Droit et Liberté n°395 - octobre 1980

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°395 de Octobre 1980
    • Editorial: Ce jour là (manifestation après l'attentat rue Copernic) par Albert Levy
    • 300 000 contre le racisme, contre le fascisme par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
    • Le pouvoir et les nazis par Me Roland Rappaport
    • U.S.A. Lincoln n'est pas candidat par Robert Pac
    • Afrique du S ud: Nelson Mandela
    • Les immigrés ont servi de banc d'essai entretien avec le juge Bidalou
    • Immigration: les deux interprétations de l'accord franco-algérien
    • Cinéma: le dernier métro de François Truffaut présenté par Patrick Kamenka
    • Livre: "le corps noir" de Jean-Claude Charles présenté par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
    • Action: mobilisation populaire contre le racisme avec le MRAP
    • 300 000 contre le racisme, contre le fascisme

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.


2 MEUBLES - MÉNAGER - T.V. - HI-FI Ets. ROZENBERG Père et Fils Avenue d'Orléans - CHARTRES (28) Téléphone 21.09.37 , \ inde tlr~htlni3t;tln L. VEHELmAnr ~" 56, rue des Pet ites Ecuries· 75010 Paris '~Té. l770.92.44 / 246 . 80.1~7 /.' Téle x ': VEXMANS 29068.-/ - - -----_ .. ~.-- ET MAINE-MONTPARNASSE L'ëlëgance dans le sport JACQJES D'ARS •••••••••••••••••••• 13, Rue d'Hauteville 75010 PARIS Te/. .- "'0·85·66 SOCIÉTÉ MONDIAL .. GO" 5, rue d'Alexandrie - 75002 PARIS snoolie PRÊT A PORTER FEMININ 347 rue saint-martin 75003 paris 2721149 sarl capital 20 000 Pompes Funèbres et Marbrerie Funéraire MARBRERIE DE BAGNEUX Jacques BANATEANU Eviie aux familles toutes démarches pour Inhumations - Toilettes mortuaires Linceuls - Transphrts de corps Paris-Province -Israël et tous Pays Achats ~e terrains, constructions de caveaux Monuments. Gravures. Photos. Portraits Maison conventionnée 122, avenue Marx Dormoy 92120 MONTROUGE (face la Porte principale du cimetière de B;Igneu){): 656.74.74 • courrier. sexisme ordinaire Je vous félicite pour la publication de cette reproduction de publicité que vous avez intitulée: «L'éternel féminin prend un coup de vieux» (Droit et liberté de septembre 1980). Cette publicité - comme beaucoup d'autres rf'ailleurs - véhicule hélas une pensée répandue: le sexisme, qui en ILiimême est une variante, une sorte de racisme lui aussi malheureusemenl, « ordinaire ». Cet aspect du racisme n'est pas souvent - et assez- abordé, on l'oublie un peu. En parler est déjà «quelque chose " c'est bien. Valérie PICQUENARD juifs ou sionistes Pour Robert Smolar (droit et liberté. septembre 1980), les publications soviétiques antisémites ne sont qu'antisionistes. Tout comme les bombes qui explosent en Israël ! ... Sa conclusion donne à entendre que, du côté arabe, il n'y a que le « Palestinien qui lutte sur son sol ». Les féodaux pétroliers, les Kadhafi et Khomeiny, il ne les connaÎt pas. Du côté juif (ou sioniste) il n'y a que Rothschild et Begin. Voilà qui rappellera quelque chose à ceux qui ont payé pour savoir où cela mène ... Pour revenir aux publications antisémites en URSS, puisqu'il en ignore tout, signalonslui cette phrase extraite d'un texte de l'historien Lev Korniev parue dans «Pionerskaya Pravda» : « Les juifs tiennent dans leurs mains les deux tiers de la production mondiale d'instruments de mort ». /1 est bien question de «juifs» et cette formule sort tout droit des « Protocoles des Sages de Sion ». Faudrait-il être autruche pour être ami de l'URSS? Henry BULA WKO Paris le goût du mépris Je voudrais vous exposer certains faits tout à fait réels, qui sont pourtant non seulement contestés, mais devant lesquels la majorité, sinon la totalité des Blancs ferme les yeux pour plus de commodité et de bonne conscience ... Je veux évidemment parler des actes de racisme que j'ai à subir dans ce pays depuis 8 années déjà. En effet, je suis Sénégalais et, comme nombre de mes compatriotes et frères de couleur, je me trouve sans cesse en proie à des dilficultés de tous ordres et à des humiliations que je ne peux plus supporter, Je n'en peux plus de laisser passer certains coups qui me sont portés, je veux lutter non seulement pour moi-même mais aussi pour défendre la cause des autres Noirs et de mes enfants, nés métis, qui subiront le même sort que moi s'ils ont le malheur de vivre encore dans ce pays d'ici quefques années, surtout lorsqu'ils seront en âge de travailler. Aujourd'hui, il s'est produit un fait que je ne peux oublier et qui m'offense tant que je dois vous en faire part. Cela a eu lieu dans un café restaurant de ma région. Je me suis présenté vers midi accompagné de ma femme, qui est Française, et de mon fils âgé de 3 ans. Nous avons commandé deux menus à 100 F., donc pas les moins onéreux. Les deux premiers plats ont été servis mais, deux heures plus tard, nous attendions toujours le plat de résistance .. . et pourtant nous n'étions pas les derniers attablés car, lorsque nous sommes entrés, seule une table était occupée dans la salle du restaurant. Au fur et à mesure, la pièce s'est remplie et certains, donc arrivés bien après nous, en étaient au dessert alors que nous en étions seulement aux hors-d'oeuvre! Après avoir demandé la suite sans que celle-ci nous soit servie, nous avons demandé la note à la patronne qui refusa d'admettre les faits et nous fit payer les menus complets (ci-joint photocopie de l'addition). Croyez-mO/~ cela s'est produit uniquement par mépris pour ma race et pour cela, encore une fois, je dus m'abaisser et perdre de l'argent. Cela n'est qu'un fait pour vous expliquer notre position dans cette société, mais combien s'en sont produits' et s 'en produiront encore! Merci de m'avoir entendu. MK Haut -Rhin l'argent n'a pas de couleur Samedi 24 mai 1980, aux environs de 16h30-17 heures, dans un hypermarché de Nancy, deux jeunes, dont un Noir et un Algérien de 8 à 9 ans sont entrés pour acheter une bouteille de limonade et ont un peu fait le tour des rayons. Ces jeunes n'ont pas volé : ils ont été pourtant fouillés par un surveillant de ce magasin qui, en présence de pas mal de clients, s'est permis d'insulter ces gosses : «sale Noir, bougnoule, retournez chez vous, ne venez pas nous emmerder ici ». Franchement, pensez-vous que c'est normal de traiter des gens comme des chiens? Je suppose qu'un centre commercial est un lieu public ouvert à tout le monde quelles que soient la race, la couleur, l'argent n 'a pas de couleur. Ou alors que l'on mette une affiche «n'accepte pas les étrangers »: ainsi, on comprendrait. . Si je vous écris, c'est que je suis aussi concernée que ces jeunes gens car je suis Antillaise. Mlle Reinette FUNDERE 54, Jarville la Malgrange pourcentages universitaires Quelques remarques au sujet de la lettre à L. Brejnev parue dans droit et liberté de juillet-août 80. Les jeunes juifs soviétiques sont, dans leur majorité, issus des grandes villes et de ce que nous appelons ici les classes moyennes, et là-bas les travailleurs intellectuels : médecins, ingénieurs, etc ..... (ce n 'est pas un reproche, c'est comme ça). Et par conséquent, ils se sont trouvés longtemps favorisés, au plan universitaire, par rapport aux jeunes issus de la classe ouvrière ou paysanne. Mais aujourd'hui, le niveau de l'éducation a fait de tels progrès en URSS que la différence entre ces diverses couches sociales disparaÎt. " y a donc, dans les Universités, de plus en plus de jeunes soviétiques originaires de toutes les Républiques, y compris celles qui avaient un retard culturel considérable. On ne saurait s'étonner, dans ces conditions, de voir le pourcentage des jeunes juifs diminuer dans l'enseignement supérieur par rapport au nombre total d'étudiants, même si leur pourcentage augmente par rapport à la population juive .... A moins que l'on ne considère les juifs comme globalement surdoués! En fait, ces progrès vont jouer aussi contre les Russes, les Ukrainiens, et en faveur des Arméniens, OJzbeks, Tadjiks, etc .. . C'est très bien ainsi: le même départ pour tous, et que le meilleur gagne! Germaine RABINOVITCH Paris 9" ses parents n'ont jamais voulu me voir En 1976, j'ai quitté mon pays (Mauritanie) dans le but de poursuivre mes études universitaires en France et je me suis inscrit à l'Université. En 1978, j'ai fait la connaissance d'une fille française, étudiante également, nous nous sommes aimés et la jeune fille décida un jour de m'inviter chez ses parents. Ceux-ci se sont radicalement opposés à l'invitation. Son père alla jusqu~à déclarer qu'il n'est pas question de recevoir un Noir chez lui. Un jour, la jeune fille décida de m'épouser et de me suivre en Afrique: nous nous sommes mariés et un enfant est né de notre union. Depuis la naissance de notre enfant, la famille raciste de ma femme commença à s'introduire dans la vie de notre couple. /ls veulent se rapprocher de leur fille et utilisent notre fils comme instrumenr cfe ce rapprochement, Ma femme a totalement basculé du côté de ses parents. Elle veut divorcer. Je suis d'accord pour le divorce, mais je risque de perdre tout contact avec mon fils. Le but principal de mes beaux-parents c'est de démontrer que le mariage mixte est une bêtise et que les Noirssont incapables de Vivre avec des «civilisés ». N.M 3 maillots de bain Is PA RIS piedssensibles les ch8usseurs du confort et de lëlég8nce Choix unique en chevreau en sports et en bottes O·') 5, rue du Louvre (Métro Louvre) (ge) Gare Sa int-Lazare - 81 , rue Saint-luare (MO St-Lazare - Trinité) (6ei Rive gauche - 85, rue de Sèv,,,s (Métro Sèvres-Babylone) (10·) Gare de l'Est - 53, Bd de Strasbourg (Métro ChAteau d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis. ~------------------------- 4 avez-vous renouvelé votre abonnement à droit et liberté ? • au sommaire • l'événement • 300 000 contre le racisme, contre le fascisme , .. " . . . .... . .. p. 1 par jean-louis sagot-duvauroux la photo de la une est d'Elie Kagan • document. le pouvoir et les nazis . . . . . . . . . . .. p. 9 par me raland rappaport • point chaud. u.s.a. : lincoln n'est pas candidat p. 16 par robert pac afrique du sud : nelson mandela . p. 18 par racine maïga .sur le vif. les immigrés ont servi de banc d'essai ... . .. .... ...... p. 19 un entrétien avec le juge bidalou les deux interprétations de l'accord franco-algérien . . .. . ... . p. 21 droit et liberté mensuel 120 'Ole saint -denis. 75002 pa,is - téléphone 23309.57 - C.C.p. 9239-81 pa,is directeur de la publication rédacteur en chef albert lévy jean -loUiS sagot -duvaurou comité de rédaction jean -pie rre glovenco jean-pierre barrizien. mireille carrère, delphine deporte, philippe jarreau. patrick kamenka, félix lambert, racine maïga. marc mangin, stephane mayreste. robert pac. yves person, théo saint-jean, abdelahak sen na, pierre-andré taguieff, yves thoraval, jean-yves treiber, pierre vidal, slimane zéghidour. abonnements un an 60 f soutien 120 F et ranqet 90 F publicite au siege du Journal 1 1.. RACISME MENEAU FASCISM. De nombreuses publications ont reproduit le dessin de l'affiche du .mrap : «Attention, le racisme mène au fascisme ». Cette affiche est disponible au mrap pour la somme de 5 F. (2,50 F. pour les comités locaux, tarifs dégressifs suivant la quantité demandée). Le même motif a été édité en autocollant (1 F. + 1,40 F. frais de port; 0,50 F. pour les comités locaux)_ Une série de quatre cartes postales reprenant également le même dessin peut être demandée au siège du Mouvement (5 F + 2,50 Ffrais de port; comités locaux 2,50 F). Il s'ag it d'une série de cartes-pétitions à envoyer, l'une au Président de la République, l'une au ministre de la Justice, l'une au Préfet du département et la dernière au mrap pour demander que soient recherchés et mis hors d'état de nuire les auteurs d'attentats racistes et néo-nazis. Je désire obtenir . ... _poster(s) «Le racisme mène au fascisme » autocollant(s) OUI/NON OUI/ NON série (s) de cartes postales OUI/ NON NOM . .. . . . .. ... . ... ..... .. ........ . PRÉNOM .. ..... . .. . . . . . . . . ... . . . . . . ADRESSE ................ . . . . .. . . . . . JE VERSE . . . . ...... . . .... . ....... . . A renvoyer au mrap, 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris - C.C.P. 1482585 Paris. droit et liberté. nO 395 • octobre 1980 • éditorial • ce jour là La manifestation géante du 7 octobre à Paris fera date dans l'histoire des ~uttes contre le racisme. Le mrap agissant comme catalyseur, c'est le peuple dans sa masse, un et multiple, qui a déferlé pendant quatre heures, en un double cortège, de la Nation à la République. Dans la France entière, en quelques jours, le même sursaut a jeté dans les rues des foules d'une densité rarement égalée. . C'est ainsi que s'explique l'unanimité réalisée, le temps d'une minute de silence, à l'Assemblée Nationale, ou encore la présence dans les défilés d'hommes politiques liés à ceux que les manifestants mettaient vivement en cause pour leurs complaisances envers l'extrême-droite et leur laxisme envers les auteurs d'attentats. L'opinion française, dans toutes ses composantes, affirmait avec éclat sa réprobation de la violence raciste, et c'eût été s'isoler, perdre la face que de ne pas se fondre en ce mouvement irrésistible. . Après ces journéès de mobilisation fiévreuse, on peut considérer que, pour l'essentiel, et malgré les nombreuses tentatives de diversion, les positions. défendues par'ie mrap se trouvent renforcées par un puissant soutien populaire. S'il est vrai que, pourdes raisons historiques, sociales et politiques - qu'il conviendra de mieux analyser - l'antisémistisme rencontre dans ce pays une plus grande sensibilité, le lien est apparu plus clairement entre lui et les autres aspects du racisme, notamment le racisme anti-arabe, qui a fait des dizaines de victimes en France ces dernières années, le lien, aussi, avec les autres aspects du fascisme qui amalgame dans une haine commune tout ce qui résiste à l'ordre)) noir. -: A travers les manifestations, s'exprimait la conviction que le combat contre telle forme de racisme ne concerne pas seulement ses victimes directes, mais la société toute entière, qui se trouverait gravement atteinte dans sa sécurité globale et dans ses fondements démocratiques si elle ne mettait pas hors d'état de nuire ceux qui veulent la fractionner et l'intimider par la terreur. Les criminels de la rue Copernic échapperont-ils aux recherches et au châtiment, comme les assassins de Laïd Sebaï, Henri Curiel, Pierre Goldmann et ceux qui ont perpétré près de deux cents attentats. dans les 18 derniers mois? Sans préjuger des résultats de l'enquête, on peut craindre que l'insistance à privilégier certaines «pistes» et l'exploitation qui en résulte dans les médias ne tendent à faire naître d'un acte de racismeanti-juif un courant de racisme anti-arabe. Parallèlement, on voit se déployer de nouveaux efforts pour faire oublier les responsabilités des pouvoirs publics et minimiser la réalité dangereuse des groupes fascistes organisés. C'est dire que la vigilance et l'action ne doivent pas faiblir pour imposer le démantèlement des groupes terroristes, q~els qu'ils soient, dans les basfonds où se côtoient truands politiques à usages multiples et truands de droit commun. D'autre part, la cohstitution d'une commission d'enquête parlementaire s'impose pour élucider les raisons de l'impunité dont bénéfi - . cient jusqu'à présent les plastiqueurs. En préconisant la tenue dans toute la France des états-généraux de la lutte contre la violence raciste et le néo-nazisme, le mrap entend renforcer encore cette vigilance, et donner aux manifestations d'octobre un prolongement efficace. Albert LEVY 5 • l'événement • 300.000 contre le racisme contre le fascisme Une fois de plus, le racisme a tué. Mais cette fois, les conditions particulièrement atroces du massacre, la sensibilisation de la population aux violences néo-nazies ont permis l'expression d'un des plus puissants mouvements de protestation contre le racisme que la France ait connu dans son histoire. Vendredi 3 octobre, 6 heures 30. Le téléphone sonne au siège du mrap : «II y a eu un attentat à la synagogue de la rue Copernic ; on dit qu'il y a des morts. Qu'est-ce que vous allez faire 1 ». La tragédie est là. Atroce. Quatre personnes assassinées. Une Israélienne, un Portugais et deux Français, comme pour . montrer toutes les faces de l'horreur na zie qui s'attaque d'abord aux juifs, aux étrangers, mais dont la haine touche la société entière. Quatre vies fauchées parce qu 'un groupe de criminels voulait «tuer du juif » ! Et combien d'autres diminuées par des blessures parfoiS irrémédiables? Déjà, le vendredi 26 septembre, une semaine seulement avant l'attentat de la rue Copernic, quatre institutions juives, l'école Lucien de Hirsch, avenue Secrétan (Paris 1ge), la maternelle cm la rue lamarck (Paris 18e), la synagogue de la rue de la Victoire (Paris ge) et le Mémorial du Martyr juif inconnu (Paris 4e) avaient été mitraillés à l'arme de guerre. Au même moment, à Munich, autre attentat aveugle commis parun membre du groupe néo-nazi Hoffmann! Bilan: 14 morts et près de deux cents blessés parmi la foule qui se trouvait là à l'occasion de la fête de la bière. L'émotion est considérable, d'autant plus qu'en France comme en Allemagne Fédérale, la responsabilité des pouvoirs publics éclate au grand jour. Les néo-nazis bénéficient dans les deux pays d'une inépuisable indulgence. scandaleuse impunité Immédiatement, le mrap appelle à un rassemblement populaire de mobilisa tion antiraciste, le mardi 30, devant le Mémorial. Dès 17 heures 30 -la manifestation est convoquée. pour 18 6 heures - la foule est nombreuse, rue Geoffroy-Lasnier. La circulation s'arrête sur le quai. Ce sont bientôt 10000 personnes qui crient ensemble: «Le fascisme ne passera pas ». Alain de Rotschild, président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) rappelle, au nom de la communauté qui vient d'être visée par ces attentats, la nécessité d'agir plus vigoureusement contre les groupes qui se réclament du nazisme. Marie-Madeleine Fourcade, pour la lICRA (Ligue internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme), évoque, dans une allocution émouvante, les combats de la Résistance et appelle à reprendre aujourd'hui les idéaux qui ont mené à la victoire de jadis. Dans un discours particulièrement applaudi, Albert Lévy, secrétaire-général du mrap, s'emploie, pour sa part, à définir l'objectif des luttes contre le racisme et les moyens du nécessaire rassemblement. Devant le mémorial, de gauche à droite: le Grand Rabbin Kaplan, Jean Pierre-Bloch, Charles Palant, Henri Bulawko. Au centre: Albert Lévy. «Rassemblés ce soir, s'écrie-t-il, vivement encouragé par la foule, juifs, chrétiens, Français de toutes tendances, immigrés de diverses nationalités, parce que la communauté juive a été visée, nous nous devons de riposter avec la même vigueur chaque fois qu'un acte raciste est èommis, quelles qu'en soient les victimes ». Situant ces attentats dans le cadre plus général du développement du racisme, il pose la question de fond : «II faut qu'on sache clairement dans quelles conditions et jusqu'où les groupes racistes et fascistes pénètrent l'appareil d'Etat, qui les a mis en place, qui s'appuie sur eux et grâce à quelles protections, quelles accointances ces groupes peuvent bénéficier d'une aussi scandaleuse impunité ». Ces mots vont prendre une acuité tragique, trois jours plus tard, avec la tuerie de la rue Copernic. Les syndicats de police de la FASP (Fédération autonome des ,syndicats de police) décident en effet de révéler, devant l'ampleur du drame, la tolérance des autorités face aux infiltrations nazies dans la police. Les syndicats expliquent, avec raison, que cette réalité ne peut être tolérée par les policiers républicains qui veulent honnêtement exercer leur métier. « notre europe » persiste et signe Ainsi, 20 % des membres de la FANE seraient des policiers 1 C'est d'ailleurs ce que reconnaissait le dernier numéro de Notre Europe, organe du groupe dissous, dans sa parution de septembre qui se recommande d'ailleurs toujours de ce mouvement et qui bénéficie encore de la «commission paritaire» : «L'affaire Durand, peut-on y lire, a ridiculisé une fois de plus le ministre de la police en montrant que, pour la première fois, ce n'était plus la police qui infiltrait les nazis mais les nazis qui infiltraient la police jusqu'à se voir confier la protection du Grand-Rabbin Kaplan et du communiste Ellenstein.... Une cellule du Parti Communiste du loe arrondissement de mandant l'interdiction de la FANE, au printemps dernier, joignit à son dossier une affiche «Libérez Rudolf Hess » arrachée d'un mur. Quelle fut la réaction des policiers 1 Ils accrochèrent l'affiche dans leur bureau en disant : « C'est des gars comme ça qu'il faudrait au gouvernement pour virer tous les nègres ». Quelques jours ' après l'attentat de la rue Copernic, ces policiers arrêtaient Paul Jehne, responsable du comité de quartier du 1 oe arrondissement, qui avait d'ailleurs témoigné pour le mrap au procès de Frédriksen. En effet, Paul Jehne, c: qui collait des affiches du mrap, était in& tervenu au moment où un incendie s'était ~ déclaré dans l'immeuble de la FANE, .~ mettant en danger les habitants. Gardé à ID vue pendant 48 heures, les questions les o plus insolites furent posées à un homme o pourtant bien connu des policiers à qui il if était venu maintes fois, et en vain, de- E L'attentat de la rue Copernic mander d'intervenir contre les activités de Frédriksen et de ses sbires. « Etes-vous juif 1... Connaissez-vous des juifs 1 Combien 1 Combien y a-t-il de juifs au mrap ? » etc. Mais, au-delà des interrogations légi times sur l'incurie gouvernementale, c'est l'émotion populaire, profonde, puissante, qui domine. Immédiatement après l'attentat, le mrap appelle à se rendre sur les lieux pour manifester la solidarité avec les victimes et la communauté juive. Plusieurs centaines de personnes entourent les barrières de police quand M. Bonnet, ministre de l'Intérieur arrive. Quelques jours auparavant, il affirmait qu'il ne fallait pas prendre au sérieux les apologistes de la violence raciste. Aujourd'hui, au milieu des décombres, alors qu'on essaie d'en dégager morts et blessés, ses paroles apparaissent dérisoires et tragiques. C'est tout naturellement vers son ministère que se dirigent quelques groupes que le trop plein d'émotion pousse à « faire quelque chose» tout de suite. le crime injustifiable Charles Palant, vice-président du mrap, ancien déporté d'Auschwitz, sort de la synagogue visiblement bouleversé. Il exprime bien le sentiment de tous ceux qui se pressent autour de lui en appelant à la mobilisation immédiate contre le racisme pour «arrêter ça ». Le samedi 4, une délégation du mrap s~ trouve à la synagogue de la rue CoperniC, pour le service religieux où se sont retrouvées des mi lIiers de personnes. Nombre d'entre elles suivent ensuite la banderole de l'organisation sioniste de Me Hadjenberg, le Renouveau juif, en direcdroit et liberté. na 395 • octobre 1980 o o oC c.. Le 4, 25000 personnes avec le mrap, sur les Champs-Elysées. tion de la place Beauvau où se trouve le ministère de l'Intérieur. Le mrap, pour sa part, a appelé toutes les organisations qui le désirent à s'y rendre en délégations entre 14 et 17 heures. Très rapidement, les délégations se transforment en une puissante manifestation, houleuse, combative. Albert Lévy, secrétaire général du mrap et Me Roland Rappaport, membre du bureau national sont reçus pendant environ une heure par M. Bonnet. ,En sortant, hissé 'sur une 4 L, le secrétaire général du mrap rend compte de l'entrevue. Le ministre a promis - mais un peu tard - des mesures de protection pou~ les institutions juives et s'est engagé à dissoudre les groupes néo-nazis. Il a paru surpris des révélations accablantes faites par Me Rappaport sur l'indulgence des pouvoirs publics à l'égard des nazis (voir l'article suivant). La foule paraît, en tout cas, bien décidée à ce que M. Bonnet revienne de sa surprise. Elle prend presque spontanément~ ~errière la banderole du mrap, la prestigieuse avenue des Champs-Elysées qu'elle remonte, 25000 personnes prêtes à lutter contre le racisme sous to~tes ses formes, avec les points de lumière que forment les affiches du mrap «Attention. le racisme mène au fascisme 1». Mais ce n'est encore que le début de la gigantesque mobilisation populaire que va connaître la France toute entière. En Province, 35 comités locaux du mrap appellent à des manifestations où se joignent spontanément les forces les plus diverses. Chacune réunit plusieurs milliers de personnes : Lyon, Marseille, Nice, Lille, Bordeaux, Amiens, Vichy, Clermont-Ferrand, Nantes, Toulouse, Orléans, Saint-Quentin, Evreux, Compiègne, Strasbourg, Nancy, Montbéliard, Besançon, Toulon, Limoges, Thionville, Rouen, Creil, Le Mans, Metz, Longwy, etc. C'est une véritable carte de la France antiraciste, de la France qui refuse la violence néo-nazie. A Paris, le 7 octobre, de la Nation à la République, c'est une véritable marée humaine qui va défiler durant quatre heures derrière l'immense banderole du mrap : « Halte au racisme, halte au fascisme ». Le parcours initialement prévu (par la Bastille) ne suffit pas pour dégorger la place de la Nation et il faut dédoubler le cortège dont une partie emprunte le boulevard Voltaire. Manifestation variée, nouvelle. Les grandes formations politiques et syndicales sont là avec leurs dirigeants : Georges Séguy, Edmond Maire, François Mitterrand, Georges Marchais, André Henri; mais il ya des écoles, des universités qui se sont déplacées en tant que telles, professeurs et élèves unis dans une même réprobation, dans une même 7 De la Nation à.la République, le 7 octobre, 300000 personnes contre le racisme, contre le fascisme volonté antiraciste. Il y a des groupes comme le MLF qui expriment leur condamnation de ceux qui transforment en crimes leurs préjugés délabrés. Il y a des groupes d'immigrés, des Tziganes, la délégation, très applaudie, des syndicats de police. Bien sûr, la communauté juive, avec laquelle on est venu se solidariser, est fortement représentée derrière sa banderole «La communauté juive de France contre le racisme et le terrorisme ». On est presque étonné de se retrouver tous là, contre le racisme, contre tous les racismes. Quelle image splendide! Les racistes voulaient sans doute isoler la communauté juive. On sent combien leur entreprise rencontrera de résistance. Les quelques incidents provoqués par le service d'ordre musclé du Renouveau juif ou du Bétar (1) -« Vous n'êtes pas juifs, vous n'avez rien à faire ici», s'entendront dire certains militants antiracistes - ne peuvent ternir l'impression dominante : la riposte est bien, cette fois, à la mesure de l'horreur. Durant tout le cortège, le gouvernement, dont la passivité, pour ne pas dire plus, est en grande partie responsable de l'audace nouvelle des racistes, est mis en accusation. Un groupe, qui ne comprend pas qu'on ait pu mobiliser desdizainesde policiers pour expulser Simon Malley, le directeur d'Afrique-Asie, et que si peu soit fait contre les assassins fascistes, lance le slogan : «Expulsez Bonnet, rendez- nous Malley ! ». On sent une certaine tension lorsqu 'à la fin de la manifestation, solidement pro- 8 tégés par le service d'ordre de la LlCRA, quelques députés de la majorité (qui se. sont décidés à venir le matin même) apparaissent sur la place de la République, mais tout compte fait, le grand gagnant, c'est le combat contre le racisme. le rôle de catalyseur et de rassembleur La Presse a donné un écho très important aux diverses initiatives du mrap et notamment à la grande manifestation parisienne. La plupart des quotidiens reconnaissent que «le mrap a joué le rôle de catalyseur et de rassembleur ». Pour Nice-Matin, «C'est une véritable mer humaine qui a déferlé ... à l'appel du mrap », thème repris par l'Echo Républicain: « Tous derrière le mrap » ; le Républicain Lorrain: « Démonstration de force réussie »; le Populaire du Centre: «Contre le fascisme et l'antisémitisme, marée humaine à Paris ». Dans la Presse parisienne, la force de la manifestation a également impressionné. L'Humanité titre :« Ils étaient des centaines de milliers, hier, dans les rues de Paris, à l'appel du mrap, contre tous les racismes,' la riposte populaire ». Le Matin, sur toute la première page, salue le : «Non au racisme » des Parisiens. « Tous ensemble », écrit France-Soir en caractères énormes. Bertrand Laurier, du Quotidien, note: «Si l'on voulait tirer un enseignement et une morale de la manifestation, on pourrait dire que le mrap a gaQné une fé!meuse victoire. Celle d'aVOir joué, l'espace de quelques heures, le rôle de catalyseur et de rassembleur ». Mais la vraie victoire, c'est le renforcement de la conscience antiraciste du pays, un travail de longue haleine auquel il faut-s'atteler dès aujourd'hui. . Et puis, pour la deuxième fois dans l'histoire du Parlement, le mrap a été à la base d'un vote unanime de l'Assemblée Nationale, puisque tous les députés ont voté ensemble une suspension de séance pour pouvoir se rendre, selon les mots du président Chaban-Delmas, à la manifestation du mrap. La première fois, c'était pour la loi du 1 er juillet 1972 contre le racisme 1 Jean-Louis SAGOT DUVAUROUX (1) De nombreux militants du mrap ont été choqués, et nous en ont fait part, du comporte ment agressif et «particulariste » du Renouveau juif et du Bétar qui ont défilé sous le drapeau israélien. Ils ont notamment été surpris que de nombreux slogans antipalestiniens aient été proférés à cette occasion et que des banderoles assimilent l'OLP à la FANE et les antisionistes à des antisémites: Le mrap regrette en effet ces incidents qui n'ont pas pu, cependant, ternir l'esprit de la manifestation. Un tel rassemblement méritait qu'on respecte les mots d'ordre sur lesquels il avait pu se constituer, contre le racisme, contre le fascisme. C'est ce qu'ont fait l'immense majorité des participants. Marc Fredriksen, au banc des accusés le 1 9 septem bre dern ier . le pouvoir et les nazis Une organisation qui revendique ouvertement des attentats et que le Parquet poursuit pour ... délit de presse, voilà une bien singulière affaire. C'est pourtant ce qui s'est passé au procès intenté à M. Fredriksen, dirigeant du groupe néo-nazi dissout, la FANE, inculpé au terme de la loi de 1972 contre le racisme, pour incitation à la haine raèiale, dans le journal dont il était directeur: « Nouvelle Europe". . L'hommE! et ses sbires, prévenus libres malgré les nombreux crimes dont ils se vantent, ont fait profession de nazisme devant le tribunal. Certains journaux n'ont voulu retenir du procès que ces particularités ethnographiques, gommant purement et simplement les révélations dé Me Rappaport, avocat du mrap, sans doute parce qu'elles étaient accablantes ... pour le pouvoir. Dar:'s une plaidoierie particulièrement documentée, l'avocat montre, sans démenti possible, que les autorités ont sciemment couvert les activités criminelles des néo-nazis. Elles l'ont fait avec obstination refusant de poursuivre, élargissant des personnes convaincues de délits ou de crimes assurant de fait' aux criminels racistes, la protection qu'elles refusent à leurs victimes. ' , Fredriksen ne serait qu'un minable paranoiaque s'il ne bénéficiait lui et les siens d'aussi étranges complicités. ' , Droit et liberté vous permet de juger sur pièces en reproduisant l'irréfutable démonstration de Me Roland Rappaport. ' M. le Président, MeSSieurs du Tribunal, je trouve que M. Fredriksen est bien seul ici aujourd'hui. On n'a pas fait beaucoup d'efforts pour amener sur ces bancs les autres responsables des arti: Ies, dont vous avez déjà eu l'économie et que vous connaissez pour les avoir examinés. M. Fredriksen disait : «je prends la responsabilité de tout », et, M. le Président, vous vous étonniez parce que vous connaissez votre dossier, et vous demandiez: « y compris des articles signés Henry-Robert Petit? »,. Fredriksen vous répondait «oui ». C'est sa stratégie d'aujourd'hui . Mais à l'instruction, interrogé sur les mêmes sujets, il a dit :« Je reconnais tout sauf les articles sÎgnés d'Henry-Robert Petit ». Je dirai dans un instant pourquoi je suis amené à me poser une première question : pourquoi les autres signataires des articles, pourquoi ceux qui répandent cette propagande ne sont pas ici aujourd'hui? Où est Michel Faci ? Michel Faci est le rédacteur en chef de Notre Europe, sous son nom, de juin 1978 à septembre 1979, premier numéro poursuivi. Leloup n'est pas Fredriksen mais Michel Faci. Ca résulte à l'évidence du dossier, et mon ami Jouanneau en a apporté encore une preuve supplémentaire tout à droit et liberté. nO 395 • octobre 1980 l'heure, il a produit un poème signé de Michel Leloup, eh bien, on lit dans Notre Europe que Faci ajoute à ses autres talents celui de poète. Mais il n'y a pas ce seul élément pour le démontrer, il y a les photos de Faci - Leloup, sa présence aux côtés de Fredriksen à tel ou tel meeting à travers la France. Michel Faci est présent tout au long des numéros jusqu'au bout, comme responsable de cette «foire à la ferraille », qui consiste, comme vous le savez, à·vendre toutes les médailles des mouvements nationaux-socialistes. Quand la présse interroge Fredriksen, et vous savez qu'il est volontiers plus bavard qu 'aujourd'hui, eh bien il ne cache pas que Leloup est Michel Faci. Nous le savons à partir du dossier et des indications que nous avons. Est-ce que Leloup est moins responsable dans ce qu'il écrit que Fredriksen? Nous pouvons en avoir rapidement un aperçu en examinant les numéros. Faci joue dans la FANE un rôle extrêmement important sur le plan international. Il est celui qui, pour le compte de la FANE, se rend en Amérique Latine pour y former des sections d'assaut, je n'affabule pas, je lis dans le numéro de novembre 1978 : «Faci 9 ••• s'est rendu au Mexique et là-bas on a formé un mouvement NR» « national révolutionnaire » . L'un de ces groupes, qui a été formé avec les conseils technique de Faci, a récemment revendiqué la destruction de la librairie de la grande synagogue de Mexico. C'est Faci qui a appris aux Mexicains comment il fallait faire. Le même Faci, à l'occasion du même voyage, a noué des accords de coopération avec la puissante Fédération Mexicaine Anti-communiste, membre de la Fédération Mondiale Anticommuniste. J'entends bien que les poursuites ont été engagées seulement au terme de 18 mois de parution. Eh bien, en novembre 1978, sous son nom encore, Michel Faci est signataire d'un article à la gloire des SS. Eh bien, nonobstant le fait qu'il ait été signataire de cet article à la gloire des SS pendant la période poursuivie, Michel n'est pas aujourd'hui ici. . . . Il en va de même d'un autre personnage, Michel Calgnet. Il figure à de très nombreuses reprises pendant la période incriminée dans les numéros de Notre Europe. On y voit son rôle. Il occupe de très larges responsabilités, il est l'organisateurs de ces camps d'été où le mouvement fasciste international se réunit, tantôt du côté des Pyrénées, tantôt en Italie, comme cet été -l'un des camps où l'inspecteur Durand s'est rendu en mission de l'internationale noire. Il figure dans le comité de rédaction . L'un des article~ poursuivis relate les propos qu'il a tenus relativement à la non eXistence des camps de concentration au cours de l'un de ses voyages en AllemaEgt nse'i.l subsistait encore quelques dl' ff'IC U lte's pour de' couvm. Ca l.- gnet, eh bien, il est en photo, parlant à ce meeting en Allemagne, dans un des numéros de la FANE. Il ya un autre personnage: Henry-Robert Petit. C'est un idéologue, l'historien du mouvement, celui Qui se souvient. Il a une longue expérience. Il était l'adjoint de Darquier de PeliepOix et le directeur du Pilori. Il signe les articles de son nom. Et quand Fredriksen est interrogé à la police, il ne nie pas qu'Henry-Robert Petit est bien celui qui écrit les articles qui paraissent sous son nom, parce qu'il n'imagine pas qu'on pense ne pas retrouver et identifier Henry-Robert Petit. . , . Puis il est un autre collaborateur tout à fait reguller de Notre 10 Les « gardes du corps » du führer de la FANE. Europe, un nom que l'actualité de cet été nous a révélé : Paul Durand. Pensez-vous que Paul Durand est un collaborateur occasion nel? Il a écrit entre le mois de novembre 1978 et le mois de juillet 1979, sous son identité, six articles, mois après mois, régulièrement. Il était membre du cOlT)ité de rédaction . Quels étaient ses sujets de réflexions? Le courant « national révolutionnaire »en Italie. Il est en liaison avec plusieurs maisons d'édition en Italie, dont l'une est aujourd'hui dirigée par Claudio Muti, auteur en particulier d'une « longue et remarquable introduction d'un recueil de discours d'Adolph Hitler concernant le national-socialisme » •• • « Pour un mouvement national révolutionnaire, faire des concessions est dans tous les cas inutile et dangereux, ce n'est pas en modérant nos conceptions idéologiques que nous acquerrons une audience supplémentaire, mais au contraire en adoptant une attitude intransigeante ». C'est bien sûr le même Paul Durand qui écrit : «Pour une optique national-socialiste, pensée plus action. 1/ ne faut jamais laisser perdre de vue que la pensée d'hommes comme Hitler, Salazar ou Doriot al/ait bien au-delà du racisme primaire et s'imbriquait dans une vision globale du monde, qui fait la force de notre courant d'idées ». Cet inspecteur, au moment où il écrivait, était encore attaché au service des « Renseignements Généraux ». Il a fallu , paraît-il, la presse italienne pour révéler à notre Ministre de l'Intérieur l'existence dans ses rangs de ce journaliste régulièrement attaché et publiant sous son nom dans Notre Europe. Il faut de même s'interroger sur l'attitude du pouvoir en face de la FANE, se demander pourquoi la FANE, pourquoi Notre Europe, qui avait cessé de paraître en 1973, nous dit le premier numéro de juin 1978, a pu, pendant 18 mOIS, publier des articles de la même eau; même si les adjectifs se font plus virulents, les thèmes sont les mêmes depuis le début. Pourquoi a-t-il fallu 18 mois pour l'ouverture des poursuites? C'est une question à laquelle j'espère avoir tout à l'heure du côté du Ministère Public quelques éléments de réponse, mais j'ai mon opinion à cet égard. «/1 faut rapatrier, écrivait Notre Europe, tous les émigrés, les parasites qui exploitent nos peuples, sans indemnité, par bateau à destination d'Afrique du Nord et ... d'Israël ». Darquier de Pelle poix, toujours selon Notre Europe, avait raison . Robert Faurisson aussi, bien sûr. Menaces précises. Menaces tout à fait inquiétantes. « Nous n'aurons pas à nous gêner, lit-on encore, si un jour un contexte politique favorable nous permet de balayer définitive ment, et avec des moyens appropriés, les germes qui gangrènent l'Occident ». «D'ailleurs, la mise en place d'une « Internationale blanche », je dirais pour ma part plutôt noire, écrit Michel Faci, «passe progres sivement de l'état de voeu pieux à celui de collaboration directe et technique », ce qui est parfaitement exact. On s'en prend, bien sûr, aux organisations qui sont aujourd 'hui sur le banc de la partie civile, comme le mrap ou la LlCRA, dont on dit - c'est toujours Michel Faci qui parle -« qu'el/es sont les émanescences d'une ethnie que nous ne précisons pas pour ne pas être condamnés nous-mêmes ». Il faudra 18 mois pour que les poursuites s'engagent. Je veux ici analyser la façon dont elles ont été conduites. Depuis longtemps déjà le mrap dénonçait le danger. Droit et liberté, le mensuel du mrap, a consacré un premier article à la FANEet à Notre Europe en mars 1978, sous le titre :« Pourquoi se gêner ?». Dans un nouveau numéro, de quelques mois postérieur, mais déjà ancien, on terminait un article intitulé « Nazisme en vente libre »ainsi : «De vant une telle avalanche de faits, une question se pose : comment expliquer la passivité des services de police? Seraient-ils moins bien renseignés que le mrap ? ". La question était tout à fait pertinente. l'instruction s'est bornée à une seule audition! C'est M. le Juge Breque que le Tribunal a chargé de conduire l'instruction. Il a délivré commission rogatoire le 6 décembre 1979. commission qui confère aux services de police les pouvoirs habituels, c'est-à-dire les plus généraux : enquêter sur les conditions de publication et de diffusion; rechercher les auteurs; pour y parvenir user de toutes possibilités conférées par la Loi en matière de perquisition, saisie, etc. Eh bien vous savez, M. le Président, à quoi s'est bornée cette instruction! A une audition, et une seule, de Fredriksen, et de personne d'autre. Il a fallu, pour y parvenir, trois mois et demi. La commission rogatoire est du 6 décembre, le premier interrogatoire du 12 mars. Interrogatoire si l'on peut dire 1 En effet, Fredriksen, sur l'invitation de l'officier de police enquêteur, déclare qu'il entend user des possibilités qui lui sont conférées par l'article 105 du code de procédure et qu'il s'expliquera devant le juge d'instruction. Et il faudra encore un mois et demi. - . Il aura fallu 4 mois et demi pour que Fredriksen indique au juge d'instruction qu'il s'expliquera plus tard à l'audience. Et l'instruction est terminée. Il n'y a pas eu d'autres actes d'instruction . Aucune des recherches que l'on avait confiées à la police n'a été conduite à bien. Ensuite, à partir des numéros du mois d'avril, on a procédé par voie de citation directe, en donnant à la police toujours les mêmes missions. Interrogé au mois d'avril, M. Fredriksen indique cette fois - comme il n'y a pas de juge d'instruction il s'explique devant l'officier de police - le 10 avril exactement: «Je précise que je suis l'auteur des articles sauf ceux parus sous la signature d'Henry-Robert Petit». On s'attendrait à ce que Henry-Robert Petit soit au moins convoqué et interrogé. Eh bien, savez-vous ce qui se passe? L'officier de police clôture de la manière suivante son procès verbal : «M. Fredriksen nous a fait savoir que cet article avait été écrit par M. Henry-Robert Petit, sympathisant de la FANE ». Sans autre indication. « Les vérifications effectuées n'ont pas permis d'identifier cette personne", ajoute l'enquêteur. On ne saurait mieux se moquer du monde, puisqu'il s'agit de .l'ancien adjoint de Darquier de Pellepoix, du directeur du Pilori, Cet officier de police était peut-être jeune et n'avait conservé de cette époque aucun souvenir. Eh bien, si sa mémoire était défaillante .. il lui suffisait de lire les numéros qu'on lui avait confiés pour apprendre ce que je viens de vous dire. Dans l'éditorial du mois de février 1980, intitulé « FANE vaincra », il est écrit: «Dans un silence émouvant, les nationaux européens reçurent l'hommage d'Henry-Robert Petit, ancien directeur du Pilori et adjoint de Darquier de Pellepoix ». Et si cet officier de police était paresseux, s'il répugnait à rechercher l'adresse du dénommé, il lui suffisait d'ouvrir les numéros de Notre Europe pour apprendre que Henry-Robert Petit était domicilié à Argenteuil, où il anime le« cercle amical de la presse indépendante », C'est ce que nous apprend le numéro 18 du mois de décembre 1979. l'internationale noire J'apprends, en lisant Notre Europe, qu'elle est affiliée à la CEDADE, mouvement des ultras de la Phalange, qu'elle organise avec elle chaque année les camps d'été ou les solstices d'hiver. Je sais qu'en Italie c'est avec l'Agence Européenne .d'Informations, liée à Ordre Nouveau, interdit, que la FANE nourrit ses contacts. Je le sais comment? droit et liberté. nO 396 • octobre 1980 En lisant le numéro d'octobre 1979 de Notre Europe: « Un nouveau journal nationaliste-révolutionnaire lié au mouvement politique Ordre Nouveau est créé : l'Agence Européenne d'Information, Pour éviter les foudres de la répression. il est basé en Suisse, sa devise étant : il n'y a qu 'un seul moyen d'améliorer la démocratie, c'est la détruire ». Egalement la R.F.A., bien sûr, avec tous les nostalgiques de l'hitlérisme; l'Angleterre, la Belgique, l'Europe du Nord. La Grèce n'est pas oubliée, avec le mouvement du 4 août, appelé ainsi en l'honneur de la dictature de Metaxas, dirigé par Kostas Plevris. C'est avec ce personnage que se sont entretenus, en vue de la préparation de l'attentat de Milan de 1969, les dirigeants du mouvement fasciste italien de l'époque. Il est très lié avec Giorgio Freda dont Frédéric Laurent, dans 1'« Orchestre Noir» nous raconte les exploits. La Turquie aussi. Miche Faci est allé en Turquie; il a été reçu au Parlement par la frange d'extrême droite qui lui a donné aussi des leçons. Oui, la Turquie est au rang des correspondants. En Amérique Latine, la FANE s'intéresse de très près au Salvador et salue les massacres qui s'y déroulent, tout comme au Pérou et en Bolivie. Au Pérou, elle a pris des contacts avec le Parti National-Socialiste Péruvien. Le nom ne laisse planer aucune espèce d'incertitude. L'emblème est d'ailleurs la croix gammée. Ce parti péruvien vient de demander, nous apprend le numéro d'octobre 1979, d'entrer en relation avec la FANE, à l'incitation de son chef Carbonel. Et en Amérique du Nord, avec qui croyez-vous que la FANE entretient des relations? Bien entendu avec le Ku Klux Klan, Elle a avec lui les relations .les plus suivies. Ces gens-là ont d'ailleurs une carte d'accréditation. « Nous avons fait imprimer une nouvelle carte pour 1980. Cette carte constitue une lettre d'introduction auprès des mouvements qui collaborent avec nous. Un adhérent qui voyage à l'étranger peut nous contacter, nous lui donnerons une liste de personnes et de groupes auprès desquels il trouvera le meilleur accueil», rapporte Notre Europe, Ce n'est pas tout. La FANE a aussi des liaisons et des relations avec une droite plus classique. Je vous ai parlé tout à l'heure de la Fédération Mondiale Anti-communiste, Eh bien, nous ne sommes plus, cette fois, dans la zone directe du fascisme, mais dans celle de la droite internationale disposant de revues importantes, Republica pour l'Amérique latine, Asian out-back pour l'Asie du sud-est, deux journaux à très grande diffusion, et dont la FANE rend compte très régulièrement en faisant part des accords de coopération. «tuer les rouges, ce n'est pas un crime mais un sport» On retrouve un ancien du mouvement nazi-fasciste en France, Yves Jeanne. C'était le chef de la division française SS Charlemagne, Après la guerre, en 1964, il avait tenté de reconstituer la branche française du WUNS, dont l'emblème est la croix gammée. Cette organisation a été très rapidement dissoute, mais Yves Jeanne est toujours là et le WUNS aussi. Je suis forcé de prendre au sérieux cet appel téléphonique au mrap (n.d.l.r. le 19 septembre) de l'Union Mondiale des Nationaux- Socialistes (WUNS) disant: «Si nos camarades sont condamnés cet après-midi, les canailles dont les noms suivent : Albert Lévy, Jean-Louis Sagot Du vauroux, Jean Pierre-Bloch Serge et Beate Klarsfeld, seront abattues dans les 24 heures, comme les traÎtres judéo-bolchéviques qu'ils sont. Heil Hitler ». Nous sommes dans un pays où, depuis novembre 1977, ont eu lieu 122 attentats contre des syndicats, des associations, des militants de gauche, dont 37 - c'est le chiffre donné par les statistiques - durant les 5 premiers mois de 1980. Mais deux mois plus tard il a certainement augmenté, voire doublé. Depuis le 2 décembre 1977, on a assassiné Laïd Sebaï (le concierge de l'Amicale des Algériens en Europe), Pierre Goldman, Curiel. .. On enregistre 15 assassinats politiques au moins. Aucun coupable, ni de ces assassinats, ni de ces attentats, n'a jamais été retrouvé. • •• 11 Il en va de même pour les actiu/ls élntlsémnes. Que dit Notre Europe à ce propos? On n'a pas tué les juifs pendant la guerre. . Mais pourquoi profaner aujourd'hui leurs cimetières? PourquoI revendiquer ce genre d'action? Pourquoi annoncer qu'à New Yo~k 800 tombes de trois cimetières juifs ont été profanées en dix jours? C'est donc pour vous une si bonne nouvelle que vous la répercutiez et que vous la fassiez connaître à l'ensemble de vos mili~~? , Qu 'avez-vous contre les synagogues? Si vous n'avez rien, pourquoi dire qu'à Mexico, au cours des dernières semaines, se sont déroulées diverses actions de harcèlement, consistant à détruire, à l'aide de cocktails molotov, une synagogue et plusieurs véhicules? A Mexico où Faci formait des militants nationalistes révolutionnaires et les entraînait à se constituer en groupes d'assaut. Des cimetières et des synagogues, on en profane en France aussi, on commet des attentats et de manière de plus en plus répétée. On n'a jamais retrouvé le moindre coupable. On n'a pas retrouvé les coupables qui ont profané le cimetière des soldats juifs canadiens voici quelques mois, pas davantage les coupables de la profanation du vieux cimetière juif intervenue à Forbach en août 80. Et les exploits de l'escadron de la mort au Brésil, dont vous vous réjouissez dans l'un de vos numéros ; et ceux de la brigade Aigle dont le mot d'ordre est: « Tuer les rouges ce n 'est pas un crime, c'est un sport ». J'ai d'ailleurs été surpris de constater que ce passage n'est pas poursuivi par le Parquet. M. Fredriksen peut donc écrire impu~ément ou faire paraître que « tuer les rouges, ce n'est pas un Cf/me mais un sport ». Chez nous, vous estimez que l'assassinat de Pierre Goldman est un règlement de comptes et vou? déplorez qu :ilpe se. soit pas agi d'une opération que vous qu~lIflez de, sa,lubrlte publique. Voilà ce que vous pensez du crime en general sur la surface de la terre, voici ce que vous préconisez, mais il ya aussi ce que nous 12 Henri Noguères, président de la Ligue des Droits de l'Homme a aussi été visé par les néo-nazis. savons que vous faites, parce que vous nous le dites de la façon la plus claire : l'attentat contre l'Aéroflot. Dans votre rubrique « Nouvelles du front », vous écrivez : «Les lettres COM avaient été écrites à la peinture et attribuées à un mystérieux collectif. /In 'en est rien. /1 s'agissait d'un sympathisant de la FANE, qui n 'avait pas eu le temps de marquer complètement « communistes assassins ». marc fredriksen revendique l'agression contre «justice et paix» Je crois qu'on ne peut plus clairement revendiquer un attentat. Et ce n'est pa!S le seuil Vous avez ~evendiqué, vou~ p.ersonhell~ment, dans une interview du 15 aout 1980au Quotidien de PariS l'attentat qui s'est déroulé contre l'exposition Salvador Nicaragua au Marais à la mi-juin. « Nous revendiquons seulement l'action contre l'exposition 'le Nicaragua et le San Salvador' ». Savez-vous que le numéro d'une voiture a été relevé par l'un des témoins 7 Qu'il s'agit du numéro 8292 LW 78? D'après les i':lformations dont je dispose, ce véhicul~ appartient à MI~hel Facl .. J'ai vérifié hier encore si Michel Facl, ou un autre, était compris , dans une information ou des poursuites. Il n'y a rien au bureau d'ordre du Parquet de la Seine, à l'heure où nous plaidons. Vous avez aussi signé les attentats contre Paul Cacheux, Il a commis un grand crime à vos yeux, il a découvert Peiper et ill'a fait savoir. Voici ce que nous apprend Le Monde à ce propos : « On a retrouvé sur les lieux l'emblème de trois flèches vers le haut barrées d'un cercle ». Il figure en tête de chacun des numéros, c'est le vôtre, d'ailleurs pour qu'on le sache bien vous reprenez l'information dans le numéro d'octobre 1979 où vous dites :« Lesjusticiers ont signé de trois flèches entrecroisées dans un cercle, on ne peut mieux signer ». Comme vous le faites lorsque vous écrivez aussi au mrap « vive la FANE ». Le Parquet dans cette affaire - je dois hélas le dire - a clôturé son instruction en estimant que « la preuve de l'existence de mouvement néo-nazi en France n'est pas rapportée ». Voilà pour les attentats. Il y a aussi les ratonnades en banlieue parisienne. Les hasards d'une nuit du 2juin ont fait découvrir des militants de la FANE circiJlant à Clichy-sous-Bois - je crois que c'est là que vous habitez, M. Fredriksen - tous feux éteints, à 2h30 du matin. Le véhicule a été arrêté, on a découvert dedans trois matraques. Un cocktail molotov avait été jeté à l'arrivée des policiers, qui l'ont noté dans leur procès-verbal. Le 31 mai, à la cité Delattre de Tassigny à Bondy, il ya eu une première agression contre plusieurs Algériens, l'un d'entre eux a eu le dos lacéré à coups de rasoir. 48 heures plus tard, le 2juin, même cité à Bondy, répétition des mêmes événements. Cette fois ce sont des cocktails molotov. OJelques heures après on arrête Tran Long et Cordonnier. Ils reconnaissent tous les deux avoir circulé en vue d'effectuer des représailles contre d~s Nord-Africains. C'est au pr?cès-v.erbal. Vous lirez l'audition d~ Yann Tran Long: «Nous aVions l'mten tion d'effectuer des représailles sur des Nord-Africains en raison de blessures occasionnées à un ami à Pantin par des gens de cette catégorie ». Messaoudi - c'est le nom de l'Algérien blessé le 31 mai - est entendu par l'officier de police enquêteur sur son lit d'hôpital le 4 juin. Mais le 4 juin, l'information concernant Tran Long et Cordonnier est déjà close. Ils ont déjà été présentés au Parquet et RUe" Jean Moinon à Paris: les militants de la FANE continuent à se réunir malgré la mesure de dissolution prise à l'encontre du mouvement. « Notre Europe » est paru en septembre et affirme être toujours le mensuel de la FANE. vont comparaître en flagrant délit sans à aucun moment avoir été confrontés avec Messaoudi, la victime du 31 mai. Lorsqu'on se reporte au procès-verbal de police relatif auxévénements dont les Algériens de ces cités ont été victimes, on comprend les raisons pour lesquelles l'enquête a été conduite de cette façon-là. On lit : « Parmi les meneurs, nous avons remarqué un jeune Algérien de 18 ans se disant étudiant et qui a manifesté l'intention d'alerter l'opinion publique et les élus locaux, la presse locale, le consulat par voie de pétition ». Le policier qui dresse sO,n rapport attire l'attention de ses services. Les propos tenus critiquaient l'efficacité de la police. Voici à propos de quoi il est dressé rapport lorsqu'on apprend les faits concernant cette jeune victime algérienne, qui ne sera donc pas confrontée à Tran Long et Cordonnier, qui comparaîtront en flagrant délit à l'audience de Bobignyet qui auront quatre mois avec sursis. Ces faits sont d'autant plus intéressants que l'on va retrouver Tran Long par la suite. La police le connaît parfaitement bien. Il va être interpel.lé ~e 1 sr juillet 1980, à la suite de l'attentat dont le mrap a été victime. La FANE a revendiqué cet attentat. On décide de faire une perquisition; je dis qu'on fait semblant, pourquoi? Parce que si l'on veut faire un travail sérieux, on opère comme les services de police savent le faire, on ne descend pas dans les locauxd'uneorganisation 48 heures après, alors qu'elle est prévenue et qu'elle attend la police. C'est seulement ensuite qu 'on interpelle ses militants. Lesquels? Caignet, Faci, Fredriksen et Tran Long. Que dit ce dernier? « Nous ne sommes pour rien dans l'attentat contre le mrap. Nous avons des instructions formelles nous imposant de ne participer à aucune manifestation, quelle qu'elle soit. ». Trois semaines auparavant, il admettait devant les services de police qu'il était parti en ratonnade contre des Algériens. Et que déclare, sans rire, un autre des militants interpellés? M. Pontign i Ph i 1 ippe : « Il n'y a pas chez nous de spécialiste d'explosif ou de guerilla urbaine, je ne pense pas que les responsables ou militants de la FAN E sachent faire un cocktail molotov ». Sauf Tran Long ou Cordonnier, qui s'en sont débarrassés à l'arrivée:, de la police 1 la bienveillance de la justice Je ne sais pas si tout ceci a été pris pour argent comptant. Mais je sais que les militants de la FANE' ont été immédiatement relachés au terme de la période de garde à vue et je sais que Tran Long et Cordonnier ont comparu en audience de flagrant délit pour avoir circulé la nuit, à main armée, avec tout ce qu'il fallait pour procéder à des attentats, proclamant qu'ils étaient décidés à en faire, et je sais que la justice s'est montrée à leur égard d'une particulière bienveillance, qui n'est pas celle qu'elle réserve souvent aux travailleurs immigrés. Vous savez que le mrap a été victime déjà de cinq a~tentats. L,e dernier n'a pas fait de victime par une chance tout à fait extraordinaire. La bombe d'importance, qui a suffi à détruire l'ensemble des locaux, a été placée à une heure où on savait qu'il yavaitquelqu 'un. C'est en effet l'heure où les militants des associations se réunissent, aux environs de 19h. L'attentat a été revendiqué téléphoniquement par la FANE nous dit l'Agence France-Presse. Bien entendu, confronté à ses responsabilités, Fredriksen s'en droit et liberté. na 395 • octobre 1980 défend. Mais nous savons que la veille, Faci, le spécialiste des groupes - celui qui forme les militants au Mexique, celui pour qui «tuer les rouges n'est pas un crime mais un sport » - s'est rendu dans les locaux du mrap. faci admet s'être rendu au siège du mrap la veille de l'attentat Il l'admet lors de l'enquête CIe la police. Il dit : « En ce qui concerne cet attentat, je pense qu'il a été commis par des personnes proches de notre milieu, qui ont su rapidement que je m'étais vanté de m'être rendu au sièu,fl du mrap et qui ont voulu nuire par cet acte à la FANE ». Vous apprécierez les mérites de cette explication. Effectivement, ce spécialiste de la guérilla urbaine s'est rendu sur place la veille. S'il avait voulu repérer les lieux, il ne s'y serait pas pris autrement. Je sais aussi que le mrap a été destinataire d'un courrier le 7 juillet 1980, constitué par une liste de personnalités juives responsables de différentes associations à Nice. Il se termine de la manière suivante : « Dissolution ou pas, nous continuerons le combat. personne ne pourra nous faire taire. Nos actions seront de plus en plus nombreuses et de plus en plus violentes. Un jour nous ferons couler le sang ». Au dos figure le cachet de la FANE. Celle-ci possède à Nice - et elle s'en flatte - une importante section, dont l'activité nous est relatée au fil des numéros. Il faut maintenant en venir à Bo·logne. L'attentat de Bologne était signé, Messieurs, téléphoniquement, par quelqu 'un qui a dit: «Honneur à Mario Tuti ». Le nom de Mario Tuti a déjà été plusieurs fois prononcé cet après-midi, mais il faut donner des précisions à son sujet. C'est un dirigeant d'Ordre Noir, condamné à la prison à vie. Pourquoi? Il est l'auteur de l'attentat contre l'Ital icus, ce train at taqué en 1974, qui fit une dizaine de morts, des diza ines de blessés. L'attentat de Bologne a été commis en commémoration de l'attentat de l'Italicus et en honneur à Mario Tuti . Ce dernier a été condamné aussi pour avoir abattu de sa main les deux policiers venus l'arrêter. Et savez-vous qui a hébergé Mario Tuti après qu 'il se soit enfui? Marco Affatigato: C'est aussi un nom que l'actualité de cet été a porté à notre connaissance. Marco Affatigato était un de vos militants à Nice, M. Fredriksen, vous ne pouvez pas le nier. __ _ 13 / / «affatigato, tuti, muti . quelques uns des «camarades» de la fane Je dois dire au Tribunal qu'au fur et à mesure que se déroulait l'actualité cet été, la presse nous livrait ces noms: Tuti, Muti, Affatigato. Voilà de vieilles connaissances! En effet, j'examinais au même moment les numéros de la FANE, j'y. retrouvais les noms de ces gens-là à longueur de colonne. Marco Affatigato, par exemple, était l'auteur d'une correspondance à la FANE dès le mois d'avril 1979. Clandestin, sous son identité, à Nice, il circulait librement; arrêté il ya quelques mois à Monaco porteur de je ne sais combien de faux passeports, de permis de conduire, il a été relâché sur le champ. C'est une chance que bien peu de travailleurs immigrés ont eue. Mario Tuti. « Le camarade » Mario Tuti écrit, donne des conseils à la FANE, qui les reproduit : voilà comment il faut conduire l'action révolutionnaire. Il faut s'y prendre comme ça. Tirons l'expérience de ce qui nous est arrivé. Nous avons rencontré des difficultés. Claudio Muti est un idéologue, un professeur d'université, nous dit la presse de ces jours derniers. Il vient d'être arrêté à propos de 14 La crêche israélite de la rue Lamarck a été mitraillée par un commando néo-nazi. l'attentat de Bologne. Il est parmi les gens détenus pour participation à cet attentat. Paul Durand disait à son propos: «La FANE manifeste sa solidarité totale avec Claudio Mut; ». Pas au lendemain de l'attentat de Bologne, soyons fidèles au texte, mais un peu avant. Paul Durand n'ignorait rien à ce moment-là de la personnalité de Claudio Muti. Claudio Muti écrit pour expliquer qu'il éprouve bien des misères. Pourquoi? Il a réédité «Les protocoles des sages de Sion » que le tribunal connaît bien. Voilà donc les amis de ces gens-là, et quels amis! Et tout-à-coup apparaît en France un commando Mario Tuti. Il est récent. Je n'ai pas vu dans l'actualité, sinon à partir du mois d'août, de «faits d'arme» revendiqués par un commando Mario Tuti. Il a commencé ses exploits à la mi-août. Il commet un attentat chez Mme Curiel. Il s'adresse au Secrétaire Général du mrap. Il prévient notre ami Matarasso que tous ceux qui prendront la parole aujourd'hu i au procès Fredriksen seront repérés, identifiés et plastiqués. Les mêmes propos sont tenus dans la lettre adressée au Secrétaire Général du mrap. Hier Le Monde nous apprenait qu'un militant de la FANE, un ancien brigadier de police, M. Hamon, était arrêté, non pas dans le cadre de l'enquête qui le concernait, mais à l'occasion d'une enquête de routine pour des délits de droit commun. Qu'a-t-on découvert chez lui? Munitions de guerre, détonateurs, poudre, fusils, carabines, et, dans sa voiture, sous enveloppe, un écusson de la FANE. Ces faits sont suffisamment éloquents pour que je n'ai pas besoin d'insister longtemps. Alors qu'est-ce qu'on attend? pourquoi n'arrête-t-on jamais les terroristes néo-nazis? Nous avons déjà fait part aux autorités, au Préfet de Police, de nos préoccupations à cet égard, et ce depuis plUSieurs mois. Le Secrétaire Général du mrap a é.crit au Préfet de Police; savezvous ce qu'il lui a répondu? : «En ce qui concerne les agissement de la FANE. je peux vous préciser que les activités de ce groupement son,( surveillées par mes services. Soyez certain que si le moindre délit venait à être constaté, une procédure judiciaire ne manquerait pas d'être immédiatement établie et transmise à M. le Procureur de la République ». Nous n'avons pas, au mrap, été satisfaits de ces assurances. Le mrap a mené campagne pour la dissolution de la FANE. Il n'avait pas lieu d'être satisfaitt« Les militants sont surveillés », dit la police, et on peut écrire d ns Notre Europe qu'on est responsable de tel ou tel attentat c ntre telle ou telle association, déclarer même à la presse parisienne «parfaitement, l'attentat contre l'exposition Nicaragua c'est nous », et n'être inquiété en aucune façon . . Vous comprenez nos préoccupations au moment où sont diffusées les menaces très précises dont je viens de vous donner connaissance. Il est vrai que, du côté du Pouvoir, on nous assure qu'il n'y a pas de réel danger. M. Bonnet, Ministre de l'Intérieur, a été interrogé longuement à.ce propos sur la pemière chaîne de télévision, à 13 heures, le 25 août. Il a dit :« On exagère, c'est une affaire montée par la presse ». / De nombreux juifs ont reçu à leur domicile ces menaces signées de la FANE Messieurs de la presse, si vous ne donniez pas de publicité à ces gens-là, alors les événements que je viens de relater ne se seraient pas produits, paraît -il. Voici ce qu'expliquait M. Bonnet. Sans doute certains de ceux qui sont ici l'ont écouté, sinon ils reliront le titre du Monde: « les violences de l'extrême droite: il ne faut pas grossir ce danger, déclare M. Bonnet ». A la même époque, il nous dit: « Je suis très sceptique sur la dis solution. D'ailleurs, c'est une affaire compliquée, la dissolution ». Je ne sais pas si c'est compliqué, mais M. Bonnet dit: « J'aidemandé à mes services d'étudier la question à la fin du mois de janvier 1980» -la date n'est pas prise au hasard, c'est le premier congrès de la FANE. Il a été interdit à Paris. Savez-vous où il s'est déroulé? Au Sofitel à Roissy. Voilà, je pense, un lieu suffisamment public pour être connu. Eh bien, ce congrès a pu se dérouler tranquillement, malgré les interdictions prononcées. Comment l'ai-je appris? En lisant le numéro de février de la FANE. C'est à cette époque qu'a été mise à l'étude la question de la dissolution. C'est ce que nouS apprenons au mois d'août. Je ne sais pas de quels collaborateurs juristes dispose M. Bonnet, mais je ne comprends pas les difficultés techniques que ceuxci ont rencontrées. M. Bonnet nous disait: « La loi de 1936 soumet la dissolution à des règles précises. ». Oui, bien sûr. Nous sommes en démocratie, et il existe des garanties pour chacun. Mais il y avait largement de quoi, et depuis longtemps, prononcer cette dissolution, si l'on avait voulu . Mais est-ce qu 'on le voulait véritablement? La question est d'autant plus sérieuse que l'on sait que l'on a attendu, pour y procéder, que la FANE, prévenue par les déclarations du Ministre de l'Intérieur, au matin du 3juillet 1980,déclare tout si mplement à la Préfecture de Police deux nouvelles associations, une association Faisceaux Nationalistes Européens, pour que nul ne s'y trompe, avec les mêmes dirigeants que précédemment, Fredriksen ét Caignet; et, pOl:Jr faire bonne mesure, une deuxième : un Centre de Culture Européenne, dont le siège est à Paris, 28 rue Jean Moinon, siège de Notre Europe. Quand tout ceci a été fait, eh bien, on a procédé à la dissolution. Je pose une question: pourquoi ces lenteurs? Pourquoi cette absence de détermination? Aussi bien à l'occasion de l'enquête qui a conduit M. Fredriksen seul sur ce banc, qu'à l'occasion des autres faits? Pourquoi n'arrête -t-on jamais personne? Pourquoi aucun de ceux qui ont tué, attenté, blessé, n'a jamais fait l'objet de poursuites? Une hypothèse - j'en suis réduit à des hypothèses, je le confesse volontiers - certains de ceux qui sont concernés ont longtemps servi le Pouvoir, comme colleurs d'affiches, comme gardes du corps, comme hommes de main, comme exécuteurs de basses besognes. la fane: «m. le ministre, nous ne collerons plus vos affiches» Ce n'est pas une hypothèse, ce sont eux qui l'écrivent: « Non, M. le Ministre, les nazillons ne voteront plus pour vous et ne colleront plus vos affiches. /1 n'y a pas si longtemps, les gens d'extrême droite étaient appréciés par les notables de la majorité, qui voyaient en eux d'utiles pourfendeurs de gauchistes et un service d'ordre à bon marché pour défendre les réunions de la droite capitaliste ». «Trop de camarades, dit la FANE. ont cru qu'un compromis avec le régime était possible ». droit et liberté. nO 395. octobre 1980 POUR KIPP OU ft LA , FANE' . vOUSl SOUHAITE .... DE TOUS CREVER ••• HEIL HITLER Il ya donc ce passé commun, cette utilisation particulière. Certains de ces militants ont fait leur chemin: Madelin, Longuet. Voici deux militants d'Occident. Occident, dont la fusion avec le , mouvement Charlemagne a conduit à la naissance de la FANE. Dans le numéro du mois de juin 1980, on félicite le député Longuet, ancien militant d'Occident. Pourquoi? Pour avoir été élu rapporteur de la commission spéciale chargée de l'affaire Poniatowski- De Broglie. Voilà un rapporteur qui fera sans doute un excellent travail 1 Est-ce qu 'on espère que ces gens-là peuvent encore servir dans les équipes musclées pour les campagnes électorales? Comme ils ont servi pour la campagne du Président de la République en 1974 - ce qui est de notoriété publique - comme groupe de combat contre les adversaires politiques, plus généralement dans le cadre d'une stratégie de la tension ou de la peur, dor.t on sait bien qu'elle sert toujours l'ordre établi, qui en a bien besoin. Peutêtre un peu de tout cela. En tout cas, nous savons ce qu'il en est de la volonté de les laisser continuer à agir. Par ailleurs, tout ce qu'ils écrivent s'alimente à des idées qui circulent ici ou là, à un racisme ordinaire, quotidien;savamment entretenu, à un moment où, dans l'état de droit que nous connaissons, le statut juridique d'i mmigré correspond aux nécessités économiques et à rien d'autre et fluctuent selon les besoins de notre marché, de la main d'ca.JVre. Vous savez bien, Messieurs, qu'on nous les propose à longueur de colonne de la presse Hersant, du Figaro-Magazine, sous la plume de M. de Benoît, de M. Pauwels, qui tiennent la main aux princes qui nous gouvernent, comme Poniatowski, qui écrit des ouvrages sur la question et dit qu'il faut en finir avec la vieille illusion rousseauiste, avec ce mythe que nous ont amerié les judéochrétiens. Ce Dieu n'est pas de chez nous, il faut en finir. Les hommes ne sont pas égaux entre eux, d'ailleurs nous voyons bien qu'ils sont différents. Oui dit différence dit hiérarchie entre les hommes. Il faut donc admettre cette hiérarchie. M. Beullac, s'exprimant dans l'est de la France, à un congrès à l'occasion de la rentrée scolaire, disait : finissons-en avec cette fausse idée de l'égalité, avec cet enseignement qui ravale tout le monde au même niveau, alors que ce qu'il nous faut, c'est dégager des élites, des gens qui commandent. Voici, Messieurl', une des dimensions de cette affaire. Je crois qu'effectivement Fredriksen et ses amis nous ont donné un avertissement en écriJant, à la fin d'un éditorial: « Messieurs, ne ratez pas les fascistes, sinon ils ne vous rateront pas ». Vous nous trouverez en face, prêts à combattre, vous ne nous faites pas peur, mais c'est vrai que c'est ce que vous avez en projet. Je pense qu 'i l faut le savoir, qu 'i l faut mesurer toute l'importance du danger au moment où vous serez appelés à prononcer une décision d'une exceptionnelle importance. Vous avez bien compris que l'affaire d'aujourd'hui ne relevait pas de celles que vous traitiez habituellement, se rattachant au droit de .Ia presse et à rien d'autre. Me Roland RAPPAPORT 15 .o. o if • point chaud • u.s.a. lincoln n'est pas candidat Carter ou Reagan 1 Que pensent les Noirs et les membres des autres minorités du choix que leur propose une Amérique où ils restent des citoyens de deuxième catégorie. Jimmy Carter semble avoir perdu son crédit auprès des Noirs et des «minoritaires" grâce auxquels il est devenu président des Etats-Unis puisqu'en particulier, plus de 80 % des Noirs lui avaient apporté leurs suffrages en 1976. Qu'en estil aujourd'hui des promesses électorales d'alors 7 Les Noirs ont pu constater à leurs dépens que non seulement elles ne sont pas tenues, mais que leur situation n'a fait que s'aggraver depuis4ans : chômage accru, toujours plus de pauvreté et de taudis, toujours moins de structures de santé et d'éducation. Pire, Carter a décidé des mesures récessives qui ont diminué les budgets sociaux et d'aide aux pauvres, de construction de logements et ceux des programmes qui devaient procurer des emplois aux chômeurs. Pentant ce temps, les budgets d'armement ont été augmentés, en même temps que la répression raciste qui s'abat sur les militants pour les droits civiques et les contestataires était renforcée. Imperturbable, Jimmy Carter renouvelle aujourd'hui les mêmes promesses qu'il y a quatre ans. Le 6 août dernier, il s'adressait aux congressistes de l'Urban League, la grande organisation noire qui tenaient son 70e congrès annuel à New York, sans la présence de son président, Vernon Jordan, toujours en traitement dans un hôpital New Yorkais à la suite de l'attentat qui a failli lui coûter la vie, le 5 juin, à Fort Wayne (Indiana). Ses agresseurs, soit dit en passant, n'ont toujours pas été retrouvés. les promesses de jimmy carter «Je suis ici aujourd'hui pour renouveler le serment que je vous avais fait de ne jamais abandonner notre lutte commune pour l'égalité des droits, des chances et 16 de la dignité de tous les hommes et les femmes qui vivent aux Etats-Unis ", a-t-il dit. «Nous ne pouvons pas faire oublier en quelques années trois cents ans de discrimination poursuivit-il. Mais nous sommes sur la bonne voie ... /1 y a d'abord eu l'abolition de l'esclavage, qui a pris 90 ans, puis l'élimination de la ségrégation légale et le début de l'intégration qui ont pris encore une centaine d'années ... /1 nous reste encore aujourd'hui à donner à to.us la même justice etïes mêmes possibilités économiques ». A ce train-là, les Noirs en ont encore pour un bon siècle avant d'obtenir le droit d'être considérés comme des hommes 1 Puis Jimmy Carter a annoncé le lancement prochain d'un plan de« renaissance Ronald Reagan. économique" qui devrait permettre la création de «mi/lions d'emplois ". Ce programme comporte notamment une réduction des impôts de 27,6 milliards de dollars en 1981 dont bénéficieront principalement les entreprises. Mais le Président a été très discret sur les moyens de son financement. De plus, ce programme ne sera soumis au Congrès - en cas de nouveau mandat de M. Carter - qu'en janvier 1981, c'est-à-dire après les élections présidentielles. Enfin, il est permis de, douter de l'efficacité de ce plan, puisqu'en même temps, Jimmy Carter propose une prolongation de 39 à 52 semaines de l'allocation de chômage ... L'importance du vote des Noirs et des autres« minoritaires" n'échappe à aucun des autres candidats qui ont développé également une offensive de charme dans leur direction. C'est ainsi queJimmy Carter ne faisait que succéder à MM. Kennedy, Anderson et Reagan qui l'avaient précédé devant les congressistes de l'Urban League. le cow-boy s'en va-t-en guerre Ronald Reagan, qui avait refusé en mai dernier de prendre la parole au Congrès de l'Association Nationale pour le Progrès des Gens de Couleur (N.A.A.C.P.), avait apparemment décidé de rattraper cette «gaffe~. Il ne s'est pas gêné, évidemment, pour condamner les 4 ans d'administration Carter: 16 % des Noirs (contre 8 % de Blancs) et près de 50 % des jeunes Noirs (75 % pour les jeunes de Harlem) sont au chômage; le revenu des familles noires est inférieur de 60 %à celui des familles blanches. «Un Américain noir peut-il vraiment, aujourd'hui. penser à ces 4 années écoulées et oser dire à l'administration démocrate: « Continuons encore pour4 ans? », a-t-il demandé à son auditoire. Il a exposé tout un programme en faveur des Noirs qui ressemble étrangement à celui de Carter en 1976. Visiblement, il n'a pas séduit son auditoire, su rtout lorsqu'il a affirmé que la solution résidait davantage dans l'aide aux entreprises plutôt que dans le développement de l'aide sociale. De plus, ses propositions d'augmenter les dépenses militaires de plus de 5 % par an, tout en diminuant les impôts de 30 % ont paru évi- . demment particulièrement dangereuses aux membres de l'Urban League. Mais surtout, les Noirs américains ne peuvent effacer de leur mémoire le lourd passé raciste de Ronald Reagan qui, lorsqu'il était gouverneur de Californie, mena une guerre impitoyable contre les Panthères Noires et le Black Power dont furent victimes Huey Newton, Angela Davis, Bobby Seale emprisonnés, et de nombreux autres qui furent assassinés ' comme Bobby Hutton et George Jackson. On ne peut non plus oublier son rôle notoi re de « chasseur de sorcières ", à Hollywood, dans les années du maccarthysme, a lors qu'i 1 était u ne vedette besogneuse de films de catégorie « B ". 1 des gages pour l'extrême-droite Ce passé, auquel s'ajoute son anticommunisme viscéral, lui a valu le ralliement du Ku Klux Klan qu'il fut bien contraint de refuser. Mais il ne refusa pas celui de M. Barry Goldwater, que les Américains éclairés ont des raisons de traiter de fasciste et qui parada à ses côtés lors de la Convention républicaine de Détroit, le 15 juillet, proposant à l'assemblée ni plus ni moins que le rétablissement de l'inquisition maccarthyste. «Nous voulons savoir la vérité sur ceux qui vivent au milieu de nous mais ne partagent pas nos, valeurs. Nous voulons savoir et vous parlerez! ". Il tint également des propos violemment bellicistes à l'égard de l'Union Soviétique et de l'Iran. «Si nous avions eu un leader, la guerre du Viet-Namn'auraitn.as duré plus de quelques jours ». L'allusion à l'emploi de la bombe atomique était on ne peut plus claire. Ces propos ont été profondément ressentis 'par les Noirs pour lesquels l'augmentation des budgets militaires qu'on tente ainsi de justifier s'opère au détriment des programmes de progrès social dont ils ont tant besoin. Ce qui est grave, et ce qu'il ne faut pas se cacher, c'est que ce conservatisme et ce nouveau nationalisme que Ronald Reagan s'emploie à développer ne sont que le reflet de l'opinion de larges secteurs de la population blanche. Ils sont nés et ils se sont développés à la faveur de la crise économique actuelle qui frappe les Etats-Unis, comme tous les pays capitalistes. Comme Ronald Reagan, Jimmy Carter cherche aussi à s'appuyer -quitte à le renforcer - sur ce penchant de l'opinion américaine, et les deux hommes n'ont pas hésité à s'adresser aux milieux les plus réactionnaires du pays. C'est ainsi que Jimmy Carter a pris la parole le 21 août, devant le Congrès de l'American Legion, la plus importante organisation d'anciens combattants américains, qui compte 2.600.000 adhérents et constitue un bastion du conservatisme. Après avoir justifié sa politique de« défense ", il a souligné l'importance stratégique et économique du Golfe Persique, assurant que la force d'intervention américaine de l'Océan Indien serait bientôt «plus que symbolique ". Il a fait ensuite applaudir sans difficulté son projet de recensement mil itaire des jeunes gens de 18 à 20 ans, qui continue à susciter une vive opposition, particulièrement parmi les Noirs. Ronai Reagan, lui, est allé, le 18 août, prononcer un discours devant le Congrès annuel de l'Association des Anciens Combattants des Guerres Etrangères, qui se tenait à Chicago. Il a d'abord tenu des propos très bellicistes contre l'Union Soviétique et affirmé sa volonté d'augmenter les dépenses militaires 1 «Si je suis élu Président, rengagerai les dépenses nécessaires pour qu'aucun pays n'ose mettre la paix en danger ... ». Puis il droit et liberté. nO 396 • octobre 1980 Jimmy Carter. a abordé un sujet tabou: la guerre du VietNam: «/1 est temps de reconnaÎtre que nous avons en réalité combattu pour une noble cause ... Nous déshonorons la mémoire des 50.000 jeunes Américains qui sont morts pour cette cause si nous cédons à la mauvaise conscience, comme si nous avions commis un acte honteux ». L'Association a évidemment décidé de soutenir la campagne électorale du candidat républicain. polémiques peu créd i bl es Les deux candidats se défendent vigoureusement de prôner une politique de guerre froide, mais ils sont démentis par leurs propres propos. D'ailleurs, les grandes organisations noires ont dénoncé la politique extérieure de Carter au cours de ces 4 dernières années comme étant une politique de guerre froide devant mener à des interventions militaires à l'étranger auxquelles les Noirs ne sont pas disposés à participer. A New York, dans le South Bronx, ce quartier misérable qui ressemble à une ville rasée par un bombardement de la Seconde Guerre Mondiale, les Noirs et les Porto-Ricains qui tentent d'y survivre, ont forcé Ronald Reagan à écourter sa visite, le 5 août. Le candidat républicain fut inç:apable de répondre à la foule qui le sommait d'exposer ce qu'i l comptait faire pour rénover le quartier. Il ne sut que rappeler la visite qu'y'avait faite Jimmy Carter en 1977 et au cours de laquelle il avait solennellement promis d'allouer des milliards de dollars pour le reconstruire 1 Il quitta précipitamment les lieux sous les cris de la foule : .. Retournez en Californie !». L'importance du vote des Noirs et des minoritaires devait condui re Carter et Reagan à se traiter l'un l'autre de raciste. Jimmy Carter ouvrit le feu en rappelant qu'en 1964, Ronald Reagan était opposé à la loi sur les Droits Civiques, ce qui est parfaitement exact. Ce à quoi George F. Will rétorqua dans le« Washington Post» qu' il mettait au défi Jimmy Carter de prouver qu'il était, à l'époque, partisan de cette loi ... Dans le même article, George F. Will rappelle aussi certains aspects racistes de la campagne électorale de Carter lors des «primaires» de Georgie en 1970. De son côté, Patricia Harris, secrétaire de cabinet de Jimmy Carter, a mis l'accent sur les bonnes relations de Reagan avec le Ku Klux Klan: «M. Reagan veut obtenir la présidence des Etats-Unis avec le soutien du K. K K ". le prochain président sera un blanc Après Carter et Reagan, le 3e candidat le plus important est John Anderson, candidat «indépendant ". Pas si «indépendant" que cela d'ailleurs, puisqu'il'fut le rival malheureux de Ronald Reagan aux «primaires" du Parti Républicain du New-Hampshire, en février. Son objectif apparent est de rallier les mécontents de l'administration Carter, ceux que Reagan effraye un peu, les partisans de Kennedy démobilisés ainsi que les abstentionnistes et les indécis. Ce qui pourrait bien en définitive profiter à Reagan, ce qui expliquerait mieux les motivations de John Anderson. Jusqu'à aujourd'hui, les candidats d'un tiers parti n'ont jamais eu beaucoup de chances de succès. Les Noirs ne peuvent prendre le risque de favoriser l'élection d'un Ronald Reagan en portant leurs suffrages sur Anderson. Il y a enfin les candidats des petits partis de gauche qui luttent dans des conditions extrêmement difficiles pour se faire une place au soleil malgré leur manque de moyens et la puissance des grands partis institutionnels. S'ils ne peuvent espérer recueillir qu'un nombre marginal de voix, le rôle de s.ensibilisation qu'ils jouent sur les questions posées par la discrimination raciale ne peut être négligé. Angela Davis, candidate sur le «ticket» du parti communiste des U.S.A. a notamment réuni, sur ce thème, des assistances nombreuses dépassant la faible influence de la formation dont elle porte les couleurs. En fait, plus que jamais, l'élection de cette année ne propose pas de véritable choix à ceux qui veulent se battre contre le racisme. Elle ne les empêchera pas de poursuivre, par d'autres moyens, leur lutte opiniâtre. Robert PAC 17 afrique du sud nelson mandela Enfermé depuis 18 ans au bagne de Robben Island, Nelson Mandela, dirigeant du mouvement de libération sud-africain, l'African National Congress, reste un ennemi craint par le régime raciste. « La peine de lnort aurait été justifiée ». C'est l'opinion qu'exprimait le journal sud-africain Rand Daily Mail après le procès qui venait de condamner Nelson Mandela et ses compagnons à la prison à perpétuité, en juin 1964. Ce point de vue est repris dans un mémorandum de 5 pages que l'ambassade de l'apartheid s'efforce d'envoyer aux parlementaires qui, par dizaines, ont à la demande du mrap demandé la grâce.du dirigeant anti raciste au président sud-africain. Nelson Rolihlahla Mandela continue à faire peur au régime raciste. Une pétition qui court dans les ghettos d'Afrique du Sud a déjà recueilli des dizaines de milliers de signatures. Elle demande l'élargissement de Mandela, présenté comme le dirigeant dans lequel se reconnaît le peuple noir. Un texte, écrit par lui en 1977 a pu, mystérieusement, franchir les barrières du ' système concentrationnaire sud-africain. à la tête des luttes de libération Il y déclare notamment: «La première condition de la victoire est l'unité des Noirs. Tout effort pour diviser les Noirs, pour jeter l'un contre l'autre tel ou tel groupe doit être vigoureusement rejeté. Notre peuple -les Africains, les Indiens, les Métis et les démocrates blancs - doit _ s'unir en un seul et solide rempart de résistance, d'action de masse unie. Notre lutte s'aiguise. Nous ne pouvons nous offrir le luxe de la division. Nous n'avons pas de temps pour la désunion. A chaque pas, à tous les niveaux, serrons les rangs. Les différences qui peuvent exister entre nous doivent être submergées par l'accomplissement d'un seul but,' le rem'ersement définitif de l'apartheid et de la domination raciale ». Cet àppel à l'unité, qui reprend les idées de la « Charte de la liberté » adoptée il y a 25 ans par l'ANC et tous les démocrates d'Afrique du Sud, prend un sens 18 nouveau alors que l 'action de la Résistance prend une ampleur de plus en plus nette. Nelson Mandela est né en 1918, à Umtata, dans une grande famille de la région. Qès son jeune âge, il est bercé par les récits qui vantent les exploits de ceux qui, à la tête de son peuple, ont mené la résistance à la pénétration coloniale. A son procès, il déclarera : «Les anciens nous faisaient le récit des guerres où nos ancêtres avaient combattu pour défendre la mère patrie et nous parlaient des actes de bravoure accomplis en ces temps épiques par les généraux et par les soldats ». Etudiant à l'Université de Fort Hare, il séduit ses compagnons par sa riche personnalité, sa joie de vivre, son goût pour le sport - il est notammentun passionné de boxe. Rapidement, il commence à militer pour la libération de son peuple et, en 1944, il adhère à l'ANC et fonde avec Oliver Tambo, aujourd'hui en exil et président en exercice de l'ANC, la ligue de la jeunesse. Nelson Mandela. f En 1952, il est président national adjoint de l'ANC et dirige la grande campagne du défi contre les lois d'apartheid à la tête de 8500 volontaires qui s'exposent ainsi à la répression raciste. Avec ses amis de la ligue de la jeunesse, il impulse à l'ANC une vigueur nouvelle . Plusieurs fois arrêté et inculpé, il est un des principaux accusés du grand «procès pour trahison » qui traîne de 1956 jusqu 'à 1961 où il est finalement acquitté . Le massacre de Sharpeville a eu lieu peu de temps auparavant. de la résistance au bagne L'ANC est entrée dans la clandestinité et Nelson Mandela est devenu le chef du Conseil National d'Action qui a pour charge de conduire la lutte de libération . Il organise clandestinement une grève nationale de tro is jours, les 29, 30et 31 mai 1961 , grève massivement réprimée par le régime raciste . Tous ces événements amènent le mouvement de libération à envisager le déclenchement de la Résistance armée qui prend le nom d'Umkhonto We Sizwe,« la lance de la nation ». Nelson Mandela en est le chef. Soucieux de préserver l'avenir et de ne pas créer de fossés infranchissables entre Noi rs et Blancs, l'Umkhonto n'entreprend alors que des sabotages touchant les points vitaux de la puissance économique de l 'apartheid. Pas une seule victime. Entre temps, Mandela a réussi à sortir d'Afrique du Sud et se rend dans de nombreux pays pour demander un isolement total du régime d'apartheid. Puis il rentre clandestinement dans son pays où il est finalement pris par la police, en août 1962. Jugé une première fois pour avoir organisé des grèves illégales et être sorti illégalement du pays, puis pour trahison à cause de son rôle dirigeant dans l'Umkhonto, il est condamné à la prison à perpétuité. Durant les 18 ans qu'il a déjà faits à Robben Island, son frère, sa mère et son fils sont morts. Son épouse, Winnie Mandela, est assignée à résidence et interdite (banned). Oliver Tambo dit de Nelson Mandela : « Son abnégation en fait l'exemple même du chef dévoué corps et âme que notre lutte a engendré et dont notre peuple a besoin. /1 est implacable mais capable ce pendant de souplesse et de nuances dans ses jugements. C'est un être exception nel mais il sait qu'il tire sa force de la masse du peuple qui mène la lutte pour la liberté de notre pays ». james mangé vivra Si Mandela continue à fai re peur aux racistes, c'est que les idées qu'il a défendues avec tant d 'héroïsme sont aujourd'hui reprises par des milliers de mili tants de t'ANC et de l'Umkhonto. James Mangé est de ceux-là et l'ampleur de la campagne internationale pour qu'il ait la vie sauve a montré combien l'opinion antiraciste était proche des combattants de la liberté. Condamné à mort en novembre dernier par le tribunal de Pietermaritzburg pour sa participation à la Résistance, il vient de voir sa peine commuée en 20ans de prison. Cette première victoire, qui permet d'espérer voir un jour sortir de prison ensembles, Nelson Mandela et James Mangé, l'ancien et le jeune, dans une Afrique du Sud libre, c'est aussi un peu celle de droit et liberté qui tout au long de la campagne a informé ses lecteurs de cette situation dramatique. James Mangé. Cependant, la répression continue. La soirée de solidarité qui s'est tenue à l'UNESCO pour la journée internationale de solidarité avec les prisonniers politiques sud-africains (11 octobre) a permis à Albert Lévy, secrétaire général du mrap, de souligner l'urgence de l'action et de l'information sur la répression raciale et politique dans un pays où la discrimination est obligatoire. Chaque jour, en effet, une moyenne de 1.500 Noirs sont arrêtés parce que leur «pass » n'est pas en règle. Ils sont ensuite loués à des fermiers par l'administration pénitentiaire. La pei ne du fouet est tou jours applicable aux Noirs. Chaque semaine, une moyenne de trois personnes sont exécutées par pendaison. La police tire régulièrement sur les foules qui protestent contre l'apartheid, faisant morts et blessés. Des milliers de personnes sont détenues au secret sans aucun contrôle judiciaire au terme des lois sur la sécurité intérieure . La torture est pratique courante. Des dizaines de prisonniers politiques sont ainsi morts entre les mains de la police dans les dernières années. Cette situation mérite, c'est le moins qu'on puisse dire, la mobilisation active de tous ceuxqui luttent sincèrement pour le respect des Droits de l'Homme. Racine MAI GA droit et liberté. nO 395 • octobre 1980 • sur le vif. les immigrés ont servi de banc d'essai un entretien avec le juge bidalou Interdiction professionnelle en France? La question mérit~ d 'être posée aprés la suspension, le 16juilletdernier, de Jacques Bldalou, magistrat à Hayange. La décision a été prise par le Garde des Sceaux, M. Alain Peyrefitte. On reproche, entre autres, au juge d'Hayange d'avoir, à plusieurs reprises, refusé l'expulsion des travailleurs immigrés qui luttaient dans leur foyer SONACOTRAcor'ltre l'augmen tation des loyers. Jacques Bidalou, qui doit ~asser pr~chainement devant le conseil de diSCIpline et sur lequel plane une menace de révocation, se défend d'avoir, dans cette affaire, « violé la loi ». «Sur le plan de l'application de la loi je n'ai commis aucune irrégularité. /1 n'y a eu aucune originalité de ma part » nous a t-il déclaré. «Quand j'ai dit, continue-t-il, que les immigrés expulsés en ~éfér~ sont des 10.cataires et que donc, ils dOivent bénéficier de droits et de protection, je n'ai fait que respecter le Code Civil .. ~a Cf!ur d~Appel de Paris a pris une déCISion Identique à la mienne, le 30 mai dernier, dans une autre affaire. Dans l'affaire SONACOTRA d'Hayange, j'ai considéré que nous étions en présence d'un cC!nflit collectif de tra.vai/. Le juge, au pomt de départ, ne dOit pas prendre parti mais favoriser If! n~go.ciation. L'un des rôles de l'autoflté Judiciaire est de régler les points de litige en faisant l'équilibre des parties. Je m'en suis donc tenu aux textes. S'il y a eu « originalité » de ma démarche, c'est au niveau de la procédure. Les résidents ont joué le jeu judiciaire jusqu'au bout. /ls ont toujours cherché à affirmer leurs droi~s. «Aucune décision n'ayant été pflse quant au fond de l'affaire, j'ai considéré que les travailleurs immigrés de la SONACOTRA avaient des droits acquis de locataires à faire valoir. J'ai estimé que le contrat de résidence qu'on voulait leur faire signer conduisait à la violation de ces droits et qu'il n 'avait pas lieu d'être proposé puisqu'il se référait au projet de loi d'Ornano, lequel n'a pas encore été voté. J'ai indiqué qu'il fallait engager la négociation entre les deux parties sur des voies correctes, qu'on cesse d'imposer des diktats, qu'on cesse d'expulser les gens ». Le juge Bidalou estime que la plupart des magistrats ont adopté une démarche identique à la sienne. « Ouand les trav~illeurs immigrés ont déclenché la greve des loyers, a-t-il ajouté, la SONACOTRA s'est adressée aux juges d'Instance de la région parisienne pour obtenir le paiement des loyers. 80 % d'entre eux ont joué le jeu judiciaire normal, partant ,du principe qu'ils étaient en présence d un conflit du travail. /ls se sont demandés SI les augmentations de lC!ye~s étaient justifiées et si les revendicatIOns des locataires étaient fondées ». Affaire Bidalou : une affaire exemplaire? Le juge d'Hayange préfère parler de «test ». «Les immigrés, ~it-il, o(1t ser~, de banc d'essai pour certames lOIS applicables demain à tous. Maintenant, on tente de reprendre en main la magistrature. ['«affaire 8idalou » est en quelque sorte un test au niveau social pour voir où se situent, dans la société, les poches de résistance à l'offensive gouvernementale. Le secteur judiciaire sert en quelque sorte de laboratoire._ «Plus les réactions des gens visés s'effritent, plus les autorités avancent. La résistance au projet Peyrefitte risque d'être le dernier combat des magistrats. La Constitution dit que l'autorité judiciaire garantit les libertés individuelles. Pour ma part, j'en reste là ». • Jacques Bidalou. 19 .Xtricosi@ 20 Société anonyme au Capital de 250.000 francs 41 RUE DU SENTIER PARIS2c TELEPHONE 2338243 / C.C.P. PARIS 7456 -42 ETABLISSEMENT_S __ J41 TEX 70, rue du Molinel, L1LLE_ T61. 54.86.21 BONNETERIE GROS ET DEMI-GROS PANTALONS VESTES BLOUSONS SPORT TRAVAIL PLU 1 E HOMMES JEUNES -GENS BNPANTS f. ,,. l t'f CAPITAL DE 270.000 l'RS T~l : 212.12.9S 272.29.98 312, Rue Saint-Martin PARIS (J~) MANUFACTURE DE VÊTEMENTS CUIR É T AB LISS E M EN T S 79, Ru e Char lot - PARIS - 3 ' Tél. 272 77 · 99 Métro : République Brûlerie St-Denis CACAHUËTES GRILLËES ET SALËES POUR DISTRIBUTEURS CONFISERIE CHOCOLAT DE FIN D'ANNËE EN GROS ARTICLES BAPT~MES FRUITS EXOTIQUES S.A.R.L. BERTLI Gérant KEMMOUN 163, rue Saint-Denis · 75002 PARIS Tél. 231 .38.70 233.77.81 (ARtOnIS RAJA 20, rue rampai 75019 paris tél. : 202.60.90 télex : 670114 emballages en stock Case réservée à la Société S.P.A.D. immigration les deux interprétations de l'accord franco-algérien Aprés plus de neuf mois de négociations, les gouvernements français et algérien ont signé à Alger, le 18 septembre dernier, un important accord sur l'immigration algérienne en France. Environ 815 000 personnes sont concernées par les décisions qui vont prochainement entrer en vigueur. En réalité, les accords signés se présentent sous forme d'un échange de lettres et comprennent trois textes. Le premier concerne les travailleurs algériens résidant en France. Le second tra ite des problèmes de sécurité sociale. Le troisième évoque la coopération judiciaire entre les deux pays. Le premier texte est celui qui-à juste raison d'ailleurs · a retenu le plus l'attention des observateurs. Il prévoit, entre autres les dispositions suivantes : • Les certificats de résidence des Algériens entrés en France avant le 1 er juillet 1962 seront renouvelés pour dix ans. Il s'agit là de l'application directe des accords signés en 1968. Accords encore en vigueur aujourd'hui. • Les Algériens entrés en France après le 1 er juillet 1962 verront leur certificat de séjour renouvelé pour 5 ans à partir de 1978. En . pratique, donc, le renouvellement est assuré jusqu'en 1983. En outre, la France et l'Algérie ont décidé de mettre en oeuvre des mesures visant à inciter et à faciliter le retour et la réinsertion des travailleurs immigrés dans leur pays. Ces mesures sontdetrois ordres et non cumulatives : • Octroi d'une «allocation de retour »s'é levant à 12.800 F. droit et liberté. nO 396. octobre 1980 • Formation professionnelle pour les travailleurs algériens désirant entrer en /J gérie. Sa durée variera de 2 à 8 mois selon les spécialités. .Prêts de réinsertion pour aider les travailleurs algériens désirant créer dans leur pays de petites entreprises. L'accord signé à Alger apporte un répit aux travailleurs algériens résidant dans notre pays. Toutefois, un premier élé· ment d'inquiétude s'est fait jour après l'interprétation qu'en ont donnée les autorités françaises. Ainsi, selon M. Stoléru, 105 000 travailleurs algériens devront en trois ans qu itter notre pays. Ce chiffre (35000 départs par an) correspond à une hypothèse de travail des négociateurs français et ne figure pas dans lé texte de l'accord. L'accord francoalgérien n'a fixé aucun quota. M. Benyahia, ministre algérien des Affaires Etran -' gères a ainsi rappelé que «les mesures facilitant la réinsertion en Algérie sont exclusivement fondées sur le volontariat et le libre choix des intéressés excluant toute forme de contrainte et par conséquent. toute forme de contingente ment ». Le volontariat? Un mot qui déplait for tement non seulement à M. Stoléru mais aussi à Paris-Match. L'hebdomadaire (nO du 3 octobre) sous la signature .de Michel Gonod, pose crû ment la question dans un titre qui s'étale sur deux pages: « Comment les faire rentrer? » (n .d.l.r. : les Algériens). Et d'ajouter dans ce style journalistique que ne renieraient pas ses confrères de Minute: " Entre la proie (entendez rester en France où comme chacun le sait les travailleurs algériens sont traités comme des rois) et l'ombre (entendez retourner en Algérie où règne l'enfer), le travailleur algérien a déjà démontré qu'il savait choisir ». Michel Gonod ajoute avec la finesse de celui qui confond information et diffamation raciale : «/1 est clair que la carotte que nous leur offrons ne sera jamais assez grosse. Ouant au bâton il est impossible à manier. Imagine t-on une rafle du type Vel d' Hiv au cours de laquelle des dizaines de milliers d'Algériens seraient in terpelés et conduits aux frontières? Ce serait indécent » (sic). la provocation de paris-match Michel Gonod serait-il, subitement, devenu plus humain. Non 1 La suite nous éclaire :« Pourtant. cette solution était dans tous les esprits (n.d.l.r. : on voudrait savoir lesquels) à Alger au moment de la signature de raccord, car, si dans trois ans quelques milliers d'Algériens seulement. au lieu des 1 05.000 espérés par la France, auront opté pour le départ volontaire, que faudra-t-il faire? Le gouvernement français ne pourra pas, une nouvelle fois améliorer l'incitation. Logiquement. il ne lui restera plus alors que la solution du départ obligatoire ». Et de recourir à des méthodes qui ont montré leur efficacité sous l'occupation 1 Visiblement outré qu'on puisse douter une seconde de la bienveillance et de la générosité de la France, il explique qu '" aucune nation n'aura fait autant pour ses (caractéristique, cet emploi du possessif 1) travailleurs immigrés» et conclut par cette envolée ringarde à, laquelle on s'attendait un peu : «II faut croire tout de même que notre pays offre des avantages et c'est pas un enfer pour les travailleurs immigrés puisque de toute part ils affluent ». • Le titre provocateur de « Paris-Match •. 21 • pleins feux • pleins feux. pleins feux • . , cinema le dernier métro «Le dernier métro », certainement l 'un des meilleurs films de François Truffaut, a le mérite d'é voquer le Paris de l'occupation dont certains aspects-la collaboration notamment - sont trop souvent «victimes », dans le cinéma français, d'une autocensure ou d'un silence souhaités par ceux qui cherchent à oublier par tous les moyens cette période de notre histoire. Truffaut a pris le parti d'évoquer ici la période des années 40 à travers la vie d'une troupe de théâtre parisienne. Un juif allemand, Lucas Steiner, en est le patron. Al 'arrivée des nazis en 'France, il doit se cacher dans les caves de son théâtre. Sa femme Marion, qui est seule dans le secret, reprend la di rection des affaires, et monte une pièce dans les difficiles conditions de cette pé riode. 22 Gérard Depardieu et Catherine Deneuve Malgré quelques invraisemblances et conventions par trop théâtrales (la fin par exemple ou le fait que Steiner échappe à la Gestapo), le film est une réussite car il retrace avec minutie le Paris des années sombres et plus particulièrement la façon dont vivent les Français : justesse du détail et de la description des personnages. D'un côté, les juifs frappés de l 'étoile jaune et condamnés à disparaître par la folie nazie, comme le dit Steiner. Egalement, les résistants pourchassés par les nazis ou leurs complices (jusqu'au sein des églises, comme nous le montre l'une des scènes du film). Et aussi l'ensemble de la population parisienne vivant dans des conditions plus que difficiles: ali- . mentation rare, pénurie de chauffage, couvre -feu (d'où le titre du film) etc ... De l'autre côté, les occupants qui imposent l 'ordre hitlérien et la cohorte de collaborateurs en tous genres, comme le critique Daxiat dont les articles sont de véritables sentences pouvant aller de l'interdiction à l 'arrestation, les profiteurs du marché noir ; le luxe et l 'opulence des «bofs » qui s'étalent effrontément alors que d'autres sont victimes, à tous les niveaux, de la barbarie nazie. Un film de haute tenue, remarquablement dirigé - rarement Ca therine Deneuve et Gérard Dépardieu, pour ne parler que d'eux, n'ont été aussi présents à l'écran. Un film à voir en cette période où les nazi lions osent encore sévir de Bologne à Anvers en passant par Paris au nom des idéologues de l'holocauste. Patrick KAMENKA «Le dernier métro ", fi lm français de François Truffaut. pleins feux • , . a vOir • America America d' Elia Kazan, les Damnés de Luchino Visconti, sans oublier des films plus récents comme Apocalypse Now de F: Coppola, le Christ s'est arrêté à Eboli de Francesco Rosi, le Tambour de V. Schlondorff. à éviter le Vaudou aux Cara'lbes Ignoble petit film pornographique qui veut se donner des airs de poli cier exotique. En fait d'exotisme - le film se déroule en Martinique - c'est plutôt de racisme qu 'on de'irait parler : les Antillais sont à chaque fois montrés comme des êtres inférieurs uniquement capables d'être les serviteurs des Blancs etde pratiquer le vaudou .. . A ne voir sous aucun prétexte. Film françaiS de P. Monnier. concert Le groupe «Nass el Ghiwane » donnera un concert le samedi 8 novembre prochain à la «Maison pour Tous » d'Elancourt (78). Tou jours au même endroit se produira, du 7 au 29 novembre, le groupe «Khamsa ». A .travers le conte, la musique et la calligraphie, trois artistes feront connaître aux visiteurs la richesse de la culture arabo-musulmane. Le mercredi 12 novembre, à 21 heures, «Khamsa » présentera son spectacie- animation : «L'arabesque a voir et a. entendre ». Des rendezvous à ne pas manquer. Pour tout renseignement complémentaire, téléphoner au 062.82.81. Fawzi al Aiedydu groupe Khamsa • pleins feux • pleins feux. pleins fet le corps • nOir Qui est Noir? Le livre tonifiant de Jean-Claude Charles pose cette insolite question et remet en cause bien des « évidences» imposées par des siècles de racisme blanc. La question est posée : Oui est noir? Provocation? Le recensement américain demande avec une brutale franchise d'in diquer sa race : Blanc, Noir, Hispanique, Amérindien etc. Mais l 'enfant d'un homme blanc et d'une femme noire: Blanc ou Noir? Ouestion blasphématoire. Ouestion dont la réponse est inscrite dans tous les «codes noirs » de tous les esclavagismes. Ouestion circonscrite par les barbelés de l'apartheid et la 1258 rue de New York, celle où commence Harlem, celle après laquelle on est Noir IOJestion qui ne se pose pas en (bonne) société car elle rappelle le vieux, le profond, le douloureux, l'originel drame de la souillure : est «noire » toute personne «souillée » par un «corps noir ». Tour à tour pamphlet ou poème, collage ou dissertation , le livre de Jean-Claude Charles naît d'un refus ; refus de la clôture biologique qui n'existe que {jans les têtes ; refus des compliments qui distri buent les rôles : au Noir, la grâce du corps, des danses et des rythmes; au Blanc, les choses sérieuses. Jean-Claude Charles rega rde son corps et ne trouve rien que de très banal à la couleur brune de sa peau. Il refuse d'être le gadget exotique des salons «de gauche » en mal de particularismes et de «beaux » sauvages. Surtout, il montre avec précision et la force de multiples exemples, toutes les ambiguïtés d'une notion de «différence » droit et liberté. na 395. octobre 1980 qui fait écrire au Sénégalais Senghor des textes que ne renierait pas la « nouvelle » droite. Ce serait trop simple. Le Blanc, image parfaite de l'Homme ayant conquis par la glaive le droit d'ordonnancer l'univers. serait quitte en lIalorisant ceux qu 'il maintient à la périphérie du progrès. Le Noir. battant ses tambours de crève-Ia faim. se verrait attribue~ à vie le premier prix de tam-tam et les décorations yafférant, avec, en prime, l 'autorisation de s'en prévaloir et de recevoir les réconfortants murmures de la mauvaise conscience blanche. Tout ça, c'est bien profondément inscrit dans l 'esprit des gens. Ça se promène de l 'un à l 'autre et l'effet de miroir fait effet de preuve. On en oublie vite que Beethoven , quoique blanc, devait tout de même bien avoir le sens du rythme et que si l'Afrique est moins développée que l 'Europe, il y a peut-être d'autres raisons que les aspirations génétiques des Noirs à la misère! Merci. Jean -Claude Charles. de nous faire traverser, dans votre beau livre, par toutes les forces du style. les méandres que le racisme a tracés da ns les esprits et d'arriver enfin à la simple évidence : la vie commune, ça peut s'apprendre et c'est bon. Jean-louis SAGOT-DUVAUROUX «Le corps noir ", par Jean -Oaude Charles (Editions Hachette). ghet.t os et prisons d'amérique 150 pages de documents accablants sur les discriminations et les violences dont sont victimes les minorités raciales aux USA souscription de lancement valable jusqu'au 30 novembre 25 F. (+ 7 F. frais de port) Je désire recevoir le cahier droit et liberté « Ghettos et prisons d'Amérique» au prix normal de 35 F. au prix souscription de 25 F. Nom ...................... . Prénom ................... . Adresse .................. . Je verse .................. . A renvoyer à droit et liberté, 120 rue Saint-Denis 75002 Paris, CCP 9239-81 Paris 23 INSTITUT NATIONAL DU TAPIS wr MAGENTA TAPIS Mll REVETEMENT EN TOUS GENRES . MOQUETIES LAINE ET TOUTE TEXTURE TEXTILES MURA'UX, PAPIERS PRECIEUX PEINTURE : TEINTES ASSORTIES AUX TEXTILES TAPIS CONTEMPORAINS, CLASSIQUES, INSPIRATION ORIENT TAPIS ORIENT, ROUMAINS, CHINOIS IMPORTATION DIRECTE ETUDES ET DEVIS GRA TUITS - POSE PAR SPECIALISTES LIVRAISONS PARIS ET BANLIEUE EXPEDITION DANS TOUTE LA FRANCE 100-102, BOULEVARD MAGENTA 75010 PARIS - Tél.: 607.11.25 - 202.71.12 Métro : Gare de l'Est, Gare du Nord (Parking assuré) G.R.FISCHELIS FOU RREU R CREATEUR 3 1, AVENUE MOZART, PARIS 16:' 525.90.31 Jean-Bernard FOURREUR· MODÉLISTE Transformation - Garde 11, RUE SAINT·S~BASTIEN - 15011 PARIS TllL. : 357·74 · 58 24 Case réservée aux Ets D. COMETA- EST 10, rue Jean Jaurès 92807 PUTEAUX CEDEX Tél. : 775-68-00 Case réservée aux Ets J.D. VETEMENTS DE STYLE PARADOXE 170, rue du Temple, 75003 Paris Tél. : 272,15.77 Métro : TEMPLE RÉPUBLIQUE • pleins feux • pleins feux • exposition tapisseries de jean picart ledoux au musée de la poste Les tapisseries exposées au Musée de la Poste (34, bd de Vaugi rard à Paris) jusqu'au 19 octobre vous permettent d'apprécier l'uni vers de Jean Picart Le Doux. Selon Vercors cet univers repré· senterait la synthèse du rationa lisme et du merveilleux. On pourra livres dossier e comme esclave Cet ouvrage de base sur la condi tion des travailleurs immigrés en France est l'oeuvre r igoureuse et littéraire à la fois du spécialiste de ce domaine au journal Le Monde. La thèse centrale de Jean Benoît est que les travailleurs immigrés représentent une nouvelle sorte d'esclaves, au sens où le rappelle Tahar Ben Jelloun dans la préface : «L'esclave est l'homme à qui on refuse par la force le statut d'homme. C'est l'être réduit. Réduit à son corps. Réduit à sa force de travail. C'est un être diminué, exclu de la vie, refusé à la dignité. C'est l'être dominé, exploité, humilié ». Ainsi que le souligne l'auteur, «l'esclave ce n'est pas seulement l'homme placé sous l'autorité absolue d'un maÎtre qui /'a rendu captif ou qui l'a acheté comme une i 1 admirer également certa ines illustrations de t imbres postes ou de·livres où «la rigueur du dessin qui pourrait être celle d'un géomètre s'allie à une invention si poétique, si féérique, si fantastique parfois, qu'elle anime cette rigueur d'une force explosive ». M.C, marchandise. C'est aussi l'homme qui vit sous la dépendance d'un autre ou d'un groupe d 'autres, et qui subit cette domination sans pouvoir se libérer : définition adoptée en 1956 par la «Convention des Nations Unies pour l'Abolition de l'Esclavage et des Pratiques Similaires ». Si l'optique polémique de l'ou vrage se trouve aussi expliquée pour analyser la situation des quatre mill ions d'étrangers en France, elle est en outre étayée parune documentation sérieuse, ce qui est à soul igner, même si quelques erreurs d'imprimerie ont pu être commises. C'est pratiquement le seul ouvrage . qui permette de saisir d'une manière globale - par son approche historique mais aussi ses anecdotes - comment la société industrielle capitaliste fonctionne grâce à un prolétariat extérieur. Mireille CARRERE • Dossier E. .. comme esclave ", de Jean Benoit (Ed. Ala in Moreau, 19BO). droit et liberté. nO 396 • octobre 1980 pleins feux • pleins feux • livres reçus • Cinéma et politique, collectif, éd. Papyrus, 39 Bd Magenta, Paris 10·, Depuis 1968, un cinéma «radical », «militant » est né, décidé à se colleter avec des problèmes réels de la société jamais abordés par les films traditionnels : grèves, luttes sociales, femmes, immigrés, lutte du Tiers-Monde. Ces films ont connu des fortunes diverses, beaucoup se sont imposés comme des films « à part entière ». Un nouveau cinéma et un nouveau public sont nés: ce copieux dossier, né des colloques de la Maison de la Culture de Rennes, dresse un bilan et ouvre des perspectives. • Le cas Wallenberg, par J. Dt'rogy, éd. Ramsay. Lors de l'occupation de la Hongrie fasciste par les Nazis, un courageux diplomate suédois, Raoul Wallenberg, sauve des milliers de juifs hongrois à lui tout seul, plus que tous les gouvernements alliés réunis. Lorsde la libération de Budapest par les Soviétiques, ceux-ci, inexpliquablement, arrêtent le diplomate scandinave. Malgré des campagnes internationales et des témoignages de prisonniers russes qui affirment qu'il est en vie, le gouvernement de Moscou n'a jamais répondu aux demandes de nouvelles, Pourquoi? Si Wallenberg, ce héros, est en vie, il doit être sauvé 1 • L'Orientalisme, par Edward Said, éd. du Seuil. Cet essai, l'un des plus tonif iants de ces dernières années, écrit par un professeur palestinien de New York, démonte les mécanismes culturels et universitaires d'une science orientaliste qui s'est inventé un Orient mythique depuis deux siècles, auxiliaire conscient ou non de la domination impérialiste de l'Occi dent, dont sont originaires les orientalistes, secrétant un racisme culturel dont les effets vont aug mentant. • Sénégal. par C, Saglio, Petite Planète, éd. du Seuil. Beaucoup plus qu 'un ouvrage de tourisme, le premier à acheter néanmoins avant de se rendre au Sénégal, ce dernier-né des «Petite Planète » est une introduction complète, particulièrement compétente, sur ce pays, son histoire depuis les origines, ses peuples, ses cultures; ses relig ions dont un Islam majbritaire très « person~alisé » et, en plus du descriptif d s beautés qu' il offre au visiteur, u remarquable chapitre sur la vie culturelle aujourd'hui. • Histoire dela Guerre d'Algérie, par Alistair Horne, éd. A. Michel. C'est un historien britannique, spécialiste de la France contemporaine, qui a écrit la meilleure histoire de cette terrible guerre« française . qu'a été la guerre d'Algérie, la meilleure parce que la plus sereine, sans haine, sans parti-pris pour aucun des deux camps, dont il a util isé les documents les plus sig n ificatifs, servi pa rune excellente connaissance du français, dont il a tiré une somme de 600 pages. • Juifs et catholiques en France . de 1919 III 1939, par Lazare Landau, éd. Le Centurion, Le sous-titre de cet ouvrage est « De r aversion à l'estime » et il fallait le grand biographe de Jules Isaac qu'est Landau pour analyser une période particulièr. ement dramatique des rapports judéo-chrétiens, l'entre deux guerres en France, où un vïrulent antisémitisme était alimenté par de grands écrivains, des hommes politiques en vue, d'innombrables livres, brochures, periodiques, et où la droite, monarchiste ou non, avait la part du lion, mais non exclusivement. Mais le dialogue n'a jamais été rompu grâce à quelques chrétiens de bonne volonté, Un livre de rapprochement judéo-chrétien, Yves THORAVAL • La mort de Salah Baye ou la vie obscure d'un Maghrébin, par Nabile Farès (Ed. L'Harmattan, 1980). «Dans le pays de mon être, ils m'enlevèrent mon coeur. Dans le pays de mon coeur, ils m'enlevèrent mon être. Comment vivre sans lumière ». Avec une écriture violente, l'écrivain, le journaliste et l'émigré nous fait ressentir comment l'état de pouvoir est lié à l'état de barbarie et comment l'autQrité se nourrit du mépris de la dignité de l'homme. M,C, JACQUES MILLEY YVES THORA VAL Afrique des Grands Lacs/Kenya Petite Planète Editions du Seuil 25 26 g~m"lha 82 Bd. Dlderot-PARlS12' " Tél. :344.61 .37 Ouvert uns interruption de 9 h • 20 h .. ut dimanche et fet.,. M- Reultly-DiderOI.oe]gratult Garage 15 rue Crozatler. 2 3 BorllJgn - Bijovlerie - Orfè'llmW - JOGUIerie - CadtaIlZ D~positaire des.{}ra,ndes Marques Montr. Homme à Quartz 674 F - 20 % : 539,20 F Solitair. or gris et brillant 3305 F - 20% : 2644 F aague saphir et brillants 3425 F - 20% : 2740 F 4 5 0.. •• 0 or 2.086 F. - 20% 1.652,80 F. Montr. Dame argent 526 F - 20 % : 420,80 F 20 % DE REMISE AUX LECTEURS DU JOURNAL ci CXl ,...: o ci

«

CIl

J

al ~ ~ II: Q.. FABRIQUE DE TRICOTS DEATEX 31, rue du Faubourg Saint Martin 75010 PARIS Tél. : 208.20.40 BOUTIQUE (ça.(·Iui~.(.I) 15, rue esquermoise - 59000 lille tél. (20) 54 21 12 23, rue de Béthune 59000 LILLE Tél. : 54.75.58 Tél. : f)93.37.91 • action • mobilisation populaire contre le racisme avec le m.r.a.p Semaines d'intense activité pour le mrap et tous ses militants à travers la France, qui s'emploient à la mobilisation la plus large de l'opinion publique contre les crimes racistes et le néo-nazisme, Après les mitraillages d'institutions juives à Paris, le 26 septembre au matin, puis l'attentat de la rue Copernic, le 3 octobre, le mrap a pris toute une série d'initiatives pour organiser la riposte populaire au racisme. Mardi 30 septembre : manifestation devant le Mémorial du martyr juif inconnu. Le CRIF (Conseil représentatif des Institutions juives de France) et la LlCRA (Ligue internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme) se sont joints à l'appel du mrap. Albert Lévy y fait une allocution . Vendredi 3 octobre : immédiatement après l'attentat de la rue Copernic, le mrap appelle les antiracistes à se rendre sur les lieux. Charles Palant, vice-président, y prend la parole. Albert Lévy est interviewé à TF 1. Samedi 4 octobre : une délégation du mrap assiste à l'office qui se tient à la synagogue de la rue Copernic. On y note la présence de Pierre Paraf, de Charles Palant et de George Pau-Langevin . Le mrap appelle à des délégations massives devant le ministère de l'Intérieur de 14 heures à 17 heures. Albert Lévy et Roland Rappaport sont reçus par M. Bonnet. Vingt cinq mille personnes remontent les Champs-Elysées derrière la banderole du mrap jusqu'à la synagogue de la rue Copernic. De nombreuses organisations participent à ce défilé (PCF, PS, PSU, LCR, CGT, CFDT, FEN, FNDIRP, etc.). droit et liberté. na 395. octobre 1980 Mardi 7 octobre : 200000 à 300000 personnes répondent à l'appel du mrap auquel se sont jointes une multitude d'organisations, de I~ Nation à la République (parmi les organisaavec l'algérie , , eprouvee Un vaste mouvement de solidarité s'est manifesté tant en France que dans le monde après le tragique et dévastateur tremblement de terre qui, le vendredi 10 octobre, a causé la mort de plùsieurs milliers de personnes à El Asnam en Algérie. L'émotion a été intense en France, aussi bien parmi les travailleurs immigrés dont certains sont originaires de la ville dévastée que parmi les Français qui, dans un élan généreux, ont fait parvenir aux organisations humanitaires des dons de toute nature. Albert Lévy, secrétaire général du mrap, a adressé pour sa part des messages de solidarité avec l'Algérie meurtrie à l'Ambassade d'Algérie en France et à l'Amicale des Algériens en Europe. notre ami louis daquÎn Sa passion de la justice, son refus de tout ce qui abaisse l 'Homme : bêtise, haine ou préjugé, expliquent le fidèle attachement de Louis Daquir au mrap, dont il était membre du Comité d Honneur. Il n'est pas de manifestation, d'initiative importante de notre Mouvement, à laquelle il n'ait apporté son soutien. Ce cinéaste, exclu des circuits officiels et officieux en raison de sa conception militante de l'art, était entouré d'estime et d'amitié dans sa profession. Au sortir de la Résistance il fut, en 1944, secrétaire général du Comité de libération du cinéma et, par la suite, président du Syndicat des Techniciens de la Production Cinématographique CGT), vice-président de la Société des Réalisateurs de Films, directeur d:études à l'IDHEC (1970-1977). Il était membre du jury du Prix Fraternité, fondé par le mrap, qui couronna plusieurs fois des cinéastes proposés par lui. Son oeuvre, où figurent des films aussi divers que « Nous les gosses », «Premier de cordée », «Les frères Bouquinquant », «MaÎtres après Dieu », «Le Parfum de la Dame en Noir », «Le point du Jour ", ou • Bel Ami ", est marquée à la fois par la générosité de l'inspiration et la qualité de la réalisation, concourant à ce qu'on a pu appeler un • réalisme àla française". En dépit de l'indifférence des grandes firmes de distribution, • MaÎtre après Dieu », drame humain qui dénonce avec force l'horreur du nazisme, a connu une longue et brillante carrière dans les ciné-clubs. Le montrer à nouveau dans le cli- . mat actuel serait rendre un hommage mérité à son auteur. De même, ce serait lui rendre justice que de présenter enfin à la télévision française « Bel Ami », adaptation du roman de Maupassant, qui fut censuré deux ans, puis amputé de 14 minutes pendant la guerre d'Algérie, parce qu'il dénonçait le système colonial. Le mrap était représenté aux obsèques de Louis Daquin par une large délégation conduite par Albert Lévy. Droit et liberté exprime lui aussi sa profonde sympathie à son épouse, Clara, et à ses fils, Jean-Michel et Marc. tions participantes on note la CGT,la CFDT, la FEN qui ont appelé à des arrêts de travail de 2 heures au même moment, la CGT-FO de la région parisienne, la CGC, la FASP (Fédération Autonome des Syndicats de police), le CRIF et l'ensemble des organisations juives, le MLF, le Comité international Rom, certaines écoles ou universités, le PS, le PCF, ie PSU, la LCR, plusieurs élus de la majorité sous la bannière de la LlCRA, etc.). En tête du cortège, la banderole du mrap « Halte au racisme, halte au fascisme " est su ivie des dirigeants du Mouvement: Albert Lévy, secrétaire général, Me George Pau-Langevin, vice -présidente,Me Roland Rappaport et les autres membres du Bureau National, ainsi que Mme Françoise Grémy, en l'absence du président du mrap, le professeur François Grémy, en voyage à l'étranger, de même que Charles Palant. Dans ce groupe, on reconnaît aussi des membres du Comité d'Honneur du mrap: Alain Decaux, Alain Terrenoire, Jacques Berque, Gérard Lyon-Caen, Albert Jacquard, Jean Hiernaux, Théodore Monod. Des dizaines de milliers de tracts et d'autocollants sont diffusés par les militants du mrap. 27 .. 28 TISSUS SPORTS WEAR NOUVEAUTÉS JACQUES KATZ 14, Rue des Filles·du.Calvaire, PARIS·3' Tél. : 887 87-JJ & 277 89-29 CON FECTIONS EN GROS HOMMES DAME~ ENFANTS SWIERCZ et Cie S.A. 300.000 F. 132-138 RUE DE PARIS - LI LILLE TÉL . 54 . 7 .4 .06 80 54 . 96 .20 SPCWTtS) CUI R S TERGAL COMPLETS PANTALONS p E R L E S 0 E C U L T U R E s. a. ROZENBLIT Soc16t6 Anonyme au Capital da 1.125 OCC Francs articles ménagers BALAIS ET MANCHES POUR BALAI S Téléphone (90) 82 . 10 .18 82 .34 .40 Télex : Rozenbal 432769 F - 1 - M E P 106, 108, Avenue Monclar Boite Postale 206 84009 AVIGNON cedex 75003 PARIS 134, rue du Temple Téléph.: 887- 8 1-53 X 0 P B. KAlUSlYNER & Cie R 0 Société Anony me T R T au Capital de 100.000 Francs BIJOUTERIE FANTAISIE. BOUTONS PERLES ET PIERRES IMITATION' POUR BRODERIE CERAMIQUES - CRISTAUX DE BOHEME ARTICLES DE CADEAUX FRIED FRERES Société Anonyme au Capital de 1.440.000 Francs Maison fondée en 188ti SIRET 552 046 112 00017 13, rue du Caire - 75081 PARIS CEDEX 02 Tél. : 233.51 .55 Télex FRIED 220 060 F GIL'MAX FABRICANT CRÉATION VETEMENTS DE PEAUX ET FOURRURES 176, rue du Temple 75003 PARIS 278.35.65 278.38.13 Métro : République - Temple BOSTON HOMME FEMME 19, rue Béranger - 75003 PARIS Tél. : 278.54.89 Maison recommandée Atelier PAUL DECOUR 162, rue du Fg Saint-Denis - 75010 PARIS F J'ai consacré mon existence àce combat du peuple africain.J'ajlutté~~rre ladominationblarn;:heetcontre la domination ootre. Mon idéal est celUI d ~ne société dêmoçratique et libre. dont tous les membres vivraient en hllnlKlnlC el disposer3icnl de chances égales. J'es~re vivre 3.'iseZ longtemps pour. poovoir atteindre cel idéal.Mais s'Hie faut. je suis prêt à mourir pour lUI . NElSON MANQflA·,....,...· . -/- . __ .. _.,. 11 OCTOBRE JOURNEE DE SOUDAR1TE

~~"'" ,.~,,~~ ___ ~C LE:::;r~

Cette affiche a été remise à M. Tlili, directeur adjoint du centre d'information de l'ONU à Par is lors de la soirée de solidarité avec les prisonniers politiques de l'apartheid qui s'est te nue le 10 octobre, à l'UNESCO, sous l'égide de l'ONU et à l'invitation du mrap, du MAA/ CAO et de l'AFASPA. Cette soirée était présidée par Vercors avec la participation de Chris McGregor et de Jacques Perrin. On peut obtenir. cette affiche au mrap, en frança is, en arabe ou en espagnol pour la somme de 10 F + 5 F de frais. de port. PRESIDENTD'HONNE:UR :1 Pierre PARAF PRESIDENT DELEGUE : François GREMY VICE· PRESIDENTS : Charles PALANT, Abbé Jean PIHAN, Me George PAU·LANGEVIN, Docteur François GRE MY. SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Maurice BEJART, Jacques BER QUE, Général de BOLLARDIERE, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAM BRUN, André CHAMSON, Marie José CHOMBART de LAUWE, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Henri DESOILLE, Maurice DRUON Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FÉRRAT, Max· Pol FOUCHET, Pierr~ GA· MARRA, Colette GUILLAUMIN, MonseIgneur Guy HERBU LOT, Jean HIERNAUX, Georges HOURDIN, Albert JACQUARD, Professeur Fran· çais JACOB, Pierre JOXE, Jean· Pierre KAHANE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON.CAEN, Jacques MADAULE, Françoise MALLET·JORIS, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD,Henri NOGUERES,:Jean PICART LE DOUX, Gilles PERRAULT, Marcel PRE· NANT, Wladimir RABI, Alain RESNAIS, Emma· nuel ROBLES, Armand SALACROU, Jean·Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Vieira da SILVA, Jean SURET-CANALE, Haroun TAZIEFF, Alain 'TERRENOIRE, Jacqueline THOME·PATENOTRE, VERCORS, Jacqualine VICTOR-BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, lannis XENAKIS, Bernard ZEHRFUSS. droit et liberté. nO 395. octobre 1980 dans toute la france Dès le samedi 4 octobre, et pendant toute la semaine qui a suivi, avec un point fort le 7 octobre, comme à Paris, des manifestations ont eu lieu dans toute la France, le plus souvent à l'initiative des comités locaux du mrap, toujours avec leur participation. Nous y reviendrons, après la prochaine réunion du Bureau National qui doit faire le bilan complet. Ce qui ressort d'ores et déjà de ce mouvement, c'est son ampleur, sa puissance. Dans la plupart des villes, c'était la plus importante manifestation depuis longtemps. Voici une liste des principales villes où elles se sont déroulées, selon les premières informations parvenues: Marseille, Lyon, Strasbourg, Nancy, Nice, Bordeaux, Grenoble, Metz, Amiens, Orléans, Montpellier, Sète, Béziers, Valence, Aix-en-Provence, Toulouse, Lille, Annecy, Belfort, Vichy, Montargis, Evreux ... Mais il faudrait en ajouter beaucoup d'autres. Un exemple : dans la seule région Nord-Picardie-Champagne, outre celles de Lille et d'Amiens, des manifestations nous sont signalées à SaintQuentin, Laon, Péronne, Hirson, Compiègne, Creil, Beauvais, Reims, Chalonssur- Marne, Liévin, Vitry-le-François. Dans toutes les régions, les manifestations ont débouché sur un grand nombre d'adhésions et la création de nouveaux comités du mrap, le procès de la fane Le 18 septembre, déjà, à la veille du procès de Fredriksen, une conférence de presse avec l'abbé Jean Pihan, Albert Lévy, Me Roland Rappaport, Jean-Pierre Giovenco, avait fait connaître les deux récents attentats et les menaces visant les dirigeants du mrap, ainsi que la lettre d'intimidation dirigée contre ses avocats. Le même jour, des juifs parisiens avaient reçu un tract signé de la FANE également injurieux et menaçant. Une floraison d'inscriptions antijuives et antiarabes était signalée à Nantes. La Presse a donné un grand retentissement à ces informations, montrant la nécessité de mesures efficaces pour mettre hors d'état de nuire les groupes néo-nazis. De même, les révélations contenues dans la plaidoirie de Me Rappaport ont retenu l'attention de la plupart des nombreux journalistes présents au procès du 19 septembre. au sentier et à la ligue des droits de l'homme Quelques jours plus tard, c'étaient, en un seul week-end, les deux attentats contre le domicile d'Henri Noguères, président de la Ugue des Droits de l'Homme et contre une entreprise juive du Sentier. • •• Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, pour l'amiti6 entre les peupl.s J'adhère au m.r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté. Nom (e., capital e) Prénom . .. âge . Profession . Adresse ....... .. .. ..... .. .. Code postal ... ... .... Ville .. Le montant de la carte d'adhélion (6 partir de 60 francI) est laislé 6 l'appréciation du IOUI· cripteur, selon HI pOSlibilitél, compte tenu de la néceslité d'apporter le loutien le plui effi· cace 6 l'action du mrap. Abonnement d'un an 6 droit et liberté (60 F). Abonnement de soutien (120 F). Etranger (90 F). C.C.P. 9239·81 Paril • Rayer la mention inutile mouvement contra 1. racisme .t pour l'amitié entr. 1 .. peuplas (1111'.' 120. rue saint·denis . paris (2) tél. : 233.09.57 . c.c.p.: 14-825-86 paril 29 30 12 RUE TRONCHET - 742.53.40 41 RUE DU FOUR - 548.85.88 74 RUE DE PASSY - 527.14.49 TOUR MONTPARNASSE - 538.65.53 PARIS LYON - LA PART-DIEU NEW-YORK - 727 MADISON AVENUE TOKYO - 5-5 GINZA DEFI 16, avenue de la Libération 33110 LE BOUSCAT - ~ (58) 08.71.34 Le ,,,iefltlfftt ~ .. NAPPERON .. "Y'· /O ···· &!ri) ,. '~' O. """U ~M ' . rviiifiill .' . · ... ~ 142, rue du Temple - 75003 PA RIS - T6Iéphone 887-33·50 BRAND CHOIX DE MODELES EXCLUSIFS ]IIII/{: ~/(fl {(' /I , l"~ ( 11I (/ " I, ~,. ,l p f/l 'lI(/

e/II(jP tlp mn/oua '..L n ljPtfR

BONNETERIE Le prix. DARIY TV. ELECTROMENAGER. HI-FI. - SB Le lundi matin, une délégation du mrap se rendait sur les lieux du second ; lors de la r:nanifestation appelée pour le lendemain par des associations juives, les militants du mrap distribuaient des tracts so~lIgnant les responsabilités des pouvOirs publics et la nécessité d'un vaste rassemblement de toutes les forces antifascistes. La Ugue des Droits de l'Homme ayant o~ganlsé une manifestation devant son s.lège, le 26 sep~embre, avec la participation des syndicats et des partis de gauche, le mrap y était représenté par une forte délégation, conduite par FranÇOIS Grémy, Charles Palant et Albert Lévy. rencontres avec les préfets Le Pr~sident de la République, dans sa déclaration du 8 octobre, ayant convié les représentants des cultes, des syndicats et des associations luttant contre le racisme à se rencontrer le 100ctobre dans le~ préfecture~. Le mrap a décidé d~ participer à ces reunions. Dans la plupart des cas, que ce soit à Paris, dans la régioll parisienne ou en province, ses responsables locaux, faisant valoir les positions du Mouvement ont regretté que les représentants de I~ population .immigrée ne soient pas égaiement invites; Ils o.nt en effet souligné que les violences racistes qui, dans la dernière période, ont visé essentiellement les juifs.et leurs !n~titutions, ont déjà fait des dizaines de victimes parmi les travailleurs étrangers, particulièrement les Maghrébins; ils ont demandé que cessent toutes les mesures policières et administratives ainsi que les prises de position gouvernementales qui contribuent à alimenter les attitudes racistes contre les immigrés, car d'un racisme à l 'autre, qu'il s'agisse de l'idéologie ou des menées criminelles, il y a une évidente continuité. délégation auprès du garde des sceaux Le 13 octobre, une délégation du mrap a été reçue par M. Alain Peyrefitte, Garde des Sceaux, au ministère de la Justice. Elle était composée du professeur François Grémy, président du Mouvement, Me George Pau - Langevin, vice-~résidente, Albert Lévy, secrétaire général, Me Roland Rappaport et Manfred Imerglik, membres du Bureau National, Me Andrée Francisi, membre de la Commission Juridique. La délégation a attiré l'attention sur les nombreuses anomalies de l'action judiciaire engagée contre la FANE et les menées racistes, et souligné que le Parquet n'a pas cru devoir engager des poursuites contre les numéros de Notre Europe publiés depuis juillet, qui contiennent pourta nt des articles aussi répréhensibles que droit et liberté. nO 395 • octobre 1980· les précédents. Elle a demandé aussi que des mesures s.oient prises pour une meilleure application de la Loi du 1 er juillet 1972. Enfin, elle s'est inquiétée de certains aspects du projet de loi «sécurité et liberté » concernant la population immigrée. présence du mrap T~u~ a,u long de cette période, le mrap a participe aux multiples manifestations et cérémonies ayant rapport avec le drame de la rue Copernic. François Grémy représentait le Mouvement, le 9 octobre, aux obsèques de l'une des victimes, Philippe Bouissou à l'église ~aint- Ferdinand des Ternes; u~e déléga tion du comité départemental du Val d'Oise était présente à la cérémonie qui s'est déroulée I~ même jour à Argenteuil, à la mémOire d une autre victime de l'explosion. . Nombreux étaient les avocats et ju ristes membres du mrap à la manifestation du Palais de Justice le 10 octobre organisée pour protester' contre le néo~ nazisme et les menaces visant les avocats. Lors de son intervention, le Bâtonnier de l'Ordre exprima en outre ses réserves devant la saisine de la Cour de Sûreté dans l'affaire de la rue Copernic. Signalons enfin que, le 16 octobre, de très nombreuses personnalités et représent~ lnts d'associations ont participé, au Pal~ls: du Luxembourg, à la réception or · ganlsee par le mrap autour de Pierre Paraf, devenu président d'honneur du Mouvement, et François Grémy, président délégué. Le même jour, avait lieu une conférence de presse, au cours de laquelle a été présenté un appel demandant des mesures efficaces contre le néo-nazisme les artistes contre le racisme Depuis .une quinzaine de jours, de nombreux artistes ont souhaité manifester leur soutien à la lutte antiraciste. Nous remercions le réalisateur Claude Berri qui a fait programmer «Le Vieil Homme et l'Enfant» au cinéma ABC à Paris, et en reverse la recette au mrap, Le théâtre du Campagnol a dédié au mrap I~ représentation du jeudi 9 octobre de la pièce de J. C. Grumberg «En revenant de l'Expo . au théâtre de la Cartoucherie et versant lui aussi la recette de cette soi;ée. Frank Cassenti, réalisateur, et Jacques Vassal, journaliste, ont organisé, également le 9 octobre, un concert de soutien au Palais des Arts avec Djamel Allam, Gilbert la faille , Bernard Lubat, Kirjuhel, Eric Cosaque et Voltage 8, Ben Zimet, Fusion Jazz Questet et 'Michel Graillet. Frank Cassenti, toujours au Palais des Arts, a pris l'initiative le 11 octobre d'un dé~ at avec le .mrap, à J'occasion de la projectIOn exceptionnelle de ses trois films «L'Agression ., «L'affiche rouge », et «AinamaSalsa pour Goldman ». • !:! • 249-24-00 et la constitution d'une commission d'enquête parlementaire portant d'ores et déjà des signatures de personnalités de tous les horizons. Enfin, une assemblée de prière oecuménique contre tous les racismes a réuni plus d'un millier de personnes le lundi 13 octobre, en J'Eglise Saint-Nicolas des Champs, à Paris. Lors de cette cérémonie, qui s 'est tenue à l'invitation du Cardinal Marty, archevêque de Paris, du Pasteur Maury, Président de la Fédératio~ Protestante de France et de Mgr Metellos, métropolite de l'Eglise ortodoxe grecque de France, l'abbé Jean Pihan ~ice-président du mrap a fait une allocu~ tlon au cours de laquelle il a notamment stigmatisé le « racisme économique » qui découle du pillage du Tiers-Monde et l'exploitation des t~availleurs immigrés. Faisant allUSIOn aux thèses de la nouvelle- droite, il a dénoncé «ces doctrinaires qui combattent le christianisme égalitariste au nom de la pureté de la racE! », affirmant que « c'est par de tels préjugés et de telles généralisations que s'ouvrent les chemins qui mènent à Auschwitz ». carnet nos deuils • Pierre Boiteau, homme de scienceg et homme de coeur, avait contribué à la lutte contre le racisme et le colonialisme, notamment à Madagascar, par ses écrits, par ses prises de position, son soutien au mrap. Sa mort est ressentie avec une peine profonde par tous ceux qui l'ont connu. Que son épouse et ses enfants trouvent ici l'expression de notre douloureuse sympathie. • .Tous ceux qui, après la seconde guerre mondiale, ont lutté contre les séquelles et la renaissance du nazisme, contre la remilitarisation de l'Allemagne non-dénazifiée, pour les idéaux de la Résistance, ont le souvenir des discours d~s articl~s de Louis. Martin-Chauffier, qui vient de s éteindre à l'age de 86ans. Membre de l'Institut, commandeur de la Légion d'Honneur, Croix de guerre 1914-1 918, Rosette de la Résistance, il participa à de nombreuses campagnes du mrap. Nous présentons à sa famille nos sincères condoléances. . mariage Nous avons appris le mariage de notre amie Domini:1ue Kriwkoski, productrice à la téléviSion, qUi fut plusieurs années membre du Bur~ au National du mrap, avec Samuel Itzovltch,. réalisateur. Nous leur exprimons nos féliCitations et nos voeux les plus cordiaux. . naissances Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance d'Elodie, fille de nos amis Paul et Sylvia Nataf; de Faustine, fille de Richard et Virginie Decombée ; de Odile, fille de Sylvie Ravel et Pierre Papaya, A tous, nous adressons nos félicitations chaleureuses et nos voeux de bonheur. N° de Commission paritaire: 61013 31 •

Notes

<references />