Droit et Liberté n°249 - janvier 1966

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°249 de janvier 1966
    • Des hommes comme les autres: pauvre parmi les pauvres par Claude Rutili page1&6
    • Le racisme au ban de l'humanité: Convention internationale sur l'élimination du racisme adoptée à l'O.N.U. page1,8&9
      • Au ban de l'humanité par Albert Levy
      • A quoi s'engagent les signataires
      • Commentaires de M. Mazard, Conseiller Rolland, E. Nouveau, A. Nouriau, P. Cot
    • Le prix de la Fraternité au théâtre d'Aubervilliers page1&10
    • Deux procès scandaleux page1
      • Le scandale Verbelen par Edith Buch: un singulier responsable de la jeunesse
      • Un étrange procès par Jacques Delarue (Lammerling, Oradour)
    • Mensonges criminels des racistespage1&7
    • Vincent Auriol par Pierre-Bloch (hommage)
    • Max Frisch parle d'"Andorra": "L'image toute faite du juif"
    • Cinéma: "Nothing but a man" de Michael Roemer et Robert Young présenté par René Dazy
    • Art: Jean Lurçat le novateur
    • La vie du MRAP: pourquoi un comité du prêt à porter? ; A chacun de vous par Hugues Steiner
    • Pourquoi l'antisémitisme? par Madeleine Reberioux

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 JANVIER· 15 FEVRIER 1965 N' 249 Un franc DES HOMMES Lil RAtlSME AU BAN , DE' rHUMANITE ? • METTRE LE RACISME au ban de l'humanité: tel est bien le but de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, adoptée le 21 décembre par l'Assemblée générale de l'O.N.U. L'unanimité qui s'est manifestée dans le vote donne à l'événement une portée universelle. Maintenant les Etats devront ratifier ce texte. Et surtout passer aux actes. (Page centrale.) l e P'·[I·X; .,.lu Se.··· w.' . ::~: 10 Ft,oterJlité au T..h... . e' a.At.,r. .e d'·Auberviliiers • CHAQUE rLVXEE, depuis 1955, 1l1l jury formé de persol/llalités di",'erses, attribue le Prix de la Fraternité - fOI/dé par le M.R.A.P. - à l'oeuvre on à la réalisation littéraire, artistiq/le on scielltifique q1li a le mieux servi l'idéal antiraciste. Pour 1965 c'est ["équipe dn Théâtre d'Aubervilliers, eu raison de trois importantes créatiolls, qui 'i/ie llt d'êf1'e cou rOlmée. (Page 10.) DEUX PROCES SCANDALEUX • L'ACQUITTEMENT A VIENNE du nazi Ver· belen, condamné à mort par contumace en Belgique pour les crimes qu'il a commis sous -l'occupation, a fait scandale. Edith BUCH expose, page 4, cette affaire. Autre étrange procès: celui que 'lammerding, le bourreau d'Oradour et de Tulle. a intenté à un journaliste qui rappelait son passé. L'historien Jacques DELARUE, qui est allé témoigner à Dusseldorf, analyse à ce propos les falsifications de l'histoire auxquelles nous assistons aujourd'hui. (Page 5.) Mensonges criminels • MENTIR pour susciter la peur et la haine, puis pour inciter aux discriminations, aux violences

tel est le système favori de ceux qui

font profession de fomenter le racisme. Des affichettes à Lyon, des tracts à Sochaux et à Paris, des « papillons )~ à Nîmes, viennent, une fois de plus, confirmer qu'ils ne désarment pas ... (Page 't'.) COMME LES AUTRES • NOTHING BUT A MAN ... un homme comme les au tres : c'est le titre d'un très beau film qui vient de sortir à Paris. Un homme de chair et de sang, avec les mêmes désirs, les mêmes tâches, une même vie de problèmes. de joies et de peines. C'est, du moins, ce qu'on pourrait croire (ou espérer). Mais à cause de sa peau brune on fait de lui un homme ... différent. A travers une simple histoire, le réalisateur nous montre qu'il n'est pas facile d'être un « coloured man », de nos jours, en Amérique (page Il). Et chez nous ? Noir, basané ou même blanc, l'immigré c'est aussi, très souyent, celui qui vit en marge, le plus isolé, le plus menacé, le pauvre parmi les pauvres. L'angoisse, pour lui, commence devant un guichet (page 6). 2 15·XII. - Réussite du.., rendez· vous cos· mique organisé par les spécialistes américains : « Gemini VI » se place à moins d'un mètre de « Gemini VII», qui tourne depuis plusieurs jours au· tour de la Terre. • Nouvelle étape de l' « escalade » au Nord·Vietnam : l'aviation américaine bombarde la centrale électrique de Uong Bi, à 22 km. de Haïphong. • Par 83 voix contre 2 (Afrique du Sud, Portugal) et 16 abstentions (dont la France), l'Assemblée générale de l'O.N.U. invite tous les Etats à cesser la fourniture d'armes, de munitions et de camions aux racistes sud-africains. • La Guinée et la Tanzanie rompent leurs relations diplomatiques avec la Grande·Bretagne en raison de son attitude trop conciliante à l'égard de la « rebellion » raciste en Rhodésie. 16-XII. - Le Ghana, le Mali, la Républi· que Arabe Unie, le Congo-Brazzaville et la Mauritanie rompent à leur tour avec la Grande-Bretagne par suite de la crise rhodésienne. 18·XII. - La Grande-Bretagne et les Etats-Unis décident l'embargo sur le pétrole à destination de la Rhodésie. Le gouvernement de Berne décide de bloquer les avoirs du gouvernement raciste rhodésien dans la banque d'Etat suisse. 19·XII. - Second tour de l'élection pré· sidentielle en France. Le général de Gaulle l'emporte avec 54,49 '% des voix (dans la métropole) sur M. François Mitterrand (45,51 %). 20·XII. - Pour la première fois le ministère américain de la Justice intente un procès à huit propriétaires de plantations de Lousiane, qui ont renvoyé leurs ouvriers noirs qui s'étaient inscrits sur les listes électorales. • Pour avoir protesté au cours d'une manifestation à Harlem, en 1964, contre l'assassinat d'un jeune noir par un policier blanc, le leader noir William Epton est reconnu coupable par le tribunal d'Etat de New-York 21·XII. - Par 106 voix contre 0 et une abstention, la CONVENTION INTERNATIONALE SUR L'ELI· MINATION DE TOUTES LES FORMES DE DISCRIMINATION RACIALE est adoptée par l'As· semblée générale de l'O.N.U. • Condamné à mort par contumace en Belgique, pour ses crimes commis sous l'occupation nazie, l'ex-officier S.S. Robert Verbelen est acquitté en A~trj· che par la Cour d'AssisES de Vienne. 24·XII. - Début de la trêve de trente heures au Viet-Nam, décidée à la suite de l'appel lancé par le Front National de Libération. • Cent soixante·huit criminels O.A.S., parmi lesquels un certain nombre de dirigeants sont libérés par suite de l'amnistie présidentielle. 1-1. - Le Dr Fritz Arlt, membre suppléant du conseil d'administration de l'Office franco-allemand de la jeunesse, démissionne de ce poste, où il avait été placé par le gouvernement de Bonn. Un journal ouest-allemand avait révélé quelques jours plus tôt que Fritz Arlt, ancien colonel dans les Waffen S.S. fut l'auteur, sous Hitler, d'un livre raciste. 3·1. - Ouverture à La Havane de la Con· férence des Trois Continents (Afrique, Asie, Amérique Latine) en présence de 500 délégués, venus d'une centaine de pays. 4-1. - En présence de M. Kossyguine, président du Conseil de l'U.R.S.S., le premier ministre indien, M. Shastri, et le président pakistanais, M. Ayub Khan se rencontrent à Tachkent pour recher· cher une solution pacifique aux conflits opposant leurs deux pays. • Un militant antiraciste noir, Samuel Younge, est assassiné à Tuskegee, en Alabama. • Le Ku Klux Klan fait brûler cent croix en divers endroits du Mississipi. 10-1. - La conférence de Tachkent s'achève avec succès : l'Inde et le Pakistan reprennent leurs re· lations et S'ENGAGENT A RE· GLER PACIFIQUEMENT LEURS LITIGES. Quelques heures après la signature de l'accord, mort du premier ministre de l'Inde, M. Shastri. • Un militant antirasciste noir, Ver· non Dahmer, est tué à Hattiesburg (Mississipi) par une bombe incendiaire lancée dans sa maison. 13-1. - Pour la première fois, un Noir devient MEMBRE DU GOU· VERNEMENT AMERICAIN : M. Robert C. Weaver, dont le prési. dent Johnson annonce la nomi· nation à la tête du nouveau dé· partement de l'habitat et du dé· veloppement urbain. • Arrestat~on à Munich de l'ancien général S.S. Wilhelm Harster qui, à la tête de la Gestapo, dirigea la déportation des juifs de Hollande, entre autres la petite Anne Frank et sa famille. 15·1. - La conférence « tricontinentale » de La Havane termine ses travaux. Elle décide notamment la création d'un Co· mité d'aide aux . mouvements de libé· ration nationale 16-1. - Vingt-et-un savants américains condamnent l'usage des produits chi· miques dans la guerre du Vietnam. Le Conseil des Synagogues des EtatsUnis, dans une mise en garde contre la politique d' « escalade », réclame la recherche d'une solution pacifique au conflit. qUE VOCABULAIRE • « Dans le sang» ... DANS « Le Provençal» le quotidien du Sud-Est dont le directeur politique est .M. Gaston Defferre, nous relevons le 18 janvier, un article intitulé « Au royaume des soldes » (édition du Gard, page trois). La période des soldes, nous explique le chroniqueur du « Provençal », est celle où les commerçants consentent des rabais considérables pour liquider les stocks d'articles qui doivent faire place aux modèles nouveaux. Et le journaliste d'ajouter : « Chacun craint, quand il entre dans un magasin que le patron n'ait fait qu'mie substitution de prix qui ne correspond en rien à la réalité ... Il y a Pl'/!s grave et l'on nous a affirmé qa'ttne véritable industrie de la solde avait Vit le jour. Ainsi à Marseille, une colonie venue d'u1le région d'Europe centrale OU LE COMMERCE EST DANS LE SANG, (c'est nous qui soulignons. N.D.L.R.), aurait organisé une véritable industrie de la solde. Ces gens fabriquent des articles avec une matière premièl'e très sPéciale - du carton au lieu dit cuir, par exemple - et les mettent sur le marché pendant les soldes... » Serait-il abusif de demander au « Provençal » de profiter de cette période des soldes pour liquider cette prose « très spéciale » qui encombre ses colonnes ? • Une tare? Débat passionné au Conseil Municipal de Paris sur la rénovation de la capitale. De gr9s intérêts sont en jeu, ceux des sociétés que la majorité veut charger de la démolition et de la reconstruction de deux quartiers. S'élevant contre ce projet, Me Charles Lederman est à la tribune. Remous sur les. bancs adverses. L'un des conseillers de la majorité lance à l'orateur des injures

« Sors dehors, mal blanchi ! »

s'écrie-t-il notamment. Me Lederman n'étant ni noir, ni bénéficiaire d'aucune amnistie pour un quelconque délit, on peut se demander ce qu'a voulu dire son interrupteur. Estime- t-il que l'origine juive d'un citoyen constitue une tare si grave qu'elle nécessite un « blanchiment » en bonne et due forme, faute de quoi il ne saurait avoir droit à la parole ? Beaucoup de conseillers panslens ont exprimé leu.,r indignation devant ces attaques déshonorantes pour celui seul q,ui les formule. ELECTIONS • Encore les l.O.M. APRES le premier rour des élections présidentielles, le 5 décembre, le seul candidat de l'opposition resté en lice, François Mitterrand, avait protesté contre les irrégularités du scrutin dans les départements et territoires d'outre-mer; il avait demandé à son rival malheureux, Pierre Marcilhacy, de contrôler la régularité des opérations à l'occasion du second tour. Le contrôle n'a évidemment pu être total; il a pourtant été suffisant pour prouver la fraude de manière éclatante: A Saint-Paul-de-la-Réunion, un bureau, non contrôlé au premier tour, avait donné, sur 1.811 votants, 1.697 voix au général de Gaulle et 46 à Mitterrand. Le même bureau, contrôlé au second tour, donna 960 voix à Mitterrand, et 594 à de Gaulle. A la Saline-Saint-Paul, le premier tour (non contrôlé) avait donné 1.502 voix à de Gaulle et 243 à Mitterrand; le second (contrôlé) donna 905 à Mitterrand contre 543 à de Gaulle. Des témoins racontent qu'à Djibouti et aux Comores les autorités distribuèrent des vivres en échange des « bons » bulletins; qu'aux Antilles des scrutateurs favorables au candidat de l'opposition furent expulsés, parce qu'ils « troublaient le déroulement du scrutin ». Le 19 comme le 5, donc, la couleur de la peau des « Français à part entière» a joué un rôle déterminant dans la consultation électorale. A ceux qui protestent contre la fraude, La Nation réplique par un argument pour le moins cu: ieux. Niant qu'il y ait eu trucage, le Journal accuse les protestataires d'être ... des racistes, qui insinueraient que dans les territoires en question « les électeurs sont des non-évolués... indignes d'être consultés ». Ce n'est pas tout à fait le problème. SE PASSE-T--IL ? BANALITES CHRONIQUE AMERE aujourd'hui ! Je vais m'en prendre aux Messieurs Jourdain de la presse quotidienne, ceux qui font du racisme sans le savoir, et qui pour être bourgeois, ne sont guère gentilshommes. Notre confrère La Terre retrouvée vient d'avoir maille à partir avec Le Figaro qui, dans un fait-divers, avait cru bon de signaler qu'un escroc était israélite. La réponse du chef des informations du grand journal parisien était honteuse et confuse, mais elle n'a point paru dans Le Figaro qui recevrait une volée de bois vert s'il écrivait : « Un catholique, Dupont, vient d'être inculpé ( ... ) et mis sous mandat de dépôt. » Paris-Jour donne une large place à un autre fait-divers. Des incidents éclatent . au Théâtre des Champs-Elysées où une troupe de danseurs noirs de Harlem se fâche contre son impresario, pour de simples, mais normales affaires de cachets non payés. Le journal de M. Del Duca se découvre brusquement chauvin : « Pour éviter de tels malheurs, il serait peut-être plus astucieux de faire appel aux artistes français. » C'est évident : pour remplacer les danseurs noirs de Harlem, rien ne vaut le folklore de la Lozère (entre nous je n'ai rien contre la Lozère. J'en veux: simplement à la logique de la bétise). Ce petit racisme-là s'étale dans les journaux sérieux. Il est quotidien, et basé sur le syllogisme. Un escroc est israélite donc tous les israélites, etc. Des nègres se battent pour leurs salaires, donc tous ceux qui. .. etc. Le pire est justement qu'on ne se rend compte de rien. L'autre jour dans l'autobus, j'entendais deux lycéens parler de « Bougnoules » et de « Youpins lI, alors que ce langage me semblait avoir disparu depuis longtemps du langage de tous les jours. Eh non! Tout renaît. La preuve : j'accrochais le mois dernier Sacha Distel pour sa chanson « Mamadou ». Depuis il a mis à son répertoire, « Monsieur Cannibale », qui relève du même esprit ... Ah ! Messieurs Jourdain du racisme, prenez garde à vos maîtres à danser .. HIER ET AUJOURD'HUI • Un nazi en Israël NOUVEL incident germano-israélien: Alexandre Toeroek, conseiller auprès de l'ambassade de la République Fédérale Allemande, est un ancien nazi, militant actif, à l'époque hitlérienne, de mouvements fascistes et antisémites. C'est un historien hongrois, Yeni Levai, qui a le premier alerté l'opinion publique sur cette affaire. Toeroek, affirma- t-il, fut l'un des premiers et des plus chauds partisans de l'amiral Horthy, l'émule hongrois du Fuhrer. Ces premières accusations, les j ournaux gouvernementaux ouest-allemands les prirent de haut: « Il faut rappeler à tous ceux qui cherchent à se référer à la dette morale de l'Allemagne, les milliards qui ont été versés », écrivit le journal Die Welt; et plusieurs porte-parole officiels ou officieux accusèrent Yeni Levai de diffamation, voire de faux et usage de faux. Puis l'hebdomadaire munichois Quick s'empara de J'affaire. Il dépêcha à Budapest un de ses collaborateurs, qui en raporta des preuves substantielles. Toeroek fut, avant guerre, un membre actif du parti hongrois nazi eles Croix fl échées; et l'animateur principal d'une ligue etudiante antisémite. Le reporter de Quick retrouva même le serment de fidélité et la carte eI'adhérent de Toeroek au parti fasciste hongrois. Qttick écrit en conclusion, pour r épondre à Die WeU.- « Bonn n'a l'ien trouvé d'anormal à envoJ'(!r en Israël w! homme qui a servi les na:JÎs hongrois jusqt~' à la lie; un homme qui a fait serment de fidélité à Szlasi alo'rs que celui- ci livrait les derniers jtûfs hongrois à Eichmann. Aussi longtemps que les [responsables allemands] n'anront pas été enquêter à Budapest, on pourra dire dans le monde que Bonn a ,envoyé lin nazi en Israël. » Quant à Toeroek, après avoir nié, il a adopté une attitude plus cynique et plus franche. L'enquête, elit-il, ne le concerne pas: il est couvert par l'immunité diplomatique. U.S.A. • L/ affaire Epton WILLIAM Epton, dirigeant (noir) du Parti Travailliste Progressiste vient d'être déclaré coupable d' « appels au renversement du gouvernement de l'Etat de New York ». Cet « homme dangereux », comme l'appela le juge Markewich, risque une peine de 10 ans de prison et de 6.000 dollars d'amende. William Epton fut arrêté après les troubles raciaux qui ensanglantèrent Harlem en juillet 1964. Ces émeutes furent provoquées par l'assassinat d'un jeune noir par un policier blanc. Pendant que la liberté provisoire était refusée au « dangereux » William Epton, coupable d'avoir parlé à un meeting de protestation, l'assassin du jeune noir, lui, n'était même pas inquiété ; il est d'ailleurs resté en fonction. La sentence sera prononcée défini tivemen! le 27 janvier prochain. Cep en- Oncle TOM. c1ant, l'opinion internationale commence à s'émouvoir. Le CERGE (Comittee to Defend Resistance to Ghetto Life) , qui, aux Etats-Unis, mène campagne en faveur de William Epton, a reçu de Pierre Paraf, président du M.R.A.P., la lettre suivante : Notre Mouvement a pris connaissance avec émotion du cas de William Epton que Le Tribunal d'Etat de New York, après avoir renoncé à l'un des chefs d'accusation qui le visait, a néanmoins déclaré coupable, ce qui fait peser sur lui la menace d'une lourde condamnation. Il nous parait préjudiciable à la cause de l'égalité et de l'intégration raciale que la répression frappe un homme en raison de sa participation à des manifestations diriaJes contre l'injustice résultant du racisme et plus précisément contre le crime d'un raciste. Il nous parait tout aussi déplorable que dans le même temps l' mtfeur de ce crime ne soit nullement inquiété. C'est contre les criminels racistes quels qu'ils soient et non contre ceux qui combattent le racisme qu'il nous semblerait opportun de prendre des mesur,es répressives. Il est à craindre que des procès comme celt~i de William Epton ne puissent résoudre, bien au contrair,e, les graves problèmes socimtx et raciaux qui sont à l'origine des révoltes de Harlem et de Los Angeles. Bien plus efficaces, s,emble-t-il, seraient la recherche et l'application de mesures audacieuses sur le plan économique, social et h1t'main. C'est pournuoi nous exprimons l'espoir que r-yilliam Epton et tous ceux qui, comme lm, combattent le racisme bénéficient de la compréhension, de 'la clémence et de la iustice car à travers eux c'est la cause même de la fraternité humaine qui se trouve atteinte. Solidaire d,(! tous les antiracistes qui luttent aux Etats-Unis, quelle que soit le1~r appartenance, le M.R.A.P. prend position en se plaçant en dehors de toute collsidération politique ; il espère qu'il et! sera de même pour ceu:x de qui dépelld le sort de William Epton. * Suite page 3. , 8 juillet 2010 à 10:13 (UTC)Charles'::-""""~......:I { DROIT ET LIBERTE 1 MENSUtL !. 38, rue des Jeineurs - Paris (11 1 Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs ' ETRANGER Un an : 18 franclI Compte Ch. Post.: 6070-98 Parla Pour les changements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au Siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 • Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'HOtel· des-Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364-15 du M.R.A.P., 15, Square Prince-Léopold, 1 Bruxelles-2. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PlI. 1 1 1 ~ Journal composé et Imprlmf ~ por des ouvriers syndiqué. S.PoE.C. - ChAteaurowr La Directrice de pUblication : S. BIANCHI JUSTICE • Deux poids deux mesures? UN étudiant en Lettres, Roland Demarcy, vient d'être exclu pour trois ans de l'Université. Motif: il a participé à une bagarre, le 27 novembre dernier, à la faculté de Droit de Paris. Roland Demarcy était dans un groupe qui distribuait des tracts favorables à la paix au Vietnam lorsque ce groupe fut agressé par une bande d'étudiants fascistes. Deux mois plus tôt, il avait été exclu de la Résidence Universitaire d'Antony, à la suite des incidents d'octobre. Le M.R.A.P. ne peut qu'approuver les termes du communiqué publié par l'U.N.E.F., qui « proteste contre la sévérité d'une telle sanction », et qui c s'étonne que, malgré de nombreuses agressions dont furent victimes des militants de l'U.N.E.F., aucune pourstûte ne soit venue à l'encontre d'un certain nombre de groupements qui n'ont comme moyen d'expression que des violences de toutes sortes. » RHODESIE • Les litanies racistes DEPUIS que la crise rhodésienne s'est ouverte, la presse raciste s'est mobilisée, dans le monde entier, au secours de Ian Smith (1), A mesure que la tension s'est accrue, entre Salisbury et Londres, entre la Grande-Bretagne et les pays africains, l'acrimonie des racistes a crû elle aussi, et les écarts de langage se font de plus en plus violents. c C'est tout le drame congolais, écrit Carrefour (22-12-1965), avec la tentativé arabo-bakusu de succéder au Blanc pour réaliser ttne atroce Théocratie Cannibale. » Le Charivari (janvier 1966) parle de la « menace hurlante des sousdéveloppés nègres d'Addis-Abeba ». Rivarol est, comme d'habitude, le plus radical des journaux racistes. Non sans contradiction d'ailleurs; dans son numéro du 16 décembre 1965, un certain Robert Anders n'hésite pas à écrire, à quelques lignes d'intervalle deux inepties qui, pour en être monumentales, ne s'en contredisent pas moins l'une l'autre pour autant. La première affirme que « l'apartheid a réussi en République Sud-Africaine, pays dans. lequel Noirs et Blancs vivent libres et heureux »; et la seconde que ce même apartheid « aurait disparu depuis bien longtemps si les Etats communistes cessaient de menacer le pays ». D'ailleurs, écrit ce même Robert Anders, c'est aux Noirs de « montrer par leur travail, leur disciPline, leur modération, en un mot lettr comportement général qu'ils sont dignes d'être traités comme des Blancs ». Cette impudence trahit son auteur; comment donc sont traités les Noirs dont le « comportement général» n'a pas l'heur de plaire aux maîtres blancs? Quant à Pierre Hofstetter, l'intellectuel du mouvement poujade, il se contente de reprendre à son compte l'éditorial d'un journal suisse de droite, le Schweizer Handelszeitung: «Les indigènes eurent Plusieurs siècles à leur disposition pour créer ce pays; mais ils ne déPassèrent jamais un stade rudimentaire en matière d'agriculture, d'habitation et d'hygiène. Ils apprirent toutefois à faire la guerre, au moyen d'armes primitives mais avec une bestiale cruauté. Pensons settlement aux Zoulous dont l'armée, entraînée à la façon des conqttérants mongols, balaya les populations nègres sans défense et les rédtûsit en esclavage jusqu'à ce qu'elles soient libérées par les Blancs. « M. Hofstetter produit une contre- vérité par phrase. Le déferlement des Zoulous sur les autres. populations fut provoqué par l'avance des colons afrikanders qui expulsèrent ces tribus de leurs terres ancestrales et les chassèrent sur les terres des tribus mashona voisines

la « bestiale cruauté » fut d'abord

le fait des Blancs qui, en fait de « libération » pratiquèrent un quasi-génocide, contre lesMashonas aussi bien que les Zoulous. Quant au « stade rudimentaire » atteint par les Africains, il est bien mal venu d'en parler à propos de la Rhodésie, où subsistent justement les ruines cyclopéennes cie l'antique empire Zimbabve, empire florissant, avec lequel commercèrent Portugais et Chinois avant que la traite des esclaves ne le ruine comme elle ruina, à partir du XVI' siècle, l'ensemble des empires africains. Il est vrai que M. Hofstetter et ses sem. lables se soucient fort peu des réalités objectives ... (1) Cf ({ Droit et Liberté », n° 248. 3 qUE SE PASSE.T.IL 9• AFRIOUE • Les guerres portugaises L E Portugal dépensera 800 milliards de francs cette année pour ses guerres coloniales ; soit plus de 2 milliards par jour. M. Ulis ses Cortes, ministre des Finances, qui a présenté ce budget à la fin de décembre (le total s'élève à 17 miliards d'escudos, soit plus de 3.000 milliards de francs) n'a d'ailleurs pas cherché à minimiser le poids de ces charges : « L'effort de défense déterminera plus ou moins toute la politique nationale au cours des années à venir », a-t-il précisé. De fait, le Portugal, qui partage avec l'Afrique du Sud de Verwoerd et la Rhodésie de Ian Smith les derniers bastions de l' « Afrique blanche» est soumis à une pression de plus en plus forte des mouvements de libération. Plus que de la ségrégation raciale rigoureuse, c'est du génocide que le Portugal semble s'être fait une spécialité : bien que le black-out sur les informations en provenance du Mozambique soit total, on sait que d'importantes opérations se déroulent actuellement dans le nord du pays, et que certaines tribus, les plus fortes, celles où le sentiment national est le plus vif, sont en voie d'extermination. Ces méthodes n'ont, à long terme, pas même le mérite de l'efficacité. Amilcar Cabral, secrétaire du P.A.I.G.C. (Parti Africain de l'Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert - colonie portugaise d'Afrique occidentale) a fait, lors d'une· interview à La Pravda, le bilan de l'ac-· tion de son mouvement : « Les colonialistes n'ont plus la direction de notre pays. Ils fie contrôlent que quelques petites villes et le Centre· administratif de Bissan. Mais les combats se déroulent déjà à quelques dizaines de kilomètres de ce centre. « Notre armée régulière (car notts sommes passés deP1!is longtemps dit stade de la lutte de partisans à la guerre sur le Plan du pays tout entier) mène' des combats sur tous les lronts. Il n'est pas ttn endroit où les co onialistes pettvent se sen{ir en liberté. Plus de la;. moitié dtt pa)'s est libérée. » VIEl-NAM • Contre un peuple L« AsIeSz-SleEsZ hleasb ibllléess,s ésle coguav::e; rtvs,a laliessbrûler J ... » Le ga:::, de tott/es façons, atteignait les parties mtes des bras et du cou, causant une douleur analogue à une brûl1tre ... » C'est U11 journaliste américain, Peter Arnett, qui décrit pour l'Associated Press l'opération Tenailles, clans ce triangle de fer tenu par le Fwnt de Libération du Sud-Vietnam. Le gaz est donc employé, par les forces américaines, à grande échelle. Ce fait fut d'abord nié, puis le Département cI'Etat affi rma qu'il ne s'agissait que cie gaz « non toxiques ». Or, le 13 janvier, l'agence Reuter faisait savoir qu'un soldat australien était mort, parce que son masque était mal ajusté, lors de l'utilisation des gaz au cours de cette même opération Tenailles. Désormais, clonc, les choses sont claires, hélas. VINCENT AURIOL Nous venons de perdre un grand ami : Vincent Auriol était membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P. Lors de notr.e dernier gala, il y a quelques 'Semaines, il avait tenu à nous envoyer un message de sympa~hie et d'encouragement. J'ai rencontré Vincent Auriol pour ,la 'première fois en 1927. J'étais un jeune homme revenu du s,arvice mi'litair.e, j'avais d'enthousiasme adhéré au Parti Socialliste, il était un homme connu, un parlementai,re chevronné puisqu'il a,vait été élu pour .Ia première fois en 1914. Je m'approchais de lui avec timidité et déférence, il savait trouvelr les mots pour vous mettre à l'aise et il s'adressait aux jeunes avec un enthousiasme magnifique. Cet homme affable, souriant, p'iein de foi était un grand homme d'Etat. 11 fut à nos côtés pour mener le combat contre le racisme et l'antisémitisme. Certain's rappe, laient ou ont rappelé son combat pour 'Ia République, son combat à Vichy contre Pétain, sa 'lutte dans la résistance. Toute sa vie j.J resta fidè:le àla ,République et a'u socia,lisme. Personnel,lement, je le trevois à Muret en 1941 où i'i était en résidence 'survei,lIée après avoir été libéré de prison pour son mauvais état de santé. On allait ohez lui pour ·oheroher les raisons d'espérer. Alors ,qu'autour de nous il y avait tant de lâchetés, tant d'abandons, tant de trahisons, il était réconfor- PAR PIERRE"BLOCH Ancien ministre tant durant cette pélriode de retrouver Vincent Auriol et sa femme Michèle, .tOlUS deux s·i pleins de cou·r,age. Il était resté dans cette nuit le 'socia'iiste issu ,de ce Midi rouge, qui, à l'ombre de Jean Jaurès , demeurait indéfectiblement attaché à ,la tradition démocratique. Serviteur de la justice, de la paix, j.J déolarait : « Israël, proclamé enfin ·Etat indép.endant en 1947, fait confiance aux Nations Unies garantes de son .existence. Le combat se poursuit sur le terrain du droit, combat de ·Ia Hberté, de la j'ustice et aussi de 'la fidélité. Ce combat ·est le nôtre, de son issue ,dépend le sort de .l'humanité libre ... · » Lorsque nous conçûmes, avec Cléta Mayer, l'idée d'une r·encontre Jules

Isaac-Jean XXiii, nous fîmes part de notre projet à Vincent Auriol. Lui seul

,étaH' capable de préparer cet entretien historique. Au cours d'une visite, après 'lui avoir montré l'intérêt de ,la visite de Jules Isaac, Vincent Auriol qui avait (ga·rdé des relations suivies avec le nonce du Pape, Roncali , devenu Jean XXiii, n'hésita pas, et dans une longue lett~e au Saint Père lui expliqua 'Ies ,raisons de 'cette demande d'audi'erlce. Nous connaissons .Ia suite : Ju'les Isaac fut longuement 'reçu par Jean XXiiI. Et, après les décisions du Concile qui ont .lavé le ,liteuple juif de l'accusation absurde de déicide, si l'on doit souligner l'action de Jules Isaac, ri faut rappeler aussi que c'est Vincent Auriol qui prépara le voyage

mistorique de Rome.

li nous reste de lui le souvenir de son vi'sage doux, rayonnant de bonté ; il reste l'image d'un homme du peup,le qui n'avait rien oublié de son origine, et qui surtout croyait en la République. • ,Vincent AuriO'l ne sera jamais oublié par ceux qui l'ont approché et connu. Al!! moment où il repose sur ce coin de terre du Midi qu'il a tant aimé, nous nous rappelons cette pensée de Pascal : • Le .plus grand hommage que l'on puisse r·endre à ses morts c'.est d'être fidè'le à leur idéal. .. » Ajoutons à cela le bilan que vient de publier l'armée de l'air. 90.000 tonnes de bombes ont été déversées sur le pays pendant l'année 1965, dont près de 60.000 sur le N ord-Vietnam; bombes au napalm ou au phosphore, pour une notable proportion. Et de plus en plus, ce sont cles civils, vieillards, femmes, enfants qui sont ainsi massacrés ... La guerre du Vietnam, dira-t-on, n'a rien à voir avec le racisme. Voire. Peuton être sûr que l'on oserait utiliser de tels moyens de combat et d'extermination contre un peuple blanc? Certains autres faits, d'ailleurs, contribuent à donner à ce conflit une tournure cléciclément significative. L'officier nazi Siegfried Muller, grand pourfend~ ur de Noirs au Congo, où il arborait fterement pour les photographes· la Croix de Fer qu'il gagna jadis au service du Ille Reich, annonce à la presse qu'il va mettre sur pied un corps cie volontaires ouest-allemands au Vietnam. D'autre part, 120 hommes de la Bundeswehr sont, annonce-t-on, à pied d'oeuvre (dont 6, selon une agence américaine, seraient déjà morts); d'autres vont suivre. Ce soutien conduit à poser certaines questions: le gouvernement de Bonn ne serait- il pas prêt i s'engager plus avant au Vietnam, en échange, par exemple, de ces armes nucléaires qu'il n'a pas réussi, jusqu'à ce jour, à obtenir? Aux Etats-Unis, cependant, un cas déf~ aye la chronique; un jeune soldat, DaVid Mitchell, a été condamné, en septembre dernier, à 5 ans cie prison. Motif: il a refusé de répondre à l'appel sous les drapeaux; ni par pacifisme ni pour motif religieux, mais en se fon~lant sur les conclusions du procès de Nuremberg. Les criminels de guerre nazis avaient tous invoqué pour leur défense le devoir d'obéissance absolue. En les déclarant coupables, le Tribunal international a affirmé que les principes moraux applicables à toute l'humanité cloivent être considérés comme la loi suprême, même s'ils sont en désaccord avec les lois d'une nation particulière. Le procès de Nuremberg affirmait donc le principe de la responsabilité et de la culpabilité individuelles. A l'appui de sa t~èse,. Mitchel1 cite les points suivants: VIOlatIOn des accords cie Genève de la loi internationale de Nuremberg; de la Charte cles Nations Unies, l'utilisation du napalm et d'armes bactériologiques, l'internement d'un grand nombre cie SudVietnamiens clans des camps de concentration. Mitchell est actuellement en liberté provisoire: le professeur Emerson, de la faculté cie Droit de Yale a hypothéqué sa maison pour payer 5.000 dollars de caution. Prochaine étape: le p!ocès en appel. L'affaire Mitchell réusslra- t-elle à réveiller la conscience de l'Amérique? 4 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LE SCANDALE VERBELEN ROBERT Verbele n, â gé d'une cinquant ai ne d'années fi t partie dès sa jeunesse d'organisations extrémistes flamandes qui exp'loitaient démagogiquement les revend ications nat ion.nles. Le V.N.V. flamand et R.E.X. wallon misaient sur l'assista nce de l'Allemagne hitlérienne, ma is la propaga nde publique était menée différemment dans chacune des commun·!Jutés linguistiques belges. En 1936, fut fondée la Duitse-Vlaamse Arbeid~gemeenschap (Communauté de travail germano-flamande), en abrégé DE VLAG (le Drapeau). II a été établi que cette association avait pour but de préparer l'agression et qu'elle dépendait directement des S.S. de Berlin. Verbelen en fut un adhérent enthousiaste. Dès l'occupation en mai 1940, les autorités hitlériennes employèrent ces agents actifs à répandre leur idéologie pour justifier la guerre d'agression et entrainer, si pas l'adhésion, du moins la passivité des populations. Le V.N.V., REX et DE VLAG causèrent ainsi un tort non négligeable. « PAS LE DROIT DE SURVIVRE » ••• Mais la population ne suivit pas l'évolution souhaitée et d'autre part, tant en Flandre qu'en Wallonie et à Bruxelles, les citoyens les plus conscients organisent la résistance à l'ennemi. Les Allemands durent laisser tomber le masque et la guerre commença à l'arrière des troupes hitlériennes. Elle devait s'amplifier au fur et à mesure de l'èxtension de la guerre, des échecs allemands et de leurs exactions accrues contre les populations des pays occupés. Verbelen s'était entre-temps enrôlé dans le corps des S.S. et le VLAG passait des menaces à la lutte contre la Résistance ét à l'assassinat systématique. En 1942, cette 'organis~ion disposait de 50.000 membres. L'occupant et ses collaborateurs y avaient installé un corps de sécurité sous la direction de Verbelen qui avait proclamé que ceux qui s'opposaient aux buts de Hitler le payeraient de leur vie. II se distingua dans l'illustration de ces paroles. Encore, le 29 août 1944, au moment de la libération de la Belgique, Verbelen écrira : « Nous sommes décidés à ne laisser qu'une région dévastée aux Alliés ... Celui qui maintenant ne sacrifie pas tout à la Flandre et à l'Allemagne n'a pas le droit de survivre. Patience aux assassins de nos soldats : votre heure sonnera quand nous en aurons décidé. » Lorsque les armées alliées chassèrent la Wehrmacht et les troupes S.S., Verbelen et le chef du VLAG, van de Wiele, se réfugièrent évidemment en Allemagne UN SINGULIER RESPONSABLE DE LA JEUNESSE LA formation des jeunes était en de bonnes mains : 'LIn ancien nazi , le docteur Arlt, figurait parmi .Ies représentants de la République Fédérale à l'Office franco-allemand pour la jeunesse. C'est une revue d'Allemagne de l'Ouest, qui a découvert le scandale. Le docteur Arlt n'a pas été nazi par opportunisme, et antisémite par lâcheté ; il était, si l'on ose employer un tel mot à propos d'un individu de cette espèce, un mi.litant_ Il publ ia à Leipzig, en 1938, un ouvrage intitu, lé « Enquêtes ethnobiologiques sur les juifs à Leipzig ", où il se vantait de présenter sur les juifs des « recherches qui ne se basent pas sur des statistiques confessionnelles, mais sur des statistiques raciales ". Et j.J concluait qu'il était ·urgent de « lutter contre l'infiltration de l'élément juif dans le corps du peuple allemand ". La revue Elan découvrit même pire : le nom du gauamtsleiter (chef de secteur nazi) Ar,lt figure dans la correspondance échangée par le Docteur Clauberg (médecin à Auschwitz) et par Himmler. Ajoutons à cela que Arlt fut officier de la Waffen S.S_ e'c l'on aura un portrait à peu près complet du personnage. Ces accusations, Arlt commença par Iles nierfmmel·lement ; lorsque fut publié le fac-similé de la couverture de son « ouvrage théorique " (reproduite ci-con- 1:re) , la négation devint impossible. Mon passé « est une question réglée depuis des années par les autorités compétentes " déc.lara alors ce singulier docteur. Qu'on nous permette de poser une question

quelle « autorité " peut bien être

assez « compétente " pour « régler" ·une affa ire de ce genre? En fait, Anlt sèmbTait jOuir d'une protection entière des autorités d'A·llemagne fédérale. La preuve en est que, lorsque le scandale éclata, le gouvernement conseiJ.la où l'on prépara activement la revanche. Lor~ du retour des Allemands dans les Ardennes belges (décembre 1944), van de Wiele fut nommé président du Comité de « libération » et du Conseil du Pays flamand, tandis que Verbelen, fidèle à son rôle, était affecté à la direction du Polizeibataljon Flandern en vue des représailles en Belgique. L'on sait que dans les régions momentanément reprises, ces représailles furent horribles. UNE JUSTIFICATION AGRESSIVE Le 4 octobre 1947, le Conseil de guerre de Bruxelles jugea l'équipe du VLAG. Verbelen fut condamné par contumace à la peine de mort avec 25 autres traîtres. Le Conseil de guerre dit de Verbelen qu'il par Edith BUCH avait réellement eu en vue l'anéantissement de l'Etat belge et la victoire du national-socialisme dans notre pays. De plus, Verbelen, auquel 101 assassinats étaient imputés, étant l'instigateur et l'organisateur des assassinats, doit porter du point de vue pénal la plus grande responsabilité. Que faisait Verbelen pendant ce temps? Etabli en Autriche sous de fausses identités et grâce â des complicités, il menait une vie active quoique apparemment tranquille. Comment expliquer que cet assassin devint membre de la police américaine d'abord, de la police autrichienne ensuite ? (Il dira au cours du procès de Vienne que son identité était parfaitement connue). De plus, il dirigeait une agence de presse travaillant avec les journalistes nazis et envoya des colis aux S.S. emprisonnés. Enfin, il obtint la nationalité autrichienne, l'enquête préalable ayant « omis » de faire la lumière sur son passé. Cette commode nationalité autrichienne servit de prétexte pour refuser son extradition aux autorités belges. à Arlt de démissionner sans bruit (ce qu'il fi L 10 30 octobre dernier) pour le nommer de nouveau, une fois l'indignation retombée, comme « adjoint du replrésentant de l'Association patronale " dans le ... même Office franco-allemand . Il faut d'ailleurs regretter que le représentant français à l'Office, M. Maurice Herzog, n'ait pas cru devoir protester contre la présence de Arlt ... Si l'ancien nazi fut en fin de compte ogligé de se démettre une seconde fois, c'est grâce aux jeunes Mlemands progressistes de la revue Elan. Cette affaire prouve qu'il ne faut pas confondre l'antinazisme et l'antigermanisme. L'es relations entre les jeunesses allemande et française peuvent être parfaitement amica'les et fructueluses 'Iorsqu'elles ne visent pas à « oublier " le pas·sé, mais qu'el.les le répudient de façon catégorique. DES SOUVENIRS ENCOMBRANTS « Les jeunes Allemands ne se sentent plus concernés par le nazisme ou la deuxième guerre mondiale. » Ainsi parla le deuxième personnage de la République Fédérale Allemande, le vicechancelier Mende, devant le congrès des « corporations étudiantes » à Berlin. Et l'orateur conclut en affirmant qu'il ne fallait plus s' « encombrer des souvenirs du nazisme ». Ce point de vue était d'autant plus mal venu que les corporations étudiantes furent dissoutes par Hitler ; bien qu'apolitiques (leurs activités sont cultureUes et sportives), elles paraissaient trop frondeuses aux nazis. Il est d'ailleurs certain que les souvenirs du nazisme n'encombrent guère les dirigeants de l'Allemagne Fédérale ; les affaires Lammerding et Arlt, parmi beaucoup d'autres, le prouvent assez. Autre affaire significative à cet égard : le ministre de la Défense, pour relever le moral des armées et éveiller des vocations dans la jeunesse, vient de publier un ouvrage consacré au « sous-officier allemand », où il évoque quelques carrières militaires qu'il estime exemplaires ; par exemple celle de l'ancien sous-officier Sepp Dietrich devenu général S.S. (condamné par un tribunal américain), et des autres généraux S.S. Max Simon, Tolsdorff et Brauer. En 1962, il fut arrêté sur dénonciation de plUSieurs organisations internationales de résistance qui avaient constitué son dossier. Ledit dossier fut remis aux autorités autrichienne qui en tinrent peu compte. Le 29 novembre 1965, s'ouvrait son procès devant le Schwurgericht de Vienne (juridiction comparable à notre Cour d'Assises) . Dès le début Verbelen annonça qu'il plaiderait non coupable. II se lança dans une justification agressive de ses crimes pendant deux audiences. Que soutint-il ? Qu'il avait salué dans l'Allemagne hitlérienne la iibé'ratrice du peuple flamand qui grâce à elle allait pouvoir se détacher de l'oppression des « fransquillons ». Que tout ce que les autorités hitlériennes avaient ordonné était juste et nécessaire. Que la population dans sa grande majorité acceptait l'occupation. Que la Résistance était composée de bandits qui tuaient les collaborateurs flamands, lesquels avaient vu juste. Qua par conséquent, l'assassinat des résistants était une oeuvre salutaire justifiée par les lois de la guerre. Toutefois, prudent, il ajoutait qu'il n'avait jamais tué d!) sa main, se bornant à transmettre des ordres auxquels il n'avait pu se dérober, sa vie étant en péril. II poussa la lâcheté jusqu'à admettre que pour abattre leurs victimes sans jugement, les S.S. flamands revêtaient des habits civils. Il affectait de ne pas s'intéresser â l'hitlérisme si ce n'est pour l'oeuvre de « libération » accomplie en Flandre. Lorsqu'on en vint al.\x cinq assassinats de Flamands retenus contre lui sur les 101 qui lui avaient été imputés en Belgique, il s'acharna â nier qu'il eût pénétré dans les maisons où les crimes furent accomplis, ou bien, affirma qu'il avait dû assister impuissant â l'exécution par d'autres des ordres qu'il reconnaissait avoir donnés «( transmis », dit-il). Le procureur lui fit observer qu'il abattait des Flamands et fraternisait avec les S.S. wallons et que son flamingantisme n'était qu'une façade. Les membres de la famille de deux victimes furent interrogés par Verbelen lui-même, et avec quelle arrogance, qui se posa en accusateur des morts et des témoins. Quand on lui opposait les déclarations contenues dans le dossier que le gouvernement belge avait mis â la disposition du Parquet autrichien, Verbelen répondait qu'on ne pouvait avoir aucune confiance dans les enquêtes menées par l'Auditorat militaire de son pays d'origine. Enfin des témoins cités par Verbelen étalèrent la même admiration pour l' « Ordre nouveau » et l'approbation En sortant de son procès, Verbelen a le sourire complète des actes de l'accusé. Le président de la Cour autorisa l'accusé â lire de larges extraits de livres nazis et de journaux qui actuellement essayent de justifier les crimes de guerre et menacent ceux qui s'opposent à l'oubli de ces crimes. Il autorisa un prêtre défroqué â chanter un couplet d'un hymne national-socialiste flamand. Il permit à Verbelen de mettre les témoins en accusation. L'émotion causée par Je déroulement des débats fut tel en · Belgique que des voix s'élevèrent pour que le gouvernement belge se constitue partie civile. La plaidoirie de l'avocat, ancien membre du parti nazi, fut on ne peut plus claire. 'Reprenant le thème de « l'amour pour la Flandre », le défenseur affirma que les S.S. flamands avaient été plus justes et plus humains que les militaires allemands, comme si l'assassinat pouvait être justifié. Et que Verbelen obéissant passivement aux ordres se soumettait â la Convention de La Haye... (Convention qui a cherché â élaborer des règles pour mettre un frein aux atrocités de la guerre). Comme si la Convention de La Haye obligeait Verbelen et les personnes des pays occupés à servir l'ennemi. Enfin, comparant la guerre wtale hitlerienne aux opérations militaires américaines au Viet-nam, il affirma que les unes et les autres étaient justifiées par « les lois de la guerre ». Le jury répondit dans sa majorité que l'accusé n 'avaît pas assassiné les cinq personnes et qu'il avait obéi à une force

  • Suite page 1 S.

lolog-(fd1C lhlttl*fllCllttllgell über Olt. JllOt11 III LeipZig atlbtft rom ""dllo fGr Ilt061~tru"ge1'OItrt"rm" Unb$~~ll'ttrunge.,.()U(lh Bailb VU/' ~ft NJI\bbllWil9tr1l1n Tm , , Is . •~. •. ... l :.?· :'(' .",,,,,,, .. Lammerding, un criminel bien tranquille LE 11 juin 1944, alors que l'attention générale était passionnément fixée sur la Normandie où, dep'uis cinq jours la liberté de l'Europe Occidentale se jouait, le nom d'un village limousin situé à plus de cinq oents kilomè·~res du théâtre des opérations courut sur les ondes de toutes les radios du monde et, en quelques heures, devint le symbole de l'horreur et de la barbarie nazie. La veille, ce village, Oradour-sur-Glane, avait été incendié, après que tous ses habitants, hommes, femmes, enfants, vienlards, malades, aient été abattus. L'absurdité a'joutait à l'horreur : aucune opération militaire, aucun accrochage, pas le moindre incident n'avait eu lieu à Oradour. Vingt-quatre heures pl'~s tôt, les assassins d'Oradour avaient pendu à Tulle (Corrèze), quatreJvingt-dix-neuf innocents choisis alrbitrairement parmi le's hommes jeunes de la ville, à titre de représailles. Ces deux crimes, qui n'étaient que la suite et le point culminant d'une longue série, avaient pour auteurs des unités de la 2' SS-Panzer Division " Das Reich ». .Du début de mai à la fin de juillet 1944, les régiments et batai,lIons de cette formation commirent des centaines de crimes dans les départements du sud-ouest ' de la France. La guerre est toujours une chose affreuse, mais, cette fois, les limites de l 'horreur furent repoussées au-de'là de tout ce que l'histoire avait jusqu'alors enregistré. Ce furent bien les mêmes hommes, les mêmes méthodes, la même idéologie surtout, qui p,roduisirent Auschwitz 'et Oradour. L'homme qui, à l'époque de ces crimes, commandait la division " Das Reich ", était le général Lammerding. Nommé au commandement de ,la division au début de mai, Heinz Lammerding était alors un co'losse de 39 ans, qui conduisait ses hommes d'une main de fer. Pl1us de vingt ans ont passé, et le souvenir de ces crimes ne s'est heureusement pas estompé ! La plupa'rt des Français pensaient que Lammerdi'ng était mort, jugé et condamné comme oriminel de guerre. Il n'en est rien, et c'est Lammerding lui-même qui vient de rappeler au monde son existence. L'ex-général SS est en parfaite santé. H est devenu entrepreneur de construction à Dusse'ldorf, son nom et son adresse figurent à l'annuai're du téléphone, des camions portant son nom circulent dans la région. Loin de cherche'r à se faire o'ubliel', à " faire le mort ", puisqu'il a l'incroyable chance de ne pas l'être, il relèv,e la tête et par,le de son " honneur ". Le 17 juillet dernier, le journal allemand « Die Tat ", de Franofort, ayant rappelé dans ses colonnes que Lammerding était condamné à mort en Prance pour avoir fait exécuter des otages, il n'a pas hésité à poursuivre ce journal en diffamation. Lammerding, diffamé ! Beaucoup de Français ont eu un haut-Ie'corps en lisant l'annonce de ce procès incroyable. Le journal" Die Tat " ayant eu connaissance d'une étude historique que j'avais publiée il y a quelques années sur TuH~ et Oradour et des travaux que je mène à propos de la division" Das Reich " en France (1), me fit citer comme témoinexpert lors de l'audience du 21 décembre dernier devant le Tribunal de Dusseldorf, Je m'y rendis. J'espérais que Lammerding viendrait en personne se plaindre qu'on avait attenté à son honneur. 1,1 s'en garda bien et fit plaider par ses avocats que se'Llis des " partisans " avaient été pendus à Tulle et qu'il n'avait été informé que trop tard des exécutions, ordonnées par l'un de ses subordonnés, le capitaine Kowatsch. Il avait cité trois de s'es anciens officiers comme témoins. L'é)IJdience se déroula devant une salle 5 A le vue de ces ruines d'Oradour, le général SS s'estimera·t·il di! famé? UN ETRANGE PROCÈS comble et attentive. Le président Niemeyer ne dissimula pas qu'il était tout à fait convaincu que Kowatsch n'avait pu agir sans ordres supérieurs et que les F'rançais pendus à Tulle n'étaient pas des partisans mais bien des otages. « Je me suis fait communiquer, dit-il, le dossier concernant cette affaire, qui se trouve à Dortmundt. Les pièces qu'il contient ne laissent aucun doute sur ce qui s'est pas· sé à Tulle. )} Moyennant quoi, se disant suffisamment éclairé et laissant voir sa désapprobation pO:.Jr Lammerding, il re· fusa d'entendre aucun témoin, « Nous ne voulons pas, diHI, remettre en cause les condamnations prononcées en France. Nous ne voulons pas rouvrir ce dossier. Nous avons seulement à dire si Lammerding a été diffamé. " Le jugement fut renvoyé au 1 B janvier. Le président Niemeyer s'est dit suffisamment éc'Iai'ré ; il l'eût été bien davantage si la longue ,liste des crimes commis par les hommes de Lammerding avait pu 'lui êtr,e présentée. Comment l'exfueur en chef SS pouvait-il ignorer que, depuis le mois d'avril jusqu'à la fin de jUiJ.let, ses hommes ont commis presque quotidiennement les mêmes crimes : assassinats, pendaisons, fusiHades, de femmes et d'enfants, incendies de fermes ou de vilolages, viols, tortures, pillages ? Et c'est par ordre qU'ils le firent, c'est parce que les instructions supérieunes et les ordres de Lammerding visaient à établir lia terreur parmi les popu'lations civi'ies de toute une région, afin d'empêcher la Résistance d'y trouver une aide quelconque. Piètne calcul, sinis~re stratégie, dont les résultats sont toujours à l'opposé. Révoltés par ces massacres d'innocents, les hommes courageux, les femmes de coeur, tous ceux qui refusaient cette dégradation de l'être humain voulue par les nazis, .se tournèr,ent vers la Résistance s'ils ne l'avaient déjà fait. 'le pr,ésident du tribunal fit montre d'une grande correction et malmena sérieusement, non pas l'accusé, mais les avocats du plaignant. Fait significatÎ'f, Lammerding s'était fait représenter par trois avocats, les mei,lIeurs et ,les L·HOMME QUI FIT DEPORTER ANNE FRANI( Wilhelm Harster, ancien général S.S., vient d'être arrêté à Munich. Pendant la guerre, Harster fut chef de la Gestapo allemande en Hollande, et responsable de l'organisation de la déportation des juifs des Pays-Bas; à ce titre, il peut être tenu pour le premier responsable de la mort d'Anne Frank. Il a été arrêté avec deux complices. Tous trois sont « soupçonnés » du massacre de près de 100.000 personnes (les déportés hollandais) . Après la guerre, Harster devint fonctionnaire du gouvêrnement bavarois ; il dirigea même, de 1'959 à 1963, les services plus chers de la ville. Et le président dit c'Iairement que le dossier de Dortmundt contenait des pre'uves de la culpabilité de Lammerding. Cette prise de position honnête éclaire brutalement l'ambiguïté de l'attitude des autorités judiciaires allemandes chargées de la poursuite des criminels de guerre. Au vu par Jacques DELARUE du même dossier, n'ont-elles pas répondu aux demandes des autorités françaises réclamant des .poursuites contre Lammerding qu'aucune preuve n'existait contre lui ? Mieux encore : les tribunaux allemands considèrent comme nulles et non avenues les condamnations prononcées par les tribunaux alliés. Les grands criminels de guerre, jugés à Nuremberg, ont des casiers judiciaires vierges. IDe même, les condamnations par coutumace ne sont pas prises en considération. Tout cela n'a pas empêché de re· fuser de nouvelles poursuites con· tre Lammerding parce qu'il a déjà été condamné en France, par contumace, et qu'on ne peut juger deux fois un homme pour les mêmes faits ! On considère donc simultanément que Lammerding est déjà condamné, et qu'il ne l'est pas ! De mème, son extradition a été refus. ée car aucun pays n'extrade ses ressortissants. PLUS que ces arguties juridiques, ces astuces de procédure forgées pour sauver un criminel (dans que'l but? pour quels moti'fs?) les raisons qui ont poussé Lammerding à tente'r cet incroyable procès doivent retenir notre attention. Depuis plusieurs années, les anciens SS mènent une action pour obtenir leur" réfinanciers de la Haute-Bavière, à Munich. Depuis, il avait pris sa retraite. Après l'écrasement de l'hitlérisme, Hars· ter ne prit même pas la peine de changer d'identité ; il avait, comme cet autre assassin, Lammerding, la réputation d'un parfait honnête homme. Au vrai, l'espect surprenant de cette his· toire, ce n'est pas, qu'il ait pu échapper pendant vingt ans à la justice ouest-allemande

c'est bien plutôt qu'elle ait fini

par s'occuper de lui. UN BOURREAU LIBERE Robert Mulka, ancien adjoint du commandant du camp de concentration d'Auschwitz, Rudolf Hoess, a été libéré, « pour raisons de santé » de l'hôpital de la prison de Cassel, où il était détenu. Robert Mulka a été condamné à quatorze ans de prison pour « participation au massacre d'au moins deux mille huit cents détenus » ; le tribunal qui l'a jugé à Francfort n'a retenu contre lui que la charge de « complicité », en dépit de témoignages accablants. Mulka, lui, eut le cynisme de prétendre que, bien qu'ad· joint au camp, il « ignorait tout » de l'extermination des déportés et qu'il n'avait fait « que son devoir de soldat allemand ». Après la condamnation, deux appels furent interjetés ; un par l'accusation qui jugea la peine insuffisante, l'autre par la défense qui la prétendit « excessive ». Ce double appel a un effet suspensif : c'est ainsi que les autorités purent, en toute légalité, décider de la libération du criminel Mulka. L'arsenal des lois, on le voit, permet bien des accomode~ents. Est-il besoin de rappeler qu'à Auschwitz, on ne libérait pas pour raisons de santé ? habilitation ". Le premier pas serait la reconnaissance de leur droit au tit,re d'anciens combattants et à la pension normale qui s'y attache. Le gouvernement d'Allemagne Fédérale, considérant qlue les SS constituaient une armée privée, dépendant du Parti nazi, refusent cette reconnaissance, mais de nombreux hommes politiques allemands et notamment des députés, appuient plus ou moins ouvertement ,leurs revendications. Groupés au sein de l'association HIAG. sous le prétexte d'assistance mutiuelle. d'entraide, les anciens SS organisent de's cong'rès où se rendent de nombreux SS étrangers ; flamands et français en ,particulier. Obtenir que les SS soient considérés comme des combattants ordinaires, normaux, et non pas 'Ie's membres d'une vaste O'rganisation crimine'lIe, ainsi que fa définie ,le Tribunal International de Nuremberg, équivaudrait à di're que le !régime nazi fut un régime normal et. pourquoi pas ? démocratique. Les présentateurs français d'un disq'ue de chants et discours nazis n'onHls pas récemment écr.it .sur la pochette de ce disque, que le nazisme était né d'un mouvement démocratique et d'élections régu1lièr,es ? Lammending peut bien assurer que lui et ses hommes furent des guerriers chevaleresques et respectueux des lois de la guerre. Ainsi, le procès fait par Lamme'rding au journal • Die Tat » s'inscrit bien dans cette vaste entrep~ise internationalle de (Suite en page 15). DERNIERE MINUTE Le tribunal de Dusseldorf a débouté Lammerding de sa plainte. Ce n'est donc pas un délit, y corn· pris en R.F.A., de rappeler le sinis· tre passé de ce criminel de guerre. Mais justice n'est pas faite pour autant... Elle le sera quand d'accusateur, le bourreau d'Oradour et de Tulle deviendra accusé et connaîtra le châtiment. UN symbole de qualité les 6 PAUVRES PARMI .LES P i\UVRES ECOUTEZ la radio, regardez la télévision, parcourez la plupart des journaux : il n'est question que d'expansion, de développement, de prospérité ... Qu'en est-il en réalité ? Sans qu'il s'agisse d'une étude globale de la situation économique en France, un livre récent attire l'attention sur le sort des couches les plus défavorisées, et dresse, de ce fait, un contre-bilan dont il faut nécessairement tenir compte si l'on veut porter un jugement objectif sur cette situation. Ce livre, de Paul-Marie de la Gorce, porte un titre significatif : « La France pauvre » (1). Quelles sont, selon l'auteur, ces couches défavorisées ? Tout d'abord, de très nombreux vieillards, aux retraites dérisoires, aux logements bien souvent vétustes. Des moins vieux, aussi, qui, subissant le contre-coup d'une tendance à employer de préférence des travailleurs de moins de 40 ans, se trouvent menacés du chômage. II y a aussi la détresse paysanne dans les régions surpeuplées ou sous-peuplées, aux exploitations étriquées ou dispersées, à l'écart des moyens de communication modernes. Et encore le cas de petits commerçants isolés, noyés par le flot envahissant des succursales multiples, délaissés par une clientèle qui suit les grandes concentrations industrielles. Et surtout, ces quelques deux millions de salariés qui gagnent moins de 500 francs par mois. Nous arrivons, alors, à un chapitre qui nous intéresse ici tout particulièrement, (1) Grasset, éditeur. «Salle d/ attente re'" serve'" e» celui que P.-M. de la Gorce intitule : « Les parias de la nation ». II concerne les travailleurs immigrés, et nous apporte nombre d'informations utiles pour l'action que nous poursuivons aussi bien contre le racisme et la xénophobie qui frappent cette population_ II serait fastidieux de reprendre les chiffres concernant le nombre des immigrés en France depuis 1850, époque où leur nombre dépassait déjà le nombre des émigrants français_ Ce qu'il faut savoir, dans l'intérêt de i10tre action contre la xénophobie, ce sont les chiffres de l'évaluation actuelle. Au milieu de 1964, on a dénombré plus de 2 millions d'étrangers en France, parmi lesquels vivent 167_000 réfugiés_ Un tableau nous apprend leur répartition : 688.000 Italiens, 520.000 Algériens, 517.000 ESPllgnols, 153.000 Polonais, 100.000 Portugais, pour les plus gros pourcentages. Nous avons, avec moins de 100_000 persones, les Belges, les Marocains, les Américains et les Allemands ; avec moins de 50.000 personnes, les Tunisiens, les Suisses, les Africams, les Britanniques, les Yougoslaves et les Grecs ; avec moins de 10.000 personnes, les Néerlandais, les Canadiens et les Vietnamiens. « De ces chiffres, il ressort un fait capital _. trois groupes d'immigrants constituent la presque totalité de la population étrangère_ Ils provienne?'!t d'Afrique du Nord, d'Italie, de la Péninsule ibérique. Tous trois comprennent plus de 500_000 personnes. Les Italiens sont venus plus anciennement, et leur recrutement est faible depuis le grand essor économique de l'Italie, ces dernières années - ils l'emportent dans le Sud-Est de la F;ance et dans la région parisienne. Les NordAfricains, dont les 6/7 sont Algériens, vinrent en masse avant 1954 ; les arrivées ont été plus faibles pendant la guerre d'Algérie, et furent exceptionnellement nombreUses pendant les 18 mois qui suivirent le retour à la paix ; ils sont en majorité cOncentrés dams les grandes zones industrielles autour de paris, dans le Nord et dans l'Est. Les Espagnols et les Portugais représentent une part sans cesse croissante de l'immigration ; ils en forment aujourd'hui les éléments les plUS récents et les plus nombreux, renouant ainsi avec un courant assez ancien qui avait perdu de son importance ,ils sont accueillis surtout dans le SudOuest et dans ia région parisienne. » La plupart des immigrés se répartissent La scène ne se déroule pas en Alabama, ni à Johannesbourg, mais bien à Paris : Dans telle gare de la capitale viennent d'être aménagées plusieurs salles « réservées aux travailleurs étrangers »_ Espagnols, Portugais, Algériens, Africains ont juste droit à des recoins, aménagés à la hâte, dont le seul ameublement est d'ailleurs constitué de quelques fauteuils récupérés çà et là. Ces salles seraient-elles d'ailleurs du même confort que les salles d'attente habituelles que le problème n'en resterait pas moins posé. La discrimination (depuis longtemps, certains éléments de la police des frontières, des ports et des aéroports accueillent les travailleurs algériens avec une remarquable grossièreté : « Les Arabes, par ici! ») se précise, s'organise et s'étend_ Tous les travailleurs étrangers en sont désormais victimes. Ces plaques doivent disparaître. à travers neuf départements seulement, département rattachés aux grandes régions industrielles de l'Est, du Nord, de Paris et du Sud-Est, les départements de la Seine et de la Seine-et-Oise en absorbant plus de 500.000. Dans le cadre des activités économiques, 1 a 6 % des immigrants se dirigent vers l'agriculture, la pêche, les transports, le commerce, les spectacles, les banques, les professions libérales et les services publics ; plus de 10 %, vers les- services domestiques ; 15 % vers les industries de transformaiton et 45 % vers les mines et le~ carrières. Tels sont les chiffres que l'on peut avancer en 1965. Une . fausse carte pour partir Le phénomène de l'immigration a presque toujours pour origine la misère. Les enquêtes menées auprès des Italiens, les plus facilement assimilables, ont montré que 72 % des ouvriers italiens étaient venus en France pour des raisons économiques et 13 % Y ont ajouté des raisons politiques. Les mêmes raisons semblent préSider à l'immigration des Noirs d'Afrique : échapper à la misère, se promouvoir économiquement et socialement, subvenir aux besoins familiaux. A ces conditions de départ, la réussite des prédécesseurs dans les voies de l'émigration, joue également un rôle important. Suivons, avec l'auteur, le cours de la migration des Africains. Un parent, établi en France, a procuré l'argent et l'adresse nécessaires au déplacement. Alors, « On part pour Dakar après avoir prétexté auprès du père un simple voyage à la ville voisine. » « C'est dans les ports que l'aventure commence. COmme le veulent les temps modernes, elle se présente sous le jour le plus sO'Fdidement administratif. Le Sénégal exige de ses ressortissants en partance une caution de 600 F. : les Sénégalais achètent donc une fausse carte d'identité mauritanienne que l'on obtient assez ,facilement, dit-on, de la représentation officielle de la République mauritanienne à Dakar. Depuis mai 1963, les Maliens ne peuvent partir que munis d'un contrat de travail et d'un certificat médical : ils se transforment, eux aussi, en Mauritaniens OUi évitent Dakar... et préfèrent Abidjan ou Monrovia, mais non Konakry où les douaniers confisquent leur argent... » Après un voyage en camion - coût 20 F - qui a mené l'émigrant de son village au port atIantiqüe, il embarquera pour Bordeaux ou Marseille, ces deux ports recevant la totalité des émigrants africains - dont 80 % pour Marseille. Une quatrième classe revient à moins de 350 F sur ces deux lignes. Cependant les départs clandestins sont fréquents et, à l'arrivée, seuls les porteurs de carte d'identité resteront. Puis, l'immigrant prendra le train pour Paris et terminera son voyage en taxi, un taxi qui le déposera chez son parent ou son ami. Une tragédie : le logement Que ce soit pour le petit retraité, le bas salarié ou le travailleur étranger, le problème du logement complique toutMais dans le cas de notre immigrant, il est toujours angoissant : « Le logement, c'est la tragédie de l'immigration_ Il est pourtant difficile d'en prendre la mesure exacte, tant les statistiques sont incertaines, tant la réalité est mouvante .. _ Sur les quelque 35.000 Noirs vivant en France, on compte 1.000 ouvriers vivant à Paris depUis plusieurs amné~s avec leurs familles dans des appartements normaux... 10 % habitent à l'hôtel ou chez des particuliers, comme le font par exemple, les étudiants... » ({ Mais 90 % des Africains vivent en groupe dans les hôtels les plus délabrés, ou dans ce qu'on appelle les « garnis clandestins », c'est-à-dire là où n'est appliquée aucune règle élémentaire d'hygiène prévues par l'administration, sans que toutefois la pOlice puisse y faire grand-chose, puisqu'il n'y a rien à proposer de mieux à ceux qui doivent y vivre. » En moyenne, il paiera, l'immigrant, une trentaine de francs pour avoir le droit de vivre en communauté dans une cave, un grenier, une chambre étroite et insalubre, à moins que ce ne soit dans une ancienne cuisine, buanderie ou écurie_ On en rencontre même sous le viaduc de la S.N_C_F., avenue Victor-Hugo à Saint-Ouen. L'eau est amenée par un robinet unique et les draps ne sont lavés qu'une fois par mois. On comprend, dans ces conditions, que des conflits - parfois sanglants - éclatent de temps à autre entre les locataires ou entre locataires et propriétaires, Algériens pour les neuf dixièmes_ Les Noirs ont souvent remplacé les Nord-Africains dans ces logements sordides. Une enquête datant de 1964 auprès de 125.000 Nord-Africains 'vivant dans la Seine a « révélé que 61.000 pouva. ient être considérés comme « bien logés » tandis que 64.000 étaient « mal logés ». Sur ces derniers, 56.000 vivent dans les hôtels et garnis clandestins et 8.000 en bidonville. » L'arrivée des Portugais et la formation du bidonville de Champigny, a porté à 80.000 personnes environ la popUlation des bidonvilles_ Désireux d'économiser le plus possible, aussi bien pour aider les siens que pour arrondir son pécule pour le retour, le travailleur étranger parait s'accommoder de cet état de choses, mais des logements décents à bas prix feraient évidemment mieux son affaire. Pas d'accueil organisé « Venu pour travailler, il - l'émi· grant - est résolu à accepter toutes les besognes plutôt que de subir longtemps le chômage, il est prêt à faire autant d'heures supplémentaires qu'il le pourra, il est résolu à se nourrir aux moindres trais, à se contenter de plaisirs rares ou très peu coûteux_ Il S'il ne tombe pas malade, en raison du changement de climat - ce qui fait dire aux racistes que les travailleurs étrangers arrivent en France malades et encombrent nos hôpitaux -, le second souci de l'immigré, après le logement, sera la recherche d'un emploi. Un tiers des immigrés débarque avec un contrat. Le reste ne comptera que sur lui-même, parfois aidé par ceux de ses compatriotes déjà en place_ La solidarité joue énormément chez les déracinés. Ge qui permet, à l'Algérien, entre autres, de surmonter plus rapidement les barrages de l'embauche. Mais cela ne lui évitera pas les longues heures d'at· tente à la porte des entreprises. Une fois engagé, encore lui faudra-t-il s'accoutumer au travail industriel, se heurter au rythme de l'activité moderne, chercher à comprendre ce que l'on attend exactement de lui, éviter les pièges du machinisme. En effet, les travailleurs étrangers sont les prinCipales victimes des accidents du travail. Le dépeuplement de la France dans l'entre-deux guerres et la perte de plus d'un million dt' personnes actives mettaient la démographie française en péril en 1945. L'ordonnance du 2 novembre 1945, qui réglementait l'immigration et la contrôlait, avait donc un double but : renouveler la main-d'oeuvre et favoriser le repeuplement_ L'Office national de l'Immigration, tout en opérant un tri sévère, assurait aux travailleurs étrangers un emplOi, un logement, le voyage. Un système de cartes conduisait l'immigrant du stade de ({ résident temporaire » à celui de « résident permanent ». Aujourd'hui l'accueil n'est plus organisé systématiquement_ Pourtant, les travailleurs étrangers qui arrivent en France, même par leurs propres moyens, constituent une main-d'oeuvre utile à l'économie de notre pays_ Sympathie et xénophobie Après les remous politiques de ces der· nières années dont les travailleurs algériens furent les principales victimes, corn· ment les Français admettent-ils les étrangers vivant en France ? * Suite page 15. 7 - - - - -- LES MENSONGES CRIMINELS DES RACISTES FAUX PROLETAIRES ET FAUX MEDECINS A LYON, TOUT LE REPERTOIRE NAZI AUX usines Peugeot a été récemment diffusé un tract violemment anti·algérien. Le style volontiers ouvriériste, ,l'emploi à tort et il travers d'une terminologie " révolutionnaire ", ne trompe personne : Europe Action n'est pas loin, et les rédacteurs anonymes de cette prose n'ont de « prolétarien " que le masque dont ils tentent vainement de s 'affubler. PROVOCATION à Lyon, au mois de décembre dernier : de courageux anonymes . placardè rent s ulr les murs de la ville le tract que voici: « Jeune juif, f( Puisque tu nous dis que ton coeur « bat juif " e t que tu es atti ré par Israël. ... alors, bien sincèrement prends tes affaires. « Emmène avec toi toute la tribu ... Depuis des siècles, la juiverie a fa it assez de mal à l'Europe. Le prétexte du tract est cette triste affaire de viol dont a été victime, à la fin d'octobre dernier, une jeune femme à Belleville. « Est-ce l' oeuvre de bandits européens!' Non ! C'est l' oeuvre de la race la plus écoeurante, la plus fertile en makuIies du monde! C'est l'oeuvre des A rabes algériens, nos vainqueurs, qui appellent Paris: Alger-sur-Seine, la France: la zone d'occupation et les Françaises

biens vacants. »

Après ce préambule, vient la démagogie la plus éhontée: « Camarades! Si on violait les femmes riches et progressistes dIt 16' arrondissement qui manifestent chaque fois qu'un Pygmée ou lm Sénégalais insolent se fait bousculer, la solidarité aux Noirs et aU\%" A rabes qu'accordent ces fem1lles riches serait moins voyante! » Puis la menace nazie: « Faudra-t-il créer lm Klft-Klux-Klan fran çais pour que nos femmes, qlti ne peuvent sortir la nuit, puissent alt moins avoir la sécurité garantie le j our?' » On sait la vérité sur ces affa ires de viol. Liaisons, le bulletin d'information de la préfecture de police, dit qu'ils sont « le fait de toutes sortes d'individus, y compris de fils de famille »; mais il est bien évident que dans ces dernie rs cas, certaine g rande presse ne juge pas utile d'en fa ire un titre sur huit colonnes à la une. Et c'est seulement lorsqu'ils peuvent trouver un coupable algérien (ou prétendu tel) qu' ils se livrent à des généralisat ions abusives, destinées à susciter la ha ine et la peur. Un autre tract de même inspiration a été diffusé à Paris; signé, celui-là, par les « Comités T ix ier -Vig nancour pour les 19" et 20' a rrondissements ». Les rédacteurs, plus précautionneux, se défendent « de faire dIt racisme, ni même de la politique »; ils ne s'en privent pourtant pas: « L es habitants de nos quartiers honnêtes n'entendent pas supporter plus longtemps la menace toujours constante de cette racaille algérienne » écrivent-ils. « Racaille » qui vient en France, selon les termes des amis de Tixier-Vignancour avec la « mission» de « pourrir et corrompre la France à travers ses filles ». T roisième tract, enco re: un communiqué d'un soi-disant Centre médical de défense contre les maladies vénériennes. On jurera it d'aill eurs, en comparant les styles et la typographie que ces « médecins » sont les mêmes courageux anonymes que les « prolé taires » de tout à l'heure. « Trois maladies planent en permanence sur VOltS et votre famille grâce à l'invasion algérienne. Là où on décelait lm cas de syphilis dans l'année, il y en a cent à présent; la teigne algérienne (?') se propage dans nos écoles communales à une vitesse vertigineuse; les préventoriums et les sanatoriftms sont peuplés à 80 % de la pègre arab,e d'Algérie, soignée gratuitement avec vos sous et vos cotisations à la Sécurité Sociale ... » « '" A Paris, ne fréquentez pas les cafés où les éléments nord-africains s'incrustent. Un verre mal lavé et vous voilà vous aussi tub,erculenx. N'utilisez pas les waters qlti vous sont étrangers, car les maladies honteuses s'attrapent dans les toilettes des cinémas 0 1/ des bars ... » Et c'est l'appel à des mesures d'expulsion, l'excitation à la haine, à la violence

« Unissons-nous pour exiger le

renvoi dans leur gourbi de tous les damnés de la terre au teint basané qltÎ sèment la haine, la maladie et l'insécurité en France. » S'il existe effectivement une recrudescence des maladies vénériennes depuis quelques années, une étude de l'Organisation Mondiale de la Santé, récemment parue, réfute sans peine les élucubrations raci stes. Ce n'est pas en F rance que cette recrudescence est la plus fo rte, mais aux E tats-Unis; et les causes en sont bien précises: l'indust rialisat ion, l'urbanisat ion des populations, la généralisation des trai tements ant ibiot iques, et leur efficacité, qui provoquent un sentiment de sécurité: aujourd'hui, les « maladies honteuses » ne font plus peur, et ce faux sentiment de sécurité contr ibue à la propagat ion du fléau vénérien. Pour en revenir à nos racistes, ces tracts prouvent que la tactique des groupuscules fascistes ne varie pas; ils multip'lient les textes, au nom d'organismes différents tous plus fan tomatiques les uns que les autres, pour tâcher de créer un climat favorable à leurs menées. Il est urgent que les pouvoirs publics prennent des dispositions pour les empecher de nuire. « Nous lui devons la déchéance de Rome, l'Eglise et son cortège de dévirili· sation, la franc·maçonnerie, le communis· me... En France : le Front Populaire, la déclaration de guerre à l'Allemagne, Roth· schild, le métissage, le gaullisme... en attendant la démocratie populaire et les « lendemains qui chantent ". « Tu veux un Etat juif plus fort ? Pars le renforcer. Comme tu nous feras plai· sir! « N'oublie pas chez nous les banquiers, les plumitifs, les profiteurs, les parasi· tes de toutes sortes qui sont en train de mettre notre cher pays sur la paille. LA HAINE SUR LES MURS DE NIMES A Nîmes, les racistes ne sont pas en reste sur leurs complices de Lyon, de Paris et d'ailleurs. Ils ont couvert certains murs de la ville d'affiches manuscrites d'un ton particulièrement haineux. La seotion du Gard du M.RA.,p. a immédiatement réagi ; sa 'responsable, notre amie Georgette Gebelin a envoyé à la presse du SudJEst, un communiqué disant notamment: .. Les militants du M.R.A,P. ne sauraient Deux affiches à Nîmes tolérer la diffamation et l'humiliation col· lective d'un groupe humain, quel qu'il soit ... " « ... Les Algériens surmontent des diffi· cuités quotidiennes innombrables. Déraci· nés, mal logés, employés aux travaux les plus durs et les moins payés, renvoyés par priorité en cas de chômage, ils s'efforcent de résoudre leurs problèmes avec dignité et courage ... » « '" Mais les nostalgiques des thèses nazies ne désarment pas. Ils ne se rendent pas à l'évidence de l'unité de la race hu· maine, ils ne voient pas ,la fraternité en marche ... " « ••• Le M.R.A.P. appelle toutes les organisations démocratiques, politiques, syn· dicales, à s'unir pour dénoncer toutes ac· tions racistes dont ils auraient connaissan· ce, et pour mettre hors d'état de nuire les individus que les préjugés aveuglent. " Pour en revenir à ces raci'stes, il est r,emarquable de voir à quel point Us sont férus d' «action psychologique ". La pu· blicité qui couvre les murs de nos villes fait appel à quelques notions simples, voi:re élémentaires: la santé, ,l'hygiène, !e confort, 'la sécurité matérielle, qui sont des éléments puissants de motivation. Or, la propagande des racistes, pour tâcher de parvenir à ses fins, fait appel à ces mêmes notions qu'el,les prétend défendre. Raison de plus pour les combattre vivement avant qu'ils aient t1rouvé l'audience qu'ils souhaitent; on sait que I,e's techniques de • Viol des fou,les " par ,I&s moyens publiCitaires acquièrent une efficacité chaque jOlll" p,lus redoutable. On aimerait pourtant poser une qllestion à ces « patriotes » qui crient sans cesse contre l' « envahisseur algérien » : que faisaient-ils, ou que faisaient leurs semblables, à ·l'époque où l'envahisseur nazi tenait la France sous sa botte ? Nous te faisons aussi cadeau de l'or que tes parents y ont gagné à la sueur du front des autres. « Emporte aussi ton « Oueq Hachaner », « Hetfair Chabbat ", etc... Nous, on n'y comprend rien, on ne s'en sert pas. « Pour te montrer que nous sommes bien d'accord avec toi pour porter tes valises et te s:'uhaiter « bon voyage ", nous serons nombreux le samedi 18 dé· cembre, à 17 heures, place des Terr ~ aux. « Pour une ambiance jeune et saine., « Un Etat français plus fort. « Une jeunesse française plus fière. « Allez, adieu. " Ce texte, qui rappelle par sa violence la pire prose de l'occupation, reprend à son compte tous les arguments, même con~rad i ctoi res , sur lesque,ls prétendai,ent se fond elr les « théories " nazies. « Le Juif » est r'esponsable à la fois du capitalisme et du communisme, de la religion (u dévirilisante » !) et de l'athéisme ; la haine rac ia'ie exceptée, on ne voit pas très bi en ce que souhaitent ces messieurs. La ,pllblication de ce tract prorvoqua des protestations immédiates. Le Comité lyonnais du M.HAP. publia aussitôt le communiqué suivant : « Des tracts apparaissent actuellement sur les murs de la ville appelant à une manifestation antijuive. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, qui s'oppose à toutes les formes du racisme, s'indigne que des individus puissent aujourd'hui organiser de telles manifestations. « Il appelle les autorités responsables à prendre toutes mesures pour que la haine raciale ne puisse se manifester sur la voie publique. " Il intervint, d'autre part, auprès des autorités préfectora,les afin que des mesures soient prises pour empêcher une éventuelle manifestation raciste et découvrir les auteurs de la provocation. Plusieurs autres organisations protestè· rent égal.ement ; notamment .l'Association Généra,le des Etudiants de Lyon, l'Union des Etudiants Jllifs de France;la Ligue des Droits de l'Homme, les Cercles BeJrnard Lazare et TocquervjIJ le, la L.I.C .'A., etc ... En fait, au jour prévu, aucun manifestant ne se signala sur la p·lace des Terreaux. Il serait pourtant intéressant de connaître les auteurs du tract, et nécessai re que les pouvo.irs publiCS pr,ennent toutes dispositions pour prévenir de pareilles pro· 'vocations. Au cas où une enquête serait ouverte, nous nous permettrons de rappeler un détail qui n'est pas sans signification

c'est à Lyon que, voici quelques

semaine's, les je'llnes fascistes de la Fé· dération des Etudiants Nationalistes ont organisé une manif.estation de soutien à lan Smith, le dirigeant raciste de la ~hodés i e . Il RIVAROL Il EN FLAGRANT DELIT L'INCITATION à la haine raciale constitue un délit, que condamne (encore que de façon très insuffisante) la loi française. C'est pourquoi les publications racistes prennent généralement quelques précautions lorsqu'elles distillent leur venin ; Minute, par exemple, ne termine jamais une de ses campagnes anti-algériennes sans une allusion aux « travailleurs honnêtes » qu'il faut eux-mêmes protéger de la « racaille ». Il arrive pourtant que ces messie ulrs oublient cette élémentaire prudence. Ainsi Rivarol, qui rend, dans un 'récent numéro, un hommage vibrant à l'un des premiers « théoriciens " du racisme , Vacher de Lapouge. Ce Vacher de Lapouge naqu it voici un peu plus de cent ans, en décemor·e 1854 ; N fut 'll'niversitaire et « anthropologue » ; il édita notamment trois ouvrages que Ri· varol qualifi'e d' « essentiels " : « Les Sélections Sociales " (1896) , « l'Aryen, son rôle social » (1899) , « Race et Milieu Social » (1909). Les citations que l'on peut extraire de ces ouvrages ne se diffé rencient pas des olich és racistes les plus éculés : .. On ne se débarrasse pas d'une idée·force aussi puissante que la mission r:!es Aryens ... Les caractères psychiques des races se sont formés comme les caractères physi. ques, par la survivance exclusive des individus doués de certaine façon, et la psy· chologie de la race domine celle de l'indi· vidu qui est une résultante... " « •.• L'assistance et la solidarité, qui pa· raissent de nature à corriger les effets de ,la sélection, les corrigent seulement à l'égard de l'individu, mais les aggravent à l'égard de l'espèce, au point de constituer un des pires dangers dont soit menacé l'avenir physique et mental de l'humani· té. " l a hantise de Vacher de -Lapollge était de voir l'Europe .. dominée par les juifs ", ou encore par I·es « Cosaques mal grattés de Petersbourg " ; domination qui allait, selon lui, transformer les Français en « vrais Mongols ". Contre ce péri'l, le « théoricien .r,ecense le dernier bastion aryen • de race pra· tiquement pure " ; ce « pratiquement " est à lui seul une réfutation de toutes les vaticinations qui précèdent, puisqu'aussi bien sait-on que le concept de « race pure " humaine est absolument dépourvu de fondements . Vacher de Lapouge dé· plore d'ai lleurs que « l'homme témoigne habituellement d'une insouciance extraor· dinaire pour choisir ses unions D. Il recommande, pour « défendre la race des dan· gers qui la menacent " de remplacer la sé· lection naturelle, « tout à fait insuffisan· te ", par une « sélection systématique ". Au vrai , les divagations de ce précur· seur du ,racisme nous intéressent moins ici que 'l'exhumation qu'en fait Rivarol ; l'a'uteur en l'hommR(lF! i'l VRr.h". ri .. l "n",,_ ge, un certain François Dauture, qu i sem· ble être,lui aussi , un « théoricien ", termine son papier par une apologie qu i n'est mêmes pas déguisée, rles crimes hi t lériens : « Telles sont les grandes lignes de l'oeu· vre de Vacher de Lapouge. On ne saurait manquer de souligner, une fois de plus, que ces observations et ces vues remon· tent à un demi·siècle. Leur aute::r aura vécu assez (1) pour voir l'Allemagne na· tionale·socialiste s'engager dans la 'l'oie de la sélection systématique avec une dé· cision et une efficacité autrement grande que tOLIt .ce qui avait été tenté, depuis la fin du siècle dernier, aux Etats-Unis. Comme l'avait prévu Vacher de Lapouge, cette tentative de revalorisation raciale s'est heurtée à l'opp.osition des juifs, des démocrates et des Eglises. Ces forces conjuguées - et la « trahison " des EtatsUnis et de l'Angleterre aidant - ont réus· si à priver l'Europe de son bouclier. ,. Ce flagrant dél it d'apolo ~i e de crimes de gue rr,e n'e st certes pas le premier dont Rivarol se soit rendu coupable. Mais il est f un des plus précis . Si les projets de 101 anti,rac ist'es é laborés par le M.R.A.P. étaient adopté s par l'Assemblée Nationa· le, ils permettraient d'empê.cher de tel,les provocations. En attendant, le Parquet qu i peut prendre l'initiative de poursuites dans un cas de ce genre, ne se devrait-i,1 pas de sévir contre le flagrant dé'lit de RI. varol ? (1) Vacher de Lapouge est mort en .l'V' "" r"\ 1 n Le 21 décembre 1965, l'O.N.U. a adopté la Convention internationale sur l' 8limin DANS le gratte-ciel new-yorkais où siège l'O.N.U., les délégués emplissent la grande salle des conférences. A la tribune, le présiden ~, M. Amintore Fanfani, a pris place, avec, à ses côtés, le secrétaire général des Nations Unies, U Thant, et le soussecrétaire C.-V. Narasimahn, chargé des affaires de l'Assemblée Générale. Il est 10 h. 30. Déclarant ouverte la 1.406' séance de l'Assemblée gé nérale, M. Fanfani donne aussitôt la parole à M. R. St John Mac Donald, pour présenter, au nom de la 3' Commission, le projet de Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (point 58 de l'ordre du jour) . En ce 21 décembre, la 20' session est près de s 'achever ; mais les délégués écoutent avec attention l'orateur, car le texte qui leur est soumis a donné lie u déjà à de difficiles débats ; l'on sait que son adoption est passionnément attendue en de nombreux pays du monde ... vent ion et divers autres organes des Nations Unies. La Convention, qui compte 24 articles, se divise en trois parties traitant la première des obligations qui incombent aux Etats signat~ires ; la seconde du Comité pour l'élimination de la discrimination raciale, institué pour assurer le contrôle des mesures prises en application de la Convention ; la troisième enfin concernant la ratification de la Convention. doi"el rerpl FUSI LA ~ RACl pagan sieurs Unis sés à disaie à ... la Premiers commentaires M. MAZARD: « Pour que cette Convention devienne réalité » J 'APPLAUDIS de tout coeur aux initiatives généreuses qui sont à l'origine du projet de Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Le texte adopté par l'Assemblée générale de rO.N.U. constitue une étape i1l1portante dans la voie poursuivie, mais la route pour aboutir est encore longue et semée d'embûches. C'est pourquoi il est nécessaire maintenant, que dans le cadre de nos activités intellectuelles et professionnelles, dans notre milieu de vie, nous concourrions, tant par notre ardeur persuasive que par notre ferveur d'adhésion, nous hâtions le temps où cette Convention devienne réalité de Droit écrit et que les souillures qui maculent encore notre Humanité soient à jamais effacées. M. MAZARD, Conseiller à la Cour de Cassation, Président de l'Association Française des Juristes Démocrates. LE CONSEILLER ROLLAND honteuse » « Une plaie LE racisme est la plaie honteuse de 'l'humanité. Rarement, on ose s'en glorifier; plus souvent, on 'l'excuse; trop le pratiquent, hélas, ,dans ,la vie quotidienne. ,11 ,faut sans 'ces'se 'lutter pour que chacun comprenne l'unité nécessaire de 'la race humaine. Maurice ROLLAND Conseiller à la Cour de Cassation. E. NOUVEAU: « Conformer les actes à la signature » COMME tous ceux dont Iridéa,l est que 'le racisme et l'antisémitisme cessent d'exister dans ,le monde, le me ,réjouis 'infI niment de cette Convention, et j'espère, avec tous nos amis, qu'elle sera mise en application et que les Nations qui ont adopté à .J'unanimité cette décision confo rmeront ,leurs actes à lieurs signatures. 11 nous 'reste à ,espérer que ces infirmités de l'esprit soie nt, de p'ius en plus et Ile plus tôt poss ible, écartées de tous Iles cerveaux humains et que dans un même élan, toutes ,les Nations du monde proscrivent 'les pratiques racistes, dans tous les Etats et plus particulièrement aux U.S.A., où ,le problème est névralgique. Dans ,les pratiques du racisme ,je crois qu'il y a ,lieu d'inclure 'la g'uerre qui sévit encore ,dans le Sud-Est Asiatique et qui prend de plus en plus l'aspect d'un génocide d'une nation blanche contre une nation Jaune, sous le prétexte fallacieux de combattre une idéologie ... Ma Etienne NOUVEAU, Docteur en Droit, Avocat à la Cour d'Appel de Paris A. HAURIOU blème » {( Un énorme et vieux pro- LUTTER 'contre ,le racisme, c'est oeLlvrer dans 'un des domaines où faction est lia plus ll1écessaire et la plus urgente, pour 'rés'Oudre un énorme et vieux problème, ce'lui de il'égalité entre 'les hommes. Les techniques modernes, particullièrement dans Ile domaine des transports ou des communications ont, à cet égard, des 'conséquences ambigües. 16Hes nous habituent aux différences entre Iles hommes et 'sont, 'en ce sens, lun appel à 4a société ouverte. Mais elles peuvent entraîner ,le repli sur soi, la nostalgie d'une société c,lose et homogène. Ici encore, c'est l'es'rit qui doit 'Iuner contlre les conséquences du progrès matériel, 'lorsque 'celll,es-ci contredisent ,la marche de 'l'humanité vers sa propre reconnaissance et il ~aut savoir ,gré à :l'O.N.U ., 'à 'l'U .N,E.S.G.O., au M.R.'A.P. et à tous ceux qui Iles aident, ,de mener Ile bon combat. André HAURIOU, Professeur à la Faculté de Droit de Paris P. COT: « Les germes existent encore » L'ASSEMBLEE générale de l'O.N.U. est ,l'interprète ,la plu's qualifiée de l'opinion publique mondiale. C'est ,là que 'la voix des délégués de tous 'les peup'les, 'quels que soient 'leurs régimes politiques ou sociaux, peut ,le mieux se fai'r,e entendre. Il faut donc féliciter l'Assemblée Générale de ,l'O.N.U. d'avoir bien tenu remploi que le's circonstances historiques 'lui ont dévolu, en faisant approuver, à funanimité, par ses membres, le 21 décembre, le texte d'une Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Le problème de ,la discrimination raciale est, à mes yeux, l'un des plus importants de notlre époque. Dans le monde entier, consciemment ou inconsciemment, par indifférence, par sottise ou par intérêt, des germes de racisme ,existent encore. Peu ou prou, toutes Iles nations ont été contaminées. Notre monde ne sera !Vraiment civilisé et ne pourra marcher, ,la tête haute, v:ers 'un avenir meilleur, que le jour où cette abominable discrimination sera complètement abo,lie, non seulement dans ,les ,lois, non seulement dans les moeurs, mais dans la conscience de tous les hommes. Pierre COT, Ancien Ministre APRES LA DECLARATION DE 1963 Le rapporteur, dans une brève intervention - chaque délégué ayant en main le projet en discussion - évoque les conditions dans lesq,uelles la Convention a été élaborée. C'est en novembre 1963, que l'Assemblée générale, après le vote de la Déclaration sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, décidait la mise au point d'une Convention sur ce même problème, c'està- dire un traité engageant formellement les Etats qui s'y associeraient. Le Conseil Economique ~t Social de l'O.N.U. invitait alors la Commission des Droits de l'Homme à préparer en priorité absoltle, cet accord international. Au sein de la Commission, une sous-commission, ayant pour objet la lutte contre les mesures discriminatoires et la protection des minorités fut chargée de rédiger un avant-projet. Celui-ci composé de 7 articles de fond, était, le 30 juillet 1964, transmis au Conseil Economique et Social. La 3' Commission de l'Assemblée Générale, au cours de la présente session en a débattu pendant 43 séances, pour lui donner sa rédaction définitive. L'assemblée générale de l'O.N.U. pendant le dé PROPAGANDE RACISTE ET LIBERTE D'EXPRESSION prime les d Colorr du Pl dent i na), . Le projet, précise le rapporteur, comprend une résolution A, invitant les Etats à signer et ratifier la Convention, suivie d'une Annexe, qui constitue la Convention proprement dite ; en outre, une résolution B, préconisant une coopération entre le Comité créé par la Con- Au terme de ses 43 séances consacrées à la Convention, la 3' Commission était parvenue à un vote unanime. C'est donc au nom de tous ses collègues que parle M. Mac Donald. Pourtant, tout n'est pas terminé, et en séance plénière de l'Assemblée générale, les débats vont reprendre sur certains amendements rejetes en commission, mais que leurs auteurs ont tenu à présenter à nouveau. Cabre S'oJ tey s avanc serait tal d demar mite mai nt, C'est un point décisif qui est discuté à propos de l'article 4. Par cet article, les pays signataires de la Convention La AU BAN DE L/ POUR CEUX QUI SOUFFRENT DU RACISME, POUR CEUX QUI LE COMBATTENT, LE 21 DECEMBRE 1965 RESTERA UNE DATE HISTORIQUE. LA Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, que l'O.N.U. a votée ce jour-là, fut saluée à juste titre par M. Thant comme un « instrument préCieux », un « pas important » vers les objectifs que se sont fixés les peuples des Nations Unies, « résolus à réaffirmer leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine ». En France, la presse quotidienne, dans sa quasi-totalité, a passé sous silence l'événement. Des populations entières, pourtant, y puiseront, à travers le monde, des raisons nouvelles d'espérer et de lutter. Et chez nous aussi, en dépit des apparences, nombreux sont les hommes, les femmes qui ont des raisons fort valables de ne pas s'en désintéresser. L'ORIGINALITE DU TEXTE ADOPTE RESIDE ES· SENTIELLEMENT DANS SON CARACTERE CONCRET. LES ETATS QUI ADHERERONT A LA NOUvelle Convention s'engageront à prendre « sans retard » des mesures effectives non seulement pour supprimer les discriminations encore pratiquées, mais aussi pour empê· cher la propagande raciste et interdire les organisations qui s'y livrent ; pour favoriser l'effort des mouvements qui militent dans le sens de la fraternité humaine ; pour assurer, enfin, au moyen de l'enseignement, de l'éducation et de la culture, une action permanente contre les préjugés raciaux. La création d'un Comité international pour l'élimination de la discrimination raciale représente, elle aussi, une innovation d'une portée considérable. Ce Comité contrôlera les dispositions prises dans les différents pays en vue d'appliquer la Convention. Son rapport annuel permettra de faire le poiüè des progrès accomplis et de ce qui reste à réaliser. Il pourra même, dans certaines circonstances, recevoir des plaintes de victimes du racisme et intervenir en leur faveur auprès des gouvernements concernés. En outre, plusieurs articles de la Convention visent à prévenir toute tentative de réduire ses effets, par le biais de « réserves » présentées au moment de ' l'adhésion, ou par d'autres subterfuges. Et elle entrera en vigueur dès que 27 pays l'auront ratifiée, c'est-à-dire dans un délai rapproché. N COMPREND QUE CE DOCUMENT POSITIF, SOLI· O DEMENT CHARPENTE AIT DONNE LIEU A DES DISCUSSIONS FIEVREUSES, TANT EN COMMIS· sion qu'à l'assemblée générale. L'article 4 qui énumère les principales obligations des signataires, les articles 14 et 15 sur les attributions du Comit ratification, ont subi jusqu'au derniE prétextes divers, les attaques conv. délégués ; et la vigilante fermeté du s'est constamment exercée pour let Mais à l'heure de la vérité, quand il définitivement sous le regard de 1'0 n'a pu prendre le risque d'une att donc à l'unanimité (moins une abs a été acquis. Tout au long des débats, le représ M. Combal, s'est fait le porte-paroI laquelle le racisme n'existe pas dans de l'article 4, il a exprimé la crainte la propagande raciste ne porte a d'expression. De telles positions peuvent étonnel ne reflète sans aucun doute qu'une réalité, apporte Chaque mois le tém nations fréquentes, de préjugés tem tations à la haine, d'une agitation sc des groupes toujours prêts à recou: Est-il possible, d'autre part, de , gation consciente et volontaire du simple expression d'une opinion ri pas mieux valu, par exemple, user d mettre hors d'état de nuire Hitler et que de les laisser intoxiquer tant 1 étendre et justifier leurs forfaits. aujourd'hui, faire taire les appels 1 prônant l'apartheid ou toute autre de raciale? LE M.R.A.P. APPROUVE SANS 1 CHAQUE ARTICLE, CHAQUE VENTION DU 21 DECEMBRE. J pleinement à notre programme, à ne actes, qui se trouvent désormais cal haute instance internationale. A maintes reprises, notre Mouvi auprès des pouvoirs pUblics pour q caces soient prises contre les grou presse, dont le tirage global, rappE 500.000 exemplaires. Mais, répondant à une longue list, quelle nous attirions son attention, 111 tre de l'Intérieur, nous faisait sa prononçant la dissolution des group « que leur attribuer une influence qu' (1). Plus récemment, M. Frey affirii lettre au M.R.A.P. (2), que ses servici tous les moyens en leur pouvoir » i sur l'élimination dU racisme vention et divers autres organes des Nations Unies. doivent s'engager notamment à 4: déclarer punissable par la loi TOUTE DIFFUSION D'IDEES FONDEES SUR LA SUPERIORITE OU LA HAINE RACIALE » ... , autrement dit : la propagande raciste. En commission, plusieurs délégués, dont celui des E tatsUnis et celui de la France se sont opposés à ce membre de phrase, craignant disaient-i ls, qu'il y ait là une atteinte à ... la liberté d'expression. Pour le supcontre 25 et 23 obstentions l'amendement se trouve rejeté : la Convention conservera toute sa vigueur. Mais la délégation ftançaise, précisons-le, est de celles qui avaient voté en faveur de l'amendement argentin. La Convention, qui compte 24 art icles, se divise en t rois parties t raitant la première des obligations qui incombent aux Etats signat~ires ; la seconde du Comité pour l'élimination de la discrimination raciale, institué pour assurer le contrôle des mesures prises en application de la Convention ; la troisième enfin concernant la ratification de la Convention. De même est rejeté un amendement qui tendait à amoindrir la portée des articles 14 et 15. L'article 14 prévoit que « tout Etat partie peut créer on désigner li/! organisme dans le cadre de son ordre L'assemblée générale de l'O.N.U. pendant le débat. A gauche, MM. Thant, Fanfani et Narasimahn discutent pendant une suspension de séance PROPAGANDE RACISTE ET LIBERTE D'EXPRESSION primer, un amendement est présenté par les délégations de l'Argentine, de la Colombie, de l'Equateur, de Panama P.t du Pérou. Plusieurs orateurs se succèdent à la tribune : M. Lamptey (Ghana), 1\1. Beltramino (Argentine), Mme Cabrera (Mexique). juridique national, qui aura compétence pour recevoir et examiner les pétitions émanant de personnes ou de groltpes relevant de la jl{ridiction dudit Etat, qui se plaignent d'être victimes d'7tne violation de l'7~n quelconque des droits énoncés dans la présente Convention et qlÛ ont ép7~isé les autres recours local{x disponibles. » Il établit également que le Comité intematjoual ponr l'élimination de la discrimination raciale constitué pour contrôler l'application de la Convention peut recevoir lui aussi, dans certaines conditions, des communications Au terme de ses 43 séances consacrées à la Convention, la 3" Commission était parvenue à un vote unanime. C'est donc au nom de tous ses collègues que parle M. Mac Donald. Pour tant, tout n'est pas terminé, et en séance plénière de l'Assemblée générale, les débats vont reprendre sur certains amendements rejetés en commission, mais que leurs auteurs ont tenu à présenter à nouveau. C'est un point décisif qui est discuté à propos de l'article 4. Par cet article, les pays signataires de la Convention S'opposant à l'amendement, M. Lamptey s'écrie : « Auw!t des argnments avancés n'a pu prouver qlte cet article serait une dérogation al~ droit fondamental de la lib el-té de parole ». Et il demande que ce texte « élaboré à la suite d'un compromis difficile » soit maintenu tel quel. * Suite page 15, La majorité le suina : par 54 VOIX AN DE L/H U MAN ITE ... POSITIF, SOLI· ~r\~,~~ LIEU A DES EN COMMIS· 4 qui énumère les articles 14 et 15 sur les attributions du Comité, l'article 20 sur la ratification, ont subi jusqu'au dernier moment, sous des prétextes divers, les attaques convergentes de certains délégués ; et la vigilante fermeté du groupe afro-asiatique s'est constamment exercée pour leur faire échec. Mais à l'heure de la vérité, quand il a fallu se prononcer définitivement sous le regard de l'opinion publique, nul n'a pu prendre le risque d'une attitude négative. C'est donc à l'unanimité (moins une abstention) q~e le vote a été acqUis. Tout au long des débats, le représentant de la France, M. Combal, s'est fait le porte-parole de la thèse selon laquelle le racisme n'existe pas dans notre pays. A propos de l'article 4, il a exprimé la crainte que l'interdiction de la propagande raciste ne porte atteinte à la liberté d'expression. De telles positions peuvent étonner. Notre journal, qui ne reflète sans aucun doute qu'une faible partie de la réalité, apporte chaque mois le témoignage de discriminations fréquentes, de préjugés tenaces, d'odieuses exci· tations à la haine, d'une agitation scandaleuse menée par des groupes toujours prêts à recourir à la violence. Est-il possible, d'autre part, de considérer la propa· gation consciente et volontaire du racisme comme la simple expression d'une opinion respectable ? N'eût-il pas mieux valu, par exemple, user de la contrainte pour mettre hors d'état de nuire Hitler et ses disciples, plutôt que de les laisser intoxiquer tant de consciences pour étendre et justifier leurs forfaits. Et ne doit-on pas, aujourd'hui, faire taire les appels non moins criminels prônant l'apartheid ou toute autre doctrine de suprématie raciale ? LE M.R.A.P. APPROUVE SANS RESERVE AUCUNE, CHAQUE ARTICLE, CHAQUE MOT DE LA CON· VENTION DU 21 DECEMBRE. ELLE CORRESPOND pleinement à notre programme, à nos suggestions, à nos actes, qui se trouvent désormais cautionnés par la plus haute instance internationale. A maintes reprises, notre Mouvement est intervenu auprès des pouvoirs pUblics pour que des mesures effi· caces soient prises contre les groupes racistes et leur presse, dont le tirage global, rappelons-le, se monte il 500.000 exemplaires. Mais, répondant à une longue liste d'exactions sur la· quelle nous attirions son attention, M. Roger Frey, ministre de l'Intérieur, nous faisait savoir qu'une mesure prononçant la dissolution des groupes racistes ne ferait « que leur attribuer une influence qu'ils sont loin d'avoir » (1). Plus récemment, M. Frey affirmait, dans une autre lettre au M.R.A.P. (2), que ses services « s'opposeront pal' tous les moyens en leur pouvoir » à la distribution des tracts de l'internationale néo· nazie dont nous signalion~ l'impression en France. Et il souhaitait ainsi « apaiser l'indignation, combien naturelle, qui est née de cette initiative d'éléments qui n'ont hélas pas encore désarmé ». Mais la question posée, justement, c'est, répétons-le, de faire en sorte que ces éléments, qui ne désarment pas, et tous leurs congénères, et tous leurs complices, dont l'existence est officiellement reconnue, se voient interdire l'ensemble de leurs activités néfastes et non pas seule· ment telle d'entre elles, occasionnellement. Quant aux discriminations raciales et aux excitations à la haine, que la législation actuelle ne permet pas de sanctionner véritablement, elles font l'objet des deux propositions de lois soumises par le M.R.A.P. au Parlement depuis plusieurs années déjà. Trois groupes différents de députés les ont déposées à l'Assemblée Natio· nale. Un rapporteur a été désigné en commission. Mais le gouvernement n'a pas cru devoir autoriser jusqu'à présent leur inscription à l'ordre du jour. Le Garde des Sceaux, si l'on en croit sa réponse à une question écrite, estime ces textes inutiles, alors même que les Parquets demeurent la plupart du temps passifs et les tribunaux paralysés lorsqu'un cas précis de discrimination ou de diffamation raciste leur est soumis. l E VOTE DE LA DELEGATION FRANÇAISE, POUR LA CONVENTION A NEW YORK, .ENTRAINERA-T- IL UN CHANGEMENT D'ATTITUDE A PARIS ? Ce serait logique, sinon ce vote serait vide de sens. L'adoption de nos propositions de lois, la mise en oeuvre des autres mesures que nous préconisons découlent tout naturellement de la Convention ; elles deviendront même des obligations le jour où ce traité international sera ratifié par notre pays. La France s'honorerait devant les peuples en procédant rapidement à cette ratification, en appliquant avec zèle et promptitude les engagements ainsi contractés. La communauté des Nations par un acte sans précédent vient de mettre au ban de l'humanité le racisme sous toutes ses formes. Il s'agit maintenant de le pourchasser partout, de le faire disparaître de la surface de la terre. Nous ne sous·estimons pas l'ampleur de la tâche. Mais nous pensons que rien ne doit être négligé pour la me· ner à bien. Avec tous les antiracistes, nous nous y emploierons. Albert LEVY. (1) Lettre du 16 avril 1965, reproduite dans notre brochure « Les racistes contre la République », supplément à « Droit et Liberté » n° 247. (2) Le 17 novembre 1965. A quoi s'en~ les signé La résolution qui présente la Con toutes les formes de discrimination racia contient, entre autres, les paraRravh.es s L'ASSEMBLEE GENERALE, CONVAINCUE que cette Convention marquera un, de toutes ·Ies formes de discrimination raciale et qu'ellE par les Etats et appliquée sans ,retard C,,), 3. PRIE les gouvernements des Etats et les organ if large retentissement au texte de cette Convention en notamment tous les moyens d'information appropriés; 4. ,PRIE le Secrétaire Général d'assurer une diffusi, cette fin , d'en publier et d'en faire distribuer le texte C

  • Dans son préambule la Convention se ri

tions Unies, et dont elle eSt la suite logique .- d 'G puis la Déclaration universelle des droits de l'he dépendance aux pays et aux peuples coloniaux ( les formes de discrimination raciale (1963), ai~ en matière d'emplOi et de profession (1948) et crimination dans le domaine de l'ensei~nement ( Les Etats parties à la présente Convention C .. ), CONVAINCUS que toute doctrine de supériorité scientifiquement fausse, moralement condamnable et so saurait justifier, où que ce soit, la discrimination racialE REAFFIRMANT que la discrimination entre les êt la couleur ou l'origine ethnique est un obstacle aux re et est suscept ible de troubler la paix et la sécurité entre 1 des personnes au sein d'un même Etat ( ... ) , ALARMES par les manifestations de discriminati, gions du monde et par les politiques gouvernementale: te lles que les politiques d'apartheid, de ségrégation ( Sont convenus de ce qui suit ...

  • ARTICLE PRI

1. Dans la présente Convent ion, l'expression « di clusion, restriction ou préfé rence fondée s ur la race, ethnique, qui a pour but ou pour effet de détrui re ou dl ou l'exercice, dans des conditions d'égalité, des droits d domaines politique, social et culturel ou dans tout aut ARTICLE 1. Les Etats parties condamnent la discrimination moyens appropriés et sans retard une politique te~danf et à favoriser ,l'entente entre toutes les races, et a cel a) Chaque ,Etat partie s'engage à ne se l,ivre.r à contre des personnes, groupes de personnes ou IDStitUt publiques et institutions publiques, nationales et locale b) ,Chaque Etat partie s'engage à ne pas encoUi ciale pratiquée par une personne ou une organisation c) 'Chaque 'Etat partie doit prendre des mesures tales nationales et locales et pour modifier, abroger , mentaire ayant pour effet de créer la discrimination n d) Chaque Etat partie doit, par tous les moyens gent, des mesures législatives, interdire la discriminati, pes, ou des organisations et y mettre fin ; e) Chaque Etat partie s'engage à favoriser, le CI grationnistes multiraciaux et autres moyens propres ; cou rager ce qui tend à renforcer ,la division raciale ( .. , ARTICLE les Etats parties condamnent toute propagande , de théories fondées sur la supériorité d'une race ou d ou d'une certaine origine ethnique, ou qui prétenden de discrimination raciales, et ils s 'engagent à adopter à éliminer toute incitation à une telle discrimination, ils s 'engagent notamment: a) A déclarer délits punissables par la .Ioi tou ~e , haine raciale, toute incitation à la discrimination raCiale t ion à de tels actes, dirigés contre toute race ou to~t d'une autre origine ethnique, de même que toute as slst pris leur financement ; b) A déclarer illégales et à interdire les organisl ganisée et tout autre type d'activité de propagande couragent et à déclarer délit punissable par la loi la p vités. . c) A ne pas permettre aux autorités publiques les, d'inciter à la discrimination raciale ou de l'encourag' ARTICLE Sont énumérés ici une certain nombre doivent être garantis à tous, sa1!s distinction nique .- droits civils, politiques, economzques, ~ Il est encore précisé .- ARTICLI Les ,Etats parties assureront à to~ te person".e voie de recours effectives, devant les t ribunaux n~tl or tre tous actes de discrimination raciale qui, contr~m:!IT droits individuels et ses libertés fondamentales, alDSI , faction ou réparation juste et adéquate pour tout doml d'une telle discrimination. ARTICLI Les Etats parties s 'engagent à prendre des mesur domaines de l'enseignement, de l'éducation, de la CU.ltl jugés conduisant à la discriminati'!n racia!e ~t faVO riSE nations et groupes raciaux 0l! ethm~ues, ~IDSI que pour des Nations Unies, de la Declaration umverselle .d e~ Unies sur l'élimination de toutes les formes de dlscm

  • La deuxième ·partie de la Convention cc

Comité pour l'élimination de la discr}mination haute moralité et leur impartialité, qui sont, elus ~ a r qui siègent à titlre individuel, compt.e. te~u d ~,n~ repar tafion des différentes formes de CIVilisation ainsI qu e Ce Comité a pour but de contrôler l'apl tes soit d'Etats, soit d'individus concernant cet vention aura été ratifiée. , . La troisième partie établit les cond7twns auront adhéré à la Convention. lion dU racisme notamment à 4: déclapar la loi TOUTE DIFDEES FONDEES SUR RITE OU LA HAINE autrement dit : la proEn commission, pludont celui des Etatsde la France se sont oppode phrase, craignant contre 25 et 23 obstentions l'amendement se trouve rejeté : la Convention conservera toute sa vigueur. Mais la délégation française, précisons-le, est de celles qui avaient voté en faveur de l'amendement argentin. De même est rejeté un amendement qui tendait à amoindrir la portée des articles 14 et 15. L'article 14 prévoit que « tont Etat partie peut créer on désigner un organisme dans le cadre de son ordre il y ait là une atteinte d'expression. Pour le sup- A gauche, MM. Thant, Fanfani suspension de séance l amendement est présenté par ations de l'Argentine, de la et Narasimahn discutent pendant une de l'Equateur, de Panama P.t ~ Plusieurs orateurs se succèjuridique national, qui aura compétence pour recevoir et examiner les pétitions émanant de personnes ou de gro ltpes relevant de la juridiction dudit Etat, qui se plaignent d'être victimes d'une violation de l'tin q~telconque des droits énoncés dans la présente C ollvention et qui ont épttisé les autres recours locattx disponibles. » Il établit également que le Comité international ponr l'élimination de la discrimination raciale const itué pour cont rôler l'application de la Convention peut recevoir lui aussi, dans certaines conditions, des communications t tribune : M. Lamptey (Ghaelt ramino (Argentine), Mme Mexique). nt à l'amendement, M. Lampe

« Aucun des arguments ,'a pu prOltver que cet article

1 dérogation att droit fondament liberté de parole ». Et il que ce texte « élaboré à la 11 compr01llis difficile » soit tel quel. vrité le suina : par 54 voix * Suite page 15. rlUMANITE ... article 20 sur la loment, sous des ptes de certains Ipe afro-asiatique ûre échec. ~Iu se prononcer )n publique, nul , négative. C'est on) que le vote t de la France, la thèse selon pays. A propos l'interdiction de e à la liberté tre journal, qui le partie de la ge de discrimid'odieuses excieuse menée par la violence. érer la propa· sme comme la able ? N'eût-il contrainte pour disciples, plutôt nsciences pOul' e doit-on pas, oins criminels de suprématie ~RVE AUCUNE, DE LA CON· CORRESPOND gestions, à nos és par la plus ~ est . intervenu ~s mesures effi· racistes et leur e, se monte à actions sur la· er Frey, minisqu'une mesure cistes ne ferait t loin d'avoir Il dans une autre 'opposeront pat dist.ribution des tracts de l'internationale néo-nazie dont nous signalion~ l :!m~ressi.on en France. Et il souhaitait ainsi « apaiser 1 mdIgnatlOn, combIen naturelle, qui est née de cette initiative d'éléments qui n'ont hélas pas encore désarmé Il. ~ais la question posée, justement, c'est, répétons-le, de faIre en sorte que _c~s éléments, qui ne désarment pas, ~t ~ous leurs cong.eneres, et tous leurs complices, dont 1 eXIstence est offiCIellement reconnue, se voient interdire l'ensemble de leurs activités néfastes et non pas seule. ment telle d'entre elles, occasionnellement. Quant aux discriminations raciales et aux excitations à la haine, qu~ .la légiSlation actuelle ne permet pas de sanctlOnner ven tablement, elles font l'objet des deux propositions de lois soumises par le M.R.A.P. au Parlement depuis plusieurs années déjà. Trois groupes différents de députés les ont déposées à l'Assemblée Nationale. Un rapporteur a été désigné en commission. Mais le gouvernement n'a pas cru devoir autoriser jusqu'à pré. sent leur inscription à l'ordre du jour. Le Garde des Sceaux si l'on en croit sa réponse à une question écrite estim~ ces textes inutiles, alors même que les Parquets' demeu. rent la plupart du temps passifS et les tribunaux paralysés lorsqu'un cas précis de discrimination ou de diffamation raciste leur est soumis. l E VOTE DE LA DELEGATION FRANÇAISE, POUR LA CONVENTION A NEW YORK, .ENTRAINERA-T- IL UN CHANGEMENT D'ATTITUDE A PARIS ? Ce serait logique, sinon ce vote serait vide de sens. L'adop. tion de nos propositions de lois, la mise en oeuvre des autres mesures que nous préconisons découlent tout naturellement de la Convention ; elles deviendront même des obligations le jour où ce traité international sera ratifié par notre pays. La France s'honorerait devant les peuples en procédant rapidement à cette ratification, en appliquant avec zèle et promptitude les engagements ainsi contractés. . La communauté des Nations par un acte sans précédent VIent de mettre au ban de l'humanité le racisme sous toutes ses formes. Il s'agit maintenant de le pourchasser partout, de le faire disparaître de la surface de la terre. Nous ne sous-estimons pas l'ampleur de la tâche. Mais nous pensons que rien ne doit être négligé pour la me· ner à. bien. Avec tous les antiracistes, nous nous y emplOIerons. Albert LEVY. (1) Lettre du 16 avril 1965, reproduite dans notre brochure « Les racistes contre la République », supplément à « Droit et Liberté» n° 247. (2) Le 17 novembre 1965. A quoi s'engageront les signataires La résolu tion qui présente la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, et qui a été adoptée conjointement, contient, entre autres, les paragra phes suivants : L'ASSEMBLEE GENERALE. CONVAINCUE que cette Convention marquera une étape importante dans la voie de l'élimination de toutes -les formes de discrimination raciale et qu'elle devrait être signée et ratifiée dès que possible par les Etats et appliquée sans ,retard ( ... ) , 3. PRIE les gouvernements des Etats et les organisations non gouvernementales d'assurer le plus large retentissement au texte de cette Convention en utilisant tous les moyens à leur disposition, notamment tous les moyens d'information appropriés; 4. ,PRIE le Secrétaire Général d'assurer une diffusion large et immédiate à la Convention et, à cette fin, d'en publier et d'en faire distribuer le texte (. .. ).

  • Dans son préambule, la Convention se réfère aux textes précédemment votés par les Nations

Unies, et dont elle est la suite logique : d'abord la Charte de l 'O.N.U. elle-même (1945), puis la Déclaration universelle des droits de l'homme (1948), la Déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux (1960), la Déclaration sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (1963), ainsi que la Convention concernant la discrimination en matière d'emplOi et de profession (1948) et la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l 'enseignement (1960) . On peut y lire notamment: Les Etats parties à la présente Convention C .. ), CONVAINCUS que toute doctrine de supériorité fondée sur la différenciation entre .les races est scient ifiquement fa usse, moralement condamnable et socialement injuste et dangereuse et que rien ne saurait justifier, où que ce soit, la discrimination raciale, ni en théorie ·ni en pratique, REAFFIRMANT que la dis crimination entre les êtres humains pour des motifs fondés sur la race, la couleur ou l'origine e thnique est un obstacle aux relations amicales et pacifiques entre les nations et est s usceptible de t roubler la paix et la sécurité entre les peuples ainsi que la coexistence harmonieuse des personnes au sein d'un même ·Etat (. .. ) , ALARMES par les manifestat ions de discrimination raciale qui existent encore dans certaines ré· gions du monde et par les politiques gouvernementales fondées sur la supériorité ou la haine raciale, telles que les politiques d'apartheid, de ségrégation ou de séparation, (. .. ) Sont convenus de ce Qui suit...

  • ARTICLE PREMIER

1. Dans la présente Convention, l'expression « discrimination raciale » vise toute distinction, exclus ion, restriction ou préférence fondée s ur la race, la couleur, l'ascendance ou l'origine nationale ou ethnique, quia pour but ou pour effet de détrui re Ou de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l'exercice, dans des conditions d'égalité, des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, social et culturel ou dans tout autre domaine de la vie publique. C .. ) ARTICLE 2 1. Les Etats parties condamnent la discrimination raciale et .,'engagent à poursuivre par tous les moyens appropriés et sans retard une politique tendant à éliminer toute forme de discrimination raciale et à favoriser fentente entre toutes ·Ies races, et à cette fin: a) Chaque ,Etat partie s'engage à ne se livrer à aucun acte ou pratique de discrimination raciale contre des personnes, groupes de personnes ou ins-titutions et à faire en sorte que toutes les autorités publiques et institutions publiques, nationales et locales, se conforment à cette obligation ; b) -Chaque Etat .partie s'engage à ne pas encourager, défendre ou appuyer la discrimination ra· ciale pratiquée par une personne ou une organisation quelconque ; c) ,Chaque 'Etat partie doit prendre des mesures 'efficaces pour revoir les politiques gouvernemen· tales nationales et locales et pour modifier, abroger ou annuler toute toi et toute disposition réglementaire ayant pour effet de créer la discrimination raciale ou de la perpétuer là où elle existe ; d) Chaque Etat partie doit, par tous les moyens appropriés, y compris, si les circonstances l'exi· gent, des mesures législatives, interdire la discrimination raciale pratiquée par des personnes des grou· pes, ou des organisations et y mettre fin ; e) Chaque Etat .partie s'engage à favoriser, le cas échéant, les organisations et mouvements intégrationnistes multiraciaux et autres moyens propres à éliminer les barrières entre les races, et à dé· courager ce qui tend à renforcer ·la division raciale (. .. ). ARTICLE 4 les Etats parties condamnent toute propagande et toutes organisations qui s'inspirent d'idées ou de théories fondées sur la supériorité d'une race ou d'un groupe de personnes d'une certaine couleur ou d'une certaine origine ethnique, ou qui prétendent justifier ou encourager toute forme de haine et de discrimination raciales, et ils s'engagent à adopter immédiatement des mesures positives destinées à éliminer toute incitation à une telle discrimination, ou tous actes de discrimination ; à cette fin ( ... ) , ils s 'engagent notamment: a) A déclarer délits punissables par la loi tou te diffusion d'idées fondées sur la supériorité ou la haine raciale, toute incitation à la discrimination raciale, ainsi que tous actes de violence, ou provoca· tion ·à de tels actes, dirigés contre toute race ou tout groupe de personnes d'une autre couleur ou d'une autre origine ethnique, de même que toute assistance apportée à des activités racistes, y com· pris leur financement ; b) A déclarer illégales et à interdi re les organisations ainsi que les activités de propagande or· ganisée et tout autre type d'activité de propagande qui incitent à la discrimination raciale et qui l'encouragent et à déclarer dé lit punissable par la loi la participation à ces organisations ou à ces activités. c) A ne pas permettre aux autorités publiques ni aux institutions publiques, nationales ou locales, d'inciter à la discrimination raciale ou de l'encourager C .. ), ARTICLE 5 Sont énumérés ici une certain nombre de droits qui, dans le cadre de la Convention, doivent être garantis à tous, sans distinction de. race, de couleur ou d'origine nationale ou ethnique

droits civils, politiques, économIques, socIaux et culturelll

Il est encore précisé: ARTICLE 6 Les Etats parties assureront à toute personne soumise à leur juridiction une protection et une voie de recours effectives, devant les t ribunaux nationaux et aut res organismes d'Etat compétents, con· tre tous actes de discrimination raciale qui, contrairement à la présente Convention, violera ient ses droits individuels et ses libertés fondamentales, a insi que le droit de demander à ces tribunaux satisfaction ou ré paration juste et adéquate pour tout dommage dont elle pourrait être victime par s uite d'une telle discrimination. ARTICLE 7 Les Etats parties s 'engagent à prendre des mesures immédiates et e fficaces, notamment dans les domaines de l'enseignement, de l'éducation, de la culture et de l'informat ion, pour lutter contre les préjugés conduisant à la discrimination raciale et favoriser la compréhens ion, la tolérance et l'amitié entre nations et groupes raciaux ou ethniques, ainsi que pour promouvoir les buts et principes de la Charte de s Nations Unie s , de la Dé claration ·universelle des droits de l'homme, de la Déclaration des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discriminat io n raciale et de la présente Convention.

  • La deuxième -partie de la Convention concerne (article 8) la création d'un

Comité pour l'élimina'tion de la discrimination raciale composé de 18 experts connus pour leur haute moralité et leur impartialité, qui sont élus p3r les Etats parties parmi leurs ressortissants et qui siègent à titlre individuel, com?~e. te~u d'~.n~ répartition ~éographique .équita.bl~ ~t de la représentation des différentes formes de clvzllsatlOn ainsI qu e des prinC Ipaux systemes JUridIques. Ce Comité a pour but de contrôler l'application de la Convention, et de recevoir les plaintes soit d'Etats, soit d'individus concernant cette applIcatIOn. Il sera constitué dès que la Convention aura été ratifiée. La troisième partie établit les conditions de la ratification qui sera acquise lorsque 27 Etats auront adhéré à la Convention. 10-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ,fe [J.JtÎOE de ta fiJiateJinité pOWi 1965 décerné au Théâtre d' Aubervilliers Gabriel Garran LE Prix de la Fraternité pour l'année 1965 vient d'être décerné. Le jury a formu,lé comme suit les raisons de son choix: Le Théâtre de la Commune d'Aubervil· Iiers, qui se définit, selon les propos de ses dirigeants, comme un « théâtre de contestation en prise directe sur la réa'li· té ", a été amené, pour illustrer cette orientation, à créer au cours de l'année qui s'achève deux pièces consacrées au racisme : « Andorra " de Max Frisch et « Les Chiens " de Tone Brulin. De pluS, il annonce, pour mars 1966, la création de la pièce de Peter Weiss, « L'Instruction ", qui analyse, dans une forme originale et profonde, les crimes engendrés par le nazisme. En considération de l'intérêt ainsi mani· festé à l'égard de ces problèmes, et du talent déployé pour les porter à la scène, le Prix de la Fraternité est attribué, pour 1965, à l'équipe du THEATRE DE LA COMMUNE D'AUBERVILLIERS, animé par Gabriel Garan, et à tous ceux qui lui ont apporté leur concours pour la réalisation de ces oeuvres. Le jury constate, d'autre part, avec sa· tisfaction que dans la dernière période des oeuvres nombreuses ont retenu l'atten· tion pour la valeur de la contribution qu'elles apportent à la cause de la compré· hension et de la fraternité entre les homo mes par·delà les différences de races, d'origines ou de confessions. Il tient à mentionner tout particulièrement : l'étude de P.H. Maucorps, Albert Memmi et J.F. Held : « LES FRANÇAIS ET LE RACISME» (Editions Payot) et celle de Gaston Laro· che : « ON LES NOMMAIT DES ETRAN· GERS - LES IMMIGRES DANS LA RESIS· TANCE» (Les Editeurs Français Réunis) ; le récit de Paul Tillard : « LE PAIN DES TEMPS MAUDITS » (Editions Julliard) et le film réalisé par Philippe Arthuys et Jean·Louis Lévi·Alvarès : « LA CAGE DE VERRE. ». Pourquoi le Prix ? Le Prix de la Fraternité a été fondé, rap· pelions-le, par le M.R.A.P. en 1955. Sa raison d'être est ainsi définie : Articl'e premier. - En exécution des dé· cisions prises au cours de la VII' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitis· me et pour la paix, tenue à Paris, le 12 juin 1955, il est créé un PRIX DE LA FRATERNITE décerné annuellement sous l'égide du M.R.A.P. Ce Prix, attribué pour la première fois en 1956, sera d'un montant de mille francs. Art. 2. - Le Prix de la fraternité est destiné à couronner chaque année l'oeu· vre ou la réalisation française, dans les domaines littéraire, artistique (théâtre, ci· néma, peinture, etc.), SCientifique ou phi· losophique, qui aura le mieux contribué à servir ou exalter l'idéal d'égalité et de fraternité entre les hommes, sans aucune distinction d'origine, de race ou de reli· gion. Art. 3. - Le Prix sera décerné par un jury composé de personnalités des Lettres, des Arts et de la Culture en général, re· présentant les courants les plus divers de la pensée antiraciste. Les décisions du jury sont prises à la majorité absolue, Art. 4. - Le Secrétariat du Prix de la Fraternité est établi au siège du M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs à Paris·W. Le iury Le jury est composé des personnalités suivantes : Mme Marcelle AUCLAIR, écrivain, directrice de « Marie·Claire » ; MM. Marcel ACHARD, de l'Académie Française; Geor. ge BESSON, critique d'art; René CLOZIER, inspecteur général de l'Enseignement ; Louis DAQUIN, cinéaste ; Odet DENYS, avocat à la Cour ; Hubert DESCHAMPS, ___________________ -, ,. professeur à la Sorbonne; Alioune DIOP, président de la Société Africaine de Cul· Max FRISCH parle d'«ANDORRA» • « l/IMAGE TOUTE FAITE OU JUIF}) DA NS son J onmal 1946-49, Max Frisch parle sur deux pages du « Juif andorrois ». Après la bonne analyse de la pièce d'Ando~ra, donn~e par Gabriel Garrand (mtervlew re;uelllie par Marguerite Kagan -- nO de Janv. 1965), qu'il soit perm.is à no~ l~cteurs de lire ces pages capitales, ou. 1 auteur démonte les rouages psychologiques de cet engrenage insensé dans lequel s'engagent tous les personnages du drame. Tout commence par une erreur : c l'image toute faite dtt )ttif ». ,Les An~ dorrois tendent cette Image a AmIn comme un miroir dans lequel elle serait inscrite et que d'abord il ne reconna~t pas. Mais à force de l~ regard~r, Il c finit » par s'y reconnaJtre car Il est lui-même devenu miroir : « A Andorra vivait WI jenne homme qu'on tenait pour un jttif. ~ l f;tttdrait raconter ici la prétendue h!s~otre de son origine, ses rapports quotldle!IS av~c. les Andorrois qui voient en lut le Jutf l'image toute faite qui l'attend partout. Par exemple leur méfiance à l'égard de ses sentiments, puisqu'ttn jt~if, les And?rrois aussi le savent, ,est tt/capable d en éprOtwer. Par contre, on lui fait 1'emarquer le mordant de son intellect, qui de ce fait s'aiguise forcément. 'Qu bien son attitude en matière d'argent qlU, aussI à Andorra, jatte un rôle capital.: il savait il sentait ce que tous pensment e~1: sile~ce . il s'observait afin de savoir si c'était ';rai qu'il pensait toujI!1Ir~' à l'argent, il s'examina . tant, et SI bwn .qu û finit par découvnr qn en effet c' etaIt vrai, il pensait toujours à l'a!'g.ent. Il en convint et ne chercha pas a le cacher, et les Andorrois se regardaient sans un mot sans broncher. Et pour tout ce qui toudhait à la patrie, il savait parf aite'llle't}.t ce qu'ils pensaient ; chaqu.e fOlS qn tl avait ce mot à la bouche, ils ne le relevaient pas, comme ttne pièce de monnaie qui serait tombée dans la. boue. Ca! le juif, ça aussi l.es .é1ndon;Ots le savaterI;~, le juif a des patries qn Il chOISIt, qu Il achète, mais pas une patne colHme nous autres, ttne patrie qui nous !st échue de naissance, et quelle que fut sa bonne volonté quant il s'agissait de probl?mes andorrois, ses paroles tombawnt tOUJOU1'S sur un silence comme su.r de la ouate. Par la suite, il comprit qne saNS doute il manquait de tact, d'aillenrs !tH beau jour on le ltti dit carrément alors que, déc~tragé par leur attit1tde, il s'était laissé emporter par la passio1l. La patrie appartenait aux autres. WlC fois ponr toutes, et on n'attendait pas de sa part qu'il pût l'aimer, au contraire, tous ses efforts obstinés et ses installces ne faisaient que creuser un abîme de s01lpçons; il mendiait lme faveur, un avantage, wne sympathie, cela ne pouvait avoir qU'lin bztt intéressé, bien que persollJle n'eût été capable de préciser ce but. L es choses allèrent ainsi jusqu'an jour où son intelligence trépidante, disséquant tout, découvrit que réellement il n'aimait. p.as la patrie ; le seul mot de patne lm tt/SPIrait de l'aversion, ce mot qm Jetait ttH froid chaqu,e fois qu'il le prononçait. Il semblait bien qu'ils avaient raison. Il semblait bien qu'il était absolument 11lcapable d'aimer, tout au moins aIt sens andorrois du mot ; il avatt le fe'/t de la passion, certes, avec cela une intelligenc,e froide intelligence où l'on devinait une arme 'secrète tOttjours prête à servir sa soif de vengeance; ce qui lui faisait défaut, c'était l'élan du coetw, ce côté engageant et aussi, indéniablement, cette chaleur humaine qui inspire confiance. Le fréquenter était stimulant, Otti, mais pas agréable, pas commode. Il n'arrivait pas à être comm.e tous les autres et après avoir essayé en vain de passer inaperçu, il se mit même à afficher sa manière d'être « autre » avec une sorte de défi, de fierté et d'agr,essivité sournoise, mais mal à l'aise dans cette attitude il la sucrait en retour d'une politesse 'empressée ; jusque dans sa manière de saluer, de s'incliner, il y avait lme sorte de reproche, comme si c' était la faute de son entourage qu'il fût juif .. · UN ANDORROIS COMME LES AUTRES La pl1{Pal't des Andonois ne lui V01llaient pas de mal. Ni du bien. D'autre part, il y avait des Andorrois à l'esprit plus libr,e et pltts progressiste, comme ils disaient, 'moralement engagés envers un certain humanis'me : ils estimaient le juif, sOttlignaient-ils, pour ses qualités juives jltstement, le mordant d,e son intellect et ainsi de suite. Ils prirent son parti jusqu'à sa mort, qui fut cntelle, cruelle et sordide ml point que même ceu.-r des Andorrois que la cruauté de la vie n'avait pas encore affectés jusqlt'ici en furent horrifiés. A vrai dire, ils ne le Pleurèrent pas ou, pour être tattt à fait franc, ils ne le 1'egrettèrent pas - ils s'indignèrent simplement contre cel/X qui l'avaient tué et contre la manière dont cela s'é tait Pflssé ; surtout contre la manière. On en parla, longtemps. JUSqU'Olt jour où fut révélé ce que llà-même, le mort, n'avait pas pit savoir: qu'il était un enfant trouvé dont on avait découv ert, plus tard, les parents, 1tn. AndoT1'ois comme nous autr,es ... On n'en parla plus. Quant aux Andorrois, chaque fois qu'ils se l'egardaient dans le miroir, ils retrouvaient avec horreu'r les traits de Judas , sans exceptio1l. » LA VIE HUMAINE EST-ELLE POSSIBLE ? Citons encore cette phrase du Journal où le disciple et l'ami de Brecht que fut Max Frisch nous .lit COlllment il entend son rôle d'auteur dramatique : « En tant qu'mtteur de pièces de théâtre, je considèrerais avoir parfaitement remPli mon devoir si fe réussissais dans Itne pièce à poser une question de manière q1t'à partir de là, les spectateurs 1le puissent plus vivre sans une réponse -- sans lettr réponse, leur propre réponse qlt'ils ne pelwent dotl11er que par lem' vie même. » Il est hors de doute qu'A1ldorra pose cette question. Le Journal, source inépuisable de renseignements 'précieux sur Max Frisch, écrivain, architecte, voyageur à travers les villesde l'Allemagne en décombres, touche aussi aux questions politiques d'après-guerre. Ça n'est pas sans un certain pessimisme, à coup sùr une certaine angoisse, que l'auteur pense et imagine un avenir partant d'une « paix » où chacun regarde l'autre comme un ennemi possible. Il est impossible de citer ici toutes les remarques que l'on peut glaner tout au long du livre et qui, pour chacune d'elles, offrent un large champ de réflexion. Le paragraphe Cl-dessous fut écrit le 2 septembre 1948 : « Quand on parle de paix, qu'est-ce qu'on entend par là ? La plupart dit temps on entend simplement le calme auquel on parvient en anéantissant un ennemi. Une pai.v américaine ott une paix russe. Je ne suis partisan ni de l'une, ni de l'müre, fe suis partisan de la paù; tout court : l'état de non-b,elligérance. Si l'on ne veut pas être dupe des mots, on peut sérieusement douter que la paix soit un mot adéquat, un mot qui désigne 1me chose possible; ce qfli n'a pas été réalisé jusau'ici, pourquoi serait-ce justem,ent notre génération qui le réaliserait, notre génération qui ne se distingue guère par son élévat'ion morale ? La seule particularité de notre génération, ce qui la distingue de toutes les précédentes, c'est sa situation fondamentale: aucune époqlte avant la nôtre n'eut la possibilité technique de déclencher l'anéantissement total; la guerre a toufours été un massacre imparfait, limité dans l'espace, même lors de ce qn'on aPpelle les g:and~s guerres de religion, elle flmt regulzerement par s'attiédir avant que Dieu n'eût réussi à anéantir définitivement le parti hérétique. Ce n'est pas la folie de vouloir Dela qui fa isait défaut mais simplement les moyens techniques. Et aujourd' hui, flOUS possédons ces 'moyens techniques qui comblent nos désirs. Voilà ce qu'il y a de nouveau de décisif, dans notre situation. Notre 6poque n·e peut plus se payer une guerre sans s'exter_miner soi-même. La quèstion: ~tne paix dans le v éritable sens du mot. donc une paix avec l'ennemi, cela est-il possible .? se réduit de plus en plus à la qu,est IOn de savoir si la vie l/U1/1aitle en soi est possible. » ture ; Jean DRESCH, professeur à la Sor. bonne ; Jacques FONLUPT·ESPERABER, conseiller d'Etat honoraire, ancien député; Max·Pol FOUCHET, producteur à l'O.R.T.F.; Jean·Paul LE CHANOIS, cinéaste ; Léon LYON·CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président d'hon. neur du M.R.A.P. ; Jacques MADAULE, his. torien ; François MAURIAC, de l'Acadé. mie Française, Prix Nobel ; André MAUROIS, de l'Académie Française ; Louis MARTIN·CHAUFFIER, écrivain, membre de l'Institut ; Jacques NANTET, écrivain ; Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. ; Pierre PARAF, président du M.RA.P. ; Claude ROY, écrivain; Geor. ges SADOUL, critique cinématographique, Les précédents lauréats Depuis la création du Prix, les lauréats ont été successivement: Le' metteur en scène CHRISTlAN.JAQUi; pour la réalisation du film « Si tous les gars du monde (1956). ELSA TRIOLET, pour son roman « Le Rendez·vous des Etrangers » et GABRIEL. LE GILDAS·ANDREIEWSKI, pour son ro· man « Pas de Cheval pour Hamida .. Mention spéciale à CLAUDE VERMOREL, pour son film « La plus belle des vies .. (1957) • MAItGUERITE JAMOIS, PASCALE AU, DRET et GEORGES NEVEUX, pour la réal.i. sation théâtrale du « Journal d'Anne Frank ... Mention spéciale à ROGER PIGAUT, pour son film « Le Cerf·Volant du Bout du Monde... . Hommage à EDMOND FLEG, pour l'en. semble de son oeuvre (1959). JULES ISAAC, pour .J'ensemble de son oeuvre et plus spécialement « Genèse de l'antisémitisme » et « Jésus et Israël ... (1960) • Mentions spéciales : « Roméo, Juliette et les Ténèbres .. de JEAN OTCHENA· CHEK, traduit du tchèque par François Kerel ; « Les Passagers du Sidi·Brahim " de JACQUES LANZMANN ; « Ballade de Little Rock » de DORA TEITELBOIM, tra· duit du yddish par Charles Dobzynski. JULES ROY pour son livre « La guerre d'Algérie ". Mentions spéciales : « Le racisme de· vant la science », édité sous le patronage de l'U.N.E.S.C.O. et le film « MEIN KAMPF" (1961). ROBER1' MERLE, pour son roman « L'Ile ». Mentions spéciales : le film « L'En· clos " d'Armand GATTI et la Collection « Enfants du Monde " (Editions Fernand Nathan) (1962). JEAN SCHMIDT, pour son film « Kriss Romani ". Mention spéciale : « Juifs mes frères » de l'abbé Jean TOULAT (1963). VERCORS, pour l'ensemble de son oeuvre, à l'occasion de la création par le T.N.P. de sa pièce « Zoo ou l'Assassin Philanthrope ". Mentions spéciales : le film « Tonner· re sur le Monde ", réalisé par l'Association Mondiale de Lutte contre la Faim (1964) .


11 -------____ . , DEUX CINEASTES D·AVANT·GARDE

Ctnenut ------'----- par René DAZY Portrait du racIsme quotidien NOTHING BUT A MAN (Un homme comme les autres) TOURNE en 1964 par Michael Roemer et Robert Young, « Nothing but a Man» fut présenté hors-festival à Venise la même année et obtint les Prix San-Giorgio et de la Cité des Doges. C'est une oeuvre de premier plan qui, par bien des côtés, renouvelle le film antiraciste. Jusqu'alors la réhabilitation des peup'les, des Iraces ou des ethnies opprimées était faite avec un zèle qui n'allait pas sans inconvénient. Dans ,leur désir de rétablir un juste équilibre, les auteurs appuyèrent un peu trop lourdement sur l'autre plateau de lia balance. L'outrance allait à l'encontre du but visé ; à qui .fera-t-on croire -- sauf à des convaincus d'avance -- que le vice est tout entier du côté du colonisateur et la vertu tout ,entièlre du côté du colonisé? La moindre .Iectùre des journaux, la moindre connaissance des événements, vient détruire la 'Iégende du bon sauvage ; ,el·le nous démontre à l'évidence que la férocité est la chose du monde la mieux partagée -- ce qui est encore, entre parenthèse, une raison de tenir à l'égalité. des souffrances qu'il subit, et l'on devine de quel oeil je regarde toute théorie de « la douleur qui élève l'âme n, au moins parce que pour perpétuer l'effet il convient de prolonger la cause. Michael Roemer, qui a maintenant 37 ans, et Robert Young, qui en a 41, s'étaient rencontrés à l'Université de Harvard en 1946. Passionnés par le cinéma, ils s'étaient associés pour produire un moyen métrage, « A Touch of the time », qui avait attiré l'attention sur eux. A leur sortie d'université, ils s'étaient séparés. Roemer se spécialisa dans le film scientifique tandis que Young était attiré par le film d'art et de documentation avant de travailler comme journaliste à la télévision. Les hasards d'une commande pour le petit écran - un documentaire sur la Sicile - les réilllit à nouveau, 16 ans après, en 1962. Ils décidèrent alors de remettre en commun leur talent et leurs respour un noir -- avec une glaCiale efficacité qui à tout moment (un mot de plus, un geste de trop) pourrait tourner à 'la fur,eur homicide . Fait par une équipe de documentaristes dans un style tout de pudeur et de prétérition, « Un Homme comme .Ies autres » est plus proche du cinéma-vérité que du ~i,lm de fiction et m'a beaucoup fait pen' ser au néo-réa,lisme italien. Sur les trente- huit acteurs, trois seulement sont des professionnels. Les p'ians succèdent aux plans comme des tranches de vie apparemment arbitrai'res, comme s'écoulent 'les événements dans le désordre même de la dure réalité. Le dialogue est tout en demi-teintes, mé,lancoliques ou ma,licieuses, mai,s je sais peu de scènes d'un pasources et de tourner un film qui leur tiendrait à coeur. Ce fut « Nothing but a man ». - Il nous semblait, déclarèrentils, que la vie des nègres américains était la plus dramatique, la plus émouvante, la plus significative de notre pays. Nous avons voulu raconter une histoire qui fut la vérité pour nous tous, même si elle était plus poignante pour l'homme noir, une histoire qui nous rapprocherait au lieu de nous séparer. Roemer et Young ont ainsi pris place parmi les intellectuels d'avantgarde qui, des étudiants de Columbia ou d'Harvard aux « folk-singers », militent aussi bien pour les droits des Noirs que pour la fin de la guerre au Vietnam. thétique aussi efficace, pour retenu qu"11 soit, que la mort du père de Duff, vieux nègre usé par la misère et l'alcool. A Josie, la chanteuse de jazz, Abbey Lincoln a prêté son beau visage tendre et sa voix émouvante. Ivan Dixon qui joue dans Il'e sty,le de l' u Actor's Studio n, cher à toute la jeune génération des acteu1rs américains, a fait du personnage complexe de Duff Anderson une création qui ,le hausse au niveau du célèbre et anonyme voleur de bicyclette. René DAZY. -- En V.O. : Cinéma u Le Racine », 6, rue de l'Ecole-de-Médecine. Ce trop facile racisme à rebours tendrait seulement à justifier 'l'intervention les râles entre bourreaux et victimes, UNE HISTOIRE DE TOUS LES JOURS Roemer et Young sont partis du principe sain qu'il ne fallait pas tricher avec la vérité, que si .Ies juifs, ,les Peaux-Rouges ou les Canaques comptent une proportion raisonnable de héros et de saints, Hs comptent aussi une proportion tout aussi normale de pai·I'lards, d'ivrognes, d'escrocs et d'assassins. Avec, occupant le milieu de ,la gamme, l'immense majorité des gens, bons ou mauvais, selon les circonstances. Aussi n"est-ce pas une hagiographie qu'ils nous proposent et l'on peut même al'Ier ju·squ'à écrire que le héros principal, Duff, est légèrement pire que la moyenne ; avant de se marie'r, il aban lonne le fils qU'i,1 avait eu d'une première liaison .et il lui arrive, dans ses moments de désarroi, de brutaliser sa femme. C'est dire aussi que nos superficiel·s négrophiles ne verront pas ces morceaux de bravoure dont on parsème les productions du genre_ I!Is ne ve~ront pas notamment l'habituei'le exploSion de joie noire -- ce sont de grands enfants, vous savez ... -- avec rou'lements de blancs d'yeux, sourires gibbs, convulsions rythmiques et peau d'ébène 'luisante de sueur. C'est à peine si l'on entend, pendant trois minutes, un « gospel song » saisi sur le vif. JOSEPHINE BAKER A LA « TRICONTINENTALE )} Un jeillle Noir, Duff Anderson (Ivan Dixon), fait partie d'une équipe de cheminots travaillant sur la voie dans le Sud des Etats-Unis. Sans attaches, sans contact avec les Blancs, il est libre et insouciant. La grande artiste Joséphine Baker s'est rendue à La Havane pour participer à la conférence « tricontinentale ", (Asie, Afrique et Amérique du Sud) _ Le quotidien « Granma ", de ,Cuba, a profité de sa 'présence à La Havane pour l'interviewer : Sa rencontre avec Josie (Abbey Lincoln), fille d'un pasteur noir, va transformer sa vie. Duff et Josie s'aiment. Cependant Duff recule devant les sujétions du mariage. Le spectacle de son père, vieillard aigri, alcoolique, soutenu seulement par l'affection et le dévouement de sa compagne, Lee (Gloria Foster), la détresse d'illl enfant, né d'illle liaison passagère de Duff, modifient l'état d'esprit de ce dernier et l'amènent à épouser Josie. Duff et Josie habitent désormais illle ville et Duff devient ouvrier d'usine. Il découvre un monde, nouveau pour lui, où les Noirs - et notamment son beau-père, le pasteur - s'inclinent devant les Blancs pour préserver leur paix. La naturelle dignité de Duff fait de lui, sans qu'il l'ait prémédité, un rebelle. Chassé de partout, seul contre tous, dans un moment de faiblesse, il prend la fuite et se réfugie chez son père qui est tout près de mourir. Confronté avec l'agonie de son père, Duff reprend conscience. Emmenant avec lui l'enfant qu'il avait abandonné, il retourne auprès de sa femme, décidé à lutter et à assumer coûte que coûte ses devoirs d'homme responsable. sans plus; j,\ nous donne une image bien désolante de notre monde, puisque l'oppression séculaire de l'homme de couleur par le blanc ne serait plus ,la victoire d'un groupe humain techniquement plus avancé sur un groupe qui l'est moins, mais ni plus ni moins que le triomphe du mal sur le bien. A moins que l'on ne considère que la vertu de fhomme coloré découle Nous ne verrons pas davantage les temps forts du racisme, ses explosions sporadiques de violence qui succèdent à un période de trop longue tension et qui sont s'uivis eux-mêmes par une accalmie. C'est le racisme quotidien que les réalisa' teu,rs ont tenu à nous montrer, ·Ie racisme omniprésent, sournois, feutré, qui conditionne toute la vie des Noirs avec des barrières infranchissables qu'ils heurtent, sans douleur. à chaque pas. « Les Blancs, je ne les vois pas n, dit Josie. C'est la phrase-olé d'un milieu où la séparation est ,la règle et le choc l'exception. Chacune des communautés. la noire comme la blanche, regarde à travers l'autre, sans ,la voi r, comme à travers une vitre. Les blancs sont transparents aux noirs et réciproquement. Les uns comme les autres n'existent pas en dehors d'eux-mêmes ; i'I ne faut pas oublier que ,la loi interdit tout aussi bien la présence d'un Blanc dans un wagon rése'rvé a'ux Noirs que la présence d'un Noir ·dans un restaurant réservé aux B·lancs. Quand l'autre est ainsi nié, effacé, qu'il soit au-dessus ou au-desous, qu'il soi i maître ou esclave, la ségrégation est un succès. En ce sens on pe'ut dire que Josie est parfaitement adaptée à sa condition. Pas Duff. « Je ne suis pas un oncle Tom ", dira-t-i,l à sa femme. Sa silencieuse résistance est accueillie par les Blancs avec une stupeur sincèrement indignée. Qu'un Noir puisse regimber, il y a ,là que,lque chose d'aussi incongr·u qu'un pet lâché dans une réunion mondaine . Duffest chassé de son travai'l, inscrit sur la liste noire, réduit au chômage perpétue-\. C'est un lynchage u à blanc ", exécuté sans haine -- ce serait gaspiller bien du sentiment Joséphine Baker - écrit le journaliste cubain -- est plus spontanée et plus sympathique que ce que l'on peut imaginer. Son esprit n'a pas changé bien qu'elle soit à demi-retirée du théâtre. Cette Impression, elle l'a donnée dès le premier contact. « Converser? Mais bien sÎlr. Tout de suite. Dînons ensemble, c'est 'mie bonne occasion pour parler. » Elle est arrivée il y a seulement trois heures et elle parle constamment de J'hiver ensoleillé de La Havane, bien qu'elle le connaisse déjà. E lle est venue pour la première fois dans la capitale cubaine, il y a quarante ans. Ell e a rendu éloge à la végétation cubaine qui orne l'Hôtel Habana Libre où elle est logée en qualité d'invitée à la Conférence Tricontinentale. « Avant_ il n'y avait pas de si grands et si beaux hôtels, dit-elle. Quand je suis venu.e à La Havane, j'ai rencontré de nombreuses diffiwltés pour trouver une chambre. C'était absurde, mais les gens à Cuba avaient des difficultés ponr pouvoir loger daus lm hôtel, à cause de la couleur de leur peau. Certes, La Havane a beaucoup changé à tOllS les points de vue. » -- Et comment avez-vous été invitée à Cuba ? « C'est moi qni ai vouln venir à Cuba. Je veux jouer pour le peuple cubain. Cuba m'intéresse beO'ltco1tp. Je voulais voir de mes propres yeux la Révolution cubaine. Excusez-moi, mais en principe je ne crois pas ce que disent les journalistes. Je n'ai pas une opinion bien arrêtée, mais je CE QUI VIENT AU MONDE POUR NE PAS TROUBLER NE MERITE NI REGARD NI PATIENCE (René Char) . Parce qu'ils croyaient nécessaire de dénoncer une fois encore le racisme; « La Cage de Verre est illl mauvais film ... Impudique parce qu'on y bavarde, en image aussi bien qu'en paroles » (ARTS). « Film digne et pudique d'illle émotion contenue ... Un nouveau jalon sur la voie royale ouverte par Hiroshima mon amour. » (L'EXPRESS). « Film trop ambitieux » (L'AURORE). « Son sujet demeure un des plus passionnants et des plus angoissants qui soient ». (FIGARO LITTERAIRE). « Un film de cette gravité exigeait autre chose que la passion qui l'a fait naître » (LE MONDE). Il Un film qu'il faut avoir vu, quand on croit encore aux valeurs humaines et aux vertus de la mémoire » (L'HUMANITE). Il Son thème ? ... la notion de responsabilité individuelle et collective... et aussi 'ln très beau film d'amour » (L'HUMANITE-DIMANCHE). Il Un acte de coura~,e et de foi... du plus haut intérêt... » (,cENTRALE CATHOLIQUE). Il Il secoue un peu notre indifférenoe ; c'est dire que je suis pessimiste sur sa carrière commerciale » (CANARD ENCHAINE). « On observe une éclaircie parfOis. Et même quelques éclairs, de-ci, de-là » (FIGARO). Il Il faut féliciter les auteurs d'avoir eu l'idée et le talent de faire ce film émouvant » (FRANCESOIR). parcE) qu'ils pensaient que le cinéma devait être en « prise directe }) SUI' les problèmes de notre temps ; parce qu'ils doutaient que le public soit toujours et exclusivement sensiblo à la cape et à l'épée, à l'espionnage et à lia mitraillette ~ parce qu'ils espéraient faire un film qui soit le reflet d'une certaine vigilance; quelques auteurs, comédiens, techniciens, ont entrepris et réalisé, san!:! appui et sans concours d'aucune sorte LA CAGE DE VERRE Sélectionné par la Critique Internationale pour le Festival de Cannes 1965. Sélectionné pour représenter Israël au Festival de Moscou 1965. Premier Prix au Festival de Mannheim 1965. Prix International de l'Eglise Evangélique - Manneheim 1965. Prix cIe l'Université Populaire - Mannheim 1965. Lo film sortira sur les écrans parisiens au début de février 1966 et en province dans les villes suivantes : LYON : Cinéma Star, fin janvier; LILLE : Cinéma Lilac (mars 1966) ; MARSEILLE

Cinéma Le Paris; TROYES: Cinéma Alhambra (avril 1966).

pense qu'ici l'on travaille pOttr le progrès de l'Jmmanité et ceci est mon idéal dans la vie. C' e st à 11ti que j'ai dédié la plus grande partie de mes efforts, quelquefois sans être comprise. » Joséphine demande : « Connaissez-vous mes idées ? Sinon, vous ne me connaissez pas ... « Effectiv.ement, je ne milite pas dans -un parti politioue. J'ai toujours pensé que l'on ne devait pas s' oCC1tper de questions que l'on ne comprenait pas. Et je ne pense pas que pour lutter pour la compréhension entre les peuples, il soit nécessaire de s'affilier. » Joséphine Baker a chanté dernièrement Joséphine Baker et quelques-uns de ses enfants en Afrique, au Ghana et en Guinée. A Cuba, elle veut comparer la réaction des jeunes avec le brillant succès qu'elle eut auprès de leurs parents et leurs grandsparents. Elle chantera des chansons d'hier et d'aujourd'hui, en français, en anglais et aussi en espagnol. « L'ambiance de la Conférence est merveilleuse, elit-elle. Cela me plaît de voir réunies tant de personnes d,e différents pays et de différentes caractéristiques, mais apparte1lant toutes à la grande race Immaine, la seule véritable, essayant de s'entendr.e. Et paraissant y réussir. » Nous parlons de ses enfants. De ses 13 enfants de différentes nationalités. Elle se consacre à leur éducation. « Vous savez qu'ils sont un symbole_ Ils prouvent qll e l' humanité pe1tt s'entendre et vivre comme des frères malgré les diffiwltés. « Mes 13 enfants sont une preuve de tout cec'i et une partie de ce rêve. Eux comprennent très bien mon idéal de liberté et de progrès, et ce qu'ils représentent en tant que symbole. Parfois ils se trouvent en contradiction avec le monde, ou en contradiction entre eux_ Ils viennent et tHe le disent. C'est quelq1te chose de touchant, cela réconforte. » 12------------------------------------------------------------------------------------------------------------______ ARTS JEAN LURC.... AT LE NOVATEUR IL importe de domler à sa v ie lllle transcendance, disait récemment encore J ean L u rçat. Cela, il sut admirablement le fa ire. Il sut donner à son existence une s ignification qui la dépasse, se consacrer à la g rande oeuvre qui permet à un créateur d'avoir p rise même sur la mort. Jusqu'à ce dernier matin clair à Saint- t'aul -deV ence, sa présence nous éta it une invitation à l'a rdeur de viv re, à la lucidité, au combat, une e~(ho rtation à la j oie de créer. E ll e éta it aussi la gentill esse, la fraternell e simpli cité. DE LA SOLITUDE A LA SOLIDARITE Il avait le rire j eune de certa ins êtres GOulés d'un bloc, ou qui ont surmonté leurs contradict ions. J'admira is surtout en lui cette unité foncière, insépar able à mon sens de son inspiration, et si évidente qu'elle sembl a it aller de so i. Le maître de l'art mural contempor a in, ce créateur dont le souffle ressuscita i t un art depuis des s iècles tombé en décadence, ne fut pas par hasard pa rti sall de toute grande cause huma ine, patriote, résistant des maquis du Lot, communiste, membre actif de notre l\louvement. La transcendance que Jean L urçat sut imposer à son passage parmi nous t ient à cette corrélat ion absolue entre le peintre et l'homme, entre l'action de chaque jour et la rénovation d'un g rand art national. Il y avait eu d'abord l'univers pét r ifié des peintures, solitude et glacier s, et ces terres de cataclysme où les arbres pr ennent feu, c'éta ient déjà 39 et l'Espagne ... Lurçat a imait à raconter le tournant de son imaginati on plastique, cette révélation soudaine qu'il eut de la solidarité. « Passant de la peinture de chevalet à la tapisserie, nous disait-i l, je cessai d'être UI! homme seul. Je tmvaillai désonnais en équipe. Mon oeuvre ne pouvait prendre corps qu'avec la participation des autres ... » Cette expérience morale correspondait à l'éclatement de son génie propre, celui de peintre licier. Sa maîtri se avait longuement mùri entre les premières tapisseries que sa mère exécuta it au canevas en 1917 et l'été cie 1938, celui de l'émervei llement devant « l'A pocal:ypse » d'Angers. L'année d'après, c'était la g uerre. Pour Lurçat et ses compagnons, c'était a ussi l'épreuve décisive d'Aubusson, qui marquerait la renaissance de la tapisserie française. L'EPOPEE D'AUBUSSON On imagine mal une fois la bataille gagnée, et la gloire. ce que furent l'âpreté du combat, la détermination nécessaire pour vaincre. Il m'a fallu vi siter les ateliers d'Aubusson pour voir le monde d'incompréhension, cIe routinc. de mlsere, que du rent affronter les pionnie rs de la ta pi sserie moderne. Rien de ce qui respl endit auj ourd'hui comme une r éussi te fa buleuse ne fut alors facile. « NOlls en étions à l'hiver 1939, écrit L urçat. Nous gelions da ilS nos ateliers ; Gromaire SO llS les toits, chez Goubely, sans recul pOlir ses grandes pièces ; Dubrenil d' llll côté; et moi de l'autre, chez Ta bard, da lls de z'as /es halls Olt plus d'un 1IIa/in Il 0 ilS tro uvâmes nos co uleurs gelées. E t puis les crédits étaient maigres, les soutiells pl utôt rares ... » Cependant qu' il crée « l' H allali », le Pêcheur », cet « H Ol/11/1e aux coqs» que les S.S. brüleront avec son ateli er en 1944, Lurçat rend à la la ine son langage spécifiqp e, opèl'e une véritable révolution cIans l'art des liciers en réduisant à une vingta ine les tons employés. 11 t rouve moyen d' intéresser à la destinée de la ta pi sse rie des amateurs d'art, des coll ecti onneurs, des d irecteurs de galerie, des collectivi tés, une multi tude d'arti stes, Dufy. Derai n, Bori s, Tasiltzky, Dom Robert, l\larc Saint-Saëns, Jean Picart-Ie-Doux. Robert Wogensky ... A pa rtir de 1945, 1'Association des Peintres- Cartonniers fo ndée a utour de Denise Majorel s'effo rce ra de mettre à la portée de tous des c réations presti gieuses. LA TENTURE DES SOLEILS « La uuit s' ouvr·e ... » Ainsi s'intitulait l'une des p remières oeuvres de J ean L urçat. Depuis la L ibération chacun garde au coeur l'éblou issement des soleils qu'il l11venta, ces poissons, ces oiseaux por teurs de légendes, les jard ins qui s'ouvraient à la démesure de nos rêves. L'une des grandes émotions qui me revienne à la mémoire, ce fut un d imanche de soleil à Saint-Céré, ses tapisseries monumenta les tendues au long des r ues et leur beauté inouïe, sans prix, ét roitement mêlée à la fête populai re. Ce monde imaginaire qui préfigure tout le bonheur possible, Lurçat l'a conçu en fonction de l'homlJ1e. en marche à t ravers le temps, et qu'hab ite la plus I!aute espérance. Confrontant l'allégresse a « la fll1 de tout », H iroshima à la « Tenture des solei ls », sa création ne cess~ d'exalter la fraternité de l'espèce, ce reve profond qUI pour chacun donne sens au sac rifice, et sens à la vie. Juliette DARLE. LA VIE DU M. R. A. P. POURQUOI UN COMITE DU PRET A PORTER? LA création d'un Comité d'Action An tiraciste par un groupe de commerçants et fabr icants du « Prêt à Porter », dont l'appel a paru sur une page de notre dernier numéro, a fait qu elque bruit dans la profession ... et ailleurs. Nous avons demandé à l'un des animateurs de ce Comité, Daniel Hechter, qu~ en assure la présidence, de nous apporter quelques précisions ... - Jusqu'à présent, nous a·t·il dit, nous étions quelques·uns - la plupart des jeunes - à penser qu'une action devait être menée contre le racisme ... Mais il a fallu la r en· contre avec certains dirigeants du M.R. A.P., au dernier Salon du Prêt à Porter pour que cette simple convergence de points de vues aboutisse à une iniative organisée. Tout est allé très vite. Et la poignée que nous étions est devenue, après Un mois, une bonne quarantaine ... - Pourquoi une telle action ? - Le racisme, l'antisémitisme ne nous atteignent pas personnellement dans la périOde présente. Mais ces fléaux existent. Chacun peut un jour en ëtre victime, et il vaut mieux prévenir que guérir. Et puis, nous éprouvons un devoir de solidarité envers ceux qui sont actuellement frappés ou menacés de l'être. Nous pensons que toutes les formes de racisme sont liées, et que défendre une seule catégorie de victimes ce serait aussi, au fond, être ra· ciste ... C'est parce que nous avons trouvé au M.R.A.P. un état d'esprit véritablement antiraciste que nous nous sommes, avec beaucoup d'espoir, affiliés à ce Mouve· ment. - Quelles méthodes entendez· vous uti· liser ? - Le racisme consiste à humilier cer· tains hommes : nous estimons que l'on doit retourner cette méthode contre les racistes eux mêmes, du moins ceux qui font consciemment le mal. Une fois dé· masqués, il faut à leur tour les mettre au ban de la société, les isoler, les boycotter. Il faut qu'ils trouvent à qui parler. Et puis, nous devons favoriser la diffusion des idées antiracistes. Des manifestations publiques, et je dirai même publicitaires sont envisagées. C'est un vaste travail de propagande, d'éducation ... - Et dans l'immédiat ? ... - Nous nous sommes fixés pour pre· mière tâche, en élargissant notre Comité, de donner à « Droit et Liberté » des moyens suffisants pour pouvoir étendre son influence, toucher un nombre tou· jours plus grand de lecteurs. Nous le fai· sons parvenir dans notre profession à plu· sieurs milliers de personnes, à qui nous demandons un soutien. Mais nous ne sommes pour le moment, d'ailleurs, qu'un Comité provisoire, et lei et là ... • A BOURGES, le 20 janvier, le prési· dent Pierre Paraf inaugure à 18 h. 30, l'exposition Lincoln à la Maison de la Culture ; à 21 heures, il présente le film « One Potato, two Potato ». • C'EST LE DIMANCHE 23 JANVIER, à 10 heures (et non le 29, comme notre dernier numéro l'indiquait) qu'a lieu à Paris la séance organisée par le Comité lycéen du M.R.A.P., au cinéma « Le Mar ais ». Après la projection de « One Potato, two Potato », débat animé par Char· les Palant, secrétaire général du M.R.A.P. • A CHAMPIGNY, la remise des cartes 1966 a eu lieu le dimanche 16 janvier , au Foyer des Vieux, en présence de Charles Ovezarek, membre du Bureau National du M.R.A.P. • A LA FACULTE DES SCIENCES D'ORSAY, sous l'égide du M.R.A.P., du Cercle Culturel Joliot·Curie, et de l'Association Génér ale des Etudiants, a eu lieu une confér ence-débat sur le thème « Biologie et r acisme ». Un exposé a été fa it par M. Jean Hiernaux, maît re de recherches au C.N.R.S., chargé de cours à la Faculté des Sciences de Paris. La r éunion était présidée par M. L'Héritier , pro· fesseur à la Faculté des Sciences d'Orsay. • A LA CITE UNIVERSITAIRE DE PARIS, trois cents étudiants environ ont par ticipé à la conférence· débat qui a eu lieu au Pavillon de la F.O.M., avec la par· ticipation de J ean·Francis Held, co·auteur du livre « Les Français et le racisme ». • A MONTREUIL, Madeleine Reberioux, membre du Conseil National du M.R.A.P., a présenté le film « One potato, two potato » à la Maison des Jeunes. • A NIMES, au cours d'une conférence sur le racisme, organisée par le Cercle Marie·Thérèse·Noblet, M. Vincent Bone· randi, professeur au lycée, a souligné l'ac· tion du M.R.A.P., du Centre de Liaison nous ne prétendons llas tout r égler. Pour avoir l'avis de nos confrères et aussi leur concours, nous allons leur soumettre pro· chainement un questionnaire et organiser un débat. - Votre initiative est originale. Pensezvous qu)elle puisse être répétée ? ... Daniel Hechter - Je le souhaite. Il faudrait que de tels comités se créent dans d'autres branches professionnelles. Je sais que des ensei· gnants antiracistes ont constitué un grou· pe. De même les étudiants. On peut en concevoir de toutes sortes : travailleurs d'une grande entreprise ou d'une indus· trie déterminée, médecins, juristes, corn· merçants de différents secteurs, etc. La multiplication d'initiatives de ce genre ne peut que renforcer l'action contre le racisme. des Educateurs cont re les Préjugés Ra· ciaux (C.L.E.P.R.) et cité la lutte menée par notre journal «( La Croix du Gard », 26·12·1965) . • LE M.R.A.P. ETAIT REPRESENTE par Alexandre Chil·Kozlowski, secrétaire national, au gala de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives, à la Mutualité, et à la réception organisée, salle Lancry, en l'honneur de la chorale de Lodz ; par Alain Gaussel, membre du Bureau National, à la conférence de Larbi Bouguerra sur « le racisme anti·nord·afrieain », le 20 décembre au siège de l'A.E.M.N.A. ; par Michèle Druot, membre du Conseil National, au congrès de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire. L'AFFAIRE DU {( PARIS-LONDRES» Procès le ,er février En septembre 1964, cinq Antillais, que l'on avait refusé de servir, en raison de la couleur de leur peau, dans une brasserie parisienne pro· che de la gare du Nord, portaient plainte. Le M.R.A.P. leur apporta son appui, et plusieurs membres de notre Mouvement, témoins de l'inci. dent, appelèrent la police pour un constat Après une longue instruc· tion et une confrontation entre les victimes de la discrimination, les té· moins et Le personnel de la brasse· rie, l 'affaire va enfin être jugée. Le procès aura lieu le 1" février 1966 à 13 heures, devant la XII' chambre correctionnelle, au Palais de Justice de Paris.


.--------------------------------------------------13-----------

LA VIE DU M. R. A. P. ACQUERIR, au début de l'année, 'la Carte d"une association, C'€st une façon de lui rprésent,er 's,es voeux. Et en même temps, c'est contribuer à ce que ces Noeux se réalisent, dans ,la mesure où un tel geste constitue un soutien à la fois moral et financier, in· dispensable pour mener à bien toute action socia,le. A CHACUN DE VOUS •.• que nous multiplions pour lui faire face. Est-il besoin ,de vous préciser qu'un tel journal ne peut pas vivre par les abonnements ,et :Ia publiCité : bien d'autres, mieux armés, ont s'uccombé ! Des subventions pe,rmanentes sont néc·essaires de ,la part ,du Mouvement, et ce,lui-ci, entre autres ressources, doit compter sur les Cartes ann'ueHes. Mais, indépendamment même de cet aspect matériel, la Carte exprime, répètons-Ie-, une approbation, une adhésion à nos efforts que ni vous, ni nous, ne saurions négliger. ,.AIt Hugues STEINER Président du Comité de Gestion et de Propagande. de chaque souscripteu r. En outre, si la plupart des Cart·es ont été diffusées cen· tralement, seul un petit nombr,e a été pris en charge par les comités départementaux ou 'locaux, moins encore individue, llement par nos militants. Cette dOuble faiblesse montre, à n'en pas douter, que ron sous-estime souvent ,l'importance des cartes du M.R.A.P. et lia contribution qu'elles apportent à notre action antiraciste. N'est-il pas évident que c,e n'est pas seulement pair le nombre des lecteurs de sa presse ou des auditeurs de ses réunions que l'on peut mesur,er l'influence d'un Mouvement comme ,le nôtre ? Les cartes, renouve, Iées chaque année, établissent un lien de comiance et de solidarité indispensable entr,e ceux qui assurent la marche du 1 11 M _______ a vous, mi,l itants, amis qui souhaitez

fair,e pl1us qu'apporter votre propre présenoe

à nos côtés, qui faites plus déjà, en ,participant aux réunion,s du M.R.A.P., en assurant ,l'or,ganisation et ,le succès de ses différentes manifestations, en quoi pouvez"vous améliorer Notre participation à notre commune entreprise ? Eh bien, en ayant toujours sur vous des Cartes 1966. 'En conclusion d'une rencontre, d'une conversation, d'un débat, vous aurez tant d'occasions de les plac,er autour de vous, plutôt que de :Iaiss'er sans suite concrète ,les marques d'amitié pour le M.R.A.P. que vous recuei·Uez si souvent! Editées 'depuis que,lques semaines, en· voyées à de nombreux 'amis, notamment aux abonnés de ce journa'I, ,les Cartes 1966 valent au M.R.A.P. 'un courrier quo· tidien qui confirme ,j'intérêt grandissant dont il bénéficie. Un seul chiffre suffit à souligner cette progression: pendant ,les quinze premiers jours de Janvier, 'sont parvenues au siège du Mouvement deux fois plus d'adhésions ,que pendant ,la mê· me période en 1965, et celles·ci ,r,epré· sentent un monta'nt deux fois plus élevé. \1 est intér,essant, également, de noter la grande diversité ,de,s mÏ'iieux d'où pro· viennent ces témoignages de sympathie agissante: écrivains ,et artistes, ouvriers et employés, personnalités po,liti,ques et syndica'ies de toutes tendances, é1Jû· diants et enseignants, commerçants et industriels, juristes, ingénieurs, techni· ciens, etc. MewnMat c .. tr.l, Rack ... rAltl.NMti .... 1,..1, "11 1 1------ 1 9 6 6 Prof •• ,lon ___ _ 1 A r Adr •••• ______ _ 1; Que'l précieux encouragement, pour la direction du M.RAP., que de pa1rcourir ces petits rectangles de carton où les noms 'les plus illustres se mêlent à des milliers d'aut,res, connus ou inconnus. Faut·il rappeler, à titre d'exemple, que l'un de nos plus éminents amis, M. Vincent AuriOll, ancien président de 'la ,Répub'lique, dont ,la disparition est partout ressentie doulour'eusement, a,vait à hon ·neur chaque année de renouveler sa Carte du M .R.A!P., ponctuellement, avec une simplicité qui était celle d'un girand citoyen, pleinement conscient de ses responsabilités. Comment douiter de ,la noblesse d'une cause, de ,J',efficacité d'une action, qui recueillent ainsi ,l'appui d'hommes et de femmes venus de tous les horizons, unis - en dépit de toutes les ,divergences qui peuvent Iles séparer en d'autres ,domaines - pour que reculent 'les préjugés et les haines d'tm autre âge, pour qu'éclose un peu plus de compréhension, de tolérance, d'amitié ohez nous et dans le monde entier? 1 Le M R.A P Ippelle a , 'unir e' .: .glr en •• mbl. tOUI CIWI quil Inlendent ,'oppo •• r lUX dllcrl-I mln'Iion., lUX h.ln •• , lU. pr6ju' , gê. fonde. lur t. r.ee. rorlglne, ou la conf.I.lon, el f'lr, trlom- 1 pher 1.. nobl.. Id"ux d',mUl' 1 ' f*1 1 .. plupl ... d"g,UUll . t dei Irl'Irnll' entre 1 •• hommM. 1 M __________________ _ 1--------- 1 Quant aux comités locaux .et départementaux, nous ,les invitons à (jrganiser systémati'quement les réunion.s pour ,la ,r,emise des Cartes ; à rendre visite à nos amis et sympathisants, à en gagner d'autres : réalisée ool'Iectivement, une te:lle tâche ne peut qu'aboutir à de très sensibles progrès. Adr .... ________ _ 1 Mon.llut tlntr. tl ft.ci.,. •. rAlltbhlitÎ.III. lit ,.. li hil, 30 f • • uJdnurl. hri, ·2· • TU:"."·51· CCPl'aris 14·121-15 1 • Franc. (VOl' .u do' La carte du M.R.A.P. 1966, dont la diffusion se poursuit, rappelle que cette année marque le 60e anniversaire de la réhabilitation d'Alfred Dreyfus. Sous le portrait de celui-ci, une phrase de son journal, écrite après la décision de la Cour de Cassation reconnaissant son innocence. (Sur la carte de 1965 figurait le visage d'Abraham B IB~TOT, nous aurons à nous préoccuper d'autres tâches. La Journée Nationale, contre 'le racisme, -l'antisémitisme et pour ·Ia paix, cette grande manifestation que 'le M.R.A!P. suscite ohaque année, mobi'lisera toutes nos forces. Ceux qui excitent au racisme et à "'antisémitisme, dans une impunité à peu près comp,lète, créent un climat qui 'requiert de notre palrt une activité croissante, que ce soit 'la riposte immédiate, les poursuites judiciaires, ou l'immense travail ,d'éducation de ;Ia Jeunesse et de l'ensemble de 'l'opinion publique, sans Ilequel on ne peut concevoir 'le succès de nos efforts. Lincoln). CE serait pourtant une grav·e elrreur de croire que tous les problèmes se trouvent, de ce fait, automatiquement résol'us. tors de sa dernière session, en novembre, le Cons,eil National du M.R.A.P. a mis l'accent sur des imperfections que nous ne sommes pas encore parvenus à surmonter. En 1965, ,le nombre de Cairtes du M.RAP. placées était neUement inférieur

à celui des abonnés de • Droit et

Ubenté "', ce qui prouve que beaucoup de nos ,Ieoteurs n'ont pas cru devoir apporter a'u Mouvement dont notre mensue'l est l'organe, leur appui, serait-i'i symbolique - puisque Ile montant de 'la oarte est indéterminé, laissé à l'appréciation Débat , a la Sorbonne Le 12 janvier, le Comité étudiant du M.RA.P., auquel s'était aSSOClee la Fédération des Groupes d'Etudes de Lettres, organisait à la Sorbonne un débat sur le livre « Les Français et le racisme », de P.-H. l\laucorps, Albert l\1emmi et J.-I". Held. Soirée passionnante, au cours de laquelle les trois auteurs eurent à répondre à nombre de questions. L'assistance juvénile qui emplissait l'amphithéâtre Descartes hachait d'applaudissements leurs interventions ainsi que celles du RP. Riquet, de Jean SUl'et-Canale, de Charles Palant, sec l'étai re général du M.RA.P . .r ean-Pierre Hirsch, président du Comité étudiant, ayait fort à faire pour donner la parole à tous ceux qui la demandaient. Ce débat, qui s'e t déroulé d'un bout à l'autre dans une atmosphère de totale franchise, et qui eut des moments de réelle émotion (lorsque fut évoquée par exemple la condition des métis), ne pouvait évidemment pas épui ser le suj et. Il M:R.A.P. et ceux qui approuvent ses réa- lisations, ses objectifs. ,\.1 convient donc, en 1966, dès maintenant, de faire mieux. QU'IL me soit permis de m'adresse:r à chacun de vous, amis 'lecteurs, vous qui êtes informés régu,lièrement, grâce 'à « Droit et Liberté ", de ,l'actualité du racisme et des initiatives J.I Y a pour notre initiative, un champ d'action ,pratiquement illimité. Du succès de notre actue'l'Ie campagne en faveur ,des Cartes 1966 ,dépend aussi, pour une grande part, ,le succès de notre action dans l'année qui commence. devait en tout cas faire apparaitre de façon éclatante J'actualité du problème raciste, ses répercussions au Quartier Latin, et la nécessité de soutenir l'action salutaire menée par le M.RA.P. Soulignons que plusieurs libraires du Quartier Latin avaient annoncé la soirée dans leurs vitrines en organisant des expositions de livres et de photos sur le racisme. (Ci-dessus, de gauche à droite : Charles Palant, le RP. Riquet, J.-F. Held, A lbert Memmi, P.-H. Maucorps ; Jean SUl'et-Canale, le professeur V. Jankélévitch; une vue de la salle).

Après le succès du débat du 12 janvier, le Comité étudiant du M.RA.P. prend des dispositions pour développer son action. Il appelle les étudiants antiracistes à lui apporter leur concours. Ses réunions ont lieu chaque lundi à 18 h. 30, au siège du M.RA.P., 30, rue des Jeuneurs, Paris 2'. L'EXPOSITION LINCOLN A CLERMONT-FERRAND' L'exposition Abraham Lincoln , organisée par le M.R.A.P ., s'est déroulée avec un grand succès à Glermont-Fenand, du 8 au 14 mai. Son inauguration, à la Bibliothèque municipale, a eu lieu en présence de -nombreuses personna,lités, parmi les'queHes M. Champleboux, sénateur du Puy-de-Dôme ; M. le bâtonnier Rauzier, adjoint, représentant M. Montpied, sénateur·maire de Clermont- Ferrand ; M. Fleury, secrétaire générai du rectorat, représentant M. Lapalus, recteur de l'Université ; Mlle Chevalier, bibliothécaire. Aux côtés des responsahles du M.R.A.P.: Georgette Lavin, Claude Dantziger et M. Abitboul. se trouvaient les représentants des différents groupements qui s'étaient as·sociés à la réalisation de cette initiative

M. Mansat, président de l'Association

générale des Etudiants olermontois ; Mme Mercier, d' " Auvergne-Loisirs " ; MM. Hassan et Diallo pour la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire; M. Cando· re';, secrétaire général de la Fédé ration des OEuvre,s Laïques ; le Dr Gindin, pour la Ligue des Droits de l'Homme ; M. Lemarchand pour " Peuple et Culture " ; M. Lagarde et MI,le Gachon pour" Travail e;', Culture ". Répondant aux remerciements de Claude Dantziger, MM. Champleboux et Rauzier soalignèrent tour à tour, en de brèves allocutions, ,l'intérêt de l'exposition et la nécessité de poursuivre la lutte contre le racisme. Pendant toute la durée de l'exposition, on a constaté, parmi les visiteurs, la présence de nombreux étudiants et lycéens, parfois venus par classes entières avec leurs professeurs. UNE CONFERENCE Dans le cadre de l'exposition Lincoln, une conférence a été faite, le 11 janvier, au cinéma " Pigalle ", par Albert Lévy, secrétai're national du M.R.A.P. sur le thème

" Racisme et antiracisme en 1966 ".

Dans l'assistance se trouvait une forte proportion de jeunes. La soirée se termina par la projection du film de James Blue, " La March'e ". UNE PHOTO VOLEE Le dernier panneau de l'exposition lincoln, évoquant les aspects actuels du racisme et l'action du M.R.A.P., présentait, entre autres, une photo où l'on voit les hommes de Tixi·er-Vignancour jouant de la matraque à Clermont-Ferrand ,lors du meeting qui eut ,lieu en mai dernier. Nos amis clermontois se sont aperçus, peu avant la fin de l'exposition que cette photo avait été volée - sans doute par un amateur de " souvenirs " ... P,lainte a été déposée. .il 14----------------__________________________________________________________________________________________ ~ Nos deuils Vincent AURIOL La mort du président Vincent Auriol a profondément affecté tous les amis du M.R.A.P. membre du Comité d'Honneur de notre Mouvement, à chacune de nos manifestations, de nos campagnes, il ne manquait jamais, par ses messages chaleureux, d'exprimer son soutien si précieux à la cause que nous défendons. En notre nom le président Pierre Paraf s'est rendu au domicile parisien de M. Vincent Auriol pour lui rendre un dernier et douloureux hommage. D'une déclaration de Pierre Paraf, parue dans Combat du 3 janvier, nous extrayons ce passage : (( Au cours de ces dernières années, j'ai eu l'occasion d'éprouver maintes fois la bienveillance et l'amitié efficaces du président Vincent Auriol. (( Il nous donnait spontanément son témoignage devant les tribunaux lorsque nous détendions toutes ,les victimes du ,·acisme. Il prenait la peine de m'écrire, de commenter mes ouvrages, avec la gentillesse et l'indulgence d'un fils du pays du 801cil et du pays du socialisme ... Il Avec Vinèént Auriol, c'est un retlet d~ râme ,de la France qui semble s'évanouir, mais qui continue de rayonner en nous. » A Mme Auriol, à sa famille, nous exprimons nos très sincères condoléances. (Voir page 3 l'artiole de Jean-PierreBloch.) Jean LURÇAT Avec Jean Lurçat, c'est un autre membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P. qui nous quitte. Ce grand artiste, qui était aussi un grand coeur apportait à notre Mouvement le concours prestigieux d'une fidélité jamais démentie. Il était de ceux qui, en 1964, avaient offert des oeuvres à notre Mouvement pour l'exposition-vente de tableaux, de tapisseries et de sculptures, organisée au Palais Galliéra. A toute oeeaBion il nous disait sa sympathie sans réserv~ pour notre action. Le président Pierre Paraf a adressé à Mme Lurçat et à sa famille, les condoléances du M.R.A.P. (Voir page 1l l'article de Juliette Darle.) Henry TORRES La grande voix d'Henry Torrès s'est tue, qui fit entendre si souvent à la barre des Cours ct' Assises et aux tribunes des meetins les 8iccents de la justice bafouée et les appels à la défense de la dignité humaine. Avocat de maintes nobles causes, Henry Torrès devait tout naturellement s'associer au M.R.A.P. à bien des occastons. L'une des dernières fut la manifestation organisée au Cirque d'Hiver lors de l'arrestation d'Eichmann. Depuis, il nous avait envoyé fréquemment des messages exprimant son soutien. Nous avons appris avec une profonde douleur la mort de ce grand ami. Nos joies Notre cher ami Henri Krziwkoski, l'un des doyens du M.R.A.P., membre du Conseil National, vient d'être nommé Chevalier de l'Ordre National du Mérite, pour son activité prOfessionnelle de 50 ans dans la fourrure. Cette distinction méritée tant pour l'activité professionnelle que sociale de notre ami est pour nous une grande joie. Que ce militant antiraciste de toujours, dont le dévouement inlassabie et la clair· voyance forcent l'admiration, trouve ici, avec nos cordiales félicitations, les voeux affectueux de tous les amis du M.R.A.P. NAISSANCE Nous avons le plaisir d'anno.ncer la naissance du petit Manuel, second fils de notre ami Vanko ROUDA. Toutes nos félicitations et nos voeux les meilleurs. ANNIVERSAIRE Notre ami A.-H. Kenig, dévoué militant du M.R.A.P., vient de célébrer son 75· anniversaire. Nous lui exprimons nos félicitations et nos voeux chaieureux.

DEMAIN ... c..) Le Débat orgamse par le M.R.A.P. était consacré à la déclaration conciliaire sur les juifs. Il est curieux qu'il ait été si peu fait allusion à l'ensemble du travail qui s'opère à Vatican II, au schéma XIII et à l'ampleur du mouvement oecuménique en général. Les changements en cours sont profonds et personne ne peut dire jusqu'où ils iront. Mais personne sans doute non plus n'est en droit d'attendre que l'évolution de l'Eglise catholique la ramène à l'unité de l'humanité sur le terrain de la morale laïque telle qu'actuellement nous croirions pouvoir la définir. Personne, en som· me, ne peut dire ce que c'est, ou plutôt ce que ce sera. TI a été plusineurs fois affirmé que la suppression de tous les racismes et de tout antisémi· tisme ne pouvait se situer que dans une perspective d'avenir. C'est ce sens « dialectique » qui a permis à M. G. Murry d'éclairer la question de façon aussi magistrale. L'Eglise catholique d'aujourd'hui ne se défera pas de son « impérialisme constantinien )J à l'égard du monde laïc d'aujourd'hui

mais l'Eglise de

demain pourra sans aucun doute retrouver le monde de demain ; l'Occident d'aujourd'hui restera raciste à l'égard du Tiers Monde, mais le Monde tout court de demain ignorera les incompréhensions parce que les notions même de premier, second et troisième monde n'auront plus aucun sens ; ce n'est pas la femme d'aujourd'hui mais celle de demain qui trouvera sa place d'être humain à part entière. De même, c'est l'Enfant de demain qui sera « décolonisé » parce que 1;1 notion même d'adulte aura perdu son sens l'aliénation. Alors, alors seulement, sera réalisée la prophétie d'Isaïe J. DROUEi Corbeil·Essonnes L'EGLISE ET LES JUIFS Au cours de la congrégation générale du 15 octobre, le Concile du Vatican a eu à se prononeer sur les conclusions du cardinal Béa concernant la Déclaration sur les rapports de l'Eglise avec les religions non chrétiennes, et notamment sur le paragraphe 4, qui a trait à la religion juive. Il a préCisé que la motivation de la décision à prendre pour regretter la persécution contre les juifs devrait être clairement énoncée par l'insertion des mots suivants « L'Eglise, non à cause de motifs politiques, mais poussée par la charité évangélique (souligné par moi)... déplore ... etc ... ». Il ne me semble pas que ce tour donné à la motivation de la nouvelle attitude de cette institution, construite dans le monde terrestre, qu'est l'Eglise, reflète la réalité Il me parait que, dans l'occurence, elle a eu à se déterminer ' pOlitiquement et non théologiquement. Cela résulte du contexte historique lui-même, qui est constitué par les conditions modernes dans lesquelles vivent les sociétés religieuses. Leurs évolutions et leurs mutations sont dues objectivement et principalement à des facteurs économiques, politiques et sociaux, et c'est là, en particulier, que se trouve la base fondamentale de l'aggiornamento. Comme il faut considérer que l'antisémitisme est avant tout un phénomène politique, de caractère rétrograde et antisocial, laisser de côté l'aspect pOlitique de la question juive pour se retrancher derrière des considérations strictement religieuses équivaut à laisser planer le doute sur la conception que doivent avoir les chrétiens sur l'antisémitisme en tant que facteurs de conflits et de désordres. Pourrait-on objecter que l'E· glise, institution religieuse, ne doit pas sortir du cadre de sa finalité, qui est hors de ce monde ? Cette objection ne serait pas pertinente, et la preuve en est que l'intervention de Paul VI à la tribune de l'O.N. U. en faveur de la paix a un caractère politique. Cela se comprend, car le fait religieux est avant tout un fait social et il ne peut être détaché de l'ensemble des conditions ter· restres dans les divers milieux où il se manifeste. Il est du reste plus facile de dire qu'on ne fait pas de politique que de n'en pas faire effectivement. Au surplus, la motivation que je critique ici aboutit, présentée comme étant strictement d'ordre théologique, à accuser l'Eglise d'avoir commis une . erreur regrettable se rattachant à son enseignement. Et cela risque de contribuer à désorienter la confiance des fidèles en la véracité de cet enseignement. Cet inconvénient ne serait pas à craindre si la motivation était formulée comme étant d'ordre politique, en tant que les rapports entre chrétiens et juifs étaient, jusqu'à ce jour, extrinsèques à sa spiritualité chrétienne ou en ont été tout au moin~ extrapolés sous l'influence de facteurs politiques et sociaux. Enfin, la foi religieuse est quelque chose d'exclusif pour ceux qui s'y adonnent - et c'est en quoi elle se situe hors du ratiohalisme - en sorte qu'on ne voit pas comment les religions, dans leurs dogmes et dans l'édification des fidèles, pourraient se tolérer sans tomber dans le syncrétisme ; si elles arrivent à se tolérer, c'est là un fait non religieux, mais un pur compromis, strictement utile dans les rapports humains, donc un compromis politique. Elargissant la question, on peut se demander si l'évolution des religions ne les amène point à s'insérer graduellement dans la vie de la cité, au point qu'elles ont de plUS en plus le pied sur la terre, ce qui tend à les muer en des philosophies idéalistes. Mais un tel débat ne peut évidemment s'ouvrir ici. Georges SAROTTE Paris LES CAUSES J'ai lu les résolutions de la xVI' Journée Nationale. Je pense que les moyens préconisés sous le titre « Comment agir » ne sont pas inutiles ; mais je pense aussi que c'est une grave lacune de ne pas voir au premier rang l'étude scientifique de l'attitude raciste et de ses causes. Je sais bien qu'on a discuté les « motifs » qu'invoquent les racistes pour justifier leur comportement et leurs opinions, et qu'on a pu à Jllilu près établir que ces motifs n'ont pas de base scientifique vérifiée. Ce n'est pas de ee genre d'étude que je veux parler. En dépit de l'apparence, les motifs ne sont pas les causes. Ce qui est premier c'est une répulsion instinctive de nature biologique ou - j'oserais dire - zoologiql)e à l'égard de l'autre race ; ou encore un antagonisme né de circonstances de nature EOciale. Les ( mo· tifs » ne viennent qu'après car les hommes cherchent toujours à justifier par de bonnes raisons le comportement qu'ils suivent ; montrez leur qu'un motif ne tient pas, ils ne seront pas à court d'en trouver un autre. C'est l'étude vraiment scientifique de ces causes - comme on étudie les causes d'une maladie physique ou mentale (pour celle-ci, on ne fait que conmmencer et, peut-être, le racisme relève-t-il de cette catégorie) - qui pourrait aboutir à des résultats sérieux. La tâches est probablement immense

au moins faudrait-il

s'y mettre. Votre expérience autant et plus que la mienne montre que la répulsion ou l'antagonisme dont je parle sont un des traits les plus répandUS parmi les hommes et, qu'à vrai dire, ceux qui par chance ou par grâce ne l'éprouvent aucunement sont rares quand les circonstances favorisent l'opposition (comme c'est le cas lorsqu'un groupe se sent menacé par l'autre dans ce qu'il considère comme son intégrité ethnique : cas types de l'Afrique du Sud, de l'Algérie avant l'indépendance, des noirs des Etats-Unis ; formes moins virulentes en Angleterre, en France, en Suisse même avec l'affaire des travailleurs italiens ou celle des institutions internationales à Genève). Naturellement, je ne conteste pas l'utilité de l'action éducative ; elle peut contribuer à combattre une tendance instinctive mauvaise. A cet égard tout ce qui favorise l'esprit de ségrégation - non pas seulement entre races, mais entre groupes sociaux, par exemple par l'école - est sûrement mauvais. Jean BARBUT, Viroflay (S.-et-O.) HAINE ET SOUVENIR Après avoir reçu plusieurs exemplaires de votre journal ( Droit et Liberté » auquel nous sommes abonnées) nous constatons avec regret, la part minime accordée à ( l'apartheid }) dans le monde. Les articles réservés à l'antisémitisme sont non seulement plus nombreux mais plus virulents; plusieurs de nos amis pensent qu'il n'est pas nécessaire d'attiser la haine pour se souvenir: vous répondez à l'antisémitisme par des messages qui ne cèdent en rien à ceux des propos antisémites ! Qu'adviendrait- il du racisme, déjà trop répandU s'il fallait rechercher les responsables des 150 millions d'Africains déplacés au cours de deux siècles et de leurs 50 millions de morts ? Or à celà vous ne faites aucune allusion. Pourquoi parler des nazis de 1940 et pas du « nI Reich » désignant le gouvernement d'Afrique du Sud ? D'autre part, il nous semble que la publicité faite autour des « Juifs }) de M. Peyreffitte fait plus de mal que les propos du livre lui·même ... mais ceci est urie autre histoire ... Nous espérons que vous comprendrez les raisons qui nous incitent à faire une part équitable des choses. Mlle BOUTURE, Mme J. RAFFAV, Paris-20' NOTE DE LA REDACfION Nous n'avons aucune raison de dénoncer telle forme de racisme plutôt qu'une autre, ou d'épargner quelques racistes que se soit : chaque mois, ce sont les données de l'actualité qui détenninent le sommai· re de notre journal. A propos de l'Afrique du Sud, le M.R. A.P. et « Droit et Liberté » prennent fréquemment position

nos efforts ont eu des

échos récents à l'O.N.U., comme le prouve la photocopie que nous avons publiée en page centrale de notre dernier numéro. Vous semblez assimiler à une manifestation de haine le fait d'évoquer le nazisme et d'exiger le châtiment de ceux qui, précisément, fomentent la haine et rêvent de venger Hitler : faut·il donc les laisser faire ? Nous croyons que le souvenir des crimes passés et la vigilance à l'égard des criminels (que nous ne confondons pas avec l'ensemble du peuple allemand) est indispensable pour sauvegarder le présent et l'avenir. De même, il nous paraît fort utile, sur un autre plan, de rap· peler les méfaits de la traite des Noirs et du régime colonial

c'est aussi une façon de

favoriser la compréhension et l'amitié entre les peuples. En consultant la collection de notre journal, vous pourrez constater que nous avons abordé ce problème à maintes reprises. Il va de soi que nous sommes tout disposés à poursuivre ce débat, et à tenir compte de toutes observations suscepti-

  • bles d'améliorer l'orientation

et la rédaction de notre journal. AMICALEMENT ... Je tiens à affirmer que j 'approuve les points de vue que vous exposez et les démarches que vous entreprenez. R. LECOCQ, Député-Maire de Tourcoing (Nord) Ci-joint notre modeste contribution. Nous pensons à ceux qui souffrent de l'injustice, de l'égoïsme des autres. Aussi, nous vous remercions pour l'oeu· vre que vous menez. Nous déplorons tous les cris de haine, tous mouvements agressifs et violents que manifestent les hommes entre eux, qui opposent les nations et joignons nos protestations aux v'ôtres. Nous faisons appel à l'esprit de concorde, de paix pour une sin· cère et efficace coopération hu· maine. M. et Mme PIQUION, Vanves. Je ne sais s'il est encore temps de vous retourner les talons de Bons de Soutien. Qu'ils soient valables ou non, peu importe : .l'essentiel est que je puisse participer au soutien de votre Mouvement. P. BERTOMEU Graveson (B.-du-R.) Je tiens à ce que vous sachiez que j'approuve et appuie les objectifs de votre Mouvement. Je regrette seulement de nf pouvoir le faire financièrement

vicaire et aumônier de

lycée, mes charges dépassent de beaucoup mes moyens ... Vous pensez bien, toutefois, que mon enseignement auprès des jeunes et des familles rejoint votre action. Abbé A. VANBERLEERE Armentières (Nord) Je suis heureux de partici· per à votre action contre le ra. cisme. Rémy ROURE Paris Nous ne pouvons que vous encourager pour votre travail contre l'ignorance, qui est la source fondamentale du racisme et souhaiter pleine réussite à votre Mouvement. Robert GREGOIRE Paris-14' Abonné à «( Droit et Liber· té », il est normal que je réponde présent à votre appel. Avec mes encouragements, recevez mes félicitations pour le travail utile que vous faites. Alphonse ROUX Trans-en-Provence (Var) ':H EZ LES « SCOLAI RES» Je vous prie de bien vouloi!' recevoir ci-joint un chèque de 30 F, montant de 10 bons de soutien qui ont été achetés pal' 7 personnes différentes et d'un abonnement à « Droit et Liberté ». Cela a ainsi permis aux personnes à qui j'en ai proposés, même si elles n 'ont pas apporté beaucoup d'argent, de connaître votre Mouvement. J'ai remarqué ainsi que peu parmi mes camarades lycéens ou étudiants connaissaient ces ploblèmes. Il faudrait que vous augmentiez votre action et votre information auprès des ( - scolaires » (à ce sujet, je vous signale que l'affiche con· cernant l'exposition « Lincoln » a été l'année dernière affichée au tableau d'affichage officiel du Lycée Louis Le Grand avec l'autorisation du proviseur). En vous demandant de m'envoyer les résultats du tirage, je vous envoie mes meilleures amitiés antiracistes et mon soutien, sinon effectif (car j'ai très peu de temps pour militer) du moins moral. Gérard SCHNECK Paris ~----------------------------------------------------------------------------------------------------------15 UN ETRANGE PROCES (Suite de la page 5) falsification de l'histoire. TO'L1s ceux qui ont vécu cette terrible époque, tous ceux qui furent témoins de la véritable nature du nazisme, ont le devoir de s'y opposer en rétablissant inlassabJ.ement la vérité, cette vérité d'autant plus importante qu'el- LA CONVENTION DE L'O.N.U.

  • Sui:re de la page centrale

émanant de ces personnes ou de ces groupes. L'article 15 rappelle d'autre part le droit de pétition auprès de l'O.N.D. l-econnu dès 1960 aux peuples coloniaux et accorde au Comité pour l'élimination de la discrimination raciale un certain droit de regard sur la situation dans les territoires encore soumis au régime colonial. Dernier point controversé : celui des réserves que pourraient faire sur telle ou telle di position de la Convention les Etats qui décideront d'y adhérer. Un ·amendement présenté par 33 pays africains et asiatiques souligne que « auctme réserve incompatible avec l'objet et le but de la présente Convention ne sera autorisée, non plttS qu'aucune séserve qui a:urait pour ,effet de paralyser le fonctionnement de l'un quelconque des organes créés par la Convention. » « Une réserve sera considérée comme rentrant dans les catégories définies ci-dessus, est-il précisé, si les 2/3 att moins des LE SCANDALE VERBELEN (Suite de la page 4) à laquelle il était impossible de résister, oubliant consciemment que Verbelen s'était engagé volontairement à obéir aux ordres reçus. Le procureur interjeta cependant appel. DES NAZIS PLUS OU MOINS DENAZIFIES Il est superflu de rappeler la profonde indignation causée en Belgique, et ail· leurs, par le jugement d'acquittement. On critiqua la manière de laquelle les débats avaient été dirigés, la modération excessive de l'accusation, l'acceptation des services d'une traductrice hitlérienne, le PAUVRES PARMI LES PAUVRES (Suite de la page 6) « Sans nul doute, il existe une méfiance envers les travailleurs étrangers. Au début de 194.5, bien qu'il n'y eût aucun chômage et, que la reconstruction exigeât un surcroit de main-d'oeuvre, la majorité des personnes interrogées lors d'une enquête étaient opposées à l'apport de l'immigration, dans 89 % pOW! les professions libérales, 79 % pour la métallurgie, 72 % pour l'agriculture, 68 % pour le bâtiment, .54 % pour les mines. Ces chiffres suggèrent déjà que l'on accepte mieux les travailleurs étranyers qui se consacrent aux travaux les plus rudes, les moins payés, les plus salissants ». Les enquêtes de 1951 ont montré que les préférences allaient aux Belges, aux Suisses, aux Hollandais ; les Italiens et les EspagnOls bénéficiaient d'une sympathie moyenne, de même que les Polonais mais avec quelques réserves. L'hostilité, par contre, se manifestait envers les Autrichiens et les ressortissants des pays d'Europe centrale, plus violente envers les Allemands et les Nord-Africains. ({ Au fond, selOn cette enquête, le degré de sympathie varie exactement en fonction des chances d'assimilatiOn... que l'o'n prête aux étrangers, » le est , horrible, pour protéger les generations qui nqus suivent du r,eto'Llr de cette horreur. En Allemagne même, en A,llemagne surtout, ceux qui souffrirent du nazisme, et i'is furent nombreux, ont le même devoir. J'ai rencontré à Dusseldorf des Allemands qui, arrêtés dès l'arrivée d'Hitler au PO'L1- voir, en 1933, parce qu'opposants politiques, furent jetés dans les camps de concentration et n'en sortirent qu'en 1945. En poursuivant leurs machinations, les anciens 55 tentent de compromettre l'ensemble du peuple allemand_ Gardons-nous bien de tom· Etats parties à la Convention élèvent des objections. » Cet amendement de toute évidence, a pour objet d'empêcher que, lors de la ratification, certaines obligations concrètes (celles qui résultent par exemple de l'article 4) puissent être remises en causes. Il est adopté, sous la forme d'un article 20, ( les articles suivants étant décalés), par 82 voix contre 4 et 21 abstentions (gont celle de la France). L'UNANIMITE RET,ROUVEE Et voici maintenant le vote final. En dépit des obj ections soulevées et des votes divergents sur certains articles, l'unanimité se réalise à nouveau (ou presque), pour l'adoption de l'ensemble de la Convention. Les résultats du scrutin à l'app.el nominal sont les suivants : 106 voi'x pour et 1 abstention, celle du Mexique. Quant à la résolution B, concernant certains détails d'application, elle est adoptée à mains levées par 98 voix contre 0 et 7 abstentions. Pour les explications de votes, qui suivent, on entend tour à tour : MM. Ospina (Colombie), Verret (Haïti~, Lamptey (Ghana), Mlle Willis (U.S.A. , MM. Comb al (France), Bosco (Italie, Morozov (U.R.S.S.), Lady Gaitskell (Grande-Bretagne), Mme Mantzoulinos (Grèce), M. Baroody (Arabie Saoudite). Tous, même s'ils rappellent au pasmanque de témoins et d'informations sur la situation en Belgique occupée. L'on rappela que l'Anschluss avait été accueillie avec fave~r, que 500.000 Autrichiens avaient adhéré au Parti nationalsocialiste, que ravocat de l'accusé avait exploité les problèmes linguistiques en Belgique dans un pays qui est agité par le problème du Tyrol du Sud. Cependant à juste titre, un journal autrichien fit observer : on a utilisé les moyens d'un tribunal qui juge les voleurs de banque et les assassins, alors qu'ici il s'agit de crimes de guerre qui se mesurent tout différemment. L'Union de la RésIstance autrichienne analyse ce verdict de manière très intéressante en dénonçant les multiples invitations au pardon et à l'oubli des crimes de guerre alors que des manifestations alarmantes du vieil esprit nazi se font jour actuellement. Un journal belge disait : « L'administration autrichienne comme l'administration allemande est truffée de nazis plus OUi moins dénazifiés qui n'Ont pas perdu Actuellement, l'hostilité demeure envers les Nord-Africains - entretenue par les campagnes racistes -, et les Noirs ne rencontrent généralement qu'indifférence car on les considère totalement inassimilables. Les enquêtes menées depuis douze ans établissent que, s'il s'agit des nationalités « sympathiques » - Belges, Suisses, Italiens, par exemple - « presque tous les Français jugent « agréable » ou « indifférent » de se trouver dans un restaurant ou au cinéma à côte d'eux, de travailler à leurs côtés, de les avoir pour voisins, de voir leurs enfants jouer ensemble ; les 2/ 3 acceptent volontiers l'hypothèse d'un mariage mixte. » Dans le cas des nationalités moins « sympathiques », c'est-à-dire essentieIlement les Nord-Africains, « Les réPonses positives sont lom d'être négligeables puisque leur proportiOn atteignait pOur chacune de ces questions, 45, 36, 29 et 31 %, et ne s'abaissait à 9 -% qu'à propos du mariage. » Dans la classe ouvrière, se sont exprimées des inquiétudes, du fait que l'immigration mettait en péril les travailleurs nationaux par ie fait que les immigrés acceptaient des bas salaires. Et, « on imagine les effets dramatiques d'une crise économique grave, et le conflit qui naîtrait peut-être entre les inté.rêts des travailleurs étrangers et français " qwelle carrière s'Ouvrirait alors à tous les racismes ! » Il faut souligner cependant que, de plus en plus, dans les entreprises, les syndicats parviennent à intégrer les travailleurs immigrés dont les intérêts sont défendus au même titre et en même temps que ceux des travailleurs fra.nçais. La France abrite plus de 2 millions de b~r dans_le 'piège. Nous ne confon. dons pas les Allemands et les 55. Il est nécessaire de désolida'riser les Allemands des nazis. Les jeunes Allemands sont, dans leur presque totalité, hostiles au nazisme. Hos· tiles et honteux, stupéfaits que leur pays, leur peuple, qu'ils 'aiment à juste titre, aient pu tomber au pouvoir de ce~ fous délirants. En les informant, en informant inlassablement les jeunes de tous les pays, en redressant sans cesse les erreurs, volontaires ou non, en dénonçant les falsifications et les mensonges, il est possible de lutter sage des réserves déj.à exprimées, se félicitent du vote de la Convention. Affirmant qu'il s'agit d'un instrument « d'une grande impo'ytance », le délégué français, M. Combal, déclare notamment: « La France a PIt voter en faveur de tous les articles de fond, à l'exception de l'article 4, et elle s'est abstenue lors du vote sur les orticles 14 et 15 qui, selon elle, auraient dû être consignés dans un protocole séParé ». Néanmoins, il « .espère que le texte adopté pourra devenir rapidement, grâce au_1:' signatures et aux ratifications, tme Convention internationale appliquée par lin grand nombre d'Etats. » , «La France, dit-il encore, qui a toujours considéré que la lutte POU,y la démocratie était inséparable de celle menée pour un plus grand respect de la dignité httmaine et des droits et libertés fondamentaux de l'homme ne peut que se réjouir de l' oettVre accomplie. » U. THANT: LE DEVOIR DE ~EILLER Le débat est terminé. Le secrétaire général des Nations Unis, M. Thant estime nécessaire, en considération de son importance, d'en tirer solennellement la conclusion. « J'ai un plaisir infini, déclare-t-il, à saluer l'adoption par l'Assemblée Générale, .en cette 2(f session, de la C onvention internationale SlW l'élimination de l'esprit de solidarité qui les animait et qui les anime encore aujourd'hui. » « Ce qui explique la naturalisation accordée à Verbelen et ses fonctions dans la police secrète autrichienne », ajoutait le journal. Les organisations patriotiques belges obtinrent audience du Premier Ministre pour demander pourquoi le gouvernement n'avait pas réagi au cours du procès lorsque la Résistancé fut souillée par Verbelen. Le gouvernement reçut ces associations et déclara qu'il croyait avoir fait son devoir en communiquant le dossier et en déléguant un magistrat belge pour éclairer le procureur autrichien, mais qu'il fallait laisser à la Cour de Vienne ses responsabilités. En réponse aux débats de Vienne, le gouvernement belge s'engagea à faire publier une histoire véridique de la Résistance. Le mépris montré par le tribunal autrtchien pour le dossier et les magistrats belges, la décision dans l'affaire ne peuvent que nuire au prestige de ce pays en Belgique. Il faut rappeler que ce procès n'est qu'un exemple de cette mansuétude des travailleurs étrangers, nouveau sous-prolétariat. Menacés d'expulsion à tout moment, ils doivent parfOis admettre les pires concessions, afin de ne pas retrouver leur misère passée. Ils n'ont pas tous, auprès d'eux, leur famille, leur cadre de vie tradi~ionnelle. Ils attendent de nous davantage de compréhension et d'aide. Ce serait le rôle de la presse de faire connaitre leur vie quotidienne, leurs difficultés, et aussi leur apport à l'économie nationale. Laissons la conclusion des lignes qui précèdent à l'auteur : efficacement poul" la grande cause d'une humanité libre, juste et fraternelle et pour le véritable rapprochement des peuples. Nous devons pre'ndre con'sCience da l'importance de l'opinion publique int,er· nationale 'dans ces sortes d'affaires. C'est uniquement pour mériager cette opinion que le BILlndestag a voté le renvoi de la Rrescription des Clrimes de guerre, a'lO'rs qu'une importante partie de la popu'lation y était hostile. Le jour où cette pression intemationale ce'sserait, la réhabilitation des SS, puis du nazisme, serait en bonne voie, Jacques DELARUE. toutes les ' formes de discrimination raciale. Je suis persuadé que la Convention constituera lin instrument précieux qui permettra aux Nations Unies de poursuivre leurs efforts pOltr éliminer les vestiges de discriminations raciales où qu'ils pttissent persister dans le monde ( ... ) « Je suis particulièrement aise que cette mesure soit prise maintenant, q,u point culminant de l'observation de l'année de la coopération internationale. n est réconfortant que la Convention ait été adoptée par tm vote aussi décisif ( ... ) « C'est notre devoir à tous de veiller à ce que la Convention soit mise en oeuvre mtssitôt que possible et appliquée, fidèlement, ilans l~n ,esprit de compréhension et de respect mutuel entre les peuples et les nations, conformément auX' grands objectifs humanitaires de la Charte et a1-tx principes énoncés dans la Déclaration ltniverselle des Droits de l'Homme. » M. Fanfani, à son tour, souligne : « Il y a une dizaine de jours, dans cette même salle, nous avons célébré la Déclaration universelle des Droits d.e l'Homme. Avec tin vif plaisir, votre président constate qlte la meilleure célébration de l'anniversaire de la Déclaration ltniverselle a eu lieu avec le vote qui a été émis ce matin en cette 20" session. » Au milieu des applaudissements, la séance est levée. Il est 13 h. 40. tribunaux autrichiens pour les cr1I11es nazis puisque d'autres criminels ont été récemment condamnés à des peines ultralégères. Et l'on peut se demander s'il est vraI que le Parlement autrichien a voté l'imprescriptibilité des crimes de guerre. L'affaire Verbelen illustre de manière frappante le rôle des collaborateurs politiques du nazasme dans les pays occupes. Le système de défense de Verbelen et son succès montrent que la doctrine nazie survit et qu'il y a lieu de s'inquiéter de ses manifestations actuelles. Le faux thème du s{,paratlsme flamand développé par l'accusé montre que l' « Ordre nouveau » construit son monstrueux système en se servant des particularités propres aux pays dont il a décidé la conquête. Pour les Belges, ce thème s'est démenti dans les camps de concentration où le regrme n'était pas différent pour les Flamands et pour les Wallons. Edith BUCH « Dans les COuches prOfondes de l'écOnomie française, un monde presque séparé du nôtre grossit sans cesse, et son extension est à la mesure, même du dynamisme de la prodwction. Au-dessous de cette nouvelle frcmtière, la pauvreté s'est établie sans partage. A la lueur de quelque incident, elle apparaît parfois, cOmme un scandale, au coeur de notre prospérité, mêlée secrètrement à la richesse générale. Mais, à la vérité, ce scandale est permanent. » Claude ,RUTILI. EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. 16--------------------------------------------------------------------------------------------- I l '~I'RSi' POURQUOI l'ANTISEMITISME? Voici deux cents ans, Voltaire publiait un Dictionnaire ph ilosophiQue, qui connut à l'époque un énorme succès, fait à la fois d'estime et de scandale. Deux siècles plus tard, l'Union Nationa'iiste publie, en se plaçant résolument dans la filiation de Voltaire, un dict ionnaire ra t ional is t e, rédigé en collaboration par des professeurs, des chercheurs d'u Centre National de la Recherche Scientifique, des médecins, des magistrats, des savants ; chacun traitant des articles tou'ch.nnt à sa spécialité. Une courte introduction d'Ernest Kahane, secrétaire général de l'Union Nationaliste, définit fort bien l'optique dans I,nquelle a été conçu cet ouvrage : « Nous ne nous sommes pas proposé de faire oeuvre exhaustive mais de présenter, sur un nombre limité d'exemples, une image rigoureuse et nuancée de la pensée rationaliste telle que nous l'entendons. » A titre d'illu stration, nous avons extrait le long article, consacré à l'antisém itisme, et rédigé p,nr Madeleine Reberioux, agrégée de- l'Université. (Signa'ions également que l'article c~ nsac ré au racisme a pour auteur notre ami Jean Schapir"l. LE 1110t antisémitisme est de date récente, Il fut forgé vers 1880 par le polémiste allemand \Vilhelm Marr, au moment où, en Europe occidentale, recommençait à se manifester l'hostilité à l'égard des juifs, Il se caractéris~ pour l'essentiel par son ll1adaptatlOn a son objet: à supposer en effet que les !3él11ites constItuent ou aIent constItue une « race », et qu'on puisse les reconnaître à d'autres critères que la structure et la gTammaire de leurs langues, les peuples arabes sont sémites tout autant qu'Israël. Le vocable « antisémite» s'est pourtant implanté, malgré son impropriété, pour désigner exclusivement « la haine et l'agression à l'égard des jlûfs » (Léon Poliakov, Petite histoire de l'antisémitisme, p, 7) ou, selon la définition un peu plus precIse de Jules Isaac: « Les préjugés antij1tifs, les sentiments de méfiance, de mépris, d'hostilité et de ha ille à l' éga rd des ju.ifs, qu'ils soient de religion israélite 0'1{ simplement de famille .iuive, » (J, Isaac, L'enseignement du mépris, p, 11.) Si le mot est relativement récent, si Son origine géographique est précise, la réalité de l'antisémitisme est beaucoup pl us ancienne et elle a concerné un secteur géographique du monde beaucoup plus étendu que notre petite péninsule, Il faut pOUl·tant se garder d'en faire un phénomene universel dans le temps et dans l'espace, En matière d'antisémitisme, la démystification est le premier clevoir du rationaliste, C'est pourquoi, comme l'ont bien compris un certain nombre MARCHANDS AU MOYEN-AGE L'argulllellt religicll.t" utilisé an servicc d'intérêts économiqucs, .. d'auteurs récents toute étude cie l'antisémitisme doit ~ommencer par sa préhistoire. Il convient cie 111ettre en évidence les faits suivants: - Il y a des pays où, malgré la présence cie' communautés juives, l'antisémitisme ne s'est jamais implanté. Tel Iut le cas de la Chine où la colome Jtllve de Kai-Fong-Fou d'ans le Ronan, fondée sans cloute à la fin du l'" millénaire de notre ère était fort prospère au XV" siècle et ~'avait, semble-t-il, jamais subi de persécution. Tel est le cas de l'Inde où les Beni-Israël de la région de Bombay, les juifs noirs de la côte de Malabar partagent les condItIOns de VIe ~Ie s a\ttrcs Indiens, tout en restant fIdeles il la Thora. Un projet d'extermination - Dans les pays méditerranéens ~t orientaux, on peut dater avec une sufftsante appyoximation l'époque à laquelle apparaît l'antisémitisme, En MésopotamIe où une partie de la populatIOn du royaume d'Israël est déportée dès la fin du VIII· siècle avant J--C, en Egypte, où les juifs essaiment au, V n° et au VI· siècle, fuyant les. Assynens pUlS les Chaldéens on ne VOlt pas pour autant naître d~ manifestations antijuives. Quand Cyrus, lors de la conquête perse, permet aux exilés juifs de qu}ttel: la Mésopotamie, au mtheu clu VI slecle, la majorité choisit de ne pas rentrer en Palestine. Le projet d'extermination . des juifs dans l'empire perse, que le ltvre d'Esther place dans le premier tiers du V· siècle se situe cn réalité twis cents ans plus tard clans le monde hellénistique. - C'est en effet en Egypte, et de façon plus précise à Alexandrie, que l'antisémitisme aparaît à partir du Ile SIècle avant J--C Ville neuve, fort peu « égyptienne », peuplée de colons ~r~nsplantés par des souverains hellel11shques, Alexandrie est, au II" siècle, mi-grecque mi-juive. Les deux communautés y rivalisent sur tous les points et d'abord dans le domaine économique. Le statut privilégié que les G:ec.s entendent se rése!·vet; est en contrachctlOn avec la pwspente des négociants juifs. De graves émeutes antijuives s'y déroulent jusqu'aux premiers siècles de notre ère. L'antisémitisme a donc un point de départ historique. Mais les manifestations hostiles aux « J udéens » d'Alexandrie n'ont ni résonance raciale ni résonance religieuse particulière. Le conflit que nous venons de décrire oppose deux groupes humains. On le retrouve à la même époque dans d'autres royaumes hellénistiques, entre les Grecs soucieux de maintenir leurs pri vilèges et d'autres éléments indigènes ou transplantés. C'est à partir des débuts de l'ère chrétienne que l'antisémitisme « fonctionnel» prend figure dans le monde romain. Mais non pas figure unique. L'histoire de l'antisémitisme n'est pas moins indispensable à étudier que sa préhistoire si l'on veut s'efforcer d'en saisir les motivations et les implications. Il n'est évidemment pas question ici cI'en l·etracer les étapes, seulement d'en marquer quelques grands traits. L'enseignement du mépris - Pendant les trois premiers siècles de notre ère, l'antisémitisme vient des païens. Il vise le plus souvent les chrétiens aussi bien que les juifs. Le reproche principal qui leur est aclressé est de nature politique: leur résistance au culte impérial les empêche de rendre à César ce qui appartient à César. La chose s'aggrave cie leur prosélytisme: comllle le chr istianisme, le judaïsme monothéiste est alors, en pays païen, une religion conquérante. - L'antisémitisme chrétien prend naissance au IV" siècle. L'Eglise catholique a conquis le pouvoir impérial et se retourne contre son concurrent monothéiste. Avec saint Jean Chrysostome, saint Augustin, elle jette les bases d'un antisémitisme « officiel, systématique et cohérent.. au service de la théologie et nourri par elle» (Marcel Simon, Verus Israël, p. 253.) En mettant en circulation le thème d'Israël peuple déicide, plus tard complété par les accusations de meurtre rituel, l'Eglise fonde ce que Jules Isaac a appelé l'enseignement clu mépris, qui va pousser en pays chrétien de très profondes racines et que l'Islam par contre n'a(]optera j ama is. - De la fin du XIe siècle (le grand tournant date, en 1096, de la Première Croisade) jusqu'à l'époque des lumières, nous entrons dans l'ère des massacres collectifs, des expulsions (Angleterre: XIII· siècle; l'rance: XIV"; Espagne: XV"), des ghettos (Allemagne: XV' siècIe; Pologne: XV UP). Les motivations publiques cie ces violences restent celles de l'anti sémitisme chrétien, mais des éléments nouveaux en l·en{orcent la pression et aident à rendre compte de leur ampleur. Les processus socio-éconOl1li, ques qui assurent, à partir du XI' siècle, l'ascension de la bourgeoisie, créent entre les nouveaux marchands ch rétiens et les juifs. jusque-là détenteurs de l'essentiel du grand commerce, une ilpre concurrence. L'argument religieux est utilisé au service d'intérêts économiques. Les juifs sont réduits au prêt d'argent, dont l'Eglise catholique maintient la condamnation théorique. La masse des emprunteurs commence à yoir en eux des adversaires. L'antisémitisme tend à devenir en Europe un phénomène populaire. - D'autres phénomènes économiques ranimeront dans la deuxième moitié du XIX· siècle l'antisémitisme dans les pays d'Europe occidentale et centrale où il avait clécliné en liaison avec la Réyolution Française, l'émancipation des juifs, et l'épanouissement du capitalis1l1e libéraL Il réapparaît lorsque s'instaure une économie mondiale de type impérialiste, déchirée par de profondes contradictions. En France le phénomène se produit dan5 les années 1885-1895. En même temps les thèmes religieux, sans disparaître, tendent à céder le pas à de notl"l'eaux arguments, de nature raciale. Le fait d'être juif est imputé à tare, y compris à ceux qui ont rejeté totalement la religion de leurs ancêtres. Le juif devient traître par essence: tels sont les arguments mis à jour par l'affaire Dreyfus et repris entre les deux guerres mondiales par l'hitlérisme. Mauvais Françai;, mauvais Allemand. le juif devient, au lendemain de la première guerre mondiale « agent du bolchevis1l1e international » en même temps que du judéocapitalisme ». C'est ce processus qui reml compte de l'acceptation des lùassacres hitlériens par de larges secteurs de J'opinion publique. r Une inlassable éducation Cette vue rétwspecti ve, fragmentaire et incomplète, a mis en évidence la profoncleur de l'antisémitisme chrétien et, si l'on ose dire, son renouvellement dans le cadre des structures concurrentielles des sociétés modernes. Renouvellement, mais non relais. Il subsiste en effet dans l'attitude mentale des antisémites du XIX" et du XX· siècle, bien des moti,·ations élaborées par le christianisme et que son enseignement et sa liturgie ont longtemps continué à transmettre malgré de récents et remarquables progrès. On peut admettre qu'un tel cnracinement doit sa force ù la permanence des divisions sociales: l'antisémitisme manifeste, C011lme l'a écrit Jean-Paul Sartre « la séparatio1l des h01Jlmes et lellr isolement Ol~ sein de la COlllllllll/.OlIté ». La fixation cles déchirements nés de ces divisions s'est faite en Occident sur les juifs, dans les conclitions historiques concrètes que nous avons rappelées; ·mais en son fond, C011lme tout racisme, l'antisémitisme est le témoin cie notre aliénation. Celle-ci a quelque chose cie si profond qu'il ne suffit pas, pour qu'eJle disparai sse instantanément des consciences, que soient jetées les bases d'une société sans classes. Une inlassable éducation antiraciste, une législation sévère condamnant toute manifestation d'antisémitisme, peuvent dès maintenant le faire reculer jusque dans nos sociétés divisées. 1,a transformation des structures sociales, en se greffant sur de telles mesures, crée les conditions fondamentales pour que disparaisse radicalement l'antisémitisme. Ce serait ne pas tenir compte des leçons de ces dernières années que de croi re à l'immédiateté de son déclin et de re];îcher notre . vigilance. Madeleine REBERIOUX.

Notes

<references />