Droit et Liberté n°381 - juin 1979

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°381 de Juin 1979
    • Editorial: ça commence comme ça par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
    • La loi des suspects (loi Bonnet) par le Secrétariat National du MRAP (adresse aux parlementaires)
    • Herr präsident (R.F.A. et nazisme) par J.P. Giovenco
    • De l'extinction du cartiérisme (tiers-monde) par Yves Charbit
    • On frappa à la porte (lutte antiraciste aux USA par Richard Lapchick
    • Etude: Racisme dans les têtes par Colette Guillaumin
    • Cinéma: Coco-la-fleur de Christian Lara présenté par Félix Lambert
    • Education à la fraternité
      • Mon enfant devient raciste par Marc-André Bloch
      • Haut les masques: initiative du comité d'Amiens
    • Trente ans: dix mille à Pantin par Marc Mangin

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

racisme les têtes - LA LOI DES SUSPECTS 2 LAINE CONFORT NATUREL MATELASSIER rfJfBction dB SommiBrs Bt MatB/as PRIS LE MATIN, RENDU LE SOIR Tél. :277.57.74 TAPISSERIE SAINT-PAUL 2, RIe du Roi-de-Sicile - 75004 PARIS WiB~1i8f 1" 1.(.4(.. H~ 28000 - ~(.A)bf.f Til. 21 . 7~. 11 9rêt Ets GUY ARNAUD Fourrures 14, rue Gasparin 69002 LYON NORY 249, rue Saint· Denis 75002 Paris • au sommaire • l'évènement. la loi des suspects ",. " ",.,. p, 6 • point chaud. herr prasident ,. , . , . . ,." . .. .. p, 8 par jean -pierre giovenco de l'extinction du cart ierisme .. . . . , . . . ... . " . . p, 10 par yves charbit . • sur le vif. on frappa à la porte , .... , . . . p. 15 ppr richard lapchick • étude. le racisme dans les têtes .. , ,. p. 17 par colette gui/laumin • pleins feux. coco-la-fleur .. ', . ..... , .. . " p. 22 par félix lambert • trente ans. 10.000 à Pantin par marc mangin p. 26 droit et liberté mensuel 120 rue saint·denis, 75002 paris - téléphone 233.09.57 - C.C.p . 9239-81 pa ris directeur de la publication rédacteur en chef albert lévy lean-louIs sagot -duvauroux comité de rédaction lean-pierre glovenco jacques barou, mireille carrère. philippe larreau. patrick kamenka. féllx lamber!. racine malga, marc mangi n. stéphane mayreste. robert pac. yves person, philippe porret. viviane rosen. théo saint-Jean. macoumba samb. yves thoraval . jea n-yves treiber. slimane zéghidour. abonnements un an 50 F, soutien 100 F. étranger 75 F, publiCité au siège du Jour nal l . • courrier· trente ans! Il Y a trente ans, lorsque j'ai eu l'honneur d'ouvrir la première séance de la première Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix dans un Cirque d'Hiver où s 'étaient rassemblés des milliers de victimes du nazisme, et après que fut prononcé le serment de ne jamais oublier les crimes commis par les assassins fascistes, je n 'aurais pas pensé qu'il nous faudrait encore, en 1979, continuer, et avec plus d'ardeur, à combattre le racisme. Serge KRIWKOSKI Fondateur et membre du Conseil National du mrap nazisme .., Je ne résiste pas à l'élan qui me pousse à vous dire mon indignation après avoir lu la ' lettre de Kurt Nehrkoan (Viry-Chatillon) dans droit et liberté de mars. Pour dénoncer « la banalisation du racisme », il emploie le langage nazi traditionnel. Selon lui (mais il a l'air «innocent »), le néo-nazisme nous vient des Etats-Unis où, apparemment, quelques bonnes âmes juives le soutiennent financièrement dans la peur qu'on leur prenne leurs biens. Voilà! En une phrase, votre correspondant ramasse tous les clichés nazis de l'antisémitisme. Il se peut qu'il le fasse sans le savoir (comme M. Jourdain faisait de la prose) mais ce n 'est pas moins grave. Sur quoi s'appuie-t-il pour affirmer que des Juifs soutiennent là-bas des nazis? Henry BULAWKO Paris N, D,L.R, Nous publion.s très volontiers ces observations d'Henry Bulawko. l'apartheid voyage en 1 re classe Je fais partie de ces «amis de chemin de fer » qui s'intéressent aux aspects historiques, modernes et techniques du rail. La locomotive à vapeur, qui a pratiquement disparu en Europe sauf sur des réseaux touristiques (comme à Pithiviers ou sur le Vivarais) est un des sujets qui nous passionnent. Ce mode de traction n'est d'ailleurs pas dépassé techniquement mais le prix exorbitant du charbon d'excellente qualité qui lui est nécessaire l'a fait abandonner au profit du diesel ou de l'électricité. Sauf précisément dans deux pays qui ont des ressources en très bon charbon facile à extraire: la Chine Populaire et l'Afrique du Sud. Il n 'est pas rare, sur les photos de ce dernier pays, que se trouve dans le champ de l'objectif une pancarte «Blancs seulement » ou «non Blancs » (en anglais et - droit et liberté. nO 381 • juin 1979 en néerlandais rebaptisé ici «afrikaanv). Et voici ce que j'ai lu, toujours sur l'Afrique du Sud, dans un reportage paru dans « Rivierail » nO 27, de janvier-février 1979 : « Les convois à grand parcours sont composés de voitures de 1 re classe et 2e classe pour Blancs, l'e, 2e, 3e classes pour «non-Blancs » et une voiture de modèle ancien à lanterneau pour le personnel du train . Les 3e classes «non-blancs » sont placées derrière la locomotive alors que les 1 re « blancs » sent en queue de la rame : ces compositions provoquent d'interminables manoeuvres aux bifurcations où le train doit être scindé! ». Les voyageurs blancs d'Afrique du Sud ont-ils donc si peur d'être transformés en nègres par la fumée des locomotives, risque qu'ils courent tout autant en queue du convoi qu'en tête d'ailleurs, au point d'accepter de perdre plusieurs heures à des manoeuvres de triage·? Imagine-t-on chez nous l'express Paris Bordeaux- La Rochelle stationnant une heure en gare de Poitiers pour permettre de trier .en bon ordre les wagons transportant des Arabes, ceux transportant des Français vers Bordeaux ou vers La Rochelle respectivement, à grand renfort de locotracteur? Jean -Paul MARMIN 59110 La Madeleine dans le métro Je s()uhaite porter à votre connaissance une petite histoire qui s'est passée dans le métro à la station République, le 19 janvier 1979. Mon ami J. ", Bolivien, réfugié politique, détenteur de la carte orange, se fait arrêter par deux contrôleurs alors qu'il venait de franchir « la ligne de contrôle » en utilisant son billet. Les contrôleurs l'ont, malgré ses dénégations calmes mais fermes, accusé de n'avoir pas utilisé celui-ci ; il a eu beau tenter de démontrer l'absurde de la situation. puisqu'il avait sur lui carte orange et ticket, en règle, rien n 'y fit. Il a dû donner ses papiers, subir des remarques dans le genre :« Si tu n'es pas content, tu n'as qu'à rentrer chez toi », et il a finalement reçu, en date du 2 février, la notification d'avoir à payer la somme de 95 F. pour «franchissement frauduleux de la ligne de contrôle ». Que se passerait-il si la victime de ces tracasseries était un garçon très fatigué nerveusement ? Je réserve pour une prochaine lettre la description de l'accueil réservé à un étranger venant faire renouveler sa carte de séjour à la Préfecture de Police de Paris. Michèle BERTRAND 78800 Houilles l'accident du travail Il s'appelait Ahmed, il était Marocain. Il venait de son bled où il laissa les siens. A vingt ans, il était l'aÎné de dix enfants. Et c 'est pour les aider Qu'il quitta ses parents . Le voilà dans la ville avec son baluchon. Plein d'un espoir fragile, il débarque Gare de Lyon. Il commença dès l'aube à porter des . planches Tout en haut d'un immeuble, respectant les cadences. Il fallait aller vite car dans la construction Si l'retard s'accumule ça coûte cher au patron. Il travaillait toujours, il faisait presque nuit Il n 'y voyait plus rien. son corps s'est engourdi. Soudain c 'est le faux pas, la chute et juste un cri Sur le sol bétonné Un peu de sang tout frais. « Toi, son copain, prends ta plume et écris 'I1UX parents Ils recevront son corps, et les frais d'enterrement . Sont entièrement payés, la Sécurité Sociale Leur versera la rente, c'est le cadre légal ». Il avait juste vingt ans, et venait de son douar Il portait dans sa tête des rêves et des espoirs Il venait à Paris pour aider ses parents Car il était l'aÎné d'une dizaine d'enfants. Il est tombé un soir, un accident de chantier Et demain. tout en haut, il sera remplacé Par un autre petit gars, et le sang essuyé Il faudra aller vite, observer les cadences Porter, et se presser, des centaines de planches Car on vous le répète : quand dans la construction Les retards s'accumulent, ça coûte cher au patron. Christiane TCHANG-BENOIT la voisine, le nazisme, le souvenir Je serais reconnaissante si vous aviez la possibilité de me donner un renseignement au sujet d'une de mes anciennes voisines, 66 rue de la Volga, Paris 20". La pauvre malheureuse, avec ses deux enfants, a été déportée. Son mari, Polonais, tailleur, l'avait précédée. Son nom était Mme Flack ou Wlack ; elle était Allemande et aVflit un frère, médecin, resté en Allemagne et qu'elle n 'a jamais revu. L'aÎné de ses deux fils avait peut-être une dizaine d'années, s'appelait Adolphe, bien triste prénom ; le 2" peut -être dans les deux à trois ans. Jamais, je ne les ai oubliés. Nous étions biftn ensemble ; ils demeuraient au 3" étage. A4 premier, il y avait un autre ménage, je ne me souviens que du prénom de leur fille : Sarah. 10 ans. Incroyable, tous ces bandits nazis, les crimes qu'ils ont commis. Et aujourd'hui prêts à recommencer. Mme Germaine MEUNIER Paris 20" Tél.: 372.58.16 ••• 3 le profil Pièces profilées façonnées pour l'Automobile, l'Electroménager, le Bâtiment Cornières perforées « FORPLEX" pour tous assemblages ENTREPOTS - SERVICES 105, rue Jean-Jaurès 78130 LES MUREAUX Tél. : 474.72.20 Télex : PROFIL 695998 CDFINTEX s. A. 14, RUE CHAPON, 75003 PARIS MITRO : A~TS ET METIERS LES TRICOTS CAROLL !! 278·63·31 16 LION ES OROUPEESI LES TRICOTS CAROLL MARQUE. DEPOSEE TISSERA Y & Cie Fabricants de soieries 4. place Louis·Chazette 69001 LYON Tèl. (78) 28· 12·17 Ilqrh' gro u pef' Telex 310907 Repre sentant a P éJr lS (3") Bernard CABEDOCE. 70. rue de Saintonqe. tèl. 272·28·44 4 SPAD 3, rue de Stockolm 75008 Paris - Tél. : 522.45.41 SARL au capital de 40.000 F. 23, rue Etienne Marcel 75001 Paris 'Zr 236.37.80 Maoasin de vente : Passage du Caire 75002 Paris ~ 508.59.32 PR.QNUPTIA® DE PARIS POUR REUcMIR LE PLlffi BEAU ·D~ MAR1\GE0 LE vôTRE choisissez votre toilette dans la brochure PRONUPlIA Sélections à retirer gratuitement dans l'un de nos i 158 points de vente en France à l'enseigne exclusive PRONUPTIA® DE PAltI.\' d@ félicitations Félicitations, chers amis, pour le sucees de vos efforts qui ont abouti à l'annulation de la tournée de rugby du Transvaal et tous nos remerciements pour ce que vous faites pour mettre fin à la collaboration sportive de la France avec l'odieux régime d'apartheid. Le combat doit continuer pour l'annulation définitive de la tournée des Springboks. Fraternelles salutations. Dennis BRUTUS Président d'ICA RIS (International Campaign Against Racism in Sport) USA comment vivent les enfants du monde A la suite d'un probleme de racisme résolu par la classe apres une discussion tres animée, les enfants du cours préparatoire (âgés de 6 à 7 ans) ont pensé qu'il serait intéressant de connaÎtre la façon dont vivent les autres enfants du monde. La bibliotheque du quartier nous a fourni pas mal de livres mais les enfants souhaiteraient avoir des «images ». Ils m'ont demandé à qui ils pouvaient s'adresser pour en obtenir et je leur ai suggéré d'écrire à votre organisme.

  • il-"11.l/ :./:;,;;.1" "/...

i Mme Zerbib, Institutrice 76600 LE HAVRE droit et liberté. nO 381 • juin 1979 • éditorial • ça commence comme ça Tous les hommes sont mortels; or Socrate est un homme; donc Socrate est mortel. Ou bien encore: le gouvernement français lutte pour le respect des droits de l'Homme; or il veut mettre en Céluse les droits des immigrés; doncles immigrés ne sont pas des hommes! Absurde? Le Président de la République vient de proposer l'établissement en France d'une sorte d'Habeas Corpus, l'institutionnalisation de ce droit de l'Homme qui veut que toute personne qu'un tribunal n'a pas déclarée coupable est présumée innocente. Au même moment, son gouvernement fait au Parlement des propositions de loi qui permettraient, si elles étaient adoptées, l'établissement de camps d'internement administratif pour les étrangers, des sanctions contre les immigrés victimes du chômage, de la maladie ou d'un accident du travail, sous prétexte qu'ils porteraient ainsi atteinte au « crédit public », la mise en place d'un système de coercition collectif et séparé pour les quatre millions d'étrangers qui vivent en France. Pendant ce temps, M. Hersant tisse patiemment, impunément, au mépris des lois, son monopole de plus en plus pesant sur la presse française. Il livre de vieux journaux républicains à des gens qui n'ont qu'indulgence pour les activités amnistiées de leur propriétaire. Le « Figaro-Magazine", investi par les « penseurs" du G.R.E.C.E. (Groupement de Recherche et d'Etude pour la Civilisation Européenne), dont un grand nombre sont d'anciens activistes néo-nazis d'Europe-Action, diffuse à des centaines de milliers d'exemplaires les idées pernicieuses de la supériorité génétique et culturelle de l'homme « indo-européen", apporte un soutien militant aux régimes racistes d'Afrique australe, s'élève contre le développement de l'information sur les crimes nazis qui a suivi la diffusion de la série télévisée « Holocauste", à tel point qu'un article paru dans l'Arche a pu parler d'une publication « pré-nazie ». La multiplication des bavures policières montre que, malgré l'attitude posi- , tive des syndicats de police et le ressentiment de nombreux policiers démocrates, on veut mettre ce corps de fonctionnaires au service d'une politique raciste; on cherche à leur faire assumer personnellement la responsabilité des rafles au faciès pour lesquelles ils sont de plus en plus souvent requis. Enfin, l'impunité révoltante dont bénéficient journaux et groupes ouvertement racistes et néo-nazis apparaît de plus en plus nettement comme un moyen de faire entendre tout haut une propagande raciste et fasciste que le gouvernement ne peut reprendre à son compte. N'oublions pas, en effet, que la loi de 1972 donne au ministère public le devoir de les poursuivre et de tes faire interdire. . Veut-on, par le double langage et les mystifications pseudo-libérales, renforcer dans la population française l'idée qu'après tout, ces insupportables atteintes aux droits de l'Homme et aux traditions républicaines ne les concerneraient pas? Quelle erreur si l'opinion s'y laissait aller. On J1e joue pas impunément avec les droits d'une minorité qui représente 7,5 % de la population et 20 % de la classe ouvrière. Très vite, très très vite, ça sent le fascisme pour tout le monde. Jean-Louis SAGOT-DUVAUROUX . 5 • l'événement • Adresse aux membres du Parlement de la République Française pour attirer leur attention sur les dangers que ferait courir aux libertés publiques l'adoption des projets de loi du gouvernement sur la police des étrangers. la loi des suspects Il s'est trouvé, à l'Assemblée Nationale, une majorité pour voter le projet de loi raciste de MM. Barre et Bonnet concernant les étrangers. Ce fait est d'une extrême gravité, car il montre que la majorité des députés n'a pas hésité à suivre le gouvernement dans sa volonté de mettre en cause les principes de base du droit républicain. La campagne doit redoubler pour que les sénateurs refusent d'engager la France dans la voie de la léga lisation du racisme et de l'abandon des libertés démocratiques. Mesdames et Messieurs les Sénateurs Mesdames et Messieurs les Députés Une analyse détaillée des différents projets de loi gouvernementaux qui sont, à l'heure actuelle, proposés ou à l'étude, concernant la police des étrangers et notamment le projet de Loi nO 922 de MM. Barre et Bonnet, fait apparaître des dispositions qui, si elles étaient adoptées, constitueraient une régression très grave du Droit français et des atteintes sans précédent aux Droits de l 'Homme proclamés dans le préambule de la Constitution Française et dans les Conventions internationales. Déjà, la Commission des Lois de l'Assemblée Nationale a amendé les dispositions les plus indéfendables du projet de MM. Bonnet et Barre et le projet de M. Stoléru en sera it à sa dixième version après avis défavorables du Consei 1 d'Etat. Mais, en fait, c'est la logique même de cette politique qui devrait être remise en cause . L'analyse que nous avons faite nous amène à relever sept directions particulièrement inquiétantes. 6 1. refus d'un véritable débat parlementaire sur les problèmes d'immigration L'annulation par le Conseil d'Etat de la plupart des textes régissant, au mépris des lois et de la Constitution, la situation des immigrés nous avait amenés à souhaiter un vaste débat sur l'ensemble du problème, débat pour lequel le mrap avait fait aux parlementaires un certain nombre de suggestions détaillées. Comme nous I,~ craignions, le gouvernement n'a voulu ailorder cette question que dans une optique répressive. Mais, pour éviter que ses textes ne donnent toutefois lieu à un véritable débat parlementaire, il a délibérément morcelé les dispositions qu'il compte prendre en 5 projets : le projet de loi nO 922; un projet de M. Stoléru concernant la politique d'immigration et dont celui -ci a exposé les grandes lignes par une lettre aux syndicats ; un projet concerna nt l'" aide au retour » ; deux projets concernant le problème du logement et des foyers. Ce mépris de l'avis des parlementaires nous semble significatif de l 'embarras qu'éprouve le gouvernement devant l'é ventualité d'un véritable débat. 2. l'arbitraire aux frontières Le projet nO 922 stipule en effet que l'accès du territoire français serait interdit à toute personne qui " ne disposerait pas de moyens d'existence suffisants » (disposition annulée dans la proposition amendée par la Commission des Lois) et à tout étranger " dont la présence constituerait une menace pour l'ordre public ». Oui déterminera quels sont " les moyens d'existence suffisants » , et comment le déterminer? Qui déterminera qu'un étranger qui se présente à la fron' tière « menace l'ordre public », eLcomment le déterminer? N'est-ce pas là ouvrir la porte aux pires abus et sonner le g las du tourisme libre da ns notre pays q\Ji s'honore pourtant d'être « un carrefour de civilisations » ? 3. des camps d'internement administratif Cette pratique, utilisée durant l'occupation nazie, puis durant la guerre d'Algérie, a toujours suscité la réprobation de tous ceux qui voient dans un Etat de Droit une garantie indispensable pour les libertés publiques. Il s'agit ici de maintenir en détention, hors de tout contrôle judiciaire, des personnes qui n'ont commis aucun délit mais dont l'administration aura jugé, par exemple, qu'elles " ne disposent pas des ressources suffisantes ». On imagine sans mal quelle image de notre pays emporteraient ceux qui auraient dû subir une telle situation. Il serait également possible d'enfermer dans ces camps, selon la conjoncture internationale, les réfugiés politiques considérés par l 'administration comme une " menace pour l'ordre public », sans aucun contrôle possible. Ils sont en effet presque toujours en état d'irrégularité à l'égard de leur pays d'origine. Et, avec les inévitables abus qu 'entraînerait une telle extension de l'arbitraire, c'en serait fini de la France " terre d'asile ». 4. aggravation de l'insécurité des tr.a vail.leu,rs Immigres L'instauration d'une carte annuelle de séjour, sans droit au renouvellement, pour tout étranger qui ne réside pas en - France depUiS plus de ... Lb ans, la res ponsabilité donnée aux préfets et à eux seuls de décider d'un éventuel renouvellement, assorti de conditions supplémen taires (justification de l 'acquittement de l'impôt), l'extension des cas de refoule ment et d'expulsion provoqueraient par leur seul effet une situation de précarité permanente pour les immigrés, difficile ment supportable. Mais surtout, les textes proposés établissent, fait unique dans la législation . française, une sorte de " délit de résultat ». Ainsi, un étranger en possession de papiers falsifiés pourrait être, par le fait même, refoulé et conduit manu militari à la frontière, sans qu'il ait aucun moyen, s'il a par exemple été victime d'une escroquerie, de faire valoir sa bonne foi . Pire, au nom de " l'atteinte au crédit public », M. Stoléru, dans ce qu 'il dit aux syndicats de son projet, évoque comme cas de refouleme:1t les motifs sanitaires ou la situation de l 'emploi (en clair, le chômage). Verra -t-on, dans la France de 1979, des hommes ou des femmes pénalisés parce qu 'ils auront été victimes d'un licenciement économique ou d'un accident du travail? Ce serait ignoble! Enfin, en faisant du refoulement non exécuté un cas d'expulsion, on donne à l'administration, en contradiction totale avec tous les principes Droit français, la possibilité de mettre elle-même en mouvement la force publique pour assu rer l'exécution d'une de ses propres déci sions, sans aucun contrôle possible de l'autorité judiciaire. 5. les travailleurs immigrés frappés de façon discriminatoire par la politique de «réduction des coûts sociaux» Les travailleurs immigrés forment 20 % de la classe ouvrière française. Or, les dispo.sitions que propose le gouvernement permettraient d'" économiser » les indemnités de chômage (refoulement pour " raisons économiques »), ou les frais de maladie (refoulement pour « raisons sanitaires ») par le moyen d'une injustice si criante qu'on se demande comment des ministres du gouvernement de la République ont pu les concevoir. Imagine-ton, en effet, les conséquences du refoulement d'un ouvrier malien parce qu'il await contracté, en France, la tubercu lose (l 'insalubrité des conditions de logement de nombreux étrangers rend cette maladie plus fréquente pour cette catégorie de travailleurs), alors que son pays, l'un des plus pauvres du monde, serait incapable de lui assurer les soins nécessaires, et à ceux avec qui il aurait à vivre, l'indispensable prophylaxie? droit et liberté. nO 381 • juin 1979 6. l'ensemble des étrangers vivant en France frapp~s. de suspicion Le préambule du projet de MM. Barre et Bonnet est, à cet égard, d'une inquiétante clarté. On y lit en effet qu 'i l a pour objet de pallier le fait que « les autorités responsa bles ne détiennent pas les moyens juridiques et pratiques de coercition nécessaires à la défense de l'intérêt national » et que les dispositions prévues « sont indispensables pour assurer un contrôle efficace de l'immigration étrangère et la protection de l'ordre public ». Au nom de l'intérêt national, on voit donc justifiées des atteintes exceptionnellement graves aux principes du Droit et de la Constitution, dans une démarche qui ne va pas sans rappeler la doctrine dite « de la sécurité nationale » dans les régimes musclés d'Amérique latine. On instaure au nom de ce même « intérêt national » une législation d'exception discriminatoire à l'égard d'une importante partie de la population vivant en France dont on affirme qu 'elle est nécessaire pour «protéger l'ordre public ». Les étrangers sont donc collectivement présentés comme, en eux-mêmes, une menace à cet ordre public, menace qui nécessite des mesures de coercition collectives et discriminatoires, ceci en opposition flagrante avec la lettre et l 'esprit de la loi antiraciste de 1972, pourtant votée à l'unanimité du Parlement. La seule présence des étrangers est présentée comme une menace qui doit entraîner un contrôle collectif, menace contre les biens, la santé, l'emploi et la sécurité des Français. Il n'est pas besoin Cette affiche est disponible au mrap au prix de 5 francs l'unité. - LA LOI DES SUSPECTS d'épiloguer sur le racisme pernicieux qui découle d'une telle justification de ces textes. 7. menaces sur les organisations de solidarité Le préambule du projet de MM. Barre et Bonnet affirme que " l'expérience a souvent montré que les intéressés (les étrangers refoulés) cherchent à se soustraire à l'application de la mesure prise à leur encontre et qu'ils y parviennent aisément avec l'aide de leurs compatriotes déjà établis en France, ou grâce au soutien d'organisations ou de comités créés pour la circonstance ». Il est nécessaire de rappeler que les organisations ou comités de soutien qui aident les travailleurs immigrés à se retrouver dans le maquis administratif qui s'est peu à peu tissé autour d'eux n 'ont pas la possibilité de se mettre au-dessus des lois etqu 'ils sont, pour la plupart, légalement déclarés. Lorsqu'ils interviennent en faveur d'un étranger et que la mesure de refoulement ou d'expulsion est rEportée, c'est que leur intervention a pêfmis de faire apparaître des irrégularités ou des injustices. Il apparaît bien, dans le texte du projet, que la suspicion jetée dans le projet sur ces organisations a pour but d'enlever aux étrangers victimes d'injustices un des derniers remparts qui leur reste contre l'arbitraire. Soulignons qu'en ce qui concerne le mrap, des personnes en difficultés se sont parfois pré. sentées à lui sur le conseil de l'administration ou même de la police. Loin de mettre en cause l 'ordre public, ces associations ont pou r but, le plus sou - . vent, de faire respecter les plus nobles conquêtes de la civilisation en matière de Droit. Mesdames et Messieurs les Sénateurs, Mesdames et Messieurs les Députés, le 1 er juillet 1972 était proclamée la Loi contre le racisme, votée par le Parlement unanime à la suite d'une campagne persévérante de notre Mouvement qu i en proposait le texte depuis 13 ans. Le Parle ment enrichissait ainsi d'une manière éminemment positive la législation de la République Française, basée depuis sa naissance sur la Déclaration des Droits de l 'Homme. Aujourd 'hui, nous vous demandons instamment de considérer avec attention cette Adresse. Oue vous partagiez ou non les orientations générales du gouvernement, vous avez la mission de faire les lois, de préserver leur caractère républicain, d'empêcher l 'extension de l'arbitraire et de contrôler le pouvoir exécutif. La Représentation nationale ne peut pas, au -delà des sympathies pol itiques des uns et des autres, laisser mettre en pièces des garanties essentielles pour l 'exercice des libertés publiques. Mesdames et Messieurs les Sénateurs, Mesdames et Messieurs les Dépu tés, empêchez-le. Le secrétariat National du mrap 7 • point chaud. herr .prCisident Les évènements qui ont présidé à la naissance de la République Fédérale d'Allemagne (absence de véritable dénazification, croisade anticommuniste, reconstitution rapide des forces à l'origine de l'ascension du nazisme) pèsent encore aujourd'hui d'un poids très lourd dans les relations difficiles et contradictoires que les Allemands de l'Ouest entretiennent avec leur passé. C'est ce qui ressort des déclarations faites par des journalistes du « Deutsche Volkszeitung » à une délégation du mrap et de la ~gue belge des droits de l'Homme au cours d'une réunion de travail qui s'esttenue à Dusseldorf, les 5 et 6 mai. Doit-on avoir peur de la République Fédérale d'Allemagne, du modèle de société qu'ici et là quelques uns de ses thuriféraires proposent à tous en alignant, en guise d'arguments, une liste à la Prévert, où le taux de production industrielle voisine avec les statistiques sur "le niveau de vie, et où bizarrement n'apparaissent pas la condamnation des interdits professionnels et la critique de la passivité des pouvoirs publics à l'égard des nazis d'hier et de ceux d'aujourd'hui? Poser ainsi la question paraît relever de la pure provocation. Vaincue militairement en 1945, occupée par les alliés, ravagée par la guerre (ainsi qu'en témoignent ses villes modernes tirées au cordeau et où l'on a reconstruit avec minutie et amour les « centres historiques » anéantis par les 'bombardiers alliés), l'Allemagne semble avoir extirpé les démons du passé. La création de la R.F.A., en 1949, visait aussi à populariser cette idée dans une Eùrope encore sous le coup de la barbarie hitlérienne. Or, pour bien comprendre' la réalité de la R.F.A., il convient d'aller au-delà de cette idée simpliste. De même qu'un botaniste étudie l'évolution d'un arbre en se préoccupant du terreau où il plonge ses racines, il faut, quand on parledela'R.F.A.,analyser les circonstances dans lesquelles 8 est intervenue sa naissance. Helmut Bausch, journaliste à l'hebdomadaire le «Deutsche Volkszeitung » publié à Dusseldorf, estime que la politique de l'Etat allemand obéit à des données et des impératifs remontant à l'époque Bismarkienne et dont s'inspire encore aujourd'hui la RFA. «En 1945, nous a-t-il expliqué, au moment de la victoire sur le nazisme, la question était de savoir comment extirper à jamais le nazisme et le militarisme allemands. Différentes mesures ont été étudiées par les autorités occupantes : fin du Reich centralisé, transformation de l'Allemagne en un pays à vocation essentiellement agricole, socialisation des moyens de production, démembrement, suppression de l'Etat-major, respect scrupuleux par le nouvel Etat des accords internationaux. Bien entendu, aucune de ces dispositions n'a été suivie d'effet. Dès 1948, il est apparu que les forces administratives, juridiques, économiques, politiques, militaires et autres, qui avaient soutenu le plus fidèlement le nazisme, se sont reconstituées sous couvert de lutter contre le nouvel ennemi des pays occidentaux: l'U.R.SS et les pays socia listes. C'est à cette époque qu'Adenauer a lancé le slogan : «Non au fascisme de droite et de gauche ». Dans la pratique, il s'agissait de lutter contre la gauche puisque, officiellement, la droite avait été vaincue avec la chute du troisième Reich. Cette campagne a pris un tour d'une logique implacable. Il fallait à tout prix convaincre le peuple allemand que l'adversaire à combattre était 1'u.R.SS A cette fin. on a présenté la R.D,A. comme étant .une zone d'occupation soviétique. On a répété que seule la R.F.A. représentait les Allemands. On a aussi maintenu le flou sur le sort des soldats morts sur le front de l'Èst. Adenauer est allé jusqu'à dire que plusieurs centaines de milliers d'Allemands étaient morts dans les camps de concentration soviétiques bien après la guerre. Ces fausses allégations ont fortement impressionné les Allemands et contribué au développement de la haine à l'égard des pays socialistes. En violation formelle avec les éJccords de Yalta, l'Etat-major allemand a été recons titué de fait et, aujourd'hU/~ la R.F.A. fournit à 1'0 TAN 50 % du matériel de guerre et des officiers. L'objectifdes dirigeants d'alors de la R.F.A. était d'effacer les conséquences de la seconde guerre mondiale ». Cette volonté d'occulter le passé est, salon notre interlocuteur, une des données de base de la politique menée par les gouvernants qui se sont succédés au pouvoir depuis 1949. Thèse que semble accréditer un certain nombre de faits récents auxquels le pouvoir politique et la Justice ont été mêlés dont, en particulier, l'affaire du procès des tortionnaires du camps de la mort de Maidanek. Malgré le témoignage de plusieurs centaines de personnes, le tribu- Karl Cartens, président de la r .f,a : genèse.

1

'tl al ~ '~ .o.. o .r. c.. nal de Dusseldorf a, le jour du 36e anniversaire de l'insurrection du ghetto de Varsovie, prononcé l'acquittement des assassins. L'un d'eux, une femme, va d'ailleurs fêter son élargissement en se présentant aux élections européennes. La querelle sur l'imprescriptibilité des crimes nazis témoigne également de cette volonté de tirer définitivement un trait sur le passé. Rainer Taudien, journaliste à la « Deutsche Volkszeitung » explique: «Les partis de droite rc.D.u. et C. S U.) militent au Parlement en faveur de la prescription. A cet effet, ils font valoir que le temps a passé, que dans la pratique, la Justice est incapable de réunir des preuves suffisantes contre les anciens nazis et qu'en conséquence, il convient d'abandonner les poursuites et de passer l'éponge. Le SP.D. et les libéraux ont une position plus ambigüe. Ils sont favorables à l'imprescriptibilité mais mettent sur le même plan, dans un compromis, les crimes contre l'humanité et les crimes de droit commun ». des orientations identiques Pour une part, ces ambigu'nés trouvent leur origine dans le fait que les partis politiques représentés au Parlement de la R.F.A. accueillent des hommes ayant occupé des fonctions officielles sous le troisième Reich ou compromis dans la collaboration avec le parti natior. al-socialiste ou même à la S.S. « Depuis toujours, indique Helmut Bausch, l'appareil d'Etat est truffé d'adversaires de la démocratie. Adenauer avait dans son gouvernement un Secrétaire d'Etat, un certain Globke, à qui on doit la rédaction des Ordonnances antisémites de Nuremberg et qu'on avait surnommé dans certains milieux « le meurtrier de salon ». 11 ne s'agit pas là d'un évènement exceptionnel. Le nouveau Président cje la République est Karl Cartens, le candidat de la C.D.U. / C.Su. Or, chacun sait ici que Cartens est un ancien nazi. On pourrait multiplier les exemples sans fin ». , Dans ce contexte, il n'est pas étonnant que les amicales d'anciens S.S. réunissent toujours plus de monde et fassent preuve du dynamisme que l'on connaît, que les associations mises en place par les Allemands «des provinces perdues de l'Est » regroupent autant d'adhérents, que· le néo-nazisme recrute encore beaucoup parmi la jeunesse. On n'a pas expliqué à la jeunesse de R.F.A. ce qu'était le nazisme. A cet égard, les réactions des Allemands âgés de moins de 20ans à la projection d'Holocauste ont été très significatives. Pour certains, ce fut une véritable découverte. «II faut bien comprendre, ajoute Helmut Bausch, que le régime actuel n'est pas antifasciste. Les partis d'extrême droite et de droite, sur le fond, défendent des orientations identiques : même volonté de tirer un trait sur le passé, même histérie anticommuniste et antidroit et liberté. nO 381 • juin 1979 'tl M. Strauss et Pinochet: la défense du monde libre? socialiste, mêmes références à un Etat autoritaire et fort. Certes, les partis d'extrême- droite et néo-nazis représentent au plan électoral peu de choses. Il ne faut pas en conclure pour autant que le danger fasciste ait disparu. Les partis de droite traditionnels occupent le champ naturel de l'extrême-droite. Les déclarations d'un Strauss sont, à cet égard, éloquentes. D'autre part, les forces antidémocratiques sont présentes à l'intérieur des Institutions et de l'Etat ». intimidation de la population La politique des interdits professionnels que la R.F,A. a inaugurée sous le gouvernement de Willy Brandt a contribué à la création d'un système policier très perfectionné. Plus de trois millions d'Allemands ont d'ores et déjà été soumis, bien souvent à leur insu, à des contrôles de police et fichés. Officiellement, il s'agit de lutter contre les ennemis de la Constitution , En réalité, le résultat est l'intimidation de la population, la lutte contre tout ce qui est « rouge ». Un véritable climat de peur s'est instauré, Peur de perdre son emploi, peur de s'exprimer. Les fonctionnaires de l'Etat sont les premiers visés, surtout les instituteurs dont on craint l'influence sur la jeunesse. Au cours des interrogatoires effectués par la police, les questions suivantes leur sont posées: que pensez-vous de la Constitution de la R.F.A., de la dictature du prolétariat? La criminalisation de l'opposition a pris une telle ampleur que la C.D.U. de Hambourg a pu organiser une campagne de pétition demandant que l'on interdise d'enseigner aux instituteurs soupçonnés de communisme. Plus de 100,000 personnes "nt signé. Dans le même temps. trois ens .. gnants accusés d 'être hostiles à la Constitution et qui avaient obtenu leur réintégration après un recours auprès du Tribunal du travail, n'ont pu repr~ndre leur fonction. Mutés dans ure villt:: de province, la population alertée par une presse déchaînée s'y est opposée. De sorte que le Tribunal administratif a dû prononcer un nouveau jugement contredisant celui du Tribunal du travail. «La République Fédérale d'Allemagne, explique Helmut Bausch, joue le rôle de gendarme de l'Europe. Les forces qui dirigent ce pays sont parvenues à réunir beaucoup de monde autour du «modèle allemand ». Elles prétendent même aider les pays en difficulté en leur disant : «Nous sommes forts, nous avons de l'argent, une armée puissante; nous vous aiderons à lutter contre votre gauche ». Cette politique a obtenu un certain succès dans plusieurs pays d'Europe ». En ~e menant pas avec l'énergie nécessaire la lutte contre le nazisme et ses manifestations récentes, les autorités de la R. F.A. montrent qu'elles refusent d'analyser sereinement le passé et de tirer les conclusions qui s'imposent. Par là même, elles entretiennent le flou autour des véritables responsables de la m~ntée d~ nazisme. Flou d'où pourraient sortir, sous d'autres formes, de nouvelles aventures. J.P. GIOVENCO 9 de lextinction du cartiérisme Au moment où se renégocient les accords de Lomé, en~re les pays d'Europe occidentale et les pays sous-développés d Afrique et des Cara'ibes où se déroule à Manille la CNUCED (conférence des Nations Unies sur le développement), où a lieu la conférence francoafricaine au Rwanda, il est encourageant de constater, comme le montre un sondage publié par « Frères ~es, homm~s », que I~s, Français dans leur ensemble ont une appréciation réahste et positive du Tiers-Monde, En mars 1979, l'IFOP a réalisé, pour le compte de Frères des Hommes(nOdemai 1979), un sondage d'opinion auprès d'un échantillon représentatif de la population âgée de plus de 15 ans. Les réponses aux 27 questions posées donnen! ~ne ima~e plutôt encourageante des opinions à 1 égard du Tiers-Monde et des problèmes du sous-développement: celles-ci sont à la fois réalistes et assez généreuses. L'intérêt des Français pour le TiersMonde est certain. Bien qu'il ne s'agisse pas de problèmes qui touchent directement à leur vie quotidienne, la moitié des Français dit s'y intéresser ( beaucoup": 11 %, «assez"': 39 %). 38 % souhaiteraient en savoir plus sür les causes du sous-développement, 36 % sur la civilisation des pays du Tiers-Monde. Encore faut-il être prudent, car l'intérêt n'est pas forcément la sympathie: la crise dite «du pétrole", «l'explosion démographique », les ventes d'armes ou les fluctuations dans le prix de certaines matières premières ont sans doute aussi sensibilisé les Français au Tiers-Monde ... Les réponses aux questions sur les causes du sous-développement, ou les opinions relatives à certains problèmes internationaux confirment plutôt l'existence d'un intérêt positif à l'égard du Tiers-Monde. les causes du sousdéveloppement Si 62 % des Français invoquent le fait que «la population est trop nC!mbreuse .et la natalité trop élevée", et SI 60 % affirment en même temps que les pays du Tiers-Monde sont sous-développés aujourd'hui parce que les pays industrialisés exploitent leurs richesses, 57 % rap- 10 pellent l'existence de conditions naturelles défavorables et 66 % pensent que le Tiers-Monde finira par se développer : «c'est une question de temps". D'autres réponses confirment le réalisme du public. L'idée qu'il existe un « rapport de domination et d'exploitation" est partagée par 64 % des personnes interrogées. L'installation d'une entreprise dans un pays sous-développé profite surtout à l'entreprise elle-même (48 %), et au pays d'où elle vient, la France par exemple (21 %); 18 % seulement estiment que ces «transferts de technologie" profitent aux pays sous-développés. Rappelons qu'il s'agit là d'une «solution» en vogue aujourd'hui ... Enfin, la France accorde son aide au~ pays sous-développés parce qu'il ya va de ses intérêts économiques En vente dans les kiosques. Une revue à lire. ou politiques (55 %), ou parcè qu'el.le perpétue aussi les liens avec ses anclen.nes colonies (16 %); 22 % seulement croient au «souci d'aider les pays les plus p3Uvres", version moderne de la mission civilisatrice de la race blanche, chère aux idéologues du Xlxe siècle. Il serait souhaitable que la France favorise l'industrialisation de ces pay~(71 %). Réponse cohérente avec le fait de préconiser l'envoi de techniciens, d'ingénieurs, d'enseignants (87 %), d'équipes médicales et de médicaments (95 %), la construction de grands équipements - ports, barrages, routes - (77 %), l'abaissement des droits de douane pour les produits importés du Tiers-Monde (57 %), voire la remise des dettes contractées par les pays les plus pauvres (43 % favorables contre 36 %, 21 % des personnes étant sans opinion quant à cette dernièr~ proposition). Dans l'ensemble, le public est très mal informé sur l'aide: la proportion de personnes incapables de citer les ministères, organisations ou associations privées, ou encore d'évaluer le montant de l'aide est très élevée (entre 38 et 70 % de non réponses), ce qui n'empêche pas le public d'affirmer - chauvinisme oblige - que la France en fait plus que l'Angleterre, l'Allemagne de l'Ouest ou la Hollande. Comme le rappelle un autre article du même numéro de Frères des Hommes, l'aide des Pays-Bas et celle de la R. F.A. sont à la fois plus élevées et plus généreuses que. celle de la France, ~ar moins souvent liées à des contrats d achat de produits manufacturés. L'aide liée peut aboutir à de véritables «escroqueries »:« Dans les année~ 1960, à qualité égale, la France vendait par exemPle au Pakistan des locomotives ou des rails de chemin de fer 87 % plus cher que les propositions allemandes, japonaises ou tchèques ». A un niveau personnel, on est prêt à donner de l 'argent (20 %), des vêtements (20 %), à aider en France des personnes du Tiers-Monde que l'on connaît (12 %), ou même à y aller (6 %). Mais 31 % des personnes ne veulent rien faire, soit qu'elles ne se sentent pas concernées (7 %), soit qu'elles aient leurs propres problèmes (24 %). sousdéveloppement et politique internationale Ce sondage portait enfin sur quelques problèmes d'actualité. Les réponses traduisent ce même réalisme. Ainsi, la SIgnature d'accords militaires avec certains pays s'explique d'abord par le déSir de garantir l 'approvisionnement de la France en matières premières (29 %), de protéger les ressortissants français (22 %), et enfin d'aider les gouvernements en place à se maintenir au pouvoir (17 %). De même, les troubles politiques des pays du Tiers-Monde sont dûs essentiellement aux interventions des grandes puissances (25 %), aux inégalités écono~ iques à l 'intérieur des pays (23 %), à 1 eXistence de régimes dictatoriaux (12 %). On notera que ces diverses réponses traduisent toutes la même réalité

le maintien d'une tutelle politicoéconomique.

C'est sur la question du pétrole que se manifestent les attitudes les plus hostiles. 70 % des Français pensent que les gouvernements des pays industrialisés non producteurs de pétrole « doivent utiliser tous les moyens de la diplomatie et de la politique» pour faire baisser les prix; 18 % n'exclueraient pas, si le prix du pétrole continuait d'augmenter, des mesures de caractère militaire. De même, . pour 62 % du public, «la politique des pays du Tiers-Monde joue un rôle très ou assez important dans l'inflation» (45 % seulement sont de cet avis en ce qui concerne le chômage). _ Comme le rappelle Frères des Hommes, M. Valéry Giscard d'Estaing le 21 d~cembre 1976, parla, à propos d~ la deuxième augmentation du pétrole, d'une « rançon»; «on pourrait par eXl:1mple se demander, poursuit Frères des Hommes pourquoi l'Allemagne de l'Ouest, qui dé~ p.end autan,t qu,e la t:rance des pays pétroliers et qUI pale mieux ses travailleurs, a un taux d'inflation inférieur au nôtre » ... --/ / .:.:1. c: ca i5: CI) En sens inverse, 52 % des Français "C trouvent normale la hausse du prix du pétrole compte-tenu de celle enregistrée sur les produits que ces pays achètent; _ 80 % souhaiteraient une réduction des impôts perçus par l'Etat sur la vente de l'essence et du fuel; 70 % seraient favorables à une réduction de la consommation d'énergie. Sur une question du même or.dre, c~lIe des cours du café, 63 % du public attribuent la hausse du prix du café a,ux !ntermé~iaires (26 %), à la spéculat~ on internationale (27 %), et aux fluctuations des cours de la bourse (10 %). c: ï;; ~ _______________________________________ CharlesWil~~ __ ~~ facteur influant sur les opinions L'analyse des réponses selon le sexe, l'âge, le revenu, la profession, -Ie niveau d'instruction, la religion, les opinions po- Iitiques,.la fréquentation de la télévision montre que l'intérêt pour le Tiers-Mondé est fonction de «l'espace de vie culturelle et sociale ». Il est impossible de rentrer ici dans le détaiL On notera seulement que réalisme et niveau d'information élevés caractérisent plutôt les personnes les plus instruites ou ayant les plus hauts revenus, les militants, les lecteurs de journaux. De manière générale, les télespect~ teurs reprodUisent les arguments officiels: sur l'inflation et le chômage' par exemple, ils croient, plus souvent que les télespectateurs occasionnels, que la politi9ue des .pays du Tiers-Monde joue un role très Important. Par ailleurs, les réponses des partisans du R.P.R. sont plus «nationalistes» que les autres: accords militaires en vue' de protéger les ressortISS~ ntS français, utilisation de la diplomatie etde la politique pour faire pression sur les pays producteurs de pétrole, croyance d'une dépendance réciproque entre pays industrialisés et sous-développés. , Au total, ce sondage particulièrement Intéressant, s'il établit l'échec des thèses « cartiéristes »et le réalisme des Français sur les problèmes du Tiers-Monde révèle aussi l'importance de l'informatio'n et du rôle des medias, rôle que plusieurs autres articles de ce même numéro approfondissent. Yves CHARBIT les ventes d'armes aux régimes dictatoriaux du tiers-monde sont condamnés par les Français. ... ~----------------------------________________________ ~"C droit et liberté. nO 381 • juin 1979 11 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil « des indiens de service» ? Une troupe d'Indiens sioux s'est produite du 2 au 12 mai à la Salle Chopin-Pleyel, offrant aux Pari siens un spectacle de chants et danses rituelles, sous l'égide du Centre de Relation des Indiens à Paris (CRIAP), dont l 'objectif proclamé est de faire reconnaître la culture indie r.ne en France, de façon que cette référence culturelle serve à faire reconnaître les Indiens aux Etats-Unis en tant que peuple authentique, ce qui devrait leur offrir un terrain favorable à la résolution de leurs problèmes. Alors, pourquoi avoir placé la première représentation, retransmise en direct dans le cadre de l 'émission de télévision mi-fugue, mi-raison , sous la présidence effective de l 'ambassadeur des Etats -Unis à l 'UNESCO qui ne rata pas l'occas;on qui lui était offerte (visiblement à l'insu de la troupe indienne) d'affirmer, contre toute évidence, devant plusieurs mil lions de téléspectateurs français , que les Etats-Unis n'avaient doré navant d'autre souci que de faire le bonheur des Indiens, dans le res pect de leurs droits, de leurs cul ture et traditions, allant même jus qu 'à parler d'autonomie? Ceci au moment précis où le Congrès américain est appelé à examiner un projet de loi qui, s'il est adopté, signifierait la fin des Indiens en tant que groupe e·thnique et permettrait aux grandes sociétés capitalistes de mettre la main sans frais sur les énormes ressources d'énergies naturelles que . recèle le sous-sol des réserves et territoires indiens qui seraient gommés de 'Ia carte des Etats-Unis! Dans cette affaire, on se demande quel jeu joue le CRIAP. Robert PAC «la chasse à l'arabe» (suite) Vous êtes patron de bar ; vous tirez sur un consommateur parce qu'il est marocain et vous le blessez grièvement. Vous vous présen tez à la police qui vous relâche quelques heures plus tard parce que vous avez eu le tact de ne tirer que sur un «bougnoule ». Deux jours après, vous achetez une nou velle carabine, subodorant que vo tre vivacité pourrait vous valoir quelques ennuis. Un coréligionnaire de votre première victime entre. Vous crai gnez, à sa mine, qu'il ne désir,e venger son compatriote. Vous de crochez votre carabine et vous le tuez. Heureusement, vous savez 12 que la justice ne vous tiendra _pas rigueur de ce tragique enchalnement, et vous avez raison. Vous passez devant une Cour d'Assises qui vous condamne à ... 10 mois de prison . Vous, c'est M. Dai Bosco, cafetier à Giendans le Loiret. L'histoire se passait en janvier 1977. M. Oudni en est mort. La «Justice » est passée le 1 8 mai dernier. les habitants de Ploermel s'étonnent Dans le courant du mois d'avril, 161 Bretons de Ploermel, maire en tête, ont vécu à Saint-Martinsville " n Louisiane, tandis que 80 de leurs «cousins - cajuns (ou aca diens) de Saint-Martinsville les remplaçaient à Ploermel. C'était l 'opération Le grand dérangement organisée par France-Inter, le Conseil pour le Développement du Français en Louisiane et l'association France-Louisiane . Cette opération faisait partie des grandes opérations de promotion, bapti sées opérations exceptionnelles destinées à donner de Radio France une image de marque diffé rente . Louable initiative, présentée par ses responsables comme devant illustrer la réalité des affinités qui existent entre Français et Louisianais et favoriser une meilleure connaissance mutuelle. Encore fal la it-il qu 'aucune discrimination ' .ciale ne soit appliquée, ce qL était évidemment contraire au principe de cet échange. Les participants au voyage devaient être choisis parmi les membres les plus représentatifs des deux communes. Du côté de Ploermel , la règle a été à peu près respectée, mais les Bretons n'ont pas vu arriver dans leur ville un seul Noir, alors que ceux-ci représentent 52% de la population de SaintMartinsville et que beaucoup d'entre eux sont francophones et ont parmi leurs ancêtres des Français. Les Noirs jouent également un . grand rôle dans la culture cajun et deux des meilleurs chanteurs cajuns, Ardouin et Clifton Chenier, sont Noirs. Une ombre au tableau, reconnaît Michel Tauriac, directeur-adjoint de l 'information de RadioFrance, initiateur de l'opération qui affirme avoir insisté auprès du le temps des pogroms Papa M'Bengue, 25 ans, et Cheik Gueye, 35ans, deux Sénégalai.s sont morts brûlés vifs dans leur hôtel à Orange. Ils sont morts assassInés par quatre habitants de la ville qui, à l'instar de leurs collègues racistes du Ku Klux-Klan, ont mis le feu à l'hôtel où log~aient p!esque exclusivement des travailleurs immigrés. Les faits mént!,nt d 'etre rappelés, Vendredi 25 mai, la fête du printemps bat son plein à Orang!'. ~es colporteurs africains installent I~urs bi.belots sur le cours Ans~ldeBriand. Ils sont au nombre de SIX. Arnvent à ce mo~ent plusle~rs clients. Une discussion s'engage. On marchande. On discute les prix. Bien vite pourtant le ton monte. Les insultes racistes fusent: « Tu ne veux pas nous faire un prix, sale nègre. Tu ~as. va" un peu »; Les coups aussi commencent à pleuvoir sur les Afncalns. Pour éViter ,:!u.e les choses ne s'enveniment, ils préfèrent refermer leur étalage et rejoindre une annexe de l'Hôtel-Niçois où ils loge,:,t. L'inc;:ide.nt est clos,:pe~sentils. C'est sans compter sur la haine ra.cls~e qUI a!"lme les trOl~ cllen~s . Ceux-ci suivent les colporteurs africainS. Arnvés devant 1 hotel Ils décident d'y mettre le feu. «Ça leur servira de leçon » disent-ils . Ils enflamment une corbeille à papiers. Bien le feu se propage dans la cage d'escalier puis aux étage~ supérieurs où dorment de~ imm!grés. Làhaut, c'est la panique. TrOIS hommes sa.ute,:,t par ~a fenetre: d autres se réfugient au troisième étage. Les pompiers interviennent; Ils dégagent deux pensionnaires. Une fois l'incendie ~aÎtrisé, on découvre. de~x corps carbonisés: ceux de deux Sénégalais dont le seul tort étalt.d avoir la peau noire. Les trois criminels racistes sont. a.rrêtés. ,II s'agit de trois frères, Jean-Claude, Bernard et Jacky Debulzler. «C est les Nè gres qui nous ont cherché, ont-ils expliqué à la police. On voulaIt leur faire peur ». A' ,. Tous trois ont été placés sous mandat de dépot et Inculpés d homicide et d'incendie volontaire. Il est trop tôt pour évaluer quelles suites s~ront ~onnées à ce~e affaire sur le plan judiciaire. Cependant, plUSieurs Jugements .récents prononcés à la suite d'affaires similaires ont montré que les tnbu!"aux manifestaient souvent une grande mansuétude et .co~préhenslon à l'égard des assassins racistes pour peu que ceux-cI sOient présentés comme des «citoyens paisibles ». maire de Saint-Martinsville pour que toute la population de cette commune soit représentée, y compris les Noirs. ~ourtant, un Noir au moins s'était inscrit pour faire partie du voyage en Bre tagne

c'est le Père Dauphiné,

curé de l'église noire de Saint Martinsville. D'autre part, une ha bitante de Ploermel avait pris contact, par l'intermédiaire de ce prêtre, avec une famille noire qui avait accepté de la loger. Michel Tauriac rejette toutes les respon sabilités sur la municipalité de Saint-Martinsville, à juste raison sans doute, car les Bretons ont pu constater là-bas la ségrégation de fait qui était appliquée à la communauté noire. Mais il est difficile de croire que les dirigeants de France-Louisiane n'aient pas connu les démarches du Père Dauphiné. Il semble qu'ils se soient in clinés sans combattre. Ce qui est sûr, c'est que Radio-France, en cautionnant cette mauvaise action, ne s'est pas donné une image de marque très sympathique. Robert PAC russell means toujours en détention Sans fournir aucune explication de sa décision, la Commission des mises en liberté sur parole du Dakota du Sud a repoussé la demande de mise en liberté sur parole posée par Russell Means, le leader de l'American Indian Movement qUI est emprisonné depuis juillet 1978 en vertu d'une loi qui a été suppri mée depuis lors. La Commission avait même annulé la décision antérieure de la Cour qu i permettait à Russell Means de remplir lesfonctions de conseiller pour les questions indiennes auprès du Sénateur James Abourek à Sioux Falls, tout en devant «résider » au péni tencier (work-release program). Mais la Commission a du faire marche arrière sur ce point et Russell Means a repris sa tâche auprès du Sénateur. D'autre part, le 5 mars 1979, la Cour Suprême des Etats-Unis a refusé de rééxaminer le cas de Leonard Peltier, un autre leader indien qui est actuellement incarcéré à la sinistre prison de Marion dans l'il linois dont la fonction est de " mater » les " fauteurs de troubles -. Leonard Peltier était à Wounded Knee en 1973. Le F.B.I. n'avait pu l 'emprisonner alors, mais, à la suite d'une fusillade entre Indiens et agents du F.B.l.enjuin 1975,sur la réserve de Pine Ridge, dans la quelle deux agents du F.B.!. trouvè rent la mort, Leonard Peltierfut arrêté et condamné à la prison à per pétuité pour meurtre au premier degré, sans qu'à aucun moment il ne fut apporté la moindre preuve de sa cUlpabilité .. '.' • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil Il est clair que c'est pour son acti vité au sein du Mouvement Indien que Leonard Peltier a été empri sonné .. S'il le veut, le Président Carter peut faire grâcier Leonard Peltier. Ille ferait d'autant plus ra pidement s'il recevait à la Maison Blanche beaucoup de lettres le lui demandant! Robert PAC mrs thatcher et l'afrique australe Margareth Thatcher, le nouveau Premier Ministre britannique, a fondé toute une partie de sa cam pagne sur le racisme. Discrimina tion dans l'immigration de membres du Commonwealth (titulaires du passeport britannique), Blancs ou non-Blancs, défense et illustra tion des régimes racistes d'Afrique australe, ces thèmes repris au très actif parti néo-nazi " National Front » lui ont permis de grignoter sur sa droite des voix nécessaires à sa victoire. En ce qui concerne le régime rhodésien, elle a notamment déclaré

" Suffrage universel, quatre

partis. Où trouveriez-vous une telle situation en Afrique? ». Madame Thatcher feint d'ignorer que la Constitution adoptée pa r la minorité blanche et elle seule a mis tous les verrous nécessaires pour empêcher que la suprématie économique, politique et militaire des colons européens ne puisse être remise en cause (minorités de blocage sur toutes les questions importantes, intangibilité du droit de propriété, c'est-à-dire. en fait, du droit de conquête, etc ... ). Le peuple héroïque du Zimbabwé, lui, ne l'ignore pas. Il en tire, dans une lutte difficile, des .. conséquences opposées à celles auxquelles aboutit Mme Thatcher sur les moquettes du 10 Downing Street. l'afri.q ue saigne à bangui L'Empire Centrafrica in fait partie de ce que l 'on appelle en haut lieu «rA;rique modérée ». Modérée parce que les compagnies étrangères peuvent y chasser à loisir, comme à loisir peut y chasser, dans l'immense concession que lui réserve l'Empereur à cet effet, le Président Giscard d 'Estaing. Les dizaines d'enfants assassinés à Bangui sont les victimes de l 'entêtement des grands intérêts financiers à maintenir sur le trône le bouffon sanglant qui sert si bien leurs intérêts tout en maintenant son pays dans un tragique chaos économique. A la conférence franco -africaine de Kigali, on a abondamment parlé de la défense de cette Afrique-là. Mais le rapport de force est en train de changer. Plusieurs Etats, représentés à cette réunion, manifestent de plus en plus vivement leur désir d'indépendance et leur volonté de pro grès. Tant mieux! militant anti-nazi assassiné La campagne électorale britannique a servi de prétexte, le 23avril dernier, à une provocation du parti nazi National Front qui organisait un meeting anti- immigrés dans Southall, un quartier londonien habité par l'une des plus grandes communautés asiatiques de Grande-Bretagne . Immédiatement, la Ligue Anti-Nazi appelait à manifester dans le but d 'interdire la réunion . Près de 4.000manifestants convergèrent vers le Town Hall, lieu du meeting de l 'extrêmedroite, des Anglais, des Arabes, des Pakistanais, des Jamaïcains, des Indiens en turban et des Irlandais. Ils se heurtèrent d'emblée aux forces de police, parmi lesquelles les Special Patrol Groups, unités spéciales d'intervention qui . protégeaient les nazis. ": Les violences policières se sol- 1.;2;!!,!:~!!!!!!!!!!,-~:::!:::!:::::!Charles 't:l dèrent par 1 mort, sauvagement frappé alors qu 'il était tombé à terre, 40 blessés et 300 inculpations, tous parmi les anti-nazis. s roms ont droit à la différence La revendication du droit à la différence et la volonté de rester, audelà des nationalités, un peuple uni, ont été au centre des préoccu pations du troisième Congrès International du Peuple Roms qui s'est tenu le samedi 5 mai dernier à Saint-Denis. Plusieurs centaines de personnes venant d'une dizaine de pays d'Europe ont participé aux débats. D'abord, les participants ont rappelé que le peuple roms comptait douze millions de personnes dont trois millions établies en Europe occidentale. Durement touché pendant la période hitlérienne (près de un million de Tzi ganes assassinés dans les camps de la mort), le peuple roms est encore l'objet, dans de nombreux pays, de mesures discriminatoires et vexatoires. A leur origine : le racisme et le refus du droit à la diffé rence (1).. Ainsi, en France, le stationnement des Gitans dans certaines municipalités entraîne des réactions de type raciste qui, bien souvent, se concluent par des expulsions brutales réalisées par les forces de l 'ordre. Enfin, les délégués ont envisagé la création d'un Centre International Rom à Paris. Selon les projets, il comporterait notamment un laboratoire de langues, un centre de folklore musical et de danses tziganes et une bibliothèque. Asignaler aussi qu'une délégation du mrap a été invitée à ce congrès. (1) Voir droit et liberté du numéro de janvier 79. Les partis ont condamné en bloc la violence et la haine et Scotland Yard, qui enquête, a juré que cela ne se reproduirait plus! Robert PAC l'atome est-il antisémite Selon l'hebdomadaire «le Nouvel Observateur », l 'accord discuté en 1975 entre le Commissariat à l 'Energie Atomique (Co E.A.) et le gouvernement irakien concernant une commande de deux réacteurs comportait une clause discriminatoire. Ne devaient pas être employées sur ce projet des " personnes de race juive ou de religion mosalque ». Le mrap est intervenu auprès de M. Giraud, ministre de l 'Industrie, afin d'obtenir des éclaircissements sur ces faits graves qui bafouent des principes fondamentaux auxquels les Français sont attachés. D'autre part, une pétition de protestation a été signée par de nombreux employés du C.E.A' . . les tortionnaires d'ali abdou en assises? L'affaire Ali Abdou n'est pas terminée. Le tribunal correctionnel de Toulouse s'est, en effet, déclaré indroit et liberté. nO 381 • juin 1979 compétent le mercredi 16 mai. Si la chambre d'accusation suit les conclusions du tribunal, les trois tortionnaires du trava illeur franco algérien se retrouveront devant les Assises. Le procès qui s'est dé roulé le 9 mai a réservé de grosses surprises à tous ceux qui y ont as sisté. Ainsi, tout a été fait pour minimiser la gravité des agressions commises contre Ali Abdou . Le Procu reur de la République a ainsi nié que la victime ait été l 'objet de tortures et de menaces de mort. D'autre part, les défenseurs des inculpés n'ont pas hésité à affirmer à la barre du tribunal : « Tout le monde sait bien que les Arabes manient facilement le couteau et qu'ils n 'ont pas le même respect de la vie que nous ». A signaler tout de même que le gérant du bar des Arène où Ali a été torturé a été condamné à un an d'emprisonnement pour une autre affaire. On lui reprochait d'avoir tiré des coups de feu contre des mi - 1itants d'extrême-gauche alors qu 'il collait des affiches annonçant un congrès d'extrême-droite. en bref • Selon une organisatiol1 privée américaine, les Etats-Unis se sont rendus coupables d'importantes violations des droits de l 'Homme. Parmi ces violations, le comité signale : la stérilisation des femmes indiennes et les entraves aux droits de propriété des nations indiennes ; les mauvais traite ments infligés par des policiers ou des gardiens de prison à des Noirs ou des Hispano-Américains ; l'iné galité des chances entre Noirs et Blancs ; la pauvreté, le chômage et les conditions misérables de loge ment. • Jean-Paul Il, à l 'occasion de la visite qu 'i 1 doit effectuer du 2 au 10 juin en Pologne, va rendre visite au camp de concentration d'Auschwitz. • La revue du comité d'entreprise d'U.T.A. publie, dans son nu méro de avril / mai , un dossier sur le racisme. L'affaire Bousquet yest aussi longuement évoquée. .• Pour l'hebdomadaire de l'Action française «Aspects de la France », les naturalisés ne sont pas des Français à part entière. On lit en effet ceci : «L'accueil des fa milles de travailleurs immigrés a porté leur nombre total à 4,3 millions

il convient d'y ajouter 1,7

million de naturalisés, soit au total 6 millions sur 53.4 millions d'habitants ». Plus loin, l 'hebdomadaire ajoute : " Un coup d'oeil à un annuaire téléphonique est éloquent ; les Dupont-Durant sont de plus en plus remplacés par des noms d'origine étrangère ». 13 , 0- Nom _________ Prénom ______ _ Adresse _ _ ______________ _ _____________ Tél ____ _ Nom ______ _ __ Prénom _______ _ Adresse ________________ _ _____________ Tél _ ___ _ Nom _ _______ Prénom ______ _ Nom ________________ _ Adresse ________________ _ Adresse _________ _______ _ _____________ Tél _____ _ ____________ Tél ____ _ /:) L f\)0'VJ: ~ ~ ~ ~~ 'ra)':) N'f'o..\./:) r ~ cl '01t~r, 0v\.f\TO'- 1 ~ ~ ~ ~~/f'(t~ ~ ~~ C(fY\r(\ol'rNl. clJîo\\-eJr~~re Nom Prénom Nom Prénom Adresse Adresse Tél Tél Nom Prénom Nom Prénom Adresse Adresse Tél Tél Nom Prénom Nom Prénom Adresse Adresse _____________ Tél, _____ _ ____________ Tél ____ _ el r;;~ ~ 'Y"\.'~ ~ J.' ~ CharlesI ~ ~ ~JeA o..v... NV\flO--t'-, ~ 'Vou.o 0v'-M ... (A renvoyer à droit et liberté - 120 rue Saint·Denis 75002 Paris - CCP 9239-81 Paris. S.i vous désirez régler votre. carte d'adhérent au mrap pour 1979, (prix indicatif 50 Frs), faites-le à la même adresse, mrap, CCP 14-825-85 Pans). 14 '. sur le vif • on frappa à la porte Le témoignage de Richard lapchick, ancien professeur à l'université de Virginie (U.S.A.) montre les difficultés de la lutte antiraciste aux Etats-Unis. C'est dans la logique de mon engagement dans le Mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis que je me suis mis à militer contre les liens que mon pays entretient avec l'Afrique du Sud raciste. J'avais, en effet, acquis la convict ion que ces liens influençaient de façon très négative les relations raciales aux Etats-Unis même. J'étais alors professeur à l'Université de Virgin ie, dans le département «Tiers-Monde et Afrique australe ". Avec Dennis Brutus, fondateur du SAN-ROC (Comité olympique non-racial d'Afrique du Sud) qui vit en exil aux U.S.A., nous décidâmes de former le groupe ACCESS (Comité de coordination américain pour l'égalité dans les sports) auquel participaient 25 organisations sportives, politiques et religieuses ainsi que des mouvements pour le respect des droits civiques. Le comité avait pour objectif la fin de toute relation sportive avec le sport raciste de l'apartheid. mobilisation de l'opinion En février 1 978, je me rendis à Nashville, en tant que secrétaire-général d'ACCESS. Un match de tennis devait s'y dérouler dans le cadre de la coupe Davis avec la participation de joueurs sud-afri cains. Malgré la sous-information dra matique qui sévit aux U.S.A. sur ces problèmes, nous réussîmes à mobiliser la presse et l'opinion publique et nos idées progressèrent très rapidement dans la conscience de nombreux Américains. Je rentrai en Virginie avec la conviction que le mouvement ava it acquis assez de force droit et liberté. nO 381 • juin 1979 pour aboutir à une victoire. La nuit qui suivit mon retour, alors que j'étais en train de travailler dans mon bureau, j'entendis frapper à la porte. Pen sant qu'il s'agissait des agents de sécurité du c~mpus, j'ouvris . • Je me trouvai nez à nez avec deux hommes dont le visage était recouvert de bas pour qu 'on ne les reconnût pas. L'un d'entre eux me poussa violemment contre la base métallique d'une statue que ma femme m'avait offerte. Blessé à l'épaule, je restai hébété quelques instants. Un de mes agresseurs me lança : « Et maintenant, tu comptes encore continuer tes bêtises? ». L'autre me traita à plusieurs reprises de « Nigger lover " (appellation méprisante des Blancs qui luttent pour l'égalité raçiale ; mot à mot « amoureux des nègres » NDLT). Le premier reprit : « Tu n 'as pas à t 'occuper de l'Afrique du Sud ». Je dois préciser qu 'il s'agissait indéniablement. à leur accent, d'Américains. Richard Lapchick Ils me transportèrent alors devant mon fichier et se mirent à me frapper au visage et au ventre à raide de deux petits tiroirs; puis ils me détachèrent. me firent lever et recommencèrent à me frapper à raide d'une autre sculpture. Je perdis connaissance. Lorsque je revins à moi, ils finissaient de graver sur mon ventre le mot « niger " (pour nigger - nègre - avec une faute d'orthographe !). Un bruit dans la cuisine les mit en fuite, mais l'un d'entre eux fit tomber sur moi, avant de sortir, un lourd casier métallique et je m'évanouis' à nouveau. Je dus ensuite passer plusieurs jours à l'hôpital pour me soigner, ayant eu les reins et le foi endommagés par cette agression. L'évènement fut largement repris par la presse et l 'on en tira argument pour 1aire interdire le match afin de préserver l 'ordre public. Mais une semaine plus tard, la police inventa une version nouvelle de l'affaire : je me serais infligé mes blessures moi-même pour attirer l'atten tion. Les journaux emboîtèrent le pas à la thèse des policiers et ceci leur permit de laisser de côté l'information sur le sport d'apartheid. Bien qu'opposé à l'utilisation de la graphologie en matière judiciaire, ainsi qu 'aux divers systèmes de « détection des mensonges ", je décidai de me soumettre à des tests pour que ma bonne foi soit établie. Un expert new-yorkais et un autre de Washington conclurent que j'avais dit la vérité. Ku Klux-Klan Entre temps, le responsable du Département de l'Information en Afrique du Sud fit une conférence de presse et dut répondre aux accusations qui commençaient à se faire jour concernant l'utilisation de fonds secrets pour acheter à l'ét~ anger hommes politiques et journalistes. Après avoir affirmé qu 'à la suite de ':acti.on de son département, «/'image de 1 Afnque du Sud dans le monde s'améliorait ", il donna comme exemple de ses succès «la destruction de Lapchick ". Un peu plus tard, le responsable du KuKlux- Klan en Virginie fit la une des journaux sud-africains à la suite de sa visite à Johannesburg. Le K.K.K. apparut alors comme un puissant allié de l'Afrique du Sud aux Etats-Unis. Toutes ces « coïncidences " me donnèrent à réfléchir. D'autant plus que le harcèlement ra ciste contre ma famille et moi-même continua de plus belle. Ma voiture fut plusieurs fois sabotée, mes documents volés. Des menaces téléphoniques quotidiennes m'amenèrent à envoyer mes enf~ nts chez leurs grands-parents pendant cinq semaines. Dès qu 'ils revinrent, une menace de rapt sur le plus jeune nous fut signifiée et notre fils disparut pendant toute une soirée. Il s'agissait heureusement d'une coïncidence, mais nous ne pouvions plus vivre dans ces conditions et je dus abandonner la Virginie. Même là où je suis à présent, une chose est sûre, la lutte contre tous les racismes continue. Richard LAPCHICK Traduction par Hirit BEGASHET 15 creations GERARD GHIS 259, rue Saint-Martin, 75003 PARIS Téléphone 271.92-11 HAUTE FOURRURE 5 6 3 4 2- 37 RENÉ SAIMAN 15 7 , F A UBOURG S T- H ONORÉ PARIS V i llE LINGERIE BONNETERIE GROS DEMI -GROS Anc. Ets C. GRYKA 212 , RUE ST-DENIS - 75002 PARIS '1!3i 233.30.73 - 261.48.92 16 FOURRURES MAURICE KATZ Maitre-Artisan Fourreur 25, AVENUE HENRI-.BARBUSSE, VILLEURBANNE TÉl.. (78) 84-61.71 libre-service habillement dames hommes enfants prima-france 25, rue de Brest, 69002 LYON m.37-30-40 sporama 2. RUE DE LA REpUBLIQUE 69001 LYON TEL 2B .11.14 prêt-à:"'porter

J

1) ID oP ID m '0 0(1) a. ID h"rru~ eowertF~ 20, rue romarin 18. 6900~ Iyan

m

oP 1 • étude. • racisme dans les têtes Au delà des déterminations sociales et historiques, le racisme vit sur le terreau psychologique de l'être humain. Il atteint profondément la conscience de celui qui en est vicitime comme de celui qui en est l'artisan. Lorsqu 'il existe des rapports de domination entre les groupes humains, domination économique ou domination par la force nue, domination matérielle, et que cette domination est interprétée comme la conséquence inéluctable des ca ractères physiques des groupes qui sont en présence, cela n'est pas sans conséquences mentales sur les individus concernés. Aussi bien ceux qui appartiennent au groupe dominé que ceux qui appartiennent au groupe dominant ont des réactions, une sensibilité, des comportements qui sont directement la conséquence de la position qu'ils occupent dans ces rapports de pouvoir. Ce qui se passe matériellement, concrètement, dans une société entraîne des formes psychologiques particulières. Et ces formes psychologiques ont à leur tour un impact sur le déroulement de la vie so- . ciale quotidienne, et même une influence sur les options politiques et économiques au sein de cette société. parlons psychologie Depuis très longtemps déjà, puisque cela remonte aux années vingt de notre siècle, on s'est préoccupé, la recherche, des aspects psychologiques du racisme. A vrai dire, on s'est d'abord interrogé sur l'attitude mentale de ceux qui appartenaient au groupe dominant et qui avaient des conduites racistes. Ceci pour la raison simple que l'urgence était, aux yeux de ceux qui s'intéressaient à cette question, de trouver une manière d'agir sur les acteurs racistes : le premier objectif était de protéger les victimes de ce racisme. Ceci est resté longtemps l'une des tendances principales de la recherche et la question « Qu'est-ce qu'un raciste a derrière la tête? » est à l'origine d'un livre collectif majeur La personnalité autoritaire (1950). Bien qu'on ait par la suite raffiné ou complexifié les poir,ts de vue, il droit et liberté. nO 381 • juin 1979 reste l 'aboutissement de ce genre de recherche et les grandes lignes de la psychologie raciste qu'il a ~écrites restent au centre du portrait qu 'on peut tracer de cette attitude mentale. Marie Jahoda ensuite, ou Wilhelm Reich avant, peuvent d'une façon générale être rattachés à ce type de découvertes. La rigidité mentale, l 'obéissance aveugle, l'intolérance à l 'in certitude sont considérées comme les caractéristiques majeures de la personnalité raciste . Ce n'est que plus tard qu 'on a commencé à se demander également s'il ne se passait pas, psychologiquement, quel- ' que chose de particulier chez ceux qui étaient victimes du racisme. Ce décalage dans le temps était peut-être la conséquence d'un aveuglement, car les victimes paraissaient paradoxalement moins intéressantes que les persécuteurs, mais surtout la priorité qu'on avait accordée à la psychologie des racistes tenait au fait qu'on cherchait dans cette psychologie la raison profonde, la cause, de l'oppression que subissaient ceux qui étaient racisés. Progressivement, ce point de vue s'est modifié, et à mesure qu 'il devenait plus évident que la psychologie n'était pas l'unique coupable mais que le mal était enraciné dans les structures mêmes des sociétés concernées par le racisme, ·on commençait à saisir que les dégâts étaient plus considérables qu'on ne l'avait pensé. Si la société dans son fonctionnement même était en cause, cela avait en effet des conséquences sur tous les acteurs sociaux, les 17 dominés comme les dominants. La recherche sur le racisme devenait donc plus complexe et touchait davantage de domai~es . Elle impliquai~ donc que, psycho~ ogle pour psychologie, on se préoccupat également de celle des victimes de la situation raciste. D'autant plus que commençaient alors à parler des analystes issus des groupes les plus durement contraints et dont l'un des objectifs parmi d'autres était de compr~ ndre la psychologie de l'état de dom, lné. Ils voulaient avoir prise sur elle, la denoncer comme l'un des dommages possl~le et particulièrement grave causé aux victimes par la relation de domination. Ces 'analystes eux-mêmes d'ailleurs, prenaient la parole au sein detent~ tives d'ém,ancipation, réussies ou partiellement reUSSles, qUi se développaient alors dans les groupes dominés. Ce n'est pa.s un hasard si les analyses qui ont été faites en langue française sont étroitement liées aux libérations coloniales et ce qu~ disaient Frantz Fanon dans Peau nOlfe, masques blancs (1952) et Albert ~emml, dans Portrait du colonisé (1957), b.len qu ayant une valeur pour toutes les sltu~tlons de racisme, est la description de Situations coloniales. crainte et résistance . Quels sont, pour les deux termes, le raciste ~t le racis.é, les traits marquants que pro.dUlt la relation raciste dans la psychologie des individus 7 Pour les racisés le rapport raciste crée d'abord une attitude ou un réflexe de méfiance ou de crainte. Très objectivement fondéesdans la viequotidienne,la plupart des conduites qui paraissent « normales » à ceux qui appartiennent à un groupe dominant, ne sont pas « normales » et ne ~euvent pas l'être pour ceux qui appart! ennent ~ un groupe dominé. Cette réalité quotidienne implique que sortir la nuit e:,t da':lgereux, que tous les quartiers d une Ville ne sont pas librement accessibles, qu'il ~aut se méfier de la plupart des .lleux publics (transports, cafés, foules, etc.), que les choses les plus anodines peuvent recéler une menace. Donc le temps et l'espace eux-mêmes sont menaçants, d'où une méfiance constitutive dans la relation au monde. D'autre part il est difficile à un racisé d'avoir spontanément con'fiance en soi c.omme individu. Car tout dans les relatl~ n~ quotidiennes, dans le travail- qu 'il s agisse du salaire, du poste occupé ou de la promotion - , à l'école, dans les stéréotypes qui lui sont sans cesse rappelés sous forme agressive ou sous forme de plaisanterie, lui assigne et lui enseigne un.e place secondaire et subalterne; ou meme franchement menacée. Ce n'est que par une réassurance au sein de son prop~e groupe .qu'il peut acquérir une confiance en SOI que le monde dominant tente d 'e:ffrite~ et de détruire quotidiennement. SI ce n est pas par la lutte directe d'é~ancipation qu'il acquiert cette confiance, ce sera par les tentatives, si 18 fréquentes dans tous les groupes dominés, de revalorisation de sa culture propre, de pratiques linguistiques, artisti- 'ques, ou de solidarité pratique. Certains pensent trouver dans les pratiques culturelles des minorités l 'étape nécessaire à une réassurance des dominés. Le manque d'assurance et la méfiance peuvent provoquer des conduites para doxales d'affirmation. On sait bien qu'une longue oppression peut produire des effets explosifs et désespérés, tour nés souvent contre soi-même. La fin de l'esclavage aux Etats-Unis durant le siècle dernier a été suivie d'un accroissement effrayant de maladie mentale chez les anciens esclaves. Effet d'agression contre soi-même que produit l'impuiss~ nce à agir sur la réalité concrète quotidienne, auto-agression dont les conséquences en suicides, meurtres, accidents, maladie, entravent la maigre marge d'action dont on peut disposer lorsqu'on est dominé. L'hypersensibilité, l'extrême finesse des perceptions dans les rapports humains caractérisent l 'appartenance à un groupe. racis.é. Des expériences de psychologie sociale ont montré que les petits enfants étaient conscients des diffé rences de couleur bien plus tôt et en plus grand nombre lorsqu'ils étaient euxmêmes racisés. L'appréhension de la réalité est plus aigüe chez ceux qui appartiennent aux groupes racisés, elle est plus vigoureuse et plus complexe car aucun in dividu de ces groupes ne peut échapper à cette connaissance du réel qui lui est imposée à chaque instan't et partout par le fonctionnement quotidien de la société. Il n 'en est pas du tout de même de ceux qui appartiennent aux groupes domi nants, «racisants ». Parmi eux, il s'en trouve. un b0':l nombre pour ne pas connaltre pratiquement la relation raciste .: ils ne connaissent pas de racisés, Ils «Ignorent » (et consciemment il est vrai qu 'ils n'en savent rien) les bénéfices concrets qu'ils tirent eux-mêmes, comme tous les membres de leur groupe, de l 'exploitation des dominés. Ils peuvent même se' penser non racistes car ils estiment être hors de cette question. Cette attitude de distance et d'ignorance est un privi lège (7) de la position de domination ; elle est en tous cas la conséquence de la « li berté » que donne le fait de se trouver du bon côté dans une relation de pouvoir. On peut dire que l'un des effets paradoxaux de la situation raciste est de permettre l 'ignorance et de donner la tranquillité indi viduelle à un certain nombre de membres du groupe dominant. Pour certains donc, la face psychologique du rapport raciste peut être l'hébétude, la limitation intellectuelle, ou l 'indifférence. Mais, et c'est ce qui préoccupait les premiers chercheurs psychologues sur la question, un grand nombre d'individus du groupe racisant développe une attitude raciste caractérisée . Ceux-là, qui ont attiré si tôt l'attention, pensent qu'il y a e.ntre les êtres humains des différences physiques, génétiques qui engendrent des différences morales, intellectuelles et sociales et que, au fond, la clef de tous les rapports humains se trouve dans la « nature » particulière des différents groupes. Ce qui est précisément le racisme. Celui-ci attire l'attention lorsqu 'il se traduit en conduites agressives, discri minatoires et haineuses, lorsqu 'il s 'exprime en discours ou paroles menaçantes. Mais il existe aussi, et il redevient à la mode sous cette forme depuis quelques années, un racisme à visage tempéré qui se prétend bienveillant et ne vise qu'à maintenir à sa place naturelle chacun des groupes concernés : lesunsdans les instances de décision, de pouvoir et d'aisance matérielle, les autres dans l 'exécution, l'obéissance et la simple survie

ou, plus brutalement, les maintenir à

part et ailleurs. Mais agressive ou souriante, il s'agit de la même concert ion du monde : pour elle, les acteurs sociaux sont de nature différente et cette nature leur fixe une place. la faiblesse d'être raciste Contrahement à la psychologie des racisés, qui a un fondement réaliste et immédiat, celle des racisants a un contenu imaginaire et fantasmatique . Tout en visant à maintenir un rapport de force qui paraît à ses yeux naturel et éternel, le groupe dominant n'est pas certain d'y parvenir, il craint que ce rapport de force ne change. D'où, il éprouve également un sentiment de crainte . Mais il ne s'agit pas d'une crainte correspondant à la situation actuelle, elle est projetée dans l'avenir. Fondée sur l'hypothèse d'un retourne ment futur, cette crainte attribue aux raci sés les sentiments négatifs qui sont aujourd'hui ceux du groupe dominant à leur égard. L'obsession du complot, celle de la souillure (ou de la pureté, ce qui est identique), une très profonde intolérance à l'état d'incertitude marquent la psychologie du racisant et sont fondées sur les menaces qu'il projette hors de lui-même. Une telle intolérance à l 'incertitude entraîne ce respect du père, ce culte du chef,. droit et liberté. nO 381 • juin 1979 qui ont tellement frappé les observateurs de la vision raciste du monde. Une conduite d'obéissance scrupuleuse envers tous les ordres de « l'autorité », paternelle ou institutionnelle - que cette institution soit un gang ou l'Etat - paraît seule capable à leurs yeux d'empêcher le monde d'aller à vau l'eau, de se« pourrir », de disparaître. La docilité active qu'a suscité chez beaucoup alors la mise en placede l'organisation minutieuse créée par le nazisme, fournit l'exemple le plus clair de cette révérence à la fois crispée et abandonnique. La psychologie du raciste est une psychologie de favori : c'est en prenant le parti du chef qu 'on conserve les avantages acquis. Et c'est bien de privilèges réels que le racisme tend à garder la propriété, mais c 'est aussi d'avantages fantasmatiques

celui d'être du côté des

gens «bien », du chef, du maître. La relation raciste est une relation violente. Même lorsque cette violence n 'est pas actualisée par des gestes ou des · pratiques brutales. Comme situation violente, elle provoque la peur, la crainte chez les acteurs. Chez ceux qui sont les victimes, cette crainte vient du monde extérieur et de l'expérience concrète qu'on en a; elle peut être dominée lorsqu'on veut transformer les choses, elle peut apporter une sensibilité précieuse pour la connaissance . Mais elle peut aussi détruire les individus, car la peur d'une menace réelle est corrosive et elle désorganise l'affectivité et l'identité de ceux qui y . sont les bénéficiaires de la situation raciste et les oppresseurs actifs ou silencieux, cette crainte vient de l 'intérieur, de leurs fantasmes, et elle est meurtrière : elle devient active, tournée contre ceux 1 qui sont déjà les victimes de la relation . Elle vise à les détruire physiquement et mentalement. Un mélange de crainte et de suffisance (crainte de ses propresfantômes, satisfaction d'être du côté des gagnants) donnent cette psychologie particulière, à la fois soumise aux forts et arrogants aux faibles, que fabrique la relation raciste du côté des dominants. Colette GUILLAUMIN C.N.R.S. 19 • pleins feux • pleins feux. li.vres Un événement en librairie' l !Onfin, des Africains parlent euxmemes de leur histoire, de leurs cultures, de leurs luttes et de leurs réalisations, et cela dans de petits o,uvrages de poche, . un peu austeres mais très abordables (1) pour toutes les oourses, donnant à tous les militants antiracistes une arme véritable pour contrer les arguments de ceux pour qui les Afri cains n'auraient pas eu une histoire et des cultures aussi importantes que les nôtres! Le Guinéen lbrahima Baba Kaké livres d'afrique et le Zaïrois Elikia M'Bokolo, agrégés de l'Université, en 12 petits volumes, chacun consacré à un thème, résument d'une manière saisissante tout le passé et le présent du grand continent noir· dans une optique enfin non-européocentrrste. Le volume 1 envisage la préhistOire de l'Afrique et le 2 donne un bon aperçu des « Grands Empires . du continent dont le degré de civilisation n'a rien à envier à nos roy.aumes, cependant que leur «dIslocatIon . est le sujet du tome pleins feux • 3. Le 4 envisage les «temps modernes » de l'Afrique et le 5 parle de la «dispersion bantoue » un très grand peuple de l'Est et du Centre africain. «La traite négrière » est analysée dans le volume 6 avec le génocide et tout le viol d'un continent avalisé par les Eglises et les Intellectuels européens et américains. «L'Afrique coloniale » (vol. 8) en est le prolongement logique mais de «grands résistants » (volume 9) inconnus ou presque de nos manuels scolaires s'y opposent, aidés par des «Messianismes . (vol. 10). « L'éveil des nationalismes . , au début libérateur délivre en partie le continent (vol: 11 )cependant qu'une ère des calamités analysée sans complaisance s'annonce .. . (1) 12 volumes de poches, chaque volume 8 francs. On peut obtenir de plus amples informations auprès de ABC Editions, 9 rue du Château d 'Eau 75010 Paris. Tél. 607.42.28. pleins feux • talismano Yves THORAVAL Pinacles de la mosquée de Djenné (Mali), . Une fois encore, un Maghrébin, sans rien renier de ses cultures d'origine, malaxe la langue française en un texte qui veut « déchiffrer les signes, accorder les noms ». Chant contre le pouvoir des Etats, poème sur Tunis et le passé d'un .monde, cette autobiographie haletante se révèle une radioscopie de l 'univers musulman bouillonnant, aiguisée par l'exil. Par-delà l ' Histoire, ce livre est le pur produit de deux cultures concurrentes et complémentaires l'arabe et la française. Meddeb possède aussi bien l'une et l 'autre de ces cultures et « Talismano »est également un questionnement de nous-mêmes, dans la tradition véhémente de toute une littérature maghrébine d'expression française qui ne recule devant aucune violence féconde (et parfois douloureuse parce qu 'écartellement), pour exprrmer une différence dont l 'affirmation est un enrichissement pour l'horizon culturel de ce côté-ci de la Méditerranée. 1


~-13 mai 2011 à 10:02 (UTC)~,~, ~ ~.

. Plus vivants que jamais, les In diens ont décidé de s'adresser au monde. En rassemblant leurs témoignages, Voix Indiennes propose des textes inédits, véritables manifestes d'une philosophie Vieille de plus de 50.000 ans, qui regarde d'un oeil critique la civilisation occidentale et rappelle ses propres valeurs. Ce qui est avancé ici est très audacieux. Ce n'est rien d'autre qu'une cosmogonie du monde in- 20 VOIX indiennes dustrialisé, présentée par le groupe non-occidental le plus puissant et le plus indépendant politi. quement qui survive en Amérique du Nord. Le chapitre Pour un éveil de la conscience est un plaidoyer pathétique, rendu public par la Confédération des Six Nations Iroquoises à l'O.N.U., à Genève en 1977, où elles proclamèrent léurs inquiétudes devant une civilisation occidentale livrée aux désordres technologiques : «L'apparition du plutonium sur cette planète est le sIgnaI le plus clair que notre espèce est en danger. C'est un signal que la plupart des Occidentaux ont choisi d'ignorer ». Face à l 'échecde la société technologique, les Indiens relèvent la tête et trouvent des réponses originales aux questions de leur survie ' et aussi de la nôtre, si nous savons entendre la voix profonde de l'indien qui s'élève pour nous demander de réfléchir sur le sens profond de la vie que nous discernons dans le sein d'une Nature maternelle. Robert PAC Voix i~diennes, par J.F. Grougnard, B. Chapuis, Moeblus, Vorela, « Les formes du secret ,. édi. teur, 244 pag6s, 80 photos, 50 francs. Yves THORAVAL Talismano, par Abdelwahab Meddeb, ed. Ch. Bourgeois, 278 pages, 60 F. livres reçus • Yannis Ritsos: le plus grand poète grec d'aujourd 'hui a dédié à Aragon ce curieux et beau poème : «fe chef d'oeuvre sans queue ni tete », burlesque et pudique, onirique et enraciné dans la réalité, tout cela à la fois, à la manière du « Huit et Demi » de Fellini, et qui illustre la grande diversité d'un poète majeur de notre époque, (éd. Gallimard) • L' AI~érie : le sous-titre «LégitimIté hlstoflque et continuité politique », donné par Mohamed Dahmani, auteur de ce nouveau livre sur l'Algérie, montre bien qu'il s'a git ici d'une approche nouvelle à la lumière de la disparition du p;ésident Boumedienne. Oue signifie celle-CI? Sans concessions pour les erreurs de la « voie algérienne » au socialisme, ce livre dresse aussi un bilan utile et critique des incon - . testables réussites de notre proche voisin méditerranéen, (éd. Le Sycomore, 102 Bld Beaumarchais, 75011 Paris). • L'Amant : ce titre universel est celUI du dernier roman traduit en français de l'important écriv'ain israélien Avraham Yéhoshùa, Une belle histoire d'amour, sur le fond de la crrse de la société israélienne d'après la guerre d'octobre 1973. • pleins feux • pleins feux. pléinsfeux • pleins feux • Pour la première fois sans' doute dans les lettres d'Israël, un Arabe a un rôle important et positif dansun roman. Les amOllrs maladroites, mais dénuées de préjugés de la Juive Dafi et de l 'Arabe Naïm sont porteurs de grands espoirs. (éd. Calmann-Lévy). • Les Kurdes : Les chiffres disent qu'ils sont environ 17 millions! Ecartelés entre l 'Iran, la Turquie, l' Irak, la Syrie et l'URSS; opprimés par les impérialismes «secondaires » de nation's elles-mêmes exploitées en partie, ayant eu toutes les promesses possibles des grandes puissances, les Kurdes sont aujourd'hui très conscients de leur culture nationale prestigieuse, de la richesse de leurs terres et surtout du rôle primordial qu 'ils as. sur.t!nt·à la charnière de plusieurs pays-clef. Le détonateur de guerres futures? Le livre collectif «Les Kurdes et le Kurdistan • est le meilleur en français sur la question. (éd. Maspero). • Shosha : Par Isaac B Singer, ce nom de femme résume urie histoire d'amour dans la Varsovie juive; «yiddishophone . , de 1939, alors que la tempête se précise, qu'Hitler vocifère de l'autre côté de la frontière, que les antisémites locaux relèvent la tête. Les Hassidim attendent le Messie en chantant, le héros écrit une pièce pour une actrice du théâtre yiddish de New York, le ghetto vit ses petits problèmes quotidiens. Tous, ou presque, seront emportés dans une tourmente inouie. (éd. Stock) . • Poésie et apartheid : Les guetteurs de l'aube »que.J. Alvarez-Péreyre publie aux Presses Universitaires de Grenoble est une savante et très riche étude, parsemée d'extraits en anglais ou traduits, sur la poésie et la littérature des Noirs d'Afrique du Sudqui résistent à l'apartheid et donnent une voix prodigieuse à leur peuple. Une pépinière de talents, un florilège de poèmes envoutants, un tableau exhaustif de la culture sud-africaine aujourd'hui. (éd. Presses Universitaires de Grenoble) . • Ubres antennes, Ecrans sauvages: Depuis des années, une contre-culture, qui refuse celle, normalisée des des mass-médias officielles, se crée, se bâtit. Ce numéro 1 7 de la revue «Autrement . dresse le bilan des expériences nouvelles de la communication audiovisuelle, à partir de l'expérience d'animateurs sociaux-culturels, d'élus locaux, d'enseignants, de militants politiques et syndicaux, de régionalistes, de chercheurs, de certaines administrations. Un document, des adresses pour tous ceux qui veulent que la ' vie de la cité soit l'affaire de tous! ( Autrement ., ci o Le Seuil). exposition à la découverte de' la terre Charles 13 mai 2011 à 10:02 (UTC) _ _ I~'~~ ~c- ~;..~ h" ~~-Charles ~--~-13 mai 2011 à 10:02 (UTC)13 mai 2011 à 10:02 (UTC)13 mai 2011 à 10:02 (UTC)13 mai 2011 à 10:02 (UTC)-- ~ . . Dix siècles de cartographie : tel est le sous-titre de cette exposition organisée jusqu'au biblio.thè que na,ti onale. 58 rue de Richelieu. 75002 Paris, cinema Chassés de leurs villages par la «violencia » (guerre civile), les paysans pauvres colombiens viennent s'entasser dans les bidonvilles de Bogota qui comptent actuellement plus de 5 millions d'habitants. Les enfants de ces couches les plus défavorisées, victimes de toutes les séquelles de la misère (alcoolisme, promiscuité, malnutrition, etc ... ) se retrouvent pour la plupart dans les rues, couchant à même le trottoir dès le plus jeune âge. Des bandes se forment vivant. qui du vol à la tire, qui de mendicité. Pour tromoer la faim, la souffrance, ils s'abandonnent à la drogue, ce dés la plus tendre enfance! Les plus grands deviendront chiffonniers vivant dans les immondices et «prospérant » sur les déchets de la société de consommation réservés aux quelques «happy few », les filles, elles. se « spécialisant »dans le plus vieux métier du monde, la prostitution, Voilà, grâce à ce film remarqua ble, une image réelle du monde où survivent des millions et des millions d'hommes victimes du neocolonialisme imposé par quelques potentats pour le compte de multinationales au pouvoir tentaculaire, los gaminos (les gamins) Devant ce spectacle, le témoignage ne suffit plus. Il faut aller plus loin pour que l'amitié entre les peuples puisse enfin briser le cercie infernal de la misère et de la faim, de la maladie et de la malnutrition, de la corruption et de la prostitution. En cette année de ..... l'enfance, comment résister passivement devant cet étalages de souffrances indicibles dont sont victimes avant tout ces gamins, qu'ils soient de Bogata ou d'ailleurs. Patrick KAMENKA droit et liberté. nO 381 • juin 1979 21 ..: I[)~ dumage et maure. CRAVATES/BRETELlES / CEINTURES 8 rue Alibert - 75010 Paris Telex: ETRAVE 22064 F 4575 oe' 202 17-28 If A\ lU ~ IIIÜ lU 1- IUI()IUICL~jr ~UI()IUlrl()~J ARTfCLES DE PARIS ~ BUREAUX ET ATELIERS, 't;;;".~ Il, Rue Saint-luc PARIS ISe .~ 1" .... · O'No_ " ... " 105 . B OULEVARD MAGENT" PARIS X· TiL . : TRUo ... ,I'II. 03-28 .IERSEVS DE LUXE 22 TRICDTS DE LUXE S. Rue Magenta - 93.P ANTIN Téléphone : 845·39 -40 et 39·41 METRO PORTE DE LA VILLETTE Pompes Funèbres et Marbrerie Funéraire MARBRERIE DE BAGNEUX Jacques BANATEANU Evite .~Jl familles toutes. démercMs pour Inhumationa - Toiienes rN)rtu.ir.~ linceuls · Transports de corps Paris Province. Isr •• 1 et tOUI Pays Achets d. terreins. constructions de caveaux Monument •. Gravure$:, Photos. Portraits . Maison conventionnée 122. avenue Marx Dormoy . 92120 MONTROUGE (face la ?orte p"n c lpa ~ du clmettère de Bagneu x) Téléphone : 656,7474 • PUBLICATIONS MANDEL Officiel du Prêt-à-Porter à votre service Annuaire Professionnel du Prêt-à-Porter Officiel des Textiles Tarifs' de publicité et abonnements: CIT • BP 262 • 3, rue de l'Arrivée, 75749 PARIS Cédex 15 Tél. 538.71.50 • pleins feux • pleins feux. coco-la-fleur Pour une fois, cette année, les Guadeloupéens rentrés au pays en juillettiernier auront pu voir sur les écrans des salles de cinéma, même dans des petites communes. un film guadeloupéen- Le fait est plus que rare : il s'agit en réalité d'une première. En effet, le seul film « antillais - de long métrage dont on ait pu parler jusqu 'à présent était le film de Jérôme Ka na pa : «En l'autre bord -. Réal isé en métropole par un cinéaste métropolitain , il traitait des conséquences néfastes du racisme sur l'équilibre mental d'une femme martiniquaise immigrée . Par contre, le film de Christian Lara, « Coco-la-Fleur -, a été réalisé sur place, en Guadeloupe, et traite de la vie politique antilla ise. En outre, les dialogues sont en créole. Le plus étonnant est qu'il ne s'agit pas d'un film tourné en noir et blanc avec une caméra d'amateur et des comédiens d'occasion par quel ques militants convaincus, mais d'un « grand »film en couleurs, réa lisé de façon très honorable et fort bien accueilli par le grand public. Coco-la -Fleur donc - David Boyer pour l 'état civil - est ce qu 'on appelle un citoyen paisible, et cela d'autant mieux qu'il ne lui est jamais venu à l'idée de se demander ce que signifiait «citoyen ». Il est de ceux « qui ne font pas de politique ». En revanche, sa forte personnalité et la sympathie qu'il suscite tout naturellement ontfait de lui un personnage très populaire auprès de ses compatriotes. C'est ce qui le perdra . Nous sommes en effet à la veille des élections et dans le parti de la majorité, on est bien soucieux : c'est que le candidat risque fort de ne pas faire le poids face au candidat de l'opposition. Qu'à cela ne tienne 1 Il suffira de trouver un candidat «populaire » et «apolitique sur lequel se porteront au premier tour les suffrages de tous les braves gens qui cra ignent les «politicards » et le changement. Au se cond tour, cet homme de pa ille se désistera en faveur du candidat «officiel ». C'est ici , mais vous l'a viez déjà compris, que Coco-Ia Fleur entre en scène dans le rôle du candidat idéal. Et tout semble se passer comme prévu . Mais ... on n'initie pas impunément un naïf aux combines politiques, c'est prendre des risques que de confronter à certaines réalités un joyeux compère insouciant, certes, mais qui n'a pas les yeux dans sa poche. Coco-la -Fleur ayant pris conscience du rôle qu 'on a voulu lui fa ire jouer, et des vrais problèmes, décide de maintenir sa candida . ture. Mais Coco-la-Fleur devenu Coco-le -gêneur, sera assassiné entre les deux tours. La politique n'est pas faite pour les amateurs. Une certaine politique n'est pas faite pour les honnêtes gens. du réalisme ... La partie du film qui traite des combines politiques mises en oeuvre pour l'élection du candidat gouvernement est réaliste. Le cinéma américain a souvent dénoncé les pratiques politiciennes qui dénaturent le système démocratique ; le cinéma français beaucoup moins. Il y a, en France, un grand respect du pouvoir : les gens n'ont jamais vraiment cru, au fond, que leurs députés étaient leurs représentants, c'est -à-dire droit et liberté. nO 381 S juin 1979 pleins feux • leurs serviteurs et non leurs chefs. Mais, même là où les chefs sont respectés, ils le sont dans la mesure où l 'on saitou croit qu 'ils agissent dans l'intérêt de leurs sujets, et non dans leur intérêt personnel ou l'intérêt exclusif d 'un groupe. Aux Antilles, il est de plus en plus difficile de croire cela , d'où"la nécessité de manipuler l'opinion publique pour garder le pouvoir ou le conquérir. Ce n'est un secret pour personne ; il était bon qu'un film le montre. ... au western Il est dommage que le style western dans lequel est traité le dénouement -l'assassinat de Cocola- Fleur - plonge le spectateur dans le climat des films d'action américains où la réalité n'est qu'un prétexte à s'évader dans un monde imaginaire de héros-gangsters préfabriqués. Coco-la-Fleur a un ami dont il est inséparable, personnage de comédie assez farfelu qui se promène toujours avec deux pistolets aux côtés. Ceux pour qui Coco est devenu gênant vont manipuler son ami pour qu 'il l 'abatte un jour en pleine rue - Pan! Pan 1 - - comme au cinéma ... Nous disons « comme au cinéma » parce que, si de tels év'ènements se sont en effet produits dans d'autres pays, ils ne correspondent à aucun fait récent de la vie politique antillaise, contrairement aux intrigues et aux luttes d'intérêt décrites par le film . En sortant du cinéma après la mort « hollywoodienne - du héros, les spectateurs ont peut-être le sentiment d'avoir assisté à la fin d'un épisode de « mission impossible » plutôt que d'une tranche de vie guadeloupéenne. pleins feux • Et c'est d'autant plus regrettable que la réalité aurait pu offrir de fort beaux exemples d'élimination d'hommes politiques antillais par des méthodes enracinées dans la vie antillaise même : la calomnie, le coutelas, la sorcellerie. On se prend à rêver à ce que donnerait à propos d'un cas particulier une de ces enquêtes minutieuses et acharnées comme en font parfois les grands journalistes (surtout au cinéma , il est vrai ... ). Mais c'est un rêve : le.s conspirations du silence reposent encore sur des bases solides. Tel qu'il est, le film de Christian Lara est, dans le contexte actuel, très courageux et bienvenu. Enfin, le grand public a surtout été sensible aux scènes de la vie antillaise -le linge lavé à la rivière, le carnaval, etc - qui furent regardées avec d'autant plus de plaisir que leur représentation est rare. L'étonnement et le plaisir ne furent pas moins grands d'entendre parler créole «sur l'écran ». L'acteur Robert Liensol , interprète de Coco, anticipe lorsqu'il affirme que « Coco-la -Fleur Candidat - est en somme un film de fiction parmi d 'autres et qu'il doit être regardé avec le même esprit qritique et la même distance qué d'autres oeuvres de fiction : pour le moment; il faut laisser le public anti llais à sa joie de voir sa vie représentée par un des siens, et non plus exploitée, caricaturée et fol klorisée. Se libérer de l'oppression culturelle, c'est d'abord cela : parler en son propre nom, sans passer par un porte-parole. Félix LAMBERT Coco-la-Fleur candidat Film guadeloupéen de Christian Lara 23 ..: • éducation à la frcitemité c.i.e.p.r. • mon enfant devient raciste « Je crois que mon enfant devient raciste! Que faire? ». Tel est le titre d'un article paru dans l'Ecole des Parents d'avril 1978, sous la signature de Mme Roselyne Cordier. Comme nous-mêmes l'avons fait souvent, l'auteur constate que l'apparition du racisme est relativement tardive chez l'enfant: c'est « vers 4, 5 ou 6 ans », à un certain stade de sa prise de conscience, qu'il « sera porté ... à regarder autour de lui et à voir avec étonnement souvent, cruauté parfois, d'autres enfants qui ne sont pas comme lui ». C'est à l'école qu'il sera surtout frappé de ces différences et que vont « éclater tous ses étonnements ». Mme Cordier note très justement que les différences proprement raciales ne sont pas les seules, peut-être pas même les principales à attirer l'attention de l'enfant : c'est à l'école aussi que « les enfants apprennent les rapports d'argent : le père chômeur ou celui qui a une belle voiture » •.• Et voici l'essentiel de sa réponse au « Que faire 1»: elle indique très sobrement, à la fin de son article, les voies à suivre par l 'éducateur soucieux de ne laisser s'implanter ni les préjugés de classe 24 ni les préjugés racistes : il s'agit d'aider l'enfant à « découvrir non pas le manque, le moins, le pas pareil, mais le plus à gagner, le plus à vivre, l'enrichissement qu'apportera l'enfant différent de nous; et c'est alors que le racisme pourra « devenir fraternité ». Une étude plus récente parue dans l'Education (nO du 19 octobre 1 978) sous le beau titre: « Nous sommes tous des étrangers » se rapporte plus spécialement aux conditions spécifique.s, exclusives de tout racisme, de la cohabitation harmonieuse, sur les bancs de l'école, des enfants français et étrangers : selon l'auteur, M. Maurice Guillot, « la perspective majeure » est ici « celle d'une éducation interculturelle, garantissant d'une part l'insertion des élèves étrangers dans l'école et la société françaises, et préservant d'autre part la langue et la culture originelles de ces enfants, leur permettant notamment de ne pas se couper de leurs racines, de retourner dans leur pays s'ils le souhaitent et d'y suivre une scolarité normale. C'est pourquoi se développent, depuis quelques années, des actions concertées sur un plan intergouvernemental, visant à mettre en place, dans le cadre du tiers temps pédagogique, un enseignement des langues et des cultures d'origine, donné par des maÎtres venant des pays concernés, recrutés et " gérés par ceux-ci ». M. Guillot fait ici allusion aux importants travaux menés sur la question par le C.R.E.D.I.F. (colloque des 9,1 Oet 11 octobre à Paris), travaux dont il sera rendu compte dans un article ultérieur. Il n 'ignore pas les difficultés à vaincre : car «les obstacles sont nombreux », et «l'école française comme d'autres, a tendance à la fermeture sur soi ». Ces difficultés ne lui paraissent cependant pas insurmontables ; de toute manière, « l'interculturalisme, l'enseignement conjoint de la langue et de la culture du pays d'accueil, de la langue et de la culture du pays d'origine, constitue bien la voie à suivre vers une connaissance et un respect de l'autre qui, en définitive, sont les plus hautes valeurs de la communauté des hommes ». Marc-André BLOCH c.i.e.p.r. If Education à la Fratern'té" est 'la rubrique men suelle du Centre de liaison des éducaieurs contre les préjugé. raciaux IC .L.E P R.I Le C.L.E .P.R. développe ses .activités en organisant des rencontres et des débats entre educa leurs. en favorisant l'échange d"expériences entre enseignants. en leur fournissant de la documenta - tion PréSident d honneur : Marc-André Bloch. PréSI ' dence : Yves Bou long ne, Jean Pihan, Olga Worrr ser-Migot. Montant de la cotisation : Membre actif: lOF. Membre donateur : 20 F Membre bienfaiteur : à partir na 30 F L'adhésion au C.L.E.P.R. donne droit a 2 numéros gratuits de droit et liberté par an . Adresser les adhé~ions au C.t.E.P.R .. 120. lue Saint · Denis - 75002 Paris avec un chéQue postal (3 volets) a l'ordre de Mlle Babouléne. Institutrice _ C.L.E .P.R. IC.C P. 18 177 35. Paris!. r haut les masques Ce n'est ni la première, ni la dernière fois, que nos amis éducateurs d'Amiens nous font part de leurs bonnes idées. Déjà en 1975, ils avaient réalisé un concours de dessins d'enfants, dont une paged'Education à la Fraternité a rendu compte (numéro d'octobre 1975). Et bientôt, sans doute, nous publierons en « dossier» le résultat d'une enquête auprès des enfants et des jeunes, ainsi que pas mal d'autres éléments de travaux dont ils ont eu l'initiative, notamment l'analyse des réponses que notre amie Marie-Odile Desjonquères, membre du Comité de leur ville, a reçues à la suite de son « appel» dont notre numéro de mars 1978 (p. 25) s'était fait l'écho. En attendant, voici le récit d'une initiative des plus originales, qui a obtenu un grand sUccès. Jean PIHAN Le dimanche 25 juin 1978, le service culturel de la ville d'Amiens avait orga nisé, avec une quarantaine d'associations locales, « La Fête dans la ville ». Tout le centre d'Amiens était ouvert aux piétons et chacun pouvait aller de l'espace danse à l'espace musique, après avoir rencontré le théâtre , les marionnettes, Cet été, découvrez la Grèce les funambules et les cracheurs de feu . Chacun pouvait vivre sa fête et celle des autres: associations de quartiers, groupes folkloriques, troupes de·théâtre et militants. Le comité d'Amiens du mrap, qui a . porté l'antiracisme au rang d'animation culturelle (sans pourtant abandonner la riposte énergique aux agressions) était «de la fête ». Et c'est un comité qui ne néglige pas la jeunesse et l'enfance. Nos militants, après s'être initiés aux subtilités du maquillage auprès de la Compa gnie J.M. Bonillo, eurent l'idée de donner aux enfants (et même aux adultes !) ... les couleurs de peau d'un autre peuple. L'idée était bien simple: témoigner que la couleur de la peau a moins d'importance que d'aucuns le disent. puisque, au gré d'un maquilleur, on peut devenir noir, jaune ou blanc. ALI stand du mrap, toutes les couleurs de l 'arc-en-ciel, même le bleu, le rouge ou le vert, étaient confondues. Sans besoin de discours, les enfants comprenaient que notre vocation est l'amitié entre tous les peuples. La «propagande » se faisait de l'un à l 'autre, chacun invitant d'autres enfants à se faire maquiller à son tour . La dépense engagée se monta à peu près à 500 F. : nous avions eu une petite subvention . Une vingtaine d'amiss'occu pèrent du maquillage tout au long de la fête . Il y eut même des \'olontaires non prévus initialement. Les parents pouvaient consulter droit et liberté et différents ouvrages antiracistes. Et bien des gens présents à la fête parlent encore aujourd 'hui de cet « homme de toutes les couleurs » : le livre si beau de Pierre Paraf contribua certainement à les familiariser avec cette expression. Le comité d'Amiens Notre village de vacances d 'Ermioni face à la mer, près de deux petits ports pittoresques sera un excellent point de départ pour visiter l'Argolide. Séjours de 2 et 3 semaines au départ de PARIS: de 2720 à 3990 F/personne maillots de bain Pour de plus amples renseignements, retournez ce coupon à TOURISME ETTRAVAIL 187/189, Quai de Valmy - 75010 PARIS - Tél: 203.96.16 NOM , . .. ........ , .. .... . ,., .... , ...... . .. .. . Adresse .. . ....... ... , ...... . ,., ........ , ... . désire recevoir une documentation sur Ermioni .. droit et liberté. nO 381 • juin 1979 Is PA RIS 25 De l'avis des spécialistes, la fête du mrap a fait bonne figure, ce ne sont pas ces joyeux drilles qui nous démentiront. dix mille à pantin Les deux jours de fête qui ont eu lieu à Paris, les 19 et 20 mai, représentent la plus importante manifestation que le mrap ait jamais connu. Grâce à la couverture de presse, mais aussi au travail militant, le mrap a rassemblé à l'Hippodrome de la Porte de Pantin, près de dix mille personnes. Ce ne sont pas seulement les efforts des six derniers mois, mais la lutte quotidienne contre le racisme qui a fait que tant du point de vue politique que du point de vue spectacle, la fête du mrap a été un immense succès. Samedi matin, 7h, les militants installent les derniers stands, les artistes commencent à arriver avec le soleil. L'angoisse grandit, c'est la première manifestation de ce type que les antiracistes français organisent. Depuis la veille, tous s'afféraient pour que cette fête soit à l'i mage du m rap et de ceux qui le composent. Après une ouverture difficile, la Porte de Pantin s'anime. En fin de matinée, on commence à se sentir moins seul. Le soleil est bien haut. On serre quelques mains. On reconnaît quelques visages. Puis, tout d'un coup, cela démarre. Partout, simultanément, sous l'Hippodrome, sous le chapiteau des stands, au restaurant, c'est la fête . Des petits groupes se promènent, discutent entre eux, interpellent les militants dans les stands et les vendeurs de droit et liberté. Le soleil aidant, le public 26 se réchauffe. Les rapports organisateursspectateurs sont vite dépassés et les blagues vont bon train. Attirés par les spectacles, mais aussi par la lutte antiraciste, les gens se pressent autour du stand du mrap pour féliciter les organisateurs. On entend de-ci, de-là : « C'est pas cher », « C'est tran quille », « Vous avez pris des risques », «C'est pour cela que nous sommes venus », « Allez-vous recommencer? ». Oui, la fête du mrap était un endroit tranquille où l 'on pouvait assister à des spectacles aussi différents que le « Chant Profond Juif» et le groupe rock « Factory ». Comme dirait Escudero : « Certains pouvaient écouter de la musique en groupe, d'autres en couple ». De la musique, il y en avait. De 9h à 24h, les deux jours se sont succédés une trentaine de groupes de tous les styles, et venant du monde entier. Parmi eux, certains se sont produits sur une « scène ouverte » le matin et sur un « podium » dans le chapiteau des stands, l 'aprèsmidi. Si officiellement la fête s'ouvrait avec les « Indiens Sioux », le spectacle avait commencé bien avant avec « Saga », un groupe français dont l'humour n'a d'égal que la franchise et la simplicité avec laquelle il s'exprime. Puis se sont succédés deux groupes rock, « Tract » et « Précieux Sang ». Ces trois groupes se sont retrouvés l'aprèsmidi sur le Podium où ils se présentaient une heure chacun entre deux débats. Pendant cette première journée aussi, se produisait le clown « Jacquot ». Plu sieurs apparitions de ce surprenant personnage ont contribué à créer une ambiance familiale sous le chapiteau des stands. Le dimanche, 5 groupes se produi' ë sa ient : « Françoise et Hervé », « Digital », .~ « Yemba », « Paul Ercival »et « Serge Labe' tl renne ». Co Ce podium a laissé la parole à ceux que ~ la radio et la TV délaissent. La fête du o mrap leur profitera peut-être. ë .:: c. une grande scène Sur la grande scène, se déroulaient les spectacles traditionnels. Musique non stop, la fête du mrap innovait en matière de fête. En effet, attirer un public avec un programme aussi éclectique que celui proposé n'était pas évident. Mario Nolla, Toto Bissainthe, El Orhane, Jean Ganines, Roger Mason, Plurielle, Ismael Touré, Patrick Séchet, Fernando Marqués, David Rose, En Nasr, Marcel Dadi, Jimmy Gourley, Martin Saint-Pierre, Jean-Marc Trassard, Mama Béa Tékielski, Sugar Blue. Folk français et américain, blues, reggae, jazz, jazz-rock, rock variétés, ragtime ... Le mrap ne présentait pas les vedettes du moment qui inondent et embou- A • grace aux militants Pendant des semaines, de nombreux militants ont participé à la préparation de la fête avant d'assurer le succès de son déroulement. On a pu lire dans notre précédent numéro la liste des services et des responsabilités assurés. Soulignons l'activité intense des comités parisiens (se-6e, 10· , 1Se, 17e, 18e, 19-20e), de ceux des départements de la région parisienne: Versailles, Plaisir, Elancourt (Yvelinesf, Massy, Evry, Longjumeau (Essonne), Asnières-Gennevilliers, Colombes, Malakoff, Nanterre (Hauts-de-Seine), Saint-Denis, Montreuil, Rosny-sous-Bois, Ne'JillyPlaisance, Sevran (Seine-Saint-Denis), Boissy-Saint-Léger, Champigny, Choisy-IeRoi, Ivry, Orly (Val-de-Marne). Des militants particulièrement nombreux étaient venus d'Amiens, Evreux, Clermont-Ferrand. Le restaurant était, pour l'essentiel, organisé par les comités d'Auvergne (ClermontFerrand, Vichy, Montluçon) et les bars par celui de Paris-18e. Le Comité de Nantes présentait son exposition de dessins d'enfants. Les comités suivants étaient également représentés à la fête : Dijon, Toulouse, Montargis, Orléans, Nancy, Lille, Béthune, Lyon, Annecy, Rouen, Limoges. r teillent les ondes radiophoniques, mais un spectacle de qualité regroupant le maximum de cultures. Connaissance des cultures, connaissance. et amitié entre les peuples, droit à la différence, le programme artistique était conçu avec « l'esprit mrap » : favoriser les échanges pour faire face à l'ignorance. Ce pari difficile à tenir a pourtant été gagné. Les gens ont réalisé à quel point il pouvait être enrichissant de connaître les us et coutumes, les problèmes et les préoccupations de ceux qui vivent où qui viennent de là-bas : d'Amérique, d'Afrique, des Antilles ou bien d'Europe. Enfin, comment pourrions-nous suffisamment remercier Claude Villers, l'animateur de France-Inter, pour le ton qu'il sut donner à l 'ensemble. Centrant chaque fois par une anecdote, une réflexion, les spectacles autour de la lutte contre tous les racismes, il devait donner par sa culture, sa gentillesse et son talent un tour élevé et détendu à ces deux jours de musique. Plurielle, deux jeunes filles qui chantent la libération de la femme. les débats Cet esprit, cette soif de connaissances se sont manifestés toutes les deux heures au cours des débats proposés près du stand du mrap. « L'apartheid dans le sport », « L'antisémitisme en URSS », «Antisémitisme et néonazisme en France aujourd'hui », « La situation légale et administrative des immigrés », « Décolonisation en Namibie et au Zimbabwé », « Contre le racisme, pour l'amitié entre les peuples, le mrap », « Racisme aux USA », « L'opinion publique face au racisme », « DOM-TOM, une situation coloniale? », « L'immigration. un produit du développement inégal de l'humanité », «L'apartheid en Afrique du Sud », « Le racisme face à la Science », tels étaient les sujets de réflexion évoqués à cette occasion et proposés par Jean-Louis Sagot Duvauroux. Ces discussions ont connu une grande participation. Il en a été de même autour du stand du mrap, au restaurant et ailleurs. Deux points ont particulièrement suscité les débats : l'apartheid et les immigrés. Grâce aux efforts du mrap, aujourd'hui plus personne ne reste insensible à ces questions. Les interventions de Pierre Paraf et d'Albert Lévy étaient ponctuées par de chaleureux applaudissements, surtout quand l'un ou l'autre des orateurs dénonçait l'apartheid et ce fut une vérita- Hop! un coup à droite; hop! un coup à gauche! la fête du mrap est aussi une fête familiale. , .~... "'-J' .)"T~).l" ' ;":":' ." ' ., ' . . ... .. \ ~) . / .}. : j.. ""'.r'Ji " . L ~_:..~ " "- droit et liberté. na 381 • juin 1979 o ë .:: c. ble acclamation lorsque Georges Pau Langevin stigmatisa « les contrôles humiliants dans le métro ». Un autre point important, relatif à l 'action du mrap : la composition du public et sa motivation. Ces deux jours de fête ont confirmé le côté mobilisateur de l'antiracisme et, côte-à-côte se sont retrouvés jeunes et ... moins jeunes, Français et immigrés. Les victimes de tous les racismes étaient présentes, venues apporter leur soutien au mrap. La fête du mrap a permis à la lutte antiraciste de faire un grand bon en avant, de resserrer les liens d'amitié qui unissent les militants du mrap. De cette fête s'est dégagée une chaleur humaine qui ne restera pas sans suite. Marc MANGIN Il est temps de se ravitailler au stand restaurant. 27 c:: ~ E 'E .'Q"i Cl o ë .:: c. o ë .:: c. créations ergé, prêt à port er, société anonyme capital de 100 000 frs 87, rue de sèze 69451 Iyon cédex 3 tél. (78) 2424 01 té lex 380 675 CR~ATION PRESTIGE NtJylltdt FABRICANT - PRh A PORTER STYLE JEUNE 8, RUE ROMARIN, 69001 LYON TELEPH. (78) 28.55.24 case réservée 28 case réservée à R, et C. Ets. GLUZMAN et Cie 24, rue des Petites Ecuries 75010 Paris - Tél. : 824.53.68 imprimerie raymond weill spécialiste de la liasse et du carnet (duplication par carbones ou ' papiers autocopiantsl: imprimés commerciaux, administratifs, comptables, mécano·comptables. impressions publicitaires. 117, RUE DES PYRËNËES 75020 PARIS ~ 371 28·00 MAISON fONOrE EN 1920 ARTICLES DE VOYAGE BITTER 55,Rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 PARIS Téléphone 34 3-44 -71 F dans la lutte Dans le chapit~au voisin de celui du spectacle, près de 50 associations présentaient, dans des stands, leurs informations, leur action: le mrap avait tenu à offrir ainsi à ceux qui le souhaitaient la possibilité de s'exprimer en direct dans ce rassemblement ouvert à toutes les préoccupations des victimes du racisme, des peuples opprimés. Outre ces organisations de tendances très diverses, d'autres avaient tenu à marquer leur solidarité avec l'action du mrap par la présence de délégations ou par des messages. Autour de Pierre Paraf, président du mrap, des vice -présidents Cilarles Palant, George Pau-Langevin, l'abbé Jean Pihan, le professeur François Grémy, nous avons noté, entre autres, la présence de : Théodore Monod, membre de l 'Institut ; une délégation de la C.G.T.: Gérard Gaumé et Gérard Deiss, secrétaires confédéraux, François Lançon (secteur Immigration), Pierre Préneron, secrétaire fédéral du syndicat C.G.T. de la Police ; une délégation de la C.F.D.T. condu ite par Hubert Lesire-Ogrel. secréta ire national; le Syndicat National des Chercheurs Scientifiques (FEN), M. Mourgues; une délégation du P.C.F.: Henri Martin et Guy Poussy, membres du Comité Central, Maxime Kalinski et Lucien Villa, députés, Charles Leder- ' man, sénateur, Henri Meillat, Conseiller de Paris, Fernande Valignat; une délégation du P.S. : Charles Elbaz, maire-adjoint d'Alfortville, représentant le groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, Bertrand Delanoé, membre du comitédirecteur, Premier Secrétaire adjoint de la Fédération de Paris, Claude Pigement, 'membre du Bureau fédéral de Paris, plusieurs représentants de la Fédération de la Seine-Saint-Denis ; une représentation de la ligue Communiste Révolutionnaire; le Père Bernard Guillard, secrétaire de la Commission Catholique Episcopale des Migrants ; le pasteur Paul Guiraud, secrétaire du Comité contre le racisme de la Fédération Protestante de France; le pasteur André Dumas; Mes Armand Dimet et Roland Rappaport, représentant le Syndicat des Avocats de France ; Paul Didier, secrétaire général et Robert Dalian, vice-président de la libre Pensée; Joelle Pitkevitch et Jérôme de Mautort, du Bureau National de l'U.-._ télégramme de kurt waldheim secrétaire général de l'onu A l'occasion de son trentième anniversaire, j'adresse au Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples mes sincères félicitations ainsi que mes meilleurs voeux de succès pour la réalisation de ses nobles objectifs. Par son sens de la justice et l'activité inlas- · sable dont il fait preuve en vue de parvenir à la réalisation de ses objectifs, le mrap se situe dans la meilleure tradition humanitaire conforme aux principes de la Charte des Nations- Unies et de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. C'est pourquoi je suis heureux de m'associer à vous aujourd 'hui pour célébrer et promouvoir l'amitié entre les peuples. Genève, 17 mai 1979 PR~SIDENT :'Pierre PARAF ; VICE·PR~SIDENTS : Cherie. PALANT, Abbé Jean PI HAN, M· George PAU-LANGEVIN, Dr Françol. Déslraux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, pour l'amitié entre les peuple. GREM\; .. SECR AIRE G~N~RAL : Abert L~VY ; COMIT D'HONNEUR : Henri ALLEG, George,. AURIC, Robert BALLANGER, BAtonnler .Albe~ BRUNOIS, Almé CESAIRE, Charle. de CHAM· BRUN, André CHAMSON, Loul. DAQUIN, Alalll DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pa.teur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max-Pol FOUCHET, Jeen HIERNAUX Pierre JOXE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, BAtonnler Bernard LASSERRE, Miche/ LEIRIS, Gérard LYON' CAEN, Jacqu •• MADAULE. Albart MEMMI, ' Robert MERLE, Théodore MONOD, Henri NOGUERES, ~tlenne NOUVEAU, Jean PICART LE DOUX, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS,' Guy RIOBE, Emmanuel ROB LES, Armand SALACROU, JeanPaul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, George. SEGUY, Je.n SURET-CANALE, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUN/ER, Doctaur Pierra WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Mouvement contre /e Racisme et pour l'Amitié entre les peuples est le nouveau titre Que s'est donné le Mouvement contre le RecismB, l'Antisémitisme et pour le Peix, par le vote de son congrès des 26-27 novembre 19n. Poursuivant son action de toujours, le mrap réaffirme sa volonté de combattre avec une égale vigueur tous les aspects du racisme, Quels qu'en soient les auteurs ou les victimes, en Quelque lieu Que"ce soit. Défendant les droits et la dignité de tous les hommes, dans le respect de leur identité, il oeuvre pour l'amitié entre les peuples, condition majeure de la paix. droit et liberté. nO 381 • juin 1979 J'adhère au m, r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté • Nom len ca potale) Prénom . .... âge Profession Ad resse. Code postal .. .. Ville Le montant de la carte d'adhésion (A partir de 50 francsl e.t lals.é III l'appréciation du souscripteur, .elon ses possibilité., compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plu. efficace A l'action du mrap. Abonnements d'un an è droit et liberté lSO FI. Abonnement de soutien 1100 FI. ~trangar (75 FI. C.C.P. 9239-81 Paris. _ Rayer la mention inutile. mouvement contre le racl.me et pou, l'emlt entre le. peup/ .. (m,apI 120, rue saint-deni. - pari. (21 - tél . : 233.09.57 - C.c.p. : 14-825-85 paris 29 30 Les plus beaux vêtements de peau pour homme dans le monde sont fabriqués en France par ZIIII - A PARIS JOHN CHARLES Passage du L ido 78, Champs-E lysées IIfTUf 51, Chaussée d'Antin - 75009 PARIS Tél, : 874.24.43. • eleotre 131 - 133, RUE DE TURENNE, 75003 PARIS !! 272 91-72 - 887 40-60 .f, MITSUBISHI MACHINES A COUDRE MOTEURS A EMBRAVAC. UNITAS A POINTS I N VI SIBLES iBrinccss INDUSTRIELLES ET FAMILIALES S. A. AU CAPlW DE 600.000 f . 551019622 B R. C. PlR IS 37. Bd VOLTAI~E . 7/1011 PARIS · TEL. : 700.00·17 P1.c .. d"ech ... et renseignements . 700·60·39 CRÉ.A.T:J:ONS ann~e ma .. ee l PRÊT A PORTER DE LUXE 30, Rue du Caire 75002 PARIS - Tél. : 236-47-59 508-08-45 LA BA'GAGERIE ~~tk~ 1:1': R U E T RONCHET 41 R U E DU FO U R 74 RUE DE PASSY TOl)R MONTPARNASSE PAR I S 265 03 40 5 48 85 88 527 14 49 538 lib 53 J) LYON - LA PART-DIU' l\:EW YORK - nt :Y!ADISON AVENUE TOKYO. 5·5 G INZA N.E.F.; Fabrice Lecomte, du Bureau National de l'Union des Grandes Ecoles ; Jean-François Rossi, secrétaire général de la F.R.U.F. ; les historiens Olga Wormser- Migot, Uonel Richard. messages Par ailleurs, le mrap a reçu, pour son 30e anniversaire et pour la fête, de très nombreux messages. Ils émanent des personnalités et organisations suivantes

François Jacob, Prix Nobel de

Médecine ; Gaston Defferre, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale; le député Alain Vivien; le Mouvement des Radicaux de Gauche (Thierry Jeantet, secrétaire national) ; Roger Chinaud, président du groupe U.D.F. à l 'Assemblée Nationale ; Gaston Pams, président du groupe de la gauche démocratique au Sénat; Michel Germa, prési dent du Conseil Général du Val de Marne ; Henri Noguères, président de la Ligue des Droits de l 'Homme ; Marcel Paul, ancien ministre, ~ résident de la Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes ; la section française du Mouvement International des Juristes Catholiques (Pax Romana) ; l'Association de Solidarité FrancoArabe

le Groupement pour le droit des

minorités ; Haroun Tazieff; Michel Piccoli; les écrivains Albert Memmi, Jean et Simone Lacouture, Tony Lainé; l'abbé Pierre, le Père Maurice Barth ; les Professeurs Albert Jacquard, Gérard Lyon-Caen, Henri Desoille, Pierre Wertheimer, Edgar Morin, Jean Suret-Canale. le meeting Au milieu de l'après-midi du dimanche, en présence des délégués d'organisations et des personnalités, le spectacle a fait place pour une demi-heure aux interventions de trois représentants de la di rection du mrap : • Albert Lévy, secrétaire général, a salué l 'assistance et les invités, lu les messages reçus et remercié tous ceux, militants, artistes, journal istes, qui ont contribué au retentissement du 3Qe anniversaire du mrap et au succès de la fête. • Pierre Paraf, président du mrap, a évoqué les 30 ans d'existenceetde luttes du Mouvement, les grandes dates de son action et de ses réalisations en insistant sur la Loi du 1 er juillet 1972. • Me George Pau-Lan!;levin, vice-pré sidente, après avoir souligné les tâches actuelles contre la montée du néo-na zisme et de l'antisémitisme, pour la défense des droits des imm igrés et contre. l'apartheid, a appelé les antiracistes à adhérer massivement au mrap et à prendre part à son action, si nécessaire aujourd'hui. La foule, réunie dans le chapiteau, où se trouvaient de très nombreux jeunes, a chaleureusement applaudi ces interventions. droit et liberté. na 381 • juin 1979 le mrap dans le monde . C'est avec beaucoup d'émotion que le mrap a reçu le télégramme de sympathie de M. Kurt Waldheim, secrétaire général de VO.N.U. . Pendant toute la fête était présent Thami Sindelo, représentant l'African National Congress, le mouvement de libération de l 'Afrique du Sud. La SWAPO, mouvement de libération de la Namibie. et la ZAPU, mouvement de libération du Zimbabwé. avaient envoyé des messages. D'autres messages ava!Jnt été adressés au mrap par: le Conseil OEcuménique des' Eglises; le SANROC, comité olympique non racial d'Afrique du Sud; les mouvements anti-apart"eid de Grande-Bretagne et de République Fédérale Allemande; trois organisations de Belgique: le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (MRAX), la Ligue Belge pour la défense des droits de l 'homme, l'AKZA (comité d'action pour l 'Afrique australe) ; la Fondation Anne ' Frank. d'Amsterdam ; le Conseil Travailliste Ecossais pour les Migrants ; le Mouvement italien MOSLIV (pour la libération et le développement)

la Commission Fédérale suisse

Consultative pour le problème des étrangers

le mouvement néo-zélandais H.A.L.T.

(contre les échanges sportifs avec l'Afrique du Sud) ; le mouvement indien Tupac Katari, de Bolivie; la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté; Mme Edith Ballantyne, présidente de la Conférence des Organisations Non Gouvernementales auprès de l 'ONU ; M. Beaulne, président de la Commission des Droits de l'Homme de l'O.N.U.; M. Leslie O. Harriman. président du Comité Spécial de l 'O.N.U. contre l'apartheid qui, dans sa lettre, informe que ce comité, à sa 4148 session. «a exprimé sa haute appréciation des activités du mrap qui ont conduit à l'annulation de la tournée de l'équipe de rugby du Transvaal en France ». carnet nos deuils • Nous avons appris avec beaucoup de tris· tesse le décès, à 79 ans, de Hubert Deschamps, membre du Comité d'Honneur du mrap, et pendant plusieurs années membre du Bureau national. Parmi ses nombreux ouvrages, celui qu 'i l consacra à la traite des Noirs est une contribu tion particulièrement importante à la cause que nous défendons. Jusqu 'à ces derniers temps, Hubert Deschamps, qui poursuivait ac· tivement ses travaux de recherche et de créa · tion, a participé à la vie de notre' Mouvement. Ceux qui l 'ont connu se souviendront de son amitié toujours attentive, de son scepticisme souriant allié à une foi réaliste dans le combat pour la justice et la fraternité humaine. Nous présentons à sa famille nos sincères condo· léances. • Nous avons la douleur d'annoncer la mort de l 'un des fondateur du mrap, Jacques Sil berzan, membre du Conseil National du Mouve· ment depuis de nombreuses années. Agé de 79 ans, Jacques Silberzan, président de la société mutualiste Fraternelle Israélite de Paris, jouissait de l 'estime générale en raison de son esprit de justice, de sa tolérance et de son ferme attachement auxpri ncipes que défend le mrap, dont il fut un militant actif jusqu 'à ses derniers moments. Albert Lévy, secrétaire général du mrap, a pro· noncé une allocution à ses obsèques, le 30 mai, au cimetière parisien de Bagneux. Nous exprimons à son fils, le Dr Roger Silber zan, à sa belle -fille , à ses deux petits -fils, notre profonde sympathie. • En la personne de Pierre Viansson-Ponte. éditorialiste du «Monde ", c'est un très grand journaliste qui vient de disparaître. Dans la let tre de condoléances adressée au directeur du « Monde ", Albert Lévy souligne l'immense talent qui fut le sien, la haute conception qu 'il avait de sa profession, son attachement aux plus nobles valeurs humaines. 31 N' COMMISSION PARITAIRE 61 01} .~. 24 9.24- 00 Q) c ,ï.5, . Qi "0 Q) C. ~ 1: c. o ë .!: C.

Notes

<references />