Droit et Liberté n°028 - 5 mai 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • 11 Juin: 2éme journée nationale contre le racisme et l'antisémitisme, pour la Paix -page1
    • L'appel de Stockholm: en un seul jour le MRAP recueille 3000 signatures pour l'interdiction de la bombe atomique -page1
    • Entre deux chansons, Renée Lebas nous parle -page1
    • La protestation s'amplifie contre la révocation de M. Joliot-Curie -page1
    • Un professeur américain hébergeait des noirs: révoqué -page1
    • C'est le film antiraciste "Crossfire" qui a valu à E. Dmytryk de comparaitre devant la commission Parnell Thomas (activités anti américaines) -page1
    • Le juif Süss et le pacte Atlantique (indulgence pour les activités antijuives en Allemagne) -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: le gâteau de l'antisémitisme -page2
    • A Los Alamos cité de la mort atomique, cité prison -page3
    • Un message du MRAP pour le 2éme anniversaire de l'Etat d'Israël -page3
    • Chagall poéte de la couleur, ami de la Paix -page4


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

•• 11 JUIN • JOUR E 10NA E W'28 (132) • 20 fr. BELGIQUE 5 fr. TlSÉMITISME, V APPEL DE S'I'OC;IiHOL l EN UN SEUL JOUR, LE .M. R. A. P. recueille 3.000 SIGNATURES POUR L'INTERDICTION DE LA BOMBE ATOMIQUE Edmond FLEG ; 1. direc:h". ... 15 prof esseurs de l'Ecole M,a'imonide ; l, di,«teu, de l'Ecole fi, Trav ai l ; M. ZU l'RANER , secretaire gè"ë, 1 i III_ rO.p.E.J.: M. ORFU S, ! p,ê:ud,nt d. rAuociatiqn d

n d ... , Comb"tt.anh Juif" ;

Renee LESAS, lignent .io leur 1 to-u r.- . ---- lA PROTESTATION s'amplifie 'heure en heure D A S cf'lIe IIIR!S(ln de ln rup, Ile", t ",eo"frc". , 'lI'twt deu" ("mil· lt'. . l'une .10 h l"! p r sl) nnec'i, l'Hut re (! .. dl". 11 ." a II ; un n!eller em ll l " 't\nl ,'In::-I IHu·r ler... Quand arri \'èrcnl 1"11 '" vj"i t r.urs de la paix J . Ils f ur('llt, a ccurillis ehaleurt'-uscClIelll. Il repartirr nl avec 38 .(I;!l:nll.ttl rl'S sur lefl bullet inll de pt!;Utioll e ),7 i .. aJll l'interdie:t ion ab30lun de rnrlfl(' atomique.

.tfllui'J',r, ('(Jmnll·t(rai! un erlme

('lIn!re "b.1IUJanitf. fOI. ,:;pmil· à traiter

omm e criminel d .. guerre JO •

3.000 signature5 11 ,v II. ('n France d('..a mill,ons de

'r {ln n ('" 1i" 'mhlablP5 aux m, mbres

'k , famill .. s Sch .. inbuch I."t Gordnadel \'iliant dans cttle maison de ISGITI\ PAGE 31 Le!; homme-s el Irs femrol'6 'lui vi- r- - - ------ - - ----'" l'Ill el hab'!.«nt dans cette maison de ln m 11"11 E('ouffes onl lIur la situatiOIl politiq ue tics opinion'!' rli\'(' rlles. Le s IlnJ aont ju ifll, I H.Utn 1I chrét iens. Ils nn tlonnent pas lOUli les mê' mes ('al,ses au dl\l18'rr do guçrre. Ils n'r.m'lfHIi;rot pns to\:s IC'J mémp.s solutions. JnjR, &11f \In point A11 moin", i lll Roni (l'accord : p8a de bombe atomique l'I\1r !lOS foters, pas de gu e rr  ! Et c'cst pourquoi ilt! ont sign: rappel de Stocltholm ; MAMAN! que l'orme d'épouvante soit détruite tOl1tre le rocisme et l'ontisémitisme POUR LA PAIX .,-__ APPEL DU M. R. A. P. CINQ ans apres la dêfaite d' Hitler, le spectre d'une l\ou\"el e catastrophe e dessine. JOUI"" uprès jour. les pr p8ratirs de guerre gagnent en intensilf-. La hombe atomique. arme d'extermination qui anf-anllralt

n s diSlinction le jeune et le \'icillBrd, le bébé l't S8 mère,

est suspendue sur nos têtes. llne vague de nazisme dêfrrle à nouveau sur l'Allemagne occid ntale où les provocations antisemis(es et racisles se multiplient. En France. Xitvier Vallat et Henri Bér8.ud sont libre&,. de Gaulle et Pétain He réconcilient.· La presse, la littérature fasciste et antisémite sont répandues

ans aucune enfrave.

ne bOlllbes au « plastic» édatent devant des magasins et demeures de Juifs. DeH Juifs reçoi"ent des !t'tires de menaces. De 11 (IlI\'eHU on entend; « ::Uort aux Juifs! ;" L'Etat cl'Jl;raël est plUH que jamai menacé IHlrles hltrliues des impériali8tel; ang!o·s(lxons qu i voudraient rallumer un. foyer de gucrre dans le Proche·Orient. Les racistes font couler le sang des peuplt'S eo loni$lux en luite pOlir leurs liber!rs. Frères ,et Soeur C('8 m("IIlICeS im]losent la néCt!ssite impêrieusea de s'un ir et l'a;i( conlre 10 us ceux (lui Ilrpparent nutre extermination. C'est pourquui lUlUS proclamons UHE DEUXIEME JOURNEE HATIONALE CONTRE LE' RACISME. L' ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX q ui Aura lieu le DIMANCHE Il JUIN : AU CIRQUE D'HIVER Le ll.HA'p. a pllelle toutes les or"anisatioru;, sociétés et iMlitlllions, tOliS les anfiraci8fe", à ndhêrer à ceUe Journée. Ecartunl-l lontl's !HIS dh·trgences, .ioignon.'I nol'l fff)rts pour ce but. uniqu(  : 1(1 dêfcnse'de nos enf./mlR et de nog existences. Le.: 12 mai 1\l4H, au Cirque d'Hi,"c.!", plu sieurs milliers de deJêg'ués cn nslitaant le i\Iouyement contre le Rneisme. l'Anti· R nliti,mlc et pour la Paix ont prêté ce serment; JF: .JI ·HE DE IU;STEH FIDELE A LA :\l Ei\IOIRE DES MIl,LIONS nE NOS FRERES ET soeURS EXTERMINES . 'ENTRE · DEUX CHANSONS . contre la révocation . de M. JOLIOJ.CURIE « NOliS co,l.:hlé-Nlns que JfI i'ouve-r. ncm ut qui. Je premier. u!lUseralt 1 contre u'lmporte quel pays. l'arme el QU'IL VIVE ! JE .TCHE DE LUTTIm CONTRE LE HACISME L'ANTI· RF.MISTUOE ET POUH LA PAIX ET nI; N'ACCEPTER JA. MArs m; i\1E 'fHOCVEH DANS U: i\1Bl\tE CAMP QUE LES nOllRHEAUX ?\'AZIS. DUlls l'e!'prit de ce serment, faisons du 11 juin une manifestation impol';un tt'. Renée LEBAS nous parle ... La révocation du . savant français. te "proresseur Frédéric JoJlotCUflf'. t'rlX. Nobel. hant-commlssaire. "Energie "atomique depuis le 4 J&n"kr 1946, provOQue une vafue d 'lndlrna\lon en France et LE c. Jour d ('b!l:ur . qU·UDU (tl nl le monde Iltllte daclyl0 ::tUenllail \u· guement, sam; ' t'r"It·C, a ous a donné 'l'exquise chnntCIlIle Renée Lebas, A longueur de journée, devant sa machine a ecrlre, elle tape .. , tape courageusemp.nt, et, le olr, dans }es q\lartle r populaires du 11' arrondissemen t, ensuite du 12' arrondlss

ment, Itvec son frère ainé,

a vec Fran c s Lernarq\\e et un grou- IR quol a 1 rJJe le plu.S peur dans la V1S ? De 111. lllt!lN, - LA GUERRE ! J'al tOfdour! été- contre' ta gu.erre, contre ·tout ce qu'eUe apporte de misère, D s famille:) entières ont éte dét ruiles entre 1939 et 1945, notre pay., n'est'7JIU encore relevé de ses SOII//rances qu'un nOllVeau. massacre à la "bombe atOmique !e prépare, (SUITE PAGE 2) Joliot....cgrl.e. gran Je figure de notre siècle. créa dans les conditions Qui etonnèrent le monde la première plie atomique frança ise c ZOE'. le 15 décembre 1948. Ce grand savant est en mt'!me temps un grand patriote, Grè.ce à lui Hitler n'a pu réaliser la bombe (SUnE PAGE 3) pe de jeunes, elle chanto(), joue la I-- -----_____________________ _ comédie. - Ce n'est que Qu.elqve, annérs plus· tard, en ·1938, qu'à la radio i{ai chanté poU:{la premltre jots, dans un concou.rs d'amateurs. UI! beau: 1our, ChamPI m'ayant remarquée, me pré"ente dans !In cabaret. C'était le fameux ... Jour de ehance ;,. - Avec Mon Légionnaire, . Un 'eune chantait. L'Etranger, je !i tlleS debuts -sl/r, lU. planches. En l O. me p1'emicrs dlsQltt sont enregistres li Radio 37. Encou ra8'é par la 5ympathlc rencontrée autour d'elle, Reliée Lebas travaille l'arrache pied, fait &uec e.. lvement. 'un I-Our de chant (\ l'Européen, a l' Elolle, Et... c'est la l[Uerre. - Jamab ie ne CMnterai dem:l1I[ Je. A.llemands. Renee Lebas s rétul!:!e pn Su!sle. On l'entend, 'alors dans diUerentes éml&'llons 'PubIlQul's et beaucoup a Ra'dlo-Ocnèvl1. - TOutes les cha'!,'OnR qw'. ie ehanta!:s at/a/ellt POliT mot un sens tvocatcur ; 14 juillet ... Paris 'St $O'jItve pour sa liberté; Exil ... chant ecrit par d-es rêsi.!tattfs ," Le Ciel de France ... ma p(I!J.Vre FT/mcc ntvahte. Enfin, 1944. notr", pays Sc Hbtr", 4f's boUes allemandes. Re1lee Lebas rejo!nt Immédiatement la r.apltale pt nOlis la retrouvons dam de nombreux music-hall parisl!'n! où elle est chaleureusement acclamee. . Elle vl nt de faire une tt'ès grande tournc!' au Canada, en Afrique du Nord. au Liban, en SuiS"'e, et la revoilà .. : BARBIER, de la tueur Gestapo de Lyon, « RETENU» en BAVIÈRI: Le tueur B,\lt8IE'R,. cll.,-r dr 1. Ge.w. po de Lyon, 1\ Ifm "I.,,' , p.r llU ltrG. Inte posh, con! r MIN ..'- rnt, 1. Inl( r HARDi'. Qui ul Barblcr A I.)·on. Il t lt t:h.rll' d s oph!l!h.n. contre les rbi.t& l\b du ma qul et IC8 JuJb. Quelqlldol ,' Il flr( .êch!, Jt l ul-mr.m auX ex;;cutlolll du p!llrl le_. LA H", du Inort#!. d e I.orturë., de dr portr5 par Barblu C I Ien(ue. Ce c riminel merlte 11\ mort. Pourl .. "t. ae!Utllemeol, ti- t"hll .om uçanl en lb"li.«, JI "h Ilal ible." 111. Lu autorHé. IImfriealnu ne "euIO!"nl l'a .le tal . « . rCll t.er en . 'rann, • fi .,.ratt qu 'II u t utUe il. III cI('e .. ,e ,"_ Uonale amblCll lne... • " clo'e lari It 1H'4, ld e.nt fth lu . Cela nOUI c:on.llrme -"'a pour pripaHr " n "ou velle. lUette. on a be50ln tI .. a ndel" erlrolntls aux 'ma ll1ll I:ou' rtt1.nI '1 ".I\f' qui Out l Ut la c:ons- 1 elUlU 1'uM .. lnAt dt ee n J n el de 1 1Il11Uer. de '.lb et do t .I It&.IlI., JIN PROFESSE JJR A MtnuAIN héber eait des Noirs : ntvOQJJÉ Le docteur Lee Lurch, éminent malhernatici n de Ncw-York \"lent cl'être réyOtjlu Ilr. SOn poste cie PtQres t'llt" assistant il ITni," crsile de Pennsyh:mi(', pour t\,'o ir ÎII\"ih\ Ilc:'! amis de couleur.

 1. cl Mme Hardine H('ndrh: cl leur cnLml, il SI jnl! nl('T Ilaml snn

apparh'.menl. C"I nct(' c l çn n hlcr ,r comllle '" exfr mi S Ill (,. iIIegal. amurai et portlmt prêjudlee à lit r putation puhlique de l'unÏ\'er- 1'ité ;, . L'appartemcnt du proft'ssc\lr l.ee Lorch est si ué il Stu ' vcsant Tawn, bloc d:immcublts L'Onstr uit par la « Me1ropolitan Life Tnsur:m c-e Cil' • de New-York. Lorsque les locata ires ont appris que la ('ompagni insislait l'ur la clause inlerdisant la 10- {'i\UüI\ des appart('mc'nls aux g('ns de ('OU1eun:, ils élévèrc-nl !lne vigouri'tl5e protestation. D'aulre pari, de nombrcu!{"!\ or anisatiolls et diffé lf-s pe r 50 nl\alité , adversaires de la dIscrimInation racIale. ont !:{"O testé coni re la sandion qui frappe le docteur Loreh. C6NNAISSEZ-VOUS':; PARIS? . ........ " .-- 1 Lundi dernie r, ç'êtall


la délllé du 10r Mir dans Il Ilorllux (Voir notre. !lrllele en pace 4' • Fbl Sllnt'AnlQlnl , -- \ L A Rurn'e a arrar.hé dc cental- ternat10nalc de l'enfance qui sera , ll(, de millier,' de petits cn- ct'!ébrec le 4 juin prochain. fants des bras de leur ma- Au momrnt Olt la guerre, la Une m:u\Îfestntioll qui soit une nouyellp (-lape dans la luite: CO!\'f lOE LA RENAISSANCE DU F ASGISi\IE. DU HACISi\IE ET DE L'ANTlSElIHT lSME. . COYI'RI: I.E RELEVKi'lENT D'UNE ALLF.:'IIAGNE NAZIE, POilU L'INUEPE:\'OANCE DE L'ETAT D'lSR\ EL. POUR 1.'1 ITE-RmCTION ilE LA BOMBE ATOMIQl'E. P01]f{ L,\ l'M.\', Ensemble an; c le!'! Partisans de la Pail\: en France et dans le monde entier, unis cunlme pendant hl R és l l allce, nous gaitnerons la hat a ille de la vie. • • Le " Juif SUSS " et le pacte Atlantique • A J: HtURF:, où

'ou\'rll I:!. Cunt!.

ene: de. 'l'rol li I.ondres, !:In· dl, que "l, Ache,,'n

e prcoceuve d'ae:êlher

l"inltrra!;(lu d 1' l1 eJl;l l oceldr.n. ""le d;o ns le 1I','sti ",,, 1It13nllQlle et lion;:", nO!:lII1Menl il I:UIl!'cr

 cet rffH Ir • h1Ut

cOllu il ... U.nllq ... ", propo,ë par M . mclaUl!, la. "/:,,ç " .. 11- s6..mlte qui f'ut dée le"e h e de l'aull'e côlé du Rhin, loin de re rJ \lor. tonth'lle "" cour.c. man. bombe atomique mcnacenya vie dl' I,c .lui' !;ijs S.,r.l- Combien sont alllls. tout. dmit, nos cnfants. des journaux. de 1-11 i" t e Ir r è, luI dans les fours crématolrcs ? Com- l'Aurore !t' Franc·Tireur, en pas- lI,un i bit'n ont été assasslnll1! par Ics sant par Le Fi.r;aro du tueur S.S. On con""i t ,, jt bombps â Ir(Wers le monde, tués Skorzeny. mènent UllC campagne I(arl n, lI! roiilll$R' sur les r outes. enscvel!t; sous les de divcnion savamment orches- teur de cc mm nui, vUles enj.ières ? (SUITE PAGE 2) (Snile ell pag"l' 2) _ BONN pour le servin a l'amour d'\lne mère, amour r----------------------- ---- __________________ _ que nul l1'ollb:le ... LES DIX D' HOLLYW OO D La gU{,l'rc a privé d s milliers d'cnfant de la. trndresse, (le la douccur d'une ml!re. Nombrcu:.;: .wnt les pptlt. qul ,ont vu les Alle· m3nd:s emmp.l1rr ll'ur maman parce QI/'elle était 'ilJ it; t . Seuls. dans la chamhre Ils o nL f($ lés et ont plcuré. Cette ima,G:c rl'Sll'ra toujoms à leur nlémolr('. Je 11 '3,1 plus de maman 1. .. Mamans qui a\'(l.Z 13 chanel' de choyer vos ppllll!, laluelle de \·ou. n'a vécu des 11eures d ' angol s e au ehl've d'un l'nfa.nt rn"lade ? Laquc lt- de "ous ne :;.'el't pcnehée avl."r. amour, ('x t as!ée. dcn\Ht 1(' berceau où rf' pos le nouveau-né? C'est le film • qUI a devant valu la , a antiraciste "CROSSFIRE" E. DMYTRYK de comparaître Mamans ! von ne pouvez rever de bonht"ur : un nouvC'au massa-. cre deI; !n!10cellt. H p rcpnr . un glgantesQ,ue m:\sS(lcr . L:\ guerre atomique mcnac!'. 13 mort. l'st suspendue

l\I- dC' us deR bcrceaux,

La mor t pal"1l' aver, l dllp\l !é amél'! caln Pong!' Qui a ():c déclal'er : « N(m , d-.1trllirol! IOtl. le ponh, nOl/,S inOlld('ro,! toutes les hOllil ltrl'S. I!DIB r(1, erOljS 10Iltc, le, chcmillé ." i d'I/,I'il/cs en Bf/(Jiq'ue et dall.1 le NJrd de la Franc",. N01a alltr14lrons /014: li. Nous ne pouvons r('st r In ell s!blcs à CCs paroles, Nous devons déJendre nos ellfants, ct :lovant ' tout leur vic. Parce qUI! c'est nOlU qui les av· pelons n la vic. et parce qu'US MId le mOI/de dc dClIIai1l, les enlanis o"t sur la société des droits tiacré, , Et le premlcr de ces droits, c'es! i.e droit d la VIE, Alnsl"s'est ' ... xprimee Mme Eugenie Cot.lon. prt'!sldente clu ComIté de préparation de la. J ournee 1n- Commission PARNELL THOMAS M ACH!i SOX affirmait r (!--emffl" t:l1. au nom de SCIJ ami!! : a ,,:o,'QwI BOmmes , 6 ellfll.nle r!(' la Ilb';"tt! . JI " I!mt)!" que de ' el' Iloint d" \"\w 1. Parl1l." l1 Thomas, el!IW. lr"r r.OllVI;JlC!1 ,l"'si'roquerie et de ,!ilap;dal;on d(' fO Il\l put,lics, figure "'' 1.&;,'", ,:uri " lls'" progéniture. Cst lu; qu i prrs;oa;t la' Conllni , iùn le.;,

letl\'i!.r's anli - :l!ll(!rl(! ln(! s lorsque

(',-lle·ri, "Il HH7. dta [1 ('omparaitre dix Amhi("n;nI parmi les phllO ' digl1t's tin nom d'Amlrli'ai n. De même, r.lle:r: now;, fiel prrsonnajl".! (,omprol1'lis jnsqu'au COli dan!! l"affair rl cs chl" 'lu e! F(' po .. rnt ('n champions cie la moraliH' puhliql1 .... On conll a i,, a;t fléj,"l. (]IHlII rhi."to;re dl'S Elals-l ' n;!;, drs procès tn),qU€8 d'one cprl:tinc justice: crlu l fI neuf dc ScolUi-boro. et. plus prl!tJ; de nous. celui de$ Domm de New-York. Voici drvant l'opinion, le ca'! dei Olx d·Hollywoo .... écri\"llin , 8cénarisl1."8. metteurs en scènC'. producteur!! de {illns. qui n'ont que Je tort de n'avoir pail ('u la. 111P.1l1() o"!" n , ptlon ,le la. Iiberl que t P,,-rnf'U Thomll., , Condamn(;i!: pOlir 4: ouira;:" 11.11 Corl8'r s , iJo!- ,'on!, (' oup;r 01 Prison, IIi la protr!'lnliorl mondi",ic ne lM sauvc p"". Leurs antécédents De qUI s ' n;;t-;l ? Dn I\Jbah 11..".';;('. 1 io'rhcrt Bihpr_ man, Lr le( C .. lr, l::dwHnl Dm,tryk. Rfnll' Lnnlu('r, ,John Howa rI La\\'·

U ll, Albert ;\lallz, Sn!ll Orl1i!7, cl

Dal!on 1"ttlrllOu. Qu'ont- ils fnit '! DC1I oeV\"f1:3 Alllifalldstl's, Citnllll - dl' 8 11,prmllll, La r ac ,; UjfP- ,it: u,to, une U .. '" plus lTIoniant'-f\ sa · tif{' 11 .hl r acillt1lr. - n/' ])m 'lryk, 1(' C"Gllragrllx Crll. ..... rl'-r qll : 10"11; nQS :lm;j'f c,., n:lIl5 - senl: 1.."", ('"ra nIs dl' Hill"., f, lm anl iun:r.i qui 1I·'"!'t pa.'l- du 1:0"11 de .:ertl inf\ ., ·nf .. nt .. tie la ho..-rt" .• ; Derrlèrl' le iol jl lt!"ant , qUI dénotlce les impér iaHtHc'!: ja.pollai!l. - dl' US!"r Colr.. l A' SilO!: SUt le

nt.-dl qUI, I.out (·omme 1(" pr cérlel1t,

ne al\ra IL rccudltlr h' "uHra."e du

l dlltct(l lion p:1II1. d'aille\lrs. que du
n êr :ll ;\'lac /lrtlltlr.

- d" Lar(lnrr. O"'lInln Ir mnullf' ... Ul]' OEUH!' 'lLl; Il!' fI:1 \Hl xa ct.""'lent il l' OJ"lP)f\ o1rl 1IIÙ1l\ 5 r! C'.ocbb!! I!'. - - d o:, Lol.w\ol1, ('""th'ol I-'er Mou.m Jl k, !Jni, en 1' lI.ltll.nt l'amitié (le. p""plt:s ru e C't 1;l1l1"'ri(,:1111 lllll!' con· I.n' ,'AII(,lIIllgne hltJ ri (' I\!1(-. ne Pl'·ut évi ,lI'nlmen! !lvo,r rfl1l. "upporl(,fal .. am;s ,1\' :'1. Krn ... ,,:hr.nko. t ém::nn

m:le,.,t de 111 \'ommiMlon d'" .. cU\"
I '! IIn!i-.. m T ic a i n ,.,

-- d ' l\ I,..rl .\lll" '/., l11l " " r ; 1 lAi c"ura n! " .. Itrraill, un rIt'" m · j ·ltHtfll fo'nllll dl' Il h th':r(l! n ... l'mlric,,il'l . 10 film ant . r:H'.Ît't 1.:1 '1I .1I!iUI . û J(I ,·i ...... On TJurrll. 'l 1IU1"1 Ir'""l""r u' .. ut! lell! ;,!ul'f • I)r i", Il'!:nn!!'. r '" du e;némll. IIm r 'c .-l i Cl Mr ' nl 11\1f res ci- (SUITE PAGE :J) • • • • "ROIT ET LlBERTr' Le gâteau de ... r  !; I (JIll:' p up te-6 ,r t r(' Inféri: ;.;n . Si quelqu'lm IÙl pil I.'llcr,l'e cornp:'is. Oll lul len. un petit de.-;sin, En ]Ul rappelan ces mot./; par le5qu L . cn 19 3. O,unlld Rommel fut. obli:;é d H r plier t!la t!!jucm e llt, . p.n Qlla trii'm Yitrss('. le

rand tabb1n d'AI1!;lettrrc salua la v!ctaire

de Stallngud : • • • Le Comité d'action du M. R. A. P. appelle au rassemblement l'antisémitisme de toutes les bonnes volontés pour faire Le nombre des gâteaux du 11 juin une grande journée de lutte Par!ol.s, on s'lmaih1e 1\voh' touché le fOlld d'une cel'tallit tupidlté lIntl mite. Et pUiS ... 011 6'apel"Çt'llt qt:."on n'avait paii e1lC01"e tl)uch Jc ronci. M. F ... 'cü rendu réccn1ment à. l'hôtel LuteWx pour y louer une .. alle t.ll l'ue d"un repas de mitr!;ll;'c. Le maille d'bOte1 lui propose un menu n. détaillant plat aprts plat. en arri\'e aux I Attaux : _ Au Jait, demande- t -il, eSt·cc qu'il li a!lJ'a. des cat1!{)/iquc. 4 wlre 7IIa_ r ia"e ? - J'avoue Ile pas f4i.$lr II! TapJ')()TI ••. - C'est bien. limple. lUi réto:'Quc 1"\I:J'c. s'Il li 4 des cotJu/iqu.es. Il ID/I.. ,,,, moi7,, de o leaur. S'fi s'agit de JIJJ , par contre ... La si nature l de M. Edmond F1e 1 A PRES du I1enonnallth aussi 1 diverses que M' Alldré JUU- 1 mel. le prhldcllt L)"on_Cacn, Al[\{. Andf Spire, Jca.n-Jacqnu Br.t)1 rd. Or tu , le Gund Jl:o.llbln ! M.rall, le Rabbin PauL !buer, WIL- , ly Ndter, COll., . dIrecteur cI(I l'!co_ i le M ïmonlde i Zuprancr. ":rct.l- i re 1'4;lIhat ole l ' O.I'.E I . ; Tourscll, r 41fedeur de J'Ecole de T""aU ; t l'a rtl, te Re n e J.ebas; a prh b dé- ! cl.natlon d'un Ouke IOl1ln;ton, lll . ! U jllonol Fie" 1 ' ruJ Qent 'Il rl valu ! Juif vIent d'adb4;rer a. l'AlIPel de StockholGl. C'est dh.e que cct II.pllel l'eut ct doit r.usembler lu honunu de IOules opinion., l'01l1l1),1Ie5, de toutes tendances phlIOlôOplllq,un, 10UI lu hommu qui ,,,ni a.ues cou«lenU du da"'rer dll l'uerte pour m eUrs l'actlon en faveur de la pal" audeU il" de leurs dlv rJllnee tc(mddre •. CERTES. lout h monde n@ u _ rait .e placer sur le mem ... terrlln que M. Edmond FLeJ. 1tIal pr écl t!m etlt, l'Appt! de Stockholm •• anl dédJl1 l1f nOt:TIlnt!IXIQ!tt un rouvllrnemt.nt quelconqulI comme l'reliseur éventuel, lOuliJne ,

 Noua eonsidé ronl qUft 1'1 vou,,(

lfnem nt quI, 1. premier, utlll e _ raU contre n'Importe quel pays, l'arme atomique, coromettralt nnn teuleJllent un erlme de l'ueru. mals Un çrlme Ull ire l'humanité ct , .,raU ::. Ir;lllter eomme erlll1lud de cuerre ". C'est cldr. 1\ ,'a,11 de .. pr(l nonçer non çontre Id ou 'el ;,ouorernement, mats eonlre toute 'Jrenlon t. l'aide de la bQmbe ato mlque. \Jne fob ct.Ue olldaD:\Qatl(ln pubpmmenl proclamée par lu II ra\'U "ens de la terre, Il eptM-rtiendra 3.\11 JO\lverll ments de "hoblr entre le nlme et la pall . . 81 la camp.cne de l)etUiOIi onlre la bombe eu aS!;u rapide. a5SU ImpIe, ."es profonde - ET ELLE ,,'1; !l'EItA - Geu" qui rhrnt d'une n.uvelle c,Julnphe uront eon ,,'.Iuts de rcculer. M ED;\'(OND FLEG. met Un , • certain doute quallt aux rê8ultat.s de CtUe campa rne mondiale. :alen d"l gel" peuvent éprouver le m'me lI ntlmcnt. Que pcuvcmt do, slgu"tures contre la bombe 7 Contre IC! lIubu.nee 11(11.1 III. detlennent 1 Le pané a '(Irou}·i. l'avellir cOn llrmera que, sI quc)quU , I!I'lIature! ne peuvenl rien, la volon!;; dalrement. exprimée de eelltalne, de millions d'homme8 d de femlDU. peui ehanl'Cl la. fsc, du chD5e . L'lntrrdlcUon du r1\. de Mmbat II. Ité Impolée en UII lemPI oil le mouvement en fa.veur de la pal,. élalt buueo,.!' molnl (Oh re n' , moln, lori qu ·luJClurd·h.ul. OlIM lU ondltl Cl n8 :actuellu, la bombe alomlque peul. i. l'lUI forte raison. Ure ho.ter61le. Fol Ion h(lmmel d'Ela' qui o llraltnt 'ollPole r '- une lelle mesure, bravlnt l'opinion unanime dta ['euples. se di ma... qu er:a lent au,dtôt comme ayant 1 l'intention d .. r« ourlr au massaere.

I. Edmond FIer a d'alllnurl sur- I.

mDnlé JlDn doule. Et 01\ Ile Pllralt : lIu'approuver la noblene de $a conclusion et de 1011 reste w JE PROTESTE CEPENDANT AVEC VOU':: Of: TOtlT COE1;R. COMi'l-rE DEVRAIT U: FAlRE TO\JTE L'HUMANITE _, Q"'.LHL,-, j ERRATUM Dan 1 .. dernier nunlp.rn de U. L. pal'e 2. da"$ la rUb rique _ VAC_ TION nu M. R, A. P .• , \1 fallait lire le titre I lIhll\l i SIIR L·n'J_ TlATIVE DE LA JEU:-:E I'E JUIVE OF. l'\A:\'CY, UNE l'ECTION llU M. ft. A. r . EST CRt:F.E, Et à la 13' Urne .\ SSOCIATIOS CULTUELLE IIU lieu de t\!loSOCIATlON Cl!LT(jftELLE. l" "u IIOIU (I:OO:CIIIO " . de ceUe " ço Qulll" . TARIF DES ABONNEMENTS à ,. 60uL pOIUollmtu _ l',\RIS (9') _ TU. 1 PRO I S - J et TA! '1_14_ l'RANCE  :T LlNION f'RANCAUE a moIS ........... . loe Ir. S mlli. • •••••• ,.... 301 Ir. 1 aD .............. 1.100 fr. PAYS ITRANClCnl , l mols , ...• ,.... . . '!iO rr. , mnls ... ......... . fr. 1 iJ:I .............. I.SOG Ir. TARit SP C1At. Dour 'a BELGIQUE COlllpl. eheqll. panai 18010 _91 PAlUS pour lU çnancemtol. d·adreu. envo)'u 20 fr .• 1 la do rO I r. ba"d., CO:"\lIT8 DI! DIREt.'TIOS 1 A"d. t' L U M r'; 1. Mau.lce GR I  !'PA N eJurlu LI'.:Ol':tlMAN Plurc.Roland LEV Y L. lhnt : Ch OVE:t.ARE& N.IU ,p .r. li N. e. P. Imp. POluonnl!re 6. boul. f'oÎponnlue PAlUS ,II') • El de laisser tomber cctt.e senlence définitive: _ Li:. OÙ le ca:,thollqll-f!: mange crots gMeau,r, le Juif e\1 man e dix. M. F ... n·il. Pll& in5i8t . L'ilOtej Luteti", a pel'du ml client. et le maitre d'\lOtt] une bonlle ()eca&ion d.e mesurtr sa sinistre sotti;e. Bon pour le « Filgolro » ? MahlU':nant que B,iroeut:C a été Ilb ré par 1\1. Rellê Mayer. il "·aglt dt le ré· ilabim aux yeux du publie. j usqlfllU jour. san" doute, où if pollrra publier .1'1% MémoirES dans le Figaro :. Le sociali'ite FTaxc!HDimanello ne boude pas cette besogne : Il fait dU tra[tre de Grillgoîrf!: un :tntellect.u l de grande enV1!rgllre, amt de "tow\ les écn· l'a.ln.,, de tous les éditeurS reçevant et lisant des livres venus de.s aualre colm de Paris. Ga llimard. GrM5« t. Plon. Albin Michel sont ses petits Bolns. Nouvelle forme de collaooral ion . ut · étre ? Car. enfin .. le. amltié  :mt fidèles dans ce monde· là ... Elles vo.ot de Dr)eu La Rochelle à Henri Br.ralld. en f/ll ,; ant un petit détoUl' pal' M. Saru'c rt Quelques autres. Et ce ,ont dl!\; journA_ listes habitUés des bars de Sa,lnt-Ger· maln-des-Prés qui nou. en imorment dans un ma azin amérlcanisi qui f ai t, son beurre avec les hUitoires de Tabou et de Kravchenko. Et voici Rommel! Allons! Skor;:tny n'est. pas le cu1. M. Brisson sera content. RO/1lilJ1'l:.eI. aw; j . pl'ndant QU'on y Clit, pourq-aol ne p.as en laire un héros? c ·est. un héros! On le dît, on le ré p tc Ull peu p:utout dans la « grande pre&e :. Un soldat - chevalier. f1gurez-tIOu.s. tout droit descendu du Walllalla. Un glntleman-conquérant qui lait la pige aux héros de Kipling. C'elit justement en Anglet..erre que cette nou\'elle oUell5lve de rAfrlkl\. Korps a été engagée par 11$ soins de MM. Churchill et De.nnond Young. Origine du gal:' cyclon .. «L'Union sovietique (t ml/v!! les ltomme&. les j lnll\ct ct les cnjants d l'ale fil'lt. " Mals. p nton. j' alla l'oub:ler : Rom_ mel aRt un htr05 .. Trop (peul de médecins Trop de ml!dcdns '? demande Le M'ond , MaLs Ilon, il en faut. avoue l'uLlcle. Il eu faut pour pC1'm ttre à la &ecur lt.c l!inci lllie. à lA medeeiue ro dalr ,i ... SIl déveiopper. Il en fll'll dans Irs départements ruraux, dans les rés ion" dl! mOIlr.a ne. Mlile ou deux mille médecins nou l'eaux chaQue l!.nllée? Parfaitement. Ils ne seront p;u; de t rOll. Ils ne seront pas de trop ... à moins que ne s'aJt)ute à leur nombre - jllsi nue le gtal'e journal _ la centaine de médecllU naturalisés bon an mal an. Hal'o, donc. IIUI' le toubib métêque. ce pp.lé. cc galeux, d·où. nous vient tout le mal! Références A quaf!d un bon petit revrnez·:y de xénophobie anl I('s colonnes de l'organe oHi ci lIx du Quai? Alta:l't de l"lltl'3iehir la mémoire d c ux qui l'Isqucrai n d'oublier ks gr \'es xénophobes de la f'll.culté te Méctec:ne en 1935. pour ne pas parle!' des manifestation, où \'allat parad:Jit, ait bea.u Vntps de 511. je:.tn . ou n· core la mpagne que l'Epoque de M. Valentin m('na. à la suite d'uno po R.P.F II.UX élections municipalp. a. COnt I("s médec:ns étran er5. Cela au moment où. on vient. d dt!- Simple constatatio,! eouHir du gaz cyclon dans les bar a - Pour n :raincr un pays dans la ges de notre palMlin occidental... guerre. il faut le diviser. Le gaz cyclon, je ne sa1.ii pliS si vous Or, Ill. xénophobie et le racisme sont savez ce Que c'cst ! Mals en un  :n , de oons moyens de division. tant mieux. pour vous si vous ne lIvez Concluez \'ous-mém s . L'antisémite N' 1 vaut 150_000 doUar. Tom. d I" m ,'n ... :é\·alue ert Ilc!hrs aux Etats-Uni!, JU Q.Utg et y compris l'antisémitisme, Au fond. rien d· tonllant. À. ça : l'a!l_ t'sémi:lsme, n'eu.Cé pu aVII.ll tOl:t un.: bonne afia.lre 1 Selon d.'s ehif!r('s dl(M5 de fol. Il a rll)Jpc:lrt p!u d'un mlil loll de dollars en 1949 :il dM: IndJvld\l dont 1(' métier t'St de rançonne l'. au moy('n de 1·lntl· m:d.ulon et du chanta;;:e. le pf'tit cam· merçant ou l ·arti. lIl n jult d'une localité. O·autr..'k plus • or;ani 1I J, 1(" font Pl,er POliT fa ire de l'anUsémlt15me mllit.:lllt. Ce Mnt, en qur. lQ.ue SOTto:-, des 1)l'()f!'SIllonncls comme dans le

port.

L'Americain quI vl'l.u le plus en l'e pke est l'antlsémlte Gerald K. Smith, bien connu de lectturs de D. i... 150.000 dollars par an. Vient e!)$uit lIle"..in Hart: 14000\1 dollars: Gerard Wlnrod . prélre londamentallste

100.000 dollars
Uplon

Close. jO:J.rnRlistCl. ct Jf)srph Kamp. • orateur. ; 60.000 chacu,1. Le revél'end Wnl y Srnlt11 : 40.000. Bl.t II1C$s 15 bUSÎ llrs5, pu vrlli ? La bombe de Rourio On vient de déCOU I'!r une tlomb à r t ardemen: d vant l'entt'k principale dr la grllnde yllagottue de Rosario. cap:tal de la province de S"nta Ft (AliI'cmlne) . On apprf'nd QIIC Léon oeK eJle. Je pet\t Fu,' hrer bela:e, VIL sous un p&eudlJnymc è. Roenrifl. cap1tale de la province de Slnk'\ ré (Arientlnel. La. bombe porte une cl'olx gammée ct une tete de mO!'I. n n'y manqut qU'un falscrau : VlttlJrio Mussolini. ms du puce. q;!l "lt en compagnld de Degrelle, arrangera sans dou c ça. paC 'eCs t Qluae mc·aetsitè. re empllJyee dans les r---- ---------------- ------------- chambres il, gaz d'Au,scllw!h ct de Maldanek. Producteur : le trust ch!· les antiracistes du 10e arrondissement fêtent les 70 ans de M. Kriwkoski mique f. G . Farben. IMvstrie. Lequel, &olt dit. en pa.s:sant, 6e porte beaucoup mieux que les pauvres Innoceni.'! brUJés à. Auscbwltz et .. Maldanek. M. Mac Cloy. haut commissaire americain en A!lemagm.'. Il. découpt! j·I. G. Farben en trois morceaux. Au cours d'un_ lairél trb amicale. plus de !OÎxal'lte perMlnnes ont rendu h'lmmarre au dévoué prélldent de la 10' s,o,c:tiOll du M. R. A P,. M. Henri KriwkoNcJ. et'Itouré de bII hmille. par d'autrell. e'e!t yeut-étrs pour ne pas risquer de se trou" cr en préstnce du fac ti,u,. du R.P.F. us or.an l lt\ltl ds la tête on! voulu et ont ,,,uul'A !.ire ablltraet lon de tout ce Qui divise afin de réunir et ,ecevolr dij{Tlement, da ns J'union la plu, larre. Lous les Imis anUraehrtes de M. lienri Kriwko!ki Tel est .nssl le \"OEU le plus ardent de notre ami Kriw_ kO$kl. Ln travaillant d.n. ce seM nous nous efforceronl d'être lli9:nes de luI. 18.000 francs ont été cl)llee t s pour le fonds de lutte conue 1'.nt!s mltl$m pendant la fête. Tout va rès birn. d Cl:!.I'C Peron : L'.1.ntlffmlti me el' Argrn(\ne .·(' t tltinl t:râef' à. mol. C SOllt l . part; !lns d{' 1.. . Paix Qut.

n An:   ntlne comme aillr lr . mal r e

la rtpr &, ion qui 'abat 5:..ir rt; lI, dt amouent Irs bombe,!; 3. rc:ardcmCnt, Les juges de Dessau Un homme a parle dt' la Francc comme d'unl , colcnie oU Il n', plu rien /1. prendre J . C'es le nommé 1';11\1. li ... qui. fn e::ct. concourut il. \·;d.' r 1" Frame de Iubstanc . en qu"Utt rie chilr,(é de mb ion noml,",ê POl' les nalois IY.)lIr la rl!cup.-'ration des métilux I des O".ltilla;;I'S spéciau.'I:. Le hasard a 'Oulu que ce trfli tre retroUve Cl'S Jours,cl de,-ant dCl; Juges allemands. Ce n'Hait p.1.s du côté de BoI:n. mais i O ssau. en Allerna\l:ne ori!'ntille Arrété a lors qu'lI &!.' camourtllit pom' mieux mt'ner un tr:wail de sab()tage éClJnomiqu',-. Paulin a et!'i pt'C pl'ement, démll.squé Pflr scs J:Ig . . Le châtiment ju 1.e qui le frappe s'IIC compa' 1:n d'une proLe tRtion où. la, cour de Dessau tigmatlsc les In.llT s èr l'aceu ;; il. l'élr'l-rd de la France martvrisre p..'l.r le fasri mc lI.11rm!Wd. u:: leur\! 27 avrl!. Je C{lmiU! d'act 011 du M.n .A p , ' H r4!un! ous ]3 pl't.,itlenc,' d M' Andr Brumel (président du M,R A.P.J. Charln Palant. Is crétl'l.ire) Il présenti! un rapPol·t documenté ur 1'1I.eth'U6 de nOLre mou\'cment ct sur les tAches pOUl I·l,·enl .. Le M,R.A.P. &Il doit d'élargir 50n InfhlPnc rt rie mobill.-er ' en!('mbil,; drs mllsst'a juives dans 13 lutlr eontr les dan.-ers qui nou menacent. et. notamment. le danger de guerrp • la rrtludP$ Cenl'c du nazit;me et h. nal5- sante de l'anttsémiU nv.. Nm e"mpa,n e , numépt; av"c lillccès durant la première année de rc:çi t-l!n,-e lIu M.R,A. .P., prouvent QU re mouvpment a des ucines profond's dans la p"pU:ation Juive, et QIJ'il peut agir el!iclcemrn, Aprh une disl'usslon approfondie, 11 tut décide ce QIlI suit: c) Une n· Journée nlt.lionale contre le raciune. J'antlsémitlsltte et. pour la paix aura Heu le 11 ;uln., au Cirque cl/Hiv,r. ' bl La pl' paration rl'" cette journée doit e laire dans l'esprit de la. pills lIU·Il.o:: Ilnllt, ct le but e5 cntiel e!l. LES JEUNES DU xe MÈNENT L'ACTION CONTRE LA BOMBE AL'APPEL du Comité d' El/tente des Jellnes auvrés dll M.R.A.P. du X'. Vlus de cellt je lmes Juils se sont réunis le jeudt 27 ilvril. Aux anciens de Pithiviers Beaune -la -Rollande et aux familles de nos chers disparus Le Comité de anciens déportês l'Association et internês ." jul!s communique : 1. Vendredi 12 mai, aura lieu, salle Lancry (salle El, à 20 h. 30. une soirée solennelle pour comme mm'er le g' anniversaire de la création des premiers ca!l)ps d'internement des Juifs_ 2. Dimanche 14 mai, li 8 heurts du mn/in. on H' rendra en pèlerinaRe tr!ldi tionnel dans les deux camps. Le pèlerlnar;e s'effectuera en au_ tocars. Les inscriptions se font au slê"., de notre as..'Ocistioll. 9. rue GuyPatin (chambre 14), tous les jours (saul samedi I!t d illlanchl!), de 15 heures à. 18 h. 30. Des conditions toules sont f aites pour faci liter au pèler inage. spéc.la le le départ Adre5sez:-\'ouS cription. de suite pour l'ins- LE COMITE M. Frat'c/orl.llrt"dent des Com battants de la Pafx du X', pr stdal! la réunlOll, li lilqudle pdrt!cipillent quatre orDan/siltions de jeunes de l'arrondissement (Yasc, Ha.sI omer·Hillz.air, Mouvenumt des Cadets et Jeunes de Sfedrece). Tous les orateurs l e trouvtrent d'accord pour. tlon seulemellt exlgtr l'fn terdictlon de la bombe ato mlQlle, ma1$ pOur enf]ilgcr tous les jeltlles a. faire signer l'appel de Stockholm dans tous le foyers, da7/8 tous les ateliers et écoles. Et ce fut dans une atmosphére d'enthousiasme et de ferme réso lutlon QlLe rtotre amj Aline Fren kel. r e.'po7uable des jeunes auprés ctlt M.R.A.P., alme/a. les JeuneS a l' actioll. Sllr proposition du président du Ha shomer Hatzaï r, H fut décidé de former cf,es équipes composüs de 1ewlu des diverses orqanisat lons pOlir Iain':. le porte·à-porte. En mtllltl tetnlls fut élue une déte at jolL qui se rendril auprès des élus du secteur ajilL q1Le ceux ct interviennent pour exiger la réincarcériltfOI de X. Vallat. . Les jeunes du X' se sont enf1a Dés à ilDlr .tans tarder et à rJeniT ilt:ec de.t victoires à la deuxitme Jouruü Nationale du M.R.A,P., le Il juill. La Chorale et le Groupe d'Art dramatique du MOl/veme71t des Cadets ont ciol celte belle soirée Qui fut Ult 1l4S de plu! vers l'u nIon de tous les jeunes Jut/s contrt l'an t/scmitfsme ct polir la paix. d' lllrm r (.'ul-t.s Ion or alllsa.tion . !o-f'\ tés. institutions Jull'c Il. \ltr Il. cel journée na , ir,I\li i . r) Um très lIund . arttvlli! $era /Up: oy " pour f1ilr t.lgn r j·A.l'!p"l dr. Sh.xkholm po:lr l'interdIctiOn dl! J;l bombe atomIque. (1) Le plu., t6t pOHlbh! 'Ie Oomili!s de défcnse cont re l'a nH$(!mitlsm,. l radsmt ,·t pour la p,a!x nh'rOnt être '·OIl tltll é4. Ces Cflm.lcs doivent pou\' oir aider l'I\ISIIII mm-! n à 1" mobiils:; l!on de Dla !.H! Juives Aur la ba .. de J'alehl.'r. de l'rntreprise. rie la mai_ l'On. lIu q,uer:l(' r. Ces comll-és seront un Instrument. eHll!ace pour prépar dans la meWeUI'f't. cOnditions 1& Jou nationale du 11 Juin, a il Cirque d'Hiver.

 ) T OIL5 D05 amis dolvenl ètre moblli 

es peur élaTl'ir no re tra\·IlIl. 11 tlliSant adhéru flUX comité. du M.R. A.P. U!uteA let bonn: s vo ontés. Le Con'll:é d'action a c1ur é le secrétariat rI'élllborer un plan de trava!! rlétaHlé. l a déjà désigné de& commiSftlons rte travail (orgtu'l15aUOn, prop lI:and . rlnances·pre!!e, et r.). Il L Comité d'aetion encourera toute le initiatives pour bien prépa rel' la JlJurnée nationale. Notre mouv m en cnll' dana Ilne nOllH":lr fJhfl. . p' nous ,ommes convaincus que J eftor d tom te-ront (ouronné& d'Illl édatant 6UIr. S . La Journée natiotlal! dlJ 11 juin sera Hne da: dans l'blsto!t'e de 1:. communauté 'p!ive en P'rall':t. Un mzuaa: POUf le Ileuxi m p. IInn,l. versalre de III création de l'EIU d ' Iso rlél fut vo A l·unanlmlté. Le COmltt d'lIld lon a déddé dl lancer un app J à la pOput.r.tlon juive de Fra.ncr pour la Journk nationale dll 11 j :;in. au Cirque d'Hiver. 2 millions pour la lutte Lisle N° 11 M. TORNER : 10.000 : M, MAKOWSKt : 2.000 : Amicale des M deeln s (2" verume"t) 1 s.aoa ; M. R. A. P. 18' : 2.060 : Collede • l'occasion 6u 10' a nnlver. saire de M. Henri KR1WKOSKI (nous publlerenl la. Itate du 6ena· teurs dans noire prochaIn nUD'1éro) 18.000, Total de la 11' Ibte l 31.$00. Tolal préddent : 803.410. Tolal i. ee J-our : UO,910. Les %!%! nouveaux abonnements de Montreuil Nos amis de la section du M.R.A.P, de Montreuil v nnent de nous apar· ter une Ii$te; de vinrt eux nouveaUl: abonnés. Sur le papier. pour lEI, galerie. Car ces trois tronçons ne lorment qu'un seUl corps. comme le r econnaissait II!. journal Le Monde dans un article que llOUS citions ici méme 11 y a quelque temps. Dans l'aui$tilllce. on nolllJt l:a pré,;( l'nce de MNL Sa lragne et Baudouin, conseillers munkipaux. Tessier. maireadjoint. Par"', Anther t. BI.ut'!ry. 50- erétaire de la ehambre syndicale de la fourru r e. l"ilmer. secr t aire général de la L.l.C.A .. Danon. de la LiZue des Droits d_ l'Homme. Store, president de 1 9 sedi,," du M. R. A. P., représentant la 10'.0:: • ['Abbi! Grégoire '. Me mGdann,5 pdaen .l aM 1c0 ' S eucntlltoen et 1. .. Dr Zuck- du M.R.AP. ,-_-;-________________ ___________________ _____________ _ Des ... mls de5 or)t'anisations aux· Ce lIQnt vinlt-deux personnes. et pet'!lonaliU!s ds cett.e banlieue parisienne que nos amis veulent 1nthes.ser

 leur activité. Nous y trouvons le

maire, les dirigeants des Combattant.a de la Paix: de la locallte. Il!.s Tespon ables des princlp.ux part1s po\!tlQUH, des organisations populaires, ainsi que de., directeurs rI'éeole, des membres du corps medleal. etc ... En nous remettant cette liste. nos amis am précIse Que, dans leur e prlt, JI s'agisnit dr. lalre connai 1J & d6R non·JllIf l'acttvlt.é que n'I ne le M.R. A.P. contre l'antlsêmltlsme de plus en plu arrogllnt et pour la. &Ouvqarde de la paix. On ose espérer quc. dans j·intervalle. 1'1. G. Farben ne s'e5t pas remis IIU gaz er clon. Sait·on jama!& ? quelles ce combattant de la paix ap- L' f ft" partlent depuis de longuts anr\ es ont en ance ses aux· e ses vrais amis l';;k ' tr,::; ::,tg:, U rl:. ' l : , bué à la formation de l'école d'appren- Le héros de ces messieurs Du ga eyclOll daru les bllj:ages de Rommel ' Rappelons-nous qu'l] fut mi temps où' Rommel menllça directement , Alexandrie ct. regardons un ptu une carte. L'Afrique du Nord. le ProcheOrient, la Paleslin ...... Ce &Ont là lieS tissage et de la chambre syndicale. à la L.I.C,A .. t)ù JI 1 milité dès Je début, à la Llilue des Droits de J'Homme, il. 1. Calu*! des Ecoles. au Parti Radical. où il a u rester fidèle li. la d'!vi.e • Pa$ d'enMmls lt g. uche ' . au M.R.A.P .• où il st! donne avec toUt ron enthousiasme, M, Htnri Kri wko ki a g8rd la foulUe mai, auui la droiture de jeuneae, I:! s 'il Ifa pas accepté d'être 1èt Le ".Juil Süss" et le Pacte Atlantique (SUITE DE LA PREMIERE PACE) un del!i plUls ignobles de III. prOpagande de Goebbels. Harlan vient d'Hr!' acquitté par les juges de M. Adenauer. cha.rgés de la déna. ificJ\ tion, il Hambourg. Le m/!.mf.' jonr. dlillll cette ville, l'interdit était jeté l5ur une oeuvre de Balza c. Lil. parodie dc proct'!ll mont e Cil fave ur dr Harlan, rt riont, riès la e"ma ine dernière, nous la iMlion8 pr t! voir la concluSion, II. 4;t J'oCCl\sion pour l ; nazis el Icur eomplictlll, parmi l uels Ir. ma re do Hambourg,

\lax Brauer, de tou le une

l5érie de prm'ocationll anti8émites ; la police de M. Adenauer se gluda bien de l'enir en t roubler le dé.roa· IClllent . [Ps jugCft de lIarlan "OU jurent même a un moment, 6OU1i un préte-x t. e jurid ique quelconque, organiser une st!all de projection publique du c Ju if SÜllll . II fa llut l' ner,i quc protestatlOli des rellcapte des camPfl d la rr:ort pour que cctte n ouv!:'Jlc provocation no:! pui!!l c avoir lieu, Harlan a été proclalllè entièr ement innoC€nl, ct ("('fit 1" gouVér))ement de Bonn qui rt!glcra IC6 fr!lois (jc l·elltr pri6r. de r habllitatlon dont il a été le hêrO!". Cc n'est lù. en !!Iomme, qu'un médiocre scanda.le eu é ard à ce qui sc pas.r;c dalUl l'Etat de Bonl1. Prceque r.haque jour. on y signale quelquo nouvel 0: in cid r. nt : anUet!mlte, agrellSion contre une bouliqut', atta que à. main armée contre un Juif. distribution de traeUi OU phu8rdagc d'affichCf\ excitllnt à III. haine raciale, article calomnieux dana un j ou rnal. cie. Quant allA profanaUons de synllRogues, le journal c J ud ische Alicemeine Zeitnng :-, de DUl5lI('ldorf. Il pu écrire qu'elles avai('nt '1 pri_ de U!U proportions dall6 lell zonea ang la ise et américaine que Ic& JuiC. ont renonct! à les signaler au autorité5 . , C E qui n' !I\péc he pas M. Ade nauer de déclarer solennellerrl'! nt que on l'ClUVernement pris lea mes ureo. nl'cc:(;;alre.1O pour oom bRttr" 11\ rl!nalssalle,e de l'antl émi tl$me :'. C*t bien lb le propos d'un réddivi ts dc 11'1. tartufferie et du cynisme, L·/l.nllêe dernière déjà, M. Adenauer n'lIvait pas craint de se po!er en • ami df'8 Juif" à seule fin d'éscamoter !ICI! lourde!! rcsponMbili tbs dans la. recrudescence d·lI.n Wlém itism, qJ;e lia pol itique a provoquée. C('t homllle 'lui prod'gua les 8S::! u ranee,. l'st I mr.:nfJ qui vient d'/lvoir Ull nOlnel f'ntretien I!';eeret a\'l"e le ,r:énér a.1 nazi M:anteuHel, che! d'état -major offieil'ux de la \\'I.'hrmacht cn 'l'oie de recOI13tiluHon. L A \'êr ilr. rst. que les autorités, et lJ inguliérellle nt. 1" II. autorité6 d'occupation amt\ricain('s, comme

ont bi n obligés d  Il'! COlllltater defl

observateur!!. Qui comptent parmi Ip.s mieux di poslM envers la politique allemande dt!; Etats-tJnis, font c preuve d'une très nette indul. ,enee :levant 111. r pétitiol1 des incidcnts antijuiftl . . Quand clles pllrlent de ce p ril, C' Cllt pour tenter d'cn minimiser la Qra\·iLé. Les déelaralionl'l de I. ;\1ac CIo)'. haut COlDmi a i re américain dans la dernière eonUrenec de presse, Ml peuvfint pas être interprétéce autrement : évitant de po& Cr le problè ml'! dl'! front, il s'ell e6t pria A de" .. éll!menll'l isol s : el ,·a.gll('S à 6Quhait. pour mieux en dormir l'opInion. Deux jours plus lA. ro:l, de lIouvelle.! profanalionll de Iynll,ogucs ttaient sl:;nalé . notllmnlCnt Cil Hesse. On ne pt:ut isol!'!r toute6 ces r....-a.nlf tatiollll d' antflllémitisR1e de la politique ,énérale du gouvernement de SoM et dll sea prote teura_ trée, Ces bons apOtres voudraient faire croire Que la seule men ace pesant sur l'enfanee est la brutlllite! de certains parents et. que les ., p3'1'enU Indl,nes :, vollà d'oo. vient. tout le mal... Il est Incon testablement salut- aire de châtier les bourreaux d'enfa. nts. Trop de gosses sont. martyrl sés. Qui né cannait aujourd'hui le malheureux peUt Alai n, battu 1 mort par son pe re sous le yeux IndlHérents de sa mère. Mals les Journaux aul fcnt preuve d 'une vertuétlSe colére devant les" parenu Indignes • r es t n t. Singulièrement sUencleux sur l'indignité de ceux qui suscitent la mort len te. la maladie. la déHnQuance des enfants pauvres ou abandonnés. Notre société se soucie du son des enfants quand 1\ est trop tard. Il ne su!!it pas de pousser un cd d'a.larmE'. o.c lie drr.sser pour • pu nir . !l faut faire quelque chose d'cfflcace. Il faut se drcsser surto(.t contre les préparatl!s de RUl!rre. et ce qu'lIs engendrent : le$. t audis. les maisons salls pa in ni fpu, leS foyeu où stvlt le c.h6mo.,e, les écoles delabrées. Or. que fait- on contre les taudis? A Malsons-AItort. 30 personnes, dont 25 enfants. habi tent dans 3 pièces. A Orly. 3 petits entan ts vlvcnt avcc leurs parent., dans un poulailler sans ft'n être. de 5 mètres ft long sur 2 metrts de lar e. Contre les taudis, on coupe les crédIts de la reconstruction . RENÉE LEDAS (s'uUe de la prtll'lli:re lIa;e) L·o,rm.e a/om.lqtle e. t Ulte c1tas/! inhumai/te qlt'!l f aut interlli r e. D'aillcurs. 1e ne comprelld8 pas (l!L'Ult homme ait pu prononcer le mot « bombe atomique :'. Q !l.C l'd neryle atomique .serve dOliC la CCUlS6 de la paix et lion cclle de la guerre! Rt!Lloquer Jollot· Cur!e. le v/us grand sa Liant françai s, c'est une îgnomi"ic. Renl!e Lcbas e. t, blr:n entendu. contre toute dlscrlmmaUon racial,. - Il JI a u./le chose qui comple pour mol, c'est la dIgn Ité humai)!e. Un nOÎr hOllntte. cOura" elll'. je l'csltmc plus qu'un Europélm malhOlllléte. Renée Lebas e.st une lUle .sImple. laie. amlealé. coura,euse. aimant· son m tler. La. cha nce Ile lui a pas tourné la tête. C'est . pour cela a.ussi que nous l'aimons. " (SUITE DE LA PREMIERE PACE) Que ! ait on pour les sans tra val\? On ferme de nouvelles usines, on Je t.te à la rue ouvriers et ouvrières. Que falt on pour Instr uire les ('nfants? on réduit les CJ' dJts de l'Enseignement, supprime des Ins· tltutcurs. Nombre d'écoles sont délabrées. A Salnt Et lciln(,. la semaine der ntère, un mur d'une école J;'est écroulé: 2 enfants t.ues. n ne suffit pas de pleurer les enrants martyrs. li ne suffira même paS d'aggraver les peines contre les bourreaux d·enfants. Il faut $.l'I.uvE'garder la vie des pr.tlts. agir !.(Iut de suite, sinon Il sera trop tard. C' C'st pourquoI. la FMèrat.lon Démocratique Internationale dl!s Io'emmcs a décidé l'organlsatlon d'une Journée internationale de l'Enfance, et a lancé cet appel:

 Pour protéger n08 berceauJ\';

« Pour prot{""er la "Ie de no lanls; '0- ri l'iOUIi poUl'ons ft nou,.; devons ar- .. "ter la menaCf! atomique :J . 1,( Notre preml('r dt"olr, souligne la F.n.I.F" ('. t de répondre A l'appel land par le Comité mondial des Parti. an. de la t'ab A Stockholm, en recueillant des mUIlOI1ll de &13'"111- lures !J. Cet appel. Qu'ont dejà sllné des mUliers de personnalités. de membres de l'Enseignement. d'éducateurs. de médecins, déclaren encore

Pour défendre les drolt..l sa res • de n o!' enfants à la vic, à la santé, à l 'Instruction. Touli unis da.ns de larges coml tes dfl défense de l'enfance. Signons et falBons signer l'appel détendant l' Interdiction de l'arme atomique. Reclamon!' la création d·écoles. de stades, de centres d'apprentissage. de cantines scolaires. de Cl'è Il ont eaUmé que le meilleur n'Ioyen pour y parvenir étal d'offrlr aux re. pr se ntant s lefi plus qualifiés des différentes coucbes de la population montreulllolse, la po.o;slblllt6 de reee voir i-érullèrement " Droit et Liber· " '. Iii; pens nt que D. L. t, le port, parole du M.R.A,P" doi s'enricblr tous ICI! Jours de nouveaux lectf!un. Que lu autru sections. du M.R.A.P. réflt!chlJ.seru i ce bel exemple. Qu'Us se mettent a\l tlavall pour .. tt.elndre rapidement. les deux mille nou'(eaw:: abonnk & /: D. L ••• chcs. de colonies de vacances. en 1 _______________ _ utilisant les crédits des dépenSes mil ita Ires. Reclamons des loisirs sains pour nQS jeunes et Agissons )lOur raire suppt'Imer les Imprimés et films ma.ll;alns. Pères. mères. jeune . Mucateurs, amis de nos enfanu, Jolgnez vous a nous pour affirmer. le 4 juin pro chain. la VOlollté que nos enfant.s grandissent. dans le bonheur ct dans la paix. A NOS ABONNES Ceux de nOI amis dont l' .. boa.ne_ meDt arrin il expiration rel:t!\'foht dOn" navant UB Impdmc\ conteDa-l:lt, d·un. part, Dotre tarif d'abolloement. et. d'ltulf(1 pari, une formule dl!. ma.ndat-carte porbnt ",ur Je ilion leur adrene et b. data d'exp!rlttlCln de leur abon. nement. Afin d'I\vft.er toute Int lTuplJoo dall!! Ic expédition. du journal. MUI le. Im'Iton à le meUrt à jour , nl larder, et le, Cil rem rc1ool à l'ayarlee, Le procès de Basedow • DIX ANS» POUR SOIXANTE-DIX CADAVRES DEUX MOIS POUR UNE VIE DE JUIF,", E lI:. juill t 1 4.", aprés l'uecuhon d Philippe Henriot par le:; patriotes, quand Xavier \'all lllt fut choisi )lOur assurer la relevé de la propagande ennemie il I r djo, les nazis décid6rent d'operer dcs rafles sy!\tématique-s à. BoUI' CF, .i Sainl-Amand ct dans la r égion. 27 homnle . 35 femme$,!J enfan t ... tou Juifs. furent alors arreté . Un seul hOlnmt put s'évader, les 1I1l1!·es. internés à. la pri!;on de Bor diot. il BOurges, devaient être mas sacrés quelques jOUl' plus tard. dan des conditions particulière_ ment atroces. Le 24 juillet, emmenés dans la Campaflle, pres d'unl' ferme ('t contraints a s'aienouiller sur' la margelle d'un puits, Ils furent abattus il coups de nlitraillette. Les brutes nllzies basculèrent leurs corps dans le puitl'l et les recouvri rent de ucs de chaux. Le 26 juJllet et le Il lIOU!, dou7.(' femmes turent exéC'utées de la même n\anière. On songe IIU :OO: assas!';ill3ls de Jean Zay et de Geora:-es Mandel : mêmes • méthodes Il, mêmes ma.ins el'in\ineUes ... A la Iibention, 'i0 I.'adavre!' furent retirés du puits; d'autres pril onnien ;waif'll t, en eHet, disparu' de la pri!011 de Bordiot salls qU'on l it pu savoir, aIOTl, ce qu'ils étaient devenus. L'enq u te médicale permit d'établir que plusieurs victimes .avillieu! Clé précipitées vi· va.ntes dans le pui l . C'{"'st l'Allemand Enlst Bnsedolu, mcmbrc de Ill. Gestapo de Bourge,. qu i dirij;ea ces luer!e5. ·Comparais an t dCVl'lnt Je tribu na! mililaire de Lyon, IIprés un réquiSItoire du con1m!Mail'c Simon in, concluant fort iu tcmcnt à 1111 peine de mori. B;lsedow n'a été eondamllé qu'à 10 ans de réclusion; 10 ans ptlur 70 cadavl'es, ou 2 mois jJ()Ul' une vie huryfine. Et en_ rme Basedow ptut e [alre complei' ses année:'! de détention et ri!,. clllmcr sa JllX!ration cOlldtiollll()\le ... Apres Xavier \ 'allat, Henr i Bél'aud. Après Sommer. l'incendiaire d_

yr.a,ogut's (Qui vit psitt.iblement

22. rue de la Paix). le boucher Ba sedow «(lui sera it sa:lS doute un_ cxceliente l'CC I'lIe pour Il'! Webr· mllchl en voie de reconstitution dam. l'Etat de Bonn). N·cst·ce pas d'une autre potiti· que, d'un autre iouvel'nement q,lfil faut a ltendre le respect de la jutt ice. qui Il'est qu'un deJ formes du respect du à la mémoire d orta, . t ! l , li" , • "1 i , DROIT ET LIBERTe r Ar LOS ALAMOS, UN MESSAGE DU M. R. A. P. cité-prison pDur 1:2e anniversa e ci t é de la SOUVENIRS A BATONS ROMPUS, par AHORÉ SPIRE (VIII) nlort atomique DE L'ETAT D'ISRAEl Echanges de lettres (avant les' coups d'épée) U N sjt pittoresque aux creux des montllgnes Rocheuses. 9.000 habltRnts - la plupart d'origine mexicaine. Il n'y ft pM sÎ longtemps. beaucoup pilrlaÎl'nt ('lleOTe l'espagnol. D'où ce nom de. fraicheur. aux réSOnlHH':CI; poétiques: Los .\lnmos, 1('8 PCll\l licrs. treut à la maiSO\l. des garç-.ons ct des tilles Qui font r cole buisson nle:e, des commerçants grincheux ou sympathiques. des dimajlChes al·rè5·nlidls oit I"on ,'a au cinéma .. Il frémira de songer Que dans cette peUte ville on prépare la destruction de tant de villages, de petltcs et grandes vines. Los Alamos n'a que le loisir d'arroser les pelouses de sa vlllastandard où, a la. r!"u ur, de se recueillir quelques lnstànts dans l'unique ég1l5 du !lcu. que le froid pragmatisme d s « temps madernt's , a rav 3.lt!e au rang d'une RanI.' de IPceta.e1es !\. programmes interchang!';ahles: eUe ser à n euf cultes 3 la fois ... Ce monde a noyé l'angoisse mystique. Il en a é t.abU l'horai re et numéroté les formeli. Le Comité d'action du M.R.A,P .. réulli lt. 27 avrn 1950. Il voté Il l"unrtllimitt! ce message ; Le Mouvflmcnt contre le Raclllme. l"Antlsémltlsme et pour ln Paix al\le avec jolc le peuplc d'Israël, qui a chassé roppres eur anglais du pays par les armes flt a réus!;i ainsi à proclamer l'Etat souverain d'IsralSl. A PRES la condamnation d'Alfred Dreyfus, après sa dégrada .. tion dans la cour de l'Ecole Milit"ire, tandis que la majorité de la press('_ cléricale associait ses insinuations perfides au cri : •• Hors de France les Juifs! La FrAnce aux Français n, poussé par la « Libre Parole" de Drumont, une simple affaire de contentieux administratif donna un IH'lu\'cl élan aux: C'é ta!t une petite vlllC! QuI vi- Si tournés VErs le p:u;sé. nous va.lt à l'!cart. Isolée. ans trop j tons I n T('gllrd sur le. rogrr.s d 'hIstoIres d"pu1s le Lemp- ou _ aCCO!'JlpllS par la scIence 1\ une l ' -, . . 311urc toujours cTOl anlc. nous vcrs e m!1leu du XIX slce1e - sommes en droit de p nS'r que les les Etats Unis avalent conquis le chercheurs. con3trui"n OU brl· Nouveau-MezlQUe sur Jeun voisins Mnt le:; éléments 1\. \'Olont , SAUdu sud. ron r lI r d 3 lfammutations Une s u e rOll te y condu1 alt le 'Voyageur a. travers des espaces infe: rt!les - mornes et sauvages. !le sont hAbitables. d ans cet Elat. Que qu elques vallées et des plat aux qui e prètent à l'élevage. On aurait pu trouver la un bon c1dre pour un mm de cow-boys. La p tlte vllle tranqu1!le évoquait lès hér05 du !olklor 3méricain, lrs plllards des grandes plaines, les sllertrs justiciers. les attaques de d1l!gence, les coups de pétoire échangés entre les hommes des r anchs rivaux ... Elle se serait peut tr e en d o m le sur ce passé. La guerre voulut que. changcant radicalement de d stin, ell jaulit ·un rOle dan! la stratégie mondla: e. Le berceau de la bombe à rarac!.lre expiosll. ,·éTfl.ables ré!\ CUons chimiques a. chalnes.. SI de It'!les transmutations arrivent à se pmpager dam; la ma tl re. on peut concevOir r1!norme IIMrlltion d'énergie utili.s.ab le qui aura lif\u. J oliot-Curie prévoyait déjà la pO l'i ib!ltté de r. er des centrales tilerrniqu !'s produi.Htn t chacune 3oo.00D kw en consommant par an une seule tonne d·uranlum. au lieu des 3 millions de tonnes de char bon néc!'ssalres. - Pour une swlr- bombe, dans un rayon d SOI) mètres autour de la vjOn.ical du point d·éclatemcn'-. toute construction serait 50ufflu par I·explosion. toute r.cnonn Ile' rait tuée par le $OuU e. les éboulements. ou Ir.,; projection de dé· briS. LA temp raLure serait telle que tout ce Qui peut brnler pren· drait feu et que l'incendie se ré· pandralt de proche en Proche. Si par miracle, vous échappiez; au souffle, aux débris, à. l1ncendie, les I!léments radioactifs ne vou. épar. s:neralent pas. Avec de la chll.nce, ,'ous dureriez; deux ou trois semaines. • L'atmoliphêre est en m t! me temps morne et tendue. D'aucuns ne peuvent s'y faire. s'en vont. ou même deviennent fous. A en croire .. LUe ,. la plupart fin issent par ne plus se poser de que 5 lons : Flnalemen'. chacun Il Los Alamos doit se donner a lui!mtme une répOnse aux au estions morttlcs qui 81LrQissent de la fabrication des bombu atom.iaues. La. plupart de.! habitants appro!!unent 11 vivre avec la bombe. Résignée ou non, cette cohabItation se r etrouve, en t.out cas, dans d ' autre cItés atomiques, et notamment à Oak Ridge dont l'histoire mérite d'être connue parce Qu'elle montre trè blm Quel hommes et quels groupes d'lntéréts dlrlrent' la fabr ication de la. bombe aux Etats-Unis. Cette lutte cont re rlmpérlall4me a él.é victorieuse g.râr.t' A l'M'roYsme du peuple Israélien, soutenu par les démocrates du monde eutler. Le M.RA.P. exprime ses u halts de pros[lérité P.t de dév eloppément au peuple d'ISraël dans la Pa.lx et la Démocratie. Il usure le Comité IsraéHen pour la PaIx, membre du Comité Mondial des Partisans de la Paix. de sa sympathIe et sa solidarité dans sa noble lutte pour rassembler les forces vives du pays - j uives et ara. bes _ afin d'assurer la Paix au Moy n-Orlènt, concUtlon essentielle pour l'exlstence et l'Ind6- pendance de l'Etat d'Israi!\. .JOLIOT-CURIE L o. Alamos fut choisie pour être le premier berc au dl! la bombe .atomIque. DepuiS 1 3, Robert. OppMhClmer. entôuré de Quelquesunes des meilleures tél.€s de la p h,lsque contemporaine, y di r igeait des la boratoIres groupant p :us dê 4.000 techniciens et dévorant dei dizaines de millions de (SUITE DE LA 1,. PAGE enller, adressent. des musaies de dollars. atomique. En 1940. détenal\t tout prolèstatlon C de sympathie A. Le 16 Juillet 1945, la. bombe e x- le stock mondial d 'eau lourde in- JoUot -Cu r ie. pIO a. pour la première t oLs. dans dispensable a. Ja fabrica tion de la Le seerétarlat du Comité Mondial le ciel du Nouveau-Mexique. Un pile atomique. 11 empècha. ce stock: des Parttsans de la. Pm soul!gne solèll d'apocalypse de 2.000 mèt-res de tomber aux maIns des Alle- n otamment: d.e dla:nètre, un t.lnnerre propre- man ds cn l'envoyant en Anglepolémiques antijui\'cs. C'est la Question de; garantles d'interets promi:.cs par l'Etat aux grandes Compagnies de chemins de fer. Ces Compagnies ('stlmalent Que cette garantie Qui devait cxplrer en 1914 avait été p rolongêe jusqu'en 1956 par les com'entions Signées f'n 1883 par David Raynal. miniStre des Travaux publics du cabinet Freycinet, ami personnel de Caslmlr·Pérlcr, President de la RépubHQue, ct son ministre de l'Intérieur dans le cabinet qu'II avait pr sldé de décembre 1893 li tin ma l 1894. I.auls Barthou, mi· n istre des Travaux publics du min! stèr Charles Dupuy, falsant

Iennes les affirmations de David

Raynal. avait déclaré non fondées les prétentions des compagnies qui avaient déposé un pourvoi devant le Conseil d'Etat. Au début de 1895. le Consûil d'Eta.t avait terminé l'étude de cette affaire et sa décision était Imminente' Quand, le 9 janvier, la « Libre Parole ) publia la note Que voici ; LES JOIFS AU CONSEIL D'ETAT « Le Conseil d'Etat e't appeM-, notammenl, li lr(Jl!eh r les dill!!rend! ell/Te l'Etat et les pr.rtio.:ljlier,·: c'est lui. par exemple, qui statueru sur le proeü Pl!ndant el!frt l'Etal el les gTandes CM4j')annies, conflil né d'une om/s'HlIl du Juif Rallnal dans les con· t;en/Ions st:tlérates, « On com/lft)ul olsdoncnl j'IIIUrét f[1 peut /WOlr /a 1uIVcrie 6. trll am._ plement r pr ,(llIlde (III COn,tll d'Ettlt. Il AInSI Cil décembre 18 3, il f al!Cit su: julls rcmtUdat, 'IIr on.at ; !Ur qua.tre audItC'lr$. deux ilaient jul/l: lI"orm.,s et Spire. II" Ell 1894. rndme affluence de Jutjs. Sllr 12 calldidats. 7 3/)!lt jul}s ; sur 4 nmnfrlalloru. 2 julv'.s : Griinebdurrt., de peyerilllhlJ. • .41)(111' longtemp, l'Etat fr4t1Ç4J., ar.ra Ull Consetl a.·Eta.t 1u.lf. If Et dans u.n prOoëI 0'" l'Ep4rgr.e françaIse a Ult mill/.ard. rt dtrrt.l engagé, leJ Juif. Uclderoll t e) IUrnfe7' reuort. « Ji en est de mtmt pc.rtout : M qui n'emp'cl e le, aveuÇ"1e1 d crier que 7101./1 ag/IO)IS de, fa,n.t mel. » A. NANGIS, Je n'avaiS JamaJs eu de contacts avec David Raynal. Et bien Que mon collègue André Bénac, son ancien chef de cabinet, m'y ail! engagé. Je n 'allai point le vOir. Je ne demandaI pas non plus .on avis à Oruncbaum Qui n'étaIt &\1, Conseil Que depuis une semaIne-. J'eus au contraire une lonJUe conversation a.ec Peyerlro.ofr, mon' compatriote, et dont le nom à: con!lOnance r usse, mals en realité d'origine alsaclenne un peu. déformée. avait trompO les fanatiQues de la Llbro Parole _ D'une famille cathOlique llxée à. :N'Inc,. depuis 1870. Il avait été, comme Louis Marin, un d s plus extnment IntmAginable. puis l'éclosion terre. . .. La. révocation dont M. Jollotdu hideux champJgnon que la Ici, on Il.brlque da la mort Pendant l'occup:l.tlon, Jollot-Cu- Curie est 1'obet intervient a lA ' " ... , , -- - ...... , u ", photo devait populariser... Coup rie r efuse de pal tir A. l'étranger suite d'une violente campagne de ·J;o,· ... d; :";i:_·-f: D!rco ur , EDOU..ot,.- DItU)%O T '-,,:;:;;?r§,:, :':..--

ro l     ucin    cv? rm       Vi ixda  s .. P\  r;a  ·s P;:;n;   :: leV   o rd/é m rl    aul he:ut     u . flu   I!cud or ;lt ie s;' a  ;  :     n  :.a.nes de la press!) ln- LM COD\1entions . scélérates au Conseil d'Etal. .... L'ArMl

que les rédacteurs rMIl:ent pour tlons , saluait ainsi l'aurore d'un sance 100 ou 1.000. qui pourrait pour lutter avec les résistants. Elle apparaltra aux yeux de tous eux mêmes avant de lancer un monde nouveau : sorUr d'une petite ville qui, pour Attaché à la cause de la paix, les hommes de paix de tO\IS les LES SCELL S. DI] "" "'-l'. nouveau journal dans il'! public. L'ère aUHlliqw:: nous ouvre des ce qui est de la violence, ne racon- Il s'exç'rlma.lt aInsi $.U Congrès pays, comme une atteinte flagrante Vin gt Jours plus tard, à Hiroshima, pcrsp ctiv('s qui vont bien au dr.lll. tait Que des histoires de cow- Mondial des Partisans de la Paix, à la cause de la paix et une sou Le DueI Albe .. "( ",'.onnJot, .. .Ao.ndr6 Spitte

lob.o  I\ \'ct1:it I e de numéro un,    ;   ; ;ltvse  e$rt \    I  sS1 : ybo.YS. 1 b b d n . . ;le e    e  ;!lld  ia ablement T   iOl  !  d   emis de la paix h'a)·sf!stlfiltsi , !ff3 , I      ;::?J    : :'  :;; .:lg  

A Les Al,",,,. IQuante ans de thèse de l'or qui n'ajOuteraIt rien Ivre .wec a om C •• , les Images sulva.ntes : avec le prix , ________________________________ ---, recherches et de découvertes ccn- amue Ubroen hie ulra ddelssp ohaoimtlomne s.d em caelu5x -dceI Sur les hauteur , aux environs, d'un seul cro , seur de 'a t a 'l" , on ordInaires elèves (le l' Institution vergentes de la science. et aussi les inépui.Jlablt'$ réserv s d·toer;\e les :ow-boys caracolent encore.. pourrai', construlrfl dIx Institut!; p reUgleu e Balnt..sl,lsbet't, dont les de compétitIons et de cour ses à. cachées -par la nature au uln Mais Ils ont perdu leurs anciennes de recherches ou. l'on réussIrait à. t t . l' 1 élèves faisaient semblant, Quand l'uranium, entre les nazis et les m e des atomes. fonctions pour ne devenir Que des vaincre les grands fleaux comme ar OU on signe appe lis les rencontraient dans les rues. Allies. venaient de se conclure en Les plus grands esprits de notre patrouilleurs, comme on en volt le cancer et la tuberculose, et l'on de ne pas reconnattre les élèves du une première application p aUQue. temps sont unanimes là-dessus, aux alentours des maisons centra- pourrait les faIrE! fonctionner pen- . , Lycée, dont J'étals. Mala aux Enfll1'! 4: L'âge atomiQue, com- les perfectionnées, toujours .aux dant plus d'un sitcle ! Sciences PolitiQues 00. nous avions mençalt. MalS. sur le moment Une petite ville comme 1" aguets pour pister l'homme Qui • C'est M jà u ne atteinte grave d S t passé un an ensemble, les " leUmême, Robert OJ:"·penhelmer ne put autres voudrait s 'évader. à la recherche selentUlque que de e 0 C khi les métl a nces proV1ndaJu loe défendre d'une sourde angoisse. Ce n 'est pas, hélas. une force de Car. cité In le rdite pour rêtran- lu i réduire ses ])OS$lbllltb d'a etlon • 0 m li'étalent dl&Slptes, et. .·MIJe.n1 SI II t b ·, 1 d' ,. 11".'0 Qui a fait de w s A!a 1 pacifique. C'ese une atteinte aussi changées en cordiales telattonA, 1.' e om al aux ma ns 01- ut:. w ger Lm A amas est surtout, pour grave. sinon plus grave. Que de la Ensuite J'allal trouver mon camaga rchles malfaisantes, la mcrve!1- mos un des principaux centres l'habitant. un cité-prison. certes, détoumer vers d es -applications ce rade de promotion Favare!llb e leuse énergie libérée ne pourrait- atomiQues des Etats-Unis. En Juil- les. prisonniers .. Qui acceptent guerre. Un des plus spectaculaires (Suite de 14 prrmiéN pagel. rurgien-dcntiste; M. Aronson, criti. un de nos collcgués de la proelle p.ntral ner des consêquences let 1949, le magazine 4: Llfe ) di- de travailler à la bombe portent détournemenu de la sdence e5 la motion prccédérent Paul Coulllaut Que l'esprIt, comme saisi de pa- sait dans une enQu te : C'ed te des chalnes dorées, recevant de bombe atomique en vue de son em- If\ rue dp!!! Ecouffcl, dew milliorul dq i::.r ;!u!a! \ :  ;t  ;a : quI acceptèrent de me servIr, le n ique, se refuserait d 'abord à con· seul endrOit - a.utant qu'on sache hauts salaires et disposant d'ai· plol comme arme de destruction ... , travailleurs C()mme ceux. de l'atelier lild, nlllroquinier; Mme P. V"lette, CItS échéant, de tcmolns. cevolr . Dam; ce pays ou Il avait - oit sotent fabriqué es des bom mables pavillons avec jardins. DepuiS la mise en marchp. de MitzfHcker imtallé pans la m!me mOdiste; :M. I..aeurer, boulanger; j\[. Et sur le drap vert de la. grande o.t Jà. discerné t:.Jus ou n101l1s confu- bes atomiques. Mal1i leur oondltion .. concentra- ., ZOE). une campaine CO!1.tre le maisort. GoldwalMer, ingénieour; M. Schmidt, hble circulaire du fumoIr du sement par qui et à quelles fins Tout homme de bon sens passe- tlonnalre, ne para!t guère envia directeur du Centre national de la ToUl; ont autant de raillon.de fa ire tourneur-repou&&eout-; M. FinlUer. Conseil d 'Eta t, J'écrivis; lieraient détenuf'!s et contr61ée les ra sur ce " autant qu'on sache, ble! Ouvriers et techniciens triés R,eherche ,'lent' fI1ue a nrls for- • ce 8imple geste : signll-f pour aesu - ' Paris. le 10 lanvitr 189'. sources de tant de puissance, naïf ou hypocrlt!, pour ne retenir sur le volet, soumis à des enqué- .. 1 1 H'r jeur vie, celle de l ellr enfants, eommorçi\.nt; M. Glldsdein, fll.bri- " " • t, lbl me, 'mpulsée .... ar es Amér ca ns ,.nl· Mme ' r."o,OOO' °0 1 •. , ' M""'····, Oppenheimer se fit un peu reflet que la. con rma on e ce rr e tes et a des examens .spéciaux, l' '-1 r' é 'A de notre pi\ys. ' • OL n, " U Ud r , "' .. , f " l" 1 10 'que 1. ftlu' qui vou a ent a 0 s car"",r un 1" M. Millcr, ingénieur, etc. 1{ La juiverIe ,,'a r!slt li: gagner, l'o!!_ de rapprentl-sorcier. Ce .ôavant, a : nerg e am, .. enserrés dans un reseau de sur- concurrent dans le domaine de la D jit, l  !ist éditéoe par e; .R. parO'i!! françaue rleJt li eralmtr/l lU doublé d'un lettré, Qui liSait dans grande réallsatlon. sans doute, de velllances flt de mouchardages ré- conquête cie l'énergie nucléaire et A.P. commencent A revenir couver- V(!crivaia Edmond F'kg, fonda- la vrésellce dt Jvl!.! au Conseil a'Eta.t le texte Homère:, Shakespeare et la pensée humaine, utilisée l fa- ciproques, où la Commission des un combattant de la paix résolu. tes de signaturCll collectées de porte teur et ancien président de J'A..so- Les Jllif$ qui ont rh01lntltr d'apparIe: Goethe, murmura ces deux vers briquer de la mort en strIe, en acHvlt .s antiam!!ricajnes flgure , , à porte. ci ation des anciens combattants 1111' 11 ce Corps dédd nt et 'Ilgen, Il lnsph'h par la sagesse hindoue: grand .. , l'oeil du martre, Ils pénètrent à s elsonl l'avis mJ ',m, e l, A','I·,mJlI Dans la !;eule journée du dlfllan- en 9.géll volontaires juif!! pour la nbéjS5'u t à lellr COJ1llcitnce, lloi li l'j)l.v Il !témira dc songer à la situa- 8 heures du matin dans une en- des c ences, 0 o..-.....ur e a t e durlie de la guerre 1914-1918, nou' ttrU de Jeurs correlloIQnnai rc!. Me volct dcventt la. Mort tlon de cette petite ville naiuêrp. ceinte barbelée en tenant à la seul savant Qualltlé pour dlr1ger che 30 avril, 3.000 noms ont eté re- a lldrCMé- lia 6ignature, aceompa- «Je C(llu /al t Q'1l'un fols de plUJ L'c!bra11leur de l!tondes. i s emblable, malgré toutes les main une carte d1dentlté en métal le commissariat à l'Energie atonll- cut.illifl par lCl'l amie du M,R.A.P., .a:nant ceUe déclaration: . l'oUe iournal me! au .!1!M)iGS de sa dt- • coul,u" localrs " a. tant d 'au- Que. Alors, pourQuot Je r évoquer? grAce notamment A l'activill! (\0 :s,l able C{lU t rlne:tactlluCÜl, ou lll uMt. Part a n convaincu du contrôle dont la couleur IndIque le batl- r Union dffl Juifs pou r la Rf!i8 ! tan ee . • :NO!! f!lg nlltur . , hélas ! n'arr - le mell$ll/lgs vololltaire. de l'énergie atomIque. de son em- t,res p etltes villes de la Bouriocne, ment et le service auxquels Us Il a hautemen.t servi la cause de et l'Entraide. 'l' ront pa la perpétration de la « Ell 1893, 3 Juifs candidat! (et nGlt plOI Il des fins de paix. Il devait de la Toscane ou de la Dobrou i d ja , attCC 5. dl., palx.chère à tous les hommes :\'0116 relf'vOllS lIur l'ClIo premihes bonlhe ln er nfll ni au pays des 6) ur 19 (et non li ), reÇUJ, c's!I • ., enl.-U. t .f m,s s, o nnfr d es h au t es parce Que dans une petIte vi le 11 Chacun dans son secteur tra- mes e c nom. listes qui nOU6 parviennent des noms '}'3nkee!ll ni au ..J " de, """0" ,1"'°". vr•l ll .E n '8S'.' J"I. ,.,d'·", te' -" . f on e tlo ns 0(1 l e gO\lvernemen, am, - Y a t oujours des hommu et des vallie a une entreprl&e I1!h antes- y a(ue d e pro" es a " Ions d'homme!! et de femnle! apparte- .Hl PROTESTE AVE"m' -' VOUS DE 7) 1 reçu (et non 2. 21 oe- 1kildats ,_,d• • " cai. n l aval t n om'm . femmes qui ont les m mes• peines1 Que dont Il ne sait r ien, sauf Par dl-.ln.s, ,,··an·'. ft.ofe, - nant à. toutes les profe!laiona, à tous TOUT CO:' UR , CO,M "M E DEVRAIT nOI 12). . . et les même!\. joIes. des m res" 4Q U qU'elle a la mort pour raison seurs, écr..i vains, Int•e lle"c"t uel.l.i , . or- Jet! milieux 8ociau ... Citone, au hl\.- LE FAlRE TOU. TE L'HUMAN, IT- "' li. «,lJ'f ez 'te l reçus, nlln nom-",.,, ,, : lA Le de',." du Ncu,eau- Mexique ve!l1ent sur leurs petit.s, des V"res N "'orte 46 raudlf"., O"" OIW'-' _ •• dont le Visage s'éclaire, après une d'étre. gan lsaUons syndicaleS de toutes eard: , 'ous :1. ... 0118, d' aut r part, recueilli j;ur le COIUOUT$. , .... .. - pourrait devenir un jardin ournée de labeur, 10rSQulb ren- L1bér a 17 heures, rhomme de tendances, de France et du monde Le DI' T,.d'f l; Mme Turkt'I, ehi- la aij{nature de M .. Ofr, . président , Les audileurs jUils doit-ent leur si_ e.pendant, à Los Alamos. on , _ _ _________________________________ ________________________ ________ 1 df' rAUociation des Engagés Volon· tIIaefon d /rUT tr4V1ii, non à leur. 1 1. 1 laires et Anciens Combattanta appuit. rr t d ySI g'C ue réa!r: LES D- 1 X D ' H 0 L LY W 0 0 D ti i IJ i; i:l:r!:ict;;I;ncd:; t1 prie J 'a / :s ;:a IS err:o v;: Cott. ,"ec,', poumlt t"",,O(- , '0 To "h. doct,;" '" l,,,,,,. di- d·"tt"",., mer en Jardins les déser t.s d'alen- recteur d f! récole du travail (ruc doo A.DR!: SI'IRE. tour. fert!llser la roche et I sable Ro.siers ); de l'artiste née LebM. du Nouveau-Mex!que. détourn r  !:f ""'"""", ",I, . le' cours dcs fleuves _ rendre Signll.lonfl', enfin, la signature de l'homme pleil1emant maUre et ).f. Zuprllner, ingénieur, aeerH1I,ire posses. eur de la nature. Oui, l'hu- nMGtcl'l qui ne figurent pas dans Je (SUITE DE LA PREMIERE PAGE)  ;ntde x:el u,;. rll a\l:uet o énéral de l"OEuvre de protection nl,nlt •• d" n.m,ls de quoi réall- groupe des Dix. Ce groupe 1\ H , de l'enfance juive (O,P.E.J.). 6er le vIeux • r!•v e de D scartes... 'u 0.,1,'10' , . . , ,. ,,_ _ d" consid rll- la croieade a.ntirouge, de l'intru.ion porters guattE!nt la moindre gefl'te ou News , du ( '\'1.11 Slr et Journa 1o : No pp '1 t , QÇ • tions qui prboident habituellement de la poli -e dans 111. vi c privée et lA moindre canard pour elurir télé- qud réquisitoire contre les aecusa- direcut'slu ra, Mr.r nÇonuGh n", geat f'mqu ..i nn zeq upe roe- En 1935, déjà, à. j'occasion de sa au ehoix. des otag(l" et des bou publique. de la llystémati8ation du phoner ! lp.ur journal. De l'Atlan- teurG 1 feueur!! de l'Ecole Maimonide ont conférence Nobel - dans cette émillSaire:!l. Con!!lidér:l.tlons dont ran - 1l10uchudag-e. de.!! CitO)'CM suspects tique au Pacifique, da quart d'heure Des témoins lIigné l"appel de Slockholm. méme vIlle de Stockholm où 11 ti émiti8me d'ailleurs n'est pas ex- de non_eonfonnisme, rl:e la Mgisla- en quart d'heure '1ortent tics édi. qui ne se feraienf pas égorger Enfin, diffèrcnte' I!ociètés, en prononç-.alt. au mois de mars der- elu; il ne parait pu tajrll de donte tion llnti.yndicale, du d veloppe-- tions lI ei"l qu i ex.ci tent à la même tCnlJll'l qu'clles se prépil.Tp.nt nIer, le dIscours d'ouvr.rture de la que c'cst C!lsentiellcmcnt Crojl!;tlre ment.. de Ja dil!crimination raciale, haine 'À grRncM coupe dt! manchel- I.a l)fûcédure dc la commission pour la dcu"ièm Journêe Nationale deuX\'ême sE!sslon du Comité mon- qui a. valu à Dmylryk tI·être d II!' anthlétre. anti,, mite, antimexicaine. tes e1!!psationneIIM, 'de premi res pa- !!cmble spécialen](,llt calculée pûur Contrl\ 1(1 r!lo.dllmt', l'antisémitisme et d lal de III Paix - Fredér!c Jollot- gné il. la "indicte pubHquf', ct qu'Pn Tout el!pri t honnêta peut en apt!rep.- gelS en ca raetéru d'affiche. On tend lai68"r l'aecul!é UUllI défense. Loe té- pour 1 ... paix, Ile prononcent en fa- CurIe cI\sal  : S!Io.muel Ornitz. on a d'abord voulu voir aujourd'hui, avec l"agguvation aina; 1\. erêer, qu'on le veuille ou non, moins sont trèll vivement soHlcith, veUT dl"! l' interdiction de la bombe Le.s ;;1'3udes Jonl'uees «lu Disque La Ponda!i,," JlIcob Benven isHt intorIIlt IIU'fJlf orunlS$ ln 6 tt 7 JUR; "ro_. 111, lu Gralwes Jour", e5 du DiSl" . "u tOurs dt cu Joun,,:es, tou Ics dhquu ul seronl ,·tndlls sfl"bn sltn pu lu artlsles qui l.,s onl enre,lstré •. Cettc mlnltnl.atlon, qui cra J:L pre Iht dc Cf ,cnff .. Pari" eôt. ortan[lee 1\'foC le concours du SyndIcat de 11'1. :M1l hinc Pilrlantc P.t dc III Revue du Disi:j le. Elle Ilur .. Ilonr e .. dn Ju S .. - Joni lit la "Iallon dl' Ill. Pcn, e Fn.n alu. 26, a"enue GalH·[ J. L'enlrfc tn J;eu. libre, dl' Il il III heul'e$, UlL conrerl berll. donnt o,u profil de t:l. f·onda.tion. Au co"u de cc COllet.!, \'OU5 ]l0urrez nt n"r t une heure de Musique Clas.iquc fI UnI' heu l'e dr. Chlnt ct Musique de Variétés. exécutü cl Inlerflril!l p .. r lu ptu .. rande vcdeUes du dl$que de 1I0 re tpoque. ParUcI"ero'lt il en J.,urnt r.  : nuda) DU Lily L ... ldne, Gêorl Bou , Irene Joa hlDl. JUnno Mlt:haud Luclcn'\r Jourrln. tt Me:o.. tfur Jtln o'oyell, Bou'_ dln. l\ferWtl, Naya •••. Trouard. Rampal, le Trio Pa uler, l'our b lu ,lquc Clasllq e. Cl l\ eSdaJl'\es J..aure Di"",", LII )' F. ·ol. JOM)ph1n... 8. lIer. Patachou. tl MCNleuU l);uHI . y. Ih:lUrYiI. .'l.rmand . hslrl.l. lu Frères J'lequel. de ... Lu billets lIonl ta "enle d., .. ;. priMDI au ,rh: de ..... fr.lte. h, pl:oet. __Ct uUte" DINllD plltuut aJtli)o.anr quuDr!. .a UdDe 1d1.e sM b!\o'ên. atteindre III 6p ciaHllte des qUl'fltior.lI de la menace d'un nouveau conflit une atmoephhe de pogrome oon- LI!f\ t émoin."I à charge, fI·r.ntend. Ils atomique. raei alt'l'l. , mondial, I véri tllbles objectifs, qui tre des innoccntfl', Jleuvenl tout dire, mcntir 'imfluné- Pour cette sema ine, eig-nalons les Quoi qu'il en it il rat ciair que dépslI6{'nt le cadre de; la politique Cllr il n' nullement nécellllaire ment, la loi ne permet p ll de Jes ami!! de Pnyl."k ( famillell), les CCS' Di .. n'ont pas trayaillé dan!! l intérieu re amérielllinf'. AUS6i bien d'étlblir le bi('..n· londé de l'accusa· pour UiHf! en diffamntlon. Au be- J!!iociëtM Z 'rRrctow et Kock-Zel ...... ganptrr. la pin-up ou le rideau d-e l'arrair!'! des Dix d'Hollywood eet-elle t ion, df\ prouver ce qu'cm avance. li "oin. le présidcnt leu r soufflera It'fI r.htlw. fer, qu'i!ls ne conçoiycnt pas le ci  :10 dt'fl aspects de l'Ilccentuation de fiuflit que la calomnie eoit lancée. répolUK'l, les ('n(!Ouragcra, Redoublons d'eHorts pour unir, néflla de la meme façon que M. la guerre froide. A ce li tre. elle in- elle fera lion r.hemin. ( C' t d'abord Les mcsquincrit.'S. les jalOusice, les jan. di$tlnetion d'opinion r.t d'oriJohllston. C'ft'lil poUTlluoi sans doute térf\sse au premi{'r chef tout llOmme rumeu r lé, r(' ... . Une alomnie en hll ÎIl/lfi recuites - ct on sait qu-e le g ine touil eeu .. qui s'OppolCut A un nous ne ,'errons paa leurll produc- épris de hberté et de pa;x. am ne unp. autre. Dellx. t rois, qUA- monde d'Hollywood n'en nlanque nouveau Olassaere. Que If'ur volonté t ion.'l sur les écranIJ d'S !rands bOl.l- tre, huit, dix calomniell, méme con- pail pourront sc (Ionner libre ,,'exprime cla irement : elle fera relevard8 envahi" par Hollywood, Danse du scalp trll.dictoitu, font bnu le de neic:e. cours. A longueur de journéc, d cul.-r le$ falltr.ur de g uerre. En 19-17, donc, M. Parne ll Tho. l,a. techniquA employée 50u,iignf On nI! peut s'eiTIpécher de fair ... un vedeHes recrutées par lc ·.B. I., des mil" et ses CQll guea de la Commill- le n)l" dp. In Col1l1llisslon des a(ltl'l- (lp p roch men4ent r e CI! prOCeMU!l et mouchards, de vulga\rl'tl indiCl'ltp.urtl sion de"! acti ... ités an tiatll! riCll ine15 t!s :l.ntialllérlealnl', , cet orgll0!6me 1e 5 d'm.·,ch - d. l"'t·1, .m l' 1J' sme. a 0 l.I..,bl,e'· oot 1.'·. .D.i..· ., "0." • •• fondo."t, ont accus! le", Dix. d' lI,volr propagé ql.lI, d"'A ava nt-guerre, 06llit accuaer En ouvrant l"tl traire, M. PArnell non pi\S, bien silr, l'ur deI prell\'OIJ, del'l idées subversives, lit pour tout de m n ell 5ubversivM la pelit!'; Shir- Thomas o.vait so!enn,ll mllnt 1\)1- mai" sur dli.J impreSl5ioTUl, d(']I; ondire, c('Jnmunis tclI, le)' TBmpl , alors Ag-!e de 8 anR et non c' .' , Nou, . 1' •• , .,',0 10 .,•• • , dit, des racontan, Adolphe Men JlOA' u. Ils s'HalCnt faite fort'.? .\ 1, é poq,Je qui, depuis qu'il cxil!'it , a coilté prl's ,', J(.". "0".."" " u , ""., e, " un p" - le belh!.tr". r; "'uera. 1\ ceUe occasion, de foumir, à l'appui de leure dires, (J'un million de dollars aux oontri- .(rllmllle ptéel d'esplonn"Je ,., Hol- le plue beau rôle de sa carriérEC', ulle lillte de !ilmll. C'f 'ttP.. 1l· ete n ,a 'uha 'c s :un• rl.ca.m s. L (': jouwali:'!te "wood , . Cmlelm :p. ée nCtirl ep odueurfxe ncdsseauyr adgue s,• chmelrl. n6d01a'1- j",rrHl.is pu Nrc établie, et pour CIlUS . /l.1l1f.ricllin Spivak II. pu dire qu'il Rien n fut dltmontré, !!:t.uf J'lmpos - tailleur. La mère de G1nl"er RD.!:er.!l, L"'ssentie! pOUT M. Thomas étlli t m:mstiluait ( un. " sorle de Ge8tapo , tute de 1\1 . Parnell Thomll. . tr?'s dio-nL', CXrv\I(!ra que M tilla c.st ric montf'r de toutc piè c s une ma- Il t. r.'csl un [,ut que tou.! les vraill Il est trè"s instructif de mêditeor il .. ,. - " , unp ( enfant de la libcrté :.. puischination il. grand spectacle contre démocratt's aux .• tl\t -Uni6 l dénon nistance '\nventairG d calomnil's Très grand choix de Tissus GABARDINES · PEIGNE TISSUS ANGLAIS Chez SIMON DI qu'elle a. fait supprimer cpUo TOp!!- 1('0:1 progrl'68illteti d'HollyWOOd, et par cent comme un de in t.ruments dont Ica x d'Hollywood !lJl:.ent l'ob- que _introduite dll.llS un film comme 10 rue Léon - MON 8141 ddà eonJ,re lC8 for cOlJ démocratiquN t'6l!enticla de la fasci s:l.tion de la jet en 191i, et qui s'effondrèrent 11.'11 une sorte de Cheval de Troie du ' ,.",., , ••. , ••'. _• ••., . - dce Et at..s-Ullis. Tant il (!St vrai et Vie politique de leur payf!. un"'" aprè. le4 autroa, On prttr.ndit ,., n )'cxpériC'ne" du fll.8cÎsme en E;urope t ine fois l'Accusation lancée par la sue M!\'em nt: Ktfml in : Partager. et pll.rl:l«er I J " au cours des dl!rni rell décadta J'a eomm;l\Il;on contre quelqu'un, un fo r- _ Qu' ils avaient un lien direct tmi'uoncera mtlea n:i.è, reG kajruyl taCbOlOe,p tl"ro leha\ 11m\ oMnl- amplement tlémOJltré. que toute at.- midl\ble bAthge cr.t organisé, où .e avec l'Amtorg, commi/l.,ion d'achat tr rlll infiniment moins chcvalcresteinte à. la Iibe rt4 est une menace dl"UnJtuenl If'S HeafM ct le.!! Mac ..aviétique. quo , Ile h!K cow-bo)"S qu'i! incarne pour la démocratie da n!'i son .. nller"· Cormick. Dans la flanc d audience - Qu'i18 avalent fom nté un comble. Octobre 1911. date ;\ laquelle dr. la COlllmi$Sion des ar.tivit ant i- plot pour In' tt'r Hollywood. lUI Ko- paTr o-u"itll wcTc"lf"J. ma.nquera énormêmcnl l':lff -" ire des Di." commença, marque amérkaînee, C'ML un curieu:.:: Gpec- mi nfotm, le dl!c1enchemcnt d'un- ot fen&Ï\'e tade qui tient A la fois dn la foire _ qu'ils lIsaicl'lt tento'! (le voler, d· I gll_o_',._ _______ d'enver!:'ure contre I libt'rtéa COn5- d'en\polgnr- f'L de la daIHIC d\1 scalp_ pour le compte ete MOIICOU, « le setltutionnl" lIes (lt Ir..!! droite dvlquea, Df!"11 operateur /! braqut'nt ie.üs pro- cret de la bombe "I tomiQue ,.. unp. tcntativn de mille IlU pu ou .lecteur.!' "'ur les personnages dp. cette Si seulement l'Amêricain. nlo}'en. citoyen américain. qu'lllulltrent It'A t ngi-comédie, IN! cameramen le.. qui lI!e laiesa prendre sur le moment, épillod:eil phI. 0\1. moiDa yloleD tilment .OUII toua les an,le&, de. {.. p'ouvsit a lire · .. ujout;l·b.ui 1 .. . collee,· Dans'le prOChain IUlméro : Les Dix en butte à la haine des nuis; et des. im,isémit.es RMEUBlEMENT LITER IE • TAP ISSEI?IE El

  /lUE IiClIl8flGi'1t

MAASf:ILLE

;",;"   , - - • r •

MOT S CROISÉS 1 2 HORIZONTALeMENT 1. Wf; e tln , él.!01) l.eUN .... ". lourr. ()(o"".n,,,. dOllb . - Z. CQ d·U . Y.t:. ;O;!Olltr. _ 1. Innamme.tlon. A-.·u!e. _ •. !;l'JI In:c:da "u reslrelnt. _ &. Ptn d·Unef. l"a! ,a .!lrf. _ e. .\I ... .er (\ 'J 10110. _ , . E'\ p l \I Bn . py.,. nom. _ f, Pri'f! . CIleü e1Qulsoo. - •• alon cl1.r nl'oe. Tc! r n6 1 ,!l."",ent 01. l' E'H. - 10 Fac:le • r ,..u':. VERTIOIlLEMENT l . P.n hAnl . _ Il. D!lf rrlli. C,urlel't W. V'\JO! I:lan l. _ lU . .. rIl ....... qui (lO"l: t 001:. SI .u!· .. nt d.na j·alpnabl. En ru" •. _ lV. Tl"Ille .l1 MAU- _ V. A p!uml l itU . rro!lOUI. _, TI. u.r, •. l'Ive , ! ,,11\ fllt tI!: . _ VU. C Qut Nn.!I "" l·l'O.!tflrt d'\I" hl"', P,- .. "m "'. ., _ VIt!. GO lef. '1 .. 1\1 n.n\lbt. - lX. fil nJ,,!rac •. Jt Qd 'Or'll!o • P'l\"' 'IOn. "",,,!t. _ :\". ri ............ .. l unt llmn' :)0"' 10' Solution du problëme n · 9 HDIIIIONT.IoUallli:NT. - t. aU. .U }f . JE. _ 2 EVITE. F.AU. _ . RlO, POU. DRl!:. _ 1 COl'lVICTIO)ol. _ S. I!:N ET. IU::D. _ 6. t'T. Pr:tJ. _ 1. ,.RtroU, TS. ....... flAISIR. t'us. _ ,. O"D:T. l:\t1TI'.. _ 10 G"RE&. LUEITR. vEAnCAU,",UIT. _ 1. BEJlCY.!t. $00. - _ li . AVlOl'l l'AtR. _ nL uo.... . t"Nl'! !!, _ IV. ",.. VI!:TOSTE. _ v.:Jh'ft DL _ VI. 00. "I\i!.. _ \'0:. NE . wo. _ VlU. ADu;a. un _ lX, JnOI!, "t'iJoo 'tt',. .. .. • --.- - -" ' .---- ------ ------------ .. -----------------------'-'----- - ....... _ . - DROIT ET-LiBERTE- - . CIHlIA C lA lb lb CONNAISSRZ. vous P .\.RIS? CiMÉMA . DE LA VICTOIRE SUR ' W:d:e'i la\couleur; amide la Paix En 1789, les "menuisiers en chêne" du faubourg sm A LA VICTOIRE HISTORIQUE - Saint-Antoine à l'avant-garde de la Révolution COLETTE, JULIE, EDWIGE .': MARC ' CHAGALL. __ FeTlèt(1! sur le VIUIl!;e, 1941 (Galerie Maeght, 13, rue de Téheran) _ "-Près cinqans,d'absence, Chaga.1l Il trl\.allle en p leine pàw, écrl'l· Otpose .dç nouveau, à Paris (gale- sant ses tubes avec une Jo!e pu ls- TJe Maeght), dts huiles, des goua. - sante. On sent Je plals!r qu't! t he', l3es lavés et des caux-fort.es éprouve à mait.r l2e r les cou:e\tn Illustrant « les Ames mortes ), de et a leur assigner une place lm· . OtItCll, muable, éternelle. Chagall est .·toujours au 1 lyrl- Les rouges, les bleus et les vert.s a-.t, aussi poétiqUE!. Ses r,ouleurs dominent chez lui. I\'l ... .er, \brutales, cruelles, qu'Il rué- Mals lorsqu'Il pOSe le vermillon l ge eti' oQPose .les unes ux au- Je plus vi!, son out.remer. habllene!, s'harmon enfl et deviennent ment manié, vient SI! tondre et at· doucp:' lor4Qt;'1I les pose sur la ténuer j'e!!et. brutal.

Ie. Chagall ut1l!se pre Que  lUJour5

les mêmes couleurs, mals 1\ sait donner à r.hacune de ses t.o!les une vie dlt!érente et une Iorce .. Les mêmes per ollna ges revlen . nent aussi dam ses compOSitions. On retrouve. amu, e, un anln1l\1. symbole d 'evaslon, Qui se promène, mals non par hasard, dans ses ta· bleaux. Une chèvre. lui doit hanT. er ses nu1t.s. QU un poule' à la crête sangulnoJantt'. C'elit Que Chagall est un poète. Ses personnages tendres et ethé· re8. !;"emblables à des farfelus. vous entraînent en des rondes in· terminables en Orlcnt, au pays des Mille ct une Nul\. . Il est hautement signlflcatlf que ce grand peintre prolonge S"In art et son r ve dans un . ard.ent combat pour la paix. contre toutes discriminations qui, comme li le dit lui-mcme, mutilent l'homme. ENTRE la phu.'€' de la Nation et la place de 11\ BM!ltille lOf' situe la rue du Faubourg-Saint-Antoine, . {'hnque fJOrche exalte une forte odeur dl! h(Ji . L'on ne peut faire un pa!' an!! e troun'r face à un to.BYBnt enlj1ilf1ge ue fauteuils. rhuises, ta hies ('j huffet", derrière des yitrine" plus (Ill mQin& grandes. Df' pelit,. pa!'\;age" en lad." nWyt'lll1geùx laiS':l!nt êchal'per le cri de!! "cie,; êledriqut's et le bruit sourd des marteaux. {..cf; p'CJl'ICr nwnuislt'fs r;'y in",- C ' t alors que If'! Fa ubourJ:" St r - !allèren t au XVIII' I\I c)e, 1I001$)a \rQm'" SUT la b rèchp.: les barrl arle.! protection cI l'Abbaye royal,. rie en fUrtUT ,j'y d re(!,l'l,'n l en j Uill. P!;lUf Sainl-AntOlnc.des·Champs ;\ l"actuel )l' drOit répl au t ra\'ail, pour la li, l'mplaC1'mr,nt df' l"hôpilal Saint-An- berte pn!itique. tslgré l'abnégation t oin('). 1.('$ nobJ s, lm bourg 0I8 l't et l'héroïsme, les" tra\'ailleu rs inorl'épÎscopllt a\'aient grand goût pou r ganis". flon t I·Rincua. 1.. . ciselngC' lrli51ique du bois: bu- " ... Lf'J !Osurgés étllient rp.jetfl:s rC8UX, g uéridon:'!, porI es IIUX van- d .. toules le-s pa rti ... , de la "ille, à taux d'hÔte\s. pa rticulier8 (à la rex{"".eption du fo-aubourg Saint·An- t mod/" ;0) buff'!\JI d·orguf'S. boiseries toine. C'était leur position ta. plus de choeur$, de chair es, etc... fmte. Les nombreux 8ccèll cie . ce Les « menuisiers en chêne _ f"tuboa .. ,. le Hill foyer de tOl.ltes ne s'nt pas contents If'f;; '!1II;u rreetiom. pllriIJiennes, étaient çOUVtr!s /I.\'f!C une habileté pllrticu· La cor prn-âllon prend nom rte - l i r e . Des barr icadell t:lblif)tles. se lIui/lier en chêne, pu is fill.!I.lement {"ouvtant mutuellement l \Inl:'ales d·p.bên( te. CeS" tran !ormations cor- autres, encor t'; rr.nfor e $ pu le feu r,ponden aux brassage,:; commer- croisé lIea mill IonS, conRtltu a it'nl un CIRUX Iii'ar.çentuant et aboutissant à r edoutable f ront d'atta'lue ... La braune ('xploitl\tion a\'i(l", du hoi!! dur voure IIvec laquelle le!' ouvrier8 se on pro\'enl\nce de!! ile olonis es. 80nt battu'" est \'raim nt admirable. Les eOHlpagnolllOl ct maitrf""s arti- Trente li. quaunte mille ouvriers qui garde national!'", rontr la mitraille 1 1I obus ('! J fusé s incendiaires. contre 13 11'Jbl f'xpérir.ne" l'(utrrière des énlraux ! On Ill' rendra pas il. leu s m{)rt les honn l'ur comme aux morta (i\ juillet ct. (,e fhrier, mailS I·hist.o;r aM;gnera ml" tout. I\ut r pla"" \lX victim's de la premi Te bataille rangée dccis;ve du pr ulétariat

 (1 f.

Sou\"ien3-toi (iCI! 3.000 tués au poste de ('ombat Ft d(' IJ.OOO dépor_ l dans les bagne! tle l'Oc6an. Le premier mai Véritable creuflC"t de la luttA ouvrière, lt"'B dlfilf.ll populAi res du ler mai p!'rpetuent dans le Fau bourg 1iie3 ISOllv .. nirs et Iii(S le-çonll. Eclatant Cil 1936 el dans I aIl ' née!! s uh'a nte(;, le tléfilé cesse, dan!! le Paubourg, car l!ll AIlt':1land6 OC· cupent la ,"'rance trahie.

'Ihi voilà qu'en aO(ll 19"\4, le

Fauhou rg Teprell::t s pavées, dre (! les barr'cadea de la J,ibë rat iOIl. L('fl; ParÎl.ien ont repri,:; leur Pa'lbourg, l't lell dMilés qui l'l'y dérou · Il\nt amènent et amèn ront tOlljn:l rFl plud de gens à s'unir pour une paix !Soli rI" et une vie meilkure. L'obsc urité blanche l '!:S part!,s8nli slovaques dans Irs • mont.aQ,"nc . au cours du trr· rible hlvr.r 1944-45. sous la. tournl(' ntc de ,,('Igc IQue \t'$ g('n dt' làba appellent. l'obscurité blal1ehel. Lcs nazIs camp(:'nt dans le village blot tI dans la vallée: Ils font. r:onslamment drs paU"0uill es p!lur déceler Pot détruire les nids de reslstancf'. Df:vant une recente attaque. le gros des maquisards doit partir pour préparer les procha lncs opéra tions, mais IC$ bles!)sés n e peuvent ètre évacués. Ils resterons couchés il. une . demi-douzaine. dans un ref ul!e {'nfOUi dalll' la neIge, aménl'lgé de facon Sl'Itls'all'ante. mais san s beaucoup de vivreS. sans autrcs .soins Que le dévou{'ment désarmé d'un étudiant en médecine el, de deu:;: jeun!!:! nUes partisanes. C'est la pathétique histoIre de cc petit groupe sacrUie- Qui nous est con tee. Les vlvr(' doivent v nlr du \"Illage CL n'arriVent Das, à la suite sanlii /Hl ret.rouvaient. dans une pré- tinrent trois jours entifml contre s('nce r.ompactc et quotidienne. QlJoi plus de quatre-vinltt mille hommes 0) Frrclérkh (\'(JtOlmant il (l qu'on parle entre de troupe et c!"!nt mlilc hommP.8 'de de juin 1848. En.o:els Les Jourmics Les m.illeurs TISSUS Toutes Fournitures pour Tailleurs lll::nli dc même profeMion Dans de r--------------------------------PCtlttlll bra rie qui Il;incrU!ltaient de ci d!;' 1/1 entre deux bOlltiqn(' , !c l'.bus du pouvoir Haient condamnes aVflC v(Jhémpncfl , Dan ... nO!! me\lb}e en flont 1f'1IO l"Iohks et iet'! enrichis qui ZAJDEL sc prèll'l""ent. El, ces meublell Haient cr ês par riel! hommf'l! ast reints il. n(?8 conùi· t!on" de tnvaÎl inhumain pendant 12, 1+ r.t 16 heurCfl pa r jour. Puis If' repM mAigre et \'ivement expédié dana un IO Î s déla br é. Continuellement, l'installation de mAnufacture'" et de fabriques étire agrandit. Pllris. De 1802 à 1846, la V(JtA passe de 51R.OOO à. 1.0:13.000 ha· bitants. La ville est ,urpcupl ct ce 80llt le,:; ouvriers q lJi 8ubissent ICfI pir l'll condition d' "islence. La révolte !;"ronne : le 14 ju illel 1789, I tra.vailleurs rlll Faubour , aprèa a\'oir 1U1!'3illi d'une fUi'lIl1adn nourrie la rn8ison de Révillon, marchanci de pa pier pl'int. "t fhoce patron de combat, l'al placent. au premier nOg" des combatta.nt..!l de la I3l!.ljtill . C'est alor6 lA r n\'ersement de l'apc;!!n r g ime B\' C l'abolition deI! p rivlli:gcl\ féorlaux. Peu de t m ps' aprèll, le 10 aoùt 1792, le l)rasl! ... "r Santerre, né dam; 1(\ fl\ubour t demeurant au 39, conduit les ouvr i('f-l' ,), l'assaut dE'fl Tuileries (ou r sida i t Ic roi ) et exig'! qu'il ",,,it Il.rrôtê. Lr. 9 thermidor toute la rue est t'n dr.uil : l'in corruptible Rohe1'pif' rrt' tait arrêté par la bOllrg-coisie ja("".obin . Lell forcts de police dominent le peuple g(\ n ê u x df'; son liang et le faubourg, p ris ft ]0. gorge, peut tout ju,\e IIJUl"lIlluter iO,QOO contre 200,000 BALZAC A PROVINS 89, t, d'Abouki, Paris·2' C E n'e t ni la premltrt ni la dl:r· niér" rl!rémonl" q'fe l'nn Iebre en rhouncur oe B lzv:. Ca! on n'oubliera jamais !"urUI;R" Qu'Il lai! en nous rle c('rtaln," villes de pro-\,! Ore 011 d" qllart·l('rs de la r ltpltak. EL lIOn c ,'nt nall"l.: t\'CQ'le Inevll·abl;o;. m('nt le saumur 'd·Eul;l':m.e. Or nd,e :, tl' Pans le Cè!:lr Blrot..eau, .e Prov ln. df' P Î:ITelt.,. st B;.:l.'" S'e.\!. nlon1ré parfot; st... tre !Om' e!!;f Flin. J)lI;ySll!li('1I 11.11 dkor réba.rbllUf et aw"tèr,'. li 1\ "hl\rd Pmvm de toute.' Ir.s ,rRt.:('IC: du Inonde : Le ",wtcall. III L· icl/lr. ville et S'$ ail· ci.:'", Tl m.paTtS 'OItl ew,c& $UT la col .• iille. la ;CUl!I: vlllc .'éta.le r ll OUf. Ville mirde. /(11.1) rue! rltpid,' . Cllvi'onl e d ,'/Iem"'! ueUT- llU'I/?'b Ik Il()v r  : ville ilenclell!e, proprette, dominü 1'(lr leJ rUIII"t Iml)l'lSa .. t e.\ dll r,hdt"(l ll , pILi .• lU1 ville Ü 1;10U/lI1S. al"rl) $ojr Il r dnl.t ril!ièTC IIJ.Cllltr.\, len!cs d l)mfOlldu. Ces r/! II .T. t'WC 0 1' ('ett vWe. rwec $

oul!elllr$ lti. :r.rlqllC  , la mdl(Jnl'olfc de

srs nâllc.l, trt rI,dte d $r vn:/!Ces. sc& del/drll .• e.' raVIli es »Irll!c$ de ,,(lie écluve!éü et de fIeu)"!. a rivière cn!nflcie de jlrdtll . ".r/· il J'rliflOur de u s rn/alita. S'Us $Orleuj de PrOv!lIt POlit all rT ,·hcr l'/Ier ,("fr UTlt bltll llle ils TPt; iCnll('.lI l. « MO!l rir (lJj pHe Jal! )lnur IC$ lapin.' d Ict ÇCIl! Ij(/èln ) umble ét" la dellbr. (i.e prOl.Jhl . Maintenant I le' enl"" f'n rtmpl3cé Ie.  !lIlllencu. 51 l'on ne l'oit plus guère de moulins n nnmoln.s. nO\1$ ;l:1'ons

on\.("mplo! ,I m"tn rho dernier, jO\lr où

la place BFllzflC é ta it m'.ugtlr«, d'in,'&tlmable:

ré$er  d·a nct.'nncte (laru. I 

Tlles. car PT •• vln.t 1 11 a\lU"l'tois If,. !.roi. sième viii-! de France. Unc série de rêt.eli 1"-llclenne51 honorera. le romancier dam 1&0 lIi11cs d .. Fran,·e. Mats bi!n qu ... fon Inléres· lItlnie par F.i\. dQ('\Jrnenlation sur l'amVI" C du s a!ld o!rrj llR in, la rnanlfest tian rie P rovin ne v1 I :1 I oa la promenade dan cette cité moyenall"eu e. Prè Ms mai 1"Ul pa.l·sannes se dre!f. ':' nt d':vlmlrl\:blea o!gl!!'C5 dC$ XI', XII' ,·t XIII' ieel/'" ajn l Que J"H6tel·Diell . an,';ennr rt\ jdr.mc de r,om l c r ct" Blol et de ChnmpAgne, transformee en hôpit al LJi t.rfl_mnd'rnc. _ VO\ùz·\'ous vÙi itf'r les souterrains '! - SI cela n'zsl pas t.rl'P Ions:, car il '. a beaucoup de chO:;Cli à. voir fi Provln _ .. - 1: JÙ' a i"'lère! que 23:2 kllomè l"es il iair pour all"r d'un bout à. 1"111 re Si vous anz de IKnnC!; Jambes ! Ils \'ont jw:qu·â. li:oger.L rN : GU, 1&--2'I POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE E ouard SCHNEEBERG Prol'hlS, ,1\'1':: ses 9.000 habitants Il (3., ru. " . 1 .. "th"re, ""RIS·" SC antonne !):..s dans la eontem;;a· Tèl.; TRI n-SB N:"1l : rHI lIS·61 tlOn de se!; merveilte:, l't roll c: rail -, L ' quc Balzae peMalt devoir rlvall r PROVINS, .. Lo donjon, Tour Ile Cèsar (PhotQl:'raph!c d H. T/\B/\H.) d catastr(1phes diverses. Lés ma.ladie ·s·aggravent .. A la fin. le partJsans viendront lI's dellvre-r. Les hf!l'o de cp,tte simple CP(1PCC Cl11t dtl vaincre d'abord leur découraa:ement ct a;uder j'espoir de la libération lX!ur liürvlvrt JusQU'!!' l'heurt) salvo.trlce. Deux épisOdes at!.elgmlnt les sommc. l.s dé l'tmotlorr, avp.e un art juste et obr e : un snldat russe, Qui r c.jolnt les partisans, a uve ·un. j Pune Slovaque Qu'II emporte sur son dos au cours d'une escala.de lncroyablemen t dUflcUe. s ou S « l"obscurlté blanche ' . Plus tard . on opère l'adolescent dans le rerugP.. Le médecin l'I peu de moyens. li ne peut l'endormir et Il ne but pas qu'll cric sous la souffrance qui le d échire. C'est hallucinant de grandeur. Mals l'Imprévisible se produit : l'lin des ma.lades qui as· slste à l'opération , exténué, démom Usé. devient fou et hurle soudain, rendant in utlle le stoïcJsme du jeune plI.ysan . . Ce mm mérite le respect·. Il est beau. Il e t boull)venant de noblesse et de qualité humal11e. Le cln ma tchécoslovaque es' en plein e montée. Julie de Carneilhan J 'AVAIS lardé un bon souvenir de ee roman de la grande Col t.t.e. publié dans les années noires ct Je me den1and&\s a.vec: InQuiétude pourQuoi on avait choisI cette oeuvre de psychologie t,oute cn subt. lJ!t(;s pour la porter a j'cc ra.n. Après l'a\'olr vue. a YCC un soin appliqué (premier éloge'! car Deu de rams m rl U! n t un eHort particulier d'obser vation ), je me sens - - comme Colette elle-même - rassuré et même ravI. Les auteurs du film, avec une dlSCTPtlon Qui les honore. ont su ne pas Imposer un st·yle cinéma tographique trop encombrant «a réalisation techn ique e t asse ba.nale, sans Inconvénients) et laisser i Eawlge Feulllli re el, au dlll.logue emprunté à Colett.-e la char e de nous Intéresser Q. ce monde pourt. ant assez; artHiclel, A ses problè blèmes où l'amour et l'argent se croisent en un écheveau que déroulent ensulle aussi bien Georges:' Ohnct et Max. du Vr. uzlt. Colette, la magIcienne, fait d'une cltrou!l1e un carrosse et d'un amour de femme oiSive lin univers d'une quallte humaine inSoupcotlnèe. Prestige de Colette. Et prlvllèa;e d'Edwige Feulllèr!': dont je pense, pour ma part, Qu'elle II. attelnt.1l les sommets de son art. Elle témQI-: gne d'\me extr\\ordlnalre lorct dramatiQue toute Intérieure: elle est belle. elle vit son J)ttsonnage avec une attachante Iluthent lelté, Ro.er MARIA.

' "n""" """." ••• "." ......... ·•·•· •..• " •• , ..... ,'"'1 i FABRIQUE DETRIOETS i
 . . .  

i Ets GAN A !

i ; ::"::"; ::';: , ::: ; : ! 1 PARIS Ill\") •

! TEL..: A,ACIII\'U ,-.. ; f""""",,,,,,,,,,,:.,,.,,,,, ... ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,",,,; Envo 'ez vos colis li. la. Commission de Collecta,le F. r. J. Pour Chagall; -.: Aucun ait n'est possible quand derrière leur maison ou tue jes àmf'S et les corp des enfants, Qlland on piétine lcs derniers restes de la conscience de Dieu. ) C'est l 'art.l te Qui dit cela, tout autant que le présIdent d'honncur du M.RA.P., Que chacun vénère ct admire. llnt! incC$3.1nte lutte aboutit il. février 1818 : le peuple proclame la République. Le g O\1,, rn!"ment insti toP., 60U$ la pression populaire, des lite lie r!! populaires pour occupt"r If"'! 200.000 r:ht'Jm eur.!l que la criM de )817 II.vait jdNl Aur le pavé. Et soudainement, l'A8lemblér. décide la fermeture de c , atelicrs aux conditionl! 6ulvallte-s : les ouvriers marioe pcront or:rlJpé8 aux travalJx d'assainissement df'8 marécage/lo de Sologne, les célibataires pourront !S'en ag(' r dans l'armée. I..:'8 ,;pheres dirlgea ntt"!' dt la bourgeoisie dictaient . /liMi l'expll.trieml'nt dP.s lëments leB pills avancè/5 dt. In population. Le I·em lmrt. d" IR 1'!Il". Ir vi"\,,, clonjen datanl. a',IMI des Tcmplil':'s, n·.II.v:, lènt Jamais vu unc le:lf) a!ll\l nce. D . étmn!:'ers rri r';Ai"nt avec slIrpri e ce ra"hots aux nl\lrailles d'lIn épiilMeur form lclable. DaN la OraJlie ·l!. wc-Dlffi "". vast.e rnns:nl,t;on du XII' &Ièc:e, le 8'\llde nous d'·m:,r:c1 t, : ap,:,u sc lcildilIiesé ec t"à Bpraelsh" no u de Spa, n'cs! I·  ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ; Apre.;: vi_it ... · r, prt. mel"Ja{!es, nous al- --- lAmr.s nous rafraichir dan. une de jtIl 27, Bd des ' Italiens. PARIS-Zo pclit s auberl{"s regor;;eant. dc monde E CHE C S Slt\llf au Ct"ntl"e de la l'Ille h :)u!.e, 1\\1 miJIru de laqur- Ile on l"CIll.::.rqup. 11\

 Croilc: d  Cl1alllFs ;0 et un vieux

RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS Gertrude t'Of/drait voir M. Newman, liu'elle. 1/1 "... c).aÎnement tpoll' , â la. tUe ct'wRe yron!. affaiTe. Elle le présente à fiifJérenlc3 pusonnu bien placees dOE1U comml'rce. La 1uHe Ital!! apprendr" si U$ dt ltltlr. clTCS ont él fructueu 8C3, p '! it. C ',, t j"i, )lOin ont a "allbC'rgl  !.e. QU,' se :rOllvflit le chàteau de la r J\le B:anehe dont il restc en"ore quclqU('s pUic . _ VOIlli ne m r;nQ,, ;I; pas dc « .sou· l'(·nif.!i J. ·.(Traçiui.t de farnéricain par Yvonne Desvignes) - F.L d" snllvf'nirs parfum6;. rar le ne S.ii O;\S si VOliS l'avca : la prpmièrc r{"5 olli a donné n3.jMan· e a tuutes ce:ll's -dl: lit célébre roseraie nO\ls vint ou cfoUié Thlhltul, qui l'a rapp:rfA!e Ici meme de Jéricho. Denise MELLOT. , COP1rl,bl h,., 'Drolt d 'L!lItrl et Edit/ollt d. Il/'"If/. TOI!_ droits r stnls, l'OOUS ...." ,!\lorf embra&et-me!, dit--eltr, un vrai baiser, 11 t'embnlMa. et ellè le t int Jongtëmp. /"nlaré. _ NOij8 ferloru mle1.1S de p!\rtir, dit-il il. voi:( ba se. lia fIO lev r.ent et II IJ, ramena à sa penswl1, S demlln' dlXllo '" le p,zon n'avait pail lalMé de \rac"s. Une heure plu l'ret. il tlalt' de.' re!tour d vant I\on propre bloc "0 une an· goq&o 1& Iaj lt, une Immense nOS(' Kie de (j\lc:qu cho c ; mmmc Il'11 M'Ait égaré dal\ l"hcr\) .. unc pièc d'arg"nt, peut .... tr e. ou bien sa monl·re. Le .; nUm{'nt s·empa .. 1 de lUi, qtMl tf.1Ut ÇCcl, !l l'a 'lIlt rtv;'. Qui lal t -f" lI,·? .'\u fond, li IIC la c:on lla.l6l!!a it p . Il MvalL: (ju 'c::e 'Ilit IfI"\d3.11C à in" \'enterfce qU'elle d !$lI! . 11·lui,\·in:. à. l' r.&pril qu' ,' h' n'a\'l\ I 1amal.J' mU; les' plNls à Hol:ywood. El dans lin m (o.ni. i: , 1Jta', nnlrer ch"'? lUI. par:er .)'tlle . à sa men:, f'! il ne sanlt pail au jU-':-6 ,:On!ment l:l d'pe'n:lre. Ete e tai:. pi"I , Ut tout cali, co (lui élllit L1nc bonne chose. Il n' ur;l1t {)u':iI, dlft Q'li"ll aVaIt f tucontré une gent.!lle [Ille. appan .. l:m! au (".!Jlte eRlscopal, et II broderlullit,-delSus. Mais en 'l:ume, lie IrnlHI J)JtS mlrtlx do: IIf l'le dire encore ? QUI f;,n $1 d,'m'aLD, Il ne pl"éférerait p;'E; en r st,'r là? Et cepend,H:L çllP f'lMtmb!al\ si étrangem .. nt à. la femm. d" HIl rév,·. "'\'eC u'\.fI taille ondulante. Én remont.ant I"al!ee, I 'Owiul {IOE' C·ét.alf pro\)ab :,' nlP 'n «Jntm cp1a qu ceh t pll s"iL, ",an, prémédltatiltl. conmlC par l çclde nt.. Df!nalll, Vl"a lfemhl;\blemenl.. il ,e sentirai t ePdlt 1'I1"lS d(oule pO llbl1'", ct 11UI:cment c(fr:1.yé. , _ Vrals.eml)lab:("ffi,·nl. /iI1 n:; a· t· iL tand,s qu' il ounalt

 bru'lt lil. PI)\" ),I, d·prl\rél!:. c'rs  M;main qu  je commen·

, I1H.l. à ' In vél,'ltablem nt 11r.llrnlx. CHAPITRE XIII - ru s joae eOll1mr. ,· l . dit·il t,r mOllO'hoir blrll po,!! ur se che 'eln m, nt.on :\11 Itonnalt. un :loIr dt . m:lOollr. - C'p!! juste p"'(Il' ter.lr !l.1r ch ve\1x rfpondit·,'I];-, f1:.Ttt . Il NJ\ld'liNBit avec Ic d I:( mains cll l'f(' 11!" le '·oJant. I ll. t le- le\'te de façon à mieux voir llal"-d' u8 le "\Xll"e·brise. L'ait t: hau'l· de' J't'lé pOl'falt l p rf"m ,ies bOis r!UI 'r;f'n_ ('.itlVnt del deux e ô\l! 0' la r!;lute t il " f !it 1,.. fp" 'md b"Ul"l1 cl '" 1'" .. h !l\ ic'Il po:-t povr lo(:ntir )., care!.'e de la bris" li"f U CK'l11 tm . ,- Es! qu'il ne fai t P&$. merl'eJl'enx ' 111·0. _ J'Almerals eue!l!ir fIe!' tlf'UB, dit-elle, c pr" ant les "Ives C'ml""n 'II emaU:81 .. nt les nlllS. - I I vaut mieux pu. J '1l remsrquê un t'"\','iTuU tout lit l'heure d\.u.nt que ç'elait 1Ilk:·dlt. 1f·1e .upira 1";\lr proionolément, le n'jeta, p.:is ff'COUi! ,"l -,, - POCUS t tt, émt:'v !l:ee devant un bou(!\let de pins d'une pert ctlon rare d,mt III sen lellr .valt. rpmp:\ poumons. _ L('s ch() e5 quc DI':u fa it, dl:_ :le· _ C'e t n\el"vclll ux , approuva·t-il, et "it .. , il regarda de nouveau d van 1111, oul'ianl. dOtlCement. Le Hl\al'd fixé a.u join. lIe drm"n,;a : _ TIl l'S !Or qu11 aurortt lIne chambr .. à nous donner? _ Oh! SÙP'm t)\, lIrto·J t. mainten llt Q'le l' e!"!'nc est ra 1 ionn«:. _ On \' 011. en"nr/" d"s \"nil'Jr SI;r la. route, Cl'penda.nt. _ MAi l' a en IlQTllbre Slll!lIAT1 pour que le.!; hôtels &OIent i"'lel;l . En !nul 'lI,\, l'endroit où ::IOU alions n' st pa ' l'éq\lente par 11\ !ou:e. _ J '('!';pë; t. (IUt: h, lac CM propre. . _ r.tmpili': c"mill!' dt !"nrItC1Jt. E\'il ;mm nt, il y a tlnq An fi"" je n'y 51.113 PlS re:nurn(, mai!': Il étaU trc propre autrefnls.. - Et l'!"! Y I!all.fc? ']f'tll"nd a ·t_dl':'", )lo;;r rCllI en rh' à nuu- 1: nt l't lui 1'1'1 '1:":""':1. le gl'f"!ou. _ ,Je n .. l"enl1'nrn" 1 .(I dFlns un elldroi! ra.:a:"!t. ElI Illit. J'y t'nus dlé 1'(I\tr ,l'E; rau'Orls ('11 qne qll" Iortc sentimCll tal s. _ Pa ,'OII. l b!e, r;;ul!a·t' f'lll'. al'ee cur:n.,ité. .. - &1" "S' ment. I I la l'e ,uda ct. :nl d,'ux e llliren: il. ri" - I::t t\l Il::: fr"'lvé ,',' qlle II] chcrd13is? - MI'n Dt· \1. dit_il en l"'.'II i  ;\Jlt lt: re lll("nt e! r l i gn n t de l"oe:l COlll lm, "jl ne dl ai 1':\5 to"l, j" i '11 qUl'lque. C'.1n· \· "r.o;,'\tlO:l qUI lJ"p.la\!ml P 5 'dcpourl"!;c, dïn:frN. - T OI. _ .. E;t·c fj!lf' tu ml liHl ds pOUl" tille l"Olllp;et ba(ocrn ? 11 .'r.Rtfl dc l'Ire. - P:Jl!I' Ul' - E i j., te dl lii 'l'te i;o. Illoilié du Itmps, je ne ral!: 'lu.; p,'m.et· fi. l i? -" Je tt" 11 ,'\"(,i1";,i5 )l a le pr. nlicr m. !.. _ C" I 1",lu· tAnt v:'aL Et. !l valll de le n,nna!U" , Je 1lE"11·. S.'IS ;o.nx 'el lilI U en g l1o;;ra; . - TOI. - J'ai toujo:':l" rc"(\' d'un crrt:\ in tyPe tir temmr. );'(lrle ll_ li"ltl nt. Et c·'i!!.ait 101. Il la rel:arda avec l'ra\'i!t ;o. V:l..llt (. Ib.cr il. nOlln'll.ll la foute. a Je np p!aj ante pu· » .. - Jf 1"' rroh;. t.1)1l '. ;\cquie5l.:H-f"lle t.ranqni)km'·nt. l It rOlllc:ent \ln lt.nlPl' en ileDce. _ Voilà çe que j'av.lj ri,·(', ril! ·il. Jt' VI'IlX dire. tr marie et ftllr!lr en vnlturp pour le w,·ek.end. JI" p3J.1.:us touJol.\rs seui. _ C:mbien Ile '01$ o:;"!u Tl':oumé il. cet hutel ? _ 89- - FOCU8 - A ceiuHà, W1e d'aull·U. (ols seulemen:. Mais j Suis allé à - E tU n'lIt" jants.is rcncol1fré quelqu'tin - Non. UI1'C pe!l éll lu! vint lout. à coup. - Il Il 'y av!!.l: j)!'I"SOI1lW G,)j te ressembl ? El:e s pe/lc!1 :1o, l'I'mb! aHa Ul" la jmlr ct attcnd.lt qu'i! tQurnh lôl. Itt., de s()ll côt . - 11 ... "ul mieltx l'a , '1 "(11)(\ k suj au \"o an f, ,dt-il. ,a. ils \'fnaifnl de )la S(r, tandis qu'rlle l"embr;l .(ait. devant UlI hon\me Ilui se J'l l'I'IIU.a 1\ \.ral'el"Sl.·r la rul;ie. _ qu'lI rCllarde, ça m'cst égal, lança · t-elle d'un air de défi. _ l'NI: m'i:llpOl':l', Qu'on 110% \'olc, ,,'çsl st'l1!l"lllclll ... - 'rll If" mel.5 a u. l', ac(', et cela te genr.. - M:li lIun. ,111,11 d 'un Ion fa\I;$Jmd!! plilintlf. C'est r.m' plem:'nt Qut je n peux l'laS faire ,,1115 d'une ,huSe il. 13. fois, quilllf! je ç1noluls. Une vvllU,'t' Ic; dépassa n'mm', 1\;1 bolide. l" ,,"(!re .:t JW;l. de 'an C\.lX axant de d ispara itre dans un tournant. _ Que. :d lO , dll·U. 1.es 11:"115 Il'oat l' litS ;· ... 11" .:e temr a lour P'·;). ". dl' 110$ joulb. Soul'fam tU!!; f!t un petit bond. par pur pla ir, ft a·cm· pa.ran de son bra , clle pf($. f\ sa Jambe oon re l,,,. Il ro\.i!:! et tf'ndant la main vers sa. cuil\se. 11\ erra fu rt c-· ment tout e;) lui fai5lnt unr grimace. Pendant \Ill telll»!, j] "oul/:!"rnt dall$ cttte position. Du coin dr l·oeil. il oliservllit les ll(.ll 0.:' I c coteaux ct rf'pr1"3.lt df" pctiU coins c cl)(ls ct volupweux. Elle ne tetlrait pas sa euisse. Il mngCi\, puiS osa dU'e tout hilm - Cr srrf\lt tp;\tant 5i nous !IlJuvions avoir mon "ncicnne chambre. - Pourq llOl, el le etait Ill en isolée? demanda-t-elle, _ E.'(aclemcnt. Il y IIvalt comme cela des moments ou li 05alt dire ce ' choses et lui Cilre$.llcr la jambe l'll plein Jour. Alon qur. pttldallt 10 nuit - il en tai nnu il. ne vivU qUf dana l'l'Ittenle de ets llUit5 - Il se sentait prtt fi, mourir pou r elle. JI regarda le (oldl r.t alcula sa hauteur sur l'horizon. _ CE: soir. nou Irou!! nous promener dans la forêt. n'estct p3S? diklle. J 'adore la forH. - Nou.s pourron a!lI'"T au boni du lac, dit-il, I!f rappelant un coIn qu'I I aVllt $électionné ;\ l'intention d'une jeune peraonne qui 11.11 a vait !lit laux bond. -00_ . , par le Maitre PRQBLEME N" 5 L. Segal (Pari;) - Inêdit Dédié il 1. Shernetsky ,• . '. 1 il.:J • .•, i • A Il C 0 1. BOLI:SLA VS KY 2. HERES m.R.s .S) . , . " m.R.s.s.) . 1/2 1. 2 1/2 3. BRONSTU:-; m.n.s.s.) 112 1/2 4,.. i!TAULBERG (Suède) lf2 0 KOTO,V tU.R.S.S.1 0 0 6. iSM\:SLO\' U.R.S.S.) 0 l , ' SHERNETSKY Ln bla.nc: jouellt el font mat. en dtux èou .. , Une lrès jolie I."OOIposl1 l '1o In te du célèbre pl'o/)Jemi le pnhltrl L. MJal, qui a bi"n voulu l"oUr.u' Itll rrl meur aux leo:teun de , DI'Olt ct Llbel'té ' . Tournoi • dl!$ o:andid.ts Bud,:,pest A mi·chemin du tourtloi Qui doIt è·

il:ller le cli.lllcnger (\11 Bo!win".k f Itat

le irsnd mAitre E!olc.lla\"sky q"l .,' t n lét . LII lutte est trë , t 'Tee . ' au moins six joueun eOmtl'\'en\ ,le trtl bpnn ! "hallces de rempot'T ,.r la \'Ie. toire !inllle. Pour les rr51lHllt5 d!tlllllcs du neuf premièru rOlld'e5, cout ultn notrt ta_ bl all : , , , , l , " " P(Jlntl 1/2 1/2 1/2 1/2 1/2 1 , 1/ 2 1 1/2 112 1/2 1/2 "2 S 112 0 " 112 1 1 1/2 , 112 1 1 '2 1/2 1/2 l ill , 0 '" ln 1 1/2 1 1 • 1/. 0 ln . ," 1 1/: 112 4 1/2: 7. LII,II::NTHAL ( U.R.S.S.) ... 1/2 1/2 1/2 1/2 , 112 0 1 1!2 • 8. ;\'.\JDOKF ' U\rgl'nt int) ... 112 1!2 0 112 I f 2 0 ln 112 • 9. !:'1.A BO fHonçie) 1!2 1/2 0 1/2 , 112 , "' 1 3 1/% 10. n ,OIlR IU.P..S.s., ........ 0 1/2 1/2 1" , , 112 112 112 0 3 Southsea Gnmdc c"Nltion dalls celte ville lialnèll;re d·Angleterre. Le jeune Jl'r lIth!l1l Peul'oge (lG ans !) gagne e • ]'al·tie corltl"! le vêtéral," augo)julinw et 'fanakn\\"er. APfl-5 1 ... sept iènl roude H menait 11\'1'(' 6 pls devant F. Alcx:anrll'r. Bis::llJicr. T ... rlakowH. Gololl1liek . Loth;\l' Schmitt, Prin , BQ, c:oIJl.!liow. A. "f '\(m . N w'n n. W d . Altkt)l. Vuell. l'cc. R(' llliat remarquable r(1J\ c \ rle 1)(1:1110 aU)llJrc pDUI" 1" fl I\lre Clll'fier.l c: h;'lUJenn de ce jeutiC C POlI' aocl i". VoIci HI. vi(:toirc ':craS"lote to0tre 13ns:(,IJ'lliow, QUI fut UI1 séri tlx pré· tendant flH titre ITlondlio.l !lU temps ou Alckhine etllit cll mp;OIl. N' 30 .• DEFENSE SICILIENNE J, Pentose Bogoljubow J. e1 çS ; 2. cn d6 : 3. d çxdi : 4. Cxd4 (;f' : . Cç3 Cbd7 : S"rl ati ; 7. "ra fti , 3. n- F47 (8 ... Dç7 tan plus J)rèci ) ; ,. hl Ut1 ; Hl. Fb2 0_0 : Il . Rh! "fdR ; I . Dt2 c.a ; n. f1 TbR ; Il . Tadl f"d' ; 1 .•. d : (Juste ItU bon 1n(1Il,:('nt) CeR : Hi. CU !! (Surprise déSIiI, reablcl cr' ; fA Jlres ilL. exfa : 17. Cd.1 IX'S : IS. Cxe7 +4 Itha : HI. exd!i la puti(' dcs noirs cM Irrrihlclllcnt compromise. Par cxenlpll' : l!l ... Cxd6 ? : 20. Oc'; ! O"c5 ; 21 F'x!'::i ct ks bla"c" t;agne:nt /;Iln rhfflcult t l : Il. ;".,1", Cxt7 : 18. Cd ,,:; 08.,. d"e. 1 19 . Pxe5. cIe.' ; Ill. .:016 l Oa u .vaU .. r " " hIbou :or lIJlrh 19 ... Cxd6 ? : :0, cxdli Dxd  : l I. t'd les blancs ,acnent HI !llu,uel. t ll. IlM i: (De mlfUlI: Iln mieuJ, les b18 1le iniluC"urent une _t ta{ IUP!: de ,si"e contre le roil o. Cxd' \Et non :W ... !!6 ? : 21. 035 16 ?? : 22. exf6 Cx[16 : 23. fxe7 TeS : 24. DtS crs; 2;;. g4, el:.) ; U . ed8 cn ; tz, ,·1 Cxd6 ; U. r:; ! (Ave.: deux lerrib tu menaces: CI 4. D.o:3 CrS , :11 F:JU Cx 7,: 26 F6 de. rI B. ',4 te Rf: : ;::'. I)h6 C 8' 26. T rl rt· Il )"l'\, a pl'" r leo (L hirc contre 27. Til:! e1 :! . D;t.Jt1 1ll8t l 23 ... DXII  : H, .·e C '  : III Il v a rl,n de meille\.\f) . ,'. f e6 f'xeR : :tR. r lt"bl Txb8 : 21. Oe3 'l' \ 28 . • ·xd.l Cf. : \OU 28 ... F"xd::i : 23. D . d5 CfS : '1"1\, Dd8·h l'le.) : Z9. Fxi-6 T 8 30, f""n+ u"n : 31. 'h:,'+ : Ifinilil:anl en IIU ' te. Sans Atte r..d re la ui le 31. .. 1"', • . 32. Td7+ Rf8 : 33. Dxf3 + ft:l ni" tIl3t le noln alllndonnenH . Grace à soo u trh n :r,p t'nl"l le jeune Jonathan , lil101ul,rnl:rll ml,.. !Bere sm. rt"doullblr ItI"efPII. ui "n fut démou htf • tel point '1161 no JNt lalre plus rien de bon roend..th. IOUI •• re.ste du tOUI nnl. SOLUTION du N° 22 J,. SF.GAL ( un.tJn Ouvrier du Eehec$ N" \01 . CI!': : 1. t'"h  : Varl,nte  : \. .. lLLh.l; 2. RU l'th2 3. t'12 mat. t... Rlb!'i 2. l'II! Rh6 3. Fr6 nt ... !.

Notes

<references />

Format JPEG