Droit et Liberté n°223 - juillet-août 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°223 de juillet-août 1963
    • La déposition des représentants du M.R.A.P. au procès du Dr Globke à Berlin devant la cour suprême de R.D.A. page1
    • U.S.A: la bataille antiraciste gagne en ampleur page1
    • Le prix de la Fraternité à Jean Schmidt pour son film "Kriss Romani", mention spéciale à Jean Toulat pour son livre "juifs mes frères" page1
    • Expulsé d'un bar lyonnais, un Martiniquais est brutalisé par la police page1
    • Sandales par Oncle Tom
    • Le douloureux problème antillais par Marie-Magdeleine Carbet page3
    • Le rassemblement criminel de Hameln doit être interdit (néo-nazis) page4
    • L'affaire Globke devant la justice page6-7
      • La déposition des représentants du MRAP, Charles Palant et Hugues Steiner
      • L'acte d'accusation
    • Algérie 1963 notes de voyage d'Albert Levy page7
    • Un nouveau procés contre "Fraternité française" page8
    • La déclaration d'Armand Dymensztajn devant la 17éme chambre Correctionnelle page8
    • Les propositions de lois du M.R.A.P. déposées par un 3éme groupe de députés page8
    • Après une émission sur Louis-Ferdinand Celine par Yves Jamiaque page9
    • Nous n'avons pas peur de mourir: faisant face aux déchaînements racistes, les noirs américains préparent pour le 28 août une marche sur Washington page10
    • Un combat de notre temps par Georges Sarotte page10

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

LA DEPOSlrlON DES REPRESENr ANrS DU M. R. A. P. BU procès du Dr GLOBKE à Berlin devant la JUILLET-AOUT 1963 (our Suprême de la R. D. A. (Voir pages 6 et 7.l u. S. A. •• LA' BATAILLE ANTIRACISTE gagne en uDlpleur UNE délégation du M.R.A.P. a été reçue, le 24 juin, par le Premier Secrétaire de l'ambassade des EtatsUnis à Paris. Cette délégation, composée de Pierre PARAF et Charles PALANT, président et secrétaire général du Mouvement, Marie - Magdeleine CARBET et Hugues STEINER (de gauche à droite sur la photo ci-contre), a remis le message a u x antiracistes

lméricains adopté

au Palais de l'U.N. E.S.C.O. par les 2.000 participants à la Journée Nationale contre le racisme, l:antisémitisme et pour la paix. Soulignant l'intérêt suscité dans notre pays par la lutte contre la ségrégation et les discriminations raciales qui va s'ampli· fiant aux Etats· 1 UNE DELEGATION DU M. R. A. P. A L'AMBASSADE DES ETATS-UNIS 1 Unis, la délégation a exprimé la solidarité ch aleureuse des antiracistes français avec tous ceux qui concourent, sous des formes diverses, aèlX progrès de l'égalité et de la fraternité entre les hommes. Au cours de l'audience, la délégation a communiqu~ au représentant des Etats-Unis, en témoignage de cette solidarité, les milliers de signatures déjà recueillies à travers la France sur les listes de pétitions diffusées par le M.R.A.P. (On lira en page 10 nos informations sur les derniers développements de la bataille menée pa r les antiracistes américains, qui sera marquée, le 28 août,· par une puissante « marche su r Washington n.) (Photo Elie Kagan.) « p'as de noirs ici » ... Expulsé d'un bar lyonnais un Martiniquais est brutalisé par la police A Lyon, dans la soirée du 19 juin, un ouvrier noir, d'origine martiniqua ise entrait dans un café de la rue Chi ldebert, le « New York City Bar ". CÔlTlme il demandait une consommation, le patron lui lança, brutalement : .. Ici, on ne sert par les noirs .. et le fit expulser... , S'étant rendu dans un établissement voisin, le Martiniquais raconta sa mésaventure à deux consommateurs blancs. Ceux-ci, indignés, décidèrent de l'accompagner au « New York City Bar". (Suite page 2.) Les anciens Waffen 55 pourront-ils tenir leur congrès à Hameln (R. F. A.) ? Ce rassemblement criminel doit être INTERDIT (Page 4 )

  • ALGERIE 1963

Notes de voyage d'Albert LEVY (Page 7 ) N° 223 0,75 F Le Prix de la Fraternité à Jean SCHMIDT pour son film " KRISS ROMANI; " Mention spéciale' à lean TOULA r pour son livre " luifs mes frères" LE Prix de la Fraternité, fondé par le M.R.A.P. en 19~5 , a été décerné' pour !a septième fois au début dejuillet. Le lauréat est le jeune cinéaste Jean SCHMIDT, pour son film « Kriss Romani », auquel nous avons consacré une page dans notre dernier numéro. C'est la première fois que le Prix de la Fraternité est décerné à un auteur ou réalisateur se trouvant au début de sa carrière artistique. « Kriss Romani» est en effet le seul grand film réalisé à ce jour par Jean Schmidt. Parmi les oeuvres diverses qu'il a examinées, le jury a tenu d'autre part, à mentionner spécialement le beau livre de l'abbé Jean TOULAT, « Juifs mes frères », que notre collaboratrice Nicole de Boisanger a longuement commenté dans nos colonnes il y a quelques mois. (Suite page 5' (Photo René Maltête.) 2 4-VI. - Les manifestations contre la ségrégation se poursuivent à Jackson (Mis· sissi ppi) : 29 noirs arrêtés sont conduits au camp de détention aménagé sur le c hamp de foire. • La Maison Blanche annonce des mesures contre la ségrég'ation dans les centres d'apprentissage et dans les entreprises bénéficiant de prêts fédéraux. • A Londres, six jeunes antifascistes, membres du Mouvement de l'Etoile Jau· ne, inculpés de coups et blessures : ils s'étaient opposés à une manifestation de Mosley. 5-VI. - Un second noir, Cleve Mac Doweil, s'inscrit à l'université d'Oxford (Mississippi) où l 'entrée de James Meredith avait provoqué de violents indidents. • Trois jeunes voyous condamnés à des amendes, à Londres, pour avoir barbouillé des croix gammées sur les murs. 6.VI. - Manifestations antiracistes à Greensboro (Caroline du Nord) : 300 arrestations. Un blanc est tué au cours d'échauffourées à Lexington. 8-VI. - Plusieurs milliers de racistes mo· bilisés par le Ku Klux .Klan se réunissent et profèrent des menaces devant l'université de Tuscaloosa, où le gouverneur de l'Alabama veut empêcher l'entrée d'étudiants noirs. 10·VI. - Deux nationalistes sud· africains condamnés à mort au Cap. Il-VI. - Malgré l'opposition du gouverneur George Wallace, deux étudiants noirs, Miss Vivi an Malone et James Hood, protégés par la Garde Nationale, que le président Kennedy avait « fédéralisée », FONT LEUR ENTREE A L'UNIVERSITE DE TUSCALOOSA. 12-VI. - Le secrétaire de la N.A.A,C.P. du Mississippi, M. Medgar Evers, 37 ans, assassiné par des racistes à Jackson. Défilé de protestation dans les rues de la ville. 147 arrestations. .• Plusieurs milliers de jeunes Marti· niquais manifestent dans les rues de Fort·de-France, à la suite d'incidents provoqués par des racistes. 13-VI. - Par 325 voix contre 107 et 42 a bstentions, l'Assemblée Nationale ratifie le traité franco·allemand signé par le général de Gaulle et le chancelier Adenauer. U-VI. - Le lieutenant·colonel Valery Bykovski, cinquième cosmonaute soviéti. gue, est lancé dans l'espace. • 5.000 noirs manifestent à Washington contre la ségrégation raciale. 16-VI. - Pour la première fois, une femme est lancée dans le cosmos : la soviétique Valentina Terechkova, ancienne ouvrière du textile. 15-VI. - Obsèques de Medgar Evers à Jackson. La police lance des chiens policiers contre des noirs qui récla.maient le châtiment des assassins. 17-VI. - La Cour Suprême des Etats· Unis rejette l'appel qui lui avait été soumis pour la révision du procès de Sobell, condamné en même temps qu'Ethel et Julius Rosenberg. 19-VI. - Valery Bykovski et Valentina Terechkova atterrissent après avoir fait respectivenment 82 et 49 tours de la terre. • Le président Kennedy soumet au Congrès son projet de législation contre la ségrégation raciale. 20-VI. - Accord entre les U.S.A. et l'U.R. S.S. pour l 'établissement d'une ligne directe entre le Kremlin et la Maison Blanche. 21.VI. - Le cardinal Montini est élu pape. Le successeur de Jean XXIII prend le nom de Paul VI. 22-VI. - Attentat raciste près de Was· hington contre un fonctionnaire noir, M. Quinton Davis, 25 ans, qui est tué dans son automobile. 23-VI. - Cent mille personnes participent, à Détroit, à un défilé contre la ségrégation. • Arrivée en Allemagne du président Kennedy. 25-VI. - Une charge de plastic explose à Nantes à la porte d'une perception. 26-VI. - Dix noirs qui voulaient s'ins· crire sur les listes électorales arrêtés à Greenwood (Mississippi). 27-VI. - Des tracts nazis affichés SUR LA SYNAGOGUE DE FRANCFORT (République Fédérale Allemande) et plusieurs im· meubles de la ville. 29.Vl. - Attentat au plastic à BerlinOuest contre le mur qui sépare cette partie de la ville de la partie orientale. 30-VI. - Quatre noirs blessés par l'explosion d'une bombe à Jackson (Mississippi). • Attentats au plastic contre les consulats algériens de Lille et de Bor· deaux. 4-VII. - Nombreuses manifestations an· tiracistes dans l'ensemble des EtatsUnis. 283 arrestations à Baltimore. • Le général de Gaulle se rend pour deux jours à Bonn, pour s'entretenir avec le chancelier Adenauer. 5.VII. - Pour pl'otester contre le racisme en Afrique du Sud, les dockers de Copenhague REFUSENT DE DECHARGER DES MARCHANDISES provenant de ce pays. 8-VII. - Ouverture à Berlin du procès de Globke, devant la Cour Suprême de la République Démocratique Allemande. QUE SE PASS~-T-IL ~ • RACISME • Scandale à Lyon (Suite de la première page) .. Pas de noirs ici ! ", répéta le patron, et il appela police-secours. Quelques minutes plus tard, un car arrivait : un brigadier et un agent pénétraient dans le bar. Le patron leur déclara que les trois hommes avaient .. menacé de tout casser ". Alors, les deux policiers se précipitèrent sur le noir, le rouèrent de coups et l'embarquèrent dans le car avec ses deux compagnons. Dans le car, puis au commissariat de la 'place Antonin-Poncet, l'ouvrier martiniquais fut encore maltraité et insulté ... Si tu ne veux pas retourner ch el toi les pieds de· vont, tiens-toi tranquille ", lui criaient les policiers. Relâchés après vérification d'identité, les deux antiracistes, qui n'avaient cessé de protester contre ces exactions, alertèrent aussitôt la presse et le comité lyonnais du M.R.A.P. Dès le lendemain, notre comité rendait publique une déclaration -dons laquelle il .. élève une énergique protestation contre de tels abus ". Il est inadmissible, souligne_ t-il, qu'une personne appréhendée, quelle que puisse être la couleur de sa peau, soit injuriée, frappée et maltraitée ". Et il .. demande que des sanctions soient prises à l'encontre des policiers qui se sont rendus coupables de telles violences ". Tandis que la victime était hospitalisée, l'émotion causée par ce scandale amenait les autorités à prendre des sanctions. Traduits devant une commission de discipline, les deux policiers ont été déplacés hors du département. Mais cette sanction purement administrative ne saurait suffire. Le noir brutalisé a porté plointe et il fout souhaiter que les coupables seront châtiés d'autant plus 'sévè_ rement qu'ils ont précisément pour rôle d'assurer le respeç:t de la loi. Quant ou tenancier du .. New York City Bar ", une condamnation rigoureuse devrait lui apprendre que la ségrégation n'a pas cours chez nous : leçon rendue particulièrement nécessaire du fait que de semblables pratiques sont signalées .dans une dizaine d'outres établissements lyonnais, où l'on refuse de servir et les noirs et les Algériens. L'une des deux propositions de loi soumises par le M.R.A.P. ou Parlement, visant à rendre plus efficace la répression des discriminations raciales, apparait particulièrement nécessaire à la lumière de pareils incidents. • « Interpellation » « Le Monde » du 7 juillet fait état, sous ce titre, d'une lettre adressée au ministre de l'Intérieur par un journaliste étranger, correspondant à Paris. Voici un extrait de cette lettre : « Le 2 juillet, à Ramatt!elle (Var), deux C.R.S. interpellent, sans autre motif, deux ouvriers marocains. Ceux-ci présentent des passeports en règle, des quittances de paie. L'un d'et!x, vouvoyant le brigadier et l'appelant « monsieur :1, lui aftirme être depuis sept ans. en France, el travailler de façon permanente comme maçon dans la région. - Il n'v a dO!tc pas de travail au Maroc pour que tu viennes emm... les gens à Ramat1!eZle ? dit a lors celui-ci. Tt! as t!n visa de touriste, Où est ton p,ermis de travail ? Tu es étranger ici, tu n'as pas le droit de travailler. » Bt malgré les protestations des ouvriers et l'indignation contenue d'lin petit groupe d'habitants, tous deux sont emmenés au poste des C.R.S. de Ramatuelle ... » L'auteur de la lettre ajoute que le se- Nos deuils C'est avec émotion que nous avons ap· pris la mort soudaine d'Andrée MARTY· CAPGRAS, journaliste à Libération, dirigeante de mouvements féminins internationaux et qui, attachée à la défense de toutes les justes causes, nous avait, à maintes reprises, honorés de sa collabo· ration. Il y a quelques mois encore, nous avions publié un article où elle analysait les débats du Forum de Bruxelles, dont elle fut l'une des animatrices et où des femmes de nombreux pays avaient débattu notamment de la protection de l'en· fance contre les préjugés raciaux. A sa famille, à l'a rédaction de son journal, nous exnrimons nos sincères condoléances. - - - Sandales U N fab~cant allemand, dans l'euphorie du Marché Commun et de la grande r~conciliation franco-allemande, a lancé un modèle de « sandale europeenne )), avec une marque déposée. Le service de publicité de ce fabricant a eu la charmante idée de baptiser cette sandale « ORADOUR ». Un nom qui sonne bien et qui fut, parait.il, utilisé en toute innocence. La presse ouest... allemande s'est émue de cette candeur naïve et de cet impudent manque de mémoire. Elle a eu tort. Les Allemands sont bien bons de nous pardonner leurs crimes. Oradour, c'est un fait d'armes, peu glorieux, certes, mais un fait d'armes tout de méme. On sait que les Anglais adorent baptiser leurs ponts et leurs places de noms de défaites : Trafalgar, Waterloo ... Pourquoi les Allemands n'en feraient-ils pas autant. Après la sandale « Oradour », pourquoi pas la cuisi· ni.ère à gaz « Auschwitz », l'antimite « Varsovie », le nettoyeur « Coventry », l'eplucheuse « Compiègne » et la machine à laver « Nüremberg lI. Autant de noms qui « sonnent » bien. Et qu'importent les souvenirs qu'ils ravivent! 1 L'essentiel n'est-il pas que les fabricants montrent leur bonne volonté de récon· ciliation européenne. - cond policier a injurié grossièrement la femme, française, de l'un des ouvriers marocains, qui protestait. A la demande d'éclaircissement faite par « Le Monde » à l'état-major des c.R.S., il a été répondu 'l qu'aucun service d'ordre n'a été mis en place par les Compagnies Républicaines de Sécurité et qu'aucun incident de ce genre n'a été signalé. On aimerait qu'une enquête soit menée rapidement sur place par les autorités compétentes. TRIBUNAUX • Circonstances atténuantes pour « Jeune Nation» DIX fascistes de « Jeune Nation ~ comparaissaient, le 18 juin, devant la Cour de Sûreté de l'Etat - accusés de complot et de reconstitution de ligue dissoute. Il n'est pas besoin de présenter à nos lecteurs ces personnages, avec à leur tête Pierre Sidos et Dominique Venner, déjà condamnés, il y a quelques années, pour avoir agressé, près de la Gare du Nord, à Paris, des étudiants noirs qui avaient commis le « crime ~ de se promener avec des jeunes filles blanches. Dans le dossier qui les accuse aujourd'hui, il y a des tracts. des lettres,. des exemplaires de « Jeune Nation " parus après la. dissolution de l'organisation, le 15 mai 1958. Nous avions, à l'époque, dénoncé la reconstitution de cette association de malfaiteurs et la reparution de leur feuille violemment raciste. Devant la Cour, Pierre Sidos s'en explique en ces termes : .. Indirectement, le 13 mai, nous avions travaillé au retour au pouvoir du général de Gaulle ... En juillet 1958, alors que notre mouvement était dissous, je me suis rendu au ministère de la Justice où je fus reçu par M. Debré, Garde des Sceaux. Il m'a recommandé verbalemènt de ne pas tenir compte de la dissolution de .. Jeune Nation "'" Avec les assurances du Garde des Sceaux, qui allait devenir premier ministre, je ne pensais pas avoir mieux pour me mettre à couvert ... M' Martin-Sané, qui fit pour Sidos une semblable démarche auprès de M . Guena, directeur du Cabinet de M . Debré, apporte, lui aussi, son témoignage: .. M. Guena, déclare-t -i!, m'assura que le gouvernement, et particulièrement le Garde des Sceaux, étaient enclins à quelque sympathie pour ce mouvement. Il me rappela que les militants de .. Jeune Nation " avaient, le 13 mai, participé à la manifestation dans la rue pour renverser le régime et amener le nouveau régime. Qu'il fallait trouver une solution. Le directeur du 'cabinet m'indiqua : .. S'il n'est pas question de reconstituer « Jeune Nation ", on pourrait trouver une autre solution : Pou~quoi Fran· çois Si dos n'accepterait-il pas de donner au mouvement le nom de .. Jeune Nation Française ". Ainsi se termina notre entretien. Je rendis compte à ceux qui m'avalent mandaté ... MM. Michel Debré et Guena (aujourd'hui député U.N.R. de Périgueux) avaient eux aussi, été cités comme témoins. Ils ne se sont pas présentés et n'ont pas cru devoir démentir, ni protester contre ces propos qui leur attribuent un comportement pour le moins étrange. Toujours est-il qu'en juillet 1958, les di rigeants de « Jeune Nation " reprirent ouvertement et impunément leurs activités, ayant odopté l'appelotion de « Parti Natio_ naliste ", tandis qu'ils mointenaient à leur journol le titre oncien ... Oncle TOM. 1 - - Fort étrange, également, est le réquisitoire de l'avocat général Trentz, qui accorde aux accusés le mérite de la « bonne foi " et qui va jusqu'à se placer avec eux sur le terrain de la discussion politique . « Le régime actuel n'est pas parfait, c'est évident, leur dit-il : le vôtre serait·il par· fait , J'en doute, et vous aussi. Il est donc très difficile de constituer un régime parfait qui, je le crois, n'existe pas ... Résultat : la Cour reconnait à la bande fasciste les circonstances atténuantes et prononce des peines légères, toutes assorties du sursis. Pierre Sidos, qui était le seul détenu, est libre maintenant. AFRIOUE DU SUD • L'itinéraire de la catastrophe FIN mai, la C.I.S.L. (Confédération Internationale des Syndicats Libres) , pro-occidentale, demande Il l'O.N.V. de prendre des sanctions contre l'Afrique du Sud. La F.S.M. (Fédération Syndicale Mondiale) mène une campagne permanente dans le même sens.

  • Début juin, le livre du cosmonaute

y ouri Gagarine, intitulé « La route vers les étoiles » figure sur la liste établie par le gouvernement de Pretoria parmi les ouvrages et publications déclarés « indécents, obscènes ou choquants ». Cette lis.te a été publiée au « journal Officiel » du gouvernement sud-africain.

  • Le 8 juin, mise en vente libre -

mais pour blancs seulement - dans les magasins du Transvaal, de « vaporisateurs de poche à gaz lacrimogène d'une portée de quatre mètres et capables d'aveugler pendant une dizaine de minutes » ... (Suite page 3.) DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: aUTo 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7 f. 50 Abonnement de soutien 15 F. EI'RANGER Un an : 12 F. Par avion : tarifs divers selon paya Compte Ch. Post.: 6070-98 Parts Pour les changements d'adresse envoyer 60 centimes et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté Il ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Jui! », 52. rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 27894"}, de M. B. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FE. Abonnement de soutien : 150 PB. Gérante : S. BIANCm. Journol composé et imprlm6 por des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux (Suite de la page 2)

  • Le J2 juin, deux nouveaux membres

de l'organisation tlationaliste Poqo mit été condamnés à mort.

  • Le l3 juin, dans une décla.rat'ion

o ffi cielle, le minis-tre (le la fustlce de l'Afriqlte dl' Sud déclara que :~,246 membres de l'organisation nationaliste clandestine ont été arrêtés depl'is le J" janvier. Mais les attel/tats terro'ristes contin1/- en,f.

  • On apprend que 200 dir'igeants du

COlIgrès Natiqnal Africain et ~u ,Cougré. f Pan-Afncal11 , les deuc'r pnllclpaux partis nationalistes noirs, ont dii s'el/. Jui1· à l'étranger,

  • Le 14 Iain, M. Victor Vester. directeur

de l'administration pénitentia'irr en A/rique dit Snd, a reconnu qu'il :v avait près de 70.000 détenus dans les prisons et camps du pays. "'-, * Le J ~ juin, il l'Assemblée pl(lnièrr du lJ.l .T. '(Bu1'eau International du Travail), à Genève, patti' protester contre la présellce des délégués de l'Union SudAfricaine, tous les Africains qllittaient la salle de co1/férences, huant les représentants dit régime raciste du Dr Verwoer~. I.e l8 fu.in, les trent,e-deux pa~/s ofn{' ains dÙidaient, à l'mwnimité, de se retirer de la session. Le 2l, par 13S voix contre \ et S7 abstentions, décision était prise d'exclure le soi-disant délég1té des travailleurs sud-africaitls. Le .\0 fuill, l'O.I.T. a excln l'Union Sud-Africaillc de ses organismes élus et de ses ,'éllm'ot/ s, et 'a nettement condamné l'a,part" cid. '* " III lien de se dire : I( Bonjour » et « Comment allez-vous ? » les racistes d'Afriq1u du Sltd se disent: « Quatre' Vingt huit H, c'est-à-dire del/X huit soit la huitième place dans l'alphabet, soit H. H., ce qui veut dire: « Heil Hitler » ...

  • Le 19 fuin, onze min,el/rs floirs

_~ont tués par un éboulement dû au manque de séwrité.

  • Le 20, Mme Walter Sisulu, épouse

de l'ancien leader dit Congrès Na/iollal A/n'caill, est arrêtée.

  • Le 21, un tribunal de J ohat1'J/esburq

a décidé pour la deuxième fois, d'ordonner la prolongation de la détention préventive de .çix journalistes ~lanc.s accusés d'avoir transgressé les dISPOS/tians de la '(11: sur les prisons en publiant des photos I.'e manifes.Jatio11s populaires.

  • Le 24, le ministre d.e la Défemc d(lclarait:

« L'Afrique du Sud aurait besoin de fusées dans .J'avenir n,

  • Le 2~ juin, M. Kunene, représenta11t

pour l'Europe et l'Amérique latine de M. Albert Luthuli, prix Nobel de la Paix, et leader d1~ Congrès National Africain, a tenu 1me conférence de Presse à Paris, dans laouelle il a déclm'f : « Nous sommes à la vei lle d'une très g-rande trag-édie » et il a laissé entet/drr qu'on allait à 1tne terrible guerre ci'vile en Afrique du Sud.

  • te 27. le premier con til1l7ent

d'mlions de chasse à réactioll du type « Mirage Tll ». commandés à la France. arrivaii à destination. D'autres cm'ois suivront avant la fin de l'année. • SaIJOVt ~, EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les 9rands Magasins. 3 qUE SE PJ\SSE.T-IL?

  • Le 29, le Congrès Pan-Africain attaquait

vivement la France et la GrandeBretagne pour l'aide massive en matériel militaù',e qu'elles apportent à l'Union Sud-Africaine.

  • Le :10, « Le Monde » publiait une

page e/lliè1'e de publicité rendant compte de' la « 73" assemblée annuelle de la Chambre des Mines du Transvaal et de l'Etat libre d'Orange ». Tl paraÎ,t ql(e la proe/nclion d'or bat tous ses l'ecords. L es expédilions d'urallium à destinatioll des Etats-UHis et de la Grande-Bl'etagne, 01lt CO /111U u1'le e,t'pausioll très favora ble. ' . • • Cette li ste de nouvelles en bref pour une période limitée est frappante en e11emême, sans qu'il soit besoin de la commenter. Encore ne trouve-t-on pas ici de compte rendu des travaux de la Conférence d'Addi s-Abeba ; nous l'avons fait dans notre pr ~cédent numéro. Mais les suites deS' décisions prises commencent à se faire sentir: le boycott des délégués de M. Verwoerd à la Conférence du Travail à Genève fut annoncé pat' les délégations africaines comme une conséquence de la con férence d'Addi s-Abeba. Toute une série de mesures gouvernementales et privées sont en cours d'élaboration pour renclre la vi e imposs ible aux massacreurs d'Afrique clu Sud et de les mettre au ban (le la civilisation. M. Louw, ministre sud-africa in des A ffaires étrangères, a beau décl arer, comllle il l'a fait fin mai que « L'Afrifriq ue dH Sud doit être prête Ct r ésister aux mellaces », et qu'il importe dei renforcer inlassablement J'a l'mée du pays, on ne saurait vaincre, en ces années d'émancipation accélérée des peuples opprimés, treize mil1ions de noirs qui sont décidés ù faire valoir leurs' droits, par les moyens de ta négociation, si on leur en lai sse la poss ibilité, et seloll la « voie algérienne », s'il n'y a plus d'autre issne. Déjà, il est trop tard, M. Ver\ l'oerd ! Roger MARIA. POSITIONS • Un Prix Goncourt parle de 1/ antisémitisme DANS une interview accordée récem· ment aux « Lettres Françaises », l'écri· vain Roger Ikor, Prix Goncourt, a longuement exposé ses vues sur le problème de l'antisémitisme. Il a déclaré : ( Je suis naturellement d'origine juive, comme mes personnages pri"1.cipaux, et j'ai vécu en captivité l'antisémitisme des Allemands et surtout celui des Français, de certains Français du moins, qui me touchait évidemment davantage. (( Bref, sous l'e/let des années de guerre, je me suis trouvé placé devant ce pro· blème fondamental, à savoir : est·ce que vous, Français, vous me considérez comme l'u."1. des vôtres, à part entière ? ( Sinon, s'il y a des si, des mais, -des restrictions en vous, mois je ne marche pas. Je veux ma dignité, je veux assumer ma condition d'homme tout entière. ( Par conséquent, je ne veux pas avoir à cacher mes origines, sous prétexte qu'elles seraient, paraît-t·il, honteuses. Je ne veux ni en rougir, :"li m'en enorgueillir. Je ne veux pas avoir à ruser avec moi-même, ni avec vous. Je suis ce que je suis, et je veux être ce que je suis. « C'est de là, je pense, que le livre (1) est sorti, je veux dire à mon insu, cle mes profondeurs". (1 ... Vous savez que les sujets de !'Omans, on croit toujours les calculer, et puiS ça dérive d'une autre manière. Je précise donc que si mon point de départ inconscient a été ce que je disais, sur le plan conscient, je m'étais proposé très simple· ment de lulter contre l'antisémitisme en LE PRIX JEAN-MACE Soucieuse de développer le goût de la saine lecture chez les jeunes, la Ligue Française de l'Enseignement décerne chaque année le (1 Prix Jean-Macé l). D'un montant de 2.000 francs, ce prix est destiné à récompenser une oeuvre lit· téraire (ouvrage imprimé ou manuscrit), pour admesce-nts (14 à 18 ans). Les candidats doivent envoyer leur oeu· vres en trois exemplaires au Centre Laï· aue de lecture nublique. 3, rue Récamier, Paris-7', avant le 1" octobre 1963. (Communiqué) présentant des juifs tels qu'ils sont, et non tels qu'on les peint. » Et Roger Ikor poursuit : ( A la question que je posais à mes compatriotes I( oui ou non », j'ai estimé que c'était un oui qu'on me donnait. J'ai reçu, d'ailleurs, à ce propos des tO:"lnes de lettres souvent très émouvantes (permettezmoi de glisser là-dessus). Je me suis donc dit que c'était gagné, gagné sur le plan personnel, une entente véritable avec mes compatriotes, n'est-ce pas ? Mais surtout gagné sur le plan social. Qu'est-ce que je voulais, en somme, sur ce plan? (1 Montrer à travers la vie réelle, à tra· vers l'enracinement réel d'une fam!1le juive réelle" que l'antisémitisme est plus qu'un crime, une idiotie. « Le thème de l'antisémitisme en nos pays, c'est en ellet que le juif est à chasser parce que ractalement étranger, racialement différent et précisons même mcialement inférieur. ( Or, le camper, en réaction, dans U"1.e position supérieure (c'est ce que font nom· bre de philosémites, catholiques ou juifs, c'est ce que fait SChwartz·Bart), le présen· ter comme un ange, cela n'arrange rien du tout, d'abord parce que c'est jaux, ensuite parce que l'antisémitisme s'en accommode fort bien. Vous comprenez, ce qui compte, c'est de montrer que les juifs SO,"1.t des hommes comme les autres, ni pires, ni meilleurs. Ce qu'ils sont, bien entendu. Bref, j'appelais gagner la partie réussir à persuader mon lecteur de la vérité, à savoir que le juif est un homme comme les autres. A ce moment·là l'antisémite et le raciste se sentent idiots et perdent par là même leur mordant, En somme, j'essayais de tuer à la fois le bouc émissaire et l'agneau pascal, pour ne laisser qu'un homme debout, ni sous·homme, ni surhommi' ... » ( 1) «( Les Eaux MelLes » (Albin Michel). le douloureux problème antillais VISAGE PALE » dit l'Indien « de quiconque, insufftsam- . ment nourri ' de solei l, manque de pigments. « Coloured people » rétorque avec mépris le Blanc qui, s'appliquant à lui imposer ses propres idéaux, ins· pire au Noir le sentiment d'être en faute. Coloured ou non, les hommes, sur les bords de la Caraïbe, intérieurement polis aux mêmes meules, composent la population tout à la fois la plus diverse et la plus homogène. Le sang noir est d'une indiscrète éloquen_ ce. Quant au Blanc dit créole, inconsciemment mais authentiquement négrifié, rien d'autre que la nuance de la peau ne le distingue de ses compatriotes. A l'allure, au rythme des mouvements et du langage, à des signes indéfinissables, perceptibles aux seuls autochtones, les Antillais se reconnaissent infailliblement entre eux. Blancs ou noirs, entre mille têtes blondes et roses, parmi cent types divers d'Africains, de Mal. par Marie-Magdeleine CAROET gaches, d'Indonésiens ou outres " sangmêlé ". Ce dernier dimanche, c'est une Martiniquaise parfaitement blanche qui aborda, au marché, une de ses compatriotes de couleur. Et d'épiloguer sur les nouvelles du pays. Et d'exprimer de l'inquiétude sur les actuels " événements n de là-bas. Evénements sur lesquels les services officiels d'information ne s'attardent pas. A tort. Si certains les ignorent encore, beaucoup, mal renseignés, ont fatalement tendance à les dramatiser à outrance. Où peut conduire la politique de l'autruche sinon à l'aveuglement? Ni les idées, . ni les aspirations ne le cèdent au silence. Au contraire. Donc, des échos alarmants pCtrviennent à cette jeune femme" béké .. martiniquaise. (Béké : du groupe blanc, si non de pur sang blanc.) Et déjà, el le pleur! sur le sort réservé aux dits Blancs des An_ tilles françaises. Passer en France ses années de jeunesse, d'accord. Mais chacun veut retrouver un jour le ciel de son enfance. Lui faudra-t-il renoncer à cet espoir ? Renoncer aux douceurs de son ile natale lorsque l'âge et les hivers européens lui refroidiront les os ? A l'en croire, il n'y aurait pour ses congénères que sombre perspective, Chassés, dépouillés, massacrés... Qui sait? Comme elle va vite en besogne, la gente dame ! Elle prend pour menaces sur l'avenir ce qui est manifestement le trouble d'une conscience tardivement alertée. Il a fallu la rassurer. Lui apprendre qu'aux Antilles, le différend ne se limite pas aux rapports du peuple et des " békés ..... que certes alarmant, le problème n'attend pas, ne peut attendre sa solution de quelques crimes ou violences, d'où qu'ils viennent... Il a fallu lui indiquer que certains békés, comprenant leurs intérêts réels, prennent, devant la gravité du malaise, le parti d'ouvrir les yeux et de faire mea cul pa . Voici, pour le prouver, quelques .passages de la déclaration récente de l'un d'eux : " ," Où donc est ceUe liberté dont les bouches sont pleines à faire craquer les mâchoires ? Où est donc ce désir de garder à la France nos beaux départements ? Estce en nourrissant quelques privilégiés sous le ciel des Tropiques et un peloton de cavalerie en métropole que le pouvoir arrivera à forger un mieux-être pour tous les Antillais ? Faut-il être aveugle pour ne pas voir la marée des mécontents qui monte et qui risque de submerger à la moindre fissure, par éclatement, sous poussée démographique. Faut·il être sourd pour ne pas entendre les voix qui demandent instamment une réforme politique et une reconversion économique, ou la séparation? ... Il Dieu sait si je mesure l'absurdité de l'autonomie et l'odieuse ingratitude de caux qui la demandent. Mais il est flamboyant que nous faisons tout pour pousser I~s jaunes à la réclamer, même s'ils savent la folie de leur geste. Il CE NE SONT PAS EUX LES GRANDS RESPONSABLES, c'est nous, USINIERS, AC· CAPAREURS, distillateurs rampants, bananiers exploités, commerçants cupides, hauts lonctionnaires maladroits ... " La jeunesse antillaise n'approuvera pas tout de ce qui précède, En particulier la tirade sur " l'absurdité de l'automonie et l'odieuse ingratitude n. Antilles et Guyane ont servi la France au delà de toute mesure. Pour ce qu'elles ont ostensiblement conquis ou reçu, elles ont payé et au delà, Elles ont payé même pour ce qui, secrètement, hypocritement leur fut interdit, refusé, Personne ne peut, en équité et justice, les taxer d'in_ gratitude. Mais, quelles que soient les erreurs et la situation ici décrites, ces lignes sont réconfortantes à double titre. D'abord elles en disent plus long que tous les manifestes de tous les plaignants puisqu'elles émanent d'un béké lui-même, Ensuite, et ce n'est pas le moins important, elles sont extraites, parmi d'autres témoignages antillai s, des colonnes du journal" Le Monde» du 26 juin dernier. Preuve que la grande presse française s'émeut ENFIN du douloureux problème antillais. Le " black out .. cèdera, petit à petit, la place à une large information. Et l'opinion publique alertée, jugera. N.B. - le terme antillais, dans notre pensée, englobe la population de la Guya_ ne et celle des iles Caraïbes, Un style bien connu! Parce qu'il a publié dans un l'éce~t numéro de « Droit et Liberté» un artIcle sur la situation aux Antilles, M. JeaJl CflOFFR01 ' , sénateur du Vauc1l1~' e, a reçu une lettre de menaces, sur un papier portant l'en-tête suivan.te : « 0 rganisatioll Rosellberg, Injor matiOlls internationales. Orgltl/i . .-alion de l'ac lion l'rivée contre l'o'f!ctllsion communiste », et qui se terminc a insi: « NOliS avolls décidé tle 110/1.1' ol)poser par tO/lS les moyens à l'actiol! 1Il1tifro'Hçaise q/te vous elltel/de::: mener. » On reconnaîtra sans peine le style qu'it1ustra l'O.A. ~ . en Algérie,. et . qui évoque à s'y meprendre les dlatnbes hitlériennes contre tous les démocrates. Ceux;-ci il va sans dire, tant aux Antit1es elu'en France, ne se Iaiss'Cront pas intimider pa~' ces procédés odi.eux. Mais, en tout etat de cause, on aImerait savoir si les pouvoirs publics en connai ssent les auteurs et quelles mesures ils comptent prendre pour les mettre hors d'état de nuire. 1 VIE DU M. R. It. P. Ce visage qui nous fut si cher. .. LE NOUVEAU BUREAU NATIONAL LE Conseil National du M.R.A.P., élu le 12 moi à l'issue de la Journée Nationale tenue à l'U.N.E.S.C.O., s'est réuni pour la première fois le 11 juin à Paris, à l'Hôtel Moderne. Les débats, présidés par Charles Palant, ont porté sur deux rapports présentés succes_ sivement par Albert Lévy (les tâches actuelles du M.R.A.P.) et par M' Henri Garidou (l'ac_ tion pour l'adoption de nos propositions de lois). Sont intervenus dons la discussion : Jean 'S"chapira, Nicole de Boisanger, Léonard Sainville, Deni.se Decoul'demanche, Gilbert Weis· berg, Marie-Louise Kahn, Juliette Darle, Marie·Magdeleine Corbet, Henri Verou, Charles Ovezarek, Hugues Steiner, Max Jacobs. Le Bureau National a été ensuite élu. En voici la composition: Au Vile Colloque juridique M'Annich'iariQC; membre du Bureau National, est intervenu au nom du M.R.A.P . au VII' Colloque juridique, qui a eu lieu à la fin du mois de juin au Palais de l'U.N.E.S.C.O., et qui a été consacré aux problèmes syndicaux. M' Annichiarico a souligné, dans le cadre des dé· bats, l'importance particulière de l'une des deux propositions de lois présentées par le M.R. A.P. au Parlement : celle qui concerne les discriminations ra· ciales à l'embauche, dans les emplois, les salaires, etc. C'EST un sculpteur polonais, lVllchal lVlii· berger, qui a· fixé ainsi, dans le bronze, les traits de notre regrette ami S. Kornblut, qui fut l'lm des fondateurs de no· tre Mouvement, à la direction duquel il assuma, pendant de longues an· nées, av8C un dévouement exemplaire, les lnn'de] l'onctions de trésorier. lVlichal Miibergel', Olen (lue jeune encore, a déjà réalisé une oeuvre importante. Un monument de lui 11CUt être vu à lVlOS, COli, où il était réfugie pendant la guel'l'e. Nom· bre de ses sculptures fi· gurcnt dans divers mu· sées. Venu à Paris pour plu· sieurs mois, il sc familial'ise avec les oeuvres des grands artistes français - Rodin, Bourdelle, ct, plus près de nous, Zadldne, qu'il admire particulière· ment - ct continue à tra· vailler. l,; 'est en s'inspirant de photos que lui avait remi· ses Mme Kornblut, qu' II a réalisé cc beau ct émou· vant portrait. Nous sommes reconnais· sants à M. Miehal Mil- Une résolution apportant le soutien du Colloque à cette pro· position, a été adoptée à l'una· nimité. Pierre PARAF, président du M.R.A.P. ; Charles PALANT, secrétaire général ; M' ANNICHIARICO ; Julien AUBART, trésorier ; B. BLATMAN ; Marie-Eve BENHAIEM ; M' Fernand BENHAIEM ; Adolphe BER· NO ; Mme BLOND ; Sonia BIANCHI ; Nicole de BOISANGER ; Marie-Magdeleine CARBET ; Alexandre CHIL ; Henri CITRINOT ; Joseph CREITZ ; M' Armand DYMENZTAJN j M. EDOUARD j M' Henri GARIDOU ; Paulette GOLDBERG ; M' Maurice IMERGLiK j Max JACOBS j Marie-Louise KAHN j B KLEINMAN ; Henri KRZIWKOSKI ; Renée LACOMBE ; Françoise LEMORT ; Félix LEROY ; Albert LEVY ; M' Marcel MANVILlE j Roger MARIA j Marcelle NYS j Charles OVEZAREK j M' PlACIDI-MONNET j Madeleine REBERIOUX léonard SAINVILLE ; Jean SCHAPIRA; Nico SCIAKI; M' Marie-France SCHMIDliN; Jean SCHMIDT ; Hugues STEINER; Roger VALlD

S. WASSERMAN ; Gilbert WEISBERG.

bel'ger d'avoir su matérialiser avec _ant tic talent un visage qui nous fut si cher, et dont le souvenir reste vivant dans nos eoeuJ'S depuis cc jour de novembre 1961 ou notre ami nous a quittés. Trois sociétés honorent le M.R.A.P. Notre dernier numéro étant consacré\ pour 'l'essentiel, au compte rendu de la Journée Na· tionale, nous n'avons pu, faute de place, rendre compte, com· me nous l'aurions souhaité, d'une série de manifestations, pourtant importantes, organisées par le M.R.A.P . et auxquelles il a participé. Fin avril, comme nous l'avions annoncé précédemment, trois sociétés mutualistes jui· ves, groupant les originaires de Varsovie . Ochota - Povonsk, de Siedlec et de Censtochow, villes polonaises martyrisées par l'oc· cupant nazi, avaient organisé, dans les salons de l'Hôtel Mo· derne, une grand réception en l'honneur de notre Mouvement. Plusieurs centaines de person· nes y ont participé. Dans une atmosphère de cordiale amitié, les présidents de ces trois sociétés, MM. Wro· clans, Waisbert et Scheiner, prirent successivement la pa· role, ainsi que nos amis Gilbert Weissberg, au nom du Bureau de l'Union des Sociétés Juives de France, et Adolphe Berno, membre du Bureau Na· tional du M.R.A.P., dont c'était la première sortie, après une longue et pénible maladie. Tous exaltèrent l'action du M.R.A.P . et soulignèrent le devoir, pour ceux qui veulent s'opposer à l'antisémitisme, de soutenir cette action. Au nom du M.R.A.P., dont plusieurs dirigeants étaient pré· sents, le président Pierre Paraf, rentré la veille de Varsovie, où il avait participé aux cérémonies commémoratives du ghetto, et Charles Palant, secrétaire géné· raI du Mouvement, remercièrent les organisateurs et l'ensemble de l'assistance. Leurs allocu· tions, exposant les divers as· pects du combat antiraciste, furent chaleureusement applau· dies. Après que le thé et des pâtis· series aient été servis, une par· tie artistique clôtura la soirée. ~ A CANNES, c'est sous la présidence de notre ami Jean· Jacques Samary, animateur du Comité du M.R.A.P., qu'a été célébrée, au Centre Culturel communal, l'insurrection du ghetto de Varsovie. S'étaient, notamment, associes à cette soirée : la Ligue des Droits de l'Homme, l'U.J.R.E., les Eclai· reurs Israélites de France, le Ciné·Club « Clhamp contre Champ », etc. Ce fut un succès complet, de même que, quel· ques jours plus tard, la soirée organisée sous l'égide de la F.N.D.I.R.P., pour la sortie du film de Frédéric Rossif Le Temp$ du Ghetto. Le rassemblement criminel . de Hameln DOIT ETRE 1 NT·ERDIT , • A CHTUNG ! Hameln 1963 « Das grosse Treffen ... », proclame l'affiche placardée dans la République Fédérale Allemande, annonçant la « grande rencontre des soldats allemands et européens de l'ancienne Woffen-S.S. », prévue pour les 21 et 22 septembre prochains à Hameln (Basse-Saxe). Dons un de ses précédents numéros, notre journal avait ouvert le dossier de l'internationale néo-nazie qui tisse sa toile d'araignée en Europe Occidentale, en Amérique Latine, en Amérique du Nord, dons le Moyen-Orient, en Afrique du Sud. Plus d'une fois déjà, l'opinion a été mise en garde contre l'immense danger présenté par les liens existant dons le monde entre des anciens membres des organisations hitlériennes et les groupes de jeunes néo-foscites. Qui sont 'les organisateurs ? Et voilà que tous les survivants de la Waffen S.S., ce « corps d'élite» de l'ancienne armée d"Hitler, qui groupait, autour des cadres allemands, tout ce que l'Europe possédait de plus abject parmi les traîtres, les collaborateurs et les hommes du milieu, voilà que ces criminels entendent tenir un vaste rassemblement international, défi à tous les démocrates, à tous les gens de coeur. la Fronce, comme les outres pays occupés, a eu « ses» Waffen S.S., « ses» miliciens et « sa " Légion antibolchévique où paradait Jacques Doriot de triste mémoire qui poussa l'im pudence jusqu'à épingler des décorations françaises sur sa vareuse gris-acier d'officier allemand. Depuis la fin de la guerre, beau. coup ont repris du service dons les nombreuses organisations fascistes (parfois dissoutes et toujours reconstituées) qui préparent fébrilement la revanche. Eh bien ! toute cette lie de la société dont les anciens sont encore verts et disposent de plus hautes complicités et dont les jeunes espèrent s'emparer du pouvoir en Europe, toute cette racaille se tourne maintenant vers Hameln, en R.F.A., où l'organisation du rassemblement fasciste a été confiée à la bronche allemande de l'internationale brune qui, sous le nom de « H.I.A.G. " connait une existence absolument légcile. La H.I.A.G. comprend 50 subdivisions qui étendent leurs ramifications sur l'ensemble du territoire ouest-allemand. Camouflées sous le nom de « Services de Recherches et de liaison ", ces dernières se sont donné plus clandestinement les titres criminels de « Leibenstandarte Adolf Hitler », ou de « 55-Panzer Division Dos Reich ", ou encore de « Panzergrenadier- Division Reichführer 55 ". cc Il s'agit, écrit en parlant de ces criminels la « Deutsche Sol_ datenzeitung " ( Journal du soldat allemand »), d'un cénacle de vieux soldats éprouvés, dont le courage a été mis à l'épreuve dans de durs combats. Nombre d'entre eux portent de hautes décorations. Ils ont porté lors de la dernière guerre l'uniforme de Waffen 55. Le III' Reich qu'ils avaient servi fidèlement est mort Achtung! Homeln 1963! Dps groBe Treffen de ... ~leutschen und europoischen SoldaI en dt-( ehernollg el) Wofl.nSS am 21. und n Seplember Weitcre MIIIc.·i!ulIgen fol9l:.'fI. L'annonce de la « rencontre » parite da71s la ~evlte mel;snelle de la H.I.A .G., « Der ]'reiwiLlige » (Le Volontaire). mais la patrie allemande est vivante. Et c'est cette patrie qu'ils veulent servir ". Voilà donc les organisateurs du congrès tels que les présente ' Ieur propre presse. Ils sont activement aidés par leurs voisins autrichiens groupés dons la « Kamerodschaft IV .. ainsi que par les nazis hollandais dont l'organisa tion se nomme " H.I.N.A.G. ". Le néo-nozisme est puissant La rencontre du 21 septembre est l'aboutissement d'efforts tenaces. Les anciens S5 se sont réorganisés d'abord à l'échelon local avec 380 organisations mises sur pied en Allemagne, dès 1951 qui furent présentées comme oyant été constituées " dans un but de pure camaraderie, à des fins sociales et juridiques ". En octobre de l'année suivantè, eut lieu à Verden·Aller la première gronde rencontre des 5S avec 5.000 participants. Puis, le " Wiking Ruf ", publication des 5S, dont le siège est précisément à Hameln, annonçait la création d' « une association de travail permanente pour la sauvegarde des intérêts des anciens Waffen SS ". Deux ons plus tord, en avril, moi et septembre 1956 ont eu lieu en Allemagne Occidentale, huit rencontres de S5. l'année 1957 a vu se réaliser cinq manifestations importantes des anciens SS en Allemagne ainsi qu'une « première rencontre de recherches de disparus des chasseurs alpins de la Waffen 5S » qui eut lieu sous la forme anodine d'une " soirée amicale" à Innsbruck (Autriche). En septembre et novembre de la même année ont eu lieu deux autres rencontres des anciens SS dont une à Hagen avec participation de Flamands et de Hollandais. L'année 1962, fut marquée par plusieurs rallyes de la H.I.A.G. (quatorze ou total) dont une réunion frontalière organi sée en commun avec la « Kameradschaft IV .. autrichienne, ainsi qu'une rencontre avec les anciens SS scandinaves. Le nouveau rassemblement prévu doit dépasser en ampleur tous les précédents. Paral lèlement, les anciens SS préparent l'érection dons la même localité d'un Wahalla (monument) commémorant leurs" exploits" passés. La riposte s'organise Peut-on imaginer qu'en Fronce, plusieurs milliers de bandits, d'assassins avec préméditation, d'incendiaires, de voleurs, de violenteurs de femmes et d'autres criminels s'organi. sent en un " syndicat », que ce dernier soit reconnu d'utilité publique et que ses membres ' tiennent un congrès annuel dons un grand hô_ tel des Champs-Elysées, auquel ils inviteraient leurs congénères d'outres pays, qu'ils aillent déposer des couronnes aux monuments aux morts, etc. ? C'est une plaisanterie macabre èt de mouvais goût, dirait-on, et pourtant, c'est ~rai dons la réalité ouest-allemande, réalité qui ' dépasse la fiction la plus impudente. Les assas_' sins, violenteurs et incendiaires ayant apparte_ nu aux formations SS, déclarées organisations criminelles par le Tribunal international de Nuremberg, se sont regroupés. leur organisation, la « H.I.A.G. ", reconnue « d'utilité publique» par le gouvernement de Bonn, ose maintenant convoquer ce rassemblement sinistre. Mois la riposte, elle, s'organise aussi. De nombreuses organisations de résistants et de déportés ainsi que le M.R.A.P., ont protesté auprès de l'ambassade ouest-allemande à Paris et du Ministère français des Affaires Etran_ gères. Mme Marie-Claude Vaillant-Couturier, député, ancienne déportée de la Résistance, a, dons une interpellation adressée à M. Couve

le Murville, demandé quelles démarches il

comptait entreprendre auprès du gouvernement de Bonn pour empêcher la rencontre des 55. En Gronde-Bretagne, dans les outres pays oyant souffert du nazisme, et en Allemagne même, des voix s'élèvent avec force contre le rassemblement de Hameln. Ainsi, l'Association des Persécutés du régime nazi de Berlin vient de foire port de son intention d'appeller toutes les organisations de persécutés du nazisme d'Allemagne et de l'étranger à organiser sur le lieu même de la rencontre des 55 une contre- ma n ifestation. Grande est la colère des déportés, des fils, filles, frères et soeurs d'assassinés. Tous les antiracistes, tous les démocrates se doivent d'agir, et d'agir dons l'union pour rendre vain le défi qui leur est lancé. . Que, dons toute la Fronce, se multiplient les protestations, les manifestations communes. Que cette compagne nationale, jointe à celle des outres pays, constitue une avalanche Irrésistible, capable d'imposer l'interdiction du rassemblement de Hameln 1 5 ILlE IPI~IIX IOlE ILA . IFI~ATIEI~INIlITIE (Suite de la première page) Le Prix de la Fraternité, rappelonsle, est destiné à « couronner chaque année l'oeuvre ou la réalisation française, dans les domaines littéraire, artistique (théâtre, cinéma, peinture, etc.), scientifique ou philoso~hique, qui aura le m~eux contribué a servir ou exaLter l'idéal d'égalité et de fraternité entre les hommes sans aucune distinction d' origine, de race ou de religion ». Les décisions du j ury sont prises à la majorité absolue. Les précédents lauréats Les précédentes décisions du jury, depuis la création du Prix, ont été les suivantes : 1956 : le metteur en scène CHRISTIAN- JAQUE, pour la réalisation du fi lm « Si tous les gars du monde :1. 1957 : Elsa T RIOLET , pour son r oman « Le rendez-vous des étrang-ers » et Gabrielle GILDAS-AND RElEWSKI, pour son roman «. Pas de cheval pour Hamida ». Mention sPéciale à Claude VERMOREL, pour son film « La plus belle des vies :1. TOSa: Marg1terite JAMOIS. Pascale AUDRET et Georges NEVEUX, pour LE JURY Mme Marcelle AUCLAIR, écriva in. 'MM. Robert ATTULY, conse iller ho_ no ra ire à la Cour de Cassation. George BESSON, critique d'a rt. René CLOZIER, inspecteur généra l de l'Enseignement. Louis DAQUIN, cinéaste. Alioune DIOP, président de la Société africa ine de cul tu re. Jacques FONLUPT _ ESPERABER, Conse iller d'Etat honora ire, ancien député. Max-Pol FOUCHET, producteur à la R.T.F. Jean-Paul LE CHANOIS, cinéaste. Léon lYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de cassa_ tion, président d'honneur du MRAP. François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix Nobel. André MAUROIS, de l'Académie Françoise. Jacques MADAULE, historien. Louis MARTIN-CHAUFFIER, écrivain. Charles PALANT, secrétaire gé nérai du M.R.A.P. Pierre PARAF, président du MRAP. Claude ROY, écriva in. Georges SADOUL, critique cinématograph ique. la réali sation théâtrale du « Journal d'Anne Frank ». M,ention spéciale à Roger PIGAUT, pour son fi lm « Le cerf-volant du bout du monde ». Hommage à Edmond FLEG, pour l'ensemble de son oeuvre. 1960 : Jules ISAAC, pour l'ensemble de son oeuvre, et plus spécialement « Genèse de l'antisémitisme » et « Jésus et Israël ». Mentions spéciales : « Roméo, Juliette et les Ténè)jres », de Jean OTCHENACHEK, traduit du tchèque par François Kerel ; « Les passagers du SidiBrahim », de Jacques LANZMANN ; « Ballade de Little-Rock », de Dora TEITELBOIM, traduit du yddish par Charles Dobzynski. 1961 : Jules ROY, pour son livre « La guerre d'Algérie ». Mentions spéciales : « Le racisme devant la science», édité sous le patronage de l'U.N.E.S.C.O., et le film « Mein Kampf ». 1962: R o b e r t MERLE, pour son roman « L'Ile ». Mentions spéciales: le film « L'Enclos » d'Armand GATTI, et la Collection « Enfants du monde » (Editions Fernand Nathan). JEAN SCHMIDT J ean Schmidt a :n ans. Avant d'être cinéaste, il fut comédien, dans la troupe de Sacha Pitoeff. puis dans celle de Marcel Marceau, avec laquelle il fit des tournées pendant deux ans. Il a réali sé plusieurs mises en scène au théâtre et adapté une pièce d'Edmond F leg. « L'Enfant Prophète ». au Théâtre de Paris, pour le 80' anniversaire du poète. Il prit contact avec le cinéma comme photographe de plateau, puis comme assistant. Le scénario original de « Kriss Romani » qu'il présenta à la « Commission d'avance - recette SUl' scénario » du Centre National de la Cinématographie obtint une subvention de 20 millions, ce qui est très rare, et c'est grâce La décision Le Prix de la Fraternité est décerné 'pour 1963 à Jean SCHMIDT pour son film « Kriss Romani ». Cette oeuvre d'une valeur artistique indéniable, qui pose avec COllrage et lucidité devant l'opinion publique, le cas tragique des Tsiganes, encore victimes d'un ostracisme et de discriminations indignes de notre pays, est animée d'un souffl e chaleureux de fraternité, exaltant, au delà de ce problème particulier, la compréhension entre tous les homo mes, sans distinction de race ou d'origine. Le jury tient, d'autre part, à mentionner spécialement parmi les oeuvres examinées, le livre de Jean Toulat, « Juifs mes frères », qui a recueilli un nombre important de voix. Témoignage des efforts poursuivis pour effacer les vestiges d'un passé douloureux, cet ouvrage apporte, à l'heure du Concile Oecuménique, une contribution des plus efficaces à l'amitié judéo-chré tienne. Il mérite à ce titre, d'être salué avec reconnaissance et espoir. Jean Schmidt et la petite Puce à cette le film somme relati vement modeste que fut réalisé. « Je ne pouvais pas rester indifférent :) Le problème du racisme préoccupe depuis longtemps J ean Schmidt, et l'on cOl1lprend qu' il soit un antiraciste convaincu

son père est mort à Auschwitz.

La dernière fois qu'il l'a vu, en 1940 il était emmené par deux gendarmes. le visage en sang. Après, Jean Schmidt a vécu dans des maisons d'enfants juifs, où la Gestapo exerçait sans cesse son contrôle. C'est en réali sant un reportage photographique dans le bidonville de Nanterre que Jean Schmidt prit contact pour la premi ère fois avec des Tziganes stationnés parmi les travailleurs algériens. Il fut amené à effectuer quelques démarches pour l'un d'eux, à l'assister en correctionnelle - et cet homme était l'oncle cie Puce, la petite héroine de « Kriss Homani ». Une amiti é était née. Et pendant 1 ans, Jean Schmidt s'employa il connaître le moncle des Gitans, son hi stoire. ses traditions quelquefois . secrètes comme celle de la « kriss» (tribunal) , les divers aspects de sa civili sation. Il apprit pour cela deux dialectes les plus usités parmi les Roms. « En tant que ju if, nous a-t-il déclaré, il m'a semblé que je ne pouvais pas rester indifférent an sort de ces parias. D'ailleurs j'ai déc01!Vert que sur bien des poin.fs leur histo'ire et celle des .hdfs ont des traits communs. Ainsi, à Séville, la f'rocession masquée de Pâques était autrefois précédée par un juif, qlû devait marcher en tête eu chantant. Aujourd'hui, c'est un Gitan, représentant d'un ou.fre groupe mal,dit, qui tient ce rôle ... De même, sous le 1tllâ sme., juifs et tzigatl es ont .mbi de semblables perséc1ttians ra cis t,es. » En réali f.'ant « Kt' iss Romani » Jean Schmilt a ,"oulu fait'e oeuvre sociale. fi s'est hemté pOUl' cette rai son à mille diffi cultés : pour plusiems scènes, notamment dans le hidonvi lle de Nanterre, l'autor isation de tournage lui a été retirée alors même que le film était approuvé, suhventionné par le Centre National de la Cinématog-raphie. Vous pouvez gagner une caméra ... Le film, une fois te t'miné, a subi contre la volonté du réali sateut' de nomhreuses coupure!'. qui tendent à r éduire sa signi ficati on sociale, ramenant la proiection de 2 h. TO à l h. 2S . Mais t ean Schmidt soucieux de faire ' connaître pl einement son pl'OpOS a déc idé de publi er le texte complet du scénari o. accompag'né de notes ethnog-raphiques et de commentai rcs sur l'expéri ence qu'il a vécue. lJ NE caméra et un projecteur, un voyage en Israël pour deux personnes, des sé. jours en Corse et aux sports d'hiver, deux postes de télévision, une cravate de vison, un collier de perles, etc ... Ce sont là quelques-uns des cadeaux qui seront distribués en novembre, lors du tirage des bons de soutien édités par le M.R.A.P. Chacun de vous, amis lecteurs, peut être l'un des gagnants, et nous sommes heu· reux de savoir que cette année, comme les années précédentes, plusieurs centaines de nos amis recevront ainsi la récompense de CAMPING COQUILLÈRE 39, rue Coquillière Paris 1· - CEN. 04-09 '* Succursale - Ateliers PUTEAUX-SPORTS - CAMPING S, boulevard Richard-Wallace Puteaux - LON. 30-12 '* Réservez vos achats CAMPING à ces deux maisons amies Prix spéciaux M.R.A.P. leur dévouement à la cause que nous dé. fendons. Pour vous tous, il est vrai, l'achat de bons de soutien n'est pas essentiellement déterminé par le désir de gagner. Ce qui a déterminé d'ores et déjà tant d'antiracis. tes à nous adresser leur règlement, c'est la conscience qu'ils ont de l'ampleur de nos tâches, qui conditionne l'ampleur de nos besoins. Qu'ils soient remerciés de leurs envois, de leurs lettres d'encouragement.. et souhaitons- leur (ce n'est pas incompatible avec l'accomplissement de leur devoir) d'avoir de la chance ... A ceux, encore nombreux, qui ont reçu des carnets de bons de soutien et qui ont jusqu'à présent négligé de les régler, nous adressons un appel amical et pressant. Nous sommes à la veille des voconces - non pour le M.R.A.P. mais pour la masse de ses militants et adhérents. Le Mouve· ment, qui continue de vivre et maintient sa . vigilance, a besoin de votre concours pour .. faire la soudure .. d'ici septembre, où de grandes réalisations nous attendent ... Avant de partir pour un légitime repos, pensez donc à faire le petit geste que notre combat exige : réglez vos bons de soutien, demandez-en quelques carnets sup· plémentaires, placez-en autour de vous. Nous comptons sur votre compréhension. ·Pour soutenir l'action du M.R.A.P. contre le néo-nazisme, contre le racisme et l'antisP""itisme ~E SOUSCRIS LA SOMME DE .. . . . . . F Nom Prénom Adresse Effectuer les versements au M.R.A. P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2', ou à « Droit c;t Liberté », même adresse, C.C.P. 6070·98 Paris. Des prolongements C'est pénclant le tourna~e de «. Kriss Romani » que Jean Schmidt a pl'lS contact. par son assistant, avec le M.R.A.P ., pour obtenir des documents sur le raci sme. Passionné par l'action de notre Mouvement, il lui a. par la suite, apnorté son concours entier, et il vient d'être élu memhre du Bureau National. « Kri ss Romani » n'est pas seulement une oeuvre c'est un acte. Et Jean Schmidt so~haite que cet acte ait des prolongements. Ag-ir avec le M.R.A.P., avec tons les amis des T ziganes pour que cessent des di scriminations odîeuse~, pour que soient résolus de façon humatne les pt'oblèmes de statio~nem en.t, cIe scola rité, ponr qne ces panas put s~s ent enfin vivre di gnclllent. telle est la tache qu'il s'est fi':ée. . . .., Après « Kriss R0111at;l », qU! a ?,eJa connu à Paris une brillante carnere, étant sorti simultanément au Rcx. au Normandie et à La Rotonde. nuis au Bonaparte et au Raimu, Jean Schmidt a reçu diverses propositions de ' )l !r~lage, notamment en H ongrie. e'l A l ~,. rt e et en Tsraël. Dans l'immédiat. il l)1'épare un film d'humOl!r noir. cnns'1c ré, dit-il, « allX amours d' mir ,{qétar ienne et d'un garçon boucher da ilS le monde des abattoirs ». Mais le 1l1ond,. dans lequel il est entré en r éalisant « Kri ss Romani » cont inue de le hante1'. .. L'.AFFAIRE GLOBKE DEV'ANT LA LA 0 E P 0 S'I T ION des représentants du M.R.A.P. Charles PALANT et Hugues STEINER V oici le texte de la déclaration écrite remise par nos amis Charles Palant et Hugues Steiner au Président de la Cour Suprême de la R.D.A., le 9 juillet, et que Charles Palant a présentée à la barre. "'.OUS soussignés, Charles Palant, 41 ans, de Paris et Hugues Steiner, .~ 37 ans, de Paris, respectivement, secrétaire général et membre du Bureau National du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, sommes venus à Berlin, en ces journées de juillet, alors qu'à Paris l'on se prépare à commémorer le 16 juillet 1942 où 25.000 juifs, hommes et femmes, vieillards et enfants furent arrachés à leurs foyers pour être livrés à l'extermination. Nous sommes venus ici à l'occasion du procès instruit par la République Démocratique Allemande contre le Dr Hans Globke, présentement secrétaire d'Etat à la Chancellerie fédérale de la République Fédérale Allemande. Le Mouvement dont nous sommes les délégués, est en France représentatif des courants les plus largement divers de la pensée et de l'action antiraciste. Il s'efforce d'informer et d'éduqu~r l'opinion française dans l'amitié et le respect de tous les hommes sans distinction de considérations raciales ou nationales. Ce faisant, il continue ~a tradition glorieuse de la Résistance française sous l'occupation hitlérienne. Dans notre pays alors soumis au joug nazi, plus de 100.000 Français ont été livrés aux camps d'extermination. Ces hommes, ces femmes, ces enfants ont été conduits à la mort pour le seul crime d'être nés juifs. L'application en France des lois racistes a endeuillé et ruiné des dizaines de milliers de familles. La responsabilité de ces crimes incombe bien sûr à tous ceux qui, sous l'uniforme hitlérien ou collaborateurs de l'ennemi ont exécuté les instructions criminelles concernant la persécution des juifs. Mais combien plus grande encore est la responsabilité de ceux qui ont codifié et donné une base pseudo-juridique au génocide. Il découle de l'acte d'accusation dressé par la République Démocratique Allemande, ainsi que des documents qui nous ont été soumis que particulièrement lourdes sont les charges qui pèsent sur le Dr Hans Globke qui en 1934, prêta serment de fidélité à Hitler. Le cas du Dr Hans Maria Globke est d'autant plus inquiétant qu'il exerce aujourd'hui encore les plus hautes fonctions dans le gouvernement de la République Fédérale. Tout en considérant l'importance du présent procès, nous ne pouvons que déplorer le silence de la République Fédérale Allemande qui n'a entrepris ni de rechercher, ni de faire connaître la vérité s~r le Dr Globke. Cela témoigne d'une volonté délibérée de couvrir son passé. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix et nous-mêmes ses mandataires désignés, tous deux anciens déportés dans les camps de concentration, tous deux à jamais endeuillés par la perte de nos parents, frères, soeurs et nombreux êtres chers, déclarons solennellement n'éprouver pour le peuple allemand aucune haine. Nulle part mieux qu'ici à Berlin démocratique, on ne voit encore aujourd'hui que le peuple allemand fut la première victime de Hitler et de ses complices. Puissent le peuple français et le peuple allemand cheminer ensemble sur la voie de l'amitié dans un monde pacifique enfin débarrassé des séquelles et des malfaiteurs du nazisme. Alors, nos morts seront enfin vengés. Charles PALANT. Hugues STEINER. LE 8 juillet, à IO heures, s'est ouvert à Berlin, devant la Cour Suprême de la République Démocratique Allemande, le procès du Dr Hans-Josef-Maria Globke, aujourd'hui secrétaire d'Etat à la Chancellerie de la République Fédérale Allemande, et qui, sous Hitler, joua un rôle particulièrement important dans l'entreprise nazie de génocide et de domination. L'acte d'accusation de 133 pages, dont nous donnons ci-dessous 'des extraits insiste, parmi les crimes reprochés à ce juriste, haut-fonctionnaire du ministere de l'Intérieur pendant toute la durée du régime hitlérien, sur l'élaboration de la législation antijuive, point de départ indispensable de toutes les persécutions qui devaient aboutir au massacre de six millions d'hommes, de femmes et d'enfants. « Le Dr Globke, conseiller gouvernemental de première classe, appartient satls aucun doute aux fonctionnaires les mieux doués et Les plus zèlés de mon ministère , écrivait de lui son supérieur hiérarchique, le criminel de guerre Frick. Non content d'avoir établi les textes, Globke s'employa à les faire appliquer par ses commentaires et par ses interventions directes, en Allemagne et dans les pays occupés. Il préparait systématiquement le terrain pour l'étape ultérieure, celle de l'extermination, confiée à Eichmann. Globk~ ne s'est naturellement pas présenté devant la Cour Suprême, et le gouvernement de Bonn, dont il est l'éminence grise, se porte une fois cie plus garant des qualités et cie la bonne foi cie celui qu'on a pu appeler « le bureaucrate de la mort ». Pourtant, les faits sont tes faits. C'est sur la base de documents irréfutables, dans le respect absolu des règles juridiques, que se déroule le procès de Berlin auquel assistent plusieurs c~ntaines d'experts et d'observateurs étrangers. Et plusieurs journaux ouest-allemands ont dénoncé depuis longtemps le scandale que constitue la présence d'un Globke à un poste qui fait de lui l'un des hommes les plus puissants de la R.F.A. A ces données, Bonn n'a opposé jusqu'à présent que des considérations morales et politiques. Ce qui compte aux yeux des antiracistes, de tous les antifascistes, c'est que la vérité soit établie nettement. c'est que justice soit accomplie. Charles P ALANT, secrétaire général du M.R. A.P., et Hugues STEINER, membre du Bureau National, représentants de notre Mouvement au procès, ont pu apporter leur témoignage dès te 9 juillet, après la lecture de . l'acte d'accusation, dont plusieurs détails avaient fait l'objet de vifs débats entre les avocats (désignés d'office) et le Procureur général. Dans ûn silence tendu, Charles Palant développa en termes émouvants la déclaration écrite ou'il allait remettre au Président de la Cour Suprême et que nous repro,luisons ci-contre. Nombreuses étaient dans la salle comble les per'" sonnes qui ne pouvaient retenir leurs larmes quand notre secrétaire général évoqua les rafles Ci-dessus : Une vue de la sai de l'ouverture du procès Globke. Ci-dessus : Le Président de la du T6 juillet T942. Après sa déposition, une . femme, 'allemande cie l'Ouest, qui se trouvait dans le nombreux public, vint lui dire, t leversée, combien elle approuvait ses paroles. Ce fut un grand moment du procès. Après les dépositions de divers experts, la Cour a entendu, le 10 juillet, le témoign de M" Landau, avocat israélien, qui participa au procès Eichmann, et qui parle au 1 de l'Association israélienne des Combattants Antinazis. « En Israël, déclare notamn Me Landau, nptts attendons que Globke soit condamné. Nous considérons ce procès c me un.e suite logique de l'ac,tion enga.qée contre Eichmann ». Plusieurs témoins allemands illustrent ensuite par leur expérience personnelle comportement de Globke. Puis, intervenant en qualité d'expert, M" Charles Ledert examine en une étude juridique approfondie les responsabilités de Globke. En ce qui concerne la France, il montre comment l'introduction des « lois de Nur berg », élaborées par Globke, se réalisa sous l'occupation, par ordonnances success L'acte d'accusation Hans GLOBKE L'ACTE d'accusation porté contre Hans Josef Maria Globke par le procureur général de la République Démocratique Allemande, est précis et documenté. Globke est accusé : 1 d'avoir « participé, en 1933, à l'élaboration et au commentaire de lois qui constituaient les bases juridiques de la liquidation définitivc des formes parlementaires du système dc Weimar et de l'instauration de la dictature fasciste. » ... « Ces lois ont contribué d'une manière essentielle à l'élimination des derniers restes des libertés de la démocratie bourgeoise et à la création d'une dictature fasciste qui était organisée suivant le principe dit principe du Führer. Ces lois sanctionnèrent la terreur contrc les forces antifascistes et démocratiques ... En même temps, ces lois constituaient un élément indispensable de la po· litique fasciste d'agression, qui devait conduire quelques années plus tard à la se· conde guerre mondiale. Il 2 « Au cours des années ' de 1932 à 1938, l'accusé Globke a participé d'unc manière décisive à la discrimination et au recensement des citoyens juifs d'Allemagne. » (Dès 1932, alors qu'il était rapporteur au ministère de l'Intérieur prussien, Globke rédigea des directives empêchant les citoyens jUifs de changer leur nom, violant le principe de l'égalité en droit énoncé dans la Constitution du Reich weimarien. Après l'arrivée de Hitler au pouvoir, Globke fit annuler les changements de noms qui s'étaient prOduits avant ses directives. En 1935 il r édigea les premiers projets de loi sur les « noms typiquement juifs » et en 1936 il prépara des réglementations qui contraignaient les juifs à ajouter à leur nom celui d'Israël ou de Sarah, le port de ces noms s'accompagnant d'une inscription à la Gestapo.) « ,La préparation et l'application des lois racistes de Nüremberg faites avec la collaboration de l'accusé Globke durant cette période ont revêtu une signification importante. » Ces lois comprenaient : la « loi sur la citoyenneté du Reich », du 15-9-1935 et la « loi de protection du sang allemand et dc l'honneur allemand » du 15-9-1935. (Ces lois permirent de dépouiller arbitrairement de leur citoyenneté allemande les opposants au régime nazi, et les populations concernées par la législation raciale, et elles permirent une « ségrégation biologique » consistant notamment à interdire les mariages entre juifs et Allemands.) L'acte d'accusation poursuit : ... « En plus, l'accusé a écrit en commun avec le criminel de guerre Stuckart le commentaire des lois raciales nazies, qui servait de base obligatoire pour tous les services du parti, toutes les autorités, tous les tribunaux, les états civils et établissements de santé « parce que les deux rédacteurs ont participé de par leur fonction à la création de la législation raciale, et sont donc tout désignés à en faire l'interprétation ». (Bulletin ministériel du Ministère de l'Intérieur prussien et du Reich, 11-3-1936, p . 316) » ... (Le « droit de nationalité » était devenu, dès 1935, la base juridique de la « Solution finale de la question juive ». La 11' ordonnance sur la « loi sur la citoyenneté » permit de supprimer la nationalité et les biens des ressortissants juifs allemands, dès qu'ils étaient déportés par 'Eichmann au delà des frontières du Reich.) « Eichmann confirma... devant le tribunal israélien quc l'ordonnance 11 Sur la « loi sur la citoyenneté du Reich » de Globke était la base juridique de la déportation des citoyens juifs. Eichmann confirma en outre que (cette ordonnance) était aussi un modèle pour d'autres décrets semblables dans les régions occupées temporairement par les nazis. Il (Globke porte aussi la responsabilité de l'ordonnance 12 et de l'ordonnance 13 de la « loi sur la citoyenneté », qui étendirent les lois raciales aux tziganes et à d'autres groupes, et livrèrent « légalement » les juifs à la police et à l'arbitraire de la Gestapo.) « L'accusé Globke déclarait comme témoin au procès du criminel de guerre Stuckart (procès de la Wilhelm strasse) , entre autres : « Je savais que les juifs étaient assassinés en masse. Je suis d'avis, et j'ai su que cette extermination des juifs cût lieu systématiquement. » 3 Le troisième point de l'acte d'accusation s'attache à démontrer que Globke a, de 1938 à 1945, (( étendu la déformation fasciste du droit de nationalité aux territoires occupés temporairement par les agresseurs allemands. 1 ainsi donné un support juridique à la p. que de germanisation de l'Etat fasciste l'a organisée, en tant que commentateur ficieux, il l'a propagée et a veillé à application. » (De la longue et terrible énumération méfaits nazis qui s'appuyaient sur la « l juridique)} établie par Globke, dans tous pays occupés par les Allemands, reten ce passage de l'acte d'accusation qui 1 cerne les méfaits accomplis en France) « .c'est sur cette « base juridique » ~ partir de l'été 1942, plus de 100.000 res tissants français furent déportés vers l' PaJ;allèlement, comme expression de la manisation totale, 80.000 Allemands des gions de la Sarre et de Westphalie fUI établis en Lorraine et 2.000 fermes pay! nes françaises furent transmises à des l mands. « Les citoyens mobilisables des dép a ments orientaux français, qui avait été mantelés en cinq parties, furent enr'Ôlé~ force par les occupants allemands pOUl service militaire dans la Wehrmacht n contre les alliés de leur propre pays. réfractaires au service militaire étaient 1 sidérés comme déserteurs, leurs familles portées et leurs biens confisqués. De 3 citoyens juifs du Luxembourg, seulement survécurent à la terreur nazie. Parmi nombre qu'on ne peut plus établir des FI çais assassinés, se trouvaient au m, 130.000 juifs. « En outre Globke a participé activen: à l'élaboration des décrets asservissants traité de paix projeté avec la France, vertu duquel environ 50.000 km2 du tE toire français, comprenant 7.100.000 h tants devaient être cédés à l'Allemagne zie et la France pratiquement transfor] en colonie du régime nazi. » E DEVANT LE 8 juillet, à 10 heures, s'est ouvert à Berlin, devant la Cour Suprême de la République Démocratique Allemande, le procès du Dr LA JUSTICE AlGE Hans-Josef-Maria Globke, aujourd'hui secrétaire {l'Etat à la Chancellerie de la République Fédérale Allemande, et qui, sous Hitler, joua un rôle particulièrement important dans l'entreprise nazie de génocide et de domination. L'acte d'accusation de 133 pages, dont nous donnons ci-dessous 'des extraits insiste, parmi les crimes reprochés à ce juriste, haut-fonctionnaire du ministere de l'Intérieur pendant toute la durée du régime hitlérien, sur l'élaboration de la législation antijuive, point de départ indispensable de toutes les persécutions qui devaient aboutir au massacre de six millions d'hommes, de femmes et d'enfants. « Le Dr Globke, conseiller gouvernemental de première classe, appartient sarts auClm doute a'ux fonctionnaires les mieux doués et les plus zèlés de mon ministère » écrivait de lui son supérieur hiérarchique, le criminel de guerre Frick. Non content d'avoir établi les textes, Globke s'employa à les faire appliquer par ses commentaires ét par ses interventions directes, en Allemagne et dans les pays occupés. Il préparait systématiquement le terrain pour l'étape ultérieure, ceJ1e de l'extermination, confiée à Eichmann. ALLER en Algérie, en 1963, même pour un premier voyage, c'est rencontrer, à chaque pas, des souve- - nirs ... Ces villes, ces lieux jamais vus, - indiqués aux croisements des routes, leurs noms ressurgissent de notre mémoire: la guerre, jour après jour, nous les a rendus tristement familiers. Dans Alger à peine découverte, une plaque de rue, la direction d'un autobus, l'enseigne d'un café, soudain, font retentir à nouveau en nous la clameur des émeutes, le fracas des plastiquages et le tactac meurtrier des mitraillettes ... Sous les Facultés, dont les frontons sévères

surplombent l'ex-rue Michelet, s'ouvre, béant

et noir, le fameux tunnel, d'où s'échappe un - flot de voitures : Lagaillarde avait installé là - son « réduit», soi-disant inexpugnable.

Odieuse et inutile comédie.

Au Square du Plateau des Glières, dans la douceur du soir, des amoureux sont assis, semblables à tous les amoureux du monde, Globke ne s'est naturellement pas présenté desous les tulipiers où les moineaux se sont vant la Cour Suprême, et le gouvernement de Bonn, dont il est l'éminence grise, se porte une fois de plus garant des qualités et de la bonne foi cie celui Qu'on a pu appeler « le bureaucrate de la mort ». Pourtant, les faits sont les faits. C'est sur la base de documents irréfutables, dans le respect absolu des règles juridiques, que se déroule le procès de Bertin auquel assistent plusieurs centaines d'experts et d'observateurs étrangers. Et plusieurs journaux ouest-allemands ont dénoncé depuis longtemps le scandale que constitue la présence d'un Globke à un poste qui fait de lui l'un des hommes les plus puissants de la R.F.A. A ces données, Bonn n'a opposé jusqu'à présent que des considérations morales et politiques. Ce qui compte aux yeux des antiracistes, de tous les antifascistes, c'est que la vérité soit établie nettement. c'est que justice soit accomplie. Ci-dessus : Une vue de la salle d'audience de la Cour Suprême de la R.D.A., le jour de l'ouverture du procès Globke. _ tus; à un autre banc, tournés vers la Grande Poste blanche de style pseudo-mauresque, un _ vieillard en gandoura, devise avec un soldat français; les petits marchands du trottoir - attendent patiemment qu'on achète les

cacahuètes, les sucreries de leur maigre éven

taire; des enfants jouent sur les; larges esca- liers. ~est donc là, dans ces jardins, sur Ci-dessus : Le Président de la Cour et ses assesseurs. Charles P ALANT, secrétaire général du M.R. A.P., et Hugues STEINER, membre du Bureau National, représentants de notre Mouvement au procès, ont pu apporter leur témoignage dès le 9 juillet, après la lecture de , l'acte d'accusation, dont plusieurs détails avaient fait t'objet de vifs débats entre les avocats (désignés d'office) et le Procureur général. Dans un silence tendu, Charles Palant développa en termes émouvants la déclaration écrite Qu'il allait remettre au Président de la Cour Suprême et que nous reprofluisons ci-contre. Nombreuses étaient dans la salle comble les per" sonnes qui ne pouvaient retenir leurs larmes Quand notre secrétaire général évoqua les rafles (lu T6 juillet T942. Après sa déposition, une . . .. femme, 'allemande de l'Ouest, qui se trouvait dans le nombreux publtc, vmt lUt dl,re, bouleversée, combien elle approuvait ses paroles. Ce fut un grand mo~e~t du pr~ces: Après les dépositions de divers experts, la Cour a enten~u, le 10 JUIllet, le temOlgnage de Me Landau, avocat israélien, qui participa au :proc~s EIchmann, .. et qUt parle au nom cie l'Association israélienne des Combattants Antmazls. « En Israel, declare notamment Me Landau nous attendons qlte Globke soit condamné. Nous considérons ce procès comme lme suÛe logiqlte de l'ac.tion engagée cont~e Eichmann ». ,. Plusieurs témoins allemands illustrent ensUIte par leur expenence personnelle le compnrtement de Globke. Puis, intervenant en qualité d'exp~r~, Me Charles Lederman examine en une étude juridique approfondie les resp~!Isablhte~ de Globke .. En ce Qui concerne la France il montre comment 1 mtroducbon des « lOIS de N uremberg », élaborées par Globke, ;e réalisa sous l'occupation, par ordonnances successives d 'accusation servait de base obligatoire pour tous les services du parti, toutes les autorités, tous les tribunaux, les états civils et établissements de santé « parce que les deux rédacteurs ont participé de par leur fonction à la création de la législation raciale, et sont donc tout désignés à en faire l'interprétation )). (Bulletin ministériel du Ministère de l'Intérieur prussien et du Reich, 11-3-1936, p. 316) » ... (Le ({ droit de nationalité » était devenu, dès 1935, la base juridique de la ({ Solution finale de la question juive ». La 11- ordonnance sur la ({ loi sur la citoyenneté » permit de supprimer la nationalité et les biens des ressortissants juifs allemands, dès qu'ils étaient déportés par ,Eichmann au delà des frontières du Reich.) « Eichmann confirma... devant le tribu· nal israélien que l'ordonnance 11 Sur la « loi sur la citoyenneté du Reich )) de Globke était la base juridique de la déportation des citoyens juifs. Eichmann confirma en outre que (cette ordonnance) était aussi un modèle pour d'autres décrets semblables dans les régions occupées temporairement par les nazis. » (Globke porte aussi la responsabilité de l'ordonnance 12 et de l'ordonnance 13 de la a loi sur la citoyenneté », qui étendirent les lois raciales aux tziganes et à d'autres groupes, et livrèrent « légalement» les juifs à la pOlice et à l'arbitraire de la Gestapo.) « L'accusé Globke déclarait comme témoin au procès du criminel de guerre Stuckart (procès de la Wilhelm strasse) , entre autres : « Je savais que les juifs étaient assassinés en masse. Je suis d'avis, et j'ai su que cette extermination des juifs eût lieu systématiquement. » 3 Le troisième point de l'acte d'accusation s 'attache à démontrer que Globke a, de 1938 à 1945, « étendu la déformation fasciste du droit de nationalité aux tcrritoires occupés temporairement par ïes agresseurs allemands. Il a ainsi donné un support juridique à la politique de germanisation de l'Etat fasciste, et l'a organisée, en tant que commentateur officieux, il l'a propagée et a veillé à son application. )) (De la longue et terrible énumération des méfaits nazis qui s'appuyaient sur la « base juridique» établie par Globke, dans tous les pays occupés par les Allemands, retenons ce passage de l'acte d'accusation qui concerne les méfaits accomplis en France) : « ,C'est sur cette « base juridique » qu'à partir de l'été 1912, plus de 100.000 ressortissants français furent déportés vers l'Est. PaJ;allèlement, comme expression de la germanisation totale, 80.000 Allemands des régions de la Sarre et de Westphalie furent établis en Lorraine et 2.000 fermes paysannes françaises furent transmises à des Allemands. « Les citoyens mobilisables des départe. ments orientaux français, qui avait été dé· mantelés en cinq parties, furent enrôlés de force par les occupants allemands pour le service militaire dans la Wehrmacht nazie contre les alliés de leur propre pays. Les réfractaires au service militaire étaient considérés comme déserteurs, leurs familles dé. portées et leurs biens confisqués. De 3.500 citoyens juifs du Luxembourg, seulement 500 survécurent à la terreur nazie. Parmi le nombre qu'on ne peut plus établir des Français assassinés, se trouvaient au moins 130.000 juifs. « En outre Globke a participé activement à l'élaboration des décrets asservissants du traité de paix projeté avec la France, en vertu duquel environ 50.000 km2 du terri. toire français, comprenant 7.100.000 habitants devaient être cédés à l'Allemagne nazie et la France pratiquement transformée en colonie du régime nazi. » des autorités allemandes, SUIVIes aussitôt - ces boulevards, au pied de ces immeubles orgueilleux aux façades sculptées, c'est là que se sont produits les derniers soubresauts, vio- lents et rageurs, d'un monde condamné. Voilà - - Notes de voyage d'Albert LEVY le monument aux morts, aux morts de lointaines batailles, où, un certain 6 février ... Voilà, devant le bâtiment ultra-moderne de l'ex-gouvernement général, le Forum, carré _ de pierre, moins grand que les récits des _ manifestations ne le faisaient paraître... De ce balcon, les Ortiz, les Salan, les Challes ont cru pouvoir, à force de tirades grandiloquentes, arrêter la marche de l'Histoire. En vain : l'Histoire, comme la caravane du de décrets équivalents pris par le gouvernement de Vichy. « C'est ainsi, déclare-t-il, que 130.000 ittifs de France fur.ent dép 0r.tés, dont 2.000 seulement devatent SUTVl.- _ vre )J. Et il rappelle que Ribbentrop, Strei- - cher et Frick (dont Globke était le collaborateur direct) furent condamnés à mort à Nuremberg et pendus, notamment parce - qu'ils étaient coupables de l'assassinat de juifs. « Pour Globke, estime-t-il, le cas est - proverbe, a passé ... Et voici maintenant, dans la basse ville, les artères bruyantes, animées, où régnait naguère la peur, où rôdait la mort, où le passant arabe - homme, femme ou enfant - servait de cible aux tueurs de l'O .A.S. cachés derrière des colonnades ou l'angle d'une mai· son; les cafés, largement ouverts dont les Européens seuls pouvaient, hier, franchir le seuil; les places, les avenues, le port où explosaient les voitures piégées... Voici Bab el-Oued, Maison-Carrée, le Champ-de-Manoeuvre, et, sur les hauteurs, EI-Biar, autant de quartiers dont nous avons connu les H.L.M., les magasins et le:; villas, en suivant les péripéties d'un drame qui fut aussi le nôtre, autant de mots dans lesquels s'est cristallisée notre angoisse, notre douleur. au moins aussi clair et aussi grave ». Pourtant, le chancelier Adenauer, auprès de qui M' Lederman avait protesté au nom de diverses personnalités françaises, a cru devoir personnellement affirmer: « L'attitude de mon collaborateur est irréprochable. » A l'heure où nous mettons sous presse, te procès continue. LA COUR SUPRÊME l E président de la Cour Suprême de la R.DA, qui juge Globke, est le Dr Heinrich TOEPLITZ, âgé de 49 ans. Bien que chrétien, il fut lui-même, sous le reglme nazi, victime des persécutions raciales en raison de la présence de juifs dans sa famille. Il fut ,interné dans des camps en France et aux Pays-Bas. Député à la Chambre du Peuple, il est membre dirigeant du Parti Démocrate-Chrétien (C.D.U.) de la R.DA, du Front National, du Comité des Combattants Antifascistes, et président de l'Union des Juristes Démocrates. Il appartient à la présidence de la Cour Suprême depuis avril 1960. 11 est assisté de trois juges de la Cour Suprême: Dr Fritz MUHLBERGER, 41 ans. Dr Hans REINWARTH, 43 ans, militant ouvrier depuis son adolescence, qui subit de longues année de détention à Dachau, puis à Mecklenbourg, et qui est juge à la Cour Suprême depuis 1954. Dr Johannes SCHREITER, 41 ans, fils d'ouvrier, membre de la Cour Suprême depuis 1961 . Le procureur général est le Dr Josef STREIT, 52 ans. Ancien ouvrier imprimeur, il combattit pendant toute sa jeunesse la montée du nazisme. Il a été in_ terné pendant 7 ans à Dachau et Mau_ thausen. Après 1945 il a participé activement à la création d'une justice démocratique en R.D.A. Il est membre du comité central du Parti Socialiste Unifié. Par les ruelles de la Casbah - Alors que du régime colonial, il ne reste plus que le cadre, le mensonge qui le justifiait saute aux yeux : comment pouvaient-ils, honnêtement, parler d' « Algérie française »? A deux pas des beaux quartiers, c'est la

Casbah. Entourant la ville européenne, il y a

la banlieue arabe, avec la lèpre des taudis et l'horreur des bidonvilles. Dans la campagne

environnante, on voit, nettement séparés, la

demeure du colon et le village en terre battue où s'abritent les fellahs. Au delà de la bande _ côtière, au delà des villes, au delà des routes et des voies ferrées conçues pour drainer les richesses, s'étend l'Algérie sous-développée, - sous-alimentée, maintenue en marge du pro- - grès et du temps. Comment ont-ils pu prendre ces enclaves européennes pour le pays entier? Eux qui n'étaient qu'une partie, se - prendre pour le tout? Ignorer une popUlation _ qu'ils côtoyaient, dont la masse les envelop pait, dont les yeux, agrandis par la faim et la souffrance, les regardaient? ... _ Quitant la place des Martyrs, des ruelles tortueuses, d'étroites voûtes, des escaliers - abrupts m'ont conduit au coeur de la Casbah. _ On comprend mieux ici ce processus de _ déshumanisation que peut engendrer chez les privilégiés, grands ou petits, le spectaCle d'un _ peuple opprimé. Dans cette cité moyenâgeuse, certains ne _ rechercheront, mi-enchantés, mi·écoeurés, que le « pittoresque » vanté par les guides touris- tiques : la souple démarche d'une femme en ",. haïk, le marchand de pOisson ambulant, por· tant d'une main la balance et de l'autre son panier; les marchands de beignets et d'orangeade, les cafés où, sans consommer, les hommes parlent et jouent aux dominos, les _ échoppes des vanniers, des tisserands, des tailleurs, où l'on se réunit pour commenter ~ l'actualité, autour de l'artisan, les mélopées Une du 15 étaient rence ra pporte des radios descendant les odeurs dans la troui de la mer Ne voir quelle abern me disait çais ». Et, condition sément la fléaux nulle! faits de la dispenSés la Casbah, sons n'ont tage, d'aillel marmots dé n'importe penser à Didouche rien, les fants euro] que les hal raient pas tables et S'! tiques, plut gées offertl vendeur far D'aucuns, tifiés et le~ cet état de sons, préfè ceux qui preuve d'u comme ça, jamais ... » Et l'eup resque », 1 témoignent justice, d't Qu'y l après l' racisme débâcle une pre Europée: tout n'é pour aj c'est en coopéraI cité, cor tinuaien ciens m pétrole. français on lui colonial de l'affe toie sur de fone l'on tril pables prêcher l'Algéri, varol l) milieu pas fat En ri constat actuelll passé, ' STICE ALGÉRIE 1963 - des autorités allemandes, SUIVIes aussitôt ALLER en Algérie, en 1963, même pour un premier voyage, c'est rencontrer, à chaque pas, des souvenirs ... Ces villes, ces lieux jamais vus, indiqués aux croisements des routes, _ leurs noms ressurgissent de notre mé_ moire: la guerre, jour après jour, nous -- les a rendus tristement familiers. Dans Alger à peine découverte, une plaque de rue, la direction d'un autobus, l'ensei- gne d'un café, soudain, font retentir à nouveau en nous la clameur des émeu~ tes, le fracas des plastiquages et le tac tac meurtrier des mitraillettes ... Sous les Facultés, dont les frontons sévères surplombent l'ex-rue Michelet, s'ouvre, béant et noir, le fameux tunnel, d'où s'échappe un flot de voitures : Lagaillarde avait installé là - son « réduit », soi-disant inexpugnable. - Odieuse et inutile comédie. Au Square du Plateau d€lS Glières, dans la douceur du soir, des amoureux sont assis, semblables à tous les amoureux du monde, sous les tulipiers où les moineaux se sont tus; à un autre banc, tournés vers la Grande Poste blanche de style pseudo-mauresque, un _ vieillard en gandoura, devise avec un soldat français; les petits marchands du trottoir - attendent patiemment qu'on achète les cacahuètes, les sucreries de leur maigre éventaire; des enfants jouent sur les larges escaliers. è'est donc là, dans ces jardins, sur - ces boulevards, au pied de ces immeubles orgueilleux aux façades sculptées, c'est là que se sont produits les derniers soubresauts, vio_ lents et rageurs, d'un monde condamné. Voilà Notes de voyage d'Albert LEVY - le monument aux morts, aux morts de loin_ taines batailles, où, un certain 6 février ... - Voilà, devant le bâtiment ultra-moderne de de décrets équivalents pris par le gouvernement de Vichy. « C'est ainsi, déclare-t-il, que 130.000 iuifs de France furent déportés, dont 2.000 seulement devaient survivre ». Et il rappelle que Ribbentrop, Streicher et Frick (dont Globke était le collaborateur direct) furent condamnés à mort à Nuremberg et pendus, notamment parce - qu'ils étaient coupables de l'assassinat de juifs. « Pour Globke, estime-t-il, le cas est l'ex-gouvernement général, le Forum, carré de pierre, moins grand que les récits des manifestations ne le faisaient paraître... De ce balcon, les Ortiz, les Salan, les Challes ont cru pouvoir, à force de tirades grandiloquentes, arrêter la marche de l'Histoire. En vain : l'Histoire, comme la caravane du proverbe, a passé ... Et voici maintenant, dans la basse ville, les artères bruyantes, animées, où régnait naguère la peur, où rôdait la mort, où le passant arabe - homme, femme ou enfant - servait de cible aux tueurs de l'O.A.S. cachés derrière des colonnades ou l'angle d'une maison; les cafés, largement ouverts dont les Européens seuls pouvaient, hier, franchir le seuil; les places, les avenues, le port où explosaient les voitures piégées... Voici Bab el-Oued, Maison-Carrée, le C'hamp-de-Manoeuvre, et, sur les hauteurs, EI-Biar, autant de quartiers dont nous avons connu les au moins aussi clair et aussi grave ». Pourtant, le chancelier Adenauer, auprès de qui M" Lederman avait protesté au nom de diverses personnalités françaises, a cru devoir personnellement affirmer: « L'attitude de mon collaborateur est irréprochable. » A l'heure où nous mettons sous presse, le procès continue. LA COUR SUPRÊME LE président de la Cour Suprême de la R.D.A., qui juge Globke, est le Dr Heinrich TOEPLITZ, âgé de 49 ans. Bien que chrétien, il fut lui-même, sous le régime nazi. victime des persécutions raciales en raison de la présence de juifs dans sa famille. Il fut . interné dans des camps en France et aux Pays-Bas. Député à la Chambre du Peuple, il est membre dirigeant du Parti Démocrate-Chrétien (C.D.U.) de la R.D.A., du Front National, du Comité des Combattants Antifascistes, et président de l'Union des Juristes Démocrates. Il appartient à la présidence de la Cour Suprême depuis avril 1960. Il est assisté de trois juges de la Cour Suprême: Dr Fritz MUHLBERGER, 41 ans. Dr Hans REINWARTH, 43 ans, militant ouvrier depuis son adolescence, qui subit de longues année de détention à Dachau, puis à Mecklenbourg, et qui est juge à la Cour Suprême depuis 1954. Dr Johannes SCHREITER, 41 ans, fils d'ouvrier, membre de la Cour Suprême depuis 1961. Le procureur général est le Dr Josef STREIT, 52 ans. Ancien ouvrier imprimeur, il combattit pendant toute sa jeunesse la montée du nazisme. Il a été in_ terné pendant 7 ans à Dachau et Mau_ thausen. Après 1945 il a participé activement à la création d'une justice démocratique en R.D.A. Il est membre du comité central du Parti Socialiste Unifié. - H.L.M., les magasins et le~; villas, en suivant les péripéties d'un drame qui fut aussi le nôtre, autant de mots dans lesquels s'est cristallisée notre angoisse, notre douleur. Par les ruelles de la Casbah - Alors que du régime colonial, il ne reste _ plus que le cadre, le mensonge qui le justi_ fiait saute aux yeux : comment pouvaient-ils, ~ honnêtement, parler d' ({ Algérie française »? A deux pas des beaux quartiers, c'est la _ Casbah. Entourant la ville européenne, il y a

la banlieue arabe, avec la lèpre des taudis et

l'horreur des bidonvilles. Dans la campagne - environnante, on voit, nettement séparés, la

demeure du colon et le village en terre battue

où s'abritent les fellahs. Au delà de la bande côtière, au delà des villes, au delà des routes et des voies ferrées conçues pour drainer les _ richesses, s'étend l'Algérie sous-développée, _ sous-alimentée, maintenue en marge du progrès et du temps. Comment ont-ils pu pren_ dre ces enclaves européennes pour le pays entier? Eux qui n'étaient qu'une partie, se prendre pour le tout? Ignorer une population qu'ils côtoyaient, dont la masse les enveloppait, dont les yeux, agrandis par la faim et la souffrance, les regardaient? .. Quitant la place des Martyrs, des ruelles _ tortueuses, d'étroites voûtes, des escaliers ~ abrupts m'ont conduit au coeur de la Casbah. On comprend mieux ici ce processus de - déshumanisation que peut engendrer chez les privilégiés, grands ou petits, le spectacle d'un

peuple opprimé.

Dans cette cité moyenâgeuse, certains ne _ rechercheront, mi-enchantés, mi-écoeurés, que le « pittoresque » vanté par les guides touris_ tiques : la souple démarche d'une femme en ... haïk, le marchand de pOisson ambulant, portant d'une main la balance et de l'autre son panier; les marchands de beignets et d'orangeade, les cafés où, sans consommer, les _ hommes parlent et jouent aux dominos, les échoppes des vanniers, des tisserands, des tailleurs, où l'on se réunit pour commenter ~ l'actualité, autour de l'artisan, les mélopées Une conférence européenne d'assistance no,", gouvernementale à l'Algérie a eu lieu, du 15 au 19 juin, près d'Alger, à la cité universitaire de Ben Aknoun. Quatorze pays étaient représentés. Notre rédacteur en chef, Albert Lévy, qui a participé à cette conférence dans la délégation de l'Association d'Amitié et de Solidarité Franco-Algérienne, rapporte ici ce qu'il a pu voir au cours de son séjour. des radios et des phonos, un âne minuscule descendant précautionneusement une venelle, les odeurs de friture et d'égout mêlées, et, dans la trouée d'une arche, l'apparition bleue de la mer ... Ne voir que cela, ou le voir en esthète, quelle aberration! « En parcourant la Casbah, me disait un ami, j'ai eu honte d'être Français ». Et, de fait, l'envers, ou plutôt la condition de ce « pittoresque », c'est précisément la misère, le chômage, l'ignorance - fléaux nullement incompatibles avec les bienfaits de la civilisation que l'on dit avoir dispensés là. S'il y a de jolies fontaines, dans la Casbah, c'est parce que beaucoup de maisons n'ont pas l'eau courante, et pas davantage, d'ailleurs, l'électricité. En regardant les marmots dépenaillés s'amuser sur le sol avec n'importe quoi, je ne pouvais m'empêcher de penser à cette magnifique vitrine de la rue Didouche Mourad, où rutilent encore, pour rien, les jouets chers et modernes des enfants européens. Et nous fera-t-on croire que les habitants de la Casbah ne préféreraient pas vivre dans des logements confortables et s'approvisionner dans de belles boutiques, plutôt que d'acheter les bricoles usagées offertes au coin d'une porte par un vendeur famélique? .. D'aucuns, c'est vrai, l'affirment : les mystifiés et les mystificateurs qui, pour justifier cet état de choses, pour en masquer les raisons, préfèrent l'attribuer à la volonté de ceux qui en sont victimes, ou y voir la preuve d'une infériorité native. « Ils sont comme ça, comprenez-vous, ils ne changeront jamais ... » Et l'euphorie de l'amateur de « pittoresque », l'hostilité du calomniateur haineux, témoignent d'une même acceptation de l'injustice, d'un même mépris de l'homme. sition de quelques chiffres permettent de le confirmer sans discussion possible. La conférence de Ben Aknoun a dressé, à ce sujet, un bilan accusateur. Si l'économie s'est trouvée brusquement paralysée et restera longtemps déséquilibrée, c'est parce que des liens étroits l'attachaient à la métropOle, vers laquelle s'écoulaient les pl'Oduits de la terre et des mines, et d'où venaient les produits de consommation. Tout, en la matière, reposait sur les Européens qui, non seulement assuraient la direction, mais constituaient la quasi-totalité des cadres techniques et administratifs. Leur départ a laissé un vide, que les Algériens ne peuvent combler dans l'immédiat, non par incapacité congénitale, mais parce qu'ils furent toujours tenus à l'écart de ces fonctions et n'ont pas reçu la formation nécessaire. Sait-on, par exemple, qu'en raison de la faible scolarisation, 80 % de la pÔpulation sont analphabètes? A cela s'ajoutent les destructions de sept années de guerre, les massacres et les sabotages de l'O.A.S. : l'Algérie indépendante est née dans un bain de sang, sur un champ de ruines. En France, il n'est pas de juif dont la famille n'ait eu à souffrir du nazisme. En Algérie, on ne rencontre guère d'homme ou de femme dont des parents, plus ou moins proches, n'aient été tués au cours de ces dernières années : on a dénombré 1.500.000 morts pour 9 millions d'habitants. On compte, dans ce pays, 500.000 veuves, 250.000 orphelins. Au lendemain de l'indépendance, les dirigeants de l'Algérie se trouvaient en présence de 2 millions de personnes sortant des 250.000 orPhelins ... Un bilan accusateur Qu'y a-t-il de changé aujourd'hui? Un an après l'indépendance, c'est à peine si le racisme a modifié son masque. On brandit la débâcle économique, la misère accrue comme une preuve nouvelle de la supériorité des Européens. Hypocritement, on reconnaîtra que tout n'était pas pour le mieux auparavant, pour ajouter : « Vous voyez, maintenant, c'est encore pire... » On confond aide et coopération, comme s'il n'y avait pas réciprocité, comme si d'immenses richesses ne continuaient pas d'être exploitées par les anciens maîtres, comme s'il n'y avait pas le pétrole. En faisant payer au contribuable français les frais de la décolonisation comme on lui a fait payer le maintien du régime colonial, y compris par la guerre, on tente de l'affoler avec des chiffres gonflés, on s'apitoie sur lui, on le présente comme le bailleur de fonds d'une entreprise de gaspillage. Et l'on triomphe : « Vous voyez, ils sont incapables de se débrouiller seuls !... » De là à prêcher le retour au passé « pour le bien de l'Algérie », il n'y a qu'un pas, et les « Rivarol », les ({ Aspects de la France », au milieu de leurs rêves sanglants, ne se font pas faute de le franchir. En réalité, ce qu'un visiteur impartial peut constater d'emblée, à savoir que les difficultés actuelles découlent directement de ce triste passé, un examen plus approfondi. la juxtapo- « camps de regroupement », et qui avaient tout perdu, dont les villages, par milliers, étaient détruits. Depuis plusieurs années, d'immenses étendues de terres n'étaient plus labourées. 800.000 réfugiés revenaient du Maroc et de Tunisie. Les entreprises abandonnées manquaient de matériel et leurs propriétaires, en partant, avaient parfois laissé d'énormes dettes. Les dossiers de la Sécurité Sociale, du Gaz et de l'Electricité, tous les documents et les archives nécessaires au fonctionnement d'un Etat, à l'organisation d'un pays, avaient été brûlés ou emportés. Dans tous les domaines, l'O.A.S'. avait accompli son oeuvre, détruisant, en même temps que des milliers de vies humaines, des écoles, des hôpitaux, la Bibliothèque universitaire d'Alger ... Voilà pourquoi l'Algérie a besoin, comme le souligne l'appel adopté à l'issue de la Conférence, d'enseignants et de médecins, de spécialistes, industriels et agricoles, de vivres pour ses enfants, de vêtements et de produits pharmaceutiques, de tracteurs, de dispensaires ambulants, d'équipement scolaire, de livres ... Voilà pourquoi il est fait appel à toutes les bonnes volontés pour aider à reconstruire, à. instruire, à soigner ... (Suite page 9) a )\. 322 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTlTIJTIOS Dt ' 4 OCTOORL ' ~:.a DEUXIE'.ME SESSION ORDINAIR.E DE 1962.1953 PROPOSITION DE LOI tendant ô mOdi/itr d ('ompll/t, lu IlU d" 1!J 1IlIIIti /88 / /Hlm 1~'m~lIr.e

i;::,re8810D plU1 t'f/ic'I/('" ./r ft! p r ovocation il 13 haine

PAIl MM. DEFFEHliE. UOULAY. I\ IA'hLAL L o\l!BF\'T LE GA llO. ~ IATA LO~ -, • ('1 lu Ol,'mbrt'! du grou jlt' Ml("lil l " r" ( 1). ~plll'" EX POS F; DES MOTIFS MUDUI&a, Mlullu,," •• On pooouit es,..rer .. . lleau du ,..- N' 321 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTlT1JTION ou • OCT08RE lU' DEUXltME SESSION ORDINAlIOE DE tH2.1.' t:.I f1', .. " •• I~ P ~duce.w 1· ......... 1,.1 ... IId ..... I~ le. il ... ~I I IIU ..... ~ n "oc .... ( ' lIaI .. ~ t. tbocc ~w J Ju'. ,tu PHOPOSITION DE Lor /'Grlonl fflOtilfica llCl1I des "r/,du 181 ('/ .. 16 Il,, Code pénal tr I t ndunl 0 ri prtma pclW II!IIIt.fll {(I ségrégation vu It~ di:lc rl~ miDation. racillles, CII& .... ~ • • I~ (;0"' •••• '- cleo lu" Co •• lItul",aa~U~" d~ 1. 1.",I.Hoa el d~ l·acltoial.IJIoII ... ............. 1. l'lepoo1Jlq • • 1 cltlo ul .... o • • lh"UUB d' un. C,,,"n,Ioo ' 1«1.'. du. 1 .. f lUait l'rh.,!,", 1 •• m iel .. 30.\ S, .... IU,I ... nLj ".\ ii- PAR M. ROSEK1 I1r\LLANGER. ~Imc Mo\.M II,:.Ct. ...H .OE \'. \ILL\ 1\T· COUTURIER. MM. GOIiLLS B l~TI ;\ . P o\~ L CEII\IOL.H':O: TilLa VIAL-MASSAT tl les mt lll bn:~ du groulK' Co m m u nl~le ( 1' D~pultL EXPOS€ DES ~ I OTI FS (\) c."...,. .. 1 '-1*f4" ~w 11 .... 1,.0" ~11 .. "~t'. 110)",,, .. 0.1 ,~,w". 1"\1",,, 1o"M c._.c. ... eo.c.. "'oI..,.. •• c •• ..,.t... .. 'II~1 0.." •• U .. I"'!.lI .. · •• u~ I • .r'.,t·e" l ,e .... , , ...... el. ~;:t:. ~~:~.:;. . ~::.;Charles.:. ~.ICharles;·~r'~I.,,~,~ ~~c~:;; ~~,:I:',~~ 1:~.I11 juin 2010 à 10:00 (UTC)\\'Charles 11 juin 2010 à 10:00 (UTC):.~ Hoc~ ltotl.'R...c. ..... R .. It •• SOJ.o, .... , 1I ... ro'.Tb" ...... r ..... Dt.loI ... " \.'II.a'.c... .. I~" ... tI/liol- lhINL lES PROPOSITIONS DE LOIS DU M.R.A.P. déposées par un 3 e groupe de députés LES propositions de lois antiracistes envoyées à tous les députés à l'issue de la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix (12 mai à l'U.N.E.S.C.O.) ont été déposées maintenant par trois groupes différents. Après les groupes socialiste et communiste, dont nous avons_ signalé la double initiative dans notre dernier numéro, des parlementaires de diverses tendances ont déposé en commun nos deux textes. Ce sont : MM. Maurice Lenormand (Centre Démocratique), Médard Albrand (U.N.R.), EmilIe Bizet (Centre Démocratique), Diomède Catroux (U.N.R.), Marcel Cerneau (Cen· tre Démocratique), Aimé Césaire (non inscrit), Paul Duraffour (Rassemblement Démocratique) et Victor Sablé (Rassemblement Democratique). Les trois documents communiqués à l'ensemble des députés, dont nous donnons ci-contre le fac·similé, portent les numéros 321, 322 et 332. D'ores et déjà, la Commission de Législation a été saisie dc ccs propositions et un rapporteur a été désigné : M. Krieg'. Tous nos amis prendront connaissance de ces succès avec satisfaction. Mais l'expérience nous prouve qu'il y a souvent loin du dépôt de propositions de loi à leur adoption définitive. Lcs antir acistes ne doivent pas relâcher leurs efforts. La déclaration d'Armand DYMENSZTAJN devant la 17e Chambre Correctionnelle Voici la déclaration faite par M' Armand Dymentztajn, au cours de l'audience· du 20 juin, devant ~ a 17' Chambre Correctionnelle: JE suis né à Paris, j'ai fréquenté l'école communale de mon quartier, puis je s~is allé au Lycée. J'avais 16 ans lorsqu'on m'a collé l'étiquette « juif» et envoyé au camp de concentration de Drancy. Car à cette époque, c'éta it un crime que d'être juif: la radio d'occupatÎon lerépétait sur toutes les longueurs d'ondes, des journalistes l'écrivaient à longueur de col onnes, des personnages importants le clamaient du haut des tribunes, « le juif .. était responsable des malheurs de la France. J'ai appris que j'étais ce pelé, ce galeux dont venait tout le mal. J'eus la chance de sortir du camp mais je vécus caché et dans l'angoisse ; un grand nombre de mes camarades et amis furent arrêtés, déportés ; ils ne sont pas revenus. Dans ma propre famille, une tonte et deux cousins germains ont péri parce qu'ils étaient juifs, et seulement pour cela. Tandis qu'ainsi des hommes poussaient à l'antiiémitisme, mon jeune frère s'engagea à 15 ans dans les Forces Françaises Libres (F.F.L.) ; à 16 ans il fut le plus jeune soldat parachutiste de France, Croix de Guerre à 17 ans. Lorsque grâce à des hommes tels que lui, les peuples alliés brisèrent la pui~. sance malfaisante des nazis, des hitlériens, des racistes, en découvrant les abominations des comps, nous promîmes tous que plus jamais on ne permettrait la renaissance de l'antisémitisme et du racisme. Ces perversions avaient été la causedu massacre de millions d'êtres humains parmi lesquels près de 6 millions de juifs et d'outres peuples ou populations considérés comme inférieurs par les tenants d~ la supériorité de la race aryenne. ... . UN NOUVEAU PROCÈS C'est parce que j'avais moi-même été la victime des racistes et des antlsemltes, que j'avais souffert dans mon âme et dons ma chair que tout naturel!em~nt je fu, amené, après la Libération à oeuvrer ou rassemblement de tous les antiracistes pour que jamais ne soient oubliés, ni pardonnés, les crimes racistes, pour que mes propres enfants et tous les enfants de Fronce n'aient pas à subir ce que nous avions sl:bi. contre « Fraternité Française » APRES la condamnation de Poujade, en novembre dernier, par le Tribunal correctionnel de Limoges, notre ami Me Armand Dymensztajn, membre du Bureau National du M.R.A.P., fit, dans cette dernière ville une conférence sur le racisme. Quelques jours plus tard, il était pris à partie dans « Fraternité Française » (16 novembre 1963) : l'article intitulé « Juifs et Israélites », et signé de Jean Dauvergne, étalait sur une page en· tière, avec une rare violence, les excitations antisémites dont la feuille poujadiste est coutumière. Nous en avons à l'époque, publié une analyse détaillée. Une double action en justice fut engagée: Le M.R.A.P. aclressa une plainte au Procureur cie la République, en vertu du décret-loi Marchancleau, relatif aux excitations à la haine contre cles citoyens (article 32, alinéa 2), cie la loi sur la diffamation. - M' Armancl Dymenstajn lança une citation directe contre Dauvergne, fondée à la fois sur ce même article et sur ceux qui, clans la même loi (articles 29 et 32, alinéa 1e r) se rapportent à la diffamatioll, pure et simple. C'est cette clernière affaire qui était appelée, le 20 juin, clevant la 17' Chambre Correctionnelle, à Paris. On pouvait voir devant la salle d'auclience, les témoins cie Dauvergne (cie son vrai nom, Penet) : Pierre Poujade soi-même et quelques-uns de ses fiers-à-bras et, d'autre part, les témoins sollicités, au nom du M.R.A.P. par M' Dymenstain : le R.P. Riquet, le pasteur D1tcrOs, l'amiral Louis Kahn, président clu Consistoire Israélite de France; Albert M emmi, le conseiller Robert Attuly, M' Charles uderman, Marcel Mérigonde, président de l'Amicale des Déportés de Neuengamme, le président Pierre Paraf, un commerçant, M. Le Goas. Une confrontation spectaculaire devait avoir lieu. Face à la poignée de trublions qui entouraient Poujade, les témoins de M' Dymenstajn, représentants qualifiés des courants les plus divers de l'opinion françai se, auraient pu faire ~pparaître avec éclat l'ignominie et l'absurdité de l'antisémitisme et le caractère antinational cie cette idéologie importée. Il n'en a pas été ainsi. Le Tribunal a, en effet, annoncé que la plainte rléposée par le M.R.A.P. contre l'a rticle cie Penet avait été pri se en considération par le Parquet, et qu'une inculpation avait été prononcée. En conséquence, l'affaire de « diffamati on raci ale » devait être disjointe, l'in struction à ce sujet n'étant pas terminée. L'affaire de diffamation personnelle devait être examinée une semaine plus tard. Avant ce jugement, toutefois, répondant à une nouvelle diatribe de PenetDauvergne, M' Dymenstajn avait pu faire l'émouvante déclaration que nous reprodui sons ci-contre. Le 27 juin, donc, ce furent les plai Ioieries sur l'aspect personnel de la diffamation. Toute la défense cie Penet, et de son avocat, M' Couclv, consista à ergoter sur la syntaxe. Ils affirmèrent que, dans l'article incriminé. la formule « ces messieurs-là » (accessoirement antiracistes et profitant cie leurs droits de citoyens pour mieux trahir ... ), s'appliquait non pas à Me Dymenstajn, pourtant désigné nommément, mais aux « banquiers juifs » dont il était question quplnues lignes plus haut. M' Henri GARTDOU plaidant pour Armand Dymenstajn, tout en remettant les choses au point, fit, avec éloquence, le procès de l'antisémitisme poujadiste. L'avocaJ général, pour sa part, estima Que la formule était équivoque et visait à la fois les « banquiers » et le plaig- n'lnt. Rendant son iue;ement le TT iuillet, le Tribunal a décidé de relaxer Penet, et déboute Armand Dymensta in. Tl déclare. dans ses attendus. que « l'amrh-ibologie du texte poursuivi rend possible aussi bien l'inter/1rétafi011 qui est donnfe par les prh'enlls que celle donn ée par la 'partie civile ». et préfère ne pas se prononcer n'lns cette affaire, réduite à une querelle !!rammaticale. A rman(1 Dymenstaj n a décidé de fai"p aope!. Quant à l'affaire d'excitation raciale, llui fait l'ohiet des Doursuites du ParCJuet. espérons ou'elle sera r apidement iug-ée, et que Dauvergne et Poujade n'auront ricn perdu pour attendre. Nous étions un grand nombre qui ne voulions plus être des victimes expiotoires. ni servir de boucs émissaires, pas plus que d'holocaustes. Il n'était plus possible d'admettre que les théories et élucubrations criminelles du temps de l'occupation puissent de nouveau s'étaler dons la presse, même dans une certain7 presse. Depuis 1949 je suis un dirigeant du M,R,A.P. qui rassemble des milliers de juifs, mais aussi des non-juifs, des gens de toutes religions, de toutes origines, de toutes opinions. Le M.R.A.P. s'est donné pour tâches essentielles, d'une port, de lutter contre toutes les manifestations du racisme et de l'antisémitisme, mais aussi de prémunir notre pays, par une législation appropriée, de toutes tentatives de propagande raciste la tâche essentielle du M.R.A.P étant cependant d'oeuvrer à l'éducation antira~iste de tous les citoyens et habitants de notre pays, et ce, conformément aux idéaux qui ont fait le renom universel de notre pays et qui se trouvent résumés par les trois mots: LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE. Lorsqu'après une conférence que j'eus l'honneur de tenir à Limoges, au lende_ main du jugement ayant condamné Poujade pour son antisémitisme, Jean Penet qui signe Dauvergne, écrivit cet article sur toute une page de « Fraternité Française ", article intitulé « Juifs et Israélites ", il m'apparut avec évidence que l'auteur reprenait à son compte toutes les calomnies propagées par les nazis qui ont conduit au génocide. Il essaye par un distinguo qu'il croit subt il, mais qui est parfaitement artificiel de différencier les israélites français des juifs français, les premiers étant des citoyens valables tandis que les seconds ne devant être considérés que comme des étrangers, sans qu'il soit possible d'ailleurs de déterminer ceux qui peuvent préten_ dre à la première appelation. En écrivant que j'étais de " ces Messieurs là qui SO:1t accessoirement des antiracistes mais principalement les défenseurs d'une communauté étrangère à la Nation Française ", et que je " profitais de tous les droits du citoyen français pour mieux trahir la nation ", Dauvergne commettait à mon égard le délit de diffama_ tion envers un particulier. Mais cette étiquette de juif qui m'a valu déjà de connaître le camp de concentration et que je revendique pleinement désormais, sans pour autant ac~ep!er la paternité ou la responsabilité des maux qui sont ignominieusement attribues au Juif - me donne qualité pour me prévaloir du 2' alinéa de l'article 32 de la loi sur la presse qui réprime la diffamation raciale excitant à la haine entre citoyens ou habitants. Ce texte incorporé dans la loi sur la Presse par le fameux décret Marchandeau a été promulgué en 1939 pour réprimer les diffamations raciales que les éléments de la 5" colonne, à l'instigation des hitlériens et avec l'appui malheureusement de certains Français confinés dans leur aberration antisémite, propag~aient alors dans notre pays pour mieux le diviser et l'affaiblir. L'auieur, en écrivant cet article, ne s'adressait pas à des intellectuels mais, et il l'a soul igné dans sa décla ration, à des petits commerçants q ui, en proie à leurs difficu ltés, car il est certain' que les petits commerçants ont eu des difficultés, n'ont peut-être pas la poss ibilité de lire beaucoup et de réfléchir au problème du racisme. Pour ces lecteurs là, Dauvergne écrit textuellement qu" " à côté des israélites français, il y a une ' masse de juifs français, français par les droits ':- .mais ,qui ne sont que des étrangers t rahissant la France"; les mots" masse de JUifs " figurent bel et bien dans l'article incriminé, il ne peut s'agir ici des banquiers qui ne sont qu'un tout petit nombre, mais bien des juifs en général qui sont présentés aux commerçants comme des traîtres. Et ces commerçants qui lisent cette presse, qui n'ont jamais affaire avec les banquiers en personne mais qui par contre côtoient d'autres commerçants comme eux, mais juifs, sont incités à la haine, voire à la violence envers ces commerçants juifs. Dauvergne a parlé de « la chaude amitié» qui le liait à des israélites français, je crains que cette chaude amitié ne lessemble par trop à la chaleur des fours crématoires d'Auschwitz, de Maïdanek. ou de Treblinka, dans lesquels des millions d'hommes, de femmes et d'enfants périrent. Comment pourrait-il en être autrement lorsqu'il écrit « que de même que des Italiens et des Allemands formant la 5' Colonne ont été passés par les armes pour trahison en 1939 " de même les étrangers, et pour lui ce sont les juifs, devraient être écartés de notre société, en temps de paix - ce qui signifie qu'en cas de crise grave ou tout au moins de guerre, il faudrait les passer par les armes. Telles sont les raisons pour lesquelles, fidèle à la mémoire de mes proches et amis morts dans d'indicibles souffrances, j'ai estimé qu'il était de mon devoir de poursuivre Dauvergne et Rozières, gérant de « Fraternité Française » pour que le tribunal stigmatise comme il se doit et avec la sévérité qui s'impose, cet article qui déshonore ceux qui l'ont écrit et publié, et qui tend èi semer dans notre pays la haine et la discorde, alors que la France a semé dans le monde la Liberté, l'Egalité, la Fraternité. , . . Après une emlsslon sur Louis-Ferdinand ENFIN ça y est ! « on » nous en redonne ! A table messieurs les intellectuels : Le miroton s'est fait attendre, mais vous n'allez point le regretter ! Pensez donc ! il a mijoté durant 18 ans 1 à petit feu, comme il con· vient 1 Voici, ce soir 19 juin 1963, servi chaud sur les ondes de Fran· ce III, la chaîne de l'Elite, un cuissot de Louis Ferdinand Destouches, dit Celine, fraîchement poivré d'une levée d'interdiction 1 ••• « Bon appétit, messieurs ! » •.. Dommage qu'il m 'ait trop fait vomir et que par·, tant, je sois allergique à ce cadavre pour le restant de mes jours, car, je me serais volontiers offert le snobisme de souper avec vous, chers intellectuels en goguette 1 Ah ! vraiment, messieurs je la souhaite légère à votre esprit, votre petite bagatelle pour un massacre ... Bagatelle, oui Balancer l'encensoir sur un tas de fumier, est l'acte faciJe qui (vous le pensez du moins), vous classe à bon compte son homme dans ce qu'il est convenu d'appeler : l'intellectuallisme courageux! C'est-àdire que vous avez ce soir le courage de casser une croûte de Céline, les fesses confortablement posées sur la Par Yves JAMIAQUE terre déjà durcie des charniers ... Courage pour le moins égal à cet imbécile qui se faisait cuire un oeuf au plat sur la flamme du tombeau du Soldat inconnu. ment que deux ans après sa mort « Céline est ENFIN dédouané. » N'entendez- vous point le soupir de soulagement que contient cet EN F IN 1 «ENFIN » on oublie l'excitation à la haine, ENFIN on passe l'éponge! ENFIN on DEDOUANE 1 Que signifie DEDOUANER 1 ... « faire sortir une marchandise des entrepôts de la douane, en acquittant les droits. » Larousse dixit. Mais qui a payé les droits de sortir la « marchandise Céline » de notre douane, c'est-à-dire, hors de notre vigilance ! A qui a-t-on payé ces droits? Et quels droits a-t-on payés ? Le temps qui passe ne saurait être un droit de « dédouanage ». Et nul n'est assez riche pour payer ce dédouanagelà. Car pour dédouaner les Céline, il faudrait nous rendre tous les morts de Dach,au, de Buchenwal, de MauthausenL .. . L'irresponsable de l'article écrit encore: « Pendant l'occupation, bien qu'il s'abstienne de toute action... » Mensonge ! Dès 1940 Céline se rallie ouvertement à Vichy, à tel point qu'au moment de la libération il est obli~é de s'enfuir outre-Rhin, comme un tache qu'il a toujours été. Et plus loin, dans l'article, je lis : « Une société des amis de Céline s'est créée aux Etats-Unis sous l'impulsion d'un monsieur Lévy » 1 ... Vous avez bien lu ! Un monsieur Lévy L .. voilà sans doute ce que le plumassier de cet article considère comme un dédouanage 1. .. C'est un monsieur Lévy qui a dédouané Céline 1... Si la chose est vraie (et pourquoi ne le serait-elle pas ! Pour mener à bien ce genre de réhabilitation, cette catégorie de pigiste possède des trésors. de documentation), si la chose est vraIe, cela prouve qu Il y a des imbéciles partout. Ce dont nous n'avons jamais douté. Mais l'ironie fielleuse de la phrase donne sa valeur réelle à l'argumentation des piètres avocats de ces mauvaises causes. CELINE M AIS en fin de compte, que fut cette émission en elle-même? Une émission mal à l'aise, une émission de mauvaise conscience. En gros, elle s'est bornée à être le reflet de l'activité médicale de Céline, avec la sauce littéraire qui arrosait cette activité. Il fut médecin des pauvres ! Et alors? La veille à la télévision, l'excellent Etienne Lalou nous avait donné un magistral portrait physique et moral d'un médecin de campagne anonyme: La10u n'a pas cru nécessaire, à juste titre, de nous dire comme ce fut le cas dans l'émission sur Céline, que ce médecin « menait un combat impossible pO'ur l'homme me-illeu,- » ... Peut-être parce que l'admirable médecin de Lalou, ne considère pas ce combat comme impossible. Peut-être parce que ce combat pour l'homme meilleur n'est pas impossible à la condition de ne pas avoir écrit « Bagatelle pour un massacre », et « L'·~co1e des Cadavres ». Car comment ne pas penser que dans le même temps. que Céline, ce médecin des pauvres, s'acharnait à guérir une vieille femme, il prêchait la haine de mill ions .-j'hommes!... Les nazis aussi avaient des « médecins » ! On nous a dit dans cette émission que Céline était un homme « trop sensible »... Bagatelle pour un massacre et· L'école des Cadavres ! ... On nous a dit qu'il a fait « L'oeuvre que Zola n'a pu faire ! » Voit-on Céline, ce lâche, écrire « J'accuse » ? Et c'est très mal venu, de très mauvais goût, quand on pense à l'affaire Dreyfus', d'accoler au nom de Zola, l'auteur de « Bagatelle pour un massacre » et de « L'école des cadavres ». On nous a dit encore qu'en Céline, le médecin et l'écrivain faisaient « une magnifique alte1'1lance de génie » ... En effet! Une ordonnance et une page de « Bagatelle pour un massacre ». Un diagnostic -2t une page cie « L'école des cadavres ». Comme pour le génial inventeur du ' pâté 9 d'alouette ... moitié, moitié! Une alouette, un cheval ! "1 Nous avons même droit à un enregistrement de la voix de Céline ! Que nous a dit le grand homme? Ceci: « L'écrivain doit mettre entre lui et ses semblables un mur d'acier » ..• Et c'est ça, qu'on appelle le génie? Si c'est ça, alors, messieurs les intellectuels de chapelle, gardez ce génie pour vous, plaquez,-vous cette sorte de génie sur le nombril, et admirez-le à loisir

vous êtes hors de la vie fraternelle

et vous ne nous intéressez pas, Car une chose est certaine : il n'y a, il ne peut avoir de génie, que dans la communion humaine, Elle nous a dit enfin, la voix de ce cadavre: « Inconsciemment, je me suis mis tout le monde à dos pour qu'on me foute la paix. » Et cette phrase retentit comme une volonté dernière, alors, si vous l'aimez ce « génie », respectez-là, cette volonté

laissez-le pourrir en paix ... Et par

la même occasion, il nous foutra la paix! ii J 'AI peut-être donné l'impression de me déchaîner un peu trop violemment pour une « bagatelle » .. , Mais qu'on veuille bien considérer qu'au bout de la « bagatelle » il y a le « massacre » ! Et qu'aujourd'hui moins que jamais, il ne faut quitter de l'oeil, ces sortes de réhabilitations, ces exhumations, ces résurrections... Tou. tes, toutes sans exception, l'une après l'autre, l'une au bout de l'autre si l'on n'y prend garde, elles finiront par ouvrir à nouveau le chemin qui mène « à l'école des cadavres ». Plaisir du pai-adoxe, plaisir de la dialectique! oh ! je le sais' bien, cela ne va pas plus loin que ça, pour vous ! Vous hausseriez les épaules si l'on vous disait que le Céline réhabilité de ce soir, cette exhumation d'une charogne, passe obligatoirement par la profanation d'un martyrologe sur lequel sont inscrits les noms de millions de VICtimes. Vous seriez bien étonnés, si l'on vous disait qu'il n'y a guère de différence entre la réhabilitation de Céline par. vous autres et le pein~urlu:age. ~e croIx gammees sur le memonal JUIf par les nervis de Jeune Nation. ALGERIE 1963 Haussez les épaules et soyez étonnés. Car il en est ainsi. Et cela se passe ce soir, 19 juin ~963, su~ .une chaîne de la radio françaIse ... 19 jU1l1 ! 24 heures après que cette même r~d!o 'fran;aise ait célébré l'appel du 18 jU111 1940... Eclectisme saugrenu! inconscience (du moins je l'espère) que l'on veut appeler aujourd'hui esprit libéral. Mais l'esprit libéral, n'exige pas, n'a jamais exigé, la réhabilitat!on. des monstres, des assassins, des genocldes, ni celle de leurs troubadours! L'esprit libéral exige au contraire qu'on se souvienne d'eux avec horreur, de telle sorte que l'avenir en soit préservé. L'esprit libéral n'est pas' une boutique de brocante où l'on peut entasser pêle-mêle, le meuble de valeur et le chiffon moisi, ni une volière où le pou dévore l'oiseau. Et l'esprit lihél-al n'est pas non plus une chapelle où. comme les :\ntiques initiés, les intellectuels viennent pour discuter 1\1 pied de l'Autel du sexe des anges! Le droit à l'esprit libéral s'est acquis, comme la. liberté dont il es~ le prolongement dIrect, a coups de revolution, de sang, de combat. Et comme la liberté ,il doit être défendu contre ses ennemis. Le rôle des intellectuels SUt· ce terrain ne consiste pas it faire cohabiter le criminel et sa victime, mais il consiste à fain' qt1'il n'v ait plus de victime, ce qui implique l'éviction des criminels! Ce soir, 19 juin 196~, par cette réhabilitation de Louis Ferdinand Destouches, dit Céline, on nous force. sous cot1vet·t de liberté' intellectuelle, à une cohabitation indécente. J'AI sous les veux un article de la « Semaine Radiophonique » annonçant sur trois quarts de page ladite émission. Il y est écrit notam- (Suite de la page 7) La page tournée En visitant des entreprises, en parlant aux travailleurs, aux commerçants, j'ai été frappé par le courage, le dynamisme de ce peuple si durement éprouvé et qui aborde résolument les immenses tâches de l'après-guerre. La libération acquise au bout de sept années de sacrifices, suppose, pour les Algériens, une transformation radicale' des conditions d'existence et des structures de la société. Il y a une grande soif de justice dans ce pays, où indépendance et révolution sont deux notions inséparables. Et si la plupart des Algériens savent d'expérience, que tout n'est pas possible tout de suite et ne semblent pas prêts à céder à la démagogie, la nationalisation des grands domaines, comme celui de Borgeaud, ou encore d'hôtels, de cafés, de cinémas, que de riches bourgeOis arabes auraient voulu acquérir, l'institution de comités de gestion élus par les travailleurs dans un nombre croissant d'entreprises, toutes ces mesures d'inspiration socialiste recueillent l'adhésion enthousiaste des larges masses et expliquent l'indéniable popularité du président Ben Bella. Après cette guerre, où le racisme a joué un rôle déterminant, on pouvait craindre que les Algériens ne conservent de la rancoeur, voire de l'hostilité à l'égard des Européens. Je n'ai vu se manifester ni parmi les simples gens, ni dans les milieux officiels, de tels sentiments'. Quelques exactions ou « règlements de comptes » ont bien eu lieu dans la première période, commis par des individus ou par des gangs organisés. Les autorités ont réagi avec vigueur. Rapidement, le mot d'ordre: « Tourner la page » allait devenir une réalité vivante. C'est à tous les enfants de l'Algérie, sans distinction d'origine, que s'ouvrait cette communauté nouvelle, où le mot « frère » est le plus souvent employé dans les rapports entre citoyens. « Tourner la page » .- il Y avait, on doit le reconnaître, quelque mérite à cela. Et pourtant, des démarches furent faites auprès d'Européens à Alger, de juifs à Constantine, pour leur demander de rester, pour les rassurer, leur assurer qu'ils exerceraient librement leurs activités profes· sionnelles et sociales. La guerre était finie. L'O.A.S. avait disparu. Pourquoi ne pas s'accorder désormais ? ... A maintes reprises, j'ai entendu des réflexions de ce genre : « Dommage que les piedS noirs s'en aillent. .. Dommage qu'ils n'aient pas compris ... On aurait pu, ensemble, construire une Algérie plus belle. » Concernant les juifs, on souligne qu'un nombre important d'entre eux ont participé à la lutte de libération nationale et que plusieurs occupent des postes dans les services ministériels et administratifs. Parcourant, à mon arrivée, les deux hebdomadaires édités à Alger, j'ai eu le plaisir de découvrir dans l'un (El-Moudjahid), le troisième article d'une excellente série sur le racisme, et dans l'autre (Révolution africaine), l'intervention intégrale du professeur Jean Dresch à notre Journée Nationale de l'U.N.E.S.C'.O .... Mais aujourd'hui, il ne reste plus en Algérie que 130~OOO Européens et fort peu de juifs, habitant surtout les grandes villes. Dans une imprimerie nationalisée, j'ai rencontré un ouvrier d'origine italienne, né en Algérie, qui m'a décrit avec enthousiasme l'atmosphère fraternelle régnant dans l'entreprise. Cependant, la plupart de ces « pieds noirs », encore attachés aux vieux préjugés, ne pouvant supporter de rompre avec certaines habitudes, et privés du milieu dans lequel ils évoluaient, envisagent de partir à leur tour, non pour cause d'insécurité, mais d'inadaptation. Ils refusent la main qui leur est tendue. D'autres Européens arrivent : techniciens, enseignants, médecins, désireux de coopé· rer à l'exaltante édification en cours. Il est logique qu'ayant tant souffert du racisme, les Algériens repoussent aujourd'hui cette perversion de l'esprit. De même, après les épreuves de la guerre, on conçoit qu'ils soient peu enclins à de nouveaux affrontements. Contrairement aux impressions, aux appréhensions qu'une certaine presse française a pu susciter, dans cette Algérie tout entière occupée à faire face à de pressants problèmes, dans cette Algérie tournée vers l'avenir, les excitations nationalistes le fanatisme agressif qui s'expriment da~s des pays proches, semblent trouver peu d'écho. Dans les conversations que j'ai eues sur ce point, je n'ai pas rencontré d'affirmations catégoriques, de slogans figés, mais plutôt un désir d'information, de discussion. Le gouvernement algérien s'est solidarisé, par diverses déclarations communes avec certaines thèses des autres pays ara. bes au sujet d'IsraëL Dans la vie politique intérieure, ces thèses ne sont guère évoquées, pour le moment du moins. C'est vers l'Afrique, plus que vers le MoyenOrient, que s'oriente l'Algérie. C'est pour aider à la libération de l'Angola que se constitue un corps expéditionnaire. Une semaine de l'Afrique du Sud, avec de grandioses manifestations, vient de se dérouler. La vocation africaine de l'Algérie, les suites à donner à la conférence ct' AddisAbeba, telles apparaissent aujourd'hui les préoccupations fondamentales. Une société nouvelle Que réserve l'avenir? L'Algérie indépendante est en gestation. Politiquement économiquement, des choix tentent de s:affirmer, au milieu des contradictions des contestations ouvertes ou voilées, des 'obstacles de toutes sortes. Une société nouvelle se fraie une voie, péniblement, à travers le chaos laissé au lendemain de la guerre. Toutes les délégations à la conférence de Ben Aknoun ont pris l'engagement de l'aider à s'affermir et à vivre, sachant bien, malgré tout, que l'essentiel des forces nécessaires naîtra de cette société ellemême. L~s antiracistes du M.R.A.P., qui ont l~tte ~ontre la haine aux moments les plus dIffiCIles, qui ont oeuvré avec ardeur à la paix, à la reconnaissance des droits du I?euple algérien, ne peuvent, devant cette emouvante et rude mutation, qu'éprouver de la sympathie et de l'espoir. Albert LEVY. JO cc Nous n' avons pas peur de mourir ~~ ... Faisant face aux déchainements racistes les noirs américains préparent pour le 28 août une marche sur Washington LE 28, ~oû~ prochain aur~ lieu une marche des antiracistes amencams sur Washmgton, marche annoncée depuis quelque. t~mps et à laquelle on s'attend que 300.000 personnes partiCIpent. La date en a été arrêtée le 2 juillet à Ne~ York. par les dirigeants des six plus importantes organisatIOns nOIres. ~ marche s~mbolisera en quelque ~orte les acquisitions de llillportante etape de la lutte engagee par la population noire des Etats-Unis, étape commencée en février dernier par une flambée de colère dans tous les Etats du Sud à la suite d'un attentat commis contre trois étudiants noirs et marquée ensuite par des manifestations contre l'hystérie raciste dans l'Alabama et le Mississippi, puis par le puissant mouvement de protestation éontre l'assassinat en juin du leader noir Medgar Evers. . Ainsi, le mouvement pour l'intégration raciale s'apprête à concentrer ses efforts sur la capitale fédérale, où: le Congrès américain a commencé à discuter le ' projet de loi SUl' les droits civils déposés par le président Kennedy avant son départ pour l'Europe à la fin du mois de juin. Mais en dépit, d'une certaine confusion qui semble encore planer sur le mouvement anti-ségréga~ ionniste qui souffre d'un manque de coordination, en dépit d'un manque de franchise de certaines personnalités officielles qui affichent un attachement verbal à la Constitution tout en se gardant bien d'agir, le vent est à l'optimisme dans les milieux antiracistes et M. Roy Wilkins, secrétaire général de la N.A. A.C.P., a pu dire au congrès annuel de Chicago ouvert le 1" juillet que « l'épine dorsale de la ségrégation était brisée ». Le programme soumis au Congrès L'étape actuelle de la lutte pour la défense des droits civils de 20 millions de citoyens .des Etats-Unis comporte donc deux volets ; le premier c'est la lutte courageuse livrée par les intéressés eux-mêmes, lutte qui a ses victimes, ses morts et ses blessés et qui entraîne des représailles policières, des attentats et les assassinats. Le deuxième volet du dyptique, inséparable du premier, c'est la campagne légale, marquée par le projet de loi sur « les droits civils et l'égalité des poss'ibilités d'emploi » du président Kennedy. La N.A.A.C.P., tout en rendant hommage au projet de loi, estime qu'il devrait être complété par la création d'une commission, ayant pouvoir de contrainte, chargée de surveiller l'application du principe de l'égalité raciale dans l'emploi, par l'attribution de pouvoirs plus étendus au ministre de la Justice et par des sanctions contre les syndicats pratiquant la discrimination (1). Il importe cependant de souligner que l'initiative et la contribution personnelle du président Kennedy à la rédaction du projet de loi n'ont pas manqué d'impressionner favorablement les hommes de bonne volonté tant aux Etats-Unis qu'en Europe. Le programme pour lequel le président n'a pas craint d'engager la lutte au moment même où les esprits étaient échauffés pal' la grave affaire d'assassinat de Medgar Evers comporte, rappelle- t-on, cinq points, à savoir : 1 0 Déségrégation dans les lieux publics. 2° Déségrégation dans les écoles. 30 Plein emploi. 4° Création d'un service de relations entre les communautés et établis'sements dans chaque ville d'un « Comité des relations interraciales n. 5° Pouvoir pour le gouvernement fédéral de refuser toute aide financière aux Etats pratiquant la discrimination. Contrecarrer les manoeuvres ..• On voit que la situation est loin d'être simple. Il y a d'une part l'attitude du chef de l'Exécutif lui-même, attitude quai ifiée par M. Roy Wilkins de « . pas assez énergique ». Il y a une nouvelle et toute récente vague de manifestations Un combat de notre temps LES ma nifesta tions impress~o~nontes des n?ir.s. aux Etats-Unis ne consti tuent pas un evenement ImpreV ISible, car il y a longtemps que ceux-ci ont 'engagé la lutte .contre la Ségrégation racia le dont ils sont vi ctimes, et l'on pouvait s'attendre à les voir étendre et intensifier leu r action afin d'obtenir un résultat décisif. Cette lutte est a nimée par un mouvement organisé par une élite de noi·rs, avec lequel sympathi sent ou que souti ennent un certain nombre de blancs. Ce mouvement a comme centre la Natianal Association for the Adva·ncement of Colored people, mais aussi d'aut res organisations plus récentes, tel que le « C.O.R. E. " .. que dirige le leader bien connu, le courageux pasteur Martin Luther King. J usqu'à ces temps dern iers, le mouvement ava it, par ses campagnes et ses démarches effectuées en suivant la voie de la léga lité, obtenu certains résultats, tels que la proc lamation juri - PAR Georges SAROTTE di que par !a Cour Suprême des Etats-Unis de l'éga li té des dro its. Mais .ce n'était là pour les rac istes qu'un « chiffon de papier ", les gouverneurs et les polic iers d" sud n'en avaient nllilement cure. B~uI5quement, il s'est produ it comme une explosion da ns le monde noi r, sous forme de manifestations extra- léga les et même illégales. Certains noirs ont même constitué une organisat ion pour une action violente, mois ce n'est là qu'une minorité et en tout cas cela permet de mesurer le degré d'exaspération qui 0 fini par s'emparer des noirs à bout de potience. Si vio lenc.e il y a, e:le a été jusqu'ici employée surtout par les racistes avec l'appui des autor ités officielles. En tre les deux comps, existe une masse assez importante de citoyens blancs, qui paraissent disposés à d'es compromis devant permett;e d'atténuer la rigueur de la ségrégat ion rac iale, sinon d'y meHre fin. POUR bien comprendre le cheminement des forces q.'_'i se sont développées et viennent de s'affirmer spectaculairement délns le monde noir .. d:ons la période Qui vient de commencer et qui paraît devoir être déci sive. il fout ten ir compte du contexte historique qui s'est formé et enrichi de divers apports. depuis la seconde guerre mondiole. . Un premier apport provient de cette guerre elle-même, dons laquelle les noirs américains ont fourn i leur contribution à la victoire sur le fascisme et l'hitlérisme. Cette contribution par les sacrifices qu'elle comportoit, devait comporter auss i. nécessairement, en contre-partie, l'octroi de droits et de libertés.' Un outre apport provient des puissants bonds en avont des pays sociolistes dans la voie du progrès économique et culturel; ils n'ont pas été sans exercer ur.e profonde répercussion dons les masses opprimées clans divers p:Jys. Un troisième apport découle de 10 déco!onisation qui, quO'ique liée do ns une large mesure à l'in f luence de facteurs soci a listes, n'en const itue pas moins une révo lution ayant ses ca ractères propres. Tous ces événements, qui fon t de notre siècle l'un des plus grands de l'histoire un iverselle, ont eu leu rs répercussions sur toutes les na t ions du globe et ont mis de nombreux Etats en posture diffic ile devant les revendic::It ions des masses ou des peuples opprimés. L'on sai t, par exemple, combien le Pouvo ir, en France, qu i a dû reculer devant le to rrent de la déco lonisati on, n'en continue pas moins à se montrer rét icent en matière de politique antirac iste. C'est a insi que da ns l'ordre interne de l' Etat, on pe rsiste, 'depuis de longs mois, à frei ner l'adoption de deux textes de lois présentés à l'Assemblée Nationa le à la d'emande du M.R.A.P. et que dJns l'o rdre externe, les représenta nts de la Fronce ont soutenu à l'O.N.U. des Etats colon ialistes comme le Po rtugal et l'Afrique du Sud où sév it une ségrégation rac iale accompagnée de persécut ions sauvages. QUANT au gouvernement des E:ats-Unis, il a essayé d'avoir une att itude plus soup le en fonc tion de l' intérêt qu'i l porte aux jeunes Etats afri ca ins oyant accédé à l' indépendance. Les peuples d'Afrique s' in té ressent au sort des noirs des U.S.A. , et de ce fait, les re lations économiques des Eta ts-Unis avec ces pays se sera ient rapidement dété rioriées si des mesures énerg iques n'étaient pas pr ises pa r le gouvernement américain contre la disc rimi nation raciale. La réso lution adoptée à .ce sujet par la confé rence d'Add is-Abeba représente un avert issement non équ ivoque. M. Kennedy n'o pas ma nqulé de foi re va loi r ces données qui militent en faveu r du renversement de la poli tique de ' ségréga tion rac ia le, et il est à penser qu'une très gra nde partie de l'op; nion américaine s'y montre rG sensible, d'autant plus qu'elle peut avo ir à cra indre que la presse soc ial iste et communiste ne commente ce qui se passe pour en t irer des conclusions sévères. L'attitude du gouvernement américain en face du mouvement anti-ség régationniste est éga lement conditionnée par les impératifs éle·ctora ux. En effet, le parti démocrate au'quel appa rtien t le président Kennedy dét ient la ma jor ité dans les Etats du Sud et il est ce rtain que de ce côté, sa candidature', lors des procha ines élect ions prés identiell es, risque fort de courir à l'échec au profit d'un candidat répub licain. Ma is, en revanche. on peut admettre que M. Kennedy ne perdra it pas, en fin de compte .. car la perte des voix appartenant à des démocrates' ~'udistes pourrait être facilement contre-ba lancée par un gain de nO'uveJUX suffrages, « noirs" ex-républicains. Et pUlis, il est possible au Président de foire comprendre à la plupart des Américains que leur pays a le olus gr ~ nd' intérêt - et le plus urgent auss i - à mett·re fin :J la politique aberrante de ségrégation qui le discrédite de plus en plus auprès de l'opinion internationale. A ces considérations., s'ajoute l'échO' de la gronde voix du Pape Jean XXXII I qui a condamné toute discrimination entre les hommes et prêché la paix et le fraternité universelles. C'est dons de telles conditions que le mouvement pour le progrès des no irs a choisi de livrer un assaut contre la ségrégation raciale américaine. La situation est mûre pour oue s'ouvre une ère plus heureuse pour les noirs américains vicÜmes depuis des siècles de l'oppression raciste. ILes dil'igeants des six groupements qui se sont réunis à New, York pour préparer la marche du 28 août. - De gauche à droite : John Lewis, Whitney Young, Philip Randolph, Dr Martin Luther King, , James Farmer et Roy Wilkins. et de contre-manifestations tant dans le Sud que même dans le Nord des EtatsUnis. Mais ce qui ajoute encore à la complexité du problème c'est le fouillis apparemment inextricable de la procédure dont les racistes et les autres adversaires de l'intégration savent se servir avec maestria tout en ne renonçant point aux moyens plus vulgaires tels que la corde, la matraque, la bombe, etc. Ainsi, dans le cadre de la campagne engagée au Congrès, on s'attache avec habileté à rechercher des failles dans l'armure de la N.A.A.C.P. en jouant sur le fait que les revendications noires n'ont pas' encore trouvé d'expression définitives, uniforme et cohérente. Ceux qui objectent à la législation intégrationniste du président, fidèles aux meilleures traditions de la tactique de Tartuffe, se gardent bien de prêter le flanc à une · attaque directe qui pourrait leur être fatale à très brève échéance 'et se réfugient dans le maquis de la procédure, refuge classique et combien sûr de tous les « gangs» des Etats-Unis. Entourés de bons avocats, ils entendent user de « tous les moyens de Droit » que comporte le règlement du Congrès afin de donner à toute minorité la possibilité de faire entendre sa voix et de bloquer en sa faveur le jeu parlementaire normal. Le révérend Martin Luther Kit!g, s'adressant à plus de :~.ooo personnes venues l'entendre dans une église de Brooklyn, a déclaré s'associer pleinement à la Marche pro'; etée sur Washington, manifestation qui, selon lui « est destinée à contrecarrer les ma~oeuvres d'obstruction que ne manquera pas d'entraîner au Congrès la discussion de la loi sur les droits civils présentée par le président Kennedy n. Simultanément, le Congrès de la N.A.A.C.P. réuni à Chicago a mis au point un vaste programme de lutte contre la ségrégation raciale sur un plan national, programme devant se traduire notamment par de nouvelles manifestations dans l'ensemble du pays. « Les noirs ne veulent pas de violence ils .ne yeult;n.f pas dev.enir des martyrS: mms ûs n ont pas peur de mourir » déclarait au Congrès M.L.C., Bates. se~ crétaire de la N.A.A.C.P. « Le naiT n'a plus }e.u.r n, déclarait M. W. C. Patton, secretaIre pour le Tennessee. en a jor. , tant ,:,u! « il a appris que s'il pouvait mounr pour son pays, il pouvait aussi mouriT pour sa race ». L'.ol?inion générale exprimée par les pal'tlclpants au Congrès était que la fin de la ségrégation raciale aux EtatsUnis viendrait beaucoup plus vite qI/on ne le croyait ~énéralement. « Il n'est plu.~ alle~tiol1 ri' accepter de compromis », a dec1are M. Robert Saunc1ers, représ·en .. tant la Floride. Telle est la situation au l110nlent où nous mettons sous presse. La fin d'ulle importante étape dé la lutte ::mtiraciste aux Etats-Unis aoproche de son rlénonement lo!iflue !râce ?t la comhativitp d la détermination de, intéressés et ?o h prise de position raisonnable du chef .te l'Exécutif lui-même. (1) L'accusation de discriminatio.n en matière syndicale, semble avoir suscité la réaction du leader syndicaliste bien connu Walter Reuther qui a' tenu à uar, ticiper récemment à une manifestation anti·ségrégationniste à Philadelphie aux côtés du Révérend Luther King.

Notes

<references />