- l ement. La liste complète paraitra dans le prochai n numéro de Droit et Liberté.

  • * *

Il Y aura un deuxième tirage plus tard. Le temps . des vacances étant propice aux gestes généreux, n'oubliez pas de vendre des Bons de Soutien autour de vous. 1 l s sont l'uni que ressource fi nanci ère du Si ège pendant le temps des vacances. Le congrès et les médias La "co uve r t ur e" par le s mé dias du congr ès du MRAP aura été un bel ex emple de la façon don t ci rc ul e l' i nform at i on en France. Rappelons les f aits. A pa r t l ' Huaanité , et lib~ration qui est venu fa i re un t our de pi ste l e samed i matin , au cun quo ti di en nati on a l n' a f a i t le voyage de Pant i n. Seu l un j ournalis t e de l'AFP était présen t . Le dimanche aprè s-mid i, le s débats autour du droit de vote éta i ent vigoureu x. Il se tr ouve que cer t ai ns des contr adi ct eur s de la sa lle, ma i s ils étaient lo i n d'ê t re l es s euls, portaien t un badge "Touche pas à mon pote". Dan s un fulgurant raccourci, le j ournaliste a câblé: " Le MRAP malade de SOS-Ra ci s me". Analyse sans gr ande or i ginali té : depuis des mois, la presse cherche à accréditer cette thèse. Deuxième étape: pas moins de 24 quotidiens nationaux ont repr i s telle quelle l'informa t ion, pous san t la déontologie jusqu'à reprodu i re la coquille de l'AFP sur le nom de George Pau-Langevin. Remarquons que t rès peu ont eu l' honnêteté de citer leur source, recopiant, réécrivant ou même développant la dépêche comme s'ils avaient été dans la salle. Troisième étape : George PauLangevin et Albert Lévy envoient au "onde, au "atin, à lib~ration et à la Croix une lettre de mise au point. le "onde et la Croix l'ont reprodui te, quelques jours après. On attend toujours le "atin et lib~. A noter tout de même que, pour une fois, la télévision a été plus correcte que la presse écr i te. TF1, dans le journal de 13 heures du samedi, a passé un long extrait d'une interview d'Albert Lévy. FR3 aussi, et les amis de "osaique ont filmé une part i e des débats. En bref 30 MAI. Envoi à tous les députés du texte "Quelques véri tés sur l a société française d'aujourd'hui" en vue du débat sur l'immigration . 30- 31 MAI. George Pau, Charles Palant, Albert Lévy participent au Carrefour international des Droits de l'Homme-Libertés organisé par le gouvernement français . 3 JUIN. Une délégation du MRAP est reçue par le directeur et le président de l'ANPE , qui promettent de prendre des mesures contre les offres d'emploi discriminatoires . 14 JUIN. Envoi à l'OLP , aux ambassadeurs des pays arabes et d'Israël ainsi qu'à la Ligue Arabe et à la Croix-Rouge de la résolution sur le Proche-Orient adoptée au Congrès . 15 JUIN. Le stand du MRAP à la fête de SOSRacisme rencontre un très vif succès . 18 JUIN. Lettre à MM . Fabius, Badinter, Dumas et aux groupes parlementaires pour , d ' une part, proposer l'annulation des réserves formulées lors de la ratification par la France des Pactes relatifs aux Droits de l'Homme et, d'autre part, demander la ratification de la Convention Internationale pour l'élimination et la répression des crimes d'apartheid . 21 JUIN. Message au Sème Moussem de l'immigration marocaine en Europe . 22 JUIN. Communiqué de presse suite aux enlèvements d'otages au Liban dans lesquels étaient visées de façon raciste des personnes aux noms à "consonance jui ve". 22- 23 JUIN. Manifestation de protestation avec prise de parole et distribution de tracts place St Sulpice et à l'OGéon contre la venue à Paris d'une chorale du Bophutatswana . 25 JUIN. Envoi à la présidente de l'Association des Familles de victimes de crimes racistes et sécuritaires des deux résolutions adoptées au Congrès . Dans la collection "Dossiers du MRAP" vient de paraître P.A.E. la rencontre des cultures un dossier de 80 pages avec de nombreux exemples Prix de vente public: 30 Frs. Remise aux comités locaux. - 16 - CARNET Deux de nos amis ont été promus da ns l 'Ordre National du Méri te. Armand OlMET a été fai t Officier . Robert PAC a reçu son insigne de Chevalier au cours du Bureau National de Mai . A l'un et à l ' autre , nos félicitations et notre amitié . Un hommage solennel a été rendu récemment à Fr ancisque GAY à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance . Rappelons que ce grand humaniste, écrivain et éditeur, a joué un rô l e majeur dans la création du MRAP en 1949 entraînant dans son engagement les forces vives du catholicisme français . - Claude GUILLAME , membre très actif du Comité de Dijon et nouveau membre du Bureau National a eu l'immense douleur de perd r e son épouse dans un accident de la route. Nous prenons fraternellement part à sa peine . - Le 10 ju i n, Wladi mi r JANKELEVITCH a été inhumé au ci metière de Chatenay-Malabry . Char l es PALANT et Albert LEVY représentaient le MRAP à ses obsèques, en témoignage de reconnaissance pour la grande sympathie dont a su faire preuve à l'égard de notre Mouvement ce grand philosophe . - Le 23 ju i n, a été enterré au cimetière de Bag neux, Pau l LANTNER , membre-fondateur du MRAP et correspondant du Mouvement à St Etie nne . Albert LEVY était pr ésent au nom du MRAP . Au cours du Congrès, nous avons fait mémoire de notre infatigable camarade et ami Chil KOZlOWSKI qui nous a quittés l'an dernier à pareil l e époque . Nous reno uvelons à sa veuve , Hélène , l 'exp r ession de notre fidélité et de notre affection . Droit et Liberté 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone: 806.88.00 CCP 9239-81 Paris Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique MortiJigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Comité de rédaction BertriJnd Bary, Gérard Coulon Dominique Dujardin, René Mazenod N° de Commission paritaire: 61013 Imprimeurs Libres - Paris

Notes

<references />