Droit et Liberté n°211 - juillet 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°211 de Juillet 1962
    • J'ai vu naître l'Algérie nouvelle par Albert-Paul Lentin page1
    • Non à Globke: Paris antiraciste se souvient page1
    • Brillante réception pour la remise du prix de la Fraternité à Robert Merle page1
    • L'honneur et la honte par Oncle Tom page2
    • Eichmann: satisfaction en Israël après l'éxécution page2
    • Les sauvages!: Argentine; attentats et torture; Londres, parade nazir; U.S.A. le K.K.K. manifeste; Rome: raid fasciste sur un quartier juif page3
    • Charles Palant: "un obstacle majeur à la réconciliation franco-allemande (ancien dignitaires nazis aux postes de responsabilité) page5
    • Avant le concile œcuménique: entretien avec le R.P. Demann par Nicole de Boisanger-Dutreil page5
    • Remise du prix de la Fraternité page6-7
      • Robert Merle: "Je suis un écrivain engagé"
      • Pierre Paraf: "Ouvrir les mains et les cœurs"
    • Hommage à Albert Beville par G.Saint-Ruf page8
    • Le M.R.A.P. salue l'Algérie nouvelle déclaration de Pierre Paraf page9
        • Sur le livre d'Albert Memmi "portrait d'un juif" page10
      • Memmi n'est pas plus différent de moi que moi de lui par Jacques Nantet
      • Notre devoir: rapprocher les hommes par Henry Levy-Bruhl
      • Un tableau désespérant par Alfred Grant
    • William Faulkner et le racisme par Jean Droit page11
    • Alfred Dreyfus; lettres d'un innocent: extraits et présentation par Henriette Psichari page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Albert·PaullENTIN: JUILLET-AOUT 1962 0,75 Nt N° 211 Dans l'allégresse générale, sous le signe de l'amitié entre les habitants de toutes origines J'AI VU NAITRE L' ALGÉRI E NOUVELLE Originaire d'Algérie, A.-P. Lent'in y est retourné plusieurs fais ces dernières années, comme journaliste. Il a vu naÎtre la République algérienn'e, avant et cprès le référendum d'autodétermination. Voici ses premières 'impressions. DE retour à Paris, dix jours après le référendum, j'a i la tête encore bourdonnante des cris de joie, des mus iques, des chants, des klaxons qui ont salué la naissance de l'Algérie nouvelle - aboutissement de sept années de luttes et de douleur. Ces images colorées et mouvantes, cet extraordinaire bouillonnement de foules traduisent à eux seuls la mutation qui s'est produite sur cette terre où souffle tout à coup, après l'orage, le vent gé néreux de l'indépendance, de la liberté. A Alger, où l'allégresse a explosé d'ès la nuit avant le vote, il Y a eu pendant trois jours et trois nuits, cinq cent mille hommes dans les rues, les habitants de la ville étant rejoints par c~ux d" bled, qui affluaient à pleins camions. Joie folle, mais débcnnaire. Les files de voitures klaxonnantes, couvertes de grappes humaines, les cortèges massifs d'hommes, de femmes et d'enfants, hérissés de drapeaux, qui envahissa ient toutes les artères, n'ont à aucu-;; moment donné lieu ou moindre incident. La d'isc'p:ine était spontanée. Le (Suite page 9) Non à Globke 1 PARIS antiraciste se souvient Une vive émotion s'est emparée des antiracistes à l'annonce de la venue en France, avec le Chancelier Adenauer, du Docteur Hans Globke, qui élabo,"a et fit appliquer, sous Hitler, les lois antijuives. A l'appel du M.R.A.P., une cérémonie du souvenir a eu lieu au Mémorial du Martyr Juif où Cha"les Palant (au premier plan à droite) a pris la parole. (Voir nos informations en pages 4 et 5.) En présence de nombreuses personnalités Brillante réception pour la • , remise a Robert MERLE Le p~ésident Pierre PARAF remettant le Prix au lauréat (Voir page centrale,) DIINf tE NUMER.D: • Ouvrir les mains et les coeurs, par Pierre PARAF (page centrale). • Je suis un écriv'ain engagé, par Robert MERLE (page centrale). • Entretien avec le R. P. Demann, par Nicole de BOISANGER-DUTREI L (page 5l. • Le débat continue, sur le « Portrait d'un juif» d'Albert Memmi, avec J a c que s NANTET, Henry LEVY- BRUHL et Alfred GRANT (page 10l. • Un obstacle à la réconciliation franco-.;JIlemande, par Charles P'ALANT (page 5l. • Les lettres d'Alfred Dreyfus, présentées par Henriette PSICHARI (page 12). • William Faulkner et le r,acisme par J e an DROIT (page 11). • Hommage à Albert Béville (page 8).


2

11-V 1. - « Rien ne sera laissé en Algérie, Sl ce n'est le chaos et la ruine », affirme l'O.A.S. dans son « émission-pirate » quotidienne. 2 cOllèges techniques, 3 ecoles et une gardene d'enfants incendiés à Alger. Fusillade entre O.A.S. et gendarmes mobiles à Oran. • Après celles du 13' arrondissements, nouveIles brutalités policières contre les Algériens aux Buttes Chaumont et à Noisy-le-Sec. 12-VI. - Solution pacifique au Laos, d'un conflit qui aurait pu devenir international

les trois princes forment un

gouvernement de coalition. • Violences policières contre les Algériens à Nanterre et à Briey. 13-VI. - Vingt bâtiments, dont 3 écoles et 1 collège, détruits par l'O.A.S. à Alger. 14-VI. - Onze musulmans tués à Sidi Bel Abbès. • Un café musulman mitraillé à Paris

un mort et un blessé.

• Manifestation en Guyane contre l 'envoi de la Légion : 65 blessés. 15-\'1. - Explosion à l'Hôtel de Ville d'Alger, que gardaient des soldats du contin~ent : 1 tué, 43 blessés. • Trois attentats contre des cafés .alg·ériens !tc la rcgloll parisicnne ; deux morts et plusieurs blessés. li-VI. - Déclaration du Dr Mostefaï, membre de l'Exécutif provisoire, faisant état d'entretiens avec les dirigeants des organisations européennes. Une « émission- pirate » de l'O.A.S. annonce l'arrét des attentats à Alger. 19-VI. - Des soldats de la Bunde&wehr arrivent à Cardiff (Grande-Bretagne) pour 4 mois d 'entraînement. • Un mort et 18 blessés à Oran, où l'O.A.S. tirc au mortier sur les quartiers musulmans. 20-VI. - Trois explosions à Bône où la mairic et la bibliothèque universitaire sont détruites. 22-VI. - Quatre attentats au plastic à Paris. Un militant communiste, Pierre Verger, poignardé dans le 9' , alors qu'il traçait dcs inscriptions anti-OAS. • Cinq explosions dans les locaux de l'Académie d'Oran. Vingt explosions à Bône. 24-V1. - 15 explosions ct incendies à Oran. 25-VI. - Des millions de litres de pétrole flambent dans le port d'Oran. • « Représailles » après l'exécution d ',Eichmann : une jeune fille de 19 ans enlevée et torturée par des nazis à Buenos Aires. 26-Vl. - Nouvelles destructions à Oran: 3 écoles, 2 minoteries, un bureau de postes, un cinéma, l'immeuble de l'électricité et du gaz. 2i-VI. - L'ex-colonel Dufour, chef de l'O.A.S. à Oran, ordonne, dans une « émission pirate », d'interrompre les destructions. 28-VI. - Remise à Robert Merle du Prix de la Fraternité. 29-VI. - Un étudiant d'origine juive torturé par des nazis à Buenos Aires : une croix gammée est taillée au couteau sur sa joue. 30-VI. - Trois cafés algériens mitraillés dans la région parisienne : 3 tués et 8 blessés. \ _. I-VII. - Référendum d'autodétcr- . mination : l'Algérie vote massivement pou r l'indépendance L (99,72 % de oui). ----------------- .• Manifestation nazie à Londres, aux CrIS de « Seig Heil » et « Juden raus H. • Suite à une décision de l'O.N.U., les deux derniers territoires administrés par la Belgique en Afrique, le Ruanda et le Burundi deviennent indépendants. • Suicide du général de Larminat, président de la Cour Militaire de Justice. 2-VI1. - Arrivée à Paris du Chancclier Adcnauer : manifestations contre le militarisme allemand à la porte d'Orléans. 3-VIl. - Tandis que dans toute l'Algérie les réjOUissances battent leur plein, le gouvernement français reconnaît officicllement l'indépendance de r Algérie. • Démonstration du Ku .Klux Klan dans les rues d'Atlanta (U.S.A.) à l'occasion du COngrès de la N.A.A.C.P . 4-VII. - Manifestation du souve-I nir, à l'appel du M.R.A.P. au Mémorial du Martyr Juif. ü-VII. - Fusillade à Oran pendant le défilé de l'indépendance : 95 morts, dont 20 Européens, et 167 blessés. • Levée de l'immunité parlementairc de Georges Bidault, désigné par Salan pour le remplacer à la tête de l'O.A.S. 6-VII. - Degueldre, chef des « comman· dos Delta i) de l'O.A.S., fusillé. • Manifestations à Bordeaux à l'arrivée du chancelier Adenauer: matraquages et arrestations. 8-10. - Parade militaire franco-allemande à Mourmelon, én présence du général de Gaulfe et du chancelier Adenauer. 9-VII. - Ouverture à Moscou du Congrès Mondial pour le désarmement ct la paix. • Les Etats-Unis font exploser une bombe thermonucléaire à haute altitude au-dessus de l'océan Pacifique. 10-VII. - Franco désigne comme viceprésident du Conseil, le général NIunoz Grandes, qui fit la guerre dans les forces hitlériennes à Ta tête de la « Division bleue ». qUE EICHMANN • Satisfaction en Israël ôprès 1/ exécution Jérusalem, juillet. - L'exécution rapide d'Eichmann a été accueill ie avec satisfaction et sou logement en Israël. Les campognes menées par quelques poètes et philosophes comme Buber ou Lea Goldberg, qui demandaient qu'on ne pende pas le condamné n'ont reçu aucun écho fovorable. l,i'ailleurs ces personnages n'exigeaient pas du président Ben Zvi la grâce de l'accusé. Ils demandaient qu'on lui laisse la possibilité d'être jugé ailleurs, en Allemagne, comme en Pologne. Le box de verre, installé ou tribunal de J érusalem et dons lequel Eichmann fut installé pendant son procès, vient d'être transféré ou Musée du Martyre· et de la Résistance qui se trouve ou kibboutz des Combattonts des Ghettos. Ce transfert a égaIement soulevé des polémiques, à vrai. dire peu passionnées. Certains demondaient que le box soit gardé en réserve, ou Quartier Général de la Police, en attendant qu'il serve à nouveau pour juger d'outres criminels, cemme Mengele et peut-être Bormann. Mois l'opinion générale est qu'il est facile de construi re d'outres boxes de verre. C'est même la chose la plus facile à foire. Parmi ies nombreux visiteurs qui, ou Musée, passent devant le box, il en est qu i se retournent pour crocher, écoeurés par le seul souvenir du criminel. Autres réoctions : de nombreux Isroéliens ovoient écrit ou Ministère de la Justice pour solliciter l'honneur de participer à l'exécution du bourreau de millions de juifs. Mois le tribunal de Jérusalem oyant respecté toutes les règles du procès, l'exécution s'est également déroulée selon les lois du pays. Aucune main juive n'a touché à la cord~ qui a servi à l'exécution du criminel. Miriam NOVITCH. FASCISME • Poujade en flèche Pierre Poujade se remue beaucoup, depuis quelques mois. Son idée de former un « Parti National Populaire », étrange mélange du Rassemblement National Populaire à la Darnand et du Parti Populaire Français à la Doriot, prend corps. Il s'agirait en fait d'un élargissement, le plus à droite possible de sa démagogique ~. Union pour la Froternité Française » qui battait de l'aile. Ce nouveau parti, dont Poujade serait le chef suprême grouperoit les nostalgiques de l'Algérie Françoise - on ne désespére pas de sa « reconquête » - les partisans de l'O.A.S. désoeuvrés et prêts à reprendre du serv ice en Fronce. Il serait enfin et surtout, le centre de rassemblement de la multitude de petits partis fascistes, appelés par antiphrase les « partis nationaux » et des « Indépendants » les pius virulents. Le « maître à penser » de cette organisation est d'ores et déjà le fesciste Pierre Boutang, directeur de « La Notion Fronçoise », dont « Fraternité Françoise », organe antisémite de Poujade, nous donne ce portrait pittoresque « Pierre Boutang. Du vif-argent. Sa pensée galope, accroche des idées et des images. Si la construction surprend, dons un débit saccadé, nerveux, sismique, il y a un je-ne-sais-quoi qui attache, peutêtre la foi cie celui qui est le maître incontestable de la pensée nationaliste » ... Au fameux débat du l e, et du 2 juillet derniers, autour de Poujade et de Boutang, on reconnaissait Jacques Chombard de Lauwe, dit « Colonel Félix », du Centre national des Indépendants et du Ré- EN SOUSCRI PTION : SE PASSE.T.IL? ~ l 1 1 1 1 1 1 1 1 1111111111111111111111111111 1 Il 1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111I11111111N11I1W~ L'honneur et la honte CHATOUILLE par Ic démon de midi, le commandant Chauvet, quinquagénaire, bon soldat, bon chrétien, bon époux et bon père, a tué sa femme rigide et peu passionnée, afin de pouvoir épouser une maîtresse plus charnelle et plus ... volcanique. Crime passionnel, j'oserais dire classique dans lcs annales de la Cour d'Assise. Les jurés de Grenoble l'ont envoyé méditer en pl'ison pendant quinze ans sur les avantages du divorce officiel (que sa conscicnce reiigieuse lui refusait) et les . inconvénients du « divorce à l'Italienne» - (le mariage ne prenant fin qu'avec la mort du conjoint). Mais là n'est pas mon propos, et si j'évoque le cas du commandant Chauvet, ce triste héros d'un fait divers atroce, mais banal en soi, c'est parce que ce personnag'e eut la curieuse idée de camoufler son crime en « attentat du - - F.L.N. ». . En quinze ans de campagne, dont sept d'Indochine et quelques-unes passées en Algérie, ce « bravc militaire» avait souvent vu la mort de près - et je n'ose imaginer en quelles conditions. Tuer sa femme ne lui coûta aucune peine physiquc. Seulement quelques petites tortures morales, avant le crime. Le plus difficile était de se débarrasesr, non pas du cadavre, mais du crime lui-même devant la loi des hommes. Officier français et de retour d'Algérie, rien ne fut plus naturel pour lui que d'inventer un « attentat » algérien. En ces temps où régnait la psychose raciste, il pensait que la pOlice le croirait, et effectuerait quelques descentes chez les « ratons» du coin ... A la rigueur, et avec un peu de chance, on arrêterait un « coupable », condamné d'avance par la couleur dc sa peau. Et le criminel aurait pu rejoindre, à Oran, l'objet de son amour, vivre tranquille une existence heureuse, attendre la retraite paisiblement, en homme respecté et respectable_

- - Un grain de sable fit dérailler la. machine. A l'instruction, comme devant Ic tl'ibunal, Chauvet affirma qu'il avait menti, parce qu'il « avait honte » dc son crime et qu'il voulait préserver son honneur. Charger un Algérien d'un meurtre ne pouvait être ni honteux, ni déshonorant.

C'est tout •.. :::

Oncle TOM. mllllllll1ll11111l11111111111111lWIII1I1IW1IUILlllilIU11IJJ111111I11I1111111111111111111111111111l11l11111111111111111111111!1!!111111!!1I111IIII~ seau breton de l'O.A.S. réunis, le colonel Matignon de la «' Réconciliation Françoise », Fouchet, du groupe « Ordre et liberté », le général Renucci, ex-député des Aurès qui s'écria : « Monsieur Poujade, vous avez pris le brandon, nous sommes avec vous! » (jJ n'a pas dit où il voulait mettre le feu), Laporte, président d'honneur des Anciens étudiants d'Alger. Au cours de ce débat les clins d'yeux n'ont .pas manqué en direction des repliés d'Algérie, considérés comme 10 meilleure réserve pour le recrutement. Quant ou programme, démagogique comme il se doit, il est aussi vague que possible

se grouper contre les « entreprises

d'un pouvoir vieillissant » afin de tenter de le remplocer, lutter contre le « capitalisme apatride» (vieille phroséologie hitlérienne) et bien entendu le marxisme. Certes, Poujade joue « La résistible ascension d'Arturo Ui » ou naturel . Mois hélas, pas plus que le modèle d'Arturo Ui, ce n'est pas sur les planches qu'il s'agite ... AFRIOUE DU SUD .Othello et l'apartheid terdite dans tous les lycées de l'Union Sud-Africaine parce que (textuellement): « Othello et Desdémone ont transgressé la. loi sur les mariages mixtes ». C'est le perfide Jago qui doit frémir d'aise dans sa tombe. Llui aussi' n 'était-il pas un partisan de l'Apartheid avant la lettre? Faut-il en rire, ou en pleurer? Le gou· vernement de l'Union Sud-Africaine vient de prendre une décision qui le ridiculiserait aux yeux du monde civilisé, si ce n'était déjà fait. L'étude d'Othello, de William Shakespeare, est dèsormais in- POUR LA PAIX • Le Congrès de Moscou Plus de cent pays ont participé au Congrès Mondial pour le Désarmement et la Paix qui s'est tenu en juillet à Mascuu. Révélations intéressa."1tes .- Chaque année les pays du monde dépensent 120 milliards de dollars pour les armements. A eux seuls, les pays de l'O.T.A.N. dépensent un million de do[la. ... s toutes les 10 minutes pour les préparatifs de guerre. De 1946 à I!J62 les Etats·Unis ont affecté 900 millions de dol· lars à l 'armement, soit presqu'autant que les dépenses des alliés penda.-zt la seconde guerre mondiale. Les forces armées du monde entier représentent 20 millions de persormes. lOG millions de gens consacrent feu.'" énergie à des buts militaires. Le stock d'armes nucléaires du monde entier re· prése.-zte 12 millions de bombes atomiq'lLes du type de celle qui a détruit Hiroshima. soit 250 milliards de tormes de T.N.T. ou encore 80 tormes d'explosif paT q,abitant de la planète. Plus que jamais, un désarmement général et contrôlé s'impose. • Education des adultes Suus l'égide de l'U.N.E.S.C.O. s'est tenu à Prague un séminaire sur l 'éducation des adultes, g .... uupant des savants de tous les pays du monde, ai..zsi que des experts. Leurs conclusions furent unanimes: l 'édu· cation des adultes est liée à la coexistence pacifique entre les peuples. Délivrés de la menace d'une guerre fratricide, les hommes, sans distinction de nationalités, de races ou d'idéologies, sauront coopérer à la construction d'un monde dans lequel chacun pourra acqué .... ir un maximum de connaissances scientifiques et teChniques. L'humanité moderne se doit, dès à présent, de mettre tout en oeuvre pour que la connaissance soit diffusée, non pas à quelques sujets seulement, ni à quelques groupes, mais à tous. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien ; 15 NF. EI'RANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. Histoire deil' Allemagne contemporaine EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique à Bruxelles. Les versements peuv'ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. par Gilbert BADIA (Edi tions sociales) NOTRE ami ct collaborateur Gilbcrt Badia, agrégé de l'Université, vient d'écrire, pour les Editions Sociales, un ouvrage fort documenté et sans aucun doute le plus complet qui e'xiste actuellement en France sur ce sujet, intitulé « Histoire de l'Allemagnc contemporaine lla Cet ouvrage retrace l'évolution de l'Allemagne de 1870 à 1962, mais c'est surtout à la périOde qui va de 1917 à nos jours que Gilbert Badia s'est particulièremcnt attaché. Dans le deuxième tome (consacré au III' Reich et à l'après-guerre), l'auteur traite en particulier des persécutions antisémitiques, du programme hitlérien d'cxtermination, des camps et de la Résistance. II analyse les causes, les conditions et les conséquences de cette politique. Dans la dernière partie, il montre, documents à l'appui, les survivances du passé en République Fédérale Allemande, et la clémence dont ont souvent bént"ficié les tortionnaire"s hitlériens. Nous analyserons plus largement cet ouvrage monumental dans l'un de nos prochains numéros. Cet ouvrage sera mis en vente le 15 septembre. Le tome l, broché, 14 NF (relié 19 :\IF) ; le tome II, broché

16 NF (relié 21 NF).

Mais il est intéressant de souscrire avant la parution des deux tomes. Prix l'cnscmble, broché : 24 NF (relié 34 NF). Editions sociales, 168, rue du Temple, Paris-3' . CCP 4209-70 Paris. Distributeur exclusif: Odéon-Diffusion, 24, rue Racine, Paris-6'. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. JournaT composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S .P .E.C. - ChâteauroWc Gérante' : S. BIANcm. qUE SE PASSE-T-IL ? • Les pOliciers de Sa Majesté ne paraissent guère préoccupés par ce jeune nazi londonien qui manifeste à Trafalgar Square . Les sauvages f Pre~'1ant prétexte de l'exécution d'Adolf Eichmann, les nazis répartis dans divers pays du monde ont relevé brutalement la tête. Sortant d'une toute relative clandestinité, ils ont pu, généralement impunément, manifester leur présence. Ils ont pu, aussi hélas, se conduire selon leurs principes, c'est-à-dire en sauvages. Les nouvelles qui nous sont parv'e,nues nous permettent de dresser l'horrifiant ta· bleau de leurs méfaits. ARGENTINE: Attentats et tortures C'EST en Argentine, repaire d'hitlériens, que les réactions fascistes ont été les plus vives. Le propre fils d'Eichmann, Horst Eichmann, âgé de 22 ans, s'est écrié : « Je suis fier que mon père soit mort en colonel allemand. Sa mort constituera un exemple pour la jeunesse allemande». Un journal autrichien révèle, par ailleurs, que Horst ,Eichman s 'était r endu à deux reprises en Autriche et dans d 'autres pays d'Europe afin de comploter l' évasion de son père. A Buenos-Aires, res émules d'Eichmann, pour venger leur idole ont enlevé une jeune fille juive de 19 ans et l'ont torturée, lui brûlant la peau avec des cigarettes et lui découpant au canif une croix gammée sur le sein droit. La jeune fille, Mlle Graciella Narcisa Sirota a raconté LONDRES: Parade nazie QUELLE ne fut pas la stupéfaction des Londoniens, le premier dimanche de juillet, lorsqu'ils virent à Trafalgar Square, un petit groupe de fascistes, portant le brassard à croix gammée, manifester en ponctuant le discours de ltur leader Colin Jordan de « Sieg Heil! » et de « Juden Raus ", et brandissant des pancartes clamant « GrandeBretagne réveille-toi ! » et des slogans antisémites_ Trois mille personnes, mal contenues par la police qui protégeait la manifestation nazie commencèrent à bombarder les hitlériens à coups de tomates et de; pièces de monnaie_ Mais lorsque Colin Jordan déclara : « Hitler avait raison ___ nous n'aurions pas dû combattre Hitler et les Allemands, mais la juiverie mondiale ... )), la foule se précipita à l'assaut de la tribune. C'est à ce moment là seulement que le responsable du service d 'ordre vint parlementer avec les nazis pour leur inti,mer ensuite l'ordre d'interrompre le meeting. Les Anglais sont d'autant plus étonnés que ce meeting ait eu l'autorisation de se tenir que deux membres du parlement, M_ David Weitzman, à la Chambre des Communes, et Lord John Janner, à la Chambre des Lords, avaient demandé son interdiction, arguant que de tels meetings étaient une sérieuse menace pour la paix. U.S.A.: le K.K.K. manifeste LE Ku-Klux-Klan s'est à nouveau manifesté, cette fois, dans les rues d'Atlanta en Georgie. C'est à l'occasion de la tenue dans cette ville du Congrès de ROME: Raid fasciste dans un quartier iuif l E Mouvement Social Italien (néo-fasciste) a provoqué des bagarres à Rome, en envahissant un quartier habité par de nombreuses familles juives. Plusieurs voitures pavoisées d'emblêmes fascistes et contenant des manifestants armés de matraques, ont cir culé dans les rues, tandis que les fascistes hurlaient: « Nous n'avons tué que six millions de juifs. Nous voulons les exterminer tous! II Aussitôt des juifs ripostèrent vivement, tandis que les fascistes les attaquaient à coups de bâton et de chaînes de bicyclettes. L'intervention tardive de la police se solda par ... l'arrestation de cinq juifs, • 8lUJOIlt tJiwte 1 EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublel'Association Nationale pour l'Emancipation des Noirs (NAACP). Les membres du KKK ont notamment distribué des tracts demandant aux habitants de se joindre aux « hommes blancs qui ont décidé de ne plus r eculer d'un pouce ". Ils ont également défilé sans relâche devant les hôtels et les restaurants qui ne pratiquent pas la Ségrégation raciale. Le soir, ils ont fait brûler une immense croix à l'entrée de la ville et provoqué des embouteillages monstres. Chaque fois que les membres de l'Association ont tenté de protester contre ces agissements, la police est interven ue pour les disperser_ PARAGUAY: Parce qu'elle ne criait pas «Vive l'O.A.S.» :~~q . ~~_ .. A Montevideo, des fascistes ont enlevé en pleine rue une jeune fille de 17 ans, Soledad Barret 'liedman, fille de Rafael Barret, adversaire du dictateur paraguayen Stroessner. La jeune fille fut tatouée au couteau d'une croix gammée sur chaque jambe parce qu'elle refusait de crier, malgré les coups et les menaces: « Vive Hitler! Vive l'O.A.S. ! » Cette sauvage agression a été sévèrement jugée par l'opinion publique paraguayenne, mais ses auteurs courent toujours. VIE:\IT DE PARA!TRE : ses ~ouffrances, affirmant que les nazis, tout en la torturant, lui murmuraient : « C'est notre vengeance. Vous les Juifs, vous êtes responsables de la mort d'Eichmann. » P endant ce temps, des bandes se répandaient dans la ville, se livrant à différentes exactions. Selon le président du Congrès Juif Mondial : « A BuenosAires des synagogues ont été plastiquées et incendiées. Des magasins juifs, des restaurants et la rédaction d'un journal ont été criblés de balles de mitrailleuses. Les murs de bâtiments a britant des institutions juives ont été couverts de croix gammées et d'inscriptions injurieuses. Des gangs racistes organisés ont kidnappé des étudiants juifs qui ont été torturés et mutilés de manière particulièrr. ment odieuse.. . II Citons, en particulier, le cas de Richardo Dalessandro, 18 ans, étudiant en mathématiques qui fut attaqUé en sortant de chez lui par un groupe de cinq individus qui le frappèrent et l'injurièrent parce que sa mère est juive. Finalement, ils le marquèrent au front et aux joues de croix gammées tracées à l'aide d'un couteau. L'É.motion provoquée dans le monde entier par ces faits atroces a dû faire sortir de son mutisme le gouvernement argentin qui s'était contenté d'affirmer que la peinc de mort ne se justifiait pas pour Eichmann, parce qu'elle n 'était pas inscrite dans le code pénal argentin. N'oublions pas qu'Eichmann est mort en criant: « Vive l'Argentine. II LES ETUDES EN FACULTE DES SCIENCES, Cette publication nouvelle répond â un triple objectif : • informer les lycéens et leurs familles de la grande diversité des enseignemcnts profeSSés en Faculté et des principaux débouchés possibles à tous les niveau : D.E. S.T., Certificats de spécialités, Licences, l):)~t~!"ats ; • aider les étudiants à organiser leur travail ~ • favoriser la décentralisation univers it~ire. La mise au point de cette brochure, qui intéresse 500.000 personnes : lycéens, étudiants, ingénieurs qui envisagent un « recyclage l) représente 1.500 heures de travail d'Universitaires. Sa grande diversité, la vue d'ensemble qu'elle donne de l'Enseignement supérieur en font un ouvrage exceptionnel sans aucun rapport, par sa richesse, avec les publications administratives actuelles. • Edité par le Syndicat National de l'Enseignement Supérieur (F.E.N.) avec le concours du Bureau Universitaire de Statistique, « LES ETUDES EN FACULTE DES SCIENCES )) est en vente dans les centres régionaux du Bureau Universitaire de Statistique et les Associations d'Etudiants au prix de 3 NF. On peut la recevoir en adressant un Chèque de 3,50 NF à: M. L'Agent Comptable du B.U.S., 4, rue des Irlandais, Paris-5' . CCP 91311-32 Paris. (Indiquez votre adresse et mentionnez « Brochure : « Les Etudes en Faculté des Sciences ll) . '--or', •• __ ::.. ," ~ " .. ,.-. D"ES 'F'ÀÎ t s ~ quidpg.~~pt . A·,;'P'É·N S·-E·:R: .• ';, : . ,;" ';, .'··':·\·'.-·~À· • . --: -:..: , TROP DE NOIRS. - Le gouvernement sud-africain est à la recherche de blancs de tous les pays (certificat de « pureté raciale )) exigé) et de tous les sexes pour repeupler le pays. Il espère qu'ainsi, à l~ fin du sièc_le! le pays de l'apartheid possedera 10 mIllIons de blancs, qui contre. balanceront les douzc millions dc noirs qu'il est impossible d'exterminer (qui travaillerait dans les mines ?). Primes à la clcf et prêts d'installation promis aux immigrants. L'ALLEMAGNE PAIERA. - La commission économique de l'O.N.U. révèle qu'en 1 0 ans (1950-1960), l'Allemagne fédérale s'est dévelop. pée de façon prodigieuse, économiquement parlant. Progrès enregis. trés: 90 0/0, soit deux fois plus que les Etats-Unis (46 0/0) . Il est vrai que l'Allemagne avait perdu seu. lement la guerre. Pas iKrupp, ni Thyssen, ni le Dr Globke. MONDANITES. - On voit beaucoup, depuis quclques mois, dans les réceptions du « Tout-Paris )) et les salons du Faubourg' Saint-Germain, un dénommé Henry Coston. Le « Tout-Paris )) n'est pas difficile. Henry Coston est un antisémitc de la première heure, qui dirigea de 1930 à 1939 le pamphlet antisémite « La ~.O re Parole ». Dès le début de l'occu'lation collaborateur de « Je suis Partout )), ami de Ferdonnet, collaborateur (décidément !) du « Pilori )), directeur du « Bul. letin d'Information antimaçonnique )), il inspira les premiers articles antisémites de « Paris-Soir)) où il était entré au début de juillet 1940. Il prit la parole le 27 mars 1942 à l'inauguration du Centre de la L.V.F., fut le promoteur de l'Exposition « Le Juif contre la France )) du Palais Berlitz et publia divers pamphlets hurlant à la mort contre les Juifs. II mit même ses actes en rapport avec ses paroles en dénonçant à la police la romancière Irènc Némirovsky, auteur de « David Golder )) qui fut envoyée à Pithiviers et déportée en Allemagne. Elle périt dans les cham. bres à gaz, comme son mari M. Epstein et ses deux beaux-frères. On ne manque pas de conversation dans certains salons parisiens .... JUMELAGE INTEMPESTIF. La ville de Compiègne est déjà jumelée avec Huy, en Belgique, et Arona en Italie. Bien. Elle s'apprête à se jumeler avec une troisième ville, allemande, celle-là, Landshut. Ce qui serait bien si. ayant demandé aux deux autres villes de s'associer à ce jumelage en carré, la municipalité de Compiègne ne s'était vu opposer un refus courtois. Les associations d'anciens combattants de Huy et diverses organisations d 'Arona, ayant fait une enquête, ont constaté que sur les trente-deux membres du conseil municipal de Landshut, vingt et un avaient été n azis, y compris le bourgmestre, ancien président du Tribunal Rural. L'un d'eux est même un ex-SS. LES IRREDUCTIBLES. - Inconsolables de la « perte )), de l'Algérie, les hommes « d'Action Française )), se préparent à la « reconquète )). C'est écrit en toutes lettres dans « Aspects de la France )) par Pierre Debray ... : « un autre jour se lèvera où, de nouveau, et cette fois pour toujours, le drapeau de la France scra planté sur la terre d'Algérie. Pas plus que les hommes de la génération de Maurras ne se sont résignés à la perte de l'AlsaceLorrainc, nous ne consentons à accepter cellc de notre province africaine. Trop de héros sont tombés au nom de l'Algérie Française pour que nous puissions, sans nous mépriser, continucr de vivre si chacun de nos instants n'est consacré à la préparation, à l'organisation de la revanchc )). Bcn, mon colon, comme disait l'autre ... INEVIT ABLE RACISME ? « L'Ile II de Robert Merle, et Prix de la Fraternité a les « honneurs II (? ) de la rubrique littéraire de « La Nation Française II de l'antisémite Pierre Boutan g. Voici la curieuse appréciation du critique. « Ses Tahitiens, hommes à l'état d'innocence, et ses Britanniques, hommes après la faute, s'arrangent comme ils peuvent de la democratie, de l'amour, de la religion et de la morale. Du massacre inévitable qui s'ensuit, le héros qui survit déduit finalement qu'il est des usagcs de la force qui sont légitimes contre les méchants. II Voilà une bien curieuse façon d'utiliser un livre antiraciste pour justifier les « inévitables II massacres racistes et les « légitimer ll . .. CHASSE AU FAC1ES. - On nous signale que sur le Faubourg du Temple, _ e:est la mitraillette en main que les pohclers font maintenant la chasse aux Algériens qui vendent des légumes à la sauvette (délit, pourtant sans gravité). Ces _~hasse~ s'accompagncnt de rafles au faCIes, qUI indignent Ics habitants du quartier (qui nous ont écrit pour nous signaler ces faits). 4 NON A GLOBKE ! Paris antiraciste se 'souvient DES que fut rendue publique la composition de la suite du Chancelier Adenauer pour son voyage en France, le Bureau National du M.R.A.P. adoptait et adressait à la presse la déclaration suivante: C'est avec indignation que le Bureau National du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) apprend la venue sur notre sol, avec le Chancelier Adenauer, de son principal collaborateur, Hans Globke. Déjà collaborateur zélé du régime nazi, Hans Globke avait été chargé par Hitler d'élaborer et de faire appliquer les lois raciales de Nuremberg, qui ont conduit six millions de juifs aux chambres à gaz et aux fours crématoires. Les commentaires qu'il écrivit sur ces lois, à l'usage des juges et des fonctionnaires chargés de les mettre en oeuvre, faisaient autorité. Il sévit non seulement en Allemagne hitlfrienne, mais dans les divers pays occupés, où il se rendait dans les fourgons de la Wehrmacht pour mettre au point les mesures antijuives. Ce haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur nazi participa également à l'élaboration du traité de capitulation que Hitler voulut imposer à la France et dans lequel il prévoyait une série de dispositions contre les juifs et les peuples d'ouh ·e-mer. Hans Globke a donc joué un rôle de premier plan dans l'entreprise hitlérienne Une ombre ... Voici trois clichés significatifs. Ce sont des fac-similé d'articles parus dans « Le Monde» et « France-Soir » du 2 juillet (datés du 3), jour de l'arrivée du chancelier Adencuer à Pari s. m. 1 de D AI IT a d n, d t to .ql ql ./ nz Te nt tg, c ter .\ de na uer arrl· ompagné d'une ê lêgation :e ltinisu des ACfalre3 M S lroeder; le !P' Elal stens ; te chef ole, le aron Sigtsm'lnd n (f rc de Wernhcl" .1, l', des pè res j'2'5 !CUL TI ON ET NNE ENT LIMITES A ARIS "tion. fu sées nazies. aUJourd'hui' cons· 1/ ucteur spatial américain) et M. \ on Hase. secretaire d 'Etat a. l'Intormatjnn. np.veu d'un genera i de la Welu'macht, pendu pu Hitler pou r avoir p::trtlcipé .1 l'attentat du 20 Juillet 1944. L"ne ombre il ce lableau, et la pl ('S$e communiste JI"a pliS man, que de l'exploitcj' : ln p.Jé~lWc~ ~i']j192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:10 (UTC)Wr~~t .. ï'~~ la Chancelleru~J . allclc'n 'i:omm"!·n:tâteur'- d"ës - W1S" lï~ëlalè's ' 'r1n:;lès, rg*UÎë4 juin 2010 à 08:10 (UTC)~!s~aCshl~~ 'mr,'-:I1: ' Irr-"~ilarml lies sep( en(ants, un (115 et une J.._"M~,"192.168.254.42I.::I·a~~:~c~o 1cr : d~1 " ~cn ,i~ " (" s Dans ses deux éditions, C' Le Monde » (ci-dessus à gauche) reproduisant la liste officielle des membres de la suite du chancelier indique le nom du Dr Globke. D~ même « France-Soir » (ci-dessus à droite), dans la 7" édition, qui paraît au début de l'après-midi. Ce dernier journal souligne même que la présence de Globke aux côtés du chancelier constitue « une ombre au tableau ». Mois dans sa 8" édition, « Fronce-Soir » (ci -contre) informe du changement apporté dans la composition de la dé- ' légation ouest-allemande et en indique le mot if : « Devant l'impression faite par cette présence, il a été décidé, quelques heures avant le départ de M. Adenauer, que M. Globke resterait à Bonn ». ___M' .~ lvfoornm aHtaisoen" ":'~jiui i+:'192.168.254.42 Ainsi donc, il a fallu tenir compte de l'émotion des antiracistes : c'est en même temps reconnaître que Globke est un partenaire compromettant. ula· au. la 1er: TAET 5 il

ll"te

~Ot, ra ehrmacht, pend Hitler our avoir particip6 l'attentat du 20 juillet 1944. !!.1 avait une pmbre à ce tableau

la présence ànnoncée,

aux côtés du Chancelier, de son secrétaire d'Etat, M. Hans GIobke, ancien commentateur des lois sociales nazies en vertu desdes millions d assassinés. Dons la toute dernière édition de {( FranceSoir », qui rend compte de l'arrivée du chancelier à Orly, il n'est plus de Globke. du tout question _ L'INCONNU ABSENT DE PARIS, PRESENT A BONN Est-ce à dire que {( l'ombre» était dissipée ? .. S'il n'a pas participé ou voyage, Globke n'en reste pas moins membre du gouvernement ouest-allemand, où il occupe un poste-clé. Et s'il est le bras droit du chancelier Adenauer, ce n'est ce rtainement pas à l'insu de celui-ci. Il est étonnant que plusieurs journaux, le lendemain, annonçant triomphalement l'absence cie Globke à Paris n'oient pas cru devoir dénoncer sa présence à Bonn. C'est là pourtant le fon-:! du problème. On a voulu accréditer l'idée d'une dénazification totale réalisée sous l'égide d'Adenauer. Le chancelier croit-il a voir convaincu les Français en se privant simplement de la compagnie de Globke sons se priver de ses services ? ... En fait, Globke, grand ordon nateur des mesures antijuives, s'il est un inqu iétant symbole, n'est pas le seul responsable du régime nazi occupant auj ourd'hui des fonctions dans l'appareil d'Etat ouest~allemand. Leur « ombre ", pour parler comme « Fronce-Soir », a suivi partout Adenauer. Ce qui E:xplique bien de·s réticences devant la q ' réconciliation» en cours. Et l'a c- . cueil froid, souvent hostile, qu'a rencontré le chancelier ou cours de son voyage, de la port des Français qui souhaitent un rapprochement franco-allemand fondé non pas sur les vestiges du passé, mois sur l'amitié des peuples, non pas sur le militarisme mois sur la paix. Un rédacteur de « Droit et Liberté » téléphone à l'ambassade ouest-al lemande, le 3 juillet ou matin, pour s'assurer que Globke n'est pas venu. - Pouvez-vous me donner la liste complète des personnes qui ont accompagné le chancel ier ? Très serviab le, l'attachée de presse énumère les noms, en donne l'orthographe, précise le titre de choque personnage. La 1 iste terminée, notre rédacteur demande : - Le Docteur Globke, qui avait été annoncé, n'est-il donc pas venu ? .. Le Docteur qui ? •• - Le Dr Hans Globke, secrétai re d'Etat à la Chancellerie ... - Comment l'appelez-vous ? A son tour d'épeler: - Hans Globke, G, l, 0, b, k, e. Et la réponse vient, cassante : - Je ne vais p'as. .. Nous ne canna'lssons pas cette persan ne. P·RECISION Rendant compte en détails de la mani festation du Mémorial, « Le Monde » du 6 juillet en attribuait par erreur l'initiative à la L.I.C.A., et présentait Pie rre Paraf et Charles Po lo nt comme le président et le secrétaire général de cette organisat ion. Le lendemain, bien sûr, « Le Monde » qui s'était fondé sur une dépêche de l'agence Fronce Presse, publiait un rectificatif. En réalité, la L. I.C.A. n'avait pas cru devoir protester à l'annonce de la venue en Fronce du Dr Globke. Dons un communiqué elle fit savoir qu'elle cc n'avait pris aucune part à l'organ'isation de la manifestafion de prote.tationJcontre. la renaissance du militarisme allemand 1 Irlélas ! hélas ! hélas ! de s·énocide. Son action était solidaire de celle d'Eichmann, qui s'est d'ailleurs référé à lui plusieurs fois au cours de son procès. La participation de Hans Globke éclaire d'un jour inquiétant le voyage en France du Chancelier Adenauer et les cérémonies prévues en son honneur. Elle constitue un intolérable défi à tous ceux qui ont souffert du nazisme, et qui restent fidèles aux idéaux de la Résistance. L'amitié entre les peuples est l'un des objectifs constants des antiracistes; ils souhaitent l'entente entre les peuples français et allemand. C'est précisément pourquoi ils entendent que cessent les encouragements prodigués aux criminels d'un passé récent, qui sous prétexte de Coopél·ation, préparent leur revanche et font peser une lourde menace sur la paix. A l'heure où en Francc même l'O.A.S. recourt aux méthodes hitlériennes, la plus extrême rigueur s'impose envers les nazis d'hie.· comme envers ceux d'aujourd'hui. AI\"TIRACISTES, PATRIOTES, le M.R.A.P. vous appelle à demander avec force le châtiment des criminels hitlériens, sans exception, quel que soit le poste qu'ils occupent aujourd'hui. Venez nombreux exprimer rette volonté, venez dans la dignité ct le recueillement dire votre fidélité au souvenir des victimes du nazisme, MERCREDI .. .JUILLET, à 18 heures, devant le Mémorial du Martyr JuiL Un long cortège •.• pression faite par cette présence, il a été décidé, quelques heures avant le départ de M. Adenauer, que M. Globke resterait à Bonn. li Et effectivement, Hans Globke ne vint pas. Renseignement pris, il se confirmait que sa participation avait été, au dernier moment, jugée trop « voyante », et annulée en raison des manifestations qu·eUe allait favoriser. L'AVEU ... Le M.R.A.P. décidant de confirmer son appel rendit public, le 3 juillet, le communiqué suivant: « Le secrétaire d'Etat à la Chancellerie Hans Globke, dont la participation au voyage du Chancelier Adenauer 'l.vait été Le Bureau National du M.R.A.P., entourant le président Pierre Paraf, sur le parvis du Mémorial. STUPEUR ET INDIGNATION Cet appel répondait au sentiment profond de tous ceux qui ont souffert de l'antisémitisme nazi, de tous ceux qui, antiracistes, patriotes de toutes tendan-ces, entendent s'opposer au retour des horreurs que nous avons connues naguère. Dans les milieux juifs, l'émotion était particulièrement vive. Exprimant la stupeur ou l'indignation, de vigoureuses protest2. tions s'élevèrent pour dénoncer le scandale, tandis que des démarches discrètes avaient lieu auprès des autorités compétentes, pour tenter de l'empêCher d'éclater. Mais déjà de nombreux groupements s'associaient à l'initiative lancée par le M.R.A.P. : Union des Sociétés Juives, U.J.R.E., Fédération Nationale des DéportéS et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.l, Anciens Résistants Juifs, Union des Anciens Combattants Juifs, etc ... , qui invitaient leur adhérents à se rendre le 4 juillet à 18 heures devant le Mémorial. Précisons que, d'autre part, le .. juillet avait été proclamé Journée de la Fidélité et du Souvenir par la F.N.D.I.R.P. et plusieurs amicales de rescapés des camps nazis. A Paris, ces organisations appelaient, pour 18 h. 30, à un rassemblement à la Crypte des Déportés inaugurée récemment dans l'île de la Cité. UNE ABSENCE REMARQUEE Quelques heures avant l'arrivée _ du Chancelier Adenauer, les journaux du soir faisaient encore figurer le Dr Hans Globke parmi les personnalités qui devaient l'accompagner. C'est seulement dans sa dernière édition, paraissant au moment même où le chef du gouvernement ouest-allemand et sa suite atterrissaient à Orly, que « France Soir » faisait connaître la modification intervenue peu avant le départ de Bonn. « Il y avait une ombre à ce tableau, écrivait ce journal, la présence annoncée aux côtés du Chancelier de son secré· taire d'Etat, M. Hans Globke, ancien commentateur des lois sociales (sic) nazies en vertu desquelles des millions d'Israélites furent assassinés. Devant l'imofficielement annoncée, n'est pas venu en France. « Le M.R.A.P. enregistre cette modification soudaine comme un résultat de la vigoureuse protestation qu'il a élevée et de l 'émotion qui s'est emparée de la population juive et de tous les antiracistes. Il y voit aussi l'aveu du scandale que constitue la présence dans le gouvernement ouest-allemand de Hans Globke qui élabora et fit appliquer les sinistres lois raciales de Nuremberg. « Pour protester contre l'impunité dont bénéficient tant d'anciens dignitaires de l 'Allemagne nazie, et le rôle qu'ils continuent à jouer, le M.R.A.P. appelle les antiracistes, les patriotes à venir nombreux affirmer leur fidélité au souvenir des victimes du nazisme, le MERCREDI .. JUILLET, à 18 heures, au Mémorial du Martyr Juif. . « Des fleurs seront déposées près de la vasque qui rappelle les lieux sanglants où six millions de juifs ont été exterminés. )} « CHEMINE EN PENSEE A VE'C EUX ... » Dès avant 18 heures, le mercredi .. juillet, des groupes se forment rue Geoffroyl'Asnier, devant le Mémorial du Martyr Juif Inconnu. On distingue ça et là des vestes rayées de déportés, des décorations ornant les poitrines. Beaucoup de ces hommes et de ces femmes connaissent bien ce lieu du Souvenir, pour avoir participé à d'autres manifestations organisées par le M.R. A.P .. notamment en janvier 1960, lors de la campagne des croix gammées et avril 1961, à l'ouverture du procès d'Eichmann. D'autres, venus pour la première fois, contemplent avec émotion, au milieu du parvis, l'énorme vasque de bronze, Où sont gravés les noms des camps de la mort. et l'inscription qui se détache sur l.a vaste façade blanch e : « Devant le Martyr juif inconnu, incline ton respect, ta piété pour tous les martyrs, chemine en pensée avec eux le long de leur voie doUloureuse, clic te conduira au plus haut sommet de Justice et de Vérité .. . » Bientôt, entourant le président Pierre {Suite page SJ ... du Mémorial d.u Martyr Juif au Mémorial de la Déportation. LI" allocution de Charles PALANT: 1/ Un obstacle maïeur à la réconciliation franco-allemande" Voici le texte de l'allocution prononcée par notre secrétaire général, Charles Palant, devant la foule rassemblée S~tr le pa'rvis d-n Mémorial du Martyr Juif inCOl1nlt : EN ce haut lieu du souvenir qui symbolise et perpétue le sacrifice de millions de nos soeurs et de nos frères assassinés par les nazis, nous sommes réunis pour nous recueillir et témoigner notre fidélité à l'idéal de liberté, de paix et d'amitié avec tous les peuples, qui fut le leur. Aucun autre sentiment que cette fidélité et la douleur qui ne s'éteindra jamais. n'habitent nos coeurs. La haine Ile nous habite point. EUe ne nous guide point. Pas même à l'égard du peuple qui a enfanté les bourreaux de nos martyrs. Ces bourreaux dont nous n'oublions pas qu'il fut - ce peuple .- la première et tragique victime. Notre manifestation a été décidée parce qu'au sein de la délégation :lllemande qui est en ce moment à Paris, était annoncée - et nous le sayons ,le façon tout à fait certaine - la pré_sence d'un homme dont le nom prononcé ici serait une profanation, d'un homme qui rédigea naguère les textes racistes pi1r lesquels fut mise en marche la machine hitlérienne d'extermination dcs peuples. La présence de cet homme aux hautes responsabi lités qui sont les siennes dans le Gouvernement fédéral aUemand est un scandale que sa yenue à Paris eût rendu absolument intolérable. Notrè protestation. celle de toute la Résistance. de tous les antiracistes ont contraint la délégation allemande à modifier sa composition. Et nous savons cela aussi de source sûre. Dans l'abstention d'un tel homme dont la visite était annoncée, nous VOyOI1S l"aveu que notre protestation était fondée. C'est pourquoi, en nous l'ecueillant dans le souven ir de nos chers martyrs. nous jurons à nouveau de poursuivre l'action pour exiger l'exclusion- de toutes ]'esponsabilités de ceux qui furent des bourreaux ou les complices des bourreaux. TI faut balayer, écarter l'oh5tacle majeur à la réconciliation franco-allemande. Cet obstacle c 'e~t la présence de trop nombreux hauts dignitaires nazis aux responsabilités politiques, militaires, judiciaires. C'est dans la lutte contre le nazi sme. c'est ',dans les combats guidés par l'idéal de démocratie. de paix et d'amitié entre tous les ·peuples sans exception que nous défendrons la véritable fraternité ayec le peuple allemand qui ~ ne peut s'édifier que dans la fidélité à cet idéal et dans le monde pacifique ~ pour lequel sont tombés tant de martyrs. 4 juin 2010 à 08:10 (UTC)~~"'~ PARIS SE SOUVIENT (Suite de la page 4.) voir en dehors de la lutte pour le châtiment des bourreaux et contre le retour de pareils crimes. UN LONG CORTEGE Mais cette évocation du martyre de six millions de juifs devait être élargie par un hommage à toutes les victimes df; la déportation. A près la cérémonie de la rue Geoffroyl'Asnier, tous les participants décidèrent de rejoindre le rassemblement prévu à la Crypte des Déportés, à 18 h .· 30. Un long corUge se forme et traversant la Seine, se dirige vers l'île de la Cité. Là encore, après une brève allocution de J ean-Maurice Hermann, un défilé s'organise devant les drapeaux des Amicales des camps, et de nombreuses gerbes sont déposées, témoignages d'une fidélité douloureuse et résolue. 5 AVANT LE CONCILE OECUMEN/QUE Entretien avec le R. P. DEMANN C'EST cet automne que le Pape Jean XXIII doit réunir un Concile pour l'unité des Eglises chrétiennes. A ce Concile il sera peut-être discuté de l'antisémitisme d'origine ,.eligieuse qui encombre encore l'enseignement chrétien. Le mois dernier notre collaboratrïce Nicole de Boisanger-Dutreil a rendu visite à l'historien Jules Isaac qui, depuis de nombreuse9 années, lutte de toutes .ses forces pour extirper de l'enseignement chrétien tout ce qui peut susciter la haine cont,-e les juifs. Ce mois-ci Nicole de Boisanger-Dutreïl a interviewé pour nous le Père Demann, dont l'action, du côté catholique, rejoint celle de Jules Isaac. En annexe, notre collaboratrice a vu le spectacle donné récemment sur le parvis de Not,-eDame: « Le vrai Mystère de la Passion » qui est l'illustration vivante de ces deux entretiens. A PRES l'apôtre juif, l'apôtre catholique voué à la même cause: le redressement de l'enseignement chrétien pour l'épurer des légendes antijuives. . De retour à Paris, j'aborde sur la nye gauche le quar!ier des .couvents et dans un petit jardin une maIson trangu~l1e . Quelques renseignements recueIllIs sur la vie du Père Démann sont faIts pour agacer la curiosité. Il est né à Budapest en 1912. D'abord architecte, il est ordonné prêtre en 1944. Il a opté pour le sacerdoce à l'âge d'homme, en ple1l1e connaissance de cause. C"est pendant l'occupation qu'il a choisi SQl1 activité principale

rapprocher l'Eglise du monde

juif. Aujourd'hui, il, a la charge pour l'Europe de la CongregatIOn des Pretres de Notre-Dame de Sion, composée en grande partie de juifs deyenus catholiques. Tout cela compose une personna\Jté singulière. J'imagine un homme de passiou comme Isaac. LA porte s'ouvre. Le père Démann n'a .qu'un point :01111;1Un ~yec.J ules Isaac : un au- d extreme Jeunesse. Il est grand et mince; son regard est l'heur, paisible. Homme de passion? A première vue, non. - Pensez-vous, mon Père, qn'il soit 1ttile à l'occasion du Concile oeWlIlénique 'de soulever la question de l'ar~tisémitisme dans l'enseignement chrétien - Certainement. l\1gr Bea et le secrétariat du Concile l'ont soigneusement étudiée. Mgr Arrighi, spécialiste des questions orientales, s'en occupe. Il est éloquent, persuasif : il a l'oreille du \ ' atican. Le Père Démann sourit. Il roule ses r comme Colette Willy et le curé du village de mon enfance, l\Iontourtier, Mayenne. Est-ce à cause d'un certain accent slave qui se confond avec celui du terroi r pieux? Impossible de deviner l'homme derrière la soutane qui recouvre tout. Pour oubli er cette soutane, je demande brusquement : - N'y a-t-il pas sur la question jui'i!e. comme s ur beaucoup d'au,lres. une différence entre le pape Jean XXIII et son prédesseur? - N'oubliez pas que Pie XII. (lan: son mcssage de Toël 19,;0, lll it les Juiis en tête des « frè res séparés » dans l:t section qui en traite. Il y a une continuité clans la position de l'Eglise en faveur de la réforme que nous souhaitons. Déjà, . P ie XI avai t en 192; introduit dans l'acte de consécration relatif au genre humain. un passage sur les T ni is. - Et l'action des Juifs eux-1Ilê1lles? Qu'en pel1se:::-z'ous1' Il soupire : - C'est touj ours la mêmc difficulté. On confond, il est impossible de ne pas confondre ]-eligion et question j ui ve. S'il ne s'agissa it que de la rel igion, tout serait facile. Eux-mêmes se disputent. Oui, bien sùr. Les uns pensent : « Que venOtIS-1l01lS fai·re che::: les adeptes du Christ » Les autres veulent lutter contre d'absurdes distinctions « l'aciales ». - J'ai Zu 1In mémorandum récemment t'em is au Vatican par le C on.qrès Mon· dial jnif et d'autres organisations. Etaitce nécessaire? - Il y en a eu beaucoup. Plus ils sont nombreux et plus cela fait poids. La même phrase ou presque que Jules I saac. J'insiste : - .1.11. Isaac trouvait médiocre le texte dont je vous pq,rle. Moi aussi. De biais, il regarde le texte en question étalé devant moi. Il en a vu tellemel{ t. Je crois qu'il ne connaît pas celuilà. - 0 n :v réclame, dis-je, la suppression de toutes les aUusions à des crimes rituels juifs. Malqré mon éducation au coln'ent, j'ignore de quoi il s'agit. Lui le sait et ses yeux brillent. - Ah oui, bien sùr. L'origine en remonte au 1~' siècle en Angleterre. Des c0111munaut~s juiyes furent accusées d'ayoir tué un enfant chrétien pour fa- NicPoleA R~ de BOISANGER-DUTREIL briquer du pain azyme. P~~s tar~ et longtemps, on dit que les J~I±s a~alent p~-ofané des hosties et empOIsonne des pUItS. Ces léo·endes existent dans des lieux de péleri:agëen Autriche, en ~oumanie,. en Hongrie, en TchécoslovaqUIe, . en Italie. En France, cela existe aussI dans certaines provinces. - Ah oui, en ~Ma'yenne sans doute, dis-je, ramenée au som'enir du curé de Montourtier. lis croient encore aux sorciers. - Les Juifs ne sont pas seuls à combattre les superstitions qui les fon~ s?uffrir dit-il. Des évêques, des doctrInaIreS catl~oliques réclament qu'on en traite. La Faculté de théologie de Strasbourg a transmis une documentation sur la quest ion. Il faut y trayail1er. . - M. Isaac 1le se découraqe jamais, dis-je. - C'est un passionné. Au Vatic~n, sa personne et ses paroles sont convamcants. Après son départ .. ses écrits heurtent quelql.lefois les gens. Objet de scandale à 8,S ans! On pense à Sarah si longtemps stérile avant d'engendrer les jumeaux qui f~rent les casse- tête des hommes de fOl et du mot croisé. - Je me demande s'il est vrai que l'Eglise aime agir dalls le secret, dis-je, - Vous pouyez répéter toutes mes pal'oies. répond-il avec cette sérénité dont je ne saurai peut-être jamais si c'est celle de l'homme ou du prêtre. I L a l'accent. la prudence d'un paysan, la distinction physique d'un aristocrate de vieille souche. C'est pareil. tout cela, d'un sens. Il est aussi le soldat d'une discipline souple et pourtant pins dure que celle des militaires puisqu'elle dure pendant toute la vie. Pourtant. c'est peut-être aussi un nonconformiste? Paraf, les membres du Bureau National du M.R.A.P., prennent place au seuil du monument. A leurs côtés s'avancent les représentants des associations, les personnalités présentes. On reconnaît, entre autres, M' Charles Lederman, Kenig, Charles Stein man, Anna Vilner, de la direction de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, Alfred Grant, Rosenblum et plusieurs autres dirigeants de l'Union des SOciétés Juives de France, Marcel Paul, Jean-Maurice Hermann et Charles Joineau, président, vice-président et secrétaire général de la F.N.D.I.R.P., Mathilde Gabriel-Péri et Denise Decourdemanche, présidente et secrétaire générale de l'Association nationale des Familles de Fusillés et massacrés de la Résistance, Mme Frenkel, représentant l'Amicale des Veuves, Orphelins, Ascendants, Victimes de la guerre, Pierre Villon, de la présidence d~ l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, Isi Blum, secrétaire général de l'Union des EngagéS Volontaires et Anciens Combattants Juifs, M. Henri Fauré, président de la Ligue de l'Enseignement, M. V. Jankelevitch, professeur à la Sorbonne ; le producteur de films. Alexandre Kamenka, ainsi qu'un groupe important de conseillers généraux de la Seine et conseillers municipaux de Paris : MM. Guy Ducoloné, Roger Guérin, Jean Roger, Madame Arnaud-Barjon, Fernand Bélino, Maurice Berlemont, Emmanuel Fleury, Clé~ent Baudouin, ceints de leur écharpe bleUe et rou((e. L'Evangile el le théâtre Dans l'impossibilité de participer à la cérémonie, plusieurs autres personnalités. parmi lesquelles Mme Suzanne Crémieux, sénateur, et M. Henry Torrès, ancien sénateur, avaient envoyé des lettres d'excuses. Gerbes en tête, la foule s'avance, lentement. Les fleurs sont déposées, dans un sileI1ce respectueux, autour de la vasque aux noms sinistres. Et notre secrétaire général, Charles Palant, exprime en quelques mots l'émotion de tous, notre inébranlable fidélité au souvenir des victimes du nazisme, qui ne peut se conce- JULES ISAAC et le Père Demann admiraient la parole de Jésus. Ils m'ont donné l'envie d'un pèle."'inage aux sources. Des enthousiastes qui ne sO.oozt pas tous chrétiens ont aimé Le Vray Mistère de la Passion. Un spectacle en plein air où, disent-ils, on retrouve, et chez les acteurs et parmi la foule la ferveur innocente du Moyen-Age. Quand je débouche sur le quai de la Seine, une troupe de cavaliers en costume du XV, se dirige vers Not~e-Dame . Tout le mo,oozde, moi comprise, aime les parades de chevaux. C'est une des rares nuits tempérées de notre été 62. Pure et claire, elle flatte la cathédrale. On s'y sent disposé à la ferveur. J'ouvre le programme... Hélas, il suffit de le feuilleter pour s'agiter sur sa chaise. Sept tableaux figurent la Passion du Christ. Deux d'entre eux sont antisémites. L 'un s'appelle : En lequel on voit la perfide conjuration des jUifs et la triomphante venue de Jhésus en Jérusalem ... L'autre : En lequel on voit comment les déloyaux juifs prirent Notre Sauveur au Jardin des Olives. L 'angle droit de la scène, c'est·à-dire de Notre-Dame, s'illumine d'un .~ose tendre, un peu mauve. C'est le souffre où Sathan et ses diables ricanent sauvagement d'un rire en ha, ha, qui empeste soooz patronage

leurs complices, Pharisiens infâmes

menés par l'ignoble Caïphe, vont perpétrer le meurtre du Fils de Dieu dont on ne saura jamais qu'il était, lui aussi, un juif. Ensuite on ne sait plus du tout que penser du peuple juif. Si : qu'il est imbécile et inconséquent : un dimaoozche, il acclame le Messie, pou.~ crier : (( A mort Jésus! » le dimanche suivant. Le Pharisien Jhéroboam entretient avec Caïphe cette haine absurde. C'est lui qui commande aux centurions ro· mains d'arrêter ce roi des juifs. Pour qui n'a pas lu les Evangiles, Cg.ïphe et son acolyte Jhéroboam sont les maîtres du pays. o.ooz s'étonne qu'ils en réfèrent à Pilate ; à lui comme aux soldats romains, ils ne cessent de donne~ des ordres. Grand, gros et couronné de lauriers pour qu'on le reconnaisse, Pilate est le seul avocat de Jésus. Quant aux ap6tres, gueux juifs, ils se sont enfuis. Et la femme du procurateur, touchée par la grllce, vient implorer celle du Messie, tandis que le Choeur hu.~le toujours à la curée. Pilate livre à contre-coeur le Juste ; avec entraiooz le choeur des juifs accepte que (( son sang dessus nous retombe, sur nous tous et sur nos enfants Il. Quand Jésus est en croix, le commentaire souligne que parmi le refrain de joie des Enfers, on entend les imprécatiaoozs des juifs. Il faud"ait presque un livre pour montrer l'antisémitisme du texte. Un groupe de religieuses en extase écoute et regarde l 'éternelle damnation du Pe1lple qui enfanta sa foi. Seig.7l.eur, Seigneur, que de sottises mensongères o,oozt été commises en ton nom ! 6 Le lauréat félicité par son éditeur, M. Claude Gallimard A gauche, Charles Palant. M. Maurice Thorez félicite Robert Merle. (De dos, Pierre Paraf) quatre instantanés. De gauche à droite, en haut : l'acteur Jean NégrQni, en conversation avec le critique Samuel Laehize ; M' Henry Tllnès (debout) en compagnie de M. Maurice Thorez et de Mme Paraf. E.n bas: M. Clozier, membre du Jury et Albert Lévy, secrétaire du Prix. René-Louis Lafforgue et le trésorier du M.R.A.P., Julien Aubart M. Mieha, directeur de l'Institut des Lettres de Rouen, où enseigne Robert Merle, s'entretient avec le professeur Marc-André Bloch. La jeune actrice Lydia Ewandé était très entourée ... LA REMISE DU . PRIX I!IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIJJIIIIIIIII1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 POUR un ancien Prix Goncourt, recevoir le Prix de la Fraternité est une sorte de consécration qui, dépassant le seul cadre de la littéroture, atteint jusqu'au plus profond du coeur. Robert Merle, lauréat de cette année, dissimulait mal son émotion, l'autre jour, 28 juin, au co urs de la cérémonie à la fois cordiale et solennelle qui se déroula, selon une tradition désormais solide, dans les salons de l'Hôt.el Lutécia. Le M.R.A.P. et le Jury du Prix organisaient une chaleureuse réception, en présence d'une assistance brillante et fraternelle composée de nombreuses personnalités de la diplomatie, des lettr es, des arts, des sciences, du barreau .et de l'université . D'autres personnalités, éloignées de Paris ou retenues par des tâches et des occupations diverses, avaipnt néanmoins tenu à s'associer, par des messages, à l'hommage rendu à Robert Merle et aux autres lauréats désignés par le jury. Charles Palant, secrétaire général de notre Mouvement, présenta Robert Merle, entouré des membres du jury et salua toutes les personnalités présentes ou absentes qui, en s'associant à cette remise de Prix, prouvaient leur attachement à cette Fraternité pour laquelle nous luttons de toutes nos forces , avec toute notre lucidité. La cérémonie se déroulait, soulignons-le, trois jours avant la proclamation de l'Indépendance de l'Algérie. Et bien que l'action de l'Ile se situe au XVIII" siècle, on ne pouvait séparer de l'actualité brûlante les thèmes proposés par ce roman. Après que Pierre Paraf, président du M.R.A.P. eûLsalué en Robert Mprle l'écrivain engagé et l'un des plus brillants représentants des lettres françaises contemporaines, le lauréat, dans une solide et belle improvisation parla du rôle de l'écrivain dans la société moderne à laquelle il est lié. Et l'un des moments les pl us émouvants de cette rencontre fut celui où Robert Merle , qu i venait de receyoir un chèque de 1.000 NF, représentant le montant du Prix, le remit ù notre trésorier Julien Aubart, afin qu'il l'emploie à soulager qu elq ues misères parmi les enfants algériens. Pierre PARAF •• Robe~ « Je o JSIEDR l'Amba M sieurs les représen bassades, :'lonsieur

Ylessieurs, 11esdam

C'est un grand honneur p cevoir le Prix de la Fratern tendu, ce Prix me rappelle obtenu, il y a une douzaine permet de faire quelques con la plus évidente est que le reçu pour « Week-end à était un Prix qui ne s'attach tenu de l'oeuvre, mais qui s' sivement à ses mérites littl Le Prix qu'on me décen tout en rendant hommage l téraires du livre, au contra! signification de l'oeuYfe. Le de la Fraternité a discerné une condamnation implicite l'affirmation, implicite elle hommes dev'raient être égau Il s ont pensé, en cou ronna'1 « Ouvrir les • maIns et les coeurs LE président Pierre PARAF, au nom du Jury et au nom du M.R.A.P., remercie les nombreuses personna· lités présentes. Puis il déclare : N mts sommes ici pour commémorer entre camarades, alt milielt de ces milita/lts qui sont à la base de notre action, sans lesquels nous ne serions rien, ait milieu de ceux qui sont des jeunes, des nouveaU-'t: venus dont l'adhésion nous est si précieuse, et de ces anciens, mes compagnons, qtti mènent la lutte à 110S côtés depuis tant d'années, nous sommes ici pmtr cOrlL'mémorer, à l'occasion de ce Prix, le grand combat de la Fraternité. Ce Prix, nous le constations l'an dernier, n'est pas tout à fait un prix comme les autres. Il ne se borne pas à récompenser, à consacrer de grands mérites littéraire,s, des mérites de style, de structure, de sttJet, de composition qlti, pour beancoup d'entre nous, demeurent des éléments essentiels de toute oettvl'e littéraire. Il voudrait attssi apporter son témoignage à la valeur hwmaine de ces oeuvres, romans, poèmes, essais, pièces. à ces films et demain pet~t- êt1'e à ces a:uz'res plastiques ou musicales qlti, en t'eflétal/ t les tragédies dtt racisme, provoquent chez le lecteur, citez le spectatewr de telles résonances qu'après avoir vu, qn'après avoir en/endtt, il se sent meillenr, épnré, agrandi vacciné, contre ce poison du t'acisnie que' trop souvent l'événement quotidien distille en lui, e,t Pr.êt à partir, [,es mains ouvertes et le coeur ouvert vers cette grande aventure de la 111:e. En ces semaines où l'on distribl~e les lattn'ers aux meilleurs élèves, c'est à un grand écrivain qui est aussi un grand professeur, à nn maître des lettres et des sciences humain, es, que nous venons modestement offrir le nôtre. Cher Robert Merle. je crois qne, au.près de vos prédécesseitrs attprès du film « Si .fous les gars du monde» de Christian Jaqne. auprès de l'immortel fournal d'Anne Franck, mtprès de « Jésus et Israël » de Jules Isaac, mtprès de votre ami Jules R oy, vous vous sentirez en hante, en bonne compagnie. On pourrait dire de vmts, cOnlme certain Académicien disait de Jfolière. à vous qtti avez emporté en 1949 le Prix Goncourt avec votre « T;fi eek-end à ZUl'decoote », « Rien ne manque à sa gloirë, il lIlal/quait à la nôtre ». Nous éprottvions en vérité le besoin de marquer notre estime an romanci,er qni, dans ce li'vre, avait déCl'it avec tant de C01tleur, tant de chaleur humaine le premier drame de notre défaite de 1940, et qui, quatre ans plus t(l'rd, démontait en 1tne simple et tenible analyse le mécanisme de l'obéisSatlCe passive des bourreaux des camps d'extermùwtioll dans « T.a 11/01't l'st mon métier ». Votre chemin allait aboutir à cette évasion 'l'ers nie océalliel/lIe éto1lffée "or l'o/'fn'ession, rm!agée Par la gneY1',e, d'où. de' l'ait iaillir COll/mI' d'un premier matin d1l 1Il0nde, le l'a1'on de la frate1'1lité. Vous êtes né, comme Iules Roy, en cette Algérie que nous n'avons iamais cessé d'ai- 1Ywr, d'un amour d'autant plus exigeant que nous n'acceptions pas d'y voir terni?' l'honneur, la mission hmnaine de la France. Cette Algérie que nous aimo11s d'un coeur attentif au,'t" épreuves de tous ses enfants et désireux de voir se lever des lendemains de lumière sur cette terre torturée qui devrait devenir, comme le soùhaitait un des l1ôl1'es, notre ami Piel're Galltarra, un « fardin d'A llait ». LA RIGUEUR D'UN OUVRIER DE LETTRES Tout enfant vous ave::: perdit votre père aux Dardanelles, un nom qui pour nous, pour vos ainés demeltre ttn des hants lieux de la graude guerre. De brillantes études de lettres, de philosophie vous ont cOl1dltit à l'agrégation, mt doctol'at que VOltS avez passé avec ttne thèse sur Oscar Wilde. Au Lycée Pastel{r où vous enseigniez vous avez e1t pour collègue Jean-Paul Sartre. En 1939, l'agt'égé d'anglais pat:t pour la guerre comme agent de liaison auprès de l'armée britannique. VOltS avez véC1t les jonrs de Dunkerque, la captivité de Dortmund, les t'igueurs d'un camp disciplinaire que vGt{S avait valtt votre tentative d'évasion. Et votre carrière littéraire ne pouvait tGttt naturellement que vous conduire à ce ql~e l'on appelait après la Libération l'engagement. Et la manière la plus efficace de s'engager, c'est, n'est-ce pas? de faire loyalement sans compromission, avec la rigueur d'un ouvrier de lettres. comme disait Emile Zola, son métier d'écrivain, et contre, ceux qni fout le métier de mort d'accomPlir son métier de vie. L'Ile que nOus honorons aujourd'htti se sitlte au milieu de cette Océanie que no,tre imagination pare volontiers des coulew's d'un paradù humain. Je ne vais pas déflorer votre livr,e, pour réserver toute la Sltrprise à ceu,~' qni ne l'auraient pas encore lu. Mais il est permis d'y retrouver je crois, transposé dans le passé, toute l'aventure de la colonisation, ce d~tel fondg,mental qlti oppose en face du colonisé le colonialiste e.t le libéral : le chef des 1nntins dIt « Blossom n, Mac Leod, alllbitieu.'t" et rusé qui frustre cynique11leilt la population de l'Ile de ses biens, et l' honnête Purcell qlti est un pen votre double, dans lequel nous nous t'econnaissons aussi puisque nous avons éprouvé parfois les mêmes troubles de conscience, que 1!mts avons eu la même répugnance pour l'usage de la force, Purcell que ses généreuses hésitations risquent de rendre ml instant suspect à ses meillenrs amis. Mais (tlle fois que la glterre impi,to:)1able et vaine s'est dérodée, une fois que seuls restent en présetlce les de1tx hommes, celui d'Océanie et cellli d'Europe, le bons sens. la mison finissent par triom.pller .. le pacifique Purcell et le guerrier Tétahiti dans le péril COml1!l/H d'une tempête se sont à jamais tronvés. retrouvés. Vous Q'l'ilZ aLllsi, dans ltn roman qui, sans prétendre s'appnyer sur des événe1llents réels. inclut cerlaines vérités permanentes de l'histoire, traduit l'angoisse de notre âme, votre angoisse, notre angoisse devant les dangers de destruction p rale qui mellacent les homl frêle pLanète, comme "l'OUS dit fait en.frevoir la promesse de POUR LES HOM ET POUR LES ENi C 6tnme les années précédl VOltS le signalait notre ami le Jury du Prix de la Fraie témoigl1er qu'il n'oubliait pl des camps d'extermination HI venir hélas s'efface trop ',Ji souvent ignoré des .ielmes; parfois par leurs parents di dn passé, à moins qn'il Ile SI certaines publicités, pour sail riosité d'une oPinion si enlrl qnotidiel1ne d'atrocités qu 'eIL intég rer en qitel que sorte (4 presque nonnal de la ·uie. 1 clos » du feune cinéaste Arl a-t-il semblé mériter un ho tant par sa vérité profonde ç les tro" rares resmpés de mort - et le M.R.A.? a la fi ter un grand nombre parlll et dans son bnremt - que 1 solidarité humaine qui s'e~ deux déportés, les deux c martyre face aux crimes Ha communiste et l'ar,tisan iuit l'imminente mOl't et d'afn dressaient l'un contre l' mû! bout de la mût par s'estime~ naître. L'homme a 'vaincu l~ a trouvé son c'hemin dans la raélite en franchissant la POT bre à .qaz a ,triomphé de 4 triomphé de ses camarades 1 ltû-même. Il est entré le frOi mort, en homme par'ven1l à session dn 'Inonde. Ai{ sortir de~ cette nuit. Ir de la Fraternité a voultt fair rore. Il a tenu à recommal~ collection publiée par les Ed' Nat han S01lS le fitre « Enfaut il a voulu signaler aux éd! confrontation des petits garçl ti tes filles d,e tous les contin raissent ainsi dalls l'éclaira de leurs champs, de leurs 1 rivages, très différents et POli le11loent pg,reils. J.\!Iesda11les. JJcssie1/1'S, c//('I chers Amis. maîtres de la .Il tres et des oris. éducateurs tout,es nUQ1iCeS Gui vou le::: la ave::: fait l'JlOnnëur dc sontell ven/ent. IlOUS a'l'OIIS besoill a Devaizt toutes les nmwel na:::is11le que le réarmement pourraiell.f trmtver leul' olil1/i tresses que nous avot/s ici éviter, alors que trois fours d'un 1101t'llean chapitre d'histOi alqé_riel111l' . nous avons besoin tés pOttr nons opposer à tou violences qni soufflent en co à sor,tir de l'enclos, de la h, de l'anrore , aide:::-nous à r monde la frater1l1·té. EMISE DU . PRIX DE LA FRATERNITÉ 1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 II IJlIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIII IIIIIIIII IIIIIIII IIIIIII IIII11111 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 11111 11111111111 11 111111111111111111 111111111111111111111 11 111 11111111111111 111 1111111111111111111 111111111111111111111 n Prix Goncourt, recevoir le Prix de la Fraternité est une écration qui, dépassant le seul cadre de la littéroture, 'au plus profond du coeur. Robert Merle, lauréat de cetre Robert MERLE •• mal son émotion, l'autre jour, 28 juin, au cours de la cordiale et solennelle qui se déroula, selon une tradition dans les salons de l'Hôtel Lutécia. Le M.R.A.P. et le anisaient une chaleureuse réception, en présence d'une et fraternelle composée de nombreuses personnalités des lettres, des arts, des sciences, du barreau et de l'unipersonnalités, éloignées de Paris ou retenues par des pations diverses, avaÏfmt néanmoins tenu à s'associer, , à l'hommage relldu à Robert Merle et aux autres laule jury. nt, secrétair,e général de notre Mouvement, présenta ouré des membres du jury et salua toutes les personnaabsentes qui, en s'associant à cette remise de Prix, prouement à cetre Fraternité pour laquelle nous luttons de avec toure notre lucidité. La cérémonie se déroulait, is jours avant la proclamation de l'Indépendance de que l'action de l' Ile se situe au XVIIIe siècl.e, on ne pouctualité brûlante les thèmes proposés par ce roman. erre Paraf, président du M.R.A.P. eûLsalué en Robert ngagé et l'un des plus brillants représentants des lettres poraines, le lauréat, dans une solide et belle improvile de l'écrivain dans la société moderne à laquelle il est ments les plus émouvants de celte rencontre fut celui où yenait de rece\'oir lin chèque de LOOO NF, représentant ix, le remit ~. notre trésorier Julien Aubart, afin qu'il gel' qu elques misères parmi les enfants algériens. PARAF •• « Je . suis ;,:j MONSIEUR l'Ambassadeur, Messieurs les représentants des Ambassades,

'Ionsieur le Président,
. lessieurs, :'Iesdames,

C'est un grand honneur pour moi de recevoir le Prix de la Fraternité et, bien entendu, ce Prix me rappelle celui que j'ai obtenu, il y a une douzaine d'années et me permet de faire quelques compar~l.isons, d?,n~ la plus évidente est que le PrIX que J al recu pour « Week-end à Zuydecoote » étàit un Prix qui ne s'attachait pas au contenu de l'oeuvre, mais qui s'attachait exclusivement à ses mérites littéraires. Le Prix qu'on me décerne aujourd'hui, tout en rendant hommage aux qualités littéraires du li vre, au contraire, souligne la signification de l'oeune. Le Jury du Prix de la Fraternité a discerné dans mon livre une condamnation implicite du racisme et l'affirmation, implicite elle aussi. que les hommes devraient être égaux et fraternels. Ils ont pensé, en couronnant ce livre, que • les • maIns et les coeurs ». .. rre PARAF, au nom nom du M.R.A.P., ombreuses personna· il déclare : z{r c01Hmémorer eH' eu de ces militants tre action, sans lesrien, an miliet{ de s, des nouveaux ves est si précieuse, e,t pagnons, qui mènent puis ,tant d'a!!11fes, ormnemorer, a l ocgrand combat de la tations l'an dernier, pri-t· comme les aus à récompenser, à 'rites littéraires, des uctul'e, de sujet, de beaztcoup d'entre éments essentiels de 1 voudrait aussi apà la valeur humaine poèmes, essais, piè! Qin pezbt-être à ces usicales qui, en f'eracisme, provoquent spectatettr de telles voir Vit, qlt'après ent meillenr, épltré, ce poison dtt f'acis' vénement quotidien à partir, les ma,ins rt vers cette grande on distribue les lattes, c'est à un grand 11 grand professettr, et des sciences huliS modestement of- 'e crois que, auprès up'rès du film « Si » de Christian J atel j Oltrnal d'A Mze éslts et Israël » de otre ami Jules Roy, aute, en bonne comre de vous, comme 'sait dc J10lière. à é en 1949 le Prix TV eek-elld à Z 1I1'denque à sa gloirê, il vérité le besoin de au romancier qUt, it avec tant de C01tlU1llaine le premier e H)40, et qui, q1lantait en 1tlle simple écanis111e de l'ob éisrrea1L't' des camps T,a I/Iort ('St 11Ion allait aboutir à cette liCI/IlC étol/ffée par , la qItCr1'e, d'Oll depremier matin dll rater71ité. Iules Roy, en cette s iamais cessé d'aimer, d'1tn a1nOltr d'autant plus exigeant quc nous n'acceptions pas d'y vo'ir ternir l'honneur, la mission humaine de la France. Cette Algérie que nous aimolls d'un coettr attentif aux épreuves de tous ses eltfants et désirettx de voir se lever des lendemains de lumière sur cette terre torturée qui devrait devenir, connl1e le soùhaitait lin des l1ôtl'es, notre ami Piene Gamarra, un « fardin d'Allah ». LA RIGUEUR D'UN OUVRIER DE LETTRES Tout enfallt VOltS ave::: perdu votre père aux Dardanelles, un n01l1 qui pour nous, pour vos ainés demeure lm des hauts lieux de la graude guerre. De brillantes études de lettres, de philosophie vous ont co1ldmt à l'agrégation, au doctorat que VOltS ave::: passé avec une thèse sllr Oscar Wzlde. Au Lycée Pasteu.r où vous enseignie::: vous avez ett pour collèg1le Jean-Paul Sartre. En 1939, l'ag1'égé d'anglais part pour la guerre C01nmè aiJent de' liaison attprès de l'armée bl'itannique. Vous avez véctt les jours de Dmtkerque, la captivité de Dortmund, les f'Lgueurs d'un camp disciplinaire que vous avait valu votre tentative d'évasion. Et votre carrière littéraire ne p07wait tout naturellement que vous conduire à ce ql~e l'on appelait après la Libération l'engagement. Et la manière la plus efficace de s'enga.qer, c'est n'est-ce pas r de faire loyalement salis compromission, avec la ri.queur d'un ottVrier de lettres, comme disait Emile Zola, son métier d'écrivain, et contre· ceux qui font le métier de mort d'accotnPlir son métier de vie. L'Ile que nOus honorons aufourd' !ttti se situe att miliett de cette Océanie que n(}otre imagination pare volontiers des couleltrS d'tIn paradis humain. Je ne vais pas déflorer votre livr,e, pour réserver toute la surprise à Deux qni ne l'allraient pas encore ln. Mais il est permis d'y retr01wer fe crois, transposé dans le passé, toute l'aventur.e de la colonisation, ce duel fondamental qllt oppose en face du colonisé le colonialiste e,t le libéral : le chef des 11!lItins dIt « Blossom )), Mac Leod, all!bitie!~x et rusé qui frustre cyniquement la population de l'Ile de ses biens, et l'honnête PlIrcell qui est tm pen votre double, dans lequel n01ls n01ls f'eCOIlnaissons aussi puisque nous avons éprouvé parfois les mêmes -troubles de conscience, que nous avons eu la même répugnanse po'ur l'usage de la (orce, Purcell que ses gener,ellses hésitations risquent de j'endr.e 1111 !1!Stant sllspec·t à ses meillenrs amis. Mais \Ille fois que la gtterre i111pi-to'J'able et va ine s'est déroulée ltne fois que se1lls restent en présence le~ dellx hommes, celui d'Océanie et cehl1: d'Eu,rope, le bon·s sens. la mison finissent par triomPher ; le pacifique Purc,ell et le guerrier T~tahiti dans le Péril commllll d'une tempête se sont à famais trouvés. retrouvés. VOI/S GZ?::: ai1lsi, dans lt11 rO'man qui, sans prétendre s'aPP1t'j'er S1fr des évél1eJll 1'11 ts 1'éels. Î1!clut certaines vérités permanentes de l' histoire, Iraduit l'a11qoisse de notre âme, votre anqoisse, nol!'e angoisse devant les dangers de destru.ction physique et morale qlti menacent les hommes StW notre frêle pLanète, comme 'l'OUS dites. et ",,'ous ave::: fait el~trevoir la promesse de l'aube. POUR LES HOMMES ET POUR LES ENFANTS C (jmme les années précédentes, ainsi que VOliS le signalait notre ami Charles Palant, le Jury dit Prix de la Fraternité ct lemt à témoigner qu'il n'oubliait pas les horreurs des camps d'extermination lIa:::is. Leur SOItvenir hélas s'efface trop ",,'ite. il est trop souvent ignoré des .iemzes; il es·t f'elegué parfois par leurs parents dans les ombres dtt passé, à moins q/t'il ne soit exploité par certaines publicités, pour satisfaire telle curiosité d'mze opinio'H si entraînée à la dose qnotidieune d'atrocités qu'elle finit par les intégrer en qltelqne sorte dal1s mz rythme presque normal de la ",,'ie. Ainsi « L'Enclos » du feune cinéaste Armand Gatti, lui a-t-il semblé mériter un hommage spécial tant par sa vérité profonde qu' Ollt éprouvée les trop rares rescapés des camps de la mort - et le JI.R.A.P. ct la fierté d'en compter ttn grand nombre parmi ses membres et dans SOl1 bllreau - que par la leçon de solidarité humaine qui s'ell dégage. Les deux déporlés, les deux compa.gnons de martyre face au.1' crimes 1wzis, l'Allemand communiste et l'ar.tisan iuif de Paris qlte l'im.minente mo)'t et d'affreux préfugés dressaient l'un contre l'atttre ont fini a1t bout de la nnit par s'estimer, par se ,'econnaître. L'homme a 'uaincu la bête, l'amour a trouvé son c'hemin dans la noirceur, l'Israélite en franchissant la porte de la chambre à ga::: a ,triomphé de ses bourreaux, triomphé de ses camarades et triomphé de lui-même. Il est entré le frol1t hm/t dans la mort, en homme par'vel11/ à la pleille possession dn monde. Att sortir de~ cette nuit. le .T1Ir" du Prix de la Fraternité a vonlu faire place à l'altrore. Il a t,enu cl recommander cette belle collection publiée par les Editions Fernand Nalhan S01lS le litre « Enfants du Monde », il a v01l1u signaler m/X éducateurs cette confrontation des petits garçons et des petites filles de tous les continents qlti apparaissent ainsi da1ls l'éclairage pittoresq1le de leurs champs, de le1lrs forêts et leurs rivages, très différents et p01lrta1lt esselltielle- ment PSJl'eils. NI esda11les. JI CSSiel/l'S. chers Ca II/arades, chers Amis. maîtres de la science, des lettres et des arls. éducate1lrs , militants de toutes nualices alû voule::: la paix et \IOUS avez fait l'honneur de soutenir notre NI01t~' e111ent. 1101IS a~'011S besoill de ·"OIIS. Devant toutes les 110uz'elles formes dn lla:::iS111e q1/e le l'éar111ement renforce, qtti pourraiel'l,t tr01wer lelf!' aliment e11 des détresses que nous avons ici tout fait pour éviter, alors que trois .i01WS nOlis séparent d'lm n01lZIean chapitre d'histoire sur la t-erre algé,rienne, 1101M avons besoi11 de ·vos volontés pour nous opposer à tous les vents de violences qui soufflent encore. Aidez-nous à sor,tir de l'enclos. de la haine. vers l'île de l'aurore, aidez-nous à réapprendl'e ail monde la jmternité. , • • , un ecrlvaln engage » cette idée juste, gue cette idée bénéfique de l'égalité des hommes, 1110n roman, parce que c'est un ronian, pc)Uvait la faire pénétrer dans une grande masse de lecteurs avec plus d'efficacité qu'un essai : en d'autres termes le Jury a voulu saluer et récompenser une oeuvre engagée. Et, en effet, c'est une oeuvre engagée. Il y a quelque temps de cela, à la radio, quelqu'un m'a pris à parti et dans une sorte de dialogue, on m'a dit - je n'étais pas là évidemment, mais on m'a dit : « Comment? vous écrivez encore des oeuvres engagées? Mais vous n'êtes plus du tout dans le coup : vous êtes démodé; et d'ailleurs votre technique elle-même est démodée, car vous racontez une histoire. Au 20e siècle, on ne raconte plus d'histoire, quand on fait un roman, nous avons changé tout cela, nous avons supprimé l'histoire, nous avons supprimé les dialogues, nous avons supprimé les situations, nous avons supprimé la ponctuation, et nous avons aussi supprimé les personnages. Et c'est cela le roman. Le roman c'est l'ensemble de ces suppressions. » Je dois dire que si j'avais été présent j'aurais été gêné pour répondre à mes critiques. parce que, eux, de toute évidence, ils savaient ce que c'est qu'un l'oman et moi, je ne le sais pas. QU'EST-CE QU'UN ROMAN? Pour qui connaît l'histoire littéraire un roman c'est tout ce qu'un romancier veut qu'il soit; et personnellement je suis un bon lecteur et je ne choisis pas du tout entre les différents visages du roman. Si on veut que le roman soit un poème, je suis tout prêt à l'admettre; si on veut qu'un roman soit un essai, je suis tout prêt à l'admettre; et si le roman-poème s'appelle « Mrs Dalloway ». alors je l'admire beaucoup et je l'aime. Si le roman-essai s'appelle « La Nausée » je le lirai_ avec profit. Cependant, je dois dil'e qu'en tant que lecteur, ma préférence va surtout au roman-roman et ma raison pour écrire un roman romanesque comme « L'Ile » tient à ce fait d'une simplicité rafraichissante que lorsque je me suis mis à ma table de travail pour écrire la première page de « L'Ile », je me suis rappelé que j'étais mon premier lecteur, et j'ai écrit le genre de roman que j'aime lire. (A pplaudisse11le11t s.) Qu'il y ait beaucoup de gens qui aiment iire les romans que j'aime lire, j'en suis heureux. Et que ce roman aussi vous ait plu, cela me fait infiniment plaisir. Cela me fait plaisir, aussi, que ce roman soit lu par des gens appartenant à des couches sociales très différentes. Je suis heureux d'être lu -par l'ouvrier de chez Renault, comme par le professeur agrégé. car je crois que la culture, si elle n'est pas une culture de masse, n'est qu'un mandarinat; et je ne crois pas qu'une oeuvre qui n'est pas accessible soit une oeuvre humaine. Bien entendu, il faut s'entendre sur ce qu'on désigne par ce mot « accessible ». Dans mon esprit l'accessipilité ne suppose a~sune e~pè~e de concession ni de vulgante. Je dIraI, une oeuvre accessible comme l'étaient, si vous voulez, la tragédie de Sopho~ l e pour les Athéniens, ou pour les Londomens les drames de Shakespeare, c'està- dire quelque chose qui soit populaire sans être vulgaire. Et dans la définition de l'humanité d'une oeuvre, bien entendu il y a en arrière plan, les prises de posï'tion qui colorent cette oeuvre. CE QU'EST UNE OEUVRE ENGAGEE Et ceci m'amène à vous dire quelques mots sur ce qu'est une oeuvre engagée. Nous tous ici, nous savons que lorsqu'on est témoin d'ignominies ou d'injustices, si on ne proteste pas contre ces ignominies. on en est le complice. On est coupable de ces ignominies et cela explique qu'un certain nombre d'intellectuels sortant de leur isolement, aient pris des positions. Et ici, de nouveau, un de mes amis m'a dit un jour : « Tu pourrais prend l'e des positions comme citoyen. mais tu n'es pas forcé de prendre ces positions en tant que romancier.» Il regrett,!- i~ en d'autres termes, que mes prises de posItIOns passassent dans mon oeuvre. Et il m'a cité des romanciers, d'ailleurs des bons romanciers, qui signent parfois des motions que je signe moi-même, mais sans que leur position apparaisse le moins du monde dans leur oeuvre. Je dois dire que ce cloisonnement ne m'est jamais venu à l'esprit et que même ie le trouve un petit peu choquant. aussi c]lOquant que ce cloisonnement entre la foi et la science que faisait un s. vant de la lue République qui déclara 1 jour : « je ferme la porte à mon oratoi pour entrer dans mon laboratoire! )) dois dire que si j'avais été ce savant, j'a' rais laissé les portes grandes ouvertes e tre l'oratoire et le laboratoire, j'aurais m me établlun courant d'air et j'aurais 0 servé scientifiquement ce qui ce serait pass Je crois, en tout cas que c'est l'homn tout entier, dans sa totalité, que l'artiste dc prendre comme première matière de sc art. Et si on me demande la définition c roman engagé je dirai que le roman en gag c'est une oeuvre où l'auteur adhère total ment à lui-même. Je ne dépasserai à aUCl moment cette définition. Je ne crois pas (1' le roman engagé soit un roman où l'aute veut édifier où il veut démonh'er quelcl' chose. Je me méfie beaucoup de la volon en art, et la trouve très redoutable; c'est précisément pourquoi je n'aime p les théories sur le roman, parce qu'ell veulent quelque chose. « L'Ile » est un roman engagé, non p parce que j'ai voulu écrire un roman e g-agé, mais simplement parce que devant 1 horreurs du mon cIe. ie ressens de l'angois comme tous ici .. je ressens une certaine pe et je ressens aussi de l'espoir. Cette angoisse et cet espoir, c'est l'étol de ma pensée, c'est l'étoffe de ma sensibilil et lorsque je raconte une histoire, mêr une histoire .qui se passe à la fin du 18e si cle, cette histoire, elle est bâtie avec cet étoffe de ma pensée; et quelquefois mên - pas toujours bien entendu - mais qU( quefois à mon insu, des prises de positio: se font d'elles-mêmes. JE SUIS HEUREUX DE SUCCEDER A JULES ROY Je vous ai dit, au début de mon propc que j'étais plein de joie que ce qui est da mon oeuvre à mes yeux précieux - ait é couronné aujourd'hui. Je dois vous di aussi que je suis particulièrement heurel de succéder à Jules Roy que le Prix de Fraternité a récompensé l'an dernier pOl son très beau livre sur la guerre d'Algéri Jules Roy est Algérien, je suis aussi Alg rien. et ce n'est éviqemment pas par hasa si nous avons pris l'un et l'autre positi( contre le l'acisllle : nous sommes l'un l'autre bien placés, nou avons été bien pl cés dès l'enfance, pour savoir ce que C'{ que le racisme et pour prévoir les fontain de sang qui pouvaient être ouvertes. Bientôt, dans quelques jours, va naît une nation indépendante où Français Arabes, a»rès sept ans de guerre, et apr cent trente ans de mésentente, de mépris de ressentiment, vont essayer de vivre ( égaux, et il y a là probablement un exem~ qui va s'étench'e, nous espérons tous que c exemple s'étendra. Mais - notre Président y a fait allusic à l'instant - d'autres foyers de racisme d'antisémitisme existent dans le monde. pense notamment à èet Etat qui a mainteÎ aux plus hauts postes des tortionnaires ( peuple juif. II paraît incroyable, il para invraisemblable que les horreurs du nazi me n'aient pas discrédité l'antisémiti sme (Suite page 11 .) Robert Merle prononçant son allocution. DE LA FRATERNITÉ 1111111111111111111 11111 111111111111 1111 111111111111111111111111 11 111111 rmmmrrmn 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIII I IIII I I I IIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ MERLE •• • , . . , ~ SUIS un ecrlvoln engo.ge » sadeur, Mesants des Am- Ie Président, s, ur moi de reté et, bien encelui que j'ai l'années et me araisons, dont Prix que j'ai Zuydecoote » it pas au conttachait excluralres. e aujourd'hui, x qualités lite, souligne la Jury du Prix ans mon livre du racisme et ussi. que les et fraternels. ce livre, (lUe ~ ... ).'siqae et moles Sttr notre s. et 'VOltS ave::: l'aube. ES !les, ainsi que /Zarles Palant, lIit é a tenu à les horreurs ds. Leur soue. Il est trop il es·t relegtté liS les ombres 't exploité par faire telle cu- 11Iée à la dose finit par les liS 111L rythme iHsi « L'Enand Gatti, lui Image spécial /' 011 t épr01tvée camps de la rté d'en compses membres .r la leçon de dégage. Les lIpa.qnolls de is, l'Allemand de Paris que !IX préJugés ont fini au par se reconbête, l'amour noirceur, l'Ise de la chams bourreaux, triomphé de lza1lt dans la a pleine poslllr,, 1 dll Prix plac e à l' mtel' cette belle ions Fernand du Monde », ateurs cette lS et des pelitS qui appac pittoresque rêts et [enrs ant esselltiel- Ca II/a rades, nce. des letmilitants de paix et nons . notre M ou- 'c 'ous. ,\' forll1es dit renforce, qui It en des déut fait pour 10US séparent c sur la tol!l're cette idée juste, que cette idée bénéfique de l'égalité des hommes, Illon roman, parce que c'est un ronian, pouvait la faire pénétrer dans une grande masse de lecteurs avec plus d'efficacité qu'un essai : en d'autres termes le Jury a voulu saluer et l'écompenser une oeuvre engagée. Et, en effet, c'est une oeuvre engagée. Il y a quelque temps de cela, à la radio, quelqu'un m'a pris à parti et dans une sorte de dialogue, on m'a dit - je n'étais pas là évidemment, mais on m'a dit : « Comment? vous écrivez encore des oeuvres engagées? Mais vous n'êtes plus du tout dans le coup : vous êtes démodé; et d'ailleurs votre technique elle-même est démodée, car vous racontez une histoire. Au 20· siècle, on ne raconte plus d'histoire, quand on fait un roman, nous avons changé tout cela, nous avons supprimé l'histoire, nous avons supprimé les dialogues, nous avons supprimé les situations, nous avons supprimé la ponctuation, et nous avons aussi supprimé les personnages. Et c'est cela le roman. Le roman c'est l'ensemble de ces suppressions. » Je dois dire que si j'avais été présent j'aUl'ais été gêné pour répondre à mes critiques. parce que, eux, de toute évidence, ils savaient ce que c'est qu'un roman et moi , je ne le sais pas. QU'EST-CE QU'UN ROMAN ? Pour qui connaît l'histoire littéraire un roman c'est tout ce qu'un romancier veut qu'il soit; et personnellement je suis un bon lecteur et je ne choisis pas du tout entre les différents visages du roman. Si on veut que le roman soit un poème je suis tout prêt à l'admettre; si on veut qu'un roman soit un essai, je suis tout prêt à l'admettre; et si le roman-poème s'appelle « Mrs

pall.o~vay »'. alors je l'admire beaucoup et

je 1 aime. SI le roman-essai s'appelle « La ~ausée ». je le ,lirai avec profit. Cependant, .1~ dOIS chre qu en tant que lecteur, ma préference va surtout au roman-roman et ma raison pour écrire un roman romanesque comme « L'Ile » tient à ce fait d'une simpli. cité . rafraîchissante que lorsque je me SUlS mis a ma table de travail pour écrire la première page de « L'Ile » je me suis rappelé que j'étais mon premie'r lecteur et j'ai écrit le genre de roman que j 'aime l'ire. (A pplaudissements.) .. Qu'il y ait beaucoup de gens qui aiment lire les romans que j'aime lire, j'en suis heureux. Et que ce roman aussi vous ait plu, cela me fait infiniment plaisir. Cela me fait plaisir, aussi, que ce roman soit lu par des gens appartenant à des couches sociales très différentes. Je suis heureux d'être lu ' par l'ouvrier de chez Renault comme par le professeur agrégé. car je ~rois que la culture, si elle n'est pas une culture de masse, n'est qu'un mandarinat; et je ne C~'OIS p~s qu'une oeuvre qui n'est pas accesSible SOlt une oeuvre humaine. Bien entendu, il faut s'entendre sur ce qu'on désigne par ce mot « accessible ». Dans mon ,esprit l'accessi,bilité ne suppose a~~une eS'pe~e de concession ni de vulgante. Je cliral, une oeuvre accessible comme l'étaient, si vous voulez, la tragédie de Sopho~ le pour les Athéniens, ou pour les Lon~ on.lens les drames de Shakespeare, c'est~- dlre que~que chose qui soit populaire sans etre vulgaire. Et dans la définition de l'humanité., d·une oeuvre, b~en entendu, il y a en arnere plan, les pnses de position qui colorent cette oeuvre. CE QU' EST UNE OEUVRE ENGAGEE entre la foi et la science que taisait un savant de la III' République qui déclara un jour : « je ferme la porte à mon oratoire pour entrer dans mon laboratoire! » Je dois dire que si j'avais été ce savant, j'aurais laissé les portes grandes ouvertes entre l'oratoire et le laboratoire, j'aurais même établi un courant d'air et j'aurais observé scientifiquement ce qui ce serait passé. Je crois, en tout cas que c'est l'homme tout entier, dans sa totalité, que l'artiste doit prendre comme première matière de son art. Et si on me demande la définition du roman engagé je dirai que le roman engagé, c'est une oeuvre où l'auteur adhère totalement à lui-même. Je ne dépasserai à aucun moment cette définition. Je ne crois pas que le roman engagé soit un roman où l'auteur veut édifier où il veut démontrer quelque chose . .Te me méfie beaucoup de la volonté en art, et la trouve tt'ès redoutable; et c'est précisément pourquoi je n'aime pas les théories SUI' le roman, parce qu'elles veulent quelque chose. « L'Ile » est un roman engagé, non pas parce que j'ai voulu écrire un roman cn!; agé, mais simplement parce que devant les horreurs du monde. je ressens de l'angoisse comme tous ici., je ressens une certaine peur et je ressellS aussi de l'espoir. Cette angoisse et cet espoir, c'est l'étoffe de. ma pensée, c'est l'étoffe de ma sensibilité, et lorsque je raconte une histoire, même une histoire .qui se passe à la fin du 18' siècle, cette histoire, elle est bâtie avec cette étoffe de ma pensée; et quelquefois même - pas toujours bien entendu - mais quelquefois à mon insu) des prises de positions se font d'elles-mêmes. JE SUIS HEUREUX DE SUCCEDER A JULES ROY Je vous ai dit, au début de mon propos, que j'étais plein de joie que ce qui est dans mon oeuvre à mes yeux précieux - ait été couronné aujourd'hui. Je dois vous dire aussi que je suis particulièrement heureux de succéder à Jules Roy que le Prix de la Fraternité a récompensé l'an dernier pour son très beau livre sur la guerre d'Algérie. l ules Roy est Algérien, je suis aussi Algérien, et ce n'est évic)emment pas par hasard si nous avons pris l'un et l'autre position contre le l'acisme : nous sommes l'un et J'autre bien placés, nous avons été bien placés dès l'enfance, pour savoir ce que c'est que le racisme et pour prévoir les fontaines de sang qui pouvaient être ouvertes. Bientôt, dans quelques jours, va naître une nation indépendante où Français et Arabes, al)rès sept ans de guerre, et après cent trente ans de mésentente, de mépris et de ressentiment, vont essayer de vivre en égaux, et il y a là probablement un exemple qui va s'étendre, nous espérons tous que cet exemple s'étendra. Mais - notre Président y a fait allusion à l'instant - d'autres foyers de racisme et d'antisémitisme existent dans le monde. Je pense notamment à cet Etat qui a maintenu aux plus hauts postes des tortionnaires du peuple juif. Il paraît incroyable, il paraît invraisemblable que les horreurs du nazisme n'aient pas discrédité l'antisémitisme à (Suite page 11 .) ., ----- - Les personnalités ON notait, !ans l'assistance, la présence de nombreuses personnalités du monde diplomatique, politique, littéraire et artistique. Citons entre autres: Les membres du jury présents à Paris: Pierre PARAF, Louis MARTIN· CIIAUFFIER, Georgcs BESSON, J acques MADAULE, Marccllc AUCLAIR, Louis DAQUIN, René CLOZIER, le Dr J acques EMILE,ZOLA, Charles PALANT. MM. l'Ambassadeur de Cuba et les représentants des ambassadeurs de Pologne, d'Israël, de la République Malgache, du Gabon, de Hongrie ; MM. Maurice THOREZ, député, ancien vice-président du Conseil; ANXIONNAZ, ancien ministre ; Daniel MAYER, ancien ministre, président de la Ligue des Droits de l'Homme; Henri TORRES, ancien sénateur ; Roger CARCASSON • NE, sénateur ; Mme Mathilde GABRIEL·PERI ; Mme L'Amirale Louis KAHN, Mme Suzanne COLLETTE-KAHN, secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme ; M. Léo FIGUERES, ancien député ; Mme Yves FARGE; M. Adolphe ESPIARD ; M. ETIEMBLE, professeur à la Sorbonne ; M, MICHA, directeur de l'Institut des Lettres et Sciences Humaines de Rouen (où enseigne Robert Merle) et plusieurs professeurs de cet Institut ; M. CORNEVIN, directeur du Centre de Documentation sur l'Afrique; MM. les Professeurs BOURGUIGNON, M.A. BLOCH, MIALARET, Robert MISRAHI, Gilbert GRATIANT ; Les écrivains Renée MICHEL, Hélène PARMELIN, Olga WORMSER, Dora TEITELBAUM, Brigitte et Jean MAS SIN, Pierre GAMARRA, Georges MAGNA· NE, LOUIS-FREDERIC, Hubcrt LI: PORRIER, Edouard GLISSANT FRANS DE GEETERE, Francis MAZIERE ; M. Claude GALLIMARD, Mme et M. Clau· de NATHAN, M. Pierre NATHAN, éditeurs. Les peintres Léopold SURVAGE, Jean DORVILLE, Edouard PIGNON, FABIEN, BENN, KROL ; l'architecte André LURÇAT et le photographe BRASSAI; Le pianiste Léon KARTUN, les actrices Pia COLOMBO et Lydia EWANDE. René,Louis LAFFORGUE ; le cinéaste Marcel BLISTENE ; Jean NEGRONI. Mme Madeleine BRAUN, directrice des Editeurs Français Réunis; Mme GEORGES-HUISMAN ; M. THOIRAIN, représentant les Echanges FrancoAllemands; M' Charles LEDERMAN, président de l'U.J.R.E. ; Mme MarieLouise KAHN, de l'Amicale d'Auchwitz ; Mme LASC'ROUX, de l'Amicale de Ravensbruk ; M. DARRICAU, représentant la C.F.T.C. ; M. Alfred GRANT, secrétaire général de l'Union des Sociétés Juives de France ; Mme CAZEAU présidente du Cercle France-Afrique ; Mme Alice HALICKA, présidente d~ l'Association pour le respect de la Frontière Oder-Neisse ; M. BONNET, secrétaire des Amitiés Franco-Chinoises ; des représentants de la Fédération Mondiale des Anciens Combattants, de l'Union des Femmes Françaises, des Anciens Combattants Malgaches, de la F.N.D.I.R.P., de la Ligue de l'Enseignement et du Syndicat National de l'Enseignement Secondaire ; M. LEGITIMUS, de la Solidarité Antillaise ; M. Vanko ROUDA, représentant l 'Organisation Mondiale Gitane; Mlle Marlène HOSPICE, présidente de l'Association des Etudiants Martiniquais; MM. le Chanoine Alfred CLAVEL et le Pasteur VOGE . Maîtres SAROTTE, DYMENTSZTAJN, BENHAIEM, I~IERGLIK, PLACIDIMONNET, Marie·France SCHMIDLIN. Messages de félicitations DE nombreuses personnalités, absentes de Paris ou retenues par leurs obligations, n'ont pas pu assister à la remise du Prix de la Fraternité, Elles om néanmoins tenu à s'associer à cette cérémonie, en adressant à Robert Mede .l.eurs félications. Parmi ces messages, citons ceux de: MM. les Ambassadeurs de Belgique, du (Janada, du Danemark, des :Etats, Unis, de Finlande, du Ghana, de Grande-Bretagne, du Maroc. M. Robert BURON, ministre des Transports et des Travaux Publics ; M. J, PAUL-BONCOUR, ancien président du Conseil; MM. AUJOULAT, Eugène CLAUDIUS-PETIT, Edmond MICHELET, CLAPAREDE, anciens ministres ; MM. André CHANDERNAGOR, Jean MEDECIN, J .. p , PALEWSKI , Jean LO~ LIVE, députés; MM . .Jcan PERIDIER, Waldeck L'HUILLIER, sénateurs; MM. Pierre DREYFUS-SCHMIDT, Charles HERNU, Mme Francine LEFEBVRE, anciens députés; MM. Auguste GILLOT, Georges iUARRANE, M. VIVIEN, conseillers généraux de la Seine; Louis TURPIN, Georges HIRSCH, Raymond BOSSUS, Mme RECOURT-FOCH, conseillers municipaux àe Paris; M. R.oger C'OLLEDEBOEUF, ancien secrétaire particulier du Président Herriot; M. le Recteur de l'Université de Paris; M. LE BRAS, Doyen de la Faculté de Droit; MM. Théodore MONOD, directeur de l'Institut Français d'Afrique . Noire; Ernest KAHANE, professeur à la faculté des Sciences de Montpellier ; BERQUE, professeur au Collège de France; Hcnri-Picrre KLOTZ, professeur au Collège de Médecine; KASTLER., professeur à la Sorbonne; J.-P. MATIDEU, professeur à la Sorbonne; Léon WAGNER, professeur à la Faculté des Lettres et Sciences humaines ; Antoine LACASSAGNE, professeur à la Faculté de Médecine ; le Docteur VALLOIS, directeur du Musée de l'Homme ; Roger HEIM, directeur du Museum d'Histoire Naturelle ; Mme HATINGUAIS, Inspectrice Générale de l'Enseignement; M. Léon MOUSSINAC, président du Comité National des Ecrivains; MM. Picrre BOULLE et André SPIRE, écrivains ; Jean LURÇAT et André FOUGERON, artistes peintres; Léonide MOGUY, cinéaste ; M. Alain CRESPELLE. directeur du Cercle Culturel de Royaumont; M. Picrre-René WOLF, directeur cie « Paris·Normandie »; MM. CERF-FER.RIERE, vice·président de l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance ; DALLAPORTA, de la Fédération des Etudiants Catholiques ; Mme A,-M. BOUMIER, secrétaire générale de l'Association Nationale des Anciennes Déportées et Internées de la Résistance ; M. DELAVOIS, de l'Amicale de Châteaubriant-Voves; MM. le rabbin SIRAT, le pasteur Henri ROSER, le pasteur André BOEGNER, l'abbé PIERRE, le R. P. Paul DEMANN, l'abbé PIHAN; MM. Max,Pol FOUCHET, Robert ATTULY, Georges SADOUL, membres du jury. e v os volonles vents de Aidez-nous ·Ile. ~ 'c rs l'île flrelldl'e Olt Et ccci m'amène à vous dire quelques mots ~~r ce qu'est une oeuvre engagée. Nous tou.s ICI, nous savons que lorsqu'on est tém0111 d'ignominies ou d'injustices, si on ne proteste pas contre ces ignominies, on ~n est. I~ complice. On est coupable de ces 19nOm1l11es et cela explique qu'un certain nombre d'intellectuels sortant de leur isolement, aient pris des positions. Et ici, de nouveau, un ?e mes amis m'a dit un jour : «. Tu pourrais prendre des positions comme CltO'y~Il, mais tu n'es pas forcé de prendre ces p~s ltlOns, en tant que romancier. » Il regrett1; ll~ en d autres termes, que mes prises de poslttons passassent dans mon oeuvre. Et il m'a cité des romanciers, d'ailleurs des bons romanciers, qui signent parfois des motions que je signe mOÎ-même, mais sans que leur position apparaisse le moins du monde dans leur oeuvre. Je dois dire que ce cloisonnement ne m'est jamais venu à l'esprit et que même ie le trouve un petit peu choquant, aussi choquant que ce cloisonnement Robert Merle prononçant son allocution. A sa droite, Pierre Paraf. A sa gauche Mme Merle, Charles Palant, Mme Marcelle Auclair, Jacques Madaule. R afUUll de p.wdilt LA VIE DU M. R. A. P. en~ Vous êtes sur le point de portir en vacances. Billets de chemin de fer, location, itiné,.aires, matériel de camping, passep orts, maillots de bain : voilà les problèmes de l'heure. Prendrez-vous le temps, avant de vous mettre en congé, d'avoir une pensée pour le M.R.A.P. ? Il le faut. Car pour le M.R.A.P., il n'y a pas de vacances. Même pendant que la plupart de ses amis jouissent d'un repos bien mérité, il doit rester vigilant, prêt à réag i,., à agir. Pendant le mois d'août aussi, il remplira son devoir ... et il devra faire face aux charges qui en résultent. Am'is antiracistes, n'oubliez donc pas que votre Mouvement vit et doit vivre 12 mois par an. Avant votre départ, prenez et réglez d'urgence quelques carnets de BONS DE SOUTIEN

placez-en autour de vous.

Adressez-nous pour les vacances, votre contribution exceptionnelle, si modeste soit-elle. Ainsi, vous aiderez le M.R.A.P. non seulement à assumer son rôle pendant l'été, mais à donner ,un nOllvel élan à son action dans tous les domaines, dès la rentrée. Soyezen d'avance remerciés. 18' ARRON DISSEMENT Le Comité du 18" a édité un tract (voir notre fac-similé), lorgement diffusé dons HABITANTS DU 1B ! E ! H .... ITANTS DU 18', leu., ~:!~~;a:::~S ;~::::'c:~i:I~;:: ;Ofttrc les cri",inel. de 1'0.4.S.. tCI 1f~::;cl192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:10 (UTC);n:u! racisme 10UI 'outn Us fo,mc, et don, tou. . M~"trO"' par notre ,,"jlude que le peuple ftonco is 'csle HdHe

o~:'lg e .. e,eun" hodition. d'hospitolitë. de ho'e,niti hll,""i"" et de

lISfl ORUIT fT lIBfRH" ,~:.::,::,:: :';':'~ ,:_;: 1 " LE COMITE DU 18' organe mensuel du M. R. A. P. • (M. R. A, P.) MI,"" .• la, 'ue d •• Jeiin ..... . PARIS 12'j Hommage à Albert BEVILLE Notre omi Albert Béville, qui vient de mc.urir dons la récente catastrophe oérienne de la Guadeloupe, étoit membre du Conseil Notional du M.R.AP. La photo que nous reproduisons ci-contre a été prise le 25 mors dernier à l'U,N,E,S.C.O. au cours de 10 Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la poix, dont il avait suivi les travaux avec un groupe d'omis antillois. Le 6 juillet, 1.500 personnes et ce nombreuses personnalités ont participé à la soirée solennelle orgonisée à la Mutualité en hommage à Albert Béville, ou député Justin C:Jtayée, à Roger Tropos et à leurs compotriotes morts dons le même occident. Le Bureau National du M.R,A.P. était représenté à cette soirée por Fernand et Marie-Eve Benhaïem, et Joseph Creitz. LE 22 juin 1962, à l'aube naissante, une terrible catastrophe aérienne jetait la consternation et le deuil en Guadeloupe et dans le monde antillais. Le Boeing 707 ({ Ghâteau de Chantilly» d'Air France, assurant la liaison Paris-Pointe à Pitre, déviant de sa route pour une de ces causes que la raison se refuse à concevoir, allait percuter une colline à plus de 30 kilomètres de l'aérodrome, projetant à 200 mètres à la ronde des bouts de ferraille tordus et des débris humains. 113 personnes, la totalité des passagers et des membres de l'équipage, périssaient cruellement. La plupart d'entre elles étaient d'origine antillaise, en majorité des étudiants rentrant pour les vacances après plusieurs années d'études loin des leurs. Avec eux disparaissaient le dynamique député guyanais Justin Catayel' qui, la veille encore, avait essayé en vain de faire entendre sa voix devant un parlement et un gouvernement insolents à force d'être hostiles à l'évocation Le'poèle « J'ai vO!ll~, une terre où les hommes [soient hommes et non lOttps et non serpents et non caméléons. » Tel est le motif qui dirige le plus connu des poèmes de Paul Niger. Telle fut l'ambition des poètes qui avec lui conçurent ce qu'on appelle : « la Négritude » et qui, loin d'être l'exaltation sectaire d'une race, se présente comme l'aspiration un.iyerselle à la fraternité, comme la revendication pour les peuples opprimés de pouvoir réellement accéder à leur dignité. « L'Afrique des hommes couchés attendant comme une grâce le réveil de la botte ... ... Je n'aime pas cette Afrique-là ... » Et Paul Niger chante longuement le destin des nègres, depuis que le racisme existe et qu'il faut le combattre, depuis la monstrueuse entreprise de la Traite jusqu'aux formes les plus actuelles de colonisation. Il y a, dans cette évocation, une simplicité directe et un langage net qui démarquent le style de Paul Niger ~es incantations de Senghor ou des fOIsonnements de Césaire. « ... Et, c'est depuis ce temps que umblable aux orties La race nègre encombre les moisson.! d'âmes ... PartOttt Ott le sang de l'homme doit racheter les faiblesses de la chair de l'h01wme Partout où il faut peil1er Partout bêcher Partout où la sueur et le sanq 011t fondé les sept piliers ... :. Témoignage essentiel d'un poète qui fut aussi un « participant ». Car Paul Niger voulait aussi combattre ce qu'il dénon;ait, le combattre chaque jour, en militant. Pourquoi il est mort sur sa terre natale de Guadeloupe, le 22 juin 1962. E. G. des problèmes antillais, et le Guadeloupéen Albert Béville, l'une des personnalités les plus marquantes et les plus sympathiques des Antilles. Béville était âgé de 45 ans. Né le 2J décembre 1917 dans la ville de BasseTerre, en Guadeloupe, il connut dès son enfence, l'atmosphère viciée de la colonisaticn avec son cortège de tares et de misères. Venu en France ou il poursuivit briliamment des études supérieures qui devaient être sanctionnées par le doctorat en droit, il s'intéressa très tôt avec les Césaire, les Damas, les Rabemananjara, les Senghor qui furent ses amis, au combat pour l'affirmation de la personnalité du monde noir. Son amour pour l'Afrique et, sans doute aussi, un secret désir de faire un pélerinage à la source le conduisirent à embrasser la carrière d'Administrateur ({ des colonies ». Nommé après la guerre - au cours de laquelle il prit une part active dans la Résistance en France contre l'occupation nazie - en Côte d'Ivoire, Béville fut « comblé ». Là, dans cette Afrique des ancêtres, ce Guadeloupéen sensible et généreux prit encore plus nettement conscience de la réalité crue du colonialisme, de ce coloniahsme qui aliène politiquement, économiquement, culturellement, voire physiquement, en développant sa domina· tion. Mais il sut aussi découvrir tout ce qui fait la « puissance » du monde noir, toutes les valeurs culturelles et humaines nègres à l'état potentiel sans doute car entravées par le phénomène colonial et raciste, mais ne demandant qu'à se développer, qu'à s'épanouir. Aussi, loin de sombrer dans la facilité et la fausse tranquillité d'un alignement conformiste, cet intellectuel, dont le courage n'avait d'égales que sa discrétion et sa modestie naturelles, employa-t-il plutôt ses fonctions d'administrateur à préparer la voie de la libération et cela à une époque où le colonialisme connaissait encore son plein épanouissement. Avec Houphouet-Boigny et d'autres leaders africains, il participa activement à la formation du Rassemblement Démocratique Africain qui, avec des hauts et des bas, devait jouer un rôle important dans l'éveil des consciences africaines. Toutes ces activités lui valurent bien des déboires de la part de l'Administratout l'arrondissement demandant à la population d'exiger 'des mesures ;efficaces contre les criminels de l'O,AS., leurs inspirateurs et leurs complices ; de s'opposer ou racisme sous toutes ses formes et dons toutes ses manifestations ; de montrer que le peuple français reste fidèle à ses généreuses traditions d'hospitalité, de froternité humaine et de poix , Ce tract était motivé par les violences racistes commises le 10 juin par les forces pol icières contre les travoilleurs algériens de l'arrondissement. 10· ARRONDISSEMENT Le 4 juillet, le M. R.A.P. a répondu à l'appel de la F.N ,D.I.R.P, Des dépôts de gerbes et des minutes de silence ont eu lieu devant les ploques de 5 martyrs de la déportation et patriotes fusillés (l'une de ploques, 121, faubourg du Temple, avait été enlevée, ainsi que deux autres ploques, l'une à la gare du Nord et une outre rappelant qu'un agent était. tombé à la libération). Pendant la visite d'Adenauer en France, le 6 juillet, le comité local du M,R.AP. a largement participé aux cérémonies du souvenir, en compagnie de cinquante représentants de diverses organisations. Une tion française et furent souvent un obstacle à son avancement. Ses occupations en Afrique ne l'empêchaIent point cependant de penser à sa Guadeloupe natale. Revenu en France apres l'accession des Etats africains à l'indépendance, il rejoignit rapidement les rangs de ses compatriotes antillais et travailla ardemment à faire connaître le problème antillais et à hâter le développement d'un puissant mouvement autonomiste dans les masses antillaises et guyanaises. Il fut l'un des promoteurs du Front Antillo-Guyanais pour l'Autonomie qui fut dissous par le gouvernement français, à peine sa formation , Ressentant vivement « la nécessité pour son peuple d'une désassimilation d'une reconquête de soi par soi », trop intègre pour se soustraire à sa responsabilité en tant que Guadeloupéen, il s'était lancé dans le combat en dépit de la vulnérabilité que lui conférait sa situation d'Inspecteur Général des Affaires d'Outre Mer dans l'administration française. Le gouvernement français ne manqua pas de sévir à son encontre, En effet, nommé Directeur de l'Office de Commercialisation Agricole du Sénégal dans le cadre des Accords d'Assistance Technique entre la France et ce pays, le gouvernement français ne put supporter longtemps qu'il s'occupât de l'émancipation des Antilles. Il le fit rappeler de ce poste, le mit en disponibilité forcée et le fit rétrograder de huit échelons dans l'échelle administrative, pensant ainsi le détourner de ses activités militantes par des mesures coercitives. Mais Béville avait choisi sa route, convaincu de la justesse de la cause qu'il voulait défendre, C'est dans l'intention de prendre un contact plus étroit avec son pays et son peuple qu'il se rendait en Guadeloupe. C'est dans l'accomplissement de la tâche qu'il s'était donnée, qu'il trouva la mort. Beville était, par ailleurs, écrivain et poète. Membre de la Société Africaine de Culture, il était connu dans les milieux des lettres sous le pseudonyme de Paul Niger; il est l'un des poètes antillais, africains et malgaches qui ont lancé le mouvement de la Négritude. A ce titre, il était devenu l'un des classiques de la poésie noire d'expression française. Il a laissé des oeuvres remarquables parmi lesquelles il faut citer : l'Initiation, recueil de poèmes paru chez Seghers, les Puissants, roman traitant des problèmes de la décolonisation en Afrique, paru chez Plon. Avec la disparition de Béville, la Guadeloupe et les Antilles perdent l'un de leurs plus authentiques défenseurs. G. SAINT-RUF. gerbe a été déposée ou monument aux morts et, après la minute de silence, des motions ont été portées à la sous-préfecture. COLOMBES Le 4 juillet, le comité du M.R.AP, a participé, avec les représentants de diverses outres organisations ou rossemblement ou monument aux morts. Des groupes sont également allés fleurir les ploques des résistants morts ou combat. SAINT -DENIS Le 20 juin, afin de concrétiser por un front commun la prise de conscience de l'opinion publique devant le danger raciste, le M,R,A,P. a organisé, avec la partiCipation de nombre ux antiracistes dionysiens, une assemblée d'information ou cours de laquelle Raph Feigelson, membre du Bureau National, a pris la parole. Un comité local a été constitué. Le M.R,AP. participe ou Comité de Défense des Principes démocratiques de SaintQuentin. Le 14 juin, ce Comité a entrepris une lorge action pour défendre un jeune Saint-Quentinois, Rolond Renard, puni de 45 jours de prison pendant son service militaire en Algérie pour avoir adopté une attitude conforme aux accords d'Evian . Déjà un calendrier chargé pour notre comité de Lille, qui se réuniro le 10 septembre, Le mercredi 17 octobre, il est prévu une gronde réunion d'informotion avec un libre débat sur le racisme, afin de foire connaître les buts du M.R.AP. Vers 10 fin du mois de novembre : organisotion d'une séance cinématographique antiraciste, Celle qui avait été organisée le 23 moi, avec « La Pyromide Humaine » de Jean Rouch (] remporté un vif succès: 700 personnes y ont participé. UNE CONFERENCE A NOGENT-LE-ROTROU Le 20 juillet, conférence de Roger Morio, membre du Bureau Nationol du M.R, AP., devant les participants ou Stage National d'Education populaire de la Confédération Générale des OEuvres Laïques. Sujet mis en discussion : le racisme. NOS DEUILS Le grand éditeur R;ené Jl!LLI;\~D ,. qui vient de mourir, avaIt manIfeste a dIverses occasions sa sympathie à notre Mouvement, Le livre de Jules Roy, « ~a guerre d'Algérie » qui obtint l'an dermer le Prix de la Frâternité, avait été édité par sa Maison. Cette année, quelques jours avant sa mort, il avait envoyé au M.R.A.P, un message dans lequel il s'excusait de ne pouvoir être présent à la .remise du Prix en raison de l'opératIOn qu'il allait subir, No~s expriIIl:0n~ à Mme Julliard et à sa famIlle nos smceres condoléances.

• * Notre ami Léonard Sainville, membre du Bureau National, vient d'aVoOir la douleur de perdre son beau-père, M. Paul TERRIER. A L, Sainville, à sa femme et à leur fille, nous exprimons notre affectueuse sympathie. MARIAGES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de nos Jeunes amis Monique FRYDMAN membre du Conseil National du M.R.À,P., et dirigeante du Club Amitié, et .Jean FRYCHER. Qu'ils trouvent ici nos cordiales félicitations et tous nos voeux de bonheur. , * • * Nous avons appris le mariage de M. Daniel KRZEPICKI, fils de notre dévoué ami S. Krzepicki, avec Mlle Renée-Claire BEGON. Toutes nos félicitations et nos meilleur~ voeux. ·•. Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de Mlle Josette WELLER avec M. Claude PARRY. Nous leur exprimons également nos félicitations et nos voeux. NAISSANCE Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de la petite Catherine, fille de nos amis Mme et M. ALBO. Nous leur exprimons nos félicitations et tous nos voeux amicaux. Le M.R.A.P. salue l'Algérie nouvelle Au lendema in du référendum d 'autodétermina tion, le M.R. A. P. a publié la déclaration sui vante : Le M.R.A.P. qui a lutté sans cesse, au cours des années de guerre paur une solution négociée en Algé rie, dans le respect de la dignité, des droits et des asp'irations de tous les habitants, salue avec une joie sincè re la naissance de la Républi que algérienne, voulue par la masse immense du' peuple. Le M.R.A.P. exprime à l'ensemble des Algériens, sans distinction d'origines et de confessions, qu'ils se trouvent en Algér'ie même ou en France, la fTaternelle solidarité des Français antiracistes qui restent attachés aux traditions républicaines de liberté, d'égalité ~,t de fraternité humaine. Le M.R.A.P. espère qu'après les dures épreuves qui ont déchiré la terre algérienne, le nouvel Etat v'i vra prospè, e et heur~'ux, sous le signe de l'amitié entre tous ses enfan ·ts, de la démocratie et d'une fructueuse coopération f;anco-algé rienne. •*• D'a utre part, le président du M.R.A.P. a adressé au président de l' Exécutif Prov isoire et au président du G.P.R.A., ce télégramme : Mouvement contre le Racisme, l'Antisémit'isme et pou,. la .Pa ix (M. R.A.P.l tou jours attaché défense d ignité et éga lité tous les hommes, vous exprime sincères fé licitations et frate rnelle sol idarité pe uple a lgérie n, pour naissance Algérie nouvelle sous le signe a mit'ié ent re citoyens d'origines divenes, pour démocratie, progrès ~,t coopé rat ion franco - algérienne. Piene PARAF. Dans l'allégresse sous le (SUITE DE LA PAGE UNE.) serv ice d'ordre ja il lissait de la foule, participait à la joie générale. Et quand, au terme de ces journées de liesse, le G. P.R.A. a demandé que cessent les réjouissa nces, avec la même discipline, le même sens civique, chacun a repris le travail, les camions sont repartis vers le bled. LA VIE CONTINUE ... Après les multiples assurances données par les responsab les du F.L.N. à tous les échelons, après les contacts pris au cours des semai nes précédentes, ces fa its ont confirmé les Européens et les ju ifs restés en Algérie dans leur volonté de coopérer. Les ultras de l'O.A.S. annonçaient depuis longtemps, d'abord pour le jour du cessezle - feu, puis pour l'indépendance, une véritab le apoca lypse. Or, il n'y a pas eu de « massacres » ; la c' descente de la Casbah » s'est réalisée ... dans les rires, et les embrassades. La présence de l'Armée de Libération Nationale - peinte naguère a ux cou leu rs les plus épouvantables - était désormais considérée comme une garantie de sécurité. : - Du moment que l'A.L.N. est là, il n'y a ura pas d'histoires, entendait-on dans les quartiers européens. Cette confiance renaissante, et e n tout cas le dés ir de « s' intégrer » à la vie nouvelle s'est exprimé, le jou r même du réfé rendum, par la parti cipaticn au vote de nombreux Eu ropéens, dans des proportions qui dépassai ent toutes les pré vi sions, à Bab el Oued surtout. Beaucoup d' Européens qui a vai en t souhaité la victoire de l'O.A. S. envisa gent la s ituation comme une so rte de match. Ils reconna issent qu' ils ont perdu la partie, si-gne de qu ' il n' y a plus rien à faire . Alors, ils en tirent les conséquences, sportivement - et la vie continue .. . Bien plus qu'une répression épisodique, cet état d'esprit d'une part, et d 'autre part les efforts des li béraux et des musu lmans pour montrer aux Eu ropéens les perspec\ ives réelles qui leur sont ouvertes, ont " bauti peu à peu à l' iso lement des chefs ce l'O.A.S. : leurs actes appara issant voués à l'échec, ils n'éta ient p lus suivis. Les responsa bles et les commandos se sont enfuis, grâce à des compl icités ha ut placées dans l'administ ration française. - En Algé rie, c'est foutu, estiment-ils. C'est en France maintenant qu 'ils comptent déve lopper leurs activités. « ICI, ON ESoT CHEZ NOUS » ••• j'ai par lé avec des Eu ropéens, avec des juifs qui m'ont dit pourquoi ils entendaient continuer à vivre sur la terre algérienne. S'i l est vrai que l'arrivée des repliés prend en France un caractère spectaculaire, il faut bien constater qu'une très forte majorité des Européens demeurent en Algérie. Et, parmi ceux qui sont partis, combien de vacanci ers ou de repl iés provisoires qui ont l'intent ion de revenir ? On constate aussi que proportionn ellement, il est re sté plus de jui fs que d'Eu ropéens. Rue de Chartres, rue de la Lyre, parmi les juifs algé rois, j'ai recue illi partout les mêmes propos - Ici, on est chez nous. Il y a bea ucoup à faire ... Et puis on parle l'arabe ... J e va is écrire à ma famille de revenir. Un cafetier m'a dit Nous devons rest~'r, car un pays sans juifs est comme un pain sans sel. La célébration , a de l'indépendance Paris Ils s'étonnent que les journaux fran çais pa rlent beaucoup plus de ceux qui quittent l'Algérie qUe de ceux qui ont choisi d'y vivre et d'y travailler. Mais plus significatives encore que les paroles, il y a ces réunions organisées à Alger, par exemple, par les libé raux, avec la participation de responsables F:L.N. de la zone autonome, et où musulmans, juifs et chrétiens ont discuté ensemble des accords d' Evian et de l'avenir de leur pays. Les Algérien s vivan t en Fra nce ont , eux a u ss:, célébré dans la joie , l'indép enda nce de leur pays. Dans les quartiers et les locali tés où ils habitent, le 5 juillet , qui était p our eux jour férié, fut consacré aux r éjouissances : défilés da ns les rues, r epas communs dans les cafés , p étards , dra peaux, chansons et danses ... La Fédér ation de France du F .L.N. a va it organisé , à Paris, plusieurs r éceptions où éta ien t invitées les p ersonna lités et les organisations qui ont lutté pour la p a ix et contre le r acisme au cours de ces d ernières années. Mais la plus importa nte de ces r écept ions, fixée à 18 h eures, à l 'Hôtel Continental, près de la Concorde, n 'a pas pu a voir lieu : l'O.A.S. a vait a dressé des menaces à la direction de l'hôtel, et les pouvoirs publics n 'avaien t p as pris les mesures n écessaires pour en assurer la sécurité. Devan t les grilles fermées, de t rès nombreuses p er sonna lités, p a rmi lesqu elles les membres du cor ps diploma t ique, ont stationné longuement, exprimant a insi leur p r otestation contre ces méthodes. C'est notre présiden t , M. Pierre PARAF, et Albert LEVY, membre du Bureau Nation al, qui étaient venus représenter le M.R.A.P . à cette r écep tion .

  • A la réception, orgamsee pa r l 'Amicale

des Travailleurs Algériens , qui s 'est tenue à la sa lle des Hor t iculteurs, le M.R . A.P. était r eprésen té par notr e secr étaire gén éral, Charles PALANT, et par Fer- En l'honneur d'Henri ALLEG Une r écept ion organisée p a r le Syndicat des journalistes a eu lieu à Pa ris en l'hon· neur d'Henri Alleg, l'héroïque auteur de « La question ». « Droit et Liberté » était représenté à cette réception par n otre r édacteur en chef, Albert Lévy. Nous voulons croire que le journal dont Henri Alleg est directeur, « Alger Républicain », qui s 'est t ou.iours prononcé pour la fraternité et la coopération entre Algériens de toutes origines, pourra repara ître bientôt. Nous sommE'S heureux de saluer, d 'autre part, la reparution du mensuel « L'Espoir », le courageux organe des libéraux d'Algérie, dont le premier numéro publié depuis le cessez-le-feu vient de nous par- ,·enir. . nand et Marie-Eve BENHAIEM, membres du Bureau National. M' Armand DYMÉNSTAJN et Henri CITRINOT, membres du Bureau National, on t également r eprésenté notre Mouvement à la r éception organisée par les étudiants algériens, d ans leur Foyer du 115, boulevard Sa int-Michel. Ces diverses ma nifestations se sont dér oulées dans une a tmosphèr e ch a leureuse et f r aternelle. Il y a aussi les scènes de « frate rni sation » s incè re et spontanée qui se sant produites un peu partout. A Sétif, j'ai a ssisté au retour délirant de Ferhat Abbas. Un co lon, qui est mon ancien camarade de classe, un avocat juif, le commissaire central et d' autres notables l'entouraient, l'embrassai ent au mil ieu de l'enthous ias me géné ral. j'ai vu , à maintes reprises, des gendarmes ou des C.R. S. étre indre des soldats de Prix de la Fraternité ROBERT MERLE L'ile "L' ILE el/richil /IO/re fi llùalilre exotiquc el maritiIlle d'llIle oeU I're imporla/ile, aux quufiles I/([ITal il'es dc prclllier ordre. " A. BlLL\' - Le Figa ro "L' ILE est I/n beau cOI/ te d 'amour et de mort, dal/s le gel/re 1/1/ des lIIeilleurs rO/l/(//Is depuis I5 al/s . " n . PO L LET - n i' a rol " UI/e rea!ile romal/ esque il/calllestable. " J . 1I 0 WLETT - l'Express " Ce fil're él/Orllle el vif, sans ulle IOl/g ucur, d'IIII prodit;ieux hUlllour iusque dans la violl'I/ ce. " n . i\IASSON - Candide " UI/ g ralld livre d 'avelllures et lin grand livre d 'idées. " Les Libraires savent lire " UI/e réussÏle étonnante, 1/1/ très beau roman. " O . TODD - France Observa leur " Quelle joie de pal/ voir saluer enfin lin vrai romall . " P . DE BOISDEFFnE - Nou ve lles Lill o,"ires "Tout chargé de poésie, du sel de ta mer et de la joie de vivre, L'ILE appartient à tOIlS ceux qui ont souci de l'holllllle et de sa dignité." A. wURMs En-:- Lellres Fra nça ises 9 générale, 1, ami- t-le, ..• l'A.L.N . et danser joyeusement avec eux. Pendant un défilé, à Alger, sur les marchepieds de l'ambul once de l' hôpital d'El Quettar, j'ai vu trois médecins : un musulman, un Européen d'Algérie, et un venu de France; sur le toit, des infirmières musu lmanes et européennes dansaient ensemble le twist .. . UN MEDECIN APPLAUDI ... Ce qui ne signifie pas évidemment qu'il ne se pose aucun prob lème . .. ,D'abord, il y a cette ombre d'Oran, la seule ville où des incidents ont eu lieu : un des derniers comma ndos de l'O.A.S. a tiré sur un cortège de musulmans ; des éléments incont rôlés ont riposté ; l'armée, la police s'en sont mêlées ... Et l'exode s 'en est trouvé accéléré. On sait que l'A.L.N. a pris des mesures draconiennes pour rétab lir l'ordre, pour assurer la sécurité de tous, et en particulier des Européens. De même, dans les différentes villes, si certains logements abandonnés par les Européens à proximité des bidonv illes, ont été occupés par des musulmans, cela n'a pu se faire que dans des conditions régulières, avec des bons de réquisitions, et en roison de leur situation géographique ; dans les autres quartiers, les autorités algéri ennes ont fa it évacuer les logements indûment occupés par des « squatte rs » musulmans. De toute év idence, les dirigeants désirent créer des cond itions susceptibles de donner confiance aux Européens. Ils entendent respecter les règles démocratiques, affermir la léga lité. Et dans la plupart des ca s, il leur est inuti le de recourir à la contrainte. Pendant la pé riode des fêtes, j'ai vu dans la Casbah, un homme qui avait vo lé une vo iture, et que l'on promenait avec une pancarte au cou, partant cette inscription

« je suis un voleur, je fai s honte à

man peuple » . De même, c'est en toute spontanéité, je l'ai dit, que les musulmans fraterni sent avec les Européens. La coopération franco- algérienne n'est pas pour eux un va in mot. Les médecins venus de France au moment où l'O.A.S. commettait ses crimes quotidiens, joui ssent en particul ier, d'une énorme popularité. Avec leur concours, les Algériens - dont beaucoup n'avaient jamais été chez un docteur, faute d'argent - font l'expé rience de la médecine gratu ite. L' un de ces médecins, que l'on recon naît fac ilement parce qu' il est grand et b lond, est a ppla udi tout le long des rues, qua nd il circu le dans la Casbah. QUE SERA L'AVEN IR ? L'Algér ie doit fa ire face aujourd' hu i à d'immenses problèmes. Il fa ut donner à ma nge r aux « regroupés », faire t ravailler les Chômeurs, alors que beaucoup d 'entre prises sont fe rmées, il faut mettre sur pi ed un nouve l a ppare il d' Etat, il faut instruire la je!Jnesse. Les oppos it ions qui s'expriment au sein du G.P.R.A. attisent parfois les c rai ntes des Européens qui redoutent de faire les fra is des heurts et des surenchè res poss ibles. En fait, ce confl it, purement inte rn e, et qui semble en vo ie d'ê tre résolu, ne dait pas influer sur leur sort. Sur les a ccords d' Evian, sur la coopéra ti on a vec les Européens et sur les go · ranties qui leur sont reconnues, il n'y a pas de d ive rgences e ntre Ben Khedda et Ben Be lla. Ce lui-ci a tenu à rappel e r, récemment encore qu'il avait participé aux négoc ia t ions d' Evian et qu ' il a va it en voyé au C.N .R.A. un mandat écrit approuvant les accords conclus. Dans ces conditi ons, et surtout après les journées exa ltantes de l' indépendance, on est en droit de regarder l'aveni r avec optimi sme. Les Européens ont en Algérte leur place, et un rô le important à joue r. S' ils aiment, comme il s l'ont tant répété, ce pays, qui est leur pays, où ils ont leur travail et les tombes de leurs ancêt res, ils do ivent y demeurer au y revenir, ils doivent parti cipe r à l'oeuvre commune, sans c raintes et sans réticences. D'autant plus qu'après trois années d'expé ri ence, ils auront la possibilité soit de devenir Al gériens, so it de rester Français, même en vi vant en Algé rie. C'est d'eux, en grande prati e, que dépend leur propre sort . A mon a vis, la « garantie des garanti es » ,c'est l'esprit fraternel des Algériens, leur courage, leur lucidité. C'est la vie, plus forte que les haines. C'est la volonté de tout un peuple qui prend en main son destin . Albert-P'oul LENTI N. 10 ----------------------------------------------------------·----------------------------------- Memmi n'est pas plus différent de moi que moi de lui à les nier, mais toute différence est bilatérale

Memmi n'est pas plus différent de

moi , que moi de lui. la vérité est que tout 1 Jacqu._e_s_PN_ r _A_N_T_E_T_, milieu (même sons ségrégation systématique) et tout enseignement confessionnel (même non sectaire) entraîne chez celui qui y partiCipe ou le reçoit un certain comportement moral et physique, lesquels sont caractéristiques. J'en témoigne volontiers, étant issu de père et de mère d'un catholicisme millénaire ct sans faille. Elevé par les marianites, puis pris en main, comme beaucoup de jeunes intellectuels chrétiens, par les dominicains, je suis parfaitement conscient de mes « différences ». Récemment encore, je gardaiS la mauvaise habitude de me frotter longuement les mains, à l'image de nos bons pères. la belle affaire, puisque Memmi et moi, nous sommes avant tout, l'un et l'autre, des êtres humains, quels que soient son agnosticisme ou ma foi. A ce propos, ce qui m'embarrasse seulement en lui, est ce mélange, saisissant à mes yeux, de libre penseur et d'inquisiteur. Si Memmi était catholique, il serait intégriste. Il n'est ni l'un ni l'autre, de toute évidence! Et puis, est-il aussi agnostique qu'il s'affirme ? Peut-être l'apprendrons-nous en lisant son prochain livre. Les discussions suscitées par le « PORTRAIT D'UN JUIF », d' Albert Memmi, ne sont pas près de s'épuiser, étant donnée l'importance des problèmes soulevés par cet ouvrage. Après les points de vue de Roger IKOR, Marc - André BLOOH, du président GRUNEBAUM- BALLIN et des observations de l'auteur lui-même publiées dans nos deux derniers numéros, nous donnons ici trois autres opinions : celles de MM. Henry LEVYBRUHL, profess~ur honoraire à la Faculté de Droit, Alfred GRA~T , secrétaire général de l'Union des Sociétés Juives de France, et de l'écrivain catholique Jacques NANTET. L A lecture de Portrait d'un Juif, le dernier livre d'Albert Memmi, me laisse une double impression: l'une agréable, l'autre qui l'est moins. la première tient au style de l'auteur, à la facilité de l'écriture qui est fa scinante dans son élégante spontanéité. Albert Memmi est un vrai écrivain. Mais cette ~ auce piquante, si déliée, ne m'a pas empêché de percevoir le fond, au goût plus ôcre. Non certes que je reproche à l'auteur de s'exprimer sur le judaïsme et les juifs. Je l'ai fait moi-même, qui suis ca tholique

et je ne vais pas si loin que ma

vieille amie Arlette Gregh, lorsque je lui exposais des projets -de cet 'ordre -: ~( -w..{:. fiez-vous, conseillait-elle, car tout 1 ivre sur le judaïsme est déjà antisémite ! ». Cependant, je ne puis me retenir de sentir que :elo est assez dangereux. Bien sûr, il y a la psychanalyse ! Quel homme de bon ton ne se psychanalyse pas, aujourd'hui ? C'est la mode, alors qu'au lendemain de la Libération, souvenez-vous, on ne parlait que d'ambiguïté. Mon ardeur relativement juvénile m'y portait, à l'exemple de mon entourage, et j'entendrai toujours la réflexion désabusée d'un autre vieil ami, le Père Maydieu, qui s'efforçait de calmer mon enthousiasme: « l'ambiguïté passera, ni plus ni moins que le reste ». Et, en effet ; mais la psychanalyse, elle, n'est pas encore dépassée, d'où Portrait d'un Juif et quelques autres. Notre devoir: rapprocher les hommes VOilA ce que je pense de la « médication par la lumière » (Roger Ikorl, qui m'apparaît être plutôt, en l'occurence, exaspération des différences entre juifs et non-juifs par une trop soigneuse introspection. Cela dit, des différences, il y en a, et heureusement ; que le monde serait morne sans elles! Je suis le dernier Un tableau LE « PORTRAIT D'UN JUIF » d'Albert Memmi est, à notre avis une oeuvre utile par la masse d'éléments centralisés concernant ce sujet dramatique. En vérité, nous nous trouvons en présence d'une multitude de portraits, comme dans cette fresque de Benn englobant 12 remmes. On trouve chez Memmi une gamme entière où la physionomie, la· religion, l'héritage culturel, le particularisme économique, le mythe forment une musique dodécaphonique. Tout le monde n'est pas adepte de cette musique moderne. Les critiques faites à Memmi en témoignent. Mais notre auteur n'a pas faussé les tons. On ne peut pas lui repprocher d'avoir caricaturé le juif. C'est vrai qu'il n'innove pas dans certains détails et qu'il reproduit des arguments des antisémites. Mais pouvait· il procéder autrement dans sa conception de présen· par Alfred GRANT ter un portrait complet? Nous lui repro· chons plutôt le contraire. Son « Portrait » est trop cadré, trop « pauvre ». La vie juive est plus riche, plus complexe. Memmi ne connaît pas, visiblement, l'ouvrier juif, sa formation de combattant qui a donné naissance à une pléiade de héros, depuis le cordonnier Hirch Iekert, qui en 1905 a tiré sur un satrape tzariste à Vilno pour venger l'injure infligée par la flagellation d'un gréviste juif arrêté, jusqu'aux groupes de combat juifs contre l'occupant en France, en passant par la compagnie juive « Botvine » dans l'armée républicaine d'Espagne. Albert Memmi s'est trop enfermé dans ce cercle d'idées et de conceptions qui l'entourent. N'est-ce pas caractéristique que les traits du « portrait de gauche » soient les plus flous, les plus vagues, les plus vaporeux. En effet, l'auteur donne l'impression d'avoir étudié ce côté d'une manière superficielle ; son argumentation se base sur des propos échangés autour d'une tasse de café avec des interlocuteurs peu valables. Il compte même avec les calomnies Classiques des journalistes - pas même des penseurs - antisoviétiques et anticommunistes. Et pourtant, c'est ce « portrait », qui donne une consistance au personnage, tous les autres étant appelés à se transformer, à recevoir le sceau de l'histoire. En effet, le juif-mythique, tel que le peint l'antisé· mite, ne survivra pas aux coups de la to· lérance, de la fraternité entre les peuples ; le juif-économique, tel que l'on créé le O " ne peut que s'incliner devant le courage, la sincérité d'Albert

\Iemll1i. Hanté, obsédé par

la « question juive », révolté par l'injustice plusieurs fois. l:nilIén.aire dont sont victimes nos corelIgIOnnaires, il a voulu, lui aussi, après tant d'autres, décharger sa conscience, mettre son coeur à nu. Il l'a fait, je le répète, avec une absolue bonne foi, sans rien vouloir cacher des qualités ou des défauts qu'il attribue à son appartenance à la race juive. Peut-être y a-t-il là une certaine exagération car ces traits qu'il relate sans humilité comme sans forfanterie, on pourrait sans doute les retrouver ailde' sespe, ran t 1 féodalisme et le capitalisme, ne se perpétuera dans une nouvelle structure sociale, la structure socialiste ; le juif-héritage-cul. turel se métamorphose sous nos yeux ; on pourrait continuer sur cette lancée. Mais, ces considérations deviennent sans objet, ou plutôt, académiques, quand on se souvient que les nazis ont simplifié le prOblème : pas de sélection entre les divers « portraits ». Tous au four crématoire. C'EST par conséquent un sujet sociologique et politique, qui a été traité par M. Memmi. Mais, malheureusement, par un procédé pathologique. Si l'auteur a raison de dire, que le destin juif a des points communs dans l'insécurité, on constate que la peinture des défauts et des qualités des Juifs, de leur héritage ou leur religion, de' leur visage actuel, se trouve repoussée vers les couleurs blêmes, cédant la place à l'expression du visage, à l'angoisse. Mais, alors, ce tableau devient fataliste, désespérant. C'est un lapin enfermé dans un clapier, dans l'attente de l'égorgement. Dans les dernières pages de son oeuvre, je le répète, très importante par la somme de pensées, d'observations, de réflexions, notre auteur note: « Il est même possible que nous soyans entrés dans une périOde toute nouvelle de l'histoire, qui verrait enfin la liquidation progressive de l'oppression subie par le Juif depUis si longtemps » (page 296). Ce rideau entrebaillé sur une issue de secours, de sauvetage, se trouve contradictoirement obstrué par une autre constation : « La réaction m'exclut... le socialisme et la révolution me nient» (p. 207). Notre auteur débouche effectivement sur une impasse, qui est le sous· titre du livre. Une impasse, un cUl-de·sac, un tunnel sans issue - on n'y voit plus clair. Memmi arrive à lancer un faux slogan : « Au XIX' siècle... nous avions à lutter pour le droit à l'égalité ; au XX, siècle, nous avons à lut· ter pour le droit d'être différents» (p. 76). C'est une phrase « ronflante », mais elle contient deux éléments opposés. Car, au XIX' siècle (dans certains pays même au XX' ), le point n° 1 de la politique juive consistait à obtenir l'égalité 'en droit, l'émancipation à la manière française, tandis qu'actuellement, quand nulle part les Juifs ne sont soumis aux conditions de l'arbitraire féodal, civiquement parlant, le combat consiste pratiquement dans la préservation de l'existence physique. La lutte pour la différenciation n'a aucun sens, au moment où on vous refuse la vie. (Suite page 11 .) leurs. :\Iais passons : le but de l'ouvrage est clair ' : rauteur a voulu, par cette confession publique, se libérer de ses complexes, et, sous ce rapport, nous a donné un livre des plus émouvants.

'lIais, dans le dessein de l'auteur, ce

portl'ait n'est pas celui d'Albert Memmi. Le titre le dit clairement : c'est l'image d'un Juif, c'est-à-dil-e d'un Juif parmi PAR Henri LEVY -BRUHL Professeur honoraire à la Faculté de Droit de Paris des milliers d'autres, et dont les caractéristiques essentielles sont communes à tous. En s'analvsant avec toute l'honnêteté et le scrupùle dont il est capable - et aussi, je l'ajoute, avec un grand talent - M. Memmi a voulu camper le pel'sonmu;e du Juif tel qu'il se rencontre dans tous les temps, dans tous les pays, dans toutes les conditions sociales. C'est dire que l'auteur a délibérément admis qu'il existe une race juive ayant ~es traits propres, aussi bien somatiques qu'intellectuels ou moraux. La question est pourtant moins simple qu'il ne paraît. A supposer même - ce qui est très douteux - que les premiers Juifs aient appartenu à U~1 petit groupe ethnique, ce groupe n'a pu se perpétuer au cours de tant de siècles dans sa pureté première, et l'on doit tenir compte non seulement des mariages mixtes, mais aussi des conversions au judaïsme qui ont été bien plus nombreuses qu'on ne le croit généralement, comme l'a prouvé l'historien Louis Halphen. M AIS,- même si l'on admet que la communauté juive forme un ensemble homogène, spécifiquement différent des populations qui l'entourent, conyient-il de prendre son parti de cet isolement, de cette segrégation de fait? A cet égard, M. Memmi paraît partagé entre deux sentiments. Le premier est la révolte. Lorsqu'il dit, après Henri Heine, qu'être Juif est un malheur, il exprime là l'horreur que lui inspire l'attitude des non-Juifs qui, dans leur grande majorité, consciemment ou inconsciemment, nous sont hostiles. Mais, en même temps, il semble qu'au fond de son coeur, il se iasse gloire de différer ainsi du reste de l'humanité, et que les souffrances, les persécutions, les abominables massacres dont nous avons été les témoins ou les victimes renforcent en lui une manière de sombre orgueil. Son livre est un cri de défi : « Je ne vous ressemble pas. Je ne veux pas vous ressembler! » Cette attitude est émouvante, pathéti- que même. Te ne pense pas qu'elle soit de nature à diminuer la tension, à combler le fossé creusé entre les Juifs et les autres hommes. Pour y parvenir, il existe, à mon avis, deux moyens. et deux seuls. Le premier est radical. Il consiste à se séparer de la nation où l'on a vécu pour aller s'établir dans un nouveau milieu national, dans un nouvel Etat où les Juifs, vivant entre eux, seraient assurés de ne rencontrer aucun préjugé d'ordre social, où ils seraient libérés de cette atmosphère de suspicion et de mépris qui les entoure presque partout ailleurs. Cette solution existe. Elle est entrée dans les faits depuis la création réceote de l'Etat d'Israël, et l'on peut dire que l'expérience a réussi, puisque, grâce à un effort tenace et héroïque. malgré tous les obstacles d'une nature hostile et de voisins agressifs, Israël subsiste et prospère. Mais un tel remède ne saurait convenir à tous. II implique, je l'ai dit. une rupture avec l'Etat où est le Juif. Or cette rupture n'est pas toujours possible ni souhaitable. II convient, à cet égard, de distinguer parmi les Juifs. Dans l'ensemble ceux de l'Europe occidentale {France Angleterre, Italie, Allemagne, etc .. . s~nt depuis longtemps implantés sur le territoire qu'ils habitent, en sont des citoyens fidèles. Ils ne considèrent pas qu'ils puissent avoir une autre patrie. Dès lors ils ne sauraient se résigner à la quitter pour s'établir dans cet Etat du Proche-Orient où , le plus som'ent, ils ne sont rattachés que par des 1 iens historiques assez lâches et qui yont 'amenuisant. L'immense majorité d'entre eux préfèrent demeurer où ils sont, ce (lui ne veut pas di re qu'ils s'accommodent de l'antisémitisme dont ils sont victimes. C OM:\IENT en diminuer l'intensité et, à la limite, le faire disparaitre? Pour y parvenir il faut, semble-til, ne pas perdre de vue que la « question juive » est un cas particulier d'une situation beaucoup plus générale : celle des minorités ethniques (ou soi-disant telles). C'est un fait sociologique bien avéré qu'un groupe humain supporte malaisément dans son sein un autre groupe fortement organisé et ayant un comportement non pas même opposé, mais si1llplement différent du sien. Sans doute cela est-il plus vrai des sociétés archaïques ou antiques, que des nôtres, où, sous l'action de facteurs surtout économiques, un tel brassage s'opère entre )es éléments de population que ces questions de cohésion ethnique ont tendance à perdre de leur importance. II serait toutefois absurde et dangereux de les négliger : si l'on en était tenté, les souvenirs atroces de la dernière guerre seraient là pour nous rappeler que le racisme est encore terriblement vh·ace. l E meilleur moyen de combattre n'est pas de souligner la différence entre les « races », mais au contraire de l'atténuer, d'inviter les Juifs à s'intégrer dans le milieu national où ils vivent, à multiplier les contacts avec les chrétiens et les non-croyants, yoire de sacrifier un certain particularisme auquel ils sont sentimentalement attachés, mais qui ne peut pas ne pa provoquer une réacti.Qn de malveillance ou même d'hostilité. Je citerai parmi ces manifestations le repos du samedi, obsen-é par un certain nombre de familles juives dans un milieu national où le jour de repos est le dimanche, l'ayersion pour les mariages mixtes, inspirée par le souci, vraiment périmé, de sauvegarder la pureté de la « race », et jusqu'à certaines pratiques alimentaires datant de l'Ancien Testament. Sans doute aussi conviendrait-il de mettre fin à la coutume de donner aux .r uifs un nom biblique, sorte d'étiquette marquant aux yeux de tous une discrimination qui ne répond plus à rien, au moins dans la plupart des cas. Entendons-nous bien : il ne s'agit nullement de renier nos orig-ines. Il y aurait déshonneur à le faire. Si les Juifs sont persécutés, tous doivent souffrir ensemble. Mais il n'y a, pasJieu non .plus d'afficher, d'un air de défi, notre appartenance au judaïsme, comme le fait M. Memmi. Bien mieux il me paraît confOl'me à l'intérêt des Juifs franGais (je ne par:le que de ceux-là) et en même temps compatible avec l'honneur le plus exigeant. de ne pas discuter à perte de vue sur le « problème juif» comme s'il s'agissait d'une énigme insoluble. d'un phénomène unique, fatal et éternel. II est, au contraire probable qu'il cessera ll'exister quand « les autres » auront appris à pratiquer la tolérance, et que nous-mêmes aurons fait - sans rien renier de nous-mêmes - l'effort nécessaire pour nous intégrer plus étroitement dans la communauté nationale.


William FAULKNER • et le roclsme IL est des romanciers qui ont tant chanté le coin de terre où ils sont nés, si minutieusement buriné les visages d'un groupe humain attaché au même sol, à tel ou tel moment de l'histoire, qu'ils se sont, de leur vivant même, et pour étranger que leur univers pui sse nous paraître, identifiés à jamais à un certain ciel, à certains paysages à une certaine manière de' vivre et d_mourir. Ainsi, de notre ~Iauriac et des Landes; ainsi, outre-Atlantique, de William Faulkner et du Sud, La mort, qui v ient de frapper Faulkner, n'avait cessé de planer SUl' son destin et de gronder dans son oeuvre. La guerre de Sécession avait rume ses parents, riches planteurs du Sud; la première guerre mondiale ava it fait de lui un pilote, engagé da ns l'aviation canadienne ; l'un de ses premiers romans (dont l'adaptation scel11que permi t à l-L Barrault de faire ses premières a rmes théàtrale) s'appelle « Tandis que j'agom'se »... Et toujours, au fil de ses pensées. nous retrouverons la guerre ( « Monnaie de singe »), le lynchage ( Trei::e hütoires »), le meurtre (( L'Intrus »), et leur cortège d' a nl~o i sse et de désespoir. Ce monde où règnent - autre titre symboli que - « le B ru it et la FI/reur », Faulkner l'a peuplé de dégénérés et de brutes. qui vont de crimes en suicides, et de viols en incestes. Atroce - jusque dans un humour qui n'appa rtient qu'à lui -, ce monde est a ussi d 'un aborcl diffici le - la chronologie y est brisée par de fréquents et subtils retoUI'S en a rr iè re. et la phrase faulkn ériennc, pa r fois si longue .. si dense, déroute qui n'a pas pratiqué, peu ou prou, lcs g uides spir ituels cie ce romanci er, J oyce ou Virginia \\' ooIL E t ccpendant F a ulkner conn aî t une gloi re universelle, consacrée en 1930 par l'att ribution du Prix Nobel. D 'où vi ent cet écho rencontré par son oeU\-re? Quelles fibres profondes fait-elle vihrer en nous? Laissons parler Faulkner lui-même : « Je suis n H paysall. A1 a v ic, c'est la terre, les chevanx, la prodnctio1! des qrai- 1/es ct de la nourritl/re. Je me suis mis à écrire parce Que ;'aimais cela ... mais 11 'a re ql/'U1/ érrivaiil, ce 11' est pas ma '( 'l e . •. Je IlC suü pas même Wl hOlllllle illstruit , je lI'aimais pas l'école. et Je rai QI/ ittée à peu près ql/alld j'étais Cil prcmière ... » ( 1) . L'homme est simple, direct, et contra irement à tant d'hommes de son pays - ou d'aill eUl's - il a des racin es. Cette fo r ce, cette '-humanité, nous la retrouverons dans son oeuvre. N'en voyons pour preuve que sa fa;on d'abordcr le probl èl}le majeur de son Sud bi en-aimé, le r acIsme. Et cet « attenti sme », Faulkner en fa it une yertu : cc __ • ceux qui SOltt v ictimes de cette injustice doi,,'ellt ê.tre cel/x qui al/rout le plus de patiellce ... Ils do ivent être ca pables d'dTT E X D RE (xx) plutôt que de glisser à l'irréparable sous l'e lllpire de la cmiute . » (7). Le « gentl cman [armer » qu'est F a11lkner. bercé pa r les chansons des « hons noirs » du S ud rural de son .~ nfiln ce, croit ,"oir di sparaître les ha ines de race, au creuset des générations nouvell es. l\Ia is. en industri ali sant le Sud - et en fai sant 1llürir (en Afrique par exemple) « les raisills de la colère » - la deuxi ème guerre mondiale a miné l'univers de Faul kner. a iguisé ses contradiction s. et épuisé la pati ence des noirs. La ~oupe est pl eine - Little Rock ou :\Iartin Luthcr King-. J'ont prouvé. C n spéciali ste frança is ayerti a pu parl er de « l'irrésitible PO L'SS EE (xxx) des n oirs. » (8) . Sudi ste nostal g-ique, Faulkner avait le r espect des noirs - pal'ce qu'il ava it celui de tous les hommes. Les contradictions cie 5011 oem-re sont celles d'un milieu. d'un e époque, d'un homme yéritabl e. Ell es nous rendent plus chel' encore ce qui : dans ses écrits. tél11 o i ~n e pour l'avenir de sa foi en la f ratemité. Jean DROIT. De (1) à (7) : cf cc Esquire », décembre 1958 : cc Faulkner au Japon ». E."'ltretien avec - et impressions de - William Faulkner. (8) Claude Julien : cc Le Nouveau Mon· de » (Julliard 1960). x, xx, xxx. Souligné par nous. Robert (Suite de la page centrale) j amais, et il paraît incroyable que. même en France, il n'y ait pas une loi qui interdise l'excitation à la haine par écrit ou pal' la parole. Je crois qu'il faut comprendre que le racisme et le nazi sme sont 1 iés, que le racisme et le fasci sme ne font qu'un, ne sont que des a pects différents d'une même chose, et que la volonté d'asservissement essaie toujours de se fonder su.r la discrimination. Et je pense (lue l'un des grands mérites du M.RA.P. . réci sément. c'est de ne pas seulement 1 ·tter contre le racisme et contre l'anti: 'mitisme, mais de lutter pour la Paix. A la fin de mon roman « L'Ile », on , a fait tout à l'heure une allusion, deux 1 0111mes, Tétahiti, un Tahitien et Purcell, un Britannique qui se sont trouvés presque ennemis au cours des massacres, se retrouvent. se réconcilient et la dernière phrase de cette scène que j 'ai ·~crite avec beaucoup d 'émotion. comme la demière phrase du livl'e, c'est la phrase que prononce Tétahiti quand il retrouve Adamo : « Adamo. 1110n frère, je t'ai trouvé » • Quand j'ai écrit cette phrase. il y avait dans ma pensée l'espoir qu'on re- L'ut: 1 'UI' des salo liS de l'Hô/cl Llttétia alt début de la l'écep tioll. PRECISION Dans notre dern ier numéro, parm i les précédents lauréats du Prix de la Frate r' lité, nous a vons omis d' indiq uer que l'an dern ier, en décerna nt le Prix à Ju les Roy, le Jury ava it tenu à signa ler, entre autres, le livre de Mich èle Lacros il, « Sapotille et le Serin d'Argile » et cel ui d' Henri Alexandre, « Ceux qu'emporle le train ». Voilà l'omi ssion réparée, avec nos ex « ri Mamlll\' Caroline B arr - A1issü cuses aux intéressés. sippi - 1840 ~ J9-to - qui est lI ée escla- 1'e ct qui a dO llné à ma famille U1/e fidélité saus limites ni espoir de -récompellsc, et à 1110 1/ cllfan ce, 1111 dévouelll el/t et U1/ amour il/finis. » Cette dédi cace de « Go dowu, llIoses » recoupe l' interview déjà citée : « ... J'a i .qra/ldi a,,'ec des enfants noirs. 111a 1/0 1/ 1'rice était noire, lai dOr/l/i dalts so n lit et les en fants noirs et moi dorlll io lls ellsemble dans le même lit... D'eux Il moi, l'as plus q1t'à quiconqlte, il n'y avait de diffé rence. J'ai -remarqué cela avec mes propres enfants. C'est seulement qualld 1f1l ell/aut devient !tn h01llme llltÎl'. et s' intègre à l' économie. que ce refus latellt (N. cl. T. : de se mêler a ux noi rs) a l'paraît. » (2). UN TABLEAU Faulkner le proclame : « L e problème l'acial dal1s mOn pays cst lm problpille économique. » (:~ ). Ceux qUi prétendent justifi er le r aci sme en s 'appuyant sur la Bible - « si le Seigneur avait v Oltlu que (le nèg re) fitt notre égal, il l'e Îl.t fait blauc » -, le croyant Faulkner les condamne : « __ . ie m'élève cont-r,e " avilissement de leur raisolt, non contre celui que trahiraient leurs mobiles; car l'h 01llme l!lt~ tera to ujours pour des l'aisolls écoll omiques - mais qu' il ne déguise pas cela par le mensonqe . » (-t) . Faulkner, donc, met ù nu le fondement économique du racisme, et a rrache ses masques pseudo-rcli g- ietlx. Il ya bi en pl us loin : « N otre 1'acis7ll e, auJourd'hui, souille 110n seulement le v isage de l'Amérique, mais celwi de toute l'humanité. » ( ; ) . C'est alors qu'une illusion pathétique, en germe dans ces mots d éjà cités (2) : «quand l'enfant devient ml hOlllllle mûr _ . », s'empare de cet h0111me s incère et lucide, de ce romancier pui ssant : « (que le noi-r) ATTENDE (x ) se ulement la 1/lort de auelqul'ç ,·i ~' lïl{)rds. dans le Sud __ . qualld le pro blèlllc .1c7·icllt celui r/rs je ulles. le problèllle dispa raît. » (6). DESESPERANT (S'uite de la page 10) A notre avis, M. Memmi sortira de l'im· passe quand il débouchera plus nettement sur le prOblème qu'il a d'ailleurs soulevé : que le Juif appartenant à la catégorie d'op· primés, au même titre que les noirs, les colonisés, les prolétaires eL. les femmes, un avenir serein lui sera réservé dans une société où règnera la tolérance envers les (c différences », où la propagation de la haine des « différences » se trouvera léga· lement punie, où le pouvoir se chargera de la sécurité de ses citoyens, indépendam· ment de leurs « différences ». Nous soumettons à la réflexion de M. Memmi ce trait du « Portrait d'un Juif » (ignoré par lui) : Dans les Républiques so· viétiques, en Pologne et en Roumanie ac· tuelles, c'est-à·dire dans les pays, où, il y a à peine un demi,siècle, sévissaient éga· lement et pratiquement les pogromes, ac· tuellement les Constitutions (et les pou· voirs publics l'appliquent) considèrent l'an· tisémitisme comme crime contre l'Etat. Les sentiments antisémites, existant réelle· ment, ne peuvent plus se matérialiser. Les exactions antijuives d'une certaine époque coïncident avec la violation de ces Consti· tutions. Au même moment, aux Etats·Unis, en Al· lemagne de l'Ouest, en France, en Angle· terre, c'est·à·dire dans des pays vers les· quels se dirigeaient les massas migratrices des Juifs de l'Europe de l'E:;t à la recher· che de l'émancipation et de la liberté, dans ces pays où ces masses avaient effectivement trouvé une issue à leur misère, elles voient leur situation se dégrader progressivement. L'antisémitisme et le racisme mènent libre· ment leur sarabande, la haine raciale est librement accompagnée d'excès, les pogro· mistes s'entraînent en lançant des bombes sur des synagogues, on menace de faire sauter le monament aux martyrs Jufs de Noé et on tatoue d'une croix gammée la poitrine d'une étudiante juive à BuenosAires en signe de répresailles contre l'exé· cution d'Eichmann - en un mot on se donne libre joie, puisqu'on se trouve dans le monde « libre ». Cette comparaison édifiante servira·t·elle de point de départ à la suite de l'étude de M. Memmi ? Je veux l'espérer. Il s'agit pour nous de savoir si l'époque du marty· rologe juif se trouvera un jour abolie, corn· me le furent les privilèges dans la nuit du 4 août. Le fait est, que l'histoire a beau· coup avancé et que les solutions sont visi· bles pour tous ceux qai ne craignent pas de les examiner du point de vue politique et sociaL Car; .. au fond, l'étude de M. Memmi n'est autre chose que l'expression de la failli te du « monde libre i) dans la question juive. L'histoire ne connaissant pas de vide, son étape suivante étant le socialisme, avec une démocratie réelle comme corollaire, notre devoir consiste à rechercher notre voie dans la marche de l'histoire. Alfred GRANT. rI MERLE Autour de Robert MERLE, lauréat du prix, an notait la présence de M. Francis MA:ZIERE, l'un des auteurs de la collection « Enfants du Monde », l'autre auteur, la photographe Dominique DARBOIS étant éloignée momentanément de France en raison de son action pour la paix en Algérie; l'acteur Jean NEGRONt, l'un des protagonistes de « L'Enclos » ; M. et Mme Claude NATHAN et Mme Pierre NATHAN, reprÉsentant les Editions Nathan ; M. Claude GALLIMARD, représentant les Editions Gallimard. trouverait, dans le pays qui est lc mien, aussi la fraternité. Et i 'a i été vraiment très heureux (lue le Jury ait ùécerné à mon livre et il mo! même, ce titre fraternel. Je garderai ce titl'e. Je le di s sans aucun paradoxe : ce titre est un titre égalitaire, c'est certainement le plus élevé que je puisse recevoir, et je dés ire. ici, en remercier le Tury qui me l'a décerné. . (Vifs applaudissemmts.) LE MESSAGE DE M. L'ABBE PI HAN Vice-Président des OEuvres Pontificales Missi()nnaires '" Veuillez dire il i1aùleuf que je suis d'autant plus ènnuyé de "l.e pas pou voiT me joindre aux personnes qui le féliciteront que... j'ai cons· cience qu'il est cc mon ancie."'l ». Nou avons êté tous deux élèves au Lycée Michelet, à Vanves, lui avec 'luelques a"'lnées d'avance sur moi. rI emportait tous les Prix! Bien Vô' tre et toujours dévoué au travail commun. 1 lE ~ I l CINEMA l '~ par Jacques DELTOURj VAINQUEURS ET VAINCUS (ou Mein Kompf Il) LE nouveau montage cinématographi· que réalisé par le cinéaste suédois Tore Sjoberg est la suite logique de cc Mein Kamp! » d'Erwin Leiser. On croyait tout connaîtTe de ces films qui, depuis les actualités de 1945 jusqu'à cc Nuit et Brouil· lard» et cc Mein Kampf ", en passant par cc La Vie d'Adolf Hitler », cc Le Temps du Ghetto » et autres documents insoutena· bles. Mais voici que Tore Sjoberg, patient cc rat » de Cinémathèque, e exhumé d'au· treS-. docume."'lts, inédits, accusateurs, que le public ne connaissait pas. Certains de ces films avaient été projetés à Nüremberg, pendant le procès des criminels nazis, dont cc Vainqueu.Ts et Vaincus » est l'illustration. Les trois parties du film animent les trois grands chapitres du réquisitoire du procureur américain Jackson : les crimes contre la paix, les crimes de guerre et les c.Times contre l'humanité. Outre l'intérêt des ima· ges, qu'il faut avoir le courage de voir ou de revoir, quitte à se mordre les lèvres pour ne pas hurle"- de colère et de dégoût, ce film est autre chose qu'une constata· tion : c'est une prise de position implaca· ble contre le fascisme , le nazisme et l'anti· sémitisme, en même temps qu'un appel à la vigilance. Le prologue l'affirme : le fas· cisme n est pas mort. A nous de l'empê· cher de recommencer à perpétrer ces cri· mes, les plus grands et les plus odieux de toute l'hi s to i~e de l'Humanité. 12 Alfred DREYFUS • • Lettres 8111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111' LA DEGRADATION LA dégradation eut lieu le samedi 5 janvier (1) ; je subis cet horrible supplice sans faiblesse. Avant la lugubre ceremonie, j'attendis une heure dans la salle de l'adjudant de garnison à l'Ecole militaire. Durant ces longues minutes, je tendis toutes les forces de mon être ; les souvenirs des atroces mois que je venais de passer revinrent à ma mémoire et, en phrases entrecoupées, je rappelai la dernière visite que me fit le commandant du Pat y de Clam dans ma prison. Je protestai contre l'infâme accusation portée contre moi ; je rappelai que j'avais encore écrit au ministre pour lui dire que j'étais innocent. C'est en travestissant ces paroles que le capitaine LebrunRenault, avec une rare inconscience, créa ou laissa créer cette légende des aveux dont je n'appris l'existence qu'en janvier 1899. S'il m'en eût été parlé avant mon départ de France, qui n'eut lieu qu'en février 1895, c'est-à-dire plus de sept semaines après la dégradation, j'aurais cherché à "tuer cette légende dans l'oeuf. Je fus conduit ensuite entre quatre hommes et un gradé, au centre de la place. Neuf heures sonnèrent; le général Darras, commandant la parade d'exécution fit porter les armes. Je souffrais le martyre, je me raidissais pour concentrer toutes mes forces, j'évoquais pour me soutenir le souvenir de ma femme, de mes enfants. Aussitôt après la lecture du jugement, je m'écriai, m'adressant aux troupes : « Soldats, on dégrade un innocent ; soldats, on déshonore un innocent. « Vive la France, vive l'armée ! » Un adjudant de la garde républicaine s'approcha de moi. Rapidement, il arracha boutons, bandes de pantalon, insignes de grade du képi et des manches, puis il brisa mon sabre. Je vis tomber à mes pieds tous ces lambeaux d'honneur. Alors dans cette secousse effroyable de tout mon être, mais le corps droit, la tête haute, je clamai toujours et encore mon cri à ces soldats, à ce peuple assemblé : « Je suis innocent ! » La cérémonie continua. Je dus faire le tour du carré. J'entendis les hurlements d'une foule abusée, je sentis le frisson qui devait la faire vibrer, puisqu'on lui présentait un homme condamné pour trahison, et j'essayai de faire passer dans cette foule un autre frisson, celui de mon innocence. Le tour du carré s'acheva ; le supplice était terminé, je le croyais du moins. L'agonie de cette longue journée ne faisait que commencer. On me lia les poings à une voiture oellulaire me conduisit au Dépôt, en passant par le pont de l'Alma. En arrivant à l'extrémité du pont, je vis par la lucarne de la voiture les fenêtres de l'appartement où venaient de s'écouler de si douces années, où je laissais tout mon bonheur. L'angoisse fut atroce. Au Dépôt, je fus dans mon costume déchiré et en loques, traîné de salle en salle, fouillé, photographié, mensuré. Enfin, vers midi, je fus conduit à la prison de la Santé et enfermé dans une cellule (...) De ma femme: Samedi soir, 5 janvier 1895. Quelle horrible matinée ! Quels atroces moments! Non! je ne puis y penser, cela me fait trop souffrir. Toi, mon pauvre ami, un homme d'honneur, toi qui adores la France, toi qui as une âme si belle, des sentiments aussi élevés, subir la peine la plus infâmante qu'on puisse- infliger, c'est abominable ! Tu m'avais promis d'être coarageux, tu as tenu parole, je t'en remercie. Ta dignité, ta belle attitude, ont frappé bien des coeurs et lorsque l'heure de ta réhabilitation arrivera, le souvenir des souffrances que tu as endurées dans ces horribles moments sera gravé dans la mémoire des hommes. J'aurais tant voulu être auprès de toi, te donner des forces, te réconforter, j'avais tant espéri te voir, mon pauvre ami, et mon coeur saigne à l'idée que mon autorisation ne m'est pas encore parvenue et d'un innocent ~_u .u • w_wu LE plus curieux de ce livre d'Alfred Dreyfus (1), fort heureusement édité par les soins de son petit-fils, est peut-être de l'avoir coiffé d'une préface de Mauriac, chef-d'oeuvre de franchise et de simpl'icité. Il raconte là sa propre évolutian i enfant, il vivait dans une atmosphère « d'antisémitisme provincial », puis dans les années d'adolescence, il arriva « au doute et enfin à la certitude » de l'innocence. Quelle chance nous avons eue, naus autres enfants de dreyfusards de n'avoir jamais ressenti la ma'indre hésitation 1 A distance, les coups de poing ou les regards hostiles des petits amis qui nous tournaient le dos au Luxembourg, me paraissent légers comparés au « racisme congénital » dont l'esprit de MauTiac, trop vaste pour ces mesquineriE's, (J souffert. Le plus terrible dans le martyre de Dreyfus qui est ic'i raconté jour après jour, est peut-être l'ignorance, le néant dans lequel il a vécu. A l'Île du Diable, les jours passent : rien, pas de lettres, pas de journaux i taus les mois ou tous les deux mois, il reçoit des lettres (tTonquées) de sa femme ; elles ne contiennent aucune nouvelle, de nobles phrases de courage, de patience, de fidélité, mais pas un fait, pas un petit brin d'espoir reposant sur un texte de lo'i, pas une découpure de journal. Le procès Zola, ignoré i le nom d'Esterhazy, pas prononcé i les orticle's de Jaurès, de Clémenceau, inconnus ; l'Etat-Major (vénéré par le banni), pourquoi aurait-il imaginé que c'était une officine de faux ? C'est san caractère exceptionnel qui explique sa reslstance à tant de souffrances. Il est beau dans de telles conditions de s'acharner à viVTe uniquement pour que la vérité éclate un jour, pour que son honneur lui soit rendu : « Je vis contre mon corps, contre mon coeur, contre mon cerveau ... ", écrit-il. D'autres auraient pu être soute'nus par des idées religieuses, lui eS'~ soutenu par des idées civiques, c'est bien plus beau parce que plus humain. Si Dreyfus avait été un pleurnicheur, un sentimental, un faible, la pre'mière fièvre l'eût emporté quand il grelottait sans quinine dans son cabanon. Il n'a pas de défaillance, mais il en connaît les inconvénients : « Ma réserve un peu hautaine, écrit-il, ... mon peu d'indulgence, me font aujourd'hui le plus grand tort. » Ce·ci explique que, quand 'il arriva à la prison de Rennes, retour de l'Île du }liable, ses défenseurs, ses meilleurs amis, ses plus chauds partisans ne comprirent rien à cette résistance surhumaine, à cette volonté imbattable dans un corps en loque. « Ma conscience me soutenait, ma raison me disait chaque jour : enfin la vérité va éclater, triomphante. » Oui, c'est grâce à ce seul réconfort intérieur que cet homme a résisté pendant mille cinq cent quarante cinq jours passés dans un camp d'anciens lép~eux, qu'il a vécu dans un cabanon entouré de hautes palissades, subi mainte saison des pluies, vu sa cellule envahie. de fourmis et d'araignées-crabes, reçu pour nourriture de la viande pourrie et quelques gra'ins de café vert, jusqu'au jour où une tringle portant des anneaux fut fixée à son lit : Dreyfus était mis aux fers par ordre personnel du ministre des Colonies. Pendant ce temps, la France, énivrée de l'alliance russe, séduite par l'emprunt russe qui la ruinait, festoyait aux côtés de Nicolas II. Pendant ce temps aussi, la France éta'it déchirée par une lutte sociale sans précédent où la haine coupait en deux politiciens, intellectuels et familles. Seule lueur à l'horizon : une poignée d'hommes résolus à ne pas laisser crever cet innocent dans son bagne pestilentiel. J'ai été récemment blômée par la fille de Dreyfus - elle était bien la dernière personne que j'aurais voulu pe·iner ! - parce que j'avais dit que Dreyfus n'était pas « sympathique ». Qu'est-ce que ça peut b'ien faire, je vous le demande, l'impre'ssion d'une péronelle de 15 ans (j'avais cet ôge quand je vis Dreyfus), qui juge de travers le héros dont elle a rêvé ? Les paroles aimables, les phrases toutes faites, est-ce que cela compte devant un drame pare.iI où la vérité a failli chavirer mainte fois et où un êtTe humain, seul au bout du monde, ne vivait que pour elle ? Il est possible que, jeune, an ne mesure pas l'immensité du phénomène, mais plus tard, on sa'it bien qu'une telle épopée a plané sur toute votre vie. Jean-Louis Lévy met aussi fort bien en relief les conditions politiques de l'Affaire sans insister peut-être assez sur l'antisémitisme, origine de tout le mal. Vieille histoire bien antérieure à l'Affaire, puisque Mauriac, dans sa préface, nous parle du « syndicat judéo-maçonnique », monstrE' fabriqué par la bourgeoisie catholique ... Il n'en est pas moins vrai que deux choses restent encore mystérieUSE', après tout ce qu'on a dit et écrit: 10 } Comment une p'iècE' aussi insignifiante que le bordereau a-t-elle pu être un motif suffisant pour transformer un innocent en bagnard ? 20 } Comment Esterhazy, reconnu coupable, ayant fait des aveux (vrais ceux-là) n'a-t-il pas fait un seul jour de prison ? La juSt'iCE' a de ces aberrations ... Citons pour terminel' une phrase de Dreyfus où se voit toute la rigueur de son caractère. Lorsqu'il entendit prononcer à Rennes le verdict qui le condamnait une' seconde fois : « Depuis quand, écrit-il, y a-t-il des circonstances atténuantE; s pour un crime de trahison ? » On dirait vraiment que cette Jean-Louis Lévy, le petit-fils d'Alfred Dreyfus a fort bien fait de donner après Cinq années de ma vie une Vie du capitaine Dreyfus et un historique de l'Affaire. D'abord parce qu'il a su - tâche difficile - expliquer en une! quarantaine de pages ce que d'autres auteurs ont embrouillé en plusieurs volumes. Ensu'ite, parce qu'il a montTé avec une fine psychologie le caractèrE' de Dreyfus, cet homme qui risquerait aujourd'hui, pour les jeunes surtout, de devenir un personnage historique, célèbre, mais mythique. phrase a été écrite hier! " que je devrai peut-être attendre encore pour avoir l'immense bonheur de t 'embrasser ... Nos chéris sont bien gentils ; ils sont si gais, si heureux. C'est une consolation dans notre immense malheur de les avoir si jeunes, si inconscients de la vie. Pierre parle de toi et avec tant de coeur, que je ne puis m'empêcher de pleurer. LUCIE. De la prison de la Santé : Dimanche 6 janvier 1895, 5 heures. Pardon, mon adorée, si dans mes lettres d'hier j'ai exhalé ma douleur, étalé ma torture. Il fallait bien que je la confie à quelqu'un ! Quel coeur est plus préparé que le tien à recevoir le trop-plein du mien? C'est ton amour qui m'a donné le courage de vivre ; il faut que je le sente vibrer près du mien. Courage donc! Ne pense pas trop à moi, tu as d'autres devoirs à remplir. Tu te dois à nos enfants, à notre nom qu'il faut réhabiliter. Pense donc à toutes les nobles missions qui t'incombent ; elles sont lourdes, mais je te sais capable de les entreprendre à condition de ne pas te laisser abattre, à condition de conserver tes forces. Il faut donc lutter contre toi-même, rassembler toute ton énergie et ne penser qu'à tes devoirs ... ALFRED. Ile de Ré, 21 janvier 1895. L'autre jour, quand on m'insultait à La Rochelle, j'aurais voulu m'échapper des mains de mes gardiens et me présenter la poitrine découverte à ceux pour lesquels j'étais un juste objet d'indignation et leur dire : « Ne m'insultez pas, mon âme que vous ne pouvez~as connaître est pure de toute souillure, mais si vous me croyez coupable, tenez, prenez mon corps, je vous le livre sans regrets ». Au moins alors, sous l'âpre morsure des souffrances physiques, quand j'aurais encore crié : « Vive la France », peut-être alors eût-on cru à mon innocence ! Enfin, qu'est·ce que je demande nuit et jour ? Justice, justice ! Sommes-nous au XIX' siècle ou faut-il retourner de quelques siècles en arrière? Est-il possible que l'innocence soit méconnue dans un siècle de lumière et de vérité ? Qu'on cherche ; je ne demande aucune grâce, mais je demande la justice qu'on doit à tout être humain. Qu'on poursuive les recherches ; ( 1) « Cinq années de ma vie », Fasque'lIe éditeur. que ceux qui possèdent de puissants moyens d'investigation les utilisent dans ce but, c'est pour eux un devoir sacré d'humanité et de justice. Il est impossible alors que la lumière ne se fasse pas autour de ma mystérieuse et tragique affaire ... Je n'ai que deux moments heureux dans la journée, mais si courts ! Le premier, quand on m'apporte cette feuille de papier afin de pOUVOir t'écrire : je passe ainsi quelques instants à causer avec toi. Le second quand on m'apporte ta lettre journalière ... Je n'ose te parler de nos enfants. Quand je regarde leurs photographies, quand je vois leurs yeux si bons, si doux, les sanglots me montent du coeur aux lèvres (...). A L'ILE DU DIABLE Dimanche 6 septembre 1896. Je viens d'être prévenu que je ne pourrai plus me promener dans la partie de l'île qui m'était réservée, je ne pourraI plus marcher qu'autour de ma case. Combien de temps résisterai-je encore ? Je n'en sais rien ! Je souhaite que cet horrible supplice finisse bientôt, sinon je lègue mes enfants à la France, à la patrie, que j'ai toujours servie avec dévouement, avec loyauté, en suppliant de toute mon âme, de toutes mes forces, ceux qui sont à la tête des affaires de notre pays de faire la lumière la plus complète sur cet effroyable drame. Et ce jour-là à eux de comprendre ce que des êtres humains ont souffert d'atroces tortures imméritées et de reporter sur mes pauvres enfants toute la pitié que mérite une pareille infortune (...) Mardi 8 septembre 1896. Ces nuits aux fers ! Je ne parle même pas du supplice physique, mais quel supplice moral ! Et sans aucune explication, sans savoir pourquoi, sans savoir pour quelle cause ! Dans quel horrible et atroce cauchemar vis-je depuis tantôt deux ans ? Enfin, mon devoir est d'aller jusqu'à la limite de mes forces ; j'irai tout simplement. Quelle agonie morale, pour un innocent, pire que toutes les agonies physiques ! Et dans quelle détresse profonde de tout mon être, je vous envoie encore toute l'expression de mon affection, de mOn amour, ma chère Lucie, mes chers et adorés enfants (...) Mercredi 9 septembre 1896. Le Commandant des îles est venu hier soir. Il m'a dit que la mesure qui était prise à mon égard n'était pas une punition, Henriette PSICHARI. mais « une mesure de sûreté », car l'administration n'avait aucune plainte à élever contre moi. La mise aux fers, une mesure de sûreté ! Quand je suis gardé nuit et jour comme une bête fauve par un surveillant armé d'un revolver et d'un fusil ! Non, il faut dire les choses comme elles sont. C'est une mesure de haine, de torture, ordonnée de Paris, par ceux qui ne pouvant frapper une famille, frappent un innocent, parce qui ni lui, ni sa famille, ne veulent, ne doivent s'incliner devant la plus épouvantable des erreurs judiciaires qui ait jamais été commise. Qui est-ce qui s'est constitué ainsi mon bourreau, le bourreau des miens, je ne saurais le dire. . On sent bien que l'administration locale (sauf le surveillant-chef, spécialement envoyé de Paris) a elle-même l'horreur de mesures aussi arbitraires, aussi inhumaines mais qu'elle est obligée de m'appliquer, n'ayant pas à discuter avec des consignes qui lui sont imposées. Non, la responsabilité monte plus haut, à l'auteur ou aux auteurs de ces consignes inhumaines. Enfin, quels que soient les supplices, les tortures physiques et morales qu'on m'inflige, mon devoir, celui des miens, reste toujours le même : il est de demander. de vouloir la lumière la plus éclatante sur cet effroyable drame, en innocents qui n'ont rien à craindre, qui ne craignent rien, puisque la seule chose qu'ils demandent c'est. la vérité. Quand je pense à tout cela, je n'ai même plus de colère ; une immense pitié seulement pour ceux qui torturent ainsi tant d'êtres humains. Quels remords ils se préparent quand la lumière sera faite , car l'histoire elle, ne connaît pas de secrets. Tout est si triste en moi, mon coeur tellement labouré, mon cerveau tellement broyé que c'est avec peine que je pUis encore rassembler mes idées ; c'est vraiment trop souffrir, et toujours devant moi cette" énigme épouvantable. Jeudi 10 septembre 1896. Je suis tellement las, tellement brisé de corps et d'âme, que j'arrête aujourd'hui ce journal, ne pouvant préVOir jusqu'où iront mes forces, quel jour mon cerveau éclatera sous le poids de tant de tortures C.') (1) En 1895. Les textes que nous publions ici sont extraits du Journal d'Alfred Dreyfus, où se trouvent reprOduites un certain nombre de lettres écrites ou reçues par lui.

Notes

<references />