Droit et Liberté n°285 - septembre 1969

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • La libération de Bathily Boubacar (foyers d'immigrés)page 6
    • Dévaluation : les immigrés deux fois frappés page 7
    • La marche sur Bonn de M. Von Thadden page 8
    • Irlande : guerre de religion ou fait colonial page 9
    • Dossier : l’Afrique des ethnies page 13
    • Le premier festival culturel panafricain page 21

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

........... M __ IIA _ .tA ............ I*llIaP.uIMRAPl SEPTEM8RE lM • • ". 215 • PIUX . 2 flWllCS , , , LES IMMIGRES DEUX FOIS FRAPPES N.P.D. : POURQUOI? • DOSSIER: L'AFRIQUE DES ETHNIES LA HONDA N 360 Une voiture de conception très sûre de ligne et agréable, et d'un soin particulier dans la recherche du détail. La N 360 comprend l'équipement nécessaire pour une conduite agréable. confortable et en toute sécurité : direction du type « course Il à crémaillère permettant un contrôle très précis et l'élimination du sous-virage ou survirage... Confortable? Le système de ventilation à évacuation par l'arrière vous assure un bien-être constant. chaud en hiver. froid en été. sans oublier les glaces descendantes. Pratique? Tous les instruments de cOntrôle groupés sur le tableau de bord noir vous permettent une lecture rapide et facile, son large pare-brise panoramique vous apporte encore plus de visibilité. Un moteur de faible cylindrée qui produit de hautes performances Sa vitesse? Elle dépasse le 115 lun/h chrono! Ses accélérations? Foudroyantes aux feux rouges : 400 m départ arrêté en 22 secondes! Elle grimpe les côtes les plus difficiles sans problèmes. La puissance développée par ses moteurs 4 temps, à arbre à came en tête, coulés dans un alliage d'aluminium trempé, est de 33 CV SAE. De hautes performances pendant des années, sans réparations coûteuses, c'est ce qui vous est garanti par la mécanique de précision HONDA, et les sévères contrôles de qualité réalisés .à la sortie de ses chaînes automatiques ultra-modernes. L'entretien habituel est lui aussi réduit à un coût minimum. Mieux est encore le Iilométrage que vous pouvez parcourir avec 4,5 1 d'essence: 100 lun. eX•I ste aUSSI• modèle entièrement automatique HONDAMATIC N 360 ~ 1 en Si vous achetez votre HONDA aux Etablissements • Claude Froger, 40, avenue de la Porte-de-Villiers, Paris (17e ) (425.00.54) • Paris-Centre-Automobile, 52, rue Croix-des-Petits-Champs, Paris (1 er) (488.14.18) un cadeau vous est réservé: un POSTE-TRANSISTOR que vous pourrez retirer à « Droit & Liberté» sur présentation de la facture. On sait bien ... L'affaire d'Orléans (( Action Française» pas morte !) montre assez où mène encore la passion anti-juive. N'oubliez pas pour autant les gens de couleur et les Arabes, Et il yale racisme interafricain. Et il y a au Moyen Orient un double racisme. Mais on sait bien que c'est toujours à recommencer. Pauvre Sisyphe! Anne SERRIER Paris (17°) Ce que je suis Au sujet des lettres de Pierre Levain et de M. Herscovici parues dans vos derniers numéros, je voudrais préciser mon point de vue sur l'expression « juif avant tout» employée par ce dernier. Pour ma part , je me considère comme : 1) citoyen français (né en France) ; LI l\Jormand, pays de mon enfance ; 3) républicain de gauche; 4) antiraciste de coeur et d'âme ; 5) sympathisant des peuples en lutte pour leur indépendance afin d'instaurer un « véritable» socialisme ; 6) d'origine juive, mais je dois préciser que, pour moi, « juif» n'est ni une race ni une nationalité, mais une religion dont, d'ailleurs, j'ai réussi, et je m'en félicite, à me débarrasser, Dans ces conditions, je ne vois pas pour quelles raisons je pourrais me dire « juif avant tout ». D'autre part, comment pourrais- je être pro-israélien alors que la politique du gouvernement d'Israël est réactionnaire , impérialiste, militariste - je m'excuse pour cette appréciation, ·qui ne sera certainement pas approuvée par tout le monde. Il est vrai que la situation d'Israël est complexe, mais à qui la faute , sinon aux pays COBIER qui ont décidé la spoliation de la terre arabe sans , bien entendu , demander l'avis des Palestiniens. A la réflexion, je me demande si la création de l' Etat d'Israël n'ftait pas un ca deau empoisonné pour les juifs du mn'lde entier. Cela dit , je ne suis ni propalestinien , ni antisémite ; j'essaie avec le plus de franchise avec moi-même d'analyser les faits en dehors de tout fanatisme d'un côté comme de l'autre , Armand SARAN 93-Montreuil. Remerciements Je souhaite remercier publiquement dans vos colonnes l'Association générale de retraite par répartition (A.G.R .R.) 37, boulevard Brune à Paris , pour l'accueil compréhensif et réconfortant qu'elle m'a réservé en tant que retraité, Je tiens à rendre hommage à la conscience professionnelle de son personnel et à son effi caèité, Abram FRIDMAN Paris (20°1 Toutes les données Le débat qui s'est instauré dans vos derniers « Courriers» entre M. F. Herscovici et M . Pierre Levain me paraît, hélas , sans issue. DROIT ET LI BERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 Pour éviter les erreurs d'interprétation et les inutiles accusations à propos des délicats problèmes en cause, je crois qu' il faut 1. - Admettre que le sionisme, ou tout au moins la sympathie d'un grand nombre de juifs pour Israël, est le résultat des persécutions anti-juives

cette sympathie n'est pas

a priori une manifestation de racisme anti-arabe, 2. - Admettre qu Israel, avec ses partis politiques , ses classes sociales , est un Etat comme les autres , avec toutes les contradictions que cela suppose

critiquer son gouvernement,

ses orientations n'est Pourquoi? pas , en soi , faire preuve d'antisémitisme. On peut regretter l'attitude des juifs qui voient en Israël une solution à l'antisémitisme et considérer comme fausse leur analyse; on peut, d'autre part, regretter l'opposition arabe à Israël et les excès qui en résultent, Mais, si l'on se veut objectif, il faut tenir compte de toutes ces données en les situant dans leur contexte historique. Je ne vois pas d'autre moyen pour essayer d'envisager une solution. Etre antiraciste , c'est avant tout être compréhensif. Louis ANDRES 67 -Strasbourg Je tiens à vous rapporter la petite mésaventure qui m'est arrivée il y a quelques jours et qui doit se répéter assez fréquemment: Pourquoi donc la nationalité algérienne Entraîne-t-elle si souvent le mépris et la haine? Là où il était interdit de statIonner, Mon véhicule hélas, certain jour j'ai garé. Suivant imprudemment les voitures alignée~ Le panneau, un seul instant je n'ai regardé. De mon véhicule je m'apprêtais à sortir Lorsque j'ai vu un policier vers moi venir. Après m'avoir bien fait remarquer le panneau, Que je l'eus prié de m'excuser, tout penaud Il m'a demandé de lui montrer mes papiers Evidemment, j'ai tout de suite obtempéré Et c'est à ce moment que tout a commencé, Mes papiers sont en règle, je tiens à préciser. Mais enfin, pourquoi étais-je venu à Paris? Il me fallait rester dans cette « sale. Algérie ». Sur ce même ton, j'ai appris que j'étais voleur, Que les Algériens commettaient les pires horreurs. A l'entendre dire, j'avais commis tous les crimes, Pourquoi m'a-t-il poussé au fond de l'abîme? Tout simplemef)t parce que moi. un Algérien, Je ne pouvais être qu'un brigand et un vau~ien ! Pourtant, nombreuses elles étaient les automobiles, Toutes les unes derrière les autres, sur une même file, Ne respectant pas le stationnement interdit! Oui. ... mais ... c'est autre chose quand on est d'Algérie! En vous félicitant encore bien vivement pour votre action, je vous prie de croire, messieurs et chers amis, à mes sentiments les meilleurs. Ahmed SENNASROUNE, Rueil (921, 3 OFFRE SPÉ~IALE AUX IJE~TEURS DE ~roit& liberté


...... . ..... --------------~-

LA BICYCLETTE PLIABLE POUR ROULER LIBREMENT ... • transportable en voiture. • de faibles dimensions une fois pliée. • très légère (16 kg). • en ville, peut se ranger dans un placard. • parfaitement équipée (deux freins, l'un à main, l'autre par rétropédalage; circuit électrique complet ; porte-bagage; sacoche à outils). • fabrication tchécoslovaque. Envoyé à domicile, sous emballage protecteur, au prix extraordinaire de 230 F, frais d'expédition compris. NOM ._._._ .. _. . _.__ ... _. . _._._._ .__ .. _.. . _.. . _. . _.. __ .. ____ _ ADRESSE .. __ _ vous prie de lui faire parvenir (1) une bicyclette pliante - un poste de radio-réveil « Signai » Ci-joint chèque bancaire , mandat-poste, chèque postal (1). LA MUSIQUE A L'HEURE QUE VOUS AVEZ CHOISIE ... • à l'heure convenue, vous réveille en musique. • pense à votre émission préférée. • vous rappelle l'heure de vos coups de téléphone. • très maniable et peu encombrant (121 x 77 x 36 mm ; poids : 400 g). • de haute qualité pourtant : sept transistors, grandes et petites ondes ; fourni avec étui cuir. • fabrication soviétique. Envoyé en recommandé, sous emba llage protecteur, au prix spécial de 165 F, f rais d'expédition compris. PRÉNOM _ MONTANT Total : Signature A envoyer à PAN-EUROPEAN, 44-46, boulevard Magenta - PARIS-10" - C.C.P . 2962-22 Paris. N.B. - Les frais d'expédition sont compris dans le montant. DL ( 1) Rayer les mentions inutiles . 4 dans ce numéro LA LIBÉRATION DE BATHILY BOUBACAR Les protestations des travailleurs africains suscitent la solidarité (p.p. 6-7). DÉVALUATION Ceux qui sont doublement frappés (p. 7). LA MARCHE SUR BONN DE M. VON THADDEN Le 28 septembre auront lieu les élections en Allemagne fédérale (p.p. 8-9). IRLANDE Guerre de religions ou fait colonial? (p.p.9-10). LE DOSSIER DU MOIS L'AFRIQUE DES ETHNIES (p.p . 13-20) LE 1er FESTIVAL CULTUREL PANAFRICAIN la négritude et l'ethnologie mises en accusation (p.p. 21 -22). NOTRE COUVERTURE: Les soldats britanniques à Belfast (Photo J. Haillot-TEAM). d~it & liberté MENSUEL 120, rue Saint-Denis - Paris (2 e) Tél. 231-09-57 - C.C.P. Paris 6070-98 ABONNEMENTS e Unan:20F e Abonnement de soutien : 40 F Alllilles, Réunion, Maghreb, Afrique francophone, Laos, Cambodge, Nouvelle-Calédonie

20 F. AUlres pays: 30 F.

Abonnemenl de soutien: 40 F. La gérante : Sonia Bianchi Imprimerie La Haye-Mureaux éditorial SEPTEMBRE 1 t débarquement sur la Lune, événement majeur de l'histoi re humaine, que l'on ~i~erait exalter, dans une joie sans mélange, s'est trouvé bien vite éclipsé, cet ete, par nos preoccupations terrestres. Succession significative : à peine le président Nixon avait-il salué l'exploit des cosmonautes qu'il se rendait au Vietnam, où son pays poursuit, cont re un peuple qui se veut libre, une guerre d'extermination atrocement meurtrière et corruptrice. Depuis, rien n'est venu étayer bien au contraire l'espoir d'une prochaine solution pacifique, conforme aux droits de ce peuple héroïque. Nouveaux ou chroniques , il y a de par le monde aujourd'hui bien d'autres drames, opposant nations ou communautés, intérêts économiques ou conceptions politiques; leur énumération serait longue, et combien douloureuse. Deux d'entre eux, qui risquent de rebondir dangereusement sous peu, retiennent l'attention par la compl exité des données et des passions qu'ils mettent en jeu. En Irlande, ce sont les haines religieuses et nationales d'un passé cruel qui se mêlent, jusqu 'à le masquer parfois, à un conflit économico-politique , lui-même issu d'une situation typiquement coloniale. Quant au Moyen-Orient, il offre une telle abondance de problèmes enchevêtrés qu'il occupe à peu près en permanence, depuis deux ans, le premier plan de l'actu alité. Accident ou provocation, l'incendie de la Mosquée d'El Aqsa a suscité aussitôt une vague de fureur teintée de racisme. Cet événement confirme les confusions qui, trop souvent amalgament sentiment religieux et conscience nationale dans les pays arabes où des leaders tentent de résoudre les questions politiques dans un climat de croisade passionnelle, comme d'ailleurs en Israël où d'aucuns entendent justifier par la Bible les annexions qu'ils préconisent. Dans le même temps, les nouvelles pendaisons d' Irak, qui soulèvent une réprobation profonde, accroissent encore la tension, tandis que les opérations mi litaires quotidiennes semblent recréer les conditions d'une conflagration généralisée. T RENTE ans après le début de la dernière guerre mondiale, 25 ans après la Libération, on aimerait se tourner avec espoir vers l'avenir en commémorant la victoire sur le nazisme. Or, comment ne pas s'inquiéter des reculs, des reniements, des silences coupables qui en ont , peu à peu , amoindri les effets. En France, on parle de transférer les cendres de Pétain à Douaumont, ce qui équivaudrait à réhabiliter la collaboration. En Allemagne, sous la protection d'un chancelier, ancien nazi, le N.P .D., héritier de l'idéologie et des méthodes hitlériennes, prépare sa « marche sur Bonn» à la faveur des élections de septembre . Le racisme, que l'on pouvait croire à jamais subjugué, a pris des visages nouveaux; il demeure une réalité en France même, à la fois anti-juif et anti-arabe, source de préjugés, de discriminations et d'arbitraire à l'encontre des travailleurs immigrés. ({ La bêtise insiste toujours», constatait Camus. Et aussi la haine, l'injustice. Lointaines ou proches , les atteintes à la dignité humaine et à la paix nous concernent, nous menacent tous. Divers dans ses formes, constant dans ses objectifs, le combat de l'homme continue . Albert LEVY. DROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 5 Inunigrés La protestation des travailleurs africains contre leurs conditions de logement suscite un courant de solidarité. , LA LIBERATION B o .: "- DE BATHILV BOUBACAR Les affiches des travailleurs africains d'Ivry. AI vry, la grève des loyers se pour' mit. Les 550 travailleurs africains entassés dans onze pièces d'une rapporté au « logeur» 913 890 F du 1 er janvier 1965 au 30 avril 1969, usine désafTectée de la rue Gabriel-Péri continuent de refuser l'augmentation mensuelle de 20 F que le gérant a voulu leur imposer, de réclamer l'amélioration de leurs conditions d'hébergement (ils ne disposent que de deux lavabos, deux robinets d'eau potable, cinq W,C., et d'un drap propre tous les 40 jours). Ils ont eux-mêmes calculé que loyers et cautions ont Des injonctions sans effet Dans une lettre envoyée à la C.G.T" le directeur de la réglementation au ministère de l'Intérieur a indiqué que « des injonctions ont été adressées au gérant en vue dè l'inviter à renoncer à l'augmentation des loyers et à entreprendre une série de mesures tendant à remédier aux conditions d'hygiène existantes )), Mais ces injonctions 6 « HEl L HITLER! )) L: 31 juillet à 2 h 30, une bouteille d'essence enflammée était lancée contre un local abritant des travailleurs algériens, 11, rue Duranton à Paris. A proximité du lieu de l'attentat, on trouvait un tract : «C'est encore nous. Retournez dans votre pays, sales Arabes pourris. Heil Hitler. Il Cet attentat et les «commentaires » qui raccompagnent sont loin d'être les premiers. Le 31 juillet également, l'expulsion d'un millier d'immigrés installés dans un bidonville d'Argenteuil était prononcée. Décidément, la situation de l'immigré est loin d'être normale en France, On peut regretter ou même s'étonner Oe ce que jamais les auteurs de violences commises contre des immigrés n'aient été arrêtés (en 1968 à Orléans, la police n'avait même pas jugé utile de relever l'identité des agresseurs du Campus universitaire qui s'en étaient pris tout particulièrement aux étudiants étrangers, alors qu'elle les «tenait »). Dans le second cas, on doit souligner que l'expulsion est le plus souvent prononcée alors que le relogement n'est pas prévu, On a évoqué à différentes reprises la nécessité de la résorption des bidonvilles et personne ne conteste cette nécessité. Cette résorption est cependant impossible si elle ne s'accompagne pas d'une politique sérieuse du logement (il faudrait construire 600000 logements par an, dont 300000 logements sociaux, pendant 20 ans, pour résoudre la crise générale). En réalité, ce qui est en cause, c'est la politique d'immigration massive que continue à pratiquer le gouvernement, sans prévoir les structures d'accueil et d'installation. " va uroe certaine tendance dans l'opinion, que refléte Minute, à rendre responsables les immigrés de la situation qui leur est faite. Le 14 août, un Nord-Africain de 36 ans, M. Ali Ben Abdelkader Souamia, tentait, à Saint-Alban du Rhône, de sauver deux jeunes baigneurs en difficulté. " y laissa sa vie. M. Souamia était père de 11 enfants, Cette information, on ne la lira pas dans Minute où l'on affirme par contre, sans aucune preuve, que «la criminalité croissante dans l'agglomération lyonnaise est liée Il la prolifération des Nord-Africains! Il . n'ont été suivies d'aucun efTet. Au contraire. Non seulement le gérant a interdit toute visite, quelle qu'en soit l'heure, mais encore il prive d'électricité et d'eau les locataires de 18 heures au matin (la municipalité a fait installer un camion-citerne pour leur venir en aide). On se demande si le gérant, M. Taoré Garba, ne cherche pas à provoquer l'incident qui entraînerait la désunion et servirait de prétexte à de nouvelles brimades. De justes revendications A Saint-Denis, l'attitude du gérant du foyer géré par l'Assotraf, une association privée, a eu des conséquences graves pour trois au moins des 700 Africains hébergés, Là aussi, une augmentation avait entraîné, en mai, une grève des loyers; là aussi, les locataires depuis longtemps se plaignaient des conditions d'hébergement (ils vivent à 16 dans des pièces de 5 mètres sur 5). Deux d'entre-eux furent expulsés de France, le ministre de l'Intérieur affirmant Que if prenant pour prétexte l'augmentation du loyer mensuel, ils avaient poussé un certain nombre de locataires au désordre; que leur comportement particulièrement violent et dangereux était de nature à apporter un trouble certain à l'ordre public»! L'enquête avait été expéditive. Le 23 juin, M. Bathily Boubacar était arrêté, à l'usine Renault de Boulogne-Billancourt et bientôt emprisonné à Fresnes, inculpé de menaces de mort sur plainte de M. Jean Allix, le gérant du foyer. . Le Collectif de coordination sur la migration (Accueil et Promotion, C.I.M.A.D.E., Comité médical d'aide aux migrants, F.A.S.T.I., M.R.A.P.) tenait, le 7 juillet, une conférence de presse dans les locaux de notre Mouvement pour attirer l'attention de l'opinion publique non seulement sur la situation de M. Bathily Boubacar et de ses camarades mais sur celle, juridique et sociale, de l'ensemble des immigrés. A la suite d'une confrontation chez le juge d'instruction, le 29 juillet, M. Bathily Boubacar fut mis en liberté provisoire (avant que cette décision ne soit connue, de nombreuses protestations s'étaient élevées, un meeting organisé par la C.G.T. avait réuni Français et immigrés à Boulogne- Billancourt, en présence d'une délégation du M.R.A.P.). Un fonctionnaire de la Préfecture de police, témoin de « l'incident », avait ramené celui-ci à de modestes proportions, confirmant en outre la justesse des revendications des Africains de Saint-Denis. Un autre incident qu'invoquait M. Allix ne convainquit pas le magistrat de la nécessité de la détention de M. Bathily Boubacar. Ce dernier a été réintégré dans son emploi après avoir été licencié et au foyer. Mais on l'a invité à chercher un autre logement en raison de sa nationalité française. On avait mis bien longtemps à s'apercevoir qu'il était français ... L'exception ou la règle? Mais si le magistrat a estimé devoir rendre M. Bathily Boubacar à la liberté, comment les accusations portées contre ses deux camarades pourraient-elles tenir? En fait, depuis mai-juin 1968, l'arbitraire tend à devenir la règle. Et l'amnistie, si elle a couvert bien des crimes et délits, ne s'applique pas aux dizaines d'expulsés. Le 27 juillet encore, un antifasciste portugais, M. Jose Ramalho Ferreira, était arrêté à Paris. Les avocats saisis de l'affaire se voyaient refuser toute information. Trois fois, il avait été arrêté par la police portugaise, la P.I.D.E., et torturé. Déjà des expulsés espagnols avaient été livrés à la police franquiste. Aux mesures administratives s'ajoutent ici et là des actes de violence: des attentats ont été commis dans la région parisienne contre des cafés algériens; les inscriptions xénophobes et racistes fleurissent. Les devoirs des immigrés ont très souvent été évoqués. Il conviendrait qu'enfin on définisse clairement leurs droits et surtout qu'on respecte ces droits. Jacques TENESSI cc La Vie Ouvrière Il, hebdomadaire de la C.G.T., vient de publier un GUIDE JURIDIQUE DE POCHE qui constitue une véritable encyclopédie. Il peut être commandé à cc La Vie Ouvrière Il, 33, rue Bouret, Paris (198 ) contre paiement de 6 F au C.C .P. 4780-27 Paris, DROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 Les immigrés ont perdu à la dévaluation. Les spéculateurs ont gagné. , LA DEVALUATION Ceux qui sont doublement frappés 1 E 8 août dernier, le Gouvernement L décidait une dévaluation du franc de 12,5 % et de bloquer - jusqu'au 15 septembre - les prix industriels français et les marges bénéficiaires des commerçants «pour éviter tout mouvement consécutif à la mesure prise» (le 11 août cependant, les compagnies aériennes décidaient d'appliquer les nouvelles parités du franc aux tarifs de transports internationaux des passagers et des marchandises). Théoriquement, la dévaluation d'une monnaie signifie qu'elle vaudra une moindre quantité d'or. Ainsi le franc représente désormais 16 centigrammes d'or fin au lieu de 18 précédemment. " est évident que cette notion est abstraite et c'est sur les conséquences de la dévaluation qu'il convient de s'interroger dans la mesure où elle influera sur la situation de l'ensemble des Français et des travailleurs immigrés. Le taux de change étant abaissé de 12,5%, la plus grande partie des produits importés vont voir leur prix augmenter dans la même proportion. Comment les autres prix pourraient-ils résister? Le gouvernement a d'ailleurs bloqué les prix pour une période extrêmement limitée. Vie plus chère CI Une dévaluation, écrivait justement La Nation, le 11 juin dernier, ( ... ) signifie le renchériBBement des produits importés et des investissements. Elle débouche sur la vie plus chère at le chômage Il. C'est cependant sur la situation des immigrés que cette dévaluation va avoir les plus graves conséquences. Comme leurs camarades français ils vont subir la hausse des prix, En outre, les économies qu'ils envoyaient régulièrement à leurs familles seront dévaluées de 12,5 % (à moins que les gouvernements africains de la zone-franc n'aient euxmêmes décidé de s'aligner sur la politique financière française; les transferts de fonds en direction de cette zone ont été bloqués en attend~nt cette décision). Le sort des familles En 1967, les travailleurs immigrés ont envoyé dans leurs pays d'origine 2017 millions d'anciens francs pour permettre à leurs familles de vivre, voir de survivre. La plupart de ces familles vont subi une perte de 12,5 %. Pour ceux qui s'inquiéteraient de cette « hémorragie» de fonds, il faut rappeler que la main-d'oeuvre immigrée en France coûtait par an, il y a un certain temps déjà, 10 à 12 milliards en salaires et prestations sociales et que sa production rapportait 16 à 18 milliards; que la politique de coopération pratiquée par le gouvernement (dans laquelle s'inscrit la politique d'immigration) rapporte beaucoup plus à l'économie nationale qu'elle ne lui coûte, Déjà, un régime discriminatoire régnait dans le barême des prestations familiales ... En juin, le Premier Ministre déclarait qu'on CI n'aurait garde d'oublier ces travailleurs étrangers qui assurent dans notre économie les travaux les plus pénibles et dont les conditions de vie doivent être améliorées Il. Ce serait un début de simple justice d'établir un taux de change préférentiel pour les travailleurs immigrés de façon Que la situation des familles ne soit pas aggravée. D'autant qu'aucune mesure n'avait été prise en 1968 pour enrayer les transferts de capitaux à l'étranger. On estime que 16 à 18 milliards ont ainsi quitté la France, Dans la mesure où les exportateurs français consentiraient à rapatrier leurs capitaux, ils toucheraient, eux, une «prime» de 12,5%, J.T. 7 Néo-nazislDe Le 28 septembre auront lieu les élections législatives en Allemagne fédérale. ~ ~_ ........... - Le N.P.D. compte s'assurer 50 sièges. La police montée ouest-allemande « attaque» une manifestation anti- N.P.D. Ça s'est passé le 8 août à Recklinghausen. Il y a eu beaucoup de blessés. qui ont été hospitalisés . LA MARCHE SUR BONN DE M. VON THADDEN TANDIS que la campagne pour l'élection du 6e Bundestag bat son plein, la dévaluation du franc français dirige les projecteurs de l'actualité sur des forces qui auraient pré(éré rester dans l'ombre. D'une seule voix, les orateurs du C.D.V. (parti démocrate-chrétien) et du C.S.U. (branche bavaroise du C.D.U.) entonnent le même refrain : « Vous voyez bien que nous avions raison de refuser toute manipulation du Deutsch-Mark ». Un jeu de dominos D'autre part, les associations des originaires de la Silésie et des Sudètes, les « réfugiés », les organisations des anciens de la Wehrmacht hitlérienne et d'innom brables associations de droite répètent in- DEUX CRIMINELS ... par Emil CARLEBACH" lassablement : « Les frontières de l'Europe doivent être révisées : La R.D.A. doit être incorporée à l'Allemagne de l'Ouest ». Cette propagande s'étale partout, y compris dans les livres de classe et dans les prêches dominicaux : le tout subventionné par le gouvernement au moyen des fonds publics. A la tête des associations des soi-disants réfugiés, Adenauer avait placé pendant des années son homme de confiance, Linus Kater. Depuis le début de la campagne électorale il fait ouvertement figure de candidat du N.P.D. Et l'on ne doit pas s'étonner si ces associations comptent des milliers d'adhé- Cette photo a fait le tour du monde. Elle avait été prise au moment de l'arrestation par les nazis des habitants du ghetto de Varsovie. 8 Le 5.5 . Bloesche (à droite sur la photo) a été retrouvé et arrêté en République démocratique allemande après de longues et patientes recherches et condamné à mort en mai dernier pour ses crimes. Par contre, le 5 .5.5tandartenführer Ludwig Hahn, son supérieur, n'a pas encore été jugé. Il se trouve en détention préventive depuis ... 1965 en R.F.A. On peut se demander si l'administration judiciaire ouest-allemande n'attend pas l'adoption de textes permettant de considérer Ludwig Hahn comme un « petit criminel» . rents, car d'après la législation ouest-allemande est considéré comme « réfugié» l'enfant ou le petit-enfant d'un réfugié, même s'il est né en Allemagne fédérale. « Des animaux » Les données de la politique intérieure servent, comme la situation internationale à alimenter le climat de panique voulu par la droite. Quand quelques milliers d'étudiants (dans un pays de 60 millions d'habitants) manifestent dans les grandes villes, le chancelier Kiesinger (membre du parti nazi de 1933 à 1945) déclare publiquement qu'il y a danger de guerre civile et que l'Etat doit employer tous les moyens de répression dont il dispose. Et M. Franz F. Strauss affirme à son tour textuellement : « Les manifestants de gauche sont des animaux auxquels les lois humaines sont inapplicables.» A Bamberg et à Biburg, les médecins et le personnel hospitalier ont refusé de soigner les blessés des manifestations antinazies, en leur prodiguant des injures, dont la moindre était : « Vous méritez d'être gazés ». Les fonds du N.P.D. Sous le gouvernement Kiesinger, le parti nazi N.P.D. s'est considérablement renforcé et a réussi à recruter plus d'adhérents que le parti nazi de sa fondation jusqu'en 1929. Le chef du N.P.D., M. von Thadden se vante publiquement de pouvoir disposer

  • Emil Carlebach, rédacteur au journal

allemand « Die Tat », organe de la V.V.N. (Union des victimes du nazisme), a été interné de 1934 à 1945 d'abord en prison et ensuite à Buchenwald. Depuis il a fait également de la prison sous Adenauer. de plus de 10 millions de D.M. pour sa campagne électorale. Dans ces conditions, la campagne électorale se déroule sous des auspices particulièrement difficiles pour les forces de gauche. Confusion et hystérie Les Qommes de la S.P.D. qui refusent la coalition avec Kiesinger et Strauss et qui désirent combattre énergiquement le néo-nazisme sont exposés à une pression furieuse de leurs ministres et des fonctionnaires du Parti. Le Parti communiste allemand qui milite pour la reconnaissance des frontiéres actuell es, la reconnaissance de la R.D.A., la réduction de moitié des dépenses militaires et l'interdiction de toute activité fasciste ou raciste, n'existe que depuis environ un an et ne dispose de presque aucun moyen de propagande ni de moyens financiers. Le Parti communiste allemand est d'ailleurs le seul qui ait osé élire comme président un juif, Kurt Bachmann, ancien déporté du camp de concentration de Buchenwald. Le déroulement de la campagne électorale permet de prévoir que ces élections ne résoudront aucun des grands problèmes qui se posent actuellement en R.F.A. Au contraire. Les campagnes de la presse de M. Springer et les méthodes employées par les partis au pouvoir ainsi que par les néo-nazis contribuent à créer une atmosphère de confusion et d'hystérie. Lt:~ décisions qui détermineront l'avenir dt: la R.F.A. interviendront plus tard. N.P.D . ... N.P.D . ... • « En attaquant le capitaine Oefregger, on vise tous les soldats allemands d'alors et d'aujourd'hui, ainsi que tous les Allemands favorables à l'esprit militaire ... Il, a déclaré Mgr Mathias Defregger devant la télévision allemande, le lundi 4 août 1969. Defregger est l'ancien capitaine de la Wehrmacht , coupable du massacre de dix-sept otages italiens de Filetto (Italie) en 1944, dont le passé a été révélé récemment en Allemagne fédérale ... • Dans le cours du mois de juin deva nt cinq cents personnes, dans une brasserie de Munich, Adolf von Thadden a fait l'éloge des Jeunesses Hitlériennes. • Le cardin al Doepmer, archevêque de Munich a publié au mois de juin, une mise en garde contre la propagande du N.P.D. Faisant allusion au nazisme, il écrit : « Une fois déjà, la réaction a été trop faible. Il • Onze membres ou ex-membres de la Bundeswehr - parmi lesquels deux ont appartenus au N.5.D.A.P. de Hi tler - sont candidats du N.P.O. aux élections' législatives. La plupart sont officiers. DROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 IRLANDE GUERRE OU FAIT DE RELIGIONS COLONIAL? Dublin au siècle passé (Doc. Harlingue- Viollet). HUIT morts, dont un enfant, des centaines de blessés; des quartiers entiers détruits à Belfast et Londonderry : après les semaines sanglantes de juillet-août, le calme relatif qui s'est instauré en Irlande du Nord est encore lourd de menaces. La présence des troupes britanniques entre les belligéran ts ne résoud rien. Car la solution à ce q ui apparaît superficiellement comme une guerre de religions, ne peut être que politique et sociale. S'il ne s'agissait que d'un connit confession nel, nul doute qu'en ce temps d'oecuménisme, l'accord se réaliserait aisément, et d'ailleurs il se situerait sur un tout autre terrain. On ne peut comprendre ce qui se passe en Irlande du Nord sans analyser les rapports de domination existant entre les deux groupes. Et l'on aboutit à une sorte oe double équation : la masse des catholiques, de souche irl andaise. sont des travai lleurs pauvres, mal logés, privés des droits les plus élémentaires; les dirigeants de l'économie comme de la vie politique sont de riches protestants. d'origine an glaise ou écossaise. La marque distinctive Les o uvriers catholiques durement opprimés agissent pour mettre fin à leur condition de parias. et non pas en fonction de considérations théologiques; aussi, les travailleurs protestants, qui parfois connaissent un sort guère meilleur, se sont-ils refusés dans la dernière période aux divisions que, traditionnellement, le patronat suscite; leurs syndicats communs viennent de publier une déclaration où ils approuvent la campagne pour les droits civiques et dénoncent « le sectarisme et la bigoterie ». In versement, une certaine bourgeoisie catholique se trouve attirée, pour défendre ses intérêts économiques, vers ses homologues protestants. Ce processus s'est concrétisé dans la création du New Ulster Movement, alimenté par des capitaux « biconfessionnels », tandis que la jeune Bernadette Devlin, élue député sous l'égide du People's Democracy Movement, affirme : « Nous Ile sommes pas un mouvement catholique. Nous sommes un mouvement de lout le peuple exploilé de l'friande du Nord. Le parti au pouvoir est un parti conservateur utilisant les différences religieuses en vue d'affaiblir les efforts des simples gens ~ 1 million de morts Un rapport précise qu'en 1835, la production agricole irlandaise se montait à une valeur de 36 millions de livres, se répartissant ainsi : 10 millions donnés par les paysans pour la location des terres; 20 millions en taxes et profits des pro pri é. taires et marchands; 6 millions pour la nourriture des producteurs. Cette nou rri ture consistait uniquement en pommes de terre; et lorsqu'en 1846 et 1847, la récolte fut mauvaise , une famine dramatique s'abattit sur le pays, faisant, estime-t-on, plus d'un million de morts. Dans le même temps, sous la protection de l'armée britannique, d'énormes quantités de blé étaient exportées. 9 Irlande Guerre de religions ou ~ pour améliorer leur sort. Lefanatisme religieux sert d'excuse à l'échec économique du gouvernement )) (1). C'est en effet au nom de la religion, voire de la race, que le pasteur Ian Paisley prêche sa croisade haineuse, et que le gouvernement mobilise ses supporters; c'est l'origine religieuse qui sert de base au recrutement des différentes forces de police : la R.U.C. (Royal Ulster Constabulary) officielle, les « B Specials», supplétifs appartenant aux classes moyennes protestantes, les U.V.F. (Ulster Volunteer Force), milice nationaliste dans le style du Ku Klux Klan. Discriminations et coercition La lutte du peuple irlandais catholique a pris des formes multiples du XIIe au xxe siécle, sous l'égide de mouvements politiques divers, réclamant des mesures de justice pour les fermiers irlandais, comme la Land League (1879), et surtout l"indépendance, comme le Mouvement Fenian (1858), la Home Rule Association (1870), le parti Sinn Fein (1900). Du côté anglais, leur furent opposées tantôt la violence, tantôt des concessions tendant à désamorcer les revendications. De mesures répressives en promesses non tenues, d'émeutes sanglantes en négociations, l'indépendance fut enfin reconnue en 1914, à la veille de la guerre, et appliquée en 1921. Mais les Anglais conservaient, comme au début de la colonisation, un Pale, une zone sous leur contrôle, l'Ulster. Rigoureusement, les di6geants de l'Irlande du Nord ont poursuivi, en l'adaptant à l'ère industrielle, la politique de domination pratiquée depuis la conquête. C'est ainsi que les catholiques se trouvent écartés des assemblées politiques et des fonctions administratives, notamment de la police; qu'un système censitaire compliqué, lié au problème du logement, les prive en grand nombre du droit de vote; que le découpage savant des circonscriptions assure l'élection de protestants « orangistes », y compris dans les quartiers catholiques; qu'une ségrégation de fait s'est instaurée dans les villes; et que dans le domaine de l'emploi, comme pour les avantages sociaux, les catholiques subissent de nombreuses injustices. Parallèlement, le pouvoir de I;Ulster', soutenu par Londres, a institué des lois d'exception, grâce auxquelles les catholiques sont soumis à l'arbitraire le plus (1) Interview au National Guardian 21 -6- 1969. 10 fait colonial? complet. Le mamtten de cette situation a pour fondement les différentes polices, et les organisations de type fasciste, tels que la « Loge Orange» et les commandos du pasteur Paisley. Mais nous ne sommes plus au temps de Cromwell ou de Guillaume III. Les événements de la dernière période, la résolution des catholiques el de leurs alliés dans leur lutte contre l'oppression, la solidarité qui les entoure, prouvent que, bientôt sans doute, la décolonisation deviendra aussi une réalité en Ulster. Louis MOUSCRON Huit siècles de AVEC ses 13 564 km2 , 1'1 rlande du Nord (ou Ulster) ne représente qu'un sixième de l'île dont elle occupe l'extrémité nord-est. Lorsqu'en 1921, Londres dut admettre la création de l'Etat libre d'Irlande, cette enclave fut conservée à la Couronne britannique. Tandis que l'Etat nouvellement créé - devenu en 1949 République d'Eire - s'engageait dans sa voie propre, l'Ulster héritait du passé douloureux de l'île. Le drame de l'Irlande se trouvait réduit non pas en acuité mais en surface, aux dimensions des six comtés de l'Ulster. Et les difficultés d'aujourd'hui en représentent le prolongement normal et logique, la situation antérieure ayant ainsi été maintenue, Une sanglante histoire Huit siècles! C'est en 1170 que Henri Il de Plantagenet, roi d'Angleterre - dont le domaine couvre, grâce aux alliances familiales, la moitié occidentale de la France - part à l'assaut de « l'île verte». Convertie au christianisme par saint Patrick au v· siècle, l'Irlande avait à peu près échappé aux invasionc nordiques. En 1297, un Parlement irlandais réunit les représentants de la noblesse et du clergé, auxquels se joignent en 1310 les délégués des villes; tous d'origine anglaise, bien sûr, les Gaëls n'ayant aucun droit. Mais en 1341, comme en 1494, Londres doit intervenir contre la « dégénérescence » de la colonie, attribuée au fait que les occupants favorisent le développement de la langue irlandaise et le maintien des bardes, qu'ils s'assimilent aux moeurs et coutumes locales, et fréquentent les indigènes au point de pratiquer l'intermariage et le cousinage. C'est quand Henry VIII rompt avec Rome (1533) et se fait IJroclamer chef suprême de l'Eglise anglicane que le prosouffra nces blème religieux ajoute une 'dimension nouvelle à la conquête, un prétexte « noble» aux persécutions. L'exploitation coloniale, assurée par une oppression draconienne , explique l'indicible misère des paysans irlandais, ouvriers agricoles ou fermiers sur les propriétés accaparées par l'aristocratie anglaise. (( D'énormes profits écrit l'histonanne J.R, Green, revenaient aux colons, qui pouvaient obtenir trois fois plus de gains d'un domaine en Irlande qu'en Angleterre, par une féroce exploitation des ressources naturelles de l'île et de sa main-d'oeuvre bon marché. Les forêts de chênes furent hâtivement détruites pour des profits immédiats ( ... 1 Où passait l'aventurier anglais, il laissait la terre aussi nue que si un incendie avait ravagé le pays. Il La révolte qui éclate dans l'Ulster en 1641 commence par le massacre de milliers de colons. C'est la grande peur, et bientôt la grande mobilisation pOUl la reconquête. En dix ans, de 1641 à 1652, la population de l'Irlande (compte tenu de la présence de 150 000 Anglais et Ecossais) passe de 1 500 000 à 850000. Nouvelle rébellion en 1689: Jacques Il, roi catholique en exil tentait de' reconquérir son trône à partir de l' 1 rlande où il avait débarqué, venant de France. Son successeur Guillaume III d'Orange le vainc à la bataille de La Boyne, le 12 juillet 1690. Après cette « troisième conquête », les Irlandais catholiques ne possèdent plus dans leur propre pays qu'un septième du sol en parcelles réduite.s et misérables. En 1800, William Pitt impose l'Union constitutionnelle de l'Irlande à l'Angleterre. L'indépendance (pour les 5/6 de l'île seulement) ne sera réalisée qu'en 1925. POUR EUX, , PAS DE RENTREE SCOLAIRE AUJOURD'HUI, le monde compte plus de 940 millions d'analphabètes dont 70 % de femmes, Les pourcentages les plus élevés existent dans les pays qui subissent le joug colonial, et, à des degrés variables, dans les pays en voie de développement, Les dimensions du problème n'ont pas échappé aux participants de la Conférence syndicale mondiale sur l'alphabétisation fonctionnelle réunis à Micosie du 6 au 10 mai 1969, et convoqués en coopération avec l'U.N,E,S.C.O. Dans l'esprit de la Conférence, la F,S,M. lance un appel, à l'occasion de la journée internationale de l'alphabétisation - le 8 septembre - afin que l'alphabétisation fonctionnelle soit · partie intégrante de la formation professionnelle et insérée dans le cadre général de l'enseignement, Soulignons qu'en France sur 3 300000 travailleurs immigrés, un million sont illettrés, Vengeance Le 24 août à Flers (Alençon), une dizaine de jeunes gens s'opposaient dans une rixe dans une fête foraine. L'un d'eux fut blessé au couteau. On arrêta un Nord-Africain qui nia être l'auteur de l'agression. Peu de temps après, une quarantaine de jeunes gens organisaient une expédition punitive. Armés de barres de fer et de gourdins, ils s'en prirent à deux Algériens qui, sortant d'un cinéma, furent frappés à coups de marteau et de barres de fer. Les deux hommes ont été grièvement blessés. Une dizaine d'agresseurs ont été arrêtés. Parmi lesquels plusieurs repris de justice. SÎdos IDÎS en échec cc La France aux Français Il : c'était le thème de la conférence que prétendait donner à Melun, Pierre Sidos, président du mouvement cc L'OEuvre française Il et ancien dirigeant de «Jeune Nation Il. Elle débuta certes, mais fut très vite interrompue. Les arguments avancés par Pierre Sidos provoquèrent une bagarre entre ses partisans et de jeunes contradicteurs. La police intervint et finalement le maire fit interdire la réunion qui se tenait - avec son autorisation - à l'Hôtel de Ville, TrÎste coïncÎdence Les Parisiens viennent de célébrer le 2Se anniversaire de leur libération de l'occupant nazi. En ce même mois d'août, la librairie Gibert expose dans ses vitrines de la rue de l'Ecolede- Médecine « Le Testament politique d'Adolf Hitler» préfacé par ... M. André-François Poncet. OROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 RacÎslDe pour tous âges ••• Voici un livre, Le Petit David ou Israël raconté aux enfants, qui relève de l'imposture sur les plans historique et moral. et un disque, Il était une fois en Israël, qui tient du même esprit. « Les Arabes )i, tels que les voit M. Antomarchi (( Ils ne sont pas très courageux mais méchants ii, dit M. Schoumann), et « les juifs ii tels que les voit M. Philippe Clair. M, Xavier Antomarchi pour le texte et M. Jean Schoumann pour les dessins prétendent, dans Le Petit David, résumer l'histoire des juifs mais presque chaque légende relève du stéréotype raciste et de l'interprétation malhonnête de l'histoire. Il suffit de citer un exemple pour voir le niveau du Petit David: cc - Maintenant les juifs ont deux ennemis : Hitler et les Arabes portent un uniforme tout noir comme les Allemands, mais ils ont le droit d'avoir un fez sur la tête: ce sont les redoutables S.S. arabes qui travaillent pour Hitler. n Illustration trois Arabes S,S. brandissant des couperets. Jusqu'ici, le nazisme n'a été évoqué que par cette phrase : cc Les nazis sont au pouvoir en Allemagne et ils commencent à persécuter les juifs Il. M. Ely Ben Gal, délégué pour l'Europe du parti israélien MAPAM, a écrit (1) : cc S'il y a des éqiteurs et des auteurs pour commercialiser la haine, espérons que les parents se rappelleront que le racisme est une gangrène irréductible et que l'on ne soigne pas la peste antisémite en inoculant le racisme anti-arabe n. Quelque opinion qu'on ait de la situation actuelle du Moyen-Orient, on ne peut qu'approuver cette appréciation. Dans une lettre publique aux Editions Julliard, le M.R.A.P. a fait connaître son émotion, Il a mis en garde parents, enseignants, associations, contre le grave préjudice qui peut résulter pour les enfants de la lecture d'un tel livre. Il s'est adressé aussi à la commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à la jeunesse, Le Petit David contrevient en effet à la loi sur les livres pour enfants, étant ((de nature à entretenir ou développer les préjugés ethniques et les attitudes de violence n. Le mépris des Arabes et des juifs De son côté, l'ordurier Philippe Clair vient de produire un nouveau disque, Il était une fois en Israël (2). Depuis 1967, il se complaît dans la bassesse. Son nouveau disque est cependant intéressant dans la mesure où il montre comment le mépris collectif des Arabes entraîne celui des juifs (le racisme peut revêtir la forme du mépris de soi -même). Cette fois encore les Arabes sont tous de sanguinaires imbéciles, Mais les juifs apparaissent maintenant, tous, comme des individus correspondant aux stéréotypes ordinairement utilisés dans la presse anti-juive. C'est avec ravissement que racistes anti-arabes et racistes antijuifs écouteront Il était une fois en Israël. (11 Le Monde, 9 juillec 1969. (21 Ed. Riviéra. 11 Charles----~-~----------~---------------- -- ------ l cc assez Il tolérants et 5 % tolérants. Telles sont les conclusions d'un rapport d€ l'Institut britannique des relations raciales. Un rapport alarlllant Les prochaines années au cours desquelles la population de couleur passera de 1 113000 personnes pour 1968 à 2 500000 pour 1986 seront décisives, souligne le rapport . qui lance un cri d'alarme en ce qui concerne l'habitat: si un effort important n'est pas entrepris, apparaitront alors de véritables ghettos en Grande-Bretagne. Position 10 % de la population blanche de GrandeBretagne a de vifs préjugés raciaux; 1 7 % des Anglais sont enclins à avoir des préjugés contre les hommes de couleur; 38 % sont ccJ'ai bien conscience de ce que l'Eglise dans le passé, pour des raisons complexes... a souvent créé par son enseignement, une fausse image du peuple Chaque quinzaine: VIE POPULAIRE Edité par le Mouvement de Libération Ouvrière sélectionne l'essentiel de ce qu'il faut savoir à propos des enfants, du couple, de l'enseignement, du logement, de la consommation, des loisirs, de l'actualité politique, économique, sociale et des événements internationaux. Indépendant de tout parti, VIE POPULAIRE lutte pour les droits de l'Homme à la vie, à la justice et à la paix et pour l'entente fraternelle entre tous les peuples de la terre. Demandez sans engagement de votre part 3 numéros consécutifs et gratuits de VIE POPULAIRE en retournant à VIE POPULAIRE, 15, rue de Chabrol, Paris-IOe, le bon ci-dessous :

M. Mme Mlle ...................................... .... .... .
désire recevoir trois numéros de VIE POPULAIRE li

l'adresse suivante : D.L. 12 juif et de sa situation dans le plan de Dieu Il écrit Mgr Riobé, évêque d'Orléans, dans cc La Vie diocésaine du Loiret Il, à propos de la campagne antisémitique qui s'est développée à Orléans. disch, Arthur Fischer consacre un important article à l'analyse et la critique d'un ouvrage paru aux éditions cc Le livre et la Connaissance Il de Varsovie : cc La Révolution derrière les Pyramides Il par KaSi, constate Mgr Riobé « cet zimierz Sidor. enseignement du mépris ... risque de perpétuer certains clichés négatifs concernant le judaïsme», il rappelle les recommandations de Vatican Il concernant les rapports avec la communauté juive. Arthur Fischer met en relief le caractère antisémite de cette entreprise où les falsifications historiques abondent, dans un esprit qui tend à susciter la haine et le mépris contre les juifs. En Pologne ••• L'auteur, longtemps ambassadeur de Pologne au Caire se pose en spécialiste et abuse d'autant plus facilement le lecteur. La parution et la diffusion d'un tel ouvrage ne peut que susciter la réprobation. Dans cc la Voix du Peuple Il périodique polonais de langue yidr Des faits. •• • Des gaz paralysants seraient entreposés par les U.S.A. dans leurs bases d'Allemagne de l'Ouest . • Alors qu'à Madrid, une messe était dite à la mémoire d' Hitler, à Paris le « Mouvement Social Européen » (M.S.E.) célébrait le quatrevingtième anniversaire de la naissance du « fuhrer». • Pour la première fois depuis 1948, un écrivain de langue yiddish, lIya Z. Gordon a été élu au Conseil d'administration de l'Union des écrivains de Moscou. • Par rapport à l'ensemble du Tiers-Monde, la part de l'aide publique occidentale aux pays africains est tombée de 30,4 % en 1962 à 21,9 % en 1967. • Il Strength to love Il, l'un des ouvrages du pasteur Martin-Luther King - best-seller aux U.S.A. - est interdit en Rhodésie . • Le colonel des « affreux», Jean Schramme reprend du service. Après avoir écrit le récit de ses aventures, il avait disparu de la Belgique : il prépare un nouveau « COUP» quelque part sur les frontières du Congo. ••• qui donnent à penser DROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 L'AFRIQUE DES ETHNIES Côte d'Ivoire - Coiffure Peuhl. TOM 'M'boya, ministre kenyan du Développement, a été assassiné le 5 juillet dernier. Est-ce un crime raciste? Tom M'boya était le seul ministre d'ethnie Luo dans un pays où l'ethnie Kikuyu, à peine majoritaire, monopolise le pouvoir. « Le Kenya, disent les spécialistes, risque de 'devenir un nouveau Nigéria; Kikuyus et Luos peuvent en venir à la guerre ouverte, comme Haoussas et Ibos de l'autre côté de l'Afrique.» Au Soudan aussi, la guérilla fait rage. Les peuples noirs du Sud se sentent opprimés par le pouvoir musulman de Khartoum. A~ Tchad, c'est l'inverse : le pouvoir de Fort-Lamy, tenu par les noirs, vient de faire à nouveau appel à l'armée française contre la minorité arabe du nord du pays (de cette intervention militaire-là, on a fort peu parlé). Est-ce l'anarchie qui gagne l'Afrique? Oui si l'on en croit la presse d'extrême-droite qui écrit triomphalement que « les noirs sont plus racistes que nous»; sans doute, selon la presse de droite qui a toujours pensé que l'Afrique « n'était pas mûre» pour l'indépendance, et que les puissances coloniales auraient dû continuer à veiller paternellement sur elle pendant de longues décennies encore. « Maintenant qu'ils sont entre eux, c'est encore pire qu'avant.» Cet argument raciste si généralement utilisé, il ne faut pas seulement le combattre, il faut aussi le démonter; ne serait -ce que parce que les Africains, en Afrique, sont bien loin d'être encore « entre eux» : là où s'est faite la « décolonisation », les maîtres d'hier sont encore les protecteurs tout-puissants; et les données de la guerre froide jouent leur rôle en Afrique autant qu'ailleurs . DROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 13 Y aura-toi! demain une deuxième guerre du Biafra en Afrique? .L.es obsèques de Tom M'boya, mmlstl e kényan d'ethnie Luo ont été, le ~ 1 ju.~! ct l'occasion d'incidents raciaux mqUlet. lT1ts le chef de l'Etat, le vieux lomo Kenyatta, d'ethnie Kikuyu (l'ethnie. q ui sous le nom de Mau Mau combattit la colonisation anglaise et qui tient aujour d'hui le pouvoir et l'administration) n'y assistait pas; il s'était fait représenter par le ministre du Tourisme. Depuis, la tension ne cesse de mon~er cntre Luos et Kikuyus tandis que les ethmes minoritaires, Luhya, Kambas et autres (une quarantaine en tout) hésitent à se pro noncer; ces tensions sont d'autant plus graves pour l'unité du pays que la GrandeBretagne a octroyé, en même temps quç l'indépendance, une Constitution; et que cette Constitution, très fédérative (comme au Nigéria) peut paralyser faci lement le pouvoir central. Enfin le' nord du pays est peu plé de Somalis' qu i ont déjà mené la vie dure à Jomo Kenyatta et à son gouvernement ; ils demandent leur rattachement à la République de Somalie voisine ; q u el qu ~s concessions les ont calmés dans le passe; mais la crise politique pourrait bien réveiller ce particularisme. L'explication, on la connaît : les pays colonisateurs en général, et la GrandeBreta" ne en particulier, ont su à merveille d ivise~ pour régner; ils ont exacerbé les anta"onismes tribaux, en favorisant ici les Kikuby us contre les Luos, la' -bas les 1b o s contre les Haoussas, quitte à renverser les alliances du jour au lendemain; ils ont 14 L'AFRIQUE DES ETHNIES Esclave noire chargée d'un poids attaché par une chaine à sa cheville (Collection Viollet) laissé derrière eux un lourd potentiel de haines réciproques. Pourtant, lorsqu'on y regarde de plus près, l'explication paraît quelque peu schématique. Il est vrai, pour reprendre l'exemple du Kenya, que Tom M'boya était un Luo; mais il était ministre du Développement, et le principal artisan d'une orientation pro-occidentale qui donnait le champ libre aux capitaux anglo-américains. Son principal adve~salre était Oginga Odinaa ancien ministre évincé en 1966 en b , . raison de ses orientations marxistes. Oginga Odînga avait alors fondé un parti d'opposition, le K:~.U: (K~nyan People Union) qui fut aussltot mterdlt. Or, Oginga Odinga est, lui aussi, un Luo; et lorsqu'il arriva aux obsèques de, son compatriote et adversaire, il fut porte en triomphe par la foule qui scanda, non ~es slo aans tribaux ou séparatistes, mais bien b , . . les slogans politiques de 1 opposition K.P.U. De même qu'en Nigéria, le séparatisme ibo qui a donné naissance au Biafra eS,t combattu par un gouvernement central ou des Ibos ont des responsabilités. Ethnies et religions Autre élément d'explication à ces rivalités ethniques s'ajoutent parfois des rivalités religiéuses. Les Ibos sont chrétiens alors que les Haoussas majoritaires en Nigéria sont généralement musulmans? de même les noirs du Soudan du Sud, qUI combattent pour l'indépendance de leur territoire (qu'ils nomment Azania) contre le pouvoir central arabe et musulman de Khartoum, sont chrétiens ou animistes; bel araument pour les racistes et les nostalgiques'" de la colonisation : « Le voilà bien, l'Islam fanatique et oppresseur!)) Le malheur est que dans le pays voisin du Soudan, l'Ethiopie, c'est le gouvernement central du Négus Hailé Sélassié qui est chrétien et les guérilleros du Front de Libérati~n érythréen (qui sont d'etbnie Somalie) musulmans. Et que l'armée chrétienne d'Addis-Abeba mène la répression avec la même vigueur que l'armée musulmane de Khartoum. Le « aouvernement révolutionnaire» qui b . a pris le pouvoir au Soudan en mai der.me~ vient de reconnaître au Sud le drOit a l'autonomie. C'est la première fois qu'un gouvernement africain agit ainsi. Bref, le facteur religieux, comme le facteur ethnique, sont des éléments d'explication justes, mais însuffisants à rendre compte de la complexe situation africaine aujourd'hui. Les origines des peuples d'Afrique Cette situation ne s'explique pas si l'on ne remonte pas très loin dans l'histoire. Pendant longtemps, on a cru que les peuples autOChtones, Pygmees, Boschimans, Hottentots (dont la morphologie n'est-pas sans ressembler à celle de l'homme de Néanderthal, disparu du reste de la planète) avaient été refoulés, voire eX,te.rminés par les races nOires venues d ailleurs. Cette thèse était sous-tendue par de préoccupations moins scientifiques que politiques. Comme l'écrit le professeur Jean Suret-Canale: « LA I thèse de l'origine étrangère des noirs d'Afrique: sous sa forme absolue, était fort satisfaIsante pour l'idéologie coloniale .. ce n'est évidemment pas par hasard qu'étaient formulées par ailleurs les thèses présentant les Me"mas à Madagascar, les Vietnamiens en Indochine, les Arabes en Afrique du Nord, tout comme les noirs en Afrique, sous la figure d'« envahisseurs étrangers )). L 'e~vahisseur colonial devenait ainsi le representant d'une justice immanente venant « venger)) des peuples vaincus... disparus ou assimilés depuis des siècles .. et les au- . tochtones ' n'avaient pas à se plaindre puisqu;ils n'étaient après tout, que des « envahisseurs )). (1) Ies races fossHes En Afrique comme en Europe, la fusio~ des races et des ethnies se fit progressIvement. Les Peuls actuels sont les descen. dants « sang mêlé » des énvahisseurs préhis- (1) Jean Suret-Canale: (( Afrique noire )). Editions sociales, Paris. Ci-dessus : Le ministre kenyan Tom M'baya qui a été assassiné le 5 juillet dernier à Nairobi. Ci-contre : Toute l'horreur de la guerre du Biafra , photo prise lors d'un bombardement de la ville d'Umuahia. toriques et des autochtones du FoutaDjalon; les Choa du Tchad sont nés du métissage arabes-noirs; plus généralement, les grandes aires ethniques africaines sont séparées entre elles par des aires de peuples métissés. La présence en Afrique équatoriale et australe de métis de noirs et de Négrilles ou de Boschimans autorise à penser ql,le l'assimilation s'est faite au Cours des âges et que les « races fossiles» négrilles sont ainsi en voie de disparition (il existe même en Afrique australe une ethnie, les Rehoboth issue du métissage blancsboschimans); les anthropologues pensent d' ailleurs que les races pygmées, nées d'une adaptation à ces milieux particulièrement hostiles que sont la forêt tropicale ou les zones désertiques du Kalahari, évolueront elles-mêmes à mesure de leur . intégration à la civilisation contemporaine moins tributaire de l'environnement naturel. Quant à ceux qui s'obstinent à raisonner en termes de hiérarchies des races et qui placent les Pygmées tout au bas de l'échelle, juste après les noirs, précisons pour eux que ces Pygmées ont moins de traits physiologiques communs avec les noirs qu'avec notre race blanche : traits du visage, lèvres mînces, forte pilosité. « Races)) ou « ethnies )) ? Beaucoup de ces groupes humains que les premiers ethnologues ont d'abord désignés sous le nom de races ou d'ethnies n'ont de commun que la langue; les Bantous ou les Swalili n'existent pas plus en DROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 tant que races que les Aryens chers à Gobineau et à Hitler; ce sont des peuples divers qui ont en commun un patrimoine lînguistique. Tout cela explique que l'on préfère aujourd'hui, pour cerner de plus près la réalité sociologique africaine, le mot ethnie au mot race. Car il fait la part plus juste aux critères de civilisation (langue, religion, croyances, coutumes, organisation sociale) qui permettent seuls, en dernière analyse, la classification du groupe humain. Le clan et la famnIe La base de l'organisation sociale afr icaîne est le clan, « ensemble plus ou moins étendu d'îndividus consanguin s, descendants d'un même ancêtre »; type d'organisation voulu par la réalité économique du pays, moins clémente aux hommes que les régions plus productives (Bassin méditerranéen, Moyen-Orient, Asie du Sud-Est) où sont nés, avec l'esclavage et la division du travail, les premières sociétés différenciées en classes sociales. La nécessité du clan pour l'économie afric aine, le professeur Suret-Canale la définit ain si : « A ce .stade, l'extrême f aiblesse des forces productives impose .aux hommes, pour subsister, le groupement et la coopération ; mais elle exclut toule forme, de domination ou d'exploitation, la production ne laissant, au-delà du strict minimum nécessaire à la subsistance, aucun surplus qu'un individu pourrait s'approprier aux dépens d'un autre )). Le clan est divisé en plusieurs familles assez étendues (dans certaines ethnies, le fils appelle père tous ses oncles et mère tout~s ses tantes); comme l'exogamie, l'o bligation de se marier en dehors du clan, est absolue, divers clans sont liés entre eux par les liens du mariage. C'est ainsi que s'o rganise, au-dessus du clan, la tribu. Les échanges matrimoniaux d'un clan il l'a utre sont souvent réciproques: lorsqu'un homme épouse la femme d'un autre clan, il amène une femme de son clan, qui sew épo usée par un homme du clan « dona teur »; cette pratique sociale trouve elle aussi son origine dans l'économie de pénurie qui caractérisait le continent africain; une paire de bras qui quittait le groupe producteur devait être compensée. C'est ainsi que peu à peu les ethnies se sont différenciées et ont pris corps, de la même façon que les peuples européens se sont constitués peu à peu à l'intérieur de fron tières, non seulement par la langue et par la culture, mais par d'innombrables impondérables communs. On a d'ailleurs beaucoup parlé des multiples langues africaines : 126, sans compter les dialectes! C'est vrai; mais la plupart des langues bantoues ont des origines communes et de grandes resselll blances. L'une, le Swahili, est comprise et parlée dans toute l'Afrique orientait: et australe; c'est le Swahili qu'apprennent les militants du Black power dans les ghettos américains. En Afrique occidentale, le pou/al' (la langue des Peuls) est parlé un peu partout; ~ 15


~ lItO 1 OS ( •• ..1 OftOf


• ..!

M "UftITANI_ OAO NOM [)( lOCAL1T[ S,,,ft,1Ii HOM Of PfUPL( c'est la langue commerciale, qui s'écrit en caractères arabes complétés d'une accentuation particulière ; c'est aussi une langue littéraire dont la richesse commence à peine d'être soupçonnée en Europe (2). Les langues haoussa en Niger et N igéria, ol/olof 'lU Sénégal, sont également prépondérantes. Là encore, n'oublions pas que voici cent ans, avant que l'école laïque n'implante le français dans tout l'hexagone, les langues bretonne et basque, les dialectes limousin, provençal ou flamand, demeuraient enracinés dans les campagnes. Un garçonnet nègre Ces facteurs d'unité et de développement économique, qui en Europe se sont concrétisés peu à peu, au cOurs de longs siècles (3), par la form ation de nations, existaient donc en Afrique noire. Ils se sont d'ailleurs concrétisés en royaumes prestigieux, Ghana, Mali, Bénin, Gao, Congo, dont les jeunes Etats africain s ont parfois 1 epris le nom. Pourquoi cette évolution s'est-elle (2) Voil Droil el Liberlé nn 28 I. avril 1969. P. 32·34 : " Hymne à la Pilix et au Fouta-Djalon ., de Tierno Abdou- 1.'Ihmilnc. 0) Le ... hi':h)IÎcn, considerent que k prcllllt.!1 en:il du scn llm!.!nt nationill français datl! dl.! Philippe-AUl!Uc.;lC ('I lle siè ,"le), ct que h nat ion française ne ~;CSl vnlÎmcnt fO I mec que ,nus Henll IV. soit 300 ans plus uu d. Q uant a ux natio ns ·llIcm~ndc. IL'\Jiennc. belge. elles sont il peine centenaires. Hi aAHA". Principaux groupes ethniques Les explorations du Xlx r siee le ECHELLE IIIIt1l1llt 1( •• ! ......... CI PUI _~_'. C&lul ••• ~ ••• 1l1T1 _!'_IIIIIUPPllTn __ It_IPll( ~""'~'1.o..o_5.O ..f Km. ....' __ I. lltt ..m ll _'_SlULIY arrêtée en Afrique? Pourquoi aujourd'hui les nations africaines doivent-elles construire encore leur unité contre les tendances à l'éclatement qu'on nomme parfois improprement, en France, le « tribalisme », et qui marque la persistance du sentiment ethnique sur le sentiment national? Pour deux raisons, la première, c'est la traite des esclaves, qui allait ruiner le continent; la seconde, la colonisation. La traite accompagna, dès son début, l'exploration du monde. C'est en 1441, bien avant, donc, la découverte de l'Amérique, que l'historien anglais James 'Pope-Hennessy place le premier enlèvement connu, tel qu'il l'a relevé dans la Chronique de la découverte de la Guinée de Gomes Eannes de Azurara : (( Une chaloupe (portugaise) portait un équipage de huit hommes. L'un d'eux aperçut une hutte de pêcheur sur la rive, et tous tombèrent d'accord pour s'en approcher furtivement et l'encercler. Quelques instants plus tard, un garçonnet nègre, tenant une lance à la main, en sortit nonchalamment, et leur tomba droit dans les mains. Ils s'emparèrent de lui ainsi que de sa soeur âgée de huit ans, et les ligotèrent tous deux. » Les deux enfants furent ramenés au Portugal et offerts au roi. Dès que l'Amérique fut découverte, en 1492, commença l'une des périodes les plus honteuses de l'histoire de l'humanité. Tout un continent fut littéralement saccagé, ses habitants exterminés, contraints de travailler à mort dans les mines d'or et d'argent qui allaient permettre à l'Europe d'accumuler le capital et donc les forces productives, qui lui permettrait bientôt de dominer le monde. Lorsque la maind'oeuvre indienne fut décimée, dès le milieu tlu XVIe siècle, commença le commerce triangulaire : pacotille d'Europe vers l'Afrique, esclaves d'Afrique vers l'Amérique, métaux précieux et produits exotiques d'Amérique en Europe. Les estimations varient sur le nombre d'Africains déportés vers l'Amérique ou tués du fait de la traite. J.D. Fage, professeur d'histoire à Cambridge et spécialiste d'histoire de la traite, l'évalue à 40 millions; l'historien noir-américain W.E.B. Du Bois à 60 millions. Le développement du continent africain, dont l'Empire du Mali attestait alors la vitalité, s'en trouva brisé net, dès le début de la traite. Les routes semées d'ossements C'est alors aussi que fut arrêté le processus de formation des nations; processus où l'Afrique du XVIe siècle était engagée presque aussi avant que l'Europe de la même époque. De nouveaux Etats vont certes se former, mais ils sont d'un type tout particulier : Etats d'une caste militaire qui pratique la razzia et l'enlèvement Le partage .de l'Afrique éWOO~@lllI~ m ~~!l@ COLONIE DU D PAYS INDÉPENDANTS COlO N "E,"~~ FRA Nç. AISES massif des esclaves, dans les ethnies voisines ou parfois dans sa propre ethnie, et qui accroît ainsi la décomposition du pays. Lorsque l'Europe jugera bon, au XIX" siècle, de remplacer pillages et déportations par l'occupation et la colonisation, elle ne trouvera que de faibles résistances. Ces résistances, elles viennent de l'Islam qui, dans le naufrage général, joue un rôle idéologique très grand. C'est à cette époque qu ' il s 'implante définitivement dans l'Afrique noire de l'Ouest. C'est un Islam qui se teinte souvent d'interprétations égalitaires et intransigeantes. El Hadj Omar, né en 1797, est une sorte de Savonarole africain qui bâtit, contre les rois animistes et musulmans laxistes, un empire qui s'étend du Fouta-Djalon à Tombouctou et englobe les hautes vallées du Sénégal et du Niger. El Hadj Omar fait une prédication qu'on peut qualifier de révolutionnaire; à son appel, les basses couches 'des sociétés africaines se soulèvent, à quelque ethnie qu'elles appartiennent ; et les lointaim co u s in ~ peuls du plophète sont les plus JChal nés COnLï( lui. Le règne d El Hadj o III a, apparaît comme une tenlative dés,,:spérée de faire passer, par la religion, la société africaine à un stade supérieur qui lui permette de résister à la colonisation qui s'annonce. Mais c'est trop tard l e~ França is sont déjà là. En 1859, ils attaquent l'Fm pire d'FI Hadj Omal pal l'ouest. rependant que la revendication ethnique des Peuls du DROIT ~j IlllE:RTÈ - "0 J'l5 - 5tr'-EMBRE 1969 ~ BRI TANNIQUES UIllIIJ EMPIRE TURC é.\~OO~@lllI[E ~[M ~®@@ D ËrATS INDÉPENDANTS 00.'0' [3 ::::::"0'

.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.: ALLEMANDES

(1 912 Dote à lOQuelle certoills de Ct, Elats stront cOlonises apr es 1900)

~
~:s Ildl.lllI' ~~::,~::;:.

Macina (dans l'actuel Mali) suscite des révoltes intérieures. Après cette ultime tentative, rien ne faisait plus obstacle à la curée coloniale; d'autant que les colonisateurs surent à merveille, dès le début, attiser ce sentiment ethnique contre lequel avait échoué Omar. « Les vertus de la solidarité genti( ice, qui avaient permis aux premiers Etats africains de durer, étaient en train de périr,. mais les divisions entre peuples, autre héritage du passé gentilice, non seulement n'étaient pas surmontées, mais étaient au contraire avivées par le processus en cours de différenciation sociale, les haines de peuple à peuple, de famille à famille, se doublant de haines entre dominateur et asservis. Le conquérant européen n'eut qu'à se servir des Africains eux-mêmes pour écraser ses ennemis du moment, en attendant que les «( collaborateurs » imprudents de la veille fussent à Des millions d'années LARGUMENT classique des racistes pour justifier la colonisation, ou du moins la hiérarchisation entre les races humaines, c'est le retard technique de l'Afrique. Or ce retard était minime lorsqu'au XVIe siècle la traite des esclaves commença à ruiner le continent africain en même temps qu 'elle donna à l'Europe la possibilité d'un développement plus rapide, creusant ainsi un fossé qui allait permettre plus tard la colonisation . Les Africains, comme les Américains précolombiens , ignoraient l'usage de la roue, du cheval , et surtout de la poudre à canon; ce qui les condamnait à la défaite, face à 1'« arme absolue» de l'époque. Ce retard est absolument négligeab le si on le ramène à ses proportions historiques. Le Zinz8 nt~rope. qui vivait en Afrique orientale voilà près de 2 millions d'années, sava it fa briquer des outils (des galets retaillés) ; en Eu rope. les outils n'apparurent guère que voici 6 à 700000 ans, 1 million tout au plus . Les métaux furent d'abord travaillés an Afrique et en Asie méridionale voici quelque 10000 ans ; l'Europe ne les connut que 6 à 7000 ans plus tard. Le progrès technique ne se répandait ainsi qu 'imperceptiblement. Ce n'est qu'à la Renaissance que certaines innovations tech-. nologiques (la boussol e, le perfectionnement des constructions navales et de la voiture). en rendant possibles les voyages au long-cou rs, allaient mettre en relations immédiates ent re elles les civilisations différentes . Le résultat ne fut pas pacifique. 17 L'arrivée des Européens en Afnque (Collection Viollet) . l'AFRIQUE DES ETHNIES ~ leur tour écrasés sous le talon de fer de la colonisation. La conquête se heurta à des résistances farouches prolongées, mais qu'elle put écraser une à une, sans jamais avoir à faire face à une résistance unifiée, nationale, que les conditions sociales excluaient)) (Jean Suret-Canale, ouvrage cité). Des horreurs indignes de la France L 'histoire véritable de la colonisation reste à écrire. Elle ne ressemble en rien à cette « mission civilisatrice» dont parlent encore les livres des classes primaires. Ne citons qu'un exemple, car il a beaucoup servi : celui de Savorgnan de Brazza, le pacifique, le libérateur des esclaves. Or, le général Mangin rappelle dans ses Mémoires que Brazza « conduisit dans la haute Sangha, aux confins du Ouadai, une campagne de deu..: ans très dure et ignorée ». Et Monseigneur Augouard, évêque de Brazzaville, rapporte une algarade qu'il eut avec Brazza; c'était en 1905, le conquérant avait été envoyé enquêter sur les atrocités commIses par les troupes coloniales au Congo : Brazza : A vouez que de mon temps on n'a jamais vu de faits comme ceux qu'on 'reproche au Congo français après le Congo belge. - En êtes-vous sûr, monsieur le Commissaire général? - Mais certainement. - Ah ... Dans le Sangha, il ne s'est rien passé d'anormal? - Ah oui, vous VOUlez parler de G ... ! Celui-là,je vous l'abandonne. - Mais, je n'en veux pas! C'était votre secrétaire, dont vous étiez responsable. 18 De votre temps il a commis des horreurs indignes de la France... Votre enquête ne pourrait-elle pas remonter à cette époque? » (4). Cette histoire de colonisation est pleine de ruses, d'alliances avec une ethnie contre l'autre et de renversements brutaux; elle n'est pas sans rappeller la façon dont la Gaule antique fut conquise par les Romains. « Depuis Faidherbe, on a généralisé la méthode consistant à utiliser les Africains les uns contre les autres : on a pu dire que la conquête de l'Afrique noire avait été l'oeuvre des Africains eux-mêmes, instruments inconscients de l'asservissement de leur frères de race, et en fin de compte de leur propre asservissement. C'est parfaitement clair pour l'utilisation des « alliés J) provisoires qui contribuèrent aux victoires françaises avant d'être écrasés à leur tour )J. (Jean Suret-Canale, ouvrage cité.) « Les races supérieures ont un droit )) Toutes les puissances coloniales furent expertes en la matière,' mais c'est sans doute l'Angleterre qui porta à la perfection . l'art de diviser pour régner. Le cynisme colonisateur est d'ailleurs fort loin de l'imagê'rie d'Epinal qu'en donnent les livres édifiants; Jules Ferry, le grand promoteur de la colonisation française, en offre un exemple remarquable. Au cours d'une séance parlementaire, il déclara, le 28 juillet 1885 : « La question coloniale, c'est pour les pays voués par la nature même de leur industrie à une grande exportation, la question même des débouchés. Dans la crise que traversent toutes les industries européennes, la fondation d'une colonie, c'est la création d'un débouché ... » Il y a un second point que je dois également aborder, le plus rapidement possible, croyez-le bien : c'est le côté humanitaire et civilisateur de la question. Sur ce point l'honorable M. Camille Pelletan (député de l'opposition socialiste - NDLR) raille beaucoup; avec l'esprit et la finesse qui lui sont propres, il raille, il condamne et il dit : « Qu'est-ce que c'est que cette civilisation qui s'impose à coups de canon! Qu'est-ce sinon une autre forme de barbarie ... )) )) Voilà néanmoins la thèse; je n'hésite pas à dire que ce n'est pas de la politique, cela, ni de l'histoire; c'est de la métaphysique politique. )) Monsieur, il faut parler plus haut et plus vrai! Il faut dire ouvertement qu'en (4) Mgr Augouard : Vingt-huit années au Congo (Poitiers, 3 vol.). Général du royaume a'Angola, d'après une qravure du XVIII" siècle (Coll.' Viollet). if/et les races supérieures On! un droit vis-à-vis des races inférieures)). Berlin, 1885 Les puissances européennes, après avoir dépecé l'Afrique, non sans querelles qui faillirent parfois dégénérer en guerres ouvertes (entre la France et l'Angleterre, notamment) jugèrent fmalement préférable de s'entendre sur le partage. La contërence de Berlin, en 1885, consacra le découpage colonial après des marchandages forcenés. Des frontières furent taillées, sur la carte, selon les hasards du marchandage : l'un concédait 'l'estuaire pour avoir le fleuve, l'autre échangeait l'arachIde pour les bois precIeux; les peuples locaux, bien évidemment, n'avaient pas la parole, et les frontiéres divisèrent des peuples, en regroupèrent d'autres d'ethnies, de traditions, de religions différentes. C'est ce découpage colonial qUI demeure en vigueur aujourd'hui; les jeunes Etats africains sont des créations de leurs anciens maîtres. Ces anciens maîtres, bien souvent, le sont restés; l'AngloAmerican Co., Pechiney, la Compagnie du canal de Suez, pour ne citer que quelques exemples, sont toujours les patrons et entendent bien le rester. Les jeunes Etats héritent de toutes les séquelles de la colonisation, du découpage ethnique et des rivalités que l'Europe, on l'a vu, a exacerbées, voire créées de toutes pièces pour asseoir et maintenir sa domination. Avec l'indépendance, c'est d'ailleurs trop souvent une ethnie priviiêgiée qui r Soldats acnantis, peuple du Ghana (Coll. Viollet). Le Congrès de Berlin qui consacra le découpage colonial. A droite, debout, Bismarck, qui préside. (Doc. Harlingue-Viollet) reçoit mission d'administrer le pays en gardant les meilleures relations avec le puissant protecteur de la veille: ce fut le cas, au Nigéria, de la bourgeoisie Ibo. Au Ruanda et au Burundi, deux ex-colonies belges (qui ont la plus forte densité de population en Afrique noire), deux ethnies cohabitent, les Hutus, installés là depuis des millénaires, qui sont les plus nombreux, et les Tutsi, aristocratie d'origine nilotique, qui furent les premiers maîtres, puis les auxiliaires de Bruxelles; lorsque l'indépendance arriva, et que les troubles, du Congo-Léo gagnèrent ces deux pays, ce fut le massacre : par dizaines de milliers, les Tutsi furent exterminés. De bonnes âmes s'indignérent alors, comme aujourd'hui à propos du Biafra : décidément, l'Afrique n'est pas mûre pour l'indépendance. Le malheur est que, dans cet imbroglio que la colonisation a fait de l'A fTique, il est impossible ou presque de s'indigner sans mauvaise foi: les Ibos, dans ce qui est devenu le Biafra, ne sont que huit millions; des millions d'hommes d'autres ethnies sont devenus « mdépendants » malgré eux du Nigéria; ils om d'ailleurs aidé l'armée fédérale dans sa reconquête: ce sont eux qui vivaient dans les régions pétrolifères qui sont l'un des enjeux de la guerre. L'unité avant tout Ces conflits ethniques ne divisent pas seulement les pays africains indépendants; les mouvements nationalistes qui luttent DROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 encore pour leur indépendance sont parfois affaiblis par des dissensions qui les paralysent. C'est vrai pour le ter~itoire français de Djibouti où le mouvement pour l'indépendance est divisé, et où l'autorité française joue habilement de ces dissensions : la Côte française des Somalis est ainsi devenue le Territoire des Afars et Issas; changement de nom qui officialise et attise la division des deux ethnies principales. C'est surtout vrai pour l'Angola, où les deux mouvements rivaux s'opposent entre eux autant qu'ils s'opposent au colonisateur portugais. Contre le Mouvement populaire de libération de l'Angola, le M.P.L.A., mené par des dirigeants La d'origine citadine, dont beaucoup sont métis, et qui tente de donner une dimension nationale à la lutte pour l'indépendance, le F.N.L.A. (Front national de libération de l'Angola), implanté au nord des pays, / regroupe en fait l'ethnie Bakongo, soutenue par le gouvernement du Congo-Kinshasa (ex-belge), où les Bakongos forment l'ethnie dominante. En Rhodésie, en Afrique du sud, dans le Sud-Ouest africain où sont implantés des mouvements rivaux, cette rivalité repose toujours sur une base ethnique, qu'utilisent les grandes puissances pour mener leur jeu politique. Les Etats-Unis soutiennent le F.N.L.A. angolais comme ils soutiennent le gouvernement biafrais. traite IL faut bien acheter et vendre des esclaves, quelqu'un doit le faire et pourquoI ne pas rentrer le foin tant que le soleil brille?» ... » Aujourd'hui, nous avons fait monter sur le pont la moitié de la bande pour qU'ils prennent de l'exercice; ils ont dansé et chanté sous le fouet du chef mais ils sont- loin d'être gais». ' » Mardi dernier. la variole a commencé à faire rage et nous avons dû retirer soixante cadavres ... J'espère ne plus revoir un tel spectacle ... Quelques-uns de ces nègres sont tou.t furieux et poussent des cris de bêtes sauvages ... » ... » Le huitième jour, j'ai fait ma ronde sur le demi-tillac, un sac de camphre entre les dents car la puanteur était horrible. Malades et mourants étaient enchaînés ensemble. J'ai vu des femmes enceintes donner le jour à leur enfant alors qu'elles étaient enchaînées à un cadavre ... Les noirs étaient comprimés entre les ponts comme dans un cercueil, et c'est un cercueil qu'est devenue cette cale : avant d:atteindre Bahia, nous avions perdu presque la moitié de notre chargement». Richard DRAKE «Revelations of a slave Smugger».(Ed. Byrd West. New York, 1860). 19 L'AFRIQUE DES ETHNIES Sculpture sur bois qui provient du Haut-Congo, exécutée au XIX· siècle. Deux Noirs portent un Européen (D.R.). C'est pourquoi les dirigeants des mouvements nationalistes les plus combatifs mettent au-dessus de tout l'unité nationale des peuples en lutte; c'est le cas du FRELIMO (Front de libération du Mozambique) ou du PAIGC (Parti africain de l'indépendance de Guinée et du Cap Vert) qui ont tous les deux remporté les résultats les plus probants dans la lutte contre l'occupant portugais. Les Etats africains sont si conscients du problème qu'ils l'ont mis au centre de leurs préoccupations, quelles que soient par ailleurs leurs options politiques. Dès que fut créée l'O.U.A., l'Organisation de l'Unité Africaine, en 1963, les problèmes ethniques et frontaliers furent inscri~ à l'ordre du jour. Certes, ' dirent les chefs d'Etats, nos frontières sont toutes arbitraires

il est vrai que les Sarakollé et les

Toucouleurs sont divisés par la frontière sénégalo-malienne, que les Malinké se partagent entre le Mali, la Guiqée et le Sénégal, que Niger et Nigéria sont peuplés d'Haoussas; que les mêmes Haoussas sont une forte minorité au Cameroun, que les Peuls sont présents dans toute l'Afrique occidentale ... vIais ce découpage, pour arbitraire qu'il soit, est bientôt centenaire; une tradition s'est instaurée qu'il n'est pas possible de remettre en cause sans provoquer 'une zizanie générale dont les seuls bénéficiaires seraient les anciens colonisateurs et les compagnies internationales qui vivent encore si bien de l'Afrique. Tous les pays africains ont donc décidé, à l'unanimité, de ne jamais soulever de problèmes frontaliers. Chaque fois qu'un pays émit de telles revendications - le Maroc contre l'Algérie en 1963, l'Ethiopie contre la Somalie en 1964 -, il fut condamné par l'Organisation de l'Unité Africaine, y compris par les pays moins favorables à la voie de développement progressiste adoptée par l'Algérie et, dans une moindre mesure, par la Somalie. PIEDS SENSIBLES Les chausseurs. du super -confort et de l'élégance Cr.)ix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9) GARE SAINT·LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (6') RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone) (Hl") GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (Mu Château-d'F..au). - ----- --- Magasins ouverts tous les lundis Une lutte sévère Cette politique de non-agression ne peut être fructueuse que si elle se combine à l'intérieur de chaque pays, avec une politique résolue d'unification nationale qui gomme aussi rapidement que possible les conflits ethniques du passé. La Guinée, le Mali à l'époque de Modibo Keita, le Ghana sous Kwame N'Krumah, le CongoBrazzaville de Massembat Débat mirent ce problème au centre de leurs préoccupations. En Guinée, par exemple, il est interdit de mentionner sur les papiers officiels la moindre indication ethnique; en même temps, une lutte sévère est menée contre les chefferies traditionnelles qui sont les meilleures gardiennes de ces rivalités. Contre cette politique unificatrice qui risquerait de léser leurs positions, les intérêts économiques coloniaux et néo-coloniaux s'appuient naturellement sur le sentiment ethnique. En Afrique du sud, les autorités racistes de Prétoria n'ont pas de meilleurs alliés que les chefs traditionnels qui règnent sur les Bautoutans et les réserves de maind'oeuvre noire, et dont le pouvoir n'est plus garanti que par la législation barbare de l'apartheid. La lutte pour l'indépendance véritable, pour l'indépendance nationale, pour le développement économique de l'Afrique, est directement liée à l'élimination de rivalités ethniques vivaces et entretenues. C'est pourquoi dans l'histoire politique de l'Afrique, ces rivalités sont un élément nécessaire d'explication, mais jamais un élément suffisant. Georges CHATAIN. Festival d'Alger Négritude et ethnologie ont été mises en accusation. La culture ne peut être séparée du combat politique estiment les participants. AALGER s'est tenu, du 21 juillet au 1 er août, le premier Festival culturel panafricain qui a réuni les délégations des Etats libres d'Afrique ainsi que des mouvements de libération des territoires encore dépendants. Pendant que le festival se déroul ait dans la capitale en liesse, à 20 km de là, au Palais des Nations, se tenait un symposium. Son but était de définir la culture· dans un continent où elle ne peut, dans les circonstances historiques présentes, se concevoir indépendamment de la décolonisation. Une double exécution Avec des nuances, mais de façon quasiunanime, les délégués ont procédé à une . double exécution, celle de la négritude et celle de l'ethnologie: - Alors qu'il y a quelques décennies, l'idéologie de la négritude avait permis aux Africains de refuser l'humiliation et de se fa ire reconnaître en tant qu'hommes, elle doit maintenant être dépassée et même reléguée au grenier de l'histoire sinon dans sa finalité, du moins dans son projet. Quelle que soit la couleur de notre peau, notre esprit comporte la même double structure

mythique et rationnelle, et la rationalité

est aussi initiale que le mythe dans u UJ c:: c:: UJ

J o

UJ ...J

g

ë .J::: 0. ____ _ _ ..... __ _ l'histoire de la pensée. Par conséquent tout ce qui tendrait à opposer « l'Afrique sensible » à « l'Europe rationnelle et industrielle » n'est que « mystification ». D'où ce rejet de la négritude - qui fut nagu~re une profession de foi dans le destin de l'Afrique et reste encore, pour beaucoup, représentative de l'idéologie de la décolonisation, - mais qui a échoué parce qu'elle a séparé culture et politique. - - La décolonisation est maintenant chose admise. Mais un autre danger, plus insidieux, se présente, contre lequel il faut centrer la lutte, celui du néo-colonialisme, qui prend non seulement la forme d'une DROIT ET li BERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 dépendance économique mais encore qui s'in:;inue par le biais de la culture. D'où la dénonciation d'une certaine pseudoculture, fruit de l'impérialisme culturel, mélange composite de traditions figées et d'apports occidentaux artificiellement adoptés. - Cela nous conduit à la deuxième exécution capitale, celle de l'ethnologie occidentale qui, née du colonialisme, imbue de la supériorité de sa propre culture, n'a pas su y renoncer pour se pénétrer de la mentalité de ceux qu'elle « étudiait ». Incapable d'épurer ses propres données pour n'en retenir que ce qui est du patrimoine ~ 21 Festival d'Alger LE PRINTEMPS CULTUREL DE L'AFRIQUE ~ de l'humanité et non glose des Occidentaux, elle a figé les coutumes africaines, les a empêché d'évoluer ou les a fait évoluer de travers, Ce sont les ethnologues qui ont dénaturé tous nos problèmes, ils 22 1- - LA NOUVELLE CRlTlQUE 26 1 ........ l .. ,..",.. .... C.· .. ... ... '~1, R' )' 'd p t". )' ea de u arb socla Iste .... ~ III 1 AspiratioDset btsoinsdans les sociitis modern" P.-H. Cbombart de Lauwe. 8lackPower 1CoieUe Dttru.LHrKhercbes surie ctneau Claude Lafon. Sur, Marlilme et théorie de la personnalitt. Etienne Verity. ABONNEZ-VOUS! TARIF FRANCE: 1 an : 50 F - 6 mois : 27 F ÉTUDIANTS : 1 an : 30 F 6 mois: 15 F ÉTRANGER 1 an: 60 F ÉTUDIANTS: 1 an : 40 F Retournez le bulletin ci-dessous avec chèque bancaire ou postal (C.C.P.' Paris 6956-23) àla Nouvelle Critique 19, rue St-Georges, Paris-9' Nom ______ _ Profession ____ _ Adresse _____ _ ont tout faussé tant pour le monde noir que pour le monde blanc .. , Il n'y a rien de pire qu'un ethnologue, Il n'y a rien de pire parce que les ethnologues depuis qu'ils sont couchés sur l'homme africain sem- , blent s'être penchés comme ces médecinslégistes sur un cadavre non seulement pour savoir la cause du décès mais pour le plaisir seulement de déchirer .. , Ils ont étudié des ethnies en comparaison avec leur culture .. , Ils se sont taillés des spécialités .. , Ils ont bouffé la culture noire et au fond ils ne savent même pas ce qu'il faut faire ni où va cette Afrique, Culture et combat politique Le terrain ainsi déblayé, le symposium a débouché sur divers projets de coopération inter-africaine, L'idée. maîtresse est que désormais la culture ne peut ' être séparée du combat politique, Loin d'être un luxe réservé à une élite, elle est l'expression des aspirations d'un peuple, Ce couple culture-combat doit se fonder sur l'élaboration d'une pensée et d'une volonté collectives, Dans un sens, c'est à cela que ten dent déjà le maghrébisme et l'arabisme, Mais rien de semblable n'existe pour l'Afrique noire, Pour répondre à cette nécessité, des idées ont été avancées - notamment l'africanité, le mélanisme .. , - dont se dégage la notion d'une recherche de l'identité culturelle, recherche qui implique à la fois: - Une revalorisation des cultures des peuples de l'Afrique, en respectant la tradition dans ce qu'elle a de positif mais sans se laisser enfermer par elle, en tenant compte des apports nouveaux et des exigences du monde moderne, - Et l'assimilation de la science et de la technique industrielle, car le premier objectif à atteindre est de sortir le continent, africain du hideux sous-développement, Cette révolution culturelle est liée au combat politique : C'est pour la culture qu'on meurt aujourd'hui en Angola, en Guinée Bissao, au Mozambique, au Zimbabwé, en Namibie, en Afrique du Sud, et aussi dans l'étouffe,ment dè l'Asie, dans les ferments de l'Amérique latine, Un événement qui nous concerne tous Ce symposium constitue, sans nul doute, un événement qui nous concerne tous, Quelles qu'aient été les discussions, frictions et vexations ressenties, de telles rencontres sont positives, C'est pourquoi il faut maintenant nous inspirer, ici, de la courageuse auto-critique que certains délégués ont effectuée sur leur propre pays car, non seulement pour les peuples d'Afrique mais aussi pour les peuples d'Occident, la culture léguée par nos ancêtres ne suffit plus à résoudre les problèmes qui se posent. Il y a la question du néo-colonialisme qui ressurgit à chaque instant et qui, tant qu'elle se posera, pourrira les dialogues et interdira toute possibilité de confiance de l'Afrique en l'Occident. Il y a cette condamnation de l'ethnologie que nous devons comprendre pour en tirer les conséquences pratiques. Maintenant l'Afrique a pris le départ. Quelle que soit l'immensité des problèmes à résoudre, elle est au seuil de sa renaissance et saura trouver les techniques qui conviennent et créù les mythes qui cimentent la participation de tous, Pour moi, je crois surtout utile de retenir, ici, les critiques qui ont été adressées à l'Europe et de rappeler, parmi les nombreuses définitions de la culture que les Africains ont données, celle-ci : Etre un homme cultivé, c'est d'abord être un homme juste, Il est clair que le sous-développement et. sous sa forme plus subtile, le néo-colonialisme constituent des dénis de justice, Si l'Europe est incapable d'y mettre fin , alors au moins qu'elle entende ces paroles d'un des délégués L'aurore nouvelle de l'Afrique sera proche lorsque au lieu du mépris et de la condescendance, chaque Africain, comme ce l'est un peu aujourd'hui pour les Chinois, lira dans le regard de l'Européen les premières lettres de la terreur, Il convient maintenant de faire en sorte - quel qu'en soit le prix - qu'un certain passé dont nous portons le lourd et douloureux héritage, soit révolu et que notre regard enfin nettoyé puisse examiner les choses en toute liberté et créativité, Roselène DOUSSET • L'Association des Amis de Jules Isaac (11 A, boulevard Emile-Zola, Aix-en-Provence) vient de faire paraître le nO 1 de ses Cahiers, Celui-ci est constitué d'hommages à l'au teu r de Jésus et Israël, l'homme qui remit entre les mains de Jean XXIII le dossier qui aboutit au schéma sur les juifs adopté par le Concile Vatican II. • Léon Benveniste a écrit une thèse, L'alphabet est né au Sinaï. Il l'adressera gracieusement aux lecteurs de notre revue qui en feront la demande (37, rue de Cléry, Paris-2·), • L'Union des Vaillants et Vaillantes et la municipalité de Malakoff ont organisé une cavalcade de l'Amitié. Un concours, sur le thème Du lu ... vu ... soleil pour tout le monde, à l'occasion du 10· anniversaire du vote par l'O,N,U. des Droits de l'enfant, s'est déroulé , au jury duquel a participé Pierre Paraf, président du M,RAP, • Le Théâtre de la Ville de Paris ouvrira sa saison avec Le Misanthrope de Molière , Suivront Tambours et trompettes, de Bertolt Brecht (d'après Georges Farquhar), Pizzaro et le soleil, de Peter Shaffer, et Oedipe de Vercors (d'après les textes de Sophocle!. • A partir du 2 octobre, le célèbre mime Marcel Marceau présentera au théâtre de la Musique (Paris) un spectacle totalement renouvelé par rapport à celui de 1967 . PRIT A PORTER FtMININ 160. rue Montmartre · Paris (2-) - 236-03-89 DROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 entendu • Sidney Lumet portera à l'écran Les aventures de Nat Turner inspiré du roman historique de William Styron. James Earl Jones tiendra le rôle prin cipal , celui de l'esclave noir de Virginie qui organisa la rebel lion de 1831 au cours de laquelle 55 blancs furent tués. • La fondation Maeght a présenté à Saint-Paul-de-Vence une exposition intitulée A la recherche de Matisse, prélude au centenaire de la naissance du peintre que va célébrer le Grand-Pala is (Paris!. • Le 14 juillet dernier, la fête champêtre de Noé a été placée sous le signe de l'Afri que avec l'orchestre de James Campbell , l'actrice Lydia Ewandé, de nombreux artistes africains. Une centaine d'étudiants africains étaient venus de ... Toulouse, Car Noé ne se trouve qu 'à quelques kilomè- [OFFICIEL DU tres de Toulouse , « Une grande premiè re africaine en milieu rural fra nçais » a donc eu li eu, à la satisfaction des 5 000 habitants de Noé, • Le comédie n camerounais Ambroise M' Bia est la vedette d'un film en cours de tournage en Bi élorussie sous la direction du metteur en scène Spechniev : Soleil noir, Il tiendra le rôle d'un leader d'une jeune nation à l'époque de la lutte contre le coloniali sme • Les Editions Nagel publient un ouvrage sur le royaume de l'Ourartou, Le nom même d'Ourartou était inconnu ju squ 'à présent, C'est le professeur B, Piotrovsky, qui dirige depuis 25 ans les foui lles en Arménie , qui a en quelque sorte découvert ce roya ume. PRETAPORTER est la REVUE PRESTIGE de la profession Sa présentation, sa qualité l'importance de sa diffusion en font un su pport public ita ire INDISPENSABLE pour votre maison CHARLES MANDEL. 17, Faubourg Montmartre . Paris·g 23 24 les disques Django Reinhardt Django fut un personnage de légende. La célébre chanson, Mon pote le gitan. dépeint assez bien la brève carrière de ce fils du vent. Sur lui, les anecdotes fourmillent. tragiques cette main brûlée, tordue et pourtant d'une virtuosité sans limites; drôles ; invité aux U.S.A. par Duke Ellington, qui voulait le faire jouer avec son orchestre, il emmène toute sa famill e, des dizaines de personnes, dont quelques aieux plus gitans que nature, qui campent dans les appartements délirants du Waldorf Astoria. l'hôtel le plus luxueux du monde. Django n'apprécia pas New York; il revint en Ile-de-France avant même d'avoir enregistré les disques qu' Ellington préparait. C'est ainsi que la musique fut privée de la trace de cette rencontre qui dut pourtant être magnifique. Au-delà des anecdotes, c'est une oeuvre originale que Djang.o a construite, et dans laqu elle il vit toujours. Le jazz s'y étoffe et s'y enrichit de toute une tradition musicale populaire européenne non seulement tzigane, mais aussi faubourienne; le fameux quintette du Hot-Club de France. où Django rencontra le violoniste Stéphane Grappelly. nous a laissé une musique à la fois familière, fraternelle et d'une grande noblesse. ( 1) Lors de l'effondrement de 1940, Django éta it à Londres. Il y resta, ce qui le sauva des fours crématoires de Chelmno, Auschwitz ou Treblinka. La libération le ramena en France, où, dans la joie de la terre natale retrouvée, il enregistra une vib rante Marseillaise. toujours avec Grappelly, et avec son frère Joseph Reinhardt. Las, un censeur pointilleux, et probablement dur d'oreille, prit cette interprétation allègre pour une profanation : la Marseillaise de Dj ango fut interdite. Les plus grands jazzmen revendiquent Django, un des rarissimes musiciens non américains qui ont donné au jazz une pensée musicale originale. Le plus bel hommage lui a été rendu par le Modern jazz quartet : cet hommage musical est intitulé, tout simplement. Django, Pierre lASNIER (1) 33 317 Swing (Vogue). IV le théâtre 1 Black Power Au théâtre du lucernaire (1), nouvellement créé (depuis le 4 août), Alfred Panou, jeune acteur togolais , clame la « révolte noi re », Pendant plus d'une heure, Alfred Panou dit , chante, hurle du plus profond de ses entrailles des textes et des poèmes de le Roi Jones, Ted Joans, langston Hughes, James Forman, Nicolas Guillen, etc" accompagné à la batterie par Alain Cloche et à la percussion africaine par Aralamon. Alfred Panou Spectacle passionné , provocateur, violateur, agressif .. , Agression visuelle, le jeu des lumières , sonore - batterie et percussion déchaînées à la limite du supportable intellectuelle surtout, Alfred Panou se fait l'interprète de la communauté noire et vomit sa haine du blanc . « Pour nous, l'image traditionnelle du « bon noir. doux. souriant », c'est du passé, nous a-t-il dit , Et l'expé rience de Martin luther King a cela de bon qu'elle a prouvé l'échec de l'intégration. La « révolte noire» ne doit pas être seulement celle des noirs américains mais doit s'inscrire dans une perspective mondiale,» Violence pour violence, il faut la comprendre et l'admettre , Appel à la violence, certes, mais soutenu d'un immense espoir, espoir de recouvrer une dignité bafouée, espoir d'une prise de conscience chez les noirs conditionnés et indifférents comme chez les blancs à la lourde hérédité coloniale, espoir en l'homme enfin, Il faut aller écouter Alfred Panou au Lu cernai re pour comprendre, ou mieux comprendre, l'esprit du « Black Power», Marguerite KAGAN (1) 18 , rue d'Odessa , Paris (148 ), [J'" /(,. V. • ".o". la télévision Le ::: eaux m-êlées Jean Kerchbron a réalisé au printemps dernier cc les Eaux mêlées n, une dramatique inspirée du roman de Roger Ikor, prix Goncourt 19 55 (1) (dans une adaptation signée Pau le de Beaumont et Jean Kerchbron ). L'émission de télévi sion, comme le roman , retrace la vie de Yankel, fils d'Avrom . Yankel est arrivé à Nevers au début de notre siècle, fuyant les pogroms et les persécutions raciales de la Russie tzari ste, Il est juif et la France, lui a-[-on dit , terre de la liberté , est plus hospitalière . Il s'est donc in stal lé sur les bords de la Loire avec ses traditions, ses cou tumes et les rites de sa reli '1ion. Mais il ne va pas tarder à être déçu, Ouoi qu'il fasse il se sent l'éternel « étranger» ; il Y a toujours le juif d'un côté , les Français de l'autre . Toutes ses tentatives d'assimilation viennent échouer sur cette différen ce qui l'obsède, Son fils , Simon, ne lui ressemble guère ; l'influence de son milieu social, et d'abord de l'école, cohabite en lui avec l'héritage des traditions de sa famille juive, Il y a en lui deux courants ; celui de ses ori gines et celui de sa vie de citoyen français. Vont-ils se fondre? Mêler leurs eaux en achevant l'intégration? Cette évolution d'une fami lle à travers plusi eurs générations est une vaste fresque qui a pour toile de fond les évenements qui ont marqué ce siècle: les cieux guerres mondiales le fascisme etc. cc les Eaux mêlées n dit le réalisateur c'est évidemment le problème du racisme et de l'antisémitisme. C'est surtout celui de l'assimilation d'un étranger dans une société. Cette assimilation de l'étranger ne doit pas s'accompagner de la perte de sa personnalité. Il faut qu'il reste lui même et, qu'en même temps, la communauté l'accueille tel qu'il est. n L'émission de Jean Kerchblon , à ne pas manquer, doit être programmée prochainement. Jean COMTE (1) « Les Eaux mêlée:::» ont été publiées en mars 1955 peu après « La greffe du printemps». Les deux ouvrages sont ra ssemblés sous le titre général : « Les fils d'Avrom) [) les livres Les Cerises d' Icherridène de Jules Roy (Grasset) Jules Roya entrepris de rapporter sous une forme romanesque l'aventure des Européens d'Algérie, de la conquête à l'indépendance , Voici , après cc les chevaux du soleil n et cc Une femme au nom d'étoile n, cc les cerises d'Icherridène n. Le récit s'élargit; jusqu'ici les autochtones n'apparaissaient que dans le lointain , cc les cerises d'Icherridène n, c'est le récit de la grande révolte kabyle de 1871 , c'est aussi la c( pacification», incendies de douars, massacres. viols , l'illustration de la parole de Bugeaud : cc Par l'épée, par la croix et par la charrue n. Le capitaine Hector Griès, l'un des « pacificateurs », s'inte rroge , doute : il semble bien qu'il prenne racine dans cette Algérie tau rmentée. L'oeuvre de Jules Roy - il est utile de le préci ser - n'est pas seulement faite d'Histoire

ses personnages y vivent, avec

leurs faiblesses , leurs lâChetés, leurs espoirs et leurs joies, Jules Roy disait: cc Nous allons aborder l'Algérie en conquérants. Ce n'est que peu à peu que le conquérant sera conquis sans qu'il s'en doute, puis en opposition puis expulsé n (1) . Nous en sommes â la conquête du conquérant et l'on voit maintenant que l'oeuvre relève de l'épopée. Pour comprendre ce qui s'est passé, ceux qui se sont interrogés un jour ou l'autre doivent lire les cerises d'Icherridène, les volumes précédents et sans doute ceux qui suivront. J.T. (1) Droit et liberté - mars 1968. DROIT ET LI BERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 z

(!)

" .!!1 W o o .s: le cinéma Les Bérets verts Tous les jours , sous la protection de policiers en uniforme et de quelques autres en civil, on peut voir. à Paris et en province , cc Les Bérets verts Il, film à la gloire des Forces spéciales américaines au Vietnam réalisé par John Wayne, On raconte qu'en 1940. le metteur en scène John Ford dit à l'acteur John Wayne : cc Tu dis ton texte. Mais surtout, surtout ne pense pas! Il L'histoire est peut-être fausse ; elle est en tout cas vraisemblable ... cc les Bérets verts n constitue une série de clichés puisés dans les croyances des membres de la John Birch Society. "------Sur la façade du cinéma cc Max Linder l~ à Paris Oue le colonel Rhéault, commandant des Forces spéciales. et sept autres officiers aient été inculpés dernièrement du meurtre prémédité d'un Vietnamien n'ébranlera sans doute pas John Wayne (il est probable .que cette inculpation relève du règlement de comptes; il est en effet depuis longtemps prouvé que la vie d'un Vietnamien , surtout s' il est patriote. pèse peu dans la conscience des dirigeants de Washington et de ceux qui sur le terrain font la guerre au peuple vietnamien) , En France. comme ailleurs, de nombreuses organisations et personnalités ont demandé l'interdiction du film. cc apologie de l'ignoble combat U.S. au Vietnam n. On s'y est refusé, A Marseille, à Toulouse , les autorités avaient été promptes à interdire cc le Vent des Aurès Il, film algérien qui décrivait les souffrances d'une mère dont le fils avait été déporté et qui choquait par son ton mesuré .. , J.P. ,( ~ lamusique Carnet anglais Présent comme chaque année au Camden Festival qui, du 3 mai au ,., juin a multiplié ses manifestations, j'ai retrouvé un Londres plus ouvert encore que l'an passé. plus « international» ou le sari et le turban deviennent plus familiers que le kilt et le melon ... Cette année, le pays invité était la Suède qui , durant toute la durée du Festival , exposait les oeuvres de ses artistes contemporains, D'autre part le Stockholm Philharmonie Wind Quintet donnait un concert de musique suédoise , Les autres grands moments de ce Festival furent les représentations de la Donna dei lago, de Rossini et le récital de Paco Pena , guitariste dont l'interprétation de flamenco est l'une des plus subtiles et des plus vivantes que l'on puisse rêver, Le Early Music Consort nous offrit également un mémorable récital de musique médiévale florentine , Mais à tout cela il faut ajouter une initiative remarquable qui a donné au Festival de cette année, une ouverture et une portée sans précédent. En accord avec la Campagne d'Action contre la Discrimination Raciale (C.A,R,D,) la soirée du 31 mai fut réservée aux associations d'émigrants qui étaient invitées à présenter les oeuvres représentatives de leur culture, Ce fut un plein succès, Dans l'esprit de cette manifestation j'ai voulu rencontrer deux des organismes antiracistes de Londres, Au Council of Citizens of Towers Hamlets, M, Joseph A. Hunte m'a exposé les problèmes de ce quartier où le nombre grandissant de travailleurs étrangers, dont une grande part d'Africains , pose à l'extrême les problèmes que nous connaissons bien en France , A l'institute of Race Relations, c'est dans le cadre d'une bibliothèque fort bien pourvue et ouverte à tous , où Droit et Liberté tient une bonne place dans la section des revues françaises, que M, Simon Abbott me reçoit et me présente le premier numéro de la nouvelle revue: Race Today, luxueuse publication , fort bien documentée et qui offre dans un graphisme agréable une suite d'articles très divers sur les problèmes raciaux, Bernard SANNIER-SAlABERT. , 25 EUROPE Revue littéraire fondée en 1923 • derniers numéros spéciaux Le roman par les romanciers (12.00 FI Surréalisme (15.00 FI Barbusse (12.00 FI Littérature du Québec (15.00 FI Napoléon et la littérature (15.00 FI Maupassant (12.00 FI Lamartine (15.00 FI • EUROPE 21, rue de Richelieu, Paris (l" ') C.C.P. 4560-04 Paris 26 Poésie africaine d'expression portugaise " KALUNGANO, POETE

f! fi) Z 0: « o ë L; Q. DE LA , FRATERNITE NOIRE XRES nous avoir donné la remarquable anthologie La poésie ibérique de combat, Pierre Jean Oswald publie un ouvrage qui doit intéresser lous les antiracistes, « La poésie africaine d'expression portugaise)) (1). Des quatre territoires africain·s maintenus sous la -èhicote portugaise - l'Angola, le Mozambique, l'Île de San Thomé et l'archipel du Cap Vert - vingt-quatre poètes choisis par l'écrivain angolais Mario de Andrade disent en termes simples et efficaces la douloureuse condition de l'Africain. A la recherche de leur identité nationale, ils découvrent l'identité internationale du « nègre du monde entier )). Ces « voix douloureuses de l'Afrique)) qui se cherchent réunissent dans une fraternité mondiale Louis Armstrong et Nicolas Guillén, Marian Anderson et Aimé Césaire. C'est finalement un appel à la résistance active de tout le peuple noir dispersé et opprimé que l'on entend au-delà de la seule résistance contre la colonisation portugaise. Au-delà du combat contre le ,Portugal, illustré de façon très significative par les « chants du maquis de Guinée-Bissao )), nous percevons chez ces vingt-quatre poètes africains l'universelle protestation contre le racisme. Nous avons choisi pour les lecteurs de Droit & Liberté un des plus beaux poèmes du recueil, d'un des poètes les plus doués du Mozambique, par ailleurs l'un des leaders du Front de Libération du Mozambique, Kalungano, alias Marcelino dos Santos. Albert BENSOUSSAN (1) Mario de Andrade, La poésie africaine d'expression portugaise, anthologie précédée de « Evolution et tendances actuelles», traductions de Jean Todrani et André Joucla-Ruau. Editions Pierre Jean Oswald, Honfleur, 1969. A un enfant de DIon pays 1 Enfant aux pieds nus enfant de mon pays. Le monde est vert, amer dans ses pagnes désespérés et le nègre courbé sur le sable. Un enfant noir comme toi est mort assassiné rompu sur le bourbier décharné de la haine raciste. Un enfant noir comme toi aux yeux verts de soleil levant et au sifilet mauve de l'oiseau de l'aube. Un enfant noir qui courait pieds nus comme toi ouvrant ses bras ingénus dans l'arc sonore de l'aube. II Ce fut là-bas très loin enfant de mon pays Ce fut là-bas très loin sur des terres au-delà des Océans là-bas très loin sur des terres que les fils de l'Afrique ravis dans les barques des négriers ont fécondées DROIT ET LIBERTÉ ~ N° 285 - SEPTEMBRE 1969 là-bas très loin sur la terre américaine bâtie avec les bras des esclaves noirs d'Afrique que Emmet Till enfant noir comme toi enfant de quatorze ans au sifilet mauve de l'oiseau de l'aube devint boue avec son visage torturé et son sang vint cimenter le lac sanglant de la race. III Là-bas pourtant le ciel est bleu Là-bas pourtant l'étoile est prière. Et le jour saint vient avec couronnes et fêtes sur la place mais le nègre il est rue sans or ni pain il est chemin d'incendie pour la haine du Ku-Klux-Klan il est arc de fleur fleurissant en douleur il est espérance brisée de nuit et de mort IV Enfant de mon pays Emmet Till il courait pieds nus comme toi il avait quatorze ans comme toi il prenait la lune dans ses bras comme toi il gît dans la terre que ses aîeux ont fécondée brisé dans le bourbier décharné de la haine raciste. N'oublie jamais enfant de mon pays. Toi qui ouvres les yeux dans l'espace défiguré du monde vert, amer. Emmet Till est mort assassiné. Mais ce qu'il a ressenti demeure dispersé dans ton destin. Emmet Till est mort lynché mais son sang vint cimenter le lac sanglant de la race. N'oublie jamais enfant aux pieds nus. KALUNGANO 27 - COMBINé: Dlatrtbudon : Saniêne . Merci: NS. Bouly, 71, rue de Provence,Parts.'" . Tél. : 744-67·59. 28 Connaissez-vous Pourquoi? Connaissez-vous ce magazme qw ... n'est pas comme les autres ? Edité par la Ligue Française de l'Enseignement et de l'Education Permanente, « Pourquoi? » traite, chaque mois, de sujets variés, 'dans un esprit de progrès et de rigoureuse objectivité qui sont la marque de l'idéal laïque. Présenté avec beaucoup de goût, d'un format très pratique, rédigé par une équipe de journalistes dynamiques, « Pourquoi?» vous propose 1 2 8 pages de lecture passionnante. Abonnement : 20 F. (CCP Paris 1 282 - 52 ). Spécimen gratuit sur simple demande, en vous recommandant de « Droit et Liberté ». « Pourquoi? ». 3, rue Récamier - Paris-7e . Toute la maille TRICOSIM ., Garnitures, bords côte. synthétiques, acryliques, laines, etc" pour fabricants d'imperméables, anoraks et blousons, été et hiver, 41, rue du Sentier - Paris-2" - 488-82-43 Un technicien vous conseillera LE REFUGE Ski, camping. tennis, équitation 44, rue Saint-Placide - Paris-& 222-27-33 Catalogue franco GANTS - TETINES aoL~", Chez votre pharTnocien. 4 LA VIE DU M.RAl? SEPTEMBRE 1969 A " BIENTOT LE CONGRES DE NOS 20 ANS T E congrès du M.R.A.P. qui aura lieu L à Paris les 29 et 30 novembre revêt une importance toute particulière puisqu'il coïncide avec le 20e anniversaire de notre Mouvement. Si nous devons, à cette occasion, faire le bilan et tirer les leçons de 20 années de luttes, il ne saurait s'agir d'une commémoration tournée vers le passé. Notre préoccupation fondamentale, au contraire, a toujours été de faire face, dans un esprit ouvert, avec une efficacité toujours accrue, aux données réelles du racisme qui, depuis 1949, se sont indéniablement modifiées en France et dans le monde. Ce souci s'exprime dans la formulation même du thème central du congrès : « Le M.R.A.P. demain ... » qui est tout un programme. Résolument onentè. vers l'avenir, le congrès définira donc les tâches immédiates et les perspectives du combat antiraciste. Ce qui suppose un débat approfondi sur tous les aspects du racisme, la hiérarchisation des urgences, l'examen des moyens à mettre en oeuvre. Deux questions La préparation du congrès a commencé par une initiative originale. AVEC LES TRAVAILLEURS DE CHEZ RENAULT T E 6 juillet se déroulait la fête annuelle L du Comité d'établissement de la Régie Renault, dans le très beau parc qu'il possède à Mennecy (Essonne). Placée cette année « sous le signe de l'amitié et de la fraternité entre tous les travailleurs de l'usine», elle répondit pleine- DROIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 Désireux de traduire les aspirations de tous ceux qui condamnent le racisme, et de réunir un maximum de suggestions utiles, le M.R.A.P. a lancé dès juillet une enquête, diffusée non seulement parmi ses adhérents et sympathisants, mais dans les milieux les plus divers, y compris auprès de gens qui ignorent le Mouvement et ses réalisations. Deux questions sont posées, auxquelles les lecteurs de « Droit & Liberté» sont bien entendu invités à répondre: 1) Comment voyez-vous le M.R.A.P. ? Si l'on vous demande ce qu'est le tv1.R.A.P., que répondez-vous? Avez-vous été frappé (e) par une ou plusieurs de ses campagnes, de ses manifestations? Quelle appréciation portez-vous sur l'ensemble de son action? 2) Comment voyez-vous la lutte contre le racisme? Quelles sont, selon vous, les principales données du racisme et de l'action antiraciste aujourd'hui? Que seront-elles demain? Quelles sont les tâches présentes et futures d'un mouvement antiraciste? L'ensemble des réponses - dont notre revue donnera prochainement un premier aperçu - servira à établir le rapport du congrès. Entre temps, les comItes du M.R.A.P. auront organisé des débats sur ces mêmes problèmes à l'échelle locale, départementale ou régionale, en vue de faire aussi une abondante moisson d'observations et de projets. C'est-à-dire que le congrès de novembre se déroulera d'une manière on ne peut plus démocratique. Aujourd'hui C'est dir~ également que la préparation du congrès, qui doit reprendre au plus vite, est pour tous nos amis le devoir primordial de l'heure. De la multiplicité des contacts qui seront pris, du nombre de débats organisés, de l'activité des comités, dc la réflexion des adhérents et militants dépend non seulement le ~uccès de ces deux journées de novembre, mais l'avenir même du M.R.A.Poo ses progrès futurs, la vigueur des coups qu'il portera au racisme et à l'antisémitisme. Une grande respon sabilité nous incombe et nous n'aurons pas trop de trois mois pour mener à bien le travail qui en découle. La « rentrée », c'est aujourd'hui. A.L. Ce jeune couple s'intéresse aux explications que lui fournit notre exposition, 29 LA VIE DU M.R.A.P. CHEZ RENAULT ~ ment à son but, t ant pa r la présence de plus de 5 000 travailleurs fr a nçais et immigrés, q ue p a r le progr amme artistique et les stands con struits et animés par diffé r ents tt o z

o

CI) 'o" ë oC Cl. VOUS POUVEZ NOUS AIDER S'abonner à Droit & Liberté, c'est bien. Mais si vous êtes convaincu de la justesse de notre combat, vous pouvez faire mieux encore pour nous aider à le mener, groupes nationaux Al gériens, Afric a ins noirs, Grecs, E spagnols... et a u ssi Breton s. En dégustant un manfait, une paëlla, un cou scou s, des b rochettes, o u même des crêpes, en appl a udissant les ballets afric ains, le chanteur de flamenco Antonio de Albala , ou enco re Claude Nougaro, les participants vécurent une journée riche à la fo is en distractions et en chaleur huma ine . C'était la fête ... Mais c'est avec sérieux que de nombreux jeunes ont visité l'exposition sur les immigrés et répondu au questionnaire {( le • Vous avez sans doute reçu les bons de soutien édités par le M.R,A.P., et dont le tirage donnera lieu , en novembre, à la distribution de mille cadeaux - dont une voiture Honda - parmi les souscripteurs, Pour vous-même, ou pour les diffuser autour de vous, conservez ces dix bons (à 2 F J'un) et réglez-les d'urgence, Peut-être pouvezvous en diffuser ur. plus grand nombre : demandez-en d'autres carnets , racisme et VOII" .. » dicats et des partis politiques». Comme moyen d 'action, sont indiqués dans l'ordre: enseignement (77 %), lois, campagnes de presse ... • Le concours d'abonnements à Droit et Liberté, se poursuit, Nous félicitions en jlJÎII"t le participant qui avait pris la tête, M. Maurice Gibert, avec 60 abonnements, Il nous en a , depuis adressé 20 autres, Mais, d'ici la fin de l'année , en s'y prenant dès maintenant, d'autres concu rrents peuvent se mesurer efficacement à lui, nous en sommes sûrs. Particioez à ce concours, Et ml\mp. si vous ne gagnez pas le premier prix (un séjour de trois semaines pour deux personnes à Cuba). vous aurez contribué à étendre le rayonnement de notre revue , à informer, éclairer et mobiliser de nouveaux lecteurs. Invité p a r la revue Contact, du comité d'établissement, Droit et Liberté avait organi sé avec elle une exposition su r les travailleurs immigrés et sur le racisme. Ce stand, lui a u ssi, o btint un grand succès. A la so rtie, é ta it distribué un questionnaire int itulé (( Le racisme et VOUS)) que plus de 1 00 vis iteurs o nt rempli en to talité . A la question : y a-t -il du racisme en F r ance », 96 Ofo ré pondent oui. 74 % estiment que le racisme a au gm enté ces dern ières a nnées ; 66 % ont èté personnellement témo ins de manifestations de r acisme. 91 % de oui à la question : « Vou s sentezvous co ncerné par la lutte contre le rac isme ". 96 Ofo affirment qlle « la lutte a ntiraciste do it fa ire p a rtie de l'action d e~ syn- Une question, portant sur les victimes du racisme et de la xénophobie, demandait de les classer en fonction de l'ampleur des préjugès qui les visent. Ce sont les Algériens que l'immense majoritè des réponses (90,55 %) considèrent comme les principales victimes du racisme en France. Viennent ensuite les noirs (85,02 %) les juifs (82,44 %), les Gitans (81,44 %), les Portugais (81,24 %), les Espagnols (79 , 17 %):

A l'occasion du stage de moniteurs de colonies de vacances organisé par le Comité d 'établissement des usines Renault, Alain Gaussel, secrétaire national du M.R.A.P., a animé le 27 juillet, à Mennecy, un débat sur le racisme en France. • Et puis, tout don, tout versement sera le bienvenu ... Pour notre Mouvement, vous le savez, les conditions matérielles sont très difficiles, surtout pendant et après les vacances. Sachez que , dans J'immédiat, nous avons un besoin pressant de votre concours. Nous comptons sur vous. .... '0"" O'HO"""'" , "'" ~~ ! P BULLETIN D'ADHÉSION mler Président Honoraire de la Cour da Chu· Approuvant le combat de « Droit et liberté " et désireux de soutenir l'action GtloEnN)E;R APLR: ECSIhDaErlNeTs : PAPLieArNreT . PARAF; SECRETAIRE contre le raC.i sme, la"ntl"se mltl. sme et pour la p'aiX , COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI. Georges AURIC. Claude AVELINE. Robert BALLANGER. Roger BASTIDE. Jean CASSOU. Almé CESAIRE . Diomède CATROUX Charles de CHAMBRUN. André CHAMSON. Pierre COT. Docteur Jean DALSACE. Louis DAOUIN. Hu· bert DESCHAMPS. Henri DESOILLE. Michel DROIT. Pasteur André DUMAS. Adolphe ESPIARD. Henri FAURE. Max·Pol FOUCHET. Marcel GROMAIRE. André HAURIOU. Charles·André JULIEN . Alfred KASTLER . Joseph KESSEL. Alain Le LEAP. Michel LEIRIS. Jeanne LEVY, Darius MILHAUD, Théodore MONOD. Etienne NOUVEAU . Jean PAINLEVE. Jean PIERRE.BLOCH. Marcel PRENANT. Alain RESNAIS. Emmanuel ROBLES . Françoise ROSAY. Armand SALACROU . Jean·Paul SARTRE. Laurent SCHWARTZ. Jean SURET·CANALE. Jacqueline THOME·PATENOTRE. Général Paul TUBERT. VERCORS. Dr WERTHEIMER. Robert ATTUlY. Vincent AURIOL, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN , Jules ISAAC, Frédéric JOLIOT-CURIE, Jean LURÇAT, André MAUROIS, Amiral MUSELlER, Marc SANGNIER. André SPIRE, Chanoine Jean VIOllET. MOUVEMENT CONTRE ... -------120, rue Saint-Denis - 30 Nom . . . . , ... ,··· · , Profession Adresse .. J'ADHERE AU !III.R.A.P, Prénom Je vous envoie, à cet effet, la somme de Je souhaite (2) : . . ....... . . . ... . .... . ..... . . ... . ............. . ........ . . . ... . .. . .. . ........... (1) . • recevoir une documentation complète sur le M.R.A.P. • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. Le montant de la carte d'adhésion là partir de 5 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M.R.A,P, LE RACISME, L'ANTISÉMITISME ET POUR LA PAIX (M.RA.PJ Paris (2") - Téléphone : 488-09-5i - C.C.P. 14-825-85 Paris------.. - Prochaines Hlanifeslations • Les 6 et 7 septembre, le Comité de la région parisienne du M.R.A,P. tiendra un stand d'information à la fête de l'Humanité à Vincennes. ' • Les 25 et 26 octobre, le Centre de rencontres de Glay (Doubs) prévoit une conférence sur l'apartheid en Afrique du Sud, ainsi qu'une exposition et la diffusion de « Droit & Liberté » ... • Le 26 octobre, l'A.S.T.I.R.E. (Association de solidarité avec les travailleurs immigrants de la région d'Ermont) assurera une « Journée des étrangers» à Ermont (95) à laquelle participeront rfotamment l'écrivain Albert Memmi, ainsi que Me Hermantin et Alain Gaussel secrétaires nationaux du M.R.A.P: • La Maison des jeunes et de la culture de Besançon prévoit cinq conférences sur les thèmes suivants

La lutte des noirs aux U.S .A.

- La crise du Moyen-Orient et le racisme Sommes-nous racistes en France? - Nazisme et néo- LE CARNET Le 16juillet Le 16 juillet, à l'emplacement de l'ancien Vélodrome d'Hiver, a eu lieu la cérémonie commémorative des rafles tragiques de juillet 1942. De nombreux Parisiens avaieni répondu à l'appel de l'Amicale des anciens déportés juifs de France . Le grand rabbin Bauer, M" Yves Jouffa, Me Renée Mirande et Henry Bulawko ont pris la parole, Le M.R.A.P . était représenté par son secrétaire général Charles Palant et Albert Lévy , secrétaire national. Nos deuils Le compositeur Joseph KOSMA n'est plus, Né en 1 905 en Hongrie, il vivait en France depuis 1933. Connu pour les nombreuses chansons qu'il avait écrites sur des paroles de Prévert, Queneau, Aragon, Sartre ou Desnos, ainsi que pour ses musiques de films, il avait composé plusieurs oratorios, inspirés par la guerre et les événements contemporains. Son opéra Les Canuts fut créé à Lyon en 1964; un autre Les Hussards doit l'être prochainement. Ce grand artiste qui vibrait avec toutes les causes généreuses était membre du M.R.A.P. : il participait fréquemment à nos manifestations. Nous exprimons à sa famille nos sincères condoléances. nazisme - Les travailleurs immigrés. Ces cinq conférences doivent s'échelonner du 5 novembre 1969 au 4 mars 1970. UN CADEAU A l'occasion du 20" anniversaire du M.R.A.P" dont l'acte de naissance fut la 1 ,e Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, le 22 mai 1949 Droit & Liberté offre un cadeau à tous les jeunes qui ont 20 ans en 1969 : • Un abonnement gratuit d'un an, à ceux qui sont nés en mai 1949. • Un abonnement demi-tarif d'un an (10 F au lieu de 20 F) à ceux qui sont nés dans un autre mois de 1949, Pour l'obtenir, il suffit d'en adresser la demande à Droit & Liberté, 120, rue Saint-Denis Paris (2"1 (C,C,P. 6070-98 Paris) en indiquant les nom, prénom , adresse, lieu et date de naissance du bénéficiaire. DE D.L. C'est avec une profonde douleur que nous avons appris le décès brutal de Maurice GRINBERG, éditorialiste de notre confrère « La Presse Nouvelle Hebdomadaire», Nous exprimons à sa famille et à ses collaborateurs notre en t i ère sympathie. Nous apprenons avec émotion le mort accidentelle, à l'âge de 40 ans, de M. Armand BARAN dont nous publions en page 3 un~ lettre toute récente dans « Notre Courrie"" M. Baran était de longue date adhérent au M,R.A,P, et abonné à notre revue, Que sa compagne, ses cinq enfants, sa fa mille trouvent ici l'expression de notre amicale sympathie. Mariage Nous avons appris le mariage du Dr Annie GOLDFARB avec le Dr Edmond PAPPO. Nous leur exprimons nos félicitations et nos voeux les meilleurs. Et aussi nos félicitations cordiales aux parents, nos amis Mme et M. André Goldfard. "Et pourtant ils sont des hommes.» Alors que se trouvait dévoilé devant l'opinion publique le scandale des foyers d'Ivry et de SaintDenis, Le Monde du 24 juillet a 'publié un important article de notre ami Me Fred Hermantin, secrétaire national du M.R.A.P., sur la situation des travailleurs immigrés en France, sous le titre « Et pourtant ils sont des hommes ». 'RGIT ET LIBERTÉ - N° 285 - SEPTEMBRE 1969 LES PROJETS D~UN ÉDITEUR Notre ami Roger MARIA, éditeur et journaliste a de nombreux projets : il s'en explique dans l'interview suivante. ' QUESTION. - Comment comprenez-vous votre activité d'éditeur? R.M. - Je ne me. veux pas édileur au sens courant du terme: pas plus que ~e . ne SUIS Journaliste quand je fais des articles, je ne me considère comme edlteur lorsque je publie des livres. Je suis un militant et, tout au long de ma vie, j'ai essayé de servir, ~ai s dans des limites très exigeantes, C'est ain si que je prefere sortlf un ouvrage a petit tirage parce qu'il sera d'une vente difficile mais par~e que je l'estime nécessaire dans la lutte, plutôt que de me tran sformer en epicier de la matière imprimée, ce qui serait facile si j 'orientais mon activité autrement. Cela dit, comprenez·moi bien, je ne veux pas aller jusqu'à m'entêter à sortir des livres invendables. Q. - Parmi vos dernières productions, sur quels titres souhaiteriez-vous mettre l'accent? R.M. - Comme vous allez le voir, quand je parle d'utilité, je ne songe pas seulement a des ouvrages politiques, mais à des textes d'une certaine originalité. C'est ain si que j'ai été très heureux d'éditer le premier ouvrage de J,-L. Jazarin, qui est président du Collège national des ceintures noires: L'esprit du Judo ~ Entretiens avec mon Maître, qui comporte un avant-propos du maître Japonais H, Mlchlgaml, 7' dan, et une préface d'un des amis du M.R.A,P. depuis sa fondation, le docteur Henri Desoille, professeur à la Faculté de médecine de Paris. Il ne s'agit pas d'un traité de judo, mais, dans un langage extrêmement simple et accessible, d'une synthèse supérieure des éléments les plus vivants et les plus pratiques de la pensée orientale. Mais j'ai aussi publié récemment Les .nazis sont parmi nous de Jacques Delarue, et Le Vietnam, de la Guerre a la Victoire, de Charles Fourniau, Q. - Quelles sont vos parutions les plus proches? R.M. - Je SOrs sept ouvrages pour la rentrée en septembre: de l'économiste hongrois Jozsef 80gnar : Les nouveaux mécanismes de l'économie socialiste en Hongrie, avec une préface d'Henri Jourdain, directeur de la revue Economie et Politique; L~tle de classes ou conflit de générations? qui reproduit les rapports et debats Ill-extenso d'un colloque entre marxistes et chrétiens sur ce problème capital de notre temps, avec une introduction de Jean Suret-Canale' de Jean -Pie,rre Voidies : Contes et Poèmes pour mon pelit garçon, avec préfac; de Jean Freville; sous le titre Une éducation pour notre temps - Problèmes et perspectives, la . matière d'un colloque à l'U.N,E,S.C.O. entre enseignants du monde ~nl!er; je repre~ds aussi deux titres d'un écrivain injustement oublié, maIs qUi est tres estime des connaisseurs, Han Ryner, auquel Pierre Abraham et PIerre Gan:arra ont c~nsacré un numéro spécial de la revue « Europe» il y a quelques annees : La mere de Jeanne d'A rc et Songes perdus. Enfin je publie un gros ouvrage dû au doyen des fondateurs el militant toujours aClif, du M,R.A.P., notre très respecté ami Georges Saro;te, qui a quatrevmgt- selZe ans, et qUI, sous le titre Le matérialisme historique dans l'étude du droit nous livre la somme de toute une vie de recherches, sous forme d'un ouvrage vraiment unique en son genre et qui bénéficie d'une préface de Maurice Bouvier-Ajam, directeur de l'Institut de droit appliqué, Q. - Et vos autres projets? R.M. - Je ne vais vous indiquer que quelques titres, et d'abord de Pierre Dac, des Dialogues en forme de tringle, dont les lecteurs de Droit & Liberté ont eu la prim,eur sous forme de bonnes feuilles. Cet ouvrage plus sérieux que des gros tr~lte s" justement parce qu'il prend parti - mais c'est le parti d'en rire - sera preface par le professeur Louis Leprince-Ringuet. .. Ce livre sera mis en souscription avec le plein soutien de Droit & Liberté en m~me te~p~ d'ailleurs qu'un recueil d'études de Jacques Sylvère, collabora;eur tres apprecle de la Presse nouvelle hebdomadaire; cet ouvrage aura pour titre: Juifs de France, avec une prèface d'André Blume!. Parmi les autres ou~rages do~t je prévois la sortie, permettez-moi de signal~r encore, car il peut mteresser speCIalement les lecteurs de Droit & Liberté Les juifs dans la Résistance Française, de l'historien David Diamant. ' D'autres titres enCOre : Auschwitz, usine de mort, l'Evangélion, de Marcion qui n'a jamais été publié en français; un ouvrage sur Les trésors de guerre de; réseaux hitlériens; le dernier livre d'André Maurois, elc. , LES EDITIONS DU PAVILLON Directeur-Gérant : Roger MARIA 5, rue Rollin, PARIS-5e - Tél. 326-84-29 Diffusion pour MM. les libraires ODEON-DIFFUSION, 24, rue Racine, PARIS-Il" 31 RAINETT

Notes

<references />