Droit et Liberté n°165 - juin-juillet 1957

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°165 (269) de Juin Juillet 1957
    • Le racisme, l'antisémitisme et la guerre ne sont pas une fatalité proclame la 9éme journée nationale page1
    • Quatre messages: M. Vincent Auriol, M. J. Duclos, M. P. Mendès-France, M. R. Capitan page1
    • juillet: "Dure à jamais le combat" par G. Sarotte page2
    • Grégoire toujours vivant page2
    • L'exposé de Charles Palant page3
    • Urgent! ds fonds pour la lutte antiraciste par M. Fenigstein page3
    • Au fil des débats (9éme journée nationale) page4,5,6
    • La résolution finale page5
    • Des camps de concentration en France? (Algérie) page7
    • Le nouveau Bureau National du MRAP page7
    • Un compte rendu de Me Blumel sur son récent voyage en U.R.S.S. page7
    • Le prix de la Fraternité decerné à Elsa Triolet (le "rendez vous des étrangers" et Gabrielle Gildas-Andrievski (Pas de cheval pour Hamida", mention spéciale à Claude Vermorel (film "la plus belle des vies") page8
    • Déclaration de Elsa Triolet
    • "Pas de cheval pour Hamida" une version moderne de "la case de l'oncle Tom" par Pierre Paraf

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N" 165 (269) JUIN·JUILLET 1957 30 FRANCS Le 26 à la Mutualité, . . mal en présence de plus de ;mille rdélégués et de nombreuses "Le racisme l'antisémitisme et la guerre ne sont pas une fatalité" . . proclame la ge· JOURNÉENA~IONALE en appelant les antiracistes à S'UNIR et a AGIR NOS CUCHES EN HAUT. La tribune de la Mutualité pendant la séonce d'ouverture de la 9' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. De gauche à droite: M' SaroHe, Mme Denise Decourdemanche, Albert Lévy, le Premier Président Léon Lyon-Caen, le Conseiller Robert Attuly (lisant l'allocution d'ouverture), Charles Palant, A. Chil, MM. Gaye, Andriamaniato, le Dr Danowski, Julien Racamond, Angel, Roseft (de Saint-Quentin). CI-DESSUS, à droite. Une vue de la salle, pendant l'adoption de la résolution finale. A GAUCHli. Un groupe d'étudiants africains. CI-DESSOUS. Une vue de la salle. Au fi 1 LA grande salle de la Mutualité s'emplit peu à peu. La Journée Nationale n'est pas encore ouverte et les participants: ont tout le loisir d'en examiner le cadre. Le long des balcons courent des banderoles portant des inscriptions diverses : « Cessation des mesures de discriminations et de répre.ssion racistes. lt « Interdicti~n de la propagande raciste et antisémite. lt. des débats ••• « Entente des peuples, sauvegarde de la paix. » Au-dessus de la tribune, fa,ce à la salle, un· extrait du Préambule de la Constitution française est reproduit: « Le peuple .français proclame à nouveau que tout être hum!1in, sans distinction '. de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés.» . Mais voilà que prennent place à la tribune le prési. ~ dent du M.R.A.P., M. Léon LYON-CAEN, premier prési. dent honoraire de la Cour de Cassation. autour duquel se groupent les membres du Bureau National du M.R.A..P. et les représentants: de diverses associ~tions, ainsi que M. Robert ATTULY, conseiller honoraire de la Cour de Cassation, qui assurera la présidence de la première séance. La 9' Journée Nationale est ouverte. (S"it8 page •. ) --. QUATRE MESSAGES---- , M. Vincent AURIOL Ancien Président de la République J'AI reçu votre lettre m'Invitant à la manifestation du 28 mai à la Mutualité. .J'aurais été très heureux de pouvoir y assister, mals vous savez que je vis en slmp,le particulier à Muret et que je ne vals à Paris qu'en décembre et Janvier; je' ne me déplace pas et Je regrette vivement de ne pouvoir assister à la manifestation au cours de laquelle j'aurais bien voulu vous exprimer toute ma sympathie. En tout cas, veuillez agréer l'expression de ceUe sympathie très sincère et fervente, et agréez en même temps que mes regrets, mes sentiments les meilleurs. M. Jacques DUCLOS Député. Président du groupe parlementaire communiste J'AI bien reçu votre lettre accompagnée du t.exte de l'Appel lancé par le M.R.A.P. pour la tenue d'une Journée Nationale contre le ,racisme, l'antisémitisme et pour la paix, qui aura lieu le dimanche 28 mal à Paris. Il ne me sera pas possible de participer à cette grande manifestation en raison de mon voyage en RépUblique Démocratique Allemande avec une délégation du Parti Communiste Français, mals avant mon départ, je tiens à vous exprime, mon accord le plus complet avec le texte de l'Appel sous lequel j'appose ma signature. . Mme MarIa RABATE, député communiste de Paris, sera A vos côtés le 28 mal, et elle vous exprimera le soutien du Parti Communiste Français à la grande campagne d'Intérêt national que vous développez avec beaucoup de succès. M. Pierre MENDËS .. FRANCE Député. ancien Président du Conseil MON absence de Paris le 28 mal m'empêchera d'être parmI vous. A l'heure où les libertés IndivIduelles sont menacées et où le racIsme relève la tête, à l'heure où la paix' semb'e moins assurée, Il appartient aux républicains de défendre plus que Jamais les valeurs de la civilisation dont la France doit rester l'Interprète. Nous n'aurons la conscIence, en ,repos que lorsque nous aurons préservé, Ici comme outre-mer, le princIpe sur lequel est basée notre action : le respect des droits de l'ho.mme, quelles que soient sa race et ses convIctions. Puis-Je rappeler que,' dans ce domaine, le Parti Radical de la Ille RépUblique nous a laissé une tradition à laquèlle Il serait grandement honorable, d'être aujourd'hui seulement fidèles. On a tendance à croire certains prIncipes 'définltivement acquis. On s'ImagIne qu'II n'est p·lus nécessaire de lutter pour eux. L'expérience récente des années 1940-44 montre pourtant que les valeurs essentielles ne subsIstent qu'au prix d'une constante bataille livrée pour les défendre ou les rétablir. Ce combat doit être repris et j'espère que les républicains et les ' démocrates ne l'oublieront pas. M. René .CAPITANT Professeur à la Faculté de Droit. ancien Ministre QUAND la France devient raciste, elle cesse d'être la France. C'est parce que trop de FrançaIs sont 'raclstes que la France se trouve jetée dans le drame algérien, qui la déchire jusqu'au plus profond de sa conscience et l'ébranle jusque dans ses fondements politiques. Le racisme, voilà l'ennemi de la France! C'est en se délivrant moralement et politiquement du racisme que notre patrie retrouvera le secret de sa grandeur et de son rayonnement dans le monde. _2 • 177& • • ....... 2 • 1857 • JUILLET: 1789 • 190& "Dure à jam 1. U comUla' al '• •• Il LE mois de juillet est riche en souvenirs historiques qui rappellent de grandés luttes où alternent l'oppression et la libération. C'est à cause de cela que notre journal aime à faire revivre les .dates mémorables qui ont marqu6 ce mois dans le passé. Un tel rappel pré:ijente un très vit intérêt à cause des enseignements qu'il comporte : à la veille des vacances il sera pour nous un sujet de méditation, qui fera qu'à la reprise de la vie active après la rentrée, chacun aura pu se replacer au front de combat avec une résolution accrue. Void d'abord le 4 juillet 1776 ~ date de la proclamation de l'indépendance américaine: un peuple colonisé rejette la domination: anglaise. Ce mouvement suscite de l'enthousiasme en France, où déjà commence à souffler l'esprit de la liberté (1). Un 'peuple soumis à une domination étrangère s'est soulev,é et devient nation indépendante. Il obéit à un impér, atif de l'histoire qui, durant tout 1e 1 go siècle et dans le siècle présent ferâ s'écrouler les domina ... tions maintenues par de pUlÎssants Etats au profit de leurs trafi{) uants avides de profit. Depuis cette date mémorable, les libérations nationales se sont succédées en chaine, et celle-cI s'enrichit de nouveaux maillons sous nos yeux: après l'Inde, le Pakistan, l'Indochine, c'est le tour du Miaroc, de la Tunisie, de Ghana et un iour sans' doute de l'AI.,. gé~ie ... Dtautres suivront encore, car ce mouvement est irrésistible' et irréversible. ' Passons maintenant à une di .. zaine de jours plus taTd du mois de juillet :nous sommes en 1789; la Basti.JIe est prise et démolie, coup de tonnerre retentissant dans le ciel de l'EurOtpel Il a' frappé fortement l'esprit du grand ,penseur Emmanuel Kant, au dire de Michelet, au point que le philosophe de Koenigsberg a aban~ donné, un jour suivant, sa promenade coutumière pour aller au devant du cOl!rrier qui apportait de France la grande llouvelfe, • Le monde changeait de base: on assistait ·au milieu des fureurS de la lutte révolutionnaire, à la libér·ation des hommes de l'oppression raciste plus que &écu- . laire, quand sont entrés en scène l'abbé Grégoire et ses amis, Iib& rateurs des noirs esclaves et des juifS opprimés, et initiateurs de l'instr,ulCtion publique. Mais dans le cours du temps sont apparues d'autres servitudes, de nouvelles Bastilles se sOnt dressées, le racisme s'est TéveiHé. La lutte pour la liberté et la fraternité n'était donc pas finie. Comme dit Michelet: c Dure 11 jamais le comlbatl ~ ••• triotes et ,les antiracistes bandent à nouveau leur énergie, cependant que tout paraissait perdu. Jamais les hommes de coeur, quelles que soient leUtl's appartenances philosophiques ou religieuses, n'oublieront la date du 16 juillet 1942, jour où l'horrible chasse aux juifs a pris une ampleur jamais atteinte. Leurs persécuteurs les ont rabattus par milliers et les ont parqués au Vélodrome d'Hiver, poul\' ensuite les envoyer à la .mort dans les camps de déportation et les ' fours crématoires. La victoire des pays alliés a terrassé la bête hitlénenne, mais après combien de ruines, de souffrances et de deuils! . \ Puis il a f.a,lIu se mettre à l'oeuvre pour v·aincre les pires difficultés. Mais jusqu'! ce jour, on ne peut dire que le grand désordre a pris fin: le monde est en proie aux douleurs de ta naissance d'un nouvel ordre. Peu à peu, grâce à l'union de c tous Jes gars du monde qui 8e donnent la main :. à travers les frontières, il faudra bien que la paix règne un jouI' que nous espérons proche, l'ntre tous les Etats El que \'a.mi~:é, la fraternité 'unissent désormais les ,peurles et les races. L espérance en est sOre: mals cela ne suffit point, il faut,. 'pour la réaliser, lutter ençore. lutter toujours. G. SAROTTE. (1) Sl8nalona, l ce pro poo. l'.expo. ition or8anl~e aux Archive. Nationale.. POVR VOS VACANCE nous 'Youa recoDUDcmdoD8 les deux romana qui ont obtenu le PRIX, DE LA FRATERNITE

  • •• LE RENDEZ-VOUS DES ETRANGERS"

par El .. TRIOLET (l!clitioR3 GALLIJIARD) L~ volume brooh~ ... • ..•.•..••.•••.•.....• - Rell~ demi-cuir (Club des Amis du Livre Progresslste), •....•.•• •..•• , ..•.•............ - Relié pleine toile verte, dOl!! et plats ornés .... - Présentation spéciale (un ooUret formant embottage en toile verte, décoré de fers originaux. comprenant le volume rell~ pleine toile et le disque « Grenade» (extrait du roman) ..... . .* • 1.1500 fr • 1.800 fr. 1.8,&0 fr. •• PAS DE CHEVAL POUB. HAMIDA" par Gabrielle GILDA8-ANDRIEV8KI (EDITEURS FRANÇAIS REUNIS) - Le volume broché .•.•...••..••.••••.• , .•.. • RAPPEL •• Si toua les gara du monde ••• •• par .. acqu .. REMY (Editions ROBERT LAFFONT) 4&0 fI'. Le roman d'où a été tiré le film de Chri.tian .... aque Prix de la ...... \ernIU j8&8 - Le volume broché ..••.•••••••••••••. , ...• ~ 480 fr. 1 Command.. l c DROIT ET: LIB.RTE », 1&, Faubourg Montmarwe, PARIS (8"). (Tél.: PRO. 82-78.) Paiement par chèque bancaire, chèque postal (O.C.P. 8070-88 PARI8). Jrnooê contre rembOursement sur demande En effe~il afullu repre~re«Charles------------27 avril 2010 à 14:35 (UTC)Charles 27 avril 2010 à 14:35 (UTC)-----Charles---------Avant de se lier les ,uns vis-àvis des autres. les ,peuples veulent d'abord se délier des chaînes de la misère et de l'humiliation. Les nations veulent d'abord s'affirmer dans leur indépendance, se développer et se for!ifier avant. de disposer d'elles-'TJ1emes en se lIant dans l'amitié des co-existences pacifiques. Bandoeng a marqué une grande étape: il faut la saluoer avec enthousiasme, car elle mène à la paix et à la fraternité des peuples, ces deux grands objee-, tifs que nous défendons dans ces colonnes de toute notre énergie. combat, en particulier contre la réaction antisémite et la raison d'Etat. La condamnation, pour haute trahison, de Dreyfus innocent, a mis à Iour une plaie qui infectait la nation, compromettait l'armée, non solidaire de ses généraux convaincus de forfaiture. La lutte qui s'est engagée alors s'est terminée par 'une victoire, et c'est encore au mois de juillet, Ie 12, en 1906, que la: réhabilitation du capitaine Dreyfus a été prononcée. La futte avait été dure et longue, mais la victoire était imminente dès que la Ligue des Droits de l'Homme avait vu le jour. Honneur à ses pionniers Il PAS , DE CHEVAL POUR HAMIDA " r Il est affligeant de constater qu'aujourd'hui les Etats-Unis se comportent à l'égard d'autres peuples précisément de la même façon que l'Etat anglais traitait ce pays :il y a deux siècles. Le peupl'e américl\in n'y .es~ pour rien il est vrai. Cet ImpérialIsme qui 'renie froidement un glorieux passé résulte de la prédominance des grands groupes de pression économique et des gouvernements qui en majorité, se recrutent da~s ces mastodontes de l'économie. Et un tei retoitrnemen~, à première vue étrange, s'explIqut' dès lors facilement. et à ses combattants! ••• Victoire, MIas! remise en q'uestion pa'r la contre-offensive brutale du fascisme, du nazisme porteur d'un antisémitisme virulent. Il a fallu alors que les pa- GREGOIRE toujours La cérémonie annuelle organisée au cimetière Montparnasse par la Société des Amis de l'Abbé Grégoire s'est déroulée le 16 juin en présence d'une Çlffluence nombreuse. Autour du président Grunebaum- Ballin, on reconnaissait diverses personnalités: M. OdetDenis. juge au tribunal de la Seine; le docteur Céleste; MM. Sauphanor, professeur agrégé; Come-Corneille. secrétaire du Comité Fédéral des Originaires d'Outre-Mer; le colonel Corbin, M· Léon Netter. avocat Il la cour; MM. Pamphile, Hazoumé, Gaston Kahn, représentant le Consistoi~ israélite; Marcel Bernfeld, un représentant de la Fédération cIe8. Anciens Combattants Juits, etc ... Une importante délégation du M.R.A.P. était présente. compre' nant le premier président Léon Lyon-Caen, le conseiller Attuly, notre secrétaire général Charles Palant, M' ManvUle et Charles Hutman. membres du Bureau National. T. 1·. S. TRICOTAGE INDUST.mEL DE lA SEINE Téléphone : GOB. 71-84 16, rue Boussingault, PARIS-13e - Tél. : GOB. 71-34 ... ROBES - MANTEAUX - TAILLEURS - ENSEMBLfS VESTES - GABARDINES ArUland 1 48, Fg Montmartre - 52, rue Lafayette - PARIS (ge) Tél. : PRO. 80-,22 - S2-&1 Métro : Lepele\ler .. Oadet (Suite cie la page 3) &out 11-bas, A six kilomètres: Le troupeau se hAte, piétine les la! Iours. bouscule la claie grWarêe de la première cour. Mais la dernière brebis toise l!amida de leS leux obliques et lui dit: c OC! aa.tu mia mon enfant? ]t. Un aeneau s'est perdu, un aineau qui représente trois mola de alaire clu berger. Que dira le maltre. \' Hamida frissonne de peur autant que de froid et d'humidité. n s'en va coucher sur la' paille parmi les moutons. c agneau abandonné lui aussi dans un monde dur et hostile ». Mais au milieu de la nuit le filS du fermier, Renaud. vient le tirer de son sommeil. COmme dans ces journaux d'enfants dont il est un lecteur fidèle, comme vivant .. ~ Après M. Grunebaum-Ballin /tui indiqua brièvement les récentes initiatives prises pour exalter la mémoire cie l'abbé Grégoire. le COft8eiller A~tuly prit la parole au nom t'Je notre Mouvement c qui groupe. souligna-t-il, à travers et au-dessus des partis. les hommes du devoir '1'épubllcain, du devoir humain, sous l'égide de grands citoyens ». c C'est proprement, dit-il en. core, le combat d'Henri GréQoire, dU conventionnel de 1'192. A la fois patriote et internationaliste, de l' e ami des hommes de toutes les couleurs », du défenseur des juifs et des. noirs, qu'a repris et que mène vigoureusement 8Ujourd' ·hui le Mouvement au nom duquel je m'exprime aujourd'hui. » Après avoir montré .par Ifs nombreux exemples tirés de l'ac-. tualité la recrudescence du ra.cisme et des atteintes aux droits des hommes et des peuples, il conclut: « Jamais l'appel. jamais le recours à Henri Grégoire ne fut plus pressant. plus opportun, plus justifié. e Remontons, cette année encore, après tant d'autres, vers lui, pour nous recueillir devant la modeste tombe silencieuse oli il repose après l'ardente bataille de sa vie; pour nous recue111ir, certes, mais aussi pour puiser dans son grand exemple, des motifs d'agir ... « Saluons. devant cette tombe, Henri Grégoire toujours vivant. » ClalUl le.a petite! hlatoires Wustréea de. Peaux-Rouges, le tomahawk et la hache de lUerre en main, 1la s'en iront tous les deux. Renaud M Hamida. à la recherche de l'agneau perdu. Le garçon françaia entralne le berger tremblant, prend la tête de l'ex] Md1'ion, affronte la nuit, le bain ,xaoe du torrent et f1n1t par, le. ramener tous deux, le berCer qui le noie et l'acn~u retrouv6. O'est alors que la plus potcnante hlatoire commence. Renaud entreprend de auver aon camarade à demi mort. A travers aon père rude et inhumain. qui n'a même pas conacience de sa méchanceté (car aea devoirS s'arrêtent à ceux de a race), à travera ces Arabes tremblants ou Impitoyables. au chevet de Hamida qui va connaUre pour la première foi. un. llt chaud, une boisson luer~, lui apparalt toute l'injustice, toute la misère hu:' maine. Les médecins, les vétérinaires que l'enfant appelle li. son secours ne le prennent pas au sérieux. Un pharmacien lui confie des ventoWJe8 qu'il devra luimeme appliquer à aon patient. Renaud dépenae ses dernières 6eonomles pOur vêtir son ami qu'U aime, d'autant plus qu'il l'a désormais pris en' charre. Mala la vie n'est pas aussi complaiante que les romans d'enfanta. Renaud arrive trop tard. Hamida vient de mourir. On ne discute _ plus qu'autour de son cercueU que les Arabes veulent. llelon 1& coutume., emmener au cimetière aur l'animal noble, le cheval. Pas de cheval Pour Hamida! répond le nmltre, les sourcils froncés. Et le contremaltre es- ' pagnol refusera lui.. aussi 'de Ile laisser fléchir. Mais Renaud, tout gonflé de colère, saute sur la bete aux yeux de l'Espagnol épouvanté. galope après le pauvre cortège funèbre. tandis que la Jeep de son père roule à travers '. 1 ~ n di les tombes ppur arrêter son tus et l'empêcher d'accomplir son geste de piété réparatrice. Renaud ne cèdera pas; 11 crispe les ml\ins sur la crinière et tombe la face contre ' terre, la terre d~ cimetière des fellahs qui .boit aon sanr, o~ il meurt auprès de son camarade Hamida. A CE livre d'amitié, ce Une d'ameur entre le petit A1g~ rien et le petit França1a. le fr6re aln6, mérite d'être lu en oeil heurea sombres. Qu'ils se dreIIlient, ces deux enfanta, co~ les messarera, les témoiIUI des plu beaux lendemains, flétrisallt des violences qu'aucune considération d'aucune aorte ne saurait excuser. Hamida, Renaud; le- petit berger et le petit colon unis dana la mort. qui commandent de s'unir dans la vie. Pa. de cheval pour Hamida honore ce Prix de la Fraternité que nous avions pour la deuxième fois la joie d'attribuer et qui a embrassé tout l'univers de DOS aoucis et de nos espoirs: celui de l'Afrique du Nord, celui de l'Afrique noire, avec le beau film de Olaude Vermorel. La plUB belle cie. vieB, celui de l'accueil fraternel de la France aux immigrés qui viennent vers cette seco~e patrie de leur coeur, avec le Rendez-vou. des étràngers (1), le roman d'un écrivain célèbre, qUi remporta le premier Prix Goncourt de la Libération. Elsa Triolet. Après Ir Si tous les gar3 au monde... » que nous couronnions l'an dernier. voici deux enfants du Il)Onde. ' d,eux garçons de douze ans qui donnent l'exemple. Plus de roumis. plus de ratons. Le frère à la peau blanche et le frère à la peau bronzée nous montrent le chemin. (1) Gallimard. '" ' .. 1 • F , 3 '~. -- ·expos LAN! secrétaire' général du M.UP. DANS l'exposé destiné t. ouvrir les débats de 1& Journée Nationale, Charles Palant définit tout d'abord 1'(1).. jet de la manifestation: permet. tre une li: confrontation entre deS hommes et des femmes appartenant Il toutes les nuancea de la pensée antiraciste fra~i,., IaU exclusive aucune, sans aucun sectarisme ». Ce rassemblement, ajoute-t-U, n'est pas uniquement , celui du, M.R.A.P. « Les dirigeant. et militants de notre Mouvement ont l'ambition, noble cro]fOna-nous, de s'enrichir, au cours de cette journée, de l'expérience et des avis autorisés de tous ses participants, dont nous sollicitons en outre le fraternel' concours dans la poursuite des objectif. qui nou. 40nt communs ». Examinant les différents problèmes qui requièrent aujourd'hui la vigllance et l'action des antiracistes, 11 constate que « dans la dernière période, les forces d~ haine et du mépris de l'homme ont, hélas! accru leur malfaisance, le péril raciste et antis6- ,mite n'a cessé de se développer ». « Tandis qu'en Algérie le 1a1l{1l coule, dont les flots approfondisaent un fossé de rancunes entre .les communautés en présence, l'activité des ligues factieuses s'étend en France, et nos enfants apprennent en méme temps Z'qo.. pée de la Résistance et la pré- \ sence /1 Fontainebleau d'un un&raI na~i prétendant' comman4er aux fils de ses victimes. » Algérie: la paix nécessaire ... « Depuis quelques semaines, poursuit le rapporteur, la lumi.e .'est faite sur certainea méthodel! de la guerre d'Algérie ». D6non' pnt l'odieux ractame qui lnsp1re et prétend justifier de taUes m60 thodes, 11 s'écrie: « Il n'est pas de pire outr~ fait Il un peuple que le reftu de lui reconnaltre le droit cl la dignité humaine. » Ouelques messages •.• Mme R. LEMPEREUR D~PUTI! DU NORD Mme Rachel Lempereur. député du Nord, présidente de la Commission de l'Education nationale, empêcb.ée, assure ,le Comité de Bon appui total pour la lutte contre le racisme et l'antisémitisme qui ne sont qU'un des aspects de la lutte générale et constante pour la défense de toutes les libertés et le 'respect ,de la dignité humaine. Dr L HOVNANIAN DEPUTE DE SEINE-ET-OISE Pris déjà par deux ré~ nions ce jour, je vous prle de m'excuser de ne pouvoir être des vôtres, Toutefois, afin de marquer mon entière solidarité avec les Idées que vous défendez et que je partage, je vous serais Infiniment reconnaissant de bien 1 vouloir faire part à votre assemblée de ma totale communauté de vues à cet égard. Pierre PARAF ECRIVAIN Si des raisons de travail urgent et aussi de santé m'empêchent de participer à vos travaux, vous savei de quel coeur je les suis, combien je souhaite plein succès à votre action généreuse et efficace et l'union entre toutes les organisations, tous les hommes qui luttent contre . tous les racismes, contre toutes les violences (terrorlsmes et contre - terrorismes), pour cet Idéal qui fut celui de la Résistance et qui est celui de la France. Le M.R,A.P. doit être le terrain , de rencontre et de communion des bonnes volontés et des volontés au service de cet Idéal. Et après avolr constaté que , c le JI.B.A.P. compte dau ... rangs du hommu dont 1ft op4- niou IOnt fort atverlel (ltIQU ., la BOltAtton poZitiqus ' dU dranM algériea », U lOuIlgne ce qui 1.unit: la volonté de paix et d'ami. tié entre lei! hommes, ans d18- tinction d'origine ou de race. « La violence appelle la violence, déclare-t-lI, la haine engendre la haine et chaque mort appelle d'autres morts. C'est lei paix qu'il faut rétablir, par la négociation immédiate, llans la ,respect des aspirations et des in-: térèts l~itimes des divers eu. ments de la population. Mise hors la 101 des groupes factieux! li: Les événements d'Algérie, poursuit Charles Palan$, conatituent comme une toile ae fond Il la recrudescence des activités racistes et antisémite. en France mAme. » • Et il énumère les événements inquiétants qui se sont déroulée depuiS un an. Dès novembre, les cris de. « mort aux Juifs » ont retenti , dans les rues de ,Paria, quand lell' groupes factieux, exploitant les événements douIQureux de Hon .. rrie, ont organisé des manifest .... tions tendant t. faire renaltre l'atmosphère de février 1934. Puis, lors de l'élection du 1- secteur de Paris, les hommes de main de Poujade, Biaaai, Dides et Tixier-Vignancour se sont livrés ~ des arressions 4e type fasciste contre diverses réunions • tand1s qu'un candidat, un certain carrey, faisait expédier par lei ae"iees préfectoraux ses ctroulaires ant1aêm1te8 t. un demimillion de citoyens. L'après-midi du 30 man, Clé furent les brutales manifestatio~ du quartier de l'Etoile, dans un climat de haine ractate et antis6- mite, et le lendemain, les nervta faae1.âell renouvelaient leurs exploits lors de l'1naU/lUl'atlon CIe la place Léon-Blum. Soulignant que les pouvoirs publics, n'om pas l'âf1 con1re oeil men6ea. Charles Palant déclare: « Le cri unanime de la l'rancé antiraciste, exigeant la miae ho ... la loi des ligues fadieu •• , des commandos, l'interdiction de la propagande de haine, doit enlin 'tre entendu en haut lieu! lt PARMI 1 •• décision •• dopt.éee à 1. .Iournée N.Uon.le, c.lI. d. 1. Commla.ion dea fln.nc.. lit 1. bail mat.érlelle qui doit. pel'meUI" à noft Mouv. ment. d, Jou.,. aon 1'61 •• Tout. .nt.lr.clste doit. comp"ndre que d.n. 1. c.dre d. 1. lut.te qu'II mène pOUl' le ""pIOt. d. 1. dlgnlt.é hum.ln., Il doit .voll' le .oucl d.. .....ouro.e financlèl'M qui .ont n ...... I ..... u M.R.A.P. pour men.1' 1. combat. d. oh.qu. Jou.. cont.... 1. Nol.m., con," 1'.nt.JrimIt.llme .t. pOUl' 1. paix. L. succè. rencontré à la Mu\ u.llté le 28 mal d ... nl... ,.t. 1. refl.~ d. l'.udl.nc. ...noon\ .... par le M.R.A.P. da", 1 .. ",1 JI eu 1 1 •• plu. div ..... L. CommiHion d.. fln.noee, ftdèl. à 1. résolution .dop,", I.nc. un .ppel .fln que dan. l'Immédiat .olt. recu"lIle une lomm. d. 2.000.000 ete fNncs. D.s bons d. loutl.n ' (1) ont. ét.é émis lori de 1 • .Ioul'née N.tlon. l.. Il Impom que l'u,, plac. ment. .. f.... d.n. 1.. délai. 1 .. plu. r.PPl'Ochée. Il Impê)l"\. que l'.otlon dee mIlltant. a du M.R.A.P. soit. décuplée afin d. pouvoir fair. fac. à l'actlvlt. é d •• t.l'ubllon. faeollt. .. , 1'8- cl.t... .t. .ntl.émltel, et. à l'err.t. néta.te de leul' pre .... bJecte. F.ce à leu ... moy.n. fln.ncl .... , doit. .. décuple.. 1. dévou.m.nt d .. genl d. ooeul', qui répl'Ouvent ... dllorlmln.Uone 1'801.1 ... L.. d.ux mllllo", noue I0Il' néo .... I .... ' &km au respect de leurs droits et " d& leur d1p1té. L'orateur rappelle alors t'm. ,' _.inaDt les problèmes posés , Hal'., au .... m .... ! ctuiétude pr~voquée daDa .... ~ dUUrenta pays. 11 salue les le4 milleux par la' re ..... ..,. ~ qui mènent une lutte du m1l1târtsme , atIemand 'et. *' ~t dure aux Etatsricemment ,par la DOmi • .., ~ --. ,eu Afrique du Sud, et 81- général SpeideI. ' iMIe qu'en Grande-Bretagne un « Cette mesure, déèlare-t-U, est .... W traya1ll1ate vient de déintervenue quelques mois Il peine poser un projet de loi contre les après la décision prise Il Bonn discriminations raciales, qu'li a de réintégrer dans la nouvelle communiqué au M.R.A.Pp Wehrmacht les anciens Waflen- « L'attention vigilante des antiSS jusqu'au grade de lieutenant- racistes, poursuit-U, a été mise colonel. » , en éveil par les informations pro- Après avoir brièvement retraclJ venant de Pologne, où de prola carrière de Speidel qui a sur fonds bouleversements sont interla conscience les exécutions de venus, et Il l'occasion desquels on patriotes, les rafles et déporta- a assisté Il un renouveau d'antitions de Juifs perpétrées en sMlitisme que la presse poloFrance de 1940 à 1942, le rappor- naise a dénoncé et condamné ... teur évoque la protestation qut «SoUhaitons qu'en Pologne, s'est élevée après cette scanda- comme dans les autres pays de leuse promotion: démocratie populaire et en Union « Bépondant Il "invitation de Sovi~tique, d'où nous parvienl'éminent magistrat, du grand nent journellement des informapatriote dont la présence Il la tions positives, se scellent définitMe q.e notre Mouvement rempli~ tivement des rapports fraternels de fierté tous les antiracistes, Il entre toutes les minorités natiol'invitation du président l.éono nales, religieusu et raciales, que Lyon.Caen, la France résistante, les antiracistes accueilleront avec patriotique et antiraciste s'm joie, comme ils ont accueilli avec retrouvée /1 l'H6tel Mooerne, le satisfaction le courageux redres- 25 février dernier et, Il l'appel, sernent déjl1 entrepris. » de 67 personnalités qui s'étaient Au sujet du Moyen-Orient, 11 associées Il 'cette conférence, déclare : une manifestation profondéme~ « Au Moyen-orient, les peuples émouvante se déroula le 30 mari font l'expérience oue la guerre au matin devant la tombe du n'est pa, le moyen de régler les Soldat Inconnu ... 10 diflérenda en cours. La fin des « Cette campagne de protesta- hostilités entre Israël et l'Egypte, tion, indique Charles 'Palant,.. imposée par l'O.N.U., confirme la poursuivra jusqu'/1 la retraite de nkessité a'une solution rapide ce général nan, liant la présence da problémes en suspens, ce sur notr6 sol ' insulte Il tout un qui suppose que BOit assuré passé de gloire et de ,acri/ice.» le' df'bit 4 l'uistence de l'Etat d'Israi!l, refuge de centaines de Pour une humanité pacifique milli."s de victimes des persécutiona ,éculair., ou de la barbarie et fraternelle nazie, et que soit respecté le L'action menée en Prance par les 'antiraciates le~ .,fait un devoir. note ensuite le rapporteur. de « suivre avec la pltu graRde vigilance les événement. du monde entier, qui témoignent de la lutte pour une humanité meilleure et plus Iraterft.8l.le, pour plus de' justice, pour l'avenir pacifique au genre humain. lt Dans ce cadre, U salue Mec ' espoir les récentes prises de posi .. tion pour l'tntercUctlon des armes atomiques et évoque diverses in1- tiatives telles que la conférence de Bandoeng et le Congrèl Mondial des Ecrivains et Art1ates Noirs, où s'est affirmé l'apport (les peuples. de coule\lr à la civt.. llsatlon, et. leur légitime aapiradroit de l'Bgypte Il l'indépendance et cl la libre dtsposition de IN richessea nationales. " D'une façon plus générale, 11 s'61ève contre les mesures discriminatoires et les excitations à la haine et lOuhaite que. rapide-meut. soient satisfaites les aspirations et les revendications jus-, ttfiées de tous les. peuples en présence. « qui doivent cesser d'Mre d .. pions ·sur l'échiquier tnternational ». c Les grandes puissances, dit-il. doivent s'entendre pour promouvoir une solution , négociée des conflits en cours, sur la base du désarmement, de la co-existence pacifique. Cela est urgent. Cela est paISible, cl condition de rester •"• Dell , .... pour la lulle ,·,.,nl"ra'c'slè mité d'Action dolt. avoll' 1. souol maj.ul' .t. .voll' 1.· .entlm.nt. que sa r.sponsabillLé lit. eng.gée et. que l'action du, M.R.A.P. dépend d. s'. moy.ns - et. réclproqu.m. nt.. L. plac.m.nt des bon. da .out. 1.n faclllt.ra I.a contacts .u cours d. ce COllectage. Noua .erlons Imprévoyants .1, .vant. la pél'Iode d.. vao&hOH, noua n'assurions au M.HoA.P. , 1 .. moyen. matérlela qui lui aont. nécllsalrea dans ceU. périOde', qui exige notre vigilance cons- ' tante. DROIT ET LIBERTE doit p." r."re Joégullèremeht .t. c' .. , 1'0àcation pour chacun d'en"'e noul de développer Ils poa.lblJl\48 pour collect..r .usal d. nouveaux .bonn.m.nt .. " " donner plul d'Influence à notre Joul'n.l, .fln qu'II port. touJou", plu. loi!, 1. volonté qui nou~ .nlme. \ou~. 1.. c·lreon.tances. L.. vacané •• ' '.\ le. ..en contres entre .ml. doivent .nlmel' l'émulation qui donn .... 1. p018lblllté à DROIT .T ,~LlB.RTE d .... mplll' son vél'itable r61e. Au COUI'. d. c.s contacta on ne dol' pU perd ... d. vue d'agl'andl.. 1_ c.rcle de. amis du, M.R. A.P. par l'lntenslficatlon d. la reml.e de la Qarte d'Amis 18157. Aln.l, .n v.iII.nt à l'application de. ....ultata .dopU. lors d. la .Iollrné.' National., en assurant les mor.na flnanolers néc •• aaires, .n pal"\lclpant actlvem.nt. aux tAchee qui nous at.tend.nt., nous v.lmll'On. d.ns not.r. lut.te contre 1. Nol.me, l'.ntlsémltlsme et pour 1. paix. M. FENIGSTEIN. Ch.llue militant, oh~u. anUNOllt., ohaqu. memb.. du QG .. La campagne d'abonnement. 1It." v.l.ble à tOUI mom.nt el. dan. (f) Ces bons de soutien à 100 franés permettent aux souscripteurs de participer à un tirage de lots, qui aura lieu en novembre . 1957. fidèÙJ Il ta charte des Nations Unies ». Notr. vldoire ..• « ~ peuple frafllJais, conclut Charles Palant, attena ae nos débats la prewe qu'il est possible ae s'unir fraternellement pour vaincre le racisme et l'antisémitisme. « La 9" Journée Nationale répondra Il cette attente, qui va écOuter et aiscuter le point de vue d'hommes et de femmes dont les conceptions dillèrent, certes, mais dont le dévouement et la volonté de faire triompher les Droits de l'Homme sont les gages des victoires de demain. « L'amitié qui nous inspire, la confiance qui nous guide, l'union qui nous anime sont notre victoire d'aujourd'hui. » Ouelques messages ..• M. Ch.-André JULIEN PROFESSEUR " LA SORBONNE CONSEILLER DE L'UNION FRANÇAISE Le racisme est né, en France, de l'esclavage Instauré aux Antilles au cours des 17· et 1S· siècles. Une minorité de propriétaires blancs a jus tlflé l'asservissement d'une population Bolre vingt fols plus nombreuse, en la frappant de la malédiction de Cham. Dès lors, racisme et exploitation de l'homme ont marché de pair. On moralise les abus en marquant ceux qui les subissent d'une flétrlssure raciale. Religion et patriotisme permettent d'exalter l'injustice et la haine envers le juif, l'indigène ou l'étranger. ColonIalisme et racisme demeu_ rent, de ce fait, intimement unis. Demain, des instincts élémentaires, excités ,par les défenseurs de l'ordre, pourront conduire à Un nouvel ordre moral. Que les démocrates veillent. LE GRAND ARTISTE GERARD PHILIPE Je ne pourrai pas me trouver le 26 mai à la Mutualité. Je me permets cependant de vous redire mon attache, ment aux causes que défend votre Mouvement. Quel que soit le pays où ils se manifestent, 'le racisme et l'antisémitisme sont à combattre. Ne croyez-vous pas' qu'Il faudrait s'étendre longuement sur les raisons qui font naltre ou r enattre cet état d'esprit? En formulant tous mes souhaits pour le plein succès de cette journée, permettez- moi, MonSieur le Président, de vous assurer de mon sentiment respectueux. Hubert DESCHAMPS PROFESSEUR A L'INSTITUT D'ETHNOLOGIE Votre Mouvement associe très justement l'antiracisme et la paix, deux aspects complémentaires de la fraternité humaine. L'Internationalisme, conséquence dernière de l'universalisme cartésien et de son corollaire la Dlclaratlon des Droits de l'Homme, apparalt comme le sens évident de l'Histoire sur une planète rapidement rétrécie. Mais , ce « sens de la Terre » est contrarié dangereusement par les habitudes mentales, nées d'un passé de divisions et de guerre. Contre le divlslonisme réactionnaire, contre la résigna_ tion à la catastrophe, deux mols d'ordre semblent nécessaires: 10 Libre circulation des hommes et des idees; 2° Désarmement massif et contrôlé. Tant qu'il y aura des barrières entre les hommes et des armées contre les hommes, le règne de la haine et de la peur n'aura pas de fin. S'UNIR S 'UNIR: telle fut la préoccupation maltresse de la Journée Nationale - de sa préparation, de son déroulement et de ses conclusions. Il est rare d'assister à un rassemblement aussi large et divers d'hommes et de femmes venus de tous les horizons politiques et de tous les milieux sociaux. Des socialistes, des communistes, des radicaux et d'autres républicains, ~des chrétiens, des juifs, des musulmans et des athees ont pu·, à l'occasion de cette Journee mémorable, trouver- un langage commun

le langage' de la fraternité,

de la dignité humaine. Et à ce titre, la manifestation du 26 mai est et restera un magnifique exemple, une preuve irrefutable que l'union est possible en France pour défendre les idéaux traditionnels inscrits au fronton de nos édifices publics, dans la Constitution et, mieux encore, dans le coeur êt l'esprit de chaque citoyen. S'UNIR: il suffit de parcourir la liste des personnalités présentes et des lllessages, pour. comprendre qu'il ne s'agit pas là d'un vain mot. Il suffit de lire les interventions faites à la tribune de la Mutualité. pour 'constater l'effort louable des orateurs comme des autres délégués, qui ont tenu à écarter tout ce. qu1 divise, sans édulcorer pour autant les raIsons et les objectifs de l'action commune. L'ampleur, et parfois l'âpreté du débat qui s'est instauré à la commission des résoluUo{ls témoignent éloquemment de la multipllcité des courants représentés comme de la bonne volonté et du désir d'efficacité qui animaient les participants sans exception. . ·S· 'UNIR: Il n'est pas d'autre possibilité pour conjurer Ies graves dangers de l'heure qui, depuis la Journée Nationale, n'ont fait que se préciser. Les fascistes s'agitent, les criminels nazis relèvent la tête, la guerre s'éternise en Algérie, fait couler des flots de sang et engendre des méthodes Indignes, ~ui menacent d'empoisonner 1 atmosphère en France même ... La situation est suffisamment sérieuse pour que les républicains serrent les rangs, quels qu'ils soient, quoi qu'ils pensent et puissent faire à 'P'I'0- pos d'autres,. problèmes. Il est des principes fondamentaux à sauvegarder ensemble, en dépit de toutes les divergences - et ce sont ces principes que l'on tente aUJourd'hui d'anéantir. Fermer les yeux à cette réalité, ce serait couIir au désastre. S 'UNIR: le mot d'ordre de la Journée Nationale doit donc entrer dans la vie, guider chaque pas, chaque geste des antiracistes. Car si le racisme, l'antisémitisme et la guerre ne sont pas une fatalité, ils ne seront pas éliminés sans luttes ni sans l'union des hommes de bonne volonté. La responsabilité de tous est engagée. Albert LEVY. de la Mutualité pendant les • (Suite de la ' page 1) « Depuis quelques mois, commence le conseiller A TTUL Y, le racisme a, si l'on peut dire, proliféré en France avec une inquiétante vigueur. L'antisémitisme est redevenu un argument politique, ,lorsqu'il n'est pas le prétextlJ commode d'une propagande fnsi- Les na 1 i tés Voici la liste des personnalités qui, par leur présence. ou des messages, se sont associées à la 9° Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix: MM. Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.); Vincent AURIOL, ancien président de la République; Diomède CATROUX, anoien ministre, grand chancelier de la Légion d'honneur; Robert ATTULY, conseiller honoraire à la Cour de Cassation; ,Jacques FONLUPT-ESPERABER, ancien d éputé, conseiller d'Etat; G~UNEBAUM-BALLIN, conseiller d'Etat, ,président de la Société des Amis de l'Abbé Grégolre; '-Georges HUISMAN, conseiller d'Etat, ancien directeur des· Beaux-Arts; Le pasteur Marc BOEGNER, ' président de la Fédération Protestante de France; Le grand rabbin Henri SCHILLlj Le R. P. DABOSVILLEj Frédéric ,JOLIOT-CURIE, Prix Nobel, professeur à la Sorbonne; Henri VALLOIS, directeur du Musée de l'Homme; Le docteur B. WEILL-HALLE, ' membre de. l'Académie de Médecine; . ,Jean CASSOU, dlreoteur 'du Musée National d'Art Moderné; . Le docteur SICARD D~ PLAU- ' SOLES, président 'd'honneur de la Ligue des Droits de l'Hom-' me; Le procureur général André ' BOISSARIE. Parlementaires MM. Pierre MENDES-FRANCE, ancien présid ent 'du Conseil; ,Jean CHA~LOT, Roge .. CHATELAIN, Guy · , DESSON,. Pierre DREYFUS - SCHMIDT, ,Jacques DUCLOS, Mme Rose GUERIN, M. Léon HOVNANIAN, Mmes Francine LEFEBVRE, Rao chel LEMPEREUR, MM. ,Jean MEDECIN, Maurice LE NORMAND, Mme Maria -RABATE, député5. MM. Emile CLAPAREDE, Emile LODEON, ancien bâtonnier; Edmond MICHELET, le général Albert P-ETIT, Henry' TORRES, sénateurs. Mmes Suzanne CREMIEUX, EBOUE-TELL, MM. Cha .. lesAndré ,JULIEN, le pasteur LA GRAVIERE, ,Jacques MITTERAND, l'amiral MOULLEC, conseillers de l'Union FranQaise. MM. René CAPITANT, ancien ministre, professeur à la Faculté de Droit; André HAURIOU, ancien sénateur, professeur à la Faculté de Droit; Elle ' BLONCOURT, Louis VALLON, anciens députés. Personnalités universitaires MM. Albert CHATELET, doyen hOnoraire de la Faculté des Sciences; ,Jules ISAAC, historien, Inspecteur honoraire de l'Enseignement secondaire; O. ' POZZO DI BORGO, Inspecteur général de l'Instructl'on Publique. , MM. Henri BEDARIDA, Georges GURVITCH, Henri MARROU, E .. nes\ LABROUSSE, Georges LEFEBVRE, ,Jean-,Jacques MAYOUX, Ignace MEYERSON, professeurs à la Faculté des Lettres de Paris. MM. Marc - And .. é BLOCH, 'pTofesseur à la Faculté des Let_ tres de Caen; Amb .. olse ,JOBERT, professeur à la Faculté des Lettres de Grenoble. . MM. Henri BARUK, Etienne BERNARD, Mme ,Jeanne LEVY, professeur à la Faculté de Médeolne de Paris. M. Pierre WERTHEIMER, professeur à la Faculté de Médecine de Lyon. MM. Oeorges CHOQUET, MEMMI, Pierre MORHANGE, Pierre PARAF, .Mme PSICHARIRENAN, MM . . Ij'i~'.:re-Henrl SIMON, André SPIRE, Mme Elsa TRIOLET, écrivains. MM. Pierre LAROCHE, Claude . VERMOREL, cifl éastes_ MM. ,Jean DANIËÎ.., ,Jean, Jacques SERVAN-SCHREIBER, journalistes . . M. Alexandre KAMENKA"producteur de films. Les artistes ,Joséphine BAKER, ,Jo BOUILLON, Claire MAFFE 1, Gérard PHILIPE, Nabi YOULA. Autres personnalités MM. Louis PRADEL, maire de Lyon; Auguste GILLOT, maire de Saint-Denis; Marius PRUNIERES, maire-adjoint d'Ivrysur- Seine. Mme Yves FARGE. Mme de SAINT-PRIX-LOUBE1:. M. le général LE CORGUILLE, ancien membre de l'EtatMajor national des F.F.L, commandeur de' la Légion d'honneur, Médaille de la Résistance. MM. les pasteurs Maurlc'e VOGE, secrétaire g énéral ' de la Fédération Française du Christianisme Social; André BOEGNER, LOEVEN. M. l'abbé GRANGJER. M. Maurice LACROIX, président de la Jeune République. Les docteurs ,Jean DALO8O .. ges FOURNIER, V. FROLOW, Mal'Cel PRENANT, Evry SCHATZMAN, professeurs à la li'aculté des Sciences de Paris. té des Sciences de Paris. M. ,Jean LEROY, sous-directeur au Muséum. M. Hubel'\ DESCHAMPS, professeur à l'Institut d'Ethnologie. . SACE, L. LEBOURG, Suzanne VALLON, ARAGER, DEEN, DEMEDERIOS, FAGENNES, RENNERT, ZUCKMAN. M. Ple .... a BIQUARD, professeur à l'Ecole Supérieure de Physique et Chimie. MM. André TUNC, professeur à ' la Faculté de Droit de Grenoble; MAL TERRE, directeur de laboratoire à l'Ecole Nationale d'Agriculture de Grignon, ancien expert de l'U.N.R.R.A.; G. DURUP, sous-directeur de laboratoire au Collège de France. Mlle ,Jacqueline MARCHAND, professeur agrégée. Mme B. LAMBLIN, secrétaire du Comité de Vigilance des UnIversitaires pour la Défense des Libertés et la Paix en Algérie. M. Denis FORESTIER, secrétaire général du Syndicat National des Instituteurs. Ecrivains, cinéastes joqmalistes, artistes Mme Marcelle AUCLAIR, MM. Claude AVELINE, Bernard DADI., Alioune DIOP, Edmond FLEO, Max - Pol FOUCHET, _ PN'I'1'. OASOAR, ' .. ancls ,JOURDAIN, ,Jos.ph KESSEL, A",mand LANOUX, MJchel LEIRIS, René MARAN, Ruben MELlK, Albel'\ t Mo. Sylvè .. e ALCANDRE, ARON, BLAUSTIN, CRAISSAC, DALMEDA, Yves DECHEZELLES, DIALLO, A . . DYMENSTA, JN, René GEORGES-ETIENNE, 'HADDAD, Claude-Frédério LEVY, MANVILLE, André SAR- -DA, André SAINT-CYR, Georges SAROTTE. M. Emile MERWART, doyen des gouverneurs d'outre--mer. M . . Adolphe ESPIARD, ancien directeur au minIstère des An, ciens Combattants. M. Henri KRZIWKOSKI, ad- . mjnistrateur de la Caisse des Ecoles du 10·, officier d'Académie.. officier de 1'.Instruction publique. M. V. 1:ULMAN, ministre-officiant. Mmes Denise DECOURDE~ MANCHE, . secrétaire générale de l'Association des Familles de Fusillés et MaSSacrés de la Résis tance; Irène de LIPKOWSKI, présidente de l'Association des Familles de Résistants et Otages morts pour la France; MarieLouise KAHN, vice-présidente de l'Amicale d'Auschwitz. M· Charles LEDERMAN, président de l'Union des Juifs ,pour la Résistance et l'Entraide; M. Albert YOUDINE, secrétaire a-énéral de l'U.J.R.E. M. le . docteur DANOWSKI, président de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs. MM. FANSTEN, président de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs; Victor LEGITIMUS, président de la Solidarité Antillaise; ANKELEVICZ, président d'honneur de l'Union des Sociétés Juives de France; Alfred GRANT, secrétaire général. M. SAZE RAT, secrétaire général de la. Fédération des Officiers de Réserve Républicains. 1 ••• MM. ,Julien RACAMOND, membre du Conseil Economique, au nom de la Confédération Générale du Travail; ANGEL, membre de la Commission Exécutive de l'Union des Syndicats de la Seine; F. MAURICE, secrétaire général de la Fédération Nationale Ouvrière des Cuirs -et Peaux; STAMFATER, président de la Fédération Générale des Industriels, Artisans et Façonniers. E. LAFFARGUE, président de ,. Ia Chambre Syndicale des "Fabricants de Cravates, Echarpes et Carrés; Didier COLETTE, délégué général de la Fédération Française des Industries du Vêtement féminin. ••• MM. Louis ALVERGNA~, secrétaire général du Mouvement de Libération du Peuple; CRUIZIAT, directeur de la li Vie Nouvelle» ; Albel'\ OUZOULIAS, conseiller municipal de Paris, membre du Comité Parisien de la Libération; Robert FRANCOTTE, cons'eiller municipal de Paris; Be .. nard GU ILLON, Pierre NERON, BRILLANT-SEVERIN, délégués du Comité Fédéral de Paris du Parti Communiste FranQal Mo Yus ,JOUFFA, du Conseil Nàtlonal de la Nouvelle Gauche. ••• Docteur SCHERR, président de l'Union des Etudiants Juifs de France. Les Dlessages de l'é~a .. ger MM. Yves CANNAC, président de l'Association Parisienne des Etudiants Radicaux; DEPAQUIT, DEROCHE, ROBRIEUX, du Bureaux National de l'Union des Etudian ts Communistes; ANDRIAMAN, JATO, président de l'Association des Etudiants d'origln~ malgache; GAYE, au nom de la Fédération des Etudiants d'Afrique .N olre en France; AOUFI, ;lU nom de l'Union Générale des Etu,dlants Musulmans _ Algé~lens. De nombreux messages de lolldarlté ont été adressés à la Joumée Nationale, par des penonnalltés et des organisations étrangères. D'Allemagne ont écrit: M. Max Born, Prix Nobel, l'un des 18 savants qui ont signé le récent appel contre l'utilisation des bombes atomiques; le pasteur Nlemoller, le Comité pour l'Unité Allemande, le Comité des Combattants Antifasciste. de la République Démocratique Allemande, ainsi qu'un groupe de personnalités dlrigeaontes du Co.mlté Allemand de la Paix, le docteur Walter Friedrich, Mme Anna Seghen, le docteur Paul Wandel, le docteur Arnold Zwel9 et Heinz Willmann. D'Australie: le Comité Juif de Lutte contre le Fascisme et l'Antisémitisme. D'Autriche: le Comité d'Action contre l'Antisémitisme en Autriche. De Bul9arle: le Coonslstolre Central des Juifs de Bul9arie et le Comité Bulgare de la Paix. De Chine: le Comité Chinois de Défense de la Paix. De Grande-Bretagn~: le député travailliste Fen.ner Brockway, le docteur Hewlett Johnson, doyen de Canterbury; M' D. H. Prltt, président du Comité Britannique de la Paix. De Hongrie: le Consistoire Cllntral des Israélites Hongrois., D'Israël: l'Union Israélienne de. Combattants Antinazis e~ Déporté. des Cam!,s de Concentration. D'I_talie : l'Union des Communauté8 Israélites d'ltalle, la - Commliftauté Israélite de Rome, le Comité Italien de la Paix. De Pologne: Je Comité Polonais de la Paix. De Roumanie: la fédération de. 1. -Communautés Juives de la Républl' que Populaire Roumaine. De Suisse la Fédération Suisse des Communautés Ilraélltes. De Tchécoslovaquie : le Comité Tchécoslovaque de la Paix. Del U.S.A. : Mme Roosevelt, la N.A.A.C.P. (Association pour l'Emancipation des Gens de Couleur); Mme Sobell, épouse de Morton Sobell, cbnda""" é avec les Rosenberg; le professeur W. E. B. Du Bals. D'Union Sud-Africaine : le Comité de Rédaction du Journal antiraciste e New Age •• ' De Yougoslavie : la Fédération de. Communautés Julvel. Tous ces me'lOges exaltants, qui ont été accueillis chaleureusement por les ""éguél, expriment la solidarité de combat de. antiraciste. du monde entier. . MESSAGES D/OUTRE-MER MM. RAZAFiHARISON, secrétaire gé_ néral du Syndicat du' Livre et des Arts Graphiques (Madagascar). .' MonJa ,JOANA, conseiller provincial de Tuléar (Madagascar). ANDRIANTSIFAHQ~NA, commerçant à Tananarive (Madagascar). Be .. nard DADIE, ' écrivain, à Abidjan (COte d'Ivoire). André GUILLABERT, premier . vice-président de l'Assemblée Territoriale du Sénégal, conseiller de l'Union Française. R. 'rHOROVAL, pTofesseur au lyciée . Schoelc~er, Fort-deFrance (Martinique). Ge,orges GRATIANT, avocat à la Cour" Fort-de-France (Martinique) , Pierre LAMANT, professeur 11 Battambang (Cambodge). v dieuse ou for expliquer par ethniques le' rencontre la sùr le plan Il cier et social. Citant lei gr! gnent dei tradi la France, le pourluit : « Les discu ront notre ri gement OUVe1 distinction de pelle. On y ri des conditionJ . s'impose parti aux hommes pensée libre, .nilestation ~ larvé ... « Sans prol politique sur rions peut-êtrf tiendrons ce q l'effort ardent ble à déploYe1 pour sauver 1 Iragile, en ces où l'esprit de nouveau sur 1 la guerre est ment dans no Suit le rapport le. P A LA. NT, ., M.R.A.P., dont largel extraits en Deu" deux 1 . Le. débat. .'~ 11'intervention de représentant l' dianll d'Ori,ine M. ANDRIA. certains faits qu Madagascar, révèl ou moint virulel exemple la di.ti à Madaga.ca:, direeteur d'une 1 40.000 fr:mc. quatre teehnicllll ehant ,lob.leml C.F.A. Or, le8 malgacbe. ont M.AND pouaaée, mai. le c'omme titre: III Il se fél1cU France « des tfne culture ~ ce nom, qu] lutter contre lorise l'huma Un M. JGCCharles tilé de la Ré.l le témoignage d ..,ciation de. de la Résiltano reprélente le BI Dénon~ant le. tes, il louli,ne pendant la guet n évoqlle le nir, auquel il tombe. dM eoml Libre tombé. a: mein et de Bir tion q!l'il eut il y avait de ligne du eroÏl, juive. « C'est en 1 les à la mél tants morts libre. et dès ~ nous-mémes, ~éclare-t-ll, q comme Hans commandem l'armée fra~ Le docteur D de l'Union de. et d .. Ancie", Jpporte l",i au eontribution d de la Franee, de. rescapés de l'anti.émit'sJ , « Plus que les anciens CI.dessus: Une vue de la salle de la Mutualité pendant les débats. (Suite de la ' page 1) « Depuis quelques mois, commence le conseiller ATTUL y, le racisme a, si l 'on peut dire, prol if éré en France avec une inquiét ante vigueur. L 'antisémitisme est redevenu un argument politique, ,lorsqu'il n'est pas le prétext9 commode d'une propagande însip ers' 0 ' n n a 1 i tés , ancien sénateur, profesla Faculté de Droit; Elle , Louis VALLON, députés. Personnalités universitaires Alber' CHATELET, hOnoraire de la Faculté ~ lJ .tllll' tl:;; Jules ISAAC, hishonoraire de PMal\,[1tl'Uent secondaire; O. ' DI BORGO, Inspecteur de l'Instructfon Publl- Henri BEDARIDA, GeorGURVITCH, Henri MARErnest LABROUSSE, LEFEBVRE, Jean-JacMAYOUX, Ignace MEYERprofesseurs à la Faculté de Paris. - André BLOCH, à la Faculté des Let_

Ambroise .10-

"",,~"'o a ,'" à la Faculté de Grenoble. BARUK, Etienne Mme Jeanne LEVY, à la Faculté de Méde Paris. Pierre WERTHEIMER, à la Faculté de Méde Lyon. Georges CHOQUET, FOURNIER, V. FROPRENANT, Evry professeurs à la des Sciences de Paris. Sciences de Paris. Jean LEROY, sous-dlrecau Muséum. Huben DESCHAMPS, proà l'Institut d'Ethnolo- .Jacqueline MARCHAND, l)re~gSel'1r agrégée. B. LAMBLIN, secrédu Comité de Vigilan ce Universitaires pour la Dée des Libertés et la Paix cinéastes artistes Marcelle AUCLAIR, MM. , de AVELINE, Bernard DAAlioun, DIOP, Edmond Max - Pol FOUCHET, _ GASCAR, 'rancls JOUR" oseph KESSEL, Armand Michel LEIRIS, Ren' Ruben MILIK, Albert MEMMI, Pierre MORHANGE, Pierre PAR~F, .M-me PSICHARIRENAN, MM. , I?i!l~re-Henrl SIMON, André SPIRE, Mme Elsa TRIOLET, écrivains. MM. Pierre LAROCHE, Claude , VERMOREL, cil1éastes. MM. Jean DANIËL., JeanJacques . SERVAN-SCHREIBER, j ournalis tes . . M. Alexandre KAMENKA, "pro ducteur de ' films. Les ar tistes .Joséphine BAKER, Jo BOUILLON. Claire MAFFE 1, Gérard PHILIPE, Nabi YOULA. Autres personnalités MM. Louis PRADEL, maire de Lyon; Auguste GILLOT, maire de Saint-Denis; Marius PRUNIERES, maire-adjoint d'Ivrysur- Sein e. Mme Yves FARGE. Mme de SAINT-PRIX-LOUBE'r. M. le général LE CORGUILLE, ancien membre de l'EtatMajor national des F.F.I., commandeur de' la Légion d'honneur, MédailJe de la Résistance. MM. les past eurs Maurice VOGE, secr étaire général ' de la Fédération Française du Chris tianisme Social; André BOEGNER, LOEVEN. M. l'abbé GRANGJER. M. Maurice LACROIX, président de la Jeune République. Les doct eurs Jean DAL- ' SACE, L. LEBOURG, Suzanne VALLON, ARAGER, DEEN, DEMEDERIOS, FAGENNES, RENNERT, ZUCKMAN. Me. Sylvère ALCANDRE, ARON, BLAUSTIN, CRAISSAC, DALMEDA, Yves DECHEZELLES, DIALLO, A . . DYMENSTAJN, René GEORGES-ETIENNE, -HADDAD, Claude-Frédéric LEVY, MANVILLE, André SAR- -DA, André SAINT-CYR, Georges SAROTTE. M. Emile MERWART, doyen des gouverneurs d'outre-mer. M . . Adolphe ESPIARD, ancien directeur au minIstère des An, ciens Combattants. M. Henri KRZIWKOSKI, administrateur de la Caisse des Ecoles du 10' , orncier d'Académi e,. officier de l'lnstruction publique. M. V. 'rULMAN, ministre-officiant. Représentants . d'organisations M. Jacques MADAULE, écrivain, de la présidence du Mouvement de la Paix. Mme Lucie AUBRAC, agr ég ée de l'Universit é, Croix de Guerre, Rosetté de la Résis tance, membre du Comité cen tral de la Ligue des Droits de l'Homme. MM. René CERF-FERRIERE, ancien pr ésident du groupe de la Résistance à l'Assemblée , Mmes Denise DECOURDE~ MANCHE, , s ecrétaire générale de l'Association des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résis tance ; Irène de LIPKOWSKI, pr ésidente de l'Association des Familles de Résistants et Otages morts pour la France ; MarieLouise KAHN. vice-présidente de l'Amicale d'Auschwitz. M" Charles LEDERMAN, président de l'Union des Juifs 'l){)ur la Résis tance et l'Entraide ; M. Albert YOUDINE, secrétaire (lénéral de l'U .J .R.E. M. le , doo teur DANOWSKI, président de l'Union des Engagés Volontair es et Anciens Combat tants Juifs. MM. FANSTEN, président de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs ; Victor LEGITIMUS, président de la Solidarité AntilJalse; ANKELEVICZ, président d'honneur de l'Union des Sociétés Juives de France ; Alfred GRANT, s ecr étaire général. M. SAZE RAT, secrétaire g énéral de la. Fédérati on des Officiers de Réserve Républicains. , .•. MM. .Julien RACAMOND, membre dû Conseil Economique, au nom de la Confédération Générale du Travail; ANGEL, membre de la Commission Exécutive de l'Union des Syndicats de la Seine; F. MAURICE, secrétaire général de la Fédération Nationale Ouvrière des Cuirs 'et Peau x ; STAMFATER, président de la Fédération Générale des Industriels, Artisans et Façonniers. E. LAFFARGUE, président de , la Chambre Syndicale des 'Fabricants de Cravates, Echarpes et Carrés; Didier COLETTE, délégué général de la Fédération Française des Industries du Vêtement féminin. t. MM. Louis ALVERGNAT, secrétaire g énéral du Mouvément de Libération du Peuple; CRUIZIAT, dir ecteur de la « Vie Nouvelle » ; Albert OUZOULIAS, conseill er municipal de Paris, membre du Comité Parisien de la Lib ération; Robert FRANCOTTE, cons1lill er municipal de Paris : Bernard GUILLON, Pierre NERON, BRILLANT-SEVERIN, délégués du Comité Fédéral de P aris du Parti Communiste Françal Me Yves JOUFFA, du Conseil National de la Nouvelle Gauche. ••• Dooteur SCHERR, président de l'Union des Etudiants Juifs de France. ~ __________ -. Consultative, . vice-président de l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance; Jacques BEAUGE, président de l'Association Nationale des Aveugles, Mutilés et .Invalides de la Résis tance. MM. Yves CANNAC, président de l'Association Par isienne des Etudiants Radicaux; DEPAQUIT, DEROCHE, ROBRIEUX, du Bureau x. National de l'Union d es Etudiants Communistes ; ANDRIAMANJATO, président de l'Associati on des Etudiants d'origin El malgache ; GAYE, au nom de la Fédération des Etudiants d'Afrique ~o lr e en France; AOUFI, au nom de l'Union Gé, n érale des Etu.diants Musulmans _ Algériens. Juives de la RépubllPopulaire Roumaine. Suisse la Fédération Suisse de. IIraelites.

le Camlté

I.coslo~'aalle de la Paix.

Mme Roosevelt, la

(Association pour l'Emondes Gens de Couleur); Mme épouse de Morton Sobell, con· av.c le. Ros.nb.'1I; le pro- W. E. B. Du Bol •• Sud·Afrlcaln. : le Comité Réelacl'Ion du Journal antiraciste AV· -. Youvoslavl. : la Fédération d •• Imunauté. Julv ••• tus ce. meslOV" .xaltants, qui été accueillis chaleureusement par ""évués, expriment la solidarité combat d.. antlracl .... , du monde .r. MESSAGES D'OUTRE-MER MM. RAZAFiHARISON, secrétaire g é_ néral , du Syndicat du' Livre et des Arts Graphiques (Madagascar). . MonJa JOANA, con sellier provincial de Tuléar (Madagascar). ANDRIANTSIFAHO,~NA, commer çant à Tananarive (Madagascar). Bernard DADIE, écrivain, 11 Abidjan (COte d'Ivoire). André GUILLABERT, premier . vice-président de l'Assemblée Ter ritoriale du Sénégal, conseiJler de l'Union Française. R. THOROVAL, pTofesseur au lyàée . Schoelcher, Fort-deFrance (Martinique). Georges GRATIANT, avocat 11 la Cour, Fort- de-France (Martinique) , Pierre LAMANT, professeur 11 Battambang (Cambodge). LA ee .aOURNaE NATION v FIL dieuse ou forcenée, qui entend expliquer par des considérations ethniques les ditticultés que rencontre la nation française sur le plan économique, financier et social... » Citant les grBJld noms qui témoignent des traditiona antiraciatea de 10 France, le coneeiller ATTULY poursuit: « Les discuasions qui animeront notre rencontre sont largement ouvertes à tous, sans distinction de parti et de chapelle. On y débattra librement des conditions de la lutte qui , s'impose partwt dans le monde aux hommes de courage et de pensée libre, contre toute ma, nifestation de racisme, filt-il larvé ... 4( Sans proposer de solution politique sur laquelle nous serions peut-étre divisés, nous retiendrons ce qui doit nous unir: l'ettort ardent, l'ettort inlassable à déployer pour maintenir, pour sauver la paix, la paix fragile, en ces heures fiévreuses où l'esprit de guerre souttle de nouveau sur notre globe et où la guerre est entrée sournoisement dans notre vie nationale. » Suit le rappo.t préaenté par Charle. PAUNT, .eerétaire général du M.R.A.P ., dont noua donnona de largea extrait. en page 3. Deux poids deux mesures . Lea débata e'ouvrent au .. itôt par .J'intervention de M. AndriamanJato, reprlleentant l'Aloociation des EtudianlB d'Origine Malgache. M. ANDRIAMANJATO évoque certain a faits qui, en France ou à Madagascar, révèlent un raciame plus ou moine virulent. Il cite comme exemple 1. di.tin.tion ql!e l'on fait, à Madagasca, entre un Européen direeteur d'une .tation asricole payé 40.000 fr"nca C.F.A. par mois, et quatre teehnicieu malgachel touehant globalement 41.000 francs C.F.A. Or, les q!llltre techniciena mals.chee ont ftCU une formatiol' M. ANDRIAMANJATO. poullée, mai. le directeur français a c'omme titre: ancien militaire! , Il se félicite qu'il y ait en France « des Français qui ont une culture française digne de èe nom, qui sont prêts à lutter contre tout ce qui dévalorise l'humanité ». Un même héroisme M. Jocq.u. BEAUGER, grand mutilé de la Ré.istance, apporte alors le témoignage de Iympathie de l'AIsociation de. Anciens CombattanK de la Réaistance Française, dont il représente le Bureau National. Dénonçant le. calomniee antisémite., il aouligne l'héroïsme doa juife pendant la guerre et la ré.htance. U évoque le pèlerinase du louvenir, auquel il • participé, sur lee tomb.,. dM combattants de la France Lihre tombés a batailles d'El Alamein et de Bir Hakeim, et dit l'émotion qu'il eut de constater combien il y avait de tombes marquées Ju aigne du erohslUlt ou do l'étoile juive. « C'est en voulant rester fid.èles à la mémoire des combattants morts pour une France libre, et dès lors rester fidèles à nous-mêmes, que nous refus6ns, ~éclare-t-U, qu'un général nazi comme Hans Speidel prenne le commandement d'une partie de l'armée française. » Le docteur DANOWSKI, président de l'Union de. Engasés Volontaires et de. Ancie:. Combattant a Juifs, Jpporte l!!i aUlli ~e témoignage de la contribution des juifs à la défenae de la France, et exprime l'émotion de. reecapét devant la renai .. ance de l'antieémitiune et du nazisme. « Plus que jamais, conclut-U. les anciens combattants juifa soutiendront les forces démoctatiques du pays afin que rè- Le Dr DANOWSKI. gnent la tolérance, la liberté et la paix. » Pour l'amitié judéo-musulmane C'est le problème de l'Algérie qu'aborde ensuite le docteur SCHERR, président de l'Union des Etudiants Jdfs de Fronce. n riclame « l'élaboration d'une solution pacifique qui répondrait aux aspirations légi times et respecterait les droits et les intérêts du peuple algérien et du peuple français ». Apr~ avoir dénoncé le faedeme renaisl8nt et le danger du milita- Le Dr Alfred SCHERR. risme allemand, il émet le lou\lait d'un d~alogue judéo-arabe au MoyenOrient, da!!. le cad:e d'une cessation de la course 8!lX armement •. Evoquant la situation en Pologne, il déplore 1... manifestations d'antisémitisme, consécutives aux récenu bouleversement, et se félicite que d.,. mesures soient prises pour le. combattre. Soulignant, d'autre part, que le gouvernement de l'U.R.S.S. a c r enié Ùl' crime. du passé », « no ... pen$ On" dédare-t-il, que ce gouvernement saura répondre aux voeu% de. juif' IOviétique. :o. Le docteur Scherr lit ensuite un message du cercle BernardLazare, qui « invite tous les participants à unir leurs forces pour promouvoir l'ami t ié iudéoarabe et la paix israélo-arabe. » Le soutien des travailleurs M. Julien RACAMOND prend ensuite la parole, au nom de la' C.G.T. « qui groupe les travail- M. Julien RACAMOND. leurs, sans di stinction de race, de nationalité, de conviction politique ou religieuse ». « Il n'y a pas dans ses rangs, s'écrie-: toi!, des juifs, des chrétiens, des musulmans: il y a des travailleurs... ». Et il apporte au M.R.A.P . le soutien puissant et fra ternel de ces millions de travailleurs qui, indique-t-il, « aux prises avec des di tticultés énormes, ne 'Perdent par pour autant de vue la défense des libertés et de la paix ». Il elt plus de midi, les commil. iona sont .. Ines. Elles siègeront au début de l.'apr~-mid i . ApI'èa quoi commence la denxième eéance plénière, préeidée par M. Léon Lyon-Caen. Le pré aident du M.R.A.P. donne d 'abord la parole à l'écrivain Ma:Pol FOUCHET, dont des million. de Français suivent avec intérêt les émissions téléviaées. Un seul mot: le respect M. Ma:-Pol FOUCHET évoque le tempe où il était professe!!r à Alger, où il a fait l'expérience exaltante de l'amitié, maia il a pa voir Bussi comment lee haines engendrent le. haines. « Essayons, déclare-t-il, de comprendre cela, posons devant notre conscience des problèmes très simples, particulièrement celui-ci: peut-on mépriser long· temps sans provoquer un jour M. Max·Pol FOUCHET. la révolte? Je sais que vous répondrez : non! ... « Tout le drame d'Algérie est M, c'est un drame qui est né du racisme, mais ce mot n'a pas teUement de sens et il faut • p~ c~ PI l') 1U Ul n ' ti, r so ai de l 'i pl m. Tl D n' ~ in d~ l e p Le raCISD1 ne S TOUT DEVRAIT AUJO LES HOMMES. L'uni humain, reconnue proclamée par la Déclaratio est confirmée avec éclat p Le progrès technique, permet les échanges de to et les continents. Les recherches historique dilur des civilisations les temps et dans l'espace. Des races et des peu pl dont l'assujettissement es prennent en main leurs de important sur l'arène inte L'actualité démontre ch hommes, sans distinction confession, peuvent égaleme manité par leur travail CI héroïsme. Enfin, deux terribles gu croître à travers le monde et de fraternité. POURTANT, les préjugé aveugles et meurtri mitisme et la guerre et hontes du XX· siècle . C'est pour les combattre la France entière, porte-ps pements, représentant les courants les plus divers ~ sommes réunis, au nombrE Mutualité, le dimanche 26 J née :Q.ationale contre le ra pour la paix. Comme aux jours somb d'odieuses violences raciste ments factieux se regroup de « mort aux juifs :. et leI ou dirigent d'anciens « co la dignité et menacent le certaines catégories de ci race ou de leur confession. En Algérie, des hommes indignes contraires aux loÏ! neur français, tandis que violences et des haines. Dans le même temps, do défaite de l'hitlérisme. les nazis retrouvent - défi a' vants - des fonctions dir même dans des organismel Le Moyen-Orient est déc tricides, dressant les uns ( pies que le passé et le devant un même destin. LA g e .JOURNa. NATIONALE FIL enée, qui entend es considérations difficultés que nation française !O~OmiqUe, finan-- d noms qui téllloiions antiracistes de conseiller ATTULY S· ns qui animentre sont lares Il tous, sans 1 parti et de cha~ attra librement 1 de la lutte qui llt dans le monde f courage et de ntre toute maracisme, fût-il ~8er de solution quelle nous sedivisés, nous re- ~. doit nous unir : l'effort inlassapour maintenir, paix, la paix heures fiévreuses guerre souffle de Iotre globe et où ~ntrée sournoisete vie nationale. » présenté p~r Charrrétaire ~énéral du DOUS donnons de pa~e 3. 1 poids nesures ~vrent anssitôt par M. AndriamanJato, IOciation des Elu" algache. fANJATO évoque • an France ou à ~t ~r :~~:m:o!!: tion qce l'on fait. tre un Européen tion agricole payé .A. par mois, et malgachea tout "1.000 francs quatre techniciens l'II une formatiop IAMÂNJÂTO. direeteur français a fien militaire! ~ qu'il y ait en français qui ont rnçaise digne de sont prêts d iout ce qui dévaïté ». fnême ~isme ~UGER, grand mu~ aDce, apporte alors • ympathie de l'As- ~ncienl Combattant,s Française, dont il eau National. calomniee antisémi' héroïsme dos juifs et la ré.istance. 'lerinage du louveparticipé, sur les ttants de la France bataiIles d'El Alaakeim, et dit l'émoe conatater combien mhes marquées 4u rt ou de l'étoile pulant rester fidê- ~ire des combatour une France s rester fidêles d ~ue nous refusf7ns, .'un général nazi ~peidel prenne le ft à'une partie de lise. » f NOWSKI' président Engagés Volontaires Combattants Juifs, le témoignage de la juifs à la défen.e ~ exprime l'émotion lVant la renaissance ~ et du naziame. Jamais, conclut-il, ,ambattants juits soutiendront les forces démoctatiques du pays afin que rê- Le D' DÂNOWSKI. gnent la tolérance, la liberté et la paix. » Pour l'amitié judéo-musulmane C'eot le problème de l'Algérie qu'aborde ensuite le docteur SCHERR, p!ésident de l'Union des Etudiants J!!ifs de France. n r~clame « l'élaboration d'une solution pacifique qui répondrait aux aspirations légitimes et respecterait les droits et les intérêts du peuple algérien et du peuple français ». Après avoir dénoncé le faociome renai. oant et le danger du milita- Le D'Alfred SCHERR. riome allemand, il émet le .ouYait d'un dialogue judéo-arabe au MoyenOrient, da!!. le cad:e d'une cessation de la course B!lX armements. Evoquant la situation en Pologne, il déplore le. manifestatione d'antisémitisme, con8écutives aux récents bouleversement, et se félicite que des mesures soient prises ponr les combattre. Soulignant, d'autre part, que le gouvernement de l'U.R.S.S. a « renié ks crimes du pa$Sé », « nou. pensons, déclare-t-il, que ce gouvernement !lUra répondre aux voeux dea juif. soviétiques :o. Le docteur Scherr lit ensuite un message du cercle BernardLazare, qui « invite tous les participants à unir leurs forces pour promouvoir l'amitié judéoarabe et la paix israélo-arabe. » Le soutien des travailleurs M. Julien RACAMOND prend ensuite la parole, au nom de la' C.G.T. « qui groupe les travail- M. Julien RACAMOND. leurs, sans distinction de race, de nationalité, de conviction politique ou religieuse ». « Il n'y a pas dans ses rangs, s'écri~ t-il, des iuifs, des chrétiens, des musulmans: il y a des travailleurs.. . ». Et il apporte au M.R.A.P. le soutien puissant et fraternel de ces millions de travailleurs qui, indique-ton, « aux prises avec des difficultés énormes, ne tperdent par pour autant de vue la défense des libertés et de la paix ». Il ""t plus de midi, leo commialÏons sont .. lues. Elles siègeront au début de L'après-midi. Après quoi commënce la deuxième séance plénière, préeidée par M. Léon Lyon-Caen. DÉBATS Le président du M.R.A.P. donne d'abord la parole à l'écrivain MaxPol FOUCHET, dont des millions de Français suivent avec intérêt les émissio. ns télévisées. Un seul mot: le respect M. Max-Pol FOUCHET évoque le temps où il était professel!r à Alger, où il a fait l'expérience exaltante de l'amitié, mai. il a pu voir 8U!8i comment les haines engendrent les haines. « Essayons, déclare-t-il, de comprendre cela, posons devant notre conscience des problêmes três simples, particuliêrement celui-ci: peut-(Jn mépriser long. temps sans provoquer un tour M. Max-Pol FOUCHET. la révolte? Je sais que vous répondrez: non! ... « Tout le drame d'Algérie est là, c'est un drame qui est né du racisme, mais ce mot n'a pas tellement de sens et il faut peut-être le remplacer par autre chose: c'est le drame de l'irrespeet de l'homme d l'égard de l'homme, et tant que nous ne nous resPecterons pas tous les uns les autres, tant que nous n'aurons pas en nous cette notion profonde du respect, le racisme continuera, la guerre continuera, le systême colonial sous sa forme esclavagiste continuera. ' « Un seul mot, te crois, peut donner d l'homme l 'honneur de l'homme, c'est celui-ld, le respect. » Le salut des instituteurs Le président, ayant lu plusieurs messages, dont celui de M. CAPITANT,' donne alors la parole à M. Deni. FORESTIER, qui « apporte le salut MS 183.000 enseignants unio da ... le Syndicat National MS Inltituteurs », dont il est le secrétaire général. A pro po. de l'Algérie, il déclare: « Nous considérons qu'il y a un cycle infernal: répression et attentats, attentats et répression. Savoir qui a commencé, dans les circonstances actuelles, n'est peut-être pas l'important, mais savoir qui arrêtera ce drame devient beaucoup plus important. » « Je voudrais, conclut-il, que dans toutes les écoles du monde, les éducateurs aient une rêgle en s'adressant aux écoliers: non pas seulement leur apprendre' cette formule chantante: « Si tous les gars du monde, si toutes les filles du monde voulaient se donner la main »... mais aussi leur apprendre que tous M. Denis FORESTIER. les gars et toutes les filles du monde DOIVENT se donner la main! ... » Une expérience ' à méditer Puis, après la lecture par le préSident Lyon-Caen de divers messages de parlementaires de toutes tendanct:s, la parole est donnée à Mme lrfaria RABATE, député, qui apporte « le concours sans rése' ve du Parti Communiste Français Il ce rassemblement d'hommes et de femmes appartenant d tous les milieux sociaux, aux formations politiques les plus diver'es. e~ unis Rour une oeuvre généreuse et humaine, ». EUe énumère divers symptômes inquiétants des menées fa scistes, et particulièrement des agressions et violences récemment perpétrées. « L'expérience cruelle du nazisme, déclare-t-elle, nous a en~. seigné qu'après les communis~. tes vient le tour des socialistes,' des démocrates, aussi bien que. des israélites. » S'élevant alors contre les méthodes engendrées par la guerre d'Algérie, elle demande que l'on . s'oriente « vers la négociation, vers une politique de paix, au lieu d'aggraver des préparati fs à'une guerre plus hideuse et plus totale encore. » Et après avoir évoqué la mémoire dM ré.istanu de toutes opinions In- Mme Maria RADA TE. sillés il y a 15 aus, sur l'ordre de , von Stulpnagel, le cher direct de , Speidel, elle conclut: (Suite en page 6.) LA RÎlSOLUTION PINA LE ;.;;.;.;.;;. ~.: ::;;;;;;;:::; ;;::::::;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;:;;;~;;;;;;;;;;;~ Le racisme, l'antisémitisme et la guerre n e son t pas une fat al i té! TOUT DEVRAIT AUJOURD'HUI RAPPROCHER LES HOMMES. L'unité fondamentale du genre humain, reconnue par toutes les religions, proclamée par la Déclaration des Droits de l'Homme, est confirm6eavec éclat par la science. Le progrès technique, abolissant les distances, permet les échanges de toutes sortes entre les pays et les continents. Les recherches historiques font apparaître la grand- eur des civilisations les plus éloignées, dans le temps et dans l'espace. Des races et des peuples prétendus inférieurs, dont l'assujettissement est générateur de racisme, prennent en main leurs destinées' et jouent un rôle important sur l'arêne internationale. L'actualité démontre chaque jour que tous les hommes, sans distinction de race, d'origine ou de confession, peuvent également honorer et servir l'humanité par leur travail créateur, leur talent, leur héroïsme. Enfin, deux terribles guerres mondiales ont fait croître à travers le monde un désir profond de paix et de fraternité. POURTANT, les' préjugés, l'intolérance, les haines aveugles et meurtrières, le racisme, l'antisémitisme et la guerre subsistent encore, fléaux et hontes du XX· siècle. C'est pour les combattre que, délégués venus de la France entière, porte-paroles de multiples groupements, représentant les milieux sociaux et les courants les plus divers de la pensée, nous nous sommes réunis, au nombre de plus de mille, à la Mutualité, le dimanche 26 mai 1957, pour.Ia 9· Journée l?-ationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Comme aux jours sombres', Paris est le théâtre d'odieuses violences racistes et antisémites. Les éléments factieux se regroupent impunément aux cris de « mort aux juifs , et leurs journaux, qu'inspirent ou dirigent d'anciens « collaborateurs " attaquent la dignité et menâcent les droits et la sécurité de certaines catégories de citoyens, à raison de leur race ou de leur confession. En Algérie, des hommes subissent des traitements indignes contraires aux lois de l'humanité et à l'honneur français, tandis que s'aggrave le fossé des violences et des haines. Dans le même temps, douze ans à peine après la défaite de l'hitlérisme, les responsables 'des crimes nazis retrouvent - défi aux victimes et aux survivants - des fonctions dirigeantes en Allemagne et même dans des organismes internationaux. Le Moyen-Orient est déchiré par des conflits fratricides, dressant les uns contre les' autres des peuples que le passé et le présent placent pourtant devant un même destin. Dans de nombreux pays, les discriminations et la ségrégation raciales exercent toujours leurs' ravages, et l'antisémitisme, vestige d'un passé douloureux, continue à se manifester. FRANÇAIS, FRANÇAISES, L'antisémitisme, le racisme, la guerre ne sont pas une fatalité. Il dépend de nous tous qu'ils soient à jamais étouffés. Aucune divergence sur des problèmes politiques ou idéologiques ne doit nous empêcher de nous unir et d'agir ensemble pour exiger que soit respectée partout la dignité humaine, que soient bannies les discriminations d'où qu'elles viennent, sous quelques formes qu'elles se manifestent, et que les progrès de la science servent à créer, non pas des armes de destruction massive, mais toujours plus de fraternité et de bonheur. Tolérer le racisme et l'antisémitisme, ce serait pour nous, renoncer aux nobles traditions qui font la grandeur de la France et fouler aux pieds les libertés démocratiques. C'est pourquoi nous demandons que les pouvoirs publics prennent des mesures énergiques pour mettre hors d'état de nuire les groupes factieux et pour ' interdire effectivement, conformément à la loi et à la Constitution, toute propagande antisémite et raciste, qu'elle soit répandue par la presse ou par la parole . Nous demandons que, dans le respect de la personne humaine, soit recherchéè rapidement et activement, en Algérie, une solution négociée qui tienne compte des aspirations et des intérêts légitimes: de tous les éléments de la population. Nous demandons qu'un terme soit mis aux mesures susceptibles de favoriser le renforcement du nazisme et du militarisme allemand, et que soient encouragés, au contraire, tous ceux qui, en Allemagne même, sont attachés à la paix et à la liberté. Nous demandons que des dispositions soient prises qui amèneraient à une solution pacifique des litiges du Moyen-Orient, entre Israël et ses voisins, avec l'accord des peuples intéressés. Nous adjurons les grandes puissances de mettre en pratique des mesures effectives de désarmement et une politique de détente, basée sur de larges échanges culturels' et économiques, sur la libre circulation des hommes et des idées. FRANÇAIS, FRANÇAISES, Par toutes les initiatives possibles, dans tous les domaines et à toute occasion, ayons à coeur d'affirmer hautement et de défendre la fraternité et l'égalité des hommes, l'amitié entre les peuples, dont le triomphe peut, seul, garantir un avenir de paix. , . 6 ----............ -------..... LA ee -.lOURNIlE NATIONAL. (Suite de la page 5) « Leur sacrifice et celui des millions de juifs assassinés, .et de tant d'autres, connus o~ inconnus, unis dans un même martyre, ne doit pas être vain. Que leur union, réalisée dans la mort, nous incite à nous unir., pour leur être fidèles, dans la lutte pour la liberté et l'égalité des hommes, pour le progrès et la paix. » Propager la vérité i.e prélident LYON-CAEN donne la parole à M. Alfred GRANT, secrétaire généraI do l'Union des Sociétés Juives de France. L'orateur s'attache à réfl!ter les calomnies répandues hahituellement .ur le. juifs. . ... « JZ. est nécessaire de présenter à l'opinion publique française, poursuit-il, les petits lutfs, les ouvriers, les petits commerçants, les artisans, comme l'a fait par exemple Roger lkor - et non pas seulement les grands brasseurs d'alfaires.... » Et il .uuère q!!6 le M.B.A.P. en- Ouelques me ages •.. M. M. LENORMAND DEPUTE DE LA NOUVELLE-CALEDONIE ET DES NOUVELLES-HEBRIDES C'est avec plaisir et empressement que je .ré.ponds à l'appel du M.R.A.P., pour manifester par une journée natlollale la réprobation de la majorité du peuple français contre toûtes les ·torm'es du racisme. Je vous apporte mon adhésion personnelle en même temps que celle. du groupemllnt dont Je dirige les destinées, l' « Union CalédonIenne », qui groupe dans mon territoire, sans distinction de race, de . religion et de statuts, les Calédoniens de toutes origines. La Nouvelle Gauche Le Conseil National de la «Nouvelle Gauche» adresse son salut fraternel aux par_ ticipants de la Journée Na-' tlonale du Mouvement contre le Racisme, l'AntisémitIsme et pour la Paix. Mouvement socialiste, résolument opposé à toutes les tormes de racisme et d'oppression, au colonialisme et à la politique des blocs militaires, partisan du droit de tous 'les peuples à dlsJl'Oser d'eux-mêmes dans le respect des minorités, la « Nouvelle Gauche » se prononce pour l'action unie ' de toutes les forces populaires contre la renaissance des menées fascfstes et pour une solution ' négociée de la guerre d'Algérie. Elle est prête, 'sur ces bases et dans le respect du droit de chaque organisation à conserver son originalité et son droit de libre critique, à collaborer avec tous les antiracistes et les défen. seurs de la paix . . Pierre LAROCHE CINEASTE Je regrette qu'une trop longue convalescence m'empêche d'être parmi vous en ce moment où les guerres larvées se succèdent· et où le nazisme renalt des cendres de ses maltres. Tous les hommes de bonne volonté doivent lutter contre les Déroulède de basse - cour et les tranche-montagne-qul_ accouchent-d'une-souris mals profitent d'une vague de chauvinisme Imbécile pour nous lancer dans les pires aventures. Le ridicUle ne tue pas, soit, mals Il est d'autres dangers. Merci, mes amis, d'être IcI. .. à ma place 1 treprenne une vaste action en profondeur pour combattre dam tous les milieux les préjugés et les déformations de la réalité . . M. Alfrad GRANT. De l'Afrique Noire ••• Un groupe important d'étudiants africains a participé à la Journée Nationale. Lel!r .porte-parole, . M. Amadou GA YE, est maintenant ii ~a tribune, où il indiq'.oe les raisons M. Amadou GA YEi. , qui les amènent à soutenir l'action du M.R.A.P. , li dénonce le. multiple. ve;atiom et discriminations frappant les êtudiants noirs en Franr.e, mais souligne qu'au delà de ces cas d'espèce, le problème fondamental est un problème d'éducation « qui I! litue /lU niveau de la conscience des horfl,me$ » ... « Nous pensons, dit-il encore, qu'un antiraciste convaincu ne peut admettre, ne serait-ce que tacitement, la domination d'un pays sur un autre. Car, tant que l'auto-détermination ne sera pas rendue à tou~ les peuples, la lutte contre le racisme et pour la paix ne sera jamais ac7tevée, mais toujours à recommencer. » ..• au Carreau du Temple n est remplacé 8:1 micro par M. y ARO, qui apporte le saht de quatre groupements d:1 Carreau du Temple: l'Amicale des Mutilés des Deux Guerres, l'Association des Anciens Combattants et Veuves de Guerre, le Syndicat des Marchands, la Société Mutuelle, qui s'associent pleinement à la Journée Nationale. Dans la résolution qu'ils ont adoptée en commun, les marchands du Carreau du Temple dénoncent « la recrudescence de la propagande antisémite et raciste dont ils ont constaté les manifestations dans Paris et plus particulièrement autour du marché. » La paix est possible r PuiS un autre étudiant prend la parole: M. AOUFI, au nom de l'Union Générale des Etudiants Musulmans Algériens, qui souligne sa solidarité avec l'action menée « pour que la paix, une paix réelle, une paix véritable soit instaurée, afin T·8 que les populations et les peuples de France et d'Algérie se retrouvent demain liés dans une entente qui puisse garantir à chacun l'intérêt primordial de sa nation. » « Si, aux Champs-Elysées, déelare- t-il, il est permis aujourd'hui à de jeunes factieux de crier « à bas les juifs », c'est parce que depuis deux ans existe le problème algérien: parce que depuis deux ans les réactions chauvines se font jour. » Après avoir rappelé certaines méthodes employées en Algérie, qui ont suscité en Fra!lce de nombrenses protestations, il évoque le sort pénihle des 400.000 travailleurs algé- ' riens vivant en France et il conclut: « Les hommes de ?Jonne volonté doivent crier que la paix est possible », cette paix qui

« ne sera pas un relâchement

des liens entre la France et l'Algérie, nous le disons fortement »... mais une « interdépendance librement consentie basée sur l'amitié, sur la dignité humaine », une paix « respectant les droits du peuple algérien, mais satisfaisante aussi pour les intérêts du peuple françats. » Au nom de la Ligue des Droits de l'Homme Mme Lucie AUBRAC, Croix de Guerre, Rosette de la Résistance, intervient ensuite au nom de la Ligue des Droits de l'Homme, qui « bien souvent, souligne- elle, rejoint le M.R.A.P. dans sa lutte et ses interventions ». Elle précise par exemple que « récemment, à Z'H6tel Moderne, notre président, Emile Kann, a apporté l'adhésion de la Ligue tout entière au Comité que le préSident LyoTt-Caen constituait pour protester contre la scandaleuse nomination de Speidel. » « La Ligue des Droits de l'Homme, Indique f'ncore Mme Aubrac, s'élève contre le racisme qui, en Algérie, permet d'interner, de juger, d'exécuter des musulmans sans que les garanties de la défense sOient respectfes, » Un choix vital M. Jacques MADAULE est maintenant à la tribune. M~mbre de la présidence du Mouvement de la Paix; il apporte le salut fraternel do ce Mouvement qui consacre ses efforts à écarter de J'humanité la menace d'une guerre atomique'. « L'humanité étant entrée en possession de ce pouvoir nouveau - l'énergie nucléaire -, il s'agit pour eUe cie savoir, déclare-t-U, si eUe l'emploiera à 16 dlltruire 'elle-mlme dans un troisième conflit moAdial, ou ai, au contraire, eUe l'utilisera pour IIlever sur tous les continents, sans distincti()n de peuples ou de races.. le mveaa de vie de tous les nommes. » Et, à propoa de la lIuèr:e d'Algérie: « Jamais peut-être, ' depuis 1940, et en disant ceci je pèse mes mots, nous ne nous sommes trouvés en présence d'un problème dans lequel ce n'est pas seulement notre prospérité qui est en jeu, dans lequel il ne s'agit pas seulement de sauvegarder la vie de nos enfants et la vie des enfants d'Algérie, mais véritablement de sauver l'âme de la France ... ·~ C'est ellluite comme memhre du jury du Prix de la Fraternité que M. Jacque. MADAULE poursuit son interveution. Nou. en reproduisons deI extraits en page 8, ainsi que les déclarations faites enl!!ite pàr El!a TRIOLET, Claude VERMOREL et Nabi YOULA. Andrée MICHEL, auteur d'une récente' étude sur la situation des Aleérlens en Froonce, parue aux éditions du C.N.R.S., s'entretient avec des défégués, entre deux .'ances. La Commission Culturelle décide~e. . . La Commission culturelle de la Journée Nalionale, qui avait désigné comme rapporteur le docteur Jean DEEN, a adopté la résolu.tion suivante: LA Commission culturelle, réunie ·lors de la 9" Journée Nationale antiraciste, estime indispensable la propagation de l'action du M.R.A.P. dans les milieux intellectuels et tout particulièremen.t ·a'wprès des enseignants. Pour la 'première fois, l'appel du M.R.A.P. a pu être affiché dans tous ·les lycées parisiens : .innovation louable dont il convient de se réjouir, mais effort encore insuffisant. Il importe qu'une action efficace soit' développée 'par les I:esponsables de la conscience française pour désintoxiquer notre jeunesse en partie abuséè par des campagnes. de haine ou pervertie par la guerre d'Algérie. Il convient que des démarches soient faites a·utprèsde la RadioTélévision Française afin d'OIbtenir pour le M.R.A.P. et oies idées généreuses qu'il défend,' une tribune régulière à la radio, au même titre que d'autres. mouvements confessionnels ou phïlosophiques. • La .Commission ,estime nécessaire d'organiser et de multiplier les conférences avec la participafion d'intellectuels éminents, de créer des bibliothèques et des ·archives antiracistes, d'aider et de développer le « Cirlé-Club Amitié :., de faciliter et de propager la vente des livres antiracistes. . . La Commission félicite le M.R. A.P. pour la création dU! Prix de la Fraternité et pense qu'un effort doit être entrepris par tous poul' populariser ce Prix. . Elle suggère que deux commissions permanentes soient créées au sein dU M.R.A.P.: -une commission culturelle et une commission étudiante. L'heure !!rrive, maintenant, dl! bilan. Le. différents rapports des com- •. mialions sont Roumi. à ,l'approhation . Il. l'a,"istanee. Le Comité d'Action eat élu. M. Léon LYON-CAEN pré•• nte l~ résolution finale, q",i est Le Président LYON-CAEN tIrant les conclusions des débats. adoptée à l'unanimité. Sous les viE. applaudissements q::i expriment l'enthousiasme des délégués, notre prélident termine par cet appel: « Notre Journée Nationale s'achève. Nous avons discuté, conftonté nos points de vues, envisagé l'avenir sous la forme de l'action' qui va cOntinuer de nous unir. Alors, en avant pour cette action, en avant dans la lutte contre le raciSme, l'antiBémitisme et pour la paix! » Ouelques messages ... Mme Yves FARGE Je s!)uhaite le plus grand succès à la grande manifestation que vous organisez. L'opinion publique doit plus que jamais se dresser contre l'antisémitisme renaissant, qui a toujours été le présage d'un recul pour l'humanité: la nomination du général nazi Speidel, l'Injuste guerre d'Algérie et son cor_ tège de souffrances pour les peuples français et musulmans, la menace d'une guerre atomique toujours suspendue au-dessus de nos têtes rendent également nos efforts à tous plus nécessaires et plus urgents que jamais. Joséphine BAKER E'r J~ BOUILLON En son temps nous avons bien reçu votre lettre. Malheureusement ma femme l'a vue avec beaucoup de retard. Elle m'a prié de l'ex_ ouser et de vous dire ses regrets, et vous savez combien elle .es t sensible à l'action que vous menez et à toutes les bonnes volontés qui travaillent au rapprochement de tous les ~tres humains sans aucune discrimination, qu'elle soit de couleur, raciale, religIeuse ou sociale, et cela dans un climat de cornrpréhension, de tolérance et d'amour. C'est vous dire combien nous souhaitons la pleine réussite de votre Journée du 26 mai. Louis ALVERGNAT SECRETAIRE GENERAL DU MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE Nous approuvons pleinement l'initiative de votre Mouvement et vous pouvez compter sut notre appui. A un moment 'où les dangers d'apparition de nouvelles formes du racisme et de l'antiscmitisme menacent notre pays, Il Importe que toutes les organisations qui luttent contre ce mal s'unissent à nouveau et ' fassent preuve de vigilanoe et d'initiative. le nouveau Bureau National duM. R. A. P. Le Comité d'Action élu à 1a Journée Nationale a. tenu sa 'P'l'emière r éunion le 25 ,juin à l'HOtel Modeme, .sous la présidence de M. Léon Lyon- Caen. . Le rapport, présenté par Albert Lévy sur les enseignements de, la J ournée Nationale et sur les tAches présentes, a fait l'objet d'un large échange de vues, à l'issue duquel a ét é élu le Bureau National du M.R. A.P. En voici la composition : , ' MM. i.éon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, pr,ésident du M.R.A.P. Charles PALANT, secr étaire général du M.R.A.P. Robe~ ATTULY, conseiller hono- , raire à la Cour de Cassation. Simon ARBITOURER. Adolphe 'BERNO. Mo Armand BITTOUN. Mme BITTOUN. Albert BOROWSKI. Mme .Jeanne CHEVALIER. Alexandre CHIL. COME-CORNEILLE. Mme 'Denise DECOURDEMANCHE. Docteur Ij)EEN. Mo Armand DYMENSTA.JN. M· FARDIN. Raph. FEIGELSON. M. FENIGSTEIN. ' Pierre GERBAL. Alfred GRANT. MauriQe HAGLER. Charles HUTMAN. M. IMERGLIK. Alexandre KAMENKA. 8 • . KORNBLUT. Henri KRZIWKOSKI. · Félix LEROY. Albert LEVY. M' Marcel MANVILLE. .IIe .Jacqueline MARCHAND. Georges. MARCHEWSKA. Mme Andrée MICHEL. Ch, OVEZAREK. .. André SAINT-CYR. .. Georges SAROTTE. Docteur Alfred SCHERR. Maurice SCHUSTER. Général Paul TUBERT. Docteur' Uon VALENTIN. Pasteur VIENNEY. Docteur ZAIDMAN. Docteur ZUCKMAN. DROIT ET LIBERTE : en LES événements de ces der- légalisées en France même les nières semaines ont confir- praiiques auxquelles le projet ou, , mé l'appréciation de la . vre la voie, le ris~ue est grand Journée Nationale sur' le problème ' (car la pente de, 1 arbitraire est a,lgérien. La tragédie de Mélouza, glissante!) de voir le gouverneles pogroms d'Alger, les morts ment, par une extension nouvelle, de chaque jour rendent toujours . cherch~r à les appliquer tôt ou plus nécessaire et urgente la re- tard même èi des Français de la cherche d'une solution pacifique. métropole, non conformistes, dont n apparaît que l'aggra;vation des l'hostilité déclarée s'attaque à la méthodes de force, loin d'abouti,r politique suivie en Algérie et à a'ux buts recherchés, ne font lm poursuite de la guerre et que qu'a'ggraver le cjéchaînement des seules atteignent jusqu'ici des violences et des haines, et creu- mesures judiciaires. Une fois conser le fossé entre les communau- férés à l'administration des poutés en présence, de même qu'entre vairs semblables à ce.ux que le la France et l'Algérie. projet envisage de lui attribuer, Les ' dangers engendrés par cette s ituation se précisent encore quand on voit le gouvernement proposer l'extension à la France des « pouvoirs spéciaux :. qui viseraient toutes les personnes « nées en A1gérie :.. UN ARTIcLE DU PR.SIDENT LYON-CAEN Analysa'nt ce pr.ojet dans Le' Monde du 25 juin, le président Léon Lyon-Caen écrit notamment

... « Il ne faut pas se dissimuler ". les graves conséquences du projèt ·: toutes les mesures prises "'en Algérie, dénoncéés dec'est la porte grande ouverte à tous , les abus de l'arbitraire administratif.

.

Et il conclut en ces termes cette importante étude: « En résumé, les principes de la législation civile, les règles posées plN' notre Déclaration des Droits de 1789 et la Déclaration universelle des Droits de l'flomme, les traditions libérales et démocratiques de notre droit, çommandent le rejet du projet gou,vernemental. » Tous les antiracistes, ,nous n'en doutons pa,s, s'associent à cette prise de posiHon. 7 ln raIson des vacances, ,DROIT IT L.IBIRTE ne paraftra pas en aoOt. Mala le slè.ge d,u M.R.A.P. " ratera constalT'lTlent ouv.~ et notre Mouvement' suivra 1811 evé.neO'lents avec la même vigilance. 50 francs pour la luth~ antiraciste . Après un examen ' des" diffi cultés r encontrées par notre journal, que les hausses r écentes ont encore aggravées, la Commission des finances et le Bureau National du M.R.A.P. ont décidé d' élever à 60 FRANCa le ,prix de de vente de « Droit et Liberté », et à 600 FRANCS le montant de l'abonnement annuel. • , Cette augmentation sera ,appliquée à partir de septembre. Tous les abonnements (ou r éabonnements) souscrits d'ici ' le 10 ' septembre seront servis à l'ancien prix de 300 francs. Hâtez-vous 1 ,(C.C.P. « Droit et Libert é » : 6070-98, PARIS.) Il LES, JUIFS, AU GHETTO Il crient les fascistes en attaquant une réunion salle Wagram 1 Mercredi 12 juin, la Salle Wagram a été le théâtre d'une aUaque fasciste. 450 délégués radicaux de .)a Fédération de la Seine s'étaient, réùnis. Au plus fort des débats, 'Vers 22 h .50, les commandos de Eiaggi, munis de fausses cartes du Parti Radical, forcèrent l'acpuis' des années comme attenta-----------_..:..._....:.. ________________ , toires aux libertés publiques fon. . damentales -et que Gouvernement et Poerlement ont justifiées par les circonstances exceptionnelles et les tràubles graves qui y sévissent, vont se trouver introduites da.ns la métropole: assignation à résidence, internement administratif dans des camps de concentration, inttrdiction de séJoUll' prononcée pa,r l'autorité préfec- On rendez-vous d'assassins cès de la salle et attaquèrent la t ïibune en criant « Mendès au poteau!. », « Les juifs au ghetto! », " Plùsieurs militants ' radicaux furent blessés, dont une femme par une balle de revolver dans la tête. La police, qui n'intervint qu'à la fin de la bagarre, appréhenda deux des nervis qui furent relachés presque aussitÔt, sans être autrement inquiétés. Biaggi lui-même était venu les chercher 'au commissariat. D'autre part, on note une recrudescence d'attentats fascistes contre des sections du Parti Communiste Français, attentats perpétrés par les mêmes grou!peS factieux qui, le 30 'mars, ont manifesté à l'Etoile aux cris de « mort aux juifs :.. • torale, perquisitions, à domIcile de jour et de nuit, réquisitions de personnes en vue d'un travail forcé, interdiction de réunions; le territoire français est menocé de connaltre, comme au temps de Vichy, toutes ces atteintes aux droits et libertés des citoyens ... « La création dans la métropole de camps d'internement est au boùt de la réforme projetée. - « Enfin, on nous permeHra d'exprimer une crainte: une , fois Un rendez-vous d'assassins: c'est ce que serait, s'l! a ,lieu, le rassemblement ,de 10.000 anciens Waffen-88 (parmi lesquel$ 2.!K1O veRUS de France) dont on annonce l'organisation prochaine à Hanovre, en Allemagne oc::ldentale. - Le mot d'ordre 'cette ma! 1ifestation sera, est-il précisé ' : « Les SS appellent I~Europe ) • Venant quelques mois après l'intégration des' officiers 88 dans ta nouvelle Wehrmacht, une telle information donne tout SOit sens à cette mesure que nous ,avons vigoureusement dénoncée. d'engins atomiques, ne -saurait réduire ees , dangers, bien au contraire. IL Y A QUATRE ANS LES ROSENBERG III Voilà quatre ans que, le 20 Juin, Ethel et .Jullua ' Rosenberg étalent exécut4s SUl' la chaise électrique, malgré l'affirmation répétée de ,: 1eur innocence et la prote •• '-lion des ge~s de coeur du; monde entier. " Mais, dev'ant ce danger, (es républicains réagissent -avec vigueur. Des comités antifascistes se constituent, au sein desquels se groupent des socialistes, des communistes, des radicaux et d'autres démocrates. Des meeti- ngs s'organisent, comme à Montpellier. A Vitry-sur-Seine, à Aulnay-sous-Bois, la population s'est opposée à la tenue de réunions f.ascistes. LE CARNET DB C'est sans :poute l'un' de ces officiers qui, récemment, tt'a ,pas ' -hésité à traiter de « sale juif :. une jeune recrue. " ' .. Mac Carthy, Inspirateur de ' leur condamnation, est mort. Roy Cohn, leur accusateu-r, est poursuivi pour publication de littérature pornographique. Mals Ethel et .Julius Rosenberg n'ont pas été réhabilités, et' " n'est pas question de réviser leur pr:o- A l'heure de Vichy TOUS , NOS VOEUX A GEORGES HUISMAN Notre éminent ami M. Georges HUISMAN, membre du Comité d'Hon. Mur du M.R.A.P., membre du, jury du Prh! de la Fraternité, a dû subir, à la suite d'une pénible maladie, l'amputation d'une jambe. Nous le prions de . trouver Ici l'expression des sentiments de tot.le .ympathle de tous les amis de « Droit et Uberté " et du M.R.A.P. Nous émettons le voeu ardent qu' il puisse blent6t se consacrer de nouveau pleinement à ses nombreuses occuJ)ations et au noble combat pour la justice et la dignité humaino qu'il n'a jamais cessé de me- 11er. , NOS DEUILS C'eit une grande perte pour la cause Nous apprenons le mariOlle de la fille de notre amie Mme STUDNIA, Rosette, ayec M. Victor DEUTSCH. Nos félicitation. et IIOS meilleun v .... x. .". No. félicitation. et IIOS mlline" .. voeux également à l'occa.lon du mariage de Mlle Marcelle PAN KOWSKI , fille de M. Pankowskl, membre du Comité 'd'Action du M.R.A.P., avec M. André CLAMAN. NAISSANCE Nou • .adresson. nos voeux et no. félicitations à nos amis M. et Mme AVNER, à l'occasion de la naissance de leur seconde petite-fille, la petite SylVie. Ces faits " s'inscrivent dans un ensemble inquiétant, qui traduit une prépondérance croissante des crim'inels nazis dans tous les secteurs de la vie en Allema'gne de Bonr:t. li l'heure où un Speidel, pourvoyeur de, prisons et de camps d'extermination, est dési~ gné à la tête d'une partie de l'armée française. Il est clair que l'adoption du « Marché commun » et de l'Euratom, , desfinés à renforcer la puissance de l'Allemagne de l'Ouest et à doter son armée cès truqué. _ Morton Sobe", qui fut condamné en même temps que les Rosenberg à 80 ans de prison, pour avoir refusé de servir de témoIn à charge, est, enfermé au bagne d'AI .. catpax. SouhaitonS' que la Cour ' Suprême, devant laquelle il vient de déposer un poul'Vol en cassatIon; ordonnera un nouvel examen de cette tragique affaire. Après Paris-Soir et DimancheMatin, il , ne manquait plus au sieur Capgras, pour s'illustrer, que Midi-Cinq. -Cette feullle, comme ,les précédentes, marche à l'heure de Vichy, évidemment, si l'on en juge paf ' ses collaborateurs. On y retrouve la brochette de nazis que Capgras est ,si fier de fréquenter, les ltebatet, Jeantet, P.-A. COusteau et autres rescapés de « Je Suis PartQ'ut :». Ainsi les ennemis déclarés de la République ont maintenant un quotidien. Une raison de plU. pour les antiracistes de défendre et diffuser notre journal. .. tlraclste que le décès de nofre amll-____ ..::-____________________ ._..:... __ ....:.. _________ ______ _____________ _ Henri COHEN, président de la section du M.R.A.P. du 18' arrondissement, qui, malgré son grond âge, menolt ... e luHo Inlassable pour le succès de IIotre Mouvement et la diffusion de notre Journal. Lors de ' ses obsèques, auxquelles participaient une foule d'amis et de mllltanb, ainsi 'lue les représentants de dlverses~ organisatiO'ns, Albert Lévy, membre du Bureau National, a prononcé une allocution émue au nom du M.R.A.P. Qu'il nJlus soit permis de renouveler ici à Mme Cohen ' les sincères condoléances de tous les antiracistes. • Nofre omi M' MANVILLE, membre du Bureau National du M.R.A.P., vient d'avoir fa douleur de perdre sa mère. Nous lui exprimons les sentiments d'affectueuse sympathie de tous les militants et amis de notre Mouvement. • Nous a-vons appris avec peine le décès de Mme Eike KOHN, amie dévouée de notre Mouvement, membre du bureau de la société « Chmelnlk a. Nous adressons nos sincères condolé","ces à son morl, à notre amie Céline Kohn, sa belle-soeur, ainsi qu'à toute sa famille. MARIAGES Nou. apprenons le ma.rlage de M. Guy RUBINSTEIN, fils de notre alftl A. Rubinstein, président de la société « Siedlec _, avec Mlle Annette GRUSSMANN. Toute. n" félicitations et lias lIIeUleun voeux aux jeunes mariés. Un compte rendu de Me An~ré BLUMEl sur son récent voyage en U.R.S.S. Au cours d'une conférence cie presse, puis d'une réunion publique présidée par le général- Petit, Mo André Blumel, président cie la Fédération Sioniste de France, a "rendu compte du voyage qu'II vient d' effectuer en U.R.S.S. M' Blumel tenait à s'informer spécialement sur la situation des juifs. C'est en toute liberté, souligne-t-i1, qu'il a ,pu prendre contact avec les représentants des communautés Juives de Moscou, Léningrad, Odessa et Kiev. Il" a co~staté une « liberté de parole et de critique Incontestable a, et Il lui est apparu que les juifs soviétiques ne craignent pas l'antisémitisme. Le grand rabbin '"d'Odessa lui a déclaré: « Sous le ' tlerisme, j'al vu onze p0- groms. Rie" de semblable ne ".st pr0- duit .ou. le ré..... actu.1 a. Le président de la communauté de Kiev lui 0 fait le récit des mesures prises par les pouvoirs publics, lors de l'Invasion allemande, pour sauVer et aider les luifs. « Nombreux 'acont 1 .. Juifs sov.létlque., précise Mo Blumel, qui parlent le yiddish et même l'hébreu a. • L'antlsémltls",e, évidemment, Ille peut_ pa. avoir complèteme"t dlspanl d'un ,pays où, Il a été Il virulent pendcint des siècle., ' ,indique-t-il encore. Mals JI' est Incontestablem-ent en décroissance. Et 1.. alltorlt" dénl .... t ev. lIIIe extréme vigueur qu'il puisse exister dans 1.. organismes officiels, quels qu'II. soient. a Reçu par deux membres du Comité central du Parti Communiste de l'U .R. S.S., dont M. Mitine, de l'Académie des Sciences, M' Blumel a eu avec eux un: entretien de plus de trois heures. .. Il n'ont pas cherché, déclare M' Blumel, à passer sous silence le cllapitre tragique de .... nnées 1948-1952. Il. ont souligné que les fautes commises ne concernaient pas seulement les Juifs et que, dans toute la mesure du possible, elles ont été réparées. Les victimes ont été r'habllitées. Les CIIUv,.. des écrivains disparus ont été traduites et éditées... Ils ont ajouté que . -dans aucun pays, aucun gauvemement n'a Jamal. reconnu des erreun ausii grav .. , et que cet oct. courageux témo. lgne d'une fer",e volonté de le. corriller. _ De multiples faits concrets ont été fournis à M' Blumel, concernant la participation des juifs à la vie soviét ique. Un grand nombre d'entre eux participent à la direction des ministères économiques, et si certains voient leurs fonctions modifiées, dons le cadre de la décentralisation en cours, c'est dans les mêmes condItions que tous les autres dirigeants de l'économie. De très nombreux Juifs sont profes- • seurs, t r.availleurs scientif iques, officiers, diplomates, députés, etc ... , souvent dons des proportions qui dépassent la proportion des juifs dons l'ensemble de la population. Me Blumel fait état des exemples et des listes qui lui ont été communiqués à ce su jet. Me Blumel ayant demandé s' il était prévu d'éditer de nouveou, des livres en yiddish, il fut répondu Que cette mesure était en préparation. Concernant les journaux, on lui déc larci que le besoin s'en fa isait moins sentir, de même que d'écoles juives. Mais ces questions restent encore débattues. M- Blumel rapporte, d'autre port, que des concerts et récitals yiddish sont donnés à travers l'U.R.S.S. " existe un petit théâtre juif itinérant. Un Journal yiddish est publié dons la RépUblique de Birobidjan. Enfin, M' Blumel a rencontré un haut fonct ionnaire du ministère des Affaires étrangères avec lequel il a discuté des problèmes du Moyen-Orient. " souhaite, et nous souhaitons avec lui, que de tels échanges puissent se multiplier pour fàciliter la compréhension ~t la coopération entre les peup1es. Ensemble.dame 2 pièces rlm!I l 3/4 Popeline .... . . OE:fZ:J Jupe Tereal.. .. .• . oeoeJ che7 Panlqlon homme ' avec ~einture.combinêeElm 76, Ru. d. ilvofl, 76 - oW.rt ,. ltHIoO M'I'o , Hor.IL·",·yt'" ... ...... ...... ___ 8 DROlor aor LI •• ...,a LE PRIX DE LII FRIIl Il TRIIlUE à Elsa TRIOLET et Gabrielle G LDAS-ANDRIEVSKI . Une mention spéciale décernée à: Claude VERMOREL POUR la seconde fois depuis sa fondation, le Prix de la Fraternité a couronné des oeuvres contribuant à servir et exalter D'autre part, considérant les qualités du film de Claude VERMOREL c' La plus belle des vies , le jury lui a décerné une mention spéciale. Un commentaire de Jacques Madaule des oeuvres encore plus nombreuses et inspirées du même esprit, seront soumises à ses suffrages. , l'idéal d'égalité et de fraternité entre les hommes. L'an dernier, le Prix avait été décerné à Christian-Jaque pour son .film « Si tous les gars du monde ... . . Cette année, le jury, après avoir Le résultat a été rendu' public à l'émission c Télé-Paris le samedi 25 mai, par le conseiller Robert Attuly et Charles Palant, membres du jury. « Le jury du Prix de la Fraternité, a notamment déclaré Jacques Madaule, se félicite cette année parti. culièrement du nonibre et de la va· leur des ouvrages de toutes natures soumis à son examen. « Je pense en effet que c'est par la littérature, que c'est par l'art et la pensée, sous toutes leurs formes, . que le peuple français peut aussi trouver le moyen d'être fidèle à ses plus nobles traditions et de montrer examiné de nombreuses oeuvres, a à tous le chemin de la fraternité qui couronné deux romans: c Le rendez- vous des étrangers , d'Elsa TRIOLET, et « Pas de cheval pour Hamida , de Gabrielle GILDASANDRIEVSKI. Le lendemain, à la Journée Nationale de la Mutualité, Jacques Madaule, également membre du jury, présenta les lauréats qui furent longuement ovationnés par l'assistance. « On y voit la preuve que le Prix de la Fraternité, que le M.R.A.P. a institué il y a deux ans, répond à une véritable nécessité et il y voit également l'augure que l'année prochaine et dans les années suivantes . est celui dans lequel, au cours de cette Journée et dans votre action quotidienne, le M.R.A.P. essaie de vous engager tous, pour le plus grand bien de l'homme. » , , Elsa TRIOLET: Du P Rendez-vous des Etrangers" au rendez-vous de l'humanité "P as de cheval pOUf Hamida": Une version ' moderne de ' Il La case de l'oncle Tom" Elsa TRIOLET, à la Journée Nationale, a fait, après l'intervention de Jacques Madaule, la déclaration suivante, chaleureusement applaudie

L E Prix de la Fraternité a couronné un livre de fraternité. J 'ignorais. j'ignore encore à peu près tout de son auteur. L E Prix de la Fraternité, dont J'al appris l'existence pour ainsi dire à mes dépens, m'a donné beaucoup de bonheur. .le me dis que J'al é·té entendue. Du Prix Goncourt au Prix de la Fraternité, j'al toujours écrit contre ce bruit de bettes derrlére nos murs qui ne nous abritent plus. Ici, à ce rendez-vous des étrangers et des Français, Je rappelle ce que J'al dit dans le l'Oman.... Que le chauvinisme est au patriotisme ce que ta haine est à l'amour. Que le cosmo_ politisme est à l'Internationalisme ce que l'Indifférence est à l'amour. Que la dégénérescence de l'amour de son pays en chauvinisme et, 'partant, en xénophobie, ressemble à la transformation d'une cellule saine en cellule cancéreuse. Que l'attachement naturel pour son pays natal est comme l'amour maternel qui rapproche et fait se comprendre les mères du monde ' entier - Il mène à l'Internationalisme. ({ Le rendez-vous des étrangers » est un rpman, Il raconte les destins romanesque de ceux qui ont le malheur de ne pas vivre sur la terre où Ils sont nés. Cé malheur-là, Ils l'ont en oommun, qu'ils soIent blancs ou ,rouges, héroïques ou vile ... Rus' ses, Espagnols, ArménIens, Polonais, italiens ... , émigrés politiquee et économiques, Ils portent cette _LE '"'URY MM. Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R.A.P . François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix Nobel. André MAUROIS, de l'Académie Française. Mme Marcelle AUCLAIR, écrivain. MM. ATTUL Y, conselller honoraire à la Cour de Cassation. Albert BAYET, président de la Ligue de l'Enseignement. . Georges BESSON, critique d'art. Alioune DIOP, directeur de ({ Présence Africaine :.. Georges HUISMAN, conseiller d'Etat. ancien directeur des Beaux-Arts. Francis JOURDAIN, écrivain. Jean-Paul LE CHANOIS, cinéaste. Jacques MADAULE, écrIvaIn. Charles PALANT, secrétaire général du. M.R.A.P. Pierre PARAF, écrIvaIn. Paul RIVET, directeur honoraire du Musée de l'Homme. Georges SADOUL, critique cin ématographique. Dr Jacques-Emile ZOLA. Claude ROY, écrivain. , plaIe au coeur, vivant parmi les Indigènes qui ne connaIssent rien, ni de cette plaie unique, ni de. mille tracasseries qu'ont a subIr Les lauréats du Prix de la fraternité à la tribune de la Journée Nationale. On reconnaît Mme Elsa Triolet (debout) et, à droite. la fille de Mme Gabrielle Gllda~ Andrlevskl, Claude Vermarel et Clair. Maffel, aux côtés de Jac. que. Madaule (à gauche), du président Lyan-Caen et de Charles Palant, membres du jury. ces citoyens diminués, les étrangers. Exprimer ce malheur, le faire connaltre, tel était le but de oe « Rendez-vous »-Ià. .le voulais, passionnément, faire entrevoir à l'horizon l'étoile brillante de la fraternIté. Et c'est mon bonheur et mon honneur qUG le jury de oe Prix qui porte le nom de la Fraternité, ait trouvé dans mon roman l'occasion de donner rendez- vous à toute l'Humanité. Lorsque, au courant de l'hiver, cette brève hIstoire me fut communiquée, je l'ai lue d'un seul SI les moyens techniques et publicitaires r éussissent à assurer le succès éphémère d'un film médiocre ou nuisible, les r éalisateurs pour qui seul le orltère commercial Importe, prétendent se justifier « en r épondant au goût des spectateurs 1. alors qu'ils ne font qu'afficher leur mépris du public. D'une autre veine est le mm de Claude Vermorel : « La plus belle des vi es », auquel le jury du Prix de la FraternIté a décerné une mention. Ce film qui correspond à l' esprit antiracis te de la Une déclaration de Claude VERMOREL A' la Journée Nationale. Claude Vermorel s'est exprimé en ces termes sur « La plus belle des vies » : ({ L~ film que nous avons réalisé en Afrique est le premier, je pense, qui essaie de la montrer telle qu'elle est, et non pas comme on a l 'habitude de la voir généralement au cinéma, comme une espèce de grand jardin zoologique, avec des bétes fauves à tous les tournants et des sauvages empanachés, quand ils ne sont pas porteurs de bagages. Nous avons simplement essayé de montrer qU'en Afrique comme partout ailleurs. lorsque des hommes mènent la même tlie, ils se ressemblent et que l'on finit par ne plus voir s'ils ont des différences, surtout dans la couleur de leur peau. « Le film rapporte la naissance d'une amitié entre un blanc et un noir dans le travail et dans l'égalité ... » ••• et de Nabi YOULA D'autre part. l'acteur africain Nabi Youla. qui personnifie l'un des héros du film, a déclaré: « C'est pour moi un réconfort de constater que l'oeuvre de Vermorel est appréciée et qu'elle reçoit une récompense de la part de gens que je considère comme des gens de bonne volonté ... « Dans mon pays un proverbe dit que l'objectif le plus éloigné n'est pas celui qui comp'Orte le chemin le plus long, mais celui uers lequel on ne s'engage jamais. « Je crois que la route est ouverte devant tous les hommes de bonne volonté, qu'ils soient d'ici ou d'au delà les mers. C'est sans doute la conjugaison des efforts de ces hommes, parfois isolés, des hommes comme Vermorel, qui nous permettra d'aboutir ... « D'aboutir à ce que nous considérons, nous, Africains, comme la base de la société humaine : la bonté, ' la sagesse, la générosité, la compréhension entre les peuples. » trait, avec la même émotion que jadis La case de l'Oncle Tom. Comme le roman de Mrs Beecher stowe a jeté à jamais le pont entre le coeur des noirs et le coeur des blancs. celui de Ga.brielle Gildas Andrievski témoignera qu'en pleine tragédIe, dans l'Algérie ensanglantée, où fanatismes et racismes déchalnés per- PAR Pierre PAIAF pètrent chaque jour le massacre des innocents, une simple voix de femme rappelle qu'il y a toujours place pour la pitié. l'amitié généreuse entre deux enfants qui n'ont rien à voir dans la sottise et la méchanceté des hommes et qui meurent tous deux, le petit Arabe. comme leur victime. le petit Français comme le chevalier d'un roman d'aventures dont masse des sp ectateurs, exalte l'amltlé humaine et sert la cause de la fraternité des peuples. Dénonçant « le mur Invisible qu'II faut abaUre entre les cervelles et les peaux :1., l'oeuvre de Vermorel évite le ·pittoresque facUe d'une Afrique de pacotille pour rechercher la r éalité des choses et des hommes et « découvrir ce qu'Ils sont réellement ». L'auteur nous avertit de ses Inten tions dans un avant-propos : « Il reste beaucoup de choses à découvrir en Guinée et dans le vaste monde, de plus Important que des bananiers, des tams-tams et des "1'pents cracheurs: le monde même, l'unité de ce monde, des hommes toujours nouveaux, toujours .. mblables sous la cotte, le burnous, la .robe ou le sarl quand Ils mènent la même vie ». il ne peut pas ne pas être le . héros. Rien de politique en cet ou· vrage et le lecteur l'aimera quelle que soit sa solution du problème . algérien. Ce Prix de Fraternité pourrait être aussi un prix d'u\ nanimité, puisque tous. hormis "les racistes qui s~excluent de la loi morale. ne voient l'avenir que dans la coopération des deux communautés algérienne et française. ••• P AS de cheval pour Ramida (1) s'ouvre sur un passage biblique. Le vent soufflette le regard du petit berger de gifles éblouissantes. L'orage gronde. Là bourrasque jaillit du ciel « comme un bar.dit du coin d'un bois ». La ferme est là-bas, (1) Editeurs Français Réunis. (Suite page 2.) • Ott!.S • • • auteur dramatique de talent. Il présenta successivement « Jeanne avec nous » à la Comédie des Champs-Elysées ( 1942 ) et au Vieux-Colombier (1 945) - pièce qui r eçut le Grand Prix de la Société des Auteurs Dramatiques, - ({ Messaline» (1947) et « Thermidor » (1 948 ) au théâtre Pigalle. « L'Oiseau blanc» (1 952) à la radio, « Le bonheur des hommes ». ( 1953) au théâtre Sarah-Bernhardt, et enfin « Latitude Zéro» au Théll.tre d'Aujourd'hui. Parce qu'il a le souel de faire mieux conn aitre les hommes - et de les faire s 'aimer - Vermor el dissipe les équivoques du menscnge et contribue à cette ronde de l'amiti é, à laquelle le Prix de la Fraternité donne chaque année un élan nouveau. L'Afrique documentaire et l'InRaph. FEIGELSON. trlgue dramatique se mêlent harmonieusement dans « La Plusr;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; belle des vies », où le jeu des acteurs Claire MaHél. Roger PIgault, etc.... et des Africains comme Nabl Youla s'adapte à leur rôle parce que r éel et humain. Ce 1Ilm qui, en plus de ses qualités dramatiques, présente une Image exaltante de l'homme, dont l'Idéal donne un sens à ses efforts, vient de recevoir une autre récompense: le Prix Pelman · du cinéma, qui confirme la décision du jury du Prix de la Fraternité. Ainsi Vermorei volt son second film - Il a déjà r éalisé en i 950 « Les conquérante solltai~es lt - couronné deux fols. Ancien professeur d'Ecole Normale .Jl'I.lIS journaliste et assistant d'Abel Gance, Claude Vermorel qui, après la Libération, présidait la F·édération Nationale des SyndIcats du Spectacle, est aussi un DROIT ET LIBERTÉ 15, Fg Montmartre • Paris (9)) Tél.: PRO. 82·78 Tarif des Abonnements Un an : 300 'ranCI PAYS ETRANI;[RS Un an : 430 'ran .. ABONNEMENT DE SOUTIEN 1 1.000 'rancI TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. Post. : 6070-98 Pari. Pour les changementl d'adre ... envoyer 20 francl et la demière bande Le ~érant : Ch. OVEZAREK S.l.P.N., 14. Rue ole Paradit ~ : - PARIS ex') - 1- Trlll1. eUc. par du OUII. ~diqu.

Notes

<references />