Droit et Liberté n°343 - novembre 1975

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Editorial: Appel (congrès)
    • Vos droits, vos libertés: des familles comme les autres par Me George Pau-Langevin
    • Un lourd tribu par J-P. R
    • Enfants de migrants: un problème européen dossier du C.L.E.P.R. (voir aussi correctif n°344)
    • Sionisme et racisme: le MRAP prend position
    • Une bombe pour l'apartheid par Racine Maiga
    • Points chauds: Namibiennes à Paris
    • Peuple du monde: critique de "l'encyclopédie Alpha des peuples du monde" par Jean Guiart

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

COURRIER Bienvenue ! j'aimerais beaucoup aider le M. R. A .P. , mais je n'ai que 17 ans, vis à la charge de mes parents et ne peux vous donner de l'argent. Par contre je peux distribuer des tracts, etc ... J e suis aussi intéressée par l'activité de votre commission pour la campagne en faveur des Rosenberg. Hélène CUERQ Paris 15e Un racisme plus ou moins conscient Membre du M. R .A. P. et lecteur de (r Droit et Liberté )), antiraciste écoeuré par tout ce qui se passe, je tiens à vous jatre parI ae ceci : un meneur de jeu d'Europe 1 se croit obligé, pour amuser ses auditeurs, d'imiter l' rr accent arabe y) . Il p rend ainsi la responsabilité de rr distiller )) et de renforcer un racisme Plus ou moins conscient, comme d'autres se moquent et ridiculisent la musique arabe. J e souhaiterais que vous vous adressiez à qui de droit pour faire cesser cet état de chose. M . Christian MARICOURT Levallois Mon gendre est raciste A 84 ans, mon chagrin est immense de découvrir mon gendre raciste. Sa fi lle a fait la connaissance au lycée d 'un jeune sportif noir de la Martinique. Dé.li rallt .\1' Il/aner, ma petite-fille a fait part de ce projet à son père. Mon gendre apprenant que le Jeune homme est noir est entré dans une violente colère et a mis sa fi lle à la porte de la maison, refusant de la revoir à jamais. Nous ne voyons Plus celle petite que nous aimons tous et ma propre fille qui n'est pas raciste, doit vivr!' "lIlùltl'llant avec son éPoux raciste . Quelle si/uation l MmeP ... Pour connaître les migrants Infirmière dans un hôPital parisien où il y a p lusieurs services de maladies tropicales,je suis stuPéfaite de la méconnaissance du personnel 2 AU SOMMAIRE l'événement Le Congrès .............................................................................................. . p. 4 vos droits, vos libertés Des familles comme les autres? Un lourd tribut......................................................................................... p. 8 dossier Enfants de migrants : un problème européen ........................................ p. 9 points chauds Une bombe pour l'apartheid................................................................. p.20 Namibiennes à Paris ..............•.....•...............•.....•.......•..... _.................... p.21 la terre est ronde « Peuples du monde Il............................................................................. p. 24 Et nos rubriques habituelles ... Photos de couvertu re: Droit el Liberté et Jean Texier des problèmes des migrants. j'aimerais donc jaire une vente militante de votre livre rr La santé des migrants )). Vous trouverez ci-joint un chèque de 1 00 F pour 5 exemPlaires de ce livre et 1 exemPlaire de « Nous sommes vos fils )). « La castagne» M.- H. MARZIN Aubervilliers Le 26 septembre vers 18 h 45, j e me trouvais, avec mes deux enfants devant le commissariat de police de Brunoy. Un agent, très Pâle, énervé, maintenant un jeune migrant est passé devant moi en le poussant brutalement dans le commissariat. L'agent dit à ses confrères: rr Dépêchez-vous, ça castagne là-ba:, )) (devant la gare située à quelques mètres). Trois policiers dont un noir se sont précipités et ont ramené un autre jeune migrant en le brutalisant, lui déchirant son pull, le frappant à la nuque et lui donnant des coups de pieds, tandis qu'il essayait de se protéger. La rue étant très fréquentée à cette heure-là, j'ai tenté de rassembler des témoins, mais en vain. j'ai donc pénétré à l'intérieur du commissariat pour demander des explications. Un homme en civil m'a mise dehors. La police a, dans ce cas, outrepassé ses droits. Elle pouvait avec sang-froid intervenir, pour faire cesser la bagarre entre ces jeunes gens. Elle a agi en réPrimant comme si elle était partie prenante dansl'alfaire. Pour venger qui .~ quoi ? Mme N OE Brunoy En période de chômage On dit : les Français ne veulent p as faire certains travaux. C'est un tort d'y voir une mauvaise volonté, une attitude raciste. La vérité est loin de cela, et pour moi c'est la suivante: passer dix, quinze ans de son jeune âge sur les bancs des classes à apprendre à lire, écrire, compter ne prédispose pas à faire certains travaux manuels mais un travail ôù ils peuvent emPloyer la Plus grande partie de leurs connaissances. Ce n'est pas du racisme mais une utilisation raisonnable et raisonnée des connaissances de chacun. Les emPlois manuels, pénibles peut-être mais utiles, sont la chance des immigrés /. . ./ Le fait de réserver en période de chômage des emplois en priorité pour les Français n'est pas forcément une mesure raciste, mais a été prise pour éviter une hausse du racisme. N .D.L.R . Mme L. CANTEREL Gagny Il ne fa ut pas dire « Les Français ne veulent pas faire certains travaux» mais plutôt « personne n'aime fa ire certaillS travaux » ; surtout s'ils sont mal payés. Or il est sùr que l'on préfère bien souvent faire faire à des manoeuvres et des O.s. des taches abrutissantes et pénibles q ue le développement technique permettrait de mécaniser. Pourquoi ce choix? parce qu' il est plus « rentable» du point de vue de ceux qui en bénéficient. C'est aussi pourquoi ra formation professionnelle pour les travailleurs immigres est quasiment nulle. En ce qui concerne le chômage, le scandale vient de ce que 1'« ordre économique mondial » entraîne la migration oe millions de travailleurs lorsque cela peut rapporter, et J,u'on les renvoie ilès que fes impératifs du profit changent. Considérer certaines catégories d'hommes comme de simples machines à produire dont la vie personnelle n'a aucune importance, n'est-ce pas aussi du racisme? sJaroit'& I1berté MENSUl!:L UO, rue Salnt-Deula. hrIII ,Je) ra 231.09.5' - C.C.P. Park ........ • Directeur de la pubUcatton : Alber•t L EVY • Rédaction: Jean-LoUÙI SAGOT·DUVAtJROUX . Laelly THlPIJAlNE • Publicité : au dèp du journal • ABONNEMENTS .Unan:40F • Soutien : 108 F Antilles, Réunion, Maghreb, AfrlGue francophone, Laos, cambodge. !fouyelle oaltk!.on1e : 40 JI. Autres pays : 55 P. Changement d'adresse : 2 P. • • éditorial • APPEL Les 29 et 30 novembre 1975, se ti endra à Pari s, le Congrès du Mo uvement contre le Racisme, l'Antisémi tisme et pour la Pa ix (M.R.A. P.). Sur la base d 'une enquête approfo ndie, les do nnées présentes d u racisme et de la lutte anti raciste en France y seront analysées. Le racisme - qu'il convient de condamner en tous lieux et sous to utes ses formes - est auj ourd'hui, dans notre pro pre pays, une réalité préoccupante. Préjugés quo tidiens, campagnes insolentes o u feutrées de journaux et d'ouvrages dont le tirage global reste impressionnant; graffit i xénophobes, antiarabes ou antijui fs proliférant sur les murs; di scriminations dans l'emplo i, le logement o u les droits sociaux; brimades et injustices de toutes sottes visant les travailleurs étrangers: nombreux sont les fa its qui témoignent, autour de nous, de la gravité de ce mal. Il se traduit aussi, dans le climat actuel de violences et d'in sécuri té, par la fréquence sans précédent des attentats, agressions et meurtres d' in spira tio n raciste. La cr ise économique ri sque d'aggraver encore le racisme et l'antisémiti sme. C'est COntre les immigrés q ue s'exercent en premier lieu les pressions, l'arbitraire et les mesures d' intimidation . La tenration est fo rte de détourner l'attention et le mécontentement conrre certain s gro upes ethniques, présentés comme les principaux responsables des diffi cul tés communes. Cependant, la résistance au racisme se fait de plus en plus active. La dénoncia tion des crimes qu' il engendre, la réfutation des mensonges qu' il répand, les gestes de solidarité et de frate rni té avec ses victimes ill ustrent, dans tous les milieux, une volo nté cro issante de s'y opposer. Beaucoup prennent conscience que le racisme représente un danger concernant chacun de nous pour le présent et l'avenir. Travailleurs et étudiants, enseignants et chercheurs scientifiques, jo urnalistes et écrivains, artistes et créateurs, hommes et femmes de to utes origines, de to utes confess ions et o pinio ns, contribuent avec efficacité à l'action qui se développe. Il reste to utefois fort à faire. Le Congrès du M.R.A.P. sera une étape importante de la mo bilisatio n, de la concertation indispensables, par-delà la diversité des optio ns et des appartenances. Tous ceux qui agissent et entendent agir pour écarter de nous la ho nte et la barbarie du racisme se doivent de concourir au succès de ces ass ises na tionales. Pierre PARAF, présidenl du M. R.A. P. Bâtonnier Paul ARRIGHI; Robert BALLANGER, déPuté; J ean -Roger CAUSSIMON, auleur-composileur; Henri DES OILLE, professeur honoraire à la Faculté de Médecine de Paris; Henri DUTILLEUX, composileur; pasleur André DUMAS; Pierre JOXE, déPuté; Alfred KASTLER, Prix Nobel, membre de l'Académie des sciences; Michel LEIRIS, écrivain; Albert LEVY, secrétaire général du M.R.A.P. ; Gérard LYON-CAE ,professeur à l'Universilé de Paris; Albert MEMMI, professeur à l'Université de Paris; Robert MERLE, écrivain, Prix Goncourt; Théodore MONOD, membre de l'Inslitut; Charles PALANT, vice -présidenl du M.K A.P.; J ean PICART LE DOUX, arl!ste-peinlre; abbé J ean PIHAN, vice-président du M. R.A.P.; Emile POLLAK, avocal; Paul PREBOIST, comédien; Mgr Guy RIOBE, évêque d'Orléans; Raoul SANGLA, réalisateur de Télévision: Laurent SCHWARTZ, mathématzcien; Francesca SOLLEVILLI;:, chanteuse; Alain TERRENOIRE, député, membre du Parlement euroPéen; Mme la Générale Paul TUBERT ; VERCORS, écrivain; Mme Jacqueline VICTOR-BRAUN ER; Pierre WERTHEIMER, professeur honoraire à la Faculté de Médecine de Lyon. 3 • l'événement • LE CONGRÈS A 9 heures du matin, le samedi 29 novembre, les quelque 300 délégués et invités venus au congrès du M.R.A.P. entreront dans la salle Cadet-Lafayette, au centre de Paris (1 J, pour deux journées d'intense travail. Ce congrès a un double objectif : établir le bilan du racisme et de la lutte antiraciste en France; élaborer, pour la prochaine période, des formes d'action d'une efficacité accrue. Grande est donc la responsabilité des participants. Ce qui unit ... Qui sont-ils? Venus de toutes les régions de France, extrêmement divers par leurs appartenances sociales, leurs activités professionnelles, leurs conceptions politiques, philosophiques ou religieuses, qu 'ont-ils en commun? ... On doute parfois, hors du M.R.A.P., et même en son sein, que l'union entre des gens aussi différents soit viable. On la nie, à moins qu'on ne la présente comme un handicap. D'aucuns S'lnterrogent : pour s'entendre si bien, les militants, les dirigeants du M.R.A.P. ne seraient-ils pas, en fait. tous du même « bord» ? ou alors, certains ne seraient-ils pas dupés, manipulés par un groupe dominant? Le « secret» de cette libre cohabitation est pourtant facile à découvrir. Il tient en un mot: action. Ce que les militants, les dirigeants du M.R.A.P., les délégués à son congrès, ont en commun, c'est la volonté de combattre et de vaincre le Le drame toute l'année 4 La liste des attentats est longue et il nous est impossible de la reproduire in extenso. Nous prendrons donc pour chacun des dix mois de l'année qui se sont écoulés une agression ou un meurtre à caractère raciste, illustrant la montée de la haine raciale et l'insécurité croissante des étrangers dans notre pays. Janvier. - Alberto Videïra, 25 ans, de nationalité portugaise eSl relrouvé pendu dans la cellule de la prison où il est interné. A l'autopsie, il se révèle qu'il est mort d'une hémorragie interne (le 3). Février. - Au Bar « le Thélème» à Paris, à l'occasion d'une action de la brigade anti-gang, deux avocats, Maîtres Oussédik et Benachénou, font l'objel d'une véritable ralOnnade. Momieur Benachénou c,t grièvelllent hkw' (le 23 ). Mars. - Dans la nuit du 18 au 19 mars, Monsieur Laïd Moussa est innocent, eSl retrouvé « pendu » à la prison de Fleury-Mérogis. Il avait les circonslances alténuantes les plus larges dans l'affaire qui l'y avait entraîné. Avril. - Le 29, Alain Khetib, prévenu innocent, est relrouvé « pendu » à la prison de Fleury-Mérogis. Il avait déclaré peu auparavant qu'il était optimiste, certain d'êlre relaché rapidement. Sa famille n'aura pas le droit de voir le corps. Mai. - A MOllligny en Morvan (Nièvre), Monsieur Ahmed Larbi si Handi est agressé par deux hommes au cours d'un bal et battu à mort (le 24). Juin. - Le 6, à Toulouse. un travailleur algérien, Belkacem Aouamri, est abattu de deux balles de revo lver dans B o .: 0.. racisme. Sans défaillances et sans concessions, lucidement. Voilà sur quoi se fondent leur rencontre, leurs débats, leurs décisions et leurs réalisations. Ils ont des vues divergentes, voire opposées sur de nombreux problèmes? Sur le racisme lui-même - ses origines profondes, les conditions de sa disparition totale - leurs analyses ne concordent pas toujours? C'est précisément la raison d'être du M.R.A.P. que d'assembler, la têle par un patron de café. La \'l'rsion du meurtrier (légitime défense) est contredile par tous les témoins. Juillet. - Le 29, à Obernai, après une altercation dans un bal le dimanche précédent, des hommes armés de carabines el de gourdins organisent une expédition punitive contre des travailleurs algériens attablés devant un café. Aucun n'était impliqué dans l'altercation; l'un d'entre eux est dans un état grave. Août. - Monsieur Djellali Baghous, 28 ans, Algérien, est mortellement frappé, le 16, dans un d~ncing de l'Oise par un préposé à la surveillance, lutteur professionnel. Septembre. - Durant la nuit du 13 au 14 seplembre, à Strasbourg, attentat contre l'Amicale des Algériens en Europe. Octobre. - Le 12, un ouvrier portugais, M. Dos Santos Videïra, gardien d'un chantier à Saint-Denis, voit plusieurs individus se débarrasser du cadavre d'un Algérien. Ceux-ci l'aperçoivent et le tuent à coup de hache. ~ malgré tout. leurs efforts, de faire en sorte que le combat antiraciste ne se mène pas en ordre dispersé. L'essentiel est que tous agissent au coude à coude dans des situations concrètes, pour faire cesser les manifestations actuelles du racisme et supprimer ses causes flagrantes. Dès lors, loin de gêner le M.R.A.P., la pluralité l'enrichit. le renforce. Plus : le patrimoine de pensée et d'action communes qu'il accumule ainsi et met constamment à l'épreuve, revient à tous ceux qui veulent s'opposer au racisme, au M.R.A.P. ou ailleurs, avec ou sans lui ... Enquête: premiers résultats Attachés, donc, à mieux connaître la réalité qu'ils affrontent, les participants au congrès disposeront d'une masse d'informations sur le racisme en France. D'ores et déjà, l'enquête lancée par le M.R.A.P. en septembre dernier, offre une abondante moisson de faits - certains très graves - et révèle par maints exemples, émouvants ou révoltants, les préjugés mêlés à la vie quotidienne (2). A cela s'ajouteront les observations, des militants et des porte-paroles des comités locaux, des invités à titre individuel et des représentants d'associations. Il y aura fort à faire pour réaliser la synthèse de cette docu mentation vivante. On peut prévoir que l'enquête aura des suites après le congrès, car celui-ci ouvrira de nouvelles voies à l'exploration entreprise, et l'étude à effectuer sur cette base nécessitera sans nul doute un travail prolongé. Au vu des premiers résultats, constatons pour l'instant qu'ils confirment l'appréciation faite par le Conseil National du M.R.A.P. au début de cette année, corroborée mois après mois par « Droit et liberté» : le racisme prend aujourd'hu i, en France, des proportions alarmantes; produit vénéneux de la crise économique, il vise aussi bien les juifs que les Maghrebins, les noirs que les étrangers dans leur ensemble, les gitans et Tziganes, et cela concerne tous les Français; dans ce contexte, on ne saurait se satisfaire de l'attitude présente des pouvoirs publics face à ce grave problème. Autre constatation, non moins importante: l'opposition croissante au racisme, dans tous les milieux ~ que le congrès prendra aussi en compte. Les réponses à l'enquête mettent en lumière de nombreuses initiatives, profondément encourageantes, d'individus, de groupes, d'associations. Le M.R.A.P. peut et doit s'en ~ (1) 16, rue Cadet, Paris - g'. (2) Le texte de cette enquête, publié dans « Droit et Liberté» (septembre) est tiré à part, il peut être eovoyé sur simple demande. DROIT ET LIBERTE - N° 343 - NOVEMBRE 75 Parce qu'ils voyagent Vivre humainement ... « / .. ./ Les agressions, cambriolages et autre.' méfaits du même genre sont L'oeuvre la Plupart du temps de forains et nomades siLLonnant la campagne à la recherche de leurs futures victimes. )) Recevoir de telles indications de la part d'un commandant de brigade de gendarmerie, c'est un gage que les discriminations dont sOnt victimes les gens du voyage sont encore loin d'être efficacement combattues comme en témoignent les difficultés persistantes en ce qui concerne le stationnement des caravanes à Rennes, à Lille ou ailleurs. Que dire également de la « mort accidentelle » de Monsieur Lagrené, arrêté pour vol le 6 janvier, reconl1u le 9, à l'hôpital, dans le coma et la face ensanglantée. Son épouse et les quatre orphe- ' lins ne seront prévenus que 5 jours plus tard. Et pourtant, à la convention mondiale tenue par les Gitans à Ennordres, ils étaient 8 000 à prouver l'intérêt qu'il y aurait à une meilleure connaissance de leur riche tradition culturelle. Une agression et ses suites Le Creusot, avril 75, un travailleur algérien se fait agresser lors d'un bal par plusieurs individus. Traumatisme crânien, éclatement du Foie mettent Monsieur Kader Touam entre la vie et la mort pendant plusieurs jours. Madame Touam se rend alors à la gendarmerie accompagnée de témoins pour déposer une plainte, mais on refuse catégoriquemem de l'enregistrer et il faudra l' intervention du consulat d'Algérie pour que quinze jours plus tard, les dépositions de Monsieur Touam et des témoins soient effectivement prises en compte; il faudra du reste revenir à nouveau car les premières dépositions sont Faites de telle sone que le nom des agresseurs, pourtant nommément dénoncés, n'y figurent pas. Mieux, monsieur Silberstein, secrétaire du syndicat F.O., dénonce dans un communiqué le componement pour le moins curieux de la gendarmerie et nomme les trois agresseurs reconnus par les témoins; c'est alors lui qui se fait incul per pour diffamation; jugement est rendu, le condamnant, sans qu'il soit présent, ayant été prévenu trop tard, et sans que les personnes désignées aient été interrogées. Pendant ce temps, seul un des trois agresseurs reconnus par les témoins fait l'objet d'une inculpation. Une telle impunité donnée aux racistes ne pouvait qu'encourager d'éventuels disciples; quelques mois suffirent pour que ces encouragements se matérialisent. Le 3 août un jeune Algérien traversant une pelouse privée pour abréger sa route reçoit une volée de plomb de chasse qui heureusemônt (si l'on peut dire) ne l'atteint qu'au poignet. Un comité du M.R.A.P. se constitue dans la ville; espérons que son action avec l'aide de toutes les personnes de bonne volonté, pourra rendre à la ville un climat de tolérance qu'elle n'aurait jamais dû perdre. 5 faire l'écho, pour favoriser leur multiplication; il peut et doit aider à les coordonner dans toute la mesure du possible. Aujourd'hui plus que jamais, ses structures organisées (comités locaux, bureaux publications, militants permanents) peuvent et doivent offrir un concours, un accueil à tous ceux qui agissent ou veulent agir contre le racisme sous quelque forme que ce soit. La dimension internationale Après la présentation des rapports des comités locaux et un premier échange de vues entre leurs délégués, le congrès entendra, au début de l'après-midi le rapport du Bureau National sortant. Puis, se réuniront les quatre commissions dont les débats - jusqu'au dimanche à 10 heures - porteront à la fois sur l'analyse de la situation et sur les modalités de la lutte. Elles formuleront des conclusions, des suggestions selon l'objet de chacune : lutte contre le racisme dans l'entreprise et dans la ville; action judiciaire; action à l'école et à l'Université; rôle des mass media. Bien entendu, la dimension internationale ne sera pas absente du congrès. C'est pour le M.R.A. P. une préoccupation constante que de dénoncer en toute indépendance le racisme partout où il se manifeste, sous tous les cieux comme sous tous les régimes, et de soutenir activement les hommes, les peuples qui combattent ce fléau. Depuis qu'il est doté du statut consultatif auprès des Nations Unies, ses relations se sont resserrées avec des organisations qui partagent ses objectifs dans d'autres pays : celles-ci seront représentées au congrès. Cette rencontre sera une étape nouvelle vers le renforcement des liens et de la coopération des antiracistes par delà les frontières. Au terme de ces deux journées bien remplies, il restera aux délégués le devoir d'élire les instances dirigeantes du Mouvement

Conseil National et Bureau

National; d'examiner un projet de modification des statuts; d'adopter les résolutions, les conclusions de leurs travaux. Toujours, un congrès est une date importante pour un Mouvement. Compte tenu des circonstances dans lesquelles il se tient, des exigences de l'heure, du courant qui s'exprime partout en faveur de la lutte antiraciste, le congrès-1 975 du M.R.A.P. mérite sans doute plus que d'autres d'être suivi avec attention, et ses décisions seront d'une portée toute particulière. Le M.R.A.P. en sortira plus solide et plus ouvert à la fois, plus apte à accomplir sa mission généreuse. 6 Les vieux démons La montée du racisme, en France, aujourd'hui, prend des formes nouvelles mais les fondements de cette triste réalité restent les mêmes : rendre certains groupes responsables de ce qui ne va pas dans la société en jouant sur des réflexes nationalistes. Aussi ne doit-on pas s'étonner que le vieil antisémitisme connaisse également une recrudescence inquiétante. Dans le numéro d'octobre de Droit et Liberté nous notions un nombre important de faits antisémites; il faut ajouter à ceux-là les menaces qui pèsent sur la synagogue de Nice depuis qu'une lettre anonyme a annoncé qu'elle serait plastiquée et les inscrip- Dans une lettre adressée à des concierges portugais: « Vivement la guerre pour que vous fichier le camps, salles étrangers allée dans votre pays /. . ./ merde merde merde merde pour vos sales gueules /. . ./ faites pas chier les français bande de con )) (sic). « Défends-toi contre l'A VILISSEMENT ETHNIQUE. Tu as un héritage à revendiquer. L'aryen est fier, combatif; c'est un homme de clan, un homme d'honneur. /. . ./ Jeune français vomit le sémite ... )) C'est le contenu d'un tract distribué devant le lycée de Boulogne le 9 octobre. Sans commentaire. Un prénommé « Judas )) trouvant ce nom génant, en particulier pour ses connotations juives, en demande le changement. La Cour répond en déclarant notamment: « /. . ./ Si par le passé et dans des circonstances exception- Ils déménagent tions qui souillent régulièrement nos murs comme celles qui se trouvaient ces derniers temps dans les couloirs de la station de métro Réaumur-Sébastopol. Notre vigilance à cet égard doit rester grande, même si l'actualité a ouvert au racisme de nouveaux champs d'activité. Les vieux démons sont souvent les plus tenaces et l'histoire nous apprend à ne jamais les prendre à la légère. Chaque semaine, des personnes viennent au M.R.A.P. témoigner de discriminations antisémites dans la plus pure trad ition raciste, notre combat ne pourra cesser que le jour où ce mal aura totalement disparu. Le racisme ordinaire nelles des discriminations religieuses et des préjugés raciaux ont pu diviser les hommes, il n'en est plus de même en France actuellement à une époque où règne un esprit tglérant et libéral. )) Comme on voudrait vous croire, Monsieur le Juge! La propagande raciste assure la prospérité des affaires. Dans un certain nombre de pays d'Afrique sévit la mode du « Khessal )), dépigmentation de la peau par l'utilisation de certains produits du reste dangereux. Des bénéfices paraît-il fabuleux ... Mais il a fallu des Des camions délabrés chargés de meubles déla déménagent. Non pas dans l'éclat dénonciateur de l'aube mais dans l'ombre complice du soir. Les yeux baissés, le coeur lourd de honte ils prennent la route, arrachés à leur souche par des lois qui les châtrent. Ils déménagent. Des hommes délabrés, aux rêves délabrés déménagent. Ils quittent le sol où les pères commémorent la naissance de leurs pères, et les fils, leur propre Ils vont vers des ghettos de couleur, noirs et poches de désespoir et de révolte. Ils vont vers des cercueils de béton plantés dans où leur vaine rage s'embrasera, puis tombera en Ils déménagent. Poème de James Matthews, tiré du livre « Poètes noirs d'Afrique du Sud» édité par Présence Africaine. Nées pour se comprendre. décennies de rapports inégaux imposés par la colonisation pour arriver à une telle aliénation. Lorsque Monsieur Alex Biscarre du conseil de Paris signale que les auteurs de films pornographiques « sont rarement des français )) après avoir déploré l'importance de la population immigrée dans la capitale, a-t-il vraiment pour but de protéger l'emploi et la moralité? A vous de juger. La fatalité? Deux hommes, deux ouvriers rentrent de l'usine exténués, mais quand on est marocain en France, rentrer chez soi c'est la plupart du temps retrouver la misère d'un logement bien peu digne de ce nom. Après avoir allumé un poêle à charbon de fortune ils s'endorment; ils ne se réveilleront pas, asphyxiés par l'oxyde de carbone. Dans le Haut Rhin, en 1975, en France. Alors, la fatalité? Une fête fraternelle Nous avons déjà bien souvent parlé des conditions de logement des travailleurs immigrés et les lecteurs de Droit et Liberté ont pu suivre la lu tte du foyer de la Sonacotra à Saint-Denis. DROIT ET LIBERTE - N° 343 - NOVEMBRE 75 CONTRE-OFFENSIVE Il travaillait pour nous La ville voulait s'embellir, elle voulait avoir des possibilités nouvelles de se distraire, de s'instruire. Beaucoup travaillaient à cela, certains auraient leur nom écrit quelque part sur le bâtiment; d'autres passeraient sans plus de traces que les pierres anonymes pour vaquer à d'autres tâches. Un pourtant n'ira plus nulle part, il est mort il ya un an, à Mâcon. C'était sur le chantier du Centre d'animation culturelle. Il se nommait Daami Moshen, Tunisien, et pas même une ligne dans les faits divers. Des hommes et des femmes pourtant n'ont pas voulu que son nom soit oublié, un comité du M.R.A.P. s'est formé et a demandé que le jour du concert d'inauguration, une minute de silence soit observée à sa mémoire. Et cette reconnaissance leur paraît naturelle. Cette lutte qui continue malgré les tentatives d'intimidation et en tout premier lieu l'expulsion de 12 locataires après la décision de la Cour d'appel, comporte des aspects particulièrement réconfortants. Depuis le début les habitants de la cité Allende ont soutenu l'action de leurs voisins contre la Sonacotra. Le 12 octobre, les résidents ont organisé un grand couscous de l'amitié. Plus de 800 personnes étaient venues, tant pour le plaisir de se rencontrer que pour manifester leur solidarité, à cette fête chaleureuse et fraternelle qui a duré tout l'après-midi. Les représentants de Le public contre l'apartheid Les lecteurs de Droit et Liberté connaissent les raisons qui rendent si difficiles l'information sur l'Afrique du Sud, et en premier lieu, des rapports économiques qui sont la honte de notre pays. Mais lorsqu'ils ont la possibilité d'être informés, les Français réagissent d'une façon plus conforme à nos traditions nationales. C'est ce que prouve l'extraordinaire affluence qu'ont connu les débats organisés par le M.R.A.P. au Studio St Séverin, après la projection du film « La dernière tombe à Dimbaza )J. Un public scandalisé, un public prêt à agir. A Versailles Plusieurs élèves de l'école N.D. du Grandchamp se sont adressés au M.R.A.P. pour y obtenir des renseignements sur le racisme; ils comptent faire une campagne dans leur école contre ce fléau. C'est ainsi qu'ils projettent de monter une pièce de théâtre présentant les conditions de vie en Namibie. Multiplier de telles expériences, les faire connaître, c'est concrètement préparer pour demain une France sans racisme. plusieurs organisations étaient présents, et purent assister au spectacle de danses et de chants d'Algérie et d'Afrique Noire. Beaucoup d'intérêt de la part du public pour cette partie culturelle qui se manifesta par des applaudissements et .. . une solide aide matérielle. Vers le soir, le comité local du M.R.A.P. projeta un film sur les problèmes des travailleurs migrants qui permit d'entrer plus à fond dans la connaissance de cette question. Une bien bonne journée, une preuve de plus qu'un fort courant antiraciste peut se créer et donner à la France le visage de l'hospitalité, d'une hospitalité réciproque. 7 • vos droits, vos libertés • Des familles comme les autres Succès lort appréciable mais pour les familles algériennes, portugaises ou autres, à quand l'attribution d'un titre de réduction? Me George PAU-LANGEVIN o Un arrêt rendu par la Cour de justice des Communautés européennes le 30 septembre 1975, fait franchir une nouvelle étape à la lutte que mènent sans désemparer les immigrés et les organisations démocratiques en vue d'assurer à ceux-ci une meilleure égalité de droits, notamment dans le domaine social. ë Le droit de travailler ... dangereusement. 5: Il a fallu une longue bataille de procédure pour que soit reconnu aux travailleurs de la C.E.E. le droit à la carte de réduction pour familles nombreuses, comme ce fut le cas pour l'allocation de bourses d'études à leurs enfants. En l'espèce, la veuve d'un travailleur italien décédé en France en 1968 des suites d'un accident du travail, réclamait pour elle-même et ses quatre enfants l'attribution d'une carte de famille nombreuse, ce que la S.N.C.F. refusait, au motif que cet avantage était réservé aux familles françaises. Soutenue par la C. G.T., devant le Tribunal de Grande Instance de Paris, celui-ci adopta la thèse de la S.N.C.F. Mais la Cour d'Appel de Paris, par arrêt du 14 mars 1975, décida de saisir la Cour de justice des Communautés du point de savoir si la carte de réduction pour familles nombreuses constituait un avantage au sens de l'article 7 du règlement du Conseil des Communautés Européennes, en date du 15 octobre 1968. Cet article, institue la libre circulation des travailleurs à l'intérieur de la Communauté, interdit pour ceux-ci toute discrimination fondée sur la nationalité. Or ici , le fait d 'attribuer ou non aux familles nombreuses une carte de réduction selon qu'elles ont ou non la nationalité française, constituait aux yeux de la demanderesse une telle discrimination. C'est en ce sens que la Cour de justice a statué. Par suite, la S.N.C.F. devra attribuer cette carte de réduction aux familles de travailleurs migrants originaires de la C.E.E., ce qui semble pourtant tout naturel. 8 UN LOURD TRIBUT Qu'un cadre d 'entreprise SOit lI1carcéré parce que considéré comme responsable d'un accident du travail et l'on s'aperçoit aussitôt que ce mal existe et qu'il tue. Pourtant un travailleur sur dix est victime chaque année d'un accident du travail: en 1973, 1 137 840 accidents du travail avec arrêt dont 115563 graves et 2 242 mortels. Les statistiques publiées chaque année par la C.N.A.M. (I) montrent que les travailleurs immigrés sont plus durement touchés par ces accidents que leurs camarades français: alors qu'ils representent 9,4 % des effectifs, ils constituent 22,4 % des accidfnt~ avec 'arrêt et 21,7 % des accidents graves. Des explications s'imposent. Au niveau de la prévention des accidents, afin de rentabiliser immédiatement sa présence, le travailleur immigré, entièrement à la merci de l'employeur de par la législation, est souvent empêché de revendiquer par ses conditions de travail, par peur de perdre son emploi. Ceci est aggravé si les organisations syndicales ne sont pas implantées dans l'entreprise. Pourtant les immigrés ont montré dans des lutte- réC"ntes, combien ils attachent d'importance à l'amélioration de la sécurité en en faisant même souvent un objectif prioritaire (Eboueurs - Margoline, Pennaroya, General Plastic) . Notons que la plupart des régle- • ments de sécunte ... quand ils existent, sont rédigés en français ct donc hermétiques à la plupart des travailleurs immigrés. De plus il convient de constater que la main-d'oeuvre immigrée se concentre dans certaines grandes branches d'activité particulièrement touchées par les accidents du travail (ind ustrie automobile, bâtiment, travaux publics, industrie de transformations chimiques). Cette main-d'oeuvre surexploitée, est essentiellement soumise à des travaux d'exécution donc plus vulnérable: 2,5 % seulement des étrangers sont techniciens, employés ou agents de maîtrise (contre 14,5 % des Français) et la proportion se réduit à 0,4 % pour les ingénieurs et cadres (4, 1 % des Français). Cette hécatombe peut cesser, des solutions existent: - véritable formation professionnelle - mise en place d'un matériel adapté et en bon état de fonctionnement - respect des règlements de sécurité, mais aussi, amélioration des conditions de vie, notamment le logement car l'absence de véritable repos est déterminante en ce domaine. Alors, pourquoi ne pas prendre immédiatement les mesures concrètes qu'attendent l'ensemble des travailleurs fran çais et immigrés? J-P. R. (1) Caisse Nationale d'A55urance Maladie. ~~------29 mars 2011 à 14:37 (UTC)29 mars 2011 à 14:37 (UTC)--~. ENFANIS DE MIGRANIS: un problème européen CENTRE DE LIAISON DES ÉDUCATEURS CONTRE LES PRÉJUGÉS RACIAUX (C.LE.P.R.) DROIT ET LIBERTE - N° 343 - NOVEMBRE 75 Le C.L.E.P.R., dont on sait qu'il a consacré ces dernières années une grande part de ses recherches et de son action aux problèmes de la scolarisation et de l'éducation des enfants de migrants (cf. les Actes de notre Colloque de Marly des 16 et 17 mars 1974), ne prétend aucunement avoir le monopole de l'intérêt qu'il leur porte; il se félicite au contraire que leur importance soit de mieux en mieux perçue dans des cercles de plus en plus étendus; et c'est dans cet esprit d'ouverture et d'accueil que nous voudrions évoquer ici quelques unes des études parues à leur sujet depuis le début de l'année 1974, et tâcher d'en tirer notre profit. 9 Nous nous proposons d'insister surtout sur la plus ample d'entre elles, parce qu'elle nous donnera l'occasion de situer pour la première fois ces problèmes à leur véritable échelle, qui est européenne (il y a plus de trois millions d'enfants étrangers dans l'ensemble des pays européens); il s'agit du livre : « Les enfants de travailleurs migrants en Europe », publié aux Editions sociales françaises par le Centre international de l'enfance, sur la base des travaux d'un Colloque international organisé par ce Centre à Paris du 19 au 22 mars 1973, c'est-à-dire presque exactement contemporain de notre propre Colloque de Marly; le livre est présenté par M. Alain Girard et a été rédigé par M. Yves Charbit. sociologue, membre du M.R.A.P., et dont je rappelle qu'il a largement aidé celuici à élaborer l'enquête lancée pour la préparation de son Congrès. Cependant et tout en mettant l'accent principal sur cet ouvrage, à la pagination duquel se rapportent celles de nos références qui ne portent pas d'autre indication, nous ne nous interdirons pas de confronter à l'occasion les données européennes aux données spécifiquement françaises, en utilisant à cet effet les études suivantes: « Hommes et migrations», nO 875 du 1.1.75, art. de P. Grange: « Audiovisuel, activités d'éveil, et scolarisation des enfants étrangers ». « L'Education », nO 231 du 16.1.1 975, art. de P. Grange: « Enseigner sans assimiler ». Dans le même n° de « l'Education », Janine de la Robertie : « Le thérapeute et l'immigré ». De la même, dans la même revue, n° 245 du 8.5.75 : « L'Enfant déraciné ». Dans « Le Monde de l'Education » de février 1975 : l'article d'André Meury : « Enfants d'immigrés », qui constitue à la fois un excellent résumé, exempt de toute complaisance, de la situation actuelle en France et un examen très documenté, et riche en exemples concrets, de quelques moyens d'en sortir. Le nO spécial de la revue « Education et Développement » : « Enfants de travailleurs migrants » (nO 1 01 de mai 1975). Trois articles de l'équipe du B.E.L.C. parues dans les numéros de « l'Ecole Libératrice » des 18.10.74, 6.6.75, 27.6.75. Le tout récent nO (9.10.75) de « Textes et Documents pour la classe ) : « Les travailleurs immigrés en France ». Nous nous référerons encore, concernant cette fois la doctrine officielle sur les objectifs et les réali sations, au « Courrier de l'Education », bulletin d'information du Ministère de l'Education Nationale, n° 8, du 28 avril 1975, pp. 4 et 5 : « Les enfants étrangers dans le premier degré ». C'est à ces divers articles que nous renverrons dans le cours de la présente étude. conditions de vie et scolarité Ce qui m'a frappé à la lecture du livre sur les enfants de travailleurs migrants en Europe, c'est d'abord que la condition des familles migrantes et de leurs enfants est décrite par les divers participants au Colloque (les principaux pays représentés étaient la France, la Belgique, la R.F.A., la Grande-Bretagne, la Suisse et la Suède) en termes non seulement voisins, mais presque identiques. Ils sont unanimes à noter (56) que « les populations migrantes sont doublement désavantagées: en tant que classes sociales particulièrement 10 défavorisées, et en tant que migrantes et déracinées ». De là, que les enfants se trouvent eux-mêmes « doublement handicapés : par leur appartenance aux classes sociales les plus basses, par leur non appartenance à la culture du pays d'arrivée» (75). Examinons successivement chacun de ces deux handicaps. En ce qui concerne le premier, l'accent est mis (par ex. p. 32 et 95) sur les conditions de logement si souvent déplorables (cf., pour la France, le livre : « Le logement des migrants », aux Editions « Droit et Une santé menacée ... Liberté n). L'incidence de ces conditions sur la santé des enfants (cf., aux mêmes éditions, le livre : « La santé des migrants ») est mise en évidence tou au long du chapitre 2. Retenons, parmi d'autres, cette précision apportée par M. Charbit (59) : en France, « en ce qui concerne les générations 1966-1970, les taux de mortalité infantile sont respectivement 18,35% (parents français). 31,3 % (parents algériens). 22,4 % (autres étrangers) ». Par ailleurs-et j'en viens au second « handicap» - Mme Rey (Suisse) note que l'enfant migrant est perpétuellement « déchiré entre deux cultures» (65) : celle du pays d'origine, celle, qu'on voudrait lui faire assimiler, du pays d'accueil. Comment. dans cette situation, ne serait-il pas malheureux, comment pourrait-il ne pas en être, plus ou moins profondément, traumatisé? Dans son excellente contribution, le Dr Berthelier (France) remarque (100) que, tandis que « l'adulte peut se protéger en utilisant ses propres défenses culturelles, l'adolescent, plus fragile, qui n'a encore réellement introjecté ni les défenses fournies par la culture maternelle, ni celles fournies par la culture du milieu d'accueil, est pour sa part une victime presque désarmée, vivant une agression permanente contre laquelle il peut être amené à réagir, soit par la fuite dans la maladie, soit par une révolte nihiliste ». Cette agression le trouvera d'autant plus désarmé que s'y ajouteront des réactions racistes - hélas trop fréquentes - du milieu que l'on appelle, souvent par antiphrase, « d'accueil », que la nouvelle société où il vit aura « tendance à se moquer de ses parents, ne les respecte pas ... , les loge mal, se contente souvent de les utiliser» (64, cf. 97 et 101). De telles réactions pourront l'atteindre et le poursuivre jusqu'au sein de l'école, qui devrait être un milieu préservé : c'est ainsi que M. Meury note avec tristesse (( Le Monde de l'Education n, p. 9) que « malgré sa vocation laïque l'école française n'échappe pas au racisme ». Plusieurs auteurs constatent la fréquence et la gravité des perturbations qui surviennent dans les relations familiales, confirmant sur ce point les observations faites par nombre de participants à notre Colloque de Marly. Le risque de ces perturbations est d'autant plus grand que la femme et les enfants ont été plus longtemps séparés du père et ne l'ont rejoint que tardivement: « La dislocation du noyau familial pendant une trop longue durée, non seulement entraÎne des difficultés psychologiques et physiologiques pour le couple, mais risque aussi de rendre les relations parents-enfants et plus particulièrement père-enfants plus difficiles ». (p. 141, dans le rapport de la com- DRO E ~ ........................................ .. Le refuge au sein de la bande. mission « adaptation sociale », animée par Y. Charbit (France) et A. Pollain (Belgique). Même en dehors de cette circonstance aggravante, et lorsque les familles ont été trop tôt réunies, les structures familiales se trouvent profondément altérées dès que l'enfant fréquente l'école: car, comme le note encore (99-100) le Dr Berthelier dans son intervention déjà citée : « l'adolescent migrant représente alors dans le milieu familial celui qui sait : il parle la langue du pays d'accueil, l'écrit, la lit, peut-être plus ou moins bien, mais en tous cas mieux que ses parents. Dès lors, il devient le porte-parole dans la vie de la cellule familiale et, à partir de là, se voit confier de facto un rôle de chef de famille ... , le père, s'il demeure nominalement le chef de la famille, n'est en réalité plus le maÎtre, effacé qu'il est devant son enfant. Dès lors se produit une véritable inversion des rôles et des statuts au terme de laquelle le père, dévalorisé et dépossédé, ne constitue plus une image possible d'identification; à partir de là s'explique le désarroi d'adolescents dépourvus d'une image paternelle satisfaisante, qui fuient leur angoisse dans des formations de substitution, parmi lesquelles le refuge au sein de la bande, avec ses risques permanents de délinquance et de conduites anti-sociales, occupe une place de choix» (cf. 62-63, la communication de M. Grange). Il est. enfin, inévitable que toutes ces mauvaises conditions de logement, de santé, d'équilibre familial se répercutent sur le travail scolaire, d'autant que s'ajoutent à tous leurs autres handicaps l'incapacité pour tous ces enfants de recevoir de leurs parents la moindre aide pour ce travail (56). Deux enquêtes, l'une belge, de Mme Pollain (66-68). l'autre française, de Mmes Gratiot-Alphandéry et Lambiotte (68-72) ont porté sur les retards scolaires qu'ils subissent. comparés à ceux qui affectent les autres enfants. Les auteurs de la dernière soulignent cependant que ces retards restent « comparables à ceux des enfants français des classes sociales les plus défavorisées ». Par ailleurs, la valeur du fameux Q.I., auquel on a beaucoup trop tendance à se fier, a été, pour d'excellentes raisons, mise en question et ramenée à sa juste mesure (98). 11 r;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;~---;:::::-:~--iiiiiiiiil--::--------;---':--:--:--:------':""'~o~r,dinaireS »; et M. Melli ng haus précise (89) qu'en R.F.A. les cours communs portent sur les matières artistiques et les travaux pratiques « qui n'exigent pas autant que les matières littéraires une connaissance certaine de la langue allemande )); en Suède selon Mme Rosengren (91), ils portent sur l'éducation physique et sur les travaux manuels. initier sans isoler Dans tous les pays européens qui ont à scolariser un grand nombre d'enfants de migrants, la nécessité primordiale et commune est naturerlement de les initier à la langue du pays d'accueil. Ils ont donc tous: sous des noms divers, l'équivalent de nos « classes d'initiation » ou de nos cou rs de rattrapage; le terme belge (78) de « classes d'accueil» est celui qui nous paraît le plus large, le plus ouvert, et par conséquent, le plus heureux. Il est bon de rappeler ici qu'en France le nombre de ces classes est grandement inférieur aux besoins. Le chiffre qui nous est donné, pour 1975, par le « Courrier de l'Education » est de 650. Or la revue « Education et Développement» (p. 12) estime, qu'à ce compte, et « à raison d'un maximum de 20 enfants par classe », seuls « 14 000 enfants étrangers reçoivent ainsi un soutien spécifique sur les 110 000 qui en auraient besoin ». La même revue note (p. 54) que dans un arrondissement comme celui de Valenciennes - « qui compte pourtant 1 0 % d'étrangers» - il n'y a jamais eu ni classe d'initiation au Français au niveau élémentaire, ni classe d'adaptation dans le 1 er cycle du secondaire. Ce que nous pouvons par contre en retenir - et qui est précieux - c'est un accord général sur les quelques points que voici, concernant la pédagogie qui devrait être - qui n'est, hélas, que trop rarement - celle des classes dites d'accueil. En premier lieu, il est souligné que ces classes - et c'est la raison même pour laquelle nous préférons les appeler classes d'accueil plutôt que « classes d'initiation au Français » (ou à toute autre langue) - ne sauraient être uniquement des classes de langage (75). C'est un point sur lequel a fortement insisté, parmi les participants français, M. Grange (84), Apprendre ensemble. mais aussi sur lequel il a plus explicitement encore justifié ses positions dans ses articles des revues « Hommes et Migrations» et « L'Education ». Il y montre que les petits migrants ne sauraient être vraiment motivés à l'apprentissage du Françis que si l'étude de notre langue leur est rendue vivante et attrayante tant par l'utilisation poussée des méthodes audio-visuelles que par le décloisonnement des disciplines et surtout par l'accent mis, dans le cadre du tiers temps et des activités d'éveil, sur l'observation et la connaissance du milieu de vie: « /1 devrait y avoir pour toutes les classes d'initiation une progression à peu près commune de sa découverte .' l'école, la rue, les magasins, la poste, le marché, le coiffeur, les moyens de transport; pour les adolescents .' le cinéma, les sports, le monde du travail, les métiers, la sécurité sociale, etc... : le milieu est prioritaire pour nos élèves étrangers, car c'est par lui que l'adaptation réussit ou échoue ». Au total, ce dont il faut se persuader, c'est que « les problèmes de la scolarisation des enfants de migrants ne se trouveront jamais résolus par un enseignement pur et simple de la langue française... si celui-ci ne s'inscrit pas dans un projet éducatif beaucoup plus global )) (M. Porcher, même revue, p. 74). Mme Pollain nous paraît, au nom de la Belgique, apporter sa pierre à l'édification de ce « projet éducatif global )) lorsqu'elle montre (79) que sa réalisation exige « la rupture avec un enseignement magistral, didactique, passif. verbal», l'emploi des méthodes actives, l'appel aux initiatives propres, individuelles, ou collectives (travaux d'équipe) des enfants. Signalons encore que les classes d'initiation et généralement les solutions de rattrapage linguistique n'ont pas été sans susciter diverses réserves (83) et que la crainte s'est faite jour qu'elles aboutissent, en isolant les élèves migrants de leurs camarades français, à créer de véritables petits « ghettos» scolaires (cf. « l'Ecole libératrice », n° du 6.6.75 : « Pour et contre les classes d'initiation »). Pour parer à ce danger, Mme Rey, (Suisse) signale (87) que dans son pays « ceux-ci suivent, dans la mesure du possible, dès la classe d'accueil, quelques cours dans les classes On estime, pour les mêmes raisons, 'il faut réduire au minimum la durée du séjour dans les classes d'accueil. M. Catalano, du Conseil de l'Europe, estime (77) que « les enfants de migrants doivent être intégrés aussi rapidement que pos- Initier les enfants étrangers à la langue et à la culture du pays d'accueil, ce n'est que l'une des tâches que l'école a à accomplir dans l'intérêt de ces enfants, l'autre - non moins importante - consistant à les mettre en mesure de garder contact avec la langue et la culture de leurs pays d'origine. On sait combien le C.L.E.P.R., particulièrement en son Colloque de Marly, a insisté sur ce point. Et il semble que ses efforts pour que cette seconde obligation soit reconnue au même titre que la première n'aient pas été tout à fait vains, et aient obtenu qu'elle soit en effet reconnue, au moins dans son principe, en haut lieu : on lit en effet dans le « Courrier de l'Education » (p. 5) que l'école a aussi le devoir d'« aider à maintenir une pratique de la langue maternelle et un contact avec la culture d'origine, sible dans le cycle normal de la scolarité prévue pour les autochtones ». Cette durée, d'ailleurs, ne devrait pas, selon Mme Rosengren (91), être fixée uniformément pour tous les enfants, « car les progrès de chaque enfant doivent être évalués individuellement, compte tenu de son âge, de son éducation antérieure, de sa langue maternelle, etc. ». Pour faciliter l'insertion des enfants étrangers à la sortie des classes d'accueil dans les classes normaleset particulièrement à l'intention de ceux chez lesquels la maîtrise de la langue du pays d'accueil ne serait pas suffisante à l'issue de ces classes - la commission « scolarité » prévoit (140) « des cours de perfectionnement linguistique, concernant notamment le maniement de la langue écrite ». Dans le même esprit, nous retiendrons encore les justes exigences formulées par le Dr Berthelier, qui demande (98) que « le milieu scolaire, pour lequel la non-maÎtrise du langage fait figure de déviance, devienne plus tolérant aux retards d'acquisition scolaire » et que soit en particulier « modifié en faveur des migrants le système trop rigide et absolu» des limites d'âge. préserver les culIUI es d'origine afin de sauvegarder /'identité culturelle de l'enfant de migrant et de permettre son retour éventuel au pays ». La conclusion de l'ouvrage est fort nette : « /1 ne s'agit pas d'assimiler ou d'intégrer les minorités migrantes et il faut éviter de les déculturer » (128). Dans cette voie de la préservation de la langue et de la culture d'origine, c'est la Suède qui paraît s'être engagée le plus avant. Ses représentants soulignent qu' « une solide maÎtrise de la langue maternelle » doit être assurée pour deux raisons essentielles dont l'une est que « le migrant peut décider de retourner dans son pays» et dans cette hypothèse « ne doit pas être handicapé par son séjour en Suède », la seconde, que cette maîtrise est « une condition préalable à l'acquisition d'une seconde langue» (26 et 92). Animées de cette conviction, les autorités universitaires de GCiteborg (il faut rappeler ici qu'une très large mesure d'autonomie est laissée en Suède aux autorités régionales ou locales) ont donc décidé que l'enseignement scolaire serait « donné à la fois dans la langue du pays d'origine et dans la langue du pays d'accueil » : tandis que « l'apprentissage du suédois se fait systématiquement à l'occasion d'une initiation aux différents aspects de la vie quotidienne, l'enseignement des mathématiques ou de la physique ... est fait dans la langue maternelle pendant un certain nombre d'heures par semaine, réparties sur toute la scolarité» (139). Il en est d'ailleurs de la langue maternelle comme de la langue du pays d'accueil: pas plus que celle-ci, ~ 12 DROITETLIBERTE-N°343 - NOVEMBRE7 ~5 ____________________________________ ~ _____________________ ___ 13 elle ne saurait être isolée de son contexte culturel, et, au-delà de la langue, ce sont les valeurs culturelles dont elle est le véhicule qu'il s'agit de préserver (1); et voici, toujours en Suède, d'après l'exposé de Mme Heymann (106) com ment on s'y prend à cette fin: « Quand nous avons des enfants de migrants dans des foyers d'accueil après la classe, nous organisons un programme national, qui peut être )) (( le Jour de la Grèce )), (( le Jour de la Turquie )), etc. : tout est fait avec l'aide des parents et des enfants grecs ou turcs: tout, c 'està- dire les habits, la nourriture, les jeux, les chants... Enfants comme parents se sentent considérés; pour une fois il est possible d'aider les enfants à être fiers de leur propre culture ... )). C'est tout à fait dans le même esprit que chez nous l'équipe du B.E.L.C. invite les maîtres à saisir toute « occasion de solliciter une contribution propre aux enfants étrangers

chanter et apprendre aux autres

des chansons étrangères, dessiner son village natal, parler de la cuisine tunisienne ou portugaise, apporter de la maison un gâteau marocain ... , les ressources sont inépuisables )) (l'Ecole libératrice, n° 6, 18-10- 1974, p. 2). On estime encore que l'indispensable revalorisation des cultures d'origine exige que soit portée la plus grande attention à la formation des maîtres des pays d'accueil qui ont en charge des enfants migrants : la commission « scolarité » (140) veut qu'ils possèdent, en particulier, « des connaissances socio-culturelles réelles de /'immigration et de ses causes». Cf. sur ce point aussi l'équipe française du B.E.L.C., qui les invite à « se documenter, à lire les nombreuses études écrites sur la situation des travailleurs migrants et sur leur culture d'origine ». M. Louis Porcher croit pouvoir constater (Education et Développement, p. 78) qu'en France malheureusement (( dans ce domaine, à peu près rien n 'est fait». On envisage avec faveur l'aide que pourraient apporter à ces maîtres des pays d'accueil, des instituteurs venus des pays d'origine. C'est ainsi qu 'en R.F.A., au témoignage de M. Mellinghaus (89), « des cours sont faits tout le long de la scolarité dans la langue maternelle » par ces instituteurs. 14 Quelques chiffres Nombre d'enfants étrangers de moins de 16 ans: 870.000 dont 390.000 de 5 à 12 ans. Nombre d'enfants étrangers dans le 1 e r degré : 553.113 soit 7,4 % du total mais 8 % du total dans les maternelles et 11 % du total dans l'enseignement spéçial. Evolution par nationalités Immigration européenne (espagnols, italiens, polonais) maghrébine portugaise Autres nationalités 1962 1974 49.7 % 29,77 % 30 37,36 12,9 27,01 7,4 5,86 Nombre de classes d'initiations 1970- 1971 100 1972-1973 389 (7.683 élèves) 1974- 1975 538 (8 .381 élève s) 1975- 1976 638 Ce n'est d'ailleurs pas seulement à des enseignants qu 'il est fait ici ou là appel, mais à divers groupes de travailleurs sociaux; par exemple en Suisse (108), en Grande-Bretagne un problème plus vaste dont le représentant, M. Stroud estime Le vrai problème me paraît aVOir qu'il est impossible de trouver meil- été posé en termes excellents (99) leur intermédiaire entre les migrants par le Dr Berthelier : « ... /1 faut choiet la société d'accueil qu'un « migrant sir entre deux politiques: ou bien de la même race, de la même religion, fabriquer de la main-d'oeuvre non de la même langue que le groupe de'-" """'qualifiée pour de basses besognes migrants dont on s'occupe» (même dont les autochtones ne veulent page). Opinion partagée, pour la pas, ou bien donner à l'adolescent France, par Mme Rondot, du Service migrant toutes ses chances de Social d'Aide aux Etrangers (114- réussite socio-professionnelle». 117). Selon M. Williams (Grande- Et d'ajouter, trop justement hélas: Bretagne) il ne deviendra vraiment « Tout se passe jusqu'à présent comme possible de dégeler les rapports si on avait choisi la première voie », si nécessaires entre les parents d'enet « force est bien de constater que la fants migrants et leurs maîtres, de pol,'t,'que actuelle de l'Education permettre aux premiers de s'intéresser vraiment au travail de leurs en- Nationale, qui consiste essentiellement à se débarrasser des enfants fants qu'en recourant systématique- . qui lui posent un problème en les ment aux services d'interprètes attachés à l'école (80). En l'absence de ceux-ci, il ne reste comme interprètes possibles que les enfants eux-mêmes (cf. « Education et Développement », p. 34), ce qui n'est certainement pas la solution idéale. Synthétisant ces diverses suggestions, le rapport de la commission (( Adaptation sociale )) recommande (145) (( le recours à du personnel social, enseignant ou médical originaire des pays d'immigration, ou )) (évidemment à défaut) (( connaissant leur langue et leurs coutumes )). Résumons-nous l'école qui s'adresse à des enfants migrants ne devrait pas se contenter d'être - ce qu'elle est par nécessité - bilingue, elle devrait s'appliquer à devenir « multiculturelle » (77 : communication de M. Caetano). Il faudrait peut-être même viser encore plus loin. Chez nous, M. Meury a signalé avec sympathie dans son article du « Monde de l'Education » (p. 10) les tentatives faites en 1974-1975 dans quelques écoles comme l'école Henri Wallon de Fontenay-sousBois pour développer un enseignement non plus seulement et véritablement biculturel, mais bien, par un effort de coordination entre les deux langues et les deux cultures, interculturel. (1) C'est pourtant sur le seu l aspect linguistique que. tout comme dans l'organi sa tion des classes d'initiation au Français, not re Ministère. fait porter tout l'accent (Le Courrier de l'Education, p. 5). • Education il la Fraternité • est la rubrique. mensuelle du Centre de liai· son des éducateurs contre les préjugés raciaux (C.L.E .P.R.). Le C.L.E.P.R. développe ses activités : en organisant des rencontres et des débats entre éducateurs, en favorisant l'ét-hange d'expériences entre enseignants, en leur fournissant de la documentation, Président d'honneur : Marc-André Bloch, Présidence : Yves Boulongna, Jean PI han, Olga Wormser·Mlgot, Montant de la cotlsatloil : Membre actif : 10 F (donnant droit aux deux numéros annuels de Droit et Liberté où paraît un dossier de 8 pages réalisé par le C.L.E .P.R.), cette cotisation minimale étant portée à 5 F pour les abonnés de Droit et Liberté. Membre donateur : 20 F. Membre bienfaiteur : il partir de 30 F. Adresser les adhésions il Mlle Renée Baboulène, 56, rue Lamarck, Parls·18·, avec un chèque postal (3 volets) il l'ordre de Mlle Baboulène, Institutrice - C.L.E.P.R. (C.C.P. 18 177 35, Paris). ELECTRICITE GENERALE appartements - magasins - usines DÉPANNAGE: 736.24-70 Louis THIPHAINE 171, av. du Gal-de-Gaulle, 92170 Vanves - 0 343 - f'JOVEMBR.EJ5 dirigeant vers des classes spéciales (de transition, d 'attente, de perfectionnement, etc.), loin de donner aux migrants adolescents la possibilité de combler l'écart de savoir qui les sépare de leurs condisciples autochtones, ne fait que l'aggraver de façon dramatique: ... les structures pédagogiques actuelles fabriquent à la chaÎne de pseudo-débiles mentaux voués d'emblée à des besognes non qualifiées et le plus souvent sous-rémunérées » (99 et 98). Entendons encore, sur ce point crucial, le grave avertissement (76) de M. Caetano : « Si un million et demi d'enfants de travailleurs migrants sont condamnés - par notre carence - à former un nouveau sousprolétariat, ... nous n 'échapperons pas à notre responsabilité ». On parle beaucoup d'assurer à tous les enfants cette égalité maxima des - ------.. --.29 mars 2011 à 14:37 (UTC)---, chances - dont nous sommes, il est vrai, bien loin encore. Les jeunes immigrants sont-ils condamnés, en matière d'enseignement général comme d'enseignement professionnel, à demeurer exclus de cette ambition, et les pays d'Europe se résigneront- ils à voir subsister en leur sein des populations d'ilotes, de parias, d'intouchables, qui se perpétueront de père en fils tout au long des générations? Telle est la grave question qui me paraît en définitive se poser aujou rd'hui à tous les pays européens d'immigration, et en fonction de laquelle notre C.L.E.P.R., comme les autres organisations qui se préoccupent du sort des enfants migrants, auront, à court terme comme à moyen et à long terme, à repenser et réorienter leur action. Marc-André BLOCH Aux Editions Droit et Liberté pour une bibliothèque antiraciste • La santé des migrants ........ . • Le logement des migrants ..... . • Une famille comme les autres .. • Un drame à Bordj-Hindel ..... . • Une école chez les Tziganes .. • Du côté de Barbès ........... . + 3 F pour frais d'envoi 7 F 7 F 19 F 19 F 10 F 32 F Le M.R.A.P. diffuse également les « Lettres de la maison de la mort) d'Ethel et Julius Rosenberg rééditées chez Gallimard (28 F + 3 F de frais d'envoi), Adressez vos commandes à « Droit et Liberté » 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris, C.C,P. 607098 Paris PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en BOTTES Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81 , rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (6°) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone) (10') GARE DE L'EST. 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis 15 16 mode enfantine •• I.E ...... PAR 1 S DlPap PRESIDENT D'HONNEUR: Léon LYON·CAEN (1877·1967) ; PRESIDENT : Pierre PARAF; VICE·PRESIDENTS : Charles PALANT, Abbé Jean PIHAN, Fred HERMANTlN; SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY; COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG, Bâtonnier Paul ARRIGHI, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Almé CESAIRE, Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON. Pierre COT, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max·Pol FOUCHET, Jean HIERNAUX, Pierre JOXE, Alfred KASTLER. Jean LA· COUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEI· RIS, Gérard LYON·CAEN, Jacques MADAULE, René MAHEU, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD, Henri NOGUERES, Etienne NOUVEAU, Jean PICART LE DOUX, Emile POLLAK, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Monseigneur Guy RI08E, Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU, Jean·Paul SARTRE, Lau· rent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Jean SURET·CA· NALE, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME·PATE· NOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR BRAUNER. Doc· teur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Robert ATTULY. Vincent AURIOL, Docteur Jean DAL· SACE, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN, Jules ISAAC, Frédéric JOLlOT·CURIE, Henri LAUGIER, Jean LURCAT, André MAUROIS, Darius MILHAUD, Fran· çOlse ROSAY, Marc SANGNIER, André SPIRE, Cha· noise Jean VIOLET. Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix J'adhère au M.R.A.P. * Je m'abonne à Droit & Liberté * • Rayer la mention Inutile. Nom (en capitale) Prénom _______ ____ __ ____ ____________ _____ __ ___ __ âge _______ _____ ___________ _ Profession _____________ __ ____ _____ __ ________ ______ _______ _______ __________ __ Adresse _______________ _________ ______ _____________________ __ _______________ _ Code postal ___ __ __ ___ _________ ___ ____ . Ville ___ ____ ______ ___________________ _ Le montant de la carte d'adhésion (li parti. de 20 francs) est laissé li ('appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace li l'action du M.R.A.P. Abonnement d'un an li DROIT et LIBERTE (40 F). Abonnement de soutien (100 F). Etranger (60). C.C.P. : 6070-98 - Paris. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX !M.R.A.P.J 120, rue Saint-Denis - Paris (2e ) - Téléph. : 231.09.57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris éditions de la C()UI2TILL~ o DÉON .. D IFFUSI ON Distributeurexclusif-U6fg Poissonnière. Paris J(f G.N. GEORGANO et 23 collaborateurs ENCYCLOPEDIE COMPLETE DE L'AUTOMOBILE Troisième édition mise à jour en Octobre 1975. Description technique et illustrée de toutes les marques, de tous les modèles du monde entier depuis les origines à nos jours. 704 pages - 4000 notices, 2000 photos, 48 pages couleurs. Relié toile sous jaquette pelliculée. 195 F BONNEFOUX ET PARIS Réimpression du fameux et irremplacable Dictionnaire de la Marine à voile (édition de 1856, la plus complète). 776 pages + 16 pages d'illustrations, format 22 x32 cm. Reliétoilesousjaquette pelliculée. 150 F Les 59 planches de l'ENCYCLOPEDIE-DIDEROT, format 28 x 39 cm, sous étui 75 F LES JEUX DU BOUT DU MONDE L'AWÉLÉ La découverte du jeu national de plus de 50 peuples en Afrique et en Asie. Le Livre de Juliette Raabe: 31,70 F LeJeu (un tablierde boisafricain et une bourse remplie de 50 coquillages véritables): 63,30 F L'ensemble sous coffret livre + jeu: 95 F LEJEUDEGO Le jeu japonais maintenant classique en France. Le livre de Sidonie Ladoucette: 31,70 F Lejeu: 63,30 F L'ensemble sous coffret livre + jeu: 95 F éditions Diffusion: HA CHETTE

  • MORTON SOBÉLL

ON CONDAMNE BIEN LES INNOCENTS 18 ans de prison pour avoir été l'ami de Julius et Ethel Rosenberg lettre-préface de Robert Merle Broché, 228 pages: 39 F Grace POND ENCYCLOPEDIE COMPLETE DES CHAIS L'édition française de ce livre comporte une importante partie établie par Monique VERNHES, sur le Chat en FRANCE. Bel album relié toile sous jaquette pelliculée, 356 pages, format 23 x 29 cm: 120 F DAUMIER PREND PARTI: OEuvres politiques et sociales L'essentiel de l'oeuvre politique et sociale de Daumier, de1830à1872: les lithographies, mais aussi les bois, les peintures, les sculptures. Plus de 200 reproductions. Le seul ouvrage disponible sur la partie la plus importante de l'oeuvre de l'un des plus grands artistes du XIX· siècle. Certaines oeuvres refusées par la censure de l'époque sont ici reproduites pour la première fois. Format 22 x 32 cm, reliure toile du Marais: 110 F DAUMIER EMOTION DE CHASSE Les plus belles lithographies de Daumier consacrées à la chasse et aux chasseurs reproduites en fac-similé. Avant-propos de M. de Linarès, Conservateur du Musée de la chasse à Gien. Format 28 x 36 cm, reliure toile du Marais: 110 F UN JOURNAL REVOLUTIONNAIRE : LE CHARIVARI Un choix des numéros de1832 à 1836 du premier quotidien illustré. Lithographies de Daumier, Traviès, Granville, Gavarni, etc. Avec la série intégrale des 24 planches de "l'Association Mensuelle" . Broché22x32cm: 30 F CARDON LA VERIDIQUE HISTOIRE DES COMPTEURS A AIR Faut-il accepter de payer, même si l'on vous propose de jolis compteurs, même si vous pouvez bénéficier de " tarifs exceptionnels", l'air qu'on respire? La bande dessinée de Cardon vous aide à répondre à cette question. Bel album relié, 23 x 32 cm sous jaquette pelliculée 160 pages 49 F COLLECTION JOURNAUX ETDOCUMENTSDUTEMPS PASSE Chaque série contient 10 à 20 journaux avec une chemise-dossier et une introduction his· torique. La série: 6,50 F Edmonde CHARLES-ROUX, Gilette ZIEGLER, Marie CERATI, Jean BRUHAT, Madeleine GUILBERT, Christiane GILLES * LES FEMMES ET LE TRAVAIL du Moyen Age à nos jours. 4 historiens, 1 écrivain,l dirigeante syndicale ont écrit l'histoire des femmes qui, contrairement à ce que l'on pense, ont dû, pour gagner leur vie, travailler depuis toujoùrs. Un texte passionnant, mais aussi un très beau livre de 256 pages, abondamment illustré: 150 illustrations, dont 32 pages en couleurs: 55 F

  • LE MOUVEMENT SYNDICAL

DANS LARESISTANCE Textes et témoignages de militants syndicaux et d' historiens rassemblés à l'occasion de journées organisées par l'Association pour la Création d'un Musée de la Résistance et la C.G .T. Ce livre abondamment illustré, contient la reproduction intégrale fac-similé de 35 numérosde la "VIE OUVRIERE" (sur les 223 parus de 1940 à 1944). Format 24 x 30 cm, 240 pages: 75 F André ROSSEL ETE 44 Cet album, sélectionné parmi les 50 livres de l'année, contient notamment la reproduction intégrale de 18 journaux de l'époque, et les facsimilés de plus de 250 articles, dépêches ou informations parues de Juin à Août 1944. Une façon nouvelle de revivre l'histoire. 75 F GUERRE ET REVOLUTION Les 10 séries concernant la guerre et La Révolution de 1789 à 1944 sous coffret toilé 83 F les 15 séries (soit 324 journaux) dans 2 coffrets toilés 133 F Marcel ROUCAUTE/GUIDE de la CHASSE et de ses à-côtés. Paul ZILBERTIN/GUIDE de la MOTO et de ses à-côtés.

  • Jérôme FAVARD/GUIDE de la PÊCHE

à la LIGNE et de ses à-côtés.

  • Claude MAZELIN !t Pierre YVONNET/

GUIDE de la PECHE en MER et de ses à-côtés.

  • Louis GEAY/GUIDE des VINS et de

leurs à-côtés.

  • PauIZILBERTlN/GUIDEdelaMONTAGNE

et de ses à-côtés. Chaque volume format 20 x 28 cm 256 pages, reliure toile sous jaquette pelliculée, impression 2 et 4 couleurs sur très beau papier; 92 F 17 18 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil SIONISME ETRACISME le m.r.a.p. prend position A propos du texte adopté le 18 octobre 1975 par la Commission Sociale de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. et affirmant, selon les informations publiées, « que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale », le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix présente les observations suivantes : l. Le sionisme a été conçu à la fin du 1ge siècle et est encore ressenti aujourd'hui par nombre de juifs et de nonjuifs comme une riposte aux persécutions et aux crimes de l'antisémitisme. Il convient de considérer dans son contexte historique cette idéologie nationaliste qui admet comme fatal et définitif le rejet et l'isolement des juifs, exalte leur particularisme et leur solidarité face aux menées hostiles dont ils sont l'objet et préconise la création d'un Etat destiné à assurer leur protection. Même si une proportion non négligeable de juifs la récusent et la combattent en tant que solution au racisme, elle est sans aucun doute une conséquence de celui-ci. Il apparaît donc erroné et inacceptable de l'identifier au racisme lui-même. 2. La concrétisation de l'idéal sioniste dans la fondation de l'Etat d'Israël sur une partie de la Palestine a engendré un conflit dramatique, face aux aspirations légitimes du peuple palestinien. Dans cette situation, certains sionistes et Israéliens manifestent des attitudes visant à imposer par la force l'existence et l'extension d'Israël au détriment des droits des Palestiniens. Ces attitudes s'accompagnent de tendances racistes, auxquelles s'oppose d'ailleurs une partie de l'opinion sioniste et israélienne. De même, à travers la dénonciation de la politique israélienne et de l'idéologie sioniste, un racisme antijuif se manifeste dans certains cas. Le racisme et les actes qu'il entraîne doivent être condamnés sans défaillance aussi bien en Israël que dans les pays arabes, comme partout ailleurs, quels qu'en soient les auteurs et les victimes. 3. La solution du conflit du Proche-Orient réside dans l'application de l'ensemble des résolutions des Nations-Unies qui s'y rapportent, et suppose le respect de l'existence, de la sécurité et des droits de tous les Etats et peuples en présence, particulièrement l'Etat d'Israël et le peuple palestinien. Les accusations infâmantes et les invectives ne sauraient contribuer à une telle solution. Elles risquent en outre d'accentuer dans l'opinion publique mondiale les passions racistes, les confusions et les incompréhensions au sujet de ce grave problème. 4. En exprimant ces observations, le M.R.A.P. met en garde l'opinion publique contre toutes tentatives qui visent à discréditer l'Organisation des Nations Unies en tant que telle. Toujours soucieux de fonder ses positions sur des analyses objectives, et n'ayant jamais fait preuve dans le problème en cause d'aucune partialité ni complaisance, il espère que l'Assemblée Générale des Nations-Unies se prononcera dans des termes susceptibles de favoriser la plus large mobilisation des peuples dans l'action si nécessaire pour la paix au ProcheOrient et la lutte antiraciste dans le monde. Trente ans de facisme Commencé sous le s auspices d'Hitler et de Mussolini, le règne sanglant de Franco s'achève. Les démocrates du monde entier souhaitent que le peuple espagnol retrouve la liberté. Qui êtes-vous Dr Greifeld ? Nous faisons état dans le dernier « Droit et Liberté » de faits inquiétants en Allemagne Fédérale

une chasse aux sorcières

récemment légalisée et de plus en plus intense, l'impunité d'un grand nombre d'anciens nazis qui peuvent avec une audace croissante manifester leurs « idéaux ». Certains ont même des fonctions dont l'importance semblerait à première vue incompatible avec l'idéologie qu'ils professent et le triste passé qui est le leur. C'est le cas du Dr Rudolf Greifeld dont les opinions antisémites et l'admiration pour Hitler ne sont pas des secrets et qui s'est vanté dans une conversation d'avoir organisé la visite du Fürher à Paris. Greifeld est en effet directeur des Centres d'études nucléaires d'Allemagne Fédérale. S'étonnera-t-on alors qu'il entretienne de tellement bonnes relations avec l'Afrique du Sud raciste dont le premier ministre fut arrêté pendant la guerre pour son activité pro-nazie et qui ne cache pas la parenté de son parti avec le national -socialisme? S'étonnera-t-on que de tels hommes se soient complaisamment prêtés aux tractations qui ont finalement mis entre les mains des raci stes de Prétoria l'arme suprême de la bombe atomique? Et qui dira qu'au nom du pardon ou d'on ne sait quel indigne oubli, il faudrait laisser des individus qui ont montré en d'autres temps combien ils etaient dangereux pour l'humanité, à des postes de commande aussi décisifs? A propos du IIsexisme" Un point de droit et un problème théorique ont été posés de façon inattendue par Jean-Jacques Dupeyroux et Me Imerglik à propos de savoir si le « sexisme » était ou non du racisme. Les discriminations qui existent dans la société du fait du sexe d'un individu doivent-elles être traitées de la même manière que celles qui tiennent à la race? Il ne semble pas, en fait, qu'on doive les assimiler; car si elles ont parfois des manifestations identiques, si même, elles permettent égaIement de surexploiter ceux qui en sont victimes, leur apparition dans l'histoire, leur développement. les formes de lutte employées pour leur éradication sont extrêmement différentes. L'histoire de l'inégalité dans la famille est plus ancienne, plus homogène dans toute l'humanité que celle du racisme, phénomène plus localisé dans le temps et dans l'espace. Notons aussi que le raci sme recouvre les di scriminations sexuelles puisque dans les sociétés racistes la femme a souvent une position dominée quelle que soit son appartenance ethnique. Quoi qu'il en soit, il est à noter qu'au terme de la loi, le M.R.A.P. semble habilité à se porter partie civile dans des affaires de racisme • sexiste _, comme Me Imerglik le démontre dans une lettre au • Monde • du 14 octobre. Rentrée scolaire à la Martinique Il y a des discriminations visibles, évidentes, imméd ~ atement scandaleuses. D'autres se cachent au détour d'une addition, dans les angoisses des comptabilités familiales. Nous ne vous apprendrons pas que les Antillais sont des Français « entièrement à part » comme ils aiment à le dire, parodiant ain si les discours ronflants, où l'on s'efforce de leur faire croire qu'ils sont des « Français à part entière •. Un exemple d'actualité le montre bien. Il s'agit de la rentrée scolaire dont le coût relatif introduit effectivement une grave discrimination par rapport à ce qu'il en est pour les citoyens de la « metropole ». Etant donné le S.M.I.G. de la Martinique, • • des jours • au fil des jours • au fil des jours pour prenore l'exemple de cette île (865,60 F par mois), il serait normal qu'une subvention spéciale soit accordée aux parents d'enfants scolarisables afin qu'ils ne soient pas pénalisés par le simple fait qu'ils se trouvent dans un D.a.M. Tout au contraire, non seulement les frai s scolaires sont identiques à ceux déjà bien lourds qui existent dans les départements métropolitains, mais ils sont aggravés par des coutumes archaïques et inadaptées comme le port de l'uniforme obligatoire; (ne vat- on pas, jusqu'à imposer aux enfants d'aller en classe aux heures les plus chaudes sous prétexte que ce sont les horaires français!) Le résultat de cette situation, c'est par exemple une somme de 738 F en moyenne à payer pour chaque enfant de cours moyen II. Et la veille de la rentrée, les fonds destinés à l'allocation spéciale de 250 F n'étaient pas encore débloqués. Touvier dans vos rues Un homme a pu assassiner, torturer, trahir, sans que jamais il connaisse le poids de la justice la plus élémentaire. Il lui a suffit de se cacher suffisamment longtemps, avec d'inadmissibles complicités, d'attendre une prescription difficilement acceptable en l'occurrence, pour sortir insolemment de l'ombre, avoir droit aux feux de l'actualité et à de larges colonnes dans une presse complaisante pour tenter de se justifier. Il faut redire que les arguties juridiques employées pour déclarer irrecevable la plainte déposée pour « crime contre l'humanité » ne dissiperont pas l'amertume de ceux qui ont perdu les leurs à cause de cet homme. Mais au delà, que dire d'un monde où la justice, qui sait se montrer parfois si impitoyable, connaît dans un cas pareil, un aussi scandaleux avatar? Que dire d'une telle indulgence quand dans le même temps on appelle les Français à la méfiance, à la sévérité et parfois même à « /'autodijense » contre des catégories entières de la population? Le M.R.A.P., dès qu'il a su la décision de la chambre d'accusation de Paris a tenu à faire un communiqué à la presse pour exprimer sa réprobation et mettre en garde contre les campagnes visant à présenter sous un jour favorable la mesure et son bénéficiaire. Quel gage, en effet, est ainsi donné aux racistes, aux fascistes de tout poil qui pourront toujours après avoir commis leurs méfaits, s'autoriser d'exemple pour invoquer pour eux-mêmes et contre ceux qu'ils ont lésés une pitié que nous réservons à d'autres. L'INDÉPENDANCE MENACÉE L'approche de l'indépendance a redonné un nouvel élan aux violents combats qui déchirent depuis plusieurs mois l'Angola. Les observateurs estiment que vingt mille personnes ont déjà trouvé la mort dans cette ancienne colonie portugaise qui a accédé à l'indépendance le Il novembre dernier ainsi que le prévoient les accords signés à Alvor . Une véritable course contre la montre s'est engagée entre les forces patriotiques et celles qui ont entrepris la reconquête de ce pays. Ce n'est pas la première fois que l' impérialisme a recours aux services de mercenaires pour menacer soit l'indépendance d'un peuple, soit l'intégrité territoriale d'un pays, pour masquer son agression. L'Angola est immensément riche et le M.P.L.A. (Mouvement pour la libération de l'Angola), entend que le peuple angolais récupère ces ri chesses actuellement exploit~ es par les sociétés multinatIOnales. En outre, l'Angola occupe une position stratégique de première importance en Afrique et de ce fait constitue une menace pour les régimes racistes de la région, ceux de Prétoria et de Salisbury. Ceci explique l' intervention armée du régime de l'apartheïd dans ce pays. L'invasion à laquelle est vent plus le servir et contre la aujourd'hui soumis l'Angola domination coloniale 1. a au moins le mérite de faire Quand on sait le mal dont éclater le m yt~e, de~ trois mou~ souffre l'Angola actuellevements de hberatlOn. Car SI ment les idées néfastes sur u,ne telle_ inva.sion peut avoir lieu le squ~lles Jouent l'impériac est grace a deux orgamsa- hsme et la reactlOn on mesure tions « angolai ses » : le mieux la valeur de' la déclaraF. N.L.A. (Front National de tion du M.P.L.A. à la lumière Libération de l'Angola) . de des évenements qui ensanRoberto Holden dont les hen ~ glantent aujourd'hu i le pays. avec la C.I.A. re~ontent a Et c'est bien parce que l'orga- 1962 (New York TImes 26/ 9/ nisation d'Agosthinho Neto 75) et l'U.N.I.T.A. (Union a évité l'écueil du racisme et Nationale P?ur l'Indépendance du tribalisme et qu'elle est TotC!le :te IAng?la) d~ Jonas multiraciale, qu'elle a pu sauSavlmbl dont 1 essentIel des vegarder l'unité nationale. opérations de guérilla étaient . , dirigées contre le M.P.L.A. et On ne peut m~r . qlf a~ terme qui pour ce faire était ravi- de ce long I~meralre, le taillé... par l'armée portu- M.P.L.A. appa~alt co~.me le • 1 mouvement qUI a ventablegal se. ment impulsé la lutte; il est Face à ces 1~ux mouve- l'authentique représentant du ments dont .llmplantatlOn peuple angolais et le véritable rep?se sur le tnbahsme , et le défenseur de ses intérêts. raCI sme, le M.P.L:A. a declen- Aujourd'hui, plus que jamais, che la lutt~. a~mee des 1?61. notre solidarité doit se mani-. La ,car!ictenstlque esse!1tIelle fester envers ceux qui luttent de 1 a.ctlOn du M.P;L.J\. a tou~ depuis bientôt vingt ans pour I.es mve~ux , est d avoIr men.e faire de l'Angola un pays a la . fO.ls sur le ~ront a!1t~ - fraternel. coloUl ahste et celUI de l'edlfication, un combat qui découle d'une haute et vive conscience politique. « Nous essayons de libérer et de moderniser notre peuple, disait Agostinho Neto en 1970, par une double révolution

contre les structures

traditionnelles qui ne peu- B.C. Le 30 octobre ont eu lieu à la Mutualité « 5 heures sur l'Angola », 5 heures pour s'informer, marquer notre solidarité avec le M.P.L.A. et le peuple angolais. Le M.R.A.P. s'y est associé par un communiqué que notre secrétaire général Albert Lévy a lu en public. DROIT ET LIBERTE - N° 343 - NOVEMBRE 75 en bref Une victoire pour les antiracistes, le procès de Marquet, le meurtrier de Diab est renvoyé aux assises; si toutefois la décision raisonnable du tribunal de Versailles est confirmée en appel. • L'Institut pontifical d'études arabes vient de créer une nouvelle revue: cc Islamochristiana ». Coïncidant avec un message d'amitié pour tout l'Islam qui célébrait le Ramadan, cette initiative marque un nouveau progrès dans l'avènement d'un esprit de compréhension entre les hommes. • Pourquoi Sakharov? En dépit des mérites scientifiques du physicien soviétique, on peut légitimement se demander si le choix d'une personnalité aussi controversée répond bien au souci de paix que doit se fixer le jury du prix Nobel. Il y a deux ans (Kissinger), et l'an dernier, son choix avait été aussi contesté. • Le saviez-vous, nous ne sommes plus les seuls à entretenir des relations avec le rugby sud-africain; une équipe des U.S.A. est annoncée au Cap pour 1976; mais rassurez- vous, nous gardons la primeur. Une équipe sud-africaine a en effet joué à Charletty le 4 novembre contre le P.U.C. en faveur d'une association charitable. Faut-il le rappeler, le pays de l'apartheid n'est pas un pays cc comme les autres ». Quelques milliers de francs qui viendront aider des handicapés fran çais ne doivent pas servir de caution à un régime qui fait des milliards de bénéfices au prix de l'exploitation la plus atroce de tout un peuple. • A Maule, petite ville qui dispose de trois terrains de sports (une fois n'est pas coutume! ... ) et qui abrite un millier de Portugais, la municipalité a refusé l'utilisation des terrains à une équipe portugaise de foot-bail. Réflexion entendue au cours du Conseil municipal : cc Si les Portugais ne sont pas contents, qu'ils fichent le camp chez eux. » Accueillant, non? • . 11 y aura toujours des Français pour fêter l'anniversaire de l'écrasement du fascisme. Un • Comité National pour la commémoration du 8 mai » vient de se créer en ce sens. • Une avocate israélienne, Madame Félicia Langer vient de révéler que nombre de prisonniers palestiniens seraient torturés dans les prisons de son pays. Comment accepter les atteintes aux Droits de l'Homme, d'où qu'elles viennent. • Que la municipalité de Montreuil proteste contre une politique d'urbanisme déséquilibrée qui donne à nos villes un aspect toujours plus inhumain, qu'elle critique l'incurie des pouvoirs publics qui provoque dans certains quartiers de véritables ghettos où sont regroupés les travailleurs immigrés, sans égard pour leur intégration et pour l'équilillre de leur vie, voilà qui l'honore, mais quant à employer l'argumentation du cc seul maximum de 10 % d'immigrés» voilà qui rappelle singulièrement certains propos de ceux qu'elle attaque. 19 .. _ points chauds une bom pour 1 Notre Mouvement se propose tout à la fois de_lutter contre le racisme et pour la Est-ce l'effet d'un éclectisme militant qui aurai t fait naître des enthousia multiples? N?n! l'histoire montre que le mépris de ' omme est toujours une m ace pour l~ paIx .et que les f~rces ?e guerre y p uisent sou t une part de leur éne ie destructn~e .. Hitler l~ sa~alt, lm! Et son émule et disciple Vorster récite la leçon avec une Sll1lstre apphcauon. Le Séminaire international qui s'est tenu à Bruxelles les 17, 18 et 19 octobre sur le probleme de la militarisation de l'Afrique du Sud a mis en évidence les liens entre le maintien de la domination raciste et le développement accéléré des moyens militaires faisant planer une menace constante sur l'ensemble de la région, comme en témoignent l'occupation illégale de la Namibie, les récentes interventions en territoire angolais, la présence de l'armée sud-africaine aux côtés des racistes blancs au Zimbabwé. Ce séminaire réunissait un grand nombre d'organisations nationales ou internationales, dont le M.R.A.P. (I). La présence de plusieurs personnalités, en particulier de Madame Jeanne Martin Cissé (ambassadrice de Guinée à l'O.N.U., presidente du Comité sur l'Apartheid de l'O .N.U., prix Lénine) et de Monsieur Sean Mac Bride, (Commissaire de l'O.N.U. pour la Namibie, Prix Nobel de la Paix) manifesta toute l'importance de cette rencontre. 2 0 Les terroristes au pouvoir La réprob4tion u nanime de toutes les consciences 'honnêtes dans le monde , face à la viol ce qu'une poignée de racistes fait régner sur tout un peuple doit également d enir, comme le demande la résolution n ale du séminaire, une · véritable soli arité agissante. En effet) tandis que le euple sud-africain accep té de moins en moins l'oppression qu'il subit, et dans cette mesure même, le pouvoir accentue la militarisation du pays en vue de maintenir la terreur quO seule, lui permet de survivre. En un an, les effectifs de l'armée sud-africaine ont pratiquement doublé pour atteindre le chiffre de 110000 hommes; le nombre des blindés de l'armée la plus puissante d'Afrique a augmenté de 40 % environ dans la même période. Les dépenses militaires s'accroissent dans des proportionsp lus qu'inquiétantes, (100 % dans les deux dernières années) et depassent le cinquième du b udget total de (1 ) Le M.R.A.P. était représenté par : J.-P. Garcia et J. -L. Sagot-Duvauroux. l'Etat, s'adjoignant d'ailleurs aux sommes considérables allouées à la sécurité intérieure. Or, il est évident que dans le régime de l'apartheid, toute distinction est illusoire entre l'ennemi extérieur et « l'ennemi intérieur » quand on sait q~e tout est fait pour que les Africains s9ient « légalement» considérés comme. des étrangers dans leur propre pays . Le plus inquiétant de tout reste les déclarations récentes des dirigeants sud-africains, torroborées par les révélations de l'African National Congress au sujet du développement rapide de l'industrie nucléaire en République Sud-Africaine. Ler racistes ont désormais les moyens de construire la bombe atomique. Les enqLêtes sur le Watergate et la C.I.A. ont révélé que les U.S.A. avaient fourni au { régime raciste une q uanute d'uranium \ enrichi à 99 %, suffisante pour construire 8 bombes, et les r tions nuctéaires entre ce régime, la R.F.A. et un troisième pays encore inconnu viennent d'être révélées. On arm es tueurs En e et, les assassins de Sharpeville, les occu'pants de la Namibie solennellement condamnés par les Nations Unies, n'auraien~ jamais pu prétendre à une telle puissance militaire s'ils n'y avaient été aidés par d'autres. Le délégué du M.R.A.P. a souligné le rôle particulier du gouvernement et des trusts français de l'armement dans cette douteuse « coopération ». Il a souligné toute l'inefficacité de la déclaration de M. Giscard d'Estaing à Kinshasa s'engageant à un arrêt partiel des livraisons d'armes à la R.S.A. On sait en effet que: 1 ° les contrats en cours seront honorés et certains s'étendent jusqu'en 1980 20 rien n'est dit en ce qui concerne les pièces de rechange . 30 la France a vendu des licences qui permettent à l'Afrique du Sud de fabriquer elle-même la plupart des armes dont on cesse la vente 40 de larges secteurs restent ouverts au \ profit des constructeurs français: sousmarins, équipements pour la marine \ de guerre, etc. Mais le plus important fournisseur d'armes de l'Afrique du Sud n'est pas pour autant le seul, et l'actualité a mis à jour le rôle resté jusque-là plus discret de la R.F.A. L'A.N.C. a en effet publié une brochure accablante, démontrant preuves à l'appui que des entreprises allemandes construisaient des réacteurs atomiques en Afrique du Sud avec la nécessaire autorisation du gouvernement fédéral (garantie Hermès). Au reste, dès 1967, l'organe officiel du gouvernement raciste, « South African Digest », remerciait le gouvernement allemand « pour avoir formé en Allemagne de l'Ouest des savants et techniciens nucléaires d'Afrique du Sud ». Une armée en action La honteuse coopération des grands pays oCCidentaux dans la militarisation de la R.S.A. semble bien faire partie d'un plan général de l'O.T.A.N. dont on se de~ande quelle conception elle a. de la g?ographle puisque son intitulé Signale 1 Atlantique Nord comme sa zone d'activité ... ! C'est ce qu'a révélé M. Mac Bnde après des entretiens qu'il a eu,s avec M. Luns, Secrétaire général de '. O.T.A.N. dont les allégations défe~ slves ont été semble-t-il totalement dementles par les faits. Aussi ne s'étonnera~ t-on, pas des incursions répétées de 1 armee sud-africaine en territoire angolais à partir de bases situées illégalement en Namibie (certaines déclarations officielles ont montré combien les U.S.A .. craignent la mise en place d'un pOUV~I: progressiste en Angola). Les ~utontes raCistes .ont choisi le prétexte Impudent du droit de poursuite contre la SWAPO, réprésentant authentique et re:ollnu du peuple Namibien, pour, en faIt, co?s~rver l'utilisation du barrage de Cunene. La même menace plane sur le Mozambique qui fournit à l'heure actuelle une grande part de l'électricité de la R.S.A . depuis le barrage de Cabora Bassa, et sur toute l'Afrique indépendante. De plus, rien ne permet d'écarter la possibilité d'une intervention au Zimba? wé dans le but de défendre le pouvOir des raCistes de Salisbury. De 1960 à 1970, les grands pays OCCIdentaux ont fourni à l'Afrique du Sud la valeur de 4 410 millions de francs d'armements; 4 4l 0 millions de francs pour armer le bras de criminels passibles d:s peines les plus lourdes depuis que 10.N.U. a décrété l'apartheid, « .C~IME contre l'humanité »; 4410 mtlhons de francs dans cette Afrique où le sous-développement tue encore chaq,: e Jour par la faim, par la maladie ... Amsl que le ,disait Tché~ov, si vous voyez un f us~1 pose ::ll1tre le decor, au premier acte dune plece de théâtre, ne doutez pas, qu'au troisième, il ne soit utilisé. ous devons tout büre pour interrompre le drame avant le tro isième acte. Racine MAIGA DROIT ET LIB ERTE - N° 343 - NOVEMBRE 75 - points chauds _ .. --------- NAMIBIENNES à Paris Mme Putuse Appolus et Mlle Ndeshi Uyumba, à Paris. . ~e M.R.A.P. a organisé à Paris la vIsIte d'une délégation de femmes de la Namibie (ancien Sud Ouest Africain occupé par l'Afrique du Sud) qui font actuellement une tournée en Europe afin d'informer sur la lutte de la S.W.A.P.O. pour la libération du territoire. Elles demandent également un soutien matériel pour les réfugiés, plus de 6 ~OO personnes, qui se trouvent en Zambie,. chassées de leur pays par la terreur raCiste et qu i vivent dans un dénuement dramatique. Madame Putuse Appol us, dirigeante des Femmes de la S.W.A.P.O. et Mademoiselle Ndeshi Uyumba, membre des Jeunesses de ce ~ouvem~nt ont pu expliquer la situatIOn tr~glque de leur peuple à des parlementaIres des deux assemblées. Elles ont également été reçues au Conseil de Paris. Une confére~ce ~e presse au siège du M.R.A.P. SUIVIe dune projectiondébat du film « La dernière tombe à Dimbaza )) leur ont permis d'étendre leurs contacts à ~e nombreuses autres personnes representatlves du puissant mouv;, n;ent d'opinion qui dans notre pays s eleve contre toute forme de discriminatl~ n et qui s'appuie sur ce que notre tradItion nationale a de plus noble. U~ point noir pourtant, l'ignorance extreme de nos concitoyens en ce qui concerne les problèmes de l'Afrique australe. en général et de la Namibie en partlcuher. L'éloignement n'explique pas tout (voyez le Viet-Nam) et sans doute .fa~t-}l regar~er . du côté des puissants mterets places tllégalement dans ce pays occupé. Une raison supplémentaIre d: ne pas négliger cet aspect de notre tache; nous en retirerons un des plus sûrs gage de la paix, l'amitié entre les peuples. J.-L. S.-D. A l'occasion de la Journée in,t ernati.on.ale des Droits de l'Homme et du 30· anm. versal.r e de 1 Orgamsation des Nations-Unies. vous êtes in' ;té à une soirée d' Inform a t'I on avec Sean MAC BR:DE Prix Nobel de la Paix, Commissaire des Nations-Unies pour la Namibie. LE NON-RESPECT des DROITS de l'HOMME en AFRIQUE du SUD et en NAMIBIE Après la projection du film des Nations-Unies' 1 B(~ La N~mibie : une confiance trahie)), (1) prendront égaleme'nt la parole' e atonmer Albert BR.U NOIS, rPe S"dI e nt d e lA ssociation pour le Droit Mon. dial, Pierre PARAF, Président du M.R.A. P. Soirée organisée par: le Comité Français des O.N.G./O.N.U. et.: le M.R.A.P. Lundi 8 Décembre à 20 h 30 précises à l'U.N.E.S.C.O. . Place Fontenoy - Salle X (1) Ce film peut etre loué au M.R.A.P. - Tél. 231.09-57. 2 1 • pleins feux • 1 LIVRES Pluie de fer, pluie de feu Claude Labarraque-Reyssac, connue des lecteurs de Droit et Liberté pour son roman « Un drame à BorjHindel », dans nos éditions, situe son dernier ouvrage, « Pluie de fer, pluie de feu» (1) au milieu de la grande tourmente de la guerre, dans la ville de Lorient : c'est l'histoire d'hommes et de villes broyés par le cataclysme. Un témoignage qui est aussi un appel à la fraternité. (1) Ed. Carrefour des lettres. Racisme Voilà un livre d'une certaine importance, parce qu'il bénéficie de la diffusion appréciable de la collection « Que sais-je? » S'il ne peut être considéré comme comparable à l'ouvrage de Pierre Paraf (2), sauf en ce qui concerne l'étude des racismes et ségrégations dans l'antiquité, il constitue comme lui un livre de base indispensable, malgré son style didactique propre à la plupart des ouvrages de cette collection. Robert PAC (1) Par François de Fontette. Collection « Que sais-je ? » Presses Universitaires de France. (2) Pierre Paraf « Le racisme dans le monde »; Petite bibliothèque Payot. Être un peuple en diaspora Plaidoyer anti-jacobin pour la différence des « ethnies », des « cultures » en France, en Europe, dans le monde. Le tout axé sur le droit à la différence. Pour Marienstras, « diaspora » doit cesser, dans la conscience juive de signifier « exil », « situation maladive et honteuse », que seuls l'impôt à Israël ou l'émigration en Terre Sainte peuvent « racheter ». Une expérience puis- 22 pleins feux • sante à vivre pour les juifs du monde, non plus dans des pays « d'accueil », mais enracinés, enfin, là où ils le veulent, au milieu des « autres ». Ce livre est aussi le reflet de l'épreuve bouleversante des juifs à « renaître au monde » après l'holocauste de la dernière guerre. Yves THORAYAL (i) Par Richard Marienstras, ed. Maspéro. Topographie idéale pour une agression caractérisée Dans « Topographie... », un obscur immigré, fraîchement débarqué de ses montagnes, pour se lancer à l'assaut de l'Eldorado parisien, a pour tout bagage : ses grands yeux ébahis, un bout de papier avec une adresse et une grosse valise de carton bouilli éventrée; il erre dans le labyrinthe du métro où les noms sonnent familièrement: Barbès-Rochechouart, Strasbourg SaintDenis, Place des Fêtes, Simon Bolivar, Gare d'OrléansAusterlitz ... Ce sont les noms des cercles concentriques de l'Enfer. Sauvagement assassiné par des voyous, gratuitement, pour sa « sale gueule », (et là le rêve rejoint la réalité inhumaine des assassinats racistes en France), notre héros, à la fin de son « voyage au bout de la nuit », se retrouve délivré par une mort qui lui donne une cohérence, enfin, après la dépersonnalisation et l'atom.isation complètes. Mais, beaucoup plus qu'un témoignage sur la situation des immigrés en France, ce livre est une cruelle et ironique parabole de la solitude totale que l'on peut vivre, « étranger» ou non, dans notre société. Solitude exacerbée par les sollicitations fausses et impudiques d'une publicité qui ment en faisant croire qu'elle est l'image du bonheur: comme si le bonheur était possible sans la fraternité et la chaleur humaine! Y. T. (1) De Rachid BOUDJEDRA chez Denoël. pl Le monde d'Ajar « Il Y a trois foyers noirs rue Bisson et deux autres où ils vivent par tribus ... Le reste de la rue et du boulevard de Belleville est surtout juif et arabe. Ça continue comme ça jusqu'à la Goutte d'Or et après c'est les quartiers français qui commencent JJ. Mohamed, Momo pour tout le monde, habite rue Bisson et nous parle de sa vie et des gens qui l'entourent: Madame Rosa, prostituée juive « en retraite », hantée par le souvenir des rafles de la dernière guerre, Madame Lola, ancien champion de boxe au Sénégal, devenu travesti, Monsieur Driss, le propriétaire du café, Monsieur Moussa, l'éboueur, le docteur Katz, « connu de tous les juifs et arabes de Belleville pour sa charité chrétienne )J, Monsieur Ramil, le vieux marchand de tapis ambulant « qui nous vient d'Alger )J, Monsieur N'Da Amédée, « le plus grand proxénète de tous les noirs de Paris)J, Monsieur Waloumba, le cracheur de feu, et ses copains du foyer voisin, les frères Zaoum et d'autres. L'immeuble abrite même un Français, Monsieur Charmette « qui se conduit comme s'il n'était pas chez lui du tout )J. Ces portraits brossés par Emile Ajar dans son dernier roman, « La vie devant soi )) nous dessinent à travers les yeux de Momo un « melting pot JJ du monde auquel s'adresse habituellement le racisme. Car l'enfant reproduit dans son esprit un curieux mélange d'observations prises sur le vif et de préjugés, dominants dans le monde plus vaste qui l'entoure. Ce regard « de l'intérieur )J mêlé des évidences du racisme (la police est faite pour les Arabes, les noirs ont tous la syphilis, etc ... ) provoque un effet d'ironie très puissant qui force le lecteur à se démarquer de ses idées reçues dont il découvre au détour de la phrase le ridicule et parfois l'ignominie. Pour Momo en effet, les personnes qui l'entourent ne sont pas avant tout des Arabes, des Juifs, des Noirs; ce sont Madame Rosa, Monsieur Ramil, les frères Zaoum mais affublés de tout ce qui se colporte sur eux sans qu'il délimite ce qui ressortit au racisme, aux particularités de leur vie privée, aux commérages du quartier. « J'irai en A 19érie et je serai dans la police là-bas où on en a le plus besoin. Il y a beaucoup moins d'A 19ériens en France qu'en Algérie alors ici on a moins à faire )J. Le sourire que provoque l'ironie d'Ajar est un sourire bénéfique, celui qui mène à la réflexion sur la vie des hommes, avec ce qu'elle a de tendresse et de violence, d'injustice, de gâchis, mais aussi de potentialités au bonheur pour peu qu'on accepte enfin de se voir et de s'admettre les uns les autres tels que nous sommes, y compris dans nos différences. • pleins feux • CINEMA Lorsque tout à coup, les peuples se tournent vers l'avenir, se révoltent contre d'anciens assujettissements, envisagent de prendre en main leur destin, la vie culturelle fait un bond et l'on voit dans le domaine de l'art naître les formes nouvelles qui expriment les transformations du présent. La rétrospective du film africain 1966-1975 qui doit avoir lieu au siège de la documentation française du 19 novembre à la mi-janvier est sans doute une occasion inespérée (et gratuite ... ) de se rendre compte de la vie présente de ce continent. Trente courts, moyens et longs métrages y seront présentés. pleins feux • Pour le programme détaillé, s'adresser à la Documentation Française, 29 quai Voltaire, Paris 7". Tél. 261.50.10. Front Line Le visage d'un homme qui vénéra publiquement Hitler, la fusillade de Sharpeville, les belles usines, la répression, les chiffres, les chiffres plus poignants qu'un poème, et la réalité quotidienne du racisme. Front Line c'est l'Afrique du Sud expliquée. Ce film réalisé par des Africains pour l'Afrique, avec la collaboration de René Vautier, déborde le genre littéraire du documentaire dans la mesure où il sait faire apparaître sous la réalité dramatique de l'Apartheïd, les froids calculs d'un ordre ou le profit passe avant tout. Au delà de la révolte, il propose une compréhension qui est aussi un point de passage obligé pour que se constitue efficacement contre ce régime une ligne de front. Film de 67 mn en 16 mm couleur à se procurer à I.P.C. 14, rue d'Armai lié 75017 Paris - Tél. 755.76.71 ou 541.78.22. DROIT ET LIBERTÉ - W 343 - NOVEMBRE 75 pleins feux • pleins feux • pie Il Le racisme" à Saint-Ouen ... « Le racisme » tel est l'intitulé d'un mois et demi d'action contre ce grave problème, engagée par la Maison des Jeunes et de la Culture de St-Ouen (rue du Landy prolongée). Un mois et demi particulièrement dense en activités parmi lesquelles : 3 grandes expositions, sur » l'apartheid », « les erifants d'immigrés )), « les immigrés »; la création d'un montage audio-visuel : « Le racisme à St-Ouen », et la présentation d'un autre : « Le racisme dans la vie quotidienne »; un grand débat : « Les races existent-elles )) avec le professeur Hiernaux et de nombreuses projections de longs et courts métrages tel s : « Mon village », « Négritudes », « Tamango »), « Tous les autres s'appellent Ali )), « Slaves )), « Derrière la fenêtre )) et « Témoignages »). Enfin, le 22 novembre aura lieu une journée non-stop zoo contre le racisme, avec débats, théâtre, montages audiovi suels, vente de livres et un grand spectacle de R. Baudet avec Claude Reva « L'homme de toutes les couleurs » inspiré par le livre de Pierre Paraf. Un samedi à ne pas manquer. ... et à Massy A Massy, c'est un mois consacré à l'immigration, en novembre, qui est organisé par les Amis de la Bibliothèque Publique, le Centre socioéducatif, le Centre pour la Culture populaire de Vilaine, le C.U.E.F.I. et 2 comités de locataires de foyers Sonacotra, l'U.L.-C.G.T. et l'U.L.C. F.D.T. avec l'appui de la Municipalité. Les habitants de cette ville, pourront voir une grande exposition « Les immigrés à Massy») du 15 au 30 novembre. Du 25 au 28 novembre le film « Derrière la fenêtre )) sera projeté 7 fois à la Bibliothèque, tandis que le 15 la projection de « Négritudes ») sera suivie d'un débat et donnera lieu à la création d'un comité local du M.R.A.P. ZOO, comédie judiciaire, zoologique et morale de Vercors est à l'affiche du Théâtre de la Ville cette saison. Tout antiraciste se félicitera de cette reprise (montée au T.N.P. en 1964, elle obtint le Prix Fraternité) car en faisant rire, l'auteur aborde un sujet des plus sérieux: Qu'est-ce qui distingue l'homme des autres espèces animales? « Cette questi. on-Ià (dit Vercors) est une des plus sérieuses, des plus tragiques de notre temps. Car il n'y a pas si longtemps, c'est toute l'espèce humaine qui fut mise en question, et n'a pas depuis lors tout à fait cessé de l'être .•• C'est loin ? Hitler es; mort et ce cauchemar est de l'histoire ancienne? En êtes-vous tellement sûrs? )) Le . programme du Théâtre de la Ville faisant une large part a des extraits de Droit et Liberté de mars 1964 cite l'Abbé Pihan et Francis Cohen qui donnent l'un et l'~utre une appréciation de la pièce, l'un en chrétien et l'autre en marxiste. L~ 6 ?ovembre la pièce a été jouée sous l'égide du M.R.A.P., la sOiree s est terminée par un débat avec l'auteur, Jean Mercure metteur en scene de la pièce, les comédiens et Charles Palant vicepresIdent du M.R.A.P. ' Un certain nombre de places ont été réservées pour le 29 novembre, Jour du Congrès, en soirée, à 18 et 28 F. 23 • la terre est ronde • Il PEUPLES DU MONDE" La ..- • 1_ •• NM_ ....... ' ..... r .................. '_ ... __ ....... n _.r ............ . .................. .6. .n_. ......... ._. .. I_U_, - A ... .-, _ ,1 n """"'u • ctI" "_"DI, • """" Tt.,. ..... lM a ... ..... -$u ....... , _n t _. 10 _. .... ,la ... " .. __ • JO' 1. 'UI" ............ 11....., .. _ .... _...... _.E,r _ .......... lIIIIoot • _ '--'l, _ • '-•• " ... T .... M _,. CloU· .............. .,.1 'i 1, ........... .. __ lims ...... _ ..... " ,." .. -blo .. Milo+_ IIItknll _ ... • 1 .... Ioa" " ... 1 .. li CInQ' .. , .. CIl _, • iIi ....... '" ... c..,IiI ..... l'loyeI ., Ioa, ... "'te'" (u" .... __ ."",n otl r .. ". ..... Il .. _ ( .. " ............. .-... 10 ..... " .. 10_ ........ 11 ... ,101 loo .. ~ ,... ,., ..,.. ...... ._. ......................... _....... {ocrl;11 ---.. .- ......•... - '_- ._.. -.- ..... • -.. .... ' Il ... "n ",,'" li ...... lico, ... dOIeu. (lO'n ••• o'nl ..... ...... iIt ""'aI ,... 10 ro.",,' "HU Ioa, c_oon JOIft!t .".".,-., ,I,l ccoot"M'mOttrtO' odoli d.,.". .,u.,.si. , .... .. .G n,",, ........ lMiIt ........ " "IfI"' , .. .. _, ...... In ........ '" Il ...... It_ • .-__ (-., ... cW ""1 .... ( .. " .. _.. ,. .... _-( .......... .. _,_ ...... r_ ..... . ,_. ..l..'.".. .".'. ......................... ._..... ..... ". ... .......... 10 ....... col" ... ,I0 .. ' ........ , li __ (_ .... ",. _'".11 ,. ....................... ,..."' .... • "" .. _ .... lnm ..... --. ln,.! ........ _ .... ,_ ... ,on"', ,_ ....... ...- Ilot _- .m.. ' ...... ito .... COItIIli't. .. sun ... 10 ~ ..... ""' ......... ,_ .... , 1,'."M"'0r0lI1 0lM;, .,M li' "*1.-'i0'1,0. .... .. 4..u. .,. ...................' ,.,.,,,t .. ..... ,.""," .... ,IIn. ,..OIn ...... , . ............ ",II." ........ (_. - ... ,..._ ....... _ ....... -"'" ......... 00,00 .. ...-u ...... .. ......... , .. ta ..... " _ ,_~ .. . _ ..... ,' .. ~Io ....... ~ ... - 1"t,ItI .i,. .. r. ._.. to tt ... ~ ........' """ Uo ou," • .,... .. 10 "'koo1l1.... nlll "cAo1 ("1"",, .. ' ..... ,ui _, ...... - ,,, .. mOI.' ... ~, ..... , ...... , colin '1.' lOtI' ft ....... "'" 1' 10 lotn ... ... -" ... , .... I_, .. _.~ .... ,,, .. -..-. , .... ". _ ni "odtt. MI1 ... a ........ """-,,, ". 10 _, ... 1 •• " ,odotocha • 10 .......... _ III -'IIi .... ,,, ..... hl _ ... .( ........... .-....'.... ....... '._ _ ..,.. .I.l ....., ......... ",_ .. ... ... ......... ,"""tt Pa tlrnalilime oçcidental Noo. _ ......... , __ bIa III ",_ ... , ..... , ..... -........ , ... ._....... .._.....- _ -..' 11_ c..- ,"'." ,-..... n' _ .... III l .. ta. ..... .. ,.. """""""' .... , .... , ....-olt ... . ,.;.o. , ..... , .. ,n ... '-n' ""' ""' .... Co __ , ........ "'011'" i r __ .. 10 Yi_ rio .. , ...... ". t ..... , .. , n, f_i . ...... ~ _ --,"u ........, 101 km ... _ ........ ••• l'occo,- ... .. , ...... -1· .... 100-_ .......... 0. r .. ,.,,_ .... .,.., .10 __ _,"', •• r .. h ....... _ 10 ... ~ l'nl ....... "" ......... lIo' ... ' NOO1 ... u_ ,. • ...cort km. 'u"'' ., c" .. , CO •... -.O.t.t . _,. ""'00,"" t 10', • ,'us f' "uI El _ ~ ",,'_ --..0, ...... ~,.. ., 1.,.... '- ............. ... _. 1WronoI ....... _ ......... r ...... _. __ 111". _If ..... _ .......,,_ .. ' ....... OIIiO , Do ............ _"SaKI. "" ........ 1 • klu .. Il _ -..10001 ....... , ...... .... ... ,...... ....."", oIbo_ M !., ... .. "" fi .ou. Iou, .. rl tn,_,rtItt U.. _""10 .~.. tin ",",10. du """" ...... " ."" lU ..... , ...... ,ul"m ,.... ... ,oltu'" """"OI. .. ....... .. _ ............... .... i,IrI!II, ... .... ....... b.ta ............ m, • _. .. a llll .... 1It Il .... __ "' cdo .. __ OC- fla ... _li ...... 1 .. , ,",,1Ito11 ... ~l... .. 100 " .. " ",~u .............. , ...... ' ... ........... " "0", , .. ,,.._, ~" ,_ ""01 •• ~_ 'ur 10 ,..." ...... _ '001110,'_10_ t~tI .1.1",," ,""npond ,. •• ctIlt ." .............. " •• ".i .. ou, .. " .. , t",. t Ut,. ,"' .......... offott _, .. _,. -.. -_. .t" "lb'_. . .r. ...' ...,. . ..... .0.1..-...... ...a .t_t . .. ........... 10 .,. .. _ .. olt lIItdn~. _..0_-_#.J1__ .ii U..:-A.T.

Notes

<references />