Droit et Liberté n°00034 - 1er septembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°34 (102) du 1er septembre 1949
  • Alors la guerre du Stürmer n'aura pas lieu (éditorial)
  • J'ai vécu la bataille de Munich par Myriam Hech
  • Churchill (en 1938): l'extermination des juifs n'est pas un obstacle à l'entente avec Hitler
  • Franco, l'ami des juifs? Par Alvarez del Vayo
  • D'un coup d »état à l'autre par Abdul Hadj
  • Le congrès juif mondial refuse de désigner les responsables du relèvement de l'Allemagne
  • Menaces sur Israël interview de Moshé Sneh recueillie par L. Bruck
  • Lu pour vous par Roger Maria: mensonge et vérité sur l'état d'Israël
  • Chez les sephardis (suite) enquête de Raph Feigelson
  • Ça ne vous rappelle rien? Par J.A. Bass
  • Les combattants juifs de la Libération de Paris par Louis Mouscron
  • Droit et Libert » en Belgique: j'ai trahi et j'en suis fier clame Léon Delgrelle, un article de Charles Roy
  • Cinéma: le voleur de bicyclette
  • Budapest, capitale de la jeunesse par Marcel Dorem
  • Vêtir ceux qui sont nus: nouvelle de Dorothy Parker


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

, lE 2 Otl0BRl , , 1- 1 Le M, R, A, P~ vous appelle à vous: joindre à tous les ' Partisans de la Paix pour 1 dire: , NON% à la guerre A partir: du 3 septembre "Dt 1 fi,e, i ;Of' e .. VOTEZ ,POUIR, III PAil · Nouvelle série N° 34 (102)' ·

Alors, la guerre du "Stürmer"

n'aura pas lieu ... I L Y a 10 ans - jour pour jour - re Reich allemand déclenchait la deuxième guerre mondiale. Les hordes de Hitler se ruaient sur la Pologne, Il y a 5 ans, Paris se libérait. Et c'est en ces jours de double annive~3ire que nous appre- Mns une série d'incroya'bles nouvelles. • Le « Stürmer » reparaît: et à Nuremberg, dans la ville même où retentissaient les hurlements hystériques des congrès nazis, la voix de Hitler 'et de Streicher va s'élever à nouveau. Plusieurs régiments de SS reconstitués vont prendre part aux manoeuvres d'automne des arméè$ d'occulPation occidentales. A Munich, les « Schupos » allemands .. sous les ordres des Américains, tirent sur les Juifs insultés. Nou.s en sommes donc là 1 L'océan de sang et de larmes versés, les deuils et les souffrances endurés, était-ce pour que cinq ans après, les mêmes criminels, au nom des mêmes · intérêts, préparent en toute liberté les mêmes horreurs ? la règle du jeu sinistre se confirme. Qui veut la guerre doit attiser la haine. Paraphr3l5ànt une expression célèbre, on peut aHil1rner que « la psychose de guerre porte en elle l'antisémitisme Comme la nuée porte l'orage ». Les forCes de plus en plus cyniques, qui favorisen·t la renaissance du nazisme vaincu et lui offrent une place honorable dan.s 1'« Europe Nouvelle », s'em,ploient naturelle.ment à diviser le front des peuples forgé dans la victoire. On ne parlerait pas aujourd'hui des nazis, ni du ({ St.uermer », ni de nouveaux pogromes à Munich si les accords de Potsdam avaient été fidèlement ex,écuté·s, si l'Allemagne avait été dénazifiée, si les criminels de guerre avaient été châtiés. On regarderait aujourd'hui avec confiance vers ('avenir, si l'esprit de la Résistance n'avait pas été trahi, 6·; l'Union n'avait pas éte abandonnée. . C'est la désun.ion qui a ouvert la voie à la parut.ion d·u ({ Stuermer ». Mais nous ne sommes .plus en 1939. Les peuples ont trop chèrement p'ayé les années terribles pour ne pas être conscients du danger. Et il leur suffit de regarder la carte pour voir que la démocratie a gagné du terrain en Europe comme en Asie. En Amérique même, le mouvement contre la guerre et le fasciS'me va croi®sant. La Journée Internationale du 2 octobre, consacrée à li lutte pour la Paix, manifestera dans le monde entier la volonté pacifique des peuples. Du 3 septembre au 2 octobre, la paix sera plébiscitée. Dans toute la France se développeront d'innombrables initiatives pour la distribution et le collectage des bulletins de vote de la paix, que chacun aura à coeur de signel et de faire signer. . Déjà le Congrès Mondial des Partisans de la Paix a fait réfléchir les amateu1S de maS'Sacres. Par la Journée Nationale du 22 mai, les masses juives d·e France ont ·affirmé - face aux meneurs réactionnaires et 'bellicistes « juifs » - leur volonté de lutter coude à coude avec l'ensemble des simplès gens pour la Paix. A l'appel du M.R.A.P" avec tou" les combattants de la Paix, les Juifs de France diront « non » à la guerre le 2 octobre. Les millions de voix qui s'élèveront pour la Paix ce jour-là feront taire la voix du ({ Stuermer ». DROIT ET LIBERTE. tft Bi • 5Hi HEBDOMADAIRE FONDE DANS LA CLANDESTINITE 1~ SEPTEMBRE 1949 rré ..... Prix 25 fr. Les schupos allemands et les M.P. américains déclenchent l'attaque contre les Juifs de Munich. (De notre correspondante particulière Myriam HECHT) J'ai vecu le 10 aolit dernier, les heures tragiques de Mwtich. J'ai vu des policiers ' allemands et ~mér.itcains se ruer avec fureur sur des manifestants juifs qui réclamaient justice. J'ai vu, autour de moi, s'écrouler des hommes 'le «S URME » • • • Le Stuermer, torchon antisémite nO l de Hitler et Streicher, va reparaître. Il le peut dès le l'r septembre. . Son directeur sera le même que sous le régime hitlérien : Maw Willmy. Il dispose d'une des imprimeries les plus perfectionnées d'Allemagne. Avec le Stuermer, reparaîtront '05 autres journaux nazis. Ainsi en a décidé le gouvernement' américpin en Allemagne, en abrogeant l'obligation, pour les" journaux, d'obtenir une licence. de parution-.t , • •• repa.ral • pacifiques, grièvement atteints par les balles de schupos qlJ.Ï 'se croyaient revenus au temps de Hitler. J'ai admiré le courage de ces ouvriers, artisans, . commerçants, étudiantsl jeunes gens et jèunes filles, qui résistèrent, trois heures durant, aux brutalités les plus atroces. Pour situer l'affaire, il . n'est pas inutile d'évoquer l'atmosphère qui règne à Munich depuis longtemps déjà. Les manireslations racis~ tes deviennent de plus en plus fr.équentes, dans le privé mais aussi dans les 1 ieux publics. Ouvertement, certains journaux reprennent le langage de Streicher et cle ses émules. ___ {en '193S) •• L'extermination un obstacle à une des Juifs' n'est pas entente avec Hitler En pl eine campagne électol'ale, / les sociaux-démocrates membres du conseil mun icipa!, venaienl de proposer l'inteI'dicl. ion de l'aMl.Lage rituel juif. . « La force de l'Allemagne est nécessaire à l'Europe ». C'est M. 'Vinston Churchill, initiateur et grand ténor du « Conseil de l'Europe ", qui a prononcé cette phrase, à Stra~bourg, le 17 août dernier. . Que l' « Alle mag-n-e forte» dont il rêve soit une menace pour la France et pour la paix, qu'elle soil aux mains des nazis, 'voilà qui n'e;;t pas pour gênel', bien au contraire, M. Winston Churchill. Ce champion de l' « Allemagne forte » s'accommodait très bien, en effet, du fascisme hitlérien, et, en particulier de l'antisémitisme des nazis. Lui-même l'a affirmé. Pas ~I SU'asbourg, bien sûr, mais au cours d ·une conversation secl·ète qu'il eut le 14 juillet 1938, avec Frel'ster, chef des nazis de Dantzig. Lui-même rela· te cette conversation dans un mémorandum secret, !ont nous donnons ci-contre, la reproduction. Après ces préliminaires, M. Winston Churchill dit ù son interlocuteur : « Je ne suis pas .un adve~saire de la grandeur de l'Allemagne •. C'était, à l'époque, encourager déli· bérément Hitler. Et, !ll'écisant sa lensée, M. Winston Churchill déclara estimer « parfaitement possible d'inclure dan's un accord européen général, un paragraphe obligeant l'Angleterre et la France à venir en aide à J'Allemagne avec toutes leurs forces, au cas où cette dernière serait victime d·'une agression provoquée de la part de la Russie, à travers la Tchécoslo. vaquie ou de toute autre manière .• C'était en somme, avan t la lettre, le Conseil de l'Europe et le Pacte Atlantique. On ne saurait mieux observer la règle de l'unité d'action. « ON AURAIT DU GAZER TOUS LES JUIFS» C'est le num6ro du 9 août de la S,ueddcutsche Zeitung, journal (rès répandu en Bavière, qui miL le feu aux poudres. Il publiait, sous forme de ({ lelLl'e d'un lecteur », une diaLribe anlisémile d'une violence jamais égalée depuis la fin de la guerre. « La question juive, pierre de tow;lt.e )) (Judenfl'ûge aIs Pr'oùiel'sLein) : tel 6lait le Li,Lre de ceLLe lettre, sign6C 'ùu (Suite page 6). Ce document, tI'aduit en allema nd, a ! .. lIIllIIlIIllIIlIIlIIlIIlIIlIIlIIlIIlIlllIIlIIlIlIIllIIlIlIIllIIlIIlIIlIImnlllllllllllllllllllllll été retrouvé dans § " DANS CE NUMÉRO: ~ les archives du mi- - - 1istère des Affaires : § EU'angères d'Alle- - :: Une interview exclusive du .Dr SNEH : '. : ' magne, et publié _ par le ministère des MENA~ES SU ISRAEL Affaires Etrangères 1 _ ~:m:~~R.~~S. ~~:~ ÇA I;'{E VOUS RAPPEL~ R4EN 1. ~ riaux se rapportant Montage sensationnel par J.-A. BASS : ' _ à la veille de la - - deuxième. guerre : FRANCO, L'AMI DES JUIFS T : mondiale, tome l, par M. ALVAREZ DEL VAYO S , ~s t:eproduisons L._ docu ~~n:r::.rz: p. 141). M. Wi.nston ancien ministre du Gouv-e~nement républicain espagnol - Churchill ne ra ja- 1 . mais l'en ié, ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII"~ - ._- ........,. .-- .. 2 ()ROtT ET URRTE --------------...... ~e J~. - Nt 34 .'oe): FRANCO l'ami desjuifs? DIJUN COUP , " . Les coups d'Etat s c,ressifs dont vient par J. ALVAREZ DEL VAYO Ancien Ministre d~ Goqvernement républicain espagnol Alors que sa politique 'de répression de la rbistance espagnole parvenait, une fois de plus, à un tel ~gré de férocité que le pays tout entier en était ébranlé jusque dans' ses fondements, le 'général Franco annonçait au IJl()nde qu'il avait décidé d 'accorder aux Juifs Sephardis la nationalité espagnole. Geste habile, il faut le reconnaître. On n'eût pu trouver momed plus favorable. Israël pénétrait avec éclat sur la scène de la politique internationale. Il .était du plus grand intérêt pour le dictateur espagnol de prévenir t~ute résistance de la part des Juifs américains à une modification dans la politique espagnole . du State Department, - modification dans le sens d' une in~lgence aggravée ~ )' égard du franquisme. MARCHANDISE D'IMPORTATION .Du même coup. proposer aux Juifs Se.,nardis de leur aècorder la nationalité e~gnole, c'est prendre une mesure Qui rencontrera la faveur de la plupart des Espagnols. Car, si loin que puisse me ramener ma mémoire, l' antisémitisme a tou- - jours été un phénomène inconnu à l'Espagne. S'il a relevé la tête, "ce n'es.t que l' ~ce d'un moment, sous l'i n f 1 u e n cedes alliés de Franco, .J. ALVAREZ DEL VAYO eMt adis' Hmitlêemr e suartlOorust,. cet antisémitisme d 'importation franquiste ne fit que des progrès insignifiants, tout simplement parce qu'il êtait étranger à la mentalité espagnole. Il y a dans le peuple espagnol un sen~ de l'équité très dévelopoé, et il se rappelle, pl\Ir les déplorer, le,s crimes perpétrés contre les Juifs il y a quatre siècles. L'EJicto Je Espuldon de 1492, qui chassait les Juifs du pays, portait par là même à l'éconOlDÏe de ce dernier un coup mortel. La contribution des Juifs à la civilisation espagnole défie les siècles. Elle survit dans notre architecture, - dans l'impérissable beauté des synagogues, tel l'illustre Transito de Tolède, dans les maisons particulières des cités andalouses, dont on peut voir tant d'admirables exemples dans le Quartier de Lubreras, à Séville. Elle sut ,it par-dessus tout dans oolre littérature, où le Juif est une figure légendaire. C'eSot une Juive, Raquel la Toledana, - elle séduisit, dit-on, le roi Al.,non. se VIII - qui est l'héroïne d'une pièce de Lope de Vega, LA juioe .Je Tolède. Les romanciers des dix-neuvième et vingtième siècle en sont revenus au thème du Juif, surtout ceux qui prirent le parti des Républicains, tel Benito Perez Caldos, auteur raffiné de romans hi~toriques· ; quant à Blasco 1 bant:.z , il a donné pour cadre à Luna Berramor le rocher escarpé de Gibraltar, sur lequel, depuis 1718, vit une communauté juive d'origine Sephardi. Et de leur côté, les Juifs Sephardis, où qu'ils se soient fixés, conservent de l'attachement pour J'Espagnç ; la plupart d'entre eux ,parle encore caSotillan ; Sephard e& un mot hébreu qui désigne la péninsule.jbérique. J'ai la fierté d'avoir proclamé, en ma Qualité de· membre du gouvernement, que si la Répubfique parvenait à secouer son joug, l'E~pa!lne serait ouverte à tous les .Iuifs, aux Sephardis comme aux autres. Ce n'était pas là manoeuvre politique : c'était une profession de foi antifasciste. r avais estimé qu·il était du devoir de tout antifasciste éclairé de se déclarer solidaire des Juifs, princwl objet de la haineuse obsession hitlérienne. CHEQUE . 'SANS PROVISION Par malh~ur, la' position que Franc?/, propose aux JUIfs n est pas des plus enViables. Il a anooncé qu'ils jouiraient des mêmes' droits que les ProteSotants. Or, les droits dont jouissent les Protestants sous le régime de Franco sont pratiquement inexistant~. C'est pourquoi la valeur pratique de son geste de réconciliati~ est éminemment douteuse. . En théorie, la liberté religieuse est absolument complète en Espagne : elle est garantie par le F uero de los Espanoles, promu'lgué en 1945, -de même que par toutes sortes de déclarations solennelles réitérées par le dictateur. Selon la plus récente, qui fut faite en 1947, « nul ne peut être inquiété pour ses croyances religieuses ». Bien que le Fuero de los EspanoIes s'efforce de paraître protéger les Droits de J'Homme, sa valeur, en ce du moins qui concerne la liberté de conscience, est purement .symbolique. L'Espagne est aujourd'hui le seul pays d'Europe où la lecture de la Bible soit à l'index. Les rares écoles protestantes qui subsistent '!Ilcore depuis que le dictateur a conféré aux ordres religieux le monopole exclusif de l'enseignement, fonctionnent dans une demi-dandestinité. Professeurs et instituteurs protest'ants sont incessamment accusés d'intelligences avec des éléments politiques subversifs : pendant J'instruction de leur procès ou leur détention préventive, ils sont évidemment incapables de poursuivre leurs cours. C!e!t là, pour' ie pouvoir, un moyen ingénieux dt: faire en sorte que les écoles protestantes soient conSotamment à court de maÎtre~. Les Juifs Sephardis, que 'nous autres, ,républicains' espagnols, avons toujours considérés comme nos concitoyens, seront bien inspirés en répendant: « non, merci! » à un Franco Qui 's'offre à les faire bénéficier de sa « protection ». Ils I)e peuvent attendre dés conditions de vie normale que sous un gouverne'!lent qui sera heureux de leur faire prendre leur part à :es eHorts pour la reconstruction et pour la paIX. d'être l'objtt la Syrie, a quelques mois d'intervalle, n'ont pas été sans faire couler beaucoup {j'encre et susciter de nombreux commentaires. , Depuis la fin ' de la deuxième guerre mondiale, les rivalités anglo-améric~nes n.'9nt cessé de se développer dans le Moyen-Orient, place stratégique importante aux richesses économiques immenses et surtout pétrolifères. . La guérre de Palestine a été un des épisodes ' sanglants de ces rivalités pour la suprématie dans le Moyen-Orient, Elle devait servir de prétexte aux impérialistes anglO-américairis pour tenter de briser le puissant mo'uvement de libéra~ tion qui. soulève les 'peuples de ces pays; tant arabe que juif. La Syrie, où la, lutte du peuple avait permis d'arracher certaines libertés démocratiques, fut un d~ ces théâtres de répression du mouvement populaire et démocratique par l'impérialisme. MinUtés anglo-américaines Dès l'évacuation par les armées françaises en 194-5, l'inipériali~te britannique, quoique indirecte~nt, a la main, sur la Syrie. S'appuyant sur la bourgeoisie au pouvoir, il va oeuvrer ' pour faire échec à la mainmise de l'impérialisme américain qui depuis la fin de la deuxième guerre mondiale ne cesse d'étendre sa domination sur les .pays arabes· à son détriment, et qui vise, en Syrie, également à la supplanter. Jusqu'en novembre 1918, l'impérialisme britannique réussira à faire échec ' aux plans américains en Syrie. Mais bientôt, l'impérialisme américain réussit à imposer avec Khaled Azem comme premier ministre, un gouvernement pro-américain qui se déclare prêt à ratifier les accords pétroliers américains avec la société « La Tapline », accords prévoyant le passage des pipe lines venant d'Arabie séoudite, par la Syrie, pour aboutir en Méditerranée. Zaim change de maîtres La réaction de l'impérialisme anglais ne devait pas se faire attendre. Exploitant le méconoentement populaire contre la politique de répression et de misère du Gouvernement syrien, il devait préparer le coup d'Etat du colonel Zaim de fin avril afin de faire échec au projet américain et renforcer 1;1 répression contre le mouvement démocratique grandissant en Syrie. Mais l'impériali.sme amér)cain ne devait pas s'avouer. vaincu. Il devait utiliser ses agents en pays séoudite et en Egypte comme démarcheurs auprès de Zaïm; d'autre part, l'octroi d'un prêt de 6 millions de dollars au gouvernement du dictatel}r; les promesses d'une aide économique et militaire, et de le promouvoir à la présidence de la « République » A syrienne, devaient faire de Zaïm l'homme de leur politique en Syrie •. Les premières conséquences. du revineo ment politique opéré par Zaim se manifestèrent par une attitude hostile de sa part aux projets de l'impérialisme britannique 'de création d'une 0( Grande Syrie :. (Syrie, Transjordanie, Palestine arabe et une partie du Liban réunis sous la domi. nation du roi Abdallah de Transjordanie, instr,ument de l'impérialiSme b~itannique) et dt! « Croissant fertile » (Irak et totalité du Liban en plus des pays précités, réunis dans les mêI?es conditiOI~s)~ projet ayant pour but de placer l'ensemble de ces pays sous une dépendance. di-_ recre de l'Angleterre. .. Zaim devait parallèlement donner ·suite aux projets américains én signant l'accord avec la sociéfé Tapline sur le passage . du pipe-line anléricain en SyfÏe; il . devait d'autre p'art signer l'armistice . avec I sr'aël, non pas par !?ouci de ,'paix et de répondre aux intérêts des pe\lples . de Syrie et- d'Israël, mais dans le but de renforcer la position de l'impérialisme américain en Israël et en Syrie; cet armistice répondant aux aspirations du peuple syrién. Contre-:attaque de Londres Pour le peuple syrien, la dictature Zaim devait se traduire par une aggravation de ses conditions d'existence et une accentuation de la répression contre le mouvement démocratique. Le mécontent~ment populaire s'exprima par des manifestations dans le pays et fut marqué particulièrement par une imposante manifestation à Damas, le 13 août, où entre autres, plus de 300 femmes réclamèrent aux cris de : A bas la dictature! A bas les impérialistes anglo-américains t La libération des ' emprisonnés politique!? et l'indépendance de leur pays, L'impérialisme britannique, utilisant l'indigonation populaire c~ntre la dictature Zaim, organisa le coup d'Etat du colonel Hinnaoui, qui aboutit à l'exécution de Zaïm et de son premier ministre et au remplacement de son gouvernement par cclui de Hachen el Atasis. Ce gouvernement, composé en majorité de partisans des projets de '1 Grande Syrie » et du « Croissant fertile l) S6 prépare à les' réaliser. ' Pour cela, il s'appuie sur les débris des parti~ fascistes (P.P.S.); encourage le fana.tlsme religieux de l'organisation faSCIste des Frèr~s musulmans; reprend et développe, comme prétexte à la réalisation de ces objectifs, le thème de la menace d'Israël pour les' pays arabes divisés. Les peuples contre les ptans de guerre . De c~s événel?e~ltS. qU! sont l'expresSI(' n des contradIctions qUI Opposent dans ____________________________________________________________ -, c~t~e p.~rtie du monde l'impéle to·nèrèt .Juil Mondial relu'se de désif!ner les. respon'sables du relèvement' de. l'Allemaène r.lahsme brtanniq'ue à l'impérialisme américain l'intérêt du peuple syrien et des peuples des autres pays du Moyen-Orient est absnt. C'est en définitive sur leur dos que se règlent les difr~ re.nts économiques de l'impénallsme. 'RI' T dial s'est ouverte le 25 août à Paris. Les communautés juives \&J NE réunion élargie de l'Exécutif européen du Congrès Juif Monde Roumanie, Bulgarie, Pologne, Tchocoslovaquie et Hongrie n'y étaient plS représentées. Elles entendaient ainsi protester contre le fait que le C.J.M. a refusé d'adhérer au Congrès Mondial des Partisans de la Paix, qui s'est tenu à Paris en avril, - et aussi contre l'e:xc1usion par la section américaine de deux organisations populai- 'res juives des Etats-Unis. , L'Union les Juifs pour la Ré- sations juives ou non-j uives pour sistance et l'Entr'aide avait en- la lutte contre l 'an tisémitisme .et voyé un délégué, M. Adam" pour le fascisme, et pour renforcer la ~ttre en relief la politique anti- skurité des Juifs dans le monde, (lémocratijue adoptée par le C. , y compris en I sraël. J. M. et pla:er l'Exécutif devant- Rtpondant à Lady Reading, M. ses responsabilités. Adam fit ressortir que, contraire. Mobiliser les masses A notre connaissance, M. l\dam, au cours de son intervention, s'est d'abord étonné que les événements cru:iaux qui se sont déroulés :ette année ne se reflètent pa.s dans les rapports ni les discussions des délégués présents. En particulier, la question primordiale de la lutte pour la paix n'est pas inscrite à l'ordre' du jour. En dehors de quelques memorandum 'ou interventions diplomatiques, on ne trouve rien à l 'actif d1.l C.J.M., rien dans le sens de la mobilisation des masses et organi-' mfnt au point de vue exprimé par elle, les meetings de protestation contre l 'antisémitisme, t.ontre l'injustice sen'ent à mobiliser les masses, et .aussi à prendre contl:t avec ' elles, à çonnaître leurs sentiments et leurs ~soins. C'est par:e que le C.J.M. ne rencontre pas les masses qu'Il tend à devenir une oTganisation bureaucratique. - L'heure du choix Aucun argument ne peut justifier la non-participation du C.J .M. au Conl;'rès Mondial des Partisans de la Paix" a noté M. Adam. En effet, les décisions de Montreux exigeaient l'adhésion à toute tentative ayô:!,nt pour but la lutte pour la paix. D'autr~ '~\rt, le Congrès des Partisalls de la Paix s'est avéré un événement de première importance. Protestant contre la - prétendue (( neutqlité » du C. J. M., M. Ad;tm a montré (Ju'il ne suffit pOIS de dénoncer la renaisSélnce du nazisme si on se refuse à dénoncer les responsables de cette renaissance

les gouvernements anglosaxons.

L'heure est venue de se dé· finir, d.e choisir non entre deux (( blocs », mais en faveur ou non de la lutte pour la démocratie et la paix. En ce qui con:erne l'excl usion des 'JrganiS4ùions progressistes par la section américaine, M. Adam a posé la question de savoir si la section américaine a voulu donner " l'exemple» lUX autres sections, ou si elle ~ouha it e que les organisations progressistes quittent d'elles- mêmes le C.J.M. an calS où l'Exécutif ne réagirait pas. L'orateur a ensuite dénoncé J'attitude de ceux qui tels le Dr Barou, sont (( révolutionnaires » en paroles et se permettent de calomnier le mouvement progressiste pour lequel, précisément, il n'y a pas de di fféren:e entre les paroles et les actes. Des propositions concrètes Les délégués prpgressistes ont formulé les propositions suivantes

1 0 L'Exécutif dédde de prendre ' part à la journée internationale du

z octobre, consacrée à la lutte pour

1:) paix; 2 0 L'Exécutif recommande à ses sections dp.s pays scandinaves à parti:iper a4- congrès de la paix quj se prépare dans ces pays; 30 L'Exé:utif fait la même recommendation - à ses sections d ~ Am ériql1e latine en ce qui concerne le congrès de Mexico; 40 L'Exécutif s'adresse à la section américaine pour lui demander de réviser sa dé:ision relative à l'exc1u ~ion de deux organisations démocratiques. Ces propositions ont été repoussées par la majorité de droite. De même a été rejetée une résolution présentée par M. Adam et dénOn_ çant les impérialistes r;spollsables de la rf! lIaissqnce du naaismc en Allemagne. Ces visées de l'impérialisme anglo-américain dans ces pays sont .unJactJe,ur de guerre. Enes n~. VIsent q,u.à renforcer sa po- 51tH', strategIque et économique eA ,:vue de sa guerre d'agression qu Il prépare. contre l'U.R.S.S., les démocratIes' populaires et les ~uples de tous les pays et à laquelle il doit subordonoe'r tous 'es autres différends. La lutte des peuples de Syrie et .de tous les pays du MoyenOnent cQntre l'impérialisme anglo- américain pour leur liberté et leur indépendance - lutte qui ~e cesse de s'intensifier - constItue un obstacle sérieux aux fauteurs de guerre qui n~hésitent pas à réprimer avec la cr uaut~ qui .n'a d'égale què la ba,rbane nazIe. Leur lutte s'inscnt donc dans la grande .lutte que m~nent le!! peuples du mond? ~n.t)~r pour la paix. Elle doit b t cnefllCler, . du soutien actif de ,( ous es. 10mInes épris de liberté et de paIX, de tous les partisans de la paix. ABDUL HA~J. • f':,' .... , ~. " ..•... "

,er Septembre 1949. - N· 34 (102) ---------------- DROIT ET LIBERTE

ENACES SUR ISRAEL Une interview exclusive du . Docteur , Moshé SNEH, recueillie par L. BRUCK . , J,e docteur ltfosché Sneh, un des plus éminenls hommes d'Etat d'ISraël, ,dirigeant du parti socialiste unifié (M APAM), memlJ're du Parlement (Knes' .eth), qui se trouve actuellement à PaTis comme délégué à la ConféTence du Congrès . Mondial Juif, a bien voulu recevoir nMre rédacteur et répondre il ses questions sur la situation economique et politique en Israël. menl plur la Paix Il qu'à la C( Ligue l,our l'amitié avec l'U.H.S:S. Il, pr"ennenL part et collaborent harmonieus\~mcrit Ioules l!'l:-' forces progressistes d~Jsl'Ml, juive,;; et wrabes. /h POJ.tVcz-vous mc dire quelques mots 11 ~pmmcnt appréc"iez-vous, la s"ituation dans un pacte régional sous co~trOle amé·' eo .' sur la situation éCOnomilJ~e d'Israël? U.. intemationale de l'Mtat d'Israël ' à ricain serait , lié à _ la , p'r&paratipn 9,'une , . , . nouvelle guerre par l'impérialisme amé- - Il ool évident que nolre situalion écol'fleure acluclle ? ricain contre l'Union So."iélique, contre nomique est difficile. Nous avon;; ~l SUppOI- _ Les dirigeants américains exercent les démocraMes populaires et contre l'in- ter les difficultél:.' normales d'un Etat et an~lo-saxons, ce qui m~nefatalcmeni à l'lwgmenlation'· du 'dëfiëit ' de rioG'e ' bilan commercial ; . - en général d6mooratisàtion de tout le l:-ystème économique, à peu de chose pr~s selon l'exempl{l des démocraties populaires et danl:-' l'esprit dos pionniers (llatoutzims) de nolre renaissance. .. 5 Q'uelles sont tes répercussions lJOUtique gouvernemental sur de ta la siac~ uellement une for le pression sur Is- dépendo.nce de tous les peu,ples. aussi le budg~t de la guerre (Itant que raël. L'impérialisme américain s'efforce Nous avons do ne fj)ndé en Il:-raël un l'armistice ne sera pas" transformé en _ de dominer entièrement le Proche-Onent, Comilk pour la Paix, q']Ji a donné son traité de .paix), Nous avons à recevoir des - Tout d'abord le gouvernement n'est tua/ion des' ouvriers? {j"éliminer l.'impérialisme brilannique de adhésion au Congrès Mondial des Parti- centaines de milliers de nouveaux immi- pas en mesul'C d'assurer du travail POlU' Ses dernières .. positiOns et de tmos[ormer sans de la Paix: Nous somm.es également grés (200.00: dans lel:-' derniers quinze, tous, sudout pour lel:-' nouveaux .immigrés. en train les pays du Proche-Orient en uoo' base d'élarb"ir ' les cadres et de ren- mO't5). Je cOt'lS é ga1 e merut a'Jo u t er ce que De UXI· êmav .me nt, nous avons d"""J' à eu d, es 'Pour ' la dominalion exclusivemén,t é1Jmé- forcer l'activité de la « Ligue plur l'ami- j'avais déjà déclaré au ParlffiTIent : qu.e exemp'lé\S de réguction des salaires (2,5 li, ricaine au point . de vue polilique, écono- t~é avec l'U.R.S,S, Il. Les ma&'ses popu- la politique du gouvememe.nt tend à ta vres pal' mois). La majol"ité MAPAI dans .,lllique et shmlégiq:ue. laire~ ont chaleu,rel!ser.nent répondu à réduction de l'immigr~jo.n, à l'abaisse- la Hisladrauth (C.G.T.) a accepté la réDans le cadre de oelle .n.n.litique, l'appel de ces deux organisations,' on lJJut ment du niveau de vie des masse" et à dll:cti~n de' sl;Ùairel:-' parce que les 'prix ont jn'asltinb"ton clte.rohe à faire d..e ~ nolre m~1' 1e dire avec. e.n th'o.u sias, me. Nous 00.- 1a p é n étr a t'I On d es OOpl' la ux étr ah gors SOI-d Isan t bi )'l.IS::~'"C. Po ur 1té l. proml'è i re fOI' S e.n IjVeVU ne Etat un de ses sa Lellil,.e.s. La pres- pérons ,pouvoir créer' un mouvement de dansl e payl:-·'. 1s raë'J', d es grè ves on t ""'A" l a"""- conLre la vosiOn su.r ISl'aël l:-"exprime sous de mul- masse,,: pour la lutte en faveur de la p,aix Nolre programme économique vise les lonté de la JLrection de la Histadrouth, A tiples formes : et pour l'amillié avec l'Upion' Soviélique. points suivants: Tel Aviv, la grève a touché 4.000 ouvriers a) pal' le roermement des Elals féo- 1L e MLA' PAl a tenl't é rTéc'e mment de dSi viser - nationalisation de la terre, des sour- e t p luS'l eurs ml' 1le1rs '"u H al" ff a. SoU l:-' 1a daux arabes voisins que l'on excite à la a « Igue pour amL Le .avec l'U.R. .S . . n, ces d'eau, des richesses naturell~' (mr-r p.ression des ouvrielI's grévistes, la direcrevanche contre Lsl'aël, p.ü'ur obliger Is- mais le réSLlltat a été contraire. La Ligue Morte), de l'électl'icité, des ra.ffineries de Hon de la Histadrouth a dû' faire u.ne 'con· ..l " d te s'est renforcée et , le . nombre de ses adhé- n6.t 1 t d lé . cession: eUe a créé une commi~sion (avec Ifaêl à chercher sa ::;écurtte ans un pao rents a doublé. Notre devise est que l'ar.ni- r- 1'0 e e u commerce ex l'leur;

rJ-,0'~ lona 1 d u Mo- y e n-0 1"1"0' nt SO"""""' protee - ti" avec l'U.RS.S. est la pl'erl'e de loucn' .... - re fo n t e ra d'I cale du sys't ème fiscal La pa.rAl icipation de l'opposftion MAPAM)

t t é " " ~ l' t pou.r ruexaminer l'index du coût de La vie. 01'8. am ncam ; - pOLU" chaque individu par rapport à la par au@m,en ation des impOts directs et b) pal" « l'internationfllisation tl de Jé- ques-lion de II! paix danl:-' le monde; pour la suppres'sion des impOls indirects, la ~ Comment résumez-vous votre opinion rLlsaleml ce qui signifiera it la création chaque Juif qui veut rester fitlèle aux véri- création de l'impôt sur le capital; \YI' d , 'e .... nclo e a:mér'l'caL'ne dans le coeLlr génémle sur ta situation en Israe··t .? un c u.V . , ' taules intérêts de son peuple ct de son - augmentation du volume d'échanges 'du pays; . é' pays; pour chaque ouvrieL' qui veut rester avec l'U.RS.S. et avec tous les pays euro- - Pas de confianoo envc.rs le gouverne- 0) par l'annexion de la parlte m n- fidèle au drapeau du véritable socialisme. péens qui devraierut remplac~r les impor- ment, confiance à l'ogard du peuple. Et dmioenr aJReo dugue Npe,grèuse vd e'At kdaeb ol.ah sOplo"tUiel' véetrasb ll ial' 1_ 11 _fa_ut_ a_J'o_ute_r _qu_'a_us_si _bi_'en_ a_u _« M_o_uv_e·_ _tat_i'o _ ns_ _p'r _ ov_en_n nt n'q ement des pays el ·...,., ·f· f' d l' . u __U _I_U_ ________c' _ _U_S..;·.l_b_uL_l_e_CO_n_,_o._n_C_e_o._n__s _u _v_e_n_l_r_. _ une base américo.ine aux portes de l'oc,éan Indien; , Lu pour vous par Roger MARIA d) pal' l'acCOEmll]a,lion de nombreuses düficultés d'ordre économique et financier pour l'Etrut d'Isro.ël, afin qu'il adhère au plan Mac Ghee, qui n'esl autre qu'une édition spéciale du plan Marl:-'Iwll pour MENSONGE ET VÉRITÉ SUR L'ÉTAT D'ISRAEL le Moyen-Orient. Duns ce hut, l'impérialisme américain On n'a jamais vu un poirier po.rter d;s les phénomènes qui caractérisent la grave . b fraises et la « libre entreprise )l, meme ma- crise que tt'averse l'Etat d:Israël : pexopulro itqeu el al etsm lg.Jé.adniqel leds esa mréérfiucgaliénse sa rpa-uiess- t'In-e~~ cie co.o.pe 'ratisme a'gricole et affll;ble'e de 1. U ne h ausse d es prI.X , que te nte d e C.l r' senl dominer praliqu0mcnt, sou" 10 pré- verbiage SIOnIste, ne saurait enlraÎner, à la conscrire la taxation de,. denrées essentielles text.e « d'aide n pour leur réirustallation, longue, que 'misère et chômage. Si l'on pré· mais qu'acc( ,mpagne un début de marché l'Etat d'Israël ausl:-i bi0n. ~~e di? ~~:idn~e~p:Sj~l~l~i~rc~on:~a:~ Charles 15 janvier 2010 à 10:34 (UTC),u~e:,~T~~ nO~~'L'apparition du chômage parmi les nou.- Etals ara.hes ; ,ceci est la vérlta e exp 1- des camps qui vous choisit. Il est inütile alol's veau'x immigrants et une agitation sociale qui 'cation de la pression américaine. 'Na- de déplorer ,la crise qui secoue l'économie, s'est traduite par dies manifestations publishington cher'che à provoquc.r un éorou- Vous avez voulu le capitalisme, vous aurez ques aux cris de: « Nous voulons du tralement économique d{l l'Etat d'Israël sous ses contradictions, vous serez contraints de yail!» l€ double fardeau de l'immigration juive croquer ses fruits pourris. Vous prétendez 3. Une in,.uHisance de crédits: à l'intérieur, . et de la réadmis·sion des réfugiés a.rabes.- êtTe anticapitalistes? Fort bien. Oll est votre où la hau,sse,)es emprunts semi·forcés et les ~ Q1l.elle est votre attitude à l'égard socialisme? Comment et quand avez-vous impôts ,die guerre très lourds ont épongé les L!:. é'é ~ mois ~onnêtemé.nt vott"e place parmi les pays disponibi~ités; dan's le domaine des investisde la question des r rugI s a7'abes: libéres des trusts et de la finance étrangère, sements venus de l'extérieur, et surtout des Les salaires sont . très élev,és. Une dactylo gagne 2.000 francs par jour, et un ouvrie'r spécialisé, 100.000 francs par moi,.. Mais le prix de la vie est tel que les quatre cin'quièmes de ces som~es sont absoTbés par la nourri· ture. Celle.-ci participe encore au rationnement du temps de guerre ou aux privations dont l'Angleterre, par eJoemple, continue de souffrir : peu de. beurre, presque pas de ~ait. pas d'oeufs pour le breaJ(fast, du pain brun, de la viandle u,ne lois la semai'ne. La Terre promise est, pour le présent, la Terre de l'aus • térité. ' Le chômage est énorme, Le tiers au moins des arrivants récents est san.s emploi. _ Nous avons toujours exigé le droit parmi les pays qui ont cOt1l.!l"is que leur mar· U.S.A., qui ne suffisent plus à financer les LA VOIX DES JUIFS ROUMAINS pour les réfilgiés pacifiques al'aoos de che au socialisme n'est, tout compte fait, réel- industries nouvene,. et l'immigration. (DE ROUMANIE) revenir dans le pays. Nous l'avons lié IClllent garantie que par leur union, de Tirana Le magazine Paris.Match du 13-8 lublie le Nous trouvons l'information 'suivlnle dans avec notre réclamation que dans la par· à Pékin et de PI'ague à Moscou? début d'un long reportage de Raymond Car· La Nation roumaine du 15-7 : tie arabe de la Palel:- line soi,t créé un Etat tier, ,do,nt nOlis extrayons des indications qui M. Serban Leibovici, député et secr,étaire démocratique, indépendant, arabe qui LES SYMPTOMES DU MAL montrent assez que l'on retrouve en Israël général du Comité die la Fédération des Comserait lié avec Isrr'aël par une union éco- Voici des faits qui illustrent l'observation désonmais les pires caractéristiques du mal munautés juives, a pri,s la parole, le 11 juillet nomique et par un traité d'arni~ié ; üans ci--desslls. Les Echos du 27-7 définissent ainsi «occidental)l: dernier, au cours d'une réunion dudit Comi:';;' le oedoe d'UM ~lie ~ul0n domoom~--------------------------------------~ M.Lelli~ki ~~t ~"é ~d~ «rt~ns que, la question des réfugiés aurait cessé , 3 6 3 00 FRA N· C S journalistes juifs anglais et américains qui ré· d'être un instrument d'i.ntrigues étran- . .......... pandra·ient à l'étranger des calomnies &ur ~e 'gères. 11 es,t camcléristique que lorsque régime actuel de la Roumanie et en partinous avonl:-' proposé, il y a un ans, de A l ' L ER _ RETOU R POUR 1 SRA EL culier sur la situation des Juifs de Roumanie. proclamer le droit des réfugiés araùes ' « Les Juifs jouissent dans ce pays d-e tous pacifiques à leur relour comme élétment les droits et de toutes lés facilités de trava,jJ », d'une entente démocratique en~re Juifs el par le poquebot moderne sis MARE LIGURE a déclaré l'orateur. 'Arabes, loe: po.rlis de la majorité nous QUI A COMMENCE SON SERVICE REGULIER M. Leibovici s'est également élevé contre iO'Il~ ,p.r-esque dùo,oncos comme tratLres. DE MARSE 1 LLE l'émigration ~n Pale.tine. « Les Juifs de Rou- Maintenant, lorsque l'Amérique le l'écla- manie, a-t-il déclaré, n'ont rien à chercher me, on admet le retour des réfugiés ara- DATES DE DEPART _ MARSEILLE : en Israë.l où ne les attendent que le chôbas' el le gouvernement déclare qu'il eSlt 31 août, 14 et 28 septembre mage et la misère ». prêt il. les accLleillir. D'ap,rès noire projet d'il y a un an, le retour des rétfugiés PRIX : arabès pouvait être u.n acte de bonne MARSEiLLE _ HAIFA Première classe - .. - Cla~se Cabine A .". Clasl'e Cabine B ••• , T'oisième classe .,., 89,100 59.400 49.500 36.300 FrS Frs Frs Frs volonté de la parl d'Isi'4ël SUl' la voie de l'amitié judéo-aralbe ; mainlenanl cela de-' Aller-Retour vient un acte imposé par le gOllvemement amédcain, ayant pour Lut d'asservir économiquement aussi Lien les Etats arabes qu'Israël. '5l Commcnt, d'après vous, l;smël peutti1J il se défendre contr.c la ll'T"ession q(! l'impéria:lisme américa-in ? - Nous sommes aujourd'hui un Etat ind6pendant et nous sommes en mesure de rejetcr-, toutes Ics exigences amériCa. ine~:. Il est 'évident que notre résistanco ne peut l'oussir que s i elle s'o.ppuie sur l"aide des amis sincères de notre indépendance, c'e,st.-à-dire en premier lieu sur l'.aidCl de l'l.lnion SoviétiCfue et des démocralies poulaires. Noue n'avons pas la IrIoindre confiance que le gouvernement asctw~1 d'Israël arrive l'a à. opposer une resistance efficace aux exigences de l'im· périalisme améhçain. La composition du gouvernemenl - sociaux-démocrates de . ,droite (MAPAI),' front religieux, petits partis bourgeois ~ détermine à J'avance sa ligne poillique de soumission à la politique des Etals-Unis. C'est pourquoi nous menons une Julle J:opposilion irl'Muolible à la politique du gouverncmc:nl {lanl:-' le Parlement et en dehürs dru Parlement. La lutte pour l'indépendançe d'IHMI est liée à la lutte pou.r la paix, comme le fait d'entralner Israël NOURRITURE KACHERE SUR DEMANDE .:..... __ Renseignements et inscriptions dans ' toutes Agences de Voyages ___ -:. ........ AGENTS GENERAUX : " POlORBIS " 23, rue ' Taitbout PARIS (9C ) Tét TAI. 89-40, 89.41 "nOYO OUTR(M(R" 3, rue d·es Mathurins PARIS (9") Tél. OPE. 98- 1 0, 87 -33 POUR ENVOYER VOS BAGAGES ET MARCHANDISES ADRESSEZ-VOUS A L'AGENCE ~ \'~ Membre de l.A.T.A. , 10. rue de la Chaussée-d'Antin P À RIS (9C )Tél , : PRO 12-56 et PRO 53-78 seule agence' possédant ses propres bureaux à HAIFFA,JERUSALEM, TEL-AVIV qui vous donneront toute leur assistance CORRESPONl)ANT A MA R SEI L L E • ~ li ( ?, LA VOIX DES JUIFS ALGERIENS (D'ALGERIE) Laissons la parole, pOUl' conclure, ù M. William Spol,tisse Qui tennine ainsi, dans La Liberté (d'Alger), du 28-7, un arlicle consacré ù Israël; il répond il ceux pOUl' qui l'approbation de la création de l'Etat d'Israël devrait comporter l'a'p'[lui politique des socialistes de droile de Tel-Aviv : C ... la signiIiè-t_il que nous approuvions la politique américaine de Ben Gourion? La politique qui contraint d'ériormes masse. d'ouvriers à la grève? La politique de réprèssion de,. , travailleurs ?"d'encouragement aux ' gros industriels? La politique de cession de& ressources du pays et de ses positions stratégiques à l'impérialisme? Cela signifie-t·il surtout que nous consid&. rions comme une solution, en At'gérie, l'en .. voi des Juifs dans les camps de la faim israëliens? L'avenir des A~gé.riens, de quelq,ue origine qu'i,h soient, se .tro.u've · en AJgérie. ,Ce. n'est pas trop ·de touLes leurs forces réunies pour arracher le pays à la pieuvre colonialiste et conquérir la libération nationale. Lé,. Juifs d'Algérie 'colTlbat1ent déjà et combattront toujours plus na.mbreux à côté de toua le. autres Algérien& pour la liberté de notre,peupie et sa grandeur. Et cn lutllnt ainsi, avec leurs frères, non de race, mais de classe, ils sel'viront finalement la cause de la dé'1l1x:ratie véritable en Israël (économique autant que !)olitiquc), à condition q\I'[sraël ne travaille plS à sa prOPI"e perte en liant son sort à celui de l'enl1emi commun de tous les opprimés ", , • . DROIT ET LlBERTE . ______________ 1 07 Septembre'19-49. - N" 3't (102t: D'·UNE SEMAINE A L'AUTRE . •• • ÉTATS-UNIS Pratiquer la discrimination ra· ei.lle, n'eSt-ee pas, de la p.~rt de luifs, justirler la discrimination antisémite? C'.est pourtant ce. que Iont les dirigeantS de" ' certains services . sociaux juifs des Etats-Unis, qui se refusent, tout comme leurs collè~ ues de plusieurs servic.es sociaux « aryens J, à employer des Noirs· Ces méthodes sont dénOllcées dans une brochure que vient de publier le Synfficat des employés des serviëes sociaux (C.I.O.). Howard Fout, le grand écrivain pr,ogressiste a obtenu le Prix du meilleur roman décerné par le Jewi .. h Book Council, pour son ~uvre : « Mes Frè~ glorieux ». Le ..uperintendant des écoles de New.York, M. William Jansen, a décidé que le joumal progressiste « The Nation » serait banni des bibliothèqnes universitai,'es pour une

lJln~ encore. Selon lui, ce journal

· se serait livré à des attaque .. co.ntre la religion, lesquelles ne sont pas précisées. • GRÈCE Continuant la lutte déj-l menée vaillamment contre le fascisme italien et allemand, les Juifs de Grèce, aujourd'hui encore, versent leur · sang pour la liberté, dans les rangs des patriotes. Chrysso'llla Foulos, jeune fille juive, condamnée à mort pllr la cour martiale de Volos, vient d 'être exécutée par les mercenaÎres de TsaldaTis. Son « crime » est d 'avoir 'combattu avec les partisans. Avec elle a été condamné, également à la peine capitale, Er~Y Garnis. Il attend la mort dans les ~eûles monarcho·fascistes. On est s.~ns. nouvelles de lui. . Quelques jours plus tard, le même tribunal condamnait' :\ la prison à vie Samuel et Léon Cohen, « cou- · pables » de relations avec les « rebelles l). • • ANGLETERRE Le président du Conseil Municipa:] de Londres a mis à la dposition de Sir Oswald Mosley, chef des fascistes et antisémites britanni lues - pour y tenir un meeting - le local d'une synagogue apparteJlant à la municipalité londonienne. Protégés par la police, les sbires de Mos'Iey voulaient organiser une manifestation antisémite à Lewisham, dans le district du sud de Londres. Ils compfaient sans 'Ia réaction vigoureU6e des démocnltes qu.i, à l'aide de projectiles divers, les ont Iorcés à déguerpir. Sous prétexte de « ne pas faire · de politK)ue D, la Jewish Society de l'Université d'Oxford a refusé de participer à un Comité d 'action an- · tifascistt. • CANADA Ua rapport pub.lié par M. Saul Hayes, directeur de l'Exécutif du ConJ.!rès juil canadien reconnait que les Juifs, au Canada, « éprouvent q~lqudoi. de. diffic·ultés pour · Jouer ou acheter une maison " que d;lIls les h,îtels des lieux de villégiature, la discrimination il l'égard des Juils est couramment pratiq\lée, de .même que dans les sociétés et duos d'hommes d 'affaires., Pour « justilier J ces méthodes, l'auteur du r:lpPol-t souligne qu'on en observe .Ie semblables aux Etôlts-Unis. • ARGENTINE • Si vou. avez des J ... ifa et de. -rat., tuez 1.,. Juifa d'abonl » : ainsi s'c"prinllient les tracts distribués n!Cellll11ent à Buenos·Aires par les Jôlsc:it'tes de l'AIi_za Libertadora NacionaJista. Cette ligu.e est partin: liérement 01 cl ive dans le faubourg allem'Hltl de Bel~ano. • INDE Elle .. deux mille _.. dit-tm, la ~ommunauté juive de Cochin, aux Intk."S. Une cérémonie a manltM! la célébmtion de son anniversaire, d:\I1s la syl1al!0gue locale, ~n5truiï'e il y a .,UrotT t'cnts ans. Le mahara ljah y assistait. DANS LE MÊME CAMP QUE LES BOURREAUX NAltS Les menteurs démasqués-- C'est avec un sentiment de stupéfaction et d"indignati&n que la population juive de l'Alsace a a.ppri$ la nouvelle que le Consîstoire israélite du Bas-Rhin et le.c; diri.geants de la Communauté de Strasbourg avaient orgcunisé le 4 août 1949 un Office solennel il l'oc· casion du Conseil de l'Europe. A l'heu.·e méme où les nazis redeviennent maîtres de l'Allemagne occidentale lm' organisant de npuveauz pogroms, ou le « Stuermer » reparaît à nouveau - et tout cela par Ùl volonté des initiateilTs de ce Conseil de ' l'Europe, qui s'oepprête d'ailleurs à recevoir à StrasbOurg des déléguévde l'ALlemagne néo-hiUé."ienne - le geste des dirigeants de Ùl Communauté israélite de StrasOyUrg apparaîtra à toute la populatwn juive de France comme une insulte à Ùl mémoire de victimes de l'hitlérisme. La presse réactionnaire juive, dans son secteur' déterminé, se joint au conoort de calo m nie s antisoviéliquCéS, dont la vIolence s'eSl\, accrue, ces temps' derniers. avec l'accentualion des a.etivités des fauteurs de guerre. Tous ces' jom'naux malhonnêtes se sont atlir~ de cinglants démentis, qui ridiculisent lew's tentatives. Le 18 août, les milieux autorisés. de Bilcaroot . qualjfiaient d'absurdes les"""\; rapports " pl'étendant que les membres des gl'oupemcnts sionistes l"Oumams auraient été mis dans l'obligation de quitter certaines villes. H Le fait que à Buca7'est, est.,.il souligné, tous ' les" leiUlers sionistes locaux sont actuellement réunis prouve le ridicule de ces H rap· ponts ". D'aulr'e pa.rt, l'A.T.J. mande de WashingLon : H Un porteparole de l'Ambassade Soviétique à Washington a déclaré que la nouveUe sewn laquelle les Juifs de Bukovine el d~ Bessarabie étaient envoyés dans les camps de concentra" tion en' Arctique était aussi imaginaire q'Ue de nombreuses histoires du même genre ". Il est douteux que les plumitifs en mal d'antisoviétisme s'e le tiennent pour dit. Pour peu qU'OIl leur donne un canevas, ils ont une riche imagination. Aussi la section du M.R.A.P. de StrasbOurg a-t-elle élevé une protestation qui a été, croyons-nous, unanimement approuvée. L'affaire O"/ivèr ·Twist-à Metz (D'un corre.c;ponJan! particulier.) protestation contre le po!rome de Munich En appel. l'Association des Anciens Combattants Juifs a été déboutée de sa plainte contre le Cinéma Vox, de Metz, qui avait· projeté Les événements tragiques de Munich ont provoqué une vive émvtion dans la population juive de France. Aussi le meeting convoqué le vendredi 19 août par rU.J.R.E. et autres organisations démocratiques juives à la salle Lancry pour protester contre la renaissance d'une Allemagne néo-hitlérienne a-t-il remporté un succès considérable. le film antisémite « Oliver T UJis! ». Les avocals du Cinéma-Vox Berlin, à Roanne, en nie. , Casab lan~, Reim.s, Suède et en Rouma· Devant une salle archi-comble, MM. Vilner, secrétaire général de rU.J.R.E., Spector, représentant l'Union des Sociétés Juives, Alfred Besserman, de la Commission Intersyndicale, A. Sébilie,' du Secours Popuillire, A. Smulewesz, au nom des Juifs polonais, et G. Koenig, rédacteur en chef de « La Presse NoUvelle », ont eXRrimé l'indigna- . tion générale devant le rétablissement d'une Allemagne fasciste protégée par les puissances impérialistes et les socialistes de droite et qui fait peser une nouvelle et terrible menace sur les peuples pacifiques . et les Juifs en particulier. Plusieurs lettres et télégrammes de personnes absentes de Paris ont été lus et une motion de protestation fut adoptée. Me8 Moppert, ReboUJ'set et Gutton. dans leurs plaidoiries, non seuolement s'eHor'cèrent de minimiser le cwraclère antisémite du film en queslion, m:tis encore se livr:èrent à de viles wtLaques cont.re les Anciens eomballanLs, il. qui Mo MOpp-eli l'Cprocha de n'être H pas Français ". Pour Me Gution, interdire la projection d'un fibn anlisémile, ce se· rait porter atteinte à la liberté de pem;ée ! Pour Me Rault, qui l'€Ipréserlle les Auteurs et Compositeurs, le film n'est pas antisémite! . Puis les avocals de la d€fense, M" Kre-iner et lIosenels, de Metz el. M" Blu,met, (lu oorreau de Paris, répond irenl. point l}8r point à ces propos. Me B1umel montra que, intentionn'ellement ou non, le perwp.nage de Fagin, héros principal de la seeonde partie 'du film. a été affublé d'un nez crochu et d'un accent que Dickens n'avait aucunement marquélS dans son oeuvre. Me Blumel ne ronleste pas la qualil.é H Oliver Tw.ist " : ce film en est d'aulant plus dangereux. Il 'souligna qu' H Oliver Twist l) a déjà été interdit en zone britannique d'Allemagne, il. JISRA E Un conseil d'amis qui, jouissant de pouvoirs étendus, font rég.ner la terreur sur ks populations laborieuses. ••. et démocrates M. Haim Greenberg, chef du Labor Zionist d 'Amérique et chef du département de l'éducation de l'Agence juive, s'es.t ionguement entretenu, à Tel Aviv, avec les dirigeNlts de la Des Arabes habitant la Galilée oc- Histadruth (C.G.T.). cidentale, QUi n'avaient jamais porté Il 1 ' 11 ' )' avec ,'o5"'s- les arlTles contre Israël, ont été élreur a « conse, e , rêtés en masse et conSidérés comme tance de se retirer de la Fédération prisonniers de guerre. Parmi eux fiSyndicale Mondiale. gurent notamme.nt 75 démocrates Son argument? Le fait d'y de': qui avaient combattu les envahismeurer après le retrait du C. 1. O.: . ~èU(s étràngers. américain et d ~ s T. U. C. a'lglais 19 iIOt·res démocrates dont Salim f( Fourrait, a-til·. souligne, selon i'A: . Ei- Qua.em, secrétaire' du Congrès T.J ., être mal interprété par les des Syndicats Arabes délégué à la ~""s (sic) d:lsraël en Amérique, et F.S.M., et Hassan Yehia Abu' Isheh, pourYait ~mener des conséquences lY'.embre du Comité centraJ de la Lipolitiques indési:able" de la ·part des gue de Libération Nationale avaient Et~ts-Uni. D. été arrêtés par les forces ~gyptienLes plans de Ben Co"rion c L'attitude de Ben Courion laisse prévoir "instauration de mesures tendant à 6upprimer les partis de ,~uch., » il déclaré Israël Galili, éInClen comma·ndant en chef de la Haganah, à lI.'l meeting 01 ganisé par le M.A.P.A.M. à Tel Aviv Arabes riches et pauvres ••• 95.000 Arabes vivent actuellement .en Israël,révèle un récent rapport. " leur est interdit d'aller d'lI.'l€ ville à l'autre sans permis des autorités militaires. Pour se déplacer, ils doivent, en outre, payer une cwtion de 200 Ilvres. Dans certaines villes (Acre , Jaffa, Majdal, Lydda, Ramleh) des quar· tiers spéciaux sont réservés aux Arabes. Seuls les riches privilégiés peuvent habiter en dehors. Dans les villages, les autorités mi~ litaires 'ont flommé aux postes de « chefs D des Arabes qui ont coll-aboré avec: les ennemis d' Israët, et nes. T ambés aux mains des forces israé~iennes, ils sont éga lernent considérés comme prÎsonnie.-s de guerre. Pour la paix Le célèbre poète et critique israélien Yakov Fichm·an, préside.nt de l'Association des Ecrivains Hebraï": ques, s'est joint au Comité créé sous le patronage du Congrès Mondial des Partisans de la Paix. Augmentations ••• En raison de l'actuelle élugmentatia.' l de la criminalité, le gouver.nement a décidé d'augmenter les effect ifs de la police, pH"ticul ièrement dans les régions fortement peuplées (A.T.J.)' A l'Univer~ité de Jérusalem La Faculté de Droit de l'Université Hébraïque de Jérusalem commencera à fonctionner au début de l'année scolaire, ainsi QUe le Départeme.' lt des Etudes économiques et soc~ales. En venu de la décision du tribunal, et malgJ'é l'indignn,tion de \.{lus les démocrates le film antisém ite peut, de nouveau, Nre projeté il. Metz. "Pas de Juifs e he z nous ••. " Le rabbin Abrahan. L. Feinberg. de Toronto (Canada), de passage à Paris, a révélé que plusieurs pays cc ne craignent pas de pratiquer officiellement une discrimination contre les Juifs dans le choix de leurs immigrants. )J D'après de:; documents de 1'1. R. O. (Organisation Internationale des Réfugiés) il a pu, en effet, constater que le Canada, par exemple, demamie des ialfirmières et d.e§ domestiques, mais spécifie : cc ni juivt?s, ni arméniennes )J. La Grande-Bretagne dema:nde des ouvriers d 'usine et des oomestiques et spécifie également cc pas de Juifs ' ". Le Brésil et le Chili prati,quent une politique similaire. . Plaie « occidentale » 23.000 à ' 24·000 ouvriers sont actuellement inSCrits dans les bureaux de placement en Israël a révélé Mme G. Meyerson, mini;tre du TTavail . Ces ouvriers n'obtiennent du trava il que de temps en temps. Mme MeyersC\r1 a préCise que, d'ici la fin de l'année, leur nombre s'élèverait à 55.000. LA VIE ÉCONOMIQUE C'~st auz ~tats-Un'is qu'Israël achete le plus. Les marchandises venant des Etats-Unis représentent 2! %. du . total des importations à Israel. VIent ensuite la GrandeBretagne avec Il,3 %. .A u cours des onze derniers mois des capitaux étrangers s'élevant à plus de.42 millions de livres ont été lmpc;n:tes en Israël. La plupart sont américmns . . -- Le gouvernement d'Israël annonce qu'il remettra lui-même en marche la ra/linerie de Haï/fa si l~~ .propriétaires ne l'onf pas fait à let trois .. mois. Il n'est toutefois pas questIOn d'exproprier la société possedante ni de dénoncer les accord$ qui étaient en vigueur lors du mandat anglais. La remiSe en marche àti! usines de potasse de la mer Morte est imminente, annoncent les dirigeants de la Palestine POÛlsh Corporation. La ligne de chemin de fer JéruIfalem- Tel Aviv a été réouverte il la circulation. Les services gouvernementaux de Tel Aviv ont annoncé qu'Israël compte actuellement 940.000 habitanu. POLOGNE Vingt miUions de zlotys ont été avancés par le ministère de la Re construction pour que soit relJ.itie la synagogue du faubourg ' Pmgua, de Vaf'SOvie. Cette synagogue, qui datait d 'il y a ù.eux cents ans, avait été détruite par les nazis. Les dix a utres millions de zlotys nécessaires à sa reconstruction seront recueillis par la . Congré~ation Religieuse Juive de Pologne et le Comité Cen trOll Juif. . .. . . Le principal journal de Ktlovice, « Dziennik Zachedni », rend . hom mage aux mineurs et technide}1S juifs de Basse Silésie qui ont dou blé le rendement stmltiard de la mine. D'autre Rart, un groupe de fermiers juifs de la région a dépasSé de 225 % la production norm .. le. Plus de 8_000 tOftDes de produits polonais, comprenant de la nourri ture et des machines ~lgricoles ont été exportées par la Pologne en Israët 70 tonnes de volailles réfrigérées, égorgées selon les lois de la " kachrut II viennent d'être embàrquées dans le POI-t de Stettin pour Tel·Aviv. Une autre livraison 'de SO tonnes doit suivre d 'ici peu. . Douze étudiants juifs, diplômés cette année dans diverses Universités de Pologne, ont reçu du Comité Central des Juifs 'Polonais un prix de 10.0ù0 zlotys. • HONGRIE La nouvelle Constitution hongroise punit comme acte criminel la discrimination raciale et rd~. gieuse. • BULGARIE lhe ancienne pièce de monnaie juive, datant de 13S avant J.-C., et qu'on croit êke la seule du genre dans les Balkans, a été d écouverte dans la petite ville de Kazanlak. « La Rue Voiüne », fi·lm polonais sur la luite des habitants du Ghetto de Va"sovie contre les brutes naZIes, fait salle comble chaque soir, à Sofia. • ROUMANIE La population juive hlborieuse participe activem.ent ,1 l'oeuvre de construction du socialisme, en Roumanie. 13.000 Juifs qui aVllient les occupations improductives ou incertaines, ont été, çelte .mnée, intégrés dans la production. 1.588 artisans (tailletlrs, cordonniers, selliers, horlogers et ferblantiers) ont constitué 23 coopùatives. Par ce nouveau mode de travail, ks artisan6, associés de leur propre gré, peuvent travailler dans des ateliers modernes, utiliser les techniques nouvelles et augmenter la quantité et la qualité Je leurs produitti. Merc~naâres d'A.ntonesco, le colonel Negruzzi et le lieutenant Fonescu avaient tué, sous l'occup:ltion, les cinquante Juifs h'lbitant la ville de Hancesti (Moldavie). Le trioumll »Qpulaire tle Bucarest a cond tlllné aux traVlUX IOTcés ~ vie ces ""'imine!s de guerre. Lôl Cour Suprême de Justice roumaine a conlirmé 1tS sentences. • ÉGYPTE « Le. dé-}ils d'opinion en Egypte, aont jugés pa.. le" tribunaux onlinai........ confonnément au droit commun... Le" prévenus inculpé. de comm .... is_ -",nt jucéa par de. COUn martiales, en vertu de la lei établÏKant l'état de sièce ». Ce tableau accôlblôlnt de la .. justice l) égyptienne a été hlit par le premier mini"tre Sirry Pacha en I)erson ne, d.ms s.~ ré.ponse :1 un tél~ gl'a mnle de l'Association Internationale des Juri5tes Démocrates demandant le respect des Droit~ de J'Homme en Egypte. # SANS COMMENTAIRES_ •• Un hebdomadaire dE' Tel Avn, donne rinforftl.ltion suivante : fi Le !rénérà( américain Harris et IOn second Creen ont été Invités par le louvemement d"", r~ël à procéder à la léo,ganis~hon de "Armée d'I~raël (Ha,ana) Sur let Mfmes "ases que l'armée améric.aÎ..e. 1 1( Le général Harris et SOli Comp~gnon le trouvent déjà en Israël de,ui. cinq sernaine.. lt

,-~ 1949. - .... 1 .. (.()l~--------------- DROIT ET LtBatTE ,

1: . P OURSUIV ANT notre promenade dans les quartiers sep hara. des (1), nous nous sommes retrouvés,.. rue Sedaine, dans ce vieux coin du XI" arrondissement où l'()n aime bavarder et 'jouer une partie de jacquet ou de ,poker devant l'inévitable · raki. Les Sephardis ne vivent pas en vase clos, leur existence sans secret pour personne coule au travers des jours heureux et des jours malheureux, comme t'eau limpide de l'-oasis qui nargue le désert. D'aucuns prétendent que la communauté sépharade est « fermée n, Pour ma part, j'ai -constaté qU"en 'dsc cntêlant aux Sepha:rdis, on apprend à · les connaître et les fameuses « différences » di.spar.ais( II) lUNE ENQUÊTE DE IRAPH , FEIGELSON a vu fleurir des colonies juives leur.·passé religieux et profane 14 -juillet , sur les bords de la Méditerranée. ils ont redécouvert chez eux I~ Un troisième interlocuteur pensée grecque et la communi- . En France, si beaucoup de nos affirme que beaucoup de Sephar- quent à leur tour au moode amis sont des immig-rés des dis ne, descendent pas des Hé- chrétie~, ' Les phi~osophes, juifs pays où les avait chassés l'in. breux; ils seraient arrivés en cherchent à concilier la bible qUlsttion .espagnole - Tur.quie, Grèce, en Turquie, dans les Bal- avec Aristote et Platon' du tra- Ralkans, Grèce ,etc, ...:.- il veut k-ans ,ou en Afrique du Nord , de ditiooalisme de Juda "Halevy aussi des èe moment-là de fortes l"Espagne où ils auraient' eu ils passent au rational,isme d~ c?.mmuna'!tés s.epharades. A la pour aïeux les Wisigoth~, con- IHaimonide,pour aboutir.au mys- f,n de 1 ancien - régime, .nous v:rtis au judaïsme dans les pre- ticisme de la Cabbale. ' trouvons à ' Bayonne, ~ ·BGr- .... m/ers temps de l'ère chrétienne. ' ·deaux', ~es « juifs portugais It MaiS , ~I déclare, aussitôt que L'~i.itio~ '1'~iI ().ln Mudlt de ·tout li l'heure ,me sent ... beaucoup d" eskenazis descen- . J" précise -qu'ils · prétenda-ient des- . dent de ces Sephardis. MaiS a.ux XIVe et XVo siècles, cendre des membres de la tribu . On dit que le J uifsepharâi est 1:lui ne-Ials'se pas 'placer .. un mot,. , _ La famille POlner. - par . réappar~lsse.ot les persécutions. d,~ Juda enlevés '. de Jérusalem têtu, que son esprit de contra- évoque sa Bulgane natale. ex~mple. Ce 'sont des Sep!tardis , Dès l.e .dé.but.de leur règne, Isa- par fNabuchodonosor avant la dictiQl(l l'entraine parfois dans U~ ande rte . ur .n....... dont les ancêtres, chassés d'Es. bel~e~t Ferdmand le Catholi~ue captiv;itéde Babylone et dépordes situations embarrassantes ; .gr pe po ~-- pagne, se sont installés en Pos- prenn~nt des mesures vexatoires tés Cil , Espag-ne). Des « lettl"es- ' brave homme, il est contrariant _ Je suis né dans un f~u. aanie. contre les Juifs qui sont parqués patcntes ':' (1)) -leur étaient ae- ·à l'extrême. Akim, un con fec- bourg 'de Sofia, dans le qùartier . récou~ sans mot dire. car .dans .~es « juderias )1 (3) et en cordées depuis !fi50 et renouve· tionneur de ling'C de maison, me de Cogoourtu., Lorsque j'étais tout lerli (2) que je SUtS, il me leur dmposant le port de ,.Ia lées sous chaque règne malgré l'acontait que çlans son pays gosse, j'ai connu Gueorgui Di. prouverait bientôt - par amitié! rouelle. ~ prétexbe : soustraire des périodes de persécutions et d'origine, un sephardi se refuse mitrov.... Nous formions . des - que jé suis en réalité un Se- à leur IOfluenc~ les Maran~s t!!ex.propriation. · . à parlcr la langue courante p.our bandes d'enfants, pauvres et in. phardi, D'ailleurs' peu importe (no~v~aux: chrét~ens descendant C'est la Révolution française rester fidèle à son vieux dialeètc soudants. fiueorgui est parti en une origine qui remonte aux dé- de JUIfs convertis de force lors qui émancipa oes communautés~ espagnol, mais ici ou dans n'im- apprentissage dans une imprime~ buts de l'Histoire, Ce n'est pas des massacr~s .de 1391 e,t qui, Par un décret d~ 28 janvier porte quel autre pays, il met lm rie.... misère des années... il la généalog-ie qui nous intéresse dans leur l:n~Jonté, en ~rattqual1t l 'T90, l'Assemblre oonstituante point d'honneur à converser entra dans le mouvement révo- ici. mais d'élargir notre con- un c~tho~lclsme ex:téneur, ac- fait des « citoyens actifs :. des dans sa langue nationale : tur- lutionnaÏf'e ... le procès de Leip- naissance , compltss~lent e~ secret les rites juifs de Bordeaux, Bayonne et que, bulgare, grecque, etc .. , zig où d'accusé il se fit accusa. de la fOI mosa~que), E~ 1480, Avignon (cette mesure fut éten- Son caractère est fait d 'opposi- teur du fascisme ... oui. c'était Clarté. et persécutÏiOns Isabelle et Ferdmand obttennent due à tous les Juifs le 13 notions

à la fois courageux et un homme! Estimé même de Bref, nous en sommes à l'Es- du pape Sixte IV l'introduction vembre 1791).

prudent. généreux et égolste, ses ' adversaires, .. un grand ami pagne d'autrefois où la grande d'une juridiction ex:traordinaire Même ceux dont les conn3isdéb@ rdant d'espérance et fata- des Juifs. ' époque de l'histoire des Juifs et spéciale, l'Inquisition, qui s~nces historiques sont réduites liste, contradictions qu.i ne per- sous la direction dll confesseur S2V 1ent ce que la Révolution a mettent pas de saisir sur le vif de la reine, Torquemada, com- fait pour les Juifs et les noms la véritable personnalité des Se.- Q1ença son oeuvre de terreur et d~' l'abbé Grégoire, de Robesphardis , Mais de fréquent!? rap- de destruction. pierre, de Mirabeau, etc., sont Ports, en les faisant ml 'eux con- M ' • con 11'1.1 S non par les é 't d ' ais c est, après la reconquête' r Cl s es naitre, montrent le néant des qUi prend fm le -2 J'anvier 1492 rr.' anuels d'hl'stOl' ·r e , mal'S comme fauss.n" s différence"" , par la prise de Gren.ade que les des précli r seu rs des l1'b e rt és Des v:sites dans les magasins souverains songent, pour r~ali- c!'aujourd'hui. et les ft yers de la rue Scdaine ser l'unité de la foi dans le Les Sephardis de vieille souet de la rue Popincourt m'ont royaume uni, à se débarrasser che française les vénèrent comme fait rencontrer des hommes dé- des Juifs. Prétextant une entente de!. libérateurs, et les émigrés pourvus d'hostilité et même des secrète des Juifs avec' Ies Mau- ~e Turq~ie, de Bulgarie, de àmis dont la 'vie quotidienne est Grèce vOient en eux les revolucelte de tous les hommes res pour ('enverser par la vio- tionnaires qui ont fait éclate' r \ ' lence la monarchie d'Espagne compte tenu de la condition so- par un édit signé à l' Alhambr~ sll;, 'I'Europe le tonnérre d", la ciale ' de chacun _ du grossiste ~ 31 mars 1492. les rois catho- li!)erté. Là aussi, d·ailleuIs. - les en ling'e de maison ail t· avail, hques décident l'exil de tous les prétendues différenoes entre Seleur manuel. • Juifs d'Espagne, sous peine de phardis et Eskenazis s'effon- Les avatars du « Bosphore » mort et avant la fin juillet. Isaac drent, Et pour l'anniversaire du Abravanel nous a laissé un récit 14 juillet, symbole des conquêtes Enfin, au « Bosphore li, da~s de ce triste épisode: révolutionnaires et début triomun cadre ori.ental, le maltre de . ~hant d'un~ ère nouvelle de juscéans, Albert, m'a conté avec « Et moi je me trouvais dans tlçe et de hberté, ils se sont reune vcrve intarissable tant d'his- le,.palais royal, je me suis fati~ué trouvés pour célébrer dans cette toires qu'il m'était difficile d'en- d Implorer, ma gorge en devint journée la marche vers la « Dédiguer le flot de ses ' paroles endolorie tant je parlai au roi, claration dies Droits de l'horn- « parfois contrariantes li. com- Pa! trois fois je le suppliai : de me " et la victoire révolutionme il le reconnaît lui-même : ,. grace, Sire, pourquoi agir ainsi naire ..... Le « Bosphore» existe de. avec vos serviteurs? Augmentez - Pour nous, Juifs, déctare puis un quart de siècle ; avant Au comptoir du « Botphore ,.. nos contributions, demandez- l'un de mes interlocuteurs, le 14 c'était notre synagogue, mais nous beaucoup d'or et ,d'argent, juiUet, ce' R'est pas seuiement la on cherchait des locaux plus Souvenirs, Luttes et victoires, commence avec l'élévation de car tout ce qu'un juif possède il prise de la Bastille, c'est la Qp' • . vastes. En .192(;, Rothschild a En ' Bulgarie, la démocratie po- ' Hasdaï ibn Chaprout au rang de~e donnerait pour son pays. » \,'olution tout entière avec ce que voulu nous donner de l'argent, pulaire réserve aux Juifs une ministre d'Abdul ~ahman III au Anciennes oommunautés -nous .Iui devons. Et nous commais notre président, décédé de. entière liberté et punit toute veI- X· siècle, Ce [ut une période de prenons d'autant plus la valeur 'puis, M. Rosanès, a refusé, car léité d'antisémitisme; la Cons- tolérance jusqu'au jour où sous Tous, durent s'exiler, depuis de cette liberté qu'tlle ~t menous entendons ne rien devoir à titution ne reconnaît aucune dif- prétex:te de différences rcligieu- le,; artisans. les employés de nacëe par les réactionnaires anti. personn'e. Enfin nous avons féreoce en~re les citoyens , et ses , les Musulmans massacrèrent l'a?ministration royale jus- sémites. Les nazis ont à la leis trouvé un local rue Popin-court. « toute excitation d'hostilité ra- les Juifs. , ql! aux commerçants et aux tenté d'exterminer les juiJs et Pendant la guerre. le « Bos. ciale, nationale et religieuse est · Mais la reconquête p~r les . hauts dignitaires, Et les derniers de rayer le 14 juillet de l'His. l'bore » était réServé àux Jui,fs punie par la loi ». Contrairement 'chrétiens fait apparaitre une pé- juifs quittèrent l'Espag-ne (4-), toiro. ot ... aux rafles. J'ai acheté le à une propa~ande mensongère, l'iode d'humanité, « une clarté avec l'autorisa'tion de tout em- Oui, en célébrant le 14 juilt.et, fCharles, "? J'e~trant. d'Allemagne l'Etat populaire n'empêche pas dans la nuit li, où. s'illustrent des perter sauf ce qui était empOt'- nous avons lutté contre le raou J etau prlsonmer, et je l'ai les . Juifs d'immigrer en Israël: poète~, ~e~ ph~l~sophes, des ' ta~le comme les bijoux, ' la mon- cisme. 'Et" les Sephardis qui, transformé. " les récentes félicitations' du mathemahçlens JUifs: Bahya, . nale, le 2 aOllt - un sursis de nous l'avons, vu, ont appuyé E ' Gouvernement de Tel-Aviv aux Ibn Guebirol; Haramban, Levi deux: J'ours ayant été acc~~dé par l'action du M,R,A,P., se sont t~ ,~, Il me montre avec Ot'C...Y ueil autorités bulgares en sont la B engerson, Don Isaac Abrava. Ferdinand _ qui cett&'" année re ti'Oéuv' sle "l,' J' UI' li et sous son JI; décor de style l'udéo-oriental '- , '..1_ • P reuve. nel, etc, C'est à cette époque correspondait au 9 ab ann'Iver- eglll\.: pour commemorer cette qcluiie nptsr.é side au délasse.m ent des - La mort de Dimitrov est qu'un juif de Majorquc, Abra· saire de la ruine du Te-mple et grand e 'lo urné e et pour 1a conune grande nerte non seulement ham Cresquos, édite, en 1375, de la destruction de l'Êtat de tinuer dans le combat des forces _ J'avais ~rganisé des soi. ... d ' d l'b é dl' P our mon pays, mais aussi pour « L'Atlas Catalan ", J'une des JJldée, Ils émiO'rèrent en Tur- e paIx et e 1 ert, ont a rées .oriontales, et des artistes y nous, Juifs, qui rurdons un de plus anciennes planisphènPs qui quie dont le su"l tan B.aJ7et I~llr VI' C( Ol,l 'oC, (lUI. b arre' ra 1a rou t e au venaIent souvent : D.ené Lefè. 1'- q - "" "-' 1 1 vre. Michel Simon ... "-' nos grands défenseurs de la jus. soient... , ouvrit les portes, en Afrique du r:lC' ~'l1( , sera a p liS suA r ... rra- Notre conversation est domi.. tice, :'tu contac,t d,es Arabes, les Nord, en Italie, en Angleterre, rntie' pour la sécurité des Juifs. née par le bl'Ouhaha 'de toutes C'est bien l'avis de tous ceux JUifs ont rajeuOl les formes de Cl Holbnde, cn Pologne ... ··· (1) Voir ' « Droit ct Liberté» les cOl\versations, Pas de rel\l~ qui se 'trouvent là, La plupart r-----------.:....----------------... du ,er îuillct, . d'h' , 'd' rie sont pas communistes, mais (2) JUl'f eskenazl·. mes aUJour UI: c est .leu l, eIles sont au hammam. Albert, ils éprouvent un sentiment de (a\ Ghetto, -::;:ï deuil. (4.) En 14·96, les Juifs sont i" L'enfance de Dimitrov, sa la chassés du Portug-al par le roi lutte, son souvenir nous ont fait Emmanuel. AMÉRIQUE DU SU.D AMÉRIQUE DU NORD IS'RAEL , «OCÉAN/A» VOYAGÉS -TOURISME 4, RUE DE CASTELLANE Téléph. : ANjou 16-33 cntrcr dans l'histoire. • é:~Q\\OOF' (5) Droit d'habitation, Généalogie ,,~"\.~\.{SS f!. J~~zt ~~" Quelqu'un parle des ongmes ~ ~ dcs Sepha rdis, Point délicat s'il c., ' en fut et olt l'csprit dc contra .. ) diction vient brOLiillcr les piste's' lointaincs du Moyen-Orient. - Nos. anci)tres s·e sont éta. blis sur les bords de ta Méditérranée après la destrudiol1 du 2' temple. - Il veut pourtant une petite diaspora 'avant cette époque .qui 44MO L 44 OU C,ARÇONNET F 44 GARÇONNET. FILLETTE ANCRE 15 RUBIS A 44 FILLETTE.DAME. VERRE OPTIOUE D 4"HOMME. TROTTEUSE CENTRALE ·1450 1950 3285 3485 .4885 BOULANGERIE-PATISSERIE ISRAELITE Spécialités étrangères . Pains de seigle lBllE~INIlA\~[g) 1S. rue N.·D.-de·Nazareth . PARIS (3e) . Tél. : TURbigo 94-52 Même maIson: 1, rue Ferdinand-Duval Métro : Saint-Paul L. .. ! ( &t l'utmme . a -lait eoeteftmitieft tO millions d'êtres humains Vêtu d'un complet d'une coupe impeccable, un gros cigare à la bouche, ~e n)aréc~~1 hitlérien von Manstein a {ait mardi dernier unerentrée arrogante dans la salle du tl'lhunal mIlitaire britannique où se déroule son singulier procès; . ' . . . Plus de 100 correspOndants de presse et un très IHlmbreux publlc remplissaIent la salle.

Von Manstein, qui jouit d'un traitement de faveur n'est pas gardé mi.litairement.

_ Un simple officier bri- Commandant en chef tannique se tient près tles arn:ées ail emfmd,es de lui, lui -servant d 'aide en Uluame ~t en,Cl'lmëe, de camp et Ide garde de von Manstem s, est dlscorps. . tmgué par des atrog!lJés Deux avocats assurent et massacres sans precésa défense. Le premier, · dent commlS .sur les po- M. pnget, est un diri- pulatlOns CIVIles de ces ge.anL travailliste de la pays., Il est .res10nsable • DROtl1 ET 1::ItlERTE

ÇA NE VOUS APPELLE RIEN J

(Montage par 0oeseph~André · BASS) « Il importe que les hom~es d'~!at françai~ é~d!~nt le pro~lème allemand salls idées préconçues. SI la pl'htlque françaIse a 1 egard de 1 Allemagne de 1933 à 1939 avait été inspirée p'ar la raison, la guerre n'aurait pas édaté.» Déclarations faites à Coblence à ia veille des élections en Allemagne de l'Ouest par M. ADENAUER, Président de l'Union chrétienne démocrate allemande. « La question des frontières allemandes de l'Est et de l'Ouest n'est pas « Tout lè monde aurait dû comprendre, au moins à partir de l'hiver de 1922-19·23, que la France poursuivait, avec une jnfl,exible logique, même après la conclusion de la paix, les objectifs qu'elle avait au début de la guerre. L'Alsace-Lorraine même ne suffirait pas à expliquer l'énergie avec, laquelle la France conduisit la guerre s'il ne s'était agi d'une partie d'un vaste programme d'avlCnir dl; la politique étrangère' fran~aise : démembrer l'Allemagne en une macédoïne de petits Etats. C'est pour atteindre ce but que la France chauvinlC a combattu, tout en faisant, il est vrai de son peuple un mercenalre au service du Juif international. » ' Adolphe HITLER (MEIN KAMPF). 1 Combilllüuls iuils de la Li~ération résolue. » KonraAi ADENAUER. l'légion de Northampton, de 1 ~x.tel'ln1l1?yon de connu comme (l socia- iO mIllIOns d (;',tres huliste convaincu» et anti- mains, parmi . lesquels militariste. Le second plus ,de 100.00 Jldfs, il « Ce sont ces ·conditions· (les traités) qui ne furent pas maintenues au' lendemain de la guerre. Elles trouvèrent, dans lie plus grand homme d'Etat de la République français,e, leur fossoyeur : Aristide Briand. » . Paul FERDONNET (Face à Hltler), I LS détaient pas fiers, les soldats de la Wehrmacht que no'us conduisio'ns dans les' rues de Paris,. les mains à la nuque, aux jours de la Libération. « Il n'était pas f.ier Von Scholtiz, quand il dut signer sa capitulation à la gare Montparnasse, de'vant le colonel RoI-Tanguy, des F.F.I ., e·t le général Leclerc, des F. F. L. est un jeune espoir du Kiev, Odessa, Dnipl'opebar l' eau .londonien, trovsk et autres localItés. M. Samuel Silldn, fils A lüev, tous les JUlfs fudu ministre de l'Urba- rent rassemblés et mnsnisme et Juif par sur- sacl'és en une seulr jourcroit. - . née. A DniepropeLrovsk, Les milieux ullra- des milliers de Juifs [uréactionnaires britanni- rent noyés dans le ques. M. WinsLon Chur- Dnie)'r. Ceux qui es.- chUl en tête, auxquels saynwnt de se sauver a sc sont joints certains la nage furen t tu'és à la laborises ont déployé mi trai lieuse. une activité fébrile en Le gouvernement 50- faveur de von Mnnslein viélique av ail, réclamè dont ils réclament l'ac- l'exLradilion 'de ce crimlqumement. Une lisle de .. . . nel .de guerre pour le sousciption a produit cn très peu de temps la Ialre Juger sur le lIeu de ses cnmcs. CelLe desomme (le 1.000 livres, p;l'l'mi lesquelles 25 li- m~ncle a été, rej eUée par le gouvernement travres (25.000 francs) données par M. W .. Chur- vmlliste et c est à un e odlCuse parodie dc jUSchili en personne. Lice qu'on se livre actuellement à . Hambourg, 11 n 'est pas inutile de rappeler brièvement oil des '( JUifs travaillistes» et M. VV. Churchill la cah'ière de von Manstein. jouent un rôle partiq-ulièrement révoltant. LA BATAILLE DE MUNICH « L'Allemagne fait partie des malades de l'infirmerie çuropéenue, Elle est inscrite comme nous au bureau de bienfaisance américain. » Paul REYNAUD, Président de la Commission Economique du Con.seil de l'Europe. « La France est favorable li l'admission de l'Allemagne au Conseil de l'Europe. It. Robert SCHUMAN, à Strasbourg « A cette Allemagne humiliée qui veut reprendre sa place ' au soleil et à cette Allemagne ruinée qui veut résoudre "angoissante queslion sociale Adolf Hitler a donné sa dernière espérance de redressement national et d~ justice sociale. » Paul FERDONNET (Face à Hitler) « Le Maréchal Pétain a pris l'entière responsabilité d'une polHique de' coUaboration entre la France et l'AHcmagne au sein d'Europe nouvelle. « Ce rappel s'adresse à ceux qui persistent dans lieur présomptueuse' enteur. Il faut souhaiter que leur nombre diminue de jour en jour, car une politique de collaboration sera féconde seulement si elle est comprise et appuyée par la grande masse des Français. » Pierre-Etienne FLANDIN, « La Vie Industrielle », 22-11-40_ « Je déclare être moi-même un ennemi du communisme et de tout ~e « Je souhaite la victoire de l'Allemagne parce que, sans elle le bolcheql, l'i1 implique. ,Je considère que toutes les nations de l'Occident sont aujour- visme s'installerait partout en Europe. » , d'hui en guerre contre le communisme. » • Pierre LAVAL, DéClaration radiodiffusée du 22 juin 1942. Récente déclaration du Maréchal MONTGOMERY. « Or il n'y a aucun doute, le nombre des Russes qui désertèrent à Stalingrad dans 'les lignes allem:lndes assiégees était beaucoup plus élevé que celui des Allemands passant de l'autre côté. " Non, le moral des tr"lIpcs soviétiques en lutte contre l'ennemi héréditaire de leur pays, contre Hitler, n'était pas très élevé. Il le s.erait encore bien moins au cours d'une att:lque contre l'Occident. " . Notes de von EINSEIEDEL, ex-OffiCier de la. WehrJnacht. « Du côté allemand on n'a jamais rien ressenti qui ressemblât à une; victoi,re finale remportée par Foch, victoire finale inventée après coup et qui reste une légende. » - La Légende de la Marne, par von WlENSKOWSKI,. Berlin 1938. « Il y a 5 ans .. , « A ujoqrd' hui, Von Schollitz est libre dans Paris. Aujourd'bui, un prisonmer allemand est arrêté alors qu'il provoque des incendies dans les Landes, accompagné d'ailleurs d'un ex-milicien. . « Ils se croient tout permis, ces gens-là. Mais s'ils pensent que nous nous sommes 'battus pour rien, que nos camarades semt morts pour rien, eh bien ! ils se trompent. Ils ne sont qu'une minorité. N ou~ sommes plus foris qu'eux. li suffit de s'unir comme au temps de la Résistance ... )) Ainsi pari e Pierre. Il a fait le coup de feu dans la capitale, du 18 au 26 août. Auparavant, il avait désarmé des nazis, fait sauter des voies ferrées, dans un groupe de F.T.P. Il avait 16 ans, alors. A la Libérati.on, il a été décoré. Depuis, il a changé au moins cinq fois de métier. Dernièrement, il était dans la confection. Mais il y a du chôpleuraient. La liberté .! On 'est libres ! La joie serre les gorges, la Marseillaise gonfle les poitrines. Le moment est venu de chasser définitivement les barbares. Des dizaines de Juifs s'inscrivent dans les milices patriotiques. ,;*,* - Avec trois copai'ns, dit JeanClaude, on était à la République, notre mission- terminée. En pleine fusil/ode. Un capitaine F.F.I. demandë des volontaires pour prendre d'assaut la caserne. Nous y sommes allés. ( On était en tout une trentaine. J'avais mon .revolver. Ça tirait des jen&tres de la caserr.oe et de l' H dtel Modernd. En rampant, je suis enfin arrivé à la porle. 1( Nous avons forcé la porte. Dans la CQUT, il Y avait des camions et des voitures d'officiers chargéS de marchandises, prêts à partir. ))

n'étion$ en réalité, s'étaient enfuis à l'Hd/el Moderne par un souterrain. « Tout à coup, nous entendons lm bruit dans un dortoir . Nous regardons sous les lits. Deux soldats se préparaient à tirer sur nouS avec un fusil-mitrailleur. Nous les avons abattus sur place. « Noire groupe a fait aussi deux prisonniers. J'ai pu prendre deux Jusils el une mitraillette. «( Puis la police a occupé les /i,eux. »

Il y avait aussi des Juifs, bien sûr, dans toutes les organisations de Résistance. Malgré les conseils des attenti?tes, contre les agissements criminels du « Vichy juif », as ont su donner sans compter leur sang pour la liberté, pour la paix. « On avait découvert en Ukraine un exce!lent ouvrage historique 'consacré aux combats de l'Armée Rouge c'ontre le général russe blanc Denikin~. Le tracé du front, à J'époque, sur la.Vol~a et devant Stalingrad, offrait beaucoup ,d,e rassemblance av,ec celui de 1942. Staline, qui joua un rôle ,déterminant dans le cours des opérations, avait magistralement su exploiter les faiblesses des lignes défensives dû Don. Or, en 1942, ces mêmes points faibles existaient occupés par des troupes alliées à la suite du manque de troupes allemandes. « Les qualités guerrières de l'armee prussienne et allemande ont fait leurs preuves sur les' champs de bataille sanglants. Le peuple allemand n·a pas besoin d'autres qualités pour sa rénovation morale. L'esprit de l'ancienne armée doit être le germe qui fera naître cette rénovatKm. l) LUDENDORFF mage ...

C'était un samedi. Le matin J 9 août, à 9 heures. C'est notamment pour sa parhC\. Dation à la prise de la caserne de la du République que Jean-Claude a été décoré de la croix de guerre. Cette année, les Parisiens, les Français, ont céJébré avec ferveur le 5· anniversaire de la Libération. Les souvenirs de 1944 sont pour eux un stimulant, dans la luite qu'ils mènent, au sein du vaste et "puissa~ t camp de la démocratie ' et de la palX. T rois hommes et une femme se trouvent réunis dans un petit appartement d'un 7' étage, boulevard Raspail. Ils parlent d'armes, de responsa- - Divisés en grol1pes de deux ou trois, raeonte-t-il encore. nous oOons visité l'immeuble tout en fier . La plupart des boches assiégés, nous croyant plus nombreux que IIlQUS Unis, nous réaliserons le monde pour lequel les meilleurs d'entre nous sont morts ! Louis MOUSCRON. « n n'était pas néccss'aire d'avoir des dons prophétiques pour prévoir ce qui arriverait le jour où Staline mettrait en mouvement vers Stalingrad et le Don sa concentration d'un millton et demi de combattants, On l'expliqua à Hitler. Le résultat fut le renvoi du chef d'Etat-Major général de l'Armée. l bles" des quartiers de Paris, des ,-____________________ -.-_____ _ ordres du Comité ·de Libération. \1 y a là Gordon, responsable des milices palriotiques juives, Gaston, du comité d'unité, Paulette, responsable politique, et Gaby' dirigeant de l'Union de la Jeunesse juive. .. Extrait du livre Hitler, Chef militaire, par le Général Franz HALDER. « Tout se ppsse comme si elle (l'U.R.S.S.) se proposait dé se servir de sa zone d'occupation pour enfoncer au coeur de l'Eorope un coin de bolchevisme, d'ou elle bondirait un jour, pour se saisir du reste. l) « A bila le « S-tü"",er }) de 1949. le Süddeutsche Zeitung » Conférence de M. André_François PONCET, faite le 18 février 1948. « C,et ordre européen que le bolchevisme avait rêvé d'anéantir, et qui aUl1ait peut-être demandé des années pour être compris et réalisé, se crée' déjà et l'avalanche de fer et de feu que préparait Staline se bri·sera sur la digue qu'édifient déjà les Nations européennes réconci,jiées devant un danger Ils mettent au point la participa( Suite die la 1r• page) tion des masses juives à la Libérapseudonyme t( rtdo~! m~ibtreu », qu'on peut traduire « resté fidèle à A doll », et qui est tout un programme. « Portez donc en Amérique, proclamai t le provocateur nazi, s'adressant aux Juifs, 1Jart c~ donc en AméJ:'ique, bien que, là-bas aussi, ils n'ai.ent. pas li esoin de vous. « Nous en avons assez, des sm.(jS1WS de votre espèce! ... « Je t1'Ovaille avec les Américains, et p17.tsieu1's d'entre CU,r; m'ont déjà dit qu'ils nous pardonnaient tout, exccplé une seule chose : que nOlis n'ayons pas gazé tous les Juifs, car', maintenant encore, beaucoup de Jui.fs coulent de beaux jours en Amérique. VOll~ imaginez l'émotion produite dans les milieux juifs, non seulement par le contenu de eeHe .leUre infâme, mais par 'le fait qu'un journal ait osé la publier. Le lendemain, plusieurs milliers de Juifs 'Cie tauLes catégories, ayant abandonné leu r lravail, se rassemblaien t dcvanl le bf!l.iment dll r.omiLé Cf'nLral juiI. Sponlanément, un cortège se l'arma. Il fallai t aller 'devant If' siège de la SlleddeutsclLe Zcilung, clamer la' co- 1ère de ceux qui ne veulent pas être d'éternelles victimes de la: barbarie. Sûrs de leur droH, forts de leur union, les manifestants se mirent en marche poui' néclamer de justes sancLions. ... A peine avions-nous parcouru quelques dizaines de mètres, que, lirusquement, surgit, de deux côUés à la fois, une nu:ée de policiers : police monlée, schupos, membres de la M. P. américaine . - Manifestation intc?'dile, criaient des voix rageuses. Arrière, a1'1'ièTe. Dispersezvous. ". Autour de moi s'abatten t les coups ... Crtlnes saignanti:, lèvres gonflées, paupières tuméfiéefj, visages tordus par la douleur .. . On peuL difficilcmen t imaginer plus CIe férocité. Les sbires L]ui fonçaient sur le cortège, brisaienL les panneaux, précipitaient les chevaux sur la foule, piétinaient les enfants jetés à terre, ne faisaient pas qu'exlécuter des ' ordres, Les M. P. américains qui sc rMplaçaient avcc eux pay,lient d'exemple, les encourageaient du geste et de. la voix. Sans al'IUI'S, les manifestants, vite ressaisis, ripostèrent avec des pierres, des pa- _vés, tout ce qui leur tombait sous la main. 1Is brulèrent un ,. rommun et unies dans le même idéal. » Panneau de l'Exposition Internationale contre le Bolchevisme (Paris 1943). tion de Paris. car' de la police. Ils mirent ({ Lors de leur récente réunion au Luxembourg, les ministr,es des Affai. « La puissance dont l'existence conditionne en dernière analyse la - .~';~ hors de'combat une trentaine res étrangères des puissances du Pacte de Bruxelles ont discuté de la possio conservation de l'Empire est l'armée ... » L'Hôtel de Ville est pris. Le de leurs ' adversaires. bilité d'un.e aide allemande à la défense occidentale. HITLER (MEIN I{AMPF). communiqué du Comité de la Li- 'Certains ont combattu dans « On envisage de'puis assez longtemps d,éjà de constituer - en Alle- bération cite particulièrement la miles maquis de J'Europe occu- magne - des forces des défenses territori~les équipées d'armes légères, » lice juive du 4" arrondissement, pée; tous on t conn u les Dépêcbes d'agel}ces. comme s'étant bien battue. Dans camps de la mort; ils savenL quelques jours, de nouveau, ce mê- Cjuel est l'enjeu de la lulte el « Les Américains peuvent tout p'ardonner aux Allemancls sauf cie n'avoir 1 « Les peuples modernes n'ont donc pas d'autre solution que d'exter- me groupe se distinguera dans la Ils savent lutter. . pas fl'lit passer tous les juifs à la chambre à gaz. ))' miner le's juifs, » défense de l'Hô~l de Ville atta- Peu à peu, la ba.garre ga- . la 1 SUDDEUTSCHE », de Munich, 9 a:oût 1944. GOEBBELS, Journal 13 mai 1943.) qué. Et partout où se déroulent des gna la plus grande partie de combats se trouvent des soJdats de la ville. La police était d:éfi- « Les journaux Bayerische, Ostmark ct Trausteiner Zeitung, qui étaient « Après trois ans d'une politique de culpabilité - ouverLe ct cachee - la milice juive: devant la mairie du niLivement rejetée hors du pend'ant le régime hitlérien les organes officiels du parti nazi en Bavière, vont il nous paraît nécessaire d'examiner la partidpation (à l'avènement d'Hitler) JO"; autour de la gare Saint-Laquartier juif Où elle ~lait par- reparaître prochainement dans la zone américaine. » cie certains milieux dont personne ne semble douter de la sincérité démocra- zare, où Feld tombe sur une barrit l· e "à l' ns!'\ll.ut. , Dépe-che d'agence. gtinqeu.e Neotu sq unie epxenigseonnts lpea s cslreouilt emdee nts ea uxp obsearn queine rs ]'aumstéicriiecrasi nsd,e mla'Aisl laeumsasi- rcuaed ed; e pMlaécnei lmdeo ntlaan t. Reétpcu· .b. lique C'est alors que des schupos à cette bienveillance de la diplomatie internationale. » * tirèrenL au hasard sur la BREMER ROLAND (du 19-11-48) Brémc. L' ** . foule. lmpaLience individuelle e premler acte des organisations de quelques fnnatiquos plus Il y a u.n intérêt é.vident de la propaY:Jncle brl'tannl'q"e et américaine " .J e dOI.S dire tout net qu'aucune souffranoe phYS.i que ne nous a été infli- Juives de. Résis'dt ance, dès l1e 1B zél:és que , les autrr,s? Or'ùres et, à un mOllldre dtegre, de la propagande, sovi,étique- il soutenir la thèse g é e. Nous n'avons pas été astreint au travnil: Nous n'avons pas souffert du aclo ûtl,' Uav Gait IéFté 'occuper les ocaux supérieurs? CeLle seconde qu'il y a eu des crimes allemands. » , froid. Nous p'avons pas souffert cie la faim ... Jusqu'à la Libération de Paris, e .. .. version semble plus vrai sem- - Nous venons poU'/' assurer la blab.. l e, puisque les coups de Maurice BARDECHE (Nuremberg ou la Terre Promise). nous avons reçu à peu près régulièrement les colis qui nous étaient expédiés sécurilé de ces locaux ... de France. Nous pouvionS correspondre avec Paris . .le pouvais correspondre L 1 d h fèll partirent, en plusieurs avec mon fils, prisonnier dc guerre en Allemagne. J'ajoute que quand nous a p upahr t u temps, la c ose se 110ints il. la fois avons quitté Bu('henwald nous n'avons jamais été verses comme on l'a cru passa sans istoire. On l'amassa sur la chaussée ." dans les colonnes de prisonniers que les S.S. poussai,ent à pied sur les routes. . **" trois blessés graves et plu- Nous n'avons été que les spectateurs de oes tableaux atroces. » Autre tâche: recruter. Il falbit sieuI's dizaines de blei:sés I~- Léon BLUM, « Le Populaire ». 25 mai 1945. se faire connaître. Comment? Par gers. A l'heure Où j'écris ces - _______________________________ ---------------------------------- des tracts, par des ' meetings. lignes quatre sont encore à « Un journal sioniste et bolcheviste, " Droit et Liberté, » menteur, « Le crime est au service du judaïsme. de la haine juive, du sadilsme La première grande réunion fut l'hôpital. confidentiel, hnincux ... l juif oomllle la guerre est au service du judaïsme, du capitalisme et d'Il bol- organisée le lundi 21 août, dans la Ccs scènes odieuses se dé- PAROLES lfRANÇAISES (SiC) 12-8-r-" - chevisme juif. » cour du 4 bis, rue des Rosiers. roulaient il quelques jours de~ ~\ jj.. « L'ARMEE du CRIME », PROPAGANDASTAFFEL, Paris 1943. Quel enthousiasme! élrctions. C'e.st ainsi que ll's ------:--________________________ ----------------------------------- Pas de métro, . pas d'autobus; nutol'il:és g'eff01'ç.aicnL cle crécl' UORIIITÉ 1 -il t le· A ' 1 1 Déclarations de 1\'1. SCHUMACHER,1eader socialiste nombreux des hommes et des fem- Ir climnt l'avOJ"ablr à la "VIC- 1'1 Il : {( es mel eurs Européens, te son s mer ta OS)) de droite allemand, à la veille des élections. mes étaient pourtant venus des quatoire » du Dl'. Adenauer. '------_______________ .:..::.::..:..:.:~..:..:....:.~----------------------------------.... Ire coins de ' Paris. Des vieillards AlUMAGNI (dë l'Ouest) 1949 • Jugé par lé tribu. n·.l de Wiesbaden r ex· g~_néral Reinhardt von Western. préfet de Francfort sou.s H itler, ancien S.A" membre parti nazi depui. 1931, a été condarr..né h 5D marks d'amende, • L"ancjen gardien et tortionnaire de la pri. son de Wasserburg. T rontstein, a été condamné à 17 mois de prison seulement. Le tribunal a considéré, à sa décharge, qu'il étail Chevalier de la Croix espagnole (franquisle) et avait reçu des mat· ques de distinction (sous Hitler). • Le Dr Max Win kief, au miniE-tère hitlé. ien de la propagande, av~it , liquidé » 4.000 périodiques et j.ournaux dén10cratiques. Ji ëtvait été nommé li: maire )) d'une ville polonaise, sous l'occupation nazie. lugé à sa demande, à Lunebourg, il vient d'ê-tre acquitté. , • On iUlnonce qce Hse Koch, la chi .. n.ne d~ Buchenwald, grâcî6e par les autorités améTi· caines d'Allemagne, se .. ra libre en , oClobre" • Le Dr Adenauer. chef . du parti chrétien démocrate, a demandé r entrée immédiate de J'Allemagne occiden. tale dans le pacte Atlan. tigue et le Conseil de l'Europe. • Le • parti démocrate libre de He .. e » a publié à Francfort un manifeste réclamant « le rétablissemnt de l' organiootion militaire ollemlnde li. • "Il y a actuelle_ ment des pogro'mes ViT .. tue ls en A l[emGgne », a déclaré M. Edwa::d L. Sard, directeur de t'Exé_ cutif de la F éM.lation O.R.T. d·Amé,ique. au retour d'un voyage en Allemagne OCCiden tale, • Auteur du livre La Peste ju;Oe mondiale, ancien chef adjoint du parti nazi à MU:lich. Herman Esser a été condamné par contu. mace à cinq a.ns de camp de travail. Il se cache en Zone britanhi· que d'occup;',tion, • Une en:;uêtc du Gouvernement militair~ américain révèle qu' :le· tu ellement 55.5 % des Allemands (zone améri. caine) considèrent que {( le nazisme était une hOlnne idée. rna"is m-al réalisée D. En 1946, cO sont 40 % des per~nnes interrogées qui éMient de cet avis, • .L ·év ê que de Brandebourg. Otto Dibelius, a comme coadjutor le p'I'teUJ Wolfgang Guenlher Dietrjch, qui fut melnhrc du parti nazi de 1933 à 194:. • Le livre d'histoire utilisé par les écoles de Munich estime que « la véTitable Iront.ère de l' '1l1emagne enferme la Belgique, les Plys-Bas, la Meuse avec Verdun. et tout /' Est de la F Tan c e ju~uJ à la Saône XI. ca Paul Loebe. ancien présiqent social-dé .. mocrate du Reich.5tdg. a déclaré : « La frontl'ère de l'Oder et de la /\iei""e délimite defJ regl011.s oolées purement et sim· plement à l'Allemagne », K. Ade ... uer. ", • OROtl" El" lIamTE --------------:.. .. ~~..".194'. -,... .J'4 (t9!t Droit et Liberté " en Belgique Un article de CHARLES ROY " J'AI TRAHI' ET J'EN SUIS FIER" clame Léon Degrelle LIE CUNIIMA .par Claude HtMAifS Voleur de Bicyclette (film italien) I L n'est pas aisé de définir 1 im- sariat de police. Des fonctionnaires pression bouleversante lai ;sée pressés. Ils ont des tas de préoècu- L.es Agences de Presse onL annonCé récemment la publi- vers le front, en compagnie de par ce film, impression que tradui- pations. Celui-ci doit aller à une caLion des mémoires du traHre belge n G i, Léon Degrelle. i: ~::~~s d~ f:~r:Charless'd~ l! sent les applaudissements du public réunion. Cc ll'vre ('SI' 'l'on peut dire) deva-it paraître à. Paris ou à. presse embochée qui publie la a' hca que f'I R d e se' ance. _ y a-t-il quelque cho$e Je noo- Tanger, vers le d:ébut du mois. de juillet, sous le titre «( Mes photo d'un Léon avantageux Voleur Je bicyclette ne peut pas. lJeau brigaJiet" Î campagnes s.ur le front de l'Est li. . dans son unitorme d'unter- être '« raconté Il. Cu « I"actioo ,. , Acculé à la fuite par la capi- de ses formations ce que la Bel- sturm-fuehrer. L'Armée Roùge proprement dite est inséparal.le du -. Noo, rien ... une b~cllclelte. tulation de ses maitres nazis, gique comptait de ratés. Ces ré- anéantira la « LégiOn Wallonie:t milieu-où elle est vécue. Il Eaudrait,-' . Une iÏmple phrase et noos som~ Degrelle gagna l'Espagne en sidus\ affublés du titre de chef à Tcherkassy, mais Degrelle en l' . 1 d .L 1 dr • avion. C'était en mal 1nO4f5. .. d e s' i xai ne ou ' d e ch ef ed, '"ha n- reviendra plus gr".'". .q,u.'a.v,.a· nt· r:rd' ' exprimer, évoq. uer cettseo l t"a1 - mes, e no..u veau, (Mns e aIDe qUI · Le . gouvernement pelg~ de- ... n1ère. • .lèvèrent les bras à 1 hltlé- son départ. , . . . ie après guerre: vive ' et en el - nous occupe. manda à plusieurs reprises ·r~~- mnne et: également.« déguisés. n chante ses propres , faits . Me, en proie aU" chômage et à · Ia "Et ainsi pour chaéune' des ~es tradition du criminel. de guerre, s'essayèr~n~ au rOle de briseurs d'armes et se vante d'avoir arrê- misèr~. · 1\ faudrait aussi peindre que l' 00 pOOrrai~ appeler adjaceft.o mais en vain ... On doit toutefois de grève el d'agitateurs anti- té un tank soviétlque-à la J?Olnte ' l'état d'esprit du .. ~hômëur. avec le- tes'. le moot-de-niété, les réJ·oui .. à . 1a v é r ité d e reconnaltre que sémites . ' den s ap. rbeanïdo nen~e.totuei t(e !!p!e)r sonnelle- quel, piac te r uc he men t d" Imagei et . sances et le trav.a..i l des boueurs, 14" ·protestions de P.-H. Spaak . Pendant ce temps, Degrelle, • .., d 't t' . t 1 t hoi étaient .empr,eintes d'une mol- « l'imbécile qui parlait aux ImM- ment part à la création de .e sllua Ions ma~ls ra.~ '~d • l'église et les dames patronnesses, le lesse significative. Aujourd'hui, clles:t, émargeait aux fonds. se- «brigades:t, groupes de meur- fSIeS , e spectateur pafrvlendt il il en- sauvetage d'un noyé, le repas daM an ne prie plus Franco de res- crets allemands et italiens triers qui vont plonger le -pays ier. Ce serait, en in, écomposer un restaurant chic, les consultations tl·tuer Degrelle, l'ère est aux comme 11 l'avoue dans le.s pre-. à feu et à sang durant près de la plénitude de chaque séquence, de 1 l' d t d accords commerciaux... mières pages de ses memoi res deux années. F aut - il rappe1 e r dl'ssocl'er ces 'deux e'lem'-~ .t. s d.-.. ~., a voyante, a sorbe usa e, Avouez que la remise du traI- que nous aVons eu l'occa,- les dizaines de viêtimes.des mas- l'union parfaite fait, de ce film, un etc .•. tre aux mains de la justice belge sion de lire : « Quelques amis sacres de Courcelles, de .Pessaut chef-q'oeuvre: l'art et la vie. . Les apparentes digressions nous eilt été bien gênante pour quel- italiens de Mussolini et qui et d'autres lieux où s'illus- Il V a, bien sûr, l'aventure d'un amènent, chaque fois, à une ques requins de la politique, de . avaient pour moi une grande trèrent ces assassins... homme sans travail .depuis deux ans, conscience plus aiguë de .la situala finance et de la presse, qui affection ont aidé Rex (h,i ver Hier et AUJ'ourd'hui qUI' obtl'ent un emplOI' d'affl'cheur h.o n. On ne peu t pas ne pas corn- se sont plus , ou moins com- 36), mais cette aide était d ex- d 1 l' de d h promis avec l'aspirant-dicta- pression purement sentimen- Tel est l'homme, une gouape nécessitant une bicyclette et qui, le pren re a so lolU e cet omme au "teur. Il est évident qu'avec le tale ... Xavier de Grunne reçut qui n'a rien payé et qui n'a rien premier jour où il reprend une vie milieu de la foul~ ; on ne Peut pas brillant courage qu'on lui con- ainsi 4 millions à l'automne apPJ;is ... II est frappant de cons. normale, se fait voler ce précieux ne pas ressentir intensément ce que na11l, Degrelle n'aurait pas tardé 1936... :t (Admirez l'ironie de tater combien les thèmes d'ins- instrument de travail. signifie, pour un homme qui a À se mettre à table pour éclairer cette« aide sentimentale. :t) piration actuels de la presse Le voilà lancé dans un véritable perdu son travail faute d'un vélo, le notre lanterne sur le compte de Où il ut question réactionnaire ressemblent à fait de voir passer une course cycerta! nes « positions hono- dL' ld III ceux qui firent la fortune de droman de chi evadlerie, à la recherclhe cliste. rables :t. e eopo Degrelle et de son quotidien u vélo, pus ésiré que tous es Le Chef Lorsqu'on parcourt les che- «Le Pays Réel :.. L'antisémi- Saint-Graal du monde. Si suggestives, si pleines sont les . mins tortueux de la haute trahi- tisme, la xénophobie, l'anti- Cette « quête » aux noÎnbreuses images, jamais trop brèves, jamais Léon Degrelle naquit à Bouil- son, il est difficile de ne pas soviétisme - un antisoviétisme péripéties, qui font. plus d'une fois trop longues - à tel point qu'elles Ion, dans les Ardennes, au cours rencontrer Léopold III, souve- qui l'a mené aux cOtés des battre le coeur, donne l'occasion semblent se succéder au rythme nade la première décade de ce siè- rain en dlsponibillté. Degrelle, boches, sur le front de l'Est - d'assister à. divers tableaux de la lurel de la vie - que' ce film pourcIe. Sans tomber dans les tra- guettant en 1939 l'arrivée des étaient la marque de Rex. rait être muet. On ne souffre nulvers de la petit histoire, 11 est boches, masquait son activité Une filiation de la trahison vie romame. peut-être intéressant de noter pro-nazie sous le couvert de la passée et à la trahison en deve- Un documentaire, donc ? Ce se- lement de ce que certaines répliques que l'un de ses condisciples qui neutralité. Il semble que Léo- n1r parait s'établir. rait trop facile. Vittorio de Sica, n' ont pas été traduites. Lamberto l'a connu, depuis le c.ollège de pold III faisait bon ménage Pour en revenir au . livre de réalisateur du film, a su nous faire Maggiorani ·et Enzo Staioli, dans Namur jusqu'à l'Université de avec le traître, ainsi qu'en font Degrelle, il devait paraître au voir toute chose a travers les yeux les rôles du père et de l'enfant, font Louvain, notre excellent con- foi les mémoires de ce dernier début de juillet. Le traître est de son héros. Rien n'apparaît « en de chaque geste, de chaque attitufrère Pierre Seigneur, nous con- qui déclare : « Durant la drôle expert dans l'art du chantage... soi» dans ce monde, où, au con- -de, de chaque expression un symfiait dernièrement que le . futur de guerre, je fus avec une sin- Cela nous entraIne à croire que. . , 'd' bl bole direct et subtil qui Mrle au traître s'était fait remarquer, cérité totale un farouche parti- des 4: "influences:. seront inter- traire, tout est Ifreme la ement, t"" dès son plus jeune âge, par une san de la neutralité, J'avais vu venues et que, Degrelle, sur la dramatiquement lié à tout. coeur. L'enfant, particulièrement, lâcheté physique ressortant de le Roi au début de septembre foi de plantureux acomptes, Tel · metteur en scène américain réalise une sorte de commentaire la pathologiè. 1939. Entrevue secrète ... Le Roi s'est décidé à tenir ses aveux en aurait créé autour de la victime un' mimé de la situation. Les' événe- Arrivé à l'Université de Lou- m'approuva totalement ... :t réserve. cercle fermé, une psychose obstinée ments retentissent plus fort dans son vain. il devint le protégé de Le Pitrè criminel au prix d'artifices de ;amera. S'i1 âme encore fraîche, malgré la ma- Monseigneur Picard, dirigeant FELICITATIONS turité de la misère; et sa grande de l'Action Catholique Belge. Le 10 mai 1940 marqua Nous sommes heureux d'ap. est vrai qu'ici le thème du vélo re- mobilité illustre admirablement les L'Alma Mater louvaniste était l'heure de Degrelle. Pendant un prendre que n .. tre ami HERS· vient d'une façon de plus en plus alors divisée en deux tendances, an, il se contenta d'injurier, 'COVICI, de BRUXELLES, vient lancinante, le réalisllteur n'a pas avatars de l'étrange couple déaml'une progressiste et l'autre avec une science remarquable d;être réçu dooteur en droit craint d'élargir les horizons. C'est bulant dans les rues de Rome- endiréactionnaire. Léon Degrelle ne de l'insulte, les « anglophiles:., avec la g'rancte distinction. pourquoI. ce fil m est sam. . Ma'is p 1u s manchée. tarda pas à se rapprocher de les« ploutocrates », les .« judéo- Qu'il ,veuille bien trouver ici on essaie dè nous faire « sortir» du' De curieux effets comiques naiscette dernière et, soutenu par marxistes :., les « francs-ma- l'expression de rws plus 4!in- bl' . r d d d d l'Eglise, à en devenir le princi- çons» et « autres crapules »... oères félicitaUons. pro eme parhcu 1er posé evant sent es rapports u père et e l'enpal dirigeant. En juin 1941, il fonde la « Lé- Rédaction et Administration nous, plus nous percevons la gra- fant. C'est un comique sombre, ja- Le rayonnement de Deg"relle gion des Volontaires Wallons de DROIT ET .LIBERTE. vité, la profondeur de ce problème. mais gratuit, toujours psychologidépassait bientôt les cercles contre le Bolc~evLsme :.. Il part Voici, par exemple, le commis- que, comparable, à bien des égards, universitaires. U fit campagne ,----------------------------------------------. à celui de Charlot. On ne peut au nom de slogans aussi stUr r-.. ,". rou"r_!: ... r~ '~",rl Il' d'ailleurs s'empêcher, lors de Ja pides que « pour le salut de ri." .. - r. ri." '\.. ~... ~},.r- . ............ scène du restaurant, de penser au l'âme de l'enfant» et « contre _ 1II -" ... - ,.,.,. repas célèbre de la Ruée vers l'Or: les atrocités·' rouges au Mexi- . que :.. Bientôt, il fondait son Le Juif maudit. déformer les faits, sans généraliser, se ... réfu'gier dans un prudent mu- On ne sait qui admirer le plus propre parti, appelé le Parti . sans accuser des innocents et sans tisme. des acteurs (les trois principaux, y Rexiste. Il était l'enfant chéri Le Centre International d'Etudes se départi... du respect de la per- - Voulez-vous aller au Brésil? ' compris Lianella Carell dans le rôle de la vieille droite qui voyait. Religieuses à Bruxelles a publié une sonne et de toute cO'1victioo sin- Euh... d J ' de en lui un gaillard turbulent, intéressante étude du Dr. P. De- cère f . Et le prêtre est amené à coo- _ Préférez-vous l'Australie ? .. e a mere, comme ceux moinsusceptible de faire croire en un mann, Père de Notre Dame de Sion" clure que l'exterm inatioo .froide et - Pourquoi n'iriez-vous pas en dre importance) ou du metteur en rajeunissement de la Réaction. sur l'importance de la question méthodique de six millions d'êtres Israël? scène. Ce qui est sûr, c'est que . Degrelle bénéficia d'un succès juive dans l'instruction religieuse humains n'aurait pas été possib:e Et l'individu d'avouer: Voleur Je bicJ)clette. l'oeuvre maÎ- ' incontestable. Il voulait édifier chrétienne. sans ces déformations de l'enseigne- «Pour traVailer si durement, je liesse qui collectionne tant de prix un régime calqué sur ceux L'auteur précise. que, si on veut ment rel igieux, imprégnant les es- n'avais pas besoin de quitter la du cinéma, n'a pas fini d!émouvoir d'Hitler et de Mussol1pi. Il se éviter de former des hcmmes pré- . prits dès le premier âge d'un senti- ~oumaAie!.. . Il et d'enthousiasmer Paris. déguisa. Botté et revêtu d'une diSopOSés à la haine rac.iale, il fau- . ment de dédain et de sourde hostichemise verte surmontée d'un dra en finir avec les parasites de la lité à l'égard des Juifs. ooi:ldrier, il devint le Chef. tradition et de j'enseignement chré- .' Voilà, à notre humble avis, un Les médiocres aiment à exalter tiens, dépeignant les Juifs « déici- sujet magnifique d'art icle pour la la torce brutale, la violence. des, maudits et perfides lI . « Si 00 grande presse catl:;lolique et bien-penDegrelle attira dans les raIlgs pa'de des Juifs, il ·faut le faire sans sante. Et matière à réflexion polK -------------------------------1 tout chrétien sincère q~li désire conLES COURS DE L'O. R. T. Le 5 septembre 1949 aura lieu la rentrée des classes dans toutes les écoles de l'O.R.T. belge (A.S.B;L.). Vous qui voulez assurer l'avenir de vos enfants, donnezleur un métier ! L'O.R.T. vous ou'{re ses écoles professionnelles JEUNES FILLES : 1. Ecole profeSSionnelle de èoupe et couture. 2. Ecole professionnelle de dessin de modes. Renseignements et inscriptions : 42, bd de la Cambre, à Bruxelles. Tél. : 47-01-36. JEUNES GENS: Centre Electro-Métal : 1. Ecole de RadioteChnique. 2. Ecole d 'Electrotechnique. 3. Ecole de Mécanique. 4. Ecole de Menuiserie. . Eense~gn~ments et inscriptions : 67, rue Van-Soust, à Anderlecht. Tél. : 21·91-59.. . .JE,lJ .~ES . ,CfENS ET JEUN,ES FILLES: . Agriculture . : ' . 1 ! Renseignements et inscriptions : à l'Administration Centrale, 78, rue de Trèves, à Bruxelles. Tél. : 12-20-46. ORT-BELGE : Administration Centrale, 78, rue de Trèves, Bruxelles. (Tél. ': 12-2q-461. tribuer à la lutte contre les discriminateurs, contre les ennemis de la paix. . Terreur l'Ouge. Au 'cours 'd'un entretien d'un de nos bons amis ' avec un correl igion" aire . pré tendûment ré-fugié de la « terreur roUgi! » d'un pays de démocratie populaire et qui cherche un asile provisoire en Belgique, le quidar. formula Io n désir de s'expatrier. Le questionnant sur le pays de son choix, notre ami vit le réfugié COMMUNIQUE Le secrétariat de l'O.R.T. belge communique: Le. Congrès . Général de l'Unlon. O.R.'l'., qu~ s'es~ tenu du 10 au 14 Juillet 1949, 'à ParlS~ ' a · élu en qualité de membre de la Direction' 1 '~'entrale de l'O.R.'l'.-Union,-MM. Van . Praag et Rotschild, respectivement . Président et Membre du Comité Exécutif Centra\. de rO.R.T.-Belge. D'autre part, M. Van Praag a été élu Membre du Comité Exécutif de rO.R.T.-Union et M. Rotschild. Membre suppléant. SUR LES ANTENNES Dans 'le domaine de ' la ' muaique classique. les proch,ains joul1\ seront essentlêllement marqués par le re. lais, S'Ur les trois différentes chaines des FestivalS lnternatlonau de Be~ -sançon. d'Edimbourg et de Venise. Vendredi 2 septembre. - 19 h. 3(} : Orchestre p'hilharmonique d'Edim. bourg .: 7. SymphQnie de Beethoven. Mendelsohn. Dvorak (Inter). Samedi 3. - 21 h . .. : Concert 1\ .Venise sous la direction de Toscanini

Beethoven. Chéruobini, C.

Frank. Wagner (National). Dimanche 4. - 11 h. ; La musique et le dêssin ani~é (Parisien); 13 h.. 15: « Les V Ignes du Seign& Ur li, de R. de Flers (National); 15 h. 18 : Chants pOlonais de Cho. pin (Inter) ; :.n h. : Orchestre symphoOlque de la. ra.dlo-diffulilion beige (Inter) ; 22 h. : Quelques solistes internationaux (National). . Lundi 5. - 11 b,. 4.5 : Musique de chambre ;les 17~ ~t lB Siècles (Inter): 12 h. : Goethe êt la Musique (National); 16 h. 30: Festival de Be. sancon · : Schumann (Inter) ; 19 h. 30. : Festival d'Edimbouf"g :' Beethov:m (Inter) ; 20 h. lIi : «. Le Bourgeon » èle Oeorg!'s Feydau (PariS; ien): 21 h, ~ Le 'Barbier d~ Séville, . d~ ROSSlOi, en italien (Inter); 23 h. 07 : Danses et chants de l'Amérique IIltine (Inter). Mar:d'i 6. ,_ . 14 I~., 25 : Un grand mU'IClen : Haydn (Inter); 16 Il . 30: Relais de Prague : Septuor en mi majeur {fe Be~lhoven" par le CeskY Nomt (Inter); 17 h. 18 : musique contemporaine (Inter); 21 h . : Erro. mango, d'après P. BenOit, avec P. BLanchar 'et Maria Casarés (Natlo-· naI); '22 h. '· 30 : Ce SQlr on danse (Inter). - Mercredi 7. - 18 h. 02 : Relais de VarSOvie : l'oeuvre ' de Chopin (Inter); 20 h. 05 .: A Paris, avec Yves "Montand ,(~arJ.Sien); 20 h. 35 : Idées en 1 air, d'A Cillois avec .. Wrener (National) .;' 20 h. 4-5 : Festi: vteart ). International de Besançon (IniJeudi 8. - 11 h. 18 : -Jeo\lSW et Ravel (Inter); 12, h . 30 : PUl;~LU! : Madame Butterrty . (National) . 13 h. 15 : Puccini : la Tosca (Natio~ nal) ; 13 h. 30 : Foli{i)Ce autricl1jr:n (Inter); 14 h. 30 : Joséphine Bak"r (Inter); 20 h. : « Un grand BOllrgeois. li. par la troupe dt' Delterr.ere (ParJ.Slen ); 21 h.: Festival de Venise (Inter) . ve.ndrcdi 9. - 11 h. : Flistivai d Edlmbourg : Ravel, Smetana (Inteq; 13 h. 30 : OEuvres de Fr. Coupenn, par Wanda Landowska (Inter): 14 h. 18 : De l'opérette à l'Opéra-Comique (Inter); 16 h. 3Q :' F ~ti val d~ Besancon : Chopin (Inter)

20 h. 30 : .Parade de la radio:

'(. Montand, Une Renaud (ParisIen): 20 . h. 35 : Fortunio. de Musset, muslql',3 de Messager (Natio'nal) . sam.di 10. - ~4 h. 18 : Dans' et chants d'Amérique du Sud (In. ter); 16 h. 30 : Festival de Bèsr';' .' con· : Beethoven; · Bach (Inter) ;, 16 h. 30 : Festival de Blsancoll : M'ozart, Bela Bartok, Beethov en (National); 20 h. 25 : bllants russes, ' par Belmas et Chaliapine . (Inter) ; 1 ~ . h. 35 : La ronde des ondes (Parlslen); 20 h. 45 : Festival de Besancon

Bach. 'Purcell {Inter). 1

, . f\ il- Septembre 1949. - N" 31 (102) --------------- DROtT ET LIBERTE 9 p ~E§ LIVIlJ8:S~ par Roger PAYET-BURIN' LE THEA\.T HE par ROGER MARIA le f!raod prix de l'antisémitisme '(1~,OOO .dollars) dé(!erné en Amérique -•... ... .... _... .. --_. ......... ... ...... :::::.:.: .:.: ... -:.--.. ... .. .. __ ._ _ .. __ ...... _ ........•..... ......... ... .... _-_._ ......... Beau(oup de reprises au manteau d'Arlequin "U L n'y a pas de plus hauLe disLincLion liLléraire, aux Elals-Unis, que le Prix Bollingen. C'est en quelque sorle J'équivalenl de notre Prix Gon- .. court, . o~, plus j usLemenL . p~uL-être, . du Grand Prix de liUér.a~ure de l'Académie française. Il fait figure, en effet, de r'écompense offICielle. Il s'accompagne d'une bourse de mille dollars, fournie, il est vrai, par un chevalier de l'entreprise privée, Andrew. \V. Mellon, roi de l'aluminium. Ce prix, destiné à couronner « la plus liaute réalisation de poésie américàine ~ a été décerné cette année au poète Ezra Pound. Le jury était composé d'un groupe d'écrivains connus, surtout pour leur complaisance envers le Gouvernement de Washington. Parmi eux se trouvait notamment T.S. Eliot, dont les sentiments réactionnaires sont d'une so11- d1t.é qui n'a d'égale que son amitié pour Ezra Pound. A l'annonce que le choix du jury s'était porté sur ce dernier, les mi- 11eux intellectuels américains ont été saisis d'une indignation violente ,et qui n'est pas près de s'éteindre. Car on eut voulu honorer le fascisme dans la personne d'un de ses partisans les. plus zélés qu'on n 'aurait pu faire meilleur choix. Ezra Pound est un parfait fasciste. Dès avant guerre, cet homme qui n'avait jamaiS eu grandchose à dire et n'était plus écouté de personne avait, par dépit et par vanité, accepté une chaire universitaire du gouvernement de Mussolini. Ce dernie:a. put apprécier son dévouement. Quand l'Italie entra dans la guerre, il lui confia une émission de propagande à Radio-Rome. Erza Pound justifia la confiance d~ Duce. Il vomit des torrents d'injures sur . les Alliés, et naturellement sur son propre pays. Sa spécialité était l'antisémitisme. Au m'oment où, à Auschwitz, Mauthausen et autres lieux, des milliers . de Juifs étaient journellement exterminés, Ezra Pound saluait ces assassinats par des cris de joie. Ces holocaustes ne lui suffis lient encore pas: s'adressant aux Juifs d'Amérique, il leur promettait pour bientôt un sort semblable à celui des Juifs d'Europe. PAS SI FOU •.. 'Quand les A.!néricains arrêtèrent 'ce furieux, en 1942, on crut qu'il finirait ses jours à Sing-Sing. Mais au cours de son procès, il y eut des psychiâtres pour venir témoigner qu'il était fou. On enferme donc Pound dans une maison de santé. C'est là qu'il a écrit les poèmes qui lui ont' valu de recevoir le Prix B01l1ngen, poèmes intitulés ~ Cantos de Pise ~ Ces ~ Cantos ~ sont écrits dans une langue désarticulée et assez incohérente ,C'est-à-dire que le style de Pound 'n'a pas Changé. Son inspiration non plus, d'aHleurs. Car, à y regarder d'un peu près, on saisit aisément Ge que l'auteur a voulu dire sous son verbiage. Par exemple, lorsq~'il évoque le « martyre'

. de Benito et de Clara. Et quand

.11 enfourche le dada de la guerre « judéo- ploutocratique , c'est du Céline, ni plus ni moins. Voici un échantillon de sa prose: ... hors de leurs sièges, les atryenS blonds, arrachez-les 1 Le youtre est un stimUlant e:t les goyes sont le troupeau qu'cm mène en masse au massacre prOfitable e~ qui y va avec le maximum de docilité! Et 11 ne serait pas sans intérêt d'ajouter que parmi les membres du jury qui couronna cette « plus haute réalisation de poésie américaine se trouve un individu qui porte le nom de K. Shapiro ... L'ACTE POLITIQUE LE PLUS BRILLANT ••• La « grande ~ presse américaine a vigoureusement approuvé le choix du ·jury. C'est ·« le plus brillant acte politique d'une sombre périOde ~, a déclaré le chroniqueur littéraire de « Politics . Un commentateur radiophonique a constaté avec une évidente fierté : « Une chose comme celle-là parait inconcevable en Russie . Cependant le mouvement de protestation allant en grandissant, a trouvé un écho jusqu'au Sénat américain. Un membre de cette ' assemblée, M. Javits, vient de réclamer une enquête parlementaire sur l' ~ Affaire Pound ~. « Ou cet homme est coupable, a dit le Sénateur, et on doit le condamner; ou il est réellement fou, et dans ce cas le Jury s'est moqué du monde . Voilà qui semble raisonner sagement. Reste pourtant une troisième hypothèse

en décernant ses lauriers à

Ezra Pound, le Jury du plus grand prix ' lit.téraire américain n'a-t-il pas voulu délibérément témoigner sa sympathie pour le fascisme et l'antisémitisme, au nom (tu gouvernement de M. Truman, en quelque sorte ? Dans toutes les salles, la rentrée se prépaie activement. On annonce beaucoup de reprises. La plupart des 'théâtres qui ont baissé le rideau sur des succès CQmptent bien le relever sur les mêmes spectacles, puisqu'il est acquis que le public v va. En outre, la césure des vacances aura permis à la propagande spontanée des conversations de 'p1a~s où d'hôtels d'accrocher l'intérêt de bien des gens qui n'ont pas vu ArJèle ni Les MaÎtres Na1!eurs. I( Vom avez vu Les OEufs Je l'Autruche ~ Non ~ Eh bien, ne manquez Pas cela à votre retour à Pans. » . . C'est ,ainsi que, en plus de ces trois pièces, on pourra retrouver sur les colonnes Moriss, pour ne citer que les bonnes pièces : La Soif, Les gaÎtés de l'Escadron, la petite Huile. Branquignol, Une Femme libre, Les Fourberies de Scapin (chez Jean-Louis Barrault), Ondine, etc ... li y aura aussi ks reprises plus anciennes : Le petit Café, Caligula (d'Albert Camus), Le Cocu magnifique, Judith (de Giraudoux), Le Procès (de Kafka), Amphitr.lJon, ces trois derniers spectacles chez Jean-Louis Barrault, L'invitation au Chiîteau, La guerre de Troie n'aura pas lieu, Le Cid, Othello, ces tro~ dernières pièces à la Comédie- Française, et l'inévitable Dame aux Camélias, avec - vous avez deviné - Edwige F euillère. Enfin, parmi les créations annoncées, nous relevons : une nouvelle pièce d'André Roussin : Nina (avec Elvire Popesco) , La I)emoiselle Je petite vertu (de Marcel Achard), une adaptation de Chéri, de Colette, par Léopold Marchand (avec Jean Marais ~), une oeuvre nouvelle d 'Albert Camus: Les Innocents, une reprise qui deviendra pour ainsi dire une création : le fameux Bossu, de Paul Féval ( II Si tu ne vas -~- à Lagardère.. . »), avec Jean-Louis Barrault, qui est bien capable de redorer hautement le vieux genre oublié du mélo, puisqu'il a falt courir tout Paris à la montée en gr~de du vaudeville à caleçon . avec Occupe-toi J'Amélie, qui fut un triomphe justifié (et vive Madeleine Renaud 1), une pièce nouvelle de Marcelle Mauret1e (avec Marguerite Jarnois, 'naturellement), une création de Marcel Aymé au théâtre Saint-Georges, à la ' Comédie-Française : L"Homme Je ceTldres d'André Ohey, La fêle chez le Gouverneur, d'Alfred Adam, et surtout cette Jeanne la folle, du Dr Amand-Jean que tout le monde annonce comme la 'vraie révélation de l'année. Cette énumération classée est évidemment incomplète, mais nous exprimerons quelques regrets : on ne semble rien préparer de3 trois grands du théâtre étranger : Ibeen, Pirandello et Bernard Shaw. Shakespeare n'est représenté que par Othello, Enfin, nous demandons que l'on puise dans l'oeUvre athlétique, austère, riche de pensée, tout en restant du parf~it théâtre, de Paul Raynal, l'autel11 de A souffert sous Ponce-Pilate et du Matériel humain. COMMUNIQUÉ L'Association Tourisme et Travail annonce qu'elle organise une splendide croisière à travers toute la Tunisie. Tunis et ses souks; El Djem et son Colisée; l'île magique de Djerba; les oasis; Gabès, Tozeur et Nefta ; Kairouan, ville sainte de l'Islam; les ruines émouvantes de Carthage, Tuburbo Majus : toutes les splendeurs de l'Orient antique et moderne. Départ de Paris le 13 septembre. Retour à Paris le 28 septembre. Prix de Tunis à Tunis.. 25.800 fr. Prix de Marseille à Marseille . . .... .. .......... 42.100 » Prix de Paris à Paris- 47.330 » Trajet de Marseille à Tunis et retour par avion. S'inscrire d'urgence à Tourisme et Travail, l , rue de Châteaudun, Paris (9), Tél. Trudaine 78-70. Vêtir eeux qui sont n.Us (Suite de. la page 12) Raymond resta enfermé tout l 'hiver. Il travaillait à sa bobine et tressait, le vieux chandail de la Gr'lnde Lannie sur les épaules. Et quand ses pantalons déguenillés ne furent plus que lambeaux, il dut s'entourer la taille d'une vieille jupe de calicot. Tout jeune qu'il était, il vivait déjà dans le passé. Il revivait les beaux jours où il se promenait fier et heureux dans la rue, des rires pleins les oreilles. Et maintenant encore, quand il en parlait, ces rires du passé le faisaient bien rire. Pour autant qu'il put s'en souvenir, la Grande Lannie ne lui ava'it ,pas permis de sortir quand elle consiùérait le temps trop mauvais. Cel:!, il l'avait accepté sans re; gimber, comme il accepta ri'ailleurs son iacarcération au cours de ces mauvaises semaines d'hiver. Puis, un jour, Ge fut je . ~ printemp s, un printemps si éviùent qu'il le reconnut à tr)vers . les pièces enfumées ct puantes de la maison, et il en eut un cri de joie, car, maintenant enfin, il pourrait s'en aller dans la rue. La Grande Lannie dut lui expliquer que ses guenilles étaient trop minc.,s pour lui tenir chaud, qu'elle n'avait p;Js encore trouvé de travail , de sorte qu'elle ne pouvait , lui acheter ni vêtements, ni souliers. . Raymond ne fit alors plus a llusion à la rue. Sur sa bobine, ses doigts se ralentirent. La Grande Lannie fit même (Juelque dose qu'elle n'aurait osé faire aup~ravant. Elle alla mendier auprès de sa patronne, demanda à Mme Ewing de lui donner quelques vieux habits de son mari pour Raymond. Elle r~gàrdait le parluet, gênée, et bafouiHait au point que Mme Ewing lui Ikmanda de parler plus haut. Puis, "elle-:i ~e déclara surprise. Elle avait reçu, disaiteIk, un très grand nombre de demandes de ce genre, eût cru que la Grande Lannie, du moins, savait fort. bien qu'elle faisait • déj..'l plus qu'il était en son pouvoir. Elle parla longuement de mètres et de centimètres, et dit enrin que si jamais quelque chose devait lui tomber sous la main, la Grande Lannie ferait bien de 'se souvenir que, pour une fois, ça pouvait aller, mais pas pour deux! Quand la Grande_ Lannie s'apprêta à partir, après une laborieuse journée de travail, Mme Ewing lui remit un paquet de ses propres mains. Il y avait là un babit et unf! paire de s{)uliers. De~ choses en excel!ent état, précisa-t-elle. Elle savait même plus d ' une personne qui la traiterait d 'idiote, d.e s'en défaire ainsi, et elle préférait ne pas savoir Ce que lui dirait M. Ewing, d'avoir agi aus~i bétement. Elle expliqua que c'était là s.'l façon d 'être quand 'quelqu'un venait à elle tandis que la Grande Lannie ne savait' trop c.omment s 'y prendre pour' la remercier au mit'lx. La Grande [annie n'avait jamais encore vu' Raymond réOlgir comme il le f.it lorsqu'elle lui remit ce paquet. Il sautait, dansait, frappait des mains, essayait de parler mais n' obtenait que des cris. Il déficela lui-même le paquet et fit courir ses doigts sUi: le tissu serré, le porta à son visage et ' l 'embrassa. Il enfila les souliers et fit sur le plancher un bruit de tonnerre de Dieu, jOU:lDt des orteils et du talon pour ne pas les perdre. La Grande Lannie dut lui épingler ses pantalons autour de la taille et l es l'Ouler jusqu'à hauteur. c1es chevilles. n parlait déjà du len.demain, quand il irait dans la rue, et ne pouvait articuler un t raître m9t, t;lnt il riait. MAIS, le jour suivan t, la Grande Lannie devait aller travailler chez Mme Ewing. Elle voulut dire à R~ymond d 'attendre jusqu'au surlendemain, qu'elle puisse du moins ajuster ses nouveaux vêtements. Mais, d éjà, elle l 'entendit rire et ne put lui dire d'attendre. Il sortirait vers midi, le lendemain, décida-t-elIe, quand le soleil serait assez chaud pour qu'il ne prenne pas froid dè~ sa première sort~. La voisine de palier l'a iderait donc à mettre ses vêtements. Raymond sourit et se mit à fredonner quelques airs vagues et diffus avant de s'endormir. Le lendemain, qua!'ld la Grande Lannie fut parti.e, la voisine alla voir Raymond et lui apport..'l. un reste de porc froid et du pain noir pour son déjeuner. On l'avait elle. même' appeUe pour quelque travail à la demi-journée, aussi ne pourrait-elle avoir un oeil sur l'enfant quand il s'en irait dans la rue. Elle eut tout juste le temps de l'aider à enfiler ses pantalons, de les ajuster tant bien que illll et de les rouler à la hartteur des chevilles, à peine le temps de lui lacer au mieux ses trop grands .souliers, puis elle lui recommanda de ne' pas sortir avant }a sirène de midi, l 'em~rassa et s'en alla. Ra.ymond était trop heureux pour s'impatienter vr:]iment, Il ~'a.ssit. songea à la rue qui l'attendait et, souriant, se mit à chanter. Quand se déclencha la sirène, il s'a pprocha du tiroir où la Grande Lannie avait rangé son veston. Il l'en sortit et l 'enfila. Ce veston lui ~ tait agréable, sur son dos nu, et il se livra à force l1aussements d'épaules pour s'y sentir parfaitement à l'aise, en roula les manches sur ses bras minces et son coeur e'tIt de tels battements qu'il en fit vibrer· l'étoffe sur ce petit torse nu. L'enfant eut juelque peine à descendre les marches, car lt\·ec d 'aussi grands souliers ... Mais cette descente" aussi lente que longue, ne lui fut pas désagréable. Elle lui ét:!it une occasion de se réjouir plus encore. Puis, il fut enfin dans la cour et' tourna la tête du côté de l 'air libre. Tout allait bien, à nouveau. Tout lui était restitué intact. Il avait maintenant grande hâte de marcher et s'élança en avant, t:îtant de sa main la c1ôtUl'e. Il ne pouvait plus attendre. Puis il appela, pur qu'à son tour il puisse entendre de joyeux appels, il se mit à rire pour que des rites lui reviennent à l 'oreille, en échange des siens. Et ces rires, il les entendit . aussitôt. Heureux comme il l'était, il retira sa main d~ la clôture, se retourna, étendit les bras et leva son visage souriant vers les rires qui fusaient de toutes parts, comme pour leur souhaiter la bienvenue. M'lis très vite, s{)n sourire se figea, ses bras se raidirent puis tremblèrent. . Car ce n 'étaient plus les rires qu' il avait connus jadis. Ce n'étaient plus ceux dont il avait vécu. 11 lui semblait maintenant que des baguettes le cingl'lient, que des sortes de fourches lui ar.rachaient la peau des os. , . Ces rires s'approchaien t, menaçants, comme pour le tuer. Puis, sournoisement, se retiraient pour mieux l'écraser ensuite. Des rafales de rire tourbillonnaient autour le lui, au-dessus de lui, et sa respiration, d-:jit, le quittait. Il hurla, essaya d'é!'happer à cette emprise, tomba et se sentit blessé au coeur par une multitude de coups et de cris. Ses vêtements trop grands le gênaient dans ses mouvements et ses souliers ne lui tenaient plus aux pieds. A peine s'était-il relevé, qu'il retombait. Devant lui, l~ rue l~i sembl:üt 'verticale, les rires lui courant maintenant dans 'le dos. li ne put 'retrouver la clôture, dé~orienté qu'il était. Puis il se sentit couché à même le sol, hurlant, dans le sang. la boue et l'obscurité. Q CANO la Grande Lnnnie rentra à ia m~lison, elle trouva 'l'enfant accTOIJpi sur le plancher, dans un coin (~ la ch:mlbre, gémis~nt et sanglotant. Il portait encore ses nouveaux vêtemenl~, "l.aintl"nant àéchirés, pleins de boue et, sur sq bouche et ses paumes IJe main, la Grande Lannie reconnut des traces de ~ng. Son coeur fut comme pris de panique dès que la porte n6 s'ouvrit pas d'emblée au bruit de ses propres pas dans les escaliers. Elle eut même un tel sursa ut, en voyant l'enfant ainsi accroupi, qu'il en fut effrayé jusqu'à fondre en larmes. Elle ne put d'ailleurs comprendre au juste ce qu'il disait: il était vaguement question de la rue, de rires à &on propos. Et ces rires il ne voulait plus les entendre, il ne fallait plus le laisser gagner la rue, plus jamais il n'irait dans la rue. Elle n'insista pas, n'essaya plus de comprendre. Elle le prit dans ses bras, le berça et, longl: ement lui dit de n'y plus penser, de ne plus s'e~ faire, puisque tout allait bien maintenant. Ni lui, ni elle, bien sûr, ne crurent à ces paroles. Sa voix, cependant, était a.ussi calmante que ses bras étaient chauds. Les larmes de Raymond lentement séchèrent. Elle le tenait toujours dans ses br~~, le berçant silencieusement, régulièrement, inlassablement. Puis, avec le plus grand soin, elle le remit SUT ses pieds et lui enleva la vieille redingote ?l. queue d'hirondelle de M. Ewing. • " • , : .: t ~ 1 .. , 1 1 ' • • _ ~ ~ !' .. . _ ., l', ~ '\ .. ~ ... : 10 DROIT ET LIBERTE -----------------.1,0r Septembre J 949. - N° 34 (102) r-----SOUS TOUS LES CIEUX--. reux et où ils apprennent à connaître el aimer d'autres peuples. " Je me suis assise sur le trône de la reine" ..• Londres, le 10-8-49 •. Chers Amis, De partout: de IIongrie, de Pologne, d'Angleterre, de IIollande, de Norvège et aussi des colonies en France: de Tarnos, de la Feclaz, de Pornichet, d'Aixles- Bains, nous parviennent· des lettres enthousiastes . d'enfants: · Quel bonheur de pouvoir assister au grandiose Festival de la Jeunesse pour la· Paix 1 Apprendre la démocratie de la vie collective, élargir ses horizons, remplir ses poumons d'air pur, c'est à quoi s'emploient les 2.500 gosses à qui, grâce .àtous les dévouements, la C.C.E. a pu oHrir.de belles va- Je vous remercie de m'avoir envoyée en AngLeterre car je passe ici de très bon~ .j, nes vacances. On .est heureux de vivre, là-haut sur la montagne, . sl~r -les plages immenses deJOcéan; aans tous ces pays étrangers où nos enfants reçoivent un accueil· chaleu- . cances sous de nouveaux cieux. UNEJOURNÉEA1A FÉCLAZ « L;r- voilà, la voilà ! ~ éclate le choeur des voix enfantines, et les index dépassant les fenêtres de l'autoc;,,' se tendent vers le but de ce long voyage de riuit. Oüi, c'est bien la colonie, Nous y sommes. Devant nouS, un immense plateau légèrement vallonné, couvert de pn1il'ies, de forêts de sapins et entour~ de chaînes de montagne. Quelques Inaisons par-ci par-hl, très peu. « Le Coin de Feu» qui abt'ite la colonie, est la plus belle bâtisse d'entre elles. Un peu plus loin, un chalet au nom de « l'Aurore )J, a,ppartient également à la oolonie. Des têtes d'enfants hronzées, les yeux brillants de gaieté ... Un chant jaillit, puis un ·a utre. Il est 8 h. 30 ~u matin, Et on attaq ue le petit déje unel' . Ils sOnt sagement installés autour des tables, leur moniteur il ·Ia place cI'honneur. Ils mangent ,des t:\I,tines beurrées avec leur chocolat au lai t. ' Ils sont sortis maintenant et un gl'Oupe commence à jouer au volley. D'autres s'a ffait'ent Sur un tas cie sahle. Quelques-uns jouent aux osselets avec des caiJ.loux qu'on trouve autour de la maison. Le problème ·de l'eau Dans la saHe à manger mai ntenant vicie, Mme Eva La nger, Directrice de la colonie, une femme active, IIlerle dont on voit la petite siUlouette partout, me raconte comhien le problème cie l'eau fut angoissant. « Tout est arrangé Il l'heure actuelle, mais il y a encore 10 JOUl'S, ce n'éta it pas drôle. La colonie était menacée tI'être privée d'eau à cause cie la gt'ande séche- Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2" Mo : St,Den:s Réaumur. Sentier Tél : GUT 78-87 ress~, Il a faUu en acheter à Cham,. faisons également cles promenades · bél'y à 1 fr. le litre ... Mais ~l présent, du soir. Nous partons à 21 heures et tout va bien. Bien entendu,· il ne sommes de retour à 22 heures, faut pas gaspiller Peau, m·ais il n'y « Les enfants sont groupés par 15, . a plus aucub clanger d'en l11an- au maximum. Cela permet au moquer ». Et elle m'emmène voir l'i.ns- niteur de bien connaître chaque entallation et, en pat,t ic'ulier, un mo- fant et c'est grâce à ce système qlJC teur grâce auquel il y a cie l'eau malgré le grand nombre cie colons, da.ns toutes les chambres. notre collectivité est si calme ». Et c'est l'occasion de monter dans . A 18 h . 30 : clÎner. Potage, IIanles étages olt je cOIl.!'tate que chaque cots et pommes de terre, un artichambre est pour~ue d'un lavabo lI,.chaut, fromage, prunes. il eau froide et chaude. Le parquet Et tout de suite apl'ès, les enfants est ·magnifique. « Le Coin de Feu» montent dans les dOl,toirs ' olt, une est vraiment un hôtel de I~txe . Quel fois couchés, i,ls écoutent leur mobonhelll' d'avoit, pu offrit, l nos en- niteur leur raconter contes et réfants un aussi beau cadoe ! cits. . Ma visite dure longtemps. Elle est Je quitte la Feclaz absolument interrompue par la cloche annon- émerveillé et je voudrais que toutes çant le déjeuner. Mais au fait, j'ai les mamans puissent voir leurs enfaim, très faim, cal' l'ûr de là-haut fants dans ce si beau cru:ke et dans vous creuse,.. cette joyeuse ambiance. Journées bien remplies Tout est bon et · abond~nt. Salade de tomates, viande, purée de pommes de tert'e, deux pêches. Je rt! garde les tables et je vois que les monitelll'S sont très attentiIs à ce que .JeLll's enfants finissent ce qu'ils ont dans l'assiette. Ici, pas moyen de resquiller! Soyez tranquilles, les 111arnans ! Le cléjeuner fini, c'est la sieste. Elle clure jusqu':'! 15 h. 30. Un silence absolu règne dans la colonie. Régine Grynberg, ëhef éducatrice de la colonie, est non seulement Une femme d'expérience dans .Je domaine cie l'éducation, puisqu'elle est institutrice de son métier. Elle est aussi celle qui, pendant l'occupation, a sauvé de nombreux enfants juifs cie la déportation et de la mort. C'est une vraie maman pour les en fan ts de la colonie . Régine me parle : « Nous avons déj~l ol·ganisé quelques excursions. A Aix-les..Bains, à Annecy et au lac du Bourget, en autocar. De temps en temps, nous faisons cles promenades matinales. « Nous org;lI1 isons a ussi des piqueniques d.ans .Ja montagne qui durent toute la journée. Avec les plus grands Cà partit' de 12 ans) BOUS R.T. A MARSEILLE Confiserie du Muguet ..•...................................•.••. Société anonyme au capital de 10 millions de francs 5, rue Maurice-Korsec - MARSEILLE • BERLINGOTS, BONBONS ANGLAIS, BONBONS ACIDULES, CARAMELS AU LAIT, DRAGEES SURFINES, GRAINS · D'ANIS, CAILLOUX DE - MER, PRALINES, BONBONS FOURRES, - HALVA, etc ... ARTICLES POUR FORAINS UNE MAISON 97, rue de Rome MARSEILLE AGENT OFFICIEL : PHI LI· P S Conditions particulières aux lecteurs de « DROIT ET LIBERTE :. La famille dans laquelle je suis, est très gentille, elle parle français. Je suis ,ohez Mme LUBBOCK qui fait partie de . l'organisation. Nous avons tous ·visité le zoo qui est très intéressant. VINGT-CINQ ENFANTS EN A trois peprises tous les enfants ont été réunis et nous avons fait une petite fête. . NORVÈGE . Hier, mardi, nous avons visité le Parlement et je me suis assise sur le trÔne de la reine, j'ai vu quelques salles qu'une bombe avait traversées et c'est malheu~ reux, car ~lle a démoli des vitraux et des sculptures dont nous avons vu quelques fragments et qui éta~ent tr~s jolis. J'ai visité le musée de Mme TUSSA UD qui - est un genre de musée GREVIN. . Un . groupe de 25 enfants de nos Foyers qui ont passé leurs vacances dans les familles juives de , Norvège, sont ren- · t.rés à Paris le dimanche 28 août. Les enfants sont très heureux de leur séjour et ne tarissent pas d'enthousiastes descriptions sur la gentillesse des gens et les beautés du pays. J'ai été deux fois sur la Tamise. Mar. di, nous allons à la mer où il y a des jeux et des manèges comme à LunaPark. Jeudi, je vais à l'Opéra pour voir un ballet, avec &emi et la famille dans laquelle je suis. , Ce qui m'a le plus impressionnée à Londres, ce sont Les bus à deux étages et qu'il faut conduire à gauche. • Je vous quitte en vous remerciant encore une fois car je suis très heureuse. NAISSANCE L,a Section du 14' de l'U.J.R.E. et la Commission Oentrale de l'Enfance du même arrondissement ainsi que Il DROIT ET LIBERTE Il, tien·nent à adresser I·eurs plus cordiales félicitations et leurs voeux sincères de bonheur à leu,r dévoué ami Maurioe EISENSTEIN et Madame à l'occasion de la naissance de leur petite NICOLE Q ... POMPES FUNEBR~S ET MARBRERIE , \ Edouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI 88-56. Nuit:TRI 88-61 AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléllm, Balatum Toiles cirées, Pilpiers peints, etc. Ets MAURICE WAIS 98. bOUlevard Ménilmontant PARIS-XX· • M.: Pêre-Lachaise. Tél. OBE 12-55 S1bCCUr."'lle : 40. rue de Rivoli. PARIS.IVACl~ PHC1rOC;RAPIIIIQUES H O·/lC!UAUHS UniQ"~ ,In ~on 'f'lnra A80f11NE~ENTS ._ puBtlcnr. lM PRES S. G. 8d P~'"",n .. , •. p,",.\/'. '',0.11.41 Lucienne PRZENICA. D~S INfANTS MlSSINS EN VACANCES Après les longues faLigues scolaires, les enfanLs messins onL aussi pupl;ofiLer "les vacances en plein air, dans le ca:çlre- agr:éable de l\1ercy-leHauL (Meurthe-eL-Mosell e). . S'éLalant sur un plétLeau situé à une alti Lude de ~OO m. du niveau de la mer, à quelques kilomèLres de la frontière belge, la colonie de vacances de l'U.J.R.E. de Metz vil son 30" jour ct 'existence pour cetLe année 1049.

Il faut savo~r tiret' pl'Ofit ons élé~ents en présenco. C'.est pourquoi nous pouvons aff ir.mc:r que nous avons pleinement atteint notre bu!;. Et tout d'abord püUI' oc q.u.i est de la situation mal,érielle d'exislence, grÔlce à Mmes Schmidt et Rosenhluin, économes, raI' les· efforts c;le tout Je service, les enfanls ont bé.néficié d'une nourrriture ahon:danl,.e et rS'Wbstuntielle, faite d'auLant d'uti le que d'agréable. Ce qui a P?r.mts à chaque petit colon d 8Joute'r troIs livres précieuses à son poids. Le grand air d'lclliLudo,. vif ~t sam, est venu reméodier à l'exisLenoe confinée de la cilé, lulLant de plein sucoès avec l'LnaWé- Lenco ct la routine él iminant le parasi Lisme · mic.r~bim de la grande ·viJle, et souv,en Les fois l'excès de friandises de la famille, L'Mfnnt sort souvent de la fa.~ ille avec une ooncep.tion égoïste de la vie. Au contad de rScs petils camaradcs et dcs peI'S'Onnes adultes, qui s'cfforlCcnt de guider la fOl'malio.n, tout le monde a bien voulu donner le meillC'ur de soi-m~me el, considérer l'inlér(;.l de la co,Joni e avec le sien pr-g,pre. Quinze jours apr-ès l'ouverture, nÜ'lIS avo ns pu donnCil' aux nomlJreux parents venus nous voir, une grand·e fête récréa,uve.

Durant un mois, les j~ux d'équipc, les ptomenades les sorties de jour et de nuit s·d son t suocédé à un rythme l'apide ct pOllr clOLurer un müis chargé une veillée avec feu de camp est venue divertir ).es. enfanL'3. , .. Ayec l'espoir quo Je deuxièm~ mOIS donnera réalisation à (,oua les espoirs, la colonie se terminera par une dornière gql.nde (I()pr·és·en tation théfltrale il. Mo1 z. Dr I\.ESs.LErt J ,. 'J" Septembre 1~. - .... 3 .. ilOl)--------------- DROIT ET UNRU ~ ',. • ,Jeunesse A un moment Dora qui' n'avait pas saisi une répDnse de l'un ~s }Jongl'ois qu.Jstionne en yiddish

" Mais que dit-il? ».A ces

parDies, le HDngrDis se retDurne brUsquement, lève la t~te vers DDra et, avec un tDn où l'Dn devine en m~me temps l'é/onne-' ment et la jDie: " Yiddish?» s'écrie-t-il. 1( Yid! » replique ,DDra. " Ya » hDche le llDngrois; alors dans le compa1'timent DÙ tous avaient suivi en silence ces brèves réplÛrues, ce fut du délire. Ceux qui savaient le yiddish se mirent avec enthousiasme à discuter. URe partie tIe 1.1 clélégoltio" _éricaine OIU Festival de lOI Jeune.se NOO'$ crion3 à t01LS ceux des' autres compa1'timents : " Vous VOUs 1'l!nd.ez ' compte, c'est un Juif! » NDUS le laissitmes avec regret aller manger et se changer. n revint vtJ/u en civil (c'était un agent' de police). . VoiCi quelques extraits d'une lettre 'Que nous envofe la déléga. tion rrança~ des Cadets à Bu' dapest : . Depuis près d'une demi-heure nous sommes en ,terre hon,groise. Dans le compartiment les Cadets réunis discutent, conversent. Soudain, comme des CDUpS de fouet, fusent des wagons qui nous précèdent, d'enthousiastes hDurras ! Nous nous précipitDns aux len~tres... Quel spectacle! C'est la J)remière gare après la .frontière. M ais ce qui frappe c'est qu'elle est petite et tant décorée, et 'qu'il Il ait tant de dra.. . peaux, de portraits, C'est si beau qu'un mome""t Dn oublie que c'eSt en notre himneur toul ça ... Le train' s'arr!te ; , des chants repris pa!' les jeunes des d'eux paliS s'élè·vent. L'orchestre entame l'ill/mne national hDngrois et le n,jtTe. L'émotion est à son cDmble ... Par l'une des pDrtières de notre u:agon viennent de mon,ter deux llongrois en uni.fDrme beige. Ils essayent par tous les mOllens de se faire compTlmdm. Les CadClls s'en emparent, les accablent de quéstiDns. Pierrot parle hongrois. Les autres demandent la traduction à ceux qui semblent com- ' prendre. En son !tonne·!).r nous avons chanté quelques chants iuifs. Il nous apprit sur la J/ongrie et plus particuliè1'ement sur les Juifs d'ici des choses très intéressantes don.t nous aurons l'Dccasion de reparler. n était dit que le premier Hong1'Ois que nous verriDns ser/ Jlit un Juif; ce sera sans doule, pc$'mi mes souvenirs du Fes,tivuz un d~ ceux qne je me remémorerai le mieux. Marcel DOREM. -- - ECI-IOS DU .- - *' Je salue le rassembl6 ment magnifique de la Jeunesse progressiste du monde », déclare le gTt1!Id chanteur Paul Robeson dans un message lu devant tous les jeunes rassemblés 'à, Budapest.

  • ' Vous êtes à l'avantgarde

du combat pOur la paix, et je suis sûr que vous vous convliccrez qu'il y a des mi11Loils de combattants à vos côtés, des dilzaines de n.iIIions de noirs, de jaunes et de blancs en Orient et en Occi. oent qui désirent une vie saine et une paix durable. " Recevez mes voeux les meillleurs. En avant pour 111 paiiX et la liberté 1 1) •• Guy de Boysson il fOUligné dans son discours au Festival Mondial de la Jeunesse et des Etudiants que " Ce rassemblement est \ •• Danses grecques p:éeentées à Budapest Une délégation de la Jeunesse Libre allemande participe au Festival Mondial de Budapest. Son représentant a déc/a ré : aux côtés des jeunes des autres pays. »

  • Au Théâtre hongrois 'Un

grand programme culturel • Vous verrez comme nous saurons ,lutter! La Commission Centrale de l'Enfance a reçu la lettre suivante d'un groupe de jeunes envoyés par, ses ~ins passer les vacances en Pologne ' : Dès le début, la première chose qui neAls vient à ridée est de vous remercier pour les magnifiques va': canees que nous commençons grâce à vous à vivre ici, Notre séjour en Pologne est très agréab!e. Partout où nous allons nous sommes reçus chaleureusement, par!o~ , nous trouvons la sympathie, nous nous sentGns soutenus et aimés. Que ce soit de la Bourse des jeunes de Szczecin, oue ce soit de l'Ecole Maternelle de Wrotlaw, partout nos jeuneS sortent éton'nés et !Duchés. Etonnés des réalisations ' et des possibilités nouvelles surprenantes pour eux: dans Szczecin détruit un immense bâtiment confortable mis par le Gouvernement à la disposition de l'O.,z.P. siège Central. A Szczecin enc~re, un agent de police nous regarde curieusement charger nos bagages: A la fin il ne peut tenir, s'approche et dans la langue la plus pure de Sholem Aleichem

« Fin vau komt ir. " ? »

Nous sommes arrivés vers le soir fatigués à · noüe Do~ Dziecka, à Pieszyce. La directrice nous a fait enlier dans un magnifiQUe ,salon, où, entre un poste de radio, un piano à queue et une grande bibliothèque, se reposent les enfants de la maison. Et ils nous a fallu toute la journée du lendemain pour visiter tous les coins de J'immeuble. Construit par les Allemands pour le repos de la Hitlerjugend, il a b:é mis par le Gouvernement de la République Populaire Polonaise à la disposition de l'O.Z.P. pCAlr y accueillir les enfants de déportés. Mieux .gue cela: le Joint participait pour quarante pour cent aux frais d'entretien. Le mois prochain le Gouvernement prend en charge toute la trésorerie. Libres, en sécuri'lé absolue. Sans crainte de chômage, sans crainte de misère, ils peuvent travailler à la construction d'une Pologne socialiste. Je vous ai dit au début de cette lettre que notre séjour en Pologne était très agréable. Il n' est pas que cela. Il est aussi très instructif. Shymon Zacharias venant nous voir à Pieszyce nous a - demandé d 'ouvrir bien grand nos yeux sur la Pologne nouvelle, Que notre grand ami soi,. rassuré. Nous voyons et nous' étudions avec avidité, nous en tiwns les conséquences, et lorsque nous ·retournerons en France, vous verrez comme nous saurons lutter'. Rachél CHIMISZ. une très importante mani- Komsomols, le gouvernefestation pour la paix, la ment soviétique et le Parti plus puissante activité des bqlchevik aident en toute forces -de paix depuis le chose notre vie sportive Congrès Mondial des Par- aussi bien matérieIJemeilt tisans de la Paix à Paris.» que moralement. Le sport Il a souligné le renforce- a pour but essentiel, chez ment de la solidarité iflter- nous, de veiller à la santé « Tout Allemand sincère se réjouÎlt de ce que les meilleurs jeunes filles et jeunes gens de notre pays auront la possibilité ' de prendre part à cet'e manifestation en faveur de la paix et de la dén.ocratie. international a été présen- ~-----""!,--------.... nationale de la Jeunesse. de la jeunesse. " J'exprime la plus I?ro- « Après la guerre, nous fonde gratitude, a-t-Il awu- avons consacré un milJiard té, pour la préparation et et demj de roubles à la rel 'organisa,ion impeccables. ' t t d . tallade ce Festi~aJ. Aucun par- "!lIse en e a es ms tici.pant du Festival n 'ou~ tlOns sportives détruites bliera jamais la réception . par rxl les occupants allecorôiale et amicale qui l'a ma s. accueiUi à partia' du mo-' "En outre, nous organiment où il a frapchi la sons chaque année 1 SO 'ronti~re hon*gr oise. » championnats de l'Union Soviétique dans les différentes branches sportives.

  • ' Avant tout, a déclaré Toutes les Républiques

Ro"wnov, 'délégué des fédérées y prennent part ». « Tout Allemand honnête compren.j la si.gnirication de la participation de la Jeunesse allen.ande au Festival et se rappelle avec reconnaissance que c'est la victoire de l'armée 50viétique sur le fascisme qui a permis à la Jeunesse allemande d'être maintenant té. Un choeur viennois de 42 exécutants, la musIque et les danses populaires de la ,délégation mongole ont remporté un vif succès. Le public a beaucoup apprécié un choeur de jeunes Belge~, et la chorale israélienne de 45 executants. 20 jeunes ltaliens de Teramo, en Italie. sont arrivés à B·udapest. Ne pouvant payu les frais de voyage, ils sont venus par camions jusqu'au Festival. OUVERTURE D'UNE ECOLE D'EBENISTERIE AU CENTRE ORT, DE MONTREUIL ' Section de Marseille du COMITE FRANCAIS POUR LA DEFENSE DES IMM ICRES Une grande école d'ébénisterie - pour , la formlltion de spécialistes d'ameublement sera ouyerte au déqut de l'année seo' Iaire )949150, Durée des 'études : ] ans, L'inscription oes j'e'u'nes gens ' âgés de ) 4 à ) 6 ans est reçue dès maintenant à l'EcOile ORT, 45, rue Raspail, à Montreuil. (Métro : Robespierre,) GRANDE FETE CHAMPETRE de "Amitié entre Français et Immigrés pour la défense de leurs intérêts commUns et cie la Paix. AU CHATEAU PASCAL, A LA VALRABEl..LE, (arrêt cie. trams Il" IS ct 40) . Sa11lecli 3 septembre, à 21 h. Ba] en plein air avec ùes Attractions artistiques -Nol'nbre.u·x stand. BuBet - Tombola. Dimanche, 4 sept., à 10 h. Ouverture cie la Fête. CONCOURS DE BOULES Grand concert artistique et folklorique. APPEL AUX IMMIGRÉS Le Comité Frànçais pour la défense des immigrés pl'ofondément ému pa'p la tel'llble catastrophe qui fra.ppe le Sud-Ouest de la Fi'ance, podant au sein de mi;J]iers de famiUes Ifrançaise ~' et immigl'écs lc de4lil et la ruine, fait appel aux sentiments ' génércux de touS les Î\nmigrés pour qu'ils contribuent au grand mouvement de solida l'il ~ national lancé P{ll' la C.G.T. 00 faveur de tollS le~' sinistrés. Comme dan~' cllaque épreuvc difficile, les immigrés se trouveront aux cOtés de leurs frères franç',uis dans le malheur qui les frappe et contribueront lal'gement. à l'aide aux famill es sinistrées. ' Le Comité Français pou,r la défense des immigré~' s ' in s cl' it pour un premier versement de 10.000 fl 'ancs. II fait a.ppel à tous les imlniWés pour qu 'ils versent leurs dons il sQn comptle C,C.P. 1514-51" et qu'ils apporle nt leurs dons en nature 11 son 5ièg-e social, 15, nlC (ln Faubourg-Muntmartre, Paris (!je) ou qu'ils se joignent au collecLage organisé par la C.G.T. K . . A Aix-les-Bains a_l ... ...._.. ____. .. ._ - A la dale' du 6 août; les enfants de noire colonie d'Aixles- Bains Qnl p1'ésenté, ensemble avec un !J"oupe de colons de ,la F~claz, un magnifique p1'ogramme devant 50) JJ~"rsonnes en vtllégiatuTc à Aix. , A Tarnos 'J'a; passé un bon mois de v,a cances" Le dramatique incendie des Landes s' est heureusement écarté de la région o. se trouve la colonie de Tarnos. Les dirigeants de la colonie avaient pris les dispositions nécessaires pour faire face à toul~ éventualité. Mais la vie de la colonie_ a pu se poursuivre normalement. Témoin, cette lettre d'une enfant, quelques jours avant son départ cle Tarnos. Je sui3 un 4( colon » Je la colome de Tarnos, mais je repars à Paris. C'esl oraimenl très regret/able et bien dommage mais il faur bien que d'autres enfants aillent en vacances. Enfin, ce que je peux dire el en loute franchise, c'e31 que j'ai passé rm bon mois de VaCD11ces. C'était magnifique el je me sùis vraiment bien divertie groce à nos chers monileurs el à nos directeurs qui 0111 tout fail pour n;ous faIre plaisir. Vive la Commission Centrale de l'Enfance! V ive les moniteurs el vive le3 directeurs el au plaisir de les retloir l'année prochair..e ! Jeannette E.STRACH. UNE ÉCOLE POUR LES TRAVAILLEURS SOCIAUX · A VERSAILLES Le bUl'call du JOINT pOUl' l'EUrope fi l' I'(·é à Ver oilles une école, l'école Paul Bael'wald, pour les travailleurs 90ciaux que le Ur. Ph. Klein a ~t.é éhargé de mettr!l SUI' pied. Celle école est destinée aux Lravllilleurs sociaux ayant déjà une expérience tians le domaine social el 4R\sireux de se perfectionner el d'approfondir leurs connaissances. Les cours durent un an, commen' cent en octobre pour se terminer courant juiJ1et. Ils nécessitent une présence de toute la joul'I1ée. . 1\ est ' prévu de recruter les cllndidaIs dans lous les 'Pays d'Europe, y ,compris la France, Droit et Libertê · RédactiôÏi"~ét·"ad~iiJ.~~trat10n 14. Rue de Paradis, Paris X· Tél- • PROvence !oO-47 , 90.48 C.C.P Parls 607~98 .- Tarif d'abonnement : 3 mois ........ 150 frs 6 rpois ........ 300 frs 1 an 0 ...... '.. 600 frs Etranger : Tarif double. Pour tout changemcnt d'adrcsse. prière de Joindre la dernière bande e! la somme de 20 francs, OLe gérant: Ch. PVEZARÊK Imp. CUDtrale du Crolooant, 19. rue da Crol8aant, Pana. JI-,.;... .-__-CE . '·~ _- ~,~ .L A Grande Lannie faisait des journées dans les villas des dames oifives et sans soucis. Elle lavait leu r linge et leurs soies. Elle le faisait d'ail- 1 soin de son petit-fils... Ces dames en fuIent f9rt incommodées, après tant d'années de travail réguliet, mais leur mécontentement ne s'tx!)rirrla que par des haussements d'épa-ule et un ton plutôt froid. Chacune, de son côté, en vint à conclure qu'elle s'était montrée trcip bonne avec la Grande Lannie et, qu'inévitablement, celle-ci s'était permis d'agir de la sorte. « Franchement, ces nègres I l )l déclarait chacuné à son amie. « Décidément. tous lës mêmes, que voulezvous! )l La G~ande Lannle vendit la plupà.rt des objets qu'elle avait en prop·re. Elle prit une chambre avec fourneau. Et là, dès que les • d'aveugles, que les voisines se seraient bat- aucun dOIQ.estique, si digne de confianc~ tues à coups ·d~ pierres, de barres de fer et fût-il. . d'eau bouillante pour soustraire l'enfant à Avant la naissance de Ray,rnorrd, la l'emprise de l'intrus. Grande Lannie avait été faire la lessive, le 8 'IYMONfJ, lui, ignorait le ~al. Quand il repassage même, chez Mme Ewing. Mais J.i\t: fut assez grand pour de:;cendre seul ' depuis lors, les machines à laver de Mme . Ewing avaient vu s'opérer de nombreux les escaliers et gagner la rue, chaque Jour devint pour lui une nouvelle source changements, et non \!n mieux, Mme Ewing d'émerveillement. Il se tenait bien . droit, voulut bien reprendre ,'la Grande" Lannie. quand il de:eendait dans la petite cout Elle s'en excusa auprès , dé 'ses atnies, en qu'entouraient de chétives baraques de bois recourant à la toujours effica~e méthode de et, lentement, tournait la tête à droite puis l'auto-critique. Elle savait bien qu!elle était é une bécasse, disait-elle, après . .la façon à gaLldle, comme. si l'air lui eut té un lé- d'agir à son égard de la Grande Lannie. gel' et" allégea'nt liquide. Camions et voi- Mais que voulez-vous, ajoutait-elle en riant tures avaient déserté cette rue, qui se per- bien un peu d'elle-même, quiconque a de sincères remords peut toujours revenir à leurs parfaitement bien' - si bien que quelques- unes de ces dames le lui avaient même dit. La Grande Lannie était une épaisse et lente créature, . négresse au teint brun-noir intense, exception faite de ses paymes de mains et du revers de ses doigt., qu'avaient délavés la vapeur et l'eau de savon, jusqu'à leur donner une couleur de gutta-percha. Elle était lente d'être volumineuse, d'avoir aux j.ambes des varices qui lui faisaient sacrément mal, d'avoir un dos qui bien Souvent la tyrannisait. Elle ne s'en pla.ignait d'ailleurs pas - pas plus qu'elle ne. ~ongea it ,à y 'remédier. Elle souffrait, voila tout. · . . Bien des choses lui étaient arrivées. Elle àvait eu des enfants, mais ses enfants maintenant étaient morts. Tout comme son mari, qui avait été, sa vie duran~, un de ces hommes qu'un rien réussit à rendre heureux. Aucun de 5es enfants n' était mort en naissant. Ils avaient vécu jusqu'à Vâge de quatre, sept et dix ans, de sorte qu'ils avaient eu tout en eux POU'[ qu'elle s'y atta- GRANDE NOUVELLE INÉDITE moi. Bien sûr qu'elle était une grande bécasse d'agir de la sorte, mais qu'y faire, elle était ainsi faite. M. Ewing, disait-elle derrière le dos de son mari, 'l'avait toujours comparée à une 1xmne petite poire. de orothy PARI{ER La Grande Lannie n'avait pas de mots pour remercier assez Mme Ewing, lui dire ce que signifiaient deux jours de travail assurés chaque semaine. Du moins était-ce un travail relativement assuré. La Grande Traduite de l'anglais par JAN SIMON chât. Et dans le coeur de la Grande Lannie, il y avait place pur beaucoup d'amour. crens de l'hôpital le voulurent bien, elle L'un de ses enfants avait été tué dans un ~mena Raymond et prit soin de lui. A lui accident et l·es deux autres étaient morts seul, n'étai.t-il p~s tou,s ,ses enfants? , d'une maladie qui eut. été assez bénigne, E.tle avait touJours ete une personne ecos'ils avaient eu de quoi se bien nourrir:, un nome, qui se contentait de peu, avait vécu peu d'espace où s'ébattre et un peu d'air. longtemps se ule. Si coûteuses qu'aient été pur à respirer. Seule, Arlène, la cadette, at~ les funérailles d'Arlène, il lui restait assez teignit l'âge adulte. pour subsister un certain temps, elle et Arlène était une grande fille, pas aussi Raymond. Et puis, la Grande Lanni~ ne noire que sa mère, mais douée d'une même s'inquiétait de l' avenir qu'à bon esoent. vigueur de teint. E.1le était si mince que ses L'inquiétude ne la gagna donc pas d'e~os semblaient devancer son corps quand blée mais plus tard, quand elle ne dormait elle ma~chait. Ses jambe,s grêles' et ses déjà plus et que la nuit, immobile, lui angrands pieds sur talons hauts évoquaient un ncnçait un nouveau jour à vivre. dessin d'enfant. Elle avait une tête qui Raymond était un enfant faci~e, ,calme .et se~b!ait lui être t~op lourde, des épaules patient, ainsi étendu dans sa caisse de bOlS, vou tees au-dessus d un petit ventre saillant. dirigeant ses mains délicates vers le moinDès son jeune âge, les hommes lui cou- dre btuit qui, pour lui, était lumière et raient après. couleur. Il semblait à la Grande Lannie Arlène avait toujours été une gosse délu- qu'un rien de temps s'était écoulé depuis rée j c'était d'ailleurs une des nombreuses ;a. naissance et, déjà, le voi!à q~i coura~t choses dont la Grande Lannie aurait eu tout dans la ~hambre, sur &~S p'ettts pl~d:s rapllieu de se plaindre. Mais enfin, c'était ainsi, des. et surs, les' bras ete.ndus. quand les et la Grande Lannie ne pouvait que lui ap- amis de., la G.ran.de Lanme le vI~ent pour porter dt;s cadeaux, lui faire des surprises : l~ premlere fOIS, .11 fallut leur exphquer qu~ fallait bien que la gosse continue à aimer 1 enf~nt ne v~ya1t pas. :, . ', ' . sa mère, qu'elle s'en aille pas de la mai- PUIS. -+- ,et a n~\lv;~u ,le t~IÙlPS IUl !lvalt . son 1 Elle avait coutume de lui apporter paru. SI court ~ 11 sut s ~all:.llleir t,out !s~u.J, .des petits flacons de parfum fort, des bas ' OUVflr la por!e a sa .grand r;ner;, delac~r se~ clairs de soie fine et des bagues serties de - chaussures de s.es Pl~~S fat~gu~s et .1.Ul parperles vertes et rouges. EUe s'efforçait de 1er de cette V~IX qu 1·1 avait SI clalle. choisir au mieux ce qu' Arlène aimai~ b~en. lE LLE travaillait ça et là, de façoil irréMa. ls chaque fOI~ que la .gosse rentrait a la gulière et sans oser compter sur quoi maison, elle avait aux dOigts de plu~ voyan- que ce soit. De temps à autre, une voisine lui signalait un récurage à faire ou, parfois, elle remplaçait une amie malade. Elle s'en alla donc retrouver les dames chez qui tes bagues, des bas plus fins et des parfums plus forts que n'en pouvait lui offrir ~a mère. Il lui était arrivé de rester chez sa mère deux jours de suite, parfois même plus d'une se'11aine. Puis, la Grande .Lannie rentrait un soir de son travail et !a gosse était partie, sans laisser ·un m~t pour elle. La Grande Lannie n'en continuait pas moins à lui apporter des cadeaux, qu'elle disposait sur le lit d'Arlène, jusqu'à son ret.our. , Lorsque Arlène attendi.t un enfant, la Grande Lannie ne le sut pas Arlène s'était absentée depuis de nombreux mois. La Grande Lallllie comptait les jours, mais en vain. Elle n'avait aucune nouvelle de la gosse, quand les gens de l'hôpital la firent venir au chevet de sa fille, qui avait enfanté d'un fib. Elle fut là 1uste à temps pour entendre Arlène artiéuler 'le nom de l'enfant et voir ·sa fille mourir. L'enfant s'appela donc Raymond. De qui Raymond portait-il le nom, si encore il portait le nom de quelqu'un ? La Gra~de Lannie ne le sut jamais. C 'J~TAIT un long bébé, légèrement coloré, .--: aux gran?s yeux l aite~x qui regardaient tout droit vers elle. Il se passa bien quelques jours aval)t qu'on lui apprit que l'enfant était aveu~le. . , La Grandè Lànnie s'en a lia v'oir s"uccès-' sivement toutes les dames chez qui elle allait travailler, car il fallait leui C'xpliquer qu'au cours des prochains mois, elle n~ pourr,1Ït pas revenir. Elle devait prendre . elle avait longtemps travaillé, pour leur demander si elles voulaient bien la reprendre, mais, la Grande Lannie se fit peu d'illusions après s'être rendue ·chez la première. " Comment, mainten'tnt, vous osez ! )l di .. rent ces dames. « Comment, vous osez, maintenant ! )l Les voisines de palier voulaient bien avoir un oeil sur Raymond, pendant que la Grande Lannie s'en allait chercher du travail. Il ne leur était d'ailleurs pas une charge considérable et, seul comme il l'était, n'en jouait pas moins sans se plaindre. Il restitit assis de longues heures et chantonnait vaguement, tout à son travail. On lui avait donné une' bobine de bois munie de petits clous et, à l'aide d'une épingle à cheveux, il tressait des fils de laine avec une rapidité qui défiait la vue, tandis qu'un long cordop de laine bigarrée s'écoulait par le trou de la bobine. Les voisins enfilaient pour lui cette laine dans de grandes aiguilles émoussées, puis il alignait ces longs cordons qu'il cousait ensemble en d'assez curïeuse, nattes. La Grànde Lannie les disait même si merveilleuses, ces nattes, et Raymond était fIer lorsqu'elle lui annonçait les avoir vendues le plus aisément du monde. Mais ça lui était dm, lorsque dè nuit, pendant que l'enfant dormait, elle devait défaire ces mêmes nattes, laver cette lai~e- et l'étirer de telle sorte que Raymond, de ses doigts adroits, ne la puisse reconnaître le lendemain, quand il se rerhettrait au travail. La crainte, jour et nuit, ravageait la Grande Lannie. Elle n'osait s'adresser à une organisation d'entr'ai-cle quelconque, de peur qu'on ne lui enlève l'enfant et qu'on le mette dans une institution - ce mot qui lui était comme interdit et que les voisines n'articulaient qu'à voix basse. Car les voisines, de leur cêté, fabriquaient de filandreuses hi stoires sur ce qui se passait dans certaines élégantes maisons aux bords de la ville et, 's 'il leur arrivait de passer à proximité de ces b5tisses, elles pressaient le pas, comme on l'eut fait près d'un cime- . tière et, rentrant à -la maison, dIes se sentaient des âmes d'héroïnes. « . Quand vous otes pris dans une de ces boîtes )l, chuchoüLÎent ces braves femmes, « ils vous lacèri'nt le dos à coups oe fouet et, si par malheur, vous vous effondrez, c'est la figure elui prend. " Aussi, quelqu'un eut-il pénétré dans la chambre de la Grande Lannie pour emme'ler Raymond dans un asile Lannie, comme le 1 ui fit remarquer Mme Ewing, n'était pas sur le point de radait dans une sorte de terrain vague jonché jeunir et av~it toujours été lente. Mme de ressorts' de lit rouillés, de bouilloires Ewing la maintint d'Ûnc dans un perpétuel trou.é,es, de chaudrons défoncés. Les gosses état de stimulante insécurité, en se réféjouaient sur ces épaves, tandis que femmes rant. bi,en souvent à toutes les femmes plus et hommes, de leurs fenêt[f~s, s'interpellaient fort~s et, plus rapides q~'elle et qui cherà voix hautes et gaies. Raymond entendait chalent egalement du travail. beaucoup de rires et il riait à son tour en Dewc jours de travail par semaine ? Aux dirigeant ses mains vers eux. yeux de la Grande Lannie, c'était assez Au début, les gosses interrompaient leurs d'argent pour payer son loyer, ,on bois, et jeux lorsqu'il arrivait. Ils se réunissaient se procurer presqu'assez de nourriture pour tranquillement autour de lui, l'observaient, elle et Raymond. Quant au reste, elle décomme fascinés. On leur avait parlé ;lu mal pendrait de n'importe quel autre sale tradont so uffrait l'enfant et ils éprouvaient vail qui lui tomberait sous la main. Elle pour lui une sorte de pitié craintive. Quel- n'arrêterait certes pas d'en chercher. ques-uns d'entre eux lui parlaient d'une Craintive et reconnaissante à la tois, elle voix hésitante et timide. Heureux, Ray- travaill ait d'arrache-pied et le linge de maimond riait alors bien haut et tendait ses son lui valut pas mal de compliments. Soumains - des m;:uns d'aveugle, étrangement vent la Grande Lannie, en arrivant le rhasensibles et grandes ouvertes à toutes ces tin ou e;n partant, le soir, :rois~it M. Ewing. voix nouvelles. Les gosses se retiraient Un pettt bout d homme a pelOe plus haut al?rs, de peur que ~es étranges mains ne que Raymond, celui-là. les touchent. PUIS, bien un peu honteux de / Car .Raymond grandissait si vite, qu'il s'être ainsi brusquement él'Ûignés de lui - semblait chaq.u~ matin .plus haut Et sa prode lui.qui ne pouvait même pas s'en aper- menad~ .quotl~lenne, Il l'entrevoyait avec cevoir - ils lui adressaient de bienveillants un plaiSir crOIssant, elle qui lui était une " au revoir )J et se retiraient sur la rue, en source toujours nouvelle d'expériences l'observaat longuement. dont il se' plaisait d'ailleurs, à entretenir 1~ A n'ouvbau seul, Raymond s'en: all.ait jus- Graildt; La!l,~ie, quan? elle rentrait le soir . qu'au bout de la rue. Il s'orientait en effleu- Il aVait malOtenant cessé d'être l'objet de rant légèrement des doigts la clôture déla- tous les regards de la ntt', Les' enfants brée qui longeait l'espèce de trottoir s'étaien~ si bien habitués à lui qu'ils ne le boueux, et, tout en marchant ainsi, il fre- regardaient même plùs, et le~ hommes et donnait de vagues petits airs sans paroles. femmes, de leurs fenêtres ne le remarCertaines persoones, de leurs fenêtres, lui q,uaient 'plus assez pour l'~ppeler. Mais il clisaient bonjour et il leur répondait avec 1 ;gnoralt. Il n'en. continuait pas moins à des s.ignes de main et de J.arges sourires. repondr'e par un signe de la main au moin. Quand les gosses, l'ayant oublié, riaient à dre cri de joie, puis repartait en fredonnant nouveau en jouant, il s'arrêtait net, puis se retournait vers ces rires comme vers le soleil. - Le soir, il parlait de sa promenade à la Grande Lannie, se frappânt vigoureusement les genoux et riant tout bas en songeant à tour les rires qu'il avait entendus. Lorsque le temps était par trop mauvais pour gagner la rue, il reprenait son tissag·e et ne cessait de parler du lendemain qu'il irait passer dehors, cel ui-là. . LeS voisines faisaient ce qu'elles pouvaient pour Raymond et la Grande \Lannie. Elles donnaient à l'enfant cùes vêtements que les leurs .!l'avaient pas tout à fait usés, elles apportaient un peu ·de nourriture quand elles en avaient de trop - ou qu'il lc-ur en manquait. La Grande Lannie s'en tirait ainsi une semaine, priant pou~ que la suivante ne s'en distingue pas trop. Et les mois s'écoulaient. Puis les jours se firent de plus en plus rares où du travail s'offrait à elle, et la Grande Lannie ne pria plus pour les jours à "\'enir, elle qui n'osait même plus y songer. CC E fut Mme Ewi1lg qui sauva Raymond et la Grande Lilnnie de la faim et leur permit de continuer à vivre ensemble. La Grande Lannie ne se lassait pas de le répéter. Elle bénissait quotidiennement Mme Ewing et, de nuit, eut prié pour elle si la Grande Lannie n'avait su, de façon' d'ailleurs assez obscure, que toute intercession pour Mme Delabarre .Ewing tenait de l'impudence. . Mme Ewing était une personne en vue dans la ville. Quand elle s'en allait en visite à Richmond, ou quand elle rentrait d'un voyage à Charleston, où elle allait jeter un coup d'oei l expert dans les div:erses p!anta,tions d'azalée~, le journal en f.aisait regulterement mentlOn. C'était même une f~n:me parfaitem.ent consciente de l es pres- . tlgleuses obhgatlOns. Membre éminent du Comit~ de F,?nds \ublics; c'est à elle qu'inc. ombalt la tache .d orgaplser et de préparer l 'annuelle excursIOn qUI procurait les fonds nécessair~ à J'élabora,tion de plates-bandes cie bégonias tout autour du canon devant .le siège de .la D.E.R. :"Et ce n'est là qu'un exemple, entre bien d'autres de ses fOl1ctj~, ns'publique~, et qu'oïl. se (]j'se bien qu'elle' n etait pas molUS à la page dans sa vie privée. Elle avait UI1'C waison modèle que l'alJsence d'enfants lui réservait à elle' seule et à son ma,ri, et n'en confiait l'entretien à ses vagues petits airs, tournant la tête vers les rires It.s plus futiles . p , UIS ce.tte belle série. de jours s'interrompit brusquement, comme arrachée , d'un c.a lendrie; qui, n:aurait connu que d heu~eux JOurs. VlOt 1 hiver, un hiver si soudain, si dur, qu'aucun autre hiver de mémoire d'homme, ne supportait la cO~lparaison. Raymond n'avait rien à se mettre pour s'en aller d.ans la r \le. La Grande Lannie rallongea autant qu'elle le put ses vêtements devenus trop courts tellement usés d'a,:oir été tellement portds, et qui craquaIent en de toujours nouveaux endroits quand elle essayait de faire tenir ensembl~ les deux lambeaux d'une déChir-ure. Les voisins, de leur côté ne pouvaient plus se dessaisir de grand'~bose. Tout ce qu'ils avaient, les leurs en avaient maintenant besoin. Et puis, il y eut ce nègre dément, d'une -ville voisine, qui tua sa patronne, et la terreur avait déferlé sur la région. La panique était telle que des représailles ' s'en ·s uivirent. Les employés. et ouvriers nègres furent. congédiés e~, pour eux, de. nouvelles occaSIOns de travaJ! ne se présentaient pas. Mme Ewing, ii est Vraj dont la bonté de cecur était réputée au poil1t q_on la lui reprochai.t comm~ une Crt'ell~ , comme un danger meme, gttlda sa "Irs~,veuse noire à ses services. Plus que jamai~, la Grande Lannle eut de bonnes rai sons cre la bénir. i (Sutte en page n.) t

Notes

<references />

Format JPEG