Droit et Liberté n°218 - février 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°218 de février 1963
    • Nous ne pouvons oublier! Vive indignation après la libération d'Oberg et de Knochen page1
    • Les artistes et le racisme: réception en prélude à l'exposition vente organisée par le MRAP page1
    • La race supérieure par Oncle Tom page2
    • Encore le racisme biologique par Paul Chaucard page3
    • U.R.S.S.: Evtouchenko et l'antisémitisme page3
    • Vous dîtes; Vers un nouveau racisme par Roger Maria page3
    • Libération d'Oberg et de Knochen: le vibrant meeting page4
    • Un an après par Pierre Grappin (17 Octobre 1961) page5
    • Les artistes contre le racisme page6-7:
      • Jean Cocteau: "un grand devoir humain"
      • Pierre Paraf: "Notre fidelité et notre espérance"
    • Nîmes: l'union des républicains a mis Xavier Vallat en échec page8
    • Antisémitisme d'escalier: à cause d'un chiffon page8
    • L'internationale néo-nazie: où va l'Argentine page9
    • Un recueil de poèmes de Sandra Jayat: "Herbes Manouches" page10
    • Dimanche 12 mai journée nationale décide le Conseil National du MRAP page10
    • "Juifs, mes frères" de l'abbé Jean Toulat par Nicole de Boisanger-Dutreil page11
    • Théâtre; La femme sauvage (Kated Yacine) par Léonard Sainville page11
    • Sur l'histoire du 3éme Reich par Jean Schapira page12
    • Souvenirs du 30 janvier 1933 par Henri Alexandre page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

lS FEVRIERlS MARS 1963 Vive indignation après la libération d'ODERG et K·NOCHEN LA libération par le gouvernement, des deux criminels nazis Oberg et Knochen, condamné.s à mort en 1954, a soulevé à travers la France entière, une profonde émotion. Après les prises de position immédiates d'organisatio", diverses, que nous signalions dans notre dernier numéro, la protestation des Français qui n'oublient pas, qui restent fidèles au souvenir des victimes du nazisme s'est exprimée avec force au cours de manifestations imposant65 et dignes. Le 25 janvier, à midi, c'était à la Crypte Nationale du Souvenir, à Paris, le dépôt de dizaines de gerbes voilées de noir, par les représentants de très nombreuses associations. On voit sur la photo ci-dessous, une partie du cortège descendant vers la crypte, avec, au premier plan, une partie de la délégation du M.R.A.P. Le 31 janvier, c'était à l'Hôtel Moderne, un grand, un inoubliable meeting, placé lui aussi sous le signe de I·union. Dans la salle archi-comble, on reconnaît notamment, ci-dessus, à la tribune, parmi les représentants des organisations invitantes, M. Marcel Mérigonde (debout, à gauche) qui présidait, le président Pierre Paraf (à droite) et notre secrétaire général. Charles Palant (au centre). E ET N° 218 0,75 F. Les artistes contre le raci•s me Prélude ô /' Exposition-Vente organisée par le M.R.A.P., une brillante réception a eu lieu le 25 janvier au Royal-Monceau Voir en page 4, le compte rendu de ces manifestations, et de celles qui ont églaement eu lieu en province, notamment à Rouen et Bordeaux. MM. Jean Cocteau et André Maurois, de l'Académie Française, et le président Pierre Paraf, photographiés au cours de la réception ~~""""~~""'~~~'''''''''''''''''''''''~'''1 ! 1 ~ ~ ~ ~ ~ ~ S • Paul CHAUCHARD : Encore le racisme «bio- ~ ~ logique» ! (page 3). l~ • Pierre GRAPPIN: Un an après (page 5 ). • Jean COCTEAU Un grand devoir humain (page centrale). • Pierre PARAF : Notre fidélité et notre espérance (page centrale) . ~ • Nicole de BOISANGER-DUTREIL : « Juifs mes ~ frères )} (page 1 1). ~ ~ • Jean SCHAPIRA : Sur l'histoire du /Il e Reich $ (page 12). • Henri ALEXANDRE : Souvenirs du 30 janvier 1933 (page 12). • A Nîmes, l'union des républicains a mis Xavier Val/at en échec (page 8). • La suite de notre enquête sur l'internationale néo-nazie (page 9 ), ~ i i 1 U lYE brillante réception s'est dJroulée le 2.S janvier dernier dans les salons de l' H ôtel Royal-lvlonceau à Paris, réunissant de très nombreuses personnalités des arts, des lettres, de la vie culturelle et des différents co·urants de la vie politique française. C elfe manifestation était or.qallisée par le JI.R.A ·P. en l'honneur des artistes qui témoignent de leur sympathie à la noble cause de l'antiracisme · : c'est en effet grâce à ces artistes q11'a1~ printemps prochain "ne grande exposition-vente d' oeuvres d'art se tiendra, Glt profit de l'action c01~tre le racismc. L'intérêt de cette exposition résidera en partiwlier dans cette prise de position commune de grands peintres, .qraveurs et sculptewrs de toutes tendances pour le C01'llbat de la fraternité, contre la haine et le mépris. A ce combat, ils apporteront en outre leur soutien matériel S01~ la forme d'oeuvres de qualité. C'es.t donc da1ls une atmosphère de chaude et cordiale sympathie q1/e la l'éception de l'Hôtel Royal-M Ol1cean s'est tenue som la présidence de JI. Jean Coctean, de l'Académie Française. Après que notre secrétaire gt; néral Charlcs Palatlt, eût présenté ct remercié les personnalités, Pierre Pamf, président d1l M.R.A.P .. brossa lm raPide et convaincant fableal{ de let raison d'être de notre M ouvem,enf. Jean C octeatl prononça enfin fme brève allocution pour appeler ail soutien de la lutte antiraciste. (VOIR EN PAGES CENTRALES LE COMPTE RENDU ET LES PHOTOS DE LA RECEPTION.) ---'- '2 15-1. -- Un Grand Jury fédéral inculpe 4 personnes impliquées dans les incidents sangl ~ nts qui marquèrent, le 30 septembre, l'entrée de Meredith à l'Université. Le général Walker, arrêté, pms remis en liberté ne figure pas parmi ces inculpés. 16-1. - Pour la première fois aux EtatsU, nis, un noir devient attorney général d un Etat : M. Edward Brocke, nommé dans le Massachusetts. 17·1. - En présence de pluSieurs personnalités officielles, cérémonie à la synagogue d'Oran, à la mémoire de David Sarfati, assassiné par l'O.A.S. en 1962. 18-1. - Arrestation à Angers de 8 membres d'un commando armé de « Jeune

\'ation ».

• Quatre acquittements et peines de 1 à 6 ans de prison pour les membres du maquis O.A.S. da l'Ouarsenis, jugés par le Tribunal militaire spécial. Dans un autre procès, le chef fasciste Yves Gignac est condamné à 15 ans de prison. 19-1. - Des messages échan gés en décembre et janvier p ar MM. Khrouchtchev eL Kennedy sont rendus publies : ils font apparaître la possibilité d'un accord sur l'arrêt des essais nucl ~ aires. 21-1. - Les fo rces de l'O.N.U. ayant oc: . cupé entièrement le' territoire du Katàn ga, -fin de la sécession de cette province con golaise. 22·1. - Le général de Gaulle et le 1 chancelier A{lenauer SIGNENT A 1 L'ELYSEE UN TRAITE FRANCO- ALLEMAND !le collaboration 1 militaire, politique et culturelle. _. - • Dans une conférence aux lycéens de Gessthacht, en République Fédérale allemande, l'e'x-amiral Doenitz (désigné par Hitler pour lui succéder) fait l'apologie du nazisme. • Arrestation, près de Cholet, de Robert 1\'la1'tel, fondateur du mouvement fasciste M.P. 13. 24-1. - Pour avoir souligné, dans une lettre au ({ Monde » l'injustice de la libération d'Oberg et Knochen, les R.R. P .P. Legouy et Jouen, aumôniers des prisons de Fresnes, sont déplacés sur ordre du Garde des Sceaux. ,. Un acquittement, 5 sursis, peines d'emprisonnement de 2 à 8 ans au procès des O.A.S, pOUjadistes (réseau Bayard) jugés par le Tribunal militaire spécial. 25-1. - Manifestation silencieuse contre la libération d'Ob erg et Knochen, à la Crypte nationale du SoU"V,enir. • A Wurtzbourg (R.F.A.), le président du Tribuna! du Lanq est dénoncé commEe criminel de guerre, ayant siégé dans le « tribunal du peuple » nazi. 2 6-1. - Devant les protestations des démocrates, qui avaient décidé une puissante contre-manifestation, Xavier Vallat renonce à tenir une réunion à Nîmes. 28-1. - Ouverture du procès de's conjurés impliqués dans l'affaIre du Petit-Clamart. • L'étudiant noir Harvey Gantt se j'ait inscrire sans incidents à l'Université « blanche » de Clemson, en Caroline du Sud. 29-1. - Le ministre français de l 'Intérieur, M. Frey, reçu par Franco à Madrid, où il a négocié pendant trois jours. 30.1. - L'étudiant noir James Meredith annonce que, surmontant ses sentiments personnels, IL SE F'ERA INSCRIRE POUR LE SECOND TRIMESTRE à l'Université d'Oxford. 31-1. - Meeting à l'Hôtel Moderne, à Paris, contre la libération d'Oberg et Knochen. • Un second étudiant noir, Dewey Roosevelt Greene, demande à s'inscrire à l'Université d'Oxford : la direction refuse. 1-11. - La .sous-commission des NationsUnies pour la lutte contre les mesures discriminatoires adopte à l'unanimité une résolution déclarant le racisme inadmissible. 2-II. - Le ministre autrichien de la Justice lance un mandat d'arrêt contre l'ancien S.S. Otto Skorzeny, qui se trouve en Espagne. 3-11. A Madrid, le général Ailleret, chef d'état-major de l'armée française, rencontre le général Munoz Grandes, vice-président du Conseil franquiste, qui fut le chef de la division « Azul » dans la Wehrmacht hitlérienne. 6·11. - LA TENSION MONTE EN UNION SUD-AFRICAINE : cinq fermiers blancs, qui avaient constitué des groupes armés contre les noirs, sont tués dans la province du Transl,ei. 7-II. - Le gouverneme.nt français interdit l'émission de Frédéric Rossit sur la vic. ~oire ~e Stalingra!l, parce que, dans une, mtervlew, M. Khrouchtchev y dénonçait le danger du militarisme allemand. 8-II. - Attentat au plastic à Périgueux, contre le siège du Parti Communiste . 3.000 antifascistes de toutes tendances participent à une manifestation de protestation. 12-11. - Reprise à Genève de' la conférence du désarmement, à laquelle le gouvernement fra!!çais refuse toujours de participer. 13-11. - Puissantes manifestations à Paris et en p::-ovince à la mémoire des victimes de février 1962. qUE SE Pi\SS~-T-IL EDUCATION • Comment ensei ... gner la fraternité DANS les milieux univer s ita ires. ,tra.di ti o nn ~ ll e11lent a ntiracistes, 1 Idee cie 1 enseignement anti - raci ste. non pas dans l'abstrait, ma is dans l a v ie quotidi enne, prend racine chaq ue Jour plus profondément. A ins i, nous nous r éjoui ssons de ce que la revue « L 'Action Laïque », éd itée 11lensuell ement par la Li gue de l'E nseignement ( r ), a c r é~ une nou velle ruh rlque Illtltulée : « Chron ique de la .brate rn ité ». et dont la " irection a été ccnf iée à not re ami Roger lIa ria. Chaq l!e mois, }{oger Maria a nalyse un ou plusieurs événements puisés dans l'actualité, et dont les nombreux enseigna nts lecteurs de « L'Action Laïque » pourront ti re r l a substance d'un exposé cl air et v ivant pour les enfants qui leurs sont confiés. D'autre pa r t, et touj ours dans la mêIlle voie, signalons le demier bulletin d' « Edll ca lioll à la Fraternité », publié par le Centre de Lia ison cles E ducateurs contre les P r éj ugés Racia ux (CL.E. P .R.), créé sur l'initiative cie notre Mouyement. Le bulletin nO 8 (novembre 1962) est entièr ement consacré à la r eproduct io n d'un 1 ibre entreti en qui a eu 1 ieu récemment à l'Institut P édagog ique National sur le thème suivant : « L 'action des éduca teul-s a ntil-acistes est-elle une action suf fi samment « engagée » ? ou encore « Comment les enseignants et éducateurs peuvent-ils combattre le racisme? » P a rti cipa ient à ce débat: .\1. l'Abbé Pihan, éducateur extra-scolai re ; lVlllcs De Léoba rclv et Tramont. pr ofesseurs de I"En seign el{lent secondaire

l\fme Benha ïem, in stitutrice; M.

Sainv ille, professeur de l'Enseignement secondaire ; M . Ma rc-A11lli-é Bloch. professeur à la Faculté des L ettres de Caen ; Mme Wormser, histori enne; Albert L évy, rédacteur en chef cie « Droit et Li be rté ». (2 ) E nfin. touj ours le Centre de Lia ison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux ti ent à votre disposition un important document imprimé sous le titre « Enseignan,ts et éducateurs contre le racisme ». Cette brochure sera officiellement pré5entée au cours d'une r encontre qui se déroulera il l'In stitut P édagog ique Nat ional le 1., ma rs procha in à 18 h. 30. E lle contient les travaux du coll oq ue de 1960.. orga nisé à la Sorbonne et dont les conclusions sont iouj ours d'actualité, puisque ce colloque éta it dest11lé à prolllouyoir une pédagog ie a nti- 1-aci ste. Ouv rage de base, donc, pour une pédagogie nouvelle basée sur la h aternité. « Enseignants et E ducatewrs contre le Racisme » doit être lu pa r tous les enseignants et tous ceux gue ces problèmes préoccupent (3). (1) 3, rue Récamier, Paris-VII' . Le numéro 1 NF. Abonnement annuel : Franr:e 6 NF. Et ran ger 9 NF. C.C.P. 4143-80 Paris. (2) Le numéro 1 franc . L'adhésion au C.L.E.P.R. permettant de recevoir 5 bulletins par an, demande une cotisation de 5 frs (membre actif), 20 frs (membre donateur) ou de plus de 20 frs (membre bienfaiteur). Adr!'F'fp.r lp.s ver"p.monts à Mme Benhaïem, institutrice ('c.L.E.P.R.), 4, rue de Casablanca, Paris. C.C.P. 7302-02 Paris. Le siège du C.L.E.P.R. est à l'Institut Pédagogique National, 29, rue d'Ulm, Paris . (3) L'exemplaire 3 francs. HIER ET AUJOURD'HUI • Si un traité. __ S'ILS exigent le juste châtiment des assossins nazis, les antiracistes ne considèrent pas le peuple allemand comme coupable à tout jamais des crimes commis sous Hitler - et cela précisément parce qu'ils sont ontiracistes. Aussi approuvons-nous tout ce qui peut réellement contribuer ou rapprochement, à la compréhension des peuples français et allemand, Si un traité était signé entre la Fronce et l'Allemagne sur la base d'une ferme dénonciation du passé nazi et militariste, dons un esprit de détente internationale et d'échanges culturels fondés sur les traditions humanistes des deux pays, tous les antiracistes ne pourraient qu'applaudir. Hélos ! le traité qui vient d'être paraphé à l'Elysée, suscite ou contraire d'extrêmes réserves. Ses clauses essentielles concernent la coopération sur le plon militaire et en politique étrangère, allant dans le sens du renforcement du militarisme allemand, 4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)~ ~ ~ f Il~~:.,R~~;~~. f.;~~?Charles 4 juin 2010 à 09:40 (UTC) Charles 4 juin 2010 à 09:40 (UTC); î~ belles sur .les moeurs de la haute société de Johannesburg. Il n 'hésite pas, pas, dans ~n 1.lvre qui doit paraître sous le titre « La délinquance en Afrique ~ du Sud ", a p~esenter cette « haute-société Il , comme dégénérée. Cette dégénéres, cence se manIfeste couramment, paraît-il, au cours de réunions privées d'un f ca ractère spécial. ~ Voici à quoi s'amusent ces braves gens. Des hommes se cachent dans des ~ ,-estaires spécialement conçus et dotés de judas et ils observent le comporte- , ment des femmes (comprenez à demi-mot !). Ce jeu s'appelle la « réunion ~ Jlsychologique Il. Un autre jeu fait fureUl' , c'est celui dit « des clefs Il. A ~ ~ ' issue .d'.une soirée. où l'?n danse et où les dames se livrent à un strip-tease $ l.mprovlse, le~. m~sslCurs .ec~langent leurs clefs. La possession d'une clef permet ( ,u son .. pr~pnetaIre prOVISOIre d'aller coucher avec la femme de son légitime ~ proprietaIre. Avec lc consentement d' icelle, bien entendu. ~ . Le Dr -!"reed précise que les participants à ces soirées sortent parfois des f meIlleures ecoles de France et d'Angleterre. Certains font partie de clubs dont ~~ les m~mbres sont recrutés exclusivement dans la classe sociale la plus élevée. ~ Ajoutons pour notl e part quc ees joyeux drilles scientifiquement dégénérés S ~ sont tous de race blanche, partisans acharnés de l'apartheid et foncièrement ~ ~ convaincus de leur sUllériorité sur les tra\"ailleurs des mines de diamant, tous ~ ~ de race noire. ~ 4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)Charles::~:4 juin 2010 à 09:40 (UTC)Charles dont les objectifs de conquête et d'agression sont notoires. Une fois de plus, c'est « la chose militaire .. que favorise et exalte une telle initiative, n011 la paix et la démocratie. Et puis, n'est-il pas inquiétant que ce traité coïncide ovec la libération d'Oberg et Knochen en France ; la libération d'ou tres nozis en Allemagne Occidentale ; l'in terdiction à la R.T.F. d'une émission sur la victoire de Stalingrad, parce que M, Khrouchtchev dénonçait le militarisme ollemand

des négociations amicales ovec l'Es pagne

de Franco, le compère d'Hitler et de Mussolini, et la rencontre du chef d'étatmajor de l'ormée française ovec le général Munoz Grandes, ancien chef dons l'armée nazie et qui fut décoré de la Croix de Fer par le Führe r en personne? Enfin, qu'il nous soit permis de nous in terroger sur la voleur des échanges culturels prévus, quond on sait que l'enseignement et les livres scolaires d'Allemagne Occidentale tendent si fréquemment à escomoter les crimes nazis et que, récemment encore, l'ex-amirol Dcenitz, qu'Hitler dési gna comme son successeur, a pu très offi ciellement foire une conférence devant des lycéens allemands. • Anciens nazis UNE enquête ayant révélé que le professeur Karl Heintz Bartsch, président du Conseil Economique de planification agricole, en République Démocratique Allemande, avait autrefois appartenu aux Waffen S.S., il a étê révoqué de ses fonctions et exclu du comité central du parti socialiste unifié, dont il faisait partie depuis plusieurs années. Reconnaissant les faits - il avait adhérê aux Waffen S.S. à l'âge de 18 ans en 1941 - Karl Heintz Bartsch a déclaré : « J'ai eu peur des conséquences si je révélais mon passé après la guerre, et j'ai décidé de ne pas parler, mais de me racheter en travaillant pour une juste cause... Je voulais prouver que j'(lvais changé du tout au tout en travaillant et en étudiant. Malheureusement, je n'ai pas eu le courage d'admettre mes erreurs en devenant membre du parti socialiste unifié et en d'autres occasions ». Les mesures prises par les autorités de la R.D.A pour l'écarter des postes dirigeants qu'il occupait ont été immédiates.

    • *

Ancien aide de camp de Himmler, le chef suprême des S.S., le Dr Max Frauendorfer, avait dû retirer sa candidature aux élections législatives de 1958, en Bavière (République Fédérale Allemande) à la suite des révélations sur son passé. Mais son parti, la C.D.U., que dirige le chancelier Adenauer, vient de le désigner à nouveau pour remplacer au Bundestag, M. Gerhard Wacher, devenu ministre . La presse socialiste ayant dénoncé ce scandale et rappelé que Frauendorfer êtait titulaire des plUS hautes distinctions nazies et chargé de la propagande dans les établissements scolaires, le journal bavarois de la C.D.U. a pris sa défense, ruffirmant qu'il avait « changé d'opinions » et que « l'ennemi actuel n'est pas le nazisme mais le communisme ». Cependant, devant les protestations, et en particulier les manifestations d'étudiants, Frauendorfer a dû renoncer à son poste. Il a déclarê que son parti lui conservait sa confiance et qu'il continuerait à défendre sa « réputation ». • Le procès de Coblence L « UNDl 8 février 1943, heure 0, déclenchement de l'opération dans le ghetto. Cela a très bien commencé 1.300 juifs ont été rassemblés dans la rue ... Après le déj euner, Karl décide d'i ncendier les baraques .. . 20 heuTes, terminé. Nous partons. J 'ai dormi à poings fermés . J) Ains i s 'exprimait, dans son carnet de route, le S.S. Wilke, incendiaire du ghetto de Sloutsk, aujourd'hui jugé à Coblen· ce avec son chef Heuser, et plusieurs de ses complices, coupables au total de l'extermination de 1.500.000 habitants de Bielorussie. Or, au cours de ce procès, qui dure depuis plusieurs mois, seuls ont témoigné d'autres S.S., - criminels eux aussi - et libres. Au cours d'une conférence de presse, à Moscou, les autorités soviétiques ont protesté fermement le 30 janvier contre le fait que Bonn refusait le visa aux témoins bielorusses qui demandent à venir confondre les accusés. A la suite de cette protestation publique, le gouvernement ouest-allemand est revenu sur sa décision : 8 visas ont été accordés le 5 février. LIBERTËS • A la Réunion com ... me aux Antilles ... LA mesure arbitraire qui frappe M. Paul Vergès, ancien député, conseiller gêné raI de la Réunion, et secrétaire du Parti Communiste Réunionnais, confirme l'acuité des prOblèmes posés dans les « départements d'outremer », qui sont soumis encore à un régime dépassé par l'Histoire. C'est lorsqu'il se présenta à l'aérodrome d'Orly pour rentrer chez lui, que M. Paul Vergès se vit interdire par un policier de prendre l'avion. Aucune notification écrite ne lui fut présentée, et le ministère de l'Intérieur se refuse à toute explication. Cette affaire, on le voit, est de méme nature que celle de notre ami M' Manville et de plusieurs autres personnalités antillaises, à qui les pou- (Suite page 3.) DROIT ET LlBERTË MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2-) Tél. : GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7 f. 50 Abonnement de soutien 15 F. ETRANGER Un an : 12 F. Par avion: tarifs divers selon pays Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au (,( Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être eIfectués au C.C.P. 27894'7, de M. S. Gutman. Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 PB. ~_~ __ ~~ ___ ",,",,""_1 ~ Journal composé et imprlm~ par des ouvriers syndiqué, S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCm. • Encore le racIsme « biologique » 1 • DES FAITS « 0 N peut dire qu'il existe aujourd'hui qui donnent deux espèces d'homme - l'orientale et l'occidentale - comme il existe des fourmis noires et des fourmis rouges ... A Léningrad, « moindre importance des sangs expansifs et créateurs zéro et A, surabondance relative de sang dominateur et servile B, dangereuse abondance relative de sang indécis AB ". Qui parle ainsi ? Un journal de l'occupation traduit de l'allemand ? Non. mais « Le Monde et La Vie .. de décembre' 1962, par Paul CHAUCHARD Professeur à l'École des Hautes Etude5 dans un article intitulé « Biologie et politique. Le rideau de fer est aussi une fron tière des sangs .. et signé par le chroniqueur scientifique Pierre Devaux. Qu'importe qu'on nous précise qu'il ne s'agit pas de revenir « aux lamentables principes racistes .. hitlériens, puisque tout l'article va dans ce sens. Un militant antiraciste ne doit pas s'indigner de façon irréfléchie. Quant on lui présente une pseudo-justification scientifique du racisme, il doit apprendre à distinguer ce qui est fait ou hypothèse scientifique respectable et ce qui est fausse interprétation. Sur quoi s'appuie Devaux ? Sur d'intéressantes recherches de Mme Léone Bourdel et J. Genevay qui ont tenté, avec l'incertitude des tests psychologiques dans ce domaine, de définir quatre types humains aux aptitudes différentes et qui ont constaté un rapport entre ces types psychologiques et les quatre grands groupes sanguins. Il y aurait dans les divers pays parallélisme entre les pourcentages des groupes sanguins et celui des types psychologiques. Hypothèse intéressante, bien que non entièrement démontrée, mais qui n'implique nul racisme. Type sanguin et type psychologique auraient la même dépendance génétique

il ne s'agit pas de revenir au

mythe antiscientifique du sang et de sa puqUE (Suite de la page 2) voirs publies ont interdit tout déplacement hors du territoire métropolitain. M. Vergès a déposé une plainte contre X.... et a introduit un recours devant le Tribunal administratif. Mais, s'il est vrai que la mesure prise contre lui est injustifiable sur le plan juridique, c'est surtout sur le plan des libertés individuelles qu'elle apparaît lourde de conséquences fâcheuses. A la Réunion, l'émotion est vive. Le journal catholique, Le Progrès, écrit « Pour nous, c'est la politique à courte vue... (Cette mesure) ne simplifie pas les affaires du pays : il faut la considé· rer comme une faute ». Ajoutons que de telles méthodes créent pour tous les citoyens de ce pays, des précédents très inquiétants. U. R. S. S. • Evtouchenko ' et 1/ antisémitisme LE célèbre poète soviétique Evg-ueni Evtouchenko. à Paris pour quelques jours, a donné une conférence de presse au cours de laquelle il a parlé de son beau poème « Baby Yar », dénonçant l'antisémiti sme. Ce poème (que « Droit et Liberté » a publié l'an dernier) doit paraître prochainement, légèrement remanié, dans un recueiL « UII autellr est propriétaire de SOit OEuvre, a déclaré Evtouchenko, il a le droit de la transformer. Personne ,le '11/'0 dCII/01Idé de lIlodifier « Bab)' Yar ». D'aillcurs, à Moscou, on connaÎt m01l caractère ... Mais avallt de publier le 'r,eclleil. J'ai 'uolIllI reprendre « Baby Yar » pour Cli t'tc:/{Ire la portée. Je dois dire qlle j'ai reçll pllls de 20.000 lettres à la sllite de là prelllière Pllblicatioll dn poè/ lie, .\' cO /llpris III1C trelltaine de lettres d'illjures. Certai lls correspondants 'rapf ortaicllt des liistvires élllOu'uan fes, qlle j'ai 7 '0 1lIi/ illcorporer dalls la version défillitiî'e. Mais ie Il'ai pas cllallgé le sens de l'oeuî're. » Et il a ajouté : « C'est m.'Cc j'cgret qlle j'ai cOl/stafé la fa(oll dont ail a IItilisr ici et là 111 011 foèllle à des fi liS de fropaqal/(fe antiso'uiétiqu c. Ce que i'ai dhlOl/cé dalls « Bab\' Y'ar », ce Il'est • :1 A PENS.ER ... reté ; ce qui compte ce sont les chromosomes, support des caractères héréditaires. D'autre part, dans les aptitudes des divers types qui sont complémentaires, rien d'objectif ne permet de porter un jugement de valeur de supériorité et d'infériorité. Enfin, de quoi s'agit-il dans ce rideau de fer des sangs ? Les chiffres les plus extrêmes qu'on nous donne vont de 20 à 49 % pour A, 24,6 à 44 pour 0,5 à 39 pour B et 3 à 17,3 pour AB et dans chaque pays il y a donc un important mélange de chaqu(! type dont les proportions diffèrent un peu. C'est falsifier les faits que d'en tirer des conséquences sur l'orientation générale de la population. On ira ainsi tout droit à faire du brun Hitler le prototype des Aryens blonds. Pour mettre un pays à l'est ou à l'ouest il suffira donc arbitrairement de se fixer un pourcentage limite différent. Alors que la carte reproduite, empruntée à Mme Bourdei, met le rideau de fer des sangs à l'est de Varsovie et Prague, l'auteur, dans son texte, l'identifie au rideau de fer politique actuel et justifie biologiquement la coupure de l'Allemagne en deux ou la révolution de Prague. On aboutit alors à des divagations que le lecteur induit en erreur croira scientifiquement fondées : les frontières des sangs expliqueraient les luites politiques. Il suffit d'ajouter que les guerres entre occidentaux sont des erreurs, de tragiques querelles de famille ! Ce qui démontre, en fait, que nous ne sommes pas esclaves de notre type psychologique ou sanguin. LE RIDEAU DE FER LIBERTE DE VOTE. - M. Robert Kennedy a de·mandé au Congrès américain de prendre des mesures législatives pour assurer le droit de vote des Noirs : .. Un nombre important de citoyens américains continuent d'être privés de leur droit de vote en raison de leur race ", a-t-il affirmé. est aUSSI une frontière des sangs Deux" blocs" géants se partagent BLANCS COMME NEIGE. - Trois officiers superieurs de 10 Police Ouest-allemande, anciens membres des services de sécurité nazis ont été détenus pendant cinq mois. Ils étaient complices de l'assassinat de qu inze à vingt mille juifs, pendant la guerre en Union soviétique. ils ont été libérés sous le prétexte classiqu e' : .. Manque de preuves ". S'IL y a un point où nous devons affirmer notre accord, c'est sur la nécessité de tenir compte de la connais- ""''''''''''' le monde et il n'appartient à nul d'entre nous de s'en dégager. O~ peut dire qu'il existe aui,ourd'hUl deux espèces d' harI/mes - 1 onen tale et l'occidentale - comme II eXlste des fourmis noires el des fourm iS rouges. Ne nous y trompons pas. La VICll";""' notion des quatre "races", à nos AMES SENSIBLES. - .. Rivarol" qui ne ra_ te jamais une occasion de manifester son antisémitisme, publie un article indigné à propos de .. l'abattage rituel ". Mais les massacres de millions de juifs par leurs amis nazis n'ont jamais fait verser une larme aux rédacteurs de ce journal qui ne sont bons que pour les animaux. L 'article de Pierre Devaux paru dans Il Le Monde et la Vie » de décembre 1962. PLAQUES DE RUES. Les rues d'A lg er changent de nom, et c'est bien normal. Signolons, en part iculier, que l'Avenue du Maréchol-deLattre- de-Tassigny porte désormois le nom du docteur Frantz Fanon, auteur du /ivre « Les Damnés de la Terre », et théoricien de l'onticoloniali sme. sance biologique de l'homme. Mais précisément celte connaissance, si elle peut commencer à nous définir objectivement les différences entre les individus et les groupes humains, nous démontre d'abord que ces différences sont Ibien peu de chose à côté de ce que tous les hommes ont en commun, leur appartenance à l'espèce humaine. Ce qui objectivement nous apparaît comme supérieur ou inférieur, dans la mesure où nous n'obéissons pas à une fausse supériorité orgueilleuse qui nous fait valoriser nos usages et nos préjugés, n'est pas dû à des déficiences biologiques inéluctables, mais à des retards ou des insuffisances culturelles dont nous sommes d'autant plus responsables que nous sommes parvenus à un plus haut degré de réflexÎon. L'homme n'est pas esclave de ses tendan ces, de ses aptitudes et de ses goûts, mais se caractérise par son aptitude à les surmonter pour accéder à un niveau supérieur d'humanisation. SE PASSE.T.IL? pas ralltiS(~lIIitisJ/lc en U.R.S.S. , c'est i'alltishllitisl/lc Cil soi. II " a partollt dans le {liomie des idiots.. . » fait qu'aggraver les rigueurs récentes de l'hiver pour des dizaines de milliers de familles. ET SI C'ETAIT VRAI? William Donaldson s'est vu interdire de faire jouer sur une scène de Londres, un sketch dE' revue dont il était l'auteur : on y voyait le gauveTneur raciste d'un Etat américain du Sud qui, une fois décédé, montait au Paradis et s'apercevait que le Bon Dieu est un noir. On se perd en conj~'dures sur les motifs de cette interdiction. Est-ce paur injures envers un raciste ou pour inespect envers Dieu. Dans les deux cas c'est suspect. Mais le sketch était vraiment drôle. VIE OUOTIDIENNE: • Le froid des bidonvi Iles LA misère des bidonvilles, où vivent en ~arias de nombreux travailleurs algériens et, de plus en plus, africains, n'a Quand ils ne se heurtaient pas au racisme de tel charbonnier, prétextant l'insuffisance de son approvisionnement pour ne pas les servir, ces travailleurs ont souffert du fait qu'à volume égal il faut beaucoup plus de combustible pour chauffer une barraque en planches, en tôle ou en carreaux de plâtre qu'un logement normal. A cela s'ajoutent les risques d'incendies et d'intoxication, dont la presse quotidienne a roppo'rté la triste chronique. Face au froid, comme dans beaucoup d'autres circonstances, tous les hommes ne sont pas égaux. , ' DEDIE A RASSINiER. Le cinéaste tchocos lovaq:.Je Zbinek Brynich réalise actuellement un nouveou film sur le ghetto de Térez in . C'est le troi sième. Le premier film fut réalisé en 1944 sur les ordres d' Eichmann par un comédien allemand, Kurt Gerron, sur un scénario d'Henrich Weil. C'était un faux documen taire destiné à prouver que Térezin était un véritable paradis pO:.Jr ses habitants. Le lendemain de 10 ~ premi ère » de ce film , les deux auteurs furent envoyés au crématoire. VOUS DITES " "OilOlT ET LISEilTE" ré~ond . • aux mensonges racistes Vers un nouveau racisme? SI nous citons assez souvent « Rivarol », ce n 'est nullement parce que nous voulons polémiquer avec cet hebdomadaire tout imprégné des relen ts idéologiques du nazisme, mais par_ ce que c'est commode. Se~ collaborateurs ont le mérite _. si l'on peut dire - d'une franchise tranchée qui ne s 'embarrasse pas des tartuferies de certains racistes qui le sont autant qu'eux ici et là, mais se montrent simplement plus souples pOur tra· cel' sans encombres la courbe de leur carrière. . C'est ainsi que « Rivarol,) du 10 janvier prophétise un inévitable renouveau du racisme qui serait (paraît-il, consécutif aux échecs politiques et économique" des Etats nouvellement indépen· dants d'Asie et surtout des deux Afriques : le Maghreb - plus encore l'Algérie - et l'Afrique noire: « On voit poindre à l'ho· 1 izon l'espoir d'un racisme raisonné, construit sur l'expérience faite de la décolonisation, et qui devrait provoquer l'établissement d'une hiérarchie politique entre les nations, sancti'onnant leur contribution respective ct effective à la civilisation mondiale. Et seulement cela. » Ce langage est bien connu et reflète la tendance classique d'une force historique en train de disparaître, iL se survivre par des sophis· mes retapés vulgairement pour faire illusion un temps encore. ' Il n'y a pas place à notre époque pour un racisme soidisant raisonné, sinon dans la chambre noire réservée aux cadavres maquillés. « L'expérience faite de la décolonisation » ne permet nullement de conclure à la « hiérarchie politique entre les nati()ns Il. D'abord parce qu'une nation n'est pas une 1 ace et que race et nation n 'ont jamais coïncidé tout au long de l'histoire de l 'humanité. Si l'on peut dire que, par exemple, l'ensemble des Noirs d 'Afrique forment une race caractérisée par certains traits communs, il convient immédiatement d'ajouter

1) que c'est très diswtable
2) que si cela était,

il n'y aureit aucune conclu· sion sérieuse à en tirer ni dans le sens d'une supériorité globale, ni dans celui d'une infériorité congénitale. Une nation, c'est une toute autre réalité: les pays d'Afrique noire ne se sont pas constitués en nations dans des conditions correspondant à leur propre histoire; ils ont en héritage - proviSOire peut-être - les séquelles de la colonisation qui a découpé arbitra.irement les territoires sans tenir compte des liens réels existant entre les populations, mais selon les besoins de leurs intérêts. Leur développement autonome a été paralysé au profit de la pui.ssance colonisatrice. Ils ont subi une aliénation. Pourtant la colonisaMon a été un fait, elle a laissé des frontières qui ont le mé· rite d'exister, et l'urgent est de tirer parti des moyens dont on dispose pour accomplir les premiers progrès possibles. Nous n'allons pas discuter ici de la politique pratiquée dans chacun des jeunes Etats d'Afrique, ni des regroupements dont on parle. Ce que nous voulons marquer, c'est que les insuffisances, les fautes que l 'on peut constater ne tiennent nullement à des causes raciales qui seraient irréversibles, mais à des conditions historiques et sociales qui peuvent parfaitement être changées, trans formées, alors que les annonciateurs d 'un nouveau racisme mettent en avant des éléments aussi figés que leurs conceptions - et :aussi irréels. Ce monde change - et changera encore - sans leur demander la permis sion. Roger MARIA. 4 Résistants, déportés, antiracistes, patriotes de toutes tendances s'élèvent, contre la libération d'OBERG et KNOCHEN le vibrant meeting de rHôtel Moderne A la Crypte LE 31 janvier , sur l'initiative du M.R.A.P. et de seize autres organisations de résistants et de déportés, un vibrant meeting s'est tenu sous le signe de l'union, dans la grande salle de l'Hôtel Moderne, comble d'une foule venue protester contre la libér ation des crimine'ls de guerre, Karl Oberg et Helmut Knochen. A la tribune du meeting, présidé par Marcel Mérigonde, président de l'Amicale des Déportés de Neuengamme, se t enaient les représentants des organisations invi. tantes : Amicales des Déportés d'Auschwitz, Buchenwald, Mautha usen, Neuengamme, Ravensbrück ; Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance (A.N.A.C.R. ) ; Association des Combattants Prisonniers de guerre de ht Seine ; Amicale des Juifs Anciens Résistants (A.J.A.R.) ; Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance ; Amicale des Anciens Déportés Juifs de France ; Cercle Bernard Lazare ; Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.) ; Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P. ) ; Union des Engagés '-olontaires et Anciens Combattants Juifs ; Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (U. J .R.E.) Union des Etudiants Juifs de France ; Union des ociétés Juives de France. « Nous ne pouvons nous taire » Le fait méme de cette union face à un événement qui touche le coeur de chacun de ceux don t la mémoire est t enace, donnait, à la manifestation une grandeur émouvante, inoubliable.

\farccl MERIGONDE, après avoir demandé

une minute de s ilence à la mémoire ctes victimes du nazisme, donna les raisons de cette manifestation: « Nous ne pouvons pas nous taire! Personne ne nous aurait pardonné de rester silencieux_ Nous avio.ns le devoir de dire tout haut ce que chacun pense. » Une atteinte au patriotisme des Français Hené CERF-FERRIERE, vice-président de. l'Association Nationale des Anciens Comba ttan ts de la Résistance, évoqua le long silence que s'étaient imposés les libérateurs des bourreaux, en cachant le plus longtemps possible cette décision: « Il cst des silences qui accusent. Lorsqu'on a mauvaisc conscicnce, on sc tait et c'est dans l'obscurité quc se trament les mauvais coups. Certains ont la mémoire courte, vous ne l'avez pas, heureusement. » « Il en fallait moins, dit-il encore, pour que Zola crie « J'accuse ! ». -Voltaire, pour une affaire beaucoup moins grave a remué la France. Il est quelquefois bon d'oublier, mais cette fois on reste stupéfait devant cette indulgence. Nous ne nions pas que la réconciliation soit indispensable. Mais nous sommes pour la réconciliation avec un peuple allemand dénazifié, et il ne l'est pas encore. Et cette libération était-elle indispensable? Elle nous apparaît comme une atteinte au moral et au patriotisme des Français: on ne passe pas l'éponge sur un fleuve de sang de cent mille innocents! » Des réflexions angoiss,:antes Pierre COUTEAU, secrétaire général de la Ligue des Droits de l 'Homme, après avoir excusé l'absence de Daniel Mayer, p r ésident de la Ligue, hors de France, évoque le meeting organisé par le M.R. A.P. dans cette même salle lors de l'affaire de la rue François Miron. « La Ligue fut victime du nazisme dans a chair même, déclare Pierre CouteaU, à travcrs ses militants, dont le Président Victor D.aseh, assassiné il y a vingt ans, avec sa femme, par les valets de l'occupant nazi. Le martyre subi par les juifs, les arabes, les noirs, quels qu'en soient ~es prétextes nous font nous dresser unanimement contre les bourreaux. La libération de Karl Oberg et de Knochen conduit à des réflexions angoissantes. Le racisme bénéficie de l'indul· gence. L'Union internationale de la Résistance a dressé ces jours-ci la carte du néo-nazisme mondial, dont le racisme est la base. On doit se souvenir que le triomphe de l'hitlérisme, il y a trente ans, s'est entouré d'une lég,alité apparente grâce à l'implantation du racisme. » « Notre tâche commune, conclut Pierre Couteau, est J'antiracisme, élément essen· tiel dc la démocratie védtable. » Ni oublier, ni absoudre Jacques DEBU.BRIDEL, membre fonateur du Conseil National de la Résistance, souffrant, avait envoyé un message qui fut lu à la tribune : « Il est inadmissible, dit notamment J. DebûBridel, que les reSllonsables des opérations de la gestapo et des SS en France occupée, qui QIlt organisé et ordonné les tortures, Ics massacres de nos camarades ct les mesures racistes en France, n 'aient pas été fusillés après leur condamnation, ce qui rcste et demeure pour moi un des scandales de la répression, celle-ci n'ayant plus de sens si des criminels de cette nature ont pu lui échapper. « ... Partisan convaincu de la réconciliation franco-allemande, condition essentielle de la paix du monde, je ne puis, llour ma part, ni oublier, ni absoudre. Il nous appartient, pour demeurer fidèles au souvenir de tous nos disparus, de tous ceux qui ont succombé sous la torture ,qui sont morts dans les chambres à gaz ou dans les camps de déportation, qui sont tombés face au peloton nazi, ct tous ceux qui dcpuis sont morts des pri· vations et des souffrances subies en ces heurcs sombres, de poursuivre notre lutte commune pour la paix contre la renaissance du militarisme allemand d'abord, de tous les militarismes et de tous les impérialismes et pour la réconciliation réelle et durable des peuples dans le respect dc la dignité humaine, dont un Oberg' et un Knoehen se sont à jamais exclus. » Une inadmissible indulgence Pierre PARAF, président du M.R.A.P., rappelant les meurtres, les déportations, les fusillades et toutes les exactions commises sous le nazisme ajoute : « De ces meurtres sans précédents dans l'histoire, certes le nazisme est responsable. Mais nn certain nombre de fonctionnaires du crime en portent plus personnellement, plus dioectement aux yeux du monde, le fardeau. Parmi ccux-Ià figurent les deux assassins dont la libération scandaleuse nous a amenés à nous réunir ce soir ... Le M.R.A.P. se devait. à tous les titl'es, de prendre avec les organisations soeurs l'initiative de ce meeting où s'expriment la douleur ct l'indignation de ceux qui n'ont pas la mémoire courte. Il le devait, puisque c'est le racisme, sous sa forme la plus sanguinaire qui a provoqué ces meurtres et qui bénéficie, à tra" ers les deux coupables, d'une inadmissible indulgence. Il le devait parce que comme tant de nos amis qui sont ici, il a la douleur et la fierté de compter parmi ses membres et singulièrement dans SOI1 secrétariat des hommes qui ont éprouvé, dans leur propre chair, la cruauté d'Oberg et de Knoehen et qui ont pu, miraculeusement, échapper à la mort. Certes, il n'est guère de nos familles qui n'aient eu à en souffrir. Tout ce qui fut le martyre, tout ce qui fut le courage français se sent atteint par une telle absolution. » Pouvez-vous rester en repos ? M" Charles LEDERMAN, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l 'Entraide, évoque la prise du pOUVOir par Hitler et ce qui s 'ensuivit: « Il y a trente ans, Oberg n'était qu'un fabriquant de cigares. Le nazisme le révéla à lui-même. Il changea de profession: il devint boucher: le boucher de Paris. Car le führer nous en gratifia. Et comme les malhcurs viennent rarement seuls, le même führer nous dépècha aussi Knochen, dont la gestapo avait pu apprécier les qualités de bourreau. C'était l'époque où d'autres vinrent aussi et qui, tous hélas, n'ont pas quitté notre pays. Il nous vint Speidel, Heusinger, Lammer· ding, pOur ne nommer que les plus hor· riblement célèbres ... )) Rappelant comment Oberg et Knochen furent jugés lentement avant d'être graciés et enfin libérés, Charles Lederman s'écrie: « Oberg fut renvoyé à ses cigares; Knoehen à ses occupations habituelles, et tous deux à leurs chères et tendres familles. Pensez donc, Noël approchait. En Allemagne, Noël, c'est et ce fut de tout temps, même au temps de Büchen· wald, unc grande et traditionnelle fête de famille. Les petits Ob erg et les petits Kno· chen et les bonnes dames Oberg et Kno· chen avaient tant souffert ! Rappelez-vous, vous qui en avez réchappé, malgré Oberg et Knochen, les appels glacés de décembre à Auschwitz. Et quand la seule chaleur qui perçait à Birkenau était celle des crématoires. Souvenez-vous de la messe de minuit, dans l'église d'Oradour, transformée en brasier humain. Rappelez-vous les corps à corps du Vercors à lin contre cinq cents, contre les ehiens.loups, les avions et les tanks. Pensez à Varsovie ct à son ghetto, et aux généraux SS qui riaient à l'incendie, comme Oberg' et Knoehen riaient au Mont-Valérien. « Et dites-moi si vous pouvez rester en repos. » La voix de la Justice Au nom du Cercle Bernard Lazare, 1" Dr Alfred SCIlERR a notamment déclaré

« Toutes les exactions commises par les nazis enire mai 1942 et août 1944 le furent sur ordre de ces deux bourreaux . Il n'est pas inutile de rappeler ici le sort d'un autre bourreau, leur chef Adolf Eichmann. Le 15 décembre 1961, après un Irocès désormais historique, le tribunal de Jérusalem a rendu son verdict. Le promoteur de la « solution finale » de la question juive fut condamné à mort. Pouvons·nous accepter que ces deux suprêmes bourreaux, dont l'un a médté le surnom sinistre et sanglant de boucher de Paris restent sans châtiment·! Pouvons-nous tolérer que leurs crimes restent impunis? Nous sommes ici la voix de leurs milliers de victimes innocentes, nous sommes la voix de la jusiice bafouée. Nous réclamons avec force la punition exemplaire des coupables. » Sachons nous unir Mathias CORVIN, secrétaire-adjoint de la section de l'Ile de France de l'Union Nationale des Associations d ' Int~rnés, Déportés et Familles (U.N.A.D.I.F.), vint à titre personnel faire une déclaration, disant entre autres : « Exiger que ceux qui ont fait torturer les résistants, massacrer des populations innocentcs soient sévèrement châtiés et nc soient pas rendus à la liberté, ce n'est pas faire preuve d'esprit de revanche ou de vengeance, c'est simplement réclamer une mesure de salut public. Ce n'est pas le peuple allemand quc nous visons, mais tous les ex et néo-nazis ct leurs complices quelle que soiL leur nationalité ... « ... Unis hier pour vaincre le nazisme, nous devons être unis aujourd'hui pour nous opposer à sa renaissance. Cette union de la Résistance et de la Déportation, si nous savons la garder de toute exclusive, de toute discrimination politique, de toute arrière-pcnsée partisane, sera le plus sûr gage de l'issue victorieuse de notre combat ... Sachons surmonter les incompréhensions qui se sont parfois manifestées entre nous et pour cela sachons corriger les uns et les autres, les erreurs d'attitude que nous avons pu avoir. Face à la libération d'Oberg et de Knochen, face aux tentatives de renaissance du nazisme, sachons nous unir pour empêcher définitivement que le racisme et la dic- (Suite page 5,) Nationale du Souvenir LE 25 janvier dernier, quelques jours après que l'incroyable nouvelle de la Libération des bourreaux de la Fronce Oberg et Knochen soit annoncée à un pays stupéfait et indigné, une poignante manifestation silencieuse s'est déroulée à la Crypte Nationale du Souvenir, à la pointe de l'île de la Cité. Cinq cents personnes, représentant toutes les organisations de Résistance et de déportés, ainsi que les organisations antiracistes, représentant aussi et surtout des milliers de Français morts dans les camps nazis ou sous les balles des pelotons d'exécution, et tous ceux qui entendent s'opposer au nazisme et au racisme renaissants, ont apporté des gerbes honorant les martyrs du nazisme. Sur les rubans, on pouvait lire les noms de toutes les organisations qui s'étaient associées à cette manifestation. Citons notamment : La Confédération Nationale des Combattants volontaires de la Résistance; l'Association nationale des Anciens Combattants de la Résistance; le Comité d'Action de la Résistance ; le Mouvement de Libération nationale; la Fédération nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes ; la Fédération nationale des Déportés et Internés de la Résistance ; le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) ; la Ligue internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme ; l'Association nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance ; les Amicales dê Buchenwald-Dora, Auschwitz, Mauthausen, Ravensbruck, Eysses, Dachau, Châteaubriant, Oranienburg-Sachsenhausen, Neuengamme, Drancy ; l'Amicale des Juifs Anciens Résistants ;1'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide j la Fédération des Réseaux de la Résistance en Indochine

le Réseau du Souvenir ; l'Association

nationale des Résistants de l'Air, etc ... La délégation du M.R.A.P., conduite par notre secrétaire général, Charles Palant, comprenait MU A. Dymenstajn et Imerglik, Alexandre Chil, Albert Lévy, Julien Aubart, Félix Leroy, Charles Hutman, Joseph Creitz, membres du Bureau National. Après le défilé des porteurs de gerbes, une minute de silence groupa, dans une pensée unanime, tous les dirigeants des organisations représentées. Longtemps après cette minute, d'autres fleurs vinrent s'accumuler dans la crypte, anonymes ou officielles comme, en particulier, celle du bureau du Conseil général de la Seine. Emouvante cérémonie à Bordeaux A BORDEAUX, une émouvante manifestation a eu lieu, le dimanche IO février, à II heures, contre la libération d'Oberg et Knochen. L'appel avait été lancé dans l'union par les Amicales d'Orianenbourg, Buchenwald et Ravensbruck, l'Association des Anciens Combattants de ia Résistance, les Anciens de la Compagnie Soullié, le Comité Départemental de Libération, les Familles de Fusillés, le F .O.S.O.R., la F.N.D.I.R. et la F.N·D.I.R.P. (déportés), le M.R.A.P. et la L.I.C.A., « Libération P.T.T. », le Groupe BascoBéarnais, le Mouvement Uni de la Résistance et le Réseau H. Buckmaster. Devant la stèle de la place de la Ferme- de-Richemont, puis au Mémorial israélite de la rue Labinat, la foule s'est recueillie en silence pour exprimer sa fidélité à la mémoire des victimes d'Oberg et Knochen. Outre les délégués des organisations invitantes, on notait la présence de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Mme Amosset, représentant M. René Cassagne, député S·F.I.O.; MM. Mora, conseiller municifal S.F.I.O., Jean Rieu, secrétaire fédéra du Parti Communiste, Peyre, conseiller municipal, Dehès, dirigeant de l'U.F.A.C. de Bègles, Lahargne, secrétaire de la Ligue des Droits de l'Homme. A ROUEN A Rouen, le M.R.A.P. a également participé à la cérémonie qui a eu lieu au Monument aux Victimes de la Guerre, avec les organisations de déportés et de résistants, pour protester contre la libération d'Oberg et Knochen. cW'Uttin ... • 8aD.oVt CJÛJJte 1 EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d/Ameuble- Pierre GRAPPIN 1 Professeur ci la Sorbonne 1 ~-- la fin d'octobre 1961 quelques A universitaires parisiens prirent une décision exceptionnelle

alors que nous tenions à respecter

dans notre enseignement les opinions de tous nos étudiants, un certain nombre de collègues se sont sentis obligés, à ce moment, de sortir de leur réserve pour protester publiquement, avant leur cours, contre la répression sanglante de la manifestation du 17 octobre à Paris. Ce jour-là les travailleurs algériens, rassemblés sur les boulevards, avaient été non pas dispersés mais matraqués et assommés en grand nombre· Les éléments de la police chargés de cette action poursui vaient dans les rues tout ce qui ressemblait à un arabe, assommaient et tuaient des êtres sans défense, pour la seule raison Qu'ils étaient Algériens. On tentait de transporter en France les méthodes de violence raciste incontrôlées qui sévissaient en Algérie; le goût du sang, la sauvagerie aveugle tendaient à faire la loi. Les plus mauvais souvenirs de l'hitlérisme revenaient en mémoire. Beaucoup d'entre nous doivent se rendre à l'éddence; en France, dans le pays de la Déclaration des Droits de l'Homme, on persécutait et martyrisait des êtres humains simplement p'arce qu'ils étaient Algériens. Le pouvoir semblait indifférent à ces actes; l'opi nion, lassée, allait céder à l'intimidatiol1 de la terreur. Cela, du moins, devait être dénoncé; il n'était plus possible de ·,e taire. C'est pourquoi nombreux furent parmi nous eeux qui, malgré leur répugnance à sortir de notre traditionnelle neutralité, se décidèrent à parler publi quement devant tous leurs étudiants, C'est qu'alors il ne s'agissait plus de défendre une opinion contre une autre, une forme de gouvernement ou une théo rie politique, mais tout simplement de dil-e cru'on foulait aux pieds les lois les plus élémentaires de la civilisation. les principes mêmes de la vie en société. la différence entre le clroit et la force. DES ce moment les bandes eTl\'oyéc 'i d'Algérie par l'O.A .S. pour es,sayer de terroriser aussi la métropole s'en prirent à ceux de nos col lègues qui s'étaient mis en avant, qui avaient condamné publiquement le racisme et la tentative d'imposer en France le règne de la violence. Au début M novembre un collègue de la Faculté (les Sciences vit son appartement entièrement détruit par une charge de plastic. La réplique fut, le I.S novembre. la fermeture, unanimement décidée. des :facultés des Sciences et des Lettres à P,lris. La rapidité de la réponse, immédiatement approuvée par tous, montT-ait combien ces actes de violence criminelle révoltaient les étudiants et les professeurs. Chacun sentit alors Que les hommes du complot. misant sur les hésitations de nombl-eux Francais. voulaient intimider lë pays et installer au pouvoir des aventuriers que menacait la fin probable de la guerre d'Algérie. Il était clair Que ces chefs de bancle n'avaient que mépris nour les hommes d'étude et de savoir désintéressé. Ils pensaient lUC' quelQues bombes bien placées réduiraient Souvenirs

Suite de la page 12.)

de ses profits. Aux paysans, la J11ajorat ion clu prix du blé ( par exemple) et aux consommateurs. la diminution du prix du pain. De pair avec la démagogie. ils prati~ qU'lient le chantage et la corruption. L'Allemagne et surtout Berl in, comptaient à cette époque. des millions rie chômeurs et grande était la misère dans leurs familles. Les nazis, dont les caisses étaient remplies, avaient embrigadé des centaines cie milliers de chômeurs dans les S-A. et leur payaient les journées cie marche et d'e.oerClces. D'autre part, ils avaient acheté dans les quartiers ouvriers, des miJ1 iers de bistrots en faiJ1 ite et ils avaient créé ainsi leurs centres de propagande et d'action terroriste contre les opposants. Pour se blanchir il priori du soupçon d'être à la solde de la grande bourgeoisie allemande. les nazis avaient jeté la fameuse devise : « C'est le capital juif international qui a écrasé J'Allemagne ». devise qui correspondait à leur program me. dont l'anti sémitisme était un des points principaux, La démag-o!;ie de pair ayec la corruption et le chantage politique; il 111anfluait le troisième point : la provocation , LE soir la logeuse m'appela à nouveau

11 y aura sÎtrement de la proyocation et de la casse, Faites atten- 5 , Un an apres ••• au silence étudiants et professeurs. Mais leur calcul, bien qu'ils se soient déclarés spécialistes de l'action psychologique. était faux : en décembre, en janvier, en février, les étudiants et les professeurs poursuivirent leur action malgré les menaces et les coups. Chaque fois qu'un d'entre nous, au nom du syndicat ou d'un des comités de défense créés alors, prenait publiquement la parole, il était certain de t-ecevoir des menaces et souvent aussi une bombe_ Pourtant il s'est toujours trouvé des volontaires pour relever les plus exposés, pour soutenir les efforts de nos organisations et les volontaires n'ont pas manqué 1101T plus parmi les étudiants pour protéger les points les plus menacés. L'entreprise de l'O.A.S. était fonci èrement hostile aux droits les plus ~ im " pies, les plus sacrés des citoyens. elle menaçait les fondements mê111es de tou te communauté civilisée; elle préparait le règne du brig-andage. Les universitai res se trouvaient menacés dans ce qui fait leur raison de vivre et de travail1('r: nous avons senti alors que la liberté nous est aussi nécessait-e que l'air que nous respirons. Le 6 février, à la Mutualité, au moins dix mille étudiants entendai ent les appels des svndicats d'en seignants. Le 1.\, à la Sorbonne, le recteur venait pel-sonnellement assister à une réunion où les professeurs dénonçaient J'entreprise de subversion violente et annonçaient leur détermination de s'y opposer. C ES date~ ne sont quc quelques points de repère dans un hiver tout rempli des initiatives qui surg- i ssaient partout. chez les étudiants, flans les écoles, dans les lycées. Partout se rencontrait. chez ceux qui enseig-nent et qui apprennent, la volonté affirmée de défendre. au besoin avec des armes inégales, la liberté de penser, de parler, de I- ivre dans une comnll1nauté légalement g-ouyernée. Ceux qui ont pris part à ces actions en gardent le souvenir de combats dont on ne yoyait souvent pas l'i ssue. dont le sens était clair mais le déroule111ent conf us, Ils ll'étaient pas toujours coordonnés. mais ils se ll1ultinliaient. On sentait aussi. trop souvent. les hommes en place se dérober, les citoyens dérontés. prêts à céder à la terreur. Quand, enfin. une grande manifestation populaire. le 8 février. montra l'indignation et la détermination des Parisiens. elle lut, alors qu'elle tendait seulement à soutenir J'action du gouvernement. violemment réprimée et se termina par la tuerie du métro Charonne. Depuis un an nous attcndons en vain de notre gouvernement la condamnation des hOllltÎles respon sables de ces horreurs stupides. dl" ces violences quc ri en ne justifiait. Les auteurs de ces actes et lem:s nrotecteurs comptent sa n ~ doute ur l'oubli que le temps apporte avec lui. Mais les morts d'octobt'e 61 d de février 62 trouveront tou jours des défenseurs . car ils sont 1110rts innocents. pour affirmer que les l7rancais voulaient demeurf'r des hotllmes civi li sés, Pour nous. l'honneur sera dl' rester firlèl('s à l'esprit de ces combats pour h d ~ fens(' du c;,'i sl1le en France et pour les Droits de l'Ho\ll111e. du 30 tion malgré votre « figure de Goebbels » et ne fêtez pas trop ce jour. Hitler devait à 8 heures du soir, passer en revue devant la grande Chancellerie, une retraite aux flambeaux (Fackelzug) organisée par le parti nazi pour fêter son avènement. Les troupes des S.A. à la tête du « Fackelzug » commençaient leur marche de la banlieue de Berlin et devaient passer par Charlottenbourg (quartier résidentiel) et « par hasard », ils se dirigeaient par une ruelle - un îlot d'habitations ouvrières. Ici se produisit un accident. Un des chefs S.A., Maikovsky, fut tué. Immédiatement les nazis encerclèrent la rue, une perquisition massive eut lieu. Elle dura toute la nuit et tous les hommes furent emmenés. (La petite rue encerclée par les nazis se trouvait tout près cie ma de111eure. T'ai entendu toute la nuit le va et vient des voitures et des cris et des appels des nazis). Le Fackelzug continua sa route vers la Chancellerie où Hitler prononça un de ses grands discours historiques et hystériques. LE lendema;n je sortis pour prendre d!'s ]lom·elles. Tous les ~'ens rencontrés avaient l'ai r anxicux. nersonne ne youlait parleT-. L'épicier du coin. que je connaissais depuis 10ngtemDs. répondait à toutes les questions qu'on lu'i posait : - C011lment youlez-vous lue je sache? LES PARISIENS EN FOULE ( ont défilé le mercredi 13 février, de 18 h. 30 à 21 heures, devant le cimetière oJu Pére Lachaise, en hommage aux victimes des brutalités policières de février 1962. Neuf personnes, hommes, femmes et jeunes gens, participant à une puissante manifestation contre l'O.A.S., avaient, il y a un an, trouvé la mort à la station de métro Charonne : et c'est sur les lieux mêmes du drame qu'avait été prévue tout d'abord la commémoration. Mais les pouvoirs publics s'y opposèrent, sU.scitant la protestations des organisateurs, qui décidèrent d'appeler la population à venir se recueillir et apporter des gerbes devant le Père Lachaise, où les neuf antifascistes furent enterrés. C'est sous le signe de l'union la plus large que fut organisé ce défilé. A l'appel des syndicats C.G.T" C,F.T.C., F.O., de la Fédération de l'Education Nationale et de l'U.N,E.F., s'étaient jointes les. fédérations du Parti Communiste Français, du Parti Socialiste S,F.I.O" du P,S.U., de l'Union Progressiste, de l'U.D.S.R., du M.R.P., de la Jeune République, ainsi que plusieurs dizaines d'associations et mouvements démocratiques, dont le M.R.A,P. Le matin, à 10 h, 30, des délégations de tous ces groupements étaient allées fleurÏi' les tombes des martyrs de février à l'intérieur du cimetière. C'est notre président, M. Pierre PARAF, qui conduisait la délégation de notre Mouvement. Le Bureau National du M.R.A,P. qui participa largement au défilé du soir, était également représenté aux cérémonies qui eurent lieu les jours précédents sur les lieux où les corps de plusieurs des victimes ont été transférés. Le meeting de l'Hôtel Moderne Suite de la page 4) tature mcnacent à nouveau nos vics et nos Iibertés_ » Marcel MERIGON DE, rappelant qu'il est, lui aussi, membre de l'U.N.A.D.I.F. , soutient l'appel à l'unité lancé avec émotion pal' M. Corvin: « Il est normal que nous ayons les uns et les autres des optiques ou des opinions politiques diffé· rentes, déclare-t-il. Il est anormal que nous soyons divisés sur des objectifs com· muns. Peut·être aujourd'hui payons·nous de nos divisions la liberté d'Oberg et Knochen, qui n'aurait pas cu lieu si nous avions été unis. » Ne pas laisser réhabiliter le nazisme ! André LEUOY, secrétaire général de la Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.) retrace le tableau des erimes des deux bo,.rreaux : « Ce sont eux qui avaient baptisé « Nacht und Nebel », « Nuit et Brouillard », les convois dc déportés qui variaient pour les camps d'extermina- 1933 E t ensuite : - Mieux vaut ne plus en parler; qUI sait? Oui, qui sait? Qui a tué Maikovsky? On ne le sut jamais exactement. Même le procès qui eut lieu plus tard ne put pas éclaircir la question. Il faut nenser que Maikovsky avait été liquidé par ses propres lieutenants. Un épisode de cette bataille intestine sans merci et de ces règlements de com ptes qui ont sévi dans ce parti de gangsters. C'était une de ces grandes provocations. peu avant la plus grande - l'incendie du Reichstag_ La première grande provocation pour régler leur compte à leurs ennemis. L'époque des arrestations massives des opposants au 118zisme avait commencé. Mais aussi les attaques contre les mag- asins juifs et le temps des barbes brÎllées. Pour moi le ~o janvier était un jour mémorable, car il coïncidait avec mon anniversaire. J'étais jeune et en pleine forme. Je sus désormais que j'avais devant moi des années cie luttes et aussi de souffrances. Lc ,0 janvier 10" a été « le jour le plus long- » pour l'Europe, qui dura J2 ans. suivi des nuits ~ll1X ~rallds couteaux et aux fours crematOlres. Les maSS:l.cres d'innocents! Le sang et la ce)1dre devaient submerger les peuples de j'Europe ... {ion. Et on espérait, dans la nuit et, le brouillard, escamoter leur libération, la caeher aux victimes, aux familles à la France tout entière, qui ne peut avoir oublié leurs crimes. Il n'y a même pas eu un communiqué officiel pour l'annoncer, tellement on avait honte de présenter la chose. « C'est un outrage à la mémoire de ceux des nôtres qui sont tombés sous leurs coups, un outrage à leurs familles. Mais face à cet outrage subi par la France résistante et martyre, il y a un élément réconfortant. C'est l'unanimité de la Résistance et de la Déportation, de l'Internemcnt qui s'est manifestée ell signe de réprobation contre ces libérations. Rarement, depuis la Libération, une telle unanimité avait rassemblé ceux qui, au moment les plus sombres de son histoire, incarnaient la Fl-ance, comme ellc s'est manifestée vendredi del'nier au cours· de la manifestation silencieuse à la Crypte du souvenir_ Cette union vigilante, il nous faut la maintenir, si nous ne voulons pas voir rapidement réhabiliter le nazisme et jeter sur ses crimes le voile de l'oubli. » Survivre, c'est témoigner Au nom des organisatlons invitantes, Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P" intervient en dernier lieu pour appeler les participants à poursuivre la lutte sur tous les plans contre le nazisme, et à apporter les moyens matériels nécessaires pour mener cette lutte. Ancien déporté, il évoque les souffrances des camps, mais aussi l'espoir qui animait tous les concentrationnaires. Et à travers Un émouvant récit, il montre que même sous l'hitlérisme, des Allemands ont lutté pour la démocratie, ou ont manifesté leur solidarité humaine envers les persécutés. « Nous ne pouvons accepter, s'écrie-t-il, que ces Allemands soient à nouveau menacés, eux aussi, par Oberg, Knochen et leurs pareils! » Il conclut en soulignant avee force que « survivre, c'est témoigner : témoigner des souffrances, mais aussi des luttes ». et ne jamais admettre la réhabilitation des bourreaux d'hier. Penser à demain Tirant les le ~ons de cette exaltante soirée, Marcel Mérigonde se félicite à nouveau du « large éventail d'opinions re· présentées » et sOl1ligne que « personne n'a fait appel à la haine ». « Il ne faut pas se le dissimuler, déclaret- il, à la veille du traité franco·allemand, la libération d'Oberg et Knochen est lourde de signification_ Est-ce un geste gratuit ? Nan. C'est un gage donné à l'AIlc- onagne d'Adenauer. Si la « réconciliation » doit passer par là, le pire est à craindre. » Et il conclut: « Il ne s'agit 11as de pleurel', de ~émir, dc supplier_ Nous avons un devoir d'hommes : lutter pour la démocratie. Nous devons penser à demain. » 1 L 6

  • IL lE S AI~lIISlIES

ft "...,· ... u Jean COCTEAU COINI11~IE •• « Un grand devoir humain» IL M. Jean Cocteau, de l'Académie Française, qui présidait la réception donnée par le M.R.A.P., le 25 janvier à l'Hôtel Royal Monceau, a fait la déclaration suivante, chaleureusement applaudie par tous les invités: D ERNIEREMENT, il m'a été donné de voir à la télévision, un film direct ,sur l'affaire Calas. Je ne suis pas particulièrement voltairien, mais l'attitude de Voltaire dans l'affaire Calas m'a donné le sentiment du devoir vis-à-v is d'a,ssociations comme la nôtre et comme celle contre la peine de mort. C'est pourquoi je suis ici. Je ne veux pas vous faire un discours mais je dis que nous sommes ici pour un grand devoir humain auquel personne n'a le droit d'échapper, parce que je n'admets pas que l'on fasse une di fférence entre les hommes. C'est tout ce que j'avais à vous dire et je remercie tous ceux qui sont venL(S pour nous aider dans cette tâche. l De gauche à droite: André Maurois, Léon Moussinac, Jean Mercure. ~~w-~~_Charles_~~_4 juin 2010 à 09:40 (UTC)4 juin 2010 à 09:40 (UTC)Charleswr~$4 juin 2010 à 09:40 (UTC)_~ft~-~-CharlesW.~4'~W~.W_~ ~~w_~rw_.Charles 4 juin 2010 à 09:40 (UTC)w4 juin 2010 à 09:40 (UTC)~ Le président Pierre Paraf, Charles palant, secrétaire général du M.R.A.P., Mme de Boisanger, M' Armand Dymenstajn et Albert Lévy, membres du Bureau National, accueillent M. Mohammed Labjaoui et M. rut Elliocine, président de l'Amicale des Algériens en France. L'amiral Louis Kahn, président du Consistoire Israélite, et Madame s'entretiennent avec Jean Cocteau. NOUS A \IONS RECONNU ... Autour de M. Jean COCTEAU, de l'Académie Française qui présidait la réception, de M. André MAUROIS, de l'Académie Française et de Pierre PARAF, président du M.R.A.P., nous avons reconnu les personnalités suivantes: MM. Joszef VINCE, Ambassadeur de Hongrie ; C. NICUTZA, Ambassadeur de Roumanie ; Mme MAROUX, représentant l'Ambassadeur de la République de Haute-Volta ; M. MICHKEWIlZ, représentant l'Ambassadeur de Pologne. MM. PASCUALAGGI, directeur de Cabinet de M. Emile Roche, président du Conseil Economique et Social ; Yves CHATAIGNEAU, Ambassadeur de France ; Paul BASTlD, membre de l'Institut, ancien ministre; Mme Suzanne CREMIEUX, MM. ARMENGAUD, Jacques DUCLOS, sénateurs ; .M. Yves de BOISANGER, ancien gouverneur de la Banque de France et Mme Nicole de BOISANGER ; M. l'Amiral KAHN, président du Consistoire Israélite ; M. Jacques MEYER, conseiller d'Etat; M' Henry TORRES, ancien sénateur; M. M. André Armengaud, sénateur, et M' Henry Torrès. M. Paul Bastid, ancien ministre, et Jean Cocteau. Roger BOISSEAU, représentant M. Waldeck Rochet, député ; M. Roger PINOTEAU, vice-président du Conseil Municipal de Paris ; M' Jean AUBURTIN, conseiller municipal de Paris; MM. Ait ELHOCINE, président de l'Amicale des Algériens en France et Mohammed LABJAOUI. M" Philippe RHEIMS ; MM. Louis FOUCHER, directeur des émissions culturelles à la R.T.F. ; Emile SERVAN-SCHREIBER, président directeur général des « Echos» ; Léon MOUSSINAC, président du Comité National des Ecrivains : Mmes Marie CUTTOLI, Marcelle GEORGES-HUISMAN, Léon JOUHAUX, Edouard DEPREUX : MM. Jean WAHL, professeur à la Sorbonne; André TOLLET, ancien président du Comité Parisien de libération; S.E. Vaida VOEVOD III et M . . Vanko ROUDA, président et secrétaire général de la Communauté Mondiale Gitane ; M. GALLIENNE. chef de Cabinet de M. le Directeur de la Mosquée de Paris. De nombreux artistes-peintres et sculpteurs: René ABERLENC ; ABIDINE ; Yvette ALDE ; ANDREOU j BELLIAS j BENMAYOR j BENN; BERTHOMME SAINT-ANDRE; BLOND j CAILLAUX ; CHABRIER j CALMETTES j Jean CARTON ; P. CHARLOT ; Maurice DARTBOIS ; DAUCHAUX ; Jean DORVILLE ; FABIEN ; Roger FORISSIER j GEORGEIN j Alice HALIKA ; HARTUNG j Edmond HEUZE; Mme JEROME-LEVY (Evard) j Hélène MADELIN; MEND· JISKY j Frédéric MENGUY j Mireille MIAILHE ; Raoul MICHAU ; Chana ORLOFF ; Marcel PARTURIER ; PRESSMANE j Ginette RAPP j RODDE j J.PICHETTE j Marc SAINT-SAENS j SEBIRE ; Simon SEGAL j Gérard SINGER j SPITZER j YANKEL ; ZENDEL, ainsi que Mme Paul SIGNAC et Mme Rhodia DUFET-BOURDELLE. Les critiques d'art : Claude. Roger MARX j Barnlett CONLAN ; Roger HERMANN j Juliette DARLE j B. ADAM j Chil ARONSON j Guy DORNAND. Mme Espanita COR.TES, de l'Opéra; MM. Jean MERCURE, président de la Fédération Nationale du spectacle ; François CHAUMETTE. de la Comédie Française ; les artistes Jean·Marc TENNBERG j Michel PICCOLI; André DASSARY j J. FERRAT j Edmond TAMIZ j Jean NEGRONI j Guy BEART j Mmes Clara GANSART. Marie MERGEY. MYRTO. Christine SEVRES j la pianiste Gisèle KUHN ; le cinéaste Louis DAQUIN ; le compositeur Jean WIENER; le producteur de films Alexandre KAMENKA j M. André CHANU et Mme Géraldine GERARD, de la R.T.F. L'écrivain et éditeur Pierre SEGHERS j MM. André VERDET ; Robert CORNEVIN j Pierre BOilEAU j Mlle Madeleine ROUSSEAU j M. Pierre GROSCLAUDE. MM. MIALARET. professeur à la Faculté des Lettres de Caen ; les Docteurs Pierre KLOTZ, médecin des Hôpitaux ; Robert GHANASSIA j P. HIRSCHMANN j RINIECKI j Mes Simone PENAU· ANGELELLI j Marcelle KRAEMER-BACH j André GHANASSIA ; STEFANAGGI j Charles LEDERMAN, président de l'U.J.R.E. Des directeurs de galeries et des amateurs d'art : MM. Elie. Léon BRAMI (Galerie Vendôme) ; Pierre LOEB (Galerie Pierre) ; Bernard WEINBERG j Haim BENVENISTE ; le Docteur MOUCHIN ; Cyril LAZARE, des représentants de la Galerie de Miromesnil et de la Galerie 55. Mme Monique CAZEAUX, présidente du Cercle France-Afrique; MM. Charles BRIANDET. secrétaire général du Club des Jacobins

Adolphe ESPIARD j Raphaël VISOCEKAS. président' de

l'Union des Etudiants Juifs de France ; LESCABEL. représentant de « Vie Nouvelle" et les représentants de diverses autres associations

Le Secours Populaire Français ; l'Association des Anciens

Combattants Malgaches ; de la revue .. La Pensée .. ; de l'Union des Etudiants Kmhers ; de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France. Les acteurs Michel Piccoli et François Chaumette. M' Philippe Rheims. Les acteurs Jean Négroni et Jean-Marc Tennberg. (OINITI~IE IL E I~A(IISIMIIE * •• devoir humain» Française, qui présidait la réception donnée par le M.R.A.P., le a tait la déclaration suivante, chaleureusement applaudie par tous donné de voir à la télévision, un film direct pur l'affaire Calas. ent voltairien, mais l'attitude de Voltaire dans l'affaire Calas du devoir vis-à-v is d'a,ssociations comme la nôtre et comme celle rquoi je suis ici . Je ne veux pas vous faire un discours mais je grand devoir humain auquel personne n'a le droit d'échapper, l'on fasse une différence entre les hommes. C'est tout ce que tous ceux qui sont venus pour nous aider dans cette tâche. L'amiral Louis Kahn, président du Consistoire Israélite, et Madame s'entretiennent avec Jean Cocteau. NU ... Waldeck Rochet, député ; M. Conseil Municipal de Paris ; pal de Paris; MM. Ait ELHOériens en France et Moham- FOUCHER, directeur des émisv,.., .. -;n_,n""I:,BER, président MOUSSINAC, président du Marie CUTTOLI, Marcelle Edouard DEPREUX ;

André TOLLET, ancien
S.E. Vaida VOEVOD III

ire général de la ComNE, chef de Cabinet de MARX i Barnlett CONLAN i i B. ADAM i Chil ARONSON i

MM. Jean MERCURE, préspectacle
François CHAUartistes

Jean-Marc TENNi J. FERRAT i Edmond j Mmes Clara GANSART, SEVRES j la pianiste Gisèle le compositeur Jean WIENER; KA i M. André CHANU j MM. André VERDET j Mlle Madeleine ROUSFaculté des Lettres de Caen ; des Hâpitaux ; Robert GHAECKI i Mes Simone PENAUj André GHANASSIA ; président de l'U.J.R.E. amateurs d'art : MM. Elie, LOEB (Galerie Pierre) ;

le Docteur MOUCHIN;

la Galerie de Miromesnil et du Cercle France-Afrire général du Club des JaVISOCEKAS, président" de

LESCABEL, représentant

de diverses autres assoi l'Association des Anla revue .. La Pensée .. i de la Fédération des Etudiants Les acteurs Michel Piccoli et François Chaumette. M' Philippe Rheims. Les acteurs Jean Négroni et Jean-Marc Tennberg. Pierre PARAF •• « Notre fidélité , et notre esperance. .. » A PRES avoir remercié Jean Cocteau qui a bien voulu accepter, avec bonne griice et simplicité, d'être « le maître de maison », Pierre Parat, président du M.R.A.P., souhaite une cordiale bienvenue à tous ceux qui, par leur présence. ont marqué « leur fidélité à notre cause fraternelle ». Il s'adresse particulièrement « à nos frères, à nos amis les artistes, les écrivains, les comécHens ». « Nous sommes très fiers, déclare-t-il. d'avoir réuni tant d'éminents représentants de la culture française qui tous ont montré que les plus grands serviteurs de la beauté étaient aussi les plus ardents défenseurs de la justice ». Et il poursuit: Quelques-uns des versations animées po premier rang (assis) : au deuxième rang : 1\'nette Rapp, Sebire, le lot, ZendeI. « Notre Mouvement, il n'est pas besoin de le présenter. Il est issu de la Résistance, il est issu de la fidélité au souvenir et de l'espérance dans l'avenir. c Notre association est le carrefour des hommes de toutes les familles spirituelles, philosophiques, politiques qui veulent qu'il n'y ait plus jamais d'Auschwitz, qui veulent que dans le monde entier, sous toutes les latitudes, la liberté, la dignité de l'homme, sans distinction de race, de religion, d'origine, de couleur de peau, soient partout respectées. « Et le large éventail que nous avons ici, votre présence, Mesdames et Messieurs, montre assez qu'il y a en nous, autour de nous une sorte de rassemblement de la conscience, de rassemblement des coeurs humains. c Je n'évoquerai ici, parmi nos grandes amies disparues, que deux chères ombres : celle d'Eleanor Roosevelt et celle de la Princesse Marie Bonaparte qui présidait encore il y a quelques mois à l'UNESCO le déjeuner de notre Journée Nationale. 4: Nous sommes réunis ici, chers amis, pour préparer une exposition, pour marquer plutôt une étape dans la préparation de cette exposition à laquelle Messieurs les critiques, Messieurs les peintres ont bien voulu donner un concours extrêmement précieux et qui nous procurera non seulement des ressources importantes dont nous avons besoin (puisque ces peintres sollicités le seront avec le concours de Me Maurice Rheims qui est un de nos plus grands experts), mais aussi un surcroît de prestige moral, puisque leur don généreux marquera aussi une adhésion éclatante à l'idéal qui nous est commun. « Ils nous permettront aussi de remplit· notre tâche le fidélité, de défense des victimes, notre tâche de vigilance pour que de pareils drames ne se reproduisent pas; et aussi ce travail quoditien qui consiste, par la voix de nos amis éducateurs, à extirper des âmes cette haine, ces préjugés qui ont conduit aux fours crématoires et à inculquer à tous nos jeunes enfants l'amour cie la fraternité. « Je veux encore vous dire merci, vous dire que ces derniers jours, avant de venir vers vous, j'ai relu les oeuvres de ceux que nous aimons . .T'ai relu André Maurois, André Chamson, Georges Duhamel qui a campé cette fig-ure de Justin Weil, cette figure d'israélite tellement pathétique et tellement vraie. Et puis j'ai relu aussi mon cher Jean Cocteau, et tout à fait par hasard dans « Clair obscur », j'ai relevé ces vers J'aime contredire la honte du vaincu qui se croit vainqueur et que mon vieux fleuve remonte jusqu'aux sources de votre coeur ... « Eh bien! Mesdames et Messieurs, je croix que notre vieux fleuve, notre jeune fleuve est remonté à vos coeurs, et de tout cela je veux vous dire notre reconnaissance et notre amitié. » MESSAGES DE SYMPATHIE De nombreuses personnalités, absentes de Paris ou retenues par leurs obligations, ne pouvant assister à la réception, nous ont fait parvenir des messages de sympathie. Citons notamment les messages de : MM. les Ambassadeurs d'Autriche, du Cameroun, de Cuba, du Danemark, du Ghana, de Grande-Bretagne, d'Israël, d'Italie, de la République Malgache, de Norvège, du Sénégal, de Yougoslavie; M. MAHEU, directeur général de l'U.N.E.S.C.O. MM. Vincent AURIOL, ancien président de la République ; Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président d'honneur du M.R.A.P. ; le Général CATROUX, Grand Chancelier de la Légion d'Honneur. Madame la Princesse BIBESCO, de l'Académie Royale de Belgique

MM. René CLAIR, Joseph KESSEL, Georges DUHAMEL, de

l'Académie Française ; M. Julien CAIN, de l'Institut, administrateur général de la Bibliothèque Nationale; Jean CASSOU, Conservateur du Musée d'Art Moderne; Philippe HERIAT et Gérard BAU ER, de l'Académie Goncourt; Jean ROCHE, Recteur de l'Université de Paris; André AYMARD, Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris ; BONDEVILLE, de l'Institut, Directeur à l'Union des Théâtres Lyriques de France ; A.M. JULIEN, Directeur du Théâtre des Nations; Mme ROMAIN-ROLLAND. Son Eminence le Cardinal FELTIN, Archevêque de Paris; le chanoine CLAVEL ; MM. KAPLAN et JAIS, Grand-Rabbin de France et Grand-Rabbin de Paris; M. le Pasteur Charles WESTPHAL, Président de la Fédération Protestante de France ; Son Excellence M. BOUBAKEUR, Directeur de la Mosquée de Paris. MM. Jean PAUL-BONCOUR et Pierre MENDES-FRANCE, anciens présidents du Conseil ; Maurice THOREZ, député, ancien vice- président du Conseil ; Francisque GAY, ancien vice-président du Conseil ; Edmond MICHELET, Albert GAZIER, Marcel PAUL, Jean PIERRE-BLOCH, anciens ministres ; Fernand GRENIER et Jules MOCH, députés, anciens ministres ; MM. Marius MOUTET et Emile CLAPAREDE, sénateurs, anciens ministres ; Daniel MAYER, président de la Ligue des Droits de l'Homme, ancien ministre. MM. le Chanoine KIR, Raymond BARBET, KASPEREIT, Waldeck L'HUILLIER, Louis LONGEQUEUE, R.-A. VIVIEN, députés ; Roger CARCASSONNE, Raymond GUYOT, Georges MARRANE, sénateurs; MM. Jacques MITTERAND ; Henri FAURE, président de la Ligue de l'Enseignement ; Raoul FOLLEREAU ; Claude BOURDET, conseil/ er général de la Seine. Les écrivains, Louis ARAGON, Elsa TRIOLET, Anna LANGFUS, Emmanuel ROBLES, Jacques NANTET, André SPIRE, Henri THOMAS, Christiane ROCHEFORT, Alfred KERN, le compositeur Darius MILHAUD, le pianiste Léon KARTUN ; M. Yvon BilARDEL. Les peintres, Edouard PIGNON, Mme VERA DA SILVA, André MINAUX, Serge POLIAKOFF, Jean VINAY, LANCELOT-NEY, CHAPELAIN- MIDY, DIGNIMONT, BRIANCHON, SABOURAUD, André FOUGERON, Mmes Sonia DELAUNAY et Suzanne TOURTE. (Suite page 9) Le compositeur Jean Wiener (à droite) et le chanteur Guy Béart (au centre) conversent avec le Dr Mouchin. Le critique Claude-Roger Marx, l'acteur Michel et le président Pierre Pal·af. E I~A(IISIMIIE Pierre PARAF •• « Notre fidélité et notre , esperance ... » ._----------- 7

A PRES avoir remercié Jean Cocteau qui a bien voulu accepter, avec bonne grâce et simplicité, d'être « le maître de maison », Pierre Paraf, président du M.R.A.P., souhaite une cordiale bienvenue à tous ceux qui, par leur présence, ont marqué « leur fidélité à notre cause fraternelle ». Il s'adresse particulièrement « à nos frères, à nos amis les artistes, les écrivains, les comédiens ». « Nous sommes très fiers, déclare-t-il, d'avoir réuni tant d'éminents représentants de la culture française qui tous ont montré que les plus grands serviteurs de la beauté étaient aussi les plus ardents défenseurs de la justice ». Et il poursuit : « Notre Mouvement, il n'est pas besoin de le présenter. Il est issu de la Résistance, il est issu de la fidélité au souvenir et de l'espérance dans l'avenir. « Eh bien! Mesdames et Messieurs, je croix que notre vieux fleuve, notre jeune fleuve est remonté à vos coeurs, et de tout cela je veux vous dire notre reconnaissance et notre amitié. » Quelques-~n~ des peintres et critiques présents ont un instant interrompu leurs conversatIOns amme~s pour cette « photo-souve nir », On reconnaît, de gaUChe à droite, au premier r~g (asSIS) : Benn, le critique Guy Dormand, Forissier, Pressmane, Benmayer ; au deUXleme rang: Menguy, Georgein, Mme et Mlle Pressmane Nathalie Chabrier Ginette Rapp, Sebire, le critique Chil Aronson, Spitzer; à l'arrière-Pl~n : Jean Carton, P. éharlot, Zend el. c Notre association est le carrefour des hommes de toutes les familles spirituelles, philosophiques, politiques Qui veulent qu'il n'y ait plus jamais d'Auschwitz, qui veulent que dans le monde entier, sous toutes les latitudes, la liberté, la dignité de l'homme, sans distinction de race, de religion, d'origine, de couleur de peau, soient partout respectées. « Et le large éventail que nous avons ici, votre présence, Mesdames et Messieurs, montre assez qu'il y a en nous, autour de nous une sorte de rassemblement de la conscience, de rassemblement des coeurs humains. « Je n'évoquerai ici, parmi nos grandes amies disparues, que deux chères ombres : celle d'Eleanor Roosevelt et celle de la Princesse Marie Bonaparte qui présidait encore il y a quelques mois à l'UNESCO le déjeuner de notre Journée Nationale. « Nous sommes réunis ici, chers amis, pour préparer une exposition, pour marquer plutôt une étape dans la préparation de cette exposition à laquelle Messieurs les critiques, Messieurs les péintres ont bien voulu donner un concours extrêmement précieux et qui nous procurera non seulement des ressources importantes dont nous avons besoin (puisque ces peintres sollicités le seront avec le concours de M' Maurice Rheims qui est un de nos plus grands experts), mais aussi un surcroît de prestige moral, puisque leur don généreux marquera aussi une adhésion éclatante à l'idéal Qui nous est commun. « Ils nous permettront aussi de remplit, notre tâche le fidélité, de défense des victimes, notre tâche de vigilance pour Que de pareils drames ne se reproduisent pas; et aussi ce travail quoditien Qui consiste, par la voix de nos amis éducateurs, à extirper des âmes cette haine, ces préjugés qui ont conduit aux fours crématoires et à inculquer à tous nos jeunes enfants l'amour de la fraternité. « Je veux encore vous dire merci, vous dire que ces derniers jours, avant de venir vers vous, j'ai relu les oeuvres de ceux que nous aimons. J'ai relu André Maurois, André Chamson, Georges Duhamel qui a campé cette fi!!ure de Justin Weil, cette figure d'israélite tellement pathétique et tellement vraie. Et puis j'ai relu aussi mon cher Jean Cocteau, et tout à fait par hasard dans « Clair obscur », j'ai relevé ces vers J'aime contredire la honte du vaincu Qui se croit vainqueur et que mon vieux fleuve remonte jusqu'aux sources de votre coeur ... MESSAGES DE SYMPATHIE De nombreuses personnalités, absentes de Paris ou retenues par leurs obligations, ne pouvant assister à la réception, nous ont fait parvenir des messages de sympathie. Citons notamment les messages de : MM. les Ambassadeurs d'Autriche, du Cameroun, de Cuba, du Danemark, du Ghana, de Grande-Bretagne, d'Israël, d'Italie, de la République Malgache, de Norvège, du Sénégal, de Yougoslavie; M. MAHEU, directeur général de l'U.N.E.S.C.O. MM. Vincent AURIOL, ancien président de la République ; Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président d'honneur du M.R.A.P. ; le Général CATROUX, Grand Chancelier de la Légion d'Honneur. Madame la Princesse BIBESCO, de l'Académie Royale de Belgique

MM. René CLAIR, Joseph KESSEL, Georges DUHAMEL, de

l'Académie Française ; M. Julien CAIN, de l'Institut, administrateur général de la Bibliothèque Nationale ; Jean CASSOU, Conservateur du Musée d'Art Moderne; Philippe HERIAT et Gérard BAU ER, de l'Académie Goncourt; Jean ROCHE, Recteur de l'Université de Paris ; André AYMARD, Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris ; BONDEVILLE, de l'Institut, Directeur à l'Union des Théâtres Lyriques de Fronce ; A.M. JULIEN, Directeur du Théâtre des Nations; Mme ROMAIN-ROLLAND. Son Eminence le Cardinal FELTIN, Archevêque de Paris; le chanoine CLAVEL ; MM. KAPLAN et JAIS, Grand-Rabbin de France et Grand-Rabbin de Paris ; M. le Pasteur Charles WESTPHAL, Président de la Fédération Protestante de France ; Son Excellence M. BOUBAKEUR, Directeur de la Mosquée de Paris. MM. Jean PAUL-BONCOUR et Pierre MENDES-FRANCE, onciens présidents du Conseil ; Maurice THOREZ, député, ancien vice- président du Conseil ; Francisque GAY, ancien vice-président du Conseil ; Edmond MICHELET, Albert GAZIER, Marcel PAUL, Jean PIERRE-BLOCH, anciens ministres ; Fernand GRENIER et Jules MOCH, députés, anciens ministres ; MM. Marius MOUTET et Emile CLAPAREDE, sénateurs, anciens ministres ; Daniel MAYER, président de la Ligue des Droits de l'Homme, ancien ministre. MM. le Chanoine KIR, Raymond BARBET, KASPEREIT, Waldeck L'HUILLlER, Louis LONGEQUEUE, R.-A. VIVIEN, députés ; Roger CARCASSONNE, Raymond GUYOT, Georges MARRANE, sénateurs; MM. Jacques MITTERAND ; Henri FAURE, président de la Ligue de l'Enseignement ; Raoul FOLLEREAU ; Claude BOURDET, conseiller général de la Seine. Les écrivains, Louis ARAGON, Elsa TRIOLET, Anna LANGFUS, Emmanuel ROBLES, Jacques NANT ET, André SPIRE, Henri THOMAS, Christiane ROCHEFORT, Alfred KERN, le compositeur Darius MILHAUD, le pianiste Léon KARTUN ; M. Yvon BllARDEL. Les peintres, Edouard PIGNON, Mme VERA DA SILVA, André MINAUX, Serge POLIAKOFF, Jean VINAY, LANCELOT-NEY, CHAPELAIN- MIDY, DIGNIMONT, BRIANCHON, SABOURAUD, André FOUGERON, Mmes Sonia DELAUNAY et Suzanne TOURTE. (Suite page 9) Le compositeur Jean Wiener (à droite) et le chanteur Guy Béart (au centre) conversent avec le Dr Mouchin. Le critique Claude-Roger Marx, l'acteur Michel Piccoli et le président Pierre Paraf. Espanita Cortés (à gauche) danseuse étoile de l'Opéra et Mme Marie Cuttoli (à droite). MM, Jacques Duclos, sénateur, et Adophe Espiard. De gaUChe à droite : Mo Jean Auburtin, conseiller général de la Seine, le peintre Roger Forissier, le critique BarnlcU Conlan, le peintre Nathalie Chabrier. Mme Rhodia Dufet-Bourdelle converse avec le peintre Benn et le critique Guy Dornand. 8 NIMES: a mis l'union des républicains Xavier Vallat en échec 28 mars à Limoges Procès en appel contre Poujade C'EST avec une certaine stupeur que les Nîmois, à la fin du mois de janvier dernier, lurent dans la presse locale un petit communiqué annonçant que le 27 de ce même mois, le Cercle royaliste Saint-Charles 0lganisait sa fête du Gâteau des Rois. Que des Royalistes se réunissent entre eux pour tirer les Rois, rien que de très normal. Mais qu'ils fassent connaître, par voie de presse que l'un des orateurs prévus pour cette cérémonie quasi-publique, n'est autre que l'ex-commissaire aux Mfaires Juives de Viclly, Xavier Vallat, voilà qui dépasse la mesure de ta décence. D'autant plus que les organisateurs de la cérémonie invitaient Nîmois et Gardois à venir écouter l'ex-ami d'Abetz et de von StupnageI. 24 ORGANISATIONS Dès que parut cette annonce, 24 org anisations nÎmoises : l'Association des Dépor· tés, Rési stants, Médaillés de la Rés istance, l'Union Gardoise de la Résistance, l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, le M.R.A.P., la F.N.D.I.R.P., l'Association Républicaine des Anciens Combattants, le Parti Socialiste S.F.I.O., le P.S.U., le Parti Communiste Fran çais, le Parti Radical, le M.R.P., l'U.D.S.R., le Centre Républicain, le Grand Orient de France, la Fédération des OEuvres Laïques, la Ligue des Droits de l'Homme, le Grande Loge de France, les syndicats C.G.T., C.F.T.C. et F.O., la Fédération de l'Education Nationale, l'As_ sociation Générale des Etudiants, le SGEN, tenaient une réunion commune au Café de l'Industrie et publiaient une « Alerte à l'o pinion publique » déclarant notamment : « Xavier Vallot qui n'a rien renié de sa haine et de ses conceptions chauvinistes et ra cistes est dans nos murs. Il a le front, en· touré de quelques fanatiques aveuglés par leur passion. de faire une réunion à Nîmes. « C'est une véritable provocation. Nous ne pouvons l'accepter. Nous appelons la population nÎmoise à répondre à l'appel de toutes les organisations de la Résistance qui, unies sous le même drapeau pour lequel elles ont combattu, entendent bien d émontrer que plus jamais la France ne tolèrera le retour d'une telle ignominie » ... Cet appel demandait en même temps de se rendre en masse, le dimanche 27, à l'heure prévue de la réunion du Cercle StCharles, rue Enclos-Rey. 120 affiches et 15.000 tracts furent imprimés, apposés et diffusés. En même temps, le comité d'organisation de la manifestation éta it reçu pa r le préfet qui promit, non d'interdire la manifestation, mais de « raisonner » les diri geants du Cercle Saint-Charles, pour obtenir d'eux que leur réunion revête un ca ra ctère strictement privé. Cela ne pouvait sati sfai re les antiracistes nÎmois, qui poursuivirent leu r campagne. Et le samedi à midi, devant l'émotion de la population largement alertée par la presse et par les affiches et les tracts, les dirigeants du Cercle Saint-Charles fai saient savoir qu'ils renonçaient à recevoir Xavier Vallot, même en réunion privée. Les organisations de la Résistance enregistrèrent avec satisfaction cette décision non sans relever toutefois certains termes du communiqué du Cercle Saint-Charles parlant de ft campagne de presse diffamatoire en vue de s'op poser à la liberté de réunion » . « LA FORCE DE NOTRE UNION )) A ces propos le Comité répondit fermement: « Le Comité tient toutefois à rappeler que tous ses .membres, aussi bien ceux des Mouvements de la Résistance que des Associations et Partis Démocratiques, ont toujours été à la pointe du combat, souvent au risque de leur vie et parfois dans la souffrance physique et morale des deuils et des camps de concentration et que, dans ces conditions, ils n'ont pas de leçon de démocratie à recevoir de ceux qui, après avoir été les pirés complices tacites ou actifs du fascisme, se font, aujourd'hui, les bons apôtres de la liberté et de l'humanisme. « Nous saurons toujours démasquer ces faux apôtres et notre vigilance ne faiblira pas. M. Xavier Vallot est peut-être venu à (e Antisémitisme d' escalier ~~ A CAUSE D'UN CHIFFON CE que nous rapportons ici est fait cl peti tes choses en apparence banales, ce qu'un de nos amis a appelé « l'antisémitisme d'escaliers et de portes cocneres ». 11 s 'aglt de ces petits inciden ts, ces querelles entre braves gens, qui ne vont généralement jamais trés loin, ma is qui prennen t immédia tement un tour r aciste, dès que l 'un des interlocu teurs est juif. Ce qUI se passe n 'est jamais grave. Pourtant nous tenons à dénoncer ces fa its qui t émoignen t d 'un état d 'esprit latent et d'une indifférence cruelle à l' égard de l'antisémitisme. Neuf fois SUr dix, les hommes et les femmes victimes de ces brimades et de ces vexations se taisent. Ils ont souffert bien d'autres maux dans les camps n azis où .ils ont laissé des membres de leurs famill es. L'injure quotidienne ne fait que raviver des plaies cachées qui ne peuven t pas se refermer. Mais ce n 'est pas de pitié qu'ils ont besoin . Ce que nous demandons à nos amis antiracistes, c 'est de ne jamais laisser pa sser un cas d'antisémitisme de ce genre sans réagir , publiquement. L'injure raciste relève des tribunaux et les émules de Poujade pourraient bien , s 'ils persistent, s'en mordre les doigts. Le racisme est un mal terrible, contre lequel nous devons incessamment nous dresser afin d 'endiguer ses r a vages. Mme Rosa L ... , qui demeure rue Lebat dans le 18' , nous signa le son propre cas. Elle a soixante et onze âns et son mari, Docteur ès Lettres de la Faculté de Berne, âgé de soixante-di x-sept ans, est malade et hospitalisé depuis plusieurs mois . Le couple, vivant modestement de pet ites retraites, h abite depuis trente a ns dans la même maison. Or, depuis le mois de juillet, une nouvelle concierge est a rrivée dans cette maison et voici l'incident. tel que nous le conte notre correspondante

1( Mardi dernier ma ' concierge sonna à notre porte vers 23 heures. J 'allai ouvrir avec précipitation et étonnement. Comme il fait très froid dans notre appartement ... je }lorte du matin au soir un chiffon en rayonne rose sur la tête. Pour me présenter plus décemment, j'en· levai rapidement mon chiffon et le tins à la main. J'habite au premier étage, au dessus de la .loge. Quand je lui ouvris, •• ~.]1 ,.. ,.."' _ ~on",.~ ~ ____ .P..di!ltA'I'n,..n" n~ ... 11'1'in_ j ur ier, sans se soucier dc l 'h e ure ta rdive et du respect dû au sommeil des locata ires. Elle me dit : 1( C'cst à cette heure-là que vous faites votre ménage? Vous a vez encorc le chiffOn à la main et vous ne fa ites q ue marchel' dans l'appartcment ; vous m'empêchez de dormir; vous croyez que ça va se passer comme ça ? c'est à luoi quc vous aurez a taire et je vous ferai payer une contravention p our votre télcV1Slon. » 1( 0 .-, 111a télévision était fermée depuis I()ng"tcmps. Son mari , il y a q uelqucs mois, était vcnu me trouver t rès gentiment et très cour toisemen t pour mc dire de baisser un peu le son, surtout quand il y a de la musique. J 'y veille avec beaucoup d'attention et dès vingt-deux h eures, je ferme carrément le post e. 1( .Je lui répon dis que je venais d' enle. "el' le chiffon de ma tête pOUr aller lui ouvl'ir et qu' il ne pouvait être question pour moi de fai r e du ménage à cette heure tardi ve, surtout à mon âge et par ce grand froid. Je suis a llée u niquement dans ma chambre pour ch ercher mon chéquier afin de prépa rer le chèque pour la Compagnie du Gaz qui devait venir encaisser le lendemain , et a ussi pour r a n ger un dossier de la sécurité sociale. « Elle s ~écr ia : 1( Menteuse, ce n'est pas vr a i ; cc n 'est pas à moi que vous raconterez des histoires. Et puis, ici, on n 'est pas en Israël. » A quoi je répondis : « Vous n'avez pas le droit de fa ire du racisme. » « Son mari - agen t de ville - appela à ce momen t là sa femme énergiquemen t ct plusieurs fois, mais elle continua it à faire du scandal e ; a lors lasse, je lui fermai la porte au nez sans rien lui dire. A a ucun moment je n'ai proféré d'injure à SOn en con tre, ccci n ' étant pas mon genre.... Le lendemain , en a llant vider ma boîte à ordures, le concierge sortit de sa loge ct me présenta toutes ses excuses en nie don nant une poignée de main. Mais sa femme ouvrit la porte à plu, sieurs reprises pou r me crier « l\lenteuse, menteuse ! » « Ce que je retiens de ces faits c'est l'antisémitisme. Jamais avec un lo~atai re nOn juif cette concierge n ' a urait osé agir de la sorte. Elle a profité de ce quc .ie suis dans la peine et seule actuellement pOur montrer SOn vrai visage : l'an. tilO!.i ",iti~."p " Nîmes dan.s ces dernières années, mais sa visite, à notre connaissance, n'avait pas fait l'objet d'un communiqué à la presse. .. D'autre part, tout en faisant les plus extrêmes réserves sur les bonnes et benOÎtes intentions des membres du Cercle SaintCharles, nous ne leur dénions nullement le droit de se réunir, encore que nous déplorions leur aveuglement. Mais c'est la personnalité de M. Xavier Vallot que nous combaUons. .. Le fait qu'il ait été un combattant glorieux et un mutilé de la guerre 14-18 n'enlève rien, hélas, aux effroyables responsabi. lités, directes ou indirectes, qu'il a prises sous l'occupation, et il doit savoir que nous ne les oublierons jamais. Cet épisode est, pour nous, dans une certaine mesure, sa lutaire car, ayant démontré la force de notre union, nous sommes décidés à la main· tenir comme au temps de la lutte clandestine pour la défense de la liberté, de la démocratie et de la dignité humaine. .. Toutes nos félicitations aux républicains de Nîmes et en particulier à Mme Gebelin, responsable du comité local du M.R.A.P., qui a participé activement au développement de cette campagne victorieuse. Poujade ayant fait appel à la suite de sa condamnation par le Tribunal correctionnel de Limoges, l'affaire sera jugée à nouveau le jeudi 28 mars par la Cour d'Appel. Le M.R.A.P., qui était à l'origine des poursuites et avait obtenu le franc symbolique de dommages-intérêts, sera représen té, comme en première instance, par le Bâtonnier Paul ARR!GR! et Me Jean SeRAPIRA, tandis que Me Etienne N 0 U V EA U plaidera pour l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs. Ci·dessus : La r éunion des orgamsations démocratiques Ci-dessous : Quelques extraits de la presse nimoise. IMES REDACTION : S. b. Vtoa.H • . TéW.". 1 11·)9 PUBLICITE : " I."p,: 1 Id Il" Are-. T. 21-00 NOS DEUILS Nou s a vons appris avec émotion le décès du doct eur Louis LYON-CAEN, fr ère du président d 'honneur de notre Mouvemen t. Que M. Léon Lyon-Caen et sa famille trouven t ici l'expression de notre douloureuse sympa thie. Notr e ami Henri Krzywkowski, membre du Bureau Na tional du M.R.A.P . a eu la douleur de perdre son fr ère, Isidore KRZYWKOWSKI. Nous lui exprimons. ainsi qU'à sa famille nos affectueuses condoléances. Nous avons ressenti douloureu sement le décès du Dr Jacques EMILE-ZOLA, fils du grand romancier, qui avait tant de fois ma nifesté son appui à notre Moun orno n t ot 6 t oo H o n T'\~ rti "' 111ül.r rrl P TYlhrp du Jury du Prix de la Fra ternité_ Nous exprimons à sa fa mille nos condoléances émues . Nous a vons appris avec douleur le clécès de M. Benjamin MODZEWIECKI, p résident de la Société mutualiste « Les Amis de Szydlowiec », ami fidèle de notre Mouvement. A sa famille et à sa Société, n ous exprimons nos sincères condoléances. MARIAGE Nous a vons le pla isir d'annon cer le mariage de M. Henri AUBART, fr ère de notre trésorier, avec Mlle Hélène ROZEN· WAIG. Nous présentons aux jeunes époux nos félicitations et nos voeux les meilleurs. NAISSANCE Nous avons appris la naissance du petit Antoine-Gabriel, fils de nos amis lillois M. et Mme SCHARFMANN. Toute, nnc:: f61i{'it ~ fi(,l'n:: Pt. n t)$: V rPllV (' h ~ .l p l1r p ll Y 9 L'INTERNATIONALE NËO .. NAZIE . . LES informations dont nous disposons nous permettent de situer des groupes néo-nazis actifs clans une trentaine de pays au moins (1 ). H convient de citer, pour l'Europe : l'Allemagne Occidentale, l'Autriche, la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, l'Irlande, l'Espagne, le Portugal, l'Italie, les Pays-Bas, la Suisse, le Danemark, la Suède, la Norvège, la Finlande. Au Mo~'en-Orient : l'Egypte, la Turqui~ la Syrie. En Amérique: les Etats-Unis, le Canada, l'Argentine, le Brésil, l'Uruguay, le Guatemala, le Honduras, le Venezuela, la Bolivie, la Colombie, l'Equateur, le Mexique. De plus, l'Union Sud-Africaine ct l'lmstrali.e. Les différences résultent, en pr~mier lieu, de la composition même des groupes neo-nazis. Certains sont formés essentiellement d'anciens hitlériens en mal de revanche : complices de Hitler demeurés en Allemagne occidentale ou émigrés, « collaborateurs » des pays occupés, faiblement condamnés ou ayant fui la justice. D'autres présentent un caractère local, se sont constitués indépendamment du mouvement hitlérien, auquel ils ne se sont associés qu'à un second stade, soit avant, soit après la guerre. rait simplement comme plus intransigeante ; et l'opinion peut d'autant mieux en subir l'influence que ces groupes fascistes bénéficient d'une large indulgence, ,"oire d'encouragements de la part des pouvoirs publics. Enumération impressionante. Encore faut-il souli ·· gllu que les conditions varient d'un pays à l'autre. Autre cause de différences : la situation politique et sociale dans laquelle ces groupes néo-nazis évoluent. Si, dans certains cas, ils végètent plus ou moins, ne trouvant aucun point d'appui dans l'opinion ni dans les milieux officiels, il arrive qu'au contraire, ils sc développent à la faveur d'une orientation gouvernementale qui apporte de l'eau à leur moulin : atteintes à la démocratie, discriminations raciales, colonialisme, bellicisme. Dès lors, leur attitude n'est pas en contradiction fondamentale avec celle de l'Etat, mais appa- C'est en raison de cette diversité de nature et de possibilités que les groupes néo-nazis, en dépit des efforts pour uni fier leur action sur le plan international, ne sont pas parvenus à constituer une organisation unique. Aussi, en tenant compte des contacts, de la coordination qui existent néanmoins, à travers une dizaine de réseaux enchevêtrés, l'étude du néo-nazisme dans chaque pays ou région où il se manifeste doit nous permettre de mieux apprécier ce fléau toujours menaçant. A. L. (1) Voir le début de notre enquête dans le dernier numéro de « Droit et Liberté ». A Buenos Aires, le 21 juin 1962, une jeune fille juive de 19 ans, Graciela Nar· Où va l'Argentine ~ • d a Sirota, était enlevée par un groupe de jeunes fascistes, qui

',ü infligèrent de cruelles tortures,

lui brûlant la pOitrine l'.vec des cigarettes et découpant au canif une croix gammée sur 50n front. Cet épisode spectaCUlaire at· irait l'attention de l'opinion mondiale sur l'ampleur et l'inlensité des menées néo-nazies el'! Argentine. Pendant les mois rl'été, ces pratiques se sont multlpliées, et plusieurs juifs ont e1€ ainsi brutalisés et « taloués ». Des synagogues, les 10- c&ux des institutions juives, des rrAlgasins ont été plastiqués et 'l'Jitraillés. Une intense propagande antisémite a déferlé sur jE' pays. Mais ce déchaînement ,,'était que l'aggravation d'une snuation déjà existante. En Argentine, la « vague de noix gammées » qui était par· tle d'Allemagne occidentale à la fin de 1959 ne s'est pas apaisée, comme en Europe, au bout de quelques semaines. L'arrestatJOn, puis le jugement, la condamnation et l'exécution d'Eichmann ont servi de prétextes à autant de « relances » des campagnes de haine. On a dénombré plus de cent attentats lmtijuifs en deux ans. Et après ia poussée de juillet-août, et une brève accalmie, on assiste, depuis novembre à de nouvelles exactions : deux synagogues mitraillées à Buenos Aires ; une autre plastiquée à Florida, où deux petites filles sont blessées. De nouveau, les murs se couvrent de slogans racistes, des Yitrines de magasins juifs sont brisées : peu à peu, s'établit un ùlimat rappelant les débuts de l'hitlérisme en Allemagne. AVEC GOEBBELS, JUSQU'AU BOUT Pourquoi l'Argentine se distingue- t-elle aujourd'hui comme « le principal centre d'activités ou· vertes 'nazies et antisémites », ainsi que l'indiquait, il y a quelque temps, le journal anglais « Jewish tChronicle » ? Rappelons d'abord qu'au lendemain de la guerre, l'Argentine a été plus encore que les autres pays d'Amérique Latine, le refuge des hitlériens les plus notoires. Pour un Eichmann arrêté, ce sont des dizaines et des dizaines d'anciens dignitaires du Ille Reich, tels Martin Bormann (dont on ignore s'il est mort ou non ), de tortion· naires des camps de concentration, comme le « docteur li Mengele, d'officiers S.S., dont on retrouve la trace dans ce pays, à un moment ou l'autre_ Graciela SIROTA Skorzeny, organisateur de ces évasions, a séjourné longuement en Argentine, où il dirigeait l'édition du journal nazi « Der Weg », avant de revenir en Europe où l'on signale de temps en temps sa présence à Ma· drid, au Caire ou à Dublin. Les hitlériens d'Argentine sont organisés, publient des journaux et des livres glorifiant leur Führer et leurs exploits passés. C'est un certain Wilfred von Owen, ancien fonctionnaire du minis· tère nazi de la propagande, qui édite « Freie Presse » à Buenos Aires. Ce même personnage est l'auteur d'un ouvrage paru en 1950 sous ce titre : « A vec Goebbels jusqu'au bout ». Et les groupes allemands con· tinuent de collaborer avec d'au· tres groupes d'émigrés fascis· tes, en particulier, la M.H.B.K. (Fédération Amicale des Combattants Hongrois) qui rayonne sur plusieurs pays, et dont la section argentine est dirigée par Paul Vagi. TACUARA ET MAZORCA Aux agissements des nazis venus d'Europe, et qui bénéficient Messages de sympathie (Suite de la page centrale) Les critiques d'art, Georges BOUDAILLE, WALDEMAR-GEORSES, René BAROTTE, Mlle LOUDET, secrétaire générale de l'Ecole du Louvre ; M. MASSIE, directeur-adjoint des Beaux-Arts de la ville de Paris ; Pierre ABRAHAM, directeur de " Europe ». MM. l'Amiral MUSELlER, le Général Poul TUBERT, ancien député- maire d'Alger. IMM. Théodore MONOD, Directeur de l'Institut Français d'Afrique noire ; Jean ORCEL, Directeur du Muséum d'Histoire Naturelle

Antoine LACASSAGNE et Pierre WERTHEIMER, professeurs

à la Faculté de Médecine; MM. Charles BETTELHEIM, JULLlAN, Roger HEIM, Pierre GEORGES, Vladimir JANKELEVITCH, Marcel PRENANT, professeurs à la Sorbonne ; le Dr Jean DALSACE. Le cinéaste Léonide MOGUY, Mme Marguerite JAMOIS, José~ phine BAKER, Rika ZARAI, Anny CORDY, le champion René BEN CHEMOUL. MM. Raoul MEYER, président directeur général des Galeries Lafayette ; Georges WELLERS, vice-président de l'U.NAD.I.F. ; Mlle VALERE, magistrat ; W KRAEMER-RAINE ; Mme Denise DECOURDEMANCHE

MM. Alain LE LEAP, Pierre RENON, G. JONATHAN,

STOETZEL ; Mme CHAPELAIN, présidente de la Fédération de la Seine de la Ligue des Droits de l'Homme; MM. A. KRAKOWIAK, secrétaire général de l'Association pour le Respect de la frontière Oder-Nesse ; Raymond PEDROT, président de la Fédération des OEuvres Laïques de la Seine ; Raymond JEANNE, président de " Loisirs et Vacances ». d'une inaltérable mansuétude, s'ajoute l'agitation virulente des organisations néo·nazies consti· tuées sur place. La principale s'appelle Tacuara, d'un mot indien signifiant «lance». Il y a aussi l'organisation Mazorca (le Bouclier), et l'on trouve la même idéologie raciste, les mêmes groupes de nervis tortionnaires et plastiqueurs dans la Guardia Restaurada Nationalista (GRN), la Fédération Nationaliste Argentine, le Front Antisoviétique, le Retranchement Anticommutiste, pour ne citer que les plus actifs de (les groupes concurrents. Depuis 1953, les néo·nazis d'Argentine sont liés aux organismes internationaux crees en Europe (il en est de même pour les néo-nazis des Etats· Unis). Ils sont représentés no .. tamment dans le Mouvement des Peuples Européens et dans le Nouvel Ordre Européen, que dirigent G.A. Amaudruz (Suisse) et J.-R. Debbaudt (Belgique). L'organisation Tacuara collabore étroitement avec les racistes d'Afrique du Sud, et l'on sait que l'O.A.S. française a établi des contacts avec les néo-nazis d'Argentine, auprès de qui elle aurait même dépêché aes instructeurs. « VIVE. L'INQUISITION » Mais la force des groupes néo · nazis dans ce pays s'explique surtout par les soutiens qu'ils rencontrent à la fois dans certains milieux gouvernementaux, dans l'armée, et dans une importante fraction du clergé catholique. Des voix, certes, s'élèvent dans l'Eglise d'Argentine, pour condamner vigoureusement l'antisémitisme au nom des grands principes rappelés par le Pape Jean XXIII. Des sanctions ont même été prises par la hiérarchie contre des prêtres agissant trop' ouvertement avec les fas· cistes. Mais c'est un fait que l'un des propagandistes antisémites les plus enragés est le R. P. Julio Meinvielle, auteur d'un véritable bréviaire de la haine con· tre les juifs, collaborateur de . plusieurs journaux néo-nazis. N'a-t-il pas été jusqu'à déclarer que ce sont « les juifs eux-mêmes qm, par provocation, inscrivent les croix (jllmmées sur les murs ». Il faut croire, cependant, que ses discours et "es écrits ne sont pas étrangers aux barbouillages multipliés par le:, hommes de main du groupe Ta.cuara

surtout lorsqu'aux slogans

« classiques » de « Vive Hitler », ({ Mort aux juifs )'. s'ajoute assez étrangement celui de « Vive l'Inquisition ». Indiquons en outre que l'organisation française « La Cité Catholique » a fondé récemment en Argentine une filiale autour de laquelle se rassemblent les fascistes se réclamant de l'Eglise. Son activité principale consiste à faire publier des articles, tracts et brochures affirmant que « les ennemis du peuple sont les communistes, la tranc-maçonnerie, la démocratie et le judaïsme ». Elle fait également circuler dans les milieux politiques et militaires des listes de juifs qui seraient, en raison dg leurs opinions, des « complices du communisme ». Le siège dE' la ({ Cité Catholique » argentine se trouve à l'école religieuse ({ El Salvator », avenue Callao, à Buenos Aires. UN CONTEXTE FAVORABLE Toutes ces menées se dévelop· pent dans le climat créé par un gouvernement dont le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'est pas farouchement hostile à l'i .. déologie néo-nazie et qu'il porte des coups redoublés contre tout ce qui, en Argentine, relève è.e la démocratie. L'attitude des pOUVOirs publiCS lors de l'attentat contre la jeune Graciela Sirota, en juin dernier, est significative. Lorsque la jeune fille porta plainte pour les sévices dont elle avait été vic· time, les policiers lui conseillè· rent d'abord de ne pas ébruiter l'affaire et de n'y donner aucune suite. Comme elle exigeait malgré tout une action contre les nazis, des pressions furent exercées sur sa famille pour qu'elle retire sa plainte : on essaya de la faire passer pour fOlle, et cette méthode ayant échoué, on eut recours aux menaces. Mais Graciela Sirota et sa famille tinrent bon, soutenues par l'ensemble de la communauté juive et par les milieux démo· cratiques. Alors, un représentant de la police, le capitaine Raoul Angelini, interviewé à la télévision, déclara que cette affaire avait été « montée » par les juifs « en liaison avec les commu,.. 1 istes » pour susciter la sympathie à leur égard. Il faut souligner à ce propos que la politique du gouvernement de Buenos Aires se fonde sur la psychose anti-castriste, et que l'Argentine est le pays le plus « en flèche » dans les excitations contre Cuba. Cette propagande sert de justification il de multiples mesures contre les syndicats, contre les démocrates, accusés de « faire le jeu du communisme ». Le comportement des pouvoirs publics et de la presse au regard de l'antisémitisme s'inscrit dans ce contexte. La plupart des journaux, puisant leur inspiration à la même source, s'emploient non pas à dénoncer les groupes néo-nazis, mais à prpsenter leurs victimes comme des « communistes juifs ». La police est même allée jusqu'à lancer l'idée que les juifs, sous prétexte de se défendre contre les assauts des gangs fascistes, avaient constitué des stocks d'arme~ destinés à « la guérilla communiste ». Il y a quelques semaines à peine. des jeunes gens en train de picniquer dans les environs dè Buenos-Aires furent arrêtés sur .l'accusation de « complot communiste ». Comme il y avait parmi eux des juifs, la police publia un communiqué affirmant que cette « réunion secrète » avait été organisée par les dirigeants de la communauté juive. Le démenti que ceux-ci envoyèrent à la presse ne fu t reproduit par aucun journal. D'autre part, le gouvernemert vient d'interdire plusieurs organisations juives, parmi les plus actives dans la lutte c(lntre le fascisme. « DES MEMBRES DE LA HAUTE SOCIETE» Si, dans ces conditions, aucune mesure n'est prise contre les nervis fascistes et leurs organisations, on ne saurait s'en étonner. Il est arrivé que des étudiants arrêtent eux-mêmes des jeunes fascistes venus attaquer leurs réunions et les amènent à la police : les fascistes furent relâchés aussitôt. Quand, par hasard, des policiers ont arrêté des auteurs d'attentats antisémites, on s'aperçut qu'ils appartenaient à des familles haut placées, liées au gouvernement et à l'armée et, bien sûr, on s'empr'essa de les remettre en liberté. Le Dr Isaac GOldenberg, pré· sident de l'organisation représentative des juifs argentins, la D.A.I.A., analysant, il y a quel· ques mois, dans une interview, le climat régnant en Argentine, déclarait : « Plus que d'un problème abstrait d'antisémitisme, il s'a· git du problème de la renais· sance du .nazisme dams un mi· lieu social instable, et les juifs constituent une cible appropriée pour détourner l 'attention des masses des problèmes réelle· ment posés. Dans cette atmosphère de bouleversement et d'instabilité, les excitations anti· sémites servent à alimenter aux mo$ndres frais la co.nfusion, et suscitent, par conséquent, les plus larges soutiens. » Répondant à une autre question, le Dr Goldenberg précisait

IC L'Argentin moyen n'est pas antisémite. L'antisémitisme agressif se limite à de petits groupes tels que Tacuara et Mazorca, qui sont très bien orgainisés et entraînés selon les méhodes na· zies ; ils sont généralement dirigés par des étrangers ou par des membres de la haute socié· té qui craignent de perdre leur situation. » LA RIPOSTE ANTIRACISTE Dans le climat antidémocrati· que de l'Argentine actuelle, où sévit la plus outrancière hysté· rie anticommuniste, les groupes néo·nazis ont beau jeu pour dé· velopper leur influence et leur action ; en revanche, l'action antiraciste et antifasciste, assimilée à une « conspiration communiste », se heurte à des difficultés souvent insurmontables. Et il se trouve même des Juifs pour donner des gages à l'idéologie officielle, qui nourrit prédsément l'antisémitisme. Cependant, la riposte aux me· nées néo-nazies s'est traduite, ces derniers mois, par des manifestations impressionnantes. Après l'agression contre Graciel a Sirota, et les attentats qui ont suivi, tous les commer~ants juifs ont fermé leurs entreprises, pendant une journée, et leurs enfants ont déserté les écoles ; ce qui plus est, de nombreux catholiques se sont associés à. ce mouvement de grève. La lutte contre l'antisémitisme et le néo·nazisme se poursuit particulièrement parmi les ouvriers et les étudiants. Des meetings ont eu lieu dans tout le pays. Et un Front Uni Contre l'Antisémitisme (F.U.C.A.) s'est constitué avec le concours de nombreuses personnalités libé· raIes. Ainsi, les forces démocratiques et antiracistes affirment leur volonté de poursuivre la lutte avec vigueur. Mais cette lutte sera dure dans la prochaine période. Ce n'est pas un hasard si le chef du Parti Nazi Américain, Lincoln Rockwell, a choisi l'Argentine pour y tenir, en 1963, un congrès mondial ({ national- socialiste »_ 10------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Dimanche 12 moi, ou Palais de l'UNESCO 1 Un recueil de poèmes de Sandra JAYAT· JOURNËE. NATIONALE contre le racisme l'antisémitisme et pour la Paix décide le Conseil National du MRAP OUVRANT, le dimanche 20 janvier, la session du Conseil National du M.R.A.P., qui se tenait à l'Hôtel Moderne, à Paris, le président Pierre PARAF soulignait avec force l'ampleur des tâches qui s'offrent à notre Mouvement, à l'heure où Oberg et Knochen sont libres, et où l'internationale néo-nazie se reconstitue et s'agite à travers le monde. Et, en effet, les travaux du Conseil National furent empreints, tout au long, du sens des responsabilités de ses membres qui s'attachèrent à la fois à définir les modalités de notre action pour la prochaine période, et à donner au M.R.A.P. les moyens d'accroître encore son efficacité. Le premier point de l'ordre du jour Mais pour cela, il faut que nos moyens soient à la hauteur de nos projets et de nos ambitions. Dans un exposé détaillé, Hugues Steiner devait montrer ensuite comment améliorer, moderniser nos méthodes de propagande et d'organisation, tant sur le plan national que local. Ses multiples suggestions seront mises à profit au plus vite par la direction et les militants du M.R.A.P. Enfin, Charles Palant insista, en l'absence de notre trésorier, Julien Aubart, pmpéché, sur les conséquences financières du développement de notre' action et de notre influence les besoins du MRAP se sont accrus et nos efforts pour couvrir les frais de toutes nos initiatives doivent aller de pair avec la réalisation Quelques images du Conseil National. En haut, de droite à gauche : Henri Krziwkoski, Joseph Creitz (Paris), Mme Forier-Wins et Michel Kerhervé (Lille), M. Voldman, Isi Blum. Au centre : le président Pierre Paraf, Albert Lévy et M' Jean Schapira. Sur la photo du bas, on reconnaît, sur la rangée de droite : Claude Dantziger (Clermont-Ferrand), Mme Gebelin (Nîmes), Davidas ,Charles Ovezarek, Hugues Steiner (Paris) et, leur faisant face, Charles Hutman et M. Imerglik. concernait l'action du Mouvement sur le plan judiciaire et législatif. Après les rapports de nos amis, Maîtres Jean Sch'1pira et Armand Dymenstajn, un large débat eu lieu, faisant apparaître l'importance de la victoire remportée sur Poujade devant le Tribunal de Limoges, mais aussi la nécessité d'une vigilance constante pour faire condamner de la même façon tous les écrits racistes et antisémites paraissant dans la presse. Il ne fait pas de doute que les décisions prises sur ce point auront prochainement des suites. De même, pour que l'action judiciaire soit moins aléatoire, le Conseil National a rappelé l'urgence d'une législation antiraciste renforcée dans notre pays. Le second pOint débattu fut la préparation de la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et ponr la paix, qui se déroulera au Palais de l'U .N.E.S.C .O. le dimanche 12 mai. Sur le rapport d'Albert Lévy, une discussion approfondie s'instaura, montrant les progrès des idées antiracistes dans les milieux les plus divers et la possibilité de mobiliser largement l'opinion pour le combat que nous menons. elle-même de ces initiatives. Charles Palant demanda en particulier aux dirigeants et militants du M.R.A.P. de se préoccuper en permanence du placement des cartes d'adhérents et de la diffusion de « Droit et Liberté », notre arme principale dans les batailles antiracistes. Au cours de la journée, sont notamment intervenus, sur les différents points de l'ordre du jour : Michel Kerhervé, préSident du Comité du Nord, qui présenta un riche bilan d'activité ; MM. Weil (Versailles), Krziwkowski, Gilbert Weisberg. Mme Gebelin (Nîmes), Jacques Lederman, Charles Ovezarek, M' Imerglik, M' Marcel Manville, Mme MarieEve Benhaïem. Tirant les conclusions de cette intéressante journée de travail, Charles Palant souligna la fécondité des propositions émises, qui entreront bientôt dans la vie. Affirmant que le M.R.A.P. peut et doit étendre encore son rayonnement et multiplier ces succès, il en rappela la condition indispensable : le strict respect de nos engagements, la prise en considération des avis et des préoccupations de tous les antiracistes, en tenant compte des convictions particulières de chacun. cc LA brassée d'herbes manouches que neus offre Sandra Jayat a été cueillie sur le bord de la route, dans cette zone indécise - et symbOlique - située entre la frange caillouteuse de la voie goudronnée et les champs cultivés entourés de clôtures qui caractérisent tout un monde, celui des sédentaires que nous sommes. Ces herbes, même empoussiérées, sont pourtant bien vivantes, et piquetées de simples fleurs « à tout le monde ». Sandra Jayat, comme en passant, sans rien dans sa démarche « qui pèse ou qui pose », les rassemble et nous les livre aujourd'hui. première poétesse gil!ane, 1 1 1 Combien? A Jean Wiener Combien coûte le moral De celui qui a mal? Combien faut-il de terre Pour couvrir la misére ? Combien faut-il de mots Pour changer les accrocs Des races pourchassées Par les mensonges glacés? Combien faut-il de déboires Pour gagner un espoir? Combien fout-il de vie Pour une vraie mélodie? Il faut croire à demain Pour compter les combien Il fout croire à demain Dons l'espoir d'un matin. S. J. 1 1 1 1 1 1 1 )) en espéranL que quelque regard ici ou là, parmi nous, saura s'arrêter sur une telle beauté secrète, sur une allusion ,"oilée, sur un mouvement brusque de l'épaule, pour y déceler un signe de sympathie. au moins de compréhension. Car, par ce recueil de poèmes, un peu de la vie des gitans sort de la roulotte - ou du camion à caroavane - et Is 'adresse aux gadjé, ces autres que nous sommes pour eux, plutôt à ceux des « autres » qui ont assez de coeUr pour chercher à comprendre, c'est-à-dire à aimer .

« Herbes manlJollches » sent bon le jasmin (aussi bien le nom de cette fleur au parfum enchanteur revient avec insistance dans plusieurs poèmes), mais il n'est pas question, dans ces chants poétiques, seulement du vent sur la grand route, même odorant, mais aussi de liberté et de tendresse: Si les lois se dressent et me dirigent .Te préfère te perdre Mais si je te perds, je me perds_ (p. 46 . Et aussi, cette note où résonne une des pures valeurs du lointain passé ancestral hindou : Silence en ta présence Enchaîne mon silencc Présence en ton absence Déchaîne mon silence_ (p. 44). Nous sommes là devant une clarté qui a sa source dans l'advaïta-védanta, et qu'on retrouve, plus complètement exprimée, dans le poème de la page 60. Mais Sandra Jayat, par la richesse évocatrice de sa langue. est aussi une poètesse française et nous saluons avec chaleur SOn entrée - vibrations du tambourin gitan et sonnaille des bracelets - dans le monde ouvert de Victor Hugo et de Baudelaire, de Guillaume Apollinaire et de Paul Eluard. en toute fraternité. Roger MARIA. • « Herbes manouches », pOèmes de Sandra Jayat. Préface de Jacques B. Cayeux. Illustrations de Jean Cocteau, Le Ba Dang, Coronado, Monzon, Watkin. Edition de La Colombe - Paris.

!;
;
;!;
;
;
;
;!;;
;
;!;:;:::;:;:;:;::::!;:;::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;!;:;:;:::::::::;::::::!:::;:::;!:::!;:;:::::;:;!::::::;:::::;:;:;:;:;:;:;!;:;:;:;:;:;:;:;!;:;:;:;:::;:;!;:;:;:;:;:;::::::::::::::::::;
  • QUI SE SOUVIENT DE LA MER, par

Mohammed DIB. (Editions du Seuil'). Dans ce livre qui vient d'ebtenir le Prix de l'Unanimité, décerné par le Comité National des Ecrivains, Mohamed Dib a retracé les horreur du drame algérien dans un cadre terrible et légendaire. Ce n'est pas J'épopée de la guerre d'Algérie, ce n'est pas un livre' d'Histoire aue t:e nouveau roman. mais une fresque d'images apocalyptiques, un v,isage, une forme, un mouvement donnés aux songes, aux visions, aux terreurs des victimes de ce drame. De même que Picasso sans cadavre ni sang a exprimé « toute l'horreur » dan s Guernica, de même dans « Qui se souvient de la Me-r », par cette étrange écriture de visionnaire, Mohamed Dib ncus plonge là où l'horreur peut vraiment se saisir : dans l'esprit et au coeur même de l'homme. Afin de faire surgir de l'inconscient les cauchemars des autres, il a mis au jour ceux qui le hantaient. Et il' n'était pas nécessaire qu'i! nous assure de son total engagement, de l'expérience douloureuse que lui fut l'écriture de ce livre, car quel don plus total, plus difficile, plus douloureux de soi que celui de ses propres rêves? A cette question que se posait Mohamed Dib : comment raconter l' Al~érie après Auschwitz, Varsovie', Hiroshima afin que tout ce qui doit être dit puisse être entendu et ne se dissolve pas dans l'enfer de banalité dont l'horreur a su s'entourer? à cette question, « Qui se souvient de la Mer » est une très belle, très poignante, très convaincante réponse. Svlviane DAUPHIN.

  • AVOIR DETRUIT HIROSHIMA, par

c. EATHERLEY et G. ANDERS (Editions Laffont). Août 1945, la guerre en Europe est terminée depuis plus de trois mois ; dans le Pacifique, la capitulation du Japo~ militairement écrasé par la pUIssance aeronavale am~l ic:lll1.e n'est plus qU'une question de mois. Conformément aux accords de Potsdam, l'U.R.S.S. va intervenir en Mandchuurie. Pour s'assurer le contrôle exclusif des conditions de paix avec le Japon, Truman décide d'utiliser la bombe atomique préparée par les savants de Los Alamc$. C'est Hirosllima, pUis Nagasaki. .. Dans un des avions chargés d'obsen'er les conditions météorologiques et de donner le signal du lâcher de la bombe, un pilote, Claude ,Eatherly voit en une set: onde une ville se volatiliser. Cet homme ne s'en remettra jamais. Hallté par une culpabilité monstrueuse Eatherly ne veut ou ne peut se réadapter à la vie civile. Il tente de se suicider à deux reprises, refuse d'accepter sa pensien d'ancien combattant. envoie de J'argent aux survivants d' Hiroshima, oblige ~e$ concitoyens à le considérer comme un coupable en commettant divers délits. L'armée le traite en « invalide psychique » ; il entre volontairement à l'hopital psychiatrique militaire. Il y sera ensuite maintenu contre son gré, tentera cn vain de s'enfuir et sauf erreur il semble qU'i! s'y trouve enCOre détenu. Le livre que publie aujourd'hui les éditions Laffont est le recueil des lettres échangées de jUin 1959 à juiJlet 1961 entre Eatherly et le philosophe. pacifiste et antinazi autrichien Gunther Anders. Il ressort à l'évidence de ces pages qU'Eatherly n'est nullement un malade mental mais un homme ordinaire, de bonne volonté. simplement incapable d'a~sumer cet acte sans exemple qu'est l'assassinat cl'une ville. D'autre part il est clair que l'administration maintient arbitrairement avec toutes les complicités nécessaires, Eatherly en détention pour l'empêcher de militer et avec quel poids moral! en fa.veur de la paix et pour l'interdiction des armes nucléaires. C'est précisément pourquoi ce livre ne saurait neus laisser indifférents. Guy BAUDIN. LU - vu - ENTENDU Juifs, me,s frères « .R EMARQUEZ, je IZe suis pas antis~117ite, ma.is ils n'ont 1amms convertt personne» Préambule inconsciemment hypocrite ! L'abbé Toulat l'a entendu comme moi (1). Et parmi bien d'autres clichés antisémites, son livre réfute aussi celui-là . Il écrit « .-t vant l'ère chrétienne, des Grecs, des Romains, des Egyptiens, des Bel'bères se convertirent en grand 1lombre à la foi niosaïque. y adhéra e/l bloc, au VII I" siècle, le royaume des Khazars, dans le Caucase ... » Et non sans humour, il ajoute: « Par C01ltre les premiers chrétiens, pour /I lle bonne part, venaient de la SyI/ agogue. Si bien que les farouches antisémites ont peut-être plus de sa ng jllif que tel juif qu'ils persécu- 1 el/ I . » Cn prêtre catholique. un h011lme de foi interrompt un e série de l'eportaRes pour s'intern)ger sur la destinée des juiis et mener une enquête sur leur sort. Serait-ce une race comme on le prétend som'ent ? En rai son de tous les mélanRes, il n'y il pas de race pure, répondent les anthropoloRistes. L'étude des Rroupes sa nguin ~ a révélé que les juifs présentent des caractéristiques semblables à celles des populations où ils vivent; leurs t \'pes physiques ~ ont extrêmement var ié : « 011 j'e /lco/llre des l1e::; courbes ct des lè'vres charilu es, mais aussi des /l e::; millces et des lh 'res fines. » Goebbels s'étonna qu'ils eûssent quelquefois de, yeux bleus et des cheveux blonds. 0 11 en voit aussi de toutes les couleurs : hlancs, café au lait, jaunes qui sont des Chinois convertis par des marchands au

\l uyen ARe, noirs de Harlem à NewYork.

Parler de « race juive », c'est un défi à l'histoire et à la science. « ParIons alors d'un peuple », dit-on aussi. Eh non, ce n'en est plus un : depuis l'émancipation, les juifs s'intèRrent parmi les nations où ils yivent. Selon Ben Gourion, est juif celui qui se dit tel. Pour Sartre, est juif celui Que les autres disent tel et qui se sent visé par les re rsécutions antijuives. LES Juifs seraient condamnés à errer SUI' la terre jusqu'à la fin des temps. Partout ils s'enRraisseraient d'usure et de lucre aux dépens de~ nations oui les héberRent. Pourtant la tradition mosaïque est orientée vers la culture du sol et l'EyanRile dépeint un peuple de laboureurs, de pêcheurs et d'artisans. l\Iais de nos jours l'antisémite français prétendra que les Rrands maRasins sont juifs. Le Bon Marché ne l'est pas, ni le Louvre, ni le Printemps. ni la Belle Jardinière, ni le Bazar de l'Hôtel de V ill e, ni même la grande Maison du Blanc Qui le fut et ne l'est plus. Que reste-t-il ?.. « Et les banques? » souffle-t-on à l'abbe Toulat. Oui, Lazard et Rothschi ld mille fois ci-';' 5. l\Iais la Banque de Pal'is et des Pays-Bas, Worms, l'Union Parisienne, et bien d'autres? 1\ ces mercantis, l'anti sémite reprocherait aussi d'être des cerveaux qui prennent toutes I ~s places de concours. On ne prend pas les succès scolaires. « Qui empêche vos fils de conquérir.. . comme le juif la fortune, J'inn uence, la réputation? » demandait F rancisque Sarcey. Et avec son bon sens habituel, l'abbé Toulat sit;nale que mieux vaudrai t s'inquiétel' des différences d'ori~ ine sociale chez les étudiants : pourquoi S % d'ouvriers ou de paysans à " université? Et puis, ces juifs, prétendument infirmes des mains, ont défriché, planté, en" emencé Israël. L'enant s'est fixé dans

011 pays avec son drapeau, ses campagnes

et ses villes. L'écrivain André Chol\1'aqui, originaire d'Algérie. 10nRtemps Fixé en France et Israëlien depuis 1959, parle avec admiration de « ce peuple qui a vaincu la malaria, forcé les rochers à porter des millions d'arbres et les sables à donner des récoltes ... , et qui a créé des communautés laïques où l'argent COlllme moyen de puissance est éliminé. » C'est aussi un des animateurs du Comité Iour l'Entente Religieuse en Israël, destiné au rapprochement entre les religions chrétienne, musulmane et juive. LES juifs seraient aussi un peuple maudlt Et par qui? se demande l'abbé Toulat. Par un Dieu d'amour et de justice oui dans la Bible dit à son \)euple : « Mêll1e si H1Ie '111ère oubliait son enfant, 1110i ie ne t'abandont/ erai Jamais. » Ce même Dieu confirmerait les paroles de queloues badauos, excités par cles meneurs, criant : « Que son sang retombe sur nous et sur nos (1) Abbé Jean TOULAT : « Juifs mes frères » (Editions Guy Victor, Paris). de l'abbé entants. » Peuple maudit par l'Evangile? On y lit pourtant ces mots : « Les grands-prêtres et les pharisiells cherchèrent à l'arrêter, mais ils curellt peur des foules qui Le tenaient pour 11/1 prophèt, e. )) Maudit par Paul de Tarse ? 11 écrit: « En veTtu de l'électioll, les juifs seront ai'més à cause de leurs pères » et il répète après Jésus à la Saill i! ritaine : « Le salut vient des fuifs. » Et quelle est l'attitude de l'ERli se primitive? Aux premiers siècles de notre ère, les juifs se distinRuaient mal des chrétiells. Les obsèques d'Hilaire, évêque d'Arles en 449, retentirent d'hymnes hébraïques. Plus tard, aux XII' et XnI" siècles, des fanatiques accuseront PJ.lR Nicole de BOISANGER-DUTREIL les juifs de crimes rituels. Les papes Innocent IV et Grégoire XI condamneront les calomniateurs : « Il arrive que des parents et d'autres chrétiens cachent les enfants et S' Cil prennent aux fuifs, exigeant d'el$X, à titre de rachat, une certaillc somme d'argent sO/tS le prétexte et/tièrcment faux qllc ces enfants ont été elll.ev és Ilt tnés par les jttifs pour sacrifier ... lelfr coellr et leur sang. » La cupidité serait-elle universelle? Et que pensent de la malédiction divine les personnalités de l'ERlise contemporaine? «S piritueUement, nous sommes des sélllites », déclara Pie XI au cardinal Gerlier. Et dans sa préface à Juifs, Mes Frères, le Primat des Gaules écrit qu'Israël est l'olivier franc sur lequel a été greffé un sauvaReon, Que le judaïsme est la racine du christianisme. Dès 1937, Pie XII fit lire dans toutes les éRlises ces paroles : « Quiconque· prend la race Oit l'Etat pOltr les diviniser renverse l'ordre des choses créées par Dieu. » Parmi de nombreux témoiRnaRes catholiques, il en. est un qui m'a frappé par sa franchise. C'est celui de Joseph Folliet, lecteur en théologie, socioloRue, poète et professeur à la Faculté Catholique de Lyon. Folliet clit à l'abbé Toulat qu'issu d'un milieu où « on n'achetait pas dans un magasin juif, il conserva 10nRtemps un antisémitisme prudent »: mais avant l'hitlérisme, l'étude sociologique des faits lui montra que son attitude était absurde. Il pense aujourd'hui que « quand les synagog'ltes brûlent, les églises ne sont pas loin de flamber. » Citons enfin Jean XXIII; le Souverain Pontife accueillit les déléRUés d'une grande association juive par ces mots « Je suis Joseph, votre frère. » , --I--~-;-""'- \ / 1 ---cr r '-, 1 __ 1-~ • 1 ~ -r-, · ) -Jean TOULAT U N chapit~e .de « Juifs. mes frères » s'mtJtule : « Jllles Isaac che:: Jean XXIll )) . Nous voici amenés à l'accusation dont les juifs ont vraiment à coeur d'être lavés : celle du déIcide. Elle fit couler des flots de sang. Peuple déicide? L'abbé Toulat se demande si c'est bien le JURement de l'Egli se. En sont d'abord exemptes les générations de juifs qui se sont succédé depuis la mort du Christ, partant les juifs contemporains. On n'accuse plus les AnRlais d'avoir brûlé Jeanne d'Arc. f:t puis la Bible est formelle : « L e fils ne portera pas l'iniqlûté du père. » Faut-il incriminer les millions de juifs QUI, au temps_ de Jésus, vivaient hors de Palestine? Et le cinquième d'entre eux qui habitait le pays voulut-il la mort du Christ? L'auteur suit les traces cie Jules I saac et fouille honnêtement le problème. Que dit l'EvanRile : « Uue foule nomb1'euse Le slûvait... Sa 1'enommée se réPandit de tOitS côtés ... Ot/ 'i/ellait L 'e ntendre de toutes parts ... ») Ceci, au temps du ministère de Tésus en Galilée. Ensuite

« Des fOliles 1lOmbrellses le suivirent

de la Galilée , de la D écapole, de Jérttsalem, de Judée, el d'au delà du. J mtrdain. » C'est une simple caste, - celles des grands-prêtres -, alliée aux scribes et aux anciens du Sanhédrin, diriReants juifs servis par Judas, qui porte la responsabilité (le l'arrestation de Jésus. Ensuite il est livré il Pilate. Comme en ERypte, le Rouverneur romain se réservait la peine capitale et n'avait pas g-rand scrupule à condamner un agitateur juif. ENlisant ce line d'un catholique, j'ai plus d'une foi s sonRé à Jules Isaac qui fit, lui aussi, un sort aux préjugés antisémites : même passion de la vérité historique, même poésie presque mystique de la forme, même désir cie multiplier les rencontres judéochrétiennes, même admil'ation pour l'oeuvre du père Démann, animateur du Centre d'Etnde et de Doculllentation htives. Ces trois hommes poursuivent un mêl1le but: éliminer de l'en seiRnement chrétien toute tendance anti juive et montrer la filiation entre le chri stianisme et son ancêtre, le judaïsme. L'abbé Toulat a visité plusieurs syna RORues cie France. Il fut frappé par une cérémonie où un jeune officiant cie 13 ans dit à haute voix parmi les paroles de sa Pl'ière : « Pais-lIloi cOlllfw.endre que toute ta loi n'est qn'alllour. » Et l'ouvrage se termine, lors d'un office catholique, sur ces mots: « La Face qni apparaîtra, resplendissante, à la fin des .temps pour combler l,es élus de la vision salis fin. « La Face de Jésus, Fils de Diell. « La Face de Jésus, Juif. » ~-----

1 1 ~._~ . -j-- 1 , ~---'--"----'----r------:-- ·--T- 1 Notre confrère CI La Terre Retrouvée .. a publié dans un récent numéro, l'article de Natha CAPUTO, paru dans CI Droit et Liberté ", consacré au racisme dans la presse enfantine. Il l'a illustré par ce dessin prouvant que toutes les formes d'antisémitisme se valent. Il I~THÉATRE~I La femme sauvage TEL est le titre qui est maintenant donné au " Cadavre encerclé », de Kateb Vacine, publié dans la revue" Esprit» dès les mois de décembre 1954 et janvier 1955, et qui ne rut représenté qu'une fois en 1960, sous l'égide de " Présence africaine », L'actuelle version, avouons-le, quoique embrassant une époque plus longue et plus significative, n'a pas la sobriété et l'élégance de ce que l'on peut voir en été 1960, dans une sa lle de la rue de Jussieu et qui était excellemment mis en scène par Roger Blin et interprété par sa troupe. Ce qui n'a pas changé, c'est le sens générai de ce récit en deux pièces différentes, mais également symboliques et lyriques

je veux dire la lutte de l'Algérie

contre l'oppression de caractère colonial. Autrefois, les Algériens eurent à supporter la dure occupation ottomane, et la résistance à l'oppression s'ordonne autour des femmes, les éternelles sacrifiées des pays maghrebins. Nedjma, l'épouse de Lakhdar réfugiée, avec toute sa famille, dans un puits, pour échapper aux soldats turcs, refuse de laisser prendre vivant son mari, et ne livre aux bourreaux que le corps décapité de celuici qu'elle tue. . Il faut, semble·t-il, voir dans ce geste, la volonté du peuple algérien, de garder intacte, la tête de l'armée clandestine de libération. Les descendants de ces premiers lutteurs, reprennent le combat, longtemps plus tard, contre l'occupant européen, aussi féroce que le turc. Ce sont des jeunes : Lakhdar, Mustapha, Hassan, militants du Parti ; Nedjma, maîtresse de Lakhdar. Ils rompent avec leurs ainés, qu'a séduits ou tristement corrompus, la civilisation" occidentale» (Tahar, Zohra, la mère de Mustapha, etc ... ). La lutte est âpre. Les populations sont l'objet d'effrayants ratissages, les militants sont atrocement torturés. Mais l'espoir ha bite les coeurs des révolution noires, et vient les rejoindre, la jeune Européenne, Morguerite, la fille de l'officier. C'est dons un langage éminemment poétique, d'une beauté irréprochable, et aux images grandioses ou hallucinantes que les personnages s'expriment. Nous n'y voyons pour notre part, aucurt hermétisme, ainsi qu'on a voulu l'insinuer, On ne s'avise pas de boiller à cette représentation, pour peu qu'on soit sensible à la beauté de certains monologues (point trop démesurés, d'ailleurs) auxquels nous a depuis longtemps habitués la tragédie classique, et il serait regrettable que le lyrisme indispensable à l'expression des sentiments élevés ou sublimes, doive être proscrit du théâtre, sous prétexte qu'il fatigue le spectateur. Il faut noter en passant des prophéties du genre de celles-ci : " Nous connaissons le pouvoir des co· Ions. Un beau jour, ils viendront vous terroriser en France. Déjà, ils vous harcèlent, vous disputent, vous débordent. Ils sont vos mercenaires, jamais assez puissants. Ils se retourneront contre vous, au comble de la servile arrogance ". (Acte Il, scène 2). Remarquons aussi ce dialogue entre Lakhdar et la fille de l'officier, Marguerite, grâce à qui, il a échappé à une mort certaine, alors qu'il gisait dans la rue : - Marguerite : - CI Vous êtes étranger' Non, vous êtes Arabe. Je le vois maintenant en vous regardant de plus près. Vous avez le sang", - Lakhdar : - " Oui, j'ai le sang - Vous et vos compatriotes, on dirait que vous avez un don pour distinguer la race. Jamais je ne pourrais dire à un homme ce que vous dites. Chez nous, on distingue les mules à leurs dents. Mais l'homme se reconnait autrement ". _ Marguerite : - " C'est bizarre ... Les autres, je ne peux pas les voir. Ils sont sales. On dirait des poux. Vous n'êtes pas comme eux. Etendez-vous sur mon lit ". Qu'on en conclue pas que les préoccupations raciales sont au centre de cette pièce! Celle·ci est avant tout une exaltation de la lutte libératrice d'un peuple. Et en tant que telle, elle sous-entend la lutte contre le racisme, forme parachevée de l'oppression coloniale. léonard SAINVilLE_ '2 .------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ SUR L'HISTOIRE DU JE REICH I L Y a, dans le récent traité franco-allemand, deux dispositions au moins pour plaire à l'Université : celle qui prévoit des échanges culturels, ceJle qui institue l'équivalence des diplômes. Car un fait semble peu discutable: l'Allemagne, surtout pour les jeunes, est un vif objet de curiosité. Curiosité, dit-on, réciproque. Chez nous, en tous cas, elle apparaît, non seulement sans haine, mais presque toujours politiquement réfléchie. En ce qui me concerne, je n'ai jamais entendu un moins de vingt-cinq ans nier que, SUl le damier de la coexistence planétaire, la réconciliation franco-allemande soit un coup-maître. Même, chez certains, cette conviction s'accompague de quelqu'agacement envers leurs aînés: au temps des spoutniks, est-il de saison d'exhiber à tout propos l'Argonne ou Verdun? au temps de la Villa Susini, quel titre avons-nous de parler Gestapo ? Renvoyés dos :l dos, poilus et tortionnaires sont priés de dégager l'avenir. Ce simplisme de quelques-uns a, lu moins, un avantage : il prouve qu'on peut mettre au rancard les « haines séculaires ». Adieu, Déroulède. D'où vient cependant le malaise, si fréquemment ressenti, de cette façon cavalière de tourner la page? D'abord, semble-t-il, de ce qu'une l'éconciliation qui se confine dans le bilatéral est un marché de dupes. La paix, c'est l'entente de toutes les jeunesses : ce n'est pas le renversement des alliances · Pas même, pour être plus modeste, le retournement dirigé des sympathies. Par exemple (je reste volontairement dans nos régions), est-il juste, à la fois, d'entonner l'hymne de l'Allemagne en rupture de passé et de fredonner des couplets sur l'Angleterre éternelle? Estee vraiment, pour un esprit probe, la manière d'aborder le sujet? D'un autre côté, l'histoire n'est pas une machine à affirmer : en d'autres termes, s'ils existent, les problèmes Par 1 Jean SCHAPIRA qu'un pays pose alentour ne se dissipent pas à la chaleur des embrassades ou à la solennité des certificats. La méthode est mauvaise pour tous (à commencer pour l'intéressé). Or précisément, à regarder l'Allemagne, surgit une série de questions liées à sa situation particulière dans le monde. DANS le dilemme « guerre ou paix », l'Allemagne. en effet, en ce début de 63, pèse indirecte- Deuxième remarque : pour faire apprécier l'importance de l'enj eu, nous devons la preuve, à ceux Qui avaient moins de dix ans en 45, qu'Auschwitz et le Ghetto de Varsovie ne sont pas des incidents de l'histoire. 11 convient donc de démontrer comment les Allemands en sont arrivés là et sous quelles conditions ils ne risquent plus d'y revenir. Shi rel' l'admet lui-même, sauf les grands spectacles (tels la nuit des longs couteaux ou l'Anschluss), les diplomates et les journalistes n'ont pas su grand chose du Troisième Reich. Pour raconter celuici d'un bout à l'autre il fallait des documents, essentiellement les archives du régime. Shirer y eut accès, de ci, de là : au greffe du Tribunal international de Nuremberg (67 volumes publiés), - aux U.S.A. où', notamment, furent dépouillées à la hâte, en 195.'i seulement (donc dix ans après leur saisie), 485 tonnes de pièces provenant de la Wilhelmstrasse, avant, dit l'auteur, que le g-ouvernement américain, « singulièrement pressé en la circonstance », ne renvoyât l'ensemble en Allemag-ne. Plus, entre autres, le journal gu général Halder, -- SI conférences du Führer trouvées à Berchtesgaden par un officier de la lOI' division U.S. aéroportée, -- des papiers à demicalcinés abandonnés par Martin Bormann · L'énormité, la diversité. le traitement parfois spécial de ces sources expliquent certaines faiblesses de Sh i l'cr. ment assez lourd. Ce qui s'explique par trois raisons. La première, c'est que, d'une part divisée comme la Corée ou le Viet-Nam, d'autre part ayant perdu certains territoires en 1945, elle recèle en permanence le risque d'un essai de réunification ou de reconquête violentes. Mais ce risque est immédiatement extensible puisque les deux Allemagnes sont, chacune, membres de pactes mili·· taires à déclenchements presqu'automatiques et à moyens thermo-nucléaires. La troisième raison est, de ce fait, la plus ~rave : le péril d'une ' guerre mondiale d'origine allemande dépend de la nature des forces politiques au pouvoir. à Bonn et à Pankow. Tel est le p1'Oblème central. Nul ici ou là, ne pourra l'éluder sous éouvert de haute politique ou. simplement, de bon yoisinage industriel ou commercial. la rencontre" historique» à Potsdam d'Hitler ovec le maréchol Hindenburg. Derrière le " führer» ,Goering casqué et Goebbels en haut de forme. (14 mars 1933.) CECI me conduit aux livres de Shirer et de Badia. Ce sont deux livres récents (I96I-1962). Ce sont, je crois, deux livres importants. Pourtant, ils ne se ressemblent pas. L'Américain Shirer (1) est un journaliste

son récit, surtout jusqu'à la

guerre, est celui d'un témoin. Le portrait, le fait individuel significatif, le dialogue (de première, mais plus souvent de seconde main), tels sont ses matériaux d'angle : architecte doué, il les place, d'ailleurs, admirablement. Mais, Car il n'a pu, bien entendu, lire toute cette masse : il a choisi. Or, en ce choix, c'est son tempérament de reporter qui le guide : la recherche des causes, l'explication des déroulements dépassent dès lors rarement l'analyse de l'action ou du fait purement politiques, tels Qu'en ont l'habitude les abonnés de « Life » ou de « Paris-Match ». Conflits d'hommes, chocs de partis, rivalités internationales, -- l'OU\'l'age est bâti sur cette trame. Il s'en dégage. d'ailleurs, une passion de la justice, un sens démocratique qui rendent Shi rel' particulièrement attachant. ~lai~, IJreClsément parce qu'il possède ces mérites~ on regrette que son origine du Ille Reich soit traitée sans auçune épaisseur économique et sociale et que, sur bien des. points (le complot de 44, par exemple), il épouse un peu trop facilement l'opinion officielle des éditoriali stes américains. Badia (2), lui, fait ceune d'historien. Son titre le dit : il s'agit d'une ~; histoire de l'Allemagne contemporaine ». Quant à son dessein, il reSSQl-t des dateslimites choisies. Au départ, I9I7, c'e~t-à dire le déclenchemenl de nouveaux processus par la Révolution d'octobre. :\ l'arrivée, 1962, c'est-à-dire l'année même où le livre paraît, l'auteur marquant ainsi que, disparu le Ille Reich, il faut suivre, dans le contexte mondial, où vont les Allemag-nes ressurgies. En ce sens, même pour ceux qui n'acceptent pas Iles. conclusions, Badia se situe exactement dans la perspective des questions qui nous angoissent. Il est notre interlocuteur naturel. Il l'est d'autant plus, si .i e ne me trompe, qu'il ressent, envers le peuple allemand, une amitié véritable. Cela étant, sa volonté d'éclairer comment Weimar a donné Hitler l'amène à poser ce Qu'on doit bien appeler les. « vrais problèmes » : 1° -- Comment, dans un pays où la classe ouvrière était si puissamment organisée, et en maintes occasions si combattive, le nazisme a-t-il pu vaincre: 2° -- Quels furent les rapports du N.S.D.A.P. avec l'armée, la grande industrie, la droite « classique » ? 3° -- Quel est le sens politique du 30 juin 1934 (massacre de Roehm et des S.A.) ? 4° -- Y eut-il, contre Hitler, une Résistance antifasciste? SO - Qui, après 4.S, est responsable de la scission des deux Etats allemands et quelle est. dans l'un et dans l'autre, la poussée démocratique? Sur tout cela, la synthèse de Badia. serrée, sans éclat inutile, sans concession au « sang à la une » (ce qui, s'agissant cie l'hitlérisme. est rare). constitue, j usqu'à nouvel ordre, un document de base. -- je veux dire : une base de discussion. Car c'est le propre de l'honnêteté que d'ounir le débat. Et ne disions-nous pas, en tête de ces remarques, qu'en France. en 1963, le comportement envers l'Allemagne est sinon une crise de conscience. du moins un sujet de déci,i()ns à peser mûrement. (1) U'illiam L. Shirer : « Le 'Troi, sième Reich. Des origines à la chute ». (Librai rie Stock). I961. (2) Gilbert Badia : « Histoire de l'Allemagne contemporaine », 2 volumes. (Editions Sociales). T)62. D'où il suit que chacun de nous. avant de se jeter sous l'ée-ide des Pouvoirs, dans la coopération allemande, a le droit de soulever deux séries d'interrogations. Souvenirs du 30 • • 1933 En premier lieu, nous voulons savoir : - si. à Bonn ou à Pankow, les dirigeants, ou certains d'entre eux. envisagent une réunification par la force: - si, à Bonn ou à Pankow, il est des gouvemants prêts à remettre en cause, au risque d'une guelTe. les frontières de Potsdam; - si, à Bonn ou à Pankow. l'armée réclame les moyens nucléaires. c'est-àdire la faculté, en cas d'incident. de créer le pire. Au second degré, et pour être à même de répondre aux questions qui précèdent, nous voulons savoir : -- Quelles sont en République fédérale et en République démocratique, les survivances du militarisme et du germanisme vieu_ style; -- quels sont les restes du nazisme, en propagandes légales et en hommes en postes; -- quelles sont, au regard, l'importance numérique et l'influence J·éelle. autre qu'en mots, des forces de la démocratie. Ces deux li stes étant établies au bénéfice . de deux remarques. L'une que le M.RA.P. passe le plus clair de son temps à .soumettre la si tuation française à des analyses du même genre, dans la mesure où elles concernent la paix et la lutte c0ntre le racisme. Qu'on ne saurait donc nous sôupçonner du chauvinisme « de papa ». Qu'un tel soupçon serait d'autant plus déplacé que, pour nous, nazisme à l'allemande et O.A.S. à la française sont deux aspects d'un même phénomène. LE 30 janvier 1933, Hitler prenait le pouvoir en Allemagne. L'écrivain Henri Alexandre, dont l'ouvrage : « Ceux qu'emportent le train » a été mentionné par le Jury du Prix de la Fraternité, en 1960, a bien voulu, pour les lecteurs de « Droit et Liberté ", conter ses propres souvenirs d'une journée terrible, telle qu'il l'a vécue. DEPUIS quelques jours le bruit courait à Berlin que le vieux président Hindenburg, âgé de 86 ans, avait cédé à la double pression de son fils le colonel Hindenburg et de von Papen (futur vice-chancelier) et faisait appel à Hitler comme chanceli er. Moi. j'étais au courant deux jours avant la publication officielle. L'oncle de ma logeuse avait ses entrées dans la famille de von Papen et par cette voie j'étais généralement bien informé. Le matin du :)0 janvier ma logeuse me dit : Méfiez-vous, le mieux serait que vous ne sortiez pas aujourd'hui, il y aura du grabuge. Et avec votre figure ... -- Je ne peux quand même pas rester Janvier toute la journée enfermé. Si Je ne sors pas aujourd'hui, demain ce sera peutêtre pire. Quant ù ma figure, savez-vous -- je ris -- Qu'il y a exactement une semaine à Neuküln, on m'a pris pour Goebbels. -- Et la fête? T'ai mordu mes lèvres. -- Quelle fête? La logeuse m'a regardé perplexe. Elle a haussé les épaules sans un mot de plus. A midi je sortis prendre l'air, j'avais aussi un rendez-vous avec un ami (à Tiergarten), qui d'ailleurs n'est pas venu. Pourquoi? par Henri ALEXANDRE Les rues à Berlin-Charlottenbourg ne présentaient aucun aspect spécial en ce jour mémorable. Les gens emmitouflés -- il faisait froid -- vaquaient à leurs occupations. Savaient-ils? l gnoraientils? Un grand cortège d'hommes marchant en groupes désordonnés, munis de pelles et de pioches -- des hommes mal vêtus et la plupart non rasés -- les chômeurs mobilisés par les services du chômage -- montaient la Berlinerstrasse· D'un coin de rue surgit une troupe de S.A. marchant au pas oe l'oie; ils défilaient en chantant le Horst-W essel Lied. Les voix me paraissaient plus arrogantes encore. Je croisai le regard de l'un de leurs chefs, un regard vitreux sans la moindre expression humaine.

    • *

J E savais que nous yoguion, sur un volcan. La situation était grave, en effet. La grande bourgeoisie militariste de la Ruhr, qui finançait Hitler depuis des années -- craignant une réyolution possible du peuple allemand - préparait un grand coup. Les socialistes - certes contre Hitler -- lancèrent à ce moment le slogan suivant

« Même si Hitler a1ï'ive légalement

au pouvoir, il s'usera trè vite (Abwirtschaffen). » Les communistes mobilisaient leurs. forces, mais à eux seuls, ils ne pouvaient s'opposer aux nazis, efficacement. (La gauche allemande ne réussit pas ,l créer un front uni conh'e les nazis. Hélas, il fut fOlïllé plus tard, timidement, dans les camps de concentration.) Les nazis utilisaient depuis un certai n temps une méthode démagogique· qui leUl' avait donné de bons résultats. lis promettaient n'importe quoi à chaque couche de la société. Aux ouvriers, l'augmentation cie leurs salaires et surtout du travail aux chômeurs. A la bourgeoisie, l'augmentation. (Suite page 5.)

Notes

<references />