Droit et Liberté n°00003 - 1er avril 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • La Libération bafouée: ils déchirent le plan de partage et font entrer les nazis au quai d'Orsay par Alain Adler page1
    • La peau de l'ours (juifs de Palestine) (Moyen-Orient) par A. Rayski page1
    • Les phases de la trahison américaine (Palestine) (Moyen-Orient) page1
    • Les crimes de guerre contre les juifs resteront-ils impunis? par B. Adam page2
    • Lu pour vous (Palestine) (Moyen-Orient) par Roger Maria page2
    • Anniversaire de libération par M. Vilner page2
    • Hommes, bêtes et dieux de l'antisémitisme américain: enquête de B. Bliven page3
    • Les maudits (collaborateurs et nazis) par J.A. Bass page3
    • Comment Goebbels fit violer des gretchen par un artiste juif pour 60 pfennigs par jour par Michel Baron page4
    • Histoire: Les Baylons qui sortaient de la carrière d'Avignon faisaient une belle carrière diplomatique par Joseph Millner page5
    • Mon point de vue par Julius Streicher page5
    • Hommes d'honneur et de courage, nous vous devons la liberté par J.A. Bass page5
    • Y aura-t-il un Ku Klux Klan français par Michel Bruck page6,7
    • Avec les mineurs juifs de Basse Silésie par Jacob Egith -page8
    • Combats pour la liberté (Grèce, Espagne, Tanger, Algérie, Brésil, USA, Indes) -page8
    • 5 écrivains ont choisi (Claude Aveline, Georges Friedman, Louis Martin-Chauffier, Jean Cassou, Vercors page9
    • Les peintres de l'école de Paris sont réalistes par Jacques Silvaire -page9
    • La chronique des films par Felix Fedrigo: le retour de Franck James, le maître de Forges
    • L'Heffud a donné une raison de vivre à la famille Balabus -page10
    • Deuxième session du congrès juif mondial
    • Le drame de l'enfant meurtri (enfants juifs) par M. Jouy
    • La Palestine et nous par Georges Villach (Moyen-Orient) -page11
    • Souscription pour Droit et Liberté -page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

) 1 .: : t \; - \. i" , ~ ; - , Prix 20 franc$.· LE GRAND HEBDOMADAIRE DE LA VIE JUIVE Fondé dans la clandéstinité l tr avril 1948 Nouvelle série N° 3. (71) , LA L~124 novembre 2009 à 10:10 (UTC)~1Is déchirent le plan de partage' et tont entrer les nazis au Quai·d'Orsay .!: 1 LA PEAU DE L'OURS ... Nous assistons à qn singulier renversement des alliances. Ceux aux côtés de qui le peuple juif s'est battu contre l'hitlérisme, se tournent aujourd 'hui contre nous. Qui a changé de position ? Ce n'est pas, le peuple juif. Il poursuit toujours les mêmes buts : assurer son existence, liquider l'antisémitisme qui lui a fait six millions de victimes. Et lorsqu'aujourd'hlLi, la population de Palestine lutte pour un Etat indépendant, elle reste fidèle aux traités que les Alliés ont signés sur les ruines du fascisme vaincu. Les Juifs de Palestine, aveè l'appui de tous les démocrates du monde, ne font qu'appliquer les décisions de l'O. N. lU. du 29 novembre. Cepen,dant, dans certaines capitales « occidentales» on revient à la politique du « chiffon de papier ». Promesses et engagements qui d'eviennent gênal'!ts sont jetés par dessus bord. Ce renversement des alliances vient se traduire ~ujourd'hui dans des faits dont la portée sur le plan international n'est pas des moindres. Comment, en effet, interpréter la sollicitude envers l'Allemagne non dénazifiée, les efforts en vue de b constitution d'un Etat ÂUemand dans les zones d'Ouest, tandis qu'c;m s'oppose à la création d'un Etat Juif en Pales~ine! • Si le. récent discours prononcé par le président Tru- , m,an est loin d'être rassurant, il est du moins édifiant. ) . ' Le gouvernement des Etats-Unis est 'prêt à appuyer par la force armée non pas les décisions du 29 novembre, mais celles visant à mettre sous tutelle la Palestine. Pou'r cette tâche, M. Truman sollicite la partici- J pation des Anglais. ' C'est ainsi que ces derniers sont vivement priés de rester sur place et de renoncer à leur projet d·'évacuation. Gageons que la Crande-Bretagne ne se dérobera pas. Toutefois, l'idée de partage n'est pas abandonnée. 1 1 On inverse simplement les rôles. Le partage aura lieu non pas entre 'uifs et Arabes, niais entre Anglais et Américains. C'est bien plus sjmple et plus intéressant pour les compagnies pétrolièr,es ... On oublie seulement à New-York et à Londres qu'on ne vend pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Le peuple juif, Dieu n1erci, est encore vivant. Il a aussi son mot à dire. A. RAYSKI. - - - 7 1 Les ph.ases de la trahison ,. . omerlcalne Au cours d'u~e conféren<:e de presse qu'il a tenue à LosAngeles le 20 mars, M. Marshall, secrétaire d'Etat, a fait la déclaration suivante sur la volte-face des Etats-Unis dans la question palestinienne : « A u cours de l'automne dernier, les Elals-Unis ont appuyé le plan de pariage de la Palestine à -l'Assemblée générale. « La proposition présenlée par le3 Etals-Unis consisle à ce qu~ l'on établisse une Iule lie prOOISOlre. Celle lutelle pourrait se lerminer dè3 qu'une solution pacifique aurad' « Depuis celle date, noU3 aOon3 élé découverle, Celle lutelle serait examiné avec le plus grand soin élablie sans préjuger en quoi que ce toute3 les possibilités d'appliquer soit du règlemenl politique que 1'011 celle recommandation par cle3 pourrait décider par la suile pour la moyens pacifiques. Palesline. )) Et M: Warren Austin, délégué américain à Lake Success, a précisé : « En altendanl 'a réunion de la commission de Palestine à suspensession spéciale de l'Assemblée dre les efforls qu'elle accomplit en g~nérale, nous pensons que le Con- vue d' appliquer le plan de pariage se il de séCllrilé devrait irtvlter la qui a élé recommandé. )) Le délégué soviétique au Conseil de Sécurité,M. Cromyko, a réagi immédiatement en déclarant que les nouvelles propositions américaines étaient « en contradiction avec le programme approuvé par l'assemblée générale ». Il ' a nié en outre qu'une application pacifique du plan de partage soit impossible. (Suite p(tge 2) Ce qu~en pense l'homme -de la rue~ •• La grande re.ntrée de l'Allemagne occide ntale SUt la scène politique internationale a jeté un certain trouble dans les esprits. Les Allemands vïendronf discuter à la Conférence des Seize Sur un pied d'égalité avec les autres nations. « Vainqueurs » et « vainc us »..se congratulent. Dans une petite boutique de la rue des Rosiers, j'ai demandé à ia vieille Mme Berthe, ce qu'elle pensait de cette nouvelle entrée des Allemands à Paris. « Je ne lis plus les journaux - a-t=elle répondu de sa voix lente et brisée - mes yeux sont fatigués et jé suis très faible. , Tout de même, lorsqu'on m'a appris la nouvelle, je suis restée ' stupéfaite . . Sa voix est à peine percep' tible : « 'Ils ont assassiné mes deux fils et mon mari qui avait 67 ans. )} Sur ses joues ridées, des larmes coulent. Elle répète : « ,Ce n'est pas possible; c'est un cauchemar ... un cauchemar ... » . U C'est une capitulation" Dans une petite pièce, au rezde.. çhallssée, il a installé un atelier et fabrique des chaussures. C'est un Autrichien qui s'est évaclé d'un camp à l'âge de quinze ans. Aujourd'hui, il travaille après ut' dur apprentissage, toujours seul, livré à luimême. / Interviews par Alain recueillis ADLER « Je crois, dit:il, qu'il faut être le ministre des Affaires étrangères pour tout oublier et ne rien, comprendre. Je ne suis qu'un bottier, mais je raisonne. Pour moi, l'admissian de l'Allema~ ne dans le Conseil des Grandes Nations, c'est d'abord une · capitulation de Ja France. Bidault aura beau m'expliquer en latin que c'est une victoire ou même seulement une nécessité, j'ai la, tête trop dure pour comprendre. » , .. " Je suis allé à Francfort, c'est plein de nazis " Je connais Annie, ' je sais qu'elle a le verbe facile, qu'elle ne mâche pas ses mots. J'ai à peine commencé qu'elle me coupe: « Il ne manque que Ribben. tropp à Paris ... J'étais à Francfort, il y a peu de temps, et j'ai pu m'apercevoir que les Américains n'ont pas dénazifié. Dire que les nazis sont On annonce de Francfort Que le docteur Hermann Puender, président du Conseil Economique de la Bizone, serait désigné par l'administration anglo - américaine pour représenter "Allem~gne de l'Ouest aux délibérations du Plan Marshall. . Le Dr Puender est un ancien nazi nQtoire qui, à un certain moment, eu juillet 1944, fut accusé de participation au complot contre Hitler. Le « Tribunal Populaire Hitlérien Il l'acquitta en présentant même des « excuses ». Voici ce qu'on peut lire dans Cl! jugement, • « Puender est un père de famille nombreuse qui servit le Reich pendant de longues années dans des postes de h<lute importance et qUÎ a su mériter la gratitude du Fuehrer ... « Le gé..,éral d'armée Hube, décoré de la croix de fer avec brillants, l'a sollicité pour patron- ' ner I.'éducation nationale-socialiste de ses hommes. Mais ses su-' périeurs l'ant considéré comme ' indispensable et n'ont pas voulu se séparer de ~ui. maintenant aux côtés des nations victorieuses! C'est un outrage à tous nos morts. }) (Suite page 2) - Venez, ,he. Amie, votre expérienCe de la « politique du chiffon de papier» nous sera très précieuse. DROtT ET UBERTE - - - ANNIVERSAIRE DE LIBÉRATION L'opinion de l'homme de la rue t 1 t t t t 1 "r OUS les anciens déportés - et il y a des foyers juifs qui pleurent de ne plus en avoir! - vont fêter, en ce mois d'avril 1948, le .troisième anniversaire de leur libération. Hélas 1 la joie qui devrait, en ce jour a,nniversaire, rem· plir les coeurs des hommes arrachés aux tenèbres et rendu.s il la vie, s'efface devant les nouvelles bouleversantes du present et devant les inquiétudes du .lendemain. Qui aurait pu soupçonner, il y a trois ans, quand les accords de Yalta, préf,'llCe aux accords de Potsdam, forçant le royaume concentrationnaire, donnèrent aux damnés le courage et la force nécessaire pour vaincre le dernier quart d'heure du calvaire, qu'on verrait un nazi représenter l'Allemagne non dénazifiée il une conférence internationale il Paris? Qui aurait pu penser également qu'oll refuserait aux Juifs, trois ans après l'a défaite du fascisme, le droit de vivre? • ES droits des Juifs de Pale!1tine et des Juifs dépla!...... cés il fonder librement leur Etat sont incontestables _ parce que nés au milieu du plus grand massacre que l'histoire humaine ait connue. Ces droits ont été reconnus par la plus haute institution internationale, par l'O.N.U. Mais déjà une coalition immorale veut les leur refuser. ,Tout est lié. Le refus d"appliquer le plan de partage de la Palestine, la renaissance d'une Allemagne agressive, les vexations dont les anciens déportés sont l'objet. 4 D'autres sont menacés dans leur existence et dans leur indépendance par les forces d'obscurantisme qui frappent 4 les Juifs. Mais la fraternité forgée dl\ns le combat n'est-elle pas un gage de victoire? .. N ce troisième anniversaire de libération, il est ré~ p. confortant d'apprendre que les diverses organisa~ tions d'anciens déportés et résistants viennent de réaliser leur unité. C'est \me grande force morale qui sc lève pour déjouer toutes les fourberies. Les résistants, véritables artisans de la libération, les déportés qui portent la leçon historique du fascisme dans leur chair meurtrie - ont quelque chose de grand il dire et il faire. M. VILNER (Suite de la pa.ge 1.) .le la quitte brusquement car elle n'en finit pas. C'est un véritable moulin.

  • « ~oi, la politique, je n'y

connaIs nen. Je n'en fais pas et ne m'en porte pas plus mal pour cela. » La dactylo arrête de taper sur le clavier de sa machine pour se limer les ongles. « Mai!1, pourtant, lui dis-je, cela vous touche. » « Oui, certes, et je vous corn, prends. Je ne crois pas que nos dirigeants soient des imbéciles. Ils voient clair et sont sans doute intelligents. A mon avis, c'est de l'inconscience et j'espère qu'ils s'en apercevront. Toute, fois, je l'avoue, ce n'est pas très agréable de voir des Allemands de nouveau à Paris. Surtout pour nOliS, Juifs. »

  • Au Carreau du Temple, la

foule est compacte, on se bouscule pour se frayer un chemin à travers ces petits stands où les vendeurs vous attrappent au bras : « Voyez mes pantalons! » Les phrases se perdent dans un va('arme abrutissant. Je m'arrête justement devant un marchand de pantalons. Tout de suite. il me fait' l'article. Mais moi : « Que pensez-vous de la décision des seize concernant l'Allcmag-ne occidentale? ». II ne s'attendait pas à ceBe-là. D~ D ANS leur volonté de gagner leur indépendance, lès juifs de Palestine se trouve.nt aux prises avec des difficultés étranges... et étrangères aux intérêts véritables des principaux intéressés que sont les Juifs et les Arabes. an s'en fera une Klée en lisa.nt avec soin cet extrait d'une corresponda .... lce d'Henri Pierre, envoyé spécial du Monde aux Etats-Uni5 (10 mars) : L'aHaire de Palestine est deveftue pour l'aaminist;ation démocrate un véritable «guêpier li. L'embargo sur l'envoi d'armes en Palestine a provoqll.é un fort mOlllVement d'opinion, o'Ion seulement parmi les Juifs, trils puissants à New-York, mais aussi ches de nombreux non-Juifs libéraux, gagnés à la cause du sionisme, dont les eHorts de propagande ont' porté lelu fruit. Très habile·ment, les républicains ont su exploiter la situation; le sénateur Taft, poll<rta-nt si pru>dent en matière de politique étrangère, a ouvertement appuyé la solu.tion du partage et a même approuvé la proposition de création d'_e fOf'Ce internationale. Le président doit en m"me temps concilier, au sein de son gouvernement, les militaires, hostiles au partage pour des raisons « pettolières » et de securité, et les diplomates qui veulent faire observer la décision de l'O.N.U.; if doit également tenir compte de l'antisémitisme latent aux Etats-Unis, et qui trouverait un terrain favorable le jour où des soldats· américains seraient envoyés en Palestine. Quelle que soit la décision finale du président sur ce problème comple1le, il en sortira affaibli su, le plan éJecto~ .-al. Ainsi le sort de ceu)( qui se battent et co.nstruisent là-bas repose, en partie, sur les caisses électorales des politiciens américains et aussi sur la stratégie pétrolière de la Standard Oil. A ce sujet, braquons les projecteurs sur un ennemi agissant du peuple juif, dénoncé par M. Glenn Taylor, sénateur démocrate de l' Idaho, dans une let.tre adressée au président Truman. Il s'agit de M. James Forrestal, secrétaire d'Etat à la Défense, mis en cause en ces termes, selon une dépêche de Washington du 22 mars : M. Forrestal essaye d'imprimer à la politique étrangère des Etats-Unis une direction servant directement les intérêts des compagnies pérolières. M. Taylor précise que le soutien apporté par M. Forrestal aux conces~ sions pétrolières du Moyen-Orient, coïncide avec les intérêts que l'actuel secrétaire de la Défense eut dans ces affaires 10rsqu?iI présidait à New-York la firme bancaire Dillon, Read et Cie. .Précisons que cette grande ba~ue, liée à des intérêts allemands, a largement financé, dans l'entre-deuxguerres, le relèvement de l'Allemagne et le mouvement hitlérien. Comme un poirier ne saurait porter des fraises , il vaut mieux ne pas s'étonner outre mesure des deux citations suivantes rapportées par notre confrère la Défense, du 19 mars : Un récent congrès d'America First a voté à l'unaFiimité une motion demandant la 'sté~ilisation de tous les Juifs d'Amérique. Une autre organisation, qui compte parmi ses membres M. John-E. Rankin, l'un des présidents du fameux Comité des activités antiaméricaines vient de proclamer : L'Amérique sera libre quand le sang ·des Juifs, des nègres et des conllltunistes coulera librement dans les ruisseaux de toutes les rues. 1.1 est juste de reconnaître que tous les Américains ne tiennent pas ce langage digne de Julius Streicher. Témol'1 l'élection triomphale d' lsacsôn, candidat. de Wallace, da.ns la' circonscription du Bronx, Toutefois, comme Le Monde l'a fait observer, ainsi que M, Pierre Crénesse dans La Tribune des Nations ou 2 mars, mais sans prendre cette appréciation à so.n compte : Les élections de Bronx ne peuvent être d' une grande signification, la poplflation de ce district de NewYork étant : pour 55 pour cent juive et 45 pour cent noire, espagnole, portoricaine, etc. «Sans signification»? Vous croyez ? Et avant l'élection d' Isacson, conclidat du tiers parti, les mêmes électeurs juifs (au crématoire 1) noirs {comment peut-on avoir la peau noire ?J, espag,nols (à la porte les étrangers .!), portoricains (peuvent pas être Anglo-S2xons, comme tout le monde !), ces mêmes élect. eurs votaient bien pour le candidat « démocrate », n'e~t-ce pas? Eh bie.n, il y a quelque chose de changé, au moins à Bronx : ils ont voté progressiste. Epinglons maintenant celte énor- La TRIBUNE JUIVE du Caire éC1"Îvait le 21 janvier J!}l,s : l.e$ fascistes ct antisémites redressent la tête en France. PO'W' la première fois depuis la Libération, l'a'(J'ilation antijujve sc déroule o1Lve·/;tement.. . ... Les conditions de c1ise en France et les succès électoraux du gêneral de GAULtE ont considérablement accru le (l{lnglJr de l'ant·isémitisme. Jour après jour, des arlicles.antisémilies en pl'I),S gmnd nombre apparaissent dans ta presse français e, le llomtn'e des placa1'ds anlijuils se multiplient ct les slogans antisémites sont mai-l/.llenant visibles sur la plup.art des murs de Patis libéré où tant de juifs tombèrent durant la llésislu1'/,(;e ... Certains milieux franco-ju'ifs I]ui p1'ennent leurs désirs pour la réalité, pensent lJue pm'ce I]'uc de Gaulle IU'i-m~me ft 'est pas lm antisém'ite el a I]uell]ues juifs dans son en>touftlfle, le reste du Judaïsme français demeurera en paix; cette conception est dange1·etLSe. Il y a à pein.e une semaine, lI:) colonel Max-Adolphe Vitale, un fuif üal'ien membre d'une famille arÎslocral'ique ayant. com1J1é plusieurs hommes célèbres dans l'armée el la marine, a rappelé a·t!x juifs de France comment, en 1938, il leur avait fai! remU7'l]uer l'élimination des juifs du paT'li rie Mussolini et comment ils refusèrent de croire que le fas cisme français pourrait agir de méme. Ces milieux juifs. de méme que le reste de la classe moyenne française, sont hypnotisés par la personnu lité de DI:: G.1ULLE, Men I]u'il p1'Ociame ouvertement l'abolition de phtsieurs libertés et institul'ions démocraliques comme un des points de son programme. '" Il Y a à peine un an, il e11t été impossible d'imagine." une campagne anli.jt!ive aussi onvcrte qlle celle à IUtIUelle on assüle en Fmnce. L'organe libéral « UOTWHB » a 1Jublié tm arl'Îcle sous le titre Il Le BrassQ1'd jaune )) dans lequel il écrit: Il ALors que les cendres des victi,ml's juives des crématoires son' encore chaudes el qu'il existe difficilement un Jnif en France qui ne pleu1'e quelqul's ml'mlnl's de sa famille, il se .trouve des personnes, des Français (lui osent lever l'étendard à la croix gammée une fois de 1)lus, » coup, il se laisse choir sur une chaise. «Nous fermons dans une demi=heure et je suis là depuis ce matio avec tous mes pantalons. Un de vendu depuis deux jours. C'est il désespérer ... Les nazis au Quai d'Orsay? J'ai passé deux anné-es à Dachau et je ne suis pas près de l'oublier. On dirait que tout cela est préparé, voulu par les Américains. Leurs dirigeants n'oot pas souffert, ils ne savent pas. » 11 se lève : « Je m'excuse, il faut que j 'esst ye de vendre un peu de camelote. ». Il accroche un flâneur: « Voyez, monsieur, un beau pantalon tissu pur ... ll. Le flâneur est déjà loin, perdu dans la foule.

  • Je suis entré, pour terminer

mon enquête, dans une petite synagogue de Montmartre, Le bedeau, un livre de prières à la main, vient à ma rencontre, me prenant S::lns doute pour un nouveau fid .!le, Je lui pose alors la même question sur l' Allemagne: « Je ne comprends pas que le Gouvernement français ait pu oublier si vite. Ab 1 si Roosevelt était encore là 1 Truman, c'est pas la même chose... Regardez ce qu'il fait en ce moment en 'Palestine. Tout cela est mauvais, très mauvais. Mais j'ai confiance. Dieu ne permettra pas de nouveaux assassinats. Le peuple ne permettra pas aux bandits de revenir. » me ânerie d'un honorable dirigeant de la Haganah pour l'Europe, M. Gdaiia Zuckhowitzki, qui a déclaré à Osle, d'après une dtipêche publiée par 1" AHobroges, de Grenoble ( 12 mars) : Le pire ennemi des Juifs n'est ni l'Ar., ni l'Anglais, mais le pétrole. C'est aussi, pe.'1sons-nous, «la bêtise au front de taureau », Non, M. ZucKhowitzki, le pétrole n'est pas plu~ l'ennemi des Juifs que les machines .'le sont des ennemies pour les ouvriers. C'est l'impérialisme, do.nt le pétrole est un instrument, de puissance, qui est un ennemi universel pour tous les opprimés. Tous unis dès aujourd'hui, et encore plus demain, ils sauront faire, de l'énergie puisée dans la nalu re, un formidable oulil de libération et de gra.ndeur fr<tternelle, Mai·s, aVÂnt d'en arriver là, il faudra lutter. Et démasquer l'ennemi véritable en pleine bat.aille. En voici un, présenté dans Les Allooroges, de Grenoble également. le célèbre chef arabe Faouzi el Kaouadji, qui jc.ua un rôle important avant guorre dans les troubles du Proche et du Moyen-O;ient, a pris le comMandement en chef des forces arabes en Palestine. Il vient de pénétrer en Terre Sainte avec un détachement de volontaires ,pour y rallumer la guerre et mettre, selon ses propres termes, un terme aux rêves des ' sionistes ». Il a installé son Q. G. dans le même village d'où il avait , dirigé la grande insurrection de 1936. Précisons que ce fantoche forcené est manoeuvré par sa femme, qui est une Allemande. Quel 5ervice secret, aujourd'hui, après les nazis, utilis.e cette espionne pour allumer l'incen' die entre Juifs et Arabes? En voici un autre, plus connu, pour lequel se pose la même question

.

La résistance arabe contre le partage de la Palestine est dirigée par le Comité a:abe de Palestine, sous le contrôle du grand Muphti. Nous prenons cette indication dans La Liberté, de Fribourg, du 3 / 11. Quant à la quest.ion concernant les tireurs de ficelles, nous la renvoyons à M. BevL'1, qui est socialiste à ce qu'on dit, et au général Marshall, qui e 5t dÉmocrate à ce qu'on dit, et Gui n'ignorent pas l'un et l'autre que ,c; grand Muphti de Jérusalem est lin criminel de guerre de grande e.nvergure, portant une respansabi lité direcle dans la pluie de cendres qui s'est abattue sur l' Europe, dans ' Ie Sillage de la chevauchée hitlérienne. Ici, nous n'oublions pas, car lJotre sang ne palpite pas c;lans un pipe-line.

r- avril .1948 .• - No 3-71]

LES CRIMES DE GUERRE co.nbte le~ J-~ resteront· ils· impunis ? par B. ADAM Cette question, dans les circonstances présente, en ap}} elle logiquement une autre: pennelll'a-t-on aux criminels d'organiser une nouvelle croii: iade contre les Juifs da.ns le cadre de l'Europe occidentale renaissante? Avant même que l'Allemagne occidentale ne fasse ~;a s-olennelle entrée sur la scène ,politique, combien de grands crimin els n'ont-ils pas, déjà, bénéficié d'une scandaleuse indulgence 1 Si <les crimes de guerre caractérisés sont la.is'sés imiPunis, il y a de fortes cIJances pour que les crimes anlisémi,tes soient oubliés. On ne s'ét.onnera donc pas, dam: ces conditions, d,e voir l'anlii: iémi tisme reparanre dangereusement dans la bizone anglo - américaine. L'absence dé' dénazification encou1'3.ge les Dourrenux, Il faut admetIre qu'il est difficile pour des gens qui tol èrent la discrim,ination raciale dans leur propre pays <le punir d'une façon énergique et conséquente les crimes raciaux en Allemagne. D'autant moins qu'il faut .tout faire pour él(wer l'Allemagne au ;rang de défenseur de la civilisation européenne occidentale ... Alors, on comprend mieux dans celte a tmosphère le geste du magistrat Charles F. Wennerstr'um, qui a do·nné sa' démiss ion, il y a -peu de temps, du Tribunal des crimes de guerre de Nuremberg. ('~ jug.e américain trouvait qu'il était inadmis'sible de condamner lcs All emands, que cela était un malentendu de le faire. à. oc jour. Voilà où nous en sommes' ! 11 ne s'agit pas de vengel) ce. C'est la sécurité, l'avenir du 'j)cu:ple juif qui f,()nt en jeu. Nous soutiendrons de -toutes nos forces le Conw~' Juif Mondial dans son action, ainsi que les' eHorts de toutcs les forces démecratiques. Il ne 'Peut Nre question 110nr les Juifs d'accepter la politique du coup d'éponge. Aucun r-euple qui a profondément souffert et Bncèremcnt combattu le fascisme ne l'accop. t.er.:".l,. ..••.•. ..•••••..•. APRÈS LA TR4HISON AMÉRICAINE (Suite tIe la 1Jremière page) A la suite de la trahison amélicaine, l'Agence Juive et le Vaad Leu'illi ont tenu une réunion commune le me.'l'credi 24 mars à Jérusalem. Une déclaration a été publiée, dans laquelle il est dit : « 1, NOU8 rejetons toute forme de trusteeship qui priverait ' les Juifs de l'indépendance: « 2, Un gouvernement provisoire juif doit être créé le 15 ' m.ai au PIUS tord . LA RADIO DE MOSCOU ACCUSE Parlant de la proposltlon américaine pour un trusteeshiP. la radio de Moscou déclare : « La déCiSion du J}ouvernement dRs Etat~-UniJs est l'aboutissement logique de la politique du Stoete Department. Pour justifier cette décisWn, le représentan't amériC!ain au Conseil de Sécurité prétend qu'il est impoSSible d'a'Ppliq~r le partage d'une manière paCifique. Mais la, raison réelle de cette volteface est l 'absence lÙl désir de certaines puissances d'appliquer la décision de l'O.N,U. Droit et Liberté Rédaction et adminlstratioh 14, Rue de Paradis, 14 Paris Xc Tél~phone:PROv'en·c e 90-47 90·46 C.C.p. Parl8 6070-98 Le gérant: Ch. OVEZAREK ..,- 1 1 { 1 1· ) J \., ,/' ., . ' 7 \ , ' " .. ~ ; OROtT ET LI~TE Hommes, bêtes dieux de l'ANTISÉMI.TISME AMÉRI(AIN 'EST une guerre froide que beaucoup d'antisémites américains livrent aux: Juifs. Celtc guerre ex. ploite toutes 'les contradictions que la vraie guerre n'a pas résotues, mai5- .aggravées. Il n'cst pas sans signification que les calomnies racÎstés tmuvent surtout un terrain favorahie dans certaines couches des Classes moyenr.les déjà atteintes par une crise économique qui menace de s'étendre. . Aux soldats démobilisés, en proie aux drames du retour à la vie civile, s<mvent incOll);pris, considérés comme des gêneurs - rl.\ppclez-vO-tis le film « Les plus bdles années dc notre vie» - on dira que les Juirs ont {}ris toutes les places. Et s'ils S0nt peu av.crtis, ils le croiront. Voie de dérivation L'aAcien combattant écoeuré par la laideur d'un monde qu'il s'attendait Il découvrir transformé, le volontaire des missions dang-erellses qui ricane aujourd~ hui, avec une amer tume qui fait mal. lorsqu'on pa rle des « héros de' la guerre ", n"arrive pas t@u-jollrs à surmonter ses déceptions. L'antisémitisme , qui canalise si bien les mécontentcmenti', ~rvira d'exécutoire à ses, légitimes colères. Il ouhliera que ce frère de " co.mbat sur la mort duquel il a pleuré n'était pas d'origine

' «'aryenne ". Il oubliera qu'il est

tombé, du côté de Caen, en juin · 44.. à deux mètres de lui, sur · UIi:e mine allemande. SCIon un processus qui n'est pas nouveau puisqu'il s'cst déjà manifesté en plusieurs pays au cours de l'entre-deux guerres .- · je pense notamment au mouvcment « Croix de Feu .. en France - son état d'esprit changera · dang·ercusement. Excité par le battag-c des marcha nds de haine, il diri·g'era sa rancoeur contre les Juifs, contre les commul1tstes - contre la démocratie. Ai-je eu tort de commenccr cette eoqu€: te en écrivant qu'à certains 'égards les Etats-V nis se trouvent da ns une situation pré-fasciste ? Province aigrie Ce Il'ei't pas assez de dire que l'antisémiti<;.me transforme les Juifs en boucs émissaires. L'honnête citoyen qui, sincèrent, croit trouv er une e'Xplication li s~n malheur dans \es calomnies racistes - je ne parle vas ete" candidàts au pitlage des ooutiques, ni des nombreux ratés qui che rchent une c@nsolation, sans quoi ils n'oseraient V1us se re·g·arder dil ns une glace - peut être parfois une vi ctime aussi pitoyable que le J uiC luimême, Et Ulle double victime, car, mltlheureoux, il se laisse embobiner par ceux qui pré'Cisément sont clluse de son malheur. A New-York, ou les J uiCs , sont tr~s nombreux, il y a beaucoup moins d'antisémitisme que dans tdle petite ville qui compte un seul Rloom sur deux cents commerl'1tnts. En efret, chez certaines masses arr iérées, vivant au ral~nti _ malg:ré tout cc que les l,"riques de la civi li ·t :ttion américaine peuvent raco nter sur la fièvre et la trépid a tion des V .S A. - les aigreurs de la pro\'i nce, la fa tigue du m~deci n de campagne, la déscsperancr. du petit empluyé de drugs.store s'ajoutent aux cancans et aux me~quineries sécu laires, et l'on peut "oir, dans les locali tés ou l'on s'y attendait le moins, un Suite de l'enquête de B. oo·,tl:tql~icr juif mis en quarantaine comme un pesti féré, comme un nègre, pour tout dire. Voici les salopards Ce n'est pas aux antisémites qui sont les victimes non-juives de l'antisémitisme que j'en veUK. Je sais que si t'es démocraies américains s'en donnent la pejne, ces racistes temporaires ou occasionnels ouvriront les yeu" et sauront voir quel est le véritahle ennemi du peuple. - C'est sur les professionnels de la haine, sur ceux qui en toute connaissance de cause subordonnent l'antisémitisme et le racisme h leurs fins de classe, su. les tireurs de ficelles des groupements réactionnaires, qu'il nous faut frapper, et frapper lt boulets roug'es. Les plus influents sont ceux qui, formant une opposition res- . ponsable, comme Tohn E. Rankin ou, nag-uère e~core , le sénateur Th. Bilbo, voudraient introduire leur Cheval de Troie au sein même du Congrès, comptent sur le prestige qui s'attache à leur qualité d'hommes publics et utilisent de puissants moyens d'expression pour tenter de pervertir des milliers de braves g'ens. Viennent ensuite les publicistes et les speakers de la radio qui, traitant des sujets les plus divers, s'arrangent toujours pour g·lisser au bon endroit une pointe 011 une allusion raciste. Les commeotateurs de gauche, « ~purés !) ont cédé la place au'\{ spécialistes d'un lent travail de bo urr a_~'e des crânes. Il y a l'expistolier malin qui donne lecture de la lettre du « monsieur Qlli n'aime p<l<; davantage les Juifs que les. Nègres ", et laisse a l'auditeur la liberté d'en penser ce qu'il veut... , Un seul , chef d'orchestre (dandestin) ? Les plus perfides se rec rutent parmi ceux qui, recevant directement leu rs consignes du KuKlux- Klan, connaissent l'art d'adapter leurs boniments au nive<lu intellectuel du public auquel ils .,,'adressent. Le Klan a ressuscité au moment ou R00sevelt est rrort. C'est sous le signe de la White Sup.remacy et de l'hostilité il rEg'lise romaine que ses fidèles développent leur propa.gande . Mais dans plusi ellrs ' endroits , sous la pression de ses éléments les moins cha uvins, si l'on ose dire, le Klan réalise a vec des cath<;»liqttes une unité d'action antin~gre et antisémite. Le tout est assez bien orchestré. Bcau'Coup d'antisé mites travaillent étroitement ensemhle et se réunissent en des conférences plus ou moins confidentielles , oü l'on trouve tou jours unc sorte de table de littérature abondamment garnie de broch ures, de magazines pt de « classiques " de l'antisémitisme. D'oLl vient l'argent ? Dans la plupart des cas, sans doute, d'un seul et même chef d'orche<; lre clandestin qui, bien entendu, n'exerce pas la profession de li ftier. Hors-d'oeuvre d'un dîner de têtes Je vous propose un dîner de têtes - qui, toutes , bourfent du rouge ct du juif il longueur de jour:lée. Dans la galerie des g-rand., ant istmites des U.S.A., Gérahl K. Smith est le N° 1. Il est ultra - Américain, comme un membre de la commission des acti~'ités a nti, a grandi dans le sérail évangéliste et s'honore de l'amitié des. plus sinistres. réact! onnaires: Huylo-n,g, Taldmadf1le (II y a deux Taldmadge principaux, le père, Gene, et le révérend père) et WiUiam Dudley Pellev, En' pleine g'uerre, en mar., 1942, il a lancé ~l Détroit le magazine The Cross and the Flag (tirage 12.000 exemplaires ), où' il prêcha la croisade anJ isoviétique et, en fait de drapeau, incita les soldats américains - ce n'est pas nous qui le disons, c 'es t le ministère dt! la T ustice - à déserter le leur. èet homme ne manque pas de logique : il ne s'en ressentait pas du tout pour r.;endre le,> armes contre Hitler, il brûle maintenant d'aller donner une correction à Staline . Il peut s'enorgueillir ' d'être le fondateur d'un org'anisme qui ne souffre de comparaison qu'avec la fameuse ce ntrale hitlérienne d'Erfurt : . une agence de presse spécialisée dans la: « documentation » raciste, qui alimente toutes les feuilles antinèg- res, antimexicaines, antiindiennes, a ntisémites , des EtatsUnis. Henry Ford, le .Bon Dieu des ouvrieri ... 1\ suffit de voir comment Smith opère dans l e~ meeting-s politiques pour saisir le sens que le mot démocratie a dans sa bouche. Lo rsqu'il porte la c~ntradiction Il un adversaire, Smith commen'Ce par le traiter de T uif (Goebbels disait bien : « Celui-Hl est Juif que je désigne comme tcl ») et lui intime l'ordre de « retourner chez SOIl ami Staline ». Lorsque inversement un adve rsaire lui porte h contradiction et le fait conspuer - comme le cas s'est produit, il y a quelque temps, au Morrison Hotel de Chicago, - Smith s'écrie, fou de rag-e : « JC'suis lOtIr que ces désordres sont provoqués par un gang de tueurs communistes et de terroristes juifs liés par l'Intemationale Rç>ug-e ! » Le 15 }Invier 194.7, il a envoyé a. fous « ses chers amis chrétiens d'Amérique », une circula ire pour leur annoncer la vente pa r souscr'iption de la première édition d'un livre, « Le Juif Interna tional », dont l'id {~è revient ~l feu Henrv Ford ... Il faut entendre ·Smith parler de Henry Ford ! A ses yeux:, Ford est le plus grand homme de tous les temps... le Bon Diell de la classe ouvrière, le modèle accompli du trustman bienfaisant (comme un coup de matraque). le l\'( éc~ne au coeur d'or qui finance la réédition de., chefs-d 'oeuvrc de la littérature (tels que « Les Protocole!> des Sages de Sion »), le protecleUi- ' des opprimés (et tout d'abord , des pogromistes de l'O ~hr~na, émigrés il Détroit, après 1917) ... Un antisémite fondamentaliste Vous connaissez l'eK istentialisme ? Oui. Et le fondamentalisme ? C'est une variété de religion qui p.ousse en Amérique et notamment à Wishita; dans le Kansas, ou le prêtre fondamentaliste Winrod a trois choses de commun avec Smith : le prénom, la haine raciale et le style h la Goebbels. 'Son journal Defender, . qui tirait Il 100.000 en août 1!)4.6, a BLIVEN été accusé de ' tentative de démorali sation des fo~es armées américaines pa r le ministre de la Justice. Winrod, porte-parole du Très-Haut, publie des articles Oll l'on apprend qu' « Hitler en se débarrassant des Juifs accomplissait les desseins de Dieu ». Au fond, il ne répète que ce que Hitler disait luimême ... Mais Il a sa version pe-rsonnelle du « kidnapping » dit f.i1s. de Lindbergh : tout un romanfeuilleton est sorti de son ima-g'i llatioo, qui met en scène d~affreux conspirateurs, sortes de Landrus judé{}-bokheviks, égorgC'tTIt (il ne précise pas s'il s'agit dun « meurtre rituel .» ... ) avec un couteau (celui qu'ils avaient entre-les-dents, sans doute) un petit être innocent ... Il commet une escroquerie dont sont coutumiers. tous les gredins de son genre en osant écrire que le nombre des' Juif,. assas~inés' par les nazis ne s'élève qu'à ... 200.000 1 Sous sa plume, .Roosevelt se métamprphose en quarteron ~e J uiE et le l'ape lui-même, débaptisé, deviellt « Sémite >l. Talmudiste à ses heures, Winrod découvre un « code juif indiciblement tCfI"ihle »( sic). (Suite page 4.) lES « Que sont devenus les hommes qui ont « trahi la France et lQ liberté et ont « .organisé la persécution raciale sous lQ « protection de l'ennemi ? Ont-ils reçu le « châtiment qui a été solennellement « promis aux peuples par tous les hom « mes d'Etat des nations unies ? « Notre ·collaborateur, Joseph-André « Bass, nous le dira dans une série d'Qr « tides qui commence dans ce numéro •• Depuis l'effGndrernent nazi, les nGavelles &Ont fréquente", sur les difficultés éprouvées par les réfugiés juifs rescapés de.. camps d'extermination nazis se trouvant en territoire autrichien. On explique facilement cette situatiGn quanG on examine certains peNOflnages qui se sont occupés Gepui. la capitulation ailemanGe des questions dites des « per.sonnes déplacées ». Prenons parmi eux u.n bel e~empl.e : LATHAM Edmond-Georges, alias GILBERT, est né le 13 février 1893 au H",vre. Il f.ut nommé par Darlan, intendant de police, fonction qu'il a rem·· plie à la grande satisfaction de la police allemande, du 6 mai 1941 au 16 janvier 1942, dans les régions de Lyon et de Marseille. Au c<>urs de cette période, il a fait .arrêter, interner ou dépor- 11er, bon nombre de militants de .1a Résistance, de <nilitaires allié.., qUIÏ n'a_ient pas déposé 1.". armes, de réfugiés politiques et confessionnels. \ Peu d e gens savent que, dès 1941, en zane dite n.on Gccup.ée, les hommes de Vichy livraient ouvertemeat .à' la Gestapo les internés des camps de la zone .. ud. Latham y a participé acti·· vement. . .. En septembre 1942, Latham s'engageait dans la • Légion Tricolore » où il instnnsait les recrues dan.. le cent~ d'entraînement de Guéret (Creu",,). Il forma, d'accGrd avec l.es service.o spéciaux allemands, u 'ne équipe d'agents de l'enseignements provenant du P .P.F. tels que Leduc" Albert et d'autres et, aprés avoir paradé en uniforme d'officier de I!, LV.F. à Lyon, il partit en mission de renseignements pour le COtnpte des Alletnands en Afrique du Nord, sou. le. ordres du cor.a.nel Retlle, officier de renseignements de ('EtatMajor de la Wehrmacht. 'Cette brillante activité' l'avait sans doute fait remarquer pui .. que M. Henri Frenay, ministre des prisonniers et déportés, à la recherche de techniciens du rapatriement, estima probablement après la libératioon que Latham ayant su faire déporter les inte .... né. politiques et les résistants en Allemagne, saurait .. 'occuper de leur voyage de retour. Aussi Latham fut-il nommé chef de service du rapatriement des étranger. et assimilé pour se. bauts faits, au g-rade de lieutenant-colonel, n'ayant été que conUTlandant du· teml'" de Vichy. Quelque temps après, devant l'indignation grandissante <!<es combattants et victimes de la guerre, Latharp avait cru devoir disparaître ; plusieurs en·quêtes judiciaires fu't'ent ouverte. contre lu., il était considéré camille sans domicile connu et hon du .territoire français, aJo... que penda.nt ce temps il était attaché comme Gfficier de Iiai .... n français . auprès du grand quartier général interallié, puis nommé comm.e officier de l'U.NRA., d 'irecteur des « camps de per"Dnnes déplacées » dan. ta zone française d'occupation en Autriche. Il a rempli sa mission : dans ces · camps de « per>;Gnnes déplacées ", les victimes du nazisme devaient céder te pas aux bourreaux. Dans la zone française d'occupation en Autriche, le. rescapés des massacres étaient consignés à cô~é des S.s. et de. fascistes allemands, autrichiens, ukrainiens, polonais, yougoslaves, pendant qu'à proximité, dans les villas et chalets de luxe, les rois nègres des gGuvernements fantoches à la solde .le Hitler, les traitres russes, polonais, hongrois, yougoslaves, allemands, autrichiens, se pavanaient en compagnie de vichyssois et de pronaz;" et les hommes et les femmes de la cour de Hitler faisaient la noce, organisaient des représentatiGns théâtrales et tournaient des films. Sa présence à Insbruck ayant été signalée à Paris dans le. milieux d'anciens combattants, au moi. de février 1946, il a pu quitter son service en Autriche, sans être arrêté, malgré plusieurs plaintes dénonçant ses crimes. On perd à nouveau sa trace. li doit jouir de très ha'utes protections, pour le compte de qui ? • ,L'i,!,punité .Ile cet assassin est un des Cas le. plus scandaleu." d apres-guerre. Pour quelles innotnmables besognes le COuvre-t-on encore? . B. ., -./' 1 .-:" ",,,..t :~I ', 1 ~ If '

J ~

'bROIT ET LIBERTE __- ---------.....- .,..- -+--.-c "~ ~• .a vril 1948. ;- N" 3-,7] Comment Goebbels lit violer des· Gretchen par un artiste juil pour 60 Plennigs par jour Au début du mois d'avril 1941, Goebbels mandait les meilleurs cinéastes hitlériens dans son vaste et géométrique bureau du Propaganda M.inisterium à Berlin. Le soleil pénétrait par les grandes baies vitrées ... l'air était aux grandes réalisations. . Debout, débitant ses phrases sur un rythme de mitrai'llette, le « Pied Bot » gesticulait énormément. Messieurs. nous devons réussir avec Heimker (<< Retour au pays ~), le plus sensationnel de nos films de propagande ! Vous en voyez toute l'importance ! Unser Führer nous demande de faire comprendre à l'Allemand moyen pourquoi il était néoessaire à'nttaquer la Pologne en 1939 ! Le scénario ne doit pas épargner ces cochons de Polonais ! , - Je tiens à votre dispositiùn, dit le délégué de la Wiener G. M. B. H" un scénariste ingénieux et plein a'imagination q'li a. dcjà donné ses -preuves. , - Je vous laisse carte blanche. Mais montrez-vous digne de ~a confian~e que j'ai pla;,:(!e en vous. Je vous verrai dans quin' ze jours au studio ... Messieurs, Je vous remercie. Heil Hitler !

'ON CHERCHE UN HOMME...

Au Jour dit, Goebbels descend d'avion à l'aérodrome de Viènne et court au studio Rosenhue;sel. Tout est en place, sunlights, décors, opérateurs et artistes. dre organIsation juive n'avait pas de secrets pour lui. Tenant le fil d'Ariane dans le tortueux labyrinthe des groupuscules sionistes, il avait été chargé par la Gestapo d'espionner, dès 1933, les personnalités israélites promises aux pogromes. En 1938, au lendemain de l'Anschluss, grimpant sur le !'oit du Palais Rothschild de Vienne, où il avait installé son Q. G., il joua au Nérvn qui regarde les incendies de synagogues. Il dirigea la terreur avec un sadis, me qui lui valut les félicitations personnelles du Führer et une mission spéciale en Terre Sainte où il contacta le Gr.and Mufti de Jérusalem ... Eichmann, grand criminel de guerre, qui supervisa l'administration des camps de la mort, rêvait de devenir avec la victoire de « l'ordre nouveau ~ un « sacrificateur de Juifs à l'échelle mondiale ~, le Darquie!r de Pellepoix de l'univers. Le 7 mai 1941, la Wiener-Film lui envoya la nQte suivante : « Comme nous en avons déjà « fait part à M. le Gruppenfüh- « rer S. S. Brunner par' télépho « ne, nous allons bientôt ' tour< ner certains extérieurs du film « Heimker, commandité par le « Propaganda Ministerium, dans « le village de Chorzole en Prus « sé. Nous avons besoin d'un ac «teur juif. Le nommé Eugen ({ Eissig Israel Preisz nous paraît < tout indiqué. Nous vous de «mandons donc l'autorisation « de l'emmener avec nous à «Chorzole. Après utilisation, « nous vous le renverrons imme «diatement. Preisz est né à « Stry (auparavant Galicie, ac « tuellement Russie) en 1883. Il « est domicilié à Vienne d<..puis « 1930. Adresse: Strasse der Ju « likampfer, 30. « Wien-Film G. M. B. H. pro- « ducer. ~ . Eichmann éclata de rire en lisant la note. Il ' la remit à son bras droit, le Gruppenführer S. S. Brunner, qui aIJlI)ela aussitôt Eu gen Preisz. . DE LA FARCE A;U DRAME L'artiste avait déjà été déSigné pour la déportation. _ Tu as de la chance, lui dirent les deux bandits, vOllà que tu peux jouer encore une fois la comédie dans ton existence... ~ Et, sur l'invite d'Eichmann, Brunner enV'Oya une autorisation officielle à la compagnie cinématographique: « Je soussigné autorise le Juif « Israel Preisz à quitter le tpr « ritoire de la ville de 'vienne « et à se mettre à la disposition « de la Wiener-Film. Nous de « mandons' de le renvoyer aus « sitôt le tr·avail terminé. « Der Gruppenführer S. S. « Alois Brunner. ~ Prelsz savait qu'un refus entrainerait une cond,amnation à mort dans les quarante-huit heures. Il calcula qu'en acceptant, il pourrait Pt:.olonger son existence et ... s'enfuir. En vertu du contrat collectif en vigueur, il devait recevoir un cachet de 2.000 marks. Très respectueux des dispositions légales, les directeurs de la Wiener-Film lui firent signer un engagement comme quoi il acceptait de travailler pour ladite somme, Mais ici, grosse astuce germanique

ils signalèrent en même

temps à l'Auswanderungstelle de Vienne que Preisz disposait ainsi d'un revenu excédant les 60 Pfennigs quotidiens alloués aux forçats et aux détenus. La Wiener-Film reçut immédiatement une réponse d'Eichmann lui notifiant qu'elle dev. ait verser au total 600 Pfennigs à Preisz, le tournage devant durer 10 jours (60 PfgXl0) ... Le reliquat des 2.000 marks fut confisqué. A quel titre ? Je vous le donne en mille : confisqué comme bien juif ! Dans le petit village prussien de Chorzole, Preisz, entouré de cerbères, joua contraint et forcé son rôle de Juif polonais et fit 'subir - avec une certaine répugnance - les derniers outrages aux Gretchen toutes pures et poussant des cris d'orfraie. Urie fols ·les synlights éteints, on l'isolait dans une baraque, loin de ses « victimes ~ aryennes. . . Quand le tournage fut termIné, la Wiener-Film avertit l'AuswanderUingstelle que Preisz lui serait livré dans deux jours. On lui répondit : « Ce n'est pas la peine. Il existe près de Chorzolè un petit camp de concentration pour les Polonais. Vous pouvez l'y enfermer ~. Ainsi fut fait. Mais finalement, Preisz fut envoyé à Birkenau où il ne tard.a pas à mourir, tandis que, dans les cinémas nazis, l'Allemand moyen comprenait pourquoi il était nécessaire d'attaquer la Pologne en 1939 ... Aujourd'hui, Eichm.ann est ('n fuite et . court encore, quelque part en Patagonie - à moins que ce ne soit en zone amér' .. caine, ou en Galilée. Le grand metteur en scène du Michel BARON .Troisième Reich s'apprête déjà à féliciter ses sous-ordres pour r--------------------------------------------------------------------------------------~------------------------------~ tant de diligence lorsque, tImide et rougissant, le directeur des lieux s'avance vers lui : _ Je m'excuse, Herr Doktor ... Vous 'avez bien fait de venir . . Justement, une difficulté imprévue vient de ... -11 n'y a jamais de difficulté ., squ'il s'agit de servir la cause de la plus grande Allemagne. . - Jawohl, jawohl, Herr Doktor, gémit l'autre. Mais je me permettrai de faire respectueusement rem.arquer à Votre Excellence que le scénario a prévu le rôle d'un Juif polonais ... Il maudit le Führer et montre un fanatisme qui va jusqu'au viOl de nos jeunes filles allemandes ... -- Also ... - ... aucun acteur allemand n'accepte de jouer ce rôle ingrat ... je veux dire : abject ... Goebbels crut avoir un trait de génie: -Il faut demander à un Juif! Toute la Gestapo fut mobili, sée. Les scribes de Himmler 'fouillèrent les fichiers de Dachau, de Buchenwald, de Birkenau. Toutes les vedettes juives du cinéma allemand étaient mortes ou disparues. Egon Friedell ? Nacht und Nebel. Fritz Grunbaum ? Nacht und Nebel. Karl Esthofer ? Nacht und NeC' bel. Frantz Engel ? Nacht und Nebel. - Pendant plusieurs semaines, Goebbels s'arracha les cheveux. .Enfin, une bonne nouvelle arriva de Vienne : un fonctionnaire de la Jüdische Auswanderungstelle (offlce d'émigration juif) qui possédait une liste complète des Israélites survivants, signala que le célèbre artW" ve- Eugène Preisz se trouvait encore dans la capitale de l'Autriche. L'oi.s€au rare était trouvé. On allait poUVOir lui faire violer des Gretchen. Sous la Mison sociale Jüdische Auswanderungstelle (siège

4, avenue Prinz Eugen, à

Vienne) le~ nazis avaient camouflé une gigantesque entreprise d'extermination dont on mesurera la malfaisance au seul énoncé du nom de celui qui la dirigeait : Adolf Eichmann ... LE PROTOTYPE DE L'ARYEN BLOND Cet aventurier hitlérien de vingt-neuf ans devait à un destin ironique et au Drang nach osten de Guillaume II d'avoir vu le jour en Palestine, dan's la fameuse colonie de Sarona. Pro~ totype de l'Aryen blond aux yeux bleus, dolychocéphale à souhait, Eichmann lisait... le Talmud dans le texte et parlait le yddich à la perfection. Son érudition en matière de judaïsme dépassait de beaucoup les connaissances du cabbaliste moyen. La moin- L'antisémitisme aux États-Unis (SUITE DE LA PAGE 3) Un Révérend Père qui se fait so·nner les cloches Le père W. Terrninie))o, de l'Etat d'Alabama, est, aveç le triste Coughlin, le pendant « catholique » du père Winrod. Il y il de fortes chances pour que T erminiell0 ait été le premier homme à répondre à l'appel de M. John Martin, président de la Chambre des Représentants, qui invite tous les Américains d'origine italienne à écrire 'à leurs parents pour les persuader de voter contre le front Populaire Démocratique ... Lui aussi, voit la main du Kominform partout, rêve de pouvoir hroyer un jour du noir et du rouge, et minimise les terribles pertes du peuple juif en les localisant à r Allemagne et. à l'Autriche. Comme il allait un peu fort, il se fit sonner les cloches par l'archevêque d'Alabama. Rétrogradé, il vient d'être pardonné sur la promesse qu'il mettrait fin à ses campagnes de haine. Henry Morgenthau jn, Einstein, P. Warburg, etc.). Pour donner une justification à l'anti'sémitisme - qui d'ailleurs, . à son avis, n'est pas assez ré.pandu aux U.S.A. -Hart a inventé l'antigentiIisrne, expression qu'on pourrait traduire par « 'antiaryanisme ", « gentils » signifiants « nonJuifs » en :lméricain ... Ajoutez qu'il s'est toujours opposé aux bills visant les di,;criminations raciales dans l'Etat de N ew-York sous prétexte qu'il s'ag'it de machines de guerre montées par les « hOQ1- mes de l'vfoscou », et vous ne . serez pas surpris qu'un pareil coco soit un adversaire acharné de la semaine de quarante heures, des allocations de çhômage, de la législ,.ation réglementant le travail des enfants et du droit de vote des nègres. Les « jaunes » qui bouffent du noir Ce Centil a une peur bleue . des Rouges Hart eut pendant quelque temps un porte-parolc quasi officiel à la radio en la personne d'Upton Close. Ce Close qui pousse la modestie jusqu'à dor.ner son propre nom au magazine qu'il dirige. Closer-Ups, employait le petit truc connu qui çonsiste,. comme je l'ai dit plus haut, à lire, sur un ton supr<': mement détaché, des lettres ?ntisémites devant le micro. Mervin K. Hart. de NewYork, président du Conseil National Economique, a une peur blene des Rouges et bée d'admiration devant les « réalisations de Franco» - l'un de ses proche~ collaborateurs fut même poursuivi comme agent franquiste eh }!l43. n mettait sur le même plan lec; ,Tl:ifs et les Lumpenprolétaires nazis : les premiers ont fourni de" hommes de main :-\11 parti bolchevik, les seconds sont dev('nu~ les tueurs de la Gest'lpo. En somme, concluait Clo~e, il n'y a auçune différence entre les deux ... Hart, qui trouve sans doute insuffisant le « nn Inerus clausus )' qui sévit dans beaucoup de facultés, a décl8ré la gucrre aux « intrus qui infestent nos éco1.es cf nos ('ollèges ». Grand c8pitali!-ote, il chu;'he à ·disculper le..-caoitalisme - exactement comme les Krupp et les Thys- Il n'est pas rare - pour ne sen, autrefois, en Allemagne, - pas dire: il est dans l'ordre des en r.ejctant toutes ses responsa- choses - que les diviseurs du bilités sur les fin8nèiers juifs mouvement ouvrier se scr~ent' qu'il 8ppelle d'un nom g-énéri- de l'antisémitisme, arme de dique « nos Frankfurter ». Grand visio'n par excellence. Inquisiteur, il public une liste L'on, ~ait. que la classe oU\"fiènoire de RO Américains que re amencmne sc recrute dan-s l':>\méri9ue ne doit pas é<:.outer une .large mesure, par.l'immi!' I elle tH'l1t à res~er ell,e-mcme : ". g-wtlon. Lcurs , .ennemls ,opposur ces 80 maudits, 72, comme sent donc les travailleurs les pa.r hac;ard, sont des Juifs (par- uns a'ix autres, en jouant sur Cli lesquels: Stephen Wiese, les différences nationales. -C'e'lt ainsi que le « jaune " Westbrok Pegler, éditorialiste d'un organe si'ndical réactionnaire, écrit noir sur blanç qu'il préfère le Blanc au Noir. cc Un Blanc aime être Blanc » (sic). Le principe de.. 1 'égalité pour les Juif s ne trouve pas, non plus, grâce à ses yeux, car « la fraternité des races n'est pas une idée américaine ». - Le crime expliq u~ par l'arbre généalogique ,'.~n O'Donnel est. un spécimen très représentatif des antisémites sévissant dans la grande presse. A-t-on le droit d'achever un homme perdu de souffrances ? C'~~t un. problème grave, qui mente chscussioll. Lorsqu'en octohre l!:l45 , G. Patton donna le coup de grâce à un soldat incurable, John O'Donnel était parfaitement fondé à stigmatiser un p8reil geste, dans le • New York Dailv News» Mais était-il légitime d'a~saisonner l'article de considérations xénophùbes et racist~s tendant il « prouver» que l'ascendal~ ce de Patton expliquait son ('rtme ' ? ' . . si Patton a tué le soldat laissait entendre O'Donnel,' c'est p8rce que le jug"! Félix Frankfurter, de Vienne, l'assistant à la Maison-Blanche Dave Niles ali8s ~ellvh!.ls, et l'ancien cab: baliste letton connu sous le nom oe Sidney I-Tilleman figurent dan~ son nrbre généalogique ... o Donnel est un récidiviste. E':I décembre }!l18, il commett81t SUI: onze c'blonnes une grosse tartllle consac rée aux « Juifs da.ns le gOIl\'('l"I1ement américam " .. qui a sall~ doute fourni un ahment à l'inspiration du DT Gcebbe1S. Le viei'lIard de Natchez Le nom de George W. Arrn. ~t,ro)nl{, v~eillard de 80 ans, est he .1 celUI de la petite ville cie .Na~chez, d811S le ;,Iississipi, où Il \'I;!;t cl? prendre sa retraite. L hl~toll'e , lecte.urs de Chat~ aubfJand, n'a rien' de romantique. Armstrong est un cumulard à la fois juge, avocat, b8nquier, propriétaire de plusieurs milliers d'hectares plantés de coton, gros exportateur, principal actionnaire d'une maison d'édition et « homme de lettres ». Il vient de rédiger son testament. La moitié de sa fortune, estimée à 4 millions de dollars, ira à une étr~nge fondation qui cache une officine de propagande anti~émite sous un camouf18ge charitable et patriotique. Double avantage : elle est exempte de tout impôt et n'éveille pac; l'attention. Armstrong a prévu un fond de sécurité de 50.000 dollars que ses amis doivent utiliser, pour lui faire une auréole de martyre, au cas où ses « ennemis juifs ", qui n'ex:ltent p~s, viendraient à l'empoisonner ou à lui faire un mauvais coup ... .. Les Etats-Unis sont une création juive ! En attenoant, l'o[[icine imprime sur papier de ~uxe à quelques centaines d'exemplaires (!1umérotés) les .pamphlets et les livres dont Armstrong est l'auteur. C'est un écrivain extrêmement original qui déclare que les Juifs détiennent les principales richesses de la terre et sont tous communistes. Ils portent la responsabilité du désastre de P~arl Harbour qu'ils ont sCiemment préparé - du moins, cela saule aux yeux de Armstrong. Ils ont manoeuvré Roosevelt, Staline ct Churchill, et même le Président Truman, dans l'entouraO'e duquel se trouve un Juif. b Qui était Roosevelt? Ùn communiste juif ! A quoi correspondent les Etats-Unis ? A un pl an sioniste pour contrôler le moncle ! On veut bien mettre sur le compte de la sénilité ces énormités plus ,grosses que la plus g.rosse des propap,'al,ldes hitlénennes. Toujours est-il que Armslrong a recu récemment Gérald JZ. Smith 'et qu'il a mis sa maison d'éditions de For Woorth (Texas) à la disposition du directeur de « The Cross and the Flag ». (A suivre.) Il- avrit 1948. - ND 3-71. DROIT ET LIBERTE LES BA YLONS QUI SORTAIENT DE tA CARRIÈRE (D'AVIGNON) ...................... . ~ !~;24 novembre 2009 à 10:10 (UTC)~ UNE !192.168.254.45ep~A!~l~~!R (D1PLO192.168.254.45!192.168.254.45 24 novembre 2009 à 10:10 (UTC):~." 192.168.254.45 ~ d'Avignon ? L'His- 'bl Ad' menacés de mort._. de toire ne le dit pas. au XVI" siècle, rendit posSl e bayions jouèrent le role e ml- Mais ce qui est sûr une organisation autonome des nistres rlénipotentiaires auprès dl! ~ Un aspect c'est qu'ils se sont pouvoirs publics à l'intérieur de Saint-Siège, des légats du Pape, de la « Bataille du Rail :. établis dans la ville la communauté. ou d'autres institubions chrétiend P II" nes. Leur traitement se montait à 'ècl dte's apte s, ' au Ministres et diplomates' douze sous par jour l'été, et à Si e e no re ere, e qu en 39° J'uifs d'Avignon leur oommunauté devint la plus quatorze l'hiver (les frais de déimportante de tE>ute la Gaule. L'espèce de Constitution juive placement n~n compris). C'était II en reste quelque chose au- promulguée en 1558 confiait les là. une belle carrière. jourd'hui dans le., ruelles du Viei!- rouvoirs exécutif et législabif à La Révolution Française émanAvignon, où un guide, désignant une assemblée de quinze notables. cipa les Juifs d'Avignon avant du qoigt les ruines d'une maison Le Conseil des Juifs ne oompre- tous les aubres. délabrée, affit:me qu'il s'agit de nait que six con~illers propre- De ces émancipés, de vieilles la première synagogue du Comt'at ment dit. Les neuf autres, qui archives - que le cher Armand Yenaissin. avaient titre de baylonr, étaient Mossé compulsa - ont oo[fservé Des ch ronique'UTs du Moyen- munis d'attributions parbiculières. les n'oms savoureux et « bien fran: Age n'ont-ils pas chanté les bords Le baylon qui avait exercé pen- çais • : Meyrargues, Mooteux, de la Durance « oouverts de tem- dant un an deve(lait, ipso facto, Mayeux, Hébaz, Vidal, Dal[)UpIes judaiques • ( oonseiUer l'année suivante, encore get, de Baze, Carcassonne, Lare>- Documents et gravures racon- que ce roulement annuel ait par- que, Naquet, Crémieux, Lunet~ et tent aussi "histoire d'un quartier fois donné lieu à des difficultés tant d'autres dont aucun n'est en juif d'Avignon qui portait le nom d'applica.tion. rki ou en rtcin. de Cqrrière. Car le mot ghetto Division du travail : le baylon Les Hitlériens s'acharnèrent n'est ap()arj.l qu'au début du XVI' de la lumière ét\tit chargé de four- sur leurs descendants. Ces Juifs siècle, à Venise. La langue alle- nir l'éclairage aux écoles (en le re- au crime d'être Juifs ajoutaient mande s'en empara aussitôt. Mais parbissant d'une manière équita- celui d'être Français depuis. plus pendant longtemps les Français ble, car les restrictions existaient d'oo millénaire ... dirent Juiverie ou Carrière (sur- déjà) et de distribuer le ma~riel Pendant l'oocupation., le signac tout dans le Midi, en Provence de décoration prévu pour les jours taire de ces lignes a tenu un jouret en Aq\litaine~. de fêtes; le baylon de l'aumône nal de la persécution antisémite, Les « meneurs ètrangers » (de la Rome antique>. On peut noter des analogies entre les Juifs des ghettos d'Italie et ceux des Carrières du Comtat Venaissin. A Rome, le quartier juif oou; vrait une partie du Transtèvère - région s'étendant au-delà du Ti- ' bre. Ses habitants se livraient à organisait les fonds de secours aux où il oonsigna régulièrement tous pauvres et veillait à l'entretien des le..~ événements qui frappaient les synagogues et du cime~ière; le Juifs de France. J'y retrouve ces baylon des morts présidait aux nores à la date du 3 septembre" pompes funèbres; le baylon der 1943: étudC's, sorte de ministre de l'ins- CI D'Avignon, me parviennent truction publique et du culte, di- de mauvaises nouvelles. On dirait rigeait l'éducation des enfants et que les Aliemands ont voué une contrôlait la lecture du Talmud. haine particulière à la ville qui fut La communauté avait aussi sa en quelque sorte le berceau des représentation diplomatique : des Juifs de France: hommes et fem- « Un terribl.e danger était susfendu sur la tête de vingt-sept gosses ... Je sais qu'une assistante de l'O.S.E., Renée H. (nous pouvons révéler aujourd'hui qu'il s'agissait de Renée Haguenau, la vaillante compagne du partisan qui est mort sous les ooups de la Gestapo de Grenoble) a réussi à les sauver. Elle a pu mener à bien son audacieuse mission grâce à l'aide des cheminots d'Avignon. Ces travailleurs inconnus, ces héros anonymes ont cach~ les enfants entre des valises et de gros sacs. Les Allemands n'y ont vu que du feu 1). Au XVI" siècle, exactement au mois de juin 1575, un Juif d'Avi. gnon, 'Joseph Hacohen metta·it la dernière main, dans la clandestinité - déjà - à un livre admi- . rable : La Vallée des Larmes, où s'exhalait toute la souffrance, mais aussi toute l'espérance, d'Israël. « Mis au pilon J à l'époque, ce vérital>le chef-.cl'oeuvre ne fut publié qu'au XIX· 'siècle; mais pn le traduisit alors en plusieurs langues. Qüel J oseph Hacoheri contemporain saura restituer le drame des Juifs d' Avignon et de leurs frères, raconter la résistance des persécutés, exalter la magnifique solidarité du peuple de France, en ces années terribles de la nouvelle barbarie ? un intense prosélytisme qui n'a- r-----------------------------------------------""T vait pa~ déplu à J u.les César, mais inquiéta Cicéron : le grand orateur, venant à parler des Judaei dans son plaidoyer pro Flacco, crut bon de baisser la voix. C'est qu'aux yeux d'un grand nombre de Romains, les Juifs faisaient figW'e de « meneurs étrangers » (nos ministres de l'Intérieur n'ont rien inventé ... ); D'autres, tel le ppète Horace, les considéraient oomme d'aimables boucs émissaires, facileS à « mettre en boîte » et ne se rrivaient pas de plai.santer et de faire des asbuces à leurs dépens. Plus tard, les Juifs de la Rome antique essaimèrent dans tous les quartiers cie l'Urbs et même dans plusieurs petites villes du Latium dont les noms entrèrent dans la composition de leur patronyme : Tagliaezzo, . Sonnino, Piperno, etc ... Le même processus onomastique se retrouve dans le Comtat Venai.ssin et dans tout le Midi de la France, où des Juifs s'appelèrent Cavaillon, Carpentras, Valabrègue ou Roquemartine. Et si le ghetto dé Rome fut l'objet de quelques raids punitifs, . organisés par des provocateurs qui voulaient détourner les colères du peÙple, les Juifs d'Avignon connurent des malheurs semblables. Rome, unique objet. de leur ressentiment, fut en effet transportée en Avignon. Les représentants de la communauté, admis à négocier avec les dignitaires ecclésiastiques a:u sein même de ce fameux patai., qui, au dire de Froissart « éta.it bieR . la .p.lus belle et la plus forte maison du monde ., défendirent pied à pied tes légitimes revendications de leurs ooréligionnaires. Cependaflt, l'opposition la plus vive se manifestait encore dans les Conciler où l'intransigeance antisémite des pélats se donnait libre cours. Car elle ne date pas. d'aujourd'hui la calomnie qui presente les Juifs oomme un peuple déicide : « Ils ont tué le Christ ». Peu à peu, tandis que SOI.IS ,'impulsion d'un Clément V ou d'un Innocent VI, églises, monastères et clochers se multipliaient en Avignon au point d'en faire la Ville SOlloonte dont parle Rabelais, de son côté la. Carrière se développait et pr@li;pérai~. Un modus vivendi jucléo-chrétien, fort a.coeptable, s'établit> qui, HOMMES D'HONNE.UR ET DE COURAGE NOnS VOUS DEVONS lA lIBERTÉ DANs le grand hall du Musée de l'Homme, près de' la porte vitrée, au fond et à droite, d'où l'on découvre, comme l'écrivait le- 16 juillet 1<}40, Boris Vilde à sa femme, « un panorama u.nique au monde n, un panneau dont nous reproduisons cidessus la photographie, est apposé pour rappeler la mémoire df.s trois travailleurs scientifiques de ce Musée, morts pour la France et la Li~rté. L'imposture des « résistants de' 1944 n, la facO'Ilde des « combattants du micro n, font trop oublier la pure image des vrais militants de la Résistance de 1940. C'est au Musée de l'Homme que fut fondée l'une des premières organisations de la Résistance intérieure. Dès le mois d'août 1940, un tract fut édité et propagé. qui S'illtitulait

« Trente-trois conseils aux

occupés ... Le 15 décerrubre de la même année, paraissait le premier journal clandf.stin, sous le titre . « Résistance, Organe du Comité National de Salut public >l, dont les premiers membres de la rédaction furent : Marcel Abraham, Jean Cassou, Claude Aveline, - auxquels se joignit Pierre Brossolette. Les étu.diants, les hommes de science, les journalistes et les écrivains, s'unissaient ici pour combattre l'ennemi, en même temps que sous d'autres impulsions venant du territoire national même, s'organisait la lutte clandestine des syndicalistes, des démocrates, de tous les patriotes. Boris Vilde et André Lewit~ky, qui furent les chefs incontestés du « Comité national de Sal'ut public .. et qui doivent être considérés comme les premiers et les véritables pionniers de la résistance intérieure, ont rassemblé des compagnons disséminés à travers tout le territoi~e national. Ils furent trahis par un provocateur qui n'a pas encore reçu soli. 'châtiment, emprisonnés et fusillés le 23 février 1942 au M()nt Valérien avec d'autr€.S camarades de leur groupe : Pierre Walter, Léon Maurice Nordmann, Georges Ithier, Jules Andrieu, René Sénéchal. Une parodie de j~ement fut montée par les Allemands, au mois .81:"4~*(,*- LE.WlfLKY ~tn·~ ... 4.:hc ~:$!it~,~-«:t~~)~ ~»~~. ~~j:192.168.254.45 24 novembre 2009 à 10:10 (UTC)..-»~~l»~)y~~.'J~.o[.?;s..~··: ...., .192.168.254.45 24 novembre 2009 à 10:10 (UTC)::x ;<:~ .~·"t~:=t~~:y~~: ,'~~"'»}':#",;i« ')»'l>>> :-:~%~J:X<~.l";;::l: ~-:..~:t9""';:~ t192.168.254.45:~(..:~ .r~ .o:l6:~ lw~( ~:Mk '»'S>"} .•• :'>.:;~.:.;,'.-e. M ,-,:«*),.~~. 0«»> ~~t:~::':~ p#.~ -&'xw~ a-~),'f~ ~~"';'~" . '**n. Vllt>è ttj)-o.3",~iJ.~ l!@:.(.>':-i: .x...~,w·lâ(~*' ~~,~»»f«)OC(t:~·;~ ... ~~ , ~;~..:q; ',~~ :·~.,.v.V,» ~":~);~~" . ~.:-<~~ ,~),.' :&:!t~~·x«-e-$:; ~:~J«->=t» «~ .~~ :t .. ~-6~ 1;~ ,"90-.:i~ ~<192.168.254.45 24 novembre 2009 à 10:10 (UTC) ~~ :em,~w oÇc/ $":-: !C~":~'l-'S1: '!'~":~ @:o;.~ »~(,':192.168.254.45 24 novembre 2009 à 10:10 (UTC) it(~'S'~·~;"'·~$).·, ~.~,~-l)>>( ';Wll;_e.::*-'&': ;$;.:~);jo"'S J'm,,=·x~~::~<,. V-*6A(.c:~·=1-M*"'~ ~;.;_e.:.::C«~ «« M,)y..: .N;'*~&--:{«.:\.' t~. ~~'?:- '::~ <I'Y~l!' ):t-~.~ . "~. t • . o~-eJlmt ~ ~~". ~ 192.168.254.45.Q h::t ~n~, d~ ra. ~S$:thl~, .);t~~ ~~ ~t<tt~~8 ~~W"~(, ~

, • tf~t'l'Z'f!(, J ... "" _~""~ -........ _".""'U'" ~ l" !t. 1'-' . • ,: t_,"'~

~ ssdt'~ li: ,b r~fcI:~« ){t~~)jSj~ A-t'"At'. s»:SP ~ G»8:~ ., 4 f-q:-« ~ ~"' M~:P' ~~ ~ ~ ..... ..-.~. '1ll0t u~ ••• t... ....... ~~ w ......... _ ....... _ e ·lo. .. ,.._ ~n~~ d~ 11~,;,:·; ~C'.E. ~1" t"f ~ '."s ~. * 0Jtari:~ ~ ~~ .. " Q'19 ~Q-~s.. I$~ ' ~~.,,; -j' 192.168.254.45~ ... 192.168.254.45 ... ~. .,.d:<t~."".> ' . Photo Ge La oollectio.n du Musee de 'H.om.me. de janvier '942, à la priSGn de Fresnes : dix-huit combattants clandestins furent traduits devant ce tribunal d'assassins. Vilde et ses c{)(llpagno.ns surent renverser les rôles et deveni·r les accusateurs de leurs bourreaux. Déjà, Léon-Maurice Nordmann avait dit auparavant aux magistrats nazis : « Je hais l'hitlérisme parce que Français, juif et socialiste. n. C'est la Section V du « tribunal militaire allemand du Gross-Paris >1 qui a COll damné à mort ces hommes d'honneur et de courage, les premiers combattants clandestins pour la liberté française. C'est un nazi dénommé Gottlob qui s'est occuJ)é de ' leurs dossiers et a dirigé leur exécution. Ceux qui ne' furent pas fusillés parmi les dix-huit aecusés (dont plusieurs femmes admirables comme Agnès Humbert et Yvonne Oddon), furent déportés dans les camps en Allemagne.- L'un d'eux, Emile Muller, a été tué dans un bagne hitlérien, en jui'llet 1944, au cours d'un bombardement aérien. Leur camarade, Pierre Brossolette, qui fut arrêté à une autre date, est mort volonta·irement le 2Z mars 1944, après avoir résisté trois jours aux tortures de la ~taflO. Le président de la Section V, le supérieur de Gottlob, c'f.'St-à-dire par JuJius,STREICHER Sieg Heil r Pendant près de trois ans, nous avons attendu ! Pendant près de trois -ans, les judéo-ploutocrato- marxistes ont pu, insolemment. fêter en toute candeur ce qu'ifs appelaient « leuor victoire »! Pendant près de trois ans, quelques milliers de Juifs et de terroristes, demeurés 'vivants par hasa"', ont eu la lâcheté de persécuter les fils les plus di&:nes de la race du seigneurs 1 Pendant près de trois ans, une pntie de notre peuPle, mal informée et ft:faitiste (minorité infime heurM sement et qui sera promptement mise au pas). a dû s'imaginer que l'Etat National-Socialiste (Heil Hitler !) avait véritablement été vaincu par de prétendus alliés .•• Mais, aujourd'hui, sonne I·heu.re de notre contre-Gffensive : la victoire est pour nous, de- . main! Fous ! Ils ont Cru le Grand Reich anéanti... Fous ! 1Ir. ont imaginé la race allemande hU'mi- , liée •.. Fous ! 115 ont oublié la panique qui les poignait au ventre quand notre seu~e ombre se profi- ' lait à l'horizon ! Fous! 115 n'ont pas pris au sérieux notre Führer· lorsque celui-ci, avec sa brutale, sa loyale franchise germanique, joual'< cartes ~ur table et les prévenait

« Nous mettons au point

les armes secrètes qui nous feront remporter la dernière bataine ••• » Comprenez-vous, aujourd'hui ? Pendant des mois, vous vous êtes conduits en vainilueurs at"rogants et brutaux : devant vos brimades, nous avons fait preuve de la plus ext'rême docilité et, naïfs, vous nous avez cru 'mâtés ! Vous avez mê",e eu pitié, sans .. mémoire que vous êtes : hors les communistes . et une poi&:née de terroristes, de Juifs (ceux-là, certes, ne pouvant oublier), vous êtes allés jusqu'à avoir peur de votre Il victoire ». Cherchant à calmer vos « consciences inqlriètes li, vous VGUS êtes préoccupés d'une · bonne Allemagne, nous vous avons aidés à la découvrir. Nous vous · avons, en outre, suggéré notre · alliance : excités par vos politi- ' ciens ..... vos év"q~es. vos généraux - même certains .de vos Juifs dits de vieille souche (tous "nc'~ns « résistants )', bien entendu) _ vous 1 • avez acceptée ! Et vous avez demandé à nos representants, affublés du faux-nez de la (soci31-) démocratie de SIeger dans quelques jours avec vous, à Paris! Les 1 G alors seront 17, a.ppuyés par leurs amis d'outre-Atlanti~ que : jamais l'Axe n'aura été si puissant ! Ce jour-là (demain) verra le triomphe de la première arme se-, crète national-socialiste: tous ensemble, nous entreprendrons .la destruction de notre se,,1 ennel11i commun, les ;udéo-bokheviks. ••• Ebnt lMen entendu qu.e ce ne sera que la première partie d .. prograomme : et qlie pour la Gau de France. pa1' exemple, alors qu'à taur de rôle '(selon la bonne vieille tBditionl, commu .. istes, juifs étrangers, juifs français, socialistes, démocrates, républicains, patriotes auront été exterminés, ce sera le tovr des généra_, des évêques et, pour finir, des quahe ci .. quièmes dé la population ... âte ( P. C. C. : '.-F. DOMINIQUE. l'assas'iLfi en cbef, a pour nom : RoskC){hen, et c'est sans doute pour le récompenser qu'il a été promu, après l'effondrement nazi, aux fonctions de conseil:-er juridique du Gouvernement militaire français d'occupali<Nt à Baden-Baden 1 Nous prenons ainsi conscience tous les jours que la lulte contre les nazis n'est pas 'terminée, que ces derniers même relèvent la tête sous divers camouflages, et nous serons fidèles à la mémoire des héros de la 'Résistance du Musée de l'Homme, à leU(' sacrifice, en continuant le cembat qu'ils ont, les premiers, commencé. loseph-André BASS. DROIT: n UIlER<TE ,. au ra i 1 La Juïuerïe " Pesle de la France! . la guerre a été gagnée por les Alliés su, le nazisme au prix de lourds sacrifices. Victoire éclatante ovec enth~usi osrnel Cependant la victoire finale n'est pOS Qcquise. . ~ 'Un lIéau continue à monaéer la franc~ ot 1. monde. ~ La Juiverie. Tandis que la masse laborieuse se rue ou travoil pour ,ub~nit aux besoins 'es plus élémenloires de leur tamille, le juif !ah 5avamment son affaire, ou détriment du malheur de la collectivité. . . Paysan le, Juifs ne sont lomois derriè,.. la charrue . mais il la bourse Ou commerce pou, ,peculer sur le. fruit de tOA lr-avQil : Ion blé. tan .,in. tes ·Iégume •• etc. Ouvra"a". Sois·tu ~u~ les Juifs détiennent les ?-/3 des rkhenat mondiales' Sur 100 Juifs. • • .s0 Copltollste •. Sur 100.000 Fronçols. 1 Capita li,t·. alors' Etud ia nts· Va,s. Univ.rsités ,?nt en ... obies por ta. Juifs. On leur ~onne les mames droit. _ _ • qu 0 vous. les frer~s da race 1.L1r ou .... ent toutes. le. portes. Il. d .... iennent YOI mln.stres, vos polrons, vos mOltres o\'ont pe~ Soldats. Vo illo~fes A,m'e, d .• . 10 l ibération : 5o .... z . .,?u. qUI Ct gagné 10 Guerre 39/46' • I.s Ju,fs por le socnflce de Y:Jus-mAmes. S. 10 Fronc. .s' ba.ttue, disent-ill. no .... ' r'gn.rons à Poris, .... A.lLem~gne .s.t battue, l'lOU' r8gn.ro", ô Berlin, . Les Places des JUI"fS" aux M;n;!lè~ ••. e' o~. Bonqu.". cell~. do. _ • Fronçais a 1 USine .' a la soupa populaire. Peuple de France Ne reste pas pault la cette manoeu.,re dangereuse. Réagis sogèment mOIS soudainement dons l'Intérêt ~de la fronce pour préserve, à femps nol", po)'s de 10 Juiye,.e in ternotionolequi s. présent. à foi :!oOus le manteau de renard; fan tôt comme collecteur de chiffons, mol ... êtu, tantôt comme artisan cajoleur, tantôt comme commerçant offable. tantôt Q "n stage· aristocratique, tentét en potriote. mais toujours ,en 'au.eeur dlplDm' et en Juda. Evacu6. de 1939140. réduits por la misltte et le pilloge ô ocheter les ~uls meubles ml, en vente à det pri" modestes. ne voua lal.88% pila bluffer par la 101 do spoU.Uon. dictéo por les Juifs.. . Spolié.: qui par di1.om8S de milliers. 09' son. de bonne fOI, avalent acheté des meubles, ne céde:. pas 4JUX mewres draconIennes exercee-e por (es éternel~ profiteurs de guerre. par ce, SaUlnOIS ou neL crochu, qui ... ous ont brutalemetlt arraché le seul III que vous o\lez pu acheter en concédant des priyotions .ons nombre, misère dont seul l'ou.,rier paisible, le paysan, '0 petif employé en connaiuer1t le pr..lX 1. Dacquier de Pellepoix a quelqll.s di,.aines de milliers de morts Sur la « conscience », ce qui ne l'empêchait pas, aux jours dorés de la fasc isterie, d'aller très dévotement à Notre-Dame prier paur le « repos de l'âme » des émeutiers du 6 fé..,ier (Fhoto d .. haut). If est aujourd'hui réfugié c:hez Franc:o. A "occasion de l'admission prochaine de l'Espagne franquiste parmi les Nations - Unies. demandera-t-il au Baudrillard de . service à Madrid de célébrer lin .erYice analogue ? Il. Une campagn<, ctHerle parmi les bier>-pensants : l'amnistie ! Amnistie pour les colfabo:ateur5. amnistie pour les traîtres. paur les gestapaches. pou~ Ie~ bou.,eaux de patriotes. pou'r les pauvoyeurS des camps nazis. M. Mutter (ci-dessus). député de l'Aube, en est des princil'aux animateurs. III. Ce tract distribué à Strasbourg, il y a quelques __ aines, par des na zis « français », n'est rien d'autre qu'une p·rovocation au meurtre. A p .... !M'ès au .. ê_ moment - au lendemain du 1? octobre - le journal parisien c L' Epoque » co ...... ençàit une enquête raciste. Curieuse coïncide"~e ..• envahie, par les '~métè9u . "« D'tCI 10 A J 5 ANS un médecin d';o~igine française r1ement dè la Seine» Une enqu$!e dll ltiI<:m VA"!'l DER NOOT qllm~. 4'. Jl$ :» aata.\N.lt tl,l" do u. l'as "11 pr-ufi'ttr~ Quel(jll"" t.llltfl" ... IIrt. aUI'J>a"'-rd ""It~.n~, i: l!>qu<ttr la XtIl1'lté du .Problème. La premi",. 1>1_ rtrlenl """ é<'II1a d. ".U.,..!» •. 011 a ""'.c~,1t'~ ~ un ku -klux-l<lan L était une fois des Nazis en France et des kollabos qui leur léchaient les bottes. Il y eut dans ce troupeau un nommé Marcerou, médecin de son métier et traître par vocation. Ni plus bête, ni plu:; intelligent qu'un autre, il faisait honnêtement son boulot de « kollabo » jusqu'au jour où, les nazis ayant été chassés, il resta en chômage. Notre Marcerou passa un mauvais quart d'heure, suant de peur. Rien de fâcheux, toutefois, ne lui arriva, puisque le ministre de la Pitié de l'époque, eslimant' que Marcerou pourrait un jour rendre des services, ne lui infligea que l'indignité nationale, ce dont le bougre se ficha éperdument - les mots « dignité» et u nation» n'ayant pour lui aUCun sens. I L fut bientôt nommé directeu'j: d'une importante firme franco-suisse de produits phar-' maceutiques (Laboratoires Hoffmann, La Roche) qui n'a pas mangé, affirme-t-on, de l'argent sous l'occupation. C'est en qualité de directeur oe cette grande firme qu'il a reçu récemment dans son bureau la visite d'un médecin, docteur K .• o; venu lui demander une place, qu'il savait vacante, de représentant médical. Cette demande était, d'ailleurs, chaudement appuyée par quatre professeurs éminents, qui louaient la haute compétence scientifique et la probité du postulant . Marcerou le reçut debout : - De quelle religion êtes-vous ? Le docteur K ... resta songeur . . De vieille souche française, fils d'un officier supérieur, il ne se connaissait pas de religion bien définie. Il le dit franchement, en ajoutant : - Mais je crois appartenir à la race JUIve, comme mon nom, d'ailleurs, l'indique. - Eh bien, nous ne voulons pas de Juifs dans notre maison. Les instructions· de · notre directiOl~ de Suisse dans ce sens sont formelles. Inutile d'insister ... français? courtoise, l'informant qu'il n'y avait pas de places vacantes. T ELLE est la petite histoire. Ce n'est pas la seule que nous connaissons. On aur~ it pu à ce propos poser quelques questwns

De quel droit une firme étrangère se permet-elle de faire en France de l'antisémitisme? Comment se fait-il qu'un indi vidu épuré, condam • né à l'indignité nationale, placé à la tête d'unè importante société internationale, se permette d'af~ ficher son racisme dans notre pays ? Et enfin, comment tout cela est-il possible en I948, trois ans après Auschwitz, Buchenwald et Mauthausen? Sommes-nous déjà définitivement américanisés, au point que nos antisémites adoptent les méthodes. de leurs confrères d'outre-Atlantique ? A quand le Ku-Klux-Klan français ? Michel BRUCK. Les démoc'rates de France s'élèvent contre toutes les tentatives de faire renaît re l'antisémiti~m2 et se solidarisent avec les Juifs de Palestine en luMe paur l'indépendance nationale. Magnifique fut le mauvement de protestation des démocrates contre le scandale de I·EXODUS. De très nom'breuses personnalités ont signé le manifeste lancé à cette occasion p'ar l' U.J.R.E. Ci-contre un a'ppel au peuple britannique, que l'on a pu voir sur les murs de Paris au moment oÙ les 'mmigrants de l'EXODUS étaient ramenés. sur l'ordre du gOlaVernement travailliste. dans les camps nasis. Dans un récent meeting à la Mutualité. M. Jacques Duclos. secrétaire du Parti Communiste -Français (que l'on voit ici, debout à la tribune). a stigmatisé toutes tes survivanves du racisme et démontre que les manoeuvres des magnats du pétrole qui . refusent a\IX Arabes et aux Juifs le droit de vivre, seront finalement déjouées par les forces de progrès. Le docteur K ... n'insista point. Il .reçut querques jours plus tard une lettre officielle, hypocritement Quels çriminels défend donc M' de Uoro-CiaHeri ? Ont-ils t ..... volé. suborné ? Pire : ce sont des Juifs f Après avair échappé par miraele aux fours crématoires, ils ont cru pouvoirl en toute ingénuité , se réfugie.. en France. Bien q~(i!5...!~ent en règle, on I~ a trainés en justice. • r~;~;,:;;::";:;:::=,;,;;;;:,,oml i . A TRAVERS LE MONDE . i 5 ,, ~ _ - Une imposante de l'argent à des plusieurs cha n g e- - ~ man i jestation de épouses de Juifs, ments du statut des ~ ~== protestation contre S01108 l'occupation, en c:ommunauté's j u i- ~== la POlitique anglo- 1 e u r promettant ves. La constitution ~_ américaine à l'égard d'intercéder en ta- garantit la liberté ~_ de la Palestine a eu veur· de leur mari du culte et donne le == = lieu le 22 mars à auprès de personna- droit à to'u.tes les

Buenos - Aires. Pl1l.s (les infwents comme minorités nationales 

~ de 20.000 personnes Abetz, Bunau - Va. d'avoir une éduca- ~ !=_~_~= ~?rXf~g§. ~;~'~::: ~ir~fE;~ =~~=il Sam Segal. a pro- rv 1 c e que Lucien réorganisées sur une noncé son di5cours Terlet, anc:ien com- ba.se nationale. ~ en espagnol. missaire-adioin;t aUx a ~ Affaires JUives. a _ Imre Nidussy ~ _ - Lord Dowding {fté arrêté hier à SZUJlasi, ancien com- s'est livré à Londres Roqllebrune - C ap mandant de la place il ~ un: a;~~!~t~ c~nt~: Martin. de Budapest sou.s g g l'abalbage rituel juif - Un tranS1)OTt. de l'occllp.1.tion nazi.e, § - el mllSUlm1.n et de- 350 Juifs déplaCés a responsable de la - -=== mande que celui-ci quL' tté Paris le ven- mort de milliers de =~ 1 ~i192.168.254.45 192.168.254.45;!~! 24 novembre 2009 à 10:10 (UTC)i 1 == mi diverses eSCTO- titm de la Répllbli- de Pologne à l'Uni- = ~ queries, il étai;f; ac- que !'DPUla.ire Rou.- versité Hébraïque de ~ ~ cusé d'avoir soutiré mat ne C01/tprend Jérus{Ùem. i1ê i= = H'IIII. .I UI'IIIMJWII.'_. .....· -.II'11II111W11II11111I111WIllIUWHlWO.IIPIII"". .W l1G ." DROIT ET LIBERTE J! avril .1948, - N- 1-7 J. AVEC LES-- MINEURS JUIFS de Basse-Sil , . eSle 1 De notre correspondant particulier Jacob E G IT H 1 ' PEINE l'heure rlorieu~e. d'e la libération de la Ba~se-Silésie avait-eUe sonn~ que 1 déjà les Juifs de la reglon,pour la p'lupart rescapes des camps de .Ia mort, s atteriant à une tâche immense, entreprenaient l'oeuvre de reconstruction. Il fallait transformer de fond en comble la communauté qui renaissait de ses cendres, nombre des mineurs juifs est - Au début, m'a dit le mi· passé à 477 en juillet et à 822 , neur Schwartzbard, de V(alen septembre. zich, les gens nous regard~lent La plupart exerçaient na- aVK u~ petit ai~ sceptique. guère le métier de tailleur ou !e sounre au;x !evr~s, tant de cordonnier. Certains même .. leur paralss~lt Iftconc~ donner à tous une raison de vivre et de combattre pour un . monde m~illeur. . • On ne pouvait revenir aux vieil'les form ules sans se condamner a la stagnation et a la stérilité. ' Sans att~ndre, le ComIté ré~ ional juif détermina les objectifs à réaliser pour,réunir. les conditions qui permettra lent à des mtlliers de Juifs, hier encore esclaves, de devenir des hommes libres.

MoiSSON DE LA LIBERTE

~ '-'Je n'oublierai pas' la moisson de 1945. Les épis 'blonds et lourds se 'balançaient, mus par la brise, C'était l'une des rares richesses oue les nazis; train ! Dès le 1er septembre 1945, quelques mois seulement après la libération, sur 2.853 Juifs intégrés dans la production, 630 trav.aillent dans les mines de charbon, la métallur. gie, l'industrie textile, et 900 autres dans l'industrie légère. Aux côtés de ce prolétariat, on compte 620 artisans, 120 coopérateurs, 200 fonctionnaires, 150 membres des professions libérales, 163 commerçants. Le 1er janvier 1946, tous ces chiffres se trouvaient multipliés' par deux ! Ce magnifique résultat était dû, pour une grande part, à l'énergique impulsion du Comité régional dont le programme se résumait en trois points: I. Introduire les Juifs dans toutes les branches de l'industrie lourde et légère. 2. Créer des coopératives pour les ouvriers. . 3. Aider la petite entreprise privée et l'artisanat. , Ce programme étant scrupu~ leusement appliqué, ,l'on p~~ marcher de l'avant. Six mois plus tard, le nombre des tra: vaille urs juifs de Basse-Silésie s'élevait à 15.000. Et ces 15.000 formaient avec leur famille un, groupe de près de 50.000 personnes vivant d'une activité productive. Toutes les gageures étaient · tenues! , , '1 cable qu'un JUif descendit ne conlna\sAsal~nt da~hcu~ trbaval au fond de la mine. Mais manue . u Jour UI, eau- b' A'I d' t fi d,A d lentot, 1 s se ren Iren coup sont ers ëtre evenus • 1" 'd' Il t o'r d . l ' f " a eVI ·ence, s puren v 1 es ouvners qua lies. que 1e s tra'vIalI e urs l"UIf s . e' ga - Le développemen.t n'est pas larent et, animés d'un 'saine moins rapide dans l'industrie émulation, d~assaient parfois lourde et le textile, leurs camarades non juifs. FIDELES A LA MEMOIRE DES COMBATTANTS DU CHETTO DE VARSOVIE Que pense l'homme de la rue de cette nouvelle activité juive, si inattendue P9ur lui? Nous figurons souvent aux places d'honneur dans la lutte pour un meilleur rendement. La population polonais.e le sait, elle nous en remercie et des liens, chaque jour plus puissants, s'établissent ~ntre tous les travailleurs. I/:IDUSTRIE LOURoe 1lpO MINES DE NOUILLE 8U INDUSTRIE TEXTILE /188 AGRICIILrURE 3.8 AUTRES ENTRfI'R. D'lTAT /88t,. COOPéRATIVES 16T1 INSTlruTlONS SOCIALES 2Z28 ARTISANS ell'rof,/i6érr1les 21,28 Un boulanger juif de EWichbach. capitale de la Hasse-Silésie. Avant guerre, aucun Juif, pratiquement, ne travaillait dans les mines de charbon de Basse-Silésie. Ligne ascendante

de 55 en janvier 1946, le
dans leur piteuse débandade,

n'avaient pas eu le temps de <Iétruire, Mais nous ne pouvions nous défendre d'une inquiétude. Le temps pressait ct la main-d'oeuvre faisait défaut. Le Comité régional lança )lne grande campagne de recrutement. Vite, des brigades de moissonneurs se constituèrent. Dans un meeting enthousiaste, la résolution suivante !fut adoptée à l'unanimité : {( Nous, Juifs rescapés des camps de la mort, conscients du rôle que nous devons jouer -sur cette terre à nouveau libre, décidons de tout mettre en oeuvre pour mener à bien la moisson. ». Le lendemain des affiches . recouvraient tous les murs : f( Juif, n'oublie pas de te .faire inscrire pour la , moisson 1 » Des centaines de jeunes IJ uif~, garçons et filles, fraternellement mêlés aux autres moissonneurs, polonais et russes, travaillèrent avec acharnement ! Des cris jaillissaient dans toutes les langues, les visages souriaient, malgré le dur labeur. Le soir, à la veillée, les chansons fusaient de tous ' les groupes assis autour des grands feux de camp. CHIFFRES RECORDS Dès ce moment-là, les Juifs de Basse-Silésie prirent une part active à la production sous toutes ses formes. Le {( Menahem Mendel H, ce bohème haillonneux qui vivait d'expédients, est désormais un personnage du passé. Un type d'homme nouveau apparaît dé' à J 'Ils font plaisir à voir, ces jeunes gaillard~ juifs, so~ides, bien sur leurs Jambes. qUI mapient l'outil avec un bel en- COMBATS POUR LA LIBERTÉ GREeE Au moment où le peuple grec fête l'anniversaire de son indépendance, la terreur redouble à t,avers le pays. 300 patriotes (dont une vingtaine de prêtres) ont été déportés dans les îles. Trente soldats d e l'armée du général M arkos ont été fusillés la semaine dernière, sit6t après leur capture par l'armée gowvernementale. Entin, on signale qu'au cours d'une offensive partielle, l' a r m é e royale aurait utilisé des gaz asPhyxiants f Par ailleurs, les troupes du général M a,kos confirment et cons()lirlent lrors sucé è sen différents points du front. Les désertions se multiplient au sein de l'armée ri?yaliste, tandis 'lue les vol()ntaires ~our l'armù de.s part~ ans sont chaque jour Plus nomfneux. ESPAGNE Vingt-einq socialistes espagn()ls () n t comparu devant un tribunal militaire à Séville. Le -pr()cweur a requis contre eux la peine de mort. Le> avocats qui n' (lVqient eu C()nfunssam:e des dossiers de leurs cli-ents qu'une demiheure avant l'ouverture dés débats se s()nt contentés d'inv()iJuer la q, justice du tout-puissant •. Le verdict n'est pas en- Sang aux quatre coins du globe ... Tandis que WashingtQn, trahissant la parole donnée, livre la Palestine aux horreurs d'une guerre qui redouble, - tandis que Londres, multipliant ses prisons insulaires et ses bagnes flottants, décuplant ses chiourmes, entend enfermer le monde juif dans un univers concentrationnaire dont nul ne pourra s'évader 'que par la trahison ou par la mort, - tandis que la terreur redouble en Pa.lestil1f Elle redouble à travers le monde ! En Grèce, en Espagne, en Chine, partout des hommes, pour vivre libres, sont obligés de combattre. Et les combats, dispersés mais communs, pOU'f la Liberté cimentent l'unité des peuples devant leurs bourreaux. Aussi « Droit et Liberté » entend-il donner un large écho à la lutte de tous les peuples qui oombattent pour leur indépendance. Dès cette semaine, à cette même place, une tribune leur sera réservée. Leur martyre et leurs victoires ne sont-ils f"lS les nôtTcs ? core rendu, mai> 0" craint que le tribtllnal nt suive le procureur dans ses conclusions. TANGER CUant aux in jonc#() ns du délégué franquiste, la C()mmissi 0 n Internationale de contrôle de ranger vient d'ordonner l'exfndsion de quatre ouvriers républicains espagn()ls. Cette expulsifJn n'a pas été motivée. D'a u t r e part, le délai de quatre jour> qui est imparti aux quatre expulsés étant insuffisant pour leur permettre de gagner un P~JlS d'Europe où ils seraie"" en sécurité, l'arrêté qui les frappe risque dt:.. les faire tomber entre les mains des autMités franquistes au Maroc espagnol c'est-àdire pour eux la fHison, la torture et peut"être la mort. BRESIL Le Gouvernement brésilien, al'rès avoir mis le Parti Communiste hors la loi et a'l)()ir chassé ses élus du Parlement, vient d'ordonner des poursuites contre Luis Carlos Prestes. Ce vieux militant de la luUe anli fasciste est en danger de mort, U.S.A. Le Déportement de la Justice ann01ue que Jf. Irving p()tash, dirigeant du syndicat C.I.O. des ouvriers du cuir et de la fourrure ' a été arrêté en raison de son activité syndicale. ALGERIE La police d'Alger a arrêté Vazid M 0- hamed, secrétaire du Groupe parlementaire du « M OUOlement pour le Triomphe des Libertéf Démocratiques », ancien , secrétaire général des ass() ciations d'étudiants musulmans 'lOrd-africains en ' France, - Aissani Ahmed Ben Amar, doctetI)T en médecine à Paris, - Ben Dimered Djamil Ben A bdesselam , ancien président de l'ass() ciation des étudiants musulmans d'e Toul()use. INDES La l'()pulati()n des. comptoirs franfais de l'Inde manifeste violemment d e-puis quelques jOttrs puur ()otenir leur rattachement au Bengale. 50.000 Hindous om, pendant trois jours, asseege la résidence française à Cilandunagor. A Pondichéry, S()Us la press;()n . de la f()uie, le Con- . seil d'administration de la ville a dû accepter 1 e principe du rattachement. Le Gouverneur Général Baron et le Gouver- ' fument français considère" t cette décision c<tmme sa,,. valeur. La communauté juive possèd~ maintenant un contenu social nouveau, plus riche et plus humain. Fidèles à la mémoire des combattants des ghettos de Bialystock et de Varsovie, les nouveaux combattants des mines, des usines, des chanti~rs de Basse-Silésie maintiennent bien haut l'honneur du peuple juif. Les calomnies des antisémites sur les « bonnes bedides affaires )) leur restent dans la gorge. Ouvriers juifs et ouvriers non-juifs, la main dans la main, travaillent dans la joie à la réalisation du plan de reconstruction et- bâtissent une démocratie nouvelle. CORRESPONDANCE , .. · fnquiètante intervention d'un dirigeant sioniste' A la SUite du meeting qui s'~st tenu à Strasbourg le 9 mars dernter en limeur de la Haganah, nous reeeVQn<> deux lettres. l'Une de l'Hachomer Hatzait. l'autre de l'UniOn des Juils VOut: la Ré,'istance et I·Entr'a1.. .. de. Il s'agit d'un certain M. Wa~- 1I!-ann. venu sur le,. instances du pré$' ldent de l'Unton RégiOnale des Sioonl-! te8 d'Alaace et de L<1rraine. <lut P"'l: la parole à ce meettnl1. « Pendant prês de deux heures M,. Wa'dmann. à notre orande surJjnse. a parlé d'un peu de tout. saut doe la Hal1anah, Il nous a raconté iell derniers pOl;tns du Quai d'orsall et du, State Departement et nous a démontré les différence .• racia.:es entre Matie' et Ju;/s. ... 11 nous, If él1a'ement- dit aUe l'U,R, S.S, voulaott la l1uerre mais ne pou. vait pas ta faite. tat~ <lue le8 EUttsUnIs poutIQient la laiTe. mais ne la vo'llllaient 1JaS, On s'instruit tous lcs jours 1 ... Signé HaschO'nur Ha:zalr. section de SLrasbourg. VoiCi, d'autre part, <la lettre par_ venue à notre rédaction. de la secti. o-n de Strasbourl1 de l'U,J.R,E,. dan. laquelle il est dit. entre autres: « Au lieu de paTller de la lt~tte crue mène la Haqanah. M. Waldmann Il utilisé la tribune pOur mener sa. propagande anti-x>viét1'llue et anti-d.émocratique. M. Waldmoenn a d éclaré textue:~ement: « Je ne crois pas à une guerre parce que l'Ang.ete1're et l'AmériQUe n'en veulent pas, 11 v a un seul homme qui ia désire. cet l.emme c'est S'taline; ma~ it ne pellt pas la ·/atre. ,~ Signé : W1IJssman, pour ru ,J ,R.E. ! - ~ ll" 4Ivril J948. _ N° 3-7JJ 5 ECJ\IV J.\'S L'autre ~oir, au « Cercle de Politique Etrangère », cinq écrivains résistants, Claude Aveline, Jean Cassou, Georges Friedman, Louis MartinChauf6er et Vercors, nous ont invités à une disc,ussion amicale sur • l'écrivain devant l'alternative internationale D. CLAUDE AVELlNE C'est la première fois, dit Aveline, que des -écri"ains spnt invités au Cercle de Politique Etrangère en tant qu'écrivains, et c'est là un témoignage indéniable de la considération accordée aux droits de l'esprit. Nous somnies des écri.vains èngagés. Sur l'alternative internationale, rien que no'lls ne sachions déjà : d 'un côté, le capitalism e; de l'autre, le socialisme. Entre les deux, aucùne possibilité de conciliation. L'un des deux doit disparaître, et le monde doit choisir ... Dans le combat entre ces deux camps, nous avons opté pour le soéialisme, car nous sommes persuadés que le capitalisme a fait faillite ... je dirai même une faillite frauduleuse ! . GEORGES FRIEDMAN Georges ,Friedman succède à Claude Aveline. Nous pensons, ditil, qu'une certaine forme de libéralisme est aujourd'hui . révolue et que rien ne saurait la faire renaître .. Une transformation radicale des institutions dans le sens du collectivisme et l~ne organisation rationnelle de l'économie sont indispensables. Nous avons manifesté une vieille et active sympathie pour l'U.R.S.S. qui, pour la France, nous paraît constituer un « exemple », mais non un « modèle ». Notre choix est clair ': nous avons choisi l'adhésion aux réformes so- ' ciales les plus harùies et l'eHort pour intégrer aux institutions des valeurs humaines permanentes. Seule cette alliance intime pourra fonder un « progrès » digne de ce nom. • LOUIS MARTIN-CHAUFFIER L, vérité terrestre n'est pas une, dit Louis Martin-ChauHier. Elle n'est pas connue comme telle. Et· dans la société socialiste à laquelle nous aspirons tous, il serait bon de faire entr'",r ces trois ferments: le Ir' " Les peintres de~ 1~ 1 ~ .. L'ECOLE D·E PARIIS lli 2 :0 ; son t réa 1 i ste s =:: ,III par Jacques SILVAIRE 1101111111111111111111111/11111/11111111111/11/111/1111/1111/1111/111111111111111' Les peintres que yongl c:u~e sous le nom d'Ecole de ~ari~ ont I~ particularité d'être dongme JUIve et slave, sa ~f ModlglJ.am qUI est n~ en Italie, à Livourne. Nés entre 1884 et 1894, Ils appartH'.r.nent tous a la même génération. Ils se sont connus, estimés, soutenus mutuelkment. Peintres du réel l'image tota le de l 'obj et, tout en lui conservant une va.eur décorqtive Et émotive, parfaite réussite que les cubistes l'\'ont pas toujqurs atteinte. Plus humains que les expressionistes, auxquels les apparent~ leU!: t echnique, doués d'une .~eJlslblhte aigüe et touJQUl'S à vlf, I,S transhgurent la réalité en accusant ~ertains traits pour donner aux objets .une individualité plus frappante. Pourtant, ils restent toujours par quelque côté attachés au réel, avec tout ce qu'il comporte d'horreur et de cruauté. Quelle que SOIt la façon dont ils traduisen t le.ur vision intérieure, il s'y mêle touJours une tendresse quasi-désespérée, reproChé permanent à la face du monde moderne. Coloristes, comme Chagall et Soutine ou dessinateurs, comme ModigIia.ni, Pascin, Kisling, ·Ieur art profondément subjecti~ ne tombe jamais dans l'abstractIOn et ne se plie guère aux règles d 'école. Une peinture sociale C'est en Frallce que leur technique s'est form r!e. Ils ont subi l'influence des (( fauves ,>- et des cubistes sans Cépenùant se laisser embriga'der, car les problèmes de théorie pure ne les retiennent pas, et ils ' sont moins attachés à l'orthodoxie des méthodes qu'à la traduction de' leurs sel1 tim ents. Conscients de leur mission, ils crient leur révolte devant l'iniquité .• Cette couscience commune a pu faire ressorti r certains points communs dans leur peinture'. Mais chacun d'eux a su ~ créer un langage propre à son génie. Célèbre par ses nus d'une pâte preS<Jue émaillée, c'est pourtant, dans ses portraits d'hommes ét d'enfants qu'il se souvient de la grande leçon de Cézanne et qu'il donne le meilleur de lui-même.

  • Kisling a peint des toiles solides

et hautes en couleurs, dégageant une sensualité franch€. et saine.

  • Pascin est hanté par des êtres

difformes, des fillettes équivoques, produits monstrueux d'une société en décomposition; ses toi les se signaient par un éc:airage localisé qui lui est parti culier.

  • Sur Chagall, l'influence du terroir

(il est né en Pologne) est resté plus vivace. L'art des icones donne à son talent une valeur fo :klorique. Magicien rie la couleur, sa dern ière manière nous offre un message de p a ix, d'amour et de confiance en l 'av€.l1ir.

  • Soutine semb:e souvent se complaire

à rel?résenter la pourri ture. puis son stylE éclate, a rborescent, comm€. dans cette" Cathédrale de Chartres» qui flambe dans un élan mysti<lue vers un ciel lourd de drame. Ce tourment, cette recherche inquiète, si c lractéri stiques de l'flme juive, constituent aussi tout le pathétique de l'Ecole de Paris. Quand ils peignent le vice et la misè re, ce n'e>t pas pour s'y compl aire, mais par amour pour les humb!es, les déshérités. Un chant d 'espoi r est né ; au fond même de r---------------leur détresse, leurs person ~ages ne ('essent de rêver d'une vIe meIlleure . . A l'art du persécuté a succédé l'art du réyolté. Ddns le prochain numéro de DROIT ET LIBERTE un reportage de MICHEL GOUR DROIT ET LIBERTE - 1 ~ ~• •~• christianisme, le rationalisme et le marxisme. « Il me semble que chacun a son rôle à jouer dans une société bien faite, plus juste, et où les hommes serai.ent plus libres. JEAN CASSOU L'histoire de la France semble être une suite d'heures de «choix », dit Jean Cassou. La · FI'ance semble, grâce à sa ]u~ citlité . . créatrice, avoir vu toujours en avance les données du « choix» et le' problème, tout en indiquant la Solillion. Il y a eu une prise de . conscience permanente, personnelle d'ahord et collective ensuite. Mais la ' Frilllce . s'est usée, elle y a perdu son énergie et son sang. II. semble qu'il y .ait nécessité pour la France :1 se maintenir en cet état d'exaltation, de révolution et de tension morale q'lli fait sa gloire. VERCORS Vercors prend la parole: « J 'étais autrefois un idéaliste impénitent, dit-il et je croyais que certaines valem'S morales étaient comme ces cristaux auxquels on ne peut toucher. Ces tlernièl'es années ont, héIa. s, . montré que nous avions 'lort. « Délimiter ce qui, de ces valeurs, peut être abandonné dans la lutte de ce qui ne peut pas l'être, voilà ma préoccupation ... » Le débat s'ouvre ensuite. Des questions diverses sont posées aux cinq écrivains, notamment par Yves Farge et Emmanuel Mounier, qui dirige la revue « Esprit l). Au cours de la disc\lssion, Vercors précise: « Nous sommes en face d'une sorte de fatalité. Nous savons seulement que nous avons choisi la Révolution, et que la Révolution ouvrière n'a qu'un défenseur: le communisme, l'eprésenté par la Russie dans sa plus grande ·part. « Dans la lutte,' nous serons du côté des communistes. = • Une· Exposition A belle exposition de Suz3n- L ne Berthet, qui a eu lieu le mois dernier à la Galerie Bosc, fut pour tous ceux qui connaissaient l'oeuvre . de cette artiste avant la guerre une véritable révé!l.ation. Suzanne Berthet reconstruit librement ce qu'elle voit, par une composition d'une grande fermeté. Chaque composition est réglée par ullle 'ou deux couleurs dol'nil13nt1Os. L'art,iste nous charme par sa fraîcheur, s!\ pureté, par l'intensité de ses couleurs, éta,lées en larges plans, rigoureusement cernés par un trait concis, ferme, que je dirais synthétique, car profondément dépoui'llé . Cette peinture vigoureuse et hautement élégante est entièrement . dégagée de la miévreriô et de la préciosité fade, si caractéristiques, de certaines oeuvres féminines. Se.... « F'i leuses au bord de la mer », où domine un lumineux bleu de ciel, encadré de deux arbres, sont un véritable poème à la gloire de la mer. Mme Berthet exp~ime tout le charme. de l'Orient avec tin coiffeur algérien ?':'; burnous jaune sur un fond de ciel bleu. CHIL ARONSON. Au Salon des Indépendants, Paul Braig a exposé deux composltions de nus dont la technique et la conception même marquent très nettement l'évolution suivie depuis l' « Atelier de Cagnes» du Salon d'Automne 1947. le cerne s'est plus élroitement intégré dans le jeu des surfaces, la construction a conservé sa rigueur, mais semble s'être assouplie et la couleur, aussi intense, joue plus souplemEnt. Accroître la puissance sa ns en faire un étalage grailloit, faire chanter les tons et pousser la vibration à son maximum d'intensité sans faire la moindre conceuion à la facilité, telle paraît être la profession de de Suzanne BERTHET 8f\J.\tG foi de Paul Braig, dans fa ligne de l, pure'té classique Ii'bé ée de la convention et de ce que Gustave Flaubert a·p·pelait « h sensibilité maladive ». Car Braig cherche la beauté audessus da pathétique. Et c'est là l'esthétique classique opposée à l'esthétique romantique qUI; joue sur le désordre. La beauté d'un visage après la passiolf. L'orage a passé, il a dégagé et purifié les formes, poussé les couleu.s à leur quintessence. A la splendeur du chaos succède le miracle de l'être. JEAN-FRANCIS REILLE. ..---La chronique des films par Félix FEDRIGO----. Bandits honnêtes et hauts -Iourneau,x . LE RETOUR DE FRANCK JAMES lE MAITRE DE FORGES L'illustre producteur Darryl F. Zanuck tira trois fois sur son gros cigoare et dit: - Ma chère Ligue of Decence, vous savez que « Les Frères James » ont été des bandits-honnêtes. Tout l'argent qu'ils prenaient dans les banques, ils le oonnaient aux pauvres, C 'est charitable, n 'tst-ce pas ? Nous leur avons déjà comsacré un film. Mais, c'est nettement insuffisant pour ces chevaliers de l'Ouest. Nous leur devo~ au moins tlllcore un film ... . La Ligue of Decence esquissa un geste pudique, se voila discrètement la face et répondit d'une voix angélique: - Hokey ! Sous conditiop qu'i.1 n 'y ait pas plus de cinq morts dans le film. Que la 1( jeune fille » soit des plus vertueuses· Qu'elle ne s'éprEnne pas totalement du ballldithonnête. Enfi'n, qu'il n'v aH pas de baiser. Vous savéz, pour nos enfants ... (Champagne, cigal't~, mei~eurs voeux.) La Ligue of Decence versa une larme sur les maux de I.a terre. L'illustre producteur après s'être frotté les mains, prit un stylo et traça sur une belle feuille blanche, les mots suivants : « Le retour de Franck James ». Pan ! Pan ! Pan 1 Jessie James, le bandit ami des pauvres est abattu traîtreusement par l'u:n des frères Ford. Gros émoi dans . les journaux ... les « Western ». }!Is sont souvent malsains. Et là-dessus, tous les éducateurs sont d'accotd. Sauf, bien entendu, Ligue of Decence. ceux de la En la circonstance, Fritz Lang nous a donné un banoit bien beau et bien sympathique. Nos moins de quinze ans tJIl feront de longs rêves .. " Le retour de Franck James » est la suite du (( Brigand bienaimé ». Une référence en somme·. D'après la ,légende, les frères Jame~ étaient des redresse.urs de torts, des bandits le coeur sur la ma'in. En réa:1i té, ces « famsux desperados » n'étaient que de vulgaires canailles, des buveurs de sang. Mais Hollywooo pouvait-il ne rravai';ler que sur la réalité ? Elle est si laide ... La H vertueuse ieune fille » rencontre naturellement Je beau bandit. Un flirt s'ébauche. Mais ' on s'en tient là. Enfin, les frères Ford sont descendus l'un après l'autre, Jessie James est vengé. Franck James est porté en triomphe .... La bêtise pale, si le mal ne paie ' pas. Fritz Lang se fait sentir à l'exécution finale. Il a encore quelques belles galopades, et un certall1 goû t de la couleur. Mais que nous sommes loin du (( Maudit » et 'de La Femme au portrait ,,1 En bref. malgré une belle interprétation d 'Henry Fon:J~, malgré la Un !>i·lm ? Non, un carnavll1l ~ mannequins 1 jean Chevrier, le bon « Maître de Forges » qui se promène à travers les services de son usine en serfant la (( louche» de ses ouvriers. La soeur qui pouponne leurs bébés, etc .. · Et tenez, c~la me rappe Ile M. François de Wendel, Prél1idellt du Comité des Forges. C'est à J oeuf que je ,l'ai connu le f( bonhomme ». Lui .aussi, i.J serrait 'la louche à ses ouvriers ; mieux que ça, II les saoûlait de terr.ops en temps au château, et il Itur faisait bien des bonnes choses. Je n'oublie pas les sorties spectaculaires dans la petite v,i iii e. Les fê:es sportives. Les visites aux écoles. La distribution de prix de fin d'année. Et les grane 'messes· .. M. Rivers a perdu beaucoup en ne filmant pas le président du Comité des Forges lui-même. C'eût, sans doute, été plus vrai. .. D'une scène à l'autre, la bouf~ fonner;e et le ridicule. Les mannequins se '{jéhanchent au ço:nt de· pe>fdre un bras, une jambe, un sein. De la fille au " sang b:eu » au Maître de Forges tout-amour, de l'élégant séducteur décavé, à la soeur charitab'le, je crois n ·r.voir jamais vu une pareille absurdité. Bile est signée M. F rnand R'ivers. S'il n'a pas notre ad'l1ira( on, M . Modigliani a d'abord subi l 'infi uence àe l'a rt ita lien, p;J rticu:ièr rem ent de Botticelli, à la grflce ma.niérée. Ses bu ,tes ondoient pour exprimer le vol ume, pour donner sur I~ 'q~estiOr" Etats-Unis. " '\ '-{"., ,. \ Franck James qui vit Iain du monde u loin du bruit apprend la nouveille. Il part pour· venger son frère. Galopades. , Pari ! Pan 1 Pan '1 Un « Western », quoi. • grâce juvénlle de Oene Werney, une pitoy able histoire de cow-boys ... Buveurs, ' voieurS; collectionneurs de cadavres, tels nous apparaissent ces « héros)} de l'épopée oe l'Ouest. Fernand Rivers aura sans nul doute celle de ceux de. qui l 'h'oSteire a pu s'inspirer, c'est-à-dire, MM. les vertueux, les bons, les philantropes : noire aux Je ne goûte pas particullèremoot J'entends les « Maîtres de Forges ». 1: M DROtT ET LtBEIUE En un temps record l' HEFUD a donné une raison de vI• vre 'A NCHEL BALABUS est né Il Drohooytch, en Pologne, en 1910, A l'âge de ~3 ans, il était admis après maintes difficultés . à l'Ecole Vétérin&ire de Cracovie Son père lui e.nvoyait seulem, Ult des cOilis de vi'vres tous les ,quinre jours par te camion de voyageurs qu.i passait au village, Il fallait qu'Anchel paie lui-même ses études, son logement, sa nourriture qootidienne. Bn [93-7, ay·ant obtenu son diplôme kle vétérinaire; il rentre à- Droh(}bytch. U se marie avec Tsyporah - Leah, la fi41e de Yoihemen, port:;ur d'eau, En 1939, Tsyporah-Leah a son premier enfant : ShuUm Balabus. Où al·ler ? Que faire ? Arrive la guerre. Anchel est mobilisé dans un régiment de cavalerie légère de ['armée polonaise, puis capturé par les Al1emands et d.irigé sur le glrettO de Lublin, 'II y apprend qüe Tsyporah-L~ah .et Shulim ont quitté Dr\lhobytch ~ desti,natioo de l'U.R.S.S, pour échapper il l'extermination. Penàant cinq ans, il connaîtra ~usch.witz. lY..raidanelç, Bergen-Belsen, Dachau" . C'est dans ce dernier camp qu'il sera libéré en 194-5. Aussitôt, ili part en Pologne rech:::rcher sa femme et son enfant. Après deux , mois d'attente, Tsypor.ah-Leah et· ' Shulim arrivent de l'U.R,S.S, avec un transport de rapatriés. Ils n~ peuvent pas r,ester à Drohobytch. Les rui'nes, ~es visages, tout leur rappea.le les morts et les souffrances. Anche.I,. Tsyp.orah-Leah et SllUlim quittent alors le village avec le peu de leurs bagages qui leur t'esf 'lent. Ils traversent l,a Tchécoslovaquie et entrent da:ns la zone américaine d'Allemagne. Pen.âant son la famille Balabus , a en Afrique du Sud, aiMeurs, Anchel et sa femme sont de ceux-là. Un oncle de Tsyporah-Leah habite le Venezuela depuis 1905. Ce n'e..st pas un « onc1e d'Amérique n. II fabrique lui-même des pots de grès sur un tour qu'il actionne avec son pied, Le Venezue:a a besoin de vétérinai. res. Pourquoi n'aiderait-il pas Anchel à venir au Venezu~la ? Après maintes formalités, il envoie à Anchel un visa vénézuéil,ien, valable pour six mois. Entre temps, un troisième enfant 'vient au monde dans la famille Ba,!abus: Nathanael. L'aîné, Shuüm, tombe malade et reste plusieurs mois à l'hôpital. _Anchel se rend à Paris pour obt,wir la prolongation du visa vénézuélien qui expirera au moment où Shulim sortira de l'hôpital. LOrsqUf; Tsyporah-Leah et ses trois enfallts arrivent à Paris au mo.is Q'octobre 1<)47, Anchel n'a pas obtenu la prolangaNon du visa tt les voi.là tous bloq.ués à Paris. Il leur faut donc commencer à construire leur vie sur place. C.... n'est guère -facile puisque Anchel ne peut, pour le moment, exercer en France son mé~ier de vétérinaire. Toute la .famt.lle est entassée dans un.e chambrette d'hôtel misérab1.e. La nuit, Anchel et son fils aîné, .âgé -de 9 ans, couchent par terre, et la maman dort dans .le 'Ut unique, avec les deux bébés. Une famine de plus dans la colonne Reconstruction ~ socia.1e qui s'était penchée su·r le'llr cas et ils lui ont montré les. qll!Hf'e ' premières pièces qU'ilS ont fabriquées dans « leur .. ateUer. [ls. comptent pouvoir rembourser le prix: de la machine à coudre vers la fin du mois a 'avril ; lIIP'rès quoi, ils essaierant de mettre W\ peu d'argetlt de côté pour en acheter une autre, L'assistante socialle a sorti le dossier « Balabus n, elle ·l'a coché d'un gros trait de crayon bleu et 4 'a porté aux archives. A la fin du mois, le ra!)port mensuel du COJASOR portera le nom d'une nouvelle famil1e dans la colonne « Reconstruction .. , Tout s'est bien passé, et doos u:n teffi1)S-record, En trois mois une famil' 1e de cinq personnes a été « renflouée .. et t,:;g frais ne se sont élevés qu'à 100,000 francs. Si So % d'immigrants, trois mois après leur arrivée en Fra;nce, exercent un métier qu'ils conn aoissa ient déjà ou qu 'i~s viennent d'apprendre, nourrissent leur famille, habitent un app.artement, ils le joivent d'aberd à leur courage ·et à leur dynamisme exceptionnels. Mais le courage ne serait diJucune utilité s 'n n'y Jl·vait sur place des institutions pour l'orÎoot.er et le rendre efficace: Charles MALAMUTH Directeur du Service de Press!: du « Joint ~. Un mois de propagande pour la culture juive L'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide a la.ncé pOUl' le moi~ d'avril une campagne d .. propagande pour la Culture juive en lia.ison avec un Congrès européen qui Vl). se dérouler il Pa.ris. D'a.utre part, l'Vol.R.E, prépare pour le mois de mai sa grande ' campagpe annuelle en faveur de l'Enfance, Uenvoi de 2.500 enfa.nts dans les colonies de vaca.nces est envisagé, .I~ avril j 94&. - ~ 01-71) CHRONiQUE JURIDIQU'E a près la Lib é1'll lion, deux lextes sont intervenus tendunt ~ régler. ta rdinlégratio.n dC!ns. leurs lo~aux ,des loca'tatres qu~ en avalent die évmces ou qm a,vatent dû les quitter, en raison de l'occupation allemande ou de la guer're, Ces dlnlX textes essentiels sont, d'une part, l'ordonnance d:l, 11, novembre 11tU, d'autre part l'Mdunnance du 21 avril 19'..5, En ver/.u de ces deu.1: textes, des procès ont eté engaqés devant les Irib1lnaux coml'rtents, Mais certaines demandes ont éfJé déclarées irrecevables, les juges ayant estimé que les demandeurs ne rempl'issairml pas les cOMitions prévues , l,ar les textes exceptionnels qui avaient é>lé promulgttés. La qlleslion s'est en conséquence posée de savoir si, en raison des échecs subis à la mile de l'int'roduclion des instances diliaenlées conformément aux deux ordonnances que nous venons de rappeler, il y ooart possillililé d'agir en justice en vertu des règles dt' droiJ. camm!tn, La 1 .... Chambre du Tribunal civit de la Seine vien, de rendre (21 janvier 19~) une décision qu.i fera, nous en semmes s'llrs, .inrisprudence, Un lsraëlile était locataire de locaux commerciaux li Paris, et, au moment de l'exode, il avait quitté son domi-, cile. Il n'avait pu, par la suite, revenir à Paris, et les fJr6- ln'iétuires avaien.t fait nommer un administrateur aux bien.ç 'à l'auandon de l'intéressé. Contre cet adminïstrateu.r, les llropriél,aircs avaient poursuivi une procédure en expulsion, sous le prél,exte que les lieux étant insuffisamment garnis, et ils avaient ohtenu ce.tte expulsion, L 'f sr'aëlite, par la suite, intenta diverses actions, tant en sroliation, que devant le juge des Rl!férés de droit commun, Ces actions ne r~ussirent pas. Il engagea alors devant le Tribunal civil une ins,tl!,nce pour voir déclarer que la procédllre pou1',~uivie contre l'administrateur ne lui était pas 01l[Josable, parce que cet administrateur n'avait pas qualité lJour le représenler en justice, et pour voi1' déclarer en conséquence 'llie le bail dont il éta~t titulaire n'avait pas élté résilié régulièrement: La l"· ChamlJre lui Il donné raison. On peul donc prévoir que, dans des caJ identiques ou bien lorsque, par exemple, le prop1'iétaire, profitant de l'absence de son loculaire, a r epris purement et simplement les lieux, une décisivn favorable pourrait étre également rendlue, mè'me si précédemmen.t, en vertu des lois promnlguées après la Libération, di'DeZ"ses autres instances ont ~choué . Tl est évident, cependant, que chaqlle p1'Ocès constiltle un cas pa.l'tiwlin1', et qu'il convicmt de procéder li un examen ùes. {aits de la cause avan.t d'engager une nouvelle action. H a/1parait, 10uJefois, que la nouvelle jurisprudence que nous venons de s-ignaler brièvement doit pouvoir étre' utilisée avec SUCC('S dans un certain nombre d'espèces. . court séjour à Prague, TsyporahLeah a mis au monde u.n deux,ième enfant, Rachel. Dans son camp de 1( perSO'nnes déplacées n, Anche'l retrouve des camarades concentrationnaÎl'es qui n'ont pas bougé depuis la libération puisqu'·i1s n'avaient p.us de famible, Ils attendent, font des projets, apprennent des métiers. Aucun' ne veut rester en Mlemagne. Qui oserait le leur reprocher ? Peuton vivre da.ns le. vois,i.nage des fours crématoires, parmi les a:nciens bourreaux ? . La pl upart vetdent partir en Palestine dans l'espoir de ne plus jamais être en butte à d 'antisém itisme. Mais il Y a l'HEFUD. Bientôt Anchel y est admis, Il apprendra à coudre des vêtements d'enfants. Une petite avance de la Société dés originaires de Drohobytch (Landsmansehaft) et la famille Balabus aura son petit appartement « â'u,ne pièce et cui~ine n. Le COJASOR lui fournit des, meubles, \lI!I [,it double, une tablle, quatre chaises, deux lits d'ènfants, des draps et des couvertures, Le mobilier s'enrichira d'une machine à coudre que l'AjDC a reçue d'Amérique. Anschel, aujourd 'hui, a terminé son cours à l 'HEFUD. Depuis le 15 février, il travaibl'e avec sa femme à la maison, fabriquant des vêt. ements d'enfants à son propre com'Pte, DEUXIÈME SESSION DU CONGRÈS JUIF MONDIAL Dans une chambrette misérable D'autres comptent rejoindre des parents aans d'autres parties du monde, en Améri.que, en Australie, N y a une semaine, Anschel et Tsyporah-Leah sont venus au COJ ASOR rendre visite à l'assistar.te Le Secrétariat Européen a a,dreSGé. au nom des organiSations affiliées en Europe, un appel instant au Comité Exécutif, de fa.ire tout le nécess.a.ire afin d'éviter un nouvel a journement de la Deuxième Assemblée Pléniè:re. Noua considérons . ta da.te envL<;~gée au courant de la. deuxième moitié du mois de mai comme un dernier délai. et nous demandoDs &lI Comité Exécu tif de corûirme:r ce'tt.e date le plUS tôt possible. RESTITUTION t:>lique juive et l'opi:nion pUblique en géné:ral. Diverses p'ropoeitions demandant


i.. ddeosm maienseU rdEeS hpll urse sétnietrugtiiqoUne ;d; edsa .bnIse nles

Enfin la réunion étudia les moyen.s d'int.ensifier la propagan.de en faveur du Congrè Juif Mondial avec l'aIde de la presse juive d'Europe. Entre autres proJ'ets. on discuta. de loa. possibilité d'étendre et d'ta.tensifier le- service d'artiCles et de statistiques que le département d'infOTmat! ODS du S~étariat Européen a initie avec succes. La création d'un service d'archives de photogra.phies e-t de cliChés., la i'~bl;';"'\,lion d'un bulletin hebdomadaire pou.r l'Europe contenant des informations SUI 100 prOblèmes julfs d'intérêt génèral et Plus particulièrement sur les actl.vltés et la politiqu,e du Congrès, Le drame de l'enlant tneurlri PAR une froiJe nuil de décembre 1942, batfant la semelle et tendant l'oreille, nous montions la garde près d'une maison d'en-· fant:., pr~ts à réveiller à la moindre alerle nos ROSSes menacés de déportation. Je me sentis envahi de tant de hain.! contre les bourreaux, de lont d'affection pour les ' oiclimes, que j'eus peur de ne plus pouvair jamais juger objectivement nos e:nJanls ... Un peu de ce sentiment esl demeuré en nous : 'l'étions ·nous pas, ne sommes-nous pas encore aujourd' hui portés à trop d'indulgence enVers nos enfants parce que nOU3 savons ce qu'ils ont souffert et ce qu'ils ont perdu ~ Nul .~entime1l1 n'est plus dangereux chez un éducateur, Ces petits, plus que n'importe quels autres, ont besoin de pédagogues très fermes et très avertis., qui sachenl les préparer à l'aoenir qui s'ouoTe devanl eux, au lieu de pleurer sur leur douloureux passé, V oil?! le grand problème. Comment faire pour que cette .génér.ation éprouvée ne grandisse pas aVec ridée fixe cf ~tre oictime et d'avoir droit à des égards particuliers ,1 Celle menlalité esl un obslacle à la réadaptation. De m~me qt.re l'enfant malade risque de devenir un cnf(11l1 "ôlé de même celte génération qui a particlllière~ enl' souJfert risque de se dérober aux exi~ gen -es du présent et de r avenir pour s'enfermer dans l'orgueil de son calvaire.

  • 'ENFANT juif a pris dangereusement L conscience de son sort particulier. Dangereusement

parce qu'il perçoit mal la réalité qui r a pr~ooqué. li a tendance a considérer sa condition de Juif comme la cause principale de son sort et à rapporter, à ccfle seule condition, m~me quand il ne se r aClJfle pas tout à lait, les catastrophes qui se sont abattues sur lw. Tout se passe comme si une b~rrière inoisible le séparait des autrès cnfanLJ et des autres adultes, de leurs drails et de leurs devoirs, comme si lui et ses semblables constifuaient un~ espèce particulière en vertu d'épreuves particulièrmenl cruelles. On ne peul nier que r enfanl juif ail souffert plus que les enfanls non-Juifs au milfeu desque/.s il a grandi. Son passé est réellement différent de celui de son entourage. La oie errante, la séparation, temporaire ou définitive, d'avec sa famille, l'atmosphère -d'angoisse, de dissimulation, d'irrégularité, les privations, le menslçmge, les changements continuels de milieu, r absence de scolarité régulière OfIt laissé des traceJ profondes da", son comportement.

M 415 sa réadaptation serait bien plus facile s'il ne se complaisait point, comme il fait soutient, dans le souvenir du malheur qui l'a frappé, Son attitude est ici étrangement comparabl.! à celle de trente générations de Juifs qui r otl! précédé. On retrouve en lui celte tendance à faire du malh~ur qui frappe le groupe une sorte de privilège, de supéri<Jrilé, d'auréole. Celle réaction coTlective a souvent aidé la communauté juive à « tenir le coUp » dans des situations insupportables. Mais dans le monde d'aujourd'hui, une pareille réaction peul prolonger le caloaire juif pluti31 que contribuer à y mettre fin. . L'enfant juif victime de la guerre doit réaliser que sa souffrance n'est pas dfie à une fatalité aveugle, qu'elle ne lui confère ni privilège, ni auréole, mais lui impose au contraire lin devoir d' une · impor~ tar/ce historique : il lrri appartient de travailler à modifier les conditions qui ont fait de lui une vidime pour devenir maUre de son destin, et affranchir du m~me coup les -générations juives à oenir. , M. jOUV •. ,,: juifs en Allemagne et €ln Eutriche et Qui seront soumises aux autorités compétentes, ont été di.scutées. Le Secrétariat Européen s'lest mOlllt.ré très inquiet en ce qui conc~rne 00- tamm.ent les projets nettement :noetiSfalSants de la ZOne française et la s~agn'lIItion complète dans ce domaine dans la Zone b'ritannique en ALlemagne. La Quoetion des biens juifs en déshérence- a également été exa.rrüflée avec sorQ,s. Il a été décidé d'entreprendre- <les démarches spéCiales en· TchécoolovaquLe et en G.réce, où la cession cies biens. e.n vue de l-a réha_ blltt.a.tion juive doit être accélérée. En Allemagne. le- Congrès JoUi! Mondial interviendra en VLLe d'uille wlutian de cetle question, en tenant oompte spéclalemoot des biens en déehé1'etloe -aya.nt appartenu à des Juifs rouma.inS, hongrois et apatrides. MONUMENT DU CHETTO DE VARSOVIE La r~union a accueilli f'avorablement le rapport de M. Hillel St.o.rch de Stock'tlolm, COI1Ceirnant la pal'tlclpatlan du COllgrèa Juif Mondl·a l à. l'érectio.n d'un monument comme!mora. tif en souvenir du Ghetto cte Varsovie. Le Congrès participera ~ rachat d'un grarn.lt suédoIs pour 00 rtWn",ment, qui ooûtera 12().OOO couronnes ill:lé<1oises. PROCHAINE REUNION CRIMINELS DE CUERRE DU SECRETARIAT EUROPEEN Las .membres du secrétari·at Eu.ro- Le Secrétariat Européen a "cooPté péan. se sont monl;rés inquiets de la !fllggoestlo.n du comité Cenllral des l'a.ttitude toujours plus indUlgente Juifs de POlogne-. de choisir Varaoadoptée depuis quelques mois. par vie comme lieu de rencontTe pOUr les autorités alliéeS dan.s la miSe 6<l la prOChaine réunion, iL l'occasIon de accusation des criminelS de- guerre. l'inaugllration du monument OùmL'llne des conséquences immédiat.es mémoratl! du Ghetto de Var,sovle. cie cetbe politlQLl') est UI1e recrudes- Cette réunion a. été fIxée a.u 15 d.V~U cence marq uée de l'ant!sémitism~ en 1948. AlIem.agne. Le Secrétarla.t Européen r---------------.:.. décida de prendre contact avec les autorités alliées et d'lnslstet' pour qu'une prooédure accèlérée et plus ~fflcace dans le domaine de la mise en accusation et de l'e~tradition des crlmLn.els de guerre soit appliquée. n a. égaleme-nt été décidé de J)'l'éparer un rapport succinct concernant les p<rocès qui ont eu lieu jus qu'à. cejou, r, dens diffè:rents pays. ANTISEMITISME Les rapports concernant la recru· descence de J'antisémitisme dans plusieurs pays d'Europe ont profondémeIllt impressionné les llli'mbrf6 du Secrétariat Européen. Le- Congrès continoUEl1'9. la lutte contre tou~e renaissance de 1'~ntiEémitisme et du Cas<:isIIl/e, en demandant l'intrOduction d'une légiSlation contre la haine raciale et religieuse, La réunion . s'est occupée erusuite de la gr::we Question de .la réappoarit!lcm d'un mouvement fasciste et antisémIte en Gran.de-Bretagne et de ses répercussions dans d'autres pays. Elle a. demandé à la Section briOOJrunIQue de s,'ocouper .activement du renforcement du mouvement de défense t;x1stant et de mobiliSer l'opinion pu- Avet le nies de . la Palestine aux Juils LE PRESTIGE DE L'O.N,U. A REÇU L'A TIEINTE LA PLUS GRAVE Du « New Hork Herald ,. du 24 mars : « Le prestige de 1'0, N. U, a reçu l'atteinte la plus grave depuis sa cféation et celui des Etats- Unis a été durement touché. « Maintenant, les Etats-Uni~ héritent simpleme,'1t d'une guerre sordide, rendue encore plus misérable par les occasions manquées et les promesses non tenues. Le peuple américain exige et mérite une explication des bévues évidentes de l'a politique de son gouvernement en Pales,tine. » --. 1- avril )948. - N- 3-7.I NOUS avions, pendant une semaine, rêvé devant la carte .le France. Nous voulions mettre dans ces trois jours .le vacances .le Pâques tous les ciels, les montagnes, les couleurs .le toutes lës provinces. Oh ! la merveiIleuse légèreté que donne au corps et à l'âme un sac .le 20 kilos sur les épaules ! Je suis rentrée ;wu du soleil plein les ioues. Mais maman m'a fait remarquer que i'avais déchiré mon blouson. Et qu'au jou,r d'aujourd'hui, un blo·uson • ça va regarder dans les 3.000 à 4.000 francs ». Et aussi que j'avais bes<l,;n d'une paire .le chaussures 'et qu'avec ce que j'avais dépensé pour ces trois jours, j'auraos pu ... L'argent, toujours l'argent. Pauvres parents! Pauvres enfants ! Et pourtlaJnt, c'est le printemps. Mon frère Marcel est déjà en train .le préparer son sac, mais ce n'est pas pour aller camper. JI va au régiment. Et si le service dure 18 mois, comme l'annoncent les jou'maux, qu'est-ce qu'il 'fera à son retour ? JI est apprenti chez un tailleur. JI aura oublié S<l" métier, et au train où vont les choses dans l'haiIIement, on n'aura plus besoin .le taiJIeurs; les Américains nous au,ront inondés .le compleb tout faits. C'est le printemps et lu EtatsMajora préparent la guerre! Ils .. 'hésttent pas à déchirer le printemps par leurs raIales .le mitraillettes ! Comme il est triste de mOllrir sous le ciel bleu .le la Grèce, sous le cie] bleu, si bleu, d'Espagne.:" Mais noUs ne DOW! le laine"> JI li pas voler, notre print",",ps. Nous voulons c<l'Urir les routes de France, « les ye~ claira et les cheveux dans le venL.. • Et no,n plus poussés comme un troupeau' .le mout<l"s par des armées d'invasion. « Vous, les jeunes, voua n'avez pas .le soucis ! • disent les grande.. personnes. Elle n'a pas .le souds, Suzanne ! En reoestrant du camp elle s'est trouvée .ans travail. Elle était petite main dans une maison de couture. 0 .. vient .le la remercier et, avec elle, 20 de seO! camarades d'atelier! Maj~ elle ne se lamente pas comme les vieux. Elle cherche, -elle lutte. Elle se Mrrera un peu la ceinture. Elle sait qu'au bout du compte elle s'en sonira. Et que tout devra bien changel, un jour, si nous noUs y mettons tous. Parce qu'elle croit aU printemps, S'."- 2anne. 4 • ? Et moi ie n'ai p~ .le SOUCIS • Encore' deu", ans avant d'avoir ma licence, 'avant de gagner ma -vie. Je voudrais bien ne plus être à la charge des parents. Peut~n être triste quand on voit les gens, les trottoirs. les toits, baignés d'une lumière heureuse ? Les arbres ne sont pas seuls à renaître en avril. Les ' jeunes verront ,bientô! écl~t<;r leur printentps ou neunra la JCue de vivre. Matin d'arU'!nt, rolél Mge1', U $<I/b~ frais crie gaiem,ent ~ous l'es preds, La pente sera Ugère il mO'l'l1er. Françoise LYON. Jeunes juifS persétutés LIBAN. - Le Gouvernement libanais 71ient de décider ?'~xfrulsion de ' tOI/S les étudiants JUIfs du pf/ys. L'Union mOlldia,Ze des. Etudùmts juils a proteste aup~es du C o/lseii tconomzque et SOCial de l 'D,N.U. et demandé ~'envoi d'ulle commission d'euquéte au LIban. EGYl'TE. - Le C;ou~lcrn e 'tzent égYltim a interdit aux étu~la:"ts juifs de ton der ulle assocla/wn. Des perquisitions Oll! e~ ll~z4 dalls lc'S local/X où se reuillssaunt les étudùmts. DROIT ET LIBERTE La Palestine et nous SEMAINE MONDIALE DE LA JEUNESSE Du 21 au 28 mars, la première semaine du printemps, les Une grande manifestation: lE (ROSS INTEK(LIJBS Q DES SPORTIFS J~IFS UE pensent les jeunes Juifs de la Palestine? Fais une enquête la· dessus, Tout à fait objectif. Aucune interprétation personnelle. F ais simplement parler des gars de différentes opinions, et les conclusions surghont d'elles-mêmes. J'avais compris les di;ectives du oomité ?e rédaction et je les trouvais excellentes. MalS comment les applJquer ? C' 4!1S1 piN' une jo<urnée magnifiqu,e jeunes du monde entier ont célé- que s'est dér<Julé di1lMni:he dernier, bré la Semaine Mondiale de la au Stade Poniatowski, à Vincennes. II) JellnesSe. cross interc1ub q-lii opposait /es trois Les muhiples et grandioses clubs spo.rtllfs jujf,s de P{JJ'IS: « Sport Je SUI.S donc a l1é me promener hommes 'qUI vell' l en t t"eV'lt e r la mani fe stations qui se sont d érou- e«t MJoaicec a»b i (Ü».. SC.E'e.s),t lIaI. Y« .APr.eSs.sC.e, N» ou~tet j'ai trouvé. guerre et t 'assurer la liberté? lées avaient pour thèmes princi- velle» qui P<ltroMlait celte éP1'euve. J acques est sioniste et, en même j acques. - En luttant }X)ur la paux J'aide aux jeunes démocra- ... Voici d'abord les tQui petits, filtemps électricien. Le mieux était l1'b e r te' d e 1e ur pat n'e , 1e s com- tes qui lullent, les armes à 1a fl.aentt'et'Ss dee t l'OgaSrçEQ ne.st d~e la mseacist.Qonns encff: eann-- d'aller le voir. Il dev ait :.Lvoir des battants de Palestine ont la vo· main, pour l'indépendance Je tine du YASC. DéjlJ, ils cour4!nt lumières sur la question. lonté de résoudre tous les problè- leur patrie: Grecs, E!)pagnols, comm,e de vrais sportifs! . mes que je rencontre en tant que Palestiniens, Chinois, Sud-Amé- Fraternellement mêlés, c.e so.nt Il était justement en grande dls- J 'f " nwilTlk;n.on'I les gars de « Sport et cussion avec Mauri.ce, et ça don- UI ... ricains; solidarité avec la jeunesse Jo.ie », . d~ « EcI.aireurs Israélites dl) , . M auriet. - La volonté peut coloniale; lutte pour les revendi- Frana» du « Maaabi » et du nait à peu pres CeCl : être. Pure u.topie 1 cations de la jeunesse; prépara- « y ASC » . parmi lersq;ue/'s les « CQIo Maurice. - Alors, tu trouves Jacques. - Sur les murs je vois tion de la Conférence Intern3- de;\S» de l'U.j.R .E,, ont lenu UM normal que des nazis viennent sié- 1 f' t J 'f place honorcble: . 1 S . ? que que OlS : « mor aux UJ s D, tionale de la Jeunesse. qui se Regretttons toutefois- Pa&sence des ger à Pans avec es« elZe D - et jamais: « mort aux Grecs D. tiendra cet été en Pologne. Féminines juniars-se'niors, lA! rés.ultal Qu'on relève l'industrie de guerre Maurice. Le problème, c'est En France, la Semaine Mon- M 4!st que Mlle Cécile Semion, du de la Ruhr, ça te laisse froid? vrai, est un peu différent, mais la d d 1 J « YASC ", a gagné cette course par d iale e a eunesse a été mar- forf:ait. De IQute façon, la première jacfjues. - Non, ptts u tout. liberté est indivisible. Pour voir quée par une vibrante manifes.- place lui- seraU revenue, étant dOYlnê Je n'ai .jamais djt çà. cesser les « mort aux Juifs D ici, tation. le 21 mars, au Palais de qu'elle est une doC!, meilleUfl"es COli" Moi. '- Mais la Palestine, Jac- c'est ici même qu'il te faut lutter. Chaillot. reul!S :;~d 24 novembre 2009 à 10:10 (UTC)OI1 de course ~ ques ? Georges VILLACH. p;,eds, Marcel H"C1senn~ a h07loré de sa JacquC'S. - Je sais bien qu'il préunce, cette lItQItlitestafion, ainsi nous faut lutter par toos les ---------------------------,.;.----"i qUf:I M. Jacq.ues Feder, représentant .. le Ministre des' SP<lrts, qui 6 d01ln~ moyens ·contre le fascisme renais- le df!part de lil i:ourse d,es II. As _J), sant, et qu'il est encore dangereux. SeniOl·s. ' , , M auricc. _ . Alors, tu ne crois Efo1J'2Ii '/J!ftIS qu.e de nQuv€'les manifeslations die ce ge.nre S4! reproduiront pas qu'en ce moment, il est urge~t 5o.u'oonl, témo.ignool du dévdoppe. d'aider, par exemple, les antl- ment physique croi:ssant de la jell" fascistes grecs ou espagnols, et de ~ess,e juiV€. participer à l'action de tous les démocl'ates franç'!is, contre tout renouveau du fascisme. Jacques. ~ Et les Palestiniens ... . Moi.- Nous Y.Yciilà .! jlUfjUes. - ... les Palestiniens ne sont~ils pas des antifaScistes ? Maurice. - Il faut les aider, d'aocord. Mais pas exclusivement. jocfjues. - Est-ce que j'ai le temps de ' m'occuper de tout le monde à la 'fois ? .. Maurlcc. - Oul. Et avant tout de ce qui se pa.~se toot près de toi. Jacques. - Eh bien, moi, je suis plus direcremelit intéressé au combat des Palestiniens ... JI./aurice. - ." qu'à celui des 1 - CompoSition d'11ft jeune Vitre brisée et barreaux PROBLÈMES DE L'ADOLESCENCE -- - r E film - « Les dernières V3.(:ances 'l, - les critiques urumit.t',es en font, à juste titre, l'él?ge. On admire la fraiC'heur vivante des extériwrs, la perfe(:tlOn du jeu, la charmante SlIDli... ...... plicité. du scénario. ~ Excellente, avant tout, est la peinture de l'adolescence qu'il nous offre, où . la richesse n'exclut pas la netteté des traits, ni celle-ci les nUances. DEUX MONDES DISTINCTS Nous y voyons deux m<mdes distinets, étanches : celui des (!. grends > et celui des (!. petits >, celui des adultes et celui des enfants. D'un côté, des personnes blasées, de l'autre, des êtres ingénus. L'expérience en face de la naïveté. Les soucis et J'insouciance. Et puis voilà, entroe ces deux mondes contraires une zone étrange, qui n'est plus l'un et n'est pas encore l'autre, en deça de laquelle il y a les grands jeux de l'enfance et au delà le grand jeu de la vie, une sçrte de ·(!. no man's land> qui débute avec les dernières vacan.ces l'a-dolescence. NO MAN'S LAND C'est l'âge où l'on comprend les paroles des adultes, où l'on vous parle comme à des adultes mais où l'on vous dIt avec uné certaine amertume: «Com-' me tu es gosse ! > ou « Tu ne peux pas comprendre >. C'es.t l'âge du premier amour qUI! plus que tout autre, ~st c,~lUl des dépits amoureux. C est 1 age où d.ans chaque geste et dans chaque pensée se mêlent biza'trement les élan& les plus audacieux, les maladresses les plus naïves. FAMILLES ... La famille pèse. EUe représente la routine, les choses sclérosées. Elle s'occupe d'affaires où l'on ne tient pas cempte. des sentiments. Elle manque d'idéal. Elle craint le progrès comme une maladie rongeant€. Et t'ne ne fait rien p()ur arrondir les angles, pour faclliter le grand passage de l'enfance à l'âge adult€. Elle se drape dans sa dignité de famille, Et au milieu de cette atmosphère de stabilité, d'archiconnu, s'aiguise chez le jeune le besoin de l'inconnu, de l'aventure. Partir! « Aller boire où boivent les vaches) disait Rimbaud LE FEU DEVORANT Le sens de l'idéal, aussi s'ex'aspère. le besoin de pureté en tout. Chaque sentiment passe par la flamme du (!. feu dévorar. t >. C'est l'âge des passions entières. Une lutte inégale s'engage entre la force süre d'elle-même de la famille et la force naissante de l~adolescence. Le lycée arrangera-t-il les choses? Non. SEUl.. ? Lui, inquiet de ce qu'il devient, sans saVOll' ce qu'il deviendra, se renforce dans le sentiment qu'il ~ ~ incompris. Des petits faits qui passent inaperçus aux adultes torturent atrocement sa sensibilité à vif. Tout prend allure de drame. La vie se vêt de couleurs de la mort et du sang. Il ne peut se comprendre lui-même et personne ne l'aide, personne ne l'aime. Déçu par l'attitude de ses a.înés, par leur méfiance et leurs préjugéS, leur gêne et leur maladtesse à son égard, l'adolescent acceptera-t-Il la conclusion du film. exaltante certes. mais combien triste : « On apprend seul à bâtir, à aimer, à vivre ... ?> . Cette loi est-elle implacable? Pour isolé que EDit le problème. ce film a le mérite de le placer dans un milieu social déterminé. Il s'agit d'une famille bourgeoise, • DISSIPER LES EQUIVOQUES Il apparaît que la plupart des contradictions entre l'ado:escent et l'adulte pourraient être sup- LES RESULTATS Course Senrors (Hommes) « As li! 4.500 mètres : 1. Rcchtman Simon (MacoCabr) • 2. Naparstek (Sport et joie). Coune delS JUII'iors (Hommes), 2.500 m. : 1. Rubman A'·ndré (Sport .et joie). 2. Rubman Léon (Sport 411 Joie). Course. des Cadets 1 Garçons}. 1,500 mètres: 1. Ho~ Henri (YASC) . 2 . Buzin Simon (Y ASC éod41ls)_. Course. jeunes Filles Ca<leif.es, 800 mètrli'3' : 1. Rapkowski ~maine (YASC Cade/). 2, E~'lcen,"zi Germaine (S.].). CQurse. Mj'nimes (Fillett.es), 60Q. mètres- .' 1. R~s Annetle (Sport et JOk). 2. Zomennan Ginette (SPIiTl e( joi.e.). . . . prtmées. C'est atix adultes de faire le premier pas, en vue d'une coùfiance réciproque : pour lem part, il leur faut met: tre bas' tout 'Préjugé, taire preuve de confiance dans la vie et; le pro~rès. L'entrée de l'enfant dans le monde adulte devrait se faire insensiblement. l'lès le )}IUS jeune âge. Avec les nuances a~ propriées, bien sûr, mais avec l~ volonté d'unir; n.on de sé!)arer wmme cela se pratique généralement' par vain orgueil ou par incapaci~. ' Il taut dissiper les équivo. ques. Les parents craignent trOp souvent d'eX])liquer leurs actes, de s'expliquer avec leurs enfants. Et l'enseignement efficlel a peur d'eX])llquer le m{)nde tel qu'il est. UNE ADOLESCENCE DYNAMIQUE Enfin, . le rôle essentiel des adultes est d'ouvrir au~ jeunes . des perspectives, de les tirer de l'impasse de l'isolement. Leul"S sentiments entiers, leur soif d'idé-al et d'aventure mérttent d'être exaltés et non pas brimés. C'est possible à condition de les développer en rapport avec le réel. Et cela, à condition que l'on S'efforce de conformer le monde aux exigences de pureté .des adolescents. Peut-on supprimer la crise de l'adolescence? Certainement pas, puisqu'elle résulte de transformations physiques inévitables, Mais on pourrait l'abréger, la rendre moins épuisante. On pourrait lui donner un sens exaltant, dynamique. L'adolescent ne devrait pas apprendre seul à bâtir et à vivre. A aimer aussi, pourquoI pas ? Louis MOU~~RON. j II , DROIT ET LIBERTE [II avril .1948. _ N" 3-7l; LE GRAND LANCEMENT DE "DROIT ET LIBERTÉ"

PREMIÈRE LISTE •• 866.1 00 francs • •• La campagne lancée par « Droit et Liberté » pour constituer un fonds de sécurité de 1 million de francs et pour recueillir 4.000 nouveaux abonnements 'connait un succès éclatant qui dépasse toutes nos prévisions et qui nous ést un précieux encouragement. Nous publions la première liste de nos généreux donateurs et remercions bien chaleureusement tous nos amis. toutes les ·amicales. toutes les sections, qui poursuivront, nous en sommes certains, les efforts pour faire de « Droit et Liberté» le grand hebdomadaire de la vie juive et une tribune digne de la cause .que nous défendons. • En avant pour les 2.000 nouve·aux abonnés d'ici la fin du mois d'avril ! En avapt pour atteindre et dépasser le million ! .Transl!1Ï8 par Mlle Bella Wulf .......................... . Collecté par M. Owezarek Transmis par M. Adam M. Ochotnicki, de 1'oulouse. Pasternak, de Toulouse .....• M. Max, du IX' .............. . M. Slawkin, du IX' ........ . Collecté par Mme Poznanski Collecté par le Comité U.J. R.E. X' Boulevard •........ M. Brod ......................... . Collecté par Mme '!:;~warc Collecté par la Section U.J. R.E. du XX, Belleville Collecté par le Comité U.J. RE. du XX, Avron Collecté par M. Raizner pollecté par Mme Weisberg, du IX' ....................... . Collecté par la Section U.J. RE. du XX, Avron Collecté par la Section U.J. R.E. du Ine •• •••••• ••••••• Collecté par la Section U.J. , R.E. Saint-Louis •.•........• Collécté par.M. Raizner ...... M. Léon, Boucherie .........•• Don de M. J ucht, du V, ..• Collec,té .par M. Raizller ..... . J. Rott, ûe Roanne •.••........ Remi.k, de Roanne ........... . U.J.RÉ. de Roanne ........ . U.:r.RK de Lyon .......... .. M. Klapfiche, U.J.RE. du X, ·Saint-Louis ............. . Collecté par la Section U.J. RE. de Clermont-Ferrand M. Sacur ...................... .. Don de l 'Amicale des Fourreurs .......................... . M. lzrael Crémieux ........ . Salomon ........................ .. Jacque3 A Ibert .............. .. Paul Weil ....................... . Edouard Levy ................ .. Laster .......... , ................ .. ];;tlin ............................ .. Etienne Lévy ................. . Haguenauer ................... .. Hoch ...................... ...... .. Simpère ............ .............. . Endlitz ........... ........... .... . Cohen Michel ................. . Samuel' Petit .................. . Weil .......... ................... . Horrlt .......................... .. Grysbcch ...................... .. M. Habif ...................... .. M. Perlmutter ................. . M. Kacmall .................... . 12.500 3.800 1.900 5.000 5.000 5.000 1.000 3.500 400 '1.500 1.000 1.000 600 9.000 • 4.000 3.\lOO 5.400 5.000 1.000 1.0,·1) 15.000 500 10.000 15.000 5.000 5.000 20.000 15.000 2.000 25.000 200 100 1.000 200 \l00 500 1.000 1.000 500 100 300 1.000 500 liOO JOO LA DIRECTION. Collecté par le Bureau Parisien de l'U.J.R.E ......... . Collecté par M. Jacobs-Max: Gastegno ..................... . Goldberg ........................ . Georges Lierman .............. . M. Luxembourg .............. . André Bromberg ............. .. Martin Saperstein .......... .. Marcel Laks ........ : .......... . René Smeider ................. . D'. Kritchkavouski ............ . Jacobs Max ................... .. Collecté par la Section U.J. R.E. du III' ................ . Transmi,s par M. Raimer ... Colleeté par la Section du XIV' .......................... . Collecté par Mlle Dorfman .. . 1'rausmis 'par Mme Szwarc .. . Collecté par la Section U.J. R.E. du XlII· ........... . Collecté par la Section U.J. R.E. du XVIII' .......... .. Çollecté par la Section U.J. du IV' ....................... . Collecté par la Section U.J. R.E. du XIX' Fabien ...... Collecté par la Section U.J. RE. du XX· Belleville ... Collecté par la Section U.J. RE. de · Montreuil-ss-Bois Collecté par la Section U.J. R1lO. Belleville ............. . Collecté par la Section U.J. R.E. du lU' ..... ........... : Collecté par la Section U.J. R.E. du IV' .............. . Collerté par la Section U.J.' R.E. du XVln' .......... .. Collecté .par la Section U.J. R.E. du XIV' ............. .. Collecté par la Section U.J. R.E. du XI' ................ .. Collecté par la Section U.J. R.E. du V, .. , ............. .. Collecté par le Bureau Parisien · de l'U .. T.R.E ........ .. Collecté par la Ser.tion U.J. • RE. du XX, Belleville ... Collprté par la Section U.J. R.E. du XVIII' ........... . 13.000 600 200 1.000 1.000 500 600 500 500 600 3.000 5.000 2.000 11.200 500 2.500 8.400 2.500 15.000 5.450 5.600 10.000 11.100 2.500 2.000 1.200 3.800 11.000 4.000 5.000 1.000 1.000 A l'ocrRs:on d'une fNe de famil'lp ('il"? M. Lydor, lu somme de 2.000 fr·. R ('lé versre pour " Droit et Liberté » au docteur Samn. Remel'cicmenls. Don anonyme ................. . Collecté par la Section U.J. R.E. de Clermont-Ferrand Collecté par la Section U.J. RE. du XVIII' ........... . Collecté par la Section U.J. RE. de Nancy ............. . Collecté par la Section U.J. RE. du XU' .............. .. iFlaichaker .................... .. Collecté par la Section U.J. . R.E. du XIV' ............. .. Collecté par la Secti.ln U.J. R.E. de Metz .............. . , Collecté par la Section U.J. RE. du XIV· ............. .. Collecté par la Section U.J. RE. du XIU" ............. .. Versé par le Bureau Parisien de l'U .. J.R.l!: ............... .. Claude Paris .................. .. Collecté par la Section U.J. RE. du X· Boulevdrds Collecté par la Section U.J . RE. du X' Boulevards ... Transmis par Mlle Dorfman Transmis par Mme Barbalat M. A ............................ .. Maison .Manchester .......... . Lirman, XVIII' ............. .. Collecté par la Section U.J. R.E. du XIX· Fabien ...... Collecté par la Sect: :1 U.J. R.E. du XVIII" ........... . Transmis par Mme Bella Raiss ......................... .. C. C. E .... ....................... . Collecté par l'Amicale Droit et Liberté, IK ............. .. Collecté par la Section U.J. RE. du XX, Belleville : .. SO 15.000 1.000 8.100 15.900 600 1.100 2.700 30.000 25.000 1.000 400 1.000 1.600 300 500 25.000 500 500 1.000 2.000 2.100 200 6.100 2.500 Don anonyme ................. . Collecté par la Section U.J. RE. du XVln· .......... .. Collecté par la Section \U.J. · R.E. de Lille ................. . HaJdenberg ................... .. Radizinski ..................... .. Transmis par M. Edouard Cohen.;_ président de l' Amicale lJroit et Liberté de Marseille ..... ~ .............. . Braunstein ..................... . Robert Lévy ................... . Anonyme ....................... .. Weil Maurice ................. . Crespin .......................... . Zavano .......................... . Guerell de Perpignan ...... .. Honore Maurice .......... : .. .. Cohen Edouard ................ . Denerg Gaston ............... .. Rosenblit ....................... . Collecté nar la Section U.J. R.E. du X, Boulevards ... Collecté par la Section U.J. R.E. du III' ................. . Collecté par la Section U.J. R.E. du XX, Belleville .. . Transmis par M. Raizner .. . Collecté par la Section U.J. R.E. du III' ................ . Transmis par M. Lissek Maurice président de l'Amicale de Dro~t et Liberté à Strasbourg- ........ . Brum .... : ........................ . Floresheim, de Besançon .. . Renova, de Besançon ........ . Kreisler, de Besançon ..... .. Mme Bloch, de Besançon 500 4.500 15.000 2.000 1.000 10.000 2.500 200 11.000 200 500 500 100 4.600 500 1.000 300 . 3.000 250 1.000 500 13.200 1.000 600 100 600 200 Total général de la liste n° 1: 866.100 francs (huit cent soixante-six mille cent francs) ... 811.139 nouueaUH abonnés Bureau parIsIen ......... . 1. K ... . .. .•..... ....• . ••• « Cadets li .............. . M. Jean ............... . Anonymes ••.•....•••• " Wolfson ............... . M. William .•••.•..•••.• . Jacobs Max ..•.•.••.•.• Siedlecka ...•...•.••• " . Lubliner .............•• Dorfinan Rachèle ....... . Mme ' Wind ." .........•• Anonymes ..... . ' ... . _ .. Lubliner . . _ ............. . Faishaker •.•••........• Owezarek ••.••....•...• Irn.merg li k • ' .. •....... .• Anonyme ... ............ . Siedlicka .. . ...... ......• Barbalat ..............• Dorfman Rachète ........• Anonyme ..............• Mme Szleifer .......• . _ .• Milluer Joseph ..•.....•• Strunwasser .. ...• . .•..•• Marsei!le •... J •••••••••• Strasbourg .......•.•• 14 Lille ......... .. 28 Lunéville . ..,. •••.•...•..• 48 Metz •.....•••.•....••..• 6 C.C.E. . .•••••. - .•...•.•. 4 Nancy ................ .. 2 Livry-Gargan ••...•••.•.• Kornbrot ..•• _ • . •• • .•..• • 2 Montreuil ., ........•••• 22 Anop;-ome ..... .. ....... . fi Clermont-Ferrand ..••••..• 1 Toulouse .............. .. 9 Saint-Etienne .....•....... 5 Lyon ...........••.....• 6 Saint-Quentin .......... .. Paris (2") ............. _. 2 Paris (3") •••••••••••••• 3 Paris (4e) .. .... .. .... .. 2 Paris (5e) .............. . , 2 Paris (90 ) •••••• ' ••• " ••• 2 Paris (10"), Boulevards ... Paris (Ile) 1 Paris (10e), . ~ Paris (l9è), 3 Paris (2OC) , 3 Paris (20"), s~il~i~L~~i~' . : : Fabiec •....... Avron .....•.. Belleville .... 4 Paris (18") ..... . ....... . 13 Paris (15") 4 Paris (14') ..... '" ...... 45 Paris (13) 9 Paris (IZe) .. .. ...... .. Individuels " .......... . 247 3 7 16 28 30 10 2 12 5 11 22 10 26 26 7 39 16 28 12 17 42 45 37 11 3f> 19 1 36 36 10 294 892 AU TOTAL ....... : ..... 1.139 AMIS. 'ET ORGANISATIONS 'A L'HONNEUR Mmes Berman Adèle. Blaustein Bella. Dorfman Rachèle. Gordon Zina. Hauser (Mlle). Fiterman, de Saint-Etienne. \.. Kohn Céline. Levin Sarah. Milstein Madeleine. Pasternak Renée. Presman Gaby. Roj blod Aline. , Rotterdam, du XUe arr. Siedlecka Rachèle. Szleifer Choura. Weisberg, du IX' arr, Wind (Mme). Wrona Baska. Zeiler Tony. MM. Angert, fondateur de l'H.E.F.U.D. Berno, du X·, St-Louis. Brindel, de Lyon. Brunwasser, de Metz. Burs7tyn Léon, fondateur de l 'Ami· cale Droit et Liberté, ~ IK ». Chonuc, du xure arr. Cohen Edouard, de Marseille. Dany, des Cadets. . Ej7enman Jean, Xe, Boulevards. Eliaslteff, président de l'Amicale des Fourreurs. Granats7tejn. du XIV' arr. Gurecki, de Nancy. Herman, du IV'. Izrael 1. Jacobs Max, membre du Comité Di· recteur des Amis de D.L. Jucht, membre du Comité Directeur des Amis ne D.L • . Kac, du XITI'. Klapfiche, du X', St-Louis. Kobrlnec, de Nancy. Liberman, du III'. Lips7ic, du XU'. Hssek Maurice, de Strasbourg. Miller, du XX·. Millner Joseph, membre de la Râ· daction. Pasternak, de Toulouse. Podemski, de Lille. Raehmil, de Lunéville. Reznikof, du XVIII'. Rosenblit, ne Levallois. Sacur, du Y'. D' Samat, du XVIII·. Sosnovirz, nu XX'. Smos, de Montreuil-sous-Bois. Stninwasser, de Besançon. S7ajner, de Montreuil-sous-Bois. S7arpan, du XI'. Topor, nu X'. Vilner Davià, nu XX'. Werner, du IV'. Zlo'tovicz, du leII". Sections à l'honneur Paris V'. Paris X, Saint-Louis. Paris XI'. Paris XII". Paris XHr'. Anonyme ........ ............ .. .. 1.000 200 10.000 5.000 [,00 1.000 Paris- XIV'. 1-:=--=---------------------..:......:-.---------------------, Paris XX" Belleville. En AUanT ~OUR,,2.000 NOUVEAUX ,ABON, NÉS. L'Association Sportive M;::::~:~s~~às-4:I~,~I~~n·Onieturet LiùerU JI Collee té par M. Liberman, U.J.RB. du rII" .......... . Collecté par la Section U.J. R.E. du XII· ............. .. Collecté par l'Amicale Droit et Liberté-IK .............. . Collerté par la Section U.J. RE. de Lille .............. .. Lubliner ........................ .. Collecté par la Section U.J. R.E. Lunéville ........ ...... . Collecté par la Section U.J. R.E. du XIX' Fabien .. .... Collecté par la Section U.J. R.E. du XI' ...... ........... . Bureau Parisien d'U.J.R.E .. Collecté par Mme Szwarc ... Collecté par la Section U.J. R.K du XX, Belleville ... Collee·té par la Section U.J. R.E. de Saint-Quentin ... Mme Chapus .................. .. Collecté par M. Raizner Collecté par la Section U.J. R.E. dû XX, Belleville Transmis. par Mme Szwarc ... Collecté par la Section U.J. R.K du X, Boulevards ... M. Slavkin, IX' ............. .. M. Gothard, IX' .............. . Collecté par la Section U.J. R.E. du XIe ................ .. Colledé par la Section U.J. R.K elu XVIII· ........... . Collecté par la Section U.J. R.K du III' ................. . Collecté par la SectIOn U.J. R.E. du XX· Belleville Collecté par la Section U.J: R.E. du V· ................ .. Transmis par M. Raizner .. . See.tion ne Besançon ........ . Section de Belfort .......... .. Transmis par Mme Szware .. . Collecté par Mme W"lfson .. . 1.01)0 14.100 23.000 50.000 3.000 1.000 3.000 1.000 220 600 2.liOO 25.000 5.000 1.600 2.000 500 5.000 5.000 5.000 3.100 11.200 4.200 23.500 14.000 600 1.500 1.000 1.600 1.200 H H 1 fi d d 1 Fraternité Y. A. S. C. or- v Jusqu a a n u mOIS avn ganise le 10 avril 1948 Anciens de l'LK. Marseille. dans les salons de l'Hô- lUe ANNIVERSAIRE DE L'UNION DES SOCltTÉS JUIVES tel des Deux-Mondes, Li~;.mités de province à l'honneur 22, avenue de l'Ope'ra. CI t F d """""\I\I\I\I\N''~~\'\N\lW\l\l\I\N""\M et'mon - erran . un grand bal de nuit, Saint-Quentin. 1 1 t 1 • Le samedi 17 avril à 20 h: 45 A LA MAISON DE l.A CHIMIE 28 bis, rue Saint-Dominique (Métro : Invalides) GRAND GALA AU PROGRAMME SCHOCHANA A VIVITE Artiste du Théâtre Habima Récitations en Yddich, Hébreu et Français MARIA BLOCH Violoniste, Premier Prix du Conservatoire Musique Juive jEHUDI MORETZK Chanteuse populaire Chants Juifs d'antan et modernes HELENE SALOMON Au piano LA CHORALE POPULAIRE DU CENTRE CULTUREL JUIF Et pour la première fois à Paris : LA CHORALE DES JEUNES JUIFS NOll'Veaux Immigrés (50 pa -ticipants) POUR LES INVITATIONS: S'adresser aUle Sociétés et à l'U. J. R. E., J 4, rue de Paradis, Paris (10") 1 l, Roanne. avec e cé ebre orchestre Lunév:iLJe. Rapha Brogiotti. Besançon. Billets au siège, 14, rue de Paradis, Paris-l O· ON DEMANDE: Une jeune fille dactylo pour travaux de secrétariat, demi-journée. dans une OI'ganisation. S'adresser: Secrétariat de l'A.S. Fraternité-VASe, 14., rue de Paradis, Paris (lOC) , le mardi à 20 h. 30. Assistante sociale dip:ômée, natiooalité française, demandée par importante Organisation médicosociale pour Afrique du Nord. Offre sous chiffre 21. On cherche SCHADCHEN avec de bonnes relations Ecr. à l'administration «Droit et Liberté» n' 33 ~ Impr. Centr. du Croissant ~ 19, r du Orobsant. Parls-20 F. ROCh'tlN. imprtmeur La Com,mission Centrale de l'Enfance a le plaisir de remercier vivement ses amis du Comité de Section de Montreuil qui ont fait preuve d'un grand dévouement en faveur de ses Foyers pour enfants de fusillés et de déportés. Elle remercie tout spécialement MM. Frendzel et Séféris, qui ont remis chacun 10.000 fr., ainsi que M. Fefer, 5.000 fr. La Commission Centrale de l'Enfance remercie ici ses généreux amis pour leu.· activité dévouée.


</div>

Notes

<references />

Format JPEG