Droit et Liberté n°00000 - Février 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Droit et liberté, grand hebdomadaire de la vie juive reparaît par Charles Lederman page1
    • Gardien de notre fidèle espérance par Pierre Paraf page1
    • Une enquête de Droit et Liberté: MM. Justin Godart et Emile Buré nous disent leur point de vue sur le problème palestinien page1
    • Michoels est mort (artiste juif soviétique) page1
    • L'état juif en Palestine, un rêve deux fois millénaire; à la croisée des chemins par le Dr M. Sach (Moyen-Orient) page2,3
      • Les deux "oui"
      • Ceux qui sabotent
      • Les conditions du succès
    • Déclaration des associations et groupements politiques juifs de France
    • Le tailleur de Carpentras par Joseph Millner
    • Zola antiraciste par Jean Tild
    • Jeune tu seras ici chez toi par Danis Senaz
    • Qu'est-ce qu'un jeune juif par Louis Mouscron
    • Maître de Moro-Giafferi plaide en faveur des immigrés


Numéro en format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

et LE GRAND HEBDOMADAIRE DE LA VIE ' JUIVE ' ~ R E·PA ·R AIT Une enquête de Droit et-Liberté ltprès une interruption de plusieurs mois, c( Droit et Liberté » va reparaître à la fin de février. Doté d'une formule nouvelle~ dans un format nouveau, notre journal s'est assuré la collaboration d'un grand nombre de journalistes et d'hommes de lettres. Pourquoi 'cette /décision au moment où des difficultés de, tous ordres sont imposés aux périodiques? . Parce qu'il faut, · malgré toutes ces difficultés, faire front et prendre oosition. Chacun· sent la gravité des heures'que nous vivons. Chaque Juif ' se doit d'être plus particulièrement attentif :aux événements et aux lendemains qu'ils peuvent nous réserver. Quelle est au'jourd'hui, queUe devra être demain ia ligne de conduite? Comment oeuvrer ' de' notre mieux pour venir en aide à la Palestine qui fait face à la fqis aux plus graves menaces et qui offre une chance à peine 'espérée, mais qu'il faudra faire aboutir •. Combattre l'ignorance, éclairer, instruire, ' telle est · l'ambition: ,de «Droit et Liberté ». Oeuvrer pour l'action dans la clarté, pour recueillir les ' fruits d'une histoire héroïque et quatre fois miUénair~i serà lq première tâche de « Droit et Liberté » qui ne .peut non plW$ oublier qu'il a . été l'ùne des armes de 'la lutte contre l' antisémitis~e et qui a l'intention de le rester. . « Droit et Liberté » correspond donc à une nécessité impérieuse. ·U accomplira avec honneur' son rôle de ·tribune ' libre d'information, parce .qu'il est' ai~é par des èentaines ·d'amis qéy~ués, parce que son ·ambition ~st d'être au service d'une' ,cause . juste. Charles LEDERMAN MICHOElS est mort Michaels, le grand Clrtiste juif sovié tiq-ue., le président du Comité ju if antifasciste de Moscou, le lauréat du Prix Staline, le militant de la guerre nationale contre l'AHemagne hi t lérienne, l'ami de la France, vient de mou~ rir. Il laissera une empreinte profonde dons la vie et l' a rt d e son pays et de l'étranger. C'est par le chant qu'i l est venu a u théâtre. Il fo isa i't ses é tudes de Droit à Riga quand écla ta la Révolution d 'oct obre. Il chanta it de vieux a irs du folklore, yidich, Un jour q uelqu' un lui t é léphona qu'un ce rta in Granovski (ce d e rn ier é tClit alors complèteinconnu ) ouvrait GARDIEN DE NOTRE FIDELE ESPERANCE par PIERRE PARAF Droit et Liberté va reparaître à Wle heure où les grands illtérêts , h'urnains dont nous avons la chargp. petwent être à nouveau en périt ' 'l'rois ans ct demi se sont écôulés depuis q(be nous avons rec01tVré nol.re droit, notre liberté. Att luI' et à mcsure que s'éloignent les souvenir8 de la libération, les liens enll'e f,.è,.es de combat se desse rrent. J) P.s « colaboralew-s :t j'elèvent la' têté. La (ésistance 7Jasse de niode. , Les tlaitres réclament plus que la . ' " p,tLié, une amnistie qui l('s met de 1 . plem 1JWÛ avec lew's victimes Je suis 'qu'il ne faut pas noircir le lablf3au, quc les forces de démo- 1 ! ci'atie demcurent les pins puissan' tcs, quc parmi tous les anciens compagnons de luttes, momentané, mcnt divisés, le souvenir des grandes hewes demeure intact.

  • lvlois ,où donc, plus ardemment

qu'à Droit et Liberté, sonnerait-on le l'appel de la vigilancc, de l'union, de lu fraternité? lttsq1t'en notre France génére'USe le racisme allemand a lais.sé des /.~·aces. Ce n'est pas en vain que 1'on a 1Jendant quat)'1! années entendu répéter au milieu de quels mensOllTlCs; ave.c quelle fureur maléfique! à.tout propos II!, nom de Juif, /:jtte l'on. s'est accoutumé à associeJ' c.ette , ~ualité à ',tel comportemelil clans la l,Iie pub#q.tbe Ott pJ·ivée. ~, , Quc la démocra tff prenne garde! _ La victoite n'a 1Jas complètemène clétJuit le inât. POW' le combaJ. t~e; il n'èst d'autre voie que celle où ' nous avon.~ toujours 1~~arché : maintenir lestiens les plus 1 eLrmlsentTe loutes les familles philo 'OphlqUCS et spirituelles., tO'!ltes les grandes forces populaires où les Juifs doivent être intégrés confondus avec lem's frères de' combat. T' ciller avec tt1te solidarité vigilante su~ le sort de lUJS amis immigrés. Reclal1,!cr. POg)" les «déplacés:) le dro~t de forger leur destin. Droi t et Liberté, natte journal dc la résistance et de la libération reparaît. Qu'il soit, en ce/,[c année du centenaire, où nOllS glorifions les élans où nous méditons les échecs de l~ Rét'o llltion de 1848 dont l'Europe cOJ:serve CnfOi'e le silloge d" lllmle; e, le gardien de notre fidèle e8]Jerance. MM. Justin ' GODARD ~ et Emi·le BURE nCH) S disent leur point de vue sur ' I.e p~oblème palestinien « Droit et Liberté» a cru qu'il serait intére~ sant de demander à plusieurs personnalités françaises leur point de vue sur le problème palestinien, après la décision de l'O.N.U. Nous commençons aujourd'hui notre enquête par les réponses qu'ont bien voulu nous faire M. Justin Godart, ancien ministre, président · de l'Association France-Pcdestine, et M. Emile Buré, directeur de .c< l'Ordre » . M.GODARD ' - Que pensez-vous de la décisio/ 1 de l'O.N.V. tendant à créer un Etat juif en Palestine? . - .le l'approuve plei nement. C'est une déci sion de justice. Elle n'i nnov·e point. La Palestine juive est, depuis 'le T raité de San-Rémo (1920), s.ous la forme du' Foyer_ Nat>ional; une créat ion internaho! laie. Les Juifs, pa, leur prodigieux labeu r, l'ont transformé en un fait économiq ue et social, d' une puissance ' de progrès et de pro-dtlction' ~o nsi dérabe. L'O.N.U. a donné à ce fait la forme politique qui devait logiq uement découler de sës origi nes et de SO I1· évolu- , tion'. Elle III place sous ·Ia ga r'antie des nations signataires et so us leur ,responsabilité. Il. fa ut qu'eHes fassent . IeSPec t ~r le droit des J uifs. - Le clroc elltre Arabes ct Juifs est-il inévitable? - Non. Depuis l'exode des Juifs espagnols, c'est-à-d ire depuis des siècles, depuis la colonisatoion juive qui a déb uté en 1880, depuis ·te Foyer National, Juifs et Arabes ont vécu côte à côte sans chocs appréciables. Les événements sanglants actuels de Palestine sont dûs au fanatisme suscité par le pro-hitlérien Grand Mufti d'e J ~ usalem, et par les féodaux arabes qui sentent le malheureux fellah, qu'i ls ont tou'jours âprement exploité, comprendre en voyant son ni\'eau de vie élevé par les Juifs, ql.I'fIS ne doit plus e nrichir.,ses maîtres de .sa misère. Seuls, 'les, Etats arabe&, me.mbres de l' O.N. U .~ pourraient entrer ,en guefl'e cont re la Pa1estine juive; mais ç.e serait aussi entrer en gu'erre contre l'O.N.V_ L'oseront-i,ls? J usqu 'à ce moment tout ce q ui se passe en· Palestine est l'oeuvre de pilla rds et d'assas-· sins diriges pa r lés officiers de Rommel. - Les événements de Pales tint! . auront-ils une répercussion sur la vie des Ju ifs en France el dans le monde? . - ~ . - Evidemment, fi gilOble <\ Ilti. sémitisme va exploiter contre les Juifs de na tiona lités européennes ou ext ra europêertnes, la création de l'Eta1 juif comme une obhgatiQI1 pou r eux de devenir; en droit et en fai t, des Pa ~e st i n ie n s. C'est uné stupidité. Les .Juifs irat1 çais ont quali té de Français pa r les conditions mêmes de leu r naissance, et comme tous les autres Français, qu'i ls soient protestants QU catholiques. Pour eux, la Palestine ne peut être qu' une patrie spirituelle, comme Rome po.u r les .chrétiens, La Mecque pour les: musulmans.

  • M. BURE

De son c6té, M. Emile Buré., directeur de l'Ordre, nous a déclaré

10 j'approuve la décision de: l'D.N ,U. Parce qu'il reste libre et indépendant, Parce qu'il dit la vérité, 2" Le choc est évitab le à condi .. tion que l'O.\I.U. se montre prête; à la dèfendre. Parce qu'il est votre journal « Droit et Liberté » lance une GRANDE'. SOUSCRIPTioN . " ' ~'UN MILLIO'H'- D'E" FRÂHCS '~ ' .' . :l'Omme, indispensable . pour asstl~e; la 'parution' réguli~~e, ' dOi;' être ~olJectce pendant le mois de février, " . - " cours d'art d tomoe • tiqùe. Michoels s' y ·présenta et c'est oJnsi qu'il débuta sut 10 seèM .. 29 ons et connut alt>si~ le 9' .... 01 .u~cè-~_ ". J[iclrol'l. dal/s le. ~alc du Boi LC(7.r Versez \'os fonds: c.c.P. Paris 60.7098 « Droit et liberté' 14 •. Tue de Paradis, Par is-X'. . ' , 3° Je ne vois pas les répercus~ si ons que peuvent avoir les événement de Palestine sur la vie des Juifs en France et dans le monde. Peut-être les antisémites s'adou~ ciront-i1s, comprendront-ils mieux I~s Joi fs, se convaincront-ils qu'ils '. peuvent faire de ,grandes chosës. , d,anstôus m ·<iomaines:et non p~s _ seulement dans le domain-e de lai Finance et du 'Commerce, Ils ne · peuvent plus ignorer qu'ils ont étè ' magnifiques en Palèstine. /l'Ôtai Çjuul IS'E D INSI CZln l!-n qJaleJline par le Dr M. 11 Ancien Chef d'Etat-Major dl!-uér toiJ miLlènai~(! . .. . - - . -- • • .. ... ... " ... • .., . _ r _ ~ ~~ ... _ • ! . < • ~~U prem. ier aIJorcl, tout '. paraît simple et r . clair, L'U,R.S,S. et les U,S.A. ont voté le partage de la Pale:;line. L'Angleterre s'est abstenue. L'Histoire a enregistré les faits. Les journaux de tous les pays ont indiqué la répartition des voix et publié les télégrammes de gratitude reçus pal' les puissances qui se sont rangées de notre côté, . Mais si l'on regarde les choses d'un peu plus prè~, l'on s'aperçoit qu'il y a unr marge l Un • C( oui,l qUI entre les apparenceR. et les réalités politiques, L'Angleterre, en effet, s'est abstenue, mais elle J:e reste pas neutre. De toute'l ~es forces et jusqu'au dernier moment, elle a combattu le partage. L'L.R.S.S., nprès avoir constaté qu' il est impossible, au moins actuellement, de trouver lllle autre solution, s'est résolument battue pour obtenir le partage. Quant à l'Amérique, elle est demeurée indécise tout le temps, elle a attendu qu'on la fo rce à dire: « D'accord. » est devenu uDI• OU•I , ni• nonn Au moment du vote final, il a fallu lui tirer ce « oui :;> qui aussitôt est t:levenu un « ni oui, ni non ». Telle est la véritable attitude des Etats-Unis. Le président Truman a forcé la main au maître de la politique étrangère américaine par souci électoral et dans l'intérêt de son parti, Certes, il n'était pas faci le de vaincre la résistance du State DepartmenL et du ministère de la Guerre des U.S,A. à l'aide d'arguments de car actèi- e partisan et personnel. Mais l'entourage de Truman a tourné la difficulté en 'évoquant l'attitude résolue de l'U.R.S.S. dans les termes su ivant"

L'Angleterre s'est rendue odieuse au peuple juif. Si l'Amérique annule toutes les promesses et toutes les décla-· rations qu'elle a faites en faveur de ra Palestine et de la cause juive, elle démontrera que l'U.R.S.S, est la seule puissance qui défend les droits de ce peuple, Or les Juifs sont un facteur qu'on ne saurait négliger. Ils possèdent une influence réelle dans le Proche-Orient, Le peuple juif compte 11 millions d'hommes, dont la moitié habitent les pays américains. La cause juive éveille des sympathies dans l'opinion publique mondiale. Abandonner les Juifs, c'est non seulement se les aliéner, mais en même temps mécontenter de larges masses démocratiques dans le monde. E vraiment, ce n'est pas le mo:::cnt t Avec les supercompétences inhérentes à sa charge, .Je président Truman a donc pu imposer sa volonté dans la del'l1ière phase des pourparlers de l'O.N.U. On peut dire avec certitude que le <, oui» de l'Amérique fut l'écho du « oui » de l'U,R.S.S, li ne s·agit pas d'une simple question de vole Au fond, l'application de la doctrine Truman n'est pas l'apanage du président. L'application et l'adaptation de ladite doctrine aux différentes circonstances qui surgissent en différents points du • globe appartiennent surtout atl général Marshall, représentant de la caste militaire, et au secrétaire d'Etat à la Guerre Forrestal, représentant de milieux industriels, Le sort de lVD1. Marshall et Fon'estal ne dépend pas des élections. Pour eux le problème palestinien consiste en l'association des intérêts impérialistes des U,S.A. et des intérêts impériali~les de l'Allgletene. Association fondée sur là dépendance de leurs vassaux: les féodaux arabes. Cal', en fin de compte, l'avenir du Proche-Odent n'est pas du tout sûr, L'idée qu'i1 faudra un jour évacuer les pays arabes les inquiète. Ils sont soucieux de po lisser l'ex - ploitation des puits de pétrole et d'acheminer les produits en vitesse. Or, les complications qui resultent du partage de la Palestine peuvent stopper ou ralentir l'exploitation. Le conflit entre la « doctrine Truman » et les ordres du président, candidat aux élections, .a pu s'effacer un jour - lors du vote à l'O.K.U. Le lendemain, il a repris et s'est aggravé. C'est pourquoi il est simpliste et même dangereux de dire: - L'Amérique et l'U.R.S.S. ont soutenu notre cause de la même façon. On ne peut pas comparer une aide qui vient du coeur et une aide mi-fig.ue mi-raisin. D'autant qu'il ne s'agit pas d'une simple question de vote. I! s'agit de veiller énergiquement à l'application des décisions de l'O.N,U. ~ LAKE SUCCESS rI l'Angleterre s'abstient, En Palestine elle ne s'abtient pas : elle multiplie les difficultés, elle met des bâtons dans les roues ! Il est clair que les Al)glais commencent à douter qu'ils réllssiront à a nnuler la décision de l'O.N.U. C'est pourquoi ils cherchent à réduire la surface reconnue au futur Etat juif, et mettent tout en oeuvre pOUl' diminuer le pot entiel du pays et empêcher une large immigration juive. Cal' plus l'Etat juif sera faible et petit, plus il aura besoin de protection , Alors il sera facile de le dominer et de l'asse rvÎl·. La lutLe sanglante qui se déroule en ce moment en Palestine selon la r ecette éprouvée des « incidents » est un moyen com .. mode de travailler à la servitL1de et à la faiblesse de l'Etat juif. La guerre des « incidents » Tant que l'Angleterre est chargée d'un mandat en Palestine et qu'elle est, par conséquent, responsable de 1'« ordre

> dans le pays, elle n'a

aucun intél-êt à voir la guerre véritable éclater dans le pays et les voisins arabes violer les frontières. Pareille situation e",t trop dangereuse et peut provoquel' une intervention de l'O.N.U. - sans compter les au tres facteurs internationaux. Les « incidents ,. qui durent depuis rinq semaines suffisent donc. C'est un élément essentiel du plan de sabotage imaginé par les Anglais. Une tension cl'oissante entre les peuples juif et arabe affaiblit la communauté juive. Aux pertes en vies humaines, en armes et en munit ions s'ajou tent les confiscations décrétées par les auto- · rités anglaises. Les rou~s e~ les moyens de communication sont détruits, la vie économique gravement atteinte, la ré sistance du pays diminuée. oil espère ainsi torpiller la formation de l'Etat juif, la mise en place de ses institutions, et surtout l'organisation essentielle du futur Etat: sa force militaire créée légalement, 15 mai et 1er août - Cette situation d'incertitude doit se pro longer jusqu'au 15 mai, date limite du mandat, A partir de ce jour où l'Angleten- e n'assumera plus aucune responsabilité quant à l' « ordre » et à la « tranq uillité », elle verra sans dép laisir le feu s'étendre, la guerre faire rage, l'a Palestine en proie à l'invasion des voisins arabes _cL ils seront les bienvenus. Et quelle aubaine si Il force militaire juive organisée lég'alement n'est point prête à assurer la défense du pays! L'Angleterre ne sera pas tenue pour responsab le, mais les forces militaires britanniques occupe"ont encore les positions-clefs de la Palestine. Cal' si le mandat v ient à expiration le 15 mai, la date de l'évacuation complète des forces militaires britanniques est fixée au 1er août. La commission de l'O,N,U, chargée de procéde{' au partage fera alors ses premiers pas dans le .pays et aucune force militaire ne 'sera mise à sa disposition. En pleine guelTe entre Arabes et Juifs, elle devra installer deux Etats indépendants et une troisième zone internationale - la ville de Jérusalem - le tout étant lié par une union économique! Espérances de saboteurs De ce point de vue, ceux qui veulent saboter la décision du partage envisagent plusieurs possibilités: l, La surface. de l'Etat juif se trouve réduite par des coups de force qui créent un « fait accompli », Qu'on veuille bien se souvenir, en effet, que la presse londonienne proclame que les Juifs seront inca):lables de défendre la zone sud - Negev - et la zone nord - Huleh - et qu'il leul' faudra se r eplier le long de la mer. Aussi bien les Anglais leur donnent-ils déjà ce « bon conseil d'ami » : abandon nez donc le Negey ! 2. La Commission de 1'0, N.U. constate qu'il est impossible de réaliser la décision de Lake Success. Le délégué danois Federspiel, membre de la commission palestinienne de l'O,N.D" n'a-tcil pas déjà admis cette éventualité dans une conférence de presse avant de quitter l'Europe? 3. Les forces militaires anglaises qui se trouvent encore en Palestine sont priées de « bien vouloil' » assurer « l'ordre e~ 1~ s~curité ». de la Haganah C t, ' . l : ,"1 ~. '. ~.. " . ' • -', .' II QUI SABOTENT 4 Le travail de l'O,N.U. traînant en longueur, l'on propose de renvoy.r l'étu de d problème palestinien à la f ture cession, Or, cette ce aura lieu en automne 1 donc après les élections s identielles des Etats- DÉCLA D'ol! de belles perspectives de liquidalion de la première déc i:;ion de l'O,N.O. D'ores et déjà, l'Angleterre a empêché l'application de deux re commandations -de l'O.N.U. - Elle n'a pas encore éva- ·TION des associations èt groupentents politiques jui·fs de France . Les représentants de tous les associations et groupements poli'tiques juifs de France, réunis le Il janvier 1~48 à 1 Hôtel ContinentaL envoient leur salut fnatemel à la population héroïque de PalestiJl~ dans sa lutte pOUl' la création d'un Etat juU indépendant. Pleinement conscients de la responsabilité qui lem' incombe en cette heure historique, les membres de la Confél'ence déclarent solennellement qu'ils sont prêts àaidel' de toutes leurs forces la population 'juive de Palestine, qui fOl'ge en ce moment par son tl'a:vail et son sang la destinée de l'Etat juif . . Les membres de la Conférence proclament qu'il est urgent de mrbiliser toute la population juive de France én vue de procurer l'appui matériel nécessaire à la Haganah, noyaù de l'armée populaire juive. La Conférence constate qu'indépendamment de l'aide matélielle, il est absolument nécessaire que les organisations JUIves mènent une politique qui puisse assurer la pleine victoire de la lutte menée par la Haganah, politique qui doit consister: 1" en une lutte conséquente contre les visées impérialistes de la puissance mandataire: 2' pour une pleine indépendance de Eretz Israël; 3" pOUl' un effort d'entente avec les éléments arabes et démocratiques; 4· pour la réalisation totale de la décision de l'O.N.U. de créer un Etat juif. La Conférence souligne que pOUl' pel'mettre la ' l'éalisation de la décbion de l'O.N.U" une force de police internationale de sécurité doit être envoyée en Palestine, où seront représentées les nations qui, le 29 novembre 1947, ont voté la décision historique. Les membres de la' Conférence inaugul'ent solennellement l' des Juifs de France en ou onds de sécurité pour l'Etat juif ». On reçoit les à « Droit et Liberté ". cué un seul port dans la zone juive, comme le demandait l'Organisation internationale dans l'e>~poir de favoriser une large immig ration. - Elle retarde la venue de la commission, sabotant ainsi l'article qui préconise la formation d'une force armée légale sous le contrôle de ladite commiss ion. Au resLe, il est stipu lé que la force armée do it concourir à 'l'application du partage. Non-intervention Et les EtaLs-Unis '? Que font les Etats-Unis 't Ils omettent de demander à l'Angleterre d'appliquer la décision de l'O .N.U. qui prévoit une large immigration légale, Pal' contre, ils eKercent une pi:ession sur l'Agence juive pour empêcher l'immigration illégale, Et loin d'aider à la formation d'une milice juive légale, ils confisquent les armes qui lui sont destinée s, sous prétexte qu'il s'agit d'une organisation illégale. L'Amérique, autrement dit, pratique la « non-intervention ». L'on sait que ce système a ton jours équivalu à une intervention en faveur des agresseurs et des fauteurs de guerre qui sabo lent les décisions internationales. Qui a clairement dénoncé le danger que b politique anglaise fait courÎl' à la Palestine? Qui a démontré qu'une int ervention du Conseil de sécurité s'impose pour faire respecter et appliquer les décisions de l'O,KU. ? UJ'e puissance qui non seulement

t voté le partage de

la Pal estine, mais reste fe rmement attachée, aujourd'hui comme hier, à l'application de~ déci~ions de l'O.N.U. III lES "CONDITIONS DU SUCCÈS' ~._. ~, o.us pouvons déjouer les manoeuvres et • périls qui nous me. nac€nt. Nous le pouvons à condition de bien savoir - qui est l'ennemi et de contrecarrer ses plans. Se défendre, même avec succès, ne s uffit pas, car l'en, nemi connaît notre force, notre volonté de lutte, La plus énergique des défenses contre les attaques arabes ne saurait contrecarrer le plan odieux des maîtres impérialistes : comprenons en effet qu'il s'agit d'empêcher la réalisation de ce p lan dans son ensemble et non pas de riposter à différentes phases de sa réalisation". Contre la puis-sance mandata.ire Quel doit être à l'heure actuelle notre objectif? Occuper progressivement, quand il en est temps encore, les trois régions du futuI' Etat juif: la Gallilée orientale, la plaine maritime et le Negev, Pour atteindre cet objectif, nous avons besoîri d'une force armée J Ulve légale, ayant toute liberté d'action et de mouvement dans le cadre des décisions internationales. Il nous faut .pouvoir entraîner les masses, acheter libl'ement des armes et les acheminer en P a lestine. Mais rien de cela n'est possible so us le régime britanniq ue tel qu'il existe dans le pays. Il s'avère donc- indispensable d'engager une grande offensive politique contre ce régime qui est en tontraclictiol1 avec les décisions de l'O.N.U. Nous devons recourir au Conseil de sécurité et porter pla~nte contre l'Angleterre. Nous devons exiger une intervention internationale tout de suite et sans attendre les premières applications du plan · de partage. Pourquoi? Parce qu'il y a tout lieu de croire que des pourparlers publics, qui se dérouleraient aux yeux du monde, contraindraient l'Amérique à renoncer à cette attitude commode qu'est la « nonintervention ». L'argument, déjà cité, des élections présidentielles américaines est enéore valable. La pression de l'opinion publique - si elle est bien organisée - peut encore jouer. Les U.S.A. en face de leurs responsabilités Le ferme soutien de l'D.R. S.S. pour une application bonnête des décisions de l'O.N.U. forcera les U.S.A. à mettre cartes sur tabl€. Que l'Amérique se prononce nettement! Est-elle décidée à faire ap'pliquel' les décisions de l'O.N. U '? Otl veut-elle aider les Angla is à torpiller ces déc isions ? Plus tôt l'Amérique sera mise en face de ses responsabilités, plus il y alu=a de chances qu'elle ne reste point en deçà de la position de l'U.R. S.S. et qu'elle concoure à l'application des décisions de l'O. N.U. Au contraire, plus nous tardel'ons à engager notre offensive contre la politique anglaise, plus la perspective d'ure politique américaine balançant en notre faveur s'élo ignera. Mettons, par conséquent, dès · aujourd'hui l'Amérique devant l'alternative suivante: - ou bien vous donnez votl'e accord à l'envoi en Palestine d'une force armée internationale avec la participation de l'U.R.S,S" - ou bien vous permettez à la force miitaire juive de s'armer et lui consentez tous les droit~ qui lui sont néèessaires poUr être à l:;t hauleur de la tâche historique qui lui i~c ombera à l'expiration du mandat britannique en Palestine. Nous pouvons réussir Nous pouvons réussir à condition ~ L De ne pas compter sur l'Angleterre et d'accepter, en revanche, l'amitié de l'U,R. S.S, 2. D'exercer une pression sur les U,S,A, qui restent dans l'expectative. 3. De nous convaincre de la nécessité de nous battre pour une intervention internationale immédiate, Nou·s ne réussirons pas en cherchant des garanties de sécurité a uprès du secrétaire général de l'Administration britannique en Palestine, Abonnez~vous à "Droit & L'iberté" Nous réussirons en nous passant de l'amour du gouvernement de Londres pour l'Etat juif. Dans le premier de Droit et Liberté 1'0llS lirez: ~ Une grande enquête.' Que sont ·devenuc~ les vedettes de l'anti sémitisme en Frahce? - Ulle série d'études largement dOClllllentées: La Palest ine devant le problème de son indépendance économ ique et politique. ~- U;z grand reportage.' La Jeunesse juive affronte la vie. - Des dOCllments inédits: Les belles pages de l'histoire juive. ~ Des révélations: Lumières sur l'U.G.J.F, Une tribune libre où les di ri.~ eanls de diras mouvements juifs exposeront leurs vues sur l'Etal juif el les nOUl'eaux aspects de l'antisémitisme. Echos. Arls, CinÉma. Littéralure. Jeunesse d'aujourd'hui. Les Juifs dans le II/ollde. Vie Sociale rt Economique, el llll abondant matériel d'infor' mertion sur les h'énements en France, en Pafestille el les communautés juives. Droit et l.iberté va parqjtrt sur 12 pages, format courallt des hebdomadaires, QI'ec de nombreuses photos el des dessins. Le prix de venle sera fixé à 20 francs le IlUméro, Abollilement: 1 mi: 400 francs, 6 mois.' 200 francs 3 l7Iois: J 00 frallcs. Momentanément il sera bi-mensuel, mais bientôt, nous /' es pérons, il redeviendra hebdomadaire.

. ~ .................... ----.. _ .. _- --- -_ .... ---........ _._------ -- -- --- -- ------_ .. --_ .... ---_ .. ----------_ ... .

Hebdomodo ire Rédaction et Administration 14, RUE DE PARADIS - PARIS-X- _ Tél. : PRO. 90-47 et 90-48 C. C. P. : PARIS 6070-98 BULLETINc ,D'ABONNEMENT Nom el prénom. Adresse Je souscris UN ABONNEMENT de : (royer les mentions inut11es) 1 AN ." " ...... , .. . . . 6 MOIS 3 MOIS 400 fr. 200 fr. 1 Qi) fI'. le ......................................... 194 SIGNATURE: Nous ne réussirons pas en concentrant nos efforts diplomatiques sur le Colonial Office de Londres et le ministère des Affai res étrangères de Washington. Nous ne réussirons pas davantage en substituant à une politique sioniste anglaise lIne politillue sio niste angloaméricaine, Nous réussirons en menant une politique véritablement indépendante et internationale. A nous de discuter de notre « orientation », 110n pas comme d'un problème théorique et abstrait qu' il serait possible de renvoyer ame calén des grecques, mais d'une question pressante et vitale, à la lumière du pa:;sé et du présent. Allons-nous perdre ou exploiter les avantages acquis? Il n'est pas superflu de chercher la bonne route au moment où l'U.R.S.S. et les U.S,A, ont voté en faveur de notre ca use. Le sort de notre bateau dépend du capitaine. Toute erl'euJ.: peut être fatale, Nou;;; pouvons et. devons redresser la direction. LE TllI~LEUR 1 . AU DEVANT DE LA VIE DE CARPENTRAS~~-·-------------' . par Joseph MILLNER deune, lu iJeca;J Qu'est ce I SAAC BEXESTRGC CAVAILLO~, comme tout Juif né à C:lrp<,niras, était ujet de l'Arche\'êque selon une Charte de 1276 bien que son histoire se situât au début du XVIII' siècle. • A Carpentras, reine des quatre communautés jui\'es dn Comtal • lel • eb-ez loI Vertaissin, il coulait une \'ie paisible. Petit tailleur, il était cNtes 4: tail - cIt' OS aînés nous disent sans expérience, en face de rl'sponlable et coryéable à merci » ... Il devait payer de lourds impôts. Mai::; la SOl/veut : sabilités allxquelle,s ils n'étaient pas Charte, ne lui faisait pas d'autre obligation. - Vous avez de bien wéparés, Il a falht trouver Un beau jour, de simple sujet, de poudre, hl,' nom'elle sc l'épandit . la chance, vous, les 1tne place dans l'existence, chuisir, il devint - nul ne sait comment - qu'il al'ait secrètement quitté la jeunes ! Ah! si, aJJ7JI'endre UI! métier. Oui, le8 chuque ». « tailleur de Monsieur l'Archevê- yille au milieu de la nuit. nous pouvions retrouvcr nos vingt ses .ne vont pas tOl/jours comme . * La réac tion fut terrible, En 111a8- IlI1R ! sur des r01ûeltes. se, citadins et paysans en\'ahirent 1ïllgi an.s ... le rire, l'ai'c/ew', la joie Adolescents hicr, nous somme,"> En taillant à la mesu re de la be- la rue de b Juaterie, la Grande ct de vivre... devenus des hOI*nmes ' Il.ujpwd'hui. dainc nu prélat de somptueux tis- Petite Carrière de Carpentras. Le .lf ais c'est que les jeunes ne sus, I saac Benestruc Ca\'aillon ghetto, rendu responsable de la rient pas toujours! Combien y en Les p(')'sécltlions ont éveillé le croyait alteindre aux sommets de fuite, fut fouillé de fond en com- a-t-il qui voudraient bien être jeu- <lentiment national: beaucoup la gloire. ble, la femme dti tailleur et les bay- nes, vivre une vie de jeunes, com- tourncnt lenrs regards avec sympa- Mais sur la place du Marché, au Ions, ohefs de 'la communaLté, ar- me tous les jeunes, sans distinc- thie vers l'ftlat juif. Lc.s événemilieu des melons et des auber- l'êtês. tion... melll8 dn Proche-Orient ne laissent gines, sous le brave soleil du Midi, Quclque tcmps plus tard, l'Arche- ... sans discrimination. 7Jcr,'0I11/(' indiffércl/l. On en pade, Carpentras la Chrétienne jasail bon \'êque de Carpentras reçut une let- Supposons un instant que nous III! en di8cule, O/l cherche, là. ,comtrain: tre dc son collègue de Nice. Ca- avons oublié toutes les pl'r.sécutions me ailleul's, à. l'OÏl' clair. _ C'est une honte, disaient les vaillon, réfugié cn celle ville, était dont nous al'ons été l'o bjet en lant A /Lti,.émiti,':me ... choix d'un mémauvaises langucs ... Les mains d'un deyenu le tailleur attitré de Son que Juifs, et qtte no'us sommes lier ... Palestine· ... aulant 'de q1teSJuif touchent et habillent .notre Eminence qui n'avait qu'à se lotier «comme tout il' monde ). Ét il tions - (t,IX· ((-,pects multiple.s, sn,int Archeyêque-! de ses services, mais promettait de est bien vrai que l'antisémitisme chal/(J('rlltl,<, collt]llexr.s - qlti pl'é- _ Qu'il se cOlll'ertisse! proposa le laisser re\'enir sou~ peu à Car- a reçu des coups (l1!rs. 111 ai.s ne se occupent les jeuncs J uif.s fJ/w nous un prêt re. pentras. Cette nouvclle apaisa les trouve-t-il pas toujours quelq1t'tm 8Ommes.

...- Oui, qu'il se conl"ertis~e et se esprits - l'on ne pouvait douter pottr faire une allusion, pour rap- En amis, cn camarades, en frèfa-

sse' baptiser! répondit là foule. de la- parole de S,E rArchevêque peler . certaines choses, pour humi- l'es, nous les examinero·n.s cn.semble Cruel dilemne! Se convertir? de Nice - et les détenus furent lier 7 Ne nous est-il pas arrivé de dans Droit, ct Liberté. C'est renier la foi dcs ancêtres et relâchés. Mais en fait Carpentras lire tel Olt tel article de journal, De quelque horizon que nous vejamais, de mémoire de Juif, pareil ne revit jamais Isaac, Benestruc Ca- insidieusement raciste, distillant la nions, nI' 8ommp.HlOU.S 71aS une reniement ' ne s'est vu enlre les vaillon. calomnie? grande famille? .VOIt8 sel1tant tous murs du ghetto de Carpentras. Re- Toujours taill eur, d'archevêque * ,,()lidairr:.~, 1/0118 jl'I'0118 dc celle pa(Jc fuser de se cOlll'ertir? C'est per- en archel'êque, il conlinua sa bril- 120 000 des nôtres ne sont pas de la jpwlPsse lm guide pour chalante carrière en oubliant de se l't'venits. B ea1!coup d'entl'~ nous Re clm de nous dre un client précieux et un rare convertI·l·. t / ' 1 D" anl"S SENAZ. privilège. son "l'ouves sans parents, seu s, Cavaillon réfléchit longuement ,--------------------------------,-----------------et décida de faire tràÎner les choses. Se convertira. se convertira .pas ? Aux émissairf's qùi venaient le presser, Cavai lion donnait moult assurances, mais $ans fixer de date précise, ZOLA an tir a c.i·s t e' - Ma femme, disait-il, attend un enfant; toute ma famille se eon\' ertira après le joyeux événement. « L'événcment »'ne se produiMit toujours pas .. ,Finalement Clu'pentl'as pcrdit patience et l'Archevêque sous la prE'ssiolJ!des fidè.les, fixa luimême le jour où son tailleur embrasserait la religion catholique, apostolique et romaine. C'EST le 13 janvier 1898, lorsqu'il eut la certitude de . l'innocence du capitaine Dreyfus, condamné par le . Conseil de guerre et incarcéré au bagne, que Zola publia dans « l'Aurore », journal de Clémenceau, son foudroyant article « J'accuse! ».

L'àuteur, en remet.tant son « papier » à l'imprimerie, l'avait intittùé simplement: « l.ettre ouverte à M. Félix Faure; Président de la République. » Voulant un titre qui frappât les foules, Clémenceau fit ajouter en tête de . son journal, en gros caractère, le sUl·titre « J'accuse! ». Ce jour fut mémorable. Tout Carpentras avait mis chapeaux à plumes et collerettes du dimanche. On se bousculait aux porches de l'Eglise. L'Archevêque parut: sa mître était magnifique, ses habits pontificaux - dernier ch.ef-dJoeuvre de Cavaillon - re1\plendissaient. Les minutes passère~t. L'énervement gagna la fôu]e. CavaiHon; le eatéchumène, n'an'ivait pas ... Mais que pdnvait .. il bien faite? Tout à COllp. comme une traînée Dans Paris, ce fut un coup de tonnerre! Il se répercuta il. travers la France et le monde. La vente des numéros de l'Aurore monta à 400.000 exemplaires. Les hommes de ma génération, qui vécurent ces temps .de fièvre, n'oublieront jamais. ce ·jour-là ! , Nous nous répétions le mot célè-' bre êle' Gcéthe; au soir . de la bataille ' de, Valmy -: < Une ère nouvelle s'ouvre dans l'Histoire du'. monde et vous pourrez dire que j :ai assisté à sa naissance ! > LE PROCÈS DU. 17 JANVIER 194à ZOLA devait s'illustrer par un mot non moins célèbre et lapidaire alors que, devant l'achal'llement criminel des contempteurs du Droit, il proclama à la face du pays: < La Vérité est en marche et rien ne l'arrêtera. > , La Vérité L Certes, rien ne sau' rait l'empêchèr d'atteindte, tôt ou l ard, SOli but, Mais combien pOUI't: 1nt Olit essayé de . l'étouffer dans sa course ! Et n'assistons-nous pas, de nouveau, aujourd'hui, à une dangeretlse agitation fasciste, plus ou de MORO • GIAFFEBI plaide en laveur des immigrés arbitrairement traduits devant le! tribunaux Il n'y a pas un juge, il n'y a pas un magistrat français qui n'éprouve un serrement de coeur à voir condamner des êtres dont le seul crime a été de se trouver un jour profondément malheureux . • ... Madame Reichenstein est ici en position régulière; nous avons son récépi!'lsé de carte d'identité, son bulletin de salaire, sa carte de travailleuse. Je me demande comment, un instant, on peut contester comme étant · en position régulière quelqu'un qui est passé à la satisfaction générale par le filtrage de trois administrations publiques. J'ai hôte de vous dire qui est Zonabend. C'est un ancien interné de Bergen- Belsen, il y a son titre de libération. Il a perdu sa femme et ses deux enfants, tous ses parents ont péri. Ils étaient sept frères bien vivants au moment de la guerre. Voici le sixième; le septième avait pu échopper à temps: il en a profité pour combattre glorieusement dons le rang de notre armée. Il a sa corte de combattant. Comment ont-ils été renvoyés en police correctionnelle? Hélas, il y a des mots. que je n',oime pas prononcer, qui, même quand il y a une situation aussi paradoxale, provoqueraient le rire ... _ NOUS VOUDRIONS TRAVAillER. _ PAYU: UN€ ÀM~H~ · ! ... poùrquoi VOI.lS ont-ils été déférés? Ils se sont présentés bien sagement dès leur arrivée à Paris, à la Préfecture, en disant: .. Nous venons vous demander la permission de travailler. » On leur a failli payer une amende ... J'avais toujours entendu dire que quand on avait payé, on ne devbit plus rien ... Ils se sont présentés aux adminIstrations publiques, on ne les a pos arrêtés; ils ont demandé qu'on les accueille, on leur a fa it verser une amende ô chac\1n. Je le répète, ils ont payé., donc ils sont quittes. On leur a donné, il y a èlix mois, une corte d 'admissjon, mieux l1)ême

une corti! de trovai 1.

Lorsqu.'jjs . ont été libérés ce· n'était : pe~t-être' qu'ùne tromperie ... On. leur Q dit, une puissance internationale leur a dit: « Vous êtes libres ... Vous êtes libres, mais à condition de rester ... ~ Je connais cette liberté. C'est la liberté à laquelle le pirate invitart le citoyen romain.,. Vous êtes libres, pauvres Juifs ... Vous êtes libres puisque les peuples se sont libé rés. Vous êtes libres de ... ne pas sortir d'ici! Il n'y a condamnation que lorsqu'il n'y a pas d'-.xcuse volable. Si je n'ai pas apporté de viso, c'est que je n'ai pas pu en demander sans m'exposer à une vie encore plus douloureuse, Je ne pouvais rien demander. La souffrance d'hier, les espoirs d'aujourd'hui ne sont-ils pas une excuse volable? ... Craignez que, demain, ceux que vous auriez condamnés à une peine correctionnelle, ne s'entendent dire par l'autorité odminiitrative française en vertu d'accords internationaux oyont force de loi: ft Vous n'étiez pas seulement en position légitime, nous comprenons que vous êtes nécessairt!s, vous trayaillerez citez: nOus, m'ois ..... mais auparavont 'Vous our~z ta bonté de foire quelques mois de prison parce qu'un texte légal interprété ' différemment par les 1ribunaux permet de vous condamner avant qu'on ne vous ouvre toutes gra'ndes les portes, de nos usines. » par -Jean TILD moins subl'ersi l'C, toujours perfide, dc la part des l'ithyssois impénitents qui, par la plume et pal' la parole, tentent de !'al'il'er le raeisme! Aussi bien nous paraît-il opportun, en ce~ heures el}core menaçantes, d'évoquer encore la mémoire de · celui -qui, selon la parole définitive d'Anatole , Fl'ance,But être < un moment de la conscience humame >. Ayant dans ma jeunesse asse~ souvent fréquenté le grand écrivain naturaliste, j'ai cu naguère l'occasion de l'appeler ici-même quelques souvenirs personnels sur Zola. En, ce qui concel'11e sa . lutte· contre l'antisémitisme, qu'il me sqit permis d'ajouter une ' citation empl'Untée à l'un de 'Ses articles du' Figm'o , , et qui se ratlache de nom'eau, hélas ! à r actuali té. COE\!,ME C'hact'ln sait, Zol,a n etaIt 'pas JUIf. Il n'al'alt pour les Juifs ni aversion ni prédilection, a priori; ' jusqu'à l'époque de l'Affairc Dreyfus, il n 'en comptait pas d'ai1leurs lJamli ses intimcs. Son réquisitoire fougueux contre l'antisémitisme n'en no que plus de valeur. Voi ci textuellement ce qu'i l écrivait, le 5 décembre 1897, cinq s<,ma'ine, ayant la lettre < J 'accuse! ') : L'AN1'ISE.lII1'ISJIE J! AIN1'EN A1YT 4: Il l',,t le coupable. J'ai déjà dit combien cette campagne barbare qui 1io1l.s ramène de mille ans en arrière ii/digne -mon besoin de fraternité, 'ma 'passIon. de tolérance et d'émancipation humaine. R etourner aux !/neITes de Religion; recommencer les 7JerséC1tlion.s religieuscs, t'ouloir qu'on s'extermine de racé à race, cela est d'un tel non-sens, dans notre siècle d'affran .... chisscme)lt qu'une pareille .tentative me ,~emble surtout imbécile !

1> Je ne veux pas croire qu'un tel

mouvement prenne jamais une i1npOl'lance décisive en France, dans ce pays de libre examen, de fraternelle bonlé et de. claire raison. ~ Axec la défaite m.ilitaire du K alional- Socialisme, nous a\'ons pu un instant espérer,' nOm! àussi, que le coup final était port.é, en France, du moins, à- ces préjugés monstrueux. . ·Nous nOM étions peut-être fait ÙC~ illusions, La lutte C'Ontinue. _ qu'un -Jeune ]U I- f"1• - Elre tin jeune J uH, est-çe dOliC si différent d'être l]n jeune tout c:ourt ? - ·Elre un j eune Juif, est-ce donc si ·différenl. d 'êlre un Juif tout ('Oltrt ? La .fié. djverse et- mou,-ante, ne ,peut 'donner de ...réponse catégorique. Variété des J)ositions à l'égard des problèmes de la jeunesse et du problème juif: leI est, s.ns· aucun doute. le caractère commun le plus indéniahle de la jeùnesse jui';e . . ~' . 1 Etre jeune. eSI·('e porter deS cu lotie. ('ourtell el se désintére.sser des affilÎres sérieuses? ' - Etre Juif, esl·ce apprendre J'hébreu et s'embarquer pour la Palestine ? • A',ita~t d:e' quesli;n; que se posent et se reposent , les jeuues Juifs, presque c.:haquè jour, même s'Hg ont rhoisi leur voie, même sïts out déterminé nne fois pour toutes leur conduite persolllleUe. JI y a tant d'inle rprétations possibles de la réalité. pour un jeune Juif qu'il faut, avec ("h:1(,Ull, discuter, argumenler, convaincre. PORTRAIT DE DANIEl. Voiiâ Daniel" R ... , un jeune J u·if. 11 eH tailleur. l'lais, en ce moment, ]e tra\rail mancfue. Il est obligé, pour '<.1" gner sa vie, ~le e"employer comme ven .. deur. Il y a cinq ans, il combattait le. AI. le'Dand . . Tl s'.rpaait, alors. Achille. Au so.rrir de la clandestinité, il a essayé de poursuivre ses études; lnaas il n"a pas pu , car ses parents , sont. pauvres, lei livres ch'ers el les bourses rotres. Depuia ce temps, il a rotit de nombreux nlétien. Douze mét iers, treize misères. Daniel aime le sport, mais il n 'y a pas de pi scine ùans , son quartier. Et puis, 80UVel'lt ~ il est trop Iatigué. II l:ten se que. jamai! -de sa vie, il nïra .1I~ sport, d·hivor. II aime aller au cinéma. M.i. ç" coûte cher, et c'e!t presque toujours ùes films ,am·éricains. Bientôt. il fera SOIl service militaire. l\isis il s'indigne cont.re ceux qu.i p»r· lent eyuiqtiement d'une proellai"e g u e~re mondi.le. Bref, bien des . problèmes qui oe p .... sent ~ Daniel sont ceux qui se posent à lout jeune Français: les, salaires bai et la vie chère, le cbômage lUeOO:lçant, les horiwns fermés. Et puis, il voit, dans le ' métro, un papillou criant: « MQrt aox - Juif. »; et des amis de ..oies" parents "" son t- ('on. damllé~ à la 1 t>~i son p~9r s'être' édlap. pé$ .des eamp's' d·!nema~ne. Des ,gens lui ilisent : ' «"Tu· ~s Juif », et d:aull'es : « Sois Jhif ». Ses parenls ont une phi. losophie d 'isolement et de résignation. .. B';'en sûr, il y a )a culture, n;ist"ire les luttes de nos aQcêtré •. la Pa'iestine: la religion, les iWlomJ)rables or;oni, ••. tions juives: autant de problèll1 e~ par .. IÎcqIiers qui, joints à ~ l·e]·lIi de l"OJDti. sémitisme renaissant, ne peuvent pas être éludés. I)ANIEl. A-T-Il. RAISON? Mais Daniel pense qu'on Ile doit l'.S les séparer de tous èeux qni préoccu. pent tous lea jeunes. II estime <I"e la situation cn Palestine n 'est l)as inùé. pendanle de la shuation en Allemagne ou eu France. Il soutient que le jour où il y anra un bon. métier pour d~aqoe jeune, il n'y aura plus de persé,' utions c0tltre les Juifs. L'instabilité proIes. sionne!)e dont il est victime Il'est pas due essentiellement, lui semble·l·i1, al1 fait qu'il soit jeune, mais 'à la coojonc. ture économique présenle. Il affirme que les craintes et la rés ignation de ses_ parenls sont le fait de tous les braves gens qui ont trop so ufferl , Juifs ou Don. Il se dit, enfin. que la cultnre, l'hist~ire et les luttes de llOS ancêtres sont compréhensibles dans la me "r~ où on les .ilue <lans la <""lrure. l'bL-. tojre, les luttes de lous les homme~; et qtl'il Caut les utiliser comme Irem. plin pour plonger. dans le réel et pro· gresser vers l'a,·enh·. En tout cela" Duniel a cer tainement raison. Jeune et Juif ne Eonl pa~ ùeux termes contradictoires. La solution des problèmes de la j e.u ne"e et tl es pro· _blèmes juifs est gans aucuu dou le 1" méine. Qu'en pensez·vous, jeunes JuHI;I, '? LM. ~l'Oit et Liberté Rédaction et 'Administration: 14, rue de 'Pareidis _s. 1. P. N.l l4, rue tl'e Paradis - Pari,-X'

Notes

<references />