Droit et Liberté n°339 - juin 1975

De Archives
Révision de 1 mars 2012 à 11:53 par Pantchovilla (discussion | contributions) (Remplacement du texte — « </div> » par « </div>{{Notes de bas de page}} »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Editorial: Vive le 8 Mai 1945 par Albert Levy
    • Que représente pour vous le 8 mai 1945? Réponses de T. Monod, J. Picart-Le Doux, H. Deschamps, P. Wertheimer, J. Pihan, J. Malaude, G. Lyon-Caen, P. Paraf, M. Vincent-Auriol, R. Maheu, Vercors; P. Arrighi
    • Mais que se passe-t-il donc à Marseille (prison clandestine d'Arenc) par Alex Panzani
    • Foyers en lutte
    • Points chauds: Afrique Australe, Non au dialogue; sport "nous accusons"
    • Dossier du mois: l'industrie concentrationnaire par Charles Palant
    • Quand les peuples se libèrent par R. Maria
    • Pétain réhabilité? par David Douvette
    • En 1915 déjà (génocide arménien) par J.M Carzou
    • Cinéma: "histoire de Wahari" présenté pae Yveline Levy
    • Cécile Cerf et la littérature Yiddish présenté par Pierre Paraf
    • Des attitudes qui nuisent à la lutte contre le racisme (L.I.C.A.; Israël; Pierre Paraf)

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit & liberté __ .... __ ... _ '_"_11' .. ,,"._" JUIN 1975 • N° 339 • 4 FRANCS 16 JUIN - GALA DU M.R.A.P. 'fOir en ~err.re PlI' COIIIIIER Indépendance Votre critique (li Dr oi t et Li ber té li, mars 1975) du j ournal soviétique « Ogoniok li, qui étale son antisémitisme, peut être considéré comme une marque d'indépendance par rapport au clivage des idéologies. Il faut s'en prendre à toute pQlitique qui recourt à de tels procédés. En espérant que vous af f irmerez complètement votre indépendance à l'égard de tous les r acismes, d'où qu'ils viennent, je reprends mon . abonnement pour contribuer à ce que' vous faites déj à. R. ALEXANDRE Paris. Il était responsable Je suis française, enseignante, j'ai épousé un Marocain qui a des diplômes d'études secondaires et techniques faites au Maroc, donc sans valeur en France. Il a passé avec succès un stage de F.P.A. de tourneur, et c'est en cette qualité qu'il était employé dans une usine où il a subi pendant un an des insuzies et des tracasseries de toutes sortes. Il était « responsable li de la hausse du prix du pétrole, des prises d'otages ... Il était sur une machine automatique ; on l'a mis sur une machine semi-automatique, avec l'obligation d'effectuer son t r avail dans le même temps, avec pour encouragement des réflexions de ce genre : « Tu ne penses pas qu'on va faire crever un Français sur un~ telle machine, c'est bon pour l~s blcOtS ..• si tu veux changer de machme, change de nationalité li. Il a, bien sûr, cherché du travail ailleurs, mais sa couleur et sa nati onalité lui fermaient toutes les portes. De plus nous occupons un logement fourni par l'usine, et nous attendons un bébé. A ce régime, n'importe qui aurait craqué. C'est ce qui lui est arrivé. Il est dans un hôpital psychiatrique pour une durée indéterminée. Mme M, La rebellion kurde J'ai lu avec stupéfaction dans votre numéro 338, l'ar ticle sur l a r ébellion kurde signé Y. B. Les Kurdes ont subi un véritable génocide de la part des armées iraki ennes. Mais, comme pour les j uifs sous Hi tler, comme pour 2 AU SOMMAIRE L'événement Que représente pour vous le 8 mai 1945? . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 4 En direct Mais que se passe-t-i1 donc à Marseille? . .. . . . . . . . . . . . . . .. p. 6 Dossier L'industrie concentrationnaire p. 13 Points chauds Afrique australe. Sports: « Nous accusons ..• » . .... .. ... . .. . p. 9 Vous dites? Quand des peuples se libèrent . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 21 Chroniques Pétain réhabilité? p.22 En 1915, déjà... ... ... . .. .... ..... . ... .... ... ... . . . . . . p.23 Photo de couverture: la première commémoration du 8 mai 1945, à l'Etoile. en orésence du général de Gaulle. les Biafrais, le monde se tait. Vous, vous fai tes mieux, vous soutenez le régime irakien. . . . Le peuple kurde, lUl aussl, dOlt avoir droit à l'autodétermination et à sa terre. P. KAIOUM Paris. N.D.L.R. - Ce n'est pas ~i s~mple. Et le conflit du Biafra ne 1 ét8.lt pas non plus. Dénoncer une guerre cruelle ne doit pas empêcher d'en analyser les données. Les Kurdes d'I~ak s'étaient vus reconnaitre certBlnS droits culturels et politiques en .fonction de leur particularisme national, quand la rébellion conduite par Ba~zani et des chefs féodaux a été amplifiée, avec, pour objectif, la séCeSS10Jl d'une région riche en pétrole (comme au Biafra). Le peuple Kurde d'Irak ne participait pas dans sa totalité il s'en faut de beaucoup, à ce moiIvement soutenu par les Etats- . Unis et l'Iran. Il convient aussi de souligner que les nombreux Kurdes vivant en Iran et en Turquie ne bénéficient d'aucun droit démocratique et sont l'objet d'une assimilation forcée, sans que personne s'en émeuve. Barzani aujourd'hui en Iran, s'accommode 'de cette situation ; cepend~t, 250000 Kurdes réfugiés en Iran, Vlennept de regagner l'Irak. Nouveaux locataires Je tiens à vous signaler ce qui se passe dans la société où j'habite (il s'agit de la S.C.I.C.). J'occupe un logement de fonction, et la société a décidé de ne pas remettre à neuf les appartements vides, car ,ils vont, . paraî-il, être des.tinés «a des Nmrs et des Arabes » ( ste). Avant, quand quelqu'un déménageait, la société se chargeait des réfections nécessaires. Geneviève COLLET. 93220 Gagny. Toujours le pétrole 1 Depui s plusieurs années, je réside dans un foyer de jeunes travailleurs. Par suite du développement . économique, de nombreux travadleurs nord-africains viennent à Rennes et, bien entendu, leur n?mbre augm~te dans le foyer. L'un deux, Marocam, est mon ami. Un soir: dans la salle de restaurant, nous nous sommes . installés aV,ec lui, à une table de hutt gars, comme à l'accoutumée. Trois d'entre eux se sont mis à parler de l'augmentation du pétrole en élevant la voix, et en tenant des propos désobligeants à l'égard des pays producteurs. Puis, ils se sont mis à imiter un Arabe qui parle, et enfin, ils ont tait allusion à « certaines moeurs li 'de « ces gens-là li. J'étais profandément écoeuré, et aussi stupéfait de constater qu'en 1975, des jeunes puissent encore être racistes. Mon ami n'a pratiquement rien mangé. J'ai pris le meneur à partie d'une façon plutôt sèche. C'est avec conviction que je renouvelle aujourd'hui mon abonnement à « Droit et Liberté ". R.T. Rennes. Comique? Je voudrais vous signaler un « comique li qui sévit actuellement à la télé, et qui fait rire les gens en imitant un balayeur algérien. Il est même passé mercredi après-midi .dans l'émission consacrée aux jeunes (2 chaîne). J'imagine ce que peut ressentir un gosse algérien, lorsqu'il voit se tordre d'autres entants de son âge sur le petit écran, à l'écoute de telles bétises. Certes, je reconnais que ce n'est guère méchant. Mais je ne comprends pas qu'on fasse rire avec des choses qui ne sont pas tellement risibles : le métier de balayeur ou l'accent arabe, surtout à une époque Où tant d'Algériens sont si souvent agressés en France en raison de leur aspect physique et, pourquoi pas? de leur accent. J. NEGRONI Paris 18'. droit & liberté MENSUEL 120, me Saint-Denis, Paris (2e) Tél. 231.09.5'7 - C.C.P. Paris 60'70-98 • Directeur de la. pUblication : Albert LEVY • Rédaction; Véronique BOUDIER-LEQAT Lucky THIPHAINE • Administration et publicité : René BRIAND • ABONNEMENTS .Unan:40F • Soutien : 100 F Antilles, Réunion, Maghreb, Afrique francophone, Laos, Cambodge, Nouvelle Calédonie ; 40 F. Autres pays : 55 F. Changeinent d'adresse : 2 F. • Imprimerie LA HAY6..11.4UREAUX Tél. 231 70-14 DROIT ET LIBERTE - N" 339 - JUIN 1975 - éditorial _ Vive le 8 ma i ! Quelques jours avant l'anniversaire de son élection, M. Giscard d'Estaing a décidé de ne plus commémorp.r celui de la victoire sur le nazisme. Si cette décision ' a choqué la majorité des Français, ce n'est pas seulement pour son caractère autoritaire. C'est aussi et surtout en raison de ses graves implications politiques et morales. La lettre qui l'annonce aux partenaires européens de la France traduit en effet une complète inversion des valeurs qui fondent l'histoire et -la conscience de notre peuple, comme de tous ceux qui ont connu l'oppression hitlérienne et l'ont combattue. Dire que la dernière guerre « a été fratricide», n'est-ce pas suggérer que les millions de juifs massacrés étaient les « frères» d'Eichmann et des S.S. qui les jetaient dans les fours crématoires, que Jean Moulin était le « frère» de Klaus Barbie? Dire qu'elle a « ensanglanté en vain notre continent», n'est-ce pas ravaler au rôle d'acteurs inconscients d'un conflit sans objet les soldats alliés, les Résistants volontaires qui, en écrasant un régime barbare, sanguinaire, ont rendu les libertés, la démocratie, la dignité à l'Europe asservie, Allemagne comprise ? ... Il est bien troublant, l'aveu que, pour les dirigeants français et ouest-allemands, « tourner ensemble nos pensées vers ce qui nous rapproche et ce qui peut nous unir », c'est tourner le dos à la lutte antinazie, à l'union réalisée alors, à ce qui la rappelle ... Tout n'a certes pas été fait jusqu'ici pour donner au 8 mai sa pleine signification. Cependant, nulle équivoque n'est possible. Cette date ne concerne pas les seuls anciens combattants et n'évoque pas uniquement le souvenir des morts. Elle doit permettre de faire savoir aux générations nouvelles ce qu'est le fascisme, quels ont été ses crimes, comment il a pu s'instaurer, quelles complicités . l'ont rendu possible - et les mobiliser, aiguiser leur vigilance contre toutes les séquelles, toutes les formes actuelles de ce fléau. Le cardinal Marty remarquait récemment que « de cette maladie on n'est jamais totalement guéri, la fièvre peut remonter du fond des âges » ••• Effacer 1945 de l'Histoire - comme Hitler voulait rayer 1789 _ c'est, au contraire, encourager les forces qui ont mis naguère le monde à feu et à sang. Il suffit, pour s'en convaincre, de voir avec quelle satisfaction les nostalgiques de Vichy et leur presse, les racistes d'hier et d'aujourd'hui ont accueilli la décision présidentielle. A l'heure où l'on prévoit l'Europe nucléaire, qui pourrait croire que le rejet des leçons du 8 mai soit motivé par Uh souci de fraternité humaine? Une Europe démocratique, padfique, ouverte au monde et tournée vers le progrès, telle que la souhaite la jeunesse, ne peut se baser sur l'oubli de ce que fut le nazisme et des énormes sacrifices consentis pour y mettre fin. Bien sûr, une commémoration resterait sans effet si elle ne s'accompagnait pas d'une action permanente. C'est justement parce que son abandon s'inscrit dans un contexte où risque de sombrer tout ce qu'elle représente, qu'il nous paraît capital de la maintenir. Notre fidélité aux victimes du nazisme, à ceux qui l'ont vaincu, est un gage pour l'avenir. Albert LEVY. 3 • l'évènement • Que représe.'e pour vous le B .. ai 1945 ? Les généraux du Reich signent la capitulation de l'Allemagne hitlérienne D'autres crimes ... Si je suis en principe hostile à la célébration des, anniversaires militaires, quels qu'ils soient, je reconnais volontiers que l'on peut, dans 'le cas présent, ajouter à une « fête de la victoire .. un jour de protestation contre les excès de la barbarie nazie. Mais je souhaiterais que éette révolte de la conscience s'étendit à d'autres crimes, par exemple aux tortures pratiquées par l'armée française en lndochine et en Algérie, et aux Oradours que nous avons faits en Afrique du Nord. Personne n'a les mains propres et c'est l'espèce humaine dans son ensemble qui devrait avoir le courage de s'humilier devant les horreurs qu'elle commet encore si souvent. J'estimerais plus importante que la pérennité d'une cérémonie militaire la suppression dans notre hymne nafional de son refrain raciste sur je ne sais quel sang « impur ..... J'ai écrit à ce sujet au Président de la République, dont je n'ai même pas reçu un accusé de ' réception signé d'un de ses scribes. Théodore MONOD. Que cette décision soit rapportée Comme tous ceux' qui ont vécu le drame de l'occupation naZÏ'e, qui ont été parmi les résistants et qui ont eu nombre d'amis très chers déportés, en raison de leurs opinions politiques ou de leur race, dans les camps de la mort, je suis profondément indigné par la décision prise par le Président de la République. Je souhôite de tout coeur que, de tous côtés, les protestations affluent afin qu'une décision aussi choquante soit rapportée. Jean PICART LE DOUX. Pour la paix, non pour la guerre ! Assez de célébrations de guerres! Le meilleur moyen de mettre fin au nazisme, au racisme, aux nationalismes effervescents, à tout ce passé qui déchire l'humanité en morceaux, c'est de faire l'Europe et le gouvernement mondial. Le M.R.A.P. est un mouvement pour la paix et non pour la guerre. Hubert DESCHAMPS. 4 La qualité du souvenir Je ne suis pas assuré que les manifestations oratoires ou écrites sollicitées dans un milieu restreint garantissent la qualité du souvenir ni un impact durable sur l'opinion publique. Je pense qu'une démonstration massive ,et silencieuse aurait plus de poids; elle pourrait être rassemblée chaque année en faveur de la paix mondiale. Ceci dit, je blâme vigoureusement une décision prise hors de toute indication fournie par la représentation populaire sur l'opportunité de célébrer un anniversaire qui n'ost pas seulement celui de 'la victoire d~s armées alliées mais celui de la débâcle des régimes fascistes et de la barbarie nazie. ,Professeur Pierre WERTHEIMER. Le besoin d'autres 8 mai La date du 8 mai ne symbolise poui moi que la commémoration de ce qui fut un temps fort de la lutte de l'homme libre contre les forces du mal. Le 8 ma'i 1945, un des plus gigantesques avatars du Mal" le nazisme, a été terrassé. Il était grand temps! Mais le Mal n'en est pas mort! Tous les jours de l'année, tous' les jours de toutes les années, auraient besoin d'être d'autres 8 mai. La célébration du 8 mai, pas plus que la suppression de cette célébration, ne sauraient servir d'alibis à nos ma,uvaises consciences. Aucun patriote ne peut accepter Abbé Jean PIHAN. En décidant de supprimer la commémoration de la victoire sur le nazisme, M. Giscard d'Estaing, obéissant peut-être à 'l'ignoble mode rétro qui sévit aujourd'hui, a en fait insulté tous les héros et toutes les victimes de cette époque monstrueuse et sanglante qui, si on le suivait, seraient à jamais ensevelis dans l'oubli. C'est pourquoi aucun patriote ne peut accepter cette décision qui a été prise en dehors de toute consultation et qui constitue l'affirmation aberrante d'un pouvoir monarchique que les Républicains de ce pays n'ont jamais reconnu. Jacques MADAUlE. - Contradictoire Il me semble évident qu'une union étroite entre les pays européens n'a été et ne sera possible que dans 'la mesure où ceux-ci se seront libérés de toute trace et de toute séquelle du nazisme et du fascisme. Il est donc contradictoire de vouloir remplacer la commémoration de l'écrasement du nazisme, par un « jour de l'Europe". Le 8 mai doit donc être indivisiblement le jour de l'écroulement du fascisme et celui d'e l'avènement d'une Europe démocratique et pacifique. Gérard lYON-CAEN. La paix ne passe pas par l'oubli L'e glorieux souvenir du 8 mai ne peut être rayé par personne du calendrier de l'Histoire. Quand nous commémorons la victoire sur le nazisme, ce n'est pas dans un sentiment de chauvinisme ou de haine, mais de fidéJioté, de vigilance, avec la volonté que de tels crimes ne se renouvellent pas. Ce n'est pas contr'e l'Europe, mais pour elle. Les mauvais démons qui ont fait le malheur et la honte des pays fascistes et qui ont corrompu aussi notr'e patrie peuvent d'un moment à l'autre se réveiller. Ne le permettons pas. Engagé volontaire dans l'Infanterie en 1915, j'ai toujours souhaité la réconcNiation avecl'ANemagne 'et me réjouis des progrès accomplis dans c'ette voie. Mais la vraie paix ne passe pas par l'ingratitude et par l'oubli Contre le racisme, contre ,le nazisme, contre tous les régimes d'oppression et de viol'ence nous communierons jusqu'au dernier jour dans le souvenir de cette victoire qui appartient à toute l'humanité. Pierre PARAF. Bienfaisant Française socialiste, donc internationaliste, résistante à Lyon, pour la première fois, j'ai senti dans la gorge le goût de la haine contre la soldatesque allemande, haine et mépris pour les collaborateurs français. Aujourd'hui, ces sentiments sont heureusement apaisés. Les Alliés, les Allemands, nous avons cruellement souHert de la guerre 1940-1945. Choisir une même date pour les guerres subies, qui honorerait nos martyrs, nos déportés, serait bienfaisant. Michèle VINCENT-AURIOL. DROIT ET LIBERTE - N° 339 - JUIN 1975 La Wehrmacht défile sur les Champs-Elysées Une occasion solennelle n'est point de trop 1: On comprend que le président de la République souhaite orienter la Natlo~ vers l'avenir. C'est l'essentiel de son rôle. Et il est vrai que ce n'est p~s facile .. P~uple de I~ngue. mé~oire e~ de prudence 'invétérée, le Français n ~borde gener~lement 1 avenir qu avec circonspection; 'et dans la conjoncture ~resent~, ce reflexe se trouve renforcé par les difficultés de la situation economlque et par les dangereuses incertitudes du monde. Oui donc il faut ouvrir les fenêtres sur le futur. ' . .. D'autre part, je suis de ceux qui pensent que l'Europe est une des possibilites de ce futur qui, pour sa réalisation, mérite le plus que les peuples et les gouverner:nents s'eff?~cent de surmonter leurs instincts ancestraux et de dépasser leurs hab~tud~s traditionnelles d~ penser et d'agir, les uns à l'égard des autres. Et on salt bien que, de' ce pOint de vue, la réconciliation franco-allemande s'impose comme un impératif majeur. Toute initiative dans ce sens vaut d'être e,nc?uragé,e ; elle ~ par principe mon approbation - à condition, bien sûr qu'il s agisse d u~e actlO~ ventable 'et non d un geste de vaine apparence. 2. MaiS, faut-II pour autant condamner à l'oubli les épreuves et les ~Ioi.r~s du passé, ou tout au moins les reléguer dans le secret des souvenirs individuels? En aucune manière. La piété à l'égard du passé fait partie intégrante de la personnalité et de l'honneur nationaux, qui sont les seules bases sur lesquelles des desseins nouveaux peuvent valablement s'édifier. Aussi bien, la victoire surie nazisme comporte-t-elle un sens permanent et universel, qui n'a rien perdu de son actualité. Elle s'inscrit dans la perspective de la longue lutte pour la dignité de l'Homme, contre toutes les forces et tou!es les f~rmes de haine et d'agression, au premier rang desquelles le raCisme, et Il s'en faut que cette lutte n'ait plus d'objet. Partout dans le monde, les drdits d'e l'homme les plus élémentaires sont méconnus voire sciemment violés. Pour se recueillir dans le souvenir d'une grande ~ictoire sur l'esprit du mal, et y puiser un encouragement pour les combats nouveaux du temps présent, une occasion solennelle n'est point de trop. Et qui pourrait s'en offenser sans, de ce fait même, se reconnaître en cause? . 3. Enfin, à celui qui a cru pouvo'ir en décider pour nous, nous devons dire respectueusement mais fermement, que ces choses~là ne relèvent pas du jugement d'un seul, qu'elles ne se règlent pas par décret 'et qu'il ne sied pas que la Nation en soit informée par la voie d'une communication à un chef d'Etat étranger. La désinvO'lture avec laquelle on a agi, n'est pas seulement une blessure à. la sensib'ilité de millions de Français et de Françaises qui, à des titres divers, ont contribué, souvent au péril de leurs vies 'et au prix de cruelles souffra~ce~, à la. vic.toire du 8 mai 1945 ; pour eux, cette date évoque des souvenirs a la fOIS fiers et douloureux. C"est le signe d'une méconnaissance Plofonde de~ ~apport.s .de l'~tat e~ de !a Nation dans une République authentique, fut-elle de reglme presldentle'l. C est a la Nation qu'il appartient de décider dans les profondeurs de sa conscience de ce qui, de son Histoire, mérite d'être commémoré par les générations successives, comme signe et preuve de ce qu'elle e~t et de ce qu'elle veut, de ce qu'elle a fait et de ce qu'elle entend faire pour elle et pour l'humanité. L'Etat, en pareille matière plus qu'en toutes 'iutres, ne doit être que l'interprète et l'ins'trument de la Nation et le préside;1t ne pourra prétendre au rôle de guide que dans la mesure' où il aura la sagesse et le coeur de se tenir à l'écoute et au service de ses sentiments. René MAHEU. -+ 5 ~ Ce que cela veut dire ••• On devrait être encore plus étonné qu'indigné par la décision régalienne du Président de la République. Est-ce qu'il se figurerait par hasard que,le 8 mai, on fête le jour où l'armée allemande capitula devant la seule et toute-puissante armée française? Quel orguei'i ou quelle méconnaissance? Mais non: le Président est le premier à savoir que, le 8 mai, on ne fête pas une victoire française comme le 11 novembre; on fête la victoire de vingt peuples du monde soulevés pour sauvegarder ou reconquérir leur indépendance contre la plus monstrueuse entreprise de sujétion et de dégradation de l'homme que l'Histoire ait connue. On fête, entre autres, l'indépendance du peuple allemand. Aussi n'est-ce pas une victoire militaire que cette décision veut effacer. Oest la culpabilité d'une certaine Allemagne. Du coup, elle effacera aussi celle d'une certaine France. Elle effacera les crimes d'un Laval, d'un Pétain. Elle 'est le prélude à leur réhabilitation. Et ce que cela veut dire, tout 'le monde peut le comprendre. La liberté se conquiert chaque jour VERCORS. La décision prise par le Président de la République a provoqué chez la plupart des Français une douloureuse stupeur: le Chef de l'Etat a entendu de sa seule autorité supprimer dans l'avenir le souvenir du 8 mai 1945 ! Croirait-il que la date du 8 mai évoque le triomphe militaire d'un peuple sur un autre? Oubiie-t-il que la guerre 1939-1945 ne fut pas une guerre de conquête ou de résistance contre la conquête, mais la défense désespérée de la liberté et de la dignité de l'Homme contre le nazisme, le fascisme et l'abject racisme que d'aucuns voulaient imposer au monde et qui ne demandent, aujourd'hui encore, qu'à renaître? La guerre 1939-1945 ne fut pas une guerre « fratricide .. , mais la lutte désespérée et finalement triomphante de ceux qui préférèrent accepter 'la torture et la mort plutôt que de subir l'asservissement. Chaque année, les cérémonies officielles du 8 mai sont là pour rappeler le sacrifice de tous ceux qui sont morts pour un idéal, aussi bien les concentrationnaires allemands que ceux des 22 autres nations parqués dans les camps d'extermination. S'il est un anniversaire qu'il faut conserver contre l'usure du temps, c'est celui qui rappelle que la liberté se conquiert chaque jour. Bâtonnier Paul ARRIGHI. 6 _ en direct _ que donc Un hangar du port de la Joliette sur le môle d'Arenc transformé en prison; lIne prison clandestine pour immigrés conduits des quatre coins de la France et où les droits les plus élémentaires de l'individu sont bafoués. La dernière affaire « marseillaise» en date, l'affaire d'Arenc, aura fait jouer à la cité phocéenne dans le dossier du ra- On s'en souvient, c'était le 27 août, l'après-midi avait commencé sous une chaleur torride. Sur un autobus de la ligne 72, «le bus de la plage », pris d'une crise de démence, un Algérien, Salah Bougrine venait d'assassiner à coups de couteau le chauffeur, M. Guerlache, blessant aussi d'autres personnes. La loi du lynch avait aussitôt prévalu et l'Algérien devait être conduit à son tour à l'hôpital entre la vie et la mort. Pendant de longues heures, la police marseillaise oublia de dire que Bougrine, après avoir été trépané, avait fait plusieurs séjours en hôpital psychiatrique. De longues heures qui furent lourdes de conséquence, alors que « le Méridional» et son éditorialiste M. Domenech ne perdaient pas leur temps. Un prétendu Comité de défense des Marseillais, appelait à son tour au lynchage des Arabes. On connaît la suite ... Certes, comme l'écrivit l'un de mes confrères, « digne dans sa douleur Marseille avait répandu la haine », mais les commandos racistes si groupusculaires qu'ils soient pouvaient, à la nuit tombée, devenir maîtres de la rue. Dans la semaine qui suivi le meurtre du traminot Emile Guerlache, il ne se passa pas une nuit sans qu'un Alg'érien ne soit abattu. Dans cette ville, dans ce port où la population sait peut être mieux qu'ailleurs côtoyer les minorités de toutes races, quelques petites groupes organisés peuvent semer la mort et se livrer à des provocations d'une gravité extrême. . Mais se passe-t-il à Marseille? cisme son rôle le plus symbolique, celui de déversoir plus que de capitale. Et il est vrai qu'un étau semble s'être soudainement reserré sur la ville depuis une chaude après-midi d'août 1973, un étau en forme de triangle et dont les sommets s'appellent police, Justice, racisme? Comment cela a-t-il été possible ? Dans ce débat, les pouvoirs publics portent la plus lourde des responsabilités, et leur passivité devient en dernière analyse complicité, surtout lorsqu'elle joue à différents niveaux. Nul ne peut oublier avec quelle constance, la Préfecture de Police de Marseille au cours des meurtres racistes d'août 1973, affirma à chaque fois qu'on se trouvait en présence d'un « règlement de compte ». Et c'est encore un préfet de police - mis à la retraite depuis - M. Heckenroth, qui se signale quelques mois plus tard, ,alors que la fumée ne s'était pas encore dissipée des décombres du Consulat général d'Algérie, en s'exclamant: « Il ne s'agit pas d'un attentat raciste!» Mais il est vrai que les auteurs de ce sanglant attentat, qui fit quatre morts et 20 blessés en décembre 1973, n'ont toujours pas été arrêtés et la police peut continuer à affirmer: « Rien ne prouve qu'il s'agit d'un attentat raciste! » Cela est bien une constante de la situation créée à Marseille, police et Justice, se retranchent derrière leur impuissance et leur incapacité pour nier l'existence de crimes racistes. Il est, par exemple, un fait indubitable: aucun des auteurs de meurtres d'Algériens commis en août 1973 n'est en prison. Mais le dossier de l'affaire Ladj Lounès est sans doute le plus édifiant, car il démontre qu'entre impuissance Un car discret attend les prisonniers, au dépôt d'Arenc, pour les mener au bateau ... policière et complicité la nuance peut être fort mince. Quand, le 29 août 1973, Ladj Lounès, un jeune Algérien de 16 ans, fut abattu à coups de pistolet devant son domicile dans un bidonville de Marseille, la Sûreté marseillaise prétendit immédiatement qu'il s'agissait d'un règlement de compte. Son frère Monamed, constatant les inquiétantes négligences commises par les policiers (douilles ramassées sans les précautions habituelles pour ne pas brouiller les empreintes, témoin capital non entendu) mena avec acharnement sa propre enquête. Surprise! Il aboutit à faire arrêter quatorze mois après le meurtre un sous-brigadier de police, François Canto. Ce dernier reconnaissait le mobile raciste du meurtre. Curieusement, son complice, Henri Michel, était lui, remis en liberté et ne devait être arrêté à nouveau qu'après les informations publiées par « la Marseillaise ». L'on se rendait compte alors que le policier avait utilisé son arme réglementaire. Les enquêteurs qui avaient procédé à l'expertise balistique s'en étaient pourtant aperçus 48 heures après le crime... Que faut-il donc en conclure? Mais le sous-brigadier François Canto est mort depuis à la prison des Beaumettes et sa famille accuse: « On l'a laissé mourir sans soins parce qu'il gênait trop de monde ... » Quant au DROIT ET LIBERTE - N" 339 - JUIN 1975 seul complice qui était encore détenu (Henri Michel), colleur d'affiches d'un parti de la majorité, il vient d'être mis en liberté provisoire ... C'était le seul individu compromis dans un crime raciste se trouvant encore inculpé à Marseille. Dans les six autres meurtres d'août 1973, Me Dissler, avocat des parties civiles, devait s'entendre prononcer, malgré ses efforts, six non-lieux! A chaque fois, la demande de constitution de partie civile déposée par l'Association de solidarité franco-arabe avait été rejetée car, affirmait l'ordonnance du magistrat instructeur, « rien ne prouve qu'il s'agit d'un meurtre raciste. » C'était la même ordonnance qui avait été rendue dans le dossier Ladj Lounès avant l'arrestation du meurtrier. Faut-il aussi souligner que jamais dans toutes ces affaires, une investigation n'a été ordonnée dans les milieux racistes ou fascistes capables de tels actes. Ils existent pourtant à Marseille, du prétendu « Comité de défense des Marseillais» aux anciens des commandos « Deltas » ... Qui sont les responsables ? La responsabilité de la Justice paraît également engagée dans la mort d'un jeune Algérien de 22 ans, Sahal Belabbes~ le mois dernier. Malade nerveux, Sahal avait été roué de coups par des commerçants organisés en milice, après avoir dérobé un tiroir-caisse dans une boutique de banlieue. Il se plaint à l'Hôtel de police où l'on juge que son « état n'est pas incompatible avec l'incarcération ». Il se plaint à la prison des Baumettes et même se tord de douleur. On affirme: « C'est du cinéma» et on l'envoie au cachot où on le retrouvera mort. L'information judiciaire ouverte n'a pas permis de déterminer les responsabilités. Avec l'affaire d'Arenc le triangle police - Justice - racisme aura donc été bouclé. Mais curieusement si c'est bien encore à Marseille qu'a été découverte cette prison clandestine pour étrangers en instance d'expulsion, l'affaire démontre que le mal dont souffre la Justice dépasse largement l'agglomération marseillaise et une sûreté urbaine aux pratiques des plus douteuses. Que dire en effet quand le Garde des Sceaux lui-même justifie la détention pendant des semaines, sous le seul contrôle de la police, sans que les détenus puissent même contacter un avocat sous prétexte qu'il s'agit d'étrangers? Mais c'est à Marseille, par contre, qu'un jeune Algérien, Salah Berrebouh, soustrait arbitrairement au contrôle de la Justice, alors qu'il se trouvait en liberté provisoire, détenu à Arenc, et expulsé, est revenu déposer plainte! Et c'est encore devant le doyen des juges d'instruction de Marseille qu'un autre travailleur algérien, Abdelli Boualia, est allé déposer plainte après avoir subi toute une nuit des injures racistes à l'Hôtel de police. Le juge n'avait encore jamais vu ça ... Incontestablement, les campagnes développées par la presse et les organisations démocratiques ont contribué ces derniers temps à modifier le rapport de forces. Et si la police marseillaise a fait preuve d'un comportement des plus inquiétants, la Justice pourrait, avec les informations judiciaires qui ont dû être ouvertes, se trouver au pied du mur. Le triangle vicieux pourrait être alors rompu pour la première fois à Marseille. Alex PANZANI. ENCORE DES " BAVURES " cc Nous ne tenons nullement à être les têtes de Turc des bavures actuelles », a déclaré M. Jean Chaunac, successeur de M. Gérard Monate aux fonctions de secrétaire général du Syndicat (autonome) des policiers en tenue de la région parisienne. Intervenant au congrès de ce syndicat, fin avril, il a dénoncé le racisme comme cc l'exploitation sans scrupule des travailleurs immigrés» et ajouté: cc Nous n'entendons nullement être identifiés avec les extrémistes» . Quelques jours plus tôt, le syndicat des commissaires de pOlice s'était également élevé contre les illégalités et avait dénoncé les « structures anarchiques .. entretenues dans la police, ainsi que les graves insuffisances dans la formation des policiers. Le congrès de la fédération syndicale des personnels de la préfecture de police a, d'autre part, indiqué que 216 gardiens et gradés ont comparu en deux ans devant le conseil de discipline, et que 70 d'entre eux ont été révoqués. 7 ---+ Après celles de Bagneux, Paris (se), limoges, une autre affaire vient d'aboutir à la condamnation de sept policiers. Pour avoir pris part àla mise à sac d'un café-hôtel algérien de Noisy-le-Sec, le 2S mai 1972, les officiers de police adjoints Alain Julian (qui dirigeait l'opération) et Michel Trocha, ont écopé respectivement 18 mois de prison dont 12 avec sursis et 1S mois dont 10 avec sursis devant la 16· Chambre correctionnelle de Paris; une pe'ine de 8 mois avec sursis a été prononcée contre les cinq gardiens qui les accompagnaient; à quoi s'ajoutent les dommages~intérêts: Alain Julian devra verser 8000 francs et chacun de ses complices 2000 francs. cc Ces salauds d'Arabes» Alors que, dans de nombreux cas, le comportement raciste de certains policiers (à commencer par le tutoiement systématique des immigrés) ne peut être connu en raison d'es craintes de leurs victimes, un employé de commerce algérien travaHiant à Marseille, M. Abdalli Boualia, vient de porter plainte contre les injur'es et les sévices qu'il a subis, le 14 avril, à l'Hôtel-depolice de cette ville. Il revenait, avec deux camarades, d'accompagner à Marignane le corps d'un ami algérien tué dans un accident du travail. cc Cinq policiers ont surgi et nous ont contrôlés, raconte-toi! Nos papiers étaient en règle mais Ils n'ont rien voulu entendre. Et parce que mon camarade pleurait, au retour de l'enterrement, ils se sont exclamés: "Regarde-moi ces salauds d'Arabes. Ils sont bourrés comme des cochons." Quand ils ont aperçu ma voiture, dont je possédais tous les papiers en règle, ils ont prétendu que je l'avals volée, et c'est à coups de poings et de pieds qu'Ils nous ont fait monter dans le fourgon. » Dans les locaux de la police, où il fut gardé toute la nuit et une partie de la matinée, M. Boualia rapporte qu'un policier lui a dit: cc Ta carte d'identité est pourrie; c'est un chiffon

elle pue; la prochaine fois ru'on

t'attrape, je te la fais bouffer.» Un autre s'est écrié: cc Tous les mêmes ces Ar.3bes! Chaque fois qu'on en prend, on devrait les foutre à poil et les faire se. battre entre eux, et nous, on les ferait danser à coups de fourches. » Un autre encore insulta le président Boumediène. A 23 h 30, M. Boualia fut conduit au cachot et forcé à se déshabiller totalement. On refusa de prévenir sa femme et il fut question de l'envoyer au «centre d'hébergement» d'Arenc, avant qu'un policier reconnaisse qu'il n'y avait rien à lui reprocher. A. L. 8 rOYER Depuis de nombreux mois les travailleurs immigrés résidant dans les foyers parisiens ont attiré à maintes reprises l'attention des sociétés, ou organismes gestionnaires sur la dégradation de leurs conditions de vie à l'intérieur de ces foyers. Les travaux de réfection ou d'amélioration demandés n'étant la plupart du' temps pas réalisés. En réponse aux légitimes revendications des locataires de ces foyers, les responsables de cette situation ont préféré durcir leur position, refusant d'accéder à leurs demandes, tout en augmentant les loyers. Ils ont ainsi pris l'entière responsabilité de la décision des travailleurs immigrés de refuser les augmentations imposées jusqu'à l'aboutissement des revendications. La vie dans ces foyers est rendue particulièrement pénible en raison du non-respect des règles d'hygiène et de sécurité de la part des propriétaires. Le chauffage et les installations électriques sont souvent défectueux voire dégradés au point d'être inutilisables; l'équipement sanitaire déjà insuffisant en regard de la législation n'est pas remplacé lorsqu'il est en mauvais état; les fenêtres, portes, toitures ne sont pas réparées lorsqu'elles sont endommagées. Quelle qv.e soit la gravité de la situation, les locataires des foyers n'ont jamais réussi à ouvrir le dialogue avec les sociétés gestionnaires (la reconnaissance des comités de locataires est un des droits revendiqués par eux). Pour mettre en échec les tentatives de lutte des travailleurs immigrés, tous les moyens d'intimidation sont utilisés : - réglements draconiens restreignant les liber tés individuelles et collectives à l'intérieur du foyer - présence de gardiens ayant es· sentiellement un rôle répressif - expulsion des locataires les plus combattifs (Foyer Riquet et Château- des-Rentiers) - expulsions collectives en présence d'importantes forces de police (Impasse du Mont-Tonnerre) - provocations. C'est ainsi que récemment un coup de feu a été tiré sur les habitants du foyer de la Porte des Lilas. - incursions fréquentes de la police dans les foyers (rue du Retrait) - brimades de toutes sortes, telles que refus de distribuer des draps de lit (Château des Rentiers, Porte Pouchet, Porte des Lilas) - coupures de chauffage et confiscation du matériel pédagogique nécessaire aux cours d'alphabétisation. Il est urgent que les pouvoirs publics mettent tout en oeuvre pour remédier à cette situation. C'est dans cet esprit que le Comité Parisien du M.R.A.P. a sollicité auprès du Préfet de Paris une entrevue portant sur la situation des foyers parisiens. J.-P. R. _ points chauds _ Non au " dialogue" • , Du 28 avril au 2 mai s'est tenu à Paris un séminaire intemational contre l'apartheid réunissant des représentants venus des quatre coins du monde. Organisé à l'initiative du Comité des Nations Unies contre l'apartheid, ce séminaire a rassemblé au siège de l'U.N.E.S. C.O., les délégués des 18 pays membres du Comité, les représentants de tous les organes spécialisés de l'O.N.U., les envoyés de l'O.U.A., des mouvements de libération, du Mouvement Mondial de la Paix, de plusieurs organisations non gouvernementales (dont le M.R.A.P.) ainsi que les responsables des mouvements an ti-apartheid d'Europe, du Japon, des Etats-Unis, d'Australie . et de Nouvelle-Zélande. C'est la première fois que des hommes et des femmes de tant de pays, qui ont fait leur le combat des millions d'hommes qui luttent contre le régime raciste de Pretoria, se rencontrent pour décider ensemble des mesures à prendre pour combattre au niveau international l'un des derniers bastions coloniaux dans le monde. Venant après l'expulsion historique de l'Afrique du Sud à la dernière Assemblée générale des Nations Unies; l'ultimatum lancé par le Conseil de sécurité aux racistes de Pretoria pour qu'ils fassent des pro-. positions concrètes concernant l'indépendance de la Namibie avant le 30 mai 1975; la 9" session extraordinaire de l'Organisation de l'Unité Africaine à Dar Es-Salaam en avril dernier qui a solennellement déclaré que « l'Afrique ne pouvait pas négocier sur des principes non négodables, la liberté, l'autodétermination, le droit d'assumer son destin dans la dignité » - le séminaire de Paris confirme la volonté des peuples d'isoler le régime de Vorster et d'exposer toutes les complicités internationales dont il jouit. Les délégués ont chacun apporté les renseignements en leur possession sur l'aide multiple de ces quelques pays à Pretoria. Ainsi, tous les gouvernements qui se rendent complices du crime de l'apartheid, et la plupart des compagnies, quelle que soit leur nationalité, qui tirent DROIT ET LIBERTE - N° 339 - JUIN 1975 Bram Fischer, Président du Parti Communiste et valeureux combattant antiraciste sud-africain est mort. Il a passé plus de 10 ans de sa vie en prison et n'en est ressorti que pour mourir. Ses cendres sont retournées en prison, par ordre du ministre de la Justice d'Afrique du Sud. d'énormes profits du travail des hommes et des femmes d'Afrique australe, ont été identifiés malgré leurs précautions et leur discrétion. Le séminaire a ensuite cherché à définir une stratégie d'isolement des racistes dans tous les domaines : économique, militaire, sportif et culturel. Dans le domaine .économique, le séminaire prévoit des campagnes dirigées contre les investissements étrangers en Afrique du Sud, l'immigration de la main-d'oeuvre qualifiée blanche, les prêts bancaires, le commerce, les transports, l'approvisionnement pétrolier, la participation étrangère à tout projet sur le territoire sud-africain. Dans le domaine militaire, le Conseil de sécurité est prié d'adopter non pas la simple condamnation des " ventes d'armes à l'Afrique du Sud, mais un embargo obligatoire à tous les membres des Nations Unies sur tout matériel ou tout renseignement susceptible de servir la force de répression de Pretoria. Dans tous les domaines enfin, la participation internationale de l'Afrique du Sud raciste va être combattue, le droit de représenter tous les Sud-Africains ne lui . sera plus reconnu, et une aide massive et multiple aux combattants anti- . racistes d'Afrique australe va être recherchée auprès de tous les organes spécialisés des Nations Unies, de tous les pays combattant le racisme et de toutes les organisations non gouvernementales. SUR LA SELLETTE Les négociations engagées pour rechercher une solution politique en Rhodésie sont au point mort. lan Smith, dirigeant de la minorité blanche au pOl,lvoir se refuse à toute concession, rejette toute reconnaissance des droits de la majorité africaine. La Commission catholique pour la Justice et la Paix, composée d'ecclésiastiques rhodésiens, vient de publier un rapport faisant état de bombardements contre des villages, de tortures et de violences perpétrées par . la police. Les racistes restent assurés de l'appui des forces armées sud-africaines, toujours présentes sur le territoire rhodésien. Le 30 mal, l'Afrique du Sud devait répondre à l'ultimatum de l'O.N.U., lui demandant de prendre des mesures pour l'indépendance de la Namibie (l'ex-Sud-Ouest Africain). Mals Vorster, chef du gouvernement de Prétorla, continue de marquer son hostilité à la S.W.A.P.O., seule organisation représentative des populations namlbiennes. Il poursuit sa politique des Bantoustans, fondée sur la terreu~, visant à rejeter les Africains dans des réserves sans ressources, tandis que les mines, les Industries, resteraient sous le contrôle des sociétés occidentales. Participant à la conférençe nucléaire européenne, les représentants de l'Afrique du Sud ont fait appel aux capitalistes du monde entier pour la construction d'une gigantesque usine d'enrichissement de l'uranium. Les maîtres de l'économie française s'intéressent à ce projet. Corollaire de ces relations économiques et politiques: l'équipe française de rugby doit faire une tournée en Afrique du Sud, du 26 mai au 27 juin, ce qui suscite de nouvelles et vives protestations. Tous ces problèmes ont été exposés au meeting organisé à Paris, le 14 mal, sous l'égide des 26 organisations qui avaient tenu un .colloque sur l'Afrique australe en février dernier. Jean-Pierre Garcia y a pris la parole au nom du M.R.A.P. 9 SPORTS •• nous accusons Entre autres actions ' pour tenter d'alerter l'opinion publique sur le scandale que représente la tournée des rugbymen français en Afrique du Sud, .le M.R.A.P. a donné, le 14 mai, une conférence de presse. Albert Lévy rappela qu'il est mensonger d'accréditer ,le terme d'équipe « multiraciale", opposée à la France alors que, pour les autorités sud-africaines, elle est « multinationale», ce qui s'inscrit dans leur politique de création des Bantoustans, excluant les Africains de leur propre pays. Cette équipe dite "multinationale" ne change rien dans 'la politique sportive. Et il ajouta : cc Nous accusons la F.F.R de violer délibérément les règles et l'éthique du sport; d'avoir des raisons extra-sportives, politiques, néfastes pour le sport et pour la France. Nous accusons le gouvernement français de vouloir et d'encourager cette politique, qui va de pair avec le développement du commerce et des ventes d'armes... Voilà dans quelle galère 30 joueurs français sont embarqués. » Il donna ensuite la parole à James Cook, représentant de l'Union de rugby non-raciale d'Afrique du Sud, la SARU (South African non-racial Rugby Union) et du SANROC (Comité Olympique non-racial d'Afrique du Sud) à Londres, invité par le M.RAP .. Celui-ci a précisé: cc En Afrique du Sud, Il n'est pas possible de constituer une équipe multiraciale fondée sur le mérite. Véqulpe opposée à la France sera formée d'éléments Individuels, absolument pas sélectionnés selon des critères sportifs. Ces "invités" viennent de la F.S.R.F. (Fédération Sud-Africaine de RugbY) qui ne représente pas plus de dix équipes africaines. Ses joueurs ont, pour la plupart, des emplois dépendant du gouvernement, et s'ils disent quoi que ce soit, Ils perdent leur emploi. Ils n'ont" en aucune façon le soutien de la population noire, contrairement à la SARU. Nous comptons à la SARU, dans la seule province ' du Cap, 30 équipes de 1'" division, plus de 4 000 licenciés. (( Nous savons à quoi 'nous en tenir sur la position du gouvernement sudafricain, car nous avons déjà eu des rencontres multiraciales avant 1966, date à laquelle une 101 a été votée Interdisant de tel matches ! Au nom des milliers de joueurs de la S.A.R.U., le président '~bbas a refusé de participer aux lèii\:;ontres avec les joueurs français. » 10 au fil des jours _ au fil des jours _ au .JACQUES DUCLOS: lié à l 'Histoire Jacques Duclos, dont amis et adversaires ont salué le talent, l'indomptable combativité . et l'Illunanité souriante, est mort à 79 ans, debout, en pleine activité, comme il l'avait souhaité dans son dernier livre, « Ce que je crois », dont le chapitre final proclame que « le triomphe de la vie l'emporte sur tous les naufrages .'. Son nom restera lié à l'Histoire contemporaine, depuis la guerre de 1914-18, qui détermina son engagement dans la lutte pour un monde meilleur et plus juste, jusqu'à sa mémorable réponse, l'an dernier, au Sénat, aux attaques du ministre de l'Intérieur contre de Parti Communiste Français, dont il fut l'un des dirigeants les plus populaires. La dénonciation des conflits coloniaux au Maroc, en Indochine et en Algérie, l'opposition à la montée du fascisme, le Front Populaire, la guerre d'Espagne, la Résistance, la « guerre froide », la campagne présidentielle de 1969, ont marqué les étapes de sa vie, qui fut un incessant combat. Membre du M.R.A.P., il s'était à maintes reprlses associé à l'action de notre Mouvement. En mai 1964, il prenait la parole à la XVe Journée Nationale contre le racisme, à l'U.N. E.S.C.O., où il stigmatisait avec son éloquence si incisive les tenants de la haine raciale, du colonialisme, et les nostalgiques de l'époque nazie. En décembre 1971 , il représentait son parti au Forum de l'Amitié, or- Au Forum de l'amitié ganisé par le M.R.A.P. à la Mutualité. Il alliait les plus nobles et généreuses traditions de la France démocratique à l'idéal du socialisme auquel il s'est dévoué sans relâche. « Ce que mes yeux ne pourront peutêtre pas voir, écrit-il dans son ultime acte de foi, d'autres yeux le verront. Et la lumière l'emportera sur les ténèbres, la vie sera plus forte que la mort ». Suile ... La cc série noire» des crimes et des violences contre les immigrés continue. 5 avril à Nimes : victime d'un groupe de jeunes qui avait frappé plusieurs autres Algériens et avait foncé sur lui en voiture, Mohamed Ben Haddou meurt pendant l'intervention chirurg icale que son état nécessitait. 6 avril à La Garde (Var) : attentat au plastic, la nuit, contre un foyer où vivent 230 travailleurs immigrés, la plupart maghrébins. 6 avril à Béziers: une charge explose devant un foyer, qui abrite une cinquantaine de travailleurs immigrés. 13 a'lril à Pont-à-Mousson: agression contre un ouvrier marocain, Khiss Ben Tizza, roué de coups par trois inconnus, alors qu'il se rendait à son travail. 20 avril à Malesherbes (Loiret) : coups de feu tirés contre un foyer, faisant un mort, Abdelkrim Ajacni, et un blessé grave. 2 mal à Toulon: un travailleur algérien, M. Abbas, grièvement blessé de quatre coups de revolver, dont les auteurs s'enfuient à moto. 15 mal à Marseille: un Tunisien grièvement blessé à coups de revolver par un groupe de trois agresseurs, qui étaient entrés dans un bar en criant : " Dehors les Arabes ». Le communiqué publié à l'issue des conversations que le président de la République a eues avec le président Boumediène indique cependant que « la délégation française a fait part des dispositions arrêtées pour assurer pleinement la sécurité des ressortlssal'lts algériens ». • Le 16 avril, la Cour d'assises du Cantal a condamné à 6 et 13 ans de réclusion criminelle deux hommes qui avaient tué à coups de pieds et de poings, en avril 1974, un ouvrier tunisien de 29 ans, Mohamed Hammani. puis avaient ieté son corps dans les eaux de la Jordanne. à Aurillac. ~ 1 • Allenlal conll'e une synagogue Dans la nuit du 30 au 31 avril une synagogue a été plastiquée à Paris, rue Ambroise-Thomas. Portes enfoncées, intérieur dévasté, l'explosion a aussi disloqué des voitures qui stationnaient devant l'immeubl'e. A la suite des attentats et provocations antisémites de l'été dernier, le ministre de l'Intérieur avait écrit au M.R.A.P. que «les services de police concernés ont reçu pour Instructions de poursuivre activement les enquêtes relatives à chacun de ces faits, et de prendre, en outre, toutes dispositions préventives propres à renforcer la sécurité des personnes et la surveillance des édifices plus particulièrement exposés ». Aujourd'hui, la pol;ice déclare tout ignorer des auteurs de cette nouvelle agression, comme des précédentes. Clio yens aa l'abals D'aucuns ne s'intéressent aux ori, ginaires musulmans d'Algérie que s'ils sont de national'ité f.rançaise, ou plus précisément, anciens harkis. Ges hommes qui, dans le contexte de la guerre colonial-e, ont été embrigadés dans les forces françaises pour combattre leurs propres frères connaissent depuis 1962 une situation fort pénible. Séparés de leur famille, de leur pays, ils ne peuvent que difficilement y retourner, non par suite d'une interdiction des autorités algériennes, mais parce que l'accueil des populations risquerait d'être particulièrement hostile. Amenés ,en France dans les fourgons du repli mil'itaire, ils se sont vu accorder une citoyenneté au rabais, d'où sont 'exclus la plupart des droits qui devraient s'y attacher. Parqués souvent dans des villages-ghettos, notamment dans le Gard, où les conditions de vie sont celles de la main-d'oeuvre étrangère sous-payée, victimes du racisme au même titre que lés ressortissants algériens, ils n'ont perçu ni 'indemnités comme les Pieds-Noirs, ni pensions comme les autres anciens combattants. Après les protestations, les grèves de la faim de nombre d'entre eux, leurs enfants, devenus adultes, engagent l'action pour réclamer un peu plus de considération et 'de justice. Le gouvernement a nommé, l'an dernier, un chargé de mission ; il vi'ent de désigner une commission interministéri'elle. DROIT ET LIBERTE - N" 339 - JUIN 1975 Les "olages " de Benaull Pendant la grève de plusieurs semaines qU'i a eu lieu chez Renault, 17 travailleurs ont été licenciés à Billancourt. Motif invoqué: ils ont ar rêté une chaîne de montage. En fait, plus de 200 ouvriers ont manifesté dans l'atelier où les faits se sont produits. Comment ont été choisis ceux que leurs camarades appellent à juste titre des « otages " ? .. Parmi eux se trouvent trois délégués du personnel (dont la loi interd it, en principe, le licenciement) et 14 immigrés. Même si une majorité d'étrangers sont employés dans ce secteur de l'entreprise, on peut supposer qu'il ne s'agit pas d'un hasard. Les « boucs émissaires» sont, ,en outre, pour la plupart, des militants syndicalistes; l'un d'eux ne se trouvait même pas sur les lieux, il passait une visite médicale. A-t-on pensé qu'ainsi les sanctions, destinées à intimider l'ensemble du personnel, ne susciteraient pàs de mobilisation parmi les travailleurs français? En fait, les collectes pour les victimes de ces mesures ont lieu non seulement chez Renault, mais dans les autres entreprises de l'automobile et dela métallurgie. La campagne pour le retour des « otages », appuyée par des délégations, des manifestations et des débrayages, se développe dans l'union. • Le M.R.A.P. est intervenu par une lettre auprès du P.-D.G. de la Régie Nationale des Usines Renault, pour demander la levée des sanctions. Qui pl'olège Boldeanu? L'archimandrite Vasile Boldeanu, actuellement prêtre orthodoxe de l'Eglise roumaine de Paris, a-t-il une responsabilité dans les exactions de la Garde de Fer, organisation fasciste qui sévit en Roumanie avant. et pendant la dernière guerre? A-t-il, en particul ier, joué un rOle dans les massacres de juifs qui ont ensanglanté ce pays en novembre 1940 et février 1.941 ? Il est établi que ce personnage a appartenu à la Garde de Fer dès sa fondation (en 1930), qu'il a posé sa candidature, à ce titre, aux élections de mars 1938, qu'il en a porté l'uniforme avec le grade de commandant et a exercé les fonctions de chef de région, qu'il a collaboré à ses journaux, qu'il a été nommé en octobre 1940 «chef du bureau de l'organisation auprès du secrétariat général ". Fut-il secrétaire général de la Garde de Fer? Il le nie, comme il nie avoir commis « des actes criminels ou des violences contre qui que ce soit " . Pourtant, des communiqués ont paru dans la presse roumaine en novembre 1940, avec la signature : « Le secrétaire général, V. Boldeanu " . Le Grand Rabbin de Roumanie, le Dr Moses Rosen, évoquant cc les 40 000 familles Juives décimées par la Garde de Fer », a pu déclarer : cc Tous ceux qui ont vécu en Roumanie pendant la dernière guerre l'ont connu. Son titre de secrétaire général de la Garde de Fer en faisait l'un des principaux animateurs de ce mouvement fasciste. Sa fureur antisémite le désignait tout naturellement pour organiser les raids de terreur qui devaient ensanglanter le pays entre septembre 1940 et juillet 1941. » Ce qui est certain, c'est que son passé ne semble pas désigner Boldeanu pour diriger: une communauté religieuse, fonction qu'il s'est attribuée dans des conditions obscures, lorsqu'il vint à Paris après la guerre. Et l'on comprend que le gouvernement roumain ait demandé son extradition, pour qu' il soit jugé dans son pays, où il a déjà été condamné par contumace. Mais la demande, déposée le 11 février 1974, renouvelée le 10 mars 1975, n'a obtenu aucune réponse des autorités françaises. Qui protège Vaslle Boldeanu ? Et pourquoi? • A la suite d'un article sur Vasile Boldeanu, paru dans . Le Droit de Vivre », son auteur, l'archiprêtre Philippe Laroche, et Jean-Pierre Bloch, directeur de la publication, ont été condamnés chacun par la 17" Chambre correctionnelle à 2 000 francs d'amende et au franc de dommage-intérêts. Le tribunal, dans son jugement du 9 mai, leur reprOChe de n'avoir pas prouvé que Boldeanu était secréta ire général de la Garde de Fer et responsable, comme tel, des pogromes de 1941. Ils ont eu le tort de cc s'abstenir de se livrer il des recherches plus approfondies sur ce point" - auquel les jl.lges ont attaché une importance décisive, quelles que soient par ailleurs les autres preuves de l'engagement de Boldeanu dans ce mouvement fasciste et antisémite. On ne saurait 'se satisfaire d'un tel jugement. Il ,.1. Il ... 1. DANGEREUX DÉI.IRES Tout y est: cette affiche de « L'oeuvre française " , abondamment placardée dans Paris, reprend les thèmes du nationalsocialisme qui vitupérait à la fois les ' juifs, les communistes et les cc ploutocrates étrangers ". La révnion internationale du "Nouvel Ordre Européen" qui s'est teltue à Lyon les 28 et 29 décembre derniers prétendait, elle aussi cc défendre les valeurs de l'Occident ». Comment? Par cc le retour des allogènes dans leur pays d'origine », par «la condamnation du crime de métissage », par la cc libération immédiate de Rudolf Hess » et des autres anciens nazis encore emprisonnés, qui ont «combattu pour l'Europe» hitlérienne. On apprend que cette rencontre fasciste avait d'abord été prévue en Espagne, mais que les autorités s'y sont, par prudence, opposées. La France de M. Poniatowski s'est avérée plus accueillante: bien qu'informée, la police n'a pas estimé devoir intervenir. Elle n'a pas davantage interdit la nouvelle réunion internationale, tenue à Lyon également, le 28 mars, à l'initiative de deux autres groupes néo-nazis : « Peuple et Nation " (France) et « Légion verte" (Portugal) . Le « Nouvel Ordre Européen" édite en France un mensuel, "Le Combat Européen ", qui patronne les "Comités Français 12 RÉAI.ITÉS A D.JIBOUTI cc Pourquoi aurions-nous honte de rester ? ... » M. Olivier Stirn, secrétaire d'Etat aux D.O.M.-T.O.M., affirme, à son retour d'une visite de trois jours à Djibouti que la cc majorité écrasante de la population souhaite rester française ». un peut en douter si l'on en juge par les conditions de sa tournée, t'enue secrète jusqu'au dernier moment et dont le programme n'avait pas été diffusé. Dans la ville en état de siège, entourée d'une triple ceinture de barbelés électrifiés, les quartiers populaires étaient quadrillés jour et nuit par les paras de la lé~ion et les trois escadrons de gardes mobiles amenés spécialement de Paris. Lors de ses déplacements dans les villages voisins, les cérémonies officielles étaient protégées par les policiers, gourdin à la main, interdisant l'approche des opposants. Les 6 000 soldats en garnison dans le Territoire français des Afars et des Issas, les arrestations (1) qui ont précédé la venue du ministre, la fermeture des écoles, l'expulsion des « indésirable') ", n'ont pas empêché les manifestations. M. Stirn a pu voir les banderoles réclamant cc un dialogue pour l'indépendance »,et celle qui disait: cc Nous préférons être pauvres et libres que vivre sous un régime fasciste» (2). Car pour justifier la présence française, les promesses n'ont pas manqué, contredisant la réalité: adductions d'eau, dispensaires, cc suppression des bidonvilles », élaboration d'un nouveau statut de cc très large autonomie " . N'est-ce pas l'aveu que tout ne va pas pour le mieux, ·et la confirmation de l'isolement, l'impopularité du président Aref, l'élu de l'adminis~ration française? • au fil des jours _ au fil des d'Action Européenne» et les « Jeunesses d'Action Européenne ", dirigés par le nazi Pierre Clementi. L'un de ses derniers numéros dénonce « la grande conspiration mondiale qui se déroule implacablement ( ... ) pour arracher à l'homme blanc les fruits de la civilisation qu'II a créée et dont Il a fait trop généreusement cadeau à tous les peuples ... On peut y lire, par exemple que cc l'Europe déjà gangrenée par les idées marxistes, est submergée par des millions d'allogènes africains, asiatiques .. , et aussi qu'cc il n'y avait pas de chambres à gaz à Auschwitz ... Ce thème du « réveil" nécessaire de l'Occident passif et trahi, menacé par les hordes rouges et jaunes était aussi celui de la manifestation « unitaire" organisée le 7 mai à Paris par l'association cc France - Vietnam du Sud .. : cc Lisbonne, PhnomPenh, Saigon, ça suffit .. , cc Honte à l'Occident .. , proclamaient les banderoles encadrées par un service d'ordre botté et casqué, symbolisant le « pouvoir fort" auquel aspirent ces messieurs. Le " Parti des Forces Nouvelles ", héritier d'" Ordre Nouveau" et le "Front National", de Le Pen, célébraient à cette occasion leurs retrouvailles dans la rue. Quelques jours plus tôt, Le Pen avait appelé, au cours de son congrès, à une cc lutte à mort .. contre cc le péril rouge .. , et indiqué que cc le temps n'est pas de nous interroger sur l'habillement de ceux qui tireront à nos côtés ... Quant au P.F.N., qui dispose de gros moyens depuis la dernière campagne présidentielle, il publie désormais un journal: « Initiative Nationale ", où sévit François Brigneau en même temps qu'à « Minute ". Rien de- nouveau, donc, dans tout cela. Pas même les propos de Gérard de Villiers, que reproduit le numéro d'avril d'« Initiative Nationale ", et où l'auteur de 8.A.S. proclame sa profession de foi: «Je pense qu'II y a des races supérieures et des races Inférieures ... Ça tient à quoi? Aux gènes, aux chromosomes, au milieu. Je pense que le climat tropical freine le développement mental ..... M. de Villiers, il va de soi, incarne les " grandes civilisations" qui «se sont développées en climat tempéré " . Les élections qui ont eu lieu en mars dernier, sans candidats de l'opposition, ont été marquées, une fois de plus par les fraudes multiples, les irrégularités, les pressions 'et les violences. La politique misant sur la division entre les deux ethnies, Afars et Issas, ainsi que sur la peur des deux pays voisins, l'Ethiopie et la Somalie, s'avère de moins en moins efficace. Ce qui compte surtout, en fait, c'est l'intérêt stratégique de cette porte de l'Océan Indien, que l'on entend maintenir sous le contrôle des forces occidentales, grâce à un éndrme arsenal, à une importante flotte maritime et aérienne, dirigées essentiellement contre la République démocratique populaire du Yémen et la Somalie socialiste. Le consul et le vice-consul de ce dernier pays - témoins gênants - ont été sommés de quitter Djibouti avant l'arrivée de M. Stirn. L'état d'esprit, d'un colonialisme anacrronique, régnant dans l'administration, trouve une illustration dans les récents propos du général Brasart, commandant supérieur des forces françaises à Djibouti, selon lequel « les journalistes viennent toujours à Djibouti pour écrire des âneries », et qui s'est réjoui de ce que l'un d'eux - correspondant du « Figaro » - « s'est fait attraper les jambes par les Viets (sic) et ne l'a pas volé ... » (1) Ont été, entre autres, arrêtés 25 jeunes gens, dont trois enseignants, et l'ancien président de l'Association des Etudiants du T.FAI. en France, géomètre, marié et père d'un enfant. Une lettre alarmante vient de nous parvenir sur les conditions de leur détention. (2) Information de dernière heure: Des manifestations réclamant l'indépendance sont durement réprimées; bilan: 5 morts, 20 blessés. ~7NDrrSFBIE CONCENFBIIFIONNIIIBE , Cl:deaus: le complexe Indu .. tritl . Buna, construH pour l'I.G. Farben, Il proximité d'Auschwitz. Photos: F.N.D.I.R.P. Il Y a trente ans, l'Allemagne hitlérienne, envahie à l'Est et à l'Ouest par les armées aillées, capitulait le 8 mai 1945. La Ilbération des .camps de concentration révélait au monde les indicibles souffrances endurées par les milllons d'hommes, de femmes et d'enfants que les sbires de la Gestapo et leurs compilees avaient raflés dans tous les pays de l'Europe occupée. Juifs, Slaves, Gitans pour leurs origines, résistants, patriotes, démocrates pour leurs idées avaient été Ilvrés à l'esclavage et à la mort - broyés par la gigantesque machine à exploiter et à exterminer, rigoureusement mise au point par les maitres du Troisième Reich. Quelques dizaines de mllllers seulement avaient survécu. Les rescapés, squelettes aux yeux hagards, morts-vivants que leurs bourreaux n'avaient pas eu le temps d'achever, témoignaient par leur seule apparence physique de l'inimaginable horreur des crimes nazis ... De multiples commémorations se déroulent aujourd'hul sous le double signe du souvenir et de la vigilance devant les inquiétantes survi· DROIT ET LIBERTE - N° 339 - JUIN 1975 vances du nazisme, de ses méthodes et de ses causes. Comment cela fut-fi possible? Comment faire échec aux tentatives, aux tentations de ressuciter cette barbarie? Pour ce 30· anniversaire, la Télévision française avait commandé à Claude Otzenberger une émission, que celui-ci a réalisée, non dans une optique passéiste, mais avec le souci d'examiner aussi lucidement que possible ces graves questions. Son titre : .. Le Train de la mort. A propos du totalltarisme ». Claude Otzenberger évoque la terrible épreuve subie en juillet 1944 par les déportés d'un des derniers convois partis de France, dont cinq cents moururent avant d'arriver à Dachau. Il a su rendre présent ce drame, en donnant la parole à ceux qui l'ont vécu, ainsi qu'à d'autres déportés. à des historiens, des sociologues des éqivains, dont l'expérience et la rél1exion permettent de démonter les rouages de l'entreprise nazie et d'éclairer, dans l'actuallté ou le passé récent, des faits préoccupants quant au devenir des libertés essentielles, de la dignité hwnalne, de la paix. 13 Est-ce parce que ce film, après avoir analysé en profondeur les don. nées de l'Histoire, aborde des problèmes brûlants de notre temps, que TF l, qui l'avait programmé pour le 23 avril à 20 h 30, a brutale: ment annulé sa diffusion? Est-ce là une lIlustration de l'état d'esprit qui règne en haut lieu, et qui vient de se traduire par la décision que, plus jamais, la victoire de 1945 ne serait officiellement célébrée? Tout se passe comme si, pour ré· pondre à l'intérêt du public, et notamment des jeunes, avides de sa· voir ce que fut l'époque du nazisme, la Télévision estimait que seuls sont quallflés les criminels : Albert Speer, Otto Skorzeny, Paul Touvier, Klaus Barbie... et que les victimes n'ont qu'à se taire. Il y a là un intolérable scandale. contre lequel, avec d'autres, c Droit et Liberté • s'élève vigoureusement. Tout comme nous nous élevons contre la prolifération des Uvres, ar· ticles, disques, films.... jouets, qui tendent également à minimiser les crimes nazis et à réhabiliter ceux qui s'en sont rendus coupables ou complices. Parmi les participants (1) à l'émission de Claude Otzenberger, Charles Palant, vice-président du M.RA.P., ancien déporté de la Résistance à Auschwitz et Buchenwald, expUque dans quelles conditions HItler fut porté au pouvoir et sur quelles bases fonctionnait l'industrie concentrationnaire, source d'énormes profits pour des firmes allemandes bien connues. Nous reproduisons ci-après quelques fragments essentiels de son propos. Avec les informations et documents qui accompagnent ce texte, le présent dossier ne prétend certes pas donner une vision complète du nazisme. n s'agit simplement d'une approche, d'un rappel nécessaire, en ces jours où tant de forces se liguent pour imposer 1'0ubU. (1) Outre Charles Palant. ont particiP4! à l'émission: Mmes Marie-José Chombart de Lauwe. maitre de recherches au C.N.R.S., Olga Wormser-Migot historienne; MM. Henri Alleg, journaliste, M. Bablon, émigré malgache, Robert Badinter professe~T à l'Université de Paris, S. Bou: ziri. émigré algérien, G. Hamburger directeur de société, Y. Meyer, impriIÎleur, Albert Memmi, professeur à l'Université de Nanterre, Sally N'Dongo, préSident de l'Union générale de Travailleurs Sénégalais en France, F. Rohmer, professeur à 'la Faculté de Médecine de Strasbourg David Rousset, écrivain, G. Soulier, prOtesseur à la Faculté de Droit d'Amiens P Weill, médecin. ' . 14 La résistible ascension 28 Juin 1919. Signature des Traités de Versailles. 1919. yote de la Constitution de Weimar. instituant une République parle-· mentalre en Allemagne. 8 aoe:" 1921. Adolf Hitler crée le N.S.D.A.P. : National Sozialistiche Deutsche Arbelts Partel. e~ les S.A. (sections d·assaut. organe para-militaire). Avril 1923. Premier putsch. avorté. des nazis. ~ov~mbre 1923. f?euxièm~ p~tsch avorté. Hitler va en prison et y rédige Mein Kampf ... Violente diatribe. exposant ses idées politiques et raciales Février 1925 •. Hindenburg devient Président de la République. . 1930. Les nazis ont 18 % des voix aux élections. 1932. Ils obtiennent 230 sièges au Reichstag (Parlement) Goering (membre du N.S.D.A.P.) en devient président. • Jullk!t 1932. L'Alle'!'agne obtient la suppression des réparations qU'elle devait payer aux vainqueurs de la guerre. 28 Janvier 1933. Hitler devient Chancelier. D'autres nazis entrent au gouvernement. 10 • féY!'&r 1~. L.e ~eichstag est dissous. La terreur commence à régner: é~ur.atlons. Interdlctlo~s de réunions. muselage de la gauche. C'est l'époque ou s ouvrent les premiers camps de concentration. 2! février 1933: Goering fait incendier le Reichstag et en accuse les communistes. ce qUI permet de promulguer des lois d'urgence 2!1 février 1933. Abolition de la liberté de la presse. de l'inviol~bilité du domiCile 'et de la corr~spondance. pes milliers d'arrestations ont lieu. S .mars.1933 .. Elections. Les nazIs ont 43,9 % des voix. Pour avoir la maJ' orité Hitler interdit le Parti Communiste. . 6 mars 1933. Hitler prend les pleins pouvoirs. Le Reichstag est fermé 10 • avril 1933. D.écret institutionnalis~nt I~ ~oycott des magasins juifs. Des pogro~s ont lieu: Des personnalités JUives s'exilent (Einstein, Freud. S. Zweig ... ). Ces faits provoquent .peu de réactions en Europe. 2 mal 1933. Les s~ndlcats sont diSSOUS, leurs dirigeants ·arrêtés. Le pouvoir crée le oc Front Unique du Travail ". 14 juillet 1933. Le parti national-socialiste devient le 'parti unique 2 aoOt 1934. Après la. m?rt de Hindenburg. Hitler devient .. Reichsfûhrer » Janvier 1935. Un plébiSCite organisé en Sarre décide du retour de celle-c~ à l'Allemagne. Mars 1935. Le service militaire est rétabli en Allemagne. 7 mars 1936. La Rhénanie est occupée par les troupes allemandes (elle avait été démilitarisée en vertu des traités de Versailles). 12 mars 1938. L'Autriche est occupée (Anschluss). Octobre 1938. L'Angleterre et la France démissionnent devant Hitler à Munich, le laissant de fait libre d'agir à sa guise. Mars 1939. Occupation de la Tchécoslovaquie, avec massacres et déportations. 1e • septembre 1939. Invasion de la Pologne 1·' septembre. Déclaration de guerre de l'Angleterre à l'Allemagne. 2 septembre. Entrée en guerre de la France. 17 septembre. Les troupes soviétiques occupent la partie orientale de la Pologne. Septembre 1939 - mal 1940. C'est la oc drôle de guerre" : les armées françaises et allemandes restent face à face et il ne se passe rien. Mai-Juin 1940. Les Allemands attaquent le front français et le font céder. 11 Juin 1940. Entrée en guerre de I·ltalie. 14 Juin 1940. Entrée des Allemands dans Paris. 22 Juin 1940. Signature de la convention d'armistice entre l'Allemagne et le gouvernement de Pétain, qui va s'installer à Vichy. AoOt - novembre 1940. Bataille d'Angleterre: résistance victorieuse des forces britanniques face aux attaques aériennes allemandes. Avril 1941. Les forces allemandes occupent la Grèce et la Yougoslavie. Septembre 1940 - avril 1941. Les Italiens. puis les Allemands (Africa Korpsf avancent en Afrique du Nord. 22 Juin 1941. Début de l'invasion de l'U.R.S.S. par les forces allemandes. Juin - décembre 1941. Succès des armées allemandes en U.R.S.S.; elles atteignent le Dniepr. la Crimée. assiègent Léningrad et approchent à 20 km de Moscou. 7 décembre 1941. Attaque de l'armée japonaise à Pearl Harbour: destruction de l'escadre américaine du Pacifique. 8 décembre 1941. Les Etats-Unis déclarent la guerre au Japon. aux côtés duquel se rangent l'Allemagne et l'Italie. 1942 - 1945. Les revers de l'Allemagne hitlérienne et les victoires alliées. - En Afrique: les troupes allemandes sont battues par les Anglais à El Alamein. 'en novembre 1942. Le 8 novembre. les Américains débarquent en Afrique du Nord. Le 13 mai 1943. les troupes de l'Axe quittent la Tunisie. . De 1943 à 1945, les Alliés conquièrent lenternent la péninsule italienne et le fascisme italien s'effondre le 25 juillet 1944. - A l'Ouest: le 6 juin 1944 a lieu le débarquement allié sur les côtes de la Manche en France. Le 15 août, un autre débarquement a lieu en Provence. Le 20 août. Paris commence à s'insurger et se libère avec l'aid~ des blindés de Leclerc. D'octobre à décembre 1944. l'Alsace. la Belgique. la Hollande sont libérées. Les Américains avancent jusqu'à . la rive gauche de l'Elbe. , - Le front russe: en juin 1942. nouvelle attaque allemande en Ukraine. En septembre Stalingrad est atteint. La ville est assiégée sans succès pendant trois mois, et les Allemands capitulent le 2 février 1943. De juillet à novembre 1943, les Soviétiques mènent une offensive générale. Ils libèrent leu.r territoire. ~uis; en 1944. ils libèrent la Finlande. la Pologne. la Roumanie. la Bulgane. De décembre 1944 à avril 1945. ils avancent en Prusse orientale. en Silésie, Tchécoslovaquie. Hongrie. Autriche et rencontrent les Américains sur l'Elbe le 26 avril 1945. • 26 avril 1945. Bataile de Berlin. Le maréchal Joukov écrase ce qui reste de la Wehrmacht. 30 avril 1945. Suicide de Hitler dans les ruines de Berlin. 8 mal 1945. Capitulation sans conditions de l'Allemagne hitlérienne. 1941 - 1945. La guerre en Asie. Jusqu'en avril 1942. les Japonais progressent rapidement dans le Pacifique. En novembre 1942. la contre-offensive des Etats-Unis commence et s'amplifie jusqu'en 1945. où leurs troupes sont proches du Japon. S aoOt 1945. Après un ultimatum à l'empereur du Japon. qui reste sans réponse. le Président Truman fait lancer sur Hiroshima la première bombe atomique. 8 aoOt 1945. L·U.R.S:S. déclare la guerre au Japon. . 9 aoOt 1945. La deuxième bombe atomi.que tombe sur Nagasaki. 15 aoOt 1945. Le Japon demande l'armistice qui sera signé le 2 septembre. DROIT ET LIBERTE - N" 339 - JUIN 1975 Comment cela fut-il possible? L 'AVENEMENT du régime hitlérien, en 1933, intervient au terme d'une longue période de troubles et d'affrontements parfois sanglants entre, d'une part, les forces ouvrières et démocratiques - hélas ! souvent divisées - luttant pour construire un ordre social nouveau et, d'autre part. les forces réactionnaires liées au grand capital. au militarisme, en un mot à l'impérialisme allemand. Celui-ci, vaincu à l'extérieur en 1918, tente encore par tous les moyens de maintenir, sinon de renforcer les privilèges de l'ordre ancien. Le terrain sur lequel l'hitlérisme s'est développé est celui de la crise économique très grave, qui a suivi la défaite de l'Allemagne. provoquant la ruine et le désespoir de centaines de milliers d'artisans, de boutiquiers. de petits entrepreneurs dans les villes, et de nombreux petits paysans. Les chômeurs se comptaient par millions. L'effondrement de la monnaie était total. Dans un tel contexte. la jeune République de Weimar. minée de toutes parts par des courants contraires, s'avère incapable de répondre aux exigences de l'Histoire. Les espérances dont était porteuse la révolution allemande. à savoir le socialisme, pour lequel se battent les éléments les plus avancés de la classe ouvrière, ont été noyées dans le sang. Mais les classes dominantes sont elles-mêmes incapables de concilier les exigences d'une démocratie. même au sens occidental du terme, avec la réalité allemande de cette époque. Finalement elles vont favoriser l'accession d'Hitler au pouvoir. Hitler est le cheval sur lequel va miser le grand capital allemand. Cette expression de « cheval ». on la retrouvera dans la bouche de Krupp au lendemain de la deuxième guerre mondiale. A la question : « Comment avez-vous pu être le complice de tels montres? •• Krupp a répondu : « Quand on enfourche un cheval qui vous est indispensable, il ne faut pas regarder de trop près la qualité de ses dents ... » -+ 15 4' Nationalsocialisme" Quelles étaient les deux grandes douleurs allemandes au lendemain de la Première Guerre mondiale? Forte de sa jeune et puissante industrie, c'est-à-dire forte d'un jeune et nombreux prolétariat, elle exprime donc sa soif de progrès, sa soif de socialisme, par des mouvements révolutionnaires, durêment réprimés. Mais la grande blessure allemande c'est aussi l'humiliation de la défaite; et le nationalisme est un terrain sur lequel Hitler va pouvoir s'avancer avec quelques chances de succès. Très astucieusement, il fait de son parti le Parti nationalsocialiste, c'est-à-dire celui qui, par son titre, porte la revendication d'un rétablissement de l'Allemagne dans sa dignité, dans son honneur et, en même temps, son aspiration au progrès social, au socialisme. L'astuce d'Hitler, ce fut d'avoir promis à tous les Allemands ce que finalement il n'a tenu que pour quelques- uns. La crédibilité d'Hitler s'est affirmée avec ses premiers succès : la remilitarisation, la reconstitution de l'armée allemande, strictement interdite par le traité de Versailles, j'occupation de la Ruhr, l'Anschluss, c'est-à-dire l'annexion de l'Autriche. Autant de faits devant lesquels ni la France ni l'Angleterre n'ont levé le petit doigt. Hitler va promettre aux hommes de la grande industrie et de la banque de sauver l'ordre auquel ils tiennent, et il va promettre aux masses de rétablir l'Allemagne dans sa dignité, dans sa grandeur et dans le progrès ... Chaque année, Hitler avait de nouvelles exigences. Toute mon enfance fut meublée de ces rendezvous annuels avec les revendications hitlériennes. J'entends encore mes parents se demander : « Est-ce que ce sera pour cette fois ? ... », sousentendu

la guerre. J'ai grandi

dans l'idée qu'il y aura la guerre parce qu'un jour on ne pourra plus céder. A chaque concession, on renforçait Hitler, on rendait un peu plus, en quelque sorte, l'Allemagne à Hit- 16 La sélection des déportés à la descente du tral,!, L'Allemagne après 1918 LES TRAITES DE VERSAILLES Ils décident: - La création de la Société des Nations; - L'Allemagne perd ses colonies (sous le contrôle des vainqueurs) ; - Elle perd l'Alsace et la Lorraine; - La Sarre est placée sous le contrôle · de la S.D.N. ; - L'Allemagne doit démilitariser. Ainsi la bourgeoisie allemande perd d'important-es sources de profits, et ne peut que rêver de revanche. LA CRISE ECONOMIQUE Elle sévit en Allemagne, surtout dans les années 30. Ayant emprunté aux Etats-Unis, l'Allemagne subit le contre-coup de la crise qui les affecte. L'inflation et le chÔmage vont croissant: 7 millions de sans-travail en 1932. La bourgeoisie veut faire payer les frais de cette crise aux travailleurs, mais elle se heurte au mouvement révolutionnaire (K.P.D.: Parti Communiste d'Allemagne) et craint l'U.R.S.S. Elle est donc amenée à soutenir '(financièrement et politiquement) le parti nazi. D'autre part, la crise affecte durement la population, qui devient perméable à la propagandè nazie, soutenue par la droite, développant l'idée d'un nationalisme agressif, et désignant dans les juifs le bouc émissaire, qui serait responsable de tous les malheurs du peuple allemand. LES CONDITIONS POLITIQUES Au plan international, on assiste à de vives rivalités économiques entre les pays occidentaux. La Société des Nations n'a aucun pouvoir. Dans la mesure où les capitalistes ont intérêt à un redressement économique de l'Allemagne, ils laissent s'instaurer dans ce pays la dictature nazie. En Allemagne, les travailleurs sont divisés, entre le K.P.D., le S.P.D. (parti social-démocrate) et le Zentrum (chrétien). Or le S.P.D. fait parfois alliance avec la droite contre les révolutionnaires. Des élections fréquentes et inutiles discréditent le régime parlementaire. Le Président prend des pouvoirs prépondérants. Le pouvoir laisse se développer la propagande et les forces nazies: militarisme, antisémitisme, anticommunisme, autodafés de livres, doctrine selon laquelle le chef unique est tout-puissant, etc. } J1 1 l Des milliers et des milliers d'alliances qui deviendront lingots. DROIT ET LIBERTE - ~ 339 - JUIN 1975 Les camps Les premiers camps furent établis en Allemagne à partir de 1933. Ce furent: Oranienburg, Sachsenhausen, Dachau. Y furent envoyés des juifs, mais aussi des antifascistes, des démocrates, des communistes, en grand nombre. On a pu estimer que de 1933 à 1939, environ un million d'Allemands furent mis dans des camps, pour des périodes plus ou moins longues. Les autres camps furent ensuite créés dans les territoires occupés par l'Allemagne, et surtout la Pologne, où était ce géant: Auschwitz, entouré de nombreux petits camps secondaires. Il est difficile de faire une estimation exacte du nombre des morts dans les camps. Ce chiffre varie entre 4 et 6 millions. Toutes les méthodes étaient bonnes pour tuer: la faim, la maladie, l'absence de nourriture, les expériences médicales, les travaux pénibles, mais c'est surtout l'extermination cc scientifique" qui tua le plus: les gens étaient gazés et leurs corps brûlés ensuite, ou enterrés dans des fosses communes. Fours. crématoires, ~ Auschwitz. 1er. Subjugué par les premiers succès nazis, les Allemands, plus nombreux, tendaient le bras et hurlaient: « Heil Hitler ». Et ces crislà, couvraient de leur puissance les cris douloureux des opposants livrés aux tortionnaires dans les camps de concen tra tion. L'ordre hitlérien Dans l'idée que l'on peut se faire de l'acceptation de l'hitlérisme par le peuple allemand, il y a une sorte de confort que l'on éprouve à rejeter sur le seul peuple allemand la responsabilité du drame hitlérien. Certes, le peuple allemand porte la responsabilité historique des forfaits accomplis par Hitler, tout comme chaque peuple porte la responsabilité des crimes que l'on recouvre de son drapeau. Mais' comment oublier que les camps de concentration ont tous été peuplés, d'abord, pat des Allemands

militants des syndicats et

des partis politiques ouvriers et démocratiques, opposés au régime, communistes, socialistes, chrétiens, protestants ou catholiques, juifs victimes des abominables persécutions racistes? Tandis que par milliers ceux-là croupissaient dans les camps ou étaient assassinés, d'autres avaient fui l'Allemagne pour essayer d'organiser, de l'extérieur, la résistance au nazisme, ou à tout le moins, tenter de révéler au monde la vérité sur le régime hitlérien. L'univers concentrationnaire a été le produit le plus achevé de l'ordre hitlérien. Sous Hitler, la vie civile était comme J'antichambre de cet univers-là. Les Allemands ne savaient pas . tout ce qui se passait dans les camps de concentration. Ils en connaissaient cependant l'existance et vivaient dans la terreur d'y être un jour conduits où d'y voir conduire l'un des leurs. Alors, il y eut l'enchaînement de la peur, du regard que l'on détourne pour ne pae; voir, puis de l'indifférence, qui n'est souvent que l'accoutumance au malheur. L'hitlérisme fut comme une lourde chape qui s'est appesantie sur la conscience du peuple allemand. Il y eut malgré tout des milliers d'Allemands qui au prix de leur vie, ont tenté de soulever cette chape. Ils ont incarné l'honneur de leur peuple, durant ces années noires. -+ 17 L'homme matière ., premlere Pour ceux qui disent aujourd'hui « Auschwitz, connais pas! » et qui veulent savoir, on présente le plus souvent d'Auschwitz une image qui s'apparente à la vision donnée par Dante de l'enfer. On a dit beaucoup de choses - oh! pas tout! - sur l'horreur des camps, la promiscuité, la misère, la faim, la torture ... Je voudrais aborder une autre réalité, celle par laquelle Auschwitz s'apparente plutôt à une usine immense. Car Auschwitz, ce fut également, ce fut surtout une gigantesque industrie. Une immense étendue de bâtiments en dur. Un ensemble pensé, conçu, planifié, réalisé avec intelligence et efficacité, avec le concours d'architectes et d'ingénieurs. Nul ne saurait douter que les maîtres d'oeuvre ont soigneusement pesé les investissements en vue des dividendes. Cette industrie a tourné mille jours et mille nuits, durant lesquels furent « traités » selon le terme utilisé par les nazis, quatre millions d'êtres humains en provenance de tous les pays occupés. Ces hommes, ces femmes, ces enfants étaient, dans tous les pays d'Europe, recensés, pourchassés, arrêtés, marqués, dépouillés de tous leurs biens, parqués dans des camps, puis dirigés par convois, pour lesquels des milliers de wagons avaient priorité sur l'armée de l'Allemagne en guerre, vers leur destination finale. A l'arrivée de ces innombrables trains de la mort, leurs chargements d'êtres humains étaient sélectionnés par les S.S. - dont certains étaient des médecins - qui décidaient quelle proportion d'hommes et de femmes allaient mourir d'épuisement par le travail et quelle proportion infiniment plus grande allait être, dans les heures qui suivaient, passée dans les chambres à gaz et brûlée dans les fours crématoires, après que sur les corps auront été arrachés les dents et les alliances en or, coupés les cheveux dont d'autres industriels feront des étoffes. Et, les corps brûlés, on récupérera la graisse, dont on fera du savon, et jusqu'aux ossements, qui deviendront des engrais. 18 Ok.O"O AM.~5 t. MU, .. , ... tt.t1 ... , ..... 1&1. .... " w. ._.....~ ... . .. 12 .....U 19""11 .. f::!~ym~ROS .~ ~r~!·Charles td ... ~ DuetOll Dr. .,,,.. A MeSSieurs les Directeur. Docteur ~ Docteur S1'RUSS l.r.L-- 't 1 •• 1 t » 1 L o.w~~ A la source de leur essor ... C'est surtout à partir de 1942 qu'a été organisée systématiquement dan$ les camps 1'« extermination par le travail .. , au profit de grandes firmes industrielles. Quinze camps sont, dès le début, affectés à ce but, sur la base de contrats par lesquels les SS fournissent la main-d'oeuvre à 3 ou 6 marks par jour et par tête. alors que l'entretien coOte 35 pfennigs. Les principales firmes qui ont contribué à ce type d'extermination sont : I.G. Farben, qui a proposé au commandement du camps d'Auschwitz de passer un contrat dès le début de 1941. Les déportés ont construit eux-mêmes l'usine de Buna, qui fabriquait du caoutchouc synthétique, et aussi le Zyklon B, ce gaz qui servait pour les exterminations massives. Krupp, qui ne fut pas condamné au procès de Nuremberg en raison de son grand âge (il mourut en 1950). Les condamnations à la prison et à la confiscation des biens prononcées contre son fils et ses directeurs commerciaux ne furent jamais appliquées, par le jeu des remises de peine et aussll'intervention occulte ou au grand jour, de capitalistes du monde entier. Voici une liste - non exhaustive - des autres firmes qui ont tiré profit du travail des déportés: Auer, Arado, AEG, Argus, Heinkel, Henschel, Brabag, Siemens, Oemag, Daimler, Kaiser, Benz, Flick, En haut à gauche : déportées travaillant sur un chantier. CI-dessus: Auschwitz: 60 tonnes de cheveux. CI-contre : leUre d'un responsable de l'I.G. Farben se félicitant de sa .. nouvelle amitié avec les S.S. » et des dispositions prises pour la construction des usines Buna. Schneider, Messerschmidt, Volkswagen, etc. Nombre de ces entreprises règnent encore en maîtres sur l'économie de la R.F.A. Leur essor, leur puissance actuelle reposent sur cette exploitation forcenée, avec des bénéfices inimaginables autrement. Les déportés furent en outre utilisés à des fins industrielles après leur mort. Les cheveux étaient envoyés à une entreprise fabriquant des toiles et des cordes. " en a été recueilli 60 tonnes pour le seul camp· d'Auschwitz. La graisse humaine servait à fabriquer du savon. Les valeurs trouvées sur les prisonniers étaient envoyées à la Reichsbank. De même, l'or des bijoux, des alliances, des dents qui était fondu en lingots. Les chaussures et les vêtements étaient aussi récupérés. DROIT ET LIBERTE - N° 339 - JUIN 1975 La résistance dans les camps Dans les camps mêmes, les hommes ne se laissèrent pas ravaler au rang de bêtes, malgré la féroce répression dont ils étaient victimes., La solidarité entre les prisonniers fut importante. Cela pouvait consister à voler une aspirine à la S.S. et à la donner à un malade, ou bien" simplement, en ce que les plus forts soutenaient les plus faibles... Mais la résistance fut aussi organisée sur une échelle plus importante, mêlant des déportés de tous les pays. A Buchenwald par exemple, ils constru:sirent un émetteur radio, qui leur permit d'entrer en contact avec l'extérieur, et notamment avec les troupes du général Patton. Le jour venu, ce camp put se libérer lui-même, attaquant les S.S. avec des armes volées... Voici un témoignage concret, plus parlant que des énumérations : «Tout de suite après le bombardement du 24 aoOt 1944, on commença à se procurer des armes. Le désarroi général qui régna ce Jour-là fut mis à profit pour prendre le plus grand nombre d'armes posslble: fusils, revolvers, mousquetons et grenades à main dans le dépôt dlvlslonnalre de la S.S .. Toutes ces armes furent soigneusement dissimulées dans le camp, certaines furent enterrées, d'autres cachées dans les murs, et cela ne fut connu que d'un peut nombre de personnes de confiance. Mals, déjà, cette partie des préparatifs eût été Irréalisable si l'organisation Interne n'avait pas fonctionné sans défaut et si le camp n'avait pas été épuré depuis longtemps de tous les éléments vraiment douteux et des traltres. « Le fait de posséder des armes donne un premier sentiment de sécurité. /1 ne faudrait pas mourir sans combat, on ne se laisserait pas abattre sans résister ... » (D'après E. Kogon, Staat SS, en français L'Enfer Organisé. L'auteur est un déporté politique autrichien, arrêté peu après l'Anschluss, en 1938.) A Auschwitz, devenu depuis musée international, subsistent toujours des monceaux de lunettes, de delltÏf:rs, de brosses à dents ... Tout cela était trié, classé, reper· torié, acheminé, réutilisé, avec un sens élevé de l'organisation, propre aux industriels de grande envergure, soucieux d'efficacité et de rentabilité On est là, bien loin de la bestialité raciste et de l'imagerie tradi· tionnelle des pogroms. Certes, il y avait des chiens à la descente des trains qui amenaient les déportés à Auschwitz. Mais un chien peut-il comprendre la valeur inestimable en temps de guerre, de cette matière première exceptionnelle qu'est l'homme dès lors que la loi l'a désigné comme un être racialelllent inférieur? Des profits gigantesques L'utilisation de la main-d'oeuvre déportée fut pour les grandes firmes allemandes la source de profits gigantesques. Ainsi, du convoi du 10 octoère 1943, dont jt· faisais partie, trois oent cinquant~ hommes furent désig~és pour le travail, tandis que le reste des mille personnes qui composaient notre transport était exterminé. Nous fûmes amenés à quelques kilomètres d'Auschwitz, au camp de Buna-Mcnovitz. Là, 12000 déportés travaillaient sur un vaste chantier, où l'on construisait un énorme complexe industriel destiné à la production de caoutchouc et d'essence synthétiques. Outre les déportés, y travaillaient également cinquante mille hommes raflés par les servioes qu travail obligatoir.:: dans les pays occupés. Le chantier qui s'étendait sur plus de soixante-dix kilomètres carrés - soit plus de la moitié de la superficie de Paris! - appartenait à I.G. Farbenindustrie. En ce qui concerne les déportés, la S.S. oendait notre main-d'oeuvre cinquante fois moins cher que le salai· re le plus bas, encore que, sur ce prix, la S.S. conservait l'essentiel pour son propre compte et, avec le reste, nourrissait les déportés de fa· çon à nous assurer une survie moyenne de trois mois. 19 Les camarades de mon convoi s'étaient donné rendez-vous à un endroit du camp, trois mois après notre arrivée. Nous étions soixantequinze survivants. C'est dire à quel rythme les déportés mouraient, épuisés par le travail. Ce qui se faisait là pour le compte d'I.G. Farbenindustrie, se faisait ailleurs pour Siemens, pour Thyssen, pour Krupp, etc. La main-d'oeuvre déportée, raflée dans tous les pays d'Europe occupée, a travaillé jusqu'à J'épuisement pour la quasi totalité des grandes firmes allemandes. Voilà qui établit ce que fut la complicité du grand capital allemand avec les entreprises criminelles d'Hitler ... Charles PALANT. Les régimes fascistes sont tombés en Allemagne, en Italie et au Japon. Les pays d'Europe annexés ou occupés par l'Allemagne hitlérienne sont libérés. Les accords de Téhéran (28 novembre - 1·' décembre 1943), de Yalta (4-11 février 1945) et de Potsdam (juillet 1945) entre les Etats-Unis, l'U.R.S.S. et la GrandeBretagne, ont marqué les étapes de la guerre et préparé l'aména- La victoire gement de la paix. Les pays baltes et la Bessarabie, enlevés à l'U,R.S,S. en 1918, lui reviennent; diverses modifications de frontières ont lieu, notamment à l'ouest de l'U,R,S,S. et -de la Pologne, L'Allemagne est divisée en quatre zones d'occupation, contrôlées par les forces soviétiques, La libération d'Auschwitz par l'armée soviétique. américaines, britanniques et françaises, ainsi que Berlin, situé en zone soviétique. Les Etats-Unis occupent le Japon. D'avril à juin 1945 se tient la Conférence de San Francisco qui élabore la Charte das Nations Unies, signée le 26 juin 1945. Elle crée l'O.N.U., qui doit garantir la paix, promouvoir le désarmement, aider à la coopération entre les peuples. IPIP PRESIDENT D'HONNEUR: Léon lYON·CAEN (1877·1967) ; PRESIDENT : Pierre PARAF ; Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix 20 VICE.PRESIDENTS : Charles PALANT. Abbé Jean PIHAN, Fred HERMANTlN; SECRETAIRE GENERAL : Albert lEVY; COMITE D'HONNEUR : Henri ALlEG, Bâtonnier Paul ARRIGHI, Georges AURIC, Robert BAlLANGER, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAI RE, Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, louis DAQUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOlllE, Maurice DRUON , Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max-Pol FOUCHET, Jean HIER"'AUX, Pierre JOXE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel lEiRIS, Gérard lYON-CAEN, Jacques MADAUlE, René MAHEU, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD, Henri NOG'JERES, Etienne NOUVEAU, Jean PICART lE DOUX, Emile POllAK, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Monseigneur Guy RIOBE, Emmanuel ROBlES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Jean SURET-CANALE, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Robert ATTULY, Vincent AURIOL, Docteur Jean DALSACE, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN, Jules ISAAC, Frédéric JOUOT-CURIE, Henri LAUGIER, Jean lURCAT, André MAUROIS, Darius MilHAUD, Françoise ROSAY, Marc SANGNIER, André SPIRE, Chanoise Jean VIOLET. J'adhère au M.R.A.P. Je m'abonne à Droit & Liberté * Nom (en capitale) ________________________________________ _________ __________ Prénom ___ __ _____ ___ __ __________ ______________ __ âge _______________________ _ Profession __________________________________________________ ____ ------------- Adresse __ __ _________ ____________________________________ : ____ --------------- Code postal __ __ _____ ______ __ __ ___ _____ Ville • Rayer la mention Inutile. Le montent de la carte d '..théslon (l partir de 20 '..-a) est lai_ l l'appr6c:latlon du souscripteUr, .. Ion ... po .. ibllltés, compte tenu de la n6ceasit6 d'..,porter le soutien le plus effl_ l l'action du M.R.A.P. Abonnement d'un an l DROIT et LIBERTE (40 F). Abonnement de soutien (100 F). Etranger (60). C.C.P. : 6070-98 • PARIS. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.) 120, rue Saint-Denis - Paris (2') ,. Téléph. : 231.09.57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris • VOUS dites? • QUAND DES PEUPLES SE LIBÈRENT Tout peuple qui se libère de la domination étrangère et des collaborateurs mis en place par l'occupant s'expose nécessairement aux cris rageurs de la calomnie, qui prennent des proportions fantastiques - jusqu'au grotesque - au moment de la crise décisive caractérisée par la victoire des patriotes révolutionnaires et par l'effondrement de ce qui reste du pouvoir corrompu des autres. Il s'agit, pour les porte-plume d'un certain monde qui ose se dire libre (Vive ,Franco ! Vive Papadopoulos! Vive Lon Nol et Thieu !) de faire peur aux « braves gens» maintenus dans l'ignorance, d'entretenir en eux la menace des « hordes» rouges - et jaunes, par-dessus le marché -, avec leurs cortèges d'atrocités. cc ,Malheur aux vaincus! », titrait « L'Aurore" du 23 avril, et, Jouant les pleureuses, son envoyé spécial, Pierre Darcourt, se faisait pathétique comme dans un mauvais roman-feuilleton de la «belle" époque: cc Adieu à tous mes frères de tant d'années de bonheur et de souffrances partagées. Les divisions de fer descendues du Nord vous tiennent à leur merci ! » Chacun ses frères, en effet: c'est toute la question. Le même journal, du 29, sous la plume de Roland Faure, trouve même des accents d'émotion pour évoquer les bienfaits de la police de Thieu (200.000 prisonniers politiques dans la dernière période, des tortures atroces rapportées par d'innombrables témoins - et victimes); ce collaborateur du journal de M. Marcel Boussac évoque envahissant Saïgon, cc une armée et une police dont I~ rigueur fera paraître bien débonnaires celles qui étaient naguère celles du "pouvoir fantoche" ». i Le Méridional" du 2 mai ajoute à ces extravagances un raisonnement primitif terriblement révélateur: cc Il n'y a plus de Vietnam du Sud. Il n'y a plus de Vietnam libre. -Parce qu'II n'y a plus de guerre. » La logique - infernale - de ce propos est donc: que la guerre dure à l'infini: elle est génératrice de liberté! Et ce Dr Bernard Piquart, tellement pris en flagrant délit de mensonge, qu'il a dû - dans « Le Figaro» même! - reconnaître qu'il n'avait rien vu de ce qu'il rapportait et qui était faux ... Mais ses propos avaient eu le temps de se répandre, sur une grande échelle, et d'impressionner bien des gens qui s'y laissèrent prendre. cc J'al vu, déclarait- il, trois cents cadavres écorchés sur le marché central de Phnom-Penh », sans parler des Françaises et de femmes kmers «non rouges" violées ici et là, ce qu'aucun journaliste étranger, même américain, n'a confirmé; et il dut renier son propos. Salan, général putchiste, dit: Cc Je crains le massacre' » (1" mai), pendant que le général '8igeard, dans un éclair de lucidité, énonce, entre deux phrases hostiles, que cc l'on ne peut rien contre un peuple unanime ». On peut faire confiance à « Minute" pour se surpasser en de telles circonstances : cc Massacres en ville, menace de mort lente à l'ambassade de France. Les otages dans l'enfer de Phnom-Penh.» Dans ces conditions, «Tous à vos pièces! Branle-bas de combat! " Voici ce que donne une telle crise hystérique: cc Nous avons actuellement une escadre dans l'Océan DROIT ET LIBERTE - N° 339 - JUIN 1975 oc ci Indien. Nous avons des bateaux, des avions, des fusées. ( ... ) Pourquoi ne s'en être pas servi? ( ... ) Comment se résoudrait-on à envoyer trois compagnies de paras et d'Infanterie de marine au Cambodge?» La base de ces outrances, de cette campagne d'intoxication des esprits, est nettement raciste. Le généralmassacre que fut le commandant en chef du corps expéditionnaire américain au Vietnam, le général Westmoreland avait donné le ton en affirmant que cc la mort n'a pas d'Im~ portance pour les Orientaux », et Henri Pierre, correspondant du «Monde» aux Etats-Unis rapporte que, dans les allées du pouvoir, à Washington, cc dans la perspective électorale qui se rapproche beaucoup », on parle - mais on évite de l'écrire - de cc ce gouvernement de paysans jaunes et Incultes ». (14 mai). Le 6, le même Henri Pierre avait analysé le caractère raciste de l'attitude américaine à l'égard des Vietnamiens réfugiés aux U.S.A. : cc Il faut tenir compte d'un racisme latent, notamment en Californie, où les anciens Immigrants maintenant installés considèrent avec malveillance les derniers arrivés. » On n'en finirait pas de citer la contre-partie de ces lourdes déformations de la vérité. En fait d'atrocités, à Saïgon-Ville.JHo-Chi-Minh, par exemple, Jean de la Guérivière, envoyé spécial du « Monde " , notait le jour même de la libération, le 30 avril ( Le Monde" du 13 mai ; publication retardée) : cc Des chars, des camions et des canons prennent lbsitlon autour de l'ancienne résidence de M. Thieu, mais tout se passe dans la bonhomie.» C'est bien d'une libération qu'il s'agissait, comme le même correspondant le constate avec modération d'ailleurs

cc Paradoxalement, la plupart des Saïgonnais n'ont

plus qu'un espoir: que les révolutionnaires rentrent au plus tôt dans la ville », et cette observation a été écrite quelques heures seulement avant l'entrée des forces du G.R.P. Plus loin, un autre journaliste signale, comme en passant, cette autre «atrocité des Rouges" : cc Les plus pauvres, dans les hôpitaux, ont droit aux soins gratuits », alors que tout le monde pouvait constater qu'avant, ils mouraient de misère, le riz étant hors de prix, et sans soins. Autre atrocité : cc L'achat et la vente des devises étrangères, qui, autrefois, se faisaient souvent au marché noir, sont Interdites. » cc Radio-Libération a lancé un appel à la population l'exhortant à rendre les marchandises volées dans les maisons et les bureaux au moment de la chute de Saïgon. » S'il n'y a plus «liberté " .. , de vol, de pillage, où allonsnous? Vous connaissez beaucoup de libérations-révolutions qui se soient déroulées avec une telle maîtrise. Soyons racistes à l'envers : nous sommes plutôt fiers d'avoir soutenu, à notre place, dans sa lutte pour l'indépendance et la liberté, un peuple d'une telle qualité. Roger MARIA. 21 _ chroniques _ Pétain re'h abi-lI- te' ... ,_ Sans se livrer à d'abusives spéculations, on peut craindre que la décision scandaleuse prise par le Président de la République de renvoyer aux oubliettes de l'histoire la célébration officielle de la victoire alliée sur l'Allemagne nazie soit un prélude à une seconde mesure, celle du transfert des cendres de Pétain à Douaumont ... Les rumeurs persistantes circulant depuis quelques mois à ce sujet s'inscrivent dans un contexte malheureusement fort clair. Au nom de la « réconciliation des Français ", puis de la « fraternité européenne" les efforts n'ont pas manqué ces dernières années pour atténuer les responsabilités de Pétain, de la collaboration et même du nazisme. Pressions des nostalgiques de Vichy, campagne de la presse, de la radio et de la télévision, oeuvres littéraires ou cinématographiques ont convergé avec les prises de position des successeurs du général de Gaulle à la tête de l'Etat. Après Georges Pompidou qui a gracié Touvier et exhorté les Français à l'oubli, Valéry Giscard d'Estaing, sur la lancée de la suppression de la célébration du 8 mai 1945, pourrait bientôt céder à la demande toute récente de Me Isorni, avocat de Pétain dont il réclame la réhabilitation officielle ... Au devant de l'occupant A peine promu ministre, Pétain est du côté de ceux qui veulent cesser les combats le plus vite possible. Il parvient avec ses amis à l'emporter sur Paul Raynaud qui est contraint de lui céder la place. Devenu chef du gouvernement, Pétain cc fait don de sa personne à la France» 'et cc promet aux Français de les protéger ». Il signe l'armistic'e qui livre la France à l'Allemagne. Puis il met à exécution son vieux rêve en abattant la République et crée l'Etat français, efface la Constitution, révoque tous les élus hostiles à sa politique - et dont un certain nombre lui votèrent les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. Il supprime les libertés démocratiques fondamentales, interdit syndicats et partis polit'iques. En même temps, Pétain et ses ministres font arrêter arbitrair'ement de nombreux démocrates grâce à la procédure de « l'internement administratif ". Le 27 août 1940, j.J suspend l'application du décret-loi Marchandeau qui permettait la poursuite des écrits antisémites. C'est le premier pas vers la persécution officielle et légale des juifs, cela bien avant que l'occupant n'ait exigé quoi que c'e soit contre c~ux-ci. . Après Montoire et l'acceptation de la collaboration proposée par Hitler, Pétain va sans aucun scrupule entreprendre une politique répressive au bénéfice de la Gestapo et de la SS contre les juifs, les tziganes, les francs-maçons, les communistes, les social istes, les républicains et démocrates, cous ceux qui refusent le joug hitlérien et la politique de trahison. Pour les juifs il promulgue les lois des 3 et 4 octobre 1940. La première fait des juifs français de véritables 22 cr: ci Pétain consacre ici la trahison nationale et l'asservissement de la France au régime nazi, lors dg l'entrevue avec Hitler à Montoire le 24 octobre 1940. parias exclus de la communauté nationale, à qui sont interdits la fonction publique, les affaires, le cinéma, le théâtre, les professions libérales, etc. La seconde donne aux préf'ets le pouvoir discrétionnaire d'interner dans des camps spéciaux, créés à cet effet, les juifs de nationalit~ étrangère. Des dizaines de milliers de personnes qUi avaient trouvé refuge en Franoe, ayant fui les persécutions en Allemagne, en Autriche, en Pologne et ailleurs, furent entassées dans d'exécrables conditions à Gurs, Noé, Drancy, Beaune-Ia-Rollande, Pithiviers, Argelès, Le Vésin~ t, etc. Ils y rejoignent les républica'ins espagnols. Contre les résistants, Pétain institue par décret-loi le 14 août 1941, la fameuse Section Spéciale, constituée de magistrats français chargés de condamner à mort - et uniquement à cette peine - les patriotes déférés devant elle. Après avoir imposé le port de l'étoile jaune aux juifs (juin 1942), Pétain, par l'intermédiaire de son préfet de Police, Bousquet, organis'e, après la décision allemande d'exterminer tous les juifs, les rafles des 15 et 16 juillet 1942 pendant lesquelles quelques 30000 hommes, femmes et enfants furent impitoyablement pourchassés, séparés, emmenés par autobus au Veld'hiv, puis à Drancy, avant d'être envoyés à Auschwitz pour y être gazés. Contre la France et les Français Tout cela semblait encore insuffisant à l'occupant nazi. Il exigea de Pétain qu'il lui livre des otages à fusiller. Celui-ci accepta en violation des lois internationales. Son ministr'e Pucheu dressa lui-même les listes des victimes de Nantes et de Chateaubriant. De même qu'il ne fit rien contre les déportations massives des populations civiles comme à Saint-Claude ou à Marseille; pas plus qu'il ne protesta contre les massacres de Tulle et d'Oradour. Par contre, il donne à la Milice (qu'il crée en janvier 1943 et qui participe depuis sa création à la lutte contre la Résistanoe) le droit de justice, grâce aux cours martiales itinérantes qu'il institue en février 1944. Jusqu'au bout, Pétain aura fait preuve de constanoe dans sa politique contre la France et les Français. En acceptant de faire transférer ses cendres à Douaumont, le Président de la République blanchirait Pétain et la collaboration et condamnerait en même temps toute la Résistance. On ne fait pas l'unité en ravivant 'ta division. En aucun cas les crimes commis par Pétain ne peuvent être absous. David DOUVETTE. EN 1915 1.500.000 victimes. Serontelles à jamais oubliées? cr: Dans les tragiques enroulements de J'Histoire, quelle surprise certainement pour beaucoup, de voir des Kurdes bourreaux! Dans l'accélération précipitée et si brutale de ce siècle, les crimes se sont recouverts et se masquent les uns les autres ... Aussi la plus grave des injustices que subissent toutes' les victimes nous apparaît-elle bien être aujourd'hui l'oubli, un oubli qui va jusqu'à englober leur existence. « Le cinquante-deuxième jour, ils arrivèrent à un autre village, où les Kurdes les dépouillèrent de tout ce qu'ils avaient, même de leurs chemises et caleçons, de sorte que pendant ciilq jours tous les exilés continuèrent leur marche complètement nus sous un · soleil ardent. Les cinq jours suivants on ne leur donna pas un morceau de pain. ni même une goutte d'eau. Ils furent épuisés de soif à en mourir. Des centaines et des centaines tombèrent morts en chemin, leurs langues ,étaient , changées en charbon, et lorsqu'au bout de cinq jours ils arrivèrent près d'une fontaine, tout le convoi se rua natu- DROIT ET LIBERTE ~ N° 339 - JUIN 1975 ci Tellement vers elle; mais les gendarmes leur barrèrent le chemin et leur interdirent de prendre une seule goutte d'eau. Ils voulaient la vendre au prix d'une à trois livres le verre, et parfois même, après avoir touché l'argent, ils les empêchaient de boire. Parfois, lorsque les puits étaient peu profonds et que les femmes y pouvaient descendre et en remonter, les autres exilés se ruaient sur elles pour lécher et sucer leurs vêtements sales, mouillés, pour apaiser leur soif. » Là même où les Kurdes de 1975 se voient réduits par tant d'oppression, un autre peuple a donc subi déjà toute l'horreur du génocide. C'était en 1915, et il s'agissait de l'Arménie. Et ce que l'Europe, une génération plus tard, va trop bien connaître, l'Arménie le découvre, là, de la main du gouvernement turc, dans un déferlement systématique d'actions terriblement familières aux hommes d'aujourd'hui: les trains de la mort et les camps de concentration, la déportation et l'ignominie, la misère, le pillage et la solitude, tout est en place pour une grande opération qui dure plus de deux ans, qui dure en fait jusqu'à ce que la population arménienne tout entière ait été touchée, et qui est officiellement baptisée « déplacement ». Avec, en plus, le désert comme seule issue pour ceux qui ont survécu aux horreurs du chemin, un désert où la privation systématique d'eau et de nourriture est évidemment maintenue. Cette violence quasi-primitive manifestée par tous - car soldats, bandits, civils se retrouvent mêlés dans l'accomplissement du crime - caractérise aussi ce premier génocide d'un siècle fertile. Parce que le gouvernement turc a choisi de régler avec la (roide cruauté du racisme le problème de la coexistence de deux peuples sur son territoire, parce qu'il a estimé judicieux de profiter à cet effet de l'abri que lui offre la Guerre Mondiale, 75 % de la population arménienne de Turquie, soit .1.500.000 personnes, sont ainsi exterminées entre avril 1915 et octobre 1918. Mais qui le sait? L~s intérêts économiques ou politiques des grandes puissances ayant continué de prendre le pas sur les considérations humaines, la Turquie, bien que vaincue, retrouve vite sa place sur l'échiquier mondial - et l'Arménie, dont une petite partie sera seule sauvée au sein de l'U.R.S.S., n'aurai finalement rien, ni existence, ni réparations. Oui, dans tous ces lieux où les Arméniens ont subi la mort la plus atroce, rien ne l'atteste: personne n'était là pour fixer la vérité des camps et des charniers, personne n'est là pour maintenir le droit et la justice. Soixante ans après le début de son calvaire, l'Arménie attend encore la fin de ce scandale que constitue l'oubli de ce qu'elle a subi: il ,n'y a pour les Arméniens à fêter aucune date de jU'itice, seulement les dates du malheur. Et, fort de sa position stratégique, fort de son potentiel d'acheteur, l'Etat turc peut tranquillement continuer à nier, dire que cela n'a pas été et absoudre joyeusement son prédécesseur, s'offrant même le luxe de trouver « blessant » que l'on évoque ces crimes contre l'humanité dont nous savons bien qu'il faut qu'ils soient imprescriptibles. Alors? A quand l'ouverture du dossier ? A quand la dénonciation de cette . complicité officielle des gouvernements à qui les échanges commerciaux importent plus que les devoirs de conscience? ' Jean-Marie CARZOU. 23 • pleins feux • pleins feux. • . pleins feux • pleins feux J.IVBES " J. 'Histoil'e I .... édiate" par Mahmoud Hussein, Saül Friedlander, Jean Lacouture. Editions du Seuil. Collection « L'His· toire Immédiate ». Cet ouvrage est présenté comme un premier · dialogue entre Arabes et Israéliens depuis plus de vingt-cinq ans et, à ce titre, comme très important. Mais on peut se demander si les interlocuteurs sont bien représentatifs de l'opinion des peuples arabe et israélien, e~ · surtout de celle de leurs gouvernants. Malgré l'évident désir . des interlocuteurs de résoudre la question israélo- arabe, ils ne peuvent que présenter des thèses inconciliables: ce qui ne laisse pas d'être décevant. Cependant, cet ouvrage est d'un intérêt incontestable car il fournit au public français des renseignements inappréciables sur un problème qui prit naissance bien avant la Seconde Guerre mondiale. Et ·les thèses et solutions proposées par les prot agonistes sont d'un grand intérêt. Il est clair que la question palestiQienne est au coeur du débat et que la paix passe par la résolution de ce· problème. D'autres aspects de l'affrontement israélo-arabe sont évoqués dans ce livre. Par exemple, l'exploitation de la situation pour freiner, voire annihiler, les mouvements de progrès social en polarisant l'opinion des masses et les ressources nationales sur cette question. La paix au ProcheOrient ne peut seulement découler d'accords politiques et économiques entre gouvernements, mais plutôt de l'amitié et de la compréhension réciproque entre les peuples qui per- 24 mettront à la fois à Israël de s'intégrer au monde arabe tandis que les mouvements révolutionnaires arabes, délivrés de l'hypothèque israélienne, pourront s'épancher librement et se tourner naturellement vers les courants israéliens les plus avancés pour en attendre, encdre plus que de la compréhension, une entrée en force dans un combat parallèle. Robert PAC. SPECTACJ.ES Taos A"l'oache Encore cette fois, Taos Amrouche brise le silence des siècles et nous révèle l'âme profonde d'un pays inconquis, à travers des chants populaires, danses sacrées, incantations des Berbères de Kabylie, ses ancêtres. Du 10 au 14 juin au Théâtre de la Vi:lle, à Paris. EXPOSITION La M.J .C. du 93, la C.G.T. et la C.F.D.T. (départementales) et les municipa lités de la Seine-Sa int-Denis, présentent ou mois de juin une exposition de photos sur les conditions de travail et de vie des trava illeurs immigrés, à la mairie de B obign~. Ballets Alvin Ailey à Pal'is A ceux qui aiment la danse moderne, la danse classique, la Jazz, le Blues, les Negro-Spirituals et la musique contemporaine, et le tout conjugué par le jeu admirable d'une troupe magnifique, on ne peut que recommander de se rendre au Palais des Sports entre le 20 mal et le 29 juin. C'est là que ceUe année encore, après le triomphe remporté en 1974, sa produiront les cc Ballets Alvin Ailey... A Paris, pour la première fois en 1964, ces ballets n'ont, depuis, cessé d'accumuler les succès et de transporter les foules de Dakar à l'Union Soviétique en passant par Rome, Londres et autres villes. D'un style tout à fait Inédit, la troupe a révélé d'admirables artistes mals dans un répertoire qui, tout en gardant l'authenticité et la saveur de l'art traditionnel repose sur une Invention théâtrale brillante. Brillant chorégraphe, Alvin Ailey a atteint un autre but: rompre les barrages entre deux races, entre deux traditions artistiques et Inclure l'art des artistes noirs d'Amérique dans l'activité vivante du ballet contemporain. L. T. TÉJ.ÉVISION Un chel-d' oeavl'e L'émi$sion de Stellio Lorenzi « Les Rosenberg ne doivent pas mourir », d'après la pièce d'Alain Decaux, est unanimement saluée comme un chef-d'oeuvre, à la fois pour sa voleur historique et son impact é motionnel. Le M.R.A,P., qui fut l'initiateur du Comité de Défense des Rosenberg en 1952, et q~i prit une part active à la cam~ pagne pour sauver ces deux victimes du mac-carthysme, s'est associé à un appel lancé, à cette occasion, pour la réhabilitation des époux Rosenberg et de Morton Sobell. 1 • pleins feux _ pleins feux • pleins feux • pleins feux " CINÉMA "J.a gael'I'e des .. o .. ies" Qu'est-ce qu'une cc momie» pour le Chilien de fUnité Populaire? C'est un capitaliste, un exploiteur; un représentant des intérêts des grands monopoles américains ou de R.F.A. : I.T.T., Hôchst, et d'autres ... cc La Guerre des Momies », c'est la guerre menée par les « momies » contre 'le peuple chilien en lutte, pour récupérer les richesses de son sol et de son sous-sol, contre le gouvernement de Allende signant les décrets de nationalisations. Heynowsky ·et Scheumann, deux cinéastes de R.D.A., ont filmé et enregistré des paysans, des mi'neurs, des manifestants, Allende ... Ils ont interviewé des représentants au Chili des Hrmes américaines et, documents à l'appui, montrent que dans cette guerre implacable, toutes les armes du sabotage économique furent utilisées. Mais la vigilance des travailleurs les ayant rendues à peu près inefficaces, la dernière carte fut abattue le 11 septembre 1973 : appuyés sur des généraux-marionnettes, les industriels font bombarder la Moneda, massacrer et emprisonner le peuple, construire des camps de concentration. Peu leur importe les moyens, ie but est atteint: les entr,eprises nationalisées sont rendues à leurs anciens actionnaires. Le Chili est de nouveau « digne de crédit ». Film accablant. Le montage agit par contrepoint, par balancement 'entre les deux camps: l'Unité Populaire et les monopoles, avec, en leitmotiv, le bombardement du palais présidentiel, fin d'une bataille mais non d'une guerre, qui continue à se jouer en ce moment .au Chili, et dans· laquelle les momies n'auront pas forcément le derni'er mot. NoIre séleelion "Section spéciale" Costa-Gavras, une fois de plus, tente de démonter le mécanisme d'un événement. Il s'agit ici de l'élaboration de la loi d'exception d'août 1941, mettant en place une « section spéciale» de la Cour d'appel de Paris, destinée à donner aux Allemands leur compte de condamnés à mort, à la suite de l'assassinat par Fabien d'un officier occupant, le 21 août à Barbès-Rochechouart. Comment Pucheu et le régime vichyste jettent leurs forces dans cette bataille, pour imposer à des magistrats parfois récalcitrants cette loi inique, comment ceux-ci fin issent par se plier - plus ou moins - aux ordres du gouvernement, voil'à ce que montre ce film, assez plat sur le plan artistique malgré quelques bons passages (l 'attentat de Fabien par ex'emple), mais toujou rs passionnant et servi par une pléïade de bons acteurs. "J.a bl'igade" Comparé à cc Section Spéciale», le film cc La Brigade» (inspiré par un livre de Claude Lévy: « Les Parias de la Résistance »), propose un tout autre éclairage d'une même période. C'est une brigade F.T.P., qui travaille dans le Nord de la France, mêlant Français et Polonais, effectuant des actes de sabotage et de propagande, et des attentats. Le metteur en scène a volontairement fait un film qui semble dépourvu de moyens, un film dépouillé (ne serait-ce que par l'utilisation du noir et blanc), ce qui n'empêche pas qu'un grand lyrisme s'y exprime. La Résistance y prend les teintes grises et ternes du danger si quotidien qu'on s'y habitue, de la peur toujours présente, de la solitude, mais jamais on ne peut oublier que ces hommes et ces femmes sont des héros, justement parce qu'ils surmontent tout cela pour agir. « LE CHACAL DE NAHUETORO » (Miguel Littin, chilien). A partir d'un faitdivers (un paysan assassine sa famille), le film montre comment s'exerce une certaine justice, et le livre à notre réflexion. de cinq jeunes filles riches et leur sauvetage par un agent de 'la C.I.A. D'après le best-s'eller de P. Bonnecarrère et J. Hemingway. cc DIALOGUES D'EXILES » (Raul Ruiz). Des Chiliens - réfugiés politiques en France - parlent entre eux et avec un chanteur favorable à la junte ... cc MOHAMMED ALI, THE GREATEST» (William Klein). Par un admirateur sans réserves, un film sur l'homme, le boxeur, le combattant. cc SKEZAG » (Freedman et Mesina). Du cinéma direct. Un noir, vétéran de la guerre du Vie'tnam, à trois moments d'une vie où la drogue tient de plus en plus de place. cc ROSEBUD» (Otto Preminger). De grands moyens pour un film confus, sur l'enlèvement par des Palestiniens DROIT ET LIBERTE - N° 339 - JUIN 1975 « LE VENT DE LA VIOLENCE » (Ralph Nelson). L'aventure en Afrique du Sud. Mais celle-ci n'est guère qu'une toile de fond exotique. Avec Sydney Poitier. « KAFR KACEM» (Borham Alaouié). Tuerie dans un petit village palestinien, par l'armée israélienne. Comment une armée en arrive-t-elle là ? « SYNAPSE» (Moustapha Diop). A travers les aléas de la formation d'un orchestre, les problèmes de rencontre entre deux communautés: noire et blanche. SEMAINE DU CINEMA TURC. Un cinéma pratiquement inconnu en France, des films qui sortent des sentiers battus et commercialement éprouvés. Le Prix de la Fraternité a été remis par le M.R.A.P. à Michel Mitrani pour son film « Les Guichets du Louvre » le 26 avril 1975 à Saint-Denis, dans le cadre d'une soirée pour le XXX' anniversaire de la Libération. 25 . pleins feux _ pleins feux _ pleins "HISTOIRE DE WAHARI" C'est, pour le moins, un fiim deroutant que cc Histoire de Wahari ». Ce n'est pas un documentaire, parce que rien ne nous est dit sur les Indiens Piaroas, que l'on voit sur l'écran, pendant une heure et quart, agir dans les gestes et les moments les plus ordinaires de leur vie. Et pourtant une légende nous est contée, cette « histoire de Wahari", mythe qui sous-t,end la société des Indiens Piaroas. Seulement oette légende est contée en langage Piaroa, sans sous-titre ni 'explication. Pourquoi ce film, et pourquoi adopt'er cette forme inhabituelle de cinéma? Pour Vincent Blanchet, l'e commentaire qui aurait pu accompagner le film aurait été moins une brèche ouverte, permettant au spectateur d'aller plus loin dans le chemin que trace le film à la rencontre des Indiens, qu'un mur entre lui et l'existence de ces Indiens. D'autre part la traduction littérale de l'histoire de Wahari était très délicate à faire et àfaire passer; quant à la traduction littéraire, elle n'aurait aussi été qu'un leurre, une fausse approche, trop poétique. Pour le cinéaste, par conséquent, restai'ent les images et les sons, vrais mots du film. Il lui semble ainsi avoir à la fois respecté l'intégrité des Indiens et aussi celle des spectateurs, qui ne sont plus, face à ce film, cc des abrutis à qui on n'offre qu'un Reader's Digest des Indiens d'Amazonie ». deux ,auteurs ayant voulu que le film suive la structure du mythe, ou qu'il la reconstruise sur un autre plan. Jean Monod signale qu'il s'agit dans le film de «suivre des pistes" visuelles ou auditives: le son d'un hochet, l'image d'un oiseau mort... C'est la « façon d'être Pi'aroa» qu'il a tenté de montrer, sans vanité du reste, car il est bien certain, quant à lui, bi'en qu'ayant vécu deux ans avec eux, d'ignorer beaucoup de choses à leur sujet. Le film prend alors une autre dimension: il est aussi l'histoire de Monod, puis de Blanchet avec les Piaroas, la façon dont l'ethnologue et le cinéaste ont vécu ,leurs rapports avec les Indiens. cc Nous ne voulons, par le film, ni les sauver ni les détruire. Simplement, de notre rencontre avec eux, est né un son. Le film en est le témoignage tangible ». Non, cc Histoire de Wahari» n'est pas un documentaire. Parce que ce ne sont pas n'importe quels Indiens d'Amazonie qU'e montre le film. Ce sont les Indiens Piaroas, ceux qui ont élaboré cette légende, ce mythe, et le montage du film a été particulièrement long et difficile, les Mais les auteurs n'ont-ils pas un peu manqué leur but? Est-il possible de faire un film neutre? La simple vision du film par quelqu'un qui n'a aucun élément de compréhension des Indiens Piaroas, c'est-à-dire pratiquement tout le monde, peut très bien aller autant dans le sens des préjugés que dans celui d'un rapprochement entre les hommes. C'est la profonde inquiétude que nous avons ressentie. On ne fait pas toujours une oeuvre juste avec des intentions justes - et ici elles le sont indéniablement... Allez voir néanmoins cc Histoire de Wahari ». Ses ambiguïtés mêmes le désignent à notre intérêt. Yveline LEVY. Cécile Cerf Nous n'avons pas fini de décou· vrir la littérature yiddish, miroir des souffrances, du travail, du combat d'une grande famille humaine. Elle se venge à travers les siècles de l'in· justice, de la haine, par une sagesse à base d'humour, de révolte, d'espérance. Le juif d'Europe centrale et orientale se force à rire pour ne pas avoir trop à pleurer. Et dans cette lutte à travers les pogroms, le génocide, c'est le petit artisan, le colporteur, le cabaretier, le rêveur du ghetto, dont les enfants s'immortaliseront à l'insurrection du printemps de 1943 à Varsovie, qui finiront par être vainqueurs. L'auteur de Regards SUl' la littérature yiddish auquel nous avons eu l'honneur de décerner au nom de nos amis de la Presse Nouvelle, à titre pOIS thurne le Prix Guy Archambaud, Cécile Cerf, appartenait par l'origine à la Lituanie. Et elle était devenue trois fois française, par le choix, le mariage et sa participation glorieuse à no~re Résistance. La fille de Moshe Salit, président de l'Association des Ecrivains Juifs 26 et la littérature yiddish de Vil no, celle que, dans son adoles· cence révolutionnaire, on appelait Cypora le Feu, conquiert bien vite une place insigne dans le journalisme et les lettres du judaïsme progressiste de France. Elle est saluée à ses débuts par deux poètes, qui comptèrent parmi mes amis chers et qui furent aussi ceux du M.R.A.P., Edmond Fleg, André Spire. Sous l'occupation elle participe, comme agent de liaison à plusieurs actions contre les nazis, assume d'importantes responsabilités dans la Résistance de la zone Nord (F.T.P. et M.O.I.), rayonnant de la région parisienne aux départements de l'Yonne et de la Côte d'Or. Rendue aux travaux de la paix après la Libération, elle révèlera de nombreux auteurs yiddish classiques et modernes, poèmes, proses et chants dont la traduction exacte et colorée enchantera les lecteurs de la Presse Nouvelle. Ses Regards sur la littérature yiddish complètent le livre de Charles Dobzinsky que Droit et Liberté a amplement commenté, tin livre dont l'écho monte comme celui d'une communauté à vocation universelle. On ne sait ce que l'avenir réserve à cette culture qui nous était jusqu'à ces dernières décennies bien lointaine et que le livre, le théâtre, le film, la chanson ont notamment popularisée. Mais on conçoit, à travers ces contes savoureux signés Cholem Aleikhem et Chalom Ash, Peretz et Nadir, Markich et Perelman, l'attachement que les juifs parlant le yiddish, rescapés du désastre, gardent à leur langue maternelle. Le yiddish a bercé leur enfance, enrichi leur vie intérieure. Il a été le langage de leur révolte. Il leur a fait comprendre le sens profond de la fratemité des peuples. Ce martyre, ce combat, cette possession spirituelle du monde étaient présents autour du souvenir vibrant de Cécile Cerf, en ce soir d'hiver où ses amis honoraient les travaux de l'écrivain, le courage de la résistante. Pierre PARAF. Cécile Cerf : « Regards sur la Littérature yiddish ». Illustrations originales de l'Académie d'Histoire (23-25, rue Louis·leGrand, Parts). _ la vie du m.r .a.p. _ NOTRE ACTION RENCONTRE EUROPÉENNE • Le comité du M.R.A.P. de Sartrouville est Intervenu, avec d'autres organisations auprès du Dr Bourson, député, conseiller général, et maire de Carrières- sur-Seine, pour empêcher l'expulsion de 80 Algériens résidant dans cette localité, qui devaient être relogés loin de leur lieu de travail à Conflans. contre le Le 19 avril, s'est tenue à Bruxelles une réunion des représentants de 7 organisations luttant contre le racisme dans différents pays d'Europe occidentale: - Anne Frank Stichting (PaysBas), - M.R.A.P. (Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (France), - N.C.T.U.A.R. (National Commitee for Trade Unions against Racialism) (Grande-Bretagne), - Service Social Protestant (Suisse), - M.R.AX. (Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie (Belgique), - Ligue Belge pour la Défense des Droits de l'Homme, - D.F.U. (Deutsche Friedens Union) ( R.F.A.). L'échange de vues qui a eu lieu a permis de mettre en relief les problèmes communs avec lesquels ces organisations se trouvent confrontées, et de faire apparaître la convergence de leurs efforts. A l'issue de leurs travaux, les participants ont adopté une résolution définissant trois aspects principaux de leur lutte. Les 7 organisations s'élèvent en premier lieu contre les « campagnes mensongères tendant à présenter les pays arabes et plus généralement les pays du Tiers Monde, ainsi que les travailleurs immigrés, comme responsables des difficultés économiques croissantes que connaît l'Europe occidentale », et soulignent que, {( une fois de plus, le racisme est utilisé comme moyen de division et de diversion visant à détourner les peuples d'une analyse lucide et d'une lutte conséquente pour la défense de leurs intérêts bien compris ». Elles protestent, d'autre part, contre {( les séquelles persistantes du nazisme et de son corollaire l'antisémitisme Il, alors que « 30 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les criminels d'hier, dont beaucoup restent impunis, se regroupent ouvertement ». DROIT ET LIBERTE - N° 339 - JUIN 1975 raC6•S me Enfin, elles dénoncent {( le soutien direct ou indirect donné par les milieux dirigeants économiques et politiques de l'Europe occidentale » au maintien du système de l'apartheid en Afrique australe, {( en dépit des condamnations formelles prononcées par les Nations Unies ». Les 7 organisations se sont engagées à coordonner leur action dans tous ces domaines, et à se consacrer notamment à « la défense des droits et de la dignité des quelque 10 millions d'immigrés vivant en Europe occidentale ». Elles agiront en relation avec l'Organisation des Nations Unies et le Conseil de l'Europe. Un bureau de coordination a été créé, dont le secrétariat est confié au M.R.A.P. La délégation du M.R.A.P. à la rencontre de Bruxelles était composée de Albert Lévy, secrétaire général, Francis Boniart et Alexandre SantosCastanheira, membres du secrétariat national. Les autres organisations étaient représentées par les responsables suivants : Anne Frank Stichting

M. Schram; N.C.T.U.A.R. :

Bennie Bunsee, président, et Maurice Ludmer, trésorier; Service Social Protestant : pasteur Berthier Perré· gaux; M.R.A.X. : M"'e Jospa, Edith Buch, Antoine Dudicq; Ligue Belge des Droits de l'Homme : Marc de Kock, préSident, professeur François Rigaux; D.F.U. : pasteur Werner Sans. • A Grenoble, se sont déroulés trois Journées d'Information sur l'apartheid, auxquelles se sont associés la Ligue des Droits de l'Homme, le M.R.A.P. et la L.I.C.A. Plusieurs conférences-débats ont eu lieu; les films "Come back Afrlca.. et "La fin du dialogue.. ont été projetés. Une soirée consacrée à la poésie antiraciste en Afrique du Sud s'est déroulée à la Maison de la Culture. • "Les Français sont-Ils racistes ? .... La soirée organisée sur ce thème, le 17 avril, par le comité de Limoges, avec Me Fred Hermantln, vice-président du M.R.A.P., a connu un vif succès. Sous la présidence de Jacques Chevassus, animateur du comité, de nombreux participants, parmi lesquels des travailleurs algériens, des étudiants afrlçalns et antillais, ont pris une part active au débat. • Pour la commémoration du 60" anniversaire du massacre des Arméniens en Turquie, Albert Lévy, secrétaire générai du M.R.A.P., a adressé un message à la soirée qui s'est déroulée salle Pleyel, à Paris. A Marseille a eu lieu un grand meeting, où le M.R.A.P. était représenté par Vital Sarfatl, secrétaire du comité des Bouches-du-Rhône. • Notre comité du Gard nous communique une lettre que lui a adressée la Fédération départementale du Parti socialiste, dénonçant cc le regain de racisme en train de se développer et la situation scandaleuse des travailleurs Immigrés en France". D'autre part, le comité nous signale qu'à la suite de son Intervention auprès du maire de Beaucaire, des Gitans, menacés d'expulsion, ont pu rester sur le terrain de stationnement, continuer leur travail et envoyer leurs enfants à l'école. PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9') GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (6") RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (Mo Sèvres - Babylone) (10") GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (Mo Château-d'Eau)


'- MagaSins ouverts tous les lundis --------

27 • L'exposition sur le racisme réalisée par le comité du M.R.A.P. d'Avignon, en collaboration avec d'autres associations (A.S.T.!., M.D.P.L., U.F.C.S.) a poursuivi son périple dans la région depuis octobre dernier, dans les M.J.C., établissements scolaires et centres culturels. • A Agen, pour célébrer la Journée Internationale contre le racisme, le -club-théâtre du lycée technique, en liaison avec le comité local du M.R.A.P., a donné, au Centre culturel, un récitai de chansons et poésie. Intense activité dans le Rhône L'effort d'information du comité du Rhône s'amplifie. Après l'exposition d'affiches du M.RAP. à la M.J.C. des Etats-Unis, à Lyon (15-23 mars), il en a présenté une autre sur les travailleurs immigrés, à « Accueil et Rencontres " (13-18 avril), suivie d'une semaine antiraciste à Givors (19-27 avril), où Ali Ghalem participait, le 25 avril, à un débat sur son film « Mektoub ". Citons encore une projection suivie d'un débat sur les immigrés à la M.J.C. de la rue Genton, à Lyon (22 mars) ; des débats sur l'Afrique australe, animés par Emma Nicolas, membre du Conseil national du M.RA.P., au cinéma « Le Canut ", autour du film « La fin du dialogue " (7-11 avril) ; un débat sur le racisme et les immigrés à la Maison du Jeune Ouvrier (16 avril). Le comité a d'autre part animé un débat sur le film « Dupont la Joie ", au cinéma « Le Royal". Action commune a'" Aubenas A Aubenas, à la suite de la délégation faite le 21 mars auprès du députémaire, M. Liogier, à qui furent remises les 20 propositions du M.RAP. pour combattre le racisme, le comité local a pris ·l'initiative d'une table ronde en vue d'étudier les problèmes des travailleurs immigrés dans la région et y apporter des réponses. Cette rencontre fut un succès, si l'on considère le large éventail des participants: catholiques, protestants, socialistes, communistes, syndicats (C.G.T., C.F.D.T., S.G.E.N., F.E.N., S.N.I., S.N.E.S.), mouvements de jeunesse (J.C., J.E.C., J.O.C.), Mouvement de la Paix, Union des F'emmes Françaises, association « Au Service de Tous ", A.C.T.E. (alphabétisation' ... On notait également la présence du responsable de l'AE.E. départementale (organisme qui se consacre à l'alphabétisation dans le cadre de l'Education Nationale) et de l'adjoint-délégué de la Commission municipale des affaires sociales et culturelles. Diversité bien à l'image de la pluralité d'ooinions sur laquelle se fonde l'action du M.R.AP. Les débats ont about.i à deux intéressants résultats: - la mise en train d'une alphabétisation plus rationelle, avec le concours de l'AE.E. ; - une plus grande efficacité dans l'aide apportée aux migrants, dans le cadre de l'association « Au Service de Tous ", grâce àla collaboration d'un interprète bénévole aux permanences hebdomadaires. . Une nouveJ.Je réunion commune a été décidée. Souscl'iplion Dl'oil &: Libel'Ié Messieurs et Mesdames ALAMKAN : 60 F, ROBERT : 10 F, NGO MINH HONG: 10 F, THIBAUDIER: 60 F, PADOLSKI: 20 F, VIGIER: 20 F, DF.NAMUR: 30 F, BENAZERAF: 60 F, NORDMANN: 20 F, CHAPIN: 30 F, FONLUPT-ESPERABER : 100 F, IMERGLlK: 40 F, COSTE: 10 F, BEHREND: 50 F, ISRAEL: 10 F, TRAVERT: 20 F, BLlME: 40 F, HALPERN: 60 F, DELESTRE: 10 F, BERCHAUX : 20 F, BLAIG : 60 F, COLLENOT: 60 F, KUNA: 10 F, HOUARD: 10 F, BERCOVICI : 10 F, MAR· LOT: 10 F, ROSENKRANS : 20 F, POTVIN : 10 F, SIMONART : 20 F, ZACOUTO : 20 F, WANSTOK : 10 F, HEBERT : 10 F, TCHORZEWSKI: 100 F, CHAVAROT: 10 F, CASTELLANE: 10 F, AULlN: 10 F, de CHALONGE

10 F, LEVY: 20 F, MINC: 40 F,

BIBERGIEL: 10 F, LEBLAIS: 20 F, GAUMENT: 10 F, GOLDMAN : 20 F, SOUBEYRAN

100 F, EYOT : 10 F, BANICLES : 20 F,

LE GOFF: 10 F, EIDELMAN : 20 F, REBERIOUX

10 F, HAUSER: 10 F, MAURY:

10 F, KORN: 60 F, JACQUENET : 10 F, FRANÇOIS: 10 F, LICHTENSTEIN: 10 F, VEYSSIERE :10 F, KOSOSSEY: 40 F, LAUGRAUD

50 F, BROUSSOLE: 50 F, MICHAUD:

20 F, LARRIVIERE: 20 F, DURUP: 10 F, BONDOUX : 60 F, CAILLARD : 20 F, LEVI-ALVARES : 50 F, BOUTIN : 20 F, FLAVIN: 20 F, PAPAILHAU : 10 F, LUX EN : 10 F, LALANDE: 10 F, WANSTOK: 10 F, SALANGROS: 10 F, KUNTZ: 10 F, BIBASSE

10 F, CHASSE: 60 F, SARRABEYROUSE:

10 F, GARAUDEAU: 10 F, REIMEN: 10 F, LE DEAN: 10 F, CHAUVIN: 10 F, LECLERCQ: 10 F, BARRAL: 20 F, BONIFACE : 30 F, MAHIEUX: 60 F, KOLLER: 10 F, FRYDMAN (NGMR): 200 F, Foyer Elèves de Gagny: 30 F, BOCCARA : 60 F, NICOLLE: 60 F, HODARA : 40 F, LECHEVALLIER: 10 F, BillS: 10 F, SALOMON: 20 F, SCHEMAN: 60 F, TEXIER : 10 F, MOULIN: 10 F, LAFON : 20 F, BOURDET: 40 F, VILLOCEL : 20 F, BOURGEOIS: 20 F, BUSSIERE: 40 F, C.E. de la CGR : 60 F, BOYER: 40 F, SCHWAB : 10 F, DEGREMONT

10 F, HIPSZMAN : 40 F, DUPONT:

60 F, DRORY : 100 F, CLEMENT : 10 F, BOEHLINGER : 10 F, THOMAS: 30 F, THOMAS: 60 F, JAL TON: 50 F, GODEAU : 20 F, LE MASSON: 10 F, JOANIN : 20 F, WEILL: 15 F. TOTAL DE LA LiSTE .. .. ... . Listes précédentes ....... . TOTAL . .. . ............... : 3.345,00 F 8.n9,45 F 12.124,45 F .( tricosim ) 41 RUE DU SENTIER PARIS 2e T~L~PHONE 233.82.43 TOUTE LA MAILLE Spécialiste bord-côte et garnitu re tricot 28 Des attitudes qui nuisent à la lutte contre le racisme Que se passe-t-il donc au cc Droit de Vivre»? Dans son numéro de mai, page 4, l'organe de la L.I.CA publie deux échos 'pratiquement identiques dans deux colonnes voisines, sous deux titres différents. Est-ce parce qLi 'une seule attaque contre Pierre Paraf, président du M.RAP., ne suffisait pas que la rédaction a cru devoir la répéter? Ce n'est pas tout. Il ressort de ce doublon que Pierre Paraf a pris la parole à un meeting à la Mutualité cc pour l'anniversaire de la création de l'Etat d'Israël ». Or le meeting en question était la soirée commémorative de l'insurrection du ghetto de Varsovie, le 19 avril dernier, organisée dans l'unité, pour la pr'emière fois depuis longtemps, par l'ensemble des associations juives de France. cc L'audition (entendez: l'aud itoire), affirme l'un des deux textes, eut également le plaisir d'entendre M. Pierre Paraf, écrivain, évoquer Israël en des termes absolument dithyrambiques.» Et l'autre reprend : cc D'autre part, l'intervention de l'écrivain Pierre Paraf, qui fit un discours très pro-israélien, fut particulièrement remarquée. » Et cc Le Droit de Vivré» de nous lancer un défi :' oserons- nous publier les déclarations de notre président qui sont (selon le premier texte) cc dans la plus pure tradition sioniste », et (selon le second) cc très éloignés de la ligne générale du M.R.A.P. » ? ... Qu'en est-il? Dans le discours qu'jl a prononcé - et qui était consacré, rappelons-le, à l'insurrection du ghetto de Varsovie -, Pierre Paraf a, en fait,brièvement évoqué le problème du Proche-Orient, et ce fut pour dir'e: cc Pas de racisme antijuif, pas de racisme antiarabe. Droit de vivre pour tous les peuples. Nous ne permettrons pas qu'il soit porté atteinte à la sécurité des fils des pionniers et des enfants d'Auschwitz ... » Pourquoi l'organe de la L.I.CA ne cite-t-il pas ces simples phrases, afin que chacun puisse en juger? N'oserait-il pas? Ce qui est certain, c'est que l'intervention de Pierre Paraf fut particulièrement applaudie pour sa haute tenue et son esprit unitaire. Le dépit du cc Droit de Vivre" tient sans doute au fait que certains de ses lecteurs, influencés par l'image calomnieuse et caricaturale que ce journal donne si souvent du M.R.AP. et de son président, ont découvert avec surprise qu'ils se méprenaient, qu'on les trompait. Il en sera encore ainsi s'ils comparent la réalité avec cet autre article que l'organe de la L.I.C.A consacre au M.R.AP. dans une autre page de ce même numéro de mai, décidément fort préoccupé de ce que nous faisons. Il serait vain de répondre point par par point à cette bordée d'accusations absurdes, selon lesquelles le cc mépris de la religion », cc des raisons d, stratégie politique », la' cc solidarité idéologique avec Moscou », la DROIT ET LIBERTE - N" 339 - JUiN 1975 cc sympathie pour la cause palestinienne », et même le refus de condamner les fascistes roumains seraient les caractéristiques fondamentales du M.R.AP. et expliqueraient les lacunes (ou prétendues lacunes) de son action. Qu'il s'agisse du double écho de la page 4 ou de la diatribe de la page 2, le moins qu'on puisse dire, c'est que tout cela manque de sérieux. Ce ton agressif, ce grossier schématisme, dont cc Le Droit de Vivre» est coutumier - et qui lui ont valu de regr'ettables désagréments -, ne servent pas, selon nous, la cause antiraciste. Les dirigeants de la L.I.CA devraient méditer cette formule de Mettermich: cc Tout ce qui est exagéré est sans importance ». Pour ce qui est de notre action, nous ne prétendons certes pas qu'elle soit au-dessus de toute critique. Du moins ne peut-on nier de bonne foi que le M.R.A.P. fait face prioritairement aux manifestations les plus pressantes du racisme, et qu'il s'efforce de doser honnêtement ses ripostes, en fonction de la nature et de la gravité des faits nécessitant son intervention, en quelque lieu qu'ils se produisent, quelles que soient les victimes et les coupables. Mouvement ouvert, actif, le M.RAP. est toujours prêt à discuter de ses réalisations et de ses faiblesses, avec quiconque a le sincère désir de l'aider à surmonter celles-ci et développer celles-là. Mais en l'occurence, ce n'est pas le cas. Ce qui nous est reproché, en fait, c'est notre refus de nous associer aux attitudes tendancieuses, au campagnes obsessionnelles de la LI.CA, inspirées par d'évidentes raisons politiques, dignes de l'époque de la guerre froide et du mac-carthysme. Nous nous employons, quant à nous, à unir les antiracistes de toutes tendances dans un combat dont l'objectif est clair, que détermine la seule volonté de faire reculer partout le racisme, l'antisémitisme, la- xénophobie. Il est vrai aussi que nous faisons preuve d'une extrême vigilance dans le choix de nos alliances, et que nous ne saurions coopérer avec des hommes ou des groupements qui portent une responsabilité dans les menées racistes, par exemple des maurrassiens ou d'anciens dirigeants de l'OAS. Il est vrai enfin que notre numéro de mars contenait une lettre de lecteur mettànt en cause « l'antiracisme de façade de la LI.C.A " . Sans doute ce jeune homme, dont la vivacité du propos traduit la déception, pensaitil aux constantes attaques contre « les Arabes ", pleines de mépris et de hargne, auxquelles se complaît cc Le Droit de Vivre» sous prétexte de défendre Israël. Ou encore au fait que, récemment, la L.I.C.A recevait les chaleureuses félicitations de ... « Minute ". Voilà qui est sérieux. Sans récuser, bien entendu, l'ensemble des activités de la L.I.C.A., que partois nous trouvons à no? côtés dans des initiatives ponctuelles, nous souhaiterions, pour le plus grand bien de la lutte antiraciste, qu'elle mette fin résolument à ces troublantes ambiguïtés. 29 _ carnet _ NOS DEUILS Nous avons appris avec peine la mort du peintre GEN-PAUL, qui était un ami du M.R.A.P. Il avait offert plusieurs de ses oeuvres pour les expositions- ventes organisées par notre Mouvement. Que sa famille trouve ici l'expression de notre sympathie. Louis TALAMONI, sénateur du Valde- Marne, vice-président du groupe communiste au Sénat, est mort quelques jours après Jacques Duclos, qui en était le président. Il avait manifesté à diverses occasions son soutien à notre Mouvement, dont il était membre. Nous présentons à tous ses proches nos sincères condoléances. DISTINCTIONS Le professeur Laurent SCHWARTZ, membre du comité d'honneur du M.R.A.P. vient d'être élu à l'Académie des Sciences. Nous exprimons nos très vives félicitations à l'éminent mathématicien, au combattant antiraciste, qui apporte si ' souvent son concours à l'action de notre Mouvement. maillots de bain bi 30 _ VOS droits, vos libertés _ UN ARRÊT DU CONSEIL D'ÉTAT Arrêt très important rendu par le Conseil d'Etat dans une affaire Ferrandiz Gil Ortega, ressortissant espagnol, né en France de parents espagnols. Ayant commis un délit, il fut l'objet d'un arrêté d'expulsion le 28 mai 1971. Par l'intermédiaire de Me Waquet, avocat au Conseil d'Etat, il introduit deux recours, l'un demandant le sursis à exécution de la mesure d'expulsion, l'autre contestant le bien fondé de la mesure. Jusqu'à présent, il n'était pas admis que le sursis à exécution puisse être invoqué en matière d'expulsion d'étrangers. Désormais, c'est une nouvelle possibilité qui est offerte. Il faut remarquer que, bien que par juge- , ment rendu le 31 octobre dernier le Tribunal administratif de Paris ait rejeté la requête d'Ortega, celui-ci a tout de même gagné trois ans. D'autre part le Conseil d'Etat a admis • • 15 PA RIS qu'il pouvait contrôler la régularité de la mesure qui le frappait, ou du moins de la procédure, et qu'il pouvait également contrôler si le ministre de l'Intérieur ne s'était pas fondé sur des faits matériellement inexqcts. ' Autrement dit, il affirme son contrôle sur une notion qui était jusqu'à présent discrétionnaire. . Pratiquement les militants devront conseiller aux immigrés à qui est notifié un arrêté d'expulsion, et qui 'pensent être viCtimes d'une appréciation erronée des faits, ou de motifs faux, de déposer deux recours, par l'intermédiaire d'un avocat, l'un contestant la régularité de la mesure, l'autre demandant le sursis à exécution. Quel que soit le résultat final, ils auront au moins la possibilité de gagner du temps. Me George PAU-LANGEVIN. (1) En date du 23 juillet 1974. L '€JU:ATlON ET LA SCOlARISATION OES ENfNfS oe MIGRANTS tNSTlTlIT "iATIONAL D1EUUCATlON POPHLAIlOE Marly-le~1.Q.f 120 rue saint·denis 75OJ2 poris r • éducation à la fraternité _ Un document utile Le Colloque sur l'éducation et la scolarisation des enfants de migrants, organisé par le C.L.E.P.R en mars 1974, a donné lieu à un important document, qui vient de paraître. Plus d'un an pour le réaliser? Il faut tenir compte des faibles moyens dont dispose le C.L.E.P.R., animé par une équipe bénévole, ne recevant aucune subvention depuis 1969, et n'ayant, pour s'exprimer que les deux pages mensuelles et les deux dossiers annuels mis à sa disposition par «Droit et Liberté ». « Le C.L.E.P.R., qui, depuis sa fondation (1960) s'est donné pour tâche de lutter, sur le terrain de l'enseignement et de l'éducation, contre les préjugés raciaux, s'est trouvé tout naturellement amené, ces dernières années, à se pencher sur le cas des enfants de migrants », indique la présentation de Marc-André Bloch et Renée Baboulène. « C'est que ces enfants sont constamment exposés au risque d'être victimes de ces préjugés, de provoquer des réactions d'hostilité et de rejet de leurs camarades français, souvent chapitrés par les familles, parfois même, hélas, de certains de leurs maîtres (assurément une minorité). » Ces enfants posent d'autres problèmes, scolaires et extra-scolaires; le C.L.E.P.R, il est juste de le souligner, a été parmi les premières organisations à s'en préoccuper et à en souligner la gravité. Il a pris à plusieurs reprises l'initiative (à Nanterre, à Argenteuil, à Sartrouville) de réunir des enseignants dont les classes comptaient parmi leurs élèves un pourcentage notable d'enfants de migrants, pour leur permettre de confronter leurs expériences et de chercher en commun les solutions les plus adéquates aux difficultés qu'ils rencontraient. S'il survient à un moment où la situation des migrants et de leurs familles intéresse un nombre croissant de Français, dans le contexte d'une montée du racisme et de la lutte antiraciste, le '.;olloque tenu à Marly-IeRoi les 16 et 17 mars de l'année dernière s'inscrit donc dans le prolongement d'une série de rencontres, de DROIT ET LIBERTE - N° 339 - JUIN 1975 recherches, de réflexions dont il a tenu compte et tiré profit. La plaquette, qui s'ouvre sur une lettre de Pierre Paraf, président du M.RA.P., saluant le colloque, reproduit d'abord l'exposé de Mme Hélène Gratiot-Alphandéry, sur une enquête récente consacrée aux « problèmes psycho-pédagogiques et médicosociaux des enfants de travailleurs migrants ». On lira avec un vif intérêt l'analyse de cette recherche, menée dans le cadre de l'Université RenéDescartes (Paris V) par une équipe composée de médecins, de sociologues de linguistes et d'enseignants. Suivent les textes préparatoires élaborés par le C.L.E.P.R en vue du colloque, délimitant et précisant les questions soumises aux débats. Puis les rapports des travaux des commissions et sous-commissions, dont la seule énumération ' suffit à montrer le sérieux et la portée de cette rencontre. La première commission, intitulée: « Insertion de l'enfant dans le milieu de vie et le milieu scolaire », s'était subdivisée en deux sous-commissions : l'une examinant « Les conditions de vie de l'enfant de migrant », et l'autre « L'enfant de migrant à l'école ». SARTROUVILLE •• Une certaine tension se manifeste depuis plusieurs années au C.E.S. Tobrouk, à Sartrouville (78). Elle s'est souvent traduite (et récemment encore) par des exclusions d'élèves, dont beaucoup sont des enfants de travailleurs immigrés, nombreux dans la localité. En janvier, une association de parents (P.E.E.P. Lagarde) avait diffusé un texte alarmiste ne pouvant qu'aggraver les incompréhensions et l'autoritarisme. Or la direction n'a que trop tendance, semble-t-il, à vouloir résoudre par des sanctions disciplinaires des problèmes qui tiennent, en fait, à l'insuffisance des moyens « Eduqttoa • '- Fratern1t6 • e,f la rubrlqu. mensuelle du CeIItI'e de 1'-1. - clet . ~ com,e . 1 .. PffJOllés rac'- fC.L,E.e.R.). te C.l.fJl.fI. déVelogpe ses activités t en organisant det tencontres lit des débata antnt ~. en favorisant J'édlan\ le d'expériences entre eneelgnanta, en 18IIr fourniSSant de la documentation. Présidant d'bo_ : Mato-André 81ock. Présidence : V_ 1louI _ • ~ ,",-, Olga Wonnser-MtllOf. Montant de la cotisation , La deuxième commlSSlOn, sous le titre général: « Spécificités nationales et rencontres de cultures », rassembla les résultats de trois sous-commissions traitant des sujets suivants: {( L'enfant en situation d'acculturation », {( Le bilinguisme », « Vers une pédagogie de l'altérité ». On aura une vue complète et vivante du colloque en lisant ensuite les interventions d'Olga Worms erMigot et de Renée Baboulène, présentant les activités du C.L.E.P.R, ainsi que la résolution finale, résumant les objectifs et les suggestions formulés par les commissions. Il reste à signaler la documentation publiée en annexe: bibliographie, textes officiels et informations du ministère de l'Education nationale relatifs aux enfants de migrants. Il faut souhaiter qu'ayant lu cette plaquette nombreux seront les éducateurs, les enseignants qui voudront se joindre au C.L.E.P.R. pour l'aider dans sa tâche et le rendre plus apte encore à l'accomplir. L. M. • Les participants au Colloque de Marly qui en ont fait la demande recevront d'ici peu ce document. Un certain nombre d'exemplaires étant, par ailleurs. disponibles, on peut les commander au C.L.E.P.R., 120, rue Saint-Denis, 750Q2 Paris, au prix de 15 francs l'un (frais d'envoi compris). Chèques postaux (3 volets) à l'ordre de Mlle Baboulène. institutrice. CLE.P.R. (C.C.P. 18.117.35 Paris). des inquiétudes dont elle dispose, tant en personnel qu'en locaux et matériel. Dans une lettre ouverte du 18 f6- vrier, les sections syndicales S.N.E.S., S.N.L, S.a.E.N. de l'établissement indiquent notamment : « Des élèves ont eu à subir des manifestations de racisme, ethnique et social, émanant d'adultes du C.E.S. Mais ces faits n'ayant jamais été ni publiés ni révélés publiquement, il n'a pas été possible d'intervenir. Nous espérons que cette « .affaire » pourra au moins provoquer des changements dans ce domaine. » li' MetnbnI. actif : 10 F {donnant dtolt eux deux numéros Mnuels de DroIt lit Ubert6 où paraît un dossier de 8 page" réallD pat le C.L.E.P.R.}, cette cotisation mlillmale étant portée à 5 F pour le8 abonnée de D~lt lit Llbertoi. Membre ~r : 20 F. ........ bl"tevr : à partir de :JO F. Adresser les adhésions à Mlle RenM Baboulên., 5&, rue lamllrck, farls-1So, _ un chèque postal (3 vpleta) à Ilord... de Mlle Baboul~JRe, institutrice • C.L.ëJl.R. [C.C,P. 18 1'77 35, Parla). 31 _ la terre est ronde _ MITHILA •• un ar' au lémlnln Au _d ... ,'liai "" _ , .... " .. o • ..,. _~ l' ..... .. .. r. .... -. lM l'_~ N,,,,,I, . ·111 ....... M_ ,., .... ... '·InIM. -.1 _' ........... ~pIH qu·eH • • ,,_ Nc"- .. .. ~ ...... .. MHM. _ •• 1NIquo • 1 ... 1 .... _ plu ... . . 1I"_ .... ,,,,,, .. .... .... 0«-.... •. 10 ~ - ·NO". IOn '" lM C'" _"" -.'..1." .._..... _- ._..... ..lo.to _ _.1 ,. .'." ._ .,. . _...... .-1·_-.-_ --_l, . ...... ._ ___ ~ .~ ~J \!:"_ _.. -..: .:'~.:.:: .. .. ,_ . ___ .. 111-... ._..-..._..-, _--___ ....__ ..... ..._. __.-....', ". .._... ... . -_.. ·_ Q, ., ....

Notes

<references />