Droit et Liberté n°284 - juillet-août 1969

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Par la plume et le plastic (montée du fascisme en France) page 4
    • Contre offensive à Orléans (ragots antisémites) page 4
    • Ont-ils des droits (travailleurs immigrés) page 6
    • L'élection présidentielle et le racisme: réponse de MM Pompidou, Deferre, Duclos, Poher, Rocard à la note des M.R.A.P. page 9
    • L'Islam en Haute Loire page 17
    • De l'union générale à Auschwitz (sources de l'antisémitisme français du XIX ème siècle) page 10

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

\ • JUIU~OU~T19"'Charles2M~'~PR.~2~'MHC~S __________________ __ SUR LE RAl:ISME : .EORGES DEFFI:R- • (.Q Tl:LOS. ALAIN POHER. HIl:HEL ROl:ARD. _.,....... VAf:.:\.Nt .. S : EN HAUTELOI RE 2 Pas incompatible Dans « l'IIotft} courrier» du l'II" 283, II. Levain, de I~arst.~ i l l\.\, 1111..: fait l'honneur de répondre à l'extrait de ma lettre, paru dans le N° 282 de mai. -\ 111011 tour JO Cil!.:! Llne de ses p'lr,lsl's (( La réalité montre pourtant que depuis longtemps au Moven-Orient, c'est la séc,urité des Etats arabes i1956,1967)quiaétémiseen cause Il, el c. ;.I,lors. Je demande à I~. Levain la permission de rire un peu malgré le tragique de la situation. \loyez VOll~ ça, la sécurité .-Il" Etats ara :les i 120 millions d' , -\lï.1 )t.')S ou il peu prèsi rnise 1.~11 Ci. llI S\.~ par l'Etat (f!sra~1 i2,5 llliliiollS d'Israéliens) l ,\ mon tour de lui demander : est-il sérieux de le penser et d0 1'{;crirlJ ? 111 LI..")vain est anti raclSh:', S,111S aUCUll douh:', sans plus. ! IléllS il faut être Juif "t surtout Juif de l'Europe cen trale ou de l'Est pour comprendre pourquoi Je suis avant tout israé li te. O\.)puÎs notre plus tendre enfance, de l'école rnaterne lle à l'université, en passant par le lycée et pendant le service militaire, rous nous somrnes !lèunés contre cc rnur d'in COlllpr8' lension et de 'laine, nous avons touc'lé en plein cette p.laiù hi ,-Je.llse, empoisonnôe qU ' l~ st l'antisémitisln\.~. VOLIS autres, vous avez entendu parler de cette lèpre affreuse. mais nous, nous avons souffert ct souffrons encore de sa malfaisancl" dans notre c'lair et notre affection ; cette l11al faisance qui a empoisonné toute notre J eunt..~~se et toute' notre vie . Et quand Je pen~e à ces Inil lions de vi c.til11t3S innocentes dc ce fléau, Inon coeur sa igne en pensant à nos frères d '!sraël qui, éC'lappés par miracle de l'enfer hitlérien, se croyant enfin délivrés de cet affreux cauc 1îèl11ar, voient de nouveau cette hydre iml110nde relever la têt\..! ; car, maPleureusement. elle n'a pas été éc rasée définitivement. Et voilà pourquoi je dis qu'avant tout j," suis israélite tout en étant anti raciste et Je pense que ceci n'est pas incompati .l le avec cela. F. HER3COVICI, Paris (18" ). Il Toi. dehors ... Il ! lion CélS est célracté ri st ique : l'IIous étions une vingtaine d," personnes CI'h~Z 1 Il. G, marc ' land de Journaux. Cristallisant sur moi, 1',.I,Igèrien, sa xénoP'lo

lie, il me c'loisit parmi tous

les clients et me dit d'un ai r

)elliqueux, COlnl11t..~ s'il s'adressait

[1 un c' Iien galeux : (( Toi, dehors! n,. . :.; urpris de cette apostrop!-,e soudai ne, '1e m'assurai ·.)ien que cela Ine concernait ct qu'il n'y avait pas .j'animai derriér" moi. :~p rés cette vérification Je répondis: (( Mais qu'ai-je fait de mal? Il - J'ai dit de'1ors! On n'a pas besoin de votre engeance ici, Et de force, il me mit à la porte .. Visi)lement il C'kHc'lait une lagarra, il Ill_e provoquait, Sac1lant pertinenl lnent que la polict..~ lui - t.!. st favo ra.)!e. :)ien que je sois Français en droit, mais ilote dans les faits. Ce Jour- là, (ai mesuré toute l' 'lorreur de la discrimination raciale, cette immense tac 'le de sanie que rien ne pouvait effacer du front de l'ilUmanité. 1 ~on Dieu! Pourquoi toutes ces iniquités? B, BELARBI, 50-3aint-Jean-des-Baisants. Ni vous. ni moi. ni les Africains ... En réponse à votre correspondant, IVI . Restai, qui s'interroge ino 283) sur la « coopération » : . Lorsque les Etats-Unis, l'Angleterre, la France, voire même parfois l'U.R.S.S., accordent une aide finan ciè re au TierslVIonde \je n'aime pas ce terme) ils ne le font pas avec la générosité dont ils se vantent. Lors de la dernière campagne électora le, un parlementaire U.I'II.R, a déclaré que, tout compte fait, l'aide au Ti ers- 1 ~o nd e ne s'élève qu'à 0,8 '}o de notre :ludget rational. Uuelle dérision! Les pays du Tiers-I ~ onde ne sont pas pauvres, ils sont très riclles d'un tas de res sources naturelles, qui sont indispensa:lles au monde moderne. Ce qui leur manque, ce sont les moyens industriels de mise en valeur pour tirer profit de leurs ric 1lesses. 1/1 ais ce n'est pas perdu pour tout le monde et les grands trusts internationaux sont là. On donne un petit cap ital, on installe du matériel fa :l riqué en Europe ou aux Etats-Unis, même lorsqu'on pourrait développer des petites entreprises de fa:lrication locales. On installe de bons blancs - des cadres supérieurs, car la maind'oeuvre servile, on la trouve sur place et el le ne coûte rien -qLli, .lien entendu, évitent tous contacts avec les autoc'ltones. Comme tout travail donne des fruits, on les récolte. Illais qui les savoure 7 Ce sont les grands trusts capitalistes et eux seuls. !I faut aussi savoir que les tro is-quarts des pays africains - en voie de développement -sont mal, très mal gouvernés. Les belles et coûteuses constructions modernes n'existent que pour une minorité de colons blancs et de noirs embourgeoisés, On ne vous montre pas les bas quartiers, les bidonvilles, la misère, la faim, la maladie, Lucty THIPHAINE, 92-Colombes. Magie blanche Je suis ôllée ce lundi soir voir un film dans un cinéma de Lyon, La 3cala, On y voyait des actualités assez :Jrèves qui s'intitulaient Pathé 1 ~agazine 1969. Elles étaient formées de :lrèves séquences de quelques minutes consacrées au sport, aux hypnotiseurs et aux yogis, et aux animaux en li :lerté du chateau de Clères. La seule séquence politique, plus courte que les autres, nous montrait le « triomphe» du président lusitanien, successeur de 3alazar, visitant l'Afrique . On nous laissait entendre par les paroles et par quelques images, la joie sans mélange d'une foule épanouie, à laquelle répondait, nous disait-on, la satisfaction de la populatior, portugaise. Et on concluait ('n disant que l '~ao lui -même devait respecter le territoire portugais de ! Aacao. Le tout durait une minute. On avait peine à croire que cette propagande sans vergogne pour la politique coloniale du Portugal fût un hommage gratuit et nalf de Pat 'lé 1 ~agazine. La :lrièveté même de la séquence et sa position ent re la magie :llanche et les inoffensifs pandas la rendait particuliérement nocive en lui donnant toutes les appa rences d'une irréfuta:lle o :ljectivité. On n'attend certes pas de telles actual ités une neutralité poli tique a:lsolue ou une largeur de vue exceptionnelle, mais ce tissu de Inensonges ne pouvait être que sciernment cornposé, Mlle Marie COUTON, Lyon, dans ce nUlIlèro PAR LA PLUME ET LE PLASTIC la crise politique française est mise à profit par de singuliers personnages, dont certains sont déjà bien connus (pages 4-5). CONTRE-OFFENSIVE A ORLÉANS Les ragots antisémites ont été stoppés net (pages 4-5), ONT-ILS DES DROITS? Les travailleurs immigrés d'Ivry et de SaintDenis sont aux prises avec la misère, mais aussi avec l'arbitraire (page 6), Document: L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE ET LE RACISME Les réponses de MM. Pompidou, Defferre, Duclos, Poher, Rocard, à la note des M .R,A,P, (pages 9-1 4) , L'ISLAM EN HAUTE-LOIRE L'exemple de deux civilisations qui se sont enrichies mutuellement (page 17), DE L'UNION GÉNÉRALE A AUSCHWITZ Les sources politiques de l'antisémitisme français au XIX· siècle (page 19), NOTRE COUVERTURE: vue générale du Puy-en-Velay (photo Editions du Zodiaque), MENSUEL 120, rue Saint-Denis - Pd (2«) Tél. 231-09-57 - C.C.P. Paria 6070-98 ABONNEMENTS eUa_;20F e AIMaII"_ • lCIUtien : 40 F Antilles. Réunion, Maghreb. A!rlf/ue Iran- ; co phone, Laos, Cambodge, Nouvelle-Calédonie

20 F. Autres pays : 30 F.

AOOllllemellf de soutien: 40 F. . J . ....J. Ut gérante :. Sonia -8iànchi l ' Imprimerie LII HII'/fI-MWfJBU/( VIETNAM ONE WEEK'S DEAD éditorial POUR LA VIE LE magazine Ufe publie sur douze pages les photos de 217 hommes et la liste de 25 aut~es : '~s. 242 militaires améric,ains tués a.u Vietnam en une semaine . du 28 mal au 3 JUin 1969. Fresque tragIque: souriants ou graves, ces visages qui ne sont plus disent bien mieux 'que de longs commentaires la cruauté d 'une guerre qui fauche ainsi, hebdomadairement, une semblable mpisson de jeunes vies. Fin mai, les pertes américaines s'élevaient à 36 000, dépassant celles de la guerre de Corée , Nous qui avons eu aussi, pendant sept années notre guerre d'Indochine, et pendant huit autres la guerre d'Algérie, pouvons comprendre ce qu'éprouvent, aux Etats-Unis, les lecteurs de ces pages, Beaucoup d'Américains, frappés au coeur par cette poignante galerie de portraits, seront amenés sans doute à maudire la guerre et à souhaiter sa fin, Les journalistes de Life doivent être remerciés de contribuer si résolument à cette prise de conscience douloureuse mais bénéfique. Ajoutons cependant que. pour notre part, refusant les discriminations parmi les morts comme parmi les vivants, nous ressentons dans toute leur horreur les crimes perpétrés contre le peuple vietnamien martyr. Combattants et civils, hommes et femmes, enfants et vieillards, écrasés sous les bombes, brûlés au napalm, intoxiqués au gaz, torturés et fusillés, combien de centaines de milliers sont-ils, que la machine à tuer des agresseurs a anéantis sur leur propre sol? EN ce début d'été, on ne tue pas qu'au Vietnam, Au Moyen-Orient où la tension ne cesse de monter, où Israël a perdu plus de vies humaines depuis que pendant la guerre des Six JourS; dans le Nigéria déchiré; dans d 'autres conflits plus ou moins ignorés, celui du Soudan, celui qui oppose l'armée irakienne aux Kurdes; sans parler de la répression qui sévit en Afrique du Sud, en Rhodésie, dans les ghettos noirs des Etats-Unis, en Amérique latine ou ailleurs, ils sont nombreux de par le monde, les êtres jeunes qui trouveront bientôt la mort au combat, Partout sont en jeu d'énormes intérêts économiques, stratégiques, politiques, Mais parce que la cause des opprimés est juste, parce qu'ils luttent avec héroïsme, parce qu'on ne peut arrêter la roue de l'histoire, partout. tôt ou tard, s'imposeront des solutions conformes aux aspirations des peuples, assurant leur indépendance, leur sécurité. et à chaque homme la dignité, le progrès. Ne pourrait-on pas, pour y parvenir, faire l'économie de tant de massacres? Cest hélas! trop demander. Mais les visages des morts de Ufe, les visages des vivants d'aujourd'hui, nos frères, doivent nous inciter à agir pour défendre la vie contre ceux qui préfèrent la détruire plutôt que de céder le moindre de leurs privilèges. En s'unissant, en s'affirmant, les hommes de bonne volonté peuvent hâter partout l'heure de la paix dans la justice, ' Albert LEVY. DROIT ET LIBERTÉ - N° 284 - . JUILLi:T-AOOT 1969 3 14 septembre 2010 à 14:37 (UTC)14 septembre 2010 à 14:37 (UTC)Charles--------------.:------""""'r"----------------~----~-~------_.- ExtrêlDe-drolte PAR LA PLUME bien. Il n'empêche que ces vulgarités antisémites ne sont pas inédites; on se souvient de l'humour du C.D.R. de Limoges : (( Quelle qualité faut-il pour être (( intellectuel de gauche»? C'est très simple : il suffit de porter un nom ri coucher dehors, il suffit d'être apatride (1). » Et des propos attribués par des journalistes à M. Bérard, représentant de la France à l'O.N.V., sur le rôle de « l'or juif» dans les résultats du référendum (2). ET LE PLASTIC Nouvelles expulsions Dans la crise politique que traverse la France depuis un an, les fascistes, anciens et nouveaux, essaient de trouver un terrain favorable. Ces déclarations ne sont pas les seuls indices qu'au sein même de la majorité, cette tendance « d'affectivité fasciste» que dénonça le ministre Edgar Faure, se sent, depuis mai 1968, plus forte, qu'eUe parle plus haut. Les élections « en chaîne» qui ont marqu~ cette année écoulée ont donné l'occasion à d'authentiques nervis de se faire la main, de jouer de la matraque, du couteau et même du revolver, contre tes cheminots de la Gare Saint-Lazare ou contre les coUeurs d'affiches adverses. Ceux d'entre eux qui ont été arrêtés ont bénéficié d'une inquiétantt! sollicitude, et ont été condamnés à des peint!s dérisoires. I L Y a d'abord, campés en France, ceux qui se sentent en premier lieu et par-dessus tout appartenir ri ce (( peuple sûr de lui et dominateur » .•• (( Sans même parler des (( vastes concours en ar:;ent, en propa!;ande, en influence dont ce peuple-lri dispose dans l'univers et sin!;ufièrement en France», le vote de ces citoyens français qui sont aussi quelquefois principalement des citoyens d'Israël suffisait pour que le peuple français parût désavouer le général de Gaulle ... » (( Il faudra un jour que ces :.;ens-hi choisissent décidément une fois pour toutes et sans ambiguité de vivre en France en Français ou bien d'y vivre en étrangers. » Cette "analyse» qu'a faite un certain Christian Perroux du succès du non au référendum du 27 avril, ce ne sont pas les professionnels de l'antisémitisme qui l'ont imprimée, c'est Nouveau Régime, or sane de l'Union de la gauche V" République, dont le secrétaire ,;énéral est Philippe Dechartre, ministre. Le:, 1 ê.'êliun, fUI ':111 \ Id 1.:11 1":'. d :llh loule: la presst!, et l'on nous dit aujourd'hui que les coupables ont été exclus de la ,;auche y e République, et même de l'U.D.R. Fort D'ailleurs, ils sont aujourd'hui amnistiés. L'amnistie traditionnelle qui suit chaque élection présidentieUe est une coutume Elie Kagan ______________________________ _ CONTRE-OFFENSIVE {( Fausses nouvelles, fosses nouvelles n ... Ce titre d'un poème de Max Jacob. cité par un orateur à la réunion publique organisée par le l'./I.R.A.P. à Orléans, dit oien le sens profond de la campagne antisémite dont cette ville a été le théâtre. L'expérience historique montre suffisamment, en effet, comment les calomnies systématiques aboutissent à la haine, aux violences, aux persécutions. A quoi visaient les rumeurs diffamatoires lancées contre les commerçants juifs, accusés de pratiquer la traite des blanches, sinon à créer autour d'eux et de l'ensemble des juifs un climat d'hostilité aveugle? Clue serait-il advenu si les calomniateurs avaient pu accréditer plus longtemps ces mensonges criminels? Hérité du Moyen Age, exploité dans la Russie tsariste, perfectionné encore par le nazisme, ce processus tragique est trop connu pour qu'il soit besoin d'insister. Défaite et isolement réunion : deux vues de la salle, et la tribune (au Heureusement. nous n'en sommes plus là. Grâce à la riposte immédiate des commerçants diffamés, une contre-campagne a rapidement priS corps. La presse alertée, les organisations antiracistes mObilisées, l'indignation s'est manifestée vigoureusement dans les milieux les plus divers: enseignants, ouvriers, étudiants, autorités religieuses, parents d'élèves, anciens déportés, etc. Bientôt, labsurdité des affabulations répandues premier rang, à gauche, Mme Madeleine Jean-Zay et Pierre Paraf). apparaissait clairement aux yeux du plus grand nombre, v 4 humaine; personne ne s'en plaint, surtout lorsqu'elle s'étend aux contraventions. Par contre, eUe ne s'étend pas aux immi,;rés victimes de mesures d'expulsion. Car ces mesures sont administratives et non pénales, et par une fiction juridique aberrante, puisqu'il n'y a pas inculpation, il ne peut y avoir pardon. Et puis tout n'est pas clair : comment ne pas rapprocher l'amnistie désormais totale dont bénéficient les hommes de l'O.A.S. du ralliement à la candidature Pompidou du leader de l'" opposition nationale» Tixier-Yi,;nancour? Il n'est pas sans intérêt de rappeler que par ailleurs Me Isorni a fait lui. campa,; ne pour Alain Poher, en compa,;nie de Minute et de Rivarol. Quoi qu'il en soit, l'heure en est à la réconciliation dt! l'ancienne et de la nouvelle droitt!_ et le ,;a,;e de cette réconciliation pourrait être, le Il novembre prochain, le transfert des cendres de Pétain à Douaumont. Amnistie ou pas, les expulsions, elles, c~ntinuent, avec des méthodes de plus en plus scandaleuses, Le 19 juin, M. Thomas Schwaetzer, citoyen autrichien résidant depuis 17 ans en Francè (il est séophysicien et travaille au Centre national de la recherche scientifique) était kidnappé, boulevard Saint-Germain, par trois polickrs en civil (à l'endroit même où disparut Ben Barka), conduit à la D,S,T., puis à Orly pour expulsion immédiate; comme aucun papier ne ré:;ularisait cette expulsion, le A ORLÉANS pilote de la compa,;nie refusa d'embarquer ce passa,;er forcé; M, Schwaetzer fut alors emmené (c'est le mot « déporté» qui vient sous la plume) en Corse, où il est encore. Est-ce parce que M. Schwaetzer a aidé matériellement des soldats américains insoumis? Pourtant, ces réfractaires séjournent officiellement en France. et le gouvernement porte en principe sur l'a:;ression américaine au Yietnam un jugement assez sévère. (( TI Y aura de la bagarre )) Dans les Bouches-du-Rhône, deux militants de la C.G.T, sont é:;alement visés; José Zabaletta (espasnol, vivant en France depuis 30 ans, délé:;ué du personnel à la Société de mécanique d'Auba:;ne) est menacé d'expulsion; un autre délé,;ué du personnel, vietnamien, Tan Yien, s'est vu retirer la carte d'identité nationale à laquelle ses états de service lui avaient donné droit (service militaire, :;uerre de 1939-40); l'administration ra rétro,;radé au ran,; de résident privilé:;ié, ce qui rend possible une prochaine expulsion, D'autres cas, moins spectaculaires, sont -si,;nalés ici ou là; si l'amnistie est bien réelle pour les nervis, il n'en est pas question, bien au contraire, on le voit, pour des ,;ens, non seulement innocents, mais qui sont parmi les meilleurs, les plus responsables, Est-ce cette clémence qui incite les fascistes authentiques à se montrer de plus en plus a,;ressifs, Dans le Sud-Ouest, certains d'entre eux, qui n'ont pas renoncé à faire des Pieds-noirs la masse de manoeuvre de leurs entreprises, ont littéralement interdit le mm al,;érien (( Le vent des Aurès ». (( Si ce film passe dans notre ville,. il y aura de la bagarre »), ont-ils mena'cé; et la plupart des édiles municipaux ont cédé, à commencer par le maire de Marseille, Gaston Defferre. Pourtant Le Vent des Aurès a passé lon:;temps à Paris sans susciter le moindre incident. A Paris, les plastiqua:;es contre les cafës al;;ériens se poursuivent, d'abord dans le Xye arrondissement, puis en banlieue, à Ba,;neux .et à Saint-Denis; les agresseurs prennent le tem ps de coller sur la vitrine de leurs victimes des affiches, tout bonnement si:;nées « S,S. », dans lesquelles les Arabes sont promis à l'extermination, les juifs au four crématoire, et qui se terminent en toute simplicité par HeU Hitler! Et selon la formule consacrée, bien que la police soit sur les dents, les malfaiteurs demeurent introuvables. Ils aident par le plastic à ce que d'autres tentent par la plume: créer un climat dont profiteraient les éléments les plus troubles. Pierre LASNIER. (1) Voir Droit & Liberté, février 1969. (2) Droit & Liberté, juin 1969. compris de ceux qui, par ignorance ou préjugé, avaient fait preuve d'une regrettable crédulité. L'assemblée d'information tenue par le I\II.R.A.P., le 26 juin, salle Hardouineau a consacré la défaite et l'isolement des racistes. Sous la présidence de Pierre Paraf, président de notre l\IIouvement, qu'assistait Mme Madeleine Jean-Zay, des personnalités représentatives des divers courants de l'opinion publique prirent tour à tour la parole : l'abbé Claude Séjourné, le pasteur Pierre Dumas, Henri Sabbah, animateur des jeunes de la communauté juive; René Deshaies, secrétaire de la section du Loiret de la Fédération de l'Educâtion nationale, IVille Renée Cosson, ancienne combattante de la Résistance, Jean-Pierre Corvol. directeur des l'liaisons de jeunes d'Orléans, André Robinet, du Conseil des parents d'élèves. A la tribune et dans la salle comole, on reconnaissait entre autres, le président de la communauté juive d'Orléans, 1\11. Georges Lévy, le conseiller général André Chêne, le professeur' Jean Avezard. L'évêque d'Orléans, Mgr Riobé, le maire, IVI. Secrétain, le député Pierre Charié avaient adresse des messages d'excuses et de sympathie. Tirant les conclusions de l'événement et de la soirée elle-même, Albert Lévy, secrétaire national du IVI.R.A.P. appela à la création d'un comité local destiné à coordonner l'action de tous et à combattre toutes les formes de préjugés raciaux et xénophobes. La ferveur des participants. les adhésions recueillies permettent d'augurer que cette alerte et la prise de conscience qui en est résultée, auront contribué au renforcement de la lutte antiraciste à Orléans, et même dans l'ensemble du pays. Quant aux origines de la campagne antijuive, elles demeurent ODscures. Le l'Il .R.A.P. qui, dès le dé :Jut. avait demandé des mesures énergiques au préfet du Loiret et au ministre de l'!ntérieur, a reçu de ce dernier, le 24 juin. une lettre où il est dit: DROIT ET LI BERTÉ - N' 284 - JUI LLET-AOÛT 1969 C( Cette étrange affaire avait retenu toute mon attention et j'ai immédiatement ordonné qu'une enquête soit ouverte pour tenter de déterminer l'origine des bruits qui ont circulé. Le préfet qui, dans une communication officielle, a fait, vis-à-vis de l'opinion publique les mises au point nécessaires, a dû, sur mes instructions, se rapprocher des autorités judiciaires en vue de l'ouverture d'une infonnation qui sera jointe aux procédures ouvertes à la requête des victimes nommément désignées, Il Châtier les coupables Le préfet. nous confirme de son côté que C( le procureur de la République est actuellement saisi de cette affaire n, et il ajoute « J'esptire comme vous-mêmes qu'il sera possible de découvrir les auteurs de ces bruits diffamatoires n. A Orléans, on se souvient de l'agression raciste commise l'an dernier par un commando armé contre des étudiants de couleur à la résidence universitaire de la Source. Et l'on sait que, malgré certains indices, les coupables n'ont pas été inquiétés. Dans l'affaire en cours, sans méconnaître les difficultés de I:enquête, nous voulons croire que tout sera fait pour démasquer rapidement les initiateurs de la cabale antijuive et les mettre hors d'état de nuire. 5 La chocolaterie désaffectée d'Ivry où s'entassent les travailleurs africains. Inunigrés ONT-ILS DES DROITS? A Ivry, 541 hommes sont parqués dans Il pièces. A Saint-Denis, des arrestations suivent un mouvement revendicatif. DEPUIS quelques années, un long mur de la rue Gabriel-Péri à Ivry cache un scandale: 541 travailleurs africains - Maliens, Mauritaniens, Sénégalais - vivent entassés dans onze piéces dont trois sans ouverture autre que la porte, dans une usine désaffectée. La cour, vaste, est accueillante. Ici et là, on aperçoit les bureaux de sociétés. Un instant, nous avons douté de l'information qu'on nous avait donnée. Au fond de la cour cependant, nous avons découvert un local - qui sert de cuisine collective - dont s'échappait une odeur nauséabonde. Un Africain nous indique que nous pouvons voir « mieux» en prenant l'escalier d'en face. Tout est moisi ici et on a peine à passer entre les lits superposés : on loge là à cinquante par piéce, dans la pénombre. L'eau potable n'est ' fournie que par deux robinets situés dans la cuisine. Les 541 locataires disposent de deux lavabos et de cinq w.-c. situés au rez-de-chaussée (le bâtimen,t fait trois étages). Il n'est donné qu'un seul drap propre à chaque personne tous les 40 jours. Et depuis 4 ans, aucune couverture n'a été changée ni lavée. Comment s'étonner, dans ces conditions, si la vermine pullule! 2 millions par mois Des Africains nous expliquent le différend qu'ils ont avec la propriétaire par gérant africain interposé. Ce dernier, en juin, fIxa une augmentation de loyer de 20 F par personne. En réplique, les locataires entamèrent une grève des loyers : non seulement pour s'opposer à l'augmentation, mais aussi pour obtenir l'amélioration de leurs conditions d'hébergement. 6 Pour s'installer là, chacun avait déposé la somme de 150 F et payait 40 F de loyer (chauffage et gaz non compris). La propriétaire encaisse donc chaque mois 2 164000 anciens francs. Il n'empêche que ce foyer est pire qu'un bidonville : la promiscuité y est plus grande. Déjà de nombreuses démarches avaient été faites mais ces derniers temps elles con ver gent : M. Georges Gosnat, député, M. Jacques Laloe, maire d'Ivry, l'Union locale de la C.G.T., le Comité d'entreprise de la Régie Renault, le M.R.A.P. ont entrepris une action pour qu'enfin les travailleurs africains parqués à Ivry soient logés de façon décente. Le 22 septembre 1965, le préfet de la Seine écrivait au maire d'Ivry que « les services compétents n'ont pas fait obstacle à cette implantation, sans doute imparfaite (1), mais dont le caractère temporaire et l'évidente volonté de l'améliorer devraient vous tranquilliser JJ. Nous sommes en 1969. Et il faut préciser que let, Africains du « foyer» étaient 150 en 1965, 280 en 1966, et répéter qu'ils sont 541 aujomd'hui. On agit le plus souvent envers les travailleurs immigrés comme s'ils n'avaient que des obligations à remplir et aucun droit. Ainsi par exemple, le Fonds d'Action Sociale, financé pour la plus grande part par les travailleurs immigrés eux-mêmes et supposé intervenir « dans tous les domaines essentiels: accueil, logement, préformation et formation professionnelles, action éducative en faveur des jeunes et des adultes, aide sociale pour l'adaptation des jeunes et des adultes)) n'accepte absolument pas l'intervention d'associations d'immigrés ou des organisations syndicales En 1967, le F.A.S. a eu 80 HOO 52H,42 F de ressources, dont 58015 000 provenant des services de prestations familiales, donc principalement des travailleurs euxmêmes (le barème d'allocations familiales .n'est pas égal pour tous, il est établi sur la base du régime du pays d'orisine et la différence va ... au F.A.S. Ainsi le régime appliqué au Sénégal . est de 650 F CF A (13 F français) par enfant, quel que soit le nombre d'enfants). Or, de 1959 à 1967, le F.A.S. a financé 50013 lits et places en foyers d'hébergement et la construction . de 7 000 logements, ce qui paraît bien faible au regard des besoins et des ressources, lesquelles ont été de 1965 à 1967, de 135881032,31 F. Dans ces conditions, n'apparaît-il pas indispensable que les travailleurs immigrés, par l'entremise de leurs organisations particulières ou des organisations syndicales, aient droit d'intervention dans les affaires du F.A.S. dont ils alimentent grandement le budget? Mais les travailleUrS immigrés ont-ils seulement des droits? On en douterait. Les derniers incidents de Saint-Denis font en tout cas craindre le pire. Le prix d'un refus Là, les ..7 00 héber sés d'un foyergere par une association pnvee, l'Assotraf, s'étaient opposés à une augmentation de loyer (chacun payait déjà 70 F par lit). Le 16 mai, ils avaient écrit à l'Assotraf pour demander le licenciement du gérant, mettant en cause la gestion même du foyeF et certaines pratiques telle que la non-distribution du courrier, le non-entretien du foyer et l'application de prix exagérés sur la nourriture. Des promesses, verbales, furent faites. Mais depuis, trois arrestations ont été opérées : le 16 juin, M. Boubacar Traore a été appréhendé à la sortie de l'usine SOPELEM à Levallois '; le 23, c'était au tour de M. Bathily Boubacar d'être emmené par la police, à la sortie de l'usine Renault, à Boulogne-Billancourt; quant à M, Kolygan Gandega, c'est dans la cour de l'hôpital de Saint. Denis où il avait été hospitalisé qu'il fut interpelé. le 27. Le premier et le troisiéme ont disparu: ils ont vraisemblablement été expulsés. Quant à M. Bathily Boubacar, il se trouve à la prison de Fresnes. Selon les renseignements que nous avons pu obtenir, ~e gérant du foyer aurait accusé les trois hommes de menaces de mort. Or, même dans le cas peu probable où cette accusation serait étayée par 'CIes témoignages, les coupables seraient passibles d'une peine de six jours à trois mois de prison. li semble bien qu'on a voulu tout simplement leur faire payer leur protestation. D'autres locataires sont menacés. Jacques TENESSI. France La Cour d'appel de Paris a condamné à des peines de prison assorties d'amendes les auteurs d'un tract publié par le Il Comité de soutien pour l'Europe réelle Il. Jugés en première instance pour diffamation raciale, les responsanles avaient été re· laxés, le tribunal correctionnel estimant que le tract en question se contentait de critiquer la politique d'!sraël sans attaquer pour autant les !sraélites. Ce n'est pas l'avis de la Cour d'appel qui déclare dans les attendus qu'« au-delà de cette apparence habilement recherchée. l'intention véritanlement poursuivie est d'étaolir un amçlgame entre l'Etat d'!sraël, les !sraéliens. les sionistes, les organisations juives. les « impérialistes». les « ploutocrates internationaux de Londres et de Paris», accusés de se livrer à toutes sortes de complots ( ... ) et par là d'atteindre dans leur honneur les diverses communautés ou collectivités israélites existant dans le monde (et) établies sur le territoire national. » Autre affaire judiciaire : les Editions Flammarion, Roger Peyrefitte et Jean-François Devay. directeur de Minute, sont condamnés respectivement à 2 000. 3 000 et 2000 F d'amende et à 30000 F de dommages et intérêts ensemole. pour diffamation envers IVlarlène Dietrich qualifiée Il d'ex-citoyenne de Hitler Il dans Les Américains, allégation reprise par Minute . • Etats-Unis Comme chaque été, la tension raciale croît sur tout le territoire des Etats-Unis, où la police multiplie attaques et provocations. Ainsi à Omaha (I\Ieoraska). le meurtre d'une fillette noire anattue le 25 juin par un policier blanc - inculpé d'homicide. il a été relaché sous caution de 500 dollars - a donné le signal de violents trou oies pendant trois nuits consécutives. A Cairo. dans' l'IIlinois, le couvre-feu a été instauré à la suite d'une oagarre entre blancs qui réclamaient des « droits équivalents à ceux des noirs» (sic) et contremanifestants noirs. Même situation à Hartfard (Connecticut). à 1 ndia napolis et Kokono (Indiana). Dans le même temps, la police harcèle les militants noirs. que ce soit le pasteur Ralph Aoernathy ou les « Panthères noires». Le successeur du pasteur Martin Luther i':ing a été arrêté le 20 juin au cours d'une manifestation de solidarité en faveur des grévistes noirs des hôpitaux de Charleston

il a été accusé d'avoir

« incité à l'émeute» les 400 personnes venues à son appel. !I est passible de deux ans d'emprisonnement et d'une amende de 500 dollars. !I est toujours détenu. Par ailleurs, armés jusqu'aux dents. les agents du F. B.!. ont investi le siège des Panthères noires à Chicago et huit jours plus tard à Sacra mento, où les militants noirs ont résisté pendant six heures. Rhodésie Depuis le 20 juin, la rupture entre Londres et Salisbury est consommée. Les électeurs rhodésiens. soumis au régime censitaire et choisis donc en fonction de leur revenu, soit 80000 blancs sur 240000 et seulement 7 000 noirs sur 4 500000, se sont prononcés à 81.91 % DROIT ET LIBERTÉ - N° 284 - JUILLET-AOÛT 1969 pour la transformation de leur pays. ancienne colonie oritannique. memnre du Commonwealth. en une « Répuolique ». Cette situation est le prolongement inévitaole de la déclaration ullilatérale d'in dépendance proclamee il y a quatre ans pal lan Smit 'l. Autre fait extrêmement grave l'approbation par 72.48 % des . électeurs du projet de nouvelle Constitution qui officialise définitivement la ségrégation raciale. empêchant les noirs d'accéder au pouvoir ou à tout poste de responsa:Ji lité. Pour les ultra-conservateurs qui viennent de s'organiser en un parti d'extrême-droite, l'({ Alliance conservatrice de la Répuolique de Rhodésie». et qui préconisent la préservation de la civilisation européenne et le maintien de la séparation de': ra ces, !an 3mlt l l reste méi gré tout un :ai:lle. incapanle de faire front aux difficultés qui s'annoncent : le développement des mouvements de guérilla des nationalistes noirs et peut-être les nouvelles sanctions décidées par les pays du Commonwealth. A1lelllagne Sept anciens membres de la Gestapo, collaborateurs directs d'Eichmann, viennent d'être acquittés à Berlin- Ouest. Considérés comme complices de meutres (1 n'ayant pas agi pour des motifs personnels ou vils Il, ils oénéficient donc du texte de loi adopté le 26 juin par le Bundestag, concernant la prescription. Le nouveau texte est en effet un compromis. S'il rend le crime de génocide imprescriptible et s'il proroge de vingt à trente ans la prescription pour les crimes. en générai, il tient compte d'un récent arrêt de la Cour fédérale de justice qui différencie les coupables des « complices ». L'impunité des criminels ca~ mouflés en « complices» ne peut laisser indifférent. pas plus que les progrès inqui étants du I\I.P .D. néo-nazi aux élections communales du Land de R héna nie- Pa latj nat, les dernières avant les élections législatives de septemnre 1969. Le parti de von Thadden qui. en juin dernier, faisait l'éloge des jeunesses hitlériennes dans une brasserie munichoise. a rassemblé en effet jusqu 'à 10 % des voix dans certaines grandes villes. Si les néo-nazis du N.P.D. remportent suffisamment de sièges (cinquante) pour constituer un groupe parlementaire au Bundestag, leur succès aura de grandes conséquences. Positions La Conférence mondiale des partis communistes et ouvriers qui s'est tenue le mois dernier à Moscou a appelé au renforcement de la lutte contre le racisme. Il Nous, communistes, appelons à nouveau tous les honnêtes gens du monde à unir leurs efforts dans la lutte contre l'idéologie et la pratique inhumaines du racisme, indique le document adopté par la conférence. Nous les exhortons à développer le plus large mouvement de protestation contre cette honte de notre temps qu'est la persécution barbare de vingt-cinq millions de noirs aux Etats-Unis, contre la terreur raciste qui sévit en Afrique du Sud et en Rhodésie, contre la persécution de la population arabe dans les territoires occupés et en Israël, contre la discrimination raciale et nationale, contre le sionisme et l'antisémitisme qu'attisent les forces capitalistes réactionnaires et qu'elles utilisent pour désorienter les masses. (1 L'impérialisme utilise le racisme pour diviser les peuples et maintenir sa domination. Les grandes masses populaires rejettent le racisme et peuvent être entraînées dans une lutte active contre lui. Elles prennent conscience, dans l'action, que la liquidation du racisme est étroitement liée à la lutte générale contre l'impérialisme et ses fondements idéologiques Il. 7 8 Pierre Dac: Dialogues en forme de tringles Dans ce numéro, Pierre Dac poursuit ces « dialogues », qu'il va enregistrer par ailleurs avec son ami Paul Préboist (P.O., c'est Pierre Dac; P.B., Paul Préboist). Pourquoi « dialogues»? Parce que c'est un genre littéraire bien oublié depuis Pl aton et qu'il urgeait de ressusciter. Po urquoi « en forme de trin gles»? Parce que ... DU POUR ET DU CONTRE P.B. - Dites-moi cher monsieur. .. P. D. - Cher monsieur. P.B. - Eh ! bien qu'e st-ce qu' il vous prend? P. D. - Rien d'anormal. Vous me dites: « Dites-moi cher monsieur. Il Alors, accédant à votre désir, je vous dis: « Cher monsieur. Il Correct, non? P.B. - Oui, si, certe s et bie n sûr. Mais ce n'est pas exactement ce que je voulais dire. P. D. - Qu'au juste, alors, vouliez-vous donc dire? P.B. - Tout simplement ceci : « Dites-moi, virgule. cher monsieur, puis-je vous poser une petite vo ie ferrée ? P.D. - Pardon? P.B. - Une petite question, veux-je dire. P.D. - Je me disais aussi! Certainement, cher monsieur. Il ne dépend que de vous de me la poser et de moi d'y répondre, si c'est du domaine de mes possibilités. P.B. - j'en suis persuadé à défaut d'en être certain. Alors. voilà , si ma mémoire est fidèle - et il ferait Simone de Beauvoir qu'e lle ne le fut pas - c'est bien vous qui êtes l'auteur de l'édifiante. bien que quelque peu paradoxa le et insolite formule « Pour tout ce qui est contre, contre tout ce qui est pour » ? P.D . - Effectivement, cher monsieur. J 'ajouterai même, à titre complémentaire, qu'elle est ma devise politique, philosophique et sociale, tous azimuts, multiples horizons y compris. Vous avez quelque chose contre? P.B. - Absolument pas. Mais je voul ais vous demander et je vous le demande, cette formule, originale, j'en conviens volontiers. concernet -elle le rac i~ m e, l'antisém itisme et toutes les séquelles qui en découlent? - P. D. - Ça ne fait pas plus de doute que ça n'en laisse subsister le moindre. P.B. - Alors, en c'cas- Ià ... P.D. - Comme on dit à Milan. P.B. - ... comme on dit à Milan, voulez-vous avoir l'obligeance, à effet de bien éclairer la lanterne de mon esprit. de la défin ir plus explicitement ? Toute la maille TRICOSIM Garni tures, bords côte, synthétiques, acryliques, laines, etc ., pour fabricants d'imperméables, anoraks et blousons, été et hiver. ,41, rue du Sentier - Paris- 2" - 488-82-43 P.D. - Rien ne s'y oppose. Comme l'a dit, à peu de choses près Descartes : « J'explicite, donc j'explique. Il Alors voilà : « Je suis pour tout ce qui est contre le racisme, l'antisémitisme, la ségrégation, l'injustice, la dictature de l'argent, le sous-développement et tous les etc. qui en sont l'inhumaine conséquence, si vous voyez ce que je veux dire. " P.B. - Non seulement je le vois mais je le réalise pleinement, à l'instar de Descartes qui à dit : « JE! saisis, donc je suis. » Etant ainsi établi et défini le pourquoi de votre pour, il reste à déterminer celui de votre contre, pla ise à votre obligeance. P. D. - Il se détermine ainsi et de la sorte suivante: Je suis impérativement et catégoriquement contre tout ce qui n'est pa. pour ce qui motive le pourquoi de mon opposition à ce qui n'est pas pour le pourquoi de mon contre, un et indivisible. P.B. - Pas indéfectible? P.D - Si. bien sûr, a fortiori. pour ne pas dire à plus forte raison . P,B. - 3i je compre nds :)ien, et je crois bien comprendre . il n'y a pas que « Du pour et du contre » dans votre formule « Pour tout ce qui est contre, contre tout ce qui est pour ». P.D. - Absolument et résolument pas. Et il va de soi que je suis irréductiblement « Pour tout ce qui est contre la sottise et contre tout ce qui est pour la bêtise et l'obscurantisme, quel qu'il soit et d'où qu'il vienne Il. P.B. - Une dernière question. plaise à votre réponse. Votre formule est -elle systématique ou hémisphérique? P. D. - Elle est tout simplement caractéristique, empirique, dynamique et démocratique. ' P.B. - Pas propédeutique? P. D. - A partir de sa.medi en huit seulement au plus tard et de vendredi en quinze au plus tôt. P.B. - C'est bien ce que j'étais en train de me dire en y pensant. P. D. - En conclusion : Vive pour tout ce q\li est contre et vive contre tout ce qui est pour! P.B. - On ne saura it mieux le dire qu'en le déclarant ainsi de cette manière. P. D. - C'est ce que je m'apprêtais à dire pour en terminer, aussi bien dans le pour que dans le contre. Un technicien vous conseillera LE REFUGE Ski, camping, tennis, équitation 44. rue Saint- Pl acide - Paris-6' 222-27-33 Cat,illogue franco DROIT ET LIBERTÉ. N° 284 • JUILLET-AOUT 1969 , L'ELECTION , PRESI DE NTI ELLE ET LA LUTTE CONTRE LE RACISME • Pendant la campagne présidentielle, le M.R.A.P. a demandé aux différents candidats leur point de vue sur les données actuelles de la lutte antiraciste. Ainsi que nous l'avions annoncé, nous publions ici les réponses reçues. Pour permettre à nos lecteurs d'en apprécier la teneur, nous avons estimé nécessaire de reproduire, conjointement, la note envoyée par le M.R.A.P. aux candidats, de sorte que ces quelques pages constituent un document complet. Par-delà l'élection elle-même, il est utile aux amis, aux militants de notre Mouvement de connaître les positions des personnalités représentatives des courants politiques français. En tenant compte des éléments positifs contenus dans chacune de ces lettres, il importe maintenant de poursuivre nos efforts pour obtenir des solutions satisfaisantes aux problèmes qui nous préoccupent. Cette action sera d'autant plus efficace qu'elle recevra un appui plus large de l'opinion publique dans toute sa diversité. DROIT ET LIBERTÉ - N° 284 - JUILLET-AOOT 1969 9 lA 1 - Pour une législation antiraciste Le racisme, l'antisémitisme demeurent dans notre pays des réalités quotidiennes. Qu'il s'agisse de pré jugés, que reflètent parfois certains journaux, de discriminations (logement. emploi, admission dans les lieux publics). de campagnes de haine alimentées ouvertement par des publications et des groupes spécialisés, une action est indispensable, à la fois pour éclairer l'opinion publique et décourager les attitudes racistes délibérées. Dès 1959, le M.R.A.P. présentait au Parlement trois propositions de lois tendant à réprimer la provocation au racisme, les discrim inations raciales et religieuses et à interdire les associations dont l'activité a pour but d'exciter au racisme. Il s'agit de combler une lacune importante de la législation française dans le sens des recommandations faites par l'O.N.U. De même, nous demandons que soit ratifiée par la France la Convention internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Des députés de toutes tendances ont approuvé et déposé à chaque législature, les textes élaborés par le M. R.A. P. Ceux-ci, jusqu'à présent. n'ont pas été inscrits à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale. Nous souhaitons que cette inscription ait lieu rapidement, ne doutant pas que ces textes seraient adoptés sans difficultés en cas de discussion et que leur adoption frei nerait opportunément les menées racistes. Nous souhaitons également que soit débattue et votée une quatrième proposition de loi déposée récemment sur l'initiative du M.R.A.P. et qui tend à donner aux étrangers des garanties légales contre toutes mesures arbitraires d'expulsions. 2 - Les travailleurs immigrés. Trois millions d'immigrés vivent en France, contribuant de manière 10 NOTE considérable à l'accroissement du produit national. L'absence d'une politique concertée de la migration, l'insuffisance des structures d'accueil sont à l'origine de difficultés nombreuses tant pour la population immigrée que pour la population française. Les discriminations dont sont victimes les travailleurs immigrés dans les domaines économique, social. professionnel et syndical sont en contradiction avec les principes proclamés aussi bien par notre Consti tution que par nombre de Conventions internationales. Il convient d'assurer à l'immigration une organisation rationnelle, tenant compte à la fois des exigences économiques et des problèmes humains. Il importe de simplifier le régime administratif des immigrés et de leur accorder les mêmes droits qu'aux travailleurs français. 3 - Des préoccupations permanentes. La lutte contre le racisme se rattache à certains problèmes internationaux qui suscitent en permanence notre préoccupation. - Néo-nazisme Le N.P.D. , parti nationaliste et xénophobe, dont l'idéologie et les méthodes apparaissent en filiation directe avec le national-socialisme et qui .. d'ailleurs, réclame la réhabilitation des criminels hitlériens, constitue en Allemagne un danger non négligeable. Ce parti sera sans doute largement représenté dans le futur Bundestag. Son influence s'étend déjà à des milieux très divers ; il s'est notamment implanté dans l'armée, jusque dans l'état-major de l'O.T.A.N . Les activités du N. P. D. sont d'autant plus inquiétantes que les anciens nazis occupent encore dans l'Etat ouest-allemand de nombreux postes de direction et que l'imprescriptibilité des crimes nazis n'est pas acquise . DU ltI.R.A.P. - Moyen-Orient ' Le drame du Moyen-Orient risque à nouveau de déboucher sur un conflit ouvert. Faute d'une solution pacifique assurant l'existence et la sécurité de l'Etat d'Israël en même temps que la reconnaissance des droits de la communauté nationale arabe de Palestine, la situation demeurera sans issue, les dangers d'explosion s'aggraveront au détriment de tous les peuples en présence. Cette situation qui a déjà abouti à tant d'effusions de sang, est aussi génératrice de passions, de haines réciproques, dont nous constatons en France même les effets dans une partie de l'opinion publique. C'est dire combien nous paraît nécessaire et urgente la recherche loyale d'un accord ayant pour objet de désamorcer immédiatement le conflit et de faire cesser la course aux armements sans qu'aucune mesure unilatérale vienne porter atteinte à la sécurité des pays en cause. D'un !el accord, la résolution adoptée le 22 novembre 1967 par le Conseil de sécurité apparaît comme le fondement le plus valable. - Afrique du Sud Bastion du racisme dans le monde, le régime sud-africain d'apartheid aggrave sans cesse la répression contre les noirs. Ainsi se crée une situation particulièrement dangereuse pour la paix. Alors que la majorité des Nations Unies a condamné à maintes reprises les dirigeants de l'Afrique du Sud, les représentants de la France s'abstiennent généralement dans les votes, affirmant qu'opposés au racisme, ils se refusent néanmoins à toute ingérence dans les affaires intérieures de ce pays. Or, n'est-ce pas une intervention en faveur du régime raciste que l'aide qui lui est apportée dans les domaines économique et surtout militaire? De tous les pays qui aident les dirigeants sud-africains à renforce. r leur oppression, la France est celui dont le soutien augmente le plus rapidement depuis quelques années. Récemment encore, cette attitude a soulevé à l'O. N. U. une vigoureuse protestation. Cette situation qui compromet le renom de notre pays parmi les peuples du Tiers-Monde, notamment ceux d'Afrique, ne saurait se prolonger sans aboutir à des conséquences tragiques. Dans ces trois domaines, il nous paraît souhaitable que des initiatives soient prises rapidement par la France pour que celle-ci, joue un rôle positif sur le plan mondial, dans le sens de la paix et de la justice. 4 - La France et le Tiers-Monde En cette seconde moitié du xx· siècle, le déséquilibre ne cesse de s'accroître entre les pays du Tiers-Monde et ceux qui ont exercé dans un passé récent, ou exercent encore, la puissance coloniale. Afin de contribuer à l'avenir pacifique de l'humanité, il importe que notre pays apporte son appui moral et matériel au processus émancipateur de la décolonisation qui doit aboutir à l'égalité, à l'amitié entre tous les peuples et suppose le respect des Droits de l'homme par tous les Etats intéressés. Il importe que la coopération indispensable avec le Tiers-Monde se fonde sur une analyse sérieuse des besoins et des conditions de chaque pays; l'aide apportée doit avoir non seulement des objectifs à court terme, mais permettre la mise sur pied d'économies viables dans les zones actuellement retardataires. Cela suppose que soient écartées toutes tentatives et opérations visant à faire prévaloir les intérêts particuliers sur ceux des nouvelles nations; que s'établissent dans un esprit d'équité et de compréhension, des relations réciproquement avantageuses, sauvegardant les droits des partenaires défavorisés. Paris, le 22 mai 1969. Georges, POMPIDOU J 'AI pris connaissance, avec la plus grande attention, de votre lettre à laquelle était joint un document énumérant les problèmes qui préoccupent actuellement votre Mouvement. J'ai déjà rendue publique ma position à l'égard de la plupart d'entre eux, mais je voudrais vous rappeler briévement les orientations qui guideront mon action, si je suis appelé à la présidence de la République, Parmi celles-ci, figure, au premier chef, le respect des Droits de l'Homme et le maintien de toutes les libertés fondamentales, J'ai é5alement déclaré que la coopération avec le Tiers-Monde est une nécessité, si l'on veut éviter que ne se crée un déséquilibre menaçant entre pays riches et pays pauvres, C'est la voie de la solidarité humaine, c'est celle de la paix, La France s'est erigagée, comme les autres pays occidentaux, Sa politique doit être poursuivie avec les moyens en notre possession, J'ai dit enfin, que l'action de la France devrait avoir pour objectif principal l'instauration, au Moyen-Orient, d'une paix juste et durable entre Israël ét les pays arabes, Cet objectif implique nécessairement la fin de tout état de belligérance ouverte et larvée, la reconnaissance par tous les Etats de la région de l'existence d'Israël. à l'intérieur de frontières sûres, reconnues et garanties, La résolution des Nations Unies du 22 novembre 1967 a posé les principes généraux d'un tel règlement, Celui-ci ne peut être mis en oeuvre que s'il n'existe au Moyen-Orient aucun déséquilibre des forces au profit des unes ou des autres, c'est-àdire si toutes les grandes nations cessent de fournir des armes aux belligérants, Je crois avoir ainsi répondu aux préoccupations permanentes de votre Mouvement, Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs, Gaston DEFFERRE· J'AI bien reçu votre lettre du 23 mai me faisant part des positions de votre Mouvement à la fois sur la nécessité d'une législation antiraciste, et sur un certain nombre de problèmes internatio: naux. En ce qui concerne ces derniers, vos positions, telles que vous les avez exprimées dans la note jointe à votre lettre, rejoignent assez largement les miennes, Quant aux propositions de lois tendant à renforcer la législation antiraciste, elles recueillent mon plein accord, mais elles ne pourront être inscrites à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale, que si le gouvernement les' fait siennes ou si la conférence des pr.ésidents de l'Assemblée nationale les inscrit. Cela signifie en tout état de cause une majorité différente, C'est à cela que nous travaillons, Veuillez croire, Monsieur le Président, à l'expression de ma considération distin- 5uée, Jacques DUCLOS SOUS quelque forme qu'il se manifeste notre Parti a toujours engagé un combat implacable contre le racisme, contre l'antisémitisme, Et ceci, non seulement à partir de 1933 et au cours des années qui suivirent, alors que les nécessités d'une telle action prenaient une importance vitale, mais bien tout au cours de l'histoire de ce demi- --+ PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Ch)ix UNIQUE en CHEVREAU. en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 3'5 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (M' Saint-Lazare - Trinité) (6') RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (M" Sèvres - Babylone) (1Ü") GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (M" Château-d 'Eau ). Magasins ouverts tous les lundis DROIT ET LIBERTÉ - N' 284 - JUILLET-AOÛT 1969 11 ~ siècle, fidèles que nous n'avons cessè d'être au respect des Droits de l'Homme. En même temps, nous avons inlassablement proposè nos solutions pour éliminer ce terrible fléau. Ainsi, nous nous retrouvons naturellement aux côtés de votre organisation en toutes circonstances pour soutenir ses diverses campagnes. En plus de propositions de lois que nous avons ètè amenés à dèposer au nom du groupe communiste, à l'Assemblée, nous avons fait nôtres toutes celles dont le M.R.A.P. nous a saisis. Malheureusement, il n'a pas èté possible, jusqu'à ce jO'ur, de faire inscrire ces , textes à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale. La composition anti-démocratique de cette assemblée, qui frustre la volonté populaire de sa juste représentation, a été un obstacle pour y parvenir. Nous n'en poursuivons pas moins nos efforts en ce sens car il s'agit, pour nous, est-il besoin de le réaffirmer, de la défense d'un de nos principes fondamentaux. Le manifeste adopté par notre Comité central de Champigny des 5 et 6 décembre 1968 précise à ce sujet que doit être garantie la liberté du culte et des croyances religieuses contre toute persécution ou répression administrative. D'autre part, il souligne que la loi doit proscrire toute discrimination de caractère raciste, toute manifestation d'antisémitisme, toute excitation à la guerre ou à la haine d'un peuple.

Pour la défense des travailleurs étrangers, des travailleurs immigrés qui vivent dans notre pays, notre action quotidienne exprime notre volonté de leur voir assurer les mêmes droits qu'à leurs frères de France. Je n'insisterai pas, outre mesure, sur cette question pour laquelle notre groupe à l'Assemblée a conduit un important travail que résume, tout particulièrement notre proposition de loi pour « un statut des travailleurs immigrés ». Proposition que je me fais un plaisir de vous joindre, avec quelques autres documents touchant à ces mêmes problèmes humains.

Quant au néo-nazisme chacun connaît notre constante position de le combattre, comme, voici plus de 30 années, nous avons combattu l'hitlérisme dont il représente le prolongement et tous les dangers que cela comporte, pour la paix en Europe. Nous regrettons, à ce sujet, qu'aucune mesure ne soit prise en Allemagne fédérale contre l'action du N.P.D. et que le gouvernement demeure opposé à son interdiction. Or, la dissolution du N.P.D. relève des Accords de Potsdam qui prévoient d'interdire toute activité fasciste. Comme il est du devoir des pays chargés de faire respecter ces accords, d'y veiller en permanence, ce devrait donc être là un des aspects importants de la politique extérieure du gouvernement de notre pays. La paix en dépend.

Les événements du Moyen-Orient, leurs répercussions pour la paix dans le monde, n'ont cessé de retenir aussi notre attention comme en témoignent nos déclarations, nos écrits. A cet égard, nous soutenons sans réserve, la résolution du Conseil de sécurité du 22 novembre 1967 en vue d'assurer une paix juste et durable, entre Israël et les pays arabes, accords qui comportent - permettez-moi d'en faire rappel - : le retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés en juin 1967; la cessation de l'état de belligérance, le respect de la souveraineté, de l'intégrité ter- LE MARAIS 12 20, rue du Temple - ARC.47.86 Métro: Hôtel de Ville SEUL à Paris L' HOMME DE KIEV (The Fixer) v.o. un film de JOHN FRANKENHEIMER d'après le Roman de Bernard MALAMUD relatant le fameux procès de MENDEL BEILLIS c: 'C" l '": ,!!! ü:i ritoriale et de l'indépendance de tous les Etats du Moyen-Orient, la garantie de la liberté de navigation ' sur les voies d'eau internationales; une solution équitable du problème des réfugiés. La France, qui a l'avantage de disposer de nombreuses amitiés parmi les peuples concernés et de jouir d'une grande audience à l'O.N.V. et dans le monde, peut apporter une contribution privilégiée à un règlement fondé sur ces bases. La dégradation récente de la situation au Proche-Orient ne le rend que plus ur sent. -:*t* La situa/ion en Afrique du Sud ne manque pas, é,;alement de nous préoccuper. Le racisme y sévit, les dangers de guerre s'y multiplient. A maintes reprises (nous nous permettons de vous le renouveler), nous avons exprimé notre réprobation de l'attitude du gouvernement de notre pays qui se refuse à condamner l'apartheid, qui renforce son aide - notamment militaire - aux dirigeants de l'~frique du Sud, avec les graves conséquences qui en découlent pour la paix et pour le prestige de la France dans le monde.

Pour l'aide aux pays du Tiers-Monde, nous qui n'avons cessé de lutter contreÎe colonialisme, et pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, nous qui combah tons l'impérialisme oppresseur, nous ne pouvons qu'être d'accord avec les propositions que vous soumettez pour permettr~ à ces pays de connaître, dans l'immédiat, une vie plus juste, plus digne, plus humaine, préfaçant, pour eux, lq venue d'un régime socialiste que nous souhaitons à chaque peuple, pour son propre avenir, comme pour l'avenir pacifique de l'humanité. Alain POHER J ., AI pris connaissance, avec beaucoup d'intérêt, des préoccupations actuelles de votre Mouvement. Vous connaissez mon passé de Résistant et mon action politique depuis la guerre. C'est vous dire que je ne peux qu'approuver l'aspiration du document que vous m'avez transmis. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations distinguées. Michel ROCARD p AR lettre du 23 mai 1969 vous m'avez demandé de vous faire part de mes observations et de mes sug!;\estions éventuelles sur les éléments du programme contenu dans la note que vous m'avez adressée au nom de votre Mouvement. . J'y réponds d'autant plus volontiers que toutes les sug!;\estions contenues dans ce texte reçoivent pour l'essentiel mon approbation. Législation anti raciste Je pense comme vous que la législation actuelle est tout à fait insuffisante et que la France devrait à la fois signer la Convention internationale pour l'élimination de la discrimination raciale et promulguer un ensemble de lois permettant de réprimer effectivement la provocation au racisme. Je me permets d'ajouter - ce dont vous êtes vous-même certainement convaincu - que le problème du racisme ne sera malheureusement pas' résolu par des mesures purement juridiques. JI est indispensable qu'un effort soit fait en ce domaine, dès le plus jeune âge, dans le cadre de l'enseignetnent et de l'éducation. Les or!;\anisations politiques et syndicales ont également une !;\rande responsabilité ~ DROIT ET LIBERTÉ - N' 284 - JUILLET-AOÛT 1969 AL'OLVIVIPIA BRUNO COQUATRIX présente OEoew~~ 14 septembre 2010 à 14:37 (UTC) coeW[[ ~ de Jonathan KARMON Le 31 Juillet 1969 à 20h45, 1ère de gala du NOUVEAU GRAND MUSIC-HALL D'ISRAEL au profit de l'Institut WEIZMANN sous le haut patronage de son Excellence Monsieur WALTER EYTAN, Ambassadeur d'ISRAEL en France. Renseignements et réservation Comité Français de l'Institut Weizmann 17 rue Mesnil- P01.81.15 et à l'OLYMPIA Location au théâtre, dans les agences et par téléphone · Olympia Service , RIC.25.49 13 14 W4 ABONNEZ-VOUS! TARI F FRANCE : 1 an : 50 F - 6 mois : 27 F ÉTUDIANTS : 1 an : 30 F 6 mois : 15 F ÉTRANGER: 1 an : 60 F ilEUDIANTS : 1 an : 40 F Retournez le bulletin ci-dessous avec chèque bancaire ou postal (C.C .P. Paris 6956-23) àla Nouvelle Critique 19, rue St-Georges, Paris-9' Nom ______ _ Profession ____ _ Adresse _____ _ Chez votre pharrntJcien --+ pour l'élimination du racisme dans les rapports de travail. Travailleurs immigrés La situation des travailleurs immigrés en France est l'une des plus scandaleuses d'Europe tant en ce qui concerne la précarité de leur situation juridique que les conditions matérielles qui leurs sont faites. Des mesures législatives doivent être prises en effet pour assurer à ces travailleurs les mêmes droits qu'aux travailleurs franç ais. Là encore, il ne s'aurait s'agir de régler la question par des mesures légales. Il y faut aussi un effort permanent de solidarité et d'explication politique dont les partis et les syndicats sont les premiers responsables. Moyen-Orient Le rétablissement de la paix au MoyenOrient passe à mon avis par la double reconnaissance de la réalité nationale israélienne et du fait national palestinien dans l'esprit de la résolution adoptée le 22 novembre 1967 par le Conseil de sécurité des Nations unies dont les recommandations (sécurité de l'Etat d' Israël, libre accès aux voies maritimes, renonciation à toutes annexions territoriales, solution du problème des rèfugiès) constituent un ensemble indissoluble. Afrique du Sud La position de la France aux Nations unies sur le régime raciste sud-africain comme sur le colonialisme portugais est un scandale permanent. Nous devons unir nos forces pour que cessent les fou,.nitures d'armes à tous les régimes d'oppression coloniale et raciste et pour que le gouvernement français leur retire son soutien diplomatique. Le Tiers-Monde Je pense que la coopération avec les peuples du Tiers-Monde est en effet une questions fondamentale. Elle n'est pas seulement une obligation morale : elle est la condition de la paix dans l'avenir en même temps que l'expression de la solidarité objective des populations d'outre-mer et des travailleurs des pays industrialisés contre leurs exploiteurs communs. c 'C" l ~ .!!! LU C'est pourquoi je pense que la France doit apporter son concours aux peuples et non aux seuls gouvernements en supprimant les aides militaires et en débarrassant les aides financiéres et techniques de toutes contraintes politiques où mercantiles afin d'assurer un développement autonome des pays d'outre-mer vers une indépendance économique et politique véritabfe qui ferait d'eux des partenaires à part entière de la communauté internationale. Une telle politique de coopération d; vrait comporter notamment la fixation à 1,5 % du revenu national brut les aides publiques aux pays du Tiers-Monde (territoires et départements d'outre-mer non compris); ainsi que des initiatives pour stabiliser les , prix des matières premières et pour faciliter l'exportation des produits manufacturés du Tiers-Monde vers les pays industriels. En ce qui concerne plus particulièrement les départements d'outre-mer où l'administration française fait régner un régime néo-colonial à base de trucages électoraux et de violences policières, je pense que le droit à l'autodétermination doit être reconnu aux peuples martiniquais, g uadelo~pèen, 5,.uyanais et rèunionnais comme a tous les peuples du monde. Je tiens à ajouter enfin qu'il ne suffit pas d'apporter son concours aux peuples en lutté contre le sous-développement et l'impériali~me. Encore faut-il le refuser à leur oppresseur. Aussi devons-nous unir nos forces pour que cessent les scandaleuses livraisons d'armes fr;mçaises au régime raciste d'Afrique du Sud et le soutien diplomatique de la France au colonialisme portugais. Dans l'espoir que ces quelques éléments de réponse vous permettront de mieux apprécier ma position et celle du Parti Socialiste Unifié sur ces importants problèmes. Je vous prie d'agréer, Monsieur le président, l'assurance de ma considèration distinguée. / QUE PENSEZ-VOUS DE fiC~:? Pour continuer sa progression. notre journal a besoin de I"appui de ses lecteurs, mais aussi de leur avis. Découpez ou recopiez ce questionnaire, remplissez-le avec soin, et renvoyez-le, le plus rapidement possible, à : Droit et Uberté, 120, rue Saint-Denis - Paris-2". 1. NOM ___________ Prénom __________ Adresse ________________ _ __________________ ~Age Profession _______________ _ Lecteur de D.L. depuis moins d'un an 0; de 1 an à 5 ans 0; depuis plus de 5 ans 0 (Noircir le carré correspondant) 2. LE CONTENU • Quelles sont vos rubriques préférées 7 o L'éditorial Numérotez 1 votre rubrique préférée, puis 2 la 0 Les études et commentaires de l'actualité suivante, puis 3, et ainsi de suite jusqu'à 7.) 0 Le dossier central o La rubrique culturelle o Les textes littéraires o La vie du M.R.A.P. o Les rubriques d'information • Parmi nos dossiers les plus récents, lesquels avez-vous préféré 7 0 Peut-on être Antillais en France? (Numérotez les 3 premiers par ordre de pré- 0 Jazz Power férence.} 0 Qu'est-ce qu'une race? o Afrique australe : l'escalade inévitable o L'esclavage aujourd'hui o L'affaire Rosenberg • Quels autres dossiers souhaiteriez-vous voir traiter 7 _________________________ _ • Souhaiteriez-vous d'autres rubriques 7 Lesquelles 7 _______________________ _ 3. LE TON GENERAL (Si vous voulez inscrire plusieurs réponses, numé- • Trop politique 0 Pas assez politique 0 rotez-les par ordre d'importance.} • Trop moralisateur 0 • Trop superficiel 0 Trop « intellectuel» 0 • Trop austère 0 Trop polémique 0 Pas assez polémique 0 4. LA FORME • ARTICLES trop longs 0 pas assez longs 0 satisfaisants 0 • PHOTOS trop petites 0 trop nombreuses 0 pas assez nombreuses 0 • FORMAT de la revue trop petit 0 trop grand 0 satisfaisant 0 • TITRES trop petits 0 trop importants 0 • COUVERTURE trop combative 0 pas assez combative 0 5. REMARQUES DIVERSES (Donnez-les par ordre d'importance.)


.~---~----------------------------------------------------------------------~-------------------------------------------------------------------------------------------------- -----------------~

LA HONDA N 360 Une voiture de conception très sûre de ligne et agréable, et d'un soin particulier dans la recherche du détail. La N 360 comprend l'équipement nécessaire pour une conduite agréable, confortable et en toute sécurité : direction du type a course Il 1\ cr6maillère permettant un contrOle très précis et l'élimination du sous-virage ou survirage... Confortable" Le système de ventilation 1\ 6vacuation par l'arrière vous assure un bien-être constant, chaud en hiver, froid en Mé, sans oublier les glaces descendantes. Pratique" Tous les instruments de contrôle groupés sur le tableau de bord noir vous permettent une lecture rapide et facile, son large pare-brise panoramique vous apporte encore plus de visibilité. Un moteur de faible cylindrée qui produit de hautes performances Sa vitesse" Elle dépasse le 115 km/h chrono! Ses accélérations" Foudroyantes aux feux rouges : 400 m départ artêté e 22 secondes! Elle grimpe les cOtes les plus difficiles sans problèmes. La puissance développée par ses moteurs 4 temps, 1\ arbre came en tête, coulés dans un alliage d'aluminium trempé, est de 33 CV SAE. De hautes performances pendant des années, sans réparations coOleuses, c'est ce qui vous est garanti par la mécanique de précision HONDA, et les sévères contrôles de qualité réalisés à IBIt sortie de ses chaînes automatiques ultra-moderries. L'entretien habituel est lui aussi réduit à un coût minimum. Mieux est encore le Idlo-~ métrage que vous pouvez parcourir avec 4,5 1 d'essence: 100 1(111 , existe aussi en modèle entièrement automatique 16 HONDAMATIC N 360 Si vous achetez votre HO NDA aux Et ablissements • Claude Froger, 40, avenue de la Porte-de-Villiers, Paris (17e ) (425.00.54) A T • Paris-Centre-Automobile, 52, rue Croix-des-Petits-Champs, Paris (pr) (488.14.18) un cadeau vo us est réservé: un POSTE-TRANSISTOR que vous pourrez retirer à « Droit & Liberté» sur pré5entation de la iacture, Vacances Ci-dessus : Le portail de l'église du Dorat (Haute-Vienne): à droite : Sa int-Michel d'Aiguil le au Puy (Haute- Loire): deux influences arch itecturales venues de J'!slam pa r l'Espagne andalouse. Ci-contre la l'I105quée des Trois Portes à j(a iro uan, comme les ri bats où vivaient les moine s-so ldats de l'!slam aux VIII' -IX' 5ièc le5 (ci -contre. le ri:lat de Sousse, en Tunisie). sont les ancêlres de notre art roman qu va s'épanou,r deux siècle5 plus tard en EUiope. La fi liation, on le VOit n'est pas seulement dans la te c'lnique de J'arcil ltecture, mais aussi da ns J'esprit de la décoration. .S ~ 6'" VI Q) Cl èi Q) " DROIT ET LI BERTÉ - N° "'284 - JUILLET-AOÛT 1969 VI C o ::; '6 '"' L'ISLAM EN HAUTE-, LOIRE I L en est des vacances comme de tout ce que nous offre le monde aujourd'hui, Elles peuvent être « consommées » (dans le sens le plus passif du terme, qui fut tant dénoncé dans le grand mouvement de mai). ou être l'occasion active de découvertes nouvelles, Et, pour découvrir, point n'est besoin d'avaler les kilométres par milliers, Un exemple : la civilisation arabe du MoyenAge fut l'une des plus riches. l'une des plus actives que le monde ait connue ; à ce point qu'on a pu écrire qu'aujourd 'hui encore, le soleil d'Allah brille sur l'Occident. Eh bien, cette civilisation, on peut la découvrir à nos portes ; non pas dans les musées, mais dans ce qu'elle a in spiré d'encore vivant dans notre hexagone national. 17 ~ La grande rout\! des vacances, la Nationale 7, passe au large de basiliques mondialement connues : Vézelay, dans l'Yonne, Tournus et Paray-le-Monial en Saône-et-Loire. L'ordonnance de la façade de Tournus, où les pierres des murs forment des dessins géométriques, les voûtes de Véielay, ornées, comme les mosquées andalouses de doubleaux rouges et blancs. la porte ornée de Paray-le-Monial sont autant d'emprunts directs - voire de plagiats - à cette civilisation que la chrétienté combattit pendant près de mille ans. Quant aux édifices religieux du Puy, en Haute-Loire, on pourrait les croire construits par un architecte de mosquées maghrèbines. Les chemins de Saint-Jacques Le grand pèlerinage médiéval, c'était Saint-Jacques de Compostelle, au nord de l'Espagne. A l'époque, l'impérialisme venait du sud, et le Languedoc fut musulman presque aussi longtemps que l'Algérie allait être française. Lorsque la reconquête chrétienne commença, l'Ordre de Cluny mobilisa les énergies en drainant de toute l'Europe d'immenses foules vers la ville libérée. L'AGE D'OR DES JUIFS L'un des caractères du Moyen-Age fut que les plus sanglants conflits politiques ne s'accompagnaient jamais d'une nègation de la personnalitè de la civilisation adverse. Comme les conquérants arabes avaient puisé à toutes les cultures des pays conquis, les croisés chrétiens puisèrent dans la civilisation arabe autant qu'ils la combattirent. C'est pourquoi les chemins de SaintJacques de Compostelle sont jalonnés d'églises où l'art arabe domine le décor. Après la Bourgogne les églises limousines, (Le Dorat, Bénévent, La Souterraine dans la Creuse et la Haute-Vienne) s'ouvrent sur des porches polylobés, sur des dentelures qui ne doivent rien à l'Europe : les origines maghrébines en sont évidentes; le Limousin doit aussi, si l'on en croit la chronique locale, deux de ses fleurons culturels à l'Islam. Lorsque les Arabes furent battus à Poitiers par Charles Martel, ce fut la débandade. Plusieurs groupes de cavaliers se trouvèrent coupés du gros de l'armée, et décidèrent de se réfugier dans des lieux déserts : à Aubusson, où ils implantérent la tapisserie, à Limoges où ils implantérent l'émaillerie. L'histoire scientifique n'a jamais confirmé tout à fait ces allégations de la chronique orale; ce qu'elle a confirmé, par contre, c'est la filiation qui reliait la riche école poetique des troubadours limousins (dont les plus célèbres, Bernard de Ventadour. Bertrand de Born et Pierre Marcabrun, figurent dans toutes les anthologies) à l'art courtois des cours musulmanes d'Andalousie. Et puis il y a les mosaïques des églises auvergnates, leurs décors géométriques, les sanctuaires fortifiés de la côte méditerranéenne, si semblables aux rabat, ces couvents fortifiés construits deux siècles plus tôt sur la côte tunisienne. C'est à l'art militaire musulman, lui-même dérivé de l'art militaire perse, que les grands ensembles fortifiés européens ont emprunté l'essentiel de leur dispositif. Les sanctuaires chrétiens La surprise qui peut frapper le promeneur lorsqu'au détour d'un bocage de la Creuse il découvre une église aux formes mozarabes prouve à quel point l'enseignement est en effet à bouleverser; le chauvinisme qui préside encore à l'étude de l'histoire dans les écoles primaires, et même les lycées, passe sous silence ces profonds échanges par lesquels les civilisations· se modèlent et se fécondent les unes les autres. Et c'est bien d'échanges qu'il sagi; : la principale mosquée d'Alger, elle, est 'bâtie sur le plan d'un sanctuaire chrétien. Georges CHATAIN. DE LANGUE D'OC EN Provence et en Languedoc, une recherche patiente peut permettre au visiteur d'imaginer ce que fut. aux Moyen Age, l'âge d'or de la Communauté juive dans la France du sud. C'était aux Xie_XIIe siècles, l'hérésie albigeoise gagnait l'Occitanie, avec la tolérance des seigneurs féodaux et même de gens d'Eglise. Cette tolérance était générale, et les juifs en bénéficiaient largement; les emplois publics leur étaient ouverts et Montpellier, première faculté de médecine de l'Occident, accueillit des professeurs chrétiens, juifs et musulmans. La vie culturelle juive fut intense, et ouverte sur les pensées occidentales. Le quartier juif de Pézenas est un témoin de cette époque. • La croisade des Albigeois mit fin à cet âge d'or. Les juifs furent dispersés et massacrés eux aussi. En 1306 enfin, Philippe-le-Bel les expulsa du royaume; la religion ne joua en la matière qu'un rôle secondaire: la confiscation des biens juifs, comme celle des biens templiers, permit au roi d'éponger les dettes de la couronne. La Synagogue de Carpentras et ses boiseries du XVIIIe -siècle. En haut : une menorah et la grille en ~er . forgé; la communauté juive de l'Etat pontifical possédait 'des forgerons réputés. La papauté, installée en Avignon, les accueillit alors: non sans discriminations (le port de la rouelle, ancêtre de l'étoile jaune) ; mais enfin les terres pontificales furent un refuge, qui allait permettre un es§or relatif. Les synagogues de Carpentras et de Cavaillon, du XVIIIe siècle (la première avec des parties médiévales). en sont des témoins intéressants; la seconde, surtout. que complète un petit musée d'art et de culture juifs. P. L. 18 Livre LOUIS MALLE, PRIX DE LA, FRATERNITE 1969 Louis Malle Le Prix de la Fraternité a été remis le 30 jUin à Louis Malle. pour son film Calcutta, au :itudio 28. ;.l,près la remise du prix et la prOJection, un déDat eut lieu sur le film (sur nos photos, le cinéaste LoUIS Daquin dialogue avec la salle ;. Le Prix de la Fraternité fut créé par le M.R.A.P. en 1956; ses lauréats récents furent. depUIS 1964, Vercors (pour l'ensemble de son oeuvre/le Théâtre de la Commune d ';~uberv i lliers (pour Andorra, Les chiens, L'instruction). Maurice Béjart (la IX· symphonie), Claude Berri (Le vieil homme et l'enfant), Christian de Chalonge (0 3alto). Le jury comprend: les écrivains Marcelle Auclair, Marcel Achard, Alioune Diop, Max-Pol Fouchet, Jacques Madaule, François Mauriac, Louis Martin-Chauffier, Jacques Nantet, Claude Roy; les cinéastes René Clair, Louis Daquin, Jean-Paul Le Chanois; Jean Dresch et Hubert Deschamps, professeurs à la SOrbonne. René Clozier, inspecteur général de l'enseignement, Guy Rétoré, directeur du Théâtre de l'Est parisien, Odet Denys, avocat. Jacques Fonlupt-Esperaber, conseil ler d'Etat honoraire, le critique d'art George Besson, Pierre Paraf et Charles Palant, président et secrétaire général du 1'J1 .R.A.P. , , sa co mplexité, «depuis les représentations qu'die se forge jusqu'aux rouages cachés du pouvoir. Il DE L'UNION GENERALE De leur apparition à leur usure, les scandales de la Ille République suivent le même processus, donnent lieu à certains affrontements politiques, mettent en jeu certaines valeurs limitées et ensuite sont absorbés par les sociétés qui leur ont donné le jour. Il en est ainsi du krach de l'Union Générale, du scandale de Panama, des affaires Oustric, Hanau et Stavisky; ce sont autant d'étapes dans la genèse de l'antisémitisme moderne. Le scandale, que Engels et certains socialistes de la fin du XIXe siècle croyaient porteur d'une force révolutionnaire, n'a été en fait qu'un instrument dans les mains des réactionnaires, ennemis de la République, monarchistes, boulangistes antisémites. ... . A AUSCHWITZ (Jeannine V.erdes-Leroux : « Scandale financier et antisémitisme catholique - le krach de l'Union Générale )). Editions • Le Centurion) AUSCHWcrZ, constate Jeannine Verdès-Leroux est l'aboutissement de soixante ans d'antisémitisme se dèveloppant au grand jour. L'auteur découvre les ongmes de cet antisémitisme dans l'étude d'un scandale : le krach de l'Union Générale et son exploitation par les journaux et la littérature contemporaine pendant vingt ans. Les scandales constituent pour un sociologue un domaine privilégié. En effet, c'est à travers ces évenements relativement mineurs Qu'une société se révèle dans toufe Jeannine Verdès-Leroux choisit comme prototype de ces scandales qui se succèdent ~ 19 EUROPE Revue littéraire fondée en 1923 • derniers numéros spéciaux Le roman par les romanciers (12.00 F) Surréalisme (15.00 F) Barbusse (12.00 F) Littérature du Québec (15.00 F) Napoléon et la littérature (15.00 F) Maupassant (12.00 F) Lamartine (15.00 FI • EUROPE 21, rue de Richelieu, Paris ( l") c.c.P. 4560-04 Paris 20 ---. et se ressemblent le krach de l"Union Générale en 1882. Il s'asit de la déconfiture frauduleuse d'une banque confessionnelle dirisée par un financier, Euséne Bontoux, et réunissant les capitaux du monde lésitimiste et catholique. Les accidents de l'Histoire Aprés la faillite de l'Union Générale, les partisans d'Eugéne Bontoux cherchè 1 ent des coupables afin de le disculpel : ce l UI ent les !:lanques juil'es, et surtout Roths child. La fortune des Rothschild a joué un srand rôle dans le développement de l'antisémitisme politique. Le krach permit une cristallisation des préjusés séculaires et d'idées nouvelles empruntées à l'anthropologie, à l'économie politique, mais déformées (inégalité des races, analyses des structures économiques). Bien des fils se nouent alors comme ils s'étaient noués en Autriche, lors du krach de Vienne, en 1873. Evidemment, l'hostilité précédait le krach. Mais le krach favorise la transformation d'un !'Intijud!'lïsme mal formulé, « sentimental )l, v!'l,;ue. encore que sou\ent violent, en une idéolo,;ie politique. L 'antisémitisme (le mot, qui vient d'être forgé par W. Marr. en Allemagne, est aussitôt adopté en France) est un systéme qui explique tous les accidents de l'Histoire, par le rôle des juifs et qui propose des remédes pour les empêcher de « judaïser » le monde. Pendant vinst ans, le krach est l"illustration sans cesse reprise de la « puissance malfaisante» des juifs. Le contenu de l'idéolosie antisémite est lonsuement ana lysé. L'auteur a dépouillé une vinstaine de quotidiens parisiens de toutes tendances, des pam phlets, des essais, des rom'ms. De nombl euses citations sont fa ites pour montrel cette 1 !'I,;e J'écrire, cette prolixité extraordinaire des antisémites et leur violence difficilement surpassable: car la volonté d'expliquer, de justifier à tout prix est au coeur de J'antisémitisme. L'extension de cette idéologie est ésalement analysée et des precISions sont apportées sur les milieux où elle se propageait. Une question se posait : Bontoux et ses amis rattachaient leur haine du juif à leur catholicisme. Mais ces hommes n'étaient-ils pas des marginaux? Etaient-ils. ainsi qu'ils le proclamaient, en accord avec l'Eslise? La mentalité religieuse d'alors, face aux juifs, s'est trouvé étudiée J tl avers le dépouillement de prés de 2000 Semaines reli':ieuses COUVI lnt 75 diocéses, pendant une partie de l'année 1892. Le résultat de ce dépouillement tend à montrer que l'antisémitisme de Bontoux était réellement porté par les milieux catholiques. D'autres groupes politiques tels que certains socialistes rattachés à Guesde ont identifié le juif à l'arsent et ont attaqué en Rothschild le capitalisme triomphant. La lecture des deux hebdomadaires israélites Je J'époque !'Iinsi que La Revue des éludes juil'es, dépouillés tous trois SUI 10 années. montrent les prises de conscience douloureuses et immédiates que les juifs avaient de l'antisémitisme. Un rôlc! moteur Enfin. pal ce que les !'Intlsemites s'enolcent de se présenter comme des « réformateurs sociaux» et disent attaquer dans les juifs les ploutocrates par excellence, l'auteur s'est penché sur la situation des juifs pendant les années 1880 : ce sont en majorité des prolétaires - 20 000 à Paris, particuliérement misérables, dont l'existence est souvent ignorée. Pour l'opinion, le juif c'est Rothschild; sa fortune hante Bontoux, l'intarissable Drumont, auteur de La France juive, rédacteur de La Libre Parole. mais 'lussi Guesde et Pou,;et, leader syndicaliste. La confrontation de toutes ces données denses et complexes ont permis de situer les antisémites et d'affirmer, en définitive. le rôle moteur d'une grande fraction des militants catholiques dans l'élaboration de J'idéologie antisémite en France ainsi que l'asitation anti juive de l'Europe de l'Est et de l'Afrique du Nord. G.C. PIERRE PARAF PARLE D'ÉMILE ZOLA Notre ami Pierre Paraf. président du M.R,A.P. a fait. le 23 juin dernier devant l'Académie des sciences morales et politiques, une cOr1'lmunication sur les aspects sociaux de l'oeuvre d'Emile Zola. ' Il a d'abord montré les origines sociales de l'oeuvre du romancier, sa jeunesse difficile et surtout ses débuts dans le journalisme. Puis, il a analysé la manière dont les romans de Zola, dépassant la seule peinture réaliste de la société de son temps, ont mis en relief les grands problèmes sociaux qui commençaient à ébranler cette société. Germinal. par exemple, outre une épopée de la mine, est aussi un chapitre d'histoire sociale où sont analysées les trois tendances du syndicalisme d'alors, réformiste, anarchiste, révolutionnaire. - les disques Moune de Rivel C'EST à la galerie Louis Soulanges que Moune de Rivel a lancé son premier disque en français, Cela peut paraître extraordinaire, mais des dizaines d'"nregistremènts qu'elle a réalisés, c'est le premier: nes et rivages (Chant du monde LDX 74,400) qui n'est pas exclusivement en créole, Moune de Rivel est une artiste très ')ccupée; productrice à l'O .RTF .. elle a mené à travers le monde un spectacle : Paris-Antilles, avec sa compagnie, elle passe dans les cabarets, elle revient tout juste d'un voyage à la Guadeloupe pour signer son microsillon. Ce nouvel enregistrement est une consécration pour la charmante Moune ... Outre ses coHaborateurs habituels: Janine Rémignard, René Maran, les textes en sont signé!; Jean-Pierre Chabrol et Pierre Mac Orlal). L'orchestre de Pierre Devevey, s'il ne varie pas suffisammènt à mon goût les effets d ' orc !le~t;ation , nous· rend sensible l'étonnante m·usicalité, la recherche, j'allais .écrire « savante» des mélodies que signe Moune de Rivel. Sa voix, plus que jamais, coule comme les eaux de la « coulisse» à Basse-Terre, se joue des modulations sensibles comme les palmes. a parfois des cris de joie ou de tendresse qui rejettent bien loin les bruits de la villè' moderne, nous laissant prisonniers ,;les images mouvantes et colorées qu'elle suggère. Il était ditficile de faire un disque sur les Iles sans puiser dans le folklore séculaire. 1III0une de Rivel a réussi cette gageure de créer de toute pièce une anthologie à la gloire de son merveilleux Bernard .3ANN IER-.3A LABERT, DROIT ET LIBERTÉ - N' 284 - JUILLET-AOÛT 1969 Explorations

l,vilC la saison des vacances revient le

tern p;; des festivals; des grands iAvignon) aux lt3stivités artisanales de villages touristiques, de multiples explorations sont il tenter. Certaines sont étranges : à Carcassonne, une Jeune troupe va jouer en dialecte catalan une pièce sur ... l'aménagement du territoire; e'le rappelle qu'il existe en France mêmè des peuples qui ont été jadis victimt3s du racisme, et dépersonnalisés ila personnalité catalane a été détruite en même temps que la religion albigeoise au x'p' siècle). C'est de l'histoire, certes, mais la politique culturelle des pays socialistes m'ontre à quel point l'encouragement des cultures locales peut donner une vitalité nouvelle à une culture nationale. D'autres sont moins insolitt3s. Le fes, tival d';l,vignon sera cètte année d'une qualité qui s'annonce excèptionnelle. Un peu à l'écart, dans son théatre de Cal\nes, le troupe d'André Benedetto jouera sa dernière création, Le petit train de Monsieur Kamodé, « grand jeu politique»; il accueillera aussi, dans les premiers jours d'août, la C'lanwuse Colette IJiagny, dont la sensi:Jilité et le pouvoir de colère devant l'inJlIsticè et la :Jauarie se sont affirmés depuis la crise de mai. Ce ne sont là que deux exemples: lorsque vous traversez une région, lisez attentivement les quotidiens locaux. lis peuvent vous mettre sur la piste de rares réussites théâtrales. Georges CHATAIN, + ~ le cinéma L'homme de Kiev Comme le roman de Bernard Malamud, le film de John Frankenheimer, qui en est la transposition, se fonde sur des faits réels : à travers son héros, Yakov Bok, il reconstitue, avec une entière fidélité historique, la célèbre « affaire Beilis» dont la Russie tsariste fut le théâtre en 1911, il y a moins de soixante ans. Ce complot ourdi contre un ouvrier juif, accusé du « meur1re rituel » d'Ull enfant chrétien, méritait d'être ainsi démonté. pour mettre en relief les mécanismes de l'antisémitisme politique, s'alliant au fanatisme religieux et jouant de toutes les bassesses afin d'échafauder ses mythes sanglants. Le ministre de l'Intérieur l'explique: pour les autorités tsaristes, il s'agit de détourner sur le « bouc émissaire» juif la colère du peuple opprimé; au procureur de trouver les meilleurs moyens pour exciter les haines aveugles; aux sbires de briser par les tortures les plus barbares la résistance de leur victime. Le courage de Bok- Beilis, qui tient tête pendant deux ans à ses bourreaux. qui exige et ootient un acte d'accusation précis et un procès en due forme, donne à son combat une portée universelle. Sa propre évolution en témoigne: alors qu'au début, il se défendait de « faire de la politique», il prendra conscience, peu à peu, qu'« on ne peut rester assis à se laisser tranquillement détruire Il, et que, selon la formule de Spinoza, « si l'Etat agit d'une façon que la nature humaine réprouve, le moindre mal est de le détruire Il. Comparé au roman, le film apparaît certes bien pesant; l'insistance, l'accumulation des images ne suffisent pas pour emporter la conviction; la simplification psychologique prive les personnages d'une partie de leur chaleur humaine. Tel quel. pourtant, L'Homme de Kiev, chargé d'émotion et de vérité, doit être vu et recommandé. Louis MOUSCRON, 21 DE


............ ------------------

LA BICYCLETTE PLIABLE DE VOS VACANCES ... .• transportable en voiture. • de faibles dimensions une fois pliée. • très légère (16 kg). • en ville, peut se ranger dans un placard. • parfaitement équipée (deux freins, l'un à main, l'autre par rétropédalage; circuit électrique complet; porte-bagage; sacoche à outils). • fabrication tchécoslovaque. Envoyé à domicile, sous emballage protecteur, au prix extraordinaire de 230 F, frais d'expédition compris . LA MUSIQUE A L'HEURE QUE VOUS AVEZ CHOISIE ... • à l'heure convenue, vous réveille en musique. • pense à votre émission préférée. • vous rappelle l'heure de vos coups de téléphone. • très maniable et peu encombrant (121 x 77 x 36 mm ; poids : 400 g). • de haute qualité pourtant: sept transistors, grandes et petites ondes; fourni avec étui cuir. • fabrication soviétique. Envoyé en recommandé, sous emballage protecteur, au prix spécial de 165 F, frais d'expédition compris. NOM .. _._ ... _.. . _.. ._ .. . _.. . .. . _.. . .. . _.. . .. . _.. . .. . _.. . _.. ._ .. . _.. . _.. . _.. ._ .. . _.. . _.. . _.. . _.. . .. . _.. . .. . _.. . _.. . _.. . .. . .. . _.. . _.. . _.. . _.... PRÉ NOM _ ... .. . .. . _.. . _.. . _.. . .. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. ...... _.. . _.. . .. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . .. . . A 0 R ESS E .... .. _.. . .. . _.. . _.. . _.. . .. . _.. . .. . .. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . .. . _.. . ._ ... _.. . _.. . _.. . _.. . .. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . _ ._ ... _.. . _.. . _.. . .. . _.. . .. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . _.. . .. . _.. . .. . _.. . _.. . .. . _.. . _.. . _.. . _ ._ ... .. . _.. . _.. . .. . .. . .. . . vous prie de lui faire parvenir (1) MONTANT une bicyclette pliante ........ _.. . _.. . _.. ...... _.. . _ - un poste de radio-réveil « Signal» .-----_ .. _ ... _ ... _ .... ---.-....... . Total : a -joint chèque bancaire, mandat-poste, chèque postal ( 1) . Signature : A envoyer à PAN-EUROPEAN, 44-46, boulevard Magenta - PARIS- 10" - C.C.P. 2962-22 Paris. N.B. - Les frais d'expédition sont compris dans le montant. D.L. (1) Rayer les mentions inutiles. 'r 22 LA VIE DU M.RA.P. TROIS NOUVEAUX Un comité loca l du M. R.A. P. s'est const itué à Plaisir (Yvelines) à la suite de la campagne menée contre l' install ation d'un foyer de travailleurs immigrés dans cette loca lité. Des habitants de Pl aisir appa rtenant aux milieux les plus divers ont décidé, au sein de ce comité, de développer leur Concours ~OMITÉs LO~UX act ion dans le sens d'une mei lleure information de l'opinion publique, et de la solida rité avec les immig rés. Des incidents racistes dans un immeuble de Bagneux (Hauts·de·Seine) ont abouti à une réunion des adhérent s du M.R .A. P. et de leurs amis. Les , 60 NOUVEAUX ABONNES A MANOSQUE lVlanosque, petite ville des Basses-Alpes de quelque 10 000 habitants, compte, depuis ce mois-ci, 60 nouveaux abonnés à Droit & Liberté , Part icipant à notre concours d'abonnements, notre ami 1\llaurice Gibert les a recue ill is les uns après les autres, auprès de personnalités, de travai lleurs, de commerçants, d'associations. Il vie nt d'administrer la preuve que l'objectif que nous nous étions fixé voici quelques mois n'était pas irréaliste : 5 000 nouveaux abonnés en 1969. Rappelons que le concours prendra fin le 31 décembre et qu 'i l est 'doté de nomoreux prix dont le premier est un séjour de trois semaines pour deux personnes à Cu ba. 1Vl . lVl aurice Gibert passe en tête des con currents, devant IVlme Fanton , de Paris. lVl ais il reste encore cinq mois et rien ne permet d'affirmer qu 'i ls resteront en t êt e. I\lous tenons à la disposition de nos lecteurs, de nos abonnés, des membres du 1Vl. R.A. P., des carnets à souches. Demandez-nous en (1). (1) Les participan ts doivent adresser dans un délai maximum d'un mois les abonnements recueillis, pour que les nouvea ux abonnés puissent recevoir aussitôt la revue (Droit & Liberté. 120, rue Saint-Denis. Pa ris-2'. C. C.P. 6070-98 - Paris!. vingt personnes présentes ont décidé la création d'un comité loca l, dont le premier acte a été l'édition d'un tract, et qui prépare diverses init iatives pour la rentrée. A la suite de la manifestation organisée par un groupe d'enseignants à Aubenas (Ardèche!. à l'occasion de la Journée internationa le pour l'é limination de la discrimination raciale (2 1 mars!. un collectif s'est constitué, qui a pris, depuis, l'initiative de plusieurs débats. Le comité du M. R.A. P en VOie de constitution pou rsuivra et ptpndr;î .•• ' .... ;lrtivltrs LE CARNET DE D.L. Il Y a un an, le 8 juillet 1968, mourait notre cher Henry Krziwkoski. Ses innombrables amis, les militants du M.R.A.P .. en cet anniversaire, rendent hommage à la mémoire de ce vétéran de la lutte anti raciste, dont le dévouement actif et f rate rnel à not re cause demeure pou r tous un vivant exemple. Notre ami Alexandre Chil-Kozlowski membre du Secrétariat national du M. R.A. P. vient de subir une intervention chirurgicale qui s'est déroulée dans de bonnes conditions. La rédaction de « Droit & Liberté» se joint au Secrétariat et au Bureau national pour lui souhaiter un prompt et complet rétablissement. ... Nous avons appris le décès de Mme Renée Cassin, née Pauline-Simone Yzombard. Nous présentons au président René Cassin. Prix Nobel de la Paix,nos respectue uses condoléances. ... Notre jeune amie Dominique Krzywkoski, animatrice du comité du M.R.A.P. des Bouches-duRhône vient d'obtenir le diplôme de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence après avoir présenté un mémoire sur « L'intégration des jeunes Algériennes, au milieu occidental dans le bidonvi lle des Abattoirs d'Aix-en-Provence». Félicitations. IPap BULLETIN D'ADHÉSION PRESIDENT D'HONNEUR : Léon LYON-CAEN [Premier Président Honoraire de la Cour de Cassatlon); PRESIDENT: Pierra PARAF ; SECRETAIRE GENERAL : Charles PALANT. COMITE D'HONNEUR Approuvant le combat de « Droit et Liberté .. et désireux de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, Bâtonnier Paul ARRIGHI , Georges AURIC , Claude Ay ELlNE , Robert BALLANGER, Roger BASTIDE, Jean CASSOU . Aimé CESAIRE, Diomède CATROUX Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Docteur Jean DALSACE, Louis DAOUIN, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Michel DROIT, Pasteur André DUMAS, Adolphe ESPIARD, Henri FAURE , Max-Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE, André HAURIOU , Charles-André JULIEN, Allred KASTLER , Joseph KESSEL , Alain Le LEAP, Michel LEIRIS, Jeanne LEVY, Darius MILHAUD, Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU , Jean PAINLEVE, Jean PIERRE-BLOCH, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS . Emmanuel ROBLES , Françoise ROSAY, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ. Jean SURET-CANALE, Jacqueline THOME·PATENOTRE, Général Paul TUBERT, VERCORS, Dr WERTHEIMER. J'ADHERE AU !In.R ,A.P. Robert ATTULY, V inc~n t AURIOL. Georges DUHAMEL. Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD. Georges HUISMAN , Jules ISAAC. Frédéric JOLIOT-CURIE, Jea n LURÇAT. André MAUROIS. Amiral MUSELlER, Marc SANGNIER. An dré SPIRE, Chanoine Jean VIOLLET. Nom Prénom .... . ....... . . . , .. . ......... . Profession Adresse Je vous envoie, à cet effet, la somme de Je souhaite (2) : • recevoir une documentation complète sur le M.R.A_P_ • être invité à ses réunions et manifestations, (1) , • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. Le montant de la carte d'adhésion (à partir de 5 francs' est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M .R.A .P. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISÉMITISME ET POUR LA PAIX (M.RA.PJ


120, rue Saint-Denis - Paris (2") - Téléphone : 488-09-57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris ------..

DROIT ET LIBERTÉ - N' 284 - JUILLET-AOÛT 1969 23 - -..-...-.-... .•. ~ 1IiIyuo, B . ~ . ~13 · 02

Notes

<references />