Droit et Liberté n°340 - juillet-août 1975

De Archives
Révision de 1 mars 2012 à 10:53 par Pantchovilla (discussion | contributions) (Remplacement du texte — « </div> » par « </div>{{Notes de bas de page}} »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Editorial: un combat pour la Liberté (Rosenberg) par Albert Levy
    • Mike Meeropol: "je lutte contre la racisme aujourd'hui": entretien avec la fils ainé des Rosenberg recueilli par J. Dimet
    • Par centaines, vos lettres l'exigent: demain ils seront innocents par V. Boudier-Lecat
    • Une nouvelle affaire Rosenberg est-elle possible par Robert Pac
    • Plus de 20 ans apràs; un procès qui passionne la presse par Roger Maria
    • Pétition pour la réhabilitation d'Ethel rt Julius Rosenberg et de Morton Sobell

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

des signatures : envoyez•..• feuilles de pétition pour la réhabilitation des Rosenberg et de Sobell Faites-moi parvenir: O .... exemplaires du portrait d'Ethel et Julius Rosenberg, par Picasso (ID f l'un) D .. ~. exemplaires des "Lettres de la Maison de la Mort" d'Ethel et Julius Rosenberg (28 f l'un [J .... exemplaires du livre de Morton Sobell (39 f l'un) ~ .. exemplaires du livre des enfants Rosenberg (43 f l'un) Jè souhaite recueillir autour de moi, des abonnements a "DROIT ET LIBERTE" c:J des adhésions au M.R.A.P., envoyezmoi des bulletins A cet effet. o Je peux di stribuer des tracts o coller o Je verse 1 a somme de ...•. francs pour la campagne de réhabilitation des Rosenberg et de Sobell. cJpour l'ensemble de l'action du M.R.A.P. JE VEUX AIDER LE M.R.A.P. Prénom .................. âge .. ... . Profession .•.......... . Tél.: . . . .. . . Adresse ..................•........ somme versée: ..............•..... par C.C.P. 0 chèque bancaire 0 mandat 0 M.R.A.P., 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris o Des courses, des démarches avec ma voiture? Pourquoi pas ! Je suis intéressée par l'une des commissions spéci~lisées du M.R.A.P. : Dcampagne Posenberg - Sobe11 [JAfrique australe Dt r a v ai 11 e LI r s i mm i gr ê s [Janimation et développement [Jaction juridique enseignants ( C.loE.P.R.) o J'adhère M.R.A.P . D Je m'abonne A "DROIT ET LIBERTE" ( voir page 11 ) des des photos Daider à réaliser des panneaux d'exposition o téléphoner le M.R . A.P. Je dispose temps pour travaux de D au siège du M.R.A.P. Chaque mois je peux diffuser •••• exemplaires de "DROIT ET LIBERTE" c:JRéunir des amis chez moi pour les informer sur le M.R.A.P.; c'est possible ! [] d'accord pour participer aux activités d'un comité local C.C.P. M.R.A.P. : 14825-85 PARIS • C.C.P. Il DROIT ET LIBERTÉ Il : 6070-98 PARIS droit & liberté MENSUEL DO, l'Ille Saint-DenIs, Paria (Je) T6L .1.09.5'1 - c.c.p, Paria 6O'2N8 • Directeur de la. publication : Albert LEVY • . Rédaction : VéroniltUe BOUDIF..R-LF..CJAT Lueky TIIIPIIAINE • Administration et publicité : René BRIAND • ABONNEMENTS .Unan:40F • Soatien : 101 11' Antilles, Réunion, Maghreb, Afrique francophone, Laos, cambodge, Nou· velle Calédonie : 40 F. Autres pays : 65 P. Changement d'adresse : 2 P. • Imprimerie LA HAYE-MUREAUX Tél : 231-70-14 DROIT ET LIBERTE - N° 340 - JUILLET-AOUT 75 AU SOMMAIRE Éditorial .·1 la II/Il' : d(,\"G1lI 11/1 porlrait d'Ethel R osenberg ell prisoll , SOli jils Michaël avec MarieJosé Nat qui f ut Ethel à la télévision (photo S. Poliatchek). Un combat pour la liberté .............................. p. 5 Meeropol Un entretien avec le fils aîné des Rosenberg . . . . . . . . . . .. p. 6 Innocents Vos lettres le disent par milliers ....................... p. 8 U.S.A. D'autres affaires Rosenberg-Sobell . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 10 Dans la presse Passion autour d'un faux procès ......... . ........ . .... p. 12 Appel Signez pour la réhabilitation p. 16 3 4 IPap PRESIDENT D'HONNEUR: Léon LYON·CAEN (1877·1967) . PRESIDENT : Pierre PARAF; , VICE.PRESIDENTS : Charles PALA I ~T. Abbé Jean PIHAN. Fred HERMANTIN ; SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY ; COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG, Bâtonnier Paul ARRIGHI, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Bâtonnier Albert BRUNOIS. Almé CESAIRE. Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON. Pierre COT, Louis DAOUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE. Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS Henri FAURE, Jean FERRAT, Max·Pol FOUCHET Jea~ HIERNAUX, Pierre JOXE, Alfred KASTLER Jea'n LA· COUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEI· RIS, Gérard LYON·CAEN, Jacques MADAULE, René MAHEU. Albert MEMMI, Robert MERLE Théodore MONOD. Henri NOGUERES, Etienne NOUVEAU, Jean PICART LE DOUX, Emile POLLAK, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Monseigneur Guy RIOBE, Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU, Jean·Paul SARTRE, Lau· rent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Jean SURET·CA· NALE, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME·PATE· NOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR BRAUNER Doc· teur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS .• Robert AITULY, Vincent AURIOL, Docteur Jean DAL· SACE, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN Jules ISAAC, Frédéric JOUOT·CURIE, Henri LAUGIER, Jean LURCAT, André MAUROIS, Darius MILHAUD, Fran· çolse ROSAY, Marc SANGNIER, André SPIRE, Cha. noise Jean VIOLET. maillots de bain Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix J'adhère au M.R.A.P. * Je m'abonne à Droit & Liberté * • Rayer la mention Inutile. Nom (en capHale) ___________________________________________________________ _ Prénom _________________________________________ âge . ______________________ _ Profession __________________________________________________________________ _ Adresse ____________________________________________________________________ _ Code postal ___ _________________ _______ Ville ________________________________ _ Le montant de la carte d'adhéllon (li parti. de 20 frencs) est 1.1116 A l'appréciation du souscripteur, lelon ••• possibilité., compte tenu de 1. néces.lté d'apporter le soutien le plus efficace li l'action du M.R.A,P, Abonnement d'un an A DROIT et LIBERTE (40 F). Abonnement de soutien (100 Fl. Etranger (60). C.C,P. : 6070-98 - Paris. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX CM.R.A.P.J 120, rue Saint-Denis - Paris (2e ) " Téléph. : 231.09.57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris • En vente au M.R.A.P. LE PORTRAIT DES ROSENBERG PAR PICASSO Picasso, qui présida le premier grand meeting organisé à la Mutualité en décembre 1952 à Paris pour arracher les Rosenberg à la mort avait dessiné ce double portrait. Afin d'aider à la campagne pour la réhabilitation, le M.R.A.P. vous propose cette très belle reproduction sur papier offset (38 x 50 cm) au prix de 10 F (+ 3 F de frais d'envoi). Adressez vos commandes à cc Droit & liberté n, 120, rue St-Denis, 75002 Paris, C., ' 6070-98 Paris. "- la .......... d'li ...... J ...... Aoe .. . et .. MDOIon lobel! M.LA.p~ . ze _ s.w_~. POlio r _----------éditorial------------------ Un combat pour la liberté Vingt-deux ans après, une cc dramatique » et un débat télévisés, soudain, ont replacé au premier plan de l'actualité l'affaire Rosenberg-Sobel\. Comment expliquer ce phénomène? Il faut tout d'abord souligner le talent de Stellio Lorenzi et de ses interprètes, la convaincante fidélité d'Alain Decaux à la vérité historique. Pourtant, la diffusion d'une oeuvre admirable n'aurait pas suffi à déclencher un tel mouvement d'opinion si elle n'avait éveillé dans la conscience française des résonances profondes, ravivé une blessure que le temps n'a pas cicatrisée. Ceux qui ont vécu le drame de 1953 restent intimement convaincus de l'innocence des Rosenberg. Et le dossier complet qui vient d'être présenté n'a fait que les confirmer dans leur certitude. Ils se sont à jamais identifiés à cet homme, à cette femme, simples et honnêtes, leurs semblables, leurs proches, broyés par l'ignoble machine du maccarthysme, et dont ils ont partagé l'angoisse et la résistance, qu'ils ont accompagnés au suppl.ice par une inoubliable nuit de juin. Quant aux jeunes, nombreux sont ceux qui avaient déjà entendu évoquer cette injustice intolérable, cette puissante mobilisation impliquant des millions de personnes et s'ajoutant au patrimoine de notre propre histoire. Et ceux là mêmes qui ignoraient tout de l'événement ont découvert avec horreur ce qui s'était passé, et ressenti, par-delà les années, le besoin de s'engager à leur tour. La nouvelle campagne pour la réhabilitation des Ro- DROIT ET LIBERTE - N° 340 - JUILLET-AOUT 75 senberg et de Morton Sobell n'aurait pas pris cette brusque vigueur, enfin, si elle ne s'inscrivait dans les préoccupations et les batailles du présent. Le débat télévisé a montré clairement que les bourreaux d'hier et leurs complices, aujourd'hui honorés et promus, loin de renier leurs positions fascisantes et bellicistes poursuivent leurs objectifs néfastes, en dépit (ou peut-être en raison) des changements survenus dans le monde à leurs dépens. Aux Etats-Unis, maints procès comparables à celui des Rosenberg visent des noirs, des Porto-Ricains, des Chicanos, des Indiens, dans le contexte d'une féroce répression qui n'hésite pas à recourir aux pires brutalités. En France, où les atteintes aux libertés et aux droits démocratiques se multiplient, où l'antisémitisme persiste, où les immigrés sont sans cesse victimes de discriminations, de brimades et de violences, bien des nostalgiques de la guerre froide se sont révélés dans la lumière de l'affaire Rosenberg. Face a~x multiples formes du racisme, aux violations innombrable9l'cies Droits de l'Homme, à l'oppression fasciste et à la domination coloniale, partout dans le monde se dressent les défenseurs de la justice, et c'est le combat des mêmes contre les mêmes qui continue. Vingt-deux ans après, Ethel et Julius Rosenberg, assassinés, Morton Sobell en liberté surveillée restent mêlés à ce combat. Le rayonnement de la cause qu'ils incarnent est et restera leur véritable victoire. Nous leur devons d'agir pour la faire triompher. Albert LÉVY 5 6

. ~ 1: ~ oC

l

'ê o ~ o ë ~ Cl. POUR LA RÉHABILITATION, AVEC LE M.R.A.P. Premiers et grands moments de la campagne pour la réhabilitation des Rosenberg et de MortOIl Sobell : la coriférence de presse et la soirée de solidarité internationale organisées par le M.R A .P., les 5 et 16 j uin. Photo de droite, de gauche à droite: Pierre Paraf, A Ibert Levy , Marshall Perlin, avocat des fils R osenberg et des Sobell, Helen et Morton Sobell. Photo de gauche: Helen Sobell à la soirée à la Mutualité à laquelle participèrent Lalia Dimitrievitch, Les Quilapayun, le chanteur portugais José Afonso et Gilles Segal (Julius à la télévision). Le 18 juin, une délégation des personnalités et des organisations ayant lancé l'appel pour la réhabilitation s'est rendue à l'Ambassade des EtatsUnis, avec des milliers de lettres et de pétitions portées par Albert Lévy (photo du bas). PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9') GARE SAINT·LAZARE, 81, rue St·Lazare (MO Saint·Lazare . Trinité) (6·) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (Mo Sèvres. Babylqne) (10') GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château.d'Eau)


MagaSins ouverts tous les lundis ---____ _

MIKE MEEROPOL . « Je lutte contre le racisme aujourd'hui )) Michaël Meeropol. Un nom un peu anonyme, ou du moins qui l'a été durant de nombreuses années. Plus maintenant. Car les parents de Michaël et de Robert Meeropol ont été tués en 1953, sur la chaise électrique U.S. et s'appelaient Ethel et Julius Rosenberg. C'est le soir même du débat des (( Dossiers de l'écran» que nous avons discuté avec Michaël. (( Aujourd'hui, c'est lorsqu'on nous appelle Rosenberg que nous rompons l'anonymat JJ, explique en souriant Michaël Meerepol, (( chacun sait maintenant qui nous sommes JJ. Pourquoi cet anonymat, et soudain, cette réapparition ? Traumatisés par la mort de leurs parents, ils ont dû, lui et son frère, récupérer, se guérir. Ils n'ont pu le faire qu'en reprenant une vie normale, anonyme, ce qui leur a permis de terminer leurs études. Si aujourd'hui ils reprennent le combat, c'est que (( la situation a évolué, les gens écoutent maintenant ce que nous disons. Cette idée est encore plus forte dans la jeunesse qui comprend les explications de la (( gauche JJ, mais qfli ne sait pas encore comment sy prendre pour lutter JJ. • Le racisme tient une grande place dans la vie américaine, (( il est le moyen de diviser les travailleurs », l'antisémitisme a longtemps servi de soupape de sûreté, ((faisant dévier la colère des gens ». Aujourd'hui, la cible principale s'est déplacée. Ce sont (( les noirs, les Chicanos, les Indiens, qui sont particulièrement victimes ». C'est ainsi que la campagne pour la réhabilitation des Rosenberg est liée au combat général pour la libération des prisonniers politiques. (( Il ne faut pas être constamment tourné vers le passé. Je ne veux pas, dans vingt ans, entamer une campagne de réhabilitation pour ceux qui vont mourir aujourd'hui. La lutte pour la réhabilitation de mes parents ne peut qu'être intégrée à la lutte générale contre le racisme aujourd'hui. » Certains leaders du mouvement noir avaient parlé de (( pouvoir fasciste )1. Pour Michaël il n'y a pas fas- Michaël M eeropoi. cisme aux U.S.A., puisque (( les règles de la démocratie n'ont pas disparu . Certains ont rêvé dufascisme. Je pense que le fait que mes parents aient eu leurs positions courageuses, n'aient pas plié, a, en grande partie, empêché le fascisme de s'installer. Le pouvoir est cependant entièrement contrôlé. La démocratie existe, au niveau des élections, mais tout est soumis à des groupes de pression. Pour PIÈGE A CONVICTION Le document ci-contre, aussi anodin qu'il paraisse, fait partie de la fameuse description de la bombe A donnée par David Greenglass, frère d'Ethel Rosenberg, à la Justice américaine. C'est donc une des (( pièces à conviction » qui a entraîné la condamnation pour espionnage des Rosenberg et de Morton Sobell, un extrait du « bordereau » de l'affaire Dreyfus américaine en quelque sorte ... Marshall Perlin, l'avocat des enfants Rosenberg et des Sobell, a obtenu cette pièce du dossier de l'accusation de l'Agence de l'énergie atomique américaine. Son but est de prouver irréfutablement au monde entier, à l'aide de toutes les archives du procès, que l'affaire était une vaste machination. Pour réunir les éléments du dossier, l'avocat s'appuie sur la loi sur la liberté de l'information votée par le Congrès américain en 1966, qui permet à chacun d'accéder librement aux documents le concernant. Seule cependant l'Agence de l'énergie atomique a jusqu'ici répondu à sa requête. Le F.B.I., le Ministère de la Justice, les services d'immigration se refusent à toute divulgation. Les prétextes invoqués sont en euxmêmes des preuves de mauvaise conscience : des révélations sur l'affaire Rosenberg porteraient atteinte à la vie privée des témoins (dont D. Greenglass qui vit toujours actuellement aux États-Unis mais sous une fausse identité) et risqueraient de décourager à J'avenir les témoins que la Justice solliciterait! DROIT ET LIBERTE - N° 340 - JUILLET-AOUT 75 conserver ce pouvoir, les groupes de pression n'ont pas besoin du fascisme. » Ethel et Julius ont été exécutés Quelques vingt ans plus tard, Angela Davis a été libérée. (( C'est que l'expérience a servi. Mes parents avaient encore des illusions sur la justice américaine. Angela a mené son procès d'une manière politique. Les comités de soutien se sont créés aussitôt. Et puis la situation politique générale a évolué. Nous ne sommes plus dans la période de la guerre froide. » Mais ce changement positif ne doit pas faire oublier les prisonniers politiques qui restent dans les prisons américaines, les détenus abattus (comme Jackson), (( ceux que l'ont dit droit commun et qui sont des politiques ». Michaël Meeropol nous a quittés à quatre heures du matin, peu avant son départ de France. Il tint à remercier le M.R.A.P. pour son action passée et présente contre le racisme. Jacques OlMET 7 Il a suffi d'une série d'émissions - cette fois à l'honneur de la télévision française - pour que refleurisse au coeur du pays le souvenir des Rosenberg. Un souvenir chargé d'émotion mais qui surtout porte en lui la volonté d'agir : par milliers, les signatures au bas Je rappel pour la réhabilitation (voir page 16) ont affiué au M.R.A.P. Et aux gestes de solidarité avec l'action engagée (participation militànte, contributions financières) sont venues s'ajou' ter des centaines de lettres dont on lira ici la teneur. Elles expriment, mieux que tout discours, la haute conscience de ceux qui, humblement, sincèrement, sont déterminés à vaincre tout racisme, tout sectarisme, tout fascisme ... (( Ma signature n'a peut-être pas beaucoup d'importance à côté de celle des grands personnages qui ont contresigné la pétition. Mais si tous les Français faisaient comme cela, je crois qu'on aurait une chance de sefaire entendre. Car je considère le racisme et l'injustice comme les pires choses.» Cette simple lettre d'une habitante de Beaurevoir (Aisne) donne le ton des témoignages que nous avons reçus. C'est comme un « honneur» que beaucoup revendiquent la pos!,ibilité de signer pour la réhabilitation ... D'autres font part des efforts militants qu'ils ont déployés. Ainsi cette locataire d'une H.L.M. de Gentilly: (( Sur 50 foyers, 5 non visités (incurables), 45 visités dont 38 ont signé et souscrit » .•• Un professeur d'anglais de Nîmes avait enregistré le débat des « Dossiers de l'écran » pour ses élèves: 8 BRAVO MONSIEUR LE MAIItE! Plusieurs conseils municipaux ont mis à leurs ordres du jour la campagne de réhabilitation des Rosenberg et de Morton Sobell pour lui donner leur appui officiel. Ainsi, à Goussainville (Vald'Oise) et à Hirson (Aisne), où il a été décidé de s'adresser aux autorités américaines. A Fontaine nsèrel. le conseil municipal a appelé la population à adhérer massivement à un comité local de réhabilitation et s'est adreué à toutes les municipalités du département pour développer l'action en ce sens. ci ci Par centaines, vos lettres l'exigent: DEMAIN, ILS SERONT INNOCENTS (( En cette fin d'année scolaire, écrit-il, l'affaire Rosenberg a remplacé la musique pop et sans obligation de ma part». (( 8 7 ans, vétéran du Parti communiste. {rnp âgé pour militer (et semiinfirme), -.:ontie un aurn: enseignant,j'ai voulu malgré tout marquer cette occasion pour faire signer les quelques membres de. l'Education nationale qui finissent leur vie dans cette maison de retraite de la M.G.E.M. où je suis à Arès (Gironde}». Le secrétaire d'une cellule communiste de Marseille envoie, lui, plus de 150 signatures: (( Si cette goutte d'eau est nécessaire au torrent indispensable pour laver /'injustice, nous en serions très heureux ». Et c'est au nom de tous les membres du « Mouvement Désarmement, Paix, Liberté » de Roanne qu'écrit leur secrétaire de section ... Le directeur lui-même de « l'Entraide Sociale Mutualiste» à HeninBeaumont (Pas-de-Calais) nous fait parvenir les signatures des membres du personnel. Les employées de la Mutuelle C.T.T. à Toulouse ont signé ensemble, ainsi que le personnel de « Nord France Publicité », à Lille. Des Basses-Pyrénées, les membres d'une communuaté rurale ont exprimé leur solidarité, comme le président de la section des fermiers de l'Orne. Les collaborateurs de la Pharmacie Centrale à Goussainville (Val-d'Oise), des médecins et des personnels de la santé d'Asnières (Hauts-de-Seine), de très nombreux enseignants (Faculté des Sciences de Nice, Universités de Provence et de Picardie, enseignants de Béziers, de Rochefort, du lycée Thiers à Marseille, etc.), les agents de service du C.E.S. Joliot-Curie au Havre, les éducateurs du village des jeunes de Mettray (Indre-et-Loire), l'ensemble du personnel du S.N.E.S. à Paris nous ont encore apporté leur soutien. Autrefois, déjà ... Même en vacances, des familles ont signé pour les Rosenberg sur des cartes postales venues de Bretagne ou de Corse. Une famille de Bastia nous fait parvenir une ancienne coupure de presse mentionnant que les huit enfants d'alors avaient, en 1953, envoyé une pétition à l'Ambassade américaine à Paris. La même famille ( depuis élargie », précise-t-on) signe de nouveau aujourd'hui. Sur cette autre lettre, huit membres d'une même famille, de 16 à 70 ans, ont joint leurs noms à l'appel. Beaucoup rappellent l'action d'au. trefois. (( J'ai encore trop le souvenir, écrit ce militant de la Drôme, de cette nuit d'angoisse passée à supplier la grâce des Rosenberg ... A l'aube nous avons trouvé sur le rebord de lafenêtre de notre siège des fleurs anonymes à la mémoire des deux héroïques victimes ». «J'avais été à la manifestation organisée pour sauver les Rosenberg de la chaise électrique, j'y avais reçu un coup de matraque de la police!», raconte une Lyonnaise. Des femmes de Bordeaux, d'Auch, de Gap rappellent les motions, les télégrammes, les délégations qui marquèrent l'action d'alors. L 'immense mouvement d'opinion pour la réhabilitation des Rosellberg répolld aujourd'hui à la mobilisation d'hier: deux jours avant l'exécution, les Frallçais manifestaient en masse place de la Nation à Paris (ci-dessous). A la I/ouvelle de l'assassinat, ils j1eurissaielll spontanément les l'ictimes du fascisme (à gauche: l'lace de la COI/corde). D'autres voix, témoins d'autres combats, font le lien avec l'action présente. Ce sont cet habitant de Bellignat qui signe: (( F.e. Homme de Gauche, ancien partisan F.T.P., descendant de révolutionnaire », ce père qui évoque le souvenir de sa fille de 25 ans morte à Auschwitz, ces deux déportés résistants condamnés par la Cour spéciale de la Seine en 1942, cette Roannaise enfin, qui se souvient qu'elle était elle-même en prison lors de l'arrestation des Rosenberg, pour avoir manifesté contre la guerre en Indochine. Plusieurs lettres montrent à quel point la lutte pour la réhabilitation des victimes du mac carthysme est « politique » sans pour autant être le monopole d'un parti : (( Je suis anti-communiste, dit une habitante d'Argenteuil, mais je crois que dans le problème qui nous intéresse, les idées politiques de chacun importent peu ». (( Je ne suis pas communiste, déclarent simplemen.t d'autres, mais ... ». Un enseignant à l'Université de Lyon date sa prise de conscience politique de ces années DROIT ET LIBERTE - N° 340 - JUILLET-AOUT 75 51 -53. De Meurthe-et-Moselle, une mère de famille parle longuement de son gendre portugais, militant antifasciste sous Caetano, qui lui a fait découvrir la nécessité de cette lutte. Et cette lutte unit les générations. Combien nous ont écrit se souvenir des prises de positions de leurs parents à l'époque, fiers 4uï1s aient été « du bon côté». Et combien d'enfants ont signé avec leurs parents: « Je dois l'avouer, écrit Frédéric, 16 ans, j'ai pleuré devant la télévision, non des larmes de pitié mais des larmes de révolte et d'indignation ». Nombreux encore sont ceux qui s'étaient inquiétés de l'avenir des fils Rosenberg et qui se félicitent qu'ils soient (( dignes de leurs parents ». L'amour de la vie Des Mauriciens expatriés à Colmar ont exprimé leur soutien en anglais, un chômeur envoie 3 F en timbres-postes; tous ont contribué selon leurs possibilités, parfois même en écrivant des poèmes qu'il nous est malheureusement impossible de publier Un couple d'enseignants de Mazamet peut, semble-t-il, conclure pour nous: (( Ce combat pour la réhabilitation des Rosenberg, insistentils, n'est pas d'arrière-garde, il est toujours actuel». Et ils signent : (( Nelly et Roland F., 28 et 30 ans, deux fils comme Ethel et Julius et comme eux, un amour profond de la vie». Véronique BOUDIER-LECAT LE DÉSORDRE NE PASSERA PAS! Un correspondant de Troyes nous a fait parvenir les copies des jugements qui l'avaient condamné puis relaxé (ainsi que sa femme et trois camarades) pour avoir mené l'action contre la condamnation des Rosenberg en 1953. Les prévenus, coupables de (( provocation à l'attroupement 1) avaient été condamnés à cinq mille francs d'amende chacun: ils avaient euayé d'organiser une manifestation consistant à fleurir un monument aux victimes du fascisme. Considérant, entre autre, que (( la tentative d'exécution paralysée par l'intervention de la police n'avait donné lieu à aucun désordre 1), la cour d'appel de Paris a prononcé la relaxe en 1955 ! 9 Une nouvelle affaire Rosenberg est-elle possible? Il.I~ 111"~I~~ r " ~, , • 'III Il ~II Il j ,JII l' 1 111 - -- ~ En mars 1974, en Floride du Sud, DELBER T LEE TIBBS, un écrivain noir est jeté en prison sous l'accusation de viol d'une femme blanche et du meurtre de l'ami de celle-ci, bien que plusieurs témoins aient affirmé qu'il se trouvait loin du lieu du crime à l'heure où il fut commis et qu'il n'y ait aucun rapport plausible entre l'écrivain et ce meurtre. De même, THOMAS WANSLEY est en prison depuis dix ans sous la même inculpation, malgré l'action menée pour sa libération. En Caroline du Nord, les leaders des mouvements noirs et leurs alliés sont condamnés à de longues peines de prison sous des accusations fallacieuses. Certains d'entre eux sont en prison, comme Jim Grant, T.-J. Reddy et Charles Parker, connus sous le nom des 3 DE CHARLOTTE. D'autres, comme le révérend Ben Charvis qui fait partie des 10 DE WILMINGTON sont privés de liberté, attendant que leur jugement passe en appel. Les 10 DE WILMINGTON 10 Pour le grand public français, qui ne dispose d'autre source d'information que les media, le calme semble r~gner aux Etats-Unis sur le front des luttes raciales. Les journaux ne relatent pas de manifestations pacifiques des noirs, pas plus que de soulèvements violents. Les révoltes des ghettos ont été réduites par une répression implacable. Les mouvements noirs et an ti-ségrégationnistes végètent ou ont été relégués à l'arrière-plan, leurs dirigeants parfois contraints à l'exil ou à la clandestinité, quand ils n'ont pas été assassinés. Pourtant ce calme apparent cache une réalité. Depuis quelques années on a vu se développer un puissant mouvement populaire pour l'égalité et la justice, la fin de la discrimination, de la pauvreté et de l'exploitation aux Etats-Unis. Ce mouvement analyse la situation en termes de lutte de classes. Il a dépassé le stade des nationalismes et des rêves d'intégration sans changer la société actuelle. Il prône l'union des noirs et des blancs exploités dont la lutte doit se fondre dans le mouvement ouvrier américain. Face à cette nouvelle orientation du mouvement noir (ou plutôt: non-blanc, car la lutte réunit aussi les Indiens, les Chicanos, les Porto-Ricains, etc.) particulièrement crédible dans la période de crise actuelle qui accentue les injustices et la misère, la répression est très sévère et s'accroît de mois en mois. Elle frappe les leaders politiques et syndicalistes sous les charges les plus diverses, revenant même parfois à la vieille tradition de l'accusation de viol. Pour dissuader les membres des communautés non-blanches de participer à ces mouvements et aussi pour exacerber les préjugés racistes chez les blancs, on jette en prison de façon arbitraire, souvent pratiquement sans jugement des noirs, des Chicanos, des PortoRicains ... En même temps, le régime pénitenciaire qui leur est appliqué devient de plus en plus brutal et inhumain, ce qui provoque des révoltes de détenus qui sont impitoyablement réprimées. Une nouvelle affaire Rosenberg est-elle possible? Nous pouvons répondre oui à cette' question, De même qu'en 1953, les dirigeants des Etats-Unis avaient besoin de victimes expiatoires pour justifier leur politique de guerre froi~e et leurs revers militaires en Corée, de même aujourd'hui il n'est pas interdit de penser qu'ils puissent être amenés à rendre responsables de la crise économique actuelle et des revers subis en Extrême-Orient les forces nouvelles qui luttent aujourd'hui et à sacrifier quelques-uns de leurs dIrigeants pour faire diversion auprès des masses americaines justement inquiètes de cette situation. (( Si nous n'agissons pas dès maintenant pour meure fin à ces injustices, déclarait Helen Sobell au gala du M.R.A.P., le 16 juin dernier, nous aurons à lulter dans 25 ans pour la réhabilitation des l"ictimes.» ... C'est aujourd'hui en effet qu'il faut se préoccuper des faits graves que nous présentons ici. sont des militants qui défendaient la communauté noire contre les attaques de la police. Le juge et l'attorney géJ1éral chargés de l'affaire - qui sont des racistes notoires - usent de tous les procédés pour reporter" le procès. ATLANTA, en Georgie, est devenue la capitale des meurtres commis par la police. 28 personnes, dont 27 noires, ont été tuées par la police d'Atlanta entre janvier 1973 et l'été 1974. LES 12 DE HOUSTON: en octobre 1973, la police chargea avec brutalité une manifestation contre le conflit au Moyen-Orient et emprisonna 12 manifestants dont 8 Chicanos. La police les accuse d'agression de policemen avec l'intention de donner la mort. En août 1971, la police et des agents du F.B.!. lancèrent un assaut armé contre le quartier général de la « Republic of New Africa ", une organisation noire, à Jackson, Mississipi. Depuis, 9 membres de ce mouvement ont été arrêtés et condamnés à de lourdes peines de prison. Trois d'entre eux ont été condamnés à la prison à vie. La répression s'est abattue sur les Indiens défenseurs de WOUNDED KNEE en 1973. Près de 1 000 inculpations avaient été décidées. Aujourd'hui, environ 10 inculpations seulement sont maintenues. A Los Angeles, 3 Chicanos actIvIstes sont emprisonnés sous la fausse accusation de trafic de drogue, alors qu'au contraire ils essayaient de mettre fin à la vente de la drogue dans leur communauté. Ils sont connus sous le nom de LOS TRES. Ce sont : Rudolfo Sanchez, Alberto Ortiz, et Juan Fernandez. A Cairo, dans l'Illinois, BOBBY WILLIAMS, un militant pour les droits civiques a été condamné à cinq ans de prison sous l'alléga· tion de violation de la loi fédérale sur les armes à feu. Il fut jugé par des procureurs spéciaux de la Division de Sécurité Intérieure du Département Américain de la Justice qui était alors dirigée par Robert Mardian, condamné depuis pour sa participation au complot du Watergate. Dans les prisons ... A Raleigh, capitale de la Caroline du Nord, une jeune noire de 21 ans, JOANNE LITILE va comparaître devant les juges. Elle est accusée du meurtre d'un gardien de la prison de Beauford où elle était incarcérée depuis trois mois en attendant l'appel d'une condamnation à plusieurs années de prison pour vol avec effraction. Le gardien était blanc et Joanne ne nie pas l'avoir tuée. Elle affirme l'avoir fait en état de légitime défense, le gardien ayant tenté de la violer. Si l'inculpation d'homicide volontaire est confirmée par les jurés de Raleigh, elle sera automatiquement condamnée à mort. Cette affaire a suscité un grand mouvement de solidarité qui a déjà abouti à ce que le procès ait lieu à Raleigh et non dans l'arrondissement rural de Beaufort, une région où le préjugé racial demeure tenace. ATIICA (New York). En septembre 1971, Rockefeller, le gouverneur de l'Etat de New York, ordonne l'assaut armé de la prison d'Attica qui fera 39 morts parmi les prisonniers et leurs gardiens et des centaines de blessés. L'attorney Wm. Kunstler déclara alors que le procureur utilisait la menace, la corruption, l'arbitraire et la terreur pour s'assurer des témoins à sa dévotion. ATMORE-HOLMAN (Alabama). - Le 18 janvier 1974, après une série de brutalités commises contre les détenus, les prisonniers d'Atmore se révoltèrent et prirent des gardes en otage après les décès d'un gardien et d'un leader noir du mouvement de détenus « Inmates for Action ». En avril 1974, à la prison d'Holman, qui touche celle d'Atmore, un garde mourut d'une crise cardiaque pendant qu'il était en train de battre un autre leader de « Inmates for Action », Tommy Dotson qui devait décéder. Neuf prisonniers ont été jugés en mars 1975 pour cette affaire. L'un d'eux a été condamné à mort, un autre à la prison à vie, d'autres à 31 et /1101"1011 Sobel!, 18 ans et 6 mois de prison pour (( complicité» avec les Rosenberg. .,. ."c u ,; "0 "- Ii o o .c 0.. 20 ans d'emprisonnement, plusieurs devaient connaître leur sort en juin dernier. ANGOLA (Louisiane). - Les détenus de la prison d'Angola commencèrent à protester contre leurs conditions d'emprisonnement en avril 1972. Puis, la mort d'un gardien servit de prétexte pour la répression contre les détenus qui s'étaient montrés les plus actifs. Quatre des leaders, connus sous le nom des ANGOLA BROTHERS furent accusés de meurtre et condamnés. Leurs cas sont en appel. SAN QUENTIN (Californie). - Six détenus, connus sous le nom des « 6 DE SAN QUENTIN • sont accusés d'avoir participé aux événements au cours desquels George Jackson fut tué. En janvier .1974, le juge de la Cour suprême de Californie cassa l'inculpation, mais en octobre 1974, le District Attorney fit appel de cette décision et cinq des « Six» qui avaient été libérés sur parole ont vu cette mesure rapportée. RUCHELL MAGEE a été en prison depuis 1963 pour un vol de 5 dollars. Il est maintenant condamné à la prison à vie depuis le 23 janvier 1975 sous l'accusation d'avoir participé à l'attaque du tribunal de Marin. On passa outre à la décision du jury qui vota l'acquittement à la majorité. Angela Davis, mêlée à la même affaire, a été acquittée. Dans le Kansas, la rebellion de la prison de Leatvenworth pendant l'été 1973 a été suivie de lourdes accusations contre 4 noirs et 2 Chicanos connus sous le nom des LEA TV ENWORTH BROTHERS. Les 4 noirs ont été jugés par un jury composé exclusivement de blancs, déclarés coupables et condamnés à des peines d'emprisonnement allant de 10 à 20 ans, etc. Robert PAC Aux Editions Droit et Liberté pour une bibliothèque antiraciste •• •• • La santé des migrants .. .. .. . Le logement des migrants Une famille comme les autres. Un drame à Bordj-Hindel Une école chez les Tziganes + 3 F pour frais d'envoi 7 F 6 F 19 F 19 F 10 F ... et un nouvel ouvrage en souscription jusqu'au 10 septembre DU CÔTÉ DE BARBÉS ... la vie quotidienne du quartier de Paris en 72 pages de poèmes et d'images 2 5 F au lieu de 32 F Le M.R.A.P. diffuse également les (( Lettres de la maison de la mort» d'Ethel et Julius Rosenberg rééditées chez Gallimard (28 F, + 3 F de frais d'envoi). • Adressez vos commandes à « Droit et Liberté)), 120, rue St-Denis, 75002 Paris, C.C.P. 6070 98 Paris DROIT ET LIBERTE - N° 340 - JUILLET-AOUT 75 11 Plus de vingt ans après, UN PROCÈS QUI PASSIONNE LA PRESSE C'est sans précédent: le télé-film de Stellio Lorenzi et Alain Decaux, sur l'affaire Rosenberg, complété par le débat des « Dossiers de l'écran », a suscité, dans l'opinion publique, un intérêt tellement passionné que toute la presse a dû, avant, pendant et après les trois émissions, consacrer d'innombrables articles à remettre en discussion non pas seulement l'oeuvre en ellemême des auteurs tellement populaires de « La caméra explore le temps» (47 émissions retentissantes), mais le fond de l'affaire: l'innocence ou la culpabilité de Julius et d'Ethel, les procédés de la haute police américaine_ ceux de sa « drôle» de justice, la guerre trOlde, leurs prolongements aujourd'hui. Dans l'ensemble, la presse a accueilli « Les Rosenberg ne doivent pas mourir» avec sérieux, avec faveur. Mais il faut bien observer que les partisans de la culpabilité se sont manifestés bruyamment, bien qu'en minorité, avec une stupéfiante faiblesse d'argumentation, mais non sans effet, semble-t-il, sur une partie mal informée de l'opinion. Nous allons donc feuilleter la presse de cette période en nous arrêtant sur quelques points significatifs qui valent d'être relevés par rapport à la campagne menée par le M.R.A.P. Parmi les « anti », bien peu ont mis en cause l'émission en tant qu'oeuvre télévisée : au contraire

c'est tont juste si certains n'ont pas

reproché leur énergique talent à Stellio Lorenzi et Alain Decaux et même aux acteurs de s'être surpassés, Marie-José Nat surtout. « L'affaire des époux Rosenberg est un excellent sujet de mélo JI, a osé écrire Nicolas Chatelain, du « Figaro » (31 mai). Claude Sarraute, du « Monde », a plutôt trouvé dans le film des raisons de douter de l'innocence des Rosenberg, se reprochant son propre passé de militante de l'époque. « Une optique partisane », titrait « La Croix» du 28 mai. Evidemment, « Minute» a repris, sans plus de preuves qu'au moment du procès, l'argumentation intégrale du procureur et du juge. D'autres ont insinué que, certes, les Rosenberg n'auraient pas dû être condamnés à mort, encore moins - si l'on peut dire - exécutés, car ils n'étaient que de petits espions de rien du tout! Mais nous verrons que c'est un journaliste américain, Nerin Gun, avec hargne et sectarisme, qui s'est institué, surtout dans «L' Aurore », le porte-parole de l'injustifiable. Entre tant d'opinions allant dans l'autre sens, nous retiendrons celle de l'écrivain Jules Roy, aujourd'hui l'NNOUE 12 dans « Le Point » du 9 juin: « II est possible que, dans une reconstitution historique qui frise la création romanesque, M. Alain Decaux se soit trompé sur des détai/s. Pas sur l'essentiel. Pas sur lefond d'une vérité qui nous a pris à la gorge. JI Que l'on songe que le débat des « Dossiers de l'écran» a suscité plus de 4 000 interventions téléphoniques - toujours selon «Le Point » - et que c'est là «un record absolu battu JI. De terribles raisons Quels que soient les commentaires et analyses politico-historiques, il ne faut pas oublier que le point de départ, le coeur de l'Affaire Rosenberg - comme de l'Affaire Dreyfus - réside dans une question simple: étaient-ils coupables - ou non - de l'accusation portée contre eux, ce dont il appartenait à la Justice des Etats-Unis d'apporter les preuves, sinon on a affaire à une machination politique à longue portée dont le procès n'est que l'instrument, et force est de riposter en réfutant, rationnellement, les bases de l'accusation, ce qu'a fait le télé-film, ce qu'a confirmé le débat. Car il ne faudrait pas oublier que le puissant appareil d'Etat des U.S.A., sa Justice dans toute son autorité, ont motivé la double condamnation à mort pour des raisons terribles, qu'ils ont voulu impressionnantes pour leurs citoyens, pour le monde entier, par la voix du juge Kaufman: « En livrant la bombe A aux Russes, vous avez été à l'origine de l'agression communiste en Corée ( .. J. Votre crime est pire qu'un meurtre ( ... J. En augmentant incommensurablement les chances de la guerre atomique, les Rosenberg ont peut-être condamné à mort des mi/lions d'innocents de par le monde ». C'est extrêmement grave. Mais c'est vrai ou ce n'est pas vrai. On voudra bien observer que personne ne songe à nier qu'il y ait, dans tous les pays, des espions de toutes nationalités, faisant la chasse aux renseignements, donc des agents soviètiques aux Etats-Unis (le colonel Abe, par exemple) et amèricains en U.R.S.S. (l'affaire de l'U2, entre autres) ; mais qui songe à constituer des comités de soutien en pareils cas? Croit-on qu'il y aurait eu l'énorme Affaire Dreyfus (J 894-1906) si Alfred Dreyfus avait été un espion allemand, car il y avait, bien évidemment, des espions alle- Revue Trimestrielle de l'Association Française d'Amitié et de Solidarité avec les Peuples d'Afrique 94, rue Jean- Pierre-Timbaud 75011 Paris Tél. : 357-43-51 mands opérant en France à l'époque. Mais pas lui : il était la victime d'une infernale machination politique de l'ultra-réaction pour une opération dont on comprend mieux la signification aujourd'hui qu'alors. Mais, avant tout, quelles que soient les implications politiques plus que judiciaires, il fallait d'abord, au nom de la vérité et de la justice, au nom de l'intérêt véritable du pays, défendre un innocent contre une accusation criminelle - criminelle de la part d'un Etat, agissant de par la raison d'Etat, pour intoxiquer l'opinion publique. C'est la même chose pour les Rosenberg. Or, de même que l'ultra-réaction s'est entêtée contre l'évidence, à multiplier les accusations contre Dreyfus, même au-delà de la réhabilitation, le journaliste Nerin Gun s'acharne à dire n'importe quoi, sauf à répondre sur l'essentiel: les Rosenberg ont-ils oui ou non livré les secrets de la bombe atomique à l'U.R.S.S. ? Le procès en a-t-il apporté la preuve? Répondre à ces questions vaut mieux que de soulever, comme le fait N.érin Gun, une question de diversion : ({ Qu'on ne cherche pas à faire le procès de l'A mérique libre à tra vers celui des Rosenberg » ( L'Aurore » du 3 juin). Car il persiste à penser qu'ils étaient coupables et que le procès a été correct: «Une partie de l'opinion publique européenne voulut ignorer les témoignages accablants qui pesaient contre les Rosenberg et l'équité du procès au cours duquel ils furent jugés.» (( Minute » du 4 juin). Ne dit-il pas: « On nous a dit que Greenglass était coupable d'un vol d'uranium et que, dès lors, il était entre les mains des policiers de M. Edgar Hoover. Et que ceux-ci pouvaient lui faire raconter n'importe quoi sur les Rosenberg. J'ai suivi l'Affaire Rosenberg de bout en bout: il n'a jamais été question d'un vol d'uranium . » C'est vrai, mais c'est justement une circonstance aggravante: le F.B.1. avait intérêt à cacher cette histoire de vol d'uranium puisque c'était le moyen de pression sur le principal témoin de l'accusation, qui n'a tardivement été révélé que par le frère de David Greenglass, établissant ai nsi devant une Justice qui aurait fonctionné normalement que ce témoin à charge avait un mobile pour mentir comme il l'a fait. Michaël Rosenberg a clairement établi le mécanisme du chantage: « Le F.B.I. a utilisé contre Greenglass cette affaire d'uranium tout de suite après l'arresta- Julius (Gilles SegaO et Ethel (Marie-José Nat) dans « Les Rosenberg ne doivent pas mourir ) de Stellio Lorenzi et A Iain Deccillx. tion de Gold. Il a dit à Greenglass: « Gold va témoigner contre vous et vous serez passible de la peine de mort, vous et l'otre femme. Pour se sauver, pour sauver safemme, Greenglass s'est alors mis aux pieds du F.B.I. Il a dit: « Très bien, je vais coopérer.» (( L'Humanité» du 5 juin, interview). Or cet Harry Gold, lui, « coopérait » déjà. Or l'un et l'autre étaient les vrais témoins de l'accusation: on se rappelle que Greenglass était réputé avoir transmis à Julius Rosenberg, pour « les Russes », les plans de la bombe atomique ! Et il a été démontré, archidémontré, que c'était impossible, jusqu'à l'absurde, pour des raisons péremptoires, qui ont convaincu les gens de bonne foi. C'est ainsi que l'envoyé spécial permanent aux Etats-Unis de « FranceSoir », dans sa correspondance du 28 mai 1975, après s'être livré à nouveau à une enquête, pouvait écrire: (( Un croquis du mécanisme de la bombe de Nagasaki, attribué à Julius Rosenberg,fit sensation. Depuis, il a été considéré par des experts comme un faux ne correspondant à aucune réalité scientifique. -Mais le jury, après sept heures de délibération, déclara les accusés coupables. » « C'est Bob qui m'envoie » ! Dans « Le Point» du 9 juin, le journaliste qui fait.. . le point sur l'affaire. Georges Suffert. est amené a cIter un des très nombreux témoignages de savants allant dans le même sens: « Le Point JI a demandé à l'un des créateurs de la bombe atomique, le Dr Philip Morrison, aujourd'hui professeur au Massachusetts Institute of Technology -(il partage avec quelques autres le brevet d'invention de la Bombe AJ ce qu'il en pensait. li a étéformel: {( Les dessins de Greenglass n'étaient pas en mesure d'aider qui que ce soit à fabriquer une bombe. Donc ces dessins ont été «montés» par les enquêteurs pour répondre aux nécessités de la mise en accusation. » Le Pr. Emy Linschits, spécialiste de haut rang de Los Alamos, qui a participé au débat télévisé, a été non moins formel : « Pas un homme de science ne pouvait prendre au sérieux la nature du prétendu document scientifique transmis à l'U.R.S.S. JI. Ajoutons: prétendument transmis. Et « France-Soir » du 3 juin (Monique Pantel) rappelait cette autre vérité qui détruit l'accusation exorbitante: « Tout le monde le sait aujourd'hui, il n'existe pas, il n'a jamais existé de secret atomique JI, ce que le célèbre Pro Urey a dit plus démonstrativement dans sa lettre à la presse à l'époque, reprise par Stellio Lorenzi et Alain Decaux, mais dans le cadre du procès luimême. De même, on se souvient de la fameuse petite phrase: {( Je viens de la part de Julius », considérée comme un mot de passe et qui fut une DROIT ET LIBERTE - N° 340 - JUILLET-AOUT 75 « preuve » importante de l'accusation et contribua à emporter la conviction du jury. Voici ce qu'en dit le frère cadet de Michaël Rosenberg, Robert, interviewé par Edith Ochs, journaliste du « Nouvel Observateur» (2 juin) : {( Or nous avons enregistré des témoignages prouvant que le témoin ne se souvenait pas de cette ph,ase avant le procès. II étdit donc obligé de demander à son avocat, parce qu'il ne s'en souvenait pas bien, si le mot de passe était: «C'est Bob qui m'envoie» ou «Je viens de la' part de Dany» ou quelque chose du même ordre. Tout récemment, un agent du F.B.I., interviewé à la télévision, a déclaré: « C'est vrai, le témoin ne se souvenait pas du nom; alors nous lui avons suggéré le nom de Julius ». Selon la formule, la cause est entendue. Et ce sont de vrais amis des Etats-Unis, de son peuple, ceux qui mettent en cause le pouvoir d'une époque qui porteraient la responsabilité d'avoir nui au bon renom de l'autre Amérique! Selon la journaliste de « France-Soir» déjà citée, (( voulant se défendre du {(péril rouge JI, qui, croyaient-ils, les menaçait directement, les responsables du gouvernement américain se sont couverts de ridicule. JI Ils se sont surtout déshonorés, Mais les quatre juges de la Cour Suprême (minoritaires), entre autres Américains véritables et honnêtes, qui ont résisté au fanatisme d'une époque, et dont les noms sont connus, devraient être blâmés et considérés comme de mauvais Américains, si l'on accepte la logique des avocats bornés de l'indéfendable. Voici leurs noms: Eugène Black, William Douglas, Félix Frankfurter, Jackson, Le luxe de pleurer Georges Suffert, dans «Le Point » (9 juin) veut que ce soit «la condamnation de toute justice politique JI. C'est très discutable, Michaël Rosenberg, lui ( L'Avant-Garde », juin) voit les choses autrement: (( Dévoiler la falsification du procès, c'est dévoiler la nature même du gouvernement américain. Notre système a des formes démocratiques. Mais la minorité qui gouverne le pays a conditionné la majorité de la population à s'accommoder de la répression JI. Et Morton Sobell lui-même complète cette conclusion, cette leçon pour aujourd'hui (interview de « L'Humanité » du 5 juin) : {( Pour le vingtième anniversaire de la mort des époux Rosenberg, j'ai assisté à un meeting placé sous le double patronage du comité pour leur réhabilitation et du comité contre le racisme, dont Angela Davis est la vice-présidente. A la tribune des gens sont venus parler des Rosenberg, et d'autres sont venus parler d'autres cas, de cas actuels: George Merritl, condamné à la prison à vie, Carlos Feliciano. Ce meeting n'avait pas été organisé pour que nous venions seulement pleurer. Nous ne pouvons pas nous payer le luxe de pleurer alors qu'on nous prépare à de nouvelles larmes.» J ul i us et Ethel Rosenberg sont morts, victimes d'un crime d'Etat, destiné à terroriser der millions et des millions de gens; ils n'ont pas plié sous la menace suprême; leur combat - notre combat - les rend vivants parmi nous - à jamais. Roger MARIA 13 pour vous, lecteurs de'(lroit et liberté': En écrivant directement à Droit et Liberté 120. rue Saint-Denis 75002 Paris et en joignant un chèque de 46 F L'Affaire Rosenberg Les fils parlent "Nous sommes vos fils", le livre de Michael et Robert Meeropol. avec plus de cent lettres inédites de Julius et d'Ethel Rosenberg. Editions Sociales - Editeurs Francais Réunis. Les droits de ce livre sont directement versés au comité pour la réhabilitation des Rosenberg. En envoyant le bon ci-dessous, vous serez les premiers servis, dès début septembre à la parution du livre. NOM ...... .. ...................... . .......... . ...... Prénom . .. . ... . ....... . .... . . .. ................. ······ Adresse ........................ . . .. ............................... ··············· · ·············· ···· ····· . ............................................. . ........ ............ .. .............. ..... ....... ..... ........ . Ci-joint. chèque postal ou b~ncair~ de 46 F do~t 3 F frais de port . Droit et Liberté 120. rue Saint· Denis 75002 Pans - C.C.P. 607098 Pans. Morton Sobell ON CONDAMNE BIEN LES INNOCENTS 18 ANNÉES DE PRISON POUR A VOIR ÉTÉ L'AMI DE JULIUS ET ETHEL ROSENBERG Morton Sobell raconte sa vie d'Américain pauvre et d'homme de gauche, son enlèvement à Mexico, le procès Rosenberg-Sobell, sa condamnation à 30 ans de prison, le destin du couple Helen-Morton, le combat d'Helen pour la libération de son mari et la réhabilitation des Rosenberg, ses 18 années de détention dont 5 à Alcatraz - Réflexions sur son destin. Prix: 39 F. EDITIONS HIER & DEMAIN « ••• Si VOUS n'avez plus de place dans votre valise que pour un seul livre, emportez celui-ci ... )) Robert Merle Ce livre peut être commandé à « Droit et Liberté)) en joignant 3 F de port 120. rue Saint-Denis. 75002 Paris. C.C.P. 6070-98 Paris DROIT ET LIBERTE - N° 340 - JUILLET-AOUT 75 15 d'Ethel et Julius Rosenberg et de Morton Sobel!! II )" Il '/lg'-.m.x (ms, dans le dichaÎlltmtnl dt '" lIuerre fro/th. dnI InrlON'IIIJ. JuUIU et EIIt,I Rostlilm"g nairtll ml, ci "lOtI a .... Etait Uni •. Pern/am / .... , prads, ln Jill" hllblls onl ~Iri If ";""1 dn CMrgn, nnITGiumbJml « ~ ln mnlrMlclioIos « l'ntJGliOIr, ho ",..,;1ti""I/oM dnJaJU l~moi6"",". rt h _.wu ",",morlS ". 011/ appt)'ti rnlffimuukHo. Ln Ros,.,tw, /11- ""I m/n'il d /"" """,~r ,/ à / .... " .'ffanlJ polir ",'Qi, "'. pouu; If chonlap' /IJi ,..,,,/.m1 por lequtl On III lor/wra -"'Jill' ' ..... "'/IIJila JIIP,Imn. PO"' ",'OiT prt/bl k",., ra;· I(IIfJ dt \'/,,,, ci '" ,'jo, d/llll fllUli61111i: ptJIN 'IW IIIliWU ni h"'Msfblf .. qld 'l)Ijlt rh ..... - IIlli nt ~I~"'t d4Iu sn droit. /tItul Itmgtnnp. 'I,,"u ... - .... "110/ JwJ/c/al", mit "'/~ri. parc#: 'IJi' 1I01tJ "',,dmIIIOlt' pa •. • 1 Il 'adm'lIron. Jam" l. II/ Il,,11, /HUI q~ II ral.OIl d'Etat JII.I~ l'Ipt1I1J/lct. poret: 'I"t ""'" colllldirrJn, romml .111 Iin'llr. dOIl. 1. mondt ""111.1. dt _fi'" m ""de ri d'lIl1lr ln np,ill II· b, •• rom", (,,_'/Inn fi la 1"loJme., Ntor$lll' d. dau. ft " fl1Clsm' d~ ctlU qid 1r/.lUnl " 61~ ""-' fu'" A"_,""/srt J kil .. droIlS " oer.r digltlli. q~/ .OIIS JNUlkip;. tin w pnm~ )01'" ,; /Q /""~ JIOr!M/a/ ... _, ...... «.\n ln ROUfII1n6,; /tI,--,. rI_S q~/ fI'O'U'S"j,'OrtJ CC' """'NI lM ""'kant w..r mml)' ... daM I~s ",':",oi,u. nou, !Ous M'tSIO"' GlU ,,,,'orlli, dtr EIGI$·Uttl, .,,« la mi",~ imOl/(Ho qlll • _1 .. .; des /~mmtJ tl dn """'_s du nIOtIIh IM'~ "",,/rt l'Itt/q,,llt j1Izg'lIllt. " ""'" 1"" dmulIIdoIts ~~/1mInr1 lU rr""bilil~ ln ipowc Rosml1n6 « M. M{1rI"" $()btll . On n 'il~I""""t pD' la ,'irilt! 1/ tll , ... nd Itmp, qWt jwsllu 1011/011' 1 C"'I r~airt dt /a" S. Now. ~" apptlon, " la", 1" V'" dt nnI, pD'" qM'111 1O"llntn~n1 _" ""Ilotl. AU NOM DES ORGANISATIONS QUI ONT CRÉÉ LE COMITÉ DE DÉFENSE DES ROSENBERG EN 19H, CET APPEL A t'rÉ UNCÉ LE J JUIN 1973 PAR : M. S.cIlio Lor ... ,i. Mme r.h"'-looé NI', MM. Gillts Sq.I. lun-Michol CI.haJl. Mma Yvn FlfJt. Mln:e\h: Gflran Hu;",,"n. M. Vl ldim;r lonkoln·;.ch. M.it .. Chlrlel Udc:,m.n. M. Gflrln MIn:hl;l. Mli'ft Joo: Nord mu. MM. CIII'Ies Pllan •. Pien-~ po,.r. MIn:~1 Plul. G_,n Si,uy. Vtt"""$. De no btniIC ptrr 50 n. ~ .1 ÇC'I "1'1- _" _ ;j'.i ,t p "ilen On rdc\" notamtntnt d.ns '" ",.,.,.x du ~I.: F,IftÇ(IIX Arnoul. Jf ... Lou,s BIffIUIt. Andre Cdh .... Lou,s Ooqu,n. Louis Du,.y. J~ ... F ..... II., SU.lnnt Fion. Il .y''ll Ocrbal. Huben Gi"""". J.ndtllll(. Jack t...an,. Marttl Mlf«'u. Itln M ... cu ... Ml llni Vlody. Jnn Wifntr: dlns cdui des am., lei peinufS: K Yno. J .... Pican Le 000 •. Mme: 811ncl de Astu,il'" -pou~ du P"x Nobel. a Si,M r.ppel. de mom. que IfS é:,ivain, •• ,;ouIMli" •• : HetU" Allt&. Charles Oobl.ynski. J .... Pi...-u FI)' •• Mu Pol FouchCl. /rln L·Antelme. JacqUH M ad.ul~. Alben Memm •• Poem Sqhcn. .. ProInM\f'J d·uni,·erln'" CI cberdlt\ln 50 IOtIl l.-oie. ... u-it Vand nomln: IImri 8anoli. p,errt Biqllard. Jacques Gllt"",nh. Philippe Herz"l-- J~an H,tmu •. Jun Pinn K MaM. Hrnri M,u ... and. Lau, ... , Sch..-..-u. Jun Suret-Clnlle. .. E. rnror. : Mmu Bllnch. Flanci"!u. Ga~. Mathilde Gabr,.1 P .... i. la lé" ..... I. paul-Tuben. lin.i que Théo 10. Monod. P..:rre Cor. Robfn BIII.n,.,. G_,es Co&ni.ot CI Cath ... ine LI,I'U. I-I~ ri Fl u'~. l;.i.,,1'10 Camy POl·.-e\. E.itrue \'IoIo.",uu. Silly \'101'00011"-.• NOM el PRENOM ADRESSE SIGNATURE

Notes

<references />