Droit et Liberté n°004 - 18 novembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Voici comment la Gestapo et la Wehrmacht se reconstituent -page1
    • De la haine raciale au génocide il n'y a qu'un pas (abbé Plojhar ministre de la Santé de Tchécoslovaquie ) -page1
    • L'URSS et les juifs par Pierre Paraf -page1
    • Sang et pétrole: les pogromes redoublent de violence en Irak -page1
    • Zéro pointé pour les sénateurs de Géorgie (USA) -page1
    • Ils attendent Letty: pour avoir écrit cette pièce, l'américain Clifford Oddetts est en prison -page1
    • Le délégué israélien au congrès des partisans de la paix vous parle -page1
    • Les juifs sont-ils "maudits"? Le point de vue de l'abbé Honoré Marty -page2
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • Souvenirs d'Emile Brulé: 2 imbéciles et 3 fripons formaient la rédaction de la "Libre Parole" -page3
    • Déjà a nos portes le danger allemand. Réagissez sans plus attendre! -page3
    • A propos de l'internationale des traîtres: le mot trahison dit bien ce qu'il veut dire -page3
    • J'avais choisi un autre métier: Admirateur de Bernard Palissy, Claude Le Tourneur suit des cours aux A.M. (campagne pour l'orientation professionnelle) -page4
    • Paul Tillard ancien de Mauthausen, nous offre en gerbe émouvante les roses du retour -page5
    • Et revoici Radio Stuttgart -page6
    • Notre Santé: Pavlov et le réflexe conditionné -page6


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

.. VOl ,l ' . MMENT "LA GESTAPO LA WEBB ACBT SE RE'CONSTlTUENT TOUS LES VENDREDIS No 4 (.108) 18-24 Novembre 1949 25 fr. Unèfo • IS' suffit 1 . SI vous allez, par hasard, à BO~ln, l!léfiez-vous : les murs' ont des oreilles. Et si vous apparaissez comme. antlfasciste, vous ne pouvez qu'être suspect. Car à Bonn particulièrement, et dans toute l'Allemagne occidentale, la oC poUce .antisubversive » est partout. A la suite d'une enquête, lell autorités américaines ont a.pprls .que ce corps alle1'lland d'agents secrets est étéjà très actif et forme un réseil)l très vaste .. Les policiers antlsubTersifs

. se' déguisent en garçons

de café, en porteurs. en chauffeurs de taxi, épient à. toute heure clu jour, les conversations, la vie . de , 48 mil- 110ns ,d' Allemands. . Un~nouvelle Gestapo Erich Men(ie, dirigeant dli rartl nazi , appelé par al)tlphrase '« démocrate libre :t. a révé1é que cette (( ' ré e,lI e force de pOlice » aVilit, entre autres tâches. cell~ ' de Il contreearrer l'i!ption 'des services trespionnage étr~ngeTs 'en AI· ' lemagn." notamment l'espion. nage économique .. JI. Qn ajoute d'a~lleurs à Bonn. l"U~:R.'S:'S~, etleSiduiÎs, par ~/~7~4' . ,, ~ , \ J A l'occasion ,du 32', a,nnif1e( saire de l'u'ni'on' ,: d~s Républi'ques Socialistes 'Soviétiques, Dr?i! et Li~e:té se fait un plazszr de puo/let un article" de. Pierre Paraf : La deuxième g;'erre mondiale a fait de l'Union 'sovIétique l'un des prôtagoui$tes" de la J:uerre antihltlérlenne. Le patriotisme de se8 Israélites a révfJé sa solidité à (raver", dM malhel,lrs sans précédollt dans l'histoire. Les citoyens .luils St' devaient de compter parmi les plus ardents défenseurs d'un régime qui avait une premlêre fols reçonnu l'égalité de leurs droits et qui, ~3 BI)S après, allalt contribuer à sa.uver non _eulement les Juifs de Rus~ie, mail les Juif" du 1ponde. L'Armée Rouge recula. pareourut des milliers de klIomètres J\lSqu'à ce que Sta.lIngra~, la. Alarne de l'Orient, mal'quât l'arrêt lIupréIfe et l'a première défaite de la. Wehrn).llcht. Sur un chemin bordé de gibl;'is, semé de inIllU",,, (le morts s~ns tombes, ' tandis que les partlsal1~ harcelaient l'enneDll. ell~ marùa jusqu'à. Berlin. Un an après la chute de Stalingrad, elle délivrait les derniers survivants cl u cam p d'anéantisS~l,l1ellt '-AWlchwiiz. Pendant tolite. la e&mpagne, le, courage mllltai~e iIles oombattants juifs. du mareehal au simple soldat, s'Inscrl" lt à. l'ordre du jour. Le journa_ liste I1ya Ehren bourg soull gna .. ,maintes rl):prises cette contribution glorieuse. Une telle orieutation de l'bistolre ne pouvait rester sam 111- f1uen~ sur la pensée et l'a tUtn~ e de toutes les COll1munaut~ juives du monde à l'égard de l'Union soviétloue. SI les lSympathles ou les réserves de prin. cipe enver~ le cO!l1Jllunlsme rnss~ demeurent, une Immense gratitude remplit lM coeurs Israélites pour la nation qui. eomme 11/0 France jadis Incarna la première la liberté, Incarne l'égalité et aussi, avec quelle ".I,ueur, la volonté de jUlltlce et .. &bàUment. . sans ambages, qu'il s'agit àussi de Il réprimer l'activité des éléments révolutionnaires et lell menées dirigées contre la SOreté de l'Etat ». Deuxième bureau? Gestapo? Ces mots (slgnit!eatits) ont été (à juste titre) prononcés. Le fait n'inquiète pas outre mesure les représentants des Etats-Unis en Allemagne. qui n'ont qu'un souci ~ éviter préciSément c,ue le mot « Gestal{o ~ soit prononcé. 1. P. et Garde noire En automne 1948, l'un des dirigeants des · services de renseignements américains, le général Chamberlain.' réunissait à Francfort une confé- NE PLUS JAl\IAl'8 LES BEVOlR! . reIice d'agents secrets: On ne peut dire avec précision quel en fut l'ordre du jour. mais on le devine aisément. Ce qui est ·sUr. c'est· que les ex-géné-' raux nazis Halder et Ciuderlan y assistaient. Il fut question du Deuxiéme Bureau de la future , armée allemande, dont Halder et Guderian sont déj à. considérés comme les princlpau,l' , chefs d·état-major. I! fut question aussi de cette '" police anUsubverslve ,. et d'autres poUces encore. . Dès 1945. les autorités américaines créalent la ' German Guard (garde allemande) qui devint. par la suite: l'Indusmande's, ·appell)es par la suite .: organisation civlle allemande du travail '». verb;aoJes unités m1l1taires. Au total, les évaluations les plus modestes chiffrent à ' 80 bataillons les forces militaires allemandes actuellement sur pie d. La constitution de 25 divisions en Allemagne occidentale, dQnt 11 est fort question ces jours-cl. est. on le voit. déjà tort avancée. , Comment ont été choisis les membres des « unités de service ». de l'l,P.', de la police antisubverslve » ? En fonction de leurs capacités. Et quel est' le critère de ces capacités? L'expérience acquise dans la Wehrmacht et dans la Gestapo. Du Dr,Vogel ' au général Rem-er Dans cette demi-Allemagne en pleine éyolution, 11 n 'est pas possible de tracer des li· mites nettes entre le passé et le Présent. . ' En fait, le gouvernement chrétienrdémocrate de M. Adenaller 1\1I~se (à l'Instar des au t 0 rit é s 'dOccupatlon) les cou,.clêes tranche' ' aux organl· sations et partis nazis. . I! existe, en Allemagne occidentale trois centre.s prln- , Albert LE,VY. (S~lte en pa'ge 4.) Un article exclusif de M.l'abbé PLOJHAR ~ (Ministre de la Santé Publique de Tch~coslovaq uie) DE LA. HAinE RACIALE AU' GEnOCIDE #' . ,1 " . IL N'Y A QU'UN PAS M. l'abbé Plojha~, ministre de la. Santé publique de Tché('.() Slovaquie a bien voulu écrire cet article exclusif pour les lecteurs de Droi t et Liberté.' Ancien déporté, M. l'abbé Plojbàr a connu, \lans les camps de' concentration, lès horreurs du régime nazi, contre ' lesquelles il s'élève, Ici avee t,ant de force. . Figure très pop.ulaire en Tchécoslovaquie, Il lutte infatigablement pour Je . progrès et pour la. paix. En avi'11 dernier, il étalt ·à Paris, comme membre de la délégation de son pays au Congrès Mondhil des P~rtisans de la Paix. C'est, sans aucun doute, avec un grand intérêt que vous lirez cet article d'un grand combattant de l'antiracisme et de la paix. civilisation, à la culture humaine. pour la seule raison que la couleur de leur, peau est différente ou qu'ils sont d'une origIne différente. La haine raciale constitue, comme toute haine en général. un ~rave danger pour la. vIe commune de gens réduits à un 'certain espace vital' et aussi, au point de vue international. un danger pour la paix entre les nations et les Etats. Voilà pourquoi le mouvement · pour la ,Paix, dont toutes les démocraties populaires et les travailleurs de tous les pays sont les défen- ' seurs. condamne toute politique ou 'haine raciale. Et voilà pourquoi notre sympathie et notre aide vont lLUX peuples coloniaux opprimés, qui s'efforcent ,d'e jeter bas leur joug et de recouvrer leur place ,au sole11 de la liberté. Combien fausse est }a démocratie du monde occidental qui parle à .pleine bouche de l'égalfté et de la liberté, Le problème des. races est bien 'un problème scientifique, mais, sous sa forme politique, l~ racisme, les fascisles s'en sont emparés comme prétexte il leurs manifestalions de haine. Le nazisme allemand qui, au nom de la race ne s'arrêta pas devant les bestial i'lés el les assass i -I-~:;~:;;-.... ~;;;· M;;;;;;;~;;_jïii~.':1ï;;;;;;;;;;--1 nals les ' plus cruels, allant 'JI,8 . A'lTRN'DtiNT' 'LBnt, jusqu'au génocide, nous • montre où· peut aboutir ceUe forme politique d'une discipline autrefois purement scienLifique. A nous autres, Tchèques et Slovaques, le racisme est aussi ' étrânger' qu'à toutpeu'ple pacifique. Dans notre pe~ple il n'y a jamais eu de haine eontre des races êtrangères. La manière, dont on a souvent traité dans le ,monde les Juifs et dont on ne cesse de traiter les nègres en Amérique, a toujours été condamnée dans notre pays et ne s'y est jamais manifestée. Le peuple ,tchèque a. trop souffert dans son passé pour ne pas comprendre l'humiliation et la souffrance de ceux ciue l'on persécute sur Ir, base d '~lle su. périorlté douteuse, et que l'on empêChe de prendre part à la Pour ,avoir' écrit cette· .pièce à~ 'Parisy •• '. tout en foulant aux pieds les droits et la liberté de ceux qui diffèrent de la classe dominante quant aux nuances de la couleur de leur corps et qui ne doivent 'être bons que pour serviT de victimes ! Ce n'est pas d'après leurs paroles, mais ' d'après leurs actes que nous devons juger tous ceux qui parlent de démocratie. L'exemple de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques nous montre que la nouvelle politique de paix et la nouvelle édification d'un Etat sont possibles sans impérialisme, sans oppression raciale. et qu'elles fleurissent sans partager l'humanité en races ' supérieures et Inférieures. Aussi longtemps que l'humanité ne règlera pas son compte au fascisme. et que certains feront profession de la philosophIe nietzschéenne du surhomme, il y aura des ennemis de la paix. On ne peut espérer le règne de la paix sur terre, tant qu'il reste de la haine contre des ra'{ e.ll. e.ntièr~s dans le coeur dell 'hommes. . . . (pointé) pour les sénateurs de Géorgia (U.S.A.) En Géorgie - l'Etat am~ rlcal,! , ooJis~déré oomme le plus raciste - de bons Blancs ont trouv6 un bOn truc pour priver les Noirs du droit de vote: Ils Soumettent chaq~ ' élec~ur au, paiement préalable d'une taxe ' électorale. Dans la plupart des · ea.s, le coloredman ne peut e'ex~ cuter en rahion ~e lion salaire. Anormalement bas. Mieux 1 .Ie Pa,rh!.ru,a{~· "'~"'i. d'Atlanta, eapitale de la. Géorgie, a récemment institué contre les Noirs, !lOtIS prétexte d'établir leur «niveau intellectuel », un véritable examen d'admiMi;n au droit de vote qui ne comporte pas moins de 50 qUe8tJon.'I1 Ces 50 questions, un jour· nallste facétieux s'est. ~qsé à les poser à trois !lénatenr. locaux : Ils ont « séché » de façon 1lj.mentable, ne donnant, au tota.l, que deux (Z)' répons~ Justes. trial Police (I. P.). Son rôle: ..... _____ ...... ________________ _ garder les entreprises indu'strlelles. les lieux publics. Contre qui? Moins' contre les gangsters que , contre les , travailleurs, que frappent de plus en plus qurement la miAujourd'hui. alors que se tracent nettement les contours de deux mondes, de deux temps, celui des partisans de la paix et celui de ses ennemis, Il faut que chacun voie . claIrement de quel côté doit être sa place. Tout le monde doit se rendre compte que la politique raciale est une politique contre la paix, que de la haine raciale au génocide il n'y a qU'un pas. I! est du devoir de chacun de résister. au mal et de le combattre partout où Il Survient. C'est un commandement plus urgent encore. pour qui veut défendre la paix entr,e tous les peuples du monde sans distinction de langue, de confession. de couleur ou d'origine. '.Aux dernières nouvelles, fous a.pprenon.s qu'Ils ne seront pas rayé!! des lista électorales. ns oontinueroat même ~ faire les lois de l'Etat de Géorgie. sère e't te chômagè. , Quoique non secrète" cette police avait déjà un caractère . politique. A ell~ s'ajoute •. autre' cbrps. composé uniquement d'Alleinands, la. Garde civile ou Garde noire. Sa mission:' protéger les , bâtiments et entrepôts américains. Le~ origines de la J!ouvelle Wehrmacht Ces organismes paramilitaires, 'point de départ de la nou" vell~ Ge s t a P'o. constituent aussi la base d'une nouvelle Wehrmacht. . . En zone anglaise fonctionnaient dès la fin de, la guerre des unités de service ') alle- Le délégué israélien au Congrès mondial des Partisans de la Paix, vous parle ••• 'M. Bar-l'ehuda est intervenu, au nom de la délégation .sra4lienne, à la récente session du Comité perma.p.ent du Congrès Mondial des Partisans de la Paix, à. Rome. DROIT ET LIBERTE donne ,aujourd'hui les principaux extraits de sa décll!-rati,)ll : Je repr,jSente le mouveme1l-t pour la Paix d'un pays qut. après la deuxième guerre mondiale. a été entraîné d,ans un nouveau conflit sanglant. Le danger d'une reprise de ce conf.lit, taisan.t partie de la préparation à la troisième guerre 77Londiale, n'est nu llement disparu . . C'est dans le cadre 'di ce; préparatifs que se Succèdent en Israël des commissions éco- •••••• •••••• 1tomiques ou autres. identiQUes à celles Qui circulent en Indonésie, Corée. Gr~ce, etc .... des commissions soi-disant ~ Nations Unies " I!n réalité instruments des bellicistes. .Clest dans ce cadre que de grandes quantités d'équipement, d'armes, et des experts müitaires sont dirigés vers les pays féodaux autour du ieune Etat d'ISraël. C'est dans ce càdre, aussi, qu'on cherche à (Suite en pace 2.) - Chou,ette I. .•. on va pouvoir, sortir tout ça de la naphtaline,. " LES 'P·O'ORO •• S' REDOU_LE~K;T.:·'D;E VIOLENCE EN)'.IUK D 'AUCUNS oDt feint de voir une « systématisation ou- • trl),l1clèl'e dans le commentaire donné par une Importante partie de l'opinion et par Droit et Liberté en particulier, aux tragiques événements qui viennent de se dérouler en Irak. La réponse du Monde LE journal le Monf1,e n'est pas, semble-t-U, ' suspect de «voir les trusts' partout ... On peut lire, pourtant, dans son numéro du 11 nOI'embre, sous le titre: Â /fUi profitent les pogroms tf'lr.ak '! Pour Dotre part, nous avons Joë. - c Je voudrais êtr~ un enfant et n'avoir pas .1 penser à écrit, et nous répétons, que les chaque minutes qui vient ... maltru du l'~trole font éouler le Pétrole et sang: cette IUsociatlon de roman-feuilleton ' 1&'/1, 10.mais été si réeUe. D'Irak, ~t4t E(jua. - • Mais voilà, tu n'es pas un enfant et tu dois penser à sang tfu Juifs la minute qui vient! Nous sommes embourbés comme un vieux tacot! ~ 1.. .. _____...· .. _______ (Suite en pace 4) .. .l'Américain Clifford Oddetts est en prison J E tiens le 11 novembre 1949 pour une date qui restera dans l'histoire du théâtre en France. Ce jour·là, au soir d'un défilé qui le loug des Champs-Elysées conduisit les an- , ciens conibattants au pied de l'Arc de 'rriomphe, ce jour-là un jeune combatta\lt de la paix et de la liberté, l'acteur, metteur en scène Clément Harari présentait à cent personnes un chef-d'oeuvre du théâtre américain. (1). Présentation de " FrllQcis (JIlÉ~IIEUX TI s'agit de la pIèce de Clifford Odclets : Waiting for Lefty (Ils attendent Letty). Qui est Lefty ? c'est le président du comité de grève des chauffeurs de taxi new-yorkais. Qui attend Lefty ? Ses camarades réunis en assemblée générale. Le rideau ne se lève pas, il n'y a pas de rideau. Le comité de grève prend place sur la scène. Les grévistes sont dans la salle, mêlés aux spectateurs. Le spectacle commence avec la réunion. Un memQre du eomité de grève prend la parole. li parle comme un mauvais cabotin, ·fait d. grands gestes et déconseille de continuer la grève. On l'interrompt. il s'avance avec ses hommes de main et invite le (( rouge » qui l'a interpellé :i. venir s·expliquer. Où est Letty? lui crie-t-on. Il s'est débiné, il

se fout pas mal de vous. La

salle est houleuse. Le provocateur triomphe. Mais un jeune gars se lève. l'interrompt et raconte son histoire. « S'il est en (Suite en pace 6.) (1) Il. cttrnden.t Lcft!J ocra louê ])OU da première 1.ùs au Palaia d. Chaillot le :le novembre, à 20 h. ~;, Cette jeune POlonaise a Tev~tu. pour un jour, le costume de 80K paliS. Elle vit et travaille, en France, ainst que ses parents et !\Omor. tf.e &u amis. Dimanche, elle sera représentée au Congrès tf'AmitU mtrr ,FrClnçlÙ$ ft Immigru. (VoIr ~ 3.) -2 Où sont les farceurs? L A TRAGI-COMEDIE DE LA LUTTE JUIVE CONTRE L'ANTISEMITISME VA BIENTOT PRIÏNDRE FIN, ose imprim~ r le journal sioniste «Notr~ Parole ». Ainsi, la vague d~ prot~stations qui s'est élêvée contre la menace du « Stürmér », contre la reparutlon des jourIlaux nazis, contre la profanation des. synagogues et oimetières juifs, contré le re-' lJ'oupement du parti hitlérien, tout cela ne serait ,u'une fàrè& ! Une farce, le réarmement de J'Allemagne? Une farce, la recon_titutlon dé la Gestapo ? Un~ farce, les menées des hOD1més dé Vlëhy, d~$ antiens L.V.F., des anélens miliciens, dans notre PàyS même? FAUT-IL des crématoires pour comprendre ? Les Juifs de FI'ance, 811'.1- JUstes et bon-sionistes, ne veulent pas voir rèvénlr lès années terribles. Place Vendôme, et autres ... Clairveaux Yeu L'Amnistié èst én routé M. GeOrges Bidault (dont on Il prononcé li! nom ! ptopo8 Hu Conseil NâtiortaJ dl! 1;. ltésiStance) énLend bién prOfiter de son pa~sage à Iii. Prélildmce du Conseil pour {aire vOtér 1_ proJet d'amnlstié aux collabàs qui lul tiènt tant à coeUr. M. 1tené Mayêr (dont on a pl'Ononcé le nom à propos dé la banqUe ROthschi:d) s'est mis au Itavall sàn8 t&tder éut lé 1èxté QUê son pl'êâêce~sWr il u Minis- 1ère de la JUstice, M. Robert Lecourt (don~ on a prononcé lé nom à propos de l'affairé JoanOvièi- Scâftal avait du laissér en pannê. On a voulu crOlrê à un scrupule dè M. B:dault qUând on a yu 'que M. Johartnès nuprllz (dont on a pl'onortcé lé nOm à propos de l'affaire J;nt~t-Francel nè fait pas partie de son ministéré. C'etait uné erréur. Car M. Andt,é MOricé (dôtlt on il prOMncé le nol'l'l à propos du Mur de l'A tlantlquè) êrt ést .. La pommade TOut ça fait que lè jourDal fascisU! êt anlisémitè Parole~ l'rânçaises (1) écrit unI! lettré ouverte à \do Rêné Mayer : - Cdr vOus étés, dé touté . évidénc~, -1'hol1tme qUI dOit Jaire l'amnisW... Vous étés comme pi'Omis il. cel accomZlIiSseme::L. Si vOus' y mànquiez. fose dire (JIU VÔUS auriez maltqué, du nt'· m~ éoit):), à ce que prOmettaient votre destinéé et tous ses ch~m!ll~ meM8. . Dé cès féllcità.tioils Qui tont plàlSlr 1 a de gros intérêts dtl'ls le$ m~Ës de l'Ouenza qU'1I tàue vOir en René Mllyer Mahomet soi-même! Les navets de Çlairvaux Nous avons appris que. chaque soir. â .pas feutrés. la muse de Maurrâs descénd dans sa cellule, Fort dé cette lmportanU! nouv~ Il!i, nROIT et LIBERTE a dépêChé à Clail"Vaux uu envoyé spécial qui a réussi. au prix de .... a •• millê dlfficultes. à M procurer un éehantillOn dè la. poéSlè du «màltre lI. Gravé sur lé mur dé sa gtOlé de la poirt;è d'un COuteau de cuisine. VOici: •. Qué l'agave métèqu~ aut écorIces barbares Dls~ à ta fl€ur qui lè tuera D'(J.rbOrêt: nôtré déuü lanl qu'une (geôlé avare De sils barrèaux nOus retiendra .. Mais volLS més oliviêts. V(Jus mOtt [myrU fidèl e Vous mes roses n'el' faites rien. IVous toinmes nés /f.u 11t~ln~ sang Et ma sèvt ést lâ vôlr~ ... 'Et voilà où vl'lus mimé Iii vie Végéta.tive 1 DROIT ET LIBERTE U LE POPULAIRE" contre les JUDÉO·BOLCHEVIKS Un article publié par lé « Populaire 1J du 8 novembre der .. nier à l'occasion du 32c anniversaire de la Révolution d'oe .. tobre a provoqué d"-ns le. milieux les plus divers de l'tris une indignation consldérablé. L'auteur de ctt articlé nta pas hésité, en effet. à teprendre A. son compt~ j'odieuse calomnie de Goebhel, .elon laqUelle _ lé . bolcllevlsmé .êtalt uné oeuvre juive ». I,~ famoux Jildêo.bolchéVlslII.é! VOIè! doM cé qû'éctlvalt lè • Populaire » du 8 novembre 1949 : Il faut d'obord remarquer Que la bourgeoisie était Il peu prée inexistante en RUS8ié: : trois 1I\11I10ns d·indivldus. dont un grand nombre de juiIs, concel1- trés dans les villes, Ces individûs, on ne lès â pas anéantis, mais adâptés, En raison de leur compétence, ils ont formé les cadres 'des organismes économi .. ques sovlétiqlJéS. et, dotés d'ap) 56illtements énormes, iU tonU ... nuént la vié bOurgeoisé. Le Jour même de .a. parution, M. \Ifaurice Tllorez. .ecrétairê • énéraI du Parti Communl8te '-rançals, a cltt! cet .rtlcl~ dan. ~on dUcours •. u Vélodrome d'HIvér, en soulignant son r.a.ractèr6 anticommuniste et· antisém.ite, - Ils en sont là, a dit )d. Thorez, à reprendre dans le journal d~ Blum les immondes campagnes ariticomrnunistés et antisémites d'un Goebbéls et d'un Julius Streicher ! (Lé public ma ... nlfésté son indignation par de longues huées.) Toute cette affaire a donné lieu à une vive polémique dans la pre;;sé Juive de langUe yiddish. où - chose étonnante - ~e slogan dé Goébbels semble avoir trouvé des défenseurs ... l/antisoviétisme aveugle les gens au point de les pousser au suiCidé. LA TRIBUNE DE « D. L.» Jaune, n,air,. blanc L,es Juils sonl~ils «-maudits?» Tôt ou tard A la réouvett ute des COurs de l'Ecole nationale de III Fra!Ule d'outre-mer. M. Aujoulat, qui reptéseri~ ait le gouvèrnement, a déclaré notamment : - Vous construirez un monde n(JulJèau où l'homme b la n c. · l'homme noir et l·homm.e 1aun~. .olida/rement et j7ILtcrMlltment unis. trouveront ensemble pa/x, hon1leur et joie de vivre! Bravo 1 Voilà des paroles auxquelles DROIT èt LIBERTE applaudit. De tOut coeur. 11 tltuàtll l'lien qu'un jour les actes y solent conformes. Tôt ou tard. Pabc:, honneur et joie de vire ~-- Chaque semaine. éClivait tout récemment le Hamburger A bendb'att, 700 jeunes Allemands Quiltent le territoire sous le contrOle du gouvernement de Bonn en direction de Marseille. Les recrués pour la Légion étrangères sont d'abord rasse rncontre Ali DI-Io. Oa.n61d&t du gouvérneur Mouraguè. L'ac)nlin;strateul' WmcKler reÇue l'ordre de veillér à la régu!a.ri Lé du sC1'u:in. SoumaYe D:alo obtint 146 voix. Ali Dialo. càndldat Administra.tif. 25. Le p1'Gcès-verbal fut. dresSé. pa.raphé ét éacheté, PUlS envoyé au gouvèrneur. Qui ·proclama élu... Ali Dialo 1 Bazile Le 8 décèmbre sera p!~ldé devant un tribl.\nal parisien lé procès que Wanda Jllkubow~k:a inlente à M. MlChél KwiatkowSkI. Wanda Jakubowska est la Le POillf de vue de l'abbé Honoré MARTY réalisatrice du éhef-d'oeijvre du . Dlns la rubrique « Lisez nos lecteurs )l de notre ~~n'üer nucinéma polonais La dsmière mèrD. nous avons publié une lettre dé M. 131oèl\-Ne~â.t : « LM étape. JUifs sollt-lls maudit8 ? 1). _ M. Michel Kwliltkowski est pro- « EU-Il vrai, demandait notre eomsr.0ndint, dà'lls qutUe prlétail'e el directeur du JO\lfnil.l mesure eSt-il vr.ai de dite que l'une p.~s SoUrces pr\j\Olpal.t~ ~è de langué pOlol'laisè Nar.oâ~wfêé: l'àntisémÎtis!né . réi~de dans une ~ertal.ne. éd1Jc&tlon èlltbllliqu~ pàr9.i$M.nt à Lens. - et plus parhèul!erement dans le catechisme - selon quoi lM CO:ltre tou~~ vérilé. le Naro- Juifs sel'aiènt maudits puce qu'ils oÎll tu~ Jhu. 'r n. dowUc è. dit de Wanda Jaku- Cetté quéstion méritait rëppn~e . C'est uh Mhnêur pour bowska Qu'elle fut à Auschwit2 notre jOurnM dé publlêr. alljourd'hUi, Inauturant l, Trlbunê une cOllaboratrice des SS. dé « O. L. ». une léttre de M. l'&bb~ Honore Ml1rt~. dé P~rpl. Pour éè journal p:lrà-t9.~ci5té gnan. Nous pensOlls qu,ècesera unf! cantribUtlotl utile ~ l'étudé ct anti~émlle. - c'était peut-~tr~ d'un aspect dÎl l'antisémitisme qui pt~Occupi: IlOmbre il! )letun compllmént. ~Ot'Inel; . . Wanda Jakubowska et ses Voici donc le point dè vue dé M. l'abbé HonOré Marty: nombrêult amis lé tiennent pour une odieUSè calomnie. Le plus grané! umbre d'eitfaltt~ c/l.thoUqu~$ r~~Ôi\, pour Et M. KWlatkowskl s&ura, bien- tou, t enseignement de La religioJt, lê& li!çons du ciltéehisme tôt sans dou:e. ce qu'll E:U ,Mûte pTe:pàrato~re à la llremièrê co~mun!on. . d 'user de certa.1n.s 'procéaes de Les catéchismes diocésains se rës$emNt1lt beaucoup. Celui polémique. qus :rai sous LéS y~ua: sil borné â 1!0mme1(ti!r briêv~méiit la phraSe du Cudo : « Jésus a souffë?-t sous PbitN-Pillite ». Compéi«mée Le J.IlJ:te du catéchisJt1.e ne fait pdS m~ntiof'l d.H Juifs. . . bIééS dans lM casêtnéS d'Olten- Dans uTié petite hittoire Mint' citst.iité~ aux catécftlstnes burg. Parmi les émigri!s !l~ l'Ellt Il de pèrsévérance (às cours de pt!rSé1Jll!'linC! né S011.. sllivB On exigé d'ellêS une constltu- qUI les U.S.A. ont acc'ordé unÎJ ici Que par 1.11 petit ~f'Ji Il·en.fa;tlts) aPrès la de~Gr.iption tion soli dé. eat la gUetl'è en- In- génétéusé h{)$pltalit~ on nOtH8 dé t'è11.thôuSlu.stlie des louret l'lai éûbtHdiënt Jésus, st tr6uvê dOchine n 'est pas une croisière lé nom du général Jl'irjéniêk. t'énUmération de ses è7l1!emit ; lU SèTtbê8, lè& PhilTÎsièns, les dé pla'Sànce. AMlên lhlnistl'é dé lIntér'.éUI 1 • En rèvàl'lch!. On né prêle au- dân8 là. Slovaquie dé Tlsz6. Docteurs dé la Là!. C'èst .teu êniént lLj:lrtli la 8entelic~ de cuné Il.!tention à !l'mr passé poli. . PUatt que l'on trouve indiqué : l~s Juifs répondént ; « Qué. tiqUé. ' SOli $rihg rétotltbé sut nOUs et sur nos ~nfllnts ». Voilà pl'lurquoi J'unité se fait dans un larte Iront contre le racisme et l'antisémitisme, pOUf la paix. On J'a bien vu le 6 novembre, à cette conférence, où, sur l'hiltlatlve dit M.R.A.P., plus de 1.000 délégués se flres! laIent, représentànt lion seulement les cé'llt deux orgalIiSatl9115 déjà affiliées au Mouvement, lI'Iais encore trente organisations nouvelles. l!:t on én rajOute - ". Mputl! dé COn.seant/lie tou1our~ réelU. V6U8 !ditU main, tenan~ corps avêc ltotré Aftique A Clalrvltux nalt une 1'I1'luvelle famllle dê l;'lantés: léS nl.aurràS-~--------"""----' sillèes (navets). C'est ce ' que dit le Hamburger Tou! cU téxttS hé pèuvent ctéer ult~ dtfuOsphête d'4iH!- Abel1(lb!att. • sémitisml! qllt st le prêtre 4ui téS expLiqUé est liJ,i-màl1it· L'ARDENT appel au ras· semblement de tous sàns distlnétion d'opinions ou de croyance a été entendu. n etit allé droit au coeur de milliers et de milliers de gens du peuple qui ne partagent pas du to\l.t l'avis du rédacteur de « No· tre Parole ». Ce n'est pas une farce qui se joue. C'est leur sort lÜême. Ils en sont coIiscieIits. Et ils oftt dé grànds motifs de confiance parcé qu'ils sa' vent que· leurs - efforts né soilt pas vains, ni isolés, qu'Ils . rèjofg'nent le gtâtid oombat dés _ forces de pê.ix et dé démocratie en Franeê et dan! le mondé. On' né badine pas avec lés sentiments Utofôftll§ du .... ----+-:peuple. Ceux qui, par dénigrement et éflJéul }l{Jlitil'{ue. telitént de brieét sa vôlolité de cornMt ne font que le jeu dé l'êtmeIi:l.1. Vont-ils éolitinuer " du Nord_ - Là. Il Y il de l'abus Ce n'est tout dé inMlê pas J)âtcè què 18. JjànqUê RothscHild Qu'il né faudrait tout de même pas éOnfôndrè avM cés métèques d'aga.ves. A ux écorcés barbarês, Bên. voyonS 1 Des chiffres c·tst èn spécula.nt sut quelquès cris isolés qUe l'tJ1t voudrait ditctélt,iter Z'ètiMmble dés NoriJ..Ajric,tlfl.s. VOici t[uèlqué~ chiffres Offloiels qUI rédUisent à. n~atl.t toutés lès calomnles: sur 14.119 vOls, 163 ont été cominis par d~S NOr(l-Ajr!caffis (laits Us Muf préjniêf.~ mois dë céttê à71liM. En octobre, à. la COW' d' Assise.~ de la S~iM, premIère Mssilln préSidée par M_ Fournier, sur vingt. cds 1ugés Uii~ sM!lé tentâtivé de vo! qua1fJlé est retenue contre un N6rd-Atricritll. A la séconde session du même mois, sUr -z;ingt-trô~ affaires une seulé concerné un Nord-Africain. TjZlIt6t Ouvèrtê, tantÔt camouflé~. Ill; campagne que certaine grànd~ préssé èst l'Ii th7.ln dé tnêl7.èr éontre les Nord-Afrièains préSellte un caractêre nèttemènt racIste. Sbn objectif j.\ai'âlt bien étré dé dréssel' uM partit de la population contre d'honnêtes tràvatlleufs et de préparèr le terrain à de nouvelles mesures ciisCTiinina!O~rss. Oli sait \lu'il a mêma ét~ qU~5tlon du réta,blissemènt dé la fa:liléusé brigdde nord-a/ricaine. orgànisme typiquement raèlUé. (A cè sujet, nos lêcteurs gui li~ Z'ont déjà fait. sil reporterQnt avec profit il. l'étude de PaUl Moi'tl!e Que DROIT et LIBERTE a publlé ddn,; son ailatlt-dernlêt nutnérbl. Uri comité provisoire de vigi/ânce et de cotm!iliation pour la défélise lUs Nord-Afriéain.s en Francé, vient dé se conStituér, grbupélnt des versoilJiaiité~ de tôul é8 ténÙIQ.I!c~S. U I~é délégation de cê comité a réih.l! à M. It pnltt lU Iii Se/lié Iln Inél1iorandum qui demande le désa;veu offlèieZ d~ Iii campltgne en cours et soUHgne lé danger. ([ut de tel1.M fentativt.! PrésMltént pour la Mmoctatié éllé-l7tém~. Joli couplét un antlsémltt. \ Démocratie Lés enfants él!i1Jés dan.! des ~co~M prlVets cathpliQues (il! Aspects de la France, l'A.F. du ;ont unè minoritl! dalts nottt ~!!pdtttinl!ltt). bltt c'le, ë01/-rA sle\lr Boutang, n'est pas content. C'eât une pêtité Il.l~IOire qui dé religion pendant touté ta. /f.urée ·dt têul' scolatité. La. étt- DROIT el LIBÈRtE l'a ~uel- nous viêllt !ln di'oltê I,gn.é d~. tort, Ct n'e§t que lé commtlHairé ' du ptoft$stur qUi pt:iUtra que péu éreinté. TenkotlogO. dans 1& prôvifiM d~ pOILtser à. l'antÎSémit!s~e. Eh . 1 é Koupela OEaute-Voltàl, po , OUI. nous avons os . En sep:embre 1948. un cht! Les fidèLe! qui aSSistènt régulièr~mèltt à La me3Bt lé di- Malgté la cbmpo§ltiôn dê rtoUé peuhl mourut. Le successeur cou- Pour taire vivte sB. . pc.Jltê fft· fI'Ianchê ehténdtnt la lecture, ou HUtlt ttix-tn~mu dan! lé\J.r .C oCmaift é l'Ade. F.C Uilr ecf:aioitn . une décOu- lumier, Soumaye DiUo, fortction- .".". Ill e à '~" 'é W· y~u rk • lê ."". . . n é.": a- 1 livré ad e 1'TI.f!ssé. dés passages extraits d. es Eva~!li' lu . L~1l verte. nil.ire aya.nt dix ans de servicés. Ferjenlc a dÙ el'lercher un én\- têxtés évangtlîques fêmontent au d;but du chl'htiaitlstnl; Il y a des Juifs à notre journàl. sans reproches, fut poussé à là. .pIOi. . Us ,,'adressaient à 'déS fldètés 'dont un grand f1.oml'Jré étaUltt Horreur. vous dis-je. c1mdidàture pa.r l'ênsemble de là Il en rt trouv~ un 6. sa 1'l'I~lSurè . Juifs. SeuL, L~ Comméhtairè tè1ida11.ci~u.~ d'lLn pré~icattur A noire intention J'A.F. tap- PÔpulatlon, Il est boucher, poutra!t y trllUvl!r matî~rê â caLomnies rac!etles. pelle qu'à SO,1 baIiquét on Il. , Un danflér plus grlLncl peut résulter dés jO!f.rlJ,etux 'f.tlustr~" ahànté: T ' -Il t G b· qui S'àélfesslmt aux enfants. Jé né vois àucun de éd mu.;· ~~u~é~~;od~ 1~ir~~lte1l!Ps. ocquevi e e 0 ln-e~ a·u tuf~8'1l!a.t8 je me.ra.ppel!e qu'a y a qu~lqUi! · $oi~a.l1.tt àns 1L1\ p ~ s Juifs èt déS Alie/Mllds luUre fottement alitisemité m, avait ~té prêté. La lib1à.idê Restauré le roi Jean qUt L'avait édité e.tiUe toujours ét pUblie dés hebdomM4îteA Il parait que ces. me.ssieurs Toëqueville avait raison Ceux qui choisis$ènt. la 15ôur LIiS enfattts. . " ànonnznt .ces vers de mirliton . J'~stime tdutefois que C'ést dàhs Lés canvérsu.tiiJh.! qu'll depuis déjà vingt ans. On aurait aimé né pas devoir 1ibérté ènt/ind dà.ll,t sa famtiLè qu'ult ênja.ht tr.Ouvé La. 8ou,rcê dê . Alors pour ce qui est de la rappeler que lès « théoriés ~ ra- --;;;;-;'évu' qui s'a"";é'le "n_ l'àntiSémltfsmê (lut Lê feta ai)ir Plus tarli. J'ai coltst(\:t~ biêll «. r~,s taura~ion» 1 ais s e z - nous cistes de Hitler ont c'Olflpt"' P' a-. r. l'l'II ZlSln~ con$à.cr.è .SOl"l ri,um êron e.d..é dh éXétltplet dILf metl qui . peut •tt re alm! fait, ngo_er. leurs autéurs un Français, héla.s! nOvèmbre liu. « Gcng~ê.!; de Lout. or, bien 'dU /Imîlles dè Q~ns qui lt'oItaient certes pas eth Où l'on P' atte de Pétain I~ comte de GOJjlnêau. des coiltré l'€sclâv~~e p0litiquell'. co!t!ab6rlltèurs, 'mC1is qui n'àvaient _aucul1 côfltact aIJt; ies Lé sommaire offre un!. I1st~ tésiHants. subissaient l'influente dé 1(1. pl'é'!se illNodèe d Il parait que, lors de sa der- On _ aurait alIl';é surtout ne pas. );;ilg.l.\.liètémèrtt. édifianté dé i'èr: Vichy: influetlce d'autant plus d~lig8tèUAê qù.é é.rtal!î! nlère entrevue avec M. Truman. trouver dans « le Mondé» en oc- sonnahtéS QUI lutten~ contre jolLl'ndux èlt apparence objéct!js datts l~urs ilifMm&t!~jîs, M, Robêrt Schumàn eut une tobre 19*9. un a.rtj(llé laudiLteur , .« l'esclavage politiQue»: pllrlaiènt des résistants en Ld appelant a.s « terroristés ». belle surprise : tout & la gloire de « l' Éssd.l ,~1ir - Mgr. Théas. evêllue. de Lom- déli « ;udéo-marxistek ». _ ~ - Et alots. lui dêtnanda • ' Z'llLégalité â~8 racès humaines ». dB ;' bé .... .. t . _ • El!îdamment, la même iltflu~ncé a certainement ai'l1 c1tu ' brûle-pourpoint le· président déS - ail .-opo. ItUmohler des desprètres qui, avant la' guerre, tlc s'étai~nt pets posé dé Etats-Unis. quê cQmptez-vous M. Ferdinand :a\ldêllSpergèr a prisons dé Frèsné!l: quèhions raciales, et qui. depuis, jl~uvent ~trt dwenus antifaire du maréchal Pétain? écrit au ~ Monde » pour lui sI- - Ml'l'Iê Hé:ène dé ~uia.nnêt. du sémites plus ou moins actifs. . sans avoir l'Mr dé badinèr. gnlLler Clué Tocquêvillé ébrlvait à pseudo-Comité de Déteme dès , . , ', . l' . M. R· obèl·t Schum- an- le"a le's Dtolts .d.è l'Homme e.· t, du jug-è Ell resume, a nt!!! yeux. c'eU l'Iii .uèlîCe dè la famille qlLÎ bras "u élêl : . x Oomnéati le 17 llbvêmbre 18&3 : . nMI ROsthcikèn: d o. ""'", m- e teJu-".U C(l t1" 011. e' t éête e m- flu ence est d ue non. .a. des - Vous savêz, dit-il. qUëls sont « Ne voyez-vous pas que de vo. - M. Paul Vân Zeèland. du Co' conviction~ ' i·eligiètb6éS. mâiS â la. lécture dé ;ournalLi: tenmés sentltriènts". tre (loctrine iortênt 11.aturêlM. mité intêtl1rl.; ional dê Défense ' iia1îciéux. , Ét l'on dit qUe l'un dés princl- mênt tOus lès mltux q' ue i'iné"lL- de la civilISation chiétlênM; t:alitisémitisme !l'eSt alor.! qu'utI premier pas dans la ltj.ttê. pê,ux problêmés sur !ebljuêls $Il " - L_s cOnjuréS du com!:JlOL dé la éOlith~ la PaiX et lI!. Libërté. pénche lé gardé dés Scéilux. lité p~rmanèltte tn!a1tU, Z'orgutrl, Pentecôte. détenus à la Sahté; C'eSt pou~q'uOi . ta ,éhJflJ.S!oit d'un he/Jdomada!r! è~mme é'ést Célui de l'l'Iet:rê fin ~ là dé- la Viôlence, le in éprIs du, sem. - Le· co'onel Rémy. du R,P.iI'.: I;réOit êt Libèrté Ut Lë iliWleur tliôyèlt de tutter èÔ1ttre td 1 S RA E "L 1 PA 1X S. N. I!:. P. ~~i}~i~~ du prlsonnlêr de l'U\, Charles 19 janvier 2010 à 11:24 (UTC)Z~0~~esty:!n7!~'::s t;a~J~ctiO!i -tH~iIP~I~ndinu' dU h télê~rammè tt'reurs qui ltous Il'L!!ltétà!i!nt à l'I).btme. t lm... PQlssônnlère Cê qui permet,trait il ParOUs ~ 1îobèrt Btas I",e • fusillé pour Abbé Hono-.! • 'ARTY _ .e a , . _ ______ 6_..B_~_~_~_R_~_~_s_~2_~_)n_lè_._é ___bF_ ér_Bà_1é1 _çea_xI_-ps_le.os .s... i_oè_nt . ..d.à_é _j_OI._ Eil_!P._ O_Q_U_é. ..u._ n_ê_ _. d..i.rQ e_ U _ I?_a _U_J.o_u_r_~_'h_u_l_s_a_u_r_a_it_ _m _i_ê_u_x . ..._ E(r_ ta_ hà_lisJ_.o1_rn_é s: .._ . ___________________________________. ..._ _- ---~--__- -__- -~-no--_n_n _____- ,----- lSuite de la. pre~ète Ji&ïè) tiér, ne péiLVent ignorer què. ÂOMD 1l 'T e~" ,;) 8 .'n". ~.) SC AP 1N . , rallumér la Miné êntrê lés poe!' la. rènaissanêe. ii'uneAZlè- \J.." Dfi. / OMA..#r Juifs êt les Artl15es éh. Israël rn:agne. occi:d~ntale ~~o-.tta~de ~t dans les pays envil'ontici7tts. sO_US les ausplc~s de t !mpér! ~ é'est dans ce cadre, enfili, quê ltstnè a~értc~m, on _ h~t~ . la lès capitaux étrangers essaiènt préP~rat~on d u~é (ÏUerf,e conde ~'infiltrer en Israël d'éx- tre 1 U11.ton sO!J.étl(Jue et les ,lu/ter les difficultés à/bbsorp- démocl'atles populaires. (Pai'!S • .soètalistt !nd~Pèndaht) Un sà~ant allènu,nd, arrivé (depuis pall) à NewYark; déclo.ré (Pâris, jjrogrèssistél D'un diol6gué èntre M. 10,,· sens et André Wurmser : J·a.l revu M. BonèenB. · Il nra. dit: - ' A . traltre ~: tfini de l'Immigration et de sou- Ils ne peuvent pas non plus mettre le pays a IJasservisse- ne "IlS se rendre compte, des ment ~c(momique et politique. h.ornbles COllséquences cl une Les Ju.ifs dans le monde en- renaissan~e néo-na.zie et mil!· TMôrlqu'êmêlit. nouA Sômil'les t6ùjours d/!$ tés!;ôttls!;âtit~_ ênftê- « J"'rusal"'m d ..... ain D' mis éar lé Départèment d'Etâ.t ên 0:: .. 'Om LA NOUVELLE sont lés droit.!; de tol,lS leA AméricaiIis qui sont menaci!s - leur dro:t dé penser. dé parlér, d'éêrire. d 'ènsèl~nér èt d·agir. 1l:t voilà pourttUGI é'4!st d'Il l'Aipérlque elle-mêmé lu'on fait IIÙjourd 'hui. avec nous, le procêc. - VOut êtes... zisi'àélltè, jé crOis? - Nort, mim.siéur. jé i;uls Juil ét dê6idé à né pâs plu A 1 e caèner aujOlll'd'tlUl. qué jé ilê III fis a.u temps de Xavier Vê.l1àt êt dê :Oarquiêl' de Pellè pOlx - 'ét decidè. si vous voulez tOut sâvolr. è. tiè piS l'ôUblitr à"'à~1 la dl~pàtltlo!\ dl1 dél'l'lier antisémite. et raciste· , taris te qUt. s'achemlnera nécesTOUS LES VENDREDIS DROIT ET LIBERTE contre le racisme et l·anti. sémi tisme, pour la paix COMITE. DE DIRECTION André BLUMEL Henri BULAWKO 1I1~urlc. GRINSPAN Clla.rlh LEDE'ltMAN Plèrre ROLAND·LEVY néllaction et admiliistrettîtm: 6, Bd Poissonnière, PARIS-90 TEL. : PRO 15-01 et 1" 5uite Lé gétont : Ch. OVEZAREl sairement vers de nOUVeaux ma.s8arru de Juifs. Les Juifs et les Arabes de l'Etat d'Israël ne peuvent pas oublier les ruines. les blessures. les morts et les centaines de milliers de réfugiés dépourvus de tout li. la suite des intrigUés cololiiales et des rtLSëS tU ' l'împérialisme britanliique. Et, par conséquent, tous lés homméS ét toutes Us femmes (l'Israël. tous les JujJs foTit 1'attte Intégrantè (lU camp qui mène lé com6at éémtre la guerre. (Copyright bY Révue «Les Partisans cU la Paix) èt DROit ET LIBERTE). Pour recevoir régulièrfmtnf « DROIT ET LIBERTE» ABONNEZ-VOUS en 1I0US rêtournant te bulletin à notre adresse 6, BOULEVARD POISSONN,IERE, PARIS Je ~buskll1né _______________________ _ demeurant ____________ .... _________________________ sc1uscris un II./Jonnemént à DROIT ET LIBtk.TE ~é troIs mois. six mois, Utl rin (l) el eYi verse le mOntaht li votre Compté ch~t/ufl pOstal 6070-118 PâtIs. Tarif d'abonnement ; 1 an. 1.100 francs; 6 mois. 600 fr.: 3 mois. 300 fr. Etranaér : 1 an. 1.600 ft.; 6 ô'lois. 850 ft.; 3 mols. 450 frartcs. POUR LA BELGIQUE: Tarif special: 1 an. 200 tr. oéIaes ; 6 mois, 110 fr_; 3 mOis. 55 lI', . Adrésséf lé! commartdek a Mme Géulèn. 71, rué Frl!nCois. Lèsnino, à !!ruxelles 11. comptè cnèque postal 39 15 14. (1) Rayet léo rtlentlons Inutiles. prênd à sôn aise llour nous faire Ici. à Jérusalêm, j'à[ corts~té 19 janvier 2010 à 11:24 (UTC)Charles 19 janvier 2010 à 11:24 (UTC) ~~\%~~riJ~nomCharles; _ uné . puis.sant~, volOptê d'évi ~r du terrain d'av\àtlon sont stupl- la t!1v.slOn. L.~ dlV~Fgënc2s podeS. ILS veuiènt survélller tout litiques ~es ~~llrS s effacent denôtré èourrlêr vant . . une question majeure: là . dommatlon étrangèré. « La. raIso~ je I!" c()nn~js. , I1_ Y Toub gouvémement !!ràéllen a dès jteus ail .tempo d I!ovlatlon qui envlsageriloib la môindrè soqui nértoué _aitn2!J.t pa.s b:~pc6Up lution de cofnproml!; né r éaten. ous lés Allell1al,1ds. Ce son, .pre- rait pas au pouvoir' une nuit dé Clsêm~nt d~~ réfùgl~s d'AUema- plus. gtle .. dês .JUIJS. ét Ils Influencent La pillssânce de l'oppooltlon à les autrès. Peut-être leurs f~ml1- l'int.ernatlonallsatlon de Jérusltle. 5 ont-eUes ,été tuées en A 1I.ema- l~m n'est lias côntestabjé. Lé nagne ou j'il ne sais Quoi encOlc. tl(m Israélienne tout entlèrê. se « Biên SaI', je conha.1s aU!!;i les moblli!.'é rait contré uné tèllê 86- vlolencéS nà.i;lés. En 1935 pat' lutlon. exemplé. un juif il été battu a. mort Ij.evânt ma mliso~. J'A,j vu mol-même un groupé de S. A mèttre le. féu à Iii. maison d'un IndIvidu suspecté dè commuliismè. « a-est la première lois que je fus impreSSionné par cès violences. Mali; mes à.mis et moi nous p'ensions qu'elles n'auraient qU'un temps. Nous étions sûrs que tout s'atnélloreril.lt. Q.l,lè lorsque l'Industrie sé rèmettfâit en l'Buté. la violence s'aITêterait. Je dus ensuite. adhérer au Parti, puIs ce tut là guerre. Fallàit-Il alJandon· ner mon pays ér\ guetré? NoUs a.urlons P\1 taire de gi'a.ndes chC" ses pour rEut·Ope si nous avions gagné ... » , Dr DITZEN. • C~'1'rIN{NTA." DAILY~MAIL (PatiS-Làn(ltts. cOnsér1JeUéUr) {( Jérusalem aujourd'hui» C'est ici. dsrts ces petttes ru~s. non loin dè la Vléillé Ville que commèMa vraIment, Il v a. êjéux lins, la guerre dé Pal~tlne. be petites échoppe,s brülées l'estime béantes ét vidés ... Auélmè téntatlv~ n·a. été falté Flour réparer 16& dest~uét lon.S des zones de b!ltaltle. En cès lIéux où lés soldats àral'léll et is· raéliens lie font f!l.c~ . Séparés par un no ma.n·s Ia.nd, qui n'est pas plus large qU'une imp8.'!sè Ou urtè à,rrière-cour. on ~ènt planer partout une lourde Rnxiété. Plus Clll'ai1l~urs I·inquiétude. l'IncertlIJude imprègn~ l'atmo$ phère . VGlilà Qui exi~e une so· lutl6n sérléllM Dour 1 ~venir. Constantin l'àU'lOS. Edward ELLISON. • (Par,s, F.N D.l R P.' A propos d'un article de David RouSSét Dans le Figaro oetéraire. M. D:nid Roussel vient de ~ubliir un long article sur lés càmps en U.R.S .S. ét demande la con~tltuIjon d 'une èbmmistlôn d 'enquête. Regretloüs que M. David Rousset n'ait pas trempé sa p lume r1àns l'encrier pOur dénoncer la IIbéra( Ion d'Itse Koch ou les profat'latlonl! de Dacl1à.u. ou encore pou r réclamer l'application des statuts. il aurait ainsi faH l'unanlnli té de tO\!/! les déporté;. Les déportés ne rreuvent sourenir une campagne qui rap pelle trop les slogans de Goebbels. Car c'est bi en au nom de la iu t(e contr" l~ bolcMvismel repri!:e àuj6ura hui \là]' DavlQ ROUsset. que l'l'ln l'lOUS a. IIrrêtés, mis en camp de èOl1centration. et Qu'ont été co'nml.. 5 tous léS crlmés de l'AlIem!l,gné · Cela l'lOUS né pOuvons pas l'oublier, plis plua qué le rèl/\ joué par l'Un ion EOviétique pOllr not rè libération. II y a en U.R.S.S. un t'Ystèmt' pénitentiaire fondé sur Ja l-MduclltiOrt p3r le travail dàns lés rall'l l) ~ . C'eSt l'à[lairê du peuple sovtétlqu~ de preférer cêtt! m.é· thOdè de relèvémertt d~ l'Il'ldividu à lin bilgne Ou à l'Io~ cel1tl'al~a 110nL nou~ conservons un 1r1~t. eouvenlr. CRITIQU 'E (pariS, révue marxiste) Gif Gréen, un des douze di· rigéanh duP. C. améri. cain, a èc:rit à sa fille J6sié : Lit dernièrê fols que jé su:s p3ssè à la maison, tà mere m'à ràeonté quHquè .chosè que tu M".l~ dit et qUi nous a fàlt liién r ~rc. 'Ton professeut vous avait demé,ndé. te rappelles-tu? à toi /)t rM camarade~, dé rédiger tiné oompositlon sur · un événeml:nt de votré viê qui sorte de l'ordinaire. Ce jour-là tu es rentrée it: la maIson et t'~s plainte de ee qU'o « rien n'arrive jamais chez nous ». Eh bien. maintenant vols-tu. quelque chose est arrivé. Il y a trop de gens én Amérique qui ne volent pas ce qui se passe ju~te devan t eux - qui croiént que (12 tn.ndes tragédies peuvent s'abattre sur lés autres pays, mais que l'lM ll'art'lvç jà.mrtis ou ne peut arriver ici. O'est àussi ce que lés AlJ~m& hds pensèl~nt. un trmps_ I.àbas ~uMI. oü cOmménça pa.r léter en Prison lès communlstts et par mètttê hors Iii. loi le Parti communiste. Mais on ne s'~n tint pas là. Peu de ~~ll1p~ aprè.s. on s'en prl t è. toUtés lés lilertés. Et ce tut le fascisme. Et avêè lui virtt la guerrtl, pas sejllement pour le ~êuplè allemand. mais pour le monde entier. Des milllOtll! de jeunes gens perdir~nt la vjè. Des millions et d~~ millions d'enfants dèvlnrent de~ orpMlIns sans foyér. Six millions do Juifs furent Msassin~ s de ~ang-fl'old. sirt'lplem€nt pltrcé qu'l~ étalent Juifs. Et si tes grl1nd-parênts n'avàlent pH émigllé aux Eta ts-Unls daM lê~ premlèrés années de ce' SiècJp. notr~ famiHè aussi aurait pu com"ter parmi les v! ctil11o~_ ... Tu le vols. ce llli Arrive à une famlIle ou & un parti a. egalemebt Une significatiOn pjllr les autrès familles ou tts autl"~s p'-rtis. Ce qui arri ve à ton père ('1 /J ses amIs arrivé à tous lès Am.~l'ltlllns. QuAl\d 6n peut trtt- 11er des gens dèvant un triby;ns.l à ealJK~ dt! leUl'8 tlplnlo!1ll. 08 Ton papa. 611 GM:ÎlN. • Témoignage Chrétien (PariS. éathoZique-.iodal) « Les Vietnomiens aussi sont dès hommè5 » Allcl.tlÎé nHIM. si ellé méconnait la valeur de l'homme chez ~ne autré nalion. Ile la sauvera. ch-ez elle. et l'on perd bien d'au· tres c1~osès du même coup. Cette conviction seule nous. impose le! le devoir. quoi qu'il en coûte. de dire Ilon à uné campagne de surencl'lêi'è dans If!. l'Hune. Est-il sa in, pOur Ce paye. qué sa présse modétée grilndlsse let torts ' de nos aclversah·es. lés d~na ture souV'ènt. et n:e las natrés. en bloc ? MUs qUêl discernement politiqUé peut-on espérer garder, dans uM me.nlêre qW én demaIide tant. quàhd on commet'lca par sé rendrè . aveugle au" faitS ? A l'heure des. suprêméS décIsions concernant l ' IndQchll'l~, la Frahcè pariJ,ît incapa.olé dê $e dOnnèr a éllê·mèm'e unè rêpt"" sents.tiort élàJ.re et Impartial~ de la ~ittiatIOl'l qui s'y e~t développée. Je demandonl donc: qul ~ttaque- t-oh et qui ~rt-tm. qulu'Id on s'efforce. cqll'lme nolIS lé fllisonS. de ramènet l'entiète v~r; tè dans lé éa.mp Où 1'01\ ê6t ? Car sêUle la v~rlté paye. à la long uie , Le3 propa,gàndlstès le.'! phI' coneort'lmés (P.t I~s hMllrds dé III guerl'è, èn A$lé, m'ont améné il. vivre non loin d'euK) roejoindraient Ici Miré réaction, rtê bon sens. Da.ns un confJit ~us$i mortell'émetlt envenlmè. c' élit l'Instinct de, conMrva'tion qui devrait port.er lê.s hommes et les peupl~s du cote de la vérité A tout prix. En est-Il d'Un'ura un~ :!.utrè ~ / - Cè qUi 'l'eu 1 dire qué lé jour Ol/. nul ne sê pOlêl'$. plus de QUestion sur le prétertdu « prEblèmè juif » ... - J'oublierai que jé suis juif, .saris effort. du rMte : Je n'y songMiis jamàis Si 1. racis'l1e tiltu nê fu'y cohtr8.ighàit. si M. Iler· tinax n'elàit appelé è. écrire sur les EI",s-Unls : « C'anlisémlti,8- me s'en est tlonné à coeur Joie ... I;)ês. volx se mn\. élévéés tlôur proscrire tous ceux qui. dans lM I!bôra.toltes. dans lés iÏ1stltllté dé ,physique, mémê dans lès écolps de. mésieeinê sont ~uspeéls d~ marxisme. ne fût-ce qlle par la l'é.onance lie leur nom ». - Je pense. monsieur. Que de ' temps 'à autre de courageux anonymes vous rappeIlent 1:1. religion de vos . grartds·pêrés daJ;1s une lettre ém!llIéê d'insultes ? - Et dé tautes d·orthographe. OuI. - Monsieut. j'Ili pour le taclsme. qu'Il s'allàqué aux JUifs. aulô noIrs bU àUx Arabe!. le mépri~ qU'il doit InspIrer à tout hllinme dé coeur dOllé par surcrott d'une parcé:le de ra.lson. C'est un fait . èepêndanL que l'ànti!éfultisme perc~ souverit dallA maintes 1eull_ les réactionnaire!!. Or, perme liez. moi de vous fairé observer qUe M. Mdch, pOUlain do M. B!lI m a cédé lé ]!las à M. Mayer (René) que sI!. mésentel'lté liveé M. Mayer (blLnim empêcha d·âboutlr. - 'Il m'est lotàl~ment Indifférent. mOllsleur. que let liens d(!)nt VOllS oltez le~ n011111 50ièdt ou nOI\ bal\'ltl.;és eL Jé .né con'lprend$ pas qUe ... - Lal$s~ z-mol poursuIvre Ce· luI dès deux Mayer qui .tlùll1t constltu~r UI1 mlni!ltère RptbschUt! aùta.it .pllrljé dâns 60n Caliln.! M. Pêl$chè. qui èst l! dlgrie représèntant et le parén! ~e la ElllnQut Làzàrd ... - MUs. moMiêur. donnez-voua la pl'~rérpnct' Sur cé May~r·) à ÎI ~~s CQ1'J.1 pa gnOIU; de voya ge ~n AI, ,,~r .: M. 06u\'~ dè MUrville. qui représenle la Banque catholique et M. - LprOy-Beaulieu qui représtnt~ la Bllnllue protestante? Un bl~~ulfi' ést ul'l bilnquier. que diab.e 1 - ~CÙ'é WUPlIi"It. , Le At;.tulàle Sèal'lii.1 ""ntlllüe. N "il *èjjlêm~nt tet .1I~.ltn t~fll'ê. séil.tlll)t d~ Nlalb ét dé l.avàt .. Bér)ln D'tlt 'Jll!el~ 10. eeDll!araltr, /iu 'tn nevtDlllre 194,11. mU. enellr• Il ne ê6l11parUl :P"~. JilUliiaJlt d'un pUst:il&H tllplômà.llque ên r~tle (eomlht sous Jl.ltl~rl \1 3" )ill.rll en Suisse. ilt 1" II fâlt .~ déèla~AtI6f18 alttiftànçalt!~. ;, (eètn. 1116 àous Hitler). neu" millions •. de ,tllon, nlers ont ju,~ a.pul. lonrienipi te ttaÎttè. san;; compté. If_ mil. 11M3 de iOltlUs, Mftèlet. et ah •• ol/lelet~ qu'na _tllvoyéS • là n\erL b lès f&ls~nt trt.vaillér d.n. l'. usine!! IIlltlll.lfldh. sôus les bOID. bU. Traitr •• Il a co!limetld 1& .iLr. ~I"re pollUquè, traHr. 1\ .1'0. peur, suivie. Il était dès 1934 p.rlll.l lèt plili vlelellt~ Mi .lx-fhrl~tIUe .. quI travaillaient dtjà. pour 1. n,"~lsmé, pour Rlttlt. Sur lous le8 Jlcilnt8, Il étilt d'U •. co~tI àvetl Hitler. Il 1, IUI-Ii\'itlt hou' que tout au "1111; tle ia \ftl .. 8161\ à 8étlln. Il Il'. eil pou. :IltlJj. oljj:il louel qut .U làl •• ae. 11.1.

  • onnlllr& unt m&ln-t1'oeUvr' Aval!_

tateUIè (l01lt la ma eh 1 n e d* ruerre IUUdl_ne. En créant dina th êàmps le. «nerclU PétaIn. et lU èèreW' • Jeune EurO/lè.; 11 S'elt6rta .'111: .' eUlqllèr "\lx 'jjtl~(H'lJllêrs 1" lite- ' . trine nt.zlt. 1taelst~, .iI hlJë,lt que les ~ulh ;,olent t~Jlllt- à 1'~~art. mil da III d~ bata'Île, d. parées. Il a t6uvert toutd le. I\ru. tUlté!! lIhysl,,,ès. toute. lès vba_ tions dont furent vl6tlilt~à a. Juifs prisonnierS, ê."voy~. ;;YIUmâtlqlielllent dans l.s e6it111laMôs dl~lpIlnilre~, ehl\,rk~. d~s torvui les plu~ dures .• oumls 1\ de. l"lilt. lé, plus nombreuses ~t plus Odl.ll. sei qu~ Itut' éat!:laraUS de tap. ilvlté. l'lon jeurn.!, lè Trait d'UnI6l\ dlotlIlUt dans 6h"quê, nufnérll 1. v.nlll raclile ét ;'nU'éDllte · . M~lil I;MS6I1)ble Us Pti~~l1l1l'r. .. r.slste au:ll' efforLi .. iic, inl efi partie1lliér à sa pOlltlqu! ~. dlserlml.,âtlllR r;'clal'. Et o'U JI'" pu allét j\lu$ 161" dans ct db, màlbe. ,,'tôt èl! ralSlln dé la soli darité a~tlve . qui elttourilt a; p.i~6nliler' juifs. O'èu toui unli aUjourd'hui encore. 'lue tOUt le' rhea,éa d •• st;'là", ct dt. of\lLr. réèIU~.nt lin e~tlment .,.'m! pla.lte. . t • ~~------------------------------ - DROIT' ET Ue~Të .·---_________________________ _ 3- ~.ES .. ': ~'OJJ VE NiR$:' 1 N'E'O IT-S: :·DJEM.I ~J; .~,.,~.,R;Charles • DÉJA A NOS PORT'ES, le danger allemand (III) , • ..~ , ." '. ... • - , ~, \", :."'. _ . • ~ ..... ' . 'l' " r . ,....... , 2 IMBÉCILES el ,3 FRIP NS Réagissez sans plus attendre! C'est avec une inquiétude mélée d'indignation que les Fran-r---, lormoient la réduction de 10 :« Libre Pa .. ole (Directeur: Edouard DRUMONT) . çais et Fran ça ise~ ont appris, le jou!' même du 11 novembre, que le docteur Adenauer négociait avec le gouvernement de Washington l'armement de 25 divisions allemandes. A cette occasion Mes Lucie A u- . , brac, Cassine, Françoise Leclerc, de~. elus et des ministres. Exl.g~Z MM. Emmanuel d'Astier, Maurice q,u lis viennent dans vos loeahtes de BOEvral, André BZumel, Benoit s expl,iquer publiquement sur le Fra.chon Alb'rt Bayet l'abbé probleme allemand. Bouli~r, 'Jea!} Ca,ssou, Piérre Cot, D~&~:Rr~E~~ CcOo~J;~ Gilbert de ChOEmbrun, J .-M., Do- DE LA GUERRE S'IL n'avait eu aucun talent (1), Edouard Drumont n'aurait eu aucun succès. Il cherchait l'effet dans le sombre plutôt que dans le brillant, mais cela convehait parfaitement à sa clientèle cléricale qui, par ailleurs, lui savait gré de romancer l'histoire ayec des airs savants aellm sa passion du mystérieux, du caverneux. 'Eugène' Süe. l'auteur des -.,----- « Mystères de Pâris ». voyait le domadaire - avait en horreur. Jésuite partout ; Edouard Dru- Avait-il alors « fait oraison », lnènt, 'l'auteur de la «France se repentait-il alors d'avoir, au jUive », voyait, lu.i, partout le temps de l'affaire Dreyfus, deJuif, aussi le protestant et le ·mandé qu'on mit sur les yeux frime-maçon tous bien entendu du défenseur' de l'innocent agents conscients ou incons- capitaine des coq u i Il e s de dents plutôt conscients noix remplies ,d'araignées? Je qu'inconscients - de l'étranger n'en sais rien. En tous les cas, de. l'ennemi. Ainsi s'explique- il laissa, après sa mort, dans le rait la Révolution de 1789 d dénûment la r emme qu'il avait toutes les révolutions, et toutes épousée sur le tard. Il n 'avait les agitations ,qui se récla- ' pourtant pas déposé ses ' fonds mèrent d'elles au XIX- siècle. dans une banque juive ou une Les « Protocoles des Sages de banque protestante ... mais bien Sion » auront été la Somme dans une banque catholique, la d'Edouard Drumont, ils seront Banque Le Vasseur. plus tard celle de Charles . Naissance de la bande.;, Maurras, encore que léur forgerje eût alors été découverte et que celui-ci n'osât plus s'y ré: r~rer que timidement. Egalement sadiques, Edouard Drumont et Cqarles Maurras ne s'aimaient guère après cela. ni; s'aimaient si peu que le premier refusa de vendre son 'ou.rnal au second quand il le quitta. découragé. Il lui' préféra comme acheteur ' un délnocrate chrétien, Joseph Denais, que le directeur de l'Action FrOEnçOEise - jusque là heb- La rédaction de la Libre POETole était composée, en dehors de la collaboration de Basandré, du boulevardier 'Georges Duval, du fantaisiste Jean Drault, joyeux encore que fana- . tique narrateur des , plaisantes mais interminables aventures du soldat Chapuzot, du laborieux et peu scrupuleux humoriste Raphaël ' Viaud, compatriote d 'Aristide Briand, qui n 'eut pas ' à faire de gros sacrifices pour se l'attacher quand il devint ministre, de deux imbéciles ,authentiques: le coml'administrateur de ce journal,,------------------------------, Devos, lequel lui rendait la réciproque. Gaston Méry était conseiller municipal e,t directeur de l'Echo du 'MeTveüLeux, deux fonctions profitables. A l'Echo du Merveilleux, il avait à sa disposition pour taper le badaud en mysticisme Mlle Co es bon, voyante extra-lucide réputée. Tout rédacteur de la Libre Parole devait se doubler d 'un spadassin comme' tout · rédacteur à l'Intransigeant d'ailleurs à la même époque. Le patron donnait de sa personne sur le terrain dans lès grandes occasions et aussi ses lieutenants, le marquis de Mores de Valombrosa et Jules Guérin. Le duel Edouard Drumont, directeur de la Libre POETole, et d'Arthur Meyer, directeur du GOEu!ois, comptera dans les annales de la presse française. Sur le terrain, celui-ci, épouvanté par le sauvage assaut de celui- là, saisit de sa main gauche l'arme de son adversaire qui le menaçait et lui porta de sa main droite un coup violent dans la région fémorale. De retour à son journal, le vainqueur ArthJr Meyer se laissa tomber dans son fauteuil directorial et comme ses rédacteurs lui avaient préparé fleurs et compliments, il déclara épouvanté

« Ne me félicitez pas,

Messieurs, j'ai été fort incorrect ». (A suivre.) • • ,fi. J'iü deux grands boeufs dans mon éLaLle ». Non, ce bélail n'appartient pas à Gonzalès Campanis. ce compatriote de Christino Garcia est simplement ouvrier agricole dans une menach, Yves Farge, Justm Go- . .. ,. dart, Jean GUignebert, Jacques Il vaut mzeux, alors ,qu tl est HadOEmand Frédéric Joliot-Curie, temps, user de son dro.lt de CIcommandant Jouneau, colonel toyen que de rechercher les ca- Manhès, Louis Martin-Chaufjier, d~vres. de ses enfants dans les amiral Moullec, amiral Muselier, décombT~S et sous les .bombes. général Petit, général Piaf/ne, Face a cet~e r~l!alssance du Charles Tillon, Vercors, et Fer- mlhtarisme, 1 Antltle Fran~o-Ponand Vigne, ont signé, pour le l~natSe. publie, de son côte, une Conseil National des Combattants resolutlOn . sÇ!ullgnant que de la POEix et de IOE Liberté, Ull Les, interets communs de I~ important manifeste qui déclare France et de la Pologne exigent. notamment : ' - qu'on en fif1is~e avec cette Cinq ans après nos terribles ~olitique qui, dans 1 Allemagne de malheurs, alors que le traité de 1 Ouest, falt. abandon de nos paix n'est pas signé, l'Allemagne drolts aux repara.hons, soutIent des hauts fourneaux où les nazis les anqlens compilees de Hitler, en liberté provisoire regroupent reconstltue ,au profIt des ,'pangerleurs hommes, exploite la division mamstes, 1 arsenal de 1~ Ruh:-, des Alliés. ' al de à 1 expanslO:t de lmdustne Elle réarme. allemande au detrlment de la La France, envahie trois fois nôtre;. . _ en soixante-quinze ans ne doit - que SOIent encoUl agees et souplus rester sourde et aveugle. tenues dans toute l'Allemagne les Notre gouvernement accepte la forces ql!l luttent pour la constllibération des échanges dans le tutIOn d une Allemagne une, dé: cadte de l'Occident, ce qui consti- nazlfiée, démocratique, pacifique, tue une grave menace pour nos L'Amitié.,Franco-folonOEÎSe .penindqstriels, nos ouvriers et nos se qu'il serait souhaitable qu'un paysll.ns. " gouvernement français prenrte Une prime ,scandaleuse est ain- l'iilitiative de proposer au gousi offerte aux maltres de forges vernement polonais la signature allemands qui ont fait le n&zisme d'un traité d'alli&nce qui · ser,ait et possèdent plus de machines accueilli avec enthousiasme par que nous n'en possédons et 'qui l'ensemble de la population' fran- . conservent tout', l'outillage volé li: çaise et qui ne pourrait que , ren- Ia France. forcer îes forces de paix. ' Consentez-vous à devenir des Le mardi 22 novembre, à 20 h, êtres passifs pro'mis périodique- 30, aura lieu, salle Wagram, (39, ment au massacre? . avenue Wagram, sous là prési- Votre sort est entre 'vos mains. dence de ·M. Frédéric Joliot-Curie La décision vous appartient puis- 'un grand meeting: L'Apnitié que la libération vous a restitué Franco"Polonaise et le Problème vos droits de citoyens. . Allemand. Prendront la Parole: REAGISSEZ SANS PLUS, AT- MM. les général Petit, conseiller TENDRE. de la République, Joanny Berlioz, - Ecrivez, ' rendez vi,site ~ vos conseUler de la République; Hendéputés. Signez des protestations, ri Quatremaire, consejller général des pétitions que vous ferez par- de la Seine, EmUe Tersen, vicevenir à la présidence du Conseil. préSident de l'Amitié Fmnco-PoLISEZ . mandant Biot et Albert Mon-.-_____________ -' not, et de trois fripon~ de 'qualité, dont Alfred Papillaud, qui mourut à la veille du jour où il allait être àrrêté pour chantage. Il avait fait chanter Duez. l'un des liquidateurs des Con~ grégations. Auparavant, avec son camarade .de éOllège, Edgard Combes, le déplorable fils du très honor'abJe président du Conseil Emile Combes, il avait tenté de rançonner les Chartreux en leur -faisant espérer qu'il empêcherait leur dispersion. • ferme de l'Aquitaine ' Organisez des délégations auprès lonOEÎSe. IIlI:teur~J "J'ai de terribles reproches à vous adresser" « J'OEi M terrib(es reproohes à flous OOresscr, Je ne sui~ pas un 'T~S vieux lecteur de D. L. NéOEnmoins trois moi ~ de ~eclure . suivie m'ont permis d'apprécier ses mé .. ritN et son évolution. ' Joe veux vous entrel enir aujour d'hui des à-côté de la lutte contr. e te racism.e. Eh bien, en taule franchise, fai élé enclwnté par la formule g·aie.. et attrOEyante que- ' vous OEvez adoplé~. Toute la famille a donc décidé dans un vole unanime de laisser 1113 vendre ailleurs les imprimés h.ebdomadai res de toute e,!pèce 'et de s'en tenir à D. L., journal complel. Et puis, MIOES ... déception douloureU8c. Excusez-moi si ie vous parle .qns déto1L1's: cette rubrique "OEvère seche et conventionnelle. Aula,nt vaut mon vieux reoueil' de problèmes ... Vous avez OEnnoncé un club d'échecs de D , L. Je serais le premier à 71 adhérer. Oui. mais .. , des précisions, s'il vo,us plaît. Enfin, une suggestion: Ne pourrait-Jn confier Cet te rubriqUe à un spéciOEliste qu.i la traite,. alt sous une' forme vivanbe et i1'l,/l1 r1lct ive, M taron à nous en' raînll1' dans la' discua.,ion ? » M. Pqul LAMBERT, . Pans (2'). Merci, cher Monsi,ur, pour vos .ri~iques et vos suggestions. Nous avons fait notre mea culpa et tenu compte 'de VJS cOllseils Judicieux. Serez-vous saUsfait de noIre lI.ouvelle rubriqu~ ? . Répondez-nous. Adressez votre lettre à notre spécialiste. Léon D'audet, Gyp et le grand avocat Saint Auban collaboraient aussi à ' la Libre POErole, ce dernier sous le pseudonyme de Coelio. Je l'ai beaucoup connu. La vie pour lui. éta it un roman-feuilleton; il se défia it de la police et me disait : «TI passe aujourd'hui au'tant de cadavres sous le pont des Saints-Pères que jadis sous le pont des Soupirs ». Il devait faire en somme assez bon ménage avec Gaston Méry, autre collaborateur de la Libre POErole, qui ne ' pouvait souffrir 0) Avant la « France juive 1} il avait pubJié que]ques ouvrage! : Les li'étc,J Nationales de la FraJlce, Îll-fol1o avec gravures, chez Bas('hcL et aussi La mort de Louis XlV, d'après le Jourll.. .a l de.! AnthoiJles valets de chambre de pèl'e en fils de Louis XII( et Loms XlV. COITI ruenté ct prdacc pat' moi. ,l'ai eu un roman, I.e del'nir.r' des l'rémolin , el Ulle petite pièce jouee au Gymnase: Jt de jeune ci midi. Après la « Frallr.;e Juive », 11 pu· blja en 1889, chez. Savine~ La tin du monde. d'une accentuatIon très socialiste. En 1890, chez Dentu, paraissait La dernicrt! fataille. « nOllvellr dude psychologique et sociale ~. dédi(' t':: au marql1is de MOl'ès, .],lUIlf' teinte plus modérée; pleine de 'sou" CllIrs personnels et d'anec'do1es SUl' h' second EllJpire, avl'C un eétllilt' SUr Paffaire du Panama. En 1891. le TesLaIllcnt d'un ·Antisémite, chez Dentu, dédié à ;lacques de Biez, ( délégué gênerai de la Ligue nationale anHsémite de Fl'ance », racontait le Bou]:mgi~me et faisant entendre d'assez dures vérité5. aux évêques ' de France, aU « clergé fin de siècle ~ Ces OllVl'let·s italiens. en travaillanl à la consLruction d'un barrage à Greiziotles (Hautes-Pyréllées), donneront un peu plus d'électricité à la' France qui souffre d'une grave insuffisance, comme on s'en aperçoit désagréablement aujourd'hui même, dans son équip'ement hydro-électrique. Beaucoup ont pris part à la libération. Méritlmt-ils ,des brimades, comme la dissolution de leurs organisations ParticuLières ? A PROPOS DE li L'INTERNATIONALE DES TRA/TRES" - LE MOT , , TRAHISON , , dit bien' .ce qu'il veut dire LUNDI dernier, à l'audienc~ de la XVII' chambre correctionnelle, un avocat faisait remarquer ; - Le jour où l'affaire pour laquelle nous sollicitons en ee moment une date de plaidoirie viendra à l'audience, il faudra prévoir des interprètes. Pour plUSieurs langues, même. Sans cela, nous ne hous .entendrions pas ... - C'est vrai soupira le prési- COurs de justice : un Albanais, cl.ent Durkheim, cela recom- un Bulgare. deux Roumains et Illence ! un Polonais. En effet, cela. recommenCe. Abas Kupi, l'Albanais, fut l'en- Nous allons ~olr a nouvea~ le nemi juré de la Résistance de P~lalS de )ustlCe envahI par les son p~ys. En juillet 1944. il prit m~mes mdivHius douteu~, 'par les la tête des bandes profascistes memes. cnmmels de ruOlt com- qui tentèrent de s'opposer aux Illqn que lors du proces Krav· patrioles in~urré8. M. ·p','" 'p i, les chenko. , Et nous cons- partisans libérèrent l'Albanie, en taterons enfm avec stl!peUr que, liaison avec les armées a lliées. e~ . pour juger un IJvre écnt par des s'emparèrent du pOuvoir. Abas Fr'ançals, on fera venIr des ho~- Kupi émigra. Depuis. il jouP' un mes qui ont fui la justlCe de leuls rôle particUlièrement actif dans pays respectifs. . les complots que trament les gOUCar c'est ainsi que se prese~lte vernements yougoslave et grec le proces intenté par un q~al t e- contre l'indépendance de son ron de poli ticiens décll us a Re;- pays. naud de Jouvenel et à Andre G M .. r Würmser. Au premier, pour avoir ,-, . DlmJtrov" a las Guéméto. écrit un livre qu'il eut «l'lm- le Bu.lgare, mtrlgua contre!e prudence » d'intituler : « L'In- gouvelllement d7 .son p.ays ~ltot ternatlonale des traltres », et au que .celul-cl e~!t .e~e llbéle. Il e.ta~t leoond . l' . 'facé en 1 elJ tlOl1S etloltes avec cel tal- - " POUl aYOlr pre '. nes puissances étrangères Aussi , . m~~s dr:~1i_1f~rs ~~u{.uge~toi~f~té 100·.~ql!'j1 se v!t sur le pOint d'êtr~ enrôlés plr l 'é~rivain SOLIS la L1an - ane.te. alla:t-.ll ~ou t naturellem~"'.t nière de la trahison Ils en~endent se. lef~gl~l a 1 ambass~de . amendémontrer qu'ils furent. au con- ;~me . La, les ,3 utonte~ dJplomatraire dés pat 1 t s probes Mail; lques lU] donnerent aslle au meils o~blie;]t r 0 el . as'sé l es pns. de tous les usages et manicondamne que CUI p festerent leur complalsance jus- . • q1l 'à le faire évader de Bulgarie 1 UNE BELLE BROCHETI'E C'étalt vraisemblablement pour Ils sont cinq, qui tous ont fui leur pays dOnt la j ustice s'apprêtait à leur demander des comptes; ils sont cinq, qui ont choisi c,ette vie d',intrigues politiques il, l etranger. a laquelle se livrent aussi hors de France nos propres &laUre! qui ont echappé à nos eux le meilleur moyen de manife' 1;ter leur r econnaissance pour services rendus. Les Roum:\ll1s Castel Constan. tinesco et Dianu, qui furent, l'un journaliste au temps de la G~rde de Fer, J'autre diplomate du gouvernement fasc!l;te, eurent une activité semblable. Ils conspiré. rent avec Maniu contre le gouvernement de Bucarest. Lorsque ce dernier fut arrêté en passant clandestinement à tétranger, ils s'enfuirent et vinrent r~joindre les rangs des nazis roumains émigrés après la défaite de l'Allemagne. Le colonel polonais Kowalsky, enfin, est un des chefs de file du Mouvement fasciste polonais, Pour Je compte du général Anders. et sous la protection des autorités britanniques, il publie. à Londres, un ' journal exclusivement dirigé contre sa patrie. Tels sont les hommes. Et l'on devine les mobiles qui les ani. ment quand ils essaient d'attaquer devant la justice des écrivains qùi leur ont appliqué J'adjectif ,de « traitl:e » - ce mot qui colle a la peau de tous ceux qui ont accepté de servir l'étranger con tre leur pays. LE PRO CES PRETEXTE Mals tout ceci n'est qu'un pré, texte. Le but recherché n'est pas t ant de sauvegarder des appaL~ znccs rl'honnellr biE'l1 r'omp!'o l1ises que de monter, dans le cadre d'une certaine politique, une machine de guerre, Il y a quelques mois, c'était le procès Krav' chenko.. organisé pl! les mêmes hommes, qui servait une campagne antisoviétique. Cette fois-cl, c'est le procès de « L'Internationale des traîtres» qui doit, dans lesprit de ceux qui le suscitent. servir il, attaquer les démocraties popu laires, On l'a bien senti. l'autre jour, lorsque M' Izard, prenant sa voix de traître pour mélodrame, s'écria ; - Il faudra prévoi, au moins Vinit OU vJnit-cinq audiences, monsieur le Président ! Cette affaire sera certainement aussi longue que le procès Kravchenko. Songez: nous avons cité cent cino quante témoins ... - C'est exact, lui fit-Jn remarquer. Mais vous en avez cité qui ne viendront certainement pas : M. Staline. pal' exemple ... - Pardon, protesta l'avocat. Nous ne sommes pas all~, dans la hiérarchie soviétique. plus haut que M. Vychinsky ... Rien de tout cela n'est bien , sérieux. Mais M'Izard sait bien que ses étranges clients ne sauraient, à défaut d'intérêt, méme plus inspirer de curiosité. Pour conférer il, leur prOCès le caractère ~ sensationnel » qu'exigent les impéra tifs de la propagande antisoviétiquc, il est contraint il, un bâttage de mauvais aloi. Il pense intriguer l'opinion publique en faisant savoir qu'il provoque, devant les juges, des hommes d'Etat étrangers... dont il espère bien, et pour cause qu'ils ne S'e dérangeront pas. Tous les trucs lui sont bons. Il pourr:J.it, il, l'instar de son client Kravchenko, écrire un livre dont le titre serait : « J'ai' choisi la pub: icité !... » Mais ses adversaires ne se laisseront pas entraîner sur cette voie. Et. à pJrtir du 24 avril, M" Vienney. Nordmann et Fourr ier demanderont. au nom de MM. Renaud de J ouvenel et Würmser si, en· français. le mot « trahison » a encore un sens et s'il est encore pOSSible de le prDnoncer ou de l'écrire sans encourir les foudres de la justice. C'est tout le problème de la liberté de l'écrivain qui se trouvera ainsi posé. Jean-François DOll-nNIQUE, Il fait souvenl lourd dans l'atelier de confec tion ou ce pelit coupeur juif taille avec art le drap et le lainage avec l'aide de «mécaniciennes . Les antisénlites se soucient 'peu de savo.ir que ce sont Ils immigrés qui ont introduit · et perfectionné la confection pour dames dans noLre 'pa-ys, lui donnant ajnsi un nouveau moyen de rayonnement. Dan~ de grands purls COlllllle le Havre, des Ll'avaiU'eul's noirs et nord-al'ricains exercenl le dur métier de docker ou de dcchargeur ... Qu'un voyageur sorLe de la gare du Havre et enLre dans le premier bi strot. Une pancarle s'offril'a à ses yeux : « Cel étabLissement est interdit aux Algériens, - ArrêLé préfectoral ~ Le 19 et le 20 novembre, un grand Congrès d'Amitié et d'Union entre Français et Immigrés dénoncera touLes les menées xénophobes et racistes qui tendent à dresser des hommes les uns cOJ;ltre les auLres, dans un but de guerre COMMUNIQUE aux secrétaires locaux du M.R.A,P. Tous les samedis aprèsmidi, de 16 heures à 18 heur~, se tiendra uue permanence à « Droit et Liberté ». ERRATA Par suite d'une erreur matérleUe, le nom du parti Poale Sion, de gauche. n 'éta.it pas signalé dans la liste des organ~ sations représentées à la confêrence du 6 novembre - liste pUbliée d",ns noire dernJer numéro. Nos lecteurs auront rectifié d'eux-mêmes, puisque l'inter. vention de M. Lerman, représentant des Poal. Sion de gauche, est cité da.ns le compte rendu de la conférence. • Nous avons. dans notre dernier numéro, sign-.lé la pr~sence de MAné Katz à ta Conférenc~ du 6 novembre, contre la renaissance du nazisme et de l'antisémitisme. • Nous avons on:tis - et nous 110US en excusons de signaler Que Mané Katz repr,;sentait l'Ass9ciat lon des Artistes - Peintres et Sculpteurs Jui fs .. Amanouth '. dont il est le préSident , D'autre part, le Groupement des Artistes Juils en France, était représe: 1té par son président M. Perelman. NEW-YORK • Le malheur de l'Allemagne ? ' Une population trop nombreuse , titre, cette semaine, la revue officieuse • U. S. News and World Report ", qui, après avoir chiffré. l'excédent

à 8 millions d'ha.bitants,

laisse aux nouveaux théoriciens du Lebensraum le soin de conclure. LONDRES • Quinze chômeurs noirs de la • Gold Coast " (Afrique) s'étaient, sur l'instigation d'un rabatteur anglais, embarqués clandestinement à bord d'un cargo dans l'espoir de trouver du travail en Angleterre. Pieds nus et vêtus de loques, ils viennent de comparaitre devant un tribunal de Londres. Trente jours de prison à chacun pour- • insolence et paresse

en attendant le • retour

au pays natal . LE CAIRE • • Un incident technique indépendant de notre volonté

... La transmission radiophonique

d'un discours de M. Omar Bey, bâtonnier de l'Ordre des avocats égyptiens, a été brusquement interrompue au moment OÙ l'orateur abordait la question de la libération des prisonniers politiques: communistes, militants syndicaux et JuiIs persécutés. PARIS • Réfugié depuis 1946 en France, le Hongrois Parna Almasy (comte, grand propriétaire, participant actif de la Contre-Révolution de 1919, officier horthyste) s'est rendu coupable pendant la guerre de nombreux assassinats et pillages contre les travailleurs juifs d'une compagnie dont il était le commandant. Le gouvernement hongrois ayant demandé son extradition, Alma: sy déclare que 'c Horthy n'a jamais suivi Une politique antisémite

..

STAMBOUL ' • Après les démocraties populaires, les pays du plan Marshall ; après les, pays du plan Marshall,.. on annonce, pour le 16 novembre, à Stam. boul (Turquie) Urie conférence des ambassadeurs améri_ cains des dix Etats du MoyenOrient, sous la présidence de M. Georg Mac Ghee, che! de _ • la section M. O. du Département d 'Etat. CONSTANTZA • Conformément au principe de • l'égalité en droits des nationalités , inscrit dans la Constitution, le gouvernement roumain a décidé d'ouvrir- 68 écoles enseignant la langue tartare dans la province de la Dobroudgea. BUCAREST • Le théâtre juif d'Etat a inauguré la nouvelle saison avec un drame de M. Ludovic Bernstein • L'Equipe de nuit qui exalte, en l'opposant au tragique passé que symbolise le nom d'Auschwitz, l'édification d'un monde nouveau dans la paix et le travail. . ROME • Edda Ciano, que la justice tient pour quitte après deux ans de c confino _, va devenir rédactrice en chef d'un magazine féminin, du genre de • Confidences . C'est la première fois de sa vie, dit-on) que la fille de Mussolini travaillera. SOFIA • • Les discours sur de prétendues violations des droits de l 'homme en Bulgarie n'ont provoqué aucune surprise parmi les Juifs de chez nous pour la simple raison qu'ils ne sont pas nouveaux. Nous, JuiIs de Bulgarie, avons montré que notre minorité, comme toutes les autres minorit'és de notre patrie, jouit de tous les droits et libertés démocratiques , déclare notamment le • Consistoire des JuiIs bulgares dans un télégramme adressé à M, Trygve Lie, secrétaire général de l'O.N.U. VARSOVIE • Une délégation d'intellectuels allemands, conduits par Arnold Zweig et Johannes Becher s'est rendue à Varsovie, sur l'invitation de l'Union des Ecrivains Polonais, pour participer à des cérémonies en l'honneur de Goethe. CASABLANCA • Cent cinquante Musulmans d'Afrique du Nord, qui avaient fait à pied le pélerinage de la Mecque, ont pu revenir clandestinement à Casablanca à bord du navire français c: Providence ", le bien nommé : en Egypte, ils ont failli se faire enrôler de force dans l'armée, en Arabie, ils ont échappé de peu à l 'esclavage, TEL AVIV • Le ministère israélien de la Justice est en train de préparer un projet de loi qui permett ra aux autorités de poursuivre devant les tribunaux les persollnes coupables d'avoir collaboré avec les nazis dans l'extermination des Juifs. Ce proj et, qui comble une lacune de la législation israélienne, vise les Allemands et autres criminels de guerre qui sont entrés légalement dans le pays. -"'-- -,;. -- 4 OROIT ET LIBERTE • ,,""""""""""""""104 ~I J'A V AIS I~ ~I CHOISI I~ li ~ UN AU1'RE ~.. \ ~ METIER ... ~ ~ ~ ",""""""""''''"~ Admirateur de Bernard Palissy "CLAUDE-LE.-. TOURNEUR " suit chaque soir des cours aux A. M. DROIT m LIBERTE ouvre aujourd'hui une grande enquê~ sur les dlffieultés et les lutte. de 1& jeunesse. Nous voulons surtout soumettre à nos leeteurs Iles CAS PERSONNELS mntrant les prOlblèmes qui l5é posent aux jeunes, les callSes de ces situations, la tamn dont des jeun~ combattent non seuJemènt collectivement. mals aussi dal1A leur vie Individuelle, pour se développer, réaliser leurs aspirations, a méllorer Leur, eondltlons 'Ile vie. ' Nous ne vO,ulons pas, ce faisant, entretenir l 'Illulon que tout marchand de fixe-chaussettes est un président de la République qui s'Ignore. comme certains voudraient le faire croire pour délourner les Jeunes d'une action politlqqe et eoclale effiCace. Nous pensons qu'en dernier ressort, o'est l'aotlon unie des Jeunes et des adul tes qui créera un monde de paix et de prorrès oiJ let! problèmes e.uxquels nous faisons allusion ne se poeeront plus. Bien peu de jeunes, de n05 Jours, peuvent faIre le métJer 'de leur choix. Beaucoup, pourtant Il'ont pas renoncé ... Nous VOWi demandons, amis lecteurs, de nous écrire pour nomo; Indiquer vos ca.s perlSOnnels, que nous exposerons dalls « D. L ». Peu~-être pourrons-nous vous aider, grâce aux censells des services compétents d'orientation professl ou'nelle, ~vee lMquels nous avons priS contact. En tout cas, ce sera une Importante contrlbut Ion à J'étude de la jeunesse d'aujourd'hui et des moyeM de raider à ouvrir les pôrtes 'de l'avenl r. Ecrivez-nous dono nombreux ... QUAND je serai grand je serai inventeur! Claude, 8 ans, a dit cela avec un trémolo 'dans la voix. Tout tier de lui. I! faut bien dire qU'll s'affirme comme l'un des meilleurs élèves de sa classe. Papa le surprend sOl,lvent plongé dans les récits prodigieux des "rands homo mes ayant ql'lnné au monde plus de bien-être grâce à leur génie. Claude admire aussl Bérnard Palissy à ce point qu'un Jour 11 renversa sur lui un petit poêle. au charbèn Incandescent, et famlt brùler vit C'était sa première grande expérience! Ses jeudis, 11 les o c c u p e consèiencleusémént. C'est maintenant .n grand personnage et le petit atelier de papa est un lieu de conspiration où, maugréant contre les out11s trop lourds, 11 donne libre cours a son petit caractèré têtu et s'acharne à éta- PROMENA,DE AU QUARTIER LATI~ ùLes eschoi/ers modernes (goû'tent peu la rh,etorique ',(ET OUBLIENT PARFOIS DE SE ~ASER) !.e «p.ys ill·tin» du XIV- siècle était un milieu singl,lller où tout «suppôt» de l'Université rêvait, pour le moins, de devenir evêque, juge au Châtelet ou conseiller du Roi. One population tumultueuse d'étudiants e' de basochlens; venue de tous les coins de l'Europe, jargonnant le latin médiévaL. une bohème famélique et débauchée de crocheteurs, de coulle-jarr~ts, de lao'ons, de joueurs de t,ût~, de pipeurs de dés, L'Escholl!er Villon étalt à son aise dal'ls ce monde bl!arré Ce que le mo1Ître dit C'est dal'ls cette atmosphère 'V\olente de la Maniagne SainteGeneviève que se développe l'Université de Paris. D'après la natu"~ des enseignél1lents, ma!tres et étudiants étaient divisés en quatre facultés : Théologie, Droit Canon Ou droit ecclésiastique (ce n'est qu'en 1679 que fut autortsè l'enseignement du (\roit romain), Médecine et Arts Libéraux. Cette dernière était la plus importante, car e:Je permett& it d'accMer aux autres facultés. Elle était à la fois ce que 5lnt les class'és supérieurès de nos lycéèS et nos fa~ullés de Sciences et de Lettres, Les livres, manuscrits étaient cbérs, et peu d'étudiants en possédaient. Le maitre dic~ oueurs de flûte de pi)):urs de tAit Je passage qu'il avait l'intention d'exp1!quer et l:"alt son c9mmentalre écrit à l'avance, ,"ou, esprit de recherche, d'ob- 5el'Vation ou d'expérience était "a.nni; les principes des ' .AJ11.clens taisaient foi et l'é~ude, par la mé:hode scholastique, se bornait B en tirer les conséquences (l), L'l'lull\anisme de la Renai.lsance ~rionipha de cet esprit. On fait la queue au restaurant uDlve~8italre éludiant avec une barbe de trois bUr un palmarès_ Claude. au cours des ane, poursuit inlassablement ~n rêve. ses Idées se clarifient, La vie ra soudain saisi, comme une gi!le en pleine !igur~. Il a 15 ans maintenant, PJlpa a perdu sa situation à cause de la guerre, les Allemands voulaient le prendre pour J'emmener à. Koenigsberg, en Prusse-Orientale. Il volt maman qui pleure souvent le llOir en cachette. Ou bien elle \Jarle tout bas avec papa. Mals de quoi donc? La vle est dure, très dure. Contlnuera- t-U ses ét udes ? - Si mes Parents ont assez d'argent pour payér mé8 études je serai ingénieur, dit-il maintenant, songeur 1 Son petit camarade Pierre - dont le père est administrateur d'upe ~osse société et possède une voltur~ - le plaisante couré. mment ces jours-cl, parce qu'il n'est plus aussi bien vêtu qu'auparavant et au.ssi parce qu'ils vont moins ensemble au cinéma, celui qui était son complice dans ses jeux, son second dans ses travaux (!) et qui ne dédaignait pas èn classe de Jeter un co up d'oe!l indiscret sur ses devoirs, J'abandenne auJourcS'hui. Que lui ai·je fait? se demande Claude, à qui apparaissent, con(uSément encore, ies injustices sociales. Un an enCOre et Cl&ude, le coeur serré, doit quitter ses chères études, toujours brillant élève, Il faut travaller. Travalller 1 Pour vivre 1 .. « Mals quoi. un inventeur ne se laisse pas abattre 1 » se répète- t-!l, confiant. Du oouragè. il en a. Pour deux. Et d'ailleurs Il a appris dans les livres que tra.vailler est un honneur. Il apprend le métier de tourneur et clevient un ouvrier habile. Il lui faut s'adaptér, se sOl,ùnéttre, ditil! aux cadences de plus en plus rapides. aux normes réduites, Imslpateur de gn.ndes étUQea, Assimilé à l'ingénleut. Chaque &Oir. il devra. emmag~iner dès sommes considéra.bles de prOblèmes, enrlobe.nt l'électricité, la méca~ Ique, l'alg~bre. la géométrie plane et ùans l'espace, le dessin enfin. L'hiver, les mains é9.11euses, rougies par le froid ~e marbrent de crev~sell douloureu~s, et tout au long des jours, des semaines, des mol!. des allll, 11 peine à la U.ohe, remplissant avec honneur 680 dure besogne. Ilnorant la tatlgue, qui cepent1ant alourdit ses mouvements, résistant au sommeil qui clOt les paupières, Claude, acjmlrateur de ;Palissy, trou· Ve l'énerlie admirable et Indispensable à l'élaboration de son tout jeune r~ve. Il trava!!le ob~tintment. malaré le! ent~"ves et les ~nlq uiMs criantl!,5 du realme si peu enclln à lui faciliter la. tiche et il ouvrir de larges perspectives à. la jeunesse, Coml)ien, de volontés se manifestent ainsi, oosire uses de mener à bien ce rève dont ils ont peuplé leur enfance et dont leur adolescence est tou te pleine. Prenant sur le somméil réparateur. anticlpe.nt sur leur santé, Pat'fois déficiente, lis forment l'armée des ob&:urs déCidés il vaincre à force d'oplnlAtre volonté et d'amour de ceL Idéal. Claude connalt le prix de son sacrifice, mais il en' goûte la sa veur et il en sait la. rkompense. Si maman le surprend souvent. vers une heure du matin, penché sur un pillon, le disséquant, il salt qu'il vaincra Ce qui ne l'empêche pas de lutter &vec ses c&m&ra.des. pour q ua le monde de demain donne à tous les jeunes les mêmes pesBlb! l1tés de réal1Ber le métier correspondant à leurs goûts et à leurs câpacltés. André SAVARIS. posées par le patron. ,-------------_ REVE ET REALITE Le soir. brisé de fatigue, 11 ,e jette sur son lit èt les yéux "rands oùverts, très lucide Il évoque son rêve enfantin. Il revoit les lonis momen'ts où il mettait son ardeur juvérllie dans la cocasserIe ùe ses recherChes, da.ns le risible mais le sérieux de ses expériences, Seize &ns, Claude, tu as 16 ans 1 L'avenir est à toI. L'avenir? Sans études. serais-je In"énleUr? Il faut à tout prix en sortir Ne pa.; rester passif, Sou vell t, dans J'affluence 6u métro, les iens ronchonnent. malmenés par de grandes planches à des!!"., encombrantes 'l1t difficilement transportables, Mais beaucoup de ces jeunes fréquentent des cours privés. aux mensualités élevées. et' pas toujours à la hauteur de la publicité tapageuse distribuée iargement un peu partout. Son inquiétude constante lui fait enfin découvrlr l'objèt de ses recherches, Il a le choix: le Conserva taire ,nliltlonal des_ Arts et Métiers. les écoles municipales Diderot et Dorian qui organisent des co'ur.s gratuits du soir, branche industrielle, oossin et ingénieur. Il se décide et ,choisit: ,les Arts et Métiers où un plus grlj.nd nombre de pl~s est disponible, Vemplol du temps: Ingénieur. trois ans de prép&!'&tlon aux Arts et ensuite quatre ann~es de.1'la une spéclal!té. rolnt Satisfait, il incline pour le dessin industriel. LA VIE EST DURE ... II dévra. dw;ant s~pt ans, cha-que soir, étud~r, ,Long périple qui le conduira de dessinattur calqueur, premier écMlon de la hlétarchie, jusqu'au poste de dés- MODtLE RtDUIT Une toute petite voiture automob! lè entra dans le garage. - Donnez-moi un demi-litre d'essence et cent grammes d'huile, demanda le conducteur. - Faut-ll aussi éternuér dans lM pneus ? répondit le garagiste. LA MANIERE La femme qui était appelée à tél1'loigner devant ce trtbun&l était très élégante et fort Jol!, mais plus tout à fait jeune. L'Invitant à s'approcher de la bàrre déS témoins. le juge, &OUriâl'lt, lui dit très galamment : - Dites d'abord votre âge, Madame. vous prêterez serment ensuite, GAI ENTERRO~S-LES 1 Le vieux poète CI-glt qui beauooup ee depensa Et poète. maint IIros volume , [COmmit Pour falra dormir lei I.ent. C'était Juste qu',nfln Il dormit. Le c:hien Il dort. à qui ne, me.nqua que la. [rai$on Pour taire un animal... Ponion du T.rrail 101 reposa l'homme qui pouvait (li n'eut du reste Jamalt son [~galJ MarohAnt l,. malna derrière 1. Lira ,noora Ion Journal [dei Malgré l'insuffisance d'instrumeilu; de travail. l'ignorance du grec et l'hostilité ~ystémat!que ides universités dont les théololiens dénonçàlent dans l'étude critique des textts une atteinte a la foi, les novateurs persévétèr~ t sous les injuroes tt les mena. ces de tous Ipl; Thubal Holophenne et. de~ Janolus de Eragmarda, surmontent les prenllers obstacles... une bohème débauchée de snobs, de zaZOUS. d'exlstentialis, les et dé jeunes craputes qUI se donnent des airs d'intellectuels. jours s'étant iru;talIé dans un de 1 ____________________________ --1 ces amphi:héAtres €Xlg11S, attir~ l'attenlion de l'éminent professeur quI, après i'avoir foudroyé On se rase Le Qua.rtier latin du XX, siècle, Une population 18.borieulle venue de province et de l'étranger. de fill! à papa assurés d'une succi'sslon facile dans une usine ou tin c&binet prêt dès longtemps à l'avance, des étudiants pauvres s'armant pour la vie dont ils Et si le Boul' Mich' P.,t a dellA pas de Saint-Germain-des-Prés, il est des confus:ons qui n'exIstent que dans l'esprit bien pensant d'une « 6lite » qui engendre cette atmosphère troubie, La réa· , lilé, c'est l'attachement des étudIants li leur Université et leur ' vo!onté de la développer ... Attablé chez « Dupont 'J de· vant un pot de bière, un ami ma contait cette anecdote : cc Un VOUS AVEZ UN MOIS pour partieiper au concours de D. L. 1° Le Concours de « Di'olt et Liberté ~ est ouvèrt du 29 octobre au 15 décembre. 2° N~ peuvent y participer que les jeunes dé moins de 25 an~. 3 ° Chaque concurrent devra écrire le scénario d'une bande 11- lustrée, mettant en scène Pok et Bimbolet. li suffit de raconter la scène, li n'est pas nécessaire de la dessiner. Cinq ciessins au maximum doivent être prévus. 4· Chaquè sc~nario doit êtte adressé à « Prolt et Liberté • (concOurs), 6, ooulevard Poissonnière. Parls-!!', en y joignant une bande de Pok et Blmbolet Parue dans un numéro de c Proit et Liberté •. _ 5° Un même concurrent pi!Ut envoyer plusieurs scénarios. à condition d'y joindre Je même nombre d~ bande~ découpées dans le journal. t!0 D~l1s ce cas. les différents scénarios peuvent être envoyé~ dans une même enveloppe. 7° Les meilleurs scénarios se· l'ont fidèlement il 1 u s t rés par Kamb, sélon lés Indications écri· tes de leurs auteurs. S· Les auteurs des scénarios ainsi Illustrés recevront de nombreux prix: livres, abonnements à • Droit et Liberté . , Le premier prix sera une montre. 9° Le jury est composé par la rédaction de « Droit et Liberté • et les dessinateurs collaborant au journal. Il èst Interdit aux jéunes travaillant pour • Droit et Liberté • ou ayant des relations avec un Quèlconque collaborateUl du j 0 U l' n a l, de participer au concOurs. 10° La première' bande llIuSLrant un scén~r l o de concurrént PILl'aitrll dans lè prémie~ numéro de janvier, POK ET BIMBOLE]~ du regard, s'écrie: - Monsieur, quand , on assiste il. mon cours, on se rase!» - Jamais ce maltre bourgÉols, continue mon ami, ne comprenrira le sens de l'hilarl té qui secoua l'assistance ». Irrespect des étudiants envers leurs professeurs? Certes non 1 Ils prouvent journellement teur at tachement aux véri tables màitres et savent même leI; défendre Mais que pensér tie ceux qui cantonnent leur enseignement dans une scholastique périmée? D'où vient le mal ? Le mal n 'en revient paS aux professeurs. MalJ au conténu et li la forme de l'enSéi*nement Pans quelles conditions fait-on ses é~udés? Chaquè èt udianl cherche à obtentr ses 3 o,u 4 cert! ficats (le licence. Sans c6nseils les étudiants crrent de certificat en certificat : perte de temps d'énerg1é, et aus3i ignorance dès possiblIités et des débouchés, Prénons eXÉmple sur la faculté dés Sciencès dont le but est de former des professeurs, 01. J'évo, iution de nolre civillsat.ion rend périmés les cadres de cette facuité · Ol! affluenl, dans des locaux ttop pet iis. de futurs techniciens, de futurs ingénieurs, de (u urs chercheurs. Quall t, à la l'echerche scientifique. l1otOlrement insuffisante, M. Joliol-Curiè & montré ce qu'on pourrai f faire avec le prix d'un seul navire dé guel're, Alors? .. Là ~ ncore . comme pour la dè( ens· de leurs dl·o 't · d(' je'me travailleurs intel'éctuelS, la. lutte des étudiants ponr u'le Mmocratisation d ~ l'ens~ guemEnt rpjo: nt la Lutte de tous les hOnn~· tes gPl13 pou.,' ql1e ra r!{e1t, de '. nat:on ne ~ol\ pas gaspil't! Et l'humanité, fidèle à rR mlsslon sPura &véc ses maltr,'s Pot ses élèv"5 1;J risH l! , liens qui l'~nçha l n~nt au pas!é et fair~ r pfleurir les bourlZ~ ons cI 'une science au Ferv ~ ce d. 1 h"mm~ , ltaph. YEIGELSO ' . IRAK (Suite de la ~ge 1) cOMtttllé pour l'exploitation des . pétroles de M ouoùl, noùs parviennent depuis quelqut t.m.,:!! des nouvelles de ptrsécùtlons sang/ antes, contre une mInorité raciale. Il ne s'agit peu cUte jols des Assyro-Chaldéens chtstlens, mats de la communauté juive tLe ce pays, QUE CETI'E ERUPTION DE T ROU BLE S ANTISEMITÉS SOIT UN DERIVATIF AUX DtFFICULTES DU GOUVERNEMENT, CE N'EST PAS DOUTEUX. Trogédie classique .. _ T:EL est biéû le fon! dé la. trà.gédié lraklenné, si claSSique en plusieurs dè ses actes. Ce n'est pas nous qui disons que l'action se pà.sse dans un Etat spécialement découpé, il y II. quelque vingt ans. &u mUléu de là carte, pour les besoins de la str&tégié et de l'exploitation de l'or noir. Ce qul se pa.sse, on le devine: d'un côté, un peuple qui grandit, en moqvement contre la n'llsèré et la servitude; de l't!.\ltr~ , un! pOignée de potentats loctux fidèles aux Injonctions des COInpagnles sans les1tuelle~ ils ne &el'aient rlell. Tôt ou tud, des di\lldende~ seront ménacés, des plànS de guerre compromis. ILa situation n'est pas 51 solide, à Blgdad !heme urté orist aouvernementale vient dt s'ouvrir ... Les maltr~s de t'Irak savent bien qu 'Il n'eH pas pour ~llX de salut en dehors de la diViSion du Pl upie. Alors. sur 150.pOO -JUifs qui VI· vent en Irak, le malheur et lE deuil se sont abattus. lis ne 60ni pas tombés du ciel: Opération politique, affreuse opération politique, Le style de la Geàtapo UNE nouvelle menace de mort ~lane sur de pal~iblès fàmilles qui avalent gardé en mémoire le spectacle dés pogroms fomentés en 1941 par l'agent hitlérien Rachid Ali ... Aujourd'hui même, III, térreur continue et l'on y reaonnalt bien, c6mm~ dit également le Monde, 4: le B tyle mis li la. moc!e par la Gestapo. ,Iéi, c'est un vieillard roué de coups qu'on exp6se en plèln soleil, ju~qu'à cé Què mert s'eli.suive, U" un jeune homnlt qu'on fOrce à s'asseoir sur une chaise chautfée ·1l. blanc. Plus loin. à Asmara. lé chéf de la communauté IsraéUtè qui, après p}usleurs Mures de tortur~. devient fou. Cependant qu'à B~gdad, la presse gouvernemêntale retrouve le vocabulaire même de Strélcher pour parler des Juifs, ces gilTmes ,ui, comme l'Imprimerie le jOur' nU Yakta, dO!vettt ~trll extirpé$ ... Ce ;ue les inlpériallstes fonl '-n Ir~lt, ds le feron t ail/turs. .. ,Si les llonnêtès gens les lalSamt fa ire. Ma.ls déj~ le mouvement de pfote~ l alion , grandit à travers :c monde. Tânt il eh q'ai Que :a conSCIence Il 1Jmalne n 'èst pas un vain mot 1 1'mt Il est vrijf que des millions d'hnmmès et de re ,llmes, de toutes ori~ines et de tOl:tes na 1 ionalites, 01lL com.pri! qu'il y va ~è leur propre . viè ; où qu 'e:lc s" produise, quelles que 50i ~ n~ tes c6.1 dilJonS où elle e manifeste, toute attein te à ta liberté !'l à Il paix èst toM mpna· CP poll r vous et mol 1 Gestapo, Wehrmacht, 5"· colonne (Suite de Jo. p.a,e 1) cipaux de regroupement deS hitlériens: Bonn, Stuttg&rt et Oldenburg. A Stuttgart, Siège un soldisant Bureau de la paix (Friedensburo), dont un membre, le Dr Vogel, vient de pu· biler ~n rententlssant article aRti-alllé, dans la revue bl· mensuelle 4: Europ&-Archiv ~. Ce b.ureau réunit des survl· vants de la Wllhelmstrasse en Chômage. C'est là qu'e le gou· vernement de Bonn puise une grande partie de son personnel diplomatique, en particUller les délérués économiques , envoyés .dans les différents pays. Oldenburg, en zone anglaise, est le tief du général Remér; a,utour de lui gravite une Importante constetlatlon de notables ,nazis. Remer, c'est l'homme de confiance de Hitler. Après l'attentat du 20 j ulllet 1944 contre le Führer, 11 fit arrêter et exécuter les offlciers supérieurs suspects. I! n'était alors que commandant. Promu rapidement au grade de général, il s'est don· né maintenant pour tâche de réunlfjer les diftérents groupes nazis. C'est lui qui organisa, en juin dernier, la Se- "maine de , l'Allemagne indépendante ", à Bad-Godsberg. où fut élaborée, avec Joachim von Ostau, une théorie de «. l'hitlérisme sans Hitler t. Remer est optimiste. On l'entend parfois s'écrier en se frottant .les mains: Si lell chOies continuent de C8 train· là, nous lIerona au pouvoir da~8 deuK ana,. • Du président Heuss au ministre Ehrard A Bonn, enfin, s'agite un état-major nazi qui, dlt-on, a une grande influence sur la conduite du gouvèrnément. Selon l'hebdomadaire américàin c U.S, News and World Report " 11 exige de M. Adenauer qu'il adopte le programme antisémite et nationaliste du régime hitlérien. A vrai dire. lIOn seulement les hommes de Bonn ne font rien contre les nazis, mais encore leur pol1tique n'est pas pour déplaire aux Remer et autre von Ostau. Heus~, président de la RépUblique d'Allemagne occidentale, et Adenauer, che! du gouvernement, n'ont-Ils pas. naguère, manl· festé en plusieurs occasions leur accord avec Hitler? Ils sont, aujourd'hui. les hommes de la revanche. Ehrard, leur ministre des Aff air è s économiqués, qui vient de discuter à Paris, avéc M. Petsche, un accord franco-allemand, a fait ses preuves, lui aussi, de fidèle serviteur de l'hitlériSme. Economiste et technicien, il enseignait 1è commerce International, sous le régime nazi, à la faculté de Nuremberg. Dès 1942, 11 établissait pour Hitler des plans financiers pour l'après-guerre. Il est considéré comme 4: l'homme le plua fort • du cabinet de Bonn. Le cas Klein Ainsi, la grand'e conspira.tion nazie, qui a son centre en l~llemagne occidentale, se développe sur deux plans. D'une part le plan officiel, di· plomatlQue, et. d'autre part, souterrainement. Le cas Klein est. a cet égard. symptomatique. Ancien S.S., tortionnaire de patriotes français, Klein regagna l'Allemagne après la Libératloll, L'attention vient d'être attirée sur lui par le procés Gaveau Où 11 a témoigne. Auparavant, 11 était agent commercial en France pour le compte du gou- . EHRARD (à Paris) vernement de Bonn. Et on apprénd qu'il finança.lt ên même temps, à Fribourg (ZOne française d'occupation) la parution prochaine d'un journal na.zi. A cet effet, 11 avait rencontré plUSieurs journalistes patisiens. Deux citations qui en disent'long Et voici deux citations à lire attentlvemênt : 1° On n'Impose pas un aystème politique, fût·il (C démo· cratique Il, à un peuple [le pêuple allemand] qui a refusé en 1933, à 98 % de majorité, la démocratie sioniste et ca· pitallste, 2° Il faut le dire, bien haut. La démocratie qui a fait tant de mal à la France n'a aucune chance de subsister en Allemagne. Elle n'y est' maintenue officiellement et artificielle· mént que par la force... Les Allemands travaillent avec ardeur à réparer le désastre . de la gu-erre. Voici qui éclaiTe les desseins des nazis. Eh bien! ces lignes ne sont pas tirées d'un journal paru en Allemagne. Elles sont extraités de « La Sentinelle ', ' la féullle fasciste et antisémite publiée en plein Paris, avec l 'autorisa.tlon préfectorale n° 141.256. Le premier passage est signé J .-L, Pino, le second Justus. Le premier de ces personnages est actuellement en Allemagne occidentale. Il apparalt donc que le corn· plot des fascistes de Franee est étrOitement lté au grand complot nazi de Bonn-Stuttgart- Oldenburg. Suisse, Italie, Moyen.Orient. .. Le chaine s'étend à d'autres pays. G.-A. Amaudruz, autre collaborateur de « La Sentinelle ). se trouve en Suisse où 11 réorganise un groupe de nazis, constitué 11 y a trois ans autour de la revue ~ Courrier du Continent ~. Cet individu écrit au journal itallen la « Stida , : Malgré les montagnu de calomnies, les doctrines fascIste et natIonal-socialiste restent l'apport prlnolplIl de l'Europe du lÇX' slèole, la souroe de toute pensée féconde eur le plan politique, En Suisse égalembnt, se démène un cèrtain Poulain, qui se signala dans c l'Union réaliste

., appendice du fasclstp.

M. S. U. F., dont 19 membres doivent être prochainement JUgés (en correctionnelle!) à Paris. Dans , une brochure qu'!1 vient de publier. sous le titre c La lutte finale ), Poulain demande des armes et des volontaires pour la formation de c groupes d'Intervention ) de type fasciste. Cette brochure a été envoyée, en France, a nombre de collabos notoires., On vient d'arrêter à Rôme qua.tre faussaires, dont le tra1- tre c français ~ Plèrre Larboulette . • qul organisaient le voyage d'agents nazis vers le Proche-Orient. Des capitaux allemands sont, chaque jour. transférés de Suisse vers la Syrie et l'Irak. En Angleterre. en Suède. en Union Sud-Africaine. en Espagne, en Amérique Latine, les intrigues des agents hitlériens se nouent de plus en plus visiblement. Leurs activités politiques sont le plus souvent couvertes par un camouflage commercial: 350 maisons de commerce allemandes son t déj à représentées à l'étranger par des hommes du genre de Klein. N'est-ll pas temps de prendre des mesures énergiques contre les fascistes de l'inté· rieur, des hommes de «La Sentinelle ~ à ceux de c l'Action Française '. en passant, par les groupes de choc R.P.F. et le groupement 4: Réalisme :.? N'est-il pas temps d'adopter a J'égard dé l'Allemagne de Bonn une politiQue de fermeté et de vigilance, sans quoi la sécurité de la France est exposée aux plus graves dangers? Il faut faire vite si J'on veut éviter l'erreur fatale d'après 1918. A. L.

'!ll llIl lI ltll lll llllllll l tl I III II111 111. rt . JI I II III. rt l.,. nl l" i FABRIQUE DE TRICOTS ! ,:~~Q Nf1â;Qlf($;::i~Q~' "Utllli~~Î~~!~ ~,; l . * * * ~ "r '.' »',~ 1',1 -... ... .... ·xq. "". ... )i-:- .. "S ~ "V,;'( ,,( t' ~. '.,,~ ~ .. ~' ,A ~ )-..", f:'~( .. : '. -l' , ,,

lEts GANAI ! : ~ Société 1 resl'onsablllté llmltée ~ ~ au capital de 600.000 franes ~ 1.. 64' '":A:;S T~;,~::.' 64 !.:: TEL. : ARChives .31-48

. '.nl/I III IIIIIIIIIIIIIIII II IIIIIII II I II IIIIIIII"II I II I/!I/!',

L'ANNUAIRE DU JUDAISMf EST PARU 8 FaYl - 225 V111h /' 600 Organisations - 4,000 Noft'ls DES STATISTI~UES DES ADRESSES UTILES DES ARTICLES DES DOCUMENTS TOUTE LA VIE JUIVE en France, Afrlqul! du Nord, Belgique, Hollande, Luxembourg; Suisse ÉDITIONS IMPRESS éf Bd Poissonnlhe - PARIS-9' BOVLANGÉRIE-PATISSERIE ISRAELITÉ Sp~clal1t~. étrant~r •• , .Palns de seigle BERNARD 18. rue N.-Dame-de .. Nazareth PAlUS-l' Téléphone : TURbigo 94-52 M~n\e mti.on: 1. r. F~rdin.-DuvàJ MHro : S~ i nt-PauJ AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD ISRAEL OCÉANIA VOYAGES - TOURISME 4, rUé de Ca~tellane Tél. : ANJOu 16-33 Les meilleurs TISSUS Toutes Fournitures pour Tailleurs . ZAJDEL 89, r_ d'Aboukir P"ris·2' M't, : St-Detlis, Réaumur, Stntlèr Tél. .: GUT 78-87 Sou. le palrOJl8ge du Comité natIonal du cinéma et de J'Union HUtionalé des intellecluels 1 : Hommage à JaCf[UeS Feyder, le jeudi 2-1 lIO, -embre 1949 il 17 h. 30 au c,n ' nla 4: Pax ". 103. rue de Sèvres. VI', en préstnc/l de. aril.t •• et collntioratf'urs ayant travaillé sous la direcl ion d. Jacque, Ftyder. Allo~utio .. de Cha ries Spaak. Et traifl (ft {iJmt : « ' 1i bge,t; d'en .. fants ». « Lrs nOU'tr:3UX messieurs:t. c P~nsioll Mtn\OM~ ~J c La kermess~ Mrclique •. Pa rticipation aux fràjg : 1UO 1ran(!s. Caries en vente il l'U.~.1. tl à !A F érlél":1tJon ùes Ciné-Clubs, 2. !' u~ de l'ElY~{'e, Vllh. Librairiê .. La FOfltnlnè :t. 3, tue de Médicis, VI- ; Librall'lt:! « Le )1inotnul'e », .2, rue de~ fitflU.Ar'ts, VIe. • L'Union des ]sraélilts Séphardis d~ . Fran ce a organis é, ùl1nan che drrni er. une conférence au eoul's de 10. \ q U,t Ile If" proIeucur llellé Cassin a f~ll un brJllant exposé « sur l'act1~ "'ié de l'Alliance Israélite Universelle li. • En présence de nombreu~ea pu .. 5011l\alités. un médaillon a été jnauguré sut la tombe de George. Man. deI, au cimetière de P ... y. • tn monument à la 1l1:émotre des 12,;;00 déporté. frança,l. aUa.Unés par les llaZIS t'Il rude de Lubcck lors de Payance dés troupe, -tllite.: 8 été inltugure au clInentlère du P'te-Là,hal ... , ' . J.p Conseil pour l'ErlucalJon ~t la Culture Juive en France a repris ~on traYail lors de $8 réunion du 30 Oloh .. 1- 19~9, • L1:ull Îl"a]e lies m~mbrcs du r~ ... ~""AU l \Iusel" de l'Homme ::t a Ild6pté une l'ésolutlon protest9;nt ' 1.':6rttre «. J'lndu lgence inconlpréhensiblt!' dont a fait pr('lIve la Cour dt' justice ~ l'égard de Cll\'f'8U ». SALLE CHOPIN - PLEYEL S, RUE DARU (Mêlro : T!rn •• l SAMEDI 26 NOVEMBRE 1949, à 21 heures RECITAL DE VIOLON ET CHANT M"wsMania BLOCH - Gula POZNANSKI avec le concours de Mlle Denise ROGUET (piano) Prof, Sohor ('VIOloncelle) AU PROGRAMME : OEuvre! d, HIENDE.L, SCHUMANN. SCHUBERT, RO:OWSKI Ernest BLOCH et ArcAdi KOUGUI!LL Loéatlon Salle PLEYEL AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linol~um , RémOléum, Balaturn Tdlléi ,cirées, Papiers pélnt., ;'lé. Ets MAURICE WAlS 98, boulevard l\léllllmontànl PARIS-XX' M. : Père-Lachaise, Tél. OBE 12-~~ Succursale : 40. rue de Rivoli - PARIS-IV· LE çO N S D'ANCLAIS, ALLEMAND. RUSSE aux adultes et enfants Prix modérés Mmé VI NCENT, 2. rue Cervex (17') M' Péreire , PO'MPES FUNEBRES ET MARBRERIE fdouar~ SOENEEBERG \ 43, rue de la vtctolre, PAR1S-9' nI.: TRI 3S-56, Nuit: TRI 83-51 SOU S P R É'S S E CLAUDE PARIS LES ENFANTS-POElES Trente-neuf poèmes Dessins de Arthur Kolnik Lr COMITE FEMININ DE L' 0 R T :::1 orlanlse 10 DIMANCHE 4 DECE~tBRE 1949. ~ 14 benres dans le. Salon. de l'PlOTEL ROYAL - MONCEAU 35, avenue H6che - PAlUS (XVI') (Mé t ro : Eto il e, UI\' G RA.Charles.~ .J'~~:"TE 1 NOMBtu:UX C61.1PTOIRS _ J!UP'rET - DANSE TANIA MAXIMOVA ... GEORGES IVANOFF du Calia, et • NOVY •

.

1- ~ r ., DROIT ET LIBERTE 5-

!~IO!:Charles!!b:~;19 janvier 2010 à 11:24 (UTC): Le Jean-Jacques ROUSSEAU

LES ROSES DU RETOUR du cinéma découvre la machine Le clllé~ frallçals & rat6 son film hr le retour Ides priBo~~rl' (dans Louisiana STORY) et dês déportéS. Retour à la. vie, fUm .. skelèllè!, Uérêll,'è de 8tyle propoosé à la virtuosité de niètteuFs en scène de talent et de lempéraMèllU /llvers I)'a pas tél1$si A nous émouvoir, Pire, U nous a aouvent Indignés JustIu'à. l'éc(J)uÎ'ement. Lé: révélàtiort du dérnier Festiv~l de Knokke-Ie-Zoute, en Belgique, fut un homme étu,ng~, à la tarrure li~a55ivè, dont on né parle que tous léS dix ~n~ énviron, mais f!()ur célébrér son génie. Il a cOJt9.1nence Ji tourner vers 1913 des films d'amâteur, mai! c'est en 19~2 s~ulément qu'il acquit la célébriLé, à 38 ans, avec Nanouk, un film qu'il réalisa pour les fourret\ts frànçais RévillOl'l en séjoutnant quinze mois durant dans la Mie de l'Hudson. • Le dram(l dé ces . JTlilliOn~ d'Jlommès ét de femtnèS q:.ti, aprèS avoir vécu de longs molli da.1'II! lin univtrs eloe et abominablé, confrontent brusquement l'imagé du monde qu'ils on~ pàtiémment · recréé à l'aide de leuta! $6uvenin avec cè que ce monde elIt devenu pendant leUr , .,.beencè, ce ~r&me qui Ji0ur bè8.ucoup d'èntrè nous dure MA la galerte Katta Granoff,r------..;..------------------.L------------j 13, quai de Conti, se dérOUle actuelLement une exposition Mané Katz. SOn habituelle teChnique à IClrgelt touches ~nz. evtès se traduit par l'habitu.elII! riéhe$se des couleurs et dIt teltel, Une série de portraits Le personnages palestinienS, Q'Uf, tOut en maorquant une certaine ItlvOlutlon rapTJ(lle les ~IITJès Connus de Mané Katz. Now; dOnnonlt d-dessus la reprOducttOn d~une dès tOUes de cette tntéreJsante exposition, Avec un sourire cla.ir Ludmilla Pitoeff (Miss Mabel) donne un «coup de pouce) au destin ... Mll.né Katz 8. fMt pour nos lecteurs la déclaratIOn !luivànte: « Ppnr moi, Il est tèUement naturél de Intt;er oontre l'antisémltlsme et pour 1 .. paix, que je ne Peux qu'être de t'out coeur avec le M.R.A.P. et DROIT ET LmERTE. )} Robért Cédriç Shét4t,. d(ll~t on connals~ait c Good BYe, Mr Chips , nouS oftré auiourd'hui c Miss Mallel dol'lt le théâtrè , Saint-Geor8es présel'lte uné vérsion frànçaise due à C, A, Puget et Hélène.Fréd~ique Lara. Tout laisse croire que l'immense suc· cès de cette pièce va se continuer pendant des semaine.s et de!! mois, A quoi tient-il ? Sans doute ést·on immédiatément conquis par l'atmOsphère vivante et vràié qu'on y retrouve de la province anglaiSé : quelques traits excellemment choisis, un décor minu-· . tieusement établi ont suffi à la préciser, Sans doute, après un clébut très habile - loel! arrivées échelonné;; de tous les protagonis" tes (le l'Bifaire qui l'lOUS auront tout dit avant qu'à!lparaisle Miss Mabel -, après un pretniét tables\! étincelant, l',tuteur va-t-il promèner un humour dè la mêilleure veiné d'un bout . à l'autre de l'action et déchaîner lé rire au milieu de la plus intense émotion, Tout èela suffirait peut-être. Mals, il y a Ludmilla Pitoeff et l'on est forcé de se demander ce que serait la pièce sang elle, si elle n'offrait pas à l'héroïne de. Sheriff, criminelle angélique, sainte détnoniaque et empoisonneuse pour le pon motif, la purété d'un beau sourire lumineux .. la sérénité totale qui révèlê lés consciences claires, les inflexions douces d'une voix franche et naïve, pect s~n$ quOi l'en$él'l'1bl& s~tlit insupport~1'lê. Miss Mahal a Ul'lè soeur très riche !pais que chacun détdte. Son immenoe fortuM, ràtiOnnèllement répartiè, permëttrait  un COUPlé d'amoureux dé se l'I'1âtÎer et d'~hvisàget un avertir plus sourian t, à Ul1 fidèle jardinier de réaliser, avec l'achat d!une pépinièrè, le rêve dé sa Vie, à un méé1ecin pauvre d'ouvrir une cHniquI!, à un c1etgyman d'installer au. bord clé la lner une c!olonie d't!nfants. Encore faut-Il, l'OUr fllire lé bonheur dé bénéficiaires aUSsi méritants, 'lUè la vieille dtme lè$ couche sur son testamènt, Eficore faut· il qU'elle so décide à mourir. leI, l'autéur l'lOUS fait pénètrer unê logique infiniment séduiMntê q1.li pOurrâit s'appuyèr sUr lé syllojismè c1a~sl/jue, c Tou! les hommes sont mortels, donc ltIa soeur était mortèlle. tUe devait mourir utt jour, mais aptèiJ àv6ir encore fait bellucoup de màl et surtout sans âvblr fait lé bien què j 'aurAil souhâité lui voir fairé. En àvançànt quèlquè péu la date dé sa l'\l6rt, je n'ài pas modifié le~ dMséins de la Provid/!nêe qui l'eût tilppêléé tôt oU tard, mais, jé lui ai fait rhlisêr malgré ellê la bonn~ àètiOn que jamais ellé n'eût àl:cômplié de sa proprê initiative. , Et Miss Mabél exposé en tauté simplicité les circonstàncés du « coup dé poucé qu'èllè a aussi donné BU dèstin, ' On n'Ollblléra pas lé beliu sourir! clair qu'elle distribué à la rOMé, au milieu du cèrtle él'l'1ll dè "ès obli~ê$, â:vant dë suivre lé polièiér qui .vlt la conduite à la J?rison. Un s(lurire tout illuminé de la joie des coeurs purs, de la sàtisfàl: üon d'avOir bien a_i, d'avoir f.,it 4è8 hèurèux, même tu prix d'Uné taut~ dont, selfle, elle assull.' lérA la réspOl'l$ibiiité, ' . Et lè pUblic entre dans le jeu, du moln$ pour la clur~è dé la pièc~, GrâCè l Miss Mtbel, le crin'lé a pris des couleurs aimablès ét, du mal, elle à fait IOrtir tout lé bien Qu'il éontenâit en pui~$llnce. On voit s'effacer le séhémll tràditionnel des deux routes, cèlle du vice et cèlle ~e la vertlf, et les hésitations devant· ellés du héros mythologique, On ne sait plus ,exàctèment où èst I~ biên, Où dt le mal. L'auteur a jtagné la parti.é, A uteur de LudInllla. }Itt'elt, Ul'lé interprétation excel1ente : Marcel André, un notaire plein d'assurance màis bientôt -désarçonné par des problèmes juridiques que le codé n'avait point prévu - Jean Il'Yd, ètl clêrgyman besogneux, accablé de soucis matériel~ et 'pour qui une fortpne ln at, tendue obscurCit quelque Veu la juste appréclation de « l'"dèur de l'àrgent - Jean Brochard, le jardinier que l'héritage a trans· figuré ét qui s'apprête à dêtendre son c 6$ avec fougue. dès l'instant qu'II comprènd 'lu'Ott lui én contesté la jouissance - leI! Ilutrès, Rob~rt lé Béàl (lé docteur), Roland Alexatlilrè et Lisé Graf (les fiatlcés) iont bien à leur pIace. J'ài n'loins aimê la {"fumé du pastéur, màis c'~st un rôle tradi· tioDl'lellement ingràt, il fiudra un ta\;lull pour lès réi'ldré tous Mureux. Il en faudrà quatrè pout écartér 1à décePtion où peu,!ent leS entralner 1 .. 5 igno· rUlcés fO!ncièrès dé Miss Mabêl én mlltièrê d~ drbit successor .. I. Àndré SOUL • . Le grand écrivain Francis Carco a. été décoré dé la J;,érlon d'honneur pour' Sa oontrlbutlon à la gloire des lettres lrançalsèS. AprèS avoir arroeé 'Il e t heureux événement en JG~~n8e cômpàgnle, Carco a délaissé lès cabarèts parisiens pour une retraité studieuse : il se consacre actuellemênt il. l'épluchage . d'innombrables oeu_ vres de jeunes et moins jeunes éorlvains èn vne de l'attribution dl/. prix Goncourt, le 5 décembrè, C'êst sêulemént si l'orl sculpté Miss Mabel dan. lé bois dont 01'1 fait les saintes que l'action tardé un sens. Je crois que, sans Ludmilla Pittoef!, la piècé àurait pu être .aus-titrée : c La fin justiil e· t· eU il lé. mo yéns ? Ave ~ élie, r::::;:;:::::;::;;::::::;;:;::::::;:::::::::::::::::::::::::::e:::::::::;::::;:;:;;::::;:;:;;:::;::::::::;;::::::::::::::::::::~::::::::;!::::~ cln se Ç!êmànde si ellé ne lès l' c sanctifie pas. Tout son talent V 1 EN Y' D E PA RA 1 T R E tient dans cette nuance, Précisons d'ailleurs que la rèponsè à cètt~ question n'à rien qui ressemblé à ..". ..._. ..... "'.. ......._ _. .............. ~. ..~ _. ....-. -.........- ".... ...+.. ...- ~.. ..." '_. ...............' ..- " la disputè d'école ou du pensum pour bacheliérs, C'est.le propre dé l'humour dé permettre un recul suffisant, les quelques .pas né· o cessaires pour introduire dans l'affaire la désinvolture et l'irres- Aimez·vous la, chas&e au:t ti· gre8 ; Enfin, aime2-VGU8 lei récits de en asses aux tigres ? Alors lise~ de Jin'!. Corbett : A l'affut des . tigres mangèurs d'hommés (1). Vou.! lt trouverez de l'humour, de l'~motlon, des hl3toirea aulhenlt· quM racontées sans aucll1ie tspèce di torf anterte et beaucoup d~ dé· ta.il~ savo!l.réU.t sur la !te privé~, les moeurs, le caractère dei·gra.nds fauves, (Traduit de l'américain par Yvonne' Oesvignes) S~ Mme Annéltz Vaillant noU3 emmène, eUe , au~si, vêrs de lf)intains pliy~ , ct! n'ést PM pour 11 ohaSUr lé tIgre lnalS alfll. de Mrser léS péripètlès d'un r.ontan rot7U'Ln~ Sl1tté tél que U.3 ILlmat~nt peut être 'lias granlt'mères. Les cavalier.s dé mai (2) , racon~! l'hi~: toire d.'U1ie journaListê Rosè /lui tl8jiirê à rénc6nlhir 1'Ji6mmi-titafIre quI sâuft!.· la :II!iét' tt sa lOf. Ellè lt déCOUvre du cour& d'un re· 'jJàrtage ln Cl!.iité. Mmt At1JnWê Vaillant Ile 1II:!'!n. que vas If.'un cllrta!n talent de~cri." til, 1t'elllp~éhe qu'Oit est tenté dil pèli.!ét que ûrl/7,lns /lditeuf's gttchent bIen à IlL l~~êrt élu pa· RËSUME DES CHAPITRES P~~CEDENTS .\l. 'Newman. pétif b ourge()i.! amérialinJ tst par tngé entre une ob.Jcurt tipu{jibh ~ env~ri l ~" JuiO ~t là: el'Qirtte Ife manlt'st'r ouverltmtrit .Ion raciime, L'n~ nult il a~.islt d •• a f,Jietre au mol,it.g. il'un. t: Itta/tgtté '» par un. homme iuré. Il Jié garéfe d'intèrvenlr.' Da.ns le métro, la vue d'in.!criptiafls fascl!les: 4: J'tori au~ Juifs! ~ lui procure des J'1u«lioni pU,.. ·P. B. vlblûtuj. Il sè d~l!cte à la. convers([ti(!J(t d'uÎI voisin. rrea, péfJonJlage qroûitr qlf.'U n'appr~cid .uéfê, inai. qui l'altir. par la v iolenct de ,on .ntl.émit i,m~. Fred foit parti. d'une Ilalidé qui pr,oJelte uft .. mUtln;:t !I une cha.ut! sans mêrei au~ ~ moricaud., Qui "ntJ~lti".!en.t le quartier ;:t . M. ·NerpmfJ.n 6ÇtJflt! tn silence, maili il $e rend à son bureau frémis3ant dJémotion contenue çt pënèti'ê dt la nêéeuia aluni t hWM. Ii tntt.prenait, . (1) JiiJ\ Corbètt: A l'J.!lut dts tlJtis m..'II,êutl d'hommfi (Ed. eIu Selji\J . (21 Annêltè :VaillAnt: Us eb .. - UW dli MU (Eét d~ t1ôr~) . Copyright hy Droit .1 Liberté' et Edition d. Mi~uit. Tou. droUs r~ .. né •• FOCUS Il tl"a.ver~à l 'ê:~M érltre deux Mies dé tê.blés et ~â.~iil!, sbt'J.· ouréau. Ji Pè,lnè è,vait-i1 suspendu son él'1~pêau qu'unê if010!1d~ It ritation sè fit j6ur én lui. se mâHl'lSant pour n~ paS jurer, Il s'~Slt, les yeux S6lgnemêmênt baisséS, sans règarder à. droitè ni à gauche. Quelqu'un nag-uèt'é lui avMt Joué un vilain tour : et ce qUéléjU'uiI, c'était lui-même.

PluSieurs années aÙPàravant, dans S011 zèle à. se sllr'

pàs$~r aux yeux de st!; patrons, il avait imà.ginê de faire à~\énagêr une piècp a.ux parOis de verr~ . L'jd~(l fu: adopt~ ê; d€·puiS èe jour, il pouvait, s:ms bouger dé· son bu· l'bu, Simplement m levant les yeux, vérifier que tout était en o.dre à. l'étage. SI l'une des employées !l.vait Ul1~ quéstlon à. poSer, eUe n'avait pl U.!! à quit tEr ~a place; nagUèrè cela luI permettait de perdre une demi·heure IrU vèstialre avant d'arriver ju~u'à. lui. Désormais, Il lut suf· fisilt ilé lèver la main. Il était aussitôt près d'elle. Cette Innovation avAit pa.ré à un sérieux inconvén ient; car il avè,it remarqUé que, sitôt une des jeunes fi1l~s hors de sa plàce, une autre ne manquait pa~ de suivre et, é. la fin dé là matinée, l'é ~ age' brll is~ait d'allées et v~nues camme un terminus dé chemtn de fer. Son bureau vitré luI était une gral'lde source. de sati!;fII. ctio:! . O'était ~on oeuvre. Neuf années auparavallt, Ull vice-président l'avait remarqué; et plus d'une fms au cours de la clise, il s'étaIt dit que, si son salaire n 'avait pas été diminue, c'é:ait que les pontes de la. firme estimaient qu'un homme capable d'une telle initIative ne pou· vait être péna1isé sous aucun pretexte, , Mais, dcpuis quelque temp, il éta;t.terrifié d'être exptlSl! nux regards des dactylos. Oar. en levant les yeux, il ne pouvait plus rien dIstinguer à. traver, les vitres, En cè moment même, peul-être, quelqu'WI 'ui ra;iait signe sanR obtenir de réponse, s~s journées se paslsalent à. déambuler entre :e~ rangées; rela .4'un air arlalré. a ors qu'en ré3.Ilté il cherchait seulement a se trouver à. portée de voix. Il se tena :t donc attablé ce ma tin-là, at:j'!ndaI1t de pouvoir décemment s'aventurer t:lll'mi les ta.bles, sous le ('ll'eID: er prétexte venu, Il savait qu~ les jeuDes tilles n'étaient pas dllpes Qu'e'les rIaient der!" ère ~on ÙOI;, Ma.ii cela ne . le re , i.nd~all pas, C'etait a([re u'l, mais JI ira,it lout de même ., car à. nlesure que roulaient :es semaines, il luI Semhlait voir planer sur '1'I!taJe l'ombre d'une gigantesque n:)éprue, Une erreur de l'une de ces femmes, et de fil en aiguille. cheminant plr le dédale interne de la Corpora. tian, elle expl05erllt en une eata.l!tmphe Qui le lais:erait dans la rue, ~ans Iltua 'Ion, 'l'eut en ftigna"lt de pareou!ir une lJas~e de dccuments, 11 se d i spo~.it i. se lever pour It!ettr~ le cap sur l'angle rord-ou~st de l'ét&ge, lorsque rett'ntit la Isonlleris du téféo l3 pOOtfê phope posé sur 50n bureau, Le son était amorti, de fl/.çon ~ ne pas gêner les · employées. Il lou!evil l ' ap~reU d'\j.n ,ir dégagé, comme s'il étlit abll"llumellt 1101'1)'1&1 qu Il tIlt ~pplé cinq m i l1ut~s à. peille ap;'és 1011 II'rivéc. M.i1l ce n'étaiL pa. absolument normal. et déjà. l'anxiété contractait Sd gorge, accélérait les battemen~ de 801'1 coeur, - ~ci NewmO\l1. - Miss ~el1el' à l'a PP\l~l!, - Oui, mis.; Keller,

-- M. Garnn voudrait VOlls voIr dans ~!t11 bureaij. "l'l'ut

de suite. si posslbl'. Il, a un relllo.z-v~lj.S de bOlll'le heure . ~ J'arriv e, Il raccroeha. lmpoeslbj~ ~ e ne pas s'avou~r qu 'II av~it peur. Il se leva et tra.ver~ l 'étag~ dans toute ~a 10ngl,leUT, Jlj.Sqlf 'à une porte poejnte en crème. II entr~ dans I! bu. l'eau d. miSI Keller. Elle lui sourit .U l'lj.sS"i~ et 11 se trouva t1evq.nt Ulle ,!-utre porte p ~il:lte ln crème, 11 j'(lljvrit et pénétra dan$ la pl~ce de M, Garl'a~. :d. Clug&n ~ ;ait ~sis derr1ère SOf! vaste bureall. tou~n .. nt le CiI!lS .. une

arl!e f~n!lrE QIlI dOl1j1,!-it sur le I.euve, Il av~it 'une clle.

H - eau et qui pOur certa.irllJ ne fi~ nillJ. qu'avee Il\. vii!, M, Charleè Sliaak pM plus 'lu'J M, ~org'és OIOUZGt n'ont ~u 16 tré,duite , Il apparten,.it à un écnvah'l ancien dépOrté, M. Paul Tillard, auq~~1 nOUI! devon~ déjà. un témoiknage boulévei'à&nt Bur Mauthausen (1) et l'un dC!s m~îIIéurs l'arM que des plus véridiques r(lmans 8\1r 1& R~ai8~ tMC$ : Lu oo:Q\lbattal'lts (le la l'luit (2), 11'~crire, avec Les rose$ 1u rtltotl.r (3), le livre dont un ecénariste devrait biên s'ins_ pirer pOur en tiroir un film. - . cAvée cé prlnnlér ftlm, derryk, en faveur duquel 11 même vertu de famUiarité, la. écrit' CMorcé$ S~doUl dans le Ira jusqU'à. tracér ses signés machine et ceux qui ont pOulivre (tu'n vient dé pUblier propl~iatoires pour Que janUs- VOir de luI donner sa vie auchez FlammArion « HIstoire Sè le ~étrole. dac[euse et féconde. d'un art: lé cinéma lo), Fla- Ce film s'arrête là comme herty apparut comme un Une confiance sans phrases uné page d'hIstoire, Un poème Jéan.Jac~u~s ROU58èâu du cl- A[nsi le petrole ét le monde seul a le droit de s'arrêter nél'rta. Son ~ NanouR; • étaIt nouveau qu'il âm'lonce s'[nS- ainsI. Que devient en effet un c bon Sà.UVa"è :t lI.u~ la. II cet enfant Qui s"avance avec « c[vll1M,tlon lo n'a. 1'11 ettleu- ta Mt-ils en frl.mlllers, sOnt- sa. confiante innOcence vers Arrêté en aotit 1942 par les brigades spéciales, envllyé au fort de Romainville après quatre- vingt'l,I!pt jourl.l de tOrturés, les mains ench .. tnêe8 dans une cellule de la Santé, pu il.! dirigé 54r le camp de Màuthausen créé èpêcialement â. l'üHention « dM Oriminels invétérée non I.!U8Cêptibl!!!!! de rachAt ), Paul THIard travailla dam une carrière pllis au fond d'uh tunnel qui devait apriter unè uehl.è l!Ioutèrra.lne. Le crÂné fracturé par un ébOulemènt, en proie au typhus, un mois entier $ès oamàra4eè véil_ I~rent autour liu grabat où il gisait aveugle et délirant, pOur évitér que les Kapos nè l'achèvent. ils admis sans les cOnventionré ni corrompu. Sà.hll à\l.Cun · nélies récriminations (que l'on la macl'llné? Quéll~s décep.. rapport avec elle - Ult-ce pO\l.valt craindre de la part tlOns cruelles, quelles batâ,lI. avec les repréSentants d~ Ré- d'un J .-J. ttousseau-Flaherty) lés pour léur Ilbération, la villOn - il n'avait d'autres 1 sienne ét celle da la machine, ennemis quI'! l 'hostl11té de la. sur e divorce homme-nature. devra-t-il traverser? C'èst ce nature lo.. Cet énfant dont les toutes que Flaherty laisse à d'au- Aprh Revillon, Flaherty p,emlères avéntures ont été tres. trouva deux commanditaires: 1'II.mitlé avec les bêtes, l'explo- Puisque « LOuls[ana Story a d'abGrd le Minlstèré de l'Agri- tatiOn du fleuve et de sès n'èst rien d'autre qu'un po~ culture des U. S, A. poUr un bérgéS, déCOuvre avêC le mê- me cinématogra.phlque ... , mè merveilleux étonnémént tilm, c 'l'fie Lànd ~ q.ue, fina- et la même confiancé, la Roger BOUSSI NOT. . Jé défie quiconque de lire lu cent premières pages de lion nouveau livre sàns avoir Cl'lns' t~mmènt le coeur serré, 'Non 1J.u'il Il'y passe des cho.iles extra· ordinàin!I.I : Oeux déportés pa~ risléIl.!l Arr\véS lé jour mMlê à. l'hOtel Lut'êtla tr.avi8llént péili, bleMènt l'éi!lè&1ier 1J.ui conduit au domicilè de l'un d 'eux, ancien profei!llleur, alorS que l'au· tre èst .chemiMt, Lé prt'tèM~ur retrouve sa femme (il ne saura. que plus tard qu'elle lui a été infidèle) tanilis que la fèmme et l'enfant du cheminot Ont dispa· ru dane un . bombardement, Mais, ce qUe Paul THIard a su rendré admirablémént sans ef· fèt de IItyle 'Jt l.Ians autre parti pri. que d',écrire vrai, è'è8t cêtte kr~.nde lassitudê, cèt imménse dépaysement qui, a.u contâct du Il'lond~ dM viv,anta, 8'êm!iare de ce!! deux hOmme!! léntèmënt rèmontéS oeil régione dé la mort, Vite, ilé auront oompris que la séulé chose qui leur réète aprM leur long martyre, e'eSt justemént ce pourquoi ils ont subi ce Ih"rtyr~ : l'hoill'leur et la fratetqit~ et 'lu 'il!! Ii'Mt pas déSormli.ls dè liien pl Il préclêux què léur AMitié êt quI! léé éouvénirs qU 'iIA traÎl\.ênt éln commun. L'un et l'autre, alors, répréndront goût À ià vie parmi leurs anciens camarade! dé maquis et parce Ijtlé, fauSflément à,ccuéé de tn,hii30n et injustement condamn~, lê tr~re dll Cheminot Il befloin d'aide pour retrouvér à la foié eon honnéur et là liberté. La 1 u tte Mn tintie. Ellé n'a jimàis cessé, LA derni~re partie du livre est, pour m0n gOût, un peu trop écourt~è, la psych610kie de la femme infidèlé trop sOinmaire, le roman.cier donne un ooup tle pouce trop viéible' à.ux évériemtnt.!!, 11 n'ên rêète pM moins qlJe, ne serait-ce que pOur ses cents ptemières pagés, Les ro· sès du tUoùr coi1stituèl'lt une de$ oeUvre-' I~ pluil autMntiquês, léS plus émouvantu, lès plus belles, inspiréès par un !Jujét dlt.ns lequèl le P&ys tout en· tier liévrait éè s!ntir engagé. Pièrrè BARLATIER. (1) Po.ul TilIârd : Mauthausen (Ecllfièns sociàlM), (~) Plul Till.ttil : :ç.è. c"mbait~nh cie la )\lilt lBibLIotMqu~ Ftanç8.ieè). (3) Pl'!,l Tillard : \ •• ros •• dù retOur (13ibliot1't~que Frti\i;i!.i.~) . lêment, lé m[nlstér l trouva téllemént pessimiste .Qij'Il en II"terdit la project[on; lé réalisateur avait refusé dl! tarder la réallté. Le second commandlt: l.Ire fut la Standard 011 Oompany qui lui offrit 45,000 dollars pour un fllm de « propagande élargie lo pour les pétroles. C'est ainsi que nâQult « Lou[s[ana. t::tOry " Un trop beau film 'l'rois ans plus tard, la Standard OU Oompany Qui aVàlt (jull.Slmént ta.it .son deull des 45.000 dollàr~, fut a.visée par Flàherty ql,1è liOn filin était terminé. On « visionna ). Le résultat fut très flatteur pour leréallsatèur: «Vo· tre film est très bèau, lui diton, mais Que voulez-vOus Que nous en fassians? Faites-en, vous, ce que ben vous semblera. TI est ê. vous ~. C'étli.it én 1948. Il a. fallu 1J.u'urte ml!.ison francaise de distrlbutl6n en fassé un grlrui succès sur lés Champs-Elysées (1) pour Que l'Amérique commence à S'y intéréSser. On a dit dé ce film quo c'êst un long poème, et c'est vrè,1. Cette hlstolrè où 11 ne sé passé rien. (tIen si ·l'on son,e à la. conOept1on fam[- 11ère què llO.US avbns d'Ulle c histoiré ), rien si ëe l'l'Mt l'lnstâllatl6tI. d'un puits de pétrole sur un fleuvé aux multiples bras et mêandrès, où le principal acteur est un enfant, témOin sllêncièux, s'ouvre sur d'3.dfi1ifàblM Images d'é~u, dé fieurs aquatIques, de vie furtivé et sê p6Urs\J.lt pat uné étonnante symphôôie dé la machiné. Lê détryk, mille bras et treuils, sé met ên mOuvèfuént et provoQuè uné hallucinante symphonié dé bruit!. A vrai dirè, le c J èanJacqués Rousseau du cin!Ïma , 4ertleure ce qu'Il est: son atfectlort pout l'homme pr[mitlt va tout naturellement (tràtlspoMe) à cette machiné 4: primîtlve ) (c'est-adité i\uê, • bruté ), séflarée dé sen c~titêxte nàtutel: 1& banqué, l'industrialisation, l'exploltat[ on économique). n l'l 'y A dè pll!.cê, d'll.nk « Lou[slana Story lo, que pour cés déux élément$ ciném3tographiqués

bruts ): l'hommé

èt la machine. Les hommés sôtit absènts. Lé sllencè sucMdà.nt àux halêtèl'nènts Be la machiné qui' se calme, nous réttouvons 1'enfant-poéte dans sa pirogue, séduit par cette viè monstruéuse, déc6Uvrànt péU à 'peu qu'il Aimé lé (1) • J.,ôuiefatîll Sf.Qry , lIU Màrbèul, (M. Fr'nklin-Rooeêvelt). FOOU! v!lut~ Mh'~ àtdplemeilt fournie, 8épa,r~ê p!r .une ralè au milieu, qlfl luI~it tous la, lUjl.l:~té matll\ë,)é, s!u1s indleeli de lOn It'npqrtance; les dèux photl!/s p~Ms tur son bu· rêtu; JP!rsonne d '&)ltre, que lui n'éttit autorisé /. eilc6m· bt~r W,l buréàu d'objé.ts personrl/lls. L'\U\è déS pniitos re· pl·etentflit le ,pètit b!iteau & va]:leur que M. Gargan aVlpt à Oy!;t~r Bay, Lon,! Island, et l'autre lé/! deux cniena. :Oer· rlê1'8 lés èhlèhll sé proI1lliit Iii mà~bn qti'll occup&it a.véc ~i femme près Il'E'izabeth, New-J~rsey. Ler.s4ue Ne\v nlà.n fit sorl éntré~, M. Gàrgàn étaIt perdu dans la. contemplation du tlêuvé, Il lié tourné. vers Néwn1ail. - Bonjour, tlt-i1, salis pJUIl, - çot'nment all~z-vous, et matin, momltur ~ - Bien, mercI. Asseyez·vou!!. M. Néwmall prit placé dans un siège de cuir aUl?tês du ~urea.u dé M. Garga.n. Il n'aimait pas ~'à~~Mir ctllns C~8 siègêS P~ofoJ.i/li; , il PerdAit contèl'lé.nèe 011'1 pèrdant d~ la. h~uaur, M, Ga.rgan SIlLsit un jO\:lrnal Ilu'il venait èie Ifré, . sél'l'1blil-ll·i1, ~t le pouua. vers M. Newma.n. - Qu ',est,ce que vous di tes dès dernière.!; nouvelles? M. NEÎwman, souci~ ux dé ré)'lOndre tnteWgemmenc, sI! pencha sur la feuille avec empres.sement. - J~ n'al pllS tai t attention, ce matIn, ESt·ce que ? ... - Vous ne pouvez pas lire, n'est·ce pas? M. Newman se raidit. Il reiuàa M, Garga.~ dottt le~ yeux, maintenllnt, le fouillaient;. Ilvec irritation. - Au nom liu ciel, pourquoi ne VOllS ach~tez-v(lUS pas dt,& lunet ,es, il. la fln? s'exclama M, Gargall!, &)Ca$pélé, M, Newman ·n'entenda.lt plus rien mai.1; compren~it tou~. I l trampirait abOndiOmnlel1t, - Est-ce que vous me voyez seultlt\~nt, pot) Oieu ? M. Newmall sent,t monter ~a col~r •. - J~ n'~1'1 suis pas là, J'al seulemenl. .. • _ Mais sI, vous en êtes là.. Vous éa .te! li\,. Je 40llte (!ue vous me d :.s' inguiez clairemllnt, et M , G,lI'~an ~'ap, proQhJ!. d'un air de défi, . - Parfalt,·menl. je vous vCi.s, Je suis 5eu' elllcnt un peu ... - A.V.~.VDUS int~rviewé personnellement cette mits Kapp? Oelle que vous a vez enia.,ii. vendredi demier? Ils p:Ulalent tous d ~ux de 1'11f.5 en plus vite, ~ Je les reçtll~ tl!lujours perôollne1!ement, Je n'II-i jamais e~nié pU501'1n~ sans l'avair vue moi·même, - Pas posalbl'1 "Iprs que VIlUS me distinguiez claire. ment mi.lntenant, et M. G3.Tnn, ~, conviction faite, se rejet_ tn arriére. M, Newman fit un effort pour le Yoi~ miel.pc, r,.es CQn· t our~ de l, bOl/cpe étaifnt bien un peu t;o'fs, mais il aVlj.~t Iii. Il.\mlère d_ns ICI! yeux, 15 Josêph Blludreaux, le père, dans « Louisiana Story ,. ENTREZ VOIR Viént Je paraître Ei/-ednitdiê. dê Îlourdet, qui Sè ttouve à l'aiSé à l'écran. Elle con· servé .son actualité. OIi Pourrl\1t lfién'lé èn remettre r puIsqu'il s'agit 1 de dette jUngle que l'où nommé édition. L'argent et la combIne èngloutlslient la littérature, dont Il n'èst plus iluestion que par nécessité de bien jouèr le rôle, Bourdet é. brosse avec férocité les :portraits d'inutiles écrivains. MÔSki!. - PIerre Fresnay - ca· ricature admirablement « l'homo me QuI fa it des affillres avéc III lIttêrature », Et Rellys est dl!· cidément un grand acteur, LII ii~ce daté de 1928. Mais on n'II pàs une se:6nde, hélas 1 l'Impréssion de vivré, un passé : les Moskâ. sont bién trop nombrêUl( autour d~ nçlUL _ , . E!i,MITAOE (M.o Ftaillçlm·RooaSêv; lt). - MYRRHA CMo CMteau ·.Jtouge) . NE 'LAISSEZ PAS PASSER Jour Je fête (un rllm trop long, mais qui vaut la p~ine d'~tre ·vu rien que pour un fadeur .sur sa. bicyclette). Le troisième homme (pour Ees Images dé la Vienne d'aujourd'huI), Lé vole"r de bicyclette (un chef-d'oeuvre). PASSEZ DEVANT On cherche un asstIJsin Fernandel désëspéré voudtait se faire supprimer ·par un « dur a, quand la c\1ance lui revle!\t, etc. etc ... Moments joyeux, abdnd.al1C!L _ _ ---,. dé déshabillages, énormément dl gags pas tous nouvea.ux. On rit quand même, mais en se disant: « O'est idiot 1 », Eroïca Oe film autrichien, sérIeux, ml. nutieux, honnête. étléha!ne des symphonies ttonlj1.lées a utOIll' d'un Beethoven qui s'efforce de ne pas trahir son pèrsonnagè, et le trahit malgré lui. Oe Beethovien 11.'80 héuréti,sement rien de commun avec 1ê8 ChopIn ou les Liszt de fantaisie, nés à. HollywoOd. Mals pourquoi s'attaquer $. des suj~ts que la musique seUle dol t suffite à exprimer ? Quan4. une phl'aM muicalé sI! dérclUle assez longuement, on il. envlè dl! fermér lès yeux, L'AFFICHE SUFFIT La vengeance Je, Borgia . AVèc, èn grOlises lettres: «Perv~ rse, 1ascln~nte, indompt,l7Ie, voici la vraie Lucrèce Borgia »,~ Le film e~t ennuyeux par-Q.èsstLS le marché. Mais q uellé affiche 1 Abbotf et Costtllo en A/rique Un gros s inge de couleur, Il,V~O tou tes seS dents, et Une gir$fe • Séules bOnnes fl~ures dll tnm.. Inutile d'aller plus loin. FOCUS - Miss Kapp n 'est nettement pSos le genre de la. mal&ln, Newman. Enfin, c'est flagrant, Elle /ioit s'appeler Kapinsky ou que:que choM cômme ça, - Mais ce n'est pas possible, je ... - Je n'ai pas de temps à perdre à. discuter ... - Mais, monsieur, je ne discute pas. Simp~emertt, le n~ p~ux Pa.s croirê q u'ellé ... - Vous n'y voyez PÉl.'5, Newman, Vou:ez·vous mé dIre pOllr!lIlÔi, il,u nom du c!el, .vouS ne poitez pas de lunett~s ? M. Garcan chanlie& de ton, tout à coup. « D lt~s-moj, ce n'est rien de sériellx, j'espère? Je ne voudrais pas .. , » - Non, jé n'ai pas eu le temps de m'en occuper, vollà tout. Je mets des gouttes, et pendant un jour ou deux cela gêne un péu ... M, Newman hocha la tête et sourit comme pour se falré pa.rdonner [a négligence, - Eh blèn, prenez le temps nécessaire. Parce que vous conual.5séz bien le résultat dè ce genre d·h'J.cldent. Cela trouble tout le personnel, d'avoIr l'(uelqu'un comme ça parmi lés autres, Les Jeunes filles pa5sent la moitié de lêur temps au véstialre à parler. Et vous Eavez commé c'est ditflcllé ènsllltè d~ s'én dé~rra sser. Je désirë qué cela n'arrive plus, Nous ne solt).mes pal habitué/; à, ce genre de personnes. - 011, je sais bien, .. Gargan se détendit et. s·approch:j.nt de Newman, lut sourit avec affabilité. _ Bien, cela n 'arrivera plus, n'est-ce pas? - Binn entendu. J e lUi parlerai aujt!mrd'hui mêm~ , - Ne v.ous en faites p3.S; pour cette fols, je Ill'en char~e, dit-il, sltis:ait.; il se leva, « ça, me sera, pluS facile qu'à vou.s. Vous savez qu'il y en a qui en font toute une hl.!;. toire" qui en parlent au dehors eu écrIvent aull: journàux J'~n fa ls l'll1l11 affaire ». M. Newmann acqu!esça. Leurs relations ~taient rH. biles - Ils étaient de ncueau d'accord, comme CGmpllces. Les piroles n'ajouteraient rIen, Il fe sentit gonflé d'importanee; alls.~i, au lieu de sourire d·a is~ . fronça-t-il les ~oure: ÙI, QUJl.ml il fut près de la porte, M. Gargan ie toisa. de nouv,' all. - Parce qU'Il faut vraiment que ça n'arrive plus. Vous me comprenez, ~ Certll,inement. J'irai che~ l'oculiste ce soir. ~ Prenez une jOllrpée Ei c'est nécessaire, _ 'frop 1e travail. J'Irai à. Quatrfl heures .. - Part~ . t, La porte s'ouvri; SOU$ 1& preSSion de M. Gal'. gan, " Vou, comprenez pien qu'il n'y a là r;en c()ntre, vous, n·elt·ce pas? '1 - Oh, Lllè1.l, ~oll. M. Newman se mit à rire. 16 Francis CRÉMIEUX . -;. TOUS LES VENDREDIS N'4 (108) Et revoici... l VO_U$ . présente 18-24 Novembre 1949 25 fr. RADIO-STUTTGART f, ·;·WAITING FO.R} LEm:"l, .~ (Suite de la première pale) grève c'es-it '...a... "'Cause de sa fem... - me ... » Les lumières s: étei~ent et se rallument brusquement chez lui, sa femme ' l'accueille, les membres du' bureau syndical sont là, invisibJ.es aux yeux des acteurs, m,.oets, ; immobiles. Pas d'argent, !Îîauyaise journée, et le loyer, là- nourriture. Le p~lUvre gars est:1à: tout désemparé, ~ La p'~v.e ~e paye pas, ditil, à sa femme.:,oIl··lle peut rien ~ontre les ~tr:rJlS. n y a trl'P de taxis. " ~ '- Mais tu Illas ' riell dans le sallg, dit la femme, tu es une ~hifte molle, vous _ ~tes eell-t, vous êtes mille, mettez-vous en grève, vous voulez que vOS l'OSses ~rèvent 1 ... La lumière 'se rallume, l'assemblée syndicale applaudit. L'auteur va maintenant évoquer le cas d 'un deuxième chauffeur. TI était chimiste, son patron lui propose une augmentation à condition qu'il espionne son chef de laboratoire qui travaillait à une fornmle de gaz de guerre. Il a refusé, il a été eongédié. ,Un troisième était , médecin dans un hôpital privé, on l'a congédié parce qu'il était juif. Un quatrième était tiancé av~c une jeune fille qui l'aimaif La famille n'a pas voulu qu'e1~e épouse ce pauvre type sans argent. Après chaque épisode ' la lumière s'éteint et nous . revenons au milieu de l'assemblée syndicale. Les membres du comité de grève sont toujoW's assis à leur Dr Benjamin. - • ... Tr'ouver un boulot pour vivre, conduire un tto:i-; par exemple, et pui.& la battre ... se faire tuer f)eut-ttre, - mai.&, Bon Dieu 1 aller de l'/want 1 place. L'un d'eux se lève et déclare: - La grève ]J'est pas mllre, c'est comme Ull fruit. Il est ellcore trop tôt. Un homme bondit sur l'estrade: - Ce type est un mouchard, un provocateur payé par le patronat. Son nom n'est pas Clayton. , ,. - C'est pas vrai, dit le type, je n'ai jamais vu ce gars, L'atmosphère s'échauffe. Les syndicalistes marrons ne sont pas fiers. - Prouve-le que c'est un flic, dit le chef. Et l'autre répond : - Pendant 16 ans J'ai couché toutes les nuits avec ce salaud, c'est mon frère 1 Expulsion du provocateur et la salle reprend de plus belle : « Où est Lefty, où est Letty 1 La grève va continuer. En s'épurant de ses éiéments hostiles, le syndicat s'est renforcé. Un chauffeur de taxi arrive - On a trouvé Letty .! - Où est-Il .? _, . - Derrière le garage central avec une balle daM la tête ... La pièce ,se termine sur un acte de foi dans la lutte et dans l'union, Raconté comme ça. ça .n'a J'air de rien. Mais il faut voir comment c'est construit. On dira

« OEuvre de propagande ».

Si l'on veut, comme Esther ou Athalie, de · Racine. Poùr ma part, j'aime mieux Waiting tor Letty, message du prolétariat américain et des intellectuels progressistes des Etats-Unis, en lutte contre le racisme, l'antisén) itisme et la misère, Cette pièce est veille de 15 ans. Elle a cette simplicité et cétte candeur de l'Amérique progressiste mais elle en a aussi lA force. Elle constitue en elle- -' mme ' le plus émouvant mess~ e que nous ait jamais adressé le théâtre américain, .' Une extraordinaire 'technique dramatique, une reprise des procédé~ p~rand~lli~ns, un grain de eommedia dell'arte et nous avons, un chef-d';2uvre. , Qui préseritera cette pièce aux Parisiens, quel tl,éâtre pourra en assurer l'f/;xploitation commerciale ? C'est toute la question. Je ne veux pas eniendre parler de théâtre pour les ouvriers. TI n'y a pas de théâtre pour les ouvriers. Il y a le théâtre ·et · son contenu, W~itiD~ for Letty est un témoignage, comme Topau est·· une satire de moeurs. . La seule 'critlqUe théâtrale valable ' à l'heure ' actuelle est une critique · de contenu. Que J'on me dise si les pièces jouées actuellement à Paris "sont datées de 1949 ! Cherchez bien, elles pourraient toutes avoir été écrites en 1929 ou en 1936 à quelqu'es nuances près, La réalité n'est pas bonne à dire, s~mb~e-t-il, à moins qu'il soit ditficite de la dire. Les millions de Juifs ,brûlés dans les crématoires, pourquoi n'en Parle-t-on jamais sur un tl1élUre ? Les auteur~ dramatiques n'ont ' que l'embarras du choix, les sujets abondeI;lt, qu'ils relisent ' l'histoire de la' lutte des peuple~ 111)res contre la tyrannie nazie. CiùÎ, ... .. •• Le Il Home Secret~ry ,,' ne veut rl•e n·. ·SQ,VO•l r Un journaliste craint de perdre son gagne-pain. Un ministre craint d'ouvrir une . enquéte· sur les agissements de la police. Aioutez à ces faits la sournoise rigidité de la procédure iudicair~, le jeu' sournois des influences, des pressions politiques, policières et· financieres, enfin l'action sans cesse plus impudente des fascistes anglais ... et vous . aurez devant vous tous les élément$ d'une ténébreuse affaire qui préoccupe aU1ourd'hui nombre de Londoniens. Les lecteurs de «Droit et Liberté;) ont pu voir, dans notre numéro du 29 octobre (revue de · la presse) la lettre d'un journaliste à l~h~bdomadaire New Statesman and Nation, Se basant sur des laits concrets, il accusait la police Cela vaudrait ·Mieux que le classique triangle . adultérin, l'homme; la fem~e et l'amant, et toutes les pirouettes obcènes ou immorales' de nos auteurs à la mQde. . R~mefcions }'Ep'ptien. ' Clément Harari et ses . càtnarades, d'avoir ouvert la route aux antcurs trançais en leur faisant entendre un témoignage améri- . ~. , "'" Les organisations et comlt.és adhér:ents au M. R.A,P .. les comités locaux du M:R.A.P. sont cordialement invités à ' m:voyer leurs délégués à l'importante· conférence convoquée par le comité diree.teur. lu M.R.A.P., pour le lundi 20 h. 30 Il rëclses; dans les locaux de Droit et Ltberté. 6, . de Sa Maiesté de complicité avec les fascistes de Moslev. qui organisent impun~men.t ,ta terreur dans les quartters JUIl S de Londres. Ce journaliste ne signait pas. Il avait la confian~e de certains chefs de la pO~tce et craignait, en révélant son nom de perdre ses sôurces d'informations èt sa "aleur de reporter à F1eet Street bOuleva~d , Poisscmni~re \ (Métro BOIll1e-N~velle). A l'ordre du jour : , . CAMPAGNE POUR CINQ MILLE (5.000) ' NOUVEAUX ABONNES A Q""J!.Lt.~ cain. Francis ,CItEMIEUX. '« L'aurore· grel~ttante en ,robe :rcse et verte. «, S'avançait lentement sur /.a Seine déserte ... » ' Elle"' n'a pas · de quoi être fière, !'ttUrore. ' A ' sa. place j'iraiS me coucher. Baudelaire n'avait aucune Taison de trMl\.er son spleen intellectualisé sur les rives , argentées · de lit· Seine.. En 1857, année où il composa ces « tableaux parisi~s ,. qUI!! MUs aimons tant . nous Téciter, les bottes ' de! Boches fi'avaient pas martelé le parvis: de Notre- Dame. r La. diane chcmtait dans ,les cours d~s casernes li mais eUe n'annonçait pas encore l'hécatombe de .1914. Non, en vér.ité, il n'y avait pas de quoi se lamen~er. Depu.is, reau a colili sous les p-onts de Paris. Nous aimions tant cu quais, leur grisaille, les brumes de novembre, le 'zeuave du· pont de l'Alma, le 1Il:arché aux fleun, la Cité et puis rHôte! de Ville lacéré par les balles. des libérateurs, la Seine et nos amours. Nous potv, lions retrouver notre Paris, propre, intact, n!,us ,avons cru un moment que .a souilLure étp.it à jamais effacé.e .. Naïfs. Le -plus marrant c'est que tout le monde trouve cettè histoire tragique, méme - dit-on - le gouvernement .•. Le plus marrant, c'est la prose du correspondant à Washington d'un journal du soir réputé par l'ennui sérieux et compassé qu'tl distHte à longueur de colonne. O'ft peut entendre, par la simple et rapide lecture de ses câbles, la voix de l'Amérique. Une Amérique qui parle un exce!!ent françaü. On nous explique pourquoi l'Altemagne européenne est une nécesstté. Et que, même si la France n'a pas de capitaux à investir dans les industriu de la Ruhr, cela n'a a'ucune importance. L'Amérique nous en prêtera ... Oit l'on voit que la traditionneHe logique française est en défaut. Pourquoi l'Amériq1J,e a-t-eHe besoin d'un intermédiaire? Cela vous semble-t-it . très catHolique ? La Sei~~: s'en·' fich;; ' dites-vous. pd~ -tant ' Que ça. Là' sonnerie Il Aux Morts lt a retenti la semaine dernière sous l'Arc de Triomphe. Nous rie voulons pas qUe ce soit un glCUJ .. 1! 11 a . encore pas mal de . vivants, chez nous et ailteJLTS, qui ne veulent pas faire de beau;!i morts. Paul J. RENNE. Une photo ~'agefl.c,; Teproduite par un quot.tdlen du matin nous montre dèux hommes côte à côte. L'un est mpariegnrd~r,e làè vteé"ml~o.i nv e-ux ' veet rsfu mleé cuienle - mocodmesmtee gpaouulro'l.S lee. ' ................................ . L'ttutn est gra~, terriblement gras (Goering avait:cet embomlloit\ t) p,aisfb!Il, bien imt~llé· sur cè so! de Franc.e qué ses G1nis ont trop connu, et tl fume un Ctgare aus~t ~ros ' qué lui. Le « ,cigare de la Victoire · li. La victoir~ de M. Ehr.ard, ministre de l'Economie , a~lemande, en conver- .ation amicale avec M. Maurice Petsche. . L'aurore grelotte. On comprend qu'elle ait fro id. U,ne aurore qui ressemble à un crépuscule. .' . La Seine va bientôt voir la tête de M. Adenauer qut va venir associer la France à &es fabrications . d'armes. Tête de la: Seine et tête de la. Françe. , , . Coftnaisse~ -VOUS, ,le kugelhopf? Ta.misez une livre de fal"illt el dl.'f~ pus'ez.la. dtln$ une turiJlè eu lili.ïMfn. t un puits au l/Ulieu. · l'er:;çc-y une d~mi-taut de lait tiède oit. li (UlU% a;ltlyê une gro3St llOix de VjH'~ fl'atcllé. l 'our/u: duee . WH' cuiller dt z,.o,,, , ' de façon â. obte";' IIrtt petite boule de pdte 'a.,,..s'cz mQlle. Lais,'et reposer une b~uJ't Olt deu:l:.t Faitu fondre uuuife ft lout [Jf!lll feu dans lHie ca.uuole trois q de ' btun e Ùt pl'tmwt gralld soi" nt!. pas le laÎ3su CU1U • • Egreue: !a'vez un quart de roiûn de que vous disposerez ri pot . gulitremenl dans la farine. dre:: le tout d 'un quur( de s,u poudre et du ,:ute d'un' quart tron fil1emtnl rdpl. ÂjO.lltez cuitla ft. car; de sd fiIl , t enlie;'s lëgëi-erre1u ba.ttu"y dtutlf un pell de l(lit tiëde, U1l4 à cafe de bell/'re fondu et commellcet li. tourner toujours. avec la cuiller d~ bOt". Batlet longuement Ut ajoutant peu ci peu Je. heurre fondu, l..a ' "ale doit de.u~nir mOU3UU$t: et un pe'u plu~ consi..fl(1ntr. qur celle des crêpe,,_ ~llc doit .e déta.cher .f acUemenl de Ifl cuiller, Godtez pOtlr ,blcn fixer l'lfJsai.sotl. ntment. Eudui.stz. de heurre le rnQul(' à lmgelhopf (moule de lerre ou dt! cuivre étamp, nlUni en 'On miFell d 'une , douille. crel~se.). VU3e:-y ~ IQ pdle el l.ai3.tt:-la. enc.ore repo3er p-u heure (il fout pO,fer le moul" .sur un planche à proximil~ du flon ,ur le fOllrnenu ,u,'-ntc,,"O/ Faites cuire. Ct four fT/oyen utle re à une, heure un .q.U.'q.I't.. .. ..... , , Sée li Lod: (Pologne)', d ' LIlle {amille de cllQ;/fc;urs et de llIusidell$. Gu Lu Ponalls/~i u toujours 1 l'rivé df! rlcuelllr chamtusc elle-Ille Ille, Su pft.re111~ $'(}pposèrcnt à 8011 d~sir prêtenriant qUi' [lI rtligiull iuterdi.tUit à. uJ/e f~nl1n'- de faire eutcndl't sa voix eu puhllc. Apre.s $on mar'iage , (,'uttl /labital ! C.tllemagN! el cc frit l'ipaque des campa gne.! aat""imLtc:'i, Elle u etl u!JTigee de fu i,. Ce pay"~ , Arrivee e ll Fl'ance, la guure écllllaÏl Pf.U P apr~$, el ce n'e3l qu 'apl'c! ln libération qu'elle a pu uprelld/'e l 'élude de son chant, Lu. vOllà alTi· vie au terme de sa préparation. Par sa voix' exquise et la beau te de 3GII lim1He. l!Hc ravit ses oudi~ leul's. el c'est (Jute {(He faciUte taule naturelle qu'elle in/erprêle lu au's et lied.! du yrand3 c1as";ques.

'iul dou/e. qu'un public nombreu;ç,

amateur de chant ,el rie musique, se pru.~tra a ~on recital 1" 26 noventbre a 20 ·11. 30 il la Mlle Cltopinl'I'ye. l. .... (Cammulliq ué). ECHECS par Maître Problème N° 3. W. A, SHINKMAN (Detro;t Free Press Ty. Février 1876.) Les blancs jouent ea deux coups ! l. Cherchons ensemble, voulez-vow? POUl' a ider nos lecteurs qui n'ont pas l'habitude de ·résoudre les problèmes · d'échecs, nous allons, cette semaine-CI, faire ressortir les donn ~es essent:elJes de notre petit casse-tê ,e n' 3. Apr~2 une écude de la position l'lOUS constatons que': a) Le Roi noir ne peut jouer nulle part, toutes les cases qui l'entow'ent sont soit « contrôlées » par des pièces adverses, soit occupées par ses propres forces. bl Le ROI blanc « intercep :e» 1. Fou blanc en a.2. 51 le Roi blanc pouvait se déplacer «découvrant» ce Fou, le roi adverse ~erait maté, 1fais voilà justement que le R01 blanc ne peut pas qUltter la dia- ,. SHERNETSKY gonale a2-g8 car les poins noirs aS, bJi, d4 et eS l'èmpêchent de se déplacer en b4. cS, c3 ou d4', tandis que son, propre pion en b5 et le cavalier noir en f2 lui interdisent l'accès des cases b5 et d3. La tentative 1. . ,Rb3 dans . l'intention de poursuivre plr 2. Ra3 mat est déjouée si les noirs répondent 1, - e5-e·l ou 1. - f6·f5 · car après ces ripostes le R noir auraIt une case de fUlte à sa dispoSition. c) SI · les nOirs devaient jouer les premiers, les blancs au ra i'e n t immédiatement l'occasion de leur asséner le coup de grâce, En effet : 1. - a5-a4 2, Rb4 mat. 1. - d4-d3 2. Rc3 mat. 1. - e5- ' e4 2. Rxd4 mat. 1. - 0 joue 2, Rd3 mat ou 1. - 16-f5 2. Dd2 mat. La preml~re conclusion qui 5 Impose est donc de faire un coup d'attente qui ne cl19ngera l':en a ux caractéristiques de la POSI· tion. MaiS lequel ? C'est cela le problème! &:sayons de , dép_acer [a Dame qui avaIt comme l'ôl !' d'empêcher les fuites sur les ca· ses d7. e7, !7 et f5. - ouvons-nous Irouver un coup pour :a Dame qui lUI pe :me,tra d·a. r aUSSI e ,ficacement que de sa case de départ? Oherchez ~t vous verrez bien. Es· sayons le déplacemen t' du Fou a2. Sur 1. Fb3 a5-a4 2. RM + 2. - ah:b3 et il n ·y a pas de mat possible. Essayons 1 autre Fou. 51 nous jouons 1. 1 aS alors 1. - a5· ,,! 2. R14+ ItdS. Tiens 1 le Roi noir a trouvé une nouvelle case d ~ 'Uit;.P car le R blanc intercep.p 1':'Iutre Fou maintenant, C·est Ull~ vraie hi~to:re dr fous, dlrait-on Non, cher lecteur. nous vous J 'i!! A~t ' La lettre (que nos lecteurs connaissent) a tait .du bruit. Jusqu'au Parlemènt. Le ministre de l'Intérieur (Home Secretarv) , Mr. Chuter Ede. fi promis une enquête .. Ma~ quelques jours plus tar~, lI.declairait fausses les allecattOns pUbliées dans le New ~tàtesman .and Nation. Il · aJoutq.tt qu'on ne pouvait donner smte aux accusations si leur auteur ne se taisfi;it connaJtre. Et voici ce que M. PlattsMill8 , député indépendant vient d'annoncer aux Communes

la police, aprèS enquête

(e possible :0, celle-là) .a tdentifié le report et; trop dtse!t (el trop discret) ; elle ·est t!l-tervenue directement aupres de ses employeurs .. le journaliste a été licencié ' M. Chuter Ede a déclaré n'être pas au courant. C'est à ce point qu'en est ra/faire. avons mis sur la bonne . voi:. Avec un p au de perspicaCIté vous trouverez la bonne . solutlon. ,Envoyez- nous vos essaiS car doren~vant, nous publierons chaque se: maine les noms de tous ceux. !lUI nous feront, parvenir les solutIons exa ct.s de nos prob1emes. PARTIE N° 3 DEFENSE FRA:'\ÇAISE Btancs: G. Devers. Noirs: Duxin. Jouée pal' correspondance dans le deuxième tOUl'nOl d'excellence (F .s.G.T.) 1948-1949 .. 1. d eG, 2. fI4 d5 , 3., Cc3 FM, 4. Cg eZ dxe4, 5. a3 Fxc3+, 6. Cx c3 C5, 7. f3. Sacrifice d'un deuxle-' me p'on introduit par Alekhine dans une célèbre partl~ contrrNJmzowltch au tOUl'nol de , 8:l.n Remo, 1931. 7. - elf3, 8. Dlf3 DM+ ," 9. ,3 Dxd4, 10. Fa cS. SI 1 (1. - Db6 pour · protéger le pion à c7 alors 11. Ob5! Oa6, 12. Dh5+ g6. 13 Dg5 (mena.ce 14 FeS g2,/l:nant. le Th8). 13 - Cc7 14. 0-0-0 Fd7, 15. Fxc7 OX,C7, 16. CdG + Rda, 17. Cf7 t gagnant le Th8. 1l.Td1 DfG. 5urll- Db6 il pouvait sUIvre 12. Dh5+ g6, 13. De2 (menace 14. Fa5) CfS?, 14, Fxb8 Txb8, 15, De5 at:aquant la T à b8 a iml que le 016. 12. Dc3t' Avcc la menace 13 Fxbr\ Txb8, 14, Dx a 7 gagnant du m",tériel. lz. - Cd7,-13. Fc4 c5, 14. Fg5 DfS, 15, O·O! Mellleul' que -5. Dxe5 + Ce7! (et non 15. - Oxé5? Td8 mat. 15. - C,f6, 16. 'l'xl5 De7. 17. Ce4 TI S, 18. TdS CM. 19. Txe5! Ce joli coup force la décision. SilO. _ DxeS' alors 20. oxtS+ gX!6, 21 Dx ~5 + !xeS, 22 Td8 mat. 19, _ Ce4. 28. CxtS+ Les noirs abandonnent car après 20. - Txf6, 21. Txe7+R.8, les blancs Jouent Td8 mat. Une très Jolie partie menée très vigoureusement plj.l' les blancs. Déplorant la aest·ruction de l'ancien pylône de bois de .. Müh/{l~hc r IRa4io-Stutigart, 198 mètres) -: q. laqu!llle leurs bombardtsrs ava,t€n' pourtant contribué - I~s aulontes amerzcatnes OILt entreprtS la com~ Iruc:tion d'un nouveau pylône, entièrement métal!que et mesurant, lui, t73 mètres, Il a déià recu une utilisation provisoire ; les promote/lrs d'un, Alle1J!.lLgne agresÎm;e et armé" ;uSl?u:aux dents s'en 3 8rv~nt P.ou; '~ iensifier la propagande an!lfrança'se, dans taquelle Fer;;,.on ne. s ét'!l.t spéCIalisé. Paul FC'rdonnet, le speaker tristement célèbre de Radio-Sluttgart, • p3.yé de sa vie son activité crimÏ1l;elle. , . . On !ui ch€rche auiou,·a'hui des succeSleurs. Radw-S'utlgart Teclame « la restllution ae la Sarre à l'Empire Germanique lI, orga(!i~ des émissions de « li'térature » nazie et répand sur les ondes I!! « chl/Nl'oeuvre ' oubliés » du nationalisme enragé de l'an 1934. Jusqu'aux slogans antisémites qui réaparaissem. Ce n'~st pas démériter .. Feraonnet dirigeait à · P.aris une /eui1le antisémite et pétainiste qui contribua à préparer la délaite. ' Les Américains onl refu~é de prendre en considération les 1l01lfol brettSoes protestai ions. Pavlov et le réflexe conditionné Le monde médical commémore, cette année, le centenaire de la naissance d'Ivan Pavlov, le célèbre ph.ysiologiste russe, qui s'est particulièrement attaché à l'étude du fonctionnement du système . nerveux central. Né Je 26 ~cptembre, à Rlnzan, Pavlov fait ses études à l'Université de Pétersbourg et se tourne rapidement vers la chirurgie et l'expérimentation. Afitt de DÙenx étudier le fonctionnement de I"estomac, Pnvlov crée chez l'àn,mal ·un petit estomac artl~iclel "vec fistule edéri eure, ce qui lui permet de contrô.ler les sues digestifs sécrétés. Pa,'lov peut ainsi prouver 1 existence d'une sécrétlon gastrique d'origine purement psychique et se trouvant sous la dépen'dance' du système nerveux cen~ral. Il d émontn en effet que l'estomac du chien veut sécréter' du suc même lorsque les nlimenls n'arrivent pas dan3 SB cavité. C'est le 'réflexe cOnditionné, à la découverte duquel Pav:m doit sa célébrité. Lorsque vous baiss1lz les paupières à J'a pproche d'un corps étranger, "ous vous tr'ouvez en présence d'un réflele inné, tandis que lorsque « 1 ea u vous arrive à la bouche" au son (/e la cloche, qui, à la pension, annonce le d~.Ieunec, il s'a.git d'un réfl~xe nQu .. "ellement acquis, conditionné (Ici par le son). Pavlev lait • l'expérIence suivante : On lnlro: Juit lians la bouche du chien un ~roeau de viande en méme temps que retentit un son musical. au bout des -quelqu&!l répétitions, les glandes salivaires se mettent à sécréter à la simple émission du son, sans la présence de vlanrle. Par oonséquent ce n'est pas l'aliment mais la percept;on du son, (/onO) le cerveau qui provoque ici le réflexe de la sécrétion. Pavlov utillsait pour son ex· périmcntation un chamore iso. lée. L'animal y est seul et l'observateur ne l'aperçoIt que par une étroite fenêtre. Celui-ci dls_ ~e de toute un" gamme d'excitants sonores et lumin~ux et peut étudier à. distance b sécré( Jon enregistrée par (Jes dispositifs graphiques. Le réflexe du chIen peut ainsi être oondltlonn~ par un 500, d'un timbre déterzplné et même par ia v~ d'une figure géométrique, tel ua cercle. Contrairement aux réflexes innés, les r~!lexes conditionnés sont fragiles. Ils s'affaiblissent et disparaissemt si on ne .les entretient pas. Cependant Pavlov écrivait: On peut admettre que certaIns réflexes nouvelle- ' ment formés, passent avec le temps, par voie d'hérédité, d.mll la catégorie des réflexes inco'\1- ditionnés. Autrement dit, certaills caractères acquis peuvent. grâce à l'influence du milieu, cilre transmis au:.: descendants. Pa"lov organisa, aVec l'aide du gouvernement soviétique, qui même dans les temps dlWclles de la- guerre civlle et de la h.mine, ne lui ménagea pas 8& protection, à Koltouchi, develu, depuis Pav10vo. une station expérimentale pOUT létudè d. fonctionnement du systèI\le n~r' ·eux central notamment ohM! les singes. Pavlov se passionnllit éga1ement pour les maladies nerve":' ses et mentales. Il prouva que le sOlDDleil prolongé pouvalii guérir certaines affections néf,. "euses de l'animal ct cette ~ thode est actl!el/cment utilisée chez l'homme sous forme d'éle.,. trochoc, CQma artificiel, na.rcose, etc, .. Les idées géniales lie Pavloy Ilnt trouvé leur a"vlicatlon dans di Uérents domaines. AinsI Il taut signaler les nouveaux" traitements de 1 alcoolisme basél!l sur la création de réflexes co ... dlUonnés. On donne au.", alcooliques des comprimés d'anlabùs, qU.i provoqllcnt de pënibies vo ·missement~. C~6 derniers appa_ raisscnt ensuite après chaque ingestion d'alcool pour aboutit' à la flu à une désinto~lcatioll complète de l'individu. Le!; réflexes co n dit Iohn é,.q jouent égalemi'mt un rôle dan.~ le' dressage des animAUX et dans l'éducation de l'enfant et mOrne de l'adulte. * Ivan Pavlov fut aussi uu ardent patriote soviétique. n écrl. valt : Pour la jeunesse comme pour nous, c'est une question d'honneur. que de justifier les grands espOIrs que notre patrie .a placés ria n:: la ~""!p ,., r"", Dr S. MUHLRAD. • .... ...

Notes

<references />

Formar PDF