Droit et Liberté n°152 - janvier 1956

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°152 (256) de Janvier 1956
    • Ces hommes sont dangereux: faisons front tous unis, à la menace de l'antisémitisme et du racisme par Albert Levy page1
    • Un bouleversant article d'Héléne Sobell: "je reviens d'Alcatraz où mon mari est emprisonné pour avoir parlé avec Julius Rosenberg page1
    • "Halleluyah" chef-d'oeuvre ou tromperie par Epanya Yondo page2
    • Une injustice raciste est reparée: Lamine Traoré libéré en appel page3
    • Les assassins d'Emmet Till avouent en privé page3
    • La bataille antiraciste gagne en ampleur aux U.S.A. page3
    • Unissons nous, le racisme ne passera pas! page4,5
      • Quand un petit papetier veut jouer les grands "Adolf" par Louis Mouscron
      • Ces hommes sont dangeraux: Tixier-Vignancourt, Dorgères, Dides, Bonnet, Le Pen
      • Déclarations de F. Mauriac, J. Duclos, Emile Kahn, Louis Vienney, Vercors, M. Bokanowski, V. Jankelevitch, Louis Daquin, Marcel Prenant, Paul Rivet, Grand Rabbin de France
    • Poujade prêche l'antisémitisme d'état page6
    • Une interview de M. Jean Cancé: "tous victimes des mêmes difficultés, les artisans et commerçants doivent s'unir sans distinction d'origine et de religion page6
    • Paix en Algérie! ont demandé les antiracistes réunis à l'appel du MRAP à la conférence de M. Mainville et A;. Bittoun, présidée par M. Lyon-Caen page7
    • Extrait de la P... Respectueuse de J.P. Sartre: une vérité du second degré page8
    • Cinéma: le continent perdu présenté par J.F. Held page8


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 152 (256) 20 JANVIER 1956 es ommes .. 30 FRANCS De gauche à droite ' : Poujade, Dorgères, Tixier-Vignancour, Xavier Va-llat, (Voir nos articles e,t informations en pages 4, 5 et 6.) sont dangereux FAISONS FRONT TOUS UNIS, , a la menace de l'antisémitisme et du racisme ILS NE PASSERONT PAS 1 LA présence à l'Assemblée Nationale _ de 51 poujadistes, la rentrée d'hommes tels que Tixier-Vignancour, Georges Bonnet, Dorgères - voilà qui accroît incontestablement le danger de l'antisémitisme et du ra. cisme en France. Misant frauduleusement sur la colère des classes moyennes, Poujade offre un renOU1reau d'espoir aux vlchystes impénitents qui J'entourent et J'inspirent. Depuis des années ils cherchaient à reprendre J'Initiative: un ({ homme providen_ tiel )l, enfin, leur est donné. celui-ci, avouant peu à peu ses Intentions réelles, qu'il cachait à ses propres électeurs, se répand chaque jour en odieux propos contre les Juifs et les « métèques )l, exige toujours plus de sang en Algérie, confirme son hostilité au régime républicain. Et les Xavier Vallat dans ({ Aspects de la France )l, les Cousteau dans f( Rivarol )l, de pavoiser bruyamment ..• Ainsi, usant de la tribune parlementaire, d'une presse rompue à l'excitation haineuse, les racistes vont essayer d'ameuter J'opinion publique. Ils vont soumettre les Français au tir d'artillerie de leur propagande mortelle. Ils vont tenter de développer à travers le pays le réseau de leur conspiration .•• MAIS, fort heureusement, la France n'est pas raciste! Elle s'est prononcée pou'r la démocratie, pour le progrès, pour la paix. Aucun doute n'est ,possible: dans sa grande majorité, la France a voté antiraciste. Elle confirme en cela ses plus glorieuses traditions. SI les Poujade, les Tlxier-VIgnancour et autres Xavier Vallat rêvent d'un nouveau février 34, c'est de l'union des forces républicaines, c'est de 1936 qUe" notre peuple a la nostalgie. Et les conditions existent, aujourd'hui comme hier, pour que les trublions fascistes soient Impitoyablement balayés. Une fols encore, c'est dans l'union qu'est 10 salut. UNIR les antiracistes, sans distinction d'origine, d'opinion politique ou philosophique, c'est la vocation même du M.R.A.P. Il l'a montré ces dernières années au cours de ses Journées Nationales, dans ses campagnes les plus diverses: contre Xavier Vallat et Bardèche, qui ont dO plus d'une fols rengainer leurs harangues; contre la ,presse raciste, qui fut contrainte à baisser le ton; contre le film antisémite « Les Nouveaux Maitres )l, qui fut chassé des écrans. Toujours, le succès a été le fruit de l'union. Il est vrai que nos propositions d'unité d'action, destinées à renforcer encore le front des antiracistes, se sont généralement heurtées au refus de la L.I.C.A. Mals maintenant? Maintenant que le danger se fait si pressant et que J'union apparaTt comme la condition d'une victoire prochaine, la persistance des divisions est-elle concevable? Nous avons à mener à bien, tous ensemble, des tAches d'une Importance vitale. I L faut éclairer les braves gens qui, trompés par Poujade et croyant se défendre, ont cautionné une entreprise factieuse. Il faut démasquer devant l'opinion un état-major fasciste qui a bénéficié d'une confusion habilement entretenue. Il faut faire échec à un puissant appareil de mensonge et de subversion. C'est du 'plus profond de la France antiraciste et répUblicaine que monte l'exigence de l'union. Que partout nos amis, avec une audace digne de nos responsabilités, oeuvrent donc à la mobilisation des gens de coeur. Que partout s'organisent les réunions, les discussions. Que le M.R.A.P., partout, soit à la pointe du combat. Tous unis, faisons front, et l'antisémitisme, le racisme ne passeront pasl Albert LEVY. DIINf tE NUMERO • LE RACISME · NE PASSERA PAS! Déclarations de MM. François MAURIAC, Jacques DUCLOS, Emile KAHN, le pasteur VIENNEY Maurice BOKANOWSKI, VERCORS, le pro: fesseur JANKELEVITCH, Louis DAQUIN, Paul RIVET, Marcel PRENANT (pages 4, 5 et 7). • Jean·Paul SARTRE degré (page 8) . Une vérité du second • Hélène SOBELL: « Je reviens du bagne d'Alcatraz ... » (page 2 ) . • L'affaire Lamine Traoré: Les plaidoiries de M" de MORO - GIAFFERI et MANVILLE (page 3). • Une exigence des antiracistes : P AIX EN ALGERIE (page 7). • Une interview de M. Jean CANCE, secrétaire général de la Confédératipn Générale Unifiée de l'Artisanat (page 6). 2 Prenez garde à la peinture Au ministère des Affaires étrangères de Bonn on peut voir une grande photographie de l'ancien ambassadeur Bülow - Schwante. Sur le revers du veston du personnage une touche de gouache de deux centimètres environ attire l'attention. Elle est là pourtant pour cacher l'insigne à croix gammée du nazi et même chef du protocole nazi que fut BülowSchwante dès 1934. Précaution inutile et déjà dépassée à l'heure où nombre d'anciens nazis n'éprouvent plus le besoin de camoufler leur passé sous une couche de vernis. Chirurgie esthétique Le journal du docteur Aden- - auer a représenté, dans un dessin qui se veut humoristique, la France entrant - avant les élections - dans un institut de beauté, puis en sortant - les résultats proclamés - aussi décatie qu'avant. Le rajeunissement de Marianne, selon le chancelier ' allemand, aurait été la confirmation des équipes qui l'ont choisi, lui, pour partenaire afin de réaliser une « Europe intégrée ». Mille regrets. La France s'est souvenue des méthodes de chirurgie esthétique préconiséeS par Adenauer et les siens: l'amputation et même le dépecement ... Autorité déplacée Dans un bistro de banlieue un caporal buvait attablé avec un « première classe ». Entre un tirailleur marocain qui demande un demi de bière au comptoir. Le caporal se dresse sur ses ergots et interdit à la serveuse de donner le demi. « C'est un gradé qui vous le commande », précise-t-il. Le tirailleur marocain, qui sait de quoi il retourne, aurait pu expliquer à la serveuse étonnée que ce caporal manifestait d'étrange façon le souci de l'autorité et du prestige de la. France, comme on dit dans les discours officiels. Mais, fort de son expérience, il a salué dignement et s'en est · allé ... •.. Et l'autorité civile Dans cet autre café des beaux quartiers, c'est le patron qui fait sa police lui-même envers les Nord-Africains. Récemment une bagarre s'ensuivit qui l'amena - comme témoin seulement - devant la 16· Chambre correc.tionnelle de la Seine. Ii faut l'entendre expliquer avec suffisance « ... que les garçons ne doivent servir le~ NordAfricains qu'au comptOtr, car, dans un quartier comme le n6tre, les clients d' APPARENCE NORMALE pourraient trouver ce voisinage déplaisant ... » Entre le caporal abusif du bistro de banlieue et le patron insolent du café sélect, l'autorité miltiaire et « civile » du racisme se donne libre cours. Et peut-être que l'un comme l'autre sont d'apparence normale ... « Un oeil bridé nous regarde » « Leur chef était homme d'un certain âge, au visage mongoloïde à la fois sarcastique et soupçonneux. Ses yeux, mi-clos, bridés à la chinoise, témoignaient de sa méfiance... », etc., etc ... C'est le seul extrait publicitaire que l'éditeur ait trouvé pour nous inciter à lire le dernier reportage de Tibor Mende: « Au pays de la mousson ». Près d'un milliard d'Asiatiques à l'oeil bridé pourraient donner autant de raisons de se méfier à l'auteur du livre. Quant à nous, c'est plutôt du l1vre que nous noua méfions. DROIT ET LIBERTE Un bouleversanl arllcle d·Hélène SOBELL •• Je re"iens du bagne d· Alcatraz ou" mon mari esl emprisonné pour avoir parlé avec .JULIUS ROSENBERG," New-York, 1er janvier 1956. Ma visite à Alcatraz fut ' différente cette fois-ci. Tandis que nous nous regardions à travers la vitre étroite et que nous nous parlions au téléphone, nous savions que les choses étaient différentes. Les yeux de Morton étincelaient pendant qu'il parlait de la pétition pour un nouveau procès qui serait présenté à la Cour de New-York dès le début de l'année 1956. En dépit de l'épouvantable fardeau représenté par les 3.000 kilcmètres qui nous séparent des cours de justice et qui engloutissent en voyages temps et argent, nous étions enfin prêts. La pétition sollicitera un nouveau procès en prenant pour base le fait que les procureurs, y compris Roy Cohn, ont sciemment utilisé des faux témoignages pour obtenir la sentence dont le premier résultat est déjà de nous avoir fait perdre cinq années de notre vie. Nous avons à présent des dépositions documentées au sujet de ces parjures et nous déchirerons le tissu des mensonges qui furent racontés, et la lumière de la Vérité éclatera. L'héroïque et le tragique Morton m'a écrit les mêmes choses qu'il ne se lasse de répéter, à savoir que « la différence entre l'héroïque et le tragique, c'est la lutte. Personne ne veut être tragique ». Je repensais à ces mots tandis que je lisais dans le ({ New York Post » du 27 décembre: ({ Les U.S.A. peuvent interner dès maintenant 5.000 personnes dans leurs six camps de sécurité ». C'est pendant cette année 1950, de folle hystérie, où la guerre de Corée commença, que ma famille fut brutalement kidnappée, mon mari jeté en prison pour avoir parlé à Julius Rosenberg, et que les camps de concentration furent installés. Mais, même à Alcatraz, Morton voit et sent le nouvel esprit de lutte qui empêchera notre Amérique, que nous aimons profondément, d'être tragique. Lorsque je contai à Morton la lutte grandissante du peuple à travers tout le pays, ce fut merveilleux de voir la lumière sur son visage. Il a été autorisé à lire « Le jugement de Julius et Ethel Rosenberg », de John Wexley, et « La mystification de l'espionnage atomique », de William Reuben, mais il ignorait les commentaires du juge Patrick O'Brien, de Cary MacWilliams, Brett Halloday, Elmer Davis et tant d'autres, Et il ne savait rien non plus de l'action magnifique accomplie par le Comité de la région de San Francisco, qui a organisé une vaste campagne dans la. presse. Rien au monde que vous ne feriez ... Je n'avais pas vu Morton depuis six mois et nous fû.mes autorisés à quatre visites. La dernière visite, bien sûr, fut la plus Morton SOBUL. pénible. La douleur des adieux, pourtant, fut tempérée par le fait que nous pouvions parler de nos perspectives entièrement nouvelles. Ainsi, Morton a maintes fois répété: « Il faut que tu t'adresses à un cercle de plus en plus large, car c'est seulement en atteignant de plus en plus de monde que la vérité sera connue ». Et précisément j'ai eu le bonheur d'atteindre de nouvelles régions. Calgary, Regina, deux villes oft je n'avais jamais pensé aller; maintenant, j'y avais été invitée ... Lorsque vous avez vu une fois l'être que vous aimez, à Alcatraz, "HALLELUYAH" chef-d'oeuvre Le débat ouvert dans le dernier numéro de notre Journal sur le film « -HALLELUYAH » nous a valu une longue et Intéressante lettre de M. EPANYA YON DO, de la revue « PRESENCE AFRICAINE ». Nous nous faisons un plaisir d'en publier Ici les extraits les plus significatifs. « Hallelujah ' ayant fait couler beaucoup d'encre, il convient de passer en revue les oeuvres interprétées par des noirs mais dont la réalisation rest.e - pou.r ne pas changer - blanche. Dans l'opéra de Georges Gerschwin «Porgy and Bess , la condition sociale et humaine des noi rs en Amérique est à peine effleurée. Dans « Cabine in the Sky , le nègre américain fanatique et mystique jusqu'au ridicule reporte toutes ses aspirations bafouées vers un paradis où le faible deviendra le plus fort. L'enfantin « Green Pasture» nous montre à peu près la même imagerie idyllique du nègre puisant de tout son être dans le « Pater noster :.. « Pleure, ~ pays bien-aim~ :. : Ce film ne veut voir da·ns la Qersonne du noir qu'un être ignorant son nom d'homme, seul le ciel lui appartiendrait. Citons encore les films musicaux « Stormy Weather ;) et le navet « New Orleans '. Seul « lemming the Blues, n'a pas la prétention d'analyser l'âme du nègre américain; les nègres jouent leur musique, un point c'est tout. Evidemment, on eût souhaité autre chose ... A l'époque- des balbutiements du cinéma parlant, Iii découverte d'une musique nègre eût ptl paraitre comme le signe annonciateur de la prise de conscience des noirs considérés jusqu'à ce jou.r comme des hommes sans racines, du maïs germé dans les quatre vents de l'Univers, ayant perdu toute attache 'avec la mère nourricière. Les nègres mis en évidence, chantant la douIeur ou la joie avec un bonheur égal, n'allaientils pas fausser les tablettes des -classifications raciales en découvrant dans le souffle chaud des blues leur vrai visage d'homme? Il fallai t donc rassu.rer le bon Yankee carré dans l'exploitation de ses champs, de ses machines par le nègre. Et King YlODT vint: c Laissez donc, et avez la terrible responsabilité de le savoir innocent, de savoir qu'un merveilleux être humain est journellement soumis à la torture, il n'y a rien au monde que vous ne feriez, aucun endroit où vous n' ·riez. Les Canadiens étaient aussi chaleureux et amicaux que l'est le peuple des U.S.A. A Vancouver, j'ai parlé dans un grand meeting. Dans le « Vancouver Sun », le comité Sobell avait passé une annonce: « Justice pour ·Morton Sobell l .. . « Un homme innocent condamné à 30 ans de prison à Alcatraz »... Le lendemain ce même journal notait: « Mme Helen SobeH a déclaré qu'eHe est convaincue que les preuves découvertes depuiS le procès innocenteront son époux. » Je m'attendais à ce qui s'est passé à Vancouver , nous y avions un comité Sobell et il n'y a pas de gens plus dévoués et plus actifs que ceux qui ont entrepris de faire libérer Morton SobeH. Mon étape suivante était Calgary, où c'était vraiment l'inconnu. A Calgary, un groupe de personne, sous la conduite de Mme Walker, une des habitantes les plus respectées et estimées de la ville, avait organisé un meeting, arranl~é une conférence de presse, une interview à la radio et diverses autres rencontres. Le meeting, tenu dans le meilleur hôtel de Calgary, fut suivi par un public nombreux et le titre du « Calgary Herald » était: « Les Calgariens , apportent leur aide dans l'affaire Sobell ». Une conviction vigoureuse A Regina, un comité de parrainage avait été formé en vue du meeting. Ce comité groupait de hautes personnalités de l'administration, des syndiqués, des pédagogues. Ce raeeting, comme tous les autres, fut annoncé publiquement, bien suivi et s'acheva par des résolutions demandant un nouveau procèS ainsi que le transfert hors d'Alcatraz de mon époux afin qu'il pût prendre part à la préparation de ce nouveau procès. Bon nomore d'autres meetings demandaient la libération de Morton comme un geste qui serait bien compriS par un monde allant vers une ère de paix et de fraternité. Le meeting de Regina fut présidé par le vice-ministre du Travail. Un haut fonctionnaire du ou duperie , • donnez-moi seulement des capitaux et le détruirai aisément par la justification puissante de l'image le mythe du noir qui se v.eut homme comme nous. » Vidor s'est servi de l'interprétation magistrale des nègres pour montrer aux yeux du monde qu'en dernière analyse le 'IlèI;re acoeptait avec joie ses chaînes et le lynchage des siens. En traitant du problème tacial, Vidor. eût été mis sur la sellette, à moins de choisir le biais du, bon paternalisme. Ce que nous reprocherons à tous ceux qui aiment, qui épousent la callSe des noirs, c'est oet aveuglement des élans du coeur, produit du réflexe sans réflexion qui fait ignorer notre problème le plus brûlant et sanglant

la libération des noirs.

Il ne suffit pas, dans nos sympathies, de vou.loir un film sans signification, un chef-d'oeuvre parce que 'plus que bien joué par des noirs, mais .de voir que le soleil qui nous éclaire, en attendant taché de sang et de colère, doit être transformé en un jour d'éclat aussi multicolore que la fraternité des hommes. Epanva YONDO. ministère de la Santé exposa les raisons pour lesquelles les Canadiens devaient s'intéresser à l'affaire, et l'appel' pour les fonds fut fait par une éminente personnalité féminine de la Ville. Parmi les auditeurs des deux meetings tenus à Regina se trouvaient: quatre sec·rétaires de Cabinet, un membre du Parlement fédéral, un certain nombre de candidats et de membres de l'Assemblée législative, plusieurs éminents délégués de syndicats, sans parler des journalistes ou autres personnalités également importantes. Un fait très significatif: après le meeting, un membre de l'Assemblée légiSlative demanda le licenciement des fonctionnaires ayant participé à cette manifestation. Le premier ministre de l'Etat de Saskatchewan, M. Douglas, fit alors une déclaration proclamant: « Il n'y a pas place pour le MacCarthysme dans l'Etat de Saskatchewan ». Il se posa en défenseur de mon droit à demander un nouveau procès pour mon époux ainsi que du droit de tous ceux qui sont d'accard avec moi d'agir dans ce. sens, car c'est un droit démocratique accordé à tous. Cette déclaration et celles de tous les fonctionnaires attaqués furent une remarquable expression d'une conviction vigoureuse que la peur ou l'hystérie n'influençaient pas. Je terminai ma tournée à Winnipeg, où je rencontrai encore de chers amis, une belle réception, un public nombreux et la promesse d'efforts redoublés Ce sera un beau jour •.• Quand j'arrivai à New-York, j'y retrouvai mes deux enfants et lus la lettre de Morton qui m'attendait. Je vie que les choses n'avaient pas dormi là non plus. Yuri Suhl, écrivain et poète, qui avait visité les villes canadiennes avant moi pour faire connaltre la vérité, avait refait un important périple. La première page de « Campus Times », publication de l'Université de Rochester, montrait encore le travail de Yuri Suhl là aussi. A Rochester également, M. Suhl avait obtenu une demi-heure de discussion à la radio sur l'affaire Morton SobeH. Partout, les gens parlent, écoutent et apprennent. Chers amis, ici, à présent, il y a une grande promesse pour chacun de nous, au seuil de cette année nouvelle mais cette promesse ne sera pas tenue si nous restons les bras croisés. Ce qui s'est passé à San Francisco, Los Angeles, Calgary, Regina, Vancouver, Winnipeg, Rochester se produit partout. Ce sera un beau jour pour le monde entier quand Morton Sobell sera libre. Avec votre aide, cela viendra rapidement. DROIT ET LIBERTÉ 9t, Fbg St-Denis • Paris-tOO Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 TARIF DES ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un sn : 300 frsncs P AYS ETRAN~rRS Un sn : 430 frsnCA ABONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 franc. T ARIF SPECIAL POUR LA BELGIQt;E Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rue de Paradis - : - PARIS (X') -: - Trav. euc. par des outl. syndique. DROIT ET LIB~RTE . - 8 Charlesn~e~in~l~·u~~t~i~ee27 avril 2010 à 12:12 (UTC)e~~· ~te~e~~t~~e~~p27 avril 2010 à 12:12 (UTC)~e~! LeS assassins d'Emmen TILL Mme et M. TRAORE et leur enfant. Manville • • On a voulu Navoir SA PEAU" Il n'est pas d'usage qu'un avocat témoigne; c'est pourtant un témoignage que je voudrais me permettre d'apporter aujourd'hui dans cette douloureuse affaire, déclare M' Manville, écouté avec une vive attention, aussi bien par le tribunal que par le public. Il retrace l'origine de l'affaire. Des bourses avaient été accordées à plusieurs étudiants de Guinée, parmi lesquels Lamine Traoré. Ce dernier, étant seul à n'avoir pas reçu la somme annoncée, se rendit au ministère de la France d'outre-mer. AprèS plUSieurs démarches, d'autant plus pressantes qu'il était sans ressources, 11 fut reçu par un haut fonctionnaire, M. de Christen, de qui dépendait le paiement. - Vous ne toucherez pas de bourse! lui fut-il répondu haineusement. Et je n'ai pa~ de comptes à vous rendre! Comme il s'étonnait de cette décision arbitraire, M. de Chris.. ten le poussa brutalement vers la porte en lui criant: - Si vous n'êtes pas content, rentrez chez vous! C'est alors qu'indigné, Lamine Traoré administra une girie à. l'insulteur raciste. J'ai vécu, moi aussi, des faits semblables, poursuit M' Manville, et combien sommes-nous dans ce cas, nous qui, venus d'outre-mer, avons fait nos études en France! En 1945 ayant obtenu une bourse au titre d'ancien combattant, il m'est arrivé plus d'une fois de me trouver dans une situation dramatique- en raison des lenteurs administratives. Aujourd'hui, les choses se sont aggravées. Lamine Traoré, qui a une femme et un enfant, se voit arbitrairement refuser une bourse Lamine LIBÉRÉ TRAORÉ AVOU~ENT (en privé) EN APPEL 'EST le samedi 24 \ dé- C cembre, en fin de Journée, que l'étudiant guinéen Lamine Traoré a été libéré. PouJlSuivi pour avoir riposté à un fonctionnaire raciste qui l'insultait, Il avait été condamné avec une rigueur extrême, explicable seulement par le fait qu'II a la peau noire. 1'I1ais la protestation du M.R.A.P. et de nombreux antiracistes, l'émotion exprimée par une grande partie de la presse, ies belles plaidoiries enfin de M' de Moro-Glafferi et de Me Man_ ville, membre du Bureau national de notre Mouvement, ont eu raison de ia haine acharnée dont Il était l'obJet. Il y avait foule, en cette veille de Noël, à la 1 ()o chambre de la Cour d'Appel. Autour de la compagne de Lamine Traoré s'étaient rassemblés de nombreux étudiants africains', solidaires de leur camarade. Une délégation du M.R.A.P. était égaiement présente. Une explosion de Joie 8~ lua la sentence: l'amende de 15.000 francs supprimée, le sursis accordé pour ies deux mois de prison. Lamine Traoré se trouvait immédiatement libérable. Ses amis se rendirent en nombre devant la Santé pour saluer sa sortie ... de Moro· Giafféri • Il ne doit pas y avoir deux poids et deux mesures Plaidant après Me Manville, Me de Moro-Giafferi dénonce avec vigueur les conditions dans lesquelles Lamine Traoré a été jugé: Il y a dans cette affaire, déelare- t-il, des choses qui déplaisent. Il y a une sévérité de mauvais aloi. Lamine Traoré a été condamné, par défaut, à un a'12 de prison pour une gifle. Son absence devant le tribunal a été considJrée comme une impertinence. Or, à l'instant où on le- condamnait, le ministèrp. de la France d'outremer s'avait qu'il était dans son pays et que la convocation n'avait pas pu l'atteindre; et le ministère s'est bien gardé de faire connaître cette situation. Mieux: il y a trois lettres dans lesquelles le ministère demande « une attention particulière » au procureur .te la Republique. Nous savons ce que cela, veut dire. L'intervention d'un ministère en cours de procès, c'est un abus auquel il convient que les juges répondent. Nt de Moro-Giafferi souligne aussi dans J'.attitude des pouvoirs publi~s, un net « désir de falsifier les faits ». Alors que le constat ne devait entraîner aucune poursuite, alors que M. de Christen a avoué, à l'audience: « je n'd même ' pas interrompu mon travail une demijournée », des certificats de médecins du ministère ont été fournis après coup, ainsi que divers témoignages tendant à grossir l'affaire qui, normalement, aurait dû aller devant le tribunal de simple police. « Tout a été exagéré, s'écrie Me de Moro-Giafferi. Il est odieux qu'on exagère, qu'on travestisse les faits pour arracher à la justice un verdict qui aura de graves conséquences. « Il ne faudrait pas, poursuitil, s'adressant au tribunal, que l'on pat. imaginer que la Justice, chez nous, peut varier suivant la race à laquelle on appartient. Il ne suffit pas que vous soyez é(oignés de tels sentiments: il faut que cela paraisse. Ne donnez pas à penser qu'il y a deux poids et deux mesures. je vous supplie de faire en sorte que l'on ne puisse pas avoir d'appréhensions pareilles. C'est ce soir Noël, conclut-il. Nous souhaiterions que cette journée soit marquée d'une pierre blanche. Il faut que Lamine Traoré puisse ce SOir se réunir, selon la tradition, avec sa famille et ses amis. Un jugement le libérant sera une manifestation nouvelle des sentiments véritables de la France envers les lointaines populations d'outre-mer. N'oubliez pas l'intér~t de la France! Plus que JaBlais, la révision du procès de SUBlner s'IBlpose r A PRES tant de meurtres anonymes, de lynchages silencieux, l'assassinat d'Emmett Till et le faux prQcès de ses assassins ont secoué la conscience -universelle et - aux Etats-Unis même, remué l'opinion publique. Le cynisme des meurtriers, encouragé par le racisme des Juges, permet de verser une nouvelle pièce au dossier d'une affaire qui n'est pas close pour n'avoir pas été Jugée. Selon le magazine « Look» qui les liv.re au public, l'un des meurtriers, J. W. Mi1am, a passé « en privé» des aveux complets. Emmett Till, dit « Bob~ », venait de Chicago et passait des vacances chez son oncle le pasteur Wright. Malgré ses 14 ans il était développé comme un adulte et plein de confiance. Pour épater les petits copains de province, il entra dans la boutique d'épicerie que tenait « la jolie Carolyn Bryant» et lui fit un brin de cour, inconscient du crime de lèse-majesté blanche qu'il commettait. Roy Bryant, poussé par son demi-frè.re J. W. Milam, décida de punir ce « crime ». Ils allèrent réveiller Emmett dans la nuit et, malgré les objurgations de son oncle et de sa tante qui savaient mieux que lui où on le menait, ils l'entraînèrent dans leur voiture. Après avoir cherch& trois heures durant « un coin tranquille pour donner une bonne leçon au négro », ils s'arrêtèrent près de ia rivière Tallahachee, puis les deux brutes sortirent leurs colts et le firent déshabiller. Il était sûr de l'impunité en tuant ce gosse de 14 ans, Il en était plus sûr encore en avouant son crime, les Juges lui ayant donné raison et le laissant vivre. Mais le cadavre d'Emmett Till pèse encore dan!! les balances de la Justice. Dès les l'évèlations du magazine « Look », dont le rédacteur en chef s'est affirmè prêt à prouver la véracité, J'Association pour l'Avancement des Gens de Couleur (N.A.A.C.P.) a réclamé la réouverture du procès. D'autre part, le chef des services JUdiciaires du Mississipi, qui vient d'être élu gouverneur de cet Etat - où s'est déroulé ce procès - a déclaré à la radio que Mllam ~t Bryant auraient dû être condamnés et exécutés! Mais c'est surtout le poids de l'opinion publique qu~ doit redresser le fléilu de ces balances JUdiciaires faussées. La clameur d'indignation qui, du monde entier, est venue écorcher le tympan des gouvernants américains doit s'enfler. « L'AFFAIRE EMMET'r TILL A FAIT UN TORT IMMENSE A LA REPUTATION DES ETATS-UNIS DANS LE MONDE », a déclaré le ministreadjoint de la Justice. Il y a toujours une affaire Emmett Till et tant que rugiront des fauves comme Milam et Bryant, elle fera du tort aux Etats-Unis. Pour que Justice soit rendue à cet enfant, pour n'avoir pas à la rendre à toutes les victimes désignées des forcenés racistes, nous devons réclamer avec force la réouverture du procès de Sumner. -« ChIcago-boy», lui dit Mi-.--------------lam, « J'en ai assez qu'on nous envoie des gens de ton es-pèce Ici pour créer des difficultés. Tu es toujours aussi bien que moi? » - « Oui », répondit l'enfant en le regardant dans les yeux. - « Et tu as' eu des femmes blanches? » -« Oui». Alors Milam luI tira une balle dans l'oreille droite, le tuant net. Ils fixèrent un énorme ventilateur au cou du cadavre et le Jetèrent à la rivière. Voilà le récit effarant fait par Mllam à un journaliste. Et il a ajouté: « Je ne suis pas une brute mals Il faut que les nègres restent à leur place; tant que Je vivrais ils ne voteront pas et n'iront pas à l'école avec mes gosses. » SIX MOIS APRÈS Lumière (tardive) sur l'opération (( fJ-oulle-d' (!Je" On se souvient des opérations policières, odieusement racistes, qui eurent lieu, en août dernier, contre les travailleurs nord-africains du quartier de la Goutted'Or (Paris, Hl"). Le prétexte à leur déclenchement avait été larrestation d'un Algérien, accusé du vol d'une chemise. qui lui a été allouée, et avec quelr-___________________________________________ _ Or, celui-ci, M. Maadi, vient d'être ju,gé en correctionnelle, et il a été relaxé, ayant produit une mépris, quelle hargne! . facture de la chemise en question. Et M' Manville, au milieu de l'émotion générale, s'écrie: Même si l 'on n'a pas de complexe, il n'est pas agréable de s'entendre traiter de sale nègre ou de s'entendre dire: « Retournee chez vous! » Puis il démonte la machination ourdie contre Lamine Traoré. Le fonctionnaire, qui n'avait pas l'intention de porter plainte, se ravise au bout de quelques jours. Des témoignages ' sont sollicités, d'ailleurs contradictoires. Le ministère adresse trois lettres successives au procureur de la République pour ({ attirer son attention » sur ce cas. Lamine Traoré est jugé en hâ.te, par défaut, alors qu'on le sait en Afrique pour plusieurs mois. Condamné à un an de prison, il est arrêté à son retour. Jugé de nouveau, on le frappe de deux mois de prison ferme et de 5.000 francs d'amende, compromettant ainsi sa carrière. Nous avons ressenti comme un soufflet cette condamnation, souligne M' Manville. Lamine Traoré a été frappé d'une peine qui contredit toute la jurisprudence. En fait, on a voulu ({ avoir sa peau! » Et, s'adressant au tribunal, 11 conclut: Faites que les Africains, les hommes à la peau noire, n'aient pas l'impression d'~tre jugés plus sffuèrement que les EuropElens! Ne nous latssel/l pas le sentiment que la loi n'est pas égale pour tous! La BATAILLE ANTIRACISTE gagne en AUX Etats-Unis, où les conséquences de l'affaire EmmeU Till n'ont pas fini de se faire sentir, chaque jour apporte une moisson de faits, de gestes, de mesures, où le meilleur et le pire se heurtent dans un conflit de plus en plus aigu. . Aux décisions de la Cour Suprême illterdisant la ségrégation dans les écoles, les parcs publics, les terrains de jeux, I·es piscines, gouverneurs, juges, maires et populations racistes des Etats du Sud opposent leurs lois particulières, leurs décisions, leurs référendums

transfert du budget de

l'enseignement aux écoles « privées », cession des installations sportives à des « clubs ». Au décret de la Commission Fédérale des Communications supprimant l'apartheid dans les trains, l,es cars, les salles d'attente des lignes inter-Etats, le gouverneur de la Louisiane op- MARIAGE Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de Mlle Michèle THEMINI! avec M. Roger FERREBEUF. Nous leur adressons nos félicitations et nos meilleurs voeux. ampleur aux Etats-Unis pose ses ordonnances locales. A Lincoln County (Mississipi), un noir en concurrence avec un blanc pour une place est abattu froidement. Ses trois meurtriers sont relâchés, personne n'a rien vu. Par contre, le conducteur et l'unique voyageu,r blanc d'un tramway de la Nouvelle-Orléans n'ont pas voulu voir non plus les 72 étudiants noirs poursuivis pour avoir occupé le véhicule et qu'on a dû acquitter. Au boycottage des boutiques tenues par des noirs et des firmes qui les approvisionnent, les noirs répondent en évitant à leur tour les commerces tenus par des blancs. Ici, un noir, membre de l'Association pour: l'Avancement des Gens de Couleur, doit fuir pour protéger sa vie menacée. Ailleurs, ce sont des pasteu,rs blancs qui doivent résigner leurs fonctions pour: avoir apporté leur aide aux victimes des persécutions raciales. A Sumner même dans ' la rivièr, e Tallahachee d10ù l'on retira le cadavre d'Emmett Till, une jeune fille blanche plonge et sauve un enfant noir. Et les trois juges de paix de cette vine ont refusé la mise en liberté du meurtrier de Clinton Melton, le pompiste noir assassiné pour avoir versé trop d'essence. Mais le commerçant blanc de Heithsville (Virginie), qui ~battit un jeune noir pour « langage incorrect :0, est acquitté par un jury de blancs. Pour nous limiter, disons enfin que dans cette lutte où leur dignité d'hommes est engagée ,les noirs des Etats-Unis manifestent une conscience, une organisation remarqt:lables. __ Le « Pittsburg Courrier », journal noir à grand tirag,e qui av,ait soutenu la candidature de Eisenhower, vient de s'adresser avec fermeté au Président: il lui rappelle que les noirs sont des citoyens habitués à obéi~ à la loi mais qUie la carence des pouvoirs publics les oblige à prendre en main leur propre défense. Nul doute que la sympathie des antiracistes du monde entier, si elle a pesé sur les décisions officielles en leur fave).lr, encourage aussi les noirs dans un combat qui va placer: les Etats-Unis devant cette alternative: ou trancher au bistouri les séquelles du cancer radste que la guerre de sécession a laissées, ou se laisser envahir par elles. De cette affaire, il ne reste donc que ... le racisme déployé à l'époque par les pouvoirs publics et par une partie de la presse. VOYAGE EN POLOGNE Le service touristique de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France organise une excursion de 14 jours en Pologne, au mois d'avril 1956, en relation avec les cérémonies commémorant le soulèvoment du ghetto de Varsovie. Départ le 14 avril 1956, avec visite d'Auschwitz, Cracovie, Nowa-Hutta et Varsovie. Remise importante sur les tarifs de chemins de fer, pour les déplacements à j'intérieur du pays. Cette excursion est ouverte à tous les citoyens français. Une autre excursion, en autocars, est prévue pour les fêtes de Pâques, en Hollande. On reçoit également des inscriptions pour les voyages en U.R.S.S., en Israël et pour des croisières. S'adresser au ServIce Touristique de l'U.S.M.J.F., 14, rue de Paradis, Paris (10'), tél.: Pro. 67-27, de 16 à 18 heures. (Communlqué. ) UNISSON'S-NOUS • • DES PERSONNALITES nous déclarent... François MAURIAC de l'Académie Française " y a guère plus de dix ans que les fours crématoires fumaient encore, et vQicl que la haine qui les avait allumés se manifeste de' nouveau en France, et' elle a ses représentants officiels au Parlement français. Nous demandons à tous les Français et en particulier aux chrétiens de se dresser contre cette passion infâme qui a déjà fait ses preuves en assassinant des millions -'d'hommes, de femmes et d'enfants. Jacques DUCLOS Président du Groupe Communiste Il l'Assemblée Nationale Derrière Poujade se sont groupés les éléments traditionnellement réactionnaires qui, avant 1936, suivaient La Rocque, qui, en 1945, se rassemblaient derrière le M.R.P. et qui, en 1947, se massaient derrière de Gaulle. Les réactionnaires s'emploient à utiliser le mécontentement d'éléments qui tentent vainement de se raccrocher au passé et sont prêts à se jeter dans les bras d'un « sauveur » qui ne les sauvera nullement. C'est dans ces conditions que Poujade est devenu le centre de ralliement des milieux réactionnaires et ce n'est point par hasard qu'il a autour de lui un état-major vlchyste ... Son plan est de détourner l'attention des artisans et commerçants de la véritable lutte qu'ils devraient mener contre le capitalisme, en les orientant dans la vole de l'antisémitisme, dont le socialiste allemand Auguste Bebel disait que c'est le te socialisme des imbéciles ». Nous devons être attentifs à tous .ces ,problèmes en partant de cette Idée qu'en plus d'une masse de petites gens abusées, il y a derrière Poujade des éléments qui sont les ennemis les plus acharnés de la classe ouvrière ... Nous devons lutter contre de telles entreprises sans jamais pe,rdre de vue que l'arme essentielle pour barrer la route au fascisme est l'unité de la olasse ouvrière. ... Là encore, c'est le problème d'un gouvernement de gauche qui se ,pose devant la classe ouvrière, devant le peuple ... Un gouvernement de gauche est nécessaire pour briser toutes les tentatives des factieux. Emile KAHN Président de la Ligue des Droits de l'Homme La Ligue des Droits de l'Homme a toujours combattu l'antlsémltism. e. Aujourd'hui comme au temps de l'affaire Dreyfus, elle estime ce combat inséparable de la défense de la République. Elle est décidée à lutter en France comme partout dans le monde, contre la racisme et l'antisémitisme. Le Pasteur Louis VIENNEY Non seulement l'antisémitisme' n'est pas mort en France, nous le savions, mals voici que des hommes vont le représenter officiellement à l'Assemblée Nationale, malgré ou peut-être à cause de leurs déclarations racistes. " serait fou de minimiser le péril, coupable de le taire. Un pasteur peut et doit engager toute son autorité pour dire aux chrétiens: « Ne suivez pas ces hommes, ce serait un crime que rien ne pourrait excuser ou effacer ». Un crime contre l'homme, un crime contre le Juif Jésus, contre l'Evangile et contre Dieu. " faut le dire et agir pour qu'il ne s:olt pas commis, Je le fais et le ferai comme pasteur. Quand un petit fifipapeti~ veut jouer les grands Il ADOI QUI est Poujade? Que veutil? Parmi les 2.500.000 électeurs qui ont voté pour ses listes, combien peuvent donner à ces questions une réponse claire et précise? ... L'homme aux slogans Il est vrai que la presse, en quelques semaines, a popularisé son image : une allure de bon naires, il ne devait les découvrir que pas à pas. Il parlait, lui aussi de « mettre de l'ordre »: nous avons appris comment ... « Pas de politique! A bas les voleurs! Mort aux métèques! » Ces cris retentissaient aussi en plein paris, en février 1934. Ceux qui voulaient alors « donner le coup dl:) balai », on les a vus à Le dessinateur anglais Vicky a lancé un surnam qui fait Son chemin. vivant, jovial et débraillé - qui ne parvient pas à cacher pourtant, un évident esprit autoritaire, une fatuité de mauvais aloi; des traits plutôt banals - où perce un air de veulerie et surtout, dans les yeux porcins, une flamme d'ambition et de mauvaise ruse; une éloquence de fort-en-gueule, se voulant bonhomme et tombant aisément, par une pente naturelle, dans la vulgarité la plus ordurière ... Sa doctrine? Quelques slogans émergent: le « petit papetier de Saint-Céré », devenu « l'antifisc », « le Robin des Bois de l'imp6t », « le pèlerin des braves gens» aurait été envoyé providentiellement à la France pour, armé d'un balai et d'une potence, la « libérer » de la « pourriture », des « pourris » et des « métèques » pour. en un mot, « sortir les sortants »; le tout, bien sOr, « sans faire de politique ». Du déjà vu 1 ••• Fort de cette légende brutale et touchante, Poujade ne s'abaisse pas à proposer la moindre solution au moindre problème. Son programme, c'est préCisément de n'en pas avoir. Il est des circonscriptions où ses candidats n'ont même pas daigné venir s'expliquer. Son indéniable habileté, c'est d'avoir réussi, par des flots de démagogie éculée, par le tapage d'une propagande creuse, à hypnotiser tant d'électeurs, oublieux des récentes leçons de l'histoire. Or, c'est justement le vide de son programme et la violence de ses propos, c'est l'incertitude attachée à ses intentions qui crée tout d'abord notre certitude: poujade est un fasciste, nous avons déjà vu ça ! ... Il Y a quelque 30 années, un « petit peintre en bâtiment » apparaissait à peu près de la même façon sur la scène politique allemande. Ses véritables ambitions, ses proJeta sanau1 .. l'oeuvre, après 1940, sous la protection des baïonnettes ennemies ... L'heure de la vérité Qui est Poujade? Que veutil? Les élections achevées, n'étant plus tenu à la même réserve, il s'est livré, déjà, à quelques aveux fort instructifs. Des journalistes se penChent sur son passé, recherchent ses relations, étudient ses écrits, l'interrogeIlt, et voilà que se préCisent mieux chaque jour les contours du personnage. Et puis, avec 51 élus, plus possible d'escamoter les problèmes! Il va falloir, il faut se prononcer sur tout ... Ainsi l'imposteur se démasque, peu à peu, aux yeux de ceux-là mêmes qui lui avaient accordée une confiance inconsidérée. De Maurras ... , a Doriot et Pétain , Remontons aux sources. « Mon père était d'Action Française, exactement comme moi j'aurais pu être autre chose », reconnait Poujade. Vous chercheriez en vain un mot de réprobation: « Mon père avait une opinion politique en fonction d'un écoeurement ». C'est aussi sur « l'écoeurement» que mise Poujade, et sans doute entend-t-il que son père serait aujourd'hui « poujadiste ». Eduqué dans le milieu A.F., le jeune Poujade avait sa place 'dans les milieux de Vichy. Luimême déclare: « J'ai été dans une école de cadres, pendant la guerre, pour des questions de jeunesse » ... Sur ses premières activités politiques, « Libération » a pu écrire sans être démenti: . .. « Secrétaire de l'U.P.J.F. - jeunesse doriotiste - du Cantal, il eut la fierté de prendre place au c6té de son chef, le renégat Doriot, au cours d'une réunion dans la salte de l'h6tel Sai~Eloi (à Aurillac), en. 1935. A la permanence P.P.F. 2, place Gerber, il avait monté un club de boxe pour apprendre à mieux cogner sur ses jeunes adversaires politiques ... Plus tard, à Marseille ... « il est nommé par Sabiani délégué P.P.F. d la propagande pour le Sud-Est. » AprèS 1940, « on le retrouve à Figeac, où il reprend du service. A l'armistice, il déclare publiquement : « Nous avons perdU la guerre, mais la gueuse en a crevé ... La démocratie, c'est le règne des médiocres et des c... » ... « Grâce à son piston politique, il prend la tête de la compagnie du service d'ordre des Jeunesses du Maréchal, à Figeac. Pendant deux ans il défile fièrement dans les rues en uniforme, visite les chantiers de jeunesse, participe à quelques opérations punitives dans des permanences syndicales ... » Après la Libération, on le retrouve au R.P.F. C'est à ce titre qu'il est élu conseiller municipal de SaintCéré. Un {( chef » Ce passé éclaire, on ne peut mieux, les conceptions et les méthodes actuelles de Poujade. Les premiers membres de l'U. D. C.A. qui l'ont abandonné, ont dénoncé son attitude dictatoriale. L'un d'eux écrit: « Qui commande? Le président (Poujade) seul! ... En ce qui concerne ses proches collaborateurs, M. Poujade les évince l'un après l'autre, aussit6t que ceux-ci se permettent de donner des conseils valables et de maintenir une ligne droite et claire ... » Il ne prend de conseils que des fascistes, des racistes qui pullulent dans son état-major et à la direction de ?' Fraternité Française », qui se prOClame en gros caractère « La tribune de Pierre Poujade ». Cette autocratie a ses prolongements dans le domaine financier. « Depuis le début de l'Union, M. Poujade seul perçoit et paie », écrit encore l'un de ses « compagnons de la première heure ». Un « chef », voilà ce qu'est Poujade. D'autres disaient fuehrer ou duce. « La politique, c'est l'affaire de Pierrot », avouent naïvement ses députés eux-mêmes, sur qui pèse la menace de la pendaison en cas de désobéissance. Aussi se fient-ils au « flair » de leur chef, à ce qu'il appelle son « radar », se dispensant ainsi de justifier ses ordres et ses contradictions. Mais ce « radar », aujourd'hui, on sait qui le fait fonctionner. Le « radar » Poujade a reconnu lui-même que Camille Fegy qui fut sous l'occupation rédacteur en chef de « La Gerbe », collabore étroitement à « Fraternité Françai- se ». A ses côtés figurent notamment Serge Jeanneret, fonctionnaire révoqué à la Libération; Claude Jeantet, qui fut condamné aux travaux forcés à perpétuité pour avoir dirigé « Le Petit Parisien )1) sous l'occupat1on. Dans son entourage 'pullulent les hommes de Vichy, tels que l'ancien P.S.F. Vahé, chef du groupe parlementaire; le doriotiste Barbé, Albertini, adjoint de Déat, qui instrusent les « cadres » du mouvement à Alvignac (Lot). Antisémite, raciste 1 Jusqu'au 2 janvier, par tactique, les penchants et les intentions de Poujade n'apparaissaient que çà et là au tournant d'une phrase. Maintenant, les proportions ont changé. Il ne parle qu'accessoirement des revendications des commerçants et c'est à des diatribes antirépublicaines, racistes, antisémites que sont consacrés ses discours. Il voudrait entralner par surprise vers le fascisme les gens qui lui ont signé un Chèque en blanc. On a remarqué naguère ses allusions aux ancêtres - de tel ministre qui, affirmait-il, « se grattaient les puces au bord du Danube ». Aujourd'hui, il s'en prend à telle personnalité politique en demandant de ( comparer ses origines à celles de Poujade »; il part en guerre contre « les pâles métèques », contre « l'armée des métèques qui campent sur notre sol ». Il proclame: « Le vieux sang celte n'a pas fini de bouillonner. En ce deux provinces. où il est resté le plus pur: Auvergne et Bretagne, Poujade de SaintCéré, Le Pen de La Trinité-surMer ont réveillé la fibre gauloise » ... Lorsqu'on lui demandait, il y a quelques mois, sa position sur l'Algérie, il se contentait de répondre par une boutade: « Ma femme est algérienne. Il faut parler d l'Algérie comme je parle d ma femme. » Aujourd'hui, soutenu ouvertement par les racistes de « Présence Française », il place l'ag- PouJode aux ~ Jeunesses du Maréchal ». gravation de la répreSSion en Algérie au premier rang de ses objectifs, même si une telle politique est incompatible.. par exemple, avec la diminution des impôts. Un ennemi de la République Il accentue ses vociférations contre le régime républicain, qui lui valent les applaudissements de « Rivarol » et d' « Aspects de la France », l'amitié de Xavier Vallat, de Dorgères et de Tixier-Vignancour. Il avait, au l'appel: « Vc j'ai l'intentio71 à Paris quand être plus t6t ~ sent. D'ores E sur 500.000 j'avance ce cl aura le coml fois. » S'agissait-il dications pro jourd'Hui, le permis, puisql tenants, repre au Vel' d'Hiv « S'il le fau Paris pour me 500.000 paysal 34 est pour 11 expérience à 1 34 Autant de qui font appal me » sous sot Nous somm racisme, la B ce n'est pas 1 2.500.000 élec! Poujade. San comprennent-l tre devoir d'a cas, est de le dre: il en est Evoquant ses souvenirs clare que « s le plan hu17U côté de la réal contre le Fro' prime la cral' veau s'unir II Il sait qu'uni suffisamment layer, comml pareils, les ) Maurras, il ~ Si nous e nous est do Nous qui s~ pêCher le rac de passer, 1 comme alors, nos forces d à l'union, à J tous les ant' républicains. sans distinct qu'il dépend complices 50 mis hors d'ét, Louit L' C Avec le dis te, les nt ont trouvé nlr de nom Utique fran~ été chassés Lib é,ration. trust hitlé dont Je « 1 soigneusem Voici quels bres actuel « Frate Camille F terview il Poujade a que Fégy nlté Franç dacteur, u mise en pa Fégy, qui golre », de tion, rédacl Gerbe ». Il dirigea taurants COI dant une pL Condamn à la Libén depuis, de • • etit ~~papetier" Ces hommes sont dan grands •• AD 0 L F •• La charnière: TlXIER-VIGNANCOUR Xavier VALLAT a 1 la permanence P.P.F. 2, place il avait monté un club pour apprendre à mieux sur ses jeunes adverpolitiques ... .» Après 1940, « on le retrouve à où il reprend du service. A l'armistice, il déclare publiquement : « Nous avons perdu la guerre, mais la gueuse en a crevé ... La démocratie, c'est le règne des médiocres et des c... » ... « Grâce à son piston politique, il prend la tête de la compagnie du service d'ordre des Jeunesses du Maréchal, à Figeac. Pendant deux ans il défile fièrement dans les rues en uniforme, visite les chantiers de jeunesse, participe à quelques opérations punitives dans des permanences syndicales ... » Après la Libération, on le retrouve au R.P.F. C'est à ce titre qu'il est élu conseiller municipal de SaintCéré. Un « chef ;) Ce passé éclaire, on ne peut mieux, les conceptions et les méthodes actuelles de Poujade. Les premiers membres de l'U. D. C.A. qui l'ont abandonné, ont dénoncé son attitude dictatoriale. L'un d'eux écrit: « Qui commande? Le président Poujade) seul! ... En ce qui concerne ses proches collaborateurs, M . Poujade J.es évince l'un après l'autre, aussit6t que ceux-ci se permettent de donner des conseils valables et de maintenir une ligne droite et claire ... » n ne prend de conseils que des fascistes, des racistes qui pullulent dans son état-major et à la direction de ?' Fraternité Française », qui se proclame en gros caractère «- La tribune de Pierre Poujade ». Cette autocratie a ses prolongements dans le domaine financier. « Depuis le début de l'Union, M . Poujade seul perçoit et paie », écrit encore l'un de ses « compagnons de la première heure ». Un « chef », voilà ce qu'est Poujade. D'autres disaient fuehrer ou duce. « La politique, c'est l'affaire de Pierrot », avouent naïvement ses députés eux-mêmes, sur qui pèse la menace de la pendaison en cas de désobéissance. Aussi se fient-ils au « flair » de leur chef, à ce qu'il appelle son « radar », se dispensant ainsi de justifier ses ordres et ses contradictions. Mais ce « radar », aujourd'hui, on sait qui le fait fonctionner. Le « radar )) Poujade a reconnu lui-même que Camille Fegy qui fut sous l'occupation rédacteur en chef de « La Gerbe », collabore étroitement à « Fraternité Françai- se ». A ses côtés figurent notamment Serge Jeanneret, fonctionnaire révoqué à la Libération; Claude Jeantet, qui fut condamné aux travaux forcés à perpétuité pour avoir dirigé « Le Petit Parisien » sous l'occupation. Dans son entourage 'pullulent les hommes de Vichy, tels que l'ancien P .S.F. Vahé, chef du groupe parlementaire; le doriotiste Barbé, Albertini, adjoint de Déat, qui instrusent les « cadres » du mouvement à Alvignac (Lot). Antisémite. raciste ! Jusqu'au 2 janvier, par tactique, les penchants et les intentions de Poujade n'appar aissaient que çà et là au tournant d'une phrase. Maintenant, les proportions ont changé. Il ne parle qu'accessoirement des revendications des commerçants et c'est à des diatribes antirépublicaines, racistes, antisémites que sont consacrés ses discours. . Il voudrait entrainer par surprise vers le fascisme les gens qui lui ont signé un Chèque en blanc. On a remarqué naguère ses allusions aux ancêtres - de tel ministre qui, affirmait-il, « se grattaient les puces au bord du Danube ». Aujourd'hui, il s'en prend à telle personnalité politique en demandant de ( comparer ses origines à celles de Poujade »; il part en guerre contre « les pâles métèques », contre « l'armée des métèques qui campent sur notre sol ». n proclame: « Le v ieux sang celte n'a pas f ini de bouillonner. En ce deux provinces. où il est resté le plus pur: Auvergne et Bretagne, Poujade de SaintGéré, Le Pen de La Trinité-surMer ont réveillé la fibre gauloise » ... Lorsqu'on lui demandait, il y a quelques mois, sa position sur l'Algérie, il se contentait de répondre par une boutade : « Ma femme est algérienne. Il faut parler à l'Algérie comme je parle à ma femme. » Aujourd'hui, soutenu ouvertement par les racistes de « Présence Française », il place l'ag- PouJade aux " Jeunesses du Maréchal ». gravation de la répression en Algérie au premier rang de ses objectifs, même si une telle politique est incompatible.. par exemple, avec la diminution-des impôts. Un ennemi de la République Il accentue ses vociférations contre le régime républicain, qui lui valent les applaudissements de « Rivarol» et d' « Aspects de la France », l'amitié de Xavier Vallat, de Dorgères et de Tixler-Vignancour. Il avait, au mois d'août, lancé l'appel: « Vous savez tous que j'ai l'intention de vous convoquer à Paris quand il le faudra et peutêtre plus t6t que certains le pensent. D'ores et déjà, je compte sur 500.000 personnes, et si j'avance ce chiffre, c'est qu'il y aura le compte comme chaque foi s. » S'agissait-il seulement de revendications professionnelles? Aujourd'Hui, le doute n'est plus permis, puisque l'un de ses lieutenants, reprenant la même idée au Vel' d'Hiv, déclare: « S'il le faut nous monterons à Paris pour mettre de l'ordre avec 500.000 paysans » ... Le 6 février 34 est pour lui, sans doute, une expérience à renouveler. 34 et 36 Autant de réalités indéniables qui font apparaitre le « poujadisme » sous son vrai jour. Nous sommes certains que le racisme, la guerre, le fascisme, ce n'est pas ce qu'ont voulu les 2.500.000 électeurs qui ont suivi poujade. Sans doute beaucoup comprennent-ils aujourd'hui. Notre devoir d'antiracistes, en tout cas, est de les aider à comprendre: il en est temps encore. Evoquant pour « Paris-Presse » ses souvenirs de 1936, Poujade déclare que « sentimentalement, sur le plan humain », il était du côté de la réaGtion et des fascistes contre le Front populaire. Il exprime la crainte de voir de nouveau s'unir les forces de gauche. Il sait qu'une telle union serait suffisamment forte pour le· balayer, comme elle a balayé ses pareils, les Xavier Vallat et les Maurras, il y a 20 ans. Si nous en doutions, la voie nous est donc tracée. Nous qui sommes décidés à empêCher le racisme et le fascisme de passer, il nous appartient, comme alors, d'oeuvrer de toutes nos forces de tout notre espoir à l'union, à l'action commune de tous les antiracistes, de tous les républicains. C'est de cette union, sans distinction, c'est de nous qu'il dépend que poujade et ses complices soient définitivement mis hors d'état de nuire. Louis MOUSCRON. Six-févriériste en 1934, collaborateur de « Gringoire » en 1936, Jean-Louis Tixier-Vignancour se devait d'être collaborateur de l'occupant dès 1940. Nommé par Pétain ministre de l'Information - ou mieux: de la désinformation - 11 se consacre essentiellement à organiser la chasse aux Juifs dans le cinéma et la radio. C'est en souvenir de cette période que les cris répétés: « A Vichy! A Vichy! » interrompirent la plupart de ses réunions au cours de la dernière campagne électorale. Car, condamné et radié du barreau à la Libération, Tixi~rVignancour a remonté la pente et le voici député des BassesPyrénéeS - prêt à tout recommencer. Il occupe une position-charnière dan& les groupes fascistes actuellement reconstitués : - Il s'appuie â la fois sur trois journaux: L'Heure Française dirigé par Michel Trécourt, Rivarol et Défense de l'Occident (Bardèche). - Il est lié à Dorgères, dont il patronnait la liste; à poujade avec qui II a lanc~ le mot d'ordre: « Sortez les sortants JI; à l'ancien déput~ Montigny, partisan d' « une droite qui ose dire son nom »; à Dides (il est l'avocat de Baranès). - Il dispose d'un groupe de jeunes nervis rassemblés dans le « Mouvement Jeune Nation ». Certains d'entre eux figuraient sur ses listes, notamment palmiéri, en Seine-et-Oise. . Adversaire acharné du « système » républicain, antisémite farouche, Tixier - Vignancour, comme secrétaire général du « Rassemblement Général », a organisé, au cours de l'année dernière, salle Wagram, plusieurs meetings qui se sont déroulés aux cris de « Mort aux Juifs ». Pour les élections, son coUstier n'était autre que Ybarnégaray, qui fut, lui aussi, ministre de Pétain et qui se distingua naguère par la virulence de ses propos antisémites, lors de l'affaire Finaly. Enfin, tous nos amis savent que Tixier-Vignancour est l'avocat des prOducteurs des « Nouveaux Maîtres », dans le procès intenté par eux au M.R.A.P., qui a dénoncé vi- L'ÉTAT - MAJOR CLAN'DESTI N Avec le mouvement poujadiste, les nazis les plus notoires ont trouvé le moyen d'Intervenir de nouveau dans la vie polltique française, d'où ils avalent été chassés au lendemain de la Libé,ration. Un véritable bralntrust hitlérien s'est constitué, dont Je « petit papetier :. suit soigneusement les consignes. Voici quels en sont les membres actuellement connus: « fraternité française :! Camille FEGY. Dans une interview à « Paris-Presse », Poujade a reconnu lui-même que Fégy travaille à « Fraternité Française ». « C'est. un rédacteur, un t.echnlclen de la mise en page », a-t-il déclaré. Fégy, qui èollabora à « Grlngolre », devint, sous l'occupation, rédacteur en chef de « La Gerbe ». Il dirigea également les « restaurants communautaires:. pendant une partie de l'occupation. Condamné aux travaux forcés à la Libération, 11 a bénéficié, depuis, de l'amnistie. Collaborent également à la feuille poujadiste: Claude JEANTET qui, rédacteur en chef du « Petit Parisien » nazi, fut condamné a·ux travaux forcés à perpétuité. serge JEANNE RET, ancien camelot du roy, ancien propagandiste de Pétain aux « Clmpagnons de France :., où Poujade fit sa connaissance en 1940; fonctionnaire, Il fut révoqué à la Libération. Maurice LEBRUN, ex-rédacteur en chef de « L'Emancipation Nationale », de Doriot. LUISIERES, ancien militant P.P.F., qui dirige un bureau de documentation poujadiste. L' « école de cadres :! Dans l'Interview citée plus haut, Poujade avoue « avoir YU une rare fols Barbé et Albert.ini ». En fait, plusieurs journaux ont affirmé que ces deux individus étalent « instructeurs l à l' « école de cadres l où sont formés les cadres et groupes de choc poujadistes. (Suite page 6.) goureusement ce navet antisémite. Crest lui, maintenant, qui voudrait jouer les « nouveaux maîtres »... sl les républicains lui en laissaient le loisir. DORGÈRES: Xavict' Valla t, le collnho qui a slIr la conscience la déporl alion de 120.000 Juifs de Francp, salue en Poujade « l'homme fort » de ses rêves. « Dieu veuille, écrit-il , que cette folsantiparlementaire de naissance Henri d'Halluin, dit Dorgères, est le type même de l'aventurier fasciste. Il apparaît sur la scène politique en France v,ers 1930, tentant d'ameu,ter les paysans, organisant les « Chemises Vertes l. L'occupation nazie f,aH de lui un grand homme: conseiller national de Pétain, il est chargé de la propagande vichyste dans les campagnes. Avec ses prétendus « comités de défense paysanne l , il constitue alo rs une milice destinée à combattre les maquis. Ce qui lui vaut d'être décoré de la « francisque ». d'ailleurs rencontrés à Léoville (en Charente-Maritime), lors de la mise à sac de la perception. L'organe de Bardèche, « Défense de l'Occident l , rapporte qu'au cours de cette manifestation, divers orateurs prirent la parole pour « fustiger une « colonisation l de la France en des termes que le décret Marchoendeau interdit de rapporter » - c'est-à-dire en des termes antisémites. « Je suis antiparlementaire de naissance », ·aime à répéter Dorgères. S'il est aUljourd'hui député de l'Ille-et-Vilaine, c'est qu'il espère pouvoir mieux ainsi s'attaquer au régime républ icain. C'est sur une liste patronnée par Tixier-Vignancour qu'il a été élu. Condamné à une peine dérisoire après la Libération, il reprend peu à peu ses activités. Il mène dans les milieux agricoles une propagande démagogique parallèle à celle de Pou,jade parmi les commer-r-------çants. Ses agents et ceux de Poujade coopèrent à maintes occasions dans l'Ouest. Leurs hommes de main sont entraînés ensemble. Les deux « chefs l se sont DIDES a fait ses preuves Elu à la minorité de faveur dans la 6" circonscription de la Seine, Jean Dides a men é~ sa campagne électorale sous le signe d'un poujadisme tapageur et d'un antis émitisme virulent. Il est devenu célèbre au moment de « l'affaire des fuites l : c'est alors, que fut révélée l'existence de son r éseau policier, auquel collaboraient notamment Daranès et l'ancien tortionnaire Delante, « recher ché par toutes les polices de France l. Lié avec certains serylces américains, actif militant de « Paix et Liberté l, Dldes est en relations étroites avec le « Mouvement Jeune Nation l. BONNET, hif , ISMt Nt PASStRA PAS! r" Ces hommes sont dangereux Il La charnière: TIXIER-VIGNANCOUR Xavier VALLAT a trouvé son homme mois d'août, lancé s savez tous que de vous convoquer il le faudra et peutue certains le pent déjà, je compte personnes, et si ittre, c'est qu'il y te comme chaque ulement de reven- ~eSSionnelles? Audoute n'est plus e l'un de ses lieuant la même idée déclare : ! nous monterons à tre de l 'ordre avec S »... Le 6 février i, sans doute, une enouveler. et 36 éalités indéniables attre le « poujadisvrai jour. s certains que le erre, le fascisme, e qu'ont voulu les urs qui ont suivi doute beaucoup s aujourd'hui. Noptiracistes, en tout aider il. comprentemps encore. ur « Paris-Presse li e 1936, Poujade détimentalement, sut' in », il était du Ion et des fascistes t populaire. Il exte de voir de nouforces de gauche. telle union serait forte pour le· baelle a balayé ses vier Valla t et les a 20 ans. 1 doutions, la voie ~ tracée. !mmes décidés il. emsme et le fascisme nous appartient, d'oeuvrer de toutes tout notre espoir t'action commune de racistes, de tous les C'est de cette union, ~on, c'est de nous que Poujade et ses ent détinitivement t de nuire. 1 MOUSCRON. 1 • Six-févriériste en 1934, collaborateur de « Gringoire » en 1936, Jean-Louis Tixier-Vignancour se devait d'être collaborateur de l'occupant dès 1940. Nommé par Pétain ministre de l'Information - ou mieux : de la désinformation - il se consacre essentiellement il. organiser la chasse aux Juifs dans le cinéma et la radio. C'est en souvenir de cette période que les cris répétés : « A Vichy! A Vichy! » interrompirent la plupart de ses réunions au cours de la dernière campagne électorale. Car, condamné et radié du barreau il. la Libération, Tixi~Vignancour a remonté la pente et le voici député des BassesPyrénées - prêt il. tout recommencer. Il occupe une position-charnière dan!! les groupes fascistes actuellement reconstitués : _ Il s'appuie â. la fois sur trois journaux: L'Heure Française dirigé par Michel Trécourt, Rivarol et Défense de l'Occident (Bardèche). - Il est lié il. Dorgères, dont . il patronnait la liste; à poujade avec qui il a lanc( le mot d'ordre: « Sortez les sortants »; il. l'ancien déput~ Montigny, partisan d' « une droite qui ose dire son nom »; à Dides (il est l'avocat de Baranès). _ Il dispose d'un groupe de jeunes nervis rassemblés dans le « Mouvement Jeune Nation ». Certains d'entre eux figuraient sur ses listes, notamment palmiéri, en Seine-et-Oise. - Adversaire acharné du « système » républicain, antisémite farouche, Tixier - Vignancour, comme secrétaire général du « Rassemblement Général », a organisé, au cours de l'année dernière, salle Wagram, plusieurs meetings qui se sont déroulés aux cris de « Mort aux Juifs ». Pour les élections, son colistier n'était autre que Ybarnégaray, qui fut, lui aussi, ministre de Pétain et qui se distingua naguère par la virulence de ses propos antisémites, lors de l'affaire Finaly. Enfin, tous nos amis savent que Tixier-Vignancour est l'avocat des producteurs des « Nouveaux Maîtres », dans le procès intenté par eux au M.R.A.P., qui a dénoncé vi- IÉTAT-MAJOR LAN·DESTI N mouvement poujazls les plus notoires le moyen d'Interveeau dans la vie poaise, d'où ils avalent au lendemain de la Un véritable brainen s'est constitué, etit papetier :0 suit nt les consignes. en sont les memement connus: rité Française :! [ EGV. Dans une Inf( Paris-Presse », reconnu lui-même

ravaille à « FraterIS8

». « C'est. un ré, technicien de la Ille », a-t-il déclaré. ~OllabOl'a à « Grlnin t, s'ous l'occupaur en chef de f( La ~galement les « resmunautalres

0 penrtie

de l'occupation. ~ aux travaux forcés Itlon, Il a bénéficié, 'l'amnIstie. Collaborent également à la feuille poujadiste: Claude JEANTET qui, r édact eur en chef du c. Petit Parisien » nazi, fut condamné a·ux travaux forc és à perpétuité. serge JEANNE RET, ancien camelot du roy, ancien propagandiste de P étain aux « Oompagnons de France », où Poujade fit sa connaissance en 1940; fonctionnaire, Il fut révoqué à la Lib ération. Maurice LEBRUN, ex-rédacteur en chef de « L'Emanclpat. ion Nationale », de Doriot. LUISIERES, ancien militant P .P.F., qui dirige un bureau de documentation poujadiste. L' c: école de cadres" Dans l'inte rview citée plus haut, Poujade av{)ue « avoir vu une rare fols Barbé et Albertini 1 . En fait, plusieurs journaux ont affirmé que ces deux individus étaient « instructeurs :0 à l' c école de cadres ~ où sont formés les cadres et groupes de choc poujadistes. (Suite page 6.) goureusement ce navet antisémite. C'est lui, maintenant, qui voudrait jouer les « nouveaux maîtres »... si les républicains lui en laissaient le loisir. DORGÈRES: Xaviel' Vallat., le collo110 qui a sur la conscience la déporl alion de 120.000 Juifs de Francp, salue en P ouj ade « l'homme fort. » de ses r êves. « Dieu veuille, écriL-il , que cette foisantiparlementaire de naissance Henri d'Halluin, dit Dorgères, est le type même de l'aventurier fasciste. /1 apparaît sur la scène politique en France vers 1930, tentant d'ameu,ter les paysans. organisant les « Chemises Vertes ». L'occupation nazie f,ait de lui un grand homme : conseiller national de Pétain, il est chargé de la propagande vichyste dans les campagnes. Avec ses prétendus ~ comités de défense paysanne », il constitue alors une milice destinée à combattre les maquis. Ce qui lui vaut d'être décoré de la ~ francisque ». Condamné à une peine dérisoire après la Libération, il reprend peu à peu ses activités. Il mène dans les milieux agricoles une propagande démagogique parallèle à celle de d'ailleurs rencontrés à Léoville (en Charente-Maritime), lors de la mise à sac de la perception. L'organe de Bardèche, « Défense de l'Occident )), rapporte qu'au cours de cette manifestation, divers orateurs prirent la parole pour « fustiger une « colonisation » de la France en des termes que le décret Marchoendeau interdit de rapporter » - c'est-à-dire en des termes antisémites. « Je suis antiparlementaire de naissance », ·aime à répéter Dorgères. S'il est a uljourd'hui député de l'Ille-et-Vilaine, c'est qu'il espère pouvoir mieux ainsi s'attaquer au régime républicain. C'est sur une liste patronnée par Tixier-Vignancour qu'il a été élu. Pou,jade parmi les · commer-~------ci, nous ne soyons pas déçus. » li sc fé li cite parli cu lièremf'l1t de l' élec tion, pnrmi les pOllj afli sl cs, fic Juillard (Ganl) ct Le Pen (Paris ) . ?\ Il Il S nyions r1',j ?t souligné, dans notre dernier numéro, que Le P en avait parLi cipé, pendant la campagne élecLorale, à une r éunion organisée par les « Amis' d' « Aspec ts de la Fronce ». Connu au Quar ti er Latin comme l'organisateur des groupes de nervis maurrassiens, Le l?en, ancien d'Indochine, a organisé plu sieurs manifes tati ons fascistes. L' e~se nti e l, pour lui, c' est l'aggravation de la guerre en Algéri e. ({ Il ne faut pas demander aux gens, déclare-t-il, s'ils veulent donner leurs fils pour l'AI gérie... » Ali l'ficent meeling pOllj adis te dll ~e l' d' lIiv, il a déclaré: ({ Souvenez-vous de la camaraderie de la caserne: nous allons la recréer. » Il sc proposcrai"t d' organiser une manifes tation fasciste à la Concorde, le 6 février prochain, pour commémorer la tentative de pl1 tsrh de 1931. çants. Ses agents et ceux de Poujade coopèrent à maintes occasions dans l'Ouest. Leurs hommes de main sont entraînés ensemble. BONNET, hier et auiourd'hui Les deux « chefs » se sont DIDES a fait ses pre.uves Elu à la minorité de faveur · dans la 6° circonscription de la Seine, Jean Dides a mené. sa campagne électorale sous le signe d'un poujadisme tapageur et d'un antisémitisme virulent. Il est devenu célèbre au moment de « l'affaire des fuites » : c'est alo rs. que fut révélée l'existence de son r éseau policier, auquel collaboraient notamment Daranès et l'ancien to r tionnaire Delarue, « recher ché par toutes les polices de Fran ce ~. Lié avec certains services américains, actif militant de « Paix et Liberté :0, Dldes est en relations étroites avec le « Mouvement Jeune Nation ~ . « Vn joueur et un combinard cynique. Il était « à priori » opposé à toute espèce de résistance, diplomatique ou militaire, à l'expc.vlsionnisme de Hitler ». C'est ainsi que le président Bénès ju geait Georges Bonnet, dont le procureur lindon a pu dire devant la Cour de Justice de Paris: « Georges Bonnet a apporté un concours volontaire et certain à t'ennemi. » Ministre des Affaires étrangères, il reçoit von Ribbentrop à Paris en 1 938 (photo cicontre). Ayant offert un banquet à ses hôtes nazis, ceux-ci exi gent que les mini stre juifs n'y fi gurent pas. Georges Bonnet obtempère : Mandel et Jean Zay sont priés de ne pas être présents. Emi gré en Su isse en 1944, Georges Bonnet n'a reparu en France que ces dernière années. Son inégibilité ayant été eff.acée par l'amnistie, il s'est présenté en Dordogne sur une liste RG.R et a été élu. DES PERSONNALITES nous déclarent. .. VERCORS Ecriyain Dans un article Intitulé : ({ L'OUBLI », publié au lendemain de' la Libération et consaoré à l'inquiétante faculté des hommes à oublier les malheurs des autres, J'écrivais : ({ Oui, j'al vu des gens rire et faire chorus (devant un convoi de déportés JuifS), rire des victimes et encourager les bourreaux. Soyez sûrs que ces rieurs crueis, e·ux, n'oublieront pas si vite. Car Ils ont craint notre révolte, notre indignation, notre justice. Les voici déjà fort. rassurés puisqu'on leur serre la main, qu'on les salue. Ils se sentent le poumon libre. -Sans doute déjà rlent.-lIs de nouveau, quand Ils' sont entre eux. Ah 1 qu'II me soit épargné d'assister un jour à leur triomphe, qu'II me soit épargné de rire à mon tour, - de cette sorte de rire rageur et amer, qui fait si mal ». Je n'ai pas d'autres commentaires à faire sur le meeting des .poujadistes au Vélodrome d'HIver. M. BOKANOWSKI Député En créant avec quelques amis un comité de défense de la République, nous avons voulu réagir contre l'hypnose de peur qui naît chaque fols que le fascisme se profile en Europe. Cette fois-ci le danger est certain. Pour la .première fols, 63 députés d'un mouvement. dont le but est la recherche du pouvoir absolu par tous les moyens, siègent au Parlement.. Je suis certain que, par la ruse, la calomnie et la démagogie, ils y créeront une atmosphère Inconnue à ce jour. Mals, pour se maintenir à l'Assemblée, ils seront forcés d'organiser des manifestations dans la rue, dont un des aspects sera l'antisémitisme, tantôt larvé et hypocrite, tantôt virulent.; ainsi, Ils chercheront la guerre civile, en créant deux blocs. Contre toutes les formes du fascisme, il. faut que nous nous insurgions et que nous nous défendions. Le racisme est un des aspects les plus hideux des dictatures. Nous allons nous organiser. Et si J'avals besoin d'encoura.gement, une lettre, à mon courrier, ne pourrait que m'astreindre à rester sur le che'mln de la lutte que j'ai touJours menée pour toutes les libertés: ({ Avec le nom qUe tu portes, ferme t.a gueule. Vive Poujade! ... » V. JANKELEVITCH Professeur à la Sorbonne L'envie, la sottise et la rancune se cherchent dep·uls longtemps un second Doriot. Dans le nouvel antisemltlsme, les sentiments les plus bas, réprimés depuis 1944, trouvent. enfin leur revanche. Ce n'est pas en vain, hélas, que le racisme allemand a occupé pendant quatre ans notre terrltoll'e. Les leçons de l'occupant ont été retenues ... Après tant de souffrances, l'imposture, cette fols, ne trouvera pas en France des oreilles aussi crédules. Louis DAQUIN Cinéaste Ceux qui s'étonnent aujourd'hui d'un mouvement poujadiste et de ses conséquences éventuelles, qu'ont-Ils fait, qu'ont-Ils dit quand on amnistiait les traîtres, les vlchystes, ceux qui se retrouvent aujourd'hui dans l'entourage plus ou moins proche de Poujade? Poujade est l'un des fruits 'pourris de la politique réactionnaire menée depuis 1947. Il suffit de peu pour le faire tomber de l'arbre j Il suffit que s'unissent toutes les forces de gauche Issues des élections du 2 Janvier. (Suite page 7.) 8 • DROIT ET LlB.IRTE Sur les traces de Xavier Vallot et d'Hitler •• POUJADE prêche L-ANTISEMITISME O-ETAT-- Jusqu'à présent, les diatrib es' antisémites de Pouj ade et de ses lieutenants ne semblent pas avoir ému outre mesure les pouvoirs publics. Pas plus que celles de Tixier-Vignanc our et de Bardèche, de Rivarol et d'Aspects de la France, elles n'ont entraîn é aucune poursuite. La loi pourtant le permettrati et m~e l'exigerait. Quelles que soient les précautions prises par les délinquants, nul ne peut plus aujourd'hui s'y tromper: il s'agit bien d'excitations à la haine et à des discriminations, entre les citoyens, basées sur la religion ou l'origine. Il est certaines expressions qui, dans leur contexte, ne peuvent laisser aucun doute. « .le ne suis pas antisémite, mals ... » C'est ainsi que Poujade commence, en général, ses attaques contre les Juifs, les pr,ésentant comme des « étrangers » qui campent su,r notre sol », et qu'Il serait nécessaire oe « remettre à leur place ». Maurras, déjà, avait appelé les Juifs des « campeurs ' », pour justifi er .. . les camps de concentration hitlériens. La dernière en date de ses déclarations dans ce sens est à la fols la plus claire et la plus odieuse. Devant la presse étrangère Il n'a pas hésité, le 18 janvier, à préconiser un système discriminatoire. Le dialogue suivant s'est engagé: , POUJADE. - En ce qui nous concerne, ce n'est 'p·as une question de religion mals de civisme. Nous demandons seulement que, dans le Jeu des Institutions, Il y ait un minimum de présence dans le pays. - Combien de générations? - C'est au Parlement d'en décider. Pour notr·e part, dans notre conseil d'administration, nous demandons trois générations. C'est une question de protection minimum. Et d'ajouter (ce qui prouve qu'il ne s'agit pas seulement d'un problème de « générations » ) : « Il y a des p·ersonnalltés qui font de la politique en France, dont la famille habite certes depuis longtemps en France, mals qui ne s'est Jamais mélangée à d'autres sangs, à d'autres races. Ces gens-là ne se sont pas mélangés à la co'mmunauté française et sont deme'urés à l'Intérieur d'un clan ... » Xavier Vallat ne parlait pas autrement lorsque, commissaire aux Questions Juives, à Vichy, Il prônait « l'antisémitisme d'Etat ». De même, pas d'erreur possible lorsque, dans « Frate·rnlté Française », Il s'en prend aux « pâles métèques» (sic ) et déclare ne faire confian ce ni '-RIVAROL" est dans le coup « aux messies » ni aux « marchands de tapis ». Ailleurs cet Auvergnat « pur sang » s'inquiète de savoir si son adversaire a « du sang gaulois dans les veines » ou s'Il « a la tripe française ». Il faut que le futur gouvernement, s'appuyant fermement sur t outes les forces antifascistes, utilise sans pitié les lois exis tantes contre ceux qui menacent à la fois de dresser les Français les uns contre les au- , . Ires et de renverser le régime r épublicain. Et si cela s'avérait nécessaire, des lois plus rigoureuses encore devraient être votées. « Rivarol ». l'organe du condamné à mort Cousteau, ancien directeur de « .le suis partout », appel ait à voter « contre le système » (républicain). Publiant les photos de Le Pen et de Tixler-Vignancour, il met tout son espoir en eux pour « Jeter bas » ce même système. Mais « Rivarol » exprime une crainte: que les forces démocratiques s'unissent. Il dépend de tous les r épublicains, de nous tous, que la crainte de « Rivarol » soit justifiée. /2' élat-Illai-oc elandl!él tin (Suite de la page 5) Georges ALBERTINI est l'ancien secrétaire du « Rassemblement Nat ional Populaire » de Marcel Déat; BARBE, un des dirigeants du P.P.F., fut l'adjoint di rect de Dorl'ot. Outre ces dirigeants occultes, nombre de « compagnons » de Pouj ade ont déjà manifesté sous l'occupation ou ensuite leur attitude raciste et fasciste. Citons en parti culier: Alex ROZIERES, ancien militant maurrassien, aujourd'hui vice-président national du mouvement Poujade; Pierre CHEVALLET, qui a montré son racisme en Algérie, où il est lié à {( Présence Française », est directeur de « Fraternité Française » et de « l'école de cadres ». L'ambiance qui règne dans cette « école :. est signifi cative. Par exemple, les c élèves » de la le session 9a» ont offert au di recteur, c en gage de confiance et d'amitié, une superbe potence en chêne ciré, dotée d'une corde au bout de laquelle 8e balan~ un pereonnage à lunettes ». Un des stagiaires s'est offert « pour devenir le Delbler de la Libération nou velle ». Paul CHEVAL, ex-gaulliste d'Algérie, lié également à « Présence Française ». Martial DAVID, antisémite virulent, qui préside la « commlssi- on de la hache », chargée de dépister les « traltres », assisté de Vahé et Teule, tous deux anciens P.S.F. Quant à DUPONT, il mérite aussi une mention particulière. Il est un des antisémites les plus acharnés parmi les pouj adistes. Bien avant les élections, ses propos rappelaient la plus odieuse propagande nazi e. L'autre jour, au Vel' d'Hlv, il s'est encore signalé par ses Invectives contre « les mètèques » et CC')lltre « ceux qui n'ont pas le courage de porter leur nom de baptême. ». (Sic) Enfin, dans divers départements, les dirigeants poujadistes sont des collaborateurs notoires. Complicités et alliances Nous montrons par ailleurs les rapports existant entre l'état-major poujadiste et les divers groupes fascistes, animé!!' par Tlxler-Vignancour, Dorgèr es, etc... Ces rapports sont oonfl rmés par les prises de position de {( Rivarol » et d' « Aspects de la France ». Mals ce n'est pas tout. Bien que se déclarant contre tous les c sortants », Poujade et ses complices se préparent à coopérer avec quiconque mènera une politique r éactfonnaire et favorisera la r épression en Algérie. N'a-t-il pas déclarR. récemment, à un journal danois: {( Dans la plupart des domaines, nous nous· rangerons du côté' du gouvernement actuel, si celui-cl veut écouter notre demande de révision de la législation fiscale. » La presse a d'ailleurs révélé que des premie-rs contacts avaient eu lieu entre Poujade et les « partis modérés ». Il est certain, en tout cas, que des . parlementaires, d'accord sur le fond avec les positions des députés poujadistes, notamment sur l'Algérie, envisagent de s'allier avec eux. Ces liaisons dangereuses font appa raltre avec évidenoe la nécessité d'une étroite coopération entre toutes les forces républicaines, pour ta.!re échec il aux manoeuvres qui 8e prépa- 1 rent. Une interview de M. Jean 'CANCE Secrétaire Général de la Confédération Untfiée de l'Artisanat (C.O.U.A.) "Tous victimes des mêmes difficultés les artisans et commerçants doivent s'unir sans distinction d'origine ou de religion" Poujade s'adressant spécialement aux commerçants et artisans, nous avons demandé le point de vue de l'un de leurs dirigeants, M. Cancé. Voici ce qu'il nous a déclaré : - Que pensez-vous de l'U.D. C.A. et de M. Poujade? - Je pense d'abord qu'il faut séparer les deux choses. L'U.D. C.A. est un mouvement de commerçants et artisans qui se sont unis pour se défendre d'abord contre les brigades polyvalentes et ensuite contre l'injustice fiscale dont ils sont l'objet. C'est en somme un mouvement' exprimant le mécontentement d'une catégorie sociale, qui s'est formé pour pallier à la défaillance des organisations professionnelles traditionnelles. Quant à M. Poujade, ce n'est pas lui qui a créé le mouvement. Il a su exploiter à. des fins personnelles ce mouvement en en prenant la tête. - Pourriez-vous, en quelques mots, nous indiquer les raisons du mécontentement dont vous parliez? - Bien sur: les « polyvalents» envoyés par le gouvernement ont opéré dans les petites entreprises avec des méthodes inquisitoriales, d'une façon systématique et draconienne; par contre, ils s'abstenaient de vérifier les grosses entreprises ou, lorsqu'ils le faisaient, c'était un arrangement de famille. D'autre part les dernières années ont été particulièrement fertiles en ce qui concerne le relèvement des taxes, notamment les taxes indirectes, par l'instauration de la T.V.A. - Donc, l'U.D.C.A. avait sa raison d'~tre? - L'U.D:C.A., oui. Le poujadisme, non. Lorsque M. Mayer avait décrété son prélèvement exceptionnel, nous avions eu un mouvement analogue à l'U.D.C.A., et chaque fois qu'une catégorie sociale est menacée, il est normal qu'elle s'unisse pour se défendre. Mais Poujade a total~ment transformé la physionomie de la lutte menée par les commerçants. Il lui a imprimé imméditement un caractère politique bien déterminé. Il a tourné le dos au programme minimum établi le 5 juillet 1954 au Vel d'Hiv. Je rappelle que la C.O.U.A. avait donné son accord sur ce programme et participé activement au succès de ce meeting, au cours duquel je la représentais officiellement; mais dès ce jour, Poujade s'opposa à ce que la parole nous fût donnée. Ceci démontre nettement qu'il se souciait fort peu de la démocratie, et qu'il dicte ses volontés. Il recherchait des amitiés personnelles et donnait naissance au poujadisme. - Il Y a donc eu un changement dans l'attitude et l'action de Poujade? - C'est-à-dire qu'il y a eu un éclaircissement de la situation: Poujade est apparu tel qu'il est, A partir du moment où il a senti des résistances à son action personnelle, 11 a rejeté les opposants. C'est tellement vrai qu'il ne lui reste que très peu de ses compagnons de la première heure, dont la plupart, d'ailleurs, continuent leur action dans l'esprit du 5 juillet en dehors du poujadisme. - Malgré ses déclarations : « sans ministres et sans parlementaires », Poujade poursuivait donc un but politique... Dans quel sens? - C'est maintenant une chose très claire pour tout le monde. Il a eu tout au long de sa carrière des positions nationalistes et racistes, et il parvenait mal è; les dissimuler. Dans les statuts de l'U.D.C.A., 11 rel\treint l'adhésion - des commerçants qui ne seraient pas français d'au moins 3 générations. Il pratique un antisémitisme digne de Hitler, en attaquant en perinanence tous ceux qui ont un tant soit peu d'origine israélite, et vous connaissez le style grossier de ses attaques. Plus récemment, il s'est prononcé dans le style du plus pur bonapartisme pour la poursuite de la guerre en Afrique du Nord et la sauvegarde de « l'Empire ». Si nous regardons dans quel milieu il a recherché ses candidats pour les élections, on est encore plus édifié. . Il ne m'appartient pas de vous les énumérer, mais vous pouvez voir qu'il s'y trouve un nombre important de vichystes et même de collaborateurs avec l'occupant nazi. On est fondé de penser que le « petit papetier» veut jouer les grands Adolphe. - Que pensent maintenant les artisans, .après les élections? - Pour ceux qui nous connaissent, ce n'est 'pas une surprise. La résolutien de notre Congrès confédéral des 12 et 13 mars à Sèvres a précisé déjà les ambitions de Poujade et notre position pour l'union des commerçants et artisans sans distinction d'origine et de rel1- gion. Un communiqué de l'U.A. I.F. (Union des Artisans de l'Ilede- France) du 19 décembre précisait encore une fois que Pou.jade était en contradiction avec l'U.D.C.A. et le dénonçait comme usurpateur du titre de ce mouvement. - Comment pensez-vous, pour conclure, que pUissent se comporter les adhérents de l'U.D. C.A.? - A mon avis, les yeux s'ouvrent maintenant que Poujade s'est démasqué. Il est certain qu'il a trompé beaucoup de petits commerçants désireux d'obtenir un changement de politique et qui avaient confiance en lui pour les obtenir. Ses déclarations en ce qui concerne le soutien éventuel d'un gouvernement Edgard Faure ont stupéfié pas mal de gens. . Il y aura de grands remous dans son mouvement qui, d'ailleurs, s'est bien amenuisé. Poujade s'est démasqué comme un fasciste par ses paroles et par ses actes. Or, les commerçants et artisans sont en général de bons patriotes et républicains. Ils sont convaincus que Poujade n'a ut1l1sé ses attaques antisémites que pour mieux les diviser. Ils savent que les difficultés fiscales ou sociales sont les mêmes pour tous et que seule leur union peut les servir. Ils désirent que soit mis un terme à la politique de guerre permanente (après l'Indochine, l'Afrique du Nord) qui coûte des centaines de milliards et qui est à l'origine du relèvement permanent de leurs impôts. Ils désirent que soit mis un terme à la politique d'inaction dans le domaine de la construction en France. Ils désirent que soit revalorisé le pouvoir d'achat des travailleurs qui constituent la majorité de leur clientèle. Ils désirent que soient défendus et secourus les vieux artisans et commerçants en les fai. sant bénéficier d'une retraite décente. Et c'est pour ces raisons que je pense que les commerçants et artisans qui ont voté pour les poujadistes ont été trompés et qu'ils sont matritenant en désaccord fbndamental avec lui. Ils sont d'accord pour que se constitue un gouvernement de gauche qui, rompant définitivement avec la politique suivie depuis quelque!! années, poursuivra une pOlitique de blenêtre et de paix. If I! DES PERSONNALITES nous déclarent. .. (Suite de la page 5) Marcel PRENANT P,rofesseur à la Sorbonne 'L'antlsémltlsme, le racisme à. l'aide des mouvements factieux, ce n'est ,pas nouveau. Mais de toutes les tentatives contre la démocratie, les républicains ont tiré une expérience profitable. Et. Ils sont. assez ' nombreux s'Ils restent unis pour réallsel' les aspirations léglUmes de la maJo. rlté des Français comme pOUl' faire échec aux aventures. Paul RIVET Fondateur du Musée de l'Homme Mon opposition à tout.e forme de racisme est bien connue . .Je tiens à la réaffirmer devant les menaces présentes et. m'associe à vot.re action . .J'al la conviction que le bon sens et. la pondérat. ion des petits commerçants leur évitera de se laisser entrainer dans de t.raglques aventures. Une protestation du Grand Rabbin de France Poujade a cru l'écemrnent devoir se disculper de l'accusation de ~ racisme :. en prétextant d'une lettre de mise au point qu'il aurait écrite au grand rabbin de France. Nous reprod1!llsons le communiqué du grand rabbin de F,rance qui est ausRi une prise de position sans équivoque: « Ayant ap·prls par la presse qu'à la réunion de l'U.D.C.A., au Vélodrome d'Hiver, M. Pierre Poujade avait. affirmé m'avoir . écrit, Je déclare qu'à aucun moment je n'ai reçu de leUre ni de vislt.e de M. Pierre Poujade. ••• « Au demeurant, plus qu'à tout.e lettre ou conversation éventuelle, de caractère privé, c'est. aux, paroles et. aux actes mêmes. des dirigeants d'un mouvement. qu'II convient. de se !,éférer pour êt.re en mesure de se rendre compt.e si celui-ci est de t.endance antlsémitlque ou non. l) Il nous faut des MILLIONS! 1 Face à un antisémitisme; un racisme qui se dévelo·ppe aveo des moyens financiers aussi Inavouables que la cause est mauvaise, le M.R.A.P. est fier de mener la lutte avec le seul sout.len des honnêtes gens, des antiracistes sincères. Et si nous demandons aujourd'hui à nos amis, à nos militants un nouvel ffort. qui soit à la mesure de l'action à mener, nous sommes certains qu'Ils y répondront, tant chacun pour son compte qu'en devenant tous des collecteurs de fonds. Les possibilités sont grandes. L'accueil fait à ceux qui ont. déjà commencé le placement des cartes d'amis en est un exemple, comme les dizaines de lettres déjà reçues: de versal"es, d'Antibes, de ChAlons-sur-Marne, des assoclaUons, de simples gens nous offrent. leur coeur, leurs bras, leurs billets et. leurs gros sous. Amis du M.R.A.P., antiracistes, procurez-vous la Carte d'Ami 1968, soit directement au siège, soit. dans nos sections; organisez des réunions publiques et. privées, propagez l'abonnement. de soutien à « DROIT ET LIBERTE ». Vous rencontrerez dès le départ un accueil chaleureux qui vous encouragera à poursuivre et vous permettra de donner à notre action l'ampleur qu'elle doit. avoir. Il nous taut dea million. 1 DROIT E,. LIBERTE 7 ,. PAIX EN-ALGERIE , ont demandé du M.R.A.P. les pour .. ,. antIracIstes reunlS la conférence de M à rappel Manvllie et A. Bittoun, présidée par M. Lyon-Caen LE mardi 17 janvier, le M.R. A.P. donnait, dans les salons de l'Hôtel Moderne, une conférence préSidée par M. Léon Lyon-Caen. Disons tout de suite qu'un public nombreux et divers suivit avec un intérêt passionné le compte rendu du voyage en Algérie de M' Manville, comme l'exposé de M' Bittoun, membre du Bureau national, sur les rapports entre Juifs et Musulmans en Afrique du Nord. Le préSident Lyon-Caen, ouvrant la conférence, tint il souligner combien ' les graves problèmes de l'Afrique du Nord étaient présents il l'esprit des Français et avaient pesé dans la dernière consultation électorale. {( Il faudra tôt ou tard - je crois très tôt - affirma notre président, en venir à la négociation qui présuppose un cessez-le-feu ». Et sans préjuger des solutions politiques, il dénonça avec force le racisme qui sévit là-bas, avant de donner la parole au premier orateur, M' Manville. Nos lecteurs ont eu dans le précédent numéro de « Droit et Liberté » un aperçu de toutes les horreurs que M' Manville a vues et combattues en Algérie comme avocat et comme mi'itant antiraciste. La place nous manque pour donner à son témoignage vécu l'importance qu'il m.érite. I! faudrait tout citer: l'atmosphère irrespirable de haine, de crainte, de misère qui saisit le voyageur dès la sortie de l'avion, le poursuit dans la rue, dans les trains, dans toutes les manifestations de la vie de l'Algérien qui reste un étranger sur son propre sol. Rappelant la participation active des Algériens à la victoire sur l'hitlérisme, les espérances qu'elle a suscitées parmi eux, les promesses qui leur ont été faites, M' Manville dénonce les mystifications de langage et la répression féroce - connue déjà en 1945 à Sétif - par lesquelles les tenants du statut quo y ont répondu. Dans une situation chaque jour aggravée jusqu'à l'état d'urgence et de guerre, le racisme a exacerbé les sentiments de haine : rendant la guerre plus inhumaine, plus injuste la justice, plus sanguinaire la répression. Celle-ci a utilisé des méthodes inspirées du « blitz krieg » : la terre bro.lée, la responsabilité collective aggravée par une justice vindicative, discriminatoire, renforcée par tout l'arsenal des lois d'urgence et s'étendant de l'Arabe à ceux qui le défendent, quand toutefois il est défendu. Chaleureusement applaudi par tous et félicité par le préSident Lyon-Caen qui rendra hommage au courage et il la haute conception morale qu'il a manifestée dans l'exercice de son ministère. M' Manville conclut en rappelant le devoir de tous les antiracistes de lutter contre cette guerre et ses séquelles de haine raciale pour que le peuple de France et le peuple d'Algérie avancent vers la paix et la liberté. Les racistes veulent toujours plus de sang « Aussitôt connus les résultats des élections, nous avons envoyé nos félicitations à M. Poujade, comme d'ailleurs à certaines autres personnalités, MM. Dorgères, Bonnet, TixierVignancour entre autres. Cette déclaration vient d'être faite à Alger pour le porteparole du groupement racisre « Présence Française ». A la question: « Envisagezvous de vous apparenter aux poujadistes? , il a répondu : « Pourquoi pas? » De son côté, « l'Echo d'Alger , organe des gros colons, a publié un éloge de Poujade dans le même t,emps où ses fidèles interrompaient, à Alger, aux cris de s: répressionl répression !, une réu,nion organisée en faveur de la paix. . « L'empire - j'emploie ce mot à dessein... », déclare à Paris Poujade, prenant à son compte jusqu'au vocabulaire rétrograde dont « Rivarol , « Aspects de la France et consorts ne se sont jamais départis. Et NOTRE SOUSCRIPTION Cartes d'Amis Joskowicz, 2.500; Bokner, 20.000; Sap on, 5.000, Flam, 5.000; Zûrckerman, 5.000; Gluzman, 5.000; Woldman, 3.000; Mme Berger, 1.000; Tancerman, 3.000; Rotbard, 10.000; Fechtenbaum, 5.000 ; Anonyme, 20.000 ; Semmel' 7.000; Jan, 15.000; Centenaire, 10.000; Libermann, 20.000; Paul Lévy, 6.000; Studi, 2.000; Marmor, 10.000; Français Pascal, 1.500; Wintny, 2.000; Plotno, 5.000; Wisniak, 500; Magallnc, 500; Volsenberg, 500. Sociétés 'Tarnov, 5.000; Association Culturelle de Ch610ns-sur-Marne, 5.000; Association Culturelle de Versailles' 500; Var. ayl. Ochota, 25.000. Sections Saint-Quentin, 4.500; 200, 500. au cours du récent congrès de la porte de Versailles, il a fait adopter une résolution qui réclame la guerre à· outrance, l'exécution des condamnés, et la méconnaissance totale des aspirations des popu,lations musulmanes. C'est au mois d'août dernier que Poujade précisa sa position sur l'Afrique du Nord, lorsqu'il offrit sa « tribune: au général Rimé-Bruneau, ex-président de « Présence FrançaIse » en Tunisie. Un mois plus tard, il écrivait: « La légitimité de Ben Arafa est incontestable », et appuyait la position du maréchal Juin. Concernant le Maroc, il su.ggérait: « Il faut apporter une solution au Maroc avec un sac d'or dans la main gauche et un gros gourdin dans la main droite. En Algérie, les difficultés sont dues, selon Dupont, lieutenant de Poujade, « aux fuifs, aux quatre-vingt mille usuriers naturalisés français par le décret Crémieux, qui prennent toutes leurs récoltes aux pauvres Algériens ». On imagine combien les Blachette et les Borgeaud, qui amassent de fabuleuses fortunes, doivent approuver cette parfaite diversion antisémite. Quant à la « solu,tion du problème algérien, voici ce qu'en écrit « Fraternité Française

: « D'abord bien tirer,

du capitaine au cuistot, et nous conseillons instamment de donner une prime de bon tireur, comme cela se pratique dans l'armée allemande. » Du sang, encore du sang, telle est la politique préconisée par les racistes. Il appartient aux patriotes, aux antiracistes de toutes tendances, d'exiger, eux, et d'obtenir la négociation immédiate et la pa~x en Algérie. Le drame n'a que trop duré! Juifs et Musulmans M' Bittoun va passionner il son tour l'auditoire en traitant, dans un exposé documenté nourri de faits, des rapports entre Juifs et Musulmans de l'Afrique du Nord. I! s'insurge d'abord contre la croyance couramment admise et volontairement entretenue d'un antagonisme foncier et irrémédiable entre Musulmans et Juifs. Juifs. Croyance contraire à la vérité et à l'histoire. Et M' Bittoun rappelle que l'histoire des Juifs d'Afrique du Nord se confond avec celle du pays, remontant à l'époque de Carthage. Descendants des Berbères convertis au judaïsme bien avant l'invasion de l'Islam, les Juifs sont ethniquement parlant, frères de race des Musulmans et partie intégrante du Maghreb. Citant André Chouraqul : « Un fait est certain: on ne retrouve nulle trace dans l'histoire ou la pensée des Musulmans maghrébins d'un antisémitisme comparable, fût-ce de loin, aux formes aberrantes que la haine' du Juif prit en Europe, du Moyen Age à l'époque moderne », M' Bittoun rappelle par contre que ' l'antisémitisme chrétien et colonialiste apparait au 19' siècle comme une importation européenne, avec ses raisons d'être habituelles: contenir le mécontentement musulman et le canaliser contre les Juifs. Et, fait sill:nificatif, dans ces explosions de haine contre le Juif, soit il l'époque du décret Crémieux, soit durant l'affaire Dreyfus, la population musulmane ne . s'associa pas au mouve. ment, au grand désespoir des agitateurs. De même, vers 1920 et lors des massacres de Juifs de 1934, tout comme après la défaite de 1940 qui créait une situation favorable aux antisémites.. leurs encouragements, leurs appels directs ne furent jamais suivis par la population musulmane. M' Bittoun montre ensuite que cet antisémitisme d'importation s'atténue en Tunisie et au Maroc, en fonction même des progrès de ces pays vers l'indépendance. Au Maroc, les proclamations solennelles du sultan, des partis nationalistes, sur l'égalité des droits se sont concrétisées par des mesures effectives et la participation de représentants Juifs à la gestion des affaires publiques. Mais surtout, dans ces deux pays, l'intégration des Juifs dans la communauté nationale devient chaque jour une réalité plus concrète parce que, chaque jour, les raisons de diviser pour régner reculent. Et cela malgré l'agitation artificielle · entretenue par certains. M' Bittoun cite à ce propos une interview accordée par M' Ben Jelloun, dirigeant du Parti Démocrate de l'Indépendance, au correspondant parisien du « Jewish Chronicle »: « Nous considérons que l'émigration des Juifs marocains vers Israël est due en partie à un manque de confiance en l'avenir et nous estimons que cette émigration est encouragée par une propagande abusive. » Le présent et l'avenir « Je ne voudrais pas, poursuit M' Bittoun, esquiver les préoccupations de certains d'entre vous, à savoir: les rapports des Etats nouveaux d'Afrique du Nord avec les autres Etats arabes du MoyeTlrOrient et les conséquences qui peuvent en résulter pour les Juifs d'Afrique du Nord. » Les Juifs d'Afrique du Nord ont un rôle à jouer et ils sont les seuls à pouvoir le jouer, et les positions très ciaires prises par les dirigeants du Maroc fortifient cette conviction. M' Bittoun cite alors les déclarations du prince Moulay Hassan, fils ainé du sultan, et des ministres du gouvernement marocain, notamment M' Bouabid. Ainsi apparait clairement le profit que la paix doit retirer d'une loyale 'intégration des Juifs d'Afrique du Nord à la société nouvelle et le rôle déterminant qu'ils doivent jouer dans les rapports entre Israël et les Etats arabes. Nul doute que cet exposé aura un grand retentissement. Nous devons, pour finir, signaler la vigoureuse intervention du général Tubert, ancien maire d'Alger, qui tint il confirmer et à. préciser encore le réquisitoire dressé par M' Manvllle et fustigea l'actuel gouverneur général, M. Soustelle, et les puissances d'argent qui gouvernent en fait l'Algérie. Outre les personnalités déjà citées, nous avons remarqué la présence, notamment, de Mme Andrée Michel, du Comité des Intellectuels pour la fin de la guerre en Algérie; Lamine Traoré, représentant des étudiants africains; Camille Adam, avocat il la Cour, etc ... La résolution adoptée Dans une résolution adoptée à l'unanimité après les expos ps de M" Manville et Bittoun, les antiracistes r éuni::! ont souligné que la politique de f.orce et la répression aveugle ne sauraient résoudre les graves prC'blèmes posés en Algérie. Ils protestent notamment contre les mesures discriminatoi res qui frappent les Nord-Africains tant en France que sur leur propre sol et contre les tentatives visant à opposer Musulmans et Juifs. 5 Février: - « Ils expriment le voeu que le prochain GOUvernement, répondant à la volonté clairement ex. primée par la majorité de la nation, prenne immédiatement les mesures qui permettront d'arrêter les combats en Algérie, de promouvoir la négociation et. la paix, afin que soit sauvegardé dans l'esprit de la Constitution l'exercice individuel et collectif des libertés fondamentales » ... Cette résolution sera portée A la connaissance des députés et du fQtur gouvernement. Journée Nationale pour la Paix en Algérie Le 5 février prochain, à la mairie de Montreuil, se tiendra une importante Journée Nationale c()l/ltre la guerre en Algérie, organisée par le Comité national d'Information et d'action pour la solution pacifique de. problèmes cf' Afrique du Nord. 1.500 à 2.000 délégués, venus de toute la France, ainsi que de nombreuses personnalité., partlcl~ront à c •• 0111 •••• Actuellement .e d'roulent, dan. .. pays entier, des réunions, des manifestations pour la solution pacifique du problème algérien. Au cours de l'une d'elle, qui s'est tenue le 19 janvier dans les .alon. Vianey (12' arrondissement), not .. ami Charles HUTMAN' membre du Bureau national du M.R.A.P., a pris la parole, exprimant la volonté de tou. 1.. antiracistes de voir cesser immédlat. ment les effusions de sang, pour que triomphent les drolh de l'homme et la fraternité. ( li 8 DROJT B.T LIBERTE " UI'I DU SECOI'IO DEGf\E A sa dernière séance, le 12 janvier, le Ciné-Club antiraciste « Amitié » avait à son programme, avec « L'EMIGRANT », de Charlie Chaplin, le céièbre film de Marcel Pagliero, « LA P ... RESPECTUEUSE ». Il nous a paru intéressant de reproduire, à cette occasion, un ~xtralt de la pièce de .lean-Paul Sartre, dont l'oeuvre cinématographique s'est fidèlement inspirée, tant pour le scénario que pour les dialogues. Les scènes que nou·s publions, ici, avec l'accord de l'auteur, peignent remarquablem~nt l'état d'esprit raciste qui a engendré des crimes tels que l'exécutlQ.n de Wlilie Mac Gee ou, pius près de nous, le meu'rtr~ d'Emmett Till. (La chambre d'une prostituée, Lizzie, dans une ville du sud des Etats-Unis.) FRED. - Tu viens du Nord? LIZZIE. - Oui. FRED. - De New-York? LIZZIE. - Qu'est-ce que ça peut de faire? FRED. - Tu as parlé de NewYork tout à l'heure. LIZZIE. - Tout le monde peut parler de New-York, ça ne prouve rien. 'FRED. - Pourquoi n'es-tu pas restée là-bas? LIZZIE. - J'en avais marre. FRED. - Des ennuis? LIZZIE. - Bien sûr: je les attire, 11 y a des natures comme ça. Tu vois ce serpent? (Elle lui montre son bracelet). Il porte la poisse. FRED. - Pourquoi le mets-tu? LIZZIE. - A présent que je l'ai, il faut que je le garde. Il parait que c'est terrible, les vengeances de serpent. FRED. - C'est toi que le nègre a voulu violer? LIZZIE. - Quoi? FRED. - Tu es arrivée avanthier par le rapide de six heures? LIZZIE. - Oui. FRED. - Alors c'est bien toi. LIZZIE. - Personne n'a voulu me violer. Elle rit avec un peu d'amertume). Me violer! Tu te rends compte? ... FRED. - Si je pensais que tu as couché avec un noir ... LIZZIE. - Eh bien? FRED. - J'ai cinq domestiques de couleur. Quand on m'appelle au téléphone et que l'un d'eux décroche l'appareil, il l'essuie avant de me le tendre. LIZZIE (sifflement admiratif·

- Je vois.

FRED (doucement). - Nous n'aimons pas beaucoup les nègres ici. Ni les blanches qui s'amusent avec eux. LIZZIE. - Suffit. J'ai rien contre eux, mais je ne vOlldrais pas qu'11s me touchent. FRED. - Est-ce qu'on sait? Tu es le Diable. Le nègre aussi est le Diable ... (Brusquement). Alors? il a voulu te violer? LIZZIE. - Mais qu'est-ce que ça peut te faire? FRED. - Ils sont montés à. deux dans ton compartiment. Au chez le juge, c'est cette histoirelà que tu vas raconter? LIZZIE. - Mais qu'est-ce que ça peut te faire? FRED. - Réponds. LIZZIE. - Je n'irai pas chez le juge. Je te dis que j'ai horreur des complications. FRED. - Il faudra bien que tu y a1lles. LIZZIE. - Je n'irai pas. Je ne veux plus avoir affaire à la police. FRED. - Ils viendront te chercher. LIZZIE. - Alors je dirai ce que j'ai vu. (Un temps.) FRED. - Est-ce que tu te rends bien compte de ce que tu vas faire? LIZZIE. - Qu'est-ce que je vais faire? FRED. - Tu vas témoigner contre un blanc pour un noir. LIZZIE. - Si c'est le blanc qui est coupable. FRED. - Il n'est pas coupable. LIZZIE. - Puisqu'il a tué, 11 est coupable. FRED. - Coupable de quoi? LIZZIE. - D'avoir tué!' FRED. - Mai c'est un nègre qu'il a tué. LIZZIE. - Eh bien? FRED. - Si on était coupable chaque fois qu'on tue un nègre ... LIZZIE. - Il n'avait pas le droit. FRED. - Quel droit? LIZZIE. - Il n'avait pas le droit. FRED. - Il vient du Nord, ton droit. (Un temps). Coupable ou non, tu ne peux pas faire punir un type de ta race. LIZZIE. - Je ne veux faire punir personne. On me demandera ce que j'ai vu et je le dirai. Un temps. Fred marche sur elle. FRED. - Qu'est-ce qu'il y a entre toi et ce nègre? Pourquoi le protèges-tu? LIZZIE. - Je ne le connais même pas. FRED. - Alors? LIZZIE. - Je veux dire la vérité! FRED. - La vérité. Une putain à dix dollars qui veut dire la vérité! Il n'y a pas de vérité: 11 y a des blancs et des noirs, c'est tout. Dix-sept m1lle blancs, vingt m1lle noirs. Nous ne sommes pas à New-York, ici: nous n'avons pas le droit de rigoler. (Un temps). Thomas est mon cousin. LIZZIE. - Quoi? FRED. - Thomas, le type qui a tué: c'est mon cousin. LIZZIE (saisie). - Ah! FRED. - C'est un homme de bien. Ça ne te dit pas grandchose; mais c'est un homme de bien. LIZZIE. - Un homme de bien qui se poussait tout le temps contre moi et qui essayait de relever mes jupes. Passe-moi l'homme de bien! Ça ne m'étonne pas que vous soyez de la même famille. FRED (levant la main). - Saloperie. (Il se contient). Tu es le Diable: avec le Diable, on ne peut faire que le mal. Il a relevé tes jupes 11 a tiré sur un sale nègre, la belle affaire; ce sont des ~estes qu'on a sans y penser, ça r.-: PAR 1 "Jean-Paul SARTRE ne compte pas. Thomas est un chef, voilà ce qui compte, LIZZIE. - Ça se peut. Mais le nègre n'a rien fait. FRED. - Un nègre a toujours fait quelque chose. LIZZIE. - Jamais je ne donnerai un homme aux poulets. FRED. - Si ce n'est pas lui, ce sera Thomas. De toute façon, tu en donneras un. A toi de choisir. LIZZIE. - Et voilà. Je suis dans la crotte jusqu'au cou, pour changer. (A son bracelet). Saleté, pourriture, tu n'en fais jamais d'autre! (Elle le jette par terre.) FRED. - Combien veux-tu? LIZZIE. - Je ne veux pas un sou. FRED. - Cinq cents dollars. LIZZIE. - Pas un sou. FRED. - Il te faudrait plus ' d'une nuit poùr gagner cinq cents dollars. LIZZIE. - Surtout si j'ai affaire à des pingres comme toi. (Un temps). C'est donc pour ça que tu m'as fait Signe hier soir? .. (S'effondrant en pleurant sur une chaise). Salaud! Salaud! Salaud! FRED. - Cinq cents dollars! Ne chiale pas, bon Dieu! Cinq cents dollars! Ne chiale pas! Ne chiale pas. Allons Lizzie! Lizzie! Sois raisonnable! Cinq cents dollars! LIZZIE (sanglotant). - Je ne suis pas raisonnable. Je ne veux pas de tes cinq cents dollars, je ne veux pas faire de faux témoignage! Je veux retourner à NewYork, je veux m'en aller! Je veux m'en aller! ... (Après Fred, des policiers tentent de faire signer à Lizzie une déclaration accusant le nègre de bout d'un moment, ils se sont ;-_______________________ ~-----_, jetés sur toi. Tu as appelé à l'aide et des blancs sont venus. Un des nègres a tiré son' rasoir et un blanc l'a abattu d'un coup de revolver. L'autre nègre s'est Il lA P ... RESPECTUEUSE" sauvé! LIZZIE. - C'est ce que t'a raconté Webster? FRED. - Oui. LIZZIE. - D'où le savait-il? FRED. - Toute la ville en parle. .. LIZZIE. - Toute la ville? C'esl bien ma veine. Vous n'avez don' rien d'autre à faire? FRED. - Est-ce que les chose' se sont passées comme je l'ai dit' LIZZIE. - Pas du tout. Le deux nègres se tenaient tran quilles et parlaient entre eux; 11 ne m'ont même pas regardée Après, quatre blancs sont monté et il y en a deux qui m'ont ser rée de près. Ils venaient de ga gner un match de rugby, 11r étaient saouls. Ils ont dit que Çll sentait le nègre et ils ont voulu jeter les noirs par la portière, Les autres se sont défendus comme 11s ont pu; à. la fin, un blanc a reçu un coup de poing sur l'oeil; c'est là qu'il a sorti son revolver et qu'il a tiré. C'est tout. L'autre nègre a sauté du train comme on arrivait en gare. FRED. - On le connait. Il n perdra rien pour attendre. (U1 temps). Quand on t'appellera au einé-elub AMITIE -~ C'est par de ch.aleureux applau~ dissements que le nombreux public du Ciné-Club « Amitié » il' salué les deux films projetés à la séance du 12 janvier: L'EmiJ!, rant, de Charlie Chaplin. et La P ... respectueuse, de M. Pagliero et J.-P. Sartre. Parmi les diverses personnalités présentes, on reconnaissait notamment le président et Mme Léon LYON-CAEN. Des lettres d'excuses approuvant l'action du Ciné-Club avaient été envoyées LES PROCHAINS • Jeudi 28 janvier: MAXIMKA. Uue oeuvre admirable dédiée à la fraternité des races. En couleurs. (Soviétique.) KATAKHALI. Ln. vieille danse dramatique de l\falabar. (Indien.) • Jeudi 9 février: L'AFFAIRE BLUM, de Eric Angel, avec Paul Bildt, H. C. Lech, Blondine Ebinger. (République Démocratique J\llemande.) en particulier par MM. Jean-Paul SARTRE, René MARAN, Vladi mir POZNER. Un -débat très animé eut lieu su,r La P ... respectueuse. Après de multiples interventions, tous les spectateurs se trouvèrent d'accord pour souligner la valeur artistique et technique, aussi bien qu'humaine de cette oeuvre, et pour affirmer la nécessité de combattre le racisme, sous toutes ses formes, en quelque lieu qu'il se manifeste. PROGRAMMES En raison de l'importance de cette oeuvre, le court-métrage est supprimé. • Jeudi 23 janvier: FRONTIERES INVISIBLES, de Alfred L. Werker, avec MeIl Ferrel', Beatrice Pearson, Richard Hylton, S. Douglas. (Américain.) HARLEM. Un documentaire sur le quartier noir ùe New-York. (Américain. ) l'avoir violée. Leurs efforts ayant été vains, le sénateur Clarke, oncle de l'assassin, intervient à son tour.) LE SENATEUR (lui mettant les mains sur les épaules). - Ma pauvre enfant, je ne voudrais pas être à votre place. - LIZZIE. - Quelle histoire! (A son bracelet). C'est toi saleté, qui est cause de tout. LE SENATEUR. - Comment? LIZZIE. - Rien. (Un temps). Au point où en sont les choses, c'est malheureux que le nègre ne LIZZIE (sursautant). - Hein? Ah oui... (Un temps). Vous m'avez embrou1llée, je ne sais plus où j'en suis. LE SENATEUR. - Regardez.. moi, Lizzie. Avez-vous confiance en moi? LIZZIE. - Oui, Sénateur. LE SENATEUR. - Croyez-vous que je peux vous conse1ller une mauvaise action? LIZZIE. - Non, Sénateur. LE SENATEUR. - Alors, U faut signer. VOici ma plume ... m'ait pas violée pour de bon. r-------------- LE SENATEUR (ému). - Mon enfant. LIZZIE (tristement). - Ça vous aurait fait tant plaisir et à moi ça m'aurait coüté si peu de peine. LE SENATEUR. - Merci! (Un temps). Comme je voudrais vous aIder. (Un temps). Hélas, la vérité est la vérité. LIZZIE (tristement). - Ben oui. LE SENATEUR. - Et la vérité, c'est que le nègre ne vous a pas violée. LIZZIE (méme jeu). - Ben oui. LE SENATEUR. - Oui. (Un temps). Bien entendu, 11 s'agit là d'une vérité du premier degré. LIZZIE (sans comprendre) Du premier degré ... LE SENATEUR. - Oui: je veux dire une vérité... populaire. LIZZIE. - Populaire? c'est pas la vérité? LE SENATEÙR. - Si, si, c'est la vérité. Seulement... Il a plusieurs espèces de vérités. LIZZIE. - Vous pensez que le nègre m'a violée? LE SENATEUR. - Non. Non, il ne vous a pas violée. D'un certain point de vue, il ne vous a pas violée du tout. Mais voyezvous, je suis un vieil homme qui a beaucoup vécu, qui s'est souvent trompé et qui, depuiS quelques années, se trompe un petit peu moins souvent. Et j'ai sur tout ceci une opinion différente de la vôtre. LIZZIE. - Mais quelle opinion? LE SENATEUR. - Comment vous expliquer? Tenez: imaginons que la Nation américaine vous apparaisse tout à coup. Qu'est-ce qu'elle vous dirait? LIZZIE (effrayée). - Je suppose qu'elle n'aurait pas grand chose à me dire. LE "lENATEUR. - Vous êtes communiste? LIZZIE. - Quelle horreur : non! LE SENATEUR. - Alors, elle a beaucoup à vous dire. Elle vous dirait: « Lizzie, tu en es arrivée à ceci qu'11 te faut choisir entre deux de mes fils. Il faut que l'un ou l'autre disparaisse. Que faiton dans des cas pareils? On garde le me1lleur. Eh bien, cherchons, quel est le me1lleur. Veux-tu? » LIZZIE. - Je veux bien. Oh, pardon! Je croyais que c'était vous qui parliez. LE SENATEUR. - Je parle en son nom. (Il reprend). « Lizzie, ce nègre que tu protèges, à quoi sert-11? Il est né au hasard, Dieu sait où. Je l'ai nourri et lui, que fait-11 pour moi en retour? Rien du tout, il traine, il chaparde, 11 chante, il s'achète des complets rose et vert. C'est mon fils et je l'aime à l'égal de mes autres fils. Mais je te le demande : est-ce qu'11 mène une vie d'homme? Je ne m'apercevrai même pas de sa mort. » LIZZIE. - Ce que vous parlez bien. LE SENATEUR (enchaînant). - « L'autre, au contraire. ce Thomas, il a tué un noir, c'est très mal. Mais j'ai besoin de lui. C'est un Américain cent pour cent, le descendant d'une de nos plus vieilles familles, il a fait ses études à Harvard, il est officier - 11 me faut des officiers -, 11 emploie deux m1lle ouvriers dans son usine - deux mille chômeurs S'Il venait à mourir -, c'est un chef, un solide rempart contre le commuilisme, le syndicalisme et les Juifs. Il a le devoir de vivre et toi tu as le devoir de lui conserver la vie. C'est tout. A présent choisis. » LIZZIE. - Ce que vous parlez bien. LE SENATEUR. - Choisis. Continent perdu Le « Continent perdu :., o'est cn réalité trois tles : Bali, Bornéo et Java. Une expédition de cinéastes italiens nous y emmène à bord d'un voilier, déoouvrir quelques- uns de oes peuples que les européens connaissent si mal. Bonzi et ses compagnons semblent avoir bénéficié de moyens considérables : avion, véhicule tout terrain, etc ... Le film a été tourné en couleurs et en cinémascope, et le résultat est extraordinaire, on voudrait dire parfait si ce terme avait un sens en matière l'art. Il était impossible de ramener des images plus belles que celles qui nous sont oUeftes. Les auteurs de « Continent perdu » font preuve d'une indiscutable sympathie envers les habitants de ces contrées lointaines; Ils ont su gagner leUr confiance. Le mariage du jeune guerrier DaYl!k, les funérailles d'un pêcheur, le match de lutte 11. Bali, autant de scènes pleines de dignité, de poésie, qui nous donnent envie de connaître ces peuples aux riches traditions ... Et pourtant... on ne peut applaudir sans réserves. Une gêne subsiste. EIJe provient d'abord du commentaire qui accompagne les images, lequel est d'une prétention et d'une fausseté rarement atteinte dans le documentaire. Ce texte verbeux met comme 11. plaisir l'aocent sur les aspects de « pittoresque en surfaoe » que le film peut comporter, et arrive presque 11. dénaturer le sens des Images les plus valables. Un paysan laboure une rizière; un buffle tralne sa chaI'rue rudimentaire. Perrière elle, l'homme patauge dans l'eau presque ,1usqu'à ml-corps, doit 11. chaque pas s'arracher littéralement de la boue... tout dit le travail dans ces Ill1a~es: l'effort, les minusoules rizières en terrasses, patiemment conquises sur la monta~ ne. Et le oommentalre d'I'nchalner suavement: « Le travail n'est plus une sel'Vltude. mals un rite... chaque gp,ste nartlclpe de la magie et de l'Incantation. :. Il en est ainsi tout le long du film. C'est vrai aue le rite magiaue a presaue toulours M,~ lié ù l'activité humaine. Mal~ denuls quand la Mnpdictlon des hlps: ou celle des bateaux de pt!che. encore en usage ohez nous dans beaucoup de oontrpes, a-t-eIJe transformé le travail en un « rite 'J)? Malheureusement, le -commentaire n'est pas le seul 11. nous donner ceUe Impression. On ne dira iamais a!l~ez comhlen la recherche du plttore~aup, superficiel enlève de val pur 11. des oeuvres qui pourraip,nt falrp. tant pour la compréhen~lon mutuplle des hommes annaremment Ip.s plus dlffPI·ents. Nom, avons rp.levé une phrase qui dMlnlt parfaitement l'état d'esorlt de ces clnéa~ tes au moment ,où !ls ault- 1frent Hon~-Kon~ pour vo~uer vers. les Iles: « Nous partions mener plus avant notre recherrhe d'un Orient plus oonforme 11. ses promes~es ... ". « Ses " promes~ es? N'étalent-elles pas un peu LEURS prplugés,? Quoi au'lI pn soit, 11. pltrt un r.ommpntalre crul nous semhle dé_ testable et aUelqlleS conoessions ft la facilité du pittorpsaue. « Continent Dprriu " :re8tt! nn film aui aidp. hP.RITf'OUn 11. m'endre conscience de l'unité humaine. Jean-Franois HELI}.

Notes

<references />