Droit et Liberté n°00015 - 1er novembre 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Avec les mêmes méthodes par Maurice Vilner (antisémitisme) -page 1
    • Cartes de Palestine -page 1
    • L'U.R.S.S. et les juifs de Palestine par Roger Maria -page 2
    • Les étonnements de la quinzaine -page 2
    • Plaies de l'Egypte par Mansour Abou -page 3
    • Terribles mots d'enfants par Rose Cohen -page 3
    • Vingt cinq ans d'occupation ou le régime de l'orange par Henri Nider (Palestine) -page 4
    • Parceque les peuples veulent vivre libres: la Chine se libère -page 4
    • Sacré Agobard par Joseph Millner -page 5
    • M. Foster Dulles attend le résultat du catch as catch can électoral (U.S.A.) par Jacques Pozer -page 5,6
    • Sur l'imprévoyance tragique d'un peuple etla clairvoyance de ses dirigeants par Ivri (congrès juif mondial) -page 7
    • Le statut des anciens déportés et internés par Madel Dechavassine -page 8
    • Arts, spectacles -page 9:
      • le destin de Jean Richard Bloch par Roger Payet-Burin
      • Montserrat par Roger Maria
      • Le surréalisme et l'après-guerre par Gilbert Mury
    • Sans famille 48; enquête par Max Loiret -page 10
    • Voici comment fonctionne l'O.N.U. reportage Annette Joubert -page 12


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

... o ••• 1 -6 .NOVEM o·E ' , .. ' ~E ' GRAND "HEBDOMADMRE DE'LA VIE JUIVE PrÎ" : iO francS. ~O ;",: :' " Fondé· dans..Jaclandestinité "ÜBec l~J A meme6 mét~de6~ " JERRE TIS-SlER, professeur et membre éminent de l'entourage du général de Gaulle, a écrit dans son livre, Le Gouvernement de Vichy: « En France, le problème des Juifs n'étant pas exactement le même que celui des étrangers, doit être traité néanmoins avec les mêmes méthodes. » Quelles sont ces méthodes ~ Dosage, numerus-clausus, interdiction de certaines professions, séjour dirigé". en attendant mieux. Un court rappel des expériences vécues sert d'avcrtissemènt. Les mots de Pierre Tissier reviennent à l'esprit aujourd'hui qu'on parle beaucoup des étrangers et des Juils. A l'occasion de la grève des mineurs, on a cru devoir attirer l'attention de l'opinion publique sur les étrangers. Nul ne saurait pourtant prçtendre que les organisations syndicales des mineurs ne soient pas des associations françaises. Sans doute, dans l'a corporation, il y a un grand nombre d'étrangers; qui leur reprochera de servir la France en faisant ce dur labeur ~ Qui aussi, en France, osera affirmer que les étrangers ne furent appelés dans les mines que .pour devenir des briseurs de grève? Autant que le danger d'un tel procédé, c'est celui de l'avilissement qui justifie, toutes les inquiétudes. UI dit xénophobe dit antisémite, et Vice-versa. Obéissant à on ne sait quel signal, certains s'acharnent à provoquer une n()Uvelle vague d'antisémitisme dans le pays des Droits de l'Homme. Des feuilles, telles que 'l'our d'Horizon, sont à nouveaU\ vendues à la criée et déversent. le poison meurtrier dont nous apportons par ailleurs un « échantillon ». o Que cherchent encore ces hommes de main et quel nou' veau pillage leur a-t-on promis? Qui dirige ces entre. prises de pogromes et qui les finance ~ Ce sont les mêmes, ceux de l'entourage de Xavier Vallat, de Darquier de Pellepoix, de Au Pilori, de Je suis Partout. Regroupés, ils recommencent. Hier, cette campàgne antisémite était l'arme de l'occupant et la façade des traîtres. L'est-elle moins aujourd'hui? Assurément non. Pourquoi alors les autorités publiques n'agissent-elles pas ~ La Constitution prévoit pourtant l'interdiction d'entreprises comme celle du 9, . boulévard des Italiens! L'appel à la bassesse et à l'obscurantisme a toujours été nuisible à une nation. Une cause qui a recours à l'antisémitisme ou à la xénophobie est toujours une mauvaise cause. C'est signe de réaction, mais non forcément signe de force. Le peuple de France n'a-t-il pas prouvé ,à mainte-s reprises, par son action et par sa solidarité, qu'il repousse cette excitation. C'est à ce peuple qu'il faut {aire confiance. M. VILNER Dans ce numéro . • LAI D L'ÉGYPTE 1er Nq,y'e~bre . 19~8 . . • • ,, . .\ • \ • . , , , \ \ 0 , , \ • \ \ , " , , \ , \ , \ \ • \ \ .\ " , , \ f· ,, \ , ,• \ , •l \ .' , \/ , , ,, ,, ~ , , , ~ 1 'i ~ .,1 ; ~ , , - ~ , • ~ • •, • , , \ ~ \ . • \ ~ • ~ :' , • \ , , ,, ;;: • ~ ; , \ EG yp TE \ , ~ EG yp TE \ , • ~ \ , •, , , ~ 'R \ . . \ , \ " , • \ \ • \ \ 1 \ \ , \ 1 \ 1 , ,, ,,1 1 , • , • .,, , / , 1 Au moment où le pr:oblème palestinien est posé devant l'O.N.U •• il n'est pas inutile de comparer ces deux cartes ••• On voit que le pbn Bernadotte viole la décision de l'O.N.U. du 29 novembre 1947 en frustrant l'Etat d'Israël de 80 % de son territoire, sans prévoir, par ailleurs, la création d'un Etat arabe en Palestine. • " Imprévoyance d'un et clairvoyance des élites JI • C CH S CA peuple CH CA •.• ÉLECT L • Mécanisme et fonctionnement de l'O. N. U. ..•..•.•........•••..•....•..••.•..•.••..••••.•......••••••.•...•••••......•.••••.•.....•.......•....••.........••••..•••.•• ~ . ( -' , 2 f\U fO"'D DU pu,·rs « Nous ne sommes plus protégés ! » s'est exclamé aujourd'hui mon" ami du matin D. (Il faut vous dire que j'ignore le nom de cet « ami du matin » : seulement, depuis douze ans, nous preO\Oons tous les jours ensemble, à huit heures moins le quart, la dernière voiture du même métro pour nous rendre chacun à ...,... tre travail. A la longue, cela crée une chaude intimité ferroviaire). . . ' 'Nous ne sommes plus protégés ! ». L'autre . jour, je rentre chez m.oi à neuf. heures du. soir. J'ai la désagréable surprise de cOJuitater que ina porte a été forcée, puis ceUe de voir que mon sommier a ~té éventré, que mon armoire à glace (que je te· nais de la grand.tante de ma belle-mèl' a été fracassée et vidée de son contenu', que OllOn tnge, mes vêtements, mes papiers jonchent le sol, bref, que j'ai été cambriolé ! Aussitôt, je bondi. au; commi .. ariat de palice le plu. proche de mon domicile

c Faitea l'inventaire de

ce qui vous manque, et re"e-nez demain matin », me répond le préposé, au demeurant fcwt aimable et compréhensif. Je m'étonne et j'insiste : « Si voua veniez tout cH: suite, "0\1$ pourriez pe,ut-être trouver des indices aus. ceptibles de faire arrêter les "0- leur.. Demain, il risque d'être trop tard ». Je m'attire ceUe réponse

« Hélas, Monsieur, je le

sais bien ! Mais, à ceUe heure, nos effectifs sont réduits, et je n'ai aucun inspecteur à mettre à votre disposition... ». Inutile d'ajouter que l'on n'a jamais ret", ouvé mes voleur .... Le métro arrivait à « Répu. blique » Ü'étai. presqùe arrivé puisque je descends à « Strasbourg- Saint-Deni •• ). Cette hiatoire me stu.pitfiait. Je le di. à mon « ami du matin ». Et j'ajoutai

« Mais vraiment, je ne com·

prends pas 1 Parce qu'enfin, autrefoi., cela ne .erait jamais arrivé. ! Le recrute:lIlent de la police ae poursuit à peu près com· me l'ar le passé ; et, à la Libération, on n'~ pas fusillé ni empri. onné tant de policiers que nous en soyions soudain si dépourvus ... Or, votre hisfoire n'est pas unique ; et il n'est pas contesté non plus qu'il n'y a jamais eU ta .. t de meurtres impuni's, tant d'aggressioDs nocturnes réussies, ni tant d' • enquêtes » qui dorment des années ' dans les tiroirs des différents services de la poli. ce~ ' C'est un fait : nous avons perdu nos inspecteurs et nos age .. ts ! ... où diable peuvent-ils bien êtr.e passés ? ». Tandis que j'ouvrais la portière et que je m'apprêtai~ à descendre - car nous étions à ' ", Strasbourg-Saint-Denis », - mon.: ami du matjn ~,.sans mot ' dir.e, me montra la première page de son journal_ Sur huit colemnes, j'y lus : • Des milliers de policiers à l'assaut .des mineurs en grève :J. L'INGENU. A partir du prochain numéro Vous . lirez dans DIOIT ET LIBERTÉ Les articles de Emile BURE et -A IWI ré DAVID Dir~clellr iles «Confrences iles Ambassadeurs" Dro..i....t _ e.,-t_ L .....i. .b.,.-erte Rédaction et admirustration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· Té!éphont:PROvern:e 50-,., 90·411 . C .C.P. Paxls 6Q7~98 Tarif d'abonnement 3 mols ........ 100 frs 6 mois ........ 200 frs 1 an .......... 400 frs ' . Etranger : Tarif double. .' Pour tout changement d' adresse. prière ile joindre la dernière \lande l't la SOmme de 20 francs. . Le gérant: Ch. OVEZAREK ,

, t'J t t 
r ' ~ '

ORon ET LIBERTE ---------------.:1,": NovelY!bre .1948 • ....,. N" .15-83 LIES ÉTONNEMENTS DE ILA QtlJBNZABNIE. • • OPERATION diff icile à la commission poli tique de . l'O.N.U. : Le « patron ): désire que la discussion sur la Palestine soit remise JUSqu après les élections présidentielles d'Amérique. 11 y a des projets qu'on ne peut dévoiler aViml le 2 novembre. Encore une volteface. Mais comment faire avaler la pilule par l'opinion publique, sans heurter prématurément ')' électeur ' ? « Aussi mystérieusement silencieux que Méphisto lt 0, N a donc chargé l~ Mexique de déposer rme, proposition grandiloquente, I( sur la coopérati01l iTrlemationale » et Cuba de propo5er la priorité pour ladite proposition. Au debut de la se55ion, le représentant britannique, Y.r Hartley ShawcrosS, ignorant les préoccupations américaines, avait insisté stJr l'urgence e~trême de la question palestinienne et obtenu, à l'unani- TlJÎ/é, sa priori /é sur l'ordre du jol!1'. Entre temps, la gueTTe de Palestine s' est ral/umée. Ma~'s sous l' oez! attentif du « pa/ron », il n' y avait plus urgence pour Sir Cadogan, délégué britannique. Il est resté - comme l'a fait remarquer le délégué ukrainien ManouilskJJ - « aussi m)lstériel13ement silencieux que Méphisto ». Vacances « ,éopolitico-militaires lt POURQUOI cette brusque décision d'ajourner la discussion déjà commencée sur la Palesiine ? Primo : élections. Secondo: faire repOusser en même temp6 1. discussion sur le désarmement. T ercio: attendre le résultat de la tournée « Géopoliticomditaire » de M. MarshalL " En somme, il s'agit de mettre la commIssIon politique en « vacances e1ectoralo-géopolitico-militaires ' ». Présages FAR1S EL KHOURY, délégué de la Syrie, 5Ou/ient la. proposition cubaine. Déjà, à deux reprises, au Conseil de Sécurité, le même El Khour. Y a inauguré me vaste campagne de « Graulpropaganda » sur (es « airocilés des Juifs dirigés par une seule têle et détenant les leviers in/ernationaux de la vie financière, politique, économique et de la propagande ». Cette fois-ci, c'est le délégué américain qui est resté « mY3térieusement silencieux ». Préwges d'antisém:'ti$ffie postélecloral 1 Exécution LE débat ' est devenu tumultueux. L'U.R.S.S. et les démocraties populaires mènent l'attaque contre l'ajournement. Haïti, Chili, Colombie, Chine, Costa-Rica viennent au secoùrs du patron, mais la faiblesse de la position saule au't yeux., "< C'est alors que sir Shawcloss' s'exécute de la façon suivante : « Pour la délégatIOn britannique, la question palestinienne a toujours la priorité, mais puisque • ertains Etats ne sont pas encore prêts (?I). il y a là un 'argument dont on re.connaît l'importance. » « Humilité chrétienne.. . », dira ironiquement M. Manouilski. Pas très catholique, cette humi. lité chrétienne 1 102 = 111 I L la liait 37 voix, la majorité Jt!$ deux tiers, pour faire f!doPler l'ajournement Je la discuss;on lIut la question pale5tinienne. Ont voté: 34 pour, JI cOlilre et JO ob5tention3. Pour couper court, le président a tranché, introduisant une nOl/velle procédure: les abstentions ne comptent pas. A la mode hitlérierme : e5t légal ce qui me 5ert. ~Ii I~I VfM3 ~ ~~ , l 'IJ. R. S. S. ET lES RIFS DE PAlESTINE DERRIÈRE LE RIDEAU DE SOIE (3) Crum s'entretient avec Manouilsky, ministre des affaires étrangéres de la République soviétique d'Ukraine: « Est-ce que Moscou est toujours persuadé 'lue les Siomste5 fOnt les i1lStruml1lts de l'impérj,,lisme britannique ! ]) demandaije ... Il sourit à llOuveau .- « Al OHsieur Crum, les fuifs ne SOllt pas activement les instrumellts de l'imPérialisme britannique. Mais le Dr Weizmann et SOli group.:: fInt une telle confiance dans l 'intégrité de la Grande-Brelagne qu'il semble parfois à l'Union Soviétique 'lu' ils servent inconsciemment l'imPérialisme . britannique. ]) (p. 85). Il me dit 'lue Ivan . M aïski, ancien ainbassadeur de's Soviets à Londres, avait visité la Palestine en 1945 et en était revenu' avec un rapport entlioitSlaste sur les progrès magnif iques accomPlis par les juifs. Malloitilsky ajouta 'lu 'il .. av ait lui-même été témoin à Kiev, sa. ville natale, des souffrances des fuifs. Il était au cour(J'J'lt de tout ce qu'ils avaient supporté. Il . était fier de dire que l'antisémitisme ft' était pas toléré en Russie. (p. 84) . . Cette attitude de l'Union Sovié' tique est sans mystère, elle est parfaitement connue ; il ne s'agit pas, en l'espèce, d 'une politique de bonnes intentions, mais d'actes pécis qui ont fait, de cette" terre de prédi lection des p<-gromes les plus " 'sauvages qu 'était l 'Empire des 'T-sars, une patrie habitable pout toutes le; natiooalités, y compris les Juifs , sans au~une discrimination raciale aussi bien aans la législatioll que dans la vie quotidienne et les habitudes sociales. Encore une fois, ces faits ne peuvent être ignorés de personne, pas plus qu'il n est permis d'oublier que, dans le reste du monde, aux Etats-Unis pa rticulièrement, ' ra situation est très différente ' et que les Juifs y subi ssent, hypocritement en général , violemment assez souvent, le roids d'un antisémitisme de tous les instants avec des perspectives qui pourraient devenir menaçantes. Ce n 'est plus à démontrer, m,Ii, il faut au moins le rappeler et le répéter et c'es~ ce que nous. avons k deyoir de faire ici, prticuli.:. Tément dans un moment où d 'nut Jr~,s çr~"pe~ qui . wét'Yn.<;le~!i .R~ç,n- , tltif(t v~, i j ~1 4l" 1i , ,1 . 1-') : : dre la cause d ' l srad osent oublier que, sans l'Armée de l'U.R.S.S., son héroïsme et ses "grandioses sacrifices, les cheminées de bernatoriums rougeoiraient peut - être encore dans la nuit allemande. N'oubliez ja ... a-is ! C'est pourquoi il est bon de ra· fraîchir la mémoire de certains, et puisque uum nous y aide, au cours de soo enquête, laissons-lui la parole: Que , dire · lorsqu'un homme, tout semblable à vous, sort dt sa poche un peltit il/stantallé, CIl tout sembla!Jle à celui que vous pouvez avoir dans la vôtre, et où vous apercevez Urte charmante jeune femme tenant dans ses bras UIl bébé tandis 'lU' un autre . etljant joue avec tfn seau dam le .sable à côté d'elle, el sans changer de ton, vou~ dit .: « Voilà ma femme et mes enfants. Ils ont tué le bébé d'u1l coup de baïolllutle. ; elle et l'enfant ont été brûlés dans un four •. (p. 99). Plus loifl, il précise le ' caractère organisé, méthodique du système d'extermination nazi: Il est difficile de se rendr'. compte., à p,~mière vue, du caractère scientifitlue donné par les nazis à le~r système de destructiofl des juifs. Rien 11' était laissé au haswd Ils sélectiollnaimt -d'abord lej ill/ellte weis: savants" a,tistes, éc rivaitls, professeurs, étudiants, hommes politi'lues et 'les exécu- .taullt les tremiers a/in d'éviter que, d'emre ('JX, ne surgit UIl cltef susceptible de rallier les foibles. (pp. 99-100). en 1932, ce n'est pas une calamité naturelle, mais un " fil.Ït social, etc. etc ... Car, à raitir du m0- ment où l'on met le doigt dans l 'engrenage du fascisme, toujours rassurant à ses débuts (voyez le R.P.·F., avec ses Juifs associés à d 'anciens kollabos), Une logique impitoyable exige qu'il vous écrase (on commence par les communistes, les syndicalistes, ~ l('~ Juifs suivent immanquabl~ment) ou que les futures victimes se lèvent à temps pour étouffer dans l 'oeuf ,la menace ' avant qu 'elle ait mOll!itrueusement grandi jusqu'à la: « sélection »-avec musique de cirque. Les camps de la mort massive et leurs millions d?assassinés ne sont pas un phénomène insolite; le fa scisme ne peut pas ne r as massacrer · un jour ou l'autre les Juifs et les ccmQ1unistes, les oommunistes et les Juifs; c'est là son véritable cycle irlfernal. Et les forces réactionnaires, k <::apitaTisme secoué par des trisei;"répétée; ne peuvent pas ne pas se transformer en fascisme à moins <]ue les forces démocratiques modifient le oours des choses. Tout Juif doit .conclure. vite et net, car c'e;t l'heure du choix. L'autre choix D'autant plus que, de' l'autre cOté '00 choisit aussi, et dans la mêm~ direction que 1~ S. S. ; témoin ce qui suit, noté par Crum en Allemagne : Un jour, dall~ le train, de.! M.P. américaillS avaient dOl/né l 'ordre suivant : « Les Allelllallds à droite, les fuifs à gauche .• Seuls les juifs avaient été fouillés. 011 citait des cas où -des munLà encore, il faut scruter la réa- bres de la -police militaire amérilité au delà des faits, sous peine! Caltle avaient arrêté des gms dam de réduire le phénomène histori- la rue ct àPrès leur avoir dema'Nque dominant de notre époque à dé:« Etes-vous fuifs ! • les une répétition fatale du passé, à a'liaieilt foicés à descendre du trot la mal ignité des hommes ou à la toir et à marcher sur la chaussée. folie d 'un groupe de furieux. Les juifs éProuvaient à se voir Il faut se poser les questiom ahlsi lraités par les Alliés la plus sérieu ses : pourquoi les nnis ont- cruelle déception et la sC1lsation ils pu accéder au pouvoir et s 'y i1lSupportable d ' ê t r e repoussés maintenir ? D'où leur est venu lt: plt}'siqll,ement et 1Il0raltment.: il soutien financier sans, l eq\~el it~ leur semblait que le monde et/tier. seraient restés une bande de basse t,azi ou nOll, leur était devenu, ltos- 1 polic~ ., : . ~i\n~il!-i~ns d~. Gl)Qm.eull! ., tilt<; (p~ ,FI.L / 1-1 ' t · ~, .. ~.' .'1"" ,,,:1 Le saviez-vous '1 Près de Munich, nous avo", visité la ferme modèle dt ftu. julius Streicher, persécuteur n- 1 des fuifs. Elle est devenue un cem"'e d'entraîne'mult agricole POUl' la vie collective de Palesti"e. Là, vingt-guaire l!,arfons et filles au-dessous de vingt ans tra1Jmllent sous la direction d'U,fl fon' .. tiomwire britannique de l'U.N.R .. R.A. (p. 122). . .( A la fin de la guerre, je revins dans ma ville natale, Brest-Litovsk, exPlique un D.P. De '.000 Juifs, il tIC restait 'lue deux pt'tits enfants. (p.' 126). ' , Un Juif slova_que apporte son témoignage Je Pl1is vous affirmer 'lu: en 1942 n.ou,s fûmes les premiers à faire savoir à Londres ce qui Je passait à Auschwitz. Mois Lo,,dres ne voulut pas croire 'lue les juifs étaient âéportés à At/sch' 1.lJitz et brûlés dans les fours crématoires. Comme les H~11f!'oiS COl1tifrua;ellf les déporlatùms, n"us envoyâmes une rUluéte à Londres avec un pla/l indiquant la rouie suivie par les trains qui amenai/nt les juifs à Auschwitz, et wul , autre in/or'mation utile. Nous 'de. maltdio/lS' aux az+torités. milittlil'tJ' britanniques de ' bombarder ûs routes, . maïs 011 décida de 5' abste. nir. la situation militairf. Ile justifia1lt- pas une telle mesure. -Vous demandions aussi qu' 011 bomlJm· dât Sebenev où des milliotlS dt juils étaient exterminés Mns d'immenses chambres à . gaz. 1II ais Sebellev ne fut pas daVa1lttlt,e bombardé~. (p_ 139). Sur UJI million d'enfants juifs au-dessous de quatOrze ans vivant en PolOlim m 1939, moitis de 5. 000 ont survécu ( ... ) En Pologne, il 11 ' Y ,a pas cent familles juives reconstituées (p. I4':;). Ces pièces que nous versons au dossier sont cruellement probantes . . Encore faut-il qlle les faits soient ... e)(acteme·nt connus. C'est c.e à quoi nous nous appliouons iCi à. l'aide .d'uf\ té.!l)qignage -honnête et humain. , ....... . , i j 1 ' r NOYembëe J943. - W JS-B! -------..... ------- DR.OIT ET L1BERTE &mme au temp6 de t'occupation PRESSE QUI INCITE AU MEURTRE Plaies de l'Egypte « Tour d'horizon» est un « locataire» de « Paroles Fran. çaises ». Après la déclaration des dilies « Paroles » : Il Nous ne sommes pas des Antisémites », cette feuill~ répète : Il Antisémite? Non! » 1 9 MILLIONS de fellahs en loques, pieds nus dans cette boue du N il qui est la richesse du pays, mais qui recèle aussi dans ses flaques gluantes le microbe mortel de la bilharzia. 90 % de' la population atteints de bilharziose. Sur ce nombre, 70 % atteints de tra· Cependant nous y lisons (Il Tour d'Horizon du 19 ocw. bre, page 3) : « Savez-vous que les commerçants IsraélItes ont bénéflclé, au détriment de la masse de tous les Français d'avan· tages tels qU'lis ont mis les autres commerçants - honnêtes et scrupuleux - dans une situation extraordinairement mauvaise. Lors de la Libération, les Juifs qui revenaient - l'lares furent les Juifs français commerçants extenninés - soit d'A1g~rie, Espagne ou de la Côte d~Azur où ils trafl· chome, maladie des yeux qui fait de ce pays de soleil une terlle d'aveugles, et 50 % atteints de tuberculose. . quèrent sur !lne vaste échelle, bénéficièrent des lois votées spéciidement pour eux et se virent restituer des affaires qui, en 1938 et 1939 et non en 1940, étaient en état de faillite ·. . ' . Les états comparatifs que les greffes du tribunal de corn· merce ont établis font ressortir que sur cent commer93Dts juifs installés en' 1939, cent commerçants. juifs se son1i réinstallés en 1944, 1945 et 1946, en mars au plus tard. Les tissus furent raréfIés. Mais les rues d'Aboukir, du Sentier, des Jeûneurs, bref tout le II·, XIe et X· arrondisse. ment ont revu les mêmes personnages qui déploraIent dans leurs familles des pertes - heureusement peu nombreuses -- mais eux, femmes, enf,ants et parentés directes, ascen· dants ou descendants se retrouvèrent comme par miracle tous présents. En 1939, 11s étaient fauchés comme les champs de blé aux fins des mois de juin et juillet. Aujourd'hui ils roulen~ carrosses, sont propriétlj.lres des locaux qu'ils avaient naguère en gér,ance, vIvent comme des nababs et possèdent tout ce que nous ne possédons plus. ' La presse est. dans la même proportion et dans les mêmes circonstances, dans le même cas. La ' radio est une colonie juive; quant aux cinémas et théâtres. ils en sont les maîtres absolus. Et dans l'éditorial : « Les forces occultes ont placé dans les rouages qUI dirigent notre pays des hommes dont l'origine et les buts sont connus de tous. Aussi tous ces hommes qui doivent leur puissances et leurs places à l'aide que leur prodiguent les banques juives, se sont-'ils faits les serviteurs zélés d'tntérêts qui ne sont pas ceux de la Patri~ et du peuple français ~. Antisémi'tisme classiqUe : Profitant de l'impopUlarité de JUles Moch ou. de Daniel Mayer on fait appel au porrrome. « Gringoiie » ne ménage plus la forme ! la mortalité infantile la plus élevée du monde, la moyenne de vie ne Je d isputant en brièveté qu'aux Indes. Les huttes de boue séchée où les enfants' aux yeux couverts de mouches Que l'on n'écarte pas parce que ça porte malheur - dorment à côté de la vache encaquée de boue. Une Parisienne découvre des enfants de mineurs Sa me d1- sIliso nsonnati raersri»v:é se.n fManests d deue xm «in peeunr-s. . du Pas-de-Calais. Cela fera du bien à mon petit, fils unique, de côtoyer des gosses moins gâtés que lui. On me les a amenés, chacun sa petite valise ~ la main. Le . voyage en camion les avait fatigués. Ils prenrient un léger repas et une fois couchés s'endorment rapidement. Mon petit les a emmené~ Dimanche à une fête enfantine. Faisons l'inventaire de leurs affaires. Joseph, 7 ans, a. un petit manteau tout râpé -qui lui arrive au' milieu des fesses. Edmond, 9 ans, n'en a pas du' tout. 'En guise de rechange, un seulement possède une ohemise. Une paire de chaussettes, une culotte rapiécée, un passe-montagne, un pull~over raccommodé, ~<?ilà tout leur b i e n. Les chaussures d'Edmond sont cassées et tous les deux ignorent l'usage du caleçon. L d- Nous avoo>s . un 1 fait pÙ.lS ru:n. pie conn~lSsance. Les deux petites têtes blonde'> se sont appro. chées de moi et, avec leur aocent du Nord, m'ont pa:rlé de leurs familles. Chacun a cinq frères ou soeurs. Ils couchent deux ou trois par lit. - Il porte donc un pardessus ? - Il n'en a pas. Quand il fait froid if met un tricot de plus. V d d- Ils commencent à avoir des en re l joues moins pâle'>. J'ai ar.rangé des affaires au mieux. Des voisins m'ont apporté un peu de linge, une paire de chaussures pour Edmond, des culottes, une veste. Edmond ne veut pas être mineur. Son papa est trop souvent blessé. Une fois, il a failli être tué. Deux secondes de plus, et il était pris sous un éboulement. -,1 1 Et le petit bonhomme se fait prêter les livres de classe de mon fils parce qu'il voudrait au plus tôt passer son certificat d'études, suivre les cours c~plémentaires et apprendre un métier moins dangereux et moins décevant. S d· Dans la am e i Loire, les « pétains." ont tué un mineur, blessé grièv;ement d' autres, dont un ancien lieutenant F. F. I. M d - ar 1 dLee Jso seppèhr eest d'Edmond Un dessin d'EDMOND Cela me touche directement. Le mort, cela aurait pu être le par:a de Joseph ou celui d'Edmond. Les petits aiujourd'hui me parlent beaucoup de leurs pères. « Ils ne portent jamais plus de 50 fr. sur eux. Ils s'accordent un paquet de tabac gris par semaine qu'ils chiquent CI parce qu'il est défont tous les deux le même métier. Ils sont piqueurs au fond. Et en faisant ce travail si d'ur, ils n'arrivent même pas à nourrir convenablement leur famille. Joseph me raconte que pou,r le goûter, la maman leur donne des pomme'> de terre cuites au four : CI Parce que le pain est trop cher Il. M de Un ami, artisan, a offert à ercre 1 ~dmond une canadienne dont Il ne veut plus se séparer. - Est-ce que ton papa a une canadienne, lui a.ussi? . . _ Ah n()R 1 fendu de fumer dans la mine •. Ce ne sont pas des Il extrémistes 'b. Leurs enfants vont à la messe le dimanche matin (et demain - à la demande du père d'Edmond - mon mari, Juif et non-croyant, va aller voir le curé pour faire inscrire notre CI pensionnaire " au catéchisme). Nous mêmes ne sommes que des gens II1Odest:s. Mais notre garçon semble un fils de riches aux côtés de ces petits malheureux. Je comprends que Ce'> hommes voyant que leur travail ép'uisant ne nourrit plus leur famille, lut· tent pour défendre leurs conditions de vie. Rose COHEN. Minimum vital arraché à grand peine en 1940, à un Sénat oomposé un.iquement de propriétaires terriens : 5 piastres par jour, 5 piastres so.it 70 francs pour une journée de travail qui oommence avant l'aùbe et se termine après la nuit. .. piastre'> pour une famille où chaque année. voit aNI3.raître un nouvel enfant. 5 piastres quand la galette de pain nécessaire à une seule personne pour un seul repas coûte 3 millièmes. Sur cette terre riche et grasse on a, pendant 60 ans, planté du coton. Les Anglais voulaient du coton pour les filatures de Manchester. Alors on a ruiné la terre d'Egypte, on l'a épuisée en récoltes successives du coton qui la dessèche et qui au bout de quelques saisons la rend improductive pour deux ans. Vint la guerre de 1940 et l'imp'érialisme vit se dresser devant lui le Sfectre de ses folies : des plaines et des plaines de coton, et pas de pain pour les soldats, pas de pain pour _le sous-prolétariat arabe que l'on' embauchait ~ans les ateliers de guerre. Par un tour de force, par application de la terreur, les Anglais parvinrent à éviter la catastrophe. Le Middle-East Supply Co dra-îne les céréales des pays voisin!':. Mais le pain du fellah quiv~bit 1/2 millième passa à 3 millièmes. . L'impérialisme tout à coup se fit progressiste : « A un pays civilisé il faut une industrie ». La politique du coton a,vait fait faillite. On allait maintenant tâcher d'évfi.ter à la prochaine guerre les inconvénients de la précédente. Mais de cette décisiot' jaillit une classe . nouvelle ; le prolétariat ' ouvrier. Mal assuré enCOre, cherchant sa voie, sou\fent prêt, hélas, à suivre les agitateurs fasCistes, mais aussi et déjà conscient, mais aussi et déjà groupé, mais . aussi et déjà résolu à lutter pour sa v.ie malgr~ j.a trahison : faux syndicats dirigés par des princes et truffés de policiers. Au-dessus de cette misère, l'armée. Au-dessus de l'armée, le roi. 'Au-dessus du roi, l'Angleterre. L'Angleterre haie rar le peuple, -l'Angleterre honnie - . mais en paroles seulement - par le roi, l'armée, les gouvernants. Une seule voix pour crier Il Evacuation •. Et l'Angleterre évacua. Très spectaculairement. Mais pour aller beaucoup plus discrètement se placer à quelques kilomètres de la frontière, à quelques minutes de vol du Canal de Suez. Le roi, l'armée et le gouvernement restèrent seuls en face du peuple. Et le roi sentit sa couronne trembler sur ·sa tête et les gouvernants éperdus cherchèrent un bouc émissaire. Ce fut l'étra.nger, 10 J ui f, le Levantin. .. par Mansour AB 0 U .. La phalange fasciste des « Fre .. res Musulmans ]) cassa les vitriol nes, molesta les passants. Mais la flamme de la vérité grandissaito; L'embryon d'un mouvement d6e· mocratique clandestin travaillait~ Et 'le roi, l'armée et le gouvernament jetèrent vers les troupes an-o glaises massées à la frontière dei rega.rds implorants. C'est ~ ce moment qu'éclata. l., guerre de Palestine : les maître.~; de l'Egypte se sentirent sauvés. Le roi endossa son uniformes d'apparat et sentit non seulement le sol d'Egypte se raffermir sous ses pieds mais encore le rêve tant de fois . caressé du Khalifat ~ qui ferait de lui le maître spiri ... tuel de 180 millions de Musel .. mans - réapparaltre. Dans le fracas d'une propagan..; de g~!!rrière retentis~ante, on al .. lait noyer .les cris, de famine. Dans l'antisémitisme le plus violent et "le mieux organisé on allait faire dévier la colère du. peuple. Les coffres de' l'Etat fermés au peuple en faix s'ouvrirent largement pour la guerre. Et l'on partit tambour battant vers la conquête, le prestigieu){ triomphe, le gain moral et matériel- qu'on allait ar .. racher aux Juifs. Mais ce fut la défaite; La d& faite pàrtout, la ' déroute d'une stratégie apprise à l'école anglai ... se, la débandade des hommes ma( . nourris, mal r·ayés, luttant pour une cause qui les intéresse bien moins que leur salaire et le pain! de leur famille. . Avouer 'les défaites, la déroute, la débandade, c'était remettre en question la misère du pays, enle-. ver les <lerniers obstacles qui gé. pa~ent les affamés des responsa. .. bles. . . Et le règne du mensonge com .. mença. Quotidiennement dans tous les journaux des commuill .. qués de victoires, une orchestra .. tion croissante de triomphes, d~ batailles fantastiques, de massacres de Juifs,' de villes d'Israël conquises. Mai!l la vérité corrime une flamme brill~ encore. Un jour, bientôt, il faudra. payer, s'expliquer. Le peuple éva. luera l'ampleur du désa,stre, cal~ culera rargent qu'on lui ' a volé pour cette entrep(Ïse de catastrû-' phe. Et ce jour rien ne protégera le roi et son armée de la colère du peuple. Rien ... que les Anglais massés aux frontières et qui atten .. dent leur heure_ Ils espèrent que leurs tank$ viendront CI rétablir l'ordre • protéger le gouvernement, ras: seoir sur son trône le roi Farouk écourter la plaisanterie de l'éva~ cu~t~on. Les forces anglaises qUi a défaut du Néguev occureront à nouveau l'Egypte assure- . font la pérennité, en Moyen~ Orient, d'une politique de négriers, assureront à l'impérialisme les bases stratégiques dont il Il besoin pour sa grande croisada contre l'Union Soviétique. Les négriers riront j auno.. of DROIT ET LIBERTE . 1" t-lovembie 19 .. 8. N" 15-• VIE ÉCONOMIQUE VINGT-CINQ ANS D'OCCUPATION ou SUR LE FRANC A 2 -CENTIMES Le régime de l' orange~ par L. JUST mJ(OTRE pa:uvre petit franc délNJ jà bien amenuisé, vient à nouveau d'être amputé et sa valeur officielle ne représente guère plus de 2 % par rapport à sa valeur de 1914. Cette dévaluation, comme celles qui ront précédée, ne peut - manquer d'avoir de fâcheuses répercussions sur l'économie française. Elle aboutd.ra sans aucun doute à une nouvelle inflation des prix et aura pour corollaire une dépréciation des salaires. La hausse que vont s u - bir les prix des matières importées s'oél'ève en moyenne à 22 %, et cette fois 11 s'agit de la plupart des pays, et non plus unlq..uement des c: dons.:. du plan Marshall; les produits que nous importons de l'Union Française subiront des hausses du même ordre, puisque le. franc africain est J)3.S8é de 1 fr. 70 li. 2 fr. Les c: écooomistes distingués :. tentent <le justifier cet « alignement:. monétaire en prétendant que les c: hausses de salaires successives ~ en ont été un des facteun; primordiaux. En particulier ils annoncent les pires catastrophesà propos de la grève des mineurs, et le gouvernement, à ' titre d'avertissement, décide d'Importer un mi1l1er de tonnes de cbarbon ... et parallèlement de réduire les importations de certains produits de première nécessité tels que cot< ,n, céréales secondaires, corps gras, essence. (Nous croyons pouvoir dire que cette mesure ne s'impose nullement, la plupart des usines ayant un stock de cbarbon qui leur permettrait d'attendre la reprise du travail dans les mines.) En fait, il y a plusieurs semaines déjà - alors que.les mineurs n'étaient pas en grève ..:... qu'un programme de restrictions avait été élaboré: coupures de cou." rant, programme du. coton dont 20 % seulement devaient être ré· servés à la consommation civile, dirigisme rétabli pour le cuirdans des conditions telles que les miSes à l'eau vont devoir êtrè réduites de 30 à 40 %, toutes mesures qui aboutissent obligatoirement au chômage partiel dans toutes les corporations, comme l'babille ment, la cbaussure, la maroquinerie, etc. A qui la dévaluation portet- elle un coup ? Au petit déposant à la Caisse d'Epargne, à tous ceux qui vivent d'un revenu fixe: fonctkmnalres, salariés, retraités, etc. en somme à tous ceux qui font confiance à la monnaie' française. En réalité, outre une mauvaise gestion des finances de l'Etat, une des causes essentielles de la bausse des devises étrangères réside dans le déficit de notre . balance commerciale. La France Importe infiniment plus qu'elle n'exporte. Le prétexte qu'on entend souvent invoquer à ce sujet est la cherté des salaires en France (alors que ceux-ci sont beaucoup plus bas que dans toute · l'Europe). En v$rlté, les produits français ont toujours été très appréciés à l'étranger, mais depuis Quelques années, 11 parait que la qualité française aurait beaucoup baissé, le matériel dont dispose l'industrie française étant désuet et vétuste, surtout par rapport à l'outmage des Etats-Uuis. Or, rien dans le plan Marsnall ne prévoit la fourniture de tout ce matériel qui serait si nécessaire à la petite industrie française qui, elle, ne demanderaIt qu'à exporter. Quant à · la grande Industrie. elle ne désire nullement investir des capitaux dans l'acbat de matériel qui lu!' serait nécessaire pour produire à bon comp~. De grands capItalistes ont préféré l'évasioJlI de leurs capitaux et la création de « fmales ~ . à l'étranger. L'oeuvre de colonisation juive en Palestine connut son premier développement sous l'impulsion du baron Edmond de Rotschild. C,e grand philanthrope, qui exploitait durement les ouvriers européens, crut pou'voir acheter la paix de son âme en finançant la création de colonies agricoles en 1882 ..• Mais les méthodes paternalistes OU baron et de ses fondés de pouvoir, mettant leur nez partout et uniquement soumieux oe réaliser des bénéfices, refroidirent un peu l'idéalisme des colons: la superficie des terres juives passait de vingt mille' quatre cents ha en 1897 à quarante - deux mille soixante ha en 1914, mais dans le même temps la productivité restait stationnaire. La fin de la première guerr~ mondiale permit la . création K e· ren Kayemath leisrael qui collecta des sommes aussi . bien parmi les artisans cie Pologne que parmi les petits commerçants de NewYork. Organisme puisant une grande partie de ses capitaux dans les masses populaires juives, le I<..K.L. devrait contribuer à la naissance d'un système agricole original. . La familiale et le Kibboutz Possédant 47,5 0/0 des .terres juives en 1947, il avança des crè· dits à deux types principaux d'exploitation agricole : I. L'un de caractère familial, le Al ochaveim-Ovedim : Autour d 'un village, une fa~ mille se voit attribuer une parcelle de terre, louée par le fonds national et plus ou moins importante selon qu'elle est irriguée ou non. Af·rès paiement des dettes (loyers ou remboursement des immeubles), l'utilisation des bénéfices reste libre . . 2. Le second type d'exploita. tion, le kibboutz, est un groupement de caractèr~ collectiviste d'une soixantaine de familles qui appliquent un système de très large démocratie sociale. Cette instittition tout à fait spécifique a sou· vent été mal comprise. Parce que tout y est collectif, les salles 3 manger, les dortoirs et jusqu'aux chemises, parce que soovent la pro. priété privée y est interdite, cer· tains en ont ricané sottement et ont !tabli par exemple un parallèle entre ce'nouveau mode d'existence et l'ascétisme de certains moines qui ont socialisé leu'rs assiettes et leurs parapluies. D'autres, par contre, ne trouvèrent pas trop de formules enthousiastes · pour célé· brer ce qu ' ils .considéraient comme la première réalisation du ... corn· munisme dans le monde ! ' Bavardages et réalisations Au reste, il fut une époque où if était de bon'. ton dans certains milieux intelJ'ectualisants de se li· vrer à des disçussions effroyable. ment , byzantines sur cette « expé. Une enquête (III) Je Henri NIDER sur réconomie Plliestinienne rience •. L'on se rappelle aussi les propos que M. Arthur Koestler met dans la bouche des personna. ges de sa « Tour d'Ezra .; on imagine bien que de telles « thé0- ries • n'étaient pas tou jour~ exemptes d' antisoviétisme distin· sué. Pour notrepl.rt, nous o;>nnais. sons d9! tristes farceurs qUl, sans le moIndre sens des proportion!>, mettent sur le même plan un kolkhoze ukrainien et une colonie de Galilée, lorsqu'ils ne placent paft celle-ci bien au-dessus de celui-là. Une étude d'agriculture comparée peut se révéler fructueuse, mai!> qu'on nous épar'gne, de grâce, let> divagations de ces petits profes· seurs de socialisme Ceci dit, il faut enregistrer de brillants résultats à l'actif des kibboutzim. Souvent, ils sont devenus de belles éooles de démocratie, ils ont constitué des noyaux de lutte pour l'in9épendance na· d'une agriculture riche et vari-ée, mais encore fallut·il vaincre les marchands anglais qui entendaient vouer les Juifs et les Arabes au citron et à J'orange: la méthode est en effet classique, qui consiste à confiner un pays colonial ou dépendant dam la monoc1Jlture des agrumes. Les oranges suffisent-elles? Au 19· siècle, un négociant grec, . impresionné par la qualité des oranges' oe Jaffa, décida d'en expédier quelques centaines de kilos à Liverpool en les emballant dans des caisses selon la méthode italienne. _ Ce principe devait être a<Jopté plus tard par les Anglais et l'on vit s'a.mo.noeler dans le port pa- 1estinien des tonnes de cais~es d'oranges oe Jaffa 41 Shamouti • et d'oranges rouges 41 Valelicia tardive •. ' On racontait alors une petite histoire bien caractéristique des contradictions et de la malfaisance du colonialisme. Un enfant juif demande une poinme de terre à sa maman: - Une orange ne te suffirait ras? répond-elle. 1939, on exporta 15 milJ~s de caisses d 'oranges dans le Royaume- Uni (59 %) en France (4 %) et en Pologlle (3,2 %). Cependant, rien n'était fajt pour encourager la production des céréales (44.000 tonnes en 1938). Aussi couvrait-elle à peine la moitié des besoins de la population. Mais l'arrivée de nouveaux immigrants l'élargissement du marché intérieur et enfin les nécessit&; de la guerre .QUvnrei't prl'.>gressivement de . sérieuses brèches dans le système agricole de la Palestine du mandat. C'est ainSI que les légumes passèrent de 13.681 tonnes en 1922 à 244.843 tonnes en 1945, soit une augmentation de I.8oo ~tJ.


_____ ...., tionale et le progrès. C'est en leur

La production la plus impor. tante est celle des tomat~s J _nt la superficie cultivée a pre nue triplé entre 1931 (2.100 ha)- et 1944 (5.800), tandis que dans la même période la surface des pommes de terre a décor lé (.~. 4.00 1. ... en 1943) . . --Parce que les peuples veulent vivre libres ... GOREE Une véritable ;nsurr«Ii()n ttatÏf>l1ale a klaté en C.,rte du Sud : ayant pr;s nais· S"ll{;e ..Ll115 les camp.1J(m$, elle a r."Ipidement ga~~ les villes .,ù 1<'1; patrÏ<>tes, appartenant à tous les partis de dr()it-e et ~ gauche. ont l'rio; les armes ()()Iltre le g()\)o Vf'rnement de Sicul. L 'armée, à son tour, a r"joint les rangs des. rebelles. $(:ule, la police reSIe fidèk :lU gOllv.,r~mt'nt fanloche; m<li~, très inférieure t'n "ombre, e13e n'a, jusqu'à pré".,nt, opoosé qu 'une fai- 1)1., roésislance aux insurg.és. ))e· .. mt cette situation. le gouvernenwnt américain vit'nt d'" au~()riser » le gén~ r.al Mac Arth\tr 11 pr<'oore toutes les mesures 'lu 'il j.ug<, ra utiles pour r~tahlir l'ordr .. , y oompris l'~age~ nt de ..,.-rA:.'l-Îns dt!tacbeme1lls amérkains station• és t'fi E"otrême-OrÏ4ltlt. CtlfCE L'offeflsive' mente dq>nis plusieurs semai~s par. les troupes du gé~ral Markos 1M'mble préocc>Jper sérieU6e,"", Rt le gouvernement amé- LA CRINE SE LIBÈRE C'~st, là-bas aussi, un front oublié : à vrai dire, beaucoup {je gen!\ igporent ce qui se passe en Cl1ine Ils ignorent que l'Armée de ]a Libération a déjà roconquis sur les hordes de Tchang Kai Cbek un territoire granu comme cinq fois la France. Dès la fin de la guerre contre le Japon, le gouvernement de fait constitué 'par le Kouomintang avec l'app~i des capitalistes européens résidant en Ex.trême-Orient avait cru pouvoir anéantir ' tous les élémènts démocrates de la population Comme toujours, cette politique fit l'.unanimité de la nation contre le Gouvernement central; la grande ma-sse populaire chinoise rejoignit l'Armée populaire ou organisa la guerre de guérilla à trav.ers les territoires encor soumis à l'autorité de Tchang Kai Chek. Les résultats de cette véritable insurrection nationale ne Se firent pas attendre : en juillet 19~7, l'Armée démocratique déclencha sa graooe offensive en Maudchourie, dans le Jehol et dans le Ho-Pe ; elle se poursuit encore aujourd'hui, après avoir réalisé la libération de 2.500.000 kilomètres carrés sur lesquels vivaient 200 millions d'habitants. SO::!::TE D,HORLOGERIE DU DOUBS " '.i ,UA.f'!' FARI; '~etro POII.onmere · GoreduNord ..... ~ . MONTRE SUISSE A AUa". L OU GARÇONNET F 44 OAJIÇONNET. "LUTn: ANCIK IS .U8IS ". ~4 FlLU:TT1.ClAM1. VCRRI OI'TIOIII: D "" ... NOMME. TAOTT~U" C~NTRAI.E ~icain : le général Marshall , en effet, a çi'u devoir se rendre à Achènes pour y conférer de la situation. Selon les correspondants de presse, il paraissait encore plus scucieux à son départ qu'à son arrivée. u.s.A. Vil Mnctionnaire de Ne· Wark (Etat de New-Jersey), James Krutcher. vi~nt d'ê!-re révoqué sans pension pour avoir déclaré en public qu'il était .. favorable aux ,idées de ~"uche .». Signalons en passant que Jam~ Krutcher a laissé sa jambe gauche (justement!) J;ur les champs de bataille italiens. AffUQUf DU SUD En cinq ~maines. q~atrevingt- dix-sept nègres oÎlt été lynchés. Bien que, dans la plUfl3rt des cas, le n<:lm <les meur1rit'rs 90it C<lnnu de tout le mon<k, aucun , d'enk'"" ux fI'a !leùlement ité ' inquiété : Je chef ~ la police de Johannesburg a décwré qu'il Il<:' disposait pas .. d'effect-ifs suffisants pour assurer la séturiÎé des ci(0)'t'ns .Jes races inférieures Jt. SAMEDI 6 . NOVEMBRE sein qu'ont été éduqués et formés beaucoup de ces combattants d'élite du « Palmach » qui se sont couverts de gloire· à Bir Hakim, avant de vivre l'éfX1l.ée du Ne· guev. C'est aussi des fermes collectives qu'étaient ac.coutlls lei\ colons qui, en 1947, empêchèrent les .. jaunes lt juifs de briser la grève des usines textiles de Petah Likva. Bataille de l'eau La valeur militante de ces hommes .est inséparable de leur valeur' professionnelle. .' • L 'oeuvre de construction agn· cole n'était certes pas de tout repos; qu 'on songe que dans son sabotage l'occupant pos-sédait le gros atout de la sécheresse. Non que le sous-sol palestinien fût dépourvu ·d 'eau. Mais les commissions anglaises retar~<.Iient san:5- cesse les forages, en produisant de . faux rapports qui sacrifiaient la vérité géologique ~ux besoins de ' la politique coloniale . Mais ·pot.lr.gênante .qu'elle fût, cette nouvelle applicatien du régime sec n'empêcha pas les agriculteurs de gagner au bout la bataille de l'eau, puisque les terres irriguées qui couvraient 35.000 ha au début du mandat en couvrent aujourd 'hui · 5°.00°, soit 14 fois plus. . Ainsi se créèrent les condition~ Quant à la basse-cour, elle !7 'accroit et se moJernise. Il n'est pas rare que le poulailler du kibboutz soit pourvu de poo<Jeuses utilicie li es. . Saluons l'apparition de ces pacifiques machines en formant Je voeu qu'elles se ffiIllltiplient et dépassent un jour,' pour le bien de tous les habitants de la Palestine, ~ombre des engins blilYJés. LISEZ chaque .semaine ·at1Ï1J11 ·1I1.D ...... 1IIi 01 l"'IIt1 flA\lCAISf Ses· écbos, sa. tribune poJlti- . que, ses gran~ enquêtes ses pages littérrur-es et !!Ioda: les, ses nouv~lles: .. TOUS LES MERCREDIS: ICi pages illustrées . En vente PlU'wut •••• 1:1 fr.anp; CONFECTION COM'f>UTS POUR HOMMES PANTAl.ONS EN TOUS GENRES Ets KIWO 1. RUE DU CHATEAU-D'EAU Métro: République. Tél.: . NOR 54.n 29 NOVEMBRE 1947 - 29 NOVEMBRE 1948' Sur l'init~ative de l'U,J.R.E., de l'U.SJ.F. et des ' Comités populaires d'Aide à l'Armée d'Israël, sera organisée, à la Salle Plèyel,le dimanche 28 novembre 1948, . à 20 h. 30, une grande manifestation populaire consacrée à la déc:laration de l'O.N.U. du 29 novembre 1947 sur le partage de la Palestine en Etats juif et arabe. . . .. J'" ~e .1948. - N" 15-81--------------- DROIT ET LIBERTE 5 C ·EST sous le règne de Caligula, empereur dangereusement lou. foque qui tenait à voir sa propre statue dans tous les édifices religieux, y compris le Temple de Jérusalem (auto-idôlatrie fort propre à soulever la colère des adeptes des Dix .Commandements) et qui voulut un jour élever son cheval à la dignité de consul (ce par quoi M. Al"bert Camus a eu le tort d 'être troublé, il y a quelque temps, au point d'en faire une pièce existentialiste), que la ville de Lyon apçiaraît rour la première fois, encore que de façon indirecte, dans l'histoire des Juifs. La Palestine, ou plus exactement la Judée et la Samarie étaient alors soumises au régime des procurateurs romains qui, en bons occupa.nts, prélevaient de lourds impôts sur leurs « occupés », ta.ndis que Antipas et Phi- . lippe, deux des fils du roi Hérode, accordaient, en leur qualité de tétrarques, un petit semblant" d'indépendance à la Galilée et à la « Transjordanie ,. - ce qui prouve que · M. Bevin a d~ qui tenir. T erminusd' exit mis, par la tradition et les textes, de l'établissement des Juifs à Lyon au cours des rremiers siècles de l'ère çhrétienne. Les historiens s'étonnent paT exemple que, dans la littérature hébraïque, la ville ne soit jamais désignée par l'équivalent de son nom latin Lugdunum. ~oujours est-il qu'au Iv" . siècle les relations judéo-chrétiennes se révélaient si bonnes que le pape Victor V éprouva le besoin de les troubler en modifiant le calendrier des fêtes. Mais il y _avait aussi le petit- Il interdit, ( . -effet, -aux évêfils d'Hérode, Agrippa, qui avait · ques de Lyon de célébrer J?âques joué dans SOH enfance avec Cali- le même jour que les Juifs. Au . glda à la Cour Impériale de' siècle suivant, c'est .l 'interdiction Ro .e. .. . de se montrer dans les rues pen- Caligula, lui vouant une ten- dant toute la semaine de Pâqu~s dresse particulière, le · gratifia qu'ur, Concile notifie aux Juifs. - d ' un diadème et l'envoya gouver- Entre temps sont · intervenues ner la Judée avec le titre de roi, les ordonnances de Gondebaud comme le grand-rère ·· Hérode. · (roi. de Bourgogne et oncle de la - Mieux : il oonfisqua sa part de reine Clotilde) q~i apparaît comgâteau à Anti[las pour offrir ainsi me le · précurseur de ces prélats un supplément territorial à s6h des VI" et vu" siècles qui, outre protégé. ' . la circulation dans les rues, s'a- Antipas était le fondateur d'une viseront de réglémenter canoniville que, par pure flagornerie quement l'art de . se tenir à tabte envers le maître qu'il servait, il et de choisir ses convives. . . avait baptisée Tibériade. Il n'en partit pas moins ruminer une totale 'disgrâce en ce Lugdunum que, quelque trente ans plus tard, tITI' certain nombre de J udéens - conséquence de la Destruction du Temple de Jérusalem par Titus - choisirent, dit-on, comme terminus de leur exil, alors · que d'autres de leurs compatriotes s'éparpillaient da!1s la banlieue Ivonnaise et dans divees èoins de-la Gaule: Le jour et la semaine de 'Pâques Qui invite~ à table ? Le prêtre qui invite à déjeuner un... assassin de Notre-Seigneur se fait sermonner de première; s'il récidive, il sera flagellé en public. - AGO-BARD , • leurs, considère avec Saint-Augustin que l'esclavage est une institution divine et que « ce serait donc s'élever contre la volonté de Dieu que de la faire disparaître •. Louis le Débonnaire et Àgobard le Terrible Plus tard, Louis le Débonnaire ne fit pas mentir son nom puisqu'il professa le plus large libéralisme envers les hommes inférieurs à l'intention desquels le clergé lyonnais avait çréé vers 750 un ghetto avant la lettre. Il soutint leur cause, leur accorda la liberté et nomma un Il Magister J udaerum ., spécialement chargé de veiller à. la sau- 1-----par ------., Joseph MILLNE'R sait seulement qu 'une ordonnance de Charles V, en dale du 27 septembre 1364, mentionne de Il nombreux: Juifs à Lyon ,. et rappelle qu'ils sont soumis à des impôts. A cette époque, un ghetto se forme à proximité du monastère des J acobins. Pas de chance : l'évêque annexe tout le quartier et les Juifs n'échappent pas à la spoliation. Encore une fois l'administration de la ville proteste, encore une fois l'évêque la prie d'étouffer ses scrupules. Et quand Charles VI, à l'instar de Loui~ le Débonnaire. nommera, dans un souci d'équité, un nouveau Il Magister J udaerum », les évêques s'arrangeront pour obtenir toujours gain de . cause . dans leurs différends avec les Juifs. Si bien que finalement ils les chasseront sans leur permettre de revenir - jusqu'au XVIII" siècle. vegarde de leurs droits. La char~ Sous Louis XVI, Lyon compte ge fut occupée par un . certain une dizaine de familles israélites Evrard qui, oomrI).e son nom l'in- qui possèdent un caveau commun, dique, était Hébréard (du latin dont, en 177'1, les médecins CoHehroms). 10mb et Carré (chargés par le .. Une p'~riode de sécurité et de gouvernement de visiter les cimeprospér- ité s!ouvrit alors pour· les tières) relèvent les noms. Juifs cie Lyon et leurs au_tres . CO- . Tout Juif qui habite Lyon doit religionnaires. La ftlllme du roi . alors être muni d'un passeport des Francs, Judith de Bavière, spécial. Mais la Révolution Franleur ,témoignait beaucoup de sol- . çaise abolit tous les résidus féolicitude, et des chrétiens fréquen-. daux, et le 27 septembre 1791 taient leurs synagogùes, assistant ,l'émancipation eI)tre dims la loi. . à leurs offices et à leurs sermons. Les Juifs de Lyon coooourent Bien entendu, urie telle sifua- . -à l'oeuvre révolutionnaire. Cepen·. , . 1 . . dant, le 19 Frimaire an II il se tion Il était pas fOllr p aire au trouve un Azarie Vidal assez :.tnterrible Agohard, archevêque ' de Lyon, qu'on a oonsidéré comme le tirépublicain pour être conduit par père de l 'antisémitisme médiéval. les Jacobins à la guillotine. Il jeta l'anathème sur tous les Sous le Directoire, la commufidèles qui sympathisaient avec nauté achète .un cimetière pour des individus qui devaient rester 12.000 livres, et sous l'Empire, e maudits l) ef dont « l'inso- :le nombre de ses membres s'élève Ience » maintenant passait le!. :.1. 2.000. bornes. C'est préci9ément le titre Pauvres petits Cosaques d'!molentia fudaerum qu'il don- de Maurra~ na à ses quatre lettres d'un antisémitï. sme incendiaire (mais qui ne mit pas le feu aux maisons comme il arriva en d'autres villes) qui présentent aujourd'hui un vif intérêt historique 'par les · faits qu'elles évoquent. C'est ainsi que nOM apprenons que pour ne pas Milhaud appartenait à une vieiIJe famille dont les membres signèrent pendant longtemps : « Mileab », traduction hébraïque du latin Amiliarum, qui devait se transformer en Milhaud en français .. En 1910, le signataire de ces lignes,. étudia.nt toulousain ayant fui les pogromes tsaristes, tomba su,r un journal russe qui titrait en grosses lettres : Il Pogrome à Lyon ». Quelques agobards d'un IlQ1.1- veau genre auraient-ils voulu, au pays d'Anatole France et de Jaurès, ne pas être en reste avec les cosaques . de N1colas? Le rabbin de Lyon, Abraham Bloch, me ré4 pondit dans une lettre qu'un groupe de choc de l'A.F. s'était introduit dans la synagogue pour la saccager, 'mais que la population républicaine et les [.ollvoÏrs publics étaient intervenus à temps pour empêcher un spectacle devant lequel l'administration municipale du Moyen · Age était restée impuissante. Cette lettre qui réduisait le ( pogrome» à ses véritables proportions fut publiée dans le quotidien H aze/ira de V.arsovie . D'Anosef à Villeurbanne Abraham Bloch, d'ailleurs, aumônier du 14- Corps, devait tomber à l'ennemi en automne 1915 au col d'Anozel (Vosges) quelques instants après s'être porté (geste que Barrès lui-même magnifia dans son livre Il Les Familles Spirituelles JO) au secours d'un blessé catholique auquel il avait administré les deillieri sacrements. Il fut cité à l'ordre de l'armée. Pac une cruelle ironie du sort, la citation portait la signature de Pétain, le même qui, en 1942, réussissant ce. qu~ les pré-fascistes de 1910 avaient tenté, assassina, par la déportation, le successeur d'Abraham Bloch: le rabbin Bernard Sch~1berg. Inutile de dire que la Résistance lyonnaise et l'insurrection de Villeurbanne vengèrené les crimes de Pétain et de ses maîtres. Il est d.ffici~e de déterminer avec exactitude le réel et te légendaire dans ce qui nous a été trans- Quant à l'ass:issin de NotreSeigneur, il n'a pas le droit d'ac-. céder aux: fonctions de juge, et si lui-même comparaît en justice il est toujours obligé de produire un plus grand nombre de témoins de moralit~ que la r-artie adverse. Pas question pour lui , non plus, d'appeler à son - service un .domestique chrétien : la hiérarchie de l'Eglise le verrait d'un très mauvais oeil, elle qui; par ail- . heurter . l~ ·sentimeo.t religieuJ!: des Juifs, l'administration munici----------------------------. pale prenait soin de ne pas inau- Poursuivant notre chemin, r,ous rencontrons Abraham .Hindl, ar· chitecte (au début de la III République) de la Faculté de :.rédecine d'une ville moderne où 1~3 frères Marc et Emmanuel Lévy professent à la Facult~ de Droit - dont, vers 1908, le doyen sen ·un juriste accouplant le Rhô!lP et ·le ... Calvados : Lyon-Caen. UNE MATINEE DANSANTE e.t (M'canisée _r LE CERCLE DES LECTEURS d. « DROIT ET LlaRTE » , . . . ES le 2 1 ~vembre, à 15 heures gurer une foire le samedi. VALET'S ET DUP Arriva le jour otl le roi Se " laissa rrendre le trône par ses C'est aoosi de Lyon qu'était originaire un sénateur «)Ui~ue nous en sommes aux Il notabilités » ... ) qui portait le nom d~une petite ville du Gard: Edouard SALLE DE LA MARSEILLAISE PALAIS DES FETES STRASBOURC Qaelque. hommes .le la haute banque et du grand. nécoëe audafriçai .. Clu leure • israélite. didiulués ." ont cru hab.te, au I .. ndelOain de I"arrivée aux aHaires du parti nationaliste du 1;'ransvaal, .le lu.i offrir leu'l' adhéaion. Dans wie déclaration à dessein rendue apectaculaire, le aecrétaire . de ce parti, M . .le K'-k, fa rejetée. - Le premier acte du nouveau chef d~ ~ouyoern,ement, a . été ~e libéIN! r de prison, ian troupe d'eapions nuta Importants,. ,:ondamnes pendant la ruerre, ainsi que leur chef Sydney Robey Lelbbrandt. M. Malan, Préatd~t du · C ...... eil et M. Do~ges, mini.tre de l'In~rieur, sont depuis longtemps di~igeants d'\Kle auociation r~c!ste, .Itra-· nationalme et antisémite. Afr.kaner Broederbond », admll .. st,,_ par _ comité de douze penonnes qui s'in.titulent . c, les douze apâtres JO. • L'un d'eux r « apôtre " Diederichs, a déclaré dans un disc.ours au Parlement; « Il ne .'alit pas d'une lutte ordinaire ~tre 1 .... ~rtis politiques en Afrique du Sud, mais entre dINlt coneephons de Vie, le . compromis entre elles est impensable " . . Le premier mini't~ a anDOIlcé qu'il .e proposait de faire exclur:e du Parlement les représentants des h.ommes de cCl/uleur, des Angla.s et des juifs de l'Afrique du Sud. En Ar~entine, l' « Organisation bradita Argentina ", composée des mêmes éléments que leurs malheureux collècue. candidats nationalistes s.ud-africains. rait de la publicité dans lea journault .le I_flle yiddisch pour recruter des membres en vue c d'enc.ourager et soutenir l'oeuvre de Dotre leader le Général Peron •• Faut-il leur rappeler qu'un certain Isaac Steinschneider, prestidigitateur plus connu avant 1933 en Allemagne, $OU' le nom de théâtre .le Hanussen et qui a fait vivre .le ses deniers, pendant plusieurs années, le COlOte Heldorf, deveau premier Préfet de Police hitlérien de Berlin, • été assas.iné sur l'ordre .le son ancien protégé. trois jours après son arrivée au pouvoir. A la même époque, un avocat juif berlinois. réactionnaire, Neumann, a essayé d'obtenir pour le •• juifs germaniques de viei1le s.ouche " l'inscription au parti nazi, en atlaquant en même temps ses corréligionnaire. immigrés ; il fut 'l'envoyé avec mépris pour subir le 50rt commun. _ On ne peut pactiser, .on ne peut louv.oyer avec le fasciame, le nazism.e lOt la réaction, quelles que $Oient leurs formes ; ils portent eu ew<-tnêmes fe crime, la guerre, la ruine et la persécution 'l'aciale. Si certain.s .le ces « hommes providentiels • montrl'nt parfois un sourire et font même des déclarations rassurantes, c'est pour mieux l',,,dormir et aveugler. séparer et affaiblir leurs adversaires el leurs victimes. Ceci est nai pour bien des pays. Ceci est vrai pour la FrMICe. Josepb.-André BASS. >. . fils coalisés ' : au premier rang des anlidébonnaires, il y âvalt Agobard. Le prix d'une nuit A~I X1:' siècle, l'administration municipale ayant cru devoir :ir- l rêter quelques Il pogromistès » après un petit raid antijuif, un successeur d'Agobard, Galinaucl, la menaça d'excommunication si elle n'étouffait pas l'affaire. Il faut dire aussi que le petit raid s'était accompagné d'une confiscation de biens au profit d'un couvent. Mais c'est à partir de 1245, date du fameux Concile qui invente la « rouelle li, ancêtre de l'étoile jaune, que commencent les véritables malheurs de la communaut~ lyonnaise. On la chasse des ~ beaux quartiers », on la parque dans une véritable « carrière » qui couvre l'emplacement de l'actuelle rue de }'·errachat, et bientôt c'est l'ex(lulsion. Alors, pendant près d'un siècle, les Juifs à Lyon ne seront que de passage. POUf passer la nuit dans la ville, il leur faut payer douze deniers. . __ Ou bien recevoir une gifle. Cette amabilité est connue dans l'histoire sous le nom de colla, (l'on se rappelle à ce propos la coutume dite de la col ifisation qui était II: en honneur » au XII" siècle à Toulouse. Des Jacobins aux Jacobins V.ers quelle année les Juifs . sont-ils revenus s'établir dans l'actuel chef-lieu du Rhône? On (.~ "GRINGOIRE" a reparu L 'IDEE d'un « Hitler juif» est trè$ eo vogue dans ta presse antisémite. Quel cbamp d'action magnifique ouvre ceUe « trouvaille» ! Paroles Françaises écrit sous le titre: ~ crime de ' Hitler: « Cet homme mi-fou, mi-génie, sans doute deScendant d<:.Juifs conycrtis et dont il aurait conservé la fougue biblique, apparaît de plus en plus comme un des malfaiteurs de l'humanité. )l Malfaiteur ' de l'humanité ? Ces messieurs ont mis du temps à s'en apercevoir... . Les raisollS pour lesquelles le crime de Hitler est' impardonnable ? Paroles Françaises nous les donne. Passons sur les exterminations massives, les camps de la -mort, et autres bagatelles, car, dit Paroles Françaises: « Sa faute la moins pardonnable est d'avoir ouvert l'Europe au bolcbevisme. » Il n'est pas de façon plus claire d'exprimer ses regrets que )' Allemagne ait perdu la ~uerre. « Voilà j:e que c'est que d' avoir abattu Hitler », comme disent certains corresl, ondants de M·. François Mauriac, du Figaro. .,. Pourtant, l'organe de M. Mutter, envoyé officieux du Gouvernement français auprès des féodaux arabes du Caire, éprouve le besoin de se justifier : « Nous ne som2 mes pas des antisémites », déclare un de ses articles ... rempIf d'allusions antisémites. Et d'en donnèr la preuve irréfutable: fi. Nous ne sommes pas antisémites ... -et ce ne sont l'as les camarades juifs qui collaborent chez nous qui viendront nous contredire. » Tiens, tiens. y aurait·iI donc des rédacteurs juifs à Paroles Françaises ? Après tout, il y eut bien des tueurs juifs à Drancy et ailleurs • DRQR;· If LIBERTE~--------------------------------________________________________________________________________________ _ · ··c·.·.·. ~:~:~:·:~·~nt:;::'::::~.~·:::;:··· .......... M. FOSTER DULLES attend le· résultat du sion, combien de kilomètres de pelli- . ". L,JÊr.:~e::Charles:~:::::::e'::;',d~: r.rj~"rr_-+r~ 1 rj ' ~ rrj~ "rc.,· r_-+rj'I~IH' ~l~r:-'rr),t)rj, l voix humaines, des panneaux lumineux disent • Il' '" .. Il' ~ ~ Il' __ ~ .. ~ ... Il' "... __ _ . __ i' 1&,_ les noms de trois hommes. Trois au lieu de deux: cela compte ~ et cela comptera, de toutes façons dans l'histoire des Etats-Unis. Et les yeux de millions d'hommes voient, et les oreilles de millions d'hommes entendent ces noms, sans que, bien souvent, ils aient la possibilité matérielle de dire (surtout dans les Etats du Sud) celui auquel vont leurs préférences ... L'on doute que Gallup puisse dénombrer toutes les armes, toutes les formes de cette bataille où le troisième protagoniste part avec un handicap. Car il a le tort d'être l'adversaire, non pas tant des deux autres, que des banquiers et cles iUldustriels qui sont derrière eux, et sans qui les formidables moyens d'expression que constituent la presse, la ' radio, le cinéma, sont difficilement accessibles et utilisables. . M. : ·DEVLEY. ~"ndidat républicain M. TRUMAN, candidat démocrate Catch as catch can Aux Etats-Unis, la campagne pour les élections présidentielles du 2 novembre bat son plein, et réussit parfois à nous étonner. Dieu sait pourfant s'il en faut beaucoup pour nous étonner encore au pays de tous les étonnements! C'est que tous les coups sont pernlis. Calch as calch can. Prends (les voix) comme tu peux. M. Truman devient donc, à l'instar cle « Supennan », le héros d'un comique en couleur. Sa démagogie coule à flots. Les nègres deviennent les enfants chéris d'un homme politique qu'on soupçonne fort d'avoir frayé avec le Ku-Klux-Klan au début de sa carrière. Les Juifs ont droit à des voeux de bonne année. Souhaitons, en eHet, que la prochaine soit moins fertile en volte-face sur la question de Palestine. L'on en raconte de bien bonnes. Entre autres, celle-ci, qui est authentique : Le speaker d'un poste de radio : - Et voici que s'avance maintenant vers le micro notre ami, le citoyen S. (Ici, un petit portrait flatteur du citoyen S.). Dites-moi, Monsieur S., pourquoi voterez-vous pour Harry Truman? - Parce qu'en sortant, je toucherai dix dollars! Caleçons. chemises, chapeaux Jusqu'aux caleçons Qui sont mis à contribt'tion ! En Pennsylvanie, un commerçant met en vente des dessous de linge marqués D. Où l'amour de Dewey va-t-il se nichèr ! Mais, au fait, qui va prendre la culotte? ' Que le candidat du Parti démocrate soit bientôt contraint de retourner à 'son commerce de lingerie-bonneterie, cela ne fait aucun doute pour cette agence immobilière de Washington qui vient de louer, à Indépendance, la ville natale de l'a~ueJ président, une petite boutique. Au milieu de l'étalage vide, on peut lire l'annonce suivante : «' Le gérant de cette maison est attendu fin ' novembre, avec mi nouveau stock de chemises, chaussettes et cravates ». C'est alors de son chapeau que parle l'optimiste Dewey, et pour dire qu'il le mangera s'il n'est pas élu. Le lendemain, il reçoit par la poste deux chapeaux en chocolat. Bagarre sur le devant de la scène - Mais tout cela, en fin de compte, ' est-il si amusant? D'abord; le match Truman-Dewey ressemble par instants, à une batail)e de chiffonniers vraiment peu conforme aux règles du « fair-play » démocratique. Cette absence ' quasi-totale de sportivité dans la .poursuite de l'enjeu présjden.., tiel s'explique préciSément par le fait que les U.S.A. soot régis par une Constitution « présidentielle » dont on sait par ailleurs qu'elle plaît beaucoup au « président » d'un certain « r~ semblement » et à son petit comité d'experts constituan ts .. Des pouvoirs extrêmement larges sont en effet accordée par le vieux texte fédéral au Président américain, qui est en même temps chef de l'Etat - et chef du gouvernement. Il nomme les minis:. tres qui ne sont responsables que devant lui, se trouve muni d'un droit de veto en matière législative, édicte des décrets qui ont force de loi, etc. Le tandem Marshall-Dulles . Ensuite, et c'est le plus grave, s'il y a une bagarre 'politique entre le parti démocrate et le parti républicain sur le devant de la scène, oli voit se profiler dans la coulisse lês silhouettes inquiétantes des hommes du big business, tous , d'accord sur les grandes questions de la politique intérieure et de la politique extérieure des Etats-Unis. M. Dewey se présente contre M. Truman, dont il soutient vigoureusement la « doctrine» et s'On corollaire « le Plan Marshall 'Il. Le principal conseiller de l'actuel secrétaiTe d'Etat de M. Truman n'est autre que le répubJi. cain John Foster Dulles, qui doit prendre la succession si M. Dewey gagne. Avec l'associé de la banque germaùJooaméricaine Schroeder, qui joua un rôle si important dans le financement du trust « Ver.einigte Stahlwerke » ; avec l'Eminence grise de la « Chase National Banke )J, s'annexant la divine Providence dans ses discours belliqueux ; avec le . frère de M. Allen Dulles, qui contacta en pleine guerre, en tenitoire suisse;; le prinoe von Hohenloche. représentant, sous le nom de Pauls, Je gouvernement hit]érien·;· avec John Foste!1' Dulles au Département d'Etat, les victimes de l'agression seraient immensément naïves de croire qu'un quelconque changement pourrait intervenir dans la politique de violation des accords de Potsdam et de relèvement d'une AIle~ magne agressive. Il s'aginiit, bien au contraire, d'une inquiét:mte aggravation. Contre la paix et l'indépendance des peuples. Où sont les lignes de démarcation? C'est le « New-York Herald Tribune» qui ' n'hésitait pas à écrire récemment que la victoire de M. Dewey, homme de confiance de « l'Association Nationale des Industriels )J, serait la victoire de Rockieller, Morgan et Dupont. ces trois « empereurs )J de l'économie amérIcaine, suivis de quelques « rois )J, tels que Vence (pétrole). Talbot (automobile), Grandi (textile). Q~nd le. insc.iptions .". Je. listes électo'ôlles se font che .. . Ie coiffeur .•. ' -..r ' TI y a 'des lignes de' démarcation aux EtatsUnis. Par exemple, entre le Nord et le Sud ou entre un ghetto noir et les quartiers voisins, ou entre les antisémites et le iournaliste du « Mur Invisible », ou encore en'tre l'ambassadeur d'Ethio-. pie et les délégués blancs du Congrès pour le développement de la science (au sens ol' l'entendait, sans doute, le Herr Doktor Goebbels) . Mais il n'y a pas de li~rne de démarcation entre le parti qui s'intitule- républicain et le parti qui se dit démocrate. Les deux adjectifs, qui datent du milieu de l'autre siècle. ont perdu toute signification aujourd'hui. . Les républicains invoquent encore Jefferson et Abraham Lincoln. C'est un peu comme si M. Daladier se réclamait de . Robespierre. Qu'estce que le sénateur Vandenber-g peut bien avoir de commun avec le Président de l'époque héroïque? et M. Taft, seigneur de tout Cincinnati, avec le grand Américain qui a défini la démocratie

« Le gouvernement du peuple par le peuple

et pour le peuple ». A l'expression « par le peuple et pour le peuple )J, le coauteur du fameux bill antisyndical qui restera dans l'histoire COmme un m~lOument de réaction, substitue aujourd'hui : « ... par la matraque et pour les capitalistes ». Histoire ancienne La vérité est que le parti républicain, progressiste à ses débuts dans la mesure où il oeu-Vra- à l'achèvement de la révolution bOUl"geoise et à l'essor industriel du pays, contre le système esclavagiste du Sud. tomba assez vite sous le colYti-ôle de l'oligarchie financière. On sait Ic rôle qu'il joua de la fin de la guerre de Sécession jusqu'au lendemain de la première guerre mondiale dans la naissance et le développement de l'in~IJérialisme américain, marqués, entre antres, par de successiv~s maÎnmises sur Hawaï, les Philippines, l'Amérique Centrale et l'Amérique, l'apparition de la diplomatie du dollar, les scandales du pétrole, la fail· lite de Hoover. . Quant au parti démocrate. qui remonte à Jackson, il a groupé au cours de son existence les éléments les plus hétérogènes: antifédéraliste, champion de la décentralisation et du libre échange, avec les gros planteurs du Sud, il a pu rallier par la suite les couches moyennes, les fermiers du Centre et a bénéficié de l'appui des dirigeants syndicaux. Dans l'ensemble, il est apparu comme plus avancé que son rivaIt et il peut s'enorgueillir d'avoir compté en son sein des politiques tels que Wilson et Franklin Roosevelt. Des démocrates qui ne le sont. pas Où sait comment dès 1944, avant même la fin de la guerre, les manoeuvres de l'aile droite aboutirent à l'exclusion de M. Wallace de la vice-présidence au profit de M. Truman. C'est que le parti démocrate traversait déjà une crise assez violente, dominée par une menace de scission à la veille d'élections présidentielles. A dire vrai; depuis longtemps, la ligne de démarcation n 'existait plus entre républicains et démocrates: elle passait entre les éléments réactionnaires et les éléments progressistes des deux partis, unis par une même opposition ou un même soutien à la politique rooseveltienne. . En d'autres termes, il y avait des répubJi:cains clémocrates, et des dém~rates qui l'étaient peu ou pas du tout. De cette dernière catégorie, le sénateur Bilbo était en quelque sorte le prototype. Ce raciste farouche et le secrétaire au Commerce étaient aussi différents que le jour et la nuit. Le faux disciple La mort de Roosevelt Iut une énorme perte . pour la démocratie. Sa forte personnalité avait tenu en bride l'oligarchie financière et ses représentants au Congrès. M. Truman ne tarda pas à rompre, honteusement, il faut bien le dire, avec la tradition de celui dont il s'était prétendu le disciple le jour de son accession automatique à la présidence. Quand se posèrent les grands problèmes éco.nomiques de l'après guerre, l'administration et la direction démocrates capitulèrent progressivement devant les grandes forces capitalistes, banquiers, gros industriels, généraux, haut clergé. l\t Truman, éliminant les uns après les autres tous les compagnons de Roosevelt, finit par se débarrasser de Wallace. Plusieurs mois avant les élections, les démocrates étaient prisonniers des républicains. Cet abandon de la politique démocratique de Roosevelt provoqua dans les ma,sses Qui soutenaient le Grand Président, ùn écoeurement qui explique en partie le succès des républicains au scrutin de novembre 1946. cr L'écartement d'une voie» Et aujourd'hui? Le cours réactionnaire et expansionniste de la politique américaine s'est développé ;\ un ryth. me extrêmement rapide et ici. moins que jamais, il ne saurait être question d'une véritable ligne de paFtage entre les deux partis traditionnels. 11 suffit de gratter la petite écorce des phrases de programme pour conshlter (ju'ils défendent en fait les mêmes intérêts essentiels. On dira qu'il .existe tout de même une marge? Certes oui; comme le note iro.niquement le « Saturday Evening Post» : une marge qui « ne dépasse pas l'écartement d'une voie de chemin de fer ». Surtout, lorsque la même compagnie de che. min de fer subventionne tour à tour un comité . Franklin D. ROOSEVELT ... .:.et !on disciple Henry WALLACE électoral républicain et un comité électoral démocrate. Cette façon de miser sur les deux tables n'est pas si rare. Pour un nouveau-monde Cependant, il serait tout à fait faux de désespérer d'un véritable Nouveau Monde. Face à l'Amérique de FOl'd, de la ( Chase National Bank » et de Hearst, -se dresse l'Amérique du peuple américain. 11 est bien vrai qu'elle a beaucoup à faire ct à comprendre. Là-bas, une formidable mythologie, déversée de toutes parts, oppressante, inévitable, embrume les cerveâux et fait prendre leur malheur en patience à des millions d'honnêtes gens. Mythe de la place au soleil. Mythe de l'jntelligence et de la supériorité naturelle des riches. M.ythe du paradis américain. Mythe de la grande démocratie américaine. . Psychoses. Psychose de guerre. Psychose du péril rouge. Psychose du sabot)ge communiste. Complots partout. Mais Wallace a pu constituer un Troisième Parti. Son existence même est déjà une grande victoire. Nous y reviendrons. Jacques POZER. 7 ." ... 1 DROIT ET LISERTE T R J BUN E Sur "l'imprévoyance tragique d'un peuple" ~L_'B _R_E_I et "la clairvoyance de ses dirigeants" taches diplomatiques avec If.S pés par les nazis ont combattu gouvernement, même au risque l'envahisseur. Les héros du de faire - ir du retard dans ghetto d-e Varsovie ont immocerlaines choses. Il biUsé plusieurs divisions alle- }\ LA deuxième session du Congrès Juif Mondial , qui • s'est déroulée au début du, mois de juillet à Montreaux, le Dr Nahum Goldmann, dans son discours d'ouverture, a longuement parlé de « l'imprévoyance tragique d'un peuple qui n'a pas écouté les avertissements que lui donnaient les plus clairvoyants de ses di,ri- L ~ cynisme que recouvrait mandes. Dans leur lutte, comcette déclaration, quel- bien inégale, contre un adverque peu sybilline, est saire pourvu de tanks et de apparu au cours des débats. canons, ils ont, avec l'eurs paugeants », Certains, aujourd'hui, semblent vouloir propager la Les « attaches diplomatiques:) vreS fusils et grenades, tué des même thèse. c'étaient les négoCiations avec centaines de soldats et officiers Ne serait-il pas plus juste de parler de la responsabililJé des anciennes organisations juives qui ont fait faillite à une heure 'décisive? Il n'y a pas eu imprévoyance des masses juives, mais bien i~pr'évoyance, et parfois trahison, de certaines « élites )1. D'autres dirigeants et d'autres organlsa!li()IIs se sont montrés courageux et ·clairvoyants: ainsi ,par eexmple, a surgi la résistance juive de France, partie intégrante de la résistance française. Il convient donc de rétablir Iluelques vérités historiques ... formellement accusé les dirl- le gouvernement des Etats- de l'orgueilleuse Wehrmacht. Il geants du Congrès Mondial Unis pour un commonwealth en a été de même, toutes proJuit de n'avoir pas appelé le juif en Palestine, conformé- portions gardées, dans les pl.lbli1! juif des Etats-Unis et ment aux résolutions de la con- ghettos de Bialystok . et d'aild, '11 à t te férence sioniste de l'hôtel de leurs. Des dizaines de milliers al eurs. pro es . r en masse Baltimore. Quant aux « certai- é con.tre l'extermination des nes choses qui devraient subir de p:lrtisans juifs se sont r - Juifs de pologne, et contre l'in- . , pandus dans les forêts de la différence des démocraties ' à du retard », il s agIssait. des Pologne et de la Russie Blan- . cet égard. Il les a accusés éga- campagnes de protestatlOns che. Ils harassaient, à l'arrièlement de n 'avoir pas utilisé contre le gazage à mort, par les ' re, les communications de l'enles possibilités d'aide et de sau- A~lemands, de miUions de Juifs ne mi et son approvisionnement. \'etage des populations juives detenus dans ~es. camps de Maints d'entre eux, tombés enquand elles s'étalent présentées, c<;mcentration, atnsl que les ,in- tre les mains hitlériennes, ont tout en s'attribuant les mérites dlspensables mesures de sauve- été exécutés. ' des actions en' ce sens, menées tage à prendre. En France aussi, la Résistanpar ailleurs. A. INS~, les ten~nts du. Con- ce a été des plus vives, qui Nous citons textuellement la gre~ Mondial .JuIf en groupait un nombre imposant réponse du Dr. Goldmann : Amer1q~e, .le Dr~oldma? de partisans juils. « J'accepte une partie des accusa- qe~e t~~un~e Jé~~:Charlesfo~r~o~c~rus Dans les villes, les ouvriers NI les , bureaux de l'Agence tions lomuiées, non pas commf; di- . . - juifs ont saboté ,avec succès la . Juive, ni cimx du Congrès rigeant, mais comme homme' de ma vernement amencain sur un production de guerre alleman- , Mcmdiat .Juif à Genève, génération Oui, notre ~nération\ est Etat juif ·en. . pale~tine" pays de, dans le vêtement, la fourn'ont jama:Ls rIen dit DIt publié couçable. Elle ne s'es~ pas dres~ sous mandat anglaIs, c est-à- rure, etc. Nombre d ' entre eux au sujet des assassinats par le pour comballre l'ennemi. QUfolQues dire en dehors de . sa , compé- ont été exécutés, mais ,leur sa- gaz. Pourt~t, ils devaient sa- Juifs, en divers endroits des pays -te~ce. ~ ce' ~hiffon de papier, botage avait été victorieux. voir. . ode . l'exil, e~ de nombreux Juifs en qu ils n ()nt .d ailleurs pas obte- Oui, les Juifs de l'Europe oc- , Pales[.ine, ont lutté contre lfos .na" nu, l~s dir~geants du C~~rès cupée peuvent 'repousser ces re- . , Un exemple : Lis, les armes en main. La maS5e .Mondial ,Jud ont sacrifie des proches injustiflés. Restent les On a appris qu'en 1942 un de la nation a st;bi l'agression- en vies juives. Ils se sont livrés li organis' atl'ons jUl'ves des pays commerçant allemand de Ham- courbant la tête. Et nombreu.x sont , b8urg, 'venu en Suisse, avait ra- ceux qui avaient doulé ou qUi dou- d:e vaines p~labres diplomat~- britanniques, des Etats-Unis et conté dans un café de Zurich, lent encol'f. de la pvssibilité de m<r ques. . Ils n ont pas compns de l'Amérique latine. En ce qui , à des amis suLsses, que la fabrl- bili;ser les m~sses juives pour -des , qu~en raison de leur ,?onsente- concerne les Etats-Unis, les cation en gra:nde qUQ.lltité de ~cl.LOns .plus Jmportanle~ que ~:ll,es ment tacit~ aux cnmes et, reproches de Goldman ne sont gaz toxiques allait commencer GUl a:valen~ ~té entrepnses. Ict .. en faute de propagande en faveur , pas sans fondement. Mais là dans la ville hanséatique, gaz Aménque il est clll!r, à lout o/jas~- de l'accueil aux Etats-Unis des ' aussi en fiti de compte la resvaleUr, que les maLlleurs du Ju ,.alS~ .Juifs menacés le gouverne- 'b'lité i iti l ! t destinés aux camps de déportés me d'Europe n'ont pas louché au ., i' ponsa Ina e reVlen aux juifs en Pologne. Un consomma- coeur !es populalions juivl's. En tant ' Ifient amer:lC.a, n a pu ,. fermer «dirIgeants ~ qui, loin d'alerteur juif, voisin de table du nar- qUe tout at.\re Juif de ma gén.éra- ses portes a 1 immigratlOn. jui- ter les masses juives, les ont te. rateur, effrayé, tit part de ces tion. je ne saurais !lssur,n.er indivi- ve et l~ gouverneIl}ent bntan- nues, à dessein, dans l 'ignoran- , dires ame bureaux du Congrès duellt.ment la respons(lblltté collec- nique s acharner sur les mal- rance de la grande catastro- Juit à Genève, qui alertèrent le tive des accusations formuées à ce~ heureux réfugiés dl.! c Patria > phe. Leur culpabilité est une siège du Congrès, à New-York. ', te conférence. • > et du « Strouma >. terrible leçon. Espérons qu'on Là commence l'épisode le Outre ces généralités, le Dr. C ~EST en vain que . M. guerre et tous les bandits qui plus tragique de l'histoire. La Goldmann a. fait la déclara- Goldman essaie d'impu- ne l'oubliera pas, pour mieux se Direction du c Congrès Mon- tion sul vante : ter les responsabilités de défendre contre les fauteurs de 'dial Juif ~ n'a pas ajouté foi «La Dir~tion du Congrès ' la catastro,phe, non aux diri- voudraient recommenc·er. aux c bruits 'l> venus d'Alle- Mondial Juif éto.it d'avis. qu'il ne geants mais aUSSi au c peuple magne et les bureaux du Mi- fllllait _pas comprometlre nos al· juif ». Les Juifs des pays occunistère américain des Affaires 1----=-------------------------------------IVRI, étrangères semblaient partager son opinion. Ds auraient même, paraît-il, conseïIlé de ne rien ébruiter afin de ,ne pas créer une 'panique injustifiée. L 'étrangeté de cette version accréditerait-elle son invraisemblance? De toute façon, le COffillOrtement de certaines institutions juives, notamment du « Congrès Mondial >, pendant ces terribles années de 1939 à 1945, conStit.ue un formidable réquisitoire contre elles. Le massacre en masse de~ Juifs a duré c cinq > longuei années. Ces tueries étaient perpétrées dans les campagr.e8, et a.\lssl dans ·les · grandes villes comme Riga, Varsovie, Kieff, Kharkof, etc., ' toutes vIlles où se trouvaient les représentants , diplomatiques et consulaires des puissances neutres qui, certainement, ont dû en référer à leurs ,gouvernements. La grande faute des instltutlGns juh-es, y comprIs le Congrès M.ondial JUif. l'Agence JUive, de même que les Socié~ s de secours juives (OSE, ORT, etc.) et les Conseils de communautés juives d'AmériQue, d'Afrique dtl Sud, de Suède, de Suisse, d'Angleterre et de Palestine, etc., a été de l;l.e pas avoir créé un service de renseig-n.ements spécial pour les pa~s d'occupation allemande. Les, p~romes de 1933, à, l'M'rivée de Hitler au pouvoir et ceux de ' 1938, après l'attentat de Grunspann à Paris, auraient dû servir d·avertissement. Or, rien n'a été fait, rien n'a été entrepris. Tant la chose a été tenue secrète par les nazis, qui voulaient ·continuer en toute tranquillité leur oeuvre de mort. Silence involontaire, dira-t-on. Hélas ! il s'est avéré que des institutions sionistes ont caché le fait de l'extermination juive parce Qu'une telle révélation aurait pu nuire aux pourparlers entrepris avec le gouvernement des Etats-Unis au sujet du programme de Baltimore. A la Conférence du Congrès Mondial Juif de NewYori!;:, la première après la fin de la guerre, M. Chtchoupakeviteh. membre de la délégation du judaïsme polonais, a LE"STATUT DES ANCIENS 'DÉPORTÉS ET INTERNÉS D ES 1945, b Fédération Nationale des Déportés et Interrl'Ss Patriotes et Résistants (F.N.D.I.R.P.), qui grovpe e" Son sei" plus de , 1 00.000 adhérents, avait élaboré un projet de statut de déportés et internés, dont l'esprit "sidait dans 1 .. cléfense du droit à rep .. ration pour tous lès déportés, internés et ayants droit, la réparation des rava,es physiques et moraux, la ' cléfense des familles des clisparus privées .e Jellr lOutie... . Après le 'dépê,t de ce nroJ'et au-. ce forfait devant être fixé ultérieuprès des groupes parlemr -entaire, s, 'Cement. 1 M R P S F 1 O Le statut du 9 septembre 194& es groupes :.. et ... . . t l' ff ' U é n'acceptaient pas de le défendre es encore p us msu lsant. n p - devant l'Assemblée Nationale. Le cule est bien porévu, mais n'est pas groupe P.R.L. faisait des restric- enc~re , fixé à ce jour: il est d'ailtions au sujet des internés. leul'S à prévoir qu'il ne sera qu'une aumône, puisque cette Le bruit courait ensuite qu'un clause n'a même pas été prévue projet Lambert (M.R.-P.) devait dans le prernhr. , être présenté devant l'Assemblée Il admet le paiement de la prime et que ce projet comportait deux de déportation aux astenda.nts, statut,>, tendant à la division -des sa,ns cOlldition d'âge, l'indemnisadéportt. s -en deux !:,roupes : les ré- tion des pertôs de biens (forfait à sistants et " les autre$ )J. fixer). . La Fédération, repcésentée par Devant l'insuffisance notoire de MM. le colonel Manbes, le RP. ' ces statuts, le Bureau N atiooal, à Riquet, Lampe et Ricol, alertait à la da'te du 15 octobre, s'est rendu nouveau les groupes parlemen- en délégatioo aUpT€;S de M. Betotaires et les démarches personnelles laud, ministre des Anciens Cornentrfoprises par le R.P. Riquet eu- battants, et a prott"sté contre l 'esrent un profond retentissement prit qui a présidé à leur éIaoora-' auprès de l'ensemble des déportés. tion. ('(-pendant, malg-ré l'assurance VOILA L'HIVER Il a renouvelé les propooitions contenues dans le 'projet de la E.N.D.I.R.P., à savoir 1· L'unification des (ü/ex statuts/ 2· Le paiement d'un pécule à tO\1S les dépGrtés et ayants droit, égal au salaire moyen départemental, et à tous les internés égal à la moitié de celui-ci; 3· Un f~rfait de 50.000 francs pour l'indemnisation des pertes de: biens. M. Betoiaud a inyoqué les difficultés financières du Gouvernement. Pratiquement, les intéress~s ' n'auront satisfaction' que s'ils f~nt eux-mêmes pression par leur union au sein de leurs organisations de déportés ou sympathisants, par des protestations massives, par des · délégations nombreuses auprès de leurs élus. . Madel, DECHA VASSINE, secrétaire de l'Amicale li' Atlsch1tJite. donn~e par les différents groupes de défendre ce contre-projet, le projet Lambert fut voté à la Chambre par tous les groupes, sauf le Parti Communiste et deux: ou trois individualités. C'EST MAINTENANT QU'IL FAUT VISITER' LES NOUVELLES COLLECTIONS OU Deux statuls ont donc été votés, l'un à la date du 6 aoüt 194& concernant les Déportés Résistants et les Internés Résistants ayant subi un internement de plus de trois mois, l'autre à la dale du <) sep· tembre 1948 concernant les déporlés et internés politiq ues, dans lequel sont compris les déportés et internés raciaux. Il est bien vrai que le statut du 6 aoüt IC)4& apporte peu d 'améliorations à la situation des intéressés. Il consacre une solde déjà attribuée antérieurement aux: membres F .F.C.I. et R.l.F ., mais n'atlribue auc1ln pécule. Il admet la plé!.omption d'origine pour les maladies, sans condition de délai, l';! paiement de la prime de déportatIon <lUX ascendants, sans cOltditiOlI d'âge, le bénéfice de la campagne double pour les déportés et simple pour les internés - l'attribution d'office de décorations à titre posthume, l'iRdemnisation -des pertes de biensJ GRAND MAGASIN - ---1 LADY DE LA FOURRURE, ET DE LA NOUVEAUTE 42, 'rue de la Chaussée-d'Antin "Chez MAMMY" Restaurant" célèbre pour SES SPECIAL..I.T. ES .JUIVES depuis le 17 septevmbre Richard INGER dans ses chansons yiddiscb 22, avenue Montai,ne. PARIS Métr-o : Frankiin-lUo.eveit et Alma Tél. : BAL. 44·51 et ELY. 24-11 Ouvert tous les jours lot Novembre 1948. - N· IS-SI AMERraUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE ., CC 0 CE ANI A » VOYAGES - TOURISME 4. rue de Castellane T'I. : Anjou 1i-JJ ..•................••. POMPES FUNEBRES ET MARBRER lE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUE DES PIEDS SENSIBLES PARIS : 12, rue de la Boétie Anjou 15·30 NICE et VICHY BOULANGERIE·PATISSERIE 'UlVE BERNARD 12, ru;, N.·D.·de-Nazareth, Pari Tél. : TURbigo M·H Pain de seigle meilleure quallté Patisserle de la meilleure sorte COnditions spéciales pour mariages et banqueta. On livre à domicil~. Pri% · mod~r~. Métro : T~mple et RépUblique NE FAITES AUCUN ACHAT avant d'avoir vu les enBemblee pr6&entés par L'HARMONIE CHEZ SOI . 111, faubour. St-Antoine. Patis Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS CheE ZAJOEL 89, rue d'Aboukir - Paris:"2' M. : st-Den;s, Réaumur. Sentler Tél. : CUT 71·87 ·I- ~l;~~ Visites - Piqûres - Ventouses 1 S, rue Ramponneau - PARIS Métro: Belleville. Tél. MEN. Si·n ,AU POSEU. DE LINOS grand stock de LinoléUM, R~",oléunt, BalatuM Toiles cirées, Papiers peints. etc. Ers MAURICE WAIS Il. boulevard Ménilmontant. PARIS-XX~ M.: P~e-Lachaise. Tél. OBE 12-55 SUoCç'ur,<II e : 117. faub. du Temple, PARIS-X'. Métro : Heltevllle et Goncourt Restaurant CHEZ AL.BERT 51. rue Natre-Qama.de-Narareth Métro : Strasbourg-Saint-Denie où vous trouverez: toutes les spécia H tés rGumai"es, polonaises et nSles qu'il &'Gg;ue de LUMIÈRE', d'ÉNERGIE ou de facilités et agréments quelconques l'ÉLECTRICITÉ est indispensable à votre profession Nous pouvons vous faire bénéficier de tous les derniers progrès de la Technique él8lCtrique moderne Notre rayon T.S.F. V()IJS offre la gamme complète des grandes marques. N'appréhendez pas la question dépense, car nous vous ferons CREDIT . Etablissements STELLUX 3, rue de Mirbel _ PARIS-V· Tél.: Cob. 01·98. Réductûm sl'killie at~ pOrteur de cette a1UWnoCe. n," Novembre 1948, - ~ 15-83--------------- CROIT ET LleERU Le ,destin, parfaitement accompli de' JEAN-RI'CHARD BLOCH • par Roger PA YET -BURIN -U N critique dressait un jour un bilan de la litterature « juive française ». Si je place ces mots entre guillemels~ c'est qu'ils n'offrent pas un sens très clair par eux- , mêmes. On ne peut guère les employer qu'avec un sens convenu et le critique en question et) usait ainsi, comme on va voir. , Son panorama c(,JIIlprenait de nombreux ' noms, «ftains suivis ,d',un long commentaire, d' autr~ accompa!J)és d'une simple mention. Parmi les pre:miers, je ne saurais faire aujour-d'hui de citations pricises. Mais parmi les seconds, je me rappelle kwt bien que se trouvait Jean-Ricbard Bloch'. 0. 41isait -qu'il avait écrit : Lioy, ... Et,Compognie, LA Nuit kurde, el (Ju' ensuite Il ayait été I( perdu ,. pour cette fameuse' littérature « juive fra~ise ». e était tout. ' Le critique ni n'émettait d' 9pinion sur les livres c:ités, ni , ne dévoilatt quelle cause assez funeste avait bien pu pousser l'écrivain à (1 se perdre » ain~i. II y avait pourtant, dans ,cette si brêve notation, un~ marque de dépit. Si le critique n'avait attaché aucune importance à ce cas, pourquoi r aurait- il seulement soulevé ? Mais il s'agissait de Jeàn-Richard Bloch, justement, et si peu désireux qu'il fOt de rappeler son nom, il lui était difficile, évidemment, de le passer sous silence. Car les lecteurs, et/X, auraient pu s'en souvenir Pour lui. VOlq qu'une maison d'édition (1) vient de -publier Le$ plU$ belle$ page$ Je jean-Richmd Bloch, pour lesquelles Aragon a écrit une préface admirable de compréhel)!ion et d'amitié ffivente. Aragon, qlll a quelque qualité pour juger des choses de la littérature. disons fran~i$e, estime que l'o:uvre de Jean-Richard Bloch est une des premières de ce temps. M<lis le rapprochement de cette opinion avec la precédente ne laisse pas d 'être troublant : comment peut-on être à la fois un grand écrivain français et un quelconque, un illsignlfiant écrivain I( juif français » ? , Pour débrouiller la question, disons que JeanRichard Bloch appartenait à une famille juive alsaCienne, qu'un de ses arriù'e-grand-père avait servi dans les armées de Louis XV et qu'après la défaite de 1871, ses parents s'étaient sentis assez Français pour fuir l'Alsace, occupée et se réfugier {( à l'intérieur ». Ceci pour indiquer qu'il regarda toujours la France comme sa patriè, sans se poser plus de question à ce sujet qu'un Breton de Brest ou qu'un Auvergnat de Saint-Flour. N ÉAm101N~; être JUIf, quan~ on est França~, , expose mcontestab~ement a plus de comphcation qu'être Breton ou Auvergnat. JeanRichard Bloch était trop sensible pour , ne pas s'en apercevoir. Le milieu de spn enfance et de sa jeunesse, la bourgeoi~ie juive, aVilit -des, habilu- (1) La. bibliothèque française . . ; des et des couleurs spéciales et faisaIt fi~, noyée au milieu de la bourgeoisie qui l'environnait, d'un moncJe à part. C'est ce monde qu'il a décrit dans •.. Et Compagnie. Avec son patisé lomtain celte bourgeoisie gardait des fibres secrètes que seuls les plus délicats de s~s fils pouvaient percevoir. Jean-Richard Bloch fut de ceux-là. e~ la raison qui lui lit écrire La Nuit Kurde. {( Le jour où rai trouvé sur les quais et acheté pour quel<wes sous le Livre de la Jungle, ma destinée -m'a été révélée. II manquait à mon toit un signe qui marquât où soufflait le vent. rai reconnu ce, jour-là que le vent ne cessait cJe me désigner l'Orient. » , Ces lignes furent écrites en 1920. S'il faut en croire le critique évoqué plus hau~ I~ carrière de Jean-Richard Bloch se brisa là . Car bien loin d'être préoccupé par l'Orient comme .le laissait pressentir La Nuit Kurde, 1'icrivain trouva par li suite dans son pays même les sujets de, son inspiration. Les hésitations, les inqUiétudes qu'il <lvait pu ressentir quant à l'endroit où s'accomplirait son destin étaient finies et bièn bnies. Jean-Richard Bloch allait se vouer à la France. MAINTENANT ~rtaim peuvent bien regretter (Jue r auteur d' .. . Et Compagnie ait pris cette voie-là. Ils peuvent bien le rejeter de la litta-. ature I( juive française» el, qui sait, de la {(communauté juive» au sens où ils l'entendent, c'est-àdire d'une communauté repliée sur elle-même, fermée à toute action du dehors, et vivant en France en voulant i~norer la France. S'il y a des gens qui choIsissent d'être aveugies, Jean-Richard, Bloch n'était pas de ceux-là. Que l'on relise donc :ces pages où ~e retrace lout ~e chemin qu'il a parcouru jusqu'à la fatale journée de février 1947 où il tomba terrassé en plein - travail. On comprendra ce que signifiait: être Franç. lis, pour un Jean:Richard Bloch. C était flétrir la rllh des Chemises noIres contre l'Ethiopie sans défense, dénoncer la duperie de la I( non-intervention ) qui livrait l'Etipagne à ses bourreaux, c'était condamner ta capitulation à Münich des gouvernements angl<lts et français devant Hitler, assassin des Juifs et des démocrates. e était enful, une fois venue la guerre qu'il avait si douloureuserqent pressentie, lutter de toutes ses forces pour la victoire de la liberté. ' TEL fut Je destin d'un écrivain qui, sam oublier jamais qu'il.était JUIf. ne voulut pas davantage s'enfermer dans cette condition pour y oublier ses devoirs de Français et de démocrate, qui pour' lui d' ailleurs se confondaient. Cette solution du {( problème juif » n'a jamais été avancée par Jean-Richard Bloch comme un modèle à sUivre par tous et partout. Mais chacun -doit r.o.-:onnaÎtre qu'elle est marquée du signe de la plus authentique gran-& ur. LE THÉATRE par Roger M~'RIA .MONTSERRAT N OUS sOmmes en ,juillet 1812, au Vénézuela, dans une salle de la Capitainerie générale de l'armée espagnole à Valencia. Après un dur revers, le fameux chef nationar. • rebelle » naturellement, Simon Bolivar, est traqué par les forces d'occupation. Les, soudards du roi d'Espagne se 000- duisent comme des brutes déchaînées; ils massacrent, ,pillent, violent et fusillent ; la résistance, sou'enue par le peuple, mèrlC! la vie dure à l 'ennemi. Le caritaine Izquierdo découvre que si Bolivar, pour-chassé, a_pu lui échapper, c'est par suite de la " trahison » d'un c ; ses officiers : un espagnol, Montserrat, qui sait, seul, où se cache Bolivar. Arrêté, il ne veut pas livrer son ami, qui représente surtout, 'à ses yeux, la liberté et l'avenir de la liberté. Izquierd0, qui comprend que Montserrat ne parlera pas sous la torture, imagine d 'arrêter six otages pris au hasard dans la rue, des innocents, et de les mettre face à face avec Montserrat : ils seront fusillés s'ils ne 'parviennent pas à 'obtenir,de Montserrat l 'aveu du lieu où se cache Bolivar. Les otages représentent la ropulation moyenne (et « apolitique ») du 'pays occupé: un artisan potier, un gros commerçant, une femme du peuple, mère de famille, un OOIJl~lien de grande réputation, un adolescent et une simple jeune fille. Montserrat ne parlera pas. Les six otages seront implacablement fusillés. Bolivar triomphera. L 'Espagnol sera chassé. L~s trois actes se déroulent 'ave<: ane âpre grandeur, et Je ' sens dramatique de cette oeuvre est tellement aigu _que le , , seul entr'acte est irritant comme une attente funèbre. Cette forte impression que la salle ressent de faÇQl1 très sensible est due, en partie, à l'application sans défajll .. m~e de la règle classique des trois unités, telle que Boileau l'a fixée Qu'en un lieu, iJu' ell Jin jour, un seul toit accompli Tiemte jusqu'à la tin le tMâtre remPli. Mieux, dans la ' pièce d'Emmanuel Roblès, ce n'est pas en vingt-quatre heures que se déroule l'action, mais <Jans le temps même, exactement, de la représentation. De ce fait, la ç1ensité psychologique assaille le spectateur et ne le laislle pas soUffler; les personn'ages principaux sont Bolivar, invi- ' sible mais magnifiquement pré ent, Bolivar ou la liberté, d'une part, et les autres, ceux que l'on voit, vivants et menacés, et ceux aussi dont l'auteur impose avec art la réalité, les millions d 'hommes et de femmes, les enfants, que J'action de Bolivar et le sacrifice de Montserrat sauveront sans qu 'ils le sachent. Montserrat n'a pas parlé et les otages, innocents, tombent sous les balles de la tyrannie. Montserrat en porte la responsabilité, seconde mais accablante, car sa pure conscience le tourmente, alors que les vrais coupables sont les Espagnols oppresseurs qui d<minent un peuple affamé de sa libération. Nous avons connu cela et c'est Cft flui rend cette pièce solidement charpentée, tellement proche de nos préoccupa, tions. Nous sommes loin des rébus sa rtriens à l 'usa::;e des désoeuvrés; c'est la vie saignaùte 'dont Ef!1manuel R~lès se f~it l'évocateur impec<,able ; cette fois, le problème est po;é juste. ' ,.' , TRISTAN TZARA,poète roumain de langue française, est pour nous le témoignage vivant de l'unité de la pensée libre à' travers 'les nations qui ont lutté, toutes ensemble, contre la barbarie f41sciste. Il ~ su, pendant I~s années noires de foccupatfeft; fester fidèle ,à ce refus passionné de l'oppression qui se retNuve, inébranlable. tlan~ SOft eevvre tout entière, SUI2I2~.ALISI1~ tant d'autres, explicable -comme les autres. Il semble que notre }Xiète - si sévère , soit-il pour Breton et les compagnons actuels de Breton - ne pUi.sse rompre dU!l."ement avec l'expérience de ses propres années Ge jeunesse. L'échec du surréaUsmt: lui semble tenir il. une fatalité de la nature humaine, au conflit permanent de la ~ PQésie dirigée :., c'est-à-dire exprimée par des mots. composée en fODetion de certaines émotions communes il. beaucoup d 'hommes, et de la poésie « non dirigée ~, 'c'est-à-dire exprimable par le langage et. aussi personnelle et incommunicable que le rêve. Qu'il s'agisse d'une lutte irréductible, éternelle, Tzara le montre en envisageant une société où le progrès culturel aurait détruit la poésie dirigée, la volonté d'exprimer son rêve pour l'usage d'autrui, chacun trouvant dans son rêve përsonnel toute la poésie, non dirigée, dont il aurait besoin pour d()nnée libre cours aux vieilles forces inconScientes, il. la pensée non exprimée. Certes, Tzara présente cet éparpillement futur de l·art réel en sen~nts diffus, comme le passage d'une poésie qualitativement définie en une 'poésie quantitativement dispersée. Mais il ne s'agit pa:! ici d'une trans1.ormation d'une Ce que Tzara reproehe au surréalisme, c'est de l'avoir trop lOngtemPs détourné de l'histoire. Or, à ses yeux, ., la poésie est plongée dans l'histoire jusqu'au 000 ... Elle ne serait pas ce qu'elle est, ce qu'elle n'est pas, sI la guerre d'Espagne ne l'avait pas traversée comme un couteau, si MWlIch ne l'avait pas fait rougir de ce rouge qui est la 'Plus exaltante couleur que nous conoeissons encore en ce monde ... ;) Pour avoir mené tr()P longtemps la quête de surréel, le poète faillit laisser éehapper le réel, le combat de tous les jours, sans faste et sans magie, où la victoire est gagnée durement. Mais le besoin de dissimuler la fuite hors du seul champ de bataille, de la camoufler en élan vers une autre bataille, d()nt J'enjeu mystique ' soit plus réel et l'après-guerre (lut' le pain, ce besoin n'est pas nouveau chez l'artiste, ou plus simplement chez l'être humain. L'essai de Tzara suT Le Surréalisme et l'après-guerre cherche à situer le mouv,ement poétique né ' vers 1920 dans cette tradition d'évasion et à mor.trer , ainsi P<lurquol tant de jeunes intellectuels de l'entre-deux guerres s'engag-èrent dans ' le surréalisme. IL s'agissait moins, alors, d'une manière d'éerire et de penser que d'une manière de vivre. li n'était pas questton de formuler d'ans , un langage clair et rationnel l'impossibilité de tolérer le monde bourgeois de 1920, d'analyser l'absurdité de ce monde. Cet effort intellectuel aurait nécessairement conduit ses auteurs soit à proclamer qu'ils souffraient de l'insanité de la condition ' humaine éter-nelle et à commencer - avec 20 ans d'avance - la grande parade existentialiste, soit à dévoiler l'origine sociale du mal et à choisir franchement une posltl()n mllltante. L'expérience de l'absurdité du monde où Ils vivaIent restaIt pour les surréalistes une dmmée, un fait, une souffrance concrète qu'ils ' n'éprouvaient pas le besoin de raisonner. Scandalisés par la .socIété de leur temps" ils ripostaient par d'autres scandales. PAR GILBERT MURY Ils se rattachaient à cette tradItion rév()lûtlpnnaire poétique, faite de refus, de rupture éclatante avec le monde social existant que Tzara distingue de la tradition révolutionnaire idéologique faite d'un effort P<lur connaître la structure de l'univers condamné. Certes, le' réel semble mal fait, mais vaut-il mieux le quitter ou le transformer, accepter les expériences thésopbiques avec Breton, ou l'action communiste avec Tzara? Que ces deux solut!()ns sofent contradictoires, les surré!. allstes de la grande époque étalent prê~ à envisager simultanément les solutions les plus inoompatlbleA!. RéPétons-le : un r€fus passionné de l'ordre existant, refus qui enveloppait COlUme un espoir d'autre chose, leur tenait lieu de doctrine . ~ Je ne veux même pas savoir Qu'il y a eu -dèS hommes avant moi :. - cette phrase hautaine par laquelle Descartes signiIle son 'congé à la philosophie scolastique au nom d'une raison encore abstraite - leur servait à répudier l'histoire. Sans doute étaient-Us à leurs propres yeux ce que le fondateur du cartésLan~ me fut pour Hegel, des «héros qui osaient reoommencer la pensée .sur des bases nouvelles -:.: Et cette rupture violente préparait du moins certains d'entre eux à l'action en les libérant des traditions mortes. PEUT-ETRE cependant ce livre lumineux et tendu est-il moins révélateur de ce que fut le surréalisme que l'impossibilité où se trouve Tzara de "voir dans" ce' -mouvement littêraire un fait historique parmi (Suite page 10,) la JAl vu récemment, à Toulouse, une jeune fille de seize ans, Régine B. En 1943, elle avait été cachée dans un couvent, à Massip (Aveyron). Jusque-là, on ne peut que louer cette conscience du devoir, mais que penser des religieuses qui, profitant de la situation, ont voulu baptiser Régine 8. par force? . Elle av:ait 11 ans, mais a: résisté fermement. Pourtant, m'at- elle dit, d' autres enfants, . devant la menace, se sont laissé faire. Que sont-elles devenues ~ La Hiérarchie, ne les reconnaissant pas comme juives, ne veut pas les rendre ni même indiquer Où elles sont. A l'héroïque dévouement d'innombrables catholiques pendant la guerre, s'opposent aujourd:hui les étranges manoeuues de certains milieux cléricault. Une vieille histoire d'actualité Aux sceptiques, nous rappellerons « l'affaire Mortara », vieille d'un siècle. Ce .grand scandale attira sur l'Eglise, en 1858, l'attention du monde entier. Mortara; enfan, L'activité de la Commission Centrale de l'Enfance FAIRE CONFIANCE: Principe d'éducation . AU 21 de la rue F rançois~ Debergue, à Montreuil, se trouve un foyer, dirigé par la Commission centrale de l'Enfance et qui abrite des jèunes· filles dont [' âge v.arie entre 15 et 17 ans. Là aussi, problèmes d'adolescence. de métier, d' avenir sont au~ tant de questions que la réalité et ~~ action ~uotidiennes posent et r& éolvent. À cela, s' ajoutent les difficultés matérielles sans cesse accrues, et qui sont aujourd'hui le lot de toute famille modeste. Notre foyer doit également y faire face. . Notre tâche n'est pas souvent facile si l'on considère que 110S Les 4, 5 el 6 mars 1949, dans les salons de l'Hôtel Moderne place de la République, GRANDE VENTE DE CHARITE KERMESSE organisée par la Commission Centrale dè l'Enfance au profit des Foyers d'enfants des fusillés et des déportés Amis de l'enfance ! Hour que cette kermes~ e soit une réussite, pour que nos stands soient bien achalandés, ""'briquez vous-mêmes, Collectez chez vos amis ' et connaissances des vêtements, du ravitaillement, des articles de voyage, etc., etc .... Merci d'avance. La Commission Centrale de l'Enfance. jeunes, à l'lige où la vie ne deyrait être que joie et lumière, ont enduré les souffrances les plus atroces: la déportation, la mort des êtres chers. Si aujourd'hui tous les miasmes de la guerre ont disparu, c'est parce que la Commission centrale de l'Enfance, bannissant les conceptions conventionnelles des établissements « bien adminis.trés )), s'est efforc é e d'introduire dans ses prinCipes d'éducation un facteur essentiel : la partlclpation des jeunes aux 'questions de direction qu' u n foyer, réellement bien admimstré, peut susciter. Et faire parti. ciper les . Jeunes, c'est avant tout leur faire confiance, ne pas les traiter en enfàtrts inconscients, mais en êtres qui, tout en, · . ayant mOins d'expé: nence que les adultes, .. possèdent leur valeur, leurs capacités, leurs particularités propres. Aujourd'hui, nous avons un bureau de jeunes qui fonctionne : budget, hygiène, éducation, tâcbe, de la semaine : les points ne man. quent pas à r ordre du jour. Nous n'oublinos pas non plus nos amis de la rue Dombasle. C'est ainsi que toutes les semaines une équipe de jeunes filles s' y rend pour raccommoder le linge des gars: Ces tâches ne nous empêchent pas d' envlsa~er la création d' une chorale commune de garçons et filles des deux foyers de Montreuil, l'aménagement d' un atelier de reliure, l'ouverture d'une série de conférencès éducatives, etc. C'est ainsi qu'en dépit des obs-- tacles de toutes sortes, nos jeunes se forgent dans l'expérience et se préparent à la vie. Thérèse LE CHASSAINC. COMMUNiQUÉ Nous avons le plaisir de remercier chaleureusement nos amis du Comité des Marchands de Chiffons qui nous ont fait parvenir par l'intermédiaire de notre dévoué ami A . Abramowitch la somme de 21.300 fr. destinée à rachat des fournitures scolaires potJ<r les ' enl'an'ts de notre foyer de Livry-Gargan. Nous nous associons à nos enfants ~ur remercier à nouveau nos amis : MM, Butman Moujal. Lipan, Chneider, Atelan, Richter. Jordan, Datelin. Goldfeld, Menian, David, Lévy. Mager. Ciroulnik. Frenkel Emile, Weiberman Albert. Bupal, Cape, Wwno, Markus. Arfi. London. Halinu, Camille, Anatole, Naget.!'] Zelter. Bresser et Abel, René, Maurice et Max Feldblum, Stafek, Sapan, Matuice, Gordon, Rosenberw. d' une famille juive, est baptisé en cachette par une servante catholique. Pour l'Eglise, il n'est plus juif, mais chrétien ' et, comme tel, elle le réclame, puis l'enlève à ses père et mère pour l'élever selon la foi chrétienne. Dev:ant l'indignation du monde laïque, un journal papal, la Cioilta calholica, expose r affaire en lachant un gros aveu : le Vatican remplace le principe, hérité de 89, des « droits de l'homme » par la notion plus vague « de la dignité humaine ». C'est que la dignité humaine permet des accommodements avec le ciel... et la terre : « Doit-on rendre son enfant au père qui le réclame ~ demande le journal. Posée dans ces termes généraux, ' la question ne peut recevoir qu'une réponse. On Peut même dire que, non seulement on doit rendre r enfan'r, mais encore qu'on ne dev:ait pas le prendre, Mais la question n'est pas là, et c' est ainsi qu' on doit la poser

F aut-i.l rendre au père

1uif son . fils chrétien, af;n que celui-ci puisse abuser ' {sic} de r autorité paternelle pour en faire un apostat ? Ainsi, il suffit du simple bon sens et d'un peu de foi surnaturelle pour répondre que cela ne se peut pas" UNE GRANDE ENQUÊTE. de Droit et Liberté ne se doit pas et que ce serail une cruauté de le. faire. » Donc Pie l,X garda J'enfant. Question et Réponse Comme 'flous ne possédons pal «le bon sens )J de cette Civilta Catholcia, nous nous sommes livrés à quelques enquêtes. - Problème : Parents juifs déportés, enfants chrétiens. - Question : Faut-il rendre ces enfants ~ . - Réponse souvent donnée: « Cela ne se peut pas, ne se doit pas, ce serait une cruauté de le faire ». Paulette H ... , Â qui ses parents v:oulaient rendre un foyer, refusa de quitter le couvent de Poitiers où elle se trouvait. Quelles pres-sions a-t-elle subies pour menacer de se suicider si quelqu'un · revenait la 'voir ~ F redo S. est recherché par sa famille. Il aurait été caché par ses parents au Foyer de Saulins (Brunoy), dont la direction refuse de donner le moindre renseignement à son sujet : « N'ayant pas l'avantage de vous connaître, il ne m' appartient pas de vOUs donner r adresse de Fredo )), a-t-elle répondu à un oncle_ Les parents de F redo sont déportés. Mais F redo, catholique, se trouve 'dans une famille chrétienIie qui le destine à la praÎtrise, Au nom de la « dignité humaine », ne bafoue-t-on pas la li-. ber té de conscience ~ Le respect « dei! droits sacrés et Înaliénablei de l'homme )1 serait-il donc vraiment une « cruauté » ? Rares ~t les responsabb qui consentent .à' . rendre les enfants cl les jeunes dont ils veulent « sauver l'âme ». Pourtant, ï ai vu J'abbé Naudin.c curé des Sept-Deniers, à Toulouse" résistant et déporté, qui sauva do nombreux gosses. Il m'emmena cher.: ses paroissiens qui avaient hébel-~ gé des enfants : tous avaient été reoclts à leurs fami\.les i>u confiés à des oeuvres sociales. Les abbés Glasberg et RémUleux ont fait preuve d'une même compréhension, nous rapporle M·~ Joseph E ... qui s'occupe des orphelins juifs : - Dans la région de Lyon que ï ai parcourue, ces deux prêtres, qui ont sauvé de nombreux enfants •. n'ont pas fait état de leurs draits sur leur avénir, ni cherché à eu. f.air des néophytes. Le Vatican et les orphelins Claire B.M. a été hébergée dans un couvent à Saint-Omer. Ses parents sont là et n' ont pu la re~ prendre qu' après bien des difficultés. Il leur a fallu une autori ..


, sation du Père Devaux, précisant

que Claire devait être « reprise par ses parents, père et mère ». Qui' donc l'aurai'f reprise à leur place ~. . Mme B.M. déclare que le Père LE SURRÉALISME ET -L'APRÈS-GUERRE (Suite de la page 9) qualité en quantIté. C'est la poésie, l'art poétique qui est purement et simplement supprimée, c'est la suppression d'une des forces en présence, non une synthèse vivante. Pour mieux comprendre ce conflit, 11 faut bien voIr que pour Tzara il est le cas particulier d'une lutte entre la pensée non dirigée orientée vers le rêve et la pensée dirigée orientée vers l'action, La mythe, ou .le poème, . naitra de la . rencontre de ces deux forces. Là aussi, le conflit est éternel, il est inscrit dans la nature même de l'homme. · S'U ~xiste d'un côté une penSée dirigée ou bien de l'autre . une pensée non dirigée, la ,lutte · de ces deux tendancès rivales peut se · terminer ·par ,un compromis, ou par la destructIon .de . l'l,lne d'entre elles, mais jamals par ij.ne synthèse créatrice, par l'apparition d;une nouvelle forme de pensée. . L'INVENTION poétique enve~ loppe bien une contradiction réelle, mais celle-cl peut être dépassée parce qu'elle tIent au conflit de deux nécessités . qui se situent sur le même plan : le caractère déjà connu, social de nos moyens d'expression et le caractère inédit, inventif mals lui aussi social en 'un sens de la pensée poétique. D'autre part, quol qu'on pense du problème du langage et de la iPoésie, est-il pOSSible de présenter la critIque du surréalisme comme celle de l'art en général? De s'attacher .aux forces d 'émotion lyrIque dans ce qu'elles ont d'éternel et de négliger les conditions précises dans lesquelles le surréalisme est né? Ce que Tristan Tzara nous donne, dans son livre fervent, c'est. une méditation sur la poésie pure et sur la poésie, manière de vivre et d'agir. Il lUi manque ce que nous trOuvons dans la petite brochure que Roger Vailland vient de publier: le surréalisme contre la révolution. Roger VaHland, montre bien la crise, le paroxysme, des années 1920. Les Jeunes intellectuels se sont trQuvés engagés dans un monde r éellement absurde sans pouvoir .prétendre découvrir par eux-mêmes le secrét de c·ette absurdité. Au fur et à mesure que J'hIstoire se chargeait de révéler aux hommes la vraie raison de l'incohérence sociale de leur temps, il il a fallu choisir entre l'acceptation courageuse de cette vérIté et de la lutte qu'elle implique et le retrait vers ·d'autres expllcations plus commodes et moins malaisées à mettre en pratique. Tel est, croyons-nous, le sens de l'aventure surréaliste et du mouvement qui a conduit du refus global et irraisonné du réel à la volonté de combattre pour trapsformer le réel ou bien au contraire à une fuite .qui sert finalement de justification à la volonté de laisser subsister l'injustic·e dans le réel. Le surréalisme pose donc un double problème celui de Tristan Tzara et celui de Roger VaUland, ,celui de la valeUr humaine de l'art, et celui des conditions historiques de l'apparition d'une école littéraire. Faute de les compléter · l'un par l'autre, le lecteur pourrait bien aller d'une conception encore insuffisamment historique de la littérature à une explication sociale exacte, certes, IilaI.s incomplète, et qui laisse peut-être, en fin de compte, éChapper la part la plus émouvante d'une belle aventure. CARNET Nous sommes heureux d'adresser nos félicitations à M. Daniel UZAN, ~iffus<:u.r de notre joU/mal à Sfax, à 1 occaSIon de son mariage avec Mlle Lydia COST A, célébré le 15 septembre à Gafsa. Nous avons l'honneur d'annoncer le mariage de la fille de notre ami RACHMEL, de Lunéville, REGINE, avec M. Paul POSALSKI. de Nancy, le dimânche 31 octobre, à 17 heures, à la Synagogue de Lunéville. CONFERENCE DES AMBASSADEURS AU THEATRE MARIGNY F.onda.teur : André DAVID Dlrecteure: André et Guy DAVID Admlnl.9tmteulI': M. BENVENISTE. Mme ELEANOR' ROOSEVELT Samedi « L'AMITIE • FRANCO-AMERICAINE. novembre sous la. présidence • 18 h . de M. ANDRE MARIE vU)e-prémdt du Consei l Garde des Sceaux S. Exc. le général Vendredi CATROUX 12 AmbassCl<teur d e France novembre « UNE SOLUTIOt{ • 18 h. AU PROBLEME INOOCH INOIS . Vendredi François MITTERRAND 19 Secrétai re d'Etat novembre à la présid . cf..u Conseil à 18 h « ELOGE DE LA REPUBLIQUE" Vendredi ANDRE MARIE vice-préSidt du Conseil 3 déoe.nbre «G aLrAd e RdEePsU BScLeIQauUxE à 18 h . ET L'ESPRIT DE JUSTICE. Vendredi 1 PAUL REYNAUD 14 Janvier 411C, présidt dt' Ç'cmseil • 18 h . « FRAN/:E 1949 • Loc. ouv. (sC le dlm.) ELY. 58-59 Devaux a~ait soUs son contrÔle de nombreux en.fants, entre autres une fillette (ne figurant pas sur ses listes d'enfants juifs) qui lui a fait le récit sui vant : « l'ai une tante (juive) qui veut me reprendre. Je veux bien aller c~ez elle, mais la supérieure m'a, dit que ma tan~e était certainement une espionne et que si ï allais chez: elle, j'irais en prison avec elle~ Dites-moi si c'est vrai ... » . D' après certains, une circulaire papale aurait· enjoint aux autorités hiérarchiques de ne pas restituc( les enfants. O'autre part, au docteUJ' Kubo, vitzki, de Pologne, le Pape aurait dit qu'il ne donnerait des instruc'" tions favorables que si les organisations juives fournissaient la : liste des Juifs prêts à prendre les enfants en charge. Le Nonce apos· tolique, Mgr Roncalli, a répondu dans le même sens. Réponses évasives, silences et manoeuvres ca .. chent mal un prosélytisme peu légitime. LA MAISON DES PETITS (JARDIlf i)'EN.FANTS) 18, vilra Sadi-Carnot _ Paris-19' M6tro : Bo<tzaris, place des Fêtes reçoit des enfants de 3 à 6 ans. deo 9 heures à 18 heu.res sans interruption, Déjeun~r et goûter. Classes Montessori. Je~x. et pr~ menades, Inscriptions tous les J'ours (sauE samedi et dimanche). e 15· h. à 17 heures. _. . PASTOR Ténor de J'Opéra que vous applaudirez: Le samedi. 6 norembre au bill de c Droit et Liberté • ! 1 ,,~ .l~ Novembre J948. -:-. ,Ne .15-83 -------------- LIBERTE 25 JANVIER 1948 Il neige. La rue Turgot·, sale et gluante, m'oblige à une ascensipn périlleuse. Un quart d'heure de Tetard. Bah ! je passerai inaperçu '1 - Hep! monsieur, venez voir. Ceci est une gracieuse invite à consulter le permanen't, manitou à barbe blanche qui dispense aux délinquants consignes et claustrations en s&l.le surveillée. - C'est à cause du froid ... vO'us' comprenez... ma petite soeur est · souffrante et ... La barbe couleur de cotO'n hydrophile s'abaisse tragiquement : - Bon. Voici un billet de rentrée mais c'est exceptionnel. Je pense bien ! Si ' la barbe blanche savait que je n'ai jamais eu de Fetite soeur! Tiens... la ronde familière des mots fraîchement appris... autisme, affectivité, psychopathologie ... à travers la porte les, échos d'une voix connue. Vite, je m'installe; atmosphère attentive, cha." leur des visages retrouvés. Après-midi Le tours d'histoire a consommé le quart de l'après-midi. Le duel Gladstone-Disraëli a retenu l' attention de quelques-uns, filit bâiller les autres et inspir~ à mon voisin des dessins moresques révélateurs d'un cerveau tourmenté. - Vous n 'avez pas de livre, yous? - ' Dans une semaine, j'aurai l'argent nécessaire. J'ai dû acheter le Cuvillier avant et ... Un ' manuel coûte 320 francs. Les temps sont difficiles pour les étudiants. Qui songerait à les aider? ' 15 MARS Premier rayO'n de soleil; ça sent bon les vacances de Pâ'lues. Un vent de nonchalance passe dans ilos rangs. Après une, demiheure de conversation libre, le professeur s'écrie, d'UI~e voix I;ésignée

- Messieurs, au travail 1 Eh bien 1... tout arrive... Le 'cours continue, ne souffrant point d'être interrO'mpu. , J'ai eu la chance d'avoir un prO'fesseur matérialiste qui a la dent dme four Bergson et les -apôtres de la vie intérieure, les oonteroplateurs du c moi " , profond, tous ces gens qui c prennent leur nombril pour le Sacré-Coeur •. J'observe ses contradicteurs ha- ' nements justes' sur des figures fausses m'a donné mal au 'Ventre - des propriétés astringentes du dodécaèdre régulier 1 TO'ut à l'heure, sciences naturelles ,: Dn nO'US enseignera que le cerveau de la femme est' plus léger que celui de l'homme ou que le parfuIll des fleurs est de même nature que l'urine des animaux. Après-midi Frayeur de la page blanche .. _ lâcheté peut-être ... Le sujet? Sentiment et raison en morale. Que dire de la raison sinDn qu'eJle est libératrice de l'homme et qu'elle doit résoudre la contradiction qui l'oppose aux déterminismes et contraintes diverses 1 Que 1 'histoire ~ du jo.wtnal d'un é1We de [lfü& bituels : celui-là? il n'a pas à craindre pour son avenir : sO'n père est dans les affaires et le prendra avec lui s'il échO'ue au bac. Cet autre? son oncle est ambassadeur, et tDut canere qu'il est il pourra grandir à l'ombre de l'illustre parent. Tant il est vraI que le raisônnemllnt idéaliste est pour la classe bourgeoise son plus sûr moyen de figer l'histO'ire, modelée aux exigences de sa dominatiO'n. ·3 MAI Leçon de mathématiques : de tous temfs, l'univers des raisonhumaine n'est autre que celle du dépassement qes éléments affectifs par la raisDn dans l 'évO'lution des sociétés ! Pourtant, si l'apprentissage de la raisDn demande effort, réflexion, travail, le sentiment n 'est qu'épanchements, tendresse, plaisir. .. Le sentiment est à la peau de banane ce que la raison est à l'arête de poisson 1 ,31 MAI Les examens approchent; les interrogations se font sévères : - Parlez-moi de la Hollande et de ses tiaits principaux. 1 La HDllande : les polders, la Conférence de La Haye, les fleurs de Haarlem, les bouteilles de Leyde et les chevaux de' Frise ... fromage et hareng saur sO'nt les deux mamelles de la HO'llande, - Traitez-moi le sujet suivant: le rôle des hommes dans l'histDire. ParlDns rlutôt de l'influence des femmes : le nez de Cléopâtre, la bergerie ,de Marie-Antoinette, la baronne ViO'lette de Parme, la duchesse Bêtise de Cambrai, que sais-je encore? ... . ) 5 JUIN Décidément, Je bac est tout près. Les droits d'inscription O'nt soudainement été portés à 1 :000 francs. Une feuille de pétitiDn circule sur les tables et revient, couverte de signatures : les étudiants protestent. Qui les entendra? 25 JUIN L'année scolaire a dépassé son autonme, ivre de soleil et de chants d'oiseaux, si tant est que ses différentes saisons ne CDrrespondent pas à celles de l'année réelle. Il me faudra quitter ce lycée hanté par l'esprit de Jacques Decour - professeur fusillé en 1942 - et chercher ailleurs une fontaine publique de science et oe savDir. D'autres cerveaux viendront s'abreuver là; d'autres derrières vont s 'asseoir sur les mêmes bancs, Dans la cour grisâtre, le concierge bougonnant balaiera les feuilles mortes pour les brûler. Il m'en vient la senteur âcre et le goût tiède de leurs pauvres limbes, à demi rôtis. L1cK. J~ai assisté à un enterrement à la troisième commission de l'O. N. U. CE S~I, ' 23 octobre, la , " que!ltiO'n palestinienne est inscrite à l'ordre du jour de la trO'isième commissiO'n de l'O.N.U. Comme à l'habitude, l'agent de service vérifie les car~ s, ' l'O'uvreuse place les invités en ondulant dans sa rO'be nO'ire. Le silence Dnctueux du public évoque laI grand-messe de 11 heures, tandis que dans l'hémicycle, pa,rmi les délégués s'élève le brO'uhaha d'une classe avant l'arrivée du professeur. La France prend place à côté de l'Ethiopie, le Liban , bavarde avec le Guatemala, la Grèce se promène. Chez les jDurnalistes. on propose des paris : parlera-t-on, oui O'U non, de la questlO'n palestinienne? Car enfin, par deux fois déjà, la Palestine a été re- . jetée de l'ordre du jour, cédant le pas à des motions inattendues. Mais, quel prétexte pourrait bien trouver la majorité pout' l'écarter i!. nouveau? OR LES TRADUCTEURS S'installent· dans leurs cabines, tout le mande prend le$ écouteurs, et 1!f. SpalJ,k, préSident. déclare la séance ouverte. « La commwsian, dit-il, es,t saisie d'une demande - H. C.A. 335 ! - émanant du Haut Comité Arabe de participer aux débats sur la Palestine. ) Pendant une heure, les différentes déZé'gat'ÏXYTl$ donnent leur point de vue sur cette questwn. U.R.S.S., Liban, RoyaumeUni, Guatemala, Syrie, Australie ... Mister Clairman. sei10r présidente, Gosprine, président ... L'intérêt, languit et chàcun se demande comment de cette ennuyeuse question de procédure, Qui, menace de s'éternise,., aTr~1?~,~q-P:-on à la pa,l~~ine, au coeur du sujet, au coeur d'un suiet brûlant? ' Très simplement, M. le délégué de l'Iran parle, il propose, sans plus, le renvoi de ~a questian palestinienne à huitaine. Il ne prend même pas la peine d'avancer un argument en faveur de sa demande. Sour-ires chez les ;oll,.rnaltst-es: - Je vous l'avaw bien dit ! Léger remous chez les délégués. M. Spaak active la cadence; il fait passer au vote : par 19 voix contre 16 et 14 abstentions la proposition de l'Iran est acceptée. Aujourd'hui encore on ne discutera pas la question palestinienne. Les U.S.A. ont voté l'ajournement. O UELLE MANOEUVRE! Dé, goûtant! Machiné d'avance par 1e5 Américains! Vollà qui n'est pas prDpre à renforcer le prestige de l'O.N.U.! AinSi s'exprime, à l'issue de la séance l'indignation des délégués. Pourquoi ce nouveau délai qU'apparemment rien ne justifie? Parce que, comme le déclare publiquement le représentant polonais, les élections pré-sidentielles ont lieu dans huit jours aux U.s.A. Le parti de Truman, Marshall et consorts ne veut pas révéler sa. véritable politique eu Palestine aux futurs électeurs américains, aux Juifs notamment. Car ils Y verraient de nouveaux desseins impérialistes et une raison de plus d'écarter le parti de la guerre du pouvoir. ... Le tour est joué. Le président lève la séance. Tant piS si là-bas en Palestine la guerre continue. La délégation des U.S.A. se met en vacances, Semaine anglaise, conclut un délégué. Non, semaine américaine. ALBFANN. Un reportage sur la Pologne 1. COMMENT VIVENT LES JEUNES UN jour, nous avons vis.!.té à l'exposition de Wroclaw. C'est sans nul dO,ute le pavillDn du Travailleur qui est le plus remarquable. Simple daIl:s ~a sobriété et son bon goût, Il r.eflete la place d'honneur que tiennent dans la natiDn pDIO'naise les reconstructeurs. A la ville comme au village, le tl'availleur a réellement une place de choix au sein du peuple, Il est cO'nnu et estimé de tous. Devenir un « hérO's du travail ~, prend toute sa signification en Pologne, et chacun rivalise d'ardeur et d'émulation pour parvenIr à ce titre tant envié. VO'ilà pourquoi la jeunesse PQIO'naise s'est lancée dans la bataille de la reconstruction 'avec toute sa fougue, tout son dynamisme, Le pavillO'n de la Jeunesse. à' l'eXpO'SitiDn des « Terres recouvrées ~ de Wroclaw illustre clairement la vie des jeunes. Que fait le gouvernement pour eux? NO'n seulement il les en' courage par toutes sortes de moyens, mais encore îlleur donne la possibilité de s'instruire, de se perfectionner, de devenIr des techniciens. VO'ici un apprenti. n ne travaille que six heures par jDur. En sortant de son travail, il se rend dans une écO'le professionnelle DÙ il cO'ntinue ses études, n gagne airisl. de quoi vivre tO'ut en suivant l'école. En ce qui concerne ses IO'isirs, rien n'est négligé: piscines, terrains de sPO'rt, salles de jeux, etc. SDn éducation culturelle se poursuit le soir dans les théâtres, les cinémas) clubs DÙ se donnent des cDnférences, des récitals par les plus grands nO'ms de la littérature et des arts. C'est ainsi que grandit une SDciété nouvelle, saine et cultivée, dans laquelle les jeunes, ensemble, luttent et travaillent pour le bien-être de tous. Nous savons que le peuple de France, comme celui de Pologne, saura accéder au bonheur PO'ur lequel il a tant sOuffert et taI;lt lutté ' ' Samy BOSKt ,; ,', .' ·..-( ... ·.1 , 1 ',\I~ i~JJl~ '04: !. ' !' : ,;, ~: :.t '~',n .~. 1 11 :-~j Charles)·,.)P~.'r. ., I:},/ .1j.}, I.I"(~ . .,t '.~!) t . tH.t.fo, •• ::J-11 f~~ .• h l , ,~ .. ,.,j'lli r"' !1, ~, ( 1 .. 4 ,~;~}! .• "n; .. ..: .:) \'/ 'f 'ttU, 1\,1 UN DIMANCHE APRÈS~MIDI AVEC LES'CADE.TS par , Dany SENÂZ C'était Yautre d'imanche a~~èsmidi à la salle Lancry. . Des centaines de Cadets, qui' pOU r ' la plu par t avaient passé leurs va.cances au château du B~~, ~ !etrouvaient, là ~ur ,la pr~. mlere fOlS <kpUlS la rentree. AUSSI, inutile de vous le dire, quel broubaha, quel chahut 1 La joie était partqut, dans les yeux. sur les vi· sages, dans les poignées de main, dans chaque geste. Les amitiés nouvellement forgées durant les vacances se retrouvaient là. Des petit& groupes stationnaient pal tout, devant la porte dans la rue, dans' la cour, aux abords de la salle. obs.truant tout passage. Nous eûmeS toutes les peines du monde à nOUs frayer un chemin jUS<Jue dans la salle. ' Quand on entre dans la salle, qui eSt d ' ailleurs assez petite, mâlS très intime. une chose vous frappe tOUt de suite : de grands mots d'ordre se détachent' au·dessus de la scène et du balcon : - Po. d'ontisémit;sme, ni de roci. me dan. le pays de .. <lroits dle l'homme. - Salut fraternel aux vaillonls combottonts d'Israël. - En avant pour les 1.000 odhé· rent" ;, P Mis. * Notre ami Moni1{owslti, secrétaire gémfral de rU.j.R.E., vient saluer notre ' réunion, en exprimant toute la sympathie de l'U.j.R.E. envers notre organisation. Il est très applaudi. Le président donne ensuite la parole au responsable de la colonie Cadets c du le mois • du Château du Bac. Evoquant les 2 mois de vacances, il décrit les activités qui ' y furent développées et les 1!O\',venirs familiers: les fête&, le bal de fin de mois. la veillée Mganisée par leE moniteurs. Ce sont de~ choses que les jeunes n'oublieront pas de si tôt Dans la salle à'ailleurs on sent bien qu 'ils s'en souviennent: d'es exclamations, des rires ponctuent le rappel des Jours de vacances, « Les jeunes et la Mais ce r.: est pas sans raison qU,e la coloni~ avait r.ris pour theme : « Les Jeunes et a palX ». Lorsque l'orateur déclare qu'il raut s' unir aux millions d'hommes ~ui luttent à travers le monde pour 1 indépendance et la paix, les Ca· ' dets manifestent leur accord par de longs applaudissements. . C'est ensuite au secr,étaire général. Armonal Vemen.to 'n, de déIlnir les activités de notre Mouve_ ment pour l'année qui vient et de , tracer les grandes ,lignes de ce que. nous voulons. Après avoir montré comment fon ctionneront les grou· ,pes "dans les arrondissements. annoncé la reprise de la chorale et , notre ~rticipation au club sportif Y,A.S .K., il en arrive à parler de la raison d'être de notre Mouvement. , , Il explique que les Cadets oont de to"tles leurs forces avec les combattants d'lsra.ël, comme l'indique un des mots d'ordre dans la salle,' mais qu 'il faut aussi lutter contre l'antisémitisme et la xénophobie renaissants. En réponse aUX coupS de~ antisémites. il ne suffit patt de tourner ses regards ven Israël., Il faut npo.ter et même prévenir le danger. C'est pourquoi le. C ... • dets sont pour la démocratie. le' plus SÛr garant des droits égaull .. san. ~istinction d'opinion, de race Ou de religion. ,/ Avant de se séparer. les c..det~ présents décident sous des applau~ dissements enthou .. iastes, de mettre tout en oeuvre pOur faire de notre Mouvement aves le programme -énoncé, l'organjsation de toule la jeune.se juive de France, contre l'antisémitisme. pour un Etat d'I.· rae. démocratique et indépendant, pour la victoire de la démocratie dans le monde, poUr la Paix 1 Ohé, les cadets ! ... VENEZ TOUS NOMBREUX LE. MARDI, à 20 ' h . . 30 Blttimeflt C 1" Hase salle A "A LA ,tHORAIE" Impr. Centr, du Crolssan, 19. r, du Oro1-<.iaDt, Parle-20 r. ROClfON, Imprimeur " '" ,,' \ , .'" \ \ . ~ . ., ',: f PROIT , ET 1.IBERlïi ----:..-------------1., , "!OY~~:J94~. --: N· "'5-8~ • ~.OOO em 0 és au .$alaire. moyen de 135.000 fr. d • 30 tonnes de papier. • Des centaines de téléphones: • Une :nstallation ultra .. moderne., de ~adio + • l, nctionne l'O.·N.U• 01 Z·' .:p • comme'nt OUR le: profane, lès c'oulo'irs«'du Palais ' de Chaillot, ' un' jour de , séance du Conseil de Sécurité par exemple, ressemblent à s'y méprendre à ceux d'un théâtre o.u d'une salle de concert, un $oir de première: manteaux de vison et élégantes silhouettes se croisent au bas des escaliers de m'arbre qui mènent à la grande salle de l'ancien Utéâtre. Les photographes s'affairent, guettant un « sujet» sensationnel. . ' Les femmes du monde ont leurs entrées au Palais de Chaillot. La ses$ ion de l'O.N.U.? Un événement très parisien, en somme. Il faut avoir vu ~ela ... Et pourtant Paris y participe si peu! Il y , a ' bien quelques badauds qui, passant par là, s'arrêtent devant les barrières de bois et les agents de Les discours ., sont enre. g:strés sur disques. police à la cordelière rouge, et regardent de tous leurs yeux, cherchant une tête connue, un diplomate, un homme d'Etat. COMMENT FONCTIONNE L'ORGANISA TION P OURT ANT, elle est là, cette vaste machine internationale, elle fonctionne et, dans la meSoure où des 'hommes peuvent malgré tout y faire entendre la voix ~e la Paix, où il est parfois possible d'y recueillir une majorité en faveur de solutions justes, comme cette décision du 29 novembre 1947 ~ui concernait le partage de la Palestine (restée d'ailleurs inappliquée), les démocrates du monde entier lui souhaitent de survivre et de pouvoir un jour remplir son rôle, malgré les manoeuvres de ceux qui. tentent de la J'etldre inefficace, c'est-à-dire, en définitive, de la torpiller. L'Organisation des Nations Unies 'C<)mporte six organes principaux: l'Assemblée Générale, le Conseil de Sécurité, le Conseil Economique et Social, le Conseil de Tutelle, la Cour Internationale de Justice et le Secré' tariat à la tête duquel se trouve M. Trygve Lie, ancien Ministre des Affaires étrangères de Norvège. D'autre part, à chacun des Conseils qui forment les organes principaux de l'Organisation, se rattache un Secrétariat. Célui-ci comporte le personnel et les spécialistes indispensables aux études et aux travaux appropriés à chacun de ces Conseils. Partout où il s'est trouvé un coin à .:,." " ~:'i; . . ~'11 "' io • .,o'rtàge 'é' d·Annetle ,< dOUBERT . " utiliser, on a construit de ces bu- grànds journaux étrangers, ,sont insreaux. C'est qu'il s'effeétue, autour ' tallés là en permanence, des hauts des séances des Conseils et des Corn- parleurs transmettent les discours des missions, un travail permanent de salles de séance. recherches, 'de documentation, de tra- Plus loin, le 'service des messages duction, de contrôle, un travail énor- téléphoniques et télégraphiques qui me qui nécessite une organisatlOn portent vers tous les coins du monde parfaite et rationnelle, un personnel les dernières nouvelles des débats. particulièrement qualifié, des experts Les sous-sols du Palais de Chaillot, de toutes sortes" et il faut dire que, eux a.ussi, ont été utilisés jusqu'au dans cet ordre d'idée, les services dernier recoin. techniques et administratifs ont mis D'un côté, la confection des docuen branle un mécanisme gigantesque ments, de l'autre les services de la dont le fonctionnement est rernar- Radio et l'énorme Central téléphoniquable. que. AUTOUR DES SEANCES Au servic~ de la DGcumentati0r;t, 200 employes effectuent un travaIl effacé mais qui permet aux délégations de recevoir chaque jour les documents indispensables à leurs travaux. IMAGINEZ qu'ici, cinquante et une nations différentes, avec leurs délégations pl.us~ ou moins nombreuses, ont besoin chaque jour d'être informées, documentées, d'accomplir des recherches concernant un sujet à . l'ordre du jour d'un prochain Conseil, de telle Commission ou sous~Commission, de savoir ce qui a été dit par tel délégué, à la date de telle séance précise. Le deuxième étage de 1'« Aile Paris », le bâtiment du Palais de Chaillot, proprement dit, est entièrement réservé aux services de la presse. C'est certainement à cet ~tage que l'animation est la plus grande. Le long couloir, bordé de bureaux de chaque côté, ressemble au couloir d'un navire dont les portes des cabines s'ouvriraient sans cesse pour laisser entrer et sortir des gens pressés. Les représentants des 'agences de presse francaises et étrangères, des Les dactylos tapent les textes qui sont ensuite ronéotypés. Une copie en est photographiée et envoyée au siège permanent des Nations Unies à New-York, puis se fait la répartition des documents, chaque délégation ayant son casier. Dans ce seul service, on n'utilise pas moins d'une tonne de papier par jour, amené des Etats-Unis, et on se plaint de n'avoir pas assez d'espace pour empiler les documents qui s'amoncellent jusqu'au plafond. RAPIDITE ET' PRECISION LE cinéma, les journaux, ont rendu familier au public l'aspect de la salle, un jour de grand débat. Mais sait-on l'extraordinaire travail, rapide et précis, qui s'opère dans les coulisses ? Dans la salle, le public, les journalistes et les autres délégués, ont casqu'; l~s écouteurs, ils ont tourné le bouton au numéro correspondant à la cabine du traducteur qu'ils veulent entendre. Tandis que parle le délégué et que son intervention est simultanément traduite en cinq langues, elle est également sténographiée par des spécia, listes qui se relaient toutes les dix minutes, yont dicter leur « prise » aux dactylos, lesquelles tapent directement sur stencil. Bien d'autres serviceS encore entrent dans le mécanisme des Nations U nies, le service des archives, le cinéma, la poste, l'imprimerie, la pho- . , iogrâl>hi~; përdueau ' milieû des, squelettes du Musée de l'Homme, cha<:un d'eux a son rôle particulier à joue,r. Les bars et-resta.urants, alimentés et tenus pa'r l'hôtel Crjllon ont aussi le leur. PAS ASSEZ INTERNATIONAL! SI l'on exige du personnel une grande compétence et un certain dévouement, il faut dire qu'en ce qui concerne les fonctionnaires permanents, leurs salaires, calculés en dollars, sont assez confortables. Un fonctionnaire permanent moyen, attaché aux Nations Unies et se déplaçant avec elles, touche 15 dollars par jour, soit 4.500 francs, changés à la banque de l'O.N.U. Ceci pour le premier mois où l'on ,considère qu'il dépense plus, le second et le troisième mois, il touche moins. Les rétributions des hauts fonctionnéJ,ires constituent de coquettes fortunes ! Le personnel supplémentaire, recruté sur place et dont' les èmplois sont d'ailleurs subalternes, est rétribué suivant les salaires moyens pratiqués en France. Ce qui constitue une énorme différence. , Trois mille personnes environ sont employées au Palais de Chaillot. Leur choix et leur maintien en place sontils conditionnés uniquement par leurs compétences ? Il est impossible à un journaliste de se faire expliquer le fonctionnement des services techniques s'il ne parle pas l'anglais. Jusqu'à la façon de travailler dans les secrétariats, le jargon administratif, l'esprit est visiblement « américanisé >~. Quelque$ lettres ... Un événement que vous ne manquerez pas: ft D IL DIE URT de DROIT ET LIBERTE " Sous la présidence de Charles LEDERMAN. directeur de Droit et Liberté. R à be dans les splendides Salons de l'H 0 TEL C·O N TIN EN T AL 2, rue Rouget-de-I'lIe. - Métro : Concorde Vous danserez avec F ernand Bo-UlIlo n et sa grande formation Vous app, laudirez e e AS {a grande vedette de la chanSOl'l . et la péti liante faptaisiste RELIS la vedette du folklore juif et le ténor de l'Opéra osette DAYDÉ PASTOR CONCOURS DE DANSE BUFFET TOMBOLA Invitations à retirer: ! 4, rue de Paradis, 120, boul evard de Belleville, chez tous les diffuseurs du journal On pe<ut retenir des tables : S'adresser à l'Administration du journal. - Téléphone: PRO 90-47 - 90-48

Notes

<references />

Format JPEG