Des grandes figures du MRAP

De Archives
Révision datée du 23 février 2017 à 11:09 par Charles (discussion | contributions) (Page créée avec « Des grandes figures du MRAP =André Blumel= 400px|thumb|right| Né en 1893 à Paris, journaliste et avocat, militant socialiste il est l'un des… »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Des grandes figures du MRAP


André Blumel

Photo blumel.jpg

Né en 1893 à Paris, journaliste et avocat, militant socialiste il est l'un des proches collaborateurs de Léon Blum pendant le front populaire.
Engagé dans la Résistance, il parvient à rejoindre Londres en 1944.
Il fut le premier président du MRAP de 1949 à 1953.
Le discours d'André Blumel lors de la première journée contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix en 1949 où il proclame la "grandeur de ce combat" (voir le document)
Dans le n°1 de Droit et Liberté devenu organe du MRAP, André Blumel définit ce que devra être le journal: "Comme le philosophe de l'antiquité qui prouvait le mouvement en marchant, c'est cn paraissant que « Droit et Liberté" s'attaquera à l'antisémitisme, combattra le racisme et luttera pour la Paix. (voir le document)
En 1973, Droit et Liberté exprime l'émotion du MRAP lors de la disparition de André Blumel:
C'est avec une vive émotion que nous avons appris la mort de Me André Blumel qui fut l'un des fondateurs et le premier président du M.R.A.P.
Né en 1893, ses activités de militant puis de dirigeant du parti socialiste l'amenérent à jouer un rôle de premier plan dans les luttes du Front Populaire (il fut, en 1936, chef du cabinet de Léon Blum, président du Conseil), puis de la Résistance. Il était depuis 1965, conseiller de Paris, apparente au groupe communiste. Faisant preuve d'une grande indépendance d 'esprit et d'un dynamisme sans défaillance, il fut, jusqu'aux derniers jours, de sa vie un inlassable combattant contre le racisme et l'antisémitisme.
En 1974 au cours d'une cérémonie commémorant l'anniversaire de la disparition de André Blumel, Charles Palant lui rend hommage: (voir le document)

Léon Lyon-Caen

Il fut président du MRAP de 1953 à 1962. Léon Lyon-Caen adhère au MRAP dès 1949: "Les vrais résistants, ceux de la première heure, principaux artisans de notre affranchissement du joug hitlérien, sont volontiers oubliés ou mis à l'écart.
Au milieu de ces événements redoutables, qui déroutent et déconcertent tant de citoyens libres et conscients, ils doivent. quelle que soit leur situation sociale, secouant leur inertie, sortant de leur tour d'ivoire, s'unir (seule l'union faisant la force) contre les dangers qui menacent et le Droit, et la ·Liberté, et la paix du monde.
Voilà , pourquoi j'ai adhéré à une association qui,étrangère aux divisions partisanes et aux querelles politiques, défend des idées qui, parce que Français, parce que magistrat, parce que Juif, me sont et me resteront toujours chères " DL n°8 décembre 1949 p1 : (voir le document)
En 1953 il est nommé Président du MRAP: (voir le document)
Léon Lyon-Caen est l'un des artisans des propositions de loi du MRAP pour une législation antiraciste efficace, en 1959 il rédige pour Droit et Liberté une étude sur les projets soumis au Parlement: (voir le document)
Droit et liberté rend compte de la passation de pouvoir entre Léon Lyon-Caen et Pierre Paraf.
Charles Palant, sécretaire général, souligne: "Depuis ce mois de septembre 1953 où vous avez accepté la présidence du M.R.A.P., au terme d'une longue carrière, les militants du Mouvement et ses innombrables amis voient en vous comme l'incarnation de cet idéal de droiture, de respectabilité et de fraternelle tolérance pour lequel nous combattons." et Léon Lyon-Caen affirme: "Je demeure à vos côtés" (voir le document)
Le MRAP lui rend hommage en 1967 et retransmet le message adressé par léon Lyon-Caen en 1964: " Quinze ans de lutte incessantecontre les discriminations et les haines raciales et confessionnelles, contre les atteintes portées à la dignité humaine, aux libertés publiques fondamentales, à l'égalité entre les citoyens, dans quelque pays qu'elles se manifestent! La tâche fut souvent rude et malaisée. Nous avons trouvé la voie semée d'obstacles, que dressent l'ignorance, l'apathie, la mauvaise foi, des préjugés surannés, et certains prétextes d 'ordre politique ou économique. Si les résultats peuvent apparaître ne pas correspondre à nos efforts, ne nous décourageons pas. Car ces libertés, ces droits de l'homme, dont nous avons entrepris la défense opiniâtre, c'est une conquête continue. Inlassablement, il faut recommencer le même combat. Il est plus que jamais nécessaire. La victoire est loin d'être remportée(voir le document)
Plaquette retraçant le parcours de Léon Lyon-Caen: (voir le document)

Pierre Paraf

[[Fichier:photo_paraf .jpg|400px|thumb|right|]] Pierre Paraf écrivain et journaliste, adhéra au MRAP dès 1949; il en devint vice président puis président de 1962 à 1980:
"Je n'étais pas homme à accepter des ultimatum, indique-t-il dans "Mes rendez-vous avec le siècle". Je restai avec ceux qui ne me demandaient pas de choisir et s'en remettaient à ma conscience". Il insista souvent, par ailleurs, sur une autre motivation : la nécessité de "resserrer le lien avec les forces populaires, sans lesquelles nos combats seraient voués à l'échec". (extrait de la brochure d'hommage à Pierre Paraf) Dans une de ses nombreuses contributions à Droit et Liberté: "le racisme aujourd'hui" en 1970 Pierre Paraf dresse un état des lieux du racisme: "Deux constatations d·abord . Le racisme continue d'assombrir, de déshonorer l'humanité. Il survit aux changements de régime, de l'est à l'ouest, sans prendre, sauf dans les nations de l'apartheid, les formes honteuses que lui donna le nazisme . Est-il en progression? Est-il en recul? Tout dépend des pays , des classes , des professions, des générations...Mais il indigne un plus grand nombre d'hommes et de femmes qu 'autrefois. Ce qui apparaissait comme une sorte de fatalité de l'histoire , tout comme l'oppression des pauvres, est de plus en plus dénoncé, flétri par ceux qui s'en accommodaient pour le faire subir sans remords ou pour le subir avec résignation. Un long chemin reste à parcourir. D'incontestables conquêtes ont été réalisées...La présence de trois millions et demi de travailleurs immigrés, dont le nombre ne cesse de croître, pose des problèmes toujours plus graves. Autour de ces « étranges étrangers» , le racisme est à nos portes . Il nous guette au coin de la rue. Une telle présence exige notre action quotidienne , un constant examen de conscience . Qu'avons-nous fait pour rompre l'isolement dont ils sont victimes?... (voir le document)
Devant la persistence de l'antisémitisme après la guerre, il dénonce "la haine qui rode" et exprime l'engagement du MRAP: "Mais Juifs et non-Juifs, dépositaires du souvenir, gardiens du présent et. responsables de l'avenir, nous sommes là, prêts à mobiliser toutes les consciences, qu'il s'agisse d'un Noir on d'un jaune ou d'un Nord-Africain ou d'un Israélite persécuté, qu'il s'agisse de la couleur de la peau, des origines ethniques. d'une opinion-philosophique ou d'une confession religieuse." (voir le document)
Parmi ses livres on peut citer: "Le racisme dans le monde" (1964), "L'homme de toutes les couleurs" (1973), "La France de l'affaire Dreyfus" (1978), "Mes rendez-vous avec le siècle" (1988). En 1980, Pierre Paraf demande à être déchargé de son poste de président, Charles Palant lui rend un vibrant hommage, relayé par Droit et Liberté : (voir le document)
Pierre Paraf dédède en 1989, le Bureau National du MRAP exprime son émotion: (voir le document)
Plaquette d'hommage à Pierre Paraf: (voir le document)

François Grémy

Photo gremy.jpg

François Grémy est élu en 1980 Président délégué du MRAP., Droit et Liberté n°391 rend compte de sa nomination: Militant depuis de nombreuses années au sein du mrap, le Professeur François Grémy est une éminente personnalité scientifique et médicale. Il est titulaire de la chaire de Biomathématiques Informatique et Statistiques Médicales à la Faculté Pitié-Salpétrière, chef de service d'Informatique médicale des Hôpitaux de Paris et Directeur de Groupe à l'INSERM. Sa désignation comme président-délégué du mrap entouré des autres dirigeants du Mouvement, d'origines et de sensibilités philosophiques différentes, témoigne du pluralisme et de la volonté unitaire du mrap dans la poursuite de son action contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples. (voir le document)

François Grémy est conscient de l'ampleur et de la difficulté de la tâche du MRAP dont il devient le Président: "L'évènement qui nous réunit ici n'a pas d'importance propre. Un serviteur remplace un serviteur, un militant remplace un militant. Ce qui compte aujourd'hui, c'est le contexte dans lequel se produit cet évènement, contexte marqué - depuis 1974 - par la montée du racisme antiimmigrés, la résurgence de l'idéologie nazie, la multiplication des attentats et, jusqu'à ce jour, leur complète impunité. Racisme d'opinion, racisme d'action et d'expression, racisme de crise, racisme d'Etat. Devant cette montée des périls, les démocrates prennent conscience de la nécessité de s'unir et de combattre (. .. ). Et il me semble qu'en matière de racisme, le Mrap a su acquérir par sa détermination, la clarté de ses positions, un prestige et un poids qui font de lui le meilleur acteur théorique et pratique de la lutte contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples. Et c'est de lui, de son avenir et du développement de son action que je voudrais vous entretenir, à l'aube de mon mandat dont tout laisse augurer qu'il sera agité.: (voir le document)
A l'occasion des 30 ans du MRAP définit sa vision du rôle du MRAP: "C'est ici qu'un mouvement comme le mrap a un rôle fondamental à jouer: il doit nous éduquer tous à aimer la différence -la différence des individus: tous sont uniques et singuliers, et comme tels méritent le respect même les plus déshérités et les plus handicapés - mais aussi la différence des groupes: nous devons comprendre que la diversité des groupes ne nuit pas forcément à l'unité, mais qu'au contraire, elle l'enrichit. Voilà un grand défi posé à notre société. Les députés qui vont voter une loi sur les droits des étrangers en France devraient l'avoir clairement à l'esprit." DL79_80 p5: (voir le document)
Lors des Assise Nationales contre le racisme en 1984, il appelle à "mettre en avant les aspects positifs de la coexistence: (voir le document)
En 1980 François Gremy revient sur le rôle du MRAP: " Notre rôle,..., n'est pas celui de dénoncer le mal, il est d'en extirper - ici en France - les racines ; il est de démasquer les évidences collectives, les mythes sur quoi reposent le racisme et l'exploitation, de lutter sur tous les terrains, celui de la biologie, de la psychologie, de la sociologie, de l'économie, de l'analyse politique, de l'ethnologie, ceci pour lever tous les obstacles mentaux, qui mamtiennent ou aggravent les inégalités ».(voir le document)
François Grémy exprimera souvent son exigence dans la lutte antiraciste: "Pour beaucoup d'entre nous, militer consiste essentiellement à dénoncer et à revendiquer. C'est une position confortable : ou bien on échoue, et on peut dénoncer davantage, ou bien on obtient ce qu'on demande ... et on trouve le moyen de dénoncer encore. C'est le militantisme «pisse-vinaigre ». Dans la situation actuelle, notre action sera essentiellement de convaincre nos amis naturels, et aussi ceux qui le sont moins des dangers et des méfaits du racisme . C'est plus difficile et moins valorisant...Je crois que c'est à ce type de mutation intellectuelle et spirituelle que nous appelle la situation nouvelle que nous devons affronter. C'est moins facile et moins gratifiant, mais sachons renoncer à nous faire plaisir et ne nous trompons ni d'objectif, ni d'adversaire." (voir le document)
En 1984, François Gremy décide de se retirer de la présidence du MRAP: "Deux raisons principales justifient ma décision. D'une part, ma conviction profonde - que j'avais proclamée dès mon accession à la présidence - que dans un Mouvement comme le nôtre, qui se veut plutôt démocratique, les dirigeants doivent se renouveler assez rapidement...Ma seconde ralson est plus conjoncturelle. Depuis près d'un an, j'ai quitté Paris, pour prendre une nouvelle activité professionnelle à 800 km du siège national. Outre que cette nouvelle activité est à la fois passionnante et accablante, le simple fait de la distance m'empêche depuis dix mois dl avoir une prise directe sur les évènements." (voir le document)
François Gremy devient membre du Comité d'honneur du MRAP et ne manquera jamais de lui manifester son soutien et de lui rappeler les exigences de son combat: "Dans le cinquantenaire à venir, il nous faudra donc continuer à lutter; mais il nous faudra donc approfondir notre réflexion. Est-il suffisant désormais de condamner les racistes et le racisme? Entre les deux convictions qui animent notre action, celle de l'Unité profonde de l'espèce humaine (fondatrice de la Fraternité et dc la Solidarité), et celle de l'irréductible Unicité de chaque personne (sur quoi se fonde la recherche de l'Egalité), il nous faut nous demander comment chacun de nous construit ses identités (au pluriel), entre notre appartenance à l'Humanité, et notre moi personnel. Comment les vivre sans les idolâtrer, comment les gérer sans les rendre meurtrières, comment reconnaître celles des autres, comment nous affirmer sans nous opposer ? Voilà le défi permanent qui se pose à nos sociétés démocratiques." (voir le document)

Albert Levy

Photo levy.png

Albert Levy est né à Aurillac en 1923. Engagé, pendant la guerre, dans les combats du MNCR, il est en 1949 l'un des fondateurs du MRAP.
Au cours de l'hommage rendu à Albert Levy en 2008, Charles Palant souligne: "Dans toutes ces campagnes, dans tous ces combats, la part prise par Albert Lévy à la tête du MRAP a été déterminante. Ses articles, ses brochures, ses discours font autorité. Le Mouvement a grandi avec lui. Il en sera ainsi pendant quatre décennies."
Albert Levy insistera toujours sur la nécessité du pluralisme du MRAP: "Depuis le début le MRAP a été pluraliste. Par exemple, à la première Journée nationale, au Cirque d'Hiver à Paris (son Congrès constitutif), il y avait entre autres, le peintre CHAGALL, qui présidait la séance de clôture, Yves FARGE, un grand résistant, qui avait été nommé par De Gaulle préfet de LYON, aussitôt après la Libération, Gabriel d'ARBOUSSIER, à l'époque député du Sénégal, Alain LE LEAP, dirigeant de la C.G.T., Marc SANGNIER, éminent leader catholique depuis l'avant-guerre, le savant Marcel PRENANT." (extrait de "mémoire du MRAP").
Rédacteur de "Droit et Liberté" puis de "Différences", ses articles couvrent l'ensemble des luttes du MRAP.
En 1952 il dénonce le procès fait aux époux Rosenberg: "l'affaire Dreyfus de la guerre froide" (p2) (voir le document)
En 1964 il participe à l'une des premiéres actions de dénonciation publique de l'apartheid: (voir le document)
Dés 1955 devant la détérioration de la situation en Afrique du Nord, il clame dans Droitet Liberté: "Non à la haine" (voir le document)
Quelques mois avant la signature des accords d'Evian il souligne: "racisme et fascisme sont les fruits du conflit algérien". (voir le document)
En 1970 dans l'éditorial de Droit et Liberté, il s'interroge: "A qui profite le racisme? ... Aux commercants et artisans menacés, aux vieillards sans ressources, les néo-fascistes désignent un bouc émissaire : les Arabes et les Gitans. Il suffit pourtant d'une analyse fort simple pour comprendre la situation des uns et des autres : chacun sait que le petit commerce est sacrifié à la concentration qui se généralise, au profit d'énormes sociétés financières, avec le concours des pouvoirs publics; et que la misère scandaleuse des vieux résulte des choix budgétaires décidés par le gouvernement. Le propre du racisme , précisément, c'est de substituer à un examen rationnel des problèmes une « explication» simpliste, 'visant à masquer les réalités....Duperie, diversion. démagogie, obscurantisme: le racisme, on le voit, n'est pas une fantaisie gratuite; il s'inscrit très logiquement dans un contexte économique, politique et social déterminé." Il participe à la longue lutte du MRAP pour l'adoption d'une législation antiraciste et souligne en 1971: "Nous l'avons dit et répété: La Société protectrice des animaux est mieux armée pour accomplir sa tâche que le M.R.A.P. pour protéger les hommes du racisme." En 1972, il se réjouit de l'adoption de la loi contre le racisme, mais lucide il insiste: "Ben sûr, la lutte que nous avons à mener ne saurait se réduire à la répression, qui représente une dernière extrémité . Car le racisme se rattache à des données sociales et économiques, aussi bien que psychologiques , et c'est sur tous ces plans qu'il doit être combattu. D'où la nécessité d'une action différenciée , visant d'abord à instaurer une égalité réelle de droits, de possibilités et de conditions de vie, au bénéfice, en particulier, des travailleurs immigrés, actuellement infériorisés à tous points de vue. Et d'autre part , cela suppose un immense effort d'information de l'opinion publique , d'éducation de la jeunesse. « La bêtise insiste toujours», a écrit Albert Camus. Et avec elle, la haine, l'oppression, les violences qui l'accompagnent. Ce qui exige, de notre part , une vigilance sans défaillances," (voir le document)
Face à la situation du Moyen-Orient, Albert levy écrit en 1972: "Face aux déchirements de cette région, qui remontent au mandat britannique, notre attitude ne s'inspire pas d'un pacifisme utopique, mais est avant tout réaliste. Seule, la prise en considération de toutes les données de la situation peut aboutir à une solution viable." (voir le document)
En 1982 Albert Levy reçoit les insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur: "Mme Nicole Questiaux (ministre de la Solidarité nationale) souligne la signification de cette cérémonie, témoignage des mérites d'une organisation, de l'action d'un homme et du changement intervenu le 10 maidernier. Albert Lévy évoqua ensuite avec humour et amitié son chemin personnel et le chemin du MRAP, dont la force et la notoriété résultent de la lutte menée ensemble par des militants d'origines et de conceptions différentes, unis par un même idéal, dans une même volonté d'aboutir." (voir le document)
Lors de la création de Différences, dont il est le directeur, il est le premier à dialoguer avec les lecteurs dans la "Tribune des lecteurs" (voir le document)
Les contributions d'Albert Levy sous forme d'articles, d'entretiens, de conférences sont toujours extrémement précieuses et restent des références pour comprendre l'histoire de la lutte antiraciste et du MRAP:
-Entretien avec Albert Levy à l'occasion des 30 ans du MRAP: (voir le document)
-Entretien avec Albert Levy à l'occasion des 50 ans du MRAP: (voir le document)
-Mémoire du MRAP: témoignage en 1993: (voir le document)
-Brochure le négationisme et la mémoire: (voir le document)
-Albert Levy a dirigé la rédaction de l'ouvrage retaçant les 50 premières années du MRAP: "Chronique d'un combat inachevé": extrait de l'ouvrage, le bilandressé par A. Levy: (voir le document)
En 2008, le MRAP rend hommage à Albert Levy après sa disparition: (voir le document)