Droit et Liberté n°00001 - 1er mars 1948

De Archives du MRAP.


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 1241 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 1831 | 1841 | 1851 | 1861 | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 2151 | 2161 | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire

Sommaire du numéro

    • Quel sera notre destin? par Pierre Paraf page1
    • Procès d'un procès (Xavier Vallat) par Charles Lederman page1
    • Le feu aux poudres par M. Vilner (Moyen-Orient)
    • Une enquête de Droit et Liberté: Rémy Roure et Jean-Jacques Bernard nous disent leur point de vue sur le problème palestinien page2
    • 14 millions de noirs vivent sans droits (U.S.A.) par Francis Crémieux page2
    • Faut-il brûler Céline par B. Adam page3
    • 1948 révolution antiraciste par Jean Tild page3
    • Cantate sur la mort d'un camarade par Hanna Eisler page3
    • L'antisémitisme de la canaille par Robert Mizrahi page4
    • Une colonie (Palestine) (Moyen-Orient) page5
    • La Palestine en construction (Moyen-Orient) page5
    • Histoire juive: nos ancêtres se sont établis à Bordeaux par Joseph Millner
    • Appel en faveur de la Haganna
    • A Metz, des hommes préparent le printemps par Alain Adler
    • Le point de vue d'un Sephardi par le Dr Modiano
    • Il y a 4 ans, le procès des 24 (groupe Manouchian) par Joseph-André Bass
    • Très loin de la vie de bohème (étudiants juifs) par Raph Feigelson
    • Vieille rengaine et chef d'orchestre clandestin par J. Brutzkus ("complot judèo-communiste") page8
    • Aidons l'art dans sa lutte pour la vie par Henri Schinezer page9
    • Documents historiques: un rapport de Daennecker page10
    • Il y a des centaines de métiers; lequel choisir? par Louis Mouscron page11
    • La terre n'en pouvait plus par N. Marceau (histoire vécue) page12
    • Les Etats-Unis sont-ils à la veille d'une crise par Roger Maria page8
    • Le sinistre Mengele par Michem Baron page8


Numéro en format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

'a DANS CE NUMERO: 1848, révolution anliraciste, por Jean TILD: Le point de vue d'un Séfaradi, par le Dr MODIANO. L'Antisémitisnle d" 'a Canaille, par R. MIZRAHI. U .. rapport de Donnecker. La Palestine Economique. F ondé dans la clandestinité 1'" mars 1948 Le grand hebdomadaire de la vi~ juive Nouvelle série N° l (6.9) Prix: 20 francs Depui. 10 destruction du deuxlè...., Tempfe à Bordeaux, por Joseph MILLNER. - t~,l ,O.. . r~ · " P E D'{.JN PROCES NOUS' .n'âvons pas oublié: Ni les d~bats n.i le ver- ··dict. , . . , Ce procès qui auraît dû être le procès de Xavier Vallat est encore présent à notre mémoire. Nous avons dit déjà - et bien, d'honnêtes gens avec nous - notre. ·-stupeur et notre indignéJ.tion devant la décision de la Haute Cour. En avons-nous tiré des enseignements ? Est-il trop tard pour les consigner aujourd'hui ? Le procès de Xavier VaHat. c'est - entre combien d'autres hélas ! - celui de l'épuratiori manquée. De l'épuration indispensable pour la sauvegarde de J'indépendance nationale puisqu'elle devait atteindre l'une des traîtres les plus éminent.s qu'ait connu notre pays : celui qui 'fat le su'Ccesseur et l'émule de Philippe Hen~ par Charles LEDERMAN riot, et qui avait sur ce dernier le triste privilège d'avoir été l'un des premiers collaborat.eurs de Vichy. Le procès de Xavier VaHat aurait dû être celui d'un des hommes avec la complicité de qui l'Allemand voulait faire perdre son âme à la France. Vous rappelez-vous, amis lecteurs, l'occupant dépeint pal" Ve.~cors .? Ce dessein constant qu'il avait d'avilir ce qui était franç.âis ? Ce souci de rechercher sur not.re sol les-adjoints indispensables à cette · besegne ? Les juges auraient dû, dans un arrêt impitoyable, _ dire son ignominie à celui qui fut le valet en même temps que le professeur de Dannecker, maitl'e ès Gestapos. lis ne l'ont pas dit. Nous ne croyons pas que ce soit par simple omission. On a permis à Xavier Vallat de plaider devant un large auditoire, que des journaux complaisants auraient voulu rendre plus large encore, le dossier du raciswe dont il a été l'avocat quand les hitlériens, -ses mandants, se croyaien"t I)Ollr longtemps les maîtres ·de. la France et du monde. · , Pourquoi a-t-on mis cette tribune à sa disposition? A-t-on pensé CfU'il convenait de qonner un regai.n à l'infâme du:np~gne de division des forces de justice sodale ct de fraternité humaine? . A-t-on ~timé, dans le cercle des ennemis de la démocratie qu'il était bo.n qu'un orfèvre en la matière empoisonnât - 'comme . au temps de {;Qébbels et de Radio.Paris - l'atmosphère du pays et criât le. dimat propre à toutes les diversions? . . .' . . A-t-on 'permis qu'il développât la thèse du xénophobe par excellence pour donner un tremplin aux agissements que nous avons vécu ces dernières semaines et que nous vivons encore à trave1:S tout le pays ? Mais ce qui apparaît comme de la plus extrême gravité, c'est la 'confirmation' d'une volonté .sans cesse affirmée, depuis la_. libération de conserver, pour ses plus mauvaises causes, les hommes de main du fascisme et plus particulièrement ses chefs de bande., ceux dont la maîtrise s'est affirmée depuis des années dans le crime contre l'humanité ! On les conserve en vie. Et puis o.n les met en liberté ! Car si nous en cro.yons ce qui se dit ouvertement aujourd'hui - et comment ne le croirions-nous pas après les dernières grâces? - Xavier. Yallat" verrait bientôt s'ouvrir devant lui les portes de Fresnes. U irait alors vers so.n destin. Celui de l'asso.ciation avec les ({ émigrés de rintérieur », celui de l'association avec les « émigrés de Sigmaringen li qui aspirent à cette offensive qui, avec l'aide ùe J'extérieur, leur permettrait de jeter à nouveau notre pays dans le désastre et la servitude. Mais ces enseignements qu'il est du devoir de chaque homme libre de tirer d'un procès manqcé ne sont pas des enseignements perdus. Les lecons sont profitables à ceux qui les veulent comprendre, à ceux' qui . surtout, les ayant comprises, les veulent utiles. Le peuple de France n'aime pas la servitude. Il saura défendre les libertés humaines. Il saura défendre sa liberté. -- Quel sera notre destin? L'AUTRE soir, en Sorbonne, nous étions trois à évoquer à grands traits l'histoiredcSl JUIfs de Paris. J'éprouvais certaine émotio.n. je l'avoue, à traiter U:1 pareil sujet dans cet amplli~ théâtre Descartes, témoin des examens de mon adolescence. Je cherchais autour de moi de grandes ombres ,évanouies. N'était-ce pas à cette table que m'avait interrogé Romain RoBand! Ferdinant Brunot, le biographe de l'abbé Grégoire? Et p..'ll" delà ces ombres mêlt'Cs ~l J'ombre de ma jeunesse, en cet . nustère décor qui rcprésrntait l'une deR étapes de l'union des Juiis ('t de Paris, il me semblait voir surgir le dc, tin même d'Israël. Oui, ce destin auquel .î 'éprouvai l'impérieux besoin de consàcrer l'un des premiers livres de moil re1our, C'c destin- qtli nou-; ava.it :-;i souvent hantés pendant quatre an~, a lors que notre drame s'int.égrait au drame fran~ais, au dmme huma.in, je lc voyais s'éclairer :. la lumière de ce soir dc février. Vieille 'Sorbonne, de Durckheim, de Perrin, de Langevin, l!-\I gusj:~ maison de J'étude ct de J'égalité, (·omrnent .ne pas t'associer au .sort. de ('N IX qui y furent toujours ac{' ueillis -sn;ns sou('i de' leur origine.j'elimeuse, raciale ou nationale? Co~ment ne pas associer Pa.ris tout entier, les pavés de ses 1"U000, les bancs de ses écoles, les établis do _ !>cs a.rtisans, les petit.cs voitnres de - ses marchands forains à la fiévreuse rt iaboricusc existenc-c de cette rommunauté, de ('ette « province ~ juive de J:\. eapitalf;.

  • Rent.rant chez moi, je passni une

part ie de la. nui t à lire tlD nouveau livre de souvenirs sur un l-cri \'ain que j'ai connu et aimé, qui fut à tous les égru'ds un des nôtres: Ana.tole France dont· l'auteur relate les derniel'B entret.iens. Ils remontent à u.n quart de siècle, un peu avant que lc bon maître ne s'étoiI!; rut en sa demeure tourangelle. L'un dG ceux-ü a.vai t juskment tra.it, a'ux JÙifs. · :Monsieur :France, romme on l'appeJa.it, en comptait beaucoup ïxumi I=CS amis, Il s'était montré un dreyfusard :1charné. Bien · qu'il el'tt parfois dans son oeu- . vr~ raillé cert2.ins i~raélites, très embouro-eoisés, férus cie cléricalisme f't de' ;'6action il portait à cette üimilJe huma.in~ autant de curiosité (lue d'iffection, . Certes, Anatole France ne inéconna: ît pas les « déi::wts » qu'ils ont comme tous les alll,!'es hommes - et c'est peut-être plus spécialement notre tâche .à. n011S que de ('hercher à.. les ('orriger, de normaliser h structure économique ùes La rue Ben Yahuda après l'explosion, PA R originalité de les intégrer 'aussi èom~ P', e r r e PA RA F' plètemcnt que possible à la colJcc~ tiviié, ainsi qu'on J'n. fait en Occid. cnt depuis là XIX· siècle, Cil Union Soviétiquc depuis le 110U~ Juifs, Il où ils sont en ma.'3&C en- ycau régime, core compacte, dctenter, sans qu'il' y ait là rien d'offensant pom leur (StlÎle page 2) LE FEU AUX POUDRES ._parM. V IL NER " . LA terrible explOSÎ-on de ~ ruc' Berv .. Yq,huda- à Jérusalem doit . a1YpfJln l'atlention de tous ' l~ hommeS épris de paix et de liberté mIT ['immensité dtl danger' qûe la présence de b'armée d'o('.('lI.pation anglaise fait courir â la Pa leslin~ ct à tout le Pl"Oche et 1ll oyen-Orient, Ceuz qui jusqu.'iei croyaient oui · feigooieni de croire à hi, re8~ p01lsahilité exdwliva de.s Ambes, iJseïon t-il.~ €ncore civoqucr m « 1<v)/.-i ,tlcrvt;ittion !.) de kI puissancv mandataire '1 < T01ue la qUe<Jtioll: est de savoir si la décision historiqile du 2lJ lIovembre 1947 sera appliquée. L'Etat. juif, démocratique et" indépendant, ne deviendra jarnais une réalité sans U1W action interna.tionale t:igouTcuse. D'abord les Juifs de Palestine doivent pouvoir se défendre. " Et èe prOblème n'est pas le moins impoïtant, Il est évident que l'Angleten'e, toujours puissance mandataire, n'a pas du tout fin- ,~ tentwn de 1naintenÙ' l'ordre véritable dans le pays, Elle a déclaréqu'à partir du 15 mai '1948 elle sc préoccuperait uniquement de la. sitllation de ses propre.s t1'Oupes. Alais il serait, bien entendu, enfantin d'en conclure qu'elle va se désintéresser du sort de la Palestine. On n'insz:~teTa jamais trop sur l'amplellr - et le cynisme - dei$. objectifs britanniques. . L e lJé}nple juif se trowlle dané placé devant U!Ul responsabiliLé. écrasante: il lui fa·/tt obtenir l'envoi rapide en Palestine d'une Jorce internatioroale ct la reconnaissance d'une 7nili~,e année juive. E ~ mettant l'I'mbargo sur les eXPédition.. s éannes vers le MoyenOrient, le State Department ne change rien au jait que le3 . voisins arabes envoient en Palestine du matériel et de: hommes. Les manifestations du Haut Comité arabe, les concentrations' militaires l'Il. Syrie, les violations répétées . de la Jrontière par des: bandes syTÏcnnes, -Ziba.naises et" trwisjordall:iennes, montrent la Téa ... lit.é de l'agreSllion arabe cOnçue et dirigée par un ColoIÛru Office qui fOlLr1!it des cadres à ses mercenaires bien équipés. }l'ace à l'a ffensive, les communautés juives du MoyenrOrien'font le droit de solliciter l'appui de l'opinion mondiale et le devoir tic réclamer les l1wyens matériels de se défendre. IL faut se féliciter que la Haganah, noyau de la future armée de l'Etat juif, soit soutenue par tout.es les forces juives dans la monde. Mois il lui appartient de mener une politique d'unili nationale qui n'admette pas d'exclt,sive, ouvre toU3 les postes de commandement aux meilleuïg combal/ants ct ne repousse le conCO I/rs û'aucun allié. Pré/OIlS 11ne oreille attentiva aux avertissements du D"T Sneh ft méfions-nous des intrigues slLbaltfr/lcs et des conversations de coulisse. Le peuplpjuif n'oubliera joemais dan.ç q;;elles conditions la décision de l'O.N.F. a été acquise et 'lui l'a rendne possible, L es dirigeants de la politique anglaise t'oudmient placer les haÏs devant tm dilemme: ou bien la lu Ue sanglante, ou ln:!'n la renonciation à l'Eta f j uif en Palestine. Auz Juifs de savoir appliqucr la d(:ciS"ion de l'ON.V. ct de sc (léfendre s'il le faut . Les jorces démocratiques du monde sont avec eux. ~, Le plus graqd mal dont souffrent les Etats-Unis Une enquête de Droit et Liberté 14 MILLIONS Df NOIRS Rémy ROURE VIVENT 'SANS ~ DROITS . et .. '"~f:.;~;,!';~:;::":~:,:l::: ;-'::';.., Je o n -Ja c q u e s Quelle est la quèstion la plusdramatiquë qui se pose au. gouvernement et aux citoyens .des Etats-Unis? C'est sans doute auculi la question noire. L'existence d'une minorité noire forte de 14 millions de !>ersonnes concentrées dans les Etats du Sud, pose un problème dont les Français ne peuvent avoir, qu'une idée approximative. " Il y a quelques mois, le président Tnunan nomma une commissioIi"'d'cuquête: « la' conùnission des droits civils » char'gée dé 'Proposer des améliorations au statut actuel des noirs. ' C~tte comm issu", dent ' de publier , olf .'tlpport,:' il est com;ne to'/.5 les ,locwnenls , officiels nfllérlca.ins,' bour. r é , de cI.iffr .. s ct de f1>i/s. Ce sem! ces l hi/ires et ces, faits que' je ,;oudrais t."OUS ,.ésu.m.er: I.YNCHAGE .IF 'ancis CPAR. EMIEUX 1 SUT I-t milliolls SGO,Oil1l élecuv,rs b-ÙIIlCS ou Iloirs q.4Ï. dans les Etats du Sud , (loive7lt 'p<tYer pvur "otet, 19 ""ur eetlt. seulement payèrent la' ta.t~ lit "0- !ère"t ,On ÎlllC/.glJle que le problèllUJ noir o,w.: -Etttts.Uhis 00 'POse IwiqlU!1IUJllt pat' rllPllOrt it lR 'pi'étetldnB /..,i, du' Lynch. r:~SI üù,iact ct il ne faut pas Coll' "CONSEQUENCES

'018"" le hllc1üig6, qui est 'lm crim:e

carftaéri'sé ct la dlsctiminaliDIl raciale PRATIQUES (,JIU pèse SU,r fjftillze milliolls ct" 'Ci. Tclles ;sont les ooses légtlles de la toye'us umiri..eains.. . i~' cliscl'im,ùluti.(ut ",T,fJcillle ~ (lu,i séVit au.x' E· ' I~ " lyncha'lfe lorsqiu;' 14 'faille en· .tau-Unis, [,es c.tlnsiiq.l.è'It= , pratiques 1 l" a1ti.t.:Ïtnc ·pl'ison. ou "'lUL"' tribrnw.l, -s'ent· en slmt lJOlJ1to:r uuse.s. · DatlS ' la mgrilit!. '_, ,,>iti'ê'cl'Ïl71 ')W<liTeiili:"ôl<d'Uli ' l:\>1I-q-amll,L :' il y~ a- â.e:ux ·DJfiâcI's nègres p<>1U' 10,000. ,,' ~ z,;. se slû>stitt/-UI1P à 14< "ju~tice exé .. ",,, , !lOirs,-, ewl's qfl'il Y à".m olfici-er blallc L l e ,p;éveuû. [,e '~Itchage n' ':'~ .qu.e, ,Il! ,polll" sepih"mnU!s , blancs. , , c",,.equell,,e 'e:I;lreme de la' segregafWl', , Slir ' les 3.()OO offklers de m«rif~e , .. ,"esi-~,dirc d.., W, $éparation 'totale <ks des 8arde-<::ôle~; un. selll e.st "nolr. Vaiis 'k;làrn;s " et des noirs, sans compter /.es ' l'llTml>e ,de ' tcrrc on compte un officier lru'l.'WItS, les Ifl~icaùl5 et /.es j<J,t1!es: ' De .' noir ,poUl" 7G 'homm"" t't un officier ,,,,;,,brçux ' aril'éâc'ains ' 611 ini.cnt w Sil' ,. bwnc pOlir sept '1lOmmes, ' prétnatic ,le , "UI race ' blanche, elle se , Dulis , l'as.sist<U1ce publique Olt pr;.

ira;!nit dam toits ' 'les f,(fil~ , de la'" viç nie, -on , cotnptè , "" doi:tllul' -blanc ",,"r

I,/,ati<licllue. Dalls les écoles, ll<lllS les ' ' 750'" b-lancs %rs qu'il y Il 1I~ (foc: r.ô~i,anx, d4lls, /.es restaurmlts, ,/arroi"les , te!/r , noir """,r 3.4-0{) ,lOirs. l..a ntOrtali.traUls et les IUtrob"", . ,lllllS ' les l.J,eu ,~ , té if/jcllItUt! c"i!~ les lloirs est ,leu .• cesse' des Etats dn Sud, c'est donc que <.lalls le Nord les mesures de. diserirniluz1Ï. oll raciale Ile sont pliS aussi sé· ,)'r(>s. Où commence le Sud, où finit le [,'ord ? Lù ellcorc, je vellX wisser l<,s CJJqui!teuTS du. Congrès américaiu. 76- pondre .J ma pl<lce : « La lll~crimi"a. rion commence dllns W capitale des Etat.sDnis, " Washingtoll, symbole de liberté ct (fégaUté. Lorsqu.'urt rlOir, t'ennnt du, Nord, arrive par I.e train Ù WashillglO1'" il cIoit cbllllg~r de ,"'Il' gOIl et monter .!<lns tes " 'llg01lS « Ji.m Crow » (réservés Qu.x Itoirs ) ; s'il dé· c1de de s'itTrêter à Washington pendant la nllit, il ne peut pas manger dans un restaurant de w ~,j//'e, il ne pellt pas ,'oir lin film IIi une pièce tl<l11S un e saUe de spectacles de la ,'iL. le, il ne peu'_ pas dormir d<lns un hôtel ,le la capitale. S'-;l décide de t'Ï~ nê dalls le district ,le Columbia oii "si la capiwle, il lwbitera <kms des immel/bles dont q",rrallte pOlir celll sont malsaim. S'il t'<lut ..",,'oyer ses ,mTallls ù i'écote i-ésert'ée a"'. llolrs, il les trou· tlCTa Com[HèleS, ' S'il vellt e/l,t'O)'er sa fllmillc à, l'hôpital ""lU;, " recevoir des $)ins" teshôpill"',~ ne l'adm..etlront pas 0" l'admetiront S!lr la base de l.a dis· crimùllltùm raciale. ' Jioilil commellt se '""s'val/.'( Elqts· Unis III 9uesûm. lIoire. l.4 dltc";ivJÏllalwn ra~u,l.e allZilloirr, ~,ijau.nt!, cu,J.tiùldi.en1l6 ellcourage les di.scr/mi/latiOlls religieuses et 'xénopl.o· he. et Cil partklliler l' m,tisémltisme ql/i .. se manifeste dans l'illduslri.e ct les affQir~s. (Extrait d'un reportage fait • Radiodiffusion française • ,) à la ,Je f_,.Z«i.sir .. que1q,refoisi dallS les SYl"" .,Uc4is. Les ;wil'ii SfJI!t i.solés d.es bùmes. 'f-----------------~-.,.----------- " LES EGAUX DES BLANCS,'! _ . ...~ "': _ M ". . • Slu' les 1,1 millions Ile IIOirS qui f'ieent ftuX Etats-Unis, les', cleu.x tiers ltabilCillt èmls (e ~id, -oit leurs ancêtres iUTe .. ! délxn;qués au" XV1P, XVIII', ,YIX' siècb;' quanct l'escùn:<lge exis, lai( ~ttcore,' , ,~ critère employé al1jolll'.-i'lm' 1"/1' le bUl'cau fédéral de la st-oii-StiqJ!.3 palU défiriir le lIOÙ' est, ceuti du' 'S{lng : « 'I:.'st' ê01IûlÜréC oo"h~ ftègfe ' une 7-ler~Oi"!8 'de sang mél.i,.t.la.u!rljt' noir, ' CJII-el'q,ce s'/)it le l>oU/'t:entage (le sang Hoir. » ~ Le faili. méllle qtW' les mm'wges mi.-c· tes st>ilt intllril.its cf_s' t<lIlS lès 'J:itais ' du Nord s .. ffit Il Poser l .. . 'qt..êstfun laCÏilrle. ' L'oTsèJlJ"on ~~: a!i:~ anffirkaiJis l-aqtlesûolI ': « Est-""6 fl.~e les nègres

.cm les éga"" des ,blancs ? » 68 p"ur

é CI(1 l'i[)ondcnt ' ,li", dtmS le nord (lc Z'A.lIériqut', 9'2 pour ' 'elmt re""ndCJlt 7.0'i. ,lans lc Sl,a de l',4i1i'éJ'lqtW. :. .. - ., ....... "~~.'. :.. ' ... r _.. ..... _.. ............ ___ ..... ------ ---.. -------_ .... --- ..... JO ........ ..,,- ........ ----- -- .. -----• .., ... ~- . " __ W01j ,:1 ' ",,,- ' .. " . : i AMI ,LECTEUR. i . .1, •

Voici le prèmier numéro de la nouvelle f

série de (c Droit et Liberté, »! . ! 1 Désormais. vous rècevrez. le 1er et le 15 de i '! chaqUe mois là ' journal que vous aimez et l"

qui~, pal' suite des loUrdes difficulté~ finan- 1

, cières que rençpntrenlles p~riodiques. n'a pu i j 'Jaire entendre Sa voix pendant trop longtemps 1: !déjà. ' , -' ' , '! i, Nous ,avons,accompli un grand effort pour i 1 rendre à notre communauté cette tribune si i , 'J' indispè!1sal>le pour défendre ses droits et pom i

, dénoncèr toutes lêS discriminations et tous les .

Dam lcs [;tats' du. Sucf, l~ noirs i pl-éiugés. dont souffre lei Nation. . , commcnceTU senlelnên,i' il (!.'Ccrcer lellrs' p' D' -.. '" Lib -a.' , -t '1 ha ' <Jrôits ' cMJs. "/u&:iit'ett C1944;', ils nll, : OUl' que (c rob e,l eue» SOl a a u-: LES DROI'l'S CIVILS pOIll;l;icnt participer aux éledi.ons pl'/', , '.: leur de la tâche " q' ui lui incombe. il lui faui i /llIlWCs- t14n," ~ : Etàl3 ,S!iv.',antsT _Te'l:a6; l ' Al.a'bama, Georf!Ïe; l,ql/lsin:'e, . ~!i5s". ' 1 ,-d~' no~veaüx et larges moyens. : ,i{Ji. Une c1~'Clsion de 'là COlll" SII:prê- '.' Ces m"oy"": ... ";. c'es' t vous "111 nous les don" :, me déclara illégales les électwns pri.- "",,-,,o. .....- ~~:~~ tt:;~~'oo0.~!t:li::~~:'oe:H; ,i p.er~z ,~,~. ~éRpndaD.t à notre appel. Car nous 1 wnrir rn<Ul; certains ' EttlU fOlïrn-èrem savons que vous voulez soutenir « Droit et ! la lléeision de 10' Cour. En Alaooma CJ r-J\ Carolin'1 .,iu Nora" par exemple, Libertb » et que ' nous pouvons compter sur ! l'è!:ecteur 1Ioir devait ""ut'oil' : <1 Corn· ' , d' , . prendre et expl;qu€T la éonstUlÙion l); 1 votre evouement. : il dm.'ait polir cew pquer un e:oemen' D' Libë' . A : ,lertHi} un bi/me qu' décidait de SOli! Cl, rod et rte» est en construction. vec : i ltscri;)tüm sur les lÏ$ties -élecloraks. ,En :.' VPuS, nrâce à, vous. il deviendra le miroir le i Caroline du. Nant 'ut. p1:ofesseur ,lOir ':il sè ,vit r:efuse.' son illSt:rÎ.fltion sous /.e li plus fidèle des préoccupations de la commu- 1 l".h,èxtc qu'il ,,'avait ))as lu la consti- : naut' e' "J-Ul"v.e et fera e' ntendre la VOlX" de la : wûon « 'd'ttne mallÏJèTe .ufJ~te ». • • 'Lè PoU-l'a.:. Dans I.tût Ettlu du Sud "F ' - 1 1 " , 1" r' d· 1 les' él.eclcuTs, tJU.'il~ soieM ' blan""" ou i rance quI proe ama a pl'emlere ega Ile es 1 "OirS ne pe,..Îent ,tIOter qi,e "'Îl,, S6 sont : hommes. ' OrgaiJ.e toujours plus informé et ! (/,Cqttiués ru. /Jréalable d'ull impôt élee- : h d · toral : le poll-I=. l'im/.ôt de l'urne. , : toujours plus vivant, il s'enric ira es nom· 1 Cet "npôt varie stÎlon le, Etats. Il pèut ,! br: e""s' chron;C.l lle's q'ue vous e"teC! de's;""'ux :: a/ler de 2 dollars il 36 d.611fITs. Il cst .......... a .. .... .... cumuwtif et rétroactIf. La pratique: d' , du ")QUotax donne les ré&ultats su;" : y trouver. ! .:ant'S : lors des ,derllikres élection. pré, l , Son ambition est d'être totalement VOTRE ! sidli!.ûel[es, dan .. les quar","~ Ettns où • • le rote éUlit l-ibrè, 49 lJOlÙ' cent des ! journal. ! électeurs participèrent au tJote. Dam 'd · les 11Ui: Etats où le vote étaU /iOu,mis l Aujour 'hui. il.s'agit de gagner la bataille ! fi l'impôt de ' l'umë. 10 pour cent 8"U' 'd mill" , -' "'", uli' , l"nu1llt des électeuT> votèN'1It. En effel, ! u Ion neceSSOlre a sa paruLlon reg ere.: dans le s!lll, le~ blaf";s III les noirs 1 Cette victoire rempOrtée# « Droit et Liberté ), i soul, ert gh.éTal. dallS l' im-:posswilUé , do ,., paycl' cet impôt, m~lI.e lorsqu'il :~:~ marchel'Q de l'a~ant. :.: est v~1t élevé, 0" compt(;lId poutquo, LA REDACTION. les lois COrltrll la discriminatiou Ta' ciale et le poll.ta,; SDllt ré~li-èreme", " cc Droit et Liberté » lance 1 ne . repamsérs par le corps législatif, où : : ~;r;:é!t1;i:~e ~;Z1::~~:~! 1 Brande SODscriPliOD d'Un Mnlion de Ir. i lfeSo ,v,o~rtee deest dliébpruet é). . eEnJvuo:.ircem l mle c ;b~le/nf.r.e.: : Versez vos fonds: C.C.P. Paris 6070-98 « Droit et Liberté ~, ,!' 14, rue de ParaÂÎ.Îi', Pariltl-X·. : PAGE 2 • nous disent leur point de vue sur le problème palestinien {( Droit et Liberté » a ClOU qu'il sèl'ait intéressant de demander à plusie~rs personnalités françctises leur point de vue surie problème palestinien. apl'ès la décision de rO.N.u. Après les opinions de Justin Godard et Emile Buré. publiées dans notre numél'o"'précédent nous donnonsctujourd'hui les réponse's 'qu'ont bien voulu nous faire MM. Rémy Roure et Jean-Jacques Berncn'Ci. J.-J. :BERNARD' Que pensez-vous de la décision de l'O.N.U. t~ndant ft créer un Etat juif' en Pales~ tine ? ' - ' -'- Une décision, n'est pas bonne ou mauvaise en soi .. mais seulement par l'esprit' dans lequel elle est appliquée. La meilleure ne vaut rien sans la volonté de s'entendre. C'èst dans les coeurs que sont les solutions. i - Le choc enh'e Arabes et Jutfs est-il inévitàble? ' ~ Je ne suis pas prophète ... En tout cas, fût-on mille foi~ persuadé , que le choc est inévitable, il faut dire 'et clamer bien haut qu'il ne l'est pas, et c'est peut-être ainsi qu'il sera évité. - Les événements de Palestine auront-ils une l'éper" cussion sur la vie des ,Juifg eri France et dans le monde? , ~' Ils n:aurontde répercussions que' celles 'que la politi< lLïé créerà. ' Rémy R'OURE - Je pense que la décision de l'O.N:U. est heureuse et que c'était la seule solution raisonnable et ' juste. - Le choc entre Arabes et Juifs est-il inévitable? 'Je ne sai,S, n'ayant pas les éléments nécessaires pour voüs répondre, Je suppose ' que 'ceta dép, end de la sagesse des uns et des autres, ._- La création d'lll1 Etat juif en Palestine ~le peut qu'avoir des conséquences bienfaisantes sue la vie des Juifs en France et dans le monde. Quel est notre destin? (Suite de l'article Jè gu.rde 111 conviction qu'il no doit plus y avôir de « problème juif » daru; uné démbcral;io digno de ce no~, Mais il f;lut pour y parvenir pltjs encore que la ,"olonté du, légi$lateur, un grand tr:1Yail d'éducation mùtuellê, la lutte contre totÎ.s les résidÛB de. l'hillérisme, commo 11 (in des paruculn.rismes auxquels on Cl. pu demeurer légitimement ai;;, taché. En un mQt l'intégration to, tale pour tous ecu.., qui le désirent et qui représentel).t pratiquement la grando majorité, la minorité qui, a choisi l'autre voie, ayant toute latitude pour se créer uno Mtion,

  • Le destin d'Israël qu'Anatole

France identüiai1i au destin mênie de l'Esprit, que réserve-t-il aux J uif:i? Comment allons llOUS réagir devant ees terriblei courants dl;! brutalité qui menacent de submerger le monde ? I..<:taël va~t-il les pénétter, les hu- • maniser ou ven:ons-nous au contraire une jeunesse juive se venger ' des injures, des persécutions de ses pères, en cédant elle-même à la violence, abjurer cet amour de la patrie hurnaine, qui s'alliait ù. l'u.rdent amour de sa patrie, pour ùn nlltionaloeme étroit? Le problème est grave et une de Pierre Parat) douLe, Qu'ils soient décidé.-; en étroite unidn avec tous les hOlnmes de coeUl', :lYec toutes 1-es 1'o'l'c-I'9 de la démocratio dont il ne but j:u;ulis se ééparer< ft, inettre, nu. pa'3 les fascistes d'hier et de deIllain, les dénoncia.teurs et les pourvoyeurs de crématoires, voilà un ét..'ü d'è6prit q\\e nous partit-, geoos ct dont on doit ha:utmnent les féliciter, Ce genre d'ennemis ne' respecte que les for ta. Sachons leur imposer lo ,respect. Mais que ce justo souci de <h~fense victorieuse, où qu'il s'a'tt;re .. , DO détoume point Ismël de la grandeur de son destin. Il s'est répand u dUJlB le ' chriStianisme. 11 ft. animé l'esprit do la Révolution française et beaucoup de ses fÙB ~nt pu, comme l'écrivait Henri Bar~ busse, être' eu tous les coiDs du monde, des éyeilleurs, des L'eOUteurs des plus, gn:mdes yojx Im~ maines, Que dn.us h marche future tiC" l'UI;tivers Israël demeuré douo attaché à cette haute mission. Devant l'avcuir qui l'attend, on voudrait pouvoir pronQncer If) nom de Bonheur, ce bonheur otYil il. tant mérité, Le bonheur, .-:'tte idée neuve en Europe, disait Sain.Wust, il y aura bientôt un siècle et demi . Elle l'est encore Iluiourd'lmi pmu' tous les hommèS. partie de la communauté juive - 1 _______ _+__------- cette minorité dont je parlais et que les patries ingrates ont rlégoûtée et que l'humanitarisme a déçue - se tr<?;.tve en effet au tournant de son dest.in. Je dirai la-doeaus mon sentiment avec la franchise que comporte un pareil sujet, celle qu'exige la confiance de me.'3 camarades. Que tant de jeunes juifs aient éprouyé dans les affreuses persécu~ ns, dlloIlil les luttes.héroïques de la résistance, la néces:rité d'une ao- , tiQd 'ba,rdie. cel& Ile fs.i\ , pilB de Droit et liberté Rédaction et administration. 14, Rue de Paradis. 14 Paris-X· TéL5phone : PROvence 90-41 90-49 C,C,P. Paris 6070-98 Le gémnt: Ch. OVEZA~ t • FAUT-IL BRULER iet -Ir sc L H , - . O N assiste aujourd'hui J à un retour offensif , de la littérature 3;.ntisémite. Le poison est plus ou moins subtil et revêt différentes formes. Il apparaît dans des livres, dans des articles, des pamphlets, des é ~ rit3 de toutes sortes. CELlNE? continua l'oeuvre de /'Abbé GREGOIRE Etrange attitude ... Voudrait-on se boucher les yeux devant l'évidence qu'on ne _s'y prendrait pas autrement. 1 :'-RE OLtl.. TION , L'expérience n'a-t-elle pas suffisamment prou vé que toute menée antisémite est un Il faut le dire : si le fait ·1 monstrueux de l'extermination de six millions de Juifs - exterminés parce que Juifs - a pu se produire sans soulever une réaction immédia- par B. A D A lt4 te, unanime, dUl'able, c'est danger pour les Juifs comme aussi parce qu'une littérature pour tous les hommes libres ? raciste' répandue à profusion Il n'est d'ailleurs pas sans avant guerre avait préparé le , tèrrain en désarmant les uns, intérêt de se demander quelet en insensibilisant les au- le fut au sein de la commistres. sion la répartition des voix ... De nouveaux Céline et de Elle n'est pas due au hanouveaux Streicher rêvent-ils sal:d. ' PARMI les ' hommes les plus éminents de la Révolution de 1848, s'il en est un qu'on a bien injustement oublié,. c'est .assuré~ent Victor Schoelcher dont VIctor Hugo decla· , rait qu' « il a porté la vérité jusqu'à la gloire », Schoelcher dont Lamartine a dit: ({ La justice est sa respiration, le sacrifice est SOll geste, le droit est so~ verbe. » Les délégués de la France, à de nouveaux Drancy et à ,de la'Tchécoslovaquie, de l'o". de ,nouveaux Treblinka J Schoelcher, au XIX· siècle, a parachevé l'oeuvre ,antiraciste de l'abbé Grégoire. L . t' R. .S'. S. notamment, ont émis 'es organisa Ions JUIves un vote favorable à la . pro- Né à Paris en 1802, il avait une seconde 'e nquêt,e aux Antilles ont' été bien inspirées de de- ,pos-itioIl des organisations mailder à la Commis,sion de , 1'0: N. V., pour la' liberté de ' ju~:~~ des Etats-Unis, de la l'information d'interdire tou- Grande-Bretagne. de la Holte publication .de caractère an': lande ont refusé ·de condamtisémite. Mais la majorité de 11er l"antisémitisme. ' la commission a repoussé cet- Ils ont refusé au nom de débuté très }eun~ dans lè journa- <:lont 11 visita les principales îles lisme et s'était consacré à la cri- pour se rendre un compte exact tique d'art avant d'aborder la po- de la situation des noirs; d~. là litique où, r~publicail1 avant la une nouv,elle brochure: AbolItIOn lettre, il se jeta avec · u'ne ardeur de l'esclavage, examen critique de-s passionnée sous la -Restâuration. préjugés contre la couleur des Il prit alors une part, active aux Sud-Africains et des sangs mêlés. te légiti~e demande. la Jibert.é de la presse ! efforts de ,la jeunesse libérale, Cette question de fesclavage, , . Qu'on ' tue, qu'on brûle, qu'on organise des pogromes pourvu que la « liberté ,de la presse » - la liberté pour un Pilori de s'exprimer impunément - soit sauve! pour amener la chute de Char- PA R les X et devint membre de la Société « Aide-toi, le ci-eJ t'aidera ~ et de la loge « Les Amis SERGE MILLER reçoit le «Prix de la liberté» Serge Miller est lié le 23 rn<li 1917 duitS IlIt (letit villace de Lithuanie. Son père vint s'établir ft Paris ell 1926, ""',,, sa /ernme pt ses qU<ltre ellfanl. qn'il lit rtaturaliser Q.U$Si vi,e qlle p<lssible. Sergent d'in/turlerie, il l'asse (Ieux f"i,. les lignes allemandes, e" ntai J 94~.pour ravitailler sa compagnie CI(cerclée. Fait prisounier après l'annislice, il s'évade ail bout de 18 mois et, dès son retollr en France, se Mnoe aussi/.ôt cUms la lutte cla"destine Drôle de liberté, vraiment, qui autorise et encourage l'attentat contre la sécurité et la vie d'un peuple, contre la liberté tout court. La décision de la commission de l'O. N. V. ne peut réjouir que les ennemis de la démocratie. Mais des millions d'hommes, .qui n'ont pas oublié les leçons de la guerre, sauront suppléer aux « carences » de certains gouvernements. ' de la Vérité ,; pIns tard il entre dans la Société des Droits de l'Hamme et fut, sous Louis-P·hilippe, un des plus véhéments collaborateurs du principal journal de J'opposition, la Réforme. « EXAMEN CRITIQUE DES PREJUGES » ... Dans beaucoup de ses articles de polémique, Schoelcher, qui avait fait un prçmier voyage aux An- tilles, traitait du problème de l'esclavage. Dès 1833, il avait même publ)é une brochure: De l'esclavage des /loirs et de la législation coloniale. En 1840, il entreprit contre l'occupa"t. Recherché par la)'-",- "-'-""--,..,_""_ _, ..,_""_~-______________' " GesUIpo à partir de m!lTS 1943, il cSI arrêté, en octobre de la même armée. UNE EX Cl U S 1 VIT É Du fort de Montluc à Lyon, au camp 1 d'Ellrich, où il sijourrte près d'urte «DROIT ET LIBERTÉ» armée, se déroulent les étapes de SOli ' C ""périence de déporté. Après la Zibé, Jan ta te sur ration, Serge Mil~er, wr les cOIl.$cils d'un camarade de résistance, écrit le récit de ses dernières aventures. Il sou· la mort met son ;"a'IItscrit au jury du Pri" 'd /u n ca ma rade Liberté, qui lui décerr,e le second prix. L'UNION DES JUIFS POUR LA RESISTANCE ET L'ENTRAIDE (U.J.R.E.) annonce que les 6 et 7 mors 194B oura lieu, au 14, rue de Paradis, Parjs-X~, sa CONFERENCE , NATIONALE Ordre du lour: L'Etat juif en Palestine , Défense dé la nouvelle immigration La recrudescence de l'antisémitisme Problèmes de la jeunesse pour un Etat juif indépandant en Palestine, Pour l'application de la décision de l'O.H.U.,, Coutre les .. ttentats et les provocations èn Palestne, GRAND MEETING de solidarité et de protestation LE MERCREDI 3 MARS A 21 H. PALAIS DE LA MUTUALITE 24, rue Saint-Victor, 24 Orateurs: JACQUES DUCLOS du Parti Communiste França is PIERRE BLOCH du Parti Socialiste S.F.i.O. A. RAYSKI de l'U .) .R,E, M, ZUCHOWICKI délégué de l'état-major de l'Haganah M. JARBLUM président de la Fédération Sioniste Prendront également la parole , les représentants du Parti radical et du M,R,P. La manifestation est organisée pa, I~ Comité National pour veni, en aide 0 l'Haganah pat Hanns EISLeR Hanns Eisler, le compositeur bien connu, vient d'être expulsé- des Etats-Unis. De nombreuses personnalités, parmi lesquelles Charlie Chaplin, ont protesté contre les persécutions dont Eislcr a été et est l'objet, parce qu'anti'fasciste. La cantate inédite que nous publions fait partie cie la « Symphonie allemande • dont Hanns Ei sler a bien voulu nous confier le texte. DR,OIT ET LI BERTE. 1. LA NOUVELLE - As-tu des nouvelles? - Oui, il est mort hier. - Il me disait que vous étiez amis ? - Oui, on aimait être avec lui. Il était bon et donnait 'envie de devenir bon. Etre ensemble, sans avoir peur, c'est le commencement. « Nous devons rester ensemble et ne devons li» pas nous laisser sépar~r », disait-il souvent. , 2. L'ARRESTATION - Il avait écrit sur un bout dé papier : « La vérité et la ~» fraternité règneront à la place du mensonge. Le travail 1vhant règnera à la place de l'argent.» Quand ils l'ont A arrêté, ils ont trouvé ce morceau de papier sur lui. 1 3. L'ASSASSINAT - Dans la cour de la caserne, ils ont posé une couronne de paille sur sa tête. Ils lui ont dit : « C'est la vérité. » Dans jsa main droite, ils lui ont mis un balai: « C'est la fraternité », lui ont-ils dit. Puis ils lui ont mis un paillasson a utour du lforps et ils l'ont battu. « C'est le travail vivant », lui ont-ils dit. Quand il est tombé par terre, ils l'ont piétiné, après cela, ,il. a vécu encor~ deux jours. 4. GLOIRE POSTHUME Que ferez-vous maintenant ? Nous resterons ensemble. ' Aurez-vous peur ? Non, seuls les assassins ont peur de la mort. - - - - - - J ea n T ILD Schoelcher alla encore l'étudier en Egypt,e, en Grèce et en Turquie. , En 1846 et 11:147, il- écrit de nombreux articles sur ce sujet dans la Réforme, entretenant une correspondance suivie avec les abolitionnistes des Antilles fran- . çaises; se fai sa-nt l'écho de leurs revéndicatior.s. Dès tes premiers mois de 1848, au retour d'un voyage d'études au· Sénégal et en Gambie, Schoelcher, avec la procl"mation de ~a I~épu..., bliqu~, commenc~ à jouer son véritab~ c rôle pohtique aux côtés de Lamarti ne, de Garnier-Pagès, de Louis Blanc, d'Arago, de Lcdru- Rollin et d'Adolphè Crémi eux, LE DECRET DU 5 MAI Le gouvernement provis.oire l'ayant nommé, le 4 mars, sous"secrétaire' d'Etat au ministère de la Mari n~ Schoelcher eut ai-nsila joie de voi r se réaliser le grand acte. Le lendemain, 5 mars, sur la proposition du sous-secrétai re, le ministre François Arago signait, en effet, un premier décret ainsi libellé: Répllblique française, Liberté, égalit é, fraternit é, Le gouvernement piol'isoire de la République, considérant que nulle terre française Ile peut plus porter d'esd avès, Décrète: . Une c0Il1117 i~~sio l1 fst cO/lstiluée auprès du ministre de la Marine et des Colonies pour pr('parer dans le plus !Jref délai l'ac te d'émancipation immédiate dans toutes les cnlonies de la République, Un autre d~cret nommait président de la commissioll VictOT Schoelcher et c'est ainsi que, le 27 anil, fut prés-en-té à la signa ture du gouvcrnU11Cnt le c;écrct off iciel pour l'aboli tioll. Louis Blanc a dit avec quelle émotion fuf accepté cc décret, ,émotion semhl:tblz à celle qui avait saisi ces hommes d'Etat quand - frappé,; par ks arguments de Victor Hugo ct de Schoelcher - Ils avaient, par Uil aut re d~c re t , aboli la peine de mOli en matière politique: « C'était, sous une autre fo rme, so uligne le célèbre historien, la consécration du même pri nci pe, le grand principe de l'inviolabii: té .de la vie huma ine, car ne pas s'appartenir, cc iI 'est pas vivre. » Présenté dO llc k 27 avril, le décret définitif, ~J r J'insista:1ce de CI TE Schoelcher auprès de ses coHègues, fut rendu public le 5 mai; i:l por~ tait en têt,e ' ces lignes inoublia.bles: Au nom du peuple français, le gouvernement provisoire; Considérant que fesclavage est un attentat contre la dignité hu· maine; Qu'en détruisant le libre arbitre de l'homme il supprime le principe naturel du droit et du devoir; Qu'il est une violation flagrante du dogme républicain : Liberté, égalité, fraternité ... , , 100 ANS APRES Il est ' des vérit-és qu'on ne de· vrait pas avoir besoin de rappefer. Et pourtant... Un siècle exactement aprës rabolition dansks colomes françaises, de 'l'esc1ava'ge - abolitioll qui, à l'instigation ~ Grégoire. avait été décidée sous la R€vo1ution, en 1794 - un siècle· donc après oette conquête de l'a civili ·sation et de Ja morale, sur des .préjugés a'n<:cstraux, que consta~ tons-.nous ? Sans parler des persécutions hi,tlériennes qui viennent de nous faire revivre des jours comparables aux plus effroyables du moyen âge - ce moyen âge qui, conmTe l'a dit Anatole France, n'est terminé que dans des livres - sans aller tout à fait jusque-là, 'ne voyo.ns-nous pas tout de même l'e racisme s'exercer encore dans 'un vaste pays de constitutiOJi « démocratique» comme les EtatsUnis, les Etats-Unis auxquels le grand Franklin D. Roosevelt s'efforça pourtant d'insuffler le plus pur libéralisme? Constitution démocratique ... Les Etats-Unis - à qui par ailleurs nous devons beaucoup, ~1 faut le r'econnaître - ont-ils vraiment le droit de se targuer doc pri,ncipes démocratiques lorsqu'on voit comment se pose encore là~bas la question noire? Ecoutons plutôt les enquêteurs du Congrès américain: La discrimination commellce dans la capitale, à Washingtoll, symbole de liberté et d'égalité. Lorsqu'un noir arrive par le train à Washingtoll, il doit changer de wagon et mOllter dans les 'wagons réservés aux /loirs; s'il décide de s'éTêter à Washington pendant la /luit, il /le peut pas manger dalls IIll restaurant de la ville, il ne peut pas entrer dans une salle de spectacle, il ne peut pas dormir dans Ull hôtel de la capitale. Voilà qui nous rappetle, hélas! un temps bien récent, cel'ui de l'occupation aaemande où, à Paris, les Juifs n'avaient droio! qu'au wa gon de qu eue du métro, et le reste à l'avenant. Actuellement, souligne M. Francis Crémieux dans un récent reportage en Amérique, ·la discriminati on raciale antinoire, antijuive, ant iindi·c nne, eocourage les discriminations religieuses et xénophobes et en particulier lin antisémiti sme qui se manifeste dans l' indust rie et les affaires. De te lles aberrations particulièrement odi Ctlses son t-elles en co re conceva bles en 1948? Devant cc lamentable esprit dont souffre encore le monde soi-di:;,ant ci vi lisé, il ne nous a pas paru inopportun d'évoquer les ombres glorie uses d'lin Lamartine et d'un Schoelch er à l'occasion de ce centenaire. PAGE 3 L'ANTISEMITI$ME DE LA CANAILLE 01)S Hllnes alTêté ~ dallS un hôtel , du Quartier Lat i n fi près un cot,l,P de téléphone de 1'hôtrliel'; nous étions , 'rlf'UX jeunes gens dr 20 et 21 ans, ei i roi ~ :H1l1'('R de lU à 17 ans, D'ua Lon j;raH', disi"!'È'temeni indig; l)<', un hrigadier, debout de,'anl moi, nou~ monlrait ql\(' ~ les Juifs Rr &outif'nnpnt ci1ll'(, eux ", qu'ils CXl>lllit011t l"s pa~'R où ils s'instal) f'nl. qu'il:; prcunent toujours et J1al't.otl~ 1('" co premières 'Places " hrrf, qU:ÎI~, f;QUL cl(';;; 'yoleuj's et des pn \'tvi((',- , ,\ U(OU1' de Jui; .de$))gcnl~ ra~'~('lllblé" (><:oubienL On remlll'qua au:,.;i qU{), Ir" .Juifs« J.1j; lranülleni. jL1lll,lÎs dl' lel1rs nll1ins », ,'ers .21 ht'urr,:, eu Yoiture. ('e11uhirr;, IlGU~ éiions trausférés :t h l'1'1';01L ,\ u moment. d'être enf('rlUé pO\1l' ulle nllil dîlns lln(' petite c~lIule 'Pl'oü~Qirr, .ie m'effol'çllÎ de l'épondr, e ane pr\1denee Il, la question dH",,,iquf' : « PO\lrquoi que tu tOln], f'< '? l> X(' pounnt. à cause clr mon a 11\11'(" l'épondre;: ' c: pour ma(l H, ou c: pOl11' ca",,!) » . .ir !'rFtai rl",-if. préeisant seulement « qu'on :1\ ·tit ~üf'i des. tl'llc:ls », ] 1 ~' :\ l'ai l dam; ('rtlc cdlule Ull l!0l1l1>1I' dr 55 il 60 ans, g!':1ud et se!', Il 111' 1tù"lrrssa pas la pal'ole, m:li" l':Hla clairenwnL de moi lt d':!\1(1'('" individu", Il 111<' signalait A cause 11 I1lr drt'br:t que lcs Juifs ~e SOl!(culiirnl. rlltl'e eux, qu 'ils ùe tra\' aillaient pas de leurs maini'l, et qu'ilf; l'xploiLaieut les pays où ils s'ill~ ' rU'i(nienl. « Que la Palestine [;oil aux Juifs, d'accord, l\I:.tis' alors, plu$ un Youpin, en France,» Cc déjpl1U {o(rùt un cambrioleur professi ()1l1lC'1 , qui opémit it I1ltlin llrmée, « Tu ~"i~, ,il' les porle pas dal1s mon coeur, mais ,ie suis ]Jas le seul.., .Iran (il me montra un gl'[tnd j,ype de 24 it 25 ans, beau et blçl11d) est là ,\ ('ause des Juif", .. » - ,\ C:lme des Juifs? - Oui, j'ai ebipé de" meubles d'11n Juif.. , il [tyait foutu le ('nm\1 prndant la, {!;l1erre, j'ayais besoin d'"rgenL, mainlenant il est. en Amérique, ri il m'a envoy.é une youpü)e pOUl' lU 'in ten LeI' un procès, » L'heurC' <lu déjetmN élait arrivée, ib lllcltair_111 leurs yiYres en ,commun ct partageaicnt, Ils me distl'iInlÈ'l'C'nt une purt.J'galçà celle clos auüC';:, ('lI me préeist\ll( qu'en Vri- SOI1, il n'y [n'ait ni Juif. ni !lrven, - Tu ~le connais pas ' Ha'n~? comme un 4: polilique », à mi-voix, ct semblait très désireux de sayoi\' si j'étais de droite ou ~ de gauche .. , 4: Il faudrait sayoir quel parti .. , lrs ('ommùnistes "eu lent nous foutrr SUl' la gueule , La matin~ du IClHlcmain sc passa en formalité,,: douches, fouilles, ete .. , Puis l'on nous dirigea sur nos cellules d6fÏlüti,'e;;, Les détenu~ étai rut ,iellnes pOI11' la plupart; de 2* Ù 30 .3.IlS; tUl lie~d aya.it .atteint la cinquantaine, En ' entrant, -je .m'ilBilÎ.~ Slu' le lit unique entouré l,a" les .six détenus, Ils me tlonnèrcnt sans hésitrr &'l.,'on, f'el,,'ielte, vin'€l'l, rl mêmC', a,'cc pricilution, ~p.e Quoi me raser, Ils affi.c:hèl'~nt UM uonfi:mcc spontanée, en',me dévoilant l 'existence de;:; lames de TIlsoir, J e ('onlai yaguement mon histOln', é<:outant ':rttentivcment cel le des lU1lms, Qu:u1d il" ,apprircnl; que j'éLuis j nif. -i 1$ parlèl'\'Î1.t p-sscntiel1emC!lt dtt problème juif eU France, dévoilan,t peu lt peu, avec lui sourire iL la fois wtL~fàil ef'gêné, lC$ raisons de leur détention , L'lm d'rutre eu~ s'ét.a iL visihle1l1t'nt imposé, Il Utiait assez peu de l'argot et parlait If' fmnçais 0. peu près sam accent, il di rigeai t la COll v(,l'Sillion, assis prOs de moi SUl' le lit, En abordnnt' Jr problème juif, il H'effo1'(:a'it de le 'faire en intellec(uel, et [t'un point tic ,'ue obj cetif. des Juifs - Hans? Un indil-idu ma,,-jf et gras me ]:cganlai t ell souriant, O'ét:.tit un prisonnier allemand qui s'élait énwé d'un (;!lmp et qu'ou avait ratlrapé, TOll~ ses camarades de cellule s'indignaient qu'on tnlÎtfit de la sorte un · prisonnier de gue11'e, On m'ap} lriL en passant que lui non plus n'aimait pas les Juifs, La fin de la journée d hl nuiL 80 passèrent sans éyéuemcnls, Le Irndemain, j'app'ris que Bob, le « h1'llqucul' » étaiL llutonomistc hreton ('t flU'il souhaitait vivement qlle de Gaulle s'empa1'ltt du pou voir, Çe n 'élaiL d'ailleurs qu'une quC'slion d'c semaines, de jOUl'$ peut-être, et loute ln. pri~ou, dam les couloirs et 11 tra"ers Jes fenêtres, ne p[lrlait que de la. guerre , civil/} et du coup d'Ela t, Les esprits étaient visiblement excités, Connaissant les hom· mes de mai1l du général, Boh (rautonomi~te breton) pouvait m'affirmer qu'il serait prudeJ1t de ma p::ut de quittel' lfl, FrnJ).ce nu plus tût. « Les Yids et les C0111111ILnard~, lu ~ai8 .. , » - Tiens, moi , pal' exemple, je ' les aime pas, 1('8 Juifs, Mais je trouve dégueulasse de tapcr SUI' un type suns défense et surtout de hire faire le boulot pnr \Ill Boche_ Le;; autres restaient plus on _ moins _silencieux, écoutant avec curiosité pe que je poul-ai,; hlÎ dire sm le~ ("w~es de mon arrrslalioll', ~---- PAR----.... Robert MIZRAHI l1cnl~ ' me demauda quel inLérH j ':lvais à -agir comme je le faisais, D'autres fo~, il 11)(> conÜ\iL ,.cOIll, ment il avilit canlbl'iolé un grand tajl\eur juif, mais pl'\~ parce {p/il était ,jllif, mais paree ' ~ qu'j,!s rn ont touj.olll~:' plus qtt~ tes autres ,' , EA mê~c t.crups un .ieune .voleur de voitUl'e~ in.~istait, SpI' les preuves d'h,\bildé q\l'il awlÏt, 'données "pen- _ dunt i'oc,cupa1ioll : il i,;'adc('ssait [lUX" ,J uifs qui youlairnt J),.'tssel' la ligni' de démarcntion, leur 'promettait de Jes prendre en auto, tt Tou~, et de les accompagner jusque-l:t en train; il percevait au départ la moitié de la somme, cL dL-paraissait dans le tr<1in, Un malin, au relour de la c: pro. D1Cllll..de :., H.ené nollS appri t que le, ,gens de mon ancienne eeHule hti {tyaienl parlé de moi, Il prit une attitude protectricp, ~ .Je leur ai demandé cc que t'ayuis f.üt, il )l'ont rien pu dire, alors <:a \~a, comme ra, je Ifs ai C'fi\'oy~ proment'I' .. , T'aumis })ltS 1JU cl\(il1('1' que t'es juif. tu ,'ois .... A celte époque, lt peu }Jrès, les c:Qlil'ersaüom politiques commen' cètfent ,ll,.so muiti plier. 1'0\\5 étaient gaullisics, sauf un rrt:életll', espt:N> de , neura~thénique flui.avàit passé hnlt années dans lin, 'l{:-.it;' ct ne parlait q1le de ' l'ie' ra:tée ('t,ele suiddc, , ' Paul, l'agl'cS~ ~\lr, qui ne ' me considérait pas , co comme les ftult'cs », disait: , ~ };e8 Juif." et let; commuulll'ds, ol~.Jes pn...<>scm, tOll~ 1. ln. casserole; lu 'ffim~ bien de faire tu yalise si'pe Ga}llle T)rend le pot1\'oir, A l'index C" ~o iJ'-l ù, la ConYCI'i':'tlloll roula Rur le~ « ))0115 cnves ~, ceux qui travaillent « qui \'icnnent faire 1:, loi Pn pl ison », el ce,ux qui sont les intrus « au ch tar Ol! 011 pst chC'z nOUi3 », L'ltJltl~iOll :wail élé lancée ]liU René, Le,q aU(l'e~ :1Cf[l\ÏesQ:1ient chf\!omeu$C'ment. A ,'a nt C{\lC nous nOU8 SO~.'OIlS 0n-, donui,s, il , fit enco\'(' ~r:lull'eti d,flexions aux inlentions claires, Il y 11\':1it quelqucR jours, il m'al'ail fait remarquer que mes llal'olrs mél'il1 birnt souveut des coups, Le lendemain matin, ]Jeroonne Ile m'adressa. la parole', Pendant la journ~, nous n'échangettmes que quelques paroles concernant les détails I11U téJ'icls cèllectifs (nct toyuge de ia cellule, etc, .. ); C'ufin, \1n ,ioul' que le FiI('l1ce anti. été plus lourd, e'L quo .il' n'.w3.is pas l'rçtl les lel'tr(' qUi:' j 'attl'llc1ni", jf' rcft:tiai la pal't qui me reyrll'lit, du colis dé !{eué, Il fit comprendre aux aulres qtl'lls ft.\'aient il, choisir entre lui et moi: tous, dèd lors, respectèrent strictement leu\' consigne, et je fus mis tL l'index absolument, Uu matin, rc,'enant clu parloir des uvocats, je trouvai tout changé, Mes livres, mes papiers, mon linge, lUe;:" ,'êtemenl", gi-aipn( e>nlassl-'" sur le sol d,ms un, l'oin do·'b , cclJuif', Les délrll\1~ nf' f'llrl:lient même plu" C'nlre cux, pl se1l1vltti'enl atteudre fJuE'lque ('1108r, ,·an,; toutpfois me l'Cg:1l'(\Cl' ouyel'lcment. J Q )erdis un ]leu conLenance ct ne r!'l1ssis l'as it (,OI1~(,l'\'el' 16 ~i Icuce : .il' demandai s'il ~'{,t :\Ît pa~~r quelque chosc de llC'Uf. - ]\;on, on continue, Je commen<;ais iL mcllre de l'ordrc d:1!1~ mf'S papiel'~ : 111p~ notes ~ur Hcgd et Je ml\nusrrit de ma nOlwelle ayaient disp:1.!'\l, .)... Vous n',\,yez pas rencontré des fe\lÎ!le;s yohi,lr,' '? Elles onL pu l'e perdre .. , - Dcs sort('~ llf' brouillon? -Oui, - On o'r11 est :,('ryi poUl' brûler lrs lJtlnai"C's .. , On a commencé fL lire, on n';\ 1':1" lotit lu d'ailleurs, Tout ce quC' lu !iH'onlc's de l'ûlill'e (:c llulc, ca nous con('crn~ aUi'~i, - Miis", - J'I'cux pas distute[' aycc toi, Tu \'us demuuder 11 changer de cellule, c'esl un conseil que j'le donne, En alLendant, tu \'as, rester dans ton coin, et tu ,'ait faire guffe ù cc que t'écri~, . Troisième exode t~.:J!*P'i a ".. HI ~_.,. ....~ """",,,,. ._. . .,, ,,....,_,,,,,,",,*,..,.~ ......, ,,,,,,_~t!iib::JPiIIfi:tl*,.. - ..... Je fid :îclil'('l' les choses par mon yoquées par eux, Un Etat normal a \'o('n t. et l'ou me transféra d!\ns devrait interdire l'enseignement et une [tut!'e cellule, CeUf' fois-ci, le l'exercice de la phi losophü', et celil. noeuvré et qu'cn somme ce n'étaient pas les' soucis d'argent qui ~\'l!ien t me tourmenter le plus, Taus" !muf Henri peut-être, étaient d'llGCord, Ayec distinction, Vladim.ir f'e mettait à m'-cxposcr les rdisol1~ qui Tcru:laicn~ les Juifs à. la foi, dangereux et mépri,wlf))l, Pus de métier manuel, les premièf-es -pinces, l'argent .. , Et, de 1':011 point de yu(', cet esprit l'évo,lut.iol~m q\1i cxplique quP CP ,sont toUJO\1r~ l ('~ Jnifs qui ont mis du.désordl-c dans le monde, _ C'est i\ la mine que j,e t~ ellvet'l'ai~, moi, disait MarceL - A l)arlll' de cc jour, Via~\' et ~1Inrcel commencèrent à ~uer, et lj, dénigrer, avec une M!!~cilé cl'oi~santc; tout cc que je Jairois, , Puis Vbdimir termina sa peine et s'on aH[\;, Un soir Emite -flO\1~ soutint avec passion que !:es hi-loires de camps de concentrotion, de fours cl'émutoil'es, de miUions de morl;; .. , c: Eh bien, i1 n'y c,f(l-yait pas, lui ~', On !1Y::tit vu q\~etq\l('s docum,enlail'cs, cnLend;1 qtteJ~\ues histoires, des choses qu on f-i.'.bflqu e. en somme', Il l~e connaissiüt p;ns un ",eul déporté qui ne soit pus r('\' enu, et ils n'étaient pas 'FédtlÎts à l'état de squelettes .. , Marcel s'en prenait maintenant "mes ge;;trc , :t mon mauque {t'ord1'(', t\, mc~ réflexions, Lll jO\1l' un « nom-eau 1> enlr:\. ,22 ans, Polonais. ('n mbriolcl1l' prof('~~ ionn('L " , Comm(' il lai:"oa cntendre lm jo~lt' qu'il n'L1illlait paS. beâueotlli les Juif;; (<< Ils C'xploitent le peuple, rn' Pologne ») , :Marccl com~ençu, 2t hire un ('hanl'Ige que mOI senl pouYai~ s:usil', ' Je trounlÎ l'pecasion d'exploiter mes pl'éflaUÜOli3 anlérieures, je lui parlai il> mols CO\1\'('l't5 de 1:1 confiauce que faYai~ illÏse eu lui, etc .. , Il EC mit, <hus unr vioknt" colère, mai;; il ne. dit tont de mêmr pas il. Jean le l"olounis que i 'étaÎti j\1if. Les raJ'ports se, lendenl Puis, il l~Ol1S "iût un Al'ab(' : 2i

1.n", tnanoeUHC, nl1'êté pai~ ~rc11l'

dans un rafle, purlant il, peme le franç~üB,Nous fÙj110S très bons CAmarades, Quand il a,nprit qu'it n'ailna. it po,s les Juifs (<< Juifs., sale race ~) , Marcel l)'essay:l, pRit cle, renouyeier $on chailL'lge, Il fi~ se\1- )emeI:\t remarquer une fois qU\I~l ~\e mes j)yo('uts élait juif. Le.s rnj,lpol'l.s entl'Q Ma.rçd ct, moi FP. tt)ndaie~lt.clo phlS en plus, ct je faiSàjS lO!lt" pour quo rien n 'écbtâL Je t1e,'n.is :\ tout prix avoir Jeilll ct Admed de mQn côté, Conversaliqn el coups bO\ls-tiired.eur avait bien ,'oulu \',:mt naturellemenl pOlU' vous, mons'occuper personnellement de mon Sleul' Jacques; \'0\15 êles nuisible transfert, et m'a\,ait fait mettre à la, société, et ln. prison ne vous dans une autre division, située clan" flût pus de mn1. Remarquez que Un yendredi, )'nvocut Yint m'annoncer que le juge d'irurtsllction élait prêt ft m'accorder J~ libcl'Lé provisoire, pourvu que le P arquet ne R'y opppsâ~ point, Le dimliinche, il vint m'annoncer qlle tout: n'Mait plus qu'nnl' question do 100\'8, J,r ,",oir, flL1n~ l'ombre, la com'ol'sarion roula sur lu, guerre ü\"Ïle, la prochaine guerrc, 1.;: danger juif ct C0I11111tllli:,tc, Le trafiquant ne pal'biL pas, mais tous les autres dénon~:licrll le danger judéo-bol(' ll(','ik, Fuggél'anD des méthodps ra. di .. ale~ ]lOIU' le comb at.tre , Lé\ CO)l" er~ation s'élQl'nisait" Le ,braquem fai~ail des déclarations de principe ('( ;,(' ,':ml ail fi la prochaine gueno de pO\l\'oir, non seu!pmel1t retirer l'on épinglC' du jeu, mai" aus"i l'e < ,,\1(:\'el' cOIl\'enablcm(ll1l ), Ils cont i nuèrent tt discu LeI' .i usqu'oH! ma tin sans m.lcunr panse, ' Aprl.~ le ~ café »; on ('ommC'nc:a ft muge1' le~ com'erlmcs cl Ie~ pai 1- Lhô('~, .J_-__ .T0 111'in~lallai 11 la tahle 110\11' ,~ faire' 1I10n ('o\ll'1'iel'. ,\ cr moment, Boh prit Hans da\l~ tin l'oin, C"huchoLl quelque choHe, Jlui~ se tOUl'l1ant de trois quarts cutn' lui el lUOl : _ Hans, lu youlais le pendre, je croi~ '? L'Allemand s'approcha dc moi, me dit de me défcndre, et m'assomma de deux ou troi~ coups d9 poings, N os diîfére1l(~es de poids,' de co\'pulence \'t de fot'ce n.e me pennirent pas de réagir. La ,chose fut assez l>l'he,. mais j'eus le temps d'entendre J'AHcll1and: « Sale Juif, sak Juif. » Comme li un moment je heUlt,'lis J ean, il me dit de ne 11ns le toucher, Le~rafiquunt de "uère pelli'a tout hau\. que cela suffisait, mais uu Arabe lui répondit qu'il n'y avuit pa"! 11 [woir de bOllS ,sellli111elll~ pour des mecs comme ca, 0'<'5l Bob qui dOUl1<l l'ordre :1 Hans de :Ùrrêtel'. .Il' repris oonnai", ance quelque:; minules après, u:;..:;is SUl' u ne paillasse, On parlait de moi ù 1:1 troi~ième pel' onne, el l'on feignni~ de m'ignorel', ,Deuxième cellule rn nwt'in, on n\e pl'é,'int qu'on allail me ch;wgC'1' d(' cellule, En (,llll',ml dan~ la seconde c('lluJ. p, .1 pd':> que la PQl'te !SC fut l'C'it'l'mée ~Ul' 1110i, je i1:?nl ai rl'éludpI' les qu(,;;tion~, l\1aÏ.5 j'a\'ai" un lllandal de dépôt où élait notifié 1:1 nalure dl' mOn délit, el mon C!J:UlgCment de cellule , .Je ' leul' expliquai doue peu ;L peu que j'étui., juif. q\ie les outres, antisémites, m'::rvaient pl'~ ou fnil paq - sel' pOUl' un mouchard et frappé, L'un d'eux, Paul, sourit, 'd'un air ù la fois gêné <,t ~Or de soi, Il élait coupable d'attaque t~ main armér, René (soutell\'ur, eambriole\11', faux policier, bnl'11111.u Il. Bellc\'i)I\') disait qu'il « H'en foutnit », il n 'y a l'ail ni Juifs, ni Arypns, maÎ3 ~eulemenL It\ « mentalité» qui comptait. Le braqueur, Paul, renchérit. Un nutre corps de bâliment Je roc j'ui beaucoup de sympathie pOUl' c\"us très loiu et décidai de me ea- \"Ol\S,:, Mais les philosophe'! sont moufle!', une race d[tngerense, J'a ,'ais d'abord lent é de me faire - J'les em'('1'l'nis i\ lu. ruine moi pa~ser pour un ,~imple tr,afiquant clisnit l\1al'cel. La prison, c'est rien' d'armrs, m'appuyant SUl' le f(1it quo e'est' la, mine qu'y leur faut alL~ j 'élais daus l('s « droits communs» PLutliants, J 'les dresserais, Lll;drait et, non dans Ira « polilit1tleS~, qu'y marchent droit, hein ... « J'ai besoin d'argent pour acheyer mcs Hull,,:,! » .. , ' Le russe 'ilaclimir, l'etnployé Hrnri, le souteneur « Milo », s'aper<:\ 1I'enl trl::; yi te que je ll'ét..üs }l'L,,! cc que je préleuclllis êlre, Penda,nl quelque temps, notre Yie Rf' 1X15.<;a trè~ 1l0l'malemrnt. PUX :;'t'fforçant Feulement cl'en sa,'oir thaque joue da\'antagu _ Tu dois être l'id , toi, me disait le souteneur, Milo, Un jour pc mêmo Henri, avec qui jf' sympathisais le phu, :üsémenl, lit, un rapprochement C'nlre l'arre~ tation de' quelque,: étudi"nt~ du Quartier Latin, ma présence iei, ma circoncision, J'ayais décidé de nr pns f'omprendre lc.., allu.,ioll.; mais .i 'él{ti~ obligé d(! dire quelques mols (\\1 problème ponT n'aYou' pas J':ür dr fuir, Alors Helli'i remarquait qu'en parbnl cles Juif,;, je laissais échapper d!':> «. nous », au lieu de dil'r « ils », l'Ile.<; négations étaient V:lines, 'Vladimir, silcneieux, exultait. Un jour, il parla, du marxi~!lIr , et surtout de Marx, - C'e.:;t un indiyidn dangerpux, , Comlllc t{)US les philo,>ophes d'ailleurs, VOtiS avcz'dû remnrquer que toutes les ,l'évolutions ont été pro- Demasqué lin jour, J.':milE> ail:! a\l Pa bis de J ustiçe pOUl' p:1'iSer en j lIge'ment. (tuant! il re,'int le ~oir, et après que nous eûrnes lous dil notre indignution t'ol1trl'nanl ];\ ~-e!l(ene(' il m':1ll110nça brihr me'n( que 1\1.., qu'il avait l'('ncollll'l cbns une cellule du Pallli" de .Tu:<tice me paR&' l.it Res amilié,cl, Je n 'insistai pas, 1'3,1' il ùtail très "batlu, Mais ' je 1.'(lupçounai quelÇ[\1c c!1m'e cl 'anormal, l~n f:lil, 'Errùle n'a,'ait pas rencontré M .. " mais l'un des délenus cie la cellule pl'écéd!'ntf' ; on lui >\vnit pu~'lé ~l'un, petit brun, juif, ok .. " rt !l m uI'slL reconnu; on lui ou'a\'ai t dit sur mon comple plus qu'il ne hiss~it \'OiL ' je 1eu'r expliquai \'aguPn1enl qu\' .i \n:ais ét~ rendu méfiant malgré 11101, que JC n.e les connai:;&'lis pus au début, mais que m,tintenant, .ie \'oy:.i.3 que je n'a,'tÜd riel! ('r:tindre d'eux, Le leru:lelllnin Yl:1dimil' parln 1"-'\1' husard des polit iciens juiî~, et l1lP fit comprendr'\' quI' mon, avenir était nssuré, Cjlle j':Hai~ bi.eIl. m~- Sponhtnémf"1l1, j'anno~ai ceb, aux délenus de m:l. cellule, J,c doi::; reconnu.ître que j 'affich:ü un l'rH trop OUycl'!;e> l:nent ma j.oic, ct mon ~cl1timen,~ ' de', dé,liv.rancc, Marcel réagil a,'C'c violcntc·, Co qui le InellaiL hors de lui, e'étnit qUk! j'Û fl\s~e aus,;i ~ît~ dc lnoi, Pelldant. huil jours .il exulll.l, mc rnilla ('h!lque jour davanlaf3C, de\'c- 1111ll! de phlS cn plu" Gfrog,'Ult :\ 11\(',\11'(' que Le f'cmaÎlle IlJ!lv;.m~[\,it, _ .J r \'ouc\l'ais que tu feRt.cS E~ pour q\le> ça te, SNve de l.et;on, On cn l'eparl r.raiL (Ltn~ un ou de\1x mois, T'e~ connue 1<:'$ 'HÜYCI>, mon neux", Une semaine pas;,[\, dân>; C'clle atmosphèrC', Le Fnmedi à (;iJUI heures, on yint mr chercher pNlr If' parloir deI! aVoc'1t : j(' cl€VtÙS êtrl' libi'ré le l'oir, A\l momenl de pu.'>Scr kt. f)Qrte, (,t l:1udi, que ,ie sentais deff~~'c moi l'impaü('ur(' immobile du g:n:üi('u, .if' sortis tt la hite mon pitquet de ga\1loisc' que je teru:Jig au t)rus pro(' he, Ml1I'('el. Il lit un moUt-emenl de recul el ce fut Jcan qui pl'il l('s ~igarelles, (1) Robert Mi~rohi, membre d,' groupe Stem, a passé pk.i~eurs =15 à la Santé pour son activité politiq,,,,,-,, Au sortir de la pd.on, il a bien 'o'Cl.tlU nous adresser quelques Lmpr.essions. Des notes plus C9",plètes ont été pubHées dons c Les Temps Modern9s " > ! cUneeo1f?-nie ... Les .' positions-clefs de l'économie palestinienne, llotamme-nt la 1.\1e1' MOTte, les concessions électriques, les l'affinèries, les pipe-lines, les compagnies d'assurances, les grandes banq,ues, appartiennent toutes il. la puissance mandataire, L'extraction des minéraux de la Mer Morte se fait au seul profit de la P~lestine Potash Company. La Compagnie n'est sujette ft aucun impôt, PETRO LE The Consolitaded Rafineries Limited, qui possède le pétrole de Haïfa, est ... ri" un consortium étranger exempt, également, de tout impôt. Plusieurs concessions ayant un caractère de monopole ont été accordée/;l à l'Irak Petroleum Company et à la Trans-Arabian Oil Company. Ces sociétés ont le droit de construire librement des pipe-Enes dans n'importe quelle partie du pays, d'exproprier, de déboiser, d'utiliser voies ferrées et aéro dromes, et de posséder leurs propres forces de police. La population palestinienne n'obtient pas le pétrole ·à de meilleures conditions, le prix étant fixé sans consultation du peuple ou de ses organes représentatifs. ELECTRICITle Des concessions ont été accor- " a; dé es à deux consortiums étran- - 7PZ2 gers monopolisant tout le cqurant électrique de la Palestine, Les concessionnaires ont le droit d'exploiter sans impôt la force hydraulique de la Palestine. Ils ne sont pas obligés d'approvisionner la popu-Iation en courant électrique, Exemple de la puissance des capitaux étrangers : en 1948 déux Compagnies, Palestine Electric CorpQl'ation et Palestine Potash Company, possédaient plus de 40 % de tout le capital industriel investi en Palestine. INDUSTRIES LOCALES La guerre a favorisé le développement de certâlnes iJ;ldustries locales. Mais à la fin des hostilités, les importations masnent l'essbr flatiOll. sives et le contrôle policièr freiindustriel et créent les conditions de l'ina) Restriction à l'importation. des machines modernes

en 1946, sur un total d'importation s'élevant à

70 millions de livres sterling, 3 millions seulement ont été dépensés pOUl" l'achat de machines. b) R.estriction à l'importation des matières premières

les textiles sont exportés vers la Palestine à

un prix trois fois plus élevé que la. normale (Ita!ie). c) Restrictions à l'importation de produits a limentait'es

le blé est acheté par le gouvernement anglais

68 livres sterling la tonne. Le m'ème blé est vendu en Australie 27 livres sterling, en Syrie 47 livres ste rl ~ng. Le prix au Canada est de 14 livres st erling. Lê sucre est vendu à des prix exorbitants. En Australie, il e'st vendu aux fabriques de confitures 18 livres sterling la tonne, en Angleterre 20 livres s,terling. Mais le gouvernement palestinien le vend 64 livres ste rling, - prix officiel, car pratiquement il est écoulé 300 livres sterling au marché noir. AGftlCULTURE Le problème revêt une im- K portance particulière du ,;au fait que la majorité de la population vit de la terre, Comme dans tous les pays coloniaux ou semi-colo nia ux, le gouvernement anglais favorise la monoculture - citrons et oranges - ce qui a pour effet d'accroître la dépendance de la P a lestine enveru le marché métropolitain. Toutes les mesures économiques sont orientées en ce sens. 4 % seulement du budget sont alloués à l'agric ulture. Il n'existe pas de loi de pl~otection d'institution d'aide à l'agricu lture. Les qu-es coûtent deux' fois plu s cher en l'étrang·er. de paysans, ni en.grais chimiPalestine qu'à Les .banques, telles l'Anglo-Palestine ou la Barclays, exigent des petits paysans et des collect ivités des paiem- ents à éourt terme exorbitants. La pratique de l'usu r~ s'est ainsi intensifiée. BUDGET Plus de 50 % du revenu proviennent des impôts indirects. Les impôts --_. ..~ ..,." .."....-. directs ne couvrent qu'un qua rt du budget. Aucune taxe sur les capitaux n'est imposée aux classes possédantes. Les compagnies loc::j.les sont· imposées pour 25 % sur les profits déclarés. Aucune taxe n 'e-$t imposée aux concessionnaires étrangers. Sur les énormes profits tirés de la P alestine entre 1934 et 1945, seule une maigre somme de 133,094 L. S, el:lt reven.ue à la Palestine. 30 % des sommes soutirées à la population palcsiini- enne financent la répression - police et prisons. Les crédits prévus pour les besoins du développement économique et social, pour l'éduc~ti o Jl ct l'hn;;èl:C, i:c:,t minuscules. 8 % seu lement du budget sont consacrés à l'éducation, à la santé et aux autres sen'ices sociaux. FORCES DE REPRESSION Il y a en Palestine 150,000 policiers et soldats pour une population de 1.900.000 habitants. Au début, les forces de répression coûtaient 400.000 livres sterling, maintenant 7 millions. Cette somme ne représente que3.f % du budget total consacré à l'armée. (24 millions et demi de livrés sterling). BLOC Turquie-Ligue des Pays Arabes? Le mini:itre turc cn Egypte, Aïachly, après un séjour à Ankara, 3 fait il un correspondant du journal ég} ptjen « Al~As5as » la déclara lion suivante : « Pour le moment, la Turquie ne p eut adhérer " la Ligue des p3)"S ara· l,es puisque les st atuts de celle Ligue le llli interdisent. Mais' si clle s'assignait des ]Juts plus vastes, si lous les pays arobes pouvaient y ent rer, nous envi. sJ.gerlons certainement notre ,adhésion à l' eu e Ligue ainsi élargie. Je préférerais toutefois la COI1 ~ tituti ol1 (rllne Ligne

1cs pays du Proche ·Oricnt, liglle 'l;

n~ grouperait pas seulement les pays musulmans, afill que le Lihan, pays chrétien, ue soit pas lai!::sé de côté ». LA HAGANAH VOUS PARLE Tous les soirs, 11 23 heure~ (heure de Palestine), sur une longueur d'ondes qui yarie entre 45 et 48 mètres, la Haganah émet son communiqué et son commentaire des él'énements de la journée, LA PALESTINE EM ' 'CONSTRUCTION INDUSTRIE DANS LES COLONIES Une gmude tannerie de peaux de moutons a. été établie à IléYivim, dans le Npgey. La. eolonie de }{aan pToduit maintenant drs machines électriqucs pour l'épluchage des légumes qui, pal' leur qua.lité et ,leur prix, soutiennent fa"orablement la concttrrence u"cc les fU' li cles jusqu'ici importés de l'étrangpr. Dans l'Esdraélon, Je Kiboutz Ain-Harod fabrique ù, présent des marmites à vapeur d'un usage répandu dans les cl1i~ines communales. LE PORT DE TEL-AVIV Des Üavaux sont cn cours pOUl' l'agrandissement; dn port de TelAxiv. Les quais seront prolongés de GO mètres pour permettre l'eïllploi d'un ]Jlus grand nombre c1'oulTiers au chargement cl !\,'. déchargement des cargos. CHIFFRES En 1947, l'industrie juiyc en Palestine n01ll'rit 50.000 hmilles d'o\!Hiers au lieu d.c 38.000 en 1939. Un nouveau l'ésçau ' d'entreprises industrielles divel'~es ft, été établi ~ dans 'les eolonies agricoles qui revêtent désormais un caractère d'é(' onomic mixte, Ce réseall occupe déj:t plus de 5.000 Ollvriers. SCIENCE ET HYGIENE "i\'cmcnt inquiété le,; llIilif'uX lUle ' dieaux juifs. Le ('heI du Départ ell1Pll(. ri" Bactériologip et d'I-Iygiènl' de ft:nil ·ersité hébraïque a obtP/1U dl! GOll\'f'rn('!11pnt palestinien l'autorisntion cie fnbrinuCl· du \'aecin antieholériqup. D~ g;ranc!cB qWUlt itps dc ",wein pontTont être fournirs en ('a" de be:-cin CULTURE .Jean Da,\'id, peintre palrstiuiel1, qui vlcnt d'exposer ses gouaches ,\ ,Jérw;alrm, est un élè>n~ de j'Ecole dps 13enllx-Art,~ de Paris ('L d'André Lhote. C'est lni qùi ,wRit décoré ]P.3 p:l,·illons roumains le l 'Expo;:ition intern~tional e de Pou ii! cn 1!J3ï, et, plm lard , à ('('Ile de Ne\\"York. Le piuni,te p ;11 c~t ini cn JHcn:l(' hem Prcss ler. aet.uPllf'lDent n t oumée aux E ·tal.s-UniF, a obtenu nn gmnd 811ce'\8 au Cal'!lf'gic Hall,

\ N ew-York, où il a j oné le oonCCt'lo

pour piano de t;cll'umann, a\"ec l"urchmlre (le P.hiladclphie, ~ous L1. dircction d'Eugène Or111;1\1- d\'. ,. ,- _ . ........ --"'Q:I";' .--,.>- , ~ - ~,. ·""Y: · .. ~ ,~ .. ~" ... , ..... .....,_· . __ ... , ..... ,.- L 'infiltration continue de mercenaires arnbes '·enant de Syrie où le choléra a fait son appar'ition a. . Un aulre piani~l('. Je jeune Sigi "Yl'iS8pnbcrg, a été engagé pour .une lournée cie concerts cn . Amérique· du Sud aux mêmes conditions que ('e lles faites à Arthur Ruuin$tein ct Rudolph Bcrkin . En fén'ier il joue, ra au C'Hl1cgie I-Iallle Premirr C611_ ('('rto pOUl' piano de Chopin, UYCC l'Orchest re l'h ilarmonique, cie NewYork. La paille et fa poutre les décfaraNons ·du min istre fra. yoilliste Morrison selon lesquell<!. « fa violence, s'il le faut, doit ê1re emplo) Iée pour mettre fin aux dc:ngcrs qt.li Mlenac~nt la paix du monde »), ins .. pirent à M. David Curtney, éditeria. li. te du PALESTINE POST, les r.ofle, XfOOS suivantes : « Pourquoi M. Morrison nt? s'occupe-til donc pas des menaces contre fa poix et des obstacles qu'on oppose aux décisions d" l'O. N. U. dons les pays CONCLUSIONS DANGEREUSES DES SIONISTES ANGLAIS LO}ldres. - Au cours d'une confé. r ence du Joi lll Palestille Appel, ;l1Ie ('aml)agnc a été lancée pOur r ecueil. lir 2.500.000 livres. Expdnlant sa d éterminalion d'aider le Yishuv peudant la p ériode Ir.llllsÏ. . toire, les délégués qui ont pris part à . cette CJ>nf ércncc out fait appel aux Juif. d 'AngletcHe p Ollr 'lu'ils fa ssent un efJort cu celte h eure critique. Le Dr Nahum ' Goldmann, dans un ' . exposé de' la situation politique d~. clara que le temps n'est pas encore Venu de conclure un accord politi· que avec le monde arabe. M. Gershon A gronsky, directeur (1 u « Palestine Post », évoqua l"immen. Ee charge financière qui incombe au llshuv l'om' sa défense cn plus de toutcs .es JlUtres responsabil ités, La .' , . ~·.tt II • > l' ~( . \, ~t '" \11 • sous influence bri'(annique, et not'ilmment e.n Palestine ? " n'y a aucune malveillance à suggérer à M. Morrison e t à ses collègu,",s Atfee et Bevin, d3 commencer par mettre de l'ord(e dans leu( propre maison a va nt de s'en prendre à l'U . R,S. S. La Palestine a des frontières et des voisins ou Nord, tout comme la. Grèce. Les voisin:; du nord et même ceux du sud et de l'est, défient l'O. N. U., provoquent agitations et troubles. ' Ce créatiOll de l"Etat juif 1 dit-i~, réta- 1lir3 les relations amica les tradition. nelles entre Juifs et Anglais. POGROMES A TEHERAN ET KOWEIT La rOmm11!laulé juive de Téhéran e t celle de Kowcit, protectorat hritan. nique sur le Golfe Persique, . vivent d~ns 1. crainte cominucIle de pogromes arah es, De Koweit on conuuuujque qu'au cours d'une allaque arahe contre le quartier juif, une fcnlmc a été tuée et 67 p er sonnes blessées, tandis que 31 lua'isons; sur les 55 composant la corn. llluuuuté, ont été détruites. Une del,lxième fois, la population ara. be renouvela ses attaques, à la suite des provocations de la radio i1e Ko. weit incitan t la population i, la ré. volte. L' unique synagogue de Koweit a été détnlite et toutcs les houtiqlle~ juives ont été pillées. n'est tout de même pas la faute du Kominform ! " ya le fascisme du type Mosley. Il y a aussi le fascisme du type Morrison- Bevin. Mais ce fascisme n'est pas appelé fascisme . On ne soit trop comment l'appeler, ca( aucun h<:>nnâte homme ne saurait lui donner le nom de socialisme sons risquer d'être ridi-cule! » ,SOl;S le titre « M. Bevin et les Arabes » le député ot>g!ais Lye" Wilkes a~CllS" dons THE NEW STATESHA/4 AND NATION, le gouvernement' britann iq u~ ~'armer Ics l:tots arabes COi~ .. fre- fa Pale:;fine juive: : M. Bevin jugé par ses collègues « Le gouvernement britannique sem .. ble déterm iné à n/aicer d'auc~ne manière, en armes, en hem mes du en é~uipement, à l'exécuhon de "a déciS( on de l'O. N. U. Une des f !agra:1tes contradictions de notre politique palestinienne os t que le gouvernement travailliste, tout en soutenant que son attitude à l'égard du Foyer nati0l1al juif est dictçe par la menace arabe, ne ce .. e, dopuis 1945 de créer et d'équiper des forces ora b2~ dons le ~Aoyen-Oricnt, foisant ainsi pen: cher la balance en faveur des Arabes. Après avoir évoqué Ics. miss~ons m.i .. litait'es britann;ques Cft 'rak, en Trans .. jordanie, en , Arabie • ;;cludite et en Egypt-2, chorg2cs ' d~équ(pe-r, d'armer e t' d'entraîner les forces arabes, M. Wil .. kes ajoute: <, :.1% pont:-parole des prtncipaux pey; orabes ont annoncé l-eur ÎntenHon de de chercher à faire échouer, par la force si nécessaire, ~Q d~cision de l'O. N. U, Pour faire face à cette mesure le 90~vernement des Etcts-Unis inte r~ disait, le 8 décen)b-re, tou t envoi d'o(mes aux pays orobes. Les rZVESTIA ;"sfsten·t sur le rcle des chefs de la L'gUE> Arabe dont l'ottitude, souHgne l'organe !ioviétê'q-Lle, COAS .. titue une vio lation des décisions de 1'0, N. U, : Fuehrers Il)usulmans « A la tète de la LIgue, se t,ouvent des réactionnaires anticommunistes Qui rêvent d'instaurer en Moyen Orient une dictature musulmane ct fa3ciste, Cert a'l13 r::c,c~: CUX, dont lomol c l Hussçin i ct Hussein el Iv\oudi, respective_ ment vice-président et secrétaire générai de l'Exécutif arabe, se proposent de rattacher la Pale5tine à la Turquie. La Grande-Bretagne protège les intéréts de la réaction arabe pour maint enir ses positions en Moyer. Orient et empêchèr la pénétration américaine ). .. Nostalgie., . - Quilter uu pays qui Ill'a roût6 bnL de fel' b:ll'bc lé, .. { t J v ( .h Nos ancêtres se sont établis li Il Y a 4 STOm! JUIVE à B AU en.faveur delo HAGANA Le 21. févri2-f après la destruction du Deuxième Temple •• 1iI LES larges masses juives de France ont répondu avec tlne sympathie choleureus~ à notre appel en faveur de la Hcgano:', force armée de la communauté juive en Eretz-lsrael pour la réclisation d'un Etat Juif démocratiq'- Je et indépendan t. La constjtu~ t ion d/Lln Comité National unifié dirigeant l'action politique et matérielle a reçu l'cpprobation générale. Il fout notamment gagner l'opinion pl,.lbliQ.Jc de France pour que notre pays s'engage résolument dans une politique qui 'concoure à l'application de la décision de l'O.N,U. Une intervention immédiate du Consei l de sécurité e~t indispensable pour dé}ouer les provocations ct établir la poix en Pok:stine. 1 9 4 4, tombaient sous les ballcs d'un peloton allemand du Mont Valérien, vingt trois hommes dont vingt et un volo n t ai, e s é~ran9crs de la résistance Française : arménien, iuifs de l'est européen, espagnol, fo:sont par .. tie d'u!'1e formation mHitaire ad mÎrobl- c pendant la c.landestinité, C'EST peu après la destruction du Deuxième Temple que la communauté juive de Bordeaux a été fondée. Les Juifs qui habitent le grand port de la Garonne n'en sont pas peu fiers. Ils peuvent dire, avec les historiens, qne leurs ancêtres se sont définitivement installés là ries le VI' siècle. En effet, les archives de la ville sont l'iches (les noms savoureux d'un antique judaïsme: Bourdigala, Bourdauch, Bourdons, Bourdious ... ral, Gab,'iel Tarc(Jo occupe la prin cipale chaim de médecine, André de Gavedo ensei!,'1lc au collège d'olt sortira Montaigne - dont hl mère préeisém!'nt est J ni ,·c ]lortugaise. En 1550, le roi Henri II ,"ent récompenser tant. de mériles Je. Juifs espagnol" ct portl:gais dcYiennent ci toyens frun~ai;. Pendant les VI', vue et VIII" siècles, les Juifs bordelais, en nombre assez important, jouissent de l'indépendance ~t leur renommée rayonne partout. Contradictions sociales Sous Louis XV, le Bord~lJ.ux iuif n'accroît d'une partie de l' Ayignon juif. D'autres éléments n.n-iycnt d'Allcm:tgnc-. Si bien qu'cn .1734, on ne compte pa~ moi n'; de 400 [",milles israélites ct tic 7 synagu-' gues. ?lIais, dans la seconde moi Lié du IX" siècle, les Normands occupent Bcrdcaux, la Rue Juive est détruile ct la communauté menacée. J,p premier décret antisémite a déjil. fait son apparition en 825. Il Ile ~ '~git, il est vrai, que d'inLerdire fi1JX Juifs de possf'<!er des escl!l'" cs. Cependallt, un ostracisme mé- 1 hodiQ.uc les refoule pell i"t peu c::,im -muros. Le q: Mont J udaïquc » se nomme alors Pianlim' des .luifs. 'r Il véritable ghetto so forme, fl an!]' tlé d 'un vMte portail : Ja, Porta .Jv,daica. Nos « pcsliférés :. rester l-nt derrière la Porta Judaica ju,squ'au XV' aièclc. Antisémitisme féodal L'on sait que Borùeaux fut longi elnps une ville étrangère. Soumise à la domination des Anglais, clle le fut également à leUl' législation, MLSSi bien, lorsque, le ] 7 septembro 1394, fut décrétée l'~ulsion des Juiftl do France, les .1uifs de Bordeaux ne furent point frappés par cette mesure. Mais ils eurent de pénibles moments à pnsscr sous l'occupat(on anglaise. En 1214, les petits usuJ'icrs sont pourchassés à la grande joie des débitcurs « chréLiens » ql.;i "oient ainsi loull's leurs rlettes

mnulées. Ell 1305, une caml'a~'

1le de mensonges aCC"Hse l cs JUIfs d'utiliselt du sang d'enfant chrétien dans la fabrication de lell\'

,ain azymp. PltOE lard, une jacqu~

r ie, qui pillo tout sur son pas~ age, n'épargne pas la. communau- ~PÂR ~ MlllNERI Les contrndietiOl1s sociales s'ai guité. Plus tard encort>, les calomnics sent .. I,pq Juif" d'origine portÎ1gaiféodales s'enri chi:J6Cnt d'une nou- ,sc sont 1"u;hes, les nouveaux ... 'cnu~ elle trounülle : les Juifs, dil-on, . pn.m'l'es. Les uns jouissent de droits empoisonnent l'pau des puits. égflLlX. Lps autres, marchands um- Les Juifs ont-ils quitté Bordeaux buh,nls, éCbul(mt avec difficulté Je en même temps que les Anglais '1 pitcuses défroques; on les ch3-'sC La Q.uestion est COlÜI-oycrsée, Tou- '" de partout. -on 1l'".-pcrsüGutc, on jours est-il que les Fmnr.uis, 10rs- l0U1" mène l:1 "ie dure. qu'ils reviment ù. Bordeaux, pcr- Deux groupes ,"ont hientôt ~e mirent aux Juif., qui s'y trouvaient cristalliser SUI" cette ha.sc : >;efal'- cie rester sur pls,ce en qualité d'an- dim et aschkenazim. Les S<'fardim, ciens habitants de 1'1. ville. dotGs de nombreux pril"ilègos, WI"Une belle pléïade du XVI· siècle Le célèbre exodo des Juifs d 'Espagne (1492) pt des Juifs du Portugal ( 1196 ) rcnforçft considérablement les effectifs do 1ft communauté de BorJel\Ux. C'est de cette époi;lle qut' date le type « Juif bordeln,i" » qui ne tient pas une pluc!' négligeable dans l'Histoire des J niL; de France, ni dans l'Hisloire de France tout court. Venues du sud, une « intelligentsia » ( pardonnez l'anachronisme ) ct Wle aristocmlie des plus brillantCM (l'établissent ù. Bordeaux et lui donnent un nOU\'eau prestige. Ramon de Gra nados devient médecin de l::t ville, Dorniniqttc Rmn est "Ju au Parlement, son fils Thomas eat nommé géné- Tont certains des lour;; det'cnir nobles et propriétaires fonciers. Pendant la ltét'oluLion, Jean Mencles montera " h guillotine «Ln. nouvelle cOllstit ution, dit-il. est contmirc 11 mes pl~ n cipcs religieux ~. Après J'émaneipfltion ciyile cles Juifs, la. communaulé de 1I01'dcalix conLinuc it jouer un rôle digne de ' Bon passé. On trou"0 deux Juifs bonlelnis dnn~ le Sanhéd,,:n de K apoléon : Isaac Rut/l'igue et Abram FlIlardo. Ce dernipr sel'a maire dn Bordeaux

t.près l::t. défaite de l'Empereur,

l'lus l'l'ès tIC' nous : C(lmille Lapez est député de Bordc:J.ux pendant la II République. Adrien Léon, membre de l'ASSf.'mblée Kationale en 1871. David Rounal, ministre aux côtés de Gambetta. Et les frères Pen'cire ont lais.<é un la tournée des cadeaux et des -jouets NOTRE camion s'arrête devant nnc joUe vil/il. entourée d"1U1. jarllin au foml duquel nous apercevons de minuscules pyjam.as sJch('r nu vent. J'tl DUS som.mes au 18 de l'allée .'ll Plateau au Raiu('y. Accueillis ]Jar une cha,·manf.e direc4 t,.ice, nOU3 enfrclI ... 'j dans HUC salle à r.ltingcr où (les eufc.nts tt!rmincnt leur l'l'pas_ /li 1I0US regardent ,1'11 petit fLir mutin COmme s'U;; avaient cu vellt rte Ilotre visite_ Vite fois finies les embrassades, l~s t'oi!à qlû grimpe", Cil file indienne uu e5CtIlier pOtIT aU('r faire leur 3ics' e_ La poNe il peine lerm,fie, nous Jlro~ cédoni au déballage des jouets CJue nu:u aVOllS amenés. Chaque enfant trOll" vero 80" cadca" 3:':'1 m!e petite labic tlpécialement aménagée è.t son in wntiotI. . (;'est une 1,éritclble féérie de couleurs : ,.haquc coLis est cerclé de rubans où se jouent les rayons. dit sblcil. Qu.'cUc cs! loin répoqu,e ('ù, ail lU!· ril de Iles t 'ies, IJOUS arracllùJrI'i ces ~(,:..scs tutx gl if/es hiûériA!rlUes! Au· jOllrd~'mi, 11C.!'!S avons un denvir en· 1JeJ 5 les Tlarcfll.s disparus : ~iE'l'f'r l<.'ur.s enfants, en hiro ~lcs /wmm.cs et des Ilm"nt!~ d;gnf's d'liooir une plan' (llfll;) la soc~l~. VOUS AVEZ VU MON CINEMA? C QUCOll .•• rme frjmou6$~ rieuse nous T4:,;arde l'or l'prttrcbuillentpru dl" !a porte. C4 e&l R~l1é·' qui le. pre mUre ~/ot JCI fil-ét Cl an;{'ute LotiS ses parits amis. Toute la jc:m,e celor/ie sc prédpitc 'lH!rS les paqu.ets avec des cris de joie. - Oh ! une lJOlIl,é(l ... - Regard;; ... rUt ( LItC auto ! Camille, rouge d'émotion, les ,'eux Fleins dl' larnr (>~. carrssc amoureuse· Hl.enl <:: SO'V ~ up(Jltreil (le prtJjcctuJiJ eu ré:;étall t : - U,'I cù!t~m(l. I/U cfnéma ... Amioi da c<Ct:rrt>QlI (lu Trmplc », comme nous regretto1u Que t 'Olrc déÙgation n'ait pIt elle·même 1'elli~ dis-, ,douer ces joupt .... qu(> lIOllS auC.z collectés aveC' tartt l1p gemillesse- et de dévouement! /"n joi(' ('t ft' bonheur (fe 1l0.Ii petit,"" à cette minute, eussent ité '~otte meilleure récolllpl!ns~. CADEAUX UTILES ~iais il se Jait tard et nQlIS del'ons laÎsst'r tout ce petit moude pour coutiniler la dislJ'ibur.ioll, che: lf'S grimcls Je la A1al..owrt de Lit'ry·Gargall. - I[urrah ! les ami..s .•. nom; lallcelu· ils. Décid~mellt, 1I0II."il 5(Jmmcs partout lC$ bienvenus ... Nos luites nous aident à transporter le! « cadeau.\: u.tiles » qu'ils 0111 préfér és aux cad~ulLx pf'rsonllels (pli leur avaient été proposés. Il s'ogit lIu mé· t;.c,. ù tisser, de l'imprimerie, de ln presse à relit>r et de tout le prtit ou.till(, J'ge çuïls déûraiellt tam pailr équiper kilTS c!l.f~r.~ ateliers. Ainsi oUlill~s. ils prOmf!tl~lIt de se meUre immécIÙltt·rn.eut (W 'nfl'ail pOlir fabriquer 1("" objets CIu'iI ... c:\:}JOSCI'Ollt il l('ur pn1d:ciu{' J.'t'rtUfJ.f..'\f!. Au cours de c~ttc kf'rfllr,~sr. ('fU \' qu.i ouI. contribué. ù lïm;lalll:tiofl' d('.10 atdic>rs cl(' l.~I ' ry.Gorgall, p~U,.rôlll. l..'oj ,. combien leurs dOIl$ont été l.ltile~, qllcl heur~tlx llSa;te en aura ;Olé fnir. . Notre c<uniq,t ('st t'ide. Il s(' nml-plira tIc UUUVPUlt d.cmur.ùl polir ptlrtir 'T.,rs les eut l'es nLlli.mns cl~ la (;ommiMiou de l'A'nÎlwce. ILlANE. nom. N'oublions pas non plus que Bordeaux est h Yil1c nuta,le cie Calucile- Mendès - d'une manière générale, J('s Mendès tiennent uue .grande j,lace dans l'histoire de la . "ill('. Histoire contemporaine C'est HllSoi hélas !, à Bordeaux, pendant l'occupation qU'iL eu lieu hL promit'I'e exécution d'un Juif, le 27 "oCtt 1940. Originail'e de Polo!( Up, il s'ttppelait Israël-Leisel' Karp Les é\"éuf'lDents J'avaient terriblem(' nt irollblf.. Muni d'lm bâton, il cil'cnlai t Ù. 11'U'\"er8 les mes en tn::l\1- gréant. Un mat in, une afiiche rccouHit le. llIurs : AYIS I.e 24 aoCtt 1940 le .Juif I.-Leiser J{arp s'est jeté a ,'ec lin bâton dans hL dil'ection de ' notre garde d'hon' neur, non loin de la gare SuintJean. I.e tribunal militaire [\ condlUnné le Juif KaTp ù. la mort, },e commandant chef cie l'armée !l. confirmé b, peine ct le vérdict a. été exécuté ce mat in. Signé : Le Commandunt. Par l:t suite, le grand rabbin Joseph Cohen apprit que Loiser Karp, qu'il a\'u it déjà YU l'hL sieurs fois à la synagogue, avait demandé son assis lance avant de momir. l'vhis les Allèmands nvaient refusé l'autorisation. Au moment où le Colonial Office vio4 le la première portie de la décision de t'O,N,U, sebn laquelle un port doit être évacué dans la zone juive pour permettre l'immigration, au moment où f' Angleterre prétend désarmer les Juifs palestiniens Qui se trouvent en légitime dMense devant les attaques des 10r4 ces arabes venues de Syrie, du Liban et de Transjotdanic, il apparaît qu'un plan diabolique vise à noyer dans le 50ng le Yisn-..Iv héroïque. Toutcs les communautés juives se trouvent ainsi placées devant de nouvelles et graves responsabilités, Sous le mOSQue hypocri te d'une po~ itique de prétendue Il non-intervention ", l'impérialisme anglais organise le sabotage d'e fa décision de l'O.N.U. ct le massacre , des juifs palestiniens. C'est pourquoi notre aide doit être à 10 fois matérielle et politiQue. Nous dc.. '.Ions donner à la Haganah les armes nécessoires à so défense. Toutes les forces vives de Palestine doivent être traitées sur un pied d'égalité, pouvoir accéder, selon leurs capacités et leurs mérites, aux postes de commandement et jouir du droit de se p:-ononcer sur la poli1ique et la tactique de la Haganah. Toute méthode discriminatoire doit être dénoncée comme contraire aux des juifs. intérêts nationaux Il faut mobiliser l'opin ion démocratique mondialel sons l'aide da laquelle le combat militaire ne peut être mené victorieu~emef'lt . Une jw.te orientation économique et polittQue éréeroit, d'autrc part les conditions d'un accord avec les forces democrctiquès du peuple arabe, mettrait fin aux nias'sacres et' permettrait l'installation de deux. Etats démocrotrques ct indcpendants. Seu le une te !le politique est . copabic de mob .. iliser tous les juifs de Fronce et des' autres pays dans une puissante action de solidarité. 'Seule elle est capable' de' cimenter nos propres forces et de nous assurer de nombrêüSi:: olliés. Juifs cie France, sons distinct ;on d'opinions politiques ou philosophiques, formez partout, des Comités Unifiés à l'exemple du Comité National. CONTRE LES PROVOCA'TIONS ET LE PLAN DE SABOTAGE DE LA PUISSANCE MAND.'ITAIRE ! POUR UNE INTERVENTION IMMEDIATE DU CONSEIL DE SECURITE 1 POUR UN ACCORD AVEC LES FORCES DEMOCRATIQUES DU PEUPLE ARABE ! POUR UN ETAT JUIF DEMOCRATIQUE ET INDEPENDANT ! VERSEZ VOTRE OBOLE POUR L'ACTION EN FAVEUR DE LA HAGANAH I;UJ.R.E. _ On peut el'woycr les fonds à Droit .t Liberté. c.c.P. Paris 60.7098 • Dr.it et Liberté » 14 rue de Paradis Paris Xème. Quelques jours après leur sacrifice, l'ignoble propagonde vichyssoise aux ordres des naa::: is, faisait app~ ser des affiches représentant les vi- ~ soges de ces voit' ants; militants de la Résistance, de ces véritables patriotes et éditait des brochures, Les oHlches et 'es brochures YOU" laient représenter « l'arm:lie du crime n . Ces hommes ont ~ombQttu et sont morts pour la Fro"," cc. Leur ch~f, MANOUCHIAN, ouvrier et journaliste armén!cn, sol .. dot de l'ormée française pendant la campagne 39-40 ·0 ropris la IlIthl dès le coup d"Etot • • • le de Bordeaux; sons ormes} sons moyens matériels, il a su réunir, organiser, lancer ou combat, une magnifique équipe d'hommes venus de tous les coins de J'univers et qui montraient dan, les pires heures de lhistoire de leur pays A METZ OU ,J 'AI VU LA COMMUNAUTÉ GUERIR 'SES BLESSURES DES HOMME.S PRÉPARENT LE. PRINTEMPS De notre envoyé spécial Alain ADLER, LES nazis sont passés par là, saccagant tout SUI' leur passage. Ils ont laissé des blessures pl'ofondes, presque . inguérissables. Cependant, Met~, ville martyre; éternel objet de la convoitise germanique, est plus que jamais française. instaJlt la croyaient t ermi n0c. Les bon'nes intentions ne manque·nt pas, les bonnes volontés non plus. Parlons des jeuncs."lIs sont nombreux et actifs. Leur présence constante aux diverses manifestations de la vic juive de Metz en est une preuve éclatante. Des hommes sont tombés au combat. D'autres, déportéS, ~on t morts dans les 'camps de travail ou les chambres à gaz. Juive est la majorité de ceux qui manquent à l'aPl?el. je 'Ie~ ai vus, intellec tuels, ouvriers, fliles et garçons, à l'une de ccs conférences où l'on parle de lout, de la Palestine et de la France, dt 1a philosophie ct de la politique. - Les 'chif f1'€S parlent ct leur éloquence ·émeut les plus insensible$. Il y avait environ 2.000 familles juives à Metz avant la gue-rre. II n'en reste que 600 qui, par miracle, ont échappé il la Gestapo et il Vich)'. Comment \ ivcnt'-elles, quelles sont leurs préoccupations ? SOUS LE SIGNE DE L'UNION Avant 1939 un vieil >antagonisme ct des rivalites assez mesquines opposaient « Juifs d'Orient » et « Juifs d'Occident ». Mais pour Hitler, il n'y avait qu'une seule sorte de juifs. Qu'il!> h:;;sent Français ou Polonais, il k; cllvilvoit tous au crématoire Tr:Jg:qué réa·lité qui ouvrit k~ )'l 'll( de cellx qui se croyai ent mieux partagés parce qu'ils appartenaient il « une autre civ ilisation }) . Les fascistt's clémon,trère: ll que l'ant isémitisrr.e (st un t:t qu'il Irapp<, .sans di,;tinc.tion. La solidarité est nee dans le n~al_ heur. Les Hitler démocraties ont vaincu n'est plus. Les juif~ oni compris que tout conflit au sein même de leur communauté était une stupidité sinon un crime. Il fallait l'union. A Metz, comme ailleurs, die se fit. Et si encore aujourd'hui les groupusCules subsistent, cls ne sont que le reflet de certaines affinités. De ces petits groupes, il y en a près d'une dizaine, dont ·Ies sionistes, eux-mêmes divisés en plusieurs tênda·nces. Mais ils sont tous présents aorsque l·es organisations d~mocrati.ques font appel à leu r sens civique. L'U nion chapeaute le tout et c'est l'essentiel. Les réalisations des Juifs de Metz ? Elles sont nombreuses. Je n'en citerai que deux, pour memoire : l'organisation de colon

t,'.-; de vaca·nces pour ïes ellf:

lnts n-éc.ssitcux, la présentation de fil:ns ('n yddich qui obtinrent un imme i1se succès. Mais Ce jeune électricien, qui, hier as~ istait il une réllnion 'organisée par - les jeunes int ell ectuels juifs de Metz, e~t V0nu 'cc soir avec moi entcndre un conférencjcr qui évoque les Kibouü. Il a soif d'apprendre, de connaître. Mais il vellt aussi se dépenser. dOlHlcr touks ses forces pOlll" une cause juste : la lutte contre tout fascisme, contre tout antisémitisme. - Mes parents sont morts en déportation t:t je suis resté seul avec ma socur. je sais, mon cas n'est pas isolé. - C'est justement la raison pour laqlldle il c,t nécessaire de se grollper ct de lutter pour qt!e plu'i jamais les atrocités nazies ne rcviennent. - T u ~s Sion;ste? Je m'en "oudmis de ne pas men- Il me re"~rde son front se plistionner cetk lYc'llc chorale . 'L' . se. '" , qui sut donlll r de t~aes pr , - No!l, pas précisément. Né en de son, tal-ent qu'eHe eut l'ho ... :,r;.nn("c. t'.uTlle trop pays. pour le !leur de chm:tcr il la radio de qlllttcr. JV\,."S, .tOI~t ce qUI touche N la Palcsllr:c III ;ntercsse ; nou.s deane)'. "OI1S êt:c solidaires avec ceux qui On ne chôme ras à Metz et lutkllt pour la lib-erté et l'incté- 1.1 \'ie a repr:s pO;lr ceux qlli un pf'ndanN'. Toute la nuit, la neige est tom_ bée sur la capitale lorraine. Le vent souffle, fouette les visages, rougit les oreilles et le nez. CEUXQNIPREPARENT LE PRINTEMPS •.. Parallèle à la gare, la rue Pasteur sétale, large et blaîlche, avec ses maisons bien alignoes. C'est là, dans une petite boutique de tailleur, où il travail.le comme ouvrier, que j'ai rellcontré Léon Stcinlink, conseiller municipal de Metz. La pièce cst chaude. Quelques hommes, pellchés sur l'ouvrage, chantonnent. C'e,t 1111 charmant garçon que Stcinlink ·et qui vous met vite à l'aise. Beaucoup de choses ont changé . Les rivalités, les quC"reHes de clans appartien nent au passé. li ya des Juifs. C'est tout. Ils se doivent d'être des démocrates, des hommes 'de progrès. 11 faut compter sur les jeunes, li sont beaucoup ct leur ardeur n~ s 'c;;t pas émoussée. Sio'listes ou non. un même esprit dcmccratique les anime. Steililink c~t conseiller municipal de Metz ;1 vingt quatre ans ... juste:nent. il est d,'jà cinq heun'S ct il ne vcut 1):.'15 mar:q L:er l:t séance du conseil. Dcllors, l:! bise souff!:: et l ~1 neige tombe de !1{)!lveau. Mais le printemps viendra. ~ beau rr.ntemps des choses ct des 110m- , proces des 24 d'adoption, ou mépris Ge leur vic, I~ur fidélité ogissante à III France:. Au moment d~ son éxocution, il avait 3& ons. Vade d'accus.:!tion allemand lui rcprocMit, parmi ses coups d~ main qui, comm ~ CCliX de ses com?ognonS:J n'ont pas été tous dénembrés, S6 attentats contre la Wehrmacht. De scs compagnons, rappelons-nous BOCZOV, juï,f honsro:s mort à l'êge de 39 O!'1S, cuqueS ('oc}.;? d'accusation imputait, à juste titrê, .gO ott~ntat5 contre la Wehrmacht et qui a organisé de nombrcui( déraillements de trains miiitaires oUemands. RAYMAN, juif polonais, q~e 1<e3 hommes de 10 Gestopo appelaient 12 tueur, parce qu'ils ont senti poss:e,. durement ses coups. MANOUCHIAN ZINGERCWEIG, i,Jif polanai., mort à l'ôge de 22 ans, qui a coml"ondé lui-môme! l attentats contre la "'eh:-.. macht ct a organisé 5 déraillements contre des trains militaires allemonds. ELEK, juif hongrois, mort à l'ô!Je de 20 on5, qui a orgomse lui .. même B dé .. roHJements de tro:ns mi[Ctaircs alle- Nous ne pouvons 'pas Ics rappeler tou, ici, mais ils sont tous parmi ces vrais combattants sans uniforme, fron· çois et immigrés, hommes comme Fnbi!. n et Monouchian, qui n'ovaient pas d'autre préocc upation q\l2 celk: d'oHoQue: les Allemoncis partout où Ils étaient ~t dont seul le sacrifice e perm is à la france de redevenir un pays Ifbr ~, Quelle s:gnif:cation a cet Qnnivr-rso:re Cl'" moment où l'on essaie de recommencer 10 chasse aux ÎI'.1migrés, prot:quéc a:.lx heures: les p!us honteuses et les plus noires de la guerre ct de l'occupatEon. Hous vénèrcrons et rtlppclPeron$ tou! iours leu: mémoire; nous défendrons teu, souvani" nous nous appliquerons à: garder intact le roppel do ccs grondes heures de nloire. Joseph-Al;ldré BASS. Le poinl de 'Vue .epharadi La communauté juive de France à J'arrivée dans ce pays ' des premiers émigrés du Proche Orient méditéranéen, était obsédée p'Jr le souvenir de "affaire Dreyfus. Oh ! il Y avait une apparence de vie juive dont l'histoire sc résumait dans le seul enchaînement de faits réguliers, Quotidiens, sons éclat. Oui, il Y avait une certain::! con~ tinuité sociale, mais organique, végétative. Mais je prétends Que les dirigeants consistoriaux, ou sortir d'une tourmente où avait été mise en cause jU$Qu'à leur appartenance au pays où ils étaient nésll n'avaient qu'une pré~ occupation celle de prendre des assurances contre tout risque de manifestation d'original ité juive, Les seules victoires Qui enregistraient, affichaient, proclamaient le judaïsme organisé se comptoient por le nombre de croix obtenues par les juifs membres de 50- cités de Préparation Milltoirej par le nombre de vagues at1achês de cabinet ministériel q'.Ji as.sistaient aux cérémonies patriotiques de la synagogue. Les Rabbins eux-mêmes semblaient persuadés qu'un ceriain minervisme juif faisait parti'J du plan d ivin, C'était le triompho du styl~ Grégoire, l'apothéose ce l'anonymat. Aux yeux de ces jujfs notre arrivée cn Fronce ne pouvait être qu' inopportune. Nous no::! pO..1vions être Que des intrus. Porce qUE por notre seul-e présence no~s r~p:;sicns le problème qu'il:; crcya!ent avo:r résolu, Nous veîïlons de SaloniQue, de Smyrne, d~ Constantinople, villes de l'ancienne T urquie, où les communautés juives ayo:,:rlt avec leur armature conf essionnelle un;:) autoncmfe administrat: vc ct culturelle complète. Nous considérions donc, 1'out naturellement, ~ans mème avoir ô I!:: reve ndiquer, à le formuler, qL!C nOL!S avions !e droit élémentaire d'être ce que nous étions, de persister dans cet être, de rester « di fféi'cnts 71. Oh ! il Y eut des résistances même parmi les s6faradis, parmi les séfaradis qui se réclamaient du judaisme offic iel. Prcn~z garde! nous avertissait par leur truchement le Bonhomme Chrysale du Ccnsistoire ~ ! Prenez garde ! Yorre position particulariste nous rendia VOLIS ct nous plus rcpèrobles et, dont, plus vulnérables. L~ débat persistait Quand vint l'hitlérisme, puis la guerre et l'occupation. La démonstration fut faite. Les nazis ne firent pas de di~tinction subtile entre juifs nationaux et assimilés. Aus'ii bien la persécution atteint d!abord les jLlifs d'Allemagne, c'cst~à-dire Ics jUifs I€s plus assimi lés par le Dr MODIANO ' On a longtemps loissé croire que le nazisme avait exécuté son plon dans un secret impénétrable. ' Le caroctèt'e mass! f des dispositions à longue échéance prises par les Allemands. occuse tes milieux internationaux. li n'est pas permis de supposer que rien n'ott tran ~piré olors qu'II y avait tant d'espions, d'agents doubles, de services de renseignements et même d'évadés. D'ail_ leurs, les Allemands ne se cachoierl't guère. Ils se vantaient ou contraire. Hitter damait Qu'il ne laisserait pas un' juif vivent en Europe et ses exécuteurs annonçaient avec complaisance Que l'extermination serait méthodique, scientifiQue. On n'a foit semblant d'ignorer que pour se dispenser d'agir. Et l'on pouvait agir. A preuve les représailles. dont l' AII~magne a été menacée 6 propos des gaz asphyxiants et qui "Orlt empêchée d'y avoir recours . Oh ! certesi j'except~ des dévcuements magnifiques issus des profondeurs du scn.timent populaire, mois ces dévouements sauvèrent des isoiés. 115 ne purent rien contre la carence concertée des gouvernements. J'insiste sur ces faits' parce qu'ils éclairent bien et . l'universalite de l'antisémitisme et la précarité de notre position. La tourmente est passée, Et maintonont le problème juif reste entier. Cependant Qu'on est en coquetterie d'oltbli ovec l'Allemagne et avec les coHoborateurs de l'Allemagne, le jui f demeure en quarantaine. Mais un fait nouveau a surgi, Comme si elles voulaient se racheter, les Nctions-Unies viennent de reconnaître l'Etat Juif de Palestine. Une chance est donnée aux 250.000 personnés déplacées qui continuent dans les comps à vivre d"une vie en marge de l'humanité, Les problèmes se posent du mêmp> coup dans une brutale revendication de faits, Les questions nous pressent si v iolemment Qu'il n'y a -plus de loisirs pour les délibérés de la vÎeilleprud2nce. Il nous faut des méthodes d'un réalisme impatient. Les jeunes gens de la Haganah sont prêts à se battre, à risquer leurs vies. Il faut à ces jeunes gens des arm~ s. 11 les leur faut d'extrême urg~nce. A l'heure où tous les jui fs du m.Qnoe s: ~herchent à travers les fumées mat d~ss l pée,s des fours crémctoires, nous, sefarodts, ne resterons pas à t'écart, f~ Ra~~ FEIGElSO_~:: -TRÈS LOIN ~DE. ~ i..A >-'ViE. DE BOHÊME L · ORSQU'Oi'l parle de la "ie des étndiunts, le profane pense aussitôt aux monomes cL aux canular!:!, aux chahuts ,ct il ,,·Le de bohème nu qll~rliE'r IJtiu. Hélas ! cc romantisme ne correspontl {las à la réalité. De graves problèmes dressent journel Icment leur e:peclre mena<:3l11 : proLlèm(' s du logement, de 13 nourritu· re, des fr;::Jis (rétndes ( droits univer· sitaires onéreux, livres rares ct trè5 ('bers ... ) etc. Pour faire forc à ce5 multiples dépenses la 111upurL ùes étu· diants Il'ont que leur bourse, Et hien Eoa .... ent , il m'cst arrivé de vo:r dëS étuùianlS ne prendre qu'un &<)u1 repas par jour el consacrer lIlle p3rlie de leur temps à un emploi lucratif qui leur permel ù'amél.orrr leur ordinaire el ,le prendre Jeurs jnE('riptions. On ne S3Ul'art s'étonner, (hm., cie tc1le<; t'ondil!QII!1i que 60 t;~ ~f' l'cUf' jeuIlC5: ie la borieu~e ~o it so us ulimPIILéc r I Sl.! rrncnée. ~ous 31'1'0:1S ] OtTil!."JOU de rn'cni r plus ton lI~l.jil sur 1(' ;:,\ ('onditioI!3 de yie des éwdi:mts juifs qui. o u lrt: l'~'10 <1ifficulLé" IHntéri,~Hes. 0111 le 10 llf II passif de J'oC'{'u('l:ltiou il l'ntU·tlll{'r. So· litude de rétudiant dont les purcliis ont été (léporl~, Rnnées cl'études pero dues par euj tc dn 1/umerus clausus • laus les hcuhès ct eOUv('nl tliHind, lé rI~ réad:trta:ion Ù IInt" ,je norma· ]~ apr\;s des mojs de "ie traquée, de Vle de souffrance, de vic de lutte ... 1\I:tis ,l'étudiant juif qui :1 cornbaftll ]es J,uu,eop.hages. nazis s'cst remis, après ]a Ilberauon! il son tr;:nail avec CCH1- rage er.. ténacité, il stest donné sans pal'lage a ses études parce qu'il t:3\'2}t que SOu .avenir en dépendait et qu'il comprenaIt Je rôle qu'il a\aÎt à jouer, tant J>our la France que pour ]a communauté juive. L'Union Jcs Etudiantp Juifs de Fran. ~e s~est donnée pour tûche d 'aider les cludlunts juifs il surl1~ol1tcr les ohsla. des, Don seulement sur le pluD mo. raI, mais aussi sur le plan m31éi"icL Elle a apporté au, étudiallts un di. mat de fraternjté qui Jeur n donné ('on(ian('c dans l'avel:lr. Actucl1cl!'!cnt J'P, E.j.J~. }Jrép;lrl" une campagne t'Outrc If~ mener" untibémites rrn:Jjssnntcs cl O!Jl~ p~ne ]~5 ol'gnni slitions juive~ il !-tu. n lr t' Olllre. le d~tn~cr raciste ct X~f!o. phobe. En crrlt~l1ra nt res qUCêti0118, nOU8 som!' Iles loin tI 'avoir ép~1 is'; notre ,uj~l' nO!IS n "l~'ons voulu {uire aujourd·bui qu un Lref tOur <l'Jlorizon pour faüe COIln~jlre la ~i lualÎon et les r..spirat ions <les etu diant .;. juifs, afin que tout~ ]a communauté jUl\'e conuslMe leur Fi .. tualion et s'hué resse à le :r activité. ( 1. VIEl LE RENGAINE ElA S- UNIS' et chef d' orchestre clandestin sont-ils D'UNE la veille CRISE UNE récente déclaration de M. Marshall n'a pas laissé de surprendre l'opinion: à en croire le secrétaire d'Etat, les deux derniers convois d'immigrants juifs dirigés sur Chypre comprendraient une forte proportion d'« agents communistes ». fameuse Gestapo tsariste. Ce bux grossier, rédigé par les organisateurs du pogrome de Kic:linev, a\'ait d'abord parll cn 1903 dans le journal Znamia. Le mystique Nilus le reprit à son compte au début de la l~é\'ollition d·('! 1905. Les deux éditions connurent un égal insuccès. C'eH le 4 février que se produbit ii Wall·Slrcct ct su r les grands luurché:i commerciaux l'accident'" que l'on peut ('on8id,~rer C.'Olnme le si~ne le plus si. ~nificalif de la nouvelle crise améri· par Roger MAR~A L'Agence juive a protesté contre cette affirmation et prié son auteur de donner des preuves. " enlrelenir cette in:lation tellc:llc l11 redout ée da ~ouvernement aU1Cfl('U lll. Renseignements pris, l'accusation de M. Marshall n'avait pour ba~e qu'un rapport de la police britannique signalant que beaucoup d'immigrants, venus de l'Est européen, parlent le russe ... Mais en 1920 les sërvic~s de M. Churchill doi\'ent fa-ire flèche rif'aine. Cc jour 1", le brusque effondrement des rour; du blé enlraîna les aulres céréales ct l'ensemble des produits agricoles tians' UI1 mouvenlcnt de bai~5c salIS précédent : en trois .scmajnes, ]e <;uinl,.! de blé diminuait de 21.5 pou,' rCllt, pas,ant de 11 dollars 10 à 8 dol. lars 71. «Si nous n1arrivons pas à arrt:le::- ]a spirale inFeruale des prix ct des salaires, l'Alnérique s'écroulera dans une ha ll' "qucroule », a dit, <l 'autre part) le P résident Tillman, en faisant étot d'ua .. ittre farteur, intérieu r, d'inflation : la hausse des prj~ ct ses consé<tuenc.~:;. Nous n'insisterions pas Outl'C mesure sur cet incident s'il était isolé. En 1946, lors d'une Conférencc de rU.N.R.RA. à Genève, le générai anglais Morgan déclara aux joumalistes qu'il aVait spécialement convoqués à cette intention, que ,la ma.iorité des immigrés juifs de Pologne n'étaient que des instruments camouf,lés de l'espionnage soviétique. Il aurait été suivi pàr les délégués américains si l'énergiqu'ê La G.Jardia, présid ent de ia Conférence, n'avait auss-itût réclamé son exclusion de l'organe directeur de l'U.N.IU~ .A. OU L'ON RETROUVE LES « SAGES DE SION)} , Actuellement, ~'\ calomnie selon laqueHe il y aurait des « agents de Moscou » Iparmi Jes jiJ11migrants, est assez répandue. Au Caire, les milieux de la Ligue ~rabe, à Londres, la presse et le Parl'ement s',en fon.t l'écho. Cela ne nous raj~unit guère ... Depuis que la Russie soviétiq'ue 1 existe, l'ant.isoviétisme fut souvent assaisonné d'antisémitisme, et vice versa, En 1920, ne disaiton pas qu'eMoscoti était dirigée par des Juifs et rt:\·.:tit de soumettre l'univers il une dicbture judéo-bolchevique? M. Bevin ,ILli~mêm c n'a-t-il pas aaissé entennre au , Congrès du Lavaur Party il Marga te que les ~-------PAR--------~ Jo BRUTZKU$ . de tout bois et -1'1. S. fait copier le vieux fascicldc- antisémite par l'imprimerie d'Etat à Londres. On s'arrange pOélr cn assurer une large diffusion aux Etats-Unis et en Allemagne. Et pendant tO lite une année, l'on dé'nDnce avec acha rnemen t la « conspiration judéo-communiste », La campagne - comme c'est curieux ... ~ ne ce.;;s:: qu'avec la fin du conflit soviéto-polonais. J <Iifs avaient de' clap; la !!'Iel'I-n En . anil 1~9 21, un journaliste 'aux peuples pa cifique~ s ? L,a ,r'e"n- anh gl:us, A. . Grevs, \'endit ,la mègaine est' u,,<!(' ... EIJ 1920, encone, c, e. Il révela non seulement que Ja propagande antisémite puisait à l'heure où l'Armée Rou[.:e ét.ait ses t;lèmes dans un faux de parvenue à quelques lieués de rOchrana, nUlis 'que ce faux Varsovie, l'Intelligence Service récr1' était q~l'un vulgaire plagiat pa'ndit le bruit qll'C les « Sag,es. de d'une brochure éditée ('IJ 1866 par Sion » avai'ent fomepté Lin com- plot international 1 La même qn- .,1 l'avocat Joly. Le m(:me journaliste 1 .obtint d'un archiviste français née, au l1Jois de mars, un journa- .l'original de ce document rare. liste américain annonça des révé- 'Les premières pa~ manquaient. latiolls sensationnelles sur «, les Mais sur le dos, figuraient deux dessous de la grand'! cOllspiration initiales: 1. S ... juive ». L'!. S. PLAGIAIRE Le mois ~ uivan.t, le Times ' et l'Evcning Standard publiaient tout bonnement des ' morc!~ aux choisis cf'une vi'eille brochure sorti e- des offièines de l'Ochrarza, la - Inte~ligenc e Service, évidemment f ironisa A. Grevs qui, au fond, ne croyait pas si bien dire. La \-érité éclata. Mais ,l'agitation ne disparut pas tout à fait. 'ELle ',était alimentée par les marks , (te Bosenoerg en Allemagne et les dollars de Ford en Amérique, La cause djrecte tle la dépression r é:-idc dans la ('onfirmation d 'unc récohe Inondialc de céréales cxtrêlnenlcllt Eati,faisaute pour 1948. EII Auslralie, cn Argentine, Cll U.R.S.S., en Roumanie toutes les prévisions sont favornhles, a.insi qu'aux Etats·Unis el au Canada, prin;-ipaux pays producteurs. En France luême, où les surfaces ensemencées ne s'élcyaient, en 1947, qu'à 3.650.000 hec. ta!.'cs, elles représenteraient aujourùllUi 5.200.000 hec tares, selon les der. ni èl'es estimations, ct avec l'espoir d ~unc très helle récolte cn raison d 'heureuses conditions atulosphériqucs, Or, UIlX Etats.Unis, 1947 ayant été une allnée de récolte record (372 mil. lions lie quintanx contre une moycnne de 230 millions de qllinlaux cuIre 1933 et 1944), les sloeks reslent it peu près équjvalents au volume lotal de la llTOÙU.CÜOl1 ann uelle d'avant-guerre, ce qui crée une situation anormale. Il est hien évident, dans ces condi. ti ons, que le problème des débouchés se pose avec acuité pour h production céréalière des Etats·Unis, surtout si 1'011 lienl comple que l'ensemble de 'la pro· duction agricole américaine s'est formidahlemenl accrue (de 60 pour cenl) pentl.1nt les anuées de guerre. Comme d~autre part, les pays éventuellement inlportatcurs, outre qu'ils 011t fait un effort remarquable pour se suf. fire, IlC disposent pas de dollars pour acquérir le hlé américain l il n'est d'autre llloycn que de leur ouvrir des crédits à fonds perdus, cc qui contribue Or, dcpuld la guerrc, les prix à 1,1 consommatjon ont ;] peu prèa dou.1J i l~ ail" Elals·Pnis et les sal:iires so!'t loin d'avoir suÏ\ i le lnême rythme; il y a donc un J)ouvoir d'achat insufiiba"ht sur le man'hé iIltérie'nr pour aLs4'ir'hcl' la p rodllctÎ'on qui rè~ulte d'une nlodcrllisatiou intcnS'{lc, accélérée par la" guerre, de J'équipement ind ustrie1 et agricole. }i'oulJ1ioJl5 pas ([n~, aYilqt gucn~.~, ]î'~ Etats·Unis n'exportaient guère que _ 5 à 8 l'our cent de l'ensemble de, léu,. l)roduction, cc qui' représente un rJOUI' centa~(" très faible l)our une éconoclic partirul ièremcnt évoluée; le m.,a"c'la' intérieure était réputé absorber la presque tOlalité. La crise et la guerre on t changé ('omplèlement les donnée. Jll prohlèmc. L:l ('o nséqucnce de ces facteurs 13[}~l'if jques de l'économie américainel c'est l'ncCIIDtulat;nn de stocks invcnJ3blea de l)iens ele consommalion, qui engol'r;ent tout l'appareil éot'onomiquc; d 'où Je Plan Mar.hall 'lui tend à ouvrir ait ('ommcrrc américain, même à perte Ill'Ovi soiremenl, ,les marchés en J::urop~. Comme le 8o ul:p-.nc le grand jO!A:rnul anglais Je ~Manchcst6r Gnanli:u'ô;"> : «L',lide i, l'Europe afin de lui l'er· mettre d';ldlctcr il l'Amérique risque de rm-êtir de plus en plus l'aspect cl'ua programme Je reconstruction inlér~e1J re pour les U.S.A. ». En effet, J'a ggra\'ation de la ('ri~c économiquc aux Etats·Unis le. obligera il chercher plus âprement des déhou· thés llOur conjurer la menace de l'dsc «galopante».

PD r ophète de l'eugénisme, . fondateur du haras humain ES vOingt et un bourreaux

d'Auschwitz qui . viennent - d'être pendus en Pologne, l~ Dr Mengele n'est sans doute pas le moiils répugnant. Médecin en chef du fameux camp, il avait été surnommé « le démon ». - C'est lui qui opérait le triage des Juifs descendant en tare d'Auschwitz. Lorsque la tête d'un nouvel arrivant ne lui plaisait pas, il criait : - l\'Iettez-le à droite des rails ! Vingt-quatre he~rcs DIl!~ taro ~e malh::O!ll'e'ux brûlait au crématoire. Les victimes cie Mengele eussent peut-être préféré qu'il fut toujours a:.Issi expéditif... Car dans b plupart des cas, le monstre faisait durer le plaisi r. Tech, nicien de la mort lente, il avait transformé l'infirmerie en un laboratoire où il infectait et l11utilait an~c raffinement des mill iers de déportés-cobayes. UN ELEVEUR ..• Mengeie n'aurait pas pratiqué ces affreuses expé riences s'il n'ava it été, avant même l'avèn e- - - ment de Hitler, le grand prophète cie l'eugénisme et le champion du racisme total. On lui doit cette cho~ie unique clans l'histoi re de l'Humanité: l'usine humaine oil des 'reproductric~s s~lecfionnées s'unissent, sous la direction d'une contremaîtresse qui rythme - les gest<:s de l'amour, aux plus beaux mâles de la Waffen S.S. pour donner au Reich des enfants modèles ... Ad majorem Herrelll'olk g[oriam ! Mengele. travaillait à PAGE 8 le- sinislr L curicux de nature, il pou rsuivit ses recherches et composa av:!c les précautions indispensable an ,I;nc sur « Le CilS Hofrichter » (Ocr Pail Ifofrichler). La censure Cil interd it la public:ltion sur le territo

r ~ de l'Empire austro-honhongrois.

Pollatschek fit alors appel il UI1<! maison d'édjtions de Munich , , . '. d d' '111 S est touJo.u'rs·' '~eman e S Il appartenait à la famille des Habsbourg 11 en sa\'ait ct en faisait trop. l'amélioration de la « race a'fyenne » comme d'autres travaillent à l'amélioration de '/a rate- cheva_ line, . OUVREZ· MON CRAN~! Nul ne grimpaav0C' p~{IS de élcIjces aux arbres géné.alogiques. Pourtant 'lui-même ignore sa propre origine 1 Au lendemain de la débâcle hitlérienne, il reçut dans la' cellale où il était enfermé la visite de plusieurs psychiâtr'C~ a!TIéricains très ferrus de psychai1al)'s{', Comme ils avouaient ne rien comprendre il « ses comp~exes », il leur lança avec un air hall:.Iciné : - Mel,sieurs, je \'O ll.S .. r.eçommande d'ouvrir mon cr;ine quand je serai mort. j'('Spèrc que 'VQUS trouverez le mystè l'c d-e ma vie dans les lobe.,> de mon cerveau. C'est qlle Mcngelc r.~ s'c,.;t jamais consolé de ne pas savoir de qui il est le fils, Il serait mort content, disait-il, s'il avait été sCir d'avoir du sung royal dans les vein es 1 VOICI DU FORT SEX ••• C'ETAIT DU CYANURE! L'histoi re remonte au début du sil'Cle, comme en témoignent l-és vieilles coupures qe journàux que la police alliée trouva cians la ~ibliothèque de Mengele. En janvier 1903, un officier c1'état-majorautrichien du ncm de Mader mourait empoisonné à Son' domicilt':; D'une firme pharniaoeutiqu- e incollnlle, il venait de recevoir à tib:e d'échantillon une une forteresse. Une erreur j udicinire venait d'être commise.. De pl us (:11 pius sLÏrveiné par la poHce, espionné pal:tout, filé !'ans cesse, il émigra, pour avo:r la paix, aux Etats-Unis. RECHERCHE DE PATERNITE ' bQî~e d<! pilu-les. « Nos pilules il b.~ cie glandes, déclarait 'le prospedu;;, sont très efficaces contre , Peu convaincu pal' le verdict, un j<!une reporter il l'Arbeiter Zeitullg' de Vi enne, Karl Pollatschek, vouJut en a\'oir ie coeur net. Au terme. d'une cont.rc-enqllête personnelle, ilacqujt la certitude que le véritable expéditeur des pilules de- Le juge d·in struction. -, Pour'-' cyanure était .ln certain lieutenant quoi avez-voLIs réuni toute cdtc r---------PAR--------~ blond issu d'une famille aristocra-' documentation sur faffaire Bo/- tique. Grand noceur, il passait le i richter? Michel BARON !}llIS clair de son temps, sous un Mengelc, - Parce que je suis ft: ' faux nom, dans les cabarets et fils du lieutenant blond. maqueI:cautait sans vergogne. . C'est sn I!lère qui avoua à Men- l'fnplI issance s~xueile... ;) Mader Quand le journaliste Poli at- gelc q:l'il était « le fils du jie u- , les \lvala. C'était dll cyan'ure ! schek découvrit quelle était l'exacte, tenant blond ». Mais elle n'en sa- , / r.:·'enquête révéla que d~s pilules ip,'E'ntiques a\'ail'nt déjà été enidentité dc c;: personnage, ks che- vait p:lS da\':lntage, étant un \'111- veux se dres~èrent sur SQ tête: gaire lIirt, parmi cent autrcc" d.1 ' \'oyéC& ft douze officiers qui apIJartenaient ft une même promol'affaire touchait à la rai son m)'stérittlx indiri du. ' d'Etat 1 Obsédé par son ascendance, tion du Saint-Cyr autrichiU1. Qui QUI E"" AIT LE avait fait le coup? On arrêta SUi' .1 un prétè:he flltil~ Il;1 uffic:-r de LIEUTENANT BLOND? la même'17rolllotion, Il, Hofrichti'r. Il s'en ouvrit aussitôt au préfet Alors ql.\Îllles douze autres a\'.:tient de Vienll e. Ce dernicr devint très, grade d'bfficiers cl'état-major, cet nen'eux, s'absenta pendant une 1 Hofrich~ r~stait simpk lieute- demi-heure ct re\'ilit dire à Pol. liant il la garnison de Li nZ:'1I1 lat3cÏ1ck : 1 inspcctolir irnagino.tif en cOlH:l~lt __ DOllnez-moi \'Dt re païO!;' qu'il él.l'a:t voulu, pJr jalousie, 'i'ho,1I1 cu r qUé VOliS ne révélerez. 'supprimer des camarades plus ,jamais rien... Sachez seulement brillants ct plus fortuné~ q tl~ lui. 'que je 'viens de voir j'archiduc Hof~i.c1lter s déf~nd it ilJ,:5qi(au François-Ferdinand ... bout, 'mais ft;t condamné sans ~ PolI a tSc.hek, s'inclinant devant preuves p2.r li.! Conseil de guerre l'absolutisme autrichien, fit serà la réc:lusion perpétuelle dans ment de garder le secret. Mais l\lenge!e rc'm .. a ciel et terre ct n'arriul qu'à Sé couvrir ~le ridicule, Il foui lla les archives, compulsa les journaux, bombard:t de missives ~lIr p!ia ntes le journJliste Po:Iatschek qui se réfugiait tOtljours derrièr~ la parole don;-ée. - Ah 1 quelle fierté, ré p~tait récemment le démon d'Au sc:invitz à SlS j liges, si j~ pOllVJiS vous prouver qae je fouis le fils d'ull frère ad.i1téril1' de l'archiduc d'A utric: le... , Quoi de plus sinistre -que cette ultime et «- rOlrulntique » inquié_ ture d'un des .plus criminels rCI~tons du fasciS:l1e hitlérien! l , Monsieur VERDOUX , ,,"'1 ' barbe ... bleue des Temps Mod~rn~s r\,: •' IE "N de ce que l'on écrit sur Monsieur IVerdo·g ", le dernier • .' film de~ Cparli" 'Chaplin, ne ,lui ~ . :fend suffisamment justice, JI est shakespeor.ien por l'ô lterfionêe ' ou ' la "Si. mult<Jnéitédcr- burlesque et 'du ';-rogiQlJe; il ·est · 'aeni.a1 par rmq1!ession nouvelte et baul;versante qllYll t'tau,;:é le grand art de ' Charl~t. , , L'histoi,e se déroul~ en 1938 : cri, se, chômage ... Monsi'CjJr Ve(d~x, ' honnête caissier de banque, est cOl1gédié après trente' ons de sarvlec. Il a une femme infirme et un petit. enf.ant. Commont leur donner èi manger ? Il s'aperçoit qu'i 1 plaa encore aux femmes et se met à faire le beau. Il séduit des veUVES d'ôge mûr, po.s~dont des éconornief', il· tes épouse l'un~ oprè> Ilau.tre saliS uri faùx nom, et l'une après l'autr~ les assassine et Ëlmpoche leur argent. A\.Icun '·sadisme. 1.1 les tue sam douleur. Un 'moye" camm,o un outre de foire vivre sa famille ... '. La galerie des femmes sédui tes - la darne dv motid(!, la pelite bowgeaise la pilule svr le retour -- autant de s01'ires mordantes, autenî de scènes désopilantes où l'ancien Charlot, humble, inquiet, bOLlffon, s'aHie ou nouveau, cornmsïci.€lÎcrnent séduçtelJr, infiniment humain dons son mélange de bonté et de cruauté. '. La polico poursuit le Barbe-Ble!:Le, finit por le dépister, le livre à la justice qui le foit guillotiner. Mais en 1 quoi cct homme douze fais as~assin est,il plus criminel que les savants qui . inventent des . ormes destructr ices, l-es ingénieurs qui lès fabriquent, les marchands qui les vendent? Ceux Qui peinent dans les laboratoires sur la composition de gaz qui feront mourir des mill;ans d'innocents dons Ç(affreuses tortures ou ceux qui écrivent dans la presse ;'êactionno'irc des articles oppelont cu, massocr~, 'sont parfois dans le privé de gentils gar<{ons ... Mois ils n'ont pas j'rouvé d'outre Inoy~n de gagner leur bifteck ! Monsieur Verda...,i, mari dévoué, père tendre, protecteur des anirnaux, amateur dt) vers sentimentqux, séduit et égorge les dames fortunées, en businessman qui fait abstraction de sa vic personn'elle ·: les affairas sont les offaires 1 Quand le krach finander ébranle l'Europe, un~ série de . tableau,< vertigineux se s).Kçèdent ç l'écrgn, le 9~eule tordue _ ~n ham!':" ruiné qUI se jette por la fenêtre ~ ' lm ailUe ;'qui se tait souter la cervelle - et soudain : to'mbours, clairons, fcnfares ! hiitler harangue le peuple ! ... Mussolini fait un di::;cour.s L... C'est l 'an~éc trentehuit c'est Munich ! ... les .soldats GaSqu é~'1 ~bottés; _ armés, marchent, morchent sur les routes <;lu mande,., Le fil";; _' crtleint ou sublime. Le <:jestin privé devient épopée. C'est une page imagée (le ' Yhi stoire universelle.· " . Après Hitler ·triol'l1pl1ant - MonSieur Verdoux effondré. /1 c; tout perdU. Il sC feit prendre par la pojice. I~ YO. à la guillotine daucemant, calmc.rneJ,lt, onnocemment sans - c.Qmp.fcndre pourquoi on l'y mèn~, sans soyoir où; ~!St le bien et le mol, . Ie C!lU nu, tendu. commé celui d'un enfant, entre (~S faces de brutes des acndorme3 ct los masqi.:es baroques. et -hypocrites d.es. mQgistrats, des journalistes, de l'q.yrnônlpr.. . Il est victime - comme le soldqt Qui tue parce Q,!'on l'y force, com-· me l'interné du ' camp de concentration <'Iu'pn oblige Q devenir bourreau. C'est la condamnation la plus totale, la plus écrasante, la plus définitive de le société capitali ~te qui transforme l' innocent en criminel. La phi.losaphie de Charlot qui prête un caractère si porticvlier à SOI' art, s'exprime non seulement dons son humour candide et cruel - plus cruel que jameis, et qui nous fait rire tou t le lonq de cette tragédie -, mOIs don.s son' clttitude spécifique lorsqu'il marche à ln guillotine : • Kidousch Ho Chem ! » Le martyre !. Et de tout notre coeur d'hommes conscientsi nous crions à Charlot ; pas ça ! Pas se laisser traîner comme des mOllfOn~ à l'abattoir ! Vivre et mou'" en "omboUant ! M Monsieur VeNOUX • est le f ilm de la victime, le f ilm du désespoir, la vision tragique du monde fou, grotesqu6, pourri, rendue par un artiste génie .. Mois un jour, peut-être, le grand Charlot verra où est l' issuc et nous donnera le film de la lutte, le film de l 'espérance. 1 Juliette PARY. 1-\' 0 O~, S l ~ 1-\ ,\~r rRAï"soN"i DANS. SA .LUTTE POUR LA VIE 1-'---;~~;Charles l Henri SCHINEZER 'cp ENn[)~"NT l e. long si- ~ronl eleVa/il la misère ne, sallr.aif t,.i~ 'de luxe dont la ,o"i/' ",.,- ! d esperer! lcnc~ de DlOlt et LI- Ecarter toute sel/le fa -menace qlll rOL! se passer. Malgré les relents : . : . bert.:, nous . .avons pl.ane sur le destin de notre Tlrt -de la " liisintégrntioll atomique », ': pa,. A. U RO~ : . " 11\: rcçll Ul! cutaul I~om- natiQJ!al. la grandeur des peuples se manî- : n 1 bTe d~ lettres d'artist~s qui rc.- « III 'faut, comme le dit M. le teste, pour bUIIlCOUp, dans leur. : : gretfalB.nt que notr.e ·VOiX ne se fît prés4tent perelman, que la com- apport ail patrimoine cultnrl/[ dll : î plu,~ .ef~te.a.~re., Nous j~llOn~, à re~ ~ /I1tJ1HflJté juive songe à préserver monde. l L'art étant par excellente une.

"/el CL~' ~Cl tO~LS t,eux qw nOlis l'exi~'fell('e de son élite intel/ec- : créatiQn humaine, on peut, sans :

'ont GlnSl mamfes/e leu!' ,SyIllpa- tur/lc 'nui ris. que de s'épuiser et de : elre 1111 partisan infntnsig.eant du i, t/ue Le . o-e ,t'l" 9)' E ce patrimoine la CLll/urli ,libre arbitre, essaye!' de vorr ,: " lIi b se nOlis a e e un en- s'éteindre si elle nia pas de sou- ' !'uipc n'est pas absente clai" dall.~ le destin d'ulIf! f!e'ne'- .: vcooiuer aqgueem e11n0//1 Sà npOerlIsSé vséormerm deas nstr ala- tien. » - loin de la. Dans le d(j- • ration aIL. , d'une civilisatioll~. : cée. Notre objectif reste de res- maill!! de l'expression plastique: Que signifïe a/1 juste à i'heu- l serrer toujours davantage les liens CES paroles prennent tl/7 sin- qui nous occupe plus partiè'ulière- : re actu.elle cette dispute, t}!ti ! tr / br t 1 l' t "f gulier relief dans cettr: ment, le pellple juif a donné la : paraît souvent plus mesquine: ell B ~ C pu IC e e~ ar tS e.s lUI s. aprè::rglterre sans soleil, preuve de ses capacités créatrices. • que pittoresque, des é\bstraits ! , len que ,ces dermers mOiS aient N'ollblions pas 'que les rffserve,~ Da/ls le laps de temps r.elative- l et etes concrets? ' : éte marques par de nombreuses IwmaÎlles des commUi/Gulés juives . mc'nf cOllrt où la Utln'té de la 'créa-' Tout simple.mcnt que l'art: manifestations artistiques-et no- d'Europe centrale d'où sont sortis lion '/llastinue a, été co nquise, de : plqstique lrançais, Ilon ,p~s §CU-. : tamment par une série d'exposi- ":le ment contemporain, mais im-: .;' tions collectives organisées par le : médiatement .,pfoche de nous, l « Groupement des Artistes Juifs : se trouve au moment crucial de : en' Prance » (G.A./EP.) _ notre : SDn évoltLliO{l. : intention /l'est pas d'Cil faire Ull : f..e surréalisme de L'elltre deux' rompte reluill rétrospeclif. L'art : gUerres sur le plan littéraire et juif noûS donflera avant longtemps : l'drt abstrait sur le plan plas- /'occâsion de parler de sa qualité. : tique sont (tUés jusqn'alt NneZ NOliS voudrions seulemellt aujour- • d une exploration hardie qui ne d' Iwc faire le point de la situation : l'oulait négliger aucull dOl7lui- : [ ' d . f 'f f : ne de n omme. Le rêve, dànge-' de art et es artlses jw s ace : reusemen!, dépassait la réalité. aux difficiles problèmes de l'heure. : La folie paraissilit plus digne.

li étudier que la santé et un lI- i
vortement plus intéressanlqu'u- :
ne naissance, L'inconscient et :

fanormaI régnaient en maîtres: : ~ ANS le marasme de la '2...J' crise économique qui at, teint notre pays, l'art juif Illtte pour la vie. C'est pour mieux sàisir l'ampleur de cette lufte que nous SOillmes allé rendre visife li 1\1. Pere/man, l'acfuel président du G.A.f.E.F. Alieux que personl1c, M. Perelman, artiste de talent, grand prix de sculpture de l'Académie Royale de Bruxelles, connaît les conditiolls cl'existence de llOS artisi'es, Tout s'est vu réduit à Un cas. : • L'apologie du partic-ularisme,:

-- [,individualité, l'anomalie sont :
devenues des divinités nouvelles:
dont il /le ta!lait jamais tran- :

• gresser les lOIS. , : t· Or qu'arrive-t-Il maintenant î

lIU sortir de la guerre il :
N(JllS l'oyons d'ulle part les ':
gloires du passé qui , se SUl'- ~

Avec clarté ct précision, ii nous a montré l'incirlen ée des cO/lditions sociales sur le déve/pppement de l'art juif contemporain. Car, aujollrd'hui comme. hier, lèS intellertuels sont au p,.emier rang des victimes de la crise. M. Perelman insiste pour que nous di sions au public, qui l'ign ore bien souvent, la somme de cour(lge e~' d'a!mégation qlle déplôicnl 1I0S artistes ' pour simpleme. l1t « garder la tête aLI-dessus de l'eau ». Sur notre cliché, on re:connait au premier plan, o-ssis, de gouche à droite MM. .ndenb-ollm, Perelman, Aberdam. Au secon<! plan : M. Mone-Katz; Mme Bhcrtet, MM. Schretcr, Kikoïne, Adlen, Prcssemon, le reg,eft .• · Sc.hrayer, Sterling, Frcnkel.

vivellt, coiffées de leurs ' lau' : 1
ri ers lill peu flétris, et d'(ltltre :

-: -part la gélléf(~tion qui monlei :

C'est elle au fO!Id qui nous in- :

En dépit de f.nllllipi cs ohstlicles /1iatérieis 1!OS peintres et nos swlptcurs cOllti/luent de créer, par un mirclclr dè foi, et de ténacité. Cepcildant cette volonté de faire les Chagall, les Soutine, les Lipc/ z!tz, les Mané-Katz et des dizaiIles de talell!s originaux Ollt été dJcil1lées par la gue·rrl!. Si flOUS /l'apportons pas Ulle aid.! effective à nos arti.:;/es, les nioissons à venir seront compromises Cil même temps que se rait étouffée l'exi~-tcTlce cie l'art juif· Il t'st bicn cviclent que dans !a mêlée où se dispute le pail! de chaque jour, l'importallce et la signifiration de la. chose artistique èclwppcTlt à certains. NOLIS mettons en garde ceux qui assimilent les créations de l'artiste à une indusgrands. '/loms 0111 s/LfJ;i : Pissaro, Modigliani , Pascin, Libermall ' Ci, plus près cie nous, Soutine, Chagall, Lipchitz. {'I d'autres ... 'Cl est pour que cc 1il 'wlturcl /le ~oif pliS rompu q,w noUs appelons le public li vciller su,. le sort de nos artiste,.;. NotFe politi que ('st celfe de la porte ouverte aux oeuvres de · nos SClzlptcurs et de flOS peintres. Notre vololllé est de voir se créer autour dé /lOS éliles' tlné atmosphère d'affectio/1 et de ferme .solltien qui permette à /lotre art de vivre ,et d'aller de l'avant. -Be/se.n • • • f:l.Jés i"\1l' des grnbatf' i"oulllés. attendant la mort dans le froid, ct 1'urtG\.t n,tl'ocement déshumanisés par une ngonic d'animal déchu. Eh birn. je ('ompl'ends que BcrgenBebcn fut ceIn, pendant dos mois jJ O\\l' tout un immense C,lmp.· Bergeu- l'k-ben détient le knible l'l'coud df's typhiques : 86,60 % des dépol'lp, pn flll'l'nl al teint s. " ' J',\.! lu ilc;1uroup :n'ouvrage!" ~ur le,; t::lmps; j~ cr?i$ (fUP. c:clui-l" est Ir pl u,.; slgnllll'atlf. C eü un témoi<> n:t{!:c li ttéralelilcnt tcrrifiant 9\1e "nolL" apportc lldmirablr médecin des morts-\'I \'auls que ful le Dr Fl'éjafon sur le ('[\mp de Bm'gen- Belsen, .qu'il nppelle «,bagne I!.nnatorillm », quplqlle peu a tOTI. d'a illeurs, ('[\1' si l'on voit· bien pap:e après pagp. se déroulpf les images . d'enicr du bagne, on cl!rl'cher'Uit en \'mn l'e~quis!;e d'une vic de l':lrÎlÎ (lans cel crga.sLulc d 'aporalypsc. ~ous ::wlreS dépo;-té~, 110\1$ sommes diffi ci les à émou\'oir en matière d 'h orreurs concentrationnaires, pt pouri.:lllt je sui~ sûr qub c,c simple récit., dépoun'l1 de toute pas- '. sion, de t.out exhibitionnisme mal sain, ~rr" ln !1YCC douleur pal' le~ plus dnrs d'enlre nous. Est-ce parce que, contrairement il, beaucoup d'autres, ce line est pni;;samment écrit, sans jam:tis (ombt'r cependant d:.1D :i la littémture < intellectmlisante » d'nn R ousset dans 15eR Jour de 1totrr mort, pnr exemple'! E<;t-ce parce qur 1(' Dr Fréjafon a sn l'lu3 <l\le voir, ma i:; tlU8S\ pomprendre, en IWOJ'on< ieul'. ('omprendre, en ~omme. !'incQ!1)vr(>!tcl1;;ible, comme Roussel , d 'l\i liP1l\~, maiSSlll' un tout autre l)hln que le Rou;;."{'t dl' l' -1: Uni\'el'ti concentrationnaire» .) J e crois que la qmlilé du tfmoiJ), n:wc tipnt tout ~imp l c menl à la qualité même du témoin. . Enfin, si cc li \TC laisse une telle Impn>5.,:ion, c'est aW-si à ClLUSC dcs liâliÎmlarités ck Berp;en-Bdsen. J':ü \'écu les "t'main es de la .. fin lk nolre déportation dans un block di t dC' repû.:! iL Hano\'re-Stoëekcn où ln mortalité était écrn,~ntc; on nou ~ rx t~l;m in'ait ImT ln. d:vscntric inhitable, la pneumonie, les anthrax dé,- oreUl" de forcc ct h\ cOlltagi\>n d'une dizaine de maladies qui s':l.th..'U'n::IÎent sur nos carcasses; nons restions sans soins, nus ct affamé3, assaillis par la n>rmine, af- Oui « il.,; » ont fait celn, 4: ils » onl 0'* organiser méthodiqul'ment ('('la . ·Ditf's-Je autour de vou~, ré.pétez- le el pOUt' mieux Ii<l yoir, pOUl' comprendre', lisez le linc du Dr Fréjafon, qui s'ouvre RU!' une préf, we où J,ouis Martiu"Chauffier, en des pageR d 'ime grandc uoblessp., présent\' le Dr FJ'éjaSon, auquel tant de sUl'viva.nts doivent d'êt.re reve- 11llS, et hoque le souvenir de Georg('~ Valois qui m01U\1t là-bas un jOUl' gl:u;-é de février 1946 an terme d 'unc longne "ie de lutte dressée ('ontre toutes les forces mauvaises qui ont condui t au gigantesque criIlle colledif des camps de la. mort. Roger CLAMQNT, • • • décrit'par le Dr Fréjafo~ 1 téresse, /lOUS Ile le cacherons:

pas. Q1!and il IZOUS a!)'lve dl? :
tOLlrner lias regarfis vers le pas- :

i ~r~€I~/~le s~~;~~t !~f~l:hCharles!!X j1fi !~, ... _. ne sc croit plongé. Je dis : Si! : croit, car le. chaos existe là SCII- : leJ11cnt où. Cintelligence fait ~dlt- : ;J, taut. C'est l'inte/liR1J'ce qui a pour . missioll de distinguer, de':' trier, de clzoisir. . : Oui, il y a aussi cetle sacr~e : « question matérielle ». Elle se :

pose avec gravité. 1/ n'est plus':
pos,)'ible aujourd'hui de tiéjeu-: ~
11er d'llIl café crême. et (j'un ':
croissant, Nombre de jeunes: . J
sOllt aux prises avec mille dit- :
ficultés que les générations p.rê-
cédentes Il'out jan1ais connues. :.
Et l'on ne p ~ iLt wllqbl/?lne/lt :
l~ r~ teJ1dret qUI ' il n'exbisl'!e (Ii!~;SIIe:"
talSOn Cil ·rc· es pro emes u es- :
thétique pare ·et la manièr~ dOllt : ! la société règlera seS' rp.pports
avec L'artiste.
Mais a-t-on le. clroU d'être pes:

sinziste ? Il suffit par exef/lpls,

pour ne pas désespérer, de voir
l'essor m{1gnifique qu'a pris cF:
moyen d'expression qui se t roll:

ve al/X frontières. de l'art et de

l'indu strie : la tapisserie ... ······· , ·· 1 ··· : ···

. jean Lurçat et ses amis, au boui de trente ails d'efforts et de recherches, assistent à fèclosioll d'une pléiade de ;cUJus qUi ont compris la nécéssilé d'un langage du mur où les problèmes picturaux ne se tro/lVl!nt plus limités ' aux p{lysages des· alentours du Sacré-C oeu,..

Ce langage est destiné if de- •
vcnir l'une des expressw/1s de :
noire époque dans tout ce qu'el- :
le a de paradoxal, ' d'(ludacieux :

,: et de grandiose. . ·:f

... .. -_ .................................... -_ ............... --_ ...... !

PAGE 9 " ll u / f\ .t) ', 1 ,~ r JI est, dèa à présent, évident que les tésulta!s pratiques ne pourront être ohteJlus sans une étude de la slt ua· tion politique en général, ainsi que- Les lignes qui suioent sont extmites d'un rOPPol'1 que Danneckcr, chef de la police allcml"/II/j(> ('li FrartCc pendant l'occupation, envol/a à ,'cs supérieurs le 1er juillet 194.1. Il jette une lumière Cl'7.lC SW' le rûle de l'U.G.l.F . Ce rappu/'L fut présenté au grand procès de Nuremberg par la délégation française. Population 26.115.000. de la zone occnpée Dannecker fait cet exposé pour prouver que la première phase des trava1tX lJréparant la liquidation des Juifs de France est terminée. Population 2.320,000, . dn Grand·p.,ris l de la situation des JuUs. J..es pages qui suivent doivent donn~~ UI1 aperçu d'ensemble de notre plan et commenter les résultats obtenus jnsqu'à ce jonr, ainsi que les bnts immé· diats. Tons les principes qni suivent doivent être considérés du point de vne suivant : depnis que le Chef de ~ Police de Sûreté et du SO u reçu du Führer la mission de prépar«;r la so· lution de la quostion JOlve en Europe, ses bureanx en France ont à ef. fectuer les travaux préalables, afin d<; pouvoir en temps "'oolu, fonctionner util"",ent cn tant que Services extéacquis. Des s~ances eurent lieu sans doute et des résolutions furent prisee, mais les actes ne suivirent pas, Senle l'élection du Rabbin Marcel Sachs (21 mars 1941) comme président du Comité, et ' sa déclarafion formelle au sujet de la coordination des Oeuvres, permirent quelques progrès, De. statuts furent finalement adop. tés le 31 .... , ... s 1941, contre lesqueI. la Préfecture de police de Paris n 'éleva pas d'objection étant donné le cousentem~nt dcs antorités allemandes. meuble de l 'ancienne J.C.A. au 29 rue de la Bienfaisance, a été mu pour nous à la disposition du Comité de Coordination, bonne solution des difficulté. teebniques. Les organisations af. filiées ont repris leur ancienne activité propre ( assistance sociale, cantines, dispensaires médicaux, patrona· ~es, asiles, etc ... ) mai. elles di.cutent en commun des ' directives la suh're .dan! des réunions hebdom.adaires, et répar. tissent lei chU'ge~ Cinancii!re!. L'~posé qui précMe montre déj~ On voit que cette questwn a été, comme les autres, rés"lue dans le sen. voulu, quand m-éme elle l 'a été à la " manière froide » (au/kaltem Wege) Âctivité politique du bureau ch~r9é des aff(Ji res, juives à la police de sureté Si l'on compare , ~es données avec la nombre des JlIifs, le pourcenlQ~e d6s Juifs par rapport à 1;" popolaÙen totale de la zone occupée est de 0,61 %. Dans le Grand·Paris, les JuifS 'formeut 6 % de la population. Fiçhier juif (Rapport du 22·11·43, ) ' Grâce à · notre interventiol), " un fi· chier modèle a ' été · créé à "là , Préfecture de Police de' Paris', ficbier établi

--de la maÏlière sUIvante :

1) pal' ordre alphabétiqu~. 2) par rues. rieurs du Commissaire Européen aux ,..--~---~----------,,..,-~-----------------et (lU S. D. 3) par professions. Questions Juives • . ALTERSTUFut;G Après. la' pro!"u4ation par lç Couvern em~,t ' franç~is . <lu sratut Juif du '3 oetobre 19.10, la solution ' de l~ qoes· lion juive en Itrance counut un certain ralentissement. C'est pourquoi le chargé d'uffalres juives élabora le plan dn " Boreou Central Juif » ( zcntra· les Judenamt). Oes pourparlers au sujet i1e te plan furent engagés avec l'Ad· miuiJ;tration militaire, le 31 janvier 1941. Celle·ci ne m~nifegta pour la ('HOse aucun intérêt et, estimant que la qnestion était d'ordre purement politiqne, en confia l'examen au SD, d'accord avec l'Ambassade d' AlIem3gne. Sur l'instance répétée du ServiCe Juif de l'Ambassade, le Conseil des Minis· 4) par nationalités. On ' reconnaît déjà les traiiiux pré. liminaires indispèl1s;ble~ 'po~r- lè ' tr8DS' fert futur respectiveménf pour le re· classement pr~f essionnel u!té~iellr. La 'Vie d'es juifs depuis l'occupati!Jn DER JUDEN VON .GROSS-PARIS allemande 358 lUS1 Le ficmer eXi.~e d~pnis fin ].9'49. NOl bureaux ne c""scnt de réclamer des . améliorations. Le contrôle général est assuré. Bien que ce fichier n'é' s'étende pas encore à l'ensemble dé la ZODe occupéc, il contient cependanqt le. norus des Juih résidant dans le département qui possède le pIno graml 1101Obr'c de JlIïfs (Seille). Groupement" Ires françai. ilécida de créer, le 8 . L 1· 0 d J Of mars 1941, un Commissariat 'Cénéral OJ;; Igatolre es· UI S aox Questions Juives, . L'expérience acqui.e 'en All emagne II est apparu, après l'armistice et le retour à la vie normale que presque 1011tes les associations juives avaient cessé d'exister (absence des fonction. n'lires responsables et des donateurs, qui 8v.ie~t fui en zone non occupée), tan· dia que 1"" besoins d'aide et de se· cOllrs croissaient constamment. La lé· gi.lation allemande amena.Ït une aggra· Tation constante des probl~mes sociaux juifs. Cet état de choses devait, sem· hle.t.il, créer un terrain favorable en France à une organisation générale des Juifs. Statistique des Juifs de Paris Statis tiq u·e juifs des ct dalla le Pl'o,octorat de Bohèine et Moravie a dém.ontré qù'à force d\Hi .. miner les Juifs des d~ver8 domaine. de la vie, la création d'un « groupement obligatoire des Juif. » s'impose inévitablement ( voir l'Union GénéraDes travaux préparatoires pour la le des Juifs d'Allemagne), création de cette organisation juive cel1~ traIe furent effectués par la Section juive ( Judenre!erat) dès le m()is de décembre 1940. Cependant, l'incompré· benaion des Juifs eux-nlêmes, ]a légi slation française et, avant tout, le pr).n·cipe adopté par l'adrnj·r" ::-::ii.:v'il'" tni· litaire, sû·vlP'H.-!1t..lud le règlement de cet'te question devait être coufié aux . Franç.ais eux-mêmes, entrainaient des lenteurs inattendue •. Seules quatre des anciennes associa· tions de secours avaient repris l eur activité à Paris, dès la fin de la cam· pagne de l'Ouest. Comité de bienfaisance israélite d8 Paris, O. S. E., Colonie Scolaire ct Asiles i"aélites. Ce n 'est que le 31 janvier 1941 que fnt fondé le Comité de coordination des O~uvrcs de bienfaisance du Grand. Pa.cjs. Les quatre associations 8u s nOln~ mées s'engagèrent à collaborer, afi" de pouvoir réal 1ser, grâce à cette cen~ tralisation, un meilleur rendement tout en conservant leur indépendance. Mais ce travail ne donna pas de résultats Le premier numéro du journal jnif, parut le 19 avril 1941, sous le titre « Informations Juives ». La censure était exercée par la Section juive : la Prnpagandaabteilung f "" >: ,reich et la Propaganqasta~(,.! ?aris, de même que le CommalUlant du Grand·Paris approuvèrent cette manière de procédcr.- Les trois premiers numéros lurent envoyés gratuitement il tous les foyers juifs déclarés il Paris. L'organisation juive put s'étendre ensuite il tous les juifs, grâce à la reluise d'un fichier contenant environ 65.000 Juifs du Grand.Paris, les invitant à devenir volontairement membres du Comité de Coordination et à s'engager à payer, dans la mesure du possible, une petite redevance mensuelle. C'est ainsi que, pou.r la première fois, le plan d'une associotioIL de tous les juifs de Paris était porté à la COlLnaissance du gra",Z plLblic; malgré une contre-propagande juive violente, les membres commencèrent à affluer en grande quautité : près de 6,000 memhres actuellement. Déjà, le Comité de Coordination est aujourd'hui la plus grande organisa. lion juive qui ait jamais cxi8té~ L 'im~ UNE BROCHURE QUE VOUS DEVEZ LIRE Le vrai pro~ès de -Xavier VALLAI QUELQUES OPINIONS: « Je vous remercie d'avoir bien voulu m'adresser votre émouvante, .. ~roc hure sur le pr,~cès .de Xavier Vallat.: c' est 1~1l rhe!-d'oeuv"f'è' de passlO/l et d emotlOn; vous avez dit ce qU11 tallait dire. » G. HUISMAN. Conseiller à'Etat Anci en directeur général des Beaux-Arts. « j'ai lu avec un très grand intérêt vos pages qui m'ont donné une précieuse documentation sur la question. » Louis TERRENOIRE. Député. « j'ai pris connaissance de ce véritable réquisitoire contre f' oeuvre ah jecte de ce fasciste dénommé Vallaf, avec d'alitant plus d'intérêt que j'ai vu souffrir et mourir, au clJurs de mes séjours dans les bagnes nazis, Ul! grand nombre de ses l'i('limes. » Paul MARCEL. Député, ancien ministre. cl.airement lCll Ifrandes lignes du, plan tracé : le judaïsme dl!' 'Paris dôi: être réuni tians une organisation étroite qui, à l ~iustar des urganisations juives en Allemagne, dirige la vie des Juifs, s'occupe de lellr subsistauce et de leurs possibilités .le travail, ct est pleine· "!ent responsable vis·à·vis de l'Etat. Après l'internement de 3.600 juifs polonais (en vertu d'une loi fran çoi· se et à la suÎle de notre pression) et l'arrestation du président actif, 16 Juif Alphonse WeHl (remplaçant le Juil Sa. chs malade) le. luifs français se .""t pliés à la collaboration. fNouvelle forme d'organisation 160.000 Juifs environ se sont décla· ré.. On pellt .upposer qu'uu nombre assez im.porlant el qu'on ne peut éta· blir avec certitude ne s'est pas décla· ré du tout. 20.000 Juifs environ vivent dans 'es régions de Bordeaux, Di· jon et Rouen. Certains départements . de province sont entièrement libres de Juifs. L'étroite bande côtièr e, principalement dans la région de Bordeaux, seru nettoyée prochoinement de ses Juifs, pour des rai sous militaires, Ils seront coucentrés dans le département de la Vienne. Presque 90 % de tous les Juifs dé. Comme il s'agit d'établir 'unc distinction et une disçrimination bjcn appa. rentes entre non Juifs et Joifs, ces mcsures provoquent des difficultés particulières. Pour dOJlner un exemple, à la suite de la pression exercée par nous, Un Comité de coordination joive vient de s'établir à Paris qui fonelionne depuis le 30 janvier 1941. Ce Comité groupe toutes fes institutions de bienfaisance juives . du ·Crand·Paris. Nous n·avo1l8 cessé de sou.Iigncr, au cours de DOS entretiens avec le 'COIn. missaire aux Questions Juiv~s, depuis da rés en zone occupée se trouvent dans la région dn Grand.Paris. la mi 1941, lu nécessité d'un tel erga· On y trouve 65.000 chefs de famil. nisme. Lc Militaerbefehlshaber, sur le juifs, 40.000 Juifs (géné .. alement des notre proposition, a demandé, par une Cette organisation, qui n'es! pas en- f emmes) de plus de 15 ans, qui ne sont leure adressée à la Délégatio;1 fran. core reconnue comme représentation of~ pas chels de Camille, ainsi que 35.000 taise il Paris, la création d~un gronpe~ ficielle du judaïsme, commencera é. cnfants au.dessous de 15 an8. ment obligatoire. Le 29 novembre 1941. ritablement ses t~avaux à partir du la loi française instituant ,; l'Unio,~ 1er juillet 1941. La direction est aesll. Les diagrammes suivants se trouvent Générale des I sraélites de France » a rée moitié par dCll Juifs français;' moi. annexés à ce rapport : enfiu été promulguée. Des conseils d'ad- tié,' par des Jui.f s é..t rangers,' .' l)Classes d 'âge des Juifs d u G l'and · mini stratioll ont été prévus l,our les Paris (tubleau graphique). ' . Le chargé d'aUaires juives du SO, 2) idem (en scbéma). zones occ\lpée ct nou. occup.ée, indé· ainsi que tous les spécialistes de l 'Am- 3) N ' pendants l'un de l'autre: Toutefois, l'or. ationalité des Juifs du Grand· . bassade allemande et de. l'Administra- Paris. ga1ll8llle en est encore à ses débuts, YU tl'on sont d'accord sur la nécessité d'ulle } l'attitude r écalcitrante, adoptée jusqu 'à 4 Condition sociale des chefs de fa. P areille organisation. Mais en l'absence '11 présent pa.. le, Commissaire G.énéral ml e juifs du Grand·Paris (tableau Q d'une ordonnance de l 'Administra. graphi'jue). auCx uestio. ns Juives. - tion militaire 110 us avons choisi d'an- L epcnqant, elle ne tar.'lera pas à tres voies. • e1 « dB ulletin de la Statistique Gé· pren d re le développement sQuhaitabl e, Les Servl 'ces dn Commandant du nera e e la France » de juin 19H attendu que le MUitaerbefehlshnber (Presses Universitaires de F.-allcc ) ,'", reconnaît notre rôle d il'ccteur 'C'1 la Grand Paris ont décidé, d'accord avec dique les chiffres sujvants : matiè,·e. nous, qu'à l'avenir les organisati()ns r--------------------juives ne pourraient contacter les Services allemands que par l'intermédiaire dll Comité de Coordination Juif ; c'est ainsi qu'on groupa de force toutes les petites organisations juives. Oe plus, il fut convenu, avec le Comité parisiell du Secours National que, passé un délai de 'joaU'e semaines, aucun juif ne pourrait être nourri ou hébergé par le Secours National. Ce dernier déléguerait uo représentant spécial pour contrôler au Comité de Coordination l'application de cette me· sure. ORGANISATION DER VON GROSS·PARIS UND JUDEN FRANKREICK _ D 'aotre part , le blocage prochain des avoirs juifs forcera la juiverie à d.m3nder en faveur do Comité de Coordination l'autori8lltion de rece'l'oir les dons qui lûi sont destinés prove· nant de ces avoir s. Ainsi sera réalisée. pratique,ner:t l'Ullia" ,forcée de tous les L----r-~===~===::====_~=== ________ _= ___ J Juifs. L'urgaltisation des Juifs à Paris el cn France Il ya des centaines de métiers Aller au stàde? Ouel drôle de ~ La chosc la plusimpor!ante Je toute la vie, c'est le choix ,l'ml métier ». C'est Pascrtl qui a dit t:cla. Terrible cond"mn:ttion pOUl' notre époque où le CHOIX du métier n'existe pratiquemenc pas. Combien de vies mtées cet- 1.e sH uation suppose-t-elle ? l'mu' nous renseignPl' sm les mél.i.crs, nolIS sommes allés au pa.htis' deR métiers, au Centre K [l.tiolllti d'Orientation Professionnelle, rue Gay-Lussac. Bâtiment imposant. Vive activit.é dans le hall, lell' couloirs, les escaliers, les sallea claircs ct propres. 'N OllS "oiei dcv:i.nt l'un dps « orienteurs ». - Quel., métiers peuvent choi:< i t' leA jCU1l.CS ? - Il cn exi...<de des centaines. Si v l'aiment les jeunes pouvaient CHDISIR leur métier, ils auraient l>emba.rms du choix ct notre rôlc

el'~jt 90 les guider, de les orieutel'

à t.ravers le dédale des professions pO$ibles. r-.·falheureusement. l.a. pl;oportion des jeunes qui [ont :,n,pd ft nous est très faiblp, f)"ùi ie grand puLlic, on ignore toue de ootre activité, et nous ne sommes p..'lS a.ssez aidés. ATTITUDES , OU NECESSIT~S ~ Comment procédez-vous nu choh: du métic-i' pour un ietille garçou. ou unc jeune fille qui se pré,; cuto. à vous ? ~ A vrai dire, il y a. deux écoleSt en orienmtions professionnelle~ t mais on a.rrive très facilement il !les concilier. POUl' l'une, l'orient: üion doit dépendre des aptiLuùes pt des goûts de l'enia.nt ou de 1':1.do:] oeccnt. Pour l'autre, il faut tenit- compte essentiellement des disponibilités de l'économie na.tlonn..le, Evidemment, le mieux est de tenir CQmpte de ces deux séries d'élément.' l. A condition que l'économie llatiuna\.e soit développée da.ns le fiens du progrès. LES JEUNES JUIFS DUREl\fÉNT FRAPPES -Avez-vous affaire à beaucoup de jCUDefJ J ui.fs ? - Oui, tme :lSSCZ forte proportion. A la fin de ' la, guerre, ' les jeunes Juifs étaient parmi les _plus clW18ment frappés. Un grand nombro avaient leurs parents dépor- 1.éS étaient sulU! ressou rccs, ne s:lva100t où donner de la tête. Les év.éllcments des dernières :lnnées èl.Vamnt laissé ft ccrtruns des troubles graveS. Certa.ins ont dü aba.n(( UlUler leurs études pOUl' vine. l'-ctsOnne pour les conseiller ... V ARI~TE INIMAGINABLE - Avant d'entrer da.ns les dél.<~ LlQ, pouvez-vous me donner une idee de la vnriété des métiers qui sc présentent à un jeune ? Mon interlocuteur paraît un peu i:tonné. Il consulte des livres, des f.iclt.es, des dossiers, des cahiers. Et MI hasard, il mê cite une série de m~tiers tous plus inimaginables les UIlS que les autrès. - Etes-vous intéressés par l'ameublement ? Voici : menuisier éboeiste, menuisier en sièges, marqtWtteur, sculpteur sur bois, tourtWill' sur bois, tapissier-garnisseur, tapissier villier, vernisseur, mouleur en bronze, dér.orateur, débii. eul'-traoeul' .... jen pa.ssc. - Et par exemple, dans le vêLement ? .. - On distingue l'artisanat, la h;lll.te ct moyenne couture, la confoeLÎon. Void qup.lqu~uns des arlJiJans du vêtement : Tailleur, eou' fleut, apiécem, retoucheur (pompier) , corsetièré, giletière, culot.M.~' C ... Dans la h:wte couture, ClI. ons : modelliste, dessinatrice en rfgnrine, première et seconde d:ataller, première et seconde mam, [)C1iÏtA> main, apprentie, essayeuse, mnnuequinf< .... - Et dans les <:uirs et peau..x ? Tanneur, corroyeur, cordonlÛèr, eoupeur, piqueuse de chn.u&- lequel eboiJie-? sport! stu'PS, ~{)tmicr, boul'I'cliel', sellier. gal'Ili~seur, m~1l'0quinier, bottier, gainicr, cambreul', gantier, etc, .. - Tenez, jai sous la main les "pécialil{'S agricoles : jnrdinier, maraîcher, horticulteur, acher, berger, bouYier, charretier, bücheron, charbonnier, scieur .... Et mon interlocuteur aborde dei! dizaines d'autres catégories diYer~ ses : pierres ct métaux précieux, commerce', soins personnels, méü, lIurgie, mécanique, industries alimentaires, entretien et nettoyage, coiffure, électricité, bois, tn,vaux publics, bâtiment, elc ... Chu(' unp des c.1.tégories comprend des dizaines de spécialités. - Vrai1l1ent, je ne m'attendais pas à déclencher un tel déluge 1 Il f!llIdtait que YOUS m'expliquiez pn quoi conciste 'chacuil de ces métiers. , - Il Y a des métiers qui meurent et des métiers qui naissent presque chaque jour, nu fur ct fi Dlel'tu:e que la technique progresse. - C'est passionuUJlt... - Vous \-oyez qu'il y cn :l ' pour tous les gont.':!. Les jeunes ont le choix. L'essentiel est de créer des conditionS 'telles . pÔtll· qu'ils ne soient . paS obligés de gagner leur vic pal' n'importe quel moyen, ~ans apprentissage, sans thon:. A VPC J'aide des organismes spé{' ialiw, tout jeune doit pouvoir choisir SO!! métier, déterminer, le P~':i possible sou propre avenir. Louis MOUSCRON. lVIared, oi! v.s·ll/ Je v,lÎs ~\I sla<le, lll,aman Encore au sla,le ? Quelle ma· nie ! Iru veux: absolument (rUe jû te paie des héquilles 'l',and tu te .eras r..assé une jambe. (Se touTllant verS' ma soeur) ; Il va hlloir 'lue m'occupe sé. rieasement de ton frère. Je H,i en ferai Cette page c~t écrite 1JQr des jeunes, 1JO!i)' des jeunes. Droit ct Libc:té est le journal de la jeunesse juive. L'apprenti, rétudiatLl, le jewD employé, le jeune out'Yier doi- '!'(fI1 participei', où qn'i!s se tf'Guvent, à cette page, Ecrivez-nous 1fin qu'il ne se pasSe rien d'intéresoont Pour la jewwsse j!/'~'ve, C'n France .ct clans le monde, qu.i ne sc 'retrouve ici. Ette j el/,ne, c'est avoi.,. quelqu,e chose à dire sw' d'innombra..; les qUCStiOIli>, Quel. jeunc n'a p s essayé d'éaire ce (]ll'il pense de la t'ie P Droit et Lipel'té l~,i donne l'occasion de sc faire cnte ·ndre. NOllS ne craignons pas les opinions contradictoirC's. Celle pa- 'JO sera l.p cm7cfoul' Ult se rencontrero·n.t les expériences venues -1ë touS les horieon:s.. Nous ne craignon{; po..s d'aborder TOUS 1C-8 problèmes crucùwx de la j eunèsse .' famille, t rewail, app"tenti.ssage, éc.ole, di.s/ractions, form ation physiqu.c, etc ... Les sol!6t.lalls ? l.ai.sso1ès à la vie te SOÙt de nom' les montre,.. . faire, 1110itln sport. •. cl ce ne icra p'hs par télévision ! Faul·il en .starler des tlifficuhés pOlir poavoir coa.acrer 3 hel/l'es par semaille au a~\'clol'l'eruent .te son «)rl" ! En. fin, accom'pa~né des fonares m.::tel"· nelles. m'In sac de sport :. la main, lne v~Jù &lU ::tadc ..• Les {'orp3 jnvéni1e~ . hron~é-s, sur lesquels le soleil .larde ses rayons, é, o· luent sur la Iliste rend rée, lu l'clou· se, le ternin de ioot·ixlll. - Bonjour Hercule ! - Commenl 'Iu'ça va, Coq"eluche Les UJlâ après les autresJ voi,'i tous les copains, pratiquant le spo,·t a \'Cc moi, COtnme tout - trop peu encore <le jeunes et d'adultes. - Salut Marcel ! C'est ROller 'lui parle ; on nI' ra pas vu au stade depuis un ccr tu in temps. - A.lon. Je rèlour ,le renf~ut pro· djgne 't " - Et tommcnt ! Tu parles si je Bu is heUre tL'I::. l\fon patron ~~a au· torisé à sortjr toutes les semaioes p<lur Jmmesse et pic dct'raient être- lynonymcs .. Malheurelt8em-cnt les jeunes sont, de nos j01lrsi trop S9Ut'ent écarth de la vie. Nous wattrmls cn.'lemble les obsiacle1 qui les sélJarent de l'a'venir ct dénonceron.s ecu .?. ; qui dressent c,s obstacles, même si, !lltelque", fuis, des jC!tnc<J 'se prêtent ct ce tl'avail'd'étoufjemenl. j la l"ym. ,,,"cst , normal. C'est le ton· 1 Irai.-e qui élait anormal. Tu penses : 1 mon boulot est falignfillt, toujou rs cie

bout et pell'thé. Le wir, 'fai des dou·

kurs dan~ les épaules. daus les hras, ' claus le do" lès jambes enllOurdie&. Si ça ,'onlin'u'e, je eerai voûté ~ 25 La lecture de celte page . doit relu:lre chaque jeune plus fort, ans:. . Allez, tn "iens ? Vive Je sport ! plus capable de comp)'endre le m'mdc, d'affronter la 'vie, de s'i- ~ ._ __d __~_ ij _~_r__a l'c _c_ _la_ _1 _i_e_· _______________________~ _________~ 1 Mais l'homme propose ... , cl la vie <lisposc. Tanlôt e' est la famille 'lui a des préjugés ; tantôt. c'est Je patron 'lui ne veUl rien enlendre .. Voi{'i le "DlonÎteur {["n'en Pt::Ilse-t- Quartier latin Faluches fanées 'el pittoresque -noir il ? Il a llD Jang.,e élevé ("( ima· gé ,. la fois : ~ L'~venir ·.ln !Y.lYB, c'est Jes jen. nes tous les jeunes. Le pays ne doit Quortie·r lotin 1 Terme ~rstig!eux qui fait vibret' eftcore ~ jeunes provinei! MIx ou les ri·,bes étron-gers qui ont. déambulé., o·ut.etoi.s, sur le Soul' Mlch, se soM extosloés devont 9 murs sombres do la Sotbonne et q<lJ évoquent avec Complok<lflCi! leurs souvenll'$ porisie!>s. • - How ' 11>'fleI~ ! Quel ~"a"me f Quel eSl'rit ! OU SONT LES MONOl\IES D'ANTAN? . _!I fout bien le dite, les t.rl/r<en traditionnels dll Quartier Lotln sont m~l,,tenant fOI'é!l. Monômes joyeux - a Les cocu. ail bakon " - chansons po4llardes, boites de lWlt, oj)fès-midl de spleen cl la terrasse des cafés, faluches mult1colores et multiformes : tout cela ...... d·· plI/tôt à ditpo<'OÎtre. Les « Cocus " cieviennent blasés, les boites de awlt sont lamentablement mornes, seul. quelct<>oe

'lOIOUS peuplent les co.fés. 0 .. ne dloata

presque plus et Il,. faluche.. semblent destlnées cu ,,",sée. le coeur n'y est plus. EPHEMERE INTERET Alar,; on a trotlvé UDe ol1h'c sMt", de pittoresque. Pérlodi.qU()m.~t, un 'tU<>t1dien du soit ..,. du mptin qui che ... elle à IlQgmente:r son tlroge c:;" à " touchor les ~1aS$es moyennes n, OU un hebdomadaire à court de copie lanc:> une enquête <!phémère sur la jeon3SSe ét"diante. C'est à 'tu( ...... uvero l'e ptu" de noires couleu.s. Quelle débouche de misère 1 Ces messieurs visitent UDe chambre d'hôtel et crient · 0" scond...le. Et puis c'est follt ... NOf'I... qllelqu.lo!s, pour ~e""'fner, on lonce un appel patMtique coux pcMI_ volrs pub{i~s. Comment 1 L'oyenlr de 10 .... tlon ... (Ute IntellectueHe ... " folOt folle quelque chose ... Appol qui se perd aussitôt e",porté P<JI' te vent du désert. BOURSE PLATE • ET DEBROillLLARDISE Et les étvdiants, ces ~ pltto..., .... QIies. ces futurs 'u cadre! de la nation " C<3otlnuent à foire '0 qv.,."e, tout bêh> m«tt devant les restctUFOnts où lb n'obandotment qu'u~e pcrrtlc de ' leùr (oi"" tif .,. pas t~op prnl'>orrt ; pour ne pas J• al1~it· t'ommc .les ,salade~s 'lll'() n H· perdre de temps à la bl~liothèqjle... . ~clle pOtlr priver Hmr, r1o e,!, \le so· leî1. Le pays doit ùev~ ~N}er LOu!e RENAISSANCE sa jeunesse, tout wn avef\lr. « Evl<lemmcllt, _la plupart des jeu. INQUIETANTE ileS qui sont ici ne l'cuvent' veuir Telles sont 1,,9 ~ol\d;tions àuxquelles ,~u'au prix rie gran,le. difficultés. . sont réduits os étudionts.. Comme si Cornule pour c()nfirmer D()tre conce n'était pas asse:z, nombre de ietll1es "ersaliou, voilà Char1es ct André qui • JUffs n'ont .pos cie po.enb vour (e5 discutent aur CIl SC metta"t en leoider; de plu,., lb s'iD"ulètent de voir nue: renoit... de-. compagnes o!'>tlsémites et _ T'en as nn tIrôle de short ! xinopftobçs- ~ Mon vieIL". j'ai pas lissez de hanl:: Tout est folt pour transformer (es !foIeS pOlir me. 'payer deS sliI'~ de lu. on-n-ée<J d'~cI,es en anrlées de pénibÙ; · tutte - nOIl ilour la rechef~he ete la 1 ~ Cl des pyjam. as• vérité - lI1ab pour la vie. ,. - Tu as l'Slson, Charlot. Pas etonno':" si nombre 'd'étudionts, ," Et les deux ~.rs S6. pl'écipitent vers Juifs ou no·n, ont dû obondonner. , lM 'agrès or, commen~ent l~ exer- It fout les oi~et 1 . ï::iccs. Georges VII~ACH. Marcel TARLO. ci. 909nel le J<i.u-t de quoi ét-udier 1 .. r-------.-:----------.-~-------.....::--~----_:. ..a it .à alimenter d'une b""rse mlsé- :----------_. PRE'" TE-MOI TA PLUME --~ ... . . --: rob~ la vie cie plus cm plus ovide cl'o.... , : g~.: : Que faire de plvs ? la r~glc, c'<>St : PI LU LES chocun pour soi. $1 on veut entcl\dre : LITIE-RATURE EN ; le COUfS à'on9lol~ il fout jouer des ! . . co:.tdes, car l'aRl;>hl est trop petit. Si : ! l'on veut porticipe; auX travaux pro-. Je mc souvie/lS d'un ll:ne de ltla:"ime -Gorki où le grand écrivai~~, : tiques, H' fout ovoi, Ics 10.000 : ' . ., .. ., Il l • la deux : frones.. Si l'on vevt p.osSN Jo !,ertlfl- : f ;;'pliqtw 1)0 lkrquoi Û 8' t'8t 1ms a ecruc. ( ol/ne . a ce rm-: eat de Cil littératu.re fronçai se )l, il : so n.~ . . . : fo .. t éc~ter potiemme!'>t des cours où' D'abord, c'est à c.aü.se de la pauvreté accabmnle ~e. sa. v~e; : l'on dessècbe à l'loisir la vie. Partout, c'est la période où il écrit des c~tes ~t de~ léqend~s : d C!Sl!le ~~ : tcvjours se débrouiller pou, avoir une : suppléer 1f<Lï' ck.s inventions, p,a. son lma{/lwJllOn, a la medwcnte : chambre pos trop loin et pcs trop froi- : de son c;cis/.encc. : ..,.; ; poor découvrir un trovoil lu~ra-: En second lieu, c'c~t if, omISe d'un trop-plein d'imprcs~ons;. : ! c'c~t la période où. il écrit La Mère. !

En général; ct notrc âge, on C8t pris (le l'envie d'écrire, d-e met/rc :
SJ.ï I.e papier ses impressicnw. . :
Mois tout le monde n'o~6 pas Gorki. :
La pé~'iode que noûs vCl],ons. de traverser et qui a étç l<1 plu.~ :
. d~tle ql«J nous ayonS conn.ue, a été assez clouloul'e!lSe, a ayporü.: !
trop de s01.J.jfrance.g pour qt«J l'on ne l'essente ~ le besom d'en :
parte1'. . . ,
Ma:is vouloir écrire ne VC1Lt pas dire savoir éCTbl'(I. Ecnre ffUP- l

·! ,• ·, ··:• , ·, •• ,• ·,• ,prend, écrf.re e.st lm art. créet dcs caractères, camper des 'pers~n- : nrt(JO$,vivant..9 et 'L"i'a:ise'l1wlahlcs, .leB placer dans 'Une 81tuatton : r[t!i. 'intéreS<Je, dans un cadre vrai, tout cela demande un art ! ron.sommé. . ..,. '" : Alors commcr.t appT01WC'f les publu;atwns que 1 on VOlt de]a • en, France (car elles p<lrai.~sent en plusieurs lan:oues), q.~ traitent : de SUjCU1 très divers, et dont let; quatre ou cznq dCi'nt6rcs ,payes : pré..q entent un rOl1tan en « condensé}) V • )" 1 : Après lectl$1'fJ, UIl.C fois q1W_ nous connmS801l8 lmtngue du livrè !CM fois q,Le 1W'ctS conna/.ssons lcs noms des personnages, qu.e 'savoM-nous de l'lXUvre ~'att eo!l.Ç!.w ~ , . , ". , Si un « condensé,> sufJUJQtt, l'ecrtl:aln naUTa~t quà lten,,c lui-'n~me ! Ce serait si simple, au lieu de cons?crer deu;e ou troLS ctlM de vi~ à faire 'Un livre, avec Lout le Lrava!l acham6. que cela rC1JTésfmW! C'e.st, en quelque sorLe une « conderu,atwn '> de l'~~t que "on nous dC'm~nde. On t'cut remplacer l al't 'fJ!Jl" de8 )'liWea. Dany SENAZ. i ........ _._ ............... __ .............. ____ ........................... _.. . _v ....... __ ..... "'_ ••••• _.-.'! , " \ , , .,> ', " LA TE A viëille terre - pourtant habituée 1 aux combats féroces des jungles et

 : , des forêts préhistoriques où d'immenses

bêtes disparurent en s'entredévorant - fut elle-même étonnée de voir le monstre nazi sévir avec tant de cruaut é... L'homme, lui n'était plus depuis longtemps èn état de comprendre, Il ne savait plus. Ahuri, il se demandait : est-ce un mauvais r êve? Alors. il sembla que la terre ne restait plus impassible, qu'elle voulait sauvel' l'homme. Elle allait se réveiller pour mettre fin aûx massacres. Pal' deux fois, j'ai vu la terre agir. Car elle n'en pouvait plus ...

  • Le caml? de Birkenau. Juillet 1942. Le rendement

des fours crématoires encore en construction était insuffisant. Mais les chambres à gaz happaient à grands coups la marchandise humaine. Le camp livrait également les morts en grand nombre,.. Les cadavres s'amoncelaient dans les Halles mor tuaires et il fallait ies liquider au plus vite. Un commando spécial fut formé, à l'éc'art de tous ·les autres, avec quelques centaines 'de Russes qui furent tués par la suite et remplacés par des Juifs, promis également à la mort, Partagés en équipes de jour et en équipes. de nuit, ils creusèrent des charniers sur une longueur de plusieurs kilomètres pour y .e·nsevelir les' cadavres. Les livraisons de nouveaux tt'ansports de gazés et de mâssacrés se succédaient sans eesse. Le nombre des morts -jetés 'dans les charni.el·s augmentait toujours: chaqùe fois la couche de terre qui les recouvl'aitclevenait plps mince. Une nuit, quand' l'air se frit rèfroidi, les . corps se comprimèrent soudain et des filets de sang jaillirent de la terre ... Quand, à l'aube, nous avons marché au travail, nous avons vu un sol ravagé comme ' après un tremblement. C'étaient des pieds, des mains, des têtes qui appara issaient au loin. Par-ci par-Ià~ un corps brillait au soleil matinal. J'eus l'impression que la terre ne voulait plus ~ouvrir tant de crimes.

  • Deux ans plus tard. Le \ dernier jour de juillet

1944. Depuis plusieurs mois, noU's travaillons au nettoyage du ghetto . de Varsovie: les hitlériens voudraient gagner la guerre à l'aide des briqu!!s et des f erraIlles de ces ruines juives. Notre camp couvre l'ancienne -rue Gensia, animée jadis par une population vive et dense. Solidement gardé, jl est entouré d'une haute muraille que ·double le mur mème du ghetto. Nous sommes des morts vivants dans une ville morte. L'Armée Rouge, continuant sa marche victorieuse, approche à pas rapides de Varsovie. Un ordre télégraphique arrive de Berlin au commandant S.S, du camp: ' évacuez immédiatement les ùétenus .vers Dachau! En effet, dans les environs de Dachau d'immenses constructions souter raines sont prévues où toute la' productio'n de guerre doit êt re transférée. Les 4.000 lIaeftlînge du ghetto de Varsovie seront employés aux travaux. La fermeture du camp est a ussitôt décrétée pal' le commandant et la garde renforcée. Personne ne rentre, p ~rs o nne ne sort. Pendant deux jours, les appels, et les vérifications se mult iplient. On a ttend en vain les moyens de communication. Il n'y a plus de t r ains. Une décision est prise : on évacuera à pied. Dans la nuit du trois ième jour, tous les détenus encore valides s'ont rassemblés. 400 faib les t:it malades ont été liquidés par deux mitraille uses, 400 autres sont restés pour effacer les traces de la mor t. Entourés d'une puissante garde munie d'armes a utomatiques, plus de 3.600 déportés traversent VarsovÎe et s'engagent sur la route menant à KUtll0. Par mesure de sécurité. un cordon de gendarmerie a été installé des deux côtés de la route. L'Obcl:scharfuehrer Kramel' et l'Unterscharf uehrer Umschmitz ont pri!'; 1,,_ tête de la colonne sous le commandement de l'Obersturrnfuehrer Rupert: tous trvis étaient passés maîtres dans l'art ùe liquider les camps. Ils exigent une marche l'apide, sans repos, en rangs serrés pour raccourcir S. r. P. N., 14, rue de Paradis - Paris-X' E N'EN" .POUVAIT PLUS , (HISTOiRE VÉCUE) • la colonne interminable et pour renforcer la s ur- ~' veillance. Eux-mêmes ont hâte à'arriver dans une zone plus proche de leur Vaterland hitlérien.

  • Il fdit très chaud. Le soleil brûle la tête, la

sueur brouille la vue. Pas un brin d'ombre. La soif nous torture dès les premières heures du matin. Rivières et sources brillent à droite et à gauche, .. mais les ordres sont formels : personne ne peut sortir des rangs et les armes nous menacent. par N. MARC:EAU Les plus faibles commencent à tral!ler. Der- ' rière,. une équipe de S.S. les ramasse et les jette sur un char:' De temps à autre, le char se dirige. vers un champ, on entend une rafale d.e mitrail" .. lette et le char revient vide pour r,enouveler son chargement. La soif toujours plus forte nous prenait à la gorge et ·nos .. yeux . se fermaient. Nous nous étions débarrassés de nos sabots et marchio'ns pieds nu s. L'instinct de vie, la conscience que derrière on fusillait, nous portaient. en avant.

Tard dans l'après-midi tiOUS nous sommes arrêtés au bord ' d'un'e ' rivière. l.\e.8 S.S. ont décidé de nous donner à boire. Une fois les mitrailleuses i ilSta lIées , ce fùren.t des manoeuvres compliquées . pourl10US réplll'th' eh" gro-upes dë" ceÏit. Tout cela était long, long... Les yeux f ixés sur l'eau, les .hommes du premier groupe-se sont rués vers l,a rivière, Les S.S. ont ôuvert le feu: des taches ont rougi l'eau, formant des cercles toujours plus larges. On attendait, on attendait toujours. Quand le tour arrivait {!nfin, l'homme n'était plus maître de soi: ou rentrait àans l'eau avec les chaussures" et les vêt~ments, on se mettait il. genou,' on s'allongeait, on plongea it la t~te ...

Le deuxième jOUl' la chaleur fut encore plus intenable. La ' file des traîna rds s'étirait. On serrait les dents. Ma is la vie se vidait. Chacun était prêt à abandonner. On cont inuait t out de même. Vers midi, nous nous sommes arrêtés sur une grande place au bor d d'une autre rivière, près de Sochaczev. La fo lie s'empara de nous. Sans en avo ir reçu l'ordr~, tous s'élancent vers l'eau. Une salve retentit et une longue file d'hommes tombe en' désordre ... Puis un commandement éclate comme un COU}) de fouet : . - La marche continue! Tandis qu'une chaîne de fusils braqués défend la rivière, trente-six centaines s'ébranlent dans le désespoir. L'après-midi nous a\'ons marché comme des ombres mues par une force mystérieuse, dans l'in:(ini des heures. Le soir, toute la colonne fut dirigée sur un champ au b')rd d'une route. Au loin quelques maisonnettes se dessinaient. On arrivait à distinguer un puit:::. Mais déjà une chaîne 'solide, formée de S.S., les armes à la main, veillait, impassible. On se mit à tourner en rond. Tout à coup, une voL\: rauque, .. une baïon)lette qui per ce le coeur : , - Inutile de chercher! Schlaffen ! Vous n'aur ez pas d'eau ! Des hommes à moitié évanouis tomb,ent en gémissant. D'autres vont et viennent sans arrét. Le gros de la fOllle, immobile, comme hypnotisé, regarde le puits. . . Je vois un groupe de Juifs hongrois creuser fiévreusement la terre avec. leurs mains. Plus loir!, deux autres font machinalement de même. Une folie, sans doute ... mais, curieux, je m'appToche. L'un d'·eux .palpe une pqi- . gnée de t erre et crie : '. - La terre est fraîche, l'eau n'est pas loin! Les hommes commen-. cent alors à creuser avec leurs cuillers.

  • Une demi-he.ure s'est à

pei"ne écôulée qu'ÜÏ1 homme est déjà au fond d'un grand trou dans lequel ·il remplit d'l1nê eau noire, sale, lTluis . :miraculeuSe . . l des ca lots qu'il pass~ -ensuite à la surface. Une queue se forme. La découverte a · remué tout le monde. Elle attire l'attention de quelques kapos allemands qui accourent avec des bâtons et « réquisitionnent » le puits pour les « Aryens ». - L'eau nous appartient ! disent-ils. On recommence ailleurs .. !leu après, le .champ . est troué d'une .diz.ain,e de puits: l'eàu était à deux oli trois mètres. La place 'â chang~ d'aspect: - devant chaque trou s'allonge une longue 'filè. En . bas, tin homme dévoué s'applique. Les calots montent et descendent. On boit -on boit humainement - on se verse de l'eau sur la tête, on se couche ' par terre -en serrant dans les bras une -CUVette. On rit avec une joie toute primitive,' jusqu'ici inconnue. . La terre a joué un merveillElux tour a nos bourl'eaux ! ~• . L'Oberseharfuehrer Kramer et l'Unterscharfuehrer Umschmitz ét.aient en train de souper quanti ils aperçurent ~ o s files ' calmes se former devant les trous. . , - Mais que font dènc ces .Juif s ? _ Inquiets, Kramer et Umschn'litz enfoürchèl'ent leur motocyclette 'pour venir voir ce qui se passait. . '. Ce n'est pas une masse assoiffée et mourante qu'ils virent, mais une·· terre : riant de ' séa cent bouches bienfaisantes, et ·"des milliers d'êtres ' joyeux d'avoir découvert dans leur détresse un allié puissant. Le visage . .des .boUl'l\Caux de.vint , grimace. Vite, ils l'epqrtirent. La tene brûlait sous leurs pas. 1·- .. nEDACT ION ET ADMIN ISTRAT IO N 14, RUE DE PARADIS - PARIS-X' T ÉLÉPHONE:, PROVE NCE ~g::~ c. c. P. ! P A R 1 S 6070·0S BuUetin d'Abonnement Nom et prénom .......... : ............................................ .. .......... .... ,-, ' .................. , ....... : ............. .................... : .... , ..... . Adresse ................. . Je souscris UN ABONNEMENT de : (royer les mentions Înt;t ilcs) 1 AN ............. , .. . G MOIS ........ , . . . , ..

M01S , . . . , ... , .. ' . ..

400 fr, 200 f r . 100 fr. le ........................................... Hl! SIGNATURE: , ~(

Notes

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 Un des 7 numéros toujours manquants.

Formats JPG

Outils personnels