Droit et Liberté n°001 - 29 octobre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Des ministres allemands s’engagent à combattre l’antisémitisme - page 1
    • A Munich une jeune fille blanche ne peut pas sortir avec un noir - page 1
    • 600 tristes sires lèvent leur verre à la santé de Maurras et Vallat - page 1
    • Jérusalem devant l’ONU -page 2
    • Ces métèques ont bien mérité de la patrie -page 2
    • La France prend position contre la reparution de Stürmer - page 3
    • Riz amer déception amère (critique du film) - page 5
    • Texte : A France : dialogue sur l’antisémitisme - page 5


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• liDO lr·slés slr,~s è'v~nt leur .v~rr~ à la santé d~ Maurras ~t d~ Xavi~r' Vallat Au Roy;à Maurras, au Maréchal !... • TOUS LES VENDREDIS N'1 -(10S)' 29 Octobre - 4 Novembre 1949 25 fr. DES MINISTRES ALLEMANDS S'ENGAGENT . A ma droite, la douairière sur le retour lève sa voilette et son verre. de bordeaux rouge fourni par « nos amis de province ». \ A COMBATTRE L'ANTISÉMITISME - Au Roy!... répond son vis-à-vis, un Sud-Américain à fine moustache, agent de Peron, de passage à Paris. - Moi, dit la douairière, je suis monarch iste depuis ma' naissance. Ce n'est pas d'hÏ'~r • ."Les gar~ons servent le jambon à la gelée, dont le nom, sur le menu, est illustré pal' l'emblème royal. Le banquet du journal Aspects de la France, l'Action Française qui n'ose pas dire son nom, vient de commencer

16 octobre 1949, au

Palais des Congrès, à Paris. , Un point de départ ... Ici, enfin, l'Action Française appatait sans fard. Dans ce repaire de repris de justice, de récidivistes de la trahison, j'ai Vu le visage du fascisme grimacer de toute sa laideur. ."Les lys d'or ' et [es épées croisées des camelots ornent boutonnières et cravates. Au vestiaire s'alignent les grosses cannes plombées, les badines, . les chapeaux à bord roulé. Plus de six cents convives Ceux de la police antij.uive Nombre de participants, Pujo en tête, ont fait de la prison pour leur trahison et leurs crimes aux côtés dés nazis. D'autres ont passé en Cour de j ustice, sans plus, la ( justice » clémenfe les ayant tenus pour quittes aussitôt ; il n'a même pas été 'besoin de les grâcier. Rien d'étonnant donc, si j'ai reconnu là plusieurs des gangsters de la police antijuive de Vich.Y (S.E.C. et P.Q.J.). Je les ai vus, en juillet dernier, sur les bancs des accusés. Aujourd'hui, ils lèvent leur verre à Maurras et à Pétain, en hurlant des slogans antisémites, fascistes. Ces professionnels de l'antisémitisme, arrêtaient chaque jour, sous la protection de l'occupant nazi, des dizaines d'individus au BANQUET SERVI lE 16 OCTOBRE 1949 A MIDI TRENTE A PARIS DANS LA SAllE DU PALAIS DES CONGRÈS . condamnation pour coups et blessures. - Vous, au moins, vous êtes un vrai camelot, dit, admirative, la douairière sur le retour

vous savez ce que c'est

que donner des coups de poings. - C'était le bon' temps, dit le camelot, modeste. - Aujourd'hui, remarque Un jeune voyou prétentieux. on ne fait même plus de tôle. Pas moyen de se faire arrêter ! La conversation roule ~ussi sur le sort de ce pauvre Pétairi, de ce cher Maurras (heureusement, ils reçoivent des colis d'Amérique) et sur les crèvecoeur qu'a subi le Maitre au long de sa vie. surtout quand l'Action Française était mal en' Cour', par la faute du frère de de la Rocque, éminence grise d'alors. Avant même le dE'ssert, des chants se répondent d'un bout de la salle à l'autre - ' ~i l'on peut appeler « chants », ces. morceaux grossiers de haine, repris par des voix hystériques. La table voisine de la mienne, qùi porte l'écriteau Banque et bourse. n'est pas la moins bruyante. Le ( vieux-de-la-vieille )} gueule tant qu'il en perd son ratelier. Ils prennent à leur compte l'air de la « Carmagnole )} 'pour dire à la gueuse leur volonté de la pendre malgré les Juifs et les Aijemands. On jugera du niveau intellectuel de, ces ,productions musicales, par ce rajsonnement contenu dans le refrain de la royale: Français, nous voulons la (Franc\, Mais à la France il faut ult (roi. n faut le dire : mises à par les illusions de la propagande et de 'la suggestion collective, ces disciples de Maurras LA constitution d'un gouvemement en Allemagne orientale reste au premier plan de l'actualité. « DROIT ET LIBERTE t publie aujourd'hui en exclusivité mondiale le point de vue . de trois membres de ce gouvernelllent sur le racisme et l'antis.émitisme. Ces déclarations recueillies par notre correspondante à Berlin, Lydie Lambert, ne peuvent, nous n'en d~utons pas, qu'intéresser au plus haut point les lecteurs de n::-tre journd. ~uitpold STEIDLE ministre chrétiendémocrate du Travail et de la Sânté Dr leo ZUCKERMANN Secrétaire d'Etat à la Présidence de la République Georg HANDKE 1 1 C'EST justement parce qUt' je suis chrétien et « croyant que je me dresse avec vigueur contre l'antisémitisme. La lutte contre les Juifs a toujours servi à l'impérialisme allemand à masquer son désir de soum~ttre et d'asservir les autres peuples européens. » Toute manifestation d'antisémitisme, tout excès. antisémite doit être combattu avec la dernièré vigueur comme un essai de ranimer l'impérialisme allemand. » LA Constitution de la République Démocrati- « : que Allemande qui vient d'entrer en vigueur fait de l'antisémitisme un crime d'Etat. C'est dire l'importance que le nouveau gouvernement de l'Allemagne attache à la lutte contre les idées racistes qui sont le vestige le plus sournois et le plus dangereux de ce passé fasciste que nous vouions effacer. » Nous sommes pleinement conscients de la responsabilité que le peuple allemand a encourue dans l'effrayant génocide de la population juive au c'ours des onze années d'hitlérisme. Malheureusement, l'antisémitisme n'est pas seulement une chose du passé. Aujourd'hui, il joue un rôle important dans la campagne générale de haine et de méfiance par laquelle l'impérialisme cherche à dresser les peuples les uns contre les autres.

C'est pourquoi, en combattant l'antiséni.itisme,

nous avons conscience de lutter pour la paix. » AUGUSTE BEBEL, le Jules Guesde de la so- « cial-démocratie allemande, disait déjà que Kalherine Dunllam, qui a fait courir Paris, est revenue Elle a participé, samedi dernier, il la vente de cbarité du Comité Na- . - .Q,e'- "s e"" "é10o.-n' s,l:d""e,.r.e ' r..'. c'-om1m)'ien '"n,"eà'.tlaà.~.. -" '(JlIl~~;4" .•. Q:CIr". l'antisémitisme est « le soci~lisme des imbéciles ». Depuis lors, il s'est révélé comme quelque chose de beaucoup plus grave : comme l'arme de la réac~_ i'.,,;tAA/·r 11 la ~lu!Y It"""iée contre le urogrès à l'intérieur. e . ~ le'S \.:utlquetes et !eS am·rexWw; 'il: -1 extt!rleur. ' Lultlonal des Ecrivains. X,X.X. (Suite page 2.) merce extérieur et du Ravitaillemen't ,el' .contre l'antisémitisme et désarmer ses propagantlistes, c'est servir la démocràtie, » .~(",'..._ -V:H- «'\1. -.. -nr_1è"4A"C.-u'-1; "2 ~1·1' .... · .In ....... I."J. ..... ~ ...... , .... .:~l. .... ~_~ I~_.,a,._ enthousiaste. Sur notre cliché: Katherlne Dunham vérifie les eo.turnes de deux danseuses de sa troupe. Lo . Ré~ubliQu. ou poteau ... feu 1 La couverture du menu distribué à tous l~s de r Action Française A~Munich, une' je ne ,fille blanche ~::~;~GI;~ue8tion ne: peut pas sor ir-avec-un Noir. Charles:~d::t::;::~::::d:.;;~edem.'t convives, au banquet d'une dénonciation une jeune fille Et s'en ira les alliasseQ' dans le sac de courte mémoire, . (DE NOTRE ENVOYE SPECIAL EN ALLEMAGNE IVILLIAM WOLF) blanche soit convoquée à l'hôpital dans la vaste salle sonore hommes de main de toutes sortes, provocateurs du Boul' Mich', six-féviéristes compagnons de Chiappe, coHabos endurcis

quelques blancs becs,

cheveux en brosse, fils de famille élevés dans la haine de la démocratie ; femmes à plume3 et monocles ' ; gentlemen moustachus et cyniques. Vingt tables, sans compter la grande, dite « d'hon?eur li" au centre de laquelle siege le lieutenant du maître, Maurice Pujo en personne. Non loin de, moi, un « vieuxde- la-vieille li, tendant le cou, désigne les «( personnalités » : le général Laffont, chef des Eclaireurs de France, le colonel Josse. Jacques Maurras, miveu de l'autre, le marquis de Belleval Calzant, chef des Camelot~, quelques prêtres, dont un de l'Ariège, etc ... Le but de ce banquet : regrouper les forces mo~archofascistes en France. Il fait sUite à un congrès, qui s'est tenu la veille. Il est. disait l'invitation, le point de départ d'une grande campagne politique. faciès judaïque, et les ' envoyaient au crématoire, via Drancy. Ils ont été condamnés à 'des peines ·dérisoires. Entre autres. j'ai reconnu le sinistre KELLER. Il était assis à l'autre bout de ma table. Je l 'ai 'vu se dresser, les joues en feu, la moustache en bataille, le bras tendu, criant frènétiquement sa haine des Juifs, sa haine de la République. Le matin-même, Keller avait vendu Aspects de la France avec d'autres j~unes fascistes. Car ce libre « épuré » est aujourd'hui « responsable de la diffusion » pour le VIII' arrondissement. Et par son zèle, son absence totale de scrupules, Keller force la considératiclll de ses acolytes. Il rêve d'un retour au passé. Il n'a pas assez de victimes derrière lui. Hier et aujourd'hui Le « vieux-de-la-vieille li , non loin de moi, évoque des souvenirs, avec d'autres camelots. Il exibe une photo de Maurras dédicacée : Souvenir d'une nuit de garde au journal, et déplie un papier témoignant d'une Le Roi (noir de la tribu des Bamangwato a épousé une dactylo londonienne UNE véritable révolution pacifique vient de bouleverser les moeurs de la tribu des Bamangwato. A l'unanimité (ou presque) de ses 6.000 membres, elle vient d'élire pour reine Ul1e daCtylo londonienne. Ruth Wil- .. lIams. Les noirs dè la tribu des Bamangwato, dans la colonie britanniq" e du Belehouanalanrl, .à proximité de l'Union ~ud-Afrlcaine. ne sont pas racistes. Et c'est sans histoire qu'ils ont applaUdi au mariage de leur jeune prince Seret~~ Khama avec Ruth la Blanche, qu'il a connue il. Oxford où !l faisait sp_ études. Au pays de Malan. on ne voit p 's les choses du même oeil. Un tel mariagt et de plus. a""is sur un t.rône. est. un bien mauvais pxrmple pour les racistes du Cap Dès que la nouvelle fut connue le Congrès des Eglises hol· landaises de l'Union Sud-Africaine demanda au gouvernemetrt anglais de faire cesser ce scandale. Motif : « La non-discrimination entre blancs et non-blanc~ détruirait la pureté de la race et entra!Mrait la disparition de 1(1 civilisation chrétienne en Afrique du Sud . Le Bureau sud-africain des Affaires Raciales s'est aussi emparé de la question. Pour proclamer que « si l'administration britannique ne prenait pas de sanct ions, la . tribu des Bamangwato se trouverait en conflit direct avec la politique nationale de l'Union Sud-Africaine • . L'oncle du jeune prince, Tcl1ekedi, qui avait usurpé le pouvoir, a fui honteusement ·devant la jeune dactylo londonienne". t!t devant tous lef mpmbres de la tribu rassemblé~ pour le chasser. Il s'est, réfuglé cela sp conçoit, en Union Sud-Africaine, ' n011 sans avoir emmeni a"ec lui les t" ésors et les troupeaux royaux, Seretse a fait un procès à son oncle Tchekedl. Mais le juge anglais de Lobatsi a donné raison à ce dernier. Seretse et Ruth ne se découragent pas pour si peu. Faisant face courageusement aux attaques étrangères (pour le moment verbales et diplomatiques), les deux jeunes souverains, aimés de leurs sujets, passent dans le boriheur leur lune de miel. FRANC.'ORT-SUR-J~E-MAIN. -. Parlez av~c des Juifs restés en Allemagne occid~n- 1 tale et vous constaterez qu'un sentiment croissant d'il"sécurité les ' a envahis. En fait, l'an'tisémitisme, ici, est violent, d'aucu'm;; disent mêne qu'il est pire que jamais. Plus .inquiétant, peut-être, Que l'acte d'h ostilité ouvert. m'apparaît le malaise ressenti par le Juif qui parle ou se lie avec des Alle mands dont i n'a pas imaginé dès l'abord combie.n ils sont · « montés» à son égard. U L · 1 f taines d.e spectateurs, et après n« eWl~}) pour es emmea avoir discuté du problème décida d'Offenba~h ? de suspendre Kasperowitz. La tension dans l'atmosphère réulte directement des derniers incidents antisénùtes. Francfort en a eu un exemple récemment. A Offenbach faubourg de Francfort, le Dr Herbert Lewin avait été nommé médecin-chef de la clinique pour femmes de la communauté. A une réunion du conseil municipal, l'adjoint du maire Karl Kasperowitz déclara que les femmes d'Offenbach né pouvaient se fier à un Dr Lewin. Il prit la tête d'un mouvement pour annuler la nomination. L'incident fut rapporté par un journal de Francfort et il y eut im.médiatement de nombreuses protestations dans certains milieux. Le gouvernement nùlitaire américain fut informé de la controverse, ordonna une enq uëte et conclut, dans son rapport, qu'il ny avait ' pas de doute: il s'agissait bien de faits d'antisémitisme. Le conseil municipal se réunit à nouveau, en r~ésAl.C9 de ce'ndOl"\ go... L'exemple vient de haut Les Allemands, d'a.illeurs, ne sont pas les seuls il. blâme!' : les officiers et les hauts fonctionnaires américains semblent aussi enclins à donner dans l'antisémitisme. Leur attitude influence non seulement l'homme de la rue. mais le soldat américain. Dans un café de Francfort j'ai été témoin ' d'une scène bien si· gnificative. Un soldat américain, fortement émér'hé s'a visa soudain de la présence de certain con. sommateur, et lui demanda; c Vous ne seriez pas Juif par ha. sard ? •. L'autre répondit affer. maUve ment. Alors le soldat de - Aoh 1 ça c'est de la BONN peinture 1 ..... déchainer un flot d'insultes assorties d'arguments du genre : • En Amérique, ce sont les Juifs qui possèdent toul l'argent. • Un autre Juif, assis dans le café, se mêla de l'affaire. Il fallllt toute l'énergie du propriétaire du café et d'un camarade du soldat pour éviter une ba.e:arre. 1 Cette scène était d'autant plus aramatique que le soldat en question avait la peau noire ... et qu'à ce titre, il est victime lui-même des mesures de discrimination en vigueur dans l'armée et dans la vie américaine. Défense de sortir avec un ,noir Les nègres, à Francfort, ont des cantonnements séparés, @ù ils sont exploités par leurs supérieurs. Récemment, une jeune fille blanche, employée dans les services du gouvernement militaire, fut instamment priée • - c'é· tait c pour son bien » - par un officier de ne pas fréquenter les nègres. On lui demanda ses papiers lorsqu'elle sortait d'un , P.X en compagnie d'un noir. Il n'est pas rare qu'à la suite pOllr un examen vénéréologique: Pourra-t-elle croire, alors, qu'un corps un soldat blanc a été fâché de la / voir sortir avec un noir, L' inci- De blanc multimillionnaire mort dent du café ne constitue-t-il Pqint • .• déjà un' exemple parfaitement Vaut quelques sous de plus d~eterU1te Cl .. :r de la méthode qui consiste à jouer d'une minorité contre une Que le torse noir autre? En outre. on a fini par savoir que des soldats américains juifs avaient été battus par leurs officiers au cours de prétendus interrogatoires . Une enquête est en cours. D'un planteur de coton noir? (Trad. Jan 'SIMON) . Lorsqu'on évoque ces fait~ devant des Allemands, ils déclarent qu'ils n'ont aucune raison de se mieux conduire que leurs conseilleurs américains. DANS LE PROCHAIN NUMERO DE Q'YiLiI!Li.!!f! LES SOUVEN°IRS INÉDITS Sans dOlte le poison instillé dans l'esprit des Allemands par le régime hitlérien était-il trop fort pour · que la situation chan .. geât rapidement. Mais il est d'autres facteurs dans cette pennanence de l'antisémitisme: ainsi, le chômage, le mauvais exemple donné par certains membres des autorités d'accupation, et surtoût le retour, un peu partout; des nazis au pouvoir. D'ÉMILE BURÉ SUR L'AFFAIRE DREYFUS EN PAGE 3 Lorsqu'on songe que dans la seule Bavière il existe plus de quatre-vingts journaux plus ou moins pro-nazis on ne peut guère s'attendre à un recul dc l'antisémitisme. Il semble que les chiffres fournis par le gouvernement militaire américain soient assez 'significatifs à cet égard. En 1948, une enquête montrait que 40 % des Allemands pensaient que le nazisme ~tait une bonne idée mal appliquée. Selon la dernière enquéte, le pourcentage se serait élevé à 55 %. LA FRANCE PREND POSITION contre la reparution du STURMER Que sera· notre !journal ·l , par André BL UMEL 1 [ LE M,R,A.P. est un mouvement. Il doit agir. La presse est un moyen d'action puissant. Il lui fallait donc un organe. C'est fait aujourd'hui. « Droit et Liberté 7) le devient. C'est un ' beau titre. Il est digne de notre mouvemfnt. Il faut aussi que nous en soyons dignes. C'est très dUficile. Le journal doit itre vivant, pittoresque, alerte, imagé. Il doit être efficace, c'est-à-dire rendre tangibles et concrètes les gran de~ idées pOUT les· que~le! nou~ lutton!, leur faire quitter lem caractère abstrait. le~ mêler ~ l~ Vif et en 111ém~ temp! êtfl véridique. R'aconter" des balivernes. relate} de.., faits que l'on sait sciemment être faux. c'est détruire la cause pour laquelle 01: pretend lutter. La vérité a une telle fonction sociale dans une société comme celle dans laquelle nous vivons que le « faux patriotique » aussi bien que le « faux politique» entraîne comme par une sorte de boomerang, un choc en retour qui atteÏJ;J.t et affaiblit ceux qui s'en sont servi. Et pourtant un journal est rédigé, composé, imprimé avec une telle hâte que les vérifications son t ,malaisées et parfois impossibles. ]Ii otre organe devra résoudre ce~ antinomies, Comme le philosophe de l'anti. quité qui prouvait le mouvement en mal" chant, c'est cn paraissant que « Droit et Liberté )J attaquera l'antisémitisme, combattra le racisme et luttera pour la Paix.


"2----------:------------~----- DR.OIT 'ET L1BERTi

t Le 6 POURQUQllIlE FIGARO" EN 1949

19 janvier 2010 à 09:41 (UTC)~~ explique pourquoi von Choltiz ...

Frnnçi\l~e » et les anciens tortlonn~lres des brIgades antljulves festoyel'lt dana des banquets, IAn~ent un défi à. IR. République et à la Ré'i '~! anc e. D'AIIElmagne Ocoldentàle ne cessent Il'arrlver d'inqulétanlles nouvell eS. En août les Schu~M tirent, à Munich sur dès Juifs InSultéS. Quelqu~ jours plus tard :. la bombll du « Stürmer ». La feullJe de Strelcher ~'apprête à reparaître. Puis cascade de rasseniblements sinistres : « Hltlerjugend », « Démons Vêtis » de& régiments aéroportéS, hommes de mil ln d'Otto Strasser. Ossements de Dachau profanés, synagogues pllIéèS, livres piétinés : Ils passént aux actes! kt le comble : lise Koch, la « chlénne », libérée d'nne prison , Ilmérll'alne. TOUS LES ESPOIRS SONT PERMIS, déclaré au même moment M. MoCloy, ~aut-commjl!lsalré des EtatsUnis, qui ajouté: LE DANGER D'UNE R:€NAlSSANOE 'DU NAZISIUE A DIMINUE DEPUIS TROIS MOIS. Que sèrait-Cè s'il Èlvalt augmenté 'l Même avec ses propres conllelllers, M. MOCloy n'est pas d'accôrd. Selon lé « DMI)' Mali », Ils DISENT OlJVERTEM~T LEUR INQUI1ln'UDE DEVANT LE RETOUR RAPIDE DES ANCIENS EDl' l'EUnS NAZIS ET DE L:il] lJ R S puBLlOATIONS NEl'l'EMENT ANTIDEMOORATIQUES. M. l\lcCIoy passe outrè: IL FAUT S'A.TrENDRE, préclse-t-il, 'A CE QU E S'EXPRIMENT DES OPlNIONS AVEO LESQUE'LLES NOUS NE pOUVONS ETRE D'ACOOltb, DE MEME QU'IL y A DANS NOTRE PROPRE OONGRES DES 'POINTS DE VUE DlVERGENTS. Curlèu.!Je conCèption de III démocratie 1 A oe ébmpte, prété'rer la penu hUllllllnè au parchemin pour la contécthm des abat-jour · est une opinion respeètable ... .." * LE gén~tàl von Choltitz &e rappelle donc au bon souvenir dèS ParisleM. A ettte manlfeHation du SouventT en COTres pond une autre, plu! émouvante en vérité

devant le garage où le

17 Mût 1944 on entassq leurs quarante-deux cadavres, des centain~8 de résistants ont honor~ !a mémoire des martyrs du bois de Boulogne et de la rue Leroux, massacrés sur L'ordre de von Choltitz. Ceux-là n'ont pas la possibi!it~ dt nous fai'l'è pm·t de leur pbint de vue sur la libération de Paris, mais leurs famll!es, agissant pM jlrocuration, ont pOrté plainte contte Le Figaro et L'Auroré, avocats de leurS assassins, Le Figaro verra doHC la matière abondé'r dan! sa chronique des Tribunaux, èt èela, faute d'avoir èompris qu'i! ne suffisait pas au chef nazi d'ècri'rè : « Qu'on ne m'en vèuîlle pas si dans ces pages jè m'abstieM de parler de éèrtalns fait! douloureux », . Mais si, général, il Y a justement des gens assez r~ncUltièrs pour vous en ,voulOir ... Et cette réaction dt vos victimes est ce qui èxpllque le miwx pourquoi c'Mt t!lt 1949, plut6t Qu'en 1945 ou qu'en 1953" que Li'! Figaro sè rlnd coupable, avec sang-frOid. du délit d'apologie de méuttrè .. Car enfin, nul ne fera crOire Plus de 22.000 bulletins de vote pour I~ Paix recueillis, par le M. R. A. P. Le difnanche 23 octobre s'achevait le 'V otè pour la Paix, qui a cOnnU, en Franl',e, un immense succès. Toute la journée, à. Ivry, où se tenait le Conseil National dèS Combattants de la Paix et de la Liberté, les bulletins aftIualélit. Au nom du Mouveinent contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, M' Maurice Grinst)an, sèCrHaire général et Charles Palant, mt'lllbri'! dll secrétariat, ont apporté la moisson du M. R. A. P., plus de 2~.000 bulletins. qut c'est faute de copie ou paTce que te général nazi Chercftait à se faire pub!i~r d gauch! ou... à droite que le journal de M. Brisson s'en prend à la R~sistancé parisienne p!utôt qu'aux constructeurs de paviHons de banlieue en Espagne. Ce n'est pas non plus faute de copie que L'Epoque du 22 a publié, sous ta signature du géT\6ral Picard cette phrase incroyable: pour d'autres fauteurs de guerre. Il est permis de se rappeler que les loups ne se mangent pas entre eux. Il est permis de se demander queUe ca'/'rière l'état-major de Fontailteb! eau promet à ces Feldgrau galonnés, puisque, avo~ats , d'une espèce nouvelle, c'est toujours en parlant au futur que lèS Occidentaux plaident pour leurs clients. Ils se contentent pour le moment du futur simple. Jacques B REVI N. « Au palmarès de ses sauveurs

Camuiogènè. Sainte-Geneviève,

Moncey, Joffre, Gallilmi, Paris peut ajouter en toute sincérité, lès noms du gé-r-----------------------------, néral Weygand et du général allémand Von Choltitz. » Il s'agit bien d'en finir avec te « réslstantialisme ». de liquider définitivement ['héritage des F. F. l" avec prière de ne pas vous en vouloi'/'. Et i! est bi~n évident d'autre part que cette campagne que mène chez nous la presse de droite ne constitue rien de moins que l'application à l'échelle française d'un plan plus vaste, qui intéresse l'EuTOpe tout entière. Une Europe qui tout entière a vécu l'heure atlemande ... Or, n'est-il pas vrai, certains milieux étrangers manifestent à l'égard d'autres officiers hi!-' lériens une mansuétude tout aussi touchante : M. Churchill verse 25 livres au fonds destine à payér un avocat au feldmaréchal von Manstein, bour~ ré au de la Crimée et de t'Ukraine; te critiqUé militaire anglais Liddell Hart ne trouve pas un mot dans son livre : « Les généraux atlemands parlent » ;iour condamne'/' les crimes de guerre commis par seS « vedettes » ; le juriste américain Goll èxpliQu€ que les poursuites contre les généràux allemands sOnt coritraires 'ù l'èsprit de la Constitution américaine

il reaoute de voir

« condamner en tant que criminéls de guerre· .. les membres de l'Eitat-Major (américain) si les Etats-Unis devaiént 1.1,11 JOUT, Dieu nous en préserve, perdre une guerre,,, » Et les acquittements d'assassins en uniforme de pleuvoir en Allemagne occidentale ... Il est permis de méditer sur les Taisons de !'indulgence de ceS offiCiers pour d'l'LUtres officiers, de ces fauteurs de guerre Ces "métèques" ont bien ,mérité de laPàtrie L ES gt'!ns qui pr,êchent la haine dé l'étranger n'y peuvent rien. La France est, par excellence, un pays d'immigration, au sens le plus noble du térme. C'est préCisément parce que son territoire n'est pas une forêt vierge à défricher qu'elle jouit de cette position privilégiée de terre polie par une civilisation millénaire qui reste assez riche pour accueillir de nouveaux enfants. La Déclaration des Droits de l'Homme a consacré cette tradition en la codifiant en un texte dont l'esprit devait animer la légiSlation à venir, et la vie même de la Nation. Mais bien avant lés écriteaux Ilfficiels et les déclarations imprimées, la France avait été la terre de la liberté et de la fraternité humain ~; bien avant J'essor de la grande industriê. la lfcance avait eu recours à une main-d'oeuvre fraîche d'origine étrangère. Qu'est-ce d'ailleurs que le peuple français, sinon des cou~ ehes slfccessives d'hommes aux origine,s les plus diverses? Et quel . peuple est plus homogène,? On qualifiait autrefo.is la France d'Athènes moderne; or, l'Athènes républicaine a rlû se tiendra les 19 et 20 no~ vembre. Inlassablement, cette organisation s'efforce de faire respecter les droits des immigrés-et de faire échec aux vexations dont ils sont l'objet. Son action s'est manifestée cette année én février, lors du grand meeting de la Salle Pleyel, où une foule émue commémora le sacrifice Ms vingt-trois héros d'origine étrangere du groupe' de résistance Manouchian - Boczov, assassinés par les nazis. Car de nos jours - et la mission du Congrès sera de ' le rappeler - les Français d'adoption ne se sont pas conduits avec moins de noblesse que les Athéniens d'adoption. Ils ont apperté à la restauration démocratique un appui précieux. et nombreux sont ceux qui reposent ~ujourd'hui dans cette terre française qu'ils ont contribué à libérer pour être allés sans hésitation jusqu'au sacrifice suprême, . De même qu'on ne saurait pratiquer une discrimination entre les morts de la guerre, de même il serait criminel de diviser les vivants, unis dans un commun amour de la Paix, Michel GpUR. sa grandeur à l'accueil cons-;-------------- Les Français !\e . suivent " A 1- F -" tamment bienveillant qu'elle paS SUI ce, terrain lèS dlri- C Ion runçolse réSérvait aux «métèCjues ». ce geants de l'Alleulalne Oce!- terme, nullement péjoratif, dédentale. Ils aspIrent à la signait tout simplement ceux paix. Ils sont réfractaires (SU!)! de la premî~re page.) écrit dans le numero spéelal qui venaient vivre aux cÔtés aux conseils dé résignàtlon d'AsPèct de IlL Francè, vendu dès AthéniénS de naissance. et aux rengaines tataIlst~s Une cl3ndestinité pour rire au b:mquet què 1950 sera blén Et toujours les nI'!,t"r",.,. prodl par de trop bon- P6ur~se..iêlLêtWIll-il§.a. en l·at!me-..JlLJ.'~./uJJ' .... ..t -tE\. l ,l)cfPVaPdoApil.ognr~. iil'e.tdl" '}'III"'' ~~ .,.-'- ._-Ûrl-eit&"""? 'Lëur retrnTon ltrt!gale décfsioli. eS. Dans oette levée en masse était connue, puisque lt'!ur jour- rMt verser leur sang des braves gens face llU péril, le M.R.A.P. est, Ilu sens plein du mot, un mouvement. Contre le rac;smll et J'antisémitisme, pour 1" paix, il est décidé à agir, II a déj" fait ses preuves. A son appel, de nombreuses organiSations se réuniront en conféreneè le 6 novembre prochaIn. Elle arrêteront les mesures Indispensables pour alerter l'opinion et les pouvoirs publics contre le grave danger qui monte de l'autre côté du Rhin et contrl'. le regroupement des antisémites dans notre pays même. Qu'un ne vienne pas dire ,: « Tout cela est inutile, et nous sommes trop faibles pollr conjurer les forces du mal ». L'unlon des peuplc$ a eu raison de HiUer. Restons unis. Q",-,-.! L~!!! DROIT ET LIBERTE contre le racisme et J'antisémitisme, pour la paix COMITE DE DIRECTION André BLUMEL Henri BULAVKO Maurice GRINSPAN Charles LEDERMAN Pierre-Roland LEVY Rédaction et administration: 6, Bd Poissonnière, PARIS-9' j TEL, : PRO 15-01 &t la suite Le gérant : Ch. OVEZ~REK \ nal l'avait Ilnnoncée. Or, elle La plupart des convives fe tribuér au retour de ne fut pas intérditè, La poli- sont levé~. De La foule montent dance nationale et de la ce ? Il y avait, devant la porte dès cris, des huées, des ap- Aujourd'hui la France un brave agent. Il gardait lés plaudisseménts. Le seul nom du n'a pas oublié l'éclatante fnvoitures de ces Messieurs. Roy, au , milieu d'un phras~, terni té d'armes qui unissa~ élèctrisé la salle. qui scandê ft dalls la lutte cont l' h' C'" st au me" me endroit que, n'en plus finir: Vive le Roy, vl - seur Franp-I's de re . enva 15- deux semaines plus tôt, le 2 oc- ve MI\urr.... '" .n nalSSlllCe tobre, se déroulait la gràl'ld,~ Français d'adoption. Elle manifestation pour là paix. Les Il était temps que cela finis- manifeste I?ar la voix de dizaines de milliers de Pari- se. Mon manque évident d'en- nersonnali!es les l'tus 't . t t thousiasme commençait à me C'est amsl que, mercredi d si/m, s .qui s y r. ouvr alalê' n leos n caprus fàire « repérér ». Il me fallait nier, M, Justl'n Godart, L· re'sl'- dvOe Irp Oqliucee , ncee mJaOnUq u- ai,e nt pas. sortir, pour crier mon indigna- dant la .beLle manifes stion lOUTeE QUI SE PASSE EN U.R.S.S. 100 PAGES.3D FRANCS. • Boutang, avec des effets de tion, Mais ces quelque~ heures artistique de la Mutualité, chevèlure très remarqués, le re- érhinem~nt désagréables n'au- ' S'élevait avec vigueur contre gard dictatori~l, dressé sur ses ront pas été inutiles. Ce re- l'arbitraire et la xénophobie. 1 ergots, avec la vigueur et la dé- groupement des tristes sires, Dans le même esprit, le Cosinvolture qui sied à un jétme retour dé Vichy, au moment où mité Français pour la Défense « espoir » du mouvement. tait le danger de guerre se précise. des Immigrés El pris l'initiative 1 huer la République, acclamer doit aigUiser la vigilîmce de du Congrès d'Amitié et d'Union Pétain, Maurras et Xavier Val- tous les honnêtes gens. entre Français et 'Immigrés, qui lat, et lever la salle en leurr-----------.:------------------~------------honneur. Il définit ainsi les deux voies possibles : Ou bien le prolét:uiat domestiqué par les Juifs et les bolcheviks, ou bien J'application de la doctrine de Maurras. Maurras, c'est « le Maître », autrement dit le Fuehrer, le Duce, le Caudillo . LU • Le plan de 1'« Action Françalse? » Battre la grosse caisse en faveur du traître Maurras et arracher sa libéMltiol'l. Sortir un quotidien qui reprendra son vrai nom : Action Françaisè. Et, le pius tôt possible. tordre le cou à la « gueuse ». Lê moyen ? Pujo est le p!us pté: cis : il invité sès aud)t.eurs a déchirer leur carte 'd'élècteur (à vrai dire beaucoup. condamnés pour collaboration. n'en ortt pas) et à prendre des voies plus sérieuses. Boutang n'a-t-i1 pas fVIDfN[f~ preuve de sa c61version et dé sa fidélité aux prIncipes démocatiques et n'avait poussé de racines même faglles dans l'esprit de llberté exiStera-t-eLle sltrement que dans les textes cOnstitutionnels? L'histoire pourra-It fort bien se répéter. Quel danger /lssi, quelle folle serait-ce que d'admettre l'A])magne dans lé Conseil de l'Europe avant qu'eLle n'ait donné les preuves tangibles le ses bonnes Intentions ! Après les expétences du passé ce séralt de . la part des AI~S une faute impardonnabLe que de remettrtaux Allemands un Chèque en -- _ blanc tiré sur lUrs promesses. .. _------ S. N, E, p, Imp, Poissonnière 6. bouL PoisMn nlère PARIS (9') Sur la persécution anti-juive et « la croi~ sade anti-bollchevique )). Pour recevoir régulièrement « DROIT ET LIBERTE» I! va de sol que la dèstruction de la race juive n 'aurait été Qu'un début, qu'un exorde à l'asservissement du monde. Lé compte rendu établi par Martin Bormann de la confétènce tenue àu Quartier Général du Führer le 16 julllet 1941 en apporte la preuve. Un journali'ste de Vichy avait écrit que la guêrre contre l'Union Soviétique était une t&uerre faite par l'Eurooe dans son ensemble. Impudence, déclara Hitler. Comment peut-on croire que les Allemands n'en auront pas seuls le bénéfice ? Mais. ajoutait-il, Ll faut ruser. I! faut « insister une fois de plus sur le fait que nous sommes contra.ints .d'occupel' et d'administrer certaines régions et de nous en assurer la possessLon, et que c'est pour le bien des habitants ... Nul ne pourra se douter que ce soit le prélude à un établissement définitif. Cela ne nous empêche pas de prendre toutes les mesures utilès - fusillades, déportations de tous les..,ancièns habitants - et nous les prendrOns... notre conduite devra donc étre la suivante : 1° ne rien faLre quL puLsse entraver notre établlss~· mènt déflnLtif. mals ne le préparer qu'en secret

2" Lnslster sur le fait que nous sommes

des libérateurs '. 'La &alaille SO'IALISTE ABONNEZ-VOUS en nous retournant ce bulletin à notre adresse 6, BOULEVARD POISSONNIERE, PARIS Je soussigné demeurant ____________________ _ souscris un abonnement à DROIT ET LIBERTE de trois mois, six mois, un an (1) et en ve,'se ,lt monta lit d votre Compte cltèqu.e postal 6070-98 Paris. Tarif d'abonnement : 1 an, 1.100 iranés; 6 mois, 600 tr.; "3 mois, 300 tr. Etranger : 1 an, 1.500 fr.; 6. mois, 850 fr.; 3 mois, 450 francs. POUR LA BELGIQUE: Tari! spécial: 1 ln, 210 fr. be:,es; 6 mois, 110 fr.; 3 mois, 55 fr. Adresser les commandes à Mm~ Gèulen, 71, rue François· Lesnino, à Bruxêlles II, compte chèque postal 39 15 14. (1) Rayer le. mentions Inutiles. Un tel document devrait en tout cas ouvrir lés yeux dè 'ceux, parmi les antisémites, qui pensàlent précisément à un Hitler libératèur. Rémy ROUR~. ___ lES CAHIERS __ _ DE l'ALLIANCE ISRAÉLITE UNIVERSEllE Weimar et Bonn Quelle coI'lflance accot"-er à la nouvelle r~pUblique de Bonn ? A l'Insta.r de la rèpublique wélmarlenne qui n'avait fourni àucune • Où eU la just.l!-! La Cour' de u~tice llquide à bon compte ses fonds de t\0IL" Il faut aller 1te, et la magistrature qui avait su. jusqu', présent. nous faire une démonstration decourse de lenteur, nous apporte la preuve qu'elle est aux ordres ... Mais où la siuatlon devient plus pénible, c'est lorsque J'cl voit la magistrature assise se résigner à porsulvre, dans· un but clé propagandf' po1itIQ~' des mll1tants prolétariens. ALnSI Le Leap SCrétaire général de la C.G,T .. poursuivi poùr démorallsatlon de l'armée, alors que les an:s de CI1'arles Maurras conspuent la Répu~que à gueule que ~eux-tu dans un banque de La porte de Versailles - et cecL im 'dot. Et puIs ~fne 1 a.ussi i'acquittement de LâchaI. dlrecteJr Ipéral de la LéglO,n française du combattant 1 promoteur de 1 escrOQuerie moraLe aux prlCnniers. et de son second. Jean Brassier Et Puis Il . s,USSI qu'un magistrat laisse insultér la Jsll'nce par la volx de TixlerVignancourt e~Lnistre de Pétain, aujourd'hul à nouveau.comme tant d'autres. revenu au PalaIs Tout ce11l. en ~rrélat1on avec La sortie de prlsort dè Il #11 peut nous laisser penser que là justi s: lri11ême a subi des Influencés qui si eUes c e ~t pas certaines n'en sont pas mOins n~~teJient dirl~ée.s. J E R U s - devant t -rO.N. U. E M La vieille ville, à l'abri cie ses haules murailles noircies de la pou~5ière ~èS. ~ns .. respil'e à grand-peine. Les milliers d'Arabes qui y vivent s'entassent dans des ~ondltIons pQur le moins effrayanles, el ce n'est pas sans ruison qu'un gl'~nd nombre, d el\tl'è ~ux lentelll de s'infillrer en Israël. Les abords du Mur ùes Lamenlal.Ions sonl deserls, l'Umé que ne souLienl plus la l'oi et III prière des fidèles. Ils ne sont pourtant gUère éloignés. Vue d'avion. la ville ressemble à un oeuf au plat, avec ce : mille carré d'histoire enfermé dans, l'encelntê de vieilles mura!lles », lui-mêMe largement entouré d'une tache claire, la v11le modeFne. Les maisons dé pierres de taille Jaunes. rugueuses Confèrent à la jeune Jérusalém ce cachet que ne possède nulle autre vllle au, monde. Solldement plantées. elles sont d'un équilibre rassurant et leurs murs épais étouffent les échos des intrigues qui courent de par le monde, drapant la raison religieuse d'une robe de pétrole, La rue du Roi-David a retrouvé l'animation pacifique des jours plus calmes. Les mltmans vont, poussant devant èUes, de pétltes voitures blanches dans Lesquelles repose une génération qui récuelllera ce qui sera semé aujourd'huI. Une résolution du M.R.A.P. La 'population a maintenan't atteint le chiftre d'avant guerre : 100.000, et croit chaque Jour. Ce qui pose avec acuité des problèmes qui ne sont d'alllêurS pas nouveaux: la reconstruction dé, maiSOns d'habitations, 'les adductions d'eau, l'amélloràtion des volés de communication qui relient la ville à la Côte et au reste du pays. Du Mont Sion, la carte postale se déroule, verte. blanche, jaune et bleuie de ciel. Tranquille comme la volonté de ceux qui sont décidés à s'opposer aux plans stupide. qui tendent à recrèer en Palestine une plate-. forme réservée aux entrechats des agents des services secrets, aux émissaires de la « Shell ~ .et de la « Standard Oil ». Le conflit - pour peu qu'Il y aIt conflit - s'est cristallisé autout des lieux saints. Ceuxcl s.valent subi quelque dommage. du fait de la guerre. Un accord était intervenu entre le Vatican et l'Etat d'Israël, au mois de jumet dernier, Une commission avait été constituée, chargée d'évaluer avec la participation des deux parties, l'étendue des dommages en question. Et brusquement, Rome vient d'interrompre ~es pourparlers. Au même moment, la question de Jérusalem rebondit sur la scène internationale. avec le plan que propose la 'Commission de conciliation 'des Nations-UnIes. On ne peut s'empêcher de !lJre le rapprochement, -Q\2'e~'1:'~6'" ~ • ..J.~t:ti~ Q..é.Gl1§" ... «1(;o par l'O.N.U. ? Tout d'abord, elle fait abstraction du véritable problème qui consisterait à examinér la situation des citoyens j ulfil de Jérusalem, non "intégrée à l'Etat d'IsraëL Et parle d'Internationalisation générale, sous, :e prétexte éculé de la protection des lieux ' saints. Ce furent déj à 'les ra.!sdns des Croisades, Depuis des siècles, Jults comme Arabes Mt su proteger ces lieux pistorlques et l'on sérait mal venu d'évoquer à ce propos les destructions du Mont Sion. Nous connaisson$ un certain monastère, sur le Monte Cassino ... L'Et!lt d'Israël reconnalt aux réprésentant~ de l'Eglise, missionnés en f'alestlIl:e, une série de droLts et de passe-droits largement , suffisants pour leur assurer le libre exèl'clce de leur ministère. Etat majeur, Israël qui a su lutter saura bien donner aux lieux saints et à leu;s pèlêrlns la quiétUde qu'ns Y viennent chercher. Le prétexte ne vaut donc pas grand-chosé. Et laiSse vite deviner le visage de céux qui sont accoutumé. à courir les quatre coins du Moyen-Orient - et du monde - les 'tisons ardents aux mains. Ceci est sl vrai que les autorités vaticanes ont déjà marqué un net recul, assurant officieusement qu'eUes accepteraient peut-être le compromis d'aprèS lequel « seuls les Lieux saints, reconnus cOmme tels par les différents cultes Seraient internationaliSéS, tandis que le reste de la villE' serait respectivement sous lé contrôle Jordanien et israélien,'). Carte postale en couleurs Les autorités ~'atlcanes sont bien bonnet EUes jonglent avec des territoires Qui né sont pas leurs, que ça fait plaisir à. voLr. N'empêche que dans le monde entlèr, une oppositiC1.1 croissante s'élève contre . l'Internatlonàlisation de ' Jérusalem. Ellé se manifeste même aux U,S,A., ,dont le gouvernement il. pris une attitude favorable aux thèSes de Rome. . Le M.R.A.P. vient de publier à ce sujet une réSolution dont nous extrayons, ici, ' l'essentiel

4: ... le M,R.A.P. assure la nation israélienne de son a.ppui Intêgral pour sa juste revêndication de voir Jérusalem appartenir complètement a l'Etat d'Israël.

En effet, les projets sur l'internationalisation

de la ville de Jérusà1ém sont én contradiction avec le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et avec le' droit de la souveraineté nationale, et peuvent créèr une base de friction permanenté dans lé Moyen-Orient, comprom~ta nt. lA.' paiX. (' ile - . ,A.P. e8,t èertal,' juste caus, 11 trouvera l'appui d~ toutes forces démocra.tiqués de France ~. C'est nbtre conviction. Jérusalem nI'! doit pas jouer le rOle d'une Shanghaï du MoyenOrient. .Jacques FRIEDLAND, Vous nt avez pas le droit, Monsieur, de pOrfer une chemise lidicule! - ECONOMIE 30 a' 50 nt SYSTÈME DE VENTE REELLE 70' COOP • DIRECTEMENT DU PRobuCTEUR AU CONSOMMATEUR' avec gar~ntJe dé 3 ans et Bon d'Assurance contre tous ris'l.uê~ de pann', permettant Je ca. ~chéant. à nos cliènts Ile ProVince de sé faIre dépanner partout en France à NOS FRAIS par le technic1en de leur choix. . GARANTlE STANDARD DE 3 ANS ]0 làmpe~ Plus de 300 ' ., 10 grammes 8 bande. OC êtalée • • BAND SPREAD de 13 à 2,000 m, . st-ations reçues avec 1 .. jlC'cislon du RADAR • MONTAGE ENTIEREMÈNT Ne porlez plus, Monsieur, de 'ces cl1e.uLes donl les manches découv!"ent le poignet ou descendenl sur les doigts ! Il tst tellement plU') rationel d'àdopter la. chemise ~ formule américaine » créé~ par EIY.!éesSoieries: tous les avantages du « ~Ul' m:~s"res ». Trois Iongu~ ur. de manches par encolure, ,Ix fo!'m,'s dp cols. personnalisent Utle coupe de grand cl1emisl"r, exécll tée dan~ ,es plus beiles pcpellnes, soie, oxfor d, etc. - Catalogue gratuit m:dèit~red: 5 EN CUIVRE Il 10 lampei COMME et radlophono$ AVANT GUERRE RECEPTEUR METROPOLITAIN ct COLONIAL ' . PERFORMANCES ILLIMITEES Secteur, alternàtll et mixte - Batterie secteur. Condition, spécial!!s de crédit et comptan~ aux lecteurs, D"InAndo.z de suite contr~ 3!l fr .• n t!mbr .. notre documenUtlon iIlus~e cQmportant l~ pages oyec .chémas et description détaille., RH. DR. , Recommandez-vous de votre journal. " RADIO-SEBASTOPOI" 100, boulevard Sébast!'pol, PARIS, Fournisseur d~s P,T.T " pr6!ectures, S,N,C,F.. grandes adD'linlsttat. sur demande. Elysée~- Sole ries. 55. Ohamps-Elysées, Métro Fr.Roosèvèlt) . . Réforme L'exposition de l'U.N.E.S.C.O. sur les droits · de l'homme. Les intentions qui ont animé tout çela sont certainement les plus louabies. Il est Inflnimént probable quI! l'ensèmble des nationS du monde - et encore y a-t-L1 de sérieuses absences ~ ne peut s'accorder sur ùn plan m01ns vague que celui-ci. qui n'est rIen d'autre qu'un humanisme. Du moins almeralt-on avoir l'assurance qU!) cette oeuvre de bonne volonté s'adresse vraiment à tous et non pas à une élite ou piS encore à une seule classe sociale. On aimerait que les mànifestatlons de l'U.N,E,S.C.O. perdent de ce caractère mondain Qui les ont jusqu'à ce jour signalées. La Bataille La Légion en Inlle,eh;ne; '" Quand l'Indochine réclame des hommes et quand les crédits mLlitalres ne sont pas trop compriméS. Les vannes sont ouvertes et deux cents recrues peuvent arriver chaque semaine :t. ' « Par sa dldclpllne, son aptitude aux tâches les pLus brUtales, par la guerre impitoyable qu'elle livre au Vlet-Minh, La Légion étrangère s'est attirée, les foudres de t()ut ce Qui obéit à Moscou.

L'Allemand a toujours été et reste la base

de la Légion, Ce sont des soldats nés et lis en ont formé les meilleurs cadres subalternes (". L Le nouveau recrutement dès sousofficiers ne vaut pas, para.it-il. L'anelen ~. la tribune des Nalwns Installation à demeure dans le MoyenO- riel T. Nous savons que dallS le programme du qua.trième po1l'lt Truman on ptèv61t " Ex France et Colonie. Washington d'importants Investissements dans le Moyen-Orient, où li apparalt avec évidence, déclare sans ambage le « Middle East Journal . de Washington, que les EtatsUnis « s'installent à demêure •. Cette poussée des Américains vers le Moyen-Orient explique leur attitude pu toujours claire, disons mieux, hésitante. On l'a vu lors des discuss~ons à l'O,N.U. sur la Pa. lestlne où leurs représentants sont revenus à plusieurs reprIses SUl des décisions appa:remment définitives, compliquant singulièrement les choses. Il y eut mémè au sein du gouvernement de Washington des controverses très vives sur la méthode à suivre. C'est que derrière Israël et les Etats arabes, lès dirigeants américains voyaient leurs propres Lntérêts. François ROUSSEL. STATESMAN AND NATION Gardiens de la paix? Comme journaliste d'un quotidien national, qui a fait le comptë rendu de quelque trente batailles à. Hackéney et Dalston durant cêS deux dernières années, Je peux dirè tOut à. fait froidement que la conduite de la police présente aux meetings fascistes, est ouvertement pro-fasciste et antisémite. Dans la rue Dalston, à Hackeney, un de ces derniers dimanches, j'attendais le début des' deux manLfestatLons prévues par les membres de l'Union Mov e m ~nt et les antlfascLstes, Un jeune survint. courant pour avoir la vLe sauvé, poursuivi par 20 hommes environ, Un des porsuivants brandissait une manivelle d'automoblle li y avait 32 agents (j'ai vérifié le nombre avec un vien officier de la police locale) se tênan t à moins de 10 mètres. Ils observaient ce jeuné, frappé, battu, avec une manlvélle d'aut.omobile, et recevant dés coups de piedS Ceux qui l'avalent attaQué. se sauvérent vers le bas de la rue, sans qu'une seule main ' d'agent ne SI; levat pOur les arrêter. Mals le jeune homme fu~ attra.pé à bras-le-corps, projeté dans le car de pol1èé, et menacé d'un gourdin. un agent cria: 4: Entre, toi sale J\llf l ,. ' '. '. • DROIT ET LIBERTE • AL'APPEL I~ DU la Fra te re.n pos·ti n tonfre M. R. A. P. la r parution du " STnRMER I L y a quelques semaines, les autorités américaines d'occupation en Allemagne décidaient de supprimer les licences de parution pour la presse allemande. Aussitôt, les anciens directeurs et rédacteurs dcs feuilles hitlériennes se préparèrent à lancer de nouveau sur le marché, leur presse qui tue. En particulier, on annonça la reparution imminente du « Stürmer », l'ignoble tor· chon antisémite que dirigeait Julius Streicher, condamné à mort au procès de Nuremberg comme criminel de guerre et exécuté. Le c Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix» a pris l'initiative de lancer une puissante campagne de protestation. Répondant ' à son enquête, de nombreuses personnalités représentant les points de vue politiques et philosophiques les plus différents ont manifesté l'indignation des couches les plus larges de notre pays. La France a pris position contre la reparution du c Stürmer ,. et de la presse hitlérienne, contre la renaissance du fasCisme en Allemagne Occidental~. Mme POINSO-CHAPUIS député, ancien, ministre Marc CHAGALL Je voudrais, des profondeurs de mon âme, lancer une protestation v'igoureuBe contre ces occasions qui rendent· pOSSible que' les él~mentll- les ' plus vils de l'humanité soient libres de propager leurs idées, des Idées qui, il n'y a pas longtemplI, ont a.mené les fours erématolres, et qui veulent, dan Il l'avenir, entrainer tout et tous dans la haine et ,danll le lIang.

a.~~J (oJ" fi. ••. ,... ~~JI;.ofI-.J

vice-président de l'Assemblée Nati.onale . - J'ai l'honneur de vous accuser réception de votre lettre du 22 septembre et suis d'a.ccord avec vous afin d'éviter la réapparition des journaux nazis. . J'envoie, en communication, copie de votre lettre à M. le Haut-Commissaire aux Affaires allemandes. Professeur H~nri DESOILLE Autoriser le. « Slürmer » à reparaître, c·est inviter les nazis à recommencer la propagande raciale. Des millions d'êtres de tous pays et de toutes races sont morts au cours de la guerre qu'elle a provoquée. Jean CASSOU C'est de tout coeur' que je partage l'indignation qui s'est manifestée un peu partout à l'annonce de la renaissance du « Sturmer ». La complaisance à l'égard de l'antisémitisme est encore plus abjecte que ' l'antisémitisme lui-même. Les chefs alliés, ci vils et mll!taires, qui laisseraient reparaître les journaux nazis, se rendraient. aux yeux de l'humanité, encore plus criminels que les bourreaux de Buchenwald qui, au moins, · opéraient eux-mêmes. André WURMSER Je me contenterai de vous rappeler que l'Allemagne où pourrait reparaître cette ignoble feuille est occupée par les troupes de puissances qui ont signé la Charte de l'Atlan tiIlue, - qui à Potsdam s'étaient engagées à extirper le nazisme jusque dans s.es racines, - et avec l'accord de' qui s'est instauré à Bonn Quelque chose Qu'elles app~llent gouver-' nement. , Les r{l8ponsab!lités . lne paraissent ainsi: par avance .nettement ·tixees. Professeur Marcel PRENANT Par les accords de Potsda.m les Alliés avaient pris l'enga! gement de dénazifier l'Allemagne. Henri MATISSE ~~' ~M;..a... / t ~.~)?'t. ~ e..,~ )-0 ~.A:~ r .... '~ WlL: ~ç 9- ~ç~"Î - ~'r ~ t;:.,.j--ur--' .KA.... ') -- :. k....., "" ~ÂL/?~~./ t'~ "t-..-.. 1:.;'- "iltlJ;t, ~ ·7 - lJ!v,.. ~ c.",), ~ ~~cJ;/-a/' Zj-t~_~ h. G... ~// ~J Louis MARIN député, ancien mi nistre Les vainqueurs de 1918, ayant commis les erreurs les plus lourdes jusqu'en 1939 v1s-a-vis de l'Allemagne, lui ont permis de se réarmer rapidement et, pour qu'elle puisse se lancer dans de n 0 u vell e s aventures guerrières et impérialistes, l'ont aidée à se forger un régime de- force et une mentalité exécrable où le nazisme, le racisme et l'antisémitisme se confondaient dès le début. 'Les résultats, pourtant effroyables, n'ont pas éclairé les Allliés; malgré les enseigne- GIlbriel LlSETTE ments redoutables- de la , Vous êtes assurés que l'ell- seconde guerre mondiale · semble des' élus du R.D.A. par- sur l'Allemagne, ils.. retage entièrement votre indigna- nouvellent les mêmes tion et qu'ils sont prêts à vous fautes à son égard: nous apporter tout leUl· concours pour s'opposer à la parution voyons renaître une AIdes anciens titres des journaux lemagne dont l'esprit hitlériens. Nous sommes d'ail- néo-hitlérien dépasse celeurs tous solidaires de la dé- lui des ·hitlériens autant claration que Gabriel d'Arbous- que celui-ci dépassait sier, secrétaire général de notre mouvement et membre du l'opinion allemande au Comité d'honneur du M.R.A.P. Lemps de Guillaume II. avait fait parvenir sur ce même----::....---------Maurice THOR'EZ député secrétaire général du Parti Communiste Le Par t i Communiste Français a, dès le premier jour, fait entendre une protestation indignée contre la résurrection des journaux nazis en Allemagne, annoncée dans les milieux anglo·saxons. Il a considé'ré la reparution envisagée de la presse nazie comme partie intégrante de la politique du Pacte Atlantique, de guer· . re d'agres.sion con t r e l'Union Sovié~ique et les Démocraties populaires, Jacques DUCLOS député, vice-président de l'Assemblée Nationale J'élève la protestation la plus indignée contre la reparution de journaux nazis en Allemagne occidentale où se développe un renouveaù d'hitlérisme que les impérialistes alfléricains et leurs agents veulent utiliser pour ·refaire la guerre de Hitler contre les peuple.s libres, contre l'Union Soviétique dont les sacrifices ont sauvé le monde de la barbarie fasciste. Il est' d'ailleurs symptomatique qu'au moment même où le « Sturmer " -S'apprête à reparaître en Allémagne, le « Fi- . garo » ouvre ses colonnes à un Devant le dl).nger évident que cette politiqué de préparation idéologique et ml,'lterielle à la guerre fait planer sur la France et tous les peuples d'Europe et du monde, les communis· tes français se placenf à la tête du mouvement de protestatipn génér·ale contre la renaissance de la presse nazie,· s'inscrivant dans le grand mouvement des peuples pour la Paix. von Choltitz, criminel. de.:.......--------------..! guerre, qu'on veut habituer les Français à considérer comme un futur chef de l'armée occidentale à qui les soldats français devront demain présenter les armes dans l'oubli de nos otages massacrés ' et de tant des nôtres assassinés dans les camps de la mort. Mais . les Français dignes de ce nom et tous les hommes de coeur attachés à la liberté et à la Paix ne permettront pas qu'on oublie Chateaubriant, Oradour et le Mont Valérien. Ils s'uniront pour dire NON aux fauteurs de guerre dont les plans criminels seront battus en brèche par les peuples unis sous lé drapeau de la défense de la paix. R. CHAMBEIRON ~ député des Vosges secrétaire de ' l'Assemblée Nationale L'action des hommes libres ne doit pas se borner seulement à la lutte contre certains, aspects du fascisme. Il faut briser les forces économiques qui engendrent , le fascisme. Puisqu'on déchaîne à nouveau les criminels, c'est qu'on ·veut se servir d'eux, et leur pf,frir. une ~evanche. Aucune autre explication n'est vaiabie. Tout homme honnête a ainsi la preuve que ceux qui donnent cette autorisation veulent et préparent une guerre encore plus atroce que les précédentes. Il se dressera de toutcs ses forces contre de pareils bandits. Or, voici qu'en Allemagne OCfiid€;ntale, il est .Ques~ion de ressusciter les anciens j ournaux hitlériens, ceux-là même qui, par leur abominable propagande raciste, ont soulevé l'horreur du monde civilisé. BURÉ sujet il votre président, Me An-::-:-:-:--:--:------------------------- , dré Bruinel. ,--- ..... ~ Ces forces sont aujourd'hui utilisées par les Etats-Unis dans leurs préparatifs agressifs. C'est donc en amplifiant notre combat pour la Paix que nous pourrons le plus utilement contribuer à empêcher que le monde connaisse de nouveau les régimes basés sur la violence, 3ur la haine et sur la discrimination' raciale ou religieuse. Général PLACN E conseiller de l'Union Française C'est un devoir de protester contre le retour des journaux nazis, et la publication des articles de von Choltitz. Je suis avec vous très sincèrement et de tout coeur. Meilleurs voeux pour Jean Dénoncer les journaux cr!mil'els; à temps pour les empêcher de paraitre, c'est tra-' vallfer pour la pa:tx et pour la vie. MINJOZ député, ancien ministre Je vous déclare être tout à fait d'accord avec le Mouvement ·contre le racisme, l'antisémitisme. et pour la paix. Je suis indigné du possible retour des journaux nazis, parmi lesquels l'infàme « Sturmer ,. de Julius Streicher. action. c::::::~ LE JOUR DE SON ·MARIAGE. r- -r- -----~-w} WEISS SIGNA DES ARRÊTS DE MORT '156 1, ,,, +.:~ '.H ~ . : .D f C·Io,"k 1. , . .. "Ill 111 . /2 .H !,,. .. 1 'rI ID 10.1,. t t. 11./til iuoz ~"".m zr .'.lr 11 ... ~ ~/""W'lU~" tU. j 'r ill~1 u/ ~ .1.Dl "D~~"'d",J,u- Il ,/2.H ,l, ,0+ 13 .IZ . /~ ./~11 ~. l' (3..,f r ./1.01 '01 ' , ~s &..1 t·I ·De, "Po"'! ~ t.H • la libération de Dachau, pal· un déporté français. C'est sur un vulgaire livrc d'épicier qu'un scribe SS consignait, jour après jour, les noms des morts de Dachau ... Nous reproduisons aujourd'hui une page de ce document uniqde. Il. est rédigé, €omme on le VOIt, selon les meilleures rè"les de J'horreur bureaucratisée que les nazis ont portée à son plus haut degré de perfùt!on . . De gauche à droite, 7 colonnes

1. Numérotage du camp;

2. Nationalité, I·ace et matricule du .éporté; 3. Nom et · prénom; 4. Date de naissance; 5. Ville d'origine; 6. ProfescL Abbé PIERRE député C'est évidemment sans hésiter que je -m'associe à toute protestation contre la réapparition éventuelle de journaux indiscutablement nazis. ~~ Emile Les journaux nazis repa- 1'aissent en Allemagne et notamment l'infâme «Sturmer » de Julius Streicher. Protester, c'est b i en , mais c'est un simple accident qu'auraient dû prévoir les Alliés. Il leur faudrait changer. de politique en Allemagne, mais impossible, n'est-ce pas ! Les Anglo- Saxons s'y opposent ·et .la France doit · s'incliner. Le pér.il allemand renaîtra très vite. Pierre DRIEYFUS-SCHMIDT deputé J.-J. BERNARD Je n'ai pas besoin de VOltS dire que je m'associe entièrement à 'tIJotre' protestation in-' dignée contre la réapparition des journaux n,azis, et notam] nent du « stürmer ". Jean CUICNEBERT Léon M ë 1 SS Lors du magnifique meeting ancien président que vous aviez organisé à la du Consistoire Mutualité, j'avais été amené il. En mai 1946, au cours d'une Se que je vois les disciples dire que c'était - hélas! - réunion él-ectorale, un adver- d'Hitler prêts à se servir à Vous me demandez mon oJli- dans la logique des choses, saire, auquel je reprochaiS son nouveau de cette arme mor- nion sur la parution éven- puisque les puissances occidenattitûde favorable à Mu- telle: le racisme, gràce à la- tuelle des journaux infâmes. tales font appel « aux vieilles nich », m'accusa à son tour quelle, semant chez nous la Votre enquête me paraît inu- vertus ale mandes », c'est-à-dire d'y âvoir été hostile, non pal- divisiou' et la haine, ils accu- tUe si .vous ne vous adressez à leul· instiuct de guerre, de ce que Français, mais paree laient, il y a moins de dix ans, qu'aux hommes épris de jus- ralJine et d'orgueil. Le racisme que Juif, notre Partie au b 0 r d de til)e et de liberté. Personne ne accompagnè tout naturellement . To.ut. en vérité, s'était drEf l'abime. peut douter de leur réaction. lesdites vertus. La . responsabise en moi contré cette C3' Quant aux autres, à ceux lité devant l'Histoire de ceux pitulation : le Juif, le Fran- )J:ntant qu'Homme, enfin, qui n'ont rien appris 'ou ont qui permettent cela est inexçais et l'Homme. A tel point on ne peut ressentir que 110n- tout oublié, leur opinion ne piable et ie jour viendra où les que, maintenant encore, U te et dégoût, face au racis- peut intéresser que les gens peuples leur en demanderont m'est impossible de mesure" me., abjection de l'Humanité. de leur espèce. compte. ~pa~w~oom~"rl'~I~~:::::::::::::::::::::~::::::::::::::::::~ à l'autre les différents mobiles du sentiment violent que j'ai alors éprouvé. Et voici qu'on annonce le retour des journaux nazis el de l'ignOble feuille de Ju1!~s Streicher ! . La même révolte monte n moi. En tant que Juif, bien s~r, je me sens visé ... Mais comme Français, C'ESt avec inquiétude, avec angojs' Pertionx découvre 10 lune soviétique, \Ians ' les ruines de BerHn. Maintènant que les hauls-fourneaux enluminent à nouveau la nuit rhénane et qu'à Cologne les grands chefs industriels . ont reconstitué, autour du banquier Pferdmenges, la cêlèbre « Langnamverein » du ,} bon vieux temps. soyolls assu- !Z~ . +ll .l.~r . sion; 7. Date de décès ou de ------------D ElPUIS quelques jours, dans FRANCE-SOIR, Per. tlnax s'inquiète de. ce que LES A L L E JI AND S DE L'OUES'.r TRAVAILLENT A L A RESURRECTION D E LEUR INDUSTRIE DE GUERRE. n affirme aussi que LE HAUT-COMMISSAIRE AMEIUCAIN NE TIENT PAS COMPTE DES ENGAGEMENTS DE SON PAYS et nous apprend crânement que LE CHANCELIER , ADENAUEiR, TETE DU GOUVERNEMENT DE L'ALLEMAGNE OCCIDENTALE ET M. McCLOY, HAUTCOMMISSAIRE DES ETATSUNIS. PARLENT ET AGISSENT DANS UNE HARMONIE DONT ANGLAIS ET FRANÇAIS NE LAISSENT PAS D'ETRE SURPRIS. « une parente éloignée de fell lIlme A'lenauer ». Cette lointaine parenté risque bien d'ouvrir au llaut-commissaire américain quelques salons rhénans particulièrement xénophobes. D'autres liens, d'a.utres intérêts unissent ' pourtant le Département d'Etat américain aux magnats de la Ruhr. Il ne fant pas essayer de faire croire aIL..: . rés que les apprentis Führer pullulent dans le pays, à fa rccherche de fonds et d'occupations fortes. Et si nous n'y prêtons · attention, la « Langnanlverein » ne manquera. de leur en donller comme auLrefois elle en donna à Adolf HiUer. l IRH! /3.1·/~ Hi Jl.3 . '2 ut Ir . '.1' 2" 3Q, ~ .• o U9 1-.9. 1/ m ,. Z.o! l. I1J t.lt.pl ~11J 'lift ~l" ~I" 'J'" 1 (J,7 IHllJ i L~s 4.000 cadavres qui vien· nent d'être découverts dans une fosse aux environs du camp de Dachau sont ceux d'hommes dont l'Obersturmbannfuehrer Weis f",t le bourreau. ' ln pecteur général des camps de conçentration nazis, Weiss continu.. de signer des arrêts de mort contre des déportés, le jour m~lpe où il se maria, en 19tZ. La photo cl-dessus lui a .. té .~f~uéfl au moment de J~~";" 1~ ~ Ir? t.?'"?(f "2~ 1 H • 1- 4 ~r ! zr . Il 4+ l, i·~r .: z ~, '1. 1. ~S' ·u./·v.· transfert dans un autre camp. Sens des abréviations : Sch. Fr. : Déporté français. Fr. J. : Juif français, U. J: : Juif hongrois. M. 1. (suivi d'une date) indique le tl'ansfert dans un autre camp. Pour signifier la mort, une peti te croix ... Rémy ROURE La parution non inte7- dite par les Alliés des arr ciens journaux nazis, ft notamment du « Stürmer t de Streicher, est un scardale. L Allemagne nazie se rr veille et si Hitler ressusctait, il serait accueilli avt enthousiasme par les f01l les serviles. On en est à vit ler les charniers et les ton' bes des déportés. Que faire devant cete faillite de la « dénazifier tion ., devant cette réar parition du fantôme saT glant de l'hitlérisme ) Sans doute, nouS faut.l nous effoTcer d'aider ~ démocratie allemande, mrft qnelle démocratie _ ? Nous ne nous Ilccuperons PaS de savoir pourquoi et commeut, en ce mois d'octobre brûmeux, Pertinax a soudain découvert ia lune. Que la mauvaise hwneur de l'industrie de l'acier français et britannique, mal préparée A combattre la concurrenDe allemande, ait beaucoup aidé Pertlnax à parUr en guerre contre les aciéries du clJaneelier Adenauer, cela ' tombe en effet sous le sens. N" nous Intéresse guère plus la feinte innocence de ce Pertinax qui voudrait expfiquer l'attitude américaine dans la Ruhr A l'aide du pétlt jeu des « liens de famllle », la fe~ de l'Américain McCloy étant, d'après le correspondant du « Times lt à Francfort. Français que la venue en Allemagne occidentale d'un représentant américain dont tous les parents de l'épouse seraient oubanguins ou Islandais provoquerait une baisse d~ la production . d'acier. Mais Pertlnax mérite notre attention lorsqu'il écrit : SI L'ON ECOUTE lIl, 'McèLOY, LA PRODUCTION D'ACIER DE L'ALLEMAGNE LIMI'J.'EE, POUR LES TROIS ZONES. A 11.100.000 TONNES (A VEC UNE CAPACITE DE 13.200.000 TONNES) ET QUI ATl'EINT . DEJA, NOUS DIT-ON, 14 MILLIONS DE TONNES SI CE N'E ST PLUS, BONDIRA BEAUCOUP PLUS HAUT ... POUR SES GRANDS ARMEMENTS, HITLER N·A PAS EU BE S .O 1 N DE BEAUCOUP PLUS. Ainsi, sur les bords du Rbin; à. une portée de canon .de la France, II a faJ.]u moins de quatre ans aux Américains pour remettre en marche la machine de guerre qui n(JUS fabriqua Hitler. Ce dernier peut avdtr succombé IlU feu de l'artillerie Dans le numéro d'aoùL tlerIlier des CAHJERS I:-.:rERNATIONAUX, Otto Grotewohl, président dll pl rti sociallstecommuniste unifié d'Allemagne Orientale et, depuis lors. président dll Conseil (le la République démocratique aJlem'lnde, meltait d'aiilcurs ('n garde les Alliés: SI 1,.\ REOONSTITU'nON DE L'l,!"}'AT ALLElltAND Fl.r LE DEV~1L{)PI'I~~ lIIENT DE SES «'ORCES ECONOlllIQUES ETAIENT DE NOUVEA U ABANDONNES AUX FORCES QUI nO"INERE:-.: r DANS LliJ PASS~1 ET SONT RESPONSAllLK"l AUSSI BJEN DU TtENVERSEMENT DE LA DE~1OCRA'l'IE DE WEJMAR PAR LA TERREUR QUE DES GUERRES MONDIALES, IL N'Y AURAIT J A 1\1 AIS D'ALLEMAGNE UNIE, DEMOCRATIQUE NI PACIFIQUE. Daniel ANSELME. .- u" . •• TREtnON • Il n·existe qu'un s~u l Juge àe c:luleur noire aux U.S.A. : M. William'H.astie, nommé à.la troisième Cour d'appel dont la compétence s·étend à. qUlLtre Etats, et d·abord· au NewJersey. VALDOSTA • En dépit du nom qU"çlle porte, Mme White, de Valdoeta (Géorgie), est · noire. Ses qua:re enfants ayant été exclus d'une école blanche, elle intente un procès à la directrice.

'viais la loi géorgienne

considère comme un délit tout mariage entre !taux personnes de race diHérentes. Et Mme et M. White se retrouvent en prison. BUENOS-AIRES • Bulletin de san té de quelques lieutenants de Mussolini recueillis par le général Peron: Carlo Scona dirige une revue littéraire, poggo, une librairie, Gazatti et Giallturco, un bu· reau d'affaires, Tamburini et Grosso, une agence de tourisme. • C'est un sporting-club que d'rige. dans la capitale argèntine, Martilll Hammonai. L'ancien chef du gang nazi qui recherchait les ' Juifs hongrois 'évadés à l'étranger, a été reconnu par un groupe de ses jI vicamês. SANTIAGO-DU-'CHILI • Disciple de John Forrestall, M. Dawson, conseiller d'am· bassade, s'est jeté dans la rue du haut du huitième étage. On n'a pas trouvé de tragédie d'Eschyle sur sa table de èheV'èt. LE CAP • Plus de 150 policiers licenciés par le maréchal 'Smuts ont été réintégrés par le Dr l\faIa... : Ils ont appartenu, en eHet, à des organisations hitlériennes. MADRID • sous le général Franco, la Sainte Pilar (en principè, patronne des Espagnols) est devenue' une fête de la race, à l'occasion de laquelle hl miniS· tre des Affaires étrangères adressc à tous les peuples d'Amérique latine un messagè pour leur rappeler les 'origines communes. LlSBÇ)NNE • La distance n ·est p3S ~i longue du quai de Lisbonne au Palais Queluz où Franco vian! de s'entretenir avec Salazar du Pacte Atlantique. Mais sur ce chemin, tout Portuga~ avait dû . préalablement signer un certificat OÙ il se portait. ga. rant dè la sécurité de « rhôtc de la grande nation soeur ll. NAPLES • On annonce l'arrivée du Maoz K. 24, qui jauge 1.000 tonnes. C'est le premier na· vire de guerre israélien. LONDRES , ___ ...J • A une délégation du Board of Deputies juif, Lord Henderson a déclaré que les questions soulevées par la renaissance du racisme et la réap· parition dè la' presse nazie en Allemagne releval~nt désormais de la compétence du gouvernement Adenauer. SCHELLENBACH • Las Boleheviques ont com· mencé par manger les enfan: s. O'est sans doute pour les punir de cette cruauté que les autorités ai1glaises maintiennent 'en ex:!. dans le camp dé Sch.'llenbaeh (Autriche) dèS centaines d'enfants de citoyens soviétiques déportés 'Par les naz:s. LA HAYE • De nombreux citoyens ~t ptotégés français sont détenus' en Egypte, la plupart. sous {( l'inculpation » de sionisme. En leur favenr, h France a intl'Oduit offici'~l]ement une instance contre le gouvernement égyptien devant la Cour internationale de justice de La Haye. COTEBORG • VOU5 êtes né du côté da ~'loscou et vous avez assassiné votre femme ? Nul dou ~e quc ceci est la co:u;éctuence de cela. Tel èht du moins le thème central du réqu:si~oire prononcé par le procureur des Assises de Giiteborg con tre un certain Ingvar Vallin, criminel suédois, mais à'or:gine russe. VARSOVIE • A I"actif de 1· ASSDelation juive pour la culture. âgée de 2 ans et forte de 14.000 membres

43 bibliothèques, 17

groupes àe théâtre, 6 orchestres, 10 choeurs. Bientôt une grande campagne culturelle sera la :Jcée de Wroclaw, avec li! concours (jes p rinc;p~ux ar· tistes et écrivains juifs. BUCAREST • Scanleia, journal du parti ouvrIer roumam. a publié quel . ques lettres reçues par des familles d'émigrants juifs qui se wn t rendus èn Israël. Un des expèdit~llI·s écrit : Au camp d'immigration d'Athlitt, il ,. a deux rangées distinctes d·en.fants, l'une composee d'en. fa n.s. blancs, l'aut re d'enfant.s du l\broc et de TripOli dont la. peau est légèrement fon. cé.:-... ' PRAGUE • . DepUis le début du mOIs ct octobre, une COmmunication raàio-téléphon!quc est établie ~n . rJ la Tchécoslovaquie et Israël. LE CAIRE • Matériel d:artillerle. aVion:; a :·eactlOl1, equlpement d' ,no tanterie et torpilleurs léger' constituent ressentiel da l"al~ mement que J"Egypte est en tnin d'acheter à. 1.1 GrandeBrel. agnè. JAFFA-TEL-AYN • M. Israël ROkach, maire de Tel-AVIV et pré ~ide nt de la M~rUle Trus, Ltd , annonc ~ qu un plan est établi pour la construction d'un port d'eau pmfonde entre Jaffa et TelAVlv. La ba.nde de t erre côtière s·étendan~ entre les deux VIlles sèra assechée . , • ---4 DROIT 'ÉT LIBERTE _M~O_ME_S_A_T_OM_E_S_A_TO_M_ES~AT_O_M_ES~M_OM_E_5_A_~_M_ES Ha~eaux e~anb ~rribles Charles ~ VOYAGE AU BOUT DE LA MATIERE de M. ADENAUER! « Nous nous trouvons, à l'aube de l'âge atomique, à peu près dans la, sit~ation des premiers hommes ' qui surent produire l~ feu ; ils J'utilisèrent d'a~or\i a cUire les aliments, à se chauffer et à s'éclairel' ; mais ils n'imaginèrent pas la machme a vapeur_ « SOUS ['oeil complaisant ·des autor~t~s .d'occupation onglo - arner!COllleS, Bernt! Poiess, ancIen cltef de la « Ilitlerjügend » orilanisc une semaine de « COI1lIllU_ naulé :0 avec la participation des anciens membres de celte organisation d'ussassins qui, sous l'uniforme S.S" ont fait couler le sung dalls tous les pays occllpes pal' Hiller. » la locomotive, les turbines, les centrales lhermiques ». Celle phJ'lIse d'lIll des plus célèbres l:onqllér~I,ll~ de J'~nel'gie atomiqlle, F_ J,oliotCurie, pourrait faire l'érléchir tous ces sombres pohtIcl~lls qUI, entendant parler d,e 1 ~ner- . gie atomique, ne pensent qu'à la bombe du 11Iêl1le nom, a la gllerre et aux exlerllllllllllOllS, Pour nous qui croyoBS en l'avenir de l'numanlté, nous ~ommes sûrs que nos descendants jouiront pac1!IQuement de cette nouvelle conquête de J'homme sur la nature et qu'ils pourront étudier notre civilisation présênte sans être obligés de faire qes fouilles archéologiques sous les décombres des villes atomisées, sera garanti à personne la po~Si-I--------------------'---------:AinsI s'exprime une résolution la ncé~ par le Mouvement des Cadets. Elle Iraduit l'innignation de toute la jeunesse frança ise èt en particulier de la jeunesse juive, devant tout ce qui se passe en Allemagne d~ l'Ouest, cinq ans à peine après la victoire militaire sur le nazisme. La même . résolution rappelle la proLmltion des ossements de Dachau, le pro. let de repanltion du « Sturmer », la mise en liberté de la chienne de Buchenwald. « Entièrement d'accord, diront no:nbl'e d~ nos ami~, maiS pour le moment nous ne connaissons que deux choses sur l'énergie il tomique: ptimo, Il existe des piles atomiquéS dont nous ne voyons pas l'avantage sur la pUé Wonder qui au mOins éclaire (publicité non payée); secondo, le secret de la bombe atomique n'existe plus mais nous n'en savons pas plus pour cela, » bilité de construire, suivant ses g()ùts, soit une pile atomique de poche pour les nuits de camping, soit une petite bombe pour épater les copains, le 14 juillet. L'Atome à travers la lon,ue vue du chimiste Pour ouvrir rrotre enquête. nous , nous ' adressons d'abord au professeur Molêculus, chimiste. - Ce qu'est l'atonle? Eh bien, toutès les études faites sur les propriétés des corps et leur constitution, études contenues qans les milliers de livres de ma bibliothèque et vérifiées, renforcées, chaque jour par les travaux des laboratoires et usines de chill1ie, nous ont fait adopter une théorie relativement simple. Prenons une petite ))arcelle de matière quelco~Que, une fine gouttelette d'ea u de robinet, si vous le vou' iez bien. Une analyse détaillée nous montrerait que cette goutte- Jeune, lu os 10 porole ! ... ] " JE SUIS DÉGOUTÉ DU BAL 't Monsieur, J'ai rtmarqué depuis quelque temps que vous vous intéressez bM,UCOUP aux questions qui touchent la jeunesse, c'est pourquoi je VOU8 demande s'il ne vous se ·rait pas pOSSible de faire Ulle enquête sur le lieu de plaisir où. vont beaucoup de jeunes : le bal ». , J'ai fréquenté les bals pendant une année et ie sais de quoi jé parle, car 1e ne .voudrais 'pas qu'on vienne me dtre que St 1e parle de la sorte c'est. que je ne sais pas danser. J'atmals beaUCOUP la danse en elle-méme, mais j'ai été dégouté du bal pour ce que j'y ai vu, La majorité des ;e141les vont au bal /dans le seul but de jlirter. D'autre part, se balCLder toute une soirée (des fois même toute une journée) sur une piste de 2 à la m2 (j.ans une atmosphère enfumée, où l'air vicié empoisonne petit à petit les poumons, ce n'est pas, à mon avis, une perspective bien ioyeuse. Je ne sais pas quel est votre avis, mais ie pense que vous comprendrez que ;e SIÛS maintenant un campeur acharné et que je voudrais éviter aux autres mes désillusions. J. POUKINE, Paris. Ces (alts ne sont pas isolés, mals font partie de la préparation Intelf!;ive à une nouvelle g.uerre, a 'ou~e la réso'ution. 011 relève l'Allemagne nazie, on y entretient l'esnrit chauvin. l'es_ prt de rev .. "che, l'esprit d'ex termln" t:on. Ce sont d' .. xcellents am.. pour la nouvelle hécatombe, Ils habItent presque tous Paris d viennent, soit en train soit en VéIQ. Ils étaient plus nombreux l'ann~e dernière, mais beaucoup a .1t dû abandonner, pour de5 raiQ l.!I parml nous ne s'est pas senti transporté d'enthousiasme au récit des performances des pionniers du vol sans moteur. C'est que notre génération se sent · attirée par ce sport nDuvéau et combien exaltant, un sport d'équipe par excellence et qui forme un jeune homme vlg-oureux et averti. ~ s0ns pécuniaires. songez que J'heu, le C , et le D " j'essayerai- ré de vol revient à 2.000 francs. d être envoyé comme moniteur à Qu'il leur faut donc approximala Montagne-Noire. tivement 60,000 francs pour pasLe but da. cétte enquête sera justerp.ent de dévoUer t. n6S amis le sècret de l'éneri'ie atomique, I~r laissant ensuite le loisir de rêver aux progrès qui! nous ' ré~ erve l'avenir. Bien sûr, Il ne lette est très cOmplexe et con- ___________ -----'------------__ tient, en dehors de l'eau pl'opre· ment dite, d 'autres corps, sels divers, air. Nous pouvons purifier complètement cette eau et obtenir ainsI de l'eau purt. Nous pouvon,s imaginer, diviser n6tre gouttelette d'eau pure en parcelles de plus en Ce texte a été dé 'li, approuvé par plusieurs o:ganisatlons de la .1euness.e juive : lés Eclaireurs Israélistes de France, le Borochov Dror. le Yasc. t'lui appelle'tt , toute la jeunesse juive à protester contre ces actes provocateurs, eh Intensifiant la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et pour la. paix. C'est ce que m'ont dit les jeunes du centré de vol à voile des Alpilles à. Salnt-Rémy-les-Baux dans les Bouches-du-Rhône où .l'ai passé mes vacances, c'est aussi ce Que viennent de me dire les jeunes du terrain de Mérysur- Oise, C'est tout ce qu'il m'a dit car sér leur brevet, en plus il faut l'instant d'aPrès je l'ai vu mon- compter 1.000 francs d'assurance ter dlllS le C-800 qui, tiré par le par an, sans coml?ter évidemmen.t treuil fard s'élE.vait lentement leurs déplacements Journaliers. POMPES FUNEBRES vers le cM!. L'Aéro-Club les aide bien un peu ET MARBRERIE Edouard SOENEEBERG '3, rue de la Victoire, PARIS .. 9' Tél.: TRI 88-56. Nuit : TRI 88-61 pius fines, l( La plus petite parcelle d'eau pu):'e Qu'il soit pOSSible d'imaginer est appelée lllolécule d'eau, De même pour les a utres corps purs. Cliacune de ces molécule~ est ellemême constituée par un assemblage de particules enCOl'e plus petites appelées atomes. Ainsi, la molécule d'eau est formée de deux LE MONDE, A 20 ANS • Le Conseil de l'Union Internàtionale des Etudiants, qui vient de se réunir à Sofia, a défirt-i ainsi ses objectifS : ~ Pour la paix, l'indépendance nationale, . un enseIgnement démocratique et un monde meilleur ~. Le Conseil ae l'U.I.E, appelle à l'union de tous les êtudiants pour réaliser ces obiectifs, • Vingt jeune~ na:is ont attaqué le siège de la J èunesse Allemande Libre, à: Berlin. • Lé la novembre, sera célébrée, dans le monde entier, la Journée 17ttemationale de la

eunesse démocratique,

• La jeunesse argentine a manifesté pour la -paix, le 7 octobre. Dans certaines vil/es, la .police a tenté d'empêcher ces manifestations, et, plusieurs 1eunes gens et jeunes fil/es ont été arrêtées • Nous saluous cette manifestatIon d'union de la Jeunesse de France, quf. si elle s'élargit et elle s'élargira - sera une réponse efflc:ice au regroupement des jeunesses nazies. D'3.utres ot;ganlsatlons, nou~ en sommes sûrs, signeront la résolution, Tous Ici ont le • feu sacré ~ et Ils ont répondu avec joie à mes Questions. A la . sortie du vestiaire c'est d'abord JacQues, que j'aborde, Jacques à 20 ans, il est ajusteur à la S.N.e.A.N, C'est un · « vétéran , voilà trois ails qu'il vole, l'année dernière il a passé ses deux b\-evets A et B, il se prépare maintenant pour le « C ~ . - Alors Jacques, content de voler ? C'est maintenant vers le grou- mais lés subventions Qu'il reçoit pe des cadets Que me guide le ne lui permet pas beaucoup de montteur du centre, un homme dépenses. La situation n'est pas d 'une trentaine d'année, au corps très brjlJante mais les résultat~ athlétique et musclé, et c'est sont bons. Sur six qui ont pas 'ê d'llne vo:x grave qu'Il me dit : leur brevet « A » l'année derlllere, - Les garçons sont heureux de cinq sont reçus ; pour le « Jl • venir Ici, Ils y passent toutes leurs 2 présenté~, 2 reçus ; et nous es.heures de loisir, le soir apr.ês le pérons !arre mieux cette année. travail, le samedi le dimanche. n'est-ce pas André ? , Le garçon à qui s'adressait cett. ,------------------., que&tion a 17 ans, c'est le benja- - C'est formlrlable, quand on min de l'équipe. . a commencé, on 'ne peut plus AMERIQUE U' SU - Moi ça fait un mois Què j'al s'arrêter. Dès Que j'aurai passé D D commencé et je voudrais bieQ Les me.aIeurs TISSUS Toutes F ournih,lres pour T ailleùra chez atolnes d'une espèce appelée hy- -------------------------------------~~-------------~----------------------------------- AMERIQUE DU NORD Que le moniteur me laisse lei commandes. 'ZAJDEL 89, r. d'Aboukir Paris-l' Mét.: St-Denis, Réaumur. Sentier TH : GUT 78-87 J;lOULANGIlRIE.PA'l'ISSllRIE ISRAELITE Spéciàllt •• étran;ère5, Pains de ,eiglé · BERNARD lI, rUI N .... name-de-Nazardh ~ARIS-3· T.l.phone : TURbigo 94-52 M~me m~i!On: l, r. Ferdin.-Ouvàl Métro : Saint-Paul drogène et un atome d'une autre èspèce appelée oxygène, Les corps, t~l l'oxygène, dont les molécules sont formées d'atomes Identiques sont appelés corps simples, « Il n'existe dans la nature que 92 espèces de corps simples, dont 92 espèce3 d'atomes différents. Tous les corps purs sont des assemb! àges de molécules ·formées p3.r des combinaisons de ces atomes. Les atomes sont infiniment petits; dàns un gramme de fer i1 y a un nombre d'atomes représenté par le chiffre 1 suivi de 21 zéros, » Ceci dit, le professeur l'401éculus nous conseille d'aller trouver stn ami, physicien, le prOfesseur Elèctronus, pour de plus amples informations. Ml KA. (A suivre). Achelez volre_ moison, apparIement, commerc! ' ~ 1.30 PRETS 'longue écheonce CRÉDIT COOPÉRATIF FONCIER Service X Rien à rembourser en cas 49. rue George.V, Paris-S' décès ou d'incapacité


0-::,'- ...

UNE 1 -D E E , f UNE IDÉE et vous gagnerez le premier prix ISRAEL C'est Gérard qui vient de parler 11 est dessinateur et a 18 ans. Il y a encore Marcel, Simon, Paul, EmUe et IJucien et d'autres Qui m'ont tous dit leur amour pour ce sport magnifique et passionnant C'est avec uh peu de mélancolie qu'il m'a fallu quitter cec braves garçons en pensant a~ nomlïre incalculable de jeunet qui p)urraient suivre leur exemple s'i! existait une aviation po pula ire à la portée de tous. .,. OCÉANIA VOYAGES - TOURISME 4, rue de Castellane Tél. : ANJou 16-33 all' ~rand 1 • concours '-----'---.....---------.-J de" D~ I--Je ~~ AVIS INSTITUTRICE diplômée donnerait leçons de françal •. Ecrire à Mme GRAUER, 2, rue Lieutenant-Colonel-Depart, Paris-16', 10 Le Concours de « Droit èt eo Dans ce cas, lés différents Liberté • est ouvert du 29 octo- $cénarlos peuvent être énvoyés rrr;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;:;;:;;:;;:;;:;;:;;:;;:;;:;;;;:;;:;;:;;:;~ bre au 15 décembre, dans une même enveloppe. 20 Ne peuvent y participér que 70 Les meilleurs scénarios se· les jeuncs de mOJns t:le 2~ ?PJ" Charlesj;Charles 19 janvier 2010 à 09:41 (UTC)m~e~\nCharlesStt~~s Charlest: ' 3° ChaQ~e conCULTent devra tes de leur. auteurs. écrire le scénario d'une bande li- 80 Les auteurs des scénarios I.ustr~e, mettant en sc~ne Pok et ainsi Illustrés recevront de nomBimbolet, Il suffit de raconter breux prix : livres, abonnements la scène, Il n'est p:lS nécessai!'\! è.. Droit et Liberté », Le preoe la dessiner. Cinq des3ins, au mier pnx sera une montre. maximum doivent être prévus. 9' Le jury est composé par la 4° Chaque scénario doit être rédaction de « Droit et Ljberté li adressé à « Droit et Liberté» et les dessinateurs col!3borant au (Concours), 6, boulevard Pois- ;ournal. Il est interdit aux jeusonnière, Paris-g" en y joignant nes travaillant.. pour « Droit el une bande de Pok et ~imbojet Liber,é. ou ayant de! relations pa ru~ dans un numéro dé « Droit avec un quelconque collabo:'ateur et Liberté ». • du journal, de participer au con5' Un même concurrent peut envoyer plusieurs scénarios, à condition d'y joindre le même nombre de bJndes découpées dans le jouniat cours. 10' La première bande illustrant un scénario de concurreht paraltra da-ns le premier numé- 'ra de jlnv.er PRESIDENTS DE SOCIETES ET , " D'OEUVRES SOCIALES POUR VOS COMMANDES DE JOpETS DE FIN D'ANNEE Ik DROIT ET LIBERTE» est en nU!lliUre, cette année, de vous obtenir les PRIX DE GROS 1 •• plus intéressants ! GRAND CHOIX DE COLLECTIONS pour tous les âges (garçons ou filles) Dix stries différlnfes PRIX ., , ... de 250 à 600fr. le colis CHAQUE JOUET OU ENSEMBLE EST LIVRE DANS UNE BOITE INDIVIDUELLE, PRETE A ETRE DISTRIBUEE PRESENTATION TRES SOIG--::C Liste documentée gratuite liur demande contre un timbre de 40 fr. à « DROIT ET LmERTE », 6, Bd Poissonnière, PAIlIS-Il.' ENVOIS D'ECHANTILLONS CONTRE REMBOURSEMENT Pour être livrés en temps voulu, commande~ immédiat~ment LES 1'1EILLEURS 5OEONT ILL ET PARRITRONT CK~QUf. S H, NECAS. AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoleum, Rémoléum, Balttum ToUes cirées, Papiers peints, etc. Eis MAURICE W AIS 98, boulevard ?tlénilmontant pARIS-XX' M.: Père-Lachaise. Tél. OBE 12-55 Succursale : 40, rue d. Rivoli - PARI L'Annuaire du Judaïsme EST PARU 6 pays - 225 villes 600 Organisations - 4.000 Noms Des statistiques Des adresses utiles· Des articles Des documents TOUTE LA VIE JUIVE en France. Afrjaue do Nord, Belgique. Holla,nd •. Luxembourg, SUÎ5Se EDITIONS IMPRESS 6, Bd Poissonnière, P aris-g' KAMB_ La littérature américaine compte a ujourcL'hul Ull grand Hom de plu~: LE LECTEUR VOULANT PARTICIPER RU CONCOUR~ E.CRIRA UN 5Ct NARIO, COURTE HIS10IRf. D'UNE PA' GE SUR N'IMPORTE QUEL SUJE. T, DANS LUOURNAl , DE. NOMBRE.UX ... Arthur Miller. De même que John Steinbeck et Howard Fast, c'est en renversant le « Veau d'Or » de la vie américaine et en dénonçant" le terrible' et bien réel esclavage moderne, c'es~ en attaquant avec audace les préjugés ,raciaux et les injustices qu'Arthur Miller s'est acquis une immense notoriété. Nous publions ici un de ses romans nouvellement traduit en français (1). Roman simple, passionnant, convaincant, admirablement mené. « Focus :o. ou l'histoire d'un Américain victime de l'antisémitisme. (1) Editions de Minuit, CHAPITRE PREMIER IL s'6talt endormi, ex ~énué p!!.r la chaleur, lu os ~ouloul'eux. Longtémps, il demëura étendu, à la. recherche d u~ rêve qui le fit tom b ~ r dans l'incon~ci ~ nce, Et le cherchant, il s'endgrmit et le rève surgit. Il était dans une sorte de parc d·attractions. Une foule éeoulalt un ora:eur improvisé dont la face était luisante de sueur. Il s'écarta de la foule et Se mit à déambuler. L'océan n'était 'pas loin. Soudain, Il Se trouva devant un grand carrousel, bizarrement bariolé de vert et d'écar:ate. Chose étrange, il n'y avait personne aux alentours. Tout été dé.sert à perte de vue. Et cependant, le cari'ousel n'etait pas Immo· bile. Les charlots aux c!)uleurs Vives, tOtlS v des, accomp1issaie: lt leur ronde: PUIS, Ils s'arreLèrent et tou:'nèrent à l'eculom. Ils s'arrê.èl'cnt à nouveau et ~e remirent à. avancer Perplexe, il se tenait là, obsèl'vant les soubre8aut,l du ctlrrousel

souda.n, il comprit que, quell'}ue l,art sous t.' rre '111"

mllchine gigantesque était à l'oeuvre: «une usine », se dit-Il. Quelque cl10se se f"brlquait sous le c.ll'roasel; à. fo,c! de sa demandér ce que cela pouvaiL être, Il prit peur. Le carrousel déserté continuait à se mouvo,r d'avant en arrière: il s'en écar.alt Quand, pour .Ia première fois, Il perçut un bruit qui ca venait, une clameur grandiss.-tnte, un aPPJl... « . AI:ce ! Allee! Alice! l) Il s·évcillJ. en sursaut. On eût d. t un cri de femme. Un cri p .n;anl. Il hale ta t L2S yeux ouverts. Il demaur. éLdUdu .wr 501 li t. a~x aguets. • La nuit était pai"iblc. Une lente brise d'eté balançait agréablement lLO l'Id éaUX, 11 l'egarda 13 Cene ré c, l' , SI'et a d. l'avoir laissé "rand ouverte. Soud'l,ln. lés er;5 s'ele vlil'€llt a. nouveau. " AÙce Alice! " S 's bras 'clurnus se cl'i~père :1 t li ses côtés. · ll d2m(ura parfaitement immob,le. A nouveau, ies clameurs emplirent 1!1 pièce. " Allee! li Elles vena l~ nt de la rue. Réva.lt-il encore ? Il tenta de lever la Jambe. 11 y parvint. Il sortit de son lit ct, pl~ds nus, m3reha hors de 1 .. pièca, le long du couidor J~Qu aux lenétres d ~ la chambre donnapt sur la rue. Sans brui, il mulcva le store. A uprès du réverbère de J'autre côté de la rue, !l devlnall deux silhouette, anImées. L~ cr, 8 éleva de nouv,au m'lis, c~tte tOls, M. Newlll in p.'rqut les paroles: " Police. pollce. Au secours. police. » Tendu, cherchant à pcrcer les ténèbreS, Il se blottit près de la fenét,·. Une femme luttait. lUI s~ mbla- t·il, cl;m .re un hommè grand et fort. M. Newmann di ~ tinguait ma:ntenant la voix de l'homme. Elle grondait, mdnaçdnte, une volx rauque d'! vrogne, Cependant, la lemme 14i av~it échappé; eJle fuyait Fn dir~ction de la maison de -1- FOCUS M. Newman, L'homme la rattrapa au ml!ieu dé la rue, sur' ls, plaq\.le d'ègout qui vibra sous .son pods, tandis qu'i! fra~ pait la fèn'lme au visage, Sous son étreinte, el1~ se mit, d'une voix suraiguë à proférer de~ mo:.s dans un dialecte qui rêssembl$lt à. de l'espagnol: probablement de Porto-R:co, estima N. Newman. Il r~conl1ut toutefois, avec SOUlagement, que l'homme s'expr;mait en anglais, Le bras ,libre de J'ivro. gae s'éleva de nouveau, comme pour frapper; 1& j'emme se remit à apinlèr la police. Mals c'était maintenant d'une voix suppllan :e, ses sanglots implorant les ténèbrrs. M, Newm"n, à vingt mètres d'elle, percevait la respiration haletante qui la secouait, tandis Qu'elle appelait. Elle se tournait vers la . fenêtre. Elle avait observé sans doute que les stor~ s venaient d'en être relevés. M, Newman fit rapidement un p:l.S en arl ·ière. « Police . » Il songea qu il était IlQ-pieds; ~ans sc~ p~ntoufles, 11 ne pouvait être ques:ion pour lui de sortir pour mèttre fin à cette scène. D'ailleurs, Il était ~cul, pero sonne n'avalt bougé dans tout le bloc (1). S'II app~lait la police, la femmr et l'homme probablement auraient disparu avant _ qu'elle arrive, il ne saurait expliquer pourquoi tant CI'histo 'res. Maimenant, le couple bataillait à· dix pieds a peine de la petito p~lous~ qui s'étendait devant chpz lui. Il n~ pouvait d:scerner le v;sage de la femme : elle se trouvait en tre le réverbère ·~t lui; mais dans cet :e nuIt, et sous l'empm!! de son brusq'ue réveil. il lui sembla qu'il djn~tlnguait ses yèux. J"es prunelles étincelai'èllt contre la pev.u sombre'. ~~ elle dil'lgcait son reg3rd désespéré sur la maison. et les au. tre ma isol1~ semb·abl ~." nêrrièl'es le f 'nè',j'c, d ql1ello~ p " . suréme:tt se trouv~i ~ nt des gens qui l'observaient. Il s'é:olgna de 1,1 fene rc n d ,~ la femme oui appcla.t la pOlice avec C3 ~ aCGent. Il fit demi-tour dans l'obscurité, et sorc;t de la pièce. .. Police, )J U l'e fol6 dans sa chambre, U abaissa la fenèt!'e, dt façon li, rendre tout passag~ Impossible. COuche sur I ~ dos, il tendit l'ore me. Le sUence ré~nait à nouveau dans la nuit. Il attendIt longtemps. Six blocs pus loin, on pn enda.t le métro aérien gronder da '15 sa cow'se vars M:1nhattan Aucun $on ne montalL plus de la rue. Toujours a 'IO!lgé li hOcha la té:.e. tâchant de se représenter quel genre de r.~ml11e pouvait déambuler toute scule à cet,te heure lllduc. Sinon seule,. avec ce genre d'homme Peut-ëtre travaillait-elle dans une eqtllp~ de liui : eiJe aVl ,t Pli e:re molesté ~ Pd.1 un IIconnu Peu probable. SO'l acc'mt su:fisa't à convaincre M Newm:lll QU'elle. ne se trouvJ.it pas cI ~.hors à dei fins tr~~ avouables et, qUI plus est. IUbl _4ée qu elle était à c~ genre' (1) EqUivalent chez nous d'lm « ilot »: pMé de malroncompris éntrè Quatre l'ues ou avenues. Note de la traduc: tion,) -2- l'OCUS d~ traitement, Ce n'était pas chOse ràre t. Porto-RlcQ, Il le savût. Epuisé, l'esprit vague et à peine Gon~cient d avoir été révelllé il ferma les yeux, cherchant le sommèll. Lentzment, ses d~i;l-tS courts et grassouillets se détendirent ; ·ses lèvres s'erhr ouvrirent, aap l'èl'enl comme la bouche d un pOlS3on, cal' son nez trop étroit ne lui permettait pas de respirer à fond, fl reposait. comme d habitude, sur le dos, une main sur son ventre rond, ses jambes un pzu arquées et courtes bien allo.lgées. les orteils soulevant lc drap: Jusque dans lé sommeil. il sembait conserver le sens des convenances, cal' lorsque, au bout d'un moment, la brise fut tombée, sa malll douc ~ ment éloigna le dru p, puis. relagna sa place bien au chaud SUI' son ventre, A son réveil, drap, e ~ couver~ures selient à. peine froissés ; et ~es cheveux aux reflets l'OUX, r u'un long Usage ap:atissait de pan Ct d'autre de la raie ~u';1 portait à gauche, pOllrrai~nt presque se paôser d 'un cOup de pe.gnc. . CHAPITRE II IL fut un temps - jusqu'a ces dernièrèl ~malnes' - CÙ 11 aimait sortir de chez lUI. le. ma~m. Il surgIssait sur sa ter. se avec la vlvaci ,é decldee d un o:s "au Et, tout tn deslaendant J'allée de brique, il parcourait du rega.rd ses qu~lque sCx ieds carrés de gazon, à. la recherche des bouts de Pld~€ l' ~ue le vent de la nu:t aV.1it pu y semer. AlOrS, ramassant ~I 'd~tnent les débris. qu'] d posa it dam la poubelle dr ~s, IJPI en bo:dure du lro toir, Il ellvelt,ppa:t !a maison d'un séB ald bref, malS col'I'~sant avml Ile se diriger vers le méf-t'u. 1 eg Il marchait vile, le COI pt en av ml à la. manière cie certallls chiens qUI ar\'lenteat une rue sans regarder III à drOite, ni à gauche. 11 semblait a.voir peUl' d'être surpns il Laner. Mais quand ce matin-là.

1 ,Hl'iva sur sa ternuse, la

cluleur sur ses bonne$ joues l'oses lu i l'appela son corps et son souci, et l'esplce d'un Instant il se sentit Calble et cl'alntlf. ri ma.rcha JusQu'à, l 'extr~mite de la terr&ôse et s'arrêt~, car Quelque chose craquait sous son soulter Il se pencha, Inspecta le 801 de brIque, et aperçut un mor- -3- l'OCUS è!au· de cellophane. Il le r3mllSoia entre deux doi~ et d~s r enrlit la pètile allée de ciment qui menait à la rue; là, dans la poubelle. Il déposa la cellophane Immobile un moment ,tirant son veston d'été bleu mari ne par-dessus son ventre - Qui commençalt à former un pro· montolr~, disait-il - il sentit QU'il tran,spirait sous son coJ d ur. Il regarda sa maison, d'un air absent. Un étranger à c ~ s parages n'aurait su dist:nguer la mOindre différence entre la maison de M. Newmann et 'ses voi. sine3. Tçmtes alignées à la même haut~ur, deux étagés de briques aux toitures plates, les garages sous les porches elevés en façade . Devant chaque ma~on, un orme au tronc grêle, ni plus ni moim touffu Que son voisin, tous. ayant é é plantés la même semaine, quelque sept ans auparavant lors de J'achèvement de la rangée. Mals, aux yeux de M, New- . man, il y avait des différences fondamèntales, Debout près d~ sa poubelle, il regarda ses VOlet" qu'il avait pcmts d'un vert tendre. Les autres maisons avalent des volets v~rt foncé, ' S~n regard carc ~a ses s:ores: il les avait fait monter sur char.1ièrcs, ils s 'ouvraient alnsJ comme des port~s, au lieu de se b~ l ancer sur une tringle hOl'.wmale, comme le fai:; aient les autres stores du bloc Plus d'une fo ;s il avait regl' ~ tté . co ntre toute raison, que la maison ne fût pa,s en bols. de façon à offrir encore plus de surfaCe à. peindre. Maintenant, il ne pouvait guère bricoler Que sur sa vo.ture, qui repQsait dans le garage, sur des supports en béton Avant la 1u'!rl'e, tau.., les dimandlcs, :1 la sorla it. l'essuyait légère- III nt d'un chiffon e ncausUqu~. 01'('5 al· les COUSSlllS et conrlu 's\lt sa mèrl' il l'églisr. San~ se 1'avou,'r il jot'i""aH bfau- • coup plus de la voiture depuis qU'elle ètait sur cales; car c'est un fa t bien co~nu Que ta rouill.' m,'nace terl'ibi, ml'nl llllè machme qui reste au !l'al'aJ~ . Duran ces dimanches de guerre, il sortait la battcr)e i'11acte, C!u 'i[ conservai ' il la ca,ve; il l'Installait dans la voIture quI! rajsa;t marcher qUélques minutes. Puis. il démontait la batterIe. la rem"!. t lit à la cave, tournait autour de la voiture, à la rrcherche de taches de rou :lJr.: d'une main, !aisait pIvoter les roues p~ur le ~rrus age. bref, se livrait rha"!ue d·manch.- aux ~(lin~ que le flbrlrant avait conseillé d? pre ndre d 'ux fo is l'an En flll de Journée, Il aimait se 1 1Ver le~ mains au Gt'1~.Sol" ent è! s'attabler de va~t un bon dinpr, con.'c ;cnt d,· I;e~ muscles pt de sa b.-· lIe sa'l lé S'assurant d'un coup d'oeil que le couvl'rc le de la poubelle é:alt bien fixé, il descendi t la l'Ue de son a)Jur.: decidée :V;a\:. en dépit de SOll plS régulier, dJ sen porL de té e sOr et 'Iroit il sentait Sp.s entrailles clsp àè,. Pour se c'llm ,r il ' é ml' à. penSer à sa mère, asdsr dans la cu l: ill3 t'Il attendatll l'ar. rivée de la f{mme de ménagé qui lu! preparerait son breakfast. (A sulvre.J -4- • - --~ -~- ------~- -- -- • DROIT ET t.lsrnTE" --------------~-----------------------------------~~--- " ft .e' futmme mé'iite d'êtfte peint DÉCEPTION AM ÈRE T OU T E l'a ven u e d e 8 Champs-Èlysées rekardè ' sur l'affiche les belles jambés aux bas noirs de 8ylvil- na Mangano. et fait la queue. Ce sont de3 jambes quI ne peuvènt décevoir pérsonne. Elles courent dans l'eau des rizières, elles dansent sur le quaI des gares ou s'allongent sur les pauvres Bts des dortoirs. Elles val eut la peine de l'attente. Sylvana Mangano. à elle toute seule, donna,it à ce filin un ga:;e de succès. Et comme Giuseppe de Santis nous avait montré l'année dernière cétte « Chasse tragIque ~ Qui II! Dla~ait parmi les grands réalistes italiens. on pouvait CrOire que la vie amère des riz ères se développérait tout Ilntière devant nous, et que la belle Svlvana nqu$ alder~It, à plonger au .~oeur de ses bataUIès, Mais la rizière n'a donné que son plttèrèSQUe. et les batallles sont cie celles que l'on voit quoti- ~ diènnement sur nos écra.n~ à gansters. GIuseppe de Santis a-t-il eu peur de la monotonie ? Il a pimenté ses rizIères de colI!ers volés, d'hystérie, de revolvers, de petits voleurs séducteurs et de sergents morali!i::ttéurs qui ont englouti la rIzière. La déceptIon est d'autant plus amère que l'on espérait un chef-d'oeuvre. Que n'aurait-il pu faire s'il avait laissé son sujet se développer, /Jan. le craindre ? ... Les « mondlnes ~ repiquent le rIz. et le débarrassent de ses mauvaises herbes. « LeS jeunès au repiquage. les viellles au désherbage~. Elles sont dans l'eau jusqu'au genou. Elles marchent en longues files lé long des digues. . Elles n'ont pas le droIt de parler. S'il leur faut parler, elles chantent. Elles sont venues de partout. Elles travaillent. peinent sous le soleil ou la pluIe, prêtes encore a. renouer . le soir avec les La belle Sylvana Mangana, vamp et mondine 1 ·out Par'is pour Chi7lnène ·a les yeux de Rodrigue. AUJOUnD'HUI BritanniCLIS, hier et demain le Cid. Nous revenons aux grand!! classiques. Serait-ce la fin d'un malèntendu ? Déjà, certes, la tentative triomphale dé Jouvet avAit montré que la réconciliation était possible. Molière restait tout près du coeur des Français d'aujourd'hui. Son comique puisait à des sources trop éprouvéès et restait, à l'égard d'une tradition perma'nente dè notre esprit, ·dans une trop fidèle rés.onance pour ql\'on pût valablement pa.rler de di. vorc~. POUf que tout fût clair entre un péuple et une oeuvre où il 8e retrouvait en entier, une renMntre avait suffi, GrAcès en soient rendues à ce-lui qui la provoqua, mais, si elle fut néce6saire, la faute en eet à ceux 'qui confondant la poussière et le rèspect, nous rendirent les cla$siquss odieux, Qu'en ne s'y trompe plU!, le retour au XVII' siècle, c'eet la saine révolte de l'élève devenu un homme contre le Profeeeeur, et il y ·a dans cêtte volOnté de renouveler le théâtre classique je ne sais quelle sourde rancune à J'égàrd de ce dirigisme de l'admiration dont, il y a vingt ans, l'uni veraité faisait sa loi. . C'EUT été manquer de fierté que 8e rendre complice d'une admiration sur commande qui s'accompagtlait deà fastidieusee obligations de la vie des potaches. . Il a failu, dix arul après, le hasard d'un livre retrouvé pour qu'un voilé se déchire, pour que la pièce apparaisse comme une chose vivante et riche. neuve comme un~ découverte, et dès lors, on se sent plein de colère poUr ceux qui nous l'ont cachée ou n'ont pas su nous la faire !!Cntir. Dans leur vénération maladroite, ils l'avaient drapé~ dans « le linceul de pourpre où dorment les dieux morts ~ et c'était une momie dans ses bandelettes. C'eet contre eux qu'il f,.ut aujourd'hui la retrouver, la rajeunir, bref lui rendre la vie. Semblable était, il y a trente ans, la tentative des 8urr~ alietee d'oJ!lPoser les auteurs maudits aux gloires de!! ma· nuèllS et d~ éloges officiels, de rayer Voltaire et Rousseau, de leur substituer d'Holbach et Sadil. Cèpendé.nt, ce qui était ai$é avec Molière l'était moins avec les gr!nds tragiques. Commènt . eè depêtrer dè ces sentiment/! encombrante et anachroniques, de cas monologu eS tracés àu cordeau et aussi difficiles à. manièr que les choeurs des tragédies antiques, le tout dans un cadre d~euet qui risquait de décourager Padaptation ? Comment briser 'l'artifice de ces récits interminables qu'exigeait l'unité de lieu. (Un dramaturge moderne aurait mille façons de porter à la scêne. directement. la combat contre les Maures, sans recourir au récit dont les évocations, et il en est d'excellentes, jamais ne remplacèront la vie.) C'EST tOute la ,difficulté de l'entreprise. La Comédie, . Française et Jules Bertheau. reprenant le Cid, salle Richelieu, en sont venus à bout. Il s'agissait de conserVer à la fois le · pittoresque folklorique et la coulèur espagnole, mais avec discrétion. Il s'agissait surtout de dégager le contenu humain perman~nt, celui qui résiste à l'épreuve du temps (ce qui reste quand la grandl10quence et la déclamation ont disparu). Les décors de Donga, dans leur précise sobriété et leur puissance évocatrioe ont satisfait la premiêre exigence. La mise en scène de Julien Bertheau, le jeu deI!! interprètes dont tous mérilént d'être loués, ont fait le reste. D'André Falcon nous dIsons qu'il f.lt Rodrigue, totalement. Thérèse Marney, une Chimène douloureuse et fière; Jean Devy, Yonnel, Debucourt égaux à leur tâche; l'infante émouvante d'humanité. Tous ensemble, ils ont Su secouer la poussiêre de la statue oubliée. André SOREL. 1 hommes des aléntours d'an-r------------ciennes amourettes. De Santis voulait les montrer dans leur courage et lèur malheur. Au lieu de céla, il a forrné aveè leurs jambes nues des ballets trop beaux dans l'eau boueuse. Il a fait d'elles un décor trop bien organisé, qui s'en va finIr misérablement à grands coups de revolver pàrml deux couples écroulés cont. re les murs. autour d'un collier de désespoirs,. d'amour$ particulières, avec un boeuf pendu tout saignant au milieu ... La salle rit un peu. Et le suicide final de la belle Sylvana n'émeut pas davantage que le naufrage de ses Il /aat entrer ooir rêvfls enfantins. L'héroïque. M. Bonlface Que Fcrnanctel soit un corné· dien de griLnd talent, personne tt'en doulait V/us après l'avoir VU (Ù1.71.3 « Angèle» j01ler dg tout SOl/. lOng visage, de tous ses 91'a n ds bras, de lous ses bons regards rusés, ce râla M paysan qui l'arra· chail. à la trivialité habitu~lf e de ses films. L'héroïqve M. Boniface r/Niollne à Fernandel cette pérsonnlt'ité nltïve et S)impathtque . que son visr1tJe réclame et que son jeu sait si bien servir. Il a trouvé un è'I, dovre dans son tit : 1Ioiei ['his. loire. Lé hasard l'entraîne aus~itôt pal'mi des al;entures de jan· taisie dont il se tit. avec ban· heur. Plus de gros rire; la mâ· chaire ne constitue plus l'esssn· tieZ dU spec/acle. On se trouve enthl!né dans le rythm n gai d'ilne comédie charmante. Le chef de gan,g (Alldr/lJ:l .et la jOlie Liliane Bert font plaisir à voir. Les re· volvers pétaradent joyeusement tOli-t autour .. On rit éf on se re· pose à la fois, • S3:lon d'Automne • Salon des Tuileries • Surin dépendants Chaque scène de ce film semble apDorter le témoigna~ e d'un talent, d'une force, d'une grandeur gaspillée. Les chants sur l'eau. l'installation ou le répos dans le dortoir, l'accouchement dans la riziète ... Le ganj(ster joli garçon. la complice brumeuse. la troD hystérique Sylvana en quête d'ardeurs à. l'àmérlcalne ·engloutlssent tout cela. TI ne manque pas même la bagarTil. et tout le r,.,,')nde Il S~lntGermain - des - Prés -est d'accord sur la qualité exceptionnelle de la scène . dite ': de la Boris TASLITSKY. - Pêcheurs bretons Il/aut passer·i!eoQ.nt UOuverture qe la Saison artistique a eu cette annèé' un éclat inaccoutumé. Le mérite :n revient au Salon d'Auton'me.- auquel lurent consacrées dans divers publications plus de colonnes qu'on n'en mit jamais à la disposition dès cri~iqué~ ni' IYellatlon » ... Les mutinés de Big House d'art: Pour ne s'en tenir qu'aux Salons, ce mois d'octobre a vu s'ouvrir en oulre le Salon des Tuileries, à la Galerie Char- AUX premièl's temPS du ftlm pe;tller, et le Salon des Surindépenclants, au Parc dès Expositions cie la Porte de Versailles. Manifestations d'importance On ne peut s'emoêcher de penser au courage et aux mIsères des femmes ItaliennéS pendant les. grèves agrIcoles .du mois de juin. et à l'attl1osnhère de combat dans les campagnes. et à la victoIre ... Les mondines de dé S~ntis né viennent pas de là. On sent pourta.nt Qu'il saurait falrê vivre comme personne ce peunlê en lutte qui le hante. et dont deux fois Il a tpnté d'exorlmer le combat. La troisièmè Mra la bonne. Et. souhaltonl! nUIl le nrochB.ln film annnnr,é nous fa~se I)ubller les étrimges erreurs de rp riz amer qui parlanl, « Big House » tout coUrt Illegale, sans doute, mais qu'il est bon de signaler pour faire le point en ce début de saison. avaU r/importi! un succès mérité· C' On se souvient drl cette grande est à 'juste titre que le pement de la peinture de no- garde depuis quelques années. révolte de la jin, de cetté grande Salon d'Automne a la vedette. tre temps. Le tableau d'André Fougecour où tournaient les cond,a,m· DepUis sa fondation, quI re- La critique ne s'y est pas ron, HommlJge à André HouqnUése. vdieun nbèrunti t fadeir ele usursr pnaoss ...é cMmaniss mont e à Pl' è s d'un demi-sié- trompée en portant surtout 11er, inspiré ·par la mort d'un ces « mutinés de Big House », ce cIe, ce Salon a vu na!tre tous ses coups ou 'ses louanges sur mlUtant communiste, assassivieux fil'11/. bêle qui essaye de re· les grands mouvements de la Salle 1. La Salle !, ' c'est né pendant qu'il collait des nouvelrr lè succès de t'autre? l'Art contemporain. Son his- déja presque un fait histori- affiches, est incontestableOronce , nouuns mr.èognllerme eunnt e fépruricseo.n dteés. t0 rei sé fcon o nd avec celle de que. C'est là qu'ont été ras- ment l'oeuvre la plus reprégeôlii! rs féroces. toutes sortes de l'Ecole de Paris, ce qui n'est semblées quelques oeuvres sentative de cette salle. On se vérités qu'il eût été bOn de dé· pas un min.ce titre de gloire. dont le caractère commun ré- souvient que l'année dernière !tonrer sans les assaisonner de Aprè~ quelqlles années d'es- side dans le choIx de sujets Fougeron avait exposé ' Les fadaises. Car e/tes sont là pour la .. gloire d'un aumonier au grand souflement, le voici replacé à sociaux, éxprimés par des Parisiennes au marché, 'et coeur, qui de temps en temps ca- l'avant-garde : une fols de moyens réalistes, en rupture Bori~ Tasl!tzky. Les Délégués, pilonne un petit coin de férOCité. plus y naît un: mouvement avec les recherche" formelles, dèux toilés qui firent beaun'est pas le vrai. Il y a dans ce film' trop de ni!!i· dont on , peut déjà préVOir de purè technique, qui cons- coup de bruit. CatherIne MAI. serie pout que /' on soit sensible à son petit essai dé courage. qu'il bouleversera le dévelop- tituaient les Critères d'avant- Au Salon de 1949, nous re- ANATOLE FRANCE DIALOGUE SUR L'ANTlSÉMITISME A l'occasion du .vingt-cinquième anniversaire de la mort d'Anatole France, Ill. Claude Aveline, auquel son érudition francienne confère une autorité indiscutée, a choisi pour les recteurs de Droit el'Liberté un texte très peu connu du grand ' écrivain. On verra que ce Dialogue sur l'Antisémitisme, qùi figure dq.ns lin recueil de 1902 ; Opinions Sociales, est digne de ce que l'Hisloire Conlemporaine offre de mèilleur. •• .,., - M aaanle Césaire Mol, je suis antisémite de · sentiment. Monsteur Bergeret Il n'y a pas de raison à oppoSer è, cellelè.. MUs le sentiment n'autorise pM l'iniquité. C'est è. vous-même ' que vou~ faites tort en étant injuste envers les juifs. L'arrêt du Conseil de guerre qui a eond~mné Dreyfus Innocznt cause plUS de dommage aux juges qu'à leur victime. M ada7lle Césaire C'est une antipathie qui me vient de naissance. Le citoyen Coton Ou plutôt ne l'avez-vous .p:!.!; prl.è qans les petites histoires saintes qU'oll vous donnait à liré quaild vous étièz énfant ? Madame CéSàI1"e Je ne crois pas. MOnsièur Bergèret Ou moins avez-vous pu remarquer, n'làdame, ·/jue lés juifs sont traités avec beaucoup d'&mour et beaucoup de h:!.ine dàns ce$ menus livres de dectrlné chrétiénne. Avant Jésus-Christ. lis sont lè peuple élu, la nation chérie de Dieu, Bossll,et lés loue comme jamais rabbin n'Ma le falrè. Mals après Jésus-Christ tout change. Ils ont &ccompli le plus grand des crimes : lis sont dès maudits. Le- tr&ltre Judas devient le syn'lbole de toute leur raCé. Sans doute vous leur reprochez la mort dé votre Diêu. Madame Césaire A propos 1 J'ai lu, dans uJ,1 artiçle très bien fait, que Jésus n'était pas jul!, qu'il était né en terre des gentils, qu:il était aryen. Je m'en doutais. Mals j'ai eté bilill contente d'en avoir la cel·tltude. Monsieur Bcrgerèt Vous croyez, madame, que Jésus n'étil!t pas jul!. Alors que faites-vous des deux généalogies par lesquelles Luc et Matthieu rattachent le Messie à. la l'ace de D:\.vld, pour l'accomplissement des prophéties ? Madame Césaire Je n'en fais rien. Je suis trop contente que Jésus-Christ ne soit pas juif. Monsieur Romancell Moi je suis ennemi des juifs, e.t ce n'eat pas pour des raisons confesslonnélles. Je lèur reproche d'être cosmopolites. Et je considère le cosmopolitisme comme le plW; grand danger qui menace la France. Monsieur 'Bergeret SI c'est d'être cosmopolite que d'éllre domicile chez tous les peuples, 11 éSt vrai que les juifs sont cosmopolites de nature et de témpérament. Ils le furent toujours. Ils l'étaient avant que le délicieux Titus el1t grandement favorisé cette inclination l1aturelle en faisant de la Judée un désert. Mals il faudrait rechercher si les juifs lie sont pas capables de s'attacher à leur pàtrie adoptive. On reconnalt en France que les juifs d'Allemagne sont Allemands. on reconnaît en Allemagne que les juifs français sont Français. M01lsleur Romancey Les juifs n'ont pas de patrie. Ils sont agiQteurs ou spéculatew·s. Ils procèdènt au dépouillement m6thodlque dès clu-éti'ns. Cela crève les yeux. • Monsieur Bergeret Il y a quatre-vingt mille juils en France. Tous ne sont pas agioteurs. Le plus ,rllnd nombre est pauvre : autreteÎl; les sOirs d'été, en passant par le fauix'~rg SalntAntoine. je voyais, sur des bancs. autour d'une petite ~lace plantée d'arbr/!s dès juits déguenillé.s. Vieillards. femmes: enfants, filles aux noires chevelures. serrés les uns contre les autres, ils montraient, sous l'armée innOmbrable des étoiles, avec tranquillité, une misère antique d'un écle.t orléntal. Ceux-là, toute la journéè, travaillaient chez les patrons du faubourg ou brocantMent de vieux habits. Je crois 1I1l'ils étalent plus attachés à leur religion que les bardns Israéiités qui tiennent trop de place de.ns notre société, Mais ils ne procédaient point au dépouillement méthodique des chrétiens. Dèpuls lors j'ai véeu én provl!1ce et je ne sais ce que sont dévenus cês juifs du Me.rais. Ml!.!s je COlm ais des Israélites qui ont voué leur vie a la science et qui, par leur~ tfl~vaux, honorent 1\ Fra.nce, notl'e patrie et la leur. L'un est , un des premier$ hellénistes du monde, l'autre a fait de grandes découvertes·en assyriolOglè; un ~roisième a recherché av!c une admirable méthode les ' lois du langage. On' trouvé des juifs dans tous les départements du savoir hul'nain. Ceux-la sont aussi étrangers au commerce de l'or qu'Abôulafia le K~bbàlis te, qui se livrait à de profonils cCalculs, non pour établir l'état dé sa 10r- 'TEXTE CHOISI - pAR 1 . u~lrv~ tune. car il ne possédait rien, mais pour c6l'lnaltrè la, vU6ur num~rlquè du nom de Dieu. Monsieur Romancev Je ue nI 'occupe pas deS Juifs qui se cortlneut dans la science. Jé m'attaque il. la. haute banque Israélité, q.u~ est cosmopollte par tradition et 'par mteret. Monsieur Be~g€ret La haute banque càtholique a-t-èlle d'autres m.oeurS ? J'en doute. Je ne vols pa. qU'à la ]!Iourse 'le jeu du chrétien soit ditférènt du jeu de l'ista~lite. Madame Césaire J'al perdu dans les Mines d'or, Mon argént a passé aux juifS. Je ne m'~n console pas. Ii m'auralt été bien moins pé1üble d'ètré dépouillée par des chrétleris. Voyons, rst-Il possible de subir la 101 de l'argent juif? Je m'adr~5e il. vous, monsieur Coton. Nous n'avons pas les mêmes idées en religion et en pol1tlque. Vous êtes pour la suppression du hud;;et des cultes, ce qui serait u.ne Inillulté monstrueuse. une spoliation. Vous êtes pour la socialis3iioll du capital. .. C'est comme cela qU'on dit, n'est-ce pas 1 ... Le citoyen Coton OUI, madame. . Madame Césaire C'est une chose af!reuse ! Quand on a voulu mettre l'impôt sur le revenu, j'en al été malaclè... positivement 1 Je connaissais la femme d'un ministre. Je suis allée la trouver. Je me suis jetée à ses genoux. Je lul al dit : c Madame, ne permettez pas à. votre mari ,d'accompllr cette infamie. ) C'est vous dire que nous n'avons pas les mêmes opinions. Mols vous êtes Français, vous êtes Français de race, d'ori· gine, Français de vieille souche ... Le citoyen Coton Je suis le fils d'un cordonnier dé la VIlette et d'une laitière dè Palaiseau. Madame Césaire Et bien 1 est-ce que vous n'éprouvez {las pour le Juif une Invincible répulsion? Estrce que tout en eux, leur parler, leur aspèct, ne vOllS choque pas ? ,,~ citoyen Coton Excusez-moi, lTIadame. Je n'al pas de cés délicatesses. Au S6rtlr dé l'Ecole normale, je suis entré à la rédaction d'un journal socialiste. J'éCl'is pOUr le peuple et je pense comme lui. Le bonhomme Prolo ne hait pas un hom,lue pOUr la formé de son nez. Et puis, permettez-moi de vous le dire : Il est affranchi des superstitions qUI ab~tissent les bourgeois èt les rendent méchants. Il né crois, pa,s què les julfs ont UI'le figure de bOllC. d~s cornes, au front et un appendice caudal. qu'ils répandent du sang par le nombril le vendredi saint et qu'Us crucifiènt UI'l. enfant en cérémonie. Il salt qu'il y a des Juifs occupés uniquement de justice et qui consacrèrent lèur vie entière à l'affranchIssemènt des prolétalrés. Lés distinctions dé race ne le préoccupent point, parCê qu'elles sont chimériques et qu'Il vit dans le réél, au dur contact de la néctssité. lIfadàme Césaire Ah 1 si, par exemple 1 il y a des ouvriers antisémltês ; je les ai vus défiler sur les boulevards, dévant le Cercle militaire, un jour de grandè maniféstatlon. Le citoyen aoton Ne vous faites pas d'illusions. madame, le prolétaria.t ne sé souciè po~nt dé l'antisénlitlsme. Il a d'autres chats a fouetter. Monsieur Rè'lnancey Monsieur Coton, la question sémitique est un~ qutstion vlte.le pour la. Franée. Je suis propriétaire et agricultèur. Je parle en connaissance de cause. Le citoyen Coton Donc la lutte est entre l'aristocratie territoriale et l'ariStocratie financière. C'est une g·uerr.e de possedants. L'ouvrier n'a pas à Il'en mêlér. . Monsieur Romancey Il y a encore à. l'antisémitisme d'autres causes profondes. MonsieUr Bergeret J'èn suis persuadé. L'antlséttlltisme politique et 6Ocial, qui se rMtache. à l'antisémitisme religieux par les ralliés de M. Méline et les moines journalistes de la CroiX, l'lst fomenté non seulement par l'arlstocratlè ter~imne, agricole, qui ne peut soutenir la concurrence étrangère, s'appauvrit et s'épuise, mals aussi par la petite bourgeoisie arriérée et routinière, qui ne sait pas s'adapter aux formes nouvlles, plus amples, de l'industrie et du commer· ce. Tout ce monde souffre, et s'en prènd au juif qui prospère, et non pas toujours sans lnsolénce. ' Le citoyen Coton Tout cela, c'est du battage ! On crie « Sus au juif ! » pour culbutèr là. République, et se ruer aux places. Le, beau monde commence à sentir le besoin d'exercér, sous le Roi, des fonctiOns lucratives. Il a t ortement écopé dans le krach des Mines d'or. Les Mines d'or, ç'a été le Panama de l'aristocratie. Monsieur Romancey Il y a un fait, c'est que le juif nous dévore. Mais patiènce 1 Nous ne manquons pas d'energie. On trouvera moyen. un jour, cle lui falr~ rendre gorge, et on le mettra tout nu dehors. Le citoyen Coton Fort bien ! Mais quand vous aurez dépouillé et chassé Israël, lorsque M. de Rothschild aura vendu sa maison pour un Ane, les travailleurs en de\llendront-ils plus he.j1reux ? Le l'égime capitaliste leur serat- il plus favorable ? Les patrons leur fe- ' l'ont-ils des conditions meilleures? Le jour de notre émancipation sera-t-il plus proche ? pourquoi serions-nous antisémites ? Quelles raisons aurions-nous de préférer Rodin à Shylock ? Est-il plus agréable d 'être dèvoré par M. Vautour que d'être croqué par Moïse Geiermann ? Nous n'avons rien è. voir avec la synagogue, mais nous nous méfions de Notre-Damede- l'Usine. La puissance inique de l'argent, voilà le mal. Nous sommes également ennzmis du capital juif et du capital chrétien. Nous règardons tra,nquillèment les chrétiens . et le. séplites lutter pour la galette. Que Jacob dépouille saint Pierre ou que saint Pie né mette la mam. sur ie sac du juif. peu nous Importe. Mais Il nous sera agréable de voir la richesse Ile concentrer dans Ull très petit nombre de mains. Notre missiOn se trouvera iünsl slmpllflèe le jour de 18. grande liquldatlon. trouvons ces deux artistes, plus sl1rs de leurs moyens ; mals autour d'eux s'est groupée une bonne vingtaine de peIntres quI attestent que le mouvement a gagné en ampleur. Citons parmi les plus représentatifs, Amblard (La veillée à l'écurie) , Zambaux (Oimanche), Mllhau (La Ca· ravane de [a Paix), MarleAmi. e Lanslaux (Le Jard[n de banlieue), Sautreau (La Construction), GoldkOrn (Le Ghet· to de Varsovie), et n'oubllons pas là belle statue du sculp-· teur marseillais Roc, La Guerre. Toutefois, 11 serait faux de pàrler lei d'une école. Lés toiles de la Salle l préseiltent une grande variété dans l'exécution, voire dans la conception. Elles démontrent avèc évidence que la réalité, même et surtout dans sa forme soCiale, offre à toutes les nuances de la scnsib1llté un champ très large et une grande liberté d'expression. Urte secondé observation : c'Mt Qui!, par rapport à. l'ensemblé du Salon, et quellès que soient les qualltés d'exécution, la Sallé l s'élève par ses valeurs dl! contenu .. Nous sommes en présence d'un fait irréfutable : la recherche ar.tlstlque ne peut plus désormais s'étager sur le vide.. L'expérIence de la Salle ! met la peinture en de- ' meurè de dire quelque chose; elle rejette les recherches de forme dans le passé. Cette démonstration ne serait paS complète si elle ne s'accompagnait précIsément d'un recul très net de l'art abstrait. Il y a quelques années, les oeuvres abstraItes tenalènt une très grande pIace dans le Salon et représen-' taient ce qu'll était convenu d'appeler l'avant-garde. Cette année, elles n'ont pu remplir une salle et sé sont intégrées plus ou moins artificiellement dans. la salle conSacrée à l'hommage du regretté Charles Walch. mort prématurément dans h courant de l'année. Le contact qu'elles ont à subir de ce fait avec les oeuvres de Walcl1 lui-même,' pleines de forcè et de santé, avec le vIgoureux Port de Sète de Desnoyer, avec les tollés de V!I1on, de Rouault. de Goerg, etc .... ne fait qu'accuser la supérIorité des talent~ qui pulsent leurs force dans la réalité. Il faut en conclure que si la Salle l donne au réalisme une portée plUS grande pat l'introductIon d'un contenu social, on ne peut prétendre ou Insinuer qu'elle ait le monopdle du réalisme. Le réalisme est un peu partout dans ce Salon, et il S'y montre, ' d'une façon générale, en progrè". Les traditions d'objectivité de l'art 'français sont plus vivantes que jamais et tendent à reprendre le .dessus .. C'est généralement dans le paysage 9ue ce réalisme s'exprime avec le plus d'aIsance. On ne peut manquer d'être frappé, dans l'ensemble, par i'lnfériorité des représenta· tions cie la figure humaIne. Qu'est-ce à dire. sinon que le paysage est un refuge, le dernIer. pour l'artIste éprIs de réalité, quI n'ose encore aborder le fait social ou n'a pas vu le sens de la réaUté BQeiaie. A travers la figure hu· malne, la réalité sociale finIt toujours par s'Imposer, et c'est là Que le dr!!-me commence. SI elle veut progrèsser, l~ peinture dàit résoudre le pro. blème. Pour avoir déjà ouvert les voies de ce progrès, le Sa.lon d'Automne 1949 est Ul'l grand Salim. Le public l'a bIen senti, qui se presse en foule cette année dans un lieu Qui fut surtout, jusqu'IcI, le domaine de s!,écialistes. Salon démocratique, lieu de rencontre dès artistes . qui n'ont pu forcer les portes des galerIes prIvées, et d;un public qui ignore, de son cdlté, le chemin de ces tabernaeies. • Sur ce point, on ne peut sIncèrement approuver la formule adoptée par lé Salon des TullerIes quI, loin de réponilre à ce. mouvement du grand public, s'est retiré dans une galerie prIvée. Ce Salon, déjà traditionnellementguiridé et académique, n'a pas beauè(mp à gagner à une telle rètraite. Mais on peut penser què celle. ci a favorisé une manoeuvr« déjà amorcée au Salon' d'Automne avec la rétrospective dé FrIesz et la rentrée de Legneult et Oudot, tous trOis 4: pèlerins de Weimar , à savoIr l'offensive des ancienS 4: collaboratèurs ). C'est avec un véritable haut-le-Coeur qu'on trouve aux Tuileries, én bonne place, FrIesz, Detain, Vlaminck, Segonzac. POUl' s'être fait dans l'ombre ce blanchiment n'en ,,t que plus odieux. Ne cherchons ici notre satisfaction que dans les valeurs sûres. Les toiles d 'Utrillo, de Bonnard, de Dufy, de Rouault, ·de Villon sont des choses que l'on aime à voir et à revoir ; un buste dè GImond est toujours un grand monument de sculpturé. Mais où est le mouvement du Salon, l'ouverture sur l'avenir ? • Est-ce aux Surindépendants que nous allons les trouver ? Ce Salon était en effet considéré jusqu'ici comme la pointe extrême de cet avant-gardlsme formel qui se caractérise par un mépris total de la réalité et une entière llcenc& dans le jeu des formes et des couleurs. Il faut bien constater que ces prou~sses de haute voltig9 ont quelque peine à se fain prendre au sérieux lorsqu'elles s'étalent sur quatre salles d'exposition. La I1cence devenue à ce poInt systématique et l'audace aussi généralisée ne peuvent appara1trê que comme relevant de la plus regrettable facil!té. SI l'on trouve à l'occasion dans cette confusion d'aùthentlques efforts, on ne peut que déplorer qu'ils soient à ce point déviés de leur but et. pour tout dire, stér!1l· sès. AussI bien est?ce un vérItable réconfort Que nous apporte Jules Letranc avec son beau Paysage r'e Loçhes. La. raIson et le bon sens re· prenant leurs droits, du mê· me coup un admirable métier faIt ressortir l'indigence et la gratuité des recherches qui ne s'étayent pas sut' l'émotIon dlrècte et un véritable sentIment de ' la nature. Lefranc s'affirme comme un vérItable peintre et son envoi relève singulièrement le niveau du Salon, OÛ est l'avant-garde ? L& question se pose peut-être pour la premIère f0is d'une façon sérieuse. Et cela, gr ace au Salon d'Automne. Dès :i présent, il apparalt Que n(!)1.1s vivons depllis quelquès années sur une convention ; le Salon d'automne fait apparaltre que l'avant-garde de l'art ne peut être en dehors de l'avant-garde de l'humanIté • Jean MII.HAU. . Le GANG des' FOUS n'enverra plus de parfums à Ln Dame en Noir Notre envoyé spécial Il JOSEPH ROULETABILLE nous téléphone . 1 Le flacon est brisé et le parfum ensorcelant de la Dame en Noir /lotte comme un encens au-dessus des cinq cadavres de l'horrible tragédie ... Mystère. apparitions. crimes. foliP, hallucinant tourbillon autbur de 'la Dame en Noir, autour de la pauvre, de la chère Mathilde ... Mathilde, ex·épouse du ' meurtrier-c.adavre·-!antôme Larsan, tiancée recemment il; Dm'zac, Mathilde 'se sent devenir folle entre les murs d'un château hanté... , , '. Brûlant de lui veilir en aide, moi, Rouletabille, je décide d'aller 11isiter la fameuse- cli1lique d'alié1lés du s~ mpathique docteur Croisy Larsan, - qui n'est pas mort mais paTlLlysé. des deux .jambes · à la suite de son saut périlZel(.X dans un, égoût, e~ par , surcroît .à moitié tou, - organise une rébellion à la clinique. ' Ci-dessus, le docteur Croisy, neutralié par ,ses proprlfs patfents. • L'ÉPEE DANS LE. DÉSERT .•. La « guerre froide » entre Londres et Washington, dont la récente dévaluation fut un des plus violents épisodes, se manifeste sous les formes les plus diverses. Cette fois-ci, c'est d'un film américain qu'i] s'agit. Ce film, « L'Epée dans le désert »! qui vient d'être présenté à New-York, traite de la lutte. du peuple israélien contre la puissance mandataire britannique. li s'agit en somme de charger l'Angleterre de tous les péchés d'Israël. Aussi les critiques de cinéma britanniques ont-ils accueilli plutôt froidement la nouvelle production hollywoodienne. « Ce film est une insulte à la Grande - Bretagne » écrit le Daily GTaphic, qui ajoute : « Les producteurs VOUdraient lé voir projeter en Angleterre : s'il VOll .. ~ plaît, messieurs, pa~ . de ça chez nous ».

    • *

Du New-Chronicle : « On ,'cconnaît là le style le plus pur des films d'Hollywood SIlr la ,-ésistance en Europe... Une différence. cependant : les soldats anglais ,sont représentés comme aimablement stupides la où les nazis étaient brutale~ ment stupides ». Selon Le Daily Exwess, ce . film « montre l'armée (anglaise) comme une foule d'in- , dividus burlesques, irritables et indisciplinés ». '

    • .*

Enfin le Daily Telegraph note que « ce se"ait, pour . le ?\toins. une surprise, pour les spectateurs anglais, que de voir la brutalité peu CO'lnmune avec laquelle les soldats du film traitent les civils juifs ». ... provoquera~t-e"e UND U EL? BRITISH MUSEUM Dans notre prochain numéro: Vous lirez dans cette p~ge LA SEINE ... . .. et mes amours la CHRONIQUE MÉDI(ALE du Docteur ORLEANS "- et vous participerez au grand . concours d'échecs On pèse et lustre à tours de pattes en vue de l'Exposition çai1in •• le 5 novembre, à la Salle Wagram. Au Lycée Papa ... Au Lycée Papa ... ELÉGANTE de la tête 'aux pieds •.. AU LYCÉE PAPILLON Walt Withman trouva son inspiration poétique dans la démocratique vie qu~tidienne : (1) de l'Alaslca; (2) de l'Amérique; (3) des usines automobiles; (4) des aviMe1l.rs. Indiquez la réponse exacte: Une élégie est ordinairement (1) de nature triviale; (2) d'une longueur de cinq vers; (3) faite de réflexion et de méditation; (4) imprégnée d'histoire ancienne. Indiquez la réponse exacte. Robinson Crusoë est l'oeuvre de : (li J. Swift; (2) S. Johnson; (3) S . Ric/w.1'dson; (4) Daniel Dejoe. Indiquez la réponse exacte. Il 'J a dans un Bonnet (1) quatre vers; (2) un bre de dong o. • - Parlez moins for( chérie, vous Ces qu,estion7l4ires ont eté proposés à New~Yorlc à l'écri~ des examens de Hig:b. Sehool Regen t5, Qui équi'valent, pardon ... qui corresp'ondent à la première partie de notre baccalauréat, et ouvrent les portes des univel·sités. le poisson. Et pourtant, pourtant, nos grands couturiers ont ulle préférence marquée ppur ... C'est bien elle ! Sans doute la connaissez-vous . Partout vous la rencontrez. Partout vous retron vez ce petit sourire - ces yeux moqueurs - I:e nez qui rit. _ Personne ne s'y lromp'e, c'est la Parisierrne. Cette petite Parisienne qui sourit à la vue d'un chapeau grand chic, - et qni adopte pour elle un « bout de bèret ~ qu'elle plante gracieusement sur ses cheveux conrts. Fine et souple, elle porte avec aisance un tailleur classique, bien coupé et jamais démodé. Chaussures délicates, gants de daim, sac à fermoir, 5a toilette est terminée. Et n'est-elle . pas charmante? Elle c.onnaît - de très loin, bien sûr, - les noms. étincelants des grandes maisons de couture. Elle lit les reportages photographiques des luxueuses collections, et elle glane, par-ci, paî'-là, parmi ce qui lui semble le mieux convenir à sa personnalité, des idées ..• - .W- 'Fe - Je èrois qu'on a eu tort de faire choisir l 'arme au vicomte et la distance au baron. ... ...·,.11 - Cnclte-toi, je compte jusqu'à 10.000. Le diabolique LlLTsan ~end. un guet-apetls aux deux aclmirateur& ' 11 GRAND BAL DE NUIT de Mathilde. Il tue Dflrzac , m'assomme. Je me rélleille un revolver

-01& ,z~, Charles 19 janvier 2010 à 09:41 (UTC)âr~e i:;:a~é~ld:af,Charles 19 janvier 2010 à 09:41 (UTC)bf:r:;ri~%OUé c Tu vas vivre avec , ' . •

Nuit d'angoisse. Un {OU, anéien ' t'igane, joUe nll violult ... Larsan CUvague : Mathilde, cette nuit est notre vraie nuit de noces ... Tu ne me quit~era8 plus ... Je te terai faire une petite opération au cerveau .t tu m'aimeras ... •. Assommer un gendarme, lui emprunter son uniforme el sa moto, e, n'était. peut-étre pas très légal; mais ... Mathilde! Larsan flLl tué d(",s la bngllrre. Croisy aussi. Mathilde délivrée. tJt .moi innoce'nté. Mathilde va quitter sa robe de deuil pour ·m'épouser. Tl n'y aura plus de Dlme en NOl!' et ie vais chOIsir un parfum tout à fait difléren. t pOUT le lui olfrir ... Le Parfum de la Dame en noir, film de 'avec Sérge Reggiani. Hélène Perdrièr. . et M.arcel l:Ierrand Louis Daquin Lucien Nat. A L'OCCASION DE LA PARUTION DU PREMIER . NUMERQ de Or.'!!.t..{J.t..l.!.i!.;;1! hebdomadaire du M.R.AP. SAMEDI 29 OCTOBRE 1949 de- 21 heures à l'aube dans les somptueux salons de l'Hôtel Continental 2, rue Rouget-de-l'Isle (Métro : Concorde) Vous apploudirez vos vedettes préférées ,MARIE DUBAS CHAJÉLÉ ROZENTAL du Théâtre Juif Y. K. U. · T. et .•• BETOVE • Il est prudent de retenir d'avance les tab:es po~r le SOUper il DROIT ET LIBERTE, 6, Boulj)vard POissonmère. PARIS Tél : PRO, 15-01 et la suite " Billets d'entrée en vente' : M.R.A.P., 10, rue de ChâteaUllln 120. rue de Belleville DROIT ET LIBERTE et tOur ï; comjtés locaux du M. R. A. p , ... cet escarpin très haut, réchauffé de fourrure (Molyneux) ... ce large . bicorne, ... ... el ce sac, ô ce sac ! ... qui ressemble lant à un parapluie! ...ces longs gan ls de daim enrichis d'un hracelet de pierres précieuses (Dior) ... MON DOUX L. PÉI:HÉ Délicieux gâteaux à l'égyptieme: ménénas Mélangez une livre de farine avec une demi-livre de beurre amolli. Pétrissez bien la pâte en ajoutant quelques gouttes d'eau de fleurs d'oranger. Formez dans les mains des boules de la grosseur d'une petite pêChe où vous enfoncerez . le pouce, de fliçon à former un puits. Vous pou\\ez les farcir de deux mal1ieres ; dénoyautez des dattes et écrasez-les sur le feu avec un bon morceau de beurre ou pilez des. amand('s avec du sucre, de la cannp.lle et de la fleur d 'oranger. On peut ajouter à cette farce d e~ pis taches ou des noisettes' Remplissez les t'uits av,,"c l'une ou J'autre de ces prépa· rations . Posez les boules sur un plateau beutré. Faites cuire pendant vingt minutes à four trè. chaud, Saupoudrez de sucre tin. Les ménénas doivent être • . peine dorée •. " '

Notes

<references />

Format JPEG