Différences n°195 - avril 1998

De Archives du MRAP.

Sommaire

Sommaire du numéro

n°195 de avril 1998

  • Edito: Les collabos du 20 mars par Mouloud Aounit
  • Des textes pour le congrès
    • Commenter? Discuter? Prolonger? par J.J. Kirkyacharian
    • Quel congrès pour le MRAP par P. Muzard
    • Éléments de synthèse des débats locaux par J.C. Dulieu
  • F.N Propagande contre culture par Juliette Rennes
  • A propos du salon du livre de Gardanne
  • Condition discriminatoire
  • Appel pour le 150ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Texte brut du numéro

, Avril 1998 - W 195 o SOMMAIRE 8,get10mai Congrès Textes Jean-Jacques Kirkyacharian, Paul Muzard, Jean-Claude Dulieu Participation et représentation Le cMroulement Extrême droite 2 2 4 3 4 DES TEXTES POU lECOMG ÈS Propagande contre culture 7 Juliene Rennes La liberté contre ses fossoyeurs J. Rennes Bibliothèque Notes de lecture J. Rennes Chérifa B. 8 9 Le congrès du MRAP se déroulera le mois prochain à Bobigny en Seine-Saint-Denis. Vous trouverez dans les pages Intérieures: un texte d'ouverture, une réflexion sur le contexte politique et Chrono Chérifa B. Manifs contre le F-Haine Courrier des lecteurs Appel 150' anniversaire de l'abolition de l'esclavage 10 11 12 12 sur le fonctionnement des instances, une première synthèse des contributions qui sont parvenues au siège (lesquelles ont été envoyées dans leur intégralité aux comités locaux fin mars), ainsi qu'une brève présentation du déroulement du congrès et des modalités de participation. r7 pages 2 à 6 les collabos du 20 mars Le vendredi 20 mars restera comme une tâche dans J'histoire de la vic politique française. L'allégeance avec le Front national d'élus qui n'ont plus rien de républicains est très grave. Quoiqu'ils disent, ils ont donné caution et légitimité criminelle à l'idéologie prônée par le FN.lls ont accentué et amplifié l'inquiétante banalisation du racisme. Ces actes révèlent que dans une démocratie, y compris celle qui a fondé des valeurs universelles, le pire reste toujours possible. Les bourreaux et les tortionnaires d'hier ont surgi d'un peuple comme les autres. Les collaborateurs du 20 mars ont implicitement cautionné les propos sur « le détail » et sur « l'inégalité des races ». Les électeurs du Front national ne sont pas uniquement des grincheux, des gens abîmés par la vie, exaspérés par l'insécurité économique, civique, sociale. Il y a aussi au fond des urnes des votes qui représentent une adhésion idéologique aux thèses racistes et xénophobes du Front national. Les mobilisations citoyennes de ces derniers jours nous réconfortent mais le danger n'est pas pour autant écarté. Les indignations et les cris ne sauraient suffire à arrêter le mal. Nous attendons des actes significatifs aussi bien en matière d'exclusion, de précarité, de dégradation des conditions de vie, qu'en matière de défense et de promotion des droits de l'Homme. L'Etat et le gouvernement ont une très grande responsabilité. Préserver la démocratie passe aussi par une action de proximité. Cette tâche suppose la mobilisation citoyenne des syndicats et associations. Dans ce contexte, le MRAP doit prendre toute sa place. Le congrès devrait nous permettre d'apporter notre pierre à cet édifice pour barrer la route à la haine, à l'exclusion et au fascisme .• Mouloud Aounit

Notes


Catégories

Outils personnels