Droit et Liberté n°182- juin-juillet 1959

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°182 (286) de juin-juillet 1959 numéro spécial
    • Une puissante journée d'union antiraciste s'est déroulée le 31 mai au palais de l'U.N.E.S.C.O. page1
    • Autour d'un crime (affaire Boriicki) par Oncle Tom page2
    • Que se passe-t-il page2
      • Drame algérien: Maisons-Laffite; Constantine; Me Ould Aoudia; la gangrène; des croix gammée à Alger; "je me suis fait un melon"; pour la Paix
      • Télévision: échec à Céline
      • Menées antisémites: le mémorial profané; la plaque du Cardinal Saliège souillée; encore une synagogue attaquée; une recrue pour Rivarol
      • Racisme: un film maudit? (les tripes au soleil); le crime des teddy boys (Londres); le verdict de Tallahasee (Floride); révolte à Durban (Afrique du Sud)
    • La journée nationale page4
      • Le batonnier R.-W Thorp: pour une véritable législation antiraciste
      • Me Lederman: le soutien du peuple
      • Au nom des étudiants antillais intervention de Charles Hutman
      • Le professeur Deschamps: qu'est-ce qu'une race?
      • Me Alfred Grant: il ne faut pas attendre
      • Melle Simone Dumont: les religions contre le racisme
      • Messages de P Mendés-France, Pasteur Marc Boegner; Robert Buron; Pierre Gascae; Amiral Muselier; Fernand Grenier; l'abbé Pierre; Maurice Bouladoux; Joséphine Baker; Professeur Jacques Hadamard; Pierre pasquini; Henri Laugier; François de Menton; Edouard Depreux; Henry Torres.
      • Le président Léon Lyon-Caen: ce mal atroce qu'est l'oubli
      • Le président Daladier: tous debout pour la croisade de la liberté humaine!
      • Le professeur Etiemble: esquisse d'une pédagogie antiraciste
      • M. Pierre Bloch: le nazisme renaît
      • S.E.M. Price-Mars (ambassadeur d'Haïti: le poids de cinq cents ans de haine
      • M. Robert Ballanger: parceque nous aimons notre pays
      • Des messages du monde entier
      • M. Pierre Paraf: une constante tradition française
      • M. Jean Eloi: les travailleurs contre le racisme
      • M. Rousselle: réviser tout enseignement antijuif
      • Trois interventions de province: M. Vigouroux (Clermont-Ferrand); M. Picard (Lyon); M. Hassoun (Strasbourg)
      • Charles Palant: mobiliser, informer, instruire, telles sont nos tâches
    • Appel aux hommes de bonne volonté page11
    • L'antisémitisme en justice: Affaire Hiegel; le sénateur Auberger (Bellerive sur allier) condamné pour antisémitisme page11
    • Paris condamne les agressions racistes, mais le meeting a été empêché page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

En présence de 1500 délégués et d'éminentes pe rso nnalités UNE JUIN -JUILLET 1959 N° 182 (286) PUISSANTE NUMERO SPECIAL 100 FRANCS JOURNEE ... D'UNION ANTIRACISTEs'est déroulée le 31 • mal au Palais de l'U.N.E.S.C.O. ILA ne Journée Nationale contre le racisme, l' antisémitisme et pour la paix, qui s'est déroulée le dimanche 31 mai, fut un grand événement: tant Dar l'intérêt des interventions, la richesse des débats, que par le nombre, la diversit~ des délégués et de? personnalités. Dans l'immense et magnifique salle des co nférences du Palais de l'U.N.E.S.C.O., 1.500 personnes (beaucoup sont restées debout l'apr ès-midi) ont suivi avec une attention passionnée tous les orateurs sans exception. Ceux-ci, il f aut le souli/.!;ner, surent toujours trouver, en dépit de leurs points de vues différents, de leu rs profondes divergences politiques et philosophiques, les mots susceptibles d'unir dans une commune action les antiracistes de toutes tendances. Ce fut une journée à la fois d'étude et de lutte. Qu'ils s'attachent, avec les ar/.!;uments les plus variés, à démentir les préju/.!;és, à dé sarmer les haines racistes, ou qu'ils se réfèrent aux problèmes d'actualité, tous les exposés ap portèrent - et apporteront - une contribu tion inestimable au combat que nous menons. Les participants à la Journée Nationale étaient vènus conscients de la gravité des menées racistes et antisémites, soucieux d'y faire obs tacle avec efficacité. Dans ce rassemblement d'une ampleur sans précédent, fondé sur la li bre confrontation et la bonne volonté, ils pui" t-:':;nl résolution et confiance. Ils ont pu constater que la France entière, par dessus toutes les divisions, est décidée à Dans ce numéro Vous pouvez lire également: • Sur un mot supprimé, un arti· cie du R.P. CHENU (p. 3). • Paris contre les agressions racistes: comment a été empêché le meeting de protestation (p. 12). • L'affaire Hiégel; l'affaire Auberger (p. 11). . • Les développements du racisme aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Afriq ~e du Sud (p. 3). se dresser, unie, fidèle à ses plus nobles traditions; pour défendre et faire triompher l'idéal des Droits de l'Homme, de l'amitié entre -les peuples, de la fraternité. C'est à tous et à chacun qu'il appartient d'oeuvrer désormais, pour flonner à cette Journée les lendemains victorieux dont elle porte l ' écl atan te promesse. A. L. DES RAPPORTS ET EXPOSES ont été présentés par le Premier Président Léon LYON-CAEN; le Bâtonnier RenéWilliam THORP; MM. ETIEMBLE, professeur à la Sorbonne; Hubert DESCHAMPS, professeur à l'Institut d'Ethnologie; Jean PIERRE-BLOCH, ancien Ministre; Jean ELOI, secrétaire général du Syndic'at des Travailleurs du Bâtiment (C.C.T.); Pierre PARAF, écrivain; Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. • INTERVENTIONS de MM. PRICE-MARS, président de la Société Africaine de Culture; Edouard DALADIER, ancien Président du Conseil; Robert BALLANGER, député; Mlle Simone DUMONT, lauréate du Concours Biblique International de Jérusalem; Claude-Bernard AUBERT, metteur en scène; et des représentants de diverses 'associations et délégations. • de nombreuses personnalités de tous les horIzons. (Voir pages 4,5,6. 7,8,9 et 10). Ouelques image} de la Journée Nltionale En haut: A la tribune on reconnaît (de g. à dT.). MM. Pierre Paraf. Ch. Palant, A. Lévy, le président Lyon-Caen, Cl. Bernard Aubert, Ch. Hutman, Edouard Daladier, R.W. Thorp, Robert Ballanger. Au centre: à gauche, le banquet; à droite: les étudiants antillais attaqués l'avant-veille, et leur avocat, M' Annichiarico. En bas: la salle, vue de la tribune.


--------------------------------~

2 QUE HE PASSE-T-Ir.J ? .. • ec.Lme - OUT meurtre présente des aspects étranges, mystérieux. Les mobiles immé- l diats et lointains, la préméditation, les gestes du meurtrier, ses efforts pour échapper au châtiment, ne suffisent pas à expliquer, à faire comprendre pleinement cette rupture brutale avec toutes les notions acquises, avec l'élémentaire instinct d·e solidar:ité humaine, qu'est la destruction de la vie de son prochain. Les reporters et les chroniqueurs judiciaires ne se font pas faute de recréer le climat dans lequel un tel acte peut se produire, et la matière ne manque pas, qui alimente ce genre littéraire. L'affaire Boricki en apporte un nouvel exemple. Tout a été dit pour situer le crime de ce vieillard, qui tua son gendre avec l'obsession de venger sa fille. Tout, et même plus encore. Des journalistes, avec zèle, sont allés chercher fort loin les lumières susceptibles d'éclairer ce drame étrange. Beaucoup, avec une insistance d'assez mauvais aloi, ont souligné l'origine juive et ukrainienne du coupable, sa fortune, sa réussite commerciale. Certains, employant des formules malheureuses, ont cru devoir invoquer « l'esprit a n" cestral ~ tribal» ou parler d'« acte rituel». Et le Bâtonnier Roch, représentant de Mme Galland, n'a pas craint de faire appel ouvertement aux sentiments xénophobes: « Ces gens-là ne sont pas de chez nous !» s'est-il écrié. « Ces deux hommes sans scrupules (Boricki et Guedj), sans foi, ni loi, qui ont fait fortune dans notre pays se croient tout permis et en bafouent les lois. » • Dénoncer un ('riminel, c'est normal. Mais mettre en cause, même par ) inEinuations, ses origines. sa confession, c'est faire rejaillir sur d'autres un ) peu de haine et de méfiance, c'est flatter de néfastes préjugés. C'est fort mal ~ agir, plus mal qu 'i! n 'y paraît, sans doute. Oncle TOM ,~ .... ,.. --- .... . .. DRAME ALGÉRIEN • DeMaisons-Laffitte ... Des faits tragiques ont mis l'accent ces derniers temp5, sur l'exacerbat~on des passions racistes et l'aggravatIOn des violences, qui résultent du drame algérien. . . A Maisons-Laffitte, une vmgtame . de jeunes gens se livraient, par pa5setemps, à la « chasse. aux rat~n.s ». Ils attaquaient, la nUlt, les AlgerIens qu'ils rencontraient, à coups de couteaux de chaînes et de matraques. Da~s la nuit du 8 au 9 mai, ils 5e sont acharnés sur trois ,:,ict~~es, dont deux ont dû être hospltal1sees, grièvement blessées. . _ . Deux des coupables ont ete arretes : lE jockey Maurice Legris, 19 ans, et le lad Yakie Pudal. .. Nous espérons qu'ils seront 5everement condamnés, avec leurs comp: ices : il ne faut pas que puis~e s'acclimater en France cette grame de S.S. • ... il Constantine Quelques jours plus tôt, C~)I~stantine avait été le théâtre d'un v~rItable pogrome anti-arabe: A la sUlte. des obsèques de deux Jeunes Europeens tués quelques jours plus tôt, d~s groupes se sont répartis dans la .vIlle, attaquant les musul~ans et brIsan~ les vitrines des magasms. Des Europeens qui s'interposaient ont été egalement molestés. . « Un vent de panique a souffle sur le centre de la ville, écrit l'A.F.P. Seule la proclamation du couvre-feu à 20 h. 30 - avancée de trois heures - a ramené un coi.me relG:tif ? . Des jeunes musulmans qUl, deCldés à riposter à cette « raton~a?-e . », s'étaient armés de bâtons, ont ete dISpersés par la police. • Me Ould Aoudia Les violences ayant pour orig~ne le drame algérien prennent parfOls un cours plus angoissant encore. C'est le ca5 de l'assassinat de M' Ould Aoudia, défenseur des. étudiants algériens et qui fut un amI de notre Mouvem~nt . Le fait que d'autres avo_ cats d'A:gériens aient reçu quel~.ues jours après une lettre portant, 1 mscription « TOI AUSSII », avec un numéro d'ordre confirme qu'un groupe organisé ent~nd se livrer à un c~antage sanglant, qui évoque les pues souvenirs du fascisme. L'enquête sur l'assassinat de M' Ould Aoudia n'a rien révélé encore. Un excellent numéro de "Domaine Yidich" Le numéro de « Domaine Yidich n , qui vient de paraître est con ~ acré entièrement au centenaire de la naissance de Cholem Aleichem, le grand classique de la litté, alure ydich . On y trouve plusieurs études sur cet écrivain et de nombreuses traductions inédites de ses oeuvres, d'un 'humour si particulier. Nous l'ecommandons vivement à nos lecteurs cette passionnante publication. (DOMAINE YIDICH, nO, 3-4, 14, rue de' Paradis - 350 francs.) Mais les milliers de personnes qui 5e trouvaient à ses obsèques (parmi les- · quels une délégation de notre Mouvement) ont tenu· a affirmer par leur présence leur volonté de voir les coupables châtiés, quels qu'i:s soient, et de s'opposer à l'in5tauratio1n de telles moeurs. • Ji La gangrène If C'est de graves violences également, et de tortures, qUe se plaignent les jeunes algériens empriwnnés qui ont publié leurs témoignages dans le recueil intitulé « La Gangrène ». Ce livre digne et boulevarsant a été saisi quelques jours après sa parution. Il eût été plus convaincant d'instruire la plainte déposée denuis longtemp5 déjà par les auteurs du livre contre ceux qu'ils déclarent être leurs tortionnaires. Ainsi. l'exactitude des faits aurait pu être reconnue ou infirmée et chacun aurait pu acquérir la certitude que ces méthodes n'ont pas ou n'auront plus cours. • Croix gammées à Alger Fin mai, des croix g-ammées ont été de5sinées en grande quantité sur les murs d'Alger. Elles étaient particulièrement nombreuses aùtour de la Cité Universitaire. D'autre part, on signale Qu'à la faculté, des affichettes de l'Union des Etudiants Juifs ont été recouvertes d'insignes de « Jeune Nation» et de l'inscription : « Les juifs en Israël »" Ces faits ont causé une vive émotion dans la communauté juive algéroise. • Ji Je me suis fait un melon" Récemment, une expédition symbolique à Hassi Messaoud a été organisée, pour ramener un bidon de pétrole brut, avec la participation du champion motocycliste Georges Monneret. Nous relevons dans «( Santé Publique » (15-31 mai), dans le récit de ce voyage, ces confidences d'un des participants : « Bobinet », le mécano qui accompagne notre caravane, est orginaire de la Rochelle, marié et étab:i en ALgérie depuis dix ans. Il est chef mécanicien dans un grand garage algé rois. Autoritaire. Capacité professionnelle ne dépassant pas la panne d'essence. Fortes tendances à l'éthylisme. La curieuse passion de notre petit bonhomme, le long du parcours, est de diriger sa voiture sur les groupes d'Arabes qui nous regardent passer et de les voir s'éparpiller comme des moineaux affolés. Ce qui devait arriver arriva... A Djelba, un vieux musulman fit les frais de la fête. Touché de plein fouet par la voiture qui roulait à plus de 120 km.-h. (26 m. de traces de freinage), notre « Bobinet » envoya l'Arabe chez Allah. Oraison funèbre de « Bobinet » en débarquant à Alger : - Rien de grave, je me suis « fait un melon ... » Devant mon ignorance de l'argot du terroir, il m'explique d'un ton enjoué : - Un melon, c'est un Arabe chez nous. L'imbécile (il use d'un terme p'us court) ne s'est pas reculé à temps. Il a pris la bagnole en pleine poire. Et ma carrosserie est abimée ... » Cela se passe de commentaires. • Pour la Paix Une large asemblée pour la paix en Algérie a eu lieu le 7 juin, saile Pleyel, à l'appel de nombreuse5 personnalités de toutes tendances, parmi lesquelles figurent les professeurs Henri Laugier, Jacques Hadamard, André Hauriou, Charles-André Ju:ien, Jean Dresch, Jacques Chapelon, les écrivains Marcelle Auclair, Louis MartinChauftier, Jean-Paul Sartre, André Spire, le président Léon Lyon-Caen, MM. Jacques Fonlupt"(Espéraber, le doyen Chatelet, Jw'es Isaac, Jean Rous, Léon Feix, Jacques Madaule, le pasteur Voge , Oreste Rosenfeld, etc ... Elle a adopté un manifeste en faveur d'une solution négociée du drame algérien, appelant « l'opinion française à rassembler toutes ses forces et à les engager dans une action redoublée pour que cesse enfin une guerre qui a déjà causé tant de mal, semé tant de ruines, fait tant d' innocentes victimes. » TÉLÉVISION • Echec il Céline Louis-Ferdinand Céline à la télévision! C'est ce qu'annonçaient les programmes pour le vendredi 19 juin à 21 h. 45. Précisons, pour comble, que ce triste individu, qui se livra pendant l'occupation à une propagande anti5émite acharnée, devait être interviewé au cours de l'émission intitulée « En français dans le texte », avant la projection d'un film exaltant la Résistance, « La Rose et le Réséda ». Etait-ce cynisme, ou humour noir, de la part du réalisateur, Louis Pauwels? L'intervention du M.R.A.P. Toujours est-il que le M.R.A.P., prévenu aus5itôt de ce projet scandaleux, adressa au Ministre de l'Information et au Directeur de la R.T.F., une lettre où, après avoir rappelé « le rôle nocif joué par Céline dans l'excitation à la haine antisémite, alors que se déchaînait contre ,les juifs la plus inhumaine entreprise d'extermination », il déclarait : « Offrir aujourd'hui à Céline la possibilité de s'adresser à des millions de Français nous paraît porter atteinte à la dignité de la Radio-Télévision nationale, et offenser (1ravement à la mémoire des vic'times de l'antisémitisme hitlérien et vichyste, et de tous les héros qui ont succombé dans les combats pour la libération de notre pays. « Passer l'éponqe sur les méfaits d'un tel homme ne peut en outre qu'encourager ceux qui, s'inSpirant des mêmes calomnies, des mêmes haines qu'H s'efforçait de répandre, se livrent à des activités racistes et antisémites de plus en plus inquiétantes. « C'est pourquoi nous espérons que vous voudrez empêcher cette propagande indécente et dangereuse, qui ne manquerait pas d'être douloure~sement ressentie par tous les Français fidèles à l'idéal de la Résistance et à la démocratie. » D'autre part, le M.R AP. adressait dès le 16 juin un communiqué à la presse, tandis que diverses associations de Résistants, de Déportés, d'Anciens Combattants, élevaient également de vigoureuses protestations.

    • ,

Le 18 juin, le Ministère de l'Information faisait savoir que les organisateurs de l'émission « avaient renoncé » à Louis-Ferdinand Céline. Nous nous félicitons de cette décision, qui a tenu compte de l'émotion exprimée dans les milieux les plus divers . Il ne semble pas, jusqu'à présent, que des sanctions aient été envisagées contre les responsables de ce scandaleux programme. ,MENÉES ANTISEMITES • Le Mémorial profané Les racistes, à Paris, ont célébré à. leur façon le 14' anniversaire de la défaite hitlérienne. Dans la nuit du 7 au 8 mai, ils ont odieusement profané le Mémorial du Martyr Juif Inconnu, rue Geoffroy-Lasnier. Franchissant le mur d'enceinte avec une échelle, les vandales pénétrèrent sur le parvis et, de là, lancèrent d'énorme5 ampoules d'encre de Chine sur le mur oû est rappelé le sacrifice des six millions de juifs exterminés par les nazis, A l'appel du M.R.A.P., de l'Association des Déportés de la Seine et de l'Amicale d'Auschwitz, une imposante manifestation de prote5tation a eu lieu le jeudi 14 mai. Une foule nombreuse est venue fleurir le Mémorial et a défilé, drapeaux en tête, jusqu'à la crypte oû elle s'est recueillie avec émotion. Puis, sur le parvis, Jean-Maurice Hermann, au nom des Déportés expnma en quelques mots l'indignation de tous ceux qui restent fidèles au 50uvenir des martyrs et entendent ne· pas permettre que renaissent les moeurs barbares dont notre pays et le monde ont naguère souffert si durement. • La plaque du Cardinal Saliège souillée C'est aussi à l'encre de Chine que des énergumènes ont souil:é, 16, rue Lamark (18' arrondis5ement) la plaquej comm,é~()ra.r:. ; le souvenir du cardinal Saliège, dont on sait quelle fut l'admirable activité antiraciste sous l'occupation. Ces lâches attentats, dirigés contre les morts sont bien dans le style nazi, et évoquent les profanations de cimetières juifs qui ont lieu fréquemment en Allemagne occidentale. Tous les démocrates condamnejnt avec vigueur ces agissements. Pour en prévenir le renouvellement ils demandent aux pouvoirs public~ de prendre les mesures de 5urveillance et de protection qui s'imposent, et surtout de mettre hors d'état de nuire les groupes racistes et fascistes, dont les dirigeants 50 nt bien connus .. Car cette agitation néfaste, qui vise pour le moment des monuments ne laisse pas' d'être inquiétante. si on lui permettait de s'étendre elle mettrait en danger les biens et la sécurité de toute une catégorie de citoyens. • Encore une synagogue attaquée Déjà nous avions 5ignalé les attentats commis, dans la nuit de Noël, contre trois synagogues, rue Buffault, rue Saint-Lazare et rue Cadet, où des vitres et une plaque de marbre avaient été brisées. Un autre attentat de même inspiration vient d'être perpétré dans le 18' arrondissement, contre la 5ynagogue de la rue Sainte-Isaure. Après Noël, la Préfecture de Police annonça qu'une enquête était ouver( Suite page 3) SEJOURS EN FRANCE ET A L'ETRANGER CIRCUITS EN AUTOCAR Office de voyages Lafayette Licence de Voyage N° 423 TOUS BILLETS : FER - AIR - MER LOCATION THEA TRES 78, rue La Fayette PAR 1 S - IX' rél. : PRO. 96-52 Métro : Cadet TAI. 68-23 VOY AGES EN ISRAEL 11 mai 2010 à 12:14 (UTC)11 mai 2010 à 12:14 (UTC)11 mai 2010 à 12:14 (UTC)11 mai 2010 à 12:14 (UTC)11 mai 2010 à 12:14 (UTC)~~ QUE RE PASSE-T-IL ? 3 te, mais elle ne semble avoir eu aucune suite. Nous ignorons dans quelle direction elle s'était orientée. Peut-être aurait-il fallu tenir compte, comme nous l'avons sou:igné alors, qu'un grand nombre çi'inscriptions du «Mouvement Jeune Nation» avaient été faites autour des synagogues attaquées. • Une recrue pour Il Rivarol" « Rivarol» vient de compléter son équipe rédactionnelle avec une recrue de choix: Henri Lèbre, qui fut, sous l'occupation, rédacteur à « Je Suis Partout», puis rédacteur en chef du « Cri du Peupie », dirigé par le traître Doriot. Henri Lèbre était spécialisé dans les reportages enthousiastes sur l'Allemagne nazie, et menait campagne pour « le châtiment » des Résistants. Dès ses premiers articles dans Rivarol, il montre qu'il n'a rien renié de son passé et affirme sa haine de la démocratie, son attachement au nazisme. Telles sont les conséquences des amnisties et des grâces, qui donnent la possibilité de reprendre leurs activités aux collaborateurs condamnés après la Libération. • Cà et là ... • Un tract antisémite a _ diffusé récemment au stade de Colombe, au cours d'une grande manifestation sportive., On pouvait y lire cette phrase

« Pour nos salaires, la justice

sociale, nos retraites d'anciens combattants, tous unis contre l'impérialisme JUIF ». Démonstration exemplaire (si l'on peut dire) du rôle de l'antisemitisme : détourner des véritables responsables sur un bouc émissaire la colère, le mécontentement de la population. • Dans « Rivarol » (28-5) Claude EIsen reprend le thème c:assique de « l'invasion des juifs » dans le cinéma. Il déclare avoir découvert en 1935-36 (c'est-à-dire a:ors que l'antisémitisme hitlérien avait fait déjà d'innombrables victimes), « l'existence d'un racisme juif ». • Pierre Debray, dans « Aspects de la France» explique l'oubli dans lequel est tombée l'oeuvre du raciste Drumont par un complot de « la juiverie (qui) s'est acharnée à se venger » de lui! • Dans « Défense de l'Occident », organe dirigé par Bardèche, Pierre Hofstetter se plaint qu'il ne soit pas permis, en raison de l'état d'esprit général de l'opinion, « d'exprimer un sentiment hostile à l'égard d'un juif, des juifs, de la juiverie inte"~ationale ». Comprenant que cet état d'esprit résulte de l'horreur provoquée par les crimes des nazis, il met en doute l'extermination de six miUons de juifs. • De même, « Rivarol » (23 avril) ose insinuer que « Le Journal d'Anne Frank » serait un faux. RACISME • Un film maudit? Le film de Claude-Bernard Aubert, «Les Tripes au Soleil », parce qu'il dénonce avec vigueur le racisme, est poursuivi par la haine des nervis de « Jeune Nation » et autres groupes fascistes. Le 11 mai, des! commandos ont tenté d'interrompre la projection aux cinémas « Biarritz », « Richelieu » et " Madeleine ", en lançant des boules puantes dans la salle et des ampoules d'encre de Chine sur l'écran. Le public a jeté dehors les trublions ... A Marseille, des incidents plus graves encore se sont produits : un commencement d'incendie a eu lieu dans le cinéma où ce film était présenté. « Les Tripes au Soleil », rappelons-le, avait été interdit par la censure, il y a quelques mois. Cette mesure n'a été levée qu'à la suite des nombreuses protestations qui se sont exprimées dans tous les milieux. Les racistes, en provoquant des troubles, voudraient justifier une nouvelle interdiction. • Le crime des Il Teddy boys ff Les jeunes voyous tacistes qui s'affublent du nom pittore~que de «teddy boys» et qui s'étaient 'livrés il y a quelques mois à des violences contre les noirs, ont été cette fois poussés par la haine jusqu'au cl'ime. Dans le quartier londonien de Notting Hill , un Antillais, Kelso Cochrane a été poignardé, et l'enquête a fait apparaître le caractère racist1e de cet assassinat. Dans tous les milieux, l'émotion, est vive. Le Comité de coordination pour l'amitié interraciale, qui groupe 40 associations a organ isé à C:ochrane de grandioses funérailles. Nous espérons, avec les antiracistes britanniques, que les coupables seront impitoyablement châtiés et que toutes mesures seront prises pour mettre à la raison les «teddy boys», ainsi que leurs inspiral1eurs, les groupes fascistes, dirigés, el'll re aut.es, par Oswald Mosley. • Le verdict dl Tallahassee C'est un jury blanc qui a eu la charge de juger les quatre jeunes voyous qui violèrent une jeune fille noire à Tallahassee (Floride) en avril d3rnier. Sa décision était attendue avec le plus vif intérêt. En effet, la loi de l'Etat prévoit pour ce crime la condamnation à mort. Mais cette peine n'avait été jusqu'à présent appliquée qu'à des noirs, accusés avec plus ou moins de preuves, et il a fallu un flagrant délit pour que des blancs soient conduits, sur cette base, devant un tribunal. Les jurés ont donc dû reconnaître les faits. Mais ils ont demandé l'indulgence envers les coupables, évitant ainsi l'application stricte de la loi. Le tribunal a prononcé une peine de prison à vie qui, par la suite, pourra être réduite. Ainsi, les préjugés racistes ont nettement infléchi le jugement, Mais il faut reconnaître un progrès certain, si l'on compare ce verdict à l'acquittemmt dans cette même ville, en 1955, des assassins du petit noir Emmett Till. Il faut voir dans ce changement, quand bien même l'injustice persiste, le résultat de l'émotion qui s'est emparée de l'opinion, non seulement dans le nord des EtatsUnis et dans le monde, mais sur place. En particulier, lES étudiants noirs de l'Université de Tallahassee ont organisé de' puissantes manifestations de prctestation. Il a fallu en t~nir compte.

    • *

C'est cette même évolution qui explique le jugEment qu'a rendu d'autre part, début juillet, le tribunal de Beaufort, en Caroline du Sud. Pour la première fois dans cet Etat, un blanc, Fred Davis, a été condamné à EN AIDANT LE M. R. A. P. vous pouvez faire un beau voyage ou gagner une télévision. C'est un habitant du 12' arrondissement, à Paris, M. Jankelevitch, représentant, qui a gagné la CROISIERE EN GRECE, à laquelle donnait droit le tira· ge des bons de soutien édités par le M.R.A.P. en 1958. Il partira prochainement pour ce voyage inespéré, et nous sommes convaincus qu'il passera ainsi d'inoubliables vacances. En prenant les BONS DE SOUTIEN 1959, ce n'est plus un, mais TROIS VOYAGES, qu'il est possible de gagner : une croisière en Italie, un voyage en Israël, un voyage ' en Tchécoslovaquie. A quoi il faut ajouter le premier lot : UN APPAREIL DE TELEVISION. Et beaucoup d'autres lots encore : un tourne-disque, une montre-bracelet homme, une montre-bracelet, dame, etc ... etc ... Ces bons de soutien, au profit des oeu· vres et de l'action du M.R.A.P., sont vendus au prix de 100 francs l'un, 1.000 francs le carnet de dix. On peut se les procurer auprès de nos militants et amis ou au siège de notre Mouvement (CCP. « Droit et Liberté » : 6070-98, Paris). Nous espérons que nos lecteurs seront nombreux à en réclamer, non seulement pour tenter leur chance, mais aussi pour apporter leur soutien au M.R.A.P., qui a besoin de sommes considérables pour faire face à toutes les' obligations résultant de la situation l1résente, et aux engagements pris à la Journée Nationale. Que chacun se montre généreux et envisage de placer des BONS DE SOUTIEN également parmi ses amis et connaissances ! Ce sera une contribution efficace au combat antiraciste, si nécessaire aujourd'hui. (Le tirage des Bons de Soutien aura lieu au cours du Grand Gala Antiraciste organisé par le M.R.A.P. le dimanche 15 novembre à la Salle Pleyel). • " duc un mol . , éJUppC-Lme T OUS les ans, le vendredi saint, les chrétiens réunis en communauté liturgique, chantent une prière solennelle, étendue progressivement des divers groupes humains à l'ensemble de l'univers. Parmi ces groupe's, vienneynt les Juifs: pour eux aussi, on prie; mais l'invocation est annoncée: pro perfidis Judaeis. Perfidi: l'épithète est d'autant plus pesante qu'elle lest emp~oyée non au COUTS d'une polémique ou --CUIl a~liele du- ~. (j). eôenu dans le contexte troublé d'une région déterminée, mais dans le texte d'une prière officielle et universelle. Point de doute que, dans le cours des siècles passés, l'épithète ait porté ce poids, dans le petit peuple chrétien. C'est pour refuser et écarter les sentiments qu'évoque populairement ce mot, que le pape Jean XXIII l'a supprimé, cette année, dans la solennité qu'il présidait lui-même. ' Les philologues, appuyés sur l'étymorogie et sur l'histoire, rappellent, il est vrai, que perfidi n'avait pas le sens péjoratif et blessant que lui donne l'usage rU _ ....... • " u mort pour viol d'une femme noire. ~e jury, composé de ~i~ blanc~ et de. SlX noirs a condamne a la meme peme, un n'oir, Israel Scharpe, accusé du même crime. Commentant ces deux verdicts, le juge Henry Johnson a décl~ré qu'ils ({ devraient montrer sans latsser subsister le moindre doute, que toute personne, quelle qwe soit sa race, sa couleur ou sa religion, peut compter sur la Justice de la Caroline du Sud ».

    • *

Dans le Mississipi, par contre, les 18 auteurs du lynchage du noir Charles Parker, ayant été identifiés, les autorités judiciaires de l'Etat se sont déclarées « incompétentes » pour les poursuivre. On se souvient que Parker avait été enlevé une nuit de la prison où il attendait d'être jugé, et qu'il fut jeté à la rivière après avoir été tué. L'affaire reste donc actuellement sans suite judiciaire . • Révolte à Durban Une vaste opération de police dans le ghetto noir de Cato Manor, près de Durban, organisée sous le prétexte de découvrir des fabriques clandestines d'alcool, a déchaîné, les 17 et 18 juin, une giganteque emeute, qui en dit long sur la situation explosive où se trouve aujourd'hui placée l'Union Sud-Africaine. Ce pays, en effet, est le seul au monde où la ségrégation raciale (apartheid) est officiellement appliquée par les pouvoirs publics. Les noirs n'ont pas le droit de se trouver ap~s le couvre-feu dans les villes où habitent des blancs. Ils doivent, chaque soir, après leur travail regagner les bidonvilles où ils s'entassent dans une misère inouie. Aussi les manifestations spontanées ont..elles pris rapidement une ampleur sans précédent et le caractère d'une révolte contre les autorités. Des dizaines de milliers d'Africains, auxquels s'étaient joints des Inèiens (également soumis à la ségrégation), ont parcouru Durban, aux cris de ({ Africa », et se sont attaqués aux bâtiments officiels, dont plusieurs ontJ été incendiés, La police et l'armée sont intervenues, matraquant les manifestants et ouvrant le feu à plusieurs reprises. Le bilan officiel s'établit à 4 morts (mais il semble que le nombre réel en est beaucoup plus élevé) et -- des centaines de blessés. (, L'ordre règne» de nouveau à Durban. Mais la tension demeure, et il ne fait pas de doute que le racisme provoquera d'autres sursauts dans ce pays oû des forces de plus en plus actives s'organisent contre l'inhumaine oppression des noirs. français. (Cf. B . Blu~nkranz, dans le Bulletin du Cange, 1952.) La vérité 'grammaticale n'imposait donc pas la suppression. De fait, e,n 1948, à Rome, la commission liturgique avait donné cette traduction: infidèles, c'est-à-dire non-croyants, et non pas « perfides». (Actes du Saint-Siège, 1948, p. 423.) Les philologues ont raison ... ern philologie. Mais ce n'est pas dans le cabinet des philOlogues (ou des liturgistes) que la langue reste enfe, rmée: elle se forme, elle évolue, elle se charge de sens, sur la place publique, dans la conversation courante. Perfidi ne pouvait échapper au sens od~ux qu'il a pris dans les langues modernes d'origine latine. J. Isaac avait raison de maintenir, malgré les philologues, un.e réserve sur le sens effectif du mot (Genèse de l'antisémitisme, Paris, 1956, p. 296). Ainsi la suppression ordonnée par le pape Jean XXIII prend sa portée, significative, tant sur le plan religieux des rapports entre israélites et chrétiens, que contre l'antisémitisme racial, qu'avait indirectement entrete,nu une épithè~ décidément malsonnante. Epi~ode minuscule, mais où passe dans les faits et dans le langage l'opposition doctrinale de l'Eglise aux discriminations racistes. _ .. - • • • HIER ET AUJOURD'HUI • A la mémoire d'Henri 8eckermann Plusieurs centaines de personnes ont participé, le dimanche matin 24 mai , à la cérémonie organisée sur l'initiativt: du M.R.A.P., à la mémoire du jeune héros de la Résistance Henri Beckermann , fusill-é en 1941 par les nazis. L'objet de la manifestation était l'inauguration, sur la maison où il habita, 21 rue de Tourtillle (20· arrondissement) d'une nouvelle plaque commémorative, l'ancienne ayant été détruite par des vandales. Sous la présidence de M. Max Stern, of-fi cier des Forces Françaises Combattantes, membre du Comité d'Honneur de l'A.N.A. CR. , prirent successivement la parole : MM. Jean Rosenthal, secrétaire de l 'Union locale des Jeunesses Communistes (dont Henri Beckermann était membre), Raymond Bossus, président du Comité de Libération du 20· , et Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. On notait dans l'assistance la présence de MM. Lacour, ancien maire du 20e, JeanJacques, membre du Comité de Libération, Alfred Grant et Sadenfis, de la direction de l'Union des Sociétés . Juives, Albert Youdine et Charles Steinman, de la direction de l'U.].R.E.; Albert Lévy, Charles Hutman et Mme Sonia Bianchi, du Bureau National du M.R.A.P.; Mme Madeleine Marziô, conseillère municipale, ainsi que les représentants de divers groupements du 20e : Parti Socialiste Autonome, Parti Communiste Français, Anciens Combattants, etc .. . LE CARNET DE D. L.


LE COLONEL MANHES N'EST PLUS Nous avons appris avec émotion le décès du Colonel Frédéric-Henri Manhès, président fondateur de la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.) et président de la Fédération Internationale des Résistants. Déporté à Buchenwald, à la suite de son action contre l'occupant, il fut l'un des principaux organisateurs de la Résistance à l'intérieur du camp. Il mena ensuite inlassablement la lutte contre le réarmement de l'Allemagne et la renaissance du nazisme. Le M.R.A.P. et « Droit et Liberté» expriment à la F.N.D.I.R.P. leurs condl). léances attristées. NAISSANCE Nous avons la joie d'annoncer la naissance de la petite Irène-Françoise, petitefille de notre ami Kornblut, membre du Conseil National du M.R.A.P. Aux heureux parents et grands-parents, nous exprimons les félicitations et les voeux de tous les militants et amis de notre Mouvement. 4 LA JOURNÉE NATIONALE lES PIRSONNAlITIS Voici la liste des personnalités qui, par leur présence ou leur message de sympathie, se sont associées à la Jounée Nationale: M. le' Président Léon LYON-CAEN, Prémier Président Honoraire de la Cour de Cassation, Président du M.R.A.P. S.E. Monsieur PRICKIVIARS, Ambassadeu r de Haïti à Paris. Prés ident de la Société Africaine de Culture. M. le Général CATROUX. Grand Chancellie r de la Légion d·Honneur. M. Henri LAUGIER, ancien Secr étaire Génér al-adjoint de l'O.N .U. M. l'Amiral IVIUSELIER, ancien chef ,des Forces Françaises Na valès libres. MM. Louis MARIN, ancien Ministre. les professeurs Robert FA WTIER et Jacques HADAMARD, membres de l'Institut. M. Francisque GAY, Ambassadeur de France. ancien Présiden t du Conseil. M. GRUNEBAUM-BALLIN, Conseiller d'Etat Honoraire, Président de la Société des Amis de l'Abbé Grégoire. M. Robert ATTULY, Conse iller Honoraire de la Cour de Cassation . M. Jean CASSOU, Directeur du Musée National d'Art Moderne. M. He.m·y TORRES. Présiden t du Conseil Supérieur de la R.T .F. MM. Piet'l'e MENDES-FRANCE. Edoual'd DALc\DIER. anciens Présiden ts du ConseiL MM. François de l\IENTHON Edouard DEPREUX. Alldn~ :\IONTEIL, Marius :\IOUTET, PIERRE_BLOCli. ULVER, Piene COT, anciens ministres. M. Robet·t BURON, ministre des Travaux Publics . MM. BALLANGER, André CHANDERNAGOR. DREYFOUS_DUCAS. Fei'nan~ GRENIER. Pierre/ PASQUINI. Claudius PF.TIT . Wa ld!'l, ROCHET. Louis TERRENOIRE, députés. Mmes Suzanne CREMIEUX. I!"nla RAPUZZI. M. Geol'ges :\Ic\RRA~E. sénateurs. M. le Général Paul TUBERT. ancien député-maire d·Alger. M. Léon HOVNANIAN. ancien député. M. Jacques MITTERAND. ancien conseiller de l'Union Française. M. Auguste GILLOT, Maire de Saint-Den is, membre du Conseil National de la Résistance. M. R. CERF_FERRIERE, Président du Groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative. MM. les Pasteurs :l'Ial'C BOEGNER. Pl'psident de la Fédération Protestante dl' France. André TROCME, Louis VIF.NNEY . :Uauriee VOGE. L'Abbé PIERRE. Les RR. PP. RIQUET et CHEl'IU. Le Rabbin SIRAT, aumonier de la Jeunesse Juive de France . Melle Simone DUl\'10NT. lauréate du Concours biblique international de Jerusalem. MM. Louis CHEVALLIER. Alexandre DAUVILLIER . Louis :HASSIGSOX. Professeurs au Collège de France. M. Hubet·t DESCHAl\IPS, Professeur à l'Institut d'Ethnologie. M. Chat'les SADR ON, Professeur à l'Université de Strasbourg . MM. ETIEMBLE. Marce~ ·PRENANT. Laut'ent SCHWARTZ J ean DRESCH. Jean FRAPPIER. Alfred SAUVY. KASTLER. BALANDIER, DE_ SOILES, Paul CHAUCHARD. '-'-la l'cel COHEN, I. )IEYERSON. E. AUBEL. Professeurs à la Sorbonne. M. Jacques CHAPELON, Professeur honoraire à l'Ecole Polytechniqup . M. 3'1.A. BLOCH. Professeur à la Faculté des Lettres de Caen. Mmes Marcelle AUCLAIR, Madeleine ALLEINS, MM. Cla!ude AVELINE. Jean-Louis BORY, Michel DROIT, Edmond FLEG, Piene GASCAR. Michel LEIRIS, Arman~ LUNEL, Louis MARTIN_CHAUFFIER. Jacques NANTET. Georges NEVEUX, Claude PARIS. Jacques RABEMANANJARA. Léonard SAINVILLE, Gabriel TIMMORY, Maurice VAUSSARD, écrivains. Dr Jacques EMILE-ZOLA. M. le Bàtonnier René-William THORP. M. André BOISSARIE, ancien procureur gén éral. Maitres ANNICHIARICO, BAUDY. BLAVIER, BREITlVIAN, DY::\IEN_ STAJN, de FELICE, Nicole FRIED. MireiUe GLAYJUANN, IMERGLIK, :l'Iarcell~ KRAMERBACH, Robert LEVY, MANVILLE, Gaston MAURICE, A. )'IAU_ RICE-HERSANT, Joe NORDMANN, PLACIDI. Georges SAROTTE. SCHI\PIRA. STEFANAGGI, Théodore VALENSI. MM. BOULADOUX, président de la C.F.T.C., Jean ELOI, ~ecrétaire gé_ néral de la Fédération du Bâtimen t CC.G.T.) DETRAZ, secrétaire général de la Fédération du Bàtimen t CC.F.T.C.). ' Mme Joséphine BAKER, MM. Bernat'd BLIER . Habib BENGLIA. MM. Claude_Bernard AUBERT. Henri CALEF. Yves CIAMPI. Louis DAQUIN, metteurs en scène. Mme Gisèl'e KUHN, pianiste. premier prix ,du Conservatoire de Paris. MM. Henri d.e WAROQUIER, Jean LURÇAT, artistes peintres. M. André BLUM. conservateur au Louvre . Docteurs Henri DESOILLES. Jeanne LEVY, Professeurs à la Faculté de Médecine de Paris. Dr. Pierre WERTHEIMER, Professeur à la Faculté de Médecine de Lyon. Dr. KLOTZ, médecin des Hôpitaux de Paris. Ors Pierre S. BENOIT, médecin-inspecteur des écoles de p aris, BENSAID. Ma-rcel LEIBOVICI, DALSACE. Mme Georges HUIS MAN, Mmes Yves FARGE. de la présidence du Mouvement de la Paix, Denise DECOURDEMANCHE, secrétaire gén érale de l'As. sociation des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance. MM. Pierre PARAF, au nom de la Ligue des Droits de l'Homme; LAMARQUE, au nom de la Ligue de l'Enseignement; Louis ROUSSELLE président de la Fédération Française des Francs et Franches Camarades ~ncien secrétaire du Comité Finaly; GRUBER, au nom de l'Union de la' Gauche Socialiste; Maurice_Edmond LEVY. archiviste honoraire, au nom de la Société des Amis de l'Abbé GrégOire; Jacques SAVARY, secrétaire gén éral du Centre Mondialiste; Henri MITTERAND, secrétaire des Amis d 'Emile Zola; Adolphe ESPIARD, ancien Directeur au Ministère des Anciens Combattants. Mmes AYLE, secrétaire du Réseau du Souvenir; Jacqueline MARCHAND, professeur agrégée, au nom de l'Union Rationaliste; HOULON, secrétaire gé_ n érale de l'Union des Israélites Sefardis; Léa WEINTRAUB, au nom du Cercle Bernard Lazare; Marie-Louise KAHN, au nom de l'Amicale d'Auschwitz. Maître LEDERMAN et M. Albert YOUDINE, président et secrétaire gén éral de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide (UJRE); MM. SCHUSKIN et Alfred GRANT, présLdent et secrétaire général de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives; Dr DANOWSKI et I. BLUM, président et secrétaire général de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs (1939 _1945); MM. BERCOVICI, président de l'Association des Anciens Combattants Juifs (1914 _ 1918); VILNER. préSident de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs; M. STAl\'IFATER, préSident de la F édération des Industriels Artisans et Façonniers. ' M. André-Arthur CAHEN, présLdent de l'Association Cultuelle Israélite de Nancy. Etaient également présentes des délégations des groupements suivants : Fédération Nationale des D éportés et Internés · Résistants et Patriotes CF.N.D.I.R.P.), Association Républicaine des Anciens Combattants, Syndicat des Marchands du Carreau du Temple, les Associations Générales des Etudiants Martiniquais, Guadeloupéens et Guyanais. ainsi que plusieurs dizaines de Sociétés Mutualistes Juives. Le Bâtonnier R.-W. TH 0 R P : Pour une véritable législation ANTIRACISTE « La France passe à juste titre aux yeux du monde pour le pays où les droits de l'homme ont été affirmes avec le plus d'éclat et de clarté ... Or, Si elle figure au premier rang dans le triomphe du principe,... en ce qui touche plus particulièrement la pron'avoir légiféré que pour la forme, ce qui serait indigne d'un législateur français . « Et c'est pour lui épargner cette indignité que le M.R.A.P. a soumis à son examen aux fins ct'adoption les deux projets de lois dOnt les dispositions seront cette fois de 'fLature à réprimer d'une manière certai'fLe les menées du racisme et de l'antisémitisme. » Analysant les avantages de ces projets, l'orateur constate : « La France aura cette fois apporté à la législation antiraciste une contribution qui lui permettra de gagner sur le plan pratique de la défense des droits individuels cette première place qu'elle occupe à l'heure actuelle sur le plan théorique de la proclamation et de la définition de ces ctroits. » « Nul ne contestera aujourd'I/, la réalité du péril raciste et antisémite, conclut-il. Si le malheur voulait que le racisme triomphe à nouveau, que ce ne soit pas du moins par la défaillance des Républiques, qui lui au raient ouvert la voie faute par elles de l'avoir frappé quand il en était tection contre les atteintes au respect temps encore. » de la personne sous la forme du ra- _. --------- cisme et de l 'antisémitisme, ete est largement dépassée ... » C'est ce paradoxe que souligne d'abord M' René-William THORP, LEDERMAN: ancien Bâtonnier du Barreau de Pa- CC ris, pré5ident de l'Association de Sauvegarde des Institutions Judiciaires. Le soutien Il examine les législations qui existent contre le racisme dans différents pays : Etats-Unis, Canada, Amérique Centrale, Union Soviétique et Démocraties Populaires, Autriche, Suisse, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Danemark, Belgique, Italie. Et il constate que « dans l'immense majorité des nations, des mesures ont été prises pour comprendre, dans la répreSSion de l'excitation à la discorde civile, les menées racistes. » La France, « si surprenant que cela soit, ne pourrait rien présenter d'analogue. à ces lois étrangères , si, à la veille de la dernière guerre, un décretloi Marchandeau, du 21 avril 1939 n'était venu appor ter une ce~taine contribution », poursuit-il. « Certes ces dispositions nouvelles, supprimées par le gouvernement de Vichy, mais rétablies à la Lioération ne sont pas négligeables, en ce sens qu'elles ont enfi'fL introduit dans notre droit pénal la répression des menées racistes que ce droit avait gravement omis jusqu'ici de viser. « Mais cette constatation ne vaut que pour l'honneur de notre légiSlation . Car la rédaction du texte est telle que les droits individuels ne sont encore nullement sauvegardés lorsque les atteintes visent le racisme ou l'ansémitisme. « Dans une étude qu'il consacra à cette question, M. le Président LyonCaen en a donné les raisons ctéctsives. » Après avoir rappelé les causes de « l'impuissance du décret-lOi Mar- 1 chandeau », M' Thorp affirme : « Quand une législation répreSSive 1 ne peut atteindre SOn but dans la 1 pratique, il appartient au législateur de la modifier, au risque de paraître du peuple n M' Charles LEDERMAN, avocat à la cour, Président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (U.J.R.EJ examine en détail l'affaire du maire de Bellerive-sur-Allier : la propagande antisémite menée par F , Auberger, pendant la dernière campagne électorale, et la prise de position du tribunal correctionnel de Cusset qui n 'a pas cru devoir condamner cet antisémitisme enl tant que tel. « Le président Lyon-Caen a eu raison, indique-t-il, de souligner comment, en Droit pur, il est difficile de trouver réunies toutes les conditions qu'exigent les textes actuels vour une répression pénale du racisme et de l'antisémitisme ». Evoquant les propositions de lois élaborées par le M.R.A.P., il ajoute : « C'est là un motif supplémentaire pour que soutiennent cette initiative courageuse et nécessaire, tous ceux qui, conscients de l'aggravation du racisme, ont souci du renom des traditions libérales et humaines de notre pays. » Donnant d'autres exemples de racisme et d'antisémitisml"!. l'orateur constate que « les pOUVOirs publics ne semblent pas s'en émouvoir » et que « les organes de répressio'll ne se montrent pas particulièrement vigilants. » Aussi, conclut-il, « c'est de la grande masse de notre peuple, opposé par tradition aux discriminations, à la sottise et à la haine, que nous attendons le soutien le plus positif à l'action du M .R.A.P. et aux propositions qu'il a faites ... » Au nom des étudiants antillais Charles HUTMAN, membre du Bureau National du M.R.A.P., présente deux faits concrets d'antisémitisme et de racisme. D'abord l'affaire de Bellerive-sur Allier, et il donne lecture de la lettre adressée â la Journée Nationale par M. Benhamou, à qui il exprime notre solidarité active. CNous publions en page 11 de larges extraits de cette lettre, ainsi que des informations, s ur les derniers développements de l'affaire). Puis, Charles Hutman présente le cas des étudiants noirs attaqués l'avant-veille, dont un est hospitalisé, et les deux autres sont présents dans la salle, avec leur avocat, M' Annichiarico. Sous les applaudissements, ils sont appelés à la tribune, et en leur nom, un représentant de l'Association Générale des Etudiants Martiniquais, prend la parole. Après avoir relaté en détail les inci· dents, qu'il rapproche de l'agression commise contre l'écrivain camerounais Ferdinand Dyo no, et des attaques commises contre les cinémas où l'on joue « Les Tripes au Soleil », il déclare : « Nous tenons à manifester notre indignation et aussi nos inquiétudes. Bien sûr, il s'agit là de faits isolés, mais ils ont tendance à se multiplier. Bien sûr, leurs auteurs sont de petites minorités, mais à côté de ces minorités agissantes, il se trouve une grande majorité d'indif. férents. Et cela commence toujours ainsi. .. « Nous voyons dans ces faits le résultat d'une situation générale. Et la presse, qui parle beaucoup, et à juste titre, du ra..cisme dans d'autres pays, ne dénonce pas avec la même vigueur ce qui se passe en France. « Les associations d'étudiants antillais et guyanais sont pleinement solidaires de l'action du M.R.A.P. Nous lui deman. dons de nous aider à dénoncer ces manifestations de racisme. Nous devons agir tous ensemble pour empêcher que ce cano cer ne s'étende sur le sol français luimême. » LA ~TOURNÉE NATIONALE 11 mai 2010 à 12:14 (UTC)~--------------------------------- 5 Le professeur H. DESCHAMPS • • Qu'est-ce , qu une race? LJh istoire racontée par M. Hubert DESCHAMPS, profesC.- B. AUBERT seur à l'Institut d'Ethno.ogie, analyse les théorie& et les préjugés racistes à la lumière de la science, de l'histoire et de la sociologie. « Souvent, indique-t -il, le racisme n'est pas une manifestation de mauvaise foi , mais d ignorance... Il est alors facile à réduire ... » « Mais souvent la simple bonne foi Pierre MK\'DE:S-FRA\CE ancien présiden t du Conseil. « J'ai été très sensible li votre invitation, mais malheureusement je serai aux Etats-Unis et je ne pourrai me joindre li vous. « Je vous exprime tous mes regrets et je vous prie de bien vouloir m'excuser. « Veuillez croire, Monsieur le Secrétaire Général, li mes sentiments les meilleurs et les plus dévoués et à mes voeux de succès pour votre .Journée du 31.» Le Pasleur Marc BOEGNER Président de la Fédération Protestante de France. « Je ne sais s'il me sera possible de me trouver moi-même à l'UNE SCO li l'une des séances de votre Journée. S'il m'est possible d'y passer u ne heure, je ne manquerai pas de le faire. Je vous suis reconnaissant d'avoir bien voulu m'envoyer une invitation.» Robert B URO~ Minist re des Travaux Publics. « .Je regrette d'être absent de Paris le 31 mai du fait de l 'in auguration des travaux pour la percée du tunnel sous le Mont-Blanc, mais vous savez que, comme chaque année, je suis de coeur avec vous dans votre protestation contre les discriminations et les h aines raciales ou religieuses.» Pierre GASCAR Ecrivain, Prix Goncourt. .Je crois que la résurgence des sentiments racistes à laquelle nous assistons, en ce moment, est considérablement favorisée par la prolongation de la guerre en Algérie. Toute guerre provoque un dangereux état de sensibilisation nationaliste. Le problème du racisme est, avant tout, un problème politique. Nous le règlerons le jour où nous parviendrons à faire triompher un certain humanisme --- si simple et, à la fois, si difficile à faire accepter -- qui est le vôtre et qui est le mien.» Amira l MUSELIER Ancien Chef des Forces Françaises Navales Libres « .Je tiens li vous féliciter ainsi 1 que tous les militants du M.R.A.P., pour votre action, et à vouS' dire que je suis de tout coeur avec vous dans la lutte que vous menez en faveur des grandes traditions de la culture française. » Ff'rn a nrl GRK\IER Député «' Ce serait de tout coeur que j 'aurais participé à vos assises si je ne devais, le même jour, assister à l'ouverture de la Foire du Lendit à Saint-Denis. « .Je vous prie donc de m'excuser auprès des participants à cette Journée et de leur renouveler mon attachement aux grands principes que le M.R.A.P. défend avec tant de pers'évérance et de courage. » L'Abbé PIERRE Le secrétariat de l'Abbé Pierre nous écrit : « L'abbé Pierre, qui vient de partir pour plusieurs semaines de travaux en Amérique du Sud, me charge de vous remercier de votre invitation ,lpour la journée du 31 Mai, et de vous dire ses regrets de n'avoir pu se libérer, à cette date, d'engagements antérieurs. Il a dû, passer, en effet, ce jour.là, dans plumeurs des Groupes Emmaus de la régiO~ pi~n~e.-" _ _ _ _ j ~ ~ ~------------ -- --~ se trouve voilée par des frustrations psycho.ogiques ou des intérêts. On se venge de ses ratages personnels ou de son complexe d'tnjénorite en s'af· firmant supérieur ... » Et puis, « certains trouvent dans ,'exhumation des sentiments ancestraux ou dans l'agitation contre de nouveaux groupes, un moyen commode de ce fa.ire un tremplin politique ou intellectuel ». « La théorie de l'inégaLité des races humaines, constate-toi!, mais el.e res suscite à chaque instant, prenons y garde ! » Et il démontre, ma gi~ tr a lement, l'absurdité de cette théorie. Qu'est ce qu'une race? Du point de vue scientifique, les races sont « des groupements naturels . pr ésentant un ensemble de caractères physiques héréditaires communs ... quelles que soient par aiileurs leurs langues, Zeurs moeurs ou leurs nationalités ». A partir de cette défini. tion (qui est du professeur Vallois) on distinque trois grands groupes de races : les B'ancs, les Noirs et les Jaunes. « Non sans effort de compression, d'ailleurs, car certaines races n'entrent bien dans aucun groupe ». Ces groupe& se subdivisent en races proprement dites. « En France même, on distingues quatre races : race nordique blonde au crâne large, race Lor' raine blonde au crâne rond, race al· pine brune au crâne rond, race méditerranéenne brune au crâne long ... » « De plus les races se rencontrent rarement à l'état pur; la plupart d'entre nous constituent des mélanges en diverses proportions. » Le profes&eur Deschamps pose alors la question : «Peut-on justifier les théories racstes non plus en examinant les corps, mais en sondant les âmes ? » Pas davantage. Les te&ts des psycho: ogues comme l'expérience des sociologues, des enseignants prouvent que « c'est le milieu et non la race» qui entraîne des différences de réactions entre les individus. « Rien ne permet d affirmer qu'il y ait des supériorités on des injériorités d 'intelli· gence d'une race à l 'autre ... Les fils d'Adam, il faut bien l 'admettre ne sont v raiment qu'une famille », Des temps nouveaux Quant aux différences indéniables, physique& aussi bien que culturelles, elles s'expliquent par l'isolement de& différents groupes humains dans le passé, qu'i! soit d'origine géographique ou social. « Mais c'est l 'Histoire seule, et non ta race qui a, par le moyen de l'isolement, naturel Ou artiiciel. créé les différences de cultures, de sociétés, de modes de vie ». « Or, conclut M. Deschamps, nous abordons des temps nouveaux... » Grâce aux progrps techniques, « la terre se rapetisse à Une vitesse vertigineuse », « Les hommes noirs, jaunes, blancs, sont maintenant des v oi· sins très proches, appelés à vivre constamment ensembLe... Le rapprochement des hommes se fait sous nos yeux ... L'humanité tend à se rassembler, à devenir unique ... « Le racisme apparaît dès lors comme un mouvement réactionnaire, inactuel et dangereux, à contrecourant d'un avenir qui, nous pouvons légitimement l'espérer, sera ouvert à la fraternité humaine retrouvée, dans une unité mondiale », Claude-Bernard AUBERT, le réalisa. teur du film « Les Tripes au Soleil », dit en quelques mots son émotion devant les manifestations récentes de racisme, mais aussi de· yant la .Journée Nationale, qui témoigne d'une volonté réelle de s'y opposer. Et il ra.conte cette histoire qui, dit·il, « se trouve à l'origine » de son film : « C'est l 'histoire de deux noirs, aux Etats-Unis, qui se rencontrent et se demandent ce qu'il feraient s'ils avaient beaucoup d 'argent. « Le premier dit: « Je m'achèterais une chemise blanche, un pantalon blanc, une veste blanch e, une cravate blanche, des chaussettes blanches, des chaussures blanches, un Chapeau blanc, des gants blancs, et une grande, grande voiture blanche, avec un volant blanc et des coussins blancs. Et j 'irais dans les Sud, et je trouver ais une fille blanche, tout de blanc vêtue, avec des gants blancs, un chapeau blanc, une robe blanche, et je la ferais monter sur mes coussins blancs. » « Le second noir dit : « Si j 'avais de l'argent, je m'achèterais une chemise noire, un pantalon noir, une veste noire, une cravate noire, à es chaussettes noires, des chaussures noires, un chapeau noir, des gants noirs, et une grande, grande voiture noire, avec un volant noir et des coussins noirs. Et moi aussi, j'irais dans le Sud, pour te voir pendre au bout d'une branche ... » M. Alfred GRANT: Il Il ne faut pas atten dr e, .. " M. Alfred GRANT, secrétaire général de l'Union des Sociétés Mutualistes juive& de France. exprime la reconnaissance des adhérents de cette organisatioj11 envers l'action menée par le M.R.A .P. depuis sa fondation. « Il est vrai, dit-il, nue les succès appréciables qui ont ~té remportés auraient revêtu une plus grande ampleur si les efforts des antiraczstes recevaient les encouragements et wut l'appui nécessaire de ceux aont , ta tâche consiste à vréserver la , secunte des citoyens sans distzncuon a:ongznes ». et « si la cohorte des racistes ne s'enflait pas régulièrement par tes amnisties, les libérations, les grâces accordées aux anciens vichystes, aux auxiliaires de l'occupant. » Il s'arrête sur « deux phénomènes qui se manifestent actuellement etans notre milieu ». « D 'abord, un sentiment a: insecu.riLl. , de désarroi en présence de la nonchalance ,de l'inertie des pOUVOlTS publics un esprit désabusé qui envahit certains et atténue leur combattivité. N'a-t-on pas entenetu dire, par exemple, que la profanation du Mémorial du Martyr Juif Inconnu était un fait sans importance ?.. » Mlle Simone DUMONT: « Et puis, parallèlement, appara1.&sent des illusions dangereuses, que d'aucuns s'efforcent a'entretenir. Nous assistons à une opération « faites confiance à ... » « Conflez la cause de l'antiracisme à ... » parce que, nous dit-on, telle ou telle perSOnnalité àu Parlement et du gouvernement est amie de l$tat d'Israë.l... Nos bons conseillers ne disent pas les raisons véritables de l'amour manifesté envers l 'armée de l'Etat d Israël par etes hommes qui, d'autre part, prêchent, ou pratiquent, ou encouragent, ou tolèrent, ou pardonnent, seton les CiTconstances et la place qu'ils occupent .. les menées racistes et antisémites. en France et ailleurs. Ils feignent ldgno rer la connexion étroite du 'sort des ' juifs avec celui de la démocratie. » Les religions contre le racisme C'est aux rapports des religions et du rac:sme que Mlle Simone DUMONT, lauréate du récent Concours Biblique International de Jérusalem, consacre son intervention. « La plupart des religions, constate. t-elle, « renferment des principes de fraternité, de charité, d'am.our, qui s'opposent absolument aux principes racistes . » Elle s'attache d'abord à réfuter les préjugé& persistants selon lesquels la religion juive serait d'essence raciste, prêchant « la supériorité de la race juive et du peuple juif sur les autres races et les autres peuples. » Ceux qui nourrissent ces préjugés, indiquet- elle, ~e basent sur de vagues « on dit ». Par de nombreuses citations, elle montre que, selon la Bible, le peuple d'Israël a été « choisi » par Dieu, « non point pour dominer sur les autres peuples et les asservir », mais pour leur apporter 13 message monothéi~ te ., « Tous les prophètes, déclare-t-elle, proclament ce message de salut olfert à tous les hommes, sans distinc~ion de races. » Le Deutéronome recommande « Vous aimerez l'étranger, car vous avez été étranger da-ns le pays d'Egypte ». Et le Lévitique : « Vous aimerez l'étranger comme vousmême. » « Quel est le législateur, s'écrie l'oratrice, qui a pensé à introduire dans le Code une pareille prescnption ? » Les religions chrétiennes, elles aussi, sont opposées au racisme. Mlle Dumont évoque la parabole du Bon Samaritain, où l'on voit un Samaritain, appartenant à un groupe alors méprisé, venir au secours d'un juif dépouillé et blessé par des brio gands. Puis elle cite la fameuse parole de l'apôtre Paul : « Il n'y a plus ni juif, ni Grec. il n' y a plus ni esclave, ni libre ; il n'y a plus ni homme, ni lem me. car vous êtes tous un en Jésus' Christ. » Et elle donne en exemple aux chrétiens ceux qui tels Abraham Lincoln, Wilberforce, Livingstone, ont « non seulement surmonté Les préjugés ra~ cistes, mais les ont llaincus. » - - - « Il ne faut pas attendre, conclut l'orateur, que ces conseillers se soient aperçus de leur erreur, car alors il serait trop tard. PréventT vaut mieU3: que guérir. » Le Bureau National du M.R.A.P. exprime sa vive reconnai&sance aux éminentes personnalités qui, par leurs exposés et leurs interventions, ont donné à la Journée Nationale son riche contenu, qui permettra aux antiracistes de France de développer et de renforcer leur action. Il remercie tous les délégués et invités qui ont participé à ces a ssises, manifestant ainsi l'attachement du peuple français, dans sa diversité, à la cause antiraciste. I l exprime &es ' félicitations et ses chaleureux remerciements à tous les militants et amis qui ont contribué au succès de la Journée Nation:t!e que ce soit en organisant les réunions préparatoires, en collant le.,' affiches, en distribuant les tracts, en diffusant notre journal, en collectant des fonds ou, le dimanche 31 mai, en assumant les tâches qui ont permis le bon déroulement de la manifestation : réception, service d ordre, secrétariat, etc ... C'E..st gr âce à ces efforts conjugués que la Journée Nationale a pu avoir la portee et le retentissement dont tous les antiracistes se réjouis::. ent légitimement. .... wuc u uu . ..... . ___ u ft 6 liE 1PIItIESIIDEINlT ILIEO INI IL Y OINI-CAIEINI • • " Ce mal atroce qu'est l'oubli " Ouvrant la Journée Nationale, le Premier Président Léon LYON-CAEN souligne qu'elle coïncide avec le 10' anniversaire du M.R.A.P. Et, en un raccourci impressionnant, il évoque les activités passées de notre Mouvement : la campagne contre le film anti&émite et xénophobe « Les Nouveaux Maîtres », chassé des écrans dans toute la France, et la défaite infligée à Tixier-Vignancour qui prétendait, pour cela, nous faire condamner; les interventions contre les tournées de propagande de Xavier Vallat, ex- « commissaire aux ques· tions juives » du gouvernement de Vichy; le:;; poursuites jUdiciaires engagées contre le boucher raciste de Saint-Quentin, contre Hiégel et le directeur du journal « Dimanche Matin »; les ripostes aux brutalités policières commises, en avril 1958, contre 14 Israélites, rue François-Miron, ainsi qu'à diverses autres manife&tations d'antisémitisme et de racisme; enfin l'action permanente poursuivie contre « la politique qui tend à rendre à l'ALlemagne les armes qu'il a fallu tant de millions de morts pour lui arracher. » Il cite aussi la fondation et l'attribution du Prix de la Fraternité, et insiste &ur l'importance des deux propositions de loi élaborées par les juristes du M.R.A.P, en vue d'une répression plus efficace du racisme et de l'antisémitisme. Le racisme relève la tête Avec ardeur, avec foi ... Le président Lyon-Caen lance alors cet appel : « En présence du redoublement de l'activité raciste, il faut donc poursuivre, amplifier la lutte pour la dé/ense des idéaux qui nous sont chers, et dont l'existence est aujourd'hui gravement mise en péril ». « Avec ardeur et foi, tout en nous gardant de tout esprit lseotaire et partisan, de toute allégeance à une formation politique quelCOnque, empêchons que renaissent et s'acclimatent les moeurs qui ont conduit naguère la France à la perte aes libertés fondamentales, reconquises au prix de tant de sacrifices. « Surtout, à t'heure où se multiplient les libérations des criminels .de guerre,. les grâces et les amnisties des anciens collaborateurs, des ministres de Vichy, luttons - sans verser dans une pensée de haine ou de vengeance - contre ce mal atroce qu'est l'oubli. » Et, citant Vercors, il conclut : « La perte du souvenir est presque aussi criminelle que le crime lui-même. Quelle injustice envers les morts! Quelle menace pour les vivants ! » LA JOURNÉE Le Président JI Tous debout pour la croisi « L'heure est venue, commence M. Edouard Daladier, ancien présidenC du Conseil, l'heure est venue, si nous ne voulons pas revivre les périOdes tragiques que nous avons· déjà connues, de dresser le barrage de toutes les bonnes volontés, de toutes les consciences qui ont le sentiment de l'humain. » « Je félicite votre Mouvement, poursuit- il, de donner l'exemple, en exprimant ici l'espérance que grâce à vos ettorts, bientôt c'est tout le peuple français qui se lèvera à vos côtés, comme il s'est levé au temps de l'affaire Drey j'us, aux côtés des hommes « Il faut continuer à être vigilants: car nos adversaires ne désarment pas », poursuit notre président. Et il rappelle quelques faits récents : multiplication des tracts et des graffiti antisémites, notamment au cours des dernières campagnes électorale:;; ; agressions contre l'écrivain camerounais Ferdinand Oyono et quatre étudiants aI\tillais à Paris, contre de paisibles Algériens à Maisons-Laffitte; profanation du Mémorial du Martyr Juif Inconnu; troubles dans le:;; cinémas où est projeté le film « Les Tripes au Soleil », etc ... « Le fascisme raciste relève la tête et guette sa revanche, déclare-t-il. Le virus antisémite, qu'Hitler et Vichy ont ravivé dans le corps de la France, est lent à extirper. Il a suffi de quelques années pour que l'oubli s'étende sur l'extermination de 6 millions de juifs anéantis dans les camps .et les fours crématoires, et que l'antisémitisme recommence à faire des ravages dans notre pays ... Le professeur ETIEMBLE • • Esquisse d' (~ E?1'fin, il y ~ le C!r.ame algérien, quz degrade la vze p,!htzque française, cette guerre plus vzolente, plus coûte~ se, plus meurtrière Gue jamais, quz, en approfondissant le fossé en.tre les .deux populations, ne fait qu'entre- . ü;ntr, exacerber le racisme, en A.lgéne comme dans la métropole ». . « Plutôt que de châtier les crimes racistes, essayons de les prévenir », affirme M. ETIEMBLE, professeur à }a Sorbonne. Et il :;;'attache a démontrer le rôle que peut jouer l'enseignement. « En démasquant le racisme, déclare- t-il, c'est la loi de notre pays, c'est la Constitution française que nous défendons contre la mollesse des juges et la dureté des policiers. Il faut d'autant plus déplorer que notre enseignement soit à cet égar.d iné{lal à son devoir. » Aussi propose-t-il un programme propre à « former l'esprit et le coeur LE SOUVENIR QUE VOUS VOUDREZ CONSERVER. UN RECUEIL DE DOCUMENTS INAPPRECIABLES. UNE ARME DE CHOIX DANS LE COMBAT ANTIRACISTE. Telle sera la plaquetfJ,e illustrée, prochainem.ent éditée sur la Ile JOURNÉE NATIONALE CONTRE LE R~CISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX Sous couverture, en couleurs, elle reproduira, en cent pages (format 23 cm x 14 cm) le texte intégral des exposés, de larrJes extraits des interventions, la résolution finale, de nombreuses photos de la Journée Nationale. Dette brochure, qui paraîtra en octobre, et qui mérite d'être largement diffusée pour faire connaître et pénétrer dans tous les milieux les idées et l'action antiracistes, sera vendue au prix de F. 300. Mais en souscrivant dès maintenant, il vous est possible de la recevoir au prix de 250 F. (frais d'envoi compris) en remplissant et en adressant au M.R.A.P. le Bulletin ci-dessous. BULLETIN DE SOUSCRIPTION NOM Adresse ................................................................. . désire recevoir dès sa parution ...... exemplaire (s) de la plaquette illustrée sur la II' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, au prix de souscription de 250 F. l'exemplaire. Veuillez trouver ci-joint la somme de F ........... par (1) : • chèque bancaire au M.R.A.P., 15, faubourg Montmartre, Paris (9'); • mandat-poste au M.R.A.P. ou à « Droit et Liberté» (même adresse); • virement postal au compte de « Droit et Liberté» (6070-98 Paris). (1) Rayer les mentions inutiles. des enseignants » dans les écoles normale:;; et les facultés. « Il faut d'abord, indique-t-il, exposer clairement les causes vraies et les variétés du racisme .dans la France contemporaine : celle qui, dérivee du colonialisme, avilit le Nora-Alrtcain, le uV ègre, le Malgache et l'Asien, afin de justifier le quasi-esclavage et l'exploitation dont ils pâti~' sent encore; celle qui, consécutive au chri.stianisme, et surtout à certaines tendances virulentes du catholicisme, engendre l'ântisémitisme. » Puis il développe une série de suggestions . tendant à démontrer dans les diverses disciplines que « le racisme n'est fondé que sur un système de faux ou d'ignorances ». « Grâce à la biologie comparée des races humaines, il sera facile de prouver qu'aucune race en tant que telle ne l'emporte sur aucune autre par un ensemble de supériorites orga'fl,iques, intellectuelles ou morales... » « La séance d'éducation physique fournira l'occasion de commenter les cours de biologie. De même que les races sont également et diversement belles, elles sont également douées pour les sports, encore qu'elles puissent l'être diversement : milieu, climat ou particularités somatiques peuvent expliquer ces heureuses différences ... » « Les cours d'histoire et de géographie complèteront heureusement celui de biologie. Les étudiants y découvriront encore qu'il n'y a point de races pures, que nous sommes tous des métis ... « ... Quand ils sauront que, plusieurs siècles avant nous, les Chinois pratiquaient une vaccination anti-variolique que l'Europe n'eut qU'à perfectionner, quant ils aecouvriront qu'Ibn-An Nafis, un savant de Damas, rendit un compte exact de la circulation pulmonaire dès ?e 13' siècle de notre ère, ou encore que le Tunisien Ibn Khaldoun, dans ses Prolégomènes, fonda la sociologie quatre siècles avant Montesquieu ... ils ne seront plus tentés d'ensetgner, fûtce par omission, la supériorite intellectuelle et donc morale ou politique, de l'Européen blanc ... » M. PlI « Il Y a quinze ans, l'Allemagne s'écroulait... Bien des choses ont évolué depuis de par le monde et en ALlemagne même », constate M. PIERRE- BLOCH, ancien ministre, au début de son exposé. « L'antisémitisme et le racisme, fourriers de tous les fascismes et de la guerre, se répandent à nouveau, presque sans obstacle en Allemagne de l'Ouest, et il faut bien dire que l'évolution de l'Allemagne est conditionnée par l'évQ,~ution mondiale ». Il y a certes, souligne l'orateur, « des symptômes satisfaisants dan~ l'opinion publique allemande ... « Mais encore ne suffit-il pas de discerner ces symptômes, il faut en soupeser le pOids et la sincérité » La conspiration de r oubli Il cite une série de faits qui ont été relevés récemment à deux congrè:;; in ternationaux de Résistants de ten· dances diverses, qui se sont tenus à Munich et à Vienne : « De grands partis politiques n'ont pas hésité à désigner des anciens na· zis comme candidats au parlemen1 et à les faire élire »; « l'ex-générai S.S. Runnenfart exerce depuis àe~ années les fonctions de maire dam une grande commune »; « le parti' chrétien démocrate de Bavière a es· OINI-CAIEINI ubli " • • guère la France à la perte aes libertés fondamentales, reconquises au prix tant de sacrifices. « Surtout, à L'heure où se multiplient les libérations des criminels de guerre, les grâces et les amnisties des anciens collaborateurs, des ministres de Vichy, luttons - sans verser dans une pensée de haine ou de vengeance - contre ce mal atroce qu'est l'oubli. » Et, CItant Vercors, il conclut : « La perte du souvenir est presque aussi criminelle que le crime lui-même. Quelle injustice envers les morts! Quelle menace pour les vivants ! » LA JOURNÉE NA;~IIIONA_LE Le Président DALADIER •• JI Tous debout pour la croisade de la liberté humaine! " « L'heure est venue, commence M. Edouard Daladier, ancien présiden4 du Conseil, l'heure est venue, si nous ne voulons pas revivre les périodes tragiques que nous avons· déjà connues, de dresser le barrage de toutes les bonnes volontés, de 'toutes les consciences qui ont le sentiment de l'humain. » « Je félicite votre Mouvement, poursuit- il, de donner l'exemple, en exprimant ici l'espérance que grâce à vos efforts, bientôt c'est tout le peuple franç,ais qui se lèvera à vos côtés, comme il s'est levé au temps de l'affaire Drey j'us, aux côtés des hommes généreux qui ont arraché un innocent aux tortures de l'île du Diable ». n évoque ensuite le décret-loi du 20 avril 1939 qui permet actuellement la répression de l'antisémitisme et du racisme : « Après avoir offert aux israélites expulsés d'Allemagne la terre d'a$ile qu'à toutes les grandes époque$ de l'histoire, la France a réalisée; après avoir offert à Einstein une chaire au Collège de France; après avoir créé, avec l'aide des représentants des confessions religieuses, mais aussi de la Ligue des Droits de l'Homme et des représentants qualifiés de la classe ouvrière, un fonds de solidarité pour venir au secours de toute;, les victimes du nazisme, j'ai ompris que cela ne suffisait ' pas, et c'est alors que nous avons redigé ce décret loi. « Mais l'expérience a démontré que, quels que fussent peut-être ses mé rites" auxquels je crois, puisqu'après tout le premier soin du gouvernement de Vichy a été d'abroger ce décret-loi, malgré cela, ce décret ne pouvait donner des résultats satisfaisants, comme M. le président Lyon-Caen en a fait la démonstration lumineuse, car un texte ne vaut que dans la mesure où les magistrats s,ont résolus à l'appliquer. « Et malgré les horreurs récentes que des hommes de toute;; aces et de toutes nations ont subies vendant des années, nous voyons renaître à Paris ces mouvements, d'abord assez faiàles numériquement, mais déjà dangereux, reprenant ces idées infâmes contre lesquelles toutes les consciences libres de notre pays se sont insurgées. » Et le président Daladier conclut : « Ce n'est point seulement par des meetings, ce nlest point! seulement par des textes de lois - ils sont utiles certes, et même indispensables! - que nous devons riposter. Il jaut que nous reprenions le mouvement qui a fait l'honneur de la France au temps de l'Affaire Dreyfus, il faut que nous soyons tous debout pour cette' nouvelle bataille, que nous organisions unie nouvelle croisade, qui sera la croisade de la liberté humaine ». ETIEMBLE • • Esquisse d'une pédagogie an tiracis te des enseignants » dans les écoles normales et les facultés. « Il faut d'abord, indique-t-il, exposer clairement les causes vraies et les variétés du racisme dans la France contemporaine : celle qui, aérivee du colonialisme, avilit le Nora-Alrlcain, le IN ègre, le Malgache et l'Asien, afin justifier le quasi-esclavage et l'ex" ",..,,,'nr"'n dont ils pâti~sent encore; consécutive au christi anisà certaines tendances du catholicisme, engenare T.1SP.11ilU1R77:lP.. » il développe une série de sugll: e1;t!e)llS tendant à démontrer dans disciplines que « le ran'est fondé que sur un système faux ou d'ignorances ». Grâce à la biologie comparée des humaines, il sera facïle de prouqu'aucune race en tant que telle l'emporte sur aucune autre par un de supériorites ory,alliques, ou morales .,. }} séance d'éducation physique l'occasion de commenter les de biologie. De même que les sont également et diversement eUes sont également douées sports, encore qu'elles puisdiversement

milieu, cli'

lT,, ... II,,, ... TD~ somatiques peuces heureuses diffé- » cours d'histoire et de géograheureusement ceOWI~ OU1ie. Les étudiants y découencore qu'il n'y a point de races pures, que nous sommes tous des métis ... « ... Quand ils sauront que, pLusieurs siècles avant nous, les Chinois pratiquaient une vaccination anti-variolique que l'Europe n'eut qu'à perjectionner, quan t ils aecouvriront qu'Ibn-An Najis, un savant de Damas, rendit un compte exact de la circulation pulmonaire dès !e 13' Siècle de notre ère, ou encore que le Tunisien Ibn Khaldoun, dans ses Prolégomènes, jonda la sociologie quatre siècles avant Montesquieu ... ils ne seront plus tentés d'ensetgner, jûtce par omission, la supériorite intellectuelle et donc morale ou politique, de l'Européen blanc ... » « Tous les futurs instituteurs et professeurs étudieront, au cours de littérature, les Essais de Montaigne sur « les Cannibales » et les « Coches », les pages de Montesquieu sur les nègres, celles de Gide sur le Congo, celles de l'abbé Raynal dans « L'Histoire des deux Indes ». « En morale et philosophie enjin, on étudiera les prétendus londements du racisme ... Il importe à la France que tous les enseignants soient jor- -més à considérer que, dans le monde actuel ,le racisme est bien, comme l'écrivait M. F. Ashley Montagu, le mythe le plus dangereux pour l'humanité. » Après avoir souligné d'autre part M. PIERRE-BLOCH • • « Il Y a quinze ans, l'Allemagne s'écroulait ... Bien des choses ont évolué depuis de par le monde et en ALlemagne même », constate M. PIERRE- BLOCH, ancien ministre, au début de son exposé. « L'antisémitisme et le racisme, fourriers de tous les jascismes et de la guerre, se répandent à nouveau, presque sans obstacle en Allemagne de l'Ouest, et il faut bien dire que l'évolution de l'Allemagne est conditionnée par l'évo.~ution mondiale ». n y a certes, souligne l'orateur, « des symptômes satisfaisants dans l'opinion publique allemande ... « Mais encore ne suffit-il pas de discerner ces symptômes, il faut en soupeser le poidS et la sincérité }). La conspiration de l'oubli Il cite une série de faits qui ont été relevés récemment à deux congrès internationaux de Résistants de tendances diverses, qui se sont tenus à Munich et à Vienne : « De grands partis politiques n'ont pas hésité à désigner des anciens nazis comme candidats au parlement et à les faire élire »; ({ l'ex-général S.S. Runnenfart exerce depuis des années les fonctions de maire dans une grande commune »; « le partichrétien démocrate de Bavière a essayé, il Y a peu de temps de proposer. aux élections la candidature d'un ancien gardien de camp de concentration, qui a des centaines et des centaines de morts sur la conscience ... » A ces informations appor~es au Congrès de Munich par le Dr Peschel, président du cercle Grunewald, l'orateur ajoute le cas de ({ Freidrich Nieland, de Hambourg, qui pub.lie des livres pour montrer que c'est la juiverie internationale qui a déclenché que « l'Eglise aujourd'hui jait un effort qu'il serait injuste ae ne pas signaler pour lutter contre l'antisémitisme » et qu'il est nécessaire de « collaborer avec elle à effacer s'il se peut les vestiges de l'invasion et de la propagande hitlériennes », M. Etiemble apporte de nombreuses suggestions de détail en faveur d'un enseignement antiraciste destiné à contrecarrer les influences néfastes que subit l'enfant. Il propose en conclusion, qu'à l'instar des médecins qui prêtent le serment d'Hippocrate, les enseignants soient appelés à prêter un « serment d'humanisme », par lequel ils s'engageraient à s'opposer activement, par leur enseignement, à tout racisme. " Le • naZIsme la guerre, et que le massacre de six millions de juifs est un faux », ou encore le fait que « plus de 250 cimetières juifs ont été profanés ces dernières années, et que les synagogues reconstruites ont été à nouveau maculées ». . Il souligne que d'une façon générale, « en Allemagne de l'Ouest on veut l'oubli » : dans un bilan de la guerre publié récemment par Kesselring, il n'est fait aucune allusion ({ au drame atroce des populations civiles, le drame des fours crématoi"'e passe compètement inaperçu ». Il signale une enquête du journaliste américain William Collins, indiquant que les films pris par les Alliés au camp de de Belsen-Belsen sont présentés en Allemagne comme ({ truquages et OEUvres de propagande ». Dans le même temps, un conseiller d'instruction publique, Lothar Stellau, écrit « dans une revue des anciens élèves des écoles publiques allemandes que le Journal d'Anne Frank n'est pas auth.entique ». Pourtant, M. Pierre-Bloch indique qu'il revient d'un séjour en Allemagne de l'Est, et qu'il a pu y ({ constater un effort considérable pour ôter le goût du militarisme à la jeunesse ». « Et les dirigeants de cette République, ajoute-t-il, même si je suis loin de partager tout ce qu'ils font, et s. E " La Société était représent nale par son t: ce l'ambassade PRICE-MARS, comprenant ne gache Jacque: et l'écrivain L( « Nous somn re M. Price-M: appeler une ra sûrement une ' maine, et qui l cents ans de ha miliation. » ({ Il nous semt titude des racisi de la bête qui à la vue d'un paraît d'espèce l'antisémitisme, nostalgique à u barbare de fan jourd'hui périm, des gens qui reg au temps de l'e de l'Inquisition ... Evoquant les tions de racisme violences sporadl Paris nous ojfn tacle », il SOUligi sité de « conjug repousser les ten qui évoquent tr, chose collective 1 lEn ce qui 1 nellement, pours M. Re M. Robert BaIl: la Journée Nation sonnel et au nOIr, niste Français, dOl signé et déposé su semblée Nationale loi élaborées par « Dans un momf l'opinion publique tant de problèmes angoissants pour il est bon de projl honteuse du racisTJ tisme une lumière « Le racisme, l'al vances de temps heureusement cult à des fins politiq1 mes et des groupez rêt à le faire, par prisables, il est vr làs! dangereux. « Cela est vrai C'est vrai davantag renaît" toutes leurs organisat je savais, quand je main, que la plupart taient des camps hitlériens, et que je main d'anciens naii!is, sins, et je crois que la même garantie dan: blique allemande... Pourquoi nous L'orateur termine évoquant l'internation: se reconstitue, et qui en Allemagne, en Fran Unis, au Canada, Turquie, en Grèce, en « Il est bon, conclu d'hui des hommes bonne volonté soient cette salle si magni!plie ,pour dénoncer du nazisme et du fascis ne le faisons pas anin prit de haine. Nous que nous voulons crime de l'antisémitism quelque part en Euro) nous pensons aussi sont victimes quelque monde du racisme traqués, méprisés, couleur... Et nous sav01 battant le racisme la paix. » DALADIER • • de de la liberté humaine! " généreux qui ont arraché un innocent ·aux tortures de l'île du Diable ». n évoque ensuite le décret-loi du 20 avril 1939 qui permet actuellement la répression de l'antisémitisme et du racisme : « Après avoir offert aux israélites expulsés d'Allemagne la terre d.'asile qu'à toutes les grandes époques de l' histoire, la France a réalisée; après avoir offert à Einstein Une chaire au Collège de France ; après avoir créé, avec l'aide des représentOJ/,ts des confessions r eligieuses, mais aussi de la Ligue des Droits de l'Homme et des représentants qualifiés de la classe ouvrière, un fonds de solidarité pour pédagogie « Tous les futurs instituteurs et prof esseurs étudieront, au cours de littérature , les Essais de Montaigne sur « les Cannibales » et les « Coches », les pages de Montesquieu sur les nègres, celles de Gide sur le Congo, celles de l'abbé Raynal dans « L'Histoire des deux Indes ». « En morale et philosophie enfin, on étudiera les prétendus Tondements du racisme ... Il importe à la France que tous les enseignants soient for- . més à considérer que, dans le monde actuel ,le racisme est bien, comme l'écrivait M . F . Ashley Montagu, le mythe le plus dangereux pour l'humanité. » Après avoir souligné d'autre part RRE-BLOCH sayé, il Y a peu de temps de proposer. aux élections la candidature d'un ancien gardien de camp de concentration, qui a des centaines et des centaines de morts sur la conscience ... » A ces informations appor~es :1u Congrès de Munich par le Dr Peschel, président du cercle Grunewald, l'orateur ajoute le cas de « Freidrich Nieland, de Hambourg, qui pubJie Q.es livres pour montrer que c'est la juiverie internationale qui a àéclenché venir au secours de toute:. les victimes du nazisme, j'ai ompris que cela ne suffisait · pas, et c'est alors que nous avonS redigé ce décret loi. « Mais l'expérience a démontré que, quels que fussent peut-être ses mé rites" auxquels je crois, puisqu'après tout le premier soin du gouvernement de Vichy a été d'abroger ce décret-loi, malgré cela, ce décret ne pouvait donner des résultats satis!aisants, comme M. le président Lyon-Caen en a fait la démonstration lumineuse, car un texte ne vaut que dans la mesure où les magistrats sont résolus à l 'appli quer. « Et malgré les horreurs r écentes que des hommes de toute;; aces et de toutes nations ont subies vendant des années, nous voyons re.naître à Paris ces mouvements, d'abord assez faioles numériquement, mais déjà dangereux, reprenant ces idées infâmes contre lesquelles toutes les consciences libres de notre pays se sont insurgées. » Et le président Daladier conclut : « Ce n'est point seulement par des meetings, ce nlest point) seulement par des textes de lois - ils sont utiles certes, et mp-me indispensables! - que nous devons riposter. Il faut que nous repreniOnS le m.ouvement qui a fait l'honneur de la France au temps de l'Affaire Dreyfus, il faut que nous soyons tous debout pour cette' nouvelle bataille, que nOus organisions unie nouvelle croisade, qui sera la croisade de la liberté humaine ». antiraciste • • que « l'Eglise aujourd'hui fait un effort qu'il serait injuste ae ne pas signaler pour lutter contre l'antisémitisme » et qu'il est nécessaire de « collaborer avec elle à effacer s'il se peut les vestiges de l'invasion et de la propagande hitlériennes », M. Etiemble apporte de nombreuses suggestions de détail en faveur d'un enseignement antiraciste destiné à contrecarrer les influences néfastes que subit l'enfant. Il propose en conclusion, qu'à l'instar des médecins qui prêtent le serment d'Hippocrate, les enseignants soient appelés à prêter un « serment d'humanisme », par lequel ils s'engageraient à s'opposer activement, par leur enseignement, à tout racisme. " Le .. naZIsme la guerre, et que le massacre de six millions de juifs est un faux », ou encore le fait que « plus de 250 cimetières juifs ont été profanés ces dernières années, et que les synagogues reconstruites ont été à nouveau maculées ». . Il souligne que d'une façon générale, « en Allemagne de l'Ouest on veut l'oubli » : dans un bilan de la guerre publié récemment par Kesselring, il n'est fait aucune allusion « au dra,. me atroce des populations civiles. le drame des fours crématoi"e passe compètement inaperçu ». Il signale une enquête du journaliste américain William Collins, indiquant que les films pris par les Alliés au camp de de Belsen-Belsen sont présentés en Allemagne comme « truquages et oeuvres de propagande ». Dans le même temps, un conseiller d'instruction publique, Lothar Stellau, écrit « dans une revue des anciens élèves des écoles publiques allemandes que le Journal d'Anne Frank n'est pas authentique ». Pourtant, M. Pierre-Bloch indique qu'il revient d'un séjour en Allemagne de l'Est, et qu'il a pu y « constater un effort considérable pour ôter le goût du militarisme à la jeunesse ». « Et les dirigeants de cette République, ajoute-t-il, même si je suts loin de partager tout ce qu'ils font. et 7 s. E. M. PRieE-MARS •• " Le de poids haine La Société Africaine de Culture était représentée à la Journée Nationale par son président, Son Excellence l'ambassadeur de Haïti à Paris, M. PRICE-MARS, et une délégation comprenant notamment le poète malgache Jacques RABEMAN ANJARA et l'écrivain Léonard SAINVILLE. « Nous sommes les membres, déclare M. Priee-Mars, de ce qu'on veut appeler une race, mais qui est plus sûrement une variété de ,'espèce humaine, et qui porte le poids de Cinq cents ans de haine, de mépris et d'humiliation. » « Il nous semble qu'il y a dans l'attitude des racistes comme un instinct de la bête qui se dresse à l'attaque à la vue d'un autre animal qui lui parait d'espèce différente... Quant à l'antisémitisme, il n'est qu'un appel nostalgique à 14ne période historique barbare de fanatisme religieux, aujourd'hui périmé. On ditait qu'il y a des gens qui regrettent de n'être plus au temps de l'esclavage du nègre et de l'Inquisition ... » Evoquant les récEjntes manifestations de racisme, et notamment « les violences sporadiques dont Londres et Paris nous offrent le navrant spectacle », il souligne l'impérieuse nécessité de « conjuguer nos efforts pour repousser les tentatives de régression qui évoquent trop aisément la psychose collective de l'ère hitlerienne ». «En ce qui me concerne perSOnnellement, poursuit-il, j'ai trop soufde cents ans " . fert du préjugé de race et de couleur, je me sens trop fier d'être aescendant des esclaves de Saint-Domingue, qui osèrent s'insurger contre l'oppression et bouter à la mer les 41.000 soldats de Napoléon-Bonaparte afin de m'oc troyer un statut à:homme libre, je me sens trop redevable envers la Revolution Française qui a proclamé les Droits de l'Homme pour ne pas m'inscrire sans r éserves sous la banmere de votre Mouvement. « C'est en soudant nos volontés que nous arriverons à vaincre ces impeaimenta dont encore est semée la route qui mène vers l'université de la fraternité humaine. » M. Robert BALLANGER •• " Parce notre M. Robert Ballanger, député, salue la Journée Nationale en son nom personnel et au nom du Parti Communiste Français, dont plusieurs élus ont signé et déposé sur le bureau de l'Assemblée Nationale les propositions de loi élaborées par le M.R.A.P. « Dans un moment où l'attentiOn de l'opinion publique est sollicitée par tant de problèmes divers, inquiétants, angoissants pour certains, déclare-t-il, il est bon de projeter sur cette plaie honteuse du racisme et de l'antisémitisme une lumière crue. « Le racisme, l'antisémitisme, survivances de temps barbares sont mal heureusement cultivés et développés à des fins politiques, par des hommes et des groupements qui ont intérêt à le faire, par des politiciens méprisables, il est vrai, mais aussi hélàs! dangereux. « Cela est vrai dans tous les temps. C'est vrai davantage enCore dans une renal" t " toutes leurs organisations politiques, je savais, quand je leur ai serré la main, que la plupart d'entre eux sortaient des camps de con.centration hitlériens, et que je ne serrais pas la main d'anciens na6lis, d'anciens assassins, et je crois que je n'aurais pas eu la même garantie dans l'autre République allemande... » Pourquoi nous combattons .. . L'orateur termine son exposé en évoquant l'internationale nazie, qui se reconstitue, et qui a des attaches en Allemagne, en France, aux EtatsUnis, au Canada, en Australie, en Turquie, en Grèce, en Egypte. ({ Il est bon, conclut-il, qu'aujourd'hui des hommes et des femmes de bonne volonté soient réunis ici, dans cette salle si magnifiquement remplie ,pour dénoncer cette renaissance du nazisme et du fascisme. Mais nous ne le faisons pas animés par un esprit de haine. Nous le faisons parce que nous voulons empêcher que ce crime de l'antisémitisme recommence quelque part en Europe, parce que nous pensons a1Zssi à tous ceux qui sont victimes quelque part dans le monde du racisme : aux musulmans traqués, mépriSés, aux hommes de couleur ... Et nous savons qu'en combattant le racisme nous luttOns pour la paix. » que pays nous " aImons période de réaction sociale, de dégradation des institutions àémocratiques, où se manifestent plus facilement la propagande, et ensuite les activités rac.istes et antisémites... » « Le racisme et l'antisémitisme, ditil encore, sont alimentés par les guerres coloniales : hier l'Indochine, aujourd'hui l'Algérie ... » Enumérant les manifestations récentes de racisme et d'antisémitisme, il poursuit : « Ces faits sont peu de choses disent certains. Eh bien! même si c'était peu de choses - il faut le dire bien haut - ce serait déjà trop ... Le racisme et l'antisémitisme sont des maladies trop hideuses, trop déshOnorantes pour qu'on les laisse se aévelopper... Il faut tuer le germe dans l'oeuf ... Nous devons lutter de toutes nos forces pour empêcher que notre jeunesse puisse être empoisonnée, si peu que ce soit par cette propagande insultante pour l'homme. » « Nous voulons nous associer avec tous les démocrates, conclut-il, avec tous les hommes de paix. de progrèS et de justice, pour mener ensemble une action efficace contre le racisme et l'antisémitisme. Parce que nOUS aimons notre pays, nous le vouwns accueillant et fraternel. Parce que nous aimons l'homme, quelle que soit s~ couleur, sa race, son origine, sa confession, nous pensons qu'il faut sans répit traquer le racisme, où qu'il se trouve et quelque forme IYu'il revête ... C'est devant les porteurs des idées de fraternité humaine qu'en définitive, s'ouvriront, demain, les portes de l'avenir. » 8 LA J01JRN)1JE NATIONALE du monde entiez Notre Journée Nationale a eu à l'étranger des résonnances qu'on ne saurait sous-estimer. De nombreux messag~s nous sont parvenus du monde entier, exprimant une solidarité chaleureuse, un~ émouvante confiance envers notre peuple, dont tous les hommes libres aiment et admirent les généreuses traditions. .I!;n démontrant qu'il existe chez nous des forces puissantes, résolument att aché _s à ia défense de ces traditions, la Journée Nationale a hautement contribué au prestige de la France. ALLEMAGNE C'est le professeur Karl LAUX, directeur du Conservatoire de Dresde, député, qui, présent à Paris, vint lire à la Journée Nationale, le message du CONSEIL ALLEMAND DE LA PAIX au nom de son président, le Dr Walter FRIEDRICH. « Les citoyens de la République Démocratique Allemande, et aussi les forces démocratiques d'Allemagne occident ale, déclare-t -il, suivent avec beaucoup d inquiétude les excès antisémites, encouragés par l'indulgence tacite des organes de l'Etat ouestallemand... • « Le danger provoqué par la politique de cet Etat militariste se caractérise aussi par le fait que les mêmes juristes qui, au nom des lois dites « de Nuremberg », refusaient aux citoyens juifs le droit de vivre, prononcent de nouveau, aujourd'hui, des arrêts de terreur contre ceux qui, en A 'lemagne occidentale et à BerlinOuest, défendent la cause de la paix et de la démocratie ... « Nous assurons tous les participants à votre manifestation que le Conseil allemand de la Paix renforcera s·es efforts.» Le pa5teur Martin NIEMOLLER, président de l'Eglise protestante d'Allemagne, écrit, quant à lui, de Wiesbaden

« Je ne doute pas du grand intérêt que votre manifestation suscitera dans l'opinion publique française. Je dois à mon grand regret, renoncer à y participer ... Je forme des voeux pour une réussite complète. » Citons encore les messages de solidarité du COMITE POUR L'UNITE ALLEMANDE et de l'ASSOCIATION DES COMBATTANTS ANTIFASCISTES de la République Démocratique Allemande. ALBANIE, AUSTRALIE, AUTRICHE Au nom du COMITE ALBANAIS DE LA PAIX, son président, M. Kahreman YLLI, souhaite au M.R.A.P. « le succès dans ses activités. » D'Australie, le COMITE JUIF D'ACTION CONTRE LE FASCISME ET L'ANTISEMITISME, écrit, sous la signature de son secrétaire général, M. Ernest PLATZ : « L'action de votre Mouvement donl'exemple éclatant d' hommes décidés à défendre la liberté dans ce monde et à oeuvrer sans défaillance contre le racisme et ses maux ... Nous sommes de tout coeur avec vous. » « Nous nous associons de tout coeur à votre Journée », écrit également M. KRELL, secrétaire général de la FEDERATION DES ASSOCIATIONS CULTUELLiES ISRAELITES D'AUTRICHE. D'Autriche encore, signalons les voeux fraternels du COMITE D'ACTION CONTRE L'ANTISEMITISME, prtsidé par le professeur Franz Theodor CSOKOR, président du PenClub autrichien. BULGARIE, CHINE, ETATS-UNIS Deux mes5ages de Bulgarie celui du COMITE DE LA PAIX et celui du CONSISTOIRE CENTRAL DES JUIFS DE BULGARIE, se réjouissant « du fait que toute la France antiraciste s'élève contre ragitation néfaste, les violences et les menaces des groupes racistes et antisémites. » LE COMITE CHINOIS DE LA PAIX exprime le voeu du peuple chinois d'unir (1 ses efforts avec le peu- Les commentaires de la presse Au lendemain de la Journée Nationale, la plupart des quotidiens du matin et du soir ont publié des informations sur la Journée Nationale. Ainsi cet événement a pu être connu dans les milieux les plus divers. Nous nous félicitons de cette unanimité, qui témoigne de l'ampleur et du retentissement de la Journée Nationale. pIe fmnçais et tous les peuples du monde pour renforcer l'amitié entre les peuples, sauvegarder l'indépendance nationale et obtenir une paix durable. » Des Etats-Unis, citons ce message du professeur Harry L. SCHAPIRO, président du Département d'Anthropologie du Muséum d'Histoire Naturelle, à New York : « ... Ces fléaux que sont le racisme et l'antisémitisme, ne devraient pas avoir place dans la société. Ils sont dangereux par les injustices qu'ils engendrent et les passions au ils excitent. « Dans un monde qui continue de payer lourdement leS' conséquences d'un récent accès de cette maladie sociale, il paraît incroyable -ue le racisme puisse persister. » GRANDE-BRETAGNE, HONGRIE « Je Suis très heureux de vous adresser mes salutations pour votre Journée Nationa.::e », nous écrit de Londres M. Fenner BROCKW A Y, députe à la Chambre des Communes. « Je connais le travail magnifique de votre Mouvement. Croyez que nous nous sentons ici pleinement solidaires de vos campagnes. » LE MOUVEMENT DE LA PAIX HONGROIS adresse ses salutations à la Journée Nationale, sous la signature de son président, M. Janos HANTOS. De même, Endre SOS, écrivain, président de l'Association Générale des Israé:ites Hongrois, qui déclare notamment : « Le judaïsme hongrois, qui a perdu 600.000 de ses fils et filles pendant la seconde guerre mondiale, se solidarise avec tous ceux qui combattent contre la menace de nouveaux Auschwitz ... » ISRAEL Troi5 messages d'Israël Le Dr BERMAN, président de l'UNION DES COMBATTANTS ANTINAZIS nous exprime sa « fraterne.: le solidarité dans la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, contre les dangers de guerre, contre la renaissance du nazisme et du militarisme allemand. » t Voix M. Léopold Sédar SENGHOR Président de l'Assemblée Fédérale du Mali. «Vous savez que je suis, depuis longtemps, acquis au but de votre Mouvement, aujourd'hui plus que jamais devant les menaces du fascisme et du racisme ... ,. M. Saifoulaye DIALLO Président de l'Assemblée Nationale de Guinée .. « ... Je vous exprime tout la 'confiance du peuple de Guinée, et vous prie, d'ores et déjà, d'être assuré de son adhésion s'ans réserve aux grandes idées qui se dégageront des travaux de votre Assemblée; qui, j'en suis convaincu, reflèteront notre commune détermination de rechercher les solutions les mieux conformes aux problèmes de justice, de fraternité et de paix sur toute la terre ». M. Sekou TOURE Président de la République de Guinée. « ... Au moment où l'Afrique toute entière se mobilise vers ses objectifs de reconstitution morale, économique et sociale, pesant à leur juste poids les innombrables méfaits engendrés par les déclassements raciaux issus de vains orgueils, de méprisables intérêts, et d'inqualifiables égoïsmes, elle manifeste une inébranlable volonté de solidarité avec le monde extérieur, un souci de fraternisation avec tous les peuples du monde, une détermination de coopération loyale et entière. Inspirée par sa douloureuse M. Tawfiq TOUBI écrit : « Je vous salue, chers amis, en tant que député arabe au Parlement israélien, pour qui le combat contre les discriminations raciales, le chauvinisme et l 'oppression nationale est un devoir sacré pour la défense des droits de mon peuple, pour quë triomphent la cause de l'amitié entre les peuples arabe et juif, et la cause de la paix... » Et M. Jacob MAJUS, secrétaire général du Comité israélien de la paix, en nous adressant ses voeux, souligne que notre combat « constitue une importante contribution a la cause de la paix et de l'amitié entre les peuples. » ITALIE « Souhaitant le p-ein succès de votre Journée Nationale, je forme des voeux fervents pour que se lève enfin la vraie paix sur toutes les nations » : ainsi s'exprime, dans un télégramme, M. Giorgio LA PIRA, maire de Florence. Le Dr Elio TOAFF, grand,rabbin de Rome, nous adresse également ses voeux pour que notre action rencontre le 5uccès. « pour le bien de i'humanité ». Le Dr Sergio PIPERNO, président de l'UNION DES COMMUNAUTES ISRAELITES D'ITALIE nous affirme « la solidarité et la sympathie des juifs italiens, qui ont tant souffert des persécutions raciales ». Le secrétaire général du MOUVEMENT ITALIEN DE LA PAIX, M. Velio SPANO, souligne : « Votre Mouvement et le nôtre ont plusieurs buts communs : nous luttons contre le colonialisme et contre la honte du racisme, nous agissons pour la fraternité entre les hommes, pour l'entente et l'amitié entre les peuples,' pour la· coopération internationale et la paix. » POLOGNE, ROUMANIE A vec les voeux chaleureux du COMITE DE LA PAIX, nous avons re çu, de Pologne, un message de l'UNION SOCIALE ET CULTURELLE DES JUIFS DE POLOGNE, signé de son président, M. SMOLAR et de son secrétaire, M. SPORD, et où l'on peut lire : « Nous, repr~sentants des juifs de Pologne, qui ont payé le tribut le plus cruel parmi les six millions d'hommes, femmes et enfants exterminés dans les fours crématoires hitlériens, nous apprécions hautement la signification de votre combat courageux et intense... » De Roumanie, est parvenu un message du COMTIE NATIONAL POUR LA DEFENSE DE LA PAIX, et un autre de M. L. - STERN. président de la COMMUNAUTE DES JUIFS DE BUCAREST, exprimant ~a solidarité avec notre lutte « pour la défense et le maintien de la paix qui seule peut garantir que Zes horreurs et les douleurs du passé ne se répèteront plus. » SUISSE, TCHECOSLOV AQUOE M. Georges BRUNSCHVIG. preSIdent de la FEDERATION SUISSE DES COMMUNAUTES ISRAELITES écrit : « Trop souvent, au cours de son existence, le peuple juif a dû subir les conséquences tragiques de cette lèpre . comme Jules Isaac appelle l'antisémitisme, cette forme abjecte du racisme, plaie de notre cit;itisation, pour que nous ne saluions pa,s avec amitié et respect tous ceux qui oeuvrent pour guérir l'humanité de ce: chancre douloureux, germe de la mort récente de six millions de nos frè .. res. » Et le Dr Gustav SI CHER. grandrabbin de Tchécoslovaquie emet ce: voeu: « Que vos paroles éveiEent I.a conscience de ceux qui ont entre leurs mains le destin de millions d'êtres: humains 1 ... » U.R.S.S., YOUGOSLAVIE Voici le télégramme envoyé par Mo. Alexei SOURKOV. au nom de' l'UNION DES ECRIVAINS SOVIETIQUES: « Nous saluons les participants à la. réunion consacrée u, la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Alors que l'aspiration à la paix occupe la pensée et les coeur de millions d'hommes, nous ne devons ni. ne pouvons oublier les innombrables malheurs apportés aux peuples de l'univers par le fascisme. le colonialisme, avec leurs monstrueux déliresinhumains. La volonté des peuples devient irrésistible, approchant le jour du triomphe des idée d'amitié: et de paix entre les hommes. Nous vous adressons nos souhaits sincères' de succès. » Et, enfin, le message de la FÉDERATION DES COMMUNAUTES JUIVES DE YOUGOSLAVIE. sous la si .. gnature de MM. Albert VAJS, et David LEVI, pré5ident et secrétaire : « Nous vous exprimons notre sympathie profonde et notre solidarité, et souhaitons le plein succès de votre action si féconde et si humaine. » africaines expel'lence de l'infériorisation arbitraire, elle ne saurait revendiquer son droit légitime de libre disposition, sans user de ce droit comme moyen pour améliorer les conditions dans lesquelles est appelée à s'établir la société universelle, seule voie qui puisse instituer la paix entre les hommes et la concorde entre les peuples ... «Très conscient de son rôle, le peuple de Guinée a unanimement choisi la paix contre l'agression, la justice contre l'iniquité, l'égalité contre les déclassements inhumains qui dégradent l'homme et dévalorisent sa culture. « Ce choix le rend solidaire de l'oeuvre que vous avez entreprise en faveur de la solidarité universelle et vous pouvez être assuré!\ que tous les peuples d'Afrique suivent avec sympathie et admiration le courageux combat que vous poursuivez en faveur de l'égalité et de la paix des peuples. » M. Mamadou DIA Président du Conseil de la République du Sénégal .. « Il reste encore de par le monde des sequelles de systèmes et d'idéologie réfractaires à cette vérité première que l'homme demeure identique à lui-même, que le salut des peuples dépend essentiellement d'une entente qui fasse fi, une fois pour toutes de tous les préjugés ca· ducs de race, ou de couleur_ « Il faut souhaiter que la prospérité future des peuples tenus jusqu'ici dans la misère et la soumission, n'allume ni les jalousies, ni les alarmes des autres peuples, car la destinée semble avoir ordonné que la force des nations montan .. tes, leur perfection, contribueront plus qu'on ne l'imagine aujourd'hui, au repos, à la tranquilité et au bonheur de l'humanité entière ... « Nous formulons des voeux pour que réussi sent pleinement vos aS'sises, pour le bonheur, pour la Paix et la. fraternité des peuples. » M. André GUILLABERT Maire d~ LOUGA (Sénégal) Sénateur de la Communauté « Malheureusement, je serai retenu au Sénégal le 31 mai et ne pourrai me rendre à votre Assemblée. Je vous en exprime tous mes regrets. » Mme Gisèle RABESAHALA Secrétaire Générale du COMITE DE SOLIDARITE DE MADAGASCAR « Consciente de l'extrême importance de la présente JOURN.EE NATIONALE, le COMITE DE SOLIDARITE DE MADAGASCAR, tient à adresser un message de solidarité et de sympathie à tous ceux qui, en cette journée, manifestent leur attachement à l'idéal de fraternité entre les hommes et d'amitié entre les peuples .» M. RAJOSOA Secrétaire Général du Syndicat du Livre et Art Graphique de Tananarive. « Nous souhaitons vivement une grande réussite à cette belle manifestation des hommes de bon sens, et de grands succès aux travaux de cette Assemblée. » LA JOOl~NÉE N..é~TIONALE 9 M. Pierre P ARAF : M. Jean ELOJ • • Une constante tradition française Les travailleurs contre le raCIsme La Ligue des Droits de l'Homme a demandé à Pierre PARAF, qui est membre de son comité central, d'apporter ses salutations et d'exprimer sa solidarité à la Journée Nationale. « Le premier des Droits de l'Homme, déclare-t·il, est l'égalité. La Ligue des Droits de l'Homme a besoin du M.R.A.P. comme le M.R.A .P. a besoin d'elle. Sos deux organisations sont animées par le même idéal, ,e même esprit. et nombre de milita' ts se retrouvent dans lune et l 'autre ... » Puis, P ierre Paraf aborde l'exposé qu'il a préparé sur les traditions antiraci" tes en France. Ayant eu à traiter ce même sujei deva n t des auditoires africains, il éprouva parfois, dit-il, quelque trou- J)le de conscience : . « En me portant garant de la permanence de cette trad;.tion, ft'étais-je exactions dans les premières colo- M. Jean ELOI, secrétaire général de nies », les Encyclopédistes, au chapi- la Fédération des Travailleurs du tre « Nègre », Montesquieu, Voltaire, B âtiment, exprime l'accord de la Diderot dans leurs oeuvres s'élèvent C.G.T. avec les objectifs du M.R.,A.P . non-élection d un candidat est le fait de sa race, de sa nationalité ou de sa reli!lion. » contre les préjugés racistes et l'into- « L'histoire du mouvement ouvrier, Des pratiques discriminatoires lérance. Avec l'abbé Grégoire, l'égalité déclare-t-il, nous apprend que pour des juifs est proclamée en 1791, l'es- s'opposer aux légitimes aspiration: e Cependant la tâche se trouve comcla vage des noirs aboli en 1794. la classe ouvrière, la réaction sociale pliquée par certains aspects de la. Ma is le retour à la législation an- a toujours utilisé le nationalisme législation et certaines pratiques de cienne à la Mart inique, la persistance chauvin, le racisme et l'antisemitis- l'administration ou des employeurs. des moeurs racistes soulèvent la pro- me.» C'est ainsi que, par exemple « dans testation des plus grands des Français. Il donne l'exemple de la fusillade la Formation Professionnelle des Et. Pierre Paraf cite Victor Hugo, de Fourmies, le l e I' mai 1~91, contre Adulte8, on a créé des centres spéécrivant « Bug Jargal », Victor Schoel- les travailleurs du textile ~ les orga- ciaux pour les Algériens : on mvoque cher « consacrant sa for:une, sa vie» nisateurs du massacre utilisèrent « le des raisons d'ordre technique, mais à la défense des noirs, les immortels nationalisme pour monter la provo- qui ne résistent jamais à un examen plaidoyers de Zola, d'Anatole France cation, l'antisémitisme (le sous-préfet sérieux.}) en faveur du capitaine Dreyfus, les était juif) pour se disculper. » La loi actuelle « ne permet pas, en prises de position d'André Gide, Henri « C'est donc, pour5Uit-il, un devoir principe l 'élection de travailleurs im- Barbusse, Maurice Bedel, et plus près pour la classe ouvrière, et une grande migrés dans les comites a'entrepnde nous, de nomoreux écrivains chréj responsabilité pour ses organisations, seS.» Elle exige d'autre part que les tiens dénonçant l'antisémitisme. de veiller à ce que ne se développent candidats sachent lire et écrire, « ce pas dans leur sein et dans l 'opinion qui exclut 90% des travaill'eurs d'Afri- Aux premiers rangs publique les courants de racisme et que du Nord. » De ce riche exposé, retenons ici la ' d'antisémitisme. « Ainsi, s'écrie l'orateur, on les trouconclusion

« Certes, dans sa masse, par sa na- ve bons pour travailLe- mais on leur

« La tradition antiraciste n'a cessé ture même, par ses intérêts fonda- refuse le droit d'utiliser la legalité de s'ajjirmer en France dans le mon- mentaux, la classe ouvrière est ani- pour se défendre. » de des lettres et des Sciences ... La mée var des idéaux de fraternité et En ce qui concerne l'embauche et revendication d'égalité s'est compètée d'égalité entre les hommes, a'amitié les classifications des travailleurs, d'une reconnaissance attentive, res- entre les peuples. Cependant, elle ne « la discrimination est la règle gépectueuse du génie de ces autres vit pas dans une tour a'ivoire, isolée nérale»: « c'est aux travailleurs alfamilles humaines, auxquelles on ne du reste du monde, elle est, au con· gériens que sont confiés les travaux propose plus l'assimilation "'ui déra- traire, en plein milieu des combats et les pus sales ,les plus pénibles, et, cine, mais la coopération dans l'épa- des réalités de chaque jour, oui sont, pour un travail identique, ils sont nouissement de leur personnalité. presque toujours ,pour elle, des diffi- classés dans une catégorie tnférieure, Ainsi, sur ce plan spirituel pouvons- cultés 1 ... Aussi ce serait pour nous avec, bien entendu un salaire infénous enrëgi$trer d'appréCiiables vic- une profonde erreur de croire que la rieur.» toires... propagande raciste et antisémite est Après avoir constaté que « lorsque « Et il est certain que les écrivains, sans influence sur elle. » les choses vont relativement bien, ou les artistes, les savants, ainsi que fi- Les rapports entre salariés d'ori- moins mal économiquement et sociarent leurs aînés, seront aux premiers gines différentes se sont grandement lement, l'antisémitisme et le racisme rangs - et le M .R .A.P. en donne la améliorés par comparaison avec reculent», il souligne que « les c'hoses preuve - dans ce combat pour la l'avant-guerre, indique-t-il encore. aujourd'hui ne vont réellement pas point souvent dementi par 1'1 réalité)' fraternité, qu'exigent l'intérêt et « Dans les élections professionnelles, bien» et qu'il est nécessaire d'inten- N'avais-je pas entendu, quelques heu- l'honneur de la Franc;). ) les cas sont extrêmement rares où la sifier l'action antiraciste. res, quelques minutes auparavant, ré- _____ ______________________________ -------------------_ primander brutalement, dédaigneusement ce boy, que le moindre geste de sympathie rasserène ? Cette égalité légale, dont je me félicitais ne se trou- vait-elle pas contredite par une Ségrégation de fait, que la plupart des Européens tenaient pour légitime, naturelle, indiscutable ? « Mais malgré ces mauvais démons rôdant toujours comme autant de fantômes de la vieille barbarie, la France idéale, la vraie France était là qui disait : non 1 Il C'est cette Fra nce antiraciste qu'il évoque, à travers l'histoire et la littérature. De Montaigne à Zola Aux persécutions et a ux guerres de religion, inspirées, dans le passé. par {( le fanatisme. la haine de l'étranger et aussi le désir de s'approprier le bien du voisin », il oppose divers exemplls de tolérance montrant que « le moindre fermier sudiste se montre plus vaniteux, plus msotent en 1959 que les ducs de Louis XIV en l'an 1700 ». « Cependant, le Code Noir de Colbert fait couler la sueur et le sang des esclaves noirs sur les galères, pour le plus grand profit des trafiquants de toutes couleurs ... Déjà, la dualité du régime métropole-outre-mer apparaît, jetant de cruelles ombres sur ces 1 pages de notre histoire. » S'agissant des juifs, Pierre Paraf note que les préjugés dont ils souffrent ne sont pas racistes, avant la 1 Révolution, puisque « le baptême ef· face tout » : « Le plus dur des inqui- 1 siteu1's se distingue par là du plus 1 modeste des antinègres, des antijuifs d'aujourd'hui ». ' Pascal engage avec les juifs « un 1 pathétique dialogue », mais il ne lui , serait jamais venu à l'esprit, pas plus qu'à Bossuet de tenir pour « inférieur, Il ce peuple que Racine exalte dans « Athalie » et dans « Esther ll. « Vient le Siècle des Lumières, le 18' i siècle. » Après Montaigne, qui avait 1 « donné l'exemple en flétrissant les lr !l? II) Il Jf ~~T~~V~~T~U~I U~ V~UVI~C~ M. VIGOUROUX (Clermont -Ferrand) Au nom ,de la délégation de ClermontFerrand, M. VIGOUROUX, secrétaire dans cette ville de la Ligue des Droits de l'Homme, souligne cette « contradiction étrange» qu'est la persistance du racisme, à notre époque, marquée par le triomphe de « l'humanisme scientifique» ~t « le gigantesque effort vers la liberté et la dignité humaine des peuples serfs de l'Asie et de l'Afrique ». ' « Des hommes se disant évolués, constate- t-il, se croient autorisés d'en haïr d'autres à cause de la couleur de leur peau, de la forme de leur nez, de la sonorité de leur accent... ou des nuances de leur âme; car à côté de la ségrégation raciale, nous connaissons la ségrégation des esprits pour des motifs religieux, politiques, qui ne sont pas des arguments, mais des flambées d'instinct grégaire, que motivent l'intérêt, la concurrence, la jalousie ... Ce sont enfin les mille visages hideux de l'intolérance millénaire, qui fut, et reste la négation de l'homme ». « Peut-on sans ridicule, dit-il encore, se proclamer raciste dans une Europe occidentale, cul-de-sac, impasse, où tout au long de l'histoire ont déferlé, pour s'y brasser, s'y mêler intimement, toutes les vagues humaines venues de l'Est, du Nord et du Sud? « Et en France? Il est pour le moins para.doxal qu'à l'heure où le gouvernement lance l'idée d'une communauté franco-africaine (et il ne saurait y avoir communauté sans liberté et égalité des partenaires, égalité des droits et des moyens) on tolère les agissements de forcenés, chez qui la fureur le dispute à l'imbécillité! Les pouvoirs publicS' se laisseront-ils déborder par une poignée haineuse de trublions rétrogrades? La police se fera-t·elle leur complice pour rallumer l'enfer d'il y a 15 ans? » ... M. Vigouroux cite plusieurs faits racistes qui se sont produits dans le centre de la France: l'affaire Auberger à Bellerive-sur-Allier; et, à Clermont-Ferrand, des brimades poliCières et des discriminations d'hôteliers contre des étudiants noirs. Il rapporte comment, dans ces derniers cas, l'union, la solidarité, la promptitude, la préCision de la riposte se sont avérées « nos meilleures armes » . « Cependant, ajoute-t-il, nous sommes mal protégés d'en haut », et il se prononce en faveur des propositions de loi du M.R.A.P. qui permettront une répression vigoureuse des attentats et de la propagande racistes. Il insiste enfin sur « l'éducation des enfants, des adolescents, des citoyens, défense positive, de longue haleine, contre le racisme ». « Pourquoi parler de races, de ségré· gation, entretenir ces erreurs funestes. même pour les condamner? Parlons plutôt de civilisations... de cet effort douloureux de l'homme, sous toutes les lati. tudes, au long des siècles, vers plus de confort et de lumière ... Je verrais bien entre les mains de nos écoliers et de nos étudiants de belles anthologies ou les nobles pensées, et les sentiments délicates de toutes les civilisations seraient mis à leur portée » ... «Demeurons vigilants et fermes conclut- il. Il est encore trop vrai « qu'un peuple qui s'endort dans la liberté se réveille dans la tyrannie». M. PICARD (Lyon) Deux faits precIs servent de point de départ à l'intervention de notre ami M. PICARD, président du comité du M.R. A.P. de Lyon. Il y a un an, lors des événements du 13 mai, il a reçu le billet anonyme suivant: « Le fascisme passera, vive De Gaulle, vive Massu. Pour règler votre compte: « mort aux juifS » ... Et il y a quelques jours, sur les murs de Lyon, on a pu relever l'inscription: « Les juifs en Palestine», parmi les affiches d'« Aspects de la France». « Tout cela, dit-il, n'est peut-être pas très original. Mais c'est la preuve que le racisme, l'antisémitisme existent, et qu'il faut les combattre activement. « Ces faits, et les autres manifestations de racisme et d'antisémitisme, très nombreuses aujourd'hui, résultent, dit-il encore, d'un climat général,' auquel contribuent la guerre d'Algérie et la tension internationale, dont les antiracistes ne sauraient se désintéresser.» « Nous devons, conclut-il, oeuvrer à renforcer la démocratie et la paix, dont notre idéal antiraciste est étroitement solidaire. ,. M. HASSOUN (Strasbourg) Jacques Hassoun donne encore cette information : M. ROUSSELLE: Notre ami .!acques HASSOUN, secrétaire du comité du M.R.A.P . de Strasbourg, évoque d'abord une vieille coutume alsacienne : « A Molsheim, et dans toute la vallée de la Bouche, chaque année le soir du Vendredi Saint, est brûlée sur un bûcher une effigie de Judas, puis à ses flammes sont allumés les cierges de la messe du lendemain ». « A Kehl, de l'autre côté du Rhin, sous administration française, et presque faubourg de Strasbourg, à la fête des pompiers municipaux, des drapeaux à croix gammées ont été arborés, et le « Horst Wessel Lied» a été chanté par des nostalgiques du nazisme. Le bourgmestre a été obligé d'ouvrir une enquête ... » Réviser tout enseignement antijuif M. Louis ROUSSELLE, président de la Fédération des Francs et Franches Camarades, et qui fut secrétaire du Comité National, Finaly, n 'ayant pu prendre la parole le matin, a laissé ce message: « Obligé d'assister cet après-midi à une partie de la séance du Comité directeur des Auberges de Jeunesse, je crains de n'être pas présent au moment où sera abordée la question : comment enseigner la fraternité ? « Je le regrette, car j'auraiS voulu, à cette occasion, rappeler un aspect de l'ajjaire Finaly : les deux orphelins avaient été élevés dans la hai' ne du peuple juif - le peuple de leurs parents, victimes des nazis. « Le comportement de Robert Finaly fut à ce sujet absolument typique (complexe d'infériorité, déclarations contenues dans San « journal », etc ... ) « Il serait indispensable d'obtemr que tout enseignement antijuif fut révisé, fût-il un enseignement reli· gieux ». « Nous sommes allés sur place, indiquet- il, interroger un professeur du collège, l'abbé, le conservateur du musée... Ils nous ont dit que ces actes, à leurs yeux n'avaient évidemment aucune signification antisémite ... Je veux croire à leur bonne foi, mais enfin n'est-il pas à craindre que dans l'esprit des enfants de choeur et des scouts qui brftlent le mannequin, il ne s'établisse une relation entre Judas et les juifs installés dans la vallée de la Bouche ? ... Alors que l'Eglise vient de modifier la prière de Pâques où il était question des «juifs perfides» il nous apparaît nécessaire d'attirer son attention sur de tels faits, qui ne sont pas sans importance.» Après avoir noté que « le climat s'appesantit » et que « trop souvent, à l'Uni. versité, les étudiants de couleur ou d'origine nord-africaine sont méprisés ou ignorés », il souligne que «chaque fois que se réalise l'union, le racisme recule ». .Ainsi, « quand on a su que Xavier Vallat devait venir parler à Strasbourg, les différentes organisations démocratiques, en intervenant fermement auprès du ConSeil Municipal ont abouti à un résultat

Xavier Vallat a dû ajourner son

voyage». «Soyons do ne unis, conclut-il et nous vaincrons les forces de la nuit.» 10 Alors que s'achève la Journée Nationale Charles PALANT, secrétaire générai du M_R.A.P., condense, ~ . grands traits, les idées maîtress~s q~l se dégagent des débats, et les duectlves qui en découlent pour l'action future des antiracistes., « Un mouvement comme le nôtre, déclare-t-il suppose l'effort incessant pOUl' rass~mb.er, pour uni,: des C!-toyens venus dhoriz0!l's poltttq.u~s tres variés, de confesswns reltgteU!es, d'opinions philosophiques et meme d'origines sociales très diverses. « La pTésente Journée Nationale est un p.ein succès, dès l'instant que nous apparaissons plus largement unis que jamais ... « Elle témoigne d'une prise de cOnScience plus élevée, d'une influence plus étendue, d'un regroupement plus vaste, pour combattre, sauvegarder ct restaurer l'idéal de fraternité, de tolérance les idées qui ont ctepuis des siècles forgé les traditions et moctelé le visage de la France. » Racisme et guerre S'arrêtant à chacun des exposés qui ont été présentés au cours de la Journée, Charles Palant montre combien ils seront précieux, soit pour orienter notre action, soit pour battre en brèche les préjugés racistes existant dans les milieux les plus divers. « Certains, par exemple, seraient parfois les premiers surpris, indiquet- il, de s'entendre accuser de racisme alors qu'à notre époque, qui est celle de Bandoeng, ils continuent de crotre à la mission protectrice et paternelle des hommes blancs sur le reste du monde ... Et tour à tour, des mêmes sources racistes, iaillissent des arguments contradictoires, mettant tantôt l'accent SUT la supériorité des blancs et l'incapacité des autres à se gouvzrner, tantôt sur le (~ péril » jaune ou noir qui menaceratt les memes blancs de subversion. }) Plus de 300 délégués et invités ont participé au banquet amical qui s'est déroulé, à midi, au restaurant de l'U.N.E.S.C.O. On reconnaît ici, de gauche à droite, à la table d'honneur : Charles et Daisy P alant, le Dr Laux, M' R. W. Thorp, le président et Mme Lyon-Caen, M. Priee-Mars, P. Paraf, le général et Mme Tubert. LA JOURNÉE telles sont Donnant un autre exemple des atteintes actuelles à la dignité de la personne humaine, Charles Palant cite quelques pa&sages du rapport sur les « regroupements» en Algérie, établi à la demande de M. Delouvrier, et où l'on peut lire que « par suite des nécessités de la pacification, un milion d'hommes, de femmes et d'enfants sont pratiquement menacés de famine. » « Bien sûr, de telles choses, déclare notre secrétaire général, sont la conséquence de la guerre qui se poursuit là-bas. Et c'est l'exigence de paix qui doit se faire plus forte. « Mais il nous faut bien le cOnstater .' c'est un fait nue le critère est forcément racial, qui désigne par centaines de milliers des êtres au sort atroce que nous venons de rappeler .' ils sont musulmans, et c'est ce qui les rend collectivement suspects. Le racisme est lié aux causes, aux moyens et aux conséquences de la guerre en Algérie. » Soulignant le rôle des enseignants et éducateurs pour faire échec aux influences racistes et antisémites, Charles Palant insiste sur la nécessité de rappeler par tous les moyens possibles « ce que furent les persécutions racistes sous l'occupation, et ce qu'a été l'épopée de la Résistance française au nazisme. » Puis il montre que, d'une façon générale « l'espérance antiraciste s'identifie avec la défense des libertés républicaines ». Car, lorsque celles-ci sont atteintes, « l'expérience tragique enseigne qu'on finit toujours par être le juif -de quelqu'un, le nègre de quelqu'un ... » Mobiliser, informer, instruire Examinant ensuite quelques-unes des tâches qui sollicitent actuellement NATIONALE Mobiliser, iniormer, instruire, nos tâches les militants et amis du M.R.A.P., notre secrétaire général évoque en particulier les projets de la Commission des enseignants et éducateurs, qui doivent être soutenus par tous, et l'action à mener auprès des élus pour que les propositions de loi du M.,R. A.P. soient rapidement adoptées par le Parlement. « Les circonstances nOUs imposent, poursuit-il, de ne pas, de ne plUS êt-e seulement les militants actifs et dYnamiques capables de mener de granaes campagnes et de riposter immédiatement à toute manifestation de raciSme ou d'antisémitisme. « Cela reste indispensable, mais il nous faut aussi nous familiariser avec les problèmes qui nous préoccupent dans toute leur étendue et dans toute leur profondeur. « Les travaux d'aujourd'hui ont considérablement enrichi le contenu et la portée de notre lutte. « Il faut savoir mobiliser, il faut aussi savoir éduquer, instruire, in/ormer. » « La lutte contre le racisme, dit-il encore, nous permet d'approcher les plus grands esprits de notre temps, les plus prestigieux de nos conci toyens. C'est un privilège sanS partage, car les racistes militants SOnt des voyous et leurs maîtres des forbans. Sachons user de ce privilège, qui n'appartient qu'à nous ... « Diffusons les idées qui sont les nôtres, faisons connaître notre action partout. Faisons de « Droit et Liberté », notre vaillant mensuel, le puissant porte-parole du M.R.A.Poo. « Nous parlerons et agirOnS au nom d'un Mouvement dont l'expérience remonte maintenant à dix ans, et dont l'influence n'a cessé de grandir. Donnons- lui les moyens mcttspensables au développement si nécessaire de son actton ... » Et il conclut « Plus confiants, plus fort, plus unis, nous irons demain vers Un peu" pie plus averti, e,t comprenant de plus en plus que la lutte contre le racisme et l'antisémitisme est l'affaire de tous. « Veillons ensemble à ce que ne s'éteigne jamais la flamme d'intelligence et de dignité humaine, source de toute lumière ». Maurice BOULADOUX Président de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens. « ... Nous formons des voeux pour le succès de votre 11' Journée Nationale. ». Joséphine BAKER « En ce moment je suis très bousculée pour le début de mon spectacle à l'Olympia, qui aura lieu mercredi. « Vous comprendrez donc certainement que je n'aie pas le temps en ce moment de vous parler de cet idéal de la fraternité qui nous intéresse tant, « J'espère que vous m'excuserez et que vous ne m'en voudrez pas, et que j'aurai le plaisir de vous voir dès que je serai plus tranquille. » Le professeur Jacques HADAMARD Membre de l 'Institut « Je tiens à vous dire combien je suis de coeur avec vouS', une fois de plus. « Quels mots pourraient exprimer l'indignation de tous, vis-à-vis de ceux que nous avons à combattre, et à qui nul crime, si infâme soit-il, ne fait honte ? « Comment ne m'associerais,je pas à la condamnation qui s'élèvera ? » Pierre P ASQUINI Député LES REUNIONS avant et après la Journée Nationale .. « J'ai reçu avec d'autant plus de plaisir l'invitation à assister à votre journée du 31 Mai, que je me trouve rapporteur, à la Commission ,des Lois' Cons.tit,utionnelles, de la loi sur l~ répression des meLa Journée National ~ a été préparée, pen" nées racistes et antisémites. dant le mois de mai par de très nombreuses réunions publ iques, où ont été élus les dél égués, tant à Paris qu'en province. Nous citons ci-dessous les plus importantes de ces réunions , au cours desquelles divers m ~m bres du Bureau National du M.R.A.P. ont pris la parole : • 2e et 10· arrondissements, au 28, boulevard de Strasbourg, avec Charles Hutman, sous la présidence de M. Henri Krziwkoski; Cil 3e et 4~ arrondissements .' réunion de protestation contre la profanation du Mémorial du Martyr Juif Inconnu. Au cours de cette assemblée, 120, rue Vieille-du-Temple, Charles Palant a pris la parole, sous la présidence de Simon Arbitourer. • 5e arrondissement .' Conférence de JacqueLine Marchand , agrégée de l'Université, à la Maison des Prisonniers, sous la présidence de M. l'Abbé Jean BottUer, avec la participation de Roger Maria, président du Comité local du M.R.A.P. • Il" arrondissement .' réunion organisée par l'U.J. R.E., passage Charles-Dallery. Ora" teur : Me Mireille GLaymann. • 12" arrondissement.' au restaurant « Le RettiLLy », sous la présidence du Dr. Marcel Leibollici, avec Mu Marcel ManvilLe. • Be et 14e arrondissements .' à la « Salle étoilée », rue Froidevaux, sous la présidence de Léonard SainviLLe, avec ALbert Borowki . • 18' arrondissement .' grande assemblée publique organisée salle de la Famille Nouvelle, à l'appel de nombreuses personnalités et organisations locales qui s'étaient jointes à notre Mouvement: F.N.D.I.R.P., A.R.A.C., F.O.R.R., U.J.R.E., Mmes Ro. l,md .. Astouin, EtiennettJ Daix, GuiLmard, in" génieur-chimiste, Marthe DUP1ty, Conseil juridique; Mlles BonaffottS, professeur, ArLette Mosse, docteur à l'hôpital Bichat, MM. Sicard, Sinott, Viard, professeurs; Marcel Gimond, sculpteur; GoupiL, cinéaste; les docteurs Pierre DebenJdetti, Fagennes et ' Lenoir; Léon DandLf/r, employé R.A.T.P. ; SchLowsky, receveur des P.T.T. , Krancen- ___________________ ---:-bLum, chirurgien-dentiste, Dei/t, employé, 1 Louis Baillot et CamiLLe Denis, conseillers 1 municipaux, Michard, ingénieur en retraite, et notre dévoué ami Joseph Creitz, secrétaire du comité local du M.R.A.P. Pour soutenir l'action du M.R.A.P. Vers la fin de la Journée Nationale, Me Armand DYMENSTAJN, membre du Bureau National du M.R.A.P., est intervenu pour soul igner la nécessité de donner au M.R.A.P. les moyens matériels qui lui permettront d'amplifier son action. Il appela les délégués à placer autour d'eux des Cartes d'Amis du M.R.A.P. et des Bons de Soutien, à diffuser et faire connaître notre journal. A la suite de son intervention, une collecte effectuée dans la salle, a rapporté la somme de 84.635 francs. D'autre part, la collecte pour les insignes de la Journée a permis de recueillir 63.195 francs . Me Armand Dymenstajn est intervenu au nom du M.R.A.P. au cours de cette réunion. • 19· arrondissement : au Chalet Edouard, avec M Armand Dymenstajn et M. Vilner, vice-président de l'U.J.R.E. • 20· arrondissement .' plusieurs réunions avec CharLes Hutman, Simon Arbitourer, le Dr Rennert, R. FeigeLson. • MontreuiL : salle Lavalette, avec Mme Philip et Charles Hutman. • République .' un débat organIse salle Lancry, par le Cercle République du M.R.A.P. sur le problème de « la jeunesse devant le racisme ». Sous la présidence de CharLes Palant, ont pris notamment la parole

Roger Maria, ALbert Lévy, le pasteur

1 Bay, et des représentants de diverses associaJ tions : Jeunes du P.S.A., Jeunes de l'U.G.S., Union des Etudiants Communistes. Jeunes de la c.GT. Les comptes-rendus Après la Journée Nationale une réunion a été organisée avec un vif succès dans le 14' arrondissement pour un compte rendu, avec la participation de Léonard Sainville et Me Armand Dymenstajn. D 'autres réunions ont eu lieu à CLermontFerrand (25 mai ) , à Saint-Quentin (26 mai) avec CharLes Palant et de nombrt;uses personnalités, ou se préparent. à VaLenciennes et Strasbourg. Homma;;e aux Dla.-ty.-s dIt 18 .juillet Sur l'initiative de l'Association Indépendantes des Anciens Déportés et de l'Amicale des Anciens Déportés juifs de France et avec la participation des repérsentants de ces deux Organisations, une Réuinon s'est tenue, le 16 juin, sous la présidence du Dr. Modiano, Président du Conseil ~epr ésentatif ,des Juifs de France. Il a été décidé d'un commun accord que la C.R.I.F., sous l'égide des deux Organisations de Déportés juifS, organisera le jeudi 16 juillet 1959, à 18 heures 15, au Vélodrome d'Hiver, une Manifestation commune, en souvenir des Martyrs Juifs du 16 juillet 1942. Nous nous félicitons de l'union ainsi réalisée, et invitons nos amis a participer nombreux à cette manifestation. « Je ne pourrai, malheureusement, le 31 Mai être des vôtres ... » Henri LAU GIER « Inutile de vous lire que j'approuve sans réserve votre action contre ces choses abjectes que sont la discrimination, la segrégation et le racisme. On doit les proscrire: on devra les faire disparaître de la surface du monde comme on en a pratiquement fait disparaître le choléra, la peste et la lèpre, » François DE MENTHON Ancien ministre « A son grand regret, il me sera impossible, par suite d'engagement ~ antérieurs, d'assister à la Journée Nationale contre le racisme - que je vous félicite bien vivement d'avoir organisée. }) Edouard DEPREUX Secrétaire général du Parti Socialiste Autonome « Des engagements pris de longue date pour ce dimanche 31 mai, ne me permettront pas d'assister à la manifestation à laquelle vous me conviez. Je vous en exprime tous mes regrets et vous prie de bien vouloir m'en excuser.» Henry TORRES « Je serai absent de Paris le dimanche 31 Mai, mais permettezmoi de vous exprimer ma fidèle sympathie dans le combat que vous livrez contre ces deux fléaux frères

racisme, antisémitisme - et

pour la Paix. » LA JOUl~NÉE NATIONA_LE 11 AIP'PIEIL AlUJX ~IOIMIIMIIES ID lE IBOINI~IIE VOILOINIIIE LE dimanche 31 Mai 1959, au Palais de l'UNESCO, plus de 1.500 délégués et invités se sont réunis, à l'appel du M.R.A.P., à l'occasion de la 11' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. d'obscures incompréhensions, génératrices de division entre les hommes et les peuples; et singulièrement, elle exploite le dra.me algérien, dont la pel'sü;tance sc traduit par une aggravation tragique des mesures discriminatoires, des haines et des violences. A LORS que toutes les religions, toutes les morales, comme le bon-senS! et le Droit, reconnaissent l'égalité de tous les êtres humains, il est inadmissible que des hommes soient méprisés, brimés, persécutés en raison de leur race, de leur origine ou Ayant entendu plusieurs exposés sur les données de leur confession. actuelles du combat antiraciste, les interventions et messages de personnalités représentant les divers courants sociaux, politiques et philosophiques de ce pays. ils se félicitent de l'union. r,éalisée et de la résolution affirmée de demeurer fIdeles aux plus no· bles traditions du peuple français. Les délégués constatent toutefois qu'en contradiction avec les sentiments généreux de l'immense ma· jorité des Français, de nombreux faits récents confirment la montée dans notre pays du racisme et de l'antisémitisme, qui prennent des formes multiples, souvent alarmantes. CONSCIENTS des dangers que représentent le ra· eisme et l'antisémitisme pour l'unité comme pour le prestige et les intérêts de notre pays, les délégués à la Journée Nationale estiment de leur devoir d'attirer l'attention de tous les Français, notamment des éducateurs et de tous ceux qui peuvent influencer l'opinion publique, sur la nécessité de combattre par tous les moyens ces idéologies héritées d'un funeste passé. Alors que la Science, confirmant les impératifs de la Conscience, démontre l'identité fondamentale de tous les hommes et que l'Histoire témoigne que la Civilisation n'est point le monopole -d'une race, il est absurde et dangereux de créer, ne serait-ce qu'en théorie, entre les raee r~ des distinctions, des discriminations et des hiérarchies. Alors que les progrès, réalisés dans tous les domaines, rapprochent les continents et qu'une évolution irreversible S'achemine vers l'émancipation des peuples déclarés naguère « inférieurs ", il est indispensable que toutes les consciences s'adaptent au rythme de notre temps et que partout les hommes soient considérés et traités comme des hommes, que soient respectées leur personnalité et leur dignité. Il faut qu'entre les groupes humains, quand ils se trouvent en dé-saccord, soit recherchée la négociation au lieu de la violence; au lieu de la guerre, la Paix. Les délégués se tournent vers les pouvoirs' publics en leur demandant instamment de prendre les dispositions qui s'imposent pour mettre hors d'état de nuire les groupes et les individus' qui fomentent la haine raciste et antisémite, et agissent par là-même contre la démocratie. Ils félicitent les dirigeants du M.R.A.P. des campagnes qu'ils ont entreprises ces derniers temps et de leurs nombreuses initiatives. L'agitation est entretenue systématiquement par des éléments hostiles à l'idéal humaniste et au régime démocratique. Non contents d'exciter à la haine dans leurs journaux, leurs tracts, leurs réunions, leurs. manifestations ils se livrent à des actes de vandalisme et à des ag~essions contre les personnes sans être aucunement inquiétés par les pouvoirs publics. Encouragés par cette impunité, ainsi que par la recrudescence du racisme dans d'autres pays, ils ne cachent pas leur sympathie pour les nazis d'hier et ceux d'aujourd'hui qui, 14 ans après la guerre, redoublent d'activité et d'audace Outre-Rhin, et reprennent en grand nombre la direction des affaires publiques. La propagande raciste cherche à flatter et à fortifier les préjugés qui subsistent ça et là, à réveiller Ils approuvent, en particulier, les propositions de lois élaborées par le M.RÂ.P. en vue d'une répression plus efficace de l'antisémitisme et du racisme, et attendent du Parlement leur adoption rapide. Ils expriment le voeu fervent que soit recherché rapidement et activement au conflit algérien, une solution à la fois de fraternité et de paix, sauvegardant la dignité, les droits, les aspirations des communautés en présence, et que tout soit fait pour instaurer dans le monde un climat d'entente et de coopération. C'est pourquoi les délégués à la Journée Nationale, sans distinction d'appartenances politiques et de conceptions philosophiques ou religieuses, appellent les hommes et les femmes de bonne volonté, les républicains, à s'unir et à agir ensemble, en toute occasion, pour que soient sauvegardées les libertés démocratiques dont l'action antiraciste est inséparable, et pour que triomphe l'idéal des Droits de l'Homme dont notre pays se doit d'être partout le champion. Affaire HIEGEL • • jugement le 21 juillet Trois fois ajourné, le procès intenté à Pierre Hiegel par M. et Mme 80sna, auxquels s'est joint le M.R.A,P" approche enfin de son dénouement. Tout commença le 21 décembre au soir, lorsque Pierre Hiegel, alors directeur artistique du Théâtre de Belleville, vint sur scène et déclara, selon les témoins, que s'il était obligé de fermer ce théâtre, c'était parce que le quartier était « ep juivé » et « pourri », et que les vedettes françaises n'étaient pas soutenues, contrainement au « petit, juif 'amôricai,n Paul Anka » (qui se prOduisait alors à l'Olympia). Ces propos suscitèrent des protestations dans la salle. M. 80sna, qui a subi durement les persécutions antisémites des nazis, se leva et sortit pour demander aux agents de verbaliser. « S'il y a des juifs dans la salle, qu'ils le prennent comme je le dis», enchaîna Hiegel, au comble de l'énervement. Et présentant le premier artiste du spectacle, il déclara : « Celui-ci est un vrai Français ». LES CHOSES VONT VITE M. et Mme 80sna décidèrent donc de porter plainte, se considérant visés par ces insultes; le M.R.A.P_ se joignit aux poursuites, et réclama un franc de dommages et intérêts. A l'audience du 26 mai, devant le Tribunal d'Instance du 20' arrondissement, M' Mireille Glaymann pour les époux 80sna, et M' Véron pour le M.R.A.P., soulignèrent la nécessité de sanctionner ces excitations pUbliques à la haine antisémite. « Les choses vont très vite, déclara notamment M' Veron, lorsqu'on fait appel à la haine. Quand M. Hiegel, selon une méthode éprouvée, dénonce, sans l'ombre d'une preuve, les juifs comme responsables de ses difficultés, la paix civile se trouve menacée. « Il faut que M. Hiégel sache, et ceux qui ooraient tentés de suivre son exemple, qu'on ne peut pas impunément semer le mépris d'abord, la haine ensuite contre une partie de la population. » L'avocat de Hiegel, M' Daugeron, multiplia les artifices de procédure, et alla jusqu'à exiger que les époux 80sna présentent leurs cartes d'identité, pour prouver leur nationalité française - ce qui provoqua des remous dans la salle. « Mes clients n'ont pas de leçons de patriotisme à recevoir de M. Hiegel - » s'écria alors M' Glaymann. UN PREMIER JUGEMENT FAVORABLE M' Daugeron ayant prétendu que ni le M.R.A.P. ni les époux Sosna n'avaient le droit d'engager des poursuites dans cette affaire, le tribunal dut rendre un premier jugement sur cette question; Ce qu'il fit le 10 juin. En reconnaissant les plaintes recevables, ii ordonnait une enquête, Celle-ci eut lieu le 29 juin. Six témoins vinrent confirmer formellement les propos entendus par M. et Mme Sosna. Dixneuf autres, amenés par Pierre Hiegel, vinrent déclarer que rien ne s'était passé, reconnaissant seulement qu'il avait été question du « petit juif Paul Anka » ... UNE LAMENTABLE DEMAGOGIE Le lendemain, 30 juin, de nouvelles plaidoieries furent prononcées. M' Glaymann et M' Véron constatèrent que les témoins à charge n'avaient aucun lien entre eux, que rien ne les prédisposait à témoigner en faveur de M. et Mme 80sna, qu'ils n'ont pu être réunis qu'au hasard des recherches, après le spectacle. Par contre, les témoins de Hiegel étaient tous ses amis, ses invités, des artistes qui sont liés à lui sur le plan pro- 1 fessionnel, et dont il a été ou peut être l'employeur. Tous ont fait des déclarations stéréotypées, reprodUisant les termes d'une lettre adressee par Hiegel au M.R.A.P. pour tenter de se justifier. Dans cette même lettre, Hiegel décla,rait avoir terminé son intervention en disant : « Etant donné mon nom, je suis peut-être moi-même d'origine juive... » « S'il a dit cela, indique M' -Véron, c'est une preuve supplémentaire qu'il avait tenu auparavant des propos qui « dépas. saient les bornes » et que, devant l'émotion causée par ces propos il a voulu se justifier. « Mais cette prétendue justification est en fait une lamentable démagogie : car s'il y avait eu le moindre doute sur les origines de Pierre Hiegel, il est certain que les Allemands, qui « avaient l'oeil », ne l'auraient pas laissé tenir une rubrique pendant toute l'occupation à Radio- Paris. » - M' Daugeron reprit sa discussion procédurière, et présenta l'affaire comme une sombre conspiration « judéo-bolchevik », un ténébreux chantage dirigé, on ne sait pourquoi, contre son client. « M. Sosna et ses témoins ne connaisllent pas le français, déclara-t-il. II ne font que traduire ce qu'ils croient avoir entendu ». 8es débordements de haine suscitèrent quelques remous. Le jugement sera rendu le 21 juillet. JIIUJllrl~C~ Le sénateur AUBERGER, (de Bellerive-sur-Allier) condamné pour antisémitiime Nous avons relaté, dans notre dernier numéro, comment le ~énatE. ur-maire de Bellerive-sur-Allier, Fernand Auberger, s'est livré, dans le Bul:etin Municipal, à une scandaleuse propagande antisémite, au cours de la dernière campagne électorale, pour tenter de discréditer son adversaire, le Dr. Benhamou" M. Benhamou nous écrit... M. Benhamou, aveè qui nous avons pris contact nous remercie dans une lettre « de l'exposé précis et éloquent fait dans notre journal ». Et il ajoute

« J'ai été aussi très intéressé

par les projets de loi déposés par le M.R.A.P. .' les arguties auxquelles se sont l.ivrés les juges au cours de mes procès, montrent que ces propositions devraient être adoptées par le Parlement }). En effet, comme nous l'avons signalé, les juges de Cusset, statuant en première instance ~ur la plainte de M. Benhamou, ont condamné le sénateur Auberger pour injures et diffamation mais nullement pour excitation à la haine - laquelle apparaissait pourtant à l'évidence. Dans une longue lettre adressée à notre Journée Nationale, où il s'excuse de ne pouvoir être présent, lettre qui fut lue à la tribune, ainsi que nous l'indiquons d'autre part, M. Benhamou écrit fort ju~tement « Toute la question est là .' la Constitution de la S' République permetelle à un maire d'écrire et de propager, au nom de toute la municipalité, dans les bulletins municipaux officiels, aux frais des contribuables, des slogans racistes, antijuifs, xénophobes, contre un citoyen français de religion israélite, qui risquait de lui ravir aux élections muniCipales son éCharpe de maire. ({ Il n'y a pas de différend privé entre deux candidats rivaux, le problème est d'ordre constitutionne1; la solution est du ressort du gouvernement, en la personne de son ministre de l' Intérieur_.. « S'il ne frappait vas de révocation le maire de Bellerive-sur-Allier, le ministre avaliserait ses agissements coupables ... }) Une double victoire Pour le moment, une double victoire a été remportée sur le plan juridique 1) Le Tribunal Administratif de Clermond-Ferrand a annulé par un arrêté du 5 juin les élections qui avaient été précédées par la campagne antisémite d'Auberger. Le Tribunal a considéré que celuici avait, ({ tant par voie d'affiches que par le Bulletin Munic'pal, mené à l'encontre du Dr. Benhamou, une campagne d'outrage3 et de violences susceptibles d'avoir e:rercé une influence sur le corps électoral })_ Et il ajoute : « En se livrant à des attaques contre les origines, la race et la religion du Dr. Benhamou, Auberger a mé· connu les principes généraux du droit français tels qu'ils résu,:tent en particulier du préambu/e et des articles 2 et 4 de la Constitution. » 2) M, Benhamou ayant engagé une nouvelle procédure en correctionnelle, le caractère antisémite des diffamations et injures a été, cette fois reconnu. Auberger et plusieurs de ses adjoints sont cinq fois condamnés, le 13 juin et le total des amendes s'élève à 530.000 francs. En particulier, l'appellation « juif répugnant », publiée dans le Bulletin Municipal, donne lieu à une amende de 150.000 frs . La révocation s'impose Ces jugements répondent à l'émotion qui s'est manifestée dans les milieux les plus divers à la suite de cette affaire que notre journal fut dans les premiers à rendre publique. Mais il est certain que les sanctions du tribunal administratif et du tribunal correctionnel n'impliquent nullement une condamnation par le gouvernement de l'attitude d'Auberger. Elles justifient une révocation mais ne sauraient en tenir lieu. Seule cette dernière me~ure dissiperait toute équivoque, en montrant clairement que les pouvoirs publics condamnent un tel comportement et entendent empêcher Auberger, lors des nouve:les élections, d'user de son influence pour donner l'impression que les électeurs approuvent ses campagnes antisémites. Cette mesure, en outre, ne peut qu'être facilitée par le fait que M. Benhamou a déclaré ne pas vouloir poser de nouveau sa candidature, C'est pourquoi, au nom du M.R.A.P. le Premier Président Léon Lyon-Caen, est intervenu auprès du ministre de l'Intérieur, appuyant la requête de M. Benhamou et demandant que le maire raciste soit révoqué.

0:

Signalons d'autre part un autre fait qui ne laisse pas d'étonner_ Fin mai, il fut signalé que la Fédération de l'Allier du parti Socialilte S.F.I.O" auquel appartient Auberger, avait pris contre lui une sanction, et que, sur le plan national, la Commission des Conflits de ce parti avait reçu une demande d'exclusion. Or nous apprenons qu'au milieu de juin cette même Fédération, après les sanctions juridiques priles contre Auberger, a publié un ordre du jour de sympathie et de soutien à son égard. Et le bureau de la Fédération des maires de l'Allier, dont il est le pré· sident, lui a adressé une motion de confiance. Il serait souhaitable, sur ce plan égaljElment, que ceSle toute équivoque._. 12 • PARIS condamne les agressions racistes qn aifS Le meelinq Où delJ-ail a.' expcimec éia pcoleéJlalion el La éJoLidacilé aux IJ-ielime~ a élé enlpêelJ-é : VOICI COMMENT ... Etrange, inquiétante histoire que celle du meeting de protestation contre les agressions racistes, qui devait avoir lieu le jeudi 11 juin, Salle de la Géographie . et qui, dans des circonstances peu communes, a été interdit en fait ! Une profonde émotion L'émotion était vive à Paris, à la suite des attentats commis fin avril, au Quartier Latin, contre l'écrivain camerounais Ferdinand Oyono, et fin mai, près de la gare du Nord, contre quatre étudiants antillais. Dans l'un et l'autre cas, l'atta.que avait été perpétrée par des commandos organisés du « Mouvement Jeune Nation )J, qui reprochaient à leurs victimes de se trouver avec des jeunes filles blanches. Ferdinand Oyono, violemment matraqué, fut blessé d'un coup de couteau dans le dos, avant d'être jeté à terre et piétiné. Il dut être hospitalisé plusieurs jours, de même que deux des étudiants antillais, dont l'un a failli perdre un oeil. C'était l'introduction dans notre capitale des moeurs de Notting Hill et de Little Rock ! Il fallait donc mobiliser tous les antiracistes pour qu'une prompte réaction pût empêcher que se renouvellent ces actes sauvages. Il fallait que se fasse entendre la volonté de l'opinion unanime de voir sanctionner sans merci ces agressions dont les auteurs et les inspirateurs connus des pouvoirs publics, s'organisent, éditent des journaux, tiennent des réunions sans être inquié~és. Il fallait enfin que s'exprime avec éclat, face aux tentatives de discriminations, la solidarité chaleureuse du peuple de Paris tout entier avec les victimes, avec tous ceux que menace l'agitation raciste. Un grand meeting est décidé ... C'est dans cette perspective que le M.R.A.P. prit l'initiative d'un grand meeting, organisé en commun avec « .présence Africaine », la Ligue de l'Enseignement, l'Union Nationale des Etudiants de France (UNEF), l'Union Fraternelle entre les Races, et les Associations d'étudiants martiniquais, guadeloupéens, réunionnais, guyanais, africains et malgaches. Ce meeting devait avoir lieu le jeudi 11 juin à 20 h. 30, Salle de la Géographie, 184, boulevard Saint-Germain, sous la présidence . de M. Robert ATTULY, Conseiller honoraire à la Cour de Cassation. Le M.R.A.P. se heurta à des réponses dilatoires; une réponse fut toutefois promise pour le lundi soir, 8 juin. Donc le lundi, les représentants des différentes organisations participantes au meeting étant réunis au siège de « ·Présence Africaine )J, l'un d'eux, en leur nom à tous, téléphona à la L.I.C.A. pour connaître cette réponse. La position des dirigeants de la L.I.C.A. demeurait négative. Ils refusaient de se joindre au M.R.A.P. et aux autres organisations. Ils maintenaient, dirent-ils, leur meeting pour le 12 juin, et entendaient le tenir seuls. Il appartiendra aux antiracistes en général, et aux amis de la L.I.C .A. en particulier, de juger cette attitude d'isolement, que l'on ne saurait qualifier de superbe ... Une mesure sans précédent Les organisations unies continuèrent donc activement leurs préparatifS ... Les antiracistes, les démocrates, encore une fois, jugeront. La conférence de presse Les organisateurs du meeting, placés devant cette situation sans précédent, décidèrent de tenir une conférence de presse, qui eut lieu le jeudi 11 juin, à 15 heures, au siège de la Ligue de l'Enseignement, en présence d'une assistance nombreuse. Diverses personnalités étaient présentes, autour du Conseiller Attuly et des représentants des associations participantes : MM. René Maran, Prix Goncourt, Marie-Anne, sénateur de la Martinique, Légitimus, président de la Solidarité Antillaise, Barbier, de l'U.N. E.F., Maîtres Annichiarico et Le Mée, avocats des étudiants antillais agressés. Le M.R.A.P. était représenté par M' Manville, Albert Lévy, Simon Arbitourer, Mmes Philip et S. Bianchi. La plupart des personnalités présentes intervinrent pour protester à la fois con- Les messages Le Conseiller Attuly lit ensuite l'intervention préparée par M. Louis MARTINCHAUFFIER. Celui-ci déclare notamment: « ••• Alors que les brutes hitlériennes appliquaient les ordres et les méthodes que leur enseignaient, au nom de la race et du sang, les prétendus théoricîens du national-~\ ociali$me, les racistes français commettent leurs sévices, et bientôt leurs crimes - si on les laisse faire - en souillant et renversant les valeurs' et les principes dont ils osent couvrir leurs actions: la Nation et le Christianisme. « C'est parce que je suis chrétien et patriote que cette double imposture me soulève d'indignation et de dégoût. Et c'est pourquoi je réclame avec vous tous, patriotes croyants ou incroyants... que le double sacrilège autant que la violence soient châtiés par la loi en même temps qu'ils sont condamnés par les consciences. « Durement, et sans retard. Car il suffirait de l'indifférence ou de la faiblesse pour que l'audace des coupables s'ac_ croisse et qu'il soit bientôt trop tard ... » Lecture est donnée encore d'un grand nombre d'autres messages, émanant par exemple de Mme Collette-Emile Kahn, vice-présidente de la Ligue française, et secrétaire générale de la Fédération internationale des Droits de l'Homme; des professeurs Louis Massigonn et Laurent Schwartz, du Président Léon LyonCaen, de MM. Michel Leiris, écrivain, Fernand Grenier, député, Jean Cassou, directeur du Musée National d'Art Moderne, de l'Union Nationale des Association de Déportés, Internés et Familles de Disparus (U.N.A.D.I.F.), de la Jeunesse Etudiante Chrétienne, de l'Union des! Etudiants Juifs de France. Autant d'aucuns étouffer. de voix que avaient voulu Appel à la vigilance Mais on n'étouffe pas la voix de la conscience d'un peuple prompt à se dresser contre les inj ustices, attaché par toutes ses traditions à l'idéal de la fraternité humaine. La conférence de presse s'acheva par un vibrant appel à la vigilance, à l'union, à l'action antiLa salle dûment retenue (oralement racistes. et par lettre) des tr~cts et des affiches furent édités, des invitations lancées, diverses dispositions prises pour assurer la bonne tenue du meeting qui, annoncé par la presse et soutenu de toutes parts, allait connaître un magnifique succès. L'affiche par laqweUe les organisations participantes appelaient au meeting. Cet appel, nous n'en doutons pas, sera largement entendu. Les orateurs prévus, outre le Conseiller Attuly étaient les suivants : MM. Albert BAYET, président de la Ligue de l'Enseignement; Louis MARTIN·CHAUFFIER, écrivain; le Dr AUJOULAT, ancien ministre, président de l'Union Fraternelle entre les Races; René MARAN, Prix Goncourt; M' Marcel MANVILLE, membre du Bureau National du M.R.A.P.; un représentant de l'U.N.E.F., un représentant des étudiants antillais, et un porteparole de « Présence Africaine ». Adversaires de l'union ... Il convient ici de souligner l'ampleur de l'union qui s'était réalisée, tant pour la tenue que pour la préparation du meeting. Union, à vrai dire, qui aurait pu être plus large encore. Une fois prises les premières dispositions, le M.R.A.P. apprit, en effet, que la L.I.C.A. avait prévu également une réunion, dans la même salle, mais pour le lendemain. Deux meetings antiracistes deux jours de suite, sur le même problème ? Cela nous sembla contraire à la dignité de notre combat, et aussi à son efficacité. Les antiracistes auraient mal compris cette division des efforts. qui ne pouvait que gêner la mobilisation de l'opinion publique. AussI. dès le samedi 6 juin, le M.R.A.P. intervint par pneumatjoue et par téléphone auorès de la dirprtion de la L.I.C .A .. prooosant une rencontre urgente pour examinpr la tenue pn commun d'un grand meeting, au besoin dans une salle plus vaste. Et ce fut, brusquement le coup de théâtre

la veille du meeting, la direction

de la Salle de la Géographie faisait savoir par téléphone au M.R.A.P. qu'elle annulait la location. Des démarches diverses furent faites. En vain. La direction déclara que le meeting avait « un caractère politique» (alors que les organisateurs et les orateurs prévus représentaient un large éventail d'opinions, et entendaient se tenir sur une plate-forme uniquement antiraciste) mais ne dit pas pourquoi cet argument n'avait pas été avancé la semaine précédente, lors de la location. Comme nous indiquions que des poursuites pourraient être engagées, la direction répondit : « Nous préférons perdre un procès plut tôt que de voir notre salle fermée pendant six mois » . On peut se demander comment un tel dilemme avait pu se poser. La direction précisa encore que des forces de police seraient placées devant la salle pour interdire à quiconque d'y entrer ... Quant au meeting prévu pour le lendemain, dans la même salle, par la L.I.C.A., on apprit que celle-ci « y avait rp.noncé d'elle-même ». Il fut impossible de trouver une autre salle pour tenir le meeting le 11 juin ou un des soirs suivants. La réunion se trouvait pratiquement interdite. Il apparut ainsi que certains milieux s'opposaient à une manifestation de solidarité avec les victimes du racisme et de protestation contre les agressions. Une telle manifestation s'imposait pourtant pour l'honneur de Paris, pour l'honneur de ce pays qui, le premier, proclama les Droits de l'Homme, tre les menées racistes et contre l'impossibilité de s'exprimer où se trouvaient placés les antiracistes. Une noble déclaration Le Conseiller Attuly donna lecture de l'émouvante et noble allocution qu'il devait prononcer à l'ouverture du meeting. Nous en reproduisons ici quelques passages significatifs : « N'attendez pas de moi une prise de position politique. Nous sommes ici entre Français de toutes opinions, de toutes origines, tous également anxieux des dangers qui menacent la liberté humaine et l'intégrité morale de la Patrie. N'attendez pas non plus de moi, dans l'angoisse et rindignation du moment, de blasphème contre la France ... « Voici qu'il est donné au vieil homme que je suis de voir réapparaître les podromes de cette maladie honteuse du corps social qu'est l'intolérance raciale ... « Vous comprenez la tristesse d'un homme de mon âge devant la menace, chaque jour plus précise, de cet affreux retour à la bestialité ; vous comprenez aussi pourquoi, malgré les fatigues de l'âge, je n'hésite pas à rejoindre ceux qui combattent pour le respect, pour la sauvegarde, de la dignité, de la liberté humaine. « C'est au nom de la France - et je revendique hautement le droit qu'elle m'a donné de parler, moi aussi, en son nom - que je flétris les hideuses manifestations de haine raciale qui, ça et là, depuis quelques années, et, il y a deux semaines, en plein coeur de Paris, tentent de la défigurer, de la déshonorer, et que j'appelle les citoyens de notre République à la résistance et à l'action. » CLOWNS DE PARIS ADLEN a approché les plus célèbres clowns de Paris. Il en a fait des estampes originales, qu'il a coloriées à la main. Réunies en un album, elles seront pour l'amateur d'art, comme pour les fervents du cirque, de précieux documents. L'historien du cirque, SERGE orne de sa fantaisie cet album, une nouveauté dans l'art et la littérature du Cercle enchanté. De format 35 X 26 cm, ce très bel album compte 108 pages. Il est actuellement en souscription aux Editions des Presses du Temps Présent, 6, rue de la Pierre-Levée, Paris (OBE 43- 85) au prix spécial de 9.000 francs (ou 16.000 francs sur Japon Impérial). Prix de vente normal: 11.000 et 19.000 francs. DROIT ET LIBERTE ' 15, Fg Montmartre - Paris (9') Tél.: PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 francs. 1 Abonnement de soutien: 1.000 fr. Tarif spécial pour la Belgique. Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 45 fr. et la dernière bande. Gérante : S. BIANCHI ~ ~ --~~--- ---:--::- --~~ - Abécé, 176, quai de jemmapes, Paris- 10.

Notes

<references />