Droit et Liberté n°468 - décembre 1987

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°468 de décembre 1987
    • Congrès: points forts par George Pau-Langevin
    • Fusion de "Droit et Liberté" et "Différences"
    • Congrès du MRAP: rapport du Bureau National présenté par Albert Levy
    • Sept campagnes pour le MRAP
      • Lutte contre les lois et pratiques discriminatoires
      • Mise en oeuvre d'une nouvelle citoyenneté
      • Des vérités bonnes à dire: campagnes auprès des médias
      • Contre l'apartheid (Afrique du sud)
      • Une école pour tous et pour chacun
      • Elections présidentielles
      • Commémorations actives
    • Rapport des commissions:
      • Quel MRAP demain
      • Identité, égalité, citoyenneté dans la France et l'Europe en mutation
      • Communication: image et expression du MRAP
      • Quelle presse pour le MRAP
      • Le MRAP sur le terrain
      • La réforme des statuts; les nouveaux statuts
      • Solidarités internationales
      • L'action du MRAP: comment la financer?

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME~ ET POUR L'AMmÊ ENTRE LES PEUPLES • • III Ho. D~oeM8RE 81 Points forts Le dernier congrès du MRAP 5 'est déroulé dans une atmosphère chaleureuse, passionnée, qui faisait plaisir à voir, même si à J'occasion de tel ou tel vote, le désir de prendre en considération toutes les sensibilités exprzmees dans le Mouvement rendait la tâche plus ardue. Quelques points forts: Sur les solidarités internationales: les débats autour des questions du Proche-Orient marqués de fortes expressions de solidarité avec le peuple palestinien, ont débouché sur le désir d'organiser diverses journées permettant aux militants de mieux comprendre et de mieux apprécier les données de la situation dans ce secteur du monde. La solidarité 5 'exprime également très fortement avec le peuple kanak en lutte pour sa libération, et victime toujours d'un ordre colonial injuste dont la justice semble se comporter aujourd 'hui comme l'un des maillons les plus solides. Ce soutien a été réaffirmé notamment lors de la récente venue à Paris de Jean-Marie Tjibaou. Solidarité également pleine et entière aux victimes de l'apartheid. Le Congrès s'est félicité de la libération de Pierre-André Albertini. Les débat s sur d' autres ques tions à l' or dre du jour ont .également été très animés. La comparaison des expériences des divers militants a permis d'apprécier combien la loi Pasqua a précarisé la situation des immigrés et de leurs familles, d'où la nécessité de se battre sans désemparer pour l'abrogation de ce texte funeste. Nécessité aussi de s'opposer à la réforme du Code de la Nationalité, lutte dans laquelle, à ce jour, nous avons tout de même le sentiment d'avoir marqué des points. Mais dans l'ensemble, la détermination la plus forte, l'axe autour duquel pourraient s'ordonner les initiatives du Mouvement autour de la prochaine période, est l'égalité de droits et de chances pour tous ceux qui vivent en France aujourd'hui. Il s'agit certes d'éviter le pire pour beaucoup de victimes du racisme, d'immigrés discriminés ou expulsés, mais il a été convenu de ne pas se limiter à la défense des acquis, de reprendre l'offensive pour promouvoir notre propre système de valeur, notre Spécial congrès I$SN 0011-6111 Le Congrès du MRAP des 14 et 15 novembre dernier a décidé de la fusion de ses deux organes de presse. "Droit et Liberté" et "Différences" fusionnent donc en un seul titre qui devra refléter l'ac tion du mouvement tout en restant très ouvert et informatif. Ce numéro de "Droit et liberté" est donc le dern; er que vous recevrez sous cette forme. "Diffé rences Il sera servi désormais à tous les adhérents du MRAP, se rapprochant du mouvement. 1 l comportera désarmai s des pages "Mouvement" qui rendront compte de l' actua 1 i té du MRAP, Rien n'est figé et ce que nous entreprenons. c'est avec vous que nous voulons le faire. Et nous ne le pouvons qu'avec vous. Continuez de nous envoyer informations et remarques. C'est une nécessité pour réussir notre pari. La Rêdact;on propre conception de la société. Certes, il s'agira de prôner une meilleure égalité dans les textes, notamment de supprimer certaines discriminations criantes, telle que l' inégibilité des immigrés au Conseil de Prud'hommes, mais aussi de faire avancer l'idée d'égalité dans tous les domaines de la vie sociale, tels que la scolarité, la formation, l'emploi et de réactiver la campagne pour la participation des immigrés àla vie publique de la Nation. Dans cette réflexion sur la place des immigrés, des jeunes issus de l'immigration , dans la société que nous voulons, bien sûr, le Congrès a été amené à s'interroger sur les notions d ' intégration, d' assimilation, d'insertion sociale et culturelle. La plupart se sont montrés quelque peu perplexes devant cette notion, dans la mesure où trop fréquemment le glissement est opéré entre l'intégration et l'assimilation, notion trop fréquemment utilisée durant la période coloniale pour nIer l'identité des peuples dominés. Force est de constater toutefois que l'intégration, certes, ne se décrète pas, mais se réalise au fur et à m~~ure., progressivement, puisque de nombreuses vagues d ~mmI.gration se sont fondues dans le creuset que constItuaIt la société française. Mais, pour nous, cette intégration ne '!,a'}t que si elle signifie lutter ensemble pour une socIet~ plus solidaire respectant l'identité de chacun et fondee sur les principes républicains. . . , C'est dans cet esprit que le MRAP a partIcIpe à la manifestation de "Paris Fraternité" du 2~ 1!0,:em.bre dernier, sans pour autant signer l'appel prelImI?aIr.e" ainsi qu'aux manifestations du 5 d.éc.,,!mbre en solIdarIte avec les victimes des violences polIcIeres. Trois campagnes nous attendent. D'abord, une présence dans les élections présidentielles sur nos propres préoccupations. Le plus important apparaît bien de barrer la route à Jean - Marie Le Pen dont les propos constituent en permanence une provocation pour les antiracistes, de barrer également la route à ses idées dans l'électorat et les partis modérés. A cet égard, le MRAP s'est félicité du camouflet que lui ont infligé les populations antillaises qui ont démontré qu'elles n ' étaient pas dupes de la manoeuvre que constituait sa venue dans ces départements. Il nous appartient également d'être présents dans les manifestations de célébration du "-Dème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l 'Homme et du Bicentenaire de la Révolution française, au cours de laquelle évidemment des avancées ont été faites dans des domaines qui nous concernent, notamment la citoyenneté, la lutte contre le raCIsme et l'esclavage. Toutes ces actions devront être menées sans Perdre de vue la perspective nouvelle que constitue aujourd'hui le cadre europe, en, d ans l e quel l' antiracisme doit désormais se penser. Nous devons nous former et actualiser nos réflexions pour éviter que l'ouverture européenne ne soit l'occasion de difficultés ou de restrictions plus grandes aux droits de nos Reflets dans un miroir Oui, le MRAP bouge,_ comme l'affirmait George Pau-Langevin dès l'ouverture. Par rapport au Congrès de Pantin, les délégués d'origine maghrébine ou d'Afrique Noire, des DOM-TOM étaient bien plus nombreux •.. et plus jeunes aussi . , Non pas comme "suppléti fs", mais cUme acteurs : leurs interventions lors des Commissions , le fait que plusieurs d'entre eux soient nommés rapporteurs et occupe nt toute leur place pour transfo rmer la société française, rien de plus normal! Non pas que le MRAP soit un "syndicat de victimes" , mais qu'il aide sur le terrain Français et immigrés à supprimer les situations quotidiennes qu i engen dr ent le r i\ci sme . Deuxième "changement" : dans les Commissions , chacun a essayé de faire part de ses analyses , de sa pratique avec un souci d'agir ensemble, tous azimuts et non -comme c' étai t souvent le cas lors de précédents Congrès- avec la volonté d'impo s er son point de vue comme unique. Démarches convergentes , vo l onté de transformations profondes que traduisent les rapports des Commissions . Certes , le temps des débats et des synthèses étai t trop court, bien qu'aucun invité n'ait pris la parole. Certes, en séance plénière, des questions n'ont pu être approfondies, même si les interventions chaleureuses amenaient quelques réactions des délégués. Je me méfierais, pour ma part , des Congrès du MRAP unanimistes ! • •• Enfin , l a diversité des délégués repr ésentant les situations à la fois semblables et si multiples des Comi tés Locaux, le nombre d'i nvités et de responsables d'or ganisatio ns et d'associatio ns amies ont mo ntré l'importance et l'originalité d' un mouvement comme le MRAP . Bien que souvent ignoré des médias , i l est présent sur le terrai n, sur le terreau quotidien du racisme ; voilà sa spécifi c ité . Der ni ère remarque : certains points en débat l ors du dernier frères immigrés. Pour mener toutes ces actions, nous disposerons de structures renforcées et renouvelées à tous les niveaux de l'organisation. S'agissant de la Présidence: le désir que j'ai manifesté de ne pas être reconduite comme Présidente- Déléguée, ne m'empêchera pas de demeurer dans l'équipe pour apporter ma contribution à ces tâches exaltantes que nous avons définies. Puisse 1988 être pour le MRAP l'année d'un dynamisme renforcé et de la solidarité. George PAU-LANGEVIN Congrès (comme le droit de vote des immigrés lié à leur ins ertion dans la cité, comme les collectifs, comme les relations avec d'autres mouvem ent s semblables en Europe ... ) ont obtenu réponse dans l'ac t ion, dan s la vie et ab outi à un très, très large accord . Un MRAP pl ur ali ste et uni, de toutes les coul eurs, actif! Le Congrès s'imp osait; il n'a jamais été un rite. A chac un de nous de le pr olonger .•. Présidente-Déléguée du MRAP L-__________________G érard COULON ~ _______ ~ Congrès du MRAP 14 et 15 novembre 1987 Rapport du Bureau National l - RACISME ET ANTIRACISME DANS LA SOCIETE FRANCAISE D'AUJOURD'HUI. 1. Une situation contradictoire 1. 1. 1. A l a ve i Ile du bicente naire de la Révolution fran çai se , 40 ans après l a Déclarat i on uni versell e des Droi t s de l' Homme , la question du racisme imprègne aujourd' hui profondément notre vie sociale et politique. 1. 1. 2. Des faits préoccupants retiennent l'attention: les activités d ' une formation re prése ntée au Parlemen t , le Front National , qui attise sans relâche l'hostilité contre la population d'origi ne Maghrébins , immigr ée , et qui surtout les ne peut plus cacher , désormais, ses penchants anti j uifs ; les mesures gouverne me ntales et les pratiqu e s i nstitutionn e).l es tendant à déstabiliser , voire à r ejeter hors de France les ét r angers non-E urop éens et le urs enfants ; l'intoxication d'une partie non-négligeable de l'opi nion par des peurs aveugles et agressives , a l imentant l ' idé ologie du "bouc émissaire", en rapport av ec présenté par Albert Lévy l es di fficult és liées à la cris e; l es discr i minations quo t id i ennes et les actes de violences déco ul ant de ces perv e rsions . S'y aj out en t en core

l' acharnement à per pétuer l e

sy st ème colo nial en Nouvelle-C al édonie

les re l ations de domi na ti on

durablement imposées aux pays du Tiers-Monde ; le renforc ement de la collaboration offi cielle av ec l' Af rique du Sud . 1. 1.3. Mais il y a aussi -nous de vons le so uli gne r- le ferme refus de ces entreprises de di vision et de di version, de ces injustices, de cet obscurantisme d'un autre âge. Il y a l a mo bi l isation active , notamment parmi les j eunes , pour la défense des va l eurs démocrati ques et l'expression de la solidarité humaine . 1.1.4. Si le racisme nous al erte chaque jour , la riposte r evêt une vigueur et une ampleur sans doute jamais atteinte : telle es t la situation contradictoire que not re Congrès do i t an al yse r, en vue de détermin er comment agir mi eux, pour que la raison , l'égal ité , l ' amitié l' emportent net tement dans les rudes bat ail les en co urs . 2. Un racisme ne va jamais seul 1.2.1. Ce qui vi ent de se passer autour des déclarations de Le Pen sur les chambres à gaz est r évé lat eur à plus d'un ti tre . 1.2.2. Nous y vo yons d'abord une confirmation. Même s i le ch ef du Fron t Nat i onal veu t appara î tre comme un homme de l'ave nir , même si beaucoup ont négl igé son passé , nou s s avi ons non se ule ment qu ' il avait pa rt i ci pé avec entr ain à la répr ess i on en Alg ér ie, mais qu' i l fu t dépu t é du mou vem ent Pou j ad e. à un moment où le MRAP faisa i t j ug er ce lu i-ci pour antisé mitisme . 1.2.6.( ... ) Nous l ' avons dit et rép été : un racisme ne va jamais seul. Pour ceux qui s'en ser vent à des fins politiques , la cib l e peut var i er en vue d'obtenir l ' impact maximum : juifs, Ar abes , Noirs , Ts i ganes, étran gers , en tous cas la minorité eth niq ue l a pl us vulné r abl e du moment , sans oublier l es homos ex uel s , l es handicapés ou les ma l ades du Sida, t outes catégor ies t en ues pour "i ndé s irables". Quant aux simples gens mystifiés , leur vision schématique les porte naturellement , pour apaiser leurs angoisses et se valoriser , à accuser et haîr quiconque se différencie d'eux. • 3. Antiracisoee sélect i f et ant i raci sDe global 1.3 . 1. S'il nous paraît évident que le rac isme est un tout, à combattre partout et sous tous ses aspects , beaucoup ne le reconnaissent pas. 1.3.2 . La levée de boucliers contre Le Pen après sa négation du génocide des juifs exprime un acquis dont nous nous félicitons : en France, la condamnation du nazi sae et de l'antisém i tislle donne l i eu à un tr ès large consensus. 1. 3. 4. ( .. . ) Les réactions à propos des chambres à gaz mettent en relief le caractère sélectif de certaines i ndi gnati ons. Des hommes politiques, des associations ne sont sensibles au racisme que lorsqu' il frappe un groupe déterminé. Les violences faites aux immigrés laissent froids des élus qui ne manquent aucune occasion d'adresser aux juifs leurs voeux de Roch Hachana ou de marquer leur "sympathie" aux Antillais de leur circonscription. T el autre dénonce une discrimination que sa famille a constatée, mais approuve en même temps la législation anti-immigrés et la réforme du Code de la nationalité. Un autre encore entend améliorer l'insertion des étrangers , tout en adhérant , par ailleurs, au groupe parlementaire d'amitié franco-sud-africaine . 4. Racisme et luttes sociales 1.4 . 1. Si d'autres que nous ont le souci légitime de rétablir la vérité historique sur le nazisme pour empêcher ses résur gences; si les inventions de Le Pen dans un autre domaine, le Sida, ont entraîné de rapides mises au point, nous sentons moins d "empressement lorsqu'il s'agit de contrecarrer ses mensonges sur "les vra1 dire, il n'est focaliser l'attention immigrés". A pas seul à et les pas - sions sur cette partie de la population ; il n'est pas seul à prétendre que c'est l à le problème central posé à la France. ( . . . ) 1.4 . 2. (et sq . ) Qu'il s'agisse du chômage , du coût social des immigrés, des . conditions d'habi tat, de l' insécuri té, des échecs scolaires , on fait diversion et on masque les véritables problèmes. 1.4 . 7. ( . . . ) En affirmant que "les immigrés" - dont l'identité se trouve plus encore mise à mal- sapent l' identi té des Français, plutôt que de donner aux gens les moyens de maîtriser le présent et l'avenir, on évite de poser les vrais problèmes. 1. 4.8. Il est faux que Le Pen dise tout haut ce que les gens pensent tout bas . Il dit ce que les gouvernants souhaitent que les gens pensent. Sil e s victimes de la crise -ou au moins une partie d'entre elles- incriminent "les immigrés" au lieu de rechercher pourquoi ça va mal et comment s'en sortir, alors la politique actuelle peut se poursuivre sans encombre. 1. 4 . 10 . ( ... ) Mais pour le moment, les mêmes qui ont mis Le Pen sur orbite peuvent l'ut iliser égalellent comme repoussoi r : facile , par rapport à ses outrances , de s'appliquer à SOlmême un label d'antiraciste et de démocrate . 1.4 . 12. Cepe n dan t, pour répondre aux mystifications des racistes , il ne suffi t pas de crier notre indignation contre quelques poignées de mystificateurs; i l faut s'employer auss i à écl airer l es ai l lions de aystifiés. 1. 4. 13 . ( . .. ) l 'expéri ence vé cue de la s ol i darité , l'act i on comllune pour surmonter di fficultés quot idiennes , t ensi ons et conflits, pèsent davantage dans l'amélioration des relations so- ·ciales que les explications les plus convaincantes . 5. Stratégie d'exclus i on 1.5.1. Au congrès de juin 1985, le "RAP s' est prononcé clai rement , pour le droit de vote et l 'é l i gi bi l i té des immigrés i nstallés en France , et ce dans t outes les électi ons . L'idée d'instaurer ce droit pour les élections municipales commençai t à fai re son chemin . En posant le principe de son extension aux élections nationales, nous rappelions que les immigrés participent à l'ensemble de la vie économique et sociale, pas seulement au ni veau local, et que les décisions concernant leur statut et leur sort se prennent au Parlement et au Gouvernement: une démocratie véritable voudrait donc qu'ils aient leur mot à dire comme tout un chacun, dans l'ensemble de la vie politique . Plus généralement, le congrès soul ignai t que ce nouveau droi t de citoyenneté découlait en t oute l ogique de l a nouvelle configurat ion de la sOclété française. 1.5 . 3. ( .. . ) Quand , après le 16 mars, la nouvelle majorité s'est employée à durcir la législation relative aux immigrés et à leurs enfants, nous avons lutté pied à pied pour nous y opposer. Or l a loi du 9 s eptu bre . 1986, puis la réfo rme projetée du Code de la national i té n'avaient pas seulement pour effet de supprimer des garanties essentielles contre l ' arbi traire, de compromettre l'insertion des familles étrangères en précarisant leur présence en France, de multiplier les expulsions et les reconduites à la frontière, ou encore d'encourager 1er ac i sme. 1. 5.7. ( .. . ) Cette s t ratégie d'é l imination sélective se manifeste, outre la réforme du Code , par d'autres indices: les conséquences prévisibles de la Loi du 9 septembre 1986, qui fabrique en grande série des étrangers "en situation i rrégul ière", par refus de la carte de séjour et de résident à des jeunes parfaitement intégrés, à des parents et des conjoints de Français, par le système de la "double peine" frappant par exemple des victimes de la drogue, fléau dont souffre toute la jeunesse; l es expulsions/reconduites à la frontière, qui se font par milliers, que ce soit par charters ou plus discrètement, utilisant au maximum de leur contenance les centres de rétention; les lourdes pressions exercées par le patronat et l'adllinis tration pour inciter les étrangers chômeurs ou mê me dotés d'emplois à regagne r l eur pa ys d'origine avec un pécu le illusoire , sans considération de leurs atta ches en France ; les obstacles rédhibitoi r es opposés au regroupellent fallilial; - les mesures dissuasives telles que la suppression des allocations falliliales aux chôlleurs étrangers dont les enfant s sont restés au pays; ou encore le refus de l'allocat ion lIunicipale au 3e enfant, lorsqu'un des pare nts est étranger non - Euro péen , maint enu par le Maire de Paris malg ré la condamnation du Tribunal Ad ministrat i f . 1.5. 8. Cette politi que de rejet app araît d ' autant plus inacceptable que ri en n'est fai t , dans le mê me tem ps , pour perme tt re le développem ent éc onomique des pay s d'ori gine , qui n'offrent pas à leurs émigrés de pos sibilités valables de retou r . Seul , un nouvel ordre éconollique lIondial fondé sur une aide sincère aux pa ys infériorisés, sur l'égali t é et l'intérêt mutuel dans l a production des richesses et les échanges , pourrait le ver les contrain t es conduisant tant de travai ll eurs à l ' exil , et créer les condit i ons d'une vraie liberté de circu l ation. 1. 5.9. Tant d'injustices , d'atteintes aux dro i ts hu mains ont soulevé en Fr ance un puissant mouvement de protestation . Les Eglises, des Francs-Maço ns, la Ligue des Droits de l ' Homme et des associations de lutte antiraciste (M RAP et LICRA) ont signé ensemble , voici j uste deux ans , un retentissant "Appel cOllllun à la fraterni té". Critiqué par le Co nse il d' Etat , le projet de réforlle du Code de la national i té a suscité la vigoureuse opposition . 250 organisations se sont unies pour réclamer le retrait du pro j et , recueillant près de 100 .000 sig natures, faisant paraître un appel de pe r son nali t és très diverses , pr enant l'initiati ve , notamme nt , de la grande manifestation du 15 mars 1987 à Paris et d'un colloque le 30 septembre à la Sorbonne . 1. 5. 10 . Le MRAP a pris toute sa part dans cette action commun e. Il a lui - même lancé une pétition : "Ne laissons pas allputer la société française" et diffusé un tract qui reprenait ses propositions sur la cito yenneté. 1. 5. 12 . ( ... ) Nos comi t és locau x, notre Permanence juridique, tous nos militants sont engagés dans la défense des victimes de la politi que actuelle vis à- vis de s immigrés . D'autres asso ciat i ons, des autori tés morales font de même, et nous agissons souvent ensem ble . Il est des moments dans l'Histoire, où comme nous l'avons souligné à l 'A ssem blée Gé nérale de Limoges, la dignité de chacun exige que s ' organise la résistance à l'arbi t raire et aux persécutions. 6. Violences, discrilIinations, diffallation. I,6.1. "L' a i r du t emps" , selon la formule d'un conse i ller ministériel recevant une délégation , n'est guère favorable à l a quiétude des immigrés . On les prés ent e quotidiennement comme la ca use de tous les maux, comme un "p r obl ème" , voi re une "menace" par leu r sim ple présence . On les assimile à des terroristes , au moins à des fanatiques menaçants . On cris t allise s ur eux toutes les peurs et l es frustrations qui al imentent l' esprit sécur itaire . On va répétant que leur départ arrangerait tout, et l'Etat, le patronat l'organisent par divers lIoyens. Comment la haine ainsi provoquée contre eux ne déboucherait- elle pas sur des actes de violences? 1.6 . 2. (et sq.) 85 , 86 et 87 ont vu augmenter le nombre de crimes racistes et se développer les viol ences et bavures policières . Les crim i nels n'h ésitent pas à pr oclamer "qu'ils n'a i ment pas les Arabes et les Noirs" ; et les originaires des DOM- TOM sont de plu s en plus victimes de la même viole nce raciste . 1. 6. 6. ( ... ) Depuis janvier 1985 , le MRAP peut interven lr dans les procès relatifs aux cri Iles et violences racistes. Cela lui a permis de se constitue r partie civile dans l'assassinat d'Habib Grim zi et des Turcs de Chateaubriant. ( . .. ) Il y a eu trop de verdicts scandaleusement indul gents comme celui dont a bénéficié le CRS Taillefer à Ai x- en-P rovence ! 1. 6.7 . No t re Perma nence j uridique , avec ses 3. 000 dossiers annuels , et de nom breux comités locaux , ont eu à poursuivre des discriminations, des in j ures , diffamations , et provocations à la haine touchant toutes les minorités vivant en France . I. 6.8. l e colloque organisé en j uin 1987 , à l a Cour de Cassati on, pour le 15e ann i versaire de la lo i de 1972 , par le MRAP, la LICRA, le Barreau de Paris et l 'Institut des Droi t s de l'Homme du Barreau de Paris, a permis. de dresser un bilan critique de la j urisprudence . 1. 6.9. Tsi ganes et Gens Vi s- à- vis des du Voyage, les préjugés restent aussi vi f s. Pour les combattre , nous sommes interve nus plusieurs fois en j ustice . 1.6. 10. ( ... ) Nous avons obtenu, par nos démarches, que le Conseil Régional d ' Ile - de France reV1enne sur sa décision d'annuler dans le budget les fonds prévus pour la réalisati on d ' aires de stationnement . Afin de mieux f aire connaître ces problèmes et de favoriser l'action , le MRAP a édité un dossier-poc hette sur les "T. G. V. " et une affic he affirmant leur droit aussi bien de voy ager que de stationner . 7. Les s équelles du systèlle col oni al. 1. 7. 1. ( . .. ) Dans les départellents et territoires d' outre- IIer, où les s t ruc t ures et les lIéthodes du systèlle colon ial sont loin d'avoir di sparu, les autochtones, dépouillés de leurs terres, de leurs mo yens de vi vre , de leur culture et de leur dignité , se voient massivement réduits à l'exil comme les Antillais, Guyanais et Réunionnais, ou marginalisés sur leur propre sol , comme les Kanaks . 1. 7. 5. Le MRAP expri me son soutien au peuple kanak, au FLNKS. Il a reçu à Paris Jean-Marie Tjibaou . Il est présent dans toutes les manifestations de solidarité. A travers la France, il a souvent pris l'initiative de réunions-débats pour informer l'opinion et l'inviter à agir en faveur d'une solution négociée, juste et humaine. Le temps presse, car sur ces îles des antipodes, l'état de siège accroît constamment les tensions . Il est urgent de mettre en oeuvre l'accord de Nainville-les-Roches, signé par la France le 12 juillet 1983, qui préconise "1' aboli tion du fait colonial" en proclamant "la légiti.ité du peuple kanak" auquel il reconnaît "un droit inné et actif à l'indépendance". 1. 7.7. ( •. . ) Dotés du statut départemental et qualifiés de Français à part entière, les habi tants des Antilles, de la Guyane, de la Ré union ou de Mayotte, n'en connaissent pas moins les affres du sous-développement écono mique et une infériorisa t ion struc turelle. Quelques chiffres: le taux de cha.age s'élève à 21 % à la Guadeloupe, 24 % à la Martinique, 31 % à la Réunion, soit deux à trois plus qu'en .étropole. ( .•• ) 1. 7. 9. ( .•. ) Quant aux originaires des DOM venus en métropole à la recherche de condi tions moins aléatoires, la plupart y rejoignent la masse des salariés au rabais , dans les administrations comme dans les entreprises; ils y affrontent les .ê.es discri.inations que les i •• igrés étrangers dans le loge.ent, l'uploi et la vie quotidienne. 8. Abattre l'apar.- theid 1. 8.1. A propos de l'Afrique du Sud, ce territoire où coe xistent la "métropole" blanche, économiquement avancée , et un peuple mis en servitude, parqué de force dans les townships et les bantoustans. C'est une même démarche qui conduit, ici, à priver de droits les immigrés, à propager l'idéologie raciste, et à soutenir, l à-bas, l'apartheid, con çu pour imposer à la main-d'oeuvre nOIre une exploitation forcenée, offrant aux investisseurs une rentabilité nulle part égalée. ( .•• ) On refuse de mettre en cause un systè.e qui procure d' énor.es profits aux sociétés françaises et .ultinationales directe.ent i.pliquées dans son fonctionne.ent ( comme le demande) le peuple sud-africain qui est prêt à en pay er le pri x pour conquérir enfin sa li ber té. 1.8.4. Une grande victoire a été re.portée cette année sur les maîtres de l 'Afr ique du Sud et leurs complices en France: le coopérant Pierre-André Albertini, condamné à 4 ans de prison pour s ym pathie avec des militants anti-apartheid, a été libéré quelques mo i s après sa comparution devant un tri bunal du Ciskei ( • .. ). 1. 8.5. Le refus, par le Président de la Ré pu blique, de recevoir les lettres de créances du nouvel ambassadeur sud-africain a prouvé que Pretoria est sensible aux .esures de rétorsion, .ê.e sy.boliques. Alors, pourquoi ne pas aller plus loin? ( .•. ) 1.8.6. Infor.er et sensibiliser l'opinion sur la situation en Afri que australe; susciter un puissant .ouve.ent de solidarité autour des com ba ttants voués à la potence, des en f ants incarcérés, des réfugiés dans les pays voisins; dé.ontrer la nécessité et l'efficacité de sanctions; té mo i gner notre soutien fraternel aux objecti fs libérateurs de l'ANC et de la SWAPO: telles sont les tâches constantes accomplies par le MRAP et MRAP-Solidarité. 1. 8 . 7. Le relâche pas ses efforts. devons les accroître bien MRAP ne Mais nous davantage pour i.poser, avec l'opinion démocr atique, des reculs de plus grande portée à des adversaires au x intérêts et aux mo yens extrêmement puissants. g. Solidarités tous 1. 9. 1. Le r ac i sm e est un tout en France . Il l'est aussi dans le monde. Le MRAP manifeste sa solidarité à ceux qui en souffrent et le combattent, quels qu'ils soient, où que ce soit. En ce qui concerne le Proche-Orient, notre Mouv8ment, depuis sa création en 1949, s'est gardé de céder aux passions contraires et s'est fondé sur des principes constants dans le respect et la reconnaissance de toutes les parties impliquées dans le conflit pour une issue équitable ( ... ) Qu'il s 'ag isse de la situation des juifs en UR SS , des Noirs au x Etats -U nis , des Indiens dans les Amériques, le MRAP ne cesse de leur apporter son soutien, d'intervenir auprès des autorités \ compétentes pe ur que leurs droits ' soient respectés et de sensibiliser l'opinion publi que au mo yen de j ournées de solidarité (avec les I ndiens d 'A mérique, 12 octo bre ), de démarches et de 'l1table ronde" publique (19 décembre 1985 sur les j uifs en URSS), de pétitions (pour la libéra t ion de J ohnn y Harris), etc. 10. L'O. N.U., l'Europe ••• 1.1 0. 1. Le MRAP est doté, depuis 1975, du statll-t d-l(ù.-ganisation Non-Gouverne.entale auprès de l'O.N.U. ( •.• ) Notre action s'inscrit dans le progra •• e de la 2e Décennie de la lutte contre le racis.e, et s'appuie sur de grandes dates célébrées annuellement par l' O. N.U.: Journée internationale contre le racisme (21 mars), Journée des Droits de l' Homme (10 décembre ) • 1.10.2. Comme O.N . G., en fi n, nous sommes invités à maintes conférences internationales, que ce soi t sur l ' Afrique du Sud ou la Namibie, sur les Indiens d'Amérique, sur les peuples indigènes et la question de la terre, sur la Palestine, sur l'immigration, etc. ; or ganisées sous l'égi de ou avec le concours de l' O. N.U. 1.10.3. A l'automne 1984, le Parlement Européen constituait une Co •• ission d'enquête sur la .ontée du fascis.e et du racis.e en Europe . La présidente du MRAP y a été entendue . 1.10.4. En oc tobr e 1987, une conférence a réuni à Amsterdam des associations antiracistes de tous les pays d'Europe -dont le MRAP- pour étudier la mise en oeuvre de ces documents . Son thème: "Les nouvelles for.es du racine en Europe". Il y a là un champ d'action que nous devons e xplorer davantage: démarches coordonnées auprès des organismes européens, rencontres spécialisées sur des problèmes tels que l'éducation , la l égislation antiraciste, le droit de vote, l'identité nationale , etc., initiati ve s simultanées dans les pays concernés , interventions auprès de notre propre gouvernement pour demander le respect des engagements pris à St rasbourg et à Bruxelles .•. Rien ne doit être négligé pour empêcher que le Marché unique de 1992 serve de prétexte à des mesures discriminatoires contre les immigrés non -europée ns . II - POUR UNE SOCIETE SANS RACISME II.1 . Une action concrète pour changer 11.1.1. Le f4RAP n'a pas à se prononcer sur l'ensemble des problèmes de la société. C'est l'affaire des partis poli tiques et plus encore de la population. Mais, étant donné le rôle importan t du racisme dans la vie économique, sociale et politique, nos analyses, nos projets, notre action touchent inévi tableunt à des données plus générales. ( ... ) 11. 1. 3. Tout en se plaçant sur un registre différent des partis ou des s yndicats , le MRAP, pour co.battre le racis.e, doit en per.anence agir sur les situations où il prolifère. II.1.4. Notre action n'est pas désincarnée, elle s'inscrit dans la réalité concrète. Parce que nous voulons effectivement supprimer le racisme, nous bannissons les incantat io ns , les dénonciations moralisantes. Nos comi tés locaux ne peuvent se contenter de donner des explications et des conseils, ils mettent la main à la pâte . A bien des occasions , ils participent, dans l'optique antiraciste, avec les personnes et les organisations les plus directement concernées, aux initiatives que nécessite la transformation de situations génératrices de conflits racistes , Une fois les solutions définies, les besoins évalué s , c'est vers les instances com pétentes de l'Etat qu' il faut se tourner, pour les mettre devant leurs responsabilités. 2. Les i •• igrés dans la société II.2.2. Tout d'abord, gardons-nous d'une vision schématique de ce qu'o n nomme "les immigré s" . L'immig ration étant, en principe arrêtée depuis 1974, les étrangers venus travailler en France s'y trouvent, pour 80 % d'entre eux, depuis dix, quinze ou vingt ans, souvent plus. Pa r leurs luttes, ils ont obtenu, ces derni ères années, un plus grand respect de leurs droits et de leur dignité dans les entreprises. Mais ils restent pour la plupart cantonnés dans les travau x les moins qualifiés, sans espoir de promotion; et aux chômeurs étrangers -deux fois plus nombreux en proportion que les Français- on propose, plutô t qu'une formation gratifiante, la fameuse "aide au retour". Les commerçants occupent une place importante dans la vie des quar tie rs . IL 2 .3. Les arr i v ée s récentes sont celles -de plus en plus rares- qui concourent aux regroupe.ents fa.iliaux et celles de s réfugiés du Sud-Est asiatique; on voit également s'amorcer un courant européen porteur de qualification, voire de haute technologie. Il existe encore des clandestins, dans la mesure où la misère des pays d'ori gine pousse irrésistiblement aux dépar ts, et où certains patrons utilisent cette main - d'oeuvre sous - payée, sans protection sociale , notamment dans le bâtiment, la confection, la restauration et l' agricul ture . Contrairement aux dires officiels, ce ne sont pas ces clandestins-là qu'on expulse, bien que leur présence soi t connue; ce sont plutôt des i m m i gré s dé j à in st a Il é sen Fran ce, y compris des lyc ée ns et étudiants, pri vés de leurs papiers par les mille et une formes d' arbi traire qU'offre l'application de la loi dite Pasqua-Pandraud . 11. 2.5. Dans la jeune génération issue de l' i •• igration , tandis que les réussi tes scolaires et universitaires font sur gir nom bre de médecins , professeurs ou chercheurs, et que d ' autres s'il lustrent dans les arts, le journalisme, voire les affaires, "la. ga l ère" sév i t pour beaucoup dans les banlieues des grandes villes, avec les discriminations quotidi ennes, le harcèlement . par la police et la justice, parfois le désespoir, souvent des revendications lucides affi rm ées avec une grande combativité. 11.2.6. L'immigration toutefois forme un ense.ble identifiable, et qui lui- .ê.e se reconnaît co •• e tel. Les jeunes, dont la cul ture et le mode de vie ne les différencient pas des Fran ça is , se sentent et se veulent solidaires de leurs parents, ne renient nullement leurs origines et leur histoire, incriminés qu'ils sont enpermanence du "déli t de faciès", prétexte à suspicions et à rejets. II.2.7. Enfin , bien des contraintes i.posées naguère à la seule population i .. igrée sont désoruis le lot d'une partie i.portante de la population en général: rétributions au-dessous du SMIC (notamment pour les jeunes ) de même que les allocations de certains chômeurs ou retraités; fl e xi bili té dans le travail; facilités de licenciements; c har ges sociales réduites pour les employeurs et prestations abaissées pour les salariés; répression contre les syndicalistes . Dès lors, la démarcation entre "Fran ça is" et "immigré s" s'estompe quelq ue peu, au profi t de sol idari tés fondées sur des situations sociales semblables, pour la défense d'intérêts communs. 3. Assi.ilation? Intégration? Insertion? I I . 3. 1. C'est dans ce contexte que se déroule, à propos du Code de la nationalité, un débat sur l'intégration, où l'on parle aussi de l'insertion, ou encore de l'assi.ilation des i .. igrés et de leurs enfants. Au -delà des querelles de mots, nous devons essaye r d'appréhender leur contenu et surtout d'apprécier au mieux les faits auxquels ils se réfèrent . 11. 3. 2. Sur l'assiailation, pas d 'ambiguité. Pos ée par le Fr on t Nat ional coaae une obligation pour Ure adais dans la société française, cette notion recèle aujourd'hui une volonté d'exclusion. I I.3.4. S'assiailer, c'est-à-dire se fondre dans le pays d' accuei 1 et se confondre avec les autochtones , a pu êt re un obj ec t i f . pour be aucoup d'i mm igr és d ' avant la 2e Guerre Mon di ale . Ch r é t i ens ou j uifs, l at ins , arméniens ou es t - euro pé ens , le r acisme ne les a· pourt ant pas éparg nés . 11. 3. 5. Il en va autreaent pour les iaaigrés d'aujourd'hui . Venus pour t rava i ll er et no urr i r le ur f amille , ils portaient en eux un proj et de reto ur. Longt e mps apr ès , i ls ne l'ont pas ra di ca l em en t aba ndon né, mêm e s'il s 'avè re en pra ti que irréa li st e . En fait, ils restent, ils resteront. Mai s , plus que ceux d ' hier, ils cons e r vent des lie ns avec leur sol na ta l et leu r cultu r e . I I.3. 6 . Quant aux jeunes issus de l'iaaigration, l'exigence d'assiailation les hérisse à juste titre. De deux ad ol esce nts ayant vé cu en s em bl e dans le même quar t i e r , f r équ ent é les mêmes écoles , baigné quotidie nnement dans la même cu lture, affr onté les même s prob l ème s , ép ro uvant les mêmes aspir ati on s , pou rquoi fau dra it- il qu e l'un, parce que ses pa r ent s sont né s aill eur s , se voi e demander un exam e n de passage av ant d'être accepté dans la soc iété? Et devrait- il, po ur " passer l a li gne" ren i er les si ens, l ' hi st oir e de sa f amil le et une pa r t de son identi té? De coabien d'enfants étrangers, savants, artistes, hoaaes politiques, soldats, constructeurs des siècles passés, s'enorgueillissent les prétendus protecteurs de l' identi té française, qui cherchent chicane à ceux d'aujourd'hui? 11.3.7. Alors, intégration? Déjà, ce terme , en proie aux arri è r e-pensée s po lit ique s , paraît ple ge. Des ten ant s de la r éf orme du Code de la na t i onalité sembl ent en f ai r e l e s ynonyme d"'ass imilation", et i l s uscite pour ce la, la méfi ance . Insertion? Les deux concepts se con j uguent peut - êt r e. Nous présenterons les obs ervations su i vante s : 10 L'intégration ne se décrète pas. Si on l a définit comme la participation pl e ine et entiè r e de personnes ou de groupes à l a vie de la société, cela suppose d'une part que la société leur s'oit accueillante, d ' autre part qu'ils se sentent attirés par ,elle. 20 Dans la France actuelle, l'intégration n ' est d' ailleurs concevable qu'en assuaant la diversité des populations et des cultures qui la coaposent, sans exalter à l'e xc ès des différences, mais au s si sans les occulter. Intégration n ' es t pas uniformisation. 3 ° Il s ' ag i t d'un processus naturel, de longue haleine. Une cult ure vivante n'est jama i s donnée une fois pour toutes. L'identité fran çaise s'est f ormée au cours des âges en incorporant sans cesse des ap ports étrangers. Elle continue de se transformer à t rav ers de perpétuels emprunts et échang es . 4° L'insertion sociale pourrait se com prendre comme une politique destinée à lever les obstacles à l'intégration . Il n ' est pa s d' intégration sans l'égalité des dr oi t s et des ch an ces. Pas s eul ement pour les immigrés. A. T.D. - Quart Monde, dont nous avons s out enu la grande manifestation er octobre, souligne à j uste titre qUE la misère frappant deux millions et demi de personnes en France les pr i ve de l'e xercice de dro i ts é 1 é me n t air es. L' i n té gr a t ion ne se demande pas aux exclus, elle exige pour eux des me s ures concrètes. ( ... ) neté av ec ces fa c ettes, 5. Nouvelle ci toyen- 11. 5.1. En rapport év olution s au x mult i ples l a citoyenne t é , elle aussi , pr end un autre sens, d ' au t r es f ormes. D' abor d , pour él i miner le s confusions qui bloquent les progrès, rappelons fermement la distinction indispensable entre la vie publique et la vie privée, qui fonde l a laîc i té de l'Etat et les libertés individuelles. Jusqu' à présent, la citoyenneté fran çaise n'a pas empêc hé que s'e xpriment les sensibilités propres aux régions, aux imm i grations considérées co mme "intégr ées", aux modes de vie particuliers (comme celui des nomades ) ou aux diverses communautés reli gieuses . En quoi serait-ce impossible pour les immigrés des derni ères décennies et leurs en f an t s, qu ' ils viennent du nord ou du sud de la Méditerranée, de l ' est ou de l' ouest ? Quant à la religion, affa i re personnelle s'il en est, en quoi le fait d'aller à la mosquée ou à la pagode serait-il plus gênant que la fréquentation de l'église, du temple ou de la s yna gogue ? 11. 5.2 . Le MRAP doit intensi fier son action pour le retrait dé f ini t if du pro j et de réforme du Code de la nationalité; pour que l'ac quisition de la nationali t é fr ançaise devienne un droit et un vrai choi x pour les résidents étrangers, avec la possibilité de ne pas abandonner la leur; pour que le droit de vote et d'éligibilité pour les étrangers entre dans la Loi, sinon dans la Constitution. Ce n'est pas utopique: déjà, plusieurs pays d'Europe ont ais en oeuvre des dispositions de cette nature. 11.5.3. Mais il ne s'agit pas seulement d'élaborer et de r éviser des te xtes. Et si les c itoyens , nouveaux ou anciens , ne fon t que glisser un bulletin dans l'urne, à supposer qu' i Is usent de ce droit, ils ne seront pas pour autan t véritablement "intégrés". C'est pourquoi des jeunes issus de l'immigration, pionniers dans ce doma i ne comme dans d'a utres, parlent de nouvelle citoyenneté ou de nouveau civisae. II.5.5. Ce que nous nommons l'enracineaent dans la cité re joi nt dans la nouvelle citoyenneté ce double objectif : fai r e en sorte que les c i toyens prennent en main l eurs propres affaires avec résolution, ce qui permet de trans cender un désintérê t de la poli tique né de la pass i vité et de la déception; faire en sorte qu'à travers ce combat, au clivage voulu par les raci stes selon les origines ethniques ou nationales, se substi - tue un regroupement logique , selon les intérêts communs. II . 5.6. Nous touchons ici à la forae la plus profonde et sans doute la , plus efficace de ~a lutte contr e le racisae . II.5 . 8. Vivre ensuble cette nouvelle citoyenneté, ce n'e s t pas uniquement, bien sûr, batailler pour modi f ier ce qui va mal. C'est aussi se re ncontrer pour mie ux se connaître, pour se déten dre ou pour s ' entraider. C'est i nt e r venir dans les lycées et co l lèges pour favoriser une pédago gie interculturelle liée aux réal i tés environnantes. C' 'est réag i r pratiquement aux re t ards scolaires, organiser de s "fêtes de l'amitié", des épreuves sportives comme les Foulées multicolores, des festivals cinématographiques comme ceux d'Amiens ou du Val-de - Marne et les initiatives innombrables prises dans cet esprit, toute l'année, par nos co mi tés. C'est discuter avec l es élus, pour que les municipali tés répondent au x beso i ns et à la soif d'expression de toutes l es communautés. 11. 5.9 . Constru i re une société sans racisme, ce n'est pas remplacer celle d' aujourd 'h ui par une autre, plus conforme à nos i déau x comme on remplace un appar eil par un a utre, plus performant. El l e est en germe dans le pr ésent, autant et pl us que les projets rétrogrades, l ' obscurantisme et la négation de l ',Homme . Elle naît de notre combat quotidien au plan national comme au plan local. L'intégration se conquiert et s'iapose par la défense des droits de tous. La "nouvelle citoyenneté" se vit avant de s'institutionnaliser. 11.5 . 10. C'est en vue des objectifs a i nsi définis, dans l e dével oppement de notre acti on, profondément mêlée à la vie socia l e, que nous abo r dons la caapagne présidentielle . ( .. • ) Bien sûr, nous ne f avor i sero ns aucun cand idat, pou r r es pe c t er comme toujours l e plural i sme du MRAP. Nous établi r ons, non pas un pr ogr am me, ma i s une analyse, des ques t i ons et de s propositions très précises quant au passé , au pré s en t et à l ' avenir, ne pe rmettant pas des réponses évasives et de s pr ofe s si ons de f oi générales. Nous deaanderons à chaque candidat de déaystifier soigneuseaent la propagande du Front National. III - LE MRAP, UN INSTRUMENT POUR L'ACTION 111.1. La spéci fici té du MRAP II !. 1. 1. Si nous avons ch oi si de mi li t er au MRAP , c'est parce que, de tout es les a s so c iat i ons luttant contre le rac isme, i l nous pa r aît la plus efficace. Ce l a ne si gnifie pas que nous soyons host i l es aux autr es . Mais nous t r ou vons au MRAP l es orientations, les aéthodes, l'esprit qui nous conviennent ( ••• ). 111.1. 3. L'action du MRAP coaporte deux grands volets indissociables et coapléaentaires: contre le racisae; - pour l'aaitié entre les peuples. Le preaier, c'est la riposte : elle cOl\sis te à dénon ce r le s ac tes r ac ist es , à i nt e r ven i r pour l es fai re c esser, que ce soit par de s déaarches, de s .ani festations, des poursuites judiciaires, un autre aspect de la rip os t e est le sou t i en mo ral et ma t éri el aux vic ti me s , pour le qu e l nous avons susc ité la cr éati on de MRAP-Solidarité; rip ost e r , c' e s t auss i me ner des caapagnes de grande ampleur co ntre de s disc rimi nati ons , des lois injuste s , des dro i ts bafou és , des f ormes dur ables de r acisme en France ou a i ll eur s . L' am it ié entre les peuple s , entre l es commun aut és , c' e s t, dans notre soci été plur i e lle, oeu vrer à l a co.préhension, à l'égalité, au respect des différences, par l'éducation de l a j eu ness e, la rencontre des c ultur es , une inforaation objec tive pour con t recarrer les mensonge s r acistes ; c' e s t, co mme il a été dit , contribuer à fa ire viv re au quotidien l'expérience enrichissante de l'action co.aune pou r la défense d ' as pi rat ions communes . 11 1.1. 4. L'une des ca r ac tér i s tiqu es du MRAP est de lutter contre tous les racisaes , i c i et pa rt out , s ans privi l égier aucune ca tégorie de victimes et s ans épar gne r aucune catégorie de coupab l es . Nous nous effo rç ons de faire compren dre que , par - del à ses di versific ations historiques , le r acisme est un tout et que toutes ses victimes sont solidaires . IlL 1. 5. Autre ori gi nali té primordiale du MRAP : son pluralisae , c'est-à-dire l'union dans ses ran gs d ' adhé r e nts d ' ori gines, d'o pin i ons, de philosophies , de milieux sociaux et d'âges les plus va ri és . Ce n'est pas tou j ours fa ci l e ( •. . ) . Le pl uralisme se cr ée , se compose . C'est la diversi t é qui f ait la force et la richesse du MRAP. Tout antiraciste sincère a sa pl ace pa rmi nous et doit s' y s e nt i r à l 'aise . Nul n'a le droi t de fa ire l e Mouv ement à sa propre image . II 1. 1. 6 . Coroll ai re: tout contre le racisae, et rien que le racisae. Des divergences sur d' autres questions étant normales (on peut dire : souhaitables) , seuls les obj ecti f s du MR AP , définis par ses st a t uts, peuvent nous r assembl er dans l 'action basée sur des f ait s concrets e t pr écis ( ... ) . 11 1.1.7. L'aaitié entre les peuples est l'objectif que nous voulons atte in dre à travers l a lutte contre le racisme qui discrimine ou oppose des individus ou des peuples: un de nos con gr ès l'a d' a ill eurs cl airement affirm é . Ce n'es t pa s l a défense des droits de l 'homme par to ut dans le monde , ni la l utt e contre l'armemen t nucl éai r e ; ni l'appui au x peuples op pr imé s pa r des dictatures. Le res pect des opinions multiples de nos adhé rents nous dicte de nous te n i r strictement à cette décision r ai sonnable , démocratiquement éta bl i e . 111 . 1.8 . Par l 'application de tous ces principes , le MR AP mai nt ien t son indépendance effective. Ses ad hérents , quelles que soient l eurs convictions ou l eurs appartenances, agissent ens emble dans la seule perspective d'assu r er le succès de nos initiatives et l a croissance du Mouvement. I ndépendant, le MRAP l'est , bien sû r, vis-à - vis des partis i des Eg l ises , des s yndic ats, des gouvernements. I l ne ju ge ces derniers et nlintervient auprès dIeux que dans les domaines concernant la lutte contre le racisme. . 1I1.1.9. Le MRAP fonctionne selon les règles de la démocratie. Ses instances de direction à tous bs échelons sont élues. Ses comités locaux bénéfic ient dl une grande autonomie pour mener la lutte commune ( .•• ). II1.2. locaux dans la cité Les cuités 1I1.2.1. A la base de llaction du MRAP: le cOli té local. Lui seul peut être attentif à toutes les manifestations de racisme auxquelles il faut riposter. Lui seul peut agîr- constamment sur le terrain . Lui seul peut amener les gens différents à se rencontrer, à agir ensemble pour résoudre leurs problèmes. Le cOlité du MRAP doit faire bouger le quotidien dans la cité ( •.• ). 1I1.2.2. Llaction locale suppose des liens avec beaucoup de gens et d'associations pour accomplir des tâches concrètes ( ... ) . Dans tous les cas, le rôle des militants du MRAP est double: faire prendre en cOlpte les réalités de la société plurielle; veiller à ce que les intéressés de toutes origines participent aux décisions et à leur lise en oeuvre. Eux-mêmes sont présents, autant que possible , à toutes les étapes de 11 élaboration et de 11 action ( ... ). II1.2.3. Sur le terrain, la coopération avec les associations antiracistes, les associations de solidarité et les associations spécialisées ne peut être que bénéfique dans la poursui te des objectifs antiracistes ( ... ). III.2.4. Ouand notre action concerne une communauté précise, il est souhaitable dlentrer en relation avec les associations qui é.anent de cette COIIUnauté ( ••• ). III.2.5. Pas de problème non plus quand le MRAP est invité par quiconque à une réunion, manifestati ons, fête: il est présent en exprilant clairelent son identi té et le sens de sa participation. III.2 .6. _Pour une action continue de caractère concret, comme la défense juridique et populaire des immigrés en difficultés (expulsions), il est également nécessaire de constituer partout des réseaux de vigilance et de solidarité avec les associations les plus directement concernées (CAlF ou associations dlimmigrés, ASTI, etc.). Par lléchange dlinformations, il sera plus faci le de connaître les cas réclamant une assistance et dlintervenir au mieux en leur faveur, Chaque com~ té local du MRAP devrait prendre 11 ini tiative dlorganiser une permanence juridique (se préoccupant non seulement des difficultés administratives de s immigrés, mais de toutes les affaires de racisme). Lorsqulil n lest pas en mesure dl en assurer seul le fonctionnement, il doit pouvoir jouer le rôle de fédérateur pour aboutir à llouverture dl une permanence tenue en commun par plusieurs associations. Notre présence active à côté des militants des autres associations permettra de leur faire connaître nos analyses et la globalité de notre action ( ... ) . III.2.7. Lle xpérience montre que les désaccords entre partis de gauche et entre s yndicats rendent très difficile llorganisation de manifestations unitaires dont partis et / ou s yndicats sont appelants. Face à -cette si tuation, le MRAP doit être à llinitiative et consti tuer un élélent loteur pour qu'un appel unitaire soit lancé par les associations concernées. Le mouvement associatif est susceptible de mobiliser des mi lieux très diversifiés en raison de son pluralisme et du caractère bien délimité de ses objectifs. Llattitude des militants du MRAP sera déterminante pour que le texte de llappel commun pui sse être compris et entendu par de larges secteurs de llopinion. Le soutien des partis et syndicats est souhaitable à condition qulil soit IIpluriel ll et qu 1 il ne puisse ressembler à une tentative de récupération. Là aussi le rôle des mi li tants du MRAP peut être important pour le faire comprendre dans les partis et s yndiçats dont ils peuvent, par ailleurs, être des mi 1 i tan t s. III.2.8. Les discussions qui ont souvent lieu à propos des collectif s nI ont pas toujours permis dl ab outir à des conclusions claires. La décision qui relève des co mi tés locaux et/ou des fédé rations doit prendre en compte les critères suivants: de quels collectifs il SI agit, objectifs poursuivis o, avec qui, dans quelles conditions, pour quelle durée, pour quelle action, etc? Lorsque ces précautions sont prises et que 11 action commune est menée dans la clarté, la participation active des militants du MRAP à des actions communes, où ils essaient de se montrer les meilleurs sans chercher à tirer la couverture à soi, fait tomber bien des preJugés, accroît le potentiel de sympathie de notre Mouvement et en fin de compte crée des conditions favorables à lladhésion de nouveaux militants et de nouveaux sympathisants, à condi tion qulelles aillent dans le sens du pluralisme du MRAP. III. 3. Un MRAP qui III.3.10 Le MRAP célèbrera ses 40 ans dl exi stence en même temps que le bicentenaire de la Révo lution française. Depuis sa création, sa cOlposi tion a évolué en lêle telps que ses cOlbats. Fondé après la Libération par des _juifs immigrés r'escapés des camps nazis ou combattants de la Résistance, il compte aujourdlhui des adhérents de toutes origines ( ... ). III.3.2. Des dispositions pratiques SI imposent pour agir de plain-pied avec la jeunesse. Des contacts avec les enseignants et les lycéens doivent devenir une priorité pour les cOli tés locaux, dans tous les établisselents scolaires de leur secteur. Nous devons favoriser la naissance des Clubs Bouillon de Cul tures, des comi tés dl établissement du MRAP dans les l ycées et collèges. Il faut aussi systématiquement slimplanter dans les facultés et intéresser à notre combat les jeunes travailleurs ( •.• ). III. 3. 3. Ces problèmes sont liés à celui des adhésions. De nouveaux mo yen s sont à inventer pour les multiplier dans llaction ( •.• ). 1I1. 3.4. Le montant de la cotisation paraît élevé à certains, mais il correspond aux nécessités budgétaires. Clest pourquoi le Bureau National sortant a décidé de lancer une carte de sylpathie (par exemple sur ce thème: IIOe tout coeur avec le MRAP! Il) qui pourrait être un simple signe dl ami tié et de participation à telle ou telle initiative du MRAP. III.3.5. Pour affirmer notre présence, renforcer notre efficacité, notre communication extérieure exige une amélioration urgente. Les lédias ne nous sont pas nécessairelent ferlés. ( ••. ) r.ela nI est pas contradictoire avec le travail de terrain, qui est notre raison dlêtre. III.3.6 . De même, gardons-nous dl opposer, dans notre recrutement, les notions de "notables" et de "Iilitants". Les personnalités connues contribuent à nous faire connaître dans llopinion la plus large ( ..• ). III.3.7. La Communication, clest aussi nos publi c ations. A 11 heure où tant de journaux et périodiques disparaissent, les problèmes financiers, mais aussi la logique, nous conduisent à rechercher une formule nouvelle pour réunir Différences et Droit et Liberté dans un mensuel unique intéressant en même temps les militants, les adhérents du MRAP et un public plus vaste. ( ... ) III.3.8. Moderniser nos moyens de communication,_ Cl est enfin recourir aux techniques nouvelles, qui sont des gages d lune r-encontre plus di recte avec llopinion, particulièrement la jeunesse: video, minitel, informatisation, câble .•• II 1.4. pour le MRAP Pour qu 1 après ce congrès, le MRAP engage une action répondant bien aux nétessités de la si tuation, nous proposons 7 calpagnes qui orienteront nos efforts dans la prochaine période. Elles ne sont évidemment nous aurons à llactualité, tant pas exclusives; tenir compte de pour les développer que pour réagir particulièrement, si besoin est, sur dl autres questions. Mais elles constitueront un rappel permanent, une série de repères dans la poursui te de nos ~rincipaux objectifs. Sept campagnes pourleMRAP 1. LUTTE CONTRE LES LOIS ET PRATIQUES DISCRIMINATOIRES Abrogation de la loi du 9 septembre 1986. - Défense et protection des victimes dlexpulsions arbitraires. - Egalité des prestations sociales pour tous. - Création de Permanences juridiques locales. 2. MISE EN OEUVRE D'UNE NOUVELLE CITOYENNETE - Campagne pour le droit de vote des étrangers et le droit à la nationalité française. Actions solidaires dans les quartiers pour une véritable insertion et llégalité des populations de toutes origines: emploi, logement, école, équipements sociaux, sécurité, sports et loisirs, accueil dans les administrations. - Intervention des comi tés locaux auprès des municipalités pour obtenir un plan global et continu d linsertion des communautés d lorigin e é t r an g ère dan s 1 a vie deI a commune. 3. DES VERITES BONNES A DIRE Campagne sur ces thèmes auprès des médias, notamment les radios locales, la presse régionale, les associations et leurs publications avec soutien dl affiches, tracts, autocollants. - Coordination entre le MRAP national et les fédérations pour développer les journaux locaux et départementaux, les émissions de radio et créer du matériel audiovisuel. 4. CONTRE L'APARTHEID • 11 arrêt des importations dl Afrique du Sud de plusieurs produits déterminés: charbon, tabac, fruits, .. uranium, le retrait des licences de fabrication de matériels militaires, sauver les militants anti-apartheid condamnés à mort, réclamer la libération des enfants incarcérés et de tous les prisonniers poli tiques. - En liaison avec MRAP-Solidarité, action dans les écoles françaises pour rassembler du matériel scolaire, des instruments de musique, etc. à llintention des écoles de 11 ANC et de la SWAPO dans les Il pays de la ligne de front ll , organisation de jumelages. 5. UNE ECOLE POUR TOUS ET POUR CHACUN - Avoir une antenne (enseignants, C.D.I., dans chaque établissement du secondaire. - Création d'un "Club Bouillon de chaqu~ département . Cultures" ou d'un "Club-Presse" par chaque comité local dans un collège ou un lycée (public ou privé) . Ouestionnaire preCIS à candidat portant sur les chaque actions Déclaration universelle des Droits de l'Ho .. e. pas'sées et envisagées , sur les - 1989, bicentenaire de la Révolu- Action de soutien scolaire (avec tion française. des étudiants) dans les ci tés à forte population d'origine immi grée. 6. ELECTION PRESIDENTIEL LE moyens à mettre en oeuvre, sur les réponses à donner à la propagande anti-immigrés, sur l'insertion dans la ville, la région et la nation des communautés d'origine immigrée (et pas seulement des déclarations d'intentions) . - 1989, 40e anniversaire du MRAP. - Pas de signatures d'élus pour la candidature de Le Pen: interventions auprès des parlementaires, conseillers généraux et maires dans 7. COMMEMORATIONS ACTIVES POUR QUE CES ACTIONS NE SOIENT PAS SYMBOLIQUES, ELLES NE SE CANTONNERONT EVIDEMMENT PAS AU NIVEAU NATIONAL, MAIS SERONT PRISES EN COMPTE PAR LES COMITES, LES FEDERATIONS QUI PEUVENT, SEULS, LES 1988, 40e anniversaire de la CONCRETISER. Huit commissions ont travaillé durant le Congrès. Nous pubions /'intégralité de leurs rapports Quel MRAP pour demain? METHODOLOGIE ET PLAN Oui fera le MRAP de demain ? Son environnement les objectifs centraux d'action Pour ce faire, nous partirons du MRAP que nous connaissons, c'est-à-dire celui d'aujourd'hui . PREALABLE Rappel du cadre dans lequel se situe le MRAP aujourd'hui

1) Les valeurs auxquelles le Mouvement fait référence aujourd'hui sont celles appelées communément "valeurs républicaines", partiellement acquises en France, mais universellement reconnues .' Celles d'égalité, de liberté et de fraternité ~ Celles qui ont fait que , avec des hauts et des bas, la France a été depuis des siècles terre d'ouverture, terre d'accueil, terre de démocratie. f4 RAP partie prenante de ce combat. 2) Situation: - Le racisme a changé • extrême-droite porteur et catalyseur institutionnel du racisme • banalisation du racisme, c'est une opinion comme une autre L'antiracisme s'est développé, renforcement des actions, mobilisation, surtout chez les jeunes. 1 - QUE FERA LE MRAP DE DEMAIN 1) Les jeunes Partant du principe que les jeunes adultes, les moins jeunes seront vieux demain et que les adolescents et jeunes d'aujourd'hui seront adultes demain, et ainsi de suite . La commission a tout de sui te introduit la discussion sur les jeunes . En outre, les jeunes apportent une dimension autre à l'action contre le racisme. Il Y a eu diverses manières d'aborder le sujet: Faut-il s'intéresser aux jeunes ou laisser le contact et la mobilisation de ces classes d'âge à d'autres organisations "perçues" comme plus dynamiques et qui ont fait leurs preuves . La spéci fici té du MRAP étant moins adoptée à ce terrain-là . - Plus large consensus . Oui, adresser aux jeune~~ Il ne doit des rôles'~ Plusieurs problèmes : - Comment les toucher ? Comment les faire venir à nous ? il nous faut nous pas y avoir partage Llentité "jeune" n'existe pas . Il n'y a pas une jeunesse , mais "des jeunesses" et nous devons considérer cette diversité~ Bonnes relations avec les jeunes; notamment beaucoup de comités locaux entr;etiennent des bonnes relations avec les jeunes, \ / ) Bons de soutien Le tirage 1 longue écharpe indienne en coton rouge 1 boîte Gigogne bleue 213986 055116 1 VOYAGE EN TUNISIE 072575 Conte de Chine et l'Inde 1 Conte d'Allemagne 22731E 041591 098685 250621 1 Hérisson crayon de couleur 022 730 1 livre "Affaire Dreyfus" 051140 1 livre "Combattants, Héros 020914 et Martyrs de la Résistance 1 bicyclette 225659 1 Conte d'Yvan Labejof 1 Conte du Cambodge 1 tableau 1 tableau 047502 078957 1 corbeille en rotin 056115 1 livre de poésie 044532 1 jeu de 2 marionnettes 1 aspirateur auto 1 camion cube pour enfant 1 boîte maghrébine + 1 bourgeois 1 correspondancier 1 disque Yvan Labejof 1 disque Présence de Lorca par Germaine Mofttero 096291 07495 019943 11442 225721, 087778 155896 1 poupon et habits de rechange 1 clown en chiffon 1 poupée Gavroche 1 poupée 1 écharpe en soie peint à la main 1 écharpe indienne en coton 087773 148671 065501 105462 204641 232923 "Soleils fusillés" '1 livre "100 Poèmes 019190 contre le racisse" 1 livre "Chronique du 012961 flagrant racisme" 1 livre "Immigration 020916 en france" 1 livre "Cent Poèmes 03800 pour la liberté" Abonnement au mensuel 019945 du MRAP 114422 1 disque Contes de Chine et de l'Inde 1 disque Albert Raisnes 079519 1 Apprendre à compter Made URSS 102569 064613 139764 228473 1 disque Musique indienne 105465 209750 149003 1 nappe pour table ronde + 8 serviettes 174540 Identité, égalité, citoyenneté dans la France et l'Europe en mutation La discussion a été très riche et a abordé de nombreux aspects des problèmes posés, avec certains points une confrontation de points de très différents et même opposés . Nous n~us sommes d'accord à la fin pour proposer au Congrès décisions simples aboutissant à engager campagnes d'action . sur vue mIS des deux Un premier débat s'est engagé autour des notions 'd ' in s e r t ion - in t é gr a t ion - as sim i 1 i t a t ion, dé bat à la fois très riche et difficile puisque les uns et les autres ne donnent pas le même sens à ces mots. Nous avons cherché un moment, pour nous comprendre, à nous mettre d'accord sur une définition de ces termes . Puis la commission , sans nier qu1un tel effort de clarification puisse être très utile (cela pourrait faire l'objet d'un bon dossier pour les militants), a considéré qu'il ne fallait pas s'engager, au Congrès, dans cette voie car , en admettant même qu'on y réussisse, nous ne pourrions pas empêcher que les hommes politiques et les médias, et donc l'opinion, continue à utiliser les mêmes termes avec des sens différents : le mot intégration , par exemple, qui a été choisi pour signifier quelque chose de fondamentalement opposé au mot assimilation a été récupéré par la droite pour exprimer l'idée d'assimilation, ce qui explique que beaucoup d'entre nous réagissent négativement quand on l'emploie . La commission est donc tombée d'accord pour que l'on essaIe de débattre du contenu concret et des objectifs positifs de notre action ; Abordant donc , dans un deuxième temps de la discussion, la question de la citoyenneté, que le droit français confond à tort avec la nationalité , certains se sont demandés si le moment ni étai t pas venu de poser ces questions dans le cadre de l'Europe . Un mini-débat sur l'Europe s'est esquissé et nous avons considéré au' il serait nécessaire que le MRAP mette cette question à l'ordre du jour de ses prochaines réflexions , car il s'agit d'un dépassement du cadre étroit des nationalismes ; on peut crai ndre d'y trouver aussi une nouvelle forme institutionnelle d'e xclusion et de racisme à l'égard des non-européens . Notons au passage que , malgré que le terme ait été mis en avant dans le titre même de notre commission , la question de l'identité n'a pr ati quement pas été abordée dans notre discussion , si ce n'est d'une façon indirecte quand certains ont demandé "dans quelle France" ils allaient s'intégrer ? une France progressiste , héritière des valeurs de la Ré volution de Paris et de la Commune de Paris? ou une France réactionnaire , nostalgique du temps de la colonisation et profondément raciste ? Les interventions les plus nombreuses ont tourné autour de l'idée d'égalité et au terme de nos discussions, nous avons été d'accord pour proposer que l'action du MRAP, dans les deux années à venir, c'est- à- dire jusqu'au prochain Congrès, soit axée sur la bataille d'opinion à Mener dans le pays en faveur de l'égalité des droits et des chances pour tous ceux qui vivent en France~ De nombreuses interventions ont insisté pour que cette bataille ne soit pas seulement une bataille idéolo gique sur le th ème de l'égalité des droits , mais aussi une bataille concrète gardant le souci du contenu réel de cette égalité, égalité effective sur tous les plans: droit de vivre en famille , scolarité et formation , emploi , logement , santé , droits soc i aux (notamment l'éga l ité des prestations sociales et familiales ), droits syndicaux (y compris l'éligibilité aux Conseils de Prud'hommes ), droit "d'association (reconnu par la loi malS grignoté dans les faits) , droits politiques (être électeur et éli gible à tous les niveau x). A propos du droit de vote , on a insisté sur le fai t que le t~ R A P devait reprendre une action offensive . Mouvement d'opinion et non parti politi que , le MRAP doit Mener campagne sur des positions de principes ferMes et claires : le droit de vote pour les imMigrés parce qu'ils font partie de la société là oG ils vivent , parce qu'ils en assument pleinement les charges , à égalité avec les Français d'origine plus ancienne , et parce qu'ils ont le droit, comme tous les hommes de participer aux décisions qui les concernent l à oG ils vivent . Plusieurs interventions ont souligné cet aspect spécifique de notre mouvement : nous avons à mener bataille sur les principes fondamentaux d'une société débarrassée de tout racisme , laissant aux partis et aux asseMblées poli tiques le soin d'élaborer et de proposer les Mesures législati~es perMettant de Mettre en oeuvre ces principes~ Le rôle du MRAP est de rappeler, l'objectif à égalité des avec fermeté et atteindre pas droi ts et des sans tergiversations , de discriminations et chances. Dans cette optique , la commission a estimé que les propositions faites au SN, en 85, à propos de la double nationali té n'avaient pas à être mises en avant , non pas parce qu'elles étaient à rej eter (elles peuvent effectivement être la solution des problèmes rencontrés par un certain nombre de person nes) mais parce qu'elles ne pouvaient pas faire l'objet d'une campagne d'opinon fondée sur des principes fondamentaux de la lutte antiraciste . La commission a insisté en conclusion sur ' le doub l e souci que devait avoir le MRAP : - d'abord de rester ferMe sur les principes, sans se laisser paralyser par le fait que l'opinion pouvait , sur certains points , être encore très éloignée (on a rappe l é à ce sujet que la majorité de l'opinion n'était pas acquise à la suppression de la peine de mort au moment oG ce ll e-ci a été votée) ; - ensuite d' être très attentifs à la façon dont nous adressions à l'opinion avec le souci de nous fair~ compre ndre et de la faire évoluer (il y a une façon trop abrupte de s'adresser à l 'opinion qui aboutit à l' effet i nverse que celui que l'on rec herche ). Dans un dernier temps de la discussion, la commission du Congrès a approuvé la proposition faite par les représentants de la commission Immigration , d'engager immédiatement une ca.pagne pour l'abrogation de la loi de septe.bre 1986, en essayant de constituer pour cet objectif un front associatif aussi large que possible, comme cela a été fait pour le retrait du projet de Code de la Nationalité . En effet , le premier obstacle à l 'égalité des droits , ce sont aujourd'hui les restrictions au droit au sejour et au regroupement familial qui résultent de la loi Pasqua . le "RAP, réuni en Congrès décide d'engager dés .aintenant,: et notaM.ent ehl~88, à l'occasi on 40èMe anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l'ho .. e, et en 89, à l'occasion du bi- centenaire de la révolution fran çaise 1 1 1 1 1 une caMpagne nationale pou. ~'abolit i on ~·s criMinations et l'égalité des droits et des ces pour tous ceux qui vivent en France~ dis- 1 chan-I 1 1 Cette caMpagne devrait être l'un des axes essen- 1 tiels, sinon l'axe principal, de l'action du MRAPI jusqu'au prochain Congr è s-~· Elle devrait être .e- 1 née d'une façon continue, au niveau local et au 1 ni veau nat ional, avec l'organi sation de debats 1 publics et de discutions dans les quartiers et 1 les lieux de t ravai l, la tenue d'un colloque na- 1 tional et d'autres ini tiati ves . é diatiques·~\ Nous 1 proposons l'édition de tracts, affichettes et af - I fiches, auto- collants, ets·.'.'~' 1 _____________________________ 1 Motion de la COMmission 2 Abroger la loi de 86 Un an après sa mise en application , la loi du 9 sep- tembre 1986, di te Loi Pasqua , a fait la pre uve de son caractère nocif . Dès l'origi ne, nous avions dénoncé cette l oi et la poli tique du gouvern ement qui , en faisant un ama l game entre terror i sme , immigration clandestine et immi grés tout court , renfor çaient dans l ' opinion et chez les agents de l ' administration une suspicion systématique à l' égard des immigrés . Nous avons effectivement assist é à une précarisation de l'ensemble des communautés immigrées et des jeunes d' origine é trang è re ~ L'application de la loi a abouti , en particulier , à "fabriquer des clandestins" : - de nombreux immigr és ayant travaillé rég uli èrement pendant des ann ées , mais qui ont eu la ma l chance de perdre leur emp loi , se voient refuser l e r enouvellement de leur titre de séjour l orsqu ' ils arrivent en fi n de droit aInSI condamnés à se irrégulière et menacés frontière ; au chôma ge; ils sont donc retrouver en situation d'être reconduits à la - des jeunes arrivés enfants et ayant été scol~risés en France , dont certains n'ont plus aucune famil l e dans le pays d' origine de l eurs parents , se voient refuser leurs papiers sous le préte xt e que leurs pa r ents n'ont pas effectué dans les dé l ais les démarches né cessa i res ; ils sont ainsi dans l' impossibilité de suivre une for mation ni de travailler et condamnés à "la galère" ; - on refuse toute régularisation à des familles sous l e prétexte qu'elles sont entrées d'une façon Co.mission l irréguli èr e, en dehors de la procédure du re grou peme nt fami l ial , alors que c'est l'admini stratio n qu leur refuse ce droit parce qu'i l s ne di sposent pas d'u n l ogement et qu'on leur refuse un lo gement SI l a famille n'est pas en France Dans tous les cas , il s'agit d'immigrés ayant acqu i s par l eur travail en France des droits pour eux . et leu r famille qu i sont odieusement bafoués par une l oi indig ne d'une natio n qui se prétend le pays des Droits de l'Homme ~ L' application de la Loi Pasqua a entraîné des centai nes et des centaines de dramatiques , en violation él émentaires comme notamme nt famille dans le pays oG l' on travaille r. situations inhumaines , des droits humains le droit de VIvre en s' est insta l lé pour Les actions de solidarité et de défenses menées par le MRAP et d'aut res associations ne peuveut suffire ~ Pour un ca s r ésolu , dix autres nous trouvent impuissants . le MRAP, réuni en Congrès national, décide d'enga- I ger une campagne pour l'abrogation de la loi 1 Pasqua.' 1 le Congrès mandate la direction qui sera élue pourl prendre contact, sur le plan national et sur le 1 plan local, avec l'ensemble des forces suscepti- 1 bles de s'associer à cette caMpagne et pour défi- 1 nir avec elles les modalités concrètes de la·ca.- 1 pagne 1 Communication : image et expression du MRAP La Commission Communication a réuni une trentaine de représentants des comités locaux . tous pleinement convaincus de l'enjeu que représentent aujou rd 'hui pour l e MRAP la définition et la maîtrise de l a communication i nterne et externe du Mouvement . A l' unanimi té , nous avons constaté que le MRAP, s'il vit pleinement avec son temps n ' en utilise pas tous les langages: nous en sommes restés à un écrit, pas toujours adapté,. et nous ignorons presque totalement les moyens audiovisuels. Le MRAP est certes producteur d'une masse importante de documents écri ts qui sont à la fois destinés à la communication interne , à la formation des' militants et à l'édition. Mais il est nécessaire d'articuler ces productions à d autres supports de commun ication visuelle. sonore et télématique. L'ouverture à de nouveaux moyens et de nouvelles technologies de communication a un sens, à nos yeux, si elle permet d'affirmer et de promouvoir l'image et l' identi té de notre Mouvement et aussi de valoriser la masse et la diversité des actions engagées par les différents comités locaux. Ces actions témoignent de l'originalité et de la richesse propre au MRAP alors même que globalement l'image publ ique de notre Mouvement souffre d'être ou de paraître vieillotte aux yeux du granJ public et plus particuli~rement des jeunes . S'il est vrai que le MRAP est "un bon produit '!, il est vrai également qu' il a besoi n de vendeurs et de bons vendeurs. Sui te à ces constats, la Commission Communication propose concr~tement à l'ensemble du Conission 4 Congr~s la reconduction d'un poste de salarié à plein-temps, confié àun professionnel de la Communication, chargé en premier lieu d'assurer les relations avec l'ensemble des médias. le MRAP ne peut en faire l'économie et doit en prévoir le financement ou, pour une part, l'autofinancement . Ce permanent devra être assisté par une Commission dotée de réels pouvoirs. Cette Commission devrait avoir pour missions: 1. de s'entourer de gens compétents dans tous les domaines; 2. de recenser et d'analyser dans l'immédiat la totalité du matériel de communication existant à ce jour au plan national ; 3. de proposer des moyens de formation adaptés aux besoins des comités locaux; 4. d'assurer l'information et de soumettre ses conclu sions à l'ensemble des comités locaux; 5. de recueillir avis , besoins et propositions des comités locaux sur la production nationale; 6. de se faire le relais des différentes réalisations locales et régionales; 7. d'étudier toutes les possibi lités de financement de ces productions et leurs implications juridiques; 8 . de proposer pour les trois années à venir un plan de communication à la hauteur de nos objectifs . Quelle presse pour le MRAP? Apr~s un tour de table de présentation pour la dizaine de participants à la Commission, le débat s'engage. Quatre axes de discussion dans l'après-midi. 1. La situation de notre presse 2. L'opinion des participants sur cette pr e s s e 3. Son contenu 4. Les probl~mes financiers. 1. Apr~s information sur le tirage de Différences (8.000 exemplaires), un constat est fait : un faible nombre de militants lisent le journal. Les questions financi~res viennent tr~s vite en discussion: - la dette (cf 86, le poids éventuel de Différences sur les finances du MRAP, le compte de résul tat du journal). La dette: poids mort depuis la création du journal (1981). Pas de surcoût pour le MRAP. Les comptes propres du journal sont en équilibre pour peu que le nombre d'abonnés soit maintenu . La diffusion est pour l'essentiel en abonnements . Tr~s peu de comités diffusent Différences. Seulement 20 % des adhérents du MRAP sont abonnés. 5.000 exemplaires sont vendus chaque mois (4.000 abonnés + 1.000 ventes au numéro). 2. Sur la presse du MRAP (Différences et Droit et Liberté) les opinions restent très partagées. Les uns reprochent à Différences d'être loin du MRAP et des centres d'intérêt des militants. Ils ne reconnaissent pas dans Différences le journal du MRAP. D'autres reprochent à Différences son coût, sa présentation luxueuse, la difficulté de le diffuser en vente militante (trop cher). Le journal n'est pas assez lié aux comités locaux, l'information de la base ne passe pas. Certains ont la nostalgie de l'ancien Droit et Liberté, d'autres expriment une préférence pour un journal plus local. Au contraire, certains estiment que Différences est une nécessité pour le MRAP (ouverture, qu 'i l se vend facilement et est une dimension de la partie "ami tié entre les peuples" du ~1RAP). Droit et Liberté est, pour sa part, vu à la fois comme plus militant, indispensable aux comités et trop étroit. Des interventions soulignent que le choix n'est pas entre Droit et Liberté et Différences, mais un choix de fond de se doter ou non d'un organe de presse ouvert sur l'extérieur, moyen essentiel d'expression du MRAP . Certains participants soulignent qu'ils sont arrivés au MRAP par Différences. Ne pourrait-on pas conserver les deux journaux ou un journal grand public (objectif de Différences à sa naissance), mais suffisamment "pointu" pour constituer une aide aux militants. 3. Les critiques sont nombreuses et tout le monde s'accorde à dire que le contenu du journal doit évoluer, pour plusieurs raisons: - le climat en France a changé avec des mouvements antiracistes plus nombreux, plus divers; - toute la presse parle aujourd'hui du racisme; - montée de l'extrême-droite et du racisme. Presse plus militante? Le débat porte sur le mot, évocateur de langue de bois et d'étroitesse pour certains. Le journal devrait être plus combatif, montrer ce qui bouge, faire avancer les idées, tout en gardant son côté éducatif et pédagogi que. Certains ont souhaité un journal plus polémique. D'autres ont insisté sur l'importance du côté "découverte des Autres" (dossiers sur l'étranger), la lutte contre le racisme commençant par montrer la diversité du monde. Co .. ission 5 4 . Un certain scepticisme dans la Commission sur les propositions et 2, au plan financier. Des éclaircissements ont été demandés à la Trésorière sans tout à fait lever les dOLItes. Il a semblé en particulier que l'abonnement compris dans les cotisations à 220 Frs ne permettrait pas d'assurer l'équilibre du titre: 80 Frs suffisent-ils pour payer un mensuel de 36 pages? Il a été souligné que le journal, servi à 9.000 abonnés, trouverait cependant une assise plus grande et que 1.000 abonnés en plus suffiraient à le sortir des difficultés. Un appel devrait être lancé par le congrès pour ce faire . Reste le problème de la dette qui ne s'accroît pas, mais reste une lourde casserole.' La seule issue reste le progr~s du journal, l' augmentation du nombre de ses abonnés. CONCLUSION SUR UN TOUR DE TABLE, LA MAJORITE DES PRESENTS SE PRONONCE POUR LA SOLUTION 1, POUR CERTAINS AVEC DES RESERVES QUANT A LA VALIDITE DES PROJETS FINANCIERS. DE PLUS, LE VOTE DE LA RESOLUTION 1 IMPLIQUE UNE DYNAMIQUE AMENANT LE MRAP A 7.200 ADHERENTS , PREOCCUPES DE LEUR PRESSE. IL EST SOULIGNE QU'UN JOURNAL DE 36 PAGES DEVENANT LE JOURNAL DU MRAP, CELA IMPLIQUE UN ENGAGEMENT DU MOUVEMENT A SOUTENIR SA PRESSE. TROIS OBJECTIFS PRIORITAIRES: REDUIRE LA DETTE, SENSIBILISER LES ADHERENTS A LA VIE DE LEUR PRESSE, CREER DES CORRESPONDANTS DU JOURNAL DANS LES FEDERATIONS. N.B . LA COMMISSION REGRETTE LA FAIBLE PARTICIPATION DES DELEGUES A SES TRAVAUX ET SOULIGNE QUE CES PROBLEMES AURAIENT DU ETRE SOULEVES PLUS TOT POUR EVITER DE REGLER CES QUESTIONS "LE DOS AU MUR" . Le MRAP sur le terrain 1 - DIVERSITE DES SITUATIONS ET DES COMITES LOCAUX Selon leur implantation géographique, la composition sociale du milieu avec lequel ils agissent, le passé du comité, etc. les comi tés locaux ancrent leur activité dans des si tuations très diverses. Il est donc difficile d'énumérer des recettes ou d'imposer des exemples. Toutefois, il est important de ne pas agir de façon ponctuelle, mais de montrer le contexte dans lequel s'inscrit la démarche du MRAP (Racisme-fascisme, idéologie sécuri taire; action contre/Résistance; action pour/prévention, société sans exclusion; passage aujourd 'hui de l'infra- droit au non-droit); on ne peut faire l'économie de cette mise en perspective. L'action permet également de faire la clarté: il ne suffit pas -pour le MRAP et pour les autres - de se proclamer antiracistes, mais d'intervenir aupr~s des jeunes emprisonnés, contre les expulsions, l'apartheid, etc. II - LE MRAP NE PEUT TOUT FAIRE Impossible -même Sl c'est souhai tabled'agir efficacement "tous azimuts". Il faut donc faire des choix et d~velopper: 1. Des campagnes nationales auxquelles les comit~s locaux doivent participer: droit de vote des r~sidents, Code de la Nationalit~, abrogation de la Loi du 9 septembre 1986, ~ducation aux Droits de l' Homme à l'Ecole, action anti-apartheid ou pour une solution au Moyen-Orient. . . 2. Des actions locales, articul~es avec une d~marche nationale, comme la mise en place de r~seaux de solidarit~ , l'action dans les foyers , les ~coles, la solidarit~ internationale .. . 3. Des actions quotidiennes, continues, en fonction de la situation locale (pass~, liens tiss~s, urgences, etc . ) dans le quartier, la ci t~ , la commune, l'entreprise, l'~cole. Il convient de d~velopper les Comi t~s d'entreprise et d' ~tablissements scol ai res. III - LE MRAP NE PEUT TOUT FAIRE SEUL Le C.L . (comme on l'a vu) doit inscrire son action dans une d~marche nationale; mais face aux problèmes nationaux -expulsions, Code de la Nationalit~, droit de vote des r~sidents, une ~cole de la r~ussite- le MRAP agi t avec toutes les forces qui partagent ses objectifs afin de d~multiplier l'action, de cr~er un rapport de forces favorable. Le MRAP mène une action qui ne doit pas doubler ou r~p~ter celle des syndicats ou des partis politiques, malS qui ~xprime une d~marche originale . Cela peut conduire, sur le plan local, à la mise en place de Collectifs ou de Coordinations avec des objectifs pr~cis, ponctuels. Le MRAP a une identit~, une façon d'aborder les problèmes; l' id~al serai t de le trouver comme "moteur" de ces collectifs . Comme le MRAP ne peut être partout actif, il peut -aux côt~s d'autres- participer, sans les impulser, à des collectifs avec des sportifs, des locataires, des associations, des syndicats, des partis ..• Tout cela est à l' appr~ciation du Comit~ qui sait bien que se fondre avec d'autres traduit parfois une incapacit~ d'action , mais que nous ne pouvons pas toujours être à l'initiative et sur tous les cr~neaux. Droit et Liberté 89 rue Oberk a.pf, 75543 PARIS CEDEX Il Tél éphone : 48 J06J88JOO CCP 9 239-81 PARIS Di recteur de l a publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédact ion Monique Khellaf Co.ité de rédaction Bertrand Bary, G~rard Coulon , Claude Gavoille, Dominique Lahalle, Ren~ thzenod, Claire Rodier, Anne Lacomblez N° de Co •• i ssion paritaire

61013

Imprimerie de Montligeon (61 ) Abonnement d'un an 80F IV LE COM ITE LOCAL AU COEUR D'UNE DEMARCHE CONSTRUCTIVE (action pour • •• ) Priorité aux comités locaux, en contact avec les r~alit~s quotidiennes: 1. Certes, dans certaines villes, des C.L. sont amen~s à d~velopper en priorit~ des actions de R~sistance: expulsions, procès, d~fense des Droits .• . 2. Mais il faut les accompagner d'une mise en perspective, de propositions sur la soci~t~ que nous voulons construire donc aider à l'acquisition de solidarit~s quotidiennes, agir ensemble, faire face à la d~t~rioration du tissu social notamment dans les ci t~s . Le C.L . est donc conduit à tenir une permanence juridique, contacter des avocats, des juges. · cr~er des antennes dans les ~coles, aider les jeunes en difficult~ scolaire · ins~rer les foyers dans la cit~ veiller à l'accueil dans les services publics (commissariats, ANPE, postes, s~curit~ sociale, etc.) en am~liorant les conditions d'accueil pour les usagers et de travail pour les agents · agir dans les quartiers, les entreprises d~velopper la solidarit~ mat~rielle et morale aux victimes -en liaison avec MRAP-Solidarit~- et la solidarit~ internationale (Apartheid, Moyen-Orient, Kanaky . • . ) 3. Aussi, impossible de ne pas connaî t re (ext~riorisation) : presse locale y compris radios expositions, conf~rences-d~bats . se faire .ieux journal du C. L., et FR.3, Minitel, 4. Enfin, un comit~ plus efficace , cela suppose: des relations entre les C. L. (relations horizontales) à dynamiser grâce aux F~d~rations, aux R~gions, mais surt out au responsable national des C.L. qUl a pour mission de les mettre en rapport, de faire circuler l'information, de sugg~rer, d'animer . On ne peut donc le charger d'autres tâches. Il doit repr~senter un poste dans le budget et traduire ainsi la volont~ du Mouvement concernant la priori t~ aux comit~s locaux . . de' ... ations des comi t~s locaux avec les Commissions: antennes pour informer la Commission et s'informer, approches globales et/ou techniques des problèmes b traiter • •. • une formation/information, r~pondant à la fois aux besoins pr~cis des C.L. et à l'unit~ du Mouvement; surtout sous forme d'animation, de r~flexion collective ins~parable de l'action. EN CONCLUSION Davantage d' adh~rents, c'est possible, même si tous ne militent pas de façon continue. Attention: l'action contre le racisme n'est qu'une partie de l'action pour les Droi ts de l'Homme. La réforme des statuts Le Congrès National, r~uni à Paris les 14 et 15 novembre 1987, a d~cid~, conform~ment du Bureau National modifier les statuts vement. Quelles sont pales modifications? aux décisions sortant, de de notre MlJu-' les princi- Il y a maintenant quatre types de statuts statuts d'un comit~ local, statuts statuts d'une f~dération, d ' une union régionale et statuts nationaux mais ces quatre types ont ~t~ r~dig~s de telle façon que chaque type se suffit à lui-. ême; les remarques suivantes concernent les statuts des comit~s locaux mais pourraient s'appliquer semblablement aux autres types. Ces statuts sont divis~s en quatre chapitres ou titres 1- Objecti fs et principes (articles 2 à 7), 2- Les comi t~s locaux (articles 8 à 12), 3- Les féd~rations et 1 e s un ion s (a r t i cl es 13 à 15), 4- Les organes nationaux (articles 16 à 27). Le premier chapitre reprend les objectifs de notre Mouvement qui, bien ~videmment, n'ont pas ~t~ modifi~s; cependant, ces objectifs ont ~t~ pr~cis~s par la formulation des principes qui r~gissent le MRAP: la d~mocratie (article 3), le pluralisme (article 4) et l' ind~pendance (article 5). Ces principes sont sans doute évidents pour l'ensemble des adhérents malS le Congrès a estim~ qu'il ne pouvait y avoir que des avantages à les affirmer clairement et publiquement. Le second chapitre concerne les co.ités locaux et cette place indique bien que le comi t~ local est la base même du MRAP, que toutes nos structures doivent reposer sur cette base et que les volont~s du Mouvement s'expriment essentiellement dans les Assembl~es gén~raLes locales (article 8). Une des grandes . odi fications est la règle de la li.itation de la durée des I113ndats (articles 8, 13, 15 et 18), le C'Ûngrès ayant décid~ de li mi ter à huit années de sui te les mandats de président de comité local, de membre du Bureau fédéral' ou du Bureau régional ou du Conseil national. Cette règle a été introdui te pour éviter la sclérose et pour favoriser un renouvellement constant des responsables . Il ne faut pas se cacher qu'il y a là le risque de devoir se priver de compétences et de mettre en di fficult~ certains comités ou fédérations . Il faut noter qu'il s'agit de hui t ans de suite et que des adhérents pourront reprendre des responsabilit~s identiques après un ou deux ans d'absence. Par ailleurs, cette règle a été instaur~e à tous les niveaux parce qu'il est bien évident qu'un renouvellement dans les organes directeurs ne sera possible que s'il y a un renouvellement à la base. Pour éviter des ruptures brutales, le Règlement intérieur prévoira le renouvellement par quart des Bureaux f~déraux ou régionaux et du Conseil national tous les deux ans. Il est conseillé aux comités de ne plus mettre l'adresse du siège social dans les statuts (article 12) pour éviter qu'un changement d'adresse n'entraîne une modi fication des statuts (avec les frais que cela comporte pour une publication au J.O.). Cette disposition est parfaitement légale. l'introduction des Unions régionales (articles 7 et 15) correspond à une réalité 1 a régionalisation. La création de ces unions peut permettre d'obtenir des subventions des Conseils r~gionaux, de favoriser la création de comités et de fédérations, d'embaucher éventuellement des permanents ré gionaux; il ne s'agit pas d'une .structure supplémentaire car ces unions n'interviennent ni dans la vie des comités ni dans les organes nationaux { possibilité Fédérations regrouper commun. mais simplement d'une qui est offerte aux qui le souhbitent de se pour travailler en que les Le Congrès national ses réunions auront deux ans (article a décidé lieu tous 16). En effet, notre soci~té évolue très vi te; de nouveaux faits de société se manifestent; des problèmes nouveaux surgissent. Il importe que notre Mouvement puisse suivre cette évolution, la prévoir à temps, ten ter éventuellement de l'infléchir . Entre les Congrès, le MRAP est dirigé par le Conseil national (article 18) qui remplace l'ancien Bureau national, devenu une lourde institution qui avait des difficultés à se réunir au complet. C'est pourquoi ce Conseil national, qui reste l'émanation des Fédérations et des Commissions nationales, se réunira moins souvent mais plus efficacement; Le futur Règlement intérieur stipulera que la présence de la moitié (au moins) des membres est nécessaire pour la validité des décisions. Par ailleurs, les compétences de ce Conseil national ont été élargies et le Congrès espère que ces modifications permettront au Conseil national de remplir pleinement et efficacement son rôle d'organe directeur. Pour améliorer le fonctionne. ent de l' exécuti f, un nouvel organe est créé le Bureau national comprenant la Présidence nationale, le Secrétariat national et des adhérents représentant les Féd~rations et les Commissions nationales. Tous ces organes sont élus par le Conseil national en son sein. Ce nouvel organe exécutif se réunissant tous les mois est une instance collégiale qui devrait permettre une meilleure application des décisions des Congrès et des Conseils nationaux., ~ Co •• ission 6 Les nouveaux statuts Cette commission comprenant treize personnes a fonc~ionné de 14h.30 à 18 heures. La Commission estime que la modification des statuts s'impose et elle approuve l'exposé des motifs qui précède le projet; elle a appréc ié la nouvelle rédaction, plus simple et plus claire, mais elle pense qu'il sera nécessaire, sur le plan juridique, de séparer les différents statuts et de bien di f férencier les statuts des comités, des fédérations, etc.; enfin, la commission a examiné conjointement le projet de statuts et le projet de Règlement Intérieur car, bien que ce dernier ne soit pas adopté par le Congrès, les problèmes sont liés et le Règlement Intérieur est aussi important que les statuts. 1. Objectifs et principes (cf. Titre l, articles 1 à 8) La Commission estime que ces articles sont satisfaisants et propose au Congrès de les adopter tels quels. Comme dans le passé, les adhérents isolés (c'est-à-dire les adhérents qui se trouvent dans un lieu où il n' y a pas de comi té local) ne peuvent être rattachés qu'à un autre comité local ou à une fédération départementale. 2. Les Comités Locaux (cf. Titre II, articles 9 à 15) • •• Ces statuts, par souci de clarté et de simplicité, ont été limités à l'essentiel et seront complétés par un Règlement intérieur qui sera proposé au Conseil national se réunissant le 9 janvier . Il convient que tous les comités locaux adoptent ces nou veaux stâtut1 au cours d'une Assemblée générale et les déposent à la Préfecture ou à la souspréfecture de leur siège social . Cette adoption pourra faire l'objet d'un art i cle ou d'une conférence de presse permettant de mieux faire connaître la vitalité du comité . Il est bien évident que tous nos problèmes ne seront pas résolus par cette modification des structures mais le Congrès est persuadé que ces nouveaux statuts sont un bon instrument pour le renforcement du MRAP et de son action . Pierre-Marie OANQUIGNY 2.1. En conformi té avec les voeux de l'A.G . de Limoges, la Commission demande au fut ur Conseil National de donner aux comités d'entreprise le statut de comité local et de mo~i fier en conséquence l'article 3 du Règlement Intérieur. 2.2. La Commission (par 9 voix sur 13) propose au Congrès de limiter à dix ans la durée du mandat de Président de comité local. 2.3. La Commission retient la proposition de la Fédération de Haute-Vienne concernant les modalités de dissolution d'un comité local (article 15) en demandant cependant que le Bureau National soit consulté avant toute décision de dissolution . 3. Les Fédérations (cf. Titre III, articles 16 à 23) La Commission (par 8 voix contre 13) propose au Congrès de limiter à 10 ans la durée du mandat de membre du Bureau fédéral. 24 à 30) favoriser la conditions: 4. Les Unions (cf. Titre IV, articles La Commission est favorable à l'idée de création d'Unions régionales à deux - la création d'Unions Régionales ne doit, en aucun cas, être une obl i gation et les Unions ne seront créées que par les Fédérations qui le souhaitent, là , où c'est possible. - Ces Unions régionales ne doiven t intervenir ni dans les instances locales, ni dans les instances fédérales, ni dans les instances nationales. 5. Les organes nationaux (cf . Titre V, articles 31 à 43) 5. 1. La Commission approuve à l'unanimité l'idée de réun i r un Congrès tous les deux ans; il faut cependant prévoir que dans l' i nt ervalle de deux Congrès, les rapports moraux et financiers seront adoptés par le Conseil National. 5.2 . En ce qui concerne le Conseil National, la Commission demande que l'on précise dans les statuts la périodic ité des réunions du Conseil National; la Commission étant favorable (par 12 voix sur 13) à une périodicité de quatre f ois par an . La Commission demande aussi que l'article 22 du Règlement Intérieur qui indique les pouvoirs et l es attributions du Conseil National soit mis dans l es statuts . La Commission est d'avis (par 10 voix sur 13) de limiter à 10 ans la durée de mandat de membre du Conseil National . Enfin , la Commission estime nécessaire d'ajouter dans les statuts l'obligation d'un quorum de 50 % pour l'adoption du Règlement Intérieur. 5. 3. En ce qui concerne le Bureau National , la Commission propose à l'unanimité que ses membres soient élus au sein du Conseil National . Elle estime aussi à l'unanimité que le nombre de membres du B. N. doit être inscrit dans les statuts . (Ce nombre . étant indiqué sous la forme d'une fourchette, soit de 15 à 25 membres, soit de 20 à 30 membres) . Enfin, la Commission demande que le futur Conseil National pr évoie , dans le Règlement Intérieur, l'instauration d'un quorum de 50 % pour la validité des décisions du B. N. 5. 4. La Commission est divisée quant au mode d'élection de la Présidence nationale et du Secrétariat national , 5 membres estimant que ces ,organes doivent être élus par le B. N. et 8 membres par le C. N. 5. 5. En ce qui concerne le Comité d' Honneur , une minorité (4 voix sur 13) est partisan de le supprimer. La majorité est favorable au maintien à condition qu'il y ait un suivi de ce Comité d'Honneur et qu'à l'occasion de chaque Congrès, on interroge tous ses membres pour leur demander s' i ls sont toujours disposés à aider efficacement le MRAP . 5. 6. La Commission propose à l'unanimité que les statuts puissent être modifiés par une ma j ori té absolue des délégués présents ou représentés (article 43) . CONCLUSION Il est bien certain que tous nos problèmes ne sero nt pas résolus par une modification des structures , mais la Commission est persuadée que c'est aussi une question de structures et que de bons statuts sont d'abord une garantie de fonctionnement démocratique, mais sont aussi une condi tion sine qua non pour atteindre l'objectif que nous poursui vons tous : le renforcement du MRAP et de la lutte contre le racisme . Pour la Commission: le rapporteur Pierre- Marie OANQUIGNY Remarque 1: en annexe les nouvelles propositions de rédac tion Remarque 2: la Commission propose au Congrès la démarche de travail suivante : 1. DisCussion et vote point par point des questions litigieuses: limitation de la durée des mandats , élection de la Présidence et du Secrétariat par le B. N. ou par le C. N., Comité d'Honneur . 2. Discussion et vote global des autres propositions de la Commission . 3. Vote global des nouveaux statuts modifiés . NOUVEAUX ARTICLES (proposition de rédaction) Nouvel article 31 31.3. Dans l'intervalle de deux Congrès, et dans le délai maximum d'un an après la tenue du précédent Congrès , les rapports moraux et financiers annuels sont adoptés par le Conseil National . Nouvel article 33 33 . 1. Entre les Congrès nationaux, le Conseil Nat,i.Qnal élu pour deux ans par le Congrès national à la majorité absolue selon les modalités prévues par le Règlement Intérieur , assure la direction du Mouvement; il statue sur les affaires survenues dans l'intervalle des Congrès nationaux et en rend compte au Congrès National suivant . 33 . 2. Le Conseil National s'assure de la bonne exécution des décisions des Congrès nationaux, examine les recommandations des Conférences nationales , élit le Bureau National et , en cas de besoin , la Commission des Conflits , nomme les membres du Co mi té d' Honneur , se fai t rendre compte des actions et décisions du B. N. et du C. N., adopte les budgets nationaux et dans l'intervalle des congrès les rapports moraux et financiers , ordonnance les dépenses nationales . 33 . 3. Lors de sa preml ere réunion après un Congrès national , l e C. N. adopte le Règlement Intérieur; pour que cette adoption soit valide, il faut que la moitié au moins des membres du C. N. soit présente . 33 . 4. La même personne ne peut être membre du Conseil National pendant plus de dix ans de suite . 33 . 5. Le Conseil National se réunit au moins quatre fois par an sur convocation du Secrétariat National; des réunions supplémentaires peuvent avoir lieu à la demande du tiers au moins de ses membres ou si le B.N . le juge utile. Nouvel artic l e 34 34.1 . Le Bureau Nationa l est élu pour deux ans par l e Conseil National et en son sein; il comprend de 20 à 30 membres et il se réunit au moins une fois par mois sur convocation du Secrétariat National ; des réunio ns supplémentaires peuvent avoir lieu à la demande du tiers au moins de ses membres ou si le Secrétariat National le j uge utile. Nouvel article 38 Le Conseil National choisit parmi les personnalités qui se distinguent dans la lutte contre le racisme les mem bres d ' un Comi té d' Honneur qui doit apporter une aide active au Mouvemen t. Le Conseil Nat ional peut à t out moment modifier la composit i on du Comité d' Honneur . Un mem bre du 8ureau National doit être chargé de garder un contact direct avec les membres du Comité d' Honneur et en particulier de les interroger à l'occasion des Congrès nationaux pour leur demander s'ils sont tou j ours disposés à aider effec ti vement le MR AP. Solidarités internationales 1. AP ARTHEID Le r~RAP a lutte contre l'apartheid . prises sur ce sujet par Nations-Unies. une longue Il souscrit l' Assemblée expérience de aux décisions Générale des La lut t e contre levier puissant pour développer ciste des peuples . l'apartheid est un la conscience antira- La Commission recommande que le MRAP développe la lutte pour la li bé ration des prisonniers politiques et contre l'em prisonnement des enfants en Afrique du Sud et Namibie. La Commission invite le MRAP à travail ler avec l'A NC, les associations sud-africaines recommandant ou se reconnaissant dans la "Charte de la Li be r té". En Namibie , l'interlocuteur du MRAP est la SWAPO, conformément aux r ésolutions de l'O NU. 2. I NDIE NS D'AMERIQUE S, NOIRS ET MI NOR ITES Ces minorités sont victimes de graves discriminations, voire de génocide . Bien que le MR AP dispose d'éléments d'informations importants, ces problèmes sont insuffisamment pris en charge . Il faut que soient : 1. dévelo ppées des relations permanentes avec les organisations représentat ives des minori tés ainsi qu'avec les organ i sations antiracistes et antifascistes aux USA ; 2. encouragées les actions propres du MRAP. La Commission recommande que quatre semInaires de formation des militants soient organisés en 1988 sur les problèmes des Indiens d'Amériques, des Noirs et des minorités. Un effort devrait être fait pour aider à faire connaître la richesse des cultures et civilisations des In diens d'Améri ques • • . et de Fr ance. 3. NOUV ELLE-CALEDONIE Le peupl e kanak condui t une lutte l égi time pour la reconnaiss ance de ses droi ts fondamentaux. Les Kanaks sont dépossédés de leur terre, victimés de crimes racistes , victi mes de corrections démographi ques quali fié es par l a COlJ!mssion de "g énocide par subst i tution". Le MRAP doit contribuer à po pul ariser la lutte du peuple kana k. Il faut dévelo pper la solidarité matérielle et f aire connaître la réalité ~e la situation économique, politique et culturelle en Nouvelle-Calédonie. Le MRAP doit exiger la réouverture du pr oc ès des assassins des 10 mili tants Kanaks de Hien ghè ne . La situa t ion dans les autres Territoires et Départements d ' Outre-Mer a été évo quée . Le MRAP devrait s'efforcer de cerner la dimension raciste dans les décisions politiques de la France concernant les restes de son empire colonial (Polynésie , Antilles , Guyane, etc .). 4. JU IFS D'URSS La Commission j uge inacceptable que des hommes et femmes se voient interdire d'immi grer en raison de leurs convictions religieuses . De même, la publication de lit t érature antisémite doit être vivement condamnée . Il reste cependant que cette position doi t être défendue avec une égale vigueur en URSS et aux USA où les agressions racistes et profanations perpétrées contre la communauté juive sont multiples et le plus souvent passées sous silence. La Commission s'est félicitée de l'évolution positive de la situation des Juifs d' URS S. 5. PALE STI NE La Commission a anal ysé la situation fai te au x Arabes israéliens et palestin i ens en Israël et dans les territoires occupés . En I sraël: ils sont traités en ci to yens de seconde zone, comme le sont aussi juifs originaires des pays arabes et islamiques . Dans les sont victimes des guerres Israël . Ex il és et r éfugiés: camps et soumis à des économi ques épouvantables . territoires occupés, de conquê t e conduites ils sont confinés dans pressions mi litaires La Commission a dénonc é: 1. la situation des prisonniers politiques - détention administrative - tortures les ils par des et 2. les confiscations de terres et les plasticages des maisons. 3. la collabor ation dév eloppement de du Sud . d' Israël -et de la France- au l'industrie nucléaire en Af ri que 4. les actions d'Israël pour nier l'identité culturelle et nationale du peuple palestinien . La Commission recommande : 1. L' organisation par le MRAP d 'une t able ronde "sur la si tu ation des Arabes dans les territoires occu pés " . 2. Le soutien aux prisonniers politiques, le cas Fa yç al El Housseny a été évoqué. 3. Le soutien aux actions de sensibilisation sur le problème palestinien, par exemple "la journée de la terre" (le 30 mars) . La Commission s'est félicitée de l'init iat i ve prise par le comité loc al de Guyancour t pour accueillir des enfants palestiniens au cours des vacances scolaires . Cette action devrait être encouragée . 6. DI VERS La Commission souhaite: 1. que le MRAP contribue à faire la lumière sur le passé colonial de la France et son prolongement économi que et politique; 2. que soient encouragées les actions animées par MRAP- Solidarité . LA COMNISSION N'A PAS EMIS DE RESERVE SUR LE CONTENU DU RAPPORT REDIGE PAR LE BUREAU NAT IONAL POUR CE QUI CONCERNE L'ENSEMBLE DES CHAPITRES AYANT TRAIT AUX RELATIONS INTERNATIONALES. Coniss i on 8 L'action du MRAP comment la financer? Présents: 11 , dont 8 trésoriers • • La f aible participation à cette commission et sa composition (les trésorièrs) rév èle que la trésorerie est une char ge peu partagée et qu'elle est abordée de façon plus tec hni que que politique . AU NIVEAU DU COMITE LOCAL Les finances doivent beaucoup au x militants ( trucs , en voi des convocations ••• ) Il n' y a pas de "solution-type" pour régler le probl ème . Par ailleurs, il ne convient pas d'opposer le nIveau national et le niveau local; notamment le comité local est animé uniquement par des bénévoles tandis que le si ège national travaille avec des salari és . Pro position : éditer * une notice sur la f açon de formuler des demandes de subvention au FAS et aux municipalités notamment.

  • une notice également sur les "fêtes" (organisation

, règlementation). AU PLAN NATIONAL : La plupart des membres de la commission ont manifesté leur inquiétude devant la dette de 800.000F - dette qui n'est surprise de convient de pas récente de Différences. C'est une découvrir des problèmes aussi importants; il les résoudre de toute urgence . Les difficultés financières pourraient peut-être ' aussi être allégées par une meilleure organisation du siège. La commission a ce pendant noté l'importance des investissements en bureautique qui ont été engagés. La commission n'a pas trouvé les sources de financement qui pourraient suppléer les suppressions de subven tions ministérielles . Il a été précisé que l'avenir du MRAP dépend, non de peti ts trucs mais avant tout de son renforcement et de , son développement . 'Messages et présences A.icale des AlgEriens en Europe () Accueil Ca.bodgien A ~.o.f .10- A.il .'T .. T.' k~Lf.:-T .. l ;, AMITAG AMNESTY INTERNATIONAL A..,P .. T .-S.' A ~-S.-A~F"1 A.,T .' C.' COMORES A..,T .-T~' African National Congress (ANC) Association de OHense des Droits de l'Ho •• e et des libertEs dE.ocratiques dans le .onde arabe Association DEveloppe.ent et For.atian des i •• igrEs Association Df\Oits et libertEs des Maghrébins et au Maghreb Association des Jeunes Maghrébins de France Association des Juristes Africains Association Multi-assistance des Togolais Association Nel son Mandela Case sociale et culturelle des Antillais Centre de Recherches sur la diaspora ar.énienne C.'E.'R.'F ... A .. CIFOROOM C.,l;A.P ... Club des Quatre Vents C;.I;-I .. O;' Co.iU Culturel des MaghrEbins de Douai Co.itE de DEfense de la Cause Ar.énienne Co.iU de DHense des libertEs dé. ocratiques au Mali Co.iU Français pour la Conservation du Patri.oine Culturel Palestinien Co.itE du Kurdistan ConfEdEration Syndicale des Fa.illes (tSr) C;f.il.1T;. (Police nationale) C;oG.'T. (Union rEgionale Ile-deFrance) Oo-G .. T.' Jeunesse hE;,'N;l F.,E.,T.,A."f; fédEration autono .. des syndicats de police (FASP) Nos amis rédération des Conseils de d'Hèves (FCPE) Fédération Française des des Feunes et de la Culture F.l.H.K.S. France-Plus G.O.D.F. Grand Orient de France Parents Maisons (FFMJC) Groupe.ent des Avocats d'Afrique Noire en France J.O.C./J.O.C.F. Justice et Paix la Vie Nouvelle les A.is de la Nature LICRA Mission Etudiante Catholique Mission de France Mouveeent Français Planning Fa. ilial Mouve.ent de la Jeunesse Co •• uniste (",C) Mouve.ent des Jeunes Socialistes O.""-;lI.- (M.e Michèle STEHER-SEIISOU) P; K.l.'S; Parti Co •• uniste Français (PCF) Parti pour une Alternative Co •• uniste (PAC) Parti Socialiste (PS) Pastorale des Migrants Pax Christi Regroupeeent des Travailleurs SEnEgalais en France Scouts de France (SOF) Sid'Aventure Société Religieuse des A.is (Quakers) SolidaritE Musul.ane S;N .. U .. I ;P .',-F-.1A.;oS.'P., Syndicat National des Conissaires (SNC) Syndica~ National de l ' Education physique (SNEP) Syndicat National de l'Enseigne.ent secondaire (SNES) Syndicat National de l'Enseigneeent supErieur (SNES-Sup) Syndicat National des Personnels de l'Education surveillée (SNPES) Syndicat National IndEpendant et Professionnel des C.R . S. Syndicat National des Inspecteurs de l'Enseigne.ent Technique Syndicat National des Instituteurs et Professeurs de Collège S.W.A.P'.O. U.O., C.G. T. U.G. 1. C. T .-C;-G. T. U.G.T.R.F. U.N.E.F.-I.O. U.T.A.F. U.T.E.C.

U.T.S.r./Action Revendicative Union Culturelle Française des Ar.éniens (UCFAF) Union des Foyers de Jeunes Travailleurs (UFJY) Union Générale des Travailleurs rEunionnais en France Union des Travailleurs leeigrés Tunisiens (UTIY) Unions des Travailleurs Sénégalais Carnet Nous avons appris avec grande joie la naissance de deux enfants. II un prho • .E MichaiH-Yéhudi, est né le 20 nove.bre 1987 au foyer de Cécile et Norbert Haddad, responsables très actifs du co.ité local d'Alençon; l'autre, à Ajaccio le ,. décubre 1987. Il a pour prEno. Nicolas et pour parents Marianne et Marc eauhain , ce dernier aniuteur du co.ité local. Nos fHici tations aux parents et longue vie ~ MichaiH-Yéhudi et Nicolu. le ... edi 5 .. pte.bre, le co.ité local de Nantes participait au grand co.plet aux réjouissances du .. ri age entre deux .Uitants du MRAP : llartine GAUTIER et François LEVE.T. On ne sait pas si le MRAP a jou~ dans ce cas le r81e "d'agence •• tri.oniale n, •• is l'on peut affir •• r que Martine et François n'ont ja .. is plaint leur peine pendant ces dernières années pOur lutter contre le racis.e soit à .antes, soit à Rennes~ A tous les deux, notre très chaleureuse aaitU et nos voeux de grand bonheur.

Notes

<references />