Droit et Liberté n°146 - mai 1955

De Archives du MRAP.


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 1241 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 1831 | 1841 | 1851 | 1861 | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 2151 | 2161 | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire

Sommaire du numéro

  • n°146 (250) du 31 Mai 1955
    • 7éme journée nationale contre le racisme et l'antisémitisme, pour la paix, par Léon Lyon-Caen page1
    • Préparons en commun le grand rassemblement du 12 Juin propose le MRAP à la LICA page2
    • Le procès des nouveaux maîtres renvoyé au 14 Juin; l'opinion favorable au MRAP page3
    • Dans le 14e arrondissement, agitation antisémite contre les commerçants page3
    • A l'école de RIvarol page3
    • De toutes parts, le racisme dénoncé et combattu page4,5
      • Ces deux affiches disent la déroute de Xavier Vallat, à Nancy, à Lille
      • Vaincre les préjugés pour que triomphe l'homme par Vincent Auriol
      • Les étudiants marocains de Paris témoignent pour la fraternité judéo-arabe
      • Bardèche chassé de Poitiers
    • Ecarté par le jury du festival de Cannes, mais couronné par la critique internationale: "Racines" un grand film antiraciste présenté par Simone Dubreuilh page6
    • Algériens, nos frères... page7
    • Ni les crématoires, ni la bombe atomique! page7
    • L'amour des Rosenberg par Charles Ovezarek page8
    • La seconde affaire Dreyfus par Jacques Madaule page7

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• N° 146 (250) 31 MAI 1955 30 FRANCS DIBIAnCHE 12 JUin AU PALAIS e de la MUTUALITÉ CONTRE LE RACISME. L·ANTISEMITISME E T POU R L A PAl X [~~!ii'ë.Charles 9 mars 2010 à 10:41 (UTC),Charles 9 mars 2010 à 10:41 (UTC):!Charles:::i~J 'S UR l'initiative du M.R.A.P., d'éminentes personnalités de toute appartenance politique, sociale et religieuse, ont lancé un appel pour la septième Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, qui doit se dérouler le 12 juin à la Mutualité. Le dernier numéro de « Droit et Liberté » a publié le texte de cet éloquent appel. L'antiracisme, ne l'oublions pas, correspond à une longue tradition française, inaugurée par l'abbé Grégoire, qui remonte à la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, à laquelle, trop de Français l'ignorent, notre Constitution du 27 octobre 1946, par son préambule, a redonné valeur constitutionnelle. L'alinéa 1 dudit préambule proclame : « Au lendemain de la victoire remportée pas les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d'asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés ». Alinéa 5 : « Nul ne peut être lésé, dans son travail ou SOR emploi, en raison de ses odgines, de ses opinions ou de ses croyances ». Alinéa 16 : « La France forme avec les peuples d'OutreMer une Union fondée par l'égalit~ des droits et des devoirs, sans distinction de' race ni de religion ». Alinéa 18 : « Fidèle à sa mission traditionnelle, la France garantit à tous l'exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ci-dessus ». C'EST au nom de ces principes, inscrits dans notre Consti. tution, que la Résistance française s'est dressée naguère, . dans un inoubliable sursaut, contre les crimes de l'hitlérisme et qu'aujourd'hui, animés du même esprit, les auteurs de cet appel, hommes de toutes professions, disciplines et croyances, apportent à la manifestation, essentiellement nationale, organisée pour le 12 juin, l'appui de leur autorité. Ils ne peuvent admettre que, 10 ans après la Libération, pour laquelle se sont sacrifiés des hommes de toutes origines, renaissent sur notre sol des théories barbares au nom desquelles les nazis ont exterminé des millions d'êtres humains. Ils ne peuvent admettre que les anciens collaborateurs, qui ont sur la conscience la mort de milliers d'innocents, . puissent se regrouper, se livrer à de spectaculaires manifestations et, favorisés par l'incompréhensible impunité dont ils jouissent de la part des pouvoirs publics, reprendre dans la presse leur néfaste activité d'excitation à la haine entre citoyens. Ils ne peuvent admettre que soient pratiqués ou tolérés, à l'égard des travailleurs nord-africains et des étudiants d'Outre-Mer, des actes de ségrégation raciale, des traitements discriminatoires, de la part de certains particuliers, quand ce n'est pas de la part de la police ou de l'administration elles-mêmes. Ils ne peuvent admettre Que les bourreaux d'hier puissent, dans une Allemagne réarmée, relever la tête, reprendre du service, et qu'y soient blanchis les pires méfaits du nazisme. Convaincus que le racisme, sous toutes ses formes, met en péril les droits de la personne humaine et les libertés démocratiques, si chèrement acquises, ils veulent s'unir pour les sauvegarder. QUE répondent donc nombreux à l'appel, même si parfois . ils s'opposent en d'autres domaines, ceux qu'anime l'idéal antiraciste! Que participent nombreux à ces assises, par leur présence, leur intervention ou l'envoi d'un message, les Français désireux de lutter contre les inégalités raciales ou religieuses, en quelque pays qu'elles se produisent, et d'assurer le triomphe de la grande cause de l'égalité des hommes et de la fraternité des peuples ! Léon LYON.:CAEN. . Président du M.R.A.P. O· éminenles personnalilés de Ioules opinions s·associenl à I·APPEL La France antiraciste élit ses délégués Des personnalités de toutes .opinions," de toutes professIons et disciplines Intellectuel1es font parvenir chaque jour au M.R.A.P. leur adhésion à l'appel lancé pour la Journée Nationale. A l'heure où nous meltons sous presse, la liste de ces personnalités s'établit comme suit : MM. Francisque GAY, PAULBONCOUR, anciens présidents du Conseil ; Louis MARIN, membre de l'Inslitut, ancien ministre,; Justin GODART, ancien ministre. MM. Edouard HERRIOT, président d'honneur de l'Assemblée nationale ; . Florlmond BONTE, Lau·rent CASANOVA, Pierre COT, André DENIS, FONLUPT-ESPERABER, A. FORCINAL, E. NAEGELEN, députés ; L. HAMON, E. MICHELET, R. PLAZANET, s énateUirs ; Charles-André JULIEN, Emile VIVIER, conseillers de l'Union française. MM. Léon LYON-CAEN, pre- . mler président honoraire 'e la Cour de Cassation, président du Mouvement contre 1e racisme, l'antisémitisme et pOUl' la paix; ATTULY, oonseiller honoraire à la Cour de Cassation ; R. DIDIER, président de la Chambre des Mises en Accusation ; Lucien BAUZIN, cons·eiller d'Etat honoraire. Mme ROMI'IN-ROi..LANO. MM. François MAURIAC, André MAUROIS de l'Académj,e Française

Edmond FLEG, Francis

JOURDAIN, Jean LESCURE, Jacques MADAULE, Robert MERLE, Pierre PARAF, Cla'Jdo ROY, An~ dré SPIRE, Gabriel TINMORY, VERCORS, écrivain,; : !',tlll'l Clara CANDIANI, Journa'iste. MM. l'Abbé P(ERRE, le chanoine VIOLLE'r ; les pasteurs André DUMAS, S. LENEBACH, L. VIENNEY. MM. Frédéric JOLIOT-CURIE Prix Nobel ; Paul RIVET, ' dlrecteU!' du Musée de l'Homme ; Hubert DESCHAMPS, Michel LEIRIS, ethnologues. Mme Jeanne LEVY. MM. Gustave COHEN, Albert DAUZAT, Jean DRESCH, Jean FRAPPIER, J.-J. MAYOUX, 1. MEYERSON, Marcel PRENANT, E VERMEIL, R.-L. WAGNER, professeurs à la Sorbonne, Lazare LEVY, professeur honoraire au Conservatoire national de musique ; O. POZZO dl BORGO, Inspecteur général de l'Instruction publique. (Suite page 5) DANS tous les arrondissements de Paris, dans de nombreuses villes de banlieue et de province, des hommes et des femmes de bonne volonté se consacrent à la préparation de la 7' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. On élit des délégués partout : dans de grands meetings et de (Suite page 2) FRATERNITÉ Cetta • fraternité », du grand peintre Fernand LEGER, Illustre la corte en couleur. édité .. à l'occasion de la VII' Journée Nationale DANS CE NUMÉRO: Vincent AURIOL Valncr.e les préjugés pour que triomphe l'homme (page 5) Jaques MADAULE La seconde affaire Dreyfus (page 8) Simone DUBREUILH présente le film mexicain « RACINE }~ (page 6) Albert LEVY La déroute de Xavier Vallat (page 5) Le procès des « Nouveaux Maîtres renvoyé au 14 JUIN (p. 3) Les étudiants marocains de Paris nous disent ... (page 4) a D~OI'r l'r LIBIRT.I Vers la 7e Journée Nalionale la France antiraciste élit ses délégués " Préparons en commun le grand rassemblement du 12 juin " propose le M.R.A.P. à la L.l.e.A. (Suite de la page 1) petites réunions de quartier ; dans des sociétés ou des organisations

dans des entreprises, des

écoles ou des laboratoires, en présence de tout le personnel rassemblé. Il nous est impossible, pour le moment, de donner un bilan complet des résultats obtenus. Les informations que nous publions ici, bien que symptomatiques, sont tout à fait partielles. La journée départementale à Marseille La section du M.R.A.P. de Marseille a pris l'initiative (l'organiser, le dimanche 5 juin une journée départementale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Des personnalités très diverses, appartenant à tous les milieux politiques, religieux et sociaux de 1a ville ont signé un appel commun. De nombreuses organisations ont adhéré à cette initiative. Des représentants de la population viendront des quartiers et de plusieurs entreprises. Nos amis M' Manville et Kornblut participeront, au nom du Bureau National à la grande manifestation qui se prépare. font connaltre leurs premiers chiffres: 19 (place des Fêtes) : 15 délégués

19 (place Fabien) 
18 délégués;

11' : 25 délégués; 13' : 10 délégués, etc ... Dans les Sociétés Plusieurs sociétés juives de secours mutuels ont déjà pris des dispositions pour la Journée Nationale. La société Nowo-Radousk, réunie le 14 mai après avoir entendu un exposé de M'Armand DYMENSTAN, membre du Bureau national, a élu 15 délégués et voté une subvention de 10.000 francs. Au cours d'une assemblée organisée le dimanche, après-midi 22 mai par la société VarsovieOchota, Albert LEVY a priS la parole au nom du Bureau national. 35 délégués ont été élus, 7.150 francs ont été collectés sur place et le Bureau de la société à décidé de verser également une subvention. La société Lublin, aprèS avoir entendu, le 6 mai, un exposé de Charles OVEZARAEK, au nom du Bureau national, a décidé de s'associer à la grande Journée antiraciste. Une subvention de 5.000 francs a été votée. D'autre .part, Charles HUTMAN a priS la parole, au nom du Bureau: national à la société des Amis Israélites de France. D'autres sociétés annoncent également l'élection de délégués: 30 pour Siedlec ; 10 pour la Fraternelle Israélite de Paris ; 5 pour C.F.T.C. de la S.N.C.F. (ParlsEst), M. FEUCHOT, cadre S.N. C.F. du syndicat C.G.T. (ParlsEst). Projection du grand film antiraciste « Maxlmka l . XIe Arrondissement Le lundi 6 juin à 20 h. 45, à la e Brasserie Alsacienne lt, 1, boulevard Voltaire. Orateur : M- Armand DYMENSTAJN, membre du Bureau national. XIIe Arrondissement Le mercredi 8 juin à 20 h. 45, au 2, rue du Charolais. Orateur : Albert LEVY, membre du Bureau . national. XVUIe Arrondissement Le mardi 7 juin, à 20 h. 45, saUe Verte, 129, rue Marcadet. Orateur : Mo MANVILLE, le pasteur LENEBACH, membres du Bureau national et diverses personnalités de l'arrondissement. XXe Arrondissement Le mardi 7 juin, à 20 h. 45, au 120, boulevard de Belleville. Orateur : Charles HUTMAN, du Bureau national. ' Montreuil Le mercredi 8 jUin à 20 h. 45, au café « Le BaHo », rue d Paris. Orateur : Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. Participation de représentants de la municipalité . Montreuil. Strasbourg Le lundi 6 juL Orateur: Charles PALANT, secrétaire géné_ ral du M.R.A.P. L. 29 avril dernier, le Bureau National du M.R.A.P. a adreasé au Comité Central de la L.I.C.A. I II lettre iulvante : Chers Amis, Un appel vIent d'être lancé par 3'3 personnalltél émlnentel, sollicitées par notre Mouvement, pour la tenue d'une Jou·rnée Nationale confire le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, le 12 Juin prochain à Paris, au Palais de la Mutualité. Cet appel. nous semble-t-i1, ne peut 'lu'êtro approuvé ohaleureusement par tous lei antiracistes, qui se réjouiront de voir le$ représentants des milieux politiques et sooiaux les plua divers se renconflrer ainsi sur le terraIn de la frat.ernité humaine et de la paix. Notre· Mouvement s'est fixé la tâche de faire tout oe qu'II est en son pouvoir pour assurer à la Journée Nationale du 12 juin un succès et un retentissement sans préoédent. Au OOUI'S de cette grande manifestation, d'une Importance considérable dans la situation présente, s'exprimeront librement tous les cou·rants, tOU& les aspeots de l'esprit et de la lutte antiracls·te. Q'est pourquoi nous proposons à la L.I.C.A., répondant avec nous à l'appel qu,1 vient d'être lanoé, de partlolper aux oôtés du M.R.A.P., en toute Indépendanoe, à la préparation de cette Journée Nationale. Pou'r que nous pu,lsslon& préciser. nos proposltlona et afin d'éviter tout malentendu, il serait partloullèrement opportun qu'une rencontre ait lieu auss~ rapidement que possIble entre les représentants qualifiés de nos deux organisations. Dans cet . espol'r, nous vous prions de croire, chers Amis, à nos sentiments antiraolstes et dévoués. Nous regrettons vivement que, jusqu'à ce Jour, cette lettre soit restée sans réponse. Nous sommes certains que les militants et amis de la L.I.C.A. seraient heureux de v·olr leur organlsatll)n s'associer à une grande manifestation na.tlonale groupant toutes les forces antiracistes. Nous souhaitons que, dans les prochains jours, de nouveaux succès soient remportés sur la vole de l'action commune. Dans d'autres villes", Des réunions, des rencontres pour l'élection de délégués à la Journée Nationale, se préparent dans d'autres villes. A Nancy et Lllle, particulièrement, la camgne victorieuse menée contre Xavier Vallat, a permis aux antiracistes de resserrer-Ieurs liens, et la Journée Nationale sera pour eux un moyen de faire connaltre au pays tout entier leur expérience. les Amis de Volomin ; 3 pour les r ________________________ -:-_________________ _ Amis de Preytyck, etc •.. Des délégués sont annoncés également de Lyon, Nice, Strasbourg, Clermont-l"errand, Toulouse, Rouen, etc ... Les délégués élus' A Paris, plusieurs réunions ont eu lieu, dans différents qual.'tiers et dans plusieurs sociétés et organisations. IX' ARRONDISSEMENT : Une première réunion a eu lieu le 23 mai, au Foyer de la Fourrure, sous la présidence du Dr André LEVY. Après un exposé de M' MANVILLE, membre du Bureau National du M.R.A.P., un débat s'est engagé auquel ont pris part de nombreux assistants. Dix délégués ont été élus. D'autres arrondissements nous LA SESSION DU COMITÉ D'ACTION Le Comité d'action du M.R.A.P. a tenu, le 5 ju:n, à l'Hôtel Moderne, une importante session, sous la présidence die Charles P ALANT, secrétaire général du Mouvement Deux rapports furent présentés: sur l'affaire des « Nouveaux Maîtres» par Marcel MANVILLE et sur ,la préparation de la 7' Journée Nationale par Albert LEVY. La discussion, qUli suivit fut marquée notamment par les :nterventions du Dr ZAIDNER (14") de STAMFATER (Association des Artisans), Roger MARIA (5'), EDOUARD (14'), Marthe DUPUIS (18'), Alfred GRANT (Union des Sociétés Juives), Dr RENNERT (20'), KORNBLUT, I. ·BLUM (Anciens Combattants). Charles P ALANT tira brièvement les conclusions ·des débats en appelant tous les miUtants et amis du M.R.A.P. à tout faire pour la victoire sur les « Nouveaux Maîtres » et pour assurer à la Journée Nationale un succès sans précédent. Une résolultion saluant la dénonciation du racisme par la Conférence e Bandoeng, fut adoptée à l'unanimité. REUNIONS PREVUES Dans tout Paris et dans les localités de banlieue, de nombreuses réunions sont annoncées. Nous publions ci-dessous la liste de celles qui nous ont été signalées à ce jour: Ir' Arrondissement Le jeudi 9 mal à 20 h. 45, au café « Le Petit Pot :t (salle du premier étage), 2, boulevard Bonne-Nouvelle. Conférence de M· Claude-Frédério LEVY, membre du Bureau national : l'affaire des « Nouveaux Maltres :t et la 7' Journée Nationale. Ille-IV· Arrondissements Le mercredi 8 juin 20 h. 45, salle de l'Epicerie, 12, rue du Renard. Orateurs : PIerre GERBAL, du bureau national et diverses personnalités des III· et IV· arrondissements. Projection de courts métrages. V· Arrondissement Le mercredi 8 juin à 20 h. 45, à la Maison pour Tous, 76, rue Mouffetard, grande soirée cinématographique, avec le !!lm « La terre sera, rouge », à la gloire de la résistance danoise. Allocution de Charles OVEZAREK, membre du Bureau national et Roger MARIA, président de la section du V • Xe Arrondissement Le mercredi 8 .iuln à 20 h. 45, au cercle 'commercial suisse, 10, rue des Messageries. Oraeurs : Mo Claude-Frédérlo LEVY, membre du · Bureau national, le Dr LEIBOVICI (u.J.R.E.) M. FAVERAIS, président du syndicat Au Service de la France L'!-,nion des Engagés . Volontaires et Anc,ens Combattants Juifs vient d'édi· ter, sous le titre " AU SERVICE DE LA FRANCE ", un livre remarquable, tant par 50 luxueuse présentation que par 50'11 contenu. Ce livre relate l'histoire des combattants Juifs au cours de la dernière guerre : en 1940, dans les comps, dans la Résistance. On y trouve également des déclarations d'éminentes personnalités rendant hommage à l'esprit de sacrifice, ou courage de ces valeureux soldats. Eft retraçant, da'ns 50 demlère partie, l'activité présente de l'Union, pour la défense des victimes de la guerre, contre l'antisémitisme et pour la sou· vegarde de la poix, ce livre, enfin, montre que les ancien, combattants Juifs continuent de .ervlr la FreMlce. Illaut un Dlillion el deDiI 1 L A grande Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisé_ mitisme et. pour la Paix approche. Cette manifestat.lon au,ra un grand retentissement dans le pays. Nos militants et. nos amis, les organisations et. soclét.és affiliées à notre Mouvement le savent.. Tous se préparent à élire de nombreux délégués et à prenare une pa·rt active à cette grandiose manife ·station antiraciste. Toutefois, il est. nécessaire d'attirer Ici leu,r attention sur le côté matériel de la préparation de cette grande journée et. leu·r rappeler le& dépenses ext.rêmement Importantes qu'elle exige. La location de la salle, sa décoration, les banderoles, :es affiches, les brochures, les tracts, les lettres, les appels, les timbres- poste, le travail de bu,reau, les déplacements entrainent des f ·rals oonsidérables et nous ne pouvons puiser no& ressou·rces qu'auprès de nos amis antiraolstes oonvalnous de la justesse et de l'efficacité de notre lutte. Il nous faut environ un million et demi de f ,rancs pour pouvoir faire faoe à nos dépenses. Nous avons édité à l'occasion de la Journée Nationale une carte de soutien, dellsinée par · le grand peintre Fernand Léger. Il s'agit de propager cette carte, d'en diffuser un très grand nombre. Il y a une carte populaire à 100 franos que personne ne refusera. 1.1 y a aussi des cartes à 600 f ·rancs, à 1.000 francs et à 6.000 franos. Nombreux sflnt nos amis et sympathisants qui ne demandent pas mieux que de nous aider, oonvaincus qu'Ils sont de l'efficacité de notre action. Ils savent que c'est grAce à nous que le film antisémite et xénophobe « Les Nouveaux Martres » a été rour unc Conférence Antiraciste des ftudlants Les lecteurs de « Droit et. Liberté » savent avec quelle rigueur le racisme frappe les étudiants d'Outre-Mer en France et sur leur propre sol. Le M.R.A.P. a donc pris l'initiative de proposer à toutes les organisations estudiantines la tenue d'une Conférence antiraciste des étudiants. Cette conférence aura pour but de . faire mieux connaitre les manifestations de racisme rencontrées dans leurs études par les jeunes d'Outre-Mer, et d'associer les étudiants métropolitains à leur combat pour l'égalité des droits. Ce projèt a été examiné au cours de deux réunions qui ont eu lieu à la salle des Sociétés savantes, et où de très nombreuses associations étaient représentées. Un comité provisoire pour l'organisation d'une conférence antiraciste des étudiants a été constitué. Notre ami M. Imerglik y représente le Bureau national du M.R.A.P. En raison des examens, 11 a. été décidé que cette conférence aurait lieu au début de l'année universitaire à venir. Mais dès à présent, les diverses organisation ont décidé de participer à la préparation de la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Des rapports et une résolution seront élaborés d'ici le 12 juin, et la Journée Nationale aura à en débattre. Le prOblème de la conférence antiraciste des étudiants et de la lutte contre les discriminations frappant les étudiants d'Outre-Mer serdnt examinés par une commission spécialement désignée à cet effet. Au nom du bureau national du M.R.A.P., Charles OVECZAREK a pris la parole, le dimanche 29 mai, au ç,Oura J'une manifestation org·anisée aux Soci~tés Savantes par les étudiant.s guadeloupéens et guyanais. AprèS son exposé. les étu::!iants présents ont procédé à l'électlon de délégués pour la Journte Nationale. enlevé des écrans f ·rançals. Ils savent que c'est par s,uJte de notre aotion que le tristement oélèbre Xavier Vallat n'a pas pu prendre la parole 'à Nancy et à LlIJe. lia savent que notre action permanente contre le racIsme et l'antisémitisme mérite d'être soutenue. Il faut donorendre visite à toua ces amis et leur parler de noe diffioultés flnancière&. Nul doute qu'Ils aooepteront volontiers nos cartes et verseront leur obole, chacun selon aea po.elbiJités. Il faut aussi faire vite r Demandez donc dea cartes au siège de notre Mou,vement et placez-en le maximum d'loi le 12 Juin. Ainsi vous permettrez à lai direction de notre Mouvement d'aIler de J'avant et de développel' enoore après la Journée Nationale la lutte pour la cause qui nous est chère à toua, pOUl' l'baance d .. droits de tous les hommes, sans distinction de t'ace, de couleur ou de religion. La souscription Sociétés Tomaszow : 10.000; Lodz : 20.000; Un groupe d'amIs de la Société Szydlowlec

10.000; Garvoline-Sledlec :

5.000; Lublin : 5.000 ; Radom : 10.000; Falenitz-Otwock : 5.000; Wolomin

5.000; Nawo-Radomsk : 10.000;

Novy-Dvor : 3.000; Varsovle-Ochota (acompte) : 7.150; Zyrardow : 10.000, U.S.J.F. : 30.000. Total : 130.150 francs. Pour les procès des cc Nouveaux Maîtres » AssociatIon Cultuelle Israélito d'Elbeuf

10.000; AssociatIon Cultuelle Israélito

de Versailles : SOO; Fabricant. de maroquinerIe : 10.000; Auoclatlon Cultuelle Israélite de Clermont-Ferrand : 10.000. Total : 30.500 fralncs. Cartes d'Amis Rapoport : 2.000; Charle, : 1.000; Heilbronn : 10.000; Sadenfils : 15.000; Bader : 20.000; Anonyme : 20.000; Halmovlci : 20.000 ; Lemer : 2.000 ; Edelman : 1.000; Born : 5.000; Dr Hurstln : 5.000; Fernand Nathan 10.000; Markbeln : 50.000; Artman 15.000; Goldberg : 5.000. Total : 181.000 franc .. DROI.T: ET: !.;IBERT. 8 , OllVI A11X MAITRI S" Dans le 14 e arrondissemenl Le protès des' N lJ L lJ ~ Agitation antisémite R ENV 0 Y É tt. U 1 4 .1 U 1 N contre les cOInInerçants C'est le 18 mai que devait avoir lieu le procès Intenté au M.R.A.P. par les producteu .... du film antisémite e" xénophobe « Les Nouveaux Maltres lt. Mais lorsque l'affaire fut app.elée, leur avocat, Tlxer-Vignancour, n'était pas là. " fallut parUr à la recherche de l'u,n de 8e8 collaborateurs, Mo De jean de la Batie, qui, en quelques mots, exprima son Intention de limiter le plus possible le débat. D'aute part, Il fut constaté que l'un des avocats du M.R.A.P., M' Mercier, n'avait pas été mis en possession, par nos adversaires, des pièces sur lesquelles ils Justifient leu/" demande. Ainsi, Il semble que Tlxler-Vlgnancou'r et les producteur. des c Nouveaux Maitres » ne soient pas très pressés de s'expliquer. L'affaire a été renvoyée au 14 Juin pour les plaidoiries. L'ASSEMBLÉE D'INFORMATION Le 12 mal, dans la grand,e salle de l'Hôtel ModeÏ'ne, s'est déroulée une assemblée d'information sur l'aUalre des c Nou_ veaux MaUres lt. Tous les orateurs avalent préalablement vu l'ignoble !!lm, et c'est donc en connaissance de cause qu'ils témoignèrent de sa nocivité. Parlant comme secrétaire de adjoint de Neuilly-sur-Seine souligna la recrudescence de l'antisémitisme. Je suis lei, déclara-t-Il, parce que je sympathise avec le M.R.A.P., parce que la cause qu'II défend m'est chère ... " faut que tous les honnêtes gens s'unissent autour de lui en un élan de solidarité active. Puis, le grand rabbin SCHILLI, traduisit le malaise profond que provoque le film « Les Nouveaux Mattres :1 sur les spectateurs, en qui on veut éveiller l'antisémitisme. c'est un devoir pour mol, s'écrla-t-Il d'être Ici ce soir. " faut empêcher de semblables A la tribune, de gauche li droite : MM. le grand rabbi", SchilJ/, Ch. Ovuarek, Alm' Atlan, Uan LyOln-Caen, Ch. Palant, Solpray, Alfred Grant et M' Manvllie l'UnIon des Israélites Sépharadls de Franoe (section des jeunes) et comme ancien combattant du Corps Expéditionnaire Français d'Italie, et de la PremIère Armée, M. Almé ATLAN déclara notamment: « Nous venons de dé!ller pour commémorer le X' annlversalr.e de la Victoire, et dans queÛlues jours aura lieu le procès de l'aUaire des c Nouveaux Mattres » ... Cela dépasse l'imagination. » ... Nous protestons oontre la propagande antisémite et nous nous associons au M.R.A.P. dans la oampagne contre c Les Nouveaux Maltres lt ... Après lui, M. SOLPRAY, maIre manifestations, souligna-t-I1, sinon 1/ s'en développerait de plus dangereuses encore. Et Il conclut: La lutte du M.R.A.P. est nôtre. Nous devons empêcher que ceux qui ont courageusement combattu « Les Nou,veaux MaTtres lt subissent une défaite car ce serait une défaIte pour nous tous. Enfin, Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. retraça A grands traits, l'historique de l'aUaire et lut quelques-unes des lettres de solidarité reçues par le M.R.A.P. Il termina en appelant tous les antiracistes à lutter dans l'union pour que le procès intenté au M.R.A.P. devienne celui de l'antisémitisme et que triomphe la justice. A l'école de " C Z n'est pas en vain que les journaux racistes et antisémites qui foisonnent actuellement en France distillent dans le cerveau des gens crédule, leur scandaleuse propagande. Coup sur coup, à quelques jours d'intervalles. deux personnes honorables. parfaitement estimées, viennent d'être les victimes du regain d'antisémitisme que le M.R.A.P. et notre journal ne cessent de dénoncer. Il n'est plus question d'insUltes ou d'injures, mais de violences, de menaces de mort, provenant non pas de forcenés, anciens «collabos » et vichystes, mais au contraire de personnes qui jusqu'alors n'avaient jamais manifest4 d'antissmitisme. 20· : Racisme et solidarité Au 21, rue Bisson, dans le 20-, vivait paiSiblement un tailleur beaogneux, ancien combattant fit prisonnier. Brusquement, le mois dernier, un de ses voisins, un sieur Rivasseau, empoisonné par les calomnies racistes, s'est pris de haine contre le tailleur Szmulewicz. Il a commencé p.lr lui glisser sous la porte les écrits orduriers, puis devant l'attitude calme et digne du tailleur, en pleine nuit, il est allé frapper à coups redoublés sur la porte de M. Szmulewicz. Mme Szmulewicz qui a déjà énorménient souffert durant la guerre et dont la santé est chancelante, réveillée en sursaut comme au temps où la gestapo venait exécuter ses crimes, eut une véritable crise nerveuse. Non content de cette manifestation, quelques jours aprés, le sieur Rivasseau apparut à la fenêtre brandissant une hache et couvrant d'injures les époux Sz:mulewicw, les menaça de les tuer. La victime, accompagnée d'un représentant du M.R.A.P., a part4 p7ainte. 15 l'Jcataires indignds L·opinion solidaire du M. R. A. P. Les poursuites engagées contre le M.R.A.P., par les producteurs des « Nouveaux Maîtres », ont suscité, dans les milieux les plus divers une prolonde émotion. Au cours des dernières seI1laines, de nombreux rabbins ont adressé au M.R.A.P. des lettres de solidarité. Le grand rabbin DEUTSCH, de Strasbourg, écrit : Vous avez très bien fait d'empêcher la projection de pareils films qui peuvent faire des ravages dans les consciences, même involontairement. Le grand rabbin, J. COHEN, de Bordeaux: C'est avec la dernière énergie que jé vous adresse ma protestation indignée contre les agissements de ceux qui veulent 1 aire de l'argent en Jemant la haine, au risque d'amonceler de nouveaux cadavres entre Français. Un tract a été distribué dans le XIV' arrondissement qui se termine ainsi : « Pour rendre le commerce français aux Français, - adhérez, soutenez le Front national et socia~ ». Parallèlement, une affichette du « Mouvement Jeune Nation :. était collé sur les murs du même II.Tondissement, où l'on pouvait lire : « Soutenez P.oujade contre les commerçants juifs ». Le « Mouvement Poujade » est soutenu, on le sait, par des centaines de milliers de commerçants qui veulent défendre leurs conditions de vie contre les impôts de plus en plus accablants, alors que le chiffre de vente se fait de plus en plus bas. Ils se battent contre cet état de fait et Ils ont raison. La solution réside dans une politique de paix qui permettrait la réduction massive des impôts et, d'autre part, dans une augmentation générale des salaires. Mais c'est aller dans une direction fausse et dangereuse que de désigner une partie des commer- çants comme responsables. Toute discrimination aboutit en fait à diviser les commerçants, A détourner leur action sur une fausse route, c'est-A-dire, en dernier lieu A l'affaiblir. La réponse des artisans C'est bien cela qu'exprime une résolution adoptée par l'Union des Artisans de l'Ile-de-France, A son congrès départemental du 21 mai 195. Cette résolution déclare notamment que l'Union des Artisans: - Regrette que le Front national et social, filiale de l'U.D. C.A.· dans la région parisienne, ait cru devoir, dans une circulaire largement diffusée, jeter l'exclusion contre certaines catégories de commerçants et d'artisans ; - Dénonce comme un germe de division la discrimination faite entre commerçants et artisans sur le plan ,politique, religieux et racial; - Invite les artisans à dénonoer sans faiblesse tous les propagandistes d'une division qui serait funeste à J'artisanat et profitable à ceux qui veulent précipiter notre disparition. Le grand rabbin A VRAM, de Besançon: Vous avez eu raison d'alerter l'opinion publique. Souvenez-vous! • • • Dans le procès-verbal de la réumon du 3 mai, tenue par le Consistoire Israélite du Bas-Rhin, nous relevons ce passage : Le M .R.A.P., en prenant courageusement l'initiative d'alerter l'opinion publique, a rendu service à la paix et à la sauvegarde de l'honneur de la France. Le Consistoire Israélite du BasRhin, félicite le M.R.A.P. de son action méritoire d'intérêt public. D'autres communautés israélites, celles de Clermont-Ferrand, d'Elboeuf, de Versailles, accompagnent leurs lettres de Chèques destinés à partiCiper financièrement à la défense du M.R.A.P. Parmi les organisations, qui se sont également solidarisées avec notre Mouvement, citons : la Fédération Générale des Industriels, Artisans et Façonniers de France, le Secours Populaire Français, le Syndicat des Fabricants de Maroquinerie, le personnel de la firme « Le Chant du Monde », le « Mouvement Haschomer Hatzaïr, », l'Amicale des Anciens Déportés Juifs de France, le Club « Amitié », ainsi que la L.I.C.A. qui, dans son journal, exprime sur ce point son accord avec le M.R.A.P. Ce courant doit se développer encore d'ici le 14 juin. Les juges doivent savoir qu'aujourd'hui comme hier, le film « Les Nouveaux Maîtres » fait contre lui l'unanimité des gens de coeur. RIVAROL " par les propos et les agissements de Rivasseau ont spontanément manifesté leur solidarité envers le tailleur et signé une liste de pétition. cc Ce n'est pas encore assez! » Une brave commerçante . de la rue de l'Echiquier, après avoir promené sa petite-fille Ilgée de quelques mois s'apprêtait à regagner son logement lorsque, surgissant brusquement de la loge, la concierge l'accabla d'injures et d'insultes et lui déclara que si tous les juifs n'avaient pas été exterminés il n'en sera pas de même la prochaine fois. Le lendemain, la commerçante et son époux infirme, rentrant chez eux, furent agressés par la concierge qui jeta à terre le mutilé et roua de coups la commerçante. Ces deux cas d'antisémitisme révolteront le3 braves gens de France. Ils témoignent d'une recrudescence de l'antisémitisme, ils confirment la justesse des campagnes du M.R.A.P. qui sans relâche expliquait que la politique du réarmement allemand ne pouvait que faire croître en France l'influence des racistes et des antisémites. Ces deux faits pourraient demain se multiplier si l'union de tous les antiracistes ne se réalisait contre l'ennemi commun. Il est nécessaire que toutes et tous se retrouvent en un bloc uni pour réclamer et obtenir la condamnation systématique de la propagande raciste et antisémite. Cette union peut se réaliser et se réalise déjà, à l'occasion de la 7' Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. Les lecteurs de « Droit et Liberté » auront à coeur de renforcer ce courant d'union. Ainsi seront mis en échec les antisémites. Un jour de 1942, cette maison de la rue des Deux-Ponts (IV· arrondissement), connut un drame atroce : 112 habitants juifs, dont 40 enfants furent arrachés de leurs foyers pour être déportés et bra/és dans les crématoires hitlériens. Le dimanche 15 mai dernier, une plaque fut apposée sur la façade pour commémorer ce douloureux événement. Des personnalités diverses, et une foule nombreuse,. assistaient à cette cérémonie, au COurs de laquelle M. Haag, préfet de .la Seine, prononça une allocutIOn. Au nom des habdants de la maison, notre ami Marcel HElvasser, prononça quelques paroles émues, soulignant notamment l'opposition de -tous les rescapés au réarmement des bourreaux nazis. Le Bureau national du M.R.A.P. était représenté par Albert Lévy. ANNONCE .Jeu,ne fille fonctionnaire cherche petit logement Paris ou chambre posslbiltés culisine. Ecrire au Journal. • PRÉLUDE A LA JOURNE~ NATIONALE e tou Ces ux aHiches de X. VALLAT , , .. ~ u ,,'. __ .",,",,, JooI- lot V ..... _...-._"-.... -. uj.,',."..-. _ __- ... ... 10 M,,,,,," ri .. 10 _ ....,. ....,.. ,_" ... "';11 ... oh; Pol, ......... .,01," • 'r , Xavi6r VALLAT 1 ______ ~ ,,'cr... __ ", .. ' ..... r_ •• /IÜHo '* x-__ ... '" .. ....-.._ "" __ • ... .., "_-. .-. ...~... .....' - -""-~ ~- -- _ . '" ._._~ ~-,-_ ._- .. .. .. ...... "".,- • -. . - .''' ..... .. ' ... ..... , ,,- .............. - ,- Xavier Vallat 1- , .td .... 1 patriote. It-'l.·_ ... ". ,..,"'. /./HI.· .. 'J_i. l-lo t__ "'_h l ' ...... , ... "

 1- 1. r~"'_ "'", ','..,.. '., .. t/"1I ri-,_' .. " '" ho ,'.,.,./01_ ,,"~.

, , ..... 11: $JMI2! IIIlllSl._ ~". __ lWl. , ...... -..... A L " plue $'.nltlu, , m". 'J ... J ....... _ ...... 1"0" lI 1N d_u U"""'. ..".... ';:: -. ..,\.OuH 110 _, iOnI .IUI 'ie..... -....~ . ... • 1\&'" do .. m .... ~ ro p rena.- d'or, ..,. J II.f _n (.amOllI .... U. lia_ni..... 1 ,o~; .~ ooeur 10 La .rn.. une mlrao_ .lII0 I XVlII' __ tnnçaIa. .:) •• ptin .. m~ eompJèUnt 10 __ I.mal'"",,,,',:'::; do la pl no. IN ,d-t DI loul" O al...,. do N..""",, phllJ1". 0' ... It. quo XaI1 r ,"",. ....... m'-Ire OUI dul .... 10 • mal. d*"" car~. au _ ... d'un on,,-_n. CO .. It. WIll que ..... ] 'u""' cleO _ Ile __, p.a, -101 • -'~.;"; Le lanqaqe de -p,'n.' .bOutl • oe~_ , A A PR1'8 aTOlr ~I I.;;

 le N&DI:J par l """"Ia'ton un ...

Valla' _, lenl. IDOeUlll • LIlle quU"" vI'" 10.«1. le ...... dl :It 91 l' le(uI 1 N • ..., .... ..f i!. o-elle-ol n·. PLO e NANCY Un précédent Le M.R ... ,p., q .... nl • l uI. .""""w. dlUl, la bOWlk'J dou. 'llmen .. d·u .... '1IOOfI. -..ble titlm~. qUI JUffilI Irh IaYOnbJomenl _...un" uno oonnal _ parllounu. dO 1"._ ......... , le _ denl d ·u .... . 'olOlr. "'mJ)Of. \et. l ux ana pl"" tô., Qo. ... .... 01 ......... 1lCN oDaloR_ 8l • • 1*"r\etl.1f. anUot ... ,... .loh,,, e' .0111 00h11 . nul mlowl Que xa.ler Valla •• ..."bJ&.l..lI. ne l monl", q .. lei IMO Ioo ..... 1 .... 00111 Ir - _ ... bleo do _ ... leO ... 1an lIM quI pou •• nl ........ ,." 1. Ro!pubUq .,.. la *",IU I~I.M el la pO.!.1. D'a u... ])O.rI. 1 1011 q .... .. r l'!n!tlal' du M ,R.A.p,. eo 1163. X .. l.,. Vo.lI .. 011  !W omllf M de parler. ..Ile ~I. • ParI . commu' •• pour 1.. NanoeJ.m. un p.-.. Oieu. ..-. .... ""'nl. DéléqalioD. place Slanlslaa (le .... u .... n . l uI "! rU ,....1 au Ionjj 10 la • ...,,; 0., .... ".,'ICul!«  men l dan. le n · blnel du Prl!lel. dOn' la .... I  ! balo . lIrie ou., .. lUe li. pl_ S"'ntal' " . , '" ~ "" 16- -, ." Il ,ompor. Le .... Un ml_. 101 1 11. )Oumou. 1Ge_"" a . o.IeOO p ... 1 lk'J un ' p""l 0 li. _talion o.dOpI  ! li. R m e. Ollne por lei I ~ ~r!""11 el por pl ... 1 oInfl .ulftl _110 .... nalll~. • • ."..,.n lO.II... 1 lOti. lM ",U""' •• do 0 " . """ronll poli""' "' ph loo. .,ph ...... L ·alf1el . qu.o nou. ,,"produloons el- n' .... ~ .. !t lit", -.. ~. La popula' ion .. m IIUl.It. el 11 ... .." "'n Que 01 xa.Ie, Volta, ontl mlO Iea plodt • 10""",. Il on .urolt eu 011 * par ... NlUletlOns, C'a' da... _ ""Dd.ltlo ... Q"" 10 ""', _.. la _ Ioc,.,.. m con ... l... Otilt "'Pnl •• lon. pal,IoUQ_ 1·ln ..... dlOlion 1 ,...."" lei ",.nU ... "'I0Il& p,"""" par Xo.le. v oIlaI. Merci. Nancy 1 L'un'on .nlt "" 1"II,.,n. uno 10lt Go pluo. ""' ,."...,.

 1   fill"" "' dO motI ... Na ...

" a .. 1t ...",... UnO ,ronClO ","". Ott.. leçon pou' laQuelle lM anUraN .. ", ne .... ra .. n. Mn lrop reoonnall.oon'o. " DOW oppar' lon. " toua. d'en U",. prolll. Il app"raU Qu·aujOurd·hol. xa.l., Va ta, el ... _yIN. qui 100' p"",.. d 'une __ 01'" .....,...n,. ...... n n. e.,.. mta .... ""lit _ ... ~ub llcalno. ... _.nla. 101 .nu ..... _ Pou, que ... CIO", .. ,., 1" . ..... po, .. n •• !IO leIU' .... ml 1 lalre 'ron', C'q1' ......... bJo. On 'Ii' 0"" q",,1 en. I out! ....... ta PClJ UlaUon 10 Nane, a _,,,,,Ilt. Jo 1 1D1I. au. , .... Go 10 VI.tolr , .. Alberi LEVY LILL E A la oui .. le ces prolftlA· .1000 el 10 ON ' p""I •• UDe manll ..... llon 0 l"'u rroupan, toua ... pe.lrlol oO qui" ...... d.nl. en oDe..... au """'u· menl oUX "",,"II. PI"6eMtO 1 drapelOU If"lool"""'- '1)' ... MlfpUon rompo.ote de qua ... """"bua __ Ilona )II, .... de qua.re _ . t& el de olnq .-."nll .. rend • la Ptfleelure Où . n. a pp",Od qt O Jo m •• ""'" 1 xa. l t Vo.ll. 1 a W; Inl tdlt. I!l ..".., une 1010. romme " Parla. rommo • Nonoy, l'uni, .. " el  ! la pl ... forte. • et , , cisme enonce com attu Le déroulement de la • JOURNEE NATIONALE DIMANCHE 12 JUIN 1955 Palais de la Mutualité VAINCRE LES PREJUGES POUR QUE TRIOMPHE L/HOMME , a, "'. Solnt-VI ' .. , ~arI, . .... ~"mlW,

':'"""'1 du M .Fl.A.P.;

.... _ .... " . p .. bn ..... , ..... 1. P"'\IoIpoIl •• p ...... tW!~ CI6t ...... PI ... I or U . \Jqu~. Une émission télévisée So~ U j"ln"uh.M .'0001 " "a'.. ~t•a .. ...u .. . "...M. .l. .... l.o" n. T_ ................ ft., M. LiN "'O".CAlN, ....... ... ~ •• ""'1 Charloo l'ALa,"! ... M, MAIOVILLI, ........... h ........... """'1, 100'" .. on . ........ .,."' _ , ft .... _ ......... _ , dO la co ........... In ...... 'I0 .... oon_ 100 i Nj"Q_ •• 1 .. 610_ • Plml .. tIo .. , qu' .' .. , ....... "",""'_n' • _ . . .. ... 1.· q ... '" _tI l",~ . '" _ni .................... ......... 1 •• . ..... d ... ", ... ooft ... I .. U, ........ dO I·O.".U. M. Vi ...... ' A .. _. NI .. . ak. , .. . ..... 10 p, .. ,6.""" dO ..... 1"',.. ...... _, ............... ". " """"'poil 0"'_ P""' d. 1 ............... M_101o _ .... " .. CO ...... ..... ... Il a bI. n .... '~ ............. ..... .. ...... ... • ""bllo " 61_ ....... · 11 •• , .. u , . ... ....... " ......... . IO ~ ... . . rop"',,_ ..... _~. r_UoI.

 .Ou .. qui ftOlr5 ,h.i' id. ".U:' tl .. 1U5Si ....... _ .... _.

_ ... '1" l'II""""" '1" "'"" ,.~ .... d·fl" •• ppanienl Jo "nt .... hOn q.~ il Y a pf .. d'un sl«1e 01 l m,. • lan t Jo lraft.. 1. man l l'immo.r.te ,ll O«I. .. l ion Vincent AURIOL _100 r" tO , , .. .. 'h ,t, ~ D, oita do! l'Horn_ ~ d .. CI. o,.n . ' , I·.pphq ... , ...... ,0, lur I·i.iltltift do l'Ibbt O,~ loi ... boU la " ..... ihr na· .. • .. a··· TOUTES _ orcu .... IÎOIII ""', rH •• iI COIIv.Io ... 1. Les étudiants marocains de Pa la _,~ do! nnlrilHlr •• 1. ~i. el _me fi. an b.q~ ... ~ el .10 l"in«ni' ..... l'." mon l 06 _.1 la rMlia""'. 1. ~.i ... , l·i .. lI,nol do 1. viol ..... . TOItt •• onl """" 1 ...... ""t~

 1   tradui .. dl ... 1 .. I.il. 1 .. , ...

min .... HpOi .. " 1 ... nk' go.... n'. prk'. "primft d .... 10 CQn. d .. NatlOns Un s l i. ~nH par IOU8 1 .. Elalo M ..... b .... ' dlnsl. Dklaration Un;' _nI. tian. 10 «),,, • 'u' .... ""- t1 1 .. j.,lt • tl ~rloil 10 ..... d.", 1 .. dl*' l. o/i • .,. tai", prof ........ d&hOftOraDt l.ur noHitl, lroit.", lou .. ~1twoI mo"",.I.. 0_ rMpria. b .. 1 cft.que jour t1 un pu ~nout .·tta i ~ .. man,iHl  ! 1 ... oi .. m. do! Il ",ojo,;1 \ de .OS pro. Ie,'e",", W~ Lrc'l ."lI"l,a1l0. "/"rd. pr;.Mpn"I,.. J./... ; ,o• n• Mcr ... I... ,n /ontl;"~ d, ,.~, r"NJj/lo~ .a.: .. /. ? Ct,,.. let b.ima .... el l'. tr .. l' O..t; i,.., .d..e. . ,l 'iflladnlYe .i.d" •". dLu'o n~ iDvtUaIu· .. 0'" pf ... _Ii ... 1. ",""'10- _~ Ott lt IDi! ... ' .... ill .. loto P,"' .... "". q., luil. Il 1.. "' •• aI ....... dg MDra.: .• r.~ "d, 1IJ. d. rA/riq". dt ,...,41. m'nI / .. """,~. Intirll. 6 d/l.llllu ? IStAr. ... _li Dans une entrepri se de Marseille Admirable mouvement de salidarité anti.r aci-ste L iain". un "llélie~. llro I~'.· rIo1tr. d,," I&lro •• qu· ... tut ... don" •• et Il ... , •• .-1 d. 1'" """"",, •• 1 .. "",,op .. 1 .. ph .. pftIltol... 1 1 plu. htIIuouJ ..... ."C· ... I I .... qtt·IDlen1n. la ri· """. . nUta l... d.. .tanll· l.u ... ron • • • ec . ,,"" Ilque el' n d .. l .. o!ItlODJ 1 _ du """pie ...... n ..... DIOiIO de 1"11 .... .... '1'" en a •• "" .... "' ... «1 ... ... ' ..... ifnl.li_ Ct". Dk!.rah"" lu, adO\!IH 1 h .... i .. M ~. l'A! mb1H 100 " " . ' ... _ • _ _ GtMlllo de l'O.N.U. len .. Jo .. ..... n I~ Ot Jo 10qu.lI ro •• 1. I""" honneur d"ppo'ler ln ..... h.". do! bi ... ,"""" •• 1 .. voeu. d. la F.,,,,,". Ctu. Okl,ralion f .. t u" B, .. d '0" . , .. n grand "P  ;' . TO'" 1.. E, ... p"",lam~ .. nl 'lu •• '. ,,,.n_iWl~ . d. IQ di,,,;11 d'. A~J""'" .1 d. ',a" ""iii, #,4fU . , in,,/it_II/ •• '-",'u, /, ,.l1li, .. ,111 d. /" /ib., U, dr /" / ... ,,,, tI d.,,, pli' ,1 qr1 • ., ,urnli., qut / •• D,M. dt rHM' 41,,101 1, "". priJ ('Oltd,,/I d d,. ",Ir, d. 1 01,. 1 01';, ,ha/'onl 1. ("..w,n,. d, rhMlfUlnill, .,,/'101 PlD/lrl. pli! "n ,Irilll' d. d,";I,,.....' qu., .. """' .... nr .";,n/"... ,,,,,l'Q, /ru •• p,'m. """ _ la , •• 011. ."nltt /" Iy,un" " r"pp. .'.i" "'". •2. '1Il" "t O•I lloué,e i/. . dIat . ..., l'har·. 111"/'" d li ••• / JI ", .. "loi, d • t"". , .. d,";I • • / d. IQult IQ li· b .. l; ",.-/"mI. PfJ' IQ DIt'aral/" n du N",i.". UIII,. i,,1lI d,,',nd /on ""t,,n. d, . d. ,Hl"". d, """ , d' '.n~. d. r CtI.n, l'ofliJtîM. IF"'i,,"' .... I•l•. .'f.a tl . ... _/01', "" d, /"t oIl.Mion •. DANS IH ,.la.; ..... oorial ... l. ~ ... ,u •• "'Ia,. colul Ott nu. qui II """ .. ni. Il .... bl .. ~ do"" '1" la Ch.r· t. d .. Noti ..... Un;"., 1. l*- l,

 I.,",10n UnW., .. II ..... Droilt, IStAr. .~ _ '1

fort.,. (le l"ldlotoion d •• ElOI, M."'b. ... de rO.N,UO" ..: :'~.lr~~:~::~:::~~:: ..ul "",., .. doivent pl ... d,,, •• H ou oon' .. '.... ( Il' oblit.n' tout te. Et. t. tI es pers on na 1 es von, lU. fftpe I ~" ., q~ .0.0. s'associent à la BARDÈCH chassé de Nolionole Messages de l'élranger • DROlr Ir - LIBIFlTI Ecarté par lejury duFestival de Cannes,mais couronné par la critique internationale .Charles--Charles-~_....: "_--._ ....: "_~-----~~-_. . ...: "~-_....: "~-~--~------_.9 mars 2010 à 10:41 (UTC)~....: "_....: "_....: " « f\f\C'~'ES» un gcand [iLIIl aniicaeiâie L A race blanche se défend. e Raïces :. (Racines), le meilleur film présenté au VIII" Festival International de Cannes, n'a pas obtenu le Grand Prix qu'il méritait. c Raïces :. n'a pas même figuré dans le palmarès du Grand Jury. e Raïces :. a été purement et simplement boycotté. . Il est vrai que la critique intemationale, relevant ce défi tant à l'art cinématographique qu'à la mission humaine de l'image, a décerné son grand prix, en ex-requo, à ce film mexicain hors série, et à l'admirable film espagnol de Bardem, présenté hors Festival, c La mort d'un cycliste :. ... On peut se demander pour- quoi un jury, pourtant éclairé, n'a trouvé pour défendre c Raïces ~, et encore avant le vote (la position des 4 jurés ne fut pas maintenue, même lors du premier tour), que Dignimont, Youtkevitch, mon excellent con- - frère Jean Néry et Bardem ... Quatre voix SUlr onze ... pour défendre, sans espoir, un filmhurlement 1 P,.._E...I.I: N" T_U . R..:I E"- Une carte de Il. LEGER La 7' Journée Nationale contre le racisme, l'antlsémltlame et -pour! la paix a l'honneur d'avoir sa carte Illustrée par Fernand Léger. Le groupe où la femme tend des fleurs, où l'enfant, dans les bras de ses parents, tient une colombe, respire la quiétude, la sécurité, l'harmonie, la beauté, la paix. Deux bandes de couleur évoquent les différences raciales, arbitraires et occasionnelles, qui ne sau,raient en rien troubler oette profonde fraternité. Léger ne cherche pas à reconstituer, dans sa peinture, la nature et les hommes avec une ressemblance photographique. Mais Il est très loin d'être abstrait, ou _ surréaliste ou tachiste. S~ l'on peut nommer quelqu'un peintre figuratif, ses li figures» lui méritent ce nom. Il y a dans sa création une simplification, une grandeur, un symbolisme qui parle pourtant un langage clair. PRESENTÉ PARSimone DUBREUILH C'est qu.e « Raïces :. n'est pas un film ordinaire : c Raïces » n'a pas été tourné en studio. « Raïces » est entièrement interprété par des acteurs I:onprofessionnels ... « Raïces :. conte quatre atroces histoires d'Indiens. « Raïces » prend dès son titre parti pour les Indiens, contre les conquérants. En effet, « Raïces » cela veut di re e Racines :. et les Indien.s, peuple esclave, peuple doux et magique qui couvrit autrefois le Mexique de palais et de temples, les Indiens sont, pour l'aUJteur de « Raïces :., les racines mêmes, vivaces, profondes, du Mexique actuel.

 le *   le

La première des quatre histoires d'Indiens que nous conte « Raïces :. s'intitule c Les vaches ». c Les vaches ~ nous montre un couple de ;Jallvres Indiens. La sécheresse a tout dévasté. Il ne leur reste plus que quelques jOUigs d'osier tressés par le mari et un dindon. Ensemble, la femme portant son bébé, le mari et la femme vont proposer leurs jougs et leur dindon au patron du bazar-droguerie du 'Village. L'offre faite par ce dern ·ier est si dér:jsoire qu'ils refusent. Alors le commerçant les chasse et les houspille comme des mendiants. Désespérés, ils se sont assis sur le talus de la route lorsqu'un jeune couple riche et joye·Ulx passe dans une superbe automobile américaine. « Voilà ce qu'il nous faut », dit la dam.e blonde en désignant l'Indienne assise dans la poussière et allaitant son enfant. En effet, la femme blonde va marchander les services de l'Indienne. Mon enfant ·a besoin d'une nourrice. Tu as l'air saine! etc ... D'abord, l'Indienne refuse. L'Indien, lui, toujours, demeu ·rera figé dans un refus total. Pourtant, lorsque l'enchère montera, lorsque la vie même de sa femme et de son enfant seront dans la balance, pudiquement, il laissera sa femme (la femme - la mère) décider seule de la vie ou de la mort de leur bébé... - Bien sar, je ne veux pas de ton enfant chez nous ! .... L'Indienne a un sursaut, mais la somme proposée est telle, pour eux qui en sont venus à manger de la terre, qu'elle accepte. Confiant son bébé, l'enfant . de sa chair, à l'homme qu'~lle aime, elle montera dans nies. L'enfan[ joyeux et la mère sûre ce.tte fois de lui rendre la vue gravissent à genoux le calvaire étincelant de cierges. La mère a promis à la Madone deux yeux d'argent si son fils guéritt .. Le soir il y a taureau de feu et gigantesque feu d'artifice. L'enfant, ravi se mêle à la foule, mais

voici que soudain,
Uln !pétard

lui saute au visage atteignant son oeil valide. Le voilà aveugle et ramené chez lui par sa mère, atte~ lé à un morceau de bois Imaintenu par deux bouts de corde. Il tombe. Il bute. Il veut mourir. c Maman, c'est trop affreux 1 ... Alors la mère, nouvelle pieta de l'ignorance, ramassant son enfant bien aimé, lui dit : « Mais non, c'est merveilleux 1 La Madone a fait le miracle promis. Avant, tout le monde se moqUlait de toi parce que tu étais borgne. Aujourd'hui que tu es aveugle, tout le monde va te respecter ... Tu sais bien qu'on vénère les aveugles... Tu vas ETRE HEUREUX ... Je ne crois pas, personnellement, qu'il existe, dans l'histoire du cinéma, un récit plus atroce, plus déchirant, plus simple aussi. Tou~ la résignation que les siècles ont accumulé dans l'âme indienne, éclate ici dans un feu d'artifice aveuglant... Si aveuglant que le jury, ou du moins 7 de ses membres, a résolument fermé les yeux et préféré à c Raïces :. c Marty», « A l'Est d'Eden ~ et... « Marcellin, pain et vin » qui montre le Christ tuant un enfant pour qu~il -rejoigne sa mère au ciel 1 II *o k La troisième histoire no~ fait assister à un accouchement avec le secours néfaste de la rebouteuse, puis celui efficace d'un docteur, à la naissance d'un bébé indien, aux rites, cocasses, qui président au choix de Ion prénom. Le père répand aUltour de la caba,ne de la cendre : la première trace d'animal relevée sur cet anneau sera celle de l'animai appelé à protéger l'enfant Une émouvante image de • Racine. • et à lui donner son second prénom. En l'-occurence, la bicyclette d'une jeune anthropologue venue de la ville rédiger une étude sur les Indiens. L'enfant - se prénommera donc « Juan-bicyclette ». L'hist-oire que nous avons vue à Cannes s'arrête là. (On se demande pourquoi elle fut ainsi mutilée?) L'histoire originale, montrait la jeune anthr- opologue concluant ainsi son rapport : c Les Indiens sont une race inférieure très proche du singe ... Moyennant quoi, lorsque la demoiselle revenait au village, ces Indiens, proche. du singe, menacèrent de ~a lyncher, la forçant à avouer qu'elle « .'étaif peut-ttre trompée 1 ... ••• La dernière histoire est non moins significative : Un blanc qurinquagénaire et riche, avec de nombreux serviteurs indiens, convoite une jeune vierge indienne. Il est si obsédé par le corps de la jeune fille qu'il lui tend des pièges, la poursuit, lanoie à moitié pour abuser d'elle, mais l'!.ndienne !'.assomme et fuit... Jusqu'au jour -où le blane, rendu demi-fou par le désir, vient proposer au; père d'acheter sa fille un bon prix. Elle te fera un petit-fils métis, or le mélange des races donne des bâtards profitables! Alors, le père, très calme, répond : Entendu, patron. Tu prends ma fille, mais, en échange, tu me donnes ta femme, à toi, et je lui fais de~ bâtards, puisque le. métis améliorent la race :. ... Aussi impitoyable que les précédents, cet acte d'accusation directement sexuel comporte des image érotiques qui laissent loin derrière elles, les images brillantinées de « La red . .*. Le film tout entier est sec, nu, violent, et d'une beauté plastique, naturelle, saisissante. C'est le pendant cinématographique et humain au « Sel de la terre ~. ••• J!t pourtant le grand jury n'a 'Pas même fait figurer « Raïces

  dans son palmarès.

Quand je vous disais que la race blanche continue de se défendre. De se défendre comme si les ,privilèges que Pizarre et les massacreurs d'Indiens des deux Amériques lui ont assuré dans les fleuves du sang indien, comme si ces privilèges honteux n'étaient pas en train de lui échapper~ comme la poussière d'or, comme les ruisseaux de diamants, comme le sucre de canne, le café, et l'or vert du maté 1... Comme si, de par le monde américain, les hommes les plus ·humbles, les plus soumis aux caprices, à l'esprit de conquête, de lucre, et à l'hypocrisie des hommes blancs, ces demi-dieux, trop souvent veules, ivrognes et impudiques, n'étaient pas en traino de découvrir qu'ils ont, eux aussi, comme les blancs espagnols, portugais et yankees, le droit de 'Vivre 1. .. Ce que l'on rencontre, le plua 80uvent, dans les oeuvres de Léger, c'est l'être humain dont 1 .. 'représentatlon est haussée à l'harmonie et à la majesté de la 8culptu~e grecque. Pourtant la manière est des plus modernes. Les coule-urs les plus souvent employées

le bleu, le Jaune, le

rQuge. f-. la belle automobile. Vache lai- ,------------------------------------------ Léger est l'une des personna"; IItéa lea plua orlglnalea dans la famille des grands maitrea plasticiens de France. Un groupe sympathique Une nouvel!e galerie. vient d'ouvrir ses portes celle de Lora Vlney, 47, rue de Seine. Des oeuvres d'Alad, Barom Brisel, Dominguez, Morvon, Pelayo, Yankel, Zendel, oeuvres de voleur, c\ différents titres, l'Inaugurent. Un grand maître C'est Kremogne. Son exposition c\ la Galerie Mouradion-Valloton 1'0 prouvé s'il en était encore besoin. Il est vrai que Kremogne se montre trè. peu et c'est dommage. Sinai Il est regrettable que nout .Ignallont avec retord la bonne exposition dll Jeune peintre Sinai. Il est regrettoble pour les amateurs de bonne peinture, bien construite, de ne pa. l'avoir vitltée. L'AMATEUR. tière, elle ira, pour sa-urver les siens, donner son lait à un enfant blanc, à un enfant riche des villes. L'Indien, maladroit et hébété, san bébé sur les bras, demeurera seul, debout, dans la poussière .du chemin ...

  • le '" « Le Borgne », c·est l'histoire

d'un petit Indien dont son infirmité -a fait le souffre-douleur des autres enfants. On le bat, on l'insulte et le petit rentre chaque soir, meurtri et sanglo.tant, à la cabane où il vit avec sa mère. Celle-ci conduira d'abord l'enfant chez le sorcier. Mais les onguents appiiqués sur l'oeil du petit ne feront aucun effet et l'enfant sera roué presqu'à mort pour avoir tenté de se mêler d'égal à égal aux jeux des autres gamins. Alors la mère conduira le petit à un péleri ·nage célèbre. Une madone miraculeuse y distribue, moyennant quelques neuvaines et quelques ex-votos, ses grâces infi- Vaincre (Suite de la page 5) Or, dans le monde dans lequel iII0US vivons, alo·rs Que la science et les nécessités économiques ont brisé les frontières et rapprochent les nations et les hommes; alors que la prospérité est aussi indivisible que la paix, les inégalités risquent de provoquer des troubles et des complications redoutables. En vérité, la sécurité ne sera assurée que si sont respectées la liberté, l'égalité, la justice. C ElnES, nolllS devrons dénoncer solennellement les dangers et les funestes conséquences des préjugés raciaux et sociaux et de la violation des droits de l'homme. Cette conférence ,le peut dans une déclaration générale dont '1 es / . / prejuges .•. les terme. lont, je Iroi., déJl médités. Mais cela ne suffit point. Ce sur quoi le Conseil Economique et Social demande l'avis et le concours de l'expérience d~ organisations non-gouvernementales, ce sont les moyens pratiques de vaincre les préjugés et de faire disparaftre les mesures discriminatoires. Ce sont les possibilités de coordonner dans cha,que pays et à travers les frontières, les efforts des organisations pour atteindre ce résuJtat et assurer le triomphe des droits de l'homme. Plus près de l'opinion, vivant directement au contact des hommes dans chaque pays, nous pouvons ensemble redonnar foi et anthoueiume à 101./11 NUK pour qui l'O.N.U. reste une grande espérance et qui 'Veulent amener tous les peuples du monde à la concorde et à . la paix. Mais si on renie les engagements pris, si on méprise les grands principes d'humanité pour lesquels les hommes ont souffert, et toujours espèrent, l'incrédulité, le scepticisme, le désespoir, prendront l'âme des hommes; alors les forces au mal, méfiance, haine, colère, violence, triompheront; alors, grâce même à la science, ce terrible et grandiose bienfait de l'homme, l'humanité sombrera. Pensons en ce moment à tous .eux qui croient et espèrent en un meilleur avenir et à la paix. Aidons cette foi. Répondons à ... _poir. J b . DROI'y Il'1: LlB.RTE Algériens, nos frères. • • Le ~aclsme fait Journal, Rivarol, publiait récemment, en première page, la photo d'un Algérien avec cette légende : SI nous affirmons à cet homme qu'II est pareil à nous, Il deviendra no1lre ennemi. Autrement dit : cet homme n'est pas pareil à nous ; et c'est être un ennemi que de proclamer l'égalité de toue les hommes, et de demander pour tous les mêmes droits. L'aveu est dQ taille. Rivarol prend ouvertement position oontre la Constitution, contre la Déclaration des Droits de l'Homme qui se rattache aux plus glorieuses traditions françalsee, et qui vaut à notre pays le respect et l'affection de tous les peuples. Il est vrai, que sous le régime dl Vichy, les actuels collaborateure de RivarOl, les Cousteau, les Fabre- Luce, les Tixier-Vlgnancour, qui collaboraient alors avec l'occupant, s'étaient donné pour tAche de rayer 1789 de l'Histoire. C'est à tous les Français qu'Ils refusaient, en ce temps-là les droits et les libertés qu'Ils refusent également aux Algériens. Iii ne font aujourd'hui que récidiver. Quant à nous, antiracistes, nous tenons aujourd'hui plus que jamais, à le répéter hautement : oui les Algériens sont pareils il nous, oui leg, Algériens sont des hommes, oui les Algériens sont nos frères 1 Et nous sommes certains, ce faisant, de servir véritablement la France. La France forme avec les peuples d'outre-mer, une union fondée sur l'égalité des drolta et des ' devoi·rs, sans distinction de race ni de religion. Ainsi s'exprime notre Constitution qui précise

La France garantit à oua

l'exercice Individuel ou colleotlf des droits et libertés proclam6a ci-dessus. Or, sans entreI' dans le détail des problèmes politiques et économiques relatifs à l'Union française, qui dépassent les llmites de notre Mouvement, 11 faut bien reconnaltre ce fait : les textea cl-dessus sont loin d'Inspirer toujours le comportement des représentants de la France outre-mer. Le drame est que la conception cyniquement atrlchée par Rivarol est, hélas 1 fort répandue, même lorsqu'elle reste Informulée ou se cache sous des phrases ron!lantes. L'exercice Indlvidùel et collectif des droits et des libertés proclamés par la Constitution, voilà oe que demandent, en fait, les musulmans d'Algérie. Brimés sur le plan économique, politique et humain, c'est depuis des années, qu'ils réclament en vain une vie décente pour eux et leurs enfants, le règne de la démocratie et non de l'arbitraire, des maison au lieu de bidonvllles, des écoles au lieu de prisons. lis veulent que ce.sent les discriminations dont 1111 sont victimes dans tous les domaines. C'est dans la persistance de ce oruel état de choses - et non ailleurs - qu'li faut rechercher l'origine dei! événements actuels. L'Injustice i!usclte Inévitablement la révolte. La haine appelle la haine. La violence appelle la violence. Il est olalr que le problème ne taU rait 4tre résolu, bien au oontralre, par le déclenchement de ilanglantei opérations de guerre, dont l'ampleur même et liS premlen résultats montrent qu'ellall ne 1I0nt pas dirigées seulement contre quelques Isolés. La 1I0lutlon, pour être conforme il notre Constitution. à nos traditions, elle ne !}eut être qu'humaine. Elle ne peut résider que dans le respect des droits et des libertés reconnus à tous les êtres humaIns. C'est pourquoi nous dé- ' plarons que tel18 personnaLité, qui par al1leurs se déclare d'accord pour combattre le racIsme, orole devoir appeler dans la presse à une aggravation de la répression et à une extension de « l'état d'urgence ». De te1.1es méthodes ne peuvent que creuser encore le fossé entre Français et Algériens, renforcer lilS Incompréhensions, les haines et les Injustices. Il nous semble du devoir de tous les antiracistes, de tous les Français et Algériens, renforcerai une solution pacifique du problème algérien. Que veut 10 Jeunesse algérieAne 1 Une vie digne et heureuse Les étudiants marocai• ns nous (Suite de la page 5) La spoliation colonisatrice a touché et frustré tous les éléments de la populat:on marocaine. I! y a hélas des israélites, comme il y a aussi des musulmans qui ont composé avec les intérêts du colonialisme, mais la majorité des habitants du mellah, mène un genre de vie semblable à celui du prolétariat des médinas ou du sous-prolétariat misérable des bidonvilles, et ils doivent s'unir pour défendre leurs intérêts communs. A cet égard d'ailleurs, il convient de signaler que dans ces bidonvilles, il [l'existe pas cette division en quartiers soigneusement entretenue dans les villes. Les juifs se sont mêlés spontanément aux musulmans et cohabitent avec eux. A misère égale il n'y a ni ghettos, ni médinas; c'est u.n magnifique enseignement et nous devons en tirer une leçon pour l'avenir. a Dans qutllt mt$urt ~ l'entente entre musulmans it juifs existet- elle ? 11 ne fait aucun doute quant / à la possibilité d'une entente fraternelle des musulmans et des israélites au Maroc et dans le monde. Elle apparaît pour le moment quelque peu problématique, compte tenu des positions souvent intransigeantes des deux parties. I! ne faut pas oublier que cette opposition remonte à plwsieurs siècles et qu'elle est plus religieuse à son origine que politique. Seul l'impérialisme, par l'affaire palestinienne, l'a consacrée poliNquement. La conciliat ion ne peut donc actuellement être que 'politique. II appartient donc peut-être aux gouvernements, mais certainement plus encore aux peuples intéressés euoc-mêmes, d'abandonner certains préjugés que l'histoire moderne condamne, de faire échec à certainé's tendances extrémistes, de consentir des concessions réciproques Ipour ,aboutir à une solution raisonnable. La situation actuelle ne sert que l'impérialisme dont l'unique iiOUOb est d'augmenter les diiIIMai'ons, de les attiser pour mi.eux asseoir sa dominatiDn. L'entente existe d'ailleurs dans de nombreux domaines. En Afrique du Nord les juifs se rangent de plus en plus du côté du mouvement national. A Par,is existent des cercles d'études groupant musulmans et israélites. En Egypte même et en, Israël des voix s'élèvent pour la réconciliation. Pour mieux se convaincre de la nécessité d'une entent, e fraternelle, il suff.it d'envisager les fruits de son propre développement. Tout d'abord la paix dans le Moyen-Orient, entraînant nécessairement une amélioration du niveaUJ de vie. La possibilité de mieux résister à l'impérialisme en lui enlevant le mobile favol'li qui justifie son ingérence. D'où la possibilité de mieux consolider l'indépendance pol itique et économique de cette région. Ell. Afr,ique du Nord enfin l'atténuation, et la disparition de celte méfiance permettront aux mouvements nationaux de faire d'immenses progrès. Pa-rtout dans le monde, l'entente amicale entre juifs et mU!sulmans serait d'un poids énorme pDur les forces de la paix. 7 Ni les crématoires ni la bombe atomique 1 A Helsinki (Finlande), du 22 au 29 Juin se tiendra une Assemblee mondiale de la Paix. Cette Assemblée discutera des trois prOblèmes suivants: - Solution pacifique du problème allemand j - Interdiction et destruction des armes atomiques j - Négociation en1lre les Grandes Puissances en vue du désarmement. Cette Assemblée se tiendra l un moment où les forces pacifiques ont remporté de grands su.ocès

la signature d'un armlstl'le

en Indochine et celle d'un traité La tension internationale a besoin du racisme pour se développer. Il faut Inculque~ des préJugés racistes aux peuples pour lewr faire admettre la c nécessit, » des armes atomiques. L'edermlnatlon massive d'un peu'ple n'est qu'une des formea du racisme qui a conduit hier aux fours orématolres et conduirait demain au massacre atomique. C'est pourquoi les militants e\ les amis du M.R.A.P. participeront de toutes leurs forces au suocès de la campagne contre la préparation de la guerre atomique. de paix avec l'Autriche. Elle sera l-------------une manifestation puissante des hommes du monde entier, de toutes opinions et de toutes confessions qui veulent mettre tout en oeuvre pour empêcher les horreurs d'une guerre atomique. M. Edouard Herriot a pu dire en parlant de cette Assemblée que désormais l'espoir des peu- ' pies se trouvait à Helsinki. C'est dans ce sens qu'a été lancé l'appel de Vienne contre la préparation de la guerre atomique. Le M.R.A.P. a donné son adhésion avec enthousiasme l oet appel. Des centaines de milliers de signatures ont été déjà recueillies dans le monde entier. Tous les jours, de nouvelles personnalités françaises, de milieux extrêmement différents, signent cet appel. Tous les jours, de nouveaux conseils généraux ou municipaux prennent position pour l'Interdiction et la destruction des ar·mes atomiques. Le professeur Powell, prix Nobel, a déclaré à Westminster qu'une seule bombe atomique IAchée équlvaudrnlt à 1.000 rnlds de 2.000 bombardiers de la dernière guerre. Et l'Allemagne occidentale ayant fait son entrée l l'O.T.A.N., n'oublions pas que ces armes d'extermination pourront être bientôt entre les mains des chefs' nazis de la nouvelle Wehrmacht, qui n'ont rien renié de leu'r racisme et de leur désir de revanche! L'usage de la bombe atomique serait d'autant plus criminel que l'utilisation paciflqu,e de l'énergie atomique ouvre des possibilités ' de progrès Illimités pour l'humanité j sans les énumérer toutes, disons simplement que les ressources d'uranium actuellement Inventoriées recèlent une énergIe 10.000 fols supérieure à celles des réserves connues de pétrole et de houille. - Par contre, la campagne pour la préparation de la guerre atomique ne peut que favorleer la haine et le chnuvinlsme dans l'esprit des hommes. disent ... e Que faut-il faire et que pensez-vous faire pour favoriser le développement de cette entente ? Un travail s'impose de la part des deux c&tés, musulman et juif. Si dans les milieux étudiants, le racisme réactionnaire est relégué dans le musée des antiquités, il fam au Maroo généraliser la fraternité dans les populations ouv:rière et paysanne où les mauvaises conditions de vie, l'absence d'instruction dûe à la politique obscurantiste du Protectorat et l'aigr,issement d'humeur consécutif à ,l'exploitation coloniale, ont pu créer un climat vague et insid,ieux d'hostilité. . Ce travail sera facilité en Afrique du Nord par la itbération nationale. Cependant une politique provisoire dOit être envisagée par les partis nationalistes marocains : mise en avant de mots d'ordre tels que gOIlvernemenlt laïque sur l'exemple de la Turquie. En tout Ci!I.1 le~ cas concrets, les exempies vivants d'entente entr:! militant~ des mouvements natiDna'l:X ferDnt plus que tout. le carn'et de D.l. · Le Prix International de la Paix au Président HERRIOT Le Conseil mondial de la Paix vient de décerner au président Edouard Herriot le Prix InternatlDnal de Illf Paix. C'est avec un nf plaisir que nous saluons cette cXl:ression de la reconnaissance de tous les peuples envers le patriote qui a tant fait pour empêcher le réarmement allemand, pour favoriser la négociation et la détente internationale. M. Justin GODART Commandeur de la Légion d'Honneur Nous apprenons avec un vif plaisir la promotion de notre ami M. Justin Godart. ancien ministre, au rang de Commandeur de la Légion d'Honneur. Qu'il trouve ici, à cette occasion, l'expression de l'affectueuse reconnaissance de tous les antiracistes, au premier rang desquels il n'a jamais cessé de lutter. Les 75 ans d'Henri COHEN Une soirée amicale a marqué, le samedi 21 mal, le 75" anniversaire de notre ami Henri Cohen, prési:' dent de la section du M.R.A.P. du IS· arrondissement, infatigable combattant de la cause antiraciste. Au cours de cette soirée, de nombreux amis ont apporté à Henri Cohen et à sa compagne d'émouvants . témOignages d'affection et de fraternelle reconnaissance. Nos peines C'est avec une profonde douleur que nous avons appris la mort subite, à l'âge de 50 ans, de notre ami Blakowicz. militant du '" arrondissement, dévoué diffuseur de notre journal. Nous adressons à sa compagne et à ses deux enfants l'expression de notre fraternelle sympathie. Naissance Nous sommes heureux d'annoncer la naissance, le 23 mal, de la petite Annie-Danielle. fille de nos amis Régine et Henri Lilensten, membre du Bureau National du M.R.A.P. Toutes nos félicitations et nos meilleurs voeux. DROIT ET LIBERTÉ 91, Fbg St-Denis - Paris-1o- Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 TARIF DES ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un an : 300 francl PAYS ETRANr;I:RS Un an : 430 franc. ABONNEMENT DE SOUTIEN : 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQL;E Compte Ch. Poet. : 6070-98 Paria Pour le. changements d'adresse envoyer 20 franco et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rue de Paradis -:- PARIS (Xe) -:- Trav. edc. par de. ouv. ,yndiquél ·8 DROIT 1,. LIBERTE DES C'ES,}' parce que deux êtres avaient su pénétrer la vériLabl.e signification du bonheur, n'être heureux qu'en vivant avec et pour le~ autres hommes, c'est parce que ,'ulius et Ethel Rosenberg voulai. ent que leurs fils ;l3.;tagent leur amour de l'humanité et de la paix, qu'ils furent choisis pour détourner des vrais responsables, la colère des mères américaines dont on tuait Inutilement les fils en Corée. L'amour d'Ethel et ·de Julius, l'amOlil qu'ils portaient 11. leurs enfants avaient au moins autant que les fausses accusations et le procès truqué, entrainé des peuples entiers à rechercher inlassablement les preuves de leur innocence. Des colonnes interminables d'hommes et de femmes s'étalenL mises en marcne pour réclamer l'acquittement ou la grâce. La France peu t être fiere. quant il elle, de l'ardeur 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 ROSENBERG qu'elle a mise il la défense des Rosenberg que notre Mouvement, parmi les premiers, proclama innocents. On ne dira jamais assez combien ce pays a fait aussi sous l'inquisition nazie pour sauver les juifs persécut"és. A l'occasion du procès d'Ethel et de Julius Rosenberg, la France et son peuple ont retrouvé une fois de plus leurs traditions nationales d'honneur. Mais cette lulte ne 'rut Ras vaine. SI Ethel et Julius furent « grillés» l'amour qu'Ils portaient aux hommes et qui les avait enflammés ne s'est pas éteint. Combien, qui prirent alors conscience des dangers menaçant l'humanité toute entière, se sont retrouvés par la suite dans le combat pour la juslions d'hommes et de femmes se lèvenb pour exiger l'interdiction d,es armes atomiques et le désarmement. A cette immense mobilisation des hommes de bonne volonté, Ethel et Julius, 11 faut le dire, ont beaucoup contribué. Et leur martyre n'aura pas été vain, si, grâce à eux, il n'y a plus jamais d'autres affaires Rosenberg. Nous n'avons pas été assez forts pour les . garder parmi nous, mais nous savons mieux encore aujourd'hui le prix de III vie. Et nous conLinuerons, à lutter de toutes nos forces pour arracher au bagne mortel d'Alcatraz, le jeune Morton SobeH, condamné à 30 ans de prison, 11. l'issue du même procès. tice et la paix. Nous avons aidé leurs en- Aujourd'hui, les mots de dé- . fants à être fiers de leur satente entre les nations s'éclai- crifice, et nous considél'ons rent doucement comm.e l'aube comme un devoir sacré de touSUI' des nouveaux jours. jours défendre leur mémoire, Des millions, oui, dos mil- eu vuc de leul' réhabilitation. C'est dans cet osprlt, à l'occasion du deuxième annivet'saire de leur exéoution, que va paraltre un livre (1) réunissant des textes des plus grands écrivains contemporains, un livre de douleur et d'espoir qui constitue à la fois un plaidoyer en faveur des deux héros et une bouleversante évocation des heures fiévreuses qui ont précédé leur mort. Nous publions cl-contre de larges extraits de l'un de cr.s textes, celui de M. Jacque's Madaule, analysant les rapports de l'affaire Rosenberg avec l'antisémitisme, que notre Mouvement et notre. journal avaient à maintes reprises soulignés. Charles OVEZAREK. (i) 'rextes recueillis et commentés par Catherine Varlin et René Guyonnet (Editions Galllmard). LA SECONDE AFF AIRE DREYFUS PARCE QUE le juge Kaufman et le procureur Saypol sont juifs; parce que les représentants les plus qUialifiés du judaïsme aux Etats-Unis ne se sont pas élevés contre la condamnation et contre l'exécution des époux Rosenberg; parce que l'on a pris soin cie ne pas les tuer pendan, t le sabbat, quelques esprits candides aLment à se persuader que l'antisémitisme n'a rien à voir avec l'affaire Rosenberg. Il est vrai que le jury qui a prononcé le verdict, un jury new-yorkais, . ne comprenait pas un' seul juif, alors que New-York est, on le sait, la plus grande ville juive du monde. Mais il n'y a peut-être pas autant de contradictio. n, que l'on pense entre ceci et cela. Un procur·eur non-juif et un juge non-juif n'auraient sans doute pas requis avec autant de sévérité, ni aUitant de légèreté; ils n'auraient surtout pas prononcé cette peine de mort, appliquée pour la première fois au'x Etats-Unis dans une affaire d't'spi onnage. Il y a eu, dans cette affai·re, beaucoup plus de victimes que l'on ne croit : les deux innocents, d'abord; mais aussi leur accusateur et leur juge; mais aussi les innombrables juifs des Etats-Unis et d'ailleurs qui n'ont pas os~ les déf !·,dre. On peut affirmer sans crainte d'erreur, que, si Ethel et Julius Rosenberg n'eussent pas été juifs, ils n'auraient pas été condamnés; et peut-être n'.:.ussent-ils même pas été poursUlivis. Il fallait faire un exemple, a-t-on dit; il fallait montrer à tous les traîtres en puissance quel sort inexorable les attendait. Deux juifs étaient bons pour cela, meilleurs que n'importe qui, parce que les suspects qu'il s'agissait de frapper de terreur, étaient, entre autres et pardessus tous, des juifs. Le « New-York Times », qui est un Journal modéré et sérieux, écrivait le 26 décembre 1951 : « Il n'y a pas d'espions à l'usine atomique de Oak-Ridge - contrairement à Los Alamos - parce que le personnel est essentiellement de pure race anglo-saxonne du Tennessee oriental ». C'EST bielli le même reflexe qui avait joué chez nous contre Dreyfus. Le nazisme est passé dans · l'intervalle et la seconde affaire Dreyfus est pire que la première. Non seulement parce que les deux innocents ont été mis à mort, mais encore parce que des juifs ont été contraints, cette fois, d'être les complices ou les -témoins muets du crime. Si Ethel et Julius sont des héros, Kaufmanl et Saypol, furent de pitoyables victimes. Il ne s'agit certes pas de les ex,cuser, mais de les expliquer. Ils auraient pu assumer eux-mêmes et pour leurs coréligionnaires tous les risques, comme l'a fait Emmanuel Bloch, qui en est mort, comme l'ont fait les juifs, qui, même a·ulX Etats-Unis, ont eu le courage de s'élever contre l'iniquité, Ils ont choisi un parti différent qui, s'il n'était pas héroïque ne , laissait pourtan.t pas d'être cruel. Nous n'avons pas à pénétrer ici dans leurs consciences d'accusateur et de juge souverain. Mais certains détails du procès n'en demeurent pas moins troublants. L'accusateur se contente de très peu .poulr étayer sa conviction et pour entraîner celle du jury. Il lui suffit, par exemple, de savoir qu'Ethel est dactylo et que 'Ies Rosenberg ont chez eux une machine à écrire, 'pour en conclure qu'Ethel Rosenberg, a bien pu, en effet, comme son frère Greenglass l'affirme, copier le document... Quant au juge Kaufman, il ne lui appartient pas de modifier le verdict une fois rendu, mais de se prononcer souverainement sur l'application de la loi. 11 pouvait ne pas condamner à mort; il le pouvait d'auta,nt plus qu'en Malheureusement, pour avoir trop voulu prouver, il se trouve que l'on ~e prouve plus rien du tout, ou plutôt le contraire de ce que l'on entendait démontrer, Nous ·avons trop souffert des excès du cynisme pour le sous-estimer; mais cela ne doit pas nous faire aveugles aux horreurs de l'hypocrisie, et c'est rendre service aux EtatsUnis que de les mettre en garde contre l'antisémitisme qui les guette sous une forme sournoise et larvée. Je ~e leur ferai pas grief de cer.taines pareille matière une condamnation aussi sévère était sans exemple... Mais ne l'aurait-on pas accusé de faire preuve d'une coupable indulgence ? N'aurait-on.t pasattri- Jacques MADAUlE 1 publications antisémites. On en trouve dans le monde entier, et .chez nous autant qu'ailleurs. li faut les dénoncer et les combattre. Mais le phénobué cette indulgence au fait qu'il était juif ? Une formidable vague d'antisémitisme n'aurait-elle pas alors déferlé sur les Etats-Unis? Il a donc décidé la mor.t des innocents ... C'EST là un des aspects essentiels du drame Rosenberg. On va, répétant volontiers dans le monde qui se proclame libre que la violence exercée sur les corps n'est rien au priJ(j de celle qui dévie les consciences. Les Rosenberg ont résisté. On a bien pu se venger sur leur corps, mais on n'a réussi ·qu'à en faire des héros et des martyrs. Et j'en dirai an tant de leUir admirable avocat, M· Emmanuel Bloch. Par contre le juge Kaufman, le procureur Saypol, les rabbins américains ont cédé, comme Greenglass. On aperçoit ici l'une des conséquences les plus effrayantes de l'an, tisémitisme : c'est qu'il déshonore ses victimes quand il ne parvient pas à les massacrer. Il Ine les déshonore pas seulement en les accablant d'accusations infâmes et gratuites, mais en les rendant eux-mêmes complices de ces accusations, en les contraignant à prouver leur propre innocence et à se solidariser avec leurs ennemis. L'antisémitisme hitlérien était plu.s fralnc. Les nazis n'ont pas fourni l'occasion à des juges Kaufman ou à des procureurs Saypol de se produire en public. L'Allemagne de Hitler se passait de procureurs juifs pour accuser les victimes des camps d'extermination 'et de juges juifs pour prononcer leurs sentences. Tout au plus avait-elle des responsables 'juifs qui accompagnaient leurs frères jusqu'au four crématoire inclus. Mais c'est là toute autre histoire. L'ALLEMAGNE nazie ne se piquait pas de morale, ni de défense de la liberté. La puritaine Amérique, par contre, ne peut se passer de bonne conscience. Sans doute tlln regard exercé découvrirait-il chlz elle quelques traces de pêché, dans la manière par exemple, dont elle traite les noirs, peut-être ne faudr.I;!-;1 pa.:; beaucoup chercher pour trouver dans des publications américaines un relent d'antisémitisme. Mais la justice américaine pas plus que la femme de César, ne doit être soupçonnée. C'est pourquoi on fait accuser les Rosenberg par un procureur juif et on les fait condamner par un juge juif. mène commence à de~ enir grave lorsqurlil corrompt l'opinion au point d!! rendre possible la condamnation des Rosenberg par un juge juif et le silence à peu près total des juifs des EtatsUnis. La collectivité américaine se sent, à tort OUi à raison, menacée. Elle est, sous ulle apparente 'prospérité, la proie d'une profonde angoisse. Elle se proclame néanmoins innocente. Elle crie sa pureté à tous les échos de l'univers. Si les puissances du mal sont à l'oeuvre dans son propre sein, on ne saurait lui en imputer la faute. Il lui faut donc découvrir quelqu'un aux dépens de qui se justifier, une poitrine sur qui battre sa coulpe. Le juif est là, qui est autre, dont l'américanisme est suspect. Le juif pense, il est l'homme d'un Livre, il Et des livres, il remue des idées. Comment croire qu'elles ne soient pas quelque peu différentes de celles de Babbitt ? Le juif doit être progressiste; il pense peut-être que tout n'est pas maUivais et condamnable dans l'autre monde, dans cette cité du démon, que l'on ne cesse d'encercler et qui ne cesse pas de vous menacer, dont on retrouve partout la griffe. Pourquoi dès lors ne trahirait-il pas ? . Voici donc le juif contraint de se défendre, de démontrer son innocence devant des juges malveilla,nts. Les Rosenberg n'y ont pas réussi. Mais Kaufman et Say pol s'y sont mieux pris. Ils ont donné des gages indubitables. Ils ont fait ce qu'un procu- SAMEDI 8 JUIN de 15 heures à 20 heures dans les Salons de l'Hôtel Moderne place de la RépUblique Grande vente du livre édité à l'occasion du deuxième anniversaire de la mort des ROSENBERG «LE CHA.NT INTERROMPU » De nombreux écrivains et artistes signeront cette oeuvre dédiée à la mémoire d'Ethel et de Julius reur, ce qu'un juge non-juifs n'eussent sans doute pas osé. Je crains que cela ne leur rapporte pas beaucoup, ni à leurs coréligio. nnaires, au sort desquels ils ont peutêtre pensé. S'il est difficile de se justifier d'·une accusation précise, combien l'est-il davantage encore de se laver d'un soupçon, d'autant plus tenace qu'il est plus vague ... 1 J ne faut pourtant pas désespérer du peuple américain, pas plus que d'aucun autre. Il est accablé, depuis dix ans, par des responsabilités nOUIVelles, à quoi il n'était pas préparé. Il n'est sorti d'un isolement traditionnel que pour se trouver ,précipité à la tête des affaires du monde. Il découvre à chaque pas des difficultés nouvelles et des pièges inattendus. Il est comme un enfant soudain libéré de ses lisières et qui marche en tâl1:onnant dans un univers plein d'embûches. Il s'en prend à tout avant de s'en prendre à lui-même. L'antisémitisme est tl,ne de ces chaussetrappes, et non pas la moins perfide. Le procureur Saypol et le juge Kaufman, en voulant lui ôter un prétexte, risquent de l'avoir renforcé. Il ne faut pas céder aux caprices d'un enfant que l'angoisse étreint. Il faut s'efforcer de lui montrer avec carme la réalité des choses. C'est ainsi que l'on dissipe les fantômes. D'autres le diront ici mieux que mo!, la condamnation des Rosenberg fut le résultat d'un complot politique et leur exécution un crime. Il importe que le peuple américain) en prenne conscience et qu'il répare lui-même l'injustice qu'il a commise. Alors il aura du même coup conju,ré l'antisémitisme et peut-être exorcisé la peur. SOBELL, condamné à 30 ons de prison avec les Rosenberg est actuellement ou bagne d'Alcatraz, où sa vie est . m~nacée. Exigeons 50' libération 1

Notes

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 Un des 7 numéros toujours manquants.
Outils personnels