Droit et Liberté n°325 - décembre 1973

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Editorial: l'année qui vient par Albert Levy
    • Du km 101 à Genève (Proche orient)
      • Proche-Orient: dans les dossiers de Genève, l'appel du MRAP
      • Pièges (le conflit du proche-Orient dans la presse raciste) par Claude Henares
      • Contre-offensive du tiers-monde par Louis Mouscron
    • Sahel: il faut agir!
    • Commandos racistes en liberté
    • Etre ou ne pas être un immigré par Jacques Clermont
    • Dossier du mois: ces préjugés dans votre assiette par Léo Moulin
    • Cinéma: amère fiction "Punishment park" de Peter Walkins présenté par Monique Vernhes
    • Livres
      • Enquête sur une société au-dessus de tout soupçon: "Affaires non classées" de Michel Levine présenté par Georges Chatain
      • Qui était le chevalier de Saint-Georges? "Le pavillon" de Odet Denys présenté par Albert Levy
    • Chansons pour le Chili présentées par Charles Futerman
    • Prix Nobel, Konrad Lorenz: "je regrette"
    • Hommage à Michel Averbuch par Albert Levy
    • Education à la fraternité
      • Chers amis correspondants par Claude Richard
      • Etes-vous raciste par Marc-André Bloch

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit & liberté Du km 101 a'G e ne' ve Commandos racistes en liberté 2 cooemER Utopie ? Réalité? Les trois conditions précisées dans l'appel du M,R,A,P . - droit d'Israël à l'existence, évacuation des territoires occupés, reconnaissance des droits nationaux du peuple palestinien - sont certes celle de la paix . Pourtant qui n'a conscience de leur mutuelle incompatibilité . Israël s'est fondé sur la négation du droit national palestinien et l'évacuation totale des territoires occupés n'accorde pas à Israël de {( frontières sûres ». Jérusalem. cité sainte . est en outre la pomme de discorde que ni les musulmans ni les juifs ne veulent partager. Dans de telles conjonctures. il n'y a de solution de paix que dans le dépassement de tous les intérêts par la création d'un intérêt supérieur commun. Il y faut imagination et audace . Sinon à un présent encombré de méfiances. d'angoisses. de menaces. proposons à un avenir - mais proche. sinon il sera détruit avant de naître - le grand dessein des Etats-Unis ' du MoyenOrient, fédérant en Etats et peuples égaux tous les Etats et peuples sémites du carrefour des trois continents. Pour la création d'un grand Etat. une richesse de base est nécessaire

elle existe. rare et abondante,

et précieuse combien! Les iours présents l'affirment. J'ai nommé le pétrole. La création des Etats-Unis du Moyen-Orient se fera difficilement. L'Occident qui l'a divisé et subdivisé pour le dominer, ne verra pas sans crainte se constituer cette unité . Le pouvoir international de ses grandes compagnies s'en découvrira , et à juste titre. menacé. Mais, très précisément. dans les diverses parties de ce monde qu'il domine. c'est la seule lutte des peuples et des Etats-U nis contre le Profit. qui peut les libérer de la misère comme de la vassalité . Israël craint. comme sa mort. la lévantisation . Qu'il se propose aux peuples arabes comme une fraternité éthnique. porteuse de progrès techniques! Si les peuples et les Etats du Moyen-Orient construisent cette Fédération des EtatsUnis du Moyen-Orient - ne deviendra-t-il pas facile à Israël de consentir à la création de l'Etat palestinien comme aux Etats arabes d'accepter Israël. Des étapes seront certes nécessaires. vu les structures actuelles - et l'aujourd'hui encore de méfiances. de craintes et de sang . Mais que l'idée soit acceptée et le projet grandiose reconnu l'Utopie nécessaire à la Paix; alors. la découverte d'un horizon libre. l'espérance d'une vraie TERRE PROMISE, modèle offert aux hommes pour la Paix libérant les esprits et les coeurs permettront les approches nouvelles qui accorderont à l'Utopie un devoir de Réalité. Jean CUSSAT-BLANC 47-Agen Apprendre le portugais? En voyant {( Elle » intituler sa chronique {( Vie culturelle » (5- 11 -73) : {( Parlez-vous portugais 7 » je me réjouissais de voir cet hebdomadaire penser qu'il était utile. puisque nous demandions à des ouvriers de venir travailler chez nous. d'apprendre leur langue et de nous initier à leur culture pour pouvoir mieux les accueillir et communiquer avec eux. Hélas. Jean Duché ne pensait dans son article qu'au Brésil et aux affaires. Alain GAUSSEL La Plaine-Saint-Denis L'accueil et les chiffres Des articles parlent des rapports entre les pourcentages de population et le racisme ; je n'aime guère cette théorie dite {( scientifique ». Si nous sommes chrétiens. le Christ n'a pas mis de limites quantitatives à l'accueil du prochain! Et du point de vue humain seul . cela choque. ne trouvezvous pas 7 Que ce soit parfois difficile, possible. mais on doit pouvoir surmonter les difficultés de cette sorte . J'espère que votre Mouvement s'occupe aussi de sauver les Indiens d'Amérique ainsi que tous les hommes dits {( primitifs» - soit qu'on les massacre comme au Brésil . soit qu'ils soient sacrifiés à notre {( civilisation » ... Juliette POUJOL 13-Marseille Correspondance ... Je suis croyant et profondément antiraciste. Le racisme tient une très grande place dans le déclenchement des guerres. Je souffre beaucoup de ce qui s'est passé au Vietnam. J 'aime beaucoup le peuple vietnamien . Je voudrais correspondre avec une jeune fille vietnamienne de Paris. Ou avec une jeune militante de votre Mouvement. Est-ce possible 7 Roland DESMOULIN Saint-Lazare par Condat-le-Lardin (24570) Raciste et masculiniste Il était une fois un groupe de jeunes femmes françaises désireuses d'apprendre l'arabe ; un jeune homme arabe se présenta pour leur apprendre sa langue . La direction lui expliqua qu'étant donné son origine et donc la mentalité qu'il avait concernant les femmes. on ne saurait lui confier ces jeunes femmes, on ne saurait confier ce cours qu'à une femme. Je suis sûre que vos lecteurs lisant cette histoire seraient indignés par le racisme de la direction de ce cours. Pourtant nombre d'entre eux le seraient moins si on inversait tous les termes de cette histoire ... Curieux ! ... C'est en effet ce qui m'est arrivé à Versailles. où les directeurs · des cours d'alphabétisation m'ont appris - avec beaucoup de balbutiements et d'hésitations. je dois dire - (pourquoi étaientils si gênés. avaient-ils donc conscience de ce qu'il y avait de raciste et de masculiniste dans leur attitude 7) . que leurs élèves {( étant tous des Maghrebins »... . {( des célibataires ».... étant donné {( leur conception de la femme » etc .• on ne prenait que des hommes comme professeurs. Pour ne pas avoir {( d'histoires ». sans doute. on ne voulait pas jeter l'agneau parmi les loups. Il serait peut-être intéressant de préciser que j'ai 30 ans. que je suis sociologue. spécialiste des problèmes du développement. que j'ai travaillé aux Nations Unies près de quatre ans sur ces problèmes. que J al passé la majeure partie de ma vie dans les pays du Tiers Monde et que. donc. je sais fort bien que toutes les cultures n'ont pas la même image de la femme. et que celle-ci n'est souvent pas brillante dans la majorité de ces pays. Mais je sais aussi ce qu'est le racisme . et j'ai de trop nombreux amis arabes pour leur faire l'insulte de croire à de telles généralisations. Cette attitude est une insulte . 1°) à ces hommes, puisqu'on en revient aux clichés de la presse à sensation de l'Arabe obsédé sexuel ; 2°) à moi-même. puisque je suis assimilée à une petite fille. incapable de se {( défendre » toute seule. Si c'est cela . les antiracistes. alors il n'y a pas grand espoir que ce pays change jamais. 1. CHAMBON 78-Versailles Le nerf ... Vous trouverez ci-joint un chèque postal de 40 F. Il concerne pour 30 F le règlement des bons de soutien dont les talons sont également joints. J'ai ajouté 10 F comme modeste participation à la {( bataille antiraciste». Les événements actuels dans le sud de la France vont sûrement nous mobiliser et l'argent étant le nerf ... P.G. Argenteuil. AJIl•l S ,,. llny,o:5 t . et 'i herte Valable jusqu'au 15 janvier 1974 POUR BÉNÉFICIER DE L'ANCIEN TARIF DE 25 F, CI Je renouvelle dès maintenant mon abonnement à cc Droit et Liberté Il. CI Je souscris .... .. . _.. ....... abonnement(s) pour les personnes ci-dessous mentionnées. BÉNÉFICIAIRES Noms et prénoms : Adresses DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 3 4 Chaque Jou/" de la h _~ 19 h Objets artisanaux de Bulgarie, Finlande, Israël, Amérique · latine, Algérie, Tunisie" Maroc, U.R.S.S., Inde, Cuba, Chine, Japon, Italie, Madagascar, etc. Ventes-signatures de livres et disques avec : - Pierre Paraf, Vladimir Pomer, Max-Pol Fouchet, Alain Spiraux, SaUy N'Dongo, Claude LabalTaque Reyssac, Denise Baumann, Odet Denys. - Mouloudji, Bachir Touré, Marc Ogeret, Claude Mann, Claude Réva, Christiane Perrin, Jean-François Gaël. Cadeaux de fin d'année Offrez les livres des Editions Droit et Liberté • UNE FAMILLE COMME LES AUTRES .19 F Lettres d'une famille juive sous l'occupation, réunies et présentées par Denise Baumann. Préface de Pierre Gascar. • UN DRAME A BORDJ-HINDEL ........... 19 F Amour et haine antisémite dans l'Algérie coloniale. Récit de Claude Labarraque-Reyssac. • UNE ÉCOLE CHEZ LES TZIGANES ..... 10 F Témoignage d'un instituteur, par Jean-Claude Sangan. Format poche, 4 pages photos hors-texte. • LA SANTÉ DES MIGRANTS .................. 7 F Onze éminents médecins analysent pour la première fois ce grave problème. Format poche, 4 pages photos hors-texte. • LE LOGEMENT DES MIGRANTS ........... 6 F Constat et suggestions de sept associations. Format poche. A commander il cc Droit et Liberté n, 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris - C.C.P. 6070.98 Paris Pour les frais d'expédition, ajouter 2 F pour un volume et 4 F pour deux volumes et plus. Et pourquoi ne pas offrir aussi un abonnement d'un an à « Droit et Liberté» ? ... ----------(Voir page 3) --..... 1 dans ce nUInèro DU KM 101 A GENEVE Tandis que le conflit du Proche-Orient prend une dimension économique à l'échelle mondiale, les racistes s'emploient, en France, à le transposer sur le plan ethnique ou religieux. De nouveaux signataires se joignent à l'appel du M.R.A.P. « pour une vraie paix, contre tout racisme» (pages 6 à 9). ETRE OU NE PAS ETRE UN EMIGRE Trente et un Mricains refoulés, au terme d'une traversée dramatique; un million de Turcs aspirant à gagner l'Europe... Après l'arrachement, les aléas du voyage, que trouveront ici les exilés de la faim (pages 12 et 13). 1 * bfHçftf~IER 1-1 ---- CES PREJUGES DANS VOTRE ASSIETTE Peut-on aimer ce que l'on mange sans haïr ou mépriser ceux qui s'alimentent différemment ? Léo Moulin examine cette question aux implications multiples (pages 17 à 20). UN ÉCRIT ANCIEN DE KONRAD LORENZ Quand le Prix Nobel de Médecine approuvait « la pensée raciale comme fondement de notre Etat» (page 25). Photos de couverture : Au « kilomètre 101», la signature de l'accord israélo-égyptien, sous les auspices de l'O.N.V., le Il novembre 1973 (A.F.P.). Commandos d'extrême-droite en action, le 21 juin dernier à Paris (D.R.). sJ,.roit& liberté MENSUEL l20, rue Saint-Denis - Paris (2) Tél. 231-09-57 - C.C.P. Paris 6070-98 ABONNEMENTS • Un an : 25 F • Abonnement de soutien : 50 F AI/fille!;. Réullio/l. Maghreb, Afrique frall copho/le, Laos, Cambodge, Nouret/e-CalédOi/ ie : 25 F. Aulres pays : 35 F. Changell1l!l/1 d'adresse: 1 F. Directeur de publication : Albert Lévy Imprimerie la Haye DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 éditorial L'année qui vient ... BONN E année, 1974 peut l'être si la paix au Proche-Orient résulte de l'enÇJagement des grandes puissances sur la voie de la détente, et. par là même, confirme celle- ci , Les conséquences du conflit sur les approvisionnements en pétrole et l'exploitation qui en est faite, risquent de masquer l'essentiel. A savoir, que la négociation se substitue à la guerre, que, de toutes parts, on en vient enfin à une appréciation moins unilatérale, plus réaliste de la situation dans cette région . Les adversaires qui s'affrontaient sans nuances semblent découvrir peu à peu que la défense de leurs intérêts respectifs suppose la prise en considération de l'Autre, de ses problèmes, ses droits et ses aspirations . Révision déchirante parfois et qui rend étrangement moroses ceux qui , chez nous, répugnent encore à reconnaître les réalités. Quant au M.R .A.P. , qui voit aujourd'hui ses positions de toujours trouver leur vérification et devenir le langage commun dans la recherche d'une issue pacifique durable, il a tout lieu de saluer avec espoir la Conférence qui s'ouvre à Genève, en dépit de nombreux obstacles . Il appelle tous les antiracistes, quelles que soient leurs conceptions, quelles qu'aient pu être leurs attitudes passées, à ne pas bouder le processus qui s'amorce , mais à tout faire au contraire pour contribuer à l'affermir. AUTRE développement nouveau qui s'amplifiera sans doute en 1974 : la prise de conscience , par ce qu'on appelle le « Tiers Monde », du pouvoir que lui donnent ses ressources naturelles. Jusqu'ici , la mise en valeur de ces richesses par quelques grandes sociétés multinationales signifiait arriération économique et assujettissement politique des pays qui les récélaient. La guerre d'octobre a été l'occasion pour les peuples arabes d'affirmer avec éclat leur volonté d'en finir avec ce système. Pareille transformation n'ira pas sans «bavures», sans luttes de toutes sortes, extéri eures et intérieures: ce sont des relations séculaires qui sont ainsi mises en cause . Mais le temps n'est plus (le Vietnam , l'Algérie , Cuba en témoignent) où la contestation des colonisés peut être matée sans efforts et sans risques sérieux . BIEN des tentatives se poursuivent pour briser ou falsifier ce mouvement irréversible . Il n'y a pas que « Minute » qui présente « les Arabes » comme responsables d'une crise économique dont la question pétrolière n'est qu'un aspect particulier et occassionnel. C'est désormais à l'échelle internationale que l'on cherche des boucs émissaires, tandis que se multiplient en France calomnies et violences contres ces « Arabes» , d'où viendraient tous nos maux, et plus généralement, contre les travailleurs immigrés. On peut donc craindre que, face à des difficultés croissantes, le racisme apparaisse à certains comme un recours providentiel, permettant de troubler les esprits , de dévier les luttes. Et à la faveur de l'actualité, il n'est pas surprenant que l'antisémitisme entre , lui aussi , en lice. C'est classique ; même si , selon les moments, telles ou telles victimes sont plus directement visées, nous savons par expérience qu'un racisme ne va jamais seul. AUSSI ne faut- il rien laisser passer. En particulier, il importe de mettre un terme aux menées de plus en plus insolentes des groupes racistes et fascistes en France, Les forces syndicales et démocratiques unies pour la Journée nationale antiraciste du 25 septembre restent mobilisées. Le M.R.A.P. prend part pleinement à toute action entreprise dans l'union , avec le souci d'éviter les provocations qui favoriseraient de nouvelles atteintes aux libertés démocratiques. Combattant partout les préjugés , les interprétations « raciales» d'une situation qui se complique sans cesse ; assurant la défense de toutes les victimes de la haine et des discriminations ; se plaçant résolument parmi les partisans du progrès et de la paix, le M .R.A .P., qui célébrera en mai son 258 anniversaire , ne manquera pas de travail au cours de l'année qui vient.. , Albert LEVY . 5 6 .~,----- ~1f--------_""":~""" proC!he-orient Dans les dossiers de Genève"! l"!appel du M.R.A.P. DEPUIS la parution de notre numéro (ft' novembre, de nouveaux signataires se sont associés à l'appel du M.R.A.P. « pour une vraie paix, contre tout racisme n. Nous en publions ci-dessous la liste. Lancé alors que la guerre faisait rage, cet appel qui définit les bases permettant de mettre fin au conflit du Proche-Orient et de surmonter les passions qui s'y rattachent, prend une portée croissante dans le climat tendu qui précède l'ouverture des négociations. Par le nombre, la qualité et la ruversité des personnalités qui l'ont approuvé publiquement, il constitue un événement sur le plan français et international. Le M.R.A.P. a donc décidé de porter ce document à la connaissance des délégations qui vont se rencontrer à Genève. Ainsi s'exprimera le soutien de l'opinion antiraciste de notre pays à tous les efforts qui seront entrepris en vue d'instaurer enfin une paix juste et durable, dans le respect des droits, de la sécurité et des aspirations de tous les peuples en cause. 2 e liste de signataires Henriette ANTOINE-MAY infirmière Vugile BAREL député Roger BASTIDE ethnologue Clément BAUDOUIN ancien conseiller municipal de Paris JulienBERTHEAU artiste dramatique Lucie CANONNE médecin M.C. CHARPY professeur Marie-José CHOMBART DE LAUWE maitre de recherches au C.N.R.S. Paul-Henry CHOMBART DE LAUWE professeur d'Université Claudine CHONEZ écrivain, journaliste Gustave CHOQUEr professeur d'Université Noël CHRISTOL pasteur Pierre DAC chansonnier Pierre DUCROS pasteur Max-Pol FOUCHEr écrivain Pierre GASCAR écrivain Alain GAUSSEL ingénieur Marcelle GEORGES-HUISMAN A. GLASBERG prêtre Mireille GWDEK-MlAILHE artiste-peintre Pierre JOXE député Hélène LANGEVIN Tlrofesseur d'Université Raymond LAZARD ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées Jean-Paul LE CHANOIS cinéaste Daniel LEHMANN professeur d'Université Philippe L'HERITIER professeur d'Université Pierre, MAILHE sénateur Théodore, MONOD membre de l'Institut Georges NEVEUX écrivain Gérard OURY cinéaste Bernard PAUL cinéaste Anne PlHLIPE écrivain Marcel POLLITZER écrivain Michel POIRIER Paul PRÉBOIST artiste dramatique Madeleine REBERIOUX professeur d'Universitè Jean ROUCH directeur de recherches au C.N.R.S. Marc SAINT-SAËNS artiste-peintre Raoul SANGLA réalisateur de télévision Laurent SCHWARTZ professeur d'Université Albert SOBOUL historien Francesca SOLLEVILLE auteur-interprète Alain SPIRAUX écrivain Alain TERRENOIRE député Jacqueline rnqME-PATENOTRE député Jean TOULAT prêtre Truong VIÊf-mANH vice-président de la section du Viêt-nam de la C.F.D.T. Pierre WERTHEIMER professeur honor~ire à la Faculté de médecine La première liste Nous rail pelons ci-dessous la première liste de signataires publiée dans notre précédent num~ro : Mnws et MM. Pierre ABRAHAM, (atherine AMMAR, Rolande ATTULY-JAW~S; Robert BALLANGER, Henri B~TOLl, Guy BEDOS, J.~cques BEUEVIUE, S~mone BE~ AMARA-BOUAZIZ, Fernand BENHAIEM, Marie-Eve BENHAlEM, Marlyse BLUM, "lare-Andre BLOOE, Francis BONIART, Paul BOUAZIZ; (lara UNDIANI, Marie-Magdeleine (ARBET, Robert OEAMBEIRON, Edmonde OEARLESROUX, AII!xandre (HIL-KOZLOWSKI, Henri (JTRlNOT, Eugène (LAUIlIIIS-PETlT, Paul (HAU- (HARI), Maurice (LING, Marcel WUEN, Pierre (oT; , Laure DAmEVSKI-PERRlN, Louis DAQUIN, Alain DUAUX, Robert DELA,VIGNETTE, Jal:ques DELPERRlÉ DE BAYAE, H,ubert DES.OWIPS, Bernard DEZERT, Andre DUMAS; Jean ESTABLET, Henri FAURE, Jean-Pierre FAYE, Jacques FONLUPT-ESPEHABER, Ernest FRANOE, Jean fRAPPIER; Mathilde GABRIEL-PÉRI, Pierre GMIARRA, Max GONFREVIUE, François GRÉMY, Gérard GUYOMARD; Victor HAiM, Fred UERMANTlN, Georges HEUYER, Olivier HUSSENOT; Manfred IMERGLlK, Raymond JEAN, René JUUlAN; Ernest KAHANE, Daniel-Henry KAHNWEIUER, Ser,ge KRZIWKO,SKI; , Bernard LAVERGNE, Michel LEIRIS, Françoise LEON, Mme LEON-JOUHAUX, Albert LEVY, Bertrand de LUZE; Jacques MADAULE, Philippe MALRIEU, Roger MARIA, Jean-Paul MATHIEU, Jean MELOUX, Blasco MENTOR, Jean MEROERE, Gaston MIALARET; Roger NATAF, Marie NATAF, Sally N'DONGO; (harles PALANT, Pierre PARAF, Jean PIHAN, Louis PERlUIER, Jean PI(ART LE DOUX, Janles PIOEETTE, André PIEYRE de ~IANDIARGyES, Yladimir POZ~R; W. RABI, Roland RAPPAPORT, Guy RETORE, (Iaude REVA, Emmanuel ROBLÈS, Jean ROUSSELO'f; . (harles SADRON Maurice SOEUMANN, M. SOUTIF, Evelyne SUUEROT; Lucky TIIIPIfAINÈ, Bachir TOURÉ, André TUN(; José VALVERDE, André VERDET. Le texte de "appel « pour une vraie paix, contre tout racisme)) peut être demandé au Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.RA.P.), 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris, où les nouvelles signatures sont à adresser. DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 o DE ~---------- • T4htdis que la r6preulon 811nQ1ante continue ... ehIII, te ~ Washington Poet,. fait MVOir que la junte faaciete a ...... la nomination d'un attacW- mift.. taire arMricain noir • Santiego. • cc Ce que j'al vu n'. c0mparable qu'aux campa de la mort nazis d'Auschwitz et de 0 .. cheu a), a d6c1aré le p6re Ci&vacci, de Florence, ... retour d'un voyage 6 Saigon oc) il a vWt6 ... prisons où Mftt empli- ..... ... p8triotes vifs ............ cc On tue, on fu8iIIe dans ... ru .. de Saigon, on torture dan. prison de Chi-Hoa, il ........ des cho8es inorov...... dans la vile ,), a pr6cis6 un autra prttre, le père Pasaoni. Ces ~ont6t6~ 6 Turin, début noveniJre; devant la 3- auembI6e des ohr ....... .oIicIaIrea des peuples crlndochine. • Une synagogue .. été déOuite par un incendie criminef dans le . quartier d'e_ Sicle, 6 New YOrk. Une autre avait été incendi6e dans le même quartier il y a moins de troI8 mois. • cc Ne vauclraIt-U ~ mieux exporter des usines qu'importer des hommes 1 » .. denwnd6 Paul VI dans une allocution relative aux travailleurs migrants. .... propoM la r6daction d'une charte qui garendralt 6 ceux-ci cc le re...-:t de leur perIOI...ut6, la ~ du traval, la f0rmation profeMlonnelle, la vie en ....... Ia ~ acIapt6e des enfanta, la prévoyance 8OCi8Ie, la liberté crexpreNion et d'8IIIOCietion ». • Il V a 83 membres du parti n6o-nui N.P.O. pam1i'" ensei...... et fonctionnaires de , re_ oueat-aII ....... de Rh6na.... Weetphall., r6vtIe un ,..... port récent du miniIstre de l'Int6rIeur de cet Etat. • Selon certain.. inf0rmations, ... opérations contre les d6m0crates en Grèce, Ion du récent coup d'Etat, auraient fait une centaine de victime •• 7 Pièges _______ ~----- financière ou qu'ils nous encombrent par leur pollution agressive ('.J Il nous faut donc nous battre sur deux fronts ( ... ) Un jour ia fortune tuumerc;. Sü?',iJut ;;i ~c~ adversaires, au lieu d'être unis parfaitement s'entretuent allègrement ... )) Autant de thèmes qui confirment, s'il en ètait besoin, que racisme et bellicisme vont de pair. se diffuser impunément dans notre pays. Et plus encore parce qu'ils apparaissent dans un climat à une grande partie des jüarn&!.!x et des r,, ~~;Jv d.;. , !,;~, .. n( (l présenter la crise pétrolière comme un conlltt entre « les Arabes» et « les pays civilisés ». Quand « Minute» parle de (( la revanche de l'Islam )), quand il dénonce (( l'humiliation que nous infligent les Arabes)) (28-11 -1973), ce journal exprime sous une forme à peine plus virulente ce qu'on lit et entend quotidiennement. JUIFS, Arabes .. ~ Israélites, musulmans... Il est courant que le conflit du ProcheOrient, qui implique des Etats et des peuples bien déterminés, se trouve transposé sur le plan « racial» ou religieux : par désir, dans les deux camps, d'assurer à la cause défendue un soutien plus large, une caution idéologique; et, pour les supporters de chacun d'eux, par un zèle passionné quelquefois, souvent par ignorance des problèmes réels et des notions que recouvrent les mots, par facilité (car les vieux préjugés semblent « aller de soi »), par inadvertance même (1). Mais il est des groupes, des publications dont c'est la fonction pourrait-on dire, d'entretenir la confusion, de susciter les haines à des fins inavouables. Ils se dèpensent beaucoup ces temps-ci. Le juif, l'Arabe Dans les journaux « spécialisés», la transposition est constante. S'il leur arrive de parler des Israéliens, leurs adversaires sont toujours les Arabes, globalement - les combattants du Proche-Orient étant amalgamés aux travailleurs nord-africains immigrés en France. Et même s'ils font preuve d'une certaine prudence dans leurs appréciations sur les opérations militaires, ces journaux attribuent, comme toujours, aux donnèes ethniques et religieuses un rôle déterminant dans la situation présente. (( Cette guerre, écrit l'hebdomadaire maurrassien « Aspects de la France» (25-10-1973), pourrait avoir de profonds caractères religieux ... » (( Pour Israël, il s'agit de savoir si le Dieu Sabaoth existe encore ... » Il décrit par ailleurs ce qu'il appelle (( la mentalité des Arabes')) ou (( le )) Syrien, (( badaud dans l'âme )). « Rivarol» (11-10-1973), a trouvé l'explication de la politique du général De Gaulle: c'était un (( judéophile repenti)); et celle du président Truman, s'explique, selon « Carrefour» (22-11 -1973), sans difficulté: (( Le gouvernement américain (est) soumis à de fortes influences juives ». Quant à « Minute», fidèle au poste, il estime (28-11-1973) que d'Arabe, même nonhumilié ne vaut toujours pas cher cette année)) ; dans son style grand-guignolesque, il feint la frayeur en vitupérant « la grande revanche qui fait frissonner tout l'Islam dans un mauvais sourire ». 8 Hésitations Comment choisir entre deux haines? L'embarras se lit souvent dans les articles de cette presse qui, habituellement, excite aussi volontiers à l'antisémitisme qu'au racisme an ti-arabe. Ce dernier a aujourd'hui la préférence de « Minute», car il se rattache à ses campagnes contre les travailleurs immigrés. François Brigneau signe un reportage sur Israël (où sa sympathie va aux partis d'extrême-droite), car - il l'a dit lors de la guerre des Six Jours - l'usage de la force contre « les Arabes» ne peut qu'être soutenu par lui, où que ce soit. Ce qui ne l'empêche pas, à l'occasion, de proférer ou de publier des propos antijuifs (2). Donc, sur la visite du colonel Khadafi, sur la crise du pétrole, « Minute» se déchaîne; et plusieurs articles, dans chaque numéro, s'emploient à charger les travailleurs algériens de tous les maux dont nous souffrons. « Rivarol» hésite. Il dresse, lui aussi, devant ses lecteurs (22-11 -1973) un horrible épouvantail : «Les Arabes sont des gens sans mesure; ivres de puissance, ils rêvent de - mettre l'Occident à genoux. Toutes les concessions qui leur sont faites ne servent qu'à exacerber leur vanité et leur intransigeance. Mais comme ce sont des fourbes, ils savent parfaitement masquer leurs intentions.)) Mais la semaine suivante, il publie la lettre d'un lecteur : «Je suis pour les Arabes )). Ses raisons? (( Le colonel Khadafi est un anticommuniste notoire », et (( la minorité juive qui commande aux destinées des U.sA. a choisi Israël )). Odieux ! Les motifs donnés par « Impact », organe des commandos de l' « Action Populaire » et du « G.A.J.» (3), pour justifier son soutien à Israël, méritent d'être notés. (( Libre à chacun, concéde-t-il (novembre 1973), de laisser son imagination vagabonder et de regretter que le peuple élu n'ait pas disparu dans les fours crématoires »... Mais, ajoute-t-il, puisqu'Israël existe, (( il faut s y résigner, si on ne l'admet pas de bon coeur: ». Cela implique, pour cette feuille, que le peuple palestinien, lui, n'a pas droit à l'existence. Et il estime qu'Israël « cesserait d'être un peuple », s'il n'était pas «expansionniste, militariste, impérialiste, belliciste ». Cette sorte d' « amis», Israël n'en a pas besoin. Autre branche de l'extrême-droite, « L'OEuvre française li, organisation dirigée par Pierre Sidos (qui fut de « Jeune Nation», d'« Occident li, etc.) prend des positions carrément anti-israéliennes et antijuives. En maquillant un portrait du Premier ministre israélien, de façon à évoquer Hitler, ces provocateurs veulent sans doute masquer le fait qu'ils diffusent eux-mêmes sur leurs affiches le slogan hitlérien de la « race juive dominant le monde»; sans doute aussi veulent-ils tromper ceux qui n'approuvent pas la politique d'Israël et, jouant machiavéliquement sur l'antinazisme, les faire glisser vers l'antisémitisme. Ces excitations -ouvertes à la haine relèvent clairement de la loi contre la racisme. Les Pouvoirs publics se devraient d'engager des poursuites, de dissoudre cette organisation. Qu'en sera-t-il? Racisme et bellicisme Il en est de même des excitations du mensuel « Le Combat Européen» qui, développant sa propagande raciste dans son numéro de novembre 1973, titre : (( Ni les uns! Ni les a~tres ! » Lui, a choisi de ne pas choisir. Il exploite la crise du Proche-Orient dans le sens d'une double hostilité : (( La seule chose qui nous menace, qui nous opprime, qui nous martyrise, qui nous divise, qui nous suce le sang, qui nous pollue, qui nous avilit, qui nous déshonore, qui nOus détruit, c'est l'entente entre Arabes et juifs, c'est-à-dire entre Washington et Moscou », écrit-il, en stigmatisant « cette foutaise de détente )1. 'Et il poursuit: (( Mes jeunes camarades qui faites des voeux pour la victoire arabe, vous êtes dans l'erreur. Mes amis qui préférez le triomphe d'Israël, vous vous trompez! ( ... ) Notre devoir est de les traiter exactement de la même façon, qu'ils nous oppriment par leur prépondérance ':',.,., ..,ll?f'i'OEUVRE FRANÇAI'" '".,.-:-:" .flOIMment Nationali" IIlrip.,1f ~ S1DOS Un miroir grossissant L'ensemble de ces écrits, plus ou moins grossiers dans leur forme, s'ils sont significatifs de l'idéologie de l'extrême-droite raciste, sont inquiétants à un double titre. Dans la mesure, d'abord-, où ils peuvent Alors que le problème fondamental posé à l'opinion publique est celui d'une paix juste et durable au Proche-Orient, du contrôle de leurs ressources nationales par les pays du Tiers monde, on le trans_ pose là encore au plan ethnique, et, pour ne pas « céder au chantage », la « fermeté », voire le recours à la guerre, sont suggérés, et même préconisés. Certains ne cachent pas leur nostalgie de la violence coloniale. Le racisme insolent de la presse « spécialisée » constitue, une fois de plus, le miroir grossissant du racisme honteux qui se camoufle ici et là, l'un et l'autre s'alimentant mutuellement. En période de crise, plus que jamais, la vigilance s'impose, pour empêcher qu'à partir d'analyses tendancieu,ses des réalités, l'opinion ne soit poussée vers les pièges du délire raciste. Claude HENARES. (1) Voir dans « Droit et Liberté » de novembre 1973, l'article de Colette Guillaumin : « Quinze jours de mots ». (2) A la veille des dernières élections législatives, dans un article virulent sur la venue à Paris de Mme Golda Meïr, « Minute » présen· tait « les juifs» comme les maîtres de l'économie et de l'information en France. (3) Voir page 12 : « Commandos racistes en liberté ». Les spécialistes de la haine antijuive et antiarabe se partao gent la tâche, ou se déchaînent sur les « deux fronts» à la fois. N.B. : Le titre de « Minute » est ici amputé de sa preniière ligne. Il était en fait, libellé : « Pétrole : on / nous / ment! ». t.wNOUS NllfS .S 1 NI lES AUTRES' lE COMBAT IUROPHN L'ACTION EUROPEENNE LE COlMRtER DU CONTINENT lE RENOUVEAU NATtONAl DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 1 MENT. La crise maIIJé les courbettes aux Arabes • Les grandes compagnies menacent. Des lcenciements dans nndustrie • L'exemple allemand: ARR~TEZ L'IMMIGRATION 9 Contre-offensive du Tiers-M onde 1 ES implications internationales du L conflit du Proche-Orient, qui ont fait craindre, en octobre-novembre, un choc direct entre les grandes puissances, se traduisent maintenant par de profondes répercussions au plan économique. Pour analyser la crise pétrolière, il faudrait , comme toujours en pareille matière dissiper les brouillards qui l'obscurcissent . Car les interprétations tendancieuses, les ambiguïtés, les arrièrepensées ne manquent pas. Les intentions du roi Fayçal. vieux complice des sociétés américaines. ne sont certes pas les mêmes que celles des peuples arabes qui aspirent à la libération et au progrès. Les hausses du prix du « brut» et le ralentissement du pompage, s'ils constituent des moyens de pression économique et politique ne déplaisent pas à tout le monde aux Etats-Unis. Et la dramatisation qui s'amplifie en Europe ne vise-t-elle pas à masquer les causes réelles de difficultés qui seraient survenues de toute façon? Ce qui est nouveau, c 'est que , pour la première fois , des pays du TiersMonde retournent contre ceux qui les exploitent la puissance résultant de leurs ressources naturelles . Au nom de la morale, on s'indigne que les nécessités économiques amènent certains gouvernements à modifier précipitamment (ou à préciser) leur position sur le Proche-Orient, afin de ne pas manquer de carburant. C'est oublier qu'en tous temps, en tous lieux, sous des formes variées, l'économie exerce un poids décisif sur les orientations politiques des Etats. Et l'on s'indignait beaucoup moins quand la force conférée par l'exploitation du pétrole assurait aux compagnies et aux gouvernements étran- CP Production . Consommation gers une mainmise totale sur les pays arabes. C'est oublier aussi que la pression exercée aujourd'hui par ceux-ci, après un lent « grignotage» qui leur a permis d'accroître peu à peu le contrôle de leur production, se donne un objectif clair et précis : l'application des résolutions de l'O.N.U., dont dépend une solution réaliste des conflits nationaux dans cette région. Peut-on, en conscience, le leur reprocher, alors même qu'ils s'engagent dans la négociation, et proclamer illégitime leur volonté de disposer de leurs richesses? Difficilement. C'est pourquoi, plutôt que de répondre aux questions véritables posées par la recherche de la paix, d'aucuns préfèrent ameuter l'opinion contre « le chantage arabe», voire prôner l'usage de la force - le déclenchement d'un nouveau conflit - pour « récupérer» le pétrole. Et au moment où les évolutions spectaculaires M. Soustelle corrige Shakespeare C'est une manière d'exploit qu'a rèalisè M. Soustelle. Il est parvenu à « retovrner » contre « les Arabes» un stèréotype raciste jusque là utilisé uniquement contre « les juifs» : celui de Shylok. « A côté de chaque pompe à essence, affirme-t-il, il y aura un Shylok arabe qui, faute de pouvoir prélever sa livre de chair sur Israël, se venge sur l'Occident. » «( L'Echo-La Liberté », 10-11 - 1973.) Shakespeare accommodé au pétrole, en quelque sorte. Ce nostalgique de la colonisation, qui suggérait l'autre semaine au ministre de l'Intérieur d'expulser les immigrés algériens coupables de ne pas applaudir au racisme dont ils sont victimes, dénonce « l'aberration)) qui a consisté à Il faire cadeau )) de « notre pétrole)) à l'Algérie. Ce pétrole, dit-il, est Il aujourd'hui entre les mains de fanatiques acharnés à détruire le monde occidental ... Et il ajoute : Il L'abandonner fut une folie)). Cela n'empêche pas M. Soustelle de se présenter comme un militant antiraciste (et de siéger à la direction de la L.1.C.A.). 10 Australie et Nouvelle-Zélande \) s'effectuent dans le sens de solutions politiques, les propos d'un Khadafi s'avèrent bien utiles à ceux qui s'efforcent d'attiser les tensions. Affirmant leur appartenance au TiersMonde, les pays arabes réunis à Alger ont esquissé les traits de nouveaux rapports avec les pays colonisateurs . Ils entendent désormais maîtriser les échanges, en discuter d'égal à égal , afin que les matières premières qu'ils possèdent, pillées jusque- là dans des conditions désastreuses pour eux, soient utilisées dans leur propre intérêt, en vue de leur développement industriel. Ce problème est celui de tous les pays sous-développés (1) . La solidarité qui se renforce entre l'Afrique noire et les pays arabes n'est pas occasionnelle . La conférence d'Alger a évoqué raide qui pourrait être apportée, grâce au pétrole, à l'ensemble du Tiers-Monde; et la décision de boycotter les régimes qui perpétuent en Afrique le racisme et le colonialisme (Portugal, Afrique du Sud, Rhodésie) aura prochainement sans nul doute, des effets concrets. Tôt ou tard, en ces dernières décennies du vingtième siècle, il fallait qu'éclate l'opposition entre les deux parties du monde dont les rapports se fondent depuis des siècles sur l'exploitation et la domination de l'une par l'autre. La crise récente du ProcheOrient a contribué brusquement à la porter au premier plan de l'actualité. Louis MOUSCRON (11 Voir le numéro spécial de « Droit et Liberté» « Ce monde que l'on dit tiers» (3,50 FI . Sahel • • il faut agir ! CS informations sur les conséquences de la sécheresse en Afrique et sur l'aide reçue par les peuples en détresse, sont si confuses, fourmillent de tant de contradictions qu'il est difficile d'établir un bilan véritable de la situation. Ce qui est certain, comme l'a déclaré une délégation du Parlement européen, après un voyage au Mali et en Haute-Volta, c'est que « le drame des pays du Sahel frappés par la sécheresse ne fait que commencer Il. La pluie a été insuffisante, cette année encore. Et la récolte, au printemps prochain, ne couvrira qu'une partie infime des besoins. Le bétail est décimé. La faim continue pour des centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants. Et tandis que le drame couve dans les six anciennes colonies françaises les plus éprouvées (Mali, Niger, Mauritanie, Sénégal, Tchad, Haute-Volta) on apprend que 50 000 à 100 000 personnes sont mortes d'inanition en Ethiopie. Selon les estimations les plus vraisemblables, 500 000 tonnes de céréales ont été livrées cette année au Sahel, alors qu'il en aurait fallu au moins 750000. La particIpation de la France a été de 65 000 tonnes. Les experts européens évaluent à 662000 tonnes les besoins minimum pour les dix prochains mois. Mais le ministre voltaïque de l'Agriculture, M. Antoine Dakouré, président du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse du Sahel (C.I.L.S.S.) a déclaré que 1 200000 tonnes de vivres étaient nécessaires, ce chiffre pourrait même atteindre 1 500000, selon le représentant du Sénégal à ce Comité. Après quelques semaines, cet été, où l'opinion publique a été sensibilisée à ce drame, d'autres problémes l'ont sollicitée, et l'on peut craindre un certain désintérêt. Or, c'est d'elle que dépend pour une grande part l'ampleur des mesures qui seront prises. La solidarité individuelle, sous forme de dons et de collectes, doit, certes, se poursuivre. Mais il est évident que c'est aux Etats qu'incombe l'essentiel de l'action à entreprendre. M'associant à l'appel du M.R.A.P., je demande que les pouvoirs publics mettent en oeuvre immédiatement et sans désemparer, au niveau national et international, tous les moyens permettant de sauver les six millions de vies menacées par la famine en Afrique. Signature Nom ................................... Prénom ............... . Adresse ....................................................... . Don pour la campagne du M.R.A.P ............................ .. Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.), 120, rue Saint-Denis - 72002 Paris. (C.C.P. 14.825.85 Paris) DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 Pour les secours d'urgence d'abord. Lors de la guerre du Proche-Orient, des 'ponts aériens ont été organisés, d'énormes quantités de matériel sont partis en poussiére, pour la destruction de vies et de richesses humaines. Ne peut·on pas concevoir, espérer que des moyens aussi importants soient mis en oeuvre pour sauver des milliers de vies menacées et favoriser le développement économique des régions atteintes par la sécheresse? Nous demandons une aide efficace pour les peuples d'Afrique, la réalisation des projets d'irrigation existants depuis longtemps, la pratique d'une solidarité internationale réelle. Une aide orientée vers la satisfaction des besoins des peuples, et non vers l'enrichissement des grandes sociétés coloniales qui tirent d'énormes profits de l'exploitation et du transport des matières brutes produites en Afrique, comme du transport et de la vente des produits manufacturés fournis par l'Europe (1). Le M.R.A.P., quant à lui, poursuit sa campagne. il a déjà effectué l'envoi direct de 3 tonnes de blé à deux villages du Sénégal, Goumal et Tilogne; puis fourni 6 tonnes de mil au village de Niabina, en Mauritanie, à l'occasion de la soirée de solidarité du 9 décembre, à la Mutualité, il a remis 2 500 F à l'Union générale des travailleurs sénégalais, à titre de contribution pour le forage d'un puits. Aussi bien pour l'aide alimentaire que pour l'achat de matériel nécessaire à des travaux locaux d'irrigation, le M.R.A.P. continuera d'exprimer, par des contacts directs avec la population des villages, l'amical soutien des antiracistes de France. En cette période de cadeaux, pensez à verser au M.R.A.P. votre contribution. Tout en apportant et soutenant ses efforts pour obtenir l'action efficace des pouvoirs publics. (1) Est·il normal, par exemple, que les frais de transport des aliments envoyés au Sahel représentent près de la moitié du prix de ces aliments? 11 c:: ci Un groupe de choc d' « Ordre Nouveau». ~o_·_andos racÏstes en IÏberté T ES groupes racistes et fasci stes, béné. L ficiant d'une impunité totale, font preuve depuis quelques semaines d'un regain d'activité. « Ordre Nouveau», dissous en juin (sans que le ministre de l'Intérieur ait estimé nécessaire de motiver sa décision par le racisme et la xénophobie de ce groupe) s'est reconstitué sous le sigle de « Faire Front». Aux excitations xénophobes et racistes sur « l'immigration sauvage », s'ajoutent le thème du Proche-Orient et le soutien à la junte chilienne. Plusieurs meetings sont annoncés dans différentes villes de France, où, dénonçant la complaisance des Pouvoirs publics, l'opinion démocratique se mobilise pour mettre fin à ces menées intolérables. Ainsi, à Pontoise, dés que fut connue, par un affichage massif, l'intention de « Faire Front» de tenir une manifestation, le comité local du M.R.A.P. lançait un appel, largement diffusé par tracts et affiches manuscrites; il invitait par ailleurs à une rencontre les syndicats, les partis de gauche et diverses associations de solidarité avec les travailleurs immigrés. Des démarches communes étaient aussitôt entreprises à la mairie, à la préfecture, 12 auprès des élus. Finalement, le meeting provocateur fut interdit. A Saint-Germain-en -Laye, c'est aussi l'union et l'action de diverses organisations (dont le M.R.A.P.) à l'initiative de la C.G.T. et du Parti communiste. ,qui ont permis d'empêcher une manifestation de « Faire Front ». A Villemomble, où une salle municipale avait été accordée aux racistes, c'est aprés une vigoureuse intervention du conseil général de la SeineSaint- Denis, présidé par M. Georges Valbon, que la préfecture a pris une mesure d'interdiction. A Paris, « Faire Front» annonçait une réunion publique dans le 8e arrondissement, salle Jean -Goujon. La C.F.D.T., qui en était informée, alerta le M.R.A.P. Les quelques diLaines de trublions venus participer à la réunion trouvèrent porte close et se dispersèrent rapidement. Il en fut de même dans le 16e , à la Maison des Basques, où ils avaient loué la salle en se présentant non pas comme « Faire Front », mais en « empruntant » le titre de « Faire Face», journal de la défense des handicapés physiques. Ce n'est pas toujours le cas, il est vrai. Une réuni on raciste et fasciste a pu avoir lieu dans une salle municipale à Sceaux, le 20 novembre, annoncée par un grand déploiement de tracts et d'affiches. Une autre s'est tenue au Chesnay, près de Versailles. A Paris, le 19 décembre, « Faire Front» prétendait tenir un meeting à la M utualit~ ... comme « Ordre Nouveau» le 21 juin. Allait-on revoir le défilé des commandos casqués et armés pour « protéger » la manifestation? La police parisienne serait-elle chargée une nouvelle fois d'assurer le libre déroulement d'une telle provocation? Le M.R.A.P. a fait une intervention pressante auprès du préfet de Police et du ministre de l'Intérieur, demandant que toutes mesures soient prises pour empêcher ce scandale. Il s'est ensuite associé, ainsi que plusieurs autres organisations au Collectif de défense des libertés, comprenant les partis de gauche, les syndicats C.G.T., C.F.D.T., F.E.N., et la Ligue des Droits de l'Homme qui appelaient à une contremanifestation. Le meeting de « Faire Front» fut finalement interdit, de même qu'une manifestation de rue devant l'ambassade du Chili que les groupes fascistes entendaient réaliser. Des querelles opposent parfois les divers groupes de l'extrême-droite, ·à partir de nuances dans la tactique et de concurrences personnelles. Mais sur le fond, il est difficile parfois de distinguer les uns des autres; et tous considèrent le recours à la violence comme le moyen privilégié de leur action. Groupés dans les comités « Faire Front » les responsables d' « Ordre Nouveau» ont pris quelque distance par rapport au « Front National », dirigé par Jean-Marie Le Pen, considéré comme trop préoccupé par les questions électorales. Le Pen, à la manière du Mouvement social italien, souhaite en effet donner à l'extrême-droite un vernis d'honorabilité en participant à toutes les élections, y compris presIdentielles. Vieux baroudeur, éditeur de disques vichystes et nazis, il ne néglige pas cependant les méthodes qu'il appelle « activistes» : Bien souvent, a-t-il déclaré lors d'une rétente conférence de presse, la provocation est la seule façon de se faire entendre». Violences Le « combat national» (comme dit « Rivarol ») est mené aussi par le G.U.D. (Groupe union droit), l' « Action Populaire », qui publie un mensuel, « Impact », et dont la « branche jeunes » est constituée par ' les G.A.J. (Groupes d'action de la jeunesse), ainsi que l' « Action Européenne» dont l'organe est « Le Combat Européen », et qui organise les « Jeunesses d'action européenne». Les uns et les autres se retrouvent et se relaient dans les attaques répétées contre les étudiants des facultés parisiennes. Aux centres Assas, Tolbiac, Censier, les commandos du G.A.J. ont opéré à plusieurs reprises, matraquant les étudiants à la sortie des salles de cours. Les forces de police, présentes à proximité, restent passives devant ces agressions. A Nanterre, plusieurs dizaines de nervis du G.A.J. sont venus, casqués et armés par le R.E.R. sans que la police intervienne ; ils ont fait irruption dans un amphithéâtre et frappé au hasard, puis se sont « repliés », également par le R.E.R., quand de nombreux étudiants leur ont fait face. Car les universités sont décidées à ne pas laisser les troupes fascistes faire la loi. Etudiants, professeurs et personnel, constituent des comites antifascistes, opposant aux commandos la mobilisation massive et l'union des démocrates. Dernière minute Odieux attentat à Marseille C'est au moment de mettre sous presse que nous apprenons l'odieux attentat qui a fait quatre morts et de nombreux blessés au consulat algérien. ft Limpunité dont bénéficient ceux qui incitent et se livrent à la violence, est la cause essentielle du développement des menées racistes qui aboutissent à de tels crimes», a déclaré le M.R.A.P. dès l'annonce de l'attentat. N'est-il pas inquiétant, dans une telle situation, que les Pouvoirs publics eux, fassent preuve d'une totale « neutralité » qui encourage les menées fascistes? « Le G.U.D., annonce « Rivarol» (22- 11 -1973), organise actuellement tous les étudiants qui sont prêts à combattre les marxistes au centre Tolbiac. Plusieurs dizàines d'entre eux ont déjà pris contact.» Le G.AJ. affirme dans un communiqué que si on ne lui laisse pas développer librement ses activités, les « rouges» (c'est-à-dire les démocrates) ({ doivent savoir qu'il n'y aura plus pour eux de sécurité physique lI. .. Seule la force paie... Il faut adapter la violences aux nécessités du moment», écrit « Impact », la feuille de 1( l'Action Populaire ». Et les « Jeunesses d'action européenne » faisant savoir qu'elles préparent des camps d'entraînement, proposent au meilleur prix ({ tout l'équipement nécessaire aux jeunes militants ». Ces menées tombent sous le coup de la loi. Veut-on laisser se créer dans les facultés et dans la rue un climat de désordre, propice à toutes les atteintes aux li bertés? Veut-on laisser le temps à l'extrême- droite de se renforcer en exploitant démagogiquement les difficultés économiques ?.. C.H. DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 Etre' OU ne pas être ~ . ~ un emlgre I LS étaient 27 - Ivoiriens, Camerounais, Sénégalais - dans le « Korogho ». Introd uits en fra ude à San Pedro (Côte-d'Ivoire). Dans ce cargo en partance pour l'Europe, ils avaient été enfermés à fond de cale, dans un étroit boyau d'un mètre sur vingt. Clandestins? Pas pour tout le monde. Le « Korogho», de la S.l.T.R.A.M. (Société ivoirienne de transports maritimes), n'en était pas, dit-on, à sa première opération de ce genre, et il n'est pas le seul bateau négrier se livrant aujourd'hui à un tel trafic. Et puis, ils a vaient versé chacun pl usieurs milliers de nouveaux francs : la « clandestinité », ça rapporte! Que la « cargaison » soit découverte, qu'importe, puisqu'ils paient d'avance; et s'ils parviennent sans encombre, ces « clandestins » en plein désarroi, se sentant menacés, seront une proie facile pour toutes sortes de profiteurs. Alors, on comprend que certains « réseaux» tout -puissants ne souhaitent guère une émigration orgamsee, réglementée, au départ comme à l'arrivée ... Après plusieurs jours de mer, les 27 du « Korogho» réclamèrent à manger, à boire, voulurent sortir à la lumière. Il leur fut répondu à coups de matraques. Et même, le commandant fit appel à un navire de guerre espagnol qui passait par là : 16 de ses hommes montèrent à bord prêter main-forte pour mater les « clandestins ». Après ce long cauchemar, ils· ont débarqué à Brest, le 19 novembre, tandis que 4 autres Ivoiriens débarquaient du « Tabou», à Lorient. Tous ont été dirigés vers Paris et hâtivement rapatriés en Afrique par avion. L'arrachement Des accords existent pourtant, qui assurent en principe aux originaires de l'Afrique francophone la libre circulation en France et le bénéfice de droits équivalents à ceux des nationaux. Il en est de même, réciproquement, dans ces pays, pour les Français. Jamais ceux-ci, à notre connaissance, n'ont été empêchés de s'y établir, d'y gagner de l'argent. Mais les émigrés africains, eux, sont démunis; ils viennent offrir ici leur travail parce qu'il n'y a pas d'emplois pour eux dans l'économie encore coloniale de leur pays; et voilà qu'au terme d'un périple cruel et ruineux, on refuse même à ces hommes la grâce de balayer nos rues ou de vider nos poubelles. Encore ceux-là reviendront-ils vivants chez eux. Parfois, des Africains sont trouvés morts dans les Pyrénées, morts de froid, de faim, d'épuisement, après avoir été abandonnés par des « passeurs» sans scrupules. Combien ont disparu sans même parvenir jusque-là? Emigrer n'est pas toujours aussi périlleux. Mais pour les exilés de la faim, c'est toujours une obligation imposée par le sous-développement persistant de leur pays; c'est toujours un arrachement plein echerchons pour AEROPO~\ ROISSY - EN - FRANCE PLACES ST ABL ES Postes à pourvoir NOVEMBRE et DËCEMBRE 1973 M~CANICIENS CUISINIERS. AUTOMOBILES P3. RESPONSABLES FRIGORISTES P3. OE NETTOYAGE. ~LECTRICIENS P3. GESTIONNAIRES DE STOCKS. MAGASINIERS. EMPLOY~S CHAUFFEURS P.L. ADMINISTRATIFS 1., ~ch.lon. CARISTES. COMMIS PR~PARATION MANUTENTIONNAIRES. AGENTS EN DOUANE. FEMMES M~NAGE. AGENTS PR~PARATlaN ' ft-P~E'A!TRI ON~A~LIT J~ ~~Ù~R0O1PËPE'NONCE S: »{ '"tresser. lettre ~anuscrite,~et référenr ~ a ServIce du Recrutement ~... 1111, AVENUE DU GENERAL LE ~; i 91) BOULOGNE. L'Etat complice ? ... d'incertitudes, de craintes, d'aléas. En Turquie, ils sont un million qui attendent le départ, pressés par le dénuement de leurs familles; et les entreprises d'Europe occidentale réclament une masse croissante de cette main-d'oeuvre bon marché, « clan· destine» ou non. Les difficultés que rencontrent les émi· grés, une fois en France, varient selon les ----. 13 conditions d'arrivée, selon la nationalité. Mais il y a beaucoup de traits communs, un climat général. Tous se trouvent en permanence dans une situation inconfortable, instable. Pour l'illustrer à la lumière de l'actualité, nous n'avons fait que relever ici quelques-unes des informations qui nous sont parvenues ces derniéres semaines. 10 dans 12 m2 Sur les conditions de logement, VOICI par exemple quelques coupures du JOl/mal officiel, pages des questions ecntes. M. Henri Fizbin, député de Paris, évoque (16-11 -1973) le foyer de l'avenue MathurinMoreau, dans le 19' : 230 travailleurs africains dans des locaux prévus pour 150; « état lamentable ... aucun travail d'entretien ni de réparation... dégradation ra pide ... )J. Et l'on veut porter de 80 à 100 F le loyer mensuel pour chaque lit occupé (il y en a 10 par chambre de 3 m sur 4). M. Georges Gosnat, député d'Ivry, demande une seconde fois depuis avril, la destruction d'un Îlot déclaré insalubre dans sa ville et des « bidonvilles verticaux» qui l'entourent. Réponse du rrumstre (29- 10-1973) : (( Certains immeubles bâtis sont occupés, ce qui implique l'obligation de procéder à des relogements ... L'acquisition de ces immeubles ne pourrait intervenir avant plusieurs mois ... Seules 23 fa milles occupent encore l'îlot insalubre, pour 7 d'entre elles des possibilités de relogement viennent d'être trouvées ... » La presse annonce que « le dernier bidonville de la Seine-Saint-Denis (celui des Francs-Moisins, à Saint-Denis) a disparu ». Que sont devenus ses habitants? Où se logent les nouveaux venus? (( Les causes de l'occupation d'habitat insalubre demeurent )J, écrit Le Monde (8- 11 - 197:1). et si, depuis le début de 1971, sept cités de transit (533 logements) ont été mises en service dans ce département, les taudis et les « microbidonvilles» pullulent. Le maire de Colmar, mettant en garde contre une « industrialisation outrancière» de sa région (Dernières Nouvelles d'Alsace, 23 novembre), soulève le problème grave des immigrés : (( On fait appel à eux, déclare-t-il, sans se soucier ensuite de leurs conditions d'existence.» La Tribune des Mineurs (21 - 11 -1973) proteste : à Avion (Pas-de-Calais), les Hoùillères veulent imposer aux travailleurs marocains qu'elles logent un troisième lit dans des chambres de 2,50 m sur 2 m. Au Bourget (93), les travailleurs africains relogés dans un foyer se voient réclamer dès leur arrivée un prix supérieur à celui qui était fixé: ils décident de faire la grève des loyers, comme viennent d'en décider ceux d'un foyer d'Etampes (78). Dans la 14 région parlSlenne, cette forme de protestation contre des conditions de vie insupportables s'étend de plus en plus. La loi violée Parlons emploi, maintenant. La loi du 1 er juillet 1972 interdit spécifiquement les discriminations dans ce domaine. Le M.R.A.P. avait déposé une plainte, en mars dernier, après avoir collecté plusieurs centaines d'offres d'emploi discriminatoires dans trois journaux parisiens : « nationalité française exigée», « personnel européen», « manoeuvre européen», etc. L'instruction n'a pas duré moins de huit mois. Mais on ignore encore si des poursuites seront engagées par le Parquet. Et cette pratique continue dans les mêmes journaux... comme dans d'autres. Nos correspondants nous communiquent fréquemment des annonces de cette sorte dans toute la France. La place nous manque pour les citer, mais une suite sera donnée à chacune d'elles. Cependant, nous ne pouvons passer sous silence celle d'une société qui travaille pour l'aéroport de Roissy-en-France, parue dans Le Marché du Travail, publication à diffusion gratuite (Edition Nord), début novembre : pour une série de postes à pourvoir, non seulement elle spécifie l'exigence de nationalité européenne, mais elle réclame une photo (est-ce pour éliminer les « gens de couleur» de nationalité française ?). On peut s'étonner, une fois de plus, que des organismes d'Etat, maîtres d'oeuvre de cette grande réalisation, se rendent complices de telles pratiques en passant des marchés avec des entreprises qui s'y livrent (1). Logement, emploi ... nous n'avons abordé jusque-là que deux aspects de la condition des immigrés. Il faudrait parler de toutes les discriminations, des inégalités, des campagnes haineuses de Minute, des agressions de commandos racistes, des menaces d'expulsion qui pèsent sur tout immigré qui n'accepte pas son sort passivement. Là aussi, les exemples foisonnent. Droit et Liberté en cite quelques-uns; mais des pages et des pages seraient nécessaires pour la simple chronique de ces manifestations quotidiennes du racisme (dont on nie l'existence, en haut lieu). Il faudrait également relater, bien sûr, les actes et les prises de position antiracistes, les luttes communes Françaisimmigrés, la solidarité, la fraternité. Cela aussi est quotidien. Heureusement. Jacques CLERMONT. (1) M. Léon Feix, député du Val-d'Oise, a posé une question écrite à ce sujet au ministre du Travail. . FRANCE -------......... • Le policier de .vernines qui, le 19 octobre detrûer •• gri6vement bl'" crune balle de pistolet le jeune J .. n-NoiI Mara (voir notre dernier nurMl'o). a été inculpé de b ..... '.. Involontaires, et laissé en liberté. Da ... des circonstanc .. un peu aembleblq, un autre adot.. cent, Marc Heinry, 18 an. a été bleaé par un autre policier i Viroflay, (également dens ... Yvelin .. ) dans la nuit du ,. au 2 décembre. • Un maratcher du Val crOise avait refusé phIsieurs mols de suite d. v ....... , ........... .on employé, un trevaillaor pOrtUgais, et avait falsifi6 un certIfiCat de travail. Condamné, il crut pouVOir .. vange' an accusant de vol ce travailleur, il raide de témoignas" d. complaisance. D6fandu par notre ami Ma 8enhaiem. Ylmmlgré a été reconnu Innocent par le tribunal d. Pontoise, puis par la cour d'app.' de Paris. • Dan$ un. question écrite, un d6puté, M. Gilbert Schwartz, attire r attention .ut la recrudescence du racisme en Meurthe-et-Moselle : «De nombreux trevallteur. immig. et leurs faniiIJ.. y .ont victimQ d'ag ....... , de vols, de rack.t et de menaces. Les travail~ leurs nord-africains tIOnt particulièrement touchés par ces .xactions . v.nant de groupes néo-fucl.tes. Det inscriptions xénophobe. et appelant i la violenc. raciale apparaissent sur les murs et .ur les routes. Dans 1.. entrepriset, 1 .. lniustie .. , décI .... m.nt., insuit .. , licenciements .. multiplient i r égard d.. travailleurs Immigrésil. • Deux important.. enquête. sur ... travailleurs immigrés : dans « La Croix Il du 20 au 24 nov.mbre, dans «L'Humanité Il. du 21 au 23 novembre. • L'église d8affactée SainteOeMvitv., • ArgerIt.uil (VaIcPrOoinset)_, a été achetée è Yévéch6de par une aaocletion raUgieute musulmane, qui la trantformera en lieu de prières pour ... 20 000 musulmans de la ville. _"ei' JOU"I • • ., Le raCISllle ., qu est-ce Un député, M. Hamel, a demandé par une question écrite au ministre des Armées de (( re.".dr~ publiques les sanctions exemplaires qu'il ne devrait pas manquer d'inflige; aux mlhtal~es de tou~ grades qui: à Tou,louse, ont commis et laissé commettre la faute gr~ve ~e s attaquer ~ des travailleurs etrangers, qui ont droit à la protection de la Repubhque, comme Ils ont le devoir de se soumettre à ses lois lI. C'est en septembre, on s'en souvient, que, peu après les événements de Marseille des para.c~utistes se sont ~ivrés à de vér.it~bles « ratonnades » dans les rues de Toulouse: .Le,.mmlstr.e, da~s ~a rep?ns~, ne precise pas les sanctions infligées: « Les mesures q~1 s ImpOS8lent, mdlque-Hl sechement, ont été prises dans tous les domaines nécessal~ es. » Et, d.ans un b~ef ~omm~nta~re, il ajoute « qu'il ne s'agissait pas d'une manifestation de ~acls~e: m~ls. dune reactlOn spontanée d'hommes du rang dont des camarades avalent ete victimes d'agressions ... » Av.ouons-notre s~prise : A supposer qu'un ou plusieurs Nord-Africains aient effectivement ~ttaque sans rais~n des militaires à d'autres occasions (ce qui reste à prouver), le faIt de s'attaquer a tout Nord-Africain passant dans la rue, considéré c~m~~ sohdalTement coupable, n'est-ce pas précisément là du racisme dans sa defimtlOn la plus élémentaire? .Si de ~:Is actes aveugles et généralisés ne sont pas racistes, on se demande ce qu~ ~e,ut 1 etre aux .yeux d~ M. 1: ~inistre des Armées. Et l'on aimerait connaître plus prec~s~ment les sUites qUi ont ete ou seront données à cette affaire d'une extrême gravite. Dès la naissance ... Lettre adressée par le directeur d'une clinique aux médecins de la région lyonnaise: « Comme vous le savez, le Service de Chirurgie de la Clinique est enregistré au ministère et à la préfecture du Rhône comme ~ervi~e d'~rgence, et il doit, par conséquent, dans la mesure des lits dispOnibles, recevoir tout malade qui se présente. « La cohabitation des services de chirurgie et de maternité repose le problème de l'admission en maternité des parturientes arabes que, jusqu'ici, nous avions essayé de détourner sur Grange-Blanche . ~(~es n:alades ne comprennent pas que la maternité leur S~lt interdite alors que la chirurgie les reçoit . Devant cet état de fait, nous avons dû modifier notre position . « Désormais , nous recevrons à la Maternité les parturientes arabes parlant « à peu près» le français et européanisées . Elles seront reçues en consultation par le Dr L. et moi-même su~ ~endez-vous le matin exclusivement, et elles seront hospi~ tallsees dans une chambre à quatre lits qui leur sera réservée . « Nous tenions à vous info~mer de ces nouvelles dispositions et vous assurons, », etc. ' Moralité politique dans les D.O.M.-T.O.M. ? Après une campagne électorale qui s'est déroulée dans des con~itions à ~eu près normales , M. H. Ibéné, candidat du Parti co.mmunlste guadeloupéen, a été élu député, au second t?u.r, ~Imanche 9 décembre. Lors des dernières élections leglslatlves, son adversaire, le Dr Hélène, U.D.R ., s'était vu attribuer le si~ge grâce à des fraudes et des pressions flagrantes. De vives protestations s'étaient élevées contre ces n:éthode~ qui dénotaient un mépris absolu de la liberté d expression et de la dignité ·des populations concernées. Le M.R .A.P. était intervenu fermement auprès du gouvernement. Ce résultat signifie-t-il que la vie publique soit désormais « moralisée» dans les D.O.M. et T.O.M., selon la formule du ministre, M. Stasi? DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 On rapporte qu'à Djibouti, le 18 novembre , tous les records de la fraude ont été, semble-t-il, battus, lors des élections destinées à renouveler l'assemblée du Territoire français des Afars et des .Issas .. D~ns un P?ys en état de siège, l'opposition (Ligue popu,lalre .afrlcalne) a éte pratiquement mise dans l'impossibilité de. s exprimer. et dans la région nord, ses candidatures ont mem: été refusées . En bien des points, selon la tradition colOniale, les chefs coutumiers, possesseurs de toutes les cartes des populations qu'ils contrôlent, ont voté globalement « en leur nom ». Pas. étonnant:, dans ces. conditions, que le parti gouvernemental ait emporte tous les Sièges, sans exception . A la Réunion , une élection municipale à Saint-Paul, « bastion de la fraude », .Ies. 28 octobre et 4 novembre , a été marquée par de graves inCidents dus aux irrégularités . La préfecture a fait preuve de son habituelle complaisance pour le candidat de M. Debré , qui a été réélu (de justesse, il est vrai) . La question ne sera pas posée Bien des questions sont restées sans réponses à Bordeaux au procès d~ travailleur africain Simon Gomis, jugé aux assises pour ~volr tué .deux personnes en juillet dernier, dans une explOSIOn de folle furieuse . L'atrocité du drame et la culpabilité du meurtrier sont évidentes, et l'on ne peut que s'incliner devant la douleur des familles des victimes: un chef de service de l'Agence nationale pour l'emploi et un policier en retraite. Mais il n'est pas certain que les réactions hostiles de l'assistance auraient été les mêmes s'i~ s'étai~ agi d'un accusé blanc et français poursuivi pour le meme crime . Dans le déroulement des débats, tout tendait à accréditer l'id~e que l'inculpé n'était pas un déséquilibré , pris d'une crise de ·démence , mais un monstre ayant agi de sang-froid , en· toute conscience, en vertu d'une cruauté naturelle, inséparable de son origine africaine, car, à affirmé l'avocat général, il n'avait pas évolué malgré dix-huit années de contact avec la civilisation. Pourtant , les rapports de police dépeignent Gomis comme un travailleur honnête, courageux, aimant ses enfants, ayant acquis une qualification professionnelle, ardemment désireux de -+ 15 ---+ s'élever jusqu'aux temps désastreux où If! chômage, ies dettes, un sé.iour en prison suivi d'un non-lieu, l'expulsion (suivie d'un retour clandestin), ies malheurs familiaux et les déboires de toutes sortes - se sont conjugués pour modifier sa situation et son comportement, le plongeant dans un repliement morose et agressif. Cité comme témoin par la défense en vue de déposer sur les conditions de vie des travailleurs immigrés et le climat raciste qui pèse sur eux, Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P. s'est vu d'abord refuser la parole par le président. Puis, après intervention de Me Georges Braun , défenseur de Gomis, sa déposition fut admise, mais interrompue dès la prèmiere phrase, enfin coupée par un « ça suffit!» impératif quand, au bout de deux minutes, il évoqua les discriminations dans le logement et l'emploi . Un autre témoin, l'abbé Jean-Louis Fourrièr, fut vivement interpellé, lui aussi, pour avoir osé prononcer le mot « racisme». Un troisième, à peine avait-il dit une phrase sur les difficultés de Gomis en tant qu'immigré, fut renvoyé comme un mauvais élève qui s'égare hors du sujet. Sally N'Dongo, président de l'Union générale des travailleurs sénégalais en France, put cependant présenter un bref témoignage, bien qu'interrompu par l'avocat de la partie civile. Il ne fallait pas, semblait-il, que soit posée au cours de l'audience la question du racisme, des carences et des pressions de notre société qui rendent si inhumaine la vie de bien des immigrés et mettent leurs nerfs à rude épreuve. Il fallait que Gomis soit pleinement responsable de ses actes, intrinsèquement mauvais et dangereux. Le juif et la bête « Les Echos de chez nous», c'est un bulletin paroissial polycopié, distribué gratuitement dans toutes les boîtes à lettres de quelques communes de Seine-et-Marne : Ponthierry, Moulignon, Auxonnettes, Joinville . Dans le numéro 667 , du 21 octobre 1973, le rédacteur dénonce avec véhémence la « dégradation de la nation» et 1'« avilissement progressif de l'homme». A titre d'exemple, il s'en prend particulièrement à l'éducation sexuelle dans les écoles et vitupère les livres édités à cet effet : « Rien que la liste des noms des auteurs a de quoi nous rendre racistes», s'indigne-t-il. Dans le numéro suivant , il récidive. Opposant les livres qui « élèvent l'homme» à ceux qu'il déclare condamnables, il écrit que ces derniers, « les livres des « docteurs» juifs, semblent faits pour éveiller la bête». A l'heure où, pourtant, l'Eglise poursuit l'antisémitisme avec une sincère et efficace volonté, où ne va-t-il pas se réfugier ? .. « La bêtise insiste toujours» , a dit Albert Camus. Excuses Il y a quelques mois, M. Rivière maître d'hôtel au restaurant Elysée-Bretagne, à Paris, insultait un aide-comptable du même établissement, M. Quental , le traitant de « négro, bougnoul, mal blanchi. .. » Le M.R.A.P. saisi de cette affaire, l'a confiée à Me Roland Rappaport. Après citation devant le Tribunal d'Instance, qui désigna un expert pour procéder à une enquête, un accord est intervenu sur les bases suivantes : M. Rivière a adressé à M . Quental une lettre d'excuses, dans laquelle il déclarait regretter les propos prononcés ;. par ailleurs, il réglait la totalité des frais du procès, c'est-à-dire 1 000 F. 16 AU PODIUM B('la Bartok Le bulletin du Théâtre de l'Est Parisien, «T.E.P.-Actualité », évoque, dans son dernier numéro, une prise de position courageuse du compositeur Béla Bartok. C'était en 1936. A Berlin, Goebbels, grand maître de la propagande hitlérienne avait organisé une exposition sur .. l'art juif et dégénéré II, destinée à dénoncer le .. bolchévisme culturel ». Sur le plan musical, de grands compositeurs étaient présentés de façon grossièrement haineuse. A Budapest, dans la Hongrie déjà à demi nazjfiée, Bela Bartok adresse alors une lettre au ministre allemand des Affaires étrangères : «Je proteste de la façon la plus vive, écrit-il, contre le fait que mon nom et mon oeuvre soient absents de cette manifestation. Bien que non·juif, je demande expressément à y être représenté et à figurer notamment aux côtés de mes confrères, Paul Hindemith, Darius Milhaud, Arnold Schoenberg et Igor Stravinsky, dont le génie honore grandement leurs patries respectives et l'humanité tout entière.» AU PILORI Betsie Verwoerd Mme Betsie Verwoerd, veuve de l'ancien premier ministre sud-africain assassiné en 1967, lance, dans un mensuel de Johannesburg, un cri d'alarme : Le contact permanent des enfants blancs avec des domestiques et des nurses noirs amènera finalement, prophétise-t-elle, la disparition des barrières raciales et ouvre la voie aux mariages mixtes. Car, en prenant l'habitude de vivre avec des noirs, écrit-elle, .. les enfants s'habiteront à leur odeur caractêristique et, plus tard, feront du sport avec eux sans trouver cela étrange. " Le Congrès mondial des forces de paix Moscou, 25 au 31 octobre 1973 comme si vous y étiez avec le numéro spécial de "COMBAT POUR LA PAIX" Prix au numéro: 4 F. Abonnement: 23 F. C.C.P. « Les Editions Combat pour la Paix», 1 0.072.53 Paris - 35, rue de Clichy, 75009 Paris. . ,.. PRIE J U 6 É 5 1 DBNS UOTRE ~IETTE Il ne s'agit pas ici de ceux qui .. bouffent" du nègre, du juif ou de l'Arabe à chaque repas. Mais, au sens propre, de cette réalité profonde qu'est le nationalisme (ou le régionalisme) culinaire. Nous aimons, explique l'auteur de cet article, ce que notre mère nous a appris à manger. Et de fait, sans parler même des préjugés qui poussent à rejeter ou mépriser la cuisine de l'autre, il faut bien constater que, pour les travailleurs immigrés par exemple, le changement de nourriture est un des aspects parmi les plus pénibles du déracinement, et ils s'efforcent d'y pallier autant qu'ils le peuvent, au moins dans les premiers temps de leur exil. Quant aux Français, s'ils ont intégré peu à peu, tout au long de l'histoire des produits et des recettes empruntés à l'étranger (la paëlla, le couscous sont aujourd'hui, par exemple, des plats de choix dans tous nos restaurants), il est vrai que beaucoup, hors des frontières, manifestent une irrépressible nostalgie du beefsteak-pommes frites, et dénigrent volontiers les habitudes alimentaires d'autrui. Disserter ainsi sur la nourriture peut paraître inconvenant à première vue, en ces temps où la famine sévit ou menace, brutale ou endémique dans de vastes régions du monde. Mais cette étude éclaire un phénomène sociologique et culturel qui revêt, en toutes circonstances, un caractère universel. Ainsi, l'envoi d'aliments aux populations souffrant de la faim doit tenir compte de leurs coutûmes alimentaires, taute de quoi il serait sans effet. A l'heure où l'Europe, sacrifiant à des traditions qui ne sont pas en elles-mêmes condamnables, se prépare à célébrer à table les têtes de Noël et du Jour de l'An, il n'est peut-être pas sans intérêt d'attirer l'attention sur ce qui, dans ce domaine aussi, tend à diviser les hommes et les peuples, afin que chacun ait une pensée - et un geste - pour ceux qui mangent différemment .•• ou ne mangent pas. Léo Moulin. l'auteur de cet article, est professeur au Collège d'Europe, à Bruges, et vice-président de l'Association belge des chroniqueurs de la gastronomie et du vin. DROIT ET lIBERT~ - N° 325 - D~CEMBRE 1973 • ES Français, chacun sait cela, se L nourrissent de cuisses de grenouilles, les Allemands , de choucroûte , les Italiens, de macaroni , les Américains, de « hamburger », les Russes, de chachlik, et ainsi de suite. Le plus grave n'est pas que pareilles assertions ne correspondent que dans une très faible mesure à la réa lité; c'est qu 'elles impliquent toujours un jugement méprisant porté sur Id cUIsine d'autrui, que celle-ci soit connue d'expérience (c'est rarement le cas) ou qu'elle soit vue à trave rs le prisme de préjugements nationaux. D'où vient pareille attitude? La cuisine de notre mère A mon avis, de ce que nos goûts sont formés au cours de notre petite enfance . Les grandes allées de 'notre gourmandise ou de notre aptitude à nous conduire un jour en gourmet. sont tracées alors que notre conscience est loin d'être pleinement éveillée . En gros, nous mangeons ce que notre mère nous a appris à manger, nous aimons ce qu'elle aimait et nous continuerons longtemps à n'aimer que cela . Le petit Hollandais, le petit Danois, le petit Anglais ont bon appétit le matin ; les céréales , le poisson fumé , le fromage , les crudités se succèdent sur leur assiette, sans provoquer ni larmes, ni protestations. C'est que tout le monde autour d'eux, à commencer par la mère de famille , mange le matin allégrement et copieusement (pratique par ailleurs excellente et délicieuse). Au contraire , le petit Belge, le petit Français, le petit Ital ien , grignotent le matin du bout des lèvres.. et vont le plus souvent à récole non lestés. Veut-on les forcer à manger plus , ce sont des jérémiades sans fin : « J'ai pas faim! J'aime pas cela! Le coeur me tourne! », etc . Et la maman cède , parce qu'elle non plus ne mange pas le matin (1). Je prends l'exemple du petit déjeuner, parce qu'il est typique et facilement vérifiable . Mais je pourrais citer bien d'autres exemples, tout aussi caractéristiques . D'un pays à l'autre Car les pratiques alimentaires diffèrent non seulement d'une classe sociale à l'autre, mais aussi d'une ---+ 17 province à l'autre, d'une natio n à l'autre et même d'une religion à l'autre . Les nations protestantes consomment beaucoup plus de sucre (43 ,1 kg par an et par habitant) que les nations catholiques (moins de 30 kg), et le climat ou le niveau des revenus ne peuvent expliquer seuls parei lle différen ce (2 ). Les classes supéri eu res utilisent de la marga rine et mangent, le cas échéant, du cheval. Le Flamand de Belgique aime les vins de Bordeaux cependant que le Wallon leur préfère, pour des raisons historiques, les vins de Bourgogne (la Wallonie éta it ravitaillée par terre et la Flandre, par la mer). Les Italiens mangent bea ucoup moins volontiers des abats que les França is. Le Hollandais, gros produ cteur de poissons, de crustacés et de mollusq ues est l'un des plus petits consommateurs d'Europe de ces produits. Nationalismes et micro-nationalismes culinaires Tout cela ne serait rien - tout au plus le rappel de la mervei lleuse diversité qui cara ctérise l'Europe - si ces différences n'engendraient pas des tensions . Il suffit, pour s'en convaincre , de rappeler le conflit qui oppose les partisans de la cuisine à l'huile et les fanatiques de la cuisine au beurre (on en a même fait un film i) ; les fidèles de l'huile d'arachide et les hérauts de l'huile d'olive; les amateurs du sucre de betterave et les chantres du sucre de canne , contempteu rs frénétiques du précédent, etc. C'est que chacun reste passionnément attaché à ses us et coutumes. C'est là une des manifestations les plus const antes du natio na lisme culi naire, un nationalisme au ssi conservateur, exclusif, intolérant, xénophobe, que le national isme politique lui -même . Conservateur : il faut une génération au moins pour que l'I t al ien émigré aux Etats-Unis perde l'habitude de manger des pâtes deux fois par jour. Exclusif : voyez l'attitude des Français à l'égard des vins suisses ou allemands ou même italiens, ou, il y a quelques années à peine, de l'aigredoux. Intolérant : non seul ement il ne 18 Espagne supporte pas que l'Autre ait une cuisine différente, encore veut-il imposer la sienne. (Et quand ce sentiment collectif s'appuie sur une croyance religieuse , l'intolérance tourne vite au fanatisme). Xénophobe: les injures ne sont pas rares qui évoquent telle ou telle habitude culinaire, « Macaroni» étant la plus connue , mais non la seule (3) . Et à l'intérieur des nations ellesmêmes, surgissent, comme il se doit, de véritables micro-nationalismes régionaux, aussi hargneux, aussi dédaigneux que les grands. Pour s'en convaincre il suffit de demander à un paisible citoyen suisse quelle est la vraie fondue : celle du Canton de Vaud , de Fribourg ou de Neuchâtel , et de constater quelle ardeur l'enflamme à ce moment selon qu'il appartient à telle ou telle tradition. Ou à un Russe , quel est le vrai « bortsch » de l'ukrainien , du polonais ou du moscovite . Ou à un Français du Midi quel est le vrai cassoulet . Ou à un Bourguignon ce qu'il pense des vins de Bordeaux .. . Toute cuisine a vocation gastronomique Pour ma part , je suis dans ce domaine résolument oecuménique et j'aime prendre mon bien où il se trouve . Le fait d'apprécier la zwika roumaine ne m'empêche pas de boire avec délectation la vodka polonaise, l'acquavit de Suède ou le bourbon amencain . Et pourquoi ferais-je un choix définitif entre les « bortsch », les cassoulets , les fond ues, al ors que leurs préparations me plaisent et que leur diversité m'amuse? On dira qu'à prendre goût à tant de saveurs étrangères à sa propre cuisine, on risque fort de se « déraciner » (au sens où l'entendait Barrès), de rompre ses attaches avec le monde de l'enfance pour vivre dans un monde sans âme. Primo, je ne vois pas où serait le drame. Lire « le grand livre du monde » est bénéfiqu e. Devenir un Européen est une façon de s'enrichir. Ensuite, c'est oublier que, de toute fa çon, toute 'cuisine - puisque c'est. d' elle qu'il s'agit ici - est toujours le résultat d'un certain métissage culturel. La pomme de terre , la tomate, le mais, Je cacao , etc. , n'ont pas toujours fait partie de l'arsenal culi naire f rançais. Puisque l'Occident les a finalement adoptés, pourquoi ne pas poursuivre un si bon chemin et ne pas intégrer dans la gastronomie de l' Europe, tous les produits et toutes les préparations que nous offre le monde? « Il n'est de bonne cuisine qu'en France», vont chantant partout les Français (il est vrai que les étrangers .qui visitent la France les encouragent à persévérer dans cette voie du chauvinisme culina ire). Ils oublient, ou ignorent, que toute cuisine , quelle qu'elle soit , comporte une part plus ou moins grande de recherches et de raffinements gastronomiques. « Même l'anglaise, direz-vous ?». Même l'anglaise . « Simplement, sans emphase, écrit R.J. Courtine (La Reynière), pourtant peu suspect de complaisance en cette matière, elle peut être d'une rare qualité ». Et ce que ce brillant chroniqueur dit de la cuisine britannique , il le dit aussi des autres cuisines du monde entier, dans les plaisantes présentations qu' il donne pour chacune des livraisons de la Collection Time-Life : en un mot, comme en mille, chaque cuisine est, d'une certaine façon , gastronomique . Respecter la cuisine des Autres D'où vient dès lors que la plupart des gens ra illent si volontiers et si durement la cuisine des Autres et se refusent à l'apprécier ? Je l'ai dit plus haut : de ce que nous aimons ce que notre mère nous a appris à aimer - fût-ce le macaroni à la cassonade , chère aux Flamands, ou le poisson cru sur lequel se jette si volontiers le Hollandais, ou la paëlla , pot-pourri safrané des saveurs les plus contradictoires dont se délecte si volontiers Valence , ou les vers de cactus, les gusanos, des Mexicains, ou les oeufs « pourris » des Chinois. Qu'on le veuille ou non, on se réfère toujours aux saveurs qui nous ont été fami lières dans l'enfance , et nous restons ainsi prison- DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 Ghana niers du plus conservateur des conservatismes (4) , parce que le plus inconscient, le plus instinctif, le moins structuré, à savoir le conservatisme alimentaire. Prisonniers et, par· conséquent, fermés aux valeurs qui ne sont pas les nôtres, fermés à la nouveauté. Combien de gens ne voyagent loin de chez eux, qu'en essayant de retrouver partout l'équivalent, ou le reflet , de leur propre cuisine , quand ce n'est pas cette cuisine elle-même? Or il n'est rien de plus irritant pour l'Autre que ce mépris, affiché ou latent, pour sa cuisine . C'est que, lui aussi, mange, aime, apprécie la cuisine de sa mère. En nous refusant à apprécier, ou même à goûter ce qui est proche de son coeur, ce qui lui rappelle son enfance, sa femme, ses amis, ce qui , à ses yeux, incarne les vertus de la nation à laquelle il appartient, à laquelle il est fier d'appartenir, nous le blessons ' profondément et cruellement . Mettons-nous à sa place. Rappelons- nous combien , à la Libération, nous avons été choqués par la volonté délibérée des Américains de ne manger et boire que leurs seuls produits dûment aseptisés, par leur façon curieuse d'assortir les vins à ce qu'ils mangeaient, ou de faire chambrer les vins blancs et glacer les grands bourgognes. C'est d' ailleurs en partie une méchante légende . Quant à moi , j'ai des amis américains qui sont parmi les plus fins gourmets que je connaisse . Mais légendaires ou non, caricaturaux ou non, ces faits suffisaient pour faire resurgir' tous les hétérostéréotypes les plus bourrés d'hostilité et d'esprit critique . Il en va de même, aujourd'hui, pour les Scandinaves qui boivent du lait à chaque repas , ou pour les Belges, mangeurs gloutons et bruyants, partout en quête de pommes frites . Pourquoi les Autres ne seraient-ils pas choqués par ces Français qui vont affichant sans cesse leur incuriosité profonde, sinon leur mépris, pour tout ce qui n'est pas la cuisine française - fût-ce la cuisine chinoise? Il n'est ni habile - politiquement et socialement parlant - ni respectueux d'Autrui, d'adopter à l'égard de ce qui lui tient profondément à coeur, et quand bien même ce serait la plus humble des potées ou le plus immangeable des ragoûts, une attitude de mépris. J 'ai observé à maintes reprises que même les Anglais (ou les Hollandais) qui sont assez enclins à reconnaître qu'ils ne sont pas gâtés en fait de CUISine, n'aiment néanmoins pas qu'on la critique trop vivement. Il vaut mieux leur laisser le soin de le faire spontanément - s'ils croienfbon de le faire et ... s'ils ont beaucoup voyagé . Aimer la cuisine de l'Autre Par contre, aimer la cuisine d'Autrui, ou manifester à son égard la déférence que mérite une concrétion aussi totale de valeurs culturelles antiques et vénérables - car toute cuisine est tradition - est la meilleure façon de respecter Autrui , de l'accepter tel qu'il est, pour ce qu'il est et, par conséquent, de se faire des amis partout. Experto crede Roberto. Je me trouvais, il y a quelques années, sur une route du Péloponèse. Nous longions d'interminables champs de fèves de marais. Je pestais contre la cuisine internationale, ou prétendument telle, dont les grands hôtels me gavaient sans merci depuis le commencement de mon séjour en Grèée, me privant ainsi d'un mets aussi délicieux que lesdites fèves. Je demandai donc à mon guide de s'arrêter dans quelque village où il me serait possible de manger ce que mangeaient les paysans de l'endroit. Ce qui fut fait. On me servit des olives - les meilleures du monde', les « calamates» -, des oignons et des poivrons crus, du fromage frais de chèvre et, bienvenues, odorantes, mes fèves. Le tout arrosé du fameux 19 retsina, du vin résiné dont parle déjà Homère. (Et ne dites jamais à un Grec que vous n'aimez pas son retsina ! ). Je mangeai de bon coeur. Le paysan qui m'avait servi m'observait. Puis il approcha un verre du mien et le remplit de ce geste lent et gracieux de la main - de haut en bas - qui devait être celui de Hébé. Nous trinquâmes. Je voulus payer mon écot. Il refusa : « L'étranger, expliqua-t-il à mon guide, avait apprécié sa cuisine . Il était donc son hôte et son ami ». Attitude qui ne surprendra que ceux qui ne connaissent pas le peuple grec tout de dignité et de gentillesse. Mais, croyez-moi, les autres peuples sont aussi sensibles à l'attention que vous accordez à leur cuisine, et surtout aux préparations locales les plus authentiques. Il Copain Il et ct compagnon Il Ce n'est pas un hasard si « compagnon » et « copain » désignent celui avec qui vous partagez le pain. La nourriture prise en commun est un symbole de paix et de communion . (Rappelons-nous la Dernière Cène) . C'est pourquoi un repas fraternel rassemblait les clans qui se reconciliaient . C'est pourquoi les mariages, les fêtes , Pâques et Noël , les anniversaires, les réussites, les deuils même, dans toutes les sociétés, se clôturent toujours par Ul\ repas . C'est pourquoi encore , nous montrons la joie que nous éprouvons à recevoir des vieux amis, ou à nous en faire des nouveaux, en leur offrant un dîner. « Convier quelqu'un, a écrit BrillatSavarin, c'est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu'il est sous votre toit . » C'est pourquoi nous devons apprendre à connaître les Autres en découvrant avec eux et chez eux les saveurs nouvelles, si inattendues, si insolites soient- elles, de leurs cuisines. N'est-ce pas la seule façon de respecter leur personnalité dans ce qu'e lle a de plus authentique? N'est-ce pas là une manière de rompre avec les interdits immémoriaux qui enfermaient chaque tribu , sinon chaque clan, dans les rets des « endogamies » alimentaires, en faveur des rites , combien plus ouverts, combien plus humains, de la convivialité, c'est-à-dire de la sociabilité la plus totale? Et n'est-ce pas, finalement, un prodigieux enrichissement pour nous-mêmes 7 20 Viêt-nam Une évolution s'amorce En fait , c'est ce qui se produit déjà sous nos yeux. Car il ne faudrait pas se montrer trop pessimiste en la matière. Tout homme qui voyage ne va pas nécessairement retrouver les saveurs familières de sa cuisine. Bon nombre de voyageurs recherchent le dépaysement et, rentrés chez eux, s'efforcent d'en recréer les conditions, soit en rapportant de leur périple des recettes locales, soit en allant dans un restaurant étranger. A cet égard l'aimable prolifération de restaurants chinois, grecs, yougoslaves, italiens, etc., qui s'observe dans presque tous les pays d'Europe occidentale, la diffusion mondiale de la pizza, du coca et de l'espresso, sont de bon augure (5). Un proverbe allemand dit que le paysan ne mange que ce qu'il connaît. Et de fait les classes populaires sont beaucoup plus conservatrices en matière d'alimentation que les classes « supérieures». Le cosmopolitisme gastronomique, comme d'ailleurs toutes les manifestations de cosmopolitisme culturel, reste l'apanage des élites. Mais l'élévation constante du niveau de vie tend précisément à élargir sans cesse le nombre de ceux qui peuvent voyager et qui, en voyageant. apprennent à accepter l'Autre tel qu' il est. La présence, par centaines de milliers, d'ouvriers étrangers peut créer des tensions sociales et en crée sans aucun doute. Mais elle oblige ces travailleurs à découvrir les cl,lisines étrangères et leurs hôtes, à supporter avec plus ou moins de bonne grâce des habitudes et des coutumes, à leurs yeux, fort déroutantes . Enfin , les jeunes voyagent beaucoup et rencontrent des jeunes Paraguay étrangers dans les meilleures dispositions d'ouverture intellectuelle et de disponibilité stomacale . TOl.!·, ce la est, à la longue , bénéfique . Il n'est pas jusqu'à la prise de conscience du caractère conservateur et intolérant de nos jugements et de nos habitudes alimentaires qui ne puisse nous aider à nous débarrasser, sinon de nos préjugés, du moins d'une bonne part du venin qu'ils contiennent. Léo MOULIN. NOTES (1) Sur cette approche particulière de la cuisine comme fait culturel dans ses rapports avec le fait européen, cf. Léo Moulin, « L'Eu rope à table» , Communauté européenne, novembre 1964 (traduit en anglais, European Community, en italien, Comunità Europee, même date, et en · néerlandais, De Kern, juin 1965). cf. aussi « Christmas meals in Europe». European Community, décembre 1969 (traduit en italien, Comunità Europee, décembre 1970. paru en français, le Guide des connaisseurs, hiver 1970). (2) Léo Moulin, « Le f euillet du sociologue : à propos de sucre», le Guide des connaisseurs, nO 12, été 1970. (3) Les Bruxellois sont couramment appelés « Kiekefretters II soit : « bâfreurs de poulets l)' (4) Léo Moulin, « Le plus conservateur des conservatismes ", Impact" nO 35, décembre 1970. (5) Cf. Léo Moulin, « Esquisse d'une sociologie de la gastronomie dans la société industrielle de demain ", Revue internationale du Tourisme, 3° trimestre 1966. « L'Europe à Table. La gastronomie dans la société de demain l)' Les Annales, 15 novembre 1967, « The European and his dinner table . Reflections on our changing gastronomy ", European Community, janvier 1967. « Tourisme et gastronomie en perspective 1980 ", Plaisirs, été 1968. « Les pratiques alimentaires dans la société de consommation ", Oost-West, avril 1970. P ETER Watkins est hanté par l'avenir du monde et cette folie qu 'il ne peut s'empêcher de secréter. « La Bombe» (1967). son premier film , décrivait le terrifiant spectacle des ravages nucléaires à la suite d'une attaque atomique sur la Grande~Bretagne . ction La fiction devient reportage et plus que cela . L'improvisation est totale . Les policiers sont vrais, et les contestataires sont des étudiants qui ont déjà eu maille à partir avec les autorités. Psychodrame. A travers les rapports policiers-contestataires, c'est tout un antagonisme de race, de classe, mais plus encore une conception différente de la vie , de l'homme, qui se manifestent ici et que l'on retrouve dans ce dialogue impossible des inculpés et de la majorité silencieuse . « Nous travaillons pour que le niveau des noirs s'améliore» se disculpe, entre autres déclarations, un juré . « On peut dire la même chose des animaux du zoo : ils mangent mieux», rétorque un accusé. Et ne baillonne-t-on pas cet inculpé véhément et noir pour le faire taire? .. Au-delà de toute fiction, cette oeuvre qualifiée de « fantaisiste» par la presse américaine nous rappelle que la politique et l'équilibre du monde actuel reposent sur un étrange rapport de forces. C'est pourquoi le cri d'alarme lancé par l'auteur n'en retentit que plus profondément en nous. Monique VERNHES. Pour « Punishment Park», Peter Watkins a transporté sa caméra aux EtatsUnis, et il sollicite de nouveau l'imagination du spectateur. La situation en Extrême-Orient (le film date de 1971) s'étant brusquement détériorée, le président des Etats-U nis décrète l'état d'urgence . En effet, en vertu de la loi Mc Carran (un décret de 1950, abrogé dep'uis peu) concernant la sécurité intérieure du pays, des tribunaux d'exception peuvent être créés pour juger les réfractaires et ennemis du gouvernement. Quels sont ces ennemis? Les pacifistes, les étudiants, les noirs. Quel sera le verdict? Il est immuable: dix à vingt ans d'incarcération ou trois jours à Punishment Park. Quels sont les jurés? D'honorables citoyens américains, sûrs de leur bon droit, sûrs d'être les garants de la légalité et de la liberté: une ménagère, un journaliste, un sénateur, un syndicaliste ... Une légalité qui se fond et se confond aisément avec un pouvoir répressif. Une oeuvre d'amour et 'd'espoir Politique-fiction , certes, mais qui a ce goût amer de la vraisemblance. Le stade de Santiago du Chili est là pour nous le rappeler. Le film nous conte donc le procès et l'épreuve du désert de la punition : trois jours de chasse à l'homme sur 80 km de terre aride , à pied et sans eau, pour atteindre un dràpeau américain symbole d'une grâce utopique puisque aucun des condamnés n'y parviendra vivant. L'originalité de Peter Watkins est d'avoir filmé la poursuite dans le désert par le biais d'un groupe de cinéastes censé effectuer, pour la télévision anglaise , un reportage sur le parc de la punition . D'abord témoins, donc neutres, ceux-ci se rangeront, peu à peu , du côté des fugitifs avant d'injurier et de condamner les forces de l'ordre , face à la haine et à la violence qu'elles suscitent. DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 C'EST le printemps, dans toute sa plénitude. Un printemps que ceux qui l'ont vécu n'oublieront pas : celui de 1940. Les troupes allemandes contournant la ligne Maginot (prétendument invincible ... ), envahissent la Belgique, le Luxembourg, la Hollande ... et la France. C'est la « drôle de guerre ". Les civils, affolés, prennent d'assaut les trains et se jettent sur les routes, fuyant vers le Sud. C'est l'exode, c'est le début d'une tragédie nationale composée de millions de drames individuels, et qui durera quatre longues années, durant lesquelles beaucoup de Français « moyens l) de 1940, dépassés par les événements, ne comprenant alors rien à ce qui leur arrive, prendront petit à petit conscience qu'ils ont été bernés et que le fascisme est bel et bien une réalité. Nous sommes au mois de mai donc, Julien Maroyeur, petit réparateur de radio, quitte avec sa femme enceinte et sa fillette de sept ans son village du Nord, par un dernier convoi que talonne l'armée allemande. Dans le train, Julien est séparé des siens. Il est envoyé dans un wagon à bes tiaux qui, au cours de son long voyage de neuf jours à travers la France fleurie et baignée de soleil, sera rattaché à un autre convoi. C'est alors qu'il rencontre, parmi ses compagnons d'infortune, une belle jeune fille en noir, Anna, juive allemande, échappée d'un camp de réfugiés en Belgique. C'est, au hasard des étapes et des dangers (le convoi est mitraillé par les Stukas) une brève rencontre. un bonheur entrevu, un grand amour qui naît mais que l'on sait déjà impossible, Ce qui fait la beauté de ce film, c'est non seulement cette histoire d'amour admirablement interprétée par Romy Schneider (Anna) et Jean-Louis Trintignant (Julien), mais aussi la qualité de la réalisation de Pierre Granier-Deferre qui a su adapter le roman de Simenon dans le style réaliste et intimiste de l'auteur des « Maigret », style dont il est devenu sur le plan cinématographique, après « Le Chat» et « La Veuve Couderc l) un représentant typiquement français. Exprimant avec beaucoup d'efficacité les réalités quotidiennes de cette époque, Granier-Deferre réussit, sans grandiloquence et sans recourir aux clichés (sauf peut-être le côté un peu conventionnel des personnages secondaires, et encore!) à faire un film d'espoir et de solidarité. En effet Julien, à qui a été révélée par ~ 21 Anna la persécution dont sont victimes les juifs la sauvera une première fois en lui donnant l'identité de sa femme au terme de leur périple à travers la France. a\'ant leur séparation. Trois ans après. dans le bureau d'un commissaire vichyste, il se compromettra délibérément, après quelque hésitation, pour tenter de la sauver une seconde fois. Répondant récemment au cri tique d'un quotidien parisien qui lui posait la question : « POlir quelles raisons avez-vous accepté de tourner ({ Le Train)), Romy Schneider déclarait : (( La première - el la principale - est qu'il s'agit d'une très belle histoire d'amour; d'un personnage aux abois cherchant dans l'amour - même limité dans le temps - la sécurité intérieure, la force de continuer à vivre, d'espérer, d'affronter la cruauté du monde extérieur. NOLIS avons beaucoup discuté, avec Granier, de l'issue de cette histoire. J'étais partisane d'adopter celle de Simenon; mais elle était totalement négative. Il m'a convaincue de bouleverser, à cet endroit, les données du roman. Il a eu raison d'insister. Si Anna et Julien se retrouvent pour se perdre - ils savent qu'ils vont mourir - c'est pour affirmer en même temps la primauté des qualités humaines sur la contrainte, la dégradation qu'on lente de leur faire subir. C'est en ce sens que la fin du film est optimiste. JJ Oui. « Le Train» est un fi lm bien fait qu'il faut voir. En 1973, on peut réalise; un bon film avec de bons sentiments. Et il ne faut pas avoir honte en sortant de reconnaître qu'il vous a profondément ému. L.A. • IL NE SUFFIT PLUS DE PRIER, d'Aldo Francia. Ce film retrace une prise de conscience, celle d'un jeune prêtre chilien, le Père Jaime, qui réalise que les exigences de la foi chrétienne ne sauraient se satisfaire de bonnes paroles et de quêtes dominicales à la sortie de la messe. Aussi va-t-il quitter sa paroisse du quartier élégant de Valparaiso pour planter sa Croix parmi les habi tants des bidonvilles dont il partagera les luttes. La priére que ne prolonge aucune action n'aboutit qu'à rass urer les consciences sans diminuer la somme des injustices. Sans doute sont-ce là des vérités maintes fois affirmées, mais il est des clous qu'il faut enfoncer plusieurs fois. Tourné avant la chute d'Allende, le film d'Aldo Francia s'y emploie dans un style dépouillé des fioritures qui encombrent trop souvent les productions cinématographiques du Tiers Monde. Son message n'y gagne que plus d'intensité. Jean-Claude LABRACHERIE 22 livres Enquêtes sur une société au-dessus de tout soupçon C'ETAIT à l'époque où l'affaire Dreyfus secouait la France, non pas comme on le dit encore trop souvent, en Il coupant le pays en deux camps antagonistes li, mais en imposant, par une juste lutte, le respect de ces Droits de l'homme- qui avaient été proclamés au monde sans pour autant devenir sacrés dans leur propre maison. C'est au milieu des remous de 1'« Affaire li que naquit, le 4 juin 1898, la Ligue des droits de rhomme. l'idée qui présida à sa création, c'est qu'audelà du déni de justice qui avait envoyé au bagne un officier coupable d'être juif, la liberté individuelle n'était préservée, dans notre société qui se croit volontiers au-dessus de tout soupçon, qu'au prix d'une vigilance sans défaillance. Trois quarts de siècle plus tard, en compulsant les archives inédites de la Ligue, Michel Lévine publie un livre révélateur. Non un bilan, mais onze coups de projecteur, sur onze Il affaires non classées li qui prouveraient amplement, s'il en était besoin, que la liberté demeure une conquête encore bien fragile. « Affaires non classées» (1) commence sur les exécutions sommaires de la guerre 14-18, et va jusqu'aux actuels scandales de l'immigration. Bien au-delà de l'histoire d'une organisation, il démontre, à la manière de petites enquêtes très serrées, les tares secrètes de l'Histoire au présent, parmi lesquelles le racisme occupe toujours une place privilégiée. Cet ' ouvrage est remarquablement construit. Chacun des onze dossiers forme un tout, et pourtant, de leur suite se dégage une série de lignes de forces qui sont autant de moyens de comprendre et donc d'agir. Exemple : à travers plusieurs des affaires ainsi Il instruites li, cet ouvrage ~onne une ' foule de renseignements (1) Editions Fayard, 392 pages, 32 F. d'ordre statistique, législatif ou réglementaire, sur l'immigration ou sur le statuts des D.O.M. et T.O.M., ces dernières poussières d'empire colonial où l'arbitraire reste la règle. « On peut estimer que 58 % des trava illeurs immigrés sont manoeuvres ; 32 % sont O.S. , soit un pourcentage de 89 % de travailleurs non qualifiés » ; « Bien que soumise théoriquement aux mêmes lois que la métropole, la Nouvelle- Calédonie est régie par la « spécialité législative » ; un exemple caractéristique

un texte rédigé en dialecte

local peut amener des poursuites contre &es auteurs, alors que ce même texte rédigé en français ne lui amènera aucun ennui .» A signaler enfin l'excellent dossier sur le massacre de Charonne, le 6 février 1962, à propos duquel Michel lévine rappelle que « en 1972 (lorsque le livre, terminé, fut mis sous presse, mais cela reste vrai aujourd'hui), les ayants droit de cinq des neuf victimes n'avaient pas touché un franc, fût-il symbolique. A cette même époque, les hommes qui avaient tenté de renverser la République et de porter le fascisme en France, ces hommes contre qui s'étaient dressés les man'i. festants de Charonne, publiaient des oeuvres à leur propre gloire et en tiraient de très confortables émoluments. » Georges CHATAIN. GANTS - TETINES Chez votre pharTntJcÎen EN écrivant ce livre, notre ami Odet Denys a fait à la fois oeuvre historique et littéraire, mais il a aussi - nous ne pouvons qu'y être sensibles - apporté une contribution remarquable à la lutte contre les préjugés raciaux. L'ouvrage refermé , on constate qu' il répond parfaitement à la question posée par le titre : « Qui était le Chevalier de Saint-Georges ?» (1) Mais il fait plus encore. Il donne une image très vivante de l'époque et des lieux où a vécu ce Mais - la bibliog·raphie en témoigne - rien n'est écrit dans ces 200 pages, qui ne corresponde à des faits systémat, iquement collectés et soigneusement contrôlés, qui font la trame solide de cette synthèse si évocatrice. Juriste, Odet Denys a préparé ce livre comme le dossier d'une affaire, il en a classé et analysé les éléments avec clarté, pour permettre au lecteur d'y voir clair, de comprendre et pas seulement de se distraire en découvrant cette étrange histoire dans l'Histoire. Dans bien des pages, enfin, transparaît discrètement, nous semble-t-il l'expérience personnelle de l'auteur, qui : Guadeloupéen lui- même, a observé avec lucidité le racisme, et le combat depuis de nombreuses années au sein du M.R.A.P . dont il est membre du Bureau national. Mais dépassant le simple récit, il a le souci de faire ressortir des' scènes et des comportements qu'il décrit, un certain nombre d'idées générales afin d'instruire le lecteur non averti, et de mieux armer celui qui s'est engagé dans le combat antiraciste. On lira par exemple avec intérêt les réflexions attribuées au Chevalier de Qui était le chevalie~ de Saint-Georges ? personnage attachant, fils d'une esclave et d'un colon de la Guadeloupe, gentilhomme choyé dans tous les salons parisiens de la monarchie finissante, escrimeur fameux et compositeur de talent, officier de la Révolution française, qui finira tristement sa vie, misérable et isolé, après un bref voyage dans son île natale, en proie aux luttes sanglantes consécutives à l'émancipation des esclaves. En présentant cette chronique comme le récit d'un proche ami du Chevalier de Saint-Georges, l'auteur pouvait plus facilement recourir à l'imagination pour combler les vides laissés par les documents d'archives. Ainsi ne s'agit-il pas d'une monographie, mais du portrait véritable, « en situation», d'un homme de chair, que l'on dirait souvent croqué sur le vif. Odet Denys a trouvé pour cela le style convenable , qui pourrait être celui d'un homme d'esprit du Siècle des Lumières, avec ce qu'il faut de précision et de légèreté . DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 Saint-Georges (p. 181 et suivantes) sur l'attitude des différentes couches sociales à l'égard des minorités raciales - les « gens d'humble condition» éprouvant parfois un sentiment de supériorité qui leur sert de « compensation», mais faisant preuve « de coeur», de « dévouement authentique», prenant leur défense « avec énergie et même violence» ... « Peut-être, estime le porte-parole de l'auteur, l'homme du peuple obéit-il alors, consciemment ou non, à cette grande loi humaine de la solidarité, à cette sympathie naturelle qui naît de la souffrance et qui est engendrée par la difficulté de vivre et la nécessité de lutter contre les Puissants . » Objectivité, profondeur et chaleur humaine font corps, on le voit, dans cette oeuvre qui nous est proche et nous rend proche son héros. A.L. (1) « Le Pavillon», Roger Maria éditeur. Préface de Pierre Cot. En vente au M.R.A.P. (18 F) . CUlTURE----------- • Best-seller des éditions Payot, le livre de Pierre Paraf, « le Racisme dans le monde Il en sera prochainement à sa 58 édition, que rauteur met actuellement à jour. • les Editeurs français réunis viennent de publier une Il Anthologie de la poéSie arménienne Il. • /1 Umut li (l'Espoir), un film turc, est présenté à Paris, rompant délibérément avec la production officielle. Toile de fond: la grande misère du petit peuple turc. C'est foeuvre typiquement nationale du réalisateur Ylmaz Guney, actuellement emprisonné pour son attitude progressiste. • « La Villeggiatura li, film italien de Marco leto, montre révolution d'un jeune professeur libéral italien envoyé en Il villégiature» dans une ne du sud pour avoir refusé de prêter serment cf allégeance au fascisme triomphant. S'adaptant presque, il sera amené à faire un choix définitif après rassassinat politique d'un militant révolutionnaire. • « J'avais 19 ans» est un film de la République démocratique allemande, réalisé par Conrad Wolf. Un jeune Allemand, fils d'un antinazi, réfugié en U.R.S.S. regagne son pays en 1945 et se heurte à des problèmes nouveaux : la reconstruction, la réalité d'un peuple, qui en partie, avait cru aux mirages hitlériens. • « Lo Pais », un film françaiS de Gérard Guérin. Un jeune Aveyronnais quitte son village qui se meurt et « monte» à Paris. Atteint du mal du pays, il y retournera cependant, n'ayant pu s'adapter. C'est pour la première fois sur l'écran le drame des émigrés de rintérieur ... • Ne manquez pas, au Théâtre de la Renaissance, les deux heures de rire que vous procurera le spectacle prèsenté par Guy Bedos et Sophie Daumier, dont certains sketches sont une satire du racisme. • En hommage au poète algérien Jean Senac assassiné à Alger le 30 août dernier, se tient jusqu'au 31 décembre, à la librairie « les Aliscànu, 57, rue de Rennes à Pari., . une exposition réunissant les oeuvres de peintres et d'écrivains de divers pays. 23 Chansons spectacle qui aurait pu, au premier abord, paraître dépassé. pour le Chili La femme de Victor Jara est montée sur la scène. On la sentait bouleversée et à la fois animée d'une volonté farouche. Elle a demandé au public qu'il continue par tous les moyens son aide au peuple chilien victime du fascisme. I L ne se passe pratiquement pas un jour où, quelque part, à Paris, en banlieue, en province, il n'y ait une manifestation artistique de solidarité avec le peuple chilien. Manifestations inégalement importantl'~ par le nombre des participants, mais tout.:~ d'une même intensité dramatique. Elles prennent pour cadre les lieux les plus divers: salle de meeting (Mutualité) ou de concert (Pleyel) ou de conférences comme celle de la rue de Rennes (exposition de tableaux contemporains), campus universitaires (Bordeaux-Talence), et même plein air (Cartoucherie de Vincennes) etc. Sans oublier les maisons de jeunes, telle celle de Villejuif, où l'information sur le Chili s'est exprimée à travers une exposition remarquable situant les étapes de l'histoire chilienne, documents, coupures de presse, textes à l'appui, à la portée de tous. Plusieurs films circulent aussi, un peu partout, parmi lesquels : « Dialogue des Amériques» et « La première année Il (d'Union populaire). votre mariage c 'est PRQNVPUA 18 rue du Faubourg-Montmartre, Paris 9' tél. 770.23.79 et principales villes de France 300 modèles de 189 à 2500 F 24 Pour que le mouvement de solidarité avec le Chili prenne de l'ampleur, les organisations n'hésitent pas à se regrouper. C'est ainsi par exemple que le 12 octobre à Pleyel, au Comité France-Amérique latine s'étaient joints le Comité de soutien au peuple Paraguayen et l'Association françaises des juristes démocrates; à la Mutualité, quelques jours avant, il y avait tous les partis et organisations - y compris syndicales et universitaires .:-. qui soutiennent le Programme commun de la Gauche. Saluons au passage, outre le dévouement des militants qui organisent ces assemblées, le dévouement des artistes, en particulier des chanteurs, qui se sont produits bénévolement d'un lieu à l'autre sarts se ménager. Ces chanteurs se sont sentis particulièrement concernés par la mort de Victor Jara torturé et fusillé avec des centaines d'autres personnes dans le stade Chile de Santiago (celui - là même où l'équipe d'U.R.S.S. a refusé de se rendre)". Et ils sont venus en grand nombre pour lui rendre hommage au théâtre de la cité universitaire où Francesca Solleville présentait, en première partie, un spectacle audio-\"Îsuel sur le Vietnam avec projection de IiIm (de Roger Pic), de diapositives (dessins d'enfants hautement significatifs). poémes et chansons écrits avec des mots simples par des gens du peuple : mères de famille (en prison), écoliers (sous les abris), institu teurs (au front) ... Et du Vietnam au Chili de la junte il n'y a pas un si grand écart: le public l'a bien compris, qui a applaudi à tout rompre un Les chansons de Victor Jara étaient destinées à aider son peuple à prendre conscience de lui-même de ses problémes et de ses responsabilités pour changer la nature des rapports humains. Il ne faudrait pas pour autant penser que ses chansons sont sérieuses - pour ne pas dire ennuyeuses. Au contraire, faites de mots simples et de rythmes populaires, elles sont gaies', incisives, percutantes. Les Quilapayun, pour la circonstance en ont interprété quelques-unes avec tout le talent qui les caractérise. Ils sont en ce moment plus que les ambassadeurs de la chanson chilienne issue de l'Union populaire, ils sont ambassadeurs du peuple chilien tout court. Ils apparaissaient au Chili dans les plus grandes manifestations populaires au côté d'Allende. On imagine sans peine ce qu'aurait été leur sort s'il n'avaient pas eu à se rendre à Alger et en France (à la fête de « L'Humanité ») quelques jours avant le putsch! En somme, devant nos yeux, c'est un peu des miraculés que l'on voit se produire! Et l'on dirait que cela leur donne plus de détermination encore. A entendre les Quilapayun, on a la conviction qu'au Chili l'Union populaire n'est pas morte. Leurs chansons aujourd'hui ont les accents des plus beaux chants de la Commune. (1) Charles FUTERMAN. (1) Rappelons que le M.R.A.P. coopère avec diverses autres organisations spècialisèes dans l'accueil des rèfugiés et avec le Comité France-Amérique latine pour la prise en charge de démocrates chiliens ayant pu échapper à la répression de la junte. Toute aide dans le domaine du logement et de l'emploi sera accueil lie avec gratitude. PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSÉ MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (&) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone) (H1) GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis 1'111111111111111111'111'11 11111111111111111111'11"'1 Ecrit en 1940 ... Voici quelques extraits particulièrement significatifs de la pensée du professeur Lorenz en 1940. Ils sont tirés d'un article publié à Leipzig dans «Zeitschrift für angewandte Psychologie und Charakterkunde 59, 1940 ». L'original de cet article peut d'ailleurs être consulté à l'Institut de PsychOlogie, bibliothèque H. Pierron, 28, rue Serpente, Paris (6e ). ... « Notre sensibl1ité spécifique pour la - - beauté et la laideur chez nos congénères dépend très étroitement des symptômes de dégénérescence dus à la domestication qui menace notre race JI (p. 56). ... « Tant qu'une souche ou un peuple possède un très haut degré de pureté raciale, il est possible de juger un individu d'après ses seuls caractères physiques, et il est permis d'en tirer les conclusions quant à la valeur de ses règles de comportement JI (p. 58). ... « Il faudrait. pour la préservation de la race, 6tre attentif à une élimination des 6tres moralement inférieurs encore plus sévère qu'elle ne l'est aujourd'hui. car. dans ce cas, il faudrait littéralement remplacer tous les facteurs responsables de la sélection dans une vie naturelle et libre JI. (p. 66). ... « Dans les temps préhistoriques de l'humanité, la sélection pour la dureté, l'héroi: sme. l'utilité sociale, etc., était faite par les seuls facteurs extérieurs hostiles. Il faut que ce rôle soit repris par une organisation humaine, sans quoi l'humanité, faute de facteurs sélectifs, sera anéantie par la dégénérescence due à la domestication. la pensée raciale comme fondement de notre état a déjà donné d'immenses résultats dans ce sens. le mouvement nordique a toujours été sentimentalement dirigé contre la domestication de l'homme JI (p. li). ... « Donc, la mesure la plus efficace de préservation de la race consiste au moins pour le moment à soutenir autant que possible nos défenses naturelles; nous devons - et nous en avons le droit - nous fier aux meilleurs d'entre nous et les charger de faire la sélection qui déterminera la prospérité ou l'anéantissement de notre peuple JI (p. 75). (1) Parmi les signataires, on relève les noms de MM. Daniel Mayer, au nom de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen

Albert Lévy, secrétaire général du M.RAP. ;

J. P. Bloch, président de la L1.CA; les professeurs Ph. Ascher, G. Bloch, A. CoUenot. M. Demazure, P. Fraisse, Y. Galifret. J.-M. Goux, Mme H. Gratiot-Alphandery, R. Joly, B. Jancovici, J. Jouffroy, Mme C. Lévy-Leboyer, Y. Meyer, G.-M. Meunier, L Schwartz et A. Vidal-Naquet. 51111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111m. DROIT ET LIBERTÉ - N" 325 - DÉCEMBRE 1973 prix Robet Konrad Lorenz • • « Je regrette)) ••• J E regrette profondément d'avoir même pu penser que la doctrine nazie pouvait être honnête, cette doctrine est faussée. » C'est ce qu'a déclaré à Stockholm, le 9 décembre, le professeur Konrad Lorenz, Prix Nobel de physiologie et de médecine, au cours d'une conférence de presse donnée dans la capitale suédoise, à la veille de recevoir son prix. Celte conférence de presse avait été précédée quelques jours auparavant, d'une note adressée par le savant aux journaux et agences de presse à Vienne en Autriche, pays dont Konrad Lorenz est originaire . Dans cette note, le professeur Lorenz demandait de faire preuve de compréhension pour les remarques qu'il avait écrites en 1940, approuvant l'élimination des personnes « moralement inférieures». « ... D'autres savants autrichiens dont la réputation est élevée ont comme moi, cru, un bref moment, que du bon pourrait sortir du nationalsocialisme, mais rapidement, avec le même effroi que moi, ils lui ont tourné le dos», affirme-t-il, après avoir déclaré : « Lorsque je considère les changements génétiques résultant de la domestication, qui sont même aujourd'hui, extrêmement dangereux, je regrette profondément, avec le recul du temps d'avoir employé la terminologie de l'époque, qui est ensuite devenue un instrument pour des buts si horribles ». Dureh . • 011 "'erursachte Domestl~atl Verha\tcns art\!lgenen stôrungen \'"n Ecrit et imprimé en 1940 ... Et il fait réfé nce, pour appuyer sa démarche, au reste de son oeuvre. fi ne: nous appartient pas dans ce journal d'analyser l'ensemble des travaux du professeur Lorenz,. travaux, dont personne ne niera la valeur. Cependant, les conclusions qu'il tire de ses expériences dans le règne animal et qu'il continue à étendre à l'espèce humaine peuvent, semble-t-il, ouvrir la voie à des interprétations dangereuses. Le prix Schiller qui lui a été attribué, récemment, Dar une organisation néo-nazie - et qu'il a refusé, il-faut le dire - en témoigne . En fait, depuis le 11 octobre, date à laquelle, il est devenu lauréat du Prix Nobel, de nombreuses personnalités scientifiques en France se so'nt émues. Une pétition a été rendue publique considérant.. . indispensable que M. Konrad Lorenz, lors de son discours d'acceptation du Prix Nobel. prenne position sur les idées racistes qu'il a exprimées. Il se le doit à lui-même, à toute la communauté scientifique, au prestige du Prix Nobel. et au public, qui lui accorde le respect et la confiance attachés à cette distinction. C'est donc en réponse à cet appel que le professeur Lorenz a pris position le 9 décembre. 25 Un appel du M.R.A.P. Le M.R.A.P. a publié, le 10 décembre, l'appel suivant: Le 10 décembre, est célébré le 258 anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Au lendemain de la guerre, élargissant les droits et libertés individuels et politiques définis par la Déclaration française de 1789, les Nations unies entendaient assurer à tous les hommes, à tous les peuples, par l'adoption de ce document, le bénéfice de protections et de droits nouveaux dans les domaines économique, social et culturel, permettant à chacun de s'épanouir dans le bien-être et la sécurité. Des progrès notables ont été réalisés. Cependant, il reste fort à faire pour que la Déclaration devienne partout une réalité concrète. Solidaire de tous ceux qui souffrent dans le monde, d'atteintes à leurs droits et à leur dignité, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.1 souligne la nécessité de lutter en France même pour assurer à cet égard les garanties et les progrès indispensables. Concernant les problèmes qui relèvent de sa compétence particulière, le M.R.A.P. attire l'attention de l'opinion publique sur l'aggravation, dans la dernière période, des menées racistes et des violences de type fasciste; sur les disparités et inégalités - parfois légales - qui frappent les travailleurs immigrés et leurs familles; sur les discriminations racistes et xénophobes, en matière notamment d'emploi et de logement, qui sont quotidiennes, et contre lesquelles la loi du 1 8r juillet 1972 n'a encore jamais été appliquée. Le M.R.A.P. souhaite que les commémorations du 1 0 décembre soient l'occasion, tant pour les gouvernants que pour les peuples, de redoubler d'efforts en vue d'une mise en oeuvre complète de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. 26 Le 25e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme LE 10 décembre , le vingt-cinquième anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme a été marquée par de nombreuses célébrations. A l'O.N.U. Une séance spéciale de l'Assemblée générale de I·O.N.U. s'est réunie ce jour-là à New York. Dans un message diffusé dans le monde entier, le Secrétaire général des Nations Unies , M. Kurt Waldheim affirme que l'adoption de la Déclaration Il a été sans doute l'un des développements les plus riches de promesses dans l'histoire des Nations Unies Il •••• 11 Au milieu des problèmes globaux qui nous concernent, souligne-t-il encore. nous devrions donner la toute première priorité à nos préoccupations profondes et constantes pour les droits individuels de l'homme et pour les libertés de l'humanité. Si nous échouons à relever ce défi absolument fondamental, notre succès dans d'autres domaines sera dénué de sens. Il Et il conclut : Il J'espère que cet anniversaire donnera une nouvelle impulsion et une nouvelle vie à ce combat. J'espère que nous verrons d'autres ratifications des Pactes internationaux des Droits de l'Homme, et j'espère que les gouvernements et les peuples du monde entier se dédieront toujours davantage aux principes de la Déclaration universelle, en les pratiquant et en travaillant à leur succès. Il Le mois d'action NOUS avons déjà annoncé, dal1S nos précédents numéros quelques-unes des initiatives prises par les comités locaux du M.R.A.P. en vue de sensibiliser l'opinion au cours du Mois d'action contre le racisme et de solidarité avec les immigrés. A cela s'ajoutent les multiples demandes d'animateurs et de films qui ont été faites au M.R.A.P. pendant ce mois pour des débats. Si bien que le bilan est particulièrement riche à travers toute la France. • DES DEBATS ET TABLES RONDES ont eu lieu à Rennes, Concarneau, Rouen, Issy-les-Moulineaux, Chatillon-sous-Bagneux, Garges-Iés-Gonesses, Toulon, Trappes et dans différents groupes locaux, tels que le Club Inter-Madame, à Paris (2oe). • DES PROJECTIONS des films diffusés par le M.R.A.P. (ainsi que, dans certains cas, de notre montage audiovisuel) accompagnées de débats ont eu lieu à Pantin, Lons-IeSaulnier, Malakoff, Saint-Jean-d'Angely, Montpellier, Agen, Garches. • DES «SEMAINES)I d'information sur le racisme se sont déroulées à Bonneuil et Morsang -s ur -Orge. • DES EXPOSES suivis de débats ont eu lieu dans plusieurs lycées parisiens et à celui de Savigny-sur-Orge. • DES COMITES LOCAUX du M.R.A.P. ont été créés, ou sont en voie de création à Metz, Concarneau, Le Havre, Manosque, Vire, Arras, Toulouse, Albi. • DES VENTES-SIGNATURES de livres sur le racisme (avec, dans la plupart des cas la participation de Pierre Paraf, président du M.R.A.P.) ont été organisées par les comités d'entreprises de l'U.R.S.S.A.F., d'Hispano-Suiza, de la S.N.E.C.M.A., de l'Imprimerie Del Duca, par l'Amicale des préfectures, ainsi que par des centres culturels ou des associations à Noisy-le-Sec, Choisy-le-Roi, Ivry, Vitry, Champigny. Signalons également les distributions de tracts (notamment dans le Nord), les ventes de « Droit et Liberté », les collectes de signatures sur la pétition « Halte au racisme" (particulièrement à Annecy). La séance spéciale de l'O .N.U . a décidé de prendre la date du 10 décembre 1973 comme point de départ d'une Décennie de lutte contre le racisme et la discrimination raciale. La résolution qui définit cette Décennie insiste sur le fait que Il la poursuite d'une action nationale, régionale et internationale contre la discrimination raciale sous toutes ses formes est une question d'importance vitale si le monde doit vivre dans la paix et la justice Il. Un programme détaillé pour cette Décennie a été établi par la Sous-Commission de la lutte contre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités, et examiné par la Commission des Droits de l'Homme. En France Le 25e anniversaire de la Déclaration universelle a été marqué, le 10 décembre, par une cérémonie officielle au Palais de Chaillot, sur les lieux mêmes où elle fut adoptée, car c'est dans cet édifice que siégeait l'O .N.U. en 1948. M. René Cassin , Prix Nobel de la Paix, qui représentait la France à la Commission des Droits de l'Homme, qui élabora la Déclaration , était présent parmi de nombreuses personnalités , représentant les Nations Unies, le gouvernement, les organisations de défense des droits de l'homme. Le M.R.A.P, était représenté par son président, Pierre Paraf. Le même jour, à l'initiative de l'Association pour le Développement du droit mondial, une soirée s'est déroulée à l'U.N.E .S .C.O, , avec le concours de diverses organisations, dont le M.R.A.P. Sous la présidence de M. René Cassin , des discours ont été prononcés par MM. Fobes, directeur général adjoint de l'U .N.E.S.C.O., Thomas, président de la Commission nationale française près l'U.N .E.S.C.O. et Me Nicolas Jacob. Le film « les Temps modernes 1, de Charlie Chaplin , a ensuite été projeté . Albert Lévy, secrétaire général du M. R .A. P. représentait notre Mouvement à cette soirée . L'Association pour le Développement du droit mondial avait, d'autre part, organisé un colloque sur les Droits de l'homme, les 30 novembre et 1 er décembre, au Centre de Droit comparé. Ouverts par le bâtonnier Albert Brunois et clôturés par le président René Cassin , les travaux ont été marqués par de très intéressantes communications des professeurs Jacques Robert et C.A. Colliard, de M. Jean Darcy, ancien directeur aux Nations U nies, du Père Joseph 'Wresinski , de Mes Robert Lansiart , E. Pettiti , Nicolas Jacob et Fred Hermantin. Ce dernier, vice-président du M.R.A.P., a traité de l'injure et la diffamation raciste dans le Droit positif français, son exposé portant essentiellement sur la loi du 1 er juillet 1972, élaborée par notre Mouvement, et dont la mise en oeuvre laisse encore beaucoup à désirer. Cet exposé, comme tous les autres, a été suivi d'un riche débat, auquel ont participé plusieurs magistrats et avocats. Le 12 décembre, salle Pleyel , un concert a été donné, sous l'égide des Nations Unies, par l'orchestre Pasdeloup, dirigé par Robert Bronstein. Province D ANS le journal de la région, la page locale consacrée à la petite ville donnait, ce jour-là, beaucouP . d'informations. Quatre photos illustraient le bilan détaillé des pêches d'octobre (la petite ville est un port de pêche), la journée demi-tarif à la fëte foraine, la messe des industriels forains, et la remise de décorations au commissariat de police. On pouvait y lire aussi les notes quotidiennes sur les services d'urgence, les programmes des cinémas, les réunions sportives. En tête de colonne, était annoncé le jumelage de la ville avec une localité du Sénégal. Une grande partie de la page relatait les activités des associations : protestations de la Société protectrice des animaux, soirée dansante du Groupement commercial, réunions des Parents d'élèves et des Anciens d'A.F.N., permanence de l'Association des mutilés du travail, assemblée générale d'un club de pétanque. Et, tout au bas, en petits caractères, quelques lignes faisaient savoir qu'aurait DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 lieu le soir même, une «causerie-débat sur le racisme dans le monde)l avec un représentant du M.R.A.P. venu de Paris. Modeste intrusion d'une réalité brûlante dans le train-train de la vie régulière. Le racisme, cela existe-t -il dans cette petite ville? Qui aUait s'intéresser à ce problème? Dans le vaste et bel édifice consacré aux activités sociales et culturelles, les organisateurs avaient prévu que la salle où se tiendrait la réunion serait choisie en fonction de l'assistance. A l'heure dite, il y avait une trentaine de personnes. Rassemblées autour d'une grande table, elles écoutèrent l'exposé du représentant du M.R.A.P. A peine terminait-il la dernière phrase qu'une femme s'écriait : Il Je ne peux plus y tenir... Je ne suis pas d'accord avec vous! )1 Le débat fut, de ce fait, passionnant. Racisme? Il est difficile, parfois, d'utiliser ce mot. Manque d"mformation surtout. Et chacun d'apporter son témoignage, des chiffres, des faits. Des courants se dessinaient

bonne et mauvaise conscience,

paternalisme, méfiance, volonté d'analyse lucide ••. Bien des précisions furent apportées. Et chacun se sentit enrichi, certains plus ouverts à la compréhension d'autrui, d'autres plus désireux d'agir : car le racisme dans le monde, c'est aussi le racisme dans cette petite ville, pas méchant certes, mais qui sépare, rejette, qui obscurcit bien des esprits. Trente personnes venues discuter trois heures d'un problème qui ne les concernait pas directement, sorties dans le froid, aprés le travail, plutôt que de regarder «Au théâtre ce soir)l à la télévision : ce n'est pas négligeable. Les organisateurs n'étaient pas déçus. Il y avait des enseignants, un prêtre, une poétesse, des étudiants, des lycéens, des commerçants, des retraités. Conclusion : un comité du M.R.A.P. va naître dans la petite ville. 27 NOTRE CARNET Michel Averbuch NOUS l'appelions Bruck : le pseudonyme issu des ombres de la _ Résistance, chargé de talent et d'aventu~e, dont il signait ses reportages : sur l'Allemagne de la débacle hitlérienne, sur le procès de Nuremberg, sur le ProcheOrient en guerre - déjà ... Je ne puis dire s'il préférait le journalisme à la médecine, ou l'inverse. Il pratiquait l'un et l'autre avec la même passion et le même sourire. Sans doute l'acuité du regard, la bonté, l'humour, ces qualités q"Je chacun aimait en lui, sont-elles également le signe de la valeur et du succès dans l'exercice de ces deux activités. Si de la Russie natale, il était venu, jeune homme, à Paris, ce n'était pas seulement, je crois, pour faire ses études ; il adorait cette ville, ce pays, symbole de progrès et de fraternité, pour sa culture, l'animation et la diversité des esprits, les rencontres de toutes sortes qui s'y font quotidiennement. Le journalisme, qui le prit dès les années 20, c'était tout cela pour lui. Ses articles paraissaient alors dans de nombreux pays. Décoré de l'ordre de Saint-Georges pendant la Première Guerre mondiale - ce qui était rarissime pour un juif dans la Russie tsariste - il prend les armes en NOS DEUILS La grande famille du M.R.A.P. est bien éprouvée ce mois-ci. En même temps que Michel Averbuch, plusieurs amis très chers nous quittent. Nathan SOSNA avait été pendant de longues années membre du Conseil national et président du comité local de Champigny. Ancien combattant. blessé pendant la dernière guerre, il avait dû cesser son travail d'artisan, puis ses activités militantes en raison d'une grave maladie. Mais son dévouement. sa combativité restaient intacts. Jusqu'à ces derniers temps, il apportait au M.R.A.P., auquel il était profondément attaché depuis sa création, tout le soutien dont il était capable. A sa femme, ancienne déportée, à ses enfants, nous exprimons notre affectueuse sympathie. Michel MBARGA MBOA vient d'être emporté à 35 ans par une brutale maladie. Etudiant, puis technicien, l'expérience personnelle du colonialisme et du racisme avait conduit ce jeune Camerounais à militer activement au M.R.A.P. Dans toutes h!s initiatives des comités de la région parisienne, dans tous les débats, il apportait sa contribution, toujours appréciée. Ses amis, parmi lesquels Lucky 28 France en 1940. L'occupation venue, il est au coeur des luttes clandestines. Il connaît la dure vie du maquis, l'arrestation, prés de Grenoble, la torture, la déportation à Mauthausen. C'est de ce temps, peut-être, qu'il conservait une amertume à peine perceptible, une pointe de scepticisme, tempérées par son optimisme et sa combativité à toute épreuve. Officier de la Légion d'honneur, croix de guerre, médaille militaire, médaille de la Résistance

ce palmarès n'altérait en rien sa

modestie, son amitié pour tous. Il a toujours vécu et pensé comme l'étudiant et le journaliste de ses jeunes années. En 1949, quand je l'ai connu, il était rédacteur en chef de « Droit et Liberté », qui devenait l'organe du M.R.A.P. Plus attaché aux faits - à leur recherche, leur vérification et leur mise en valeur - qu'aux commentaires, il insumait à tous son goût de l'inédit, voire de l'insolite qui provoque l'intérêt du lecteur tout en donnant matière à sa réflexion. Puis il est revenu à son cabinet d'ophtalmologiste. Ce grand journaliste était aussi un grand médecin. Quarante-deux ans d'activité à la Fondation Rothschild lui ont valu l'estime de ses confrères et de ses maîtres, en même temps que la gratitude Thiphaine et Albert Lévy, représentaient le M.R.A.P., l'ont accompagné, le coeur serré au départ de son dernier voyage, en avion, vers son pays natal. Que sa femme et ses quatre fillettes trouvent ici l'expression de notre sincère amitié. C'est avec beaucoup de peine que nous avons appris le décès, à l'âge de 65 ans, du peintre Isis KISCHKA. Fidèle à l'art figuratif, il a réalisé une oeuvre abondante et significative. Il avait fondé, il y a plus de vingt ans, le Salon des Peintres Témoins de leur Temps, dont il dirigeait encore l'organisation. Kischka, très attaché à la lutte contre le racisme, avait à plusieurs reprises illustré des chaudes couleurs de sa palette des publications du M.R.A.P. Fanny ABRACHKOFF, née Cheinker, qui vient de mourir à l'âge de 87 ans, était depuis la fondation du M.R.A.P., une fidèle amie de notre Mouvement. aux côtés de son mari, Léon Abrachkoff, qui fut parmi ses premiers militants. Nous exprimons à celui-ci nos condoléances émues. MARIAGES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de notre ami Daniel KANMACHER, nouveau secrétaire innombrable de ceux qu'il soignait et ne traitait pas seulement en malades. Chez lui, la petite pièce où courrier, livres et journaux cohabitaient avec les appareils médicaux, fut pour beaucoup un hâvre ; jamais il ne refusa à quiconque le moindre service, offrant plus qu'on ne demandait : cela lui était naturel. Jusqu'à la veille de sa mort, à soixantedix- sept ans, il a eu des rendez-vous. Et jusqu'à ce jour-la il a vécu en journaliste, c'est-à-dire attentif et ouvert à tout, curieux de faits et d'idées, fréquentant les milieux de la presse, des hommes politiques de toutes tendances, ses camarades de déportation par- delà les divisions d'aujourd'hui. C'est sa vie même dans son foisonnement qu'exprimaient ses amis venus en foule, l'autre jour, se ' presser une derniére fois autour de lui. Albert LEVY. du comité local de Strasbourg avec Mlle Chantal PONS. Nous nous joignons à l'équipe dirigeante et au comité pour leur adresser nos cordiales félicitations et nos voeux les meilleurs. Tous nos voeux de bonheur et de prospérité aux jeunes époux MICHELE et MoïSE, à l'occasion de leur mariage. Toutes nos félicitations aux parents, Suzanne et Claude JABLON. Le Comité nancéien du M.R.A.P. Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de notre ami Bernard MENAGER, de Tours, avec Mlle Claudette COnIN. Nous leur exprimons nos félicitations et nos voeux de bonheur. NAISSANCE C'est avec joie que nous avons appris la naissance de Mikaël. fils de Georges AZENSTARCK, l'un des photographes qui collaborent à « Droit et Liberté». Félicitations et meilleurs voeux. Le 2'ge BAL ' ANNUEL de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants J uits aura lieu le lundi 24. décembre de 22· heures à l'aube dans 'les salons de A l'HOTEL HILTON Réservations ,au siège de l'U.E.V.A.C.J. ~, r. du Château-d'Eau Paris-10e Tél: 607 -49-26 DROIT ET LIBERTÉ - N° 325 - DÉCEMBRE 1973 • Pierre Paraf ~lu à la Conunission franç,aise pour rU.N.E.S.C.O. d L1e 1C4 nove.m.b re, Pie.rre Pa'raf p résident du M . R.A "P a e' te' e'1 u mem b re e. a 00101Issl.on. natl~nale pour l'~d~cation, la Science et la Culture, qm a. pour mlssI.on d assurer la IIruson entre l'U.N.E.S.C.O. et les ?rgarnsf!1es françrus concernés par l'activité de cette grande institution mternatIOnale. Renouvelée tous les;) a il S, la Commission rrançaise compte 141 mem~ res, . dont certains sont dé~ignés par le Parlement, le gouvernement, 1 Institut de ~r,ance, l~s sy~d l?ats , et d'autres élus par différents collè es de p~rsonnalItes et d ass~cI~tlOns. ~'est le « collège général», formé âes represcntants dé 21 assoclatlO. ns 0u1 a élu Pierre Paraf parrm' les q at b "1 " d' . ,u re mem l'e.s qu 1 avrut a eSlgner (1 . Parmi les uÎ(: ll('s impal·ties à la Commission figurent notamment celles-ci: d,onner son aVIs au gOll\'el'llelllcnt sur le progranl.me et les activités de 1 U.N.E.S.C.O.; vClller, sur le plan national à l'exécution des d' .. P r/ 'ses ~' 1a Cofn' "e rence gene'ar l e de l'U.N'.E.S .C.O.; prendre les ceoCnlStalOcntss nece~srures . ~v~c le.s grollpc~ents culturels internationaux de caractère publ~c ou pnve; frul'e connmtre, par des moyens appropriés à l'opinion publIque, les buts ct les travaux de l'U.N.E.S.C.O. , .No.us exprimo~s ,n~s cor~ale~ ~éli,citations à Pierre Paraf, et nous rbe JoU.i ssod ns 1 de d'l mteret porte runsi a l'action du M . R . A . P ., qU.I , est-il esolll . e e Ire, entend apporter plus que jamais son soutien aux entrepnses de l'U.N .E.S.C.O. ? , (1). Ont. ~lé égalem?nl élus par ce collège : Mme Gervais-Blondel (Union femJllllle cI~ lq~ e Cl sc:wlalc), MM. Marc Blancpain (Alliance française) et Hubert Joly (Conseil Ullcrnallonal de la langue fi·ançai se). Le M.R.A.P. entendu Les tables d'écoute et les microsespions font beaucoup parler d'eux en ce moment. « Qui est écouté? Il demande Le Monde du 13 novembre 1973. Sur une liste dressée par un haut fonctionnaire qui a eu à connaître quelques écoutes enregistrées par des policiers de l'antenne des Renseignements généraux au G.I.C., figurent diverses personnalités de la majorité comme de l'opposition, des partis, journaux, syndicats, diverses associations, dont le M.R.A.P. Ainsi, notre Mouvement est régulièrement entendu en haut lieu. Cela ne suffit pas, hélas! pour que ses demandes et propositions soient prises en considération... En matière de lutte contre le racisme, les pouvoirs publics ont beaucoup trop tendance, selon nous, à faire la sourde oreille. Quoi qu'il en soit, le M.R.A.P. a vivement protesté contre ces atteintes à la liberté d'opinion et d'association pratiquées en violation de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme dont on célèbre ces joursci Je 25e anniversaire. Ignoble! Le M.R.A.P. et « Droit et Liberté» ont reçu ces derniers mois un nombre accru de lettres d'ins ultes anonymes. Des gens « bien français» ou qui se proclament les « amis de Charles Martel» s'essaient au style de « Minute» pour nous faire savoir que le racisme est justifié, puisque les travailleurs immigrés sont « coupables» de tous les maux dont souffre notre pays. Le responsable du M.R.A.P. dans l'Aisne, à la suite de la publication dans un journal local d'un communiqué relatif au procès des Six de Prétoria, a reçu la lettre suivante (signée, celle-là) : « Vous êtes sans doute un marxisteanarchiste qui pratiquez la morale à sens unique. Il Sans doute n'avez-vous jamais subi le racisme des négroïdes et autres. » Vous êtes sans doute pour la paix à sens unique aussi comme au Viêt-nam et quand vous parlez de régime racist~ sud-africain, vous devriez parler des régimes arabo-africains an ti-blancs. » Vous mériteriez donc la mort comme ces six salopards li (sic). Ces ignominies en disent long sur les « idées», mais plus encore sur l'état d'esprit de leur auteur. 29 édueatlon à la fraternité Chers amis correspondants. .. Enfants d'un; classe de Sartrouville, reçus sur un chantier avec pondants, par un ouvrier portugais, dans la ZUP d'Argenteuil. NOTRE intention n'est pas ici d'indiquer ~ne « re~ette li pédagogique maIs de faIre pa~. ~~x enseignants antiracistes des possIbIlItes qui peuvent s'offrir à eux pour permet~re à leurs éléves une approche de la connaIssance d'autrui. Nous apportons quelques réflexions à partir d'expériences réalisées personnellement ou par des ~oll~gues. . C'est dans les classes pnmalres, partIculièrement parmi les enseignants adeptes des méthodes actives, que la correspondance scolaire est le plus pratiquée; plus rare et moins aisée dans le secondaire, à cause du cloisonnement des disciplines, ce mode d'échanges n'étant un peu utilisé que dans les cours de langue. . , Parmi les multiples aspects mteressants, positifs, nous insisterons sur la « connaissance de l'autre» qu'implique la correspondance, surtout intern~~ionale, Les échanges sont vanes : lettres, dessins cartes géographiques et postales, pho~ographies, bandes magnétiques, etc, La réception du colis des ca~arades lointains constitue pour les enselgnan~s et leurs élèves un grand moment de la VIe scolaire : l'attente du message, du contact concret avec ces inconnus devenant, au fil des semaines, des amis. Le travail d'ensemble de la classe se trouve profondément modifié, les élèves étant alors motivés : dessins, enquêtes, récits, poèmes .. , sont conçus pour les correspondants. La curiosité provoque des questions sur la vie quotidienne, non s.eulement de la classe, mais aussi de la VIlle, de la région, du pays ... Les enseignants disposent d'un moyen excellent pour amener les jeunes à la compréhension d'autres civilisations, d'autres modes de vie, et, selon le pays, au contact avec une population pauvre; parfois, ce pays pourvoit la France en travailleurs. L'expérience prend alors une 30 autre dimension. Ce n'est plus seulement la connaissance de l'autre lointain, mais aussi du prochain, le travailleur immigré et sa famille. On s'aperçoit le plus souvent que l'éloignement social, racial, entraîne une méconnaissance aussi profonde, sinon plus, que celle résultant de l'éloignement géographique. Les questions émanant des corresp?ndants suscitent la réflexion et l'observatIOn de l'environnement : « Faites-vous le Ramadan ? li « Y a-t-il des Arabes dans votre ville? li « Cultive-t-on l'olivier en France? » etc. Nos élèves doivent alors fournir un effort pour répondre à cette curiosité. et, par conséquent, ils se mettent volontIers à effectuer des enquêtes, à discuter, observer les étrangers qui les entourent, parviennent à les connaître enfin. C'est l'occasion de faire tomber des préjugés, des idées reçues; le rôle de l'enseignant devien~ primordial. En effet, les jeunes peuvent a

\ \/:.J

ce moment prendre véritablement conscience de la vie des travailleurs migrants, du racisme dont ils sont victimes. Autre intérêt, la correspondance peut révéler les différences de vie d'un pays à l'autre d'une catégorie socio-professionnelle â l'autre (par exemple : citadins d'un pays riche avec ruraux d'un pays pauvre), mais également des points communs, des problèmes identiques (manifestations en France et en Italie d'écoliers et de leurs parents pour la construction d'une école décente ; le chômage, etc.) La correspondance scolaire internationale offre donc des ressources très importantes et variées ; nous avons tenté ici brièvement de mettre en relief ce qu'elle apporte pour l'éducation à la fraternité. Claude RICHARD Professeur d' histoire-géographie Sartrouville la cueillette des olives, vue par un écolier tunisien. Etes-vous raciste '1 Un dossier de « L'Education» M EMBRE du conseil d'administration de l'Association éditrice de la revue « L'Education», il m'est particulièrement agréable de présenter aux lecteurs de « Droit & Liberté » le dossier que cette revue vient, dans son numéro du 11 octobre 1973, de consacrer sous le titre : « Etes-vous raciste?» et le sous-titre : « Le droit à la différence », au problème du racisme en France. Une longue interview de M. Daniel Mayer, président de la Ligue des Droits de l'homme, constitue l'essentiel de ce document. Elle est cependant précédée et introduite par uri texte d'une exceptionnelle vigueur de l'interviewer, M. JeanPaul Gibiat ; ce texte résume en particulier, en un raccourci saisissant, la condition fa ite actuellement en France aux travailleurs étrangers et à leurs enfants. J 'en viens à l'interview elle-même, et pour noter d'abord que M. Daniel Mayer tient à faire sienne, en première approximation , cette définition du racisme que proposait notre ami l'abbé Pihan , président du C.L.E.P.R. : « On est raciste à partir du moment où l'on dit « ces gens- là » en parlant d'un groupe auquel on n'appartient pas . » Il approfondit cette définition en montrant que le racisme, tel qu'il se présente dans notre pays, n'a nullement pour support une théorie biologique, à la manière de Gobineau ou des nazis, des races humaines et des conditions de leur « pureté» _ ou de leur impureté . C'est bien plutôt un phénomène culturel: car si la notion de racisme , et surtout de races pures, « ne tient pas devant la science», et ne compte plus guère d'adeptes, les différences des cultures constituent bien , elles, une réalité indiscutable ; le racisme consiste, pour chacun , à partir de ces différences, à postuler que sa culture « est toujours supérieure à celles des autres». . L'autre sera donc méprisé et, à la limite, condamné . M. Daniel Mayer stigmatise « l'imbécillité» et « l'abjection» de cette attitude, telle qu'elle s'est manifestée par exemple en France encore tout récemment lors du déplorable événement de Marseille : il se demande comment « un pays qui se réclame de Descartes, de la raison» peut en venir à « considérer que l'ensemble des Algériens qui vivent en France sont coupables parce que le fou qui a assassiné un malheureux traminot était d'origine algérienne». Mais « justement le raci.sme, c'est bien cela : la généralisation au niveau d'une collectivité humaine de la responsabilité d'un individu». Un certain optimisme officiel de commande s'obstine à prétendre que les Français ne sont pas racistes, que' le racisme est une maladie inconnue dans notre pays. Position dont M. Daniel Mayer, comme l'avait déjà fait M. Jean-Paul Gibiat dans sa remarquable introduction , n'a pas de peine à montrer le caractère proprement insoutenable. D'ailleurs, ces mêmes pouvoirs publics, qui se portent si légèrement garants de l'antiracisme des Français, sont loin d'être eux-mêmes sur ce chapitre exempts de tout reproche; et il faut lire tout ce que M. Daniel Mayer évoque à ce propos des multiples implications racistes ou pararacistes qui commandent la politique française de naturalisation , l'arbitraire en matière d'expulsions d'étrangers, ou encore la sévérité souvent accrue avec laquelle les tribunaux sanctionnent les délits ou crimes dont les auteurs sont des étrangers. Quant au Français moyen, M. Daniel Mayer fait plus et mieux que de rendre manifeste la persistance chez lui d'un racisme tantôt déclaré , tantôt latent: il dévoile avec profon- DROIT ET LlBERTË - N° 325 - DËCEMBRE 1973 deur quelques-unes de ses racines psychologiques : « On nous a trop longtemps raconté que nous étions des hommes supérieurs , que nous avions un e mpire » - et ici il met en évidence les rapports historiques étroits du racisme au colonialisme - « que nous apportions la civilisation dans le monde entier, que nous sommes à la pointe de tous les combats, que notre cuisine est la meilleure de toutes : voilà qui donne ... dès le départ l'envie de se considére r comme supérieurs, et il est rare qu'on puisse résister à cette tentation». Abordant enfin G,ett,e forme à vrai dire très particulière du racisme qu'est l'antisémitisme , M. Daniel Mayer estime que les causes religieuses qui l'ont nou rri dans le passé ont perdu aujourd'hui beaucoup de leur importance relative , et cela au profit des causes économiques : c'est ainsi que la fameuse et sinistre « rumeur d'Orléans » a été, à l'origine, « orchestrée par des commerçants désireux d'entraver les affaires de leurs concurrents juifs» ; faut-il rappeler à ce sujet que la législation antisémite de Vichy n'a pu manquer en son temps, d'être particulièrement bien accueillie par toute la pègre qui a saisi avec bonheur cette occasion inespérée de s 'enrichir des dépouilles des juifs? On voit par ce bref compte rendu tout ce que le dossier de « L'Education» apporte en la matière d'informations et de réflexions situées, c' est-à-dire adaptées précisément aux données contemporaines du problème. Quant aux remèdes, M. Daniel Mayer compte beaucoup sur ce que pourrait donner une instruction civique bien comprise ; peut-être même a-t-il, à notre gré, tendance à surestimer quelque peu ce que pourrait être son pouvoir de transformer les esprits en profondeur ; il souligne - et nous voici ici sur notre terrain propre - « le rôle fondamental que les maîtres peuvent et doivent jouer en ce domaine». M. Jean- Paul Gibiat avait, de son côté, cité l'admirable réponse qu'une dirèctrice d'école maternelle faisait à quelques parents allergiques à la présence d'enfants immigrés: « Il n'y a pas d'étrangers dans cette école , il n'y a que de petits enfants». Ne travaillons-nous pas, dans la mesure de nos moyens, à ce qu'une attitude aussi exemplaire puisse devenir, demain, celle de l'unanimité du corps des enseignants et éducateurs? Marc-André BLOCH Président d'honneur du C.L.E.P.R .

· f. [Id .. i .. FII.e .. '" » est la rubrique mensuelle du Centre de liaison

des 6dueateIn cantri les préjugés lëIciaux 1 C.l.E.P.R.I. le tU.P.IL dMloppe ses activités : - En organisant des rencontres et des débats entre educateurs. En favorisant r ..... !tJcpérienoes entre enseignants. En leur fournissant la documeJJtation .,iIs souhaitent. MOITAIT DE lA C011SAnON : .......... ! 10 F (donnant droit aux deux numeros annuels de Droit ft ....... OÙ parait un dosSier de 8 pages réalisé par le C.LE.P.RJ, cette COIÎIIIIiIIIl minimale· étant porté à 5 F pour les abonnés à Droit ft Lit.r1é. ........... : 20 F, Membre bienfaitew : A partir de 3a F, Adresser les adhésions à Mlle Renée Baboulène, 50, rue des POissonniers, Paris-l&" MC III chèque postal 13 volets) à l'ordre de Mlle R. Baboulène, institutrioe - C.LE.P.R. IC.C,P. 18 117 35. Paris!. 31 • , ..- ?, • • -; • • - • '1 • -.u, - -•

Notes

<references />