Droit et Liberté n°180 - mars 1959

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°180 (284) de mars 1959
    • Le M.R.A.P. soumet au Parlement deux propositions de loi contre le racisme et l'antisémitisme: une étude de Me Lyon-Caen page1
    • Dimanche 31 mai, la 11éme journée nationale contre la racisme, l'antisémitisme et pour la Paix aura lieu au palais dee l UNESCO page1
    • Vu pour vous aavant sa sortie publique, voici le film "les tripes au soleil" et le point de vue du réalisateur Claude Bernard-Aubert par Louis Mouscron page1
    • Généalogies abusives (origines sémites de Michel Debré) par Oncle Tom page2
    • Que se passe-t-il? page2-3
      • Groupes racistes: jeune nation continue
      • Afrique du Sud: apartheid
      • Grande Bretagne: tension raciste
    • La commémoration de Scholem Aleichem page2
    • Le boucher de Saint Quentin: j'ai trouvé ça banal page4
    • Je voudrai voir un monde Anne Franck par André Maurois page5
    • Il y a 150 ans naissait Abraham Lincoln par P. Grunebaum-Ballin page5
    • "Les tripes au soleil", Claude Bernard-Aubert: l'espoir ne peut naître que de la vérité. page6
    • Un débat passionnant sous l'égide de "D.L.", "moi et le colonel" et "la chaîne" sont-ils des films antiracistes? page7
    • Moi un noir (film de Jean Rouch) page7
    • La véritable histoire du "juif Süss" par Joël Lefèbvre page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Dimanche 31 MAI N° 180 (284) 31 MARS 1959 50 FR.\NCS La 11 e Journée Nationale contre le racisme l'antisémitisme et pour la paix Le deux propositions de loi contre le racisme et l'antisémitisme M.R.A.P. soumet au Parlement en vue d'une action plus efficace aura lieu AU PALAIS L'UNESCO DE !. Préoccupé depuis longtemps de l'insuffisance de notre armature législative dans la lutte, plus que jamais nécessaire, contre le racisme et l'antisémitisme, le M.R.A.P., qui compte plusieurs juristes dans son sein, a élaboré au cours de l'an dernier le texte de deux avant-projets, destinés l'un, par la réforme du décret-loi Marchandeau, à rendre plus efficace la répression de la propagande et d es menées racistes, l'autre à sanctionner pénalement certains actes de discrimination raciale. Lp- commentaire qui suit en montrera toute l'importance. l Les gouvernements de la III' République avaient cherché à créer un barrage contre les activités racistes, comprenant que celles-ci, génératrices de troubles dans la vie sociale, contraires aux généreuses traditions de la France, préjudiciaient gravement à l'unité nationale et aux principes de liberté, de tolérance et de fraternité inscrits dans la Déclaration des Droits de l'Homme. Mais le timide effort tenté naguère, dont on doit savoir gré à ses auteurs, s'est rapidement révélé insuffisant. Le décret-loi du 20 avril 1939, dit décret Marchandeau - abrogé par le gouvernement antisémite de Vichy, mais remis en vigueur par les ordonnances rétablissant la légalité républicaine - a complété les art. 32, 33 et 48 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, en y insérant de nouvelles dispositions, prévoyant et punissant la diffamation et l'injure ({ commise envers un groupe de personnes appartenant par leur origine à une _ _ _, . _ . _ . , race ou à UT/e TP1111071 détermir,2e, Journee NatIOnale contre le _raCisme, 1 anhs~mlhsme_ et pour la pal:', ore;a- \ tO, ~qu'elle aura eu pour but d'exciter ,Jr le M.R.A.P., aura lieu le dJmanche 31 mal, dans !e cadre grandIOse du à la haine entre les citoyens ou habil' J dc l'U.N.E.S.C.O., quc l'on voit ici ~hotograp~ié de l'avcnu,e de Suffr~n~ ~'~res tants». et déjà, tous noS! amis se doivent de faire connaItr~ aut?ur d eux cette Imt~atlve, Malgré le grand nombre de faits et de prendre contact avec notre Mouvement, pour aider a en asS'Urer le sucees. ~r-~-'~~r-~-,Charles.--,11 mai 2010 à 12:17 (UTC)~~r-.-Charles 11 mai 2010 à 12:17 (UTC)'-~--~~.~~'" - qJ.u IHJU,- OOUtJ. aoanl da tJ.oûie publique, v"ici le tilm / LES TRIPES AU SOLEIL C E film, à coup sûr, fera discuter. Tant mieux, car d'un," telle discussion jaillira beaucoup de lu· mière. Il fera penser. Tant mieux : c'est ce que souhaitait son auteur. Et si l'unanimité se fait sur un point, à n'en pas douter ce S3ra celui-ci : il s'agit là d'une grande, d'une authentique oeuvre antiraciste, animée tout au long par un souffle généreux, profondément humain. Et lorsque le pu- Dans ce numéro' Je voudrais voir un monde Anne Frank par André MAUROIS de l'Académie F r'ançaise Abraham Lincoln par p , GRUNEBAUM-BALLIN président de la Société des Amis de l'Abbé Grégoire Les mêmes droits pour tous les hommes par Oreste ROSENFELD La véritable histoire du « Juif Süu » par Joël LEFEBVRE attaché de recherches 'au C.N.R.S_ ( et le point de vue du réalisateur Claude BERNARD-AUBERT) blic pourra juger sur pièce, il sera tié CJ qu'il y a de pire en l'homme. unanim3, aussi, a condamner les ter· Mais avec quelle émotion il exalte ce giversations de la Commission de qu'il y a de meilleur! S'il remue le Censure et du ministre de l'Informa· 1er dans la plaie, c'est pour la cau· tioa, qui n 'ont accordé leur visa qu'à tériser. contre-coeur, et pour la France uni- Farce? Drame? On p3ut raconter, quement, c.. l'exclusion de l'étranger, en gros, « Les Trines au So:eil ». On des départ.;ments et territoires d'outre- ne peut pas, après une seule vision, mer : comme si l'on avait voulu inventorier toutes les richesses, toutes prouver la réalité des préjugés, des l ,s intentions, toutes les trouvailles, discriminations que le film dénonce. tous les symboles que recèle chaque Ce film, on l'encaisse comme un Louis MOUSCRON. grand coup dans l'estomac. Mais comme il est tonique ! Il fouaille sans pi· (Suite page 6) Une scène émouvante des c Tripes au Soleil JO qui auraient pu, dans ces quinze dernières années, justifier l'application des nouvelles dispositions légales, elle fut extrêmement rare, pour ne pas dire inexistante; on aurait quelque peine à en trouver des 'exemples dans la jurisprudence, et l'interprétation judiciaire du décret Marchandeau a été décevante, et cela pour des raisons qui tiennent au fond du droit d'abord, puis à la procédure. A) Sur le terrain du fond, et pour parler d'abord de la diffamation, l'application du texte exige la réunion, difficile à réaliser, de plusieurs con- Une étude de Léon LYON-CAEN Premier Président Honoraire de la Cour de Cassation Président du M ,R.A.P. ditions; d'abord, l'bxistence d'une diffamation juridiquement caractérisée, c'est-à-dire, suivant la définition légale, (art. 29, alinéa 1, loi sur la presse), l'allégation ou l'imputation d'un fait déterminé qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé. Ensuite, même si le caractère diffamatoire des écrits ou des propos 'est manifeste, cela ne suffit point, d'après la jurisprudence, à constituer le délit : il faut en outre apporter la preuve que leur auteur a été inspiré par la volonté d'exciter à la haine entre citoyens ou habitants; que le « but » poursuivi a été, non le mépriS, l'antipathilC, l'aversion, mais l'excitation à la haine. Cette preuve, on le comprend, se heurte à de réelles difficultés; et nombreuses sont les décisions de Cours et tribunaux qui, en présence de diffamations racistes, ont relaxé, parce que la preuve de cette condition (but d'excitation à la haine) n'a pas été jugée rapportée. Enfin, on observera que le décret Marchandeau prévoit seulement, la diffamation raciale envers un « groupe », non les offenses lésant en parti- (Suite page centrale) Un enfant juif de 6 ans avait été barbouillé de sang et enfermé dans le frigo ... " J'ai , trouve banal ça , " • s'écrie le boucher de Saint-Quentin devant les juges A Saint-Quentin, le 14 novembre dernier, un enfant juif de 6 ans et demi, le petit Henri JACOUBOT, était l'objet d'odieux sévices dans une boucherie de la rue Danton. Traité de « sale juif », de « sale pollak», il fut poursuivi dans la rue, entraîné de force dans la boutique, barbouillé de sang, puis enfermé dans le frigidaire. Cette affaire, que notre journal fut le premier à relater, et à laquelle le M.R.A.P. s'est intéressé, vient d'avoir des suites judiciaires. Les coupables ont comparu le 17 mars devant le tribunal d'instance de Saint-Quentin. Mais, dès le début de l'audience, il ap.parut que le problème était mal posé, (Suite p&&,e centrale) QUE SE P ASSE -T-tT~ ?


~--~~------------------- -Charles--~~,--------~-----------------------------
~. .... ..-. • --. ft --

G G E U ~ § / A écouter les préoccupations qu'expriment certains milieux juifs, à les lire même, car elles s'impriment aussi, on croirait que la question' de l'heure dans notre pays c'est de définir les origines ethniques du Président du Conseil. Et ils escaladent l'arbre généalogique du Président Debré pour aller chercher refuge dans le rameau sémite qui le lierait à un grand-père rabbin; dans le même temps, au pied de l'arbre, les chiens racistes aboient vers le « talmudiste » Debré. Dans cette perspective d'une recherche de parenté, il y a bien sûr entre les uns et les autres plus qu'une différence de style, mais on peut juger aussi vaine dans un cas que dans l'autre cette façon de juger un homme non sur ses actes mais en fonction de ses· origines (dont il ne se réclame d'ailleurs nullement, dans ce cas précis, bien au contraire). La religion, la race, ne sont en aucune façon les ressorts des luttes sociales et politiques : on ne saurait en tirer' argument, ni dans un sens ni dans l'autre, sans aboutir à l'absurdité qui consisterait à placer dans le même camp Karl Marx et Rotschild, tous deux nés de parents juifs, Mao Tsé Toung et Tchang Kaï Chek, tous deux de race jaune. Au fait, le membre du Consistoire René Mayer ne fut·iI, hier, « le libérateur» de Xavier Vallat ? Et avant-hier --' qui n'est pas' loin - Hitler ne trouva·t-il pas des concours parmi les juifs allemands? Tandis que la guerre, raciste, d'Algérie. continue, le chômage Sl'aggrave, la crise économique se développe (et aussi l'antisémitisme, abcès de fixation des nations mal·portantes) il nous paraît aujourd'hui aussi important de con· naître les parentés spirituelles ou confessionnelles des responsables d'une poli. tique que de déterminer le sexe des anges. GROUPES , -- RACISTES ~ « Jeune Nation)} 'continue Le 18 mars, devait se tenir, à la Mutualité, une assemb'ée pour la f,n des tortures et des atteintes aux droits et libertés individuelles en Algéne et en France organisée par la Ligue des Droits de l'Homme, le Comité Maurice Audin et le Centre d'Information et de Coordination pour "a défense des libertés :;·t de la paix. Cette r éunion où, sous la présidence du professeur Laurent Schwartz, devaient intervenir Daniel Mayer, P. H. Simon, le pasteur Roser, Marcel Paul, Jacques Kayser, Michel Bruguier, Simone de Beauvoir et Mme Henri Alleg, fut - au dernier moment - inter dite. Or, tandis que les organisateurs s'élevaient cont re cett-3' mesure, au cours d'une con férence de presse, aux Sociétés Savantes, le « Mouvement Jeune Nation » tenait sans encombre, dans une sa:l3' voisine, une manifestation publiaue. Ce groupe ouvertement Oncle TOM. fasciste était, en fait, parvenu à ses fins. Depuis plusieurs jours, il annonçait par d~'s communiqués, et même par affichettes, son intention de troubler l 'assemblée du 18 mars, et attaquait violemment « les traîtres », « les pourris » qui en avaient pris l'initiative. C'est en se référant à ces m~'naces que les pouvoirs publics au lieu de faire respecter la liberté de réunion, ont !fait connaître l'interi diction. Celle-ci ayant été publiée dans l'après-midi, de nombreux Parisiens, qui l'ignoraient, se sont rendus à la Mutualité. Ils se sont heurtés à d'importantes forces de police, et, un peu plus tard, aux hommes de main du (1 Mouvement Jeune Nation », venus de ~a réunion des Sociétés Savantes, et mêlant, à leur habitude, 18"8 slogans « Algérie Française », « A bas Mendès » et « Mort aux Juifs ! » Ainsi, une réponse claire se trouve 2pportée à une quest'on que nous posions dans notre dernier numéro, apres la dissolution du « Parti Nationaliste ». Nous d_mandions si cette mesure frappait aussi les eléments constituants de ce « parti », notamment le « Mouvement Jeune Nation ». Or il continue de plus belle. Il vient d'éditer un nouveau numéro de son mensuel, « Jeune Nation », est un défi à la démocratie, un appel à la haine antisémite et raciste. Comme àu temps de l'Affaif~ Drey~ fus ,les mouvements nationalistes actuels « Jeune Nation» en tête, recourent à l'antisémitisme le plus virulent pour exciter les passions et fausser les problèmes, en même temps qu'ils prétendent s'arroger le monopole du patriotisme, se posent en « défenseurs de l'armée » et accusent de « traîtrise» quiconque ne partage pas leurs vues antirépublicaines et bellicistes. Ils ont pu croire, le 13 mai, et depui. s, que les événem ents leur donnaient raison. Mais nous ne doutons pas que le peuple français, comme au temps de l'AffairJo Dreyfus saura leur faire échec. D'Alger à Paris Autre groupe constitutif du « Parti Nationaliste »: le « Mouvement PopUlaire du 13 mai», dit « M.P. 13». Lui aussi continue. Comme nous l'avons déjà indiqué, son président, Robert Martel, vient cle faire en France une série de conférences. Il en rend compte dans le journal algérois « Salut Public». Le but qu'il poursuit, explique-t-il, est la « contre-révolution», car « 1958 est la réplique de 1789». Il s'efforce donc de mettre l'opinion en garde contre « la franc-maçonnerie et le capitalisme apa· tride ». S'il fait état de démêlés confus avec Biaggi et Delbecque, Martel ne tarit pas d'éloges pour Poujade, qu'il considère « comme un artisan au service de la renaissance française ». Les activités du « M.P. 13» témoignent de la volonté ' des groupes fascistes d'AIgene de s'implanter sur le territoire métropolitain. Le « Mouvement Jeune Nation» agit en liaison étroite avec eux, et il ne manque pas de se prévaloir de leur appui. C'est d'ailleurs seulement en Algérie que se sont élevées des protestations contre la dissolution du « Parti Nationaliste ». Tous ces groupes entretiennent à Alger (et voudraient susciter en France) une agitation qui vise, dans « l'esprit du 13 mai» à porter de plus en plus atteinte aux libertés démocratiques, et à intensifier la guerre d'Algérie. Une déclaration commune a été adoptée récemment pour s'élever contre toute mesure de clémence, par le M.P. 13, le Mouvement Algérie Française, le Front National français, les membres-fondateurs du C.S.P. d'Alger, l'Association générale des élèves des lycées et collèges, le Comité d'entente des Anciens Combattants. Quant au Dr Lefevre, autre « activiste» qui a jot.é un rôle de premier plan dans les événements du 13 mai, il vient de publier un article sur 1'« ordre cooporatif» qu'il préconise. Dans la société qu'il entend instaurer, « les inégalités sont la règle, écrit-il... les uns reçoivent des don!! pour le commandement, les autres ont l'esprit de soumission». Nous avons déjà entendu cela ... Un ignoble tract Pendant plusieurs jours, à la fin de février et au début de mars, d'ignobles tracts antisémites ont été répandus en abondance dans certains quartiers de Paris, notamment autour de l'Etoile. «Jeune, travailleur, soldat, tu as compris

le système est juif, affirmaient-ils :

occupation juive, propagande juive, impôts juifs (inflation, dévaluation et spéculation), trusts juifs et leurs satellites, kollaborateurs, assassinats, guerres, vols, pillages, cinquièmes colonnes, escroqueries électorales et financières, vices, cor· ruption. » Etrange synth èse de tous les slogans antisémitE's connus, de toutes les accusations pOSSibles et imaginables ! Pour « libérer la France du nazisme juif» (sic) ces feuilles invitaient en Ol ,tre à manifester le 13 mars à 18 heures, devant l'Elysée. Il faut croire que de tels appels n'ont aucune prise sur l'opinion publique. A l'heure dite, seuls quelques jeunes voyous ont fait acte de présence autour de l'Elysée, et se sont rapidement dispersés devant l'important service d'ordre mis en place. Mais il reste que cette propagande, si grossière soit-elle, a pu être largement diffusée, et qu'elle ne diffère pas beaucoup de celle qui servit à former les hommes de mains nazis. Aussi le M.R. A.P., dans une lettre au Ministre de l'Intérieur et au Préfet de Police, a-t-il demandé que soient activement recherchés les auteurs et les diffuseurs de ces scandaleuses excitations, dont la répression sévère est inscrite dans la loi. HIER ET AUJOURD'HUI ~ Koch fait appel Le tribunal de Varsovie a condamné Erich Koch à la peine de mort. raciste et organe nationaliste », où chaque page ~~vv~~vv~~JVCharles\ft,~h~~'~ I'11 mai 2010 à 12:17 (UTC)'~~vv~~JVCharlesVV~~dV11 mai 2010 à 12:17 (UTC)JV~ Cette sentence intervient au terme d'un procès entamé il y a 5 mois sur un dossier comprenant 12 volumes de documents. Les débats suivis avec attention par l'opinion publique et des journalistes du monde entier ont vu défiler un nombre imposant de témoins parmi lesquels soixante survivants des camps d'extermination qui se trouvaient sous la tutelle de Koch. co Une brillante SOlree a eu lieu le dimanche 15 mars, à la Mutualité, pour commémorer le centième anniversaire de la naissance de Scholem Aleichem, le grand classique de la littérature yiddish. Devant une salle comble, sous la présidence du professeur V. Jankélévitch, MM. G. Kenig, rédacteur en chef de « La Presse NouvelLe » et l'écrivain H. Slovès, pri rent la par ole en yiddish, et Mme Eugénie Cotton, vice-présidente du Conseil Mondial de lr; Paix, prononça également une allocution très applaudie. • on 'i l'U.R.S.S., Michaïl Alexandrovitch, prix d'honneur artistique de l'U.R.S.S. (avec, au piano, l~ virtuose Nahum Walter), Emmanuel Kaminka, artiste émérite de l'U.R.S.S. et Emile Gorowiez. Le public, enthousiaste, ne ménagea pas les ovations à ce spectacle d'une haute tenue, composé de chants folkloriques, de monologues et âe saynètes de Scholem Aleichem. A la tribune se trouvaient de nombreuses personnalités, parmi lesquelles le conseiller culturel de l'ambassade de l'U.R.S.S., M L ( E Blumel, A. Youdine, Alfred Grant, Mme Maxa Nordau, Ch. Dobzynski, et notre secrétaire général Charles Palant. Les artistes soviétiques, qui sont restés une semaine en France, ont donné deux autres récitals à Paris, ainsi qu'à Lyon et Nancy, avec le même succès.

    • * Dans le monde entier, Scholem

Aleichem est actuellement cél ébré. Des manifestations commémoratives on t eu lieu ou se préparent aux Etats-Unis, en Amérique latine, en Australie, en Pologne, en Israël. En U.R. S.S., pays natal du grand écrivain, les commémorations revêtent une ampleur toute particulière. Une nouvelle édition de ses oeuvres en yiddish vient de sortir, tand;s Olle le~ trnrl71Ctions en russe sont diffusées à des millions d'exemvlaires. Des soirées (I.rtistiaues et littéraires ont eu lieu, a?'AC la partiCipation des plus célè1')res écriv'7ins. Dal1~ plusipurs v;lles le n01n de Scl'oTem Aleichem a été attribué à des rues ou des bibliothèques. Procès à l'échelle de l'accusation: Koch, commissaire du troisième Reich pour la germanisation des Territoires de l'Est, étendait la malfaisance de Hitler sur d'immenses contrées de Pologne et d'Ukraine. Il ressort du procès qu'il « germanisa» surtout par le vide en exterminant 270.000 personnes, dont un grand nombre de juifs, tandis qu'il en envoyait en Allemagne plus de 100.000 dans les camps de concentration ou de travail. On éprouve une sorte de gêne à faire ce bilan où les êtres humains s'inscrivent au passif avec des chiffres de comptabilité. Mais n'était·ce pas ainsi, que du haut de leur toute-puissance, les Koch Sie représentaient leurs victimes? Non pas des existences, des visagClS d'hommes, de femmes, .de vieillards, d'enfants, mais des chiffres, des unités à fournir quotidiennement à leur insatiable Moloch. Aujourd'hui Koch a perdu sa superbe. Tout au long du procès il s'est réfugié dans la torpeur, se réveillant seulement pour ergoter, discutailler sordidemcnt tel détail d'un témoignage, ou pour nier en bloc; car il n'a rien vu, Koch, il n'a rien su, même pas le décret signé par Hitler lui donnant des pouvoirs spéciaux pour la région de Bialystok. /\/'V\!'VLl'V\n,....n"".I'I" .... " .... " .... ,.) (Suite page 3) 11 mai 2010 à 12:17 (UTC)11 mai 2010 à 12:17 (UTC)11 mai 2010 à 12:17 (UTC)11 mai 2010 à 12:17 (UTC)~~.:-.,.~~ Maison fondée en 1922 SIEGE SOCIAL: 4:, rue des Rosiers, Paris 4 '- TUR 66-22 USINE: 30, rue Poliveau, Paris V' - POR 31-98 PAIN AZYME ET FARINE POUR PAQUES STRICTEMENT CACHER FABRIQUES SOUS LA SURVEILLANCE .. ' Les artistes .ju.i fs ,scwi..é tiques··venus ,en Fl"ance pour la commémoration du Grand Rabbin RUBINSTEIN et du V AAD HARABANIM La · partie artistique 'compre- . ' les" p'rojesse~r~ bu/pont-Sommer .. so.us'la h~~te l\~torité . de M., le Grand Rabbir de Paris Mit, iipres tl'a 'Chorale Populajre ét : Mandelb rojt; du CollW~ .de P EMANDEZPAR'tOUT ' Juive de Paris, des 'ar~tstes 'de "f.:".f'rq,nce,: DanieZ :. 'J,ecour:~isi .. de · ., '" ~.) .. ' ) .' " , . .. l1wgue , Yi4dtsh . venJ:~ spéciale- .$f3p.:.cdm~dîe ,F.;J;ançaise; RayCharles,:l- '~', " " H""": "',:\~ QS;p, .,.~S AZY~lES et FARINE· POUR PAQUES .

," 1,12ent !d' U~iQn.~Sovié~~9ue :: ,/Ve- Guyot, André Souquiè1 r, M' EXIGEZ BIEN NOTRE MARQUE

ch'!:"?:~, .~i1J~q~it7 , .J~uréate de Charles Lerj,er:m"f!.n" ,.M: .. , ,nd[é; .. " ,,: .,. '/",: " ,_;".".'",,,,., ',' ,.'." •. , ...... , •. ", Charles.:.-~.:.-11 mai 2010 à 12:17 (UTC)11 mai 2010 à 12:17 (UTC)11 mai 2010 à 12:17 (UTC)Charles..,.~~ » à e e

-

~r lu ! / QUE SE PASSE-T-IL? p A.. Les memes droits pour ·TOUS les peuples LA « décolonisation » 'est le problème crucia 1 de nOIre époque. Mais le mot semble choquer. Il n'est pas toujours compris. En réalité il s'agit du mouvement d'émancipation des peuples colonisés, ou si l'on préfère, des « peuples dépendants ». En employant ces ,termes on conlit"te aussi.tôt que ce n'est pas un phénomène nOuveau dans l'histoire du monde. Cette terminologie permet surtout de faire justice de l'absurde légende selon laquelle la « décolonisation» serait la conséquence d'un complot communiste ou soviétique à l'échelle mondiale. par Oreste ROSENFELD Or, l'émancipation des peuples « dépendants » d'Asie et d'Afrique fait suite à un mouvement de même nature qui s'est manifesté avec force en Europe tout le long du XIX' siècle et au début du XX". Les peuples qui à un titre quelconque déplilndaient des grands Etats, ont acquis, l'un après l'autre, leur indépendanclil nationale: de la Belgique, en 1830, jusqu'aux pays de l'Europe Orientale et des Balkans, comme suite à l'effondrement de l'Empire Turc puis, de l'Empire des Tsars, et des Empires Centraux lors de 1 a guerre 1914- 1918, tous les pays dépendants en Europe se sont 1 ibérés à la fin de la première guerre mondiale. Deux cas, qui n'entrent pas précisément dans les catégories visées, me semblent cependant très intéressants. Le premier est celui de la Norvège. En 1905, elle s'est (Suite de la page 2) Ainsi rentre-t-il dans la galerie de ces criminels aberrants, zélés dans l'assassinat, pleins d'initiative dans la férocité et qu'on retrouve devant la justice lâches, mesquins et soucieux d'irresponsabilité. Par ce procès trop long et qui vient trop tard, on devrait tirer un trait sur un monstre et sur une époque monstrueuse, mais Koch lui-même a fait ap· pel contre la sentence de mort; il utilisera, lui, tous les recours de la justice des hommes. Dans sa pitoyable défense il n'a eu qu'un argument logique - une logique qui ne l'absout pas mais qui prolOnge le procès du nazisme: « Je suis là, moi, s'est-il écrié, devant ce tribunal, tandis que d'autres sont libres et même en place!» Assurément, ce pourvoyeur de foùrs crématoires est dans une fâcheuse posture par rapport à Speidel, ce recruteur de main-d'oeuvre pour Krupp est dans une situation difficile en regard de celle du magnat de la Ruhr_ Parmi l'association de malfaiteurs que fut le nazisme, certains courent encore, et récidivent. Disons que pour Koch justice a été rendue, encore que le dossier de l'affaire reste - hélas! - ouvert. AFRIQUE d.u SUD Tandis que la tension s'accroît dans les territoires de Rhodésie et du Nyassaland, en Afrique centrale, sous contrôle britannique, le gouvernement de l'Union Sud-Africaine multiplie les me- PARFUMS DE LUXE • ANCIENS ETABLISSEMENTS JI.Wa. CHUMm Société BENAL Successeur NORMAN ALBERMAN, DIRECTOR S.A.R.L. au capital de 1.720.000 43, Rue Richer PAR 1 S (9") lst F LOO R Tél : TAItbout 42-06, 52-35, 56-64 NEAR FOLIES-BERGERE A VOTRE SERVICE L'ANNUAIRE PROFESSIONNEL DU PRET A PORTER L'outil de travail indispensabl~ des industries et commerces DE L'HABILLEMENT EditiolUl Charles Mandel 17, Faubourg-Montmartre Paris-9'. Tél. : TAI 41-12 séparée - pacifiquement - de la Suède pour constituer un 'Etat indépendant. Cependant les Norvégiens et les Suédois appartiennent à la même race; ils ont des langues presque identiques; ils pratiquent la même religion. Néanmoins un réveil du sentiment national irrésistible a poussé la Norvège à l'indépendance, qui n'a d'ai lIeurs null ement altéré ses liens économiques, culturels et politiques avec la Suède. Peut-être même les rela.tions entre ces deux peuples sont à présent mei lIeures, puisqu'elles sont fondées sur l'éga lité. Le deuxième exemple est celUI de l'Irlande. Il est beaucoup plus tragique, puisque ce pays n'a obtenu son indépendance, en 192 l, qu'après une assez longue et sanglante i.nsurrection. L'Irlande avait été conquise Dar l'Angleterre au XII" siècle. Pourtant huit cen1.s ans de dominiltion étrangère n'ont pas tué l'esprit national des Irl andais et leur aspiration if l'indépendance. Je tire de tous ces mouvements d'émanCipation des peuples européens la conclusion que le sentiment de la dignité nationa le est très vivace et que le désir de s'organiser en -Etats indépendants, loin de s'estomper, cherche au contraire à se réaliser au fur et à mesurè que le niveau matériel et intellecluel des populatiQns s'élève. Si c'est vrai pour les peuples de race b lanche, pourqUOi n'en serqij;-i1 pas de même chez les popu lations d'Asie ou d'Afrique dont la « dépendance » à l'égard des Etats colo'nisateurs était beauc.oup p lus grande et prenait ordinairement la forme la plus dure? Cependant on rencontre encore, dans les pays « dominants», même s'ils sont démocratiques comme l'Angleterre et, jusqu'au 13 mai, la France, des hommes qui ne comprennent pas le caractère jrrésistible de ce mouvement d'émancipation des peuples de couleur. Ils nient l'exi:otence de ce phénomène pourtant universe 1. Ils cr.oient naïvement, que les « bienfaits » de la colonisation devraient arrêter la révolte des peupl es opprimés aux frontières, très artificielles d'ailleurs, de leur Empire. (Ces « bienfaits» sont d'a illeurs très discutables, car la contre-partIe, c'est-à-dIre l'exploitation éhontée des « indigènes » l'em porte de beaucoup sur les « apports de la civilisation occidenta.1e » dont jusqu'à présent ce sont les colo~jsateurs qui ont surtout bénéficié). En France notamment cet éta t d'esprit s'explique en grande partie par l'action intoxicatrice des manuels scolaires, très tendancieux en ce qui concerne l'histoire de la co lonisation. Ils ont toujours cours dans les éco les prima.ires et secondaires. Cette intoxication es.t d'a i lieurs entretenue par la grande presse - quotidIenne et hebdomadaire - qui exploite sans vergogne le nationalisme et même le chauvinisme des Français. Mais, d'autre part, il existe un phénomène psychologique e.t social qui alimente un racisme, quelque fois inconscient. On a souvent une prévention, que l'on pourrait qualifier de « tribale» à l'éga rd de ceux qui ne parlent pas, ou parlent ma 1 notre langue; qui ont des moeurs et des coutumes différentes des nôtres; qui mangent alUt rement que nous; qui ne s'habillent pas COmme nous, etc. Lorsqu'à ces particularités qui « choquent» s'ajoute un niveau de vie inférieur au nôtre, et surtout si ces gens ont une autre couleur de peau que nous, a lors la xénophobie inavouée, mai.s instinctive, prend la forme vi ru lente du racisme. Hitler a réussi à porter au paroxysme le sentiment de supérior ité des Germains - « das Herrenvolk» - à l'égard des Slaves qui étaient pour lui des « Untermenschen » (race inférieure) et même à l'égard des Méditerranéens, en particulier des Français, représentés comme une race « dégénérée ». De même, pour les blancs installés dans les pays conquis d'Asie ou d'Afrique, et surtout les « petits blancs» qui jouissent dans ces pays de. privi lèges matériels et sociaux qu'i Is ne Deuvent guère espérer en France, l'idée même de l'égalité entre les races et du droit des peuples à disposer d' eux-mêmes apparaît comme quelque chose de monstrueux, en contradiction avec leur conception du monde, et surtout contraire à leur « morale» qui recouvre le plus souvent leurs intérêts égoïstes. Or, ces « petits b lancs» ont des parents et amis dans la métropole ... C'es.t avant tout contre cet éta t d'esprit qu'i 1 faut réagir. Pour permettre à chaq~e peup le d'avoir sa patrie à 1 ui et une patne de son choix, pour établir une véritab le égalité entre les hommes quelle que soit leur race, leur re li gion ou la couleur de leur peau, il faut d'abord combattre avec vigueur toute manifestation publi;t~e de racisme et prendre des mesures leglslatlves et administratives rendant impOSSible toute propagande raciste. Mais il faut surtout introduire. à tous les degrés d'enseignement l'idée de la solidarité humaine, fondée sur le droit des peuples à dispOlier d'eux-mêmes. L'antiracisme doit constituer un élément fondamental de la morale moderne. ------------------------------------- sures de discrimination et de ségrégation à l'encontre des noirs. Alors que, dans les grandes villes, le système des ghettos est appliqué avec une rigueur toujours plus sévère, il vient de décider l'établissement dans le pays de plusieurs zones réservées aux noirs, qui seront dirigées par des blancs. Toute représentation des noirs sera désormais exclue au Parlement. Ces mesures, et toutes les brimades quotidiennes dont les noirs sont victimes donnent lieu à des mouvements puissants de protestation. A Durban, port de la côte orientale, 1.500 dockers se sont mis en grève et se sont heurtés aux forces de police. Dans la banlieue de Pretoria, plusieurs milliers de femmes qui manifestaient contre les discriminations ont été sauvagement matraquées. Ains( '1'« apartheid » ne suffit pas à conjurer l'irrésistible mouvement d'émancipation qui secoue en ce moment l'Afrique toute entière. GRANDEBRETAGNE ~ Tension raciste Dix-sept des « Teddy boys» qui firent en août dernier la chasse aux noirs dans le q?artier londonien de Notting Hill Gate, d1x-sept Teddy boys sur plusieurs centaines ont été condamnés pour coups et blessures, port d'armes, reslStance aux pouvoirs publics. Dans un attendu de son courageux jugement le magistrat Guest dénonça et traita en circonstance aggravante la cause première de cette affaire: le racisme, que le législateur anglais, à l 'égal du français, ne considère pas encore comme un véritable délit. Accuse-t-on un cambrioleur de coups et blessures, de port d'armes, de résistance aux pouvoirs publics? Sans doute, mais on le punit surtout, et d'abord, pour cambriolage. C'est de racisme uu'il aurait donc fallu inculper les Teddy boys, d'autant qu'il s'agit là d'une injustice de la pire espèce, puisqu'elle est absolue. Un homme peut en effet changer de situation, de nom, de nationalité, d'habitudes même. Mais de parents? Mais de peau? Tel n'est pourtant pas l'avis de cette commerçante qui l'autre jçmr, insulta une Antillaise qui s~ permettait de palper une tomate pour en apprécier la qualité. Une discussion s'ensuivit et les deux femmes s'expliquèrent bientôt avec les mains. Comme d'autres marchandes de raCe blanche accouraient en renfort, la jeune noire battit en retraite. Mais quelques instants plus tard elle revint avec son mari et un certain nombre d'Antillais. La bagarre qui comprenait environ cinq cents personnes des deux groupes ethniques dura quarante minutes (Londres, 28 février). ~ Les mauvais samaritains Refuse·t-on aide et assistance, hospitalité à un être humain, sous prétexte qu'il est né dans un autre appartement, dan une / autre ville ou dans un autre continent? La respectable « Association Anglaise des Voya- Lectrices de « Droit et Liberté » amies du M.R.A.P • Coopérative ouvrière de Haute Coiffure pour Dames 126, rue La Boétie - Paris-S" (MO Franklin-Roosevelt) VOUS ASSURE UN TARIF SPECIAL ges et Congés)' trouve cela légiti.me, .puisque vingt et un hôtels des Iles Bntannlques ferment encore, avec son approbation, leur porte aux nez « non chrétiens' ll. . Au Congrès annuel de cet organisme touristique, M. Heiber. rapporteur, présen~a une résolution aux termes de laquellcr il-;aurait été interdit à tous les hôtels britanniques de « refuser ~'hospita~ité pour d~J motifs raciaux 01t religieux. II Sir Dav,d Eccles, ministre du Commerce, opina pour le rejet de la résolution. il obtint gain de cause. Le 28 novembre 1958, en pleine séance des Communes, le député travailliste John Cronin, demanda si le discours prononcé par Sir David au Congrès annuel de l'Association, le 22 octobre à Colch~ster, reflétait la pensée du gouvernement. M. Macmillan répondit que, tout en déplorant la discrimination raciale, le gouvernement approuvait le conseil que Sir Da/,id avait donné. II n'y avait pas lieu, ajouta M. Macmillan de for·. ccr les hôtels à faire cc que « suggérait ~~ cette résolution. Pour l'action du M. R. A. P •. DONATEURS Rosenblit: 3.000; André Lévy, 1.000; Etienne Duval: 300; Maurice Grun: 1.000; Suzanne Alexandre: 500; David Lejzerzon: 1.000; Bleitrach: 2.000; Giacobini: 600; Lazard: 1.000; Bastaki: 1.000; H. Gassoche: 5.000; Flam: 500; Mmes Weil et Edmond Marx: 2.000; Wormser: 2.000; Chevronski : 1.000; Tenenbaum : 1.000 ; Couvreur: 1.000; Rotenstein: 2.000; Mme Curiel: 1.000; Moise: 5.000; Sinadja: 5.000 A. Barrière: 1.000; Kobrinec: 2.000; Elie Lévy : 1.000 ; Frymerman : 1.000; Schenkier: 1.000 ; Steinberg: 1.000 ; Garbaz

500; Mme Clara: 50.000; Roubi: 1.000;

Manonviller: 5.000; Simon: 10.000; TasseI: 500; Curtz: 500; Levitzki: 300; Wagman: 200; Tabachny: 2.000; Tchorek: 1.000; Szekulesz : 1.000; Birenwerg: 3.000; Edna: 5.000; Anonyme: 20.000; Rosenzwajg: 1.000; David: 500; Mania: 500; Lebeau: 5.000; M' SChapira: 5.000; Baulip: 20.000; David Bloch: 2.000; Lewy: 1.000; M. Jenas: 50.000. SOCIETES Chelm: 5.000; Norwy-Dvor: 3.000; Bessarabiens: 10.000; Otwok: 5.000; Siedloviec: 10.000; Lodz: 20.000; Kock-Zelochow: 5.000; Kozinec: 10.000; Pietrokow: 10.000; 1° GRATUITEMENT: un examen complet de la chevelure, une fiche-conseil individuelle établie par notre etheirologue; 2° 1.000 FRANCS : un shampoing de qualité, une mise en plis de Haute Coiffure ; 1 çonsk: 10.000; Kaluzin: 5.000; Tomachov: 20.000; Anonyme: 20.000; Ozarow: 10.000 ; 1 Przytyk: 10.000. 3° 3.000 FRANCS: une permanente revivifiante, une coupe sculptée José Antonio, une mise en plis de Haute Coiffure. un shampoing keratinisant, Vous aurez les plus beaux cheveux de Paris Pour les rendez-vous : ELY. 63-40 - Parking gratuit JOSE ANTONIO « Madelein'e » : 1, rue de la Ville-l'Evêque - Paris-S" dans un cadre neuf et ultra-modern'e LE CARNET DE « D. L. » Nos deuils Nous avons appris avec émotion le décès subit de M. Jacques MODZEVIECKI, l'un des dirigeants de la Société « Les Amis de Sydlowiec». Nous exprimons à sa famille et à la Société nos sincères condoléances. AnniV'ersaire Nous présentons nos voeux les meilleurs à notre ami M. Maurice STILREVER, membre "du Conseil National du J \ n'applique pas ce tarif, mais des prix modérés · M.R.A.P., à l'occasio de son fl5' 0'"'.,;' ______ _ Pour une (Suite de la page 1) culier certains membres de ce groupe, pris individuellement. Les lacunes du décret Marchandeau les difficultés auxquelles se heurte son application tiennent à une technique juridique que nous croyons défectueuse. Au lieu de faire de l'intention d'exciter à la haine une condition du délit, il conviendrait d'en faire l'essence même du fait incriminé, s'extériorisant pUbliquement sous une forme matérielle, diffamatoire ou autre. Le législateur de 1939 a entendu, comme le montre Le rapport sur lequel a été pris le décret-loi, réprimer les essais de dissociation et de discorde entre Français, fondés sur des divergences de race ou de confession. Si la diffamation constitue un moyen de favoriser la création d'un climat de haine à laquelle le décret-loi a voulu parer, elle n'est pas le seul; il en existe d'autres, par exemple les manifestations publiques, rassemblements, discours, publications, dessins, affiches, oû peut faire défaut l'élément de diffamation, sans que pour autant pareils faits cessent d'offrir un grave danger social. Le texte proposé groupe ces formes Vlari~es d'agitation et d'agressivité raciste, en les englobant dans une même qualification pénale plus large, autre que la diffamation, savoir la provocation à la haine ou à la violence à l'égard de citoyens ou habitants appartenant à une race ou confoession déterminée. Ainsi, la propagande antisémite et les menées racistes resteraient dans le domaine des délits de presse, c~ ractérisés par la publicité donnée aux activités punissables (art. 23 et 28 de la loi sur la presse). Mais elles sortiraient du cadre trop étroit de la diff~ mation, aujourd'hui dépasSée, pour être incorporées da ns Je cadre d~·s délits de provocation, prévus et punis par les Art. 23 et suivants de la loi sur la presse. La répression des activités antisémites et racistes, que le décret Marchandeau a justement entendu frapper comme portant atteinte à l'union et à l'égalité entre Français, serait ainsi, croyons-nous, plus efficacement assurée. A cet effet, notre texte, oen même temps que, dans son article final, il abroge l'art. 32 alinéa 2 de la loi sur la presse, ajoute dans son art. 1, à l'article 24 de la loi sur la presse un alinéa ainsi concu : Cieux qui, par l'un des moyens énoncés dans les art. 23 et 28 auront provoqué ou tenté de provoquer à la haine ,ou à la violence à l'égard de citoyens ou habitants considérés, soit individuellement, soit collectivement, comme se rattachant par lieur origine à une race ou religion déterminée, seront punis d'un emprisonnement d'un mois à un an et de 50.000 à 1 million d'amende ou de l'une de ces peines seulement. B) Le décret-loi frappe aussi, et de peines aggravées, l'injure publique « commise envers un groupe de personnes qui appartiennent par leur origine, à une race ou à une neligion déterminée, dans le but d'exciter à la haine entre les citoyens ou habitants» (article 33 alinéa 2 in fine de la loi sur la press.e). - Le M.R.A.P. a jugé opportun de maintenir l'injure pUblique, en dehors et à côté de la provocation, au nombre des activités racistes à réprimer, en amendant la dispOSition ci-dessus, qui reoevrait la rédaction suivante dans l'art. 2 de notre projet : « Le maximum de la peine d'emprisonnement sera de 6 mois et celui de l'ame.nde sera de 1'0 millions de francs si l'injure a été commise envers des personnes considérées soit individuellement, soit collectiement comme se rattachant par leur origine à une race ou à une religion déterminée ». Il serait ainsi remédié à la carence des poursuites et des condamn~ tions à l'encontre des injures trop souvent proférées contre des juifs ou des gens de couleur, citoyens français ou résidant en France, à raison de leur appartenance ethnique ou confessionnelle. Par les réformes proposées, notre législation se modèlerait sur les lois ou projets de lois étrangers, qui l'ont devancée en n'hésitant pas, après guerre, à renforcer la lutte pénale contre les séquelles du racisme hitlérien (voyez notamment projet de loi de l'Allemagne fédérale du 14 janvier 1959; décret polonais du 13 juin 1946 art. 30 à 34; décret polonais du 5 août 1949 art. 2 à 7; Code pénal U.R.S.S. art. 592, 59 et 74; Codes pénaux d'Albanie du 23 mai 1952 art. 73; de Bulgarie du 2 novembre 1951 législation antiratiste plus effitate art. 91 et 92; de Roumanie du 20 mai 1955 art. 232, 233; de Tchécoslovaquie du 20 juillet 1950 a:rt. 83, 116, 117, 118, 126; de YougoslaVIe du 2 mars 1951, art. 119). C) Le projet innove aussi dans blic, lorsque l'injure a été commise envers une personne ou un groupe de personnes se rattachant par leur origine à une race ou à une religion déterminée ». II le domaine de la procédure. Le M.R.A.P. a mis sur pied un se- Rappelons qu'actuellement, l'injure d t à . d t et la diffamation qualifiées, c'est-à- cond projet, ten an pumr es ac es de discrimination ou ségrégation r~ dire à caractère raciste, telles que pré- ciale, qui actuellement échappent à vues par le décret Marchandeau à la répression pénale. la différence de l'injure et de la du- Ils sont certes nettement condamfamation ordinaires qui ne peuvent nés par la Déclaration des Droits de êtne poursuivies que sur la plainte l'Homme de 1789, confirmée et comde la personne diffamée ou injuriée, pIétée par le préambule de la Constipeuvent l'être aussi d'office par le 1 "' 1 " Ministère public, à raison sans doute tution de 1946 auque se refere e preambule de la Constitution de 1958. du trouble qu'elles apportent à la Mais cette condamnation solennelle paix sociale et à la sûreté de l'Etat n'a qUI:! la valeur morale d'une prorépublicain (art. 48 - 6° loi sur la clamation de principe, insuffisante presse). pour extirper les manifestations de Or, il faut hélas ! constater que les l'esprit raciste, qui, pour ne pas préParquets n'usent pas de la faculté sen ter en France la même ampleur qui leur est ouverte. Ils négligent la d t t' l' t mission qui leur est confiée, atten- que dans 'au res na lOns, ne alSsen pas que d'être fréquentes, dans la médant les ordres du gouvernement, tropole comme dans les pays de la dont le défaut de diligence, dans la Communauté, pratiques antihumaines lutte antiraciste, est des plus regret- au premier chef, antisociales, des plus . tables. préjudiciables à notre régime démo- Pour obvier à cette carence, le cratique. M.R.A.P., après avoir institué Le dé- Ici, c'est le chef d'un établissement lit de provocation en matière d'acti- ouvert au public (café, hôtel), le provités racistes et antisémites, propose priétaire d'un immeuble, qui en red'autoriser les groupements et asso- fuse l'accès ou la location à une perciations constitués, aux termes de sonne dont l'origine raciale, la couleurs statuts, aux fins de combattre leur de la peau ou la confession lui les haines et divisions entre Français déplaît. ou résidants à raison de leur origine Là, c'est un professionnel ou un raciale ou confessionnelle, à intenter spécialiste, obligé par sa fonction ou des poursuites en se portant partie sa profession de fournir des prestacivile, aux lieu et place du Ministère tions ou des services, qui les refuse public, dont ils suppléeraient ou épau- à un individu à raison de sa race ou leraient l'action. Pour' obtenir ce résultat utile une de sa confession. disposition légale expresse est n'e"ces- Ailleurs, c'est un employeur qui renique le 21 novembre 1956), assortisse ces violations aussi flagrantes des Droits de l'homme, de sanctions pénales dont la seule menace sera autrement efficace que les recours actuellement existants. Nous ne ferons au surplus que suivre la tendance moderne de notre propre iégislation: c'est ainsi que la loi du 27 avril 1956 a introduit dans le Code du travail des dispositions pénales frappant les atteintes à la liberté syndicale, sous forme de refus d'embauche ou de licenciement pour appartenance ou défaut d'appartenance à un syndicat. C'est dans cet esprit que le M.R. A.P. a pris l'initiative de présenter un second texte ainsi conçu: Art. 1. -Sera puni d'un emprisonnement de 15 jours à 3 mois et d'une amende de 20.000 à 500.000 frs ou de l'une de ces deux peines seulement : 10 - Quiconque, tenu par sa profession ou sa fonction, de fournir des prestations de choses ou de services, les aura refusées ou se sera abstenu de les fournir, soit par lui-même, soit par son prépcsé, à une personne à raison de son appartenance raciale ou confessionnelle; 2° - Quiconque aura refusé d'embaucher ou aura licencié un travailleur salarié en prenant en considération son appartenance raciale ou confessionnelle; 3° - Quiconque, investi d'un ministère de service public, aura, dans l'exercice de sa fonction, en prenant en considération son ' appartenance ethnique ou confessionnelle, écarté indûment des emplois, grades, promotions, diplômes et honneurs celui qui, réunissant les titres légalement exigés, devait les obrenir. Art. 2. - L'extrait de la condamn~ tion sera, à la diligence du Ministère public, affiché au siège de l'établissement ou, à défaut, au domicile du condamné. La publicité de la condamnation pourra être ordonnée dans la presse à la requête et aux cho~ de la partie civile.

    • *

fuse d'embaucher ou licencie un s~ saire. Car la jurisprudence constante larié, dans un esprit de vexation, pour . de la Chambre Criminelle de la Cour le motif ci-dessus, - ou encore un de Cassation, relative à la recevabi- fonctionnaire qui, dans l'exercice abulité des actions de nature collective, sif de son autorité, prive un suborrefuse, sur le fondement de l'art. 2 donné, dont la race ou la religion est du Code d'Instruction criminelle, aux à ses yeux un vice rédhibitoire, de associations déclarées la capacité de l'avancement ou de tel avantage de se constituer partie civile, quand elles carrière auquel il a droit. ne justifient pas d'un préjudice di- Ces formes de discrimination peu- Les deux projets que nous venons 1lect et personnel. vent, il est vrai, donner ouverture au d'analyser, destinés à améliorer et à Ainsi, en l'état actuel du droit, les profit de leurs victimes, à certains renforcer notre législation dans la mouvements ou groupements, fondées recours, soit par la voie civile (de- lutte contre le racisme et l'antisémien vue de combattre le racisme et mande en dommages-intérêts pour tisme, viennent d'être communiqués l'antisémitisme, tels le M.R.A.P., la faute ou abus du droit de contracter) à divers membres des groupes parleL. I.C.A., la Ligue des Droits de soit par la voie administrative (an- mentaires et au gouvernemb."t. - l'Homme, les associations d'anciens nulation pour excès de pouvoir). Mais Exprimons l'espoir qu'ils feront combattants juifs, n'ont pas qualité ces modes de réparation, compliqués l'Objet du dépôt régulier d'une propour poursuivre les injures et diff~ et coûteux, ne sont pas à la portée position ou d'un projet de loi sur le mations à caractère raciste, s'ils ne de tous les persécutés raciaux, qui bureau de l'Assemblée Nationale ou sont pas personnellement et direc- se recrutent en grand nombre parmi du Sénat et d'un vote favorable du tement lésés. des individus de ressources modestes. Parlement. Mais on sait qu'à la règle jurispru- Il importe, à notre avis, malgré les Souhaitons aussi qu'ils recevront dentielle rigoureuse, des lois spéciales difficultés de preuve qu'il ne faut pas l'appui des personnalités et organiont apporté des tempéraments, dans se dissimuler, que notre droit positif, sations soucieuses de combattre couun intérêt social, en faveur notam- à l'image de nombreuses législations rageusement le danger social que rement des associations familiales, li- étrangères (voir notamment loi de présente l'actuelle aggravation du gues antialcooliques, pour la mor~ l'Etat de New-York, projet de loi dépo- racisme sous toutes ses formes. lité publique, associations pour la sé à la Chambre des Communes britan- Léon LYON·CAEN. défense des appellations contrôlées, 1------------------------------------etc., que le législateur a autorisées à poursuivre en justice les infractions l'elatives aux faits qui intéressent le.ur objet social. à l'Imag~ des syndicats pour la défense de leurs intérêts professionnels. Le projet, sans être par conséquent en rien révolutionnaire, envisage d'~ corder semblable dérogation aux associations déclarées, qui ont pour objet statutaire la lutte contre le r~ cisme et pour la fraternité entre les hommes. N'est-il pas juste et logique de considérer qu'à l'instar des groupements énoncés ci-dessus, elles subissent un préjudice du fait que le délit de provocation que nous instituons les lèse dans leur activité spéciale? Ne doivent-eUes pas être reconnues recevables à mettre l'action publique en mouvement, dès lors que l'infraction nuit aux intérêts qu'elles se sont donné pour mission de défendre? . Te.l est l'objet de l'art. 4 du projet amsi conçu: « Dans les cas prévus au dern,ier paragraphe de lI:art. 24 et à l'alinéa 2 in fine de l'article 33, toute association régulièrement constituée, se p71oposant par ses statuts de combattre la haine entre les citoyens ou habitants à raison de leur appartenance à une race ou à une religion déterminée, est habilitée à exercer les droits réservés à la partie civile relativement aux faits de nature à nuire aux intérêts qu'elle s'est donné pour mission de défendre.» Il va sans dire que le Ministère public aura toujours, et conformément au droit commun, la faculté de poursuivre d'office le délit de provocation tel que formulé par l'art. 1 du projet: En ce qui touche l'injure, nous conservons au Ministère public la même faculté, en modifiant l'art. 48-6° alinéa 2, de la loi sur la presse: qui serait ainsi conçu (art. 3 du projet): « Toutefois, la poursuite pourra être exerc~e d'office par le Ministère pu- LE BOUCHER DE St OUENTIN •• (Suite de la page 1) comme l'avocat de la famille Jacoubot, notre ami M' Manville, allait le souligner peu après. En effet, le cas ayant été qualifié de « violences légères», le Procureur l'avait renvoyé (avant la réforme judiCiaire du 2 mars) devant le tribunal de simple police, c'est-à-dire traité comme une simple vétille. Plusieurs dizaines de contraventions, relevant du même tribunal, sont expédiées en une heure : tapage nocturne, échange de gifles, défaut de rétroviseur, ivresse, chiens errants, etc ... On se demande comment les brutalités racistes du boucher et de ses commis ont pu être assimilées à ces délits mineurs. Il est vrai qu'on a voulu réserver pour l'affaire Jacoubot toute la fin de l'audience (qui durera deux heures) et qu'un nouveau président vient prendre, spécialement pour cette affaire, la direction des débats. Les faits ayant été reconnus au cours de l'enquête, l'un des commis-bouchers, Terrouane, a tout pris sur lUi, et lui seul a été inculpé. Ce qui s'est passé exactement'? Il l'explique ... à sa manière. Le petit Henri, qui jouait dans la rue, .venait fréquemment « embêter» les bouchers. Et même il aurait « craché sur la viande», malgré les menaces et les admonestations. Terrouane déclare avoir mis l'enfant dans le frigidaire le 6 novembre et l'avoir barbouillé de sang le 14. Pourquoi l'agression est-elle ainsi scindée en deux? Pour pOUVOir dire que l'enfant s'obstinait, qu'il récidivait - ce qui est, constate M' Manville, prêter beaucoup d'audace à ce bambin. - Comment se fait-il, demande M' Manville à Terrouane, que vous avez nié toute participation aux faits, lors du premier interrogatoire, et que maintenant vous en prenez toute la responsabilité? Il ne sait pas. - Avez-vous traité l'enfant de « sale jUif» et de « sale pollak»? - Oui, mais lui aussi me traitait de « sale pollak». - Est-il vrai qu'il vous a menacé, comme vous l'avez dit. - Oui, il m'a menacé du poing, et il m'a dit: « Je me vengerai». Pour un peu, ce serait l'enfant l'agresseur! Le voici d'ailleurs, maintenant à la barre, avec son père. Il semble étonné de se trouver là, mais il parle avec application, il réfléchit à chaque question. Et ses propos, ses accusations précises n'ont pas varié depuis le début de l'enquête. Il jouait, près de la boutique du boucher, à tourner autour d'un poteau, explique- t-il. C'est le même jour qu'il a été barbouillé de sang et enfermé dans le frigidaire. - C'est Gras (l'autre commis) qui m'a attrapé. Jandrain (le patron, boucher) m'a mis du sang sur la figure. Il m'a enfermé dans le frigidaire et il a éteint la lumière. M. Jacoubot raconte à son tour: - Hênri était sorti de la maison à cinq heures mois dix. Nous l'avons cherché partout. Il n'est revenu qu'une heure après, le visage ensanglanté, le pull-over déchiré par les crochets du frigidaire ... Nous avons cru qu'il était blessé. Il a perdu connaissance. Par la suite il a eu une bronchite et a dû manquer l'école trois semaines, alors qu'avant il était toujours en bonne santé. La nuit il se réveille en criant, il a des cauchemars ... M. Jacoubot signale ,que Jandrain, au cours d'une confrontation, a reconnu sa r

3

S r. i, s c a ri II CI 11 q q VI N a: rn VI SI bl V( a 1'( te pl sil re CI St M pl tiradste plus efficace I~ ~ t slgOA t~S Abraham l , lorsque l'injure a été commise ers une personne ou un groupe personnes se rattachant par leur ine à une race ou à une religion erminée ». nique le 21 novembre 1956), assortisse ces violations aussi flagrantes des Droits de l'homme, de sanctions pénales dont la seule menace sera autrement efficace que les recours actuellement existants. HEROS ET MARTYR DU COMBAT ANTI - ESCLAVA GI II e M.R.A.P. a mis sur pied un sed projet, tendant à punir des actes discrimination ou ségrégation raIe, qui actuellement échappent à répression pénale. Is sont certes nettement condampar la Déclaration des Droits de omme de 1789, confirmée et comtée par le préambule de la Constiion de 1946 auquel se réfère le prébule de la Constitution de 1958. ais cette condamnation solennelle qUti la valeur morale d'une promation de principe, insuffisante r extirper les manifestations de prit raciste, qui, pour ne pas préter en France la même ampleur e dans d'autres nations, ne laissent que d'être fréquentes, dans la mépole comme dans les pays de la mmunauté, pratiques antihumaines premier chef, antisociales, des plus · 'judiciables à notre régime démotique. ci, c'est le chef d'un établissement vert au publiC (café, hôtel), le pro' étaire d'un immeuble, qui en ree l'accès ou la location à une pernne dont l'origine raciale, la cour de la peau ou la confession lui plaît. Là, c'est un professionnel ou un écialiste, obligé par sa fonction ou profession de fournir des prestans ou des services, qui les refuse un individu à raison de sa race ou sa confession. Ailleurs c'est un employeur qui rese d'embaucher ou licencie un sarié, dans un esprit de vexation, pour motif ci-dessus, - ou encore un nctionnaire qui, dans l'exercice abude son autorité, prive un subornné, dont la race ou la religion est ses yeux un vice rédhibitoire, de vancement ou de tel avantage de rrière auquel il a droit. Ces formes de discrimination peunt, il est vrai, donner ouverture au ofit de leurs victimes, à certains cours, soit par la voie civile (deande en dommages-intérêts pour ute ou abus du droit de contracter) it par la voie administrative (anulation pour excès de pouvoir). Mais s modes de réparation, compliqués coûteux, ne sont pas à la portée e tous les persécutéS raciaux, qui recrutent en grand nombre parmi es individus de ressources modestes. Il importe, à notre avis, malgré les , ficultés de preuve qu'il ne faut pas dissimuler que notre droit positif, l'image de' nombreuses législations rangères (voir notamment loi de tat de New-York, projet de loi dépoà la Chambre des Communes britan- Nous ne ferons au surplus que suivre la tendance moderne de notre propre iégislation: c'est ainsi que la loi du 27 avril 1956 a introduit dans le Code du travail des dispositions pénales frappant les atteintes à la liberté syndicale, sous forme de refus d'embauche ou de licenciement pour appartenance ou défaut d'appartenance à un syndicat. C'est dans cet esprit que le M.R. A.P. a pris l'initiative de présenter un second texte ainsi conçu: Art. 1. -Sera puni d'un emprisonnement de 15 jours à 3 mois et d'une amende de 20.000 à 500.000 frs ou de l'une de ces deux peines seulement : 1 ° - Quiconque, tenu par sa profession ou sa fonction, de fournir des prestations de choses ou de services, les aura refusées ou se sera abstenu de les fournir, soit par lui-même, soit par son prépcsé, à une personne à raison de son appartenance raciale ou confessionnelle; 2° - Quiconque aura refusé d'embaucher ou aura licencié un travailleur salarié en prenant en considération son appartenance raciale ou confessionnelle; 3° - Quiconque, investi d'un ministère de service public, aura, dans l'exercice de sa fonction, en prenant en considération son . appartenance ethnique ou confessionnelle, écarté indûment des emplois, grades, promotions, diplômes et honneurs celui qui, réunissant les titres légalement exigés, devait les obtenir. Art. 2. - L'extrait de la condamnation sera, à la diligence du Ministère public, affiché au siège de l'établissement ou, à défaut, au domicile du condamné. La publicité de la condamnation pourra être ordonnée dans la presse à la requête et aux choix de la partie civile.

    • *

V OYEZ mon adversaire Douglas : tout le monde est pour lui; quand on voit des joues si cotOrées) des yeux si vifs, on en voit sortir des places, des ambassades, des faveurs; au contraire qu'est-ce que vous voulez que l'on fasse avec un grand homme osseux, triste, dégingandé comme moi? On ne voit pas sortir de mes membres des amers, des richesses, et des dignités. Qui parle ainsi de lui-même au cours d'une de ces joutes oratoires de l'année 1858 où il triomphe de son adversaire ? Abraham Lincoln, né le 12 février 1809 dans une pauvre cabane de bois de l'Etat du Kentucky, ayant fait, durant sa jeunesse, tout les métiers pour gagner sa vie : il a été tour à tour bûcheron, convoyeur de cargaisons sur le Mississipi, arpenteur. Mais, par son inlassable énergie, la merveilleuse vigueur de son esprit, son éloquence enflammée et caustique, il a su devenir un avocat brillant et hautement estimé - « honest Abe », tel est son surnom -. Il est aussi un orateur populaire souvent acclamé. Membre de la législature de l'Illinois à trente ans, il est élu 'dix ans plus tard à 1 Washington à la Chambre des Représentants. En 1860, il accèdera a la 1 magistrature suprême. 1 Au cours de son second voyage à la Nouvelle Orléans, en 1841, Abraham Lincoln a vu vendre aux enchères une jeune mÛlatresse, palpée par les acheteurs, obligée par le commissaire- priseur de prendre des poses pour plaire à la clie ntèle. L'horreur de l'esclavage, de cet esclavage encore considéré vingt ans plus tard par les Blancs des Etats du Sud comme une institution sacrée, lui est apparue. Il agira désormais conformément à se-s sentiments envers les races prétendues inférieures. Au cours d'une expédition contre les Indiens, il arrache à la mort un\ Peau-Rouge inoffensif, qui s'était présenté comme Les deux projets que nous venons un ami et. que ses compagnons voud'analyser, destinés à améliorer et à laient pendre. renforcer not:re législation dans la En 1847, quand il siège à la Chamlutte contre le racisme et l'antisémi- bre des Représentants, il soutient tisme viennent d'être communiqués avec ténacité la proposition tendant à div~rs membres des groupes parle- à interdire l'esclavage dans les fumentaires et au gouvernemb.:'t. r- ~ - -il:r.:s territoires annexés. Exprimons l'espoir qu'ils teront l Non réélu, ayant repris avec un l'objet du dépôt régulier d'une pro- .' succès croissant sa carrière d'avocat, position ou d'un projet de loi sur le 1 Abraham Lincoln voit la question de bureau de l'Assemblée Nationale ou l'esclavage créer entre les Etats du du Sénat et d'un vote favorable du Nord et ceux du Sud un conflit qui Parlement. 1 devient chaque jour plus aigu, Il ne Souhaitons aussi qu'ils recevront 1 se rallie cependant pas sans hésital'appui des personnalités et organi- 1 tion à la thèse de l'abolitionnisme imsations soucieuses de combattre cou- médiat et intégral; longtemps il se rageusement le danger social que re- borne à souhaiter l'extinction progresprésente l'actuelle aggravation du sive de l'esclavage. Il aperçoit avec racisme sous toutes ses formes. une pleine lucidité la gravité des pro- Léon LYON-CAEN. blèmes que posera la liberté totale ~--------------------------------------------------------- des esclaves, les jlifficultés de la rééduction nécessaire pour les relever d'une longue dégradation et celles de l'immixtion, dans la vie civique et sociale d'une nation jusque là composée de descendants d'Européens de race blanche:, d'urie population de! couleur numériquement importante. Par ailleurs, l'attachement de Lincoln aux principes inscrits dans la Déclaration d'Indépendance, qui proclame sans restriction aucune l'égalité de tous les hommes, s'oppose, dans sa pensée, au respect de la Constitution des Etats-Unis qui garantit l'autonomie de chacun des Etats, leur droit de légiférer sur les matières les plus variées et, notamment, de maintenir l'esclavage. Drame de conscience identique à celui qui, de par P. GRUNEBAUM-BALLIN Président de la Société des Amis de l'Abbé Grégoire. .IVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV\IV\JVVV nos jours, a mis aux prises tant de citoyens des Etats-Unis avec d'autres citoyens et bien souvent ave-c euxmêmes, à propos de la Ségrégation scolaire et de l'intervention des autorités fédérales pour faire respecter par les autorités de l'Etat d'Arkansas, à Little Rock, les décisions de la., Cour Suprême. Cependant la conviction s'affermit dans l'esprit de Lincoln que la crise évolue vers son inévitable dénouement

« Une maison divisée contre

elle-même, déclare-t-il, ne peut rester debout. Je crois que ce gouvernement ne peut pas rester indéfiniment à moitié esclave et à moitié /'ibre ». En .1860, quand il est devenu un des chefs du parti répUblicain, sa résolution est prise. Il parle, dans de nombreuses villes, et pour la première fois, à New York : son admirable exposé de la question de l'esclavage et de la solution qu'elle impose lui vaut une immense popularité. Le voici élu à la présidence des Etats-Unis. Il sait que son élection va déchaîner la fureur des Sudistes, et sans dout. provoquer une lutte implacable mettant en danger l'unité de la Nation. Il sait aussi qu'il s'expose personnellement aux pires dangers, que les mencaes de mort et les tentatives d'assassinat sont désormais son lot quotidien. Il ne fléchira pas. L'appel pathétique qu'il adresse aux Sudistes, au lendemain de son entrée en fonctions, demeure sans effet. Les Etats du Sud, qui ont proclamé la sécession, ont ouvert les hostilités. Une guerre civile qui durera plus de quatre ans a commencé. Les forces du Nord subissent, surtout dans la première partie de la de sérieux revers. Lincoln fait face à toutes les ges qu'il a assumées, dresse des de campagne, organise le recrut et l'équipement des régiments puissante armée. Il a l'énergie saire Dour écarter de leur cOI dement des généraux insuffisa: peu sûrs. Il découvre enfin d général Grant un chef remar( qu'il investit du commandeme prême. Pourtant ,en 1864, l'issue de re demeure encore incertaine. est attaqué, critiqué par ses ministres. L'atmosphère pc s'alourd,it ; le général Mac C que Lincoln avait révoqué, est didat du parti démocrate à sidence des Etats-Unis, contI coIn, dont le parti républicaiJ nime propose la réelection. LI cours au mois de novembre, q\ Clellan s'emparera du pouvoir coup de force en cas de réelecl Lincoln. Celui-ci fait savoir qt tera à son poste à tout prix, l'expiration de son mandat. par son tranquille courage, le dent d'une grande Républiqu ra, il y a 95 ans, le respect Constitution dont il avait la g: la suprématie du pouvoir civi: La réelection de Lincoln fut phale: le 31 janvier 1865, obtenait le vote du XIII' P, ment à la Constitution : « Ni vage, ni la servitude involl sauf pour le châtiment d'Uri dont une personne aura lég~ été convaincue, n'existeront p Etats-Unis ni en aucun lieu S( leur juridiction ». Quelques semaines plus tare néral Lee, chef des forces de sudiste, capitule. La guerre es' née. LinCOln a réalisé sa do difficile entreprise : l'unité de est sauvée et l'esclavage est ~ Le 14 avril, au cours d'un sentation théâtrale, Abraham est assassine. « Le Sud est 1 s'écrie le meurtrier en braI son poignard ensanglanté. Une consternation uni verse pe les esprits dans les Amér en Europe. Le monde entier JE UN "'\;TOU MONO Il Y aura bientôt un an, le décerné à l'équipe qui avait réa particulier à Georges N eveux p~ scène, et Pascale Audret pour d'être édité, pour la première f ici la présentation qu'en fait 1\1 du Jury du Prix de la Fraternit


EB OUCHER DE St OUENTIN •• g' ai tco uni! qa bana l ! ... (Suite de la page 1) mme l'avocat de la famille Jacoubot, tre ami M' Manville, allait le souligner u après, En effet, le cas ayant été qualifié de iolences légères », le Procureur l'avait nvoyé (avant la réforme judiCiaire du mars) devant le tribunal de simple poe, c'est-à-dire traité comme une simple tille. Plusieurs dizaines de contraventions, revant du même tribunal, sont expédiées une heure : tapage nocturne, échange gifles, défaut de rétroviseur, ivresse, iens errants, etc ... On se demande cornent les brutalités racistes du boucher et ses commis ont pu être assimilées à s délits mineurs. Il est vrai qu'on a voulu réserver pour ffaire Jacoubot toute la fin de l'audien( qui durera deux heures) et qu'un nouau président vient prendre, spécialement ur cette affaire, la direction des déats. Les faits ayant été reconnus au cours l'enquête, l'un des commis-bouchers, errouane, a tout pris sur lui, et lui seul été inculpé. Ce qui s'est passé exactement'? Il l'exlique, .. à sa manière. Le petit Henri, ui jouait dans la rue, venait fréquement « embêter» les bouchers. Et même aurait « craché sur la viande», malgré s menaces et les admonestations. Teruane déclare avoir mis l'enfant dans frigidaire le 6 novembre et l'avoir barouillé de sang le 14, Pourquoi l'agression st-elle ainsi scindée en deux? Pour uvoir dire que l'enfant s'obstinait, qu'il écidivait - ce qui est, constate M' Manille, prêter beaucoup d'audace à ce bamin. Comment se fait-il, demande M' Manille à Terrouane, que vous avez nié toute participation aux faits, lors du premier interrogatoire, et que maintenant vous en prenez toute la responsabilité? Il ne sait pas. - Avez-vous traité l'enfant de « sale juif» et de « sale pollak»? - Oui, mais lui aussi me traitait de « sale pollak». - Est-il vrai qu'il vous a menacé, comme vous l'avez dit. - Oui, il m'a menacé du poing, et il m'a dit : « Je me vengerai». Pour un peu, ce serait l'enfant l'agresseur! Le voici d'ailleurs, maintenant à la barre, avec son père. Il semble étonné de se trouver là, mais il parle avec application, il réfléchit à chaque question. Et ses propos, ses accusations précises n'ont pas varié depuis le début de l'enquête. Il jouait, près de la boutique du boucher, à tourner autour d'un poteau, explique- t-il. C'est le même jour qu'il a été barbouillé de sang et enfermé dans le frigidaire. - C'est Gras (l'autre commis) qui m'a attrapé. Jandrain (le patron, boucher) m'a mis du sang sur la figure. Il m'a enfermé dans le frigidaire et il a éteint la lumière. M. Jacoubot raconte à son tour: - Hénri était sorti de la maison à cinq heures mois dix. Nous l'avons cherché partout. Il n'est revenu qu'une heure après, le visage ensanglanté, le pull-over déchiré par les crochets du frigidaire ... Nous avons cru qu'il était blessé, Il a perdu connaissance. Par la suite il a eu une bronchite et a dû manquer l'école trois semaines, alors qu'avant il était toujours en bonne santé. La nuit il se réveille en criant, il a des cauchemars ... M. Jacoubot signale ,que Jandrain, au cours d'une confrontation, a reconnu sa propre culpabilité, et que sa fille a, ell~ aussi, été insultée par le boucher antisémite. C'est au tour de celui-ci, convoqué comme témoin, d'être interrogé. Il porte haut, il joue les vertus offensées, parle avec assurance. - C'est très simple, dit-il. Le fils Jacoubot est un' enfant mal élevé. Il nous a traités de juifS (!) Le 14 novembre, mon commis Gras l'a attrapé et barbouillé avec du sang. Je me demande pourquoi on en fait une histoire. Jandrain affirme que tout se serait arrangé si M. Jacoubot était venu s'expliquer avec lui. - Mais si l'enfant vous ennuyait pourquoi n'êtes-vous pas allé vous expliquer vous-même avec ses parents? lui demande M ' Manville. Il reste coi. Il prétend n'être pour rien dans cette affaire. M' Manville n'a pas de peine à montrer qu'il fut au moins complice. M' Manville. Vous étiez présent quand votre commis a barbouillé l'enfant de sang. N'avez-vous pas réagi? Jandrain. Oh ! j'ai trouvé ça tellement banal ! ... M' Manville. Vous trouvez cela banal, vous, un père de famille !... Et qhand il a été enfermé dans le frigo ? .. Jandrain. Le frigo était réglé à 3°, et l'enfant n'y est resté que quelques minutes, ce n'est pas grave ... M' Manville. Ce n'est pas à vous d'apprécier. Vous n'êtes pas un médecin, monsieur, vous êtes un boucher !... Quelque peu décontenancé, Jandrain est remplacé à la barre par le commis Gras. Celui-ci reconnaît avoir attrapé l'enfant sur l'ordre de son patron. C'est maintenant la plaidoierie de M' Manville. Il flétrit ces trois hommes qui, près s'être lâchement attaqués à un enfant, n'osent pas prendre leurs responsabilités, et tâchent de minimiser l'affaire avec cette arrière-penSée qu'après tout il ne s'agit que d'un petit juif! « On aurait pu croire une telle attitude impossible quinze ans après la mort d'Hitler", s'écrie-t-il. M' Manville s'étonne que, contrairement à l'habitude, et à la logique, l'enquête de la police ait porté non pas sur les coupables, mais sur la victime, pour recueillir des ragots, qui d'ailleurs n'ont aucun rapport avec l'affaire. Le tribunal de simple police, indique-t-il, est incompétent pour juger un cas aussi grave, Pour que puissent être infligées les sanctions sévères qui s'imposent, il doit renvoyer l'affaire en correctionnelle, et cela pour trois raisons : 1° Il Y a eu injures et diffamations de caractère raciste (et l'avocat souligne au passage l'absurdité des affirmations selon lesquelles l'enfant traitait lui-même de « sale juif» le boucher et ses commis); 2° Les violences exercées ne sauraient être qualifiées de légères: toute la jurisprudence le prouve ; 3° De plus, elles ont été exercées contre un enfant, et la législation récente s'est attachée à renforcer encore la protection des enfants. Soulignant la responsabilité de Jandrain, M' Manville demande encore qu'une expertise soit ordonnée sur les conséquences qu'ont eu les sévices sur la santé du petit Henri. « Il n'est pas juste, il n'est pas souhaitable, conclut-il, en ce moment où le racisme et l'antisémitisme prolifèrent, que cette affaire soit réduite à la portion congrue. Il y aurait un grand danger à laisser croire qu'on peut impunément insulter et brutaliser un enfant juif » ••• Le commissaire qui siège à côté du juge se lève alors et se déclare c' avec les conclusions de M' Manvi: cernant l'incompétence du tribt: simple police. La thèse de l'avocat adverse € pIe. Il s'agit pour lui, à la fois, de ter l'enfant comme un garnemen' portable, une sorte de monstre, qu juste de châtier, et de minimiser vité des brutalités qu'il a subies. Avec une insistance de fort l aloi, il prétend que toute l'affaiI « montée» par M. Jacoubot pour (1 de l'argent». Ce que M' Manvilll vertement, en soulignant que M. J ne demande pas de dommages-i mais exige seulement, avec le M une condamnation exemplaire. Le jugement sera rendu le 14 av 8 Âvril : La plainte conti PIERRE HIEGEI jugée dans le 2 En décembre dernier, Pierre Hi recteur du Théâtre de Belleville, on s'en souvient" sur la scène de tre, à de vives attaques antisém Comme no)lS l'avons indiqué, d times des persécutions nazies, M. Sosna, qui se trouvaient dans l ont porté plainte, appuyés par 1 breux témoins, et le M.R.A.P. S'I à leur plainte. Ce procès aura lieu le mercred' à 14 heures" devant le tribum tance (Justice de Paix) du 20' 1 sement. M. et Mme Sosna seront défet M' Mireille Glaymann, et le M.R présenté par M Véron. I~~tslg0A1~s Abraham LINCOLN HEROS ET MARTYR DU COMBAT ANTI-ESCLAVAGISTE lJ OYEZ mon adversaire Douglas: tout le monde est pour lui; quand on voi.t des joues si cotOrées) des yeux si vifs, on en voit sorUr des places, des ambassades, des faveurs; au contraire qu'est-ce que vous voulez que l'on fasse avec un grand homme osseux, triste, àégi.ngandé comme moi? On ne voit pas sortir de mes membres des amers, des richesses, et des dignités. Qui parle ainsi de lui-même au cours d'une de ces joutes oratoires de l'année 1858 oû il triomphe de son adversaire ? Abraham Lincoln, né le 12 février 1809 dans une pauvre cabane ~ bois de l'Etat du Kentucky, ayant fait, durant sa jeunesse, tout les métiers pour gagner sa vie : il a été tour à tour bûcheron, convoyeur de cargaisons sur le Mississipi, arpenteur. Mais, par son inlassable énergie, la merveilleuse vigueur de son esprit, son éloquence enflammée et caustique, il a su devenir un avocat brillant et hautement estimé - « honest Abe », tel est son surnom -. Il est aussi un orateur populaire souvent acclamé. Membre de la législature de l'Illinois à trente ans, il est élu dix ans plus tard à Washington à 'la Chambre des Représentants. En 1860, il accèdera a la magistrature suprême. Au cours de son second voyage à la Nouvelle Orléans, en 1841, Abraham Lincoln a vu vendre aux enchères une jeune mûlatresse, palpée par les acheteurs, obligée par le commissaire- priseur de prendre des poses pour plaire à la clientèle. L'horreur de l'esclavage, de cet esclavage encore considéré vingt ans plus tard par les Blancs des Etats du Sud comme une institution sacrée, lui est apparue. Il agira désormais conformément à S-.."S sentiments envers les races prétendues inférieures. Au cours d'une expédition contre les Indiens, il arrache à la mort uni Peau-Rouge inoffensif, qui s'était présenté comme un ami et, que ses compagnons voulaient pendre. En 1847, quand il siège à la Chambre des Représentants, il soutient avec ténacité la proposition tendant à interdire l'esclavage dans les fu- ... s- te,rritoire-s annexés. des esclaves, les ftifficultés de la rééduction nécessaire pour les relever d'une longue dégradation et celles de l'immixtion, dans la vie civique et sociale d'une nation jusque là composée de descendants d'Européens de race blanche;, d'mie population dei couleur numériquement importante. Par ailleurs, l'attachement de Lincoln aux principes inscrits dans la Déclaration d'Indépendance, qui proclame sans restriction aucune l'égalité de tous les hommes, s'oppose, dans sa pensée, au respect de la Constitution des Etats-Unis qui garantit l'autonomie de chacun des Etats, leur droit de légiférer sur les matières les plus variées et, notamment, de maintenir l'esclavage. Drame de conscience identique à celui qui, de par P. GRUNEBAUM-BALLIN Président de la Société des Amis de l'Abbé Grégoire. AIV\lVVVVV\lVVVVVVV\lV\lV\lVVVVVVV\IV nos jours, a mis aux prises tant de citoyens des Etats-Unis avec d'autres citoyens et bien souvent ave-c euxmêmes, à propos de la Ségrégation scolaire et de l'intervention des autorités fédérales pour faire respecter par les autorités de l'Etat d'Arkansas, à Little Rock, les décisions de la., Cour Suprême. Cependant la conviction s'affermit dans l'esprit de Lincoln que la crise évolue vers son inévitable dénouement

« Une maison divisée contre

elle-même, déclare-t-il, ne peut rester debout. Je crois que ce gouvernement ne peut pas rester indéfiniment à moitié esclave et à moitié Libre ». En 1860, quand il est devenu un des chefs du parti républicain, sa résolution est prise. Il parle, dans de nombreuses villes, et pour la première fois, à New York : son admirable exposé de la question de l'esclavage et de la solution qu'elle impose lui vaut une immense popularité. dans la première partie de la lutte, de sérieux revers. Lincoln fait face à toutes les charges qu'il a assumées, dresse des plans de campagne, organise le recrute·ment et l'équipement des régiments d'une puissante armée. Il a l'énergie nécessaire nour écarter de leur comman· dement des généraux insuffisants ou peu sûrs. Il découvre enfin dans le général Grant un chef remarquable, qu'il investit du commandement su· prême. Pourtant ,en 1864, l'issue de la guer· re demeure encore incertaine. Lincoln est attaqué, critiqué par ses propres ministres. L'atmosphère politique s'alourd).t; le général Mac Clenlàn, que Lincoln avait révoqué, est le candidat du parti démocrate à la Présidence des Etats-Unis, contre Lincoln, dont le parti répUblicain unanime propose la réelection. Le bruit cours au mois de novembre, que Mac Clellan s'emparera du pouvoir par un coup de force en cas de réelection de Lincoln. Celui-ci fait savoir qu'il restera à son poste à tout prix, jusqu'à l'expiration de son mandat. \Ainsi, par son tranquille courage, le Prési· dent d'une grande République assura, il y a 95 ans, le respect de la Constitution dont il avait la garde, et la suprématie du pouvoir civil. La réelection de Lincoln fut triomphale: le 31 janvier 1865, Lincoln obtenait le vote du XIII' Amende· ment à la Constitution : « Ni l'es clar vage, ni la servitude involontaire, sauf pour le châtiment d'un crime dont une personne aura légalem-ent été convaincue, n'existeront plus aux Etats-Unis ni en aucun lieu soumis à leur juridiction ». Quelques semaines plus tard, le général Lee, chef des forces de l'armée sudiste, capitule. La guerre e-st terminée. Lincoln a réalisé sa double et difficile entreprise : l'unité de l'Union est sauvée et l'esclavage est aboli. Le 14 avril, au cours d'une représentation théâtrale, Abraham Lincoln est assassine. « Le Sud est vengé », s'écrie le meurtrier en brandissant son poignard ensanglanté. Une consternation universelle frappe les esprits dans les Amériques et en Europe. Le monde entier a cons- Abraham Lincoln cience qu'un être d'une qualité supérieure vient de disparaître. L'Association Inrernationale des Travailleurs envoie au gouvernement des Etats-Unis un message portant 38 signatures, dont celle de Karl Marx, et contenant un magnifique éloge d'Abraham Lincoln : « Un des rares hommes qui ait réussi à devenir grand sans cesser jamaiS d'être bon ». La France qui, la première, parmi les nations, proclama le 5 février 1794, l'abolition de l'esclavage, ne peut s'abstenir de participer à la célébration du cent cinquantième anniversaire de la naissance d'Abraham Lincoln. La R.T.F. a, le 2 mars der· nier, évoqué la mémoire du Libérateur des esclaves. La Société des Amis de l'Abbé Grégoire imitera sans doute cet exemple. Il serait assurément opportun, dans le temps oû nous vivons, que prochainement, dans une cérémonie nationale, des personnalités qualifiées prennent la parole pour glorifier Abraham Lin· coIn héros et martyr de la longue et dure lutte contre tous les racismes. Non réélu, ayant repris avec un succès croissant sa carrière d'avocat, Abraham Lincoln voit la question de l'esclavage créer entre les Etats du Nord et ceux du Sud un conflit qui devient chaque jour plus aigu. Il ne se- rallie cependant pas sans hésitation à la thèse de l'abolitionnisme immédiat et intégral; longtemps il se borne à souhaiter l'extinction progressive de l'esclavage. Il aperçoit avec une pleine lucidité la gravité des problèmes que posera la liberté totale Le voici élu à la présidence des Etats-Unis. Il sait que son élection va déchaîner la fureur des Sudistes, et sans doute provoquer une lutte implacable mettant en danger l'unité de la Nation. Il sait aussi qu'il s'expose personnellement aux pires dangers, que les mencaes de mort et les tentatives d'assassinat sont désormais son lot quotidien. Il ne fléchira pas. L'appel pathétique qu'il adresse aux Sudistes, au lendemain de son en· trée en fonctions, demeure sans effet. Les Etats du Sud, qui ont proclamé la sécession, ont ouvert les hostilités. Une guerre civile qui durera plus de quatre ans a commencé. Les forces du Nord subissent, surtout JE UN "'\;TOUDRAI8 MONDE ANNE VOIR FRANK opre culpabilité, et que sa fille a, elle ssi, été insultée par le boucher antimite. C'est au tour de celui-ci, convoqué come témoin, d'être interrogé. Il porte haut, joue les vertus offensées, parle avec asrance. C'est très simple, dit-il. Le fils Jaubot est un' enfant mal élevé. Il nous traités de juifs (!) Le 14 novembre, n commis Gras l'a attrapé et barbouilavec du sang. Je me demande pouroi on en fait une histoire. andrain affirme que tout se serait argé si M. Jacoubot était venu s'explier avec lui. Mais si l'enfant vous ennuyait pouroi n'êtes-vous pas allé vous expliquer us-même avec ses parents? lui demande Manville. 1 reste coi. 1 prétend n'être pour rien dans cette aire. M' Manville n'a pas de peine à ntrer qu'il fut au moins complice. , Manville. Vous étiez présent quand tre commis a barbouillé l'enfant de g. N'avez-vous pas réagi? andrain. Oh ! j'ai trouvé ça tellement nal ! ... , Manville. Vous trouvez cela banal, s, un père de famille ! ... Et qUand il té enfermé dans le frigo ? .. andrain. Le frigo était réglé à 3°, et fant n'y est resté que quelques minu, ce n'est pas grave ... , ManviUe. Ce n'est pas à vous d'apcier. Vous n'êtes pas un médecin, monr, vous êtes un boucher !... uelque peu décontenancé, Jandrain est placé à la barre par le commis Gras. ui-ci reconnaît avoir attrapé l'enfant l'ordre de son patron. 'est maintenant la plaidoierie de M' nville. Il flétrit ces trois hommes qui, s s'être lâchement attaqUés à un enfant, n'osent pas prendre leurs responsabilités, et tâchent de minimiser l'affaire avec cette arrière-pensée qu'après tout il ne s'agit que d'un petit juif! « On aurait pu croire une telle attitude impossible quinze ans après la mort d'Hitler », s'écrie-t-il. M' Manville s'étonne que, contrairement à l'habitude, et à la logique, l'enquête de la police ait porté non pas sur les coupables, mais sur la victime, pour recueillir des ragots, qui d'ailleurs n'ont aucun rapport avec l'affaire. Le tribunal de simple police, indique-t-il, est incompétent pour juger un cas aussi grave. Pour que puissent être infligées les sanctions sévères qui s'imposent, il doit renvoyer l'affaire en correctionnelle, et cela pour trois raisons : 1 ° Il Y a eu injures et diffamations de caractère raciste (et l'avocat souligne au passage l'absurdité des affirmations selon lesquelles l'enfant traitait lui-même de « sale juif» le boucher et ses commis); 2° Les violences exercées ne sauraient être qualifiées de légères : toute la jurisprudence le prouve; 3° De plus, elles ont été exercées contre un enfant, et la législation récente s'est attachée à renforcer encore la protection des enfants. Soulignant la responsabilité de Jandrain, M' Manville demande encore qu'une expertise soit ordonnée sur les conséquences qu'ont eu les sévices sur la santé du petit Henri. « Il n'est pas juste, il n'est pas souhaitable, conclut-il, en ce moment où le racisme et l'antisémitisme prolifèrent, que cette affaire soit réduite à la portion congrue. Il y aurait un grand danger à laisser croire qu'on peut impunément insulter et brutaliser un enfant juif » ... Le commissaire qui siège à côté du Il Y aura bientôt un an, le Prix de la Fraternité (fondé par le M.RA.P.) était décerné à l'équipe qui avait réalisé au théâtre « Le Journal d'Anne Frank», et en particulier à Georges Neveux pour l'adaptation, Marguerite Jamois pour la mise en scène, et Pascale Audret pour l'interprétation. Le texte de Georges Neveux vient d'être édité, pour la première fois, dans la revue «L'Avant-Scène ». Nous publions ici la présentation qu'en fait M. André Maurois, de l'Académie Française, membre du Jury du Prix de la Fraternité. juge se lève alors et se déclare d'accord avec les conclusions de M' Manvill,e, concernant l'incompétence du tribunal de simple police. La thèse de l'avocat adverse est simple. Il s'agit pour lui, à la fois, de présenter l'enfant comme un garnement insupportable, une sorte de monstre, qu'il était juste de châtier, et de minimiser la gravité des brutalités qu'il a subies. Avec une insistance de fort mauvais aloi, il prétend que toute l'affaire a été « montée» par M. Jacoubot pour {( gagner de l'argent». Ce que M' Manville relève vertement, en soulignant que M. Jacoubot ne demande pas de dommages-intérêts, mais exige seulement, avec le M.R.A.P" une condamnation exemplaire. Le jugement sera rendu le 14 avril. 8 Âvril : La plainte contre PIERRE HIEGELI jugée dans le 20e En décembre dernier, Pierre Hiegel, directeur du Théâtre de Belleville, se livra, on s'en souvient" sur la scène de ce théâtre, à de vives attaques antisémites. Comme noUS' l'avons indiqué, deux victimes des persécutions nazies, M. et! Mme Sosna, qui se trouvaient dans la salle, ont porté plainte, appuyés par de nombreux témoins, et le M.R.A.P. s'est joint à leur plainte. Ce procès aura lieu le mercredi 8 avril à 14 heures., devant le tribunal d'ins.tance (Justice de Paix) du 20' arrondissement. M. et Mme Sosna seront défendus par M' Mireille Glaymann, et le M.RA.P. re.présenté par M Véron. D'ABORD sous forme de livre, puis à la scène, le Journal de Anne Frank a été un très grand événe- ment humain. Il a bouleversé, dans le monde entier, des millions de lecteurs et de spectateurs. En Allemagne, il a ouvert les yeux d'hommes et de femmes qui, jusque-là, n'avaient pas bien compris l'horreur des persécutions hitlériennes. Ces effets puissants s'expliquent par la vérité si ft wu u • par André MAUROIS d'e l'Académie Française simple du Journal et par son évidente authenticité. Autre chose est de blâmer en terms'S abstraits le racisme que de constater, en pleine chair, sur des êtres vivants et sensibles, les consequences de lois abominabl~'S. L'émotion devenait plus vive encore parce que la victime, en ce cas, était une jeune fille, presqu.e· une enfant et si digne de bonheur. Persécuter des hommes pour leurs opinions est déjà condamnable. Les persécuter pour leur naissance-, pour leur race, est a la fois sottise, démence et cruauté. ("le peuvent-ils y changer ? Rien de plus pathétique que le destin de ce malheureux dentiste dont les ancêtres, de père en fils, pendant des générations, ont été des Hollandais et auquel soudain une police ennemie vient dénier sa patrie. Rien, sinon peut-être le sort de M. Frank, homme excellent, respectabl~, et respecté, soudain réduit à se terrer comme un criminel sans avoir commis la moindre faute. Rien, sinon la tragédie de cette jeune Anne, si vivante, faite pour une existence d'amour, de (Suite page 6) ) J_ _________________·~_ ____L E __C_ I_~_~_É_~~_ ~_ _E T_ _~_ _· O_ U _S _______~ ____________ _ Voici (enfin . autorisé) (Suite de la page 1) sequence, ou presque. Ce qui apparaît clairement, en tout cas, c'est que Claude Bernard-Au~rt a quelque chose à dire, et que ce réalisateur n'a pas peur des mots, ni des images. « Il y a 50 ans, Cicada était une ville florissante. Mais les nécessités de la défense du territoire ont imposé la destruction du barrage situé sur la frontière et qui lrnyuait le pays », nous indique 1'« avertissement ». Toute ressemblanCB avec des faits réels, précise-t-il, ne peut être que ... voulue. Maintenant, Cicada est une ville isolée au milieu du désert, une ville moribonde, où la misérable communauté blanche écrase la communauté noire, plus misérable encore. Une sévère ségrégation a été instituée : les blancs vivent dans la ville haute, les noirs dans la ville basse, d'où ils ne peuvent sortir la nuit. Le pasteur, qui est aussi instituteur, est à peu près le seul blanc qui croie a l'égalité de tous. Bob, un garçon qui revient de la guerre, ose inviter une jeune noire, Bessie, à une soirée réservée aux blancs. Ils se retrouvent seuls avec les musiciens. Son acte, « dangereux pour l'ordre » raciste, déclenche une série de violences, dirigées à la fois contre lui et contre les noirs, qui organisent une défense vigoureuse. Bob parvient de justesse _ viter le lynchage d'un noir pris dans la prison. Pourtant, la haine s'est installèe dans la ville, et les paris sont ouverts chaque jour sur la question de savoir si la première victime sera un blanc ou un noir. L'ingenioor Stanle" le père de Bob, après avoir été à la tête des lyncheurs, part chercher du secours à la ville la plus proche. Vance, le père de Bessie, le poursuit dans le désert, pour le tuer. Mais au mome'l1t de l'explication décisive, les deux hommes découvrent une source, jusqu'alors inconnue. C'est la perspective d'une prospérité renouvelée pour Cicada. Fous de joie, ils oublient l ~ur ' haine réciproque et courent annoncer la bonne nouvelle à leurs concitoyens. Ils sont reçus à coups de fusil. Alors, ils quittent la ville, sools avec leurs deux familles, pour fonder une autre cité, où le bonheur et l'entente seront possibles. Cependant, Cicada redevient elle-même, lieu de misère et de vice, où le racisme à nouveau fait figure d'institution incontestée ... Ce resume, répétons-le, ne suffit pas à donner une idée' complète et Claude BERNARD-AUBERT: ({ Les tripes· au . Soleil }). juste du film. Il faudrait aussi restituer son rythme, qui ne faib.it pas, ce climat irréel résultant d'un grossissement, parfois monstrueux. toujours instructif, de la réalité, et l'étrange enchevêtrement d: la tension dramatique et de la cocasserie. Il faudrait citer le dialogue percutant de Claude Accursi, évoquer les images, b;;.]]es et sobres, les scènes bien amenées, bien élaborées, qui se succèdent comme autant de tableaux vivants, avec un magistral pouvoir de suggestion. Il faudrait enfin analyser les multiples thèmes, les idées-forces, tantôt affirmées avec insistance, tantôt suggérées, qui concourent à l'unite et à l'extrême richesse de l'oeuvre. Sans vouloir priver les futurs spectateurs des heureuses découvertes qu'ils feront, dans l'ensemble et dans le détail, en voyant « Les Tripes au Soleil », je' voudrais indiquer ici, car c'est la tâche d'un journal comme le nôtre, quelques aspects du problème raciste, tel qu'il est posé dans ce film, non sous forme d3- thèses, de démonstrations, mais d'évidences. D'abord, le racisme, comme tous les malheurs, ne vient jamais seul. Cicada est une sorte de Sodome, où « l'on joue gagnant la haine et la lubricité ». Le- racisme n'est qu'une forme, entre autres, de la déchéance d'une société. Quand Cicada était prospère, il n'y avait pas de racisme : celui-ci est lié aux difficultés économiques, c'est un moyen pour des hommes amoindris de croire à leur propre raison d'être. Autre idée : le racisme est basé sur des préjugés absurdes. Lorsque Bob se voit seul avec Bessie, il est saisi soudain d'une sorte d.z' vertige et, un instant, la haine raciale prend le dessus. Il lui crie son mépris et, ensuite, il s'excusera, auprès des autres blancs de s'être laissé tenter par elle ~ ce qui,ne l'empêchera pas, finalement, d'épouser Bessie ... Très significative aussi est la scène où l'on voit l'ingénieur prendre la tête de l'expédition punitive contre les noirs à l'appel de... la tenancière du lupanar. Ou encore celle où l'unique policier feint de dormir pour ne pas entendre le tumulte des émeutiers, avant de leur ouvrir la port~ de la prison, d'où ils arracheront leur victime. Signalons encore le rôle du pittoresque commerçant local qui vend des armes aussi bien aux blancs et aux noirs (plus cher à CBS derniers) et s'adonne dans le même temps, à la fructueuse industrie de la fabrication des cercueils. c:c: L'espoir ne peut naÎtre que de la vérité ... » Claude Bernard-Aubert n'a pas voulu peindr,e tout en sombre. Des touches de tendresse ponctuent tout au long, le scénario. Telle, par exemple l'amitié de deux enfants, un noir et un blanc, qui vivent en marge des désordres racistes ; ou les efforts du pasteur pour introduire un peu d'humanité au milieu de ce monde brutal. M. Claude Bernard-Aubert, le jeune · réalisateur du film « Les Tripes au Soleil », a bien voulu répondre aux questions que nous lui avons posées pour les lecteurs de « Droit et Liberté ». . - Comment avez-vous été amené à réaliser un film sur le racisme ? lui avons-nous demandé. - Je voulais traiter le problème de deux communautés hostiles, separées par des préjugés collectifs, des conventions sociales, et montrer ce qu'il y a d'inhumain dans de te.les oppositions. Si j'ai mis en scène des noirs et des blancs, c'est parce que, d'emblée, les deux groupes apparaissent dis- ,. J, Claude BERNARD-AUBERT tincts. Ce choix étant fait, j'ai été amené tout naturellement a axer le film sur le racisme. Mais je voudrais qu'on le comprenne comme dépassant le racisme lui-même ... - Dans quel sens entendez-vous le titre : « Les Tripes au Soleil » ? - J'ai voulu étaler franchement tout ce qu'il y a de sale, d'ecoeurant dans le racisme, ne laisser subsister aucune équivoque, éviter toute idéalisation des victimes elles-mêmes ... Les préjugés racistes les plus absurdes, les plus enracinés, les hames les plus cruelles, j'ai mis tout cela dans mes personnages, pour qu'aucun aspect du problème ne reste dans l'ombre. Les voilà, les tripes au soleil ... Et puis, quand tout est à l'air, on s'aperçoit que tout n'est pas à rejeter, qu'il y a tmalemen.t quelque chose de bien. Il y a un espoir. Et ceux qui s'ignoraient, se méconnaissaient découvrent l'amour, l'amitié. Il était nécessaire que les deux communautés soient lamentables pour permettre cette nSurrection. Je dois ajouter que pendant le tournage, l'esprit du film s'est conservé en dehors du p-ateau. La franchise avec lanuelle nous étalions les préjugés, les haines, a fait naître entre tous les participants une amitié profonde, exempte de toute arrière-pensée. - Vous avez situé votre film dans une ville imaginaire. Pensez-vous que des problèmes semblables se posent en France? - En France même (je ne parle pas des territoires a'outre-mer) le racisme ne prend pas actuellement de forme virulente. Mais il existe des préjugés, une discrimination de fait: on méprise les mmorités raciales (noirs, nord-africains et même juifs), on les tolère mais on ne les fréquente pas. C'est une forme de racisme qu'il est difficile de aémasquer et d attaquer. Il est fait de a passivité de certains, qui se taisent, mais sourient à d'autres, qui agissent. En realité, c'est une grande peur, fondée sur l'ignorance. Et je trouve cela très grave : c'est la perte du se1llS de l'humain. Il faut réveiller les gens qui acceptent bousculer les habitudes qui donnent une bonne conscience au rabais, multip:ier les contacts tndividuels par delà les frontières des cas- S.BJ.R. 110, rue de l'Ouest - Pa ris-14e Téléphone PAIN FARINE DE SEC. 19-79 AZYME PAIN AZYME fabriqués selon la technique la plus moderne La Société des Boulangers Israélites Réunis vous offre pour ~ Fêtes. de « Pessach » du PAIN AZYME et de la FARINE DE PAIN AZYME strictement « ka cher » produits sous la haute survEillance du Rabbin Jacob RUBINSZTEIN et du Grand Rabbin ZAOlJ.1 de Paris Réclame% partout notre PAIN AZYME et notre FARINE DE PAIN AZYME ATIENTION! Prix spéciaux avec emballage spécial sous carton, conservant toute leur saveur pour les communa" juives de province HATEZ-VOTTS DE PASSER VOS COMMANDES A: s. B.I. R. 110, rue de l'Ouest - Paris-14' Téléphone: SEC. 19-79 tes, des groupes, comme je L'ai suggér., dans mon film ... - Vous avez déjà eu maille à partir avec la censure pour votre film « Patrouille de Choc ». Que pensezvous de ces nouvelles difficultés ? - Je suis frappé par ces manifestations d'intolérance dans ce pays que l'on dit tolérant. En interau;ant le film dans les territoires d'outr.e-meT, on pratique une discnmtnation flagrante. A-t-on peur que cette dénonciation du racisme, cette exa.tation de la fraternité donne de mauvaises idées aux gens de ces pays ? Quant à l'interdiction de l'exportation à l'étranger, qui nous cause un grave préjudice matériel, elle est aussi absurde, puisque les étrangers venant en France pourront voir le film : à moins qu'on veuille le présenter co~ me une prime pour attirer Les touristes ... Nous continuerons la bataille pour faire lever ces interdits. Mais je tiens à dire combien j'ai été touche par les inn.ombrables sympathies qui se sont manifestées spontanément. Tous les journalistes, me me 'ils ne partagent pas mon point de vue, ont demandé que le visa soit accorde. Cela ne peut que m'inciter à poursuivre dans la même voie, méme si c'est la p:us difficile. Enfin, les dernières images, en dépit d.e. leur brièveté sont d'un optimisme éclatant. Un furtif coup de théâtre, une cigarette allumée, un grand rire, les deux familles, naguere hostiles, réunies dans la même carriole et s'éloignant de Cicada, Bob et Bessie côte à côte, et les regards de confiance échangés - tout ce~a suffit à dire, en quelques instants, le triomphe de la fraternité. Certes, des hypocrites, des « bienpensants » tenteront de discréditer ce film. D'aucuns, qui acceptent sans sourciller les films de gangsters ou les bandes pornographiques, attaqueront (\ Les Tripes au Soleil » en s'indignant surtout de la forme, de certaines images (isolées du contexte) qu'ils jugeront trop « violentes » ou trop « crues », en ve'rtu d'une moralité soudain chatouilleuse. Ce qui les gênera, en fait, c'est la dénonciation franche de tares que l'on a coutume de couvrir du manteau de Noé, cette- volonté implacable de traquer partout l'inhumain pour exalter l'homme. Mais il est certain que les spectateurs, dans leur masse, y verront le re-flet de leurs propres sentiments, une oeuvre forte et courageuse, qui s'inspire des plus nobles traditions de notre pays. Un monde ANNE FRANI ... (Suite de la page centrale~ bonheur, et qui se voit soudain condamnée à attendre, dans un grenier, la Çl-estapo et la mort. On pouvait se demander, en lisant le Journal, s'il se prêtait à une présentation dramatique. Il s'étendait sur un temps assez long ; il tenait sa réalité de petits évén.zments quotidiens; il devait sa beauté à la fraîcheur, à la ferveur de la petite âme, de la grande âme d'Anne Frank. Serait- il possible de fair.z' passer tout ce pathétique dans un texte parlé ? De condenser ce récit en scènes et actes ? La réponse est apportée par l'émouvante adaptation qu'a faite Georg3s Neveux de la pièce américaine d'Albert Hackett et otto Frank. Dramatique ? Comment ne le seraitelle pas, cette mortelle attente d'un groupe sur lequel, pendant trois actes, pèse une menace plus tragique que celle suspendue sur OEdipe, sur Phèdre? Il fallait seulement que l'art de l'adaptateur ne laissât rien se perdre du charme d'Anne de la vérité des personnages, de la beauté mystérieuse du drame. La réussite est totale. Les dialogues de Georges Ne·veux sont, comme toujours, naturels, cristallins et tout à fait dépouillés d'emphase. Au début de la pièce, le retour, après la guerre, dans le grenier où pour la dernière fois il a vu les siens, de M. Frank, a pour effet, un peu comme certains débuts de romans dans Balzac, de rejeter dans le passé une histoiré trop douloureuse pour être vécue dans le présent. Entre les actes la voix d'Anne Frank, lisant des passages du Journal, replaC90 le drame dans le cadre du Temps. Enfin la miraculeuse coïncidence de Pascale Audret avec son personnage, sa beauté juvénile . et courageuse, achevait de donner à ce spectacle une grâce parfaite et douloureuse. . Il ne faut pas qu'Anne Frank soit morte en vain; il ne faut pas que les leçons du Journal soient oubliées. « Nous ne sommes pas les seuls à souffrir, dit Anne, il y en a d'autres. Il y en a toujours eu d'autres. Et pas seulement les juifs ... Je sais bien que ce n'est pas facile d'avoir de l'espoir quand les hommes font des choses aussi vilaines ... , mais sais-tu ce que je me dis quelquefois ? Que le monde traverse une phase... Ça passera. Oh! peut-être pas avant des centaines des centaines d'années ... , mais ça passera ... et vois-tu je crois, je continue à croire malgré tout, que dans le fond de leur coeur, les hommes sont réellement bons... » Ré.3-llement bons ? Non, pas tous. Mais Socrate disait que nul n'est méchant volontairement. Les méchants ont été déformés, les uns par la misère, les autres par l'humiliation, tous .par quelque frustation. Et puis ils ne savent pas; ils ont des yeux et ne voient plus le mal qu'ils font. Certains d'entre eux sont, je le sais bien, des brutes que nul ne peut récupérer. Mais les faibles, les ignorants, ceuxlà peuvent appre·ndre. C'est eux que le Journal peut sauver. J'ai lu qu'un prêtre se propose de créer, en Norvège, un village Anne Frank. Je voudrais voir un monde Anne Frank. André MAUROIS. " ET NOUS cOn • Un débat passionnant sous l'égide de ({ D. L.)} {{ 1 e [ 0 e )} ({ )} «Moi et le Colonel» et «La Chaîne» sont-ils des films antiracistes?.. « Droit et Liberté », en publiant des articles et des commentaires divers, a posé le problème. Un certain noinbre de ses lecteurs ont apporté leur point de vue (voir notre numéro du 28 février). Mais les avis restant très partagés, une confrontation s'imposait. Elle a eu lieu, sur l'initiative de notre journal, le 3 mars, à l'Hôtel Moderne. La grande salle était emplie d'une foule attentive, passionnée. A la tribune se trouvaient des écrivains .. des journalistes, les dirigeants du M.R.A.P. On ne peut pas parler d'orateurs et d'auditeurs: c'était le débat de tous; le& interventions furent nombreuses tant à la tribune que parmi l'assistance. Et seule l'heure tardive put y mettre fin ...

    • * Après une brève introduction de Ch.

PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., qui préside, Yves JAMIAQUE( dont nous avons publié l'article sur « La Chaîne », précise, en termes vigoureux, sa position. « Alors qu'hier, déclare-t-il, seuls le livre et le théâtre ne touchaient que lentement une part extrêmement réduite de la société, et que, cependant, ces deux éléments réussissaient à porter au-delà des frontières ce qu'avait dit un homme, voire une nation, aujourd'hui, ce qu'on appelle les arts techniques trouchent d'un seul coup des centaines de milliers de personnes et posent ainsi le problème de la RESPONSABILITE que portent les lanceurs de messages.» Et il affirme que « La Chaîne », en présentant un cas tout à fait exceptionnel, en mettant en scène des « gibiers de prison », en édulcorant les données du . problème, risque fort de ne pas convaincre les spectateurs (américains notamment) de la nocivité du racisme, qui se situe, dans la réalité, sur un autre plan. « J'en ai assez, conclut-il avec une passion communicative, de me contenter de ce qu'on me donne. J'en ai assez de ce choix qu'on me laisse, pour me battre, entre pas de fusil du tout et un fusil avec des balles à blanc... Il n'y a pas d!!\ chances pour que les balles à blanc fassent peur à l'ennemi; d'autant que lui possède ce qu'il faut pour mener à bien tous les crimes qu'il prémédite. Il es't temps de ne plus se satisfaire du « mieux que rien! ».

    • * C'est dans un esprit bien diffé'rent que

Pierre PARAF parle de « Moi et le Colonel ». Il est allé voir le film, dit-il, avec beaucoup d'appréhension. Il était Choqué, en particulier, « de voir introduire un élément de farce dans la période tragique de l'exode et de l'occupation ». Et pourtant, il a été séduit par les qual1tés du film, par son tact; son humanité. Tout a été fait, note-t-il, pour éviter de susciter, même par la bande, des réactions antisémites. Ainsi, par exemple, le Colonel ne dit pas: « Je hais ce juif», mais répète: « Je n'ai pas de sympathie pour ce Jacobowski». Avec éloquence, Pierre Paraf prend le contre-pied d'Yves Jamiaque, qui exprimait tout à l'heure sa méfiance à l'égard du ({ sentimentalisme». « Après les horreurs que nous avons vécues, et devant toutes les atteintes à la dignité, aux droits, à la vie des hommes dont nous sommes témoins, on peut comprendre, souligne-t-il que la sensibilité des gens de coeur soit à vif; pourquoi ne ferionsnous nas lOupel aux sentiments généreux, humains, qui sont une force dans notre combat? J'estime, quant à moi, que notre monde manque atrocement de sentimentalisme... Et je suis porté à juger aussi les gens sur leurs intentions» ... Sa conclusion : « Je fai .. crédit à ce Samuel Jacobowski. J'acquitte ce film avec beaucoup de circonstances atténuantes ». Ainsi on voit se dessiner deux thèses, deux conceptions, assez radicalement opposés. Roger MARIA exprime son désaccord avec Yves Jamiaque. Il estime que le fait, pour un créateur, de tenir compte de l'état des moeurs dans son pays, même si son oeuvre y perd de sa virulence, doit être porté à son crédit, non lui être reprOChé. Ou alors on reprocherait à Molière le dénouement de « Tartufe » ... , «Un cr~ateur, insiste-toi!. doit se tenir ,au niveau où il peut atteindre les coeurs, .; les esprits intoxiqués qu'il veut guérir.

\C'est ainsi seulement qu'il éveillera dans

l'opinion l'esprit crit.ique, upe première " prise de coitsèience.» ,: 'Il' estime le personnage de Jacobowski .: entièr~ment ppsitif. On ne saurait lui ' tenir rigueur de garder son sang-froid IJ' au.~mtli,eu de' la débacle, et d'aider ainsi ,le Colonel à mener à bien une mission \\ de la plus haute importance. Il .s'étonl}e 'i que des critiques l'aient traité de (( làl" che,»,' ",""',~ ""'. "",' SONT-ILS DES FILMS ANTIRACISTES, ? Charles Palant donne maintenant la parole à la salle. Un,,: jeune fille est au micro. Son appréciation est à l'opposé de celle de Roger Maria. Elle trouve Jacobowski trop sympathique, trop débrouillard: si les spectateurs juifs en sont flattés, elle craint que d'autres voient dans son comportement la justification de certaines calomnies antisémites. Appuyant dans le même sens, un autre auditeur déclare que Jacobowski est ({ un peu servile» et « manque de dignilé ».

    • * L'écrivain Jacques NANTET voit dans

« Moi et le Colonel», « non seulement une, dénonciation de l'antisémitisme, mais la défense de tout un type d'humanité, dont les représentants sont Ulysse, David opposé à Goliath... C'est la raison, la subtilité, le coeur l'emportant sur la force brutale ». ~t finalement, comme Goliath, le Colonel sera « frappé au front, frappé d'in· telligence », par Jacobowski-David. Comme catholique, Jacques Nantet souligne que c'est le juif, assez paradoxalement, qui amène le Colonel à des sentiments plus ... chrétiens. Un étudiant africain intervient: pour simple comédie, une sorte « d'Américain à Paris», sans tact et sans finesse. Heureusement, indique-t-il, « le réalisateur a été dépassé par l'acteur: Danny Kaye sauve le film ».

    • * «Les Ïilms antiracistes que l'on peut

voir ces tempS!-ci sont des films améri· cains », constate Samuel LACHIZE, critique Cinématographique de ({ l'Humanité ». Aux Etats-Unis, depuis cinq ans, depuis que le mac-carthysme a commencé à reculer, « de nombreux réalisateurs ont été amenés à représenter les préoccupations réelles du peuple américain: vie quotidienne, hantise de la guerre, racisme », remarque-t-il encore. Par contre, « il ne se trouve pas de réalisateur pour faire l'apologie de Little Rock ». Autant de faits réconfortants. Mais Samuel Lachize souhaite qu'il se trouve en France des cinéastes plus nombreux pour dénoncer le racisme, qui est chez nous aussi une plaie bien réelle. Dia MALHIK, délégué de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire, regrette également que le racisme ne fasse pas l'objet de films en France. Cela est dû, souligne-t-il, aux efforts multipliés La tribune de l'Hôt,el Moderne lui les problèmes du racisme et de l'antisémitisme sont traités trop grossièrement dans ces films. Peut-être ces ({ démonstrations » peuvent-elles être convaincantes aux Etats-Unis, mais pas en France, où le racisme et l'antisémitisme sont plus subtils. Un jeune du ciT\é-club « Amitié» approuve au contraire les deux films, et particulièrement « La Chaîne». Il tient à donner «un grand coup de chapeau à Kramer et à tous les réalisateurs qui risquent leur carrière pour faire des films antiracistes ».

    • *

L'écrivain Robert SABATIER, auteur de l'excellent roman antiraciste « Alain et le Nègre», s'insurge contre « Moi et le Colonel», où dit-il, «tout est faux: les décors, les personnages, les faits ». Le réalisateur avait-il des intentions antiraci& tes? Il en doute. Ce film est une Le film de Jean Rouch prouve une fois de P:11S qu'il ne faut jamais juger sur un titre. Avec ({ Moi, un Noir», on pouvait s'attendre à un film de la série des documentaires « bouleversants» sur la vie du pauvre noir peinant tout le jour et n'ayant d'autre consolation que son tam-tam quot'dien. Or Jean Rouch, qui est e' hl"ologue a voulu son film non pas bouleversant mais simplement vari, il n 'a pas cherché à nous émouvoir mais à nous renseigner et il a. paradoxalemen', construit un documentaire romancé avec un tel souci de vérité qu'il n'a util'sé ni ac~eurs ni dialoguistes. L'équipe de jeunes Nigériens qu'il a suivis avee sa caméra agit et parle à sa guise, il s'agit d'ailleurs plutôt d'un commentaire que d'un dialogue. Ce commentaire est l'une des originalités du film, il a le pittoresque et la sincérité (des tinprovisations, les préoccupations lancinantes des jeunes Noirs y reviennent au fur et à mesure que se déroulent leurs journées: argent-travail, amourargent. En général, l'Afrique des films c'est la brousse. Cette fois nous sommes transportés dans la ville ultra-moderne d'Abidjan. Pour les jeunes Noirs qui ont passé leur enfanée à plonger dàns ' ,le Niger, le nom de cette : fascinan\\l.i capitale a remplacé les mirages du désert. Il est , .synonyme ; d'argent. Ces jeunes, partis' tenter leur chance à 2.000 km. de leur ,pays-. natal, .. fredonnent. u.ne-. , rengaine dans divers domaines pour donner au racisme, consciemment ou inconsciemment, des formes ' subtiles très, néfastes. Il pense, comme Yves Jamiaque, que des oeuvres fortes, libres de toute équivoque, sont nécessaires, mais ajoute qu'on ne peut rejeter les tentatives, mêmes insuffisantes, qui témoignent de bonne volonté.

    • *

C'est ce dernier thème que développe notre rédacteur en chef, Albert LEVY, soulignant que l'intransigeance préconisée par Jamiaque aboutit à un « tout ou rien)} qui paralyserait les recherches. Il établit un parallèle saisissant entre les deux films, montrant une intention identique des deux réalisateurs, qui ont traité le même schéma, l'un sur le mode tragique, l'autre sur le mode humoristique. Dans « La Chaîne», estime-t-il, la nécomme en ont inspiré toutes les villes dcl monde pourvues de quelque agréJ:', ent; on y répète doucereusement le nom d'Abidjan, la ville merveilleuse. Mais ce n'est pas à Aibdjan que vivent les jeunes émigrés sans le sou, c'est à Treichvllle. A Abidjan les voitures circulent entre deux rangées de maisons modernes, les rues sont numérotés comme à NewYork, ma's les jeunes Noirs sans logis ne connaissent des gratte-Ciels que l'ombre des balcons qui abritent 'leur sieste il même le trottoir. Ils s'appellent Edward G. Robinson ou Eddy Constantine (Lemy Caution, qu'ils prononcent cochon), la belle fille s'appelle Dorothy Lamour, mais tout cela n'empêche pas qu'ils soient devenus des habitants de Treichv:Ue et, de plus, des sortes de « disoccupati», des chômeurs sans secours qui trouvent parfois du travail ,Sur les quais. Ils peuvent s'offrir avec leur gain un plat de riz pour deux et 5 fr de cigarettes... mais Dorothy Lamour coûte 200, fr. , aussi Edward G, Robinson n'est,il entré chez elle qu'en rêve. Le samedi et le dimanche, jours de liesse où l'on boit plus de bière que l'on peut en payer. Edward G. Robinson, qui a pourtant beaucoup bu et dansé, reste triste car il ne voit pis d'issue à sa vie sans l:i&i&, sans amour. Cependant, il ' a tout fait, tout, en Indochine, expliquet- il, et cela ne lui a rien rapporté. Il raconte avec candeur à son copain comcessité de mettre ensemble un noir et un blanc a obligé le réalisateur à recourir à une situation vraiment exceptionnelle. C'est là, en soi, une condam· nation du racisme tel qu'il existe aux Etats-Unis. Mais c'est de là que découle un certain déséquilibre du film, des invraisemblances, qui peuvent avoir gêné des spectateurs, malgré les efforts multipliés par l'auteur pour faire oublier le caractère trop particulier de la situation et des personnages. De même, Jacobowski, qUOique sympathique et sans reproche, ne paraît pas suffisamment « typique li, dans la mesure même où il se veut tel. Mais, souligne Albert Lévy, « dans ces den." films, le positif l'emporte de beau· coup sur le négatif . .Dans les deux cas, la preuve est faite qu'en dépit des hai· nes, des préjugés, la confiance, la coopéràtion sont possibles! entre hommes de races ou de confessions différentes. Ces oeuvres sont utiles à notre combat: il suffit, pour s'en convaincre, de voir les: réactions du public ». Enfin, il se félicite qu'un tel débat puisse avoir lieu sous l'égide de « Droit et Liberté », où chaque antiraciste peut s'exprimer librement, pour le plus grand bien de notre cause. • Il n'est pas aisé *d *e conclure. Charles Palant, pourtant, tire du débat quelques idées, qui emportent l'assentiment de tous. «Un film comme «Moi et le Colonel », dit-il, est bon dans la mesure où l'on s'efforce aujourd'hui de jeter lei man· teau de l'oubli sur tout ce qui peut rappeler les crimes du nazisme. Un film comme «La Chaine» est bon dans la mesure où il montre le triomphe de l'ami· tié sur la haine, même dans des condi· tions très particulières. «Nous sommes prêts dans le domaine de la création artistique à exiger le maximum, tout en appréciant le minimum. Nous devons souhaiter, en tout cas, que des films antiracistes plus nombreux S'Oient réalisés et projetés dans notre pays.» Et il ajoute : «Nous serons tous d'accord, j'en suis certain, pour exprimer notre solidarité active à l'égard de tous ceux qui agiS!sent sur le plan de l'art pour que les hommes soient frères., Tel fut le mot de la fin.

    • * De nombreuses lettres d'excuses et de

sympathie nous étaient parvenues. Elles provenaient notamment des écrivains Claude Aveline, Max-Pol Fouchet, Renaud de Jouvenel, J acques Madaule, Georges Magnane, Georges Neveux, André Spire; des professeurs Marc-André Bloch, Hubert Deschamps, Marcel Prenant; des cinéastes Christian-Jaque et Yves Ciampi; des critiques Simone Dubreuilh, Jeander, Henry Magnan, Georges Sadoul, Denis Vincent. Jacqueline Keller, qui suivit les débats pour « Combat », en fit un intéressant et copieux compte rendu publié dans ce journal le 5 mars, sous le titre: «Procès pour de bonnes intentions. Un mauvais film peut-il avoir une portée morale?» ment on tue un Vi et avec un poignard. Edward G. Robinson est triste mais sans amertume, et il ne cherche p3.S à démêler les raisons de sa vie sans issue. Quand passent dans la rue des travailleurs avec des pancartes qui prouvent leur parfaite connaissance de mots comme salaire minimum, allocations familiales, cela n'intéresse pas nos jeunes gens. La religion tient peu de place dans les espoirs de nos héros. L'un va à la mosquée, et l'on voit les fidèles agenouillés jusque sur la chaussée où les autos continuent à circuler. L'autre va à la mission mais c'est pour frôler les jeunes filles qui rient à ses propositions sans détours. Ces jeunes nous apparaissent bien proc"es de ceux que nous connaissons, fanfarons comme beaucoup, joyeux dès qu'ils peuvent se détendre, inquiets devant l'avenir incertain, cherchant le bonheur. Tout au plus la sexualité tientelle une place sinon plus importante du moins plus appflrente dans leur vie, question de latitude et d'éducation. Des questions viennent à l'esprit après avoir vu ce film: qui h abite les gratteciels d'Abidjan? qui sont ces riches Noirs qui se pavanent sous dés ombreiIes? quels sont les rapports des Noirs :avec les Blancs? Ce n'est p;:ts un des ' moindres mérites , d'un film,_ que de dOlmer envie d'en voir une suite traitee dans 'le même 'esprit. eJI-IRONIQUES La véritable histoire du «Juif Süss » LA d isparition récente de l 'écrivai~ .al~ lemand Lion Feuchtwanger, decede aux U.S.A. où il résidait depuis 1941 a de nouveau atti.ré l'attention sur un d~s épisodes les plus vils de l'histoire de l'antisémitisme dans le Reich hitlérien. Tourné en Allemagne en 1939-40 par Veit Harlan, présenté à Paris pendant l'hi ver 1941-42, le fi lm « Le Juif Süss .» était destiné à préparer en France les decrets antisémites qui suivirent et les déportations massives. La Reichsfi Imkammer avait attribué à ce film la plus haute récompense: le prédicat: « film national » '\IVVVVV\IVVVVV par JV\IV\IV\IV\IV\ ~ Atta,!~:1 ,,~~!~,Charles: CRS! ~r'A,~A~VU~~/V~~A/VV~~/V~~ (décerné à dix films seulement entre 1934 et 1945) (1) . Cette production était devenue la pièce maîtresse de la propagande antisémite de l'hi tlérisme. Or il se trouve que Feuch twanger avait, en 1923, publié un roman à succès sur le même sujet. Salué par la critique comme le meilleur roman historique de l'époque, le livre fut interdit en 1933 et l'auteur dut émigrer. Plus de deux millions d'exemplaires ont été vendus dans le monde entier depuis la parution. Nul doute que le film n'a it profité de la popularité du roman - tou.t en falsifiant les faits historiques. Qu'er. est-il donc de cette affaire du juif Süss qui secoua l'opinion publique a Ilemande dans la première moitié du XVIII" siècle, et pendant plusieurs générations ? Il ne fut pas faci le aux historiens de découvrir la vérité. En 1874 paraît le premier livre qui ait tenté d'apporter quelque lumière. Mais son auteur n'eut pas accès aux archives secrètes du Wurtemberg. En 1903, même insuccès pour un second ouvrage. En 1926, un troisième historien s'attaque à la ques~ion, parvi ent à consu Iter les archives de Stuttgart, mais ne peut examiner que les actes du procès, et par conséquent ne donnera que la version officiel le des faits. Enfin, en 1929, paraît un ouvrage (2) fondé sur un examen complet et des archives et des papiers personnels de Süss. Le Wurtemberg vers 1730. - L'Allemagne du Sud s'engage dans la période du mercanti lisme, commencée depuis longtemps ailleurs. Dans ce passage de l'p'conomie naturelle à l'économie merCélnti le, l'Etat protestant du Wurtemberg a un grand modèle la Prusse. Cette transformation impl ique le bouleversement des struc tures politiques d' ori- · gine médiévale, la création d'un Etat \ fort », une centra li sation du système financier, la créati .... n de monopoles d' Etat. Rien d'original dans cette révol ution , tous les pays d'Europé occi dental e, y compris la France, ont traversé ce stade. Le duc de Wurtemberg entre ainsi nécessairement en conflit avec les anciennes struc tures : l'autonomie des communes et des vi Iles, le particularisme des corporations, la représentation provincial e attachée à toutes les franchises conquises à la fin du Moyen Age. En conflit aussi, il faut le dire, avec la masse de la pupu lation qui fi it 1 es frais de la nouve Il e pol itique fiscale. Le financier Süss est le principa 1 agent du duc dans ce conflit. Sans être officiellement ministre des Financess, c'est lui qui met en place les bases du nouvel Etat, qui pousse au développement des mon,Opoles, institue des commissions fiscales , etc ... Il fut en somme une sorte de Colbert au petit pied, à l'échelle du Wurtemberg. Mais un Colbert qui aurait échoué, ainsi que toute sa polit ique. Profitan.t du mécontentement, l'évêque catholique de Wurzbourg prépare avec l'aide des principaux opposants wurtembergeois le renversement du nouvel Etat, et la réintroduction du ca tholicisme dans le duché. Après la mort subite - et mystérieuse - du duc, Süss sera arrêté, traduit en justice comme le principal coupable et exécuté pour haute trahison (17 39) - bien que les actes du procès montrent (Selma S1ern p. 157) qu' il n'avait en rien trempé dans le compl.ot avec l'évêque. Selon le procédé courant de l'antisémitisme, le successeur du duc et l'aristocra tie wurtembergeoise avaient détourné contre lui le mécontentement po- Le « Juif Süss» «;l'après une estampe d'époque. _.-_.--------------, . ..I: ... ~ .. ;::H~:hl 7XJlite ~ gO/lJl.Jflie,: 250.000 w.eIlU) ~I ~. lE SUPER ct HAUT -PARLEURS 4 vitesses 2 hJut,pJrleurS detachables Pme haut-parleur supplem. .5 au lieu de 35.000 F F Entree stereophonique Ampli 3 lampes Ccllule plCIO réversible 2 pointes en saphir • Brall elIra-léger 10 gr_ Courbe rep. high-fldelily 40 a 15.000 hertz. et GRATUITEMENT 6 c he. fs' 11- d'hoeouleu lvi drelitee r M/(fOSI on 'u VIVALDI. (oncorlo en ul MOZART- Symphanion' 16 o.rllrompelles.O"'. Ph,lharm en mi bémol. Orch ke:~LCharlesrm ~eerland. Oir QUo Ac~ermJnn . ' ;er",d,is. 0". ono At BERUOZ- (arna.ol nOr.\om BEE THO V E" - Sonolo 0 h ph"harmooo,"' ,,,,,,,,.,,. Oi'. n 24 en la dièse U A Thérèse". wfa\tcr Goehr . ~"nt Johannes ... p"no (MOPIN _ For.l~is.. lm' DACH • Toccata en ta. promptU. Rollerl .;olo:pnll, \JLano. A.Schrelrw Cet appureU \'CUS csl G-I:c-,.: OiJ·~:; ssous de SO~ prix: de r:!\lient, peur V/lUS ~ncc", rn:] er a ~~Olf, vous a~n.l~ . une bellc coilection li,! ~j~ques. P(!ll.l' I lllr(' f'Oll ll ~~{lI c. el apprécier la " t'il Ille l'l les ) Ol('s I/r 1(,' IIl11t,'yUl. ci un uornlJre I Olljuurs plus g r allli t/ adlull u/s il , ell a déjil P t'hi de 2 millio/ls (:(lII~.II' mOII(I.e ~tJtt~r) , la (;uildf I lIl el"lwtiolHllt' .t/U nu.q~lf' dO,'1 l1Ieltreu. lClIl'{lisposiiioll, ci "" prix ( •. l'I'('!'IICHIWI, IfIl (:/edropJlOHe. dt' hatlle [idt! /it l;: """". d.t ...... tnul dt'J'IIiers p er{ec/1 0ll llfl1/ r.!lts . "iQ ~' S i!'. ses ·~OI"l~ lueu.t: enregistrements rlsqucru'PIII d l'frf' Il n lll .... Un appar.iI d. grand. clnss •. Ce nou\'el.éJtod':'II?!lOn_f' ,·ous pernlct d'écouter tous l('s ( hS~ll,(' ~. :\J. 4.). ï8 et 1l1ê llll· ... 16 tours, :'l"CC Ull e {utellte! f lln(' pun'le, lUt(' li pn~Sl' IlC(, " tt' n :lIlt du I~/.· n dlg ~. Il compo .. tl', en nutn..· • deux Iwut-Jl3,rlt.'w .... (~n!lS un couvercle détachnhll et deux pnses '\pe('H\I ~'s : PlIlle pOUl' LIll ll'o isièlllC haut-parl eul' 1l1 ol.11 I ~. l 'nutre pour un ~ ni cl'op ho,n c c',1 Ics pr(){'cdl'S s téréophoniques «le dl'lluuno ·19-.500--F~ - .u If •• ole 37 .... F. 37.000 F., ".'csi le prix normal d'un appareil de celle quahte. La difTércnce est due à la pUissance m?ndlale d ~ la Guildé, à son pri~cil~e de vel!te directe .~ l a sa fabrication de l1rCClSIOn en lres gr a nde '\crlf', Les 17.500 F. que vous économisez sur cet appareil ne sont qu'un d ébut : vous recevr~z gratuitement avec votre électrophone. SIX magnifiques chefs-d'oeuvre et unc docllmen.tatlon sur les avantages dont VOliS ~ol\rrez benéficier lors de J'achat de vos dlsf( llCS. A_. nq .. : ".nU.:~.u oIe·rtle8r, Si ~' ous Il '~ICS rusenlièl'enH~ 1l1 sahsfnal, loc tournc1.!e loul d&ln~ les 5 jours qui suivl'ont ln l'cceptloll .ct vous M' /"l.:t 1/l1lH l'diatl'llll'llt n·lIIhour .... '· l.):.l .... :-.ez \,f)t rc l'o lllln:lIHl l' aujourd'hui ( n ous l'I sq u on:-, dt, manquer d'appan' iI :-.), Ad ressez tes bons do (ommonde ) 10 GUILDE IN"iERNATIONALE DU nISQU~ : 222, r. ce Q.lvoh; POtl" I.\O!~ vnlJ~ pouvez aussI f'1Q.lJS rendre viSlfR Cl . PAruS: 20, r. de lil SOl.lmH * 4 r dR Vienne * 49 r. VIVienne * 90, r. de Vaugirard * 18, ~'J Mozart .. 717. '. de Rivoli * 182. fbg SI-Den;, • COUR~EVOI~ : ~ 1 ' St.hPrmain * AMIENS ' 14, r, des Sergents * COIH.l Eb;UlC l ,d, L AI"ace.lorroÎne * IOURGU: 18, r. Parle Jeune * c.iUNOnU: 1. pl d.I'EIOIle * mu · 9. pl. de Bélhun. * LYON: 23. pl. des Terreo", .. MARSEILLE: 26. r d. l' Acodémie * MONTPELLIER : 39, r. SI· hililhem * N'NnS : S, r. J.-J, Rousseau * NICE: 11. r. {~auvaln .. IENIIES : 3, r. Beoumonolr * ROUEN: 59, r. Jeonn. d Ar * ST.ETIEIINI: 7, r. de 10 Résislon" * STRASBOVRG, 52, r. du V.·Mor· rhé.nlJx-Poissons *TOUlON: 6, pl. d'Armes* TOULOUSE : 58, r .. Bayard. pu lai~e. Notons enfin que, gagné pendant sa vie à la 1 ibre pensée et au ratiQna 1 isme des Lumières, Süss revint dans sa prison à la re 1 igion hébraïque. Outre l'énorme quanti té de tracts oub liés en Allemagne au momen t du procès, on peut suivre dans la ph: losophie et la littérature allemandes les conséquences de cet événement. Lessing avait alors une dizaine. d'a nnées, et l'on peut supposer qu'il ne fut pas sans être frappé par cet épisode, qui contribua sans doute à l'amener à écrire ses ouvrages sur la to lérance et la question religi euse, et notamment le célèbre « Nathan le Sage ». - En 1828, le romanc: er wurtembergeois Wi Ihe lm Hauff publ ;e une nouvelle consacrée au « Juif Süss ». Dans le même esprit d'humanisme et d'obj ectivité que Lessing, W . Hauff concl ut son récit en ces termes (trad. Hachette 1882) : « On sera it tenté d'accuser le Wurtemberg d 'a lors de la plus od.i.euse barbarie sans une circonstance rapoelée souvent par les hommes qui vécurent à cette époque, et qui, si elle ne justifie pas les faits, semble du moins en démontrer l'inévitabe nécessité. Le juif Süss devait, disen t- ils, mourir sur le gibet moins p;ur ses propres méfaits que pour les actes et les desseins de quelques hommes puissan ts. Ceux-là, leurs parentés, 1 eur considération, de secrètes promesses les sauvèrent. Quant au juif, nul ne pouvait le sauver, et on lui fit payer la dépense que les autres ava;ent faite». - Néanmoins On peut déjà constater dans cette nouvelle un gauchissement dans le sens de l'antisémitisme, en ce sens que Süss est présenté aussi comme un ennemi du pays chassé par des conjurés patriotes al liés au peuple des campagnes. Mais pourquoi le romancier Feuchtwanger déci da-t-i 1 en 1923 de consacrer un roman à cette affaire ? L'idée primitive de Feuchtwanger n' était pas de tenter une sorte de réhabi litation de Süss; l'état des recherches sur le personnage ne lui en donnait pas encore les moyens. Il avait projeté tout d'abord d'i llustrer dans un roman, dont la matière serait empruntée à la réa lité socia le de la Républiq~e de Weimar, la dualité qu'i l percevait chez certa: ns hommes politiques de la bourgeoisie a ll emande . l'opposition entre l'homme d'Etat et d'action, d' une part, et l'homme de cu 1 ture et de pensée d'autre part. Il avait songé d'abord à un roman sur Rathenau. Il déc lare à ce sujet: « Il y a quelques années, j'eus le désir de montrer l'évo lution qui conduit un homme de l'action à la contemplation, de la conception européenne du monde à la conception hindoue (s:c). Je fus tenté d'i Il ust rer cette idée par un exemple tiré de l'h istoi re contemporaine

\N a Ither Rathenau. J'essayai ,

mais sans succes. Je transposai le suj et deux cents ans en a rrière et tentai de peindre l' évo lu Lon du juif Süss Oppenheimer. - Je fus ainsi plus près du but qUe je m'étais fixé )). C'est ainsi que dans son roman Feuchtwanger nous montre, sans ménagements d'a i li eu rs , le Juif se faisant le pourvoyeur de la pol it ique et des plaisirs du duc et menant lu i-même grande vie, le peup le gémissant sous le poids de la fisca 1 ité ... Süss est d'a ill eurs lui-même victime du duc, en la personne de sa fi Il e, qui se suicide ap rès avoir été séduite par le duc. Süss dévoi le alors au parlement provincial les proje ~s conçus par le duc pour détruire les dern ières 1 ibertés. Après quoi, Süss abandonnant toute vo lonté de puissance, se livre lui-même à la iustice. C'est dans sa prison qu'i l fait le b'ilan de son existence et se convertit à la vie de l'esprit. On pouvait dès lors, e n iso lant la biographie de Süss des conditions économiques de l'époque, ou encore en coupant en deux le roman de Feuchtwanger pour en rejeter toute l'évo lution spirituelle du personnage, et en inventant quelques épisodes supp lé mentaires, présen.ter Süss comme le vamDire juif éternel assoiffé de sang et d'argent et attaché à sa proie aryenne. C'est ai nsi que Harlan nous montre Süss violant une aryenne. A son appel, l' Etat du Wurtemberg est colonisé par une fou le de juifs venus de l'étranger (d'après Selma Stern p. 91, la législation interdisant aux juifs de s ' insta 11 er en Wurtemberg fut effective- L'écrivain Lion Feuchtwanger ment levée à la demande de Süss, mais en faveur de huit fami Iles en tout et pour tout). On y voit enfin la foule lynchant Süss - appel d~re c~ aux pogromes dans le sty le de la « Kristallnacht )). Signal ons enfin que le personnage du Juif fut confié à un acteur spécia 1 isé dans les rôles de traîtres. Il est sans doute important de rapoel er qu'un procès fut intenté à Veit Ha rlan après la guerre, en 1949, pour incitation au meurtre. Le producteur déclara à cette occasion : « Le juif Süss fut une partiCIpation aux actes que 1 es nazis qua 1 ifièrent de « so lution défi ni tive de la question juive )). Veit Harlan n'en continue d 'a illeurs pas moins à donner dans l'ignoble, témoin le film « Le troisième sexe )) que l'on peut, si l'on en a le goût, voi r à Paris en ce moment. Par contre son fi Is Thomas Harlan semble s'ori enter dans une voie tou te différente: au teur d'une pièce : « Chron:que du Ghetto de Varsovie )) , jouée récemment à Berlin, il s'est attiré l'hosti!: té de groupes néo- nazi s, venus saboter la représentation (voir « le Monde )} du 28 janvie r). Quant à Feuch~ang e r, il n'est en ri enJ responsab le du film, ni de l'ut ilisation qui a été faite de son roman. L'éditeur qUI fil une nouve lle pub l ication du « Juif Süss" après la guerre, tint à déc larer que: «depuis l'interdi ct:on du li vre en 1933, son contenu n'avai:' été accessib le au oublic a llemand que sous une forme fa Isifiée spécu lant sur les plus bas instincts », et que c'étaLt par un souci de vérité qu'i 1 réédita it le 1 ivre. Encore une fois , il est diffic ile de dire si Har lan s'est « inspiré )) du reman de Feuchtwanger. Quoi qu'il en soit, même si le roman n'avait pas été écrit, le su jet était depuis longtemps tombé dans le domai ne pub lic et se prêtait aisément à toutes les manipu lations. (1) .G. Sadoul. Histoire du Cinéma. T. VI. (2) Selma Stern. Jud Süss. 1929. DROIT ET LIBERTE 15, Fg Montmartre . Paris (9' ) Tél. : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE: Un an: 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 francs. Abonnement de soutien: 1.000 fr. , Tarif spécial pour la Belgique. ~ Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris l Pour les changements d'adresse envoyer 45 fr. et la dernière bande. Le gérant: Ch. OVEZAREK ~~----~.....,.;:J"'"~--~-;- ___ ~ Imp. Abécé, 176. Quai de ,""' ....... SEJOURS EN FRANCE ET A L'ETRANGER CIRCUITS EN AUTOCAR Office de voyages Lafayette [, licence de Voyage N° 423 TOUS BILLETS : FER· AIR· MER 78. me L. Fayette Entrée : 18, rue Bleue Métro : Cadet LOCATION lHU TRES PAR 1 S - IX" ré!. : '.0. '6-51 TAI. 11-13 VOYAGES EN ISRAEL

Notes

<references />