Droit et Liberté n°224 - septembre 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°224 de septembre 1963 [racisme U.S.A.; racisme]
  • Antiracistes américains, nous sommes avec vous ! page1
  • Rentrée par Pierre Paraf page1
  • Disriminations raciales dans un café parisien. Page1 et 4
  • La sixième colonne par J.M. Bressand (jumelage en Allemagne) page3
  • Après les incidents de Saint-Denis, propos alarmants par Roger Maria page4
  • Schoelcher n'avait pas prévu ça par Georges Sarotte page4
  • Le rassemblement de Hamelin annulé (néo-nazis) page5
  • Condamné à la réclusion perpétuelle, Hans Globke prend sa retraite
  • Soutien fraternel aux antiracistes américains page6
  • Vivre à Birmingham par le pasteur Henri Roser
  • Burt Lancaster: la marche sur Washington a été un coup de poing moral,

recueilli par Jacques Deltour

  • Comment j'ai découvert la haine par Françoise Gourdon page8
  • L'art contemporain est en deuil: hommages à Georges Braque et Jacques Villon par

Guy Dornand

  • Un combattant : Jules Isaac par Jacques Malaude
  • La quarantaine par Fereydoun Hoveyda.

Numéro au format Pdf

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

.- Anti-- racistes ,. . amerlcalns 15 SEPTEMBRE- 15 OCTOBRE 1963 N° 224 0,75 F - NOUS SO MES AVEC VOUS'! DANS L'UNION partout en France multiplions les manifestations DE SOLIDARITE avec les Noirs et les Blancs qUI pour la luttent ·aux Etats-Unis justice el la dignité humaine (Voir page centrale.) Discriminations dans un café raciales par•i s•i en I L Y avait foule, le samedi 14 septembre, en fin d'après-mid i, au « Paris-Londres », 22, rue de Dunkerque (près de la gare d u Nord) ; il Y avait foule aussi sur la terra sse, sur le trottoir et même dans la rue. Ma is la direction n'avait pas lieu de s'en réjouir ... Car, dans ce café on refuse de servir les consommateurs à la peau sombre. Deux Antilla is, MM. Eugène Boisseron et Serge Guéry, ayant dema ndé un demi au bar, le gérant leur ovait rétorqué qu'i l fa llait man - (Suite page 4.) de 200.000 personnes ont participé, le 28 aoüt, à la puissante Marche sur Washington, affirmant leur volonté de faire échec à la ségreation et à la haine déchaînée contre les citoyens noirs des Etats-Unis. RENTREE V OrCl les vacances terminées ct le moment venu pour tous nos amis du M:.R.A.P., de r~prcndre une activité qui, du côté de notre secrétanat, n'av:1it jamais cessé. L'actuabté dans notre secteur antiraciste ne connait pas de trêve. E II.~ exige une vigilance à la mesure des périls qui ont continué de peser sur l'horizon, à lllaints égards éclairci de notre pluvieux été. Dans ce rapide bilan du retour, enregistrons d'abord des résultats dont la conscience du monde peut se féliciter. D'abord le scandaleux rassemblement des SS qui, avec tant d'associations d'anciens déportés, d'anciens' résistants et combattants nous avait justement indignés, n'a pas eu lieu. Globke va prendre sa retraite. Veillons à ce que dans toutes les avenues du pouvoir d'intolérables présences d'anciens hitlériens ne viennent plu~' défier par 1 Pierre PARAF 1 Président du MRAP les vIctImes survivantes, compromettre une réconciliation que nous avons touJours souhaitée avec une Allemagne démilitarisée, dénazifiée, vraiment pacifique. Contre la ségrégation en Afrique du Sud, le Conseil de Sécurité a énel'giquement réagi. Continuer à livrer des armes à l'Etat qui pratique une telle politique, c'est s'en proclamer le complice. La grande majorité du Conseil a montré par son expresse recommandation de cesser toute livraison qu'elle. se refusait à compromettre avec le Droit, avec ce principe élémentaire de morale internationale qu'est l'égalité sans distinction de couleur et d'origine. Et maintenant, après les rayons les ombres. Elles nous viennent d'abord des Etats-Unis. La lutte se poursuit dans les Etats du Sud et l'on attend du Pré,ident

(Suite page 9) DIINr tE NUMERD: Pasto·ur Henri ROSER : Vivre à Birmingham (page 6). Marcel MERIGONDE : Poursuivre ensemble (page 5). Jacques MAD A U LE: Un combattant: Jules Isaac (p. 11). Françoise GOURDON: Comment j'ai découvert la haine (page 8). Jean-Marie BRESSAND: La si xième colonne (page 3) . C'o.orges SAROTTE : Schoelcher n'avait pas prévu ça (page 4). Roger MARIA: Propos déformants (page 4). Schofield CORYELL: Le 21 août à lParis (page 6). Guy DORNAND : Les Arts (page 10). Fereydoun HOVEYDA La quarantaine (page 12). 2 JUILLET 19-VII. - 60 personnes, dont 17 enfants, arrêtér , à New York à la suite de manifestat: ,ns contre la ségrégation dans les Cl ~ntiers de construction. 22-VII. ~ Heurts violents à Saint-Denis, entre travailleurs d'Afrique noire et d'Alg'-rie. 23-VII. ' L. La Cour Suprême de République

nocratique Allemande rend son

verdi t: Hans Globke condamné à la détention perpétuelle. AOUT I-VIII. - Dans les rues de Montpellier, des Jo l,rachutistes se livrent à la « chasse al. { Algériens », faisant plusieurs victim'ès. 4-VIII. - A Gadsden (Alabama), la police ut.ilise contre les manifestants noirs des ai~uilIons électriques employés or dinaireIJ; ent pour le bétail. 5-VT;$I.. -; En P!"é~ence de M. Thant, sptcretalre general des NationsIllnies, les ministres des Affaires tEtrangères de l'U.R.S.S., des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne SIGNENT LE TRAITE SUR L'ARRET DES EXPERIENCES NUCLEAIRES. • Les dockers d'Alger refusent de décharger un navire français transportant des marchandises pour l'Afriquc du Sud. 7-VIII. - Chef d'une unité qui se livra au massacre de nombreux juifs en 1941- 1942, l'ex-lieutenant-colonel SS Robert Mohr est condamné par la Cour d'Assises de Wuppertal (R.F.A.) à ... 8 ans de réclusion. 8-VIII. - A l'O.N.U.; par 9 voix et 2 abstentions (France et Grandc- Bretagnc) le Conseil de Sécurité « demande solennellement à tous les Etats » DE CESSER L'ENVOI D'ARMES ET DE MUNITIONS en Afrique du Sud. 10-VIII. - Une fillette noire de 14 ans Serina Taylor, tuée d'un coup de fusïi par des racistes circulant en automobile, à Jersey City (New·Jersey). 12-VIII. - L'actrice Madeleine Sherwood, arrêtée avec 11 autres personnes pour avoir participé à une manifestation antiraciste est condamnée à 6 mois de prison à Gadsden (Alabama). 15-VIII. - A Los Angeles, des racistes enduisent de goudron brûlant une jeune femme de 27 ans, Mrs Kathy Harwell, sous prétexte qu'elle « fréquentait un noir )). • il.. Birmingham (Alabama), une gre· nade lancée dans un restaurant qui avait aççepté d'abolir la ségrégation, l f"a:1t 6 blessés. 16-VIII, - Deux antifranqulstes, FranciscO Granados Grata et Jaquin Delgado Martinez, exécutés au garrot en Espagne. 17-VIII. - Une grenade explosive cst lancée à Bruxelles dans un dancing fréquenté par de nombreux CongOlais. 41 blessés. 19-VIII. - Nouvel attentat raciste à Bruxelles : un engin explose à la MaiSon Africaine. 21-VIII. - Manifestation des Américains de Paris contre la ségrégation r aciale aux U.S.A. 26-VIII. - Des affiches antisémites collées dans la nuit sur la Maison de la Communauté juive, à Berlin-Ouest. 28-VIII. - Plus de 200.000 manifestants antiracistes participent à la MARCHE SUR WASHINGTON. 3l·VIII. - Manifestatio'n enthousiaste à Forli-'de-Firance, pour le retour des quatres jeunes Martiniquais libérés après plusieurs semaines d'emprisonnement à Paris. SEPTEMBRE 2-IX. - Par décision du gouverneur Wallace, les écoles de Tuskegee et de Huntsville où devaient entrer pour la première fois des enfants noirs sont fermées et gardées par la milice de l'Etat d'Alabama. 4-IX. - A Birmingham, un noir qui participait à une manifestation antiraciste est tué d'un coup de revolver . . S-IX. - Un noir de 20 ans, John FOley, tué par la police à Birmingham au cours d'une manifestation antiraciste. 8·IX. - Référendum en Algérie: la Constitution est adoptée par 97,7 % des suffrages. • Arrêté il y a deux ans comme dirigeant de l'O.A.S., le général Vanuxem est acquitté par la Cour de la Sûreté de l',Etat. IO-IX. - Le président 'Kennedy place sous contrôle fédéral la milice de l'Alabama, qui empêchait les élèves noirs d 'entrer dans les écoles. • Violentes manifestations contre les écoles chrétiennes en Israël. ll-IX. - Quelques enfants ncirs entrent dans les écoles de Tuskegee, Mobile, Huntsville, en Alabama, désertées par nombre d'élèves blancs. 15-IX. - M. Ben Bella élu président de la République Algérienne, par plus de 95 % des suffrages. • Abominable attentat à Birmingham (Alabama). Quatre fillettes tuées, 23 personnes blessées, à la suite de l'EXPLOSION D'UNE BOMB.E DANS UNE EGLISE, Deux autres jeunes gens tués dans les rues par des racistes, qUE PAIX • Espoir P ENDANT fort longtemps, et naguère encore, l'été fut la saison propice a ux orages internotionaux. Cette année, pourtant, août a été marqué non par l'angoisse de la guerre, mais par l'espoir de la paix. Le traité signé à Moscou au début du mois par les représentants de l'U.R.S.S., des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne a créé un climat nouveau. Il apporte non seulement l'interdiction des essais nucléoires dans l'atmosphère, dans l'espace et sous l'eau (dont la nocivité n'est plus à démontrer), mais aussi et surtout, la perspective d'autres négociations, d'autres accords. Après ce premier pas, des mesures nouvelles devroient pouvoir donner aux hommes un peu plus de sécurité, de confiance, la possibilité d'utiliser à des fins humaines et non plus destructrices, les immenses ressou rces offertes par les progrès scientifiques et techniques. Mais ne nous y trompons pas. Les résultats atteints ne sont pas dus au hasard. Ils sont le fruit de la pression qu'exerce l'opinion publique mondiale en faveur de la paix, et qui ne doit pas se relâcher. Nous sommes bien placés, nous Français. pour nous en rendre compte, alors que notre gouvernement est l'un des rares, avec celui de la Chine, a refuser de signer le traité de Moscou. La «force de frappe .. , instrument problématique d'une illusoire grondeur, grève de plus en plus lourdement le budget national, pèse sur la vie quotidienne de chaque famille et sur l'avenir du pays. Nous constatons d'expérience que la paix doit se gagner de haute lutte contre les forces qui s'y opposent. Cette lutte est inséparable de notre action pour la compréhension entre les hommes, pour l'égalité et la fraternité. N'est-il pas significatif que, dans le débat au Sénat américain, les adversaires les plus farouches du traité de Moscou soient les représentants racistes du Sud, pour qui guerre froide et ségrégation vont de pair? Fort heureusement, les artisans de la tension et de la haine battent aujourd'hui en retraite. Et l'on peut se féliciter de ,'esprit de bonne volonté qui parait préva' air à l'Assemblée générale des Nations Jnies, dont la 18' session vient de s'ouvrir ~avec les discours de MM. Gromyko et Kennedy. Les peuples se doivent de veiller et d'exiger de nouveaux actes sur la voie de la paix. --"'" AFRIOUE DU SUD • Nouvelle étape à l'ONU LA politique de ségrégation raciale pratiquée en Afrique du Sud, suscite des critiques sévères depuis plusieurs années. Mais l'indépendance de la plupart des pays africains a donné une ampleur nouvelle à l'action poursuivie pour mettre fin à l'apartheid. La conférence d'Addis Abeba est une date marquante de cette lutte. Les résolu tions prises ont conduit à un harcèlement des délégations sud-africaines à toutes les réunions internationales. Ce fut notamment l'exclusion du Bureau international du Travail et plus récemment «l'invitation à quitter la salle .. où se déroulait la Conférence internationale sur le tourisme. Entre temps, la Yougoslavie fermait son Consulat général à Johannesburg, l'Egypte interdisait le survol de son territoire par les avions sud-africains, et plusieurs autres pays contribuaient, sous d'outres formes, à l'isolement de l'Afrique du Sud. Cet ensemble de mesures devait être couronné par le récent débat du Conseil de sécurité, réuni à cet effet. La position des «g'rands occidentaux .. était assez peu confortable. D'une part les Etats-Unis et l'Angleterre ont investi d'importants capitaux dons les industries d'Afri_ que du Sud et il est très difficile de trouver ailleurs, à des conditions aussi avantageuses, l'or, les diamants et l'uranium. Le gouvernement français entretient de bonnes relations avec celui de l'Afrique du Sud et n'oublie pas l'appui constant que celui-ci lui apporta à l'O.N.U. pendant la guerre d'Algérie. Mais d'autre part, le soutien trop évident d'un pays pratiquant le racisme sous sa forme la plus brutale ne peut être maintenu sans que les pays d'Afrique en prennent ambrage. Cette conjoncture a donné lieu ou vote de la résolution du 8 août dans laquelle le Conseil de Sécurité réprouve la politique de discrimination raciale contraire à la Charte des Nations Unies: Il demande que la politique d'apartheid soit abandonnée et que les personnes emprisonnées pour s'y être opposées, soient libérées. Que tous les Etats cessent de livrer des ormes, PASSE.T.IL ? • - - «'TRIBUS» 1 UN jeune . garçon dont le père est connu sous le surnom de « Le Gitan » ~e bat, ~près boire ,a~ec un ouvrier espagnol. Vacarme, émotion locale, mte~entlOn de la polIce, etc ... , ce n'est qu'un de ces petits faits· divers dont les Journaux sont remplis quotidiennement. On se bat aussi dans les beaux quartiers, et dans les grandes familles, et souvent pour les mêmes raisons. Le .cinéaste Jean Renoir fit déjà ce rapprochement dans « La Règle du Jeu JO. MaIS « Ouest.France », que j'ai eu déjà l'occasion d'épingler interprétant cet indident, parle curieusement de « rixe tribale ». Sans dout~ groupe-t·il dans l Ia même. « tr~bu » ,tO!!t ce qui est « étrangel' »? Par exemple qu'un citoyen morvandIau VIenne a echanger des mots avec un Alsacien dans un restaurant de Plougastel-Daoulas, voilà qui alimenterait la xénophobie maladive de son 1 rédacteur. II est probable que celui·ci, pour qui un pseudo gitan et un authen- 1 tique espagnol appartienne au monde « tribal » en question ignore le sens des mots qu'il emploie. C'est la seule excuse qu'on lui trouve. 1 Mais qu~ dire du journaliste de « Paris·Jour », Olivier Reichenbach, qui, parlant du film qu'un jeune metteur en scène veut tourner en Israël, n'hésite pas à écrire : ({ Il compte aussi sur la générosité de certaines têtes couronnées 1 du Tout·Paris sémite pour ajouter quelques deniers . à son faible budget » ? Vous avez bien lu ! Mais si le Tout-Paris antiraciste allait botter les fesses de ce petit imbécile, il devrait rester debout pendant longtemps : le temps de relire la collection complète du ({ Pilori » et le commentaire des lois de Nü- 1 remberg, signées Globke ! - - des munitions et des véhicules militaires à l'Afrique du Sud, Et il prie le secrétaire général de faire un rapport au Conseil de Sécurité avant le 30 octobre, sur la situation de ce pays. La clause demandant le boycot_ tage des marchandises sud-africaines a été repoussée à la demande des Etats-Unis. La France et la Grande-Bretagne qui s'opposaient à toute résolution condamnant l'Afrique du Sud, se sont, cette fois·ci, abstenues. Les milieux financiers de Johannesburg . s'inquiètent de plus en plus de ces attaques et le ' ministre sud-africain des affaires étrangères, M. Eric Louw, a violemment critiqué l'attitude de l'Occident à l'égard de son pays, dans un discours prononcé le 11 septembre dernier. La mesure la plus sérieuse, le blocus économique, a été rejetée, mais la lutte se poursuit et le Comité de l'O:N,U. sur l'apartheid vient de recommander, le 18 septembre, le blocu~ de l'Afrique du Sud, • Une démarc'le du MRAP Lars de la session du Conseil de sécurité consacrée à l'apartheid, le M.R.A.P. a adressé au Président de cet organisme, ainsi qu'aux délégations participant au débat, une lettre où il exprime« le soutien ardent de l'opinion antimciste française à tous les efforts qui seront entrepris pour mettre fin à cette forme particulièrement cruelle de la discrimination raciale ", u Des citoyens de toutes opinions politiques, soulignait cette lettre, réunis sous l'égide de notre Mouvement ou appartenant à diverses associations syndicales, étudiantes ou autres, ont manifesté maintes fois, dans la dernière période, leur opposition vigoureuse au racisme sud "africain, comme à toutes les atteintes aux droits et à la dignité d'un groupe ethnique ou confessionnel, dans quelque pays et sous quelque forme qu'elles se produisent, Solidaires de tous ceux qui combattent l'apartheid, ils entendent amplifier encore cette campagne nécessaire de défense de l'Homme". u Aussi espérons-nous, concluait-elle, que le Conseil de Sécurité adoptera des mesures. efficaces, susceptibles de priver de tous les appuis dont ils ont besoin, les gouvernants racistes qui s'emploient à perpétuer par la violence un régime condamné par toute l'humanité civilisée ", Plusieurs réponses sont parvenues au M.R.A.P., le remerciant de sa démarche et lui témoignant un complet accord. Elles émanent de la Présidence du Conseil de la République Algérienne, de l'ambassade de la Côte d'Ivoire en France, et du Ministre d'Etat pour les Affaires panafricaines du Kenya. HIER ET AUJOURD'HUI • Les «amis de Drumont» UN communiqué de presse annonçait, au début d'août, la création d'une « Société des Amis d'Edouard Drumont ». Elle se donne pour obj ectif d' « entretenir et alt besoit~ défendre la mémoire » de ce tristement célèbre personnage, dont le nom symbolise la rage antisémite dans sa plus extrême férocité. Oncle TOM. 1 Drumont, fondateur de « La Libre Parole », prit une part essentielle dans les campagnes de haine au temps de l'affaire Dreyfus. Il fut pendant de longues années le chef de file et le « théoricien » de ces hordes d'excités qui attaquaient Zola, et dont les cris de « mort aux juifs » emplissaient les rues. Aussi n'est-il pas étonnant de trouver parmi ceux qui patronnent la Société en question les' représentants les plus en vue de plusieurs journaux 011 groupements fascistes et racistes. Y figurent notamment : l'ex- « commissaire aux questions juives » de Vichy. Xavier Vallat, avec Dominique Vemler, « führer » de « J eune Nation », tout récem. ment jugé par la Cour de Sûreté de l'Etat et qui ne paraît pas s'en porter plus .!TIal; Mattrice Bardèche, directeur de « Défense de l'Occident », animateur de l'internationale néo-nazie: Pierre Dominiq!~ e, Henri Poulain, Abel Manouvriez, de « Rivarol »; Henri Coston, spécialiste des publications antisémites aujourd'hui comme sous l'occupation; le poujadiste Bean de Loménie. l'éclacteur à cc Fraternité Française », etc., etc ... La mémoire cie Drumont. 011 le voit, sera bien honorée. Mais quelle honte pour notre pays! • Le «bon» Goerinq LE « sensationnel » a des limites! La publication par « Le Nouveau Candide » des Mémoires cI'Emma Goering, « la première dame du UI" Reich » a suscité une légi.time émotion dans les milieux antiracistes. A croire cette dame, Hitler et ses acolytes étaient tout simplement de charmants hommes du monde. Quant à Goering lui-même, il passait son temps à ... sauver les juifs des camps de concentration qu'il avait été personnellement charg-é cie créer (elle le reconnaît) mais dont il ignorait ce qui s'y passait. « Dans son esprit, écrit-elle avec une impudente candeur, il s'agissait uniquement d'établissements de rééducation. » Cette tentative de r éhabilitation cI'un des « héros » du nazisme constitue, en soi. un intolérable cléfi à la mémoire des millions de victimes qui lui ont valu (Suite page 3,) DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7 f, 50 Abonnement de soutien 15 F. ETRANGER Un an : 12 F. Par avion : tarifs divers selon pays Compte Ch. Post.: 6070-98 PaI'l.!> Pour les changements d'adresse envoyer 60 centimes et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté li ou s'abonner au Il Cercle Culturel et Sportif Juif », 52. rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au a.a.p. 278947" de M. 8. Gutman, Bruxelles, Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PB. 1 1 _._._._._...:0-._._._...:0-._...:0-.,._


3

qUE PASSE-T-IL 9 • (Suite de la page 2) d'être condamné à mort par le Tribunal international de N urembefl;. Mais il faut souligner en outre combien de telles publications peuvent être nocives pour l'ayenir : les jeunes générations, qui ne connaissent ni Hitler ni Goering, si elles n'avaient d'autres informations que celles-là, se trouveraient désarmées face aux menées de ceux qui rêvent encore à la revanche. Notre secrétaire général, Charles Pa. lant, a adressé au « Nouveau Candide» une lettre de protestation qui a été (partiellement) publiée. POSITIONS '. M. Nocher et le racisme NOUS avons lu récemment dans « La Manche Libre », cet intéressant passage d'une revue de presse: « E,"lfin, puisque nous en sommes au chapitre des commentaires, notons que le racisme s'exprime librement en France, à la R.T.F., par la bouche volubile et discutée de· M. Jean Nocher. Dans quelques jours, il nous rappellera qu'il ne fait jamais de politique (!) mais il a pu disposer d'une heure de grande écoute au bénéficè d'une place exceptionnelle da"ls les programmes, à la suite des informations de F.-rance II, suivies par tous les amateurs d'informations régionales et par les gens qui rentrent tard chez eux, pour manifester une .hostilité hargneuse à la manifestation de Washi"7.gton. « paur lui, les Noirs amencains font du racisme à rebours, il n'est même pire .. racisme que le leur. Le racisme blanc n'est rien à coté. Bien entendu, les Noirs sont sous l'influence du communisme et cela seul peut les rendre si effrontés que de réclamer l'égalité avec les Blancs. « Leurs « extrémistes» VO,"lt jusqu'à demander, dans les postes administratifs et autres, un pourcentage de p(aces con· forme à leur importance dans la Nation. Qu.e dites-vous de ce scandale? Notre discoureur, lui, s'emp. ... esse de prétendre que les Noirs veulent ces places, même s'ils n'en ont ni les aptitudes, ,"li la qualification, même s'ils en sont incapables! « C'est à se demander s'il ignore qu'il s'agit de l'Amérique et non de la brousse africaine et que les Américains « de couleur » disposent probablement dès aujour· d'hui des person'les qualifiées correspondant à ce qu'ils réclament, personnes qui ne peuvent, par' suite de préjugés ,"'aciaux, obtenir les postes qu'elles briguent, « D'ailleurs, l'intelligence ne leur man· quant pas plus qu'à M. Nocher, il suffirait de quelques années d'i"ltégration scolaire, teChnique et universitaire pour mettre les Noirs, dans le domaine des aptitudes, sur pied d'égalité avec les Blancs, comme ils le sont, qu'on le veuille ou non, dans le domaine humain. « On s'éton"lera peut-être que nous insistions sur un commentaire de ra:dio qui n'a duré que quelques minutes, C'est que M, Nocher fait, lui du racisme qui n'est pas à rebours, mais dans le sens courant, dans le sens, hélas, instinctif. « En tout Blanc, il y a, par orgueil ou sottise, U,"l raciste qui sommeille. Ce n'est pas de quoi nous rendre fiers. Tout au moins, ne le réveillons pas! )J. H. G. Un franc LA hausse généralisée des prix, sensiiJle dans tous les domaines de la vie, a des répercussions particulièrement lourdes dans la presse, Tous les .éléments de la réalisation et de l'expédition d'un journal ont subi ces dernières années, ct plus encore ces derniers mois, de notables augmentations de tarifs. Qu'il s'agisse de l'imprimerie, du papier, du routage, ces augmentations ont amené les quotidiens à passer, le 1" août, de o fr. 25 à 0 fr. 30. Depuis, la tendance ne s'est pas mo.difiée. En août, nous avons été inroi'més d'une augmentation de li % sur le routage. Et dans une lettre au Président de la Fédération Nationale de la Presse Française, le ministre des Postes. et Télécommunications, tout en reconnaissant « les lourdes charges auxquelles la presse doit faire face )l, annonce qu'à dater du 1" septembre, le montant de l'expédition des journaux sera doublé. C'est pourquoi nous nous voyons contraints, comme l'ont d'ailleurs déjà fait l'ensemble des périodi. ques, de porter notre prix de vente à UN FRANC et l'abonnement mensuel à 10 FRANCS à partir du procha,i n numéro (1). Un • . urnal comme le nôtre qui s'exprime librement, qu'aucune subvention occulte ·ne saurait inl1uencer, ne peut vivre, dans la situation présente, que par la volonté de ses lecteurs, dont il exprime les aspirations et à qui il appodc une documentation précieuse. Nous sommes convaincus que leUr soutien, en ces circonstances, ne nous fera pas défaut. Mieux': dans ce combat que nous poursuivons tous ensemble, nous voulons croire que nos innombrables amis redoubleront d'efforts. Nous comptons sur eux pour faire plus largement connaître « Droit ct Liberté )l, recueillir des abonnements, solliciter des annonceu,·s. Tous ensemble, nous agirons IlOur que notre Mouvement et son journal soient à la hauteur des tâches qui les attendent. « Droit et Liberté }). à 7 fr. 50 Jusqu'au 15 octobre. ----------------~ _ (1) L'abonnement demeure donc • « BRASILLACH? CONNAIS PAS ». - La mode i!ltellectuelle, cette année, a la mémoire courte. Nous assistons · au retour en grâce de ces écrivains qui donnèrent leur .appui aux bourreaux racistes. Craignant, sous qoute, que le!; « jeu.nes générations » oublient Brasillach, on se propose de le rééditer au « Club de l'Hannête Homme » (?). Une chose est bien de parlE'r de So.phode et du gé!lie grec, voire du cinéma, c/en est une' autre d'écrire dans « Je Suis Partout », de pdeurer de tendresse devant les soldats nazis. Un homme qui cautionne un génocide ne pEut pas être un « humaniste ». • LES VILAINS PETITS CANARDS. - Le Danemark vient de prendre, très publicit. airement, une mesure abolissant le règlement qui obl igeait les armateurs employant des marins de couleur à prévoir cabines et toilettes séparées (pourquoi pas deux bateaux ?). C'est très bien. Brovo. Mais pourquoi, dans le même temps, le tribunol des prud'hommes de Copenhogue condamne-t-il à des dommages et intérêts, voire à des amendes, les dockers danois qui ont refusé de d,édt~rger des navires en provenance d'Afrique du Sud, pays de l'aP9rtheid ? • LA NOBLE RACE GERMANIQUE. - 'Ça y est, 112'5 « grands aryens blonds » on,t enfin trou~é des successeurs aux' Juifs et {( Ost arbeiter » pour leur interdire l'entrée des cafés et restaurants. Témoins les pancartes refusant l'accès de-s établissements pré-cités aux ouvriers italiens, ·à Nuremberg. La supériorité des Germains sur les Latins ne fait ici pas de doute. • OUBLIONS LE PASSE ... - Lu dans « Rivarol » (pas par goût), une phrase de M. Raymond Cartier, parue dans l' « Echo de Paris» 1937, et tout plein édifi,ante : « Le fascisme, cette étonnante explosion de jeunesse et cie vita lité. » Est-ce possible? • LA HAUSSE. - En Alle ... agne F.adéraie aussi « il » augmente. Le budget de la Bundeswehr est en progression de 22,6 % par rapport à celui de l'exercice précédent, Il représente 32 % du budget total de l'Allemogne de Bonn. • LES TUILES D'HIROSHIMA. - Les savants de l'Université de Kyoto viennent de révéler que les tuiles d'Hiroshima sont encore raclioactives, 18 ans après le bombardement. La . ., SIXleme colonne LE jumelage de villes est peu à peu entré dans les moeurs. Ce mode nouveau de coopération internationale au niveau des masses est en général bien accueilli, même si d'aucuns n'y voient que son aspect folklorique. Mon propos n'est pas d'expliquer en quoi le jumelage peut être le moyen d'une information vraie, d'une démocratie de base, d'une coopération mondiale dans tous les domaines d'activités, dans un esprit de compréhepsi.on et de tolérance, mais de souligner que, comme la langue d'Esope, il peut être la meilleure et la pire des choses; ainsi entre les mains de la République Fédérale Allemande, ce paisible moyen de rapprochement est en train de devenir un formidable out-il de propagande et d'action psyc holo.qiqu,e. Le jumelage est devenu en effet en Allemagne Fédérale une sorte d'institution officielle encouragée et financée par les Pouvoirs publics; ce financement facilite l'éclosion de nombreuses organisations privées, extrêmement actives, du type « Bourgogne-Rhénanie-Palatinat », par Jean-Marie BRESSAND Délégué général de la Fédération Mondiclle des Villes Jumelées qui vont voir leurs moyens d'action décuplés par les crédits culturels du Traité frànco-allemand. Ajoutez à cela l'aide d'un autre « fonds culturel » qui vient d'êtl-e créé à cet effet au Conseil de l'Europe. Observons tout d'abord que ces jumelages régionaux entre une p\"Ovince iralo caise et un land allemand, à l'intériet~' ' desquels 011 multiplie les jumelages (l communes, constituent un premier déséquilibre

le provinces de France sont

depuis I790 dénuées de toute existence administrative et de tous moyens matériels', tanùis que les land ers ont un f!:OUvernement et un budget propres. On est là fort éloigné des principes d'égalité et réciprocité qui doivent présider à toutes relations entre collectivités locales étrangères. Le second inconvénient de cette irruption de jumelages franco-allemands dans la vie française (2S0 à ce jour. 60 ~n cours dans la seule Bourgogne), c'est le dépérissement des autres jumelages .- en particulier franco-britanniq ues - qui ne bénéficient d'aucune aide et qui sont quelquefois en butte à l'hostilité déclarée, tels les ïumelages avec des villes de pays socialistes. Signalons à ce propos que les refus de visas qui sanctionnent svstématiqllement les jumelages avec l'Est européen sont à mettre, en partie, sur 10 f'ompte de l'attitude intransigeante de l'Allemag- ne Fédérale qui en fait une mesu'-e rIe rétors'ion vis-à-vis du « mur de Berlin », - intransie:eance sur laquelle ~'alig-nent les partenaires européens ~t atlantiqu('~ même si ce n'est pas toujours de gaîté cie coeur.

    • *

Voici sous une forme schématique les 0pinions de quelques officiels allemands avec lesquels j'ai PU m'entretenir de ces questions de jumelag-es : - l'Allemagne Fédérale n'a qu'un seul problème : la division de son territoi re; tout doit être subordonné à sa solution; le moyen par excellence pour empêcher la division actuelle d'être définitive. c'est l'alliance avec la France, une alliance étroite ~u point d'en faire un seul corps, nn seul peuple; - cette fusion des deux pays doit constituer un centre d'attraction tel que les divers "pays limitronhes viendront s'agl!lutiner à ce noyau élémentaire; . ..:: de proche en proche se ,-onstituera l'Europe, pourquoi nas jusqu'à l'Oural, mais en attendant, la division de VAllemagne ne pourra être consommée, car un seul neuple (franco-allemand. etc ... ) )11 iil11lai ". flu'une seule revendication (1~ réunifica.tion) ... Ft pour cette intég-ration rIes corps et des âmes. condition rie la fus ion :lécessaire. l'Allemagne Fédérale a choisi le ju111 elape. Cette intégratinll des 'masses par le illm('la~e il un fâcheux précédent : ;J

s'agit rie l'opération en favellr desiumelag-

es hanco-alg-éI-iens qui devaient unir AIg-érois et Métropolitains dans une même solidarité: ce ne fut pas la faute des préfets ni cles centaines de millions dépensés si la cause de l'Algérie française ne fit pas, de ce fait, de notables progrès ... Autre similitude, les' promoteurs de l'Opération algérienne - Premier Ministre (M. Michel Debré), Ministère de l'Intérieur, Mouvement National des Elus Locaux (Roger Duchet), André Voisin), - se targuaient d'avoir réalisé (j; deux cents jumelages franco-algériens », on se félicite aujourd'hui en haut lieu d'avoir franchi allègrement le cap des deux cents jumelages francoallemands, Encore quelques mois de cette cadence et les' relations internationales des Français se définiront ainsi : d'une part une masse de touristes de toutes nationalités qui « passent », isolée dans sa langue, ses cars, ses hôtels, et une masse de ressortissants d'Allemagne Fédérale qui pénètre dans l'intimité des foyers d'un millier de villes françaises, Cette « Sixième Colonne » est, certes, plus pacifique que la pl-écédente, mais on ne peut s'empêcher de la trouver un peu envahissante.,. '. , .~ Et tout cela, apparemment, est apolitiqt~ e, car les dirigeants d'Allemagne Fédérale n'ont que méfiance pour les jumelarges' Ot-ganisés par certains mouvements européens (comme le Conseil des Communes d'Europe), pour diverses raisons dont l'une est suffisante : le cadre d'une organisation quelle qu'elle soit est incompatible avec la nécessité pour l'Allemagne Fédérale de cons-erver en mains propres la direction des opératians; de plus, il faut reconnaître - et j'ai quelque mérite à le faire ... - que ces mouvements européens évoluent, se dégag-ent d'une certaine conception étriquée -de l'Europe, et en tout cas ne subordonnent pas toute leur action - ct leurs jumelages - à la' réunification de l'Allemagne. On peut donc dire qu'à l'heure actuelle il y a deux or.rlanisations de jumelage dans le monde .' la nôtre, animée par des bénévoles, apolitique, universaliste et pauvre; puis l'Allemagne Fédé, ·ale. Celle-ci a, comme nous, un « service central de jumelages », qui est le Ministère des Affaires étrangères il Bonn, et des correspondants' dans Il: monde entier, qui sont ses ambassades; nous avons des témoignages irrécusables comme quoi les ambass'adeul-s allemands « démarchent » les autorités gouvernementales et municipales étrangères avec des listes de villes allemandes candidates - le fait est coman.t dans les paY$ africains - promettant de substantiels avantages, dons et travaux d'aménagement. '•.•' Ce que je crains (~n définitive : - c'est le monopole en faveur des jumelages franco-allemands en France, au détriment des autres contacts internationaux; - c'est qu'il n'y aura aucun antidote à la propagande faite de bonne foi, d'ai lleurs. par l'homme de la rue d'Allemagne Fédérale, embauché au service de l'Etat; et on peut compter sur son dynamisme et sa foi en la cause de l'Allemagne pour faire partager ses vues à nos concitoyens, d'autant plus faci lement que ces contacts de peuple à peuple seront exclusifs de tous autres : or ce n'est pas d'iITéclentistes dont nous avons besoin en France mais de :;ens ouverts à tous les courants de la pensée, fraternels à tous; - c'est que, pendant que la France se détournera de sa vocation universali ste, l'Allemagne Fédérale poursuivra son action psvchologique dans les pays sous-développés et n'hésitera sûrement pas à tenter des jumelages est-ouest, interdits chez nous, pour porter la bonne parole dans le camp « ennemi ». Puissent les gens sérieux comme les redoutait Bernanos, qui n'ont pas cru clevoir s'intéresser aux as'pects positifs des jumelages, s'émouvoir cie cette inquiétante vaque allemande et s'unir ft: nous pour rétablir l'équilibre rompu. ~ Il rentre dans les libertés fondamentales, disait le regretté Jean XXIII, que l'Etat permette à chaque citoyen cie circuler librement et d'établir avec d'autres citoyens à l'étranger les relations de son choix. Puis'se la République Fédérale Alle- 111ande le campI-encire avant que sa politique ne se retourne contre elle et n'isole celle qui voulait isoler. Commémoration Le traditionnel Pélerinage littéraire de Médan (Seine-et-Oise) en hommage à Emile Zola aura lieu, cette année, le dimanche 6 octobre, dans la demeure où le grand écrivain résida de 1878 à 1902, 4----------·---------- Après les incidents de Saint-Denis PROPOS DÉFORMANTS l ~ existe 'plusieurs faço~s de re.latt;r les mêJ?es f~its. C'eu .est .meme t~oublant. D'aill~urs , la manie, propre a notre epoyue, de se Gonner SOi-meme pour impartial ou ob]ectlt, tradUIt souvent un etat de mauvaise conscien~~, une certaJnc aI?titude à décrire It.;s phéno~ènes, mais une dramatique incapacité à les comprendre, à les expliquer, donc a en tuer les leçons pratiques, afm de changer ce qui doit l'être, ce qui peut l'être. Aiusi, ou peut raconter de trente-six façons des incidents sanglants, comme ceux qui sont survenus à SaintDenis, dans la soirée du 22 juillet, entre travailleurs algériens et mauritaniens. Nous ne reviendrons pas ici sur des détails déjà connus, amplement répandus par la presse. Rappelons seulement qu'une querelle banale, à propos d'une affaire de chaussures volées, a mis aux prises, pendant près d'une heure, rue du Lanày ;l Saint-Denis, environ cent cinquante ouvriers des deux pays dans une rixe extrêmement violente, qui a entraîné de nombreux blessés et provoqué l'intervention de la police. Tous les journaux en ont parlé, l'opinion publique s'est émue et nous avons le devoir, en tant qu'antiracistes, d'intervenir à nouveau, car l'affaire n'est pas close. Elle a été l'occasion d'une vague nouvelle de réflexions humiliantes et injustes dans toute une pl:esse à large pénétration populaire, alors que seulement quelques journaux ont eu l'honnêteté d'éclairer la situation réelle sous son vrai jour. En quelques mots, disons que nos amis, par exemple, ont compris d'euxmêmes qu'il s'agissait là d'un de ces drames' de la misère -- malheureux travailleurs contre malheureux travailleurs __ découlant des séquelles du colonialisme et de conditions sociales, propres à la France d'aujourd'hui, qui pèsent d'un poids bien plus lourd pour expliquer les hemts que la prétendue haine fondamentale qui opposerait Africains noirs et Africains du Maghreb. Ces hommes rte se seraient pas battus si le pouvoir ne favorisait pas l'immigration de Noirs d'Afrique pour remplacer, en cas de crise, les manoeuvres algériens et aussi pour créer une réserve de chômeurs ou d'ouvriers sous-payés afin de faire pression sur les travailleurs français eux-mêmes. Ces hommes ne se seraient pas battus si entre toutes les libertés chaque jour aliénées ou liquidées, une au moins se trouvait rigoureusement sauvegardée par la loi : celle de spéculer sans frein sur le 100'ement des plus démunis. C'est vrai qu; les logeurs qui ont ameuté quelques dizaines d'Algériens contre .des sous-Iocatai l'es noirs mécontents étalent des Algériens, percevant jusqu'à cinq et six fois quatre mille à sept mille anciens francs pour le même coin de cave pourrie sur chaque travailleurs noir presque obligé de subir de telles conditions. On pourrait peut-être observer que les taudis coûteux à Paris même, à l'usage des Français, sont la propriété de Français et que ce n'étaient pas des négriers algériens qui logeaient les prolétaires français, sous Napoléon III, dans d'infâmes soupentes ruisselantes de crasseuse humidité. Cette situation du logement est liée à un certain régime de propriété dans des conditions historiques précises Par Roger MARIA et non pas à une origine ethnique quelconque. Et c'est pourquoi il est tellement important de réagir contre les interprétations racistes d'incidents comme ceux de Saint-Denis, car une fois que l'on a accumulé les conditions d'une monstrueuse injustice, il n'y a pas à s'étonner qu'il y ait à en cueillir des fruits amers.

    • *

Peu de journaux ont fait leur devoir de claire explication des' causes du mal, des origines réelles du drame à propos de cette affaire. La plupart ont plus ou moins raconté, sans plus, les faits pénibles qui se sont produits et la situation \s~ épouvantable » (<< Les Echos ») des , e1ques 50 à 70.000 noirs en France. 1Çlusieurs ont laissé transparaître un racisme latent, sans même s'en apercecevoÎ'r, comme si leurs propos déformants étaient « tout naturels ». (Pour simplifier, nous n'indiquerons pas la référence des journaux ci-dessous cités.) Distriminations Paris lSuite de la première po-e' ger pour pouvoir prendre une b:Jisson. Pui s, comme les autres personnes présentes s'étonnaient et s'indignaient (on leur avait servi uniquement à boire) il leur fut répondu sans embage : - Ici, on sert qui on veut ! .. ment l'ordre. En vain. Il fallut appeler la police. Et tandis que les agents constataient la di scri mination raciale flagrante, les passa nts qui s'attroupaient, commentaient sévèrement cette pratique scandaleuse: C'est inimaginable! Ils se croient en Alabama! Celui-là parle d'un « champ de bataille » opposant des « musulmans à des noirs ». Absurde! La plupart de ces travailleurs africains noirs étaient, eux aussi ... mulsulmans! « On se serait cru en pleine brousse », écrit cet autre pour donner de la couleur à son article. Et où se serait-on cru le soir du massacre du métro Charonne? Et il parle de « tam-tams endiablés », de « hurlements sinistres », soulignant avec insistance toutes sortes de détails exotiques qui peuvent exciter la peur du Français moyen devant « ces gens-là, si diffél'ents de nous, et qui viennent troubler la quiétude de nos cités, etc. ». On connaît la chanson. Pourtant, dans le même journal, on trouve l'indication que le commissaire principal Majoutier et ses collaborateurs ont su voir la vérité élémentaire : « Il ressort surtma de leur enquête que cette lamentable histoire est essent'iellement imputabLe à l'extrême misère dans laquelle vivent l'tm et l'autre des deux camps. » D'un grand journal du soir : '« Nos gris-gris nous pro.tègent des balles, hurlaient les noirs attaquant l'hôtel des Nord-Africains. » C'est toujours le même procédé qui consiste à grossir démesurément - dans le cas présent, sur six colonnes en énormes caractères - un détail sans signification profonde, mais propre à montrer les noirs comme de « grands enfants » superstitieux, qui ont donc besoin d'être guidés par les « bons blancs » - alors même qu'à la page suivante on offre à J'appétit des lecteurs la cuisine quotidienne d'un horoscope ridicule ... Bien sûr, « Rivarol », « Fraternité française », « La Nation ~nçaise », « Carrefour », etc., se son! surpassés dans l'utilisati0n sournoisement ou cvniquement raciste de ces incidents : 'l'un évoque « l'investissement de Paris et de nos qrands centres par une lie humaine encadrée de tueurs et télé.qttidée par l'an ti-France », et joue à faire peur : « Une armée de vo'Vous se préPare à la qrand,e tt!erie. » D'un autre : « Le péril est considhable ( ... ) il fatû proté( tel' ces hommes contre les bandits dont le qouvernement a malheure'usement fait ses interlocuteurs à Evian. » Pour l'autre «la rix·e de Saint-Denis aura sonné el1~ore nne fois le qlas dt! bon vieux m"the de l'antiracisme dans le sens de l' histoire ». Et encore : « A l'ère de la décolonisation, la France réduite à l'hexaqone est envahie par les ressortissants de son ancien empire »; ça, c'est le titre' dans l'article, on parle de « ces hon!111e~-enfants », cliché classique de tous les racismes antinoirs: puis, une foi,' cle plus. l'excitation à la peur. : « Le 22 iuillet, c'était contre les nows. Demain, contre qui? » Il est grave d'inciter les lecteurs à s'abandonner au réflexe de la peur; beaucoup n'y sont que troo portés par i o-norance. par sous-éducation, par ref~ s de réflexion. Mais nous, nous g-a:clons confiance. nous lutterons pour aider les gens à sortir de l'ornière raciste. Nous, nous nous sen!ons resp.onsables - et nous sommes lIbres, efflcacement libres. SCHOELCHER , . n avait pas , prevu ça ... QUOI ça ? Eh bien, voyons : la nouvelle traite des " nègres ". Oui ça recommence, ou plutôt ça continue... Bien sûr, pas comme avant, il y a plus d'un siècle. Le progrès, ·Ie " vent de l'histoite ", comme on dit, appelle d'autres méthodes

il n'y a plus de nègres embarqués

à la suite de razzias et attachés 'à fond de cale. Les anciennes expéditions de razzia sont remplacées par les tournées d'agents recruleurs qui groupent les cargaisons de peaux noires et les expédient par milliers pour venir travailler ici moyennant des salaires dont les taux pèseront sur les conditions de travail des ouvriers de France. Dans le monde où nous vivons, il faut toujours qu'il y ait un trafic de chair humaine : traite des blanches, traite des noirs. Cela fait un beau dyptique ! Et vive la Déclaration uni_ verselle des droits de l'homme ! Que les organisations qui ont pour mission de délivrer les femmes blanches vendues par des trafiquants aux ..... du monde entier s'occupent de cette industrie si florissante et si ignoble, pour essayer d'en venir à bout. Quant à nous, antiracistes, nous avons à nous occuper de ces noirs, expédiés de leurs pays commes des boeufs ou des mulets, ou tout autre bétail. Et encore. pour ce_ lui qui est destiné au Zoo, on prend d'infinies précautions afin qu'il arrive frais et dispos à bon port. Certes, la misère sévit dans ces ex-colonies africaines qui se débrouillent comme elles peuvent pour vivre, (ce qui est un motif pour de bons apôtres de clamer que ces .. gens-là .. sont incapables de se gouverner eux_ mêmes et de faire avancer leurs propres affaires). Mais la vie qu'ils trouvent ici n'est certes pas celle à laquelle ils 's'attendaient. Rien n'est fait en haut lieu pour qu'ils voyagent décemment et qu'à leur arrivée ici ils soient protégés de la rapacité des employeurs et de la cupidité de logeurs qui les e"tassent par fournées dans des caves. C'est la grande relève des Algériens qui s'effectue maintenant, leur pays ayant besoin d'eux pour se relever des ruines d'une atroce guerre de sept ans. Leurs remplaçants africains risquent fort d'être aussi maltraités et opprimés que leurs devanciers, bien qu'on ait besoin d'eux, maind'oe. uvre analphabète et sans forma_ tion professionnel/e, bonne pour les besognes accablantes ou malsaines et, il faut l'ajouter, utile pour créer une menace de chômage assez important pour accabler le monde du travail. Le pouvoir a été déjà mis en face de ses responsabilités à ce sujet, mais le nécessaire n'a pas été fait pour améliorer une situation qui suscite l'indignation et la honte des gens de coeur. Ceux-ci ne doivent pas cesser de demander que des mesures efficaces soient prises. Et le M.R.A.P., en accord avec les démocrates y veillera. Des mesures s/imposentl.. Au « Paris-Londres », le 14 septembre ... (Photo Elie Kagan) Même réponse, peu après, à trois autres Antillais, MM. Luc Mirre, François Emboilé, et Clotaire Guerlain . Ce dernier avait déjà trois fois subi le même refus insultant au cours des semaines précédentes. Le M.R.A.P. ayant été al erté, plusieurs de ses dirigeants étoient présents. Ils tentèrent de faire comprendre aux responsables du café, l'absurdité et la nocivité de leur attitude, soulignant que les noirs étaient des hommes comme tous les autres, et que ceux-là, en particulier, honnêtes fonction naires ou étudiants, ne troublaient nulle- _ On n'est pourtant plus au temps des nazis! Puis, les cinq Antillais demandèrent à aller au commissariat pour qu'un rapport soit établi. Plusieurs de nos amis les accompagnèrent et se firent inscrire comme témoins. Cette affaire aura les suites judiciaires qu'elle mérite. Il faudra bien qu'on sache, au " Paris-Londres .. que l'on ne pratique pas impunément le racisme dans notre pays. Nombreux sont les Français qui ne sont pas prêts à le tolérer. Aussitôt après les incidents qui ont opposé, à Saint·Denis, des travailleurs d'Afrique Noire à des travailleurs algé· riens, le M.R.A.P. a rendu publique une déclaration mettant en garde {( tant les intéressés que l'opinion publique contre les tentatives visant à substituer aux pro· blèmes sociaux et économiques réels des interprétations passionnelles, et à opposer entre elles des communautés entières pour atténuer les responsabilités d'une poignée de profiteurs soens scrupules ». « Le M.R.A.P., soulignait encore cette déclaration, attire une nouvelle fois l'attention des pouvoirs publics sur le sort dra· matique des Africains attirés en France et qwi, loin d'y trouver remède à leur dénue· ment, rencontrent dans notre pays des conditions de vie particulièrement inhu· maines. » Enfin, le M.R.A.P. demandait que ({ des mesures soient prises d'urgence pour mettre fin à cette situation scandaleuse, pour que ces hommes qui ne demandent qu'à travailler et à s'instruire, puissent vivre dans la dignité ». Cette déclaration envoyée à la presse fut reproduite en même temps qu'un appel commun des consuls généraux d'Algérie, de Mauritanie et du Sénégal. Ce dernier, M. Omar Willane, écrivait au M.R.A.P_ quelques jours plus tard : ({ J'ai été réconforté par le texte du communiqué que votre Mouvement a adressé à la presse le 24 juillet courant. date à laquelle mes collègues d'Algérie, de Mauritanie et moi·même avons fait insérer dans les journaux ' parisiens une déclaration rédigée en cqmmun et singulièrement similaire à la vôtre. ({ Pour tout vous dire, ensemble, nos coeurs et nos esprits se sont rejoints dans cette noble et efficace démarche qui a su faire taire les chorus tendancieux de certains jouT'nalistes sans scrupule. ({ Veuillez croire... » D'autre part, le M.R.A.P. s'est adressé aux élus du département de la Seine, leur demandant ce qi)'ils entendaient faire pour remédier à la situation des travailleurs africains. Nous publierons les réponses reçues dans notre prochain numérô. LE RASSEMBLEMENT DE HAMELN ANNULÉ POURSUIVRE ENSEMBLE Par Marcel MERIGONDE Président de l'Amicale des Anciens Déportés de Neuengamme EN juin 1963, les anciens Waffen S.S. faisaient paraitre dans leur bulletin .. Der Freiwillige .. un appel en vue d'un rassemblement qui devait se tenir les 21 et 22 septembre 1963, près de Bergen-Belsen. le pri ~exte? Rechercher à l'aide de la Croix-Rouge allemande, tes quelques 50.000 clis parus des Waffen S.S. et faire pression sur les autorités fédérales afin que soien : versées des pensions aux anciens soldats de carriére inaptes au service. La véritable roison ? Recréer l'esprit de corps qui onima les brutes que nous Clvons wnnues. La dernière phrase de l'appel est sans équivoque et il est nécessaire que chacun la connaisse: « Celu i qui e st conscient de son honneur cre soldat et fier de son appartenance à notre unité qu i, à l'époque était tenue en estime par ses amis comme PO( ses ennemis. ne rll a nquè la pas de ve nir à Hameln » . On jugera du cynisme de ces hommes condamnés comme criminels de guerre par le Tribunal de Nuremberg, qui osent se réclamer de l'estime de leurs ennemis. On mesure le danger q'ue fait courir à la paix, le regroupement de ces assassins qui osent revendiqu\H et l'argent et l'honneur. ON auraït aussi mesuré l'oubli des organisations de déportés, si elles n'avaient réagi avec énergie et indignation. Un peu partout, sporadiquement, en ordre dispersé, avec des moyens divers, les responsables des organisations de résistonce ou de la déportation ont publié des communiqués, adressé des cartes protestant contre ce rassemblement. l'Amicale de Neuengamme a pensé qu'il fallait coordonner notre action et quP. le terrain était bien choisi pour une action unitaire. C'est ainsi que j'ai été amené à inviter à une réunion qui s'est tenue le 12 Juillet 1963, à la salle Lancry, les orga flisations d'anciens résistants et d'anciens déportés. Le résultat a été remarquable. Pour la première fois. la quasi-totalité des organisations importantes et représentatives du monde combattant, de la déportation et de la lutte antiraciste, a accepté de signer un manifeste commun. Le danger pressant a fait sentir à chacun que l'union de tous était nécessaire et cette union s'est matérialisée par la signature en commun de deux lettres envoyées au Président de la République Française, et au Chancelier Adenauer. Vous trouverez dans ce journal, les lettres envoyées et les réponses qui me sont parvenues. LE rassemblement n'a pas eu lieu. C'est un point acquis et nous devons nous en fél iciter tous ensemble. Mais il serait dangereux de croire que tout est terminé. \1 faut maintenant poursuivre notre action en commun pour que soient dissoutes ces organisations fascistes condamnées par le Tribunal de Nuremberg. Il nous faut maintenir cette cohésion si réconfortante et, sans relâche, tous ersemble, alerter l'opinion endormie ou abusée. Cet objectif est assez importan ~ pour .nous raire oublier ce qui dans la vie de tous les jours peut nous sépa_ . rer. Le souvenir de nes morts à défaut de celui de nos souffrances, nous ordonne d'être vigila nts. Une puissante protestation internationale a fait reculer les Waffen-SS LA manifestation prévue pa r les anciens waffen SS à Hameln a su scité une émot ion dans tous les pays qu i ont, eu à souffrir de l'occupa tion n azie. En France, dix-neuf organisations d'anciens résistants, de dépor tés et démocrates se sont groupées pour élever une énergique protestation . Elles ont publié le communiqué suivant

Les organisations soussignées se sont entendues pour adresser au Chancelier Adenauer et au Général de Gaulle, une protestation solennelle r éclamant l'interdiction du rassemblement des Waffen SS qui doit se t enir à Hameln les 21 et 22 septembre 1963 et la dissolution de leur organisation dont les membres ont été décla rés collectivement criminels dc guerre par le Tribunal International de Nuremberg. Elles ont décidé d' appeler leurs adhérents, tous les anciens résistants, déportés, tous les antiracistes et démocrates à protester contre ledit rassemblement et à restcr en contact pour organiser, si besoin est, toutes manifestations utiles: Amicale d'Auschwitz ; Amicale de Buchenwald

Amicale d'Eysses ; Amicale de

Mautha usen ; Amicale de Neuengamme

Amicale d'Orà.nienburg; Amica

le de Ravensbrück; Amicale de Sachsenhausen ; Comité d'Action de la Résistance (C.A.R.) ; Comité de Liaison de la Résistance ; F édération Nationale des Anciens de la Résist ance (F.N.A.R.); Amicalc des An ciens Déportés Juifs de Fr ance (A.A.D.J.F .); Fédération Nationale des Déportés et Internés Rési sta nt~ et Patriotes (F.N.D.I.R.P.); Ligue Inte.· nationale contre l'Antisémitisme (L. T. C.A.) ; Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R. A.P.); Union dlllS Juifs Anciens Résistants (A.J.A.R.) ; Association Nationa le des Anciens Combatta nts de la Résistance (A.N.A.C.R.); Union des Juifs pour la Résis tance et l'Entr' aide (U.J.R.E.); Réseau du Souvenir. Pa ris, le 12 juillet 1963. Des lettres furent en voyées conjointement au Présiden t de Gaulle et au Cha ncelier Aden a u er. Elles faisaien t part de l'indignation des r ésistants, a n ciens déportés et f amilles de disparu s, elles r lilPpelaient l'a rrêt du T ribuna l de Nuremberg, décla r ant collectivemen t criminelles de guerre les divisions SS, elles exigeaient l' application de la loi internation ale. De son côté, le M.R.A.P., dans une lettre adressée au Quai d'Orsay, protestait égalemen t cont re la présence à Paris du Docteur Ernst Kutscher, exsecrétaire nazi de la Léga t ion du Reich à Riga. La r éponse de la Présidence frança iSE! es t celle-ci: « J e désire vous assur er que votre le ttre est bien ar rivée. Les suggestions que vous avez cru devoir présenter sont examinées avec le plus grand ' soin . » Signé : Bernard Magniny, chargé de mission . CONDAMNE A LA RECLUSION PERPETUELLE HANS GLOBKE... PREND SA RETRAITE La réponse du gouvernement fédér a l allemand' annon çait l'annula t ion de la rencontre de Hameln décidée en juillet 1963 par les organisateurs dès l'annonce des protestations jaillies de toute l"Eu· rope, avec la Fédération Internationale des Résistants, les organisations de Résistants et Victimes du nazisme en Allemagne fédérale même, l'Association des Persécu tés politiques, religieux et raciaux de Berlin-Ouest, l'Union des P ersécutés du régime nazi, les rescapés br itanniques des camps de concentration, les comités internationaux des camps, les 47 associations du Comité de Liaison de la Résistance française et 40 autres orga· nisations de 2.2 pays. HANS GLOBKE, secrétaire d'Etat à la Chancellerie de la Répub lique Fédéra le Allemande, a été condamné, le 23 juillet 1963, à la réclusion à perpétuité. Son procès, qui dura cieux semaines, s'est déroulé devant la Cour Suprême de la République Démocratique Allemande. L'accus:Jtion et les témoignages ont permis d'établir exactement le rôle de ce haut fonctionnaire du ministère de l' Intéri eur nazi dans la vaste entreprise de génocide qui déferla sur l'Europe, de 1933 à c'est CIÜPte , EN VENTE dans toutes les bonnes ! Maisons de Literie et d'AmeubJe" ment et les grands Magasins. s.,,CharlesV"... . ~~"too"too"too~~ ..... ~ Journal composé et Imprlm6 par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - ChAteauroUlt G6rante : S. BIANCHI. 1945. Hans Globke apporta tO'-lt son talent de ju riste à la préparation minutie use et à l'application non moins odieusement précise du pl.an raci ste ' et fa sci ste. Fé licité à cette époque par son supérieur direct, le criminel ministre Frick, aujourd'hui, les félicitat ions d'Adenauer l'accompagnent dans sa retraite prématurée. Devant l'ampleur des protestations, le gouvernement de Bonn a été obligé de démettre Hans G!cb ke de , es fonc t ions. D'aill eurs, ce condamné se prépare une retraite confort.Jble. " vi ent d'achever l' installation d'une somptue-.Jse villa sur les bords du Lac Léman, . à Chardonne, près de Vevey, en Sui sse. Il y pourra méditer le réquisitoi re du Procureur Général ~ ' Monsieur le Président, « Honorables Membres de la Cour Suprême, « Au nom des milliers d'êtres innocents qui furent les victimes des crimes de l'occusé, au nom des victimes dont la voix s'est élevée ici, dans les paroles des accusateurs publics venus de France, d' Israë l et de Pologne, dans les paroles des témoins venus des Pays- Bas, de France, d'I sraël, de Tchécoslovaqu ie, de Pologne et d'Union Soviétique, au nom des victimes du peuple all emand, ainsi qu'au nom de la conscience de toute la n.2tien allemande, je demande de déclarer l'accusé, Hans Maria Globke, coupable cl'avoir commis, avec intention, des crimes contre la paix, des crimes de guerre, des crimes envers l' humanité et des assassinat" et de le condamner, pour complicité, selon l'article 6 du Statut du Tribunal Milit.a ire International, et les art icles 21 l, 73 et 47 du Code Pénal. « Je demande de condamner l'accusé, Hans Josef Maria Globke, dent les crimes représentent une partie des crimes fasci stes de masses jugés à Nuremberg lors du procès contre les grands criminels de gue rre, vi s-à-vis de l'atrocité de ses crimes et la gra ndeur de sa culp,Jbilité, à la réclusion à perpétuité. » A quoi la Première Chambre de la Cour Suprême a répondu comme on le sait, en condÇlmnant Hans Globke, « en raison de sa continuelle complic ité aux cri m'es de 'g uerre et crimes contre l' humanité avec , concour~ partiel d'a s'5assinat ». En outre : « 1 1 ser::! déchu à pe rpétuité des droits civiques. » Ainsi se termine le procès d'un des plus marqua nts, parmi ies nazis encore an fonction sous le gouvernement de Bonn. il en r€ste encore une multitude en place. Plus des deux t iers des policie rs de la Sû reté, une grande partie des juges, bon nombre des diplomates. Aux antifascistes et a ntiracistes d'agi r pour que l'épu ra tion soit complète et que l'immonde barbarie ne puisse compter sur aucun appui. La presse d'Allemagne (R.D.A . et R.F.A.) et de France a t:endn compte amp~ement du procès de Globke, citant l'importante déposition de notre secrétaire général Charles Palant, représentant le M.R .A.P. avec Hugues Steiner, memb're du bureau national. S'étaient joints à ce 'mouvement des syndicats de la R.F.A., les objecteurs de conscience, la Ligue des Droits de l'Homme, de nombreuses organisations de jeunesse. .. Au cas où les anciens Waffen SS aur aient maintenu leur projet, uné - p,Uis, sante contre-manifestation internation a le devait avoir lieu sur place pour empêcher leur impudent rassemblement . L'ampleur de la protestation a fa it échec à la peste brune. SOUTIEN FRATERNEL Q ur ne sera it bouleversé par les crimes commis en Alabama conlre des enfants, .. coupables~. oux yeu. des racistes, d'être nes noi rs t Oui ne reuent (lvec: une émotion profonde "humiliation quotidienne que représe nte pOUl des homme s, des femmes, des enfonts, 10 séglégolion qui le ur elt imposée, cette mise en quarantaine p,rmone nte, avec son cOII~g e d'interdictions, de me naces, de crlloutés , Oui ne serre les poings (1 10 pensée de "impunité dont bén~Hicie nl les a SSOIsins. les provocateurs de toules sortes, dont le b~1 est de mai ntenir en plein 20' siècle, un système monstrueux héri té de l'esclovoge , En Fronce, "unanimité de 10 presse (misel o port les feuilles .. spécialisees _ comme .. Ri,o. roi.. el consort) té moigne des sentiments d'horreur el de colit re qu'eprouve l'immense majorite de notre peuple. Innombrables sont les gens de c:~u r qui brû lent d'aff irmer le ur Irc temelle sympa thie, leur solidarité agissante (1 tous les combattants antiracistes, Noi rs et 81anu, dreués dons une lutte decisi' e de l'outre côté de l'Ocean. C 'EST la vocation du M.R.A.P. de donner larme et force 0 c:et êlan genereul, de laire entendre avec tou te la puinance nitc:t'ssaire, la ,ail du peuple fronçais, tradi tionnellement a ttaché 0 la défense des persé· cutés, ° ridéal de ffoternité huma ine. Le 12 moi dern ier, dejo, notre Journee Na tio_ nale, li l'U.N.E.S.C.O., éta it marquée prolondé· ment par c:ette preoccupation. les 2.000 parti· cipants oc:dome rent le vibrant message saluant ~ tous les antiracistes engagés dons une bataille sons pnkédent pour la dêfense des droits des n.oirs, et dont l'action a dêjo fait rC!(uler sur certa ins points les tenants de la ségrégation et de la haine_, le M.R,A,P. lançait alors une compagne de petition. Un mois plus tord, les mill iers de sigmotures re cueillies etaient communiquees il l'ombcsscde des Etats-Unis par une déléga · tian de notre Mouvement. le M,R,A,P, é tait present ouui li la manifestation du 21 août orgcnisee pa r les Américains de Paris. A l'occa. sion de la Ma rche du 28 août, Il Washington, il u p,imait OUI organisations qui en avaient pris l'initia tive ~ 50 solidarité artlente et fraternelle - et soulignait J'immense portée de celle nouvelle é tape dons la lulle antiségréga · tionniste du peuple oméricain, LES circonsta nces exigent qu'i l soit fait beoucoup plus, que notre a ction se pour_ suive et s'amplilie comme la Julte des antiracistes omeric:ains e lle-mi me. IIi0ui que notre pé tition se couvre encore de signatures dons tous les milieul, dons les usines, les écoles et les bureaux, sur les morches et dons les imme ubles. Nous la re produi· sons li nouveau en page 8 pour que l'effort puisse rep rendre immédiotement, et nous es· pérons qu'il nous en sera demandé un grond nombre d'exemplaires. Il laut que se multiplient les lellres, télégrammes, messages, résolutions adresses OUI nom de groupements ou d'auemblées protestant contre les elactions roc:istes, demandant des mesures ellicoces c:o ntre la ségregotion et les vio lences, il laut que s'organisent dans tout le pays, des réull ions, des c:o nfêrences, des soirées cinêrr.a tographiqu8$ des tinêes â la ire mieUI conna itre le pro bléme du rocisme OUI Elots· Unis et êI exprimer le soutiell de l'opinion Iron· çaise ° ceux qui le cambo lient. Une telle e ntreprise, qui correspond au .. ceu de tallt d'hommes e t de femmes danl notre po,s sera d'outont plus elf icace qu'elle se deroulera dans une union plus comple te. Aussi le Bureou National du M.R.A,P. a -t-il décidé de proposer ° toutes les af90 nis.o tions interes· sées, OUI re présentants des grandes forces $ocides et spiri tuelles de se concerter, d'ag ir en commun pour donner le maximum de puis_ sence et d'éc:lat ou mouvement de solidari tê, le M.R,A,P. lera tout son possible pour qu'" en la it a insi. NombreUI seront, sons nul doute, tes cito,ens de toutes origines et de tOl!tes opinions, qui a pporteront leur a ctif con_ cours ° celte compagne, conscients que le corr.bat des antiracistes omé licains est insépa_ rcble du nôtre. A. L. No/re cliché cl·de.uus représente l'in.sÎl71Ie que portaie.'!! lu particl, ponu à la Marche sur Washîngloll (. Du t1'OlXlll et la IIDerte .J. A BIRMlnOHAM par le pasteur Henri ROSER EN écho aux sanglots transmis par la rad io des mères dépouillées de Birmingham, en contrepoint du chont pathétique de l'église baptiste, recueillons d'abord le cri de douleur et de passion de Martin Luther King: 4: ... Si l'OUS at'e: VII des fOll1es d,lt'o\, ùs J}'u~lIer ci 'I.'o1ami t!OS pères ct ~'(}s fIIères Cl lIoycr f'oS frères cl soeurs Il leur fmrlaisie, si t'ailS ave:; f'U des policiers plcil/s de haille mal/dire, frapper à cuups III.' pied, brutaliser 011 Iller ,néflle vos irères el vos soeurs noirs; ,i ['O/IS ~·o.\'c: /a .qrlfllde majorité de Val" '·/II.lf1 Illii/iolis de fri'res I/oirs suffocollts (/(//IS 1'lllmospllère collfillÜ d'ulN! eaballil I/e misère ail milieu d'mie soeii>té d'aba,,dallce; si soudai" VOire 1all.lfue .sc 'loue ('/ VOliS tU.~ IIIctle:; cl bé.qa)'er tOI/dis que t'ollS essaye: d'e.rpliquer d voire fillelte de dix alU l'aurqlloi die Ile peul aller au tcrrain de jellx ""blie qlû uient jusle de faire 1'00;et d'lIIle annonce à la U!évision; et si VOliS voye: les larmes jaillir de su petits vel/x lorsqu'on lui dit que c:e liell d'holmête plaisir est fe rfilé aux elllOllls de couleur; et si uous t'oyez les Imécs humiliantes du senliment d'UiffriariU commencer d se former dalls son petit ciel ttlelltal et sa petite prrso",101ité Je détériorer à tIIesure ql,'e" elle, illcotlscicmmetlt, va se développ(ltIt l'amutllllle d l'endroit des (/ens olanes' si vous avez Il machiner 'une répons; /IOur voire bambin de cinq ans qui dell/ onde auec une Imolioll morleUe .• PaPa, "ollrqlfoj les gens blancs traitentils aj"si les .qens de cOllleur' ., si UoliS "arte: en e.rcursimr et droe!: tl/rit après mlit dormir dallS les c:oins jllcotlfartables de voire II/lia parc:e qu'ol/eun motel JW' t'OUS aCC:l/eillera; si vous tles de ;our l'II ;our hl""ili; par les Irriteau:!: f'e.rallfs .' 4: Blallcs H, • Gens rie COIIleur .; si pour premier nOI/l 011 valU 1I0lllflle 4: bo.v • (qlrd qlfc soit votre ci.qe), puis lIè.qrr, Pllis Jean pOlir fillir, ct qu'à votre femme ou voire 111ère ,,· est

amais accordée l'appeUalion respec
luell.

fe de Madame; si vous êles harce/~ le jour et hanté la tll/it dll fait d'être lm !-toir, si flOIiS "ivez coustammell! fllr ('OS ,qardes SOiIS savoir ce qlli va arri,t:er 1011/ à l'heure, si vous êtes infeclt de /I .. lffS i"tilJl('s et rie resselltimel/ts: Û 1'OliS lllttez en permanence COlltre le sentiment abâfardisS(lIIt de 4: ,,'rIre perso"" e ., - alors t'aIlS pOIf,'e= (om/lrendrc pOllrql/Oi il rlOla est difficile d'attel/ rire />llls 10"n/eU/ps . • c~ cri jaillit Cil a~'ril dernier (lan~ la prison de Birming-ham, :Martrn Luther Kingl'écrivit en réponse aux conseils de (Iuel!= lues ecclésiastiQues Qui a\'aient cnl devoir lui sug:gérer d'ab.1ndonner toutes manifestations publiQues. si non-\'iolentes Qu'elles fussent. ct d'attendre des tribunaux la justice et la fil! de toute discrimination raciale. Nous ne le rapportons pas ici pour ~timuler d'hypocrites indignations. A\'on~nous tous si hien entendu nOlls-mêmcs le c:ri des juifs pcndant l'occup. '. tion. le cri nes AIg-ériens a\'ant IQ'i"? A nous tous l'humiliation et la confusion de face. Car nom' sommes solidaires. Et Martin Luther King. jeune fl,1steur noir, président du Conseil de Direction 01rétienne pour le Sud. n'a lui-même écrit ces liJ:'lleS Qlle pour a\'ertir encore Qu'il ne fallait pas. Qu'on ne pouvait pas attennrc da\'antage pour faire justicf'. San~ Quoi vi~ndrait la colère irrépressible. Et la vio_ lence. Entende? dOliC cet appel fraternel et désespéré des hommes Qui veulent esoérer contre toute e~pérance, et saliver du désastre leur communaute nationale. Noirs ct Blancs "nsemble, IL y a si long-temps Que les Noirs d'AmériQue demandent l'inté,lt'ra.tioll! N'a,' aiellt-ils pas été 4: importés , ,les avant Que la reine Elisabeth, au XVI· siède, eilt fait planter là l'étendard anglais? Parmi les hommes qui élevèrent la voix n0l111110llS seulement l)Our le fl,1SSC Bookcr T. Washil1~toll et D.E. n. Dubois. Pour le présent les chefs incontestés sont Roy Wilkins, ct :\I.L. Kin,lt' Ir. Le pren11er préside le N AACP (National A~sociation for the Advancemcnt of Colored People). Celle société fut fondée en IQOQ, ré\lIlissant le Mouvement du Niagar, 1 ,le DulKlis et certains libéraux blancs socialistes ~I chrétiens, tels Que Garrison Villard. lalle Addams et John Haynes I-Iolmes. Le mouvement demeure int~rradal au sommet et compte à sa lia~e tme forte majorité de Noirs, En 19ÛO, il avait environ :t60.ooo membres, Le Cong-rès pour l'E,It'alité l-<aciale marche volontiers avec lui. ,\I.L, h.ill~ était chargé de paroisse :i Montgomery, capitale de l'Etat d'Alabama, Sa forte personnalité s·illlpo5.'l quand il soutint et dirigea en 19.;8, selon les ,'oies d'un intégrale non-violence, le oo>'cott ùes autobus, Malg-ré difficultés Immenses et longues souffrances, les Noirs de la ville refusèrcnt pendant des mois et des mois d'emprunter les Iransports Cil commun à cau~e de la ségrégation raciale qui y était maiutenue. On fit des arrang-emellts l)Our s'entr'aider a\'ec les voitures particulières. Malgré bien des prO\·oc..1tÎOIlS. malgré une oomLe qui démolit le portail ùe son presbyterc, King- obtint que cette lutte demeurât sans violence. La compagnie des autobus finit par céder, ayant appris Que la sêgrég-ation contestée coutait plus ch~r Que l'inté,lt'fation acc~Ptée, De plus en plus, les Noirs prenaient cn main leur propre cause. Ils abandonnaient l'ancienne a1titud~ de frustration et d'humi_ liation héritée des temps d'esdava,!{e, La non-violence courageusement assumee, dan! la foi et la priere pour la plupart. rendait manifeste leur capacité politique. Leur di~ ité en imposait et leur ,lt'aJmait des alliés nouveaux. Il ~St sans doute possible au grand nombre de s'essayer à ma\triser l'ad~ versaire, Il n'est g-énéral~ment donné Qu'à Quelques-lins de réussir â se maitriser euxmêmes, Un peuple entier entrait dans ceUe voie, En 1958, appelés par King- et Wilkins, 10.000 jeunes firent tln~ mafche interraciale, Le 18 avril 19';9, :W.ooo jeunes ~ncore convergèrent \'ers Washington. portant une pétition oit 400.000 personnes demandaient qlile soit hâtee par une action fédérale la mise en oeuvre de l'intégration scolair~. La Cour Suprême avait en ~ffet ordonné ~n 1954 une déség-réption totale des écoles et universités, MaIS des résistances paralysaient le mouvement à l'échelon d~S' Etats ou des villes. On se souviendra d~ la lutte impavide Que les Noirs surent mener JUSQu'au succês à Little Rock (Arkansas). Les succès locaux tournent à la défaite Quand se maintient l'iniQuité d'~nsemble . Toutes les patiences s'usent Quand tarde la jllstice. Le temps ici travaille pour la ,'iolence, L'éner,lt'ie et le coura,lt'e, c'est de secouer sa lenteur: la foi, de hâter le tcmos. C'e9t aillsi qu'en 19ÛO. à l'instigation (les étudiants, plus de soixante manifestations à la G,1ndhi curent lieu de la Caroline du Nord à la Louisianc ct de j'Arkansas ;i la Géorg-ic. Et le moul'ement s'amplifie. lus( lu'au l!f.1nd jour dll 28 août d~rnier oû la (lémol1s1ration réunit deux cent mille anti~ l'égrcl!ationnistes au pied du monumenl <le 'Vashington. oon nombre de Blancs frater_ nels m:lrchant dans le .. rangs (l('~ Noin, Ah! Il faut demander à nos admirateurs ~Ie force~ {le frappe cc Qu'ils pensent de la force extraordillaire de ces non-\'iolcnts obstinés. Qui ne l'oit dans cet ordrc, ce ~ile n ce. cette di~cipline, une I!randf'lIr ;Î COIIvrir de confusiOn nos peurs arl11(.~s? Et nous. lec: Blancc:. l e~ ciyilisés. l"s ~rands (lu momie, comme nous sommes éner,lt'iquemcnt r~onduits à nOf: conscienccs devant ces petits-fils d'csclaves (llle leurs (( negro spirituals. font déboucher dans la liberté. J EUDI 19 septembre, le Président KenIK'( 1)' a reçu à nouveau le!S chefs noirs du SudoIl lui fallait cette caution pour se présenter il l'ASS'emblée des Nations Unies. TI les avait déjà reçus au soir du grand rassemblement. ~Iais entre deux il y a eu les morts de Birmingham, les quatre petites filles de l'Ecole du Dimanche tuées misérablement :i. l'heure du recueillement ~t de la ferveur, A jauli\'Cr les âmeS', qui est plus à plaindr~ des Victimes ou des meurtriers? Cc son t là pensées courantes à Birmingham, Alabama. Et ce Qui fait cn cctte affaire l'ém;n~nte dig-nité et la force irwincible des Noirs, c'est Qu'ils ont su depuis des années combiner la maitrise de leurs 11erfs à l'ardeur de l'action. ,'acceptation relil!ieuse de la souffrance il la volonté poli. tiQue d'en écarter la cause, l'esprit de sacrifice à l'exil!ence de la justice. Si certains exaltés cherchent dans la violence d'un racisme inversé la sécessioll à l'endroit de l'Etat fédéral et la constitu· liol1 d'un Elat noir, la !t'rallde masse demeure loyalement attachée il la communauté des Etats-Unis. Mais elle veut y avoir I),ut entière. Et il est grand temps d'ouyrir les restaurants, les hôtels, les autobus, les écoles. les terrains de jeu, les egprits et les cceurs à l'inté,lt'ration totale, et cordiale. Quelques Illois de plus et Qui pourrait dire si le point limitc ne sera pas dépassé. Ca,'eant consules! aux tiracisfes ,. . a amerlcalns MEURTRE S L'EGLISE Burt Lancaster • • « La Marche sur Washington a été un coup de poing moral ! » BURT LANCASTER a cinquante ans, Toute sa vie il s'est battu, _ A quinze ans, dit-il, à vingt a n s, j'ai rêvé de fraternité, de liberté. J'ai combattu. Aujourd'hu i, j 'a i réussi au-delà de ce qu'un homme peut espérer dans le succès. Ce n'est pas une raison pour abandon ner les rêves de sa jeunesse! Ceci explique pourquoi Burt Lancaster, qui tourne actuellement en France « Le Train _, où il incarne u n c he minot français résistant, a interrompu le tournage du film pendant vingt-quatre he u res. le tem ps d'un a ller et retour à Washington. J)Our partiCiper à la marche pour l'egallté du 28 aoUl. La carrière prodigieuse de cet acteur hors-pair comJ)Orte treme-clnQ films. De presque chacun d'eux on peut dire que e'est une contribution l une oeuvre généreuse, Dl!s qU'i1 gagna assez d'argent pour produire lul-méme un mm, il tourna. BroncoApache '. dirigé par Robert Aldrich. C'était le premier western véritablement anUraclste. puisque l'action est vue, non du côté des blancs, mals du COté des Indiens. lesquels ont de bonnes raisons pour montrer que les vrais sauvages ne sont pas de leur cOté ... Dans • Jugement a NUremberg ». Il préte son grand talent - gratuitement - pour incarner un Juge nad criminel antisémite, t: Le temps du chatimCnt • lui permet, en en· quétant sur un crime raciste commis par de Jeunes voyous dans le quartier portor icain de New-York, d'expilquer les dessous de cette my.stérleuse affaire, donnait une conrérence de presse pour s'expliquer. _ J'ai la conviction atbolue que les Noirs doivent bénéricler de l'égalité des drolUl. Il est anormal qU'un grand pays comme les €tats-Unis, dont la Constitution protège el Impose l'égalité et la liberté de ses citoyens, tolère l'existence d'Inégalltés raciales qui empoisonnent les rapports entre les deux t!ommunautés. Et comme nous lu1 demandOns SI les refo rmes Juridiques proposées par le président Kennedy doivent étre conSidérées comme un aboutissement ou au contraire comme le départ d'un~ situation nouvelle qui permeUra aux deux communautés d·améllo· rer leurs rapports, Il repond: Ces parellts pleurem leurs enfants par les racllles. Comme Il Oradour, le meurtre a été perpétré dans /l.tle Une bombe, en explosant, a causé la Comme beaucoup d'acteurs d'Hollywood, \1 pourrait étre n'Importe qui, raire n'lmJ) Orte quoi, accepter tous les TÔles qU'on lui propose, étaler ""ne vle prlv~ plus ou moins scandaleuse. 11 n'en est rien. La gloire ne lui a pas enflé la téte. Il reste l'enrant épris de justice qu'II rut il y a quarante ans. - Il raut que çe soit les deux en méme temps. Le gouvernement a priS des mesures parce que ta prot.estatlon des Noirs est devenue très rorte. Mais pour le développemen~ des nouveaux rapports. le plus il'OS effort incombe aux Blancs ... mort de quatre petites filles, Ceci se à Birmingham, Alabama, le foyer brûla" t de la violence, déchaînée cet af:~;~~,:par..:.'~,;les ennemis de la liberté, Outre les quatre fille/tes litées, le attentat a blessé une vingtaine de personnes, en majorité des enfants, l'eu après, les policiers d'Etat ont ","+.'i"'. lUi jem,e Noir, affirmant qu'ils a\'aienl • liré en l'air _, Un second a été abattu à coups de révolver par * A son retour oe Washington, après la réwdeux racistes circulant à Ce sang est sur vos mains, M. Wal- Nous j'avons rencontré a Paris, quelques sUe de la Il Marche li, U confia â un jourlace ", jours avant son dèpart pour Washington , J1nallste: Le 21 oût Shofield pa r \ a Pa is CORYELL LEgrand combat des Noirs des lellS propres droits et les droits de J'homme en gênerai n'a pas monqué d'avoir des 10 colonie oméricoine de Paris, la morc:he du 28 ooOt sur 1 qrande ~--'~ôurll.vOPl!f·il!"'flltml1f'tnmnorleéfïe maonnêes aux Etats-Unis - a eu le i 500 Amér rlage de M Michel GOI-I)A nLim a\'ec se sont rassemblés devont l'Ambassade des E',, ~.U"', pour 011 Mademoiselle Liliane SZAn;\IAClOER. Des manifestatio"s semblables ovoient lieu, jour, dc qui a eu lieu le 9 Juin a Paris. Nous préle but de la marche sur Washington etait mobiliser la sentons aux jeunes époux et Il leurs fudes Etats-Unis paur assurer le vote j dépose devo milles nos réIlcitallons et nos voeux amined, - proje: qui dail garantir au~ 1 . leur éta caux, aspects de leur vie de tous les * saire que l'opposition obslinée Kenned" le porti démocrote, li toute .,."""". d~_Charleso~:",a". diminué. En effet les préjugés rociaux Sud des Elots-Unis, mais même dons les le 21 août (] Paris, une centaine leur solidarité ove<: les morcheun de Il,, ,::;~:~:~,;: ~:;.;':~f\' d'Onoy, Par petits groupes, afin d'évite,r qué ° obtenir), ils se dir1gérent le long de la i Nous avolls appris le mariage de Mlle Ckile F ICIITESCWEJG avec M. Jean. Claude n t:RPAIN. qui a eu lieu le 20 juillet. Nos félicitations et nos meilleurs voeux. NAISSANCE Unis, En tête de ce cortege, des marcheurs se reloyoient 1 d 1 de long, couvert de centaines de signatures, et qui deYait en Nous appr.enons la naissal\c~ e ea l'ombassode oU une foule d'Américains blancs et noirs était dejo.·· petite Pa lrle la, hile. de nos amIS M. t l'absellce de l'Ambassadeur M, Cec:i! lyon " Mme lIenrl GOLDFU.KG, membre du Conministre. conseiller, oc:c:epta c:~ rouleau et pro: sel.l National de .M.R,A.P. Nous leur exmit de le loire parvenir ° Washington avant le noirs se miloit: primons nos réhcitatlons ct nos voeux 28 août. Mois le cilèbre écrivoin noir James et se fé1icitaien! les ptllS cordiaux, Baldwin, l'un des organisateurs de la mani- tandis que jaur~ lestotion, déclora qu'il comptoit lui·méme se romen cireuloil; rendre â Washington pour participer (] la mor- togrophiant les c:he, et le rouleau lui lUI c:onfié. pos des partici Parmi- les manifesta nts. on reconnaissait un grand nombre de c:élébrités du monde de 10 musique, de la littéroture, du spectocle : un outre écrivain célébre, blanc celui-1o, James JOlles (l'auteur de • Tant qu'il y ouro des hom_ mes -), des musiciens de JOIZ, la gronde pia· niste HOIel Sc:olI, la c:harmante c:honteuse Moe Mercer, l'odeur William Marshall, l'êcrivain Chester Himes, le correspondant du ~ New York Post • Joseph Bouy. etc ... L'acteur An_ thony Ouinn ovoit préféré se rendre â l'am . bassode dès 11 heures pour y déposer sa péti. lion, (lfin d'évi ter les chosseun d'oulographes. Do ns une ambiance de bonlle humeur milée de gravité, d8$ petits groupes ou blanes et savaient tres bi touris te qui éta tian. un vieux Sumo porfoitem pondollt ou jo • Je suis lêI pa ne noir dectorq venus ° Paril ~ vrai, l'lOUS som qu'on ne nous chel nous ... L'idée de la au c:aun d'une mes Baldwin Marshall qui ~ ANNIVERSAI RE Nous adressons nos félicitations et nos voeull: sincères à M. SZEINER, président de la société. Varsovie et ses environs », â l'occaslon de son 650 anniversaire. COMMEMORAT ION Une émouvante cérémonie. organisée par Je Mouvement de la Paix, a eu lieu le 14 août au cimetière de sceaux pour le 50 anniversaire de la mort de Fr~di rl (' J OLIOT_CURI E_ Une délégation du Bureau National du M,R.A.P. a partlelpé à eet hommage au grand savant, qui était membre du COmllé d'Honneur de notre Mouvement. En attendant, leurs attentats, directement inspirés p.'lr les méthodes fascistes, cOlllme celui qui vieil! de coilter, dans une égli~e bapti ste et dans les rlles de Birmin~halll, en Alabama, la vie :i plu" icurs enfants Jloirs. risqueraient de créer l'irréparable, si une vigoureuse Illobilisation des forces démocrati(IUeS des EtaIS-Unis ne brisait s..11lS délai les émules américains du racisme hitlérien. ~otre :\lou\'elllent n'a ce!>S\! de s'associer

i toutes les manifestations de ~oli<

larité a\ec nos frères noirs des Etats du Sud. Il est r~onfortant de con~ tater 'lue le peuple français et l'immense majorité de la presse sympathisent avec une cau~e <lui est celle de l'humanité. Encore faut-il. comme Oll disait entre les deux ,lt'uerreS', balayer aussi de\'ant notre porte, ne paS' tolérer <lue dal~s n?tre Pari s, dont ce fut l'honneur Il a\'Olr toujours méprisé de tels préjugés. de" )'Iartiniqllais - citoyen~ français - soient l'objet d'aucune discrimination, au restauran!. au café, à l'Ilôte!. Notre attention a été appelée il cet ég-ard sur certains faits reg-rettables. Nos eamara~ des, dès qu'ils sont alertés, viennent s'en informer personnellemellt. prendre place auprès de ceux Qui en s~raient les victimes et CIl diJ!Tlcs militants dll M.R,A,P. rempli ssent fermement et efficacement leur de\'oir. LA fin de u)6t maT(lue l)Our le monde africain et asiatique l'acceS'Sion ù (les responsabilités in_ ternationales toujours plu!> étenducs. Par , , , se l'intérieur reSI tueuS'e:. des l'Ilomme, à 1 térieur compréhensives du droit Ile t les peuples, Nous s..'l\·ons ;i cet ég-ard la JlIis~ conciliatrice Que plusieurs Etats d'A (lue Noire s'efforcent de remplir CI Israël et le monde arabe. Les peuples ont tant !oUuHert en un récent p.1:.sé mêmes persécutions raciales doi' s'entendre, Le ~ gouvernClnents (lui refu:.ent et dénient le droit de viVI une nation, qui par son courage ct oeu\'re constructi\'e l'a si larg-Clnent ,lt'né, commeuraient elles aussi le po. de racisme cOlltre lequel nou~' les .1\ défendus et nous continuerons ;', les fendre. L'abplition <le toutes les discrim tions - pour les minorités comme 1 les voyageurs - le respect de l'indé dance nationale et de la sécllfilé frontières. la volonté de ré!>Uudre les conflits par la né,lt'ociation SOllt tant Je principes qui valent pour les p.1\'s ct auxquels nOlis sommes j ductiblement attachés. En luttant pour leur application, tre ~rouvemCllt a conscience de ne dél)Order son cadre, de travailler co le racisme et pour la paix. CE rapiùe bilan Qui e~t loill d't ser les sujets de nos pr('OCc tions ct de nos cspéranc~~ - lc racisille sévi t sous les lonl!itudc~ latitudes et les régimes les plus di et !lOUS !rou\'era partout attentif détecter ct à le combattre, même perce sous 1111 légitime désir <l',1ssil t;OI1 de tous les citoyens 011 soU' - Beaucoup d'Américains vivaient et vl~ vent encore très a l'écart, peu touchés, souvent m~me pas touchés du tout par ce probll!! me. Il y n des villes. des villages où ces questions ne sont Jamais posées, « La Mar~ che » a été le rév~t1 de tout le pays. le m~me jour à ln m~me heure. Toute la presse, !.Oules les ehalnes de télévlsloo, toutes les radios, pendant quelques heures ont été centrées là-dessus. done toute la l'le. Et à preser,t ehacun salt. 4: C'étalt l'espoir que j'avals. La marche pouvait rater. Elle a réussI. EUe a été un cou,", de poing moral. C'est bon pour Jes noirs, c'est ban pour les Américains .• Et sur sa participation à la Marche, Qui poùvltît nuire a sa carrière, sans même qu'Il obtienne la reconnatssance des Noirs (beau· coup de ses amis lui avaient suggéré cela) il dit simplement : - Je devais y aUer, je l'avals décidé avec J'accord de ma remme et de mes enfanUl, et puis c'est tout. Quant aux Noirs, Je ne l'al pa" rait pour avoir leur reconnalssanee ou leur aUectlon, Je l'al tait parce que mol, J'avals à le raire .. , Chaque homme ne demande Qu'une chose aux autres, e'est d'étre reconnu comme un homme r,ar CUll:. e' tsta-< ll re d'avoir sa part de dlgn té .. , • Et Il a repris 50n TÔle dans son nouveau mm, Un rOle humain. L'art et la vie ne se séparent pas. pour luI. Jacques DELTOUR. EVREUX à l' heure de la , , . segregation LE vendredi 6 septembre, à la ~ base d'Evreux-Fauville, où est installé un important régulateu r de trafic de J'armée de l'air amé· ricaine, un homme est mort dans une bagarre entre noirs et blancs, Robert D. Padget, aviateur blanc, 22 a n s, a succombé d'une fracture du cràne. Que s'est·1I passé exactement? L"armée ! américaine garde le silence et tente d'ac, créditer une eJ:PlIcation oUlelelle selon laQuelle l'origine de la bataille devrait étre recherchée dans la rivalité d'annes, Les $ noirs appartiennent nl'année de terre (pa- î mchutistes), les blancs à l'armée de l'air, Chacun salt que la rivalité d'annes n'a jnmais dépassé le stade des quolibets dans toutes les années du monde, Il n'y a Jamais eu mort d'homme pour un sujet pareil. Les rumeurs qui filtrent au travers des barrières du camp, t'attitude des soldaUl américains à l'extérieur . dans les rues d'Evreux, laissent au contraire supposer Qu'Il s'agtt bien d'un incident racial, Les soldats fe(;olvent, de leurs ramilles demeurant aUll: Etats-Unis, des Jettres qui ne manquent pas de commenter ce Qui se passe en Alabama. A l'intérjeur de la base, nu dire de militaires noirs, la tension montait depuis quelque temps. imperceptiblement ressentie par eewc. Qui sont tou- l' Jours, malgré les dénégations officielles, en butte à J'arrogance des éléments racistes de J'armée américaine, Il y a eu, paralt-U, un colonel noir à 1:vreUll:. Il ne comman· dall qU'à des noirs. Il est slgnificaUl qu'en l'Ille, les cafés qui reçOivent habituellement une clientèle américaine soient partagés. comme au coeur de l'Alabama, en cafés !>Our blanes et en cafés pour noirs. Bien entendu, il n'y a pas d'écriteau. mais qu'un noir s'avise d'entrer dans un bar réservé aUll: blancs, les consonunateurs lui reront sentir j'inopportunité de sa visite. (Suite page 8.l 8 LE TÉMOIGNAGE d'une Française étudiante aux USA Comment j'ai détouvert la haine. •• L m'arrive parfois d'être un peu genee quand on a l'air de s'adresser à moi 1 comme à un spécialiste de la question raciale. Je crains de ne pas me trouver à la hauteur de la confiance que l'ùn me fait. J'ai, en effet, écrit un livre gwr ce sujet et je dois reconnaître, en toute simplicit~, qu'il a co~~u un ce~!ain 'iuccès, bien que cela m 'étonne encore. P::>ur quelle raIson alors, al-Je peur d etre prise pour un ({ spécialiste» du pr.obl~me racial? Je crois que la réponse .est simple: c'est parce que mon « antlracIsme» est beaucoup plus une questl?n d'émotion et un problème de conscience, que le résultat d'études approfondIes et de raisonnements précis. Bien souvent, quand j'ai affaire à des raciste~ aussi convaincus que moi de leur bon droit, je pl.anque ?'ar~um;n~s. pour cornge~ ce qui, de mon point de vue, est une ment:lhte faussee des 1 ongme par une education malsaine. C'est d'ailleurs pour cela que je lis, actuellement, l'excellent et passionnant livre publié par l'U.N.E.S.C.O., « Le racisme devant la science », que j'ai découvert, il y a deux mois, en fouillant parmi les volumes d'un étalage du boulevard Saint-Germain. Je commence ainsi à étudier le racisme au delà du problème de la seule sensibilité, dans ses rapports directs avec la science et surtout, l'histoire. TI est bien évident que l'éducation que j'ai reçue, ne portait pas à être raciste et que le milieu « protestant libéral », qui Par Françoise GOURDON était le mien, ne se prêtait guère à l'encouragement de préjugés d'aucune sorte. Mais de là à passer dans le camp des militants, il y avait un monde! Quant à écrire un livre sur le sujet L .. JE savais, plus ou moins consciemment, que je n'étais pas raciste, mais je n'avais jamais eu l'occasion de me trouver dans une situation portée à son paroxysme, où l'horreur du préjugé, quel qu'il soit Que je portais en moi, allait brusquement' faire crever les digues où mon éducation bourgeoise le tenait sagement enfermé. Pendant la guerre, nous cachions des juifs dans l'école d'infirmières où je me trouvais, mais c'était tellement normal et ordinaire, que je n'en garde pas un souvenir frappant. J'ajoute que, si je peux encore comprendre (tout en ne pouvant le llartager), la réaction qui fait parfois reculer un blanc devant un noir. l'antisémitisme, s'adressant à des êtres aussi semblables que n'importe quel blanc de ~a conn~issaI?-ce, m'a toujours paru une mcomprehenslble aberration. J'avoue, à ma grande honte, que je ll"étais pas du tout prête à affronter le problème racial, quand je suis p~rtie p0!1r les U.S.A. faire des études de chlropractlc. Je n'avais qu'une idée plus que vague du dit problème et je ne peux point dire que « La case de l'oncle Tom » m'ait bouleversée plus que «, ~o~inson. Cr,u~oé. ». J'avais des amis amertcams qUt m aidaient dans .mon voyage et mes études, je les aimais énormément et j'avais- d'avance une admiration sans limite pour leur pays. Pendant deux ans, j'ai vécu ma vie d'étudia~te, sans accroc ni histoire et, si une jeune fIlle noire n'avait pas été admise dans mon collèg- e, je suppose qu~ j'aurais .q~itté les U.S.A .. une fois mes etudes termmees, sans avoir été du tout consciente du drame terrible qu'est le racisme dans cet immense llays; de ce qu'il peut représenter de souffrance physique et surtout morale. accumulée sur le O'roupe de ceux dont les ancêtres furent ~sc1aves et combien. aussi, est terrible la g-êne, le remords et la honte qui pèsent su\' la conscience de nombreux blancs. ON m'a souvent demandé commet;It i'avais écrit ce livre. pourquoI Je l'avais écrit et si ce livre racontait mon histoire? Non, ce récit n'est pas une autobiograTf.1ie, pas plus qu'aucun .de mes autres romans. S'il s y trouve certall1S passaies vrais, qui sont la reproduction assez fidèle de ce que j'ai vécu moi-même, c'est uniquement dans les débats qui opposent l'étudiante française aux membres du club féminin du collège, la « soro~itl »: Qu~n! à la partie romanesque de 1 histOire, .1;1.1 déçu beaucoup de gens en d!~ant qu'dIe avait été inventée de toute p!ece, et elle l'a été. Comme chacun sait, cela f;:tcilite, la lecture du livre pour le g-rand publtc, q~1 un d~at purement idéologique :lssommerat.t. Pourquoi je l'ai écrit? Par<:e que le Jour olt la présidente de la soronty est venue me dire qu'on ne « pouvait)) p::ts y :ldmettre l'étudiante noire, je lui ai crié. dans ma rage : « Vous me dég-oÎttez tellement que j'écrirai un livre sur vous toutes! » Elle avait d'ailleurs répondu . « You would not dare! )) (vous n'oserez pas!) J'ai pGur.tant osé, deux ans après mon retour en France. et cela a donné « Tant qu'il y aura la peur ». Au O'rand regret de nombreux amis am~ricains qui ont beaucoup aimé !e livre et qui auraient voulu le vOir publié aux U.S.A., mon éditeur n:a,. jusqu'à maintenant, pu trouver aucun edlteur de langue anglaise, qui l'accepte. Il a, par contre, été traduit en allemand et est en train de l'être en espagnol. . Quand un livre sort, l'auteur a, en général, à faire face à pas mal d'interviews à la radio; comme je parle anglais à peu près couramment, j'ai été interviewée, il v a deux mois, dans l'émission en direction 'des U.S.A. : « Live panorama of littérature ), ceci à l'occasion de la sortie de mon dernier roman qui, lui, n'a rien à voir avec le racisme. 'Pour « Tant qu'il y aura la peur », la personne chargée de l'émissi>on s'était récusée à cause du sujet. Elle avait peur de perdre sa place! Je "le disais bien. tant qu'il y aura la peur. on n'arrivera à rien, ceci sans vouloir faire de jeux de mots! Il y a deux ans, je suis retournée aux U.S.A. J'ai retrouvé, avec joie, ce pays et ce Qui me plaît en lui. J'ai retrouvé aussi, bien sÎtr, ce qui m'y révolte. J'ai connu l'entente parfaite avec certains amis et par contre, avec d'autres, ce mur de glace, infranchissable, qui tombe soudain entre les êtres les plus unis, quand est abordé « le sujet ». Cette impression désespérante que les amis, qui étaient devant vous quelques secondes avant, sont devenus des ennemis; alors qu'on s'entendait dans une harmonie qui semblait absolue, on découvre que le langage que parlent les âmes est tellement différent, tellement inconnu, qu'on ne peut plus même se faire entendre. C'est une chose qui fait mal et qui ne s'cHace pas. ] e suis toujours exaspérée par les formulaires à remplir aux U.S.A., où le :not « race » s'inscrit en face d'un petit .'asie!· blanc. Aussi, un jour où, dans' une '~g-lise noire j'ai dû en remplir un,i'ai mis à ,-ôté du mot, un splendide point d'interrogation. Te suis honnête. en tant que bonne provençale, je sais que j'ai dans mes antécédents, tant d'invasions colorées ou autres ! ... T'aurais dû aller aux U.S.A. cet été .~t n'ai pu le faire pour des raisons profession .. nelles. C'est à \Vashinglon que j'aurais été et, quand je pense à cette marche gigantesque qui a eu lieu et à laquelle j'aurais pu me joindre, j'en suis malade de dépit. A moins que. vue les événements actuels, je me sois débrouillée pour me faire mettre en prison avant! De toute façon, l'aventure extraordinaire qui se passe aux U.S.A. en ce moment est, selon moi, un des faits les plus marquants, si ce n'est le plus marquant de notre époque. Il dépasse en importance toutes les explosions de bombes à atomes et à hydrogène, car il représente l'explosion vers la "ie de millions d'âmes, auxquelles d'autres âmes, dans leur orgueil fou, avaient ()sé refuser. purement et simplement. le droit à leur humanité. Iycé; et à l'Université

tel est le spectacle que

l'on peut voir aujourd'hui en Ala, bema, où les sbires du gouverneur Wallace se sont opposés, penc!ont plusieurs jours, à l'entrée de tout élève noir. Mais lorsqu'elle se réalise, la participation de jeunes noirs aux COCTS d'un établissement scolaire, ne signifie pas pour autant la fin de la ségrégation. les préjugés, la haine ont profondément pris racine ... Françoise Gourdon raconte ici l'expérience qu'elle a faite dans ce domaine, alors qu'elle étudiait aux Etats-Unis, et qui a inspiré son roman .. Tant qu'il y aura la peur ", préfacé par Richard Wright. Françoise Gourdon vient de publier un nouveau roman qui n'a pas de rc;Jpport avec le problème du racisme : .. l'heure immobile ". ANTIRACISTES signez faites ' signer cette PÉTITION ~ A EVREUX (Suite de la page 7) Dans « France Observateur » du 12 sep· tembre 1963, nous relevons ce fragment de reportage d'un écrivain noir, Melvin Van Peebles : « Evreux, 15 h. la. Je me renseigne dans un bar : - Pourriez·vous me dire où vont d'habi· tude les soldats américains? - Lesquels ? Les blancs ou les noirs ? .. - Pourquoi ? Ils ne vont pas ensemble ? - Oh ! ."Zon, ils ont chacun leurs bars. Ici, ce n'est pas pareil, les Américains ne viennent pas souvent parce que j'ai beau· coup de Français. Quelques·uns seulement. Quand ce sont des noirs, ça fait tout de suite plus, parce qu'ils ne vienne."!t jamais seuls. - Pourquoi cela? - Je ne sais pas. Peut·être à cause des bagarres ... » Interrogés, les blancs prétendent tous qu'aucune ségrégation n'est effective dans l'armée américaine, que les écoliers noirs et blancs de la base s'assoient sur les mê· mes bancs. Les noirs se taisent ou bien laissent deviner, à mots couverts, ce qui est au centre de leurs préoccupations, preu· ve supplémentaire qu'il y a un problème réel. Pendant l'instruction, les suspects noirs arrêtés ont seuls été maintenus en prison. Six accusés seront transférés et jugés à Verdun, siège du tribunal militaire américain. En France donc, l'affreux climat du sud· américain s'est manifesté, apportant à l'opinion une raison supplémentaire de s'inquiéter des détestables progrès d'un racisme latent. Le Carnet de D. L. Jules Isaac Jules ISAAC, dont Jacques Madaule évoque d'autre part la grande mémoire, est mort le 5 septembre dans sa' maison d'Aix· en-Provence. Membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., lauréat du Prix de la Fraternité, le concours qu'il apportait à notre Mouvement faisait partie intégrante de la haute mission que s'était donnée cet universitaire éminent, cet historien lucide, apôtre de la tolérance et de l'amitié judéo-chrétienne. La rédaction de « Droit et Liberté », qu'il honora de sa collaboration, exprime à sa famille ses sincères condoléances. Le conseiller Robert AUuly Nous avons appris, au moment de mett re sous presse, la mort de M. Robert ATTUL Y, conseiller honoraire à la Cour de Cassation, membre du Comité d'Honneur et du Conseil National du M.R.A.P., membre du Jury du Prix de la Frater· nité. Né à La Martinique en 1884, il tenait, au terme d'une brillante carrière, à participer pleinement à notre action, regrettant que sa santé, trop souvent, l'en empêche. Par sa profonde humanité, par son éloquence chaleureuse, par sa modestie enfin, il fut et restera un exemple pour les militants et amis de notre Mouvement, auquel il était tant attaché. A Madame Attuly, à M' Rolande Attuly, à toute la famille de notre éminent ami, nous exprimons nos condoléances émues_ Notre secrétaire général douloureusement épr()uvé Notre secrétaire général, Charles Palant, a eu la douleur de perdre son frère, Jean FALANT, décédé subitement, en vacances, à l'âge de Ml ans. Une large délégatiolil du Bureau Na- ' tional du M.R.A.P., oenduite par le président Pierre Paraf, a participé aux obsèques. Que Charles Palant et sa famille trouvent ici le témolgnage de la sympathie affectueuse que partagent t ous les amis de notre Mouvement_ Jacques furmanski Nous avons appris avec douleur le décès de notre ami Jacques FURMANSKI, 1 l'un des fondateurs de notre Mouvement, dont il fut membre de la direction. Nous exprimons à sa famille nos sincères condoléances.

  • Nos amis de Rouen nous font part du

décès de M. Adophe VALLEE, secrétaire général de la Fédération de la SeineMaritime de la Ligue des Droits de l'Homme. A maintes reprises, M. Vallée avait apporté son concours à l'action du M.R. A.P. et participé à nos manifestations. Nous exprimons nos condoléances à sa famille et à son association. MARIAGES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de M. Michel GOLDADLER a vec Mademoiselle Liliane SZABMACHER, qui a eu lieu le 9 juin à Paris. Nous présentons aux jeunes époux et à leurs familles nos félicitations et nos voeux amicaux.

  • Nous avons appris le mariage de Mlle

Cécile FICHTENCWEJG avec M. Jean. Claude HERFAIN, qui a eu lieu le 20 juillet. Nos félicitations et nos meilleurs voeux. NAISSANCE Nous apprenons la na issance de la petite Patricia, fille de nos amis M. ~t Mme Henri GOLDBERG, membre du Conseil National de M.R.A.P. Nous leur ex- . primons nos félicitations et nos voeux les plus cordiaux. AN N IVERSAI RE Nous adressons nos félicitations et nos voeux sincères à M. SZEINER, président de la société « Varsovie et ses environs », à l'occasion de son 65- anniversaire. COMMEMORATION Une émouvante cérémonie, organisée par le Mouvement de la Paix, a eu lieu le 14 aOût au cimetière de Sceaux pour le 5- anniversaire de la mort de Frédéric JOLIOT-CURIE. Une délégation du Bur eau National du M.R.A.P. a participé à cet hommage au grand savant, qui était membre du Comité d'Honneur de notre Mouvement. 9

  • * Le problème noir

aux U.S.A. « Ce n'est pas seulement aux Américains que la révolte des noirs pose un dilemme, c'est à 'lOUS tous. Qu'une guerre d'Algé· rie, sans issue pensable celle-là, éclate sur tout le territoire des Etats-Unis, et l'on retrouvera là-bas, multipliée par l'importance de l'enjeu, par la densité des populations, par leur niveau économique, toute l'horreur que nous avons connue pendant sept ans et que nous n 'avons pas fini de vivre ... Cinq colonnes à la Une, une ~équence sur Dachau. Le reportage était assez bien fait, mais ayant fait un tableau des internés voués à la chambre à gaz, on a mentionné les pays d'où ils prove· naient avec des chiffres, mais pas un moment il n'a été prononcé le mot de juifs ou d'israélites. me semble bien schématique. « Certes, Céline a écrit des livres antisémites, des livres délirants qui relèvent de la littérature «( Vu ainsi - purement et simplement sous l'angle littéraire - Bagatelle pour un Massacre est un chefd'oeuvre de la plus haute classe », écrivait Charles Plisnier, homme de gauche), aussi bien que de la psychiatrie «( Ce sont des songes venimeux et touffus d'un obsédé, d'un de ces maniaques dont on s'aperçoit tout de suite qu'ils ont de drôles de penchants », estime Pol Vandromme, critique de droite), et qui ont, à coup sûr, révélé ou provoqué des « vocations» antisémites. Et l'esprit libéral peut à ce titre se considérer comme l'ennemi de Céline. Mais l'esprit libéral se doit aussi de reconnaître le talent là où il se trouve. Et ignorer ou vouloir faire ignorer Le Voyage au Bout de la Nu'it , parce que son auteur a enSuite écrit Bagatelles pour un Massacre, relève de la même tactique qu'utilise celui qui se refuse à savourer un fruit frais sous prétexte que dans quelques jours, ce fruit sera pourri. teurs pour que, le cas échéant, ils puissent me proposer des chambres pour ces fonctionnaires et étudiants qui travail· . lent nombreux dans mon quartier. (Les offres peuvent être faites 'à LAMartine 61 -70, de 15 à 17 heures). « Je vous en remercie à l'avance et vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments de profonde sympathie. » « Pourquoi cette discrétion? » M. RACOSKY. Mme PICQ. (Pa ris) Ordures ..• Les adhérents ({ Pourquoi des voix qui pourraient être écoutées ne s'élèvent-elles pas en France pour dénoncer le danger, pour alerter l'opinion mondiale? Pourquoi des organisations que ce problème préoccupe, comme le M.R.A.P. ou la Ligue des Droits de l'Homme ne prennent pas la parOle pour montrer aux Blancs, comme aux Noirs, le gouffre vers lequel ils se dirigent, risquant d'entrainer dans leur destruction l'humanité entière ? ... Il Je me permets d'attirer votre attention sur les activités .d'un groupe dont j'ignore l'identité, qui s'amuse à adresser par poste, depuis quelques jours, des slogans assez tristes. du M.R.A.P. « Je dois vous dire que je réfléchis à une question qui me chiffonne depuis au moins deux !lns, et plus les événements avancent, plus elle me préoccupe. A savoir que je ne peux comprendre, étant donné que le problème du racisme et de la paix sont liés aux problè· mes économiques et politiques, que le M.R.A.P. admet dans ses activités, des personnes qui soutiennent la politique d'un homme qui ne donne même pas les garanties nécessaires pour la question du racisme et celle de la paix, sans parler du reste. « L'emploi d'une telle violence ne peut mener à d'autres effels. Une at:t1on décidée, t..ïlanime et pacifiste portera en moins de temps et -avec plus d'efficacité à des résultats plus désirables ... « Enfin, si l'on considère Céline comme responsable des atrocités nazies, et ses lecteurs comme complices, je crois qu'il ne me reste plus qu'à aller me constituer prisonnier à qui de droit, ou plus simplement qu'à « Que les libéraux, les répume suicider. blicains des Etats-Unis sachent à quoi les conduirait le refus de la justice. « Soutenir d'ici l'autorité et la volonté lucide d'un Ken· nedy qui en a besoin, enga· ger de telles démarches, en s'assurant le soutien de l'opinion française, auprès des 'grands leaders noirs, auprès des parlementaires et magis· trats des U.S.A., peut semb1er une lolle entreprise. « Je vous remets, à cet effet, une photocopie d'une de ces ordures. Il vous appartient de faire le nécessaire énergique· ment. « Dans cette attente, veuillez croire, Messieurs, à mes sentiments néanmoins anti racistes. » Georges UNGLIK, . (Paris). « Jusqu'à preuve du contraire, je continuerai à ne lire le journal du M.R.A.P. qu'en simple lecteur, ce qui peut signifier que je suis et ai toujours été un antiraciste convaincu et pa· cifiste de surcroît, mais on ne m'a jamais fait prendre des vessies pour des lanternes, et si je me trompe ou si je vous parais trop simpliste dans mon raisonnement, je ne demande pas mieux que ~n me le dé· montre. » « Veuillez agréer, Messieurs, mes salutations distinguées.. » « Pas de noirs » « Que vc>ulons-nous ? » 1. LEVY, (Marseill e) . M. WAISLER (Paris). M. SUBES (Lot). A propos de Céline « Je tiens une petit agence et je suis . frappée par le nombre de noir!:. qui viennent me demander des chambres meublées, la plupart de mes clients ne veulent pas prendre de gens de couleur, j 'en suis navrée, mais je ne peux les y obliger. Tous ensemble ... Discrétion « ... C'est par notre lutte com- « Monsieur, « Je tiens à vous signaler à l'émission de la Télévision d'hier soir vendredi, à « C'est avec étonnement que j'ai lu dans votre dernier nu· méro l'article consacré à LouisFerdinand Céline. « Cet article ne jugeant Céline que sur ses écrits antisémites et passant sous silence d'autres aspects de son oeuvre, « Voulez-vous être assez ai· mable pour me dire comment je peux faire pour leur rendre service? mune que nous arriverons à imposer nos volontés, qui sont les volontés de l'homme. » « Pourriez-vous faire connaî· tre cette situation à vos lec· Marc SCHOENE, (Bob igny). RENTREE (Suite de la première pagel ] .-F. Kennedy une énergie redoublée pour venir à bout du sauvage entêtement de ces hommes qui n'ont rien appris et rien oublié depuis la guerre de Sécession, qui comptent encore sur la faiblesse de Washington, la résignation accablée des petits-fils de l'Oncle T om, l'indifférence de l'opinion mondiale. Mauvais calcul de la part de ceux qui, à plus ou moins brève échéance, seront vaincus. En attendant, leurs attentats, directement inspirés par les méthodes fasci stes, comllle celui qui vient de coüter, dans une église baptis.te et dans les rues cie Birmingham, en Alabama, la vie à plusieurs enfants noirs. ri squeraient de créer l'irrépa rable, si une vigoureuse mobil isation des forces démÇlcratiques des E tats-Unis ne brisait sans déla i les émules américa ins clu racisme hitl éri en. Notre Mouvement n'a cessé de s'associer à toutes' les ma nifestations de solida rité avec nos frères noirs des Etats du Sud. Il est r éconfortant de constater que le peuple fra nçai s et l'immense majorité de la presse sympathisent avec une cause qui est celle de l'humanité. Encore faut-il, comme on disait entre les deux: guerres, balayer aussi devant notre porte, ne pas tolérer que dans notre Paris, dont ce fut l'honneur d'avoir toujours méprisé de tels préjugés. des Ma rtiniquais - citoyens françai s soient l'objet d'aucune discrimination, au restaurant, au café, à l'hôteL N otre attention a été appelée à cet égard sur certains faits regrettables. Nos camarades, dès qu'ils sont alertés, viennent s'cn informer per sonnellement, prendre place auprès de ceux qui en seraient les victimes et en dignes militants du M.R.A.P. remplissent fermement et efficacement leur devoir. LA fin de 1961 marque pour le monde africain et asiatique l'accession à des l'esponsabilités in - ternationales touj ours plus étendues. P ar le nombre des voix dont il dispose et par l'autorité qui s'attache à ces jeunes indépendances, il joue aux NationsUnies un rôle de plus en plus important. Aussi le.:! sincères amis de ces nations, tout en s'en r éjouissant, sont-ils en droit de souha iter qu'elles donnent à leur tour l'exemple de l'antracisme, et pui sque la justice, comme la pa ix est indivisible, qu'elles se montrent à l'intérieur respectueuses des Droits de l'Homme, à l'extériem- compréhensives du droit de tous les peuples. Nous savons à cet égard la mission concilia trice que plusieurs Etats d'Afrique Noire s'efforcent de remplir entre I sraël et le monde arabe. Les peuples qui ont tant s'Ouffert en un récent passé des mêmes persécutions raciales doivent s'entendre. Les gouvernements qui s'y refusent et dénient le droit de vivre à une nation, qui par son courage et son oeuvre constructive l'a si largement gagné, commettraient elles aussi le péché de racisme contre lequel nous les avons défendus ' et nous continuerons à les défendre. L'ab.olition de toutes les discrimina tions - pour les minorités comme pour les voyageurs - le respect de l'indépendance nationale et de la sécurité des frontières, la volonté de r és'Oudre tous les conflits par la négociation sont autant de principes qui valent pour tous les pays et auxquels nous sommes irréductiblement attachés. En luttant pour leur application, notre Mouvement a conscience de ne pas déborder son cadre, de trava iller contre le raci sme et pour la paix. CE rapide bilan qui est loin d'épuiser les sujets de nos préoccupations et de nos espérances - car le raci sme sévit sous les longitudes, les latitudes et les régimes les plus divers et nous trouvera partout attenti f à le détecter et à le combattre, même s'il perce sous un légitime clési r cI'assimilati on de tous les citoyens ou sous les rigueurs de la politique économique, ce bilan ne saurait passer sous silence les préjugés dont la communauté gitane subit encore les atteintes_ Le jury du Prix de la Fraternité a tenu à lui marquer son affectueuse solidarité en même temps qu'à couronner le talent généreux d'un jeune cinéaste, en attribuant à Jean Schmidt, pour son film « Kriss Romani » son prix de 196.1. Nous aurons la joie de le décerner le mardi 1" octobre à Lille, lors de la première projection publique de cette oeuvre et d'accueillir ainsi à nouveau, à travers ce film d'une couleur si vive, d'une humanité si profonde, nos amis g itans dans la famille f raternelle du M.R.A.P. P'ierre PARAF. URGENT: Régler les Bons de Soutien Les règlements de Bons de Soutien effectués en juillet et août, grâce à la diligence de nombreux amis, ont permis au M_R.A_P. de « tenir » pendant les mois difficiles de l' été_ Ainsi, notre Mouvement est prêt pour les nouvelles batailles que l'actualité impose. Faut-il dire que des moyens importants sont indispensables pour les mener à bien? Nous comptons sur tous ceux qui n'ont pas encore réglé leurs Bons de Sou· tien. Qu'ils agissent d'urgence! Et nous appelons les militants et amis du M.R.A.P_ à commencer aussitôt la diffusion des billets pOur notre grand gala du 24 novembre à Pleyel. D'avance, merci.. 10 CONTEMPORAIN EST EN DEUil GEORGES BRAQUE T ES pouvoirs publics peuvent avoir bonne conscience: rien n'aura manL qué, en fait d'honneurs officiels, à la fin de Georges Braque en dépit de sa réputation de farouche solitaire. Qui sait d'ailleurs s'il souhaita jamais et s'il eût approuvé des obsèques solennelles au point de ... venger Van Gogh de l'humilité des siennes ? ... (C'est ainsi du moins qu'on les commenta.) Malgré ces fastes mortuaires, malgré la gerbe munificente, des oraisons funèbres de toute pal·t prodiguées, malgré le rituel concert de dithyrambes que déclenche le décès ùes artistes illustres, à quiconque scrutera profondément - jusque sur son beau visag'e même et dans ses écrits - la pensée de Braque. il sera permis de s'interroger sur le jugement qu'il portait lui-même sur son oeuvre et sur sa carrière. Double monument, celles-là. Lui aussi Braque a connu toutes les satisfactions de la gloire, lauriers et fo rtune mêlés. Il a pu donner libre cours à une curiosité avide de pratiquer de multiples techniques (gravure, céramique. sculpture, joaillerie, etc .. .. ). Il a pu, ô privilège incomparable, vivre uniquement pour la conquête des formes et des couleurs, et dès sa jeunesse, il a fait figure de maître en assumant un rôle de pionnier: son nom s'inscrit ex-<equo avec celui de Picasso dans la chronologie du cubisme. Car c'est dès 1<)07 qu'il apparaît en découvreur d'un univers nouveau dont il semblera d'ailleurs laisser à des suiveurs nombreux le privilège d'explorer tous les arrière-pays. Peut-on vraiment le s'uivre dans l'élan de ses enthousiasmes rétrospectifs pour les « papiers collés » ? Voire. Mais on ne peut que considérer avec la plus vive attention le cheminement de sa pensée plastique à partir du cubisme. En tentant de bien mes'urer toutes les ressources qu'il y puisa, force est d'abord de constater que, quelle que soit la conception présidant à ses compositions, ce fut toujours le problème de l'espace qui le hanta. Mais sans doute, dans son incessante quête de l'expression de l'objet et des rapports entre les objets et lui-même, plus que sa construction et son graphisme, ce sont ses dons de colori ste, grave et raffiné tout ensemble, qui lui vaudront les plus durables', les plus vraies admirations. 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 GROMAIRE au tû~ée d' fj",t tnOdetute UN événement tardif mois mcjeur a attiré un public aussi nombreux qu'admiratif, ou Musée d'Art Moderne, depuis juillet: l'exposition d'ensemble de l'oeuvre de Marcel Gromaire (encore ouverte ces jours prochains). Négligeons de demander comment l'administration des Beaux-Arts a pu accorder en prior:té la flatteuse hospitalité des cimaises de ses salles à tant d'artistes, parfois bien plus jeunes, souvent promis à une brève notoriété hasardeuse, alors que depuis 1925 le nom de Gromaire s'était imposé à l'estime des plus sûrs connaisseurs ... .. ,Peut-être, malgré les hautes récompenses nationales et internationales obtenues po' lui, ce maître paya-t-il ainsi la rançon de sa solitude sur le plon artistique s'entend. Seul, oui, il le fut comme un sommet nettement détaché du fouilli5 des talents à ia petite semoine, seul comme un indépendont peut l'être, qi.Ji, imprégné d'une cmple culture générale et pourvu d'une connaissance approfondie de l'histoire de l'art, ne se souciait que d'approfond îr sa science des problèmes plastiques et d'offirmer sa personnalité D'emblée, dès après 19, celle-ci apporut telle que l'annonçaient ses origines flamandes, sa studieuse jeunesse, son refus de la facilité et plus encore celui des modes saisonnières propices à l'éclosion en chaîne d'une succession d'ismes plus ou moins sérieux (plutôt moins que plus). Nordique, il était logique que les primitifs flamands, Breughel, Rembrandt lui parussent les maîtres exemplaires dont retenir la leçon. A leur influence s'ajouta un temps, celle de Matisse, tandis que ses méditations ou front et dons la vie civile retrouvée l'inclinaient à donner à son oeuvre, un contenu gravement médité. Bientôt il se trouva lui-même, point rebelle à une lente évolution continue que démontre l'enrichissement graduel de sa palette. Etranger à l'agitation publicitaire ou mondaine, il a sons cesse creusé et prolongé son sillon, dons sa volonté d'extraire le maximum de force raisonnée des thèmes éternels ou des sujets par lui choisis: la Terre, la Mer et les Morins, Paris, New-York, Cornac et bien sûr la femme, innombrable paysage de choir, statue dont son dessin ne se lasse pas d'analyser la secrète architecture. Constructeur autant que coloriste, maître du blanc et du noir, comme le prouvent les gravures de son Macbeth, dispensateur de puissantes pyrotechnies de couleurs dons ses tapisseries qui prirent une port décisive dans la rénovation d'un ort séculaire, Gromoire est bien de ceux - si rares - qu'on peut tel'lir pour un maître dont l'influence salutaire opposa une digue au déferlement de trop d'ignorances et d'aberrations Souhaitons qu'elle se manifeste dons les oeuvres - n~n seulement de ses anciens élèves de l'Ecole des Arts Décoratifs - mois aussi dans celles des jeunes qui furent si nombreux ou Musée d'Art Mod~rne. Marcel GROMAIRE : Belle-Isle-en-Mer (Galerie Louis Carré) TEXTES DE Guy DORNAND Georges BRAQUE: Nature morte (Galerie Charpentier) JACQUES VILLON JACQUES VILLON, depuis juin, a fermé ses yeux à la lumière. Tout 1111 monde d'harmonies nuancées s'est éteint avec lui, tout un ballet de rythmes linéaires, toute une science incarnée du dessin écrit ou gravé. Patriarche exemplaire, il conjuguait avec sa prodigieuse connaissance de son art une sincérité toujours éprise de perfection qui n'avait d'égales que sa discrétion et sa modestie. Son universelle célébrité, le long palmarès des' honneurs qui lui furent en tout lieu décernés ne l'avaient pas plus arraché à sa rustique maison banlieusarde qu'il n'avaient fait dévier sa haute conscience ni affaibli sa maîtrise en l'incitant à surproduire. Loin de s'abaisser à des concessions envers l'insolite, les paradoxes et la facilité, fort de son immense expérience, il n'hésitait pas voilà environ 18 mois à dénoncer, à la radio, les méfaits de l'art dit abstrait... Décisive condamnation que celle-ci émanant d'un artiste qui, armé de la plus solide formation classique, virtuose de la pointe et de la lithographie figurative, s'était dès 1912 situé à l'avant-garde des recherches du cubisme synthétique. Il ne semblait plus rien garder de commun avec le J acques Villon humoriste et satiriste du Courrier França.is et de l'Assiette al, Bez,rre. Mais c'est pourtant sa formation classique qui lui permit de réaliser, dans une facture cubiste, d'admirables portraits (les siens, celui de Camille Renau1.t, etc ... ) tout comme c'est elle qui en lui enseignant la tech~ nique de la couleur. lui permit de parer pe la plus délicate, cie la plus subtile et savante magie des nuances, les sujets qu' il ne ceSSil de demander à la réalité : moissonneuses, ::tppareils portuaires, aérod romes, etc ... Avec Villon est 1110rt un grand maître dont on ne saurait trop souhaiter que les a rtistes futurs soient aptes à retenir l'exigeq.nte leçon. Jacques VILLON: Homme dessinant '111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIJIliiII a f'a,u&e de ta APRES un été qui ferma les galeries dont certaines s'étaient distinguées par quelques expositions de qualité (Redon chez Bernheim jeune, Gen Paul chez J. Chalom, Fr. Masereel à la Galerie du Passeur, Commère chez Reichenbach, Lorjou chez Marcel Bernheim, Capron chez Drouant, etc ... ), après le tourisme devenu rituel des oeuvres d'art «( Tauromachie » à Mont-de-Marsan, la Lithographie à Char· t~es , Ozenfant à Honfleur puis à Cannes, ete ... ) la vie artistique se réveille à Paris. Les jours prochains vont voir s'ouvrir la troisième Biennale des Jeunes (les moins de trente-cinq ans), en attendant le Salon d'Automne qu'auront précédés d'intéressants salons de banlieue qui exercent un rôle fécond de décentralisation (Taverny, Juvisy, etc ... ). Mais déjà commence la ronde des expositions particulières. Voici une séduisante rétrospective du galant Vertès qui s'ouvre Galerie Granoff. Galerie Saint-Placide a lieu la traditionnelle exposition des lauréats du Prix de la Critique pour l'année 63. 'Avec une statue animalière représentative de l'original talent stylisateur de Claude ,Lhoste, elle met en relief les qualités plastiques des oeuvres de deux artistes que J'on peut désigner comme des visionnaires: Luc Simon, dont la fertile imagination se plait à rêver dans les décors de forêts mystérieuses évoquées à l'aide d'un dessin savant et d'un colorisme grave et raffiné à la fois; Vigroux qui traduit dans une gamme de tons plu~ limitée mais justifiée les visions qui sur· gissent à ses yeux devant les rudes falaises des Causses, soudain peuplées de formes féminines en quoi se métamorphosent les roches. L'un et l'autre témoignent une évidente et forte personnalité.


.---------------------------------------------------11

UN COMBATTANT Jules ISAAC (1877- /963 ) EN 1959, le jury du Prix de la Fraternité le décernait à Jules Isaac pour l'ensemble de son oeuvre, et plus spécialement Genèse de l'antisémitisme et Jésus et I sraël, qui avait été réédité cette année-là. Aujourd'hui, nous pleurons la mort de Jules Isaac. sectarisme et de toute étroitesse. Il était un libre croyant. La génération de laïques qui fut la sienne, transmet à la nôtre et à celles qui nous suivent, un message humaniste: le message de l'Université de France, dont Jules Isaac fut aussi un grand serviteu r. Promettons-nous, sur la tombe qui vient de se fermer, que nous serons fidèles à cet engagement, plus nécessaire aujourd'hui qu'il ne le fut jamais. - - - - - - - . - LE PRIX DE LA FRATERNITE sera Jean SCHMIDT • remis le octobre , a Lille Le Prix de la Fraternité qui a été décerné à Jean SCHMIDT, au mois de juillet, 1 1 pour son film .. Kriss Romani .. sera remis solennellement au lauréat, le 1" octobre 1963, à Lille, à l'occasion de la sortie du film dans cette ville. C'est le président d u M,R.A,P., Pierre Pa raf qui remettra le Prix, au cours d'une réception, à 18 heures, 1 au CINTRA, en présence de nombre uses personnalités. Le film sera p résenté à 1 20 h, 45, a u cinéma .. LE REGENT .. et la jeune vedette, PUCE interviewée sur scène, . ava nt la proje ction 1... ........... ~ .... "'"'-"-......-.-.....-~-r::wus~"-'~lJtWiiI""7 .... ~twt$"R........_.....~1 Au moment où je mettais la main à la plume pour lui rendre ici un dernier hommage, je recevais d'une personne qui le touchait de très près, une émouvante communication où l'on me rappelait qu'Isaac était essentiellement un combattant et qu'il avait choisi pour devise: Pro veritate bellator, « celui qui se bat pour la vérité ». Ces mots résument, en effet, toute sa vie. Dans sa jeunesse, il avait été engagé avec Péguy, qui fut son ami, dans la bataille dreyfusienne. Bataille qui, pour lui, était essentiellement une bataille pour la vérité. A cette époque, Isaac, suivant son propre témoignage, n'avait pas encore pris nettement conscience de son état de Juif. Quand il fut mobilisé, en 1914, il se battit pour la France, comme l'avaient fait avant lui son grandpère, soldat de la Grande Armée ct son père, officier de carrière.

  • NOTES DE LECTURE * NOTES DE LECTURE

Plus tard, il lui vint des doutes sur les responsabilités véritables de cette catastrophe européenne et il par Jacques MADAULE employa son talent d'historien à en scruter les origines. Lorsque la France s'effondra, en 1940, sous le pseudonyme de Junius, Isaac écrivait contre les gens de Vichy, qui célébraient la « divine surprise », un admirable pamphlet intitulé « les Oligarques ». La passion seule de la· vérité et de la justice l'y avait poussé. Le féroce. antisémitisme hitlérien n'avait encore frappé ni Madame, ni Mademoiselle Isaac, lorsque Jules Isaac fut amené à réfléchir sur les responsabilités chrétiennes dans l'origine de l'antisémitisme. Quand l'effroyable malheur l'atteignit, Isaac avait déjà écrit la plus grande partie de « Jésus et Israël ». Telle est l'oeuvre que, dans un dernier billet écrit avant qu'elle ne disparût pour toujours, Madame Isaac demandait à son mari de poursuivre. Il l'a poursuivie et terminée. Mais, il a fait davantage: il a consacré les années qui lui restaient à vivre, à fonder et à promouvoir, l'Amitié judéo-chrétienne, une amitié qui n'est possible que si elle est fondée sur la vérité. Voilà pourquoi Isaac n'a pas cessé de dire aux Cllrétiens des vérités désagréables, notamment dans « Genèse de l'antisémitisme ». Mais c'étaient des vérités salutaires et elle·s étaient dites comme seul un ami peut les dire à des amis. L'année même de sa mort, sous le titre de « L'Enseignement du mépris », Isaac a repris, en les résumant, toutes ses thèses et cet ouvrage constitue son testament spirituel. Un homme tel qu'Isaac ne meurt pas tout entier. Son oeuvre lui sur· vit de bien des manières, Si, par exemple, le Concile actuellement réuni, prend les décisions que nous espérons sur l'enseignement chrétien concernant les Juifs, c'est en grande partie à l'action persévérante d'Isaac, aux visites qu'il fit à Pie XII et à Jean XXIII, à ses démarches auprès du Cardinal Bea que nous le devrons. Sa fille, l'Amitié judéo-chrétienne, lui survit aussi. Elle essayera de se montrer toujours à la hauteur des exigences de son fondateur disparu . Ce ne sera pas toujours facile, car ces exigences étaient grandes; à la vérité, elles étaient sans limites, comme l'amour même qu'Isaac portait à la vérité et à ses frères les hommes. Je dis bien les hommes, et non pas seulement les Juifs. Car ce grand Juif, qui honora ses origines et à qui la communauté juive rend un juste et légitime hommage, appartient à l'humanité tout entière. Nul n'était plus éloigné que lui de tout

  • L'AFRIQUE NOIRE PRECOLONIALE,

par H ubert DESOHAMPS. (presses Universitaires FJ'ançaises, collection « Que sais·je? ») . Présentation modeste, documentation dense, comme il est de rigueur en cette collection, ce numéro de Que Sais-je, ouvre des horizons sur un Champ de recherche particulièrement riche et passionnant. L'auteur précise : a son programme, strictement, l'histoire de l'Afrique Noire, de la Préhistoire à 1911 environ. Même ainsi limité, le sujet demeure d'une extrême complexité, en raison de « la multiplicité des formations politiques qui se sont · succédé pendant des millénaires sur une aussi vaste étendue ». Aussi Hubert Deschamps confesse une double, inégale ambit;on. D'abord donner par son livre « un simple aperçu » de la question. Ensuite, et surtout, « intéresser un large public au passé d'un continent )} qui, en d6pit de la place prise dans la vie de la planète, « ne figure guère encore dans les manuels Classiques d'histoire )} Rien qu'à l'énoncé de la « bibliographie sommaire », ce simple aperçu se révèle le fruit d'un énorme travail. L'histoire de l'Afrique ne peut que très péniblement se dégager de sa nuit. Attachante et difficile, dans la mesure même de la pauvreté de ses sources : documentation écrite mince, presque entièrement rédigée en des langues étrangères ; tradition orale touffue (musique, chants, danses, palabres). Pour la commodité de son étude, Hubert Deschamps divise le continent en six régions. Il parvient à nous intéresser à chacune de ces contrées où vivent peuples et clans extraordinairement nombreux - des milliers - où sonnent déjà les noms de certaines familles d'aujourd'hui. Tels, les Konaté, dans l'empire prospère du Mali, au XIII' siècle. Les Touré, dans le même Soudan Occidental, riche de son élevage, de son artisanat, de ses mines d'or. Outre la Tombouctou, de 25.000 habitants, au Soudan, sont évoquées des villes anciennes, sans doute non moins brillantes, ailleurs. Dans les hautes terres du Kénya, du Tanganyika (Engakoura, par exemple) le site du Mapoungouboué, sur la rive du Limpopo; les cités de pierre (sans ciment) édifiées dans ce qui est l'actuelle Rodhésie du Sud, où les ruines, les objets retrouvés, témoignent par leur matière (or, pierre tendre sculptée), ou par leur origine (perles de verre d'importation arabe, faïences persanes, porcelaines chinoises) d'un élégant niveau de vie. Il ne saurait être question d'entrer ici dans le détail des histoires locaies de ces diverses régions, en leurs fortunes diverses. Mais ce « petit livre » en dit assez pour éveiller le désir d 'en savoir plus long. C'est la preuve que l'auteur touche au second, au plus ambitieux de ses objectifs. Il faut aussi admettre, avec Hubert Deschamps, que « l'AFRIQUE NOIRE A UNE HISTOIRE ». Et que son histoire n'est pas celle écrite par les colonisateurs, à la gloire de la colonisation, celle où les peuples africains n'ont « joué que rôle d'adversair es, de protégés ou de figurants », sinon de victimes. Aucun courant de l'invasion, si puissant et dévastateur soit-il fait, n'a pu « détruire et remplacer ». L'Afrique Noire a gardé son originalité. Les Noirs, dit Hubert Deschamps, ont « assimilé sa'l1.s s'abolir ». L'Afrique a un passé. « Elle mérite, à ce titre, une place dans l'Histoire du! Monde ». L'Afrique attend les historiens qui « ·sauveront ce passé trop longtemps livré aux fantaisies des romanciers, des polémistes, aux songes des poètes ». Marie-Magdeleine CARBET. A propos des efforts des jeunes Républiques africaines allant, grâce à une culture nouvelle, à la conquête de l'âme africaine, les réalisations du gouvernement du Niger sont à signaler. L'oeuvre à laquelle se consacre la Fran· çaise Andrée Clair, se dessine, prend rapidement relief. . Les livres scolaires spéCialement conçus, étudiés, pour les enfants du pays (et que les adultes leur disputeront, j'en ai peur ), ces nouveaux livres enchanteront la marche des écoliers sur la voie de la vraie liberté, la liberté d'être pleinement des enfants nigériens / s'appliquant à marquer leur place dans la famille humaine.

  • « LA REVOLUTION RUSSE }) par

Richard Kohn (Editions Julliard ). ... Comme si vous y (;tiez. Avis banal, mais exact. Ni récit, ni compte rendu, ce livre restitue la vie, avec précision et clarté, à l'une des périodes les plus agitées, les plus controversées de l'histoire. C'est une projection, dans la minute présente, des scènes qui se sont bousculées au plus fort de la Révolution russe. Voulez-vous assister au complot contre Raspoutine ? Voici les témoignages les plus divers, les plus circonstanciés. Ceux de Pourichkevitch, du prince Youssoupoff lui-même, pour commencer. Et pour finir, les récits de la Tsarine Alexandra. de la Princesse paley, mère de l'un des conjurés, de la Virouba, confidente de l'Impératrice, de Simanovitch, secrétaire du staretz, en passant par les notes de M. Chambrun, de Paulette Pax, alors à Pétrograd. Voulez-vous vous initier au secret des Commissaires du peuple ? Suivre Lénine de son départ de Russie, à sa rentrée après 24 années d' exil ? Observer l'habileté de Trotsky à Brest-Litvosk en face de la délégation allemande ? Les faits, les acteurs défilent dev1.nt vous, chacun d'eux présenté sous tous les angles, comme si une caméra lui tournait autour. Avec une habileté consommée, l'auteur s 'efface, livrant des tableaux saufs de toute retouche, des personnages palpitants de vie, au lecteur qui s 'abandonne au spectacle, à ses découvertes, à ses réflexions. On peut en savoir bien long sur « la Révolution russe » mais on ne se passionne vraiment à son sujet qu'après en avoir fait le tour en compagnie du jeune étudiant Richard Kohn ramassan t sous la fusillade des blessés dans les rues d'Odessa. Il met au grand jour la vérité alerte et dépouillée, la vérité, si volontiers renfrognée, ennuyeuse, au contact des sévères historiens. M.M. C.

  • LA HONTE DES FILS, par Christian

GEISSLER (Traduit de l'allemand par Nicole et Michael Riome - Editions Gallimard). Apprenant que l'Institut de physique où il est assistant avait été la maison d 'une famille juive déportée et gazée, Klaus Kohler, un Allemand de 29 ans, entreprend de rechercher le seul survivant de cette famille. Par delà cette enquête, qui aboutira à la double découverte de la victime et de son bourreau, le jeune homme s'interroge sur le passé récent, dominé par le nazisme, et sur le présent en Allemagne Occidentale. La hantise des crimes perpétrés et systématiquement ignorés, le drame de la passivité et de la complicité, le problème de la responsabilité individuelle et collective : ' tels sont les thèmes longuement analysés et débattus, qui apportent à ce roman son climat oppressant en même temps que sa force convaincante et son intérêt profond. L'histoire se déroule, vers 1959·60. La technique littéraire qui consiste à rapprocher les événements selon la vision qu'en ont les personnages, sans tenir compte du temps écoulé, trouve ici sa pleine justification, lorsque l'évocation, par exemple, de l'arrestation des juifS par les S.S. ou des combats désespérés de 1945, se juxtapose à l'inconscience, ou à la mauvaise conscience que Kôhler rencontre dans les milieux les plus divers. Peut-être peut-on reprocher à l'auteur un style parfois trop subjectif, t.rop elliptique, qui rend difficile 13, lecture de certains passages. Tel qu'il est pourtant, ce livre est plus qu'une oeuvre littéraire : un acte. IJ. fallait un courage certain à Christian Geissler, pour conduire ainsi le procès impitoyable d'une génération, celle qui a vécu sous le règne d'Hitler, qui en vient. à se nier elle-même, en quelque sorte,. pour échapper aux obligations d'un sin-· cère repentir. De ce comporten1e!ltr ~l montre les multiples conSéquences : l'atténuation ou l'oubli des crimes hitlériens, notamment l'extermination des juifs ; la présence acceptée d'hommes, tel que Globke, aux postes dirigeants; un mélange de nostalgie et de dangereux apo' litisme ;. le désarroi des générations nouvelles à qui l'on n'explique rien et qu'on ne met pas en garde. Le fait que La Honte des Fils, publié en 1960, ait rencontré un grand succès en République Fédérale Allemande, témoigne toutefois de ce que la « quête » effectuée par Klaus Kôhler et par l'auteur lui-même, répond aux préoccupations de nombre de jeunes Allemands. Il faut s'en féliciter, et espérer la parution, outreRhin, de beaucoup de livres aussi honnêtes et lucides. Louis MOUSCRON. Quand Israël rit Le dessin de Shemue1 Katz que nous publions ci-dessous et que nous a imerions être un dessin d'anticipation est extrait d'une plaquette qui vient de paraître sous le titre « Quand Israël rit» (Presses du T emps présent) dans laquelle notre ami Henri Bulawko établit un panorama de l'humour juif à l'humour israélien. L 'hu· mour juif, qu'il ne faut pas confondre avec les douteuses « histoires juives » est très particulier. JJ illustre cette phrase de Gorki : « Les gens qtti rient le plus SOU7Jent sont cJux dont le coeur so uffre sans cesse. » Henri Bulawko a recherché les meilleures histoires authentiquement juives et dont l'humour se teinte d'une certaine mélancolie, parfois douloureuse. On sait, par Ringelblum et sa « ChroLa frontière israélo-arabe - Feu 1. .. nique », que même au ghetto de Varsovie, les « bonnes hi stoires » couraient les rues, en dépit des souffrances surhumaines endurées par les morts en sursis. Quant à l'humour israélien, il prend une toute autre direction. « Hier, dit Henri Bulawko, la condition juive, les particularités juives inspiraient ttne infinie variété d'anecdotes. En Israël on a reieté le fameux « compLe.- re jttif ». On rit de l'homme, on se moque de de ses travers, on le cari cature, mais le Juif souf- · fre-doulet,r Dt, roublard, le Juif ridicule et dominatettr ont dis/Jarn. » Voilà un petit ouvrage qui se laisse lire plaisamment. Un petit voyage dans le t~mps, où l'on sourit à chaque page. Très bons dessins de Shemuel Katz. 12------------------------------------------------------------------------------------------------------------ LA QUARANTAINE LES murs de la classe de sixième, grande salle située à l'extrémité de l'aile réservée aux cours primaires, recouverts de planches géographiques, géologiques, anthropomorphiques, zoologiques, anatomiques, aux couleurs bariolées, et de reproductions en noir et blanc de tableaux célèbres rejoignant derrière l'estrade de notre professeur. M. Cadiou, les extrémités du double tableau noir. Près de la porte d'entrée, une armoire-bibliothèque interrompait le flot d'images qui se pressaient dans tous les espaces disponibles, même entre les fenêtres. J'avais alors dix ans et connaissais pas mal de mes camarades depuis les années précédentes. Ce noyau d'anciens s'était vu S"OUdain ad joindre de nombreux arrivages. Il y avait d'abord quelques boursiers de l'Alliance israélite; puis venaient les provinciaux dépêchés au lycée pour le certificat d'études primaires; enfin des étrang-ers venus de France, d'Iran, de Chypre et cie Turquie surtout. Quant à l'âge. I"éventail s'élargissait encore davantage. Je revois le visage d'un Chiite du Liban sud dont la barbe, mal rasée, témoignait clairement de ses vingt ans passés, visage sur lequel il m'est impossible aujourd'hui de placer un nom; de même un Turc grassouillet, tout roux, qui s'habillait avec recherche; et un Grec de dix-sept ans; dont les parents étaient yellUS s'installer au Liban : il était maigre comme un clou et nageait littéralement dans ses vêtements. Je me souviens très bien de ses traits : figure allong-ée. grand nez mince, pomme d'adam saillante et mobile. Il s'appelait Aristote Posta poul os. Grâce à sa présence parmi nous, j'appris à dix ans, l'existence de la logique aristotélicienne tout comme, des' années plus tard, un autre Grec; le philosophe Archimède Kastos, m'initia aux principes non aristotéliciens. D'autres nouveaux arrivèrent au cours du premier trimestre, par exemple. l'Ethiopien Waldé Ras Chao. Nous l'aperçûmes d'abord pendant la récréation quand le surveillant-général, que sa barbe-fleuve signalait à des centaines de mètres de distance, le conduisit vers notre maître. Nous éclatâmes de rire à son passage, parce qu'il portait des anneaux d'or à ses oreilles. Sa peau était tellement noire qu'elle reluisait à la lumière du jour. Il nous quitta d'ailleurs l'année suivante, à caus"C de la guerre italo-éthiopienne. C'est cette année-là aussi que Jacqueline entra au lycée. La plupart d'entre nous allaient poursuivre ensemble jusqu'aux deux bachots. A la variété de nationalités (Libanais, Persans, Syriens, Indiens, Irakiens, Arméniens, Français, Belges, Turcs, Grecs, Egyptiens, Russes-blancs, Palestiniens, Ethiopiens ... , etc.) correspondait un assortiment de religions diverses . musulmans, sunnites, chiites, bahais, catholiques. maronites, orthodoxes, zoroastriens. juifs, boudhistes. La même variété se manifestait dans les origines sociales des élèves. Jusqu'en slxleme nous connaiSSIOns assez peu de choses sur nos différences confessionnelles. Par la suite, nos notions se précisèrent là-dessus. Le premier choc vint au contact des boursiers de l'Alliance israélite. Ils étaient une III ~ u.a :J II: ...... cC1> CV <:J '" Il '" ~ u ~ - c :G 0 E "- u ù: 0 "tl c: c:E C1> 0 III "- -~ 2 ·0 > -0 , - ci '<t ~ .... CV) C1> 0 0 >a Z 0.:- "tl 0 . '" , « - Z ~ <1 • C1> - - ~- ::Ë iD >< IL <1 CV :J .. .... 0 ,...

G Il)

N CV <1 c>- E , u 0 \.::J 0 o......: E - '" ::> III - Q 0 (J 0 1 >

1: ~ z -c ~

0) en 0 1- U <1 c 0 C1> ~ ~ ë E Z 0.. 0 \.::J E '" .. c: '" 0 == -C1> "- 1 ::> "U N - <1 U) C a C1> Q) ~ demi-douzaine qui demeuraient le plus souvent ensemble en groupe compact et ne frayaient pas beaucoup avec nous, malgré nos avances. Les choses se gâtèrent un jour de composition de calcul, vers la fin du premier trimestre. Adnan Ahmar, que je connaissais depuis le Lardin d'enfant et dont la paresse était devenue proverbiale (ce qui ne l'empêchait pas de réussir aux examens de passage, à la session d'octobre, toujours de justesse) se trouvait placé pour la circonstance à côté de Moïse Chalom, un bûcheur au caractère ombrageux, orphelin et pupille de l'Alliance israélite. Il refusa de laisser copier Adnan, fait qui ne s'était jamais produit dans les annales de notre groupe. L'après-midi du même jour, pendant la récréation de trois heures, Adnan convoqua une l'éunion des « anciens » (ceux qui étaient au lycée depuis plusieurs années déjà) dans la cour qui s'étendait derrière Je l'éfectoire des internes « - Ce sale Juif a refusé de me laisser copier. » C'était la première fois que j'entendais l'expression : « sale Juif ». L'indignation fut générale! Jacques Labattière, fils du professeur de philosophie, traita Chalom de « youpin ». Majid Savé nous apprit que l'on se méfiait beaucoup des Juifs dans s'on pays. On discuta sur les mesures à prendre. Finalement, Ivan Guérassimov, long garçon dégingandé, proposa une motion qui fit l'unanimité. (A peu près :) « - Nous allons les mettt-e en quarantaine. Il)terdiction absolue de leur parler. de leur répondre, de s'asseoir à côté d'eux. « - Mais les filles et les autres? » demanda Boghos Aramj ian, dont les cuisses épaisses tendaient l'étoffe de ses culottes courtes. Les filles ne faisaient pas partie du comité des anciens. Les nouveaux élèves non plus. « - On va les convoquer à la sortie de quatre heures pour leur signifier la décision. » Ivan Guérassimov rédigea séance tenante une circulaire, puis feuilletant un carnet de poche, lui donna le n° 7. C'était une manie chez lui de numéroter tout : devoirs, lettres, livres ... , etc. Cette prédisposition en avait fait tout naturellement une sorte de secrétaire général de notre groupe. La page arrachée au cahier circula pendant la classe. Chaque élèves qui la recevait sous le banc la passait au suivant et se retournait vers Guérassimov pour marquer son consentement. ( ..... ) A h sortie, une réunion improvisée se tint sur le trottoir de la rue Achraffieh, les internes y partipaient de derrière la grille que le concierge venait de fermer. Le mot d'ordre fut approuvé et tout au long du trimestre les Juifs de la classe se trouvèrent en état de quarantaine, ce qui d'ailleurs ne les gêna pas beaucoup, vu qu'ils formaient déjà un groupe compact et frayaient peu avec les autres. Il n'y avait d'ailleurs de notre part aucun sentiment raciste, chose dont nous ne soupçonnions même pas l'existence. Le fait que les boursiers faisaient bande à part nous agaçait et le refus de laisser copier Adnan Ahmar nous avait réellement indignés parce que nous avions une conception très poussée de la solidarité. Les Juifs, que personne n'avait évidemment mis au courant de nos décisions, s'aperçurent très vite de notre changement d'attitude. Certains d'entre eux essayèrent de briser la quarantaine. Mais la vigilance régnait dans nos rangs. Un de nos camarades français, Louis Bar- Un diplomate égyptien vivant à Paris, éduqué ou Liban, où il a fréquenté le Lycée fronçais, s'emploie à se comprendre et à se définir en analysant son comportement, ses souvenirs, ou cours d'une réception chez un industriel parisien, dons ia nuit du 23 ou 24 janvier 1960. Tel est le «sujet» du roman passionnant de Fereydoun Hoveyda «Les quarantaines ", dons la mesure où l'on peut, en l'occurence, parler de sujet. C'est une vie, et plus encore une conscience que nous livre l'auteur. Avec une sincérité qui se veut absolue, son personnage s'acharne à cerner, à saisir la vérité dons le flot des événements et des faits qUe le Temps brosse ou dehors et ou dedans de choque être humain. Il s'efforce de bonnir les clichés, les idées préconçues, les modes de raisonnement qui faussent la réalité. Et son effort douloureux le conduira, ou petit matin à se découvrir lui-même ou du moins à voir plus clair en lui. . C'est l'idée de «quarantaine» qui le honte tout ou long de cette quête. Dès SOn enfonce, il s'est senti différent des outres, inadapté, indésirable, voué à une étrange solitude dons sa vie familiale, dons son amour, de même que, plus tord, sur le plon des rapports sociaux et politiques. La contradiction entre ses attaches arctbes, son enfonce en pays colonisés et sa culture occidentale n'est pas la moindre couse de son malaise. Il le surmontera en affirmant sa vocation à être un trait d'union, à favoriser la compréhension réciproque, l'amitié entre Orient et Occident. Fereydolln Hoveyda qui, né à Damas, est lui-même diplomate iranien en Fronce, a introduit dans cette oeuvre, des données d'une évidente authenticité. Le " souvenir entier " que nous reproduisons ici, avec l'aimable autorisation des Editions Galiimard, évoque en termes émouvants. le problème des rapports entre enfants de communautés différentes. disse, fils de colonel, parla un jour à Isaac Lévy. Le soir même, nous l'attendîmes au coin de la rue Achraffieh et nous le rossâmes d'importance. Il s'en plaignit à ses parents. Ainsi l'affaire fut éventée, et le surlendemain, le proviseur, Roger Courtinaud, dont la figure avançait comme le museau d'un animal, vint en classe et occupant la chaire nous fit une leçon de morale d'une heure, à la place de Cadiou, sur les races humaines, leur égalité, la solidarité ... , etc. A travers son discours, nous apprenions lentement l'existence du racisme et de l'antisémitisme. J'ai complètement oublié les mots qu'utilisa le proviseur. Mais je me rappelle très bien son ton doux et convaincant, et l'impression qu'il nous fit. Pendant la récréation qui suivit, les « anciens » tinrent une réunion qui décida que seul Moïse Chalom serait maintenu en quarantaine et que Guérassimov entrerait en contact avec les autres « boursiers» de l'Alliance israélite pour leur offrir de participer à nos jeux. Cet incident nous révéla que le groupe des Juifs eux-mêmes ne considérait pas avec sympathie Chalom dont le caractère renfermé énervait tout le monde. D'ailleurs, à quelque temps de là, la mesure prise contre Moïse Chalom tomba dans l'oubli. MAIS Chalom commit au .troisième trimestre une faute tellement grave que nous en fûmes littéralement indignés. Depuis les incidents du premier trimestre, l'unité de la classe s'était ressoudée et nos camarades juifs, du moins certains d'entre eux, participaient à nos chahuts. Ils restaient cependant groupés dans un coin du fond. Un jour que Cadiou nous expliquait le principe de la vapeur-travail appliqué aux locomqtives, Isaac Lévy siffla, provoquant une hilarité générale. Cadiou se retourna, et les mains aux hanches considéra la classe. « - Qui a sifflé? Comme personne ne répondait, Cadiou, dont le regard errant venait de se fixer sur Chalom, interpella ce dernier « - Chalom, au coin! « Mais c'est pas moi! « Qui est-ce alors? « Lui!» Chalom désignait Lévy. Moise Chalom re<;ut ce jour-là une formidable raclée. Ses camarades juifs demandèrent à changer de place pour ne pas être à côté de lui. Le mouchardage était abhorré même par Cadiou qui trouva plus simple de déplacer Chalom, qu'il obligea à partager au premier rang le banc qu'occupait toute seule Denise Corso.' La classe tout entière le considérait comme une espèce de transfuge intolérable et méprisable. Personne ne lui parlait, personne ne le saluait. Il

oC.

cl .J <. s'adapta d'ailleurs non sans dignité à sa nouvelle situation, venant le dernier, partant le premier. Il passait les récréations dans la cour des grands. A partir de ce mQment, je ressentis une certaine pitié pour Chalom. Sa solitude me fascinait, me rappelant sans doute ma propre inadaptation, ma façon de me sentir étranger. Mais je n'osais pas l'aborder de peur d'attirer la foudre de mes' camarades. Lorsqu'ils tourmentaient Chalom sur son passage, je participais lâchement à leurs plaisanteries. De ceci, il me resta un léger sentiment de culpabilité dont je pris conscience avant même la fin de l'année scolaire. Les examens du certificat d'études eurent lieu dans la deuxième quinzaine de mai. Contrairement à toute attente, Chalom le bûcheur échoua. Comme les vacances scolaires ne commençaient qu'au début de juillet, les cours se poursuivaient sous forme de préparation pour le cycle secondaire. Nous ne revîmes pas Chalom. Ses camarades de l'Alliance Israélite n'avaient pas non plus de nouvelles de lui. En juin, un jour que j'accompagnais ma mère au Souk Sursock, j'aperçus au loin dans une des rueITes étroites un garçon dont la silhouette me parut familière. Il portait un éventaire suspendu à ses épaules. C'était Moïse Chalom. Il vendait des lacets de chaussures et des boîtes d'allumettes. Je fis un mouvement vers lui et l'appelai. Il tourna la tête vers moi et soudain se mit à courir bousculant sur son passage les gens qui le traitèrent de tous les noms. Cette rencontre m'impressionna à tel point que j'éprouvai beaucoup de difficultés à m'endormir ce soir-là. Te me sentais inexplicablement responsable de ce qui était arrivé à Chalom. Pourtant je ne dévoilai pas ma découverte à mes camarades comme si un secret me liait à Chalom. Mais le visage affolé du jeune garçon m'obséda longtemps. Te n'ai jamais plus revu Chalom. .

Notes

<references />


Catégories