Droit et Liberté n°009 - 23 décembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • André Spire adhère au MRAP: "je suis fier de venir combattre avec vous" -page1
    • Après la conférence du 6 Novembre, réponse du secrétariat de l'ONU à l'appel des juifs de France -page1
    • Le souvenir des victimes du nazisme inspire notre combat -page1
    • Staline, défenseur de la paix, grand combattant antiraciste a 70 ans -page1
    • Vichy à Paris: Maurras provoque la République par gaullistes interposés -page1
    • Von Manstein (général nazi) disponible pour une nouvelle guerre? -page1
    • Hors la loi la bombe atomique! -page2
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • Une semaine de lutte pour la paix aux USA -page2
    • Autour de la profanation de Dachau: le rôle du Dr Auerbach, qui prétend parler au nom des juifs d'Allemagne et insulte les déportés français -page3
    • Les juifs en zone soviétique d'Allemagne -page3
    • La vie tourmentée d'Henri Heine par Edmond Vermeil -page3
    • Deux adhésions exemplaires (M Lyon-Caen et André Spire) -page3
    • Ford, le businessman complet: Detroit à Poissy -page4
    • Rubrique jeunes: Confidences sur "Confidences" (presse d'importation américaine -page4
    • Livres: Voici Noël et des livres pour vos enfants -page5
    • Noël en captivité: ce n'était pas un méchant homme le Feldwebel (nouvelle de Pierre Barlatier) -page6
    • Hanouka: il était une fois un roi du nom d'Antochius Epiphane... -page6
    • Pour 5000 nouveaux abonnés à D.L. la campagne s'intensifie -page6


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

.... r') croiI, mt. lm Père Noël? -1'1/ croÎA l'lu~ ·depui& que j'ai vu z.e ~ lfI0tI ~. ·· ----__ w . __ • ___ __ .. • ---- - - -. _____ ... _ . ______ _ • __ _ SUR lES BOULEVARDS En écoutant' .lçes camelots Ide Noël~ ·~. - Je ne suis pas ici, sur la place publique, pour vous vendre un simple produit d'entretien. Ce que je donne, car on ne peut pas appeler ça vendre, c'est uni cadeau, une boîte que vous pourrez offrir pour Noël ou le Jour de l'An. « Mais, me direz-vous, qu'est-ce que ce merveilleux produit ? ». Eh bien! voici comment j'ai pu le rapporter en France. e: Je me promenais alors sur ks bords du Gange ; tout li coup :j'aperçois une jeune fille qui se noie. N'écoutant que mon courage, je me jette à l 'eau et la sauve ! « Sur les berges du fleuve, les gardes du célèbre maharad~ 1a Spiteroum Ananas m'atten- VICHY A PARIS MAURRAS p.rovoque lo,}République " (PAR GAULLISTES INTERPOSES) t:harll!s Maurras, ennemi juré de la. ~publique, père spirituel de Vicliy, traître condamné pour collaboration, a' eu son me.;ting mardi soir en plein Paris. Et le iGUvemement de la. République a laissé taire. Un battage CGnsidérable a été organISé par la « gronde presse », ~amedi-Soir et Carrefour en tète, pour préparer ce meeting q'Ü a pour but d'amorcer une vaste campagne pour la libération de Maurras. Il fallait voir le public qui emplissait la salle des Sociétés savantes : têtes bien con' l'l11~s, trop connues. de l'Action FrançaIse, des groupes de choc fascistes, de la faune de Vichy qui tortura' les résistants, pilla les Juifs - et le reste ... Regards haineux et fleurs d~s pois de la collaboration horizontale. Tout ce beau monde était venu appla- ldlr Daniel Halevy, historien pétalniste, le 0010ne1 Rémy, chef des « groupes de protedion » du

R.P.F., Gabriel Marcel, existentialiste

qui veut sans do.ute se faire pardonner ses origines jui.. 'le!, le maurrassien Boegn:~r, du aroupe « Réalisme ~, Pierre Boutang, raciste émérite, et autres disciples du théoricien de la « divine surprise ». Les « Vive Maurras » se mê- . laJent auX « Vive Pétain If sous l'oeil débonnaire de quelques policiers, fort courtois en la cireonstance. Combien· moins cour' tols et pl:ls nQ!1lbreux, sont les « gardiens de la paix » lorsqu'il • 'agit d'un m'eetlng pour la paix! Il ne faut pas que de tels scandales puissent se l'eprodÜire l Paris. Il ne fa ut pas que Vichy redouble son arrogance et réèlame la libération cre ses chefs que de Gaulle a graciés. Unis, nous saurons Imposer la jUstice et défendra la liberté. daient. Je venais de Btnmef" ltt fille de Sa Majesté! Les quelques cent cinquante personnes qui environnaient le camelot ne purent retenir un « oh. / :) d'admiration. La séance n'était cependant pas terminée, - Je fus conduit au palais de son éminence. - Que voulez-vous pour Votre récompense, me proposat- il - Oh t Rien, Majesté ... Mats comme vous avez de magnifie ques cuivres! ils brillent d'un éclat incomparable. - Vous voulez le secret de ma pâte à brilLer? Le voici ... c: Eh bien, messteurs, mesda· mes, c'est ce produit que je vous vends aujourd'hui au prix modique de vingt francs la grosse boUe et de treize francs la petite. « Vous en 1'renez gros comme un petit pots, vous l 'étalez large comme un parapluie ... il n'y a plUS qu'Il faire britler!_. _ Comme je n'ai nullement besoin d'un produit pour mes poignées de portes ou mes ro· blnets, je n'ai qu'à m'en aller plus loin, écouter d'autres . baratineurs ~_ Pierre DELA TTRE. (Suite page 6) - y a rien. -_ o.C 'est pas éton1_l_4_~_ _, ...-.I.I _' 4_u_ _fr ti-te_$ ._Il: ......". e1ut.ussureB ..~ ... or- Qu'elit-ce qu'on dU cl: ~ Irma? - Ben, tu t'es pM «1entbu:t t.~ .......... - ... -- ---. - ---- --- - - TOUS LES VENDREDIS n1&f.on. N° 9 .(113) 25 fr. ft f 23 -29' Décembre 1949 '(Belgique 5 fra"cs) Après la· conférence du 6 novembre ANDRÉ SPIRE , . ADHERE AU. M •. R. A. P. ~, Je fier de . • SUIS venIr COMME M. Léon Lyon-Caen, fils .de mon vénéré maître à la Faculté de Droit de Paris, je viens vous donner mon adhésion au M.R.A.P. Comme lui j'ai appartènu, bien qu'à un rang plus modeste, à . un grand ,corps judiciaire, et j'y ai essayé avec persé- vérance de dire le Droit, et même le Droit. non écrit. celui des lois éternelles, lorsque le Droit écrit semblait en contradiction avee elles. Mais cette adhésion je v.ous la donne moins en tant que Juif dont le nazisme a détraqué la vie et d(')nt bien des proches ont souffert ou ont été anéantis dans la tourmente de 190W et ses suites, ce n'est pas en tant que Jl,lif qui dePuis tant d'années a eombattu par la parOle et par la plume, par le poing., par le fer même pour la défense et la dignité d'israél. C'est en tant qu'homme, Un homme dont les ancêtres ont baigné de- combattre avec vous " puis près de trois 'siècles dans cette atm9sphère de culture française qui devait aboutir à la déclaration des Droits de l'horrurie et du eitoyen dont l'article 2 proclame, comme droit naturel et imprescriptible de l'homme, la résistance à l'oppression. Qu'est-ce donc que l'antisémitisme, sinon une forme Douvelle d'oppression, non plus de l'oppression par le pol}.voir, mais justement par des puissances privées, ET VOULU Poussières, poussières d'étoiles Qui. flGlttez; dans les intermondes, Et les forces qui se 'veulent et s'appellent;, Et l'ordre et le désordre qui se mêlent'H J'ai VOUlu la justice ! L~s nUages vont; !S'e dêfollt, galopent,· s~koulerit, [ s'écroulent Sur ' les oiseaux et les hommes qui volent, 'Sur les sèves qui montent, sur les germes qui Et SUl' nos corps insatiables... [tombent, 'Et j'ai voulu la paix ! financières, commerciales, indu;tri~Ïl~s. -p;;~~- ;;uver les moyens d'exploitation de la classe ouvrière que leur laisse encore notre droit, elles tâchent de réveiller les vieilles supeJ;'stitions, les instincts de lâcheté et de brutalité des foules afin de forcer le pouvoir à reprendre ses anciennes fonctions que la Révolution avait abolies, et qui étaient d'obliger les pauvres à laisser les riches 's'enrichir sans mesure, d'aider les forts à contraindre les faibles à se laisser mener et malmener. Barrer la route à cette nouvelle forme d'oppressio,n, yoilà le but de toute lutte contre l'antisémitisme. C'est s'opposer à ce que la faiblesse des gouvernements laisse prescrire le droit de résister à l'oppression que la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen a reconnu à tous les Français. Et c'est èn tant 'que fils obstiné de la Révolution française que je suis fier de venir combattre avec vous. André SPI RE, Du Mont Valérien au Père-Lachaise Le souveni• r des victimes du nazisme inspire notre; combat RÉPONSE ,du secrétariat ,-_--JI de l'O. ·.N. U. . ' à l'Appel des Juifs de France Le /1 novembre, ~ur l'iaitiaiive du M .R.A.P., une grande OOnférence de! luils de France se tenait à Paris pour protester contre la rena:s& ance du nazisme et de l'amtsémitifme lin Allemagne OCcid?nt.ale d les pogromes d'Irak. Un appel tut lancé ci l 'O.N.U. - Ci-dessous Z. foo 5imllé de ltt répo77JSe ~ cette semaine par M. lMaurioe Grizpan. secrétaire général du. M.R.A.P. . VON ' MANSTEIN DISPONIBLE pour une nouvel~e guerre? ] L Y avait foule, lundi dernier, à Hambourg, devant le bâtiment où un tribu· nal mllitalr. britannique, après 50 minutes de délibérations, prononça ~ sentence contr. 1. général nazi Erich von Manstein : 18 ans de prie son . DÉFENSE'UR DE LA PAI·X . Dima,nche dernier, nau,8 sommes aIl.és 4U Mont-Va.l.érie~ , (leva.nt la. Butte de. FusiUé •. La foule des Parisiens qui, chaque année, ~t rendre un hommàge solennel à ceux qui ' furent parmi le. p1'smier. à. L'espoir de la Wehrmacht, celui Qu'Hitler cànsidérait comme le meilleur cheval de son écurie -., l'homme de confiance qui dirigea les opérations contre la Pologne ' (en 1939) et contre l'U.R.S.S. (en 1941), l'organisateur des pogromes contre les Juifs d'Ukraine et de Crimée, le sinistre individu qui préSida à l'extermination de 10 millions d'hommes, de femmes et d'en-

Au mOÎt!l de février 1913, LéIl.

ine, alors émigré à Vienne 4erivait à Maxime Gorki : - Nous avons ici un merveilleux Géorgien qui, après avoir r .... semblé tous les documents autrichiens et a.utres a entrepris de composer un grand article pour le « Prosvetchenié ». Il y a donc plus de 36 ans, l'ouvrage parut pour la première fois, 1I0US le titre: La question nationale et la social-démocratie. 1'1 était signé: K. Staline (1). Josepll Staline a maintenant 70 ans. L'ouvrage dont il est fait état ici est toujours UDe arme efficace aux mains de ceux qui lu t tent' pour le droit des nations à disposer d'elles-mêmes, pour mettre un terme à. la politique d'oppression de la. nation. Staline, lui, n'en est pas resté à l'étude théorique. Il 'y a déjà plus de dOuze ans, Romain Rolland s'écriait : - Salut à Staline, le construoteur et à vous toU5, les millions qui bâtissent l'immense unwn prolétarienne de toutes les races, de toutes les nations Ubroe et ~,aleos, dal16 la. fierté 1 grand combattant antiraciste joyeuse du tra.vall de tous, pour tous ! Dès aujourd'hui, malgré les "mbres sanglantes de ces années où s'est engagé dans le reste du monde le combat mortel des peuples contre le fascisme, les peuples se sentent port és par votre exemple et leur confiance en l'U.R.S.S.; ils s 'appuient à votre puissante forteresse qui s'élève au-dessus de l'Europe et de l'Asie. La reconnaissance de l'Europe Au déclin de sa vie, Romain Rolland a pu voir combien de ce tte confiance, Staline et l'Union Soviétique se mont r a ient dignes. En 1945, le gén éral de Gaulle câblait au maréchal Staline : La glorieuse Russie et vousmème avez bien nlérlté la reconnaissance de l'Europe tout entière. A Staline et à l' irrunense pays qu'il avait su entrainer et diriger daue le combat, l'Eu. rope, l'humanité, devaient en effet la destruction de la plu. for- A 70 ANS:! mldable machine de guerre mise au service de l'idéologie la plus destructrice que le monde a it jamais connue. Ce quJ fait la force de l'Armée Rouge, disait Staline dans un ordre du jour, ae 23 février 1942, c'est avant tout qu'elle ne mène pas une guerre de conquête impérlalistll, mais une guerre pour le salut de la patrie, une guerre libératrice et juste- Ce q u.l fai t la force de l'Armée Rouge, c'est qu'eUe ne nourrit pas et ne saurait nourrir la hai ne de race envers 186 autres peuples. y compris le pc'uple allemand, qu'eUe est formée dans l'esprit de l'égalité des droits Ile tous les peuples et de toutes les races, formée dans le respect des droits des autres peuples. La théorie raciale des Allemands et la pratique de la haine des races ont fait de tous les peuples épris de liberté les ennemis de l'Allemagne fascis· te. La théorie de l'égalité des races en U.R.S.S . . et la pratl. que du respect pour les droits d81S autres peuples ont fait que toUlS 1\111 peuples épris de liberté sont devenus lM amIs l'Union Soviétique. de lA est· la toree de rArm~ Route ... Un reliquat du cannibalisme En 1934, dans son rapport au XVII' congrès du parti bo1-chevik, Staline qualifiait la théorie de la race supérieure :) appelée à dominer les c: races inférieures de théorie étrange aUSSi loin de la science que la terre l'est du ciel. Mais n ' ~taitce pas déjà la théorie de Rome dans l 'Antiquité qui fut renversée à grand fracas par tous les barbares : coalisés contre l'ennemi commun ? - Où est la garantie, deman dait alors Staline que les polltlciens littéraires fascistes de Berlin auront plus de chance que les vieux conquérants éprouvés de Rome ? Ne serait-Il pas , Ceorges ROYER. (1) A cette époque, Joseph staline était eonnu dan~ les milieux révolutionnaires russes sous le pseudony ... me de Kora. .(Suite pap J). T tombe?' $0tL8 le. balle. nazie., 's'est vu, avec indignation, re ... --------------------...:....------- fuse,' le droit d'exalter la mb moire des héros. Pas de piquet d'honneur, pas de discourll. Atnsi en a-toil été décidé, qu~ tre ans a:près la Libération. Le silettce profond qui régnait SUT la Butte glorieuse n'en a rendu que plus p0ignante l'émotion. qui n.o u. étreignait Nous pensi ons ci la sinistre Be1canntmach.ung que Stülpnagel apposait en décembre 1941 sur les mura de Paris: Cent J u ifs, communistes, anarchistes, qui ont des rapports certains avec les auteurs des attentats seront fusill,és. Parmi les otages, Gabriel Péri, Lucien Sampaix, Moïse BUTstyn... Naïfs, les nazis qui . comptent sur leur mot d'ordre du « judéo-bolchévisme » pour discréditer les hér03, dénature1' leur sacrifice! De plus en plufl nombreux, llls partisans, les patriotes entreront dans la lutte. Avec bien d'autres choses, ils ont compris, comme l'écrivait Gabriel Péri dans son réquisitoire clandestin contre les nazis que dans ce pays de France, antisémitisme et Révolution sont des termes qui s'excluent. (Suite pace J). ,.... Depuif que j'al des bottes, Je commence 3 croire aU Père Noii. ·fants, von Manstein sauve sa tête. L'atmosphère en Allemagne occidentale Ce scandale en suIt bien d'autres, dans une Allemagne 1lccldentale non-dénazifiée, où les généraux hitlériens 4( conseillent

) aujourd'hui les stratèges

de la troisième guerre mondll\.le. Et si des volx on. élevé une protestation, c'est;. dans la plupart des cas, pour réclamer L'ACQUITTEMENT pur et simple du crimInel de guerre von Manstein. Devant le tribunal de Hambourg, s'étaient massés, lundi, des jeunes voyOUS à veste de cuIr, qui accueillirent par des cris de colère l'annonce du verdict. (( C'est une honte », Il c'est une Insulte au gouver. nement allemand Il, pouvaiton entendre. Un ancien offl-. cler des armées de l'Est commandées pa.r von Manstela déclara à la foule: Il C'est une (Suite pa,e ' 4) -"2 "DROIT 'ET tl'B!RTE Au nom Je la oie HORS LA LOI LA .BOMBE ATOMIQUE! DU 1 ad 22 janvier 1950, se . déroulera. en France, sur l'initiative des Combattants de la. Paix et de la I.J berté, une grande qulnzaiue contre la. bomb~ atomique. Notre slêcle es t .. déjà. au milieu de Sà course ... A travers le monde, \les centaines de mllUons d'homm~ n'entendent pa!! qu'II 601 t marqué par l'effroyable catastrophe qui résulterait \le l'u~Ulsation à. des fins de cuerre d'Une énergie qui peut faire tant de merveilles pour le bien-être et le bonheur de tOIl5. n est bon qne l'annM nouvelle s'ouvre dans notre pa". par une bataille dè salut. Tout est prêt ... Cette fois ça y est .. Le projet d'amnistie aux collabos est au point. M. René 'Mayer y a mil; la derni~ re main. Il sera. soumis à un prOChain Conseil des minlstres. . Et vieodra ensuite en discU&'Iion devant l'Assemblé~ . Du sport en pe1'Spective. - ... Mais pas fait Car enfin il semb:e que ce ne sera pas si facile que ça. L'amnistie a.ux collabClS, on pouvai t en pàrler beaucoup il y a quelques mois. Quelques-uns de ceux qui parti· clpèrent à la Résistance française se seraignt peut- être lai.ssé influencer par le!' appels abusifs à la « clémence ». Et voilà qu'on EU trouve aujour· d'hui beaucoup qui se montrent pl us rétirents. • Qui a-t-il donc de changé? Continuons! A' ce ·a. toujours plus nombreux sont les Français qui dismt non. Toujours plus nombreux sont en conséquence les députés qui ne dlronl pa.; oui. Et l'on murmuoe même qu'au sein du ministère ... Bref il n'y a encore rien de fait. Cè n'est pas le mo;nent de nous laisser distraire. , Appuyons sur la. chanterélle. Une « conscience ll ... gne humanitaire (celle de David Rousset), il convIendrait, ce noU8 semble, de purger la France des derniers vestiges de l'in;ustlce partisa] 1.e de 1945 et de procurer à. des milliers de Français (les collabos) la justice qui leur a etê refusé!! dans la ·fièvre de la libération ... ». ... d'un piège • Vot:à. En faisant campagne contl"l certain pays, en un l\)oment déterminé, M. David Rousset se place dans le même camp que les collaboslt. Avis à ceux qui. de bonne foi. seràient tentés de se laisser prendre au piège. Il savait déjà tout t Fort Intéressante cette conférence de presse de M. DaVId Dublnsky. M. );)avid Dublnsky se dit président de « l'Union Internationale . des travailleurs du vêtement ,]Jour dames ». ,Et vlce-prés!dent de l'A.F.L. - Nous n'avons pas adhéré, at- i! dit, à la F.S .M. parce que nous savion.s à l'avance qu'll était Imposslblè de travailler avec des communistes. Fine mouche. va 1 Un déjeuner d'affaires 1 A part ça, M. DUbinsky a déjeuné avec M. Léon Blum. Il s'est montré enthousiaste devant le projet de M. Léon Blum de remplacer par un nouveau . gr.lOd joumal. Le Populaire qui est présentement le plus petit des quo tidiens de Paris. - J 'ai assuré M. Léon Blum que l'A.F.L. envisagerait quel soutien finanéier elle peut a.pportér aU nouveau journal, a déclaré M. Dubinsky . En précisant que l'A.F.L. et sa. propre union avaient dépensé depuis 1945 ·plus de 3 millions de ~ :t ' ~" dollars pDur subventionner, où que ce soit, tOute action scissionniste dans le monde du travail. De quoi être fier ! Un « militant'ouvrier ») Sur ce, M. Léon Blum s'en' est allé à la conférence du C.O.M. I.S.C.O. prOner la croisade anticommunISte. Tandis que M. Dubinsky prenait l'avion pour Nice où Il avait retenu une Chambre dans l'un. des meilleurs hôtels. M. Dubinsky n'est pas allé à Nice pour les besoins de sa. mIS- sion. n y est allé po ur son plaiSir. Car M. David Dubinsky est un de ces leaders (~ ouvriers » qui « gagnent ) quelque 25.000 do'· la1'S par an (8 à 10 millions de -francs si vous prMérezl. Un autre vice-président de l'A. F.L:. M. Well n'a-t-il pas maintenant une fortune personnelle dé plus de 5 millions de dollars ? Un peu de pudeur! Avant de partir pour -NIce, M. DâYld Dubin~ky était àUé à Montreull- sôus-Bois vi.siter le céntre de l'C.R.T. - J'ai été particulièrement intéressé pal' cette visite, comme Juif. a-t-il dit. Quand j'étà.is eniànt en pologne les Juifs êtaient contra in ts d'être tailleurs ou de devenir commerçants et cela favl!) risait le vieil argument antisémite que lés Juifs sont improductifs. ..' Dommage seulement que M. Dublnsky et les siens depensent des million.s de dolla1'S pour que recommencé l'entreprise der a.ssasslns du ghetto de Vàrsovle. Un autre « humanitaire ») A son retour dl Afriqqe du Sud. M. André- Siegfried (du « Figa. 1'0 ») , écrit: « Le Noir n'a )XI,.; le droit de fal- Te grève, U se rtnd coupable d'u n délit, de telle sorte que la répression colttre lui est imnUdiate et sans pitié ». M. André ,Siegfried va-t-i! s'Ind igner? « Le li'igaro» (qui poSSède un supplément dit « littéraire ~) va-t-ll amorcer une grande campagne contre J'univers .con~ntra.- tiomialre d 'Afnque du Sud ? LIsons la &ui te : « Nous devons étre extrêmement sévères du point de !Jue moral p()ur une pareille attitude, mais il faut envisagsl' ic! des circonstances atttltUanUs incontestabl es ». C'est tout. Méfiance 1 Devan t les femines noires d'Amérlqué$ réunies én congrèS, le pr.~dent Truman avait montré on s'en souvient c0mblen philanthropique ét humanitaire était lion programme « d'aide aux régions arriérées ». C'est ce què confirme le célèbre commentat~ur amêricalri William Yogt daM le SATURDAY EVES- lALln E·' DÉFENSEUR H DE LA PAIX . grond combo Ilona antiraciste A 70 ANS (Suite de la. première page) plus juste de suppoSér le éOntraire? Comme il hait le rilciame. Staline hait l'antisémiti$me. - Forme extrême du chauvinisme racial, disait-il en 1931, l'antisémitisme est le reliquat le plus dangereux du cannibalisme. L'antisémitisme est utile aux classes régnantes comme le paratonnerre pour détourner du . capitalisme la colère et l'Indl; nation des travailleurs. L'Rn tlsémitlstue est dantereux pour les travailleurs ... L'U.R.S.S. n' a. pas be80in de ce parat6nnerre de l'exploitè.t ion de l'homme par l'hommé. La Constitution - 1& Constitution stalinienne proclame : - L'égalité en droits dés cItoyens de l'U.R.S.S. sans disma. inlenlr ce climat de m.éfianc. ét de peur ? Pas de revanche pour Hitler Que le 6!liXànte-dixi~D'je anniver~ ajrè de fi t 11.1 ln e soit pour nous l'occcasion de nous ~uv~n i r . que c'et;t e6sèntiellement à Staline 'lt • l'Union Soviétiqu~ que nOUl!1 c1~vons aujourd'hui la condition d'hommes libri!s. Nons n'oublierons jamais que l'anticrunmunisme fut dès le premier jour un moyen d'action dèS dlctf!,tel1rs, l'instru-' JIl4nt de trav.,11 de la clnq\llèllle colonne et que tout retour à lJn tel état d'è!prlt sl~nlileralt une première revanehé de ~ltter. Ainsi S'exprimait excèllemèl1t M. LéOn l'Ilum en 194:5. Qu'il nous flOit permii! de reprendre la formulé 1 notre compte. C. R. tinction de nationalité et de ra-I----..::----_____ _ ce, dans tous les {lomalnes de la vie économique, publique, oulturelle, sociale et politique est Hommes et femmes, jeunes une loi Imprescriptible. tt vieux, unis par la oon~clenee du danrer et la volctlté d'lJ1lposer la paix, signeront ~es pétitions demandant · au Parlement de se prononcer 'ur la mise hors la. loi de la bOmbll, et aux Nations Unlll.5 d'ordonner la. destruction d~ stooles existants. Ds en apJ)eIleront à toutes lei AsHmlées élUe!! pour agir aupr~ de notre gouvernement afin que, comme le dl$& It le trand P~teur : « La 8clellOe et la paix triomphent de '1'lrnol"anoe et de la guerre ». Or, il est des hommes qui veulent empêcher les honn~tes gens de s'unir contre le fascisme ren& fssant et cOntre la menaee de guerre. Quelques-uns même SP. disent « hOmmes de gauche lI. Ainsi M. David R01.1SSèt. Qui obéit aux « impulsions de sa. conscience ». M. Cheneaux von Leyritz s'accuse lui-même . NING POST en écrivant : « Si ce paragraphe du programme Truman est judicieusement appltflué ctla nOus apportera de gros /JrofUs ». Aussi Will.am Vogt a-l-il de la peine à comprendre que « les promesses d.e.s Etats-Unis soient accueillies avec Ult sentime1!t 4e mi!lance dans de nombreiLses par- Toute restriction directe ou indirecte d6l! droits ou inversement tou t étabUssemént de prlvUèges directs ou ind.lrects pour les clt~yens selon la race et là natl(malité à laquelle ils appartiennent, le même que toute propagande d'exélmllv.e . ou dé haine et de m~prls racial sont punis par la loi (art. 123). Gabriel PÉRI et ses (ompa~nons (Sulte àe ):10 pl'èml~re pale) Pour les militants juifs le& plus VliletLl'êu.li, le 15 décembre 1944 a étt. le $!gnal !J'IUt/! mO, b!lisation dl! mtU§Il, pc\ur Vf1tger le! morU, organiser l'aide aux fdmil!es éprouvées, cônstituer des itroupes de combat. Auj1Ju'l'd'hui, Z'l'ot:emple de Ga~ brie! Péd et dt su compagnons doit ressetrèr l'unioli dt tous les pàttiote~, de tous le. hommes épris dé justice et de liberté, "our la sauveglLrdt d.e là. Pa.ix. DE même que tout hommè En menant campagne dans Je Figaro L!ttéraire. . Journal de droite. ••• Très conséqLHInte DonC M. David Rou.."S€1 fait campagne contre l'U.R.8.S. sous prétexte de soucis humanllair~s. Comme « D.L. ~ l'a signalé au' cours d 'un pr~cédent article, Cheneaux de Lellritz, anCien préfet régional de Pétain, collaborateur notoire et persé- · cuteur de Juifs, a été réinté- · gré clans ses fonct'ions de maî~ tre des requêtes au ' Conseil d·Etat. . _ . En effet, sur les conclus tons du cOlnmi.Ssaire du gouvernement, M . Letourneur, le Conseil d'Etat a annulé l'arrêté du 19 décembre 1944 révoquant Cheneaux de Leyritz 'de ses fonctions au titre de l'épuqul menacera le monde de la bombe atomique \lolt être considéré comme un cr!mlnél de guerre, de même l'emploi de la bombe atorulque Wlolt 'être tenu pour un génocide. pour un véritable assassinat des, peuples. Ce qui fait bien plàisir à ceux qUI voudraient bien pouvoir convaincre les peuples qu'il est Indispensable de détruire ru R.S.S. à l'aide' de la bombe atomiqué. · ratiOn. Un. génocide bien pire, bien pl~ éhlndu que tout ce que nous avons connu sous Hitler, et qui· est déjà. suffisamment atroce : les massacres .en .s.érle,l;ext~rinln-atlon ool1eetl ve, . }cs cllmps de la IMrt. ,- Un génocide dont un généra}' ainérlèaln Ilécrh'alt récemment encore - et avec quelle oynlque complalsancel - les hor.rlbles ravages. Ceux qui ont si cruellement 80ùffert dans leu.: âme et dall& le1lr ch.air du dernier conntt, ceux qui ont réussi i. survivre à. Amohlwltz et à BuChenwald, ceux dont les larmes coulent encore, tous ceux qui ont à coeur de mener aveo le MoR.A.P. le comlta ·t contre 'les borréurs du racisme et de la guerre, seront aux premiers rangs dn grand mouvement contre la flombe atomfque. • Toujours par souci humanitaire. Buts ... PUisque M. David Rousset a fait appel aux anciens déportés, l'Amicale d'Auschwitz a étudié ses « propositions ». ' Elle a flétri Cétte campagne qu'elle considère comme une .provocation dirigée cOntre la paix. Elle • v'oppose avec énergie à. l'exploitation des souffrances comme arme de guerre froide •. « La campagne' d'Il David Rous- 861, s'insère, dit-elle, dans une (lCtfon de propagande générale qui vise a apaiser le ressentiment des Français à l'égard de /'Allemaglte nazie " ... et conséquenees ... 01' s'il faUait une confirmation à ce jugemelt de l'amlcaie d'AuFr chwitz, on :a trouvera.it dams le dernier numéro de l 'Action Françdise camouflée (à pélnel. en A8- pects de la FranCe. Où il est reproduit ce p.assage d'un article de M. Eddy Bauer dàns l'hebdomadaire suisse Curleu. x. « Dans l'intérêt de cette Campa- IJne pour senlalne de lutte ' J" paix aux U.S.tl. Les savants amérlcah1s se sont opposés aux activités du Bureau Fédéral d'Investigation (F.B.L) qui enquêtait sur ' la e loyauté • des étudiants atomiques envers leiouvernement amerleain. ., En conséquence la Commission de l'Eller,le atomique a annoncé qll'elle rédQI~ .. it de moitié son programme de for' matlon 'd'étudiants. Sur ces entrefaites un millier de personnalité, rellgieu.e., universitaires, litwalres, artistiques, parmi lesquelld. l'écrlvàln Thom ... Mann, ont adres~ é au Président Truma.n un messa.,e demandant la mise hors la 101 de l'arme atomique et la eonvocatlon d'une confétence des Qu .. tre Grands dans une atmosphère résolue et so: bre favorable .. u succès de .10. dl.cusslon. . Treia cents délélrués ent participé l. la. cenférence c sur les relatIons entre le. Etats-Uni. et l'U.R.S.S. • orpnllée par l' Amitié a~érlcano-sovlétJque. La. résolution votée à-Ia. fln de. Allemagne le ministre ,!inérlcain Johnson a converse avec les généraux na.is Raider et Guderian e~ .. vee le génér&l fa.clste polonais Anders. L'armée allemande reconstituée .'appeUera 0 f fie 1 e Ile ment • troupe territoriale de séourlté '. Elle 5era plaoée sou. le commandement d'A n der. , ayant pour .. dloJnts Balder et Guderian. Elle sera entrainée au combat de rue!!, car on 8'a.'· tend & des • désllrdres ouvriers • en Allemagne ocoldentale, dûs à . l'aggravation de la situathm économique. . -0- n. ne passeront pu ... Sou. quelque camouflal'.e que ce soit, les peuple. ne veulent pu d'une reconstitution de la Wehrmacht, annoncl •• trlce d'une guerre atomique. Le combat pour la Paix prend des proportions rlgantesquea. Le bUan d'un semaine d'action des partisans de la Ptlx d'Amérique en est la plus clUre ilIustr .. t1on. La raison inVOquée par M. Letourneur est que le décret attaqué serait sans fondement et qu'il ne « résultait d'aucune des piéces du dossier soumis aux commissiOns d'épuratton que le requérant ait eu une at. t:itude personnelle ou se fut rendu 'coupable de fatls relevant de la législatiOn de L'épuration ~. Qu'on nous permette de penser qUe ledit dossier a été sans doute plus soigneusement épuré que son titulaire. Droit et Liberté est en mesure d'apporter au dOSsier Cheneaux de Leyritz quelques com'pléments qui pourront ê'trè utlu,ment soumis au t7:ibunal supérieur de l'Opinion publique, sinon à la haute 1uridiction adminis~ tratiVe. Nommé préfet de la HauteGaronne en juin 1940 par /.es hommes de la trahison, Che- 7z.eaux de LeyriJtz commence à T01J,louse une carrière jalonnée d'exploits honteux. Pour n'en citer que quelquesuns

le combattant F.T,P. MarceZ

Langer est gUillotiné après réquisUo! re de l'avocat général Lespinasse. La 35' brigade F.T.P. riposte le soir méme èn abattant. à. Toulouse, un colonel nazi. Aussitôt, on put lire dans le journal 4: La Garoltltll , du 25 juillet. une déclaration dé Chéneaux von Leyritz : c Un attentat odieux s'et;t produit hier à Toulouse. Un militaire de l'armée allemande a été lâchement frappé dans le dos ... travaux précise que I~ rétablis-,----------------------------, ' p sement de liens amicaux entre l'U.R.S.S. et les Etats-Unis profiterait l'ran'ement à l'économie amérlealne et conda.mne le r~armement de l' Allema~ne qui e.t c un pas de plu. véra une l'uerre antlsovlétlque '. --0--- Quelques précisions li 0 U • viennent d'outre-Rhin sur c .. projet de réatmement de l'AIlemarne occidentale sous J'érlde de. An,lo5-amérlc .. lns. Au cour. de son séjour en TOUS LES VE"IDREDIS DROtT ET LIBERTE contre le racisme et l'antisémiti~ me. pour 1. paix COMITE DE DIRECTION A.ndr. BL U M EL Benrl BULAWKO Maurtc" GRINSPAN Charl"t LEDERMAN Plerre-Rotand LEVY Rédaction ",t IIdmtnistTation: 8, B" Poissonnière. PARIS·9' T~l.: PRO (5-01 et TAI. 81-14 Le ,erint ' : Cn. OVEZM!:K S. N 2:. P. tmp. Pot.sonnl*re Il. bou! Polslonnl6re PARIS (II') L'ACTION DU M. R. A. P. Grand meeting à Marseille Dilllanche 18 décemb re au Cours d'un meeting qui s'est te· nu a 'l « Centr",1 Cinéma », le Cilm du M.R.A.P. a été présenté La projection terminée, no.tl·e ami Serge Krlwkoski. président dépa.rtem ~ ntal. "n louré de M. le Grand Ratjbjn Salzer, de Mme Carasso, mère de trois fils tombés hél'Oï(luement dans les corn· bat.~ de la R~sistance et de la LIbération de Marseille. d~ M. Bronstein de l'O.P.E.S., de M. Jean Gauthier, vice-président des radica ux de gauche dé MarseUle, de M. Coh~n. secrétaire général de l'U .J.R.E.-Marsellle. et de notre a.mi Nat, secré iaire du M.R.A.P. des Bouches-du-~hône , présenta notre camarade Charles Palant, du S'ecrétàrlat national d'l M.R. A.r Très écouté. l'orateur fit la démon~ tra tlon de la nécésslté et de l'etflcacité d ~ la lutte pour la paix inséparablé du combat con· ' tre lé racism~ et l·antisémltlsme. Faisant état du large écho que trouve notre actiôn dans les masses j ulves, et l 'oplnj6n tre.nçalse en général, notrè carnara6e Pa.Jant appela tous les Julls de Ma.rsellle sans dlstlnctlcm a 'lcune à sOutenir le M.R.A.P. et notre Journal. Puis Serge Kriwkoski fit un pressant appel pour la campagne de Droit et Litl!rté. Appel en ,endu comme en témo,gnent les abonnements recueillis sur place. Avant de se séparer, l 'assemblée adopta. à l'unanimité la. résolution suivante : l4!~ Marseillai~ et Mar6elliaiscs ,t({.'tr.-n. réunis le dimanche 18 décembre 1949 au Central-Cinéma, à l'appel du M,R.A.P .. après avoir en· tendu Serge Kriwkoskl, président dépa.rtem@ntat, e Charles p;alant. membne du secrétariat na.tiona.I, Approuvent l'action du M.B..A. P. en faveur du renforcr-ment toujours pl\15 large de la présence des masses juives dans le combat pour la Paix, inséparable ~ tau. te lutte effective contre le ra.cisme et l'an tisémitlsme. S'élhl'nt avec Indignation contre les porromes en Irak. COndamnent la pOlitique de réarmement de l'Allemagne occldenla. le n:lozle, militariste et revancharde. S'furarent à luotter avec force au" côté. des autres organisatlon. s démocratiques contre la pt)Utique Ile pré'pil.ration à 1,.1. ,uerre , t i~s d.u ma n.de ». e Dés que j ai éu conn.&lssànce de l'attentat, Je me suis !ait l'in- \ 1 m pudeur terprète. de l'indignation de la . Popu.latlOn auprès du gén~ral 11 nôus revient que l'Inscription c.hef de l'état-major prinCipal de ma.ritlme à Toulon utilise pour sa . liaison 564 à. Toulouse et du chef correspondànce du papier sUr léde la police de s1Ïreté allemande. quel figure àU verso la formu:e « Malgré la compréhen.sion que montrent les autorités, je ne pourrais pas éviter, si les actes de ce genre demèurent impunis, que soient prises de.s sanctions dont souffriraient l'ensemble des bons citoyens... ~ Le 10 octobre 1943, l'avocat gé~ néral Lespinasse. qui avait obtenu la condamnation à mort du patriote Marcel Langer, est à son tour exécuté par la. RéilistlLnce. Le vychiste « Petit Parisien :. Signale dans sa relation deS faits .'

Dès qu'il a été informé de

ce lâ.che attentat, M. Chéneaux dé Leyritz, préfet régional, s'est rendu 1!.U domicile de M. Lespinasse, . où le corps de celui-ci avait été tra.nsporté. Il a déclaré aux représentants · de' la presse que la. répression gerait . exemplaire '. . Le 26 septembre 1943, la police dt Toulouse avait repéré le maquis de Montaigut, dans l'Ariège. Comme en fait foi un artlclB publié dCLnS « La Petite Olrond~ , du 28 septembre. c'eM Chéneaux de Leyritz en personne qui dirige la bataille sanglante que livrent aux. héroïques résistants les forces de police. e .. .La grotte &valt été cernêe pour empêcher les occupltnts de s'enfuir. ~ Le 'lendemaln, le préfet, les deux Intendants de poUce d, ToulOuse et le commandant de gendarmerie de Foix se rendirent près des lieux Les forcés de police se présentèrent it l'entrée de la S'ratte et essuy~rent de .nouveaux coup dé fusil. . . Elles ripostèrent .dans un but d'intimidation ». A vous de juger 1 Le « Times II s'inquiète Les préparatifs de réa,rmèment de l'Allemagne occidentale in· qulètent vlvément l'Clpinlon mondl& le. Les d.lrigeants de LOndrès sont bien obligés de s'en apercevoir. Ils se 'rendent compte aus.si de plus en pius nettement que les dirigeants de Washington entenden t accentuer leur mainmise sur l'éoonomie anglaise il. la faveur du Plan Marsh&ll et du Pacte atlantique dans lequel le réarmement allemà.nd (pour reprendre une formule du Monde) est contenu comme le germe dans l'oeuf. Le Times est ainsi amené iL écrire: « Indépenda.mmen"t du Paete atlantique. la meilleure défense est dans la prospérité éeonomique ". fi SI l~ guerre avec la Russie était Inévitable, ajouté le Journal ofticieux de Londres, les argun'lenb cn faveur du réarmement de l'Allemagne seraient irrésistibles. Mais la Russie n'e!t pliS, comme l'Allemagne nazie, une nation qui projette délibérémént une guerre d'agression ... C'est en tena'nt compte de et. données qu'ii fa.ut considérer le problème du réarmement allemand. Il est clair que toute tentative de créer une armée aile· mande ou d'Incorporer un ecntin gent allemand dans les forces européennes ne pourrait 1r\lè. re augmenler la s~curlté de J'Europe . JI ,quesWmnalre « en vue de l'a}Jplication de la loi du 2 juin 1941 portallt statu.t des Juifs ». II Y a là une indécence si n'lanifeste que l 'on sè demande s'Il S'agit; plutôt que d'une mesuré d'économie. de l'o~câ.sion !)OUr . certains èmule$ de Darla.n et d'Abrial de m:mlfester det; Eentimellts a.ntlsémltes. Une enquête, S·Y.P. ! Interdit aux Ara~s, 'aux Juifs et aux chiens L'autre dimànche un càïd de la région de Tel'liet-èl-liâàd. (Algêrie) , pénétrant dans un sa16:t\. iie coiffure pOur se fair! raser, s'éntendit refuser le service par le gérant de l'établissement. - Le propriétaire' m'a ordonné de ne recevoir aucun Arabe, m~me fonctionnaire ... Les moeur$ américaines péoétrent Singulièrement vite en Algérie 1 Que peut.1I faire? Petite a.nl'lonce cueillie dans le JOURNAL DE JERUSALEM : « Jeune homme t.Qltnaissant le français, l'allemand, Z'lJ.nglats. l'espagnol. le turc, le rufse, l~ grec et passaole11tè1lt l ' ~/Jre!" cherche emploi comme placier, vencj.eur ou autre... » Nous. on trouve ça tr1!te. d"ng'll' pour le dheloppement d'une de11'l0cratle pacifique et aussi uns d.anger pour la. collaboration. confiante si nécessaire entre les autrès peuples et Il! peuple alltm:lond... )) Ainsi. contre toute évidence. alors que déjà on entend d'InqUlétant$ bruits ' de bottes de l'a utre côté du Rhin où, sous couvert de poIlee industrielle et d'autres !ort'nations, la Wehrmacht l'&/Ssuscite et dés plans sont formés pour la rèconstitutlon d'une Gestapo, tandis que les nazis se font la. main, en attendant miéux, sur des synagogues et des clmetière.$ juifS, tandis qu'on vient il. pèlile d'asslstèr à. cette tentative inouïe d'une réparution du StUrmer, M. Grumbach feint de ne pas prendre a u sérieux la menace qui pèse sur tous les Français. " Per!lOnne ne saurait dire combien )l... Heureusement il y en a des millions pour le dire. Et en dénonçant le danger , 1 ut ter etflcacement pour la paix. Dans l'intérêt de la paix générale StaIlne n'ava.it pas atttndu là fin cie la guerre pour prOéll!.mer que lorganisation paéifique du mOnde devrait dOrénavant reposer eur l'union des . grandes pulssan~M qui ont porté sur leurs épaules le tardeau principal de la guerre et qué ces puissancM devraient contlnuet à. agir dans un esprit d'una.ulmlté et dé concorde. Il lui a faUu cepéndant beaucoup trop tôt constater que les instigateurs dé guerre craignent par-dessus tout une collaboration avec l'U. R.S.S. car une politique {l'acoord avèè l'U·R.S.S. rend sans obj«t la politique àgresslve de tes nle!lsleurs. Ces messieurS, il est vf8.i, veulent maintenant conilidérer les doctrines révol:ttioti.res du communisme comme uné à-gréstsiol'j permar'lènte. A cela Staline répondait: déjà en 1936 dans ses délarations à Roy Hourard : . - La démocratie a.mérlcalné et là système soviétique peuvent coexister palfilblentént èt rlva.lIset... Nous autr~ mli.rxlsteil . nous considérons que ra.' révolution aura également lieu dans les àutr~ pa.ys. Mals elle n'aura ileu que lorsque les révolutionnaires de oes pays trouveront que c'èst possible ou nécessilirè. L'exportation de la révolution est une absurdité. A Hl1.rold Stal!sén, en 1947, à Henry WaIiace en 1948. Staline tépHait que la coexlsténce des deux systèmes Ilt le règlement des \l.ésacoords !ntre les EtatsUnis et l'U.R.S.S' Mnt non seule' ment J)05sibles mals aussi Indispensables dans l'intérêt de la paix généralé. Qui donc alors a intêrêt à. Le sabotage de Potsdam et la psychonalyse Dans la Bataille Socialiste, M: Jean Gulgnebert rappé1le opportunément le~ déc\.;lons de Yè.ltà et dé Potsdam: .. SI ellès avaient été appliquées, elles eussent marqué un acheminement ctrtaln vers la paix. Mals bientôt ce n'est plus de pàix qu'il s'est :Iogl. On reprenait la tradition antlsovlétique ... lt Le tableAu est complêt d'une Allemagne qui, soutenue par l~s Amérlc:lolns, va. prendre la tête de l'Europe continentale. SI M. R. Schuman s'en accommode, on peut dire què quand ils seron t éclairés, l'énorme majorité de nos concitoyens ne seront :ilas d. cet avis. Malgré les ténèbres complaisamment accumulés, la lumière de la vérité se fraye son chem:n. Pour beaucoup d'entre nous, clie est déjà éclatante. Elle le sera bientôt pour tous. Et à ce momelit-là, 1:10 France reconnaitra les siens. )l C'est en ~ifet le moins qu'on 1 _____________________________ ' en puissp. dire. Les réserves du Times, en tOut cas, r~flètent les i nquiétudes du peuple anglais, qui font que MM. Bevin et Attlee né peuvent mener aisément leur poliitque allemande. conforme il. celle de! Etats-Unis. Lés milieux industriels britanniques euxmêmes s'Inquiètent de là renaissance de la concurrence allè- ' mande. M. Grumbach voudrait nous endormir Lourde apparalt la respon.sabllité des dirigea.nts socialistes de droite. comme l'expliqua.it récemment M. Jean-Maurice Hermann Ici m~me. dans ce rétablissement d'une Allemagne milltarISte e·t revancharde. Ne diralt ·on pas qu'Ils véulent à tout prix minimiser le péril, endormir la vtgllance française devant le mauvais coup qui se prép&re? M. Léon Blum s'entend assez bien a ce genre d·exercice. Voici M. Salomon Grumbach Qui .ne cr&int pa.s d'écrire d:l.ns I.e Populalre: « Personne ne saurait dire combien d'a.nnées devront s'écouler hant que le ' rétablissement de formatlona mlUtaire, en Ail" maine puisse être adm.ia uns Pour recev"ir régulièrement « DROIT ET LlBE'RTE i! ABONNEZ-VOUS en nous retournllnl ce bulletin à nolre Ildresse ~ BOULEVARD POiSSONNIERE, PARIS J (1 .6ussign6 demeurant ______________________________________ __ souscris un abonnement d OROIT ET LIBERTE de troÎ3 mois. six mois. un ait (1) tt en verse le mOntant d votre Compté chèque postdl 6070-98 Paris. Tarif d'abonnement ; 1 an, 1.100 francs; 6 mols, 600 ft. j 3 mois. 300 fr. Etranger: 1 an. 1.600 fr. ; 1) mois. 850 fr.; 3 mois, 450 francs. (1) Rayer' le6 mentions inutiles. Une manifestation au Père-Lachaise Les Anciens Déportts Juifs ont organisé, dimanéht, une manifestation au Pére-Lacltàise pour honorer", la mémoire des 48 hèros tom~ë$ dans la lutte contre l'occupant nazi. U~te. foule nombreuse . se pressatt autour du mO'1tument au:t morts â'Àuschwitz qui était abôndamment fU,uri. M. Vilner. président de l'Union des déportés !!LI!S - après avoir fdit l'ap1JeI des héros - a déclar~ .' -- En mêlant leur 8ang à ee~ lui de Gabri~ Péri et de Lucien Sampaix, lis ont à j ani.ais scellé notre alliance indMMtlblé avec toutes les forC'és dé~ mocratiQues du pays JUSQU'à la llbérà.tton dUinitlve de toute oppression . J. Furmanskll st/.gmatisa la. ca:mpagne di3 Driv1l 1eouss~t qui vise Il; faire oUblier les crt~ mes 1l,azls. Aprè.! l'émouvante interventiOn de Mme Ttnnenl!iaÎlm èt cellé de M. potch, M. M!na, au nom tf.u M.R.A.P.; lâ1i:ça un appel Il; l'union de tous p0t+r combattre contre le raGisn\.~, l'ant/.&émttJisme et . pour la. Paix. Il ne 1~n'lDle p:i.'l que la vérité se s!)it id,yè un chèmin j 4Stu'A, M. ArMld Ma.l'ldèl, Qui le livre à de fort fum~~ oonsid.éz:a.tlons d;lns Le l\londè Juif pour donner une « claire définition des J'àppon. entre Juifs et Allemau. ds. de l'éPoque post-hitlérienne )l. • Selon lui, (C 'Ie présent · antlpémltisme allemand n'est - contrauement à ce qui a été prt tèndu - que dans une t~s fa _ ble mesure la survivanee dtreote du nazisme, mals daru une ~èsure bien plui importante la. manifestation déviée d'un sentiment de culpabilité en panle .ubeon .. dent)) ! . FreUd il: la resoousse po~r camoufler les véritableS raisonS d'un A denauer et de ses pr6tee-. teurs? On veut croire qu1 s'aalt d'une plaisanterl • . SI le nazlsm,e renalt aujol,lr. d'hui dans l'AUem&iae de M. Adenauer, c'est ~u'li y est vil lontairen'lent ençoura.;é ptr tClUte une polltillue d'agrèsslon ét de guerre. « La grande pensée des fêtes de Noël» . La.' COnscience du re$ponaabjlités. du peuple allém~nd n', rien ,. vou avec le.$ « dsml-ce!\~ruences » dont parlè M. Al"\lolli Mandel. C'e$t le fait des antifascistes qui vienneltt de fonmer lé Comité allema.nd des l"a1ilsans de la Paix. Dans un manl, teste. publié par Nelle. Deu·t_ sChland, organe du parU socl:loliste unifié de la République démocratique ailemande, ce Comité décl:lore nota.mment, sous la signature des écrivains Johannes Becher et Arnold Zweig : ({ Qui aime la paU; se prononce ouverlement et parlout pour l'i_ mltil' !Vec tous les peuples pour l'amltié avec l'Union Soviétique et les démocraties pOpul.I~8 co!"me avec les peuples am~ri_ cam. angl~ls ét françllls. QuI ailne là paIx combat les excitations contre la frontière Oder_ NeisSe, car ces e"citations ne servtnt qU'à 1& préparation d'une nouvelle guerte. Qui alm~ la .Ix lutte contre les préparatth ~~èrrlers en Allemarne Occidentale Qui aime la paix ne tolère Pl~ que . la jeuneue d'Allémarne oe cidentale soit louée c'omme mer: cènalr~ .. ux eXeitateur. de guer re pour être jetée dans une non: "elle i;'uerr~ coml1le ehalr à. CA_ non. Qui aime la pail!: lutte pour Que FAllemal'ne ne red~vl'nne j~mals II'. ch~mp de batallle dune no.uvelle guerre.,. Ah\sl nous réal!serons la F,lionde J'lllilee des (etes de Noë : l'llx sur 1:10 terre. )) Féllèltona·nous qu 'en ct t t e veillè dè 1Ii0êl, des d6moerate.s a.llen'lanèls C~sent a~x forces da 1& ~Ix c~ ~u cadeau.. , 1 •• l ' t. 1 • i , r 29 janvier 2010 à 10:06 (UTC)I--------------------~----------------~--------------------~------------------- ~Ur·OUR DE LA PROFANATION DE DACHAU • Le L du Dr AUERBA'CH, qui prétend parler DU nom' des Juils d'Allemagne el. insulte les déportés fronçais B RUNNENVERGIFTUNG ... empoisonnement dès puits.CeUe vieille expression allemande dont les anUsémites se sont. ma,inles fois servis dans l'hisLoire. pour fomenter dès pogroms. cetie calomnie barbare que les nazis avaient re~.lse a la mode pou~ massacrer non seulem.ent les Juifs, mais les civils français et tous les résistants, un bomme pohbque responsable Vient, en Allemagne OCCIdentale, de la repreudre pour qualifier l'enauêle de la F.N.D.I.R.P. sur la prolanation des ossements de LeiLenberg-Dachau. . mU'· ncbncr' mer'ku-t" . Cet homme s'appelle Philipp de Dachau avait demandé à 1. * Auerbach_ Il est commil!lsaire municipalité de construire à g~néral pour les victimes de la Leitenberg un monument com- . guerre et la reconstruction en mémoratif. Le ciment alloué à. . ,. ~~'~: I::"'Charles!::S,,"~_::'::~~.Charles':" .. 29 janvier 2010 à 10:06 (UTC)."Charleso!.'.~~ ... ~ :~~ Bavière, conseiller municipal de cet effet servit à l'installation NuOl_I84 --_··_ ....... -Oe:::.:.::I~ ' -.. _·_~.. .- -- ~Jo;'::: Dusseldorf, président des corn... d'un pont communal. Le nommunautés juives de Rhénanie, mé Schwalber, qui fut maire de eecrétaire d'Etat pour les ques- Dachau de 1945 à 1947, occutions juives à Munich. pait tout récemment encore un Depuis · quelques joun! il peut poste de secr.étaire d'Etat dans ajouter sur es carte de visite: le gouver-nement de Bavière. président des victimes du na.- 3. Le Landrat actuel de Dazisme, au nom du gouvernement chau - qui pl86édait la carte de Bavière.. n' 2 du parti national-socialiste Auerbach fait droit à la requête nO 9.126 - 1 - 33 La profl}nation en cause a été ~tablie de façon irrécusable. R~ppelons-en quelque~ éléments essentiels : 1: Le charnier de la colline de Leitenberg, près de Dachau, en Bavière, oontient de très nombreux cadavres de déportés assassinés sur place. Son eXÏl;tence était connue des autorités allemafldes et alliées dès 1945. g., 2 . Ce charnier ne .fut ni aménani respecté. En 1945 le gouvernement militaire américain en 1933 - demanda finalement à l'administration bavaroise de l'urbanisme de rendre le terrain de Leitenberg à l'agricul' ture :0, Le 31 mai 1949, l'administration bavaroise de l'urbanisme adressait à 'Philipp Auerbach une requête nO 9.126 - 1 - 33 tendant à la restitution du terrain, qui Se trouve en bordure d'une voie ferrée. Et peu de temps après, avec l'accord d'Auerbach. l'administration loca.le des chemins de fer allemands autoril'lait la firme industrielle Goetler à exploiter la colline de Leitenberg. Provocation naiilie SUr toute la largeur de la premièl'e page ; le Munchner Merkur, important 10urnal de Munich, ose flUali{ier de « machination communistà cantre l'entente jranco-aUeman.d.e ;, ren' 'oudtemenêe à Dachàu par !M. Charle, Serra, M_ l'abbé Ploton, M. Mottet et leurs compagnons. On sait ce qui s'ensuivit: les squelettes exhumés, arrachés par les excavatrices et les pelleteuses ... Et, pour toute indication, devant cette entreprise d'escamota-' ge des crimes nazis, une planchette au bout d'un morceau de bois, comme un terrible rappel des enceintes maudites : Achtung ! Zeuchengefarh ! Zuttrltt 1'erboten ! Attention 1 Danger d'épidémie 1 Défense d'approcher! Mensonges et calomnies De tous les coupables et complices de ce scandale, le Dr Auerbach est sans doute, le plu. cyniq ue et le plus tartufe. Durant le séjour de la commission' de la F.N.D.I.R.P. en Allemagne et dans les semaines qui suivirent, Auerbach a utilisé tous les moyens dont Il disposait : communiqués à la presse, intervention à la Diète bavaroise, allocutron à la radio. Son rôle eonsistait à jeter le discrédit mr les déportés français de Dachau at leurs camarades antifascistes allemands, à falsifier, par le mensonge et la provocation, une mission commandée par le simple respect qui est dû à la mémoire des morts, à renverser les questions et à étouffer les responsabilités pour Muvrlr le. autorités allemandes et américaines. les victimes de guerre et pour 1 .. reconstruction. . Au cours du grand débat qui l 'est institué la semaine dernière à l'Assemblée nationale sur • les événements de Dachau "M. Charles Serre et M. Marcel Rosenblatt ont évoqué le personnage, se. fonctions, ses antécédents ; - D'après le .!.atut d'oeeupatlon, a déclaré M. Serre à l'adresse de M. Robert Schuman, nous a vons un droit de regard sur tous oeo Allemand. nommés à de. postes 'administratifs, et je v/ms demande lorsqn'Il s'agit de fonctions de eette nature, de lalre un peu attention au passé de. homme! à qui eUes lont eontlée8. Auerbach a l'habitude de dira: - Je sui. un 'ancien déport'Nous verrons de quelle sorte. Jusqu'au mois de septembre, a prétendu ce monsieur, on ignorait tout ! C'est lui qui aurait fait la découverte ! D'ailleurs, il n'y a pas eu de [osses profanées Il y a eu avecf rarrivée de la commis~ sion, URe machination communis~ te, torpiller l'entente franco-allemande ! Dans le même temps, le journal néo-nazi Mühchner Mer. kur traitait d'hôtes Indé,lr .. ble'!. M. Charles Serre, M. Marcel Rosenblatt et leurs compagnons ! . Le Docteur Auerbaeh ne .'en lait pal. LES JUIFS . , . ..# • en zone sovietique Schwalber lui-même a dû reconnaître dans la Suddeutsehe Zeltung du 4 décembre qu'il connaissait, ainsi que les Américains. l'existence du charnier dès 1946. Alors même que. suite à l'enquête de la F.N.D.l.R.P., le gou. vernement de Bavière .'était vu obligé de prendre des sanctions contre l'ancien maire de Dachau Auerbach a continué à nier_ ' ques avec le gouvernement der---------------------Bonn par le fait que la plupart deR dirigeants de Tel-Aviv sont des O.tjuden, des Juifs de l'Est... Lorsqu'on salt que ce terme, dans la bouche de Goebbels, avait un sens encore plus injurieux que celui de c Youpin " on comprend les sentlme!lts qui animent Monsieur le commissaire général pour Emporté par son imposture il l--------------LA REVUE « IMMIGRATION» La revue • Immigration Ob, porte- parole du .Comité Françai& pour la Défense des Immigrés, s'est récemment transformé en j.ournal bi-mensuel, et nous avons déjà pu appréCier le premier numéro paru sous cette nouvelle D'ALLEMAGNE n'a même pas eraint de se p~ser formule. en perspnnalité parlant au nom de tous les Juifs d'Allemagne .. IMMIGRATION relate la vie Nous publions ci-dessous de Z;rfies ntraiu a'un article de M. Mjr~ d Joachim FISCHER, paru dans le numéro dit J~wish Ohronicle, fournal conservateur bntannique. Juif antisé.7nite L'abondance des matières sociale et culturelle et le travall des immigrés en France, fait Pour la restitution nous oblige à reporter à cOlmaltre la participation de.!! Im- 1 ' . nùgrés aux lutte.!! pour la libéra· La première Loi de Restitu- La vérité est que le Dr Auer- a semaine prochaine 1. tion de la France, donne des 10- tion fut promulguée en Thu- bach joue sur sa. qualité de Juif suiite des formations juridiques indispen- . 1 14 t b 1945 T' pou.r mieux faire sa be!lOgne - sables aux immigrés. rmge e sep em re . res antIsémitisme compri's - de servi- IMMIGRATION combe.t la xégénéreuse, cette loi accordait teur des nazis et des réactionnai- SOUVENIRS INEDITS nophobie, l'antisémitisme et le rapleine compensation à t 0 u s res. Protestant de sa fidélité au cisme. ceux qui souffrirent de pertes président • Heuss, des pleins, 'IMMIGRATION défend les inet dommages depu. is le 30 jan- rpeofuuvso idrsu àg oHuivtelernr,e mile netx pilsirqauéel ielne d'EMILE BURE' térèts communs et 1nséparables vier 1933 sous pretexte de dis- d'établir des relations diplomati- du peuple français et des immi- ,. DEUX ADHESIONS EXEM~ PlAIRES par PIERRE- ROLAND LÉVY UN des plus hauts magistrats de l'ordre j udielaire. M.. Lyon-Caen, Pésldetl!l .. la Chambre Civile de la Cour de Cassation, vient de donner 1I01ennellement lIOn ad1té. . sion au M.R.A.P. Il dit pourquoi : . 'Fappé dans ses affections les plus chèreS; un fils mort en. déportation, deux autr~ tombés glorieuse-ment dans la lutte armée contre l'occupant nazi, le président LyonCaen sait, d'expéJ:ience cruelle, que la barbarie nazie ne taisait entre Juifs immigrés et Français israélites d'àutre distinction que d'ordre chronologique, pour, en la divi8llnt, mieux affaiblir leur résistance. Mais aussi « soldat du droit ~, juriste éminent dont la mission est d'assurer le respect et la défense de la légalité, il prochune en fait, par son adhésion au M.R.A. P. que toute atteinte aux principes du Droit, à ses normes juridiques commUnes aux peuples civilisés, qui ont trouvé une expression notamment dans la Charte des Nations Unies, est une des voies de la préparation idéologique à la guerre. La guerre qui, elle-même, serait la ' négation suprême du Droit, consacrerait le triomphe de l'illégalité et par là. déclencherait un, nouveau déferlement du raci'sme. EN même temps qlle le Président Lyon~Caen, M. André Spire, krivain et poète, qui ne cessa au cours de plus' d'un demisiècle de lutter pour. la justice, pour . la défense de la digniU humaine, se range, lui au.si. dana la- phalange des tombattants du M.R.A. P. Le lecteur trouvera, .d 'autrll part, son mllssage et le poème dont il a bien voulu nous réserver la primeur. Cette double acJhésion à notre Mouvement aura pour chacun une valeur exemplaire. PaT delà les di,slindions périmées de la c gauche , el de la « droite " des hommes et des femmes de-toutes les familles spirituelles prennent conscience de ce fait désormais évident que le racisme et l'antisémitisnle sont des moyens qu'emploient les fauteurs de guerr~ pour créer le climat propice à la réalisation de leurs criminels desse1n, s. Tous- eellx qui senteilt qu'une nouvelle guerre ma.r-querait la fin de notre pays et de toute eivilisation démo' aatique ont leur place dans .notre Mouvement: partout dans le Jnpnde, des centaines de millions d'hommes et de femmes aspil'ent à la paix; ils peuvent encore l'a~SUl'er contre les faute~n de guerre, à la seule condition de s'unir et d'agir. .. HITLER EST MORT, MAIS ... MISE AU POINT A l'occasion du vote de l'O.N.U .• ur la question de Jérusalem, un article est paru dans le ~mler numéro de « Droit et Liberté ". ' Cet arUcl.. n'exPrI_ qua l'opinion de IIOD auteur. Sur eette question, des appréciatIon diver.~ ont iUi ex.,.-lmées 1 Il n'len pouvait être autrement cJa.n. un mouvement .a.ul!Si large que le M.R.A.P rllftemblant detl el) urants idéolo&iquea aus.sI d181emblAble.. Mai. CIe_ courant. con,. 1'et'gent Ter. un icléal commun 1 la lutte Mnt .. l'antls&. DÙtisme, le racil\lDe et pour la Paix. Nous !iOmmea con.. aincus de la nécessité d'une profonde et, Nncère union, en dehors de toute équivoque, pour me""r cet ~ lutte jUlSqu'fI, la victoire que MIlS voulons ula.nlmement. C'est pourquoi le M.R.A.P. est décidé à écarter 19ute vaine polémique, q\Ù, en le divisant, rlsquer.alt d'en affaiblir J'élan. Un!, parfum~le de Stuttgart expose en vitrine une vieille brosse il. dents a.veo cette légende l ' ~ .J'étais la brosse ' à dents d'Hitler,. . En librairie nOM trouvons

Paula IDt'ler 1 Mon frère Adolf ,. Comment Hitler était réellement. , c La jeuJleI! 6e d'Hitler •• Au-deJ!llllo1Ml de ces titres on peut lire 1

La Boeur d'Hitler a des remo~

qs .d'avoir écrit si rar~ Ill€nt à 80n frère ... , . Paula raconte qu'elle a reçu deux foill des cadeaux de 80n trbre._ ., Elle dit 1 c Adolf adorai t les enfants •• Egalement .. Hbra.lrie 1 W. Seheldt 1 « Conversations avec Hitler •. « La légende de rhomme qui mordait le8' tapis •. Le coup de rage d'Hitler qui eut les plu8 gra.. Ve6 conséquenooe . Que sont devenues les armes secrètes d'Hitler ? En voulez-vous enoore T ... ][urt Riess i 'c L'enigme d'Ilse Koch, la prisonnière mystérieu8e . Himmler, le magicien noir ,. , Et ainsi de suite . ..; WASHINGTON • Les autorité. lDIlltalres r~eonnalosent que les lilms montrant la persécution de! Juifs par les nuis sont interdits aux soldats américaiN q"l partent en occupation en Allemagne. Des band.. telles que • Atrocité. dan. les ea.mps ~ et " Usina; de la mort . .. peuvent en effet engen.drer

la malveillance (.le).

ATLANTA • L. Grand Dri,oJl du Ku-KuxKlan demal\de ..... lt\'Uven.ement d'eXeMpter de 1lM1t 1mp6t les membres de laD organiat1Oft

pour letJ réeompaDMl' de leur

travail chultable et humanlta. ire ". LONDRES • Vient de P~. Ulle n.oavelle 641tl'8 d .. ~ • Grande Eneyclo~ l.. brita!u\1/1ue. • pa_ y IOnt eonsaer6ea au mM • atome .. lm.. ...~ ft mot • amour . (10 palrM ~ 1768). WELS • Le monumeht· élevé à Web (Autriche) à 1;0 mémoire des victimes df!S camps nazis Vitnt d'être recouvert de croix gam .. Mées et d'insignes SS. Une délégatloll d'anciens déportés dem~~ de au maire : Qui tien ... drez·vous llOur responsable ? :)R. é ponse: 'cI L~ .Juifs, je pense .• , ,. . ~

-',

• Paul Robes(!D et vingt-six PEt:Sonnalit4s américaines intentent 'contre l'Amerlcan Le&,lon un l'rocès en deux millions de dommages et Intérêt. pour l'agression raciste l ,laQ1MUe rAmer! can LeglOJl .. est l1vrM à Peeksklli en septembre dernier. BOMBAY • Deux rouleaux ./le 1& lAI m',.."'f..,..---'" saïque ont été reml. aux habitant de B'Nei Israèl, 111\ village de • Juifs Dotn!' ~ o!tué l 30 lem: de Bombay. La poPulatlGtl. hùIdoue et musuhnana dOl environs assistait !l. cette curieuse cérémonie. LISBONNE • Saiazar détient une importante quantité d'or :!m ' lliUé par le. nazis pendant la guerr.. Selon , Une estimation anglaise .. u.. aeral~ de l'ordre de 43 to~n,,". Une paille ! BONN crimination raciale, politique gréa, et lutte pour la pa!~ ou religieuse. --------------------------------------______________________________________________ ~ _____________ ~------__________________________________________ --, 'Au cours d'un récent voyage dans la zone soviétique d'Allemagne, où, grâce au concou~s de l'Union des Communautes Juives locales, je jouissais d'une entière liberté de mouvement, je fus à même d'étudier sur pl1jcce la situatLon ~e~ JUIfs dans les sphères controlees, par les Soviétiques. Organisme r,eprésentatif lA, VIE TOIJRMENTÉE D'HENRI HEINE • L. haut commandeMent alI1~ rlc~n annonce que les torces américaines pourront hisser le drapeau de l'Allemagne d'Adena~ er aux côtés des drapeaux aIllés c dans les occasions convenables _. Occasion convenable

une parad", mlli!alre en

présence dû général O. Bradley. ISTAMBUL Les co~munautés et reprélentants autorisés juifS de cette !:one sont assurés, j'ai pu le eonstater, de l'appui d~s forces, d'occupation. Partout ou les autorités allemandes n'accordent pas une attention suffisante aùx requêtes des Juifs, par exemple dans l'Etat, réactionnaire par tradition, de Mecklenburg- Schwerin, il n'est pas difficile de leur faire entendre raison par une pression venue d'en haut. Tou(es les communautés Juives appartiennent au Landesverband (Union des Communautés JUives), dont le ~ège se trouve à Berlin. Le président de l'Union, JuHus Meyer, présente avec succès aux autorires allemandes les cas des Juifs, même les plus épineux· Le Dr. Fritz Grunsfeld" mem· bre du Cônseil de la Communauté de Leipzig et ancien interné de Terezi est vice-président de l'Union. par Edmond VERMEIL~ professeur à la Sorbonne • Dans la vUl. d._ Van (Turq.tle orientale) fi existerait, selon Ull hebdomadaire d'Istambui une communauté juive datant' de la périOde antérieure • la destruction du Temple. 25 familles, parlant l'araméen et "" servant de l'alphabet hébreu, y obseryeraient toutes les pntiques juives tr adi tionne lIes. A Leipzig, Chemnitz et Ertürt, pour ne m,entionner que ces trois villes, J observe les relations personnelles excellentes existant entre les officiers d'occupation et les dirigeants juifs, Tandis qu'en 1945 les activités sionistes étaient interdites, .le sionisme est aujourd'hui autorisé à se' développer librement, et l'émigration ne rencontre aucun obstacle ... Le contact entre Juifs et Allemands est plus réel dans la zone soviétique que dans les zones de l'ouest. La ~aison en est que presque tous les postes importants en Allemagne orientale 80nt occupés par d'anciens internés des camps de concentration et les souffrances communes 'sont les fondations d'une entente profonde. ............ Dans les régions contrôlées par les autorités soviétiques, les victimes du faSCIsme dOIvent ê t r e respectées comme telles. Contrairement à ce qui se passe à Berlin et dans l'Allemagne de l'ouest, je. ne. rencontrai pas un seul JUlf .vlvant dans un quartier de taudIS, non plus qu'un seul à qui. n'aient pas été restitués ses bIens ... ,.. .. " .. . , .. ... .... . L'interdiction d 'employer certains nazis dans la Justice contribue au sentiment de sécur ité qui règne parmi les Juifs. Les poursuites ' contre les responsab{ es de crimes contre l'humaOIté ont été menées avec la plus grande sévérité. A Leipzig. j'al visité la « K 5 » (Cinquième Commission), qui traite des cas politiq ues au nom des autorités d'occupation, je ' pus questionner un certain nombre de gens eonv;tincus de' meurtre massit de Juifs et de Polonais. Les Julfs sont diméminés dans (oute la zone. A Mecklenbourg, qui complait avant la guerre 800 Juifs. il n'en reste que 200. Il Y existe une société culturelle dirig~ par le Dl'. Unikower, président de la Cour Suptême· A Sehwerin, il y a 26 Juifs, et une synagogue. Toutes le.; maisons et les magasins appartenant primi' tivement à des Juirs EQnt mis aujourd'hui à la disposition des survivants, et ce sont eux qui les administrent... • 'L~ • cCharles 29 janvier 2010 à 10:06 (UTC)n~~t~ • d:ËrfU'rt: 'fo~: dée il y a 800 an~, est, avec 160 membres, la P:us grande de la Thuringe. Il y a qu-elques vieillards, et un trés faible pourcen· tage de Jeunes. Non sans raison. la communa,uté des Juifs d'Erfürt eH considérée comme une des meilleures d'Allemagne. Ses activités religieusl's, culturelles et sociales sont bien organisées, et la communauté ne rencontre aucune difficulté dans ses rap ports avec le. autorités all emandes· Un exemple récent': l' administration de la ville a fow'ni 40.000 marks pour la r esta uration du cimetière juif. La synagogue de Leipzig est ouverte .' . La com 'llunau té de Leipzig, au t refo is célèbre pour sa belle industrie de fourrures, compte au· jow'd'h ui 370 m~ mbre s - à comparer avec t1.000 en 1933. La synagogue, dont les nazis se servaient comme entrepôts, est à nouveau lllihsé) à des fins r eligie use.;. Les anciennee entreprises juives sont de nouv eau gérées pa.r des Juifs Le president de la co:nmunauté, Richard Frank, originaire de Halle, vIent de recons· tr uir e, à l'àge de 80 ans, sa fabrique détrui te par les bombardements. La communauté de Dresde., composée, de 195 membres, bénéficia de l'appui du premier ministre, M. !:ieydewitz, qui est marié à une Juive. . , A~C' i'a'ppÙJ' d~' la:d~inislration de la ville, la communauté a restauré le cimetière. US trésors de la synagogue, enterrés pa.r les S.S., ont été récupérés. D rJRE Il été la .destinée de H~nri Heine. Né à Dusseldorf, 1.1 ~ a cent cmquante ans, Il y a passé son enfance. Il , etaIt ~onc rhénan d'.origine. Mais physiquement faible, d une ~anle chan~el!!nle, .Il sera de bonne heure atteint par u~e i1e~rose m~lt.gne. gm eng~ndrera plus lard migraines, ,;evralçles, bystene. vlnle et depression psycbique, jusqu'au Jour ou ~l1e maladIe de la moëlle épinière lui imposera les plus lepI'lbles souffrances et mettra un terme à son existence. Un esprit complexe Or, dès son adolescence il s 'est trouvé nanti d'un esprit prodigieusement complexe, où la plus vibrante sensibilité luttait avec la raison la plus affinée qui se pût concevoir. Ses dons . littéraires l'égalaient aux plus grands parmi les poètes et les écrivains de sa nation. C'est en vain que ses parents et sa famille voulaient l'orienter vers l'administration, ou vers le négoce, puis vers les études juridiques' et la carrière d'avocat. Il a obstinément résisté à ces invites. Il est resté fidèle à sa grande mission. Sa jeunesse tourmentée s'est partagée, de 1817 à 1831, entre Bonn, Goettingue, Berlin, Hambourg, Norderney et l'Angleterre, puis Francfort, Heidelberg, Munich et l'Italie. Il n'a pas seulement chanté, en vers admirables où se mêlent à tout in stan t l'émotion et l'ironie, la passion et le sceptiCisme, sa douleur d'amour et ses premières espérances sociales. Mais il a encore dit, par le moyen d'une prose absolument inimitable, qui est une sorte de miracle unique dar.s l'histoire de la langue et de la littérature allemandes, ce que furent, en terre germanique et sur le continent, les len~emalns du Congrès de Vienne. Or, tant de virulentes et caust iques attaques portées à la réaction, tant d'enthousiasme avoué pour la Révolution fran" çaise de 1789 ou pour celle de juillet 1830 devaient fatalement avoir l'exil pour conséquence. L'air de Paris Il arrive donc à Paril, en mai 18,31, sans penser l~ moin. du monde qu'il y demeurerait le reste de ses jours, c'est-à-dire pendant vingt-cinq années. Il s'y épanouit d'aise -et s'y grise de liberté, lui qui vient d 'une région ' où, de p u i s 1815, la Prusse établit ses lourdes positions. Il a décrit cette première, cette toute fraîche jubilation en des pages inoubliables. Rien ne l'enchante comme la politesse et la gentillesse des Parisiens. Rien, dans la capitale, ne lui paraît étranger : ni les moeurs populaires ni les salons mondains, ni la poli tique ni les problèmes sociaux de l'époque. On dirait que, rompant les ponts derrière lui et franchissant le Rubicon, il se donne sans réserve à la France. Le Saint-Simonisme, alors à son apogée, le conquiert tout entier, et d'un selli coup. Mais il devient bientôt une sorte de secte dont Heine, qui se propose uniquement de substituer au christianisme traditionnel une nouvelle religion humanitaire, 5le tardera pas à se séparer, Républicain ... Au cours de cette prerruere décade parisienne, et a 1 0 r 1 même qu'i! soumet la politique française à de vives critiques, Heme prend nettement parti pou r le républioanisme du temps contre le régime de Juillet, contre l'aristocratie légitimiste, les bonapartistes et la bourgeoisie ploutocrate. Sa position, dans ces années-là, est d'une parfaite clarté. Mais, dans la deuxième décade, il est de plus en plus hanté par l'idée et par la constatation de l'irrémédiable décadence bourgeoise, par l'avènement, qu'il considère comme de plu. en plu. probable, d'une révolution prolétarienne. Il la croit fatale,' parce que fondée dans les faits et dans les circonstances du moment. C'est pourquoI li souhaite la stabilisation politique à la France. Il en reporte l'espoir sur LouisPhilippe et ses miriistres, et cela vers 1848. Tel est le processus qu'il a décrit avec tant de verve et de clarté dans ces Franzosische Zustande, dans lesquels il est permis de voir urt des joyaux de' la littérature POlitique européenne au XIX' siècle. L'Allemagne et le dieu "fhor OubI.1e-t-il l'Allemagne, sa patrIe d'origine? Pas le moins du monde. Au travers des jUgements admiratifs ou critiques qu'il porte sur la France se de· vine, avec une précision qui croit avec les années, la lancinante nostalgie qui le travaille et le tourne vers les pays d'outre- Rhin. Heine est alors en relation avec toute l'émigration allemande. Il s'efforce, d'autre part, à faire comprendre l'Allemagne aux Français. Il ne leur cache pas le danger, témoin la page fameuse où, dan s son Essai sur la religion et La ph.ilosophie en AHemagne, il montre aux Français que le jour où l'Allemagne, brandissant à nouveau le marteau du dieu Thor, brisera, avec le christianisme, les nations de la périphérie européenne, groupées en cercle autour d'elle, y ' contempleront de terribles spectacles. Mais il apporte aussi à la France le suggestif message de l'esprit allemand. Il les initie, ces Français quelque peu ignorants ou insouciants, à l'évolution des idées dans sa patrie d 'origine. Il leur révèle les aspects les plus originaux du romantisme allemand, leur ouvre des perspectives sur la jeune Allemagne, sur le réalisme qui va succéder au romantisme tout en s'inspirant de sa ferveur. Il attaque avec une véhémence croissante, soit les gouvernements monarchiqu8 d'outre-Rhin, en 'particulier celu! de la Prusse, soit les radicaux- républicains tel que Bôrne, jusqu'au jour où, après a'foir fréquenté les premiers coryphées du socialisme allemand, 1 e s Marx, les Engels et les Lassalle, il rompt bruyamment avec eux, Triste épilogue Et, comme il n'épargne guère ses coups au républicanisme français après ravoir adoré, comme Il éprouve une sorte d 'horreur anticipée • l'égard de la révolution sociale et du eommunlsme naissant. n évite les positions extr~mes pour s'installer f inalement dans une sorte de démocratisme à l'allemande, mêlé' de monarchisme impénitent et de tendances constitutionnelles très modérées. Ce sel'a, -après 1848, le triste épilogue : la triste maladie, la conversion, les jugements pessimistes sur les conséquences de la Révolution de février , sur le rétablissement de l'Empire en France, sur l'échec définitif du mouvement révolutionnaire en Allemagne, où la Prusse capte le parlementarisme à son profit pour tuer plus sûrement celui de Francfort, enfin le testament religieux, si empreint de mélancolie et de désespérance, t 0 u cha n t l'avenir de l'homme sur terre. J'aime ce mot de Henri Lichtenberger disant, dans !lOn 'tude sur Henri Heinf! penseur, que Heine a su dire avec esprit ou émotion ce que beaucoup de gens pensaient ou pensent tout bas. Aujourd'hui encore, ajoute Henri Lichtenberger, nous pouvons le comprendre et. le goûter comme un contemporain. C'est le mot exact, et qui mesure bien la légitimité du rappel d'un pareil souvenir. D'un certain mépris du peuple Bien avant Nietzsche, Henri Heine a vu que la tragédie européenne résidait dans l'opposition flagrante entre l'élite et la multitude, entre la lassitude décadente de la première et l'énergie élémentaire de la seconde. Sur l'aristocratie, la ploutocratie et la réaction monarchique, Heine a dit tout ce qu'il avait à dire. Mais, devant les revendications des classes moyennes et du prolétariat, il a pris peur pour la personne humaine- comme pour l'art f!t la culture. S'il connaît la misère des masses, il a horreur de ce qui se fait uniquement par la multitude et pour elle, Il n'aime le peuple qu'à distance, L'attouchement direct répugne à cet aristocrate de la pensée et de l'art. Au s s i a-t-il cru, cdmme Nietzsch~, que la ,olution ' suprême consiste à confier les masses à l'élite, don c à les conduire, Il voulait qu'on constituât des étuves publiques où le peuple pourrait se baigner gratuitement. TI croyait à la réforme de l'enseignement. Il se berçait de l'espoir que la foule seqlit moins violente du jour où elle serait propre et instruite. Il revenait invinciblement au despotisme éclairé, à l'idée du peuple mené par des Chefs. Cette idée de l'élite sélectionnée, elle sera la hantise des prophètes qui, en Allemagne, ont précédé l'hitlérisme et n'en ont compri~ que trop tard le terrible danger. • PRAGUE • De nombreux doeuments photographiques Illustrent l'ouvrage qui vient de paraltre rur l'attitude du Vatican et du haut clergé à l'égard de la Tchécoslova_ quIe. On peut notamment y voir le Pape et d'éminent. prélat.. _ conversation avec de$ hommel pOlitiques hitlériens. LE CAIRI! • A que-ll tra'Yaux !eront employé. Jo. 130 ouvrieni tr~ quallliés que les autorl!" angla. i.ses ~ont en train de r~ru.ter en Allemagne occidentale en vue de les envoyer à Bengazi (Egypte) ? Un porte-parOle du ministre britannique de la Guer... s'est eontenté de dire ml' un ton mystérletp: : Ill! eonstruiront des IOlement .... MUNICH • Un aG'ent de .en.elgnemenll! américain aurait assldé • la réunion récenunent tenue .. MUnich par quarante membres de la SS du SO et de la Gesu.po. Son • compte rendu dénofl'a_ phlque .emble .urtout vouloir minimiser la gravi~ du eomplot nazi. WASHINGTON • Le Shah de Perse, en voyale aux U.S.A., vient d'avoir Une entrevue avec M . Truman et, dans un cabinet partlcuUer av~c une jolie starlett amérlca1: ne, Ruth Joyce Steven.. Les journaux qui auront publié de. photos de cette dernière rencontre seront .alsls à la frontière iranienne. BOKN • Le c président Heuss _, des pleins pouvoirs à Hitler. joue aIl grand-papa. Il annonce. • l'occasion d. Noël : 1) qu'U est prêt à parrainer 1. septJème entant qui naltra désormais dans chaque famille allemande ; 2) qu'il enverra , il des personnes nécessiteuses tous lei eadeaux qu'll pourra recevoir, .---lJ DR,OI,. ET UElERTE FORD, LE BUSINESSMAN COMPLET - VON MA D'I -1" p., .. STEIN "'1\ C(llIr. d'Ilne fête eJtudja/ll!lIe, cet Ilolver.llalr .. napolltaln, "Qlffé 4'1lJl.e botte d'un modèle Df)!lVee.u (où sont accumulé~ toutes oortes de pré5ents), 1;o.l\clI UI) défi aqdacleu" à la barbe dl1 Père Noël .. t, .. ~ 1)05 éléJallte, e rOI 0 ISsy. (Suite de la pr~mière p/We) Manstein mettaient en 11oe·1'. de Kiev, Odessa, ~nirB~~pe- ., té 60 criminels de guerre dont trovsi(, etc... noyéS, us 1 condamnation de 1 armée al\e. Hernst Wilhelm Bohle, ancien les synagogue~ incendiée~ e: mande dans son eneemble, chef des organisations nazies terres brülées sur son pas ag . c',est _ une insulte. Manstein hors d'Allemagne (5' colonne), De nombreux témoins, pourn etait pas coupable Il... Georg von Schnitzler, ancien tant, évoquent la f~reur sad!... Mals il ne faut pas croire que tout marche bien chez Ford. En ee moment, un .malaise règne ;LU. sein de l'entreprise. Il a fallu jouer sur les hausses successives pour éQuiliber un budget ... ditflejJe, Il est cependant un point que nous croyons bon de préciser : c'est que le train de vie de la maison n'è'st pas en rappnrt avec les recette~. QUllPt aux salaires, ils sont com~lètement étrangers au déficit: alors auê ' les véhicules subissaient une hausse de 16 %, ·.les salaires, dan 5 les .mêmes périodes, étaient majorés de 4 à 5 % ! Le capital de la société, par ~ontre, est passé de 2)l5 mil· lions en 1946, à 529 millions par la distribution d'actions gratuite$. Ell 1946, les bénéfices officiels atteignaient 50 milllons, auxquels il faut ajouter les réserves « léga1es » et autres opérations de camouf!;ij(e, Par . exemple l les provisions au ti· tre cc renouvellement dés stocks de départ Il atteigMut la b.ga.· telle d(: 3Ù8 millions; la cc revaIOTi~ ation des stocks )1 e. permis une opération se chitfr .. nt par Un demi-milliard ~amouflés comme la earrière de sable, à de plus petites, comme le trafic Ges boites de cirage Il . Il serait, parait-il, bien au courant des affaires Oustric, dont le dé nouement coïncida , d'une façon bizarre, avec le départ précipité de Dollfus aux U.S,A. Un autres « technicien Il de cette direction est le sieur Delamarre de Boutteville, dont les hautes compétences techniques en mat1ère d'antisémitisme sont indiscutables. Coup de théâtr~ Se prenant pour des m.a1tre~, ces messieurs pensaient pouvoir puiser dans le trésor du seigneur Ford, un instant oublié. Cependant, à Oldenburlf, le chef du conseil cie c!irectlon . Que avec laquelle 11 donna~t général Remer, l'homme qui OU trust des gaz asphyxiants se3 ordre:; de destruction. ~ épur,a , la Wehrmacht aj'lrès I.G. Farben, Joseph Altstoet- Quand se posait la question le complot de j uillet 1944 con- ter, ancien secrétaire d'Etat 'du logement pour les troupes tre Hitler. et qui, libre aujour- au ministè~e de la justicé du allemandes en U.R.S.S;, von d'hui, réorganise les forces Rèich et Emil Puhl, ancien vi. Manstein faisait tuer d abord m1l!talres allemandes, a, de ce,président de Reichsbank. les Juifs pour ·occuner leurs son côté, tr~uvé injuste (lue Ces cina criminels avalent éte' appartements. Ce pillard faison collègue et COlllpllçe, son jugés à. Nuremberg. Lès 55 au- salt distribuer aux souçiards f( bon e,m rade Il ait été moins tres bénëfic1aires de ~ l'amnis- p.a~is les montres et lèS vêtefavorisé Que lui-même. « Le lu. tle cie Noël " anlent été con- menta (après les avoir netgement du tribunal !t1l11talre damnés par les tribunaux de taYés. précise-t-il) arracbés à. brltannillue, a.t-Il déclaré, est Dachau. :ses victImes. .. un soufflet au viaaJ8 du 801. Après ces faits - et bien Il donna l'ordre d'exécuter dat allemand Il. d'autres du même genre - 11 les partisans et les prlDofmiers Un porte-Ilarole du «Part! est dl!fic!le de croire que von soviétiques. démocrate libre ~ de Hesse a Manstein purgera Jusqu'll.u . " , dit sans ambages : bout sa peine si peu 'èn rap. La gu~rre c:I HItler contll'llll! « Je m'attencJa/s à un BC- port avec sel! crimes, « JI ne 8auralt y avoir de clIIlttement, ole suis étonné par Oublis opportuns crimes de guerre' çontre l'Ula dureté du verdict Il, .. nlon eoviétique II, os~t-i1 .ftil'- Le soc1;;tI.démocrate Schu. Si les crimes de von Man- mer, tent.al'lt de Justifier la macl1.er se déclare satisfait, ~tein justlfiaien~ amplemel'lt ' continuation de la guerre hin'en demande pas plus. Seul. la peine capitale, son ;j,ttitudlJ tlérienne, dont Il rêve. Il parparmi les perl5Onnal!tésqul se au cours élu long procès (corn. le de « supprimer le bolchevlssont pJlononcées en Allemagne me Juif ))sans que bronche le occidentale, le :repréaentant tribunal anglaiS qui . le jUge. ] sous cette étiquette. 1 LÀ JOIE, DES PARENTS .. 1 deU~a:hf:::r:Charles 29 janvier 2010 à 10:06 (UTC)b~r f::a;~ •. _ mil1ion$. . Mais, de Detroit, vi~l'lt d'arriver une certain M. Mackee. Homme de: cot:lfiance de la cc haute c;jirection lI, il consacre la reprise directe des entreprises européenllea· par le tru/lt américait:l. Le jQurnal « Com. bat Il le reconnaît lui-meme.: « A la suite d'tIIl accord pusé à Londres €intre la « Ford)1 américaine et la « Ford » britannique, il a été décidé que la . totalJté de~ entrepri~es cc Ford II en Europe seraient dÎlsorml!- is contrôlées directement par la « Ford Il americaine, Ceci Vij.ut notamment pour l~' S,A. F, Ford « irauçaise », dont les usines se trouvent à l'oissy Il. dl~ parti comml1niste a déela- Et JI se ~ert, pour calomnier ré que la peine est In$uffj- l'Union Soviétique de faux sante. .confèctlonnés par les nazis, 'r~lle est l'atmoSl'hère talé- saisis après la guerre par les rée, entretenue même Pal' les An:u!ricalns, et qui ont été obHLa valeur des bâtimepts qui R 1 C!tiit, en lQ46, de plus de 350' autorités d 'occup~tl(')f) dans geamment mis à sa disposition l'Allemagne, qe l'Ouest 1949. par le Département d'Etat. On a U t--tCl , '. C~O 7Ctl-n'e .lmii olnlsl,c ms~o, ite sptl upsa sdseé e1 0à0 4m50il limonilsa voulu 'faire de l'a!fa!re -von Un plan Manstein non Pail le proc~~ au Père Noël? C'ETAIT . di 's 'd! 1 man 1'L'est pC/s une m~nteuse, !'Il a m ~~u ci:pr~~:~l)lin: aSl;ura Jacql.leline, un peu fI, vait invHé quelques enfq.nt~ ch~e. C'flst pour Ills petits. et ils s'amusaient entre eux. On - Je )te sais pa~, moi, mais était e~ décembre. . ·tout ci/. . me donne envie de - E!!~ est beLle ta pD!J.pé2 ! ' pleurer, .fit Line, III mipe bien dit Lina, j'en aurai bien voulu triste. Qu'est-ce qui est vrai ? une pareiLle, moi... Papa n!a pas d'argtnt pour des - Tu n'as qu'à le demander jouets, aLors Le Père Noël ne au Père No;:l, 'tu sais. passera pas du tont ? - Oh-! il est pauvre cett~ Lina a v"it les yeux pleins de 4nnét!!, m'a dit maman, if est larmes, le contact avec la rude empoché~ par Ford SUr ~împle . jeu d'écritures. La Qi rectiQn génér"I,e . Si le Dollfus j C)ll'i! le grand seigneur, il ~st ,entouré -de perSonnalités non moins intér~s~ ant~~ : LI'. marqui$ de $pla~e 'lui eut {( l'honneur »' de siéger à la {( fameuse table rOllqe II de Iii trahi~on. · . Le secrétaire général ei t membre influent. du R.P.F. et la rumeur t'ublique dit qu'il s'est assuré une fortune conforta.ble dans des transactions diverses allant « de la grosse afj'l4ire, La résistance Miis, dans l'usine, ceux Qui gagnent la fO.l'tune du ~Ini~trl!! ForC\ s'orga!li~ent. Ce ne sont pas les méthodes d(! Eletroit apportées par le sel. gneur. Ma~kee din~ sa servi"tte 'lU; s~ront implantées dans cette usine, Le temps de l'e~clavage est pa~sé . - FIN Jal:ques LERDAT. Per~onne ne s'y trompe ; le~ 19 &.l'lS, von Manstein ne les fera · pas. On ne pouvait pas acqu!ter tout de go le général hitlérien, Qui est de plus un hobereau Il!Usslen. Il fallait y m~ttre .les formes. Mltls ceux Cllli ont be~oln de lui et de ses pare1!/I ont leur l'lan. Déj à, on l?réclse que le verdict doit être confirmé par les autQrltés . anglalsell et Que von Man~teln a fait appel. D'autre pa,rt. on salt qu'Jl~e R;Qch, la chienne pe Buchenwald, a été grâciée 11 y a déjà IOlH,tel11PS par les l\1!torlté~ amérlcalnea, qlll le jour même eomme papa qui fte travaitLe réalité avait été tr0p brusque. _____ _________- _~_~ _________de_ l_a _co_nda_m_ng_ttio_n _d_e _vo- nI pas. Je fte V4t$ lui dçmander Toute illusion s'évanouit un qu'une petite botte à ouvra,ge, jour et alors on soutire, petits répcmoit tristement Lina. et grands ... - Tiens, ' 011. ne m'a pas dit ça, à moi. J'ai fa it toute une PUISQUE cette coutUme est liste sur ma lettre. Ce n'est imtallée,' il fsut e~sayer p~ut-étre pas le même pè"e de rendre la, trlln$ition de l'irNoël alors ? ' réEll au réel la moins iensible - C'est les parents qui lui possible. C'est aux parents· envoient (ie t'argent, voilà, in. qu'il incomQe de créer gratervint André avec réalismcj, . du~llernept le terrain. ~ C'est ce q.lJ,e j'ai dit à mon :pour çertains parent~ c'e.t fr~re, moi 4ussi. C'est une lé- . Iln moyen d!;! prej;sion sur gende, n pa'/'att, comme un l~ur~ enfants pour tlbtenir une conte, quoi! Et les p~tits plus grande obéi~sance, n'ayant croient et aiment les contes, pas réussi à s'imposer euxtoutes ks mamams, leS même$. De toute façon, on ne ..... ----:;.:.-- aussi, ont décidé de ra- peut b~timer les paréhts -qui ccmter ça à leurs enfants, Tu n'ont pas « adhéré » à la Lécompr~ nds ? gendl'! du Père Noël.

Oh i C~ n'~st plJ·8 vrai. n J3 ne VI NCENT.

existf! le Père Noël, ma ma· .. (SUITE DE .LA PAGE 6) Q' UAND nous sommes l'èntré~ au kommando. homme, le feldwebel : un bon papa, en guel. les enfant:; du vila Il fl chantaient « 0 Que sorte, respectueux dé~ trl1-d~tipns, so!gneux, . Tanenbaum », en se pour~uivant dans les minutieux, ménager de 5es uruformès et de l'ues. Le feldwebel s'arrêta pour . parler à l'un ceux que le gQuverllel'l1ent du Grand Rèloh d'eux. Il avait une bonne figure, 'le feldwebel, distribuait a·ux j'lrisonniers de gll,erre. talldis qu'il parlait, à l'enf~nt, une bonne figure Il adorait Beethoven et Mozart. Il avait fait soul'i1l;1lt~ et hOllnête. apporter un piano dans sa cqambre et, des Il savait que le soil,' un §:rll.nd sapIn se dres- soirées entières. on l'entendait jouer. Chaque serait tout pavoisé de bougies P'lultlcQlores et matin, aussi, 011 pouvait le voir asperger luide fleurs en papier dans le poste c!e garde. ' même. avec un petit arrosoir de poupée, j}p,jnt C'étaIent les Russes qUi, l'avant-veille, étalent en vert et. muni d'une !,!om!l'1!l, lés plant~s allés couper l'arbre dans là. forêt. grassl!s pla«ées près dU rac!~ateur- électrique, N0n, décidément, ce n'était pas un méchant de crll.lnte qu'elles l'l'attrapent froid. . . Tandli que le. généraux ~e pré. . pu~nt, on réol'g~nise l'armie. CI.dessus, deljjC ntentpre, de la. Police Indu~trleUe allemande tnl9ncé le 23 aOllt dernier) ne pouvait que confirmer son écrasante culpi'l-bl)ité. Avant de 5El pose. en martyr, il a joué, plUSieurs mois durant, les CYllique~. Il commença par plaider non-coupable sur les 17 chefs d'accusation QUi résumaient SQO activité criIllinell~. L ' 6!xterm~nat1on de~ Juifs de PQIQ~ne ? Il qit n'être pas au . courant, Il a oublié qu'H signa personnellement un ordre de . tirer sur \es Juifs qui. sur de ,frêles embarcations, ~uyal~nt lell l}orde~ n~zlés en tnl, ver. sant 1;1. rivière S an. Et les eaux étaient rou~es de sa.ni(. JI a oublié les 100.000 JI.IHs l'F'ABRIO'Ù'EoE'TRï'iôÏs'l ~ . ! lEts GÂNAi ~ ~ . [~oci~t~ à re~po"~abilit~ limltee ~ ~ "11 capital ' le 5QP·OOQ Ir,!-",c, - • ! d'un criminel de gt)erre nazi mais une provocation du tY'pe j{ravtcl1enko. Des journaux hambourgeols pUbliaient, pen· dant le procès des annonces de ce genre : c( On demande des témoins contre l'U,R,S,S. II Quand le tribunal demande à von Manstein, s'11 appliquait les ordres d'Hitler, Il redresse la tête,' pose son cigare, et dit, désillvolte : « J'étais trop absorbé p.r les operations militaires pour lire les dlsoolJrs d'Hitler Il. Ce qlJ! 1).e l'empêche pas de reconlllltt,e, que!QlleS jours pla$ tard : (( Lit désobél,s;Ll1ce au le Drdres de l'fltler aurait entra.il'lé mes troupea a se mut.iner Il. Et d'ajouter : « .le· suis un ,oldat, J'al prêté serment au Kaiser, puis à la . Républiq\je de Weimar, et enfin à Hitler Il, '. Pour lui, ces trois serments ne se contredisent pas et 11 e!t prêt à j!1rer fidéllté à Ull qy:!.trième mattre. Le travall.torcé ·on:anlsé par Hitler, les camps de concentratl0n étalent, dit-il, (c mor •• le me nt· Justifiés Il ••• Et M. Da.vid Rousset se tait. . J!)'a1lleurs, aj oute-t-Il, «la, déportation était une. 101 du Reioh Il, Quand on évoque devant lUi les enfants Que sh SC!lld.tll poursuivaient et assas$lnajent par les champs de tourpesols dans les plaines de l'Est, Il condescend à dire que ~ chose " était « Inliléslr.able )l, Il faut soulignèr enfin cette phrase qui caractérise si bien l'état d'es\!lrit de von Ma.nstein, phrase l'rOllonch au cours de l'interroga.tOlre ~ur l'extermin8,tion des Juifs: - De tOlite façon, Je na reJ( l'8tte aucun des Ilrdru que J'al donnés en ce temps-la, Tout n'est pas dit .. _ Or le tribunal n!a retèllU contre VOll Manstein que 9 des 17. chefs d'accusation. En particulier. il n'èst l'as reconnu r!')up~. blp. . de l'extermination des JuifS, alors que. dans ce domaine, sa. cuillablllté ~t évidénte. ·La complaisance du trJbuIlal était telle que l'observAteur' du gouvernement polonais a Quitté son poste au ml- 1ie.~ du procès, Tous les moyen$' ont été employéS l'ar certains 1'!1llleu:~" anglo-9.mérica.1ns pour ap.puyer v6n Manstein. Gr~çé ·à une souscription. à laQijèlle M, C1')urchill en pèrsonnè vers!!. 50.00 francs, von Manstein put disposer de deux "randll aVI!lc~ ts Ionqopiens, MM. Pàget et Sllkln, ce dèriller Juif, q,ul ne manquèrent anC1ll1e occas!on de prendre la dMense ,de 1'1l1~ tlérlsme. Leur/! piaidoyer~, dit-on, .« enth.ouslasmèrent Il les journallstes allemands. Pendant plusieurs jours, le procès se d~roula à 111,115.0108. La raison donnée tut que lès témoins (lui devaient coml'l/.rattre se trouveraient dans une {( $itu~tlon dangereuse ,. 51 Jeu!' Identité était révélée. . l,e bruit a couru (non dément[) Que ChurchiU et. le génér~l MbPtgon,ary avait t4~16i~é alors en,fa v~ur de van MaIlsteIn. . Cesquclques faits confirment que tout . n'est pas dit, de la part des dirigeants ~ occi- clentaux l quapt à 'la durée dé la j!lelne que purg~1'a von M~nstein. T01,1t n'èst pas dit, non plus, heureusement du côté deI! peu oIes. dont l'action grancilssanl, e et. l'union sauront imposer le ju~te chatlment des criminels et. de lenrs comp!icès, quels qu'ils, aolent. , Confidences' sur « Confidences» MOT S CROISÉS f 64, n!f' de Tur!.?igCl, ~4 ~ i PARIS (III') ~ ! ; li; SUI$SE A RU81$. 'ILHTTE 0\.1 GARÇONNtT GARÇONNET. FILLETTE: ANCRE 15 RUBIS A 44 FlLLETTE.DAME. VERRE OPTIC!UE 14~Q 1950 3285 '348.5 4~l$6 toujours les DlêDles et souvent m!-Isains. Je pense au 'I\O\l.Veau maga~ lne, dont P3rtout s'étalent les a f fic h e s . pornographiques Lutto!).s avec nou~-mêl\1es, avec la vie, et nou~ crélll'oU~ nQtre propre bOlJl}eqr, Danielle VERDUN. N 'EST·cE PaS une hi,tolre vraie, la. vie de chaqqe jour 'l )j;lIe diffère, toutefois des « hlstoil'es vra.les » de « Confidences }I, « Rêves lI, « Intimité Il et autres « '~QUS peux ». y a de bon. Il y a belj.ucouP tte cho~es 3 conBa!tl'e, 1\1l!.is il es t Iiêce&saire a Vl!.nt tout de rompre avec les préjugéll, les princIpes, Pour une vie meilleure li, au- , p_rod_ui_ts._ d'_un_ ré_gi_me_ d_éc_ad_ent_. __ _________- - tant dll'l\ : Iloqr vivre heureux, vivons couchés ! Cest une vêritapIe tentative d'avilir notre Les êcl'iva.illons de ces. magazines n'ont pas beaucoup èvo-. lué. Leurs histoires !le pa,~~en t toujours dans un cadre luxueux où 'règne l'abondancl'l e~ le déd lbl pour les C).tO~Il~ terre à terre. J,uual.:!; leurs per~ollnlj.ge~ ne rencontrent de difficultés autres que celles du coeur. • II s'agit toujours du bel AppoJlon, llourvlj de mlllll gUjj.lités, d'une situation et tout ft l'avenant, dont la vie se déroule au five-o-clock, au Illpch _ ou en compagnie mondaine. S'il s'agit d'oqvrlers, d'ouvrières, les difficultés de la viII ~ol!,t el!, llé)1éril lnexist~n tes. S'il leur arrive; d'en rencolltrer, c'est un charme de plus à leur penon!). e. Il est ~ouvell-t que5tiQIl de Iii petite dactylo, si mignonne sous ses « habits usés li, qu'un vieux IJatrOI!, essaie de sou(joYer. « Rêves ) porte bien soI) nom. Sa fonction est de faire rêver les jeunes tilles fati$'uées de l'~sine, du bUl'eau ou de l'ate. Uer, au prince charmant, p~utêtre Illême au ~énéreux patron, jeulle et beau qui voudra les Hi· mer pour la vie. Pourquoi nous leuner, nous savons que la vie c'est autre chose, nous ne puuvons 110US contenter de 1I0U~ laisser ellltorpar des histoires Qui nous ~"'" ..... ·ltt!ifll1nlen de nos vraIes aspi· ratlolls. Ces ma;azines pouchent nos htlriJons. en nous amenant sur des sujets plats, supel'ficiel~, jeuuesse. « Rêves '», « Confiden~es li et les autres magazines d'importation américaine broljl1len t la conscienlll\ de certaines jelilles fille~ et même des femmes. On les leur fait absorber lIour endormir les difficultés de la vie, la nljsèl'~, COlllnle QII a11601'he de l'opium pOlir se soulager. Nous devons déll4il'er' le vQile qui nous obscur~it l'horizon et puisftr dans la vie même ce qu'Il JPOK ET BIMBOLE1~ ('[Si CE. TRAIN LF\ QUE TU VE.UX ? $1 VOl-U' POUVO% écrire ... VO~S POI.!VO% OE5SINER . Des milliers çle ",_,."'Mes y sont fot.lemftl1t ,"orvenue. grâce li 10 nouvelle el omu.ente méthode A.B.C::. YOVl opprenll d'abord à ,.'rouver I!fIHII IQul ço qui YOIJ~ ,n!~lJre lei Ji ~f\e!, tes courbes, les (ormes .que vous ulilisez sans 't'ous en r.r'ldre comgt. I)our 'crire . Vous sliuru: eruuit. (Gmment I,s employer. comment les vnir l'un • . b l'autre j) pCUr rendre par det Irmih précis.' fermes . n'j"'.oOtte quel modèle. Aphh. tout d.- 'lIent facile. • R~ m a.rluab,(é por/!t:ut. pt~!l1 ('e§l à la portt. de tout le mond. r ;:;li:~ ~rl:~lIoc$l1~~eav~~.Plllmt N. 4il ... pas 'lU. veus n'QVU 1):11 d'CI:~ ' ~ tit",~.e. qu~ vOUI n'ète~ J?~S do.u'. le '.I.nt o,,~orClÎI souve ro l 0l' r ~!, en desslnelnl. Ouels que sOll!nt .... os oc:cupollon~ et voire lie u de ré sidence. "ous pourrez d,~s l ntr d 'aprè5 nallue, ,éuuir d. veritables croqu is pris sur le vif l' non peu d. vulgo ires c;t;Ipies. Tout seul, c.ntZ vous, quand vous le dés iru, lans vous déplo· l ur, VitUS apprend rel 111 dessiner et vous ferez d. , ~ ...... (" '.'.". prog"s .constanU guidé ~or lu' cQn,.ils da l'qrt ilte " "lUI ~~vlendr~ votre professeur Pl? r tÎculi"r. Des cq"d \"~n, ra isonnables e t des focilil', de pod e. Celte jolie ment fant. que les ro isons pé'.unicirel ne peu. $ilhouette41a yent plus elre un obsloela paur ",.rsonl'le. .. a"~u("e e-tt l'oe~ vre dili- * ~ eale d'un de ,.o~ ~lèvN .~ ;rr-.._~ b'cvenLi prc/euÎonnd. Atfl.lude ~ GRATUIT ,:::::t.,;-•. ,o •• """, CCluROIl ah.que étév. u, $P~' c;~JjS~ "'l'I! I,~js t Up' p/émllnf" iur: t/~ns untl tI,s branches r'muné'. W,,, du d'3sÎn : Publicité . Décor.tion. Mode.lIIl!sr"tion,Dcl .. S;f) humoristique. Po,· U.iI, PfY~.9t, /.._11" d,~$ in 4 f. cha rma"feJÎ~é. '!In quelque4 ~~:~~ ~'t~ ~:~;qrn -- ' 1p lc-;o-u -A,B-,e-. D-~ -DI-'5I-N- IS-'ud-. R- 40-) -, 112, Rpe Liocoln. P .. ri5 '8- ) 1 1 ft'{on;! itur lè Di ~ecte u" , • VeuU;u" m'envoyer .sOM" enAagcmert!, votre 1 ' ,t~um illt,l3.tre su, tif. rnelnode A·. ,e. (eï- JOInt 1.5 Ir' pou r frei,,) . 1 • Cours pour Adu;ltas. 1 • eaurs pour En'.nt. de e • 13 Ins •• (Fl.a)"u t. nte/ui •• i"uhle) NOM .... .. ............. .-..... . ... .. .. .. ... : .4-:'1~~!1S~~113;-~~-;-: ·-Ii.S 'JI\l: .d~. ·.U.~;l d"·"i' ~.~.: f_ir~_~~i_i.-: ." '1" IL EST BON QUI;LQUEfQIS DE. R~TROUVE R ~S 3E.UX D·ENFANCE. lES VOYAG-tURS l'OU R PARIS. EN VClI"'tURE. ~ " , ,!il • 1-----1-1-+-+_

ll-I-I-+-I-~

~ J-..-+-...-h.-h.rt-.- " HORIIONTALEM!NT 1. Où Il se reneontre be-aucoup de !lgU. "' ~a..fque le d01J~! . r 2 !"es rt\lel'6 le rcnjeql ~ ••. ~., '1\ place - 3. On y. fait dea -se!l'l!!.!i. .o\ecuetll1r par qe.s ~r l" lrr.probatl!.!J1S - • . im\tJll!lu l llé. - 5 l ,' Un Apgla!! - 8, ~tollne blltue Art lçle - 1. CopclW11on d'~n_ ~h:lnde . fi'réllorç lU'.', - ~ Fln d' ipllnllll 1'011\11" . - •. EspLse de tern, Pr~!!.ol'fl rt\4Aeulln . - 10 PrJ.s 4.t1~ h~6 n .ble« rp$fif!l'ilill VERTlQAI.EMEN·, ~ QuI • lI!! CIo),Uctèle ÀlJ tomme. nQ .. ment - II Osten sl!e aervant • eh3,utrer un lit On dep&tttmèn& au son chet.lie~ - nI Pa lmIer Ft'lI'n"\_ de ,a."e\r C'tn· .oruie dO tlnlét - ;V t'i .c~ 4'une n%'· l'ur!!. V. Anciennl vlll~ d'lh)I • . rat1luè - VL Grande CSIjB . - VU Ora.llle ~, eha.qnl!. - VU1 l'elle t.;.ne VO~ I d~ ~tentM Sont btenft1.lIlantl ...". IX. l' etnp~ cie 6elvlee Durée Nei3.tloll - ~ v leuJ Jeton PGr tent d.~ pot1}t'fi Solution ~u . prQblème N° HORIZONULEM!NT. ~ 1. 15QjU~"" .'iE - 1 AD.LE DAR - S /!zc OV,\Ill!ll. - • 8'ltffÇ;QII"~ - i iN RGU'I'-!, ~ , P!:Rl: OT - 7 S&f;$ ROSE'" _ a. !!:N'rtE lItl"E _ 1 V, NiJES O ~ - 10 lUTTE SIED Y~"l'ICALI""E"". - ! B .~Sl;ES8" ~ Il O~qN O:NV 1· - III It ~Q\l ~~'f IV IL fRI: 5E;NT - V 1'.,0.0011 El'" _ VI VO UER - Vil tl~ANT OM! - VILl ~n N:e:U5E _ Jl' ~R, TElo1q, - l; Fatal!; REND ~ T!!:t-.: ~JtCl1lve' ~7 •• ~ ! o , "~II ' " 111111111' 111 tlili ~ 111111 /' IJlI Il IIlIIlII" tlllIllI1 p 44 tlOMME;,TROTTEU5E CENT.RA"! LON G DIT T. s. F. 'ÉLECT~ICITÉ ELSO PATHE-MARÇONI DUCRETET - ASPIRATEt,.JRS CIRWSES MACHINES A LAVER -MORS-HOOV~R RADIALVA. PQMPES FUNEBRES E'I" MARBI\ERIE E~9Udfd SCHNEEBERG 43. rue de la Victotre, "-\~JS.9· !él.: TRI 88,56 Nuil : TRI 88-~! 11111 111 ' lit ' lI I 11 11 1, p l l" 1 ' 1I ~ If ' tI " ( ' 1 ' " ' " l tt ' " I~ CINt-Noxl 63, l'outova'd cl. B.n,vllle i ~ét. CQurennes - Tél. OB~. 5l-5~ ~ _ JEPUIS LIi 14 DI!CE~f!'ljtE: ~ iGRINE FEtDERi ~ . ~ ~ (VERTS PATURAGES) ~ ~ par1a.nt yidciish. 5.-titre~ frallya.i!i i

, EN SUl'lF'l,.E1'1
ENT: -

IHITLER VIT! • ~' II I II , 1 ' 1\ ' " ' " 111 1 11 ' 1""1 11 111 ' 11 1 11 111 111 111 111 ' ' 1 t" A l'occ,,"510n du Réveillon de Noël, . allez voIr le flllP t( Le SIlr-m(mt », qui !lU· se en ellicluslvité ail Studio J'arlll8ntier, 11;11, Avenue Pu. Q1eutlel·. té! , NORd 31l!~ , 111"tf! Oonf·oul·t. PCll,lr pijsser une ' bOl1/'1e soir~e de R~V~ILI.ON ItIP' ENji:;1: VOTRIl TAJ:I~.\! (lU Jll'H~UI\.~NT \0 {èiccadiefy UNE AMBIANCE UN!QU~ O~S $~L.ONS ~UMINeUX 16, av. de .Wltfram _ PARl$-!' Té). : CA~fIOt 19-70 ,. or C Â .D 1 k ~. A ç, etr; ... Lu meilleurs TISSUS T out~1 Fournitures pour Tailleurs ZAJOEL a9, r. d'Abou~i, r~rl$'~ ~,it.i $\·i!lq,l ,~. fi.~~u01ur , ~.(llJer Titi ,GU! 71·8' ~" .,. '\,,,'\,,,,,,,,,,,,,,'\,,,,,,,,,,,. ,. ,,,~ ~~ ~""',,\'\,'~~'\.'''~l ~ DANS QUELQUES JOURS ~ ~ . ~ ~ OUVER'TURE DU MAGASIN ~ 1 AU MEUBLE CHOISI 1 ~ 53, Boulavqrd VDltoirEl - PARI$ (XI') . ~ ~ Métro : R!chard-Lello!r et Saint-A\T1brei.e _ Tél. ItO'1, 7~-2S . ~ ~ OU ALITÉ. GARANTI. ~ ~ Cadea1.1 A t Ollt acbeteur p",ndi\qt la quin~~jne d"oiJvert\,l,e ~ ~"''''''''''''''''''''\,\,'\,~'''\,''''\,\,~ REVEILLONNEZ eAIEMENT A PRIX MOD~Sn: \ C Il A IN lO lB A L:'i' DE LA MAROQUINERI!: orga\üse p~r l'A.s.p.r .M., 14, V4E! cje P.al'adj~ - PAfU':l U ~4 DECEMBRE, d!i1 ~ 1 h~u,e$ à J'il"bQ' clans les Grands Sahll~s de l'HOTEL CONTINENTAL l' 2, ~Ue Rouget-de-l'Isle - Métro : ConcCJt'~!1 . Un cadre ma.gnifiq1J,~ - l!ne q.mbicPtc~ sllm!lathiClu~ RESERVEZ VOTRE TAI;3/...E : TAl. ~7.g~ , , .,f. ' , ' . , j • Eternelle Voici Noël jeunesse de WALCH LE ,CINÉMA S'OCCUPE ~'A~ÉUE et des lectures pour vos enfants c~~ ;X~.1'~ ';;:c! QUI s' occupera du nnema ~ pective qui lUi est copsl!.crée au MuSée d'Art Modetn ~ est mù - . h eur e u s ~ m~l!lt ';e prêmiér ensemô e aussi imljortant et aussi comPlet qll"- l'on ait eu l'occltslon de "Voir de ce grand ... e,r tiste. Car l'un des Intérêts ~s.;en tiêJs de ce tte exposition aura été de nous montrér l'étendue des activités de W&lch dans le doma.lne de J'expnssion artistique. Non en toucht- ê,·t6ut mals en homme qui poSsède à fond les techniques qu'il emp'oie et qui abDrde cha.cune d'elles avec I ~ même â.me. le même énthouslasme, la même pureté. T OUT lé monde s'~s t . pluS ou inolns occupé d '« Amélié ~ ,Jea.n-Louls Barràult, Madeleine Renaud, J ean Desailly avalent ressusci té a.u théâtre Marigny la grâcè de Feydeau. Claude Autant-Lara, avec Danièle Darleux, Coco Aslan, Arrnontel, viennent de tranSI!lorter « Amélie ~ à l 'écran. Un film séduisant, joyèux, trépidant. On S'y amuse, on S'y Platt, l'Mure /tUsse sans qu'on s 'en aperçoive. Tt'Jut, se passe àu thê!tl'e du PaialsRoyal

acteurs, machinistes,

spectateurs participant sur l'écran à uné sorte de ballet endlàblé. Du nouveau 1 Le cinéma français a autre ' chose à faire , que pulser !à. nourriture d~ns le théâtre bOn ou mauvai s. ç:l ne sert pas le théâtre. Ça dessért le cinéma. Des scénarios 1 Catherine MAI. « Occupe-toi d'Améllè ~ : Alhambra, Normandie, Olympia. ' , «Lés Càsse-Pieds » o~rmaùt fUm d~ N~l-Noiil, a,,~c de nouveaux sketches. II s'àgit naturellément dè quelÇ/u~s casse-pièds pârmi les Innombrables ql.le nous oifre la vie. Noël. Noël év(')lue parmi eux avec Sa flne~se haliltuelle. O'est un filfll. d~l!càt, tOut en dètnl-telntes, I!n ILlmour léger, pléln d'esprit et de wurues. (Régènt, Neuilly). LE SERMENT ENCORE une année qui s'achève. Il va falloir renvérser le sablier. Les voici revenU!, ces temps magiques où les rues prennent un aSpect dé féériè, où des Sapins piqués d'étoiles se dressent, tout à coup, dans la lumière des bougies, où de!; flèuyel!! de ouàte coulent entre des m~ntagri.es de papier rocher parmi des lutins et deI! gnomes. Qu'ils sont chq-tmants à f "uil- d'animaux bavards, imprévus et leter, les livres d'Elnfants qu'on savants. trèuv'e aux étalages dès librairés ! Non 'plus rouge et or, comme ceux que l'on me donnait lo rsqué j 'étais petit garçon, et qui laissaient aux dOigts un peu d'impalpable poussièrè rutilan te; ils ont des couvertures multicolores et réservent parfois la surprise de découvrir danS leurs fI.ncs des disquès qui, tout à coup, vous font entendre ill voix de la fée parlant à Cendrillo1t ou celle du Prince Charmant (Eclitions Barhe, auxqueUes on dbit ausSi, entre autres, Nitc/1.i, Bi1!l!che et Jour de Fêtt). ' ..

Mài ~ A1iee n'a pas ,connu Le pay& des vràies meTVeit!es, très beau rècuei1 de nO\lvellès pr~sènté par Simone Té;ry, où $e m~lent le merveilleux et le réel, école de pOésie et de courage pour les ehfant8. (LéS Editeurs Réunjs, lé volume . cartonné et jOlimènt illustré, Iii() irs) . Les Editeurs :Réunis presentent én outre un grand choix de lectures qué nOlf5 nè saurions trop recommander et dont les par~nts appréCièt6nt les prix modiqUêS : nique - naturellement mouvel1lènté - tandis qu'à Arts et Métiers graphiques, Jac!tués Pl'evert leU!: raton te, 5\.!È dei! images de Ylla, l'hist",ire d'un jeune liOn échappé dè sa ménagerie. Et j'iii égalemént J9ris beaucoup de p,laisir au très vivAnt Jeu dès Méiie f s, dé chez Plon. aimi qu'aux albums dé déc6u. !lages et de coloriages de chèt Berger-Levrault 9ui aident à re:tenjr le nom des fleurs ou du oiseaux. ée ll,li e~t unè façon ingépieuse d'instruire el! anl.us~nt. . Et c'est ainsi que ce pell'ltr ~ si essentiellement peintre arrive. lorsqu'Il sculpte (en tà.J:le diréctè avec un !!eul -bras) à donner 9. la piérre ou au bo:S une espèce de « fluidité » (ta,nt pis. pour une tols jatgonons, nous aussiJ ,' C ' es~ vrai surtout pour sa « Fèmm~ accroupie ·)I (bols de palissandre) et p: us /lncore pour Sl « Jeun é fille se coiffant» qui a une grace dans le mouv~ment et pour tout dire. un charme, que pOSSèdent seules certaines ste.:uettes t!gypUn paysage dé Not\l de Walch Or\. pourrà peut-être. par la. suite. s 'Mcupêr d'une· nouvèlle Amélle, au .théâtre, qui ' se passera sur la scène. avec un ' éCra.n dessus. où \Se trouverOnt le film d'« Améllê ~, les spèctàteul's du Cinéma, les ouvreuses, etc... etc ..• Studio Parmêntier (Goncourt) . QUELQUE PART EN EUROPE Familial (TolbtM) . « l3oU!OU!6U77\, Mrivait un jaur Jtiles Rènard à S1l1n tIls, ;ê te 1"ecomman«e les contU q,e fées, Men particulièrement. M aintènànt encart, Hs m'enchantent. » Parmi lés livres .krits pour lés enfants, il en est un lui n'a cessé, detJuis dés générationi, d'enchanter petits et grànds. Ce livre, c'est Alia a.u Pays dés M erveil!es, ' de Le~is Carrt'Jl, "l.ui vivait en Angléterré au temps de la reine Victoria et qui y serait sans doute mort d'ennui, s'il n'avait inventé ee monde à la fois cocasse èt féeril'lue dans lequel Alice ~é promène accomp" gnéè dé son lll.pin blanè aux yeux rôules qui a une 1110ntre dans la poche de son ·gil.t, et - pour lés tout-petits. Ici let brioches, par Andre Frànçoit, ttn I!Journ èart6nné, grand, forn'\~ t et en cOQleur, pour 300 frs. Lts trqis méèMnt$ gros, par Olécha, également illustré et en couleurs, 120 trs. ; . Ne t,riüinoo.s tll!.s eettè brève incursfon dlins lé domaine d.u Père Noël SlipS si$.nàlèr la parution. aux Editéur$ Réunis, dès ContéS de NOë!, dè Mllrianna C0mmène (illustré et cartonné, 120 irs), pleins dé fràîcheur e. dé gaîté, et s~rtout là char-màtlte l'enchântéressè llistôifc dé la, ?»alZettè ' vertè (120 in), de Vassilienko, où il est ques- , . tiOn d.u tâméux oiséàu bleu. !'oiséau du bonheur, :mais où l'en apprend, à ttavérs . milla ~ri péties, què lé rionheur, seul n6tté t:taV'~ - un travail elDu .. timgeux ét cons~ntl - le eréé, PQur nous-mémés et pour let autrê~. t iènna$, . L~5 dessins et· fusàins ~ont là a l!ssl cm nOmbre Suffisant pour étab:it que ëe li'éant de la. éou· leur nè réussissà.lt pas « pat hâ.sard » lorsqu'Il faisait du noir et bla,nc. Et li: TrOis nus a. l~l'rtl.oire à. ~(ace » tém0ignent de la â~l1cate$ s~ et dé la. sûreté de son tr$.lt . . Vènolits éniln à. ce qui ét4it le plus connu du grand pub:ie et a tait s& rtot6riété. Pour dOl1nér une Id~.e dé l'impl'èssion d'en.emble què donne cette rétrospective, II faut se saurenir de ce qu'on restemps tlue la C011Sécration d'un sèntait 16rsque pat!d~, en entrant dans u,nè exposition ou un 53,;on, quelque chose éclatait comm ~ un p~tard dans. un c@in : c'é tait: un Wa:ch. Ici, mulnpllé 60 ou 80 fois, c'èst un vrai feu d'artifice et, il !aut:e di re, un J'leu fatigant. Cto! pendant, mêm~ dans sès essUs les plus hàr dis, sauf certains dé simplificalian de formés qui ftÏliea'J t j'abstraction, ce diaMe d'hOmme r~uSl;lt non pà.s à retomber.. sur s~s pieds puisque ceux·ci n'ont jamais qullté le ~o l mâts à faire pas~H presque inatémps que la co\lllécration d'un perçue sa ré cherche. l!ltl m~me grand t~lent cHte re\rospect\ve écl~i~è la p€r&l1l.J\alité dé l'oeu· vre dé Oharleé Waléh d'un jour infiniment sympathique. On a, dit souvêpt que Waleh était un imagier. Rien n'est rJlu! justè ~t c'est i\n ce:a que \Valch èSt un grànd peLntre, MMs il est ainsi et surtout rami des f :éUr! et des enfants et quand il peint déS h ommM ou des femmes Cs ont une càndeur, une simplici~ éôwuvantés. Et c'est en ce'a qu'on pense que l'oeuvre dé OnarlèS Walch gardera un~ éterneLe jeuneBSè. Jacques BILLIET. }l la rl]l:II~r[;h~ d'un spBctar:l~ d~ ,réveillon J ',étais à la recherche d'un ~ spectàcle gai ». Quand arrive le bout de l'ann ée, on :li!rie 'Voir dés speclaeles gais, et je In'ét4is dit que si j 'en trouvais un bon, je me ferais un plaisir ' de le recommander pour le soir dé Réveillon. ge pour la Compagnie GrenierHussenot, c' est dommage au~ei pour Pierre Philippe, dont la musique est charmante, . pour Jéàn-Dèni$ Malcles, dont leS déèors et les costumes ISOnt un régal pOur les yeux. - 0- c . Symp!,lOnie portllgaise , qu'on jOue à. la Galté-Lyrlque; jeunè fille se retire au couvent par èlêsespoir d'amour. Bon. Mais quelle idée de noue montrer la cérémonie ? C'est partait~ ment inconhu, pour ne pas dire ·choquant. Peut-être a-t-on voulu fldter les spectateurs cathOliqueé. Je présume qu'on obtient le rél!ultat contràire. Héureueement que ce mauv.ais moment est de courte durée et né gâ té pas trop cette a)lêgre et pimpante « Symphonie portugaise ". ' , Roger PAYET-iURIN. Mès pas me portèrènt vers le ThéAtré pe 1& RenaiMance. On y jouait « La. Fête du Gouverneur ~ .. t~t re que me parut d'exc~ lJente a1.Îgu~e . De plua, cette fête était donnée par la compagnie Grenier-Hussen6t. Ce qlJe voyant, je ne pus . m.'empêcher de rire en pensant à 1:1, m&nière désopilante - Qoot- oe-ttè . mê~e Compagnie avait naguère ihtèrpr~ té « Les Galtés dé l'EScadr~ n ':0. est line l' opérette à grand s~c- -------------Le nom de l'auteur lul-n1o!me, Alfred Adam me parut propre à faire ~oncevoir des per~péctives réjouiua.n tes. Alfred Ad~,m n'est pail exactement ce qu .on appelle un acteur comique. Màis il a. de la drôlerie. et je ne doutai pat! que ea rencontre avec .. Grénier et Hussenot ne donnât i1.ai~anèe A un mélange eeséz expIre if. T~lleec étaiènt mè!! es~rancee tacle ». José PadilJa. en a fait la musique, sur iln 'livret de Marc Cab et Raymond Vincy. • La mise en scèné est de Jacques- Henri Duval et Henri Montjoye. , • Les étudés des classe. clé plt' n~, violon, v ioloncelle et 50lfèh 6nt commencé. Inscriptlon~ les ml1réUs en v,nC\re4i', de 16 h , 30 à 1. h . 30, au 14. rue de Paraclis, bâtiment C, Eall~ t . . ••• • Le peintre Krul vient d'aehev~r "ne série de 20. burin. cO!1.#eré. au «. Ch&11t f~~bre l'Our Irq.aclo Suu:hez lIfejla... , de Frèdèrieo Garelà Lorca. d'après la. traduttioD cle Rolland Simon. cètte ' édition n. contiendra àu~ une partiè typographiqué, 1& telcte étant hal.ment ;ravé :lu burin. Elle panitr.. Ut dé bu t 1950. LE DIABLE AU CORPS Kurilaàl ' (Gobelins) . LE MYSTERE DE I,.A CHAMBRE .JAUNE Ta.lne-Pàlé.ce (DaUmesnU), Z 0 P!~ace (DaumeJ'/l.il) . Quand on aura finI fI'Maptér pO,ur le théâtrè des rl'J-, mans qui furent créés romll-ns sans doute pour de bonnés ràlsàl'!s : quand on àbra fini d'à~apter pout le clnérna des p!èees qui , turent créé ès plllc~s ,------------sànS doute pour de bohnes rai· sons, o:a ii'a~ercevra peut-être qué lès menleurs f!1!11~ nals~ ent de scénaril'S spéciàlein~nt écrttspour éux ; qué !: Gigi ~ èt « Chéri » àvâlent tout avantage à rester romans, aussi' bièl1 qué la « Chartreuse de Parme:. ou « Crime et châtiment ~ : et aue le me1l1eur càdrè pour « Oceuoe-tol d'Améliè », resté le théât.re :M:adgrtV'. Ceci dit, le film. dans des déCQI'S très réussis -de Max Dong, Il toutes sortes de quaJltés

celles d.es metteurs en

slène. scénaristes et acteurs qui pourraient admira.blement servir àilleurs. Mals nos écrans commetten, t des fautes plus graves. l1nh plècè. tl!i Fiers et Caillavet

l' Le l'toi ~ , déjà transpâsée

à. ncran a,vec Raimu, Gaby Morlay et Francén. réa. daptée à IIi fols du théâtrè et du cinéma. ave~ St'!nhle . Desmaret, Maurice Chevalier, Alfred Adam. Annie Ducaux, Hc .... qui s 'ess8,yel,1t à « réparér des ans l'Irrépa ble t'lU trà. gè " pa.uvres chérs actèurs 1. .. Maurlée Ch~Vi!.lier. en roi de Cerdagne, p6ussant Hl. chansonnètte , - hélas ! quèlle eh~nsqnnette ! ... - Alfréd Adam én cocu. plaisanteries dé C0CU, const'Jlatl6ns dé cocus ... Tout t6urne autour de ce cocUà.,e obstiné ... On a envie dè crier : à bas les cO'cus ! On s'en est clêjà tellement servi ! A quoi bOn lèur accréleher des cll'lchèttes, art ne s'entend plus 1. .. Et quant à Maurice Chevalier. l'inlmltab~è àeteur du « 81lencè est d'or ~ , n 'â,-t-6n pa,s d'autre emplOi pt'Jur son talent ? Les enfants poètes de Claude PAltIS Le joli livre, et sI agréablement Illustré pàr Arthur KG!' nik qu'a publié Claude Paris 1 Il s'agit d'une recueil de p06- més éurits pour les enfante mals qui - plaIront auesl aUI grande. personnes. Poèmes sur dès thèmes familiers, charmànte galerie de pétits tableaux de genre d'où n'est . absent ni l'esprit, ni l'émo_ tion, ni uri certain fantastIque. Détachons·en plutôt CB petit morceau d'aotuallté : Daus à • la forêt Noël Un s"pin .ur une clairièré S'aU.1P'1'l4 de mllle lutn ! èr~s , Mals l'ersonn,; autour de li Ne lal~.a d. tràces de p .... Qui • pu, .. n eé No~1 A,Ilumer lés mille chandéU ... ; Accrocher de. boule. br~;I,n te~ De. guirlande. et de. coeons. D~' mMu.è •• d"" hlpJ)oclimpes, Des étoiles et des oursons ? TOUte lA nuit sur la clairière On voyait, de très loin, Un oapin èt ses lumlèré. Détaché des autres sapin. : Mai! aucun enfant au monde Ne pouvait de près le voir T~nt la neige était prO~Ondft, , (légitimes ) ,lorsque j'entrai ée Tant ,Il nuit était nolrè. j~ur-là. , dans le T~M.tre .dé la Rén,.iesa.nce. Il n'en restaIt plus r i!n quand j'en !iortis. J 'étais ~r!$tè à pleurer. J ' âv a~s vu Grenier Hussenot, Ca:usslmon. Dufilh~, Hilling, Anné Vernon, tous èxcellents acteurs, se prodiguer Il ntlus fAire rire un J'lèu comme des gens ' qui voudraient jouér du violon en p!ll!sant une corde lIur Ulie planchè à laver. J 'en !iuis encore à me deme,nder comment ' ils on,t pu se fourvoyer de la sorte. tioj!!érettè n'eI!It évidemment pas un génril qui pêche pàr excès de pJ:ofondeur. Maie c'est UAe chosé cOnvenue et, de ce côté-là, on ne s 'expose au m61n3 pail à des déceptions~ D' aill~urll, ~l faudrait être rudement' pissefroid pour bouder contre le plaisir qu'on prend à voir et à. entendre

Symphonie pOrtu- ( ...- -.....- -......- --....................................................................., ..,. ...........- "". .....- -----................................... - ...... ..,. ...........

gais~ ~. Je n'entreprendrai pas de ril.conter J'his toire : êllè se chanté. EJl~ se chl!onte même très agté;:tblement par la voix dé Germainé Roger, en divette, et de Jacques JoSs~lin, le jeune tépor, qui lui donne la. réplique. . (Traduit de l'américain par Yvonne Desvignf!S) , . ~ESUME DES CHAPITRES PR ~CEDEI\JTS - pour leS ( grands », dé raV'li;sé.ntes Mitions qu . Capitai1te Fraca8S«, ç,è T)i~ol'lhi1e Gà1.ltièr, dès Avttttu.res dé Tom le taiLleur, de Mtül!; Twain, de Don Quiè/t,otte, égille!1\ént, livrès tàntastiquès t!t d.ynamiques, édition càrtonnée et illustrée, 220 irs. Ql\~nt à l'~l~:phi.nt Blibar, de Lal.\rent de :êrtmhoft, il convie ses l'etis &ll\is à un IliQiue- P/ërre BARLATIER. Je ne reproche pM à « La Fête du GOuverneur : de n'avoir ni queue ni tête. Un grain de folié n'est pas pour déplairé. Je lui ré'Proche 'pr·~cisément d'avoir, la. folie tr6p courte, trop pauvre, trop plate. On n',entreprend pas une l?ièce de cé génre quand on 3. l'imagination /Ii dénuée, la fanlail5iè si pesante. Maria Arànda ét Pierre Corbay sont lee danseure étoi lés d'une troupe pàrfaitemoent A eon affaire dans l'ensemble et oil il . convient de ci ter én parti culier J àèotte Maurey et Rogers. Il faut encore féli citer 1;'taymond Fost qui a fait leI! dê"cors et les c06tumès. On silit quél rôle jou€nt les décors et les coetumes dans uM opérette à gr3.nd p~ à p~ se dessine la curiéu.se perso1/nalité de M. Newman, chèj du personnel' dans une gr4n.tU en.treprise ... Il vien.t de reMvc;!r Mme Gertrude Ilart, candidate li un emploi. Cette fern/me le trouble, 'Quo;nd ellè lui apprend qu'elle « tait partie de l' E~It&é épiscopale ~ ; une p~r inexpUcab~ &'empare de M. Newman. On là ptena!t pour un Jltil' .· Ce très joli d~ssln d'Adrienne Ség-ur illustre l'une des av~ntures d' " Alice au pays .des merveille. dans une édition de luxe Inac cessible, hêlas! ft la plupart· des bounea Enfin, j'ài assez fàit corn. I1relldre qu'il ne faut pas a~ler vOir « La Fête du Q...u ~ erneur : . pOur l'le distraire. C est dommaspectacle

.

. Ce spectll-cle bien monté est po urt8.llt èntaché d'une singulière 'faute de goût. Entre deux tableaux également joyeu:! et légers, on nous fàit ass ister à une .prise de voile. Comme dans lés romans de Mme Delly, une Scène de la S~phon1e .rortugal$e /loP:Jlrlght h7 Droit ., LI~.tlj .t /ldition. d. Minuit. Tou. droits ré.~rvé •• ... "' ......... POCUS . - C'e.;\ cela.. M. Lorsch estIme préferab:e que HOiil.n et yous ... permutiez ... en quelque ror~ " . ' . Et mai nunant, il r egardMt ~I:. Néwman en fàce. - Dans nos f011clicms? - lj:h bièn, oul. Que vous échangiez vos eôlploi.s. Que VOus permutiez, M. Newman fit un signe qu'il comprè!lJl,i t. Il attendit. - Vous n'Ignorez pàs, je suppose; qu~ HègA.n gagnt motn& que vous, mals nous n 'allons pas vous diminuer. M. Newman inclina la, tê te. - Vaus serez payé comme maintenant.,. M. Gargan attendit qu'il parlât. ~ .. Is il était sans volx. Ooml1le dévoré par cètte chose m6n~ trueusè. - Ai·je fait Quoi qUe cé soit qui... ? - Il n'~st pas Question de cel~, Il ne faut pas croir/! qué c'est Ulle sa nction. Ll!.urent ... M. Gargan eut un sourire aff ectùéux, et 50n vl~agé - avec les cheveux descend! nt en ar~ de cèrcle de chaque côté de la rà ie tracée au milieu - prit l'~pect (l'uni: citrouille aném ique, - Hogan n'cst ict que detmis cinq ans. , Qu ~ disalt·lI? De quel antre lengtéthps enloui dans lés profondeurs de ~on êttè pouvàit blèn s'éêhapPér une tell~ fureur 1 - Je ne ~a is en quels termés vous dire. monsiëur .. , - Je cOmprends bien, Lauren t, mais .. , Jamais encoré U n'avalt ' coupé la parole à M. Garg/lon, - Je vèux dire que le pOste dé Hogan né me conViendrait pa.'; du tout. Ce n'est qu'un employé. il ... - Là, vous vous lrompéz. Hogan a des r espons&bllltés ... - Mais pourquoi ? (Et d'oil vena it cette certitude que les cuisses et J'odeur de Gertrude Hart étaient à J'oliginè de cet le fureur qui s'échappait de lui? Grand Die u, com· mèn t osait·i1 parlér à. M. Gar~ an sur ce ton? L~ p:ancl'ler thême en tressa.ilJait ou presque.) Pourquoi. n\onsleur ? N'ai· je pas [aH du bon t,ravl!.iJ, iel ? J 'ai acheté des verres. Jè viens d'engager une emJ)loyée modèle, je ... » M:, Gargan s'était lèvé, Il ~ tenait débout. dominàitt de , t 6u~ sa sta ture M, Newml!.n qui était bOE\lCOUP n'lOin! grand que 1u !. M. Ne "'man s'à rrêta dè parlet. réalisant que lui-même s'était levé, - M. Lorsch ... et moi·même ... 11 Il s.e UchaiL à son tOur. O'était epouvantable. « Nous pén.wns, M, Lorsch ~ t moi, qu'il conviendrait mieux A. tous égards que vous occupiez le bureau de M. Hollalt Rien ne presse, mtia arnmge%'VOU5 pour avoir dém~nagé pour le J)remier du \)lois prl)chain. l M. Newmtn reCQnnut la nàte uns répli"Uè d! 1 putorité. Son ,écho accompagna M, Oi.rgan dans -sa sottie, - 33- FOCUS Il S'lis.;l t, les yéux rivés sur lès travées ,de t a)? les et d'employées, et sur la porté cl/ll;e de M. H61l!:a.n. Rien de iPlus qu'un petit ethployé. malntè~nt, après tant él'a.nnéès, Slins autbrité, sans rendez·vous, SW téléphone. Commè 51, èn un ' séns. il étàH devènu Hogan ... Après tant d'annéès .. , Il Se leva, étouffant de larn\es rentrées, respira profondémel1C et se ras.;it lèntément. Ce n'était pas lèur dernier mot. Ce n'étalt pas pOSl;ible *près tant d 'années, Quelques pàrOle.';, et li!. part la plus sensible de son exislénce étàit el'! miettes; s6n bureau dans sa. ka ine de v~rre; son , donmine, là.. dèvant lui ; et ces travéés de t ables èt d'émployées qui ne dépendaient de nul autre.. Ce ne pouvait être leur. dernier mot ... Il ouvrit le ti roir de gsuche de ron bureau, en re tira un ~ ti t mirOir dans lequeÙ II se contempla. /Son vi, l\gè était lul$ant de sueur. SOn l'lez paraissait âffreUSement èrochu. Il si\ levé. et se re~arda d'én haut pom: se voir sous un aulré arlgle, L'è!fèt étaIt désastr eux, oui, désastreux. Pas à. ce poin t· là., tout de même! Fas aprè5 tap.t d'a.Jinéés. Déjà, il se dirigeait vers l~ bureau ; il traversa celui dé mis.s Ke:Jer. H en mOInS de rien se t rouva--dévlnt sOn ~upétl eur. M. Oargan le rêgarda et re leva, M. Nèwmàn rédresSa son menton comme si les flots montaien t aut6ur de luI. - Franchement, je ,ne vois pas l'inconvèniént qu'il y aurait à oe que je gardé mon bureau. dil·lI d ' ~e volx brève. - Ce n'est peut ·être pas à. vous de jUler, Ne '\'man? - Non, mais si vous v6ulez vous débarràSl;€r de mol, pourquoi ne pas ... - Je vous dirai sincèrement, Newman, que je n'avais rien l'èmarqué jl.L5qu'à. ce que M. Lorsch me l' ait fait observér. Mais je comprencl.s BOn point. de vue, Nous trouvol1s que VOus rl.stl,ueriez dé ne pàs faire bonne impres~lO n aUK gens qui vlendralènt 1& pour la prem ièrè fols, .Nous com· prfnons votre position et nous BOmmes prêts à "ous cOnBérver votre ancien salaire pour faire le travail de Hogan. J e ne vo is p:l.S t rop ce qu'il y a à ajouter. mon vieux. oe ( 1lI0:1 vieux Il résonna aux oreilles de M. Newman comme la. dernière planche de salut qué lui tendait l'amiti é. Il en eu le souffle coupé tandis que M. Gargan le prononçait. SOn premier mouvement le dirigea du cOté de la porte ; n'l~ m il s'an-êta, se tourna. vers M, Gargan et dIt: - Je ne vois pas comment je Péux accépttr ce changelilent dé posté, monsieur. J 'espère qué cè n'ft!t p~ ,'otre del'nler mot. Le regard de M. Gargan se f ixa sur lui. - C'est mon dèrftier l'not et je !l'Y puis 'rien, New ~n. - 34- ., .. 1 • FOCUS M. Nèwmii.n c6mprlt la près.sion exerc~ sur son chU èt ne lUl' en tint pà:; rigueur. - Oè n'èst ~as cOmme si vous ne me connaissiez pas. Vous savez bien que Je né suis pas ... - M, Lorsch ne conn ait que ce qU'il volt. Et ce qu"U a vu ne lut .. pas plu. Et il en sera. probableMeht de même pour d'àutres, quand ils viendrent ici pour la première fmis. M. Lorsch a dès idées assez arrêtées quant au iel'lre qu'il veut dOnner a lé. firme, et il faut rècimnaltrè qu'il a le drOIt d's,vêir ses idées, n'est· ce p!\.S? ~ A1ClrS, je vais être MliSé de quitte r. - O'eSt votre atfâiré, Newman. Je trouve cela pu~ru." m.ais jè 1,~4 vo udrais pas vous voIr rèster sI cilla devàlt vous rt!11.dre malheureux. • - Non. il va falloir que je quitte, . - pqurquoi ne pas lills.;er la nuit passer là-dèssus 1, .. - Je ne !'lux pas. Je ... Sa voix s'élrang:a et il démeura là, & at t~ndrè. Attepdré qo61 ?_ . Un û ul rètard jeté sur la figure tigee d~ M. Gargan lui révé:a qu'il àttcnd!lit en vain. - J e vo'!; fais liles adieux. alOrs, dlt- Il avec lassitud.!. - Ré!léchi.ssez... . - Non, j~ ré~ëlte, II faut qU'l je parté, dlt·il, et il éut • peur de se mettre à pleul'èr. , Il s6'\-tit de la. pièce sans même attendre la réponse de M Ga)."gan. En partant ce soir-là. 11 st tint un Instànt immobi: è devant rentrée de l'lmmeub:e. La. foule dq cinq hêurèll s'écouli!.it avec 'fracas vers les stations de métro. Il entra. dams lèurs rangs 4t r eflua avec ;a ma.réé. Dans sa poche de cÔté rèpo.\alt le stylo et ~on lourd support. !.Chètés par h l voilà tant d'années. La base pesa.it et déformait sa poche el le i~nait, Il fin it par les sortir et l.! porter é. la màln, CHAPITRE: VII En sortant du métro, II remit dans sa poche le stylo et son support et se dirigea un peu plus le ntè lll~n t que de coutlOlnt ver' ron damiclle. Dura.nt le trajet 11 avait retiré S~S lunett25. mUs il diWngua Mmè Dépaw, en tre.in d'arroser ~a pelouse, êt il la sàlua. de ltin avec sa rê5~ rve habltuéllè. La. /j' rosse Mme Bligh. ~slBe sur sa tèrrasl\e, attendait le retour da son mari. Ell~ le héla pour' lui demander si daM I! oen' re il faisait B lj1S5i chaljd qu'ici. Avec un hochenlent de ~te et un rire l:ir!tf, il l'ép6ndlt : « Je crojs b\ ~ n », et poursuivit sa rOute. Le petit orphelin adoplé pp' les Kenn!tdy 1 u! cria : « Bonjour », du h~ut de la ~rra.~e. Jetant v~r5 ~es te.uêtres un regard impuissant pour t!chèr dè d,écouvrlr si les KEnnèdy étalent aux ague t~ et ne voyant rl~n, Il fit au pauvre petit U'n ~1gne àmica.! ét lui ~emanda : - 35- TOUS LES VENDREDIS 23·29 Décembre 1949 Ce n'était pas méchant N· 9 (113) 25 fr. DISCOURS AU PARLEMENT DE BONN o.e la meilleure façon le . ; . h 0 mm e 1 HANOUKA 1 Il était une lois un roi d',e xterminer 1 e s J ui fs · WOlfgang BoehIer, leader d'ml parti de fuolte allemanid, a d6- mlsslonné du Pa.rlement à la demande des membres du Parlement, après que turent connus les termes d'un discours violemment80ntlsémlte qu'II avait prononcé la veille devant les membres de son parti à E1nleld pra de Bonn. . Une nouvelle de QUAND ' nous nous retrouvons entre cama· rades de captivité, 11 arrive que quelqu'un dise: , - Tu te souviens de cette veille de Noël 1943." le jour d'Ivan". . Et alors pendant un long moment, aucun cie nous h'ose plus parler. A peine arrivés dans ce petit kommando de travail en Rhénanie, le feldwebel nous a-vait avertis ; . - Vous travalllerez Ici avec des Russes mais vous ne devez pas leur parler, Ce sont nos ennemis et les vôtres aussi, malgré que "ous ne l'ayez pas' compris. PIERRE BARLATIER NOUS fllmes vite aux wagons. Les eontremaltres ne paraissaient pas, quant à eux, pressés de se mettre au travail. D'allleurs, c'était à peine si l'on distinguait le contours des choses. Groupés autour d'un brasero, ils discutaient ensemble et l'on entendait parfois l'un d'eux se plaindre. - Arm Weihn.acht 1 (Triste Noël). Dans le fond de la carrière, cependant, les Russes, en silence, déblayaient déjà la neige. Soudain celui d'entre eux qui était chargé d'actionner, le treuil commença à faire monter un wagonnet. Nous comprimes qu'il s'agissait de travailler pour ne pas attirer l'attention des surveillants. Ainsi, l'absence d'Ivan et de Plotre risQ. uait de passer plus longtemps inap.erçue. L'inqUiétude nous poignait. Nerveux, Philippe faillit se faire prendre le pied dans un wagonnet. . Beaucoup de Juifs célèbrent. la . fête de Banouka. Mais qui saurait exaeteml)nt en décrire l'origine? En l'an 175 avant J.-C., la Judée avait passé depuis un siècle déjà de la domination de Ptolémées à celles des Séleucides de Syrie. Les classes dirigeantes subissaient fortement l'influence de la civ~lisat.ion hellénique. Elles «collaboraient )), pour employer une expression moderne, non seulement dans le domaine économique et politique, mais encore sur le plan de .la culture et de la religion. Parmi elles, la domination des princes syriens ne rençontrait aucune résistance, bien au contraire; mais dans le menu peuple, artisans et paysans, les exaçtions, les impôts et la tyrannie des fonctionnaires entretenait une révolte endémique. Cette révolte prit rapidement la forme d'une lutte pour la défense de la religion nationale, seule expression, à cette époque du sentiment national, lorsque la politique d'hellénisation des princes séleucites 's'étendit aux campagnes. Surnommé « Mart-eau li En 168, Antiochus' Epiphane envoya un délégué avec l'ordre formel d'interdire la loi juive en Judée et d'y établir lec:ulte grec. Jérusalem fut démantelée, la circoncision et l'observance du Sabbat furent punis de mort et dans le temple on éleva, un autel dédié à Zeus. L!l révolte du peuple juif prend tout d'abord la forme d'une ré' sistance passive. La légende a consacré le souvenir de ce vieillard de 90 ans qui se laissa égorger plutôt que ':;la manger " du porc, ou celui, bien plus touchant encore, de Hanna et de ses sept fils qu'elle accepta de voir mourir l'un après l'autre plutôt ' que de renier son Dieu. Mais bientôt le soulèvement rarmé éclata. Le signal en fut donné par llne fa,, mille de prêtres provinciaux : celle de Matathias, fils de Rasformé une a.rmée régulière, il parvint à occuper Jérusalem (165 av. J.-C,). Une légende La légende rapporte 11 ce propos un miracle dont le rituel de la fête garde le souvenir. On sait que l'huile sainte devait toujours brûler dans le temple. Mals lorsque les Moaccabés péné~èrent dans son enceinte, ils trouvèrent seulement une petite fiole qui n'avait pas été souillée par les païens. Elle ne pouvait suffire qu'au besoin du jour, et pourtant elle dura huit jours, temps nécessaire pour préparer une huile propre. . Le Dr. Erich Hoehler, Proetdent de la Chambre, a a:nnone' cette \lémlssion \léclarant que le Gouvernement de l'Etat d. Schleswig-Holstein demandera prochainement la. levée de l'immunité parJementaire de Boeh- 1er. Dans son dJseours à Einfeld. Hoehler avait déelaré que l'AI. lemagne peut être reflOnstrulte sans les J ulIs. Pariant des atroeltés nazies, li s'exprima en oes terme.s : Cependant, le ' soir même, tandis qu'on nous distribuait la soupe, un des jeunes Russes que l'avals salué d'un cl1gnement d'oeil un mo: ment auparavant, me gl1ssalt dans la main un morceau de papier pUé en quatre ; c Camarades français, y était-il écrit en un fl"a'nçals laborieux mals correct, vos camarades russes vous saluent et espèrent que la bonne entente sera entre nous, prisonniers français et russes, Ne chargez pa~ plus de dix wagons par jour, Vous travaillerez demain avec neus. On s'empl'essa de rire de sa maladre&se, heureux de saisir ainsi une' occasion de se dé- --------------------------~ mon. . Lorsque JU!:lla et ses frères et toute l'Assemblée d'Israël ordonnèrent la célébra;tion, chaque année, pendant huit jours à dater du 25 du mois de Kislev, cet événement dam l'allégresse et les réjouissances, ils voulaient simplement commémorer leur victoire. « Que les nazis a.lent eu rat. son ou non de gazer le8 .Juifs est une question que chacun doit résoudre perso~llement. Peutêtre y avait-II \l'autres moyell5 \le nettoyer l'Allema.gne de ses Juifs ». à la carrière, On mange mal, Ici, et le feld-webel est nazi li, - Il en connalt un drôle de bout, le copain,' avait dit Philippe. C'était vrai qu'il en connalslait des cl)oses, ' cet Ivan avec lequel je m'arrangeais chaque jour pour échanger quelques paroles tandis, qu'attachés au même wagonnet, nous le remplissions de cailloux et de .able. Etudiants de lettres à la Faeulté de Moscou, 11 parlitlt 1 peu près couramment le ·françals et rêvait de connaître un jour Paris qu'il imaginait de façon un peu Sel1ématlque peut- 6tre, à travers les « Misérables », de HugO ~ , « Bel-Ami :t, de Maupassant, et quelques li- 'vres de Zola: Il aimait me poser, pêl .. mêle, toutes sortes de questions inattendues sur la vie que je menais avant la guerre, les cause .. selon moi de notre défaite qui, - .... me disait-il, avait tellement surpris ses compatriotes, le Cinéma, le théâtre, la musique. Nous devinmes vite des amis. Grièvement blessé au ventre au moment où il avait été fait prisonnier, il avait été .long à se remettre mais depui~ qu'il se sentait fort, V :ne songeait plus qu'à s'évader. En vain, je lui opposais l'énorme distance à parcourir, 11 me répondait avec un sourire têtu · : . - Ça ne fait rien. Je suis solide. Nos partisans avancent un peu partout à présent. J'arriverai sûrement à les rejoindre. Et puis, après la guerre, tu viendr~s me voir à Moscou. Je te montrerai des livres écrits en français. C'est un soldat de Napoléon qui les a donnés au grand-père de mon grand-père. , Les jours se suçcédaient dans leur routine monotone où la première pensée émergeant du sommeil était pour l'heure du soir où l'on pourra s'y replonger. Après Ivan, j'avais connu son camarade Plotre, un Sibêrien noir et bronzé comme un Arabe, avec lequel je conv~rsais parfOiS en allemand, puis Vassili, boulanger à Kiev, qui répétait sans cesse : - Deutseha kaput, kaput, kaput, Enfin, vers la mi-décembre, Ivan me confia ~ - Piotre et moi on s'en ira la veille de Noël. Je crois que c'est le meilleur moment parce que, ce jour-là, les sentinelles pensent surtout à la fête du lendemain... et pas du ~ùt à nous surveiller. Dès lors, les journées me parurent courtes. Chaque matin, je comptais celles qui restaient aux deux Russes à passer avec nous. n me semblait que, nous avions encore ,tant de choses à nous dire. Ivan m'avait parlé de sa femme et de sa petite fille. Il ne possédait plus leurs photographies mals 11 me les · avait .i souvent décrites que je les aurais reconnues, ~e crois, en les rencontrant (lans, la rue_ ET arriva la dernière nuit. Naturellement, malgré la fatigue, je ne parvenais pas à m'endormir. Je venais à peine de le faire quand retentit le coup de sifflet de la sentinelle suivi de son cAuf stehen ! : ponctué chaque fois de quel, ues appels de crosse. Ce moment du réveil, c'était toujours le plus J)énible, celui où l'on se sentait le plus · délarmé devant l'Injustice du sort. Alors, la journée tout entière apparaissait eomme un désert sans horizon et, hélas ! sans mrprise. On s'étirait en baillant mais 11 fallait tout de suite sauter en bas de la couehette et vite, les pantalons, les souliers ... Un à Un, nous nous enfoncions à tâtons ~ans l'obscurité et la neige. Le rayon d'une lampe 'électrique de poche Ia,illissalt. • Les Russes étalent déjà là en rangs de trois, beaucoup coiffés de bonnets de fourrure mais lSouvent piedS nus dans leurs galoches. Je eherchais le visage d'Ivan. Une mince cigarette roulée dans du papier journal et collée au coin de sa bouche me le découvrait tout à. coup. .

  • Len ofuesl dwcoembeplt enr.e Qlauieslsqauit'u nà cpreirasiot nn; e le ·soin

- Eh bien ! Philippe, toujours en retard. Et Philippe arrivait sans se presser. Ce matin-là, pourtant, Philippe n'était pu en retard. Il s'agissait d'être le plus tôt posISlble à la carrière pour qu'Ivan et son camarade Piotre puissent encore profiter de l'obscurité de la nuit. Comme je passaiS devant lui, la main d'Ivan lalslt la mienne pour une brève étreinte. Sur le visage grave de Plotre qu'éclairait à ce moment, la lampe du feldwebel, se pelgna.it une expression d'émotion Intense que je n'oublierai de ma vie. Nous nous mîmes en marche. La neige, qui avait glacé pendant la nuit, rendait la route glissante et en dépit de tous nos efforts, nous n'avancions qu'avec une lenteur navrante. Il faIsait encore sombre pourtant quand nous parvinmes à la carrière. Aussitôt, chacun rentra dans la petite baraque où nous laissions nos capotes et nos .musettes, s'emparant, qui d'une pelle, qui d'un pic. Dans la baraque voisine, les Russes en faisaient auta.n1!, tendre. Brusquement, Robert, l'interprète, qui se trouval~ tout en . haut de la falaise, près du Russe qui manoeuvrait le treuil, accourut vers nous. n avait entendu des coups de feu, cUsait-lI. Phlllppe, fui'ieux que nous nous soyons moqués de lUi, assura que Robert était fou. Je sentais une sorte de panique intérieure s'emparer de mol. J'aurais voùlu courir vers le bois voisin, essayer de rattraper Ivan et Piotre, les Obliger à revenir. Puis je me dis qu'après tout, s'ils étaient repriS, on se contenterait au pke de les renvoyer au Stalag où ils seraient !,Tl/s au cachot 1 pendant quelques jours. A ce moment, 11 y eut un coup de sifflet, . Ilulvi des cris des sentinelles qui accouraient vers nous, le fusil à la main et en nous faisant Signe de. nous rassembler. Robert nous traduisit qu'il fallait prendre les pelles. , Nous remontâmes vers les baraques - les Français et les Ruses, têtes basses. Je ne pouvais m'empêcher de trembler . Philippe aussi, mais 11 prétendait, . lui, qué c'était parce qu'11 avait froid. Nous filmes vite rassemblés, la pelle à l'épaule, le petit ,obergefrelt Q.ul con'miandait le détachement en l'absence du feldwebel, nous Indiqua la direction de la forêt. Il tenait son revolver à la main et ne cessait de pousser ses « LOI 1 Los : comme un aboiement. ,Quelques flocons to..urbillottnaient. Parfois, d une branche de sapin, une couche de neige glissait, tombait à terre avec un c floc .. Nous march~mes près d'une heure. Si l'un de nous commençait une phrase, immédiatement les sentinelles le faisait taire avec une bordée d'Injures. Enfin, nous reçu mes l'ordre de nous arrêter. L'obergefreit était parti en éclaireur . Il revint quelques minutes après, et l'on sè remit en marche, les arbres s'écartaient pour former une sorte de clairière. Le feldwebel parut à l'entrée de cette clairière. Il nous dévisageait l'un après l'auire, à mesure que nous passions à , sa hauteur. Soudain ceux qui étaient devant, de nouveau s'arrêtèrent. Il y eut un moment de silence dans ce paysage feutré de neige, le feldwebel dit en allemand: , - C'est mol qui ait · tiré ; la prochaine fots ce lera la. même chose, compris ? Les premiers rangs de notre petite ' troupe se déployaient en . éventail. Alors je vis deux masses sombres étendues dans toute la blancheur de la clairière ; deux hommes ; Piotre, sur le ventre, le Visage plongé dans la neige, et Ivan, à demi adossé à lui, les yeux révulsés, la. mâchoire fracassée avec du sang encore frais qui s'égouttait 'sur son pull-over. Il fallut tout de suite déblayer la neige, ereuser une fosse. Ensuite, sur l'ordre du feldwebel, les camarades d'Ivan et de Piotre s'approchèrent des cadavres, se baissèrent pour les soulever dans leurs bras ... et, tandis que, tête nue, nous nous figions au garde-à-vous, les Russes entonnèrent lentement, à mi-volx d'abord, puis de plus en plus fort, l'Hymne aux morts. de la Révolution. . Un moment, les Allemands parurent interdits, ne sachant quelle attitude adopter ; mals le feldwebel, avec. de grands . gestes, vociférait que 1 que chose quelques chose que nous ne comprenions pas. - Il dit, expliqua Robert d'une voix étranglée, il dit que leurs vête ment s sont bons, qu'ils peuvent encore servir ... Et c~ fut deux cor p s entièrement n us que l' 0 n descendit dans le trou, deux corps que la neige, en tombant d'un vol de pet ,l tes mouches blanches, (Suite pqe 4):. ~',I',.,III,.IIIII",III'III.I,..1I',',.I','II'.I.1.1'.1I.1"".1.l.I'~ S ~ IILA SIëD!NI 1ë~ .. 1 s ~ ~ S !Ii A VEZ-VOUS arpenté les Boulevards cette semaime? ~ ~ Malgré le dédain qu'it est de bon ton de leur loi § accorder, nous les aim ons 'bien, swtout avant Noël. , ~ ~ Peut-êtTe paTce qu'ils correspondent 'mieux d L'image ~ ~ que notre enfance en Il ·gardée. Sans doute aussi parce S § qu'i!s Teprésentent exactement notre concept du diman- ~ ~ che parisien, du dimanche familial et, pacifique avec ~ ~ sea cohortes de moutards à sucre d'orge, de permission- S S naire3 courtelinesques et de camelots goguenards. ~ Ayant tué le prêtre juif qui s'approchait de l'autel pour sac ri: tier aux dieux païens, ainsi que le fonctioruiaire syrien présent, il se réfugia dans la montagne, avec ess fils et ses partisans. A sa mort, le commandement passa à son troisième fils, JUI~, surnommé ' Maccabée (Marteau), en raison de sa force: Menant une guerre de ]»rtiIlI, ns, il harnassa les troupes $1_ llennes jusqu'au jour où ayant Selon une cer,taine version, le mot Hanouka se composerait du verbe Hano: se reposer, et le chiffre Ka h' : 25 et rappellerait que le 25 Klslev, \es vainqueurs se sont reposés doe fatigues de 1 .. guerre. PhrMe qui prend tout son sens de menace lorsqu'il précise que « les Juifs sont en train de redevenir impertinents 1 »-. Boeblec a ajouté que les combattants eIandestlns antl-nazl. étalent des « traitres qui !labotèrent le potentiel de guerre allemand et furent responsables de sa. reddition sans cornutio! lS ~, . LE PÈRE NOËL EST FAUCHÉ/ . ~ En huit jours, les éventaires des marchands forains ' ~ !Ii ont fleuri d'Opéra à Bastille et leu;' présénce nous rap- ~ ~ pelle une époque où les commerçants étaient plaisants, ~ ~ attenti# à vos désirs, serviables sans obséquiosité, ba- ~ !Ii vards et bons enfants. ~ ~ Le. camelots vous arrêtent au passage, et font l'ar- S § ticle, et déplient des foulards, froissent des cravates, ~ , ~ projettent des ,parfums, font miroiter deS perles faus- ~ ~ ses, des stylos à pointe d'uranium, remontent des lapins ~ ~ mécaniques, soufflent dans des baudruches, bref' vous ~ ~ emmènent dans un monde enchanté duquel sont bannis ~ § les soucis, et où l'on peut balancer des boules de chif- ~ § fon sur l'effigie d'Adolf Hitter. Je ne garantis pas l'au- ~ '" thenticité de ce jeu de massacre. Je ne l'ai pas VII. bou- ~ ~ levard Montmartre. Peut-être a-t-on interdit ce stand, Il ~ l'a-t-on jugé « pohtique li et « te~anoieux » ? Je ne ~ ~ sais pas. J'espère qu'il existe encore. Mais le verrons- ~ § nous t'an prochain? ' . ' ~ § . Enfin, ces baraques fOTaines ' nous ,emblent particu- ~ ~ lièrement sympathiques. Beaucoup plus qUe les maga.- ~ ~ sins-nouveaux-riches qui, depuis deux ans, ont sUTgi li Il tout au long des Boulevards, avec leur néon, leur stuc, ~ ~ leur faux éclat, séqueHu du -maTché noir, anogants ~ ~ cQmme les cols angais des zazous de l' occupation. ~ !Ii Les camelots ne sont pas plus riches que nous . . Ils ~ § ne ménagent p(/.8 leur peine ni leur sahve. Us vous tu- S ~ . tQient, vous prennent par le braI, on est leu1's copains. ~ ~ même si après avoir touché toutes lès régates on s'en ~ ~ va les mains da1f8 le8 poches lorg·ner lit devanture ' d'un -S !Ii concurrent. ~ ~ Le soir, ils allument leuT8 petites lampes li caTbure ~. !Ii qui sifflent leùrs plaintes fraternelles et malodorantes. ~ ~ Tout le boulevard pue l'acétylènrr et cela se mêle plai- ~ ~ samment au nougat, aux berlingots, aux caramels ' rrt ~ !Ii au chocolat du nouvel an. ~ ~ La. fine pluie de décembre noie dans sa grisaille ce- ~ (SUITE DE LA PREMIÈRE ~AGE) Car, ces petites baraques, tout au long ' des boulevards, c'est un peu du Noël de Paris. Elles font partie des distractions des Parisiens, 'simple'- 'ment par les boniments et les réclames, par l'accent local et les mots d'argot qui font 8e cristalliser autour d'eux les badauds' qui ont une heure à distraire. Il y a cependant plus fort gue '« IIhomme du Gange :, celui qui, par exemple,. en vôus p·résentant des souris blanches, arrive à vous vendre des stylos à bille ! - Ces petits animaux vont faire, avec mon autori.sation., une distribution gratuite de 3tylos. c Qui en veut? Vous n'avez Qu'à tendre la main. Si la souri. s se dirige vers vous, dans 'la poche! C'est gagné, à vous le styl6 « Ki.suzpa ) 1 Instinctivement, je tends le bras, mals, .. ' vll'lldr~ des sty,los. Encore, quand on vend aes «trucs» à cent fm,nes, ça; part, mats ct trots cents, les gens ~ jont tirer l'oreille. Remarquez qu'à cette époque, nous avons le vent dans l~ dos : personne ne $ait quoi acheter et comme tout le monde est tau.cné, on 'e rejette sur notre « came ». Ecoutez le parfumeur : . - En plus du flacon c Sulvezmot, jeune nomme », fnmte grammes d'extrait pur, la maison qui M recule devant aucun sacrifice, .on a adouté un .secOnd ; « C()U~S après moi que j't'attrapes J, quin.Ze grammes en flaCon cristal taillé main. et, en plUs, ct titre de prime et pour les fêtes uniquement, le célébre « Cnac au coeur J, un titre et demi d'extrait, le tout pour la. 80mme modiq~ et dérisOire de cinq cents francs. Je dis bien oinq cents, profitez-en, il n)/ ' iL qu'iCi que VOUs trouverez nos parfums sensationnels. « AUon8-lI, aUon8-1/, dépêchOnsnous, c'est un lot que nous avons en quantité limitée. » Si le$ parfums som limités, les lames de rasoir, par eon ère le vendent à profusion : - Ici, on COUpe les cheveux en quatre, grâce â IlL célèbre lame « T~illadeuse ». Vingt barbes Msurees, les Ctnq lame., l/ingt-oinq fra?t cs... et ce n'est pas tOut, i aJoute Un rasoir, un sation, um glace, le tout cent baltes, qui en veut ? ... !' Tiens, ?1IDn petit gars, tu 0/jrirlM cela a ton père, il sera content, hop ! enltvez, c'est Pesé. E~ dans ces petites ba.raques de. boulevard's, on vend et on fabrif" ue de tout cartes de vlsi te, Cl'&vate. s (à 150 fratics les deux) canfiserie, Spécialités de Paris pour la plus grande joie des promeneurs, 'parents et enfants, qui pae' sent un après-midi entier à piétiner le bitume des .boulevards de l'Opéra à la République. Mais les produits que l 'on peut acheter, s'ils sont limités en prix le sont aussi en « splendeur ») ei cependan; combien de personne. achètent chaque année en le dlsa. n( : - P()Ur un petit cadeau, ~a 31J.(fit bien! « Avant de vous remettre le cadeau de la maison, ie vau vous demander une garantie. C'est-à-dire qu'il vous suffira simplement de dire autour de vous quene est la qualité de notre marchandise, et, en plus, de me remettre trois 'petits billets de. cent francs qui resteront en dépôt dans notre caisse. E C H 'E .· C S , , ~ tableau if1l-pressionniste. IL faut prendre garde en tra- S ~ versant l'avenue: gare' aux pavés de bois. Le sergent ~ ~ de ville en cape blanche qui broie du noir ressemble ~ ~ d un eaTabinier de Monaco. Mais ~e passage des Prin- ~ S ces, le passagl des Panoramas, II! musée Grévin évo- ~ ~ quent encorrr tes temps révolus.. Mayot traverse la chaus- ~ ~ sée avec son toupet. Toulouse-Lautrec a affiché une ~ S Yvette Guilbert gainée de 11ert et gantée de noir. Il y ~ ~ a un fi'acr,e soLitaire qui attend Xanroff· Hélas! le § ~ Il Petit-Casino »' lui-même a .disparu. J'V allais siroter ~ ~ une eeri~e li l'eau-de-vie m écoutant les vedettes du § par Maître 1. ' SHERNETSKY § car eane' 'd", jadis. On en iL fait un cinéma et on 11 ~ S JOU6 de. « westerns », de. 11-istoires de gangsters de ~ ~ Chicago, et d'éternelles chevauchées l1ers l'Ouest. ~ ~ 'Attention, les cow-bOlis sont paTmi nous! ~ ~ Paul J. RENNE, ~ !Ii § ~ ... IËT MIES AMOURS ~ ~ '. ' ~ '1""""""""1'1"1"""""""""",1",,.,,,,,11111 • «Je répète que nous ne vendons pas, nous demandons simplement une garantie. « Alors, qtLi en veut? La phrase est à peine terminée, les bras retombent. - Ldcher trois cents balles pour un stylo ! ... C'est cher. C'est un « titi '» parisien qui avec sa gouaille coutumière expr'ime tout haut c.e que chacun pense ... le vendeur y compris, qui nous déclare quelque temps après ; - C'est dur de gag'flet Ba "ie en ce moment. Vous vous j:endez compte : pal'tir de souris vour Problème n° 7 ' E. P'EIGIN (Tel Aviv) Bu/letirt Ouvrier des Echecs F.S.G.T. (Nov. 1949) ABCDEFGH Les blancs font mat · en 2 coups Pour 5.000 NOUVEAUX ABONNÉS à D. L. LA campagne pour 5.000 nouveaux abonnés à D.L. se développe à un rythme toujours plus dynamique. Les sections du M.R.A.P. sont, d'ores et déjà mobilisées. Certains résultats sont méme sensationnels par la rapidité avec laquelle ils ont été réalisés. C'est ainsi que Montreuil, toujours en tête, a atteint, trois semaines à peine après l'ouverture du concours, 94% de son objec.tif. Le M.R.A.P. du g' arrive à 42%. Parmi les sociétés, dtons le. Amis Israélites de France, Lubartow, les Amis de Paris, ,etc.. Les Cadets annoncênt un démarrage « fulgurant »). Il convient toutefois d'appeler l'attention de certaines grandes organisations sur la nécessité de se manifester avec plus d'éclat dans le concours. Nous aimerions aussi avoir davantage de résultats de province, où nous enregistrons un cas isolé mais combien signil'icatif: l'activité de M. Crincager, de Montceau-les-Mines. Que les fêtes de Noël et du Jour de l'An soient l'occasion d'un redoublement d'efforts dans cette campagne qui n'est pas l'étape la moins importante de notre grand combat contre le racisme et l'antisémitisme, pow: la paix. CAMPAGNE Dernières nOllveUu M·R.A,P •• IX· 21 abonnements, - 42 "" de l'objectif_ M,R.A.P. - XIV' un concurrent réalise à. lui seul 10 % de l'objectif total. M.R.A.P. - XVIII' M. Simon a réglé 12 abon-. nements. LIS Cadets annoncent fulgurant. DANS LES un démarrage S9CIETES Les Amis Isarélltes de France ont atteint 13 abonnements et comptent dépasser leur objectif fixé à 30. Amis da Paris 7 abonnements, 18 % de robjectif. ' AmIs de Brest-Lltovsk 9 abonnements, 18 % de l'Objectif. Lubartow 7 abonnements, 30 C)f, de l'objectif. A Montceau-les-Mines M. Crincager, qui a déjà repour la première fois D.L. dans sa v11le. " ILS SOUTIENNENT D. L. Montreuil toujours cn tête avec 47 abonnements (objectif: 50) dont 31 réalisés par M. Badower. Les ongmaires de Brest-Lilovsk ne sont pas tellement nombreux à Pa.ris. Mais leu l' amicale est une des plus actives eL sympathiques, M.R.A.P. XX'-Avr.on PréSidée par un avec un départ de 6 abon- vie U x Parisien, nements dépasse largement,,, M. D. Lerner, elle ,.. . M. R . A. P . XX'• Be" ev III 1 ntree tfeaniltr ppaasr mqui' esne-s et ses 4 abonnements. membres le culte Les Ancians Combattants ,Juifl du p a y 5 natal. d f i mals elle pense vle~nent e nous are par- bea.ucoup il. l'avevenir leurs premiers abon- nir, il. la Paix... M. Siuskin nements. . - Brest-Litovsk , .. possédait avant la guerre une po- L Hac~omer Hatzalr pulation de 30.000 Juifs, nous dit et 10rganisation des ,Juifs Je secrétaire général. M. Maurice Polonaie entrent en lice. &aU5kln. C'éW1i ml ~ntre GU!- tur~,1 avec une jeunesse évoluée, ardente... Le fascisme hitlérien a passé comme un 1'az de marée. En octobre 1942, les nazis ont massacré toute la population juive de notre ville, sans laisser un seul rescapé ... « Aussi nous considérons que la lutte pour :a Paix doit primer toutes nos ,réoccupations actuelles, poursult M. Szuskin. nous ne voulons pas être pris au dépourvu. C'est pOUl'quoi nous sommes au M.R.A,P. C'est pourquoi nous 1 !sons et soutenans de toutes nos forces Droit ,et Liberté, qui défend non seulement ' les intérêts des Juifs en France, mais aussi la Paix ... « El voici une modeste preu"e de no ire attachement à D. r... ; & hlli~ jour&, aix abonnemeut .... Les échecs 1 une !'Ionie de vieux garçon '? - Qu'y a-t-il donc d,'extrtJ.M. dinaire .dans ce feu, que ceu:e ~. le pratzquent en .80ient 8t entnousiaste! ? La structure .du jeu' est tell. qu'elle Oblige le joueur d'échec. à raisonner avec une logique li. goUreuse, de faço]) à prévoir lea meilleurl!s parades de l'adversaire aux estocs successifs qu'il s'apprête à lui porter. L'astuce et l'imagination (parfois le génie) trouvent là un champ fertile. Un plan stratégique bien conçu et tactiquement bien exécuté procure- une satisfaction intellectuelle inappréciab:e non seulement à l'auteur, mais aussi à la gra~e ma.sse des connaisseurs. , Un trait d'esprit enchantera. toujours... l'homme d'esprit, Or n?tre jeu foisonne de situations ou éclate l'humow' échiquéen. Pour en témOigner nollZ donnons Ici un exemple amusant : Dans la pa.rtle BOLDOCHAN (Argentinel-WADE (Nouvelle-Zé_ lande), jouée le mois dernier au tournoi international de Trenciane- Teplitz (Tchécosl.ovaqule), un renversement Inattendu de la &ltuation transforme l'attrapeur en attrapé. Voici la partie : DEFENSE FRANCAISE Blancs : BOLBOCHAN. Noirs : WADE. 1. d4, é6 : 2. é4, Ils ; 3. Ccl2, CtG : 4. èS, Cfd7 ; 5. Fd3, ç5 t 6. !.l3, Cç6 : 7. Cé2, Db6 ; 8. CIl, fG ; 9_ exIS, C"fS ; 10. 0-0, FdO • 11. dxç5 ; Fxç5 : 12. Ced4 0.( Et non 12. - Cxd4 ; 13 Cxd41( 14, Cxd4, Dxd4 ?? ; 15. P'b5+ suivi de DxJ?d4); 13. C,,~, bxç6 ; H. Der, Dç7 ; 15. h3 èS !?1 ' Les noirs se lancent dans une combinaison t r è s hasardeuse ayant pour b:lt d'affaibl1r le iol adverse et d'en profiter en mobilisant rapidement tew's tours a.u centre de l'échiquier. 16. CxéS Fxh3 %?? ; 17. gxh3, Taé8 ; 18' Ff4, Cé4. Voilà la « POinte 1) dé la combinaison des noirs, Us menacent il. la fois TxF. et TxC puis ' attaque victorieuse contré l'e rocque démoli des, blancs. TI semble que leur .stratégie hardie va trouver sa recompenSe, mals les blancs renversent totalement la. situation pa~ le sacrifice inattendu 19. Dxe4 %! Tableau 1 Défend tout et menace mat ~ h7. TI s'ensuit 19. - thel. Ou 19. - g6 ; 20. Cxg6, hxg6 (dxé4; 21. Fxç7, etc ... ) 21. DxgS + , Dg7: 22. Dxg'1 + . et les blancs restent avec une pIèce . en plus. 20. Fç4 + les noirs abandonnent car 5'11' 20. - Rh8 21, Cgs + hxgS ; 2l. Fxç7 les blancs ont une pièce en plus tandis qu~ sur 20 - Tt7 21. P'xf7 + RfS ; 22. Cg6 + et 23. Fxç'l 11& ~t une Tour III plu., •

Notes

<references />

Format JPEG