Droit et Liberté n°00011 - Août 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Trêve n°2 par M. Vilner (Moyen-Orient) -page1
    • Mon point de vue par Julius Stricher -page2
    • Forces déchues et forces montantes par Roger Maria -page2
    • La Palestine et les problèmes internationaux par André Ulmann (Moyen-Orient) -page3
    • Chroniques de notre temps: Crimes sans châtiment par Raph Feigelson; Léo Isacson membre du parti progressiste américain nous dit. -page4
    • Petite histoire de Manosque: les Hébréards voulaient encaisser la Durance par J. Milner -page5
    • Les maudits: carrière d'un bourreau par J.A. Bass -page5
    • 4éme anniversaire de la Libération de Paris: cet été-là, par Charles Feld -page6-7
    • Enquête de Droit et Liberté dans les démocraties populaires: Roumanie par Michel Baron , Hongrie par Alain Adler -page6-7
    • A travers les professions: la chaussure par Annette Joubert -page8
    • Pierrot le fou, un phénomène social? par André Fray -page8
    • Centenaire de la mort de Chateaubriant par Gilbert Mury; Bernanos le pamphlétaire bien-aimé par R. Payet Burin; hauts et bas du cinéma anglais par Félix Fedrigo -page8
    • Jeunesse: vivent les vacances par Dany Senaz; Nous ne sommes pourtant pas exigeants par Louis Mouscron; L'amer, l'amer toujours recommencé par Raph Feigelson -page9
    • La route du vert n'est pas coupée: dessins humoristiques de H. Cernier-page10


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

":Z;IRE F;N PA «irE 31 ~ -------....;.---------------~-Charles---_ ...... ---......... 1 a Palestine et' es· roblèmes internationaux \ par André ULMANN ,. Prix 20 francs. , , { 1 ,LE GRAND HEBDOMADAIRE : DE LA VIE JUIVE i f l 1 1 Fondé dans la clandestinité .~ A VEC la trêve n° 2 qui, théoriquement, est entrée en "Vigueur le dimanche 18 juillet, rIDe nouvelle phase du drame paJestinien s'est engag{ e. C'est la quatrième depuis le jour - il y a huit mois e:,actem~nt _ où l'Assemblée :des N allons UnIes él pris la décision historique de créer deux Etats indépendants, juif et ara he. Aujourd'hui, il est plus utile que jamais de rappeler cètte décision du 29 novembre, car d'aucuns voudraient nous la faire oublier. La première phase fut , caractérisée par la surprise des Américains qui ne s'attendaient pas à voir leur propre proposition adoptée sous la pression de l'U.R.S.S., des démocraties populaires et de l'opinion démocratique de tous les pays. Il en est résulté une série de voltefaces et d'intrigues anglo-américaines ayant pour but de rendre impos. sible l'application de la décision. M' AIS la jeune nation d'Israël, étonnant le monde par son cc,mbat pour l'indépendance, remporta une première grande victoire : la proclamation historique de l'Etat d'Israël, le 14 mai 194~. Ainsi s'achevait la première pha~ e. Dans la seconde, l'Angleterre riposta aussitôt par une guerre sanglante où elle jeta ses va saux, les maîtres féodaux (les pays arabes. Cependant, nous assistions au dévelop'pement d'une lutte sournoise entre l'impérialisme britannique, toujours agressif mais essoufflé, et l'impèrialisme américain qui, poussé par ses convoitises, - richesses pétrolières et positions stratégiques - accentuait 'son infiltration. Une fois encore, l'Etat d'Israël, fé'rme devant l'offensive militaire comme il l'avait été devant l'offensive diplomatique, , repoussa toutes les attaques et, ainsi, se renforça. ,L'expédition guerrière ayant échoué, un effort fut tenté pour amener les Juifs à renoncer à un Etat indépendant. Et ce fut la « trêve » confiée à un homme à tout faire, le comte Folke Bernadotte. - Cette troisième pha(,~ "dura du 10 juin au 8 juillet. Mais la trêve ellemême fut rompue par l'Egypte sur l'ordre de l'Angleterre, qui cherchait une diversion parce qq'elle avait pris peur devant les mouvements de libération des pays arabes. Or, l'Etat d'Israël, en dépit des diverses tendances qui se sont fait jour en son sein, a répondu par une . contre-offensive victorieuse, grâce à l'armement qu'il a pu se procurer dans les pays de démocratie nouvelle, et notamment en Tchécoslovaquie. Tout à coup/ le Conseil de Sécurité, qui hésitait à -désigner -l'agresseur, est devenu énergique, et, sous la menace de sanctions, a imposé une nouvelle trêve. Qu'est-ce que la trêve n· 2 ? Et pourquOi y ' a-t-il eu un « entre deux , trêv~. :. 1 Est-il -n'aiment impoNi. Août 1948 ble d'ét~blir une paix durable entre Juifs 'et Arabes, comme voudrait le faire :~'roire le coin te Bernadotte, sans frustrer l'Etat d'Israël de s~n indépendance ? , ISONS-LE nettement: la D seule solution possible, la seule digne d'hommes libres et pacifiques, se trouve dans le respect de la décision de rO.N.U. du ;29 novembre. Que le « médiateur », fidèle aux consignes qu'il a reçues des AngloSaxons, cherche à se donner une compétence qu'il n'a pas en formulant ses p"ropositions sans tenir compte du vote de l'Assemblée des Nations Unies, cela ne saurait nous étonner. Que 1',lrgoun fasse du tapage sur un Etat juif s'étendant sur les deux côtés du Jourdain, cela ne fait que confirmer le caractère ' nationaliste et chauvin de ce grou,pement dont l'influence ne pèse he\!·· reusemeIit pas d'un grand poids sur les événements. Mais que le gouvernement provisoire d'Israël et le mouvement sioniste s'aostiennent de contester avec énergie, sans équivoque, au 'comte Bernadotte, le droit de formuler des propositions en passant outre au texte du 29 novembre, voilà qui peut devenir la source • de no~breux dangers. L y a quelq~e chose de puéril 1 dans les considérations de ceux qui se demandent si le plan de partage est juste ou réalisable. Les Arabes ~ussi bien · que les Juifs chercheront - et trouveront _ les moyens d'aplanir les difficul-' tés une fois que l'existence des deux Etals ne sera plu3 contes~e. Nous en sommes persuadés, non pas parce que nous croyons à la « bonne volonté ' », mais parce que la communauté de vie est plus forte que la division artificiellement provoquée. Tout effort, toute action, tendant à donner force à la décision , du 29 novembre sert la cause des peuples et de la paix. C'est pourquoi il serait juste que le gouvernement français reconnaisse l'Etat d'Israël. Mais lè gouvernement actuel le fera-t·il ? Sa composition laisse supposer que non. Cependant, il faut faire confiance au peuple français qui finira par faire prévaloir le point de vue de-la France dans bien , des .domaines. On comprend aisé~ent la pression que l'Angleterre exerce sur la France en même temps que sur les pays scandinaves et le 3énélux. Si la France se décide ' à reconnaître l'Etat d'lsraël - et dès sa constitution, l'Etat arabe de Palestine - les agresseurs seront dévoilés et le travail du Conseil de Sécurité sera grandement facilité. Il appartient à la Frélnce d'agir en grande puissance, d'entraîner les hésitants, de faire un pas décisif pour ramener la paix dana un,.. coin d\! monde. M. VILNER. · • Nouv~iIe série N° Il (79' , 1 Après Uft bombuleme"t. lei entants quittent leur abri sou~ l'oeil yi~ilant d. . l·infi .... ièR ', • pmnt ·de lJUe pç.r Julius STREICHI;R , Dominez vos nerfs, - mes ca ·marades! Je connais votre exas. pération et je la partage : mais ma vieille expérience m'a enseigné aussi que les combats victo' rieux sont toujours entrecoupés de reve.rs apparents et que la victoire définitive appartient aux llommes qui font preuve d'une fbrce morale suffisante pour surmonter' ces .moments difficiles. Tenez bon! Il ne tient qu'à vous de résister à l'offensive qui semble depuis quelques ·jours déferler sur nos positions; il ne tient qu'à vous .de reprendre en avant la marche triomphale que votre . jeune ardeur s'impatiente de voir stoppée \,rusquement. Mais, vrai! Quelle déception après l'immense espoir qui, soudain, avait fait se dilater nos peitrines ! Déjà, nous imaginions que la guerre allait reprendre au point même où elle s'était arrêtée; que Inous pourrions voir s'engager à nouveau, avec des · Lorces fraîches, la bataille de Berlin. .1 faut le reconnaître : ces bolchevi~ maudits nous ont joués! Ils ont d'abord su éviter toutes les situations équivoques qui au' raient pu les rendre, aux yeux de l'opinion publique, responsables du conflit. Puis ils ont fait l'étalage de leu1'- .insolente assurance leurs antagonistes, aussitôt, affolés devant cette lI:éaction qu'ils n'avaient pas su prévoir, n'ont phu cherché qu'à trahir nos espoirs et à faire ma: chine arrière. Aujourd'hui, semblables ",_des bassets Jappant fu· rieusement en courant en rond après leur queue, ils se demandent comment, sans se couvrir d'un ridicule irréparable; ils arriveront à jouer la scène finale de leur pantalonnade : « Retenez- moi, ou je fais un malheur .•. » Rien de tout cela, mes camaradC? s, ne doit vous -affecter. Votre tort, peut-être était d'avoir pensé que les « Occidentaux » étaient déjà nos alliés. En vérité, iIa ne sont que nos agents inconscients, servant parfois sans réticence notre politique ; mais leurs contradictions, leurs hé.itations, leur manque de comtance et leur pusillanimité font que DOUS devons, dan. nos rapports avec: eux, demeurer toujours vi, ilants. Nous devons seulement savoir profrter de leur laibl~$e pour les eD.g8.er S8ns réticence ....... la voie que noua voulons leur faire emprunter_ Heil Hitler ! P.c.c. : J.-F. Dominique. Droit et Liberté Rédaction et admirustration U, Rue de Paradis, 14 Paris X· T.hlphone:PROvence 90-47 80-48 C.C.p. Paris 607~98 Tarif d'abonnement : 3 mois •••• •.• • • 100 frs ' 6 mois .......... 200 frs 1 an ..••••. : . • • 400 frs Etranger : Tarif double. Le gérant: Ch. OVEZAREK .~ Impr. Centr. du CrolBsa.nt 19. r. du Orolssant, Pa.r111-~ 11. ROcHON, iD'lprtmeur DROIT ET lIBERTE ---------......;:~~----- [1- aoOt .1948. .. - Nt J~l!i Ig~~-_.~ -:-.- - ::::::; -. -- ---_-.- -..- - --- FORCES DÉCHUES ET FORCES MONTANTES , . \ ({ DES CHRETIENS PRENNENT POSITION » quoi ne pas voir une réalité qui crève les yeux? La prétendue sincérité de l'homme de la nQnintervention favorable à Hitler et à Franco s'arrête au bord des conséquenc~s . concrètes pour s~ perdre. dans les brouillards de l'intellectualisme impuissant. qui m'a reçu au Palais-lJourbon, .après quelques considérations sur l'·avancement et les galons en particulier, m'a tenu un curieux raisonnement «Tous (:es gens-là, m'a~t-il dit - parIant des accusés ..:.-. quoi qu'ils aient fait, il y a une .chose dont nous· sommes sûrs : c'est .qu'i1s sont anticommunistes. NoUe devoir est donc de les ·sanvcr ... C'eST le t:tre d'un petit journal qui est l'organe d'un groupe vivant ~t sympathique: l'Union des Chrétiens Progressistes. C'est bien à ces camarades qu'il appartenait de prononcer ce sévère jugement: Nous avons attendu (comme nous l'attèndion§ il y a cinq ans) qll'une grande voix ctvétienne s'élève pour exprimer l'angoisse des chrétiens à propos du sort des 700.000 Juifs de Palestine menacés d'être jetés à ta mer, nous l'attendons encore, hélas ..• ,P lus loin: Il ne suffit pas de sauver les . Juifs du massacre ou du camp de concentration. il faut encore' lutter pour que cela· ne recommence pas. La reconnaissance de l'Etat d'Israël est le moins que la France puisse faire. Ci! n'est pas par hasard que le Vati~an se tait et que le Gouvernement français joue les Ponce· Pilate. UNE VOIX JUIVE faire .allusion. Voyez en quels termes: , Aujourd'hui comme il y a . quelques mois, la ·solution dépend avant tout de cette condi- · tion simple : que la démocratie britannique, fidèle à sa constante tradition, se range nettement du côté de la loi interna. tionale, de l'autorité internationale • Où a-t-il v'u que la « constante tradition » du Colonial office et de l'Irak Petroleum comportait le respect de la « loi internationale' » ? Car c'est bien de cela qu'il s'agit: le peuple anglais n'est pas le maître véritable de la démocratie britannique et ce n'est pas lui qui veut la politique criminelle pratiquée en Palestine. Alors, pourquoi poser les problèmes de travers, pour- ET POURTANT ELLE TOURNE ... Dans Franc-Tireur du 16-VII, Madeleine Jacob rend compte du procès des officiers français parachutés au Maroc par le S. R. allemand. Elle reproduit une simple phrase de la correspondance de l'accusé Girard, de la L.V.F. : « Nom; sommes gonflés à bloc. Mort aux Juifs 1 » C'est banal, bien que violent - mais voilà qui éclaire le fond obscur du débat : un témoin, le caRitaine Piémont, raconte qu'il a été convoqué par un l'.arIe. mentaire qui s'est présenté comme étant de la commission de la Défense nationale. Ce monsieur 1 cc Et pourtant, elle tourne,.. » Oui, la roue de l'Histoire tourne et des millions d'hommes et de femmes. par le \nonde, apportent, dans la misère et l'espoir,. leur !,!ffort à la lutte commune de tous les opprimés. Les ,Juifs de Palestine, aujourd'hui, portent le poids des attaques, ouvertes 011 sournoises, de l'impérialisme, mais les forces montantes du camp démocratique irriguent, comme une eau frakhe, le sol vivant ~es combats libérateurs. Un .... ppel, L:sle.: .. ue Dans un reportage de Tom Agoston sur la -situation actuelle r---------------------------:---~----; :... 011 m'a SOHvti'u: repr;;ché d'être un a~ltis;mite ..• , ... des Juifs de l' « Exodus· », en Allemagne, publié par NordEclair de Lille du 10 /VII, nous trouvons notamment cette décla- ration du com{nandant Gruenstein qui dirige le camp de D.P., près de Wilhemshafen, où 1.500 Juifs attendent irnpatiemment le départ vers Israël : ' N ous sommes tous prêts à mourir pour ta Terre Promise, si cela est nécessaire, mais nous ' .désirons avant tout obtenir un foyer qui soit bien à nous, dans· un pays qui soit le nôtre, car l'histoire prouve trop éloquem~ ment que quel qne soit l'endroit où des gens de race juive sont contraints à vivre en compagnie d'individus non;juifs, la haine antisémite s'allume d'elle-même et nous en avons assez 1 Ce pessimisme définitif, sans perspective, est. historiquement mal fondé; en effet, « la haine U'f1tisémite " est étroitement liée aux sociétés de classes reposant sur le profit individuel, pour des raisons qu'il est superflu de rappeler une fois de plus. Au contraire dans une démocratie yéritable, reposant sur la propriété collective, les obsessions du racisme, de toutes les formes ,du racisme, sans disparaftre d'un seul coup, s'estompent progressivement faute de sol nounîcier jusqu'à devenir inim~ ginables, comme l'Union soviétique et les républiques populaires nous en offrent l'exemple parfaitement probant. Et s'il subsiste encore aujourd'hui, en· Polo~ne ou en Hong-rie, des séquelles de l'antisémiti~me, comme certains esprits chagrins pourraient en faire l'objection, Il()US devons marquer que c'est un héritage du monde antérieur, féodal, capitaliste et obscurantiste et que ce qui compte ce n'est pas cet antisémitisme rémanent, c'est lu'il soit comQattu et qu'il se trouve réduit avec le temps. « IL A DES YEUX POUR NE POINT VOIR ... » Englué dan~ une verbosité subtile à prétention juridique, Léon Blum navig-ue dans un marais de corttradictions, le 15- VII, dans un éditorial du Populaire sur « la guerre de Palestine ». Voici les deux premières phrases de son article : Je ne parle pas volontiers à cette place des affaires de Palestine. De .loin en loin, cependant, un cri m'échappe. Merci pour le cri. Mais ce sont quand même les " socialistes " anglais qui font l'e travail. M. Blum ne peut pas ne pas y v Variations sur· un "occidental " - Je m'élève surtout contre ' les immigrés dont nous avons littéralement subi l'invaJum. Parmi les immigrés, il l'St indéniable que le plus grand nombre est· composé de 'uits qui, quoi qu'on dise, s'asstmilent difficilement aux Français aryens. thème c ETTE quinzaine encore, l'AUemagne, et plus particulièrement Bel'Iin, reste le centre de l'actualité mondiale. ·Chaque jou,r, la presse apporte de nombreuses informations sur le développement de la - Il faut mrêter 1'invasiolJ. des Juifs d' Orient ... Il y a imprudence à ce qltt' les 1 sr.ttélites se montrent en haut de l'échelle sociale, et, à ce sujet, l'expé. rience de M. Léon Blum nous incite à nt' Plus tolérer cet état de choses. En ce moment, les Juits cumulent un grand nombre de fanctions frttbliques, et des Plus importantes. Il est évident, et mes amis _du P.R.L. sont du même avis, qùt ces pos· tes importants qu'ils briguent, tant à la r.adio .qu'à la presse, devraient à tout jamais leur être interdits. crise. Voyons comment - devant cette toile de · fond, face à une opinion publique excitée et excédée - se déroule la vie des Juifs en Allemagne de l'Ouest; qu'ils soient D. P. ou non. Glanons dans les informations qui no~s parviennent deci, de-là. « L'ANTISEMITISME DEPASSE» - Dans la nuit du 29 au 30 juindernier, au cimetière juif de Regensburg, des « inconnus » ont renversé quatre pierres tombales. Celles-ci pesant de 500 il 600 kilos chacune. Il n'est pas possible, pour une fois, de soup!ronner de jeunes gamins. A noter que des policiers auxiliaires armés surveillent le cimetière toute la nuit. Mystère et croix gammée 1 _ L'Admipistration Centrijle Judiciaire de La zone britannique a rejeté . u .. ,e demil.!1de tendant à introduire d,lJ1s le code criminel allemand le délit d' ( activité antisémite li. Motif : « l'antisémitisme allemand est une conception dépassée », Les auteurs de ce poulet ont certa ·inement pensé ~ . ~ette . brave .et bORne .dame de Fultln, en P.ensyl ~ ' vanie (U. S. A.l .qui .envoyait r.é.gulièrement à La municipalité d'Offenbach des colis CARE, accompagnés de la mention : (( Pas pour ies juifs 1 Pour les aryens seulement ! li ,.r- Elie les a dépassés. LE GRAND PRIX DES NATIONS ••• C'est ... insi que tes Juifs des Clmps de D. P. ont baptisé J'émigroltion Yef'S la Pollestine. A Cluse des obst.cles. Mais ••• _ Au Congrès Mondial Juif à Montreux, le professeur William Ha· ber, conseiller du Cénérël Clay pour les questions juives, s'est prononcé pour l'évacuation immédiate de tous les D. P. juifs d'Allemagne et d'Autriche. Mais ..• - Dans les camps de D. P., le nombre de naissances dépasse celui des départs. Le taux de natalité est de 49 pour mme et un délégué américlin s'cst écrié en levant les bras au ciel : (( Lorsqu'en un mois nous mettons mille juifs sur uirc. bateau, dans le même laps de 'temps nous savons. qu'if naît mille bébés. » -- De Heide+berg, on apprend que les autorités américaines ont dOMé des instructions très striCtes .contre l'organisation d'exercices militaires dans les camps de P. P. 600 juifs qui, rr.unis de. visas français, voulaient se rendre en France, ont été bloqués à Munich parce qu'ils n'avaient pas d 'autorisation américaine de sortie. - Ll's Juifs mzt souffert, certu, mais les propriétaires actuels des bit'ns de ces · der· niers - et qui sont Français ENTRE AMIS Et voici, une nouvelle réconfortante qlli nous parYient de Londres et qui '3 fait une très grosse impression en Allemagne occidentale: ' ava1lt fout - n'ont pas IMins subi les rigue~trs de l'occupation. - Le journalisté anglais Douglas Reed qui édite le journal antisémite « London Tidings » a fait cadeau de sa libr..ôirie de Londres-Chelsea au nazi Siegfried Kaden, ex-prisonnier de guerre et ex-librëire de Lu.nebourg. C'est Joseph Denais, membredu P.R.L., qui a tenu ces propos en juin 1946: Aujourd'hui, ses collègueS" de parti sont au gouvernement. .... ~~ GRINGO/RE" (J reparu Les antisémites ont repris, en cette année 194'8, une certaine ar~tnce. Cependant ils ju~ent préféfable, pour le moment. de menager la forme - en attendant mieux. Plur les .dépister .dan&. la presse, il n'est nullement nécessaÎre de lire entièrement tous les journaux. Il ~flit de regarder les grands titres. - Si vous voyez en manchette : « PouNluoi Je procà Ju Maré· cha? n'est-i/.pas encore réoi3é Il. ou « L'ottentat contre T oglMtti ~rt Je Kvminform », ou encore, « Staline Jécfenchero-f-il la g1Jerre cette année ~ . II soyez certain qv.e y~S y trouverèz une pointe d·antisémitisme. ' • « Dissidence 40 », organe Je Bernard Lataste « résistant de toujours» (à partir de 1945), n'y manque 'pas. Le « clou» de son numéro de 1,;, mi.juilletoest un article qui s'indigne: « Pourquoi la pre33e cache-t-elle la vérité sur la Palestine. » « .paru la presse prétendue libre et honnête et qu'on nous Jit

$SUC Je la Résistance il y a que Jes encouragemenü aux aspira·

tiom J'Israël. » . Mais quelle est cette « vérité » que la presse cache ~ « Les troupes juives Je Jérusalem armées par la Légion arabe mont~ent une trà f1r.an.de précision dam le tir contre les église; chrétIennes; leur aVIation attaque non seulement les villes mais les colormes civiles en marche. » , On aura tout lu ( • ~( L'Indépendan~e française» croit, elle, qu'on peut déjà parler clairement .. Da!?s son numéro du 15 juill~t, sous le titre i La Politique ll, ~us lisons: « Tous les adversaITes de la Nation Juive, auxquels 1 on reproche notammen~ leur antisémitisme, ne demandent le plus souvent .qri.un statut Jes Juifs, et nullement un pogrom. » .M.e.r.C.I .b.ie.n., ......................... .......

1 1 ..


...............- _.. .-. fROfT ET' tmetT! s

LA PALESTINE ET. LES PROBLÈMES I NTERNATIONAVX I L semble bien que provisoirement une trêve véritable soit , obtenue dans le problème de la Palestine. C'est, du moins~ l'imp~ession que les grandes puissances peuvent avair et souhaitent donner. Mais les raisons permanentes de la crise pàlestinienne, en même temps que ses conséquences sur le plan international ne sont pas effacées pour au~ tant; et ce sont les unes et les autres qu'il nous faut commencer à examiner, au moins sommairement, aujourd'hui. Il convient de poser quelques principes, d'établir quelques lignes de recherche, quitte à y revenir plus tard, dans le déta.il. Au moment où nous écrivons ces lignes, on peut résumer la situation dans ces termes: Après le refus du Comité politique de la Ligue arabe d'accepter la proposition du comte Bernadotte de prolonger la trêve en Palestine, on avait espéré qu'au moins la sus[lension des hostilités ' à .Jérusalem et la résolution adoptée par le Conseil de Sécurité deo Nations Unies feraient cesser les effusions de sang .. En effet, si les mesures ' à prendre n'étaient 'pas encore clairement définies, il n'en restait pas moins que le Conseil , de Sécurité avait considéré la situatlOn en Palestine comme constituant urie menace pour la' paix et qu'il invoql)ait pour la premièr.e fois dans l:,histoire ' des Nations Unies -les dispositions du chapitre l de la Charte prévoyant Jt' recours à: l'emploi de la force pour la mise en vigueur de ses décisions. L'ÉTAT DE LA 'QUESTION ' CEPENDANT, si PEtat d'Isri€l acceptait de se soumettre et d'ap, Pl;quer lanouv;lletrêve, malgré le desava:ntage resultant pour lUI, , selon ' l'opinion publique juive, de la cessation des, hostilités, le 'Comité politique de la Ligue arabe faisait des réserves séFieuses sur l'applicatIOn - de cette trêve, protesta ut ~ontre le terme d'agresseurs dont le. Etats arabes s'étaient vu qualifIer et posant troIS conditions au « Cessez le feu H: 1. suspension de l'immigration juive pendant la durée de la trêve; ~. autorisation pour les réfugiés arabes de regagner' leurs foyer');, 3. fixa- , tion précise de la durée de la trêve, les unités arabes restant prêtes à intervellir en ca.; d'une violation de celle-ci par ks forces de l'Etat d'Israël. Malgré tout, on était arri,.'é à une entente précaire et le « Cessez le feu )' devait avoir lieu le 18 juillet, à 15 heures. Mais les termes mêmes du comte Bernadotte n',étalent pas faits pour satisfaire les Arabes. Ne déclarait-il pas, en effet, que (( le fait nouveau dans cette nouvelle trêve est qu'il n'y a pas de temps limite et que nous né serons' pas obligés d'agir trop ' rapidement li ? C'est cette lenteur qui! semblt ne pas convenir à certains milieux di: la Ligue arabe, qui voudraient en finir le plus rapidement possible, avant que le mécontentement des peuples arabes envers certains de leurs dirigeants ne se manifeste, et avant, surtout, que leurs munitions ne ~oient épui~ées, com ~ me beaucoup en ont manifesté la crainte. Car le désaccord régnant entre le!:. membres de la Ligue arabe n'a pas permis la suspension des hostilités, l'Irak et la Syrie ayant décidé de poursuivre la lutte et s'e dressant contre la mqjorité au point de ne pas observer la discipline de la trêve. On craint à Londres que cette tension continue ne renouvelle la crise anglo-américaine qui se produisit le mois dernier ,au même sujet. Il faut dire cependant que les Britanniques n'ont nullement l'intention dç céder du terrain devant le-s Américams et que cela n'est pas faJt pour simplifier la situation ..• p ar A n dré , lJ LDANN 1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 EXPLICATIONS ' ON m'excusera d'avoir posé aussi brutalement le problèmt: ruais objedivement, et seule, ment sur le plan des, informations que nous pouvons posséder. . 1 Car Il apparaît aussitôt comment le problème ;le la Palestine est lié à l'ensemble des quéstions intérnationales. Et là, nous devons établir une distinction essentielle. Que la politique internationale tienn,~ compte de la situation intérieure des divers pays, rien ' de plus évident, n· de plus naturel. La forme même de.:; gouvernements, les principes économl' ques, politiques et sociaux appliqué:; dans un pays ont une influence déterminante sur sa place dans le complexe Jeu mterna tlOnai. Des conceptions' différentes se partagent le monde, à l'heure actuelle, nul -ne songe à le nier. Sans doute, pour .. ront-elles (et, surtout, devront-elle,;) cohabiter encore un certain temps, Elle" , s'affrontent. C'est là un jeu normal: 0!1 peut penser que cp.rtains ,de ces pnnClpes sont bons (et d'autres. non) ,et qu'il importe de les faire triompher. les possibilités les plus réelles d'une ,m11,a8m' t enan t , reportons-nous à Bilan$ Paix pour la Palestme. ' b. u Ile t'm , d' un « Cent'r e de do'c umenta-• , Quand on affirme aussi qu'il est pos- tIon ses:lale. économique et politique Il.slble de trouver dans la voie du SOCla- Nous y ~rouvons une analyse de la lis. me un, e solution à la crise palestt- Charte slgne' e en f"e vner entre la m,e n. nle' , on ne fait pobiln t pEr euv.-el 'd 'im- Transarabian Pipe Line C·0 , repreS, ("Ilpena Isme, ce me sem e. t sion se tant les intérêts de l'A "'erz·c Ab' t' Il d; . ". an ra ta" c?ntentalt Plat. al el~br~ '1 affirm~r ,~ue . C!tl Co, et le gouvernement de la Palesces \lne so utlon 1 era e ou federa- brie' tlve qUI cdon' Vien,t., on ne ferait pas pl~s ~ « .• .. traité portant sur 70 ans, dont preuve 'Impenalisme. Malheur~use- le ~on, tenu rappelle un peu les charte" mentl, de ce ' côté-là, on doit avouer co 1o ma1 e s qu'on concédait autrefOIS~ q?e a q1,!estlOn est tout autrement po- au" sociétés coloniales. La Transarasee. bian Pipe Line Co aura le droit d'ins- C'est de bases stratégiques, de luttè t Il d h ' pour des marchés et de défense d'inté- ~ er es abitations, de construire et d explOIter des chemins de fer et des rêts pétroliers qu'il s'agit. t C - ' ramways, de construire des aérodrod e. qu,i su,f fit, cette fois, à défillir mes~ de construire et d'exploiter des es I~periahsmes en action. statIOns de radio, de bâtir non' seule- FATALITÉ ment des pipe-lines, mais des raffineri~ s" des installations portuaires, de, DES IMPÉRIALISMES hopltaux, etc ... La Transarabian sera ET nous voudrions, plutôt qué par . e~empte d'impôts penaant toute la dudes commentaires imprécis nr ree de la conceSSIOn, sori matériel sera plus fournir à la réflexion d~ no~ exempt des, droits de. douane et ell~ lecteurs que quelques textes' don; aura le d:OIt d'exploiter des carrières '1 " . et des forets. » 1 s sauront tirer les conclUSIOns, F' .' D , a b or d , une pe't '1t ·I On d e prm" Clpe, aut-Il mu, ltiplier les ' exemples?. Elle est parue dans l'américain Har- Notre amI Roger Vadland 'conclua,t per' s Magazine, en octobre 1944:' en ces termes" que nous pouvons re- « La constrLtction d'un pipe-lÎue' prend,re, une etude de cette sorte: ,(: Ces textes sont à méditer pour Id dmgeants d'Israël. Ils seront ainSI '~oins surpris le jour, peut-être pas tellement lomtam, où Londres et yVashington concluront un accord sur la Palestine, a.vec, par exemple, internationalisation t'relative) non seulement de Jérusalem, mals aussi de Haïffa et de toute la zone des pipe-lines. » PERSPECTIVES . M' AIS, en réalité, dans. la phas~ , présente', les Anglais essaient de profiter de la situation confuse au' Moyen-Orient pour , reprendre des positions pétro- De ga uche à d roite ; MM. Trygve Lie, secrétaire général dè l'O.N.U., le comte Bernadotte et Manuilsky , dé lé gué de l'Ukraine. lières qu'ils avalent perdues, notamment en Iran et en Irak, à la suite du renouvellement, ' en 1946, de l'accord connu sous le nom de ( ligne rouge H. C'est ainsi, qu'il convient d'mterpréter !e voyage que fait le shah d'Iran en Angleterre, pour assister aUX Jeux- Olympiques. C'est ainSI également qué la nouvelle selon laquelle le 'Premier ministre d'Irak auraIt été forcé de démiSsionner par suite de son opposition à !a trêve n'a pas été' confirmée et que, bien au contraire, l'Irak a décidé de pour~ uivre les hostilItés contre l'Etat d'Israël. Mais si, jusqu'ici, les Arabes pouvaient compter sur l'attrait du pétrole pour faire pencher la balance en leur faveur, un élément pétrolier va maintenant jouer contre eux. Les, raffineries de Haïfa sont maintenant entre les mains df"s troupes d'Israël. Les Anglais ont déjà fait savoir qu'ils considéraient le pétrole de ces raffmenes comme nécessaire au relèvement européen ... ,pour le bien des pellples, dans le plus grand ,nombre d'Etats possible. Cela est , Juste, et 1)ous ne le' reprocheron:i aujourd'hui à personne, pas plus qU!~ nous ne songerions à le reprocher, rétrospectivement, à Benjamin Franklin à la Révolution Française, aux « libé~ raux » ou aux hommes de 1848, pour prendre quelques exemples historiques particulièrement significatifs. Tant qu'on est sur ce plan, il ne peut être confooou avec celui qui défin, it L'IMPÉRIALISME. Par contre, l'impérialtsme, sous toutes ses formes, a également sa part dans une affaire comme celle de 1;). Palestme. Et c'est pourquoI je tiens tant à cette distinction que je viens de m'eITorcer de poser. CE QUE N'EST PAS L'IMPÉRIALISME SI ron se contente, au nom de pnnClpes généraux (politiques, économiques et sociaux) d'appuyer en Palestine l'action de tel ou tel mouvement, de tel parti, de tel groupe syndical ou populaire, il n'y a là qu'un épisode de la gigantesql1i! lutte idéologique qui caractérise notre temps. Et des solutions pourraient être aisément trouvées aux problèmes qui semblent diviser Juifs et Arabes : par exemple, la preuve s'en trouve faite par ces organisations syndicales q~i avaient réUSSI à grouper les uns et les autres, par ces rossibilités d'entente concrète qui subsi!Jtent en pleine guerre, par tous ces traits qu'on a soulignés au fur et à mesure, à juste titre, comme américain en Moyen-Onent, sans la protection des forces politiquesaméricaines, sans garnisons, sans forces mi ... litaires, sans bases militaires sans bases aériennes et sans la pos~ibilité de f aire face aussitôt à la ' moindre attaque serait une complète folie. » Trois ans pass2nt. Et ,c'est l'américain Middle East Journal de jui!let I947 qui nous décrit la mise en appltcatlon du princIpe: ' « Un demi-milliard de caritaux pri~ vés commencent à se d éverser (:11 Moyen-Orient. Le Congrès des EtatsUnis a déjà autOrISé une dépense de 400 millions de dollars pour assurer l'indépendance (?!) de la Grèce et de la TurqUie. Au delà de cette tête oe pont gréco-turque, ' le Moyen-Orient s'étend dans toute, son ampleur. Comm2 les investissements privés suivent et rejoignent les dollars du gouvernement, il apparaît avec évidence que les EtatsUnis s'installent à demeure au MoyenOrient.. ( Les nouveaux dollars serviront à constrUIre un pipe-line de 1.600 km., du Golfe Persique à la Méditerranée, qlll se terminera probablement au Liban ... 100 militons sont destmés aux pays du Moyen-Orient où, Jusqu'à présent, les mises de l'Aménque avaient été moins importantes qu'en Arabie. « Ainsi, les capitaux américains nnanceront la moitié du prix de la pose du pipe-line d'Iran à la Méditerranée. Une plus 'grande quantité de dollars iront en Irak.:. Le débit de pétrole qUI coulera par ces condUites, d'ici cmq ans, sera d'environ un million de barils par jour.)) , Les années passent .•• A partir de ce point, je pense qu'ilest légitime de profiter de l'analyse qu'on a faite de la SituatIOn, et PUISque certaines formes de l' Impénaltsme se développent sur un terrain bien défini, c'est sur ce même terrain qu't! e,t permis de se défendre. L'Etat d'Israël .se trouvé, en effet, en possessIOn d'un argument pour obtenir des Arabes le déblocage du pétrole et leur retirer par là même un des moyens dont ils usaient pour attacher à leur cause certains milieux. « Si vous n'ou .. vrez pas les vannes, nous ne remettrons pas en service les raffineries H. Il pourrait donc être possible que le pétrole qUI servit à allumer le feu dan3 le Proche-Orient serve aussi à l'étem .. dre. Mais ce n'est pas là une perspective immédiate. Et il en est d'autres, nous le sa~ voos ••• DROIT ET LIBERTE ----------------- J" août 1948. _ Ne 1'-79 ET VOICI LES AMIS DE XAVI ER VALLAT (2) Une exclusivité' « DROIT ET LIBERTÉ » - - - - (RnM~ Sa-NS (HIA\'InIMr~N1f LÉO IS.ACSON~ AOUT 1944 ! Les armées alliées p.renaient d'assaut la Bastille Europe tandis que le peuple insurgé se libérait. L'agence hitlérienne de Vichv s'effondrait. Août 1948 1 Sur pl~ls de TOO accusés dont les: . cas furent examinés par la Haute Cé1ur de J lIStice moins de 10 sont encore en prison et 3 seulement ont été exécllt~ s. Certains comme Flandin, Ybarnegaray, Lémery et Weygand ont été réhabilités. Vallat se défend d'avoir été guidé par des principes racistes. Il s'est appuyé, dit-il, sur la doctrine de l'Eglise et ses amis font état de sa « mésintelligence »avec les Allemands. Mésintelligence ? Parfois, peut~tre, mais uniquement sur la meilleure manière de réaliser l'objectif commun: l'extermination. Ces hommes ont commis des crimes. Ils ont livré la France pour étrangler la République et ils ne ' songent qu'à reeommencer. «On._ les laisse fajre. « On » les encourage. Les amis de Xavier Valat l'ont bien compris qui ont 'édité ce livre ordurier dans lequel ils « présentent ' » le procè-s. A qui les amis de Vallat pensent-ils faire croire que les fours crématoires, comme .l'enfer, étaient pavés de bonnes intentions ? « La pitié indignée et la commisération » que cet assassin cynique et hypocrite prétend éprouver pour les rescapés d 'Auschwitz ne fait qu'ajouter à sa responsabilité. « Tradition nationale antijuive » dit-il encore. Xavier Vallat, ~ patriote JI COuv~Tt de la palme du ' martyr, n'est-il pas homme à cristalli- ' seT certaines « amitiés D fascistes. Un Weygand qui en Afrique du Nord, chasse 15.000 enfants juifs des écoles en janvier 1941 - et ceci de sa propre initiative, sans aucun texte de loi venu de Vichv - et ensuite fait dire par les chef!i de la Légion des combattants (organisée par Vallat) à quelflues féodaux arabes : « Nous vous livrons les Juifs, faites des pogroms, nOlis fermerons les yeux », un Weygand ne se sent-il pas l' « ami , . de j'ancien commissaire aux quest~ ns juives ? • ' C'est bien la position du c1érico-monarchiste, croix de feu, réçt1blicain d~ occasion :..- par opportunisme et toujours d'extrême-droiteq'u'il fut. La France de 1789, de la Déclaration , des Droits de l'Homme et du Citoyen il ne la connaît ras. P as plus que la France çle 19.40- , 1944 qui réconcilia les Français dans la haine sacrée des envahisseurs et de leurs valets. La France, c'est l'ouvrier qui fit des fauxpapiers au tailleur juif, c'est le cheminot qui fais:lit fuir le traqué, c'est le paysan qui plan. quait les gosses, ce sont les résistants qui à la Haute Cour sont restés fidèles au prugramme du C. N. R. . Xavier Vallat a dit à son procès . c' Je suis un très mauvais républicain » et il a nettement déclaré vouloir à nouveau étràngler la gueuse si la liberté lui était rendue. Et c'est sur ce th~me anti-national et an ti-français que ses amis prêchent la « réconciliation de.; Français '». Parlant du Statut des Juifs, ses amis semblent vouloir dire que ce fut le Salut des Juifs. Xavier Oui, les amis de Val\at c~ntribuent « à la réconciliation des Fr.ançais 'b. Mais pas comme ils l'entendent. Les manoeuvres pour la libération de Pétain ont donné naissance aux « Combattants de la Liberté », les aboiements hy~lériqu~ dés vichystes mal blanchis sont un nouvel appel à l'union de tous les patriotes pour étouffer les voix de la trahison. Raph FE IGE.LSON. Parce que les peuples veulent vivre libres.~. Les démocrates d'Irak dénonc~nt le comprot impérialiste 'contre la Palestine 22 républicains espagnols jetés vivants dans un puits , ,Un soir d'a~ril, alors qu'ils rentraient paisiblement de leur travail, vingt-deux Asturiens des Un tract ilctuEliement 'districts de San Martin Del Rey Aurelio, Laviadiffusé da.'1s tout l'Irak, dé- na et Infestio furent arrêtés par les hommes des clare: .- Brigades spéciales de la Garde ,Civile. Un seul Les impérialistes an810- chef d'inculpatioo pesait sur -eux tous: avoir améf'icains exploitent l'af- appartenu au Parti Socialiste en 1936 ! faire palestinrenne, pour . Allssitôt incareérés et mis au sècret, ces hommes affermir leur position furent d'abord abominablement suppliciés durant clans l'Orient arabe et dés- de loor"s J·ours. Le sadisme des traitements qui orienter la lutte nationale~ libératrice dirigée contre leur furent infligés dépasse l'entendement et peut leur domination. Ils veulent difficilement être précisé, .. Pl,lis, leur, gamme de imposer à la Palestine un tortures étant san~ doute épuisée, les ,assassins de!! projet de partage impéria- brigades spéciales de Langreo les condUisirent lide, leur permettant de s'yen un 'lieu appelé Penamayor où se trouve un maint-enir et, par contre puits naturel : le « POZll Fumeres ». priver le peuple palestinien 1 dt: son indépendance en Ce puits, jusque là fréquenté par les seuls alimentant les luttes entre bergers de la Sierra, devait être leur tombeau ... Arabes et Juifs afin' de les Les roliciers franquistes, en effet, les y je:èmieux asservir ~nsemble. rent vivants Fun après l'autre : les plus « fayo- Ce complot criminel a risés» moururent ,du choc de leur corps c6ntr~ demontré d'une façon écla- les parois ; mais les autres, qui résistèrent à la tante la trahison cles mi- -chute, demeurèrent en vie pendant plusieur~ "eux responsables arabes et jours: du puits sortaient des hurlements, des la justesse de' la solution gémissements, des ' râles qui, mêlés à une insuppréconisée par l'Union Soviétique, solution confor- portable odeur, dénoocèrent le crime aux _ payme aux intérêts des peuples sans de la région. arabes en gériéral et dont Aussi, pour éviter que ces derniers n'arrivent l'application eût épargné à descendre au fonds du puits et· n ' essai~nt d'arles souffrances de la guer- racher à leur sort ' les malheureux qui vivaient re, de la privation et de la ho ' désolatior .. Par contre, elle encore, les urreaux se résignerent à hâter un aurait fait échouer les pro- dénouement qu'ils avaient espéré plus lent et lets impérialistes, assuré la plus atroce : après avoir déversé dans le puits paix dans taut l'Orient ara- cent litres d'essence, ils firent éclater des cartoube et garant; au .peuple ches de dynamite entre les moribonds et les cada, Parti Communiste ir~kien, ,!ppelle ~ lutter pour : 1. Faire cesser définitiv. ement la guerre en Pal~ltlne

2. F,aire évacuer de Palestine toutes les armées et avant tout, l'armée transjordanienne mercenaire et ' les forces britanniques ; 3. Former un Etat arabe indépendant et démocratique dans la partie co~respondante de la Palestine, tout en combattant le projet tendant à démembrer cette partie ou à l'annexer à d'autres Etats ; 4. Combattre le « plé~ biscite li que le roi Abdulllah veut ol'gJlniser sous la ' protection des 'baïonnettes britanniques pour légitimer l'annexion de la partie arabe de la Palestine 1. la Transjordanie ; . 5. Obtenir l'ivacuation civile et , milit aire de tous les pays arabes et l'abolition de tous les traités et accords jmpéria listes ; 6. Combattre le projet de la 1 Grande Syrie » et de 1 Bloc odental » impérialiste dans le ProcheOrient. 7. Obtenir l'abolition de la --1oi martiale, le respect des libèrtés démocratiques et la libération de tous les détenus et prisonniers po .. litiques en Irak. CHINE p:tl.estinien l'indépendance vres, afin q~le les explosions puissent mettre le et la démocratie... feu aux corps en même temps qu'elles les déchi- Tchang Kai Chek Ce Iract, diff~sé par le quèteraient... 0 avait ordonné la moï!! I~iiCharles 24 novembre 2009 à 11:09 (UTC),~!,~i~IIIIICharles!~I~~I~]l bilisation de tous les ét~d i :lnts. Ceux-ci se sont révoltés ,et ont organisé de grandes manifestations d e protestation. A PéE SUISSE A RuaIS. ou C,AAÇONNIT F' .,. GARÇONNET. "LUTTE ANCAE " "UIIIS ,. ~4 flLUTTE.DANl. VUAI. OPTIOUE D 44 "OMM'.TAOTT~U.& CINTRALI kin, elles ont été ré· primées avec une particulière férocité:l'armée ayant tiré sur un oortège de jeunes gens, on compte quinze morts (dont un enfant de dix ans) et vingt-deux blessés .. membre du Parti Progressiste américain, .nous dit : L EO ISACSON, membre du parti progressiste d 'Henry Wallace, fut triomphalement élu à la Chambre des Représentants, au début de cette année. Il était le candidat du quartier de Bronx, à New-York. De passage à Paris, à son retour d 'un voyage d'études à Chypre et 'en P~lestine, M. lsacson a bien voulu accorder une interview à ({ Droit et Liberté )}. « A Chypre, nous dit d'abord M. Isacson, ' les Juifs internés par les Anglais m'ont raconté de tragiques histoires sur leurs odyssées et leurs privations. Mal nourris, ils manquent tota. lement d'eau. De longues queues de concentratiQunaires station. nent des heures ' durant, munis de bidons, pour ohtenir quelques gouttes d'eau. « Sans perdre courage, pour. tant, les internés des camps de Chypre Se sont organisés en une commun'auté. Il y a la tente du , coiffeur, celle du menuisier ... Tous les métiers, tous les arts sont représentés; des tribunaux ·règlent les différends. Ainsi, ces .25.000 victimes sont parvenqes à vivre une vie décente et dign'e, derrière la double rangée de barbelés qui le_s sépare du monde. « Leur moral était très élevé, le 15 mai. quand -,J'Etat d'Israël fut proclamé. Ils avaient fait leurs bagages. Ils étàient prêts à partir. Alors, intervint la trê. l'e •.. Le commissaire anglais in· terdit tout ,dépjlrt, même celui cle 12 malades. Trois d'entre eux sont morts. Plusieurs des pri. sonniers ont perdu la raison. « Maintenant, le départ des personnes âgées de moins de 18 ans et de plus de 45 ans a commencé. » • Ce député américain parle avec chaleur et mesure, avec la conviction que hri donne la conscience , de combattre pour une cause juste. La plupart des journa ux n'ont rien dit de sa pl ésence à Paris, alors qu'ils font, à toute occasion, l'éloge des hommes de M. Truman. En Pale!'tine, M. Isacson~ a été ac- ' cueilli avec enthousiasme ' : le peuple juif voyait en lui le symbole. de l'Amérique progressiste, hostile aux magnats d", pétrole qui imposent leur loi sanglante ' au Proche-Orient. - « J'estime, affirme avec force notre interlocutur, que l'embargo Sur les armes à desti. nation d'Israël. qu'impose en ce moment le gouvernement de Truman est une véritable traÎ. trise. « Les. _manoeuvres juridiques, le maquIS de lli procédure utiti sés par le Département d'_Etat , pour éviter l'application du plan de partage constituent é~alement une bonteuse trahison de la parole américaine. Enfin, la poli. tique américaine porte atteinte au prestige de l'O.N.V., qui a voté à l'unanimité (moins les pays arabes) le plan de partage de la Palestine, et en qui les peuples voient le garant de la paix Illomliale. ' « De cette néfaste politique, les Juifs sont les premiers à souf frir, eux dont 1 les droits, juridi. quement et moralement établis, sont reconnus dans le monde en. tier. )} •

  • M. Isacson se plaît à évoquer

longuement ce qu'il a fait et vu en Palestine. Ses rencontres avec les hommes d'Etat d'Israël les maires des différentes villes', les d~rigeants des partis et des syndicats, le comte Folke-Berha- 9otte. Sur celui-ci, il porte ce Jugement: « Il a eu raison de faire des efforts pour l'établissement d'une . trêve, conformément aux: directives du Conseil de Sécurité. Mais ses efforts pour l'établissement ,d'un « compromis » contraire aux décisions de l'O. N. U. sont tout à fait inopportuns. Le plan de partage' est déjà Un compromis : il représente le minimum de ce à quoi les Juifs ont droit. Il ne saurait être modifié. L'O. N. V. doit prendre des sanctions contre quiconque s'oppose à sa réalisation. )} M. Isacson a visité des colonies ag-ricoles, Tel-Aviv, Haïfa, Saint-Jean d'Acre. Il siest rendu à Jérusalem, par la vieille route, dont une partie traversait, :llor5, les lignes arabes. Au passag~1 une surprise l'attendait : « Les officiers a,rabes qui nous ont demandé nos papiers étaient montés sur une « Jeep » récemment fabriquée aux Etats-Unis et équipée d'armes américai. nes. » Et oe ce fait symptomatique, . ce représentant du parti de Wallace, le seul parti américain qui défende les intérêts des forces progressistès aux EtatsUnis et dans le monde, tire la conclusion suivante : « Chaque jour voit hl mort de nombreu~ Juifs. Et le Gouvernement américain, d'ont la position est décisive dans le ProcheOrient est Je f'l'emier ' respf}nsabIc de ce qui se passe en Palestintl. . « Il s'agit de sa!oir si la poUtique des trusts petroliers, dont on trouve les représentants à tous les échelons de l'Adminis. tration américaine, l'emporfera sur une politique conforme auX intérêts du peuple Juif, du peuple américain ef de ta paix. »

  • Enfin, re témoiRna~g-e capital~

« Les Arabes de Palestine ne veulent pas la guerre. Quant aux envahisseurs. ils combattent sans élan. Ils savent qu'ils sont des mercenaires aux mains de l'imuérialisme anJ!lo·américain et , Qu'ils ne défendent, en aucune façon, les intérêts des p'euples arabes. Dans tous les villages que j'ai traversés. j'ai vu les paysans arllhes vivre en paix a,'ec les Jl'ifs. SUr la route de Tel·Aviv à Haïfa. j'ai vu tin viJ. lage arabe I!rûlé et rasé p1r 'es hommes d'Abdullah et de Glubb Pacha. » Après avoir soulig-né que les .T ui fs se hattront, s'il le faut jusqu'au dernier homme, pou; la défense cie leur sol, M. 1 sacs. on nous expose son plan d'action

« J'ai envoyé aux trois candidats à la "résidence des EtatsUnis' (Wallace, Truman et Dewey), lin télégramme. où je leur demande s ' ils sont prêts à défendre publiquement la levée de l'embar~o sur les armes pour Israël et la reconnaissance de jure de J'Etat juif. - « D'autre part, j'ai. demandé aux Juifs de Palestine d'organiser une campagne de lettres à leurs amis et parents des EtatsUnis pOur Jeur demander d'intervenir auprès du gouvernement américain pour obtenir la levée de l'embargo. .-' J 1 [t ... août 1948. - N· 11-79 DROIT ET LIBERTE s Petite histoire d. Ma nosque .L ·E·S HÉBRÉARDS VO-ULAlENT enc• ai• sser la D·urance DANS l'abondante imagerie à laquelle donna lieu le thème du « retour à la terre »). il n'est peut-être pas de ch.romo plus ridicule - et. en fin de compte, plus injurieux pour le peuple des campagnes - que celui qui montre Jean Ciono, Virgile en bras de chemise, souriant aux étoiles sur la place de Manosque, petite ville des BassesAlpes. Vicl\y, voulan t conv..ertir les Français. à la frugalité des Spartiates, ne pouvait trouver meilleur chantre de l'eau claire et du pain sec. Des romanciers qui n'avaient jamais mis les pieds dans une ferme., des journalistes qui confondaient' les instruments aratoires. des hobereaux qui regardaient de loin les moissons, faisaient, sur ordre, du lyrisme agricole et champêtre. Mais aucun n'avait le talent de Giono pour spéculer sur la rude vie "des paysans de la vallée de la Durance. L ES chevaÎiers de la r'équisition, les responsables 'du trou supplémentaire dans la ceinture - Xavier Vallat (comme tout se tient !) en était, lui, qui, en 1942, fut détachlé au caLinet de Laval pour pressurer les paysans ,/ et affamer la population en cc contrôlant lèS problèmes )) relatifs à l'agriculture et au ravitaillement - faisaient publier dans leurs journaux des photographies de Manosque et de son grand homm~. Les hitlériens eux-mêmes, qui .appréciaienL le pacifisme bêlant et les idéologies conformes à leurs plans cc d'organisation européenne )), ne semblent pas avoir été insensibles à la IJégende de Jean Giono. On vous laisse à pe,nser quelle mine ils auraient fait, les uns et les autres, s'ils avaient su que les habitants de Manosque ' sont, pour une oonne pàrL, d'origine ... juive 1 A Manosque vécut, jadis, un cert.ain Ghicno, dont nous ne préiendrüns pas - n '~lal1t pas des fumistes. de l'onomastique - que: ses descendants s 'ap.peHent. Gi-ono, mais. dont nous pouvons dir~, sans grand risque de nous tromper, que son' nom vient de l'Mbreu Ghi-Henem, qui veut dire cc enfer )). Beaucoup ,d.e Rachel 'manOSCalneS P· ASSONS sur les gros financiers c( ,israélites l', Maurice de .RoLschild et Louis-Lpuis Dreyfus, qui, .avec d'autres, réussirent, en leur temps, à se faire élire sénateurs 'des Basses-Alpes. Ces personnages n'ont pas grand'. chose à voiT avec notre sujet, encore que, en matière de blé et de pain, Louis-Louis Dreyfus, sans prêcher l'absLinen ce comme Giono et ses amis, fit toujours passer l'inLérêt des Grands Moulins avant ce1ui du producteur ou du consommateur ... Par contre, l'histo-rien Joseph Reinach a joui," comme dépuVé du département, au début de ce siècle, d 'une po{ HIlarité Légitime et incontestable. Au lendemain 'de l'autre guerre, un voyageur qui avait le sens ,de l'observation, M. Véhel, remal'qua, 'dès son arrivée à Manosque: l' Que les Manoscains présentaient plusieurs traits de rl'Ssèmblance avec les Juifs d'Afrique du Nord; 2° Que les prénoms Esther . et Rachel étaient très répandus parmi les Manoscaines ; 3° Que beaucoup de patronymes avaient une consonnance juive (Braham, lI.Jévy, Meyère, Salmon, G6lia th, I-iamnel ,David )ou éLa ient porVés ailleurs par des lsraél iles connus (Bernard. Mouly, Trigano, Constantin) ; 4° Que toute la population manifestait certaines sympathies prosémites. La·rivière et le marché M VEHEL n'avait pas Lort, et l'His toire confirme • assez bien ses déductions. Au XIII" siècle, la ville comprenait quatre quartiers· principaux: les Paysans, le Palais, les Martels et les llébriards. Qui ne voit au premier coup d'oeil qtle le mot lIébrém'ds tire son o-rigine du latin lle- b,'oeus ? Un très vieux documrn1. découvert dans les archives de l'actuelle mairie, r lé v è 1 e qu'une cc Compagnie d'Israélites )1 proposa à l'Assemblée de Provence c( d'encaisser la Durance )), dont les déborde- ments - Emile Zola les a dépeints en une page saisissante - ravageaient eL ravagent encore la région. . Mais ce projet devait tomber à l'eau. Ses auteurs n'acceptaient de le réaliser qu'à la condition que tous les terrains conquis sur la rivière leur r eviendraient « en pleine et paisible possession ). L'Assemblée de Provence refusa « de crainte, 1 Joseph ,:ILLNERI nous dit-on, que les Israélites d 'une partie de· Manosque et concurrençaient ainsi" les couvents et leurs riches domaines. Jouissant de l'autonomie fina~cière et possédant leurs pr?pres tri?unaux, ils écllappale. nt ~u_ fisc et aux juges eccllé'slastlques. Conjonction des inL6rêts du Seigneur eb de l'Eglise, une c( Croisade )1 s'organisa. Ce fut un specLacle digne de l'Inquisition, s'il faut en . croire un curieux abbé, du nom de Fél'a~d, qui publia, en H~4.8, 'une l1ts /oif'e de Manosque en 60S pages indigestes," bo.urrées de rhéLorique et dommées par la calomnie qui accuse les Juirs d'avoir tué te Christ. Il en resLe aujourd'hui q.uelques exemplaires qui mérItent la poussière où ils sont ensevelis. « la. rag-e des démoligspUfs ne s'apaisa que pa r le manque d 'tléments sur lesquels elle pQL s'exercer )) . . , Paix aux ' hommes de bonne volonté Alors, Carmes et Franciscains, escorlés par les démolisseuts, r~inLégr è rent leurs couvents, et leurs chapelles retentirent de cantiques. d'acLions de grâce. Plus tard, une synagogue fut converLie en léglise, un' notable de Manosljue, Pierre de Gasqui, intervint auprès de Louis XII pour réclamer des mesures antisémites, il y eut d.es confiscaLions et des expulSIOns. ne devinssent lep plus riches . L'AUTEUR é propriétaires )). . ' . voque avee Nous pos~don s ~galement une certallle co~p-~alle compte rendu d'une .délibé- sance .Ie « !orrent lmpé- Mais, finalement, le calme rev-inL. Manosque, oubliant ses querelles, forgea son uni~ et vécut dans la paix, sans histoire, jusqu'au )ol!r où Jean (1iono se mit à sourire aux étoiles, sur la place. ration du cc Conseil de Ville)1 tuem()1 qUi se J'épandIt à trade Manosque, réuni en l'égli~ vers le ghetto et pr:écise que se Saint-Eti enne (aujo'ur'd 'hui -:--'"-----..... ----..-__ ....t. ________ ~ disparue), le 16 févrieT 121)1. A l'ordre du jour figuraient les questions 'de raVltaillemenLlLes Juifs, pour leur part, . s'éLaie_nt plaints de ne . plus trouver de viande Kachère au marché. Le Conseil municipal, faisant droit à leurs revenclieations, décida que deux étalages ~péc i allx seraienl mis à leur disposition dans le haut du marché. Carmes et Franciscains de _choc PEU à peu, les contradic- . LioQS s'accentuèrenL entre les .-différenLs groupes soeiaux et religïeux et, au XIV· siècle les Juifs (le Manosque reç'urent un statut qui les isolait dans une (.Jarriera Judaica. Les troubles, de plus en plus nombreux à pllrlir de 1370, se transformèrent final ement en pogrome ,spus l'impuls ion des Carmes ct des Franciscains. Le 5 m;li 1493, précédés de la croix et sui vis de leurs fidèles, ces moines, peu contemplatifs, tres envalnssants, donnèrent l'assaut à une synagogue. Guerre religieuse? Oui, mais .recouvrant une lutte beaucoup plus c( ma,térielle I~. Les Juifs, en erfet. bien que brimés, restaient prlJ pri (,-{ai res '- Carrière d'un bourreau PIERRE MARTY, qui comparaît devant ses juges à Toulouse) pérore, ironise, insulte. Il continue ainsi une brillante carrière. Officier de Marine, au mois àe i,uiIiet 1940 il est de ceux q~i,. perverti !,a~ les écrit~ de .charles Maurras, d;"pui~ longtemps des.rant la de!a.te frança,se par esprit de caste, en adulation devant les fascismes étrangers, abandonnèrent leur beau métier pour celui de tortionnaire. Haut fo~ctionnaire de la: police d~ Vichy en Tunisie, espion allemand,.1 traque 'pour le compte de la Gestapo, sous la férull!\ de Pétain, le. patriotes, les réfu,giés politiques et les juif •. Devenu 'le 6 , octobre 1943 intendant de police de Vichy pour la région de Montpellier, il rivalise de zèle dans l'assassinat, avec l'officier de la 5.0., l'atlemand Mahren. L'acte d'accusa~ion dTessé par le Commissaire du Gouvernement Guibert est un véritable récit du Jardin des Supplices. Il n'y manque aucun raffinement sadique, si subtil soit-il, qu'un tyran de l'E~trême,Orient ait pu imaginer. , C;:eci se passait, non P:,s dan • .' une pri$On ou un camp hitl~ flen en Allemagnè, m~ •• dans la maison à'arrêt de Montpell. er. " En même temps, Marty dirige les expéditions contre les maquis. il livre aux Allemands les détenus politique. de Saint-Sul· pice et de Carrère, de la Maison Centrale d'Eysae. et de. camp. d'internement où étaient parqué. le. victimes de Vichy, envoie ses agents dans le. formation. clandestines pour diviser les militants de la Résistance, amorce lin jeu multiple, utilisant tOlite. les passion. mal.aines, préyoit même la délaite et f .... l'Ilit le. alibi. nécessaires aux proyocate~n et aux traîtres qui devront, après la libération, continuer la sape et le sabotale. , PendaDt les combata de la Ubération, il s'enfuit _ Allemagne où de Brinon le nomme directeur de la police f: françai.e • de Sigmarincen... .f- • Au procès àe T.oulouse, Marty est assiS" au I.anc des a'ccu.';', .el complices en tort...... sont libre.. On les cite à la barre comme témoins et il. repartent san. être inquiétés. LES HÉ.ROS NE MEURENT ,PAS f Son chef direct, àans la région de Montpellier, Hontebeyrie, préfet régional de Vichy, se présente devant le Tribunat portant à la 'bo-utonnière la Légion d'Honneur, dont il vient d'être décoré

il est haut fonctionnaire des services français d'occupation et .

pré.idé, avec compétence san. àoute, le. conuniuions de reclassement des fonctionnaires français en AUemagJle: . 5 ans ont pllssé ... Le 23 juillet 1943, à Toulouse, Marcel LAN,,G E~, un des organisa. teurs de la I{ésistllnc-e dans la région, colonel F. F.I. de très grande valeur, é t ait guillotiné après avoir subi d'horribles tortures. Jamais il ne {( parla ». Alors qu'il allait accomplir une mission, il fut arrêté par un gendarme : « Laissez.moi passer, lui dit.il, je suis un patriote et non le criminel que vous croyez. » Langer se trompait, il était un grand criminel : il servait la France. Le magistrat vicbyste qui présidait le tribunal qui jugea Langer fut lui· ' même impressionné par son attitude courageuse et patriotique. A l'heure de sa mort, Mar"1 écrivit : c Si je CI Marc:el Langer devais recommencer, je recommencerai, je meurs pour la France et pout une humanité meilleure ... » A droit~ : Zeef Cotesman Langer fut bientôt ven· gé par ses camar~des, le capitaine . François LA. FORGUE, âgé de 19 ans, le commandant Jacques 'INSEL et Zeef GOTES· MAN, qui exésutèrent un colonel allemand. Arrêtés à leur tour. ils furent fusillés. Gloire il ces. héros t Intel La police de Sigmaringen a été remplacée par celle de BadenBaden son directeur Andrieu à qui la Légion d'honneur vient d'être remise le 14 juillet, est un ancien collègue àe Marty dans la police de Vichy, il fut intendant pou,r la région de Marseille, il a installé les tribunaux de répression da~s le Sud-Est. • Marty peut· ricaner, menacer à tous les instants de faire des révélations nouvelles, essayer de salir le souvenir des morts, il sait que d'autres, ses anciens confrères, en qui il peut avoir toute confiance, continuent sa sale besogne, travaillent sans relâche à faire de la zone française d'occupation en Allemagne un Maroc espagnol, oÙ on recense ét on traque les républicains, accumulent les stock. d'armes, protègent les groupes de guerre civile, organisent des provocations. Et tous les autres sbires àe Vichy, fonctionnaires pro-nazi., policiers et militaires félon., G.M.R., miliciens, P.P.F., L.V.F., francistes, complices de Marty restés toujours impuni. grand. et petits traîtres. . Georges Clemenceau disait : « Un petit traître . .. ce n'est qu'ull petit traître six balles dans la peau suffiront ». Joseph-André BASS. NOTE DE LA REDACTION : Dans ravant-demier article de la série « Les Maudits ", « Les spadassins sont parmi nous », une fâcheuse erreur typographique il altéré le sens d'une phrase. 1\ faut lire, à propos des officiers de police résistants dont la nomination vient d'être ,moulée : « Ils faisaient leur stage de combattants pendant que les autres faisaient leur stage de tOl·tionnaires ». • CE.T ·ÉTÉ.

. " du l,nt ,h'm;n,nt du · ~ ~peuple parisien, sur le parèou~s

'a~ "7: Républiqu~-Bastille, à la mam- _~ ~~ festation du 14 J uillet, notre g~ 'esprit se reportait quatre· ans en arrière. . , .. Sous le ,ciel mélancolique .couvrant le matin du 14 Juillet 1944, le passant pouvait découvrir l'ingéniosité des Parisiens. Ici une fleuriste décorant amourcusement sa vitrine avec des bleuets, des oeillets blancs et rougès, là une modistt. disposant ses chapeaux aux couleurs chatoyantes pour qu'en sorte, on ne se méprenne pas sur la signification de son étalage. Cette femme au corsage tricolore ... L'accordéoniste, sur les boulevards, jouant la Marseillaise. De pètits drapeaux liés il un clou, projetés sur les branches des arbres. Sous là boUe de l'oppresseur, Paris se prépare, utilise les mille moyens pour manifester ses sentiments. Et puis voici, comme une marée déferlante, les cortèges populaires à Belleville, · pl6.ce Maubert, à la porte de Vanves. L~ défIlé incessant et recueilli devant ·le carré des f usilJés au cJlnetière d' Ivry. . A * ja suite des manifestations du 14 Juillet, on arrête des cheminots. La riposte ne tarde pas. Grève à la gare . de Vitry, qui s'étend ft Vjll~neuve- Saint-Georges, puis à Noisy-le-Sec. Bicntôt, tout le réseau de la région parisienne sera bloqué. . On s'arme. Il n'y a pas d'armes pour les combattants de l'intérieur. A Londres, à Alger, on a peur du peuple armé. Qu'importe, on prendra des armes à l'ennemi. On attaquera les soldats, les gendarmes allemands. 'Avec un revolver, on pourra par la suite obtenir une mitraillette, un fusil. Dans les laboratolfes, on fabrique des bouteilles incendiaires. Bientût, les grèves v011t prenù,!.e de l'ampleur, de nouvelles corporations entrent dans la lutte active; après les cheminots, ce sont les P .T.T., la police. La bataille au grand jour va se l~rer, on, sort de l'anonymat, des noms prestlgl~ux vont voler à travers Paris insurgé: FabJen, RoI. l E colonel RoI, chef régional des F.F.~. de l'lle-Je-France, lance l'appel suivant au peuple de Paris: « Pour échapper à un juste châtiment, pour essayer de sauver en toute quiétude les pillards de la W erhmacht, les assassins de la Gestapo, les bourreaux de Himm- Août 1944 : Une je'me F.F.1. armée d'un r e vol v e ; , échange les derniÈ:res nouvelles avec un gars de Leclerc. Une foule immense fête la libération, place de l'Opéra. 1er, les bandits de la Milice, du P.P.F., du .R.N1P., les déLateurs et les traîtres, J'ennemi en déroute tente une suprême manoeuvre. Avec la complicité des hitlériens, Laval, de M ollzie, et d'autres appuis avoués ou tacites, il fait courir le bruit d'une déclaration de Paris· ville ouverte. Le but est clair: annihiler la colère des Français, désarmer leur haine sacrée et gagner du temps pOltr détruire toutes les. installations économiques et industrielles, tous les dépôts de vivres volés à la population, toutes Jes armes dont les Allemands et leurs complices craignent de voir.Je peuple du Grand Paris s'emparer. Dans le même temps, J'ennemi parachève ,es crzmes. Des milliers de patriotes so?Zt déportés, des cOltaines fusillés à Fresnes. Dans chaque commune, des' otages sont pris POItT protéger la retraite et les destructiotls. F ra12îais, . vous n'assisterez pas impuissants, la rage au coeur et désarmés, à la destruction de tout ce qui assure la vie dIt Grand Paris: centrales électriques, installations d'eau, réserves de vivres, etc ... ; vous ne laisserez pas se poursuivre le massacre des patriotes et des otages, VOIlS ne laisserez pas fuir vos bourreaux impunis. Des milliers d' hommes courageux rejoignent chaque jour les F.F.l. Ils conquièrent sur l'ennemi les armes qui leUl avaient été Tefusées. DROIT rr l:IB!RTE LIEtI),ATI()~ il 111111 Il III il III par Charles FELD • 111111111111111111 Imitez leur exemple. OTganisez-vous dans les F.F.l. immédiatement. Groupez-vous par maison, par quartier. Assommez les Boches pour arracJzer leurs armes. Libérez le Grand Paris, berceau de la France. Vengez vos fils et vos frères mCfrtyrisés. Vengez les héros tombés · pour l'indéPendance et la liberté de la Patrie. Ha/ez par vo-tre action la fin de la guerre. Ayez pour mot d'ordre: Chacun son Boche. Pas de quartiers al/X assassins. En avant pour que vive la France i ,) Q ur est ce colonel RoI qui, le 26 ao11t, recevra la capitulation de Von Scholtitz, commandant du H GrossParis)) ? C'est un homme calme, modeste, anClen ouvrier métalJm:giste, combattant en Espagne dans les Brigades Internationales, où, il fit l'apprentissage du dur métier des armes. C'est lui qui dirigera l'insurrection parisienne, en liaison avec ses camarades du Comité Parisien de Libération, malgré toutes · les embtîches, malgré les capitulards qui v~ulent, par pem du pe:uple, renouveler le coup de l'armistice. Un nouveau perSOI)I1age apparaît, M. Nordling, Consul général de Suèd~, qUI propose la trêve entre Paris soulevé et les Allemands acculés à la défaite. Mais Paris comprend la manoeuvre -cTlmlnelle qui consiste à sauver. les restes de l'armée allemande en démorolisant.les combattants. / ... . Paris se libérera paI: lui-même et c'e:;t un peuple victorieux qui recevra les Alliés. C'est ce que répond en son nom, devant le C.N.R., M. Pierre Villon: « Ce serait une honte pour Paris de laissn passer les divisions allemandes en retraite et qui, demain, iront dévaster. la France un peu plus loin. Ce serait une honte pour Paris de se couper de la France. ,Le but de l'insurrection, ce n'est pas d'occuper les b~itiments publics, mais de décimer l'armée allemande. Qui ' garantit au C.N.R. que l'accord sera observé paT les Allemands? Enlin, va-t-on abandonner la population ,de la banlieue parisienne, qui 1Z' est pas comprise dans l'accord, aux représailles allemandes? » Il propose, au contraile : « 1 ° De faire appel par hauts parleurs à la population parisienne, pour lui faire prmdre des mesures contre le dang(r qu'elle cou.rt, d'inciter tous les hommes et femmes qui veulent se battre à s'organiser en groupes de combat, de rendre impossible à l'ennemi le passage par Paris (camion, renversés, crève-pneus; etc ... ), d'atlaqueT l'ennemi pour lui prendre ses armes; 2° De faire décrocher les F.F.I. qui occupent les batiments publics, si leurs lorces n' y peuvent tenir et ne laisser que· des foues réduites dans les bâlimen,ts' qu.e l'on veut , conserver; 3° De donner ordre aux F.F.l. de harceler l'ennemi dans Paris, mais su.rtout aux voies d'approche de la capitale; afin d'empêcher les divisions qui se trouvent à Z' ouest, au sud de Paris de s'appro·cher de la ville. » D'AILLEURS, les infractions innombrables . que multiplient les Allemands ren ·forceront rapidement cette tendance et, le soir du 21 aoùt, le C.N.R., réuni à nouveau, adopte, à l'unanimité, la prodamSLtion déjà rédigée du C.P.L. !( Parisiens, L'insurrection du peuple de Paris a déjà libéré de nombreux édifices publics, de la capitale. Une première grande victoire est remportée. La lutte continue. Elle doit se pour suivre jusqu'à ce que l'en' nemi soit chassé de la région parisienne. Plus que jamais, tous au combat! RéPondez à l'ordre de mobilisation générale. Rejoignez les F.F.l. - Toute la population doit, par tous les moyens, empêcher la circulation de l'ennemi. Abattez les arbresJ creusez des fossh antichars. . Dressez des barricades. C'est UIl peuPle vaznque?tr qui recevra les Alliés. )

( ES quelques instantanés de la libération de Paris montrent que rien ne se faIt sans efforts, sans lutte. Paris et la France entière ont prouvé qu'ils s' inspiraient toujours de leurs meilleures trad itions. Aujourd'hui, d'autres problèmes sont à résoudre, mais c'est la même lutte pour la liberté et l'indépendance natiClnale qui continue. Dans l'enthousiasme de la libération une Parisienne .,n,brasse un soldat amérr~ cain .pendant que d'autrd conduisent 500 Allemand., prisonniers. Deux grandes enquêtes. de 'U Droit et Lib'erté " sur les démocratIes populaires IL Y eut une époq'le en Roumal1! ie où dJ5 \~ohortes de iégionnaires, torches à )a main, paroouraient les rues, la nuit, en criant: Jos cu Jidani / jos ~u jidimi / - . traduction roumaine de l'appel au meurtre lancé par les S.S., Juda Verrecke / Ce n'était pa,s sous Antonescu, mais sous un de ces gouver- , nements g. hi,torigucs • d'avit:1t la guerre qui laissaient pleine liberté de mouvement aux « Gardes de Fer », tan~Jis qu'un démocrale co mm e COllstantinescu-J assy, coupable d'avoir mêlé sa voix à celles de Barbusse et de Romain ROUMANIE - 1. Rolland dans la· dénonciation du fascisme, croupissait au bagne dé Doftona. La Roumanie, terre si riche pourtant, était alors un des pays les plus arriérés ùe l'Europe parce qu'elle suoissait la domination de guel']ues clifjues de propriétaires fonciers fêodaux ou ·de grands bourgeois, liés ilUX compngnies et aux ban1ues internationales. Des journalistes français racontaient qu'ils avaient savouré là-bas -un air léger, l~ joie de vivre, l'atmOSj: hère très « parisienne» du Bucarest automnal. C'est que limilant leur enqu~te. à des sirotages, assis à la terrasse d'un café chic -de la capitale roumaine, jls ·oubliaient d'aIl er voir les Ol1vr·iers d'une société pétrolière, l'Asua Romana (Royal Dutch), l'Amer;: cana Romana (S.tandard Oil), par eiemple, ou les dockers de Con,tantza.. ou encore ces paysans moldaves grugés par les héritiers des Boyards et soumis, en plein V1J1g· HONGRIE SUI1' les bords du Danube - 1 le racisme ago'nise IL y a des traditions qui ne se perdent pas, même lorsque, par des moyens · iIIé. gaux et d'infâmes procédés, on essay(~ de les détruire. Et quand cette tradition se traduit pour un peuple par ces mots : liberté et In-dépendance, il n'est nulle ferce qui puisse à jamais l'extirper. . Lorsque l'on parle de la / Hongrie, on a tendance à penser que ce pays n'a connu jusqu'à la fin de la guerre que des régimes d'oppresSIon et par ___ , Alain ADLER que jamais la Hongrie nIa vib ·ré cnmme vibre u~. pays libre. Pourtant, il nous faut remonter loin dans l'histoire pour voir déjà ce peuple 1 ut·ter pour son Il.UDAPEST ~a lPholo pf.ise 2ar Ll.Ici.en fA.RAGOl indépendance. En 1222, les Hongrois imposaient à leur roi, André · Il; une Constit4J.ion..-Ja Bulle d'Or, grande charte magyare, dont les dispositions essentielles étaient les suivantes : 1. La couronne était élective ; 2. A côté du roi siégeait une diète cômposée de deux Chambres, qui devait être convoquée au moins une fOlS par an ; 3. Elle av~it la' iaculté de se réunir sans convocation, fût-ce même contre la volonté royale, et le droit d' examiner et de discuter librement toute question intéressant l'Etat et son administrdtion ; 4. U~ article célèbre, l'article 31, stipulait qu' au cas où le roi viendrait à violer · la constitution ses sujets avaient (( le li bre droit de faire des remontrances, et de résister, sans pOuvoir être aucunement accusés de haute trahison ». Ainsi, le droit d'insurrection était la garantie légale des libertés magyares. C'était en 1222. I.:rsqu'en 1848, Ferdinand, maf ·tre cl" un empire composé d' Autrichiens, Tchèques et Hcngrois, or- ' ganisa la sauvage répress:on contrerévolutionnaire, ce sont les Magyars qui opposèrent la plus opiniâtre résistance. C'ClC qu'en Hongrie, (SUIH PAGE .10), \ De Maniu à Antonescu tième siècle, à l'obligation de payer la dîme. - Il est normal que les maÎtres,:e la Roumanie d'alors, qui acoblaie1lt les lat:ges couches ùu p~l.lpIe et, conformément aux l11)01 r_ tions de certaines puissances, a" I- 1 par Mich~1 ~ARON -1 gnaient au pays un rôle de {/ gen· darme » aux confins de l'L.;.R . s. S., aient pratiqué une roliti- · tique de h:tine nationale et raciale. On sait ']uelle " solution ~, sous la dynastie de Hollenzollern, '(ut donnée au problème de la minorité hongroise. On sait moins avec quelle habileté le& partis de Br,ltiallU et de Maniu utilisèrent, entre les deux guerres, l'antisémitisme à des fins de dlversioq et de division. Car Maniu mettait au servioe des gros p05sédants teHiens lin anti sémitisme fort uti le ùans certain cas pour ùélournN d'in']u:ét~ nt es colères. Cet antisémitisJ)1~ l'amena à protéger non seu lemcl't Codre~nl1, mnis son successeur H oria Sima, un Quisling d'une incroyable f érocité. Quant à son lieutenant Mihalache, un étrange démagogue qui jouait au paysan, i; poussait encore plus loin l'imitnt iol1 des métl10dcs hitlériennes (ct le moment venu, il tint à hOlllleur d'être envoyé sur le front de l'Est comme volontaire). DU NUMERUS-CLAUSUS AU POGROME DE JASSY Les Jui fs de Roumanie n'oublieront ni le fameux artirle 7 de la cono;titution ùes Bratianu qui limita leurs droits civils, ni les lois d'exception, ni les mesures discriminatoires dont ils furent victimes dans J',lTInée, clans ks écoles, dans les universités ou dans l'administration. La Roumanie était le pays-type de l'antisémitisme ÙU 1/Il11urusclausus. Tantôt ouvert, tantôt perfiDe, il devait iIlévitablement mener au pogrom - le j:roccssus est bien connu. Au cour, de J'immédiate avantguerre, cependant que l'offensive antidémocratique générale s'accen tuait, les J ui fs furent l'objet ù'un ostracisme économi']ue tic plus en ! lus lourd. Et lors']ue \ Antonescu s'empara rl,1.1 Fouvoir. raIes en attendant d'être dépossédés de leurs bie11S immobiliers. Au fur et à mesure que le régime d'Antonescu s'enlisait dans· la trahison, les conditions de vie du peuple roumain et des Juifs devenaient phlS dures. Antonescu ra,iste de formation et de COl1- vi rtion. ~'elltait combien ses com' La Roumanie s'est arrachée à la nuit. Republique Populaire, el~ a le soleil pour emblème. le terrain de la dict:üure f3~("is te était en grande partie prép~ré. Sans tarder le « conducator • ouvrit le pays aux troupes hillérieJ11les et l'entraîna, contre sa volonté, dans la guerre contre l' Union Soviétique . Les première. mesures hitltéTorHcistes datent de l'automne J9~0. Les Juifs furent d'alxnl exclu. de toutes les fonctions publi'1ue~ et de toutes Jes professivns libépJtriotes aV:lient en horreur les méthodes hitlériennes, mais il 11' en orùont1:l pas moins Jéportations et tr~vaux forcés. Il n'est pas indifférent de remarfluer que le fameux massacre de J assy, au cours dU(juel 11.000 Juifs trouvèrent la murt en quelques heures, s'est proùuit le 28 juin ] 9-P, c'est-à· dire sept jours apès l'agression de Hitler contre l'U.R.S.S. • T VERS LA LIBERATION Il f:lut · ajouter à ce pogrom, unique Jalis les annales par sa soudaineté et son dé.roulement inexorable, les déportations de Transnistrie - région où les .nazis exerçaient leur toute-puiss~ nce - les m'Issacres de Bessar.lbie et de Bukovine, Rabnitza, Vapniarca, les camps et autres . horreurs qui ont coûté la vie à 350.000 êtres )1Umains. Cependant 60 % des Jtiifs 'Je Roumanie ont pu échopper à la mort grtlce à la solidari:é du peuple rouJll:1.in et à la lutte vie. torieuse de J'U .R.S, S. et des forces antifascistes à travers le monde. Pendant les années terribles la cl~s~e ouvrière roumaine et SOI1 parti se sont opposés avec courage à la ·tcrreur d'Antones.::u ~t des nazis en dénonçant leurs cr i~ · mes, en appelant au combat pour le renversement de la dictature et l'instauration ù 'un régime démocra tifjlle. D'autre part, le P:1rti Communiste montra aux Juifs le chemin du saInt, en les conviant h prendre pla,e, ~TJ11eS à h m:lÎn, aux côt ~s de t01lS les. patrio~es. Les Hésist~nts Juifs ont payé lem trilmt il hl cali" (le la lihération du pays. Citons, pnrmi tant dé héros tombés dans la lutte : Cornel Eli:1s, Moscoviei, Laz:1re et Misa. GnmbeTi(, Bernarù Al1l1ré, J. JArk, lzu Fainauru, l'étudiant Don Lnz:1rovici, ab:1ttu par la. police en même temus Olle son cam:uade Justin Georgesro. • . Bientôt, gr:îce à l'acte historique du 2.~ aoùt 1944 qui libéra la Roumanie de sa cl ique de traitres, grike à l'armée soviétique et auie forces démocratiques du pays, la posi tion du pays dans la guerre provOfJuée par les fascistes changea de fond en comhle. (A suivre) Prochain article: LES JUIFS DANS LA REPUBLIQUE POPlJlAIRE ROUMAINE • -. DROIT ET LIBERTE ---------------- 1" août .1 94B. - ~ .u-1t A TRAVERS LES PROFESSION~ LA CHAUSSURE Une .enquête d'ANNETIE JOUBERT. L ES cordonniers .de Paris c:mt protesté, ~écemment c,?ntre la hausse ve~!i.gineuse du priX des CUirs. Les PariSloens ont appr'is avec stupeur .qu Ils . allaient désormais payer le ressemelage 800 francs. Et les fabricants de chaussures ferm'ent leurs atel iers, .• « 300 of. d'augmentatio,! su,, le cuir de semelle drptas 7I10ms d un atl m'a dit l'un d'eux, depuis qu~ le cuir a étf rmdu libre 1 Et les fournitures ()nt suivi le mêm~ cltemin. It Voilà pourquoi j'ai trouvé M, Kubec, soucieux et quelque peu pessimiste, dans son atelier vide de la rue du F auoourg du Temple. C'est un vaste rez-de-chaussée aux grandes baies vitrées, un atelil! r qui semble fait pour une produc~ on assez importante. Les machi~ les au repos, les (( formes » serrées les unes contre les autres sur les étagères- ont l'air triste. AU RALENTI Au f&nd. là-bas devarit une sorte d'établi, un ouvrier termine un travail. En temps normal, l'atelier résonne du bruit des machines et des outils, une diz~tine de travailleurs s'affairent et se vartagent les 4 ou 5 ~ases de la fabricatWfi : eR ce moment, deux' ouvriers suffisem:. (( Powtant, dit M.· Kubec, nous devrions être en pleine saiS()' H d'été. Il rst vrai que le temPS ne se frrtte guère à la vente des l1/()di:les d'br. mais si les petits LA « REVANCHE DU CONSOMMATEUR ») M. Kubec me parle aussi de ce qu'il appelle « la revancM du consommateur » : « Nous avons dû porter pmdant la demière guerre de mauvaises chaussures, à semelles de b()Ïs, des erzatz de toutes sortes. Aujourd' llUi, les {!.ens se vengent, deviennent tTUides de chaussures de qualité, ce en quoi ils ont bien raison; Mais la mode 'est chanj!, eante . ; les articles très fantaisistes qui se portent actuellement nécessitent une main-d'oeuvre beaucoup plus qualifi-ée qu'tl est difficile 'de trouver,. et au prix où est la matière premitre, il devient impossible de fabriquer à des prix abordables pour tous. La r-épercussiou est immédiate. Chacun pwt C01fstater la hausse sur le prix des chaussures. 1 Le p-elit artisafl bottier travqille presque exclusivement à la main, tandis que' dans une maison d()nt le d ébit est d'éjà important d fournit les magasins, la fabrication nécessite deS machims. Ici il Y en a cinq: une machine à coudre les semelles, une machi- Crand atelier do fâbrication d~s chaussures magilsins qui m'aclinairnt 15 ou ne à fraiser les . vis, une presse 20 -pains de chaussures n' C"1J électrique pour ~~r les semelachètent Plus que 5 ou 6, c'est les et une mach Ille a parer les surfout parce qtf( 1 (urs clients ne peaux. 1'e!lvmt plus acheter. C'est trop La chaussure se fait donc eocMr 1 TrefJ ' cher à· la fa bric a- tièrement dans cet .atelier, depuis ti()n et tr()fJ cl/er par ra-pftMt au la coupe jusqu'à l'emballage en plJ11'lltJir d' aclrat de l'immense ma- passant par . l'apprêtage, le moujMité «es climts. ,. lage sur forme, la finition qui Voilà 'lue la chatts!lure, objet se fait ioit à la main, soit à la de l:remière nécessité, devient un machine. Seul le modèle est mnluxe, voilà que le hbricant se fié à l'extérieur à un mode1iste. trouve dans la nécessité de restreindre sa prod~tiOl1. Les machines ont évi(:bnmcnt Réunions en pr~vince SUIVI J'évolution générale de la ·technique, oertàines maJrc:hent maintenant à l'électricité, mais d'une façon générale le mode de fabrication a très peu chanjl;é.-La Un modèle 1948 France est restée très en retard sur la technique moderne. « L'Amérique par exèmple, dit M. Kubec, a, dans le d()maine de la fabrication de la chaussure des m()yens iec.!miqu-es tr,s n()UV~'lUX et très importants. _ . - Ce qui doit permettre à ce pays de produire plus et à meillem compte, ai-je répliqué. Mais rensez-vous que la concurrence étrangère dans ce dom·aine puisse être dangereuse ? » PRODUIRE A MEILLEUR COMPTE M. Kubec ne le 'pense pas car, dit-il, le b()n goût français aura toujours le dessus. Te fI( rte crois tas qu'une production étrangère puisse. être dal!!'.er .Juse pour une industrze françaxse hTSqu'il s'agit de rivaliser ave'. le chic et l'8égance de nos mod,èles. « Mais ce q1li importe pour nous enfin c'est de produire à meilleur compte. e( Il nous est impossible de. renouveler notre matériel et nos uiacltines. Il nous les faud.Iit plus mOliemes, les matièers frremûres à un prix raisonnable. ' Tout cela ne se réalisera que te jour où la situation économique de la Frana 'sera réta1tli~. » Un contraste : d'une part, ia mode, en géneral, devient plus luxueuse, les chaussures se f r:nt plus fines, en chevreau, ('11 d"im, en verni ; et d'autre part, la ,grande masse de la clientèle p"'rd avec (harles /Lederman et J. A. Bass CLERMONT nombreux amis de notre journal à Marseille et en Avignon. Une machine à fraiser les vis PIERROT LE FOU Siun Callup français voulait dresser une liste des célé~rités. Pierrot-le-Fou ne viendrait pas en queue. Après une sensationnelle évasion des locaux mêmes de la Première Brigade de la Police Judiciaire. rue Ba~sa'JP' les journal~x s~ sont, empar~s d~, c~ ~erson~~g~ ~t le Toùr de France IUI'-meme n a pas reussi a ecllpser 1 Interet que beaucoup lui portent. Et pourtant, en dehors d'une tendre histoire d'amour 'avec « Katia », les journalistes n'ont pu fournir beaucoup de renseignements sur la personnalité de Pierre Carrot, dit Pierrot .. le-Fou n° 2. Carrot, fils d"un gendarme breton a connu · très jeune notre système pénitentier, Nou.s savons commen.t les choses se passent dans la majorité des cas: mis dans une maison de redressement (souvent pour ûne peccadille) , le jeune délinquant se révolte contre les sévices' dont il est l'objet. Des 'détenus plus « expérimentés ~ lui apprennent les rudiments du « méti~r » et, en sortan.t de là, 11 n'est plus question d'exercer une profession avouable. Nous savons qu'au cours des dernières années, une réforme profonde a bouleversé de fond en comble les anciennes maisons de redressement. Mals, malheureusement pour lui et ses victimes, Pierrot-Ie-Fou n'en a pas profité; il a ' suivi la filière « classique ~. Physiquement, c'est un jeune géant de 1 m. 8O, ~gé de 26 ans. Il est très beau ga.rçon., et d'un abord très sympathique. Il est du genre « bandit d'honneur'. Son grand malheur est d'être :venu au monde trop tard. Dans les siècles passés, il aurait fait un excellent Mandrin ou un non moins bon corsaire, chevaleresque, aimé des belles; en un mot, le héros parfait d'un roman de cape et d'épée. Telle est du moins la faclle légende, qui pourrait se créer, Mais en caleçon, protégé par 120 policiers et M, Léonard, à 10 h, du SOIr, il n'en mène pas large. Gangsters industriels et gangsters artisans Un gangster comme tant d'autres, diront· certains ? Nous ne le pensons pas. Car, à l'exemple d'Al Capone et d'autres illustres citoyens de Chicago, les gangsters français ont formé une espèce d'industrie. Ce sont des affairiites importants qui plongent leurs antennes dans certains milieux politiques et autres. qu'était le célèbre Jo-la-Patate parmi les .capitaines au long cours: un outsider, un cavalier seul. Il recrute quelques hommes de main pour exécuter un couP. Il bénéficie de la solidarité qui règne dans le Milleu, Titula'ire de nombreuses condamnations, deux fois . relé'gable, sept fois évadé, il prétend vouloir vendre très cher sa· liberté. Il vient de choisir son àvocat

un ie\iDe. inscrit au Barreau,

Maître Grlnspan. Le fait d'avoir plis un jeune avocat reste un point mystérieux dans cette affaire car les gangsters s'adressent toujours à des sommités de la barre. Autre trait de son caractère romanesque : 11 ,s'est empressé de communiquer à. la Presse le nom de son avocat, ce qui n'a pas été du goût de ce dernier qui ne cherchait nullemen.t une telle publicité'. C'est ainsi qu'on a su que l'homme de ttn lui avait conseillé de se constituer prisonnier. -/ Trop sage conseil pour un « mec :. de son envergure. Il préféra attendre 'lue la . poUce vienne le cueillir à domicile et en ca1eçon. Déploiement ~pec.. taculaire de ' forces de police . pour une arrestation quelque peu facile. Simple mise en scène? Aujourd'hui, le « mec », cet Amène Lupin de pacotille est un homme ef1ondré, passant son temp's à lire le llvre de Boris Vian « J 'irai çracher sur vos tombes :., La lecture terminée, il crache, docilement, sans contrainte, un à un, ses complices, André FRAY. QUATRIÈME ANNIVERSAIRE DU MANIFESTE DE LUBLiN L'exemple le plus célèbre est ce~ui de Carbone, de Marse1lle; Carbone, de l'affaire Prince. Qui dit Carbone, dit Sabiant. Et pour être molus voyante, cette collusIon entre des gangs. , ters et des politiciens d'un. .certain genre SubSiste toujours. Fête nationale en Pologne Une Exposition des territoires recouvrés a été inaugurée à Wroc1~ w, le 21 juillet, à la veille- dela Fête nationale ~Ionaise, commémorant Je 4" alVliversaire- du Manifeste dé Lublin. A Marseille, Carbone n'est plus. Il a trouvé la mort, pendant l'occupation, dans un déraillement de train et les journaux ont alors glorIfié son sang-froid, comme il se doit pout une personnalité célèb-re. Ses anciens rivaux, les frères Guerini, ont priS. sa succession. Il en a été questil'n lors de l'affaire Sinlbaldi, 11 y aura bientôt un an. Dans les graves inci- Partout, en Pologne, des manifestations se sont déroulées ainsi q.ue des bals. et des réjouissances rappelill'\t celles du 14 juillet. " A Paris, une réception à l'Ambassade de Pologne et une grande soirée artistique à la Salle Pleyel ont réuni, le jeudi 22 juillet, de nombreuses personnalités. dents de Marseille, en octobre ...--'------------dernier, l'un d'eux a ignoblement abattu le jeune ouvrier Voulant. Mais vous n.e verrez jamais le compte rendu de leur procès dans les journaux. Tout comme pour Carbone, dont le seul procès retentissant avait été provoqué par une histoire · L'ET RT D'ISRREL lelé ft Monn~ çon Le 12 juillet, la section de Clermont- Ferrand de l'U .J.R.E,, avait organisé une réunion publique ' sur les événements de Pal'estine. Près de deux cents personnes Y assistaient et l'exposé de Charles Lederman - au nom de l'U.j.R.E. - et la déclaration de Curabet - a~ nom de la Fédération du Puy-de-Dôme du Parti Communiste - ont obte. nu un vif S\Jccès. Le 10 juillet, dans les salons de Castel Muro, à Mar-5eille, sous la présidence de M: Edouard Cohen, assisté de M. Henri Cohen, et, le 16 juillet, dans .la salle de conférences de l'Hôtel du Louvre en Avignon, sous la présidence de M, lindenheim, as~\sté de M. Sokolowsky, sous le titre : « De Berlin à jérusalem », il a développé les grands problèmes de politique intérieure et extérieure et la lutte de .l'Etat d'Israël pour son indépendance, j de son pouvoir ~'achat. F . La chaussure française I!st Jeputée dans le monde pour son élégance. L'industrie de la chaussure doit garder la place qu'elle occupe dans l'économie nationale (une des branches de la mode) . Les ouvriers, ,petits artisans, petits patrons juifs ont beaucoup contribué à son essor. Avec des possibilités pour le renouvellement du matériel, des prix raisonnables pour la matière première, l'industrie de la ch'lo1ssure pourrait repartir et se dévp.lopper. Mais, ici comme ailleurs, c'est une toute autre politique qu'il faudrait. loufoq,ue de contrebande de fromage italien. Condamné à une amende, il se rattrapa largement en rachetant son fromage pour une bouchée de pain à la douane. . Tant Qu'ils respectent la règle du jeu, ces gens-là disposent de relations plus ou moins mystérieuses. L'affaire Prince, l'attentat contre Togliatti et d'autres crimes prouvent qu'on peut toujours avoir besoin d'aventuriers prêts à toutes les besognes. Sur "initiative de M. Rubinstein, membre de la section de l'U.j.R.E, du 3" arrondissement de Paris, il eu lieu, à Montluçon, le dimanche 4 juillet, un vin d'honneur pour fê .. ter la création de ('Etat d'Israël. Notre ami, qui préSidait la réu ... nion, a pris la paroJe pour rendre compte du travail accompli par I~ Comité de la ville et exposer le plan de travail, Mme Sophie Schwartz, membre du Secrétariat de l'U.j . R.~ et du Comité d'Aide à fArmée d'Is- faël, a ensuite traité de la situation en Palestine ; les deux orateurs ont été très ilPplaudis. A l'issue de cette réunion une résolution a été adoptée à l'una.,,imité Invitant le Gouvernement . français à reconnaître sans rètilrd l'Etat d'Israël. MARSEILLE ET AVIGNON Joseph-André Bass, membre du comité de rédaction de « Droit et Wberté. ~ allé rendre visite aux Au cours des entretiens et échanges de vues avec les diverses personnalités du Sud-Est, notre rédacteur a pu constater le développement intéressant de « Droit et Liberté », le large soutien qtÏe nous ilccordent de plus en plus les lecteurs pour la réalisation d'un journal de large information, républicain et antiraciste,,; Un outsider Pierrot-le-Fou N~ 2 - si nos renseignements sont exacts -L. n'est pas de cette catégorie-là, Il est, pa.rmJ. les gangsters, çe Le Comité a été élargi et se com'" pose maintenant de sept membres 1 président: M. Weill; trésorier: Mi Gutma.n ; secrétaire : Mme Gutman ; membres : MM. Hasson, Winger, Holender. Soffer,,; , - [147 août 1948. _ N° 11 -79, DROIT I:T LIBERTE ~ .,"". .'~,. ~ CENTENAIRE DE LA MORT DE CHATEAUBRIAND HAUTS ET BAS DU 'CINÉMA ANGLAIS Viens, et, laisse les morts Salt-on que, teChniquement et tient le grand prix de., la critlsocialement, le- cinéma britan- que 'au Festival de Cannes eJl nique, fut, au début, du siècle, 1946. un des premiers du monde - Depuis, Les Gr..tndes Espé 4 sinon le premier? Mais bientôt rances, Main,tenant On peut le ïntérêts : celle des devoirs est par GilbertM U RV Il perdit son originalité. Les dire et A COr et à cri oont venus abandonnée aux imbéciles ». innombrables petites entrepri- confirmer la vitalité et la diver- Condamnation qui atteint moins féod 1 .. ses et baraques foraines Qui sîté des productions britannl- ' le régime des Orléans que le mon- . a qUl he lè vassal au suze- . avaient permis son eSSOr dispa- ques. de Oll les hommes d'affaires font ram. rurent, et ,d'autre part, les frè- A . ' Au~si lointaine que nous semble res Pathé, en trustant la nou- . cor et a cri, de Charles la loi aux hommes politiques. Et, une fidélité indifférente à la va- velle industrie, lui portèrent de Crighton, est un des meilleurs en effet,' cette phrase implacable .leur humame de la cause servie, séri~ux coups. ,films Que nous puiss'Ïons voIr s'appliquait déJ'à au ministère Ri- reCOl1n:.u ssons d u 'mo'm s que Cha -,yAnr ès une rapI'de « "lJ' elle énlJr'J. - qacutauretl'l emd ent. "Non' liYclS par la. chelieu, c'est-à-dire à un oO'ouver- que » le cinéma anglais devait, 1 e e son scenar 0 qui est nement de Louis XVIII. Elle vise teaubriand ,va ' puisé la force mo- en '1909, s'endormir pour une assez me'dl'o"cre mal's P ar l e J. eu url ordre SOC.l a lpermianenrt sous aes dle de' ré sister aux sollicita.t i,o ns longue pérl'ode, pd e ses actetu'lr's -ti desl en'f ants, _ li pouvOIr et un respect quaSI JnS- , Nous le retrouvâmes environ ar son u '1 Isa on oglQue des variations politiques et explique tinctif à l'égard de toute pbstina- 1935, avec d'excellents docu- ,« champs en prOfondeur ~, par pourquoi ce légitimiste s'est trou- tion courageuse et désintéressée. mentaires comme Chanson de une technique 'sans virtuosité vé dans l'opposition sous « sa - Dans l'Itinéraire de Paris à Jéru- Ceylan et Courri;er du SUd, de gratuite, d0l1t ferait bien de monarchie comme avant ;- sous salem, il défend avec une émotion Basil Wright; Nous vivons dans s'inspirer Orson Welles.

\ apoléon - et comme après - humaine le destin du peuple juif deux mondes, de Cavalcanti, et Il ne faut, pas trop croire à

sous Louis-Philippe. en Pal estine : « Ce qu'il faisai. t Visage de l'Angleterre, de Paul ce' tte his. todi'r e de g,o sse londo- Rotha, La guerre permit à l'éco- men QUI ' ecouvre, entre les liEtre légitimiste, à ce compte, il y a cinq mille' ans, ce peüple le le documentaire anglaise de se gnes d'un magazine policier, des c' était simplement fai re acte de fait encor~. Il a assisté dix-sept perfectionner et d'atteindre de instructions données à des , fidélité, comme un Vigny décfa- fois à la ruine de Jérusalem, et larges horizons. Les longs mé- gangsters et réussit après mille rant ,en 1830" que ,si Charles X rien ne peut le décourager... Il trages: La bataille du désert et une péripéties, 'à tes faire prend la tête de ses troupes, l 'hon- faut voir ces légitimes maîtres de et Western Appl'oa.ches (Mis- arrêter, mais se laisser gagner neur exige que les nobles se fas- la , Judée esclaves et étrangers sion. spéciale), en technicolor, par l'action nerveuse et ouvrir sent tuer en combattant pour lui, dàns leur propre pays ». de p, Watson, classent le ciné- un oeil attentif sur les ruines même si la cause est mauvaise, sur: Il est bon de rapneler, qU,e, ma anglaiS èn bonne position. tb iend ' ra1n gée.s - de t Londb res, les tout si la cause e:;t perdue. 11 ne voilà un siècle, la forc,e. avec la- oAn t la dl ibDér aLt ion, Brtè ve1 ren- caour dIeS l,aa Tmamlseisree e le eau dé~ L le- Ctntellaire ue la mort de ,., ., '1 . l' . eTe, e , ean, por e a mar_ b ' ' s aglt que d opposer à la socJete que le ce petIt peup e s agrippait que süre de cette école A cor et à cri rappelle le film Cha teau riand Tl a pas éte bourgeoise, où tout se vend et à ses rochers força l'admiration exactitude du détail, souci de allemand Emil et les détectives l'occasion d'une grande m.l- s'achèle, la grandeur du serment d'un maître en courage. la vérité, réalisme, Ce film ob- ' sans en avoir la verve et J'hunifu~ ation populai~ C'e~~ ________________________ ~ __________________ ~mani~. M~~ m~g~ ~str~~ le privilège où la condamnation de conventionnels des personnacet écrivaln, idole de la jeunesse D. W. G RIF FIT H ges, et certains effets faciles contemporaine, que d 'être désor- cette production nous fait espémais voué aux éloges 'académiques rer qu'outre-Manche' des réalipar ~a phrase rythmée, ample mais CETTE année a vu dispara'i:., une véritable science de l'éclairage nera plus de 250 films dont beau- ~~te1ll'S de talent, avec, de meilmonotone, par ses images majes- tre successivement 3 grands et de la compoÙKn. D'un carac- coup sont déjà ollbliés. ' i;~:r~é~o;:~:o~~ u~o~'~u Charlesn~~ tueuses mais conventionnelles, par pionniers du cinéma; en U. tère tyrannique, il impose fortement Nous citerons parmi ses meilleurs: des oeuvres dignes du grand citout ce classicisme persistant chez ' R. 5. 5., Einsenstein : en ses diredives à ses interprètes. La Rue des Rêves et La Bataille néma. 11-'. ) romantique encore guindé, aux France, Feyder ; aux Etats-Unis, Durant sa longue carrière, iJ tour- des Sexes. prrses avec les ,inextricables pro- tout récemment, Griffith. blèmes techniques posé~ par le , C'est grâce à des hommes combesoin nouveau d'un art personnel. me Griffi~h q\le J'Amérique a. pu En dépit de tous les pieux men- conquérir , le màrché- ' cinématograsonges, il n'y a plûs, chez les ado- gralhique pendant la première guerlescents du XX', siècle, une fer- re mondiale, veur passionnée à l 'égard de Cha- Il débuta en 1908 à la compagnie teaubriand. ' Le Mais il reste le témoin de son Biograph comme ,acteur. metteur temps, le vieux lutteur de,~ espe"ree n scène éta' nt un jour absent, il le qui v0it la monarchie légitime s'en rem~açi919 av~c Chaplin, Fairaller en lambeaux et qui ne peut banks et Mary Pickford, Griffith lui apporter aucune adhésion rai- fonde Les Artistes Associés qui desonnable ,mais s'ensevelira sous vait devenir une des plus importan- ~ ses ' décombres. Les temiJs nou- tes compagnies d'Hollywood. veaux, les rom promissions avec Loui~-Philipre et le « règne , des n allait hausser le fait divers jusbanquiers _, Chateaubriand les re- Qu'à la tragédie, hanté par ' cette pousse avec horreur. Et il s'ex,pli- idée de luite du Bien et du Mal, que: « Le ministère a inventé une héritage de sol) éducation puritaine. morale nouvelle, la morale des Ces effets sont encore accusés par APRÈS 'lA (ONFÉRENtE EUROPÉENNE DE lA ttiLTlIRE )IJIVE par A. YOUD/NE ,U NE conférence de la culture juive, la pre~ière. ~epuis !a !in de la guerre, s'est tenue à Paris 'du 9 au 13 JUIllet, reunll- - sant de nombreuses délégations d'Europe (Po~ogne, 'R?U-, man~, DanEmark, Hollande, Angleterre, BelgIque, SUIsse et F;ance) ainsi que des délégués d'Amérique et du Canada. Cette conférence a été consacrée i un profofld exa~en d~ t,ous les pFoblèmes q_ le relèvement .le la vie juive pose a la htte:ature, au théâtre, aux arts, à la pédagogie.. ,.. Ces assises, q"i auront d'heureuses, répercussIons ~ur.1 ~nentatlon des intellectuels juifs, démontrent 1 essor de la vIe JUIve en Europe et de sa culture. , Dans les pays comme la Roumaniè et la Pologne, ava~t-gu~rr~, l'an'tisémitisme était devenu une institution d'Etat ; aUJourd'~ul, dans les Démocraties Populaires, c'est un .:!élit puni par la 101 et les portes des écoles et des institutions publiqu~s ~on~ large~e~t ouvertes i tous. Une attention particulière est temolgnee aux ed,tions et aux théâtres juifs qui bénéficient de subventions. C'est pourquoi les délégués ont été. ,unanimes ~ C8nclure . que l'avenir de la culture est intimement he au progres de la democratie et de la paix ' mondiale. Ils ont constaté avec' indignation l'offense contre la morale et !,éthique humaine, la menac.e p~ur la cult~re. et pour, la civilisation que constitue la réintegratlon des c rI mInels naZIS, destructeurs de toutes les yaleurs culturelles. D'où ra nécessité de lutte; avec les intellectuels du 'monde , entier contre le relèvement d 'une Allemagne réactionnaire et nondénazifiée ' contre les fauleurs de guerre, pour la paix, seul moyen d'assurer j'épanouissement de l'esprit et l'oeuvre créatrice de l'homme. _ Enfin la conférence a salué la décision prise par le C.M.f. de convoquer un congrès mondial de la culture juive et a protesté énergiquement contre les manoeuvres de divisions déployées par certaines organisations juives d'Amérique du Nord, notam'ment !e « Yiddischer Arbeiter Komitet » qui prétend convoquer un congres mondial en excluant d'avance et 5ystématiqllement toutes les forces progressives. Félix FEDRICO. BEBNBNOS, . Je laml~lémire ~ien-aimé par ~'" Payet-Burin QUAND Ste.phan Zweig, l'écrivain au tricllien, mit [in à ses joUl~s. Bernanos, qui se trouvait au Br'ésil en J11i)me temp~ que lui, jugea sévèr'ement ce suicide et rap- , pela le mot de Léon Bloy : " Nous devons la vérité aux morts H, On sera ten té d'en dir'e autant aujomd'hui pOUl' Bernanos lui-mèllle. Mais apparemment cette vél'ité ne doit pas êLre facile à trouver, .Je veux dire : il ne parait pas facile, aujourd'hui que Ber'nanos est mort, de se pronon(;er sur l'homme qu'il fut très exactement, de dre s~er sa vl'aie figure. C'est tlue impres5ion qu'on ne saurait pas ne pas épmuver quand on a lu la somme des adicles qui lui ont été consacrés à l'occas ion de sa mort. Le Populaire, l'A urote et Combat, CarreJOUI', le Ftrlaro lillérail'e et Paroles françaises, ont à l'envi salué les' méri,les de Bernanos'. Cette uJianimité dans l'éloge a tout de mème de qUOi ~u r 'prendl'e, Dira-ton qu'elle a 'élé comman'dée par le laIen t de J'écrivain? Sam; doute Ber'nanos était-i). un romancier de gr'anile classe, un parnphlélaire de première force , l\lais ce serait bien la l)remière fois que le laIent réaliserait ce mir'acle. Quel talent n'avait pas Bar'bu sse'ou Vaillarlt-Couturier! Cela n'empêoha qll'on les insultùt une foi s morts. Or celui qu'on se plan il représcnter COllJuie le plus Jél'oce de~' [lDlémisles a eu droit il un cancer t d'éloges. Celui qui se prucl.am,ait 1 li i - m ê m e un hOlJJJne libre, em'ers et ci. l1lre tous, qui se targuait de fustigel' les uu;; et les aull es san5 ombre , de concession, celui-là n'aura pas provoqUé la rancune d'un seul d,e ceux 1 u'il a viJj.pendés. Curieux, en vérité , Oui, Bel'l1auo& aVé.lÎl un verbe n'une force d'une ampleur, d'une envolée . comme on n 'en voit guère le pareil. Usant de ce verbe uniqùe. Bemanos a piqué des colères' lJ. vrai dire torrentiell es, dont quelques-unes sont célèbres : celle qu'il nourrit contre Franco et sa clique et qui lui fit écrite Les grands Cimetières sous la lune; ou encore celle qu'il éprouva contre les t:xcellences; Eminences et Révére nc~' de VIchy et les lui fit, par avance, « jeter sur le parvis 1-. On se doit de pl'éciser : par avance. Parce que, revenu en France, Bernanos ne se 50ucia (llus guère, il faut le dir'e, de jeter le général Weygnnd ou Mgr Suhard sur Je parvis. Sa colère était tombée. Ou plu16t, il en avait à d'autre~·. Magl1lfiques étaient les colères de Berna.nos, et courtes. Il s'agit bien entendu des colères qui Je prenai~nt lui, bourgeois (d'?rigine et de for:mati~ n, sinon de g~o.ts), cathohqne et monarchIste, ' contre les hommes de 'sa classe et -de SOn bord. Sa J évolte contt'e eux ne dur'ait pa;;:. C'est la rai: wn, Vl'aisemblaulement, pour qu'aucun ne lui garde rancune. E ST-CE à dire qu'il faille tenir pour négligeable l'attilude pr'ise par Bemanos contre Franco, pelluuut la guerre d'1!;,.;pagne, ou contre Vichy, de 19lj()'il HWt? Assurément pas. Il est loujourslmportant que la vérilé soil reconnue, et pal'liculiètement par ceux qlll ont le plus d'influen ce sur l'opinion. Mais il ne, faudrait pas non plus leur aCCüJ'der un mérite 5upplémentaire, sOu ~ pl'élexte qu' en somme ils aumient pu tl'ès bien t'aire autrement. Il ne faudrait pas, par exemple, vouer à Bernanos une recolltlaissance infinie et aveu~le pOUt' avoir pris pal'li contre Franco et' Pétain, a lots que ses anlé_ cédenls le conduisa ient à prendre parli pOUt; eux. Etrange pojnt de vue, qui reviendrait à louer les gen::', nOn tUllt du bien qu'il" ont J'ait que du mal qu'ils n 'ou t pas fuit! On préfér'erait,' au conlrlire, qu'un BerlJuno:s eû t pri s plus constamment parfi POUl' la démocratie, quand même celle conslance n'ellt pas eu l'éclal cI€ ses farneuses colères. Mais voilà: si cet hon llne est t'es té fidèle il des opinion,,;, c'e&t il sa fOl, Ce (~le nul ne selllge il lui l'eprOCller" et il son " idéal» monarChi:;te, lequt'l est aS;;l1l'ément plus conte"tahle. FOt'mé il' J'école de Maur'u,,;, Bernanos, malgr'é une rup ture éclatante selon sa manière, en avai t gardé le pli. Au res te ,dan;; :::e demier li vre ~U'!)!l vient de j11.1- olier de lui, Le Chemin de la Cmix-des-A mes, :1 ne ceSSe jamais de se proclamer nJonarchiste. Ce livre, faut-il préciser est un l'ccueil des articles qu'il écriVIt au Dl'ésil, quand des milliers de Français mouraient pour sauver la Rép ublique. Dans ce livre, il est vrai, Bernanos se ) éC1.1Se d'ètr 'e a ntisémite, lui qui l'avait été si violemment des années aupamvant. Il Ce met me falt de plu~' en plus horreur', écrit-il, Hitler l'a désho- not'é à jamais. Il Mais sans Hiller, a-t-on envie de demander, ne Je seriez-vous p3.~: encore? Et puis, Hi Uer disparu, ne Je redeviendrez-vous pas? La question restera sans répDnse. On notera simplement qU'fLvant de mourir, Bernanos avaIt eu le t emp~: de redevenir bt'uyamment antidémocrate, et qu'il s'était affirmé aussi fortement gaull iste qu'anticommuniste. Enfin, il I!-v~it rallié sur sa personne la touehante uMDlml!;é qui lui a valu cette gerbe d'articles nécroJogiq,ues. 00 s- - RilE ) . zn ? ~ xr sse-t -: 1 .. :0 cl , ... ,r;f!It.~,~r *'tz:!fW , g . OROIT ET l'BERTE ~ ~, .~::.--' • ~... •• ---.e. • ..Jo'. • _,;,,-..... ____" '!:"~. __ _- --_____' " ,:or aoOf :1948. _ Noe :1' -79 -T '_~ .' '. Trois jours avec· les enfants de .1 H ON C R 0 ~ la colonie de vacances de T amos (SUITE DE LA PAGE 7) --~ 1.000 ENFaNTS l'empereur se heurta, non pas à l'in- Fidèles à 48 sont pari is en juillet dans les colonies de vacances de la commission centrale de l'enfance A la gare d'Austerlitz, sous la panc'arte « Commission Centrale dé l'Eniarrce )}, se groupent 150 enfants. Voici des fillettes au visage rayonn.ant, joyeuses de se retrouyer après les vacances de l'année dernière. Voici des enfants de nouveauX immigrés, connaissant mal le français, mais mis aussitôt en confiance pa.r les enfants de nos patronages, surrection d· une ville, mais à un peuple, r un des plus tenaces et d~s plus énergiques d'Europe Centrale. Aujourd·hui, après de longues années de régime horthyste, le peuple m'agyar vibre de nouveau, revient à la vie. s'épanouit et réalise r ai demandé à un Hongr.()is" en visite à Paris, quelle était la situation actuelle des juifs dans ce pays. Ma question le fit. sourire : ((: Il n'.y a plus de problème juif chez nous. Les Israélites font partie intégrante de la nation et vous les trouvez partout unis aux autres ira vil i1- leurs, intellecroels; ' ouvriers, fonctionnaires, pour la reconstr"uction du pays. Voyez-vous, le ' peuple ;hongrois n'est pas antisémite; ainsi. aujourd'hui, sa colère va contre certains -cléricaux qui s'opposent avec force aux réformes nécessaires, du nouvel Etat. De môme, lorsque cer- ' tains prétendent 'que le ' cardinal Mindzenty' est un vrai démocrate, ils oublient que pendànt les déportations des juifs par les nazis. ce même prélat, 'malgré de nombreux appels, n'éleva jamais la voix con· .200' enfants so.nt partis po.ur Tarnos (Landes). 250 pour Mont-sous-Vau-. drey (Jura) ~ ' . Un premier groupe de 30 pour Londres. 50 pour la Hollande, 20 pour la Pologne, 150 pour' la ·Forêt de Compiègne au Château-duBac (Croix-St-Ouen). Ajoutons les 100 petits de nos maisons qui se trouvent depuis uri mois à Tarnos et .les c~ntaines d'enfpnts qui sont envoyés dans les colonies de vacances de Strasbourg, Metz et Nancy. Les formalités réglées, les enfants ·sont conduits par les moniteurs vers le train. Les dernières re. commandations sont données : « Rachel n'oubli~ pas d'écrire. _l) « Michou, sois sage, et fais attention à dirigeants de la c.c. Ë. dont ils cet idéaJ millénaire : Liberté, Inconnaissent l'affection et le dévoue- dépendanc·e. . ment. Le train s'ébranle. De partout fusent les chants en yddisch et en français. « ... Bientôt le côté positif » Fin 1945, ~ Buda-Pest. La Hongrie était encore toute pantelante, misérable, ruinêe e'! Buda- Pest offrait un spectacle désolant. L'eau même. du Danube, si bleue, si belle d'habitude, en cet endroit, était d'un gris sale, charriant un matériel pourri,. vestige de beauté et de splendeur. Buda était un amas de ruines, et seule, Pest, perle de r Europe Cen"lrale d'avant guerre, vivait d'une intensité fébri~ e avec le souci de ne point , se laisser abattre, malgré l'horrible inflation qui la r'ong·eait. Au total 1.000 enfants bénéficient durant le mois de juillet d'agréables et saines vacances grâce a votre solidarité et à l'effort constant de rU.J.R.E., de rU.S.J.F., des « Amis de la Presse Nouvelle » et d'autres Sociétés. La Colonie de la C.Ç.E. à Ta·rnol Le tram roulait lentement dans un bruit assourdissant. L·homme qui m'accompagnait ne sessait de m' expliquer, avec fuce détails, les difficultés de chaque jour du peuple de ce pays. Pourtant, il ne se, départissait pas d'un certain optimisme. « Nous payons 20 années de fascisme ; c'est dur, terrible parfois, mais nous surmonterons cette 'étape de notre histoire. Pour 1 ïns- . tant, nqus pansons nos blessures et châtions les criminels Szalari et ses acolytes. Nous nettoyons la maison où tant de saletés se sont accumulées. Mais bientôt ' vous verrez le côté pOsitif de' notre action. BudaPest redeviendra ce petit Paris cl·autrefois et te Danube, de Douveau, retrouvera sa couleur légendaire. La tes bagages. )) « Mireille, ne te 'penche pas par la fenêtre. 1) Les parents et .les amis ·des gosses peuvent se reposer sur F arber et· les autres Dans le train" les enfants prennent vite contact,. Toutes les mesures de sécurité sont prises. Les responsables du convoi, avec les moniteurs, sont pléinement conscients de la tâche qui leur incombe. 8 millions de francs pour les colonies de, vacançes . Après chants. discussions et jeux, les enfants s "installent pour passer la , " nuit. Les grands chahutent encore un peu, admirent le paysage sous le Combien ils onlcolleclé ... $€ctjons 1" arr. 2" lt 3" » 4" » 5· lt 9" » 1 0" Bd 1 0" Saint-Louis 1'1- arr. 12" )1 13" » 14" » 15·' » 18' » 19" Fabien .. ' 20· Belleville .. 20· Avron .. .. Montreuil .... . Liv,.y-Cargan .. Cadets ....... . Juifs Polfnais .. . « Amis Pressa NouveÎl~ »., U.S.J:F. Arlisans .... . Banlieue .... . Lille ...... .. . Varencienne$ .. Lens ....... " St-Quentin .. . Rouen ..... . Clerm.-Ferr. . .. Péri.gueux .... . Mulhouse .... . Belto t ...... . Limoges ., .. . Lyon ..••• , .. Roanne ..... . Besançon ... . Divers ..... . 1"otâl généraL. Sommes il collecter 30.000 400.000 300.000 200:000 150.000 200.000 250.000 150.000 200~000 . 100.000 200.000 200.000 50.000 250.000 125.000 500.0pO 150.000· 300.000 350.000 300.000 500.000 1.000.000 1.000.000 50.000 100.000 400..000 100.000 15.000 100.000 50.000 125.000 15.000 50.000 10.000 25.000 100.000 100.000 50.000 REM ER (IEMEN-TS La Commission Centrale de l'Enfance et la Direction de la Maison d'e nfants de Livry-Gargan ont le plaisir de remercier vivement Mmes Lévy-Coquetier, de Bondy, et ChomskY, de Pa- • ris (3'), et M. Lapidus, de Liqry-Gargan, qui ont collecté respectivement 52.000 francs, 25.000 ~francs et 50.000 francs, Mme Gordon, Sec~étaire Ju 5' arr., a collecté la somme de 2.500 francs au profil de nos colorties à l'annioersaire d'Esther Brym. Sommes collectées · 29.800 253.000 235.000 188.150 YI 8.300 116.800 Hl.OOO 84.000 220.492 86.150 135.156 173.900 42.950 111.900 1 0~.950 515.565 115.550 232.100 269.000 269.000 152.000 553.000 111.100 30.000 10.890 215.000 58.300 24.600 80.000 10.000 ' 10_000' 15.000 Il.COO 20.000 604.616 6,259.049 Reste" . " à· coUecter ·100 147.000 · 65.000 11.850 31.700 33.200 19.000 66.000 13.250 64.844 26.100 1.050 12.100 20.050 34.450 67.900 81.000 81.000 348.000 282.300 441.000 20.000 29.100 125.000 41.100 50.400 20.000 40.000 125.000 15.000 50.000 10.000 15.000 25.000 89.000 30.000 POMPES FUNE.8RES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9' Tél. : TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 ~OTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQuE DES PIEDS SENSIBLES PARIS : 12. rue de la Boétie Anjou 15·30 NICE et VICHY clair de lune . ' . .A Bayonne, nos amis Cé~iie, Jean , et Flora nous attendè~t avec .' le. autocars. .. ' .' Enfin la coloni~! Un bâtiment clair et :mposant se détache au mi- · lie.u d'un bois· de pins. Louba, cheféducatrice de T amos, 'après avoir • sQuhaité la bienvenue, prouVe · ses grandes qualités d'organisatrice et de ' pédagogue, Les g~oupes d'enfants sont formés suivant leur âge, et répartis par dortoir. A peine reposés du long voyage, les enfants hùment déjà l'air pur des pins ~ . de la mer. Des chants retentissent partout. Les rondes et chants des petits mettent une note de joie et d'espoir. Dimanche, première sortie à la mer. Le ciel est bleu, le sable doré. Au retour. ils affronteront avec de nouvelles forces la vie de Pa, ris. Sonia BIANCHI. C'est avec joie que nous annonçons la naissance de notre fille A cette occasion, nous versons 2.500 fr. pour les colonies de vacances de l'U.J.R.E. et 2.500 tr. aù Comité d'Aide à Israël du 14" arrondissement. Régine et Jérôme AjZENMAN. Le ComÎté du 14" de l'U.J.R.E. adresse ses plus vives télicitatio.ns à son dévoué secrétai re et à Mme Aizenma. n à l'occasioh de la naissance de leur fille ANNIE. AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE (( 0 CÉ ANI A J) VOYAGES - TOURISME 4 , rue de Castellane Tél. : Anjou 16-33 E'-pror. de lyr('e clonn. leçons è. enfuRts et ad cltes. Conditions Les annonces Hongrie' vivra 1 )) • . Ch~n1pions olyrripiques .de la ' rec'onstruction' Je n'ai plus rèvu mon c'ompagnon hon'grois, ., mais je. dois lui · rendre cette justice : son optimisme était légitime. Les Magyars se sont mis · à r ouvrilge - ' efficacemen'l. Récemment, le député Martin Horvath s'écriait au Parlement : « . Si lesieux olymPiques de la Recons' trucction étaient organisés enlre les pays dévastés par la guerre en Europe, la Hongrie terminerait certainement parmi les premiers. )). Les faits sont là, et les prévisions du plan triennal von'! bientôt ~tre , dépassées dans la proportion de 108 pour cent. Avant la fin de l'année, le niveau de vie de 1938 sera atteint. 44.000 aPRartements sont 'déjà reconstruits à .... Buda-Pest et la production industrielle dépasse largClment les normes prévues. Il en est de même pour r agriculture où la réfonne agraire apporte un rendement supérieur dans de meilleures conditions pour le paysan. Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2' el Mo : St-Den:s. Réaumur, Sentier Tél. ' : eUT 78-87 BOULANC"""E-PATISSERIE JUIVE BERNARD 12, rue N.-D.-de-Nazarelh, Par is-3" Tél. : TURbigo 94·52 Pain de seigle meilleure qualttê Patiss~rie de la melileure sorte - Conditions spéCiales pour mariage;; et banquets. On livre à domicill' . Prix modérés Métro Temple et Républiqll~ abonnelTlenls pour notre journal peuvent être déposés au guichet des E'rs IMPRESS 6, boulevard Poissonnière - PARIS-9· Ernest Céro, Ministre de la Reconstruction tre les atrocités commises. Récemment encore, il déclarait : '«400 .000 juifs seulement ont é'é déporles ... n . Ils furent 800.000. . . Ils sont 125. ()()() re~capés' ' de r enfer nazi. Et aujourd'hui, ils retrouvent une rais~" de vivre ... Une vie nouvelle commence. '. . . Fêlant le centenaire de la R6"volution de1848,:~' lè Dr. -Katona, grand Rabbin d~ · B,udi!.-Pest,\ dans un sermon prononcé' à l~ syn~~rigue centrale, soulignait que : les juifs hongrois restaient fidèles à leur· Passé en partfciPant de toùles leurs forces aux m.anifestation~ commémoratives de la Révolution de ) 848. Dans sa. péroraison, {ustigèant l'ant.isémitiSine; arme de la réaction, le grand Rabbin déclarai,! : « A l'époque de la guerre d'indé,. pendance, les juifs hongrois onl pris pari à la lutte et aux sacrifices dam! une proparlion qui .. dépassait leurs forces et leur nombre .. . • « Les juifs hongrois d' aujourd' hui se souviennent dés luties I!lorieu.ses de 1848 au cours desquelles les ieunes juifs ont versé leur sang pour le triomphe de la liberté et de; idéaux de l' human'sme. Lorsqu' aujourd' hui nous acceptons le combat pour la . démocralie, nous espérons que l'es- ' prit de 1848 guérira les âmes qui . sont toujours gouvernées par la haine et qUI louchent Vers les speclres' du passé, qui ne sont pas apaisée~ et qui ne veulent point participer à l'édification d'un monde me:/leur. )) A. A. PENSION METROPOLE 6, AVENUE VICTOR-HUGO Place de l'E toile PARIS (16') Pension de famitte Tél. Cop 22-56 et 22.51 (groupés) Tout confort - Téléphone dans toutes les "hambres AU POSEUIt DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléum. BalatuM Toiles cirées, Papiers peints, etc. Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant. . ' PARIS·XXM,: Pere-Laclla lse. Tél . OBE 12-55 Succur."'l e : 117. taHb. du Temple, PARIS·X·, Métro : Belle ville et Goncourt ( t - \ II!- ao1)f ms .. _ ~ H-79 DROIT ET UBE~T! ------------------------------~. ~ ' ( If, VIV[NT LfS · VACANC[S , • . bord de l'Oise, non tioles. - Tu pars en vacances, An. chaises et contraints d'y' partinette? ciper. A la sortie. quelQU'un me _ Oui. Avec les Cadets au __ dit : .. ':I~~!~I!I~I: I!il :il~;~' chNâtoeuaus dsou mBmaecs. d'ans u'n.e réu- de-ts, Lpeo uprr elma ieCrr odiéx'P-Sarati ndte-Os uCean-, - nion d'es groupes de Cadets à a lieu le, 19 juillet, à 16 heures. ~ il~i;'!:~ i:Charlesl Paris. A '\'ant de passer à l'ordre gare du Nord. . C'EST un e·ndroit au guerre contre ces 'maudites bes. loin de Compiègne, où Bien entendu, lllctivité de 160 J'eunes Juifs, pour toutes ces jeunes filles et jeunes gars ne se limite pas à la la plupart membres du mou- chasse aux moustiques ou ... à vement des Cadets, passent se laisser griller ~u soleil. Le ft du jour les copains dis cu· Il faut que Je VOle cela. un mois de vacances. sport est roi. Dès le matin détent entr~ eux et parlent de leurs Le 19 juille.t, à 16 heures, gare rouillage, et dans -la jotIrnée vacances du Nord 150 Jeunes filles et gar- • cons, en short, sont prêts à par- Seule, une petite fille est assise là dans un coin. Tout son jeune visage est bouleversé et en m'ap·prochant d'elle, je vois même une petite larme briller au coin de ses yeux, _ - Mais que t'arnve-t-il donc? - Je ne pars pas avec les Cadets cette année, mes - parents veulent absolument m'emmener avec eux, me dit-elle. d'une voix à peine perceptible; . La réunion commence par une danse collective. Nous sommes littéralement arr~chés de nos tir_ . ïiS ont tous le sourire aux lèvres et la .joie dans les yeu.x. Des chants, des cris, des danses ... Pas de doute, ce sont les Cadets! Les responsables procèdent à l'appel, constituent des groupes. Puis ' tout le monde monte dans les wagons, ! ,Les monIteurs? Des jeunes qui dlrigent les groupes de Cade'ts. durant toute l'année scolaire et qui continuent pendant les vacances. Si le parc est imlllense, le parties de ballon. ·natation dans chftteau, par contre, est par l'.Oise qUi coule tout près, hébertlSme, etc... Tout est mis en trop exigu pour un si grand oeuvre pour assouplir les musnombre de jeunes. Aussi a- cles et, surto'ut, pour ouvrir l'apt- on. monté quelques mara- pétit. Et 'nul n'en manque! bouts où, par galanterie, les Mais si le phYSique est mis en gar~ se sont installés, lais- évidence. l'esprit reste toujours en éveil et le soir, avant le cousant les belles chambres du cher; des discussions s'organlchâteau aux filles. sent. Le thème actuel en est: les Jeunes et· la Paix. D'autres Il faut avouer que depuis no- sujets, aussi intéressant.&. sont trf! départ de Paris, la chance prévus jusqu'à la fin des vanous sourit. Le mauvais temps, cances. comme par enchantement, a Déjà les groupes se sont consdisparu et le soleil brille' d'un titués. vif éclat, ·'bronzant la peau de Ecoutez les noms choisis pour ces jeunes corps. Une seule om- les différents groupes: bre à cé beau tableau: les


"-..,. QuelQ'ues minutes encore et 1&

train démarrera. . ·NOUS NE SOMMES POURTANT PAS' EXIGEANTS ... Malgré tous ces « laïus » rien ne peUt empêcher 5 ou 6 têtes de Cadets de sortir hirsutes des fe·nêtres. Coup de sifflet! Le train s'ébranle. moustiques, les innombrables - le groupe dE' la Pal~tine s'appelle « Bar Kochba » héros de moustlques harcelant sans cesse l'histoire juive qui ',s'est mis à .la cès nouveaux pensionnaires. tête de son peup:e pour oombaUre C'est don,c une vérîtable les Romains. '. .- le groupe .de l:E,spagne s'appelle « Cervantes », qui a créé le « héros » Don QuiChotte et qui a chantê la beauté de son peuple. DEPUIS des s'emaiiJes et des semaines, des centaines de · milliers de jeunes préparent leurs vacances. Déjà les grou. pes joyeux s'échappent des villes par les trains chauds comme des serres et sur les blanches routes poussiéreuses. . A eux la montagne et la mer, à eux les prés et les sous· Je regarde encore une foi s tous ces visages épanouis, 'j'entends encore ces cris, cès chants clamant le ur j 0 i e de vivre. Bonnes vacances ! - le groupe de la France 1848 S'appelle « Schoelcher » celui qui était l'initiateur du déc~et de l'abo: ition de l'esclavage dans les colonies françaiEes. bois,. les rivières et les chemins sauvages 1 A bas la cravate. 1 Vi. vent le short et le maiOot de bain 1 - le groupe de la Grèce s'appelle « Athènes », l'Athènes de , · Solon, l'Athènes de l'Antiquité qui ~" Nous ne sommes pourtant pas exigeants!... ' Combien, pourtant, ont consulté vainemen~ les cartes, économ~ té sou après sou, rêvé de longs voyages! Faute de moyens, 11s ne quitteront pas la ville, 11s se contenteront de quelques randonnées dans la grande banlieue, ou tout au plus de vacances tronquées. ont lutté pour -l'amélioration des salaires et des bourses pour la baisse des pdx et le' plein emploi. Au retour, ils repren.dront la lutte a.vec un nouveau mordant. Mais, entre temps, - avec des moyens de fortune, beaucoup partiront, chantant et riant, à pied oU' en « autostop ~, à la conquête des éléments

la terre de France, l'air

des montagnes, l'eau de la mer et qes fteuves, le feu du soleil... Louis MOUSCRON. Merci à vous qui avez permis à ces jeunes de prendre un mois de détente et de vie en plein air.

      • Vers le château du Bac

a été la première démoeratie. - le groupe des Nègres s'appelie « Black boy». . Les jeunes apprennant ainsi à connaître d'autres jeunes, d'autres hommes qui, comme eux, ont souffert et souffrent encore. Un mois de rire, de joie, de chants, 'de danses, tart dramatique, .de travaux manuels. ·Un mois de développement physique et inte] ectuel, voilà ce que donne la coloillie de vacances du château du Bac. Dany SENAZ. Est-ce des vacances, cela? ,Le droit au repos' inscrit dans la Constitution française avec le droit au travail, reste théorique. Les moins de 18 ans ont obtenu un mois de vacances et les jeu- r--~----------------------------------------------------~-------------------------nes de 18 à '21 ans, trois semaines .. _ A quoi bon, s'ils ne peu- · vent pas en jouir pleinement? Nous ne sommes pourtant pas exigeants: Des hôtels"! Ce n'est pas tellement cela que nous demandons, bien que le mauvais temps· gêne le camping et que certains jeunes - trop ·nombreux - nécessitent, à cause d'une santé délicate, un repos complet dans un cadre tonique. La plupart des jeunes garçons et jeunes filles se contenteraient de pouvoir se procurer le strict minimum pour partir en vacances : - une tente, l'éQ'ul)1ement et le matériel de camping; ' - un b!llet de chemin de fer, ou un vélo pour faire quelques centaines de kilomètres: - une nourriture saine et consistante pendant un mois. Lucien avait commandé un vélo en décembre: il valait 8.100 francs. Il va en prendre possession en avril: on lui demande 13.500 francs. Lucien a laissé tomber. André gagne 12.000 francs par mois (salaire brut). Chez le · marchand d'articles -de sports, on lui saumet les -prfx suivants: tente (2 nlaces) : 10.000 francs: duvet : 5.000 : sac à dos, 3.000: short· 10nO; grosses chaussures: 2.000. Il ne peut pas acheter tout ça. Il partira, mais avec un éqn ù€ment incomplet, pra tiQueme"'- san!'; matérIel: au prix d l' ml'le difficultés, et il ne m:'lnq c r~ pas tous les jours à sa·:l'!té. . Les V1cances ne 1948 seront donc moh's s8'ü:'ai santes que non!'; le souhqitons. HeureuseT"'~ n·. 1('0 '~l'n€s ne. craignent pa!'; 1nll d'ffj~ulté') QU~ l'on drès::,~ (j?v'J"t PllX, ('omme à plaisir. Jusqu'au dernier moment, ils L'amer, l'amer toujours recommencé ?. . ~ Il Y a quelques jours a été inauguré, à Berck-Plage, le 4" Camp d'été des E.tudiants ]Ulfs. Bonnes vacances, les amis! Finis les cours à la Fac, les soirées de labeur... (( Vive la vie! Vi~ent la joie et l'amour! » chantent gars et .filles en respirant à pleins poumons la brise parfumee de la mer.,. Par delà la je politicaillerie » qui consiste à clamer: «nous sommes seuls » et à prétendre, daIl,s un accès d 'héroïque désespoir, se poignarder sur l'autel de la justice, n'y a-t-il pas une Hction efficace à mener ? Par exenJple Mais, dans un camp d'étudiants, les vacances ne sont pas seuiement la détente salutaire avant une nouvelle année d'efforts, c'estl'époque du Forum où l'on -échange ses opimons. ..- ntnts unir aux dNnocrates qui lutestudùmtin d'aide il la Pales li n~ ten~ cOI~trt: la ré~~ion fasCÎl,te et combattante, un rapprochement anhsémlte, parhclper au grand . avec les étudiants et les jeunesses comb~t du re~ple de Fn:~ce 'pour arabes démocratiques seraient des la paIX, !a hberté et 1 lIldepenactions plus positivC$, ne le croyez- dance nationale. La direction du camp a prévu frères qui 'se battent en Israël ! pour les heures creuses - 'entre Qu'avez-vous fait pour les ~itler ? la baignade, le flirt et la partie Ce ne sont pas les ·commentaires d'échecs - des .discussions et des qui prétendent à une t.elle prafonoonférence5. MaÎs connaissant·nos deur -qu'ils sonnent creux ou hien amis, je crains pour eux certains l'excitation maniaque de conspir.aécueils, -que ce soit la discussion teurs d'opérette ou même l'admi' Vous pas? . E.nfin ne somme.~-nous pas de!! stérile ou la «politic-arllerie de. ration impuissante qui contrihue- Etudiants juifs, l'antisémitIschef- lieu de canton» et qui ali- ront à établir une paix juste ct me renaît en France avèc l'insomentent le désespoir "l'amer- durable. Une véritable connais- lence de 'la réaction qui rêve pour turne »'" sance de la situation, l'ûnion avec nous d'un nouveau baptême à Etudiants dont le rôle est de · tous les jeunes Juifs, un Comité l'eau de Vichy. donner à l'avenir un peu plus que ï-------------------------,......----. ce que nous recevons du passé, que col}naissons-nous de la culture juive J Bien souvent nos connaissances se réduisent à Ull passé biblique, isolé de l'évolution générale de l'humanité: Pourtant cette culture, profondément humaine, s'illustre de noms immortels dont s'enorgueillissent les nations. Trésor de rêves et de travaux, de souvenirs et d'espoirs, de persécutions et de découvertes, cette culture, à la fois -juive et universelle, est le témoin de la marche du monde vers le progrès, de notre combat pour une vie plus heureuse. N'est-ce pas à nous cl 'étudier, de développer et de faire connaître ce patrimoine ? EtuJ.iants juifs, vous avez des AVANT DE PAR-TIR ... le Bureau National du Mouvement des Cadets fait savoir à tous ses adhérents . qu'une permanence fonctionnera pendant toutes les vacances, à son siège, 14, rue de Paradis : lundi soir : de 20 h. 30 à 22 h. ; Mercredi soi r : _ de 20 h. 30 à 22 h. ; Jeudi soir de 1 8 h. 30 à 20 h. Tous les camarades pourront y venir pour régler les affaires coufantes des groupes, etc. an envisage d'organiser des réunions .le mercredi soir, .120 bolAlevard de Belleville. Cadets, qui restez à Paris, -venez-y ! 450 Cadets se sont réunis, le .13 juillet au soir, 8, rue MathurinMoreau. Ils oot voulu se retrouver avant de partir en vacances . La sOIree s'ouvre, placée sous la pr6sidence d'honneur de tous ceux qui, dans le monde, travaillent et combattent pour un idéal de justice et de liberté et sous la présidence effective de Dany 5ENAZ. Armand DEMENS_ ZTAIN, secrétaire gé': néral; présente le rapport d'activité dans un grand enthousiasme.Son discours est très souvent Interrompu par de chaleureux 313plaudissemen t s. Maintenant, c'est la partie artistique Les jeunes terminent la soirée en envoyant leur salut f raternel aux jeunes de Palestine. étudiants pour paraître ignorer lC$ difficultés qui nous harcèlent ? COOlpter sur les bourses de l'D.E. J. F. et se " débrouiller » en crevant la faim est une stupidité d'autruche. D'autres étudiants ont les mêmes difficultés que nous : ils n'attendent pas un miracle pour vaincre la misère, Ils luttent pour leur pain, pour leurs chambres, pour pouvoir étudier dignement sans aumône, pour des bourses supérieures en valeur et plus nombreuses, pour une réforme de l'enselgnement, etc ... N'allons- nous pas lutter avec eux pour ·faire aboutir nos revendications ? Autant de problèmes que nous ne pouvons pas négliger. D'autres luttent pour cela. N'est-ce pas Ady, Paul, David ? ... Le temps des vacances ne doit pas être celui d'un lâche oubli des réalités, mais celui de la réflexion et .de la préparation aux oombats futurs. Raph FEIGEL~ON, -, OROI-T E'f LIBERT-€ . La roule du VE T n'est pas coupée Par H. CERNIER LE CAMPING - Tu avais raison, chérie, j'aurais dû la choisir plus grand.! ! UN CLI~NT !!! ~'"' ~ ... . ,.~ - LE FAKIR AU BORD DE L'EAU --'" ~-- ... Ct CP . --1 . . . d! 4t: ( LE BEAU TEMPS ~~ 1

.:.:.:-:;;~,..,...... ...

\ \ . ~ " ~"';:"';'::: \ .... ;: .. :.: .. \ .' ..... l, ' 4 \ ..... ',' .. . :.' .. ~. :.\.

?: ' .

• • ~ - Entrons, chérie ! Il est imprudent d'abuser du bain de soleil le premier 1l)ur ! (:QI? ~ .. --- - Vous ave1 attrapé q uelque ch-ose ? - Oui, un refroid issement... \! LES ECONOMIQUEMENT FAIBLES - Evide·mme nt, c'est un peu c revant ; mais avec l'économie du voyage, on pou /ra rester un jour de plus à la me r. - '10111 fuyez tôl ville , .•• - Non, l'hui$lier f ••• -

Notes

<references />


Format JPEG