Droit et Liberté n°342 - octobre 1975

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Editorial: le pétrole et le reste par Albert Levy
    • Vous dîtes?: Controverse sur les Rosenberg par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
    • L'événement: le racisme dans l'affaire Mohamed Diab
    • Sur le vif: grève dans les foyers
    • Etats-Unis: les difficultés de l'intégration scolaire par Robert Pac
    • Dossier: Pretoria : la terreur
    • Les réalités du conflit libanais
    • Théâtre No un art sans équivalent par René Sieffert
    • Cinéma: "chronique des années de braise" de M. H. Hamina presenté par Yves Thoraval
    • La vie du MRAP: enquête pour un congrès
    • Education à la fraternité: desenfants et des étrangers par Jean Pihan

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1 la COURRIER Une connaissance réaliste J'ai 19 ans, et j'ai un profond respect de la personne humaine. Les actes de vandalisme contre les étrangers, que j'ai observés dans la rue, la méfiance, l'indifférence, et même la compassion hypocrite de certains petits-bourgeois m'ont éclairé sur le danger d'un retour à la situation des années trente et de l'instauration du fascisme; car c'est la haine raciale qui a donné naissance au fascisme, qui en est l'expression politique. Le racisme rassure nos . gouvernants dans le sens où il divise la classe ouvrière... L'agressivité restée à l'état latent dans les régions de l'inconscient est exploitée d'une telle manière, par la presse réactionnaire en particulier, que l'élément anti-social, que chacun possède en soi, trouve une issue dans des actes de vandalisme. Le caractère sadique et pervers de l'idéologie raciste doit donc être combattu efficacement. Comment? Je pense qu'il faut lui opposer une connaissance réaliste et pratique des processus de la vie sociale ... François BADOT, 21200 Beaune. Ben Barka ... Il Y a dix ans disparaissait celui quf fut Ile leader de l'Union Nationale des Forces Populaires, Medhi Ben Barka. « Témoignage Chrétien Il disait encore le 4 avril 1974 : (( Il faudra bien, un jour, qu'on sache pourquoi et comment est mort Medhi Ben Barka, notre ami » ... Aujourd'hui, devant la répression quotidienne qui s'abat au Maroc et en France sur :les militants de ·l'opposition au régime d'Hassan 11, il n'est plus possible de se taire. A quand la révision du procès ? Il faut que ce scandoele cesse. Jean-Pierre LESCOP, 95870 Bezons. Les snobs de l'antiracisme Je lis dans votre dernier numéro un article s'opposant aussi bien au non-respect de la dignité humaine des harkis qu'aux mouvements pieds-noirs qui exploitent leur ressentiment. Membre du M.R.A.P., je suis pied-noir Française d'Algérie, à Mostaganem. Dans ma famille, personne ne fait de politique. A 2 AU SOMMAIRE Vous dites 1 ... Controverse sur les Rosenberg ........ ...... ........... . p. 4 L'évènement Le racisme dans l'affaire Diab .............. . ......... p. 6 Sur le vif Grèves dans les foyers p. 7 Point chaud Etats-Unis: Les difficultés de l'intégration scolaire à Boston p. 8 D.ossier Pretoria : la terreur ........... . .. .. . . .. ... ......... . ... p. 9 La terre est ronde Le théâtre NO ......... . ............. . .................. p. 19 19 ans, alors que je fréquentais une école en France, deux professeurs se moquaient ouvertement de moi et cherchaient à me ridiculiser. A la fin de l'année, j'ai été victime d'une tentative d'assassinat. Je n'ai été témoin d'aucun comportement semblable en Algérie de la part de pieds-noirs envers des Algériens dans des écoles. Certes, il y a des mouvements pieds-noirs racistes. Mais trop de gens pensent que tous les pieds-noirs le sont, comme on pensait autrefois que tout juif est un usurier. Beaucoup de pieds-noirs sont écoeurés de voir que les snobs de l'antiracisme leur font la leçon, et que tout cela n'est que comédie. Seuls les vrais antiracistes ont le droit de dire aux pieds-noirs ,zeur quatre vérités. Les autres feraient mieux de se regarder dans une glace et de se taire. Mlle RI GALL, 78600 Mesnil-le-Roi. Le réaliste, c'est moi Page 2 du n° 339 (juin 1975), 2' colonne, votre N.D.L.R. ne démontre rien. Oui, tout est compliqué, et justement... Vous titrez : « Vive le 8 mai 1945 ! Il Victoire remportée sous la howlette d'un général de droite avec l'appui des impérialistes américains. Cela ne condamne pas .la Résistance. Idem p01J,r les Kurdes, les Biafrais, les Soudanais du Sud, les Irlandais ... Avions-nous tort, il y a 20 ans de réclamer pour ,l'Algérie le droit à l'indépendance 7 ... La vérité, c'est que dans la lutte politique, nous sommes souvent obligés de choisir un camp, avec ses (c bavures Il, parfois ses crimes. Nous le faisons tous peu ou prou. Mais j'imaginais que le M.R.A.P. était un effort de dépassement des luttes présentes, un lieu où priorité était donnée à l'honnêteté, à l'intransigeance, non seulement vis-à-vis de nos ennemis, mais vis-à-vis de nos amis, de nous mêmes, pour poser les pierres d'attente d'une société plus vraie pour nos enfants et petits-enfants. Vais-je être accusé d'être un idéaliste qui n'a rien compris à .la real politik 7 Je dis que le réaliste, c'est moi. Jacques JOUBERT, Redessan (Gard). N.D.L.R. - Bien entendu, nous soutenons tous les peuples, quels qu'ils soient, en lutte pour leur dignité, leurs droits et .le respect de leurs particularités. Pourtant, on ne peut amalgamer les problèmes posés en Algérie, en Irlande, au Biafra, en Irak, au Soudan du Sud, ou encore au Pays Basque français, en Bretagne, ou bien - c'est dans l'actualité - aux Açores, Hes servant de base aux forces américaines, dont un mouvement réclame ~a séparation du Portugal, ou à Cabinda, partie intégrante de l'Angola, mais très riche en pétrole où apparaît aussi une organisation séparatiste... Ce n'est pas manquer d'honnêteté ou d'intransigeance que de reconnattre la spécificité de Chaque cas, d'en analyser toutes les données et de rechercher des solutions spécifiques... Le débat continue. Peupler la Guyane? Il Y a quelques années, je répondais à un article paru dans cc Le Monde ", où un certain M. Delerme prétendait que la présence des Antillais en France était un danger pour la culture française, et que la Guyane était notre terre d'expansion naturelle. U prévoyait une importante montée du racisme anti-hommes de cou'leur dans l' Hexagone. Sur oe dernier point il voyait juste. Que la Guyane soit la terre d'expansion naturelle des Antillo-Guyanais, je 'le crois pour ma part de plus en plus. Car si notre apparence physique doit poser des probOEèmes en France, il nous faut . bien vivre quelque part. Mais voici que cc Paris Match Il du 16 août pUblie un article intitulé « Voulez-vous peupler la Guyane? !... Il On y découvre que nos gouvernants projettent d'insta~ler là-bas des Français de race blanche, en nombre dépassant celui des habitants actuels de ce pays, pour s'emparer des municipalités par les urnes avec une apparence de légitimité, et instaurer une domination blanche dans l'esprit que l'on peut deviner. Nous devons défendre la Guyane, afin qu'elle demeure la terre d'expansion de notre peuple, rejeté de toute part. Nous devons protéger ses richesses naturelles contre les activités d'un groupe de rapaces sans scrupules guidés seulement par leur désir de profits. D' Maurice VIRASSAMY, 11000 Carcassonne. C\rOit& I1berté MENSUEL 1%0, rue Saint-Denis, Pat:ts (Je) fél. 231.09.57 - C.C,P. Pat:ts 607N8 • Directeur de le publication : Albert LEVY • Rédaction: Jean-Loubl SAGOT-DlJVAlJROt1X Lueky THlPIJA1NE • Publie1té : au siège du journal • ABONNEMENTS • Un an :40F • Soutien : 100 F Antilles, Réunion, Maghreb, Af~ francophone, Laos, Cambodge, Nouvelle Calédonie : 4Q F. Autres pays : 55 F. Changement d'adresse : 2 P. • Imprimerie La Haye-:MureaUx Tél. 231.70.14 _ éditorial _ Le pélrole, el le resle ... Ça recommence : aussitôt annoncé le réajustement du tarif du pétrole par les pays producteurs, voilà déclenchées les grandes manoeuvres d'intoxication. Radios et « grande presse » - que l'avalanche quotidienne des hausses n'émeut guère - se lamentent sur l'augmentation prochaine du prix de l'essence. Le président Ford prétend que la décision de l'O.P.E.P. ({ accroîtra l'inflation à travers le monde », alors qu'elle en est précisément une conséquence : elle ne pennettra d'ailleurs pas de rattraper le retard pris par le pétrole brut sur le renchérissement constant des produits industriels qu'achètent les pays sous-équipés. On va jusqu'à dire que cette mesure porte un coup au ({ plan de relance ». Ce plan n'aurait donc pas tenu compte d'une telle donnée, élémentaire, et cela suffirait à compromettre le relèvement de l'économie française ? Nous ne pouvons croire à tant d'imprévoyance et de légèreté. Ce qui est vrai, c'est qu'en dehors du pétrole, la diminution constante des prix des matières premières provenant du Tiers Monde continue de fonder en grande partie la « richesse » de l'Occident. Mais il faut bien donner une explication à la crise actuelle. Et, une fois de plus, « c'est la faute aux Arabes ». Même si sept seulement des treize pays de l'O.P.E.P. sont arabes . . Même si les bénéfices des compagnies pétrolières multinationales et les taxes prélevées par l'Etat montent en flèche. Ce qui compte, c'est d'éviter une analyse objective de la situation. Nous voyons ainsi se perfectionner la technique bien connue du « bouc émissaire ». Il fut un temps où « les juifs » constituaient à eux seuls cet épouvantail contre lequel on dirigeait mécontentements, protestations et colères. Le racisme présent s'y réfère encore, mais il prend pour cible favorite « les Arabes » : ceux qui vivent en France d'abord, et tous ceux qui existent sur la terre; et cette mise en accusation s'étend, de proche en proche, à tous les peuples du Tiers Monde qui, selon Minute et ses pareils, nous menacent, nous envahissent, nous exploitent et ne rêvent qu'à notre destruction. Résultat : la haine, autre face de la peur, la violence et le crime se développent en France contre les immigrés, surtout les Maghrébins, les excitations se multipliant chaque fois que les pays producteurs de pétrole affirment leur souveraineté. Ce qui est en cause aujourd'hui, ce sont, en réalité, les fondements mêmes du racisme. En 1975, il ne suffit pas de proclamer en théorie et au seul plan individuel l'égalité des hommes. L'inégalité - on s'en rend mieux compte désormais, à travers les luttes des peuples colonisés - tient avant tout à l'exploitation économique qui, pour se perpétuer, recourt à l'oppression politique, et, pour . se justifier nourrit le racisme : « Ces gens-là », ces « sauvages », ces « fanatiques » sont déclarés incapables congénitalement de vivre libres et de contrôler leurs affaires. S'ils le tentent ou y parviennent, c'est considéré comme une agression, nécessitant une riposte militaire, dont le racisme devient une fonne de préparation psychologique. Mais le monde change. Et le soutien aux efforts des peuples opprimés pour faire prévaloir leurs droits et leur dignité, est aujourd'hui plus que jamais la pierre de touche d'un antiracisme véritable et sincère. Albert LEVY. DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE 1975 _ vous dites? _ Ils continuent de i s -1- le cr - Les Rosenberg ? coupables ! C'est la thèse fort claire à résumer, moins à défendre qu'Edgar Rubin reprend à son compte dans un article d'" INFORMATIONS ET DOCUMENTS », publication américaine officielle à destination de la France (juillet 1975'. Pour M. Rubin, cette affaire est une vaste machination, montée avec art, dont le but est... de calomnier la " libre » Amérique et de permettre aux noirs desseins du communisme inteI1Diational de s'infiltrer jusque dans l'esprit des naïfs. Une partie de la presse parisienne, évidemment, souscrit à cette thèse et Jean Dutourd écrit à propos du film de Stellio Lorenzi « Que peut contre la vérité, un ouvrage de propagande et dénoncé tout de suite comme tel ? ». Qu'Edgar Rubin utilise cette appréciation pour « replacer l',affaire dans son climat », voilà qui relève plus de la manipulation que de l'information objective. Le débat, qui a suivi le film; témoigne de l'honnêteté intellectuelle avec laquelle il a été conçu. Tous les arguments sont bons à M. Rubin qui justifie le meurtre des Rosenberg par les crimes du stalinisme. Personne ne cherche à les défendre, pas même le Parti communiste de l'U.R.S.S. qui les a condamnés solennellement, vollà bientôt vingt a,M. Rubin encore, magnifie « toutes les garanties dont bénéficaient les Rosenberg » mais, pour lui, ils étaient communistes et leur parole n'a pas à être prise en considération. Cela semble suffire à ses yeux pour justifier leUi' mise à mort. Il se scandalise du fait que « se prévalant de leurs droits constitution. nels, ils ont refusé de répondre à d'innombrables questions durant le contreinterrogatoire » ei affirme que « lorsque Julius fut interrogé par le procureur, t1 apparut clairement qu'il était tout à fait capable de mentir effrontément lorsque cela lui convenait ». C'est dépasser la mesure M. Rubin, lorsqu'il s'agit de deux êtres qui, pour défendre leur liberté d'opinion en même temps que celle de tous' les Américains, - et leur vie - utilisent une des rares garanties constitutionnelle qui leur soit restée dans un procès aussi inique. Fa:llait-ii qu'ils entrent passivement dans les schémas du mac-carthysme (progressiste et partisan de la paix communiste espion) face à une Amérique tout entière dressée cODitre « l'homme au couteau entre les dents » dans le climat hystérique de la guerre froide ? Non, il faut le redire, le droit n'était pas du côté « des magistrats aussi respectés que ceux de la cour d'appel de la 2" circonscription » ; toutes leurs toques, leurs hermines, leurs serments et leurs décorations ne feront pas qu'un homme et une femme exécutés le 19 juin 1953 soient coupables quand ils étaient innocenlts. C'est ce que démontre à nouveau la réponse que Michaël et Robert Meeropol ont faite aux différentes assertions de M. Rubin. Jean·Louis SAGOT·DUVAUROUX. La réponse de Mi haël e Ro er ., 1 .. LE TEMOIGNAGE DE Mme COX Dans une déposition, les Greenglass ont déclaré à propos d'une console que c'était un cadeau des Russes et qu'une cache y avait été creusée pour placer des microfilms. Nos pa· rents ont nié, assurant avoir acheté cette table chez Macy pour 21 dol· lars. Un témoin, Mme Cox, les a contredits. considéré· que cette nouvelle preuve .~ ne méritait pas une comparution. 13 II. - UN FAUX ~ M. Rubin affirme que cette contra· diction entre Ies témoignages de Mme Cox et de notre mère confirmait celui des Greenlass. Mais il ne men· tionne pas que cette table a été re· trouvée par la suite et montrée à Mme Cox. Elle l'a identifiée sans hé· siter. De plus, un employé de chez Macy reconnut sous serment que Macy avait vendu cette table l'année même où notre père avait attesté ,J'avoir ache· tée pour environ 21 dollars, taxes comprises. Or, le juge Kaufmann a 4 Une fiche d'hôtel était le seul do· ~ cument visant à prouver que Harry Gold avait effectivement rencontré ~ David Greenglass pour lui proposer :2 de faire de l'espionnage. Nos défen· ~ seurs ont découvert que les initiales du réceptionniste étaient contrefaites, que les caractères étaient mal impri· més, etc. Autrement dit, il s'agissait d'un faux. M. Rubin se range à l'avis du juge Weinfeld qui considéra 'qu'il n'y avait pas matière à une nouvelle compa· rution. Nous soutenons que ce point ne pouvait être élucidé que par une au· dience, avec témoins et citation à comparaître. Mais le juge Weinfeld l'a refusé, suivant le chemin indigne d'autres membres de la Justice fé· déraIe. Hélène et Morton Sobell III. - ET . DAVID GREEN GLASS ... Reste enfin le problème de l'atti· tude de David Greenglass. S'il n'était pas un espion, pourquoi avouer en être un et impHquer mensongèrement sa soeur et son beau-frère? Notre opinion n'est pas différente de celle qui est émise dans Ie film d'Alain Decaux et Stellio Lorenzi. Nous pensons qu'après l'arrestation de David, coupable de vol d'uranium, le F.B.I. a dit aux Greenglass qu'ils risquaient la peine de mort pour es· pionnage et que Harry Gold s'apprê· tait à les accuser d'être ses complices. C'est donc une grande peur qui a motivé l'attitude de Greenglass. C'est ainsi qu'il accepta de « col· laborer », ce qui signifiait mettre en cause d'autres innocents. En récom· pense, sa femme ne fut même pas poursuivie, bien qu'elle ait avoué le même crime que celui qui valut à nos parents d'être condamnés à mort. _ l'événement _ LA VÉRITÉ VAINCRA Du 13 'au 20 septembre, les fils des Rosenberg ont fait en France une tournée triomphale, invités conjoin· tement par les Editions Sociales et les Editeurs Français Réunis, à ,l'oc· casion de la parution de leur livre « Nous sommes vos fils ». Tournée qui fut une véritable course contre la montre, de Paris à Rennes, Lyon, Marseille, Aix, Nancy, Strasbourg, . Toulouse, Bordeaux, Dijon et Limoges. Dans chaque ville : le même ac· cueil enthousiaste et ému, et tout particulièrement au dîner·débat organisé par le M.R.A.P. en conolusion de ce voyage. A chaque étape, des conférences de presse ont été données : à Paris dès leur arrivée, un quart d'heure à la télévision dans le cadre de la fête de « l'Humanité », le surlendemain à l'hôtel « Lutétia » avec les éditeurs et le M.R.A.P., et dans tout le pays dans les Ubrairires où ils ont signé leur livre. Ils ont signé dans des comités d'en· treprises, comme à Bordeaux, à la Sécurité sociale, chez Dassault à Di· jon, au complexe îndustriel de Saint· Fons, près de Lyon. Si M. Rubin essaye de préjuger ce que les dossiers secrets du Gou· vernement peuvent nous apprendre, sa tentative tourne court à la lumiè· re d'au moins un élément qui nous est déjà parvenu. C'est l'indication selon laquelle un procureur adjoint a parlé avec le juge avant le procès et a obtenu la promesse que la peine de mort serait prononcée « si les preuves la justîfient ». En bref, M. Rubin a cherché à abuser le peuple français par des arguments trompeurs et par l'omis· sion de faits importants. Nous som· mes sûrs que les Français refuseront une teHe propagande tout comme ils l'ont fait en 1952 et 1953, lorsqu'ils se sont unis de toutes parts pour demander la clémence. Michael et Robert MEEROPOL. DEUX LIVRES POUR CONNAITRE TOUTE L'AFFAIRE NOUS SOMMES VOS FILS - L'AFFAIRE ROSENBERG, par Michael et Robert Meerapol. Les deux fils racontent pour la première fois leur propre histoire. Ils retracent le cauchema,r des années 1950-1954, le procès, les appels, l'exécution de leurs parents, les chicanes judiciaires sur leur propre sort. Avec la correspondance de Julius et d'Ethel, en grande partie inédite. ON CONDAMNE BIEN LES INNOCENTS, de Morton Sobell. C'est le procès Rosenberg, vécu du banc des accusés. C'est le récit des conditions de vie à Alcatraz vécues par un homme simple et cultivé qui soit raconter avec sincérité ce qu'il voit et ce qu'il ressent. Il aura it pu, comme Greenglass ou Elichter, se sauver en chargeant Ethel et Jul ius Rosenberg . Ayant dit « non» il fut condamné à 30 ons de prison et expédié à Alcatraz. Michaël (avec Gilles Ségol) Des organisations les avaient invités à participer à des débats qui ont rassemblé chaque fois de 100 à 400 personnes. Et toujours, ils ont rencontré le même espoir de voir triompher la justice. Nos comités locaux ont fait de grands efforts pour ·assurer la réus· site de cette tournée. A Paris, nos militants, les 13 et 14 à notre stand de la fête de « l'Humanité », ont dQ 0: faire face à un véritable flot humain, ccii venu demander des dédicaces à Mi· ::;: chael, à l'avocat Marsh3ill Perlin et au comédien Gilles Ségal. Le diman· che à 15 heures, plus un seul exem· plaires de « Nous sommes vos fils » n'était disponible à Paris. Les 25000 exemplaires de la première édition ont été rapidement épuisés. Aux ma· gasins du « Printemps », à Paris, 150 livres ont été vendus en deux heures, autant au stand du M.R.A.P. à la fête de « ,l'Humanité », plus encore à Rennes, 120 à Strasbourg ... Et ce furent des délégations de travailleurs venus attendre Michael à la descente du train à Toulouse ; une visite à l'hebdomadaire « La Vie Ouvrière » où le directeur Henri Krazucki, bouleversé, appris de Michael que c'est grâce aux milliers de signatures des travailleurs français, déposées sur la table du juge que lui et son frère purent être rendus aux parents Meeropol. Le diner-débat du M.R.A.P., le 19 septembre, au Cercle Républicain, ras· semblait près de cent personnes, avec aux côtés de Michael, une amie retrouvée à Paris qui allait à l'école avec lui, Marshall Perlin, Pierre Paraf, Charles Palant, Albert Lévy, StelIio Lorenzi, M" Borker, représen. tant le P.C.F., Robert Moynot, de la C.G.T., Madeleine Braun et Antoine '. ~. " .. . ), ~'~ .. ) Robby Spire pour les éditeurs, et André Ros· sel qui a publié le livre de Morton Sobell, de nombreux membres de no· tre Bureau national et tant d'amis, comment les citer tous ? .. - Pierre Paraf situa la campagne actuelle dans le contexte de toutes les luttes pour la liberté. Et Charles Palant évoqua les moments passés, le soir de l'exécution, à attendre la grâce

il rappelait les milliers de lettres

reçues ensuite. Tous nos amis quittèrent Michael très tard, gardant présents· ces mots du fils des Rosenberg : « La vérité vaincra! » DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE 1975 5 - l'événement _ Le 29 novembre 1972, un travailleur algérien de 32 ans, Mohamed Diab, était tué dans un commissariat de Versailles. Il aura fallu près de trois ans polU' que le sous-brigadier Robert Marquet, qui tira la rafale de mitraillette, comparaisse, les 18, 19 et 20 septem· bre 1975. Et dans quelles conditionlS ! NOn pas en Cour d'Assises, comme cela eût été logique, mais devant un Tribunal correctionnel, pour le simple délit d'homicide involontaire. Avec un luxe considérable de moyens, mais à travers maintes contradictions et anomalies - que les avocats de la famille Diab, M" Gisèle Halimi et Benabdallah ont mis en 'relief - tout a été fait pour accréditer la thèse de la légitime défense. Et le procu· reur a demandé pour le coupable une peine d'un an de prison, suscitant par ses propos des remous dans l'as· sistance qui emplissait la salle. Jugement le 16 octobre. Cité comme témoin par les avocats de la famille Diab, Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P., a été entendu le 20 septembre par le Tribunal de Versailles. Après avoir rappelé l'action du comité du M.R.A.P. des Yvelines aux côtés de M""e Diab, il a souligné que, dans le drame de novembre 1972, « le racisme a joué un rôle certain, sinon déterminant; ce qui signifie, en d'autres termes, que si, à la place de Moh'amed Diab, il y avait eu un Français, les choses ne se seraient pas passées de la même façon ». A l'hôpital d'abord, où, en dépit du comportement anormal de Mohamed Diab, il ne s'est trouvé personne pour comprendre que son état relevait de la médecine. Au contraire, on a attribué à ses origines, à sa « race » ce comportement : « On en a marre de ces Arabes. - a dit quelqu'un. - Ils ne nous font que des ennuis ». Et on a appelé la police. Les policiers ont affirmé qu'alors Mohamed Diab leur avait paru ivre. Ne peut·on supposer que s'il s'était agi d'un Français, on l'aurait, dans de teUes conditions, laissé partir· avec sa femme, sa soeur et son voisin qui étaient accourus le chercher pour le ramener à la maison ? Au commissariat, enfin, se succèdent une série de faits significatifs, au sujet desquels les témoignages concordent. Sans parler du tutoiement méprisant « qui est trop souvent de rigueur en pareils lieux », on insulte avec insistance Mohamed Diab : il est question, à plusieurs reprises de « sale race »; sa femme, sa $oeur son traitées de « salopes ». Puis, on l'oblige non seulement à quitter ses chaussures - ce qui pourrait s'expliquer par des raisons de sécurité - mais à se dévêtir complètement (en 6 La famille de Mohamed Diab Le racisme dans l'affaire Diab , présence de deux femmes détenues dans la même salle). Le sous-brigadier Marquet, très excité (l'analyse révè· · lera ensuite qu'il a un taux excessif d'alcool dans le sang, alors que ce n'est nullement ,le cas pour Mohamed Diab) frappe sa victime, et la menace; il crie : « Je veux le tuer ~. Et sans qu'il y ait eu de corps à corps (des témoignages de policiers l'ont confirmé à l'audience), il l'abat d'une rafale de mitraillette. Une première observation s'impose : en présence d'un homme agité, que l'on croit ivre, de telles méthodes ne sauraient avoir pour effet que de l'énerver davantage encore, ' alors qu'il aurait fallu l'apaiser. « On ne peut s'empêcher de penser qu'il y a eu là, véritablement, une provocation délibérée », constate Albert Lévy. Et il poursuit : « D'autre ' part, ce qui s'est produit dans cette salle, c'est un phénomène bien connu des psychologues et des sociologues qui ont étudié le racisme . . De l'insulte à l'humiliation, de l'hu· miliation aux coups et aux menaces, jusqu'au geste fatal, le ton, la tension montent, et celui qui possède la force se grise du sentiment de sa supériorité. Dans ce jeu tragique du chat et de la souris, celui qui domine s'exalte d'autant plus que sa victime lui résiste. Et l'ultime expression de sa puissance, c'est la suppression totale de cet Autre qu'il méprise, qu'il hait de plus en plus, et qu'il tient à sa merci. Tout paraît illustrer ici une manifestation de ce racisme des « petits blancs », eux·mêmes frustrés, humiliés, qui croient se grandir par l'abaissement, l'écrasement d'autres êtres plus faibles qu'eux, plus vulné· rables dans le contexte d'une société où l'Arabe est traitée en sous-homme dangereux » ... « On a beaucoup parlé de la « démence » de Mohamed Diab », constate le secrétaire général du M.R.A.P. « Ne peut-on pas, sera:it-ce à titre d'hypothèse, envisager qu'une poussée de rage raciste s'est emparée du sous· brigadier M'arquet ? » Ce racisme, « maladie que certains contractent et dont d'autres meu· rent », Albert Lévy le situe, pour conclure, dans un ensemble de faits inqUiétants qui ne cessent de se multiplier en France. Précisant que nous ne saurions pratiquer un amalgame mettant en cause tous les policiers, ni la police en tant que telle, il cite les nombreux cas ou des représen· tants de la force publique se sont livrés à des actes répréhensibles, et souhaite « que l'esprit de corps ne l'emporte pas sur l'esprit de jus· tice ». Après ce témoignage, le Président du Tribunal demande au sous-brigadier Marquet : « Etes·vous raciste ? »... Celui-ci répond, bien entendu, que non, et qu'il a des amis nordafricains. « On connaît aussi beau· coup d'antisémites qui disent avoir des amis juifS ! » s'écrie Me Gisèle Halimi. Mais une telle réponse suffit au Procureur pour dédouaner le meurtrier : « On ne peut être ra· ciste que volontairement », affirmera- t-il dans son réquisitOire, qui fut en réalité... une plaidoirie. • Panni les autres témoins qui sont intervenus à la demande des avocats de la famille Diab, citons : Henri Noguères, président de la Ligue des Droits de l'Homme, Marius Apostolo (C.G.T'), Pierre Evain (C.F.D.T., les écrivains Pierre Emmanuel, de l'Ac.adémie Française, Jean'Marie Domenach, Claude Mauriac, et Miohel ' Foucault, M. Bitterlin, secrétaire général de .}' Association FrancePays Arabes ·le R.P. 'Pobler, A. Gheraïeb, secrétaire général de l'Amicale des Algériens en Europe. _ sur le vif _ Grèves dans les foyers En septembre 1974 le foyer Sonacotra « Allende » de Saint-Denis entamait le premier une grève des loyers pour riposter à l'augmentation injustifiée des loyers par la société gérante. Les travailleurs résidents, en majorité immigrés, réclamaient par ailleurs des modifications du nouveau statut affiché dans les foyers. Par exemple un changement des draps plus fréquent, la reconnaissance des délégués élus, la gestion démocratique des foyers, la possibilité à chacun d'héberger exceptionnellement un ami ou parent venu de loin, qu'aucune exclusion d'un résident ne puisse se faire sans qu'elle ait été discutée auparavant entre le directeur du foyer et le comité des locataires; la mise à disposition d'un tableau d'affichage pour l'information des résidents; l'Installation d'un cabine téléphonique à l'intérieur du foyer avec des micros, pour appeler sans se déranger et permettre une évacuation rapide en cas de sinistre; l'inscription en priorité sur les listes d'admission de tout locataire obligé de quitter le foyer pour raison de santé, de travail ou familiale. Enfin, la reconnaissance des libertés individuelles de tout résident et la possibilité pour celui-ci d'exprimer ses opinions et donc de se réunir, quel que soit le caractère des réunions. La Sonacotra a tenté par tous les moyens de briser ce mouvement, afin que ce type de lutte n'atteigne pas d'autres foyers gérés par elle. Elle fit quelques concessions mineures et durcit très vite sa position en traduisant les délégués en justice pour obtenir leur expulsion, pour l'exemple. La Sonacotra essuya une première défaite en justice tandis que les résidents plus solidaires encore avaient le soutien des forces démocratiques, de la municipalité et du Antisémites en action Lôcheté, fascisme impénitent, haine d'autant plus absurde qu'elle se manifeste dans un monde où l'histo ire a condamné sans recours la peste de l'antisémitisme, comment qualifier l'attentat commis le lundi 22 septembre à 20 heures contre le Grand Rabbin Kaplan? Le M.R.A.P. a tenu à lui exprimer sa solidarité. On nous signale, à Bondy, les propos provocateurs d'un individu dont l'apparteme~t jouxte la synagogue : « sales juifs ! » et autres compliments de cet ardre, accompagn~s de musique militaire allemande: .. Attentat également cantre la synagogue de la Paix à Strasbourg. Au Blanc-Mesnil, M. Charles Lellauche, rabbin, a reçu des menaces de mart : « Sale juif, on te fera la peau ainsi qu'à ta famille ,,; et les murs ici, camme récemment dans le 20· arrondissement de Paris, se voient régulièrement maculés d'inscriptions antisémites. Ce genre de menaces s'est d'ailleurs multiplié à l'adresse des chefs religieux des communautés, ces derniers temps. Une lettre qu'un de nos lecteurs a reçu et qu'il nous a fait parvenir est significative ... un vrai morceau de bravou re ... « ... dans ma famille, nos titres de noblesse ont été obtenus uniquement sur les champs de bataille.. . contrairement à va us qui vous cachez chez les autres au lieu d'aller défendre vos synagogues. En bref, vaus êtes bien ce juif errant et maudit qui n' inspire que répugnance et mépris... Autrefois mes ancêtres lançaient leurs chiens sur les gens de votre race et les pendaient; aux arbres de la forêt pour le seul régal des corbeaux ... Plus près de nous, Hitler vaus envayait à la chambre à gaz et au four crématoire ... ». La persistance de telles mental ités ne laisse pas d' inquiéter. Il faut bien canstater que tous ces faits s'accumulent et que bien peu est fait pour expliquer à quoi ils peuvent mener. Sans doute n'est-ce pas la suppressian du «8 mai» qui fera avancer dans ce sens. En Italie, la sentence qui a frappé les auteurs de l'attentat et des inscriptions racistes de la synagogue de Milan, montre qu'il est possible d'agir; les peines de prison vont jusqu'à 2 ans et 4 mois et sont accompagnées de fartes amendes. L'intérêt de cette sentence est aussi d'être lié à la lo i contre la reconstitution des ligues fascistes et de montrer le sens d'un combat qu i reste une lutte pour que vive la liberté. J.-L. S.,-D. DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE 1975 M.R.A.P. local. Mais ce conflit avec la Sonacotra s'est étendu et de nombreux autres foyers sont en grève pour l'obtention de revendications similaires, tels les foyers du « TiersPot » à Garges-Iès-Gonesses, des « Sorbiers » à Nanterre, « Robespierre » à Bagnolet, « Romain-Rolland » et « Pinel » à Saint-Denis et d'autres encore à Montreuil, Pierrefitte et Bobigny. , Les délégués de sept foyers Sonacotra de la région parisienne se sont rencontrés récemment et ont constitué un comité de coordination. Gageons que la maturité des locataires, leur cohésion et le soutien des populations et des forces démocratiques mettront définitivement en échec les prétentions de la direction de la Sonacotra et verront enfin aboutir les conflits au bénéfice des travailleurs. Ceux-ci de plus en plus menacés par le chômage et "la crise qui frappe notre société, ne veulent pas - à juste titre - en supporter les conséquences. Souhaitons que tous les militants du M.R.A.P. qui ne sont pas encore en rapport avec ces divers foyers, le fasse rapidement pour renforcer leur lutte. L. T. Le jugement sera rendu le 21 octobre 1975, à Paris. , Ces graffiti sur les murs de nos villes. Ces 2 photos parmi d'autres, nous ont été envoyées par notre comité local de Toulouse qui a fait 3 nouvelles adhésians au M.R.A.P. lors d'une journée d'action. 7 8 ~ Joan Little est acquittée Malgré les tentatives de l'Etat de Caroline du Nord pour intimider ses juges et pour amoindrir sa défense, Joan LUtie a été innocentée par un jury composé de 6 blancs et 6 noirs. Cette jeune femme noire comparaissait depuis 25 jours devant les jurés de Raleigh (Caroline du Nord) sous l'accusation du meurtre de son gardien blanc, de ,la prison de Beauford, où elle se trouvait en attendant le résultat de son recours en appel d'une condam· nation à 7 ans de prison pour vol. Le jury a donc, à l'évidence, admis la version des faits de Joan Little qui affirmait qu'elle avait frappé - pour se défendre - son geôlier qui tentait de la violer. Cette affaire prend une très grande signification car elle prouve qu'une femme noire peut se défendre elle-même contre le viol et, plus généralement, elle montre aux Noirs du Sud que le racisme peut être vaincu. Mais pour l'appareil judiciaire de Caroline du Nord, cette affaire est une sorte de camouflet et sa rancoeur s'exerce contre les défenseurs de Joan. Son principal conseil dans cette affaire, Jerry Paul, un avocat blanc du Sud, risque une peine de prison et la radiation du barreau pour « offense à la Cour ». n avait seulement demandé au juge de cesser d'afficher son par· ti-pris pour l'accusation. Pour cela, on lui infliga 14 jours de prison et il lui fallut attendre p:resque une semaine avant d'être libéré et entendu. Déjà, Morris Dees, un autre de ses avocats, avait été expulsé de la salile du tribunal au cours de la troisième semaine du procès. On l'accusait d'avoir tenté d'obtenir un faux témoignage. Joan Little mène donc mainte- _ points chauds _ Etats-Unis: LES DIFFICULTÉS DE L'INTÉGRATION SCOLAIRE Ainsi que le Comité contre le Racisme (C.A.R.) en exprimait la crainte (1), la rentrée scolaire à Boston, le 8 septembre dernier, a donné lieu à de violents incidents, comme l'année précédente provo· qués par l'hostilité des blancs contre le « busing ». L'idée du « busing » est simple : dans une ville où l'école d'un quartier est trop blanche et celle d'un autre trop noire, on transporte par autobus des élèves d'un établissement dans l'autre, afin d'établir un certain équilibre racial et harmoni· ser l'enseignement dont le niveau est plus faible dans les écoles noires. Personne n'est satisfait du « busing » qui n'a guère de partisans en dehors des théoriciens. Ni les blancs dont les préjugés raciaux sont heurtés de front, ni les noirs qui constatent que ce « busing » s'effectue le plus souvent à sens unique : ce sont les enfants blancs qui vont dans les écoles noires et rarement l'inverse (mais on voit ce que cela donIle à Boston). D'autre part, beaucoup de noirs s'élè· vent contre l'abandon de leur culture afro - américaine qu'impose cette opération. Il est intéressant également de constater que les incidents de Bostont ont été déclenchés par les habitants des quartiers blancs pauvres pour lesquels le « busing » est ressenti aussi comme une frustation sociale, d'ailleurs exploitée par les politiciens locaux : pourquoi les petits blancs sont-ils astreints au « busing », alors que les blancs riche y échappent dans leurs « suburbs » ou envoient leurs enfants dans des établissements privés auxquels le « busing » ne s'applique" pas ? Robert PAC. (,1) Voir D et L n° 341 - Sept. 75. APRÈS LES INCIDENTS DE BOSTON Le M.RAP. a témoigné sa solidarité avec les membres du C.A.R. (Comité Antiraciste Américain) dans un appel signé par diverses personnalités. Cet appel souligne combien il est inadmissible qu'après les violences racistes de Boston, ce soient des militants antiracistes qui aient fait l'objet d'interpellation de la part de ia police. Il s'élève avec force contre les honteuses manifesnant une campagne nationale pour aider Jerry Paul à prouver qu'il n'a agi que dans le cadre de la loi américaine. La victoire de Jerry Paul revêt une très grande importance car d'autres avocats blancs du Sud peuvent être menacés et empêchés de défendre des Noirs dans des cas litigieux. Quant à Joan Little, elle doit encore passer en jugement en octobre pour son recours en appel de son accusation de vol. Elle se trouve depuis février en liberté sous caution. Robert PAC. tations qui ont marqué la rentrée scolaire à Boston et rappelle l'urgence de la lutte pour que cesse, partout dans le monde, le phénomène odieux de la ségrégation raciale. Signataires : Mesdames Michelle Vincent Auriol et Jacqueline Victor Brauner. Messieurs Louis Daquin, cinéaste; Jean Lacouture, journaliste; Michel Leiris, écrivain; Albert Lévy, secrétaire 'général du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.); Mme Françoise Mallet-Joris, écrivain; MM. ·Michel Mitrani, cinéaste; Théodore Monod, Membre de l'Académie des Sciences, Professeur honoraire au Museum; Ambroise Monod, travailleur social; Pierre Paraf, écrivain, président du M.R.A.P.; Jean Picart le Doux, artiste peintre; Jean Pihan, prêtre catholique, vice-président du M.R.A.P.; Monseigneur Guy Riobé, évêque d'Orléans; Claude Roy, écrivain; Armand Salacrou, de l'Académie Goncourt. On peut encore se joindre à l'appel. BREYTEN PRIE POUR LUI-MEME Que la Douleur existe est inutile Seigneur Nous pouvons très bien nous en passer Une fleur n'a pas de dents La Mort est bien le seul accomplissement Mois garde notre choir jeune comme du chou frais Attache-nous comme le corps rose d'un poisson . Laisse-nous nous chormer avec des papillons profonds comme des yeux Fais grâce à nos bouches nos boyaux nos cerveaux Laisse-nous goûter régulièrement l'air tendre du soir Nager dans des mers tièdes, dormir avec le soleil Rouler tranquillement à vélo les dimanches brillants Et petit à petit nous pourrirons comme de vieux bateaux ou de vieux arbres Mais éloigne de Moi la Douleur 0 SeignetK Que d'autres puissent la porter Soient jetés en prison, Broyés Lapidés Pendus Fouettés Manipulés Torturés Crucifiés Interrogés Placés en résidence surveillée Battus jusqu'au sang Soient exilés sur des îles éteintes pour la fin de leurs jours Croupissent dans des fosses humides jusqu'à devenir des os verts de vase Leur tête pleine de clous, des faux dans l'estomac Mais pas Moi Mais ne nous donne jamais la Douleur ou la plainte Dessin et poème de Breyten Breytenbach arrêté dernièrement en Afrique du Sud DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE 1975 [et suppliants La p.. e 1 o.. • 1 a • • le .... e ... L'actualité a mis de façon tragique le problème de la répression à l'ordre du jour. Le samedi 27 septembre, au petit jour, cinq hommes jeunes, mouraient, froidement assassinés par un régime aux abois et condamné par l'Histoire. Espagne ... ! Sous d'autres cieux, d'autres hommes, dans le même combat pour la liberté subissent également une répression vigilante, impitoyable, sanguinaire. Dans le poème de Breyten Breytenbach, nous lisons le formidable amour de la vie, de la vie tout simplement, qui fait que • 9 l'homme ne peut envisager sans frémir, les longs jours de l'emprisonné. L'homme qui écrivait ces vers connaît désormais le sort dont n écartait jadis avec horreur l'éventualité... en République Sud-Mricaine. En République Sud-Mricaine 1 500 personnes arrêtées chaque jour pour infraction à la loi sur les « pass »; record total des exécutions capitales avec la moyenne effarante de 2 pendus par semaine; record mondial de la mortalité infantile dans les « Bantoustans» ou réserves africaines - 1 enfant sur 2 y meurt avant l'âge de cinq ans .. . Arrêtons là l'énumération sinistre .. . Ou plutôt, un autre record... Celuilà aussi devra être cité pour ce qu'il explique : record mondial du taux ,de profit pour les investissements de capitaux. S'étonnera-t-on alors de voir de Depuis environ un mois et demi, une nouvelle vague de mesures répressives et d'emprisonnements s'est abattue sur l'Afrique du Sud, avec la particularité que, cette fois, elle ne touche plus seulement des organisations démocratiques noires mais également des secteurs importants de l'opposition an ti-apartheid dans la po· pulati0n blanche. C'est qu'en effet la montée des luttes, les changements internationaux donnent à réfléchir aux racistes au pouvoir. Depuis quelques années les grèves se succèdent, avec parfois des aspects insurrectionnels, et, malgré le contrôle policier extrême qui est appliqué, de plus en plus de voix se font entendre en faveur de changements radicaux. A l'extérieur, le no man's land colonialiste et raciste qui séparait la République sud-africaine du reste de l'Afrique s'effondre (indépendance du Mozambique, luttes de libération en Angola, en Rhodésie, en Namibie), tandis que la réprobation de l'opinion publique internationale se traduit de plus en plus dans les résolutions de l'O.N.V., de l'O.V.A., et même des différents Etats qui ont encore des rapports avec Pretoria. Ces réalités nouvelles ébranlent la conscience de nombreux blancs, d'autant plus qu'en Afrique du Sud égale- 10 grands pays comme le nôtre, par exemple, maintenir avec le régime de l'apartheid des relations telles qu'un journal raciste de Johannesburg puisse dire en parlant de la France qu'elle est « la seule amie de l'Afrique du Sud »? S'étonnerat- on de voir des dizaines d'entreprises françaises accourir, appâtées par de juteux profits, au mépris de toutes les instances internationales? Faut-il être surpris de ce que l'aide militaire que notre gouvernement a fourni jusque-là, permette désormais aux racistes de Pretoria de construire leurs propres armes, y compris les plus terribles? Et doit-on trouver incompréhensible la terreur que fait régner un gouvernement honni du peuple pour qu'une poignée d'hommes puisse continuer à accumuler de fabuleuses richesses, fût-ce au prix du sang et des larmes de toute une nation? Une vague ... ment, la crise se fait sentir avec une forte inflation, et que, par conséquent, la sécurité matérielle elle-même se trouve sinon menacée, du moins mise en cause. Des secteurs jusque là peu intégrés aux luttes politiques comme des organismes religieux, prennent des positions nettes contre l'apartheid, il en est de même pour des organisations oeétudiants, tandis que le mouvement ouvrier se développe, surtout chez les noirs, à l'avant"garde du mouvement de libération nationale. La réponse du gouvernement, c'est une répression accrue, et les dernières arrestations, sous le coup du « terrorism act », permettent d'en juger. La presse 'a fait état de l'incarcération et de la mise au secret de Breyten Breytenbach, peintre et poète sud-africain qui vivait en exil en France depuis 1961. Son mariage, en 1963 avec une Française d'origine vietnamienne, lui interdisait de revenir dans son pays : il tombait en effet sous le coup de la loi considérant comme « immoraux » les rapports et à plus forte raison le mariage entre individus de « races » différentes. Rentré clandestinement dans son pays, il fut pris et arrêté au mois d'août par les forces de sécurité sud-africaines. Le M.R.A.P., immé- Cherchez le terroriste diatement, faisait connaître sa vigoureuse protestation et formait un comité pour la libération de l'artiste. Breyten Breytenbach n'est pas le seul. Ce sont des dizaines d'hommes et de femmes qui ont été arrêtés ces dernières semaines. Des organismes (de Blancs) comme le « Christian Institute lO, le S.P.R.O. C.A.S., (Institut de recherche sur les effets de l'apartheid dans la soc i été sud-africaine) ont été complètement démantelés et leurs dirigeants arrêtés. Il est à noter que ces organismes étaient nés de prises de position religieuses ou morales contre le racisme mais qu'Us affirmaient de plus en plus clairement leur solidarité réelle avec le mouvement ouvrier et nationaliste africain. Ces attitudes sont très nouvelles dans ces milieux, d'où l'inquiétude des couches lès plus attachées à l'apartheid devant l'éventualité d'une jonction avec les nationalistes africains. Le ,problème est le même en ce qui concerne la N.V.S.A.S. (Union nationale des étudiants sud-africains) implantée dans les universités blanches anglophones et qui a vu également la plupart de ses dirigeants, dont KarelI Tip, son président, arrêtés sous le coup de la loi sur le terrorisme. .. L'APARTHEID Blancs : 4.000.000, non Blancs 19.000.000, dont les Africains 16.500.000 (env.. 1 médecin pour 400 Blancs. 1 médecin pour 44.000 Noirs. A l'Université (1972), 6.353 Africains, 84.232 Blancs. Zones blanches : 87 % du territoire. c Bantoustans ,. : 13 %. Le rapport du solaire dons les mines : de 1 (Noirs) à 20 (Blancs). Rendement annuel des Investissements U.S. 'En Afrique du Sud : de 17 à 21 %; dons le reste du monde : de 1 0 à Il % (ou COUrs de la dernière décennie). ... de terreur Vn certain nombre de personnalités universitaires comme James Polley, tuteur (aumônier) de l'université du Cap, Raymond Suttner, lecteur en droit de l'université de Natal, et en Namibie le révérend Zephenia Kameeta, Africain, responsable du « Paulinum Theologicum Seminary » de Ottjimbingwe, ont subi le même sort, ce qui manifeste bien l'étendue 'de la crise que traverse toute la société sudafricaine. Cette crise se manifeste également dans la presse dont une partie jubile devant l'efficacité de la répression, tandis que certains autres journaux, pourtant très favorables à la politique raciste, s'interrogent sur les excès auxquels elle mène. C'est ainsi qu'on peut lire dans « Die Vaterland » : « La détention sans procès, aussi ~tale qu'elle puisse paraître pour la sécurité de l'Etat, est devenue de plus en plus difficile à défendre. Même des dirigeants du Parti nationaliste sont de plus en plus embarrassés à ce sujet ». Bien entendu, et parallèlement à ce qui se passe actuellement dans la société blanche, la répression reste massivement et principalement appliquée aux noirs et d'abord au mouvement ouvrier, quelles qu'en soient les manifestation. C'est ainsi que le 21 septembre, 142 ouvriers d'une boulangerie industrielle ont été arrêtés pour fait de grève. Vn séminaire noir vient d'être également fermé, tandis que tous les dirigeants de la S.A.S.O. (Organisation des étudiants sud-africains), une organisation d'étudiants noirs nationalistes, connaissent eux aussi l'univers carcéral du régime raciste, l'un des plus sombres du monde, où l'isolement total et la torture généralisée s'allient pour tenter de briser physiquement et moralement les hommes qui se sont levés face à un système de gouvernement qui est la honte de l'humanité. Rien ne peut empêcher pourtant que se poursuive la lutte de libération nationale. Ainsi, les menées du gouvernement de Pretoria pour démanteler la Namibie se sont heurtées à la résistance du peuple, tandis que quelques « chefs » fantoches venaient « dialoguer » avec les racistes pour une soi-disant « conférence constitutionnelle » et découvraient avec stupeur les micros qu'on avait auparavant placés sous leurs lits ... sans doute pour favoriser le « dialogue » ... Les l'euples ne s'y trompent pas et celui de

Amoureux de vivre à en mourir 

Vivre sous l'apartheid, si l'on croit à la dignité du nom d'homme, si l'on se lève et que l'on chante, c'est aussi, souvent, savoir mourir. Il y avait un grand poète, un chanteur grave qui était aussi un ouvrier. Il se nommait Vuyisileo Mini. Dirigeant cfe l'ANC, il fut arrêté en 1964 et condamné à la peine capitale. « Amoureux de vivre à en mourir 'II, du fond de son cacnot il chantait l'espérance: « Thot' umthwalo Buti sigod'uke balindile comama noo oab' ekhaya ,. (c Prends tes affaires, mon frère, et partons, Nos pères et nos mères nous attendent à la maison ,.) Ben Thurok, démocrate blanc, enfermé dans la même prison, nous rapporte les moments ultimes de la vie exemplai,re du poèt.e : « La dernière soirée fut d'une tristes.se accablante. De leurs cellules de condamnés à mort, les héros annonçaient aux autres occupants de la prison, par un chant doux et mélancolique, que leur fin était proche ... Ce n'est que tard dans la nuit que leur chant s'arrêta, et que la prison sombra dan.s un silence inquiét~nt. J'étais déjà éveillé lorsque le chant reprit tôt le matin. De nouvea.u, cette musique si tragiquement belle s'éleva d'entre les barreaux des fenêtres, emplissant de ,son écho la promenade, allant se perdre dans les immenses COUI'SJ de ICJ prison. C'est alors que, de façon inattendue, la voix de Vuyisile Mini retentit dans les couloirs silencieux. Vraisemblablement juché sur un tabouret, pour pouvoir parler par un ' trou d'aération ménagé dans le mur de so cellule, il lança en' langue Xhosa, de so voix de basse reconnaissable entre toutes, son ultime message au monde qu'il allait quitter. D'une voix à la fois pleine d'émotion et d'un défi indomptable, il parla de la luttl~ de l'African National· Congress et proclama sa foi absolue dans la victoire future. Puis Khayinga et Mkaba enfreignirent à leur tour tous les règlements de la prison en criant leurs adieux. Peu après, j'entendis s'ouvrir la porte de leur cellule. En tendant l'oreille, j'enteltcfis un murmure de voix, puis les trois martyrs entonnèrent une ultime . et poignante mélodie qui sembla résonner dans la priso" tout entière pour disporaÎtre ensuite progressivement dans les profondeurs du quartier des condamnés. » DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE 1975 11 Namibie, guidé par la S.W.A.P.O. sait ce qu'il en est de ce « dialogue », alors que la répression vient à nouveau de frapper et que l'on estime à 200 les personnes arrêtées dans l'Ovamboland pour « menées subversives » à la suite de l'assassinat du « premier ministre » de ce « foyer national ». Cette longue énumération, malheureusement dictée par l'actualité, permet de montrer la vanité de tous les discours - repris complaisamment par une certaine presse - sur l' « évolution automatique lJ) du régime raciste de Pretoria, en même temps que l'étendue de la protestation et des mouvements d'opposition dans la société sudafricaine. Désormais, la police de l'apartheid doit s'attaquer non seulement aux mouvements nationalistes dont l'influence s'accroît, au mouvement ouvrier qui s'appuie sur les nécessités économiques pour réclamer une qualification professionnelle pour les noirs, la possibilité de négocier ' directement l'augmentation des salaires, etc., mais aussi sur des secteurs importants de l'opinion démocratique blanche qui prend de plus en plus conscience qu'il n'y a qu'une solution : rejoindre le combat pour la libération du pays, contre le racisme et l'exploitation effrénée de l'homme par l'homme. Tous les hommes arrêtés pour ce combat dans les deux derniers mois risquent leur vie dans les geôles de Vorster. Leur lutte est aussi la nôtre. Racine MAIGA. 12 peut recouvrer à peu près n'importe quelle forme d'action politique qui ne va pas dans le sens de l'apartheid. Un groupe est actuellement poursuivi en vertu de cette loi pour avoir distribué des tracts hostiles au régime. Le minimum de peine prévu est de 5 ans de prison. La peine de mort est également prévue dans certains cas et souvent appliquée. Le mécanisme de cette loi est de fixer des \ inculpations par de larges qualifications pénales dès que les apparences d'activités syndicales, politiques ou raciales ca peuvent être définies comme étant ~ des actes d'opposition au régime, ~ des actes de violence et par ex~ tension, des actes de terrorisme. ü Ce texte est à rapprocher de celui ] de la récente législation espagnole . ëi et du décret-loi anti-terroriste. Au « Balindile coma ma noo bob' ekhaya ,. (Nos pères et nos mères nous attendent à la maison) Vuyisilé Mini La loi anti-terroriste d'Afrique du Sud La loi anti-terroriste d'Afrique du Sud doit être examinée sous ses aspects de législation spécifique et dans le contexte général du régime d'apartheid. Cette loi se présente comme un texte de répression dans le domaine de l'action anti-terroriste. Elle adopte pour la définition ' du terrorisme la formulation « toute action qui a eu ou qui aurait pu avoir pour effet de causer un embarras dans l'administration des affaires de l'Etat, toute action qui fournit aide ou encouragement à une action politique ayant pour but d'amener un changement social ou économique avec ou sans l'aide d'une partie étrangère ou internationale ou d'une institution étrangère ainsi que toute action qui engendre des sentiments d'hostilité entre blancs et non blancs. » Le terrorisme défini de cette façon B . plan de la technique pénale, deux ~ reproches fondamentaux peuvent être dirigés contre ce texte. Le prèmier est l'appréciation des qualifications et des incriminations. Le mot « terrorisme » comme le mot « violence » n'a pas de définition stricte au sens juridique du terme en droit pénal ou en droit international pénal. Il n'y a pas un terrorisme mais des activités terroristes qui devraient être définies dans des textes particuliers ainsi la piraterie aérienne, ainsi le hold-up ou d'autres crime.s ou délits spécifiques. Recouvrir du mot terrorisme ou du mot violence toute une catégorie d'actions permet évidem· ment aux pouvoirs publics de mettre en cause ceux dont l'activité est hostile au régime ou animée par une . idéologie antagoniste, ou ceux qui agissent en réaction contre une violence systématique, même si celle-ci est l'oeuvre de la législation appliquée dans le pays concerné. La deuxième critique porte sur l'absence des garanties dans la mise en application du texte. La première violation est celle opérée par la loi elle-même dont l'effet rétroactif est prévu, contrairement à tous les principes de la Charte universelle des Nations Unies et des conventions internationales des Droits de l'homme. La deuxième violation consiste dans l'insuffisance des moyens et des mécanismes qui permettraient d'assurer pleinement le contrôle et la défense des' droits des accusés. Aux termes de la Déclaration universelle des droits de l'homme sont reconnus, en effet, comme droits essentiels le droit à un procès public et le droit assurant la libre protection de sa LA REPRESSION des chiffres Africain sur 4 connaît la prison chaque année. Loi sur les pass : 1.500 arrestations par jour. Nombre moyen de détenus en 1974 : 96.600. Lois dites " de sécurité ,. : 320 détenus. Loi sur le terrorisme : officiellement 73 détenus. Exécutions capitales : une moyenne de 2 par semaine. Evolution du budget des forces de « sécurité ,. : 1972-73 : 19.250.000 F env. 1973-74: 31.150.000 F env. 1974-75 : 43.876.000 F env. défense. Les récents procès ont néanmoins marqué un progrès dans cette voie. Cette législation ignore également cet autre principe suivant lequel l'individu soumis à une forme particulière d'oppression peut exercer une certaine résistance à cette oppression; mais le droit de rébellion n'a pas été encore expressément reconnu en droit in· ternational public. Si l'on analyse davantage la loi anti-terroriste d'Afrique du Sud, on se rend compte qu'elle est en réalité des· tinée non pas à poursuivre unique· ment le terrorisme au sens qu'on donne habituellement à ce mot, action de piraterie ou action de violence, arrestation et séquestration d'otages pour des besoins criminels de droit commun mais aussi comme moyen de renforcer la législation anti-apartheid et le moyen de faire obstacle à des actions, mouvements d'opposition qui, de puis quelques années, s'intensifient pour lutter contre l'apartheid. Un chapitre particulier de cette loi en marque le caractère arbitraire. ! C'est la disposition de la section 6 aux termes de laquelle un offi- l cier de police du rang de lieutenant· g colonel ou d'un rang supérieur qui :l t a des raisons de penser qu'une personne ·s'abstient de communi- t~f. quer à la police des renseignements relatifs au terrorisme peut en ordonner l'arrestation et l'incarcération pour une durée indéterminée. Seul, le ministre de l'Intérieur ou un fonctionnaire, peut prendre contact avec la personne ainsi détenue. Celle-ci peut recevoir la visite d'un magistrat tous les 15 jours mais le magistrat n'est pas tenu DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE de rendre compte de l'état dans lequel elle se trouve ou de prendre des mesures à la suite des plaintes formulées par le détenu. Aucune juridiction ne pourra organiser la relaxe du détenu ou statuer sur la validité de sa détention. Cette loi a paru tellement inique que, par un geste rare dans les annales des Nations unies, l'assemblée générale de l'O.N.U. a demandé, le 19 décembre 1968, son abolition au gouvernement sud-africain. Si l'on rapproche cette loi antiterroriste de l'ensemble des dispositions en matière d'apartheid, on est amené à considérer que le gouvernement d'Afrique du Sud a voulu ainsi renforcer sa répression contre les leaders de l'opposition et contre les écrivains ou journalistes qui tentent, en Afrique du Sud, d'éclai-' rer l'opinion publique et de l'amener à reconsidérer le problème de l'apartheid. La lutte de ceux qui sont victimes de l'apartheid ne doit pas être soumise à cette législation empêchant l'exercice du droit de réunion et l'exercice du droit qu'a tout individu d'exprimer ses convictions politiques ou religieuses. Dans la mesure même où elle ne permet pas aux Africains d'exercer pleinement leurs droits civiques fondamentaux, il est certain que ceux-ci doivent pouvoir trouver dans une organisation pacifique le moyen de lutter contre cette législation. Or, au terme de la loi antiterroriste, même les communiqués de leurs organisations peuvent être assimilés à des propagandes antinationales et par conséquent donner lieu à des poursuites pouvant aboutir à des condamnations. Aussi, il appartient aux Nations Unies de renforcer leur action au service de la justice sociale en Afrique. Me Louis PETTITI. La résistance à l'oppression en Afrique du Sud Traqué par la police, Amos Gexella sera oc suicidé ,. quelques minutes plus tard Chaque fois que nous présentons le problème de l'apartheid dans des réunions publiques, la même question revient immanquablement

« Mais enfin, que font les

Africains contre cette oppression inouie ? » Avant de répondre, il faut rap- 1975 peler dans quelles conditions cette lutte se déroule. Il faut savoir, et on ne le repetera jamais assez, qu'aucune autre société que celle de l'Afrique du Sud n'a réussi à mettre au point 13 méthodiquement, scientifiquement, avec raffinement, un système d 'oppression qui laisse aussi peu de chances à l'opprimé de se rebeller. Pour le comprendre, il faut avoir vu ces hommes et ces femmes qui ont su organiser la résistance malgré les obstacles et qu'on laisse partir en exil après quelques années dans un camp de concentration parce que l'on sait qu'ils sont devenus inoffensifs. Il faut voir ces anciens combattants l'âme brisée même si la rage demeure. L'incroyable, en Afrique du Sud, ce n 'est pas l'absence de résistance, mais bien au contraire cette faculté qu'elle a de renaître après chaque décapitation. La lutte se poursuit partout. La lutte des travailleurs contre l'exploitation et les conditions de travail. La lutte des étudiants et des intellectuels contre le racisme dans les lois, l'éducation, l'information. La lutte des femmes contre la séparation forcée de leurs enfants et de leurs maris. La lutte des Eglises et des libéraux blancs contre l'immoralité et l'inhumanité du système. La lutte des sportifs contre le racisme dans le sport (qui joue un très grand rôle dans cette société). Et même la lutte de quelques industriels « éclairés » contre les as p e c t s inutilement vexatoires, odieux et donc trop dangereux du système. Toutes ces luttes remplissent les colonnes de la presse de langue anglaise. Mais il y a aussi la résistance spontanée, qui n'est pas toujours reconnue comme telle par ses auteurs. Ainsi les gens qui « oublient » de régulariser leurs papiers et que la police arrête par milliers chaque jour. Ainsi le refus de faire c"ertains métiers comme le travail dans les mines. Ainsi l'extension de la violence. La résistance organisée sous la direction, en particulier, de l'African National Congress est clandestine à l'intérieur même de l'Afrique du Sud. Depuis l'exil, la direction de l'A.N.C. maintient un contact Visage de la répression 14 Extraits de la déposition de Bram Fisher, dirigeant du parti communiste SudAfricain (clandestin) lors de son procès: ... C'est pour être loyal envers tous ceux que l'apartheid avait dépossédés que j'ai rompu mon engagement envers la Cour, que je me suis séparé de ma famille, que j'ai feint d'être quelqu'un d'autre et que j'ai accepté de vivre comme un fugitif. Par égard pour les prisonniers politiques, les interdits de séjour, ceux qui avaient été réduits au silence ou assignés à résidence, je ne pouvais rester spectateur : il me fallait agir. Je savais ce qu'ils attendaient de moi et j'ai agi en conséquence. Je me sentais responsable, non pos devant ceux que les souHrances des autres laissent indifférents, maÎ.l devant ceux qui y sant sensibles. Je savais qu'en respectant avant tout leur jugement, je serais condamné par ceux qui ne demandent qu'à être considérés comme de bons citoyens. Je ne puis regretter la condamnation qui pourra en résult~r pour moi. ... Je supporterai avec courage toute sentence que le tribunal pourra prononcer contre moi. Je puiseroi en partie ce cau rage dans la satisfaction de savoir que pendant 2.5 ans du moins je n'ai pris aucune part, pos même par une acceptotion passive, au monstrueux régime de discrimination que nous avons érigé dans ce pays et qui est devenu légendaire dans le monde civilisé d'aujourd'hui ... Condamné à la réclusion à vie. Décédé le 8 moi 1975. permanent avec les cadres de la résistance qui n 'ont jamais quitté le pays ou qui sont parvenus à y retourner. Après de nombreuses tentatives d'implanter une guérilla urbaine et dans le maquis, qui se sont toutes soldées par un échec, les dirigeants ont, pendant un temps, concentré leurs efforts sur la nécessité d'isoler le régime de Pretoria sur la scène mondiale et de le couper de l'aide déterminante qu'il reçoit de l'Europe et des Etats-Unis. Cependant la lutte armée de libération surviendra sans aucun doute dans un avenir qui n'est pas si lointain. Depuis 1970, la lutte contre l'oppression s'est faite plus massive. Les grèves et les grévistes se comptent par milliers, alors que les grèves et les syndicats sont horsla- loi. Après la vague de répression qui s'est abattue ces derniers mois sur le pays la protestation s'est manifestée avec vigueur par des manifestations étudiantes, des pétitions, dont une demandant l'abolition dû « Terrorism Act » a obtenu plus de 10000 signatures, chiffre énorme si l'on sait qu'une telle initiative peut entraîner pour les signataires des poursuites judiciaires au titre de cette même loi. L'apartheid doit disparaÎtre A l'extérieur le monde semble prendre conscience de l'inhumanité de l'apartheid et une campagne in-ternationale est menée pour son abolition, comme en témoigne l'expulsion des délégués sud-africains à la 29' Assemblée générale de l'O.N.U. En France, nous sommes doublement concernés: en tant qu'hommes qui ne peuvent accepter l'op· pression d'autres hommes, et en tant que Fr ançais, citoyens de l'un des pays qui fournissent le plus d'armes aux oppresseurs. Tout ce qui se dit, tout ce qui s'écrit en France sur l'Afrique du Sud est reproduit, amplifié, commenté, porté aux nues ou dénoncé en première page dans la presse de Johannesbourg, du Cap, de Durban et de Pretoria. Tout ce qui, de Le temps de l'esclavage près ou de loin, semble justifier l'apartheid : l'opinion d'un journaliste, la visite d'un parlementaire, l'acceptation d'équipes sportives, la tournée d'un artiste, bref tout ce qui tend à montrer l'Afrique du Sud comme un pays comme les autres, est exploité par les mass media et les politiciens racistes au profit de la continuation du système. En revanche, la moindre manifestation d'hostilité à leur égard est perçue par les racistes comme la fin de leur monde. Les 2 000 personnes qui, l'automne dernier, sont allés crier « Rugby oui, racisme non », sous les fenêtres de M. Mazeaud à Paris représentaient, pour" les dirigeants sudafricains, le premier bataillon de l'immense armée des démocrates français qui saura se mobiliser contre l'apartheid comme elle l'a fait pour l'Algérie, le Vietnam, le Chili ou l'Espagne. Le poète sud-africain, Dennis Brutus, raconte que lorsqu'il était enfermé au camp de concentration ABONNEZ-VOUS à DROIT ET LIBERTÉ de Robben Island avec les détenus politiques, les gardes venaient sou- " vent les frapper à coups de bâton sans raison appm-ente. Un jour, ils apprirent d'un garde particulièrement excité qu'ils avaient « mérité » cette correction parce que de jeunes étudiants avaient occupé un court de tennis en Suède pour empêcher un match avec l'Afrique du Sud. Brutus et ses camarades étaient si heureux qu'ils ne sentirent plus les coups et se mirent à sou-' haiter que le monde offrit plus d'occasions à leur bourreaux de se « venger » sur eux. L'intervention de l'opinion internationale a sauvé de la potence les grands dirigeants de l'A.N.C., comme Nelson Mandela, ainsi que le leader communiste Bram Fischer. Dans un geste inhabituel, le Conseil de sécurité des Nations Unies avait, lors de leur procès, exprimé son inquiétude et demandé lt!u.r libération. En liaison avec toutes les organisations démocratiques françaises, les mouve" ments anti-apartheid du monde entier et l'Organisation des Nations Unies, le M.R.A.P. s'efforce depuis plusieurs années d'attirer l'attention de l'opinion publique française et du gouvernement sur la nécessité de couper tous les liens entre la France et les dirigeants racistes sudafricains. Nous devons exiger la fin réelle des fournitures militaires françaises aux nazis de Pretoria, le retrait des licences, la fin de l'immigration, le retrait des investissements, la cessation de tout commerce et la rupture des relations diplomatiques. Nous devons aussi demander plus haut encore, qùe tous ceux qui croupissent dans les geôles sud-africaines parce qu'ils haïssent le racisme soient immédiatement libérés. Action anti · apartheid du n1.B.A.P. Le 23 septembre, même une lettre ne pouvait entrer à l'ambassade de l'apartheid. C'est la réponse, bien dans la ligne de la politique de « dialogue » de Vorster, qu'ont reçu les 21 organisations à la pétition qui demandait la libération de Breyten Breytenbach et des autres emprisonnés. Le M.R.A.P. qui était à l'origine de cette initiative a également fait des demandes auprès des autorités françaises concernées et des représentants des groupes parlementaires. Une information a été faite à la Biennale de Paris à l'aide oeune affiche que l'on peut obtenir pour 5 F au M.R.A.P. et d'un tract intitulé « un peintre en prison en Afrique du Sud ». Il faut faire plus. D'ores et déjà tous ceux que le problème concerne peuvent rejoindre la commission contre l'apartheid du M.R.A.P. De plus on peut se procurer au siège du mouvement du matériel d'information: dossiers de l'O.N.U. (en particulier une petite brochure très bien faite : « L'apartheid un crime contre l'humanité »), un film : « Témoignage », un livre: « Anatomie de l'apartheid » (12 F + 3 F de frais d'envoi). PIEDS SENSIBLES Les chausseur.s du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (6') RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (M" Sèvres - Babylqne) (l0") GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d'Eau)


MagaSins ouverts tous les lundis --------

DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE 1975 15 16 DU un nouvel ouvrage des éditions droit Ir liberté de la mode enfantine dans le cad re R I.E. ... " bibliothèque antiraciste" 72 pages dont 35 photos 32 F + 3 F de port PASSEZ VOS COMMANDES DES MAINTENANT a "DROIT ET LIBERTE" 120, rue Saint-DenisParis 75002 - C.C.P. : 6070 - 9B PARIS PAR 1 S Plp PRESIDENT D'HONNEUR: Léon LYON-CAEN (1877-1967) ; PRESIDENT : Pierre PARAF; VICE·PRESIDENTS : Charles PALANT, Abbé Jean PIHAN, Fred HERMANTIN; SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY; COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG, Bâtonnlllr Paul ARRIGHI, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Almé CESAIRE, Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max-Pol FOUCHET, Jean HIERNAUX, Pierre JOXE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON-CAEN, Jacques MADAULE, René MAHEU, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD, Henri NOGUERES, Etienne NOUVEAU, Jean PICART LE DOUX, Emile POLLAK, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Monseigneur Guy RIOSE, Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Jean SURET-CANALE, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS. Jacqueline VICTOR BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Robert ATIULY, Vincent AURIOL, Docteur Jean DALSACE, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN, Jules ISAAC, Frédéric JOLIOT-CURIE, Henri LAUGIER, Jean LURCAT, André MAUROIS, Darius MILHAUD, Françoise ROSAY, Marc SANGNIER, André SPIRE, Chanoise Jean VIOLET. Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix J'adhère au M.R.A.P. * Je m'abonne à Droit" Liberté * • Rayer la mention Inutile. Nom (en capitale) Prénom _________________________________________ Age . ______________________ _ Profession _____________________________________________________ • ____________ _ Adresse ____________________________________________________________________ _ Code postal ___________________________ Ville ________________________________ _ La montant de la carte d'adhésion (à partir de 20 frenes) est lals86 à l'appréciation du souscripteur, salon sas possibilités, compte tenu da la nécessité d'apportar la soutien le plus afflcaca à l'action du M_R.A_P. Abonnement d'un an à DROIT et LIBERTE (40 F). Abonnement de soutl.. (fOO F). Etranger (60). C.C.P. : 6070-98 - Paris. MOUVEMENT CONTRE' LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.1 120, rue Saint-Denis - Paris (2e ) ~ Téléph. : 231.09.57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris -au fil des J• ours Juan Paredes Manot Angel Otaegui, José Vaena Ramon Garcia Sanz José Luis Sand Bravo Dès 1937 Picasso exprimait par sa peinture et ses dessins le cri d'horreur de la conscience devant les ravages de la «Bête immonde» en Espagne. Le dessin que nous avons choisi est l'hommage de « Droit et Liberté JO aux cinq jeunes antifascistes assassinés le 27 septembre. Quelques jours plus tard, le vieux bourreau fasciste se faisait saluer par une foule conditionnée à la xénophobie, de la même manière qu'autrefois Hitler et Mussolini. Voilà 26 ans que nous luttons pour ne plus jamais revoir cela. La présence du M.R.A.P. aux dernières grandes manifestations antifranquistes en témoigne. Une aide "humanitaire" Saviez-vous que les pays occidentaux accordent depuis le mois de juillet une « aide humanitaire» à la jeune démocoratie portugaise. Il s'agit du rapatriement des calons angolais « abandonnés ,. par la mère patrie aux mains de rebelles-osso iffés- de-vengeance .. . Il faut pourtant y regarder de plus près. Qui arme le F.N.L.A., mouvement qui lors de la lutte de libération, fut plus souvent présent à Kinshasa, capitale du très pra-américain Zaïre, que dans les forêts d'Angola? Qui, par conséquent et pour des causes bien peu " humanitaires » a pris la responsabilité d'une guerre civile' atroce? Ceux-là mêmes - et en premier lieu les U.S.A. - qui tentent d'accréditer la thèse qu'hormis l'ardre occidental, il n'y aurait que chaos et qui ont ainsi entraîné la panique et la fu.ite de toute une population blanche qui non seulement aurait pu continuer à vivre sur la terre où elle est née, mais aurait été extrêmement utile au développement du jeune Etat : on sait en effet combien le colonialisme se soucie peu de donner à ses " sujets ,. les connaissances techau fil des jours _ au niques indispensables pour la mise en oeuvre d'un'e véritable indépendance. Il y a au sein même du M.P.L.A. des Angolais blancs qui luttent à responsabilité égale avec leurs camarades noirs pour que la démocratie s'établisse enfin dons leur pays. Ça n"est pas la couleur de la peau qui libère un peuple. Pourquoi ce temps perdu ? « N'Os paras tombant du ciel sur les « loqueteux » d'Habré » ? C'est Minute qui rêve tout haut... suffisamment tout de même pour éveiller à propos de « l'affaire Claustre ,. des relents nauséabonds de colonialisme, vaguement teintés bien entendu, d'un bon vieux racisme de papa ... Pourquoi l'hebdomadaire ne poserait-il pas quelques questions de ce genre au gouvernement

Comment se fait-il par exemple

que les otages allemands qui avaient été pris en même temps que Madame Claustre oient été immédiatement libérés? Pourquoi a-t-il fallu toute une campagne de presse plus d'un an après les faits paur que l'affaire soit connue du public? De quelle nature étaient les liens du gouvernement français avec le régime sanguinaire de Tombalbaye, avec sa police en particulier? Savez-vous pourquoi Minute ne posera pas ces questions-là? ... Passez vos vacances au Maroc Quatre 'ouvriers pe Chrysler-France, de notionalité marocaine ont été arrêtés dons leur pays alors qu'ils y passaient leurs vacances. Or, il se trouve que ces quatre hommes étaient tous des syndicalistes C.G.T. dans une entreprise où il y a un certain courag-e à l'être, quand on soit quelle répression _ fait régner le syndicat ·patronal C.F.T. et combien y sont vulnérables les travailleurs étrangers. Il se trouve que trois d'entre eux étaient candidats aux élections syndicales des 9 et 10 octobre à l'usine de Poissy. Il se trouve en outre que Chrysler est une firme multinationale dont les ramifications s'étendent dans tous les pays et que tout cela s'arrange très, très bien paur que les mesures d'intimidation dont le trust est coutumier parviennent à une efficacité maximum. La protestation vigoureuse de la C.G.T. a permis que sai'ent libérés deux d'entre eux. Mois deux sont toujours ou secret. L'affaire est à rapprocher de l'arrestation dans les mêmes conditions de Mohamed Bachi.ri, libéré depuis, après avoir été détenu durant 15 jours et avoir été torturé. Bachiri, animateur d'une troupe théôtraie, était connu paur son activité en faveur des travailleu,rs immigrés. DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE 1975 Tiens 1 tiens 1 Dangers mportante St' frallç., •• rach. de tte tlrgence pour chantier ARABIE SAOUDITE ~ -3 CHEFS FERRAILL. 3 CHEFS DE CHANT. BATIMENT ,. Religion musulmane obligat. Oépart imrnttd. lél: 945-86:26 p. 2~ toutes catégories L:es « deux pour cent d'e zinzins ,. à être tenus à l'oeil par le Ministre de l'Intérieur sont devenus, le 8 septembre à Nice, selon la même personnalité, les « catégories de la population d'où émonent les trois quarts de la criminalité française ". Gare! « Un contrôle plus étoffé et plus étroit » sera désormais exercé à l'encontre desdites catégories. Curieusement, ce passage du discours a été omis dans le résumé fait par la préfecture des Alpes-Maritimes ... De quoi s'agit-il donc ~ Peut-être ... des immigrés, « ces gens-I se complaisent dans les bidonvilles ,. à ~ n croire Minute; peut-être... de toi, lecteur, car qui te dis que tu ne fais pas partie d'une de ces « catégories dQûteuses... "Et puis, dites-moi, m'sieur l'agent, les romanichels qui sont v'nus s'installer près d'la décharge municipale, m'ont pas l'air de faire partie d'une bien bonne catégorie ". Assez! Elles sant difficiles à faire aboutir, les plain.tes concernant les prisonniers « suicidés », même si !comme cela s'est vu), un pendu se révèle à l'autopsie être mort d'une hémorragie interne, et surtout si, comme Alain Khettib, le défunt avait le tort d'être basané. Espérons que, cette fois-ci, toute la lumière sera faite, puisque plainte a été déposée par la famille du jeune homme (arrêté, rappelons-le, sur une présomption de vol qui s'avéra fausse par la suite!. Que d'rre aussi cie la mort d'Abdallah Ben Moktar qui s'est suicidé le 3 août à la prison de Loas-Iès-lille, alors que du centre psychiatrique · où il était soigné, on l'envoya directement à la cellule de correction - le mitard. Aurait-on osé pratiquer cette thérapeutique criminelle si le détenu était sorti d'une « bonne famille ,. ? Et la liste tragique des agressions s'allonge, avec l'assassinat d'Abdelkader Founti, retrouvé mort à Villeurbanne, la fusillade de la rue Tiquetonne (Paris Ill, blessant grièvement M. Bachir Laouari, un --.. 17 _ au fil des jours algérien inconnu retrouvé mort de deux coups de couteau ou ventre à VilleneuveSoint- Georges, un Portugais du nom de Do Rocha Joao, mort dans les mêmes conditions à Limoges, l'attentat raciste de Strasbourg visant cette fois l'Amicale des Algériens de cette ville. L'impunité dont bénéficient les assassins dons la plupart de ces crimes, n'est pas faite pour rendre 18 Les réalités du conDit Libanais Pour un étudiant en théologie, le Liban est sons nul doute un véritable microcosme des principales re ligions monothéistes du globe, puisque l'on n'y compte pas moins d'une douzaine de communautés religieuses, chrétiennes, musulmanes, druze et juive. Ces deux dernières étant faibles de par leur poids numérique (90.000 Druzes et 6 .000 Juifs). En fait, le Liban est partagé en deux grondes communautés : chrétienne (au sein de laquelle les Maronites prédominent avec plus de 425.000 fidèles) et Musulmane (divisée à peu près à parts égales en Chiites et Sunnitesl. Au total 800.000 chrétiens et 600.000 musulmans. Encore que ces chiffres soient sujet à caution, car le recensement sur lequel est fondé l'équilibre institutionnel du Liban date de. .. 1932. Ces précisions sur la multiconfession· nalisation du Liban aident à comprendre en quoi il est facile de déplacer sur un plan religieux taus les problèmes politiques, intérieurs ou extérieurs. Ain· si, demander une ,révision du système électoral - fondé sur les communautés relilJieuses - dans un sens démocra· tique, soulève des protestations dans le personnel politique « chrétien », cor ces communautés chrétiennes, maronites principalement, ont • reçu » de la colonisation française et du recense· ment aujourd'hui caduque des privilèges politiques, économiques et sociaux. En effet, la France, lors du « Man.dot » exercé dans l'entre-deux guerres, mais aussi lors de sa pénétration au Proche-Orient au siècle dernier, s'est appuyée sur la communauté chrétienne comme couche intermédiaire entre elle et la population libanaise. Une bour· geoisie liée à ses intérêts s'est dévelop. pée et c'est cette bourgeoisie qui reçul le pouvoir politique lors de l'indépen· dance du Liban. _ au fil des jours _ à toute une importante fraction des hommes qui travaillent dans notre pays, la sécurité à laquelle ils ont droit. C'est ainsi que la thèsE!' de « l'accident ,. a été retenue dans le cas du meurtre de Sadek Hayachi et que le sergent qui l'avait tué s'en tire avec deux ans de prisan avec sursis. La peur, elle, ne connaît pas de sursis. Pour ces raisons historiques notam· ment, on peut dire que la bourgeoisie libanaise est essentiellement chrétienne alors que les travailleurs sont plutôl musulmans. Par ailleurs cette bourgeoisie libanaise est liée culturellement (elle est souvent francophone) et idéologiquement à l'Occident qu' il soit Fran· çais ou Américain. Alors que les tra· vailleurs libanais sant à l'écoute et au diapason du mouvement de libération nationale des peuples arobes. C'est dire que les conflits de classes qui existent ici comme ailleurs (le Liban connoÎt une grave crise économique), mais aussi l'affrontement entre le mou· vement de libération nationale et l'im· périalisme (qui prend une forme aiguë dans cette région du Proche-Orient) peuvent être plus aisément peut-être qu'ailleurs transformés, apparemment, en conflits religieux (c'est dans une certaine mesure aussi le cas de l'Irlandel. Or c'est préc isément l'enjeu des der· niers événements. En effet, tenter de rassembler dans un même front pour des changements progressistes les forces démocratiques libanaises, y compris une fraction de la bourgeoisie frapp~e par la crise, face à la réaction et à la d ro ite fascisante ou, en exacerbant le confessionnalisme, rassembler derrière les hommes du pouvoir tous les chrétiens y compris les travailleurs de cette confession face aux musulmans au risque de la guerre civile et de l'éclatement du pays, tels sont les deux termes de l'alternative. Ajoutons que derrière les événements se profile le problème des Palestiniens dont les réfugiés dans les comps ou Liban sant aussi bien musulmans que chrétiens et que certains voudraient bien voir él iminés d'une manière définitive. J. V. • Beaucoup d'informations inquiétantes venant de R.F.A... Une seule pour donner le ton : cette jeune institutrice juive exerçant depuis 1971, fille d'un antifasciste ayant résidé en France, et qui vient d'être révoquée de son poste pour son appartenance au D.K.P. (parti communiste), pourtant légaL .. Quels sinistres échos ... • Touvier, toujours libre, toujours riche ... Mais son cas passe à nouveau devant les tribunaux qui examineront cette fois la recevabilité des plaintes pour « crimes contre l'humanité ", IMPRESCRIPTIBLES. • 28 février, on s'en souvient : c bavure » au bar « Le Thélème » . L'inspecteur Pire vient d'être inculpé de coups et blessures volontaires sur la personne de M' Bennachenhou, avocat ... A suivre. • Un Îlot « inhabité JO : Diégo Garcia ... Ce porte-avions naturel en plein Pacifique, quelle aubaine pour l'armée américaine; moins pour les 434 familles déportées à l'Ile Maurice, qui vivent aujourd'hui dans le plus grand dénuement. • « Ingérence inadmissible dons les affaires intérieures des US.A. » selon M. Kinsinger. Une conférence internationale de solidarité avec la colonie américaine de Porto Rico, dons les Caraïbes, s'est tenue les 5, 6 et 7 septembre à Lo Havane. • Depuis le 16 septembre les Papous sont indépendants ... Les Papous! Un cliché tenace, fait de sauvagerie, de plumes et d'os dans les narines, devra, lui aussi, sombrer dans le ridicule d'où il n'aurait jamais dû sorti,r. • Angola, bientôt l'indépendance. Beaucoup de pétrole, d'or, de diamant ont attiré beaucoup d'armes pour protéger beaucoup de capitaux.. . Beaucoup de courage et de ténacité aussi chez les militants du M.P.L.A. qui luttent pour que le mot « liberté " signifie réellement quelque chose au beau pays du « vinho verde ». • D'après M. Dablanc, haut commissaire au T.F.A.I., la France " survivra à une éventuelle indépendance de Dj ibouti » ... Quel soulagement de l'apprendre! • Quant aux travailleurs de la Réunion (mais non il n'y a pas que des chômeurs.. . mauvaises langues D, certains ont cru entrevoir à la mi-septembre le Secrétaire d'Etat aux T.O.M.D. O.M., M. Stim, loin, loin derrière une mer ... de C.R.S. ! _ la terre est ronde _ THÉATRE NO un art sans équivalent Le théâtre « des Quartier d'Ivry» vient de présenter deux nô de MISHIMA Yukio. Pour un spectateur japonais, aucune ambiguité : il s'agit bien évidemment de sujets classiques réinterprêtés et transposés à l'époque actuelle, en termes de théâtre à l'occidentale. Montrer telle poétesse célèbre du IX' siècle, centenaire, et tombée dans la misère, sous les traits d'une mendiante ramassant des mégots, ou bien remplacer l'apparition d'un spectre par un mystérieux appel téléphonique au coeur de la nuit, c'est là le droit le plus strict du poète, et nul, au Japon, ne confondra ces nô modernes avec leurs modèles du XIV' ou du XV· siècle. Pour le public français, et ce mal· gré les quelques spectacles de nô authentique qui ont été donnés à Paris ou en province (au festival de Royan notamment, en 1967) ces dernières années, il est sans doute utile de rappeler brièvement ce qu'est cet art qui n'a pas d'équivalent en Europe, sinon, peut-être, certaines pièces d'Eschyle. Directement issu pour ses prin· cipaux thèmes du cycle épique qui chantait les exploits et les malheurs des héros des deux clans Taira et Minamoto qui se disputèrent le pouvoir à la fin du XII' siècle, synthèse de tous les · arts musicaux et chorégraphiques du Moyen Age, le nô classique doit sa perfection, et la moitié de son répertoire, à un homme de théâtre complet, auteur, acteur, musicien, chorégraphe et metteur en scène, ZEAMI (1363- 1443), qui laissa en outre un ensemble de traités techniques et théoriques sur les arts du spectacle. D'autres composèrent encore du nô dans le siècle qui suivit mais la marque du génie du maître était si forte qu'ils ne produisirent plus guère que des pastiches. Tandis que les interprètes n'avaient pour principale ambition que de rester fidèles à la tradition, si bien que DROIT' ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE . .. sur des archétypes ancestraux le nô que l'on peut voir de nos jours ne diffère pas essentiellement de ce qu'il pouvait être aux environs de l'an 1500. On peut certes déplorer qu'un art qui fut populaire à ses débuts se soit figé au point de devenir une sorte de spectacle de musée qui prend des allures de rituel ésotérique, où des acteurs masqués chantent des sortes d'incantations en un langage archaïque, que les habitués euxmêmes suivent sur des livrets. Mais imagine-t-on ce que seraient des mystères de notre Moyen Age qui nous seraient parvenus par une tradition ininterrompue? Que l'on n'imagine pas' toutefois le nô comme un spectacle pour initiés, réservé à quelques chapelles. Ce fut le cas à certaines époques de son histoire, mais périodiquement il retrouvait sa vigueur et un regain de popularité, une dernière fois après 1945, quand une nouvelle génération d'étudiants s'y intéressa, quand aussi la télévision lui apporta un public nouveau et des ressources inespérées. Et pourtant le nô relève d'une conception du spectacle aux anti- 1975 Un théâtre classique .. . podes de tout ce que nous connaissons ailleurs. On l'a comparé au drame lyrique,. ce qui est admissible dans la mesure où tout le texte, à l'exception de quelques répliques stéréotypées, est chanté, où l'on juge de l'interprétation d'abord sur le plan musical. Mais la ressemblance s'arrête là, car, en aucun cas, l'on ne saurait parler de drame lorsque toute action est absente, ou plus exactement figée dans une obsession d'un héros lui-même non existant. Le personnage qui apparaît sur la scène n'est pas, en effet, le héros, mais son spectre, son ombre vaine qui hante les lieux où il vécut ses passions, et souvent sa mort. Et ce ne sera pas le héros, mais une image, une abstraction de ce héros qui représentera devant le spectateur l'illusion qu'il vécut jadis, illusion lui-même. La source d'inspiration de cet art onirique, où la rencontre entre l'acteur et le spectateur se situe au « carrefour des songes », au croisement des voies du passé et du futur, des vivants et des morts, des hommes et des dieux, cette source est dans l'idée bouddhique de la vanité de toute chose; les traités de ZEAMI montrent toutefois très nettement qu'il ne s'agit pas d'un théâtre religieux, mais d'une utilisation parfaitement méditée et déterminée, des idées religieuses du temps à des fins parfaitement profanes et d'ordre esthétique. Et dans ce sens, le nô fait partie d'un ensemble de faits culturels qui marquent au Japon l'aube des temps modernes, au moment même où l'Occident connaissait sa propre Renai~ance. René SIEFFERT. Directeur de l'Institut des Langues Orientales. Photos aimablement prêtées par l'Am· bassade du Japon. 19 _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux PEINTURE !.IVRES

La lIberté du Christ (1)

Dans une collection intitulée Il Entretiens avec II, plus qu'une simple interview, c'est un dialogue entre l'évêque catholique et un chrétien orthodoxe, Olivier Clément (auteur, en particulier, de « Questions sur l'homme »). De ces entretiens, centrés sur la mission d'un évêque dans le monde actuel, nous retiendrons ici ce qui intéresse notre combat. Ce n'est pas un hasard si Mgr Riobé est membre du Comite d'Honneur de notre mouvement : son audience a dépassé les frontières de l'Eglise, par une série d'interventions dans le domaine de la paix qui déchainèrent pas mal de remous dans les sphères politiques autant qu'ecclésiastiques ... - Témoignage au procès des objecteurs de conscience d'Orléans (janvier 1969) ; . - Prise de position contre les ventes d'armes au Brésil, puis contre les essais nucléaires dans le Pacifique. C'est alors qu'un amiral le renvoya Il à ses oignons .». Mgr Riobé remarque non sans humour : Il Si j'avais béni la bombe, aurait·il pensé que je sortais de mes attributions ? » Pourquoi ces « sorties » qui ont fait de l'évêque un « homme pUblic Il ? D'abord l'événement qui bouscule : Deux des prêtres de son diocèse étaient inculpés en janvier 1969 : Il Je ne pouvais faire autrement. J'aurais eu le sentiment de trahir l'Evangüe II. Puis l'influence d'hommes comme Helder Camara, rencontré par Guy Riobé en Amérique latine, et invité à Orléans en 1969 encore, où il dénonce l'injustice sous toutes ses formes, surtout dans les rapports entre peuples riches et peuples pauvres, et appelle à briser la « spirale de la violence 1) : misère-révolte-répression. Guy Riobé a soin de préciser: Il L'Eglise n'a pas à se substituer aux responsables politiques. Mais elle doit dénoncer l'intolérable II, et il ajoute : Il Un évêque doit donner voix aux petits, aux innombrables sansvisage JJ. Faut-il terminer par une « profession de foi » qui rejoindra bien des hommes de convictions odiverses ? Il L'une des affirmations centrales de l'espérance chrétienne, c'est que la violence n'est pas 'Une fatalité JJ. (p. 43). Jean-Bertrand BARY. (1) Par Guy Riobé, évêque d'Orléans, Stock-Cerf, 1974. 20 « Ne peignez pas de noirs, et surtout pas mêlés à des blancs, cela ne se vend pas à Londres, et notre chiffre d'affaires baisserait... ». C'est, en résumé, ce que le directeur d'une galerie londonnienne - où elle expose en exclusivité depuis bientôt dix ans a déclaré à Noemia Guerra, peintre d'origine brésilienne vivant à Paris. Sur ses toiles où éclatent le mouvement et les couleurs, des . figures de Noirs se distinguent occasionnellement da ns les danses ou les scènes de carnaval. Elle ava it présenté en 1972 des oeuvres inpirées de thèmes vaudous, qui se sont toutes vendues. Mais pour le marchand, c'est trop, il ne veut plus, écrit-il, de cette c mixture », de cette cc sorcellerie JO et, à son grand regret, il annule l'exposition déià annoncée. Ah 1 se plaint.-il, si vous aviez suivi mes conseils et peint seulement des marines ... . AUTOBIOG lE" Angela Davis. Un nom connu sinon célèbre. Une vie qui l'est peut-être moins. Du racisme quasi quotidien de son enfance aux prisons de sa maturité, Angela Davis, par son autobiographie, nous remet en mémoi· re quelques pages de l'histoire américaine récente. Comment affirmer son identité en tant que Noir, en tant que femme, en tant que communiste ? Un livre passionnant sur l'oppression de toutes les minorités. ARE C Alex Panzani avait alerté les lecteurs de Droit et Liberté sur cette prison illégale destinée aux travailleurs immigrés dont on voulait se débarrasser sans bruit. Le livre qu'il vient de faire paraître permet à chacun de consulter sous une for· me simple et vivante l'ensemble du dossier. Il permet aussi que ne soit pas enterrée une affaire où sont bafoués les principes les plus établis du droit français et dê la liberté des personnes. Un passé antiraciste La réputation de Champagney, en Haute-Saône, s'étend chaque année. Sa maison de la négritude qui a reçu 700 visiteurs en 1972, 1.500 en 1973 et près de 3.000 en 1974, de 42 nationalités, a eu l'occasion d'en accueillir encore davantage cette année. Le 1 7 août a été célébrée la 5' fête ' de la négritude et des Droits de l'Homme et inaugurée une grande exposition photographique. Celle-ci regroupait les principales oeuvres de Chester Higgins, qui montrent suivant l'expression même de leur auteur « les aspects positifs de l'expérience humaine •. DISQUES tN ANNIVERSAIRE UNE CRÉATION Alors que, de par le monde, on célèbre le trentième anniversaire de la libération des déportés, la firme CHANT DU MONDE, sous la référence LDX 74552, met en vente un microsillon (collection Chants Révolutionnaires du Monde), consacré à la Pologne et qui, par la voix d'ALEX KULISIEWICZ, ancien déporté lui-même, se fait J'écho de ces iongues heures et de leur détresse, sous le titre CHANT DE LA DEPORTATION. Par un curieux raccourci c'est de Malte que vient cet autre disque: MUSI· QUES DE CHARLES CA· MILLER!. (VISTA 1007.) Malte la fascinante, dont on ne sait peut - pas assez - qu'elle fût, après Léningrad, la seconde ville mondiale la plus bombardée durant la dernière guerre... Ce microsillon est une découverte pour le mélomane français car la musique de Camilleri n'a, pas encore, abordé aux scènes parisiennes. Depuis des années que la musique contemporaine se cherche, va dans toutes les directions, avec tous ·Ies excès que l'on connaît, il est · heureux de voir un Musicien tenter, et réussir, l'élaboration de vraies par· titions, où sa culture classique lui est un support et non un handicap de créativité. Musique neuve, sans emprunts : seulement des références, sans gratuité

toujours le son est

évidence. MANTRA est, en soi, une partition puissante, vibrante, un grand moment de la Musique de notre temps. On ne sera point surpris d'apprendre qu'un tel compositeur puisse trouver en Teilhard de Chardin (les célèbres Méditations de la Messe sur le Monde) une inspiration neuve qui correspond à sa notion d'universalité Bernard Sannler·Salabert. _ pleins feux _ pleins feux CINÉMA "Chl'onlque des années de La nouvelle a éclaté comme une bombe lorsqu'eUe a été connue, lors du dernier festival de Cannes : le film algérien « Chronique des années de braise », de Mohammed Lakhdar Hamina, remportait la Palme d'Or. Pour la première fois, un film du Tiers-Monde forçait le blocus européocentriste de ce temple de l'art et des capitaux hollywoodiens qu'est le festival de Cannes. Durant près de trois heures, divisé en cinq « volets », « Chronique » est une fresque de ,l'histoire algérienne, de 1939 à 'la révolte nationale de 1954, en passant par la terrible répression française en 1945, après « Sétif », le tout splendidement photographié en couleurs par l'opérateur italien de « La Bataille d'Alger ». Des « années de cendre », où le colonialisme français affame le petit peuple algérien, aux ma;quis flamboyants à partir du 1er novembre 1954, l'épopée d'un peuple qui se lève pour se libérer, nous est évoquée à travers deux héros « positifs », avant tout un jeune paysan qui a su dépasser la révolte individuelle mais aussi paJS:Ser outre aux mystifications des superstitions religieuses et du pouvoir des notables « béni-oui-oui ». Ce paysan est, en quelque sorte, le « bras » de la révolte, qui par son ampleur devient vite révolution. A ses côtés, ,le « fou » (le « mahbou[ » des contes maghrébins) comme le coryphée de la tragédie grecque, mais avec moins d'emphase, représente la conscience populaire dans son opposition immémoriale à l'énvahisseur, d'abord en se lamentant sur les malheurs " I.a del'nlèl'e lombe à Dimbaza " Un tombereau à ordures qui ne s'arrête iamais, une dizaine d'hommes, courant derrière pour apporter l'une après l'autre les lourdes poubelles des quartiers riches, 100 m, 150 parfois pour rattraper le véhicule, c'est en Afr:':jue du Sud, le racisme ordinaire... Cette e~cellente séquence du film « La dernière tombe à Dimbaza ., tourné clandestinement au pays de l'apartheid, n'est qu'un exemple des humiliations, des souffrances, des révoltes qui y tissent la vie quotidienne des travailleurs. Sur ces images inédites, le réalisateur anonyme nous falt aussi comprendre la nature profonde de la mise en esclavage de tout un peuple et ses liens avec les intérêts capitalistes étrangers; autant de raisons de ne pas manquer le rendez-vous qui nous est donné au Studio Satnt. Séverin à partir du 15 oc· tobre. DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE 1975 des 'petits (faim, épidémies, spoliatiOns, répression), puis, au fur et à mesure que la révolte se développe, en s'en faisant le barde. Moins axé sur la présence extraordinaire d'un personnage comme Keltoum «( la Mère »), dans « Le Vent des Aurès », et moins ambigument humaniste que « Décembre », du même réalisateur, « Chronique », qui passe sur plusieurs écrans parisiens, malgré quelques lenteurs et longueurs injustifiées, est plus « esthétique » aussi, mais pourquoi un grand film anti-impérialiste comme celui-ci ne serait-il pas beau AUSSI? " Gue"l'e du peuple en ngola" Cet autre film, réalisé par Marcel Trillat, Bruno Muel et Antoine Bonfanti donne une excellente idée de ce qu'est le combat de libération dans ce pays sur des images tout à fait remarquables. Un matériel à util iser (s'adresser au e.N.S.L.e.p., 63, rue de la Glacière, 75013 PARiSJ. • A DINGO de Richard Fleischer Il n'est pas de bans maîtres paur les esclaves noirs dans le sud raciste des U.S.A. au XIX' siècle. Leur violence et leurs exactions entra Înent la révolte des noirs. Mandingo pourrait être un bon film , mais son réalisateur n'a pas su éviter le piège d'un sadisme gratuit. • elLE (documentaires mexi· coins) Séquences filmées au Chili, notamment à l'occasion de l'enterrement du poète Pablo Neruda. Yves THORAVAL. • J'ETAIS, JE SUI, SE AI de W. Heynouski et G. Acheumann La suite de la Guerre des Momies montre les camps de concentration aujourd'hui au Chili, et ceux qui les font remplir. • VIVA PORTUGA de Malte Rauch et Serge July. Du 25 avril 74 au 1er mai 75, la « révolution des oeillets ,. au Portugal, moins telle qu'elle se passe « au sommet • que telle qu'elle est (parfois) dans le peuple. En fait, c'est une vision très fragmentaire que nous donnent les auteurs, des moyens de la lutte pc' le ·hangement au Porto ' jal. • HESTER STR E de Joan Micklin Silver Ce film américain nous conte, sans la moindre sensiblerie; l'histoire de ces juifs parlant encore le yiddish, fuyant "Europe de 1896, paur le Nouveau Monde et qui ont « découvert l'Amérique •. 21 _ la vie du m.r.a.p. _ ENQUÊTE POUR UN CONGRÈS C'est parti. .. Les comités locaux du M.R.A.P. s'emparent de l'enquête (1) lancée pour la préparation de notre congrès ... .. Le racisme, vous connaissez? ». Cette question, qui se subdivise en beaucoup d'autres, ils s'apprêtent à la poser autour d'e ux, aux simples gens, aux responsables, aux animateurs, à ceux qui connaissent le racisme parce qu'ils en souffrent, à ceux qui le combattent, à ceux-là mêmes qui n'ont pas encore pris conscience de son 'existence. Déjà, des premières réponses nous parviennent. Lorsque toutes seront rassemblées, elles serviront de base aux débats du congrès, à Paris, les 29-30 novembre. Puis, une analyse par les sociologues, qui ont conçu l'enquête, devra permettre une étude approfondie. FORCES VIVES Le texte de l'enquête, publié dans c Droit et Liberté JI) , a été tiré à part pour être largement diffusé. Il nous est commandé à des centaines d'exemplaires dans de nombreuses vill'es. Pour réaliser cette entreprise, diverses méthodes sont élaborées : ici, les « cinq questions simples » du début sont soumises aux travailleurs d' une' entreprise; là, c'est une série de questions inspirées du chapitre .. le racisme autour de vous », qui seront posées au porte-à-porte dans un immeuble où vivent des immigrés et dons un outre où il n'yen a pas; ailleurs des contacts sont pris pour recueillir des témoignages d'assistantes sociales, d'élus municipaux, de médecins, de prêtres; ailleurs encore des « tables rondes " se préparent, les unes destinées aux enseignants d'une école ou d'une ville, d'autres réunissant les représentants de toutes les organisotions intéressé'es (Français et immigrés); des recherches sur le racisme à travers la presse sont annoncées dans des classes, des Maisons de jeunes ... L'objet de l'enquête est double : établir un bilan aussi précis que possible du racisme en France, dons toutes ses formes, toutes ses manifestations, des plus flagrantes aux plus subtiles; mois aussi, inventorier les multiples initiatives prises dans les milieux les plus divers pour s'opposer à ce fléau : le congrès s'ouvrira aux forces vives du combat antiraciste, qui y feront entendre leurs témoignages et connaître leurs suggestions. UNE TACHE PASSIONNANTE C'est ce second point qui fait surtout l'originalité de l'enquête et des assises qui se tiendrant fin novembre. Nous constatons que, depuis un certain temps, la lutte contre le racisme est devenue la préoccupotion d'un grand nombre de personnes et d'associations en Fronce. Les travailleurs et leurs syndicats, les Eglises et les 22 adhérents d'organisations confessionnelles, les enseignants et la jeunesse, des chercheurs scientifiques, des journalistes, des créateurs d'oeuvre d'art, des hommes et des femmes de toutes origines, de toutes opinions politiques, y prennent une port active et efficace. Les rencontrer, examiner avec eux leurs expériences, les résultats atteints, ce qui reste à accomplir, c'est une tôche passionnante pour les militants; les comités du M.R.A.P. Les entendre au congrès constituera un renforcement considérable du potentiel d'actio n contre le racisme en France, Renforcement indispensable. Cor le racisme est aujourd'hui, chez nous, une réalité inquiétante. Préjugés, discriminations, insultes, graffiti xénophobes, antiorobes et antijuifs l' illustrent quotidiennement autour de nous. Dans l'actuel climat de violence et d'insécurité, les attentats, agressions et meurtres inspirés par la haine raciste atteignent une fréquence sons précédent. Comme toujours en temps de crise, les minorités - surtout les travailleurs étrangers - sont les premières victimes des pressions économiques, de l'arbitraire et des mesures d'intimidation; par un processus bien connu de div ision et de diversion, elles sont déclarées responsables des difficultés communes et l'on tente de détourner contre elles le mécontentement de l'opinion publique. Mais la France résiste au racisme, se mobilise pour lui faire échec. Le congrès du M.R.A.P. en apportera la démonstration. (1) Voir « Droit et Liberté " de septembre 1975. On peut demander ou M.R. A.P. le tiré-à-port. Aux Editions Droit et Liberté pour une bibliothèque antiraciste • La santé des migrants ........ . • Le logement des migrants ..... . • Une famille comme les autres .. • Un drame à Bordj-Hindel ..... . • Une école chez les Tziganes • Du côté de Barbès ........ . + 3 F pour frais d'envoi 7 F 7 F 19 F 19 F 10 F 32 F Le M.R.A.P. diffuse également les « Lettres de la maison de la mort» d'Ethe1 et Julius Rosenberg rééditées chez Gallimard (28 F + 3 F de frais d'envoi). Adressez vos commandes à « Droit et Liberté D 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris, C.C.P. 607098 Paris . , _ la vie du m.r .a.p. LA CONFÉRENCE INTERNA TIONALE DES O.N.G. sur la discrimination à l'égard des travailleurs migrants en Europe Une délégation du M.R.A.P., composée par M' Manfred Imerglick, Rose Michalowicz et Alexandre Santos Castanheira, a participé à Genève, du 16 au 19 septembre, à une conférence internationale des O.N.G. (Organisations non gouvernementales) sur la discrim ination à l'égard des travailleurs migrants en Europe, convoquée par le Comité spécial des O.N.G. pour les Droits de l'Homme et par le sous-comité sur le racisme, la discrimination raciale, l'apartheid et la décolonisation. Les O.N,G. européennes ont discuté des problèmes économiques, juridiques, sociaux et culturels des travaill'eurs migrants en quatre commissions spécifiques, auxquelles partic ipaient aussi, comme invitées, certaines organisations intergouvernementales internationales et régionales (O.N.U., Droits de l'Homme, Commissariat pour les réfugiés, Fonds pour l'enfance, etc.; Bureau international du travail, Organisation mon~ dia le de la santé, UNESCO et Organisation de l'unité africaine) et, comme observateurs, des représentants de gouvernements (Danemark, France, Italie, Portugal, Espagne, Suède, Suisse, Tunisie, Turquie, Yougoslavie, parmi d'autres) et d'organisations nationales et d'associations de travailleurs migrants (parmi lesquelles, le M.R.A.X. belge, l'Amicale des Algériens en Europe, les Commissions ouvrières espagnoles, la Fédération démocratique turque en Allemagne, la Section d'émigration du parti communiste italien, l'As.sociation des migrants marocains en Hollande, l'Intersyndicale nationale portugaise, la Fédération nationale grecque en Suède, la Fédération d'es colonies libres italiennes en Suisse, l'Association des travailleurs espagnols en Suisse, les Associations démocratiques portugaises de Genève et de Lausanne, la Fédération des as.sociations du Bangladesh en Angleterre, l'As.sociation des travailleurs hindous et la Ligue des travailleurs pakistanais en Angleterre). De France, 'en plus des t rois O.N.G. reconnues por les Nations Unies (M.R.A.P., Mouvement international des juristes catholiques (Pax Romana) et Union fraternelle entre les races et les peuples) ont participé à la conférence, des représentants du Mouvement de la paix, du Parti communiste français, de France terre d'asile, de la Commission consultative des trovailleurs portugois émigrés , en France et de la CIMADE. Les buts de la conférence avaient été définis dans les travaux préparatoires : « Encourager un groupe important d'organisations non gouvernementales (O.N. G.), internationales et nationales à établir, dans le champ de leurs possibilités, des prcgrammes ,d'activités visant à su~ primer la discrimination dont sont victimes les travailleurs migrants et immigrants et leurs familles. D La . conférence, extraord inairement animée par des travailleurs immigrés espognols, portugais, marocains, algériens, pakistana is, etc.,' a réussi à formuler, à travers les conclusions des commissions économiq ue, juridique, sociale et culturelle, et d'une , résolution f i'nale, un programme d'action que les organisations non gouvernementales puissent mettre à exécution en collaboration avec les organes gouvernementaux et les organisations de migrants, en vue d'abolir toute f'Orme de discrimination , La conférence a examiné les instruments régionaux et internationaux existants, dont les plus récents sont la Convention et la Recommandation sur les migrations dans des conditions abusives et sur la promotion de l'égalité de cha nces et de traitement des tra vailleurs migrants, adoptées par la Conférence internationale du travail en ju in 1975, et la section sur les aspects économiques et sociaux du travail migrant de l'acte final de la conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, signé à Hel sinki en juillet 1975. Elle « estime que l'action des O.N.G. devrait de plus en plus se concentrer sur l'application pratique, au jour le jour, des instruments légaux existants, qui fournissent un cadre d'action et sur la promotion des efforts qui tendent à combler les lacunes dans des domaines aussi importants que les libertés civiles et politiques, le logement, l'éducation, la santé, les travailleuses migrantes, la réunion des familles et les pratiques religieuses D' Le M.R.A.P. , qui a présenté à la commission juridique un document sur le pr'Oblème des expulsions arbitraires, voit certains de ses points de vue approuvés por la conférence. En effet, la commission juridique, dans ses conclusions, constate que « à tout moment les autorités du pays d'accueil ont le pouvoir d'expulser les travailleurs, pour des motifs indéterminés, tels que le danger que représentent les travailleurs pour l'ordre public. Les droits de défense du travailleur ne sont pas suffisamment protégés, il ne jouit pas toujours d'un droit de recours ou, quand il en jouit, l'administration a le pouvoir d'exécuter la mesure sans attendre le résultat du recours D. E.t elle recommande : « La conférence rappelle l'article 33 de la Re commandation 151 de l'O. I.T. Toutefo is il semble que le caractè re suspensif de l'exécution de la mesure d'expulsion ne devrait être soumis à aucune réserve . En ce qui conceme les motifs, il y a lieu d'exe/ure toute expulsion pour motifs économiques (vair l'a rt icle 8 de la Convention 143 de l'O,I.T.) ainsi qu'une expul- DROIT ET LIBERTE - N° 342 - OCTOBRE 1975 sion motivée par des faits qui constituent l'exercice des droits et libertés rec'Onnus aux citoyens por le pays d'accueil. « Enfin la conférence recommande aux Etats de ' supprimer le droit d'expulsion au profit dé catégories déterminées de travailleurs migrants, exemple : réfugiés politiques, travailleurs dont le conjoint a la nationalité du pays d'accueil ou qui réside dans ce pays avec sa famille depuis 10 ans, travailleurs victimes dans le pays d'accueil d'un accident de travail ou d'une maladie professionnelle oyant entraîné une incapacité permanente totale ou partielle "'. A. S.-C. en bref • M' Imerglik, membre du Bureau national du M.R.A.P ., invité por la Ligue belge pour la défense des Droits de l'Homme, a fait deux conférences, à Bruxelles et à Liège, sur la législation antiraciste en France. • Les Maisons de jeunes de Saint-Ouen (93}, organisent en octobre, avec le c'Oncours du M.R.A.P., un mois d'information sur l'immigration et le racisme. • Deux débats ont eu lieu à Gennevilliers, à l'occasion de la projection du film « Dupont Lajoie », avec la portici· potion de Pierre Leboulanger, responsable du comité local du M.R.A.P., JeanPaul Rueff, membre du Bureau nati'Onal, et Alain Bourgarel, du C.L.E.P.R. En juillet, le comité de Gennevilliers était intervenu contre les menaces d'expulsion de travailleurs immigrés arrêtés lors de la grève des usines Chausson; il s'était as· socié à un tract dénonçant les menées racistes, signé également por la C.G.T., la C.F.D.T., l'Association des Marocains en France, l'Amicale des Algériens en Europe. _ carnet _ NAISSANCES Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de Pauline, fille de nos amis Marie-Frédérique et Jean-Pierre GARCIA, d'Amiens. Nos félicitations et nos meilleurs voeux. Fél icitations et voeux, également, pour la naissance de Sophie, fille de Claude et Françoise MARON, du C.L.E.P.R. ; et celle de Boris, petit-fils de Françoise BLUM, du comité porisien du M.R.A.P. NOS, DEUILS Nous avons appris le décès de Mme Bernadette MASURE, la mère de MarieChristine Sibous, animatrice du comité du M.R.A.P. de Roubaix. Nous lUI exprimons, ainsi qu'à toute sa famille, notre amicale sympathie. Nous appren'Ons avec émotion le décès du peintre Faibrich ZARFIN, dit Schraga, ami fidèle de notre M'Ouvement. Nous exprimons à sa famille nos sincères condoléances. 23 , " • éducation à 10 fraternité _ lanls 5 Il .. • '.rh pM. -''nl, "'.". '",Ilenl de ", ..... Ie, malo de too'" ..... pHapPe ,ul _ ,,,. je-. nlllllatl.., ot lm _aldpla "-blUt.60 01.......... nr ....... l'ino "" p."''" en do."' • • U, ........ ·blli , .. 'u u.p .. pl ....... ~ .. .. m....al ,e ..... ,,"" , . ... "- - -'pul. 11"" de ""alber ... ,al • fI ~ '.1.1 ,okt .. ,,_t , AmieDa. /1. I· ..... p.... .... m .... btel ... la _ .......... H.al'" • eqel..,.-.. I d • .YI.Jt.AJ'. "'" lOri'" ..tlk. Le ùo_ : Oomnwl .0) ....... te. 1Mran", .. the:r. .,.,... ? .. été upiolUi U .I\'U'l 'labl ........ nll .... bllu 0' prlrio II ""'le l'an looMn."-- Il .. .,., fV.d ... 1d .. u. . ..... _ .... n."'lralU; 'mtrem"'..... ..1011 ... cI.-. LeI mo~n. onl Ut dl ... ... /1.& pooIDI de; cIf,.rt. 10. '1'10 _ii. lIIIoraM. /1. r~ 8aI .... lIla.af'k,o. .. .. potlt Amie ..... ~Iali 'ail irai"', _ boulROIIl. De " .xpll •• llo.. de ... 1«' _ "'" ..... ,..",. d '""" d~ta- u... .... le _ L Del IIY_ .... r,,~ I I..- Farudoole, l'tam_ rlO"1 .... , .1 ..... 1f. lCl mm"", Il ny • pd _ .. " ... d'IIr."" dln. '- .,arder, 011 • hk _Ir .... n .... __ d •• AlJlriea. LeI _ _ .. ... M-U ... I .. ~ nIi • l'Ile Maurke. Commra! vle .. t· ... de ..,11e Ile ...... tal_ , III onl JM6 l'an1,-ft • 0rI,1. ,..Jo • MoremJ. If ~I _ tranlllt .... el deo ' ... Ie .......mde_ L'aide d. M ... Ioe d '.nlmallo .. '"Ul ...... Iif ...... . 0.. ~ .. 1 tu pl'he .... "'" • la M_ .. 1.0 c.tt..... A ~, ft ..... ~ .. ,pO"" rn,,~ ~I""", .. d .... la ..te •• otldle ...... A Lonpnu . ... p ...... f_ d..... . ..... le In .. a La _taliU eMI ..... te ... l'ruopioI _ ~ ~aH 1 1 ,. _ .. iaM ........ Le ]llLJl,A..P . .. 1 .Ion latuve .. u pOIII do ........... Into ..... · 110" duo " ....... ~ n. nd. cau.. li 1.0 fruendtt. La JO'OJtdI6to da nlm 0 Durllrt 1.. _ n • • Il0'U0 . ..... .. lin d~l. _1lI"O .. _ ... ~pIe_ ... kt .. , • ...w. Le .... .... , ... ri... • tU ,",bill Il-. la _ ri"" .. ... .1 d'lm ... """" ariIdeo ... 1 ~I! ..... .. nU li ... 11. _.010" li 1 ..... Uo .. d. radMoe et do tallll_ . 11 ..... ~ fuoaprg. 0 Oornmml __ l'1M ..... pr , _. Ctrtalnl ... t."u ...... 1 tall •• 'an por1 .. 11 : J'"I~""", le Pol1 ••• : cIa ... to .. " ~I .. n ..... _1 _100 .. ,111 .... ...... de . _ eoa. )'1 ....... 1_ . .. 1 odpoalW .... ... ..., de roc ...... _ '· . .. bo1lM ." il l'kol& ""'mt. Certol ... doa.llll MIDI 1" .... .. 1 ........ LoI ..... I~ utiItIue d..., ,.....d ,,0DIht0 HI 1 ... do&d .... Il )' .... ai cIa ,,,,,,_ 1 \Opa ri""" OvN _ """pu_ ... m ••• n ...... ~ 1IKon..- ....... ent ..... _, ,al", ....... wa . ........... )' .wI ,tu. d ·alh.lleo ~I .. al"" .... d · .... '10 , ra..,. Qull leu ••• 1 ,Ulnol'. ... fai... ... .. 1. .. .... t.mIIlo, " pardr ... U, t .. t le , .. bit .... le I,......~ li . ......... Ce qui a H~ nlallMi Id •• 1 _01111. U . _ ......... anll.ool. l ... . \'Ou do ...... l'\oIo!e, J . ... PI H~. . -__. .. . _. ... .. ... _ _... ._100.-.. - _ ICU .. JlJ. " 1 •• ""'" __ "1 • _... . _, -_-__ ' '.1. _-..- ..... ".. C-.l.LP"JI.l -_"_'- -_ " __-._. .-- ".' _,1. 0. 0--" ", ~ ,,-,,. , -_1,.0. 0_ ...... _ _'- ........ ,- -__ 1' - " "-" .. "" _. _·cu ..... ",.c)' 10 ,,.,. • • _ ,.

Notes

<references />