Droit et Liberté n°247 - novembre 1965

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°247 de novembre 1965
    • Le procès des chambres à gaz: compte-rendu d'audience pae Marguerite Kagan et témoignage de Louis Martin-Chauffier page1&4
    • La haine à la une page1&5
      • Tous responsables? par Samuel Lachize
      • Portrait d'un imbécile par Morvan Lebesque
    • A Rendsbourg, les S.S. étaient au rendez-vous
    • Rhodésie: le coup de force des racistes page1&2
    • Le dur combat du pasteur King par Nicole de Boisanger-Dutreil page1&3
    • Tragique bouffonnerie par Oncle Tom
    • Concile: la "Déclaration sur les juifs" page3
    • O.N.U.: Vers l'adoption de la Convention contre le racisme
    • L'exposition Lincoln à travers la France
    • P.H. Maucorps, A. Memmi, et J.F. Held ont présenté leur livre "les français et le racisme" à la presse et aux amis du MRAP
    • Gala du MRAP le 21 Novembre à Pleyel

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

A RENDSBOURG (République Fédérale Allemande) LES S.S. , . 15 NOVEMB~E . 15 DECEMBRE 1965 N° 247 Un franc etaient au 1 rendez-vous ~--------------------------~----------------.--------------------------- Le procès des chambres ·4 GAZ Malgré les multiples protestations, le gouvernement (le Bonn a autorisé le rassem· blement d'anciens Waffen S.S. annoncé il y a quelqlles semaines : celui·ci s'est tenu, comme prévu, à Rendsbourg, en présence de plus. de. millll pal,"ticipants, dont 150 venus de l'étranger. Au cours de cette réunion, où furent évoqués les « exploits» du passé et proclamé le « droit» des S.S. à être considérés comme de simples' anciens combattants, l'assistance acclama tout particulièrement l'ex~colciner·général Sep ' Dietrich (indiqué par la flèche), criminel de guerre notoire. • AUTEUR D'UN ARTICLE PUBLIE PAR « RIVAROL », où il niait l'existence des chambres' à gaz dans les camps hitlériens, et où il diffamait les déportés pour « blanchir" les S.S., le sinistre Rassinier a été sévèrement condamné par la XVII' chambre correctionnelle. Espérons que cette excellente décision donnera un ' coup d'arrêt aux campagnes odieuses menées dans les mi lieux d'extrême-droite pour falsifier l'histoire, pour faire oublier les crimes com· mis par les nazis et leurs complices . On lira, en page 4, le compte rendu de l'audience, ai nsi que le témoignage de Louis MARTIN-CHAUFFIER. '" Le M.R.A.P., comme nous l'àvons raplGrté dans notre dernier numéro, uvait protesté auprès de l'ambassade ' - de la R.F.A., et demandé, dans une let· tre au ministre français des Affaires étrangères qu'une démarche soit faite en vue de l'interdiction de cétte inso· lente manifestation. Une telle demande se fondait à la fois sur le caractère de défi que le rassemblement de Rends· bourg représentait à l'égard des victi· mes du nazisme, et sur les décisions du Tribunal de Nuremberg, qui déclara collectivement criminelle la formation des Waffen S.S_ Après l'adoption par le Concile de la DECLARATION SUR LES JUIFS • QUELLE EST LA PORTEE, QUELLES SERONT LES SUITES de la « Déclaration sur les juifs » adoptée par le Concile? C'est maintenant le problème qui se pose, par delà les controverses, pour tous ceux qui poursuivent le combat contre les préjugés antisémites, et qui entendent favoriser la compréhension, la tolérance et ['amitié entre tous les hommes sans distinction de race, d'origi ne et de confession. C'est sur ce thème que le M.RA.P. organise, le 18 novembre, à l'Hôtel Moderne, un important débat, avec la participation d'orateurs très divers, comme on le verra en page 3, où nous reproduisons le texte intégral du document voté par Vatican II. RHODESIE : Le coup de force des r aci~tes • MALGRE LES AVERTISSEMENTS REITERES DE L'O.N.U .. Les résolutions imPératives des chefs d'Etat africains réunis à Accra, sous l'égide de rO.U.A., les menaces de boycott économique dit gonvernement de Londres, M. Ian Smith, premier ministre de Rhodésie, a proclamé unilatéralement l'indépe7'ldanoe de ce pays, an seul profit des 220.000 blancs qui font peser le joug de la ségrégalion sur- les 4 millions de noirs. Test pOllr les tenants de l'apartheid, moyen de sauv.egarder de puissants intérêts financiers, ce coup de force aura sans aucun rJ.01tfe de multiples et dr01natiques conséquences . . Désavoué pa~ la Grande-Bretagn.e, qui n'est cependant pas décidée à intervenir militairement, il représente lm grave danger rouI' l'Afrique, par-. cc qu' il illustre l'agressivité des forces racistes qui n'accepteNt pas d'abandonner les prérogatives et les richesses accaParées au. détrilllellt des Africaills. (Voir page 2.) L, A HAINE a la « une , » • • LES FOMENTATEURS DE HAINE RACISTE SE DECHAINENT. A partir d'un faitdivers, odieux il est vrai, ils englobent dans la réprobation qu'il suscite, l'ensemble de la communauté algérienne. Selon une méthode éprouvée, ils dévient sur le terrain « racial » un problème d'ordre social. Au premier rang de la meute, se distingue, bien entendu, « Minute », l'organe qui patronne Tixier-Vignancour et qui lança « Les Juifs », de Roger Peyrefitte. « Minute» dont le rédacteur en chef, Brigneau, fait appel, dans un magazine de télévision, aux instincts les plus bas et les plus stupides pour provoquer au racisme contre les noirs. En page 5, Morvan LEBESQUE et Samuel LACHIZE démontent cette double opéra: tion. Avec le • LE PASTEUR MARTIN LUTHER KING, Prix Nobel de la Paix était, ' le 24 octobre, l'hôte de Paris. Au Gours de son très bref séjour, sous l'égide de la Fédération protestante, il prit la parole à la Mutualité : meeting vibrant où s'exprima avec force la solidarité des antiracistes françaiS avec tous ceux qui luttent, aux Etats·Unis, contre la ségrégation. les préjugés et les violences dont souffre la population noire. Liant ce combat à celui que poursuivent dans le monde entier les victimes de l'oppression co· loniale, l'orateur devait souligner à diverses reprises que « les peuples opprimés ne peuvent le demeurer toujours. "

  • Notre collaboratrice Nicole

de BOISANGER·DUTREIL, que l'on voit ici avec le pasteur King et le président du comité des Américains en France pour le soutien de la lutte antirac iste, évoque en page 3 cette manifestation et les problèmes que soulèvent les menées du Ku-Klux·Klan, particulièrement agressif dans la dernière période. pasteur King ... CIl C' Q -- :II CD -" ,. CD -- CD Z ~ Q. " -. :1 Q :a

"s- C'

CD -h) ,. l": .. eCD ,. .c.r ,C D Q-, JIll h) 0 :s- Z • CA) -1 0 - ".. :a CD~ "-. '" ,. CD '" ~ ft 0- . - -, -C Ut Cl) te CD 00 -1 "-' III .:~,..


2

15-X. - Par 1.763 voix contre 250, le Concile adopte le SCHEMA CONCERNANT L'ATTITUDE DE L'EGLISE ENVERS LES RELI· GlONS NON CHRETIENNES. 18-X. - Manifestations contre la guerre du Vietnam dans la plupart des grandes villes américaines : 25.000 personnes à New York. - 18-X. - A Bochum, treize anciens mem· bres de la Gestapo répondent de la des· truction d'un ghetto à Neu·Sardez prés de Cracovie (Pologne) et de meurtres de dix·sept mille juifs. 2O.X. - A la Martinique, violents incidents à Fort-de·France entre les pOliciers et la population : un mort et 37 blessés. 22·X. - Les douze jurés (tous blancs) du tribunal de Haynes· ville (Alabama) ACQUITTENT COLLIE LEROY WILKINS, MEM· BRE DU KU KLUX KLAN, accusé d'avoir tué à coups de revolver Mme Viola Luizzo, militante des droits civiques, qui participait à la « marche de Selma le 25 mars dernier. 24·X. - UN MILLIER D'ANCIENS 1 S.S. tiennent congrès à Rends· burg (R.F.A.). • Dans la prison de Natchez (Missis· sipi), les militants antiracistes qui avaient participé à des manifestations en faveur des droits civiques des noirs sont l'ob· jet de sévices inOigés par les autorités policières. • Le pasteur Luther Martin King, prix Nobel de la Paix, l'un des plus presti· gieux leaders noirs américains, invité par la Fédération Protestante de France, donne une conférence à Paris. 25-X. - Le Prix Nobel de la Paix est attri· bué pour 1965 au Fonds des Nations· , Unies pour l'Enfance (U.N.I.C.E.FJ. 26-X. - A Accra, les chefs d'Etat africains de l'O.U.A. demandent au gouvernement français de NE PLUS LIVRER DE FOURNITU· RES MILITAIRES A L'AFRIQUE ,DU SUD. • A la suite de l'acquittement du meur· trier d'une antiraciste blanche, le pas· teur King réclame une nouvelle loi anti· raciste qui fasse des menaces, brimades, meurtres des militants intégrationnistes, des délits ou crimes passibles des tribu· naux fédéraux. 27-X. - Pendant que Wilson s'entretenait avec Nkomo, dirigeant du Z.A.P.U. (Union Africaine du Peuple Zimbawe), la police rhodésienne a lâché ses chiens sur la fQule africaine. 28.X. - L'avocat général de Riga requiert la peine de mort contre un Allemand de Karlsruhe, Eichelis, et quatre autres criminels de guerre accusés d'avoir as· sassiné 15.000 personnes en Lettonie orientale pendant la dernière guerre. 3O-X. - Incidents de frontière entre Israël et la Jordanie : plusieurs morts. 3l-X. - Une chapelle oecuménique est ou· verte aux cultes catholique, protestant et israélite au Mont Serein (Alpes Comta· dinés). • Ùn millier de noirs défilent dans les rues de Natchez (Mississipi) et tien· nent un meeting pour protester contre la ségrégation, malgré la présence des membres du Ku·Klux·Klan. l-XI. - Les ministres africains et asia· tiques réunis à Alger décident l'ajourne· ment « sine die Il du second Bandoung. • A Selma (Alabama), nouvelle pro· vocation du shérif Jim Clark qui fait ar· rêter pour « viol Il 13 noirs dont plu· sieurs militants antiracistes. Z-XI. - Up jeune pacifiste américain se donne la mort par le feu devant le Pen· tagone à Washington, pour protester contre' la guerre au Vietnam. 3-XI. - Maurice Yvan Sicard, ancien mem· bre du Parti Populaire Français (P.P.F J est poursuivi pour apologie de crimes de collaboration en raison d'une « His· toire de la collaboration Il publiée sous le pseudonyme de Saint· Paulien. • A Cleveland (Ohio), un candidat noir Carl Stokes, obtient 49 % des voix lors' des élections du poste de maire de la ville. M. Stokes demande un nouveau décompte des voix, des irrégularités s'étant produites pendant le ~crutin. 5-XI. - Ancien membre françaIS du S.D. allemand , (serv1ce de renseignements) d'Angers sous l'occupation, déclaré cou· pable d'intelligences avec l'ennemi en temps de guerre sans circonstances at; ténuantes, Jacques vasseu: est. cond~mne à mort par la Cour de Surete de 1 Etat. 'J-Xl. - En plein New York, devant 2.~00 personnes qui les applaudissaient, c!nq jeunes Américains brûlent leur feuille de mobilisation. 8-XI. - A Austin (Texas), deux mille étu· diànts' empêchent le Ku·Klux·Klan de tenir un meeting public. • Deux noirs sont tués par les racistes à Détroit et dans le Mississipi. 9.XI. - Tentative de suicide par le feu devant les bâtiments de l'O.N.U. à New York : c'est un pacifiste qui protestait contre la guerre au Vietnam. iO.XI. - Condamnation de Rassinier et Malliavin directeur de « Rivarol Il, pour un articl~ diffamant les déportés et ten· dant à « blanchir » les S.S. n-XI. - Le gouvernement raciste de la Rhodésie du Sud proclame unilatéralement l'indépendance, AU PROFIT EXCLUSIF DE LA MINORITE BLANCHE. qUE SE PASSE-T-IL ? RHODESIE • La « ceinture blanche LE 11 novembre, à midi, M. lan Smith, leader du très raciste « Front Rhodé· sien. a proclamé unilatéralement l'in· dépendance de la Rhodésie du Sud dont il est le premier ministre. L'événement est grave : cette accession à l'indépendance n'entre absolument pas dans le processus claSSique de décolonisation des pays africains. Bien au con· traire, elle est faite au profit exclusif de la minorité blanche - 220.000 personnes - qui détient le pouvoir et les ri· chesses et fait peser sur les quatre millions de noirs le Joug de la ségrégation racia'ie dans tous les domaines : politi· que, économique et social. En fait, depuis décembre 1963, la si· tuation apparaissait explOSive. C'est à cet· te date qu'éclatait la Fédération de l'Afri· que Centrale créée en 1953 par Londres avec l'espoir d'en faire un bloc économi· que et politique, groupant les Rhodésies du Sud et du Nord, ' et le Nyassaland. La Fédération étant dissoute, la Rhodésie du Nord et le Nyassaland, pays pauvres et où la population blanche était peu importante, obtenaient en 1964 leur indépendance avec un gouvernement africain et devenaient des Etats souverains, membres du Commonwealth sous les noms respectifs de Zambie et Malawi. Naturellement, la Rhodésie du Sud qui était" dotée d'une autonomie interne, par ia voix de M. Field, alors premier ministre, réclama elie aussi son indépendance, mais" sur la base de la Constitution raciste de' 1961 ref.usée par les 'leaders nationalistes africail)s, .dès sa pr:omulgation., Jusqu'au dernier moment, au cours des transactions entre Londres et Salisbury, l'attitude des dirigeants britanniques a été hésitante, embarrassée - cela pour de , multiples raisons. D'une part, ils n'oublient pas que les intérêts financiers anglo-amé· ricains sont très puissamment représentés en Rhodésie. Les investissements an· glais s'y élèvent à 109 millions de livres sterling ; les firmes anglaises exportent chaque année pour 35 millions de livres vers la RhodéSie ; Londres a consenti à Salisbury un prêt de 62 millions de livres. D'autre part, ils portent la responsabilité de la situation actuelle: en confiant le pou· voir aux racistes de Rhodésie lors de la rupture de la Fédération, ils rendaient pos· sibles une série de mesures telles que la déportation des Afriqains dans les. réserves ., l'interdiction de leurs partis, la répression des mouvements nationalistes par la prison, la torture, le crime. En proclamant unilatéralement l' • in· NOS DEUILS C'est- avec émotion que nous avons ap· pris le décès du général Jean Le Corguillé, dont nos amis connaissent le profond at· tachement à la cause républicaine et le soutien qu'il apporta, fréquemment, à l'action du M.R.A.P. Nous exprimons à sa famille nos très sincères condoléances.

  • Nous apprenons le décès de Mme Golda

Bulawko, mère de notre ami Henry Bulaw· ko. Qu'il trouve ici 'en ces circonstances douloureuses, l'expression de notre entière sympathie. 'MARIAGE Nous avons la joie d'annoncer le mariage de notre amie Blanche Bajgièle, militante du Club Amitié, avec M. Marius Jean. Nous leur exprimons nos vives féli· citations et tous les voeux de bonheur. Tragique bouffonnerie D ANIEL BURROS, 28 ans, « Grand Dragon» du Ku Klux Klan pour l'Etat de' New·York et « führer adjoint local» du Parti nazi américain, s'Mt donné la mort. Il avait appris, par le .. New·York Times », qu'il était juif ! Ce fait-divers me rappelle un récit de l'humoriste Cami, intitulé « Le fils de Roméo et Juliette ». Le rejeton des amants célèbres s'y poignardait plusiean fois, tour à tour au nom des Montaigu et à Celui des Capulet. , Durros a été logique avec lui·même. Antisémite forcené, il a tué le premier juif qui lui tombait sous la main : LUI. Mais vous allez voir que les racistes vont trouver une autre explication au drame : ils vont proclamer partout que c'est le juif, en lui, qui a assassiné le nazi. ' Parce que le juif est TOUJOUas coupable. ....... _- ft ft dépendance ", considérée d'ailleurs comme un acte de rébellion par Londres, M. lan Smith entend devenir martre absolu de la RhodéSie et couper pour les Africains tout recours légal à l'autorité britannique, accentuant le régime raciste, en tous points semblables aujourd'hui à l'apartheid qui sévit en Afrique du Sud. D'ailleurs, M. lan Smith n'a-t-i1 pas récemment déclaré : .. Notre position est la même que celle de l'Afrique du Sud ... Nous sommes une petite unité du même ensemble. » Il ne pensait pas seulement à la soli· darité qui unit deux pays voisins, ou au fait que de nombreux blancs d'Afrique du Sud vivent en Rhodésie, mals 'Surtout à faire de son pays le bastion avancé d'une • ceinture blanche • qui s'opposerait au mouvement de libération africaine. Natu· rellement le Portugal où a été envoyé, avant même l'indépendance, un représentant officiel de lan Smith, est Intéressé à cette coalition raciste : sa colonie du Mozambique 'est contiguë à la Rhodésie, et l'Angola toute proche. C'est l'avenir de l'Afrique, c'est la paix du monde entier qui sont menacés par « l'accession à l'indépendance • de la Rhodésie. ETUDIANTS • L'affaire d'Antony LES mesures de contrôle et les sanctions introduites récemment à la Cité Universitaire d'Antony par les autorités administratives ont suscité, on le sait, de vives réactions des résidents et 1!J. protestation des associations intéressées. Cette affaire, en outre, a pris un aspect qui requiert de notre part une attention particulière. Le M.R.A.P. a été saisi par le Syndicat National de l'Enseignement Supérieur des propos tenus à une réunion du Conseil de discipline des oeuvres universitaires par M. Prost, directeur du CO.-PAR (Comité parisien des oeuvres sociales en faveur des étudiants). Selon les représentants cie l'U.N.E.F., M. Prost aurait déclaré : « La croissance des groupes d'étudiants noirs et al~ériens à la Cité pose un problème difficile, vu, en particulier, leur comportement vis-à-vis des jeunes filles, et met l'Administration en position délicate dans la mesure où elle n'arrive à les intégrer au reste de la population de la Cité. Cela pourrait justifier un certain nombre de mesures que nous prenons. ~ De telles affirmations rejoignent la campagne menée notamment par la feuille « Aspects de la France » (21 octobre 1965) qui décrit, par ailleurs, la Cité d'Antony, selon une formule traditionnelle en pareil cas, comme!« un fief communiste en même temps qu'un centre de boursiers métèques ~. La Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France et les Etudiants Algériens de la Résidence Universitaire d'Antony dénoncent l'utilisation de semblables prétextes pour légitimer des mesures condamnées par les étudiants et pour EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameuble· ment et les grands Magasins. Oncle TOM diviser ceux-ci. « La décolonisati01' des esprits est loin d'être achevée »' . écrivent- ils dans un tract, où ils soulign~t les préjugés racistes dont souffrmt d'une façon - générale les étudiants àfricains et algériens : 90 % des offres de chambres les excluent systématiquement; 50 % des emplois offerts par le B.U.S. leur sont refusés. Nous ne pouvons que nous étever, nous aussi, contre toute attitude visant à calomnier et à isoler, ' à raison de leur couleur ou de leur origine, des jeunes gens dont la présence et le travail contribuent au rayonnement de l'Université française. ANTILLES • Un drame LES .liraves incidents qui se .,'50nt produits à Fort-de-France k 20 octobre et les jours suivants témoign~ nt de l~ gravité de la situation qui eXiste à la Martinique. L'arrestation d'un meurtrier fut à l'origine d'une véritable émeute : cette réaction résulte, selon diVërs témoignages, du comportement de l.!l police qui avait mis en état de siège tout un quartier populaire, et gui, composée uniquement de blancs, se heurte fréquemment à la population noire . Un mort Pllr balles et 37 blessés, dont 20 parmi les policiers : tel est le bilan offiéiel de ces journées, au cours desquefles la police a fait plusieurs fois usap-es de ses armes Cinq personnes arrêtees ont é~é condamnées à des peines de un à dix mois de prison ferme. Le chômage, les conditions de vie difficiles qui attei~ent particulièrement Ja jeunesse, les greves en cours, l'arbitn.;re persistant, tout ceja suffit à expliq?er une telle explosion de violences. • Réparation N OTRE ami M' Marcel Manr.ille, à qui il était interdit de q~itter le territoire métropolitain, a &"agné le procès qui l'opposait au mIniStère de l'Intérieur. En effet, le tribunal administratif a annulé cette mesure de police pri~ à l'égard de l'avocat en raison de l'inspfrisance des précisions fournies par l'"dministration quant aux faits ~ui auraiertt entraîné cette mesure - 1 activité ~ Marcel Manville au sein d'un groupement antillais dissout par décret. D'autre part le tribunal a condamné l'Etat à verser une indemnité de 10.000 francs à M' Manville. DROIT ET LIBERTE MENSU1!L 38, rue des Jebeurs - Parts (1') Tél.; GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 franc. ETRANGER Un an : 18 franci Compte Ob. Poet.: 607~ Pula Pour les changements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôtel· des-Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364·15 du M.R.A.P., 15, Square Prince·Léopold, Bruxelles·2. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutieo : UIO PlI. ~ Journal composé et Imprlmlt -... par des ouvriers syndiqué. B.P.E.C. - ChAteaurowr La Directrice de publication : S. BIANCHI -c-_._. _. - Le dur combat ON repr9Ghe aux Français d'être trop intéressés par .l~ur 2 CV ou le camping du week-end pour songer aux grands problèmes politiques et notamment au racisme qui continue d'infester le monde contemporain. Trois à quatre cents personnes n'ont pu, faute de place, entrer à la Mutualité où, le dimanche 24 octobre, le pasteur américain noir et intégrationniste, Martin Luther King prononçait un discours. La majorité de l'assistance était blanche et française. Invitée à s'asseoir par terre, une foulc de jeunes envahit l'estrade pour montrer sa solidarité avec les noirs des Etats-Vnis. J'ai vécu cela et l'immense bousculade de la presse et des admirateurs de King qui voulaient après la séance une signature sur les deux livres qu'il a publiés. Cela se passait dans une petite salle. Il fallait jouer des coudes pour y entrer. Trois mir,utes seulement étaient accordées aux journalistes. Le bras ferme de la police ou de l'église protestante nous écartait avec ces mots: « King est fatigué D. Pour ma part, j'ai regretté qu'il ne se soit pas mêlé à la foule. C'est un homme ro· custe, taillé en joueur de rugby, avec un regard chercheur d'intellectuel. En 1955, à Montgomery, il organisa le premier boycottage des autobus où les noirs n'avaient pas à leurs sièges les mêmes droits que les blancs. Depuis ce temps, ses marches pour l'éaalité des droits civiques sont de' venues célèbres. « Des sombres contrées de l'Afrique jusqu'à la ceinture noire de l'Alabama, j'ai vu, dit King, des hommes se lever et secouer leurs chaînes... De grandes masses se sont décidées à mettre fin à l'exploitation de leur race et de leurs territoires. » Et encore : « Les peuples opprimé!; ne peuvent pas le demeurer toujours. » Non sans peine, j'ai pu lui poser une question sur le but de son voyage à Paris. Il m'~, répondu : « J'espère obtenir un jour une union fraternelle entre Paris, Londres et New-York dans la lutte contre toute ségrégation, en particulier en Afrique du Sud.» King a pleine conscience qu'il ne s'agit pas seu!ement d'un problème propre aux Etats-Unis. Il dit aussi : « Avec ses frères P4R Nicole de BOISANGER-DUTREIL noirs d'Afrique, ses frères métis ou jaunes d'Asie, d'Amérique du Sud et des Caraïbes, le noir des Etats-Unis sent qu'il faut s'avancer en grande hâte vers la terre promise de ia justice raciale. » Pour lui, la lutte doit s'engager par des méthodes non violentes

le refus d'obéir aux lois et aux

coutume::. de discrimination, la protestation 'égale, les marches pacifiques. Mais, hélas, l'adversaire ne cesse d'user de violence. Il accumule les meurtres et, plus grave encore, les meurtriers jouissent de l'im,1unlté. Les jurés qui sont tous blancs se ref..:sent d'ordinaire à reconnaître la cuipabiilté d'un de leurs congénères. Ceux das membres du jury qui inclineraient à se prononcer en toute justice sans tenir compte des préventions raciales s'exposeraient à subir le châtiment de leur équité. Crimes impunis Le 21 septembre dernier, le jury de Mobiie refusa d'inculper sept poliCiers de l'Etat d'Alabama qui, sur la grand'route, à la sortie de Selma, blessèrent un grand nombre de noirs, lors de la seconde marche sur Montgomery. Refus également du jury de Marion d'incuiper le 28 septembre le policier qui tira sur le noir Lee Jackson, après une -' ---, 3 ----.--,. " du' pasteur King manifettatjon' pour obtenir l'inscription d~s noirs sur les registres électoraux. Jackson devait mourir de ses blessures. Le 30 septembre, l'affaire est plus scandale~ lsc encore. Sur la foi de témoignages qualifiés de « parjures » par le substitut au procureur général en personne, le sheriff ·adjoint Coleman fut acquitté du meurtre de l'étudiant Daniels, militant pour l'égalité des droits civiques qu'il abattit de son fusil à bout portant. Un prêtre catholique, le père Morrisroe fut grièvement blessé La défense prétendit que les deux vic::mes étaient armées. Atteint par derrière au moment où il fuyait la fusillade, le père Morrisroe témoigna sur son lit d'hôpital qu'il ne tenait à la main qu'une pièce de monnaie poura cheter une boisson nOl aicoolisée. Avant l'ouverture du procès, ie procureur Flowers déclara qu' • on n'av'ait nulle intention d'inculper l'assassin ciu moindre délit ». Il n'ass,ista pas aux débats, craignant pour sa propre vie. « La haine Que j'ai vue se manifester contre moi, dit-il, est de celles qui causent mort d'homme. " Enfin, IR jury d'Haynesville il acquitté le 18 octobre, Wilkins, membre du Ku-KluxKlan, qui assassina une blanche antiraciste, Viola Liuzzo. Les faits, clairement établis par l'enquête, furent rapportés par un témoin oculaire qui se trouvait, au moment du meurtre, à bord de la voiture de l'assass;;,. Mis en liberté après son crime, Wilkins paradait dans les rassemblements racistes, acclamé comme un héros de la ségrégation. Son acquittement a été applaudi à Richmond, ancienne capitale sudiste de la sécession par deux mille personnes, sous le patronage de Robert Shelton, « sorcier impérial» du Klan. Le meurtre d'un professeur et d'un officier de réserve noirs, puis de trois intégrationnistf'S du Mississipi montrèrent après celui de Mme Liuzzo que les racistes n'avaient pas désarmé. En moins de cinq ans, les crimes de 25 assassins racistes sont restés impunis. Ceci, entre autres raisons, parce que les tribunaux d'un Etat demeurent seuls qualifiés pour juger les auteurs d'un délit ou d'un crime. Dans une déclaration, ie pasteur King a demandé que de tels crimes puissent relever de la justice fédérale et il préconise un mouvement d'action directe et massive pour faire aboutir sa revendication. QI(un noir ou l'un de ses supporters tombe 9UX mains de la justice, elle ne le ménage pas. A Natchez, Mississipi, 125 person'les furent arrêtées pour avoir participé à des manifestations en faveur des droits ciViques des noirs. Un blanc témoigne que iorsqu'ils furent incarcérés, on les dépouilla de tous leurs vêtements et qu'on les con+raignit d'avaler des laxatifs. Puis ils furent entassés dans des cellules glaciales nus et sans couvertures. . A Harlem, on condamne six noirs inculpé;,; d'avoir assassiné une commerçante blanche è l'emprisonnement à vie sur ta foi de témoignages dont le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils sont suspects : ceux Je deux enfants de 13 à 8 ans et d'un drogué pourvu d'un casier judiciaire. Citoyens de deuxièm'e classe ... En présence de tant d'arbitraire, la nonviole'lce doit paraître une discipline sévèra. l'écrivain noir américain Melvin Van Peebles, retourné en Amérique après six ans d'exii témoigne comme King du sort réservé aux siens. « Vous comprenez, écritIl, i! s 'agit de mettre les noirs hors du jeu. On les a d'abord maintenus en esclavage. On les maintient aujourd'hui dans le rôle de citoyens de deuxième classe. " Sur !'initiative du préSident Johnson, plUSieurs membres du Ku-Klux-Klan ont été traduits devant la commission des activlté: s anti-américaines. Malheureusement la majorité de ses membres sont sudistes et partiaux. Les noirs se trouvent enfermés dans un système qui les broie sans 1er, condamner ouvertement. Souhaitons avec le pasteur King que la foi soit réformée et que les meurtres racistes deviennent des crimes fédéral'x. La « Déclaralion sur les juils » LE texte de la Déclaration sur les Juifs a été promulgué publiquement par le Pape le 28 octobre. Ce texte avait été adopté dans sa rédaction nouvelle présentée à la mi-octobre au Concile. Moins percutant et plus nuancé que la préCédente version, ce second texte, s'il est sans aucun doute positif pour le développement de l'amitié jud.éo-chrétlenne et l'action contre l'antisémitisme, a suscité cependant de nombreuses controverses, Débat à l'Hale. Moderne .. Quelle est la portée, quelles seront les suites de la déclaration sur les juifs adoptée par le Concile ? » Tel est le thème du débat organisé par la M.RAP., le jeudi 18 novembre, à 20 b. 30, à l'Hôtel Moderne, place de la République, à Paris. Y participent entre autres: Pierre Paraf, président du M.R.A.P. ; Jacques Madaule, président de 'l'Amitié Judéo-Chrétienne ; Louis Kahn, préSident du Consistoire Israélite

le Révérend-Père J.-M. A"ubèrt ;

l'écrivain Jacques Nantet ; le pa~teur G. Richard-Molard ; Mme Suzanne ColletteKahn, secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme ,; Gilbert Mury, du Centre d'Etudes ét 'de Recherches Marxistes ; Alfred Grant, secrétaire général de l'Union des Sociétés Juives

Charles Palant, secrétaire général du

M.R.A.P. particulièrement dans les milieux israélites. Nom' reviendrons plus amplement sur eut important problème, après le débat que le M.R.A.P. organise le 18 novembre a l'Hôte! Moderne, avec la participation de réprésentants de toutes les confessions et de diverses tendances philosophiques. Nous publions ci-dessous le texte intégrai oe la déclaration sur les juifs pour permettre à nos lecteurs d'en juger : En coqtemplapt attentiv~ment ~e mystère de l'Eglise, le Concile n'oublie pas le lien spirituel qui unit le peuple du Nouveau Testament à la race d'Abraham. En effet, l'Eglise du Christ reconnaît que, selon le mystère du Salut voulu par Dieu, les débuts de sa Foi et du choix que Dieu fit d'elle, se trouvent chez les patriarches, chez Moïse et les prophètes. L'Eglise proclame que tous les fidèles du Christ fils d'Abraham selon la Foi se trouvent comme enfermés, inclUs dans la vocation du l'ère des croyants. Elle proclame que le salut accompli pour Elle est mystérieusement préfiguré dans la sortie du peuple élu hors de la terre de servitude. L'Eglise ne peut pas davantage oublier que c'est par ce peuple juif avec lequel Dieu, dans son indicible miséricorde, a voulu conclure l'ancienne alliance, qu'elle a reçu la révélation contenue dans l'Ancien Testament. Elle reconnaît qu'elle tire sa sève de cette racine de l'olivier franc sur lequel ont été greffés les sauvageons que sont les païens car l'Eglise croit que le Christ, qui est notre paix, a réconcilié par sa Croix les juifs et les païens en faisant des deux un seul peuple en Lui. L'Eglise garde aussi, toujours, sous les yeux ce que l'apôtre Paul dit de ceux de sa race : « A qui appartiennent et l'adoption filiale, la gloire, l'alliance, la loi, le culte et les promesses et aussi les patriarches, et de qui le Christ est issu selon la chair (Romains. chapitre 9, versets 4 et 5) Lui, le fils de la Vierge Marie ». L'Eglise se rappelle encore que, c'est du peuple juif que sortirent les apôtres, fondement des colonnes de l'Eglise, ainsi que la plupart des premiers disciples qui annoncèrent au monde la bonne nouvelle du Christ. Au témoignage de la Sainte Ecriture, Jérusalem n'a pas su reconnaître le temps où eUe fut visitée par Dieu et, pour une bonne part, les juifs n'accueillirent pas l'Evangile : beaucoup d'entre eux allèrent, même, jusqu'à s'opposer à sa diffusion. Néanmoins, au témoignage encore de saint Paul, les juifs demeurent toujours à cause de leur Père, très chers au coeur de Dieu dont les dons et les appels sont sans repentance. Avec les prophètes et avec l'apôtre Paul, l'Eglise attend donc le jour, connu de Dieu seul, où tous les peuples invoqueront leur Seigneur d'une seule et même voix et le serviront sous une même loi.

On voit donc combien considérable est ce patrimoine que juifs et chrétiens possèdent en commun. Aussi le Concile entend favoriser et recommander entre les uns et les autres la connaissance et l'estime mutuelles. Les études bibliques et théologiques, les échanges fraternels paraissent des moyens de choix en vue de ce but. Les autorités juives et leurs adeptes réclamèrent à grands cris la mort du Christ, il est vrai. Pourtant, on ne peut pas rendre responsable des événements de la Passion, indistinctement, ni tous les juifs alors vivants, ni ceux d'aujourd'hui. Assurément, l'Eglise est le nouveau peuple de Dieu, mais on ne doit pas, pour autant, tenir les juifs pour rejetés de Dieu ni pour malldits comme si cela ressortait de l'Ecri· ture Sainte. On doit, donc, bien prendre garde, que ce soit dans la catéchèse ou . dans la prédication, de rien enseigner qui soit en désaccord avec la vérité du récit évangélique et avec l'Esprit du Christ. De surcroît, l'Eglise réprouve toute persécution, vis-à-vis de n'importe qui, mais, très particulièrement, se souvenant du patrimoine qui lui est commun avec les juifs et obéissant en cela, non à des considérations politiques, mais aux exigences religieuses de la charité évangélique, elle déplore les haines, les persécutions, toutes les manifestations d'antisémitisme dont ont pu être victimes les juifs à toutes les époques et de la part de qui que ce soit. D'ailleurs, l'Eglise tient, et à toujours tenu, que le Christ a enduré la Passion et la mort dans la liberté de son amour infini à cause des péchés de tous les hommes, pour que tous puissent parvenir au salut. C'est donc la mission de l'Eglise d'annoncer dans sa prédication la Croix du Christ comme le signe de l'amour porlé par Dieu à tout homme et comme la source de toute grâce. O.N.U. :: Vers l'adoption de la Convention contre le ,r ac.is me N OVS avons salué, en son temps, la Déclaration sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, votée à l'unanimité par l'Assemblée générale de l'O.N.V., le 20 novembre 1963. Ce texte, qui servit de thème aux travaux de notre Journée Nationale en 1964, figure dans la brochure « La communauté des Nations contre le racisme ", éditée par le M.R.A.P. Mais la Déclaration n'était qu'une étaRe. L'assemblée générale a chargé la Commission économique et sociale de l'O.N.V. d'élaborer, sur les mêmes bases une Convention internationale, c'est-à-dire un accord par lequel les Etats, s'engageront à appliquer les mesures préconisées contre le racisme. Ces dernières semaines, les débats de la Commission viennent d'aboutir à la mise au point du Préambule et des sept articles que compte ce document. Il s'agit d'un événement important, dont tous les antiracistes se réjouiront, car leur action acquiert ainsi un nouveau fondement juridique, affirmé solennellement par la plus haute instance mondiale. Maintenant, il appartient à l'Assemblée générale de se prononcer à son tour, et c'est après son vote que les Etats membres, de l'O.N.V. seront appelés à ratifier la Convention. Les débats Les débats auxquels a donné lieu la Convention sur le racisme font apparaître l'ampleur et la difficulté de la tâche entreprise, compte tenu des nombreuses implications politiques en cause, et des divergences profondes qui opposent sur divers plans les Etats représentés à la Commission économique et sociale. Les résultats atteints n'en sont que plus méritoires ; et il serait regrettable que l'opinion publique ne retienne, à propos d'un tel événement, que des informations partielles sur la discussion au stade rédactionnel, comme la presse en a publié récemment. Lors de la rédaction de l'article 3, consacré à la ségrégation raciale, le délégué polonais suggéra que soit dénoncé également le nazisme, et le délégué soviétique, le néo-nazisme ; le délégué américain, tout en s'opposant à l'un et à l'autre, demanda que l'on mentionne l'antisémitisme ; puis le délégué jordanien se prononça pour une condamnation du sionisme ; le délégué soviétique, dans un amendement réunit alors tous les termes avancés, y ajoutant le colonialisme et l'exclusivisme national ; sur proposition des délégués grec et hongrois, tous les amendements furent ensuite retirés. Revenant alors au texte initial, la Commission l'a voté sans modification, renonçant, comme l'a souligné son président, à « tenter de préciser ou de définir le concept de discrimination raciale n, pour ne pas courir le risque de « rompre l'équilibre et l'harmonie qui ont caractérisé les débats » et de « diviser l'opinion mondiale n. Dans un communiqué publié le 30 octobre, le M.R.A.P. déclare à ce sujet: « Quel que soit le jugement que l'on puisse porter sur le sionisme, quelles que soient les controverses qu'il soulève, y compris parmi les juifs, le M.R.A.P. souligne fermement qu'on ne saurait placer cette idéologie sur le même plan que les doctrines inhumaines qui prônent le mépris, la hain'e, la violence à l'égard ' de certains groupes ethniques, et qui ont engendré tant de crimes. » Il convient, d'autre part, de considérer l'attitude prise dès le début de la discussion, par le représentant de la France, M. Combal. Celui-ci a déclaré que « les moeurs françaises excluent la discrimination raciale et que la légiSlation nationale contient depuis longtemps des textes et des dispositions prévoyant des sanctions sévères en cas de discriminations raciales, et que, par conséquent, le gouvernement français n'a eu aucune mesure particulière à prendre pour appliquer les principes énon-

  • Suite page 6

Le procès des CHAMBRES , a GAZ LE pl'ocès de Fmncfort n'a toujours pas résolu le problème des chambres à ga::: : il n'a encore trouvé d'autres moyens de faire la preuve de lettr existence que par les c sNections » qui avaient liett périodiquement et à une certaine éPoque quotidient~ ement (. . .). Il paraît donc nécessaire d'expJiquer en quoi consistaient ces opérations. Leur but, on le connaît : séParer les malades incapables des bienportants. Que devenaient les pr,emiers? Les témoins de l'accusation ql~'on entend depttis le 27 février répondent invariablement

ils étaient envoyés à la

chambre à qa:::. Ce qui est curi.eux, c'est qlte tous lès ont vus, chargés sur des camions ou dans des wagons, qttitte'r le camp mais ... aucun ne les a vus arriver Il la chambre à gaz en question et n'a assisté à l'oPération d'extermination (. .. ). Vingt ans après le terrible massacre, Comment Rassinier all ait- il se défendre? Lui était-il possible cie se justifier? Bassesse, hypocrisie, servilité, lâcheté illustrèrent ses propos tout au long de l'interrogatoire du président Monzein qui qualifia de «particulièrement odieux» son dessein de « réhabiliter les camps de la mort ». A quoi Rassinier répondit qu'il n'avait fait que tirer les conclusions de certains témoignages - dont celui de M. Herman Langbeih - au procès de Francfort, lesquels établissaient l'impossibilité de survivre plus de quatre mois à Auschwitz si on ne volait pas la nourriture et que, de plus, il était lui-même un ancien déporté. - Vous paraissez l'avoir un peu oublié, lui fit remarquer sèchement le président Monzein qui ajouta : « On est de toute façoll responsable qumld on re- QUAND LES ALLIES OUVRIRENT LES PORTES ... " A travers le trou de la serrure de la porte, on pouvait voir q'!e ceux qui se trouvaient le plus près de la boite tombaient raides morts. On Jileut af~lrmer que pour un tiers des enfermés la mort était immédiate ... Au bout de vmgt mmutes, personne ne bougeait plus. " (Mémoires de R. Hoess, commandant du camp d'Auschwitz.) qui p~ut doutel: de l'existen~e des chambres a gaz, qUl peut oser ecnre de .pareilles infamies? Un homme a ce tnste courage : Paul Rassinier, ce so~-disant « historien », qui encore une fOlS dans « Rivarol » du 26 mars 1964, sous le pseudonyme de Jean-Pierre Bermont, reprenait les thèmes, qu'il professe .dans ses livres ses conferences, ses articles. Et puisqu~ les chambres à ga~ « n'e~istaient pas », comment expliquer 1 effroyable mortalité qui régnait dans les camps? Tout simplement, Rassinier l'attribua... aux détenus eux-mêmes, ceux qui participaient à l'adn:inistration i~térieure des camps, et qUi, pour survivre volaient, affirme-t-il, I~ nourriture de leurs camarades. Du meme coup, les assassins véritables, les bourreaux S.S., le régime nazi se trouvent disculpés. Dans son article, Rassinier mettait en cause nommément deux rescapées d'Auschwitz, Marie-Claude Vaillant-Couturier et Macha Spejter-Ravine : c'est à elles - et à leurs semblables - écrit-il en substance, qu'on doit le nombre extraOl:dinl:irement élevé des malades, et les electlOns quotidiennes. Une basse besogne Cet ignoble personnage compal'aissait le 27 octobre devant la 17' Chambre correctionnelle

il était assigné en diffamation

- ainsi que Malliavin, le directeur de « Rivarol» - par Mmes Vaillant- Couturier et Spejter-Ravine qui s'étaient constituées partiè civile par les voix de Maîtres Mirande-Laval, Jean Schapira et du bâtonnier Arrighi. produit les propos imputés à un autre. Vous vOttS êt,es d'ailleurs bien gardé de contester cette thèse. » On fit ensuite valoir à Rassinier que les responsabilités du système concentrationnaire nazi avaient été clairement établies au procès de Nuremberg. « A Nttremberg, répondit-il, la conviction des juges s'est établie sur des doc1tments reconn.us fmtx aujourd'hui... Il était urgent de réagir à la vague de germanoPhobie et d'établir 1tne vérité historique. » « Il y a des besognes q/t'on laisse à d'mt/'res », jette avec dégoût le président. A qui en avait le plus besoin ... Et c'est le défilé des quinze témoins cités par la partie civile, tous rescapés des camps de la mort. Le premier témoignage est celui de Mme Geneviève Anthonioz-de Gaulle, émouvant de dignité, de sobriété : « Avant,même que je la connaisse, dirat- elle, mes camarades m'avaient parlé de Marie-Claude Vaillant-Couturier comme l'wne des pittS courageuses, des plus générel~ ses. Il est bien évident que certaines d'entre nous n'ont pas toujours été dignes de la Résistance. Mais s'il en est une qui fut incontestable, c'est bien Marie- Claude Vaillant-Couturier. Crst à elle que nous remettions les médicaments, la nourritltre que nous arrivions à voler - oui à voler - mtx S.S ... Nous savions que Marie-Claude les remettrait à qui en aurait le pllts besoin, sons considération politique. « Je vqudrais ajouter que l'existenc de la chambre à gaz de Rav(,l1sb/'l/ck ,est absolument indéniable ~. Un tas de cendres 1 Après M. Oksemberg, témoin oculaire des chambres à gaz, c'est Mme Thérèse Chassaing qui parlera du dévouement de Mme Macha Spejter-Ravine à qui elle doit d'être là aujourd'hui. Quatrième témoin, M. André Leroy, un des dirigeants de la F.N.D.I.R.P. : « La déportation tout entière se sent tauchée et diffamée par l'article de « Rivarol », déclare-t-il. La solidarité excluait la débrouillardise individl~elle (qn'auraient vOttlue les S.S.). Le système concentrationnaire nazi avait pour but de détruire moralement les hommes avant de les détruire physiquement. Cest à l'honneur de Macha Spejter et de M.C. Vaillant-C Ottturier d'avoir Ilttté contre son avilissement, d'avoir participé à la résistance des camps. » Mme Sonia Apelgot, après avoir rendu hommage à Marie-Claude VaillantCouturier, ajoute: « Je n'ai jamais VII de chambre à .ga::: (hochement de tête satisfait de Rassinier). Mais j'ai Vit des hommes. des femmes, des enfallts, par rangs de cinq, amenés v,ers une construction dont les cheminées fumaient et crachaient des flammes Ils y entraient par la droite ... Le lendemain, à gauche, il n'y avait plus qU'II.n tas de cendres qn' on tamisait. » Une preuve irréfutable Le docteur Paul Citrone, autre témoin, tire une des leçons du procès : « Pourquoi tente-t-on de discréditer les rescaPés? Parce qu'ils sont les témoins à charge des procès contre les S.S. » Et le douloureux défilé continue : ce sont les témoignages de Mmes Rose Goleslak et Rosette Cyvie sur celles qu'on diffame, celui du Docteur Charles BeudeI sur les crématoires; Louis{ Alcan sur la solidarité et le courage des déportés; Marie-Elisa Nordmann-Cohen qui, du block 26 où elle était, assista à l'extermination du block 25, celui des mourantes et des inaptes au travail; le commandant Emile Junguenet, sur le massacre des tsiganes: Marcel J\férigonde, sur la douleur des familles des victimes; le Docteur Heidi Hautval sur les « sélections », sur l'anéantissement des juifs de Theresinstadt, sur les mères gazées avec leurs bébés; et enfin l'historienne Olga Wormser qui démontre que si les documents officiels faisaient surtout état d'une « solution finale de la question juive » - sans mentionn!!r les chambres à gaz -, les responsables nazis, y compris Hoess, commandant du camp d'Auschwitz, ne nièrent jamais, dans les différents procès, la réalité que cachait cet euphémisme. Me Schapira demande alors à Olga Wormser d'identifier une pièce qu'il a versée au dossier : il s'agit du protocole authentique passé avec nne firme industrielle pour la construction d'une chambl'e à gaz. Le mot y est écrit en toutes lettres. Une spécialité de « Rivarol » L'émotion est à son comble dans la salle. Seuls les avocats de Rassinier maîtres Dejean de la Batie et Frai1çoi~ Cath al a ont l'air amusés, satisfaits même. Rassinier, lui, se prépare à partir. « Nous l'avons d'ailleurs assez vu », LE long de la voie ferrée qui, pendant ténèbres, conduisait de la gare au créatures - une femme, une fillette, années à peine qu'elles conduisent par la garçon - se dirigent sans le savoir, vers ELLES vont, pauvres ombres suivant les rails vers la ru la mère, plus courbée qu'u la fillette flétrie et, par la mai le marmot proche encor des pl LES suit de près l'espérance qui va s'évanouir, pincée d Il ne sait pas, mais sa jaml levée à contre-coeur dans l'air d dans l'air pesant d'une époqw ET ils vont, les agneaux don fut toujours immolé, Pâqu Assez, Dieu bori, assez ! Q le déïcide de l'huf(l'anité! (Tradl (Ce poème nous a été transmis par d'italien dans une faculté française. La l'auteur provient du Comité italien de Re des Israélites, fondé en 1944). dira M' Mirande qui, dans une bouleversante plaidoirie insistera sur les caractères communs à Rassinier et aux S.S. : la même lâcheté, le même langage, les mêmes mensonges. Elle démontrera la nécessité de réprimer cette « grotesque tentative de réhabilitation des nazis » ovnt Rassinier se fait l'agent. C'est ensuite notre ·ami, M" Jean Schapira, qui, commis plus spécialement à la défense de Mme Macha Spejter-Ravine, n'oubliera cepenelant pas « Rivarol ». « L'auteur principal du délit, c'est le directeur de publication (Malliavin n'a pas osé se présenter), l'auteur n'étant qM complice. « Rivarol» animé par L1tcien Rebatet, qui s'est rendtt « célèbre » pendant l'occupation, s'est fait spécialité de prendre des positions hitlériennes d'une manière constante et très anCietlne. Et Rassinier suit la ligne générale de la publication auquel il collabore. » Me Schapira s'attachera alors à démonter point par point l'argumentation fallacieuse de Rassinier qu'il convainc publiquement de mensonge : l'administratio!! des camps était la plupart du temps aux mains de détenus de droit commun, les triangles verts; les vols ou plutôt la récupération se faisait « au détriment des S.S. »; les sélections ne pouvaient pas être sanitaires : pourquoi un tas de cendres à la place eles convois de gens nus 111em gaz pour en aj de lE Un Le ra e à dé les futu ragE qui des con! que çon tom v/e qui peu, poli lign ne , tion cilit Ot, , no'U Le témoignage de Louis MARTIN.. CHAUFFIER l que car PIÛ tiG! sJe~ Nous reproduisons ici de larges extraits du témoignage adressé à la 17· Chambre na:. par M. L. Martin·Chauffier, membre de l'Institut : DANS l'article de « Rivarol ", où un certain Jean·Pierre Bermont calomnie grossièrement Marie-Claude Vaillant· COi.Jturier et plusieurs de ses compagnes déportées, tout est faux jusqu'au nom du signatuire ( ... ) Or. flOUS connaissons fort bien Rassini~ r qui écrivait dans « Rivarol", non sous un pseudonyme mais sous un faux nom car il vouiait dissimuler sa collaboration à une tel:e feuille. Paul Rassinier est un impos· teur professionnel, qui fait métier de ses mensonges. J'ai :..J, en 1950, son livre: « Le Menson· ge d'Ulysse " dans lequel il prétend éta· blir ql'G tous les déportés qui ont écrit sur :es camps nazis, avaient menti. Seul, à ma connaissance, parmi les rescapés français Jes camps, il affirmait que « l'uni· vers concentrationnaire" eût été des plus accel-'t2bles si « le self government " des déte'lus n'était responsable des millions de mmts, en volant la nourriture des dé· portés et en les acculant ainsi à mourir de faim. Cett€' monstrueuse falsification de faits attestés par tous était à double détente : il fallait calomnier les déportés pour fonder l'apologie des S.S. Rassinier connaissait la réalité de tout ce qu'il nie, et la fausseté de tout ce qu'il affirme. 11 a été déporté. Il ment donc en pleine conscience. Dans l'article incriminé de « Rivarol ", Rassinier·Bermont parle des « camps de repos " de Neuengamme et de Bergen.Bel. sen « spécialement prévus pour les mala· des de tous les camps ". J'y étais. Dix mois à Neuengamme, quelques jours à Bergen·Belsen, avant l'arrivée des trocipes britanniques. A Neuengamme, on l11::lurait, comme ailleurs, de fatigue, de so'f. de faim, ou sous les coups, ou pen· dus en musique ; les neuf dixièmes dèS déportés français y ont disparu en fumée dans les Glématoires. A Bergen Belsen, c'était pire. Un dépo· toir, où l'on jetait, venus de tous les camps, ceux qui, n'ayant plus la force de travaillel, n'étaient bons qu'à crever. Com· ment eût'un pu y survivre ? C'est ce que Rassinier appelle « un camp de repos " ! Un camp de repos éternel ! Il ignorait sans doute cette horreur Ill, au ~emps même où nous en périssions. Il ne pouvait plus J'ignorer quand il a écrit son livre, puis, quatorze ans plus tard, son article : i, nous avait lus, et savait que nous, les « menteurs », nous étions les témoins de la vérité. Ali me 1110 L je" ma tOI pa 1!1( « du la me ml el', « pr de de 111 111 m R GAZ lbre à gaz de Ravcllsbruck ent indéniable ~. cendres . Oksemberg, témoin ocula ire es à gaz, c'est Mme Thérèse qui parlera du dévouement de ha ~'pejter-Rav in e à qui elle là auj ourd'hui . le témoin, M. André Leroy, igeants de la F.N.D.I.R.P. : portation- tout entière se sent t di ffamée par l'article de », décla re-t-il. L a solidarité dé brouillardise individu.elle t v oulue les S .S.). L e systètrationnaire naz i avait POUl' n ûre moralement les hommes s détruire physiquement. Cest de Macha S pejtel' et de M.t- C out-urier d'avoir lutté cot!ilissement, d'avoi1' pa.rlicipé à ce des camps. » nia Apelgot, après avoir renge à Marie-Claude Vaillantajoute

« Je n'ai jamais V II

re à ga:: (hochement de tête e Rassinier ). Mais j'ai vu des des femmes, des enfan ts, par cinq, amenés v,ers une consont les cheminées f1tmaient et des flammes Ils :l' entraient ite ... Le lendema in, à gauche, it fll1S qu'ml tas de cendres isait. » ve irréfutable teur Paul Citrone, a utre téune des leçons du procès : oi tente-t-on de discréditer les Parce qlt'ils sont les témoins des procès contre les S.S . » ouloureux défilé continue : ce émoignages de Mmes Rose GoRosette Cyvie sur celles qu'on celui du Docteur Cha rles Beules crématoi res; Louis{ Alcan lidarité et le courage des déMarie- Elisa N ordmann-Cohen lock 26 où ell e était, assista à nation du block 25, celui des s et des inaptes au travail ; le ant E mile Jung uenet . sur le des tsiganes ; Marcel Mér ir la doul eur des fam illes des le Docteur H eidi H autval sur ecti ons », sur l'anéant issement de T her esin stadt, sur les mères vec leurs bébés; et en fin l'his- Olga W ormser qui démontre es documents officiels faisaient 'tat d'une « solution finale de on juive » - sans mentionner bres à gaz -, les responsables compris Hoess, commandant du Auschwitz, ne nièrent jamais, différents procès, la réalité que cet euphémisme. Me Schapira alors à Olga Wormser d'idenpièce Qu' il a versée au dossier : du protocole authentique passé firme industri elle pour la consd'une chambre à gaz. Le mot rit en toutes lettres. écialité de « Rivarol » tion est à son comble dans la euls les avocats de Rassinier Dejean de la Batie et Fra'nçoi~ ont l'air amusés, sat isfaits mêsin ier, lui, se prépare à partir. s l'avons d'ailleurs assez vu », LE long de la voie ferrée qui, pendant les années du pouvoir des ténèbres, conduisait de la gare au camp d'Auschwitz, quatre créatures - une femme, une fillette, un enfant âgé de quelques années à peine qu'elles conduisent par la main et, derrière, un petit garçon se dirigent sans le savoir, vers les chambres à gaz ... ELLES vont, pauvres ombres sans visage, suivant les rails vers la ruine dernière, la mère, plus courbée qu'une grand-mère, la fillette flétrie et, par la main, le marmot proche encor des premiers pas. LES suit de près l'espérance d'un homme, qui va s'évanouir, pincée de cendres. Il ne sait pas, mais sa jambe paraît levée à contre-coeur dans l'air de plomb, dans l'air pesant d'une époque sans Christ. ET ils vont, les agneaux dont le sang pur fut toujours immolé, Pâques atroces. Assez, Dieu bon, assez! Qu'il n'expient plus le déïcide de l'huI1l'anité! Stefano CAPONE. (Traduction de Joseph Valla. ) (Ce poème nous a été transmis par un de nos amis, professeur d'italien dans une faculté française. La photographie qui a inspiré l'auteur provient du Comité italien de Recherches sur la Dépor tation des Israélites, fondé en 1944). dira Me Mirande qui, dans une boul eversante plaidoiri e insister a sur les ca l~actères communs à Rassinier et aux S.S. : la même lâcheté, le même langage, les mêmes mensonges. Elle dém o ntl'f~ ra la nécessité de r éprimer cette « grotesque tentative de réhabilitation des nazis » ovnt Rassinier se fait l'agent. C'est ensu ite notre ' ami, M" Jean Schapira, qui, commis plus spécialement à la défense de Mme Macha Spej ter-Ravine, n'oubliera cependant pas « Rivarol ». « L'auteur principal du délit, c'est le directeu,r de publication (Malli avin n'a pas osé se présenter), l'auteur n'é tant q1te complice. « Rivarol » animé par L1tcien R ebatet, qui s'est rendu « célèbre » pendant l'occ1tpation, s'est fait spécialité de prendre des positions hi tlériennes . d'1tne manière constante et très anCietlne. E t Rassim:er szût la ligne générale de la pu blication auquel il collabore. » Me Schapira s'attachera alors à démonter point par point l'argumentation fallaci euse de Rassinier qu' il convainc publ iquement de mensonge : l'admin istratio!! des camps était la plupart du temps aux mains de détenus de droit commun, les t riangles verts; les vols ou plutôt la r écupérat ion se faisait « ott détriment des S.S. »; les sélect ions ne pouvaient pas être sanitaires : pourquoi un tas de cendres à la place des convois de gens nus qui ~f' dirigeaient toujours clans la même direction ? Quant aux chambres à gaz elles ont été sig nalées par H oess pour se dédouaner, lors de son procès, en attribuant à d'autres la responsahilité de leur r éalisation. Un héritage douloureux et noble Le bâtonnier Paul Arri ghi sc piacera ensuite sur le plan moral, s'attachant à définir « le sens de la dépo rtation pour les survivants et pmtr les générations futures ». T out d'abord un leg de courage renforcé par l'extrême solidarité gui unissait les déportés, par la dignité des uns et des autres : « L' homme a pris conscience que les esclaves ne donnent que leur co'rps et pas leur âme. Une leçon d'humanité aussi car, s.'écr ie le bâtonnier A rrighi : « La grandeur de la v i,e des camps, c'était le coude à coude qui devrait être le sens de la vie des peuples d.stns l'avenir. » E t enfin un leg politique, et le bâtonnier Arrighi souligne que le travest issement du nazisme ne saurait a ider en r ien à la réconcil iat ion franco-allemande : « On tll: -réconcilie pas dans l'hypocrisie les individus ou les peuples ... Nous devoHs pardonner, nous ne pquvons oublier... » Le témoignage de Louis MARTIN .. [HAUFFIER Dans un réquisitoi re court et énergique, le substitut Dudot dénonce « le caractère déloyal et ignominieux de la p!tblication... » « C ,est avec une intention délibérée, déclar e-t-il, que Rassinier s'est fait l'instrument des milieux néonazis avec lesquels il est en relatioil en A llemagne. Je souhaite donc ltne extrême fermeté dans les peines et dans les us r eproduisons ici de larges extraits du témoignage adressé à la 17' Chambre L. Martin·Chauffier, membre de l'Institut : l'a rti cle de « Rivarol ., où un ta in Jean-Pierre Bermont calomnie ss ièrement Ma ri e-Cl aude Vaillant· r et plusi eurs de ses compagnes s , tout est faux jusqu'au nom du e ( ... ) us connaissons fo rt bien Rass iéc rivait dans « Riva rol », non sous onyme mais sous un faux nom car dissimuler sa collaboration à une ille. Paul Rassi nier e st un imposess ionn e l, qui fait métier de ses es. en 1950, son livre: « Le Mensonsse » dans lequel il prétend étatous les dé portés qu i ont écrit camps nazis , avaient me nti. Seul , onnaiss ance, parmi les rescapés Jes camps, il affirm ait que « l'un ilcentrationnaire » eût été des plus Iles s i « le s elf government » des n'était responsable des millions 5, en volant la nourriture des dét e n les accul ant ainsi à mourir de monstrueuse falsification de faits par tous éta it à double détente : calomnier les déportés pour fonllogie des S.S. lier connaissait la réalité de tout ce qu'il nie , et la fausseté de tout ce qu 'il affirm e. Il a été déporté. Il ment donc en plein e conscience, Dans l'article incriminé de « Rivarol ", Ras s in ier-Bermont parle des « camps de repos " de Ne ue ngamme et de Bergen-Be lsen « spécialement prévus pour les malades de tous le s camps ". J 'y étais . Dix mois à Neuengamme, quelques jours à Bergen-Belsen, avant l'arrivée des t roLlpes britanniques. A Neuengamme, on m:Hlrait, comme ailleurs, de fatigue , de soôf. de faim , ou sous les coups, ou pendus en musique ; les neuf dixièmes dels déportés fra nçais y ont disparu en fumée dans les crématoires. A Bergen Belsen, c'était pire. Un dépotoir, où J'on jetait, venus de tous les c a:n ps, ceux qui, n'ayant plus la force de t ravaillel, Il 'étaient bons qu 'à crever. Comment eût-un pu y survivre ? C'est ce que Ras sinier appelle « un camp de repos » ! Un camp de repos éternel ! li ignora it s ans doute cette horreur lil. au ~e mps même où nous en périssions. Il ne pouvait plus l'ignorer quand il a écrit son livre, pu is, quatorze ans plus tard , son article : i, nous avait lus, et savait que nous, les « menteurs " nous étions les témoins de la vérité. motifs. » ' Le menteur confondu et châtié Les avocats de Rassinier, Maîtres Dej ean de la Bâtie et François Cathala, malg ré l'a ir goguenard qu' ils affichèrent tout au long du procès, n'eurent pas la partie bell e. Comment justi fier une cause 11ldéfendable? S i Rassinier, en publiant un prétendu « Acte de cont r ition » dans « Rivarol » du 5 novembre dern ier, a cru infl uer sur la décision du tr ibunal, il s'est lourdement trompé. La 17" Chambre le condamne à quatre mois de prison avec sursis et 3.000 francs d'amende; René Malliavin, directeur de « R ivarol », est frappé de deux mois de prison avec surs is et 5.000 fr. d'amende, les part ies civi les obtena nt le f ranc de dommages et in térêts qu'elles réclama ient. Nous publ ierons dons notre prochain numéro les attendus, qui fon t j ustice des mensonges et des calomnies du sieur Rassini er. (Compte rendu d'audience de Marguerite KAGAN.) \!-_L_B_ hBine -... C Tous responsables ?. UN fait-divers, d'un odieux contenu a donné le signal. A la fin du mois dernier, huit jeunes voyous ont violé une jeune femme à Belleville. Drame atroce, effrayant, et qui inquiète à juste titre les Parisiens. Mais la surveillance des rues est une affaire de police, et la délinquance, juvénile ou non, ~ien souv.ent une. question ,sociale . Nous avons nos idées sur ces questIOns, malS ce qUI nous preoccupe davantage aujourd'hui, c'est l'util~sa~ion de ~e. fait-di~e~s par l;lne ~ertaine presse. Car les agresseurs etaIent algenens. p ou un dechamement ignoblement raciste d 'jnjures et de provocatIOns dans une partie de la presse. Presqu'un appel au « pogrom » ... ou au « lynchage ». Cinq co'lonnes à la « une • en caractères gras, avec de nombreux dé· tails dans « Le Parisien Libéré » par Samuel LACHIZ~ « Violée sept fois dans un camion, rue de Belleville par une bande d'Algériens » Dans le même cadre, un rapprochement. mais. on sait avec quelle galanterie les amis O.A.S. de M. Tixier-Vignancour se sont conduits avec les filles algériennes. Sans parIer de ce qui se passait en France quand régnait Pétain , dont le même Tixier-Vignancour fut collaborate,ur. Toutefois, nous n'avons nullement le goût, ni l'envie ae polémiquer avec les racistes. Ils sont la peste qui a honte d'elle-même (le tract des Comités en question affirme « pudique- Les racistes contre la R4 Des propos de l' « oncle Adolphe» dans un magazine « Minute» et à la campagne de Tixier-Vignancour, tout se ti que l'activité d'un François Brigneau qui, après avoir collabc publications fascistes, s'i~u~tre à la, fois ,?o!"~~ chroniqueUI CGmme rédacteur en chef d une feuille speCialisee dans les e: et comme membre du Comité de soutien du « candidat nati, d~ l~ République ». Mais par delà ce cas individuel, c'est s agit. , _ Aujourd'hui, l'élection présidentielle est, p0';lr 1 e~trem~ P.t de Vichy. du poujadisme et de l'O.A.S. - 10ccaslOn re France ses slogans, quitte à les déguiser parfois pour miel clasSiq~e : et l'on ne s 'étonnera pas que le racisme joue un ent reprise richement financée, encadrée par les commando 11 faut que face à une situation dont la gravité s'accroît, C'est pourquoi, réduisant nos rubriques habituelles, nous à ce numéro de « Droit et Liberté » un supplément sous fOI « Les racistes contre la République ». Nos abonnés la l'ece, r cns qu'ils en commanderont de nombreux exemplaires pl autre fait-dh'ers permet de faire feu de tous bois racistes : Il Cette septuagénaire a failli , elle aussi être violée ~ (par un Martin iquais) . Et pour que nul n'en ignore, on accorde autant de place à ces drames, avec des titres aussi énormes, en dernière page, avec la re lation précise et romancée des fa its. Deux jours plus tard Il Le Journal du Dimanche ", édition dominicale de Il France-soir • insiste lourdement, et pour ne pas être en res te avec " Le Parisien Libéré ", publie à la " une " et à la dernière page, avec des titres énormes, un reportage su r les agressions et les viols dans Paris , Mais si on lit attentivement le récit du " Journ al du Dimanche ", qù i débute par l'agression précitée, on s'aperçoit que les " viols " sont loin d'être commis uniquement par des AI· gériens : « Du 1 ~ septembre 1964 au 31 mai 1965, 75 femmes ont été via· lées par toutes sortes d'individus, y compris des fils de famille, dans le département de la Seine. » (Bulletin d'information de la préfectu re de po· lice, « Li aisons ,, ) . Mais quand il s'agit de fils de famille, les grands journaux évitent soigneusement les titres spectaculaires . Ils les réservent aux « Nord-N7icains " et aux " noirs ". Or les viols et les agressions nocturn es sont surtout le fait de Il bandes de jeunes » désoeuvrés, de voyous en tous genres

c'est une pl aie sociale et non

pas 'Un phénomène racial ! Le racisme pé nètre par toutes les brêches, en avant-garde du fascisme. En même temps que l'h ebdomadaire « Minute ", le plus ignoble des journaux français dans ce domaine, les Comités Tixier-Vignancour donnaient de la voix. « Minute " publiait des Il récits révoltants ", sous le titre en caractè re d'affiche : Il Les viols d'Algé riens ". L'a rt icle est un ti ssu d'arguments ra· cistes ou « la pègre a rabe ", la « lie humaine " et d'autres douceurs sont les termes les moins féroces. Concl u· sion : Il Les Français n'accepteront pas la France a lg é rienne ". Encore une foi s c 'est un appel au Iynch contre les travailleurs a lg ériens en France, dont l'immense maj ori té est formé e de braves ge ns, vivant ùans des conditions diffic il es. e t dans une at-· mosphère de Il rac isme quotidi en .. qui est le lieu commun d'un s iècle de coloni a lism e, Quant aux Comités Tixie r-Vignancour, ils publia ient 'un t ract attirant l'attention des Paris iens sur Il la ra· caille algé ri enne ", sous ce t itre : « La mission des Algériens dans nos quartiers

pourrir et corrompre la France

à travers ses filles ». Loin de nous l'idée d'un quelconqlle ment " : « Il ne s'agit pas ici de faire du racisme, ni même de la politique .. ) . Ils utilisent à leur profit des drames qui ne sont imputables ni à un peuple, ni à une catégorie de citoyens . Ils sèment de terribles idées , ce lles qu i ont conduit l'Allemagne au nazisme. Nous voulons simplement mettr e en garde les honnêtes gens qui, par s e nsibilité, prêterai ent l'or'J ille à leurs propos et qui risquent d'êt re, avant longtemps les vi ctimes de leur compl ai s ance. S'il faut mettre fin aux agiss eme rlts crimin els des petits voyous, il faut auss i, et parallèleme nt, empêche r d'agi r les empoisonneurs de l' esprit

les néo-nazis, qu i t rouvent hélas

souvent un soutien dans la presse à gra nde diffusion , ·"1·'1.· "UN CA.N ' , EXTREME ÎrOMO*OMO)OroHO~)O~tll(IHII:IMI:I~l1lo(I)I.II:IMI:IM(tMù»(OItOH(oMOMOl+(O. 1

.: 1& nOlu de ltBnf(ôis nnpu!'-.q.·v '-':3t SiW ~ (:()nit."S l e un.

.":et mt. de~ J'il:u)t aimEs l'Ul'TU.Î: (;t'U': tW1 Jt.mrmd:is1t& tI, .•:.;.: .:~.•·• • nale. ~un M. iîia'lat .h:,. 'S'l.ml:r\'tll~ 'd:). ns. . t~lt~. elm! fè ~,:: ~st LU1):â"f tlt4~ ·(I?ihi ms1rmn de t)wlJ:1s ·qu.t itmtN1t la. cla.

';
lU: ~i~t" dl~ ~t~ :a:ttaqum •. ~t fa t..';t\)llkmt'-e- qu11. sait.
· :3:l'(?;nit" "â. t'.im~RI" de smt-rn v~tnut-è «'t 4e- ootte enll.l'A.~ t~ i ' lÙf't". f'lra1lÇi~tf.t. nrlgne~ ~'l..'t'I!pluU. ~(e ltt.nd tl? U )ll'f'( lla ~fli~A-liu\ 'allX ~ iH.~ .de PmninlQw V(1"met l't d l:

. ét.~aL t.~, tutll'a t.iul\"~n~"U dt.l:nlU1t tlllru. (~, jOI.lJ:' n~sl tt .1'~n1âl'{j~I~, :})t(mll~ il l).'.jl te~~ t~{).t d.a.u~ Sj~~ Mtid~ \n~tJlîtê- N~t.it.m~{. ~l"·h:::u.(t' vj~JJm\(:~·ur~ dt' luUf:.t' JJHur 1'1.! . Û('N. ~atinmû~~ .. A:nJ.t..uJ..ttnr({i~ tmtt"e fsO.tl "f n:m,,"~j", i?l'l~ i JJ.:tl arUcl~ t~dwdf, N'uns ~ottU'.O:es fll~SU·t'll~ ~t~ l~ . .~ .... J. ..,).l)"OOS: Û. le- re:nwr~er (le: ln ~. t)t1ff~SlK'~ 'J..~ùl ttftttU~1»); .:~:;e-i a lJu*re (:()Jt1f)At , ,,:' ~A't!Ic~~-R~WICharlesW~~ Dans « Europe·Action " d'octobre, le l 'éloge de TixiE des nos amis, professeur phie qui a inspiré sur la Déportation dirigeaient toujours dans la . ? Quant aux chambres à été signalées par Hoess , lors de son procès, d'autres la responsabilité douloureux et noble Paul Arrighi se piacesur le plan moral, s'attachant le sens de la déportation pour et pour les génémtions d'abord un leg de coupar l'extrênie solidarité déportés, pa:r la dignité

« L' homme a pris

les esclaves ne donnent et pas leur âme. Une leaussi car, s'écrie le bâr righi : « La grà:ndeur de la lIIPS, c'était le coude à coude t être le sens de la vie des ~IS l'avenir. » Et enfin un leg et le bâtonnier Arrighi soule travestissement du nazisme aider en rien à la réconciliap- allemande : « On tU: ·réconians l' hypocrisie les individus pies ... Nous devons pardonner rtVons oublier... » ' 1 réquisitoire court et énergi) bstitut Dudot dénonce « le déloyal et ignominieux de la 1 .•• » « C',est avec une intenrée, déclare-t-il, que Rassinier t'instrument des milieux néolesquels il est en relatiolL en . Je sotthaite donc une extrêf: dans les peines et. dans les teur confondu et châtié lats de Rassinier Maîtres DeI Bâtie et Fra~çois Cath al a, ,r goguenard qu'ils affichèrent ng du procès, n'eurent pas la e. Comment justifier une cause le ? .nier, .e~l publ iant un prétendu contntlOn » dans « Rivarol » nbre dernier, a cru influer sur 1 du tribunal , il s'est lourdepé.

hambre le co ~damne à quatre

Ison avec sursIs et 3.000 francs René Malliavin, directeur de », est frappé de deux mois de c sursis et 5.000 fr. d'amen' ties civiles obtenant le franc ges et intérêts qu'elles récla- Iblierons dons notre prochain attendus, qui font justice des et des calomnies du sieur )mpte rendu d'audience 1 Marguerite KAGAN. I!-_L_a_haine à la «une» 1 Tous responsables ?. Portrait UN fait-divers, d'un odieux contenu a donné le signal. A la fin du mois dernier, huit jeunes voyous ont violé une jeune femme à Belleville. Drame atroce, effrayant, et qui inquiète à juste titre les Parisiens. Mais la surveillance des rues est une affaire de police, et la délinquance, juvénile ou non, bien souvent une question sociale. Nous avons nos idées sur ces questions, mais ce qui nous préoccupe davantage aujourd'hui, c'est l'utilisation de ce fait-divers par une certaine presse. Car les agresseurs étaient algériens. D'où un déchaînement ignoblement raciste d'jnjures et de provocations dans une partie de la presse. Presqu'un appel au « pogrom » ... ou au « lynchage ». d'un imbécile GLOIRE à M. François Brigneau : il est notre La Bruyère. Dans un magazine de télévision (1), il vient de brosser - et de quelle main de maître ! - le portrait d'un des personnages Cinq cû'lonnes à la « une » en caractères gras, avec de nombreux dé· tails dans « Le Parisi en Libéré » : par Samuel LACHIZE • Violée sept fois dans un camion, rue de Belleville par une bande d'Algériens » . Dans le même cadre, un rapprochement, mais, on sait avec quelle galanterie les amis O.A.S. de M. Tixier-Vignancour se sont conduits avec les fil les algériennes. Sans parIer de ce qui se passait en France quand régnait Pétain, dont le même Tixier-Vignancour fut collaborateur. Toutefois, nous n'avons nullement le goût, ni l'env ie ae polémiquer avec les racistes. lis sont la peste qui a honte d'elle-même (le tract des Comités en question affirme « pudiq ueburlesques de notre temps, l'Imbécile Raciste. Encore La Bruyère se 'contentait-il des portraits d'après nature. M. Brigneau, lui, travaille de l'intérieur: il fait parler son crétin, l'Oncle Adolphe; il entre dans sa peau , épouse ses tics, ses humeurs, sa sottise: voilà la grande école d 'introspection française ! Le résultat est magnifique : l'Oncle Adolphe su rgit littéralement sous nos yeux. La soixantaine, « un vieux ragondin )} comme il se définit lui-même, tour à tour hargneux et rigolard, un brin salace, bref : bien de chez nous, crachottant sur sa télé comme on crachotte sur ses tisons, une main sur le bouton du poste et l'autre sur les fesses de Bobonne. Il ne lui manque que la parole, il la prend. Et le style, certes, ne dément pas le bonhomme. L'Oncle Adolphe n'est pas content : il vient de voir à la télé les « Cinq CoLes racistes contre la République lonnes » consacrées aux problèmes africains. L'Afrique? L'Oncle Adolphe l'aimait bien jadis, quand elle était une Des propos de l' « oncle Adolphe » dans un magazine de télévision aux diatribes de « Minute» et à la campagne de Tixier·Vignancour, tout se tient. Rien ne le montre mieux que l'activité d'un :François Brigneau qui, après avoir collaboré à « Rivarol » et à d'autres publications fascistes, s'illustre à la fois comme chroniqueur de la haine contre les noirs, comme rédacteur en chef d'une feuille spéCialisée dans les excitations contre . les Algériens, et comme membre du Comité de soutien du « candidat national et libéral à la. présidence de la République ». Mais par delà ce cas individuel, c'est d'un problème de fond qu'il par Morvan LEBESQUE colonie, c'est-à-dire - quoi, au juste? un rêve. « Autrefois, quand c' était étrange, pitto'resque, oui ! c'était l'inconn1t , un domaine fabuleux, aux frontières de la magie, de l'irréel... » Cette colonie, pour rien au monde l'Oncle Adolphe n'y eût d'aill eurs mis les pieds : c'eût été détruire la magie, bien sûr. « Rappelezvous que je vous ai élevé pour -être un digne gentleman de la Bourse et non un de ces vauriens qu'on envoie à la guerre », écriva it en 1898 le banquier s'agit. , Aujourd'hui, l'élection présidentielle est, pour l'extrême·droite ' - celle de février 34 P-t de Vichy, du poujadisme et de l'O.A.S. - l'occasion rêvée de répandre à t,avers la France, ses slogans, quitte à les déguiser parfois pour mieux les faire admettre. Procédé classique : et l'on ne s'étonnera pas que le racisme joue un rôle essentiel dans cette vaste entreprise,richement financée, encadrée par les commandos d' « Europe·Action ». fI faut que face à une situation dont la gravité s'accroît, les démocrates se mobilisent. C'est pourquoi, réduisant nos rubriques habituelles, nous avons estimé devoir joindre à ce numéro de « Droit et Liberté » un supplément sous forme d'une brochure intitulée : « Les racistes contre la République ». Nos abonnés la recevront gratuitement. Nous espé· rems qu'ils en commanderont de nombreux exemplaires pour les diffuser autour d'eux. autre fait-di\ 'ers permet de faire feu de tous bois racistes : « Cette septuagénaire a failli, elle aussi être vio· lée » (par un Martiniquais). Et pour que nul n'en ignore, on accorde autant de place à ces drames, avec des titres aussi énormes, en dernière page . avec la relation précise et romancée des faits . Deux jours plus tard « Le Journal du Dimanche ", édition dominicale de " France-soir " insiste lourdement, et pour ne pas être en reste avec " Le Parisien Libéré ", publie à la " une" et à la dernière page, avec des titres énormes, un reportage sur les agressions et les viols dans Paris. Mais si on lit attentivement le récit du " Journal du Dimanche ", qui déb~ te par l'agression précitée, on s aperçoit que les" viols " sont loin d'être commis uniquement par des Algériens

« Du 1" septembre 1964 au

31 mai 1965, 75 femmes ont été violées par toutes sortes d'individus, y compris des fils de famille, dans le département de la Seine. » (Bulletin d'information de la préfecture de police, « Liaisons") . Mais quand il s'agit de fils de famille, les grands journaux évitent soigneusement les titres spectaculaires. Ils les réservent aux " Nord-N7icains " et aux" noirs ». Or les viols et les agressions nocturnes sont surtout le fait de " bandes de jeunes » désoeuvrés, de voyous en tous genres

c'est une plaie sociale et non

pas vn phénomène racial ! Le racisme pénètre par toutes les brêches, en avant-garde du fascisme . En même temps que l'hebdomadaire " Minute ", le plus ignoble des journaux français dans ce domaine, les Comités Tixier-Vignancour donnaient de la voix. « Minute" publiait des" récits révoltants ", sous le titre en caractère d'affiche : « Les viols d'Algériens ". L'article est un tissu d'arguments ra· cistes ou " la pègre arabe ", la « lie humaine " et d'autres douceurs sont les termes les moins féroces. Conclusion

« Les Français n'accepteront

pas la France algérienne ". Encore une fois c'est un appel au lynch contre les travailleurs algériens en France, dont l'immense majorité est formée de braves gens, vivant cians des conditions difficiles, et dans une at-· mosphère de " racisme quotidien " qui est le lieu commun d'un siècle de colonialisme . Quant aux Comités Tixier-Vignancour, ils publiaient un tract attirant l'attention des Parisiens sur " la ra· caille algérienne ", sous ce titre: " La ~ission des .Algériens dans nos quar! Iers : pourrir et corrompre la France a travers ses filles » . Loin de nous l'idée d'un quelconqlle ment" : « Il ne s'agit pas ici de faire du racisme, ni même de la politique "). Ils ut ilisent à leur profit des drames qui ne sont imputables ni à un peuple, ni à une catégorie de citoyens. Ils sèment de terribles idées, celles qui ont conduit l'Allemagne au nazisme. Nous voulons simplement mettre en garde les honnêtes gens qui, par sensibilité, prêteraient l'or8ille à leurs propos et qui risquent d'être, avant longtemps les victimes de leur complaisance. S'il faut mettre fin aux agissements criminels des petits voyous, il faut aussi, et paral'lèlement, empêcher d'agir les empoisonneurs de l'esprit

les néo-nazis, qui trouvent hélas

souvent un soutien dans la presse à grande diffusion . Morgan à son fils. Pareillement, l'Oncle Adolphe eût vertement tancé son rejeton - ou son neveu - si ce gamin idéali ste avait montré la moindre tentation de l'outre-mer : il le laissait aux militaires, aux mi ssionnaires aux têtes brûlées, aux vauriens, quoi. Français cie France, on reste chez soi, ~olidement accroché au bistro et à la belote. « Quand j'a'i vu les Noirs nous virer dehors à coups de bottes, j'ai dit bonne chance », confesse-toi!. Et il ajoute : « La décolonisation, j'ai t01tjours été pour, j'ai jamais compris qt!'on aille passer son eXLstence dans des pa:,ls ravitaillés par d,es condors (sic) où. il y a einq1tante degrés à l' omb're et rien de frais pour la gorge. » BON. C'est une profession de foi comme une autre (encore que je soupçonne fort l'Oncle Adolphe d'avoir gueulé, en son temps, contre . les « bradeurs cI'Empl re »). Malheureusement, il ne suffit pas de décololll ser un pays pour l'effacel' cie la carte : au contraire, c'est à partir de ce moment qu'il commence vraiment à exister. La décolonisation est une naissance : voici donc l'Afrique vivante, en face de nous. E t du coup, l'Oncle Adolphe ne comprend plus. Les Noirs n'avaient d'importance que lorsque les Blancs occupaient leur sol ; eux partis, la moindl'e décence devait normalement in ci ter ces peuplades absurdes à disparaître, à se fondre « dans leurs forêts leurs savanes », à retourner en quelque sorte au ventre maternel larves' lémures, foetus. Or, l'incroyable se produit : ces Zombies, on le's prenci UNARTI€LE DE FRANÇOI~ BRIGNEAU • SUR au sé rieux, on les interroge, on les écoute, on s'i ntéresse à leurs problèmes, 011 les traitc, en fin! en hommes, et où cela? En France même, et à la télé, cettc « invention des Blancs faite pour les maues »! Oui, sacrilège! - on nous impose ces « r1égros », ces « visages barbares» - « chez nous, dans nos maisons, à notre table et jusque dans notre chambre à coucher » ! }Charlesid:~OMO)ÛHOH~Hj:!~l:IUIti~tlMtlHtiCharlesl:iM!:IMtlMOH(I)MI)H""OHOHOMOHOHOHOHCIOKOHOHOOHOH(C I·::::::::::if:: nom ne ~'1:a~()is. ~r.fgrw~q.l1 ~}:3t ~s t:()"«lt,~ie u.-n~ dt:~ llu~ cmmus. Il n'en peut plus, il se demande s'il n'cst pas le jouet d'un cauchemar, l'Oncle Adolphe. Le Nègre, au fond, il n'avait nen contre lui : « I·e bon Noir, qui est si gentil, si intelligent, si tendre, surtout en navarin », hi, hi! Mais libre affirmant ses droits, vêtu comme vous' et moi et pire : télévisé, quelle horreur quel scandale ! Ah ! réclame l'Oncle Adolphe clevant les images des « Cinq Colonnes » « tu. parles d'un combat de nègres dan; un tunnel! D1t bamboula à. la une du mo,,:icaud à la deux', du b'ougnoule 'à la trms, du Y-a - bon - Banania - mais - j'epréfère - u.n - l'ognon - de - Père - Blanc mijoté - bonne ~ femme à la quatr,e je cou.pe, j'en remets, j'en rajoute, et tou} ours dans le Mahmadou ... » C'en est trop : une sain te .c?lère le suffoque et, bn: sCJ u~ment 1l1Splre, l'Oncle Adolphe predIt a son neveu des lendemains d'Aper calypse. C'est clair : « dans cinquante ou ce!!t ans » 1; monde aura le visage du Negre et - 1 Oncle Adolphe ne le dit pas maIs toute sa lettl-e le laisse entendre - ce sera notre fau te, à nous, qui r~gardons ,l'Afrique à la télé. Et qui n avons meme pas une section de KuKlux- Klan à Romorantin. ';:j./.fj~t... •:..:• •. ,•m..: ..lt• ••~ d$.~~j. '.k f. ·.itl~~... ;:;:~dJ~:n.. : :h~;~:~r l:.;-;~ i2 juillet 2010 à 10:21 (UTC)'I12 juillet 2010 à 10:21 (UTC)è~I:P.:1!~~\~»~ -~~ lu pat t1rt$ (Pihi m:nl:iun de t)di4~s qtû time-tit lu. :J.J..dé ih~ .80ù ~.t:~lt'

': Jl:i ~t: d~~ ~~ alt~l.qlml:' et la t:~VJI~:.l"U.'e- qu'li. sait P..tU:-ef dans, tm

f::: a\'~~t: -~ r~~iî~~: ùe ~mtM yvluntè ~'i ~te n.t,t(te cm.u~~t, Lé ~' "niai d~'~'" l:. ...... \.'Ù.. •'•. .•'.. ' • : '. ..• 1. 'r.n.. '..•.Ç. ~~ n.r.i~.~~{ . ~:~.:rf..'.l.' i}l;~~ lk l)r~ndte. 1.3. ll~tt'ùh' it ' h ~.~.U~(. $~~:,' 1·::: ta :.~f1J.W"l~t~\ ~!~ ~(.j~~de 1)omtnlQ.\re ~ ('11n@ ~,t ~h~ PI.'~HU;HI'" (l~ '. cl.""h:;- l.-tt. ~u)~~ tiu:l\?Mt.· ... :il. ' tt.:Oml3i:t illl)J..h: ('.I;~ Jm.sxn~,l um~ 'fl'ilnùrt lih ·:.:.::.:.. . ·~ ...~ .·.~. ."'.l.J'. .!'. .~ .!. ·.J·• •. ~:.~.-•. I,;. (. .. ! e~~rl,~·~~iCharleslCharles:~'~:,Q!~ dt~~f;J~;"::j;!.:;7.~t:k.~ l~:~O~ ·/-~'{1 .:N':aij,,~~ •. ·AuJt.ul:tllfnd; n:l:)tl".e {Iü.~i 'f"l'a.m;Hi."I" .B~.i~H~N:n W.luti r(.juih~

!.W ;: arUde ·t~dutd..f:N·u us ~()m)nes h$m~4':llX" ~t-e. l~ vu"4J~~ f,~t nmm

I~,,~;~~i~~.;~r d~ •• ln coMh""" 1lu'il 'l''!'" li Mtr Nuit .. 2 juillet 2010 à 10:21 (UTC)H~"qoc~~WICharles 2 juillet 2010 à 10:21 (UTC).~MI:I~"~'.MI:I. .f_ ~ '. .. _ ; •.•..•••.•••.•••...•............•. 19 Dans « Europe-Action " d'octobre, le très raciste « Oncle Adolphe » fait l'éloge de Tixier·Vignancour. JE vous avais pl'évellus : l'Oncle Adolphe est parfait. Rien ne manque - ton, vocabul ai re - pas mêmc le portraIt du personnage, cette bonne face ronde et moustachue qui accompagne la lettre. Mais que me dit-on? (1) « Télé-Magazine » no 521, 16 au 22 octobre 1965. * Suite page 7. +-----6 LA ' VIE DU ·M. R .. 'A. ,P. 14 novembre . L'exposition LINCOLN à travers la France Réunion du Conseil National Le Conseil National du M.R. A.P. se r éunit le dimanche 14 novembre à Paris, 44, rue de Rennes, sous la présidence de Pierre Paraf, président du M.R.A.P. A l'ordre du jour figurent les points suivants : 1. L'action contre les menées de la presse et des groupes racistes. Rapporteur : Jean Schapira. 2. Problèmes d'organisation et de propagande. Rapporteur : Hugues Steiner. 3. Comment étendre le rayonnement de « Droit et Liberté ». Rap, porteur : Albert Lévy. Nous rendrons compte dans notre p1'Ochain numéro des travaux et des décisions du Conseil N ational. Après NIMES '(10-17 octobre) l'exposition organisée par le M.R.A,P. pour le centième anniversaire de l'assassinat d'Abraham Lincoln a séjourné au Foyer de la Culture de BRIVE (22-28 octobre), puis à l'Office de la Culture et des Loisirs de CHALON- SUR-SAONE (2-9 novembre). Elle est, du 11 au 18 novembre, à BESANÇON, où l'Association Générale des Etudiants en assure le patronage; à la Maison Pour Tous, Elle se rendra ensuite à PANTIN (22-28 novembre), à LA COURNEUVE (30 novembre - 8 décembre). à l'aéroport d'ORLY, grâce au Comité d'entreprise Air-France - Orly Nord. Signalons encore qu'elle est annoncée notamment à Bourges, Rouen, Lille, ClermontFerrand, Poitiers, Dôle, Champigny ... Il se pourrait bien que cet anniversaire dure ... deux ans. A chacune de ses étapes, l'exposition est l'occasion d'importantes manifestations antiracistes : conférences, soirées cinématographiques, appuyées par la presse et par de nombreuses personnalités et associations. Dans certains cas, sa venue à entraîné la création du comité du M.R.A.P. lorsqu'il n'en existait pas encore dans la ville, ainsi que de multiples adhésions à notre Mouvement. Le comité créé, par exemple, à Pantin, prépare activement l'exposition, notamment par la diffusion massive de tracts, qui s'ajoutent aux affichettes éditées par la municipalité et aux trois articles sur le racisme parus dans le journal local • La Voix de l'Est» .Des visites collectives d'écoliers sont prévues, ainsi qu'une inauguration solennelle, et la clôture en présence des amis et sympathisants du M.R.A.P. Réunions et manifestations diverses • A CHAMPIGNY, il Y avait un stand du M.R.A.P. le dimanche 7 novembre, à la traditionnelle « Foire aux cochons )), qui réunit chaque année une foule consi\ dérable. Nos amis avaient organisé dans ce stand une exposition sur le racisme ; ils ont vendu de nombreux exemplaires de " Droit et Liberté )) et pour plus de 700 francs de livres antiracistes. LE VENDREDI 26 NOVEMBRE, le comité de Champigny tiendra une soirée cinématographique, avec les films « Terre humaine )) et « La Marche )), au cours de laquelle Albert Lévy fera un exposé sur le thème : « Les racistes contre la République )). • A GRENOBLE, le comité du M.R.A.P. a tenu une assemblée publique. Il mène une active campagne pour dénoncer le développement de la propagande raciste. • AU THEATRE DE L'EST PARISIEN, le racisme fera l'objet d'un débat dans Je cadre de la soirée « T.E.P.-Magazine )) du jeUdi 2 décembre. P.-H. Maucorps présentera le livre « Les Français et le racisme )). n y aura également une partie artistique avec poèmes et chansons antiracistes. Le comité du M.R.A.P. du 20', qui est à l'origine de cette initiative, prépare également, pour le début de l'année, un colloque d'enseignants et d'éducateurs, sur les aspects pédagogiques de l'action antiraciste. • LE CENTRE CULTUREL DE CORMEILLES- EN-PARISIS, animé par notre amie Françoise Thibondeau, organise, le 22 novembre, avec le concours du M.R.A.P., un débat sur l'apartheid et la pièce « Les ·Chiens )). .; A ROUEN, une SOlree de gala sous l'égide du M.R.A.P. aura lieu pour la sortie du film « Le procès de Julie Richards » (One potato, two potato), le mardi 14 décembre, dans un grand cinéma de la ville. • LE COMITE ETUDIANT DU M_RA.P_ organise pour le début décembre, à la Sorbonne, en collaboration avec la Fédération des Groupes d'Etudes de Lettres, un débat sur le livre « Les Français et le racisme »). Dans le cadre du Festival André Wajda, qui aura lieu au cinéma « Le Panthéon )), la journée consacrée à « Samson» sera placée sous le patronage du comité étudiant. • LE COMITE DES LYCEENS du M.R. A.P., au cours de sa réunion de rentrée a décidé également l'organisation d'une séance cinématographique. • A NIMES, à l'initiative du comité du M.R.A.P., diverses organisations, syndicats et partis ont rendu publique une déclaration dénonçant le regroupement raciste et fasciste qui s'opère autour de TixierVignancour. D'autre part, sur la suggestion de notre Comité, une Commission municipale a été créée à Nîmès pour l'aide aux travailleurs immigrés et à leurs familles. • UNE JOURNEE ANTIRACISTE a été prévue dans le cadre de la vente annuelle de livres et de disques organisée par le personnel de l'administration de l'E.D.F., 2, rue Louis-Murat, à Paris. Au cours de cette journée (le 19 novembre), Roger Ikor, Pierre Para!, Robert Merle et Albert Memmi signeront leurs oeuvres. Seront également présents : John William et les « Bads )). • LE M_R.A.P. ETAIT REPRESENTE PAR: - le président Pierre Paraf à l'assemblée des anciens Déportés juifs le dimanche 31 octobre, à l'Hôtel Lutétia, et à la conférence des amis de la Presse Nouvelle, le samedi 30 octobre à l'Hôtel Moderne .; - Marie-Louise Kahn, à l'inauguration de la clinique de la F .N.D.LR.P., à FleuryMérogis, le samedi 30 octobre; - Belladjal Mebarek, à la réception organisée le 4 novembre par le Secours Populaire Français, pour le lancement de sa campagne d'hiver ; - Louise Kanar et Alain Gaussel, au congrès du Christianisme Social, du 30 octobre au 1" novembre ; - Françoise Lemort, à la soirée du Centre d'Etudes Arméniennes, le 7 novembre, à la salle Pleyel; - Alexandre Chil-Kozlowsky et Roger Maria, à la réception organisée le 9 novembre au Cercle Républicain, pour la sortie du livre de Gaston Laroche : « On les nommait des étrangers )) ; - Roger Maria, à la traditionnelle cérémonie de l'Union Française Universitaire, dans la cour de la Sorbonne. • LA SOCIETE DES ORIGINAIRES DE CENSTOCHOW, au cours de son assemblée générale du 30 octobre, a entendu un exposé de Me Imerglik, membre du Bureau National du M.RA.P. PARFUMS - GANTS SACS - CRAVATES CADEA~X INEDITS PROMESSE PERSONNELLE SI VOUS TROUVEZ LE MÊME ARTICLE MOINS CHER DANS N'IMPORTE Q!!EL MAGASIN A PARIS, MICHEL SWISS VOUS EN 16, RUE DE LA PAIX - PARIS 2 · Jetage CAscenceul" OPE_ 64-52, 60-:56 A Nimes, Mme Georgette Gébelin, secrétaire du Comité départemental du M.R_A.P., remercie les personnalités présentes à l'inauguration. A gauche, M. Raulet, président de la Jo'édération des OEuvres Laïques. (Cliché « Le Midi Libre ».) A l'O.N.U.

  • Suite de 10 page 3

cés dans la Déclaration des NationsUnies )). De telles affirmations, malheureusement, ne correspondent pas à la réalité. Chacun sait que les discriminations et les préjugés raciaux se manifestent encore trop souvent en France ; chacun sait que les propositions de lois antiracistes élaborées par le M.R.A.P., et soutenues par des députés de tendances diverses, sont en souffrance depuis plusieurs années à la Commission de Législation, sans que le gouTernememt ait cru devoir en autoriser l'inscription à l'ordre du jour de l'AssembléeNationale.

  • Exprimant son appréciation sur l'ensemble

des travaux sur la Convention, le ME .. A.P. conclut en ces termes son communiqué

« On peut déplorer la tournure que prend parfOis un débat d'où les oppositions et les conflits politiques ne sont jamais totalement absents. Il reste qu'on doit se féliciter de l'adoption - tous les amendements ayant été finalement retirés - d'un texte qui conserve ainsi sa portée universelle_ « CE QUI IMPORTE, EN DEFINITIVE, C'EST QUE LA CONVENTION VOIE LE' JOUR ET QUE LES ETATS METTENT EFFEGrIVEMENT ET SINCEREMENT EN APPLICATION LES MESURES OONCRETES QU'ELLE PRECONISE POUR FAIRE ECHEC AU RACISME ET A L'ANTISEMITISME PARTOUT ET SOUS QUELQUE FORME QU'ILS SURVIVENT. " Le texte adopté en commissitn Tel qu'il a été adopté en commission, le texte de la Convention se réfère, dans wn préambule aux principes fondamentaux ~tablis par la Charte de l'O.N.U. et divers autres documents de base. . Après une définition de l'expression « dis· crimination raciale », donnée par l'article 1", l'article 2 précise les obligations qui découlent de la Convention, notamment : « c) Chaque Etat partie dOit, par tous les moyens appropriés, y compris, au besoim, des mesures législatives, interdirela discrimination raciale pratiquée par des personnes, des groupes ou des organisa .. tions nationales et y mettre fin. )) Par l'article 4, les Etats parties s'engagent notamment : « a) A déclarer délits puni:;sables par la loi toute incitation à la discrimination raciale se traduisant par des actes de violence, ainsi que tous actes de violence, ou provocation à de tels actes, dirigés contre toute race ou tout groupe de personnes d'une autre couleur ou d'une autre origine ethnique ; « b) A déclarer illégales et à interdire les organisations ou, s'il est plus approprié, les activités d'organisations, ainsi que les act ivités de prOpagande orgarnisées, qui incitent à la discrimination raciale et qui l 'encouragent. » L'article 7, enfin, préconise « des mesures immédiates et efficaces, particulièrement dans les domaines de l'enseignement, de l'éducation, de la culture et de l'information, pour lutter contre les préjugés conduisant à la discrimination raciale et favoriser la compréhension, la telérance et l'amitié entre nations et groupes raciaux ou ethniques ,,_ / 7 Réception' à l'Hôtel Lutétia 1 Au Théâtre 'p H~ Maucorps, A.Memmi d'Aubervilliers : et J:-F: He.ld ê~rlNS ont presente leur livre » De gauche à droite : Jean·Francis HeId, PauI:H,!,ssan .M.aucorps, Albert MeI?ffi:Ï, le président Pierre Paraf, Charles Palant, secretaIre general du M.R.A.P., 1 editeur J .·L. Pidoux·Payot. « Les Français et le racisme -» à la presse et aux amis du M.R.A.P. 'L A présentation du livre « Les Fr~nsais et l~ racism~ » r.ar ses tr,;is auteurs, ~e mard~ 9 novembre ~ l'Hôtel Lutétia, prit rapidement l'allure d'un ventable debat, apres ImtroductlOn du présIdent Pterre Parai. C est la confirmation, s'il en était besoin, de la richesse de cet ouvrage, de la multiplicité des problèmes qu'elle aborde et des réf lexions qu'elle suscite. P. H. Maucorps, Albert Memmi et J. F. Held, eurent à r épondre à de nombreuses questions des journalistes p résents et aussi des représentants d'associations diverses ou de dirigeants du M.R.A.P. Ce fut pour souligner, avec quelle facilité le racisme peut pénétrer dans les esprits, sous des formes parfois inconscientes. En analysant ce phénomène, au moyen de l'enquête réalisée par le M.R.A.P., les auteurs ont pu en éclairer la genèse et le définir dans toute sa complexité. Au cours de cet échange de vues, les p articipants insistèrent aussi sur la né· cessité de « relever le défi raciste )) par une vigilance et une action permanente, n otamment dans le domaine de. l'éducation. Le rôle des enseignants, de la presse, des organisations: syndicales et culturelles fut mis en évidence. Et chacun' partit con· vaincu que le livre présenté pomiait const ituer une arme précieuse dans èe combat ·quotidien.

  • Dans l'ass1stance, nous avons reconnu,

notamment : MM. Henri Fauré, président d e la Ligue de l'Enseignement ; le profes· seur Marc-André Bloch, vice·président du Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux (C.L.E .P.RJ ; Robert Ballanger, député; Ernest Frank, conseil· 1er à la Cour, de Cassation ; Laurence Wylie, conseiller culturel de l'ambassade des Etats·Unis ; les écrivains Jacques Nantet .et Georges Coulonges ; la pianiste Gisèle Kuhn; Kené-LouisLafforgue; Mme Chain- Portrait d'un imbécile trier, représentant M. Jean Pierre-Bloch, ancien ministre ; M. Bitterlin, représentant M. Edmond Michelet, ancien ministre, et l'association « France - Algérie )) ; Mmes Isembert-Jamati, du Centre d'Etu· des Sociologiques ; Madeleine Reberioux, professeur·assistant à la Sorbonne. Citons égr:lement, parmi les représentants d'as· sociations ; Mme Scob et M. Keller (C.r. M.A.D.E. ), M. Angel (Union des Syndicats C.G.T. de la Seine), M. Maurice Moch (C.R. LF.), Mme David (Etudes Tziganes), Mme Winny (A.J .A.R.), Mme Cazeaux (Cercle France . Afrique) , M. Benadja (Association Générale de la Jeunesse Algérienne), et une délégation de l'Union Féminine Ci· vique et Sociale.

Ce n'est pas seulement à une représentation théâtrale que nous avons assisté ce dimanche 7 novembre ; c'est aussi à une manifestation de solidarité avec les victimes de l'apartheid que nous nous sommes associés. Solidarité qui prend aujourd'hui une résonnance plus grande encore avec « l'indépendance » de la Rhodésie, où comme en Afrique du Sud, le racisme fait la loi. L'assistance jeune et vibrante réunie par le M.R.A.P., le Comité d'Action du Spectacle et le Comité de liaison contre l'apartheid a rendu un hommage enthousiaste à Gabriel Garran ,et à son équipe, qui, inlassablement, poursuivent le but qu'ils se sont fixés : donner droit de cité, sur une scène populaire, aux problèmes de notre temps. En inscrivant à leur répertoire, après c Andorra " la pièce de Tone Brulin c Les Chiens " ils ont montré l'importance qu'Hs attachent à l'action contre le racisme. Avant le spectacle, Me Jean.J'acques de Felice et M. Aimé Cesaire, avaient salué chaleureusement cette initiative et appelé les antiracistes à la soutenir.

  • Suil'e de la page centrale

Que cette photo est celle de M. Brigneau ? Que M. Br igneau pa rle ici en .son nom sous le couvert d'un Oncle imaginaire ? Allons donc. M. Brigneau est Français, M. Brigneau est j ournaliste. Comme F rançais il ne saurait être raciste ( puisc{ue, c'est bien connu, le Français ne l'est pas). E t comme journaliste i l ne saurait écri re, que dis-j e : signer ces insanités épa isses et déshonorantes. Qui les publiera it, d'ailleurs? S ürement pas un mag:azine de télévision, apolitique par déf init IOn et répandu dans les familles. Non, non, il s'agit bien d'un past iche, destiné à combattre le racisme par le r ire : « E coutez l'Oncle et jugez-le à ses propos ». De nombreuses personnalités, dans l'impossibilité d'être présentes, s'étaient excusées

le président René Cassin, M. André

Bertrand, directeur du Département des Sciences Sociales de l'U.N.E.S.C.O. ; Mme Jacqueline Thome-Patenotre, vice·presldente de l'Assemblée Nationale ; MM. Waldeck L'Huillier, député·maire de Gen· nevilliers ; Bleuse, député·maire d'Alfort· ville ; le général Billotte, député ; Louis Perillier, ancien résident général de France en Tunisie ; Robert Delavignette, gouverneur général de la France d'outre·mer ; le général Paul Tubert, ancien député·maire d'Alger ; Fontanet, secrétaire général du M.R.P. ; Charies Lederman, conseiller municipal de Paris, président de l'U.J. R.E. ; le grand-rabbin Jacob Kaplan, l'abbé Jean Pihan, le pasteur André Dumas, Mme Suzanne Collette-Kahn, secrétaire générale de la Fédération Internatio· nale des Droits de l'Homme ; MM. Jean Roche, recteur de l'Université de Paris ; Chilotti, directeur de l'Institut Pédagogi· que ; les professeurs Otto Klineberg, Robert Pages et Marcel Prenant, Pierre Lyautey, président de la Société des Gens de Lettres ; Mme Claudine Chonez, les historiens Jean Suret-Canale et Joseph Billig, le peintre Jean Lurçat, l'acteur Jean Negroni, M. Daniel-Henri Kahnweiler, Mo Philippe Rheims, MM.Henri Joubrel, président de l'Association Internationale des Educateurs de Jeunes Inadaptés ; Georges Wellers, vice'président de l'U.N.A.D.LF. ; Pfeffer, président de l'Union départementale de la Seine de l'U.F.A.C. ; Michel Destouche, président de l'Association des Elè· ves Ingénieurs de l'Ecole des Travaux Publics ... La salle du Théâtre d'Aubervilliers pendant l'allocution de M. Aimé Césaire. Au surplus, je regrette presque que M. Brigneau ne soit pas raciste. Son « papier » au rait en ce cas une valeur ,d'exemple. Il nous prouverait que malg ré lui, quand il exprime ses opinions, un raciste est obligé cie sortir de lui-même, cie ba isser d'un ton son style, de se faire plus sot qu'il n'est et c1'emprunte r la voix et le j a rgon d'un imbécile. Morvan LE BESQUE. Le métro fantôme IL n'y a pas à dire : un sang nouveau coule dans les veines d'un théâtre un peu exsangue. Albee... LeRoi Jones ... la lumière nous vient, cette fois, de l'ouest, avec le « pop' art • et le théâtre que je baptiserai « beatnik ., faute d'un meilleur terme, ou encore, • de défoule· ment " par analogie avec les psychodra· mes. De la même façon, 'le théâtre de LeRoi Jones, noir américain, n'est qu'un long cri de haine, une véritable déclaration de guerre contre le blanc oppresseur, que des symboles d'auto-affirmation (bl'ues, jazz, danse) avaient pendant des siècles recouvert. Dans « Le Métro fantôme " nous assis· tons à la brève rencontre de Clay, un bon petit nègre bien assimilé, bien décrêpé et de Lula, une putain « de gauche " sans préjugé apparent. Et pourtant leur contact tourne à l'explosion ; Lula tombe dans l'hystérie, qui est sa façon de comprendre le problème noir, tandis qu 'en Clay se réveille la vieille révolte ancestrale qui fait craquer le vernis de la civilisation. Clay paiera de sa vie le retour à l'authenticité Dans « L'Esclave " LeRoi fait sauter un nouveau pas aux fantasmes de sa race par une inversion de situation. La guerre civile règne entre blancs et noirs et ce sont les blancs qui la perdent qui sont opprimés. humiliés. Théâtre raciste, on le voit, franchement et sans détour. LeRoi ferait certainement sienne cette paraphrase du mot de Kipling

« Le blanc c'est le blanc, le nègre

c'est le nègre, et jamais ils ne se rencontreront '. Ce postulat admis, il n'y a plus de place pour une concilation géné· reuse ou une synthèse supérieure - et LeRoi ne laisse pas de cribler les libéraux de ses sarcasmes - rien que pour un impitoyable affrontement. L'un des deux, le blanc ou 'le noir, est de trop ; il doit disparaître. C'est à la lettre le point de vue des Black Muolims. On s'attendrait donc, au sortir de la re· présentation, à se sentir mal à l'aise et de fait, dans ce théâtre de poche qui mérite lu * v u * e ntendu * lu * VU * en' • Le premier roman de Thérèse Sand'rau, « La main sur la bouche » (Editions Gallimard), est une étude psychologique, et même psychiatrique consacrée au drame d'une jeune fille, traumatisée par un passé effrayant. Comment sera sauvée cette jeune fille en proie à de violentes angoisses? Son mal ne date-t-il du jour oi! elle a été obligée de réprimer son rire parce que juive ? • Du 1" novembre au 19 décembre 1965, les peintres Georgein, Hilaire, MarzeIles, Montane exposent à l'aéroport d'Orly. • La galerie Raymond Suillerot, 8, rue d'Argenson, Paris VIII' ) présente jusqu'au 19 novembre les oeuvres de Guansé. • « Le crime du Docteur Chardin '", film conçu et réalisé par Léonide Moguy, • l'esclave bien son nom, blancs et noirs, pris sous cette douche froide de haine viscérale n'osaient guère se regarder. Pourtant, de ce texte boueux qui charrie l'injure et l'obscurité, se dégage un tel lyrisme envoûtant, une si grande force de persuasion, que nous étions frappés par cette élémentaire vérité : si 'l'homme bl anc persiste à refuser sa place à l'hom· me de couleur, c 'est à çà que nous cou· rons. Ça, c'est·à·dire la révolte désespérée, sauvage, aveugle, atroce, sans espoir ~our personne, dont l'émeute de Los·An· gel ès n'aura été qu'un inoffensif échantillon. Je tiens pour salubres, en dépit des ap· parences, ces deux oeuvres qui nous for· cent à regarder en face une réalité, si dure soit-elle, et qui nous obligent à ren· t rer en nous·mêmes. La mise en scène d'Antoine Bourseil- 1er, qui bénéficie de bons acteurs, est à la fois rigoureuse et folle d'audace. René DAZY avec Jacqueline Huet comme principale interprète, a été p~ésenté le 10 novembre par le Télé-Ciné-Club de l'O.R.T.F. • « La Faim dans le monde » était le thème d'un spectacle-montage réalisé par Gabriel Cousin, assité de Roland Monod, sous le parrainage de M. Josué de Castro. Sa présentation a eu lieu à l'U.N.E.S.C.O. N symbole de qualité les LES PREMIERS DE FRANCE 8 ILS SERONT AU GALA DE PLEYEL DIMAN C H 21 NOVEMBRE 2 0 h . 30 précises Hugues AUFRAy LES GARÇONS DE LA RUE Claude KIPNIS Troubadour de la chanson , Hu· gues AUFRAY est aussi le roi du « Skiffle " - cette musi que roman· t ique et rythmée qui tient du fol· klore texan et des mélopées des marins. Né en 1932 à Paris, il a passé son adolescence en Espagne où il découvre la guitare. Après un long séjour à l'étranger il revient à Paris. Accompagné de son orchestre,. Hugues Aufray ob· tient en mars 1963, le deuxième prix de l'Eurovision. En mai de la même année, il passe en « vedette américaine " à l'Olympia. Un an après, il est vedette à part entière. Danseuse, chanteuse, comédien· ne, la très belle Nancy HOLLOWAY est née dans l'Ohio à Cleveland . Elle arrive à Paris en 1956, puis part en tournée dans toute l'Europe. Considérée comme une « bête de cabaret " , elle décide d'essayer le music-hall et réussit : le 2 avril 1963, elle remporte à Musicorama ·un succès fracassant. A partir de ce moment, tout ira très vite : tournées, télévision, disques, etc ... Elle se produira le 21 novembre à Pleyel, accompagnée des « Players ". Durant ses études de Droit - elle est licenciée - Anne·Marie CAR· RIERE faisait partie d'un groupe d'étudiants qui une fois par semaine. organisait des spectacles. En 1949, un producteur lui propose de jouer dans « Interdit aux Béotiens ". Remarquée au cours d'une audition au « Lapin Agile " par Noël-Noël qui la présente au Théâtre des Dix-Heures, elle y est engagée en 1950 et depuis n'a ce ssé de se produire au music-hall, dans les LES PLAYERS (Photo J.-P. Leloir) Claude WIN TER (Photo Harcourt) cabarets, à la radio, à la télé ... Jacques BODOIN a abordé la profession en entrant aux Compagnons de la Chanson, qu'il quitte dix mois plus tard pour se monter un tour d'auteur, compositeur, interprète et fantaisiste. Obligé de se spécialiser, il opte pour l'humour. Très vite connu il est engagé dans de nombreux cabarets de la Côte d'Azur et de Paris. Oui n'a pas admiré le beau visage de Claude Winter, sa sensibilité, son talent lors d'une récente émission de télévision consacrée à Marie Curie? Claude WINTER, deux fois premier prix du Conservatoire, sociétaire de la Comédie Française, a, malgré sa jeunesse, une belle carrière théâtrale derrière elle. La danse sera brillamment représentée par Claire MOTTE et JeanPierre BONNEFOUS, danseurs étoiles de l'Opéra de Paris. En févrie" 1964, Claire Motte obtint un mois de triomphe en U.R.S.S. avec Attilio Labis que Jean-Pierre· Bonnefolls - le plus jeune danseur étoile de l'Opéra - remplace dans « Renard" opéra de Strawinsky, créé par Maurice Béjart. Encore la danse avec Victor UPSHAW et son ballet créé en 1964. Né à Los-Ange'lès, Victor Upshaw. au cours de ses études s'intéressa à tous les aspects de la danse : classique, primitive, hindoue, espagnole, moderne. René·Louis LAFFORGUE, lui, chantera pour la premièr·e fois sur scè· ne. deux chansons antiracistes qu'il vient d'écrire et qui confirment son attachement a.ux idées du M.R.A.P. Ivry GUITLIS, c'est la musique, la virtuosité, le grand art. Il avait participé au gala du M.R.A.P. de 1963 ,et c'est à la demande générale de nos amis que 'nous avons sollicité à nouveau sa présence. \ Elève d.u mime Marceau, Claude KIPNIS, avec sa compagnie, a représenté cette année Israël - où i r: dirige une école de mime - au Théâtre des Nations. ' Oui mieux que Jacques Prévert « LES GARÇONS DE LA RUE» ? S'ou riants marrants nocturnes La cloche sur l'oreille Le choeur sur les lèyres ... pourrait présenter ,.'\ Encore une artiste complète : Françoise DORIN qui présentera ce riche spectacle. Comédienne; écriv\!in ( Virginie et Paul ", « La seconde dans Rome " aux Editions Jui'liard) , auteur de chansons ( Oue c'est triste Venise ", « La Costa Brava ", etc.), Françoise 'Dorin participe à de nombreuses émissions de radio et de télévision. Françoise DORIN Anne BÉRANGER SI vous avez vu, l'autre samedi, à la télévision, le ballet conçu par Edith Piaf, « La Voix », vous au· rez apprécié la qualité de cette réalisation d'Anne Beranger. C'est égale. ment sous le signe du talent, et de la V2!lImr artistique, qu'Anne Heranger organise, prmr la troisième fois, le gala du M,R.A.P. dans le film « Tchao », de J.-M. Rankovitch), Anne Béranger est en oe moment accaparée par la télévision. Elle prépare avec Jacques Charron quatre émissions sur le thème des contes de Perrault. Ces contes-là, précisons·le, sont destinés aux adultes. Ecrites par Françoise Dorin, avec des musiques de Michel Emer, Georges Garvarentz et Van Parys, ces émissions ont pour in· terprètes (entre autres) Claude Fran· çois, Jean-Claude Drouot, Jacqueline Meilhan, Christine Delaroche... Après quoi, Anne Beranger nous offrira « Phèdre », un ballet de Georges Auric, avec Claire Motte et Jean·Pierre Bonnefous. Qu'elle ait pu, malgré ses activités débordantes, se consacrer au gala du M.R.A.P. témoigne à la fois de son souriant dynamisme et de son dévoue· ment à la cause que nous défendons. Merci, Anne Béranger ! ... Chanteuse et comédienne (on la ver· ra prochainement, avec Roger Hanin, Ivry GUITLIS Anne·Marie CARRIERE (Photo Aubert) René·Louis LAFFORGUE (Photo Nisak) Jacques BODOIN (Photo A. Tardé)

Notes

<references />