Droit et Liberté n°240 - février 1965

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°240 de février 1965
    • Si un noir devenait président des U.S.A. page1
    • Contre la prescription des crimes nazis: cortège silencieux page1
    • Brutalités et prison pour le prix Nobel de la paix M.L. King page1
    • Voici comment s'implante l'internationale néo-nazie en France page1
    • Les nazis sont les nazis par Oncle Tom page2
    • Le drame des Khmers Krom: génocide au Sud-Vietnam par Gérard Brissé
    • Gitans et Tziganes: qui sont-ils? d'où viennent-ils? Où vont-ils par Roger Maria
    • "Six millions de crimes" livre de Florimont Bonte présenté par Brigitte Blond
    • Crimes imprescriptibles par Max Gonfreville
    • Auschwitz: le martyre des enfants par Myriam Novitch
    • Les néo-nazis en France par Louis Mouscron
    • Nouveau progrès dans l'action des Nations-Unies contre les discriminations, pour la tolérance par pierre Juvigny
    • Notre mouvement universitaire par Marc-André Bloch
    • De la polémique à l'Histoire: le Vatican et le 3e Reich par Madeleinr Reberioux
    • Si un noir devenait président des Etats-Unis présentation du livre "The Man" de Irwing Wallace par Nicole de Boisanger-Dutreil

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Si un Noir devenait Président des ,U SA ... . ." 15 FEVRIER - 15 MARS 1965 Contre la prescription d'es • • crImes nazIs Un cortège silencieux défilera dimanche 28 février à 11 heures au Mémorial du Martyr Juif et à la Crypte des Déportés • l'OUR EMPECHER QUE, LE 8 MAI PROCHAIN, eu vertu de la prescription orévue par le gouvernement de Bonn. les assassins nazis nuissent échapper à toutes poursuites. l'action s'amplifie, l'union s'affirme. Les protestations ont déjà amené quelques responsable" ouest-allemands à esquisser un mouvement de recul et, san~ mettre en cause le princioe même de la prescription, on parle, outre-Rhin, d'en ajourner la date de quelques années. Mais. alors Que ce point est encore loin d'être acquis, des forces puissantès restent à vaincre pour que soient déclarés définit iyement IMPRESCRIPTIBLES les crimes . contre l'humanité. (lui ne sil.!lr.aient. relever du Droit C9mmun, comme le souligne t'11 page s. M Max GONFREVILLE. • CE QUE FURENT CES CRIMES, J1.yriam N OV/TeH le rappelle, en évoquant, . à "travers les débats du procès de Francfort (page 5) le MARTYRE DES ENFANTS à Auschwitz, au moment où, en R.F.A ... deux adjoints d'Eichmann sont remis en liherté (Page 6). l' ". """ (VOIR PAGE 12) ~ • PARCE QUE LES ~ ~ NOmS DE SELM A ~ ~ (Alabama) protestaient ~ ., contre les discrimina- .\ ~ tions, les fauteur dc ~ ~ haine se sont déchaî- ~ ~ nés. Dans un I:rôtel ~ ~ où il demandait à se :\ ~ faire inscrire, le pas- ~ ~ te ur King a été frap- ~ ., pé par un raciste, et .\ ~ on le voit ici h eurtant ~ ~ de la tête le bureau. :\ \ Le lendemain, le Prix :\

\ Nobel de la P aix était :\

~ emprisonné. (VOtr p . ~ ~ 12.) ~ \.. ........... ...-.....-.....-.....-.....-............. ....-,.....-,.....-.....-.....-..........) ; Sur nos murs, la lèpre du racisme N° 240 Un franc Voi(i (Omment s'implonte L' 1 NTERNATI 0 NALE NEO--NAZIE (Photos Kagan) EN FRANCE • NETTE RECRUDESCENCE de l'agitation raciste en France. Non contents d'exciter à la haine par leurs tracts, journaux et graffiti, les néo-nazis passent aux actes. Leurs groupes de choc multiplient, ces dernières semaines, agressions et attentats. Dans le même temps, les liens se précisent et se resserrent entre les divers groupes qui, dans le monde, se sont donné pour tâches, prenant le relai de Hitler, d'assurer la « suprématie blanche " et de réaliser la « solution finale de la question juive " (page centrale)_ • DES MESURES ENERGIQUES s'imposent, pour mettre hors d'état de nuire ces associations de malfaiteurs. La sécurité des Français, la défense de la démocratie l'exigent . En agissant contre le racisme, pour la tolérance, notre pays mettrait en oeuvre les résolutions auxquelles il à souscrit à l'O.N.U., dont les t ravaux récents dans ce domaine font l'objet d'une analyse de M. Pierre JUVIGNY. (page centrale). .'


2

16·1. - A Dalat (Sud·Viet-Nam), manl· festations d'écoliers et d'étudiants . la police tire : 4 morts. ' 17·1. - La Zambie décide de cesser toute relation commerciale a vec l'Afr ique du Sud et le Portugal. • Deux églises baptistes noire, ineen· diées près de Bâton·Rouge (Alabama). 18·1. - A Selma (Alabama), le pasteur King', prix Nobel de la Paix, est frappé pal' un cxtrémiste bl a nc, membre d'une association favorable â la ségrégatIOn, au moment où il essayait de se faire servir dans un hôtel qui pratIquait ia discrimination . 19·1. - A Selma (Alabama), la police u tilise des aiguillons électriques contre les noirs qui manifestaient sous la direction du pasteur Martin Luther ~ing, pour tenter de se faire inscrire sur les listes électorales. 21·1. - Cinq noirs et un bl a nc arrêtés à Selma (Alabama), pOur avoir pénétré dans un restaurant ségrégationniste malgré l'interdiction du propriétaire. • Le « Board of Trade }) britannique refuse le permis d'exporta tion pour les missiles sol-air Bloodhound, corn· mandés par l'Afrique du Sud. 22·1. - La Cour d'Assises de Munich condamne à 4 ans et demi de réclu· sion , l'ancien SS Josef Oberhauser, reconnu coupa ble de complicité collec. t ive de meurtre dans 300.000 cas et de complicité directe dans 150 r.as, a11 camp d'extermination de Belzec. 24-1. - Mort dc Sir Winston Churchill. 26·1. - Mille cinq cents ouvriers et ét u· diants manifestent à Madrid au cri de « liberté n. • Au Sud Viet·Nam, une jeune bouddhiste de 17 ans se suicidc par le feu à Nha-Trang. 27·1. - Dix·sept des dix·huit personnes impliquées dans le meurtre des trois militants intégrationniste l en juin der· nier dans le Mississipi, sont inculpées devant le juge fédéral du district de Meridian. • A Saigon, le gé nér al Khanh reprend le pouvoir . • L'ASSEMBLEE DU CONSEIL DE L'EUROPE SE PRO~O NCE COKTRE LA PRESCRIP n ON des crimes contre l'humanité })a 1' 68 voix contre 15 \'o ix et 1 abstention . .28-1. - Vingt ans après sa mort, Kurt Gers tein, offi cier SS ct résist a nt, est réhabilité pal' le gouvernement de Stuttgart. 29·1. - Trois blancs, dont un membre du Ku·Klux·Kla n, auteurs cl 'attentats contre des noirs, arrêtés par le F.B.I. 1-11. A Selma (Alabama), LE PASTEUR KING, PRIX :'IIOHEL DE LA PAIX D64,. F.Sl' ARRE· TE cn compag'nie de :lOO ma nifes· t ants ' noirs qui voul aient s' ins· crirc sur les listes électorales. 2·11. - A Selma, où le pasteur King est. tou jours clétenu, les enfants n oil'; ar· rêtés sont parqués dans un enclos en dehors de la ville. 3·11. - Arrestation de 700 noirs à Marion (Alabama), qui manifestaient pour réc1amcr l' application des droits civiques. 5·11. - Au terme d'une inspection du bidonville d,c Champigny, des mesures sont pr-Îscs en faveur des trava illeurs portugais. • Le past eur }i ing, prix Nobel de la Pa ix, est libél'é après a'voir décidé de verser la caution de 200 dollars réclamée pour sa mise cn liberté provi· soire : il veut demander au président Johnson une modification de la légis. la tion électol·a le. • Le Front de Libêration Nationale du Sud·Vietnam a ttaque le camp américain d' lIo11oway, à 385 km au nord cie Sa'igon : 7 morts et 109 bles· sés américains. 7-11. - Journée internationale de s oli· da rité avec le l travailleurs et le peuple d'Afrique du Sud . • Des avions américains bombardent pend an t vingt minu tes des villages au· tour de Dong·Hoi, au Nord-Vietnam, à 150 km. au nord de Hué. 8·11. - A Francfort, le coupable d'au moins 300.000 meurtres, ancien lieutena nt·colonel SS et CULLAHURA'l 'ELJR l}' E l 0 HMANN A BUDAPEST. HERMANN KRUMEY est remis en liberté : il avait été condamné à 5 ans de prison le 3 février dcrnier, tandis que son co·in· eulpé Otto Hunschc était immé· diatement acquitté. 8·11. - Des avions amél'.Îcains effectuent un nouveau raid sur le Nord·Vietnam, à Dong·Hoi : 10 appareils américains sont abattus. Dans le delta du Mékong, la base aéri:mne américaine de Soc Trang est attaquée au mortier paT le Front de Libération National du Sud-Vietnam. 10·11. - Le shérif de Selma (Ala· bama), James Clark, et des agents de police armés de matraques et de gourdins électri· ques POURCHASSENT SUR 4 ,KM, 170 ENFANTS NOIRS. pour les punir d'uvoir organisé une marche silencieuse vers le Palais de Justice. 11·11. - L' « Escalade» (opérations américaines tendant à l'extension de la guerre) continue en deux vagues successives. 156 avions américains bombardent deux localités du Vietnam Nord. qUE L'AFFAIRE KRAOUTI .• La lettre d'une mère DANS son dernier numéro, « Droit et Liberté » a largement rendu compte d'un drame qui rappelle en de nombreux points « l'affaire Hochberg », par ses attendus tout aussi tendancieux que ceux qui refusaient la garde de sa fille à Mme Hochberg en raison de ses origines juives. Parce que Dominique Kraouti « est 1tne petite fille blonde (lui n'a nullement le .type nord-africain », un .iuge d'un Tnbunal pour Enfants de Loire Atlantique n'hésite pas à l'empêcher de retrouver ses parents. lU. et Mme Kraouti, qui vivent à T lemcen en Algérie. Marie Morin et Omar Kraou ti s'étaient mariés en 1960. pendant la guerre d'Algérie, à la pt'ison de Nantes où ils étaient incarcérés pour aide au F.L.N. Dominique avait alors trois ans et fut reconnue tout naturellement par Omar Kraouti. Libérés et amnistiés en 1962, ·M. et Mme Kraouti demandèrent que Dominique. qui avait été confiée à l'Assistance publique pendant leur temps de prison leur soit rendue. ' Mais ils se heurtèrent au refus du juge qui spulignait que « l'enfant qui n'est pas de race arabe, bien que reconnue par Kraol/ti est ... bien adaptée à son placement actl/el » ... et « qu'il est M. Kraouti et sa fille Dominique. dangereltx d'exposer la fillette aux aléas d'un séjour en Algérie. » Tous les témoignages concordent pour affirmer que M. et Mme Kraouti mènent une vie oarfaitement stable, forment un ménag-e très uni et très heureux, que Dominique aime beaucoup ses parents, et qu'elle trouverait d'excellentes conditions matérielles et affectives à leur fover. M. et Mme -Kraouti ne oerdent pas espoir. Ils ont fait appel et l'affaire reviendra prochainement devant la Cour de Rennes. En attendant, ils ne cessent d'agir et de recueilli r des témoignages. Il nous faut citer certains passages d'une lettre écrite au J\I.R.A.P. par Mme Kraouti, avec la sincérité et la douleur d'une mère qui souffre : « Je tiens à vous dire, que malgré ce qu'en pense le Procureur de la République, je sais profondément heureuse avec 1110n mari alqérien ... , que nous 1/0US aimons et que si je 1~' avais pas l'atroce souffrance d'être séParée de ma fil! e, nous serions parfaitement heureux ... » Est-ce par humanité, est-ce dans l'intérêt de l'enfant, se demande Mme Kraouti, que « le Tribunal, de sa pro pre initiative, conteste la reconnaissance qu'el! a faite librement mon mari tant devant les autorités françaises qu'algériennes . sous le prétexte qu'elle n'est pas de « race arabe »? Jean VILAR au Club "lU.M." Le Club J.U.M. (Jeunes de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France), qui a organisé une sortie col· lective pour 170 de ses membres au Théâtre de l 'Athénée, a prié Jean Vilar de bien vouloir lui rendre visite pour une causerie sur cet événement théâtral. Celui·ci a répondU avec em· . pressement à cette invitation, et sera l'hôte du Club le samedi 27 février, à 16 h. 30, au Restaurant Eden, 36, bou· levard Bonne-Nouvelle, pour répondre à toutes les questions qui lui seront posées. PA.SSE.T.IL ? M J ean Cau est un gr and journaliste, dont je ne conteste pa. le talent. J,a plum.e ac id e~ la phr ~se colorée, le verbe dur. Il fustige, avec convie· • tll)11 . ·QUI ? QUOI ? Peu Importe. M, Cau fustige! Il est revenu récemment d'Allemagn e, ébloui pa r la ren aissance allemande. D'où un r epor tage qui a récemment paru da ns « Le Nou vel Observateur n, sous le titre : « Les Alle· mands sont des Allemands n. Reportage assez terrifiant d'ailleul'3. L'Allemagne oublie: Elle veut oublier. « Les .\.llemands, méthodiques dans le massacre, sont méthodiques dans le remords n ••• Ma,is du fatras de cet article je ne veux tirer que deux points. M. Cau voudrait que nous oubliions les crimes nazis parce qu'on peut mettre, sur l'autre plateau de la balance les bombardement~ au phosphore de Hambourg et d'autres villes allemandes en 1944, et les mas· sacres inutiles d'Hiroshima et Nagasaki. Loin de moi d'approuver ces massacres effectivement in utile, et criminels. Mais la bala nce de M. Cau est légèrement faussée .. . Un peut avoir pitié de l'Allemagne vaincue, écrasée, écartelée. Mais M. Cau a de jolies formules ; le peuple allemand n'est pas plus un peuple élu que le peuple juif. La « solution fin ale n ma rqua le ma rtyre des Juifs. Le martyre de l'Allemagne, le martyre des victimes du nazisme... Tout ça sur le même plateau. Et M. Cau fait bonne mesure. Le second point, c'est que M. Cau trouve ridicule ce procè, que va perdre Mlle Goering contre la ville de Cologn e. Cette ville, en effet, fit cadeau, dans l'enthousiasme n azi, d'un t a bleau à cet te demoiselle, lors de sa naissance cn 1938. Aujourd'hui elle r éclame son t a bleau qui appa rtenait à un musée d'Etat. Mlle Goering ne veut pas le rendre, na ! Et M. Cau de pleurer et de fustiger la Morale, « triste fillette à l a robe déch irée et aux pieds en sang ». Toujours ces formule:; h eureuses ! M. Cau n 'a, pas vu de nazis en Allemagn e. 11 est pour l'oubli. Lammerding, Bormann, les fidèles de Hitler, les juges de Hitler, les administrateurs de société de Hitler : tous ces braves gens, qui attendent leur heure. Au nom de la morale. Celle qu'aime bien M. Cau . « Mon mari et moi, poursuit Mme J(raouti, nous aVQns constaté heureusement que le virus du racisme n'a atteint (J'ue quelques-uns. N ottS avons trouvé des amis, des appuis d'hommes qui devant notre peine, sont ventIs apporter le,urs témoignages et leur compréhenswn, » • D'autres témoignages EN effet, de nombreuses personnes se sont émues de cette situation . et ont tenu à témoigner leur solidarité à M. et Mme Kraouti. Ainsi en est-il de Mme Sabine Guermouche, profes eur d'anglais a1,l lycée de Tlemcen, qui écrit : « ... Je suis moi-même: Française et mariée à un Algérien, et j'ai elt à maintes rebrises l'occasion de confier mes enfants à M. et Mme Kraouti et n'hésiterai~ pas à les leur confier de nouveau, même bour une période plus longue .- on sent à quel point ils sont heltreux d'avoir atüour d'eux des petits enfants., et même les élèves du lycée, et il est évîdent nue le'IW fille leur manque beaucoup. » Une pétition a été signée par tous les professeurs du lycée, qui doit s'ajouter à tous les documents similaires envoyés à la Cour d'Appel de Rennes : « Grâce à ces témoignages, celle-ci (la Cour de Rennes) bannira-t-elle le racisme, nolIS rendra-t-elle Dominique. c'est notre plus qrand espoir », conclut Mme Kraouti. C'est aussi le nôtre. VOCABUL~IRE • Nègre, africain ou nOir? N EGRE, africain ou noir? Telle est la question posée par le mensuel « Bingo » dans son numéro de janvier, à la suite d'une déclaration de M. Kwamé Nkrumah, président du Ghana, qui souhaitait ne pas voir le mot «nègre » figurer dans les pages cie la future Encyclopédie africaine. Pour amorcer le débat, « Bingo » a posé la question à des étudiants, des écrivains, des députés, des diplomates africains, ainsi qu'à des africanistes bien connus. Les personnes interrogées, dans leur majorité se prononcèrent pour l'emploi du mot « nègre » qu'il faut revaloriser et réhabiliter ' après l'avoir vidé de son contenu péioratif imposé par la colonisation. Le poète antillais Aimé Césaire est catéTorique : « Le mot Africain établit certes 1me solidarité à l'échelle du continent africain. Mais il ne fant pas oublier qu'il y a des nègres aux EtatsUnis, au:t' Antilles, mt Brésil, etc ... Il se trouve que ces nègres affirment, de plus en plus, leur solidarité à l'égard des noirs africains... En refusant le mot « nègre ». on 1'enonce un pen qratuite- 111ent àltne solidarité, ct on tend à limiter l'héritage nèqre. » Edouard Glissant est encore plus net : Oncle TOM. « ,Moi qui suis écrivain, j'affirme que je suis un nègre, et ne crains pas de m'entendre nommer ainsi. D'ailleurs le racisme commence quand les gens d'une autre race fuient l'emploi du mot nègre pour dire « noir» ou « africain ». « Le mot nègre a un historique que le mot blanc n'a bas .- le noir a été colonisé. exporté, déporté. Toute cette histoire constitue une raison subplémentaire d'adopter le mot. » Pour Maître Arsène Cassin, avocat à la Cour d'appel de Paris, le problème ne se pose même pas : « Bannir le mot nègre? Le remplacer par noir ou africain? ... Ah non! ce serait une erreur, ume lâcheté. Les mots, comme les hommes, disparaissent lorsqn'ils sont devenus inutiles. L'heure de la mort du mot nègre n'a pas encore s01!tlé .- « N ègre », c'est le symbole de la lutte. Tant qu'en Afrique du Sud, les nègres seront lynchés et méprisés, tant qu'm/.X EtatsUnis, d'autres nègres ne pourront exerce ·r pleinement leurs droits, alors nous ne pourrons pas renoncer à l'emploi dlt mot « nè.qre ». Nous n'en avons pas le droit. » L'avis cie M. Hubert Deschamps, profess'eur d'histoire à la Sorbonne, est plus nuancé : « Avec la so·umission de la race noire, ce mot « uègre » a pu pre~dre u!,e signification péjorative. Mats depu!s l'expression a été relevée par le poète Césaire et le président Senghor. « Dmls la vie courante, je crois toutefois qu'il est meilleur de s'abstenir d'employer ce mot « nègre », et de le remplace.r par le mot « noir », lorsqz,'all peut dlstmguer ntt «noir» d',m « blauc ». Mais si nous voulons distinguer les noirs entre e1U:. nous devo1ls prendre l'habitude de dire Sénégalais Tchadiens. lvoiriens. etc ... » . , Le débat reste ouvert. DIon ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jellneurs - Parll (11 Tél.: OUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE : Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 franCl - ETRANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Pa.rie Pour les chaniementB d 'adresse eavoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint·Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif li, 52, rue de l'Hôteldes ·Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de Léon ORINER, 9, Square Robertpequeur, Bruxelles·7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abolmemeot de soutien : 150 PB. ~--~-~---~~-~- ~ Journal composé et Imprillnlt ~ par des ouvriers syndiqués 8 .P.E.C. - ChAtee.uromr La Directrice de publication : S. BIANCHI 3------ qUE SE PASSE-T-IL? LE DRAME DES KHMERS KROM POSITIONS s'écouler ont inscrit dans l'histoire la décolonisation d'une grande partie de l'Asie et de l'Afrique. Tout comme la défaite du nazisme, cet événement capital aurait dû entraîner le recul, sinon la disparition du racisme . Génocide au • Réôctions affectives « Mais les derniers événements nous prouvent que le racisme est une maladie difficile à vaincre : la lutte des noirs américains pour leur égalité, des arabes, des africains, des asiatiques. Tous sont soumis à la domination ou à la tutelle des puissances impérialistes, puissances qui trouvent leurs forces de continuité dans la violence . Sud· Vietnam A propos des tragiques évènements du Congo. Jacques Duquesne écrit dans le numéro de janvier de « Pax Christi » : « Il faut pourtant là encore garder la tête froide, tenter de raisonner calmement. Première constatation : une partie de l'information nous échappe, ne nous a pas été donnée. Avant le dramatique événement des otages européens, on ne nous a pas dit (011 si heu) que tant de villages rebelles avaient été mitraillés, bombardés, incendiés, détruits. Là aussi, les morts se sont entassés : homm{?s, femmes, enfants, sans distinction. « Souligner le fait, ce n'est pas établir je ne sais Quelle horrible balance entre les morts d'w' camp et les morts de l'autre. Quand un homme tombe, il ne tombe pas à droite ou à gauche, il tombe. « Souligner le fait, ce n'est pas non plus excuser les torts des uns par les torts des autres ( ... ) « ,En vérité, nos premières réactions affectives, viscérales, ne sont-eUes pas des réactions racistes Que nous soyons noirs 01~ blancs r Il ne faut pas éluder cette question. Le monde de demain en dépend, Si cette horrible affaire du Congo avait au moins le mérite de faire ouvrir un débat sur cette question ... M~ais non, chacun défend son camp. » • Pour diviser. .. LE syndicat ' C.G.T. des Employés et Gradés du Crédit Lyonnais, consacre toute une page de son bulletin « Notre Action » au problème du racisme, sous le titre : « En France, .en interdit certaines piscines aux Algériens ». On y lit notamment : « La deuxième guerre mondiale a été la guerre du racisme, la victoire d'une r:,g,ce dite supérieure en était l'enjeu. Des communautés ont souffert dans leurs libertés-, dans . leurs biens, dans leur travail, des millions d'hommes ont péri. « Les quinze années qui viennent de . NOS JOIES Nous adressons nos félicitations à n06 amis, M. et Mme Marc SCHIFF de Clermont- Ferrand, à l'occasion du mariage de leur fils J acques avec Mlle Nicole PARNES. Tous nos voeux aux ieunes époux.

  • Nous apprenons avec JOIe le mariage

de Mlle Stella NAJMAN, fille de M. NAJMAN, président de la société « Fidélité à la France» avec M. Henry BARANCK. Nous leUr exprimons nos voeux amicaux. NOS PEINES Nous avons appris avec douleur la mort d'Hanna MEGOURI.COHEN, et de son mari Amnon, victimes d'un a'Ccident de la route le dimanche 17 janvier. Hanna Mégouri-Cohen, qui avait fait partie pendant douze ans de la troupe Inbal, en Israël, était professeur de danse et fut à l'origine de la création de groupes de d3'nses israëliennes à Paris. Elle se prOduisit d'ailleurs au dernier Gala du M.R.A.P. à la salle Pleyel, où elle remporta, elle et ses jeunes amis un brillant succès. Que sa famille et ses amis trouvent ici l'expression de nos sincères condo· léances. « Quel est le travailleur qui ne pourrait comprendre ' que le racisme est un mOj,en de division de la classe ouvrière, un instrument de l'exPloitation de la réaction. « -Que notre peau soit blanche, jaune ou noire, que nous soyons croyants ou non, nous sommes des hommes, des hommes qui veulent 'un avenir de Paix et de Fraternité. « Dans notre pays, qui flû celui de la Déclaration des Droits de l'Homme, toutes les manifestations de discrimination raciale doivent être combattues. » ANNIVERSAIRE • Février 1962 8 FEVRIER 1962 : Paris, tout entier, manifeste contre les crimes de l'O.A.S., pour la paix en Algérie, pour la fin de cette guerre inhumaine et cruelle qui dure depuis 1954. Dignité, ordre et discipline règnent tout au long de la manifestation. Lorsque soudain, au métro Charonne, c'est le drame. La police char~e. Les manifestants reculent, refluent vers la bouche de métro où ils espéraient trouver un refuge. Mais les grilles sont fermées. Certains seront piétinés, étouffés, d'autres, pris dans ce sinistre piège, recevront les projectiles, les coups de matraques et de crosse des policiers. Neuf morts, tel sera le triste bilan de cette j ourl!ée. Un million de Parisiens leur rendront un ultime hommage le 13 février 1962 au cours de grandioses obsèques. Pour commémorer ces tristes événements, une cérémonie à laquelle s'est , joint le M.R.A.P., s'est déroulée cette année au Père-Lachaise, le samedi 13 février, avec la participation de la population parisienne qui avait répondu à l'aImel des syndicats (C.G.T., C.F.D.T., F.O., F.E.N., U.N.E.F.), de plusieurs partis (Communiste, Socialiste S.F.I.O., p.s.u. et Radi~al), et de multiples organisations. HIER et AUJOURD'HUI • Un "nouveau" parti UN nouveau parti extrémiste de droite est né ·il y a quelques semaines dans la banlieue de Hanovre, en Allemagne de l'Ouest. Sept cents participants au meeting ont acclamé sa naissance aux cris de : « Vive notre peuple piétiné et humilié. Vive notre patrie divisée! Vive l'Allema-. gne! » Le fondateur et les trois vice-présidents appartiennent tous à d'anciennes formations de droite : D.R.P. (Parti allemand du Reich), G.D.P. (Parti panallemand, ex-Parti des réfugiés), D.M.V. (Parti national allemand du peuple), ce qui donne une idée du programme qui sera celui de ce nouveau parti. M. Thiélen, le fondateur, qui se vante de rassembler autour de lui l'armée des mécontents et des insatisfaits, en a précisé la ligne le soir de sa création : « droit pour le peuple allemand de se déterminer, libération des peuples européens de la tutelle' des puissances étrangères, condamnation de ceux qui affirment la culpabilité de l'Allemagne, etc ... » ILS · sont 600.000. Descendants de l'empire du Kampuchea, qui s'étendait de la pointe de Camau au coeur du Siam, ils ont construit, autrefois, les fabuleux monuments d'Angkor. L'invasion des Annamites, venus du Nord, les a surpris sur leur terre natale, dans cette province que l'on a nommé depuis la Cochinchine. Leur crime ? C'est d'être là, c'est d'exister, c'est de maintenir les traditions ancestrales sur un patrimoine qui fut celui de leurs pères et de leurs aïeux. A l'instar des nobles races des hauts plateaux, que l'on montre vulgairement du doigt sous le nom d'inférieurs (moïs) ou de gens de l'ouest (thaïs), ce qui ne vaut guère mieux, les Khmers krom sont tenus à l'écart de la vie publique ; on les ignore; on les méprise. Les Khmers krom, qui sont gens modestes, gais, souriants, bons vivants de nature, pourraient à la rigueur se contenter d'être tenus pour piétaille s'ils n'étaient martyrisés. C'est là leur drame, la sourde angoisse qui les prend à la gorge cha- PAR Gérard BRISSÊ que jour, c~a que semaine, chaque mois. Les CrImes, les exactions, les petites vexations individuelles ne se comptent plus. Il faut que le martyre prenne figure de génocide pour devenir phénomène social. Douloureuse éphéméride Le malheur des Khmers krom commença sous la férule de M. Diem. Voici quelques exemples pris au hasard dans l'éphéméride officielle. Le 29 mai 1962, huit Khmers krom étaient blessés dans un village du district de Triton, dans la province d'Ang Giang ; ils cherchèrent refuge au Cambodge. Puis ce fut, le 30 mai de la même année, un nouvel afflux de réfugiés Khmers krom venant du Sud - Vietnam, qui rapportèrent qu'une quarantaine de soldats des forces régulières du gouvernement de Saïgon, armés de fusils et de grenades, avaient investi le village de Sla sur lequel ils concentrèrent le tir de leurs armes. Le 19 février 1963, arrivaient à Phnom Penh, cinq Khmers krom gravement blessés ; le 16 mars, quatorze de leurs compatriotes étaient emmenés de force au village de Kaun Treangen en Sud-Vietnam et relâchés après avoir été sauvagement torturés. Le 20 mai, 18 familles fuyant les exactions commises à leur égard par le gouvernement de SaÏgon trouvaient refuge au Cambodge. Dès le 22 novembre 1961, le Prince Sihanouk avait déjà dénoncé en ces termes ce crime de génocide devant les Nations Unies : « Ce problème nous touche directement, déclarait le Chef de l'Etat khmer, car 600.000 compatriotes vivent au Sud-Vietnam dans les conditions les plus difficiles et n'ont pratiquement aucun recours contre les mesures d'exception qui le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix a besoin de votre concours HATEZ-VOUS DE SOUSCRIRE POUR L4 CARTE DU M.R.A.P. 1965 M.R.A.P., 30, rue des Jeû neurs Pa ris~2e - CCP 14-825-85 Pa ris Jusqu'à 10 F De 10 à 50 F De 50 à 200 F A partir de 200 Ami ou Adhérent Souscripteur Donateur F : Bienfaiteur L'EVOLUTION de la situation au Sud-vietnam, théâtre d ' événements sanglants, constitue, pour la paix du monde, un danger qui ne cesse de s'aggraver. La gue rre, telle qu'e lle est menée là -bas, avec cette succession de gouverneme nts, illustrant le chaos q ui règne dans les cercles dirigeants, e ntraîne u ne réaction en chaîne de re présailles, de crimes, d'exactions. Le journaliste 'Gé rard Brissé qu i se trouve actuellement au Combodge foit 10 lumiè re pou r nos lecteurs su r un ospect porticulièr ement dromatique de la situat ion : il dé nonce les discrimination, les meurtres dont sont victimes les Khmers Kroms, q ui vivent da ns la presqu'île de Camau, à la pointe mé ridionale du VietnomSud, à proxim ité de la fronti è re cambodgienne. les frappent. La communauté khmere du Sud-Vietnam est formée des premiers occupants du sol, submergés par les invasions vietnamiennes, mais conservant une profonde unité de religion, de langue, de coutumes, et de traditions. En raison d'une décision arbitraire du gouvernement sud-vietnamien, cette communauté se vit imposer la nationalité vietnamienne et refuser le droit de conserver ses coutumes, sa langue, la force même du culte bouddhique, en particulier par l'interdiction de sermons khmers, des textes religieux khmers, « Ces atteintes aux droits saaés de la personne humaine furent complétées au cours des derniers mois par des mesures d'exception d'une extrême brutalité ... Plusieurs centaines de ces infortunés compatriotes tentèrent de fuir cette oppression pour venir chercher refuge en territoire national. Ils ont été pourchassés, arrêtés, torturés, mitraillés... )} Justice et paix La chute du régime de Ngo dinh Diem n'arrêta pas pour autant la chasse aux Khmers krom. Le 3 décembre 1963, le village Khmer krom de Ka Auk, dans la province vietnamienne de Raung Damrei, était odieusement bombardé et mitraillé, et en fin de compte totalement détruit avec son monastère où l'on dénombra de multiples victimes. A cette date, 1804 personnes étaient venues se réfugier dans leur mère-patrie et elles furent longuement interrogées par la commission internationale de contrôle instituée par les accords de Genève de 1954, avec son président de l'époque, M. Travedi. Puis, le 13 janvier 1964, quatre bonzes khmers krom fuyant la province de An Giang, étaient froidement abattus non loin de la frontière, Début juin, c'était le sauvage bombardement du monastère khmer de Andong Trav, dans la province de Travinh au Sud-Vietnam; il intervenait au moment d'une fête de consécration des statues du Bouddha et fit 13 victimes parmi les moines, 22 parmi les fidèles et de nombreux blessés. Enfin, tout récemment, le Ministère de l'information cambodgien dénonçait une fois de plus les traitements inhumains dont était victime la minorité khmere krom au Sud - Vietnam. Plusieurs Khmers krom ont été tués en effet le 28 août dernier après avoir été réquisitionnés par les autorités américaines pour aller déterrer des mines posées par des Vietcong. On conçoit de la sorte que les Khmers krom crient justice; en majorité bouddhistes « Hinayana », ils croient à la non-violence et évitent d'entrer dans le conflit qui divise les Vietnamiens. Mais il en est ainsi des minorités opprimées : à moins que la conscience publique ne vienne à leur secours, ils n'ont d'autre choix que la valise ou le cercueil. --____ 4 J E sais que l'ouvrage de Jean-Paul Clébert (1) est contesté sur bien des points par les spécialistes, mais il est vrai aussi que les « spécialistes » ne sont pas d'accord entre eux sur tous les aspects de la vie des tziganes et gitans. D'autant plus que ces derniers, malgré tout ce qui les unit et maintient un lien original entre eux à travers leur diversité, restent très divisés. Pourtant c'est un devoir d'essayer de comprendre et il est normal de commencer par le commencement. Pour le reste, toute une vie n'y suffirait pas. Aussi préférons- nous partir du vaste dossier que constitue ce livre pour tenter une première approche d'un monde mal connu. En tout cas, l'ignorance n'est pas une excuse du racisme. Il ne manque pas heureusement de gens qui ne savent pas à quoi correspond la distinction entre Arabes et Kabyles et qui n'en rejettent pas moins, tout naturellement, dans leur pensée et dans leur comportement, toute réaction raciste, car il leur paraît naturel d'avoir une attitude fraternelle. De même, il est tout à fait inutile, aux meilleurs, aux tout simples, d'avoir un-amijuif- très-bien ou d'avoir lu (( Jésus et Israël » de Jules Isaac pour se sentir étrangers aux réflexes et préjugés antisémites. Pourtant nous nous employons, au MRAP à faire mieux connaître les autres peuples, les autres civilisations, car nous savons aussi que des notions exactes, des faits précis, des analyses honnêtes peuvent contribuer à dissiper bien des malentendus. Cela dit, le cas des tziganes et gitans est de ceux qui soulèvent les pires inepties, car ces populations représentent un élément tout à fait spécial dans l'histoire, un cas unique, et qui va à l'encontre de ce qui est devenu admis, habituel, pour les neufdixièmes des gens. Ils sont dispersés dans le monde entier, sans référence à une patrie géographiquement définie, ils sont restés nomades pour la plupart alors que nous sommes sédentaires depuis longtemps, et surtout !Emr mode de vie différent les a faits regarder avec méfiance, créant autour d'eux une atmosphère de mystère propice aux CI histoires à dormir debout ». Comme toute une presse mercantile a pris l'habitude, pour allécher un certain public, de publier des articles et reportages sur eux en insistant sur le côté folklorique ou pittoresque des choses, toutes les conditions sont réunies pour que tziganes et gitans demeurent profondément méconnus. Il faut donc chercher à comprendre. c'est lIÛPte / EN VENTE dans toutes les bonne. Maisons de Literie et d'Ameublement et les grand. Magasin •. De la danse au travail des métaux Jean-Paul Clébert commence par quelques données et réflexions élémentaires : « Les tziganes sont aujourd'hui quelque cinq à six millions errant par le monde (p. 9). Le fait que 400.000 tziganes ont été pendus, fusillés ou gazés dans les camps nazis, au même titre que les juifs, est pratiquement passé inaperçu. Que Carmen Amaya, Django Reinhardt, les frères Bouglione, Yoshka Nemeth ou Théo Médina aient, à des titres divers, enrichi, ne serait-ce que l 'art du spectacle, il importe peu, semble-ti.!. (p. 10.) Pareils à des caravaniers qui transportaient, avec leurs' balles de soie et por Roger MARIA de thé, les idées et les nouvelles, les coutumes et les moeurs, les tziganes ont enrichi ainsi les arts de la musique, de la danse, du spectacle forain, de la divination, comme ils ont contribué à l'amélioration de certains artisanats, la forge et le travail des métaux, le commerce des chevaux, la fabrication des outils de première nécessité. » (p. 12.) Dès son introduction, il f .. it état du racisme dont ils sont généralement l'Objet : (( Quand ils ne sont pas ouvertement méprisés, les tziganes, ces hommes et ces femmes, bénéficient de ce racisme quotidien à petite dose, qui s'en prend un jour aux (( rastaquouères» sud-américains, un autre jour aux (( bicots » nord-africains.' Les tziganes sont alors, et presque eXclùsivement, tenus pour vagabonds, mendiants, voleurs et jeteurs de sorts. (p. 9.) De tout temps, les sédentaires ont considéré les nomades comme des gens dangereux, l'instabilité de ceux-ci pouvant menacer la stabilité de ceux-là. (p. 10.) (( Les autorités elles-mêmes ne parviennent pas à les considérer comme d'honnêtes citoyens. Elles leur interdisent de campel' aux abords des villes, eUes les soumettent à des contrôles policiers dont le moins qu'on puisse dire est qu'ils sont vexatoires, eUes les refoulent sans cesse d'un département à l'autre. Et, en même temps (et c'est ce que le pUblic sait le mOins), les soumettent aux obligations fiscales et militaires_ Considérés toute leur vie comme des parias, les tziganes n'en sont pas moins, à vingt ans, envoyés au combat. » (p. 10.) Une longue marc:,e à trQvers les siècles ... Ces utiles rappels étant faits, on peut s'interroger maintenant, avec Jean-Paul Clébert sur les origines des tziganes et gitans, dont il dit d'emblée que ( les tziganologues s'accordent aujourd'hui à reconnaître pour très probable l'origine indienne ». (p. 15.) Qu'ils aient vécu en Chaldée, en Egypte (d'où le nom de « Gypsies » en anglais et Egyptanos, contracté en Gitanos en Espagne), en Nubie ou en Tartarie, il fallait bien qu'ils vinssent d'une autre contrée. Or tout un ensemble d'indices convergents obligent à remonter, dans le temps et dans l'espace, à l'Inde antique. Le type physique de beaucoup d'entre eux s'apparente manifestement à celui de certaines populations de l'Inde. Leur langue traditionnelle de base, le romani, qui comporte des mots empruntés à tous les pays où ils ont vécu présente un fond très significatif de termes proches du sanscrit et des dialectes du nord de l'Inde. Plus de la moitié du vocabulaire fondamental se rattache aux langues parlées encore aujourd'hui dans le bassin indo-gangétique. Leurs danses conservent bien des souvenirs des danses sacrées de l'Inde védique. Mais Jean-Paul Clébert met en lumière le rôle de la forge dans leurs caractéristiques les plus marquées, au moins pour les tribus les plus typiques : (( La plupart des légendes étudiées désignent les tziganes comme forgerons, travailleurs du fer, du bronze, de l'or et des métaux précieux C.') Les Sintés, venus des Indes en Chaldée, étaient habiles à ciseler (. .. ) L'un des groupes prinCipaux des tziganes européens se nomme les Kalderas, c'est-à-dire chaudronniers. » (pp. 28-29.) Cette spécialisation - qui est le fait d'une caste bien déterminée dans l'Inde vivant sous les lois de Manou - permet de penser, selon plusieurs tziganologues - notamment Bataillard (1844) et Franz de Ville (1956) - qu'il (( semble certain, comme l'écrit le second, que ce soient les tziganes qui aient fait connaître le bronze en Europe. » (p. 30.) En effet, indique J.-P . .clébert, (( selon une tradition des tziganes Kalderas, des groupes tziganes, forgerons chargés de l'entretien du matériel, suivaient les armées tartares dans leurs déplacements. » (p. 31.) Le mot ( tzigane » provient peut-être de cette origine puisque (( tchegan » en tartare signifie marteau. Outre que les tribus tziganes spécialisées dans la forge observent des coutumes comparables à celles de leurs homologues de l'Inde du Nord, on peut aussi retenir comme un fait probant que la déesse noire Kali, qui appartient au courant shivaïte de l'hindoui ,me de façon très vivante, depuis les temps les plus reculés, jusqu'à .nos jours, est encore adorée des tziganes contemporains. Mais, dans l'état actuel de nos connaissances, on ne peut guère aller plus loin : ( On en est réduit à suggérer que les tziganes formaient un conglomérat assez lâche de tribus nomades réparties au Nord de l'Inde, partiCUlièrement dans le bassin de l'Indus. Quels étaient-ils? D'où venaientils ? On ne le saura jamais ? » (p. 39.) Parmi les hypothèses n'en existe-t-il pas deux qui présentent quelque intérêt ? (Jean-Paul Clébert n'en fait pas état dans son ouvrage) : 1) les tziganes descendraient de tribus de hors-castes nomadisant dans l'Inde du Nord et que l'ostracisme très 'dur qui leur était imposé aurait conduites à la révolte, puiS à la fuite devant la menace d'être exterminées, 2) tribus dravidiennes refoulées par les invasions aryennes, ils seraient partis vers l'ouest pour échapper à la domination des nouveaux maîtres de l'Inde du Nord, aux environs de 1500 avant notre ère. Toujours est-il que leur ( diaspora », partie d'une région située entre le Pakistan actuel, du côté du Cachemire, et l'Inde du Nord-Ouest s'est effectuée, à travers les siècles, dans trois directions principales : 1) par l'Afghanistan, la Perse et l'Anatolie jusqu'en Europe balkanique et jusqu'en France; 2) une partie des émigrants traversant la Géorgie et le Caucase pour se répandre en Russie ; 3) d'autres groupes descendant d'Anatolie jusqu'en Syrie et en Palestine pour, longeant la côte, aboutir provisoirement en Egypte. Une partie de cette émigration traversera toute l'Afrique du Nord pour franchir le détroit de Gibraltar et se fixer en Espagne (les gitans). Certes, ces indications sont très schéma- GITANS ET TZIGANES Qui sont-ils ? D'où viennent-ils? Où vont-ils? tiques, la réalité est beancoup plus complexe, d'autant plus que, comme le note l'auteur, (( chacun des groupes tZiganes revendique l'authenticité tzigane et méprise un T'eu les autres ». (p. 43.) Des mots venus d-u romani Précisons qu'en France, leur apparition se situe au début du XV· siècle et, à Paris même, en 1427. . Jean-Paul Clébert retrace minutieusement les persécutions, répreSSions, expulsions, etc, dont ils sont l'objet dans presque toute l'Europe de l'ancien régime, particulière· ment en France. Nous ne pouvons que mentionner les chapitres où se. trouvent étudiés les divers métiers auxquels s'adonnent traditionnellement tziganes et gitans, comment sont organisées les tribus, ce qu'est leur loi intérieure, quelles sont leurs croyances religieuses, leurs façons de se soigner, à quoi correspondent leurs dons divinatoires, leur attitude devant l'amour, le mariage, la sexualité, etc, ce qu'il faut savoir de leurs vêtements et parures, de leurs moyens de transport, de leur logement, de leur nourriture, de leur conception de l'hygiène, etc. et aussi ce que signifient leurs rites funéraires. Un point encore nous parait intéressant à relever: Sait-on que nous devons aux gitans plusieurs mots du parler populaire ; ainsi : berge (année), surin (couteau), rupin (riche), costaud, trac, etc., qui dérivent du romani. En France, nous avons une tâche particulière, en tant que mouvement antiraciste, à l'égard des tziganes et gitans. Ils formulent des revendications précises et nous avons déjà eu l'occasion d'exposer dans quelles conditions, pour l'essentiel. nou , les appuyons (2)_ Nous n'y revenons pas dans cet article. Notre dernière Journée nationale a contribué à amplifier le courant de sympathie dont doivent bénéficier ces parias de notre temps. Encore faut-il que leur situation et leurs problè mes soient mieux connus de l'opinion publique de façon à préparer le terrain aux progrès possibles. (1) Jean-Paul Clébert : « Les Tziganes n, Michaud éditeur, Paris. 296 pages. Ouvrage illustré de 64 héliogravures, 18 dessins et 2 cartes. (2) Voir « Droit et Liberté» n° 231 (avril 1964) . Le cliché du haut de la page reproduit un dessin de Jacques Callot (1591-1635) : « les Bohémiens en voyage ". « Six millions de cr•I mes» EN ces jours, où de partout les hommes de bonne volonté, tous ceux qui croient en la justice humaine et désirent la voir victorieuse, se dressent unanimes contre la prescription des crimes nazis prOjetée par le gouvernement de Bonn, en ces jours. il est bon, il est utile de lire l'ouvrage de Florimond Bonte intitulé : « Six millions de crimes» et paru aux Editions Sociales. Certes, il est vrai que le sujet n'est pas neuf. Beaucoup d'encre a coulé sur ce thème et il existe une multitude d'ouvrages littéraires , tel que « le Vicaire » par exemple, d'ouvrages de documentation historique, articles de presse, tous inspirés par l'horreur des faits qui se sont passés sous le règne de la barbarie hitlérienne. L'apport du livre de F. Bonte est pourtant d'une valeur toute particulière, surtout au moment où les criminels de guerre qui ont jusqu'à présent réussi à échapper aux poursuites, pourraient, grâce à la prescription, bénéficier de l'impunité et recouvrer la liberté de réaliser dans l'avenir leurs funestes désirs. Florimond Bonte s'est attaché à une recherche des documents dont il indique scrupuleusement la source, la date, la référence et dont il reproduit fidèlement le texte en entier ou en extraits. Dans maintes pages, les statistiques, les chiffres abondent. Il s'en dégage non seulement une image historique très complète mais aussi, synthétiquement, une analyse du jeu des responsabilités et des culpabilités dans la mesure où elles devraient être endossées par divers protagonistes du régime hitlérien. L'auteur fait nettement ressortir la différence entre la faute du « lampiste » et celle du promoteur, toutes les deux étant incontestables. Il démontre avec preuves à l'appui dans quelle faible mesure les fauteurs des crimes contre l'humanité ont expié même lorsque tout l'appareil judiciaire de la République Fédérale Allemande fut mis en marche. Si la précision de l'analyse, la solidité de la documentation historique peuvent servir d'arme à tous ceux qui entreprennent l'action contre la prescription des crimes nazis, l'ouvrage de F. Bonte est une arme implacable. .cela n'est pas d'ailleurs son seul mérite. Je dirais que dans chaque page de ce livre, c'est le coeur de l'auteur qui a parlé, le coeur d'un homme épris de justice et qui souffre pour les millions d'innocentes victimes. F. Bonte a assisté au procès de Globke et est revenu « avec des sentiments d'épouvantable horreur, avec des réserves inépuisables de colère et d'indignation » ... Oui, un livre d'actualité. Brigitte BLOND. r 1 1 5 CRimES ImPRESCRIPTIBLES Ni prescription M. ni oubli. .. VON HASE, secrétaire d'Etat à l'Information de la République Fédérale Allemande vient de confirmer que le Chancelier Erhard se proposait de demander au Bundestag, soit de porter de 20 à 30 ans le délai de la prescription pénale pour tous les crimes, soit de proroger de 10 ans celui de la prescription qui serait applicable aux seuls crimes contre l'humanité. Cette dernière solution rejoint celle adoptée en Belgique. Nul doute qu'elle se soit due à Bonn, en dépit de l'opiniâtre résistance de M. Bucher, ministre de la Justice, aux protestations qui se sont élevées de partout dans le monde, tant en Europe qu'aux Etats-Unis, contre l'impunité scandaleuse dont jouiraient tant de bourreaux nazis si le 8 mai 1965, leurs forfaits étaient en Allemagne couverts TOUS par la prescription. Juridiquement cependant, comme l'a reconnu le Parlement français dans un vote d'unanimité, les crimes contre l'humanité doivent être tenus pour TOTALEMENT IMPRESCRITIBLES. Cette règle 'se justifie par des motifs qui devraient s'imposer à tous les pays civipar maK 60nFREUILLE Usés, peut-être même avant tous les autres et dans son propre intérêt, au pays qui sous l'infernale emprise de l'hitlérisme, a conçu et organisé les camps de la mort. tes crimes nazIs relèvent, en effet du droit international parce que ceux qui ont anéanti des millions de victimes, pOUT des 'raisons tenant à leur race, à leur religion ou à leurs options politiques, ont en réa lité défié moins le code pénal de l'Etat qui les avait asservis à ses fins monstrueuses que l'humanité tout entière. La Déclaration universelle des droits de l'homme, proclamée en décembre 1948 par les Nations Unies, affirme notamment pour chaque individu le droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne . Elle prohibe la torture ainsi que les traitements cruels, inhumains ou dégradants . Le but poursuivi n'a pas été de réitérer les interdictions que formulaient déjà toutes les législations du monde. Les Nations Unies ont entendu qu'au dessus des lois de droit interne, il soit solennellement et universellement reconnu que c'est la méconnaissance ou le mépris de ces droits, dont jouissent tous les 'hemmes indépendamment de toute rlistinction de race, de couleur, de sexe, de lan' gue, de religion, d'opinion, de naissance ou de fortune , qui dans un passé récent a, malheureusement" conduit à des actes de' barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité ». Et cela de façon à prévenir le retour de pareilles horreurs et préparer l'avénement d'un monde, où les êtres humains seront " libres de parler et de croire» et " libérés de la terreur ». Ce qui sign ifie que par la nature même des choses, le temps qui s'écoule ne peut a ltérer de pareils droits, Ils existent dans la perennité. Ils sont internationalement imprescriptibles. Comment ne pas se rendre compte qu'ils cesseraient de l'être, si ceux qui ont sauvagement brûlé, fusillé ou martyrisé tant des nôtres, par une sorte de sadisme raisonné au service d'une entreprise de brigandage qui a bafoué toutes les valeurs spirituelles qui rendent la vie digne d'être vécue, pouvaient trouver un refuge dans la prescription pénale édictée dans les textes de prdcédure particuliers à chaque pays? Il y a beaucoup d'autres raisons de reconnaître L'IMPRESCRIPTIBILITE DE NATURE des crimes contre l'humanité. Celle-là est peut-être, sur le plan des principes, la plus importante , en tous cas la plus lourde de signification. Il n'en est pas seulement de la sorte parce que le droit international , dont les lents progrès sont hélas pour une large part, dus aux deux guerres mondiales de 1914 et de 1939, exige que les criminels nazis ne puissent jamais échapper à une juste répression. La gravité du problème tient aussi à ce que dans le monde de violence où nous vivons encore, il importe que ceux qui dans l'avenir pourraient être tentés de recourir une fois encore aux méthodes d'inhumaine sauvagerie qui ont failli triompher de notre civilisation, sachent bien que TOUJOURS ET PARTOUT, sans aucune Ii-· mitation dans le temps ou dans l'espace, ils seraient tenus pour de monstrueux coupables, ennemis du genre humain . Puisse l'Allemagne le comprendre et fi-· nir par se rallier à la seule conception qui, en ce domaine, réponde au besoin de t justice lentement mais sûrement élaboré pal' le droit des gens, dans l'intérêt commun de tous les Etats :et .de tous les hommes. M. f. DIMANCHE 28 FÉVRIER , a Il heures au Mémorial du Martyr Juif età la Crypte des Déportés (MÉTRO Hôtel de Ville, Saint-Paul, Pont Marie) Il L faut que, le dimanche 28 février, à 11 heu res, nous soyons des milliers et des . milliers à défiler du Mémorial ,du Martyr Juif, rue Geoffroy-l'Asnier, à la Crypte des Déportés, dans l'île de la Cité. Il le faut pour que s'affirme avec toute la puissance nécessaire J'opposition résolue de Paris à cette prescription dont les autorités ouest-allemandes voudraient faire bénéficier les criminels nazis. Il faut qu'on sache que nous n'oublions pas .. _ Le Conseil Représentatif ,des Israélites de France (C.R.I.F.) ayant pris l'initiative de cette solennelle manifestation silencieuse, le M.R,A.P. s'y est immédiatement associé et fera tout son possible pour contribuer à son succès . De même, divers groupements de déportés, de résistants, des organisations juives de toutes tendances font connaître leur adhésion sans rése,rv.e_ POUR UNE COMMISSION DE COORDINATION Après l'assemblée organisée par le M.RAP., le 13 janvier à l'Hôtel Moderne des personnalités représentatives de tous les ' courants de la Résistance et de la Dépor- Il ne fait pas de doute que cette action tation ont décidé d'oeuvrer à conjuguer commune porte en elle la garantie d'une les efforts de tous ceux qui , en France, efficacité renforcée. luttent contre la prescription. Au cours d'une rencontre, le 5 février, sous la présidence de M. le Bâtonnier Arrighi , des dispositions ont été prises pour la création d'une Commission de coordination contre la prescription des crimes nazis. L'une des premières décisions prises a été . celle d'appuyer la manifestation du 28

février.

L'ACTION DU M.R.A.P. 'AUSCHWITZI Le martyre des enfants Comme il avait été convenu à l'assemblée ~u 13 janvier, la résolution adoptée, s?uhaltant que « les voix les plus autorisees de notre pays expriment au gouver • n.ement d~ B_o~n les appr.éhensions légitlme~ de 1 opinion française », a été communiquée par le M.R.A.P. au Président de la République. Elle lui est parvenue le jour même où commençaient à Rambouillet ses entretiens avec le Chancelier Ehrard.' D'autre part, le M.R.A.P. s'est adressé aux p~ésidents des trois groupes parlementaires du Bundestag, qui doit aborder le 1" mars, le débat sur la prescription. LiE procès des vingt 5S, appartenant au personnel et à la garde du camp ,d'Auschwitz se déroule à Francfort depuis un an déjà ... De nombreux témoins y ont évoqué en particulier, le martyre sans ,nom des enfants. Stanislaw Glowa, un homme âgé de 65 ans, un Polonais, décrit les forfaits de l'inculpé Klehr, un infirmier, qui au lieu d'aider 'les malheureux malades, les supprimait au moyen des piqûres de phénol dans le coeur. Ce phénol lui était livré dans des flacons, par un autre inculpé, le pharmacien en chef du camp, le Dr Capes ius, qui avait aussi sous son contrôle les boîtes du gaz Zyklon B, entreposées au vJeux crématoire et dans un ex-théâtre. Le témoin jure donc avoir vu l'infirmier tuer 700 détenus malades adultes et un groupe de 120 enfants et adolescents, âgés de 8 à 16 ans. « C'est par étapes qu'on les supprima, raconte Glowa. Le premier jour, 80. Au début, ils étaient tout à fait dans l'ignorance de leur sort et ils n'avaient posé aucune question sur ce qui les attendait. Ils le surent lorsque les premiers d'entre eux qui reçurent les piqûres mortelles, se mirent à cTier épouvantablement... » Le témoin dit encore, qu'un jour il a vu le même Klehr portant quelque chose enveloppé dans du coton. « Il jeta le paquet dans le radiateWr du chauffage central. » Quand l'infirmier s'éloigna, Glowa osa alors entr'ouvrir le couvercle du radiateur et, à son horreur, vit les restes d'un nouveau- né consumé par les flammes. Deux ou trois fois il a vu l'inculpé faire la même chose. Le témoin Simon Gotland de Paris, qui a déposé devant le tribunal, le 27 juillet, a fait un autre récit, aussi terrible! Un jour, assigné à travailler sur la rampe à l'arrivée des trains des déportés, il découvrit dans le fond d'un wagon, une femme prise des douleurs de l'enfantement. La femme accoucha; le témoin l'aida à envelopper le , petit être, et le déposa près de la mère. Il alla ensuite chercher quelque chose pour restaurer la malheureuse. L'inculpé . Baretzki surprit l'accouchée, saisit le bébé, et d'un coup de pied le précipita du wagon à une distance de 15 à 20 mètres. Le S.S. se mit alors à asséner de tels coups à la déportée, qu'elle ne tarda pas à expirer. Baretzki affirme maintenant n'avoir assité à cette scène que de loin. Dov Kulka, vient de Jérusalem pour témoigner au procès. Il connait la tragédie des enfants, car lui-même fut déporté à l'âge de 10 ans. Il a 31 ans maintenant. Mais tout s'imprima dans son cerveau à jamais. De Prague, lui, sa mère et toute par Myriam NOVITCH sa famille sont envoyés dans le ghetto de Therezin. Puis, le 9 septembre 1943, 5.000 détenus sont envoyés à Auschwitz. A l'arrivée à la rampe d'Auschwitz, les sélections habituelles n'eurent pas lieu. Les 5.000 malheureux furent envoyés à Birkenau, où l'on créa le « Camp des Familles ». Le S.S. Schwartzhuber en devint le commandant. Il permit l'organisation d'un « bloc » d'enfants dans le camp, et des instituteurs juifs purent y faire les cours les plus divers. On ne savait pas alors que l'instauration de ce camp était seulement une tactique dans l'oeuvre d'extermination. En laissant ces déportés en vie, en les encourageant ou en les obligeant à écrire aux internés à Thérezin, « qu'ils allaient bien », i! était plus facile d'attirer les autres victimes et de les supprimer sans résistance. « Notre bloc », raconte Kulka, « était devenu un centre de vie spirituelle, et même les plus primitifs des S.S. en furent impressionnés! On faisait des représentations, de la musique. Le Dr Mengele, accompagné d'un autre médecin, venait voir les enfants. ». Le témoin reconnaîtra ensuite ce second médecin, l'inculpé Franz Lucas, qui se présente comme l'ange gardien des internés, alors qu'il prenait part, lui aussi, aux sélections sur la rampe! j( Ces mêmes S.S., qui venaient admirer les enfants », dit le témoin, « les assassi' nèrent sans sourciller, après un séjour de six mois dans le camp », Le jour du meurtre collectif, l'enfant Kulka se trouvait dans la baraque des malades. Pour mieux tromper les déportés, les S.S. avaient déclaré que {( les malades resteraient là où ils étaient ». « Mais le soir de la sélection, raconte le témoin, on l'avait tout de même pris avec d'autres malades pour les conduire au bloc d'enfants, d'où il assista aux scènes d'horreur. Tard dans la nuit, les camions arrivèrent près des portes des baraques, d'où les S.S. chassaient les gens terrorisés. Près d'une baraque un homme, nommé Bondy, cria aux déportés : « Ne montez pas dans les camions », alors l'inculpé Bednarek se jeta contre Bondy et lui asséna de tels coups qu'il en mourut. L'enfant a vu aussi l'officier S.S. Baretzki, aider à charger les camions. Des baraques montaient des chants hébreus et tchèques; les S.S., toujours pour tromper ceux qui restaient, ne dirigèrent pas les camions dans la direction des crématoires, mais vers la gare. Peu après l'on sut que 3.700 hommes et femmes avaient été tués. Le témoin raconte comment les S.S. forcèrent les victimes, avant leur mort, à écrire des 'cartes aux internés du ghetto de Therezln, donnant de « bonnes nouvelles ». Il montre une telle carte, trouvée après la guerre. Un père y écrivait qu'on allait rendre visite à « Stras nice » ! Stransnice est le nom du cimetière des Juifs de Prague ... Les inculpés du procès de Francfort, âgés maintenant de 40 à 70 ans, sont presque tous des pères de famille. Mais le martyre des enfants juifs, tziganes, polonais, du camp d'Auschwitz, ne paraît pas troubler leur conscience. Plusieurs comités locaux de notre Mouv~ ment ont organisé ou préparent, avec diverses associations, des meetings et manifestations contre la prescription. On lira page 9, entre autres, les réalisations du comité de Lille . COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND A STRASBOURG Un colloque de juristes France-République Fédérale Allemande aura lieu les 27 et 28 février, à la Faculté de Droit de Strasbourg. L'un des deux points de l'ordre du jour est le problème de la prescription des crimes contre l'humanité. Cette initiative est patronnée pour la France par MM. C.-A. Colliard, professeur à la Faculté de Droit de Paris ; Grisoli , avocat au Barreau de Marseille ; Jean Kahn, maître de requêtes au Conseil d'Etat; Laroque, conseiller à la Cour d'Appel de Paris; Lavigne, professeur à la Faculté de Droit de Strasbourg; Jean Mazard, conseiller à la Cour de Cassation ; Maurice Rolland, conseiller à la Cour de Cassation ; les bâtonniers Schreckenberg (Strasbourg) et René-William Thorp (PariS) . Plusieurs membres de la Commission juridique du M.R.A,P. participeront à ce colloque. EN BELGIQUE Le M.R.A.P. de Belgique, dont l'activité ne cesse de se développer, a pris, concernant la prescription une double initiative d'une grande portée: - l'élaboration d'un document approfondi sur le problème de la prescription, qui a été remis à l'ambassade à Bruxelles de la République Fédérale Allemande; - la création d'un Comité de liaison qui groupe de nombreuses associations. Ce Comité a prévu une conférence de presse le 25 février et un grand meeting le 6 mars. Nouveau scandale de la « dénazification )} Deux adjoints d'EICHMANN LIBÉRÉS A BONN 1 HERMANN KRUMEY, qui, par ses fonctions de collaborateur d'Eichmann à Budapest, s'était rendu coupable de complicité dans le massacre d'au moins 300.000 juifs hongrois et pour ce fait avait été condamné à 5 ans de prison le 3 février dernier par la Cour d'Assises de Francfort (R.F.A.), a été remis en liberté quelques jours après. Son co-inculpé, Otto Hunsche, avait été purement et simplement acquitté. Krumey, ancien lieutenant-colonel SS, participait activement à u la solution finale du problème juif » et Hunsche, ex-capitaine SS, fut le principal conseiller juridique dans les opérations de déportation des juifs hongrois, dirigés vers les camps d'extermination nazis, en mal et juin 1946. Dans son réquisitoire final, au terme d'un procès très agité, et qui durait depuis neuf mois, le Procureur général KatI Wagner a déclaré que l'audition des témoins a prouvé, que durant cette brève période, furent déportés à Auschwitz 437.402 juifs hongrois, hommes, femmes et enfants. Moins de 10 % de ces déportés ont réussi à échapper aux chambres à gaz et aux fours crématoires. C( Les deux accusés, a dit le Procureur Général qui réclamait la peine de travaux forcés à perpétuité, ont coopéré à ces massacres en donnant des ordres de leurs bureau. " On vient de découvrir que le Procureur général Erwin Schuele, chef de l'Office Central de Ludwigsbourg, chargé des recherches sur les crimes hitlériens, était... un ancien membre du parti nazi. \1 serait intéressant de connaître le passé des juges de la cour d'assises de Francfort. Il Y a juste un an ... LES NEO-NAZIS L'ARRESTATION à Calais, le 14 janvier, de sept jeunes gens coupables d"activités néo-nazies présente deux aspects apparamment contradictoires. Elle confirme, d'une part, s' il en ét.git besoin, que l'on doit prendre au sérieux les groupes racistes existant en France - qu'ils affirment ou non leur inspiration hitlérienne. Mais, d'autre part, les conditions dans lesquelles on inforrme le public risquent de masquer le danger véritable, dans la mesure où l'on éclaire essentiellement le côté « folklorique » de ces groupes. La publicité douteuse poursu ivie au tour de Fr.gnçoise Dior, l'épouse hystérique du « führer » anglais Colin Jorda n, aboutit à de semblables résultats. « !L FAUT EXTERMINER TOUS LES J UIFS » ... C'est vrai : il y a quelque chose de puéril dans le comportement de ces « nationaux-socialistes », qui montrent un goût immodéré pour l'uniforme, qui collectionnent les drapeaux à croix gammées, les tampons, les médailles, les photos de Hitler et d'Eichmann. l'vIais on ne saurait pour autant hausser les épaules devant ce fétichisme de maniaques. Souvenons-nous des mascarades nazies, du rôle que jouent les emblèmes, les gestes stéréotypés, les bottes, les brassards, les chemises noires ou brunes, dans une entreprise qui tend à militariser l'individu, à lui inculquer le goût de la violence et de l'obéissance passive. Le culte des plus grands criminels de l'histoire, quand bien mème il prendrait des formes stupides, ne saurait prêter à sourire ... Interrogée par un journal parisien, la mère de l'un des jeunes calaisiens arrètês a déclaré : « Je ne voulais pas croire que c'était grave et mon mari non plus. Pourtant, Jean-Michel avait vraiment changé. Il avait pris des allures arrogantes et il était devenu dur. « Un jour, je me rappelle, je lui ai montré dans une revue, la photo du squelette d'un enfant qui avait été enterré vif dans un camp de concentration. Je lui ai dit .- « Regarde ce qu'ils faisaient, les nazis, pendant la guerre. Est-ce que tu ne trouves pas cela horrible ? » Alors, il m'a répondU .- « Non, parce que c'était un enfant juif ». J 'ai dit .- « Mais enfin, juif ou pas, on n'a pas le droit de tuer ». - « Il faut exterminer tous les juifs », c'est tout ce qu'il a trouvé à répondre, et il n'a même pas frémi devant cette photo » ... UN MOIS PLUS TARD Ce n'étaient pas de simples jeux d'adolescents déséquilibrés. La cachette des jeunes nazis recélait aussi un revolver et des cartouches, et même des explosifs, dont ils avaient fait l'essai dans des terrains vagues autour de la ville_ Ils possédaient des listes de juifs, et, trois jours après leur arrestation, des croix gammées étaient peintes par des complices sur de nombreux magasins, ainsi que, d'ailleurs, sur le mur de la gendarmerie. Précisons enfin que des groupes identiques auraient été repérés à Béthune et à Lille, affiliés, comme celui de Calais au « Parti Prolétarien National-Socialiste » (P.P.N.S.). On comprend, dans ces conditions, l'émotion des juifs du Nord et du Pas-de-Calais, et l'exigence formulée que des mesures énergiques soient prises pour mettre hors d'état de nuire les agitateurs racistes. Or, où en sommes-nous, un mois plus tard ? La presse a annoncé la découverte de 15 nouveaux suspects... qui n'ont pas été inquiétés. « Les enquèteurs font le silence le plus total sur les résultats de leurs investigations ». Fait étonnant : on affirme que les policiers recherchent vainement le « chef suprême » du P.P.N.S., Jean-Claude Monet, alors que celui-ci peut donner sans encombre une interview à un journaliste, que « Paris-Presse » reproduit à grand fracas dans son numéro du 20 janvier. « Je suis national-socialiste, antisémiste et raciste Il déclare tout de go Jean-Claude Monet. Il contrôle, indique-t-il, « une qu'inzaine de groupes en province », mais se désolidarise, bien entendu, de celui de Calais. Il précise qu'il écrit un nouveau « Mein Kampf », où il « reprend tous les grands thèmes du nazisme et du racisme », en particulier « l'idée de la suprématie de la race nordique, non seulement sur les nègres et les juifs, mais aussi sur les aryens inférieU!.rs les méditerranéens » ... Ainsi les activités du groupe de Calais auront eu au moins un résultat tangible : la publication d'une bonne demi-page de prose nazie dans un quotidien parisien - tribune de choix pour le P.P.N.S., dont l'organe, « Le Vicking », n'atteint qu'un nombre fort limité de lecteurs. Ainsi se poursuivent impunément, à travers la France, les menées d'un groupe hitlérien, dont nous avons dénoncé la dangereuse insolence, il y a un an déjà ... OU INTERVIENT LINCOLN ROCKWELL Au mois d'août dernier, une autre affaire a défrayé la chronique. L'enquète sur un attentat à la bombe, commis à Metz, contre un café fréquenté par les Algériens, permit de mettre en lumière un autre réseau néo-nazi. Ses responsables furent arrêtés notamment à Lyon, Reims, Le Puy, Marseille, Clermont-Ferrand. La filière aboutissait également à Paris, au « Groupe Occident », dont l'action la plus spectaculaire fut, en juin, un raid contre le cinéma « Le Savoie », où se déroulait le gala « Chansons pour la Paix ». Là encore, la police fit une moisson de brassards à croix gammées, de photos, de drapeaux, mais aussi de tracts racistes, de poignards et d'explosifs_ A la tête de l'organisation, se trouvait un fasciste notoire, Yves Jeanne, 43 ans, ancien Waffen S.S., qui vécut un certain temps en Algérie, lorsque sévissait l'O.A.S_ Ses activités actuelles se rattachent, a-t-on appris, à l'Union Mondiale des Nationaux-Socialistes (W.U.N.S.) dirigé par le nazi américain Lincoln Rockwell. Celui-ci, précisons-le, a délégué ses pouvoirs à l'Anglais Colin Jordan, pour mettre sur pied une Fédération Ouest-Européenne, où certaines liaisons sont assurées, semble-t-il, par FrançOIse Dior-Jordan. DES SECTIONS D'ASSAUT ... Dans une circulaire d'octobre dernier (fac-similé ci-dessous) Lincoln Rockwel MATT KOEHL COJltltts"ONO~Ç 5(CII(TA.ltT Dear Friend: UN VIEUX . NOUVEL Lorsqu'il est question de 'nale néo-nazie, beaucoup de tendance à croire qu'il s'agit ration horrible et mystérieuse taine, et qui ne les concerne taine, qui ne les concerne pas Et pourtant ... Enclosed is a copy of the Natlor.al S . . Agreements, plus a selection of ourofi29 juin 2010 à 15:22 (UTC) World View and the Cotswold requested for you by a friend. re, as you requested-_or as The WORLD UNION OF NATIONAL Socialist organization toelay funct .o . SOCIALLSTS I? the only National affiliates and members around th~ n:ng on a world-wlde basis. Our able movement which Is relentlessl~ ~o~tarepart~ ofhthe ~ighty, unconquer struggle begun by our Fuehrer, Adolf Hit:::~:ng e erolC, earth-shaking The purpose of the WORLD UNION - provide a disciplined c b . . OF NATIONAL SOCIALLSTS is to that will: (A) utterly deos~r::-t~~,Charlesnt, ~~ternational political apparatus Jewish-Plutocrat apparatus of treas ernadIOnal Jewlsh-CommUnist and accomplish on a world-wide scale a On an subverSIOn; (B) !ind and (C) protect and promote the Aryan ~nal se~tlement of the Jewish Question out the world; (0) Work toward the ce an Western culture through_ Soclallst World Order' (E) protectUnHy ~f all White people ln a National from Communist Clas~-war' and (F)prlYa e property and free enterprlse raclaI group on the basls or'total work.toward just'Ice and dlgruty for ea portions of the earth' s surface re:ogradPfhlcal separati?n, with reasonable l·ace. rve or the eXClUSIve use of each We are now building the only Third F the combined forces of Jewish_Comm~r~e that can s~cces~ful1y oppose organlzlng and training the !!ghtlng Sto msr and Jewls~- Frnance. We are White Race from Jewish-Bolshevi rm .roops who WIll one clay save the Communlsts and Zionists wag k terrorlsts and race-mixers. As the e war agalnst the White Race and Western AFFILIA TES • ARGENTINA • AUsTRALIA • AU . • ~~RMAN.Y .,ÇcRff,T,~~I:~IN • HOLLAND . ICEL;~~I~I29 juin 2010 à 15:22 (UTC)~M • CANADA . CHI LE • DEN MARK • ~It:r .. ~c ... .! .... Cr ~ ..... ~" __ ~u • L~ ' ~!~~! ~~.~~:~~ , ~, !,!~.~I:~,? ~. Charles} Quand le « Führer Il du parti nazi américain écrit à ses fidèles en faisait connaître à ses fidèles de France l'adresse de la personne qui le représente à Paris, avec laquelle il les invitait à prendre contact. Il précisait, à cette occasion, Jes objectifs de la W.U.N.S. : « Le but de l'Union Mondiale des Nationaux-Socialistes est de former une armature politique internationale disciplinée, combative en vue de: (A) anéantir définitivement l'entreprise internationale de trahison et de subversion judéo-communiste et judéo-ploutocrate ; (B) trouver et réaliser à l'échelle mondiale une solution finale de la question juive; (C) protéger' et promouvoir la race aryenne et la culture occidentale à travers le monde ; (D) oeuvrer à l'unité de tous les peuples blanc , dans un ordre mondial national-socialiste ; (E) protéger la propriété privée et la libre entreprise contre la guerre des classes communistes

et (F) oeuvrer à la justice et à la

dignité pour chaque groupe racial, sur la base d'une totale séparation géographique, a.vec une portion raisonnable dp. la surface de la terre attribuée pour l'usage exclusif de chaque race. » Ce mème document précise que la W.U.N.S. entend « organiser et entraîner des Sections d'Assaut (fighting Stormtroops) qui sauveront un jour la race blanche des terroristes judéo-bolcheviks et des partisans du métissage racial ». cc Nous ne souhaitons pas, ajoute-t-il, une large organisation, mais plutôt une force d'élite mondiale, dure et discipHnée, qUi pourra mettre fin à la désunion de la race aryenne blanche, et assurer aux masses blanches la domination du monde » ... Inutile de souligner qu'à plusieurs reprises, la lettre se réfère à « notre Fuehrer Adolf Hitler » : chacun aura, d'emblée, reconnu le style. Ce qui doit surtout retenir notre attention, c'est que le Parti Nazi Américain, animé par Rockwell, dont la presse relate de temps en temps les manifestations légales aux Etats-Unis a pu établir des liaisons dans divers pays (la circulaire en cite 17), dont le nôtre. On aimerait connaître quelles suites les autorités françaises entendent donner aux arrestations effectuées en août dernier. Tout ce que l'on sait pour le moment, c'est qu'au bout de quelques jours, tous les comploteurs découverts ont été remis en liberté ... En France aussi, l'inten nazie s'organise et s'implf chez nous, en premier lieu, vons la démasquer, la pour Depuis un certain temp! racistes de France multipli quement les contacts avec plus puissants, qui se dé' Etats-Unis, en République mande, en Amérique latine, Sud. A travers l'Europe, St nistre toile d'araignée qui Suède au Portugal, de la E pagne, de l'Angleterre à l' Le « Parti Prolétarien liste », lui aussi, s'efforcE soutien de l'étranger. Dans à « Paris-Presse », Jean-Cl: vante d'ètre en relation a, States Rights Party, orgal caine dirigée par Ned DUll liée au Ku Klux Klan. Dans certains kiosques trouve une feuille intitull Réelle », organe d'une de l'internationale néo-nazj veZ Ordre Européen ». Le sémitisme s'étalent grossii que page, dans chaque ar fâme torchon, dont les chef de la c( Milice » v Darnand, et le chef des « r Léon Degrelle, qui vit a Espagne. Ce sont les homn Ordre Européen » qui bruyamment à la Chambr débat de novembre demi cription des crimes nazis. Le (c Nouvel Ordre Eur01 surtout en Belgique et en un responsable à Paris, 'Îont on aimerait mieux cc vités. Bruxelles également est « Confédération des Etud tes Européens », et le de plusieurs journaux rai lution Européenne », « , « Europa Front », « Euro REGROU PEMENTS En France, nous assisl une prolifération de grou] et à diverses tentatives Parmi les lycéens et él la cc Fédération des Et! listes », dont les tracts -NAZIS EN FRANCE ses pouvoirs à l'Anglais Colin pour mettre sur pied une FédéOuest- Européenne, où certaines liaisont assurées, semble-t-il, par FranDior- Jordan_ SECTIONS D'ASSAUT ... d'octobre dernier Lincoln Rockwel MATT KOEHL C:O""ES'OHOIHG ItCliUMY Dear Friend: UN VIEUX \ NOUVEL ORDRE» Lorsqu'il est question de l'internatio' nale néo-nazie, beaucoup de Français ont tendance à croire qu'il s'agit d'une conspiration horrible et mystérieuse, mais lointaine, et qui ne les concerne PlS directetaine, qui ne les concerne pas directement_ Et pourtant... , , - Enclosed is a copy of the National S . . Agreements, plus a selection of ourofiCharles 29 juin 2010 à 15:22 (UTC)t World View and the Cotswold requested fOl' you by a frlend. ture, as you requested-_or as The WORLD UNION OF NATIONAL S Socialist organization today funct.o' OCIALlSTS Is the only National affiliates and members around th~ n:ng on a world-wide basis. Our able movement which is rel-entleSSI~ ~o~tre. part~ of the ~ighty, unconquer_ struggle begun by our Fuehrer, Adolf HitCharlesg e herolC, earth-shaking The purpose of the WORLD UNION 0 - provide a disciplined b " F .NATIONAL SOCIALlSTS is to that.Will: (A) utterl; ~eos~r:~-t~~ICharles:~~7Charles 29 juin 2010 à 15:22 (UTC)yona~~litical apparatus Jewish-Plutocrat apparatus of treas d b eW.ls - ommurust and acComplish on a world'd o~ an su versIOn; (B) find and (C) protect and promo~:~h: ~c:~:na~~al se~t~ment of the Jewish Question; out the world' (D) Work toward th e an estern culture through_ Sociallst Wo;ld Order: (E) prote~tunlt.y ~f ail White people in a National from Communlst Clas~-war' and prIva e property and free enterprise racial group on the basis oÙotal (F) work.toward Just~ce and dignlty for each portions of the earth' s surface re7:e~r::eadPfhICatlhseparati?n, with reasonable l'ace. or e exclusIVe use of each nazi américain écrit à ses fidèles en France. connaître à ses fidèles de France la personne qui le représente laquelle il les invitait à prenIl précisait, à cette occasion, ectifs de la W.U.N.S. : de l'Union Mondiale des aux-Socialistes est de former une politique internationale discombative en vue de: (A) définitivement l'entreprise interde trahison et de subversion et judéo·ploutocrate ; et réaliser à l'échelle monsolution finale de la question (C) protéger' et promouvoir la race et la culture occidentale à tramonde

(D) oeuvrer à l'unité de

peuples blanc, dans un ordre national-socialiste ; (E) protéger pri vée et la libre en treprise guerre des classes communis( F) oeuvrer à la justice et à la pour chaque groupe racial, sur d'une totale séparation géograa ·vec une portion raisonnable de de la terre attribuée pour exclusif de chaque race. » même document précise que la entend « organiser et entraîner d'Assaut (fighting stormqui sauveront un jour la race des terroristes judéo-bolcheviks partisans du métissage racial ». ne souhaitons pas, ajoute-t-il, organisation, mais plutôt une mondiale, dure et discipl~née, fin à la désunion de la blanche, et assurer aux masla domination du monde » ... de souligner qu'à plusieurs relettre se réfère à « notre Fueh· Hitler » : chacun aura, d'emf" C;UUllU le style. doit surtout retenir notre attenaue le Parti Nazi Américain, Rockwell, dont la presse relate en temps les manifestations lé- Etats-Unis a pu établir des dans divers pays (la circulaire en dont le nôtre. On aimerait consuites les autorités françaidonner aux arrestations août dernier. Tout ce que le moment, c'est qu'au bout jours, tous les comploteurs ont été remis en liberté ... En France aussi, l'internationale néonazie s'organise et s'implante. Et c'est chez nous, en premier lieu, que nOUS devons la démasquer, la pourchasser, Depuis un certain temps, les groupes racistes de France multiplient systématiquement les contacts avec ceux, souvent plus puissants, qui se développent aux Etats-Unis, en République Fédérale Allemande, en Amérique latine, en Afrique du Sud. A travers l'Europe, se tisse une sinistre toile d'araignée qui s'étend de la Suède au Portugal, de la Belgique à l'Espagne, de l'Angleterre à l'Italie. Le « Parti Prolétarien National-Socialiste », lui aussi, s'efforce d'obtenir un soutien de l'étranger. Dans son interview à « Paris-Presse », Jean-Claude Monet se vante d'être en relation avec le National States Rights Party, organisation américaine dirigée par Ned Dupes, étroitement liée au Ku Klux Klan. Dans certains kiosques parisiens on trouve une feuille intitulée « L'Europe Réelle », organe d'une autre fraction de l'internationale néo-nazie : Le « Nouvel Ordre Européen ». Le racisme, l'antisémitisme s'étalent grossièrement à chaque page, dans chaque article de cet infâme torchon, dont les héros sont le chef de la « Milice Il vichyste, Joseph Darnand, et le chef des « rexistes » belges, Léon Degrelle, qui vit actuellement en Espagne. Ce sont les hommes du « Nouvel Ordre Européen Il qui ont manifesté bruyamment à la Chambre belge lors du débat de novembre dernier sur la prescription des crimes nazis. Le « Nouvel Ordre Européen n, implanté surtout en Belgique et en Suisse a aussi un responsable à Paris, André Robellet, riont on aimerait mieux connaître les activités. Bruxelles également est le siège de la « Confédération des Etudiants Nationalistes Européens n, et le centre d'édition de plusieurs journaux racistes : « Révolution Européenne Il, « Jeune Europe n, « Europa Front n, « Ewrope Magazine ». REGROU PEMENTS En France, nous assistons à. la fois à une prolifération de groupuscules racistes, et à diverses tentatives d'unification. Parmi les lycéens et étudiants s'agitent la « Fédération des Etudiants Nationalistes », dont les tracts et les journaux s'efforcent quotidiennement d'exciter à la haine ; le « Front Universitaire Européen Il, la « Fédération Générale des Etudiants Européens Il, les « Etudiants Nationaux Socialistes » ; que dirige un certain Georges Vabre, lié au P.P.N.S. ; la « Jeunesse Nationale Socialiste », les jeunes de la « Restauration Nationale », la « Fédération des Etudiants Rapatriés », etc ... La plupart de ces organisations plus ou moins structurées collaborent au sein de l' « Association pour le soutien de la Candidature d'opposition nationale », autrement dit le « Comité Tixier-Vignancour », animé par l'ex-député Jean·Marie Le Pen. Les désaccords entre Tixier-Vignancour et Poujade, les luttes d'influence entre dirigeants fascistes dont chacun rêve d'être « führer » n'empêchent pas leur rencontre et leur action commune dans maints organismes, tels que le « Comité de Liaison de l'Opposition nationale », les «( Amis d'Edouard Drumont », l' « ASsociation pour défendre la mémoire- du Maréchal Pétain », le « Cercle pour la Défense de la Culture Fmnçaise et des Principes Nationalistes », le « Secours Populaire par l'Entraîde et la Solidarité n (qui s'occupe des emprisonnés O.A.S.), l' « Union des Intellectuels Indépendants » ... Cette dernière association organisait, le 18 décembre, à l'Hôtel Lutetia, une vente de livres où se retrouvaient, en tre autres, Maurice Bardèche, Henry Cos· ton, Benois-Méchin, Saint-Paulien, Paul Rassinier ... De plus en plus, les journaux spéda· lisés dans les excitations à la haine raciste s'efforcent, par delà les divergences et les ambitions, de resserrer les liens entre les divers groupes, dont ils font con· naître les communiqués et les manifestations. De même, ils servent de plus en plus d'organes de liaison sur le plan international. Il convient de souligner le rôle actif joué à cet égard par « Rivarol », « Défense de l'Occident » (de Bardèche), « Lectures Françaises » (de Coston), et surtout « Europe Action », dont le rédacteur en chef n'est autre que Dominique Venner, l'un des principaux dirigeants rlu mouvement « Jeune Nation », bien connu pour ses menées racistes P.t antisémistes au temps de la guerre d'Algérie. A la librairie ouverte par « Europe Action n, sont diffusés les journaux néonazis de Suède, de République Fédérale Allemande, d'Italie, de Grande-Bretagne, ainsi que les publications de la Phalange espagnole et la revue « Découvertes », éditée en français au Portugal. Et « Europe Action » publie régulièrement des correspondances provenant de ces différents pays, et de l'Amérique latine. PEU~, HAINE, VIOLENCE Mais plus encore peut-être que par Ip..~ liens matériels qui tendent à favoriser On pourrait en quelques phrases, les résumer ainsi : • mépris des peuples de couleur, présentés comme incapables de se gouverner eux-mêmes, comme des barbares inaptes à toute civilisation ; • défense des blaincs, des aryens contre la « menace » noire ou jaune qui résulterait de la décolonisation (d'où le soutien aux deux derniers bastions de la domination blanche sur le continent noir: le Portugal et l'Afrique du Sud) ; • mesUres de discriminations « nécessaires » dans les pays blancs contre les « allogènes » (Algériens et noirs en France) et aussi contre les juifs qui doivent être éliminés de toutes les fonctions dirigeantes ; • éloge plus ou moins ouvert du nazisme, ou, pour les plus prudents, efforts pour minimiser les crimes nazis et justifier la prescription ; Il nécessité d'un régime « fort n, qui assurerait la domination de la raée blanche, en éliminant les « intellectuels n et tO:.lS les « traîtres » qui croient au progrès humain, en préparant la reconquête des pays coloniaux. Soulignons enfin que, chez leurs fidèles, la totalité des groupes néo-nazis, à partir de ces thèmes, font appel à trois ressorts essentiels : la peur, la haine, la violence. UN BILAN INQUIETANT Et tous, en France notamment, publient journaux et tracts, organisent réunions et manifestations, sans être véritablement inquiétés ... Il n'est pas étonnant, daqs ces conditions, que nous c.onstations une évidente recrudescence de l'agitation raciste. Il suffit, pour s'en convaincre de faire un bref bilan de ces rlernières semaines

A Neuilly (Seine), croix gammées et slogans antisémites peints sur la synagogue. A Calais, croix gammées sur des magasins juifs. A Thionville (Moselle), dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, tentative d'incendie de la synagogue. Dans une déclaration indignée, la communauté jUive « réclame avec force une recherche et un châtiment implacable des vandales ». A Paris, un groupe de militants de l'Union des Etudiants Juifs, qui collaient des affiches pout' un bal, sont insultés It agressés par des racistes munis de matraques, qui les suivaient dans deux voitures. (Les numéros de ces voitures ont été relevés et communiqués à la police). Dans les lycées, la diffusion de tracts racistes se poursuit. On nous signale en partiCUlier celui de la « Fédération générale des Etudiants Européens », dis, tribué à la porte du Lycée Marcelin-Berthelot, à Saint-Maur, et où l'on peut lire cette profession de foi : « '" Nous rejel! Nouvelle Gazette 1: .. ; ::E':·, ,.1 EDITION DE CHARLEROI _,A.. .. ........ N •• _ ... CM""OOI Des partisans de Degrelle OYO nt des incidents à la Chambre GRAVlINCIO(HT A lA (HAMIAt ou DU P[RTURt'uWRSClIllHT: _ YlVlO«iRUU! llISHl · l( IEY(NIRI ~ h . .. , .... .,,"' ......... Ic ...... 4 . ... ,-,. .... ,." . .. ,1'0;. 84 . .... .01 . .. ,..1 ... " . __ La WallonIe ",1 REXISTES SONT RENTRES AU PARLEMENT! cc Degrelle reviendra pour le grand nettoyage!») crient-ils Dans « L'Europe Réelle », « Périodique de Combat pour un Nouvel Urare J:uropeen et la Défense de la Race» (en vente ... à Paris). les échanges d'expériences et de services, les publications et les groupes racistes de France et des autres pays se rapprochent depuis quelques mois dans le cadre d'une véritable unification doctrinale, qui cherchait ses voies depuis des années. et qui marque un succès des plus « durs » d'entre eux. Que ce soit en France ou à l'étranger, les thèmes communs de propagande sont devenus à la fois plus précis et plus virulents. tons la stupide et irréelle équation .- un noir égal un blanc, que veut à tout prix nous faire admettre un corps enseignant noyauté par les marxistes »... Au Lycée Jacques Decour, des nervis fascistes attaquent et blessent plusieurs élèves juifs. A Châtillon-sous-Bagneux, des tracts dé-nonçant « La fable des six millions de juifs exterminés » est diffusé dans les (Suite page Sol Louis MOUSCRON contre pour D EPUIS la procla 1948, de la des Droits de 1'1 Nations-Unies et les spécialisées ,!ui en dépi tent de traduire, dans dans la réalité, les prir nonce cette Déclar,ntiol1 Cette oe'uvre se pour! pit de lenteurs et de 1 et l'on peut même affi cours des dernières c réalisations en ce domo plus en plus encouragec Il ne s'agit pas, ici, d'en lan exhaustif : la publicatior consacrée, au début de 1964 « La Communauté des Natl Racisme » a déjà apporté, à , documentation substantielle d du Président Cassin a expl i signification. Peut-être n'est-il pas inutilE de mettre l'accent sur certain cemment accampliS, sur le pl nal, dans la lutte contre la ( Quatre ans après son ade Conférence Générale de l'UNE vention concernent la lutte e crimination dans l'Enseigneme fiée par 24 Etats. Le rythmE ment prévisible des ratifica d'espérer fermement que plus d'Etats donneront bientôt le cet instrument international. L concernant les discrimination ploi et dans la prafession, ado par l'Organisation Internatiol vail, a recueilli près de 50 ra encore, an peut prévoir que, se joindront à ce premier grol En acceptant les obligatic voient, en termes juridiques t par Piel conventions, les Etats ne SOI seulement à des principes. Il - c'est l'effet même de leur fi les règles des Conventions da~ terne. Ils acceptent aussi que tion, leurs pratiques et même dence soient soumises à un c, national. Ce contrôle existe - et d, cennies - au sein de l'org ternationaJe du Travail. Combi, dû être modifiées par les p:Jrl, naux, de décrets modifiés ou beoucoup de pays, parce que 1. de contrôle du B.I.T. relevaiel gences entre les dispositions dl nal et celles d'une conventio nale concernont les différentE droit social qu'un Etat avait ratifier en pensant - à tort tout, cela ne tirait pas à cc Ce contrôle est maintenant sein de l'UNESCO. La Confi raie de cette Organisation 1962 un Protocole qui institL mission de conciliation et de chargée de trancher les diff Etats qui ont ratifié la ConvE les discriminations dans l'e Lorsque les Etats auront ratifi ment, le moment sera venu de tivement en place cette com la composition donnera toute compétence et d'objectivité. De rlus, la Conférence l'UNESCO a décidé, il y a det les Etats, qu'i ls aient ou no Convention précitée, devraient rapports périodiques sur la façc mettaient en oeuvre - ou, po n'ayant pas ratifié la Convent liés que par une recommandc leurs efforts en vue d'atteindre définis par ces textes. DANS le même temps, entrepris une série d'acti( à lutter contre l'enseml cr iminations fondées sur un facteurs. Et tou~ naturellemel race qui a eu la priorité. Ceu rent au M.R.A.P. ou qui s'intér activité savent que l'Assembl, des Nations Unies a adopté, er Déclaration sur l'élimination EN FRANCE journaux s'efforcent quotidiennement d'exciter à la haine ; le ({ Front Universitaire Européen », la ({ Fédération Générale àes Etudiants Européens », les « Etudiants Nationaux Socialistes » ; que dirige un certain Georges Vabre, lié au P .P .N.S. ; la ({ Jeunesse Nationale Socialiste », les jeunes de la ({ Restauration Nationale », la « Fédération des Etudiants Rapatriés », etc ... La plupart de ces organisations plus ou moins structurées collaborent au sein de l' « Association pour le soutien de la Candidature d'opposition nationale », autrement dit le « Comité Tixier-Vignancour », animé par l'ex-député J ean-Marie Le Pen. Les désaccords entre Tixier-Vignancour et Poujade, les luttes d'influence entre dirigeants fascistes dont chacun rêve d'être « führer » n'empêchent pas leur rencontre et leur action commune dans maints organismes, tels que le « Comité de LiaiSOn de l'Opposition nationale », les «( Amis d'Edouard Drumont », l' ({ ASsociation pour défendre la mémoire' du Maréchal Pétain », le ({ Cercle pour la Défense de la Culture Française et des Principes Nationalistes », le « Secours populaire par l'Entraide et la Solidarité» (qui s'occupe des emprisonnés O.A.S.), l' « Union des Intellectuels Indépendants » ... Cette dernière association organisait, le 18 décembre, à l'Hôtel Lutetia, une vente de livres où se retrouvaient, en tre autres, Maurice Bardèche, Henry Cos· ton, Benois-Méchin, Saint-Paulien, Paul Rassinier ... De plus en plus, les journaux spédalisés dans les excitations à la haine raciste s'efforcent, par delà les divergences et les ambitions, de resser rer les liens entre les divers groupes, dont ils font connaître les communiqués et les manifestations. De même, ils servent de plus en plus d'organes de liaison sur le plan international. Il convient de souligner le rôle actif joué à cet égard par « Rivarol », « Défense de l'Occident » (de Bardèche), « Lectures Françaises » (de Coston), et surtout ({ Europe Action », dont le rédacteur en chef n'est aut re que Dominique Venner, l'un des principaux dirigeants lu mouvement « Jeune Nation ", bien connu pou r ses menées racistes P.t antisémistes au temps de la guerre d'Algérie. A la librairie ouverte par ({ Europe Action », sont ' diffusés les journaux néonazis de Suède, de République Fédérale Allemande, d'Italie, d!! Grande-Bretagne, ainsi que les publications de la Phalange espagnole et la revue « Découvertes », éditée en français au Portugal. Et « Europe Action II publie régulièrement des correspondances provenant de ces différents pays, et de l'Amérique latine. PEUR, HAINE, VIOLENCE Mais plus encore peut-être que par IP..~ liens matériels qui tendent à favoriser On pourr ait en quelques phrases, les résumer ainsi : • mépr is des peuples de couleuJr, présentés comme incapables de se gouverner eux-mêmes, comme des barbares inaptes à toute civilisation ; • défense des blaincs, des aryens contre la « menace II noire ou jaune qui résulterait de la décolon isation (d'où le soutien aux deux derniers bastions de la domination blanche sur le continent noir: le Portugal et l'Afrique du Sud) ; • mesUres de discriminations « nécessaires » dans les pays blancs contre les « allogènes II (Algériens et noirs en France) et aussi contre les juifs qui doivent être éliminés de toutes les fonctions dirigeantes ; • éloge plus ou moins ouvert du nazisme, ou, pour les plus prudents, efforts pour minimiser les crimes nazis et justifier la prescription ; • nécessité d'un régime « fort l), qui assurerait la domination de la raée blanche, en éliminant les « intellectuels » et tous les « traîtres » qui croient au p r ogrès humain, en préparant la reconquête des pays coloniaux. Soulignons enfin que, chez leurs fidèles, la totalité des groupes néo-nazis, à partir de ces thèmes, font appel à trois ressorts essentiels : la peur, la haine, la violence. UN BILAN INQUIETANT Et tous, en France notamment, publient journaux et tracts, organisent réunions et manifestations, sans être véritablement inquiétés ... Il n'est pas étonnant, dans ces conditions, que n ous r.onstations une évidente recrudescence de l'agitation raciste. Il suffit, pour s'en convaincre de faire un bref bilan de ces rlernières semaines

A Neuilly (Seine), croix gammées et slogans antisémites peints sur la synagogue. A Calais, croix gammées sur des magasins juifs. A Thionville (Moselle), dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, tentative d'incendie de la synagogue. Dans une déclaration indignée, la commun auté juive « réclame avec force une recherche et un châtiment implacable des vandales l) . A Paris, un groupe de militants de l'Union des Etudiants Juifs, qui collaient des affiches pout' un bal, son t insultés It agressés par des racistes munis de matraques, qui les suivaient dans deux voitures. (Les numéros de ces voitures ont été relevés et communiqués à la police). Dans les lycées, la diffusion de tracts racistes se poursuit. On nous signale en particulier celui de la « Fédération , générale des Etudiants Européens », distribué à la porte du Lycée Marcelin-Berthelot, à Saint-Maur, et où l'on peut lire cette profession de foi : « '" Nous rejel! Nouvelle Gazette 1 :.~7.;.1 EDITION DE CHARLEROI _ . ... .. "" ... Mt1_C ..... Des partisans de Degrelle rov uent des incidents à la Chambre LES REXISTES SONT RENTRES AU PARLEMENT! cc Degrelle reviendra pour le grand nettoyage!» crient-ils Dans « L 'Europe Réelle )1, « Périodique de Combat pour un Nouvel Urdre 1uropeen et la Défense de la Race » (en vente ... à Paris). les échanges d'expériences et de services, les publications et les groupes racistes de F rance et des autres pays se rapprochent depuis quelques mois dans le cadre d'une véritable unif ication doctrinale, qui cherchait ses voies depuis des années. et qui marque un succès des plus « durs » d'en tre eux. Que ce soit en France ou à l'étranger, les thèmes communs de propagande sont devenus à la fois plus précis et plus virulents. tons la stupide et irréelle équation : un noir égal un blanc, que veut à tout prix nous faire admettre un corps enseignant noyauté par les marxistes »... Au Lycée J acques Decour, des nervis fascistes attaquent et blessent plusieurs élèves juifs. A Châtillon-sous-Bagneux, des tracts dénon çan t « La fable des six millions de juifs exterminés » est diffusé dans les (Suite page 8.) Louis MOUSCRON Nouveaux progrès dans l'action des Nations - Unies contre les discriminations pour la tolérance D EPUIS la proclamation, en 1948, de la Déclaration , des Droits de l'Homme, 'les Nations-Unies et les institutions spécialisées ,!ui en dépendent tentent de traduire, dans le droit et dans la réalité, les principes qu'énonce cette Déclar,tltion. Cette oe'uvre se poursuit, en dépit de lenteurs et de réticences .•. et l'on peut même affirmer qu'au cours des dernières années, les réalisations en ce domaine sont de plus en plus encourageantes. Il ne s'agit pas, ici, d'en dresser un bi lan exhaustif: la publication du M.R.A.P. consacrée, ou début de 1964, à l'action de « La Communa uté des Notions contre le Racisme» a déjà a pporté, à cet égard, une documenta tion substa nt ie lle dont la préface du Prés ident Cassin a exp liqué tout~ la sign i fication. Peut-être n'est-il pas inutile, aujourd'hui, de mettre l'accent sur certains progrè5, récemment accomplis, sur le plon internat ional, dons la lutte contre la discrimina tion. Quatre ans après son adoption par la Conférence Générale de l'UNESCO, la Convention concernent la lu tte contre la discrim inat ion dans l'Ense ignement a été r.Jti fiée par 24 Etats. Le rythme raisonnablement prévisible des rati fica tions permet d'espérer fe rmement que plusieurs dizaines d'Etats donneront bientôt leur adhesion à cet instrument inte rnat iona l. La Convent ion concernant les disc rimi nations dons l'emploi et do ns la profession, adoptée eJ1 1958 par l'Organisation In ternationa le du Travail, a recueilli près de 50 ratifications. Là encore, on peut prévoir que d'o utres Etats se joindront à ce premier groupe. En acceptant les obligations que prévoient, en termes juridiques très précis ces par Pierre JU-VIGNY conventions, les Etats ne souscrrvent pas seulement à des principes. Ils incorporent - c'est l'effet même de leur ratif ication - les règles des Conventions dons le droit interne. Ils acceptent a uss i que leur législation, leurs pratiques et même leur jurisprudence soient soumises à un contrôle international. Ce contrôle existe - et depuis de5 décennies - ou sein de l'organisation internationale du Travail. Combien de lois ont dû être modifiées par les p:lrlements nationaux, de décrets modifiés ou abrogés, dons beaucoup de pays, parce que les organismP.S de contrôle d'u B.I.T. relevaient des divergences entre les dispositions du droit national et celles d'une convention internationa le concerna nt les différentes parties du droit social qu'un Etat avait cru pouvoir ratifier en pensant - à tort - qu' c;:rès tout, cela ne t irait pas à conséquence ! Ce contrôle est maintenant en cours ou sein de l'UN ESCO. La Conférence Générale de cette Organ isation a adopté en 1962 un Protocole qui institue une commission de conciliation et de bons offices chargée de t ra ncher les différends entre Eta ts oui ont ra tifié la Convention contre les d i ~cr i minations dans l'enseignem(,nt. Lorsque les Etats a uront ratifié cet instrument, le moment sera venu de mettre effectivement en place cette commission dont la composition donnera toute gara ntie de compétence et d'objectivité. De plus, la Conférence Générale de l'UNESCO a décidé, il y a deux mois, que les Et ats, qu'ils oient ou non ratifié la Convention précitée, devraient fournir des rapports périod iques sur la façon dont ils la mettaient en oeuvre - ou, pour ceux qui, n'ayant pas ratif ié la Convention, ne sant liés que pa r une recommandat ion - sur leurs efforts en vue d' atteindre les obje::tifs défin is par ces textes. DANS le même temps, l'O.N.LJ. a entrepris une sé rie d'actions desti nées à .Iutter contre l'ensemble des discrimi nations fondées sur un ou plusieurs facteurs. Et to u ~ na ture ll ement, c'est la roce qui a eu la prio rité. Ceux qui adhèrent ou M.R.A.P. ou qui s'intéressent à son activi té savent que l'Assemblée Générale des Na tions Unies a adopté, en 1963, une Déclara tion sur l'élimina tion de toutes les formes de discrimination raciale. La Commission des DrÇlits de ['Homme a interprété, sous la forme d'une convention, les principes énoncés dons cette Déclaration. La crise actuelle des Notions-Unies a empêché l'Assemblée Générale d'approuver ce texte lors de sa session dernière. Les Nations-Unies n'ont pas cédé à. III tentation faci le de ne traiter que d'un thème - la haine et la discrimination raciales - qui provoquait fort justement l'indignation et l'émotion de la majorité de ses Etats membres. Elles ont tenu à donner une importance égale à Jo lutte contre les disc riminations fondées Sur la religion et la conviction et contre l' « intolérance religieuse ». Répondant à la demande instante de l'Assemblée Générale, la sous-commission de la lutte contre les discriminations et de la protection des minorités (aréopage d'experts indépendants, désignés par la commission des droits de l'Homme de l'O.N.U. en fonction de leur compétence et, comme il sied à une organisation à vocation un iversel le, « sur 10 base d'une répartition géographique équitable » ) a rédigé un projet de convention internationale Sur l'élimina tion de toutes les formes d'intolérance re ligieuse, et aussi des dis. crim inations dons ce domaine. Cet avantprojet, rédigé en janvier 1965, passera ou crible des organes supérieurs et ne porviendra à l'instance suprême l'Assemblée 'Générale - qu'à la fin de 1965 ou pl us tôt. . Pourtant, d'ores et déjà, sa significat ion est gra nde. TOUT d'abord, il pouvait sembler aventureux de prétendre « lég it\~re r » sur le plon international dons un tel domaine. La variété même des re ligions, la tradi .. tion d'indépendance de certaines d'entre elles à l'égard de l'Etat, la diversité des statuts fondamentaux qui régissent leurs rapports avec « César » (Eg lise d'Etat, Eglise établie, régime de séparation, etc .. .l constitua ient autant d'obstac les - parmi d'outres - à l'établissement de normes internotionoles. De plus, une institution internationale ne pouvait, par nature même, se borner à prend~e en considérations les seuls problèmes religieux ; l'un iversalité des Nations-Unies (même si elle n'est pas totale) impliquait un traitement égal a l'éga rd du croyant et du non-crovant. Et certaines Eg lises pouvaient être réticentes, à priori, à l'éga rd d'une telle objectivité. Enfin, à l'a rrière plon des problèmes de la religion et de Jo croyance, des Etats décèlent ou feignent de déceler des aspects poli. tiques. Et certaines « crises historiques » donnent une apparence de raison à leurs réticences. . Cependant, tous ces obstacles ont été surmontés. La Convention s'app lique non seulement à l'intoléronce religieuse (ce qui signifie intolérance entre les religions et leurs adepte,) mois aussi à. l'intolé rance d '~ l'Etat à l'égard des Eglises ou de certaine, d'entre elles. Elle traite, de plus, et t,ès largement, des « di scriminations » fondées sur la rel igion et la conviction, les convictions étant entendues au sens de la traditi on des philosophes français du XVIII" siè .. cie et de leurs descendants. La Convention condamne et proscrit toutes les discriminations fondées sur la religion ou la conviction, c'est-à-dire toute « destru ction, exclusion, rest riction ou préférence... dont le but ou l'effet est de supprimer ou de réduire la reconnaissance, la jou issante ou l'exercice des droits proclamés dans la Déclaration Universelle ». Cette définition est vraiment exhaustive. Les Etats ne peuvent rester neutres, à l'égard de l'intolérance. Ils sant invités à la « condamner » .. . mais aussi « à promouvoi r et à mettre en oeuvre des politi .• ques destinées à a ssurer la tolérance reli .. gieuse, à protéger 10 liberté de conscience, et à éliminer toute discrimination. ,. Parmi les instruments de ces politique:" il en est, bien sûr, qui relèvent des domaines de « l'enseignement, de l'éducation et de l'informat ion ». Mais l'enseignement de la tolérance, par les moyens classiques de l'éducation et par les procédés modernes de « communications de masse » ne suffit pos. L'objet de la Convention est surtout de définir le contenu précis de la libe rté de pensée, de conscience, de religion et de conviction. De ce point de vue, la Convention éta blit un véritable Statut : Liberté d'adhérer ou de ne pa s adhérer à une re: igion, liberté d'en changer, et ce, sa ns être soumis à contrainte, liberté d'e manifestation de la reiigion et de la conviction, de pratiquer le culte, de tenir des réun ions, d'observer les ri tes et les prat iques diététiques, de fOIre des péle rinages ... etc... mois aussi « droit de ne pas être tenu de prêter un serment de caractère religieux » et « droit de ne pas être contraint à une cérémonie reli- (Suite page 8.) 8 L'action des Nations-Unies

  • Suite de la page centrale.

gieuse de mariage non conforme à sa propre religion ou conviction ». Toute une portie de la convention impose à l'Etat des obligations strictes destinées à assurer efficacement, et par des voies de droit, le plein effet de tous ces principes : protection de la loi, sans discrimination ; non-discrimination entre les religions et entre les convictions ; gorontie aue chacun disposera de recours juridictio'nnels f'n cos de violotion des règles énoncées dan,; la Convention. LES membres de la Sous-Commission ne se sont pas seu lement attachés ô « définir ». Ils préconisen t aussi un système de contrôle international de l'application, doris chaque Etat, de la Convention: l'obligation de présenter, périodiquement des Rapports qui seront examinés par 12 Commission des Droits de J'Homme. l'institution d'un comité de bons offices èompcsé de personnalités indépendantes, qui règlera les différents qui pourraient s'élever entre les Etats à propos de l'application de la Convention. Certains envisagent même la possi bilité pour les individus et les organisations non-gouvernementales, cI'avoir recours, dans certaines conditions, à. ce Comité, à l'image du système existant dans le cadre européen, en cas de violation des Droits de l'Homme. Certes, nous en sommes au premier stade. Le projet devra subir l'analyse la critique, des organes de la hiérorchie 'des Nations- Unies et les modifications qu'ils y apporteront. Pourtant, l'oeuvre de la Saus-Commi,sion montre que, progressivement, les diverses formes de discrimination et d'intolérance ne font pas seulement l'objet de condamnations solennelles se situant sur le plan de la morale internationa le. Elles donnent lieu aussi, et de façon de plus en plus précise, à une action juridique de protection internationale des droits des indi· vldus, des groupes, ,des communautés. Dans un monde où, en dépit des appcrences, les « sol idorités » s'imposent chaque jour davantage, les droits de l'homme deviennent l'affaire de la communauté internationale tout entière. Les progrès seront plus rapides encore dons cette voie si l'opi nion publique milite octivement en faveUr de cette évolution. Pierre JUVIGNY Les ne, o-nazl.s en France

  • Suite de la page centrale.

boîtes aux lettres d'un groupe d'im· meubles. Aux usines Renault, des papillons antisémites sont collés à l'intérieur du dépar· tement 14, et des inscriptions, aux alen· tours, s'efforcent de faire diversion RUX luttes sociales en excitant au racisme. Dans tout Paris enfin, et notamment dans les couloirs du métro, les inscrip· tions racistes et antisémites, à la craie, à la peinture, se mUltiplient, toutes plus grossières et odieuses les unes Que !es autres. ... Et ce ne sont là que des exemples ... LES MESU.RES QUI S'IMPOSENT Plus que jamais, donc, des mesures énergiques s'imposent pour mettre fin à ces menées qui déshonorent notre pays, menacent la sécurité de divers groupes de citoyens et d'habitants, favorisent les entreprises fascistes de toutes sortes. Plus que jamais, avec le M.R.A.P., tous les antiracistes se doivent d'exiger des pOUVOirs publics : • L'INTERDICTION DES ORGANI SATIONS R A'CISTES ET ANTISEMITES ET LE CHATIMENT EXEMPLAIRE DE LEURS CHEFS ; • DES POURSUITES RAPIDES E'l: DES CONDAMNATIONS SE VER E S CONTRE TOUS LES JOURNAUX QUI EXCITENT A LA HAINE RACISTE ET ANTISEMITE ; • L'A D 0 P T ION D'URGENCE DES DEUX PROPOSITIONS DE LOIS DEPOSEES PAR LE M.R.A.P. A L'ASSEMBLEE NATIONALE. EN VUE D'UNE REPRESSION PLUS EFFICACE DE LA PROPAGANDE ET DES DISe RIMINA' J!IONS RA·CISTES. De telles mesures seraient conformes, en particulier, aux recommandations figurant dans la résolution sur l'élimination des discriminations raciales, adoptée à l'unanimité par les Nations·Unies en novembre 1963, et que la France a donc votée. Elle serait surtout conforme aux intérêts de notre pays, à la démocratie. Antiracistes, nous ne pourrons avoir de cesse qu'elles ne soient appliqu8es sans défaillances 1

  • UNE FORME ATTENUEE MAIS REELLE

DE SEGREGATION SCOLAIRE Le numéro du 15 octobre 1964 de Droit et Liberté reproduit une lettre de Mgr Gay, évêque de la Guadeloupe, qui entend prouver qu'il n'existe pas dans les établissements d'enseignement privé de cette île, de discrimination raciale. Il indique que quatre- établissemen ts féminins ( SaintJoseph- de·Cluny, Sainte-Mariede- Pointe-à-Pître, Versailles et Saint·Cl.aude) reçOivent 653 jeunes filles blanches, mais aussi 1.560 jeunes filles de couleur. Soit deux élèves de couleur pour une élève blanche. Il est assurément très heureux que l'Eglise Catholique de la Guadeloupe ouvre large· ment ses établissements d'enseignement à tous, quelle que soit leur origine raciale. Je crains, cependant, que, malgré cette bonne volonté, les parents des élèves blancs ne préfèrent massivement les établissements privés où leurs enfants ne fréquentent que d'autres enfants de la bonne bourgeOisie mulâtre et se refusent à les inscrire dans les établissements d'enseignement public. En 1961-1962, dernière annee pour laquelle des statistiques ont été publiées (ministère de l'Education Nationale, Informations Statistiques N°S 51, 52 et 55), la répartition des élèves entre les deux catégories d'enseignement était la suivante: Enseignement public Enseignement priVé Premier degré ....... . Second degré ........... . Total L'enseignement privé n'était donc que 8,4 % du total des élèves. Or cet enseignement privé compte, selon Mgr Gay, 653 élèves blanches. Il est facile, à partir de ce nombre, de calculer l'effectif de la population blanche qu'elles représentent. La population scola· risée formant un quart de la population totale (24,4 % de l'ensemble de la Guadeloupe en 1961-1962) et les filles constituant la moitié de cette population scolarisée, en multipliant 650 par 8, on obtient un total de 5.200 personnes. Or ces 5.200 personnes forment la quasi-totalité de la population blanche de cette île de 300.000 habitants. En 1955, en effet, le rapporteur du Haut Comité Consultatif de la population et de la famille écrivait : « Il semble qu'en évaluant l'effectif global de l'ensemble de la population blanche à moins de 4.000 personnes, On obtiendra un ordre 56.478 6.465 62.943 4.320 1.585 5.905 de . grandeur convenable. » 1 (Rapport sur la population des départements d'outre·mer, La Documentation Française, 1958, p. 12.) On s'accorde généralement, par ailleurs, à estimer à 2 % la proportion de la population blanche dans les Antilles Françaises (1 % de Créoles, 1 % d'Européens). En tenant compte de l'accroissement survenu depuis 1955, il apparaît donc bien que presque toutes les jeunes filles blanches de la Guadeloupe sont inscrites exclusivement dans les établissements privés et que leurs parents se reru! sent à ce qu'elles fréquentent les établissements d'enseignement public, presque totalement fo rmés d'élèves de cou· leur, de toutes conditions sociales. N'est-ce pas, sous une forme atténuée, mais réelle, un cas évident. de ségrégation scolaire à base raciale ? A. P. (Seine-et-Oise) APRES UN A~ DE SIL.::NCE Je pense avoir quelque chose d'important à vous communiquer. J e suis étudiant africain (plus précisément sénégalais) et j'ai cOnnu, il y a deux ans, une jeune suissesse de Bâle. Je fus !,mmédiatement admis dans sa famille et bien vite considéré, par les parents de la JEUne fille, comme un fils. rendiez compte que ce n 'est pas seulement parmi les blancs que vous devez oeuvrer, mais également parmi tous les peuples de couleur où se développe une sorte de racisme à rebou rs, tout aussi absurde et malfa!,sant. ABOUBAKAR Koné, Villemomble (Seine) POU R MA PETITE DOCUMENTATION ... Votre article « Pas de vacances... », consacré à la presse raciste, m'a particulièrement intéressé - les problèmes d'information et de presse étant partiCulièrement très liés, c'est évident, à la quest!.on du racisme et des minorités. En tant que participant à la lutte contre les armements atomiques - je suis secrétaire du M.C. A.A. pour les Alpes-Maritimes - j'ai été frappé par la citation que vous donnez d'un article de « Rivarol » : « La grandeur de la race blanche a été sa combattivité... » Rarement, je crois, le miV,tarisme raciste s'est exprimé de façon aussi brutale et sans aucun voile ... ! Pour la petite documentation que je réunis sur la « philosophie » du militarisme, ie me serait précieux d'avoir la référence exacte de l'article que vous cit;,ez : oserai-je vous demander s'il vous serait possible de me la communiquer? Je vous en remercie d'avance et, en me permettant de vous féliciter pour l'action que vous poursuivel'j, je vous prie de bien vouloir agréer l'expression de mes sentiments respectueux. M. J. RIBOLLET, Nice (Alpes-Maritimes) LES GITANS ... J'apprécie trop l'action que vous avez menée et menez encore pour les tziganes et, de manière générale, vos préoccupations antiracistes pour demeurer !,nsensible à votre appel. Pierre JOIN-LAMBERT Conseiller d'Etat. • Il me semble* q*u e les abonnés de Droit et Liberté doivent former une grande famille, unie par Ip même idéal de justice; à cc propos, je me permets de VOliS dire que les ar ticles sur le film Kriss Romani, que vous avez fait paraître, sont excellents. Je pense qu(;' l'antisémitisme et le racisme contre les noirs, sont plus que des problèmes douloureux, ils sont des fléaux, mais je crois qu'il est lion, également, de rappeler ::n,x lecteurs que les Gitans subissent actuellement encore, dans la démocratie et le monde où nous vivons, des restrictions de liberté et des persécutions morales ou phys;· ques, inadmissibles. M. GEORGIN (Seine-et-Oise) .

VOEUX '" Après mes vacances en France, je suis rentrée à New York, fin août, et je vous écris aujourd'hui pour vous présenter mes meilleurs voeux pour la; nouvelle année. A vez-vous vu la pièce « L2 Vicaire }) ? Les représentations viennent tout juste de se terminer à New York. A-telle tenu longtemps en Fran· ce ? Avant de quitter Paris, j'ai visité une exposition commémorant l'occupation de la France, la Résistance et la Libération. Il y avait beaucoup de photos passionnantes. Ici l'Organisation des Femmes pour la Paix a fait plusieurs manifestations au sujet du Vietnam . J 'aimerais recevoir votre journal. .•. MILLY H. New York. ... Mes meilleurs voeux pour une nouvelle année heureuse, J;rospère et pacifique à tous les membres de votre organisation et à tous les combattants de la paix de votre pays Dr DM PRAKASH GUPTA, Fondation de la paix Gandhi • New-Delhi (Inde) .

Avec l'assurance de notre sympathie pour l'action que vous menez en tant qu'elle essaye de réinstaller la fraternité au coeur de tous les hommes. M. LACAMBRE, Secrétaire Général de l'Action Catholique Ouvrière. ~

  • *

J'approuve entièrement votre Mouvement, d'autant plus que moi-même, en tant que prisonnier juif, j'ai souffert de la captivité et ai perdu toute ma famille restée en Pologne. M. WASTERNE, Paris-20' PAS D'ESPOIR ... Veuillez à l'avenir ne plus nous envoyer des billets ou des papiers comme ceux que nous vous r etou rnons ci-joints, car nous n'avons pas le temps de placer les billets et, de plus, cela n'empêchera pas l'ANTISEMI TISME de régner sur la France et le monde entier. M. et Mme SOBOTKA, Saint-Maurice (Seine) . Nous nous sommes mariés l'année dernière et je dois reconnaître qu'à aucun moment dans cette affaire, quelque ra· cisme ne se soit manifesté. LES « CROULANTS» ET LA JEUNESSE Mais l'opposition vint d'ailleurs

mon père, Sénégalais

comme moi, m'a, dès qu '~l eût été mis au courant de mon mariage, banni de la famille en mè disant qu'il n 'admettait pas que son fils épouse une femme blanche. C'est d'autant plus incompréhensible qu'il est lui-même imprégné de culture occidentale, qu'il a fait ses études de pharmacie à Paris et compte de nombreux amis blancs en France. Après un an de s;,lence, il vient de me faire parvenir une lettre où il m'assure de son pardon, parce que je suis son fils, et qu'il accepte enfin de connaître ma femme. Connaissant votre souci d'objectivité, je me permets de vous écrire afin que vous vous CECI lEST DOULOUREUX Ce qui, pour moi, dans un milieu antiraciste sur les bords, m'a fait prendre conscience de la monstruosité du racisme et de l'antisémitisme, c'est la folie hitlérienne et la médiocrité des posW,ons classiques du Français moyen d'outre·mer (dont j'ai fait partie, avec la même médiocrité) ... Tout ceci est douloureux, immensément lourd et douloureux ... B. de C. Gard_ Je vous fais parvenir cijoint une courte poésie de ma fille, âgée de 14 ans. Amie des noirs qu'elle · aime beaucoup, elle est, malgré son jeune âge, sensibilisée aux problèmes raciaux. J 'en suis heureuse, car je crois qu'il ne faut pas se bercer d'illusions : le mal est plus profond encore qu'on ne le pense. Il nous faut continuer la lutte antiraciste avec acharnement et y intéresser les jeunes générations qui n'ont pas les préjugés de leurs parents. Voici des opinions de « croulants », pères de jeunes gens qui, heureusement, ne semblent pas contaminés encore par le virus raciste : - On ne fabriquera jamais assez de bombes atomiques pour tuer tous ces n oirs sauvages qu'on a libérés trop tôt ! (a~ moment des événements sangla nts du Congo). - Et ces Algériens qui ne viennent en France que pour commettre crimes et vols ! Il est évident que les massacres d'innocents - de couleur - n'empêchent pas de dormir ces « braves gens », dont certains ont la prétention d'être chrétiens. Tous les éducateurs, tous les chefs spirituels ont une responsabilité devant un tel état d'esprit, bête et lâche. Ceux d'entre eux qui ont le courage d'élever la voix pour traiter ouvertement du racisme, ne sont pas assez nombreux. Le grand mérite de votre Mouvement est d'avoir regroupé les bonnes volontés venues d'horizons divers. En ce début d'année, je forme des voeux pour que le M.R.A.P. soit tou·jours plus fort et que son action soit de plus en plus efficace. Je pense bientôt pOUVOir vous entretenir des résultats - que j'espère heureux - d'une tentative de correspondance entre étudiants de collèges noirs américains et étudiants français. Mme BACQUET Biars s/ Céré (Lot)


9

A la première d' « ANDORRA )) Dans le hall du Théâtre d'Aubervilliers, Jean-Louis Barrault et Madelûne Renaud. accuEillis par le ; mrmbres du Bureau National du M.R.A.P. LE dimanche 24 janvier, à r;; heurc~. avait lieu au nouveau Théâtre d'Aubervilliers, la première d' « Antlorra ». sons le patronage du M.R.AY. L'expérience, illtér('~:.'alltc. éta it cependant hasardeuse : allait-on déplacer la foule des grandes manifestations de notre Mouvement. alors que le Théâtre de la Commune est situé à la périphérie de Paris. alors Que la pièce, inconnue du grand public. n'a\,ait pas encore donné lieu il des articles dans la presse. la généni1e Il'a\'ant lien que le lendemain. Malgré loute~ ces inconnues. la salle fut vite remplie. Et c'est dans un très beau cadre, conçu par le décorateur et scénographe René Allio que le public écouta le discours de Pierre Paraf. Après avoir rendu un suprême hommage à Sir Winston Churchill, mort le jour-même, en l'honneur de oui l'assistance observa une minute de silence, notre président .préscnta le spectacle avec son éloquence coutumière, mettant l'accent sur le courage de la municipalité et de la troupe que dirige avec ardeur et modestie Gabriel Ga rran, metteur ell scène d' « Andorra ». Avec « Andorra ». Max Frisch s'est mis au service de la lutte contre le racisme

cette impeccable démonstration

du danger raciste, cette démystification d'W1e des pires manifestations de la bêtise humaine, est en même temps une oeuvre dramatique remarquable, riche en trouvailles théâtrales. D'ores et déjà, on peut dire qu' « Andorra » remplit b mission fixée par son auteur : les ouvriers d'Aubervilliers, Qui avaient eu Quelque mal à faire admettre un Algérien parmi les délégués du personnel. ont d~claré QU' « Andorra » les aiderait à vaincre les dernières réticences parmi leurs camarades. -Auprès de M. Pierre PA RAF, président du M.R.A.P. et de Mme Mathilde- Anne P ARAF, on remarquait à la Première

M. Jean-Louis HARRAULT,

A LILLE: contre la prescription • Le 20 janvIer 1965, \e Comité du M.R.A.P. de Lille a organisé à la Maison du Commerce, une réunion d'information sur la prescription des crimes nazis. Cette assemblée, présidée par M. Raymond Allard, secrétaire général du S.N.L (Syndicat National des Instituteurs) et par M. Kerhervé, président du M.R.A.P. du Nord, a réuni W1e centaine de person· nes pal'mi lesquelles les représentants de nombreuses organisations. M Armand Dymenstajn, avocat à la Cour de Paris, secrétaire national du M.R.A.P., a exposé tous les aspects ' de cette question d'une brûlante actualité. Quelques jours après, une délégation composée de représentants d'associations de résistants, déportés et combat ·tants, d'crganisations culturelles, syndicalistes et politiques, remit la motion adoptée par M. Erlewein, consul général, afin que celui-ci la transmit au Gou\' ernement fédéral allemand. • « Loisirs et C*u lture » du Comité d'Entreprise des usines Renault a invité M. Dymenstain, secrétaire national du M.R.A.P.. à venir exposer le 3 février à 14 h. 30, devant les trava'illeurs de ]' « équipe B » (ceux qui finissent à 14 h.l, le problème de la prescription des crimes nazis. • Le dimanche 14 février, à 10 heures, au studio Ranelagh, le Comité du M.R.A.P. du 16e organise une séance directeur du Théâtre de France, et Mme Madeleillc RENAUD; MM. André KARM Al..; , maire d'Aubervilliers, le professeur Alfred KASTLER, le docteur Jean DALSACE, ' Mes Charles UiDERMAN, président de l'Union des .J uifs pour la H.ésistance et l'Entr'aide (U.].R.E.), Marcel MAN VILLE, IMERGL! K, . David LAMBERT, l'écriHin Albert MEMMI, M. Henri FAURE. président de la Ligue de l'Enseignel1lent; le président ùe la Fédération de!' Etudiants d'Afrique Noire en France (F.E.A.N.F.); M. ALLOUCHE, secrétaire fédéral de l'Amicale des Algél'iens en France. ne nombreuse;; personnalités, dans l'impossibilité d'être présentes, avaient fait parvenir leur ~ messages ou leurs excuses, notamment M. l'ambassadeur de Sui;;~e, Mme Jacqueline THOME- 1 A 'J'ENQ TRF., ancien ministre, député, 01011. Waldcck ROCHET, député d'Auhervilliers, Charles de CHAMBRUN et .1 chi/.le P ERETT 1, députés; Georges J) A RD EL, président du Conseil général .le la Seine: les écrivains Marcel . 4CHARD, de l'I\cadémie Fran~aise, Roger IKOR et Claudc AVELINE: .1[, JAlS, g-rand-rabbin de Paris; l"llbbé J'TERRE: le .wpsident René CASSIN: .If. Andn: IJF.RTRAND, directeur du Département des Sciences sociales à l'D.N.E.S.C.O .. M. André BLUMEL; les professeurs Hubert DESCHAMPS ct Léo HAMON; M. Daniel-Henri KAHNWElLLER, les pein!1'es Vieira da SiLVA , Jeall LURÇAT. Jean PlCART LE DOUX. A. SZT!NES, M. Eugène J)ESCAMPS, secrétaire général de la C.F.D.!., le docteur W ELLF. RS, viceprésident de l'U.N.A.D.J.F. « ANDORRA » SERA REPRESI~ NTEE JUSQU'AU 13 MARS AU THEATRE DE LA COMMUNE, 2, RUE EDOUARD-POISSON, A AUBERVILLIERS (TEL. : FLA. 6483). PRIX DES PLACES : 9 F (6 F SUR PRESENTATION DE LA CARTE DU M.R.A.P.). cinématographique au cours de laquelle sera projeté « Mein Kampf » . M' Yves Jouffa, président de l'Amicale fraternelle d es anciens internés et déportés du camp de Drancy, membre du Conseil National du M.R.A.P., présentera un exposé suivi de débat, sur la prescription des crimes nazis. • Le Comité du M.R.A.P. du 5e arrondissement a pris contact avec différentes organisations d'anciens résistants, déportés et combattants pour organiser, d'ici fin février, un meeting contre la prescription des crimes hitlériens. A GRENOBLE • Dans le cajre des Deuxièmes Journées des Rencontres Internationales du Film pour la jeunesse, le film d'A Ddrzej Wajda « Samson » a fait l'objet d'une brillante soirée organisée le 28 janvier au cinéma « Le Club » sous le patronage du comité du M.R.A.P. de cet~e ville. Le film fut présenté paT l'auteur dramatique bien connu, Gabriel Cousin, devant plusieurs centaines de p ersonnes. A STRASBOURG • Le film de Larry peerce « One potato, two potato » (Le procès de Julie Richu'rds) a été présenté à Strasbourg, le 19 janvier, au cours d'un gala patronné par le Comité du M.R.A.P. de cette ville. Plusieurs centaines de personnes assistèrent à cette brillante soirée, parmi lesquelles de nombreuses personnalités : Notre mouvement universitaire J'AI déjà en tretenu 0 plusieurs reprises, lors des Journées Nationales tenues è l'Unesco, les militants du M.R.A. P. de notre Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés raciaux (en abrégé: C.L.E.P.R.l. Aujourd'hui, c'est par le truchement de Droit et Liberté que je voudrais m'adresser à eux, et mon propos est de leur dire pourquoi, 0 mon sens, ils ne peuvent se désintéresser de notre action universitaire, et même pourquoi il est devenu impérieusement nécessaire qu'ils s'y intéressent, et qu'ils s'y intéressent choque jour davantage. Sons doute notre Centre n'est ni une section, ni tout 0 fait une filiale du M.R.A.P. : c'est un groupement professionnel de personnes qui font métier d'enseignants ou d'éducateurs; et d'outre port cette seule qualité d'éducateurs ou d'en- PAR Marc .. André BLOCH Professeur à la Faculté des Lettres de Caen Membre du Conseil National du M.R.A.P. seignan ts suffit, s'i ls sont d'accord avec nos buts idéaux, à leur en ouvrir les portes, sons que l'appartenance au M.R.A.P. soit exigée comme condition préalable. Mois cela n'empêche nullement que le grand M.R.A.P. et le petit C.l.E.P.R. (que l'on excuse toutes ces initiales, mois comment les éviter ?) ont été dès l'origine et restent aujourd'hui encore unis par des liens très étroits. C'est que non seulement le second est né d'une initiative du premier, et lui doit d'avoir vu le jour, ce que nous n'avons garde d'oublier; non seulement des membres du M.R.A.P. participent activement aux travaux du C.l.E.P.R. Mois encore et surtout j'aimerais persuader les lecteurs de Droit et Liberté que le travail du C.l.E.P.R. est de ceux par lesquels choque militant antiraciste devrait se sentir concerné. Concerné ou premier chef, cela va de soi, s'il est père de famille, auquel il importe que ses enfants soient formés 0 l'école dans l'esprit d'ouverture qui est le sien. Mais, en dehors même de cette hypothèse, je crois fermement qu'il devrait considérer que nos activités sont les siennes, et que les problèmes qui intéressent l'éducation antiraciste de la jeunesse ne sont pas l'apanage d'un petit cénacle, qui pourrait opérer en vase clos. Aussi bien, ces problèmes débouchent nécessairement sur des problèmes plus vastes, qui intéressent la société tout entière : impossible de se demander çomment les enfants, d'abord étrangers (comme nous l'avons souvent dit et montré) aux préjugés raciaux peuvent être gagnés par eux, sons étudier l'ensfmble des conditions psychologiques et sociologiques qui président à la naissance et à la diffusion de ces préjugés. C'est parce qu'ils en sont bien persuadés que les membres et les dirigeants du C.L.E.P.R. ont été amenés à élargir de plus en plus leur champ d'observation et de réflexion. Tel est l'esprit dons lequel ils ont par exemple demandé une conférence 0 l'illustre professeur américain Otto Klineb'erg, Qui enseigne actuellement en notre Sorbonne et dont les participants à la dernière Journée Nationale du M.R.A.P. se souviennent d'avoir entendu une intervention pleine 0 la fOlS de force et d'humour. J'exprime ici toute notre gratitude à M. Klineberg, qui a bien voulu accepter de si bonne grâce de venir nous parler, avec toute l'autorité qui lui appartient, des « aspects psychologiques du racisme lO. CETTE CONFERENCE AURA LIEU LE MARDI 23 FEVRIER, A 21 HEURES, il L'INSTITUT PEDAGOGIQUE NATIONAL, 29, RUE D'ULM, (SALLE JEAN ZAY), TOUS LES LECTEURS PARISIENS DE « DROIT ET LIBERTE » SONT CHALEUREUSEMENT CONVIES A VENIR Y ASSISTER . Du même esprit procède la rédaction du Bulletin du C.L.E.P.R., qui parait tous les deux mois sous le beau titre d'Education à la Fraternité, et procède tout particulièrement le numéro que cet organe vient de consacrer 0 la question du racisme et de l'antiracisme ou cinéma, et qui ne manquera pas d'intéresser un large public. Ceux qui voudront se l'assurer peuvent s'abonner f.n envoyant par chèque postal le montant de leur cotisation (1) à Mlle Renée BABOULENE, institutrice (C.L.E.P.R.l, c.c.P. Paris 18.171-35. J'ajoute que cet abonnement constitue la seule manière d'aider le C.l.E.P.R. ; et même d'assurer durablement sa survie et son avenir. On s'étonnera peut-être que les abonnés universitaires n'y suffisent pas, et il y aurait, certes, beaucoup à dire sur les raisons de la modestie de notre rayonnement dons les milieux enseignants et éducateurs. L'essentiel est peut-être que, dons ces milieux comme ailleurs, trop de gens se sentent ou se croient personnellement indemnes de tout préjugé racial, ou sont dispo~és à nier l'existence de tout préjugé racial aujourd'hui dons notre pays, et par là-même 0 juger notre action inutile ou inopérante. Cette dernière optique ne saurait être celle des militants du M.R.A.P. ; et c'est pourquoi je leur adresse avec confiance, en même temps que cette manière de compte rendu d'activité de notre C.L.E.P.R., un appel auquel je suis sûr que tous ceux qui le peuvent ne voudront pas rester sourds. ( 1) 5 F pour les membres actifs; lOF pour les membres donateurs à partir de 20 F pour les membres bienfaiteurs. M' Hoffet, qui présenta le film ; M. Germain Muller, représentant M. Pflimlin, maire de la ville; M. P. Weil, président de la Communauté Israélite de Strasbourg

M. Jung, président de l'Eglise

Protestante de l'Alsace et, de passage dans la ville, Johny Halliday et Sylvie Vartan. La veille, Me Hoffet avait parlé du M.R.A.P. au cours d'une émission de la Télévision régionale.

  • • DANS LE 20' ARRONDISSEMENT,

à Paris, un nouveau comité du M.R.A.P. vient de se créer. Il prépare diverses manifes: ations dont nous aurons à reparler. AVEC LES JEUNES • A l'initiative du Comité d'entreprise d'Hispano - Suiza, un débat sur le racisme aura lieu au début du mois de mars pour les jeunes de l'usine. Il sera animé par Roger Maria, membre du Bureau National du M.R.A.P. • Le comité du M.R.A.P. du ge arron· dissement et l'Union Chrétienne des jeunes gens organisent dans les locaux de cette orgamsàtion, 14, rue de Trévise, du 8 au 12 mars, une série de conférences, une soirée cinématographique, et une exposition de photos et documents sur le racisme. ETUDIANTS ET LYCEENS • Le 1er février, Me Jean Schapira, membre du Bureau National du M.R.A.P., a présenté le film de A. Wajda « Samson », devant trois cent cinquante jeunes, au lycée Paul-Lapie, de Courbevoie, dans le cadre des activités du club U.N.E.S. C.O. • Le ciné-club du Lycée Voltaire a' organisé le samedi 13 février, une conférence sur le racisme, suivie de la projection du fïlm de Jean Rouch « Les Maîtres· Fous ». Ont pris la parole, M' Yves Jouffa, membre du Bureau National du M.R. A.P. ; MM. Daniel Mayer, président de la Ligue des Droits de l'Homme ; Henri Agel, prOfesseur à l'LD.H.E.C., et Claure Grunbaum. • Roger Maria', membre du Bureau National du M.R.A.P., présentera le vendredi 19 février, à 21 heures, à la Fondation d'Outre-Mer, 45 bis, boulevard Jourdan, le film de Stanley Kramer : « La chaine », et animera les débats. • Le comité des lycéens du M.R.A.P. organise le dimanche 28 février, à 1Q heures, au Studio 43, une séance cinématographique au cours de laquelle sera projeté le film « Certificat de naissance ». • Le Mois du Livre Antiraciste, organisé du 15 janvier au 15 février par le Comité Etudiant du M.R.A.P. et par la librairie 73, a ma'intenant pris fin, la dernière vente-signature ·ayant eu lieu le samedi 13 février, à la Librairie 73. Il nous faut féliciter les jeunes organisateurs de cette manifestation et remercier les directeurs de la Librairie 73 qui ont très grandement contribué à sa réussite. i1!o, 10------------------------------------------------------------------------------------------------ UNE nouvelle phase de l'histoire de l'humanité débute à Hiroshima. Nous en somme~ bien d'accord. Mais, lorsque monte le premier champignon atomique, les crématoires d'Auschwitz s'éteignent à peine. Vingt ans seulement. L'horreur a?solue, c'est dans les camps naZIS qu'elle prend naissance, autan~ et plus peut-être que sur les ru~nes d'une cité japonaise. Si nous étIOns tentés de l'oublier, les débats passionnés qu'a suscités la pièce de Rolf Hochhut nous le rappelleraient. Ils ne furent pas si nombreux pourtant ceux qui, comme J.-M. Domenach (Esprit février 1964), eurent al?r.s la ~u~ cidité de rappeler que, quels qu aient ete les crimes depuis lors accomplis et ceux que la Bombe rend possible~, ~ le génocide hitlérien nous engageait a une autre p'!:ofondeur, dans un mystère ~'iniquité ». Mais c'est l'obscure consc~ence de cette certitude, le plus souvent mexprimée, qui a donné t?nt d'âpr,et~ à ce qu'on hésite à nommer une poleml51u,e ,: derrière Pie XII, mort en 1958, venere, se profilaient les martyrs de la « solution finale du problème juif » et leurs cendres pesaient sur nous d'un poids presqu'insoutenable. . Peut-être est-il pourtant pOSSible aujourd'hui de faire I.e point. En Allemagne aux Etats-U11ls et en Angleterre, en France aussi, recueils de documents et réflexions à leurs propos se sont multipliés. Les « éclaircissements historiques » dont Hochhut accompagna le texte intégral de sa pièce sont aujour- DE L schématismes, les imperfections de la pièce semblent finalement négligeables à l'historien sinon au croyant. Que le Pape ait ~011l1U ou non. 1'n débat de conscience avant de chOISir le silence, cela, qui peut légitimement intéresser, CO?1pte peu auprès de ce silence; qUt; les r,al,sons cons'cientes de son chOIX aient ete ou non « exclusivement religieuses », ce n'est pas non plus l'essentiel : il est bien naturel que pour le chef d~ l'Egli.se to.ut prqblème, si politique ou SI humal~ s;)ltil se pose finalement en terme d egllse. Hochhut enfin a-t-il voulu favoriser les protestants allemands (comme l'a écrit le R.P. Riquet) en prêtant à Fontana, assez gratuitement, une mère protestante? On rétorquerait sans peine que ces attaches protestantes sont vraiment évoquées de façon incidente : Fontana est d'abord un jésuite. 1\Ton ce n'est plus sur ce plan que se situe le débat. La pièce de Hochhut a mis à jour un problème dont la solution, si elle doit tenir compte de la personne de Pie XII, la dépasse, et de beaucoup. Ce n'est pas éluder la responsabilité personnelle du pape, ni davantage lui manquer de respect, que de tenter de cerner, fut-ce hors de lui, les motivationS cie son attitude. Il convient en effet cie tenir pour résolues ou pour à jamais in5'Olubles un Madeleine REBERIOUX Madeleine Rebérioux, membre du Conseil National du M.R.A.P., est professeur assistante d'histoire à !a. Sor· bonne. Ancienne élève de l'EcolE? Normale Superieure, agrégée d'histoire, elle a écrit plUSIeurs ouvrages : « Con· tre la guerre et la politique colon!al~ », « Prou~hon et la politique étrangère ». « Le SOCIalIsme françaIS avant 1914» et s'occupe actuellement d'une réédition de « L'ar· mée Nouvelle » de Jaurès, dont ' elle est l'une des plus éminentes spécialistes. Secrétaire du Comité Maurice-Audin pendant la guer.re d'Algérie, elle est actuellement memb~e du Bureau !'J.abonal du Syndicat National de l'EnseIgnement SuperIeur. d'hui ' ins'éparables du li v~'e ,de .J. N obé: court « Le Vicaire et l H~sto~re ». on l'aute'ur a eu le souci d'éclairer l'attitude de Pie XII par sa biographie, et de celui où Saül Friedlander nous livre quasi bruts les documents, en majeure partie inédits, du ministère des Affaires étrangères du HIe Reich (1). ' li faut aller encoce plus loin. Sans cloute une clef nous -manquera tant que le Vatican n'aura pas om'eft ses propres dossiers et rectifié ainsi, s'il est possible, l'image de Pie Xll qui se clégage de ses propos comme de ses silences. Mais surtout si, comme je le pense, l'attitude du pape et ses choix sont inséparables de la fraction de la chrétienté de laquelle il se sentait le plus profondément solidaire et dont les responsabilités se trouvent le plus directement engagées dans. le génocide hitlérien l'Eglise o,thohque allemande alor~ il faut avoir recours à l'étude' de Ëockenforde, « Les catholiques allemands en 1933 », parue en 1960 dans la revue catholique allemande Hochland, au livre que Gordon C. Zahn publia en 196.1 à Londre et à N e~-York sous le titre «German cathohcs and Hitlers'wars », et surtout au recueil d,e textes de Gunter Lewy, « The catholzc church and Nazi Ger/l1on:y », (New-York 1964). O UE cherchons-nous en effet il comprendre" n~ain~enant q:ue s'est à nouveau elOlgne le brUIt de la controverse et qu'à l'Athénée le Dossier Oppenheimer a remplacé le Vicaire ? Les D'autres documents Diverses voix s'étant élevées pour souhaiter que le Saint-Siège publie ses archives diplomatiques concernant les relations entre le Ille Reich et le Vatican, IllJ revue jésuite « Civilta Cattolica » annonce qUe les notes échangées de 1933 à 1937 seront publiées dans les premiers mois de 1965 par l'Académie de Munich.

  • D'après « Civilta Cattolica », l'encyclique

« Mit brennender sorge », par laquelle Pie XI, en 1937, condamna le nazisme, est née d'une réunion à Rome des cardinaux - archevêques de Breslau, Cologne et Munich et des évêques de Berlin et Münster .

Un livre blanc sur les rapports entre Pie XII et le III' Reich, sera, annoncet- on, prochainement publié au Vatican. Cet - -ouvrage contiendrait des documents sur l'attitude du pape à l'égard de l'extermination des juifs, C'est la première fois que de tels documents sont rendus publics avant le délai habituellement fixé qui est de cinquante ans. certain nombre de questions qui furent posées au cours du déba~. Oui, le Vatican « savait », maIgre la conVictIOn contraire de :M. Wladimir d'Ormesson. Par Myron Taylor, représentant personnel du Pré~'ident Roosevelt auprès du Pape en 1940-41-42; par Mgr Spell!l1~n, archevêque de N ew-York et aumol1ler général de l'ar,mée am~ri~aine, qui .. à ce titre parcourait les dlfferents theatres d'opérations et multipliait les haltes à Rome; par le Cardinal Hinsley, parlant à la B.B.c. le 8 juillet 1942 ; par bien d'autres. « L'enquête historique, conclut N obécourt montre san~ équivoque qu'à cette époq~e (août 1942) on savait l'essentiel des événements qui, allègue-t-on aujourd'hui, furent découverts en 1945 » (p. 213). Cette certitude affaiblit as~u:ément la portée des « gestes de chante » de la papauté envers les juifs, si nombreux qu'ils aient été. Qu'on parle de silence ou, comme le nropose Nobécourt, de « réserve personnelle » du Pape, le fait est là : sa orotestation, ou du moins ce que nous en connaissons, se réduisit à trois note diplomatiques du Nonce auprès de Hitler, dont le caractère est tel qu'il eût mieux valu sans dout'! pour la mémoire de Mgr Orsenigo, qu'elles n'aient point été rédigées, à une allocution secrète prononcée le 2 juin au Sacré- Collège (2), et au message de Noël 1942 (3), que le Pape paraît avoir cru explicite, mais qu'il est le seul, semblet- il, à l'avoir à l'époque jugé tel, tant en était feutrée la rédaction. On attendait un cri d'horreur, une condamnation 5'Olennelle et formelle, on eut un message nuancé et abstrait. Une autre forme oe protestation eutelle été plus efficace ? Il est évidemment impossible, puisqu'elle n'eut pas lieu, de répondre avec certitude. On ne refait pas l'histoire. Du moins dis'pose- t-on aujourd'hui de (luelques éléments de réflexion autres que passionnels. Lorsque le Cardinal Montini, à l'heure où il devint Paul VI (juin 1963) écrivait qu'une intervention formelle eüt « déchaîné sur un monde déjà tourmenté des calamités bien plus grandes encore, qui auraient emporté d'innombrables victimes innocentes », il exprimait une conviction, au total sommairement fondée, 'Telles protestations solennelles de l'Evlise portèrent, sans entraîner de persécutions : ainsi celle que formula contre l'euthanasie Mgr Von Galen (4) , ou celle qu'éleva le Pape, le 5 février 1944, quand il put craindre le transfert en Allemagne de sa personne. Le Saint-Siège ne méconnaissait pas son pouvoir moraJ sur le gouvernement du Reich. Les documents diplomatiques allemands dépouillés par Friendlander attestent combien les dirigeants nazis redoutaient l'éventualité d'une protestation solennelle de l'Eg-lise contre le génocide. Eussent-ils pour autant arrêté ou mêIlle 1 imité je massacre ? Rien n'est moins le Vatican sür. Du moins en euss'ent-i ls été sé rieusement affaibli s, non seulement devant l'opinion catholique mondiale, pour laquelle une telle déclaration eüt peut-être levé beaucoup de préventions, dissipé beaucoup de préjugés, ou d'ignorances, mais en Allemagne même : qu'on songe que les fonctionnaires et les militai res catholiques allemands étaient tenus par le serment cie fidélité au pouvoir prêté devant Dieu en vertu du Concordat signé par Pie XI avec Hitler le 20 juillet 1935 CS). N'EST -CE pas de ce côté qu'il faut chercher les raisons essentielles du choix pontifical ? On a qualifié Pie XII de pape allemand. L'épithète est malsonnante et, à mon sen , peu souhaitable en France, en raison de son parfum de chauvinisme. La prédilection du Pape pour l'Allemagne n'est pourtant pas douteuse, Treize ans de nonciature en Allemagne, depuis 1919, l'avai~nt l-endu familier de ce pays et la sympathie qu'il vouait aux couches S0-' ciales traditionnellement dirigeantes - la maison de Bavière par exemple - l'amenèrent à regarder d'un oeil bienveillant tontes les forces qui en Allemagne étaient susceptibles de maintenir l'ordre. Devenu Pape, il ne laisse pas échapper une occasion d'exprimer devant les ambassadeurs du Reich, Von Bergen, puis Weiszacker, son affection pour leur pays (6). Il s'entoure d'ailleurs de conseillers allemands qui l'ont rejoint à Rome : le père Leiber, le père Béa, Mgr Kaas, leader du Parti Catholique du Centre, qui joua un rôle décisif dans le ralliement de son parti à l'hitlérisme, en mars 19.13, puis son autodissolution en juillet et dans l'élaboration du Concordat (7). S'il faut en croire le long rapport transmis à Ribbentrop le 16 décembre 19-13 par le chef de la Police de Süreté du l{eich, la prédilection du Pape pour l'Allemagne ne s'était nullement atténuée avec l'ampleur grandissante des crimes nazi s. Ce texte, que Friedlander cite intégralement (pages 196 à 200) rend un son si pénible que tout commentaire en affaiblirait la portée. Qu'est-ce donc qui en Allemagne avait si profondément et si durablement séduit Mgr Pacelli ? L'hi storien ne doit pas se dissimuler que la réponse n'est pas aisée. On peut douter cependant que ce soit pour l'essentiel la tradition de Goethe ou de Schiller, et tenir pour assuré que ce n'est pas celle cie G. Hauptmann (8). La manière de hanti se dont fait preuve le futur Pie XIl lorsqu'il évoque (par exemple dans sa déclaration au Matin du 2'; septembre 192r) la brève expérience qu'il fit du communisme à Munich en avril 1919 nous incite à penser qu'il admirait essentiellement en Allemagne la puissance des forces sociales qui y avaient vaincu la « Révolution », le « marxisme », le « bolchévisme », Hypothèse ? Certes, mais non pas gratuite, C'est le père Leiber, son confident, qui déclare que malgré de graves conflits avec le nazisme « jamais le cal'dinal Pacelli ne s'est fait illusion sur le danger infiniment plus grave que représente le communisme » (Documents 1963, nO 4) et il n'est guère d'autre manière c1'interprèter l'attitude de Pie XII au printemps 194.~ : le Vatican qui subit alors toutes sortes d'avanies allemandes, accepte tout sans élever de protestation publique, même limitée à son propre 5'Ort ; on est tenté d'accepter l'explication qu'avance Friedlander

après Stalingrad, rien ne doit

affaibli r le Ill' Reich, ultime rempart contre le bolchevisme. Après la chute de Mussolini en tout cas, les choses sont claires : de nombreux documents alle- LE VICAIRE' L'HISTOIRE ROLF HOcamrrH Le Vicaire AUX tOITIONS DU SEUIL lE XII 1 lE ,,\e RE\CH QCUMENTS l1lands soulignel'lt la conscience qu 'a le Vatican de la communauté d'intérêts qui , contre le communisme, l'unit au gou\' ernement nazi. 11 en était de même du catholici ~me allemand. Les raisons qui décidèrent de son choix sont pourtant plus complexe.: et, sociologiquement, sinon politiq uement, plus 'profondes, 11 est indispen':lble d'y réfléchir pour comprelll[n: l'oritmtation du Vatican sur laqueEe Un appel de l'Amitié Judéo-Chrétienne « Au moment où le Concile Vatican II vient de recommander expressément de, « dialogues fraternels » entre chrétiens et juifs », l'Amitié Judéo-Chrétienne, dans un communiqué, souligne la nécessité de faire connaître son action, les membres de l'A,J ,C. se préoccupant « essentiellement d'étudier ensemble et de promOUVOir tout ce qui peut concourir à faire que juifs et chrétiens se connaissent davantage et qu'ils apprennent, par conséquent, à s'estimer et à s'aimer, non pas, BIEN QUE les uns soient juifs et les autres chrétiens, mais PARCE QU'ILS sont chrétiens et juifs ». L'action de l'A.J .. C. se déroule sur deux plans: « Il s'agissait d'abord pour nous, lit·on dans le communiqué, de rectifier ce qui, dans l'enseignement chrétien pouvait être source d'antisémitisme. La déclaration conciliaire est l'aboutissement de longs et patients efforts dans ce sens, Ce travail doit être continué, car il est fort loin d'être achevé. Un effort semblable est poursuivi du côté juif, Trop de préjugés séculaires, qui ne reposent que sur des malentendus, doivent être éliminés en nous ». Loo) « Nous voulons aussi rechercher ensemble ce qui nous rapproche et ce qui nOUi unit ». Cette recherche qui avait été celle d'Edmond Fleg et Jules Isaac, fondateur de l'A,J,C" obéit à deux règles absolues : pas de prosélytisme et pas de syncrétisme qui en les fondant, enlèverait aux deux religions ce qu'elles ont de spécifique : « Pour dialoguer utilement, il faut être deux et le rester, Ceci n'empêche pas la convergence qui suppose, précisément, que les pOints de départ sont différents ». ______________________ ~------------~-------------------------------------------------------------- 11 et le 3e Reich s'exerçait directement, nous l'avons YU, lïniluence de l'Eglise allemande. 11 iaut tout d'abord s'entendre sur ce que recouvre en Allemagne le mot catholicisme. Il désigne deux réalités fortement ancrées l'une et l'autre dans la "ie nationale et étroitement liées : l'Eglise catholique avec sa hiérarchie, le Parti .ln Centre que dirige d'ailleurs depuis 192t: un ecclésiastique. Entre les élections de ,eptembre 1930 qui donnèrent 6 millions de voix à Hitler et celles de mars 19.13, le catholicisme allemand parut s'opposer au nazisme. Après l'évêque de :Mayence, l'Eglise appela à voter contre les nationaux-socialistes, elle mit à la porte des églises les ori ilammes nazis, elle interdit aux fidèles cl'entrer dans les organis'ations nationale,-, ocialistes sous peine de se yoir refu:, cr les sacrements. C'est entre 111ars et j uillet 19i~ que s'e produisit le retournement, collectivement décisif, malp'ré l'indéniable courage et l'esprit de ré,i'l:l.nce dont fe ront preuve à titre personnel certains catholiques allemand". Le Centre, qui avait pourtant g:l.gn~ ~ ,i~ges aux élections de mars 3.1, yote le 2 [ mal'S les pleins pou l'oi rs au gouyernement hitlérien, il sc di ssout le _~ iuillet. Dès le 28 mars plusieurs 1110; ;; ~I\'an t la signature clu Concordat, l'épi scopat. réunI à Fulda. lèl-e l'interdit prononcé contre l'adhésion au national-sociali,: nle : « ~ous ne voulolls à aucun prix l-e [user à l'Etat les forccs de l'Egl ise ... puisque dans chaque autorité hUlllainc nous yoyons Ull reflet de l'autorité . divine » déclare le ~ juin une Icttre pastorale de tous les évêques (9). L·Eg li ~.'e s'intègre dans le régime, Pourquoi ? Le « danger communistc , ou « marxiste » était alors en AlIcmagnc quasi ine:i stant : le parti communiste allemand interdit, ses militants en pri son ; le parti social-démocrate, qui. n'ayait pas voté les pleins pouvoirs, hé,:itait cependant à adopter une attitudc ferme d'opposition. L'explication est à chercher de plusieurs côtés (10), Minorité importante, mais minorité, les catholiques allemands se sont, après la proclamation cie la République de Weimar et la suppression du statut privilégik dc l'Eglise luthérienne, abandonnés aux joies cie l'intégration nationale. Ils ont plusieürs années durant gouverné l'Al1emagne, Il leur paraît impossibic dc retourner dans l'opposition, Or le:, llazi~ font dès ianvier 3.\ la preuve Ci u'ils entendent conserver le pouvoir qu'ils ont conquis. Au reste les catho- 1 iques espèrent des concessions en échange de leur ralliement, et, par le Concordat, ils en obtiennent : ils reçoiyent des' garanties concernant la pratiquc du culte, l'i\utonomie de l'Eglisc et de sa presse. l'oncessions mineures dira-t-on et, à mon sens, avec raison car IIitler pouyait les faire sans céder sur ce qui pour lui comme pour nous est essentiel. Mais bien des textes rassemhlés par G. Zahn et G. Léwy nous laissent à penser qu'une nartie de ~ cadres du Centrc et de la hiérarchie catholiquc acceptaient sans diif icultés certaines thèses nazies : les objectifs i1l1périali ste ~' cie la Grande Allema(! nc sont communs aux nazis et à la majorité des catholiques' ct des protestants allemands. Plus encore peutarc

au cong-rès catholique de 1922

on avait entendu de nombreux délégués affi rmer leur fidélité à « la communauté de croyance et de race » et, du cardinal Faulhaber, archevêque de ::-runich, à l'archevêquc de Fribourg, Mgr Groeber, ou au père j ésuite Gustav Gundlach, la li"tc est terriblement longue des textes cités par Lewy qui prouvent en Allemagne la profondeur de l'anti sémitisme chréti en. La pa renté de jugement sur ce, questions fut probablement plus Trlnc que l'inquiétude devant les cloctrine, païennes défenclues par les nazis. Il rc~tc cl'ailleurs il sayoir au juste à quelle profondeur celles-ci pénétrèrent dans les Illa~scs et même quel cffort le régime, ,oucieux cie ne pas rompre avec l'Egli se, rit réell ement pour lcs imposcr. O.N hés ite au moment de co nclure. Dan~ sa oost-face au livre de Friecllander, 1\1. Grosser fait retl1arquer la rapidité depuis quelques année" cie l'évolution de l'Egli se. Vatican TT en a prouvé la réalité, et, dans sa dernière session. les difficultés et les li mites. Le catholicis'lllc est une foi mais inséparablc de l'Egli sc qui est une institut ion. Lcur yie sc déroule clans lc siècle ct dans les siècles : au Moyen-Age l'Egli sc avait des serfs', au 18' siècle elle exécutait Calas ; au 20' siècle, si elle aid:t des juifs, elle lai ssa, sans hurler de douleur et cie colèrc, brôler les juifs.

\. ujourcl'hui, eHe appelle solennellement

'l combattre l'antisémitisme_ Mais après tout l'Eglise n'est pas seu: e en cause. Bien d'autres se turent à l'hcure de,; grancls massacres. Et cl'autres, qui avaicnt parlé alors, et agi, se sont tus ensuitc devant d'autres crimes raciaux ou même s'en sont rendus activement compli ces : on songe, pour parler Francc ct Français, à la chass'C au faciès dans les rues d'Alger et de Paris, aux Algériens torturés. Nous n'avons pas, au ::-1.R.A,P., mi ssion de diluer les 1-esponsabilités. Dans l'ordre cie la lutte antiraciste, il convient, me semble-t-il, de comprendre que la conscience des hommes pcut changer et cle l'aider à changer. S i l'on veut v. parvenir, il faut ne jama is rien oublier. Il ne devrait y avoir cie prescription pour aucun génocide, pour aucun massacre collectif délibéré

il est cles crimes que rien ne

doit effacer cie la mémoi rc clu moncle. 0) En particulier les archives du cabinet du secrétaire d'Etat ayant trait aux affaires vaticanes. On sait que manque le dossier numéro 6 qui contenait les documents postérieurs au 15 octobre 1943, c'est-à-dire à la déportation des jUifs d'Italie. Et l'on sait aussi qu'il convient de se demander qui a eu intérêt à le faire disparaître, (2) « Le Vicaire du Christ s'est trouvé devant une porte qu'aucune clef ne pouvait ouvrir » : nous n'avons pas la preuve que le Vicaire du Christ ait €s say~ ces clefs. (3) « Ce voeu (ramener la société à la loi divine) l'humanité le doit à des centaines de milliers de personnes qui, sans aucune faute de leur part, par le seul fait de leur nation ou de leur race, ont été vouées à la mort ou à une progressive extinction. )) (4) Il serait par contre peu loyal d'utiliser ici la démarche du Nonce de Roumanie Mgr Cassulo, dont le R.P. Leiber raconte qu'elle empêcha la déportation des juifs roumains : elle n'eut en effet aucun caractère public, (5) Cf. ces propos de Pie XII, rapportés par un ami romain E. Senatro, à qui il les avait tenus: « Vais-je les plonger dans des conflits de conscience ? Ils ont prêté serment. Ils doivent obéissance. )) (6) Friedlander fait remarquer que l'authenticité de ces propos ne peut guère être mise en doute: Von Bergen et Weiszacker ne sont pas d'ardents nazis ; ils souhaitent amener le régime à réfléchir, et non le nourrir de réconfortantes paroles. (7) Il passe pour avoir été à Rome, où il se retira, un des très rares dignitaires à pouvoir prendre directement l'ascenseur qui conduisait à l'appartement privé du Pape. (8) Le catholicisme enfin est minoritaire en Allemagne et le pays de Luther ne saurait passer, tout au moins avant 1945, pour la fille aînée ni même pour la cadette de l'Eglise. (9) Cité par H. Abosch, « L'Eglise catholique et le nazisme », Les Temps Modernes janvier 1964, (0) Nobécourt discute sur ce pOint l'authenticité d'une déclaration faite le 12 mars 1933 par Pie XI à l'arChevêque de Munich (op. dt. pages 154-155). , 1 .CUteftla PAS QUESTION LE SAMEDI LES Ecossais rient-ils des histoires écossaises et les Auvergnats des histoires auvergnates ? C'est la question que je me posaiS en r egardant ce film . Et je m'imaginais ce que pourrait répondre un juif un peu chatouilleux : « Peut-être. mais eux ils l1 'ont pas 'porté l'étoile jaune. » L'histoire roule autour de l'héritage du grand pianiste Goldenschatz que disputent, sans trop de scrupules, ses fils naturels à la municipalité de J érusalem - et un des arguments permanents de l'antisémitisme n'est-il pas que le juif tuerait père et mère pour le veau d'or ? Ces fils, venus des quatre coins du monde, parlent avec divers accents qui vont du moldo-valaque au sabir pied-noir - et un autre pilier de l 'antisémitisme n' est-il pas que le juif est aussi un métèque? Faut-il alors craindre que « Pas questiQn le samedi» alimente inconsciemment le racisme et la xénophobie ? Pour ma part, je ne le crois pas. La satire de moeurs a été une des constantes de la penSée juive ; on la r etrouve aussi bien chez le très britannique Zangwill que chez le très russe Aleichem et cette forme d'esprit qui se moque gentiment de soi-même m'a toujours paru le plus intelligent des défis à la plus atroce des persécutions. Comme le film est une co-production franco-israélienne, que le metteur en scène, les acteurs, les techniciens, et jusqu'au balayeur du studio, sont juifs, je n 'ai pas voulu me montrer plus vétilleux que les intéressés. J'ai donc ri de bon coeur, Mais peut-être tous les spectateurs n'auront- ils pas été de cet avis. Qu'ils nous l'écrivent sans crainte ; je leur laisserai démocratiquement la parole, LE DOSSIER OPPENHEIMER, texte et régie de Jean Vilar , QUE cette pièce soit aus i émouvante que « Le Vicaire », non, mais pour tout homme qui se soucie du sort de l'humanité, elle présente a utant d'intérêt. Elle est également révéla!rice de la mentalité qui règnait au temps de la chasse aux sorcières, anim~e par Mac Carthy, en Amérique. Il suffisait d'avoir eu des amis communistes, füt-ce pendant la guerre, quand l'U,R.S,S. était l'alliée cles U,S.A., pour être suspect dix ans plus tard (l'enquête eut lieu en T9S4), Elle . nous révèle aussi ce que peut être,: en ~énéraI, la mentalité cl'un homme de la police, incapabable de comprendre le comportement cl'un universitai rc ~·o ucieu ;.;:. lui, de l'avenir cie l'humanité entière ct pas seulement de celui cie son payS : la phrasc qui terminc le premier acte Du 3 au 25 février, se pr'oduisent à l'Alhambra, les Ba_lIets Africain; de la République de Guinée, compo~ és de 60 danseurs, chanteurs, musiciens d'Afrique Noire. (Ci-contre). Le Theatre des Vha,mps-Elysees a présenté «Black Nativity ", de Langston Hughes, interprétés par deux groupes de « gospclsingel'l » americains : Marion Williams et The Stars of Faith ; Brothel" Joc Mayet les Jubilations Singers (Cidessous). par René DAZY LE MERCENAIRE DE MINUIT Nous sommes en 1865, juste après la fin de la guerre de Sécession, dans un bourg du Nouveau-Mexique. Démobilisé. le seul de ses habitants qui s'était enrôlé dans les armées sudistes revient au pays, Chassé, il se retranche dans une ferme abandonnée et fait régner la terreur. Les notables paient un tueur pour les en débarrasser ; il se trouve que ce mercenaire est un mulâtre - le dialogue dit improprement un « créole » - de la: Nouvelle-Orléans. Maintenant voilà le hic : le « r ebelle » n 'a jamais été propriétaire d'esclaves ; il s' est engagé du mauvais côté sur un coup de tête, parce qu'il détestait ses pieux et cupides concitoyens. De plus, pendant son absence, sa ferme a été achetée à vil prix par un profiteur de guerre. Contre les bons citoyens, le sudiste et le mulâtre vont sympathiser, Ce parti-pris du metteur en scène de rejeter les clichés et de nous montrer que par dégoût, par stupidité, par générosité aussi bien, on peut épouser les pires causes et devenir sudiste - ou fasciste - ne manque pas d'intérêt. Malheureusement ses bonnes intentions sont assez fugaces et embrouillées comme à plaisir, semble-t-il. Richard Wilson tenait la matière d'un film intéressant . Par manque de talent ou par souci commercial l'entreprise n'a été qu'esquissée au profit d'un banal mélodrame. Il reste une oeuvre agréable à voir, quelques phrases qui sonnent juste, une brève satire de l'esprit « ancien combattant » et le tableau d'une communauté où, après le bouillonnement de la croisade anti-esclavagiste, tout retombe dans l'ordre. est très expressive de cette incompréhension. Evidemment, Oppenheimer ne pouvait être que fort suspect après avoir écrit ce texte qui figure dans le programme du s'Pectacle : « Si les dirigeants occiclentaux et ceux de l'Union Soviétique avaient eu la moindre confiance les uns clans les autres, le secret nucléaire n'aurait pas été garclé et la paix aurait été assurée, » De là à croire que le savant avait communiqué- ces secre!s, c'est un pas que l'administration et ses représentants franchirent aisément. - La mise en scène est aussi sobre que dans « Le Vic,!ire », Quant aux acteurs, .T ean Vilar offre, avec le professeur Oppenheimer, une étonnante ressemblance clont on peut jug-er cI'après la photo du programme et dont j'ai été immédiate,-' ont frappé, moi qui l'ai vu à la Société françai~e de philosophie, récemment. Il était seulement plus vieux mais en 19S4 il devait être pareil. Citons encore R.-J. Chauffard dans Evans, le seul des trois ;uges capable de com. prendre un universitaire parce qu'il en est un lui-même et François Darbon clans Isidor Rabi. le dernier témoin, ainsi que Mario PilaI' dans Roger Robb, le grand inquisiteur, je veux clire l'avoca. t cie la commission cie l'Energie Atomlque, (Théâtre Vivant de l'A thénée.) Edgar WOLFF. ' 1 l ' 1

,

.. ' 12--------------------------------------·------------- Si un Noir devenait Président des Etats -Unis ... Nous sommes à unc périodc as,,"ez semblable à celle que vivent aujourd'hui les Etats-Unis. Le Président négocie avec l'Union Soviétique sur des problèmes contemporains : la coexistence pacifique, le désarmement nucléaire, la lutte d'influence des deux grands en Afrigue. Une différence: le Vice-Présidênt vient de mourir d'une maladie de coeur.

Et puis, un accident fau.c,he et ~e Président et son successeur hlerarchlque, le speaker de la Chambre des Représentants. Qui va gouverner l'Amérique du Nord? C'est alors que dans la pièce de la Maison Blanche où sont groupées des notabilités du régime, tous les yeux se tournent vers un personnage auparavant assez effacé : Douglas Dilman, président temporaire du Sénat. « Et dans' le regard de chacun sans exception, s'exprime de l'horreur. » Pourquoi ? Un instant plus tard, on fait en hâte prêter serment à Dilman. Il est, en vertu dé la loi de succession, le premier président noir des Etats-Unis. Pendant la nuit qu'il pa",,'c encorc dans son modeste appartement d'un quartier noir, Dilman refait un vieux rêve: il marche dans un immense aquarium où de tous côtés sont peints des yeux bleus qui le regardent fixement. Intellectuel sensible, formé à la crainte des blancs, il se regarde à son réveil dans la glace et il a peur. Il se voit petit, menacé d'embonooint avec un front haut, . un nez large, des lèvres pleines. Si cet enfant pauvre. ce modeste avocat a pu accéder au Sénat, c'est qu'aux yeux des '-votants blancs, il a l'aspect d'un noir rassurant, qu'il ne ressemble pas aux jeunes idéalistes indomptables de sa race; son parler raffiné, « caucasien », pense-t-il, -- le mot reviendra souvent dans ce livre comme synonyme d'aryen, -- ajoute encore au caractère apaisant de son personnage. Pour les noirs, il est l'un des leurs, plaisant et authentique. Et pourtant il a vécu le drame radai dans sa propre famille. Désespérée de sa condition, sa femme à la oeau très claire est morte alcoolique dans une clinique. Son fils, aussi noir que lui, est tenté par les mouvements extrémistes oui veulent libérer les siens par la violence. Sa fille, jolie et pâle comme la mère, s'est enfuie à New-York et a chan~é de nom pour vivre en blanche parmi les seigneurs bLncs, pour « passer la frontière ». suivant une expression américaine. Luimême épris de Wanda Gibson, mülatresse claire, n'a jamais osé et oser::! moins encore aujourd'hui l'épouser, craignant d'exaspérer les ennemis de sa t'ace. Les journaux l'attendent à son petit déjeuner. Les modérés se bornent à titrer que pour la première fois, c'est un (/////"""'''//''//''/////'''''''''////'''''''''/'''''''''/''''''''''''''''/''//''//''/1 ~ Un 1 ivre vient de para ître aux Etats-Unis où il est ~ ~ actuel lement un des « best-sel ler » de l'année. Il pose ~ X un problème qui passionne l'opinion publique améri- \ ~ caine : si un noir devenait président des Etats-Unis, ~ ~ que se passerait- il ? .. ~ ~ Ce livre, institulé « The Man », et écrit par Irwing \ X Wallace, a paru aux éditions Simon et Schuster. "sera ~ ~ prochainement publié en français par les éditions ~ ~ Robert ' Laffont. \ X Notre collaboratrice, Nicole de BOISANGER-DU- ~ ~ T REIL, qui l'a lu dans le texte original, en fait pour la ~ ~ première fois en France la présentation dons « Droit ~ ~ et Liberté ». ~ \ .../. ///... .../. .... / ......../ ///,..... ....................../ ........................./ //.. ......../ /.. ......................................) !loir qui .!l1ènc le pays. La feuille proségrégationniste, dirigée par un puissant membre du Congrès, Zeke Miller, parle d'injuste domination par une minorité et p~édit la dissension, la désunion et la violence. Avec son objectivité de juriste, mais non sans un grand trouble, Dilman analyse sa situation. Il He sera pour personne un fo nctionnaire comme un autre qui aurait réussi. Aux yeux des siens, il sera un sombre Moïse venu pour les libérer de la servitude. Pour les racistes, « une chose laide et noire, surgie de dcssous un rocher pour se venger du sud au parfum de magnolia, exigeant l'égalité entre les sombres brutes impies et les chrétiens blancs ». Et pour la presse à sensations, il es.t un monstre du zo.Q qu'on abordera plus tard avec davantage de sérieux.

A la Maisoll Blanchc, le cabinet ministériel du défunt Président s'est réuni ; sous l'impulsion du populaire ministn: des affaires étrangères, Eaton, il a décidé que cet homme d'autant plus discret et effacé qu'il est noir ne gênera pas l'équipe en plaçe: elle continuera de gouverner le pays. Au sein même du palais présidentiel, Dilman sera espionné par sa jolie 5"ecrétaire mondaine, Sally Watson; éprise d'Eaton, elle veut lui rendre assez de services politiques pour qu'il l'épouse. Une indiscrétion permettra bientôt à Sally de découvrir et d'exploiter au moment opportun les relations du Président avec Wanda Gibson.

  • Dilman semble d'abord docile, ,tant il

est timide. 11 reconduit l'ancien cabinet et prononce l'allocution que ses ministres ont préparée. Mais très vite il est amené à montrer qu'il n'est pas leur jouet. A la suite d'une manifestation du groupe extrémiste noir des « Turnerites », dix de ses membres sont condamnés à des peines sévères par le juge ségrégationni ste, Gage. Enlèvement du juge. Le ministère de la justice exige l'interdiction du mouvement turne rite. Soucieux uniquemen( d'impartialité, Dilman ordonne qu'une enquête soit d'abord menée pour precIser si le rapt est l'oeuvre de l'or_ ganisation tout entière ou de quelques excités. Le voici critiqué par ses ministres et par de nombreux blanc~ qui le soupçonnent d'indulgence particulière envers les siens, les noirs.

  • Une 5'Olree est donnée à la Maison

Blanche en l'honneur du Président Amboko, leader africain de l'Etat de Baraza, dont l'Amérique espère pour faciliter d'importantes négociation avec l'U.R.S.S. qu'il consentira à abroger la législation anticommuniste de son pays. Dilman essuie un camouflet blanc; un grand nombre de ses invités ne sont pas venu!)' et leurs chaises restent vides. ~ Je suis donc ', pense-t-il, « ce cousin de l'ourang-outanp" aux cheveux crépus et aux traits épais que la presse de Zeke Miller considère comme un citoyen de seconde classe. » Et, succès inattendu, Amboko, auparavant très réticent. octroie subitement les concessions demaildées. Dans un tête-à-tête avec Dilman, il explique pourquoi. Devant son humiliation à table, il l'a vu pour la première fois noir comme lui. Il a été convaincu que Dilman comprendrait les as'pirations de Baraza parce que l'un et l'autre ont connu l'esclavage et ont le commun désir de n'en plus souffri r.

Peu de temps après, on soumet au Président en lui suggérant de le contresigner un projet de loi, dit Programme de Réhabilitation des Minorités où d'importants credits sont consacrés à donner du travail aux noirs. Le grand capital est favorable au projet qui permettrait l'expansion de ses affaires. Indocile encore au voeu de ses ministres. Dilman réserve sa réponse: il désire étudi~r de près le texte.

La chasse aux enfants noirs Nouvelle difficulté pour lui : le juge Gage est tué par ~es ravisseurs. C'est le chef des Turnerites qui l'a abattu. Dilman résiste à la pression de son cabinet qui à présent exige l'interdiction du mouvement pour crime de subversion. Il veut poursuivre son enquête. Un coup de téléphone lui apprend que la responsabilité des événements incombe à l'organisation turnerite tout entière. Informé que son propre fils y avait adhéré, il n'en hésiste pas moins à la dissoudre. « Qu'il s'Oit noir ou blanc », dit-il, « un mouvement mené par la folie et le fanatisme doit être supprimé ». Ici, on ne le suit pas entièrement. On a tendance à sympathiser avec son auditoire d'étudiants qui, lors d'une conférence à l'université noire de Trafforcl, lc h0111- barde d'oeufs pourris. Si violence il y a, dommage que le Président n'ait pas songé à poursuivre les mouvements inspirés du Ku-Kllx-Klan. A Selma, dans l'Alabama, la police, entraînée par le shérif James Clark, pourchasse, sur plusieurs kilomètres, avec des matraques et des gourdins électriques utilisés pour le bétail, cent soixante-dix enfants noirs âgés de neuf à dix-sept ans. C'était pour les « punir » d'avoir organisé une marche silencieuse devant le Palais de Justice, dans cette ville où, en trois semaines, trois mille noirs et avec eux le pasteur Martin Luther King, Prix Nobel de la Paix, ont été jetés en prison pour avoir essayé de s'inscrire sur les listes électorales. Quelques mois après l'adoption de la loi sur les droits civiques des noirs, par le Congrès américain, de tels actes de violence peuvent donc se donner libre cours, même quand il s'agit de la défense d'un droit reconnu par la Constitution, le droit de vote. Dès sa sortie de prison, le vendredi 5 février, le pasteur Martin Luther King demandait à rencontrer le préSident Johnson, déclarant : cc J'estime qu'une nouvelle législation est nécessaire sur le droit de vote. J'estime qu'est nécessaire un amendement constitutionnel qui instituerait des régistres électoraux fédéraux et édicterait les mêmes règles pour les inscriptions en vue des élections fédérales dans les différents Etats. » Le leader antiraciste entend protester en particulier contre la lenteur de la procédure d'inscription et contre l'examen que doivent passer les Noirs dans l'Etat de l'Alabama pour figurer sur les listes électorales. Il semble que la lutte pour l'intégration aux Etats-Unis rencontre de nouvelles difficultés en raison d'une certaine accoutumance de la population blanche, que favorise la non-intervention du gouvernement fédéral. On prend l'habitude de voir régulièrement des Noirs être brutalisés, jetés en prison, jugés, condamnés ... Une étape a été cependant franchie avec l'entrevue accordée par le président Johnson au leader intégrationniste car elle accentue la légalité des actes du pasteur King et de la communauté noire. Le président Johnson a promis au pasteur King qu'il ferait déposer, dès cette année, un texte de loi facilitant l'exercice du droit de vote pour les noirs du Sud. Encore faut-il prendre les mesures indispensables pour que la loi soit appliquée.

Au terme de son étude sur le Droict de Réhabilitation des Minorités, Dilman conclut clans une adresse à la télévision (]U'il ne le signera pas. Il s'agit à son avis d'une conspiration gouvernementale pour acheter le silence des opprimés. Les noirs n'y gagneront ni la liberté de vote, ni celle de loger où ils le désirent, ni les facilités d'éducation qui leur sont refusées et non plus l'accès aux édifices publics réservés aux seuls blancs. La loi cherche à acheter moyennant quelques avantages matériels, la conscience des noirs qui luttent pour l'ég-alité complète . / "* ('en est trop dans un monde blanc_ Malgré un succès diplomatique obtenu à une conférence avec les Soviétiques, une cabale parvient à mettre en mouvement contre le Président rebelle et noir la procédure de déchéance de son mandat. On le taxera d'ivrognerie, - .pour cssayer d'aider sa femme, il avait passé quelques mois dans la clinique où elle était internée; sa mythomane secrétairc, Sally, surprise par lui pendant qu'elle fouillait dans ses papiers cônfidentiels ira jusqu'à se lacérer de meurtrissures pour feindre qu'il l'ait violée; son fils confessera son adhésion aux Turnerites; pour soulever l'opinion noire, un journaliste révèlera que la jeune Dil man « a passé la frontière ». Enfin, on machinera toute une sombre histoire d complicité avec les Russes par l'intermédiaire de Wanda Gibson. Et pour comble, Dilman a révoqué son ministre des Affaires étral1 0 ·ères : il avait découvert qu'Eaton lui cachait délibérément des rapports secrets, jugeant qu' « Wl afro-américain hypersensibilisé est tenté de se tromper sur les buts de la politique étrangère américaine ».

Le procès s'ouvre avec pour jurés le;: cent membres du Sénat constitués en haute-cour. Lors d'une adresse véhémente, le procureur Miller affirme qu'il ne s'agit pas d'un homme, mais d'une bête qu'il faut expul5'Cr du gouvernement. Et Nat Abrahams, ami et défenseur du Président, répond qu'aucun homme n'est une bête, quand bien même « dans le suù des Etats-Unis, non dans le sud de l'Afriquc, et à l'occasion dans le nord », il a entendu « qualifier de bêtes des citoyens à la peau noire ».

Après avoir hésité à donner sa démission, Dilman fait front et décide de comparaître en personne au banc de la défense comme l'homme noir, Président des Etats-Unis. Car 11 pense qu'un seul chef d'accusation caché, non écrit, corrompt toute l'atmo ~p hère de la cour sa couleur. Il se défendra sobrement et dignement. Au long du procès, il verra exposer en pâture à l'opinion son fils et sa fille qui devant la révélation publique de ses origines noires tentera de se suicider. Et Wanda sera contrainte de déposer qu'elle n'a pas eu avec l'accusé de relations plus intimes qu'un bai ser.

  • Et puis, tout s'arrange comme da.s

Uil conte de iées. Repoussée par Eaton, la démente Sally avoue à son père, sénateur hostile à Dilman, que l'affaire du viol n'est que pure invention. C'est ce père qui par son vote fait pencher la balance en faveur du Président. Réconcilié avec son fils extrémiste et sa fille venue se rifu~ier à la Maison Blanche, Dilman 9sera enfin épouser Wanda. Et tout se termine sur un réconfortant tableau familial et national. Enfin, conclut Nat Abrahams, le pays est parvenu à sa majorité. Après tant de fiassions raciales, croiton à une c0ticlus'ion aussi optimiste ? Espérons-la. Nicole de Boisanger-Dutreil.

Notes

<references />